AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Touché coulé [Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Warren Worthington
Résident(e) à l'Institut Beta
avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 30/03/2012
Age : 29

MessageSujet: Touché coulé [Libre]   Mar 14 Juil - 21:13

[HJ: Je précise que le RP est un peu... Euh : alien . Mais je voulais laisser l'occasion à un jeunôt de l'institut d'éventuellement sauver un pauvre vieux X-Men déchu ou presque. Puis c'était pour changer du retour dans le hall: coucou c'est moi, personne pour m'accueillir ?]

Belle réception pour son retour à l'institut.

Cet abruti de prof avait oublié d'éteindre l'aspirateur de la piscine. Et comme surenchère de sa débilité profonde, il insistait pour que Warren ait la gentillesse de se rendre à la piscine puisqu'il avait cours. Demander à un mutant pour qui l'eau était mortelle d'aller éteindre l'aspirateur dans un bain de chlore, c'était d'une intelligence remarquable, n'est-ce pas ?... Enfin, si l'intention était de réellement tuer le revenant, c'était effectivement très intelligent, sans ironie aucune.

Quoiqu'il en soit, Warren n'ayant pas eu le coeur à refuser -lui aussi avait sa part de finesse pour le coup.- se dirigeait d'un pas digne mais lassé vers le terrasse-râlant d'ailleurs au passage sur l'idée de l'avoir fichue en hauteur. Quel lieu incongru.-. La piscine représentait une de ses peurs enfouies les plus profondes. Après tout ce qu'il avait vécu comme aventures, frôlant plusieurs fois la mort, incluant la perte de son âme quand un malade mental avait décidé de le transformer en ange de la mort, s'en était presque amusant. Oui, bien qu'il le cache efficacement, les surfaces d'eau un peu trop profondes étaient une véritable terreur pour Angel. La faute à un épisode particulièrement traumatisant dans sa jeunesse. A 17 ans, après le développement de ses ailes, il avait eu envie de piquer une tête dans l'immense piscine de son père. Les longueurs qu'il enchaînait au début de son adolescence pour évacuer le stress de ses études ou de sa vie mouvementée en général lui manquaient. Evidemment, ses ailes gorgées de liquide s'étaient terriblement alourdies et emporté vers le fond, Warren avait bien failli mourir. C'était son père, heureusement en bonne santé malgré son âge qui l'avait sauvé. En se réveillant, évidemment, ce dernier, inquiet mais surtout furieux lui avait asséné une baffe gigantesque. A croire que le gêne X avait affecté son crâne, lui donnant non seulement les ailes mais aussi le cerveau de l'oiseau. Sur le coup, effectivement, l'adolescent s'était trouvé particulièrement stupide, et encore aujourd'hui vu le traumatisme que ce "détail" causait.

Enfin bon, il était un ancien X-Men, une piscine de terasse "n'allait quand même pas le faire reculer, même s'il semblait présentement le narguer. La lumière filtrant à travers la fenêtre rendait le fond de la piscine cristallin. L'aspirateur abandonné dans un recoin bullait tranquillement, ronronnant comme un chat bien content qu'on l'ait laissé tranquille. Angel qui avait retiré ses chaussures s'approcha, se demandant pourquoi avec toute la technologie dont disposait le manoir- même si ce dit aspirateur particulièrement léger et design semblait de dernier cri.- ils devaient utiliser cet engin. D'ailleurs, n'y avait-il pas suffisamment de mutants ayant des pouvoirs en relation avec l'eau ? Bon d'accord, profiter des élèves n'était pas forcément éthique, sans compter que les profs avaient autre chose à faire... Bon de toutes façons, ça n'était pas son problème, lui n'avait qu'à éteindre la bestiole, personne ne lui demandait de nettoyer-il ne manquerait plus que ça.-

Prudemment donc, Angel se pencha sur le rebord, néanmoins, ne fréquentant plus les piscines depuis très longtemps, il avait oublié que le moindre déséquilibre pouvait entraîner un drame. Ainsi, en se relevant un peu trop vite, le jeune homme sentit ses pieds partir en avant, ses doigts accrochèrent le carrelage mais sans autre effet que la torsion de ses bras tandis que son corps plongeait en entier dans la piscine. Le mutant sortit sa tête du bassin mais les bras cruels de l'eau l'accrochèrent avec avidité. Sans doute que le blondinet lui ayant échappé 15 ans auparavant lui avait manqué. Désormais plus fort, Angel se débattit un bon moment sans pourtant parvenir à rejoindre le bord. Il coulait au fond, s'appuyait par terre et poussait pour remonter, respirer un peu avant de couler à nouveau. Inexorablement, le jeune homme perdait ses forces et sa régénération ne pouvait rien contre le manque d'oxygène.

Plus Warren se débattait, plus il s'enfonçait, les ailes maintenant complètement imbibée d'eau et de chlore. Quelle mort stupide. La signature parfaite de ce qu'avaient été ses dernières années à l'institut en tant que X-Men, une farce, une farce amère.

Il n'eut même pas l'idée de crier, sans doute honteux jusqu'au bout, prisonnier du carcan de son éducation. Bien sûr, son combat pouvait durer encore un temps car le mutant était quand même résistant, mais ça n'était qu'une question de minutes. Une heure peut-être ? Le temps qu'un cours s'achève, ensuite... Ensuite on le retrouverait noyé. Au final, si ses ennemis n'avaient pas trouvé le moyen de l'éliminer, il l'avait fait comme un grand.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Touché coulé [Libre]   Mer 15 Juil - 7:10

Ou on nage, ou on vole : la nature est ainsi faite qu’elle ne donne pas souvent l’opportunité de la polyvalence et au fond c’est tant mieux. Un poète disait combien l’albatros était un oiseau majestueux dans les airs mais complètement gauche lorsqu’il se retrouvait sur terre puisque ses ailes de géants l’empêchaient de marcher. Oui et bien celui-là n’a jamais vu un mega pigeon en train d’essayer de nager le crawl, parce que ce n’est pas embarrassant comme spectacle mais totalement con.

Le pseudo de Warren c’était angel. Il ne s’était pas cassé l’occiput pour le trouver, une paire d’ailes blanches et roulez jeunesse. Le genre de pseudo qui fait mouiller la culotte des petite fille en fleurs quand elle ne sont pas rivées devant l’écran à regarder de beaux vampires ténébreux tenter de jouer à un concours de charisme avec des loups garous virils au torse épilé et musculeux. Angel donc pour tout ce qui va avec, asexué ? Certaines mauvaises langues disaient que vu son engagement pour les x men ces derniers temps, le fait était avéré que la seule paire dont il pouvait se venter, ce n’était pas dans le pantalon qu’on la trouvait mais dans le dos, mais le sieur semblait à voile et a vapeur si on creusait un peu dans ses préférences sexuelles, il paraitrait même d’après Ororo que le bel emplumé ne crachait pas sur les étudiants et quelques cours très particulier qui n’avait rien de…catholique. Bon, je ne me posais pas non plus en modèle de vertu dans l’Institut et donc surement mal placée pour jouer les mémères effarouchées : ce n’est pas pour rien qu’on nous avait imposé l’insonorisation de notre appartement, non ?

Tout ca pour dire que les prénoms d’archanges de mémoire, c’est du Michel, Uriel, Gabriel et toute la tribu des noms en « el ». (Rachel ? ….Nannnn, il faudra que je lui demande si elle se sent des odeurs de sainteté) et donc ce n’était pas MARTIN.
Cependant, Warren semblait avoir décidé de jouer le Martin Pécheur ce qui est encore une fois de plus totalement teubé puisque de mémoire, on ne trouve pas de poissons dans la piscine ( ou parfois des thons métaphoriquement parlant).
Je ne pourrais pas vous dire pourquoi je n’ai pas comme à l’habitude coupé directement par le parc après avoir fait ma demi-heure de méditation quotidienne, peut être que de savoir l’Institut quasi désert me poussait à flâner entre les lieux plus que de besoin, et puis j’étais resté suffisamment enfermée ces derniers mois pour ne pas savoir apprécier une bonne dose d’UV gratos et d’oxygène légèrement moins pollué que celui de new York. Je me suis d’abord fait la réflexion en passant devant le bassin que le quidam qui s’agitait dans l’eau comme si il essayait d’apprendre à nager à des plâtres dont il serait recouvert n’était franchement ni doué, ni très malin. Un second regard plus avisé me fit choisir définitivement la seconde option.

Je n’aime pas plus que ca l’eau, au grand dam de Jade d’ailleurs et j’avoue que durant quelques secondes j’ai bloqué devant le bassin en souhaitant que Rachel fasse son travail d’Agent de Sécu et redonne sa liberté au pauvre zouazio. Mais quand même, c’était Warren quoi ! Et finir sa carrière noyée dans un verre d’eau, c’est aussi con qu’Elvis mort d’une attaque cardiaque sur ses chiottes ou qu’un Jon Snow poignardé par….oups, pardon.

N’écoutant donc que mon héroïsme naturel et ma conscience professionnelle d’Intendante refusant de chercher d’autres financeurs que la Warrington compagnie pour remplir les caisses de la maison Xavier et assurer du coca frais dans les distributeurs de la cafète, j’ai décidé d’aller cherchais la poule…pardon, pigeon aux œufs d’or.

Apres un superbe plongeon soldé par un plat retentissant m’arrachant un « groumpf !!! » de mécontentement et augurant une séance de phasage pour éviter le ventre-écrevisse », je pataugeais comme un castor bourré et agrippais d’abord par les cheveux, le malheureux poulet, avant de lui chopper une aile et de grogner avec tendresse les mots rassurants et salvateurs

- Mais Bordel !!!! arrête de t’agiter ducon, tu ne vois pas que j’essaie de te tirer de là !!!!

Le ramener vers le bord, c’était pire que de trainer Jade chez le coiffeur ou d’expliquer à Rachel qu’il fallait qu’elle ouvre ses perspectives cuisinières à d’autres plats que de la pizza. En plus ben l’eau ca mouille un peu quand même ! Une fois grimpée sur le bord, je groumpfais encore en glissant en m’éclatant le menton sur le marbre ce qui valut un

- Grrrrr !!! mais tu me fais chieeeeeeer ! monte andouille ! tu sais le gaz, au moins tu n’aurais fais chié personne, hein !!!


Enfin sur le dos tous les deux, je constatais que mes lunettes de soleil étaient restées au fond de l’eau, je soupirais en reprenant mon souffle et balbutiais

- Salut Warren….tu as loupé ton atterrissage ou tu voulais en finir ? un ange ça nage pas, sinon y’aurait des cathédrales aquatiques….tu peux m’expliquer ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warren Worthington
Résident(e) à l'Institut Beta
avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 30/03/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Touché coulé [Libre]   Mer 15 Juil - 13:42

Il n'y avait aucune sensation comparable à celle de l'asphalte trop chaude picotant la paume des mains. Non vraiment, Angel avait beau voir défiler toutes sortes de « bons moments », rien n'était plus doux que cet instant où ses yeux le brûlaient, ses ailes lui pesaient et ses cheveux dégoulinaient. A 4 pattes le mutant toussa un bon moment, signe que le danger n'avait pas été feint et que la barque du Styx était passée tout près de lui, prête à l'embarquer pour le Tartare. Caitlyn lui avait réellement sauvé la vie... C'était fréquemment le cas entre collègues X-Men, au point que ça en était devenu une sorte de formalité avec le temps, mais cette fois-ci était un peu particulière. C'était probablement le sauvetage le plus pitoyable de l'histoire de l'institut... Parce que la cause était encore pire évidemment. Tâchant de s'ébrouer sans trop arroser la rouquine qui l'abreuvait justement de mots doux, Warren reprit contenance -tout du moins autant que possible avec son smoking à 1 000 dollars (acheté en solde !) dégoûlinant, ses cheveux et ses ailes ébourriffées-avant de répondre d'un ton enroué.

-Humpf... Merci.

Malgré le fait que la rouquine l'ait verni d'une jolie suite de mots versant dans le champs lexical de la courtoisie, Warren ne saurait passer outre cette réponse logique. Elle avait le droit de lui râler dessus après s'être littéralement mouillée pour sa personne, perdant visiblement quelque chose au fond de l'eau. Plissant légèrement les yeux, l'ex-naufragé aperçut une paire de lunettes de soleil.

-Désolé... C'était quelle marque ?

Demanda-t-il en désignant l'objet baignant au fond de la piscine dans l'unique but de lui le racheter. Après tout c'était encore une fois le minimum syndical même s'il suffisait de récupérer celles qui bullaient tranquillement au milieu de toute cette eau. Le geste aurait le mérite d'être aussi symbolique que sincère. Ensuite, les ailes toujours aussi ébourrifées mais à moitié sèches, Angel marcha-ou rampa misérablement, choisissez- jusqu'aux transat. Il s'assit sur l'un d'eux, jetant un regard noir à l'aspirateur tandis qu'il retirait de sa poche un téléphone portable dernier cri qui venait justement de pousser son dernier cri.

-Accident de travail.

Daigna finalement grommeler Angel en passant une main dans ses cheveux. Légèrement remis de son aventure, il releva ses yeux bleus vers la rouquine. Fut une époque, il n'aurait pas hésité à lui faire du rentre-dedans, car à défaut d'être porté sur ses étudiantes -et encore moins sur ses étudiants- contrairement aux rumeurs, Angel n'avait aucun scrupule quant à ses collègues -féminines.- Il faut dire que les super héroïnes dans leur tenue moulante... Hummm le mutant avait des excuses aussi. Mais non, aujourd'hui, c'était un gentil trentenaire marié-caché mais marié quand même- et il se tiendrait bien. Sans compter que Caitlyn avait un caractère aussi rougeoyant que son caractère d'après ce qu'il avait déjà pu observer, c'était le type de femme capable de castrer n'importe quel mâle, et ce pour le petit-déjeuner et le dîner avec une pause le midi. Les prises de tête n'avaient jamais été du goût d'Angel qui préférait alors les filles ne voulant de lui qu'une nuit sans plus de conversation.

Bref, passant donc outre les formes de cette chère Caitlyn qui plus est casée avec une autre femme, le blond acheva ses propos en montrant du doigt l'aspirateur. Ce truc là allait disparaître de façon plus ou moins mystérieuse très bientôt du marché, Angel s'en chargerait personnellement !

-Il faudrait couvrir cette piscine, c'est dangereux. Et ces aspirateurs de fond à la noix d'avantage encore.

Lança le jeune homme comme pour se redonner un brin de contenance d'un ton plutôt tranquille pour quelqu'un qui avait failli se noyer. Enfin bon, entre ce qu'il montrait et ressentait réellement... En bon entrepreneur et personne public, Warren savait pertinemment cacher ses peurs ou ses colères bien qu'aujourd'hui le masque ait légèrement glissé dans l'eau. En réalité il était surtout très énervé contre le prof qui lui avait demandé la faveur d'éteindre l'aspirateur et encore plus contre lui-même qui n'avait pas songé à refuser une seconde par pure courtoisie. Enfin bref, ce qui était fait était fait. Quelque part mieux que Caitlyn l'ait trouvé plutôt qu'un élève. La honte était été encore plus grande.

-Et sinon, comment vas-tu ?

Acheva le mutant d'un ton apparemment dégagé. La question en soi semblait un peu décalée mais il fallait bien commencer par quelque chose, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Touché coulé [Libre]   Mer 15 Juil - 20:57

La rousse jeta un regard éteint à son comparse tout en tentant d’essorer son t shirt complètement détrempé et d’en faire un nœud laissant son nombril et le haut de son tatouage à l’air libre. Puis elle ramassa son épaisse crinière couleur d’automne en un chignions avant de porter son attention sur la paire de lunettes reposant au fin fond des eaux bleutés de la piscine.

- Bah no stress pour les lunettes, ce ne sont pas celles de Jubjub, juste des merdasses payées 20 dollars sur ebay, j’aimais bien les teintes roses. Si j’en met c’est surtout pour ne pas effrayer les gens avec l’aspect surnaturel de mon regard, ca met mal à l’aise un regard électrique….les humains comme les mutants…J’sais pas…ils s’attendent à ce que j’balance des éclairs genre Star Wars ou un truc du genre ? Ca m’soule du coup je préfère camoufler ça sous des carreaux et basta.


Elle écouta avec une sorte de silence consternée les explications embarrassées de l’emplumé avant de lui murmurer d’un ton un peu consolateur.

- Heu man, j’veux pas briser ton bonheur mais on peut couper le contact de l’aspirateur via commande externe, par simple demande à Danger de la part d’une personne autorisée. Comment tu peux avoir vécu tant de temps ici sans savoir ça ? Tu savais que Xavier était chauve au fait ? Sérieusement Warren à quoi tu joues depuis ces dernières années ? Le prend pas mal hein ! Je ne suis pas la personne la plus exemplaire en termes de cohésion d’équipe surtout depuis ces derniers mois mais les autres, je sais qu’ils en bavent et qu’ils sont en sous-effectif…Pourquoi tu n’essayes pas de raccrocher aux Wagons. Il parait que Miss Cyl…Sage et Rachel ont décidé de relancer le programme héritage, une nouvelle génération de X Men va voir le jour, tu ne veux pas jouer le vieux sage auprès d’eux ? Ca les aiderait bien , t’es une putain de légende merde !

Elle étouffa un léger rire tout en se redressant démontrant une fois de plus à quel point son naturel avait enfin refait surface ces derniers temps.

- Hey tu sais que tu pourras quand même te vanter d’être le dernier mec depuis une éternité à m’avoir mouillé comme ça ! Amy va vouloir t’entartrer la face si elle apprend ça. Ta réputation de sérial lover n’a pas pris la flotte, elle !


Elle se releva enfin et s’étira offrant le spectacle ravissant d’une silhouette féline et ingénue à son vis-à-vis avant de placer sa main en visière au-dessus et de jeter un coup d’œil vers le manoir avec une expression plus adulte.

- Comment je vais ? J’ai toujours cru que tu nous méprisais nous autres, la jeune génération. On ne s’est que rarement adressé la parole du coup. C’est assez surprenant d’attendre de te voir destitué de ton role de X men et moi mise sur la touche pour instabilité pour qu’on finisse par se parler d’égal à égal.
Tu sais peut être que j’ai eu « quelques soucis » psychiatriques ces derniers mois, je suis restée cloitrée ici sans sortir de ma chambre. Trop de média, trop de pression…j’étais devenu un produit de consommation…je ne savais plus où j’en étais.
Je ne suis plus dans les X team, je refuse de me battre physiquement parce que je crois que notre combat c’est de se faire accepter DANS ce monde plutôt que de lutter Contre.
Le MRA m’a réveillé, je veux etre utile à nouveau et faire ce que je suis la meilleure à pouvoir faire, juriste, juriste Mutante. La mutation se porte à présent sur un plan politique et juridique ça, ça me plait. Je crois que mon combat est là.
Je vais mieux maintenant, je me sens…je ne sais pas…enfin à ma place !
Et Toi ? As-tu trouvé la tienne finalement ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warren Worthington
Résident(e) à l'Institut Beta
avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 30/03/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Touché coulé [Libre]   Mer 15 Juil - 23:50

Warren nota l'indice dans sa tête. Des teintes roses... Quoiqu'en dise Caitlyn, il chercherait  ce qui y ressemblait le plus pour lui l'offrir-la marque avec évidemment-, c'était la moindre des choses. Froid d'apparence, le jeune homme avait sa propre façon de remercier ou de s'inquiéter pour autrui, sobre, toujours discrète, au point qu'il puisse réellement avoir l'air ingrat. Peu lui importait en général, puisqu'éduqué ainsi, Warren ne voyait aucun mal à "porter ce masque". Au contraire, les épanchements exagérés lui semblaient aussi criards que vulgaires sans compter que ça ne résolvait absolument rien.

-Parce que je ne m'approchais pas, à raison, de cette maudite piscine oserais-je supposer ?

Répondit Angel à escient, sachant pertinemment que cette interrogation sur sa méconaissance du mécanisme de l'aspirateur vicieux allait bien plus loin. Evidemment, Caitlyn se posait des questions sur sa désertion/destitution. A vrai dire lui-même ne savait pas réellement comment nommer son départ. Etait-il parti ? Avait-il été subtilement viré ? Le mutant avait cessé de se casser la tête sur ce dilemne qui, lui non plus, ne règlerait rien. Quant à la demande de la rousse, il aurait pu choisir de l'ignorer ou prendre un air outré pour se défendre à grands cris. Encore une fois cependant, ni les justifications abusives, ni les hurlements n'étaient de son style, il estimait ne pas avoir à se sentir acculé.

De toutes façons, ça n'était pas à lui de dénoncer quelqu'un, il réglait ses problèmes comme un grand sans salir ceux qui l'avaient sali. De plus, Cait ayant précisemment été le sujet principal de la dispute, l'affaire était particulièrement délicate. En ce jour houleux donc, où chacun machonnait déjà sa rancune dans son coin, la mutante avait reproché à l'Ange de ne pas avoir été là pour sauver la rouquine, tandis qu'il lui avait calmement répondu être désolé pour elle -gardant pour lui l'expression d'une tristesse couplée à une culpabilité aussi sincères que profondes.-. Warren avait mécaniquement exposé le fait que la courageuse X-Woman savait pertinemment dans quoi elle avait mit les pieds, et, qu'il était hors de question de déclencher une guerre mettant en péril des milliers de vies pour en sauver une seule. Il avait aussi parlé en son nom, se référant à un serment fait bien des années auparavant, encore bien ancré dans son coeur. Bien sûr, son extrême franchise ainsi que son apparence neutre voire froide avaient décuplé la colère de l'africaine. Son propre indignation n'avait pas empêché le mutant ailé de comprendre Ororo à l'époque, ce pourquoi il avait espéré qu'elle saisisse son attitude en retour. Ne se connaissaient-ils pas depuis des années ? Elle aurait du lire derrière ses mots et surtout deviner que s'il n'avait pas fait parti de l'équipe de sauvetage, ce n'était pas de sa faute, il n'avait jamais fui ses responsabilités. Mais qu'importe... C'était fait maintenant, autant se concentrer sur le présent et notamment une réponse auquelle la victime de cette triste affaire avait le droit.

-Je me suis retiré en partie pour la même raison que toi. J'étais contre ce vent de violence qui s'annonçait depuis un temps déjà. Les attaques sans faire attention aux dommages collatéraux de font pas partie de mes principes.

Et oui, le je-m'en-foutiste de première s'était révélé être un des plus prudents du groupe, refusant de risquer d'avantage encore la vie des civils ou simplement des gamins de cette école. Probablement avait-il ses torts mais malgré leurs gêne X, tous restaient des humains, les erreurs faisaient indubitablement partie de leur vie.

Un sourire effleura les lèvres du blond lorsque Cait s'insurgea contre ses réactions au mieux passives, face aux événements récents. C'est vrai, Angel ne faisait que le strict minimum là-dessus, se contentant de lire les journeaux pour prendre des nouvelles. Les X-Men, c'était fini pour lui. Autant cela le rendait triste de songer à Jub, Sage et l'équipe en général car il devinait combien ces derniers en bavaient effetivement, autant il était persuadé que son rôle était terminé. Désormais, son jeu de cartes était différent, sans être mauvais pour autant non plus aimait-il à croire. Quant au terme de légende, il en était le premier surprit. Lui qui avait été "jeté" aux ordures comme un vieux chiffon inutile, le voilà tout à coup ensencé? Malgré sa capacité pour se contenir, sans doute rougit-il légèrement en songeant à l'enthousiaste de la demoiselle à son évocation. Beaucoup plus pudique qu'avant- où sa tendance fanfaron en avait énervé plus d'un et avait par ailleurs, failli lui coûter plusieurs bousculades dans une piscine bien profonde- le mutant n'en fit pas cas, laissant la remarque couler, bien que ça fasse plaisir et que ça effraye à la fois. Bon sang, si Caitlyn pensait ça de lui même après sa chute pitoyable dans l'eau, il n'avait pas intérêt à la décevoir pendant la conversation.

-J'aurais donné ma vie pour cette équipe, ils l'avaient déjà entre leurs mains, je la leur avais confié les yeux fermés. Néanmoins, lorsqu'il n'y a plus de confiance ni de respect, c'est le moment de partir chacun de son côté. Je n'étais plus qu'un individu isolé bien avant mon départ. De plus on m'a bien fait comprendre que mes conseils n'étaient plus désirables et mes capacités amoindries. Sans doute est-ce vrai... Et je veux pour preuve, notre jolie baignade.  

Acheva Angel d'un ton tranquille avec une mini touche d'humour au bout. En tout cas, il prenait soin de n'accuser personne même s'il était évident que parler de confiance cassée des deux côtés impliquaient que certains mots avaient été dit. Des mots que Warren avaient trouvé surréalistes mais qui avaient été prononcé dans un contexte rendant la chose impardonnable. D'un point de vue professionnel toujours.

S'ébrouant une fois de plus en tâchant de ne pas arroser sa voisine, le blond retira sa veste pour la tordre dans tous les sens. Elle était fichue évidemment, un tissu à 1 000 dollars ayant logiquement tendance à aimer particulièrement l'eau.

-Je te l'aurais bien proposé si elle n'était pas aussi trempée que nous.

Fit-il en guise de justification, ponctuant son propos d'un petit sourire charmeur dont il avait le secret même si l'expression "mouillée" à double sens était suffisamment directe pour le consterner un peu. Lui ? Prude ? Pas du tout, mais en bon aristo, grincheux avec les termes employés et bien hypocrites. On faisait ce genre de choses dans l'intimité, on ne le disait pas à haute voix. Mais qu'importe, pour le coup, l'humour un peu gras de Cait l'avait autant surpris qu'amusé. Aujourd'hui était un jour particulier.

-Dans ce cas je demeurerai prudent à l'avenir en te croisant dans les couloirs. Pas un regard. La réputation de gardienne jalouse d'Amy n'est plus à faire non plus.

Ah ça oui, la rouquine et sa compagne avaient fait parler d'eux et continuaient. D'ailleurs, il y avait pas mal de paris sur les fameux soirs où... Justement Amy mouillait sa femme dans le secret de la chambre insonorisée.

Quant à Angel; il traînait effectivement une sacrée réputation derrière lui, dont il ne se cachait d'ailleurs pas, en ayant même joué à une époque. Malheureusement cela lui avait porté préjudice à un point devenu inimaginable lorsque Ororo s'était imaginé qu'il pelotait tranquillement une mineure au lieu de voir la scène banale d'un professeur aidant une élèves qui boîtait. En classe, le blond avait fait mousser les filles -et peut-être quelques garçons qui sait- de part son attitude de prof ténéreux -quoiqu'un peu chiant et laconique parfois- mais sans jamais toucher à rien. Son unique erreur en la matière s'appelait Claudia Sullivan même si en réalité, il n'avait rien fait avec cette potentielle aventure âgée de 23 ans réagissant en fait comme une enfant. Toujours vérifier que la conquête était bien au courant et prête à accepter qu'il ne s'agissait que d'une rencontre éphémère, première leçon du vrai sérial lover. La seconde étant d'éviter de toucher à tout ce qui était élève ou résident. En revanche en ce qui concernait les collègues, Warren n'avait pas été très prudent, la cohésion d'équipe était si forte à son époque qu'aucune de ses minauderies n'avaient réussi à fissurer l'amitié qui unissait les premiers X-Mens.


-Vous mépriser ? Le quiproquo est aussi amusant que frustrant. En réalité je me considérais dépassé en comparaison des capacités de certains d'entre vous

A croire que le gêne X s'intensifiait chez ses hôtes à chaque génération, même si en fait Cait et lui appartenaient à la "même". Scientifiquement parlant en tout cas puisqu'ils avaient environ 3 ou 4 ans d'écart -même si Warren avait toujours la tête d'un jeune diplômé de sa promotion à cause de sa régénération cellulaire.- Quoiqu'il en soit, concernant l'éducation c'était en revanche tout un monde qui les séparaient, Angel ayant grandi dans un milieu aussi fermé que traditionaliste. C'était sans doute une des clés des impressions de la rouquine à son égard d'ailleurs. Warren ne demandait jamais après ses collègues, s'inquiétant pour eux de loin, en les contemplant de son regard d'aigle ou à travers de petits gestes anodins. De même, il avait tendance à vouvoyer même après des années, sachant que d'ailleurs, tutoyer Cait lui coûtait une lutte intérieure avec ses automatismes. Autant dire que tout cela n'aidait pas à le faire passer pour le gentil de l'histoire mais qu'importe, encore une fois, l'Ange se justifiait sur ce qu'il voulait bien expliqué, ignorant le reste quand bien même cela pourrait le "blanchir".

-Oui je le sais. Je sais ce qui se passe ici dans les grandes lignes... Tout du moins, ce à quoi j'ai accès, et autant dire que cela s'est réduit à une peau de chagrin. Mais qu'importe, du moment que je puisse m'enquérir de votre santé.

*Même de celle de cette vieille peau d'Ororo*

Avait-il songé non sans un brin d'ironie à la fois bien doux et amer. Faire référence à celle qu'il avait considéré comme une amie plus qu'une collègue l'attendrissait mais l'énervait également. Dire que tout cela était parti d'un simple malentendu, un malentendu grossier mais réparable... Jusqu'à ce que les idées divergentes apparaissaient et que le reste vienne se greffer sur l'abscès d'origine, scellant la séparation d'un groupe mais surtout de deux individus jadis unis.

-Je suis heureux pour toi Caitlyn, je pense que tu feras une bonne juriste, sereine, pacifique et honnête, c'est ce dont le monde a besoin. Sache que si tu as besoin de mon soutien, tu l'auras à titre personnel.

Acheva paisiblement l'ange, intérieurement stupéfait de l'avancée de Miss Elioth. Mentalement elle semblait plus mature et équilibrée que certains.

-Ma place se définit doucement. Elle n'est et ne sera jamais totalement fixe je crois, mais ça avance. Bien que je continue de m'entraîner assidûement, je ne me vois pointer le bout de mon museau par la porte pour proposer mon aide aux équipes d'intervention... Pour l'instant et probablement pour longtemps, je finance l'école, de même que l'on m'a proposé de reprendre mes cours d'économie. J'étais précisément ici pour ça aujourd'hui... Devrais-je croire au destin et renoncer après ce qui vient de se produire ?

Question amusée, légère inquiétude dans le regard. Angel aussi était décidé à s'investir mais plus du côté humain, soit en se consacrant aux élèves, à leur formation pour leur donner une chance de s'intégrer plus tard. Comme l'avait dit Caitlyn, se faire accepter DANS ce monde. Toutefois il ne savait toujours pas comment les adolescents réagiraient sans compter que l'économie n'était pas la matière qui donnait envie aux étudiants de se confier. En général c'était même plutôt ingrat car malgré son importance et le bénéfice au bout (l'intégration financière du mutant dans LE monde humain.) les élèves prenaient cette matière comme leur bête noire, la source de tous leurs problèmes. Heureusement que les filles en culotte à fleurs étaient trop occupés à le contempler pour mettre aussi le bazar, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Touché coulé [Libre]   Ven 17 Juil - 15:08

La californienne s’agenouilla au bord de la piscine tout en l’écoutant, elle hotta ses sandales et les installa sur le rebord bien au soleil afin de les faire sécher, son short en jean trempé lui collait littéralement aux fesses ce qui n’était pas des plus agréables mais pour l’heure, elle se demandait surtout combien de temps il lui faudrait pour être un tant soit peu sèche pour pouvoir regagner l’établissement, un petit quart d’heure suffirait largement à son gout et de toute façon la compagnie de Warren ne lui était pas désagréable.
Le discours de ce dernier l’étonnait quelque peu, il était empreint d’une vision si réductrice sur ce qui c’était passé qu’il lui semblait que le X Men n’était pas vraiment au fait des enjeux qui s’était produit lors du clash de l’équipe, ni de la manière dont ses propos pouvaient être interprété car apres tout, il semblait bien à la jeune rousse que Warren était le premier partisan du « cogne d’abord et vois ensuite » dont il se défendait à présent et que loin d’être de la mouvance pacifique, il était surtout de celle prônée par Ororo qui constituait a hurler « siniiiiiistre » à la tempête et de latter tout ce qui passait comme les super héros se devait de faire.
Warren n’était pas présent, c’est un fait mais si on ne pouvait pas le lui reprocher en pratique, on devait aussi se garder de considérer son avis comme une réflexion éclairée car loin des réalités de l’action, il n’en maitrisait ni les causes et surement pas les conséquences. Elle aurait pu le lui dire avec acidité mais elle avait changé sur ce point. Faire le procès de Warren c’était aussi faire le constat de son échec, à quel point avait-elle trahis les autres ? A quel point s’était-elle isolée et surtout qu’est ce qui restaient de ses promesses livrées au vent, plus grand-chose pour tout dire. Personne ne l’avait destitué pour tout dire, elle l’avait fait d’elle-même par entêtement à prôner une différence qui à ses yeux pourrait la rendre « nécessaire » mais tout le monde sait bien combien les cimetières sont remplis de ces gens indispensables…
La conclusion était édifiante : Warren avait loupé le train, et elle l’avait conduit dans le précipice : procédés différents résultats identiques.


- Revenir enseigner en septembre, c’est une bonne chose si tu veux mon avis. Les jeunes ont et auront toujours besoin de toi et de ce que tu peux leur donner pour construire leur futur, c’est notre rôle d’éducation et celui de voir bien au-delà d’un simple problème de mutation. Ce n’est pas facile, mon job d’intendant me le montre tous les jours, je jongles avec les budgets et les sollicitations interne et externe : c’est plus que de la communication mais je ne t’apprend rien.
Ce que je peux te dire par contre c’est que si tu peux faire quelque chose alors il faut le faire. Tu n’es pas seul avec tes doutes et tes déceptions, nous avons tous mangé cette merde et nous en mangerons encore ce n’est pas pour autant qu’il faut….phaser et disparaitre et éclairs dans le néant, ou tomber dans les eaux d’une piscine. Laisser tomber c’est admettre l’echec, admettre que tu viens de perdre ton combat contre toi-même.
J’ai abandonné plus d’une fois…mais il y a toujours eu des gens qui m’aimaient pour m’aider à me relever, pour me montrer que j’avais tort. On devient fort pour les autres, par les autres : on s’affaiblit à cause de soi.
Je ne sais pas l’image que tu te fais des X Men, je crois qu’on a chacun la sienne et je crois qu’elle n’est pas moins ou plus valable que celle d’un autre. Je n’approuve pas la mouvance militarisé de l’équipe, j’ai mes raisons mais ca ne veut pas dire qu’elles sont bonnes. Nous n’avons jamais été très tendres entre nous. L’esprit d’équipe n’existe pas car au fond, nous sommes très humains. On se blesse plus souvent qu’autre chose, on m’a fait comprendre que j’étais une quantité négligeable, une combattante anecdotique : je ne l’invente pas, ce sont les mots de Jubilée « tout juste bonne à piloter le x jet ». C’était injuste et cruelle, pas apres ce que j’ai traversé pour cette équipe, pas après tant de sacrifices….j’en ai beaucoup voulu aux X Men d’être traitée comme ça, mon passé n’est pas…facile…un peu de reconnaissance, ça m’aurait vraiment permis de me rassurer. Ca n’a pas été le cas.
Alors je cherche à être utile autrement, le Droit me le permettra, j’ai décidé de me tourner vers le monde extérieur puisque le monde des X Men m’a tellement déçu. C’était un bon choix, je reste une x men, mais avec une opinion divergente, je brandis l’étendard de l’intégrationnisme comme combat, j’ai foi en cela. Nous pouvons faire de ce monde un monde meilleur et puisqu’on me juge trop mauvaise pour le faire par mes pouvoirs, je le ferais avec des livres, mon combat est aussi noble et difficile que celui de Rachel et autres, il est juste….dans une autre sphère, c’est tout.
Ecoute…
Il faut que tu trouves ta sphère Warren, ne veux-tu pas agir dans le monde comme tu le fait déjà ? Tu as les appuis financiers et les lobby te lèchent le cul pour tes investissements. Pourquoi ne pas porter le combat des mutants sur un plan…politique. Puisqu’on nous trouve digne d’intérêt pour rédiger une loi à notre propos, ne serait-il pas temps qu’on se permette de faire entendre notre voix dans le domaine politique afin de préserver nos droits puisqu’on veut nous les imposer ?
Les connexions, c’est ton talent Warren, cultive-le. Rends nous « visibles »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warren Worthington
Résident(e) à l'Institut Beta
avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 30/03/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Touché coulé [Libre]   Dim 19 Juil - 18:08

De la politique ? Lui ? Caitlyn aurait-elle perdue la tête ? Non, franchement, Warren ne se voyait pas avec un panneau géant au-dessus de la tête en train de réclamer des votes en tant que représentant des mutants. Bon, en fait, il comprenait l'idée de la mutante qui était d'ailleurs, loin d'être stupide mais cela ne le rendait que d'avantage frileux à l'idée. Il savait que faire des affaires et prendre parti n'était pas la combinaison idéale. C'était au contraire, le moyen de fabriquer une bombe capable de ravager et les affaires, et la position politique nouvellement acquise. Sans compter qu'Angel ne se mêlait pas à ces personnes, il se fichait de quel parti était ses clients, et évitait d'ailleurs soigneusement d'en parler, préférant une neutralité rassurante qui évitait bien des disputes au cours de repas aussi pantagruéliques que chers et ennuyeux, même pour lui le goinfre. Frayer avec ces gens était déjà risqué quand on avait un commerce; mais en plus, jouer dans leur cour devenait suicidaire.
-J'ai peut-être un ou deux contacts qui me doivent de gros services, mais ne compte pas sur les lobbys. Ils sont particulièrement frileux et susceptibles en ce moment. Même l'argent importe moins que leur sécurité, or les "mutants", c'est un très mauvais investissement pour eux. Tu n'imagines pas la difficulté que j'ai eu à me faire une place à leur table en tant que tel... Ils ont choisi d'ignorer mes plumes, mais certainement pas de les accepter. Imagine si je leur demande de parler au nom de tous les mutants. En revanche, on peut commencer doucement... J'ai fomenté un petit projet à l'origine imprévu dans mon entreprise. "Inspiring People" engage des mutans particulièrement touchés et handicapés par le gêne X, les plus rejetés de la société, or le journal Mutant Attitude m'a contacté à ce propos. Il suffit de partir du bas pour remonter le filon mais je dois être prudent... D'abord, je dois connaître les intentions et dispositions du journaliste qu'ils m'envoient. Ensuite, il faudrait commencer à démarcher auprès des mutants qui sont eux-même, loin d'être unis et tolérants les uns avec les autres, sans parler de leur méfiance... Puis voir pour les humains et le gouvernement.
Certains partenaires de Warren avaient pris contact avec lui parce qu'il s'engageait à demeurer neutre, c'était un fait extrêmement rare et plus précieux qu'on ne le pensait. Se positionner serait les perdre, faillir à ce qui le démarquait des autres, mais d'un côté, Angel souhaitait réellement aider le monde. Il n'en avait pas fini avec son devoir de justicier, même si cela devait se faire sans sa tenue -qu'il avait toujours trouvée aussi moulante que ridicule- de superhéros.
-Ecoute, je vais voir ce que je peux faire. J'ai des connexions, certes, mais je dois avant tout agir avec intelligence pour ne pas perdre la ligne. Quant à ma disparition, j'avais d'autres raisons, Archangel est apparu au coeur de l'institut, il a failli tout détruire. Il était redevenu l'être primaire et assoiffé de sang que ce fou a crée. Hank m'a maîtrisé, l'affaire a été étouffée mais je devais m'éloigner pour la sécurité même des élèves et de mes collègues
Eut-il à coeur de justifier, bien que ce soit fait d'un ton tranquille. Non, Warren ne se sentait pas du tout coupable d'être parti... Enfin si, en réalité, si évidemment, mais d'un autre côté, Ororo s'était éloignée car elle voulait une famille, fatiguant même les oreilles de  Warren avec ses excuses concernant son mari, ses retrouvailles avec elle-même et son enfant qu'elle portait et personne ne lui avait rien reproché.
-Je suis désolé Caitlyn, je ne sais pas ce qui s'est passé pour qu'on en vienne à des insultes aussi basses. Sache que je n'ai en tout cas, jamais pensé que tu n'étais "bonne qu'à piloter". Au contraire, j'ai la sensation que vous, les mutants de la nouvelle génération, êtes plus puissants que les anciens. Cause naturelle ou hasard, je n'en sais rien, mais allié à votre désir d'aider autrui, c'est un formidable pouvoir. Il faut simplement apprendre à le maîtriser. Les relations sont toujours difficiles, pour les humains comme pour les mutants. C'est le plus dur, la cohésion d'équipe, j'entends.
Continua le jeune homme, heureux que la rouquine ait trouvé sa place mais songeant que si elle faisait référence à ces mots injustes, c'est qu'elle n'avait pas encore supéré sa peine. Normal après tout, l'insulte avait quand même été grave. D'un regard légèrement absent, il observa la jeune femme dérouler son superbe corps avec un naturel à couper le souffle. L'idée de ce qu'il aurait fait pour "la consoler" avant le fit sourire mais comme précisé par son cerveau parfaitement -ou presque-, le blond se contenta de laisser son regard divaguer sur le parc de l'institut.
-L'âge aidant, on apprend qu'il faut parfois s'aider avant d'aider autrui, sous peine d'imploser et de détruire tout ce qui a été fait avant. 
Acheva l'ange en tâtonnant un peu sa veste pour voir si elle avait séché. Mouais, ce n'était pas encore ça, en plus elle était raide comme tout. 
-Quant à cette expérience totalement débile, elle vient de m'enseigner que la mort peut surgir n'importe quand et comment. Il faut aussi savoir vivre pour soi, être égoïste. Mais ne t'inquiète pas, je n'ai pas l'intention de laisser tomber quoique ce soit, juste d'être prudent et de me préserver. Je l'ai promis à quelqu'un Caitlyn. Je ne suis plus le seul dans cette histoire.
Oh comme il savait la douleur ressentie lorsqu'un être aimé au coeur de justicier se mettait en danger. Parfois, être trop altruiste relevait du pur égoïsme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Touché coulé [Libre]   Dim 19 Juil - 20:25

Caitlyn se contenta de se gratter un instant la joue avec un air un peu désemparé avant de poser son menton dans la paume de sa main lui donnant une fois plus cet air amusant de femme enfant .

Ah heu....Non, je ne voulais pas suggérer que tu te place en position de mire, de mon point de vue aucun X Men ne devrait le faire, nous sommes déjà bien trop impliqués dans le jeu politique des forces en présence avec le BAM ou les exigences du gouvernement, si un leader politique doit se faire entendre, il doit venir du peuple, un mutant sans autre ambition de se faire entendre lui et le droit de son genre mais ce que je veux dire c'est que nous pourrions lui être utile, avec nos talents et nos savoirs faire : nous serons bien moins exposés dans l'ombre et bien moins attaquable, moi je pourrais offrir mes talents de juristes et toi ta puissance économique et tes nombreux contacts.
Les arcanes du jeu politique c'est prise de tête, j'ai un beau frère qui adore ce genre de chose moi ca m'prend grave la tête.
Déja que ca me gonfle de devoir révéler au grand public qui je suis dans l'anonymat pour répondre aux exigences du MRA, je ne me vois pas en prime finir par présenter le journal télé sur mutos new york, la chaîne des mutants....


Elle lui adressa un sourire carnassier avec malice avant de lui tapoter l'épaule

Toi par contre, tu ferais fureur à l'écran en speaker ou en gogo dancer, je suis sur que tu dois en faire tomber plus d'une quand t'enlève ta chemise et pas parce que ton déo à rendu l'ame, t'as des sacrés tablettes de chocolat et rien à voir avec le nutella ! Hey rougis pas, je te charis hein, je suis une lesbienne convaincue alors te formalise pas, on pourrait chasser le même gibier, hé hé !

Elle s’allongea sur le bord de la piscine tout en plaçant ses bras en guise d'oreiller sous sa nuque et plonger son regard vers le ciel d'été

Puissante.... me fais par rire, mes lèvres vont gercées, c'est sur que je suis la seule x nem a avoir l'honneur de commander les rouleaux de papier toilette qui essuient les fesses de la x team : Wonder Intendante c'est déjà mieux que Wonder cafetière. Mais au fond, je m'en cogne ; qu'ils pensent ce qu'ils veulent de moi, on porte tous un x à la ceinture et je sais que j'ai mérité de le porter qu'importe qu'il soit en bronze quand d'autres affichent l'or. Ca m’ennuie par contre de m’entre pris la tête avec Ororo surtout avant qu'elle pête les plombs et décide de quitter la x team et de partir ouvrir une école en Afrique. On s’écrit, les choses se sont calmées mais son absence...Elle est difficile à gérer pour moi, nous sommes toujours comme mère et fille et ca me manque de ne pas pouvoir me confier à elle. Ajoute à cela un froid qui s'est installé entre moi et jubilée et tu comprendras que la camaraderie des x, pour moi c'est juste de la poudre aux yeux, au fond on ne se parle jamais entre x men : boulot, boulot, boulot.... C'est nuuuuul !

Elle se tourna pour regarder le visage de Warren avec un sourire franc et complice

Tu as fait des promesses ? OHHHHHHHH OHH ! On a à faire à super Cupidon maintenant ? Ce pourrait il que tu ais par laisser quelqu'un de démêler les plumes ? Y a rien d'mal ! Moi je démêles celles de Amy, c'est une vrai torture quand il faut les nettoyer mais on a « nos petits secrets ».
Je comprend que c'est important d'avoir une vie privée, moi sans mon épouse et mes filles, je ne suis plus rien : elles sont mon oxygène et ma raison de me lever le matin.
Et le ou la chanceuse ? Elle sait ce que tu es et ce que tu fais , si c'est pas indiscret ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warren Worthington
Résident(e) à l'Institut Beta
avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 30/03/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Touché coulé [Libre]   Dim 19 Juil - 21:38

Warren Worthington, rougir ? On l'aurait dit à n'importe qui le connaissant un tant soit peu -conquêtes, collègues, clients, partenaires- que cette personne vous aurait éclaté de rire à la figure. Si la naissance de ses pouvoirs avait bien freiné sa confiance en soi, c'était pour mieux l'exacerber ensuite. Le jeune effronté s'était effectivement rapidement rendu compte qu'un corps sans graisse superflu et des ailes d'ange étaient des atouts majeurs dans l'art de la séduction. Coupler le tout à son joli minois et à sa petite fortune -bien que ce n'était pas un de ses arguments favoris, il préférait la chasse au mérite- avait donné un véritable Serial Lover, avec une touche de morale -pas question de toucher aux mineures ou aux filles espérant le prince charmant- mais totalement imprudent. C'était d'aileurs plutôt étrange que les Worthington n'aient jamais reçu de filles enceintes en larmes. Quoique si, une fois, mais il se trouvait qu'en fait, cette petite menteuse ambitieuse avait fraudé, faisant passer l'enfant d'un autre pour celui de Warren alors tout juste majeur. Le test de paternité avait sauvé le blond qui avait alors, en effet, rougi pour la première et la dernière fois de sa carrière semblait-il.


Pourtant aujourd'hui, l'ancien X-Man se surprit à sentir cette impression à la fois étrangère et familière de joues qui chauffent. Les compliments de la rouquine qu'il aurait bien essayé de "des-lebienniser" à l'époque ne le laissaient pas indifférent, mais c'était surtout son insinuation de sa promesse faite à un "le". Comment savait-elle que c'était, ou plutôt que ça pouvait être un "le" ? Personne mis à part Ororo et David le savaient. Il avait pensé être discret pourtant !



-On passe de soutien politique à gogo dancer ? Sérieusement ? Mais puisque tu es apparemment une lesbienne convaincue et que ma vertu ne risque rien, permets-moi d'effectivement retirer cette chemise trempée. Avec elle sur le dos, je peux toujours rêver pour sécher.


Ah la discrimination sexuelle, elle passait notamment par ce petit détail: les hommes pouvaient sans honte dénuder leur haut alors que tout le monde hurlait dès qu'une femme esquissait un tel geste. Pour sa part, surtout avant, Warren aurait bien lutté pour l'égalité en ce sens. Toutes les femmes en soutien-gorge dans la rue par chaudes périodes. Les pauvres, il fallait penser à leur confort. Enfin, lui-même n'était évidemment pas un adepte de se promener de la sorte n'importe où vu son rang, sauf qu'aujourd'hui, c'était plus une question de pratique qu'autre chose. Le tissu pressé contre sa peau lui donnait l'impression d'étouffer, à moins que ce ne soit la gêne occasionnée par Caitlyn ? Sans doute un peu des deux ! Warren n'avait pas l'habitude de se retrouver face à des personnes qui crachaient leurs mots sans les mâcher en sa présence. C'était atypique mais assez plaisant, tout du moins naturel.

-Je vois ce que tu veux dire, mais ça reste risqué. Ce genre d'appuis est inévitablement mis en lumière et très rapidement. C'est prendre positions de toutes manières. Pire, on peut t'accuser de manipuler le pantin sur l'estrade, d'être le véritable "représentant", et là, ton parti perd tout le crédit gagné à grand renfort de campagnes, de porte-à-porte et de financements. Regagner le public sera encore plus difficile que d'avoir essayé la première fois. Cela dit, si une personne se présentait spontanément, sans rien avoir avec moi en apparence, je me ferais une joie de le sponsoriser. Néanmoins, il faudrait que cela vienne de la rue, pas que j'aille chercher notre fameuse figure. Mais sache de toutes manières que si tu aidais cette dite personne via tes talents de juriste, tu finirais de toutes manières sur "Mutos New York". C'est l'équipe qui est mise en avant, pas juste le leader. 

La prévint-il, sachant pertinemment que s'engager dans ce genre de choses impliquait de sortir de l'ombre ou d'être traîné à la lumière par les forces obscures des médias et pas souvent en bien. Ceux qui soutenaient se ramassaient toujours des critiques monstrueuses. Eux-même en tant que X-Men convaincus seraient accusés d'avoir trouvé dans cette relation un intérêt personnel. C'était au fond, peut-être encore pire que de ne pas se présenter soi-même aux élections.

-Si tu te penses capable de supporter ce poids sur tes épaules, c'est possible et je t'aiderais comme je peux. Seulement il va falloir beaucoup de patience pour attendre qu'un candidat potable se présente... Et surtout la jouer fine. Aucun coup fourré, un soutien économique propre, une maîtrise du droit impeccable, un respect des lois implaccables. Moi-même je préfère perdre de l'argent que d'aller au-delà. Celui qui commence à magouiler ou à jouer des limites finit par n'en plus dormir la nuit. 

Le regard sérieux d'Angel se fit d'avantage plus sérieux encore. Il devait maintenant répondre à la remarque concernant Ororo. Pour autant, l'ancien X-Man ne voulait pas non plus la salir. Il n'était pas ce genre de personne, sans compter qu'un zeste de respect pour cette grande femme qu'elle avait été demeurait ancré en lui.


-Ororo a beaucoup changé, et bien avant de partir de l'institut. Ce qu'elle fait en Afrique est aussi inattendu que... Positif néanmoins. Elle a choisi cette voie et ces conséquences. Conséquences qui te touchent hélas, mais il est impossible de changer cela. Ne t'en fais pas, petit à petit l'école se réorganisera et nous chercherons un moyen de te décharger.


Botter en touche, c'était ce qu'il avait trouvé de plus prudent pour cacher sa colère encore bien présente envers la femme aux cheveux blancs. Il la trouvait aujourd'hui particulièrement égoïste d'avoir laissé une Caitlyn désemparée qui se retrouvait à compter combien elle était débordée à un ancien X-Man aussi trempée qu'elle. Pour autant, que dire de plus ? La rousse adorait son aînée, il n'avait pas envie de mettre à mal leur relation, ni de se mêler de quoique ce soit qui concernait Ororo. Lui-même ne lui écrivait jamais, se contentant de prendre de vagues nouvelles en souvenir du bon vieux temps, pour s'assurer qu'elle allait bien, rien de plus. Cela ne l'intéressait plus, elle n'était plus une X-Woman à ses yeux, pas même une personne respectable sinon via son passé honorifique, ce passé où la camaraderie existait bel et bien. Quant à Jubilee, ayant été absent, il préféra se taire également, se contentant d'apporter son soutien à sa collègue comme il le pouvait. En tant que simple prof, autant dire qu'il ne pouvait pas faire grand chose.



La lueur de son regard jusque là particulièrement sévère mais sincère fondit pour se faire tremblotante. Malgré un Il avait retardé la réponse à la question pourtant la plus banale de Caitlyn. Sauf qu'avant d'avouer certaines choses, l'ange préférait encore déblatérer des heures sur la politique, sujet dont il se méfiait au plus haut point. Même face à une lesbienne il n'assumait pas, cependant, mentir ne le tentait pas non plus. Dès lors, comment faire ?


- Le ? Comment ça Le ?


S'étonna-t-il, espérant pouvoir jouer sur le genre afin de ne pas en arriver à mentir, sans compter qu'il aimerait bien savoir d'où Cait sorte cette information. A moins que ce ne soit une supposition ? N'empêche que le détail le taraudait. Pourquoi avait-elle dit "le" en premier, hein ?


-On va dire ça. Ne pense pas que je crois en l'amour, aux petits coeurs et aux jolis oiseaux, mais on s'entend bien-Annonça-t-il d'un ton fier. Personne ne devait connaître Warren la guimauve qui se fondait en mièvrerie devant son mari. P.E.R.S.O.N.N.E. - Oui cette personne le sait et l'accepte... Etant elle-même engagée dans certains projets... Disons potentiellement dangereux. En fait, elle appartient au BAM. Du coup, on s'est promis de faire attention et d'éviter de se donner entièrement.


Avoua le jeune homme, ignorant qu'en jouant sur le sexe via l'utilisation du mot "personne", il se rendait d'avantage suspect. Enfin bon, acculé contre le mur, son intention n'était pas de mentir à Cait, en plus il avait fait un effort en avouant que "cette personne" travaillait au BAM. Ah assumer, ça venait très lentement, mais ça venait. Si si.


-Et hum... Sinon, comment as-tu découvert pour les filles ? Je veux dire... Et ça ne t'as pas dérangé ?


Le beau gogo dancer potentiel avait perdu de sa superbe, mais il voulait savoir, il devait absolument comprendre comment les gens assumaient ça. C'était une telle perte de virilité et de crédibilité à ses yeux. En fait c'était encore plus tordu que cela puisque venant des autres il s'en moquait éperduement, n'étant pas homophobe pour un sou-à condition qu'on ne lui raconte pas dans le détail ses aventures d'un soir évidemment- mais en ce qui le concernait lui, à chaque fois qu'il voulait se lancer, il n'y parvenait pas. Impossible de le dire au grand public même si Lucas parvenait à le convaincre de prime abord que ce n'était franchement rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Touché coulé [Libre]   Lun 20 Juil - 7:26

Caitlyn Emilie Elioth-De Lauro est loin d'être finaude mais elle compense son naturel trop envahissant par une sincérité parfois si naïve qu'elle en devient charmante, elle ne sera pas doué ni pour la manipulation, ni pour le mensonge mais trouvera toujours le moyen de vous désarmer et de vous acculer par ses émotions et leur épanchement car c'est ce qui domine sa nature. Son pouvoir fonctionne à l’émotion et sa nature la pousse à ne devenir que cela, un concentrée d'énergie n'agissant que sous le flux de ses émotions qu'importe le message, tristesse, joie, colère, amour et haine. Comme un astre, elle rayonne bien souvent alternant phase de négativité à l'instar d'un trou noir et ardent désir de vivre comme à présent, personne n'a aussi bien incarné dans la vie le concept de « montagnes russes » qu'elle.

Le jeu de warren suffit largement à la duper et son effarouchement qui se veut une signe de protestation purement masculine contre une supputation d'homosexualité lui arrache un gloussement de poule satisfait d'avoir mis le doigt là où ca peut faire mal ou à défaut être génant, son humeur taquine l'exhorte à préciser les choses avec une certaine douceur et tendresse dans son attitude.

J'ai dit « il » parce qu'à mes yeux, l'amour peut se passer d'être sexué, je m'en tape que tu te fasses reluire par une nana ou un mec du moment qu'il ou elle t 'apporte le bonheur. Après les animaux, j'dis pas c'est chelou quand même, y'a des limites et puis je doute du consentement mutuel, il faut que ca reste humanoïde et doté de sentiments réciproques mais on se comprend non ? C'est parce que tu as une paire d'ailes que tous les pigeons du coin doivent vivre dans la peur de se voir faire exploser le croupion mais j'te dis pas les comptes rendus de justice que j'ai pu lire au sujet de zoophilie, même une fois en Arizona un mec qui se tapait des cactus, merde t'imagines ? Des cactus quoi ! Ah tu me disais tout à l'heure qu'une bonne juriste doit être infaillible et bien c'est ce que je suis, mon pouvoir a modifié le fonctionnement de mon cerveau et affecté ma mémoire la rendant exponentielle, tout ce que je lis avec attention est enregistrée et mémorisé à la lettre pres. Je suis une mine en terme de jurisprudence, bien plus efficace qu'un ordinateur. Ca ne me rend pas plus intelligente mais extrêmement précise et efficace mais pour ordonner et construire mes idées ou un raisonnement là c'est le merdier, mon cerveau est toujours assaillit par 100 idées à la fois et de façon anarchique, au début ça me faisait peur et ça avait au moins l'avantage de flanquer des migraines aux télépathes trop curieux mais on m'a appris ici à tenter de canaliser ce flux et le contrôler pour obtenir au moins un peu de cohésion dans ce que je raconte, tu m'aurais connu y'a 3 ans tu m'aurais détesté, personne n'arrivait à me comprendre tant je passais d'une idée à l'autre. C'est de la que provient mon surnom , Fuzzy : brouillonne.
J'ai beaucoup bossé la dessus et ça va bien mieux sauf que maintenant, c'est tout ce que je suis qui change, ma mutation n'est pas stabilisée, et je crains que ma déshumanisation ne soit pas prête de s’arrêter. Peut être qu'un jour, d'ici plusieurs siècles il est possible que je ne sois plus rien d'autre qu'une forme d'énergie émotive sans réel corps ni conscience intelligente, c'est ce que Moira a appelé «  évolution dégénérative », du coup on essaye de freiner ce phénomène. Je ne te cache pas que ca me fait tres peur, surtout de perdre ce lien avec mes proches au point de...de ne plus pouvoir communiquer avec eux.


D'un revers discret de la main , elle essuya une larme rebelle qui perlait au coin de sa paupière et se força à sourire

Mais y'a de raison que ça arrive, hein ! C'est pas une connerie de gène qui aura raison d'une têtue d'irlandaise comme moi !
Donc... Pardon pour m’être encore égarée en chemin, comment j'ai su pour les filles ? C'est compliqué ça, je n'ai aucun problème avec mon homosexualité, je la revendique même haut et fort, c'est un choix d'amour, je veux dire l'AMOUR. Tu sais, celui qui te fait dire de cette personne : putain je veux me réveiller chaque jour à ses cotés, connaître la moindre imperfection de sa peau et me fondre en elle jusqu'à la fin des temps, c'est ce que je veux et par dessus tout et qu'importe ce que je devrais sacrifier pour.
Je suis une californienne à la base, ma mère adoptive était une fondue du mouvement hippy et m'a élevé dans ce dogme, c'est à dire avec une liberté sexuelle totale et un besoin constant d'expérimenter pour trouver ma voie le hic c'est que le sexe ben ça me branchait pas plus que ça, coucher avec un mec c’était pour moi une sorte de « rituel de normalité », alors je l'ai fait
C'était pas vraiment l'extase, vite fait mal fait comme on dit et ma conclusion c’était « putain tout ça pour ça », je traînais souvent avec des gangs de latino et l'amour dans la rue, c'est souvent un concept, on va dire de mec qui se touche, de la connerie quoi. J'ai essayé avec une fille, c’était un peu mieux mais toujours décevant au final alors bon j'ai laissé tombé après tout je pouvais franchement m'en passer. Je n'ai ete amoureuse qu'il y a quelques années, c'etait un mec et il avait prit le temps de...de me parler, d'essayer de me comprendre, alors c'était un nouveau sentiment pour moi, on a commencé à vivre une histoire jusqu'à ce que...qu'il meurt et ca m'a détruit. Je crois que je n'attendais plus rien de la vie quand je suis arrivé ici et là j'ai rencontré un soleil, un soleil en forme de tournesol... Je suis incapable de t'expliquer plus que ça, un jour c'etait là, évident, lumineux : c'était elle ! C'était elle que je voulais, un amour irraisonnable et qui faisait mal mais c'était comme ça, on ne choisit pas, on subit l'amour.
J'ai su où était ma place le soir où on s'est embrassé, elle était entre ses bras et nulle part ailleurs ce que je peux dire c'est que personne ne pourrait me donner du plaisir comme elle le fait et je ne pourrais me livrer avec autant d'abandon à personne d'autre alors je m'en fiche qu'elle soit une fille, je l'aime merde, je l'aime c'est tout.
Nos ébats sont magiques et sensuels, un échange fait de violence et de douceur ; je reste bisexuelle je pense là où amy est une pure homosexuelle, il m'arrive d'apprécier le corps d'un homme mais j’avoue et ca reste entre nous que je m'attarde plus sur le corps d'une femme : surtout ses fesses. Hey c'est pas parce que tu es déjà servi que tu ne peux pas lire le menu, quoi !
Tout ca pour dire que je ne dirais pas que j'aime les femmes, non j'aime une femme une seule. Et si ca fait de moi une lesbienne et que je dois « vivre avec » je m'en fiche, je le revendique haut et fort car de toute façon, vivre sans elle, c'est un peu comme venir en ce monde sans jamais ne trouver sa vraie place : une perte totale et épuisante de temps !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warren Worthington
Résident(e) à l'Institut Beta
avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 30/03/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Touché coulé [Libre]   Dim 26 Juil - 18:24

[HJ: Désolé c'est bof, j'allais poster et j'ai tout perdu. Réecrire m'a demandé un effort surhumain xD]

-Hum... Je vois

Warren s'était longuement râclé la gorge avant de parvenir à articuler ces simples mots. Quelque part il enviait Caitlyn, élevée dans un milieu simple mais tolérant là où lui avait baigné aussi bien dans le luxe que l'intolérance. Worthington Senior était un homme d'affaires atypique, valorisant l'honnêteté et le travail, se refusant à éduquer son fils comme les autres, trop gâtés. Personne ou presque ne connaissait d'ailleurs les amours tumultueux quoique forcés de Warren avec des serpillères, des balais et autres produits de nettoyage, tard le soir dans les couloirs de l'entreprise de son père qui lui paraissait alors plus grande que jamais. Son géniteur frayait aussi beaucoup avec les nouveaux riches, ceux qui avaient bâti leur fortune à partir de leurs mains et non grâce à leur patronyme. Ce n'était d'ailleurs pas au goût de ceux qui étaient bien nés et qui le regardaient de travers. Oui, vraiment, l'homme avait été un fin stratège en choisissant de se faire des amis parmi ces personnes talentueuses au lieu de privilégier l'héritage, mais on n'échappait jamais vraiment à sa classe sociale. Autant Angel avait été éduqué de manière plus "humble", autant on lui avait enseigné à être aussi cynique qu'intolérant. L'Amour n'existait pas, c'était une invention pour consoler les gens de la "basse" qui n'en acceptaient que mieux leur médiocrité. Ces fainéants dont ne ferait certainement pas parti son fils a qui il avait mit un balai dans ses jeunes années, le forçant à gravir les échelons petit à petit pour lui montrer que ceux qui le voulaient vraiment pouvaient réussir. Les autres se contentaient de parler de boire de l'eau fraîche et de babiller dans le vide. Et leurs émois étaient encore plus vains, plus faux lorsqu'ils se pensaient épris d'une personne de leur propre sexe.

Les mutants, les homosexuels... L'éducation de Warren l'avait profondément marqué, et s'il évoluait, c'était doucement bien que sûrement. Voilà pourquoi il admirait Fuzzy entre autre. "Entre autre" parce qu'il y avait d'autres raisons de la regarder comme un modèle étant donné la mutation dont elle avait écopé. Rien qu'à l'idée de perdre son humanité ou même de durer des siècles le blond frissonnait d'avance. Rien ne valait un bon gêne X purement physique qui envahissait votre dos, vous mettait dans des situations embarrassantes, assassinaient vos smoking à 1000 dollars mais qui avait le mérite d'être fixe. Bon, d'un autre côté lui aussi se régénérait mais bien que mourir maintenant ne le tentait vraiment pas, il priait pour ne pas avoir à vivre des siècles dans ce désordre environnemental. Ses proches seraient condamnés à vieillir puis à mourir sous ses yeux, il pourrait admirer bien trop de guerres et de déchirures, non vraiment, merci pour lui.
-En même temps, qui pourrait réellement se targuer de rester humain après des siècles en vie, sans finir un brin toqué ? Regarde Wolverine.
Le mutant accompagna cette petite touche d'humour noir par un léger sourire mais surtout un regard triste. Bien qu'il ne soit pas spécialement ami avec Logan, son ancien concurrent en matière de séduction, le jeune homme éprouvait une grande compassion pour lui. Sa tête était pleine d'affreux souvenirs et d'oublis certainement tout aussi horribles.
-C'est vrai que ce n'est pas prêt d'arriver ! -Renchérit l'ange d'une voix chaude en s'approchant de la rouquine pour poser amicalement sa main sur son épaule.- Tes mots sont bien plus forts que la majorité des gens qui se prétendent humains... Tu as exprimé une humanité que peu d'entre eux seraient même incapables de ressentir.
Il se demandait lui-même s'il ressentait autant de choses pour Lucas et vice-versa. Peut-être. Qu'en savait-il, lui que l'orgueil avait poussé à s'installer dans un mensonge à long terme, affirmant que lui et l'avocat ne faisaient que s'amuser.
-En tout cas, compte sur moi.
Acheva brièvement et sobrement Warren tout en s'éloignant pour récupérer sa veste désormais sèche mais surtout raide comme du bois. Morte. Fichu chlore, saleté de piscine et abruti d'aspirateur.
-Bon, ce n'est pas le tout, mais à part sauver un pauvre mutant rouillé de l'eau, avais-tu d'autres plans ? J'étais simplement sensé revenir me familiariser avec l'Institut. Autrement dit, faire acte de présence en ce premier jour, donc si tu as besoin d'aide...
Oui, oui, même pour de simples papiers administratifs ou jouer les secrétaires, ce qui avant, le faisait un peu râler -quand il devait surveiller un instant le poste par exemple-. Seulement, voir la mort de près après un accident débile vous faisait forcément voir les choses sous un autre angle. Il valorisait plus que jamais chaque goulée d'air et chaque action, même les plus simples. Sans compter qu'effectivement, Warren était bien désoeuvré aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Touché coulé [Libre]   Dim 2 Aoû - 9:42

Elle esquissa un sourire en demi teinte à l'évocation du mutant griffu et se contenta dans un premier temps de s'absorber sur le jeu de tirer certaines de ses mèches rousses encadrant son visage et qui avait tendance à frisotter lorsqu'elles étaient trempées.

Logan....hummmm...c'est clair qu'il n'est pas tres charmant, je n'en garde pas un souvenir marquant, on a fait une mission ensemble quand on est parti récupérer Sage dans une jungle, il etait plus que taciturne et n'accordait ses remarques qu'à Jubilée, moi j’étais juste leur pilote du X Jet puisqu'on m'a dit que j'étais juste bonne qu'à ça et à rester en arrière. De toute façon, je n'ai jamais pu me plier à jouer en équipe, je ne supporte pas que que la vie de mes coéquipier puisse dépendre de mes choix, j'assume mes choix et j’entends en payer les conséquences toute seule. Tu sais... il fut un temps où je répondais aux ordres de Sinistre en tant que Maraudeuse. Je sais que j’étais du mauvais coté de la barrière et j'ai changé depuis mais...comment dire....il n'y a vraiment que parmi les x men que je me suis senti constamment rabaissée, utilisée comme un instrument et mise à l’écart parce que je ne suivais pas un schéma de pensée « collectif » déterminé par certains détenteurs de ce qu'il faut faire, dire et penser dans l'équipe. Les X Men , j'ai l'impression que c'est un moule, ou on s'y conforte ou on vous casse et vous fait comprendre que vous n'en êtes pas. Je crois en l'idéal de Charles Xavier mais dans son équipe de super héros costumés, non. Leur approche est autoritaire et déshumanisante, ils creusent la différence plutôt que le rapprochement. Je suis peut être la seule à avoir tiré le bilan de tout cela mais pour moi, être x men : c'est autre chose, c'est ce que je fais. Assimiler l'idéal et le vivre autrement avec son talent et ses choix et c'est ce que je m'efforce de faire à présent. Les X men ont besoin de pluralité, de différentes voix. C'est aussi pour ça que je m'accroche à mon titre d'X Men parce que si je cède, il ne restera plus que leur vision des choses, monolithique et inhumaine. Nous avons BESOIN de ne pas être d'accord, de ne pas se targuer de détenir une vérité sectaire, nous avons besoin d'exprimer des points de vue divergent sinon...sinon tout ca ne deviendrait plus qu'un vaste jeu de rôle dirigé par un maître du jeu à l'esprit étriqué et gavé de ses certitudes.
Et ca, ça s'appelle la dictature et le règne de la pensée unique.
Je suis pour la liberté, moi. Et j'ai effectivement un problème avec l'autorité.
Voilà comment on gagne le sobriquet de « X Men anti X Men ». Mais ce jugement, il peut aussi finalement se retourner contre ceux qui l’émettent, non ?
Excuse moi je dois te prendre la tête avec mes états d'ame.


Elle se fendit d'un rire navré avant de replonger dans la complexité de ses pensées

Sinon oui, tu peux effectivement me donner un coup de main!!! J'en ai assez de passer par des dossiers en attente de tes avocats pour avoir ton accord sur le financement de certains chantiers. Le dossier sur la construction de l’amphithéâtre de conférence a prit du retard et tu sais combien Charles y tient et combien il m'en rabat les oreilles. Avec ca on a plusieurs projets en stand by faute de financement comme la salle numérique et les simulateurs d'apprentissage de conduite pour les plus jeunes. Y'a aussi le projet de financement d'un auditorium pour diffuser des films ou même faire du théâtre ! Il faut rendre cette ecole plus vivante !! offrir toujours plus de possibilité de satisfaire les appétits d'apprentissage de nos jeunes !
Et franchement, je préférerais t'expliquer tous ces dossiers de vive voix plutôt qu'à tes ronds de cuir qui me renvoi que des arguments de rentabilité à la face.
Donc si t'as une heure ou deux, on peut aller boire un café dans mon bureau en jetant un œil à tout ça, s'te plaiiiiit ? Et j'te jure que je te sortirais pas l'argument « miss Frost aurait accepté , elle » à la fin de chaque dossier
.

Lorsqu'elle parlait des projets de l’École, le regard et les gestes de la Californienne se faisaient toujours plus exaltés et pétillant comme si l'enthousiasme était palpable lorsqu'elle « s'allumait » pour les choses qui lui paraissaient importantes. En tout cas, elle offrait alors un véritable numéro de charme très appuyé et cocasse, faisant surgir des bribes de sa personnalité femme-enfant qui subsistait encore face aux épreuves de la vie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warren Worthington
Résident(e) à l'Institut Beta
avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 30/03/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Touché coulé [Libre]   Dim 16 Aoû - 13:36

Elle s'exprimait avec cette franchise, aujourd'hui innocente, mais certainement dévastatrice en des moments aussi fatidiques que les réunions X-Men. En l'observant, Warren devinait les problèmes que Caitlyn avait pu rencontrer avec cette langue flamboyante à l'instar de sa tignasse, surtout ces derniers temps où l'équipe dirigée par une Ororo histérique était particulièrement susceptible. Lui-même était monté d'un cran avant de s'en rendre compte et de décider de s'éloigner avant de laisser Archangel surgir et mettre l'institut en charpie jusqu'à ce qu'on l'arrête. Sa santé mentale n'aurait pas supporter les affrontements de regards ou de voix, toujours plus proches de ce qu'il avait souhaité éviter depuis le début. Caitlyn était crue mais n'avait pas tort, aujourd'hui, l'équipe X-Men n'était plus que fumée, même si Warren, plus diplomate tâchait de ne pas trop leur jeter la pierre. Les événements qui se déroulaient autour d'eux étaient toujours plus violents, compétition caricaturale et ironique en vue de gagner la coupe de l'incident le plus cruel de l'époque. Le jeune homme comprenait aisément que les X-Men d'aujourd'hui ne ressemblaient pas à la bande de joyeux gosses idéalistes qui avait formé cette ligue pleine d'idéaux mais surtout surpassée. Il ne saurait retourner vers eux pour l'instant mais apprenait petit à petit à faire la part des choses, un jour peut-être pardonnerait-il...

Caitlyn elle, éprouvait beaucoup plus de rancoeur de son point de vue, mais comment lui en vouloir ? Si Angel avait souffert d'être "rabaissé" au rang de vieux machin inutile, elle en avait été la victime depuis le début de son intronisation, à croire que personne ne l'avait jamais prise au sérieux. En réalité, c'était surtout que ceux qui la pensaient capables comme lui s'étaient tus, aveugles face à ce qui se passait. Pour preuve, l'étonnement de l'ange en sachant les remarques dont la rouquine était la cible, il ne parvenait d'ailleurs toujours pas à y croire. La femme de l'incontournable Amy, réputée pour son caractère de feu, sa volonté d'acier... Considérée comme simple pilote ? Exagérait-elle à cause de la colère ou avait-il réellement été plus éloigné qu'il ne le pensait, et surtout depuis plus longtemps encore que son départ définitif ?

-Je ne sais pas que te dire, Caitlyn, j'ignorais tes ressentis... Si j'avais su, j'aurais parlé à l'équipe du temps où j'avais encore un brin d'influence. Ce comportement est intolérable. Toute bonne volonté vaut dix-mille super pouvoirs, et la rédemption est le plus prodigieux d'entre eux.


De plus, Warren était réellement choqué par les paroles de la jeune femme. Plutôt manichéiste sur les bords, il avait du mal à admettre que quelqu'un puisse décrire les X-Mens comme moins tolérants et plus blessants que leurs affreux ennemis. La confrérie n'était-elle pas sensée se régaler de sang et de boyaux ? C'était toujours ce qu'il avait cru malgré les paroles apaisantes de Charles Xavier conservant un lien aussi étrange qu'incompréhensible avec Magnéto. Warren lui les avaient toujours vu comme des extrêmistes bien qu'il ait pu contacter que les purificateurs et autres groupes radicaux étaient pires. Du coup, accepter les paroles de Caitlyn, si subjectives puissent-elles être le blessait un peu. Pour autant, ne sachant juger, le blond en pleine désilusion se contenta d'hocher la tête, avalant les paroles de la rouquine comme une boisson amère qui reviendrait lui ronger le cerveau au bon moment. Sans parler de ce nom "Sinistre". La mémoire abîmée de Warren à ce propos lui lançait des flash mais sans réelle évocation, même si Archangel bouillonnant en lui offrait une légère piste. Il connaissait cet Homme et les maraudeurs. Caitlyn accepterait-elle de lui en parler d'avantage à un moment ? Peut-être, mais pas aujourd'hui... Assez de tragique pour l'instant !

-J'étais sensé me noyer dans une piscine, mais le rendez-vous avec la mort la plus stupide de l'histoire ayant été annulé, j'ai du temps pour toi. Donc allons à ton bureau prendre ce café et parler de tout ça... Mais, surtout, une chose à la fois, quelle est ta priorité ?

Un fade sourire quoique sincère ceignit les lèvres du jeune homme. Légèrement ravigoté par l'enthousiasme de la mutante concernant les améliorations prévues de l'institut, il était décidé à revenir sur un terrain qu'il connaissait bien. La finance, la construction, les projets... Ca le connaissait, même si dans ce cas précis, il fallait éliminer le calcul par anticipation des bénéfices possibles de l'entreprise. Il s'agissait d'une oeuvre totalement désintéressée, mais loin de le rendre plus froid, l'idée lui réchauffait justement le coeur. Warren souhaitait donner à la jeune génération le meilleur, or de bonnes installations étaient un atout inévitable pour les diriger dans la bonne voie et soutenir une éducation adaptée. Sur le coup, le mutant était très reconnaissant envers Caitlyn qui l'embarquait dans son tourbillon d'énergie soudainement positif. Sous ses airs calmes, il planifiait déjà, cherchait où piocher l'argent, quel placement faire pour générer encore plus de fonds à investir dans le projet suivant. Le tout était de canaliser un peu cette chère rouquine. Comme il avait l'habitude de le faire pour chacune de ses affaires, patience, intelligence et stratégie permettraient de mener le tout à bien. Pierre après pierre, en cimentant l'ensemble grâce à l'imagination indéfectible de la loyale Caitlyn.

-Alors sur quoi partons-nous ? Réformes ou nouvelle construction ? Des rapports de faisabilité a-t-il déjà été rédigé ? La visite d'un architecte ? Je me chargerai aussi de l'obtention des permis. Ca ira plus vite si je parle directement aux "hautes autorités" en la matière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Touché coulé [Libre]   Jeu 10 Sep - 7:18

Caitlyn esquissa un sourire entendu aux mots de l’ange. Oui, certes si ces choses avaient été mise cartes sur table, jadis sans doutes que la situation n’aurait pas évolué ainsi. Mais il n’est pour autant jamais trop tard pour bien faire et même si l’Institut et son univers et loin d’être en coulisses le monde ultrabright et amical affiché comme une publicité mensongère, et qu’en réalité c’est une zone trouble  assez hypocrite gangrénée par des clans et manipulée par  certains. Cependant on devrait pouvoir y trouver sa place en toute liberté pour le peu qu’on tente d’y amener de la bonne volonté. Elle n’en était pas exempt tout comme le membre fondateur du groupe X men.
Rejeter les autres parce qu’ils ne partagent pas votre vision n’était en rien dans l’idéal de la maison ouverte à tous et à toutes les opinions du moment qu’elles fussent inspirées par cette même volonté de progresser ensemble et de se respecter mutuellement. Elle ne gageait pas que Warren finisse par retrouver sa place et se sentir à nouveau à l’aise dans cette bâtisse, du moins c’était son souhait.
Rassemblant son courage devant cette nouvelle journée peut être prometteuse de grands projets en devenir, elle se redressa encore humide de sa mésaventure avant de tendre une invitation amicale à son vis-à-vis par un mouvement du bras.

- Bien entendu allons donc en discuter dans mon bureau. A vrai dire, nous n’en sommes qu’à l’étude de faisabilité en ce qui concerne l’amphithéâtre mais il semble possible d’après les plans de l’Institut de la placer où s’étend le potager et en empiétant sur le bois. Une capacité de 700 places me semblent un maximum vu la taille modeste du manoir. Je peux m’occuper de toutes les démarches administratives et légales , reste à voir le financement et la faisabilité. Je ne connais pas vraiment de cabinet d’architectes et j’avoue être largué sur ce coup. Mais à deux on devrait pourvoir s’en sortir…
Pour ce qui est des autres projets, je pense vraiment que le pole numérique devrait être renforcé, tablettes, portables, tableau blanc interactif…c’est une demande remontée du corps professoral. Le budget pour cet année est déjà assez strict, même avec des donateurs aussi généreux que toi, nous devrions chercher d’autres formes de mécénats pour assurer notre expansion… peut être par de la publicité ou des actions de communication…ça je ne sais pas….c’est pas mon domaine.
Mais une chose est sure, il est temps de montrer que l’Institut est une école de renom et qu’on a les moyens de préparer l’avenir en y offrant l’excellence.
On devrait essayer d’y travailler en tout cas…


Tant pis pour les lunettes, après tout. Quand on sait qu’on peut faire quelque chose d’utile pour le bien de tous, il faut faire, non ?


Fin du Rp.





NDA : Ce rp se termine un tantinet prématurément vu les commentaires à polémique postés dans la partie commentaires. Mais cette décision a été prise en accord avec mon partenaire de jeu que je remercie au passage et à qui je renouvelle mon constat navré d’une telle situation de jeu même si les problèmes soulevés ont été résolus. La dynamique  du rp a été cassé nette. C’est pourquoi je demanderais en mon plus grand droit de joueur au staff à l’avenir d’essayer de résoudre ce genre de situation par la voie du MP et pas par celle du commentaire RP.
Pour ce qui est des PROJETS soulevés par le rp, libre au staff d’en acter ou non la pérennité s’il les juge utile.
Merci à Warren pour sa gentillesse et sa patience et encore désolé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Touché coulé [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Touché coulé [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» eau libre
» nouvelle poudre libre HD
» presse libre, l'appel de la colline
» Lecture libre et gratuite
» Navires marchands belges coulés lors de la 2ème guerre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: L'Institution Charles-Xavier et Alentours-
Sauter vers: