AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Héritier cherche héritage[PV Amy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alan West
Résident(e) à l'Institut Beta
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 01/06/2014
Age : 27

MessageSujet: Héritier cherche héritage[PV Amy]   Ven 12 Sep - 17:34

lundi 14 juillet 14 heures

Ce lundi, j'avais eu une nuit agité. J'avais passé toute la nuit à me repasser le déroulement du rendez-vous que j'avais pris avec Amy. J'avais écrit mon témoignage pour sa thèse la veille afin de ne pas venir les mains vide. J'avais cependant pour la première fois depuis de nombreuse années une requêtes à lui faire. Tout avais commencer le premier juillet avec l'écriture d'une dissertation sur le sujet qu'est ce qu'un X-man. Une semaine plus tard, Sage m'avait vu lors d'un entretien et m'avait conseillé trois x-woman qui selon elle, étaient les plus à même de me former. Amy faisait partie de ses trois X-woman potentiel.

J'avais eu pour le moment l'occasion de rencontré Caitlyn qui m'avait permis de réfléchir à partir d'un autre angle au sujet de la dissertation. La rencontre de Jade et Ninon m'avait permis de confirmer mon désir de rendre se monde meilleur. Je voulais laisser à la jeunesse un monde en paix et non un monde en guerre. J'étais conscient que seul je n'y arriverais pas et j'étais prêt à offrir ma vision à la X-team si jamais elle le désirait. Pour le moment, rien n'était fait. Je devais trouver un mentor. C'était ma première épreuve et j'espérais qu'Amy accepterait.

La matinée s'était écoulé tout en augmentant mes inquiétudes. J'avais peur de ne pas réussir à la convaincre. Une fois de plus, je doutais mais j'avais l'espoir que se doute me permettrait de devenir meilleur et ne me paralyserait pas devant Amy. Le doute que je ressentais devait me servir à ne pas prendre la situation comme acquise et à me donner à fond pour convaincre Amy. Je m'étais douché puis avais relu mon témoignage. J'avais remarqué que j'avais progressé un peu depuis que l'on s'était  vu le trente juin. J'avais conscience de l'immense présence de doute et de gêne dans mes ressentis.

Avant de me dirigé vers le bureaux d'Amy, je pris mon témoignage. Je me dirigeai vers son bureaux avec une boule au ventre. J'avais tendance à stresser pour les événement pouvant avoir un fort impact sur mon avenir et rien n'aurait plus d'impact que d'avoir un mentor. Javais d'ailleurs imaginé trois réponses différentes qu'Amy pourrait me donner. La première étant un refus sans appelle le pire cas possible et la source principale de mon stress. La deuxième étant le besoin de me testé d'une quelconque manière qui me semblait la plus logique afin qu'elle puisse voir si j'avais vraiment ce qu'il fallait pour être un X-man et enfin la troisième et la plus utopique étant qu'elle m'accepte sans condition.

Chaque situation imaginé entraînait des réponse émotionnelle différentes. Le pire des scénario provoquait stress quand le meilleur entraînait de l'incrédulité. J'avais aussi une légère crainte de paraître inconvenant avec ma requête mais il fallait que je tente ma chance sous peine de ne jamais réellement progresser. Je devais accepter de prendre des risques si je voulais avoir une chance de réellement devenir meilleur.

Une fois arrivé devant la porte du bureau d'Amy je pris une inspiration afin de me calmé du mieux possible. Je me devais de réussir à devenir bien plus convaincant que je ne l'avait jamais été. Je devais être prêt à improviser un maximum d'argument pour convaincre tout en restant le plus poli et calme possible. Je mis mon témoignage dans ma main gauche afin de frappé à la porte avec ma main droite. J'attendis ensuite qu'Amy m'invite à entrer pour rentrer. Je savais que je devais tutoyé Amy et je m'étais entraîné mentalement à le faire pour lui montrer ma bonne volonté. Une fois à l'intérieur je me préparé à la salué de la manière la plus détendue dont je serais capable.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Héritier cherche héritage[PV Amy]   Lun 15 Sep - 17:28

Lundi 14 Juillet 2014 – 01 : 53 P.M.
Je regarde l’horizon qui doit surplomber le Connecticut alors même que mes pensées vont bien plus loin encore, vers elle. Nous avons commencées à nous retrouvées, nous avions commencées à nous retrouver, puis elle est partie. Une chose à accomplir, je comprends, une chose à accomplir sans moi, j’encaisse. Ça fait déjà une semaine. Une semaine depuis l’Italie, une semaine depuis nous, et les nouvelles sont, à mon goût, trop rares, qu’importe les appels quotidiens. Elle reviendra, elle revient toujours, je le sais, mais cela ne m’empêche pas de l’attendre. Je n’ai pas le loisir de faire que cela, non, et même si la verdure d’espoir est derrière moi alors que j’erre dans le parc il ne me reste que quelques minutes avant que mon devoir ne m’appelle. Une inspiration à cette idée qui si elle est insuffisante à accaparer mes pensées ne m’en vole pas moins une et je commence à me détourner pour rentrer alors même que mon regard se perd toujours dans le lointain car la majeure partie de ce qui me traverse l’esprit reste à son intention, quoi que je fasse.

Mon débardeur est gris et noir, mon jeans bleu comme tous les autres même si cette couleur prend une signification différente d’à l’habitude, comme toutes les autres également. Mes pas sont lents pour moi et rapides pour les autres même si cet état de fait me place plus à leur échelle qu’à la mienne. Je ne veux pas être interrompue, je ne veux pas être abordée, et ainsi de suite… je vis ailleurs et cet ailleurs se compose de passé et de présents, de possibles alimentés par l’imaginaire qui s’en tourne vers les avenirs qu’ils créeraient également. Je n’ai pas peur, non, mais la nuance qu’est l’appréhension est présente. Inutile de s’étendre sur ce qui se passe, cela se passe et doit se passer, mais impossible d’en détourner le regard. Pour moi tout du moins.

J’attends et je continue de vivre en attendant même si la saveur en est partie, je continue une routine désintéressée et tente de maintenir les « bonnes habitudes » même si je n’oublie pas qu’elle en est la maîtresse et la tenancière. Manger le soir est devenu silencieux et j’ai invitée Jade à se faire accompagnée de Sanzo pour que cela le soit un peu moins, n’ayant pas réellement à faire avec les gênes que cela peut engendrer, mais même si je suis physiquement là et aussi réactive qu’à la norme mon esprit est ailleurs car il accompagne mon cœur à la recherche de mon âme, à sa recherche à elle. J’ai vécue à nouveau nombre de nos scènes encore entières dans ma mémoire mais cela ne m’empêchera pas d’attendre car si je sais que j’aurai la patience de le faire éternellement je sais aussi que ça ne sera pas sans maux. Elle est partie pour mieux revenir, je le sais, alors je fais taire mon égoïsme et j’attends.

J’attends et je continue de vivre en attendant car d’autres ont besoin de moi pour avancer et c’est bien cela qui me fait m’en aller vers le manoir, un pas après l’autre dans une cadence s’accroissant toujours plus pour m’assurer l’absence de retard. Je finis par entièrement détourner le regard, clignant des yeux pour que mes membranes nictitantes se rétractent, puis m’en dirige droit vers le manoir, entrant par l’arrière pour continuer mon escalade marche après marche jusqu’au sommet et cette improbable tour qui fait office de dispensaire. Il est interdit de courir dans le manoir et je n’ai jamais sue si ma marche accélérée comptait pour une course néanmoins on ne m’a jamais rien reproché à son sujet ainsi me déplace-je à ma célérité naturelle, devant approcher des vingt-cinq kilomètres par heure dans un certain floue de mouvement ; ce qui ne m’empêche pas d’arriver après lui dont la ponctualité d’aujourd’hui n’a rien à envier à celle de la dernière fois.

Cela fait quoi, un mois au maximum ? Moins, deux semaines à tout casser voir exactement deux semaines puisque de ce dont je me souviens, soit ce qui a été, notre précédente rencontre en tête à tête date du 30. Venu pour m’aider dans ma thèse il en est reparti après une séance de psychologie et je sais déjà qu’aujourd’hui ne sera pas différent ; après tout plus que le témoignage je lui avais dit de n’hésiter à revenir s’il estimait en avoir besoin et même s’il n’estime pas il en aura besoin. Cela ne ce voit pas mais cela se prévoit lorsqu’on le connait un minimum et même sans il suffit de le regarder : sourcils légèrement relevés et rapprochés, paupières supérieures également relevées et inférieures tendues, lèvres tirées à l’horizontale vers l’extérieur du visage, le tout dans une contraction continue… il stress. Peut-être plus que la dernière fois.

- Bonjour Alan, comment vas-tu ?

Brève introduction dite posément mais avec bien moins d’intonation qu’à l’ordinaire, ma voix légèrement plus terne ne cachant rien du fait que ma vie le soit également. J’attends qu’il me réponde et me retourne la question pour répondre :

- Je fais aller, commence-je alors même que j’ouvre la porte, jusque la verrouillée, pour pénétrer dans la grande et sobre pièce, l’une des salles mitoyennes de l’infirmerie qui est meublée d’un large bureau au plan de travail en verre plastifié autour duquel se trouvent trois chaises métalliques à dossier, d’une armoire avec portes vitrées et étagères disposée contre l’un des murs latéraux, d’un évier entre cette dernière et dont mur opposé à la porte est principalement prit par une fenêtre avec stores verticaux. Rien que tu puisses faire, cependant : l’éloignement dans un couple, ce n’est jamais agréable mais cela doit s’apprendre. Tu ne penses pas ?

Je sais qu’il va chercher à se rendre utile même s’il ne peut rien car n’étant en rien concerné par l’affaire alors je lui laisse la possibilité d’avoir l’impression d’y agir en donnant son avis même si, en définitive, il ne change rien. Au moins il ne culpabilisera pas inutilement même s’il est parfaitement capable de le faire malgré cela. Je peux faire quelques efforts mais pas tout non plus.

M’en allant vers le lavabo je me passe les mains à l’eau froide avant de les secouer, puis je m’en reviens prendre ma blouse dans l’armoire, la passant et la marquant de quelques goutes avant de m’en revenir à Alan.

- Assis-toi, je t’en prie, lui dis-je alors que j’en fais de même, une fois de plus à cette place que je ne quitterai pas de l’après-midi et y croisant les jambes sous le bureau de verre. Merci pour le témoignage, reprends-je avec un faible sourire avant de lui tendre la main pour le récolter, consciente qu’il me faudra moins de trente secondes pour le lire même si je ne le ferais pas de suite et encore moins en sa présence. Tu veux parler de quelque chose ? Tu penses avoir progressé depuis la dernière fois ?

Deux semaines, c’est le temps que j’avais laissé à Sanzo dans son suivi lorsque je le suivais encore ; je ne suis pas Alan mais j’applique une chose similaire même si ce n’est ni officiel ni régulier pour l’instant.

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan West
Résident(e) à l'Institut Beta
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 01/06/2014
Age : 27

MessageSujet: Re: Héritier cherche héritage[PV Amy]   Mar 16 Sep - 15:59

Amy arriva peu de temps après mon arrivé. Je n'avait pas prévu ce type d'arrivé dans mes scénarios nocturnes même si au fond ça ne changeait rien. Amy s'introduit d'abord de manière simple en me demandant comment ça allait mais quelque chose me semblait différent mais je n'arrivait pas à percevoir quoi. Je me demandai si il s'agissait de sa voix et son intonation qui étaient différente de mes souvenirs. M'étais-je mal remémoré notre conversation du trente juin. C'était une possibilité non négligeable comme je n'avais pas chercher à me rappelé de sa voix. Je m'étais contenté de me rappeler de ses conseils.

-ça peut aller et ...toi ?

Lors de ma réponse je failli fourchez et vouvoyé Amy mais je m'étais rattrapé à temps. Amy répondit ensuite à ma question par un je fait aller, expression que je n'utilisais personnellement jamais mais qui sous-entendait l'existence d'un problème. Elle enchaîna par la suite, en me donnant la source de ses soucis. Elle semblait devoir gérer un éloignement dans son couple. Je ne pus m'empêcher de me demandé qu'elle était la nature de l'éloignement. S'agissait-il d'un éloignement purement émotionnelle ou Caitlyn aurait mis une distance dans ses rapport avec Amy ? S'agissait-il d'un éloignement plus physique causé par un déplacement de Caitlyn qui avait quitté l'institut pour quelque temps ? Je l'ignorais et ce n'était pas réellement mais affaires. C'était trop risqué de vouloir avoir tout les détails pour répondre à la demande d'avis d'Amy. Le risque de faire plus de mal que de bien était bien trop important.

Je pris un peux de temps pour répondre à cet demande d'avis, je me devais de trouvé un moyen de lui remonté le moral sans être trop intrusif. Je ne savais pas vraiment comment répondre ignorant tout de ce que c'était d'être en couple. Je partis donc sur une base d'un très fort attachement et décidai donc de faire de mon mieux malgré l'ignorance que j'avais à propos de ce sujet.

-Il est naturel que l'éloignement sois désagréable, nous sommes une espèce social qui avons besoin de nos proches. Je pense que ce qui doit s'apprendre c'est de continué de vivre malgré l'éloignement et de ne pas commencer à survivre. Je suppose que cet éloignement pourrait te permettre de lui faire une surprise en préparant un moment privilégier pour quand votre épouse sera à nouveau moins éloigné. Enfin bon, c'est ce que je pense mais je t'avoue que je suis loin d'être un expert dans ce domaine

Mon stress monta légèrement, j'avais peur que mes propos serait douloureux à entendre pour Amy ignorant tout de la situation qui la travaillait. Je commençais si je devais vraiment lui faire ma requête, si au vu de la situation ça ne serait pas déplacé. Je savais que je devais la faire pour progressé même si elle donnerait un refus. Cependant, je n'avais pas prévu cet éloignement et avait pas envie de faire apparaître des émotions négatives chez Amy.

Pendant qu'Amy alla se laver les mains et mettre sa blouse. J'en profitai pour réévaluer la situation au vu de ce que je venais d'apprendre. Ils fallait que je trouve un moyen de faire une transition mais de quelle manière. Je déterminai une série de transition possible plus où moins complexe puis, je me demandai si il ne valait pas mieux attendre de voir ce que dirait Amy en prenant sa place. J'observai quelque seconde par la fenêtre qui révélait un temps bien plus calme que lors de notre premier entretien.

Amy m'invita à m'asseoir lorsqu'elle arriva au niveau de la table en verre et qu'elle s'assit. Je m'assis à sa suite puis elle me remercia pour le témoignage que je lui donnai. Son sourire était moins marqué que lors de notre premier entretien, apparemment, elle était bien plus touché par l'éloignement que je le pensais au premier abord. Je ne voulais pas abordé se sujet sans y être convié . J'étais cependant prêt à l'écouté et à donné une vision extérieur si jamais Amy en avait besoin mais j'étais conscient qu'il serait plus utile pour Amy de parler de cela à quelqu'un pouvant mieux comprendre ce type de situation. J'ignorais tout des couple et le savait pertinemment.

Elle me posa par la suite deux questions. Elle me demanda si je voulais parlé de quelque chose et si je pensais avoir progressé depuis la dernière fois. Mes progrès ne se résumait qu'à une chose simple et indispensable. Je connaissais un peux mieux mes émotions et surtout j'avais compris ce qui m'enchaînais. J'étais désormais conscient que malgré la mort de ma mère je devais continué de vivre et d’œuvrer dans un but. J'étais aussi conscient que pour le moment je me contentais de survivre.

-Oui je pense avoir fais quelque progrès. Je suis conscient de l'omniprésence de doute et de gêne dans mes ressentis. J'ai remarqué que j'ai tendance à un peu trop me focalisé sur les émotions des autres ce qui m'empêche d'être vraiment moi même.

Je pris ensuite une grande inspiration pour enté de me donner du courage. Je savais que les mots que j'allais à présent dire aurait un fort impact sur mon avenir et j'avais vraiment peur de ne pas être assez convaincant.

-J'ai aussi décider d'agir pour la première fois en fonction de ma vrai nature et non de mes regrets. J'ai donc décidé de trouver un moyen pour que chacun puisse vivre dans un monde en paix et non en guerre. J'ai donc trouver une manière de pouvoir agir dans ce sens mais il ne dépend pas que de moi et ...

Je dus faire une pause dans mes propos à cause du stress qui montait. Mon rythme cardiaque avait accélérer et je sentais bien cela. Je ne voulais pas paraître inconvenant avec ma requête et donc me perdait en tentant de l'amener de la manière la plus douce et qui offrait le plus de liberté de choix à Amy.

-... enfin bref, pour faire simple j'ai décider de tenter de devenir X-man. J'y ai d'ailleurs réfléchit pendant assez longtemps et y réfléchit encore régulièrement. Comme vous le lirez dans mon témoignage. j'ai un peu l'impression qu'au fond ma mutation me donne un choix à faire. Je dois choisir si elle sera une source de destruction basé sur un égocentrisme mal placé ou si elle servira à construire un monde meilleur.

Je m'arrêtai attendant la réaction d'Amy, malgré tous, je n'étais pas satisfait de mes propos. Je trouvais qu'il ne mettais pas en avant le temps de réflexions que j'y avais passait lors de mes soirées dans ma chambre. Le stress était à son paroxysme, après tout de la réaction d'Amy dépendait mon avenir et rien n'était plus stressant que de ne pas avoir toute les cartes en main pour élaborer son avenir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Héritier cherche héritage[PV Amy]   Jeu 18 Sep - 19:19

Ça peut aller, je l’ai encore dans mon champ de vision pour voir les hésitations et la désagréable surprise que je lui fais en arrivant derrière lui ; je ne suis pas Rachel niveau ponctualité mais je suis quand même généralement dans les négatifs niveaux minutes, après c’est moins de cinq donc ça passe. Son hésitation au tutoiement mais sa réussite dans cette entreprise me laisse tout loisir de m’en aller ouvrir la porte, histoire de ne plus être en face et de ne plus le voir alors même que je lui réponds ; je ne relève pas sa progression et son effort car je n’en ai pas le cœur néanmoins je les note tout de même, continuant à vaquer à mes occupations.

- Il est naturel que l'éloignement soit désagréable, – entièrement d’accord même si je tente d’apprendre à le supporter, comme dit précédemment – nous sommes une espèce social qui avons besoin de nos proches. – au-delà de cela on est abonnées aux épreuves émotionnelles et affectives avec Caitlyn et on vit très mal la séparation pour c’être déjà trop perdues même si l’on ne s’en est que plus rapprocher à chaque fois, au point d’en arriver à la symbiose – Je pense que ce qui doit s'apprendre c'est de continué de vivre malgré l'éloignement et de ne pas commencer à survivre. – oui, c’est même un peu là que je merdouille – Je suppose que cet éloignement pourrait te permettre de lui faire une surprise en préparant un moment privilégier pour quand votre épouse sera à nouveau moins éloigné. – j’ignore quand elle va revenir mais une surprise, entre notre anniversaire de mise en couple en fin du mois et son anniversaire en début du mois prochain, je m’y essayerai au mieux même si je ne suis pas douée pour les surprises – Enfin bon, c'est ce que je pense mais je t'avoue que je suis loin d'être un expert dans ce domaine. – certes mais l’extériorité peut donner un avis tout à fait intéressant malgré qu’elle ne soit que théorie.

J’ai un petit sourire indulgent alors qu’il clôt ainsi ses paroles ; il a quoi, deux ou trois ans de plus que moi ? Sans doute n’a-t-il jamais eue de petites amies considérant son caractère là où j’ai déjà femme et enfants adultes également, l’une même plus vieille que moi ; mon père aura beau me rabâcher les oreilles que je n’ai pas à comparer mon évolution à celles des « mortels » je dois avouer avoir du mal parfois, surtout lorsqu’il s’agit de rôle à jouer. J’ai moins de différence d’âge avec Jade qu’avec Caitlyn pourtant la première nous nomme ses mères toutes les deux et il est beaucoup de fois où mon comportement serait plus adéquat en tant qu’amie ou grande sœur, même pour me montrer maternelle. Ça s’apprendra, oui, mais toute aussi rapide que soit mon évolution j’ai l’impression de perdre pieds là aussi ; néanmoins je ne remets pas les choses en question car je ne le veux pas, je ne veux pas qu’elles changent même si je doute beaucoup. Beaucoup trop.

Je me retourne pour le voir contempler par la fenêtre, alors même que j’en ai fini de laisser mes pensées se faire emporter par l’eau et le savon, puis lui fait réintégrer le présent par ma simple proposition, finissant de l’accomplir pour moi-même avant qu’il n’en fasse de même.  Une fois le témoignage papier récupéré je le place à ma droite sur le plan de travail, le gardant à portée de main tout en l’écartant de la conversation ; j’y viendrais plus tard, une fois que ce qu’il a à dire aura été dit. Car il a quelque chose à dire, cela se voit, même si j’ignore si c’est à mon sujet ou au sien.

Il pense avoir fait des progrès ; bien. Conscient de l’omniprésence du doute et de la gêne dans ses ressentis ; bien aussi, même si c’est une évidence pour tout autre personne que lui. Noté la tendance à se focaliser sur les émotions des autres au détriment de lui-même ; Emma m’a dit un jour qu’à avoir un masque pour chaque personne qui me regardait je m’en détruisais moi-même, Alan n’en est pas à ce point et visiblement il n’y arrivera jamais. Une bonne chose.

Je ne réponds pas de suite puisqu’il entrecoupe son discours d’une grande inspiration pour faire face à sa peur et après deux secondes de plus il parle enfin. Décision en fonction de sa vraie nature et non de ses regrets ; bonne chose même si je suis curieuse de savoir ce qu’il entend par sa « vraie nature », il y a généralement pas mal de surprises quand on la découvre et pas que des bonnes, d’expérience. Trouver un moyen pour que chacun puisse vivre dans un monde en paix ; et bien bonne chance, la paix n’est pas suffisante et tout pacifiques qu’on soit on est généralement obligé de faire la guerre car c’est le seul moyen de l’arrêter. En tout cas que ce moyen ne dépende pas que de lui n’est absolument pas surprenant, ce genre de chose ne peut ni ne doit dépendre d’une unique personne sans quoi toutes les autres seraient privées de ce choix.

La peur s’accroit et j’attends la fin du discourt pour y répondre, avec une certaine solennité je pense ; jambes croisées sous la table, mains croisées poignets posés sur la table, à l’écoute, je semble très attentionnée même si une grande partie de mes pensées est ailleurs car de toute façon elles en ont le temps, même entre chacun de ses mots.

-… enfin bref, – tiens, je n’ai plus le monopole de cette expression ? – pour faire simple j'ai décider de tenter de devenir X – il n’a pas fini de prononcer la lettre que mes sourcils se relèvent, mes yeux s’écarquille et ma bouche s’entrouvre alors que mes lèvres forment un rond ; bon et bien voici une discussion complexe en devenir – -man. J'y ai d'ailleurs réfléchit pendant assez longtemps et y réfléchit encore régulièrement. – une bonne chose, nous on ne l’avait pas assez fait avec Caitlyn c’est pour ça qu’on en est – Comme vous le lirez dans mon témoignage. – j’hoche la tête sans faire le moindre commentaire, attendant qu’il ait fini de parler pour discourir – j'ai un peu l'impression qu'au fond ma mutation me donne un choix à faire. – ça commence bien, c’est une partie du discourt Confrériste ça, « la responsabilité mutante » - Je dois choisir si elle sera une source de destruction basé sur un égocentrisme mal placé – rien que cela ? C’est de la frime ou Alan a réellement l’intention de se faire producteur de poison et autres afin de détruire quoi que ce soit parce qu’avec ses capacités actuelles il est plutôt mal barré – ou si elle servira à construire un monde meilleur.

Un, deux, trois, quarte, cinq ; le temps pour lui de s’arrêter et de commencer à se rabrouer mentalement, une simple seconde alors que quelques concepts se forment dans son esprit là où le mien entre déjà dans le vif du sujet. Six, sept, huit, neuf, dix ; je me réinstalle dans ma chaise, décroisant les jambes quelques instants avant qu’elles n’aillent s’en retrouver sous ma chaise cette fois, alors même que mes deux mains se séparent également pour se pauser à plat sur le bureau. Onze, douze, treize, quatorze, quinze ; je prends à mon tour l’inspiration nécessaire à la parole. Je n’ai pas l’espoir de couper court à sa montrée de stress cependant et ce n’est pas en trois secondes qu’elle aura eu le temps de s’exprimer pleinement de toute façon.

- Alors je vais commencer par te souhaiter bonne chance. C’est quelque chose de difficile physiquement et moralement. Je ne vois pas trop quoi pouvoir te donner comme conseil, je sais qu’une de mes collègues s’en charge déjà et je suis relativement peu expérimentée. Sans compter que j’ai pas mal de, « différents », avec les X-Men. Nos passations se sont mal passées avec Caitlyn et même si je reconnais leur nécessité après coup je n’en reste pas moins une figure secondaire de la X-Team comme des X-Men en général. Je ne vais pas essayer de te convaincre de ne pas le faire, c’est ton choix et je crois que le monde a besoin des X-Men. Pas que l’Institut, le monde. Nous sommes une avant-garde, même si nous exprimons mal notre message aux gens ce que nous faisons dans cette institution permettra de réussir là où nous avons échoué ; on s’est longtemps contenté de lutter pour que le monde ne se détériore pas trop vite er en espérant que nos élèves réussiront à l’améliorer sans avoir à être « les sacrifiés de l’histoire », désormais on tente de se faire reconnaitre pour commencer à bouger les choses aussi. Je comprends qu’on veuille participer à ça, je l’ai voulu sans comprendre ce que cela signifiait à l’époque. J’espère que tu comprends, toi, tout comme tu entrevois les difficultés qui jalonnent la route avant même qu’on le soit. Je peux t’en parler si tu veux, histoire que tu saches bien dans quoi tu t’engages, même si je pense qu’on l’a déjà fait.

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan West
Résident(e) à l'Institut Beta
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 01/06/2014
Age : 27

MessageSujet: Re: Héritier cherche héritage[PV Amy]   Ven 19 Sep - 16:52

Je fus soulagé de remarqué que lorsque j'ai donné mon avis sur l'éloignement d'Amy, elle n'eut pas l'air de ressentir une émotion négative. J'avais réussi à ne pas faire pire que mieux même si je doutais d'avoir pus donner un mieux. Je savais que ce à quoi elle devait faire face devait être fait avec l'aide de ses proches qui la connaissais bien mieux que moi. Après tous, je n'étais qu'un patient potentiel pour Amy en ce moment et même si j'étais venu aujourd'hui pour lui demandé si elle accepterais de devenir mon mentor. Chose qui au vu de ce qu'Amy venait de révélé semblait déjà compromis. Elle semblait bien trop préoccupé par l'éloignement de son épouse pour être d'humeur à accepter. Même si le fait de ne pas connaître très bien Amy pouvait m'induire en erreur.

Lorsque je prononçai le mot X-man dans la réponse à sa question, Amy resta bouche bée. Je fus très surpris par sa surprise mais préféra continuer mon monologue tant que j'en avais le courage. Je me demandai qu'est ce qui était si surprenant pour Amy, ma décision ou la manière dont j'en parla. Une chose était sur, elle fit réagir Amy. Je continuai mon monologue même si j'ignorais ce à quoi elle pouvait bien penser et je n'avais pas envie de réellement le savoir. J'avais juste peur qu'elle ne se fasse de fausse idée sur moi. Ce détail était une nouvelle preuve de mon stress, une fois de plus je ne pensais plus qu'à l'impacte de cette conversation sur mon image et non sur moi.

Cinq secondes après la fin de mes propos, Amy se réinstalla sur sa chaise. Une fois qu'Amy eut trouvé sa nouvelle position, elle inspira et pris la parole. Elle commença par me souhaité bonne chance. Je n'avais apparemment pas été clair et elle n'avais sûrement pas vu où je voulais en venir. Je n'étais pas vraiment dans une posture agréable, Ma peur de paraître inconvenant au vu de la situation me compliquait grandement ma demande et et me faisait apparemment perdre en communication de mes attentes.

Amy me précisa que c'était difficile moralement et physiquement de devenir X-man, Je ne trouva pas ça étonnant, c'était logique. Difficile physiquement probablement à cause de l'entraînement intensif et difficile moralement probablement à cause des sacrifices indispensable dans tout combat idéologique. Elle avoua ensuite ne pas trop savoir quoi donné comme conseil tout en m'avouant son manque d'expérience dans ce domaine et me dit qu'elle savait qu'une de ses collègue sans chargeait déjà. Savait-elle que madame Sage m'avait conseillé suite à ma dissertation ? Il serait logique vu qu'elle est une x-woman. Cependant, elle m'avait dit ne pas avoir dit à l'X-team qui elle conseillerait. Amy avait-elle réussit à le savoir ? Amy Continua par m'informer qu'elle avait des différents avec la X-men. Précisant que sa passation et celle de Caitlyn c'était mal passé. Elle en reconnaissait toutefois la nécessité.

Ses propos me fis m'interroger sur la nature de ses différents. Après tous, si j'arrivais à le devenir je devais me préparer à devoir faire avec pour adapter mes propos. Je continuai toutefois à écouté les propos de L'interne qui me dit être une figure secondaire au sein de la X-team. Je trouvai ce propos illogique. Chacun avais un rôle à joué et influençais le comportement des autre membres d'un groupe rien que par sa présence. Elle me dit ensuite qu'elle ne tenterais pas de me dissuadé de ne pas le devenir. J'essayai de comprendre pourquoi elle me dit cela. Cette phrase n'était pas innocente. Avait-elle envie de m'en dissuader sans osé le faire ? Je me décidai toutefois à ne pas m'aventurer sur ce sujet, il était bien trop risqué.

Par la suite, elle me précisa que selon elle le monde avait besoin de X-men et pas que l'institut. Sur ce point, j'étais d'accord. Selon moi, mon rôle de professeur répondait au besoin principal de l'institut. L'institut me permettait d'aider les mutants mais je voulais aussi aider les humains. Nous étions humains comme mutants égaux devant nos choix et je voulais montrer que le choix de la cohabitation était un choix très positif. Amy parla ensuite de sa vision de ce qu'était les X-men. Parlant principalement de leur rôle. Elle me précisa qu'elle espérait que je comprenais et que j'entrevoyais les difficultés qui jalonneraient cette voie

-Je pense le voir et l'entrevoir, d'ailleurs j'ai tendance à me dire qu c'est plus dur que je le pense pour éviter de sous-estimer la difficulté de cette voie. Madame Sage m'a dit lors d'une discussion que l'objectivité vient de la prise en compte d'un maximum de point de vu. Ce avec quoi je suis d'accord . Je t'avouerai donc que le fait que tu me parle des difficulté qui peuvent jalonné cette voix n'est pas une mauvaise chose. Qui sait je pourrai peut être prendre connaissance de difficulté auquel je n'ai pas pensée ou avoir un affinement de ma compréhension. Après tout, même si je t'avoue que je n'ai toujours pas trouver de mentor, ce qui est logique vu le peux de temps depuis lequel je suis arrivé à l'institut, je suis conscient que même si j'ai une idée des difficultés de cette voie, je ne les connaîtrai réellement qu'au moment ou j'y serai confronté. En n'attendant, je me contente d'écouter ceux qui sont passer par la avant moi afin de me préparer à cette voie.

Je me préparai à écouter les propos d'Amy à ce sujet afin de voir comment elle allait interprétez ma manière d'appréhender les difficulté qui m'attendait. Les difficultés qui selon moi variait selon la condition physique et la personnalité des personnes qui y participerait. Je souris en me rendant compte que j'avais tendance à passer plus de temps à me préparer que la moyenne. J'ignorais si il s'agissait d'un très de personnalité très présents dans la X-team mais j'étais persuadé qu'il pourrait être utile en permettant d'éviter de tomber dans des pièges trop facilement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Héritier cherche héritage[PV Amy]   Jeu 25 Sep - 19:35

Ma surprise le surprend, chose relativement surprenante ne serait-ce que dans le fait qu’il l’ait captée tant l’émotion a durée moins d’une seconde mais absolument pas dans le stress croissant qu’il ressent et manifeste. Ma réponse le surprend aussi et de façon tout aussi négative ; gêne. En plus de la peur et de ses dérivés déjà présents auparavant qui continuaient leur ascension comme s’ils étaient sur le mont blanc. Ses réactions ne me surprennent pas en revanche : plus que l’accroissement suscité il y a aussi les questions muettes qui le laissent pensif quelques instants, lui font se froncer de désaccord quelqu’autres et somme toute manifester ses réactions émotionnelles à mon discours ; comme toujours, celui qui communique le plus n’est pas celui qui parle.

Alan pense « voir et entrevoir » dans quoi il s’engage, une chose qui me pose problème un cinquième de seconde car dans ce que je sais de ces deux mots ils hiérarchisent la perception ainsi leur emploi connexe me semble contradictoire ; un détail comparé à ce qui arrive durant les secondes suivantes et qui est plutôt un point positif : considérer la chose comme plus difficile qu’elle ne l’est plutôt que l’espérer plus simple. Il vaut mieux se préparer au pire car on le sera du meilleur, une chose qui n’est pas inversable. « Madame Sage », voici qui me fait sourire considérant que la plupart du temps j’entends « madame » comme un qualificatif en rapport avec l’âge (ce qui fait que j’ai souvent du mal quant c’est mon tour même si c’est parfaitement justifié) ; c’est mademoiselle Sage surement et ce n’est absolument pas surprenant. Mais c’est hors sujet hors donc selon M.S. l’objectifité vient de la prise en compte d’un maximum de points de vue ; c’est pas faut même si ça n’en reste potentiellement que de la subjectivité de masse, non de l’objectivité pur. Tendre vers l’objectivité est difficile et quelque soit le nombre « d’objectivement » que j’ai pu sortir dans ma vie je suis bien trop égocentrique pour prétendre à l’être réellement (objective). Je ne suis pas réellement d’accord du coup mais on s’en fout. L’aveu d’Alan m’intéresse bien plus même si en définitive c’est un peu une fausse alerte puisqu’il énonce une évidence. C’est chiant d’avoir du suspens entre chaque mot parfois. Souvent même. J’ai le temps de partir sur plein d’autres choses avant même que la phrase ne soit finie. D’où le « Enfin Bref ». Enfin Bref.

- Après tout, même si je t'avoue que je n'ai toujours pas trouvé de mentor, – ce qui risque d’être dur considérant combien la X-Team est diminuée à l’heure actuelle – ce qui est logique vu le peux de temps depuis lequel je suis arrivé à l'institut, – ça par contre c’est une ânerie, c’est pas une question de temps mais de contact avec les bonnes personnes et Alan a déjà rencontré quatre membres de la Team si je ne m’abuse – je suis conscient que même si j'ai une idée des difficultés de cette voie, je ne les connaîtrai réellement qu'au moment où j'y serai confrontées. – ah ça… puis ça dépendra aussi du mentor – En n'attendant, je me contente d'écouter ceux qui sont passés par la avant moi afin de me préparer à cette voie.

Je croise les doigts à nouveau avant de parler, profitant de la seconde et demi que cela me prend pour réunir mes pensées et me re-concentrer un minimum. Je le fais tellement bien d’ailleurs que l’une de mes mains échappe à l’autre pour s’en aller me gratter le cuir chevelu une ou deux secondes de plus avant de revenir à sa place.

- Les difficultés dépendront pas mal de ton mentor en fait. Caitlyn et moi on est passées entre les mains de Jubilation Lee ; je ne le regrette pas, c’est plus qu’une mentor c’est une amie. Elle m’a permit de m’entrainer au niveau physique pour devenir ce que je suis aujourd’hui, elle a sut être la pour guider et conseiller aux bons moments, je n’aurais vraiment voulu personne d’autre pour me former. Après on s’est aussi beaucoup soutenues et encouragées avec Cait’ et elle m’a apprise à tirer, entre autres. Emma Frost est quelque fois intervenue mais c’était surtout niveau des études, pas réellement au niveau des X-Men ; études que j’avais pas mal négligées mais elle m’a permise d’y réussir tout de même. Il faut savoir garder un équilibre dans ce qu’on fait, entre la vie d’X et la vie « civile » ; je ne l’avais pas vraiment à l’époque, je n’ai réussi à le trouver qu’après. C’est mon couple quoi. La dernière personne a être intervenue s’appelait Arkady, et disons que sa participation c’était la mise en pratique de ce que j’avais apprit dans des entrainements faisant passer la Salle des Dangers pour une promenade de santé ; ce n’était pas un X-Men mais il m’en a fait voir de toutes les couleurs, pire que Jub’. L’entrainement physique c’était difficile, très difficile ; en quelques mois, je suis passée d’une ado maigrichonne dont la plus grande violence c’était coller une gifle à une ado certes toujours maigrichonne mais capable de mettre quelqu’un du double de son poids part terre. Niveau idéologique… ça a pêché un peu plus ; les grandes lignes on les avait mais les détails, ils nous en manquaient beaucoup trop. Jub’ nous a laissée l’entièreté du choix pour notre interprétation de l’Idéal Xavier, elle ne nous l’a pas enseigné mais nous a laissé le développer à son contact ; ça marchait relativement bien en théorie. Dès qu’on a été confrontées à la pratique par contre… Un idéal ça se forge et s’affute oui mais cela s’éprouve et s’épure aussi. Il faudra faire des efforts et des compromis, comme pour l’entrainement physique, et ça fera mal et épuisera tout autant. Lorsqu’on regarde la réalité en face on se rend compte qu’on a bien plus de raisons de ne pas y croire que l’inverse, qu’on est peut-être juste des idéalistes et que ce qu’on fait ne sert à rien car on peine. Et je ne parle pas des différences de points de vue et de manière de fonctionner qui font qu’on en arrive parfois à s’envoyer chier durant les réunions… les rares réunions qu’on a. Devenir X-Men est un chemin de croix d’efforts physiques et mentaux, de compromis et d’encaissements idéologiques, et la passation fait plus que tester tout cela : elle t’oblige à outrepasser ta limite. Ça peut être très destructeur et traumatisant, ça l’a été pour nous. C’est nécessaire mais c’est contre tout ce qu’on avait apprit jusque là, avec Caitlyn ; Jubilee respectait nos limites d’élèves, les X-Men ont eu besoin de savoir jusqu’où l’on était capable d’aller. C’est ça qui détermine la réussite ou l’échec d’une passation, jusqu’où on est capable d’aller pour les X-Men.

Je m’arrête quelques instants, consciente que c’est à double tranchant d’en parler ; les X-Men se placent en défenseurs d’une idéologie qu’en certains points ils ne respectent pas et en l’occurrence celui-ci ils ne font même pas semblant de ne pas le respecter. Après, comme je l’ai dit, tout est histoire de compromis. Même le sacrifice. Je prends une grande inspiration accompagnée d’un mot, puis expire avant de lâcher le reste.

- Enfin… non seulement devenir X-Men c’est dur, mais le plus dur c’est de le rester, de s’en montrer digne. On apprend toujours à être X-Men ; ce n’est pas un métier ni un titre, c’est une vocation, un engagement. Je pense que c’est proche d’un ordre de chevalerie ou monastique, avec ses codes et ses variantes, ses droits et ses devoirs.

Nouvelle pause alors que je prends quelques secondes à réfléchir à quoi ajouter avant de conclure.

- En tout cas, je ne sais pas sur qui tombera niveau tutélaire mais tu perdras ton ventre, crois-moi. J’espère que t’es déjà sportif parce que si tu commences sans rien, et je parle en connaissance de cause, tu vas en chier ; lorsque je suis devenue apprentie, je faisais que de l’escalade, du Xingyi Quan – un art martial chinois – et de la course à pied. Et bah maintenant je suis à quatre heures d’entrainement quotidien dans une bonne partie des disciplines olympiques ; tout le monde n’en passe pas par là mais comme je suis une mutante physique je me dois d’être à haut niveau dans le domaine. Et t’y passeras aussi, surement.

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan West
Résident(e) à l'Institut Beta
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 01/06/2014
Age : 27

MessageSujet: Re: Héritier cherche héritage[PV Amy]   Ven 26 Sep - 13:03

Amy écouta mes propos puis se gratta un peu le cuir chevelu avant de prendre la parole. Je m'interrogeai un peu sur la raison pour laquelle elle c'était gratté le cuir chevelu. Je n'avais aucune idée de la cause et n'avais aucun moyen de la connaître. Je ne pus établir qu'une hypothèse qui sous entendais une réflexion intensive forçant à utiliser toute nos capacités cognitives. Je me rappelai alors de la première rencontre avec Amy qui m'avait dit que même si son Q.I était de plus de 500 jamais elle l'utilisait au maximum. Je n'eus d'autre choix que d'admettre mon ignorance.

Je fus ensuite ramené à la conversation par Amy qui pris la parole. J'écoutai chaque mots qu'elle prononçais avec toute l'attention dont j'étais capable. Chaque mot d'Amy se gravait dans mon esprit me permettant d'affiné ma perception des difficultés de cette voix.Elle commença par me dire que les difficultés dépendraient pas mal de mon mentor. Ce qui me semblait évident étant donné que chacun avais sa technique d'enseignement propre et donc que chacun avait un impact qui lui était propre sur l'entraînement.

Elle m'expliqua ensuite que Jubilee avait été sa mentor et qu'elle ne le regrettais pas. Elle m'indiqua qu'une amitié était née entre elle et Jubilee ce qui me fis sourire mais ne me détourna pas de mon écoute attentive des propos de l'X-woman. Jubilee avait entraîné physiquement Amy tout en la conseillant et la guidant lorsqu'elle en avait besoin. Amy ajouté qu'elle avait aussi eu droit au soutien de Caitlyn lors de cet entraînement.

Par la suite, elle me dit que d'autre personne l'avait été parfois pendant l'entraînement. Caitlyn lui avait appris à tirer pendant qu'Emma Frost s'assurait qu'elle suivait consciencieusement ses études. Elle ajouta ensuite qu'Arkady l'avait aussi aidé à s'entraîner et que ses entraînement était très dur et qu'ils mettaient en pratique tout ce qu'elle avait appris lors de ses autres entraînement. Je venais d'apprendre une information qui avait toute son importance même si elle n'était pas directement liés à la difficultés de l'entraînement et avais plutôt un impact secondaire. Ils étaient tout à fait possible que des x-men autre que mon mentor me donnent certain entraînement.

Amy me parla ensuite de l'importance de trouver un équilibre entre la vie de tous les jours et la vie en tant que X-man. Elle me précisa qu'elle ne l'avait pas vraiment à l'époque de son entraînement et qu'elle l'avait trouvé par après dans son couple. Je comprenais ce qu'elle voulait dire par là. Si je ne trouvait pas un équilibre je risquait soit de faire souffrir mes proches ce que je ne voulais pas ou de ne pas être capable d'assumer les missions qui me serait confié.

L'interne me parla ensuite des entraînement physique qu'elle qualifia de très difficile. Entraînements qui firent passé Amy d'ado maigrichonne dont la plus grande violence était de coller une gifle à une combattante apte à vaincre un adversaire deux fois plus lourd qu'elle. Je ne pus m'empêcher de me demandé qu'elle style martial Amy avait appris mais je préférai ne rien demandé. Après tous, cette information n'étais pas encore importante et ne me servirais que si je devait faire une mission avec Amy ce qui n'arriverait pas pour le moment étant donné que je n'avais toujours pas trouver mon mentor.

Amy poursuivi ensuite avec l'impacte idéologique. Elle commença par expliqué la méthode de Jubilee qui leur avait laissé une grade liberté qui semblait n'avoir pas suffit pour la réalité de ce monde. Elle donna son avis sur comment travaillé son idéal qui n'était pas très éloigné de ma propre vision. J'avais pensé qu'un idéal ne pouvait être vrai que lorsqu'il avait été mis à l'épreuve. Elle m'informa aussi qu'il serait tout aussi difficile et épuisant de le travailler que l'entraînement physique et me demanderait de faire effort et compromis. Cependant, la suite des propos d'Amy étaient d'un pessimisme qui me sauta au yeux. Selon elle, il y avait plus de raison de ne pas y croire que d'y croire. Qu'il était possible que l'on soit des idéaliste qui tentent de changer le monde en vain. Elle mit ensuite en avant l'existence de différence de point de vu et de manière de fonctionner qui causait des tensions au sein de la X-team. Je savais que c'était inévitable. Cela existait dans toute les idéologie et j'ignorais pourquoi il ne tentait pas d'établir des compromis. Ils s'agissait du fonctionnement au niveau politique et cela marchait relativement bien mais ce n'était pas à moi d'en parlé et de juger car je ne savais probablement pas tout. Elle résuma ensuite son interprétation de ce que devenir X-men impliquait la comparant à un chemin de croix physique et mental. Elle parla ensuite de la passation qui demandais de dépasser ses limites. Elle précisa que c'était potentiellement très traumatisant. Précisant que les X-me devait savoir jusque où on était capable d'aller pour eux.

Amy prit ensuite une pause, me laissant le temps de réfléchir. Le doute d'Amy était la source principale de mes réflexions en se moment. Elle semblait perdre espoir en la possibilité d'un monde meilleurs. Il était logique que changer le monde pour le rendre meilleur était jamais facile. Il fallait luter contre l'inertie de la société qui avait du mal à vraiment changer. Tout changement profond de la société n'avais jamais eu lieu sans mal. La fin de l'esclavage au États-Unis n'avait-elle pas entraîner la guerre de sécession. L'acceptation des mutants dans la société au même titre que les humains normaux suivait se principe. L'époque nous donnais juste l'opportunité de ne pas prendre les armes pour y arriver ce qui était déjà une grande victoire en soi.

Amy repris alors la paroles précisant qu'il était dur de devenir X-men mais d'autant plus dur de le resté de rester digne de l'être. Pour Amy être X-men était une vocation et non un métier où un titre. Faisant référence à un ordre de chevalerie où encore monastique. J'écoutai Amy avec attention et trouva ses mots très intéressant. Pour le moment, je voyais les X-men plus comme une sorte de partie politique mais l'analogie me semblait très pertinente.

Amy pris ensuite encore quelques seconde de réflexion avant d'ajouter qu'elle ignorait sur qui j'allais tomber mais que dans tout les cas je perdrais mon ventre. Puis elle ajouta qu'elle espérait que j'étais sportif car sinon j'allais avoir d'énorme difficultés et qu'elle parlais en connaissance de cause. Elle me précisa ce qu'elle faisait comme activité physique quand elle était devenue apprentie et les discipline qu'elle faisait actuellement. Précisant qu'être à haut niveaux dans le domaine étai indispensable à tout les mutants physique et que donc je devrait sûrement passer par la aussi.

Je souris quelque seconde à Amy avant de prendre la parole afin continuer cette discussion des plus intéressante. Je doutais encore qu'Amy accepte de me prendre sous son aile mais contrairement à Caitlyn j'entrevoyais un très léger espoir.

-Pour ce qui est de mon coté sportif pour le moment j'ai principalement fait du kung-fu, enfin le style Nam Pai Chuan inspiré par les combat des animaux de manière intensive c'est quatre dernière années. C'est la seul façon d'avoir un niveau de deuxième Dan en si peu de temps. En tout cas merci de m'avoir fais partager ton expérience c'est très enrichissant. Je serais mieux m'y préparer. Pour tout vous dire en ce moment je tente de parler avec les x-woman que madame Sage m'a conseillé et d'évaluer celle qui accepterais mais bon pour le moment je n'ai pas encore eu trop de succès. Selon toi est ce que je dois tenter d'abordé la question avec tact comme je le fais naturellement ou me forcé à le demander franchement ? Je sais ça peux paraître bizarre comme question mais bon comme ma première approche n'a pas été très concluante je préfère en profiter pour essayé de progresser.

Je venais de posé une question afin de tenté d'obtenir une ouverture pour demander à Amy de me prendre sous mon ailes mêmes si je commençais à pensé que le cas du refus catégorique gagné en probabilité. J'ignorais si il s'agissait d'une impression causé par mon stress où si c'était bel et bien le cas mais je n'osais pas encore demander directement à Amy de me prendre sous son aile. Le début de la rencontre m'ayant rendu cette simple question bien plus dur à posé je tentais de trouver le meilleurs moyen de lui demander sans paraître inconvenant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Héritier cherche héritage[PV Amy]   Lun 29 Sep - 18:08

Alan écoute avec attention, une attention dont je ne pense pas avoir faite preuve durant mes cours ou mon entrainement ; c’est vrai que l’on tient là une discussion de mentor à apprenti à bien des niveaux mais s’il est directement question de cela ce n’est qu’un point de vue de plus parmi ceux qu’il a demandés ; après tout s’il écoute ceux qui sont passés là avant lui afin de se préparer je ne dois être qu’une parmi d’autres, même si ces autres sont peu nombreux. Caitlyn, Jubilee, Rachel, Ororo, Sage ; ce doit être tout ce qui reste et considérant les indisponibilités de certaines il aura rapidement fait le tour de notre équipe d’amazones.

Pour une fois les questions ne le font pas s’écarter trop du discourt même s’il continue d’y réfléchir après coup. Il apprend, par l’écoute et l’enregistrement, c’est un début de formation déjà. Je suis plus douée pour parler que pour entrainer, c’est un fait ; je suis plus douée pour parler que pour beaucoup de choses et dans le cadre des X-Men mon entrainement olympique se doit de me permettre de ne pas être à la ramasse, le temps venu. Un être humain normal n’a aucune chance face à moi, une vingtaine d’êtres normaux non plus, mais ce n’est parfois pas suffisant que ce soit face à un mutant ou à son côté, tandis que je me dois ne de pas mourir car j’ai trop de personnes proches pour disparaitre ; l’ultime sacrifice n’est pas pour moi, cela a toujours été aussi clair que le fait que je tâche de m’en convaincre tout autant que du fait que je puisse tuer quelqu’un part moi-même.

- Pour ce qui est de mon coté sportif pour le moment j'ai principalement fait du kung-fu, enfin le style Nam Pai Chuan inspiré par les combat des animaux de manière intensive ces quatre dernière années. – est-ce que ça sera suffisant ? aucune idée – C'est la seul façon d'avoir un niveau de deuxième Dan en si peu de temps. – sans doute, j’ai pas la moindre idée de mon niveau mais de toute façon vu le combiné je ne suis pas sur que ça puisse se classifier ; et vu mes capacités je ne suis pas sure que ça soit utile – En tout cas merci de m'avoir fais partager ton expérience c'est très enrichissant. Je serais mieux m'y préparer. Pour tout vous dire en ce moment je tente de parler avec les x-woman que madame Sage m'a conseillé et d'évaluer celle qui accepterait – ah ouais, quand même ; ça en revanche c’est pas du tout la bonne méthode – mais bon pour le moment je n'ai pas encore eu trop de succès. – surprenant ; quand on limite des gens à une fonction et qu’en plus ils sont remplaçables par d’autres au besoin c’est sure que ça fait pas envie pour lesdits gens de s’investir dans un truc aussi personnel et aussi important – Selon toi est ce que je dois tenter d'abordé la question avec tact comme je le fais naturellement ou me forcé à le demander franchement ? Je sais ça peux paraître bizarre comme question mais bon comme ma première approche n'a pas été très concluante je préfère en profiter pour essayé de progresser.

- Alors personnellement, je ne crois pas que cela ce demande comme ça, de but en blanc, ni que cela s’évalue comme une vulgaire variable. Les X-Men ne sont pas des fonctions qui sont à dispositions, ce sont des personnes ayant déjà pas mal à faire généralement à cause de leur devoir ou de leurs problèmes. Même demander avec tact ça me laisse dubitative parce que ce n’est pas aussi simple. Un X-Men ne prend pas un apprenti comme il le ferait pour un steak-frittes au resto. Faut déjà qu’ils se connaissent, qu’il y ait des liens entre eux, qu’ils s’entendent à défaut d’avoir les mêmes idées. J’ai fait deux ou trois mois d’escalade avec Jub’ avant d’avoir mon premier entrainement qu’on peut appeler d’« apprentie » et je n’ai jamais demandée directement à Jubilee d’être ma mentor. Cela s’est fait, c’est tout. Ça a commencé par l’escalade, puis suite à l’événement traumatisant qu’a été Mutant Town et au fait que j’ai commencé à m’entrainer pour pouvoir me défendre elle m’a prise sous son aile. Après le Met on a mit les bouchées double et j’ai commencée à manifester le désir d’être X-Woman et voilà, c’était parti. Presque cinq mois à ce côtoyer et à apprendre à se connaitre, à faire des activités, avant qu’on entre réellement dans le « truc ».

Oui, bon, je ne suis pas sure d’être un exemple ; avec Caitlyn on a reçu le X très rapidement, moi parce que je faisais quasiment plus que cela et elle parce qu’elle avait déjà l’entrainement des Maraudeurs derrières. De norme ça prend des années, pour nous ça c’est compté en mois. Après je ne pense pas que l’approche du mentor doive être bien différente depuis qu’il n’y en a plus de désigné comme à l’époque où Xavier se chargeait de former ; je crois qu’il le fait encore mais seulement dans de très rares cas et pas toujours liés à l’Institution. Enfin ça ne nous concerne pas puisque c’est lui qui choisit ses élèves s’il le fait toujours, non l’inverse ; pour ne pas dire que c’est toujours le X-Men qui choisit ses élèves et non l’inverse. Ça a été comme ça pour les deux de Caitlyn, pour nous deux lorsque Jubilee nous formait, idem pour l’équipe de Karma… tous les exemples à donner ces dernières années, quoi. Bon après, niveau X-Men complètement formés… depuis deux ans, je crois qu’on est les seules avec Caitlyn. D’un autre côté je ne crois pas que beaucoup d’X ont des apprentis ; Caitlyn avait Sanzo et Kaya puis suite à la fin de l’équipe de récupération je crois que Kaya est partie avec Jubilee mais c’est à vérifier, Karma est partie et son équipe a été dissoute aussi, Ororo et Emma ont jamais prit d’apprenti, Rachel non plus, et moi j’ai foiré les deux tentatives d’aider ceux de mes coéquipières.

- Je pense que si tu vas voir un X-Men que tu ne connais pas ou peu et que tu lui demandes comme ça, que ça soit franc ou avec tact tu te feras remballer. Le Projet Héritage est sensé encadrer et faciliter la tambouille, je sais, mais ça reste très théorique ; je ne me doute pas que Sage t’ais conseillés certaines d’entre nous pour des raisons idéologiques, après elle reste très théorique elle-même. Après à connaitre les personnes qu’elle t’a conseillées tout en les informant que tu veux en effet être X-Men, ensuite il faut voir si le contact passe pour aller plus loin. C’est pas une demande, c’est quelque chose qui ce construit cette relation de maitre-élève ; les X-Men ne sont pas des profs qui te feront des cours, ce n’est vraiment pas scolaire.

Il me faut quelques deux-trois secondes de réflexion pour trouver un exemple et je bénie Caitlyn d’avoir été outrée que Rachel ne connaisse que les Star Wars Disney et lui ait ainsi montrée la trilogie originale.

- C’est comme avec les Padawans et les Jedis, tu vois ?

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alan West
Résident(e) à l'Institut Beta
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 01/06/2014
Age : 27

MessageSujet: Re: Héritier cherche héritage[PV Amy]   Mer 1 Oct - 12:53

Je venais de donné des détails sur mon coté sportif et avait continué la discussion sur les X-men. Amy avait écouté mes propos. Je savais que j'étais susceptible de commettre des erreurs même si je ne le voulais surtout pas. Après tout, l'erreur étais humaine et j'avais tendance à en commettre mon lot. Je me remémorai un peu les propos de Sage qui voulais que je sois spontané. Je me demandais comment je pouvais y arrivé quand j'étais stressé car ma spontanéité me faisait faire nombre d'erreur. C'est alors qu'Amy pris la paroles.

Amy m'avoua ne pas pensé que cela se demandais où s'évaluait. L'interne précisa que les x-men n'étais pas des fonction à disposition. Elle expliqua ensuite que les X-men ne prenait pas d'apprenti à la légère, mettant en parallèle les journées très chargées des X-men. Mon stress commença à disparaître en entendant les propos d'Amy. Je n'aurai pas à vraiment le demandé et juste apprendre à mieux connaître un X-men en voyant si le courant passe bien. Même si Amy ne m'avait pas vraiment donner de conseil dans ses propos, je les prenais comme telle. Ils me semblaient bien plus naturelle et cette méthode me semblait bien plus naturelle pour moi.

Elle m'expliqua ensuite comment elle avait eu son mentor. Le tout ayant commencer avec des séance d'escalade pendant deux trois mois avec Jubilee avant d'effectuer son premier entraînement d'apprenti. Elle m'informa qu'après mutant town, elle avait commencé à s’entraîner pour se défendre puis petit à petit Jubilee l'avait prise sous son aile. Une fois qu'Amy avait indiqué son désir d'être X-woman les chose s'était lancé. Amy évalua se temps à 5 mois. 5 mois où Amy et jubilee apprirent à se connaître, à faire des activités.

Par la suite, Amy me précisa qu'elle pensait que si j'allais voir un X-men et que je lui demandais comme ça, il serait plus que probable qu'il refuse. Elle me précisa que le projet héritage était censé encadrer et facilité la tambouille mais cela n'était que pur théorie. Elle précisa ensuite qu'elle ne doutait pas que Sage ait conseillé certain X-men mais elle ajouta que Sage aussi étais très théorique dans son approche. Amy me conseilla ensuite de tenté de connaître les personnes qu'elle m'avait conseillé en les informant que je voulais devenir X-men et de voir si le contact passait pour aller plus loin. Elle me précisa qu'il ne s'agissait pas d'une demande mais de quelque chose qui se construit une relation maitre-élève. Amy finis par faire une analogie entre les X-men et les chevalier jedi.

Je fus soulagé. Je n'avais plus à demander si on accepterait d'être mon mentor mais juste de réussir à mieux connaître les x-men. J'avais commis une erreur et grâce à Amy je m'en rendais compte. Ne pas avoir à demandé si elle accepterait d'être ma mentor étais ce qui me convenait le mieux. Je me rendis compte alors que sans m'en rendre compte j'avais plus où moins suivi les conseils d'Amy vis à vis d'elle. Il ne me restait qu'à être naturelle et voir si le cette relation pourra naître avec Amy. De plus cette manière de trouver un mentor avait un avantage certain. Elle me permettrait de mieux contrôlé ma timidité et de continuer à évoluer.

-Je peux t'avouer que je suis rassurer. Demandé des faveurs à d'autre personnes m'est très difficiles. La méthode que tu m'a donné est plus proche de ma personnalité. Mais je comprend ce que tu veux dire avec le coté padawan et jedi. Enfin, je crois. Donc, en faite ça ne seras pas moi qui choisirai mon mentor mais plutôt mon mentor qui me choisira ? C'est un peu pour faire un parallèle à ce que tu as dit plutôt, le même type de rapport qu'il y avait entre un chevalier et son écuyer.

Je regarda quelques secondes en direction de la fenêtre cherchant le meilleurs moyens de posé la prochaine question que je désiraient posé.

-Selon toi, qu'est ce qui est le plus important pour être un bon padawan ?

Ma question faisait référence à son analogie afin de la rendre le moins formelle possible, je l'avais surtout posé afin de savoir si je devais accélérer ma progression où si je devais la laisser suivre son cours naturellement. Je savais que j'avais déjà commis une erreur sur mon approche et je me préparais à m'adapter pour si je n'arrivais pas à éviter les erreurs pouvoir au moins les réparer rapidement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Héritier cherche héritage[PV Amy]   Sam 4 Oct - 18:46

Joie, détente des muscles, les signes sont nombreux encore à être interprétés et mes paroles ne le rebutent pas, il a fait une erreur mais il ne s’en fustige pas pour une fois, il est juste apaisé. Rassuré, comme il l’avoue lui-même ; demander des faveurs lui est très difficile ? Ce n’est pas surprenant mais encore une fois il tire à côté car c’est loin d’être une faveur que de prendre un apprenti. Ce que je fais ici peut être comprit comme tel car cela ne me coûte rien que de l’aider, conseiller les autres est l’investissement qui m’est le plus naturel en tant que psychologue. Prendre un apprenti est d’un tout autre niveau.

- Donc, en faite ça ne seras pas moi qui choisirai mon mentor mais plutôt mon mentor qui me choisira ? C'est un peu pour faire un parallèle à ce que tu as dit plutôt, le même type de rapport qu'il y avait entre un chevalier et son écuyer.

- Je ne pense pas que l’écuyer soit destiné à devenir chevalier à son tour et sais que l’X-Man n’est pas dépendant de son apprenti, néanmoins l’idée y est.

Excellente question que cela et son regard vers la fenêtre me laisse le loisir d’y réfléchir : je veux bien que dans le médiéval fantastique l’écuyer puisse être considéré comme un apprenti et non un suivant d’un chevalier mais dans la réalité historique je ne demande ce qu’il en est. Après, c’est d’une importance faible, juste une question de culture générale mais j’adore en avoir une grande, ne serait-ce que pour satisfaire ma curiosité.

- Selon toi, qu'est ce qui est le plus important pour être un bon padawan ?

- Aucune idée, je ne suis pas sure d’en avoir été.

Trait d’humour ou lapsus ? Un peu des deux je crois. J’étais docile à l’époque, oui, et j’ai fait de mon mieux, mais de là à avoir une caractéristique principale faisant que j’étais une bonne élève…

- L’implication et la volonté, surement. C’est plus ou moins ce qui sera commun à n’importe quel entrainement, pour ne pas dire n’importe quelle chose, que l’on aura à faire. Beaucoup des inscrits à Héritage ont attendu que tout leur tombe tout cru dans le bec, c’est pour cela que le truc n’a pas fonctionné. Ils ont du croire qu’être X-Men se ferait comme les cours, en allant poser son cul sur une chaise et attendre que ça passe avec pour seul objectif d’avoir une bonne moyenne à la fin du trimestre ou du semestre, selon les âges. Quand j’ai essayé d’ouvrir mon cours, qui s’appelait Colosseum et avait pour but de fournir des bases dans des domaines divers comme le pilotage de motocycles le tout sans risquer de dommages psychologiques et en leur enseignant l’esprit d’équipe, j’ai eue une liste d’inscrit complète très rapidement mais au final il n’y a eu qu’un seul présent. Comme il y avait une liste d’attente on a pu faire venir un autre élève, donc même pas une équipe complète, pour essayer de faire le truc. Catastrophe totale ; non, ils n’avaient pas le même niveau, pas la même mentalité, mais même lorsqu’on essayait de les faire travailler en équipe c’était bon qu’à faire monter le gaz. J’ai coupé court à la séance comme au cours global avant que ça pette. L’un des deux élèves est revenu d’une mission après avoir pise une balle et l’autre a été manipulé pour servir d’infiltré contre nous et a finit à l’asile. Ils étaient investis, ils avaient un mentor… mais je m’égare.

Je me suis perdue dans les souvenirs, dans ces causalités que j’ai observées de loin et dont je me suis probablement dédouanée par le déni. Je n’étais pas pour envoyer des élèves sur le terrain non plus, personnellement à chaque fois que j’y avais foutu les pieds je m’étais faite massacrer et traumatiser X-Men ou pas ; la salle des dangers est bien plus sure mais Caitlyn les avait jugés prêt pour la réalité. Elle avait sans doute raison mais ce qu’elle n’avait pas prévu c’était qu’elle ne supporterait pas de risquer de les perdre ; un échec, un fiasco et l’équipe de récupération malgré toutes ses réussites a été dissolue alors même que les deux élèves étaient encore partant.

- Je sais ce qu’est un bon mentor pour en avoir connue une, je ne sais pas ce qu’est un bon padawan parce que j’en ai pas eu et ne veux pas en avoir. J’ai foiré deux fois avec des apprentis d’autres alors je ne préfère pas m’y essayer seule. Je suis mauvaise professeure et s’il est bien une chose sur laquelle il ne faut pas foirer c’est la formation d’un X-Men. Ça peut détruire des vies.

Je ne l’ai jamais vécu mais j’ai vue ce qui est arrivé à Caitlyn lorsqu’elle a faillit perdre les siens ; ça l’a plus atteint que Sanzo et Kaya je crois, et même si elle n’a pas détruit leurs vies elle aurait pu se détruire la sienne par culpabilité et remord. Prendre un apprenti est un investissement de temps, d’efforts et du cœur mais c’est aussi prendre un gros risque pour soi comme pour lui et je ne suis pas prête à le faire personnellement.

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Héritier cherche héritage[PV Amy]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Héritier cherche héritage[PV Amy]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bonjour, je cherche à acheter des produits GOSH
» Urgent - Cherche enfants Italiens 10/12 ans pour Voix Off
» Cherche un pseudo du nom de Coche
» je cherche 1 permutant
» Cherche conjointe OU mère

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: L'Institution Charles-Xavier et Alentours-
Sauter vers: