AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rencontre historique (Pv Kassima)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Rencontre historique (Pv Kassima)   Sam 14 Fév - 19:24

J'avais étudié les documents de Cymrod, pas trop longtemps vu ma maigre compétence en informatique combiné au temps limité. Quel merde la technologie. J'ai tout de même appris des choses utiles, très utiles. Ce jeune idiot est un fan invétéré du XVIII ème siècle et de la guerre d'indépendance. Comme à peu près tous les américains maintenant que j'y pense. Je cherche un peu dans les journaux et sur le « net », la chance est plus ou moins avec moi, une soirée historique organisée par la société historique de New-York. « Haute en couleur » c'est ce qui est dit dans la brochure et invitation demandé. Ca ce n'est pas un problème avec mon ancien emploi de professeur à l'université d'Heidelberg. Quelques semaines après je reçoit la réponse de la société qui se dit « heureuse » de m'inviter à cette soirée festive et chaleureuse qui a pour toile de fond le XVIII ème siècle américain et Européen. Je passe un appel rapide à un ami en Allemagne pour lui demander un colis express. Avec cela je serai paré à toute éventualité. Il n'y a plus qu'à se rendre à cette fameuse soirée.

L'air est frais, la nuit est claire et les lumières de la ville sont fascinantes. Je me doute que l'ambiance de la soirée ne va pas être purement intellectuel et que les gros débats d'actualité fuseront mais je me rend au bâtiment des sciences historiques serein. Le chauffeur m'arrête sur le pas de la porte et le talon de ma botte rencontre le bitume du trottoir. Je pose le Shako noir à plumet bleu sur ma tête pour la première fois depuis un bon siècle et demi, c'est un miracle que j'ai réussi à conserver cet uniforme intacte durant toute ces années. Il faut voir que je tranche complètement avec les autres invités tous en costume certes mais pour la plupart pourvu de robe d'empire et d'uniforme nordiste. Ma tenue de Hussard du Brandebourg proche de celle des hussards de Saxe envoyé par l'Angleterre afin de mater les colonies ne passe pas inaperçu. La houppelande bleu brodé d'argent et la garde doré de mon sabre d'époque me valent beaucoup de compliment. La seule ombre au tableau est la présence de mes cheveux court complètement anachronique mais cela n'a que peu d'importance lorsque je reçoit les compliment de mon hôte qui me félicite pour l'authenticité de ma tenue jusqu'à la tache de sang sur le col qui après 250 ans n'a pas réussi à quitter les fibres du tissu sombre. Je le gratifie d'un sourire avant de filer vers le buffet.

La population est vraiment hétéroclite, cela va des vieilles richardes nostalgiques d'une époque ou l'aristocratie gouvernait les Amériques aux jeunes femmes affriolantes espérant égalé leurs aînées d'un temps passé avec la dizaines de kilos de tissu tendue sur leur silhouette osseuse. En fin de compte rien n'a tellement changé en quelques centaines d'années, l'homme regarde toujours dans le rétroviseur pour déchiffrer l'asphalte de la route à tracer dans le futur. Je m'appuie contre le mur, tenant dans la main droite un verre de champagne, la main gauche sur la garde de mon sabre et le regard insolent quand aux jeunes hommes affublés des uniforme d'infanterie Américain. Dieu que c'est bon de retrouver ces sensations de grandeur face à la piétaille du genre commun. Relevant la tête comme durant mes jeunes années je pose mon verre vide sur une plateforme rococo et repère ma cible, il est en plein milieu de l'assistance affublé d'un costume de diplomate anglais mal rafistolé, cela me donne une autre raison de le haïr. Je prend la garde mon sabre de cavalerie dans ma main forte et m'avance sans le quitter des yeux avant de heurter une jeune femme avec des cheveux d'albâtre. Je me stoppe instantanément avant de la rattraper par le bras.

« Veuillez m'excuser madame je ne vous avais pas vu. »

Je la quitte des yeux quelques secondes pour chercher le diplomate anglais des yeux sans succès. Je soupire et aide la jeune femme à se remettre sur ses pieds.

« Acceptez mes excuses Ma Dame, ma témérité n'a d'égale que ma maladresse. »


Dernière édition par Erl Linden le Lun 9 Mar - 21:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kassima Jaslyn
Neutre Delta
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 13/10/2014

MessageSujet: Re: Rencontre historique (Pv Kassima)   Lun 9 Mar - 4:15

Mademoiselle Jaslyn,


Nous sommes heureux de vous inviter à un événement spécial tournant autour de la thématique du XVIIIe siècle. Notre soirée est ouverte au public d’âge majeur. Certes à la suite de la recommandation de votre employeur qui est un grand admirateur et financeur de notre travail au sein du patrimoine newyorkais, nous jugeons essentiel d’envoyer une invitation à une artiste de votre niveau douée d’un talent remarquable. Nous apprécions votre parcours unique en son genre doublé de votre ethnicité qui ouvre des portes à la multiplicité des genres au cœur de la danse classique. Il est important d’insister sur votre présence en cette soirée, car une présentation portant sur la danse baroque est offerte. Un volet assez court devait aborder ledit sujet lors de votre parcours en danse caractère.
Nous vous remercions de votre attention.


Au plaisir de vous recevoir,
La société historique de New York.


Deux semaines plus tard. La voilà entourée de tous ces personnages anciens, son sac à main lilas rempli de documents sur la « Belle danse ». Elle quitta la pièce de la présentation qui était terminée. La description du ballet d’action l’avait passionnée, sans compter toutes les caractéristiques abordées afin de mieux cerner ladite danse. Une démonstration l’avait époustouflée. Liam l’accompagnait. Il prit son bras pour lui offrir son aide à descendre les marches. Arrivés au pas de la dernière marche, Kassima renouvela ses remerciements à son employeur de lui avoir offert une place privilégiée à cette soirée qui s’avérait enrichissante. Ils avancèrent de quelques pas. Liam se moqua de sa tenue historique louée dans un magasin de haute qualité – bien qu’il ait perdu plus de dix boutons lors du discours du présentateur. Le manager ne cessait de triturer tous les petits détails superflus de son ensemble jusqu’aux fleurs des broderies bleues.

Or, Kassima volait son attention. La manière dont elle écoutait chaque phrase du discours, prenait des notes sur ses documents imprimés à la bibliothèque deux heures plus tôt ou enroulait ses mèches blanches autour de ses gants de soie. Il fixait  la robe modeste en taffetas gris de son employée. Les formes naturelles adoucissaient sa silhouette athlétique, et juraient avec les paniers de quatre mètres des femmes environnantes. Liam toucha aux cheveux de la danseuse étoile, détachant sa haute coiffure par accident. La coiffe haute de quinze centimètres tomba sur une table derrière elle, provoquant un rire fou chez la jeune femme dont le sourire scinda ses tempes en deux. Le couple passionné de danse s’avança jusqu’au milieu de la salle : parmi des tonnes de gens costumés qui regardaient les lieux avec la méticulosité des historiens. Ils semblaient normaux, légers, presque heureux dans leur relation professionnelle.


« Vous ne vous amusez pas assez, ma chère. »
« J’ai du plaisir avec mon fils. »
« Où est-il ce soir? Puisque j’ai volé sa mère. »
« À la fête de son meilleur ami. Il est en fugue tout le weekend, mon petit tesoro. »
« Ne voudrais-tu pas être en fugue toi aussi? »
« Local de répétition, demain, 07 :00 a.m., L’oiseau de flammes… »
« Tu ne perds jamais de temps. »
« Tu! »
« Tu, vous…C’est la même chose! »
« C’est vous! »


Sur ce, les lèvres de son interlocuteur l’interrompirent. La surprise l’emporta, tandis qu’elle ressentait les mains – de Liam- autour de ses jupons. Celles-ci saisirent ses hanches, les pressèrent, les palpèrent, les hantèrent. La fréquence cardiaque de la jeune fille augmenta, et l’absence de réponse témoigna de son désarroi. Prisonnière de la situation la plus inconfortable que son métier ne lui ait jamais donné, la prima ballerina sentit tout à coup un choc. C’était bénin pour commencer, mais la force de l’impact gagna sur son équilibre. Elle valsa avant de poser son chausson droit sur le bas de sa tenue lourde et inconfortable. Kassima valsa puis chuta en direction du carrelage.

Toutefois, une main se posa sur son avant-bras pour la redresser. D’abord, elle crut à une intervention de Liam, ce qui lui provoqua un sentiment de dédain destiné à refuser l’aide imposée. Certes elle posa son regard sur l’étranger et se permit d’adoucir sa réaction excessive. Il lui adressa poliment des excuses. Son regard fouilla les lieux en quête d’une cible inconnue. Kassie eut le sentiment d’interrompre une situation importante pour l’homme vêtu d’une tenue dont l’authenticité était troublante. Le parfum de poussière s’en avérait tout autant. Il lui intima d’accepter ses excuses, mais la danseuse fière qu’elle était s’était transformée en pantin depuis quelques minutes. C’est alors que son patron, Liam, de surcroît attiré par elle et déclaré le soir même, se joignit à la scène de l’accident.


« Vous devriez être prudent, Monsieur. »

Il déglutit, tenta de rencontrer le regard stupéfié de son employée. La terreur à l’état pur y résidait. Quelque chose foudroyait son âme entière lors de la seconde même.

« Kassie, comment vas-tu? »

L’homme semblait inquiet, prêt à poser une main sur l’épaule de l’adolescente qui esquiva. Sa main frôla le coude de l’étranger en se retirant, requêtant son attention l’espace d’une minute ou deux. Cette dernière délivra soudainement un sourire à l’étranger, montrant son dos à son manager sans la moindre peur. Se tenant droite, ouvrant ses bras de chaque côté, aussi douce que possible. Elle offrit un accueil chaleureux à l’inconnu de par sa présence et son langage corporel. Très mauvaise au sein de l’art du mensonge, la jeune femme s’exclama d’un ton familier à un volume élevé :

« Ah! Mon oncle! Je rêvais de vous revoir depuis toutes ces années! J’ai tant de choses à vous raconter! Je ne sais même plus par quoi je voulais commencer. Avez-vous trouvé votre ami? Il est un maître dans la narration du ballet romantique – bien que ce soit davantage au XIXe siècle. »


Relevant ses sourcils et doublant son discours autant risqué que ridicule à l’inconnu, la jeune femme redevint silencieuse et malaisée. Liam, légèrement intimidée par l’arrivée d’un homme aussi massif qu’une armoire à glace, annonça son départ d’un ton bref et sec. Il caressa l’épaule de Kassima qui répondit d’un tremblement spontané. Elle suivit son manager du regard afin de s’assurer de son départ vers l’étage supérieur. Il remonta les escaliers et débuta un dialogue enflammé avec une femme très âgée sur la période rococo. Le tout s’étant déroulé au cours d’une longue minute, la prima ballerina se détendit malgré son malaise évident. Ses mains se joignirent ensemble, y cachant de petits tremblements.

« Votre témérité vient de me rendre un énorme service en évitant une situation désagréable. »

Son regard croisa un instant celui de l’étranger avant de se reposer sur l’entourage costumé.

« Je vous offre mes remerciements les plus sincères. Je ne vous volerai pas plus de temps. Vous sembliez occupé. »


Achevant la discussion d’un sourire discret, Kassima utilisa son éventail pour tenter de rafraîchir sa température qui augmentait drastiquement avec les événements récents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Rencontre historique (Pv Kassima)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Historique des navires
» Historique du 9RG
» Cherche le Dictionnaire Historique du Japon
» Effacer l'historique de son navigateur (Firefox-4, IE-9, Chrome-11)
» Historique du phare de Goury (50).

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: Ailleurs-
Sauter vers: