AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jud Jacobs [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jud Jacobs

avatar

Messages : 1
Date d'inscription : 08/01/2017

MessageSujet: Jud Jacobs [terminé]   Dim 8 Jan - 18:12

CARTE
D'IDENTITE








© Avatar

NOM : Jacob

PRENOM(S) : Jud

ALIAS ET SURNOM(S) : La Rousse

AGE : 23 ans

DATE DE NAISSANCE :  5 février 1997

ACTIVITE(S) : Étudiante/ travaille le bois

NATIONALITE(S) : Américaine

SEXE : Girl Power !!

CLAN : Neutre

Pouvoirs :

  • Description : Je possède le pouvoir de métamorphe en renard. Je peux passer de la forme animal, intermédiaire et humaine. Pendant que je suis sous la forme renarde, il n'y a que moi. Je m'explique. Je ne me bats pas contre un instinct. Mais la seule fois où je suis resté sous cette forme, j'ai sentis petit à petit mon esprit s'effilocher et ainsi être dirigé seulement par l'instinct. Lors de trop longues utilisations de mes différentes formes (non naturelles) je vais ressentir de la fatigue, des courbatures et la faim (1 à 2 jours sans interruption). Même si ma forme animale m'affecte moins. J'ai aussi les sens plus aiguisés, je connais ainsi l'odeur de la peur ou la colère.Et bien sur je suis plus vive.  

  • Niveaux de maitrise : Je maîtrise parfaitement le passage de ma forme animal à celle intermédiaire puis à à celle humaine. Pour ce qui est la dernière, ce n'est pas parfait. A la moindre émotion forte comme la tristesse, la colère, ou le stresse par exemple. Mes attributs animaux peuvent réapparaître. De même que ses ongles deviennent griffes, et ses dents aient une allure de crocs.

  • Lien entre les Pouvoirs : Tous est en rapport avec ma forme animal


Description Physique :


  • Apparence : Elle se glisse avec souplesse parmi la foule. Elle ne semble faire aucun bruit, s'amusant à slalomer entre les gens. Bien sur pas grand monde la remarque. On est dans Mutant Town. Pourtant elle ne passe pas inaperçu. Ne dépassant pas les 1m60, elle dégage une espèce d'espièglerie continuelle. Ses lèvres sont souvent étirées d'un sourire discret. Il est surmonté d'un petit nez pointu et de deux yeux d'un bleu clair. Au fil de ses foulées, ses cheveux couleur chocolat se balancent en cliquetant. Elle les a coiffé en une multitude de dreadlocks. Elles tombent en mèches épaisses sur ses épaules jusqu'à ses omoplates. Certaines sont décorées par des perles en bois colorées et bijoux métalliques. Deux oreilles de renards émergent de cette crinière, bougeant au gré des sons. Son débardeur clair, partiellement recouvert d'une chemise trop grande, tombe jusqu'au début de ses hanches. Mais au lieu de trouver  un jean, il y a une fourrure rousse. Celle-ci commence au niveau de ses hanches, remplaçant sa peau bronzé. Du même colorie que celle des renard : rousse, blanche et noir pour les membres. Ses jambes sont animales, finissant par des pattes canines.
    Elle bondit agilement par dessus un tronc d'arbre, atterrissant dans l'herbe du parc. Elle se stoppe. Observe les alentours. Un sourire dévoilant de une multitudes de petits crocs vient étirer ses lèvres. L'instant d'après un renard commun vient de prendre sa place. Il se dépêtre des vêtements, les pousse dans un buisson puis disparaît en trottinant. Peut être croiserez vous ce renard aux étranges yeux bleus.  

  • Signes Particuliers : Plusieurs piercings décorent ses oreilles


Caractère :

  • Mental :
    Jud est quelqu'un qui semble avoir toujours le sourire, voyant le bon côté des choses. En situation compliquée, elle ne va hésiter à utiliser l'ironie. Elle possède une réelle joie de vivre. Mais bien sur ce sourire constant peut cacher bien des choses. Elle cache bien son jeu. La jeune femme n'aime pas se confier sur ses sentiments. Même son entourage proche peine à lui tirer les vers du nez. Et elle est du genre à se fermer dans un silence buté si on tente de la forcer. Sa mère lui a inculpé qu'il ne fallait pas mentir. Elle s'y tient. A sa façon. Il lui arrive de manipuler les mots, omettant des détails. Mais elle ne ment pas. Juré ! Elle aime se venger, telle une enfant inventant des surprises pour ses cibles. Cela a d'ailleurs, quelques fois dégénéré avec son frère... Elle a gardé le côté sauvage de son enfance. Dans ses mauvais jours, il lui arrive de rejeter toute forme de règles et ne supporte pas les remarques. D'ailleurs elle a toujours du mal avec l'autorité, et le respect aveugle au nom d'un quelconque rang . Il faut lui prouver que vous méritez sa confiance et son respect.

    Malgré son passé, Jud n'est pas devenu une de ses personnes détestant les humains, les normaux. Bien sur elle garde une certaine peur, et colère de son passé, cela ne l'a pas empoisonné, la rendant aigrie et haineuse. Elle supporte juste plus les contacts physiques. Déjà enfant, elle ne laissait pas tous le monde l'approchait, mais là seul son frère et sa mère ont le droit de la toucher. Depuis quelques années elle s'accepte totalement telle qu'elle est. Elle préfère passer son temps sous sa forme anthrope, et n'hésite pas à sortir dès que possible comme ça.  Mais elle sait que sa forme humaine est une chance et elle l'utilise au besoin.
    Envers tous ces gens intolérants, elle ressent de la pitié et de la tristesse. Elle ne comprend pas que la peur, l’incompréhension peut rendre les gens aussi dangereux et bêtes. Si elle en rencontre, elle va jouer la carte de la moquerie, avec une pincée de sarcasme. Elle se débrouille pas trop mal au corps à corps mais ce n'est pas quelque chose dont elle use longtemps. Elle préfère s'éloigner par exemple, si elle est de bonne humeur. Et si ils ne vont pas trop loin.
    Il y a des jours où ce seront pas les bons. Là elle préfère rester cloîtrer dans le noir et ne voir personne. Peu de personnes l'ont déjà vu dans cette état. Elle n'aime pas montrer que elle aussi peut s'écrouler.

    Son géniteur.. Elle tient à cette appellation. Ce n'est pas son père, juste un homme qui a passé quelques années avec sa mère avant de disparaître dans la nature. Elle ne sait rien de lui, et elle ne cherche pas à le retrouver. Elle le rejette au plus loin possible de son esprit.
    Jud est une jeune mutante active. Elle peut passer de longues heures à flâner dans les rues, ou sous forme renard à courir dans les parcs. Dans son atelier de bois, elle semble changer. Un masque de concentration vient recouvrir son visage, alors qu'un sentiment de bien être l'envahit. Là il n'y  a que la création, le travail qui compte. Bien sur elle aime la musique, la danse. Il lui arrive d'aller s'amuser dans les boites ou festivals musicaux. Elle n'aime pas la cuisine. Ou est-ce l'art culinaire qui la fuit ? En tous cas elle a cessé d'essayer depuis longtemps. Elle n'aime pas le silence, ni nager. Et la plupart du temps les animaux on du mal avec sa présence. Mais cela peut aider face une bête un peu agressive.

    Pour ce qui est des différents groupes qui défendent ou non, la cause mutante Jud n'est pas réellement contre l'une d'elle : Elle tient à Charles Xavier un certain respect. Ses idées ne sont pas mauvaises, et cela ne peut pas faire de mal. Elle apprécie surtout qu'il y ai quelqu'un qui se soucie de l'avenir des jeunes mutants souffrant de rejet de la part de la société ou des proches. Pour la Confrérie, elle ne pense pas que la violence résoudra quoi que ce soit, mais elle comprends que certains soient en colère. Pour la BMA, bien sur les normaux aient besoin d'être rassuré. Quoi de mieux qu'une police s'occupant des affaires mutantes, ayant des moyens supérieurs ? Ce n'est pas pour ça qu'elle est allée se faire fichée. Elle n'est pas de ces animaux ou personnes qu'il faut garder sous surveillance.




Histoire :

  • Talents Particuliers : elle a appris à tailler le bois depuis plusieurs années, utilisant ses dons pour faire des sculptures ou des meubles.

  • Possessions : Elle suit des cours par correspondance, sur l'histoire des arts. Elle fait quelques boulots à droite à gauche pour tenter de joindre les deux bouts. Dans une librairie le jour et le soir dans un bar pour donner un coup de main à son frère.

  • Biographie :
    Elle voit le jour un soir, à Aspen Creek. Là d'où sa mère est native. Cette dernière n'hurle pas d'horreur en voyant à quoi ressemble son bébé. Il pousse des gémissements, des oreilles sombres, animales plaqués contre le crane presque nu. Des jambes étranges, griffus poussent déjà avec force sur ses bras alors qu'une courte queue sombre pend en bas du dos de l'enfant. Elle ne prête pas attention aux murmures des infirmières. Non, son bébé a ouvert les yeux. Ils sont si bleus et éveillés. Sa petite fille... Avec douceur elle l'enveloppe un peu plus dans la couverture et la serre contre son sein. Elle se promet à cet instant de lui donner toutes les armes pour vivre dans ce monde intolérant.

    Ainsi Jud a commencé sa vie, seule avec sa mère. Celle-ci lui a rapidement fait comprendre que son père était parti depuis plusieurs mois, sans nouvelles. Pourquoi lui cacher la vérité ? Les seules choses dont elle a hérité de son géniteur sont sa peau café au lait et sa mutation. Elles se sont toujours débrouillées sans lui. Sa mère a rempli son enfance de tendresse, de douceur, d'amour et un poil de sévérité. Elle savait que sa fille était différente. Il n'y avait rien à faire pour la faire changer, il fallait juste qu'elle soit présente. Les premières années sont passées au fil des rires et des bêtises. Jud a aussi un grand frère. Un demi-frère si on veut être correcte. Il s'appelle Benji et habitait à New York pour ses études, chez son père quand elle est venue au monde. Il a 18 ans de plus qu'elle. Elle ne le rencontrera pas avant une dizaine d'année. Ils ne se parleront pas avant, mais régulièrement Kate, sa mère, donnait de ses nouvelles à Benji. Il l'a vu grandir via de multiples photos et histoires envoyées par mail. Il n'a pas fallut longtemps pour que la fillette aille dehors. Pendant de longues heures elle pouvait y rester à s'amuser de rien. Elle passait de sa forme animal à celle anthrope sans problème, au gré de ses émotions et envies. Il n'y avait qu'une seule règle : pas plus loin que le bois. Jusqu'à son entrée dans les premières classes, les près des alentours lui suffit. C'est quelques mois avant sa première rentrée que sa mutation évolua.

    -Maman !
    La voix plaintive de Jud s'élève dans la maison. Kate relève vivement la tête de son livre.
    -Maammmannn !
    Fausse alerte. Elle devine l'amusement dans le cri de sa fille. Après avoir glissé le marque page là où elle s'arrête, elle s'avance vers les escaliers.
    -Qu'est-ce qu'il y a trésor ?
    -Vite ! Vite ! Maman vient voir !
    La mère retrouve son enfant dans la salle de bain, les cheveux encore humide et un t-shirt trop grand de Benji en guise de chemise de nuit. Elle se regarde avec émerveillement dans le miroir. Ses oreilles rousses tourne vivement vers sa mère quand elles captent le son de ses pas. Rapidement elle a quitté son perchoir et se rue vers sa mère.
    -Regarde !
    Son nez se fronce. Ses yeux se plissent. Sous les yeux surpris de l'adulte, les oreilles se rétractent sous l'épaisse chevelure bouclés. Avec joie elle soulève ses cheveux et montre deux petites oreilles rondes. Ses mains et ses jambes sont elles aussi devenu humaine.
    -T'as vu ? T'as vu?! C'est comme toi ! Fini les grandes oreilles.
    A peine ses mots prononcés les oreilles s’agrandissent et se recouvre d'une douce fourrure rousse. Une moue déçu au visage, Jud laisse tomber ses cheveux. Sa mère fouille dans une de ses boites à bijoux puis se penche vers sa fille un sourire tendre sur les lèvres. Elle lui caresse les cheveux :
    -On va essayer quelque chose tu veux ?


    La rentrée des classes se fit. Avec son incantation en mémoire, et son bracelet magique au poignet, le tout donné par sa maman. Jud se mêla aux autres enfants. Il n'y pas eu d'accros de la journée. Ou presque. Quelques fois elle s'isola, récita la formule et reprit une forme totalement humaine. Sa veste à capuche était toujours là en cas de problème. Au fil des jours elle se fit pleins d'amis. Elle découvrait des jeux, des gens...
    Le soir quand elle rentrait à la maison elle retournait tous de suite à sa forme anthrope, ne subissant alors qu'une courte fatigue. C'était l'apparence qu'elle préférait. Tous les jours n'étaient pas aussi facile. Jud est capricieuse, l'école l'ennuyait. Il y avait trop de règles. Elle ne voulait pas y retourner. Depuis qu'elle avait découvert les bois, elle souhaitait y passer des journées entières. Courir après les bêtes, observer les biches et cerfs, connaître tous les secrets des  bois. Rester humaine ne l'amusait plus. Sa mère essayait de lui expliquer l'importance de l'école, de paraître humaine. Mais l'enfant ne comprenait pas en quoi sa différence était un mal. Elle n'avait pas encore connu la méchanceté humaine. Ce caprice se produisait régulièrement dans la semaine. Kate arrivait a faire plier la fillette mais cela n'était pas sans mal. C'était dans ces moments là que l’absence du père se faisait sentir.

    Tous se calma au mois d’août alors qu'elle avait une dizaine d'années. C'était un énième jour de dispute. Jud avait fui la maison en fin d'après midi, elle se baladait en ville quand elle rencontra  monsieur Moore. Il était dans son atelier, ce dernier les portes grandes ouverte. Dans un premier temps elle ne vit qu'un homme d'un certain age debout à quelques pas d'un bout de bois. Puis elle remarqua ses mains danser autour de la matière, faisant tomber des copeaux de bois au grès de ses mouvement. Elle s'est avancé, sans bruit pour se glisser dans le dos du sculpteur. Pendant de longues minutes dans le calme, elle l'a regardé faire, assise dans un coin. Quand il s'est enfin tourné vers elle, son regard sage a accroché son regard d'enfant. Il y a une brève surprise mais rien de plus. D'un ton bourru il l'a invité à s'approcher un peu plus. Depuis ce jour là, l'enfant y ai retourné régulièrement. Mr Moore ne lui a jamais fait une remarque sur son étrange apparence. Pour lui c'était juste une fillette en train de chercher sa place dans ce monde. Au fil des années il lui a apprit comment sculpter dans le bois, lui transmettant cette passion pour le bois et l'art. Elle ne saura jamais que sa mère ne venait jamais la chercher car Mr Moore avait prévenu sa mère un jour, pour qu'elle arrête de se faire du soucis et veille ainsi des heures dans la nuit.

    Les années scolaires vers sa quinzième année ont été longues et difficiles. Des rumeurs courraient sur elle. La méchanceté des enfants avait brisé la carapace de Jud au bout de quelques mois. Elle souriait moins, et tentait comme elle pouvait à plaire à ses camarades de classe. Chaque jour, elle faisait en sorte de garder forme humaine le plus longtemps possible. Elle voulait se sentir normal et ne plus ressentir la crainte que quelqu'un découvre son secret. Petit à petit elle s'enfermait sur elle-même au fil des mois. Sur son mal-être. Tentant de la soutenir comme elle pouvait, sa mère la voyez maigrir, dépérir avec un sentiment impuissance. Jud se dégouttait d'elle-même. Son souhait de rester humaine entraîna de fortes douleurs musculaires et une fatigue intense. Tellement intense qu'elle fut incapable d'aller en cours un jour. Ce fut un soir, après plusieurs journées au lit à supporter la douleur qu'elle eut le déclic.

    Elle a réussit a se traîner jusqu'à la salle de bain. Tous ce qu'elle veut c'est une douche pour se débarrasser de la sueur et soulager ses crampes. Sa main presse l'interrupteur de la pièce. La lumière cru se déverse soudainement. Sans un regard pour le miroir, elle se glisse dans la douche. Il lui faut de la volonté pour se déloger de sous le jet d'eau brûlante. Son esprit plongé dans le coton, elle sort de la cabine tâtonnant pour trouver une serviette. Son regard est attiré par le miroir. Lentement elle s'avance, essuie la bué qui recouvre la surface réfléchissante. Qui est-ce ? Voila la première question qui lui vient. Toi est la réponse. Mais elle ne veut pas y croire. Elle ne reconnaît pas ce visage sans rondeur, maladif. Ses yeux sont trop ternes. Sa peau a commencé à coller a ses os les dessinant. Elle semble avoir fondu. Elle fronce des sourcils alors que ses mains effleurent son ventre trop plat. Comment ? Comment elle a pu arriver à ce stade ? Elle sait. Cela suffit. Elle s'est voilée la face trop longtemps. Trop de temps sous forme humaine. Trop d'effort. Trop d'énergie dépensées. Et pourquoi ? Pour plaire ? Une coquille vide voilà ce qu'ils veulent ? Son regard se tourne vers la fenêtre. La nuit est tombée. Les nuages voyagent de ci et là, tentant de gâcher cette nuit clair. D'un geste brusque elle l'ouvre. Ses poumons se gonflent de cette odeur trop longtemps ignorée. D'un bond elle se rétablit sur l'herbe gorgée d'humidité. Un instant elle vacille, semble prête à s'écrouler. Un pas . Deux. Une multitude. Pieds sont remplacés par des pattes. C'est un renard qui disparaît sous le couvert des arbres.

    Elle passa la nuit dans ses bois se réconciliant avec elle même. Et chaque nuit suivante furent la même chose. Au lycée elle faisait toujours profile bas mais chez elle, les métamorphoses étaient finis. Si seulement cela s'était arrêter là.

    Un soir des élèves l'ont suivi durant une nuit sans lune. Un coup par derrière, et la voilà attrapé comme un animal. Aujourd'hui encore tous cela est flou, mais souvent des flashs bien réels viennent habiter ses nuits. Les aboiements furieux des chiens, les rires, les insultes. Le lien qui lui enserrait la gorge alors qu'ils tentaient de lui mettre une muselière. La colère, la peur n'ont pas aidé. Et le chien. C'est peut être la première fois qu'elle s'est retrouvé à suivre ainsi son instinct. Le besoin de s'enfuir était trop fort. Elle est devenu animal, grondant, claquant toujours plus des mâchoires. Ils allaient lâcher ce molosse. Mais une arrivée importune a stoppé tous ce petit monde.
    Son frère. La première image qu'elle a de lui est celle d'un homme gigantesque, aux cheveux sombres et au visage froid. Il a fallu quelques paroles, un nez cassé et un regard lourd de sens pour qu'il fasse déguerpir tous le monde. Elle se souvient vaguement des paroles réconfortante tandis qu'il la débarrassait du collier. Un sentiment de sécurité la envahit quand il l'a porté sur le chemin du retour. Elle n'a pas bougé, reprenant forme presque humaine, accroché à son héro. Elle a passé les jours suivants dans une étrange bulle : des journées au lit, parlant pendant des heures avec Benji, des nuits avec quelques cauchemars, et les sortis avec son frère. La fin des vacances sont arrivées, la rentrée avec elle. Ainsi Jud est parti, suivant son frère dans sa grande ville. Elle voulait tourner un page. Depuis elle habite chez lui. Il y a eu des hauts et des bas. Quand il y a eu des incendies, ils ont déménagé dans Mutant Town, Benji ne voulait pour le moment ne pas la laisser seule, et puis elle n'a pas assez pour se trouver un appartement decent sans mourir à la tache.


Avatar : ///
Personnage Marvel ? : Oui [] Non [x]
MultipleCompte? : Oui [] Non [x]
Si oui, Qui ? : //
Pseudo : Ash
Votre Age : 19 ans
Comment avez vous connu le Forum ? : Je traînais sur le net
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Jud Jacobs [terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quels sont ces produits MAC que vous avez terminé?
» Suspicion de diabète... c'est pas terminé !
» Logan / James Howlett / Wolverine (Terminée)
» marc jacobs beauty
» Pacioretty : Saison terminée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Avant de commencer... :: Le Bureau des Inscriptions-
Sauter vers: