AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Kassima Jaslyn [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kassima Jaslyn
Neutre Delta
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 13/10/2014

MessageSujet: Kassima Jaslyn [Terminé]   Mar 11 Nov - 4:12

[La seconde partie de la fiche se situe au troisième poste.]

CARTE
D'IDENTITE








© Emilia Clarke


    NOM : Jaslyn (Fiorino)[ /color]

    PRENOM : Kassima.

    ALIAS ET SURNOM : Kassie.

    AGE : 18 ans.

    DATE DE NAISSANCE : 25 décembre 1996

    METIER : Danseuse étoile au American Ballet Theater.

    NATIONALITE : Singapour et Américaine.

    GENRE : Féminin.

    CLAN : Neutre.




Pouvoirs : Guérison et Auto-Guérison


  • Description :
    - Défensif : Guérison
    Définition pseudo-scientifique :
     Le génome X de Kassima est diagnostiqué comme une leucémie, c’est-à-dire un cancer du sang. Des hématologues ont déjà émis un verdict : un stade 4. Elle attendait son décès (7 ans), certes cet événement n’est jamais venu. Le « cancer » de Kassima a fait une récidive à l'âge de 15 ans. Il est partout. Tous les docteurs croient qu'elle se trouve en phase terminale (Moins de cinq ans). Le corps de la mutante produit un surplus inactifs de globules blancs qui détruisent l’équilibre dans sa composition sanguine. Ils s’unissent aux globules rouges, et créent un nouveau type de globules (hybride) capables de remplir les fonctions des deux types. En tant que tel le pouvoir de Kassima n'est pas un vrai cancer. Il paraît comme étant une leucémie si une analyse du sang est faite. Sa composition est semblable à celle d'une personne leucémique - et le génome X a créé cette évolution. De plus, lors de la guérison, le sang dudit blessé est temporairement altéré afin de subir les bienfaits de la guérison. Advenant que le pouvoir de guérison rencontre une composition sanguine altérée qui ne contient aucun globules blancs ou rouges (Ceux qui composent notre système immunitaire et notre sang), il peut se retrouver inactif. Son don génère une quantité faramineuse de leucocytes et d'érythrocytes afin d’augmenter la puissance du système immunitaire. Leur absence annule alors la guérison.

    Cela engendre un besoin immédiat dudit blessé à consommer deux fois plus d’oxygène qu’en temps normal (20 à 40 respirations par minute). Une personne asthmatique pourrait mourir si Kassima advenait à utiliser son pouvoir sur cette dernière. L'utilisation du pouvoir sur un mutant ayant un pouvoir régénérateur stimulerait ses capacités:

    - Un pouvoir non maîtrisé augmentera sa vitesse de régénération par un multiple de 2 pendant cinq minutes. Un pouvoir maîtrisé augmentera sa vitesse de régénération par un multiple de 3 pendant cinq minutes.

    Cette utilisation d’oxygène permet d’alimenter un retour sanguin extraordinaire et d’accélérer la vitesse dans le processus de la guérison. Lorsque Kassima danse, un rayon de dix mètres, dont cinq mètres occupé par elle-même en plein oeuvre, permet de ressentir un meilleur état de bien-être général pour les gens qui la rencontrent. Et ici, la guérison commence avec la pratique de son art. Il ne s’agit en aucun cas d’un avantage en combat, c’est un peu comme un supplément de vitamine B12 ou une boisson riche en électrolytes.

    Effets concrets :
    L’hémostase est équilibrée dans l’organisme. Ce génome X prévient contre la majorité des envahisseurs de l’organisme vivant.  En bref, c’est une réparation améliorée et accélérée des tissus organiques. Il combat l’inflammation et l’infection, de même que les maladies auto-immunes. Il reste que l'étendue de son effet thérapeutique reste à définir :
     
    Les tissus capillaires (Épiderme au derme) abîmés prendront trois à cinq minutes à guérir peu importe leur superficie. Cependant, des escarres du décubitus et autres plaies profondes nécessitent une minute pour chaque centimètre carré (Superficie et profondeur).
    Quant aux maux qui affectent les os (Fractures, luxation, Os cassés, etc.), six millimètres carrés s’appliqueront pour le temps d'une minute.

    La possibilité de stimuler l’activité cellulaire afin de recréer un membre ou un organe vital perdu existe. Cependant, l’effort exigé demandera plus de travail. Par exemple,  un bras complet prendra six à huit heures dépendamment de la masse corporelle du dit blessé (Prenons quinze centimètres carré par heure?). Toutefois, il sera vital d’interrompre la régénération pour offrir des pauses à la mutante qui tombera d’épuisement au milieu de la tâche – abandonner n’est pas dans ses habitudes. Ledit blessé en question n’aura pas à subir une douleur extrême : cela reste tolérable, certes inconfortable.

    Régénérer du sang demeure plus accessible (Un demi-litre demande un quart d’heure). Le plasma (Composé à 90% d’eau) demeure plus facile à recomposer étant donné la nature du pouvoir qui consiste à augmenter le reflux sanguin. L’érythropoïèse suit donc aussi ce rythme de production effréné.

    Réparer la moelle osseuse, comme dans le cas de paraplégie, tétraplégie ou quadraplégie est tout à fait possible. La durée, selon la gravité de la situation, pourra prendre au minimum une heure par membre partiellement ou totalement paralysé. Si la masse corporelle de la personne est au-dessus de la normale, une heure trente à deux sera nécessaire.  

    Conséquences :
    Bien que pratiquer son pouvoir soit asymptomatique sur l’énergie de son métabolisme, l’utiliser plus de quatre heures sans interruptions (À changer si c’est trop élevé) plongera Kassima dans une crise de démence pouvant durer entre un quart d’heure à six heures. Son pouvoir sera également impossible à utiliser lors du temps imparti de la dite crise. Lorsque le génome X de la mutante libère son énergie immunitaire afin de revitaliser celle d’autrui, les hormones produites dans le cerveau de la jeune femme deviennent irrégulières. C'est la source des crises (Comme quelqu'un de maniaco-dépressif).
    Les dites crises sont incurables, et transforment la personnalité dure de la jeune femme. Elle perdra toute raison : se cacher dans une poubelle, construire un château avec de la gomme à mâcher, prendre le thé avec des plantes, voler l’argent d’un sans-abri ou bien encore un épisode de pleurnicheries dramatiques.

    Elle peut guérir à contrecoeur, ami ou ennemi. La nature de la personne n’importe pas, quiconque de faible ou de blessé se trouvera sujet à son acte de guérison. Cette dernière agit également sur les maladies graves irréversibles : une anémie grave se trouvera nettement améliorée (Deux heures). Pour simplifier, chaque jour que prend une maladie à guérir (Grippe, Gastro-Entérite, etc.) mettra dix minutes avec Kassima. Chaque situation est sujette à la réflexion.


    - Défensif : Auto-guérison
    Définition pseudo-scientifique :

    Étant donné le changement de la composition sanguine de Kassima, elle possède la seconde capacité d'utiliser ses facteurs guérisseurs pour elle-même. Cet aspect s'est développé par l'instinct de survie. Toujours dans la composition sanguine, lorsqu'il y a présence de blessures, les globules hybrides maturent par la sécrétion de l'adrénaline (Ou plutôt de l'instinct de survie immédiat). Or, cet aspect de son pouvoir (Et le pouvoir en tant que tel) lui sont inconnus. Les globules hybrides de son sang permettent l'accélération de son hémostase, de la coagulation et de la réparation des tissus organiques, de même que les infections et les inflammations.

    Cependant, la vitesse de guérison de Kassima prend deux fois plus de temps que celle distribuée dans son rayon de facteurs guérisseurs. La raison de ce rythme plus lent s'explique par le fait que la composition de son sang comporte des globules blancs immatures. Ils sont fonctionnels, mais ne sont pas prêts à être utilisés sur-le-champ. Lorsqu'ils se diffusent à l'intérieur du rayon, chaque globule a le temps de maturer en quittant l'épiderme de Kassima.

    Toutefois, à l'intérieur du réseau sanguin de la jeune mademoiselle, peu de globules sont matures et prêts à être utilisés. C'est pourquoi ils demandent un temps supplémentaire à agir sur elle-même contrairement aux autres.

    Effets concrets :

    Il s'agit de reprendre les données utilisées plus haut, et de multiplier le temps d'action par trois pour chaque situation. De trop grandes blessures, telle qu'être démembrée, lui causeraient la mort (Une jambe coupée, par exemple). Elle aurait le temps de se vider de son sang (Amputation = hémorragie externe avec ouverture artérielle = Mort inévitable sans premiers secours). De plus, étant inconsciente, elle n'aiderait aucunement sa situation.

    Les tissus capillaires (Épiderme au derme) abîmés prendront quinze minutes à guérir peu importe leur superficie. Cependant, des escarres du décubitus et autres plaies profondes nécessitent trois minutes pour chaque centimètre carré (Superficie et profondeur).
    Quant aux maux qui affectent les os (Fractures, luxation, Os cassés, etc.), six millimètres carrés s’appliqueront pour le temps de trois minutes.  

    Régénérer du sang demeure plus accessible (Un demi-litre demande quarante-cinq minutes).

    Réparer la moelle osseuse, comme dans le cas de paraplégie, tétraplégie ou quadraplégie est possible. La durée, selon la gravité de la situation, pourra prendre au minimum trois heures par membre partiellement ou totalement paralysé.


    Conséquences :

    Dans l'optique où Kassima se retrouve gravement blessée (Une luxation d'épaule jusqu'à une jambe cassée), elle perdra automatiquement connaissance lors de la période de guérison. Elle sera plongée dans un sommeil profond peu importe l'environnement ou la gravité de la situation. Chaque période d'auto-guérison entraîne un redémarrage de son système nerveux (Soit une perte de conscience passagère ou plus longue). Un temps de pause est nécessaire. Le contrecoup de son activité cellulaire propulse les battements de son coeur à plus de quatre-vingt battements par minute et sa respiration devient superficielle (Plus de trente respirations par minute). L'accélération de sa respiration provoque donc une inflammation chronique aux bronches. Même si son corps cherche à la guérir, l'acte lui-même de la guérison recommence le cercle vicieux d'une mauvaise respiration et donc d'augmenter l'irritation de ses voies respiratoires.

    Cet aspect de son pouvoir se manifeste par des crises d'asthme nocturnes ou matinales. Kassima a besoin de pompes (Bronchodilatateurs) le soir avant d'aller se coucher. De plus, elle a besoin d'un humidificateur la nuit afin d'alléger l'oxygène qui l'entoure pour mieux respirer. Sans quoi elle sera faible au réveil et n'aura pas une belle performance au travail. L'humidification de l'air, tel que pour les enfants asthmatiques, aide ses bronches et ses poumons à mieux oxygéner son corps.



  • Niveaux de maîtrise : Kassima n’a aucune maîtrise de son pouvoir, et de ses deux aspects. La danse active la guérison, mais dès l’arrêt de cette activité physique, tout s’inhibe. L'auto-guérison, quant à elle, se produit lorsque l'organisme de Kassima est endommagé, mais le rythme de réparation est lent et une perte de conscience est essentielle pour son bon fonctionnement.

    Le système nerveux du corps humain est responsable des glandes hormonales, dont l'hypophyse qui en constitue le chef d'orchestre. Si les hormones sont irrégulières, c'est-à-dire déstabilisées, l'équilibre (Ou plutôt le bien-être) du corps humain est brisé. Le résultat est donc une crise de démence durant laquelle son pouvoir est inactif.

    Dans un futur très lointain, il est envisageable que les crises de démence deviennent plus rares, voire inexistantes. Les données utilisées précédemment pour son niveau actuel devront changer (Le temps imparti pour la superficie couverte ou le tissu vital à recréer prendront moins de temps et seront plus efficaces). Cependant, il faut avant tout changer la personnalité frigide de la jeune femme. Son pouvoir nécessitera toujours d’être déclenché par la danse.

    Danser et guérir vont ensemble. La forme de la danse classique implique droiture et rigueur, certes ce que ressent l'artiste durant la performance est tout à fait différent. Un pianiste montre des émotions au travers de son jeu, tel qu'une ballerine libère les siens en s'exerçant. Kassima obéit aux règles, mais au coeur de tout ça, la danse reste de l'art et une manière de s'exprimer qui donne un sentiment de liberté. Et c'est ce chemin que prend son pouvoir pour se dévoiler en quelque sorte.  

  • Lien entre les Pouvoirs :Son sang contient des globules hybrides porteurs d'un facteur guérisseur. Il applique une auto-guérison constante par son réseau veineux et son réseau artériel. Les facteurs guérisseurs se libèrent de leur porteuse lorsque cette dernière danse, c'est-à-dire qu'ils guérissent les autres sur un rayon de cinq mètres qui l'entoure.



Description Physique :


  • Apparence :
    Taille: 5’3’ ou 160 cm.
    Poids: 52 kg ou 115 livres.

    Kassima, elle a une allure méchante et haïssable. C’est impossible d’apprécier sa présence avant de découvrir un peu plus en profondeur sa personne. Une grimace imprimée sur ses lèvres charnues en permanence, il est possible de discerner plusieurs morsures sur celles-ci – la raison étant que Kassima les torture de ses dents. Bronzée et dorée à l’huile de noix de coco, son épiderme témoigne de ses origines ethniques diverses (Voir la biographie). Une peau douce et délicate, et le parfum qui s’en dégage est fort. Sa silhouette est commune, ni filiforme, ni prononcée, à la fois fine et galbée d’aisance. Les muscles longs et minces arpentent son corps grâce aux années à pratiquer la danse classique et moderne. Sa démarche dégage une prestance que seuls les danseurs connaissent, quelqu’un de très charismatique. La facilité à employer chaque geste avec grâce est phénoménale. Minimalisme et chic sont les genres qu’elle préfère.

    Or, ce faciès dévoile une douceur, ne serait-ce que par la retenu marqué au fond de ses traits. Ses yeux sont de ceux qui dégagent la tristesse, peut-être par leur gris azuré ou encore leur grandeur surprenante. Leur base est un gris-bleu pouvant pencher vers des tons violacés selon l’éclairage. Des sourcils durs et fournis définissent un air sévère, voire boudeur à son visage. Aussi blonds que ses petits cils, son teint éclatant, lumineux ne dissimulent point le lilas qui recouvrent ses tempes. Se pincer les joues, l’arme de beauté des grands-mères. Son ossature semble dressée à obéir à la droiture et aux règles jusqu’à ses ongles courts sans vernis.

    Une longue chevelure d’un blond très pâle, voire même blanc, tombe jusqu’aux creux de ses reins. Ses vagues sont souvent dressées en un haut chignon ou bien des tresses françaises. Quant au plan vestimentaire, Kassima adore porter ses tenues de danse autant au quotidien qu’en studio. Les léotards, les pantalons de sport et les hauts courts remplissent son armoire à vêtements. Elle connaît trois tons : blanc, gris et noir. Les rares étincelles de couleurs qu’elle revêt sont un rouge à lèvres, des chaussons de danse ou une boucle à cheveux pastel. Quelques robes de soirée lui sont aussi fort utiles lors des invitations plus aristocratiques. Tout est réservé au minimum quant aux accessoires, un foulard ou des boucles d’oreille en perle sont ses seules fantaisies.


  • Signes Particuliers :
    Peu importe la scène, Kassima effectue un pas de danse. Ses doigts pianotent, et elle se dresse sur la pointe des orteils. Les ballerines ont cette délicatesse qui insuffle des sentiments à l’ombre du moindre mouvement. Leur posture n’est pas naturelle : les pieds pointent vers l’extérieur, les fesses sont rentrées, la colonne courbée vers l’avant, l’abdomen vissé vers l’intérieur. Trop droite, trop légère, Kassima semble sortie d’un autre monde sans vraiment l’être. Le dernier signe qui la différencie serait ses multiples origines ethniques : ses traits et son accent sont fort singuliers. Avec la profession, aucun piercing ou tatouage n’est toléré. Elle n’a aussi aucune marque de naissance ou de grain de beauté important.



Caractère :



  • Mental :
    Compter jusqu’à huit, c’est sa vie d’athlète. Pratiquer, encore et toujours jusqu’à l’épuisement qu’elle ne rencontre pas. Obéir aux ordres, c'est l'essence même de donner son corps à sa profession. Souffrir d’un trouble d’attention et d’hyperactivité se jumellent à une insomnie rigoureuse. Ses cernes en sont les témoins de premier ordre. La nécessité de somnifères est primordiale afin de lui offrir quelques heures de sommeil. Ces pathologies sont l’évolution d’un trait de caractère très douloureux pour son état physique : perfectionniste. Kassima n’est jamais assez bien pour quiconque, peu importe la beauté et la droiture de ses spectacles de danse. Chaque représentation applaudie et acclamée, chaque entrevue, chaque admiratrice ne vaut rien, car elle ne fait aucunement preuve de sa confiance à l’égard de son talent. Certes n’est-ce pas là un désir impossible d’obtenir la satisfaction? Cette égocentrique n’aime que la perfection, et la jalousie qui l’habite contribue à sa mauvaise estime d’elle-même.
    Travaillante, jamais ne renoncera-t-elle à améliorer la moindre figure de danse. Méticuleuse, chaque détail compte à ses yeux. Jusqu’au respect de la vie sous toutes ces formes, mutant, homme ou animal – jamais ne s’imagine-t-elle blesser un être vivant. Elle adore l’acte de se sacrifier envers les autres. La moindre douleur lui donne des larmes, physique ou psychologique, antérieure, présente ou future. Elle aime les bonnes manières, les mots croisés et la broderie. Elle ne perd aucune énergie envers les choses inutiles, mais Kassie ignore passivement tout ce qui lui déplaît : les lâches, les paresseux, les fumeurs.
    Elle paraît splendide sur scène, mais tous ses efforts s’effondrent quand elle ouvre la bouche pour se critiquer, se démolir et s’anéantir.
    Cet acte d’autodestruction se qualifie par un manque de confiance en soi. La tête de Kassima n’arrête jamais de danser : c’est son être, c’est son amour, c’est sa vie. En d’autres termes, c’est sa seule voie – ou passion pour faire simple.

    Kassie n’est guère consciente de sa propre mutation. Son conscient impose un blocage mental involontaire sur la possibilité d’avoir des pouvoirs. De plus, à la suite d’une utilisation trop longue de son don, des crises de démence suivies d’amnésies peuvent apparaître. [color=#a8a8a8]En ce qui concerne les débats idéologiques quant aux mutants, la jeune damoiselle ne possède aucun avis intangible sur tous ces sujets vifs dans l’actualité. L’institut ou la confrérie, beaucoup de mutants en parlent comme si la ligne entre le bien et le mal était si définie. Kassima ne croit que toutes les âmes soient pures ou déchues d’un côté ou de l’autre. Elle préfère la paix comme bien des gens, mais ni Xavier ni Magnéto ne saurait apporter cette dernière tant que l’espèce humaine vivra.

    Suite à l’attaque des purificateurs, elle ressent autant une agressivité vivace qu’une détresse profonde. Autant envers les confréristes, ce sentiment d’indécision, d’égarement l’habite. Elle n’oserait condamner jamais une personne en jugeant un groupe entier, mais cette même répulsion persiste. De plus, l’un de ses amis, Oswald, vantait la dite confrérie. Quant aux X-Men, le respect et l’intimidation l’habitent. Elle se sent telle une étoile espionnant un soleil, quelque chose d’inconnu et presque divin dont il faut se tenir loin pour mieux l’apprécier. Le B.A.M. semble plus réaliste comme organisation. Elle adhère davantage avec leurs idées – ou du moins la représentation que les journalistes donnent.

    Avec la croyance d’être en phase terminale d'une leucémie, Kassie a renoncé à une vie normale depuis l’âge de ses sept ans. Le présent se vit de plein feu, et les regrets sont un temps inestimablement perdu. Chaque réveil est un cadeau qu’elle reçoit pour danser et aimer Alfonsio depuis la dernière année.  Elle espère fournir une éducation décente à son fils adoptif, et lui montrer la beauté de l’existence. Certes elle ressent toujours ce sentiment de détresse qui l’habite, car elle ne sait quoi faire pour soulager la douleur de sa perte. Alfonsio et Kassima tentent de se réparer sans jamais se séparer en quelque sorte.
    La jeune mutante renie ses pouvoirs, jusqu’à leur propre existence. Elle ressent une frayeur inimaginable à vivre une telle différence, et la rendre public serait dommageable à son intégrité au sein de la société. De plus, elle préfère affronter son propre décès plutôt que d’envisager un avenir à long terme. Vivre toutes ces décennies, observer sa silhouette se rider  et vivre sa retraite lui semblent des moments horribles. Certes rien ne pourra égaler d’assister au décès de sa sœur aînée ou d’apprendre la tragédie qui coûta la vie à tant de leurs proches. Kassima tente de préparer son départ dans deux ans : Alfonsio immigrera au Maine avec son oncle, et elle prendra la première source d’eau en vue pour se prendre la vie. Se ruiner pour les traitements et laisser des dettes en héritage ne l’intéressent guère, seul le bien-être et l’avenir d’Alfonsio importent. Elle a tout organisé jusqu’à la fin, mais l’avenir est sa plus grande source d’inquiétude.





Histoire :



  • Talents Particuliers :
    Pratiquer au quotidien trois types de danse : la danse classique, le contemporain et le *caractère. Elle danse entre dix et quatorze heures par jour (Qui s’interrompent de pauses d’un quart à une demi-heure à chaque deux heures), étant donné qu’elle est une athlète en quelque sorte. La flexibilité et l’adresse (Au-dessus de la moyenne de l’être humain, mais n’égalera JAMAIS celui d’un pouvoir mutant) est un de ses atouts essentiels pour danser. Elle entretient une routine régulière de Pilates et d’étirements pour s’entretenir. La natation lui sert aussi pour mieux contrôler sa respiration (Elle a un niveau intermédiaire). Arrivée à l’apogée de l’adolescence, elle pratiqua le pole dance et le yoga aérien. Ces sports l’aidèrent à s’introduire aux acrobaties (Niveau Intermédiaire, comme les acrobates de cirque disons) et la placer dans des contextes plus rigoureux. Elle peut danser sans problème dans des terrains difficiles, mais le danger existe toujours de se blesser.  

    Étant donné ses origines diverses, Kassima pratique quatre langues. Le japonais et l’italien lui sont rudimentaires : il s’agit d’un niveau débutant à l’oral seulement. Cependant, elle maîtrise le malais et l’anglais à l’oral comme à l’écrit. Ces deux langues ont toujours fait parties du foyer familial. De plus, elle connaît quelques termes français appris au cours de son éducation (Plusieurs termes de danse classique sont en français uniquement : Piqué, Jeté, Arabesque, etc.)
    *Forme de danse théâtralisée, inspirée des traditions espagnoles, russes et irlandaises


  • Possessions :
    Cinquante, oui, cinquante paire de chaussons de danse de toutes les variantes possibles de blanc, gris ou noir. Un garde-robe griffé et modeste, très petit. Des alliances, héritées de sa soeur et son beau-frère.
    Un condo en plein centre-ville de New York, de classe moyenne.  Deux chambres, celle des parents décédés et de leur fils de quatre ans. Kassima adore dormir sur un matelas très mince sur le plancher, une habitude de sa mère. Une salle de bains assez grande, une cuisine et un salon modestes.
    Valeur du condo : 180 000$
    Salaire : 60 000$/an. – soit environ 5000$ US/mois.
    Économies : Environ 10 000$ (Deux mois de salaire. Il faut prendre note qu’elle a un enfant à sa charge. Les économies sont vite dépensées si une visite à l’hôpital s’impose.)
    Une moto des années 1990, très vieille et affreusement poussiéreuse, mais capable de fonctionner placée dans un garage attribué aux résidents des copropriétés. Le prix de son utilisation est inclus dans le loyer. Un fils adoptif nommé Alfonsio et un tas de jouets pour zéro à cinq ans dont dix fusils à l'eau.

  • Biographie :
    1996-12-25, 07 :30 a.m, Singapour.
    La cadette des Fiorino venait de naître. Koï, la mère nippon-anglaise, effectua un labeur de quatre heures devant son mari et ses deux enfants. Son aîné, Gabrielo, avait quatre ans et sa seconde, Jaslyn, deux ans. Eldrado, descendant de parents malaysiens et italiens, avait épousé Koï dans l’amour le plus passionné. Chaque jour ensemble, ils recréaient le monde. Or, la déception l’avait hanté depuis le jour où Jaslyn était sortie de l’utérus de sa douce moitié. Des ailes blanches poussaient derrière ses omoplates, et aucun vêtement n’arrivait à dissimuler ce détail gênant. Tous ces gens anormaux, ces mutants, le dégoûtaient. Il n’aimait pas cette évolution de l’homme, dont laquelle sa fille Jaslyn faisait partie. Certes sa femme chérissait leurs deux enfants en tenant tête à Eldrado afin de resserrer les liens familiaux. Les mutants ne lui importaient pas, et sa fille Jaslyn n’en méritait pas moins d’amour pour cette raison. Certes la cadette, Kassima, lui redonna espoir quant à son désir d’avoir une vie banale et tranquille au cœur d’un bonheur les plus calmes. Psychiatre à l’hôpital de Singapour depuis vingt ans, tandis que sa femme était mannequin et réputée pour son faciès exotique. Économe depuis sa tendre jeunesse, il fut entraîné à se montrer prudent envers chaque dépense et cette maîtrise talentueuse lui servit à la bourse où il réussit à s’enrichir juste assez pour se classer chez les nouveaux riches de la ville.

    Très occupés, ils furent des parents absents. Certes chaque moment en famille réchauffait le cœur des enfants. Jaslyn avait toujours de la difficulté à respirer, de par son asthme et de la ceinture placée en permanence sur ses ailes. Leur mère ne pouvait se permettre de se faire capturer par un paparazzi avec une enfant mutante. Kassima observait sa grande sœur pleurer des heures entières, condamnée à se cacher de tous. Et leur chère cadette ne cessait jamais de pleurer en cœur avec l’aînée. Il fallut les gifles de Gabriel pour les calmer. Le fils d’Eldrado prit exemple sur son paternel et ne ménagea jamais les coups sur ses deux sœurs. Kassima se replia sur elle-même, laissant les hommes de son entourage la dominer. Elle en a développé ce besoin de toujours obéir aux ordres, et d’aimer son père et son frère de loin sans jamais les provoquer. Jaslyn et Kassima se regroupaient, ne pouvant que se dire que tout était de leur faute. Elles devaient le mériter. Jaslyn était une mutante, et Kassima ne faisait que protéger sa sœur depuis ses premiers pas. La cadette n’avait jamais dit le moindre mot au père, seule sa mère eut droit à ses expressions. Koï travaillait beaucoup, et son absence lui offrit l’ignorance des violences de son mari et de son fils aîné. Ils s’assurèrent de ne jamais briser l’harmonie familiale devant elle. Certes les deux sœurs n’en furent que davantage rapprochées. Leur liaison s’imprima d’un sentiment des plus profonds, et chacune en vint à ressembler à l’autre. Bientôt, leurs années de différence ne furent rien et chaque visiteur les qualifia de jumelles. L’une prit la gestuelle de l’autre, et leurs voix répétèrent les mêmes sons.

    Dès l’âge du premier pas, Kassima continua de pleurer jour et nuit pour Jaslyn. Et un jour, alors que Koï regardait un spectacle de danse classique diffusé en direct sur l’écran cathodique, les pleurs s’arrêtèrent. La mère ne comprit guère au début ce qui se passait, imaginant les pires situations en se retournant vers ses deux filles. Maladroite et fragile, elle vit Kassima déboucler sa ceinture de sécurité et ramper vers son fauteuil afin d’observer la source de cette musique enchanteresse. À l’écran, les danseuses irradiaient de talent et de passion. La bambine se leva, fébrile et tremblante. Le détail qui attendrit la mère à demeurer immobile fut le sourire sur les lèvres de Jaslyn et Kassima. Son petit ange poursuivit sa petite sœur, et l’invita à tourner sur elle-même. La cadette pointa d’un pied, puis de l’autre. La joie naquit dans leurs cœurs, et jamais ne cessa de battre avec elles.
    C’est ainsi qu’à l’âge de quatre ans, respirant le ballet jusqu’aux ongles, Kassima fut admise dans le programme privilégié des danseuses classique. Elle commença avec cinq heures de répétition par jour, suivi du cursus normal en fin d’après-midi. Trois belles amitiés se nouèrent au cours des années pour Kassima. Elles ne garderont contact que par le biais de lettres de correspondance  jusqu’à aujourd’hui. Jaslyn étudiait à la maison afin de mieux contrôler ses apparitions. Ses ailes grandissaient, et son asthme s’aggravait. Malgré les docteurs spécialisés, rien ne pouvait améliorer l’état de sa respiration. Les crises nocturnes s’enchaînaient. Eldrado offrit un traitement de faveur à son fils qui lui ressemblait, et n’accorda aucune attention à ses deux filles. Koï tenta de le convaincre de passer du temps avec celles-ci, mais son travail ne lui permettait pas une supervision assez grande pour tout voir. Elle commença à soupçonner les mauvais traitements de son mari,  de par les bleus que dissimulaient son petit ange et sa cadette.Jaslyn lui semblait monstrueuse de par sa mutation, et Kassima n’arrêtait jamais de danser – en privé, en en public. De plus, la cadette offrait toujours un silence obstiné au père en signe de rébellion passive. Lorsque Kassima eut six ans, un incendie frappa une boutique de verrerie. Koï y fut prisonnière jusqu’à la fin. Hospitalisée au département des grands brûlés, il fut impossible pour Eldrado de revoir sa femme intacte. L’anxiété qui suivit la catastrophe tua la pauvre mère lorsqu’elle croisa son visage dans une glace, et elle n’eut jamais la chance de saluer ses propres enfants. Kassima, occupée par ses études, ne s’accorda aucun moment de répit pour songer à la perte de sa mère. Elle commença par le déni puis un vide s’installa en elle. N’osant déranger son paternel par ses pleurs, Kassie se referma comme une huître.

    Lors de l’hospitalisation de leur mère, Jaslyn profita de la situation chaotique au foyer pour s’enfuir. Elle saisit la seule chance qu’elle eut de vivre à cet instant, au prix de l’abandon de sa chère Kassima. L’aînée des sœurs avait déjà tenté plusieurs fugues, à trois, à cinq et à six ans. Son désir de liberté précoce s’était surdéveloppé suite aux mauvais traitements de son père et à l’absence de sa mère.Eldrado fut soulagée par la fugue de Jaslyn, reniant sa fille jusqu’au plus profond de son conscient, et n’osa jamais prononcer son bon sentiment. Gabriel commença à regarder des études en médecine, déjà si jeune. Il voulait surpasser son père, en quête éternelle de sa fierté. Kassima commença à être anorexique à l’âge de sept ans. Lorsqu’elle avoua cracher du sang à son père, elle trouva sa déception. Les docteurs diagnostiquèrent une leucémie incurable en stade terminal. La jeune fille subit tous les traitements, de la tête rasée à la chimiothérapie sans connaître la véritable raison de tous ces chamboulements. Elle continua à danser, car c’était tout ce qu’elle voulait depuis toujours. Le départ de Jaslyn l’avait laissée vide comme si ce creux ne pouvait jamais partir. L’ignorer était la seule solution envisageable. Son seul souhait, c’était d’être danseuse étoile. Et même la faiblesse qu’elle ressentait ne pouvait poser un frein à sa volonté.

    Deux mois plus tard, elle tomba inconsciente sur les planches d’une scène en répétition générale. Elle fut remplacée sans peine. Eldrado et Gabriel suivirent l’ambulance de près, et ce sentiment de culpabilité les prit au cœur. Comment pouvaient-ils négliger leur petite autant? Comment pouvaient-ils la gifler, la maltraiter de tous côtés et l’ignorer? C’était simple, son visage était identique à celui de sa femme, Koï. Regarder Kassima le peinait, et le moins de temps qu’il la voyait, le mieux qu’il se sentait. Cette absence parentale affecta la jeune fille, qui développa en parallèle une dépression chronique. Une fois arrivés dans la salle d’attente des urgences, ils apprirent que les autorités prendraient en charge la jeune malade. Son corps portait le fruit de la colère de ces hommes et de l’acharnement des professeurs. Pendant un mois entier, elle fut en rémission.

    Aucun docteur ne sut ni pourquoi ni comment, mais le cancer l’avait quitté. En bonne santé fut son dernier diagnostic, et séparée d’un père distant, Kassima se trouva en adoption. Kassima se sentit tel un animal de compagnie qu’on envoya à la fourrière dans l’attente d’un miracle. Sa famille était sa mère et sa sœur – jamais Eldrado et Gabriel. Elle changeait de maître, et cette nouveauté ravissait son cœur toujours prisonnier du silence. Les fanatiques de Koï prirent connaissance du miracle vécu de sa progéniture et l’attention médiatique fut fort sollicitée pendant quelques jours dans les journaux.

    Une ancienne danseuse étoile de l’Opéra de Paris, retraitée à Singapour à l’aube de la cinquantaine, chercha à adopter la jeune cancéreuse adepte de danse classique afin de retrouver le favoritisme de la célébrité pendant un certain temps. Lucille éduqua Kassima avec rigueur et frigidité. Certes Kassima jura d’obéir à sa tutrice, car la promesse de vivre de sa passion l’intéressait au-delà de l’amour maternel inexistant entre elles. Lucille finit par développer un sentiment de pitié envers l’enfant qui se montrait forte dans sa solitude. À l’âge de sept ans, elle connaissait sa voie et avait plus de volonté que bien des adultes. Elle devint indépendante, séparée des Fiorino et prit Jaslyn pour nom de famille. L’espoir infime de la retrouver sévissait toujours en elle. Chaque matin, elle s’occupait d’elle-même et marchait vers l’école. Tout était organisé en permanence. Le seul détail gênant demeurait son historique familier, et la disparition de sa grande soeur très mystérieuse. Chaque jour, elle dansa au prix des orteils brisés et des craquements de ses articulations. La pratique de la natation l'aida quant à ce point.

    Tout son argent de poche fut dépensé dans les recherches qu’elle effectua afin de retrouver sa grande sœur. Lucille s’attitra son entraîneur privée, et lui permit d’accumuler les réussites. Sa passion grandit avec elle, mais son enfance ne la quitta jamais. Elle demeura une femme-enfant lorsque la puberté la frappa – ses règles ne sont jamais venues, pas même à dix-huit ans. Avec la naissance d’une silhouette plus féminine, vers l'âge de quinze ans, elle découvrit la vie nocturne. Vendre son corps autour d’un pôle, et effectuer des figures en hauteur avaient de quoi lui donner des pourboires enviables. Discrète, Kassima sut se dissimuler dès que la possibilité de se faire reconnaître se prononçait. Elle se déguisait de faux tatouages, de piercings et d’un maquillage provocateur afin de voiler son identité. L’adolescente se vieillissait grâce à ses apparats, et personne ne soupçonna son trop jeune âge. Sa discrétion et sa délicatesse ne lui valaient pas une attention des plus flagrantes. Elle savait se fondre parmi les autres danseuses, de celles qui transpirent la dépression par l’abandon de soi-même. Sa mère décédée n’attirait plus l’attention de la ville. Lucille ne fut jamais mise au courant de toute cette rébellion. Certes dormir avec de la musique classique dans ses écouteurs ne lui permit guère de s’en apercevoir. La jeune ballerine pouvait errer des heures durant, cherchant à occuper ses nuits d'insomniaque. Le vide qui la hantait ne cessait de croître, certes il demeurait un tueur silencieux. Elle apprivoisa quelques escortes, et apprit ce métier bien légèrement afin de s'enrichir.

    La pensée de Jaslyn ne la quitta jamais. Or, au coeur de cette période trouble, tous ses efforts payèrent lorsque Lucille annonça à sa fille adoptive que le American Ballet Theater lui offrait un poste afin de substituer les remplaçantes qui étaient absentes lors des répétitions (C’est un des premiers emplois de la plupart des danseuses classique - ce qui était une opportunité rare pour une débutante aussi fraîche qu'elle. Chaussons de danse, passeport, compte en banque et un téléphone en main, Kassima sautillait à l'idée de partir la journée suivante. Lucille annonça qu'elle ne désirait plus garder contact avec la jeune femme. Leurs chemins se séparaient. La jeune adolescente sourit à cette idée, bien que cette nouvelle lui donna une tristesse incertaine. Prenant ces mots avec réserve, elle réprima la moindre opposition. Sa tutrice avait précisé au départ de leur relation qu’un jour tout se terminerait entre elles. Kassie montra un respect immense envers sa tutrice jusqu'à son départ. En l'honneur de leur dernière rencontre, Lucille dansa en compagnie de Kassie pour la dernière fois. Elle n'y crut guère, mais des larmes perlèrent ses paupières: la beauté, la grâce de sa protégée n'avaient de valeur qu'en pleine performance. Chaque bond respirait la délicatesse, et la loi du moindre effort semblait vivre au creux de ses gestes. Ses mains fines et longues se dressaient au sommet du monde, tandis que ses chaussons créaient des ronds parfaits. En tant que femme, elle n'osa jamais avouer son amour à son égard. La fin de leur histoire sonnait déjà. La correspondance resterait leur seul attachement.

    L’attaque du pont ébranla la jeune fille qui ne savait quoi penser des idéologies mutantes, mais sa nature passive la força à se priver du jugement. Et elle continua à s’épiler les jambes devant l’écran cathodique. Lors de l’épisode du Cube, Kassima ne songea qu’à sa sœur. Elle s’interrogeait quant à son existence, si elle était emprisonnée ou non dans cette prison horrible pour mutants. Elle se réjouit de sa destruction. Jaslyn fut prisonnière d’une cage depuis sa naissance. Y retourner lui fendrait le cœur, et sa liberté était le souci le plus important de Kassima. Elle se moquait des criminels, probablement ignorante de la réalité de la situation comme bien des téléspectateurs.

    2011-12-25, 07: 30 a.m, New York.
    Huit semaines s'étaient écoulées depuis son arrivée. L'astre solaire se dressait sur l'horizon, chevauchant la nuit avec espérance. Les couleurs fusionnaient, et le vent violentait les branches des arbres immenses. La neige du matin avait décoré la ville d'un arôme paisible, et la jeune ballerine continuait de conquérir le parc en cette matinée magnifique. Ses cheveux prenaient de l'ampleur, et leurs vagues ne cessaient guère de vêtir le creux de son dos. Jetant ses habits d'hiver sur le sol, elle laissait ses chaussons jouer leur magie. Et cette solitude lui demeurait un plaisir absolu. Rien ne pouvait rompre la paix de son anniversaire, quand entre deux répétitions au théâtre, tout le monde festoyait. Kassima, elle, se reposait en ce jour qu'autrui disait sien. Elle remplaçait le soir même dans un numéro du casse-noisette. Elle avait un rôle de danseuse soliste, et cette troisième opportunité lui permettrait de briller parmi tant d'autres. Percer dans ce domaine demeurait difficile, et pour plusieurs impossibles.

    « Bonjour. »

    Kassie interrompit son numéro, se recourba vers l'avant les yeux fusillant la neige battue. Elle cacha ses mains tremblantes dans son dos puis jaugea le nouvel arrivant d'un air désintéressé, moqueur. Il souriait malgré tout, tendant la main afin de serrer la sienne.

    « Je ne suis pas intéressée à vous parler, Monsieur. Je suis occupée. Je n'ai pas de temps à vous donner. »
    « Ah! Mais, c'était si joli. J'ai cru que vous alliez tomber, mais vous faîtes de ces figures! »
    « Vous êtes bavard. C'est ennuyant. »
    « Je suis bien plus...»
    « Assez. Je dois danser. »

    Sur ces mots, elle reprit ses gestes au profit de la béatitude de son unique spectateur. Il tendit l'une de ses mains vers les cieux, et une lumière y apparut. Celle-ci s'intensifia et monta en direction du soleil levant. Elle éclata en un million d'étincelles au-dessus de la jeune danseuse qui posa un second arrêt à sa répétition, un brin furibonde. L'inconnu s'avéra être spécial, tout comme sa chère et perdue Jaslyn.

    « Mutation génétique. Je vois. »
    « N'êtes-vous pas intéressée par mon pouvoir? Par mon histoire? Par moi? »
    « Non. »

    L'étincelle jaillit de plein feu, passant à quelques centimètres de sa silhouette. Tombant sur un tapis de neige fin, elle s'y logea amèrement. Grimaçant devant l'attaque de l'étranger, la jeune fille forma la lettre L de son pouce et de son index avant de la porter à son front. Le silence demeura sa seule défense.

    « Pourquoi es-tu si passive, mais si arrogante? »
    « C'est vous. »
    « Tu es plus sèche qu'une pierre ponce. »

    Le faciès de Kassie se plissa comme si le commentaire ne la satisfaisait pas. Elle se releva, essuyant des larmes qui arpentaient ses tempes. Sans même le savoir, ses chaussons reculaient. Ce n'était pas la peur d'une douleur physique qui la tétanisait de terreur, mais le pouvoir de la parole sur sa conscience.

    « Je...veux danser. Je ne veux pas...vous parler. Je veux danser. C'est tout. Je veux danser. »
    « C'est tu. »

    Elle émit un gémissement, et libéra des pleurs étouffés dans sa gorge. La testostérone de l'étranger s'effrita. Oswald comprit à cet instant qu'il s'adressait à une jeune femme à peine sortie du nid. Elle tremblait, inconsciente de tous les dingues qui pouvaient errer dans les rues de cette ville. Et pourtant, il sentit que ses mots avaient blessé l'humaine sans même l'interroger. Kassie reprit aussitôt ses pas, éprise de chaque instant où son corps libérait l'énergie virulente de sa passion. Sa soif de s'étendre en mouvements radieux ne cessait jamais de croître. La puissance de son amour pour cet art vivait en son intérieur d'une étincelle qu'aucun pouvoir mutant ne saurait égaler ou surpasser. Tout n'était que musique à ses tympans avides de tournoyer, et la jeune étoile reprit son chemin filant sur les champs immaculés de cet hiver naissant. Jamais n'osa-t-il émettre un seul autre mot. Il se contenta d'observer, absorbé par le charisme de l'étrangère.

    Six heures plus tard, une invitation à prendre un chocolat chaud acheta une heure précieuse en sa présence. Il fallait faire preuve de bonnes manières: à l'européenne, à embrasser les deux joues pour se présenter, tenir la porte et bien complimenter. Oswald se présenta officiellement, et apprit de celle qui détenait son intérêt deux choses. La première était que cette relation ne porterait que le fruit de l'amitié. La seconde fut son prénom: Kassima. Sous une forme de contrat, il signa leur entente. Certes étonnant, il ne put regretter d'approfondir cet échange entre humain et mutant.

    « Que penses-tu des idéologies mutantes? Charles Xavier et Magnéto? Le vieux débat qui est l'apogée idéal de toute conversation. »
    « Dansent-ils? »
    « Je ne crois pas...Et si oui, je ne veux pas le savoir. »
    « Les humains vont mourir un jour ou l'autre, non? C'est comme les dinosaures. »
    « N'es-tu pas effrayée d'être une race inférieure par rapport à des gens comme moi? »
    « Je danse. Le niveau de ma personne n'a de valeur que sur scène ou dans un studio. Que je sois humaine, que je sois autre chose... Je danse. C'est tout. »
    « Mourir, ça ne te fait pas peur? »
    « J'ai un début et une fin. »
    « Et si je t'explosais? »
    « Je serais triste, mais la mort ne m’effraie plus. Je l’attends depuis mes sept ans.  »

    Kassie finit sa dernière gorgée, et chercha la dernière goutte de chocolat sur sa lèvre supérieure de sa langue. Oswald désira attraper sa main, intrigué par sa dernière phrase, par cette révélation qui sonnait naïvement mais déjà sa tête blanche se détournait vers la sortie. Il n'osa pas la rattraper, ayant déjà invité la jeune femme à une fête au soir de Noël. Ses invités pourraient s'en réjouir ou tout détruire. Refermant son habit gris sur sa robe scintillante, celle qu'elle portait déjà pour la soirée, et prit un taxi en direction du théâtre. Elle y répéta quatre fois encore, simplement afin de bien maîtriser ce solo simple d'une dizaine de minutes. Même si elle demeurait cachée entre une vingtaine d'autres danseurs, elle devait travailler sans relâche. Rien ne valait son plaisir de frôler la perfection, car n'est-ce pas au cœur de cet idéal qu'elle s'épanouit le mieux.  

    Au détour d'un des nombreux locaux de danseurs, le manager espionna la jeune Kassie d'un clin d'oeil. Il fut tant surpris de voir sa prestation qu'il décida de remanier son jeu d'échec pour la soirée. Il ne s'agissait pas que de talent, mais de l'amour et de l'harmonie qu'elle transpirait sur ces planches vernies. À chaque tombée, elle s'améliorait. À chaque recommencement, elle renaissait en beauté. Il y vit une puissance cachée, de celles qui s'acquière par un labeur sans pareil. Une heure suffit à déplacer ses pions, et le manager responsable annonça Kassima comme étant sa prochaine étoile. Les jalouses bondirent sur elle, mais la naïveté de la jeune femme convainquit chacune de son manque de malice. Accoutumée aux mauvais traitements de son paternel, elle accepta chaque remarque avec une politesse déstabilisante. La jeune ballerine croit bel et bien que l’amour peut s’affirmer par la froideur et la violence en certaines occasions.  Les hordes de danseuses avaient entendu la réputation de Kassima, bien que minuscule dans leur théâtre, un tel visage attirait les regards des employeurs. En rémission du cancer, elle avait œuvré en solitaire depuis l'enfance pour se forger un chemin dans leur monde. Beaucoup pouvaient se vanter d'avoir choisi d'y être. Kassie, elle, était possédée par la danse classique depuis les premiers pas. Personne n'avait eu le pouvoir de l'en détourner. Elle ressentait ce besoin inévitable, impossible à restreindre, une véritable force incroyable la précipiter contre ce désir exquis. Si elle aima un jour, ce furent ces danseuses sur l'écran cathodique jusqu'au jour où son premier professeur posa un ruban sur sa natte. Danser était sa religion. Certes le fantôme de sa mère et de sa sœur lui brisaient le cœur un jour après l’autre. Ses correspondances en lisaient les pavés toutes les semaines, bien que Kassima ne fût jamais le type de personne à le mentionner de vive voix.

    Cependant, en idolâtrant ce thème, Kassima oubliait la nature même des ballerines dans ce monde. L'humiliation subie avant le spectacle, dans l'arrière-scène, d'avoir été choisi miraculeusement n'était attribuée qu'à des motifs dégradants: un contrat privé avec le manager, une mesquinerie bien mijotée, une personnalité double-face. Malgré les regards et les ragots, les lueurs rancunières et les sots, elle prit place à son nouveau rang. Un silence obstiné, depuis ses premiers jours en ce monde, demeurait l’arme la plus cruelle et la plus dévastatrice que Kassima employait. La vengeance n’était pas de rigueur dans ce monde, mais ignorer les responsables les détruisait davantage. Ne pas être reconnue par l’étrangère, être mise de côté, oubliées dans un coin, voilà l’humiliation qu’elles recevaient en récompense. L'obscurité la drapait, elle et les autres. Et sur scène, elles formaient une armée de splendeur.

    Une clinique privée de New York profita de la période festive de Noël afin d'inviter tous leurs patients à regarder le magnifique et légendaire spectacle du Casse-Noisette. Plusieurs paraplégiques récemment hospitalisés furent placés au premier rang. Ils pouvaient même compter les quelques mètres qui les séparaient de la scène. Cette dernière s'avérait massive. Sa structure formait une pente montante vers la scène afin de permettre aux spectateurs des derniers rangs de bien apercevoir tous les danseurs. L'un des plus jeunes, Rodrick, touchait à peine les quatorze ans lorsqu'une tentative de suicide échouée l'avait mené à terme dans ladite clinique. Il s'était jeté par sa fenêtre du troisième étage, certes la vie le bordait encore - bien qu'une injure à la moelle épinière lui ait ravi ses jambes. Il demeurait déprimé, un jour suivant l'autre de n'avoir su apprécier la vie avant d'attenter à la sienne. Tremblant, il attendit la musique, il attendit de voir celle en tête d'affiche. Le jeune garçon fut surpris: non pas une ballerine au teint gris et aux cuisses squelettiques, une étrangère dorée de taille normale. Elle persévérait, poursuivait les autres avec une ardeur dépassée. Il ne connaissait rien à la danse classique, mais en confrontant ce détail inattendu à quatre mètres devant lui, Casse-Noisette eut toute son admiration.

    Chaque pointe dressée au sommet de son orteil, il vit ces muscles galbées se gonfler, se relâcher puis recommencer tout encore. Les tulles la chassaient, et l'histoire n'avait que peu d'intérêt à ses yeux. Certes il regardait elle, et plus aucun autre patient ou personnel de la clinique ne pouvait le détacher de cette vue. Il ne s'agissait pas de beauté, d'art ou de liberté. Elle parlait d'amour avec son corps entier. Et rien que cela, il ne voulait plus quitter un monde si beau déchiré par la guerre des mutants et des humains. Le divorce de ses parents depuis la naissance des dons de son père, et le visage brûlé de sa mère. Il voulait mieux pour lui, pour sa famille, pour le bonheur de son entourage. Rodrick crispa ses paumes sur ses genoux, alors que de petites perles roulaient sur ses tempes.

    L'aide-soignante à ses côtés lui donna un mouchoir puis aperçut un spasme dans son pied droit -très léger, mais présent. Elle cria, mais la puissance sonore de l'orchestre annexé à leur droite étouffa toute tentative de réveiller l'audience. Se retournant vers le spectacle, les ballerines revinrent du dernier entracte. Il s'agissait d'une représentation unique avec une extension sur six heures et plusieurs tableaux ajoutés, bien que plusieurs arrêts soient nécessaires pour offrir le repos aux artistes - soit quarante minutes à chaque période de deux heures. Toutefois, Kassima refusa de s'accorder une seule minute de répit avant la dernière partie. Dansant jusqu'aux replis étroits des loges, incommodant son manager qui se souciait de sa santé, il inhiba sa pratique en lui jetant un script.

    « Tu t'épuises. Le vrai se passe sur scène. Maintenant, tu te reposes. »
    « J'ai le sentiment de vivre. »

    Le responsable recula d'un pas, mais se résilia à le reposer devant lui. Retournant son employée d'une main sur l'épaule, il vit les sanglots catastrophiques noyer son maquillage de scène. La fébrilité entière de son être transpirait autour d'elle, tandis que ses mains tremblaient encore. Toute sa silhouette cherchait à se redresser sur les pointes, alors que ses chevilles vêtues d'ecchymoses laissaient ressortir des filaments rougeâtres.

    « C'est vivre, là-bas. »
    « La première montée en soliste, ce sont ses effets secondaires. Tu apprendras à gérer le stress plus tard. »
    « Je...veux... »
    « Valsons. Et parlons. »

    Abandonnant quelques minutes son rôle d'ordre professionnel, Liam mena leur danse destinée à apaiser la fureur perfectionniste de sa subalterne. Dix minutes passèrent, et il se surprit à se perdre dans les méandres du faciès de l'étrangère qui était aussi sa danseuse étoile du soir.

    « Aujourd'hui, je suis née. »
    « Sur scène? Arrête la poésie, très chère. »
    « Je..veux...dire que c'est le jour où je suis née. »
    « Ah! Alors, tu es un cadeau dans la vie des gens. »

    Un sourire nostalgique accueillit poliment la remarque de son manager. Surprise par de tels propos, et par l'intimité que leur offrait cette valse, son regard se posa sur la cravate de son interlocuteur. Elle devenait gauche en société. Certes c'était bien là son manquement le plus terrible: sa personnalité n'était aucunement mémorable, elle prenait les opportunités et jamais ne cherchait à s'intéresser à autrui. Son égocentrisme l'avait toujours isolée en quelque sorte. Le bien-être des autres ne l'intéressait pas, seul la réussite du sien la faisait persévérer à danser peu importe l'endroit.

    Liam déposa un baiser sur son front, complimentant la douceur de ce dernier. Il l'immobilisa instantanément de ses paumes sur ses épaules fières et abaissées, et se permis de repoudrer d'or son visage. Closant ses paupières ensemble, la ballerine visualisa une énième fois la conclusion de sa performance. Un employé vint les rappeler à l'ordre, et Kassie adressa un sourire dont la sincérité déstabilisa son supérieur.

    « C'est vous qui m'avez offert un cadeau, pas moi. »
    « Certes, c'est vous qui dansez pour nous ce joli Casse-Noisette. »

    Et la dernière partie fut rigoureuse. Les mouvements que Kassima avait répété cent fois payèrent. Son corps se fondait au creux d'une foule de ballerines, avant d'en ressortir puissamment au coeur d'un saut. Sa portée fut magnifique, ses jambes balayèrent les inquiétudes et ses bras ondulèrent. La réception fut impeccable, et les critiques le notifièrent. L'étrangère avait de quoi nourrir l'enrichissement de leur théâtre. Elle pouvait se démarquer facilement. La musique cessa, et les danseurs désertèrent la scène. Des ballons blancs et d'argent furent libérés. Cependant, Kassima demeura en place, immobile sur scène. Et elle commença à tourner sur elle-même sans réussir à trouver la fin. Cet acte imprévisible épata l'audience, tandis que Liam crut à une rébellion de son élève. Tous se levèrent pour applaudir, en dépit des premiers rangs. Certes Rodrick d'un coup pour applaudir. L'auxiliaire à ses côtés libéra un cri de surprise. Il tenta de joindre la scène de ses mains, grimpant et chancelant. Son auxiliaire attitrée le retint, surprise d'une telle vigueur et d'un tel événement.

    Les applaudissements surgirent, et elle tournait encore. Les danseurs saluèrent leurs spectateurs, pendant que les rideaux annonçaient leurs dernières salutations. Personne ne put déstabiliser Kassima. Ils l'appelèrent, ils s'excusèrent de leurs commentaires, et la félicitèrent. Liam crut que l'intimidation subite les jours précédents avait causé une telle effronterie chez son élève. Cependant, elle dansa et encore. Répétant à chaque dizaine de tours, un coup la relançait. Le responsable posa une main sur son épaule, croisant le lilas épanoui de ses iris et agita une main devant elle afin de la réveiller de sa transe. Elle sourit légèrement, posa un baiser sur sa joue. Toutes les danseuses furent stupéfiées, dont Liam qui ria d'une telle affection de son immigrante. Il embrassa ses tempes, pendant que Kassie jeta son tutu sur sa camarade. Liam lui jeta qu'elle aurait son solo pour la période des fêtes. Croisant la vanité de Cécile, la Française aux lèvres rouges, la danseuse étoile vola ses habits: pantalon de cuir, haut court semi-transparent et chaussons noirs faits en Italie. Deux remplaçantes remarquèrent l’événement, mais il était si commun que les danseuses se trompent d’habits dans les vestiaires qu’elles n’empêchèrent pas leur collègue de partir. Kassie était la première arrivée, et la dernière à partir tous les soirs. Or, en ce jour, elle semblait différente : un air moqueur, une nonchalance bien visible l’accompagnaient. Le manteau, aussi en cuir, sur les épaules, Kassie s'esquiva des loges en direction de l'extérieur.

    D'un pas léger, elle trouva la moto de sa camarade de classe, tandis que le véhicule adapté de la clinique venait reprendre les clients pour les reconduire. Cependant, Rodrick demeurait intenable. Il voulait courir aux dépens de sa responsable qui le retenait. Il réussit toutefois à s'esquiver avec une fougue étonnante en apercevant la tignasse blonde de la danseuse étoile. Elle échappa les clés sur la neige tombante, et abandonna sa quête de la serrure. Son téléphone intelligent vibra - seule fantaisie électronique qu'elle s'offrait au quotidien.

    « Wow. »
    « Pardon? Disiez-vous? »
    « C'est magnifique quand tu danses. »
    « Et?»
    « Et...je vous trouve jolie. Voilà. »
    « Votre avis n'a aucune importance pour moi. Seul celui des directeurs m'intéresse. Certes merci. »
    « Où vas-tu? »
    « Enflammer les coeurs. »
    « Le mien, il brûle devant toi. »
    « Brûlez, consumez-vous. Et souffrez, car c'est ce que je veux de vous. »




Dernière édition par Kassima Jaslyn le Lun 15 Déc - 15:48, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Kassima Jaslyn [Terminé]   Mer 26 Nov - 20:30

Bonjour/bonsoir & bienvenu officiellement !

Tu as pu me croiser sous bien des noms et dans bien des endroits, enfin surtout en CB pour l’heure, mais ici je vais te révéler un nouveau visage car dans le bureau des inscriptions je suis Moderator. Crains-moi mais ne fuit pas, je n’élimine qu’un nouveau sur deux en règle générale alors tu as ta chance !

Comme tu as pu toi-même le constater, l’un de mes points communs avec moi-même est de faire compliqué, ce à quoi je me défendrai que je ne cherche pas à compliquer mais suis compliquée de nature, néanmoins afin de simplifier voici ma méthode de modération : en gras les remarques importantes, en italique les facultatives et en normal le développement de ma pensée. Etant de premier passage, je me chargerai uniquement de ton pouvoir, cependant si tu as des questions – que ce soit sur mes remarques ou sur d’autres points du forum – n’hésite pas à les poser. Une bonne dose de courage et de patience te permettront d’rp très bientôt parmi nous, alors… *suspens intense*

Silence, ça pousse !

Pouvoir(s) :
  • Description :
    • Guérison :
      • Le pouvoir est défensif.
      • Considérant que le Gène X de Kassima est diagnostiqué comme une leucémie, qu’adviendrait-il si elle tentait de soigner un mutant déjà doté d’un pouvoir régénérateur ? En théorie, les capacités entreraient en conflit si la régénération est apte à traiter les cancers mais je préfère voir ce que tu en penses et comment tu conçois la chose.
      • Du fait que ton personnage affecte la composition sanguine des autres, qu’adviendra-t-il si elle tente de guérir un mutant doté d’une composition sanguine altérée ?
      • Citation :
        Le simple contact à une superficie de dix mètres de la mutante
        Je pense que tu as faite une erreur sur la superficie ; un corps humain ne peut pas avoir un contact avec une superficie de 10m. A moins que la superficie de contact importe pour le pouvoir (plus elle est importante mieux le pouvoir marche), je te conseillerai de faire plus simple et d’indiquer qu’il faut un contact physique. Après, dans l’hypothèse où il ne s’agisse pas de superficie mais de distance (que toutes les personnes dans un rayon de dix mètres se sentent bien) ce n’est ni une question de contact, ni de superficie, mais de présence et de rayon. Corrige cela.
      • Citation :
        Kassima n’a aucune maîtrise de son pouvoir. La danse l’active, mais dès l’arrêt de cette activité physique, tout s’inhibe.
        Ceci va dans le niveau de maitrise.
      • Citation :
        La mutante possède de bonnes bases en danse classique, et exercer son métier contribue à rendre la tâche plus quotidienne et moins exigeante. Elle danse entre dix et quatorze heures par jour (Qui s’interrompent de pauses d’un quart à une demi-heure à chaque deux heures), étant donné qu’elle est une athlète en quelque sorte.
        Ceci va dans les talents particuliers.
      • Citation :
        Bien que pratiquer son pouvoir soit asymptomatique sur l’énergie de son métabolisme, l’utiliser plus de quatre heures sans interruptions (À changer si c’est trop élevé) plongera Kassima dans une crise de démence pouvant durer entre un quart d’heure à six heures.
        Ceci est-il intrinsèque au fonctionnement du pouvoir (cela lui arrivera toujours même si le délai est susceptible de changer) ou bien est-ce son absence de maitrise qui déclenche les crises ? Si c’est le second cas, déplace-le dans la section appropriée, si c’est le premier précise-le. Son pouvoir sera également impossible à utiliser lors du temps imparti de la dite crise.
      • Citation :
        Lorsque le génome X de la mutante libère son énergie immunitaire afin de revitaliser celle d’autrui, les hormones produites dans le cerveau de la jeune femme deviennent irrégulières.
        Explicite ce que cela donne concrètement.
      • Citation :
        La possibilité d’une de ces crises lors de combats risque de provoquer la fuite chez Kassima. En cas de confrontation inévitable, le suicide pourrait être la solution envisagée. Quant à blesser autrui, elle pourrait utiliser de la violence mineure (Coups de poing, coup de pied dans les parties intimes). Certes rien de plus grave dans la limite de ses capacités.
        Ceci me semble en tenir plus de sa psychologie que de ses pouvoirs, puisqu’il s’agit de ses réactions vis-à-vis de la crise non d’un effet intrinsèque au pouvoir ; déplace-le dans le mental.
      • Je ne suis pas sure d’avoir bien comprise une chose : toutes personnes dans un rayon sont guéries automatiquement ou bien Kassima doit avoir un contact ? Cette question trouvera surement réponse vis-à-vis du quatrième point que j’ai évoqué plus haut, mais pour l’instant ce n’est pas clair. J’attends de voir quel est la réponse pour savoir si je demande une baisse de la puissance ou non.
      • Kassima peut-elle se guérir elle-même ?
      • Concernant les maladies, essaie de donner des durées de guérison. Je sais que c’est variable fonction des personnes néanmoins, comme pour les temps de guérison des blessures, il y a une moyenne alors n’hésite pas à faire un comparatif ; genre une maladie qui mettrait environ quatre jours, comme un rhume, pour disparaitre, avec ton pouvoir il mettrait quarante minutes. C’est une suggestion.
      • Tel qu’actuellement listé, le pouvoir de ton personnage peut être assez difficile d’abord. Essayer de suivre un plan du genre « fonctionnement pseudo-scientifique, effets concrets, désavantages/contrecoups » pourrait être pas mal afin de simplifier la lecture.
      • Dans un même état d’esprit, certains termes mériteraient peut-être une explication rapide à la suite (genre le trouble dysphorique temporaire, dire que c’est une complication des jours précédant les règles).
  • Niveau de Maîtrise :
    • Citation :
      Kassima renie ses pouvoirs, jusqu’à leur propre existence. Elle ressent une frayeur inimaginable à vivre une telle différence, et la rendre public serait dommageable à son intégrité au sein de la société. De plus, elle préfère être condamnée à mort que d’admettre être une mutante. Or, son amour de la danse ne l’empêchera jamais d’interrompre sa profession – en dépit de la manifestation involontaire de son pouvoir suivi du risque de tomber dans une crise de démence.
      Ceci va dans le mental
    • Le fait que la droiture et la rigueur inhibent ses capacités implique-t-il que ces dernières ne s’activent que lorsqu’elle danse pour le loisir ? Je n’y connais pas grand-chose mais il ne me semble pas que l’entrainement d’une ballerine, surtout à un niveau professionnel, soit quelque chose dénué de rigueur et de droiture au contraire.
    • Citation :
      En général, plusieurs pouvoirs requièrent une concentration élevée, mais Kassima doit se détendre et s’alléger pour libérer son don.
      […]
      Son pouvoir nécessitera toujours d’être déclenché par la danse.
      N’est-ce pas un peu contradictoire ? Elle peut réussir à se détendre et s’alléger sans faire de la danse. De plus, si la nécessité de la danse comme déclencheur est intrinsèque au fonctionnement du pouvoir, cela va dans la description de celui-ci.


Bon, voilà pour mon premier passage ; si cela peut te rassurer, en moyenne la longueur de mes modérations est divisée par deux à chaque passage. Bonne chance pour les modifications et comme dit si tu as des questions n’hésite pas à les poser, ce n’était pas une formule de politesse Wink

Amycalement

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kassima Jaslyn
Neutre Delta
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 13/10/2014

MessageSujet: Re: Kassima Jaslyn [Terminé]   Jeu 27 Nov - 3:04

Sur ce, Kassima balança le véhicule sur le côté et se dirigea dans la direction opposée avant de voler un sac jaune pendu à la jambe du garçon. Rodrick ne comprenait pas, mais l'attraction qu'il ressentait pour l'adolescente le déstabilisait. Il savait qu'en la regardant partir, son coeur se brisait à nouveau sans comprendre pourquoi. Ce visage étranger, mais si réconfortant lui manquait déjà. Son infirmière revint vers lui au pas de course, le rattrapant et regarda la chevelure ondulée de la danseuse s'éloigner dans le paysage enneigé. Il regarda ses jambes puis elle, et un sourire cueillit ses lèvres. Certes il se tut, car l'invisibilité bienfaitrice qui entourait l'étrangère semblait l'avoir rendu folle - quoi de nouveau pour une femme. L'auxiliaire prit les épaules de Rodrick, et pencha sa tête sur le côté.

« Qu'as-tu fait? »
« Confesser. »
« Comment peux-tu? Ta moelle épinière est brisée. »
« J'ai rencontré un ange. »

Kassie se rendit deux heures plus tard au Réveillon d'Oswald - entre temps, elle se masturba cachée dans une poubelle et mis feu à un banc de fleurs avec une cigarette de Cécile-, volant un cabaret de chocolats chauds à une pré-adolescente qui les vendait en chemin. Elle arrosa aussi cette dernière avec le sac jaune volé précédemment. La victime s'effondra en larmes avant de jeter des injures à l'inconnue. Riant aux éclats, elle trouva enfin l'immeuble qu'elle recherchait. Une fois arrivée au dernier étage, Kassie commença à distribuer des boissons chaudes à tout le monde. Avant d'utiliser la sonnette, elle en avait profité afin de cracher dans TOUS les verres afin de mieux les assaisonner. Apercevant certaines excroissances étranges sur certaines personnes, la ballerine s'arrêta et observa son entourage l'espace d'un instant. Oswald s'initia à sa présence par un baise-main, de quoi plaire à l'inconnue par des habitudes dépassées. Certes il notifia son caractère fort changé depuis la matinée. Elle semblait épuisée, mais une lueur dingue brillait sur son doux faciès.

« Voici mon Réveillon. Nous sommes tous mutants. »
« Pourquoi t'as invité une humaine, Osw'? Elle va se mettre à crier. »

Kassima esquissa un sourire dévastateur, et s'approchant d'un mutant au teint verdâtre, caressa l'une de ses tempes.

« Prends ma vie, Ô race supérieure. Prends mon corps, Suprême Être. Prends mon âme, Amoureuse... »

Oswald déposa l'une de ses mains sur la bouche de Kassima, et serra sa silhouette frêle contre lui.

« C'est une ballerine. C'est toujours sympa à regarder - et être mutant est un trait de notre personne. Tu peux être mutant autant que tu veux ici, mon cher, vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Vote pour qui tu veux, X-Men ou confrérie! Moi, je vais apprécier les choses simples de la vie! M'entraîner toute la journée, je passe! »
« L'entraînement est le perfectionnement du soi intérieur. C'est respecter son.. » étouffa Kassima en regardant Oswald. Elle mordit sa main, le surprenant. Certes elle la prit dans la sienne.
« Fais ce que tu veux. Tu... »
« Je meurs, en ce moment même! »
« Si tu parles trop, c'est moi qui.. »
« Allez-vous me TUER, M'ASSASSINER? Mais, allez-y! J'ai le cancer. La mort, je l’attends à chaque seconde. »


Le silence du mutant montra son sentiment nouveau de bêtise. Le rire de l'adolescente le déstabilisa, de par sa profondeur et sa sincérité, tandis qu'elle continua à donner des chocolats chauds. Oswald demeura muet, jetant un regard vers son amie Jocelyn - qui percevait tous les mensonges. Elle esquissa un signe approbateur, comme quoi sa nouvelle amie n'avait dit que la vérité. Kassima jeta son manteau de cuir sur une patère déjà pleine, et alluma une stéréo. Elle invita toutes les mutantes à danser, en dépit de mains gluantes ou de frayeurs. La vingtaine d'invités qu'il étaient se plut à la présence de ladite humaine. La voir esquiver des pirouettes, un grand écart, et valser avec tout le monde les sensibilisa. Le lendemain matin, la ballerine se réveilla doucement dans un bain vide - heureusement vêtue. Hélas, elle trouva Oswald à ses côtés. Se levant d'un bond, terrifiée, amnésique de la veille, Kassima regarda les confettis qui ornaient la salle de bain. Des cadeaux ouverts et leurs emballages éventrés parcouraient le carrelage, et des gens dormaient parterre dans tout l'appartement. Replaçant deux mèches blanches derrière son oreille, elle se dirigea vers le robinet, s'éclaboussa d'eau froide. Observant les lieux, elle trouva des centaines de photos étalées sur le comptoir, elle et cet étranger, ou plutôt ce mutant.

Arpentant ce labyrinthe d'images, Kassima erra jusqu'à la cuisine. Sans trop comprendre, elle fut attirée par l'image d'une jeune femme aux ailes d'ange. Une longue chevelure blanche suivait son ombre, et son visage unique frappa la ballerine. Elle volait près de la tour Eiffel, nouveau-né dans ses bras.

« Jaslyn... »
« Hé! Elle te ressemble! C'est fou! »

Oswald arracha l'image de son mur, provoquant la réflexe de Kassima à vouloir lui reprendre. Il l'éleva au-dessus de sa tête, cherchant la plaisanterie. Certes le désarroi et le désespoir de sa nouvelle amie le stupéfièrent. Son faciès si froid se teinta de larmes abondantes, et il lui tendit simplement la photo.

« Tiens. Je voulais juste...te taquiner. Hier, tu as passé la soirée à être si amusa... »
« C'est ma..soeur...Je...Je... »
« Cette voleuse, c'est ta soeur? »

Le coeur si petit de Kassima s'agrandit, enfin.

2012-12-25, 00:00, Île-de-France.

Au milieu des rues petites et bondées, deux soeurs jumelles ou presque marchaient côte à côte. L'une supportait l'autre, qui canne en main, avançait d'un pas lent et le dos penché vers l'avant. Devant elles se promenait leur petit trésor, Alfonsio, qui âgé de quatre ans précédait sa mère et sa tante les mains remplies de sucreries. Cette grossesse prématurée n’avait pas déplu à Jaslyn ou à son ami de cœur, Nathan. Leur solitude pouvait s’éteindre grâce à ce cadeau du ciel. Kassima avait trouvé Jaslyn dans un hôpital, le dos entièrement consumé par le pouvoir enflammé d'un autre mutant. Depuis sa trouvaille et sa première perte de mémoire chez Oswald, elle avait pu rejoindre sa soeur. Déménageant en Europe pour un stage deux ans, Kassie avait un poste de remplaçante à l'Opéra de Paris. Lors des premiers mois, une correspondance par messages textes avec Oswald et Liam existait. Certes Kassima négligea ses liaisons sociales à partir de l’automne. La dépression de sa grande sœur l’occupait trop entre chaque répétition et chaque spectacle.

Jaslyn prit siège sur un banc de parc, enlaçant sa soeur et son fils unique. Ses brûlures profondes, doublées à son asthme, martyrisait chaque inspiration et chaque expiration. Nul n'avait de la souffrance chronique qui l'habitait. Seuls les narcotiques pouvaient adoucir son quotidien. Tressant les longues boucles de Jaslyn, Kassie passait l'un de ses rares temps libres à prendre soin de sa famille - retrouvée enfin. N'ayant jamais eu vent de leur frère ou de leur père, les deux jeunes femmes continuaient d'enrichir leurs souvenirs ensemble tant que le temps le leur permettait. Le père d'Alfonsio résidait à Mutant Town à New York, et fréquentait le cercle d'amis d'Oswald. La jeune ballerine se souvint de leur dernière nuit ensemble, et se remémora toutes les folies que le jeune homme expérimentait avec ses dons. Il faisait tout exploser, et Kassima n'avait jamais fréquenté plus extravagant. Certes aucun des deux n'osa jamais approcher l'autre, leurs sentiments n'avaient jamais pris le temps de fleurir avant le départ de la danseuse étoile.

Lorsqu'elles rentrèrent dans l'appartement de Jaslyn, là où un lit d'hôpital l'attendait pour l'heure du coucher, des lettres s'accumulaient sous la porte et le désordre régnait. Kassie s'empara du bambin, lui fit l'avion quelques instants avant de l'étendre doucement.   Depuis toujours, Jaslyn avait entamé un mode de vie particulier: végétarisme, aucun appareil électronique toléré sous son toit, seuls les plaisir simples pouvaient vivre chez elle. Tout cela lui était destiné à oublier les mutants, le gène X et la perte de ses précieuses ailes. Sa détresse demeurait immense, et les antidépresseurs n'arrivaient pas à lui redonner le goût à la vie. Toutefois, elle continuait de lutter contre la douleur de ses brûlures chaque jour pour son fils et en l'attente de son mari. Kassie dissimula son téléphone intelligent dans son soutien-gorge puis essaya d'ignorer l'appel de son employeur. Elle n'avait reçu aucunes nouvelles d'Oswald depuis une éternité, bien qu'elle ne se renseigne jamais des nouvelles en temps normal. Seule la danse l'obsédait, et son horaire de répétitions et de représentations.

Ce fut à cet instant qu'un homme cogna sur la porte. Il s'agissait du frère de son mari, Jaslyn se leva péniblement de sa chaise pour inviter sa famille à l'intérieur.

« N'ouvrez-vous pas vos lettres? »
« Non. Le monde est trop triste pour... »
« Nathan est décédé. L'attaque des Purificateurs a créé un incendie à Mutant Town. Tous nos amis ont péri dans cet incendie...Jaslyn, je ne sais...»
« Oswald? Je n'osais jamais lui... »
« Kassima...»

Les deux soeurs s'observèrent, et la plus jeune s'esquiva de leur présence pour retourner à ses répétitions. Le déni, le silence et l’isolement demeurèrent ses méthodes de réconfort. Elle passa trois jours entiers à dormir dans son studio, coudre ses chaussons, danser sans le moindre répit en alternant des périodes de pleurs et de rires étouffés. Ses mouvements semblaient perturbés, et elle tombait de nombreuses fois en essayant d’échapper aux sentiments blessés de son cœur. Elle ne croyait pas à ces nouvelles, et d’un autre point de vue, tout prenait du sens.  Elle s'effondra de sommeil au quatrième jour, et osa enfin prendre des nouvelles de sa soeur en se déplaçant à son appartement. Alfonsio attendait sa tante avec patience, sa mère jouant au Scrabble avec des tremblements.

« Jaslyn, ils sont peut-être vivants... »
« J'ai ouvert la télévision, jour et nuit. Ils sont TOUS morts. »
« Tu as Alffonsio...et moi. »
« Et mes ailes? »
« Prenons l'avion ou que sais-je. Je ferais tout pour te voir heureuse. »
« Maman, je veux des cookies.»
« Allez vous faire voir! »
« Allons chez Nathan d'abord. Nous trouverons une solution. »

Elles déménagèrent ensemble, retournant vers New York et ses lumières bruyantes. Kassima reprit contact avec Liam, totalement obsédé par ses nouvelles performances et le mélange classico-moderniste de ses nouvelles tendances. Prenant un condo en plein milieu de la cité, la jeune danseuse étoile fournissait un revenu suffisant joint à l'héritage du mari défunt de Jaslyn. Kassie chercha partout dans la région de Mutant Town. Elle montrait une image d'Oswald dans l'espoir de le retrouver, mais les regards hostiles et méfiants des autres la convainquirent que personne n'avait vu ou entendu la mort de son cher ami. Elles vécurent un an ainsi, en deuil de leurs proches, pendant que la carrière de Kassima battait de son plein feu. Les journalistes affirmaient que ses spectacles étaient revigorants, explosifs et remplis de beauté. Ses performances en charmaient plus d'un, mais sa personnalité détestable la séparait de la société.

2013-10-31, 07:30 a.m., New York.

Presqu'un an plus tard, l'attentat d'Yggdrasil survint sur Manhattan. Jaslyn s'y était déplacé dans un centre adapté pour les grands brûlés. Elle devait y recevoir des traitements particuliers afin d'améliorer l'état de son asthme joint à ses blessures. Bien que tout le monde affirme avoir rencontré un sommeil passager, plus ou moins grave, le système immunitaire bien trop faible de sa grande sœur ne put supporter de perdre conscience lors de ses traitements. Elle fut exposée bien trop longtemps à des substances dangereuses qui provoquèrent un coma. Les nouvelles parvinrent dans les jours suivant à la danseuse étoile qui prit Alfonsio contre sa poitrine. Les pleurs noyèrent son faciès, et les cris survinrent aussitôt.

Kassima signa le bail, hérita des possessions de sa soeur et de Nathan. Elle plaça une majorité de l'argent sur un compte épargne pour Alfonsio une fois qu'il deviendrait adulte. Le corps de Jaslyn fut transféré dans une clinique de patients comateux. À la suite de trois spectacles en deux jours, Kassie emmena son neveu ou son fils adoptif voir sa mère. Apprendre à gérer un enfant de cinq ans demeurait un grand boulot. Elle avait dû prendre des cours pour avoir le permis de moto, même si sa conduite dangereuse et affreuse lui évitait de posséder un véhicule à quatre roues. Elle avait toutefois repris la vieille moto des années 90 de Nathan, et le conduisait rarement pour faire plaisir à Alfonsio qui s’ennuyait de son père. Lors de leur arrivée à la clinique, le petit garçon prit une heure à s'endormir dans le lit de sa mère. Pendant ce temps, Kassima décida d'écouter Bach.

Les mains ondulèrent, les piqué s'envolèrent. Les pirouettes s'accumulèrent, pendant que Kassima oublia le temps. L'enfant dormait, car il pleurait tous les soirs en l'absence de sa mère. La jeune femme dansa par accident une nuit entière, séduisant les infirmières qui passait là par hasard. Séduites par l'aura fantomatique de la danseuse étoile et ses mouvements délicats, du haut de ses chaussons, la laissèrent s'exercer. Vers midi, Kassie s'effondra d'épuisement. Alfonsio sonna la cloche d'urgence, et les auxiliaires présentes vinrent en renfort. Des cris perturbèrent Kassima qui se réveilla enfin. Les ailes de sa soeur avaient recommencé à naître, déchirant ses omoplates.

Cependant, leur renaissance avait déclenché une hémorragie interne au niveau du muscle cardiaque. Il s'était arrêté depuis trois heures, et personne n'avait pu prendre ses signes vitaux, car Kassima avait distrait tout le personnel. Le bambin s'écria de plus belle, réveillant sa tante qui se sentit pâle à l’annonce du décès. Depuis ce jour, manger lui fût presque impossible. Les infirmières l’avaient informé que son numéro de danse avait distrait tout le personnel, et bien que son amnésie soit présente, le remords l’était aussi. La danseuse étoile redéveloppa une dépression pure et dure pendant deux semaines, cherchant à se culpabiliser. Certes le besoin de s’occuper d’Alfonsio était plus urgent que ses caprices de sœur éplorée. Le théâtre lui accorda un mois de vacances payées avant de reprendre sa profession.

2014-11-14, 01:40 p.m., New York.

Kassima danse encore, et ignore l'existence même de son pouvoir. Ce dernier fut diagnostiqué comme étant un cancer du sang, soit une leucémie. Elle croit être en stade terminal, et qu'elle n'a que deux ans à vivre. Nathan, le père d'Alfonsio, a un grand frère nommé Frédéric. Kassie a fait une entente avec lui selon laquelle, lors de son décès, la garde de l'enfant lui reviendrait. Initialement, le testament de Jaslyn donnait la garde de son fils à sa petite soeur. Certes étant mineure aux États-Unis, il lui était impossible de le prendre en charge. Or, la jeune ballerine a eu recours à un avocat afin de mieux connaître ses droits quant à ce sujet. Grâce aux témoignages d'un psychologue et d'un éducateur, les arguments convainquirent les juges que la garde d'Alfonsio par sa tante serait bénéfique à la suite du traumatisme vécu. Son enfance se déroulerait mieux sous la supervision de sa famille aimante sans le placer en adoption libre.

Bien que très jeune, à peine âgé de six ans, Alfonsio s’avérait un enfant très problématique constamment en crise de larmes ou en fugue devant le moindre étranger. Il se convainquit que Kassima était Jaslyn, et considéra sa tante comme étant sa vraie mère. La danseuse étoile dut réduire ses heures de pratique, et développer une routine constante dans laquelle s’occuper d’Alfonsio devint sa première priorité. Il est définitif que ce changement crucial d'horaire la dérange: certes pour ce petit enfant asthmatique, le fruit d'amour de sa chère grande sœur, elle ferait tous les sacrifices. En éduquant son fils adoptif, elle s'aperçoit que les liens entre les personnes ont de la valeur. Et depuis qu'elle prend soin d'Alfonsio, tous ses managers s'accordent pour avouer qu'elle dégage une tendresse ardente dans chaque prestation.

De plus, elle dût prendre rendez-vous avec des spécialistes afin d’apprendre les responsabilités d’une jeune mère. La jeune adolescente gère bien dans son nouveau rôle, et pour une raison obscure, son aura enchanteresse a rendu l’enfant obsédé par elle. Il la voit comme une source même de bonheur, de bien-être peut-on dire en particulier quand elle dans dans le salon une fois tous les meubles poussés sur les murs.

Leur quotidien est harmonieux, même si Alfonsio fait des crises régulières et va arroser les voisins avec ses fusils à l'eau. La jeune femme se rend compte de ses responsabilités au quotidien, se sent stressée à l'idée de tout devoir organiser. Certes l'adaptation à son rôle de jeune mère est un processus en cours. Quant au père et au frère de Kassima, aucun contact n'a été entretenu depuis toutes ces années. Elle n'attache plus aucune importance à leurs existences même. Ils sont morts à ses yeux.

Avatar : Emilia Clarke
Personnage Marvel ? : Oui [] Non [X]
MultipleCompte? : Oui [] Non [X]
Si oui, Qui ? : Écrire ici
Pseudo : Kassie?
Votre Age : 23
Comment avez-vous connu le Forum ? : Sur mon retour du Japon, je cherchais des vols pour New York et j'ai fait une faute de frappe. Je suis tombée sur votre forum. Voilà la beauté du hasard.
[Vu par Abe]

-------------------------------------


Bonjour!

Je suis assez mauvaise dans les codes et les citations, donc je vais essayer de répondre quand même.

Amy de Lauro a écrit:
Considérant que le Gène X de Kassima est diagnostiqué comme une leucémie, qu’adviendrait-il si elle tentait de soigner un mutant déjà doté d’un pouvoir régénérateur ?


Je suppose que la régénération de l'autre personnage serait améliorée, voire accélérée si c'est pas illogique.

Amy de Lauro a écrit:
En théorie, les capacités entreraient en conflit si la régénération est apte à traiter les cancers mais je préfère voir ce que tu en penses et comment tu conçois la chose.


Cela manque de clarté (Dans ma fiche), mais en tant que tel le pouvoir de Kassima n'est pas un vrai cancer. Il paraît comme étant une leucémie si une analyse du sang est faite. Sa composition est semblable à celle d'une personne leucémique. Certes son gène X a créé une évolution, ce sont des globules « hybrides » capables de remplir les fonctions de tous les constituants du sang. En ce qui concerne la guérison même du cancer, il n'entre pas en contradiction si son pouvoir est de guérir.

Amy de Lauro a écrit:
Du fait que ton personnage affecte la composition sanguine des autres, qu’adviendra-t-il si elle tente de guérir un mutant doté d’une composition sanguine altérée ?

Le pouvoir de Kassima n'affecte pas la composition sanguine des autres. Le sang de la victime demeure normal après l'utilisation du pouvoir. C'est-à-dire qu'il accélère le processus de guérison dans la majorité des cas. Si la composition sanguine possède tous les composants afin de faire l'hémostase (Des Plaquettes et des globules rouges), la guérison serait possible.

Amy de Lauro a écrit:
Je pense que tu as faite une erreur sur la superficie ; un corps humain ne peut pas avoir un contact avec une superficie de 10m. A moins que la superficie de contact importe pour le pouvoir (plus elle est importante mieux le pouvoir marche), je te conseillerai de faire plus simple et d’indiquer qu’il faut un contact physique. Après, dans l’hypothèse où il ne s’agisse pas de superficie mais de distance (que toutes les personnes dans un rayon de dix mètres se sentent bien) ce n’est ni une question de contact, ni de superficie, mais de présence et de rayon.

Amy de Lauro a écrit:
Je ne suis pas sure d’avoir bien comprise une chose : toutes personnes dans un rayon sont guéries automatiquement ou bien Kassima doit avoir un contact ? Cette question trouvera surement réponse vis-à-vis du quatrième point que j’ai évoqué plus haut, mais pour l’instant ce n’est pas clair. J’attends de voir quel est la réponse pour savoir si je demande une baisse de la puissance ou non.

En résumé, elle danse et elle guérit en même temps. L'un n'existe pas sans l'autre, et cette condition est obligatoire à l'utilisation de son don. Si elle danse plus de quatre heures sans pause, c'est une crise de démence automatiquement.  

En effet, « rayon » définit mieux la zone d'action du pouvoir. J'ai choisi 10 m, non pas parce que je le veux, mais parce que j'ai imaginé Kassima qui danse: pirouette, arabesque, etc. En ayant vu des spectacles de danse classique à la tonne, je confirme qu'un minimum d'espace est requis (Quatre à cinq mètres carré) avec tous les déplacements envisagés. Et il faut compter la surface couverte par les gens qui se situeront à l'intérieur de la zone d'action. Si une personne doit rentrer dans une zone d'action de 5 mètres carrés, disons, c'est impossible de rentrer une personne de plus sans lui causer l'accident d'un coup de pied en pleine figure. Je confirme, car je m'en suis ramassé un l'autre jour en faisant mes calculs (Je suis très méticuleuse, voilà).

Certes ce détail peut être sujet à modification, mais je devrai obtenir un délai de votre part afin de modifier la biographie, car les deux situations où son pouvoir s'est activé se sont déroulées à cette distance environ. Dix mètres est mon estimation personnelle d'un spectacle de danse solo en compagnie d'un ou deux spectateurs. Toutefois, si je soustrais, disons, cinq mètres carré de Kassima qui danse en rond, il resterait cinq mètres au rayon. Parce que guérir des gens sur un kilomètre, ça appartient à Jésus comme pouvoir.  

Amy de Lauro a écrit:
Lorsque le génome X de la mutante libère son énergie immunitaire afin de revitaliser celle d’autrui, les hormones produites dans le cerveau de la jeune femme deviennent irrégulières.

Le système nerveux du corps humain est responsable des glandes hormonales, dont l'hypophyse qui en constitue le chef d'orchestre. Si les hormones sont irrégulières, c'est-à-dire déstabilisées, l'équilibre (Ou plutôt le bien-être) du corps humain est brisé. C'est une tentative ratée d'expliquer les crises de démence, car c'est - croyez-moi sur parole - très dur à définir.

Amy de Lauro a écrit:
1.Kassima peut-elle se guérir elle-même ?
2.Concernant les maladies, essaie de donner des durées de guérison. Je sais que c’est variable fonction des personnes néanmoins, comme pour les temps de guérison des blessures, il y a une moyenne alors n’hésite pas à faire un comparatif ; genre une maladie qui mettrait environ quatre jours, comme un rhume, pour disparaitre, avec ton pouvoir il mettrait quarante minutes. C’est une suggestion.

1. Je l'ignore. J'attendais de passer à la modération pour en entendre parler. Se guérir soi-même, ça n'est pas de la régénération? Je ne veux pas deux pouvoirs en toute honnêteté. Si elle voudrait se guérir elle-même, elle devrait danser et si elle est blessée, elle ne pourrait pas danser et activer son pouvoir.

2. Quant aux maladies, je n'ai aucune misère à estimer des temps. Certes j'aurais besoin de savoir quelles maladies parmi les énièmes existantes qui mériteraient d'être listés ci-dessus. Je n'aurais hélas pas l'audace de choisir lesquelles.

Amy de Lauro a écrit:
1. Le fait que la droiture et la rigueur inhibent ses capacités implique-t-il que ces dernières ne s’activent que lorsqu’elle danse pour le loisir ? Je n’y connais pas grand-chose mais il ne me semble pas que l’entrainement d’une ballerine, surtout à un niveau professionnel, soit quelque chose dénué de rigueur et de droiture au contraire.

Citation :
   En général, plusieurs pouvoirs requièrent une concentration élevée, mais Kassima doit se détendre et s’alléger pour libérer son don.
   […]
   Son pouvoir nécessitera toujours d’être déclenché par la danse.


2. N’est-ce pas un peu contradictoire ? Elle peut réussir à se détendre et s’alléger sans faire de la danse. De plus, si la nécessité de la danse comme déclencheur est intrinsèque au fonctionnement du pouvoir, cela va dans la description de celui-ci.


1. Voilà une autre tentative ratée d'expliquer comment fonctionne le pouvoir: danser et guérir vont ensemble. La forme de la danse classique implique droiture et rigueur, certes ce que ressent l'artiste durant la performance est tout à fait différent. Un pianiste montre des émotions au travers de son jeu, tel qu'une ballerine libère les siens en s'exerçant. J'essaie de parler d'émotions ici, et je crois bien échouer à le montrer. Kassima obéit aux règles, mais au coeur de tout ça, la danse reste de l'art et une manière de s'exprimer qui donne un sentiment de liberté. Et c'est ce chemin que prend son pouvoir pour se dévoiler en quelque sorte.

2.  C'est déplacé dans la description du pouvoir.


J'ai essayé de répondre au mieux, mais je suis ouverte aux prochaines questions (Malentendus) et aux changements! Merci beaucoup de la modération.


Dernière édition par Kassima Jaslyn le Lun 15 Déc - 21:44, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Kassima Jaslyn [Terminé]   Jeu 27 Nov - 14:43

Kassima Jaslyn a écrit:
Je suppose que la régénération de l'autre personnage serait améliorée, voire accélérée si c'est pas illogique.
C’est justement à sur cette logique que je développe juste après : pour moi, s’il est diagnostiqué comme maladie il y a une chance que les FG (Facteurs Guérisseurs) cherchent à le combattre. Après comme tu l’indique, c’est pas un vrai cancer donc en effet il est possible qu’une régénération ne réagisse pas (régénération que je disais apte à traiter ton pouvoir si elle en faisait de même d’un cancer, pas si ton pouvoir était apte à s’occuper des cancers, tu l’explique plus loin) et soit même amplifiée. Donc c’est bon, rajoute-le dans ta fiche ; précise également une échelle d’amélioration.

Kassima Jaslyn a écrit:
Le pouvoir de Kassima n'affecte pas la composition sanguine des autres. Le sang de la victime demeure normal après l'utilisation du pouvoir. C'est-à-dire qu'il accélère le processus de guérison dans la majorité des cas. Si la composition sanguine possède tous les composants afin de faire l'hémostase (Des Plaquettes et des globules rouges), la guérison serait possible.
Là on va avoir un problème : si ta guérison passe par modification du sang pour l’expliquer pseudo-scientifiquement et que tu ne modifies pas le sang des autres tu ne guéris pas les autres. Par affecter la composition sanguine, c’était durant l’utilisation du pouvoir que je parlais, après j’imagine bien qu’elle revienne à la normale. A expliciter. Sinon ok pour les composantes nécessaires, à rajouter dans la fiche également.

Kassima Jaslyn a écrit:
En résumé, elle danse et elle guérit en même temps. L'un n'existe pas sans l'autre, et cette condition est obligatoire à l'utilisation de son don. Si elle danse plus de quatre heures sans pause, c'est une crise de démence automatiquement.
Ok

Kassima Jaslyn a écrit:
En effet, « rayon » définit mieux la zone d'action du pouvoir. J'ai choisi 10 m, non pas parce que je le veux, mais parce que j'ai imaginé Kassima qui danse: pirouette, arabesque, etc. En ayant vu des spectacles de danse classique à la tonne, je confirme qu'un minimum d'espace est requis (Quatre à cinq mètres carré) avec tous les déplacements envisagés. Et il faut compter la surface couverte par les gens qui se situeront à l'intérieur de la zone d'action. Si une personne doit rentrer dans une zone d'action de 5 mètres carrés, disons, c'est impossible de rentrer une personne de plus sans lui causer l'accident d'un coup de pied en pleine figure. Je confirme, car je m'en suis ramassé un l'autre jour en faisant mes calculs (Je suis très méticuleuse, voilà).
Ok aussi

Kassima Jaslyn a écrit:
Certes ce détail peut être sujet à modification, mais je devrai obtenir un délai de votre part afin de modifier la biographie, car les deux situations où son pouvoir s'est activé se sont déroulées à cette distance environ. Dix mètres est mon estimation personnelle d'un spectacle de danse solo en compagnie d'un ou deux spectateurs. Toutefois, si je soustrais, disons, cinq mètres carré de Kassima qui danse en rond, il resterait cinq mètres au rayon. Parce que guérir des gens sur un kilomètre, ça appartient à Jésus comme pouvoir.
En effet, mais je ne te demanderai pas de modifier ce point ; si un équilibrage est nécessaire, je te proposerai les paramètres à changer de toute façon tant qu’aucun ne dépasse les limites de l’acceptable. Ce qui n’est pas le cas chez toi.

Kassima Jaslyn a écrit:
Le système nerveux du corps humain est responsable des glandes hormonales, dont l'hypophyse qui en constitue le chef d'orchestre. Si les hormones sont irrégulières, c'est-à-dire déstabilisées, l'équilibre (Ou plutôt le bien-être) du corps humain est brisé. C'est une tentative ratée d'expliquer les crises de démence, car c'est - croyez-moi sur parole - très dur à définir.
On te croit, du coup je vais réitérer un conseil : essaie d’expliciter. Dire que les hormones sont irrégulières et que cela déclenche les crises de démence c’est suffisant.

Kassima Jaslyn a écrit:
Je l'ignore. J'attendais de passer à la modération pour en entendre parler. Se guérir soi-même, ça n'est pas de la régénération? Je ne veux pas deux pouvoirs en toute honnêteté. Si elle voudrait se guérir elle-même, elle devrait danser et si elle est blessée, elle ne pourrait pas danser et activer son pouvoir.
Selon le pouvoir et sa puissance, ça peut en être un seul ou deux. Tel que décris là, ce serait un seul vu que son corps ne peut pas se guérir sans guérir les autres en même temps, et sans danser. Après il est possible considérant que son sang est altéré qu’elle se guérisse constamment aussi et là c’est un autre pouvoir. A toi de choisir, dans tous les cas précise-le explicitement dans la fiche.

Kassima Jaslyn a écrit:
Quant aux maladies, je n'ai aucune misère à estimer des temps. Certes j'aurais besoin de savoir quelles maladies parmi les énièmes existantes qui mériteraient d'être listés ci-dessus. Je n'aurais hélas pas l'audace de choisir lesquelles.
Vas au plus simple : « une maladie qui mettrait 4 jours à guérir ne prendrait plus que X heures/minutes » ; c’est réducteur mais ça marche bien. Pour avoir deux personnages doués de régénération, je me suis concentré sur les temps plus que sur les cm² et c’est passé nickel.

Kassima Jaslyn a écrit:
Voilà une autre tentative ratée d'expliquer comment fonctionne le pouvoir: danser et guérir vont ensemble. La forme de la danse classique implique droiture et rigueur, certes ce que ressent l'artiste durant la performance est tout à fait différent. Un pianiste montre des émotions au travers de son jeu, tel qu'une ballerine libère les siens en s'exerçant. J'essaie de parler d'émotions ici, et je crois bien échouer à le montrer. Kassima obéit aux règles, mais au coeur de tout ça, la danse reste de l'art et une manière de s'exprimer qui donne un sentiment de liberté. Et c'est ce chemin que prend son pouvoir pour se dévoiler en quelque sorte.
Oki, c’est en effet plus clair ici.

Je te remercie pour la présentation des modifications, c’est plus simple comme cela. J’attendrais que tu ais faites les modifications à même la fiche pour reprendre mes listes et mes questions, afin de ne pas tout embrouiller. Je te remercierai d’ailleurs de colorer les modifications faites sur ta fiche pour qu’elles soient facilement repérables.

De rien pour la modération, elle continue bientôt !

Amycalement

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kassima Jaslyn
Neutre Delta
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 13/10/2014

MessageSujet: Re: Kassima Jaslyn [Terminé]   Ven 28 Nov - 4:50

J'ai une question supplémentaire. J'avais commencé à intégrer des modifications hier à ma fiche (Mais non en couleur, cela va de soi), mais elles n'apparaissent plus aujourd'hui. Je n'arrive plus à comprendre si le forum bogue ou autre, car je crois bien avoir perdu deux heures à m'occuper de cela si c'est bel et bien effacé. Est-ce normal que je rencontre ce type de problème technique?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Kassima Jaslyn [Terminé]   Ven 28 Nov - 11:07

Non, pas du tout. De ce qui est enregistré sur ton post, il n'y a qu'une édition faite le 28 Novembre à 7h01 ; c'est la petite ligne toute moche en bas.Le message n'ayant visiblement pas été enregistré la dernière fois, oui tu as perdue deux heures et j'en suis désolée.

Il y a un certain nombre de bug assez inexpliqués sur le forum du coup je te conseillerai d'avoir une copie de ta fiche sur ton ordinateur, de modifier celle-ci avant de la reposter et non de passer directement par le net, afin de les éviter au maximum.

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kassima Jaslyn
Neutre Delta
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 13/10/2014

MessageSujet: Re: Kassima Jaslyn [Terminé]   Dim 30 Nov - 19:03

Bonjour!


Je crois avoir édité la majorité des points demandés, mais je ne suis pas certaine de tout avoir inclus. J'ai de la difficulté à me repérer dans les textes quand ils ne sont pas dans des tableaux, je dois l'admettre. Mais, je changerai si j'ai manqué des points.

J'ai décidé d'essayer un deuxième pouvoir, même si ce n'est absolument pas mon genre. Étant donné que les deux pouvoirs sont inconscients, j'ai tenté de trouver une liaison plausible. Certes je crois avoir besoin de questions afin de mieux décrire les effets concrets du deuxième. Je n'ai aucune idée de comment l'expliciter.

Je te remercie de l'attention et de l'aide!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Kassima Jaslyn [Terminé]   Lun 1 Déc - 16:48

Pouvoir(s) :
  • Description :
    • Guérison :
      • Citation :
        L'utilisation du pouvoir sur un mutant ayant un pouvoir régénérateur stimulerait ses capacités: son activité cellulaire pourrait prendre le double, voire le triple de sa vitesse si son niveau est bien maitrisé.
        La plupart des pouvoirs régénérateurs sont passifs, donc n’ont pas de maitrise (exemple Wolverine), tandis que d’autres sont maitrisables (exemple Exodus), cela signifie-t-il qu’un pouvoir passif est multiplié par 2 et un actif (dans le sens de la maitrise, ils sont tous défensifs sinon) l’est par 3 ? Donne des chiffres arrêtés qu’on sache sur quel pied danser si cela arrive.
      • Du fait que ton personnage affecte la composition sanguine des autres, qu’adviendra-t-il si elle tente de guérir un mutant doté d’une composition sanguine altérée ?
      • Considérant la portée de ton pouvoir de guérison, diminue sa puissance ; je pense qu’une minute par cm² pour les tissus normaux, à l’inscription c’est pas mal déjà, à adapter à l’échelle des tissus osseux.
      • Citation :
        Lorsque le génome X de la mutante libère son énergie immunitaire afin de revitaliser celle d’autrui, les hormones produites dans le cerveau de la jeune femme deviennent irrégulières.
        Explicite que c’est cela qui lui donne les crises.
    • Régénération :
      • Indique la nature de la capacité.
      • Repréciser les temps de guérison sans renvoyer à la capacité précédente faciliterait à lecture.
  • Niveau de Maîtrise :
      Ok
  • Liens entre les pouvoirs : Ok


C’est bon, à mon avis 1-2 passages et tu auras ton premier avis positif

Amycalement

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kassima Jaslyn
Neutre Delta
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 13/10/2014

MessageSujet: Re: Kassima Jaslyn [Terminé]   Mar 9 Déc - 2:53

J'ai modifié les détails demandés. N'hésite pas à m'en donner d'autre s'il le faut!

Encore merci de la modération, et je tâcherai de faire plus vite la prochaine fois T.T
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Kassima Jaslyn [Terminé]   Mer 10 Déc - 18:10


Pouvoir(s) :
  • Description :
    • Guérison :
        Ok
    • Régénération :
        Ok


C’est bon pour moi, tu pourras enlever les couleurs et te préparer pour un autre modérateur !

Ne t’inquiète pas pour les délais de réponse, tant que c’est en dessous d’une semaine ça va et puis l’IRL avant tout, y’a pas de soucis.

Amycalement

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abraham Blackwood
Agent du BAM Delta
avatar

Messages : 366
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 34

MessageSujet: Re: Kassima Jaslyn [Terminé]   Sam 13 Déc - 21:13

Tadada ! Et oui, c'moi qui vais m'occuper de la suite ... pour le meilleur et pour le pire Very Happy
J'vais pas m'étendre plus que ça et enchaîner. Comme Amy, les remarques importantes seront en gras, les facultatives en italique et tout le reste ... en normal =)


C'est parti !


Identité

Nom : Jaslyn étant le prénom de sa sœur qu’elle réutilise en tant que nom de famille, merci d’indiquer tout de même son véritable nom (la précision entre parenthèses suffira amplement)
Âge : techniquement, elle n’a encore que 17 ans … mais pour 15 jours, je ne vais pas chipoter =P


Apparence

Peux-tu ajouter sa taille et son poids, en valeur chiffrée, s’il te plait ?

« Leur couleur varie dans les tons de gris, d’azur et parfois de lilas. »
Juste pour être sûre : ils sont un mélange gris-bleu de base et ça peut varier selon l’éclairage, la luminosité, ce genre de choses ? Ou je suis totalement à côté de la plaque ? ><’


Signes particuliers

« Autrement, sa chevelure très longue et très pâle. »
Tu l’as déjà précisé dans l’apparence, tu peux le retirer ici =)

A-t-elle des tatouages, des piercings ?
Des marques de naissance ou des grains de beauté (susceptibles d’avoir assez d’importance pour être mentionnés) ?



Mental

Même s’il ne danse pas (en fauteuil, ça pourrait être compliqué tu me diras o.o), que pense-t-elle de l’idéologie de Xavier ? De l’Institut en tant qu’école pour mutants ? Des X-Men ?
Même question sur l’idéologie de Magneto ? Sur la Confrérie ?
Quel est son avis sur les Purificateurs ?
Sur le BAM ?

A-t-elle des qualités, des défauts (même si elle ne les voit pas, ne les considère pas comme tels) ?
Hormis danser (et ce qui est associé), qu’en est-il de ce qu’elle aime et déteste ?
A-t-elle des hobbies, des passions ou il n’y a que la danse ?

Même si elle croit être en phase terminale, a-t-elle des espoirs particuliers ?
Excepté l’idée d’admettre d’être une mutante, y a-t-il autre chose qui lui fasse peur ?
Qu’est-ce qui pourrait la réjouir ? La révolter ?



Possessions

Peux-tu détailler un petit peu le condo en question ? La liste des pièces suffira, c’est uniquement pour se faire une idée ^^
Avec le condo, dispose-t-elle d’un garage pour ranger la très vieille moto des années 1990 ou doit-elle en louer un ?
Aucun autre véhicule à déclarer ?
Peux-tu estimer les réserves d’argent dont elle dispose ? Et quel est son salaire ?



Biographie

Son père n’aime pas les mutants en général ? Ou juste ceux dont la mutation se voit, comme sa fille ?
Et qu’en est-il de l’avis de sa mère sur les mutants ?

Que ressent-elle vis-à-vis de son père et de son frère qui les frappent ?
Et par rapport à sa mère qui n’intervient pas ? Est-elle au moins au courant ? Si oui, elle n’a jamais tenté de les arrêter ?


« Kassima fut admise dans le programme privilégié des danseuses classique »
S’y est-elle fait des amis ? Si oui, garde-t-elle contact ?

Que pense sa mère de la réaction de son mari, à savoir le désintérêt total pour ses filles ?


« Jaslyn profita de la situation chaotique au foyer pour s’enfuir »
Elle s’enfuit donc à 8 ans …

Que ressent-elle à la mort de sa mère ?
Et par le fait d’être retirée à son père puis placée à l’adoption ?

Que pense-t-elle de Lucille ?


« Vendre son corps autour d’un pôle, et effectuer des figures en hauteur avaient de quoi lui donner des pourboires enviables. »
Lucille est-elle au courant ? Si oui, pourquoi la laisse-t-elle faire ?
Personne ne s’étonne de voir une adolescente de 15 ans faire ça ?


« un post de remplaçante de remplaçante »
Un petit doublon ici je pense ^^

« Lucille annonça qu'elle ne désirait plus garder contact avec la jeune femme. Leurs chemins se séparaient. La jeune adolescente sourit à cette idée »
Aucune autre réaction de sa part hormis ce sourire ?

« Et si je t'explosais ? »
Il lui propose de la tuer et sa seule réaction n’est autre que lui dire allez-y ?
Le fait qu’elle n’accorde aucune véritable valeur à sa vie ne transparait pas dans le Mental. Si cette appréciation est toujours valable en Décembre 2014, merci de l’y ajouter =) Sinon, fais comme si je n’avais rien dit Very Happy


« Les jalouses bondirent sur elle »
Aucune réaction particulière après ça ? Elle s’en moque, ne leur en veut pas, ne leur en tient pas rigueur ?

« Si elle aima un jour, ce furent ces danseuses sur l'écran cathodique jusqu'au jour où son premier professeur posa un ruban sur sa natte. »
Et sa sœur ? Pas même sa mère ? Ni personne d’autres ?

« Malgré les regards et les ragots, les lueurs rancunières et les sots »
Est-ce que cela l’influence d’une certaine façon ou elle les ignore avec superbe ?

« Son égocentrisme l'avait toujours isolée en quelque sorte. »
Le fait qu’elle le soit n’apparait pas dans le Mental. Comme tout à l’heure, si c’est toujours le cas, merci de l’ajouter ^^

« la danseuse étoile vola ses habits »
Personne ne le remarque ?

A-t-elle eu d’autres contacts avec Rodrick ou rien de plus que cette soirée ?


« Alfonsio, qui âgé de quatre ans précédait sa mère et sa tante »
Kassima est née en 1996, elle a donc 16 ans en 2012. Sa sœur est l’ainée de 2 ans, elle en a donc 18 … son fils a 4 ans donc elle l’a eu à 14 ans ? J’ai tout bon ?

« Kassima reprit contact avec Liam »
Silence radio entre les deux depuis qu’elle était revenue à Paris ? Ou Kassima ne daignait pas répondre à Liam quand il tentait de la contacter ?

« en deuil de leurs proches »
Que ressent Kassima à la mort d’Oswald ? Est-ce que cela la perturbe quand elle danse ou pas  du tout ?

« Elle avait toutefois repris le vieux modèle de Nathan »
S’agit-il de la très vieille moto des années 1990 mentionnée dans les Possessions ?

« sa tante qui se sentit pâle à l'annonce du décès. Elle rentra dans un délirium immédiat »
Hormis cela, comment prend-elle la mort de sa sœur ? Pense-t-elle qu’elle en est responsable ou n’a-t-elle pas conscience qu’elle a distrait tout le monde ?

« Kassima […] put prendre soin d'Alfonsio. »
Elle a donc 16 ans et elle est autorisée à s’occuper de son neveu ?

A bientôt 18 ans, comment s’en sort-elle avec son fils adoptif ?


Autrement, il manque un petit passage sur les événements du Pont (2009) et du Cube (2010) dont tu peux trouver les résumés ici. Aucun besoin d’en écrire tout un roman, juste un petit paragraphe pour expliquer ce qu’a fait ton personnage s’il était sur place, ce qu’il en a pensé (qu’il ait été sur place ou non), quels impacts ces événements ont eus sur lui …



Bon, voilà, premier passage o.o
Il y a donc quelques petites choses à modifier, modifications qui pourront entraîner d'autres remarques et ... et on avisera au fur et à mesure Very Happy Mais je ne pense pas que ça prenne trop longtemps ^^
N'oublie pas les petites couleurs pour les modifications ~
Si jamais tu as des questions, des remarques ou n'importe quoi d'autre, n'hésite surtout pas à m'envoyer un MP (ou un pigeon voyageur ou des signaux de fumée) Wink

_________________

Beam me up Scotty !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kassima Jaslyn
Neutre Delta
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 13/10/2014

MessageSujet: Re: Kassima Jaslyn [Terminé]   Dim 14 Déc - 16:27

Bonjour,

J'ai tout modifié dans un fichier texte, et je n'ai pas eu de nouveaux épisodes de fiche disparue. J'ai ajouté les changements en gris, et n'hésitez pas à me souligner d'autres points.

Je vous remercie de votre attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abraham Blackwood
Agent du BAM Delta
avatar

Messages : 366
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 34

MessageSujet: Re: Kassima Jaslyn [Terminé]   Lun 15 Déc - 13:54

Allez hop, on y retourne pour des petites bricoles Very Happy

Biographie

« Elle en a développé ce besoin de toujours obéir aux ordres, et d’aimer son père et son frère de loin sans jamais les provoquer. »
Le besoin d’obéir est-il toujours d’actualité en 2014 ? Si oui, ajoute-le dans le mental. Sinon, précise juste dans la bio que c’était à cette époque.
Qu’en est-il de son père et de son frère ? Les aime-t-elle toujours de loin ou est-elle passée à autre chose ?


« offrait un poste afin substituer les remplaçantes qui étaient absentes lors des répétitions (C’est un des premiers emplois de la plupart des danseuses classique) »
Au temps pour moi, je pense que tu avais tapé deux fois le mot et je n’avais pas compris que c’était pour remplacer les remplaçantes. Je me coucherai moins bête ce soir Very Happy

« Cette grossesse prématurée n’avait pas déplu à Jaslyn ou à son ami de cœur, Nathan. Leur solitude pouvait s’éteindre grâce à ce cadeau du ciel. »
Tu n’étais pas obligée de te justifier ^^ Je voulais juste être sûre que ce soit les bons chiffres et qu’il n’y ait pas de surprise plus tard. En tout cas, c’est impec ~

« Bien que très jeune, à peine âge de seize ans l’année, Alfonsio s’avérait un enfant très problématique »
Ce ne serait pas plutôt six ? o.o

« La danseuse étoile dut réduire ses heures de pratique, et développer une routine constante dans laquelle s’occuper d’Alfonsio devint sa première priorité. »
La danse étant sa vie, est-ce qu’elle se sent frustrée (ou tout autre réaction) de devoir réduire ses heures de danse ?
La routine ne la dérange pas ou est-ce qu’elle s’y adapte malgré elle ?



Comme tu peux le lire, il n'y a pas grand chose. Sur cinq points, juste 3 remarques importantes. Mais j'dis pas non à une nouvelle petite couleur Razz

Autrement, je pense qu'au prochain tour ça sera tout bon Wink

_________________

Beam me up Scotty !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kassima Jaslyn
Neutre Delta
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 13/10/2014

MessageSujet: Re: Kassima Jaslyn [Terminé]   Lun 15 Déc - 14:32

Bonjour!


J'ai apporté les précisions en bleu. S'il y a autre chose, n'hésite pas à me le dire!

Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abraham Blackwood
Agent du BAM Delta
avatar

Messages : 366
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 34

MessageSujet: Re: Kassima Jaslyn [Terminé]   Lun 15 Déc - 15:27

Et ... et c'est du tout bon pour moi !

J'te laisse retirer toutes les petites couleurs ajoutées pendant la modo et l'une de nos chères admins viendra te valider sous peu Very Happy

On se retrouve en RP Razz

_________________

Beam me up Scotty !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kassima Jaslyn
Neutre Delta
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 13/10/2014

MessageSujet: Re: Kassima Jaslyn [Terminé]   Lun 15 Déc - 15:53

J'ai retiré les couleurs des modifications.

Merci encore!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Kassima Jaslyn [Terminé]   Lun 15 Déc - 22:02

Félicitations, nouveau Neutre Delta, les portes de X-men rpg te sont enfin ouvertes!

Avant de commencer à jouer, n'oublie pas d'aller te recenser sur la liste des avatars , la liste des pseudos et la liste des pouvoirs.

S'il s'agit d'un double compte, pense aussi à poster sur la liste des multi comptes.

S'il s'agit d'un personnage marvel, n'oublie pas de te signaler sur cette liste.

Enfin, si tu veux qu'un joueur joue quelqu'un que tu as évoqué dans ta fiche, merci de remplir le formulaire que l'on trouve ici. N'oublie pas de mettre le lien vers la fiche de ton personnage dans ton profil, et si le cœur t'en dit, tu peux aller rédiger une fiche de relation ici.

D'avance merci et surtout, bon rp parmi nous!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kassima Jaslyn [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Kassima Jaslyn [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Corvée terminée !!!!
» Quels sont ces produits MAC que vous avez terminé?
» Suspicion de diabète... c'est pas terminé !
» Logan / James Howlett / Wolverine (Terminée)
» Pacioretty : Saison terminée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Avant de commencer... :: Le Bureau des Inscriptions :: Fiches validées-
Sauter vers: