AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Aiden Ford [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aiden Ford
Résident(e) à l'Institut Epsilon
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 23/09/2014
Age : 21

MessageSujet: Aiden Ford [Terminé]   Mar 23 Sep - 22:14

CARTE
D'IDENTITE








© Joseph Gordon Levitt


    NOM : Ford

    PRENOM : Aiden

    ALIAS ET SURNOM : Toute sorte de noms d'oiseaux ridicules, et parfois "BIIIIIIIIRD", même si il les déteste tous

    AGE : 20 ans

    DATE DE NAISSANCE : 19 août 1994

    METIER : Au chômage, mais disposé à travailler à l'Institut

    NATIONALITE : Américain

    GENRE : Masculin

    CLAN : Résident à l'institut



Pouvoirs :

  • Description :

    Passif: Mutations Physiques

    Le gène X d'Aiden est en fait codé comme un gène de développement. Ces gènes se sont prononcés à partir de sa conception et tout au long de la vie, ce mutant est donc né avec déjà toutes ses mutations présentes.

        *La principale, et plus voyante, est tout simplement une encombrante paire d'ailes plantées dans le dos de leur propriétaire. Semblables à des ailes d'oiseau, elles ont toujours été là, le seront certainement toujours. Au niveau squelettique, elles sont tout à fait semblables à celles d'un oiseau: reliées à Aiden par ses omoplate qui se sont déformées pour accueillir les ailes, chacune composée de douze os séparés par un total de trois articulations qui permettent aux membres supplémentaires de se replier dans le dos de leur propriétaire pour prendre moins de place ou bien de se déplier totalement. Plus précisément, l'omoplate en elle-même joue le rôle d'articulation de laquelle part un premier os long (l'humérus), puis deux (radius et ulna), puis un seul (métacarpe) et enfin une phalange et un doigt, les os restants étant répartis autour des articulations. Musculairement, une série de muscles fléchisseurs et extenseurs permettent aux ailes de se tendre (atteignant ainsi une envergure de presque 3,65 mètres, ce qui donne des ailes d'environ 1,8 mètre, avec une largeur d'environ 65cm pour un poids de presque exactement 5kg chacune) ou se de replier à la guise d'Aiden. Ils sont évidemment assez développés pour permettre à leur propriétaire de s'envoler, mais pas tant qu'il l'aurait souhaité. Pour finir, ces ailes sont recouvertes de plumes plus ou moins longues (d'une dizaine de centimètres pour les plus courtes jusqu'à presque un mètre pour celles aux extrémités des ailes) dont la couleur varie du marron clair au niveau des "épaules" au beige à l'extrémité des ailes, leur forme générale lorsqu'elles sont dépliées étant comparable à celles d'une buse. Comme il était dit précédemment, les ailes d'Aiden ne sont pas si musclées que ça, si bien qu'il a quelques rares fois un peu de mal à prendre de l'altitude (surtout après les repas) et n'arrivera probablement jamais à emporter quelqu'un avec lui. Pourtant il fait de son mieux pour améliorer ses performances, mais c'est un travail long et difficile ne portant que peu de résultats. En moyenne, 10 à 15kg suffisent à le clouer au sol ou à le faire chuter. Prendre de l'altitude, ou battre des ailes en général, est très vite fatiguant, si bien que sa "méthode d'aviation" est principalement le vol plané. Sa mutation ne l'ayant pas doté de poumons plus efficaces, il est tout aussi sensible au manque d'oxygène que n'importe quel autre humain. Donc en théorie il peut aller jusqu’à environ 4000 mètres d'altitude. En pratique, étant donné qu'il doit y monter par ses propres moyens plutôt fatiguant, il peut atteindre au grand maximum et au prix de courbatures une altitude de 2km. Quant à sa vitesse de vol, il se déplace habituellement aux alentours de 80km/h, vitesse allant jusqu'au triple lors d'une chute en piqué, le vol stationnaire ne posant pas non plus de problèmes.
    Ses membres supplémentaires étant "biologiquement" des membres parfaitement normaux, si elles sont retirées à leur propriétaire, elles ne repousseront jamais, contrairement à ses plumes qui suivent un cycle de chute et de régénération des plumes parfaitement semblable à celui des oiseaux: afin qu'Aiden puisse s'envoler n'importe quand, ses plumes ne tombent jamais toutes en même temps mais unes par unes, sur une période s'étalant habituellement de début juin à la mi-octobre pendant laquelle il perd environ la moitié de son plumage à un rythme d'une plume tous les deux à trois jours. Ce cycle permet au mutant de se débarrasser de ses plumes trop anciennes et de les remplacer au fur et à mesure. Cependant, si il est totalement déplumé, processus très douloureux pour Aiden accessoirement, lui arracher une plume étant aussi douloureux que de lui arracher les cheveux par poignée, son plumage mettra de longs mois, voire un an, avant de se reconstituer comme il était à l'origine, sachant qu'une plume seule met entre un à deux mois à atteindre sa taille finale, selon la taille qu'elle est sensée faire, cette date ne variant pas lorsque ses plumes sont arrachées en masse. Aussi, ses plumes sont tout à fait basiques: elles protègent du froid et de l'eau comme le feraient des plumes d'oiseau et n'offrent aucune résistance particulière à quoi que ce soit: elles peuvent se casser après avoir reçu un choc, bruler, être arrachées comme dit précédemment. Aussi, si jamais on tire à l'arme à feu sur une aile d'Aiden, soit la balle passe au travers des plumes, soit elle atteint la partie charnue de l'aile, se logeant ainsi à l'intérieur et rendant son utilisation impossible.

        *La seconde mutation physique dont Aiden est atteint est une structure osseuse particulière. En effet, les os du mutants sont entièrement creux, donc plus légers. Cela permet de réduire de plus de moitié le poids de son squelette permettant ainsi une meilleur légèreté donc un meilleur envol. Le squelette d'une personne normale représentant en moyenne 15% de son poids total, ici elle ne représente que 4%, ayant aujourd'hui pour conséquence un diminution d'environ 8kg du poids du mutant, ce qui peut paraître négligeable mais quand on sait qu'un poids mort d'une quinzaine de kilos suffit à le clouer au sol et que sa paire d'aile pèse 10kg, 8kg peuvent faire toute la différence. Mais cette mutation représente surtout un gros inconvénient: les os d'Aiden sont surtout plus fragiles, presque deux fois plus que la moyenne. En toute logique, ils se cassent donc deux fois plus facilement ceux des humains même si, malheureusement, leur temps de réparation reste identique, même pour ses ailes et ces fractures sont loin d'être indolores.



  • Niveaux de maitrise : Étant donné que sa mutation est physique, les sentiments de peur, d'angoisse ou de colère ont les mêmes effets sur Aiden que sur les humains: ses gestes sont plus ou moins rapides, plus ou moins forts, plus ou moins précis et plus ou moins endurant (le seul effet du stress sur ses ailes étant la chute chronique de plumes, comparable à la chute de cheveux chez d'autres). Par contre, la mutation majeure du mutant, la paire d'ailes donc, a tendance à le rendre plutôt maladroit: il lui arrivait souvent d'un mauvais mouvement d'ailes de faire tomber des choses, surtout dans les endroits confinés. Pourtant, une fois bien repliées dans son dos elles ne prennent pas beaucoup de place, même si elles dépassent d'une vingtaine de centimètres au dessus des épaules de leur propriétaire, mais les tenir nécessite de contracter plusieurs muscles, comme quand on contracte ses abdominaux par exemple, ce qui n'est pas du goût d'Aiden. La maîtrise de sa mutation lui à rapidement appris à utiliser les vents ascendants ou descendants à son avantage, lui permettant d'économiser un maximum d'énergie pour se hisser au plus haut. Vents qu'il maîtrise désormais très bien puisqu'il ne lui arrive jamais de décrocher et de chuter à cause de vents contraires par exemple, mais si il est trop distrait par exemple, ce genre d'accident pourrait lui arriver. Aussi, la météo n'influe en rien sur ses ailes en elles-mêmes mais plutôt sur son vol: la pluie, même torrentielle, ne l'empêchera pas de voler, même si elle peut réduire son champ de vision, tout comme la neige ou le brouillard. Un vent pas trop violent ne l'empêche pas de s'envoler mais en général quand les rafales dépassent la barre symbolique des 100 km/h, il évite de prendre son envol. Si il le fait quand même, le vent le ramènera plus ou moins violemment au sol. Après un bref échauffement, le mutant peut battre des ailes en continu pendant une durée allant jusqu’à une vingtaine minutes avant de commencer à vraiment se fatiguer. Mais planer demande beaucoup moins d'énergie, si bien qu'il peut planer en continu pendant plus de deux heures. L'alternance des deux est donc la méthode la plus efficace, lui permettant de voler pendant une durée allant de la demi-heure au 45 minutes selon les vents, mais sa pair d'ailes n'étant au sens biologique que deux membres supplémentaires parfaitement normaux, Aiden peut lui aussi souffrir de fatigue musculaire, courbatures et toutes ces choses chouettes qui s'appliquent au reste de son corps lorsqu'il pousse au delà des limites posées ci-dessus.
    Cette mutation l'empêche aussi entre autre de dormir sur le dos et de ne pas mutiler ses vêtements d'un ou deux larges trous dans le dos pour laisser dépasser les excroissances à plumes. Elles ne lui permettent pas non plus de se protéger à outrance: repliées elles protègent l'arrière de leur propriétaire avec la même efficacité que quelqu'un se cachant derrière ses bras et le seul mouvement de combat qu'elles lui permettent, c'est le coup de la corde à linge, mais ses os, même ceux de ses ailes, étant plutôt fragiles, il évite généralement de le faire. L'autre mutation étant bien plus passive, elle ne dépend absolument pas de lui. A la rigueur un manque de calcium fragiliserait d'avantage ses os, mais c'est tout.

  • Lien entre les Pouvoirs : Le gène X d'Aiden s'est exprimé tel un gène de développement codant la formations des membres supérieurs ou des os normalement trouvé chez les oiseaux et rien d'autre. Chez Aiden, le résultat fut donc la présence chez lui de ces caractéristiques d'oiseau, donc les ailes et les os creux, mais jamais il ne développera d'autre caractéristiques.



Description Physique :


  • Apparence : Bien évidemment, la première chose que l'on repère chez Aiden lorsqu'on le voit arriver de loin, ce sont ses ailes. Ces deux excroissances plumées partant des omoplates, remontant peut-être quinze centimètres au dessus des épaules puis redescendant en arc de cercle pour se toucher au niveau des chevilles. Leur couleur varie du marron au beige, les zones les plus foncées étant celles à la base des ailes, se décolorant peu à peu au fur et à mesure que les ailes se prolongent. Ces deux membres supplémentaires donnent à Aiden une allure massive à première vue car elles lui font comme de très larges épaules, mais en réalité c'est plutôt un gringalet : il ne mesure qu'1m70 pour un poids ne variant que très peu autour des 69kg (pour cela il peut remercier sa mutation vu que sans sa paire d'ailes il pèserait 10kg de moins). Tout cela lui donne donc une silhouette fine, svelte, élancée reposant sur de longues et fines jambes. La deuxième chose que l'on repère facilement sur lui, c'est son style vestimentaire: bien qu'aujourd'hui plutôt banal, il ne l'a pas toujours été. En général il évite les vêtements coûtant trop cher vu le traitement qu'il doit leur infliger pour pouvoir y passer ses ailes (c'est à dire plusieurs coups de ciseaux plus ou moins précis mais il garde quand même quelques beaux vêtements qu'il met pour les occasions). C'est pour cela qu'il fut souvent (et aussi par manque d'argent) forcé à s'habiller dans des friperies, avec des vêtements d'occasion, donc au moins un peu usés pour la plupart. Il ressorti de tout cela avec un style basique mais quand même travaillé : il met souvent des chemises simples, toujours à manches longues parfois remontées jusqu'au coudes, accompagné d'un pantalon en toile ou d'un jean, souvent froissés car Aiden déteste le repassage et n’apprécie que peu le rangement. Aussi, il ne met jamais de bijoux: il n'en voit pas l'intérêt et n'a pas d'argent à dépenser là dedans de toute façon. Enfin, son visage est ovale, souligné d'un menton carré creusé d'une légère fossette, parfois recouvert d'une barbe d'un ou deux jours (mais très rarement plus) s'étalant aussi sur ses joues, descendant dans son cou et entourant ses lèvres fines et rosées, cachant une rangée de dents rondes et blanches. Son nez est droit, large, arrondi sur le bout et presque imperceptiblement déformé par une bagarre d'enfance. Quant à ses yeux, ils sont fins, en amande et forment un arrondi charmant lorsqu'il sourit, cachant un peu ses pupilles sombres, et sous deux sourcils bruns, fins et parfaitement définis. Le tout est surplombé d'un font que son propriétaire juge disproportionné mais qui pourtant ne jure pas avec le reste. Ses fins cheveux bruns sont souvent coupés courts avec beaucoup d'attention et soigneusement peignés en arrière ou sur le côté et dont la forme disparaît au fur et a mesure de la journée (allant de parfaite le matin à déstructurée le soir en passant par quelques cheveux rebelles en milieu de journée). L'ensemble de son visage, moyennement halé mais qui bronze facilement n'est pas très particulier mais reste agréable à regarder et donne l'impression que son propriétaire est bien plus âgé qu'il n'est réellement. Quant à sa démarche, elle est franche, assurée, parfois maladroite, mais toujours Aiden marche toujours plutôt rapidement malgré ses petites jambes.

    Il prend grand soin de lui-même : se lave tous les jours, se rase très souvent et se débarrasse presque intégralement de toute pilosité qu'il juge indésirable : son manque de pudeur à la limite du naturisme permet parfois à son entourage de constater qu'il se rase le torse, les aisselles désépaissis très régulièrement sous la ceinture. Son exhibitionnisme involontaire laisse apercevoir au monde entier le début de ses pectoraux peu dessinés et son ventre plat et ferme mais sans tablettes de chocolat, et tout le reste. Mais outre son manque déconcertant de pudeur, il est aussi incapable de tenir en place, il doit toujours être en mouvement : soit il fait trembler sa jambe, soit il joue avec un stylo ou pianote sur quelque chose, tant qu'il a une surface à portée de main. Ou alors il tourne en rond, mais ça énerve tout le monde. Aussi, lorsqu'il se retrouve seul, il écoute de la musique. C'est presque obsessionnel chez lui, il ressent ce besoin de tromper le silence par de la musique. Le son de sa voix est moyennement grave et que peu portante : avec son gabarit, il ne dispose pas d'une capacité pulmonaire suffisante pour parler très fort et son rire est clair, distinct mais discret. Aussi très maladroit, il lui arrive parfois de faire tomber des objets dans les espaces trop serrés, à cause de ses ailes, qui laissent parfois des plumes sur leur passage.

  • Signes Particuliers : Bah deux ailes d'ange dans le dos, champion !
    T'en as d'autre des questions du genre ?
    Mais à part ça il a un physique assez banal en fait...
    Qu'est-ce qu'on pourrait dire de plus...
    Bah, il est tout petit, mais ça on l'avait déjà dit...
    Il a quelques grains de beauté sur le visage ?
    Sinon, il n'a ni piercing, ni tatouage, quoi...


Caractère :


  • Mental : Lorsqu'on parle à Aiden, surtout quand on ne le connaît que peu, il donne l'impression de se foutre de tout, que rien ne l'importe, de n'être attaché à rien. Il donne aussi l'impression de quelqu'un de très extraverti, un peu moqueur, mesquin, parfois même un peu vexant sans le vouloir, mais quand même drôle. En réalité, comme pour presque toutes les personnes d'allure méchante, ce n'est qu'une carapace qu'il s'est forgé pour se protéger. Ayant passé trop de temps seul parmi la foule puis avoir goûté aux joies de la convivialité, une de ses plus grandes peur est de retourner à la solitude. Il est terrorisé de devoir un jour se retrouver encore une fois entièrement seul. Faire quelques activités, comme du shopping par exemple, en solitaire ne le dérange pas du tout parce qu'il sait que même si il le fait seul, il n'a qu'à demander pour être accompagné, mais c'est la perspective de ne pas avoir d'amis, d'être définitivement seul qui l'effraie. Du coup, il compense en essayant d'être ami avec le plus de personnes possibles, amical avec le plus grand nombre, tout en donnant une image de personne pour qui l'avis des autres importe peu, un peu par fierté. En réalité, une fois encore, c'est tout l'inverse : lorsqu'on le regarde de très près, on peut parfois s'apercevoir qu'il vit quasiment en fonction des remarques que les autres pourraient lui faire donc n'ose que rarement partager des choses même peu personnelles : il déteste faire écouter sa musique à d'autres (musique dont le genre varie beaucoup), a horreur que l'on fouille dans ses affaires (même si il en a peu) etc... Pourtant, il a déjà des vrais amis, ceux avec qui il peut plaisanter sur tout (même sur ses ailes), sur qui il peut compter, tous rencontrés à Mutant Town, même si on peut les compter sur les doigts d'une main. Aussi, Aiden est loin d'être la personne la plus intelligente du monde, il réfléchit rarement avant de parler et le regrette bien souvent, vexant parfois involontairement d'autres personnes. Son manque d'assiduité à l'école se fait parfois ressentir dans la conversation, mais il est aussi quelqu'un de charismatique, bavard et sait se montrer charmant quand il le faut, ce qui permet alors de compenser le manque évident de culture générale, qu'il saura faire mine de vouloir rattraper pour faire la conversation si besoin. Manque de culture ou d'intelligence qu'il prend plus ou moins à la rigolade selon comment on le lui fait remarquer: une remarque amusante, gentille l’amènera à rire et rebondir dessus tandis qu'un reproche vexant aura évidemment plus tendance à l'énerver.

    Son point de vue par rapport à sa mutation est assez simple. Il la déteste. Elle ne lui apporte que des inconvénients : difformités peu pratiques collés dans le dos, fragilité osseuse, incapacité à pouvoir dormir sur le dos (c'est d'ailleurs un de ses rêves)... Mais pourquoi ne pas se débarrasser du plus encombrant de sa mutation, c'est-à-dire de ses ailes ? Déjà parce qu'il n'en a pas les moyens, puis aussi parce qu'il refuse de pouvoir être assimilé à des humains. Du coup, faute de mieux il les assumes, faisant semblant d'être fier de sa différence. Après tout, si il pouvait gâcher la journée d'un purificateur juste en existant, c'était parfait. Il sait bien que tous les humains ne sont pas des pourritures mutophobes, il en a eu l'exemple avec ceux qui se sont occupés de lui pendant son enfance, mais il ne peut s'empêcher de considérer qu'une partie des humains est dangereuse pour les mutant. Il ne pense pas qu'il faudrait les exterminer, mais il est persuadé qu'il y aura toujours des problèmes entre humains et mutants, que tant qu'ils tenteront de se mélanger les uns aux autres, il y aura conflit. Pourtant, au fond de lui-même, il espère quand même qu'il y ait une réconciliation, ça faciliterait la vie de tout le monde. Il se montre plus ouvert d'esprit avec les mutants, évidemment, et il trouve aussi que l'Institut est une bonne idée, c'est un moyen pour les mutants de les protéger des autres et d'eux-mêmes, pourtant, pendant longtemps il ne vit pas l'intérêt de le rejoindre: il n'avait besoin de l'aide de personne pour sa mutation. Son point de vue sur les x-men est assez simple : il les trouve un peu débiles sur les bords. A quoi bon s'obstiner à se montrer gentil avec ceux qui vous ont déjà fait tant de mal ? Les humains ont déjà exprimé plus d'une fois leur ingratitude, et c'était pas là de s'arranger. De toute façon il ne compte pas devenir un x-men. Quant aux confréristes, son avis d'autant plus négatif : induit en erreur malgré lui par le matraquage médiatique, Aiden est persuadé que ce groupe n'est composé que de terroristes visant le génocide humain au profit de la race mutante. Il a beau ne pas apprécier les humains, il ne souhaite pas leur mort à tous non plus, c'est donc pour cela qu'il ne rejoint jamais la confrérie, l'attentat d'Yggdrasil le confortant dans cet avis, surtout grâce aux médias. Sa réaction à l'incendie de Mutant Town fut, elle, plus virulente. C'était pour lui une véritable déclaration de guerre entre humains et mutants. Sa vision du BAM, quant à elle, est plutôt positive: il trouve que l'idée de mélanger humains et mutants est bonne, ça les rends plus neutres dans leurs actions, neutralité manquant lourdement à la police normale. De plus c'est quand même le BAM qui a décidé de l'envoyer à l'Institut plutôt que de le laisser pourrir en prison, pour ça il leur devait une fière chandelle. Mais toutes ces péripéties pour une drogue qu'Aiden déteste: le speed-X, cette drogue dont il a vu les ravages, créée uniquement dans le but de nuire aux siens, il en est sûr et certain, ravage lequel il aurait pu sombrer, mais il ne l'a pas fait et il en est fier.

    Lorsqu'on demande à Aiden ses aspirations pour le futur, il rigole doucement. C'est simple, il n'en a aucune. Aucun plan, pas un indice, rien du tout. Toute sa vie il s'est contenté de vivre au jour le jour, faisant du mieux qu'il put, se contentant de petits boulots, tant qu'il y gagnait suffisamment d'argent pour en vivre.



Histoire :


  • Talents Particuliers : Connait le nom de pleins de sortes de nuages différents et est un bon voleur, dans les deux sens du terme. C'est tout. Aiden ne connaît aucun style de combat particulier, à part le combat de rue, ne sait pas se servir d'une arme et niveau langues étrangères, il a des rudiments d'espagnol.

  • Possessions : Presque rien, dont un téléphone portable de chantier volé résistant à presque tout, une paire d'écouteurs et une garde robe dont la grande majorité des hauts sont mutilés.
    Autrefois il vivait dans un appartement loué, un vrai taudis, mais les huissiers sont depuis passés par là, prenant absolument tout, sauf quelques vêtements. Autrefois il avait une batte de baseball en guise d'arme potentielle, mais elle lui a aussi été confisquée.

  • Biographie :
    « Non. Je ne veux pas le garder. »
    Alors qu'il annonçait la nouvelle à l'infirmière, Peter Ford regardait à travers une vitre donnant sur la nurserie son fils unique qui dormait enfin. Ce fils qui, âgé de quelques heures seulement, avait déjà du sang sur les mains, le sang de sa mère. Le père avait réfléchit sur ce qu'il ferrait de l'enfant et en était arrivé à une conclusion: il ne le garderait pas. Peter se retrouverait seul pour l'élever. Mary, sa femme, n'avait pas survécu à l'accouchement, mais ça, c'était la faute de la mutation, Peter en était sûr et certain. Mutation qui, en plus, affublait son fils unique de deux affreuses difformités en haut du dos: elles étaient rosâtres, ressemblaient à de ridicules ailes de poulet et étaient recouvertes d'un fin duvet blanc. Cet "enfant" n'aurais jamais de vie normale alors autant qu'il ne gâche pas d'avantage celle du seul géniteur qu'il lui reste.


    La vie en communauté

    Aiden finit donc en orphelinat. Un bon orphelinat, après tout il avait eu la bonne idée de naître en plein Manhattan, il finit donc dans un orphelinat en plein Manhattan. Cette maison d’accueil, qui s'apparentait plus à un pensionnat dans son fonctionnement, était loin de l'image que l'on se fait des orphelinats crasseux dans lesquels les enfants s'entassent dans la poussière jusqu’à ce qu'une âme charitable en choisisse un plus chanceux que les autres. Celui-ci était grand, même si peuplé, propre et bien organisé. Les journées s'organisaient ainsi: à 7h, tout le monde se lève, petits et grands, se lavent, s'habille. 7H30 c'est le petit déjeuner qui l'on prend tous ensemble puis début des cours de 8h à 15h avec pause déjeuner d'une heure le midi. Enfin les orphelins avaient soit droit à une activité ou avaient du temps libre. Puis à 19h30 c'est l'heure du dîner et enfin tout le monde retourne se coucher après une heure passée dans la salle d'étude, dans les dortoirs pour les plus jeunes et dans leurs chambres individuelles pour les plus grands.
    Parfois un couple stérile ou bienveillant venait prospecter pour un enfant. On les amenait alors dans la salle de jeu des enfants de deux à trois ans. C'était l'âge préféré des adoptants: pas trop jeune pour ne pas avoir trop d'inconvénients mais pas trop vieux pour pouvoir quand même en faire son enfant. Aiden, lui, n'était jamais présenté à l'adoption: son poids bien inférieur à la moyenne inquiétait les nourrices qui préférèrent le garder avec elles pour pouvoir lui prodiguer des soins adéquats. De plus ses membres supplémentaires l’empêchant de dormir allongé sur le dos confortablement, il fallait presque constamment le surveiller lors de ses siestes ou de ses nuits.
    Une fois qu'il eut l'âge de survivre seul malgré le handicap de sa mutation et son maigre poids expliqué aux nourrisses par l’hôpital du coin, il fut proposé à l'adoption comme les autres mais ne fut jamais choisit. Le temps passa et finalement il devint trop âgé pour avoir une chance de partir de cet orphelinat avec une famille.

    Aiden passa toute son enfance à avoir honte de sa mutation. En même temps, quoi de plus moqueurs qu'une bande d'enfants à côté d'un autre enfant, mais différent ? Il désirait tellement être comme tout le monde que la plupart du temps, il repliait ses ailes contre son dos, le plus serré possible, histoire quelles ne se baladent pas n'importe où. De toute façon jusqu'à son adolescence elles étaient trop petites, pas assez développées pour lui permettre de voler. Cependant leur taille permettait d'enfiler un tee-shirt par dessus, donc de les cacher au moins un peu. Du coup on se moquait de lui à cause de son allure de bossu, mais au moins on le laissait tranquille avec ses ailes. Il se sentait coupable d'être différent, se détestait, aurait tout donné pour pouvoir être comme tout le monde. Malheureusement, il n'avait pas grand chose à donner donc n'obtint jusque là pas grand chose de la vie.

    Lorsque l'adolescence frappa à la porte, vers ses 13 ans, Aiden commençait à en avoir marre de subir constamment les railleries des autres et dans sa tête commençaient à germer quelques idées de rebellions, toutes stoppés net par le manque de courage du mutant. C'est grâce à toutes les campagnes publicitaires prônant la tolérance envers le mutants que l'orphelin finit par oser s'opposer à ces agresseurs quotidiens. Cela se déroula lors d'une après-midi studieuse pendant laquelle Aiden s'avançait dans ses devoirs. Deux ou trois se des "camarades" virent le taquiner, comme d'habitude, comme depuis presque dix ans, mais celle fois il se leva d'un bond, hurlant que désormais on le laisserait tranquille. On lui rit au nez, ni plus ni moins. Pas de baston générale sanglante de laquelle Aiden serait le seul et l'unique survivant ni même de baston tout court, on se moqua encore une fois de lui. Après tout c'est vrai qu'il n'en menait pas large et n'était pas très imposant non plus: son gabarit donnait l'impression d'un garçon chétif. C'est pourtant cet événement qui finit par le décider à changer définitivement d'attitude. Finit le temps de la victime: à partir de maintenant, Aiden est un mutant et vous faites avec.
    C'est aussi ce qui marqua les débuts de l'aviation d'Aiden dans la cour de son orphelinat, puisque ses ailes atteignaient enfin une taille respectable. Apeuré par les autres, honteux de sa mutation, il avait déjà testé quelques fois de décoller du sol mais n'avait jamais vraiment volé: une fois que ses pieds ne touchaient plus le sol, il se reposait presque immédiatement. Ses débuts furent plutôt laborieux. Le décollage ne posait pas vraiment de problème mais c'était la suite qui était plus compliquée: il avait encore du mal à gérer tout ce qui était directions, ça se voyait, mais plus rapidement qu'il crut, il finit par décider d'où les battements d'aile l'enverraient. La cour de récréation avait l'avantage d'être à l'abri du vent, ce qui aida beaucoup Aiden au début. Pendant quelques mois il fit des aller-retours, toujours plus haut, toujours plus vite en étant toujours plus à l'aise. Au fur et à mesure qu'il gagnait en altitude, il commençait à rencontrer de plus en plus de vents, ascendants, descendants, contraires, porteurs, qu'il arpenta peu à peu, apprenant à s'en servir, à les éviter.
    Et parallèlement à tout ça, sa personnalité s'affirma. Elle commença d'abord par apparaître puisque jusque là il était plutôt du type victime/intello de service, mais une fois cela fait, il osa enfin s'assumer tel qu'il était. Enfin au début c'était pas probant: il avait gardé le même look qu'avant, petit élève propre et rangé, tout en se rebellant fréquemment, ce qui n'était pas des plus efficaces. Finalement il décida de se créer son propre look, a base d'objets volés dans des petits magasins (les grands sont trop surveillés). Sa technique était simple: on choisit des fringues sympas puis on s'enfuit. Au début c'était pas encore ça: il se faisait presque toujours courser par des vigiles dans la rue mais réussissait à s'enfuir en s'envolant. Rapidement il finit par tenter une technique d'approche plus sournoise: tu fourres les habits dans un sac (bandoulière, si possible, pour ne pas gêner les mouvements d'ailes) et tu t'en vas l'air de rien, toujours en gardant l'option de l'envol, au cas où. Mais ces deux techniques avaient en fait la même faiblesse: l'antivol. Ironique n'est-ce pas ? Aiden finit par en rire en tout cas. Il voulut les casser pour en libérer ses vêtements sauf que les ingénieurs de ces horreurs étaient plus malins: ces saletés étaient remplies d'encre indélébile qui se déversa allègrement sur le premier habit que le voleur tenta de libérer. Finalement il finit par trouver une technique pour se débarrasser efficacement des antivols: muni d'un briquet il les fit fondre un par un jusqu’à atteindre la partie métallique qu'il suffisait de "déclipser" pour laisser partir la broche. Une fois il mit le feu à un tee-shirt mais il ne l'aimait pas vraiment de toute façon. Grâce à toutes ces techniques apprises sur le tas, il put se confectionner plusieurs fois une garde-robe complète. Il passa par sa période jogging (la plus longue et la plus hideuse), dark (presque gothique mais pas assez noir) et hipster, mais ces périodes vestimentaires furent sombres et pleines de terreur, il préfère d'ailleurs les oublier.
    Le début de sa garde robe personnalisée fut aussi la fin de ses hauts intacts: ses ailes prenant de plus en plus de place, il dut apprendre à leur confectionner une sortie. Trois coups de ciseau et c'était réglé.  Au début il découpait un large trou d'une forme indéterminée au niveau du haut du dos dans ses tee-shirts qu'il élargissait malgré lui en l'enfilant puis au fur et à mesure sa technique s'affina jusqu’à être ce qu'elle est aujourd'hui: un rectangle parfait qui n'est plus déformé par le passage répété de ses ailes. Ailes qu'il utilisait quotidiennement d'ailleurs: lorsqu'il ne volait pas il les déployait de temps de temps pour les dégourdir. Mais il en profitait parfois pour faire chier le monde: faire tomber des objets par "inadvertance", bousculer quelqu'un qu'il appréciait plus que les autres...

    Lorsque l'âge de l'adolescence finit par frapper les autres résidents de l'orphelinat, leur point de vue changea sur Aiden: il n'en avaient plus rien à faire. Après presque dix ans de moqueries en tout genre ils s'étaient enfin lassés ! Ils finirent enfin par laisser le mutant tranquille ! Ce qu'il tira à profit pour se renfermer encore d'avantage. Il n'avait envie de parler à personne donc ne se força en rien. Pourtant les autres adolescents avaient essayé de lui parler mais il les envoya clairement chier, leur en voulant toujours pour ce qu'il lui avaient fait subir. C'est à cette époque que se forgea sa mentalité anti-humaine alimentée par la rancœur de son enfance pourrie par ces salles gosses. Du coup, il s'occupait seul. Son passe temps préféré consistait en de longues balades en ville. De la musique à fond dans les oreilles car il détestait déjà le silence ou les bruits de fond, il explorait la ville dans laquelle il avait grandit sans jamais prendre le temps de la visiter. Ce qu'il préférait dans toutes ces balades, c'était le fait de ne pas être à l'orphelinat, au moins le temps d'une excursion, et qu'avec ses ailes il pouvait aller où il voulait et revenir d'autant plus vite pour les heures de couvre-feu. Et au fur et à mesure qu'il se rêvait totalement indépendant, tout ce qui était de l'ordre des règles, du rangement, de l'obéissance commençaient à lui sortir par les yeux. L'idée ce type de liberté ne lui était jamais vraiment venu en tête, il ne s'était jamais réellement imaginé vivre seul, mais lorsqu'une chambre individuelle se libéra et qu'on la lui proposa, il ne déclina pas l'offre.
    Pour lui, c'était le bonheur: il avait enfin son propre espace personnel, plus grand que l'espace au pied et en dessous de sous lit duquel il pouvait faire ce qu'il voulait. Et enfin un peu d'intimité ! Alors qu'il profitait à peine du bonheur qu'il éprouvait à dormir seul dans une pièce, il commençait à rêver d'encore plus: un jour il vivrait seul, sans personne pour lui dire quoi faire. Il mangerait ce qu'il voudrait, quand il voudrait. En fait il avait décidé qu'une fois parti de cet orphelinat, il n'aurait plus jamais d'horaires.


    La liberté

    Peu après l'incendie de Mutant Town, qui ne fit d'ailleurs que confirmer ses opinions sur ce qu'était la race humaine, Aiden atteint enfin l'âge bénit de la majorité, en août 2012. Comme à chaque enfant passant par l'orphelinat et y restant toute son enfance, on lui proposa de résider encore quelque temps à l'internat, histoire de pouvoir se trouver un travail, ou au moins le temps des vacances si jamais il voulait aller à l'université, mais il refusa. A la place, il fit ses affaires (il les avait préparées la veille en réalité) et s'en alla mener sa vie ailleurs au plus vite. En toute logique, vu qu'il s'était forgé une véritable philosophie anti-humaine pendant la deuxième moitié de son adolescence, il se dirigea vers le quartier "réservé" au mutants de New York. L'incendie ayant eu lieu récemment, plusieurs immeubles étaient devenus catégoriquement inutilisables (puisque l'insalubre n'a pas vraiment l'air de gêner qui que ce soit à Mutant Town), le quartier s'était retrouvé plutôt surpeuplé. Il n'était vraiment pas rare de croiser un ou plusieurs mutants en train de dormir dans le hall d'un immeuble, ou même dans la rue. Enfin c'est ce qu'Aiden croyait quand il est arrivé à Mutant Town avant de se rendre compte plus tard que même après la "création" plus ou moins légale de logements, ces sans-abris restèrent sans-abris. L'orphelin passa par cette case, lui aussi. Il ne connaissait personne à Mutant Town, pas plus qu'il n'avait d'argent en poche. Il avait économisé en argent de poche donné par l'orphelinat et possédait un montant d'une quarantaine de dollars, ce qui était bien évidemment insuffisant pour pouvoir se payer un appartement, si petit qu'il soit. Pendant une semaine il dormit par terre, dans le hall de l'immeuble le moins crasseux qu'il put trouver, et passa ses journées à chercher un petit boulot qui lui permettrait de vivre. De toute façon la vie à Mutant Town n'était pas très chère, c'était pas le loyer qui allait lui sucrer tout son pognon. Après seulement quelques jours, il regrettait déjà d'être parti si hâtivement de l'orphelinat mais c'était trop tard pour y retourner, Aiden avait trop de fierté pour ça. Et désormais il ne demanderait plus jamais à un humain de lui rendre service.
    Après quatre nuits passées à dormir dans la rue, l'orphelin mutant sans-abris finit enfin par trouver un petit boulot: il était payé à laver des vitres: des vitrines, des fenêtres au niveau du sol ou bien plus haut. En réalité il avait été embauché parce que sa mutation permettait à son employeur de ne pas avoir à payer quoi que ce soit pour atteindre les fenêtres en altitude. Une fois employé, il put enfin trouver un appartement. Il n'avait pas placé la barre bien haut niveau état du logement et il avait bien raison. Le seul qu'il trouva était constitué de deux pièces et n'avait même pas de salle de bain: les toilettes étaient sur le palier, communes à tout l'étage et forçant les habitants à se laver au gant. Les murs de l'appartement étaient tapissés d'un papier peint qui se décollait par endroit, son plafond était parsemé de traces étranges et indéterminées et au sol s'étendait un parquet bien trop usé. L'aménagement qu'Aiden en fit était simple: dans la pièce qui constituait l'entrée, il avait mit un canapé en face d'une minuscule télé, et plus loin il y avait une vieille table, sur laquelle reposait un micro-onde et des plaques chauffantes électriques, entourée de trois chaises dépareillés. Dans la deuxième pièce, bien plus petite, il eut du mal mais réussit à faire rentrer un lit deux places (un matelas et un sommier, en somme). C'était tout pour son appartement. Le pire, c'est que quelque part, il lui plaisait, cet appartement. Il était tellement satisfait d'être libre qu'il aurait pu dormir dan n'importe quel trou à rat qu'il en aurait été heureux. Après un certain temps il finit aussi par s'acheter un réfrigérateur, mais en attendant il se contentait d'aller faire ses courses tous les jours, pour s'acheter ses repas uns par uns, histoire de ne rien gâcher. De temps en temps aussi il allait manger à la soupe populaire: c'était un repas chaud, pas trop mauvais, gratuit et il y avait toujours des gens à qui parler, avec qui passer un moment convivial. C'est d'ailleurs là qu'il rencontra tous ses amis de Mutant Town, tous mutants, accessoirement. Quelques uns vivaient à la rue mais la plupart étaient dans le même cas qu'Aiden. Ils commencèrent par tous se retrouver à la soupe populaire de temps de temps, puis de plus en plus souvent. Le jour ou ils recevaient leurs salaire, ils allaient tous boire un coup en ville, et le reste du mois soit ils traînaient sans but quelque part ou chez l'un d'eux, soit ils se retrouvaient pour manger à la soupe populaire.

    Intermède : Mutant Town n'était pas touché par l'attentat d'Yggdrasil, Aiden fut donc épargné. Mais cela confirmait sa pensée sur la confrérie : tout comme les purificateurs, n'étaient que des terroristes barbares et sans pitié, cherchant à imposer leur volonté aux autres, peu importe le prix.

    C'est comme ça qu'il vécut pendant presque deux ans, dans son taudis avec son salaire de misère de laveur de carreaux. Il hésita parfois à essayer de retrouver son père (à sa sortie de l'orphelinat il apprit la mort en couche de sa mère), mais lui en voulait trop de l'avoir ainsi abandonné pour entamer les recherches. De toute façon cette rencontre n'aurait pas été productive, il préféra donc rester seul dans son coin. Parfois, pour arrondir ses fins de mois il trouvait un petit boulot supplémentaire. Le meilleur qu'il trouva, le mieux payé surtout, était un shooting photo pour un énième article sur les mutants dans le New Yorker, au milieu de l'été 2013. Pour leur double-page spéciale mutants, ils recherchaient un mutant doté d'une mutation physique esthétique pour poser nu et montrer qu'il était fier de ce qu'il était. En toute logique, vu qu'il correspondait parfaitement à la description, Aiden se présenta au casting après avoir été presque contraint à le faire par ses amis. Pour lui, ce shooting était presque un défi, une provocation envers les humains: il voulait montrer à l'humanité que les mutants sont là, qu'ils existent, qu'il ne faut pas les oublier. En plus il ne dirait pas non à une rentrée d'argent supplémentaire, ça c'est sûr. Après quelques heures de file d'attente, on lui fit passer un entretient, on prit quelques photos de ses ailes ainsi que ses coordonnées avant de lui dire qu'ils le recontacteront si jamais il était reçu. Deux jours plus tard, ils le rappelèrent. Aiden n'avait été passer cet entretient que parce qu'on le lui avait fortement recommandé, mais voilà qu'il allait probablement faire la une du New Yorker ! Le shooting photo dura deux heures en tout, le mutant était loin d'être un professionnel, et il fut rémunéré presque un millier de dollars, ce qui représentait un peu plus de deux mois de salaire pour lui. Il ne s'était jamais senti aussi riche ! Le soir même, il fêta ça avec tous ses amis qui l'avaient presque forcé à passer ce casting (pour l'anecdote, le lendemain matin fut un réveil de type "Mais c'est pas ma chambre ! Et c'est pas ma femme ! Et c'est pas une femme !", car à l'époque il avait une petite-amie, elle aussi mutante, mais rassurez vous, il ne l'a pas trompé avec cet inconnu). La gueule de bois du lendemain valait franchement le coup. Un peu moins d'un mois plus tard, alors que presque toute la fortune d'Aiden s'était retrouvée dilapidée il ne sait pas vraiment pourquoi, il reçu par la poste un exemplaire du New Yorker. Il n'en faisait pas la couverture mais une de ses photos occupait une page toute entière ! Elle montrait Aiden nu, dos à la caméra, la tête et les bras levés, les ailes déployées, le tout sur fond rouge bordeaux. On ne voyait pas son visage sur la photo, on ne l'arrêterait pas dans la rue pour lui demander si c'était bien lui qui avait posé pour le New Yorker mais il pourrait toujours le leur dire, magazine à l'appui. Et si on le reconnaissait grâce ses ailes tant mieux, ça aider à draguer parfois.
    Un an plus tard, bien longtemps après s'être rendu compte que ses photos dans un magazine n'aidaient pas tant que ça à draguer, fin juin, en 2014, on le recontacta. Des journalistes l'avaient retrouvé grâce au shooting et voulaient l'interviewer sur son passé, ses conditions de vie pour un reportage sur la vie à Mutant Town mais aussi pour montrer à quel point les mutants sont médiatisés lorsque la société le veut puis ensuite rejetés là 'où ils viennent. Encore une fois, Aiden obtempéra et empocha quelques centaines de dollars dont il célébra le gain comme la fois précédente: il invita quelques amis à une beuverie dans un bar.

    Cette soirée là, malheureusement, il ne se réveilla pas dans son lit, ni même chez lui, ni même chez quelqu'un, puisqu'il se réveilla à l’hôpital. Dans des circonstances qui lui sont encore obscures aujourd'hui, il s'était retrouvé avec un deuxième coude au milieu de l'avant-bras et avec une belle broche cylindrique blanche et sanglante qui dépassait de ce coude. Les médecins lui diagnostiquèrent plutôt facilement une fracture ouverte et durent l'opérer d'urgence pour tout remettre en place. Une fois fait, Aiden eut le droit à un plâtre et à une facture d’hôpital du montant dérisoire de 3000$, soit plus de six mois de salaire pour le mutant. Il réussit quand même par obtenir un échéancier, lui permettant de régler petit à petit, mais il en aurait pour plus d'un an, sans compter les anti-douleur qu'on lui avait prescrit.
    Dans la pratique c'était autre chose: chaque mois il se retrouvait privé de la moitié de son salaire, ce qui lui laissait pas franchement de quoi se nourrir une fois le loyer payé. Il dut donc se rabattre plus que d'habitude sur la soupe populaire et faire une croix sur les anti-douleurs. Pourtant elle était horrible, la douleur. Il avait besoin de ses anti-douleurs. Mais il avait aussi besoin de son appartement et de nourriture, il se résigna donc à demander de l'aide à ses amis. Un de ses amis, pas forcément celui avec lequel il était le plus proche lui proposa de lui rendre un service en échange d'une centaine de billets: c'était simple, il devait livrer un colis, sans l'ouvrir, presque de l'autre coté de New York. Aiden, qui avait vraiment besoin de tout cet argent, ne posa donc aucune questions.
    Il se rendit chez son ami, prit le paquet, une boite à chaussure fermée avec une dose impressionnante de scotch et qui pesait quand même son poids, qu'il rangea au fond de son sac et partit faire la livraison, qu'il décida de faire à pied, de peur que son sac ne décide de lâcher prise alors qu'il était en altitude, sait-on jamais si ce colis est fragile, ce serait dommage de se priver de cent billets vers.
    Vers le milieu du chemin, on l’interpella:

    «-Hé, Michel-Ange !
    -Hein ? Pourquoi Michel-Ange ?
    -Bah parce que y'a "ange" dedans, abruti !
    -Ah ouais.
    »

    Aiden se retourna pour constater que, comme par hasard, c'étaient deux policiers qui lui parlaient. Ayant l'habitude du délit de faciès et n'ayant rien à se reprocher pour l'instant, il fit comme d'habitude.

    «-Oui ?
    -Tu marches un peu vite, c'est louche, on peut voir ce que t'as dans ton sac ?
    -Non, c'est mon sac, j'ai pas envie de vous montrer ce qu'il y a dedans. »

    C'était quoi cette excuse à la con, franchement ? "Tu marches trop vite, tu es un terroriste !" Dans le genre déduction débile, il frappait fort le policier. C'était clairement du délit de faciès: il voulait clairement pourrir la journée du mutant.

    « Tu vas m'ouvrir ton sac tout de suite sinon je l'ouvre de force. »

    Le mutant était bien décidé à ne pas l'ouvrir. Il décida de s'enfuir. Peut-être qu'en s'envolant assez vite il arriverait à les semer pour pouvoir ensuite amener le paquet en toute sécurité. Aiden se retourna donc et commença à prendre de l'élan. Tout en se retournant, il déploya ses ailes et les battit d'un grand coup, lui faisant prendre son envol. Mais alors qu'il n'avait décollé du sol que depuis quelques instant, il sentit deux minuscules objets se planter dans son aile droite et dans sa jambe gauche. L'instant suivant, il ressentit l'affreuse douleur de l'électricité traverser les endroits précédemment atteint. Tétanisé, il percuta le sol, l'agonie de son bras s'amplifiant à cause de la chute, le pliant de douleur une fois sa vitesse entièrement amortie par le bitume.

    En toute logique, une fois son sac vidé par les policiers et le paquet ouvert de force. Aiden fut le premier surpris lorsqu'il appris qu'il transportait du speed-X, surtout une telle dose. Pendant son transfert au poste de police, il hurla qu'il n'y était pour rien, qu'il ne savait pas mais finit par se taire que pour songer qu'il avait définitivement gâché sa vie. Il était incarcéré pour possession et trafic de speed-X et allait prendre de la prison vu la réputation de la substance. Il passa quelques moins enfermé dans la prison du BAM en attendant le procès, ce qui lui fit perdre son emplois, son appartement et tout ce qui s'y trouva, qui fut vendu pour rembourser sa dette envers l’hôpital. Le propriétaire de l'appartement, qui s'entendait très bien avec Aiden, envoya à la prison tous les vêtements que les huissiers laissèrent pour qu'ils lui soient restitués à sa sortie. Cette prison, en réalité, n'était pas si mal: ils étaient tous tellement surveillés qu'il n'y avait pas grand chose à craindre des autres détenus, ce qui était quand même le plus dangereux et craint de quelqu'un qui arrive en prison. Après, tout le reste était intrinsèque à ce qu'on trouvait dans une prison: le manque d'intimité (qui ne dérangeait en rien Aiden), la bouffe dégueulasse, l'ennui, etc... Ce séjour qu'il y passa eut quand même un gout amère pour lui: il était rongé par la honte, la colère, la déception: il se méprisait lui-même d'avoir été si aveugle, il détestait celui qui s'était prétendu son ami et qui avait voulut lui faire traverser New York avec des kilos de speed-X sans-même qu'il le sache. Il avait peur aussi, peur de devoir passer sa vie dans ce trou à rat, de l'avoir gâché pour une centaine de misérables dollars, peur de comment on le regarderait à sa sortie: un dealer de speed-X, un tueur de mutants.  Pour palier à l'ennuie, se changer les idées, l'orphelin se mit à lire, de temps en temps. Rarement, mais c'était quand même plus qu'a son habitude. C'est ici qu'il apprit à différencier toutes sortes de nuages ou bien qu'il était né pendant la journée nationale de l'aviation, par exemple.

    Avant son procès, son avocat commit d'office le fit passer au détecteur de mensonge, plus d'une fois, même. On le fit même passer devant un télépathe qui attesta qu'Aiden n'était pas au courant de ce qu'il transportait. Lors de son procès, toutes ces preuves et un beau discours sur les problèmes d'argent d'Aiden suffirent à convaincre les jurés d'être clément avec lui. Lorsqu'on lui annonça leur décision, il fut relâché d'un énorme poids: si il acceptait de dénoncer celui qui lui avait donné le speed-X avec lequel il s'était fait arrêter, on le transfèrerait dans le cadre d'un programme de protection de témoins à l'Institut Charles Xavier, dans lequel il devra bien entendu travailler tout en restant surveillé. Il n'hésita pas une seconde: c'était d'accord. De toute façon, l'"ami" qu'il dénonça s'était probablement déjà fait égorger dans son sommeil, voire fait torturé, pour avoir perdu plusieurs kilos de speed-X, alors il serait plus en sécurité en prison désormais.

    Quelques jours plus tard, on vint le chercher dans sa cellule, on lui rendit ses quelques affaires et on le conduit jusqu'à l'Institut.


Avatar : Joseph Gordon Levitt
Personnage Marvel ? : Non
MultipleCompte? : Oui
Si oui, Qui ? : Jules Archambaud
Pseudo :
Votre Age : 17 ans
Comment avez vous connu le Forum ? : Comme pour mon premier perso: Google.

Ah, j'ai faillit oublier : Roulement de tambours... [Vu par Abe]


Dernière édition par Aiden Ford le Dim 12 Oct - 10:42, édité 21 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aiden Ford [Terminé]   Mer 24 Sep - 9:44

Bienvenue Aiden !
C'est Icare/Angel qui va être content d'avoir un pote d'escadron aérien Wink
(et Amy aussi, elle vole parfois, et ça fait encore plus hurler Caitlyn que la nuit)
Revenir en haut Aller en bas
Abraham Blackwood
Agent du BAM Delta
avatar

Messages : 366
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 35

MessageSujet: Re: Aiden Ford [Terminé]   Jeu 2 Oct - 18:53

Ba dum tss !

Là voilà, elle est belle, ou presque, et c'est ma toute première modo officielle ... enfin, un bout en tout cas Very Happy
Et elle te tombe dessus \o/ Pour le meilleur ou pour le pire, je ne sais pas encore o.o
En attendant, histoire de pas faire comme les copains, j'vais mettre en gras le vital, en italique le subsidiaire et en normal ... tout le reste.


Buckle Up !


Pouvoir – Paire d’ailes

- Si ses ailes, ou un bout, lui sont retirées, d’une façon ou d’une autre, est-ce qu’une nouvelle paire, ou un bout, peut se régénérer ? Si oui, des conditions quelconques ? Une estimation du temps ?
- Si ses plumes sont abîmées ou manquantes, repoussent-elles ? Si oui, mêmes questions : des conditions ? Une durée ?
- Ce sont de "simples" plumes avec des propriétés communes (protection contre l’eau, le froid and cie) ou est-ce qu’elles possèdent des atouts particuliers (résistance plus élevée, phosphorescence dans la nuit …) ?

- Elle a un poids approximatif c’te paire d’ailes ?

« La maîtrise de sa mutation lui à rapidement appris à utiliser les vents ascendants ou descendants à son avantage, lui permettant d'économiser un minimum d'énergie pour se hisser au plus haut. Vents qu'il maîtrise désormais très bien puisqu'il ne lui arrive jamais de décrocher et de chuter à cause de vents contraires par exemple, mais si il est trop distrait par exemple, ce genre d'accident pourrait lui arriver. »
Cette petite partie va dans "Niveaux de maîtrise"

« Après un bref échauffement, le mutant peut battre des ailes en continu pendant une durée allant jusqu’à une vingtaine minutes avant de commencer à vraiment se fatiguer. Mais planer demande beaucoup moins d'énergie, si bien qu'il peut planer en continu pendant plus de deux heures. L'alternance des deux est donc la méthode la plus efficace, lui permettant de voler pendant une durée allant de la demi-heure au 45 minutes selon les vents »
Et celle-ci aussi ~


Pouvoir – Structure osseuse creuse

RAS o.o


Niveaux de maîtrise :

- Dans quelle mesure la météo (pluie, neige, vent violent …) influe sur ses ailes et plus généralement sur ses vols ?
- Est-ce que certaines émotions (genre le stress), au lieu de lui faire perdre ses cheveux, peut lui faire perdre des plumes ?
- Est-ce qu’il peut se servir de ses ailes pour se battre ?
- Est-ce qu’il peut s’en servir comme bouclier ?


Lien(s) :

Ok mais ... par curiosité, est-ce qu'il est susceptible de développer d'autres capacités propres aux oiseaux ?

_________________

Beam me up Scotty !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiden Ford
Résident(e) à l'Institut Epsilon
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 23/09/2014
Age : 21

MessageSujet: Re: Aiden Ford [Terminé]   Jeu 2 Oct - 19:59

Ayé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abraham Blackwood
Agent du BAM Delta
avatar

Messages : 366
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 35

MessageSujet: Re: Aiden Ford [Terminé]   Jeu 2 Oct - 20:44

Encore deux trois petites bricoles (qui s'apparentent à des broutilles) et je pense que ça sera bon o.o


Pouvoir – Paire d’ailes

« Ce cycle permet au mutant de se débarrasser de ses plumes trop anciennes et de les remplacer au fur et à mesure. »

Combien de temps (à peu près hein) pour qu'une plume soit remplacée ?

« Cependant, si il est totalement déplumé, processus très douloureux pour Aiden accessoirement, lui arracher une plume étant aussi douloureux que de lui arracher les cheveux par poignée, son plumage mettra de longs mois, voire un an, avant de se reconstituer comme il était à l'origine. »

Et si ce n’est  qu’une poignée de plumes qui est arrachée, est-ce qu’elles repoussent à une vitesse façon « classique » comme celles du cycle de chute ou est-ce qu’il leur faut les fameux longs mois ?


Niveaux de maîtrise

Ok pour l’effet du stress mais est-ce que d’autres émotions / ressentis peuvent avoir le même effet, aka la chute des plumes ?

_________________

Beam me up Scotty !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiden Ford
Résident(e) à l'Institut Epsilon
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 23/09/2014
Age : 21

MessageSujet: Re: Aiden Ford [Terminé]   Jeu 2 Oct - 21:08

Ayé² !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abraham Blackwood
Agent du BAM Delta
avatar

Messages : 366
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 35

MessageSujet: Re: Aiden Ford [Terminé]   Jeu 2 Oct - 21:15

C'est du tout bon pour moi ~

+passe le relai aux copains+

_________________

Beam me up Scotty !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: Aiden Ford [Terminé]   Lun 6 Oct - 8:01

Bonjour, je suis Sanzo, le félino-érectus tombeur de ces dames et chat le plus sexy du forum et c'est moi qui vais te modérer.

Comme le font mes camarades je mettrais :
- en gras les remarques importantes,
- en italique les facultatives
- en normal le développement de ma pensée.

Si tu as toi-même des questions n’hésite pas à me les poser, ma boite mp est ouverte. Pour tes modifications, précisions ... merci de les mettre en orange afin que je puisse rapidement les voir. Tu peux aussi bien sur répondre à la suite Wink

Nom : ok
Prénom(s) : ok
Alias & Surnom(s) : il n'en a pas un préféré ?
Age & Date de Naissance : ok
Métier(s) :  il ne va pas travailler à l'Institut ?
Nationalité(s): ok
Genre : ok
Clan : (cf ci dessous)

DESCRIPTION PHYSIQUE : ok
Apparence : pas de bijoux ?
Signes Particuliers : ok

CARACTERE :
Mental :
Vu que ses amitiés donnent l'impression d'etre superficiel est ce qu'il est rancunier quand un de ses "amis" le laisse tomber ?
A t il quand meme quelques "vrais" amis ?
Est ce que lui se vexe facilement notamment si ses "amis" lui font remarquer son manque d'intelligence ?
Tu dis qu'il est parfois méchant, peut il devenir violent ou bien est ce simplement une méchanceté verbale ?
S'en prend il aux plus faibles (femme, enfant ...) ?


Jusqu'ici pas de problème particulier seulement sa "vision" des humains se rapproche plus des Confréristes que d'un résident à l'Institut, ce qui m'a fait me demandé le pourquoi de ton choix de clan. Je suis donc allé lire ta bio et plusieurs choses me gênent un peu. Du coup avant de poursuivre je vais t'expliquer ça en reprenant tes propos.

Qu'il déteste sa mutation =>  ok .
qu'il refuse de pouvoir être assimilé à des humains. => ok.
Après tout, si il pouvait gâcher la journée d'un purificateur juste en existant, c'était parfait. => Ok pourquoi pas.

Aiden Ford a écrit:
Une des rares choses qu'il déteste plus que sa mutation, ce sont les humains. Il sait bien que tous les humains ne sont pas des pourritures mutophobes, il en a eu l'exemple avec ceux qui se sont occupés de lui pendant son enfance, mais il ne peut s'empêcher de considérer tous les humains qu'il ne connaît par comme des ennemis mortels avérés.

=> c'est là que ça coince surtout pour un résident. Meme s'il ne souhaite pas devenir un X-men (c'est ton choix) avoir de telles idées est limite. De plus si ça pourrait passer pour un jeune élève amené à être suivi (prof, psy  ...) par un adulte c'est plus délicat.

Aiden Ford a écrit:
Il ne pense pas non plus qu'il faudrait les exterminer, mais au fond il sait que la cohabitation sera très difficile à instaurer, voire impossible.
=> là il est à l'encontre de l'idéologie de Xavier.

Il se montre plus ouvert d'esprit avec les mutants, évidemment. => ok

Aiden Ford a écrit:
Son point de vue sur les x-men est assez simple : il les trouve un peu débiles sur les bords. A quoi bon s'obstiner à se montrer gentil avec ceux qui vous ont déjà fait tant de mal ? Les humains ont déjà exprimé plus d'une fois leur ingratitude, et c'était pas là de s'arranger.

=> là aussi pourquoi pas. Il n'est pas obligé d'admirer les X-men par contre, à moins qu'il change radicalement de vision à leur contact, il se ferme une porte.

Toujours concernant ce problème de choix de clan :

Aiden Ford a écrit:
Lorsqu'on demande à Aiden ses aspirations pour le futur, il rigole doucement. C'est simple, il n'en a aucune. Aucun plan, pas un indice, rien du tout. Toute sa vie il s'est contenté de vivre au jour le jour, faisant du mieux qu'il put.

=> là aussi ça bloque. L'institut n'est pas une oeuvre caritative. Meme si elle recueille les élèves gratuitement, les résidents sont appelés quand meme à "bosser" d'une façon ou d'une autre. Soit en s'entrainant pour devenir X-men (meme si c'est pas une obligation) soit en occupant un poste quelconque. On a plusieurs exemples. Donc s'il veut rester à l'Institut il devra bosser. (prof, surveillant, secrétaire ... voir simplement dans les cuisines ... peut importe)

niveau bio :
(je commence quand tu parles du speed X, je verrais la suite après car c'est ce qui bloque avec le clan)

meme si ton raisonnement reste somme toute logique, il y a des choses qui ne vont pas (ça aurait été plus simple qu'il tue quelqu'un ^^)

1/ tout d'abord un problème d'étique.
Ton gars est une mule, il a approché la drogue, les revendeurs ... en plus c'est la pire drogue sur le marché car elle tue que les mutants. Je sais bien que Xavier a une capacité de confiance énorme mais de là à accepter qu'un gars comme ça vienne et côtoie des jeunes élèves c'est plus que limite.
Il devra et sera surveillé H24, limite ne pas avoir de contact avec les jeunes, etre suivi quand il sort, voir etre fouillé  ... pas forcément très intéressant.

2/ le programme Hopes est quand meme pour des mutants qui montrent un peu de regret ou de remord. Aiden ne le choisit que pour échapper à la prison. C'est trop juste.
Tu parles aussi de "circonstances atténuantes" quelles circonstances ? Il n'en a aucune. Il a choisit délibérément de se fourrer dans les ennuis.
Ok son casier est vide mais vu la nature de la drogue il ne mérite rien, surtout que c'est aussi un mutant.
A distribué le speed X il devient un mutant qui tue les mutants.
Il lui faudra aussi un référent BAM

3/ peut être la raison la plus importante.
Il a mis le pied dans une organisation qui ne fait pas de cadeau. Déjà sa façon d'y rentrer est un peu limite. l'organisation est quand meme fermée mais l'idée de la mule pourquoi pas.
Cependant les Zodiaques ne vont certainement pas le laisser tranquille après qu'il ait "perdu" de la drogue, (surtout que ce sont les flics qui l'ont récupéré) et balancé l'un des revendeurs. D'ailleurs son pote peut être considéré comme mort
S'il vient à l'Institut il va faire peser une menace importante et surtout sur les gamins ... là encore c'est pas sur quand meme que Xavier l'accepte.

Donc c'est surtout l'ensemble de toutes ces raisons qui posent un problème.
Peut être qu'en modifiant ta bio, et qu'en fait il serve de mule sans le savoir (par ex piégé par son pote) pourquoi pas. Il deviendrait une "victime" à protéger ... mais en l'état mental + bio il peut pas être intégré comme Résident.


je te laisse voir ce que tu veux faire avant de poursuivre Wink

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiden Ford
Résident(e) à l'Institut Epsilon
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 23/09/2014
Age : 21

MessageSujet: Re: Aiden Ford [Terminé]   Mar 7 Oct - 17:19

Normalement ayé, corrigé ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: Aiden Ford [Terminé]   Dim 12 Oct - 7:44

CARACTERE :
Mental : ok pour les nuances.
donne brièvement son ressentit sur le speed X vu en plus les problèmes qu'il a eu ainsi que sur le BAM (en tant que "bénéficiaire" du programme Hopes)

HISTOIRE :

Talents Particuliers : ok tu peux mettre ses "talents" de voleur qu'il a acquis enfant

Possessions : ok (quelques petites fautes de frappe ^^)

Biographie :
Insère des repères chronologiques pour les évènements importants de la vie de ton personnage (naissance, sa scolarité ...) histoire que l’on puisse situer son évolution dans le temps.

Concernant le shooting photo ok mais y a pas une contradiction avec son sentiment (voir aversion) envers les humains ? Fait il cela uniquement pour l'argent ou aussi par défit ?  

ses amis sont tous mutants ? Sa petite amie aussi ?

ok pour la fin et son insertion au programme Hopes.

Avatar : ok
Personnage Marvel : ok
Double/Triple Compte :  ok
Si oui, Qui ?:  ok
Pseudo :  ok
Votre Age :  ok
Comment avez-vous connu le Forum ? ok

-----

encore quelques petites choses et ça sera bon cat

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiden Ford
Résident(e) à l'Institut Epsilon
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 23/09/2014
Age : 21

MessageSujet: Re: Aiden Ford [Terminé]   Dim 12 Oct - 8:48

Voilà qui est fait ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: Aiden Ford [Terminé]   Dim 12 Oct - 10:22

rapide ^^

je te laisse oter les couleurs et c'est bon pour moi

un admin viendra valider sous peu Wink

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiden Ford
Résident(e) à l'Institut Epsilon
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 23/09/2014
Age : 21

MessageSujet: Re: Aiden Ford [Terminé]   Dim 12 Oct - 10:43

Yhea
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Aiden Ford [Terminé]   Dim 12 Oct - 11:48

Félicitations, nouveau Résident Epsilon, les portes de X-men rpg te sont enfin ouvertes!

Avant de commencer à jouer, n'oublie pas d'aller te recenser sur la liste des avatars , la liste des pseudos et la liste des pouvoirs.

S'il s'agit d'un double compte, pense aussi à poster sur la liste des multi comptes.

S'il s'agit d'un personnage marvel, n'oublie pas de te signaler sur cette liste.

Enfin, si tu veux qu'un joueur joue quelqu'un que tu as évoqué dans ta fiche, merci de remplir le formulaire que l'on trouve ici. N'oublie pas de mettre le lien vers la fiche de ton personnage dans ton profil, et si le cœur t'en dit, tu peux aller rédiger une fiche de relation ici.

D'avance merci et surtout, bon rp parmi nous!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aiden Ford [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aiden Ford [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quels sont ces produits MAC que vous avez terminé?
» FORD MONDEO 1.8i 16v ZETEC faible kilometrage
» FORD FIESTA 1,1C TRES FAIBLE KILOMETRAGE MK1
» Suspicion de diabète... c'est pas terminé !
» Logan / James Howlett / Wolverine (Terminée)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Avant de commencer... :: Le Bureau des Inscriptions :: Fiches validées-
Sauter vers: