AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Paris ou comment perdre son temps [Echo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Red Rose
Élève à l'Institut Alpha
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 17/01/2016

MessageSujet: Paris ou comment perdre son temps [Echo]   Ven 11 Mar - 20:21

Paris. La ville Lumière était magnifique la nuit. J’étais assis sur la terrasse d’un café en auteur au carrefour de l’étoile, sur l’Avenue des Champs-Elysées. Je sirotai tranquillement mon sirop, seul à ma table, sans me soucier du regard des adultes sans doute intrigués de voir un enfant habillée avec des vêtements qui valaient sans doute le salaire qu’un français moyen gagnait en une année, seul et sans défenses. Ils l’auraient sans doute été encore plus s’il avait vu le serpent blanc et froid qui glissait sur ma peau sous mes vêtements, et s’ils avaient appris que j’étais un si peu aimé mutant.

Je finis tranquillement mon verre puis je payais et sortis du petit restaurant. Je remontai la plus célèbre avenue du monde, bifurquai à plusieurs reprises, et je finis par arriver au bord de la seine, près du canal St-Martin.

Je descendis sur les quais et avançais le long de l’embarcadère jusqu’à arriver chez moi. Le Méduse restait à quai presque tout le temps. Il arrivait que très rarement mon père l’empreinte pour faire un petit voyage touristique ou signer quelques contrats pour son entreprise. Repenser à lui me rendit nostalgique et je plongeais mon regard dans les étoiles.

Grossière erreur.

Moi qui étais toujours sur mes gardes, je me relâchais juste au mauvais moment. Trois hommes me tombèrent dessus et commencèrent à me rouer de coups. Je résistai et tentai d’attraper l’arme qui était constamment accrochée dans mon dos, sous mes vêtements, mais un de mes agresseurs me frappa à la tempe et je perdis connaissance.



Quand je repris connaissance, je me trouvais dans un vieil hangar totalement abandonné. Quelques vieux coucous étaient éparpillés un peu partout, les murs en bétons étaient recouverts de graffitis, les poutrelles métalliques du lieu menaçaient de s’effondrer et la poussière recouvrait le tout. Une faible lueur orangées parvenait du dehors depuis les vitres brisées, tendis qu’à deux mètres de moi, mes trois agresseurs se réchauffait autour d’un bidon enflammé. Ils étaient habillés de vêtements rapiécés et usés. Moi, j’étais attaché à un poteau de métal rouillé, dans le froid. Je sentais sur mon corps mon serpent se déplacer tranquillement, tandis que dans mon dos restait encore mon arme dépliable. Apparemment mes assaillants ne m’avaient pas encore fouillé, ce qui semblait étrange.

Non, ce n’est pas étrange, c’est moi qui ai fait ça.

Je sursautais puis me reprenais immédiatement.

Tempo ! Que s’est-il passé ?

Simple. Tu t’es fait agresser par les trois types que tu vois là-bas, puis ils ont tenté de prendre tes valeurs, lorsqu’un quatrième homme est apparu et leur a dit de te laisser, que son patron te voulait entier et que si les hommes voulaient être payés, ils devaient ne pas te toucher. Là il est parti juste après t’avoir arraché une mèche de cheveux et il a dit qu’il reviendrait d’ici deux bonnes heures avec ses hommes. Et je sais qui est cet homme. Et tu ne vas pas aimer, j’en suis sûr.

Qui était cet homme ? Et pour qui il travaille ?

Je ne sais pas pour qui il bosse, mais toi je pense que si. Il s’agit de Luciano Ivano.

Mon visage pâle perdit de ses couleurs. Ivano était un le bras droit du terrible Demone, le plus puissant de tous les barons de la drogue de tout le sud de l’Italie et aussi le troisième homme le plus puissant de la mafia italienne. Son père et lui était amis mais apparemment, Il Demone cherchait à se venger de son fils. J’avais probablement tué un être cher pour lui lors de l’Accident. Heureusement, cette situation n’était pas inédite et je savais comment faire pour m’enfuir avant qu’Ivano ne débarque avec son armée de monstres sanguinaires. Mes trois agresseurs ne semblaient pas avoir remarqué que je m’étais réveillé et continuai à discuter et boire autour de leur feu.

Il va falloir faire vite si on veut échapper aux gorilles du Demone. Même si tu ne le connais pas, tu as du lire dans ma tête qui était cet homme. Tu as dit qu’il restait combien de temps avant qu’il ne revienne ?

Il a dit qu’il revenait dans deux heures lorsqu’il est partit. Or cela fait une heure, cinquante et une minutes et vingt-huit secondes très précisément qu’il est parti. S’il est donc aussi précis que moi, ce dont je doute, il devrait arrivé dans moins de neuf minutes, ce dont je doute forte…

Testa di… T’aurais pas pu me le dire avant, zut ! Je n’aurais jamais le temps de m’enfuir. A moins que…

Une idée complètement folle passa dans mon esprit.

Je vais essayer quelque chose de nouveau et si ça ne marche pas, on risque de mourir. Ça te va comme programme ?

Tempo qui pouvait aisément lire dans ma tête s’affola lorsqu’il découvrit mon plan.

N’essaie pas ! Je ne tiens pas à mourir. Ne fais pas ç…

Et moi qui espérais un soutien moral. Mais bon, vu sa volonté surprotectrice, cela ne m’étonnais pas. Je le mis alors dans un coin de ma tête puis j’invoquais rapidement son pouvoir pour détruire mes liens, sans qu’il n’apparaisse dans mon dos en mode phare. Heureusement il s’agissait de simple corde et je n’eus besoin que de deux courtes minutes pour les faire se relâcher et que je puisse m’en libérer. Puis je me concentrais et pris une grande inspiration. Je fermais les yeux et lançais mon pouvoir, lorsque je fus interrompu par un bruit de pas, nombreux, qui se dirigeait vers nous. Je me mis à regarder dans toutes les directions, cherchant une quelconque sortie mais la seule issue était celle par laquelle venaient les pas. Je commençais à m’affoler lorsque je me rendis compte que si je tenais à ma vie, il fallait que j’essaie de réaliser mon idée folle. Je pris une inspiration puis mit mon pouvoir en action… sans le moindre effet. Je retentais un coup mais toujours rien. C’est alors qu’un coup de vent balaya le lieu, éteignant le feu, plongeant le hangar dans une semi-pénombre, seulement percée par la faible lueur des lampadaires à l’extérieur. Les pas s’arrêtèrent et je pouvais entrapercevoir dans l’ombre une vingtaine d’homme et au milieu d’eux, une sorte de… chose, rabougrie et tordue. Un homme grand et fort, s’avança jusqu’à la lumière, montra un visage tordu, couturé, aux pommettes et au nez fracturés. Ivano était toujours aussi laid que dans mes souvenirs. Je reculais dans l’ombre en silence, tandis que le colosse s’avança vers les trois sans-abris. Il parla en anglais, avec un affreux accent sicilien qui râpait les «r» et soufflai les «s».

-Où est le gamin ? On a l’argent alors passez-le nous.

Un des trois hommes se tourna vers le poteau où j’étais auparavant attaché, et sursauta en voyant que j’avais disparu.

-Mais ! Où est-il passé ? s’écria-t-il avec un accent français.

Le grand italien l’attrapa par le col et le souleva de terre, l’étranglant à moitié.

-Espèce d’idiot ! Vous ne méritez pas votre paye.

Et il jeta le pauvre homme contre le mur. Les deux autres s’enfuir sans demander leur reste. Ivano retourna à l’italien et cria dans le vide :

-Je sais que tu es là, sale gamin. Allez, montre-toi, qu’on n’ait pas à te chercher. Et n’essais pas d’utiliser ton pouvoir, il ne marchera pas avec nous. Le mutant qui est avec nous bloque ton pouvoir grâce à une partie de toi.

Mes cheveux ! C’était pour cela que ce malade me les avait arrachés. Je ne pouvais rien faire, j’étais dans un lieu inconnu, sans la moindre aide, à la merci d’une troupe d’hommes sanguinaires qui voulaient au mieux ma mort, au pire me faire souffrir à mort. Je me prostrais dans mon coin et lançais un appel du fond de mon esprit.

Au secours !

_________________

Quand le Temps n'a plus prise...
...je deviens Immortel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Paris ou comment perdre son temps [Echo]   Dim 13 Mar - 18:32

Vendredi 24 Février 2016 – 20h55

Courant de la semaine, le secrétariat de l’Institution Charles Xavier avait reçue une bien étrange lettre. Ce n’était pas la première fois qu’il recevait une missive outre-Atlantique, même si généralement ce genre de demande était fait par mail pour éviter les frais supplémentaires, mais d’ordinaire il n’était pas difficile de comprendre comment l’expéditeur était au courant de la spécialisation de l’école pour jeunes surdoués. Après, sa notoriété ayant bien grandie depuis la médiatisation des X-Men, puisque les deux X-Women médiatisées y travaillaient dans le civil, c’était toujours moins improbable que l’expéditeur suscité. D’ordinaire, les morts n’envoyaient pas de courrier hors, d’après les recherches faites par Sage, Vittorio Machiavelli était décédé dans des circonstances suspectes en Février 2008.

La marque de l’apparition violente d’une mutation ne faisait pas vraiment de doute pour tous ceux c’étant penchée sur l’affaire et il avait fallut s’arranger pour récupérer le jeune mutant appelant ainsi à l’aide. L’administratif promettait d’être un bordel mais, heureusement pour l’Echo, ça n’était pas sa partie. Elle, elle devait récupérer l’adolescent et commençait par se rendre à l’adresse d’expédition du courrier, en France ; une adresse qu’elle avait confirmée par utilisation du Cérébro afin de localiser le jeune mutante.

Rachel était l’une des rares mutantes de l’Institution qui n’avait pas besoin de véhicule pour faire les quelques cinq mille sept cent kilomètres transatlantiques séparant Graymalkin Lane à Paris, même si cela lui prenait quand même un certain temps, et évitait ainsi d’immobiliser le X-Jet ; sans doute que cela aurait été faisable considérant les effectifs réduits de la X-Team présente à l’Institution mais la jeune femme préférait s’en passer. Elle commençait à connaitre la France et la langue française à présent, s’y étant plusieurs fois rendues au cours des sept derniers mois et devant s’y rendre encore pour la Paris Fashion Week dans quelques semaines, mais cela ne l’avait pas empêché d’accepter gracieusement l’aide de l’équipe européenne basée à Muir Island. A défaut de pouvoir être accompagnée par sa propre équipe ou les apprentis formés à l’Institut, Phénix acceptait bien volontiers la présence d’autres membres de sa famille en mission. Sans doute auraient-ils pu intervenir sans elle mais ils se seraient retrouvés alors avec ce même problème qu’était l’Océan Atlantique ; problème aisément contournable mais tout de même existant. Chaque équipe avait sa zone d’intervention et Phénix, depuis sa prise de nationalité britannique, était l’une des rares X-Woman à intervenir sans peine indifféremment de cela.

Ses capacités de télékinésie lui permettaient de voler à travers l’océan et elle ne s’en privait pas, même si elle restait entre les altitudes de vol des avions de ligne et celles où elle pouvait croiser des oiseaux ; une précaution nécessaire lorsqu’elle dépassait plusieurs centaines de kilomètres par heure, puisqu’elle n’analysait plus suffisamment rapidement son environnement pour bien se rendre compte de celui-ci. Elle prit plusieurs minutes à décélérer une fois la terre atteinte, continuant d’avancer vers le point de rendez-vous avec les membres de l’autre équipe ; deux visages connus qu’elle accueillit avec un fin sourire et une joie sincère. Tout trois avaient le ceinturon en X cerclé, symbole de leur organisation comme communicateur auditif, et la combinaison en molécules instables, personnalisée selon leurs goûts.

Phénix était vêtue d’une simple combinaison rouge, moulante et portée à même le corps, couverte par un manteau long à manches amples et capuche de couleur verte. Ses pieds et chevilles étaient enserrés dans des bottes de  combats tandis que ses mains portaient des mitaines et son bassin était enserré d’une ceinture à sacoches, toutes de la même couleur que la tenue. Son mètre soixante-quatorze comme ses cinquante-sept kilogrammes pouvaient ne pas sembler bien lourds face à certains de ses coéquipiers mais elle possédait une musculature acrobatique ne nuisant en rien à ses proportions de mannequin ; ce dont elle ne se plaignait nullement. Ses longs cheveux roux sombres échappaient sans peine à sa capuche et encadrait son visage sculptural à l’ossature moins marquée qu’elle avait pu l’être tandis que le vert de ses yeux avait l’intensité de sa bienveillance. L’Echo s’en allait faire sa vocation et elle le savait.

Le premier problème fut le vide de l’endroit où elle escomptait trouver Vittorio, une chose qu’elle perçut sans avoir le moindre besoin de pénétrer à l’intérieur de la demeure. Son esprit captait son environnement, qu’il soit physique ou astral, par l’intermédiaire de sens psioniques et psychiques lui dressant une construction mental de tout ce qui se trouvait autour d’elle dans une zone qu’elle pouvait modifier à loisir, l’extension perdant en précision et inversement. Etant de norme d’une dizaine de mètres, elle dû accroitre ce rayon tant les possessions de l’adolescent qu’elle venait chercher semblaient en complète contradiction avec la demande d’aide faite à l’Institution. Vivre dans une péniche lorsqu’on cherchait à échapper à la mafia, surtout au nom d’un mafieux, donnait la furieuse impression d’une aisance tant matérielle que dans la vie en général.

Ceci étant, Rachel n’avait pas l’intention de simplement attendre le retour du jeune garçon pour en comprendre plus et déploya une nouvelle fois sa télépathie, illuminant son œil gauche de lumière dorée, afin de le localiser dans la capitale étrangère. L’appelle à l’aide qu’elle perçut lui fit pincer les lèvres ; en effet, à force de ne pas être discret, Vittorio c’était foutu dans la merde. Transmettant d’une pensée cette constatation et la localisation de l’adolescent à ses coéquipiers tout en lâchant un juron, Phénix s’envola en direction de l’esprit de Vittorio. Pourquoi fallait-il qu’il y ait toujours de l’action durant les récupérations ?

Sans citer inutilement la longue histoire des couilles et merdouilles arrivées durant les différentes missions de récupérations, Phénix avait vraiment l’impression que le temps où Xavier et d’autres membres de l’Institut s’en allaient voir des familles avec les brochures de l’école n’avait jamais existé. Que les mutants nécessitant l’aide compliquent la tâche par non-contrôle de leurs capacités ne la choquait pas, qu’il y ait toujours des gens pour les pousser à faire mauvais usage de leurs pouvoirs bien plus. D’un autre côté, la nature obtuse et raciste des français n’aidait pas à ce que les choses se passent au mieux.

Avant même d’atterrir à l’entrée du hangar banlieusard et désaffecté, Rachel avait déjà déployé son esprit afin de percevoir tout ce qui se trouvait à l’intérieur ainsi, lorsque ses pieds touchèrent le sol, le bouclier psionique qui couvrait sa peau se déformait déjà sous l’emploi de sa télékinésie. Invisible à l’œil nu, son esprit s’en allait saisir les armes des mafieux comme autant de tentacules psioniques, permettant à Phénix de désarmer chaque homme d’un simple geste de la main et d’une toute aussi simple pensée ; chose qui fut son introduction, laissant tout loisir aux mafieux de la remarquer ou de ce concentrer sur leurs armes lévitant proches du plafond.

La jeune femme n’avait nullement besoin de ses yeux pour voir et savait l’éventuel combat déjà gagné. Sans même ses pouvoirs, elle aurait pu gérer quasiment une moitié des hommes lui faisant face. Avec, aucun d’eux n’étant capable de percer son bouclier ou d’encaisser les prises de son art martial télékinétique, ce n’était qu’une question de minutes. Et les deux autres X-Men mettraient largement moins de temps que cela pour intervenir à leur tour. La seule chose qui aurait pu lui poser problème était l’antipathe mutant accompagnant le groupe, une chose parfaitement perçue et analysée par son esprit, mais elle avait plus d’un tour dans son sac.

Prenant une grande inspiration alors qu’elle avançait d’un pas physiquement et démontait les armes de ses adversaires mentalement, Rachel ouvrit la bouche afin de s’exprimer dans un français accentué d’américain.

Se battre est inutile, rentrez chez vous et nous en resterons là.

Elle n’avait pas grand espoir qu’ils se rendent malgré le désarmement mais tenait à leur donner une chance, par croyance dans la paix.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red Rose
Élève à l'Institut Alpha
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 17/01/2016

MessageSujet: Re: Paris ou comment perdre son temps [Echo]   Ven 18 Mar - 14:41

Echo avait raison de s'imaginer que le groupe de mafieux ne se rendraient pas. Depuis tout petit, je côtoyais des gens comme ces barbares sanguinaires et je savais qu'ils suivraient l'ordre de leur chef. Ainsi, si Ivano décidait de s'enfuir, ses hommes le suivraient. Mais si l'homme de main du Demone décidait de rester et de se battre jusqu'à la mort, ce qui était le plus probable, alors ses hommes, malgré le fait que leurs armes soient en train de flotter dans les airs en plusieurs morceaux, se jetteraient sans hésiter sur la nouvelle venue mutante.

-Pour qui te prends tu pour nous menacer, femme, cracha  le colosse avait son accent effroyable. Tu ne sais pas à qui tu as à faire. Nous ne nous rendons jamais. Nous aurons le petit, même si pour cela il nous faut nous sacrifier, mon patron le récupérera et le fera payer pour ce qu’il a fait. Lui, et toi aussi, vous êtes des monstres et vous ne méritez pas de vivre. Mort au mutant !

Il lançait ainsi son assaut. Maintenant, il restait à voir si le beau parleur allait arriver à quelque chose. L’antipathe qui l’accompagnait étendit ses bras et lança deux tentacules lumineux en direction d’Echo, mais ces deux fils brillants se heurtèrent au bouclier mental dresser par la mutante. Ils dévièrent alors de leur cible et partirent en chercher une autre. Moi. Il se rapprochait à toute vitesse et je préférais ignorer ce qui se passerait si j’entrais en contact avec eux. Je me mis à courir tout en restant dans l’ombre. J’essayais de me faire le plus discret que possible mais mes pas résonnaient sur le sol bétonné du hangar. Soudain, je buttais contre un obstacle métallique qui alla frapper une poutrelle et fit se répercuter un écho contre les murs en tôles. Je me relevais et tentais de continuer mon chemin lorsqu’un des tentacules m’attrapa vivement et m’enserra. Une douleur vive et électrique parcourue mon corps, me faisant crier de douleur, tandis que l’autre s’approchait dangereusement de mon visage. Je sentis que la concentration de l’antipathe pour bloquer mon pouvoir baissait rapidement et tentais de me concentrer pour invoquer mon pouvoir mais la souffrance était trop importante. Le tentacule s’approcha encore et vint caresser mon visage, me secouant d’une forte secousse électrique. Cela dût me stimuler car je créais ma bulle de non-temps presque instantanément. Les tentacules furent coupés et disparurent. Le mutant courbé s’effondra sous le choc, dans les vapes. Par politesse je lui tirais la langue.

Ivano avait remarqué le manège et s’approcha de moi avec le mutant inconscient. Il le réveilla en lui mettant deux baffes puis me désigna en lui glissant des mots que je ne pouvais entendre dans cette absence de temps. Je le vis le maintenir debout et le forcer à utiliser son pouvoir. Je sentis que ma bulle commençait à céder mais je résistais mentalement. Je poussais les limites de ma bulle et prit les deux hommes à l’intérieur. Bien que le temps soit arrêté, le pouvoir de l’antipathe faisait toujours effet, me laissant une dizaine de seconde pour agir. Je courus vers eux et dépliait mon arme. Je les frappais aux points vitaux afin de m’assurer qu’il perde conscience lorsque le temps reviendrait, et je laissais même quelques jolis bleus à Ivano pour le remercier d’être passé. Enfin, le pouvoir fit son effet et ma protection temporelle s’effaça. Les deux hommes eurent à peine le temps de se rendre compte que j’avais bougé et ils s’effondrèrent pour rejoindre le pays des songes.

De son côté, ma sauveuse avait mis hors service les autres méchant mafieux. C’est donc tranquillement que je me dirigeais vers elle. Je m’inclinais pour indiquer mon remerciement puis me présentait en anglais.

Bonjour. Je suis Vittorio Machiavelli et euh…, merci de m’avoir sauvé.

Puis je m’évanouis sous le coup de la fatigue et la douleur.

_________________

Quand le Temps n'a plus prise...
...je deviens Immortel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Paris ou comment perdre son temps [Echo]   Sam 26 Mar - 14:54

Rachel avait côtoyée une part de l’Humanité pire que ce qu’elle aurait pu imaginer avant de la subir et, parfois, elle s’interrogeait sur sa capacité à comprendre réellement l’ampleur de ce qui lui était arrivé. Mais elle continuait de croire en la majorité ne cherchant ni la douleur ni la violence tout en trouvant la paix avec les siennes. Cela lui avait pris des années et apportée une grande sagesse, malheureusement celle-ci impliquait également des renoncements : la violence était intrinsèque à la nature humaine et laisser le libre-arbitre signifiait qu’on ne pourrait jamais faire taire ce mauvais penchant. Du fait, il fallait simplement le combattre et c’était là la voie des X-Men. Ils le combattaient par l’éducation d’abord, enseignant leur idéologie de cohabitation, par la démonstration ensuite, appliquant leurs enseignements, et par la violence enfin, lorsqu’ils n’avaient pas le choix. Et d’après les paroles de l’alpha du groupe de criminels, l’Echo n’avait pas le choix.

Qui était-elle ? L’obscurité comme la capuche n’aidaient peut-être pas mais l’ignorance était surement le pire maux de ses adversaires. Phénix avait dévoilé face aux caméras du monde ce qu’elle était, déclenchant un scandale tel que les croyants de tous bords l’avaient dépréciée et qu’elle avait cessée sa médiatisation pour ne pas aggraver les choses. Qui était-elle ? Elle ne se souvenait plus des mots exactes qu’elle avait employés mais elle se souvenait n’avoir rien inventé de cela, quelques mouvements mutants ayant déjà exprimés similaires opinions par le passé. Elle était le Phénix, liée à la force vitale de l’univers et pouvant manipuler la matière et l’énergie, l’espace et le temps, la vie et la mort. Certains voulaient voir en elle une divinité en qui croire malgré qu’elle préférait leur partager son espoir pour les gens.

Ceux qui lui faisaient face étaient des fanatiques, l’Echo en avait suffisamment croisés pour les reconnaitre aisément. Les mafieux avaient un sens du business et de l’entreprenariat développé là où les fanatiques avaient un extrémisme et une vision manichéenne idiots ; parler de se battre jusqu’à la mort pour un patron cherchant vengeance entrait en plein dedans. Le patron était-il réellement assez stupide pour sacrifier vingt de ses hommes afin de venger la mort d’une dizaine d’autres ? Cela serait d’un triste pathétique.

Tout autant que le fut la charge bestiale, laquelle entraina pour seule réaction une tension et la fermeture des paupières. Prenant une inspiration, Rachel abattit les morceaux d’armes sur la course de ses adversaires, créant une pluie de métal et de polymère qui laisseraient nombre d’hématomes en plus d’interrompre le mouvement par ses impacts et les glissades que pourraient connaitre toute personne courant sur ces multiples pièces détachées.

Percevant le chaos de la bataille à travers de l’harmonie de son esprit, Phénix ne pouvait être surprise ou prise à défaut par son environnement tant celui-ci lui était clair et limpide. L’impulsion électromagnétique exsudée par l’antipathe était surprenante, même si l’X-Woman concevait aisément une forme plus agressive et directe que la perturbation mentale nécessitant la possession d’un élément physique afin de cibler, mais les pouvoirs psychiques et psioniques permettaient de bloquer la plupart des formes d’énergie pour peu qu’ils aient le temps de s’adapter ; ce qui fut le cas. L’attaque fut repoussée et ce fut au tour de la jeune femme d’entrer dans la mêlée.

Ses pouvoirs lui auraient permis de tuer tous ses adversaires d’une simple action mais cela était une atrocité qu’elle ne commettrait plus. Les X-Men ne tuaient pas, elle avait eu tellement de sang sur l’âme avant de les rejoindre qu’elle faisait à présent son maximum pour respecter ce souhait malgré qu’il soit grandement désuet à présent. Elle savait doser le mélange de ses capacités physiques et psioniques afin de s’assurer que son adversaire ne se relève pas sans pour autant le tuer sur le coup, portant des coups légèrement moindre que ceux impliquant la rupture net de la structure osseuse ; les humains normaux avaient une résistance de classe 0,57 et Rachel limitait donc ses coups à 500kg.

Usant de sa télékinésie, Rachel se propulsa à l’encontre du chef de groupe et l’heurta du genou à la mâchoire, l’impact amplifié par la vitesse et la capacité mutante promettant une fracture osseuse, avant de déplier sa jambe pour lui asséner un nouveau coup au niveau du buste et le propulser à travers sa suite ; chose qui ne pris qu’une seconde et promis de ralentir une partie des suivants durant plusieurs. A peine le second pied de l’X-Woman toucha-t-il le sol qu’elle se projetait déjà contre l’un de ses adversaires, le saisissant à la gorge pour vriller dans un moment mouvement poursuivre son bowling humain tout en expédiant ses pieds à l’encontre d’un troisième afin de le propulser également ; la deuxième seconde était terminée et l’effet de surprise également, en connaissance des temps de réactions humains, mais les rangs adverses avaient déjà été brisés. La troisième seconde la vit atterrir sur un pied et tournoyer pour accomplir un coup de pied circulaire à l’attention des malchanceux n’ayant pas encore été dégagés, lui permettant de la terminer avec la garde de son art martial personnalisé.

Yeux clos sous sa capuche maintenue en place malgré les acrobaties, la main gauche repliée en semi-poing au niveau de sa tempe et la main droite ouverte avec le bras tendu vers le sol entre elle et ses adversaires, Rachel ne marqua même pas de pause avant de reprendre son enchainement. Le fanatique le plus proche reçu son avant-bras gauche en plein visage alors que la main droite laissait s’échapper une vague télékinétique à destination du torse d’un autre homme et les deux furent renversés tandis que la télékinésiste poursuivait sa course jusqu’à un troisième homme qui eut droit également à un coup de genou dans le buste. Esquivant une attaque méritoire mais perçue la seconde plus tard, l’X-Woman projeta son adversaire plus loin d’un coup du plat de la main dans le dos alors qu’elle générait un nouveau projectile psionique dans une direction différente, atteignant un nouvel homme.

Une dizaine d’hommes ne se relèveraient pas après un combat de moitié moins de secondes, ayant pour la plupart un à deux mois de convalescence afin de se remettre d’une bataille qu’ils avaient souhaitée, et ceux qui le faisaient courraient simplement à similaire sort. Les X-Men étaient une élite mondiale, leur réputation n’était pas volée et seuls les membres des Acolytes ainsi que quelques autres élites de la Confrérie, du Bureau des Affaires Mutantes ou de groupes plus obscurs ou préparés aux combats contre des mutants avaient leurs chances de les égaler voir de les vaincre. Des hommes de main fanatisés ne l’auraient jamais.

L’antipathe, dans son repli, avait pris en chasse une nouvelle cible en espérant sans doute que les autres retiendraient suffisamment de temps Phénix pour pouvoir s’enfuir avec celle-ci. Plus surprenant, le gros balourd faisant office d’alpha s’était relevé malgré sa fracture pour accomplir également cette fuite non avouée. Rachel serait intervenue, surtout considérant que les perturbations nerveuses de l’antipathe avaient atteint Vittorio, mais le pouvoir du jeune mutant se déclencha ; la bulle qui fut émise était très particulière à percevoir par les sens psychiques, conduisant l’X-Woman à froncer les yeux un instant le temps que sa propre surprise fut passée.

Les ouvrant afin de contempler ce qu’elle conceptualisait comme une altération dimensionnelle, l’Echo n’eut pas le temps de s’interroger plus qu’elle s’en devait retourner au conflit. Ses sens et ses reflexes continuant d’officier, elle esquiva un crochet qu’elle n’aurait du percevoir et se saisit du bras et de l’épaule de l’assaillant pour le placer sur la trajectoire d’un de ses homologues, les laissant s’entrechoquer avant de projeter les deux d’une impulsion télékinétique. Se baissant pour éviter un énième coup de poing, elle asséna à son tour un crochet de la paume dans le bas du ventre sans projeter son adversaire afin de l’utiliser, alors qu’il se pliait en deux, comme tremplin pour une roulade lui permettant  d’atteindre un nouveau mafieux d’un direct tout en achevant le précédent d’un coup d’avant-bras au visage.

Alors que le chef relançait l’antipathe pour un ultime assaut contre la bulle chronopathique, la demi-douzaine d’hommes de main restante continua à tenter de s’interposer. Deux furent propulsés par des impacts télékinétiques avant même de l’atteindre puis Rachel se décala pour laisser passer un troisième tout en recevant l’attaque d’un quatrième, originellement destinée à son dos, en plein buste. Son bouclier absorbant parfaitement l’impact, ne la faisant même pas reculer, et son adversaire n’eut même pas le temps de s’en rendre compte qu’il était projeté d’un coup contre le torse alors que, de l’autre main, l’X-Woman se saisissait par télékinésie de celui qu’elle avait esquivé pour s’en servir de projectile contre un tiers.

L’altération temporelle l’isola des deux mafieux les plus importants et le Phénix en termina avec les deux seuls autres encore debout d’un simple geste des mains pour les projeter par télékinésie. Il ne s’était pas passé une minute depuis le début du combat qu’elle en avait déjà terminé. Les statistiques en Salle des Dangers lui donnaient un ratio d’une personne entrainée toutes les trois secondes en moyenne mais c’était là un chiffre excluant ses pouvoirs ; avec eux et contre des adversaires n’ayant pas un entrainement de qualité militaire, les choses étaient tant plus rapides que plus simples.

Ignorant les gémissements et les râles d’hommes brisés mais pas inconscient, Rachel se tourna afin de regarder la fin de la confrontation se faire à l’intérieur de la bulle désynchronisée du temps. L’odeur du sang ne lui parvenait pas encore mais elle percevait par ses sens mutants sa présence crachotée par plusieurs êtres touchés au torse ou au visage ; heureusement, la perception mentale n’étai pas suffisante à activer son endoctrinement de Warhound. Avançant parmi les débris d’armes et de fanatiques, Phénix se rapprocha simplement de la bulle générée par l’étrange garçonnet. Car, même pour elle, la possession d’un bâton télescopique et d’un serpent sur soi – qui avait du autant souffrir au contact de l’antipathe – alors même qu’on était enlevé par des mafiosi était étrange, de quoi reléguer au second plan les capacités temporelles – parfaitement normales elles - et le partage de corps entre deux esprits dont un assurément inhumain.

Une fois qu’il eut porté le coup fatal, d’une façon impressionnante pour son âge, Vittorio libéra du sadisme à l’encontre de l’une de ses proies sans défense, chose dépréciée quelque soit l’âge, puis stoppa ses pouvoirs. Il s’approcha comme si de rien était afin de s’incliner, de se présenter, de la remercier et de s’évanouir.

Rachel regarda la scène un instant avant de pencher la tête sur le côté. Elle n’avait pas besoin de vérifier les constantes de l’adolescent inconscient, elle les percevait grâce à ses sens psychiques, mais bugait sur ce qui venait de se passer.

Okay…

Détournant le regard à la perception de l’atterrissage du X-Jet européen, l’Echo attendit que ses coéquipiers arrivent en constatant combien il était plus difficile de négocier les bâtiments européens que les américains afin de poser un avion. Ignorante des accords passés avec les autorités françaises en matière d’opérations anticriminelles, elle laissa le soin aux deux autres de faire leur affaire afin d’être à peu près sures que la police locale retrouve le paquet cadeau et résuma le reste de la situation. Son idée était assez simple : avec le couvert des deux autres, elle voulait retourner à la péniche jusqu’au réveil de Vittorio afin d’y avoir les explications nécessaires sur toute cette histoire. Si les choses étaient comme elle le pressentait, sans doute faudrait-il mener quelques opérations anti-pègres mais l’équipe européenne n’aurait pas besoin d’elle pour cela. Plusieurs membres de l’équipe devaient pouvoir s’occuper de l’organisation à eux seuls, certaines mutations ou entités les ayant dotés de pouvoirs parmi les plus puissants au monde.

De retour sur la péniche cette fois-ci sécurisée par ses coéquipiers, Rachel déposa le corps inanimé de Vittorio sur son lit avec la même télékinésie qu’elle avait employée pour le porter jusque là. Rabaissant sa capuche afin de dévoiler son visage à la lumière, elle croisa les bras en une position d’attente puis reprit la parole.

Je sais que tu es là. Je perçois ta présence. Montre-toi.

Si l’Echo ignorait la nature exacte de la créature utilisant Vittorio comme hôte, elle la classait dans la catégorie fourre-tout des Entités ; et, considérant les pouvoirs du mutant, il semblait logique qu’elle soit dimensionnelle. Rachel avait rencontrées plus d’entités que la plupart des gens et, sans être une experte dans le domaine, disposait de connaissances et de théories relativement poussées concernant certaines d’entre elles. En premier lieu le Phénix et ses Echos, ce qui lui paraissait normale puisqu’elle l’était, mais également Cyttorak ou le Léviathan. Ses perceptions différentes de l’univers lui permettait de progresser et de comprendre naturellement là où nombre de chercheurs avaient du conceptualiser.

Présente-toi et explique-moi ce qui c’est passé, s’il te plait.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red Rose
Élève à l'Institut Alpha
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 17/01/2016

MessageSujet: Re: Paris ou comment perdre son temps [Echo]   Lun 28 Mar - 15:34

Ouah !

C’était le moins que je puisse dire, lorsque je vis Echo se battre. En moins d’une minute, elle avait mis KO tous les hommes du Demone. C’était super impressionnant, et je ne commençais seulement maintenant à saisir quelle opportunité s’offrait à moi par cette femme et l’Institut Xavier. Au départ, je voyais ce dernier uniquement comme un lieu de transit, comme tous ceux où j’avais vécu toutes ces dernières années. Cela faisait un peu plus de huit ans que j’étais partit et je sentais que maintenant, je pourrais retrouver un foyer, un vrai foyer.

Quoi qu’il en soit, je m’avançais en direction d’Echo après avoir donné un dernier petit coup de bâton sur le crâne d’Ivano. Je me présentais dans les règles puis je tombais dans les pommes, cette fois un peu moins dans les règles, c’est vrai qu’on ne fait généralement pas ça pour une première rencontre.

Quoi qu’il en soit,  j’avais apparemment réussi à surprendre ma sauveuse. Il faut dire que les garçons de douze ans bien élevés comme moi, ça ne courrait pas les rues, et encore moins ceux qui faisaient des courbettes aux dames. Enfin, quoi qu’il en soit, on m’avait soulevé doucement et emmené jusqu’à chez moi dans un drôle d’avion, ce qui m’aurais passablement surpris si j’avais été conscient. Je fus allongé dans un lit, tout en douceur et je pensais pouvoir dormir du sommeil du juste, cependant, ce ne devait pas être l’avis de la femme X-men qui me posa des questions. Enfin, plutôt à Tempo, qui était resté quoi depuis un petit moment déjà, retranché au fond de mon esprit. Mais lorsque la vois de la télépathe entra dans ma tête, l’entité prit toute la place dans ma tête, et soudain, je pouvais percevoir les choses à l’extérieure, mais uniquement comme spectateur. Une douce brume violette s’échappa entoura mon corps, signe que mon entité préférée avait pris le contrôle. Tempo prit la parole pour moi.

Je suis là.

Tempo se tut un instant, puis il prit un ton suave pour s’adresser à ma sauveuse.

On m’a donné beaucoup de noms. Il y a bien longtemps, pour vous,  je fus Chronos, Aîon, Kairos. Je le suis toujours, mais autre part, dans un autre temps. Et chez moi, et aujourd’hui, ici et maintenant, je suis Tempo, entité temporelle. Je ne suis qu’une partie du temps et pourtant je suis un tout à moi tout seul.

Une fois les présentations faites, l’entité se décida à parler, sans doute aussi un peu sous mon impulsion lointaine.

Ce qui s’est passé… je connais bien ce mot la, le passé. Et heureusement pour toi, j’ai la capacité de me souvenir, contrairement à un certain petit Italien.

Je me promis mentalement de l’étriper quand tout cela serait fini.

Nous avons étés attaqués ici même, par les vilains mafieux qui nous ont pris en otage, nous nous sommes réveillés dans le hangar, les méchants sont arrivés, puis vous et là vous connaissez la suite. Mais, je crois que ce qui vous intéresse est plus ancien chez mon maître. Alors, je peux vous révéler certains secrets, simples, mais ce sera à notre petit garçon de décider du reste et du privé.

Il se tut un instant, comme pour réfléchir, puis il commença mon histoire.

Vittorio ici… à moitié présent, est né dans une riche famille Italienne, les Machiavelli, qui possède une grosse société maritime, Aquilus. Le plus important à savoir, c’est que son brave père est un ami de certains gros mafieux. Et le jour des huit ans de mon maître, ses pouvoirs se sont manifestés pour la première fois, alors que nombre de ces mafieux étaient présents. À cause de ce réveille brusque, j’ai moi aussi été réveillé. Et là, ça a été le massacre. Enfin, quoi qu’il en soit, nous sommes aujourd’hui poursuivis chaque jours par les méchants et cela fait huit ans et un mois que nous fuyons maintenant.  Et il y a quelques mois de cela, ses pouvoirs ont étés filmés par une caméra de surveillance, il a donc pris peur que les mafieux le retrouve et qu’il finisse… mal. Je l’ai donc aidé à vous écrire un mail et on attendait votre réponse jusqu’à ce soir. Voilà, je crois que j’ai tout dis.


Le silence revint et la brume disparut. Enfin, Tempo retourna en moi avec une dernière parole :

Vous permettez que l’on puisse roupiller un peu, on a pas l’habitude de combattre jusqu’à trois heures du matin.

Et doucement, je m’endormis.

_________________

Quand le Temps n'a plus prise...
...je deviens Immortel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Paris ou comment perdre son temps [Echo]   Mer 6 Avr - 15:00

Rachel n’avait pas usé de ses pouvoirs télépathiques pour entrer en contact avec l’entité de nature inconnue ; c’était une imprudence qu’elle ne commettait pas. Les esprits humains pouvaient déjà être des choses dangereuses, même pour quelqu’un comme elle, alors ceux de créatures plus évoluées encore étaient un risque qu’elle préférait éviter. Une chose d’autant plus sage que, pour le coup, l’Entité qui se dévoila n’avait véritablement rien d’humain. C’était plus du genre art contemporain : holographique, deux à trois fois plus grand qu’un homme, avec une apparence de montre cyclopéenne, des aiguilles du genre de Cogsworth donnant sur des chiffres romains et des rubans portant des accessoires culturels occidentaux comme le sablier ou la faux. Certaines entités avaient donné naissance à des mythes chez les humains, celle qui lui faisait face semblait plutôt résulter de la culture humaine.

Comme nombre d’êtres anciens, les noms c’étaient démultipliés avec les époques mais Chronos et Kairos parlaient à l’Echo, à l’inverse de ceux d’Aîon et de Tempo. L’origine temporelle et non physique ne l’étonna en rien, pas plus que la manière théâtrale de s’exprimer de la chose. Une chose que l’X-Woman observait et évaluait, bien consciente de combien sa présence compliquait encore l’affaire. Elle prit note de l’énigme lancée par la créature concernant la capacité à se souvenir que Vittorio était déclaré ne pas avoir ; une chose qui fit se fermer le visage de Rachel.

Il n’était guère étonnant de voir une entité être imbue de sa personne et se considérer comme supérieure à l’Humanité toute entière, même si c’était tout aussi déplaisant que pour n’importe quelle autre créature, mais il fallait surtout s’assurer que ladite entité ne soit pas une menace hors cela était plus complexe.

Il était plus étonnant déjà d’entendre le vocabulaire enfantin de Tempo, parlant de vilains et de méchants comme si cela possédait une compréhension limitée du monde dans lequel il évoluait. C’était possible, une entité temporelle ne devait guère comprendre le principe de se déplacer physiquement et d’agir afin de trouver son chemin à travers la multitude des univers possibles. D’ordinaire, c’était au travers des lignes temporelles elles-mêmes que ce déplaçaient ce genre de créatures et seules de très rares s’immisçaient dans les dimensions physiques ; les Voyageurs, les Briseurs de Temps et les Célestes principalement, pour le Multivers auquel ils appartenaient.

Digression mise à part, toute imbue de ça-même que Tempo puisse être, cela agissait avec déférence face à son petit garçon et restait en retrait. Une chose intéressante s’il en était puisque témoin de la relation entre l’entité et son hôte. L’Echo avait pu observer plusieurs de ces relations et, si la sienne était une fusion, la plupart étaient symbiotiques. Restait donc à savoir ce que Tempo retirait de Vittorio ; sa mémoire comme nourriture ?

L’histoire des Machiavelli, dont le nom avait presqu’autant d’originalité que Summers mais inspirait bien d’autres choses, fut écoutée avec une distance critique. L’implication de la Pègre comme vengeance pour un accident ayant eu lieu quelques années auparavant, lorsqu’on connaissait la volonté d’exploitation des capacités mutantes au sein des organisations criminelles, continuait de plaider en défaveur de la compétence des fanatiques rencontrés. Néanmoins, le massacre attestait de la dangerosité des pouvoirs de Vittorio et il n’était pas question de permettre de tels débordements à l’Institution ; il restait à voir si c’était dans un but d’apprentissage que Vittorio pouvait être aidé mais c’était improbable s’il ne possédait aucune mémoire. Peut-être faudrait-il bloquer ses pouvoirs avant de passer plus avant.

Pouvoirs qui avaient été filmés par une caméra de surveillance… assez impressionnant pour des pouvoirs d’altération temporelle. La bulle était visible, Rachel l’avait constaté, mais au-delà de cela quel était le problème ? L’utilisation de capacités mutantes n’était pas malhonnête en soit, c’était l’acte pour lequel elles étaient utilisées qui pouvait l’être et donc devenir problématique. Quand à avoir peur que les mafieux ne retrouvassent Vittorio à cause de la caméra, c’était là encore une bizarrerie. Les mafias n’avaient pas accès aux réseaux de surveillance des villes, le fait de vivre au crochet d’un ami était déjà bien moins discret. D’un autre côté, Vittorio était un enfant et Tempo ne semblait guère plus mature que lui à l’écouter. Restait à espérer que l’humain ne soit pas aussi nombriliste que son entité parce que ceci était déjà impressionnante dans le mauvais sens du terme.

Rachel croisa les bras, contrariée par le comportement princier d’une créature se foutant de sa gueule à demi-mot. Qu’un garçonnet d’une dizaine d’années soit couché tous les soirs à neuf heures, cela était normal même si remettait en question ses chances de survie dans une fugue, mais qu’une entité du temps se serve de celui-ci comme excuse pour clore une conversation sans donner l’occasion à l’autre parti de répondre, c’était franchement désagréable.

Je n’ai pas l’habitude de faire le trajet transatlantique pour être utilisée comme un pion par une entité mineure non-plus.

L’Echo détestait plus que tout être manipulée hors cela ressemblait énormément à une manipulation de la part de Tempo. Elle voulait bien être gentille dans les deux sens du terme mais elle n’était pas stupide et que les X-Men interviennent le même soir que la mafia pour prendre le parti d’un garçonnet psychotant parce qu’il avait été filmé alors qu’il ne se cachait même pas était, à ses yeux, sacrément suspect.

Je parlerais à Vittorio quand il se réveillera, pour l’instant c’est de toi que j’attends des réponses. Et pas uniquement le concernant lui.

Chronos était une créature de chaos, si c’était en effet une part de cela qui lui faisait face, Rachel serait prudente et prête à la confrontation. Les entités temporelles pouvaient être des menaces physiquement limitées mais incroyablement manipulatrice de part leur abord différent du temps. L’Echo elle-même pouvait se déplacer à travers du flux temporel et en retirer une grande connaissance du Multivers mais elle savait ne pas utiliser cette capacité pour retirer des informations sur autrui et comment le manipuler ; rien ne lui indiquait que Tempo aurait ce même comportement. C’était même plutôt le contraire actuellement.

Tu savais à quoi tu t’exposais en contactant l’Institution Charles Xavier, n’est-ce pas ? Tu savais peut-être même qui s’y trouverait et qui viendrait. Comment ?

Peut-être Rachel ne recevrait-elle aucune réponse de la part de l’entité, ça ne la surprendrait nullement d’ailleurs. Néanmoins, elle posait les questions afin de lui donner sa chance à ça aussi.

Aussi, qu’est-ce que tu fais là et qu’est-ce que tu retires de ta relation avec le garçon ? Qu’est-ce que tu veux ?

Vittorio aurait son tour mais il était pour l’heure secondaire. Il avait déjà nombre de points contre lui pour être recruté à l’Institut mais l’Entité était plus problématique qu’un mutant lié à la pègre, quand bien même ledit mutant risquait de ne pas pouvoir répondre aux questions qu’on lui posait car ne s’en souvenant pas. Rachel protégeait l’Institut, que ce soit des gens ou des choses.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red Rose
Élève à l'Institut Alpha
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 17/01/2016

MessageSujet: Re: Paris ou comment perdre son temps [Echo]   Ven 6 Mai - 17:35

Je restais endormi, tout en écoutant la réponse d'Echo à travers mon entité. Apparemment, Tempo lui en faisait déguster et sa voix se faisait déjà moins agréable. Il était certain que moi et mon cher Tempo formions un duo des plus étranges, mais je découvris en plus que lui se montrait désagréable. À moins que ce ne soit moi qui l'influence? En tout les cas, je ne pouvais permettre que ma maman poule temporelle ne commence à ruiner le début d'une relation qui pourrait bien m'aider avec Echo et l'Institut qu'elle représentait. Donc, j'empêchais l'entité de parler à vois haute et me réveillais en baillant. Je m'assis sur le lit, les pieds dans le vide et regardais ma sauveuse droit dans les yeux. Que je baissais vite, voyant tout ce qui brillait de beau et de puissant à l'intérieur.

Bonsoir. Apparemment, Tempo m'a déjà présenté à vous. Vous savez, il ne faut pas faire attention à lui. Ou peut être que si, surveillez-le un peu, bien qu'il ne vous fasse aucun mal en ma présence, il peut parfois se montrer mesquin. Heureusement, il est toujours avec moi, ça devrait aller.

Puis je me penchais en avant et chuchotais doucement, une main d'un côté de la bouche comme un petit enfant avouant un secret terrible:

Au pire, je peux toujours vous donner son point faible. Mais rassurez-vous, s'il se montre aussi euh... bizarre, c'est par ce qu'il est très protecteur envers moi. Quoique, il a peut être de mauvaise intention, mais il ne fera rien de mal tant que je suis vivant.

Je me redressais et me mis de nouveau à regarder ma sauveuse.

Mais assez parlé de lui, je vais un peu parler de moi, pour éviter tout quiproquo. Tempo m'a bien présenté, je suis chassé par la mafia italienne et si j'ai réussi à survivre jusque là, c'est seulement par chance. Mais je pense que j'y serais resté ce soir si vous n'étiez pas arrivée à temps pour me sauver. Merci, d'ailleurs. Donc, j'ai été pris un soir à faire usage de mes pouvoirs et je ne me souviens plus très bien de ce que j'ai fait, mais après, les forces armées sont arrivées, selon Tempo. Et j'ai eu peur et donc on vous a appelé au secours. Je crois que j'ai tout expliqué.

Je ne savais pas si cela suffirais, mais je comptais faire de mon mieux. Bien que je ne le montrais pas, j'en avais plus qu'assez de partir en cavale depuis euh... pas mal d'année, et je me sentais seul, malgré Tempo. Et je comprenais encore très mal mes pouvoirs, même si j'apprenais doucement à les maîtriser. Mais j'avais besoin d'aide, c'était indéniable.

_________________

Quand le Temps n'a plus prise...
...je deviens Immortel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Paris ou comment perdre son temps [Echo]   Dim 15 Mai - 13:07

Rachel prit une inspiration sèche en voyant le garçonnet se réveiller. La situation ressemblait de plus en plus à une machination puisque, alors même que l’Entité avait usée du sommeil de son hôte pour clore la conversation, celui-ci revenait à lui afin de prendre le relais. L’X-Woman avait donnée une chance à la créature temporelle et celle-ci l’avait rejetée, compliquant de beaucoup l’affaire ; qu’avait à cacher Tempo pour préférer le silence alors qu’on lui offrait une chance de se montrer honnête ? C’était surement moins pire que s’il avait menti, indiscutablement, mais l’absence de réponse laissait supposer plus de possibles qu’un mensonge. Rien que la conscience du risque de la détection du mensonge pouvait conduire à une dangerosité importante mais la jeune femme tâchait de ne pas trop s’inquiéter. Enfermer une Entité pour limiter son influence restait possible, même si risqué.

L’Echo était inquiète et cela fit se détourner le regard de Vittorio, la ramenant aux considérations du troisième parti de cette discussion. Car, de son point de vue, l’Entité et l’Humain étaient deux partis à part qui seraient traités séparément ; on avait longtemps fait cette distinction avec des parties d’elle-même mais, considérant que ces parties n’avaient pas de personnalités séparées aujourd’hui, il n’y avait pas à craindre les objectifs de l’un ou de l’autre.

Ne pas faire attention à Tempo, voici qui fit se raidir l’X-Woman et se corriger le garçon. L’Entité était donc mesquine ; la possibilité que ça ait manipulé toutes les personnes impliquées ce soir était donc plus qu’importante, une chose que Rachel n’appréciait vraiment pas. Tant à un niveau personnel que vis-à-vis de l’Institut. Ça ne serait pas la première fois que des êtres chercheraient à s’y introduire pour des buts néfastes.

Il était difficile à dire si Vittorio cherchait à plaider la cause de son Entité ou à l’enfoncer mais cette incohérence montrait tout à la fois la sincérité du garçonnet que la limitation de ses connaissances concernant ce qui c’était lié à lui ; une chose normale, l’Echo continuant de théoriser et chercher des réponses quand à sa propre nature après une demi-douzaine d’années. Digression mise à part, donner la faiblesse d’autrui était une nécessité que l’X-Woman avait rencontrée durant sa passation pour rejoindre l’organisation : si les X-Men ne prônaient pas le « trop dangereux pour laisser vivre », ils avaient besoin du moyen de la tuer définitivement si jamais elle devenait hors de contrôle et Rachel comprenait parfaitement cela. Il était impossible d’accorder cette même confiance que l’on pouvait avoir envers les êtres humains pour les entités et elle appartenait aux deux échelles d’existence, même si elle aurait aimée qu’on privilégie l’humaine.

C’était ce que parti faire le garçonnet en se redressant de sa petite taille, manifestant une conscience de la discussion précédente dans laquelle il n’était pourtant pas impliqué. L’Entité lui avait-elle dit ou bien partageaient-ils un état de conscience ? Cela expliquerait la demande de sommeil mais impliquerait un lien psychique extrêmement fort, la plupart des Entités rencontrées pouvant communiquer avec leur hôte sans partager leur esprit. D’un autre côté, l’Echo du Phénix s’étant dissout dans l’esprit de Rachel après des années de cohabitation, un tel lien n’aurait pas du surprendre l’X-Woman.

Raccrochant au discourt de Vittorio, que les flux et les reflux de ses pensées avaient une fois de plus écartée du rivage, Rachel considéra les remerciements avec un petit sourire mais le perdit bien vite à l’absence de souvenir. D’ordinaire, s’eut été un signe de normalité que de ne pas conserver avec grande précision tous ses souvenirs mais l’Entité avait semé le doute sur cela avant même que le garçonnet ne l’évoque. Quand à l’intervention des forces armées, voici qui la reconduisit à se fermer ; s’agissait-il des fanatiques ou de véritables forces armées ?

L’Echo marqua une pause afin de réfléchir et d’organiser les flots de sa psyché pour pouvoir répondre au mieux, se radoucissant à mesure que les secondes s’écoulaient.

Y’a pas de souci pour l’aide, juste… les forces armées tu parles bien des criminels ?

Précision facile et liée aux questionnements les plus récents de sa pensée mais qu’elle posait tout de même histoire d’éliminer le doute concernant ce point-ci.

Tempo m’a racontée ton histoire. J’ai l’impression qu’il a manigancé tout cela et j’ignore encore pourquoi mais on reparlera de lui plus tard, d’accord ?

Nouvelle pause, tant pour attendre une simple réponse de Vittorio que parce que c’était ainsi que Rachel s’exprimait.

Sinon, il parait que tu as des problèmes de mémoire. Avant que je te pose trop de question, est-ce que tu pourrais m’expliquer ?

Il était difficile de faire quoi que ce soit de constructif avec une personne atteinte d’Alzheimer et l’Echo préférait en comprendre un peu plus avant d’aller plus loin. Malgré la perte de conscience, Vittorio semblait toujours se souvenir de ce qui c’était passé même lors de son enlèvement, ayant probablement eu lieu plusieurs heures avant le temps qu’il revienne à la conscience.

Entreprenant de l’écouter, Rachel se rapprocha du lit avant d’interroger de la main si elle pouvait s’y assoir et, le cas échéant, d’inviter Vittorio à s’installer aussi. Elle préférait cela à un face à face comme elle pourrait faire avec l’Entité et, une fois encore, allait à la simplicité en demandant franchement.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red Rose
Élève à l'Institut Alpha
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 17/01/2016

MessageSujet: Re: Paris ou comment perdre son temps [Echo]   Jeu 19 Mai - 14:48

Machination ou pas, au vu de la figure fermé de l'X-Woman, la discussion commençait bien mal, problèmes sans doutes dû au comportement plus que désagréable de l'entité temporelle. Mais il fallait laisser de côté Tempo pour se centrer sur moi. Je notais quand même dans un coin de ma tête qu'il faudrait que j'ai une petite discussion avec lui. Mais pour le moment, je me rassis sur le lit et invitait ma sauveuse à en faire de même. Avant toutes chose, il nous fallait éclaircir certains points, et même en restant un petit garçon de douze ans, je restait tranquille, sans m'inquiéter de cette situation peu banale.

Pour en revenir à l'appel au secours que je vous ai lancé, c'est en effet par ce que j'ai été obligé de fuir une fois. Je n'étais plus sur les lieux lorsque ces forces armées sont arrivées, je ne pourrais donc pas dire s'il s'agissait des for es de l'ordre ou d'un groupe criminel. Ce que je sais en revanche, c'est qu'à cause de cet incident, ceux qui voulaient ma mort ont retrouvé ma trace. Je n'ai pas été assez prudent et cela aurais pu me coûter la vie, que je vous dois d'ailleurs.

Cette fois, mon côté jeune adulte de seize ans prédominait et je ne parlais plus du tout comme un petit gamin au porte de l'adolescence. Mais mon pendant plus jeune revint rapidement lorsque Echo porta son accusation contre mon entité.

Tempo n'aurait jamais fait ça, j'en suis sûr! Bien entendu, il aurait tout à fait pu manipuler de simples humains, cependant il ne m'aurait jamais mis en danger volontairement, et puis je le vois difficilement berner les X-men. Il est peut être très ancien, il a peut être fait des choses ignobles, mais je sais que ce n'est pas le cas aujourd'hui, tant qu'il sera avec moi. Je peux lire en lui aussi facilement qu'il lit en moi et je vous garanti qu'il est pour le moment du bon côté.

Je me rendis compte que je m'étais un peu emporté et je repris alors contenance.

Excusez-moi. Vous avez raison, il vaut mieux le laisser de côté pour le moment, il continue à me faire tourner en bourrique même absent.

Je pris un air plus grave, comme pour annoncer une nouvelle importante.

J'ai un problème, et de taille, concernant en effet ma mémoire. J'ai acquerri mes dons temporel à l'âge de huit ans. Quatre ans plus tard, à douze ans, j'ai subis une mutation. Le temps n'a plus d'effet sur moi, me rendant donc immortel, ou rallongeant de beaucoup mon espérance de vie. Résultat, ma mémoire d'avant la mutation est parfaite, je me souviens de tout à la perfection, mais après... c'est tout le contraire. Je garde des souvenirs normaux pendant environ un mois, puis après il s'effacent peu à peu jusqu'à totalement disparaître au bout de trois mois. Tempo fait office de pense-bête, mais ce n'est pas facile. Il n'y a qu'une chose qui ne soit pas altérer par la mutation, c'est mes pouvoirs eux-mêmes. Ce n'est peut être pas facile à comprendre, mais ce qu'il faut retenir c'est que c'est plutôt compliqué.

Je me tu enfin, laissant le silence planer quelques instants dans la petite chambre. Mon père m'avait sans doute passer sa passion des longs discours. J'espérais ne pas avoir assommer ma sauveuse avec mon interminable flot de paroles."

Maintenant, je pense qu'il faudrait faire les présentations correctement. Je suis Vittorio Machiavelli, seize ans, fils d'un magnat maritime italien, présumé mort, et mutant temporel. Et vous, parmi tout les X-mens, qui êtes vous

J’espérais finir la discussion le plus rapidement possible, pour que je puisse retourner dans les bras de Morphée.

_________________

Quand le Temps n'a plus prise...
...je deviens Immortel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Paris ou comment perdre son temps [Echo]   Mar 24 Mai - 14:54

Le manque de prudence avait été constaté bien avant qu’il soit reconnu par Vittorio, même si cette conscience était une preuve de son étonnante maturité, et la gratitude du jeune garçon commençait à gêner Rachel. Elle ne percevait pas le sauvetage d’une vie comme générant une dette quelconque et appréhendait que ce soit le cas de son vis-à-vis. Sauver une vie ou la détruire n’était que l’affaire de quelques instants et impactait au travers du temps par ses conséquences mais il y en avait suffisamment de naturelles pour y rajouter une conception culturelle comme l’honneur. La jeune femme avait sauvés de nombreux de ses proches de nombreuses fois et tous y avaient vu quelque chose de parfaitement normal et, même si desdits proches pouvaient réclamer la reconnaissance envers ceux qu’ils aidaient ou encore ressentir de la rancœur envers ceux qui ne les avaient pas aidé, elle était en paix avec ses actions.

Assise sur le lit et tournée vers son interlocuteur pour le regarder en l’écoutant, l’Echo restait silencieuse à considérer ses paroles. La défense de l’Entité se fit plus importante dans le discourt de l’enfant dont la maturité disparue tant du ton que des paroles. Les X-Men étaient humains et manipulables comme tels, même s’ils étaient plus préparés à cela que la plupart des gens ; il n’aurait pas été inédit que de les voir pris dans des machinations de créatures se conceptualisant supérieures, ce qu’était assurément Tempo. Un Tempo décrit comme antique et ayant accomplies des horreurs mais visiblement influencé positivement, ou contenu, par son hôte actuel. L’Echo savait parfaitement ce que c’était que de commettre des horreurs mais sa volonté de changer l’avait conduite à cette forme de rédemption inespérée qu’elle connaissait à travers les X-Men, ne cherchant pas à se racheter mais à équilibrer ses actions en étant en accord avec sa nature. Cependant, rien ne lui assurait que Tempo soit dans cette même mouvance même si Vittorio semblait jouer à égalité avec ça ; une égalité qui laissait l’X-Woman réflexive. A l’époque où elle-même était scindée en deux, l’Echo du Phénix avait clairement une influence supérieure à Rachel dans leur rapport de force même s’il ne l’utilisait nullement. Tempo manipulait-il Vittorio pour l’avoir à sa cause, chose plus que facile si le garçonnet n’avait pas de mémoire, ou était-il d’une faiblesse ou d’une bonne foi réelle à vouloir tout partager avec son hôte ?

Rachel devrait en discuter avec lui lorsque son tour reviendrait, préférant faire cela en égal et non par l’intermédiaire d’une personne à qui cela pouvait nuire. Tempo aurait à prendre ses responsabilités tout autant que Vittorio s’il voulait que tous les deux soient acceptés à l’Institution Xavier. Et la possibilité de double-jeu n’était véritablement pas réjouissante, surtout de la part d’un tel être. Qu’un enfant tente de se montrer manipulateur n’étonnait en rien et ne pouvait aboutir à rien de grave en général, même au sein de l’Institut, mais qu’une Entité le fasse était bien plus problématique. Enfin, il aurait été plus rapide de concéder que les Entités étaient quasiment toujours problématiques dans leurs objectifs et leurs méthodes, l’Echo n’échappant pas à la règle.

Les excuses et la tentative de reprendre son calme de Vittorio amusèrent légèrement l’X-Woman, qui appréciait la particularité enfantine de se lancer et de s’excuser pour rien, mais il n’était pas question d’avoir raison ou tord ; seulement de faire les choses. Le garçonnet semblait avoir passé un long moment seul et chercher avidement une attention que son Entité lui gâchait mais il ne pouvait pas non plus s’abstenir de défendre ceci puisque c’était le seul proche qu’il avait depuis un certain temps. Depuis toujours même s’il était amnésique.

L’Echo écouta sobrement l’évolution de la mutation chronopathique du jeune adolescent dont les capacités lui offraient une jeunesse éternelle, soit une forme d’immortalité en effet, mais le privant de la capacité de conserver durablement sa mémoire. Avec un mois de mémoire, il n’était jamais réellement perdu dans ce qu’il faisait mais ne pouvait réellement savoir comment il en était arrivé à le faire. Un défaut important de la mutation, en somme, compensé par une Entité dont la fiabilité était à définir. Ils en revenaient toujours à Tempo et, malgré le besoin d’attention, Vittorio passait donc une nouvelle fois en second ; Rachel en grimaça. Au moins avait-elle compris, n’étant peut-être pas des plus intelligentes mais ayant une approche des réalités et des univers bien plus éveillée que la plupart des gens.

La jeune femme laissa le silence, sachant qu’il ne fallait pas interrompre les élans de paroles ainsi afin de ne pas les briser. Elle était habituée aux gens bavards, avoir côtoyées Amy et Caitlyn dont les monologues pouvaient durer des minutes entières, et cela compensait sa propre habitude à ne pas beaucoup parler. La conclusion de son interlocuteur vint et l’idée d’une présentation en bonne et due forme la fit sourire. Si beaucoup d’X-Men refusaient de dévoiler leur identité durant leurs missions, notamment lors d’interaction avec d’autres factions, Rachel l’avait balancée aux télévisions du monde entier.

Mon nom de code est Phénix, leader de la X-Team de New York. Sinon mon identité civile est Dame Rachel Anne Summers DCVO, l’Echo du Phénix.

Une pause fut marquée au moment de donner son âge car l’X-Woman se perdait un peu avec cette considération, les voyages temporels et les différences réalitaires ayant posés nombre de décalage entre ce qu’elle devrait avoir et ce qu’elle avait.

Je dois avoir vingt-cinq ou vingt-six ans, je sais plus… et je suis la fille de deux X-Men américains même si je suis britannique honorifique.

D’où les particules à son identité d’ailleurs. Bien que son identité ait été tenue secrète du grand publique à l’époque, Rachel avait participée à la confrontation entre mutants à Londres en début d’année 2014 et terminée capturée par les autorités britanniques qui avaient choisie de la récompenser pour le service rendu plutôt que de l’enfermer moyennant l’assurance de sa collaboration au besoin. Cela avait contribué à la motiver à se dévoiler au monde entier durant la même année, laissant le soin aux gens de faire le lien entre cette Phénix des X-Men et sa toute première apparition au-dessus de New York City en 2012 sous la forme d’un véritable Phénix.

Niveau capacités… je suis une mutante psychokinésiste, télépathe et chronopathe ainsi qu’une entité liée à l’énergie vitale et au cycle de vie et de mort. Je suis classée Oméga.

Rachel était le fruit de l’union de deux lignées mutantes importantes, disposant des capacités psioniques et psychiques des Grey ainsi que de la capacité à générer de l’énergie de manière constante et infinie des Summers, et avait hérité d’un lien avec la Force Phénix, étant un écho de l’incarnation qu’avait été sa mère, en plus de posséder sa propre mutation temporelle. Cela faisait d’elle une créature capable de manipuler la matière et l’énergie, la vie et la mort, l’espace et le temps… en théorie. En pratique, même si elle avait acquise une grande maitrise des ses pouvoirs, la jeune femme se retrouvait confrontée à l’incapacité de l’esprit humain à concevoir l’infini et savait pertinemment ne pouvoir réaliser pleinement son potentiel. Elle ne le voulait pas d’ailleurs car, même si elle voulait être capable de participer aux X-Men et à l’Institut au mieux et se devait d’appartenir aux mutants d’élite, elle tenait à conserver une expérience de l’existence à échelle humaine. Sa mutation et son héritage la rendait peut-être extrêmement différente mais cela ne devait pas changer son approche de sa propre vie.

M’enfin je le vit bien, juste que les gens ont tendance à me voir comme ils veulent me voir plutôt qu’à chercher à me voir comme je suis, du coup.

L’Echo se passa une main sur la nuque avec un sourire pincé, sachant qu’il ne fallait de toute façon pas sa classification pour que les gens juges sans connaitre et appréciant ceux qui faisaient l’effort de voir plus loin.

Laissant à son tour un silence assez long, Rachel ramena sa main à sa cuisse et en croisa les doigts avec l’autre, perdant son regard dans le vide afin de penser. Elle savait avoir une question à poser mais ne savait plus laquelle c’était et ne savait donc que dire pour le coup. Mais elle poursuivrait sa discussion avec Vittorio pour l’heure, Tempo ayant été relégué à plus tard ; c’était assez piège en un sens que de commencer par le plus facile puisque son propre choix n’en serait que plus dur après mais l’X-Woman s’en sortirait. Elle ne s’inquiétait pas là-dessus et resterait sincère dans sa démarche.

Peut-être que tu ne veux pas en parler ou ne t’en souviens plus mais j’aimerai en savoir plus sur ton « présumé décédé » et sur tes relations avec ton père et sa mafia.

Le présumé décédé et la poursuite par une organisation criminelle allaient poser des problèmes au même titre que l’Entité afin d’intégrer Vittorio à l’Institut et, si elle n’avait pas la moindre idée des démarches administratives qu’il faudrait suivre, Rachel était curieuse de s’avoir s’il faudrait s’impliquer d’avantage dans une confrontation mafieuse afin de se débrouiller au mieux légalement parlant.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red Rose
Élève à l'Institut Alpha
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 17/01/2016

MessageSujet: Re: Paris ou comment perdre son temps [Echo]   Dim 12 Juin - 18:10

Le cursus de Rachel, puisque tel était le nom de ma sauveuse, était impressionnant pour son jeune âge. Elle semblait avoir des pouvoirs suffisamment puissant pour mettre à terre une bonne armée, cependant ça ne semblait pas l'enchanter plus que cela. Mais ce que je voyais en elle avant une X-men surpuissante, c'était une femme forte et sympathique, et puis aussi fort agréable. J'avais envie d'en apprendre plus sur elle, mais pour le moment c'était toujours à moi de passer à l'interrogatoire.

Autant commencer par le début. Mon père, Ignazio, à grandi dans un cercle d'amis restreints, des enfants de riches magnats pour la plupart impliqué dans les affaires de la mafia.Feu mon grand-père était alors un des plus puissants dirigeants mafieux du sud de l'Italie, il a commis des crimes atroces, à tel point que mon père a toujours refusé de m'en parler. Mais je savais qu'ils étaient très fortement en désaccord, et que mon grand-père est mort prématurément, alors que son fils avait seulement dix-sept ans, une coïncidence qui était déjà arrivé par le passé, puisque mon grand père et son père avant lui avaient tous les deux perdus leur père à dix-sept ans. Mais bref, mon père reprend l'entreprise et décide de s'éloigner de la mafia, même s'il gardait un certain contact avec ses amis. Il m'a donc élevé au fur et à mesure en m'éloignant du monde mafieux avec lequel il était de plus en plus en désaccord. Il m'avait dit qu'il regrettait le bon vieux temps, que ses amis devenaient de plus en plus mauvais, manipulateurs. Il a donc décidé de me faire prendre des cours particulier à la maison, il m'a appris la stratégie, l'économie que je ne comprends toujours pas, bref, de quoi faire un habile chef d'entreprise. Le seul contact que j'avais encore avec le milieu mafieux, c'était avec André Proust, un français qui s'occupait de la Corse et qui était aussi le meilleur ami de mon père.

C'était un assez bon résumé, maintenant il y avait sans doutes certains détails que j'avais omis.

Et donc, lors de l'Accident en 2008, le 29 Février, j'ai tué certaines têtes de la mafia, ce qui me vaux aujourd'hui le plaisir d'être poursuivi par ceux qui ont découvert que je suis encore en vie. Par ce que mon père m'a envoyé à Genève, où j'étais en sécurité. J'ai eu droit à un enterrement, sur les papiers mon père se trouve sans héritiers pour sa fortune, cependant, à sa mort, tout l'argent qui ne sera par récupérer par l'entreprise, ce qui représente quand même quarante millions, partira sur un compte off-shore que je ne pourrais ouvrir qu'à l'âge de vingt ans. Donc je suis son seul héritier et je sais déjà ce que je ferais avec l'argent qui me reviendras. Mais donc officiellement, cet argent sera légué à un certain Alexandro Machiavelli, un cousin fictif que j'étais sensé remplir lorsque les choses se seraient tassées. Mais au vu de mon apparence, ce sera difficile. Mais je suis sûr que d'un point de vu légal, je pourrais remplir un peu plus tôt le nom d'Alexandro. Les papiers sont déjà créés, il ne manque qu'un tuteur légal et un lieu de séjour pour faire vivre mon "cousin". Parce que j'imagine que j'aurais besoin d'être légalement reconnu pour pouvoir venir chez vous. Et puis je commence sérieusement à en avoir assez de vivre illégalement, c'est plus difficile qu'il n'y paraît, surtout à douze ans.

J'espérais ne pas avoir noyé Rachel sous mon flot de paroles, mais je pense que j'arriverais difficilement à changé cette drôle d'habitude.

J'espère que tu as tout suivi, mais donc si cela peu marcher pour vous, j'en serais plus qu'heureux.

Il était quatre heures du matin, je pouvais donc faire une croix sur l'objectif dormir, il restait sans doute beaucoup à faire avant de partir.

_________________

Quand le Temps n'a plus prise...
...je deviens Immortel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Paris ou comment perdre son temps [Echo]   Sam 18 Juin - 13:49

Vittorio obtempéra sans problème à la demande d’explication, présentant son père et les relations mafieuses de celui-ci. Le crime organisé n’était pas un milieu familier à l’Echo, néanmoins elle comprenait le problème d’héritage impliqué par cela. La nouvelle occurrence des crimes atroces la fit grimacer, la jeune femme se demandant s’il s’agissait réellement d’une recherche de cruauté ou le point de vue du jeune garçon jugeait rapidement une chose comme atroce. Elle ne préférait pas le savoir, non par crainte mais parce qu’aucune des réponses ne l’épargnerait elle. La mort prématurée dans le milieu mafieux laissa penser à un parricide, renforçant la légitimité de l’atroce du sentiment de l’Echo, qui s’ajouta à une « coïncidence familiale » faisant grimacer. Prendre le pouvoir par la violence était classique au sein des pègres, comme dans n’importe quelle forme de coup d’état d’ailleurs, et une unique X-Woman avait déjà prouvée ses capacités à renverser à elle-seule une organisation mafieuse pour y placer un « allié » ; elle avait tâché de rester X-Woman ce faisant, refusant que le parti qu’elle avait pris ne conduise à la mort délibérée de membres de l’autre parti. Le soupir de la jeune femme fut lourd et elle se concentra à nouveau sur les paroles de l’adolescent.

Prendre sa retraite de la mafia signifiait céder son pouvoir à un autre, l’une des rares occasions où la transition se faisait au mieux, mais Rachel comprenait qu’on ne puisse définitivement couper tout liens avec le milieu. C’était comme les X-Men dans bien des aspects, même ceux quittant l’organisation ou s’offrant une retraite restaient liés avec leurs anciens coéquipiers, la notion de famille étant importante. Juste que les X-Men se battaient pour une cause commune, étant plus proche de la société occulte que de l’organisation mafieuse. Mais les désaccords conduisaient tout de même à des scissions, c’était normal et humain de s’opposer sans quoi l’acceptation n’aurait demandée aucun effort. Un avantage des mafieux au niveau de la manipulation est que le milieu ne semblait pas avoir d’hypocrisie sur cela, contrairement au peu de politique que la jeune femme avait pu côtoyer. Mais tout éloigné qu’ait pu tenté d’être Ignazio, les apprentissages de la stratégie et de l’économie afin de faire de son fils un « habile chef d’entreprise » ressemblaient énormément à la formation d’un héritier mafieux. Le mensonge étant ce qu’il était, Vittorio était probablement ignorant de la majeure partie de l’histoire. Croisant les bras et baissant la tête, l’X-Woman su qu’elle avait déjà deux noms pour lancer l’enquête des X-Men si cela s’avérait nécessaire : André Proust et Ignazio Machiavelli. Peut-être le second était-il assez important pour avoir une carte du Club des Damnés mais cette marque d’influence ne le rendrait que plus à portée des X-Men ; avec le pouvoir venait l’exposition et il n’était rien de plus facile à détruire qu’un être puissant.

Vittorio avait tué un certain nombre de puissants de la mafia liée à son père lors de l’émergence de ses capacités mutantes, une chose que Tempo avait déjà mentionnée ; mais là où Vittorio se plaçait comme responsable, Tempo avait été bien plus vague. Les yeux de l’Echo se dirigèrent vers le garçon, le fixant intensément alors que ses paupières ce plissaient. Le montage financier n’intéressait par l’X-Woman, bien plus alertée par la différence de version entre les deux témoignages qui lui avaient été fait. Elle n’était pas une enquêtrice mais elle n’était pas démunie non plus et, à moins que Vittorio n’ait volontairement tués les mafieux alors qu’il altérait les dimensions temporelles, les capacités du Chronopathe ne semblaient pas apte à mettre fin à des vies humaines. Celles de l’Entité en revanche restaient inconnues mais l’évocation de ses atrocités laissait supposer leur létalité. Les bras de la jeune femme, déjà croisés, se resserrèrent un peu plus. L’opportunité de revivre était déjà prévue pour Vittorio mais le garçon marquant une nouvelle bizarrerie dans son discourt : il avait à présent douze ans, ce qu’il faisait physiquement, alors qu’il c’était présenté comme en ayant seize mais ne vieillissant plus.

J’ai tout suivi. J’ai une amie qui est d’origine italienne donc l’accent me gène pas, ça reste compréhensible même avec.

Les anglais accentués d’italiens ou de français avaient fini par lui être aussi familier que l’anglais britannique, elle qui était assurément américaine malgré sa nation d’adoption. Cela étant, Rachel décroisa ses bras pour s’appuyer sur ses cuisses et se relever, entreprenant de faire quelques pas dans la pièce.

Je n’y connais pas grand-chose en paradis fiscaux mais ça devrait être faisable de te faire passer sous l’identité d’Alexandro. Après faut voir quelle est sa nationalité et son origine.

La gestion des faux-papiers ne se ferait pas avec elle, l’Echo finissant arrêtée par les flics à chaque contrôle de son identité considérant que sa carte était véritable et indiquait donc sa véritable date de naissance ; elle avait donc officiellement neuf ans. Il aurait été con de faire une fausse carte pour cela tellement il était manifeste qu’elle se ferait griller à chaque contrôle mais ce n’était pas une excuse, un appel au Bureau des Affaires Mutantes ou à l’ambassade britannique afin de confirmer les données.

Je comprends aussi ton envie de revenir à la normalité, je ferais ce qui est en mon possible pour t’y aider. J’aimerai cependant que tu me parles de l’Accident.

Les Emergences se passaient rarement de façon simple et sans problème, une minorité de mutants avaient cette chance mais la majorité partait avec un apriori plus ou moins négatif, et celle de Vittorio avait été extrême. En parler serait peut-être désagréable mais Rachel cherchait à comprendre ce qui c’était passé. Il était possible que le garçon ne le sache pas lui-même mais il y avait quelqu’un qui savait, forcément, et l’absence de coopération ne gênerait en rien l’X-Woman. Observer le temps était plus aisé vers l’origine de la réalité, considérant qu’on remontait les embranchements, que vers son développement, considérant les multiples embranchements possibles. Pour Rachel, la simultanéité du temps était quelque chose de concret et elle savait le rendre percevoir. Si elle pouvait éviter d’avoir à le faire, elle était cependant preneuse.

J’aurai aussi une question sur ce que tu aimeras faire de ton futur. Tu seras enfant toute ta vie, sauf peut-être si tu parviens à maitriser ta phase avec la dimension temporelle, et l’oubliera au fur et à mesure, sauf si l’on parvient à te faire réapprendre la mémoire…

S’en revenant à Vittorio, l’Echo se plaça face à lui et s’accroupi pour être à son niveau, son long manteau couvrant le sol autour d’elle. Regardant le jeune garçon dans les yeux, elle se permit un petit sourire en haussant les épaules.

Mais malgré ça, qu’est-ce que tu espères faire plus tard ?

Une fois encore, Vittorio était peut-être un peu jeune pour se poser de telles questions mais il n’y avait pas de bonne réponse, juste savoir s’il y avait une réponse ou de l’ignorance. Cependant, il y avait forcément des réponses plus lesquelles l’Institut serait plus adéquate que d’autres.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Red Rose
Élève à l'Institut Alpha
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 17/01/2016

MessageSujet: Re: Paris ou comment perdre son temps [Echo]   Jeu 23 Juin - 9:52

La mention de l'accident par Rachel me fit effectivement grimacer. Je savais que j'avais déjà supprimé d'autre vies, mais ce drame avait été le pire de tous. Tout les souvenir y étant lié me faisait souffrir.

Ce malheureux accident est arrivé chez moi. Pour fêter mon anniversaire, mon père avait organisé une fête dans notre villa aux îles éoliennes. Enfin, il s'agissait plutôt d'une réception pour ses amis. Je connaissais vaguement quelques têtes, mais je savais que les adultes présents étaient des gens de la pègre.

Je fixais alors Echo dans les yeux, trouver un point d'ancrage pour ne pas me perdre dans mes souvenirs.

Cela c'est activé comme un processus d'auto-défense. L'associé de mon père, Llivio, m'est tombé dessus, sans doute un peu trop saoul. Je n'ai même pas eu le temps de réagir que mon pouvoir à... explosé. Je pense que c'est le meilleur terme. Il est sortit de moi et est partit dans tous les sens. Le corps en chute sur moi s'est arrêté, comme toutes les personnes qui avaient étés touché par mes éclats de pouvoir. Paniqués, les personnes qui avaient assisté à la scène ont tentées de s'enfuir en courant. Je me suis presque fait piétiné par cette foule paniquée. Et c'est là, sans doute, que Tempo s'est réveillé. Je l'ai vu apparaître au-dessus de moi, et en un instant, son pouvoir a frappé. En tout juste une seconde, la cinquantaine de convives ont vu leur vie accélérer, jusqu'à ce qu'ils deviennent tous des tas de poussière. C'était horrible, mais je n'en veux pas à Tempo. Je sais qu'il l'a fait pour me protéger. Et je sais aussi qu'il est aujourd'hui incapable de tuer autant de monde. Je ne tiens pas à redevenir cette bombe vivante.

Les souvenirs commençaient à ré affluer. Je revoyais l'horrible spectacle se dérouler sous mes yeux. Une larme coula de mon œil droit. Je me repris et continuait mon récit, la voix légèrement tremblante.

Le choc à été si fort que je suis tombé dans le coma durant trois jours. Et puis ça a aussi abîmé mon œil gauche. Je ne peux plus pleurer avec, et je ne vois plus que par le droit. Ça à été difficile les premiers jours, me je m'y suis fait.

Je marquais une courte pause puis reprit le cours de mon récit.

Je me suis réveillé dans notre séjour, à Genève. Mon père m'avait tout expliqué. Et depuis, je me débrouille comme je peux.

J'essuyais la larme qui avait coulé, avant de me replonger dans l'interrogatoire. La question concernant mon futur m’intrigua particulièrement. Je n'étais pas tout à fait sur de la comprendre.

Quand tu demande ce que je souhaite faire plus tard, tu parle d'un métier ou d'une fonction, ou alors de ma vie au sens large? Parce que, pour la première option, c'est tout bête, je souhaiterais rejoindre votre école, et puis, pourquoi pas, devenir un X-men, même si cela demandera du temps. Quant à la deuxième, je souhaite simplement entrer dans une famille, aimante et compréhensive. J'aime mon père mais je sais que je ne pourrais pas être son fils, et que lui n'a jamais vraiment su être un père. Je ne tiens absolument pas à récupérer l'entreprise familiale. Et puis, avoir une apparence d'enfant ne me dérange pas, outre mesure. Je suis sûr qu'il existe des mutants avec un aspect bien plus étrange que le mien. Je suis perdu depuis trop longtemps, sur une barque, flottant à la dérive. Je souhaite un foyer qui m'accepte comme je suis, et de ce que j'ai entendu et dont je me souviens, vous pourriez être mon foyer. Et puis je veux aussi apprendre à maîtriser mes pouvoirs pour aider.

C'était à peu prêt tout. Je tenais vraiment à quitté l'Europe, un territoire où j'étais constamment obligé de me cacher, sans quoi je risquais ma vie. J'étais recherché partout où j'allais, je vivais seul. J'avais besoin de changer d'air.

_________________

Quand le Temps n'a plus prise...
...je deviens Immortel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Paris ou comment perdre son temps [Echo]   Dim 26 Juin - 16:38

L’Echo n’était pas douée en géographie, même si elle savait globalement localiser les principaux états, et les îles éoliennes ne lui parlaient pas. Cependant la réception lui semblait plus une réunion mafieuse qu’un véritable anniversaire, introduisant déjà Vittorio au milieu et aux autres héritiers des autres familles participantes de l’organisation.  Elle soutint sans difficulté le regard de l’adolescent, récoltant le témoignage qu’elle avait demandé. Le Llivio avait une consonance espagnole plus qu’italienne et visiblement une descente irlandaise et une corpulence importante, déclenchant un accident bête par simple réflexe. Les lèvres de la jeune femme se plissèrent à l’idée que tout cela n’était qu’une conséquence d’un fait aussi insignifiant ; combien de vies brisées pour « ça » ?

L’explosion du pouvoir, considérant la bulle créée autour de Vittorio, ce n’était pas une sensation qui détonnait avec ce que Rachel avait pu observer précédemment. Les éclats la laissaient plus incompréhensive par contre, comme si plutôt que de générer la bulle précédemment citée il c’était s’agit de fragments.  Stopper la superposition d’une dimension temporelle au travers de dimensions physique par une zone d’altération, c’était une chose que la jeune femme concevait d’autant plus aisément qu’elle l’avait observée, mais des « fragments de non-temps » la bloquaient quand à l’absence de différence matérielle entre des atomes d’objets inanimés et des atomes de personnes, le temps affectant indistinctement toute chose à l’exception de la gravité. Ce détail passé, l’histoire en restait tout autant triste que précédemment mais la réaction des gens étaient bien plus banale même si l’on tenait à fuir le danger plutôt qu’à courir vers lui et qu’un mouvement de foule impliquaient plusieurs dizaines d’invités au minimum. La réaction de l’entité pour défendre son hôte était compréhensive même s’il avait condamnées les dizaines d’invités suscités à la mort… et une mort ne devant pas être agréable. L’X-Woman en avait vue beaucoup plus qu’elle n’aurait voulu mais le vieillissement accéléré était une chose inédite dont elle n’espérait pas être témoin.

L’Echo détourna le regard aux illusions de Vittorio ; si Tempo avait fait autant de morts ce jour-là, il pouvait recommencer. L’enfant était une bombe vivante mais ce n’était pas un problème en soit, nombre d’autres étudiants de l’Institut pouvaient tuer des gens en un instant sans le faire expert, ce qui posait de la difficulté était que ce soit quelqu’un d’autre qui ait le détonateur. La larme fut perçue mais sa solitude ne laissait rien à ajouter. L’état de choc était compréhensif, plus que la destruction de l’environnement aqueux de l’œil gauche qui n’était absolument pas visible sur le jeune garçon ; la paupière était fonctionnelle et le globe ne s’était pas desséché, le second gardant ses couleurs et la première étant plus liées aux larmes puisque chargée de maintenir le seconde humidifié. La vision et les pleurs n’étant pas liés, la croyance du garçonnet était étrange mais l’Echo ne dit rien, pas plus qu’elle ne le prit en pitié pour être devenu borgne lorsque cela avait coûté de nombreuses vies.

Le père avait ramené son fils en Suisse afin d’expliquer ce qu’il s’était passé et, vraisemblablement, qui allait se passer. Avec le massacre fait par Tempo, il était surprenant que le père n’ait pas perdu la vie mais il devait être occupé par des affaires avec d’autres de ses importants associés, ceux-là même qui réclamaient vengeance pour leurs familles et avaient conduit à l’abandon puis la chasse. Rachel comprenait le désir de justice qui les poussait, même si c’était de la justice personnelle. Elle ne commenta donc en rien, l’histoire étant d’autant plus dramatique qu’elle était absurde et ressemblant à beaucoup d’autres même si Tempo avait extrémisées les choses. Il faudrait s’occuper de son cas à lui rapidement ainsi l’X-Woman n’ajouta rien, écoutant le doute de Vittorio avant de simplement hocher la tête.

Rejoindre l’Institut et « pourquoi pas » devenir un X-Man, si la première partie était faisable la seconde ne l’était pas et l’intérêt pour les deux était parfaitement assumé. Mais si l’Institution aurait bon dos et pourrait accepter un élève ne cherchant que ses intérêts, les X-Men ne le feraient pas.

Trouver une famille aimante et compréhensive, c’était déjà quelque chose le plus positif même si l’Institut n’avait pas réellement de liens avec les services sociaux afin de trouver une famille d’adoption ; ce dont Alexandro bénéficiait peut-être déjà, en théorie. L’amour paternel mais l’impossibilité d’avoir une relation, qui ne datait manifestement pas de l’émergence des capacités mutantes, firent hocher la tête de l’Echo. Ne pas récupérer l’entreprise de mafia familiale était quelque chose d’assez probable s’il allait à l’Institut, l’école étant suffisamment liée avec des autorités pour que la possession d’une fortune illégale par un de ses élèves ne soit pas une bonne idée du tout, tandis que l’apparence d’enfant poserait problème aux autres. A moins d’être registré, ce qui était encore un risque de part la fausse identité, Vittorio ne pourrait jamais prouver qu’il était bien majeur alors qu’il avait l’apparence d’un enfant et se retrouverait donc dans une situation opposée à celle de Rachel, à jamais traité comme un enfant alors que sa carte d’identité indiquait l’inverse.

Je ne pense pas que tes pouvoirs puissent jamais aider mais tu pourras trouver un foyer t’acceptant comme tu es à l’Institut, oui.

C’était peut-être violent de le dire ainsi mais Rachel était franche et, considérant l’absence d’utilité courante des capacités de Vittorio, il ne pourrait jamais véritablement aider avec. Il avait une jeunesse éternelle qui ne concernait que lui et une bulle qui excluait tout autre que lui, peut-être pourrait-il apprendre à en user mais en faire un usage collectif était proscrit par la nature même de ses pouvoirs.

Je ne peux pas garantir que tu y trouves une famille, cependant. Cela reste une école même si la proximité que tu pourras avoir avec les autres est exceptionnelle.

Il y avait eue de très belles histoires à l’Institution, allant de mariage et de construction de famille entre différents membres à des amitiés aventureuses d’une fidélité admirable, mais la plupart des gens y venaient pour études et repartaient ce but fini. Les X-Men étaient une grande famille, l’Institution Charles Xavier beaucoup moins.

Peut-être pourra-t-on t’aider à en trouver une, même si j’ignore ce dont il en retourne pour Alexandro.

Vittorio allait devoir s’habituer à ce nom, à cette identité, s’il choisissait en effet de l’utiliser pour immigrer aux Etats-Unis. Jusqu’où avait été poussée la crédibilité de la fausse identité était un point important à vérifier, de préférence avant que les autorités légales ne s’en mêlent.

J’aimerai que tu m’explique plus en détail ce qu’il est d’ailleurs. La vie que ton père lui a créée.

L’Institution avait déjà falsifiés des papiers pour des cas extrêmes, comme Kaede ou elle-même avaient pu l’être, mais n’aurait recourt à cela qu’en dernière possibilité. Vittorio n’en avait pas besoin, pouvant passer par le programme de réinsertion s’il fournissait les informations sur l’organisation de son père ou simplement se contenter de devenir Alexandro ; choix qu’il semblait privilégier malgré qu’il n'aurait jamais vraiment la fortune montée par sa famille.

Je pense que tu pourras trouver ta place à l’Institut, reste à savoir si Tempo est compatible également mais j’en discuterais avec lui juste après.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Paris ou comment perdre son temps [Echo]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Paris ou comment perdre son temps [Echo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Paris ou comment perdre son temps [Echo]
» Comment perdre du poids avec la marche sportive
» Je déteste perdre mon temps
» Discipline et rangement: comment gagner du temps?
» Je viens de perdre 100 livres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: New-York et Autres Lieux :: Le Reste du Monde :: L'Europe-
Sauter vers: