AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cours plus ou moins particulier. (PV Silke)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Cours plus ou moins particulier. (PV Silke)   Dim 1 Déc - 22:31

Une matinée intéressante, des cours qui se sont tous bien passés, un repas frugal pris entre deux batiments en profitant du peu de beau temps qu'il reste en ces jours troublés. Linden est assis sur un banc à l'extérieur de l'institut, il fume tranquillement en regardant les étudiants profiter d'une pause de midi de laquelle ils jouissent avec une insouciance propre à la jeunesse. Les époques passe mais les Hommes ne changent pas et même dans cette forteresse de l'anormal tous ces adolescents se regardent et agissent comme si ils étaient tout à fait normaux, les garçons aguichent les filles et les filles les repoussent pour la forme même si elles ne désirent qu'à être regardé et appréciée. Les jeunes gens seront toujours aussi irréfléchis même si la période qui les entoure est la plus noire qu'ils n'ont jamais vécu. Les anciens devraient se baser sur cet avantage qu'a la jeunesse de ne penser qu'à ce qui est blanc dans un moment aussi sanglant.

La cigarette ne fume plus, le vieux professeur n'a plus la tête droite, il s'est assoupis sous l'arbre qui le protège. Ses souvenirs prennent le pas une fois de plus sur la réalité, il se revoit à ses vingt ans, il revoit la salle, il revoit les tapisseries éclairées à la bougie, il revoit les robes qui virevoltent, il avance dans la salle de bal de la petite maison de campagne, l'étoile de l'ordre de l'aigle rouge orne sa poitrine, il est fier. Rien ne peut lui résister puisqu'il a quelque chose contre laquelle personne ne peut lutter, la jeunesse et la beauté. Il tourne la tête, sa jeune barbe de cavalier remarquablement taillé lui donne un charme fou, il l'apperçoit, elle est jeune, elle est belle, elle s'éloigne, le décor s'évanouit et quelques feuilles tombent du charme sous lequel il est assis, un regard à sa montre et une clope sortit de son paquet lui donne le coup de départ. Il ramasse ses ordures avant de les jeter et s'étire un peu pour rentrer dans la bâtiment. Il faut repartir.

La salle a changé, l'auditoire également. Le professeur n'est pas en retard et pourtant quelques personnes y sont déjà. Avec sa démarche sûr et pesante Erl traverse l'allée centrale pour plaquer sa sacoche sur le bois massif du bureau avant de prendre la chaise, la tirer devant ses « élèves ». Il retire sa veste et roule ses manches jusqu'au milieu de ses biceps à peu près. Une estafilade mal recousu par le passé à laissé des traces sur le biceps droit alors que diverses autres ornent fièrement sa peau. Il ne semble pas avoir une seule parcelle de son corps qui est intact, même son cou, sous l'oreille droite un long trait disparaît sous le col de la chemise légère en lin. Pour parfaire le tableau il reste le visage, net, mis à part ce long et large scillon qui part du haut de l'oeil gauche et qui traverse la joue jusqu'au menton. Il regarde sa montre accroché à son bras aussi solide qu'une buche et fait craquer sa nuque avant de s'asseoir sur la chaise et de regarder les cinq  personnes devant lui.


« Wilkommen. Je suis Herr Linden et je m'occupe des cours d'histoire. Evidemment je sais que cette matière n'exalte pas tout le monde. Vous semblez en avoir plus vécu que la plupart de mes étudiants donc je pense que si vous êtes là c'est par choix. Je ne sais pas vraiment quoi vous apprendre aussi malgré tous les cours que j'ai pu préparer je vous laisse un choix relatif. Je pensais étudier une partie de la vie mutante pendant une période troublé à la manière d'une discussion entre vous et moi . Qu'en pensez vous ? »

Son regard cours sur les cinq visages et s'arrête sur le plus marqué.

« Vous , celui avec le visage qui semble en avoir vu plus que tout le monde ici qu'en pensez vous ?  Vous avez peut être des questions jusque là ?»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Cours plus ou moins particulier. (PV Silke)   Ven 6 Déc - 20:51

On dit qu'une famille riche offrira le meilleur des enseignements à son enfant, c'est vrai... Le nom des Sambre est admiré dans la société londonienne, ils étaient une famille puissante qui pouvait tout affronter, tout du moment que leur petit univers aristocratique n'en était pas chamboulé, cependant, les contes de fée  n'existent pas et la famille Sambre autrefois si soudé fut scindé quand l'héritier se révéla être un monstre du peuple, et pas n'importe quel type de monstre, non non... Celui qui envahie nos rues, je parle des mutants.

Oui, leurs fils est parti en guerre pour défendre ça patrie, il en revient métamorphosé, affublé d'une queue et des oreilles de loup, pouvant se métamorphosé en cet animal dévoreur d'enfant que l'on voit dans les contes. Alors vous vous demandez, qui est ce garçon dont il parle ? Cet enfant qui fut changé en monstre aux yeux de ses parents, c'est moi... Silke Altair Sambre, né dans la haute société de Londres, avec les bals de charité et tout ce qui va avec, fut répudier pour me retrouvé à vivre dans les bas-fond de New york après la non acceptation de mes parents, j'ai finalement trouvé une famille certes pauvres mais avec des coeurs en or massifs dix huit caras, c'est moi qui vous le dis. Ce sont des anges, même Vitaly qui se drogue à mort est un amour, il est le côté sombre de la famille alors que Anel, ben c'est notre petit ange descendu tout droit des cieux pour nous offrir des grand sourires innocents.

Pourtant... par instant... Je revoyais ma vie d'avant, avec ses grand bals et ses oeuvres de charité, ses masques et ses belles robes, un monde qui ne m'est plus accessible désormais, mais maintenant c'est un monde rempli de mystère qui s'offre à moi, avec pour la première fois des gens qui me sont cher est que je veux protéger à tout pris... Même aux périls de ma vie, je protégerai les Halilovic, rien a foutre de trempé dans des trucs pas net comme la came pour Vitaly ou les meurtres pour Suljo, c'était mon choix de vivre.

Je fini rapidement ma clope pour retourner dans le manoir Xavier. C'est classe hein ? Le manoir Xavier, enfin non c'est pas un vrai manoir mais ça à tellement la gueule d'un manoir que ça fait classe quand on dit comme ça. Je m'étire en marchant doucement, tenant mes bouquins dans une main et faisant craquer mon dos, ma queue de loup se tendit avant de retourner battre la mesure dans mon dos, les oreilles canines bougeaient de temps à autres. Que ça fait du bien de pas ce cacher, c'est moi qui vous le dis mes petit amis. Mais la j'allais faire un truc que je n'avais plus fait depuis mes classes militaires, je parle bien sur de participer a un cours !!

et pas n'importe quel cours, laa hum pardon, non, reste de l'armée. J'en étais ou ? Ha oui ! Un cours d'Histoire J'entre dans la petite salle de cours, allez en tout et pour tout on devait être cinq, d'âge tous différent, je soupire et va m'asseoir sur une des chaise avant de retiré mes lunettes, mine de rien je sais que ma cicatrice qui s'étend sur tout le côté gauche de mon visage fait peur, je garde généralement des lunettes de soleil pour cacher un temps soit peu cette marque. Faut dire qu'elle est pas jolie jolie...

Enfin le professeur entre, whoaaaaaa... dans le genre j'ai morflé, il tient le haut du panier. Tranquillement il s'installe dans un silence quasi religieux, ooooookay...

« Wilkommen. Je suis Herr Linden et je m'occupe des cours d'histoire. Evidemment je sais que cette matière n'exalte pas tout le monde. Vous semblez en avoir plus vécu que la plupart de mes étudiants donc je pense que si vous êtes là c'est par choix. Je ne sais pas vraiment quoi vous apprendre aussi malgré tous les cours que j'ai pu préparer je vous laisse un choix relatif. Je pensais étudier une partie de la vie mutante pendant une période troublé à la manière d'une discussion entre vous et moi . Qu'en pensez vous ? »

une discutions... euh ouais si tu veux mon grand, je te préviens je suis pas bavards mais je veux bien faire un effort.
Il nous examine calmement, je sens son regard passaient de l'un à l'autre pour finalement s'arrêtait sur...

« Vous , celui avec le visage qui semble en avoir vu plus que tout le monde ici qu'en pensez vous ?  Vous avez peut être des questions jusque là ?»

Hein ? Qui ça ? moi ? Et shiiiiit... je le regarde dans les yeux, cicatrice contre cicatrice.

-Jusque là aucune, je suis juste curieux de quel période nous allons parler.

Tout mais par pitié pas l'Afghanistan, pas ça...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Cours plus ou moins particulier. (PV Silke)   Sam 7 Déc - 3:04

Un large sourire dévore le visage du professeur quand le loup se met à parler, une voix basse certes mais qui promet de la puissance et du répondant. Son regard dit tout sans que ses lèvres ne bougent, sa démarche, sa posture, sa coiffure, sa manière d'être et son style font de lui un soldat et peu importe ce que l'on devient quand on a connu la vie de soldat on le reste toute sa vie. Linden ne pourrait pas l'expliqué mais il sait que ce jeune homme d'une petite trentaine d'année en a vu plus qu'il ne laisse supposer, ses yeux se répercute contre les iris froide du vieux professeur il peut voir se dégager la même menace qui pèse dans le siens chaque matin devant la glace et pourtant cette menace est plus profonde, bestiale, ancienne. Il a beau avoir combattu en Afghanistan toutes les horreurs qu'il a pu endurer ce vieil allemand qui fait la trentaine bien sonnée en a vu plus que lui, a vu pire que lui et si leur souffrance ont été équivalente lui a du les vivres plusieurs fois. Cet étudiant l'intrigue, ce n'est pas la cicatrice, ce n'est pas la mutation c'est son passif, nous sommes dans un cours d'histoire militaire et politique comment le prendra t'il ? C'est la toute la question. Le professeur bien qu'entouré par ses « élèves » ne se gène pas il sort un porte-cigarette gravé en argent terni avant de l'allumer avec un briquet mécanique qui semble assez ancien lui aussi. Il finit par se lever et ouvre la fenêtre sur le coté de la salle.

«  C'est tout la question Herr, quelle période allons-nous évoquer,  nous pourrions nous pencher sur ces bon soldats victimes de mutations pendant des campagnes moderne non ? »

Un des auditeurs soupire pendant qu'un autre note, le vieil allemand s'amuse quelque peu. Le loup lui réserve son jugement alors qu'une petite goutte de transpiration perle sur son front. Linden fume tranquillement en contournant le siège qu'il avait placé là un instant auparavant, guettant les différentes réactions.

« Cependant si nous faisions cela ce ne serait plus de l'Histoire mais de la sociologie, bornons nous à regarder dans le rétroviseur. Tout bon Historien doit borner son sujet en effet et nous verrons la troupe dite « mutante » des années 1750 à la seconde guerre mondiale. »

Le cours est maintenant lancé et ses souvenirs fourmillent dans son crâne, il revoit ses combats, ses victoires, ses défaites, ces fosses communes s'étalant à perte de vue sous un soleil rougeoyant de sang et de viscères. Malheureusement la machine est en route et il ne peut la stopper il doit la faire arriver à son terme et écrit sur le tableau blanc ce qui pourrait faire penser à un titre dans des caractères qui se veulent inspiré du gothique qu'il semble écrire d'une manière toute naturelle. « Mutant, Mutation et conflit ».

« Voyez-vous même si les humains n'ont jamais trop appréciés les mutants à travers les âges et plus particulièrement ces derniers siècles ils les ont toujours trouvé utiles. En effet un soldat mutant a beaucoup plus d'avantage qu'un soldat normal. Imaginez un peu un soldat qui ne peut mourir de faim ? Un soldat capable de faire tomber la pluie ou envoyer la foudre, du pain béni pour ses généraux. Cependant les hommes préféré ont toujours été ceux ayant une mutation animale, plus rapide, plus costaud, plus féroce ils ont beaucoup d'avantage. Il ne faut pas croire que ces mutants ont « subit » cet enrôlement disons qu'à la fin du XVIII ème siècle c'est un moyen de s'introduire dans une société, le mutant par ses qualités guerrières trouve une famille, un clan auquel il se sent bien. Il ne se sent pas différent mais utile, particulier comme la clef de voute d'un système qui ne fait en réalité que l'exploité. Nous voyons que l'utilisation de mutants a été la clef de beaucoup de succès comme ceux du Roi de Prusse Frédéric II qui va même jusqu'à donner la dignité de chevalier de l'ordre de l'Aigle Rouge, une des plus hautes dignités militaires, à un certain Ludwig Von Raustätt. Nous voyons par cet exemple une parfaite adaptation à la société d'un mutant même si nous sommes en 1768. Je suppose que vous voyez ce que je veux dire n'est ce pas Herr ? »


Dernière édition par Erl Linden le Jeu 19 Déc - 3:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Cours plus ou moins particulier. (PV Silke)   Mer 18 Déc - 22:30

«  C'est tout la question Herr, quelle période allons-nous évoquer, nous pourrions nous pencher sur ces bon soldats victimes de mutations pendant des campagnes moderne non ? »

Si tu me dis Afghanistan, je montre les crocs directs. Pas questions d'en reparler, les meurtres c'est une chose, la guerre s'en est une autre, j'ai dérouiller en Afghanistan a cause d'une erreur de jeunesse et j'ai perdu ma famille de sang car je n'ai pas voulus les écoutaient. Je le regrette profondément mais pas totalement car j'ai trouvé plus précieux encore qu'une famille de sang.

Je haussai les épaules par rapport au choix de la période, pourquoi pas ?

« Cependant si nous faisions cela ce ne serait plus de l'Histoire mais de la sociologie, bornons nous à regarder dans le rétroviseur. Tout bon Historien doit borner son sujet en effet et nous verrons la troupe dite « mutante » des années 1750 à la seconde guerre mondiale. »


parfait et bien commençons... L'odeur de la cigarette me donne envie de m'en allumé une. Si Vitaly est accro à la drogue, je suis accro à la nicotine et aux contrats, mais si l'un peu se soigner en douceur, l'autre demande un sevrage brutal et sans aucune pitié? La clope, tu peux trouver des alternative comme les chewing_gum, les bonbons ou la cocaïne, euh non, pas la cocaïne, la caféine, voilà c'est ça que je voulais dire !! la cafeine, la meilleure compagne lors des longues insomnies, après t'es en mode pile électrique, mais c'est tellement bien ça... Si j'ai déjà essayer ? ouaaaaaaaaaiis !!! Une semaine avec que de la caféine dans les veines !!! Suljo a du m'emmener hors de la ville pour que je puisse me défouler un max en alternant métamorphose et forme humanoide. La caféine est mon amie !!!

Mais c'est pas ça qui nous interresse c'est le cours d'histoire que nous offre notre prof, je sens déjà qu'il va y avoir des perte vu les longs soupirs que j'entends près de moi. Allez que le combat commence, ready ? FIIIIIIIIIIIIIIIGHT !!! Faut que j'arrête d'emmener les garçons dans les arcades de jeu vidéos, ça deviens grave et je vais devoir consulter...

« Voyez-vous même si les humains n'ont jamais trop appréciés les mutants à travers les âges et plus particulièrement ces derniers siècles ils les ont toujours trouvé utiles. En effet un soldat mutant a beaucoup plus d'avantage qu'un soldat normal. Imaginez un peu un soldat qui ne peut mourir de faim ? Un soldat capable de faire tomber la pluie ou envoyer la foudre, du pain béni pour ses généraux. Cependant les hommes préféré ont toujours été ceux ayant une mutation animale, plus rapide, plus costaud, plus féroce ils ont beaucoup d'avantage. Il ne faut pas croire que ces mutants ont « subit » cet enrôlement disons qu'à la fin du XVIII ème siècle c'est un moyen de s'introduire dans une société, le mutant par ses qualités guerrières trouve une famille, un clan auquel il se sent bien. Il ne se sent pas différent mais utile, particulier comme la clef de voute d'un système qui ne fait en réalité que l'exploité. Nous voyons que l'utilisation de mutants a été la clef de beaucoup de succès comme ceux du Roi de Prusse Frédéric II qui va même jusqu'à donner la dignité de chevalier de l'ordre de l'Aigle Rouge, une des plus hautes dignités militaires, à un certain Ludwig Von Raustätt. Nous voyons par cet exemple une parfaite adaptation à la société d'un mutant même si nous sommes en 1763. Je suppose que vous voyez ce que je veux dire n'est ce pas Herr ? »


je le regardai en plaquant mes oreilles à l'arrière, ce raisonnement est juste, mais il est aussi faux.

-Deux minutes, vous nous dites que les mutants au capacité peu commune ou animal  étaient les favoris de l'armée, cependant il faut nuancé nan ? Les mutant de cette catégorie sont certes apprécier pendant les période de guerre suite à leur esprit de meute ou leurs capacités car le côté animal ressort, mais l'humain préfère les mutant qui n'ont pas une nature belligérante  de base non ?

Je repris ma respiration avant de continuer.

-Cependant les mutants qui ont un côté animal ou des pouvoir plus sauvage sont rapidement chasser pour finir comme du gibier, ils sont des armes de guerres devenu menace pour la sécurité de la nation dès que la paix et de retour, ceux qui un minimum de chance de s'en sortir sont les télépathes pour leurs maitrise et encore... C'est même pas sur.

Je soupirai lourdement et regarda le professeur dans les yeux.

-Ludwig Von Raustätt... Pardonnez ma prononciation un peu écorché, mais quel était sont pouvoir pour obtenir un si grand honneur ?

Mes yeux passèrent un instant au rouge rubis avant de reprendre leur couleur purpura habituel
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Cours plus ou moins particulier. (PV Silke)   Mer 18 Déc - 22:59


J'entends les soupirs des quelques personnes décidé de venir assister à un cours facultatif, ils ne souhaitent pas entendre les élucubrations d'un mutant sur sa propre race et le plus agé n'aurait sans doute jamais cru que ce Linden, brillant maître de conférence à l'université de Heidelberg était un mutant. C'en est trop pour lui et il quitte la salle sans demander son reste. Le cours continu tout de même et nous ne sommes plus que cinq dans cette salle assez grande pour accueillir deux douzaines de personnes. Le jeune loup en face de moi ne semble pas tout à fait d'accord avec mon raisonnement, il n'est pas sensé savoir que c'est plus un témoignage qu'une simple constatation de ma part. Il ne se débande pas néanmoins et me répond avec une parfaite franchise, son raisonnement lui aussi est juste, très juste mais je sens que ses sentiments et son expérience prennent le pas sur sa raison, il confond sa propre expérience d'une vision beaucoup plus général cependant ce qu'il dit est intéressant. Je le laisse aller jusqu'au bout et me rapproche de la table derrière laquelle il se trouve en hochant légèrement la tête tout en écoutant son raisonnement.

Une deuxième fois la porte claque, nous ne sommes plus que trois, un vieil homme qui reste dans son coin et note tout ce qu'il peut, le loup et moi même. Il me regarde avant de me poser la question que je n'attendais pas. Pourquoi avoir la médaille de l'ordre de l'aigle rouge ? Et pourquoi la donner à lui ? Je ferme les yeux quelques secondes et j'ai l'impression qu'il se passe une vie entière. Je me revois sur mon cheval noir, sabre à la main et pied dans les étriers. Je me revois donner l'ordre de la charge et fondre sur l'infanterie Autrichienne. Les chevaux martèlent le sol de leurs sabots, l'air se fait plus rare à mesure que Storm gagne de la vitesse. Les soldats remarquent notre charge, ils s'accroupissent baïonnettes en avant alors qu'une salve de feux se fait entendre, mon bras gauche est touché mais je reste sur mon étalon. Le choc est brutal, inhumain. Storm prend quatre lame dans le thorax et je suis emporté en avant. Je roule sur mon épaule et me relève en secouant la tête. Les cavaliers tombés se batte encore s'ils sont debout, mon sabre vole, il danse entre mes doigts, les autrichiens s'écartent devant mes coups rageux, le sang coule, les tripes jonchent le sol. Le colonel me tire à nouveau dessus, ma cuisse me lance mais je m'avance vers lui. Il dégaine son épée et attaque le premier, bottes et parades se suivent, il est bon mais moi je suis presque magique, le fil de mon sabre caresse sa carotide qui envoie son flot rouge sur mon visage il est à terre. En boitant je récupère mon étendard et l'accroche sur un des canons qui protégeait ce bataillon d'infanterie duquel il ne reste rien, cette victoire est la mienne...

Je reviens à la réalité et je le regarde dans les yeux, le teint livide mais sur mes jambes. Je m'assois sur la table et remarque que le vieux c'est endormi. Je sors mon paquet de cigarette et le donne au loup en face de moi.

« Ton raisonnement est tronqué par ton esprit contemporain Fils, à l'époque un esprit guerrier était des plus recherché dans des armées qui faisait la guerre par tous les temps. Et si Von Raustätt a eu cette distinction c'est que jamais on a vu un officier si jeune avoir une telle bravoure au combat. Avec un seul escadron de ses hussards il a attaqué tout un bataillon d'infanterie et l'a massacré purement et simplement s'emparant de 15 canons par la même occasion. Blessé gravement il a continué le combat et gagner cette bataille presque tout seul, cette victoire était la sienne et bien que mutant il avait mérité d'être récompensé comme le plus grand des héros, ce qu'il était. A cette époque tu n'aurais jamais été jeté de l'armée pour une mutation, on t'aurait simplement trouvé un travail plus dangereux, a la mesure de tes capacités et de tes envies de sang et de feu. La chute ne se faisait sentir que lorsque tu revenais à une vie normale, civil. Si tu n'étais pas mort au champ d'honneur évidement. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Cours plus ou moins particulier. (PV Silke)   Jeu 19 Déc - 0:15

deux mort en moins de cinq minutes, bravo monsieur, je pense pas qu'un traité sur la théorie des atome nucléaire de l'anti-matière est pus faire mieux.... Je regarde le vieillard installé dans un coin de la salle, qui note tout ce que dit monsieur Lindel, mais c'est qu'il est studieux papy... J'aime bien, je suis sur que ça doit être un vieillard passionant, ils le sont pas tous mais lui m'a l'air moins sénile que les autres.

Je vois le professeur Migré pour s'installer sur la table devant moi, immédiatement, je me redresse et le regarde du coin de l'oeil en grognant méchamment. Je n'aime pas avoir des gens fixe face a moi ou dans mon dos, ça me rends premièrement nerveux puis ensuite ça me rappel de mauvais souvenirs. Mes oreilles canines se redresse, celle de droite fait bougé le petit bijoux qui est accroché aux rayons du soleil. Je sens un frisson me parcourir, calme toi Silke, il va rien te faire...

Le silence se fait pendant quelques instants, le professeur semble plongé dans ses pensées, comme coupé du monde, je lui suis aussi dans les miennes, mes mains se crispent sur ma table, je tente de ne pas grogner trop fort et surtout de ne pas lui aboyer l'ordre de bien vouloir reculer avant que je fasse un geste malheureux. Pense aux exercices de respiration que t'as enseigner Drita... Voilà... pense à la montagne enneigé, pense au calme...pense a cette horloge qui a régis ta vie et que tu bidouille sans cesse pour éviter que les rouages grippent. Voilà... ça va mieux, les grognements diminue lentement. Parfait....

« Ton raisonnement est tronqué par ton esprit contemporain Fils, à l'époque un esprit guerrier était des plus recherché dans des armées qui faisait la guerre par tous les temps. Et si Von Raustätt a eu cette distinction c'est que jamais on a vu un officier si jeune avoir une telle bravoure au combat. Avec un seul escadron de ses hussards il a attaqué tout un bataillon d'infanterie et l'a massacré purement et simplement s'emparant de 15 canons par la même occasion. Blessé gravement il a continué le combat et gagner cette bataille presque tout seul, cette victoire était la sienne et bien que mutant il avait mérité d'être récompensé comme le plus grand des héros, ce qu'il était. A cette époque tu n'aurais jamais été jeté de l'armée pour une mutation, on t'aurait simplement trouvé un travail plus dangereux, a la mesure de tes capacités et de tes envies de sang et de feu. La chute ne se faisait sentir que lorsque tu revenais à une vie normale, civil. Si tu n'étais pas mort au champ d'honneur évidement. »

Un grognement plus fort que les autres se fit entendre. Fils... Plus personne ne m'avait plus appelé comme ça depuis mon père, avant qu'il me chasse et me renie définitivement. Je serre les dents en fermant les yeux, t'énerve pas, ça en vaut pas la peine...

-Pouvez vous éviter de m'appelé Fils je vous prie, cela me rends un poils irritable... Demandai-je d'une voix détaché

Je fermais les yeux en analysant ce qu'il venait de dire.

-Cet homme reçu la médaille pour sa bravoure et son courage, non pour sa mutation. Sa résistance était certes supérieur à la moyenne, mais il n'était pas "handicapé" par une apparence peux commune. Ma vision estcertes faussé par ce que j'ai vécu, mais ce qui est difforme fait peur, même si on est le meilleur soldats de l'armée, on vous abandonnera sans pitié lorsque vous serez en danger. De plus les guerre ne sont pas éternel et la guerre reste ancré en chacun de nous....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Cours plus ou moins particulier. (PV Silke)   Jeu 19 Déc - 0:49

Contrairement à lui je ne m'attarde pas sur les gens qui partent, tout le monde entre et sort dans une vie, à part moi évidement. Contrairement au loup que j'ai en face de moi j'ai eu quelques décennies pour apprendre à me maîtriser et à calmer mes nerfs quand je veux frapper quelqu'un. Pas lui. Rien qu'en le voyant je devine qu'il a vécu des choses horribles pour un garçon de son âge, il ne sait pas mais par rapport à moi il n'est qu'un jeune esprit malgré tout ce qu'il a pu voir ou ressentir. Toute cette haine qu'il s'efforce de changer en phrases construites je l'ai déjà ressenti. Ce soldat n'a plus de chef, n'a plus de cause et comme tout soldat il se demande quoi faire de sa vie à présent. Rejeté de tous il aurait pu très mal finir. Je fume tranquillement en le regardant toujours dans les yeux et écoutant attentivement ses grognements, je commence à l'apprécier malgré son apparence bourru et ses grognements menacant. J'essaye de sourire malgré mon visage marqué et hoche légèrement la tête.

« Aucun problème Junior, je vais essayé de ne plus t'appeller comme ca. Si je t'ai poser le paquet de cigarette c'est que tu avais le droit de te servir tu sais, il n'est pas la pour faire beau et tu ne dérangeras pas le jeune homme qui dort dans le fond. »

J'écrasais ma cigarette contre ma rangers et rangeais le mégot dans ma veste avant de reprendre un cigarette et de lui lancer le briquet une fois celle-ci allumé. Un beau briquet mécanique comme on en faisait au début du XX ème siècle. Légèrement ternis l'acier n'avait rien perdu de sa beauté. L'aigle impérial gravé dessus avec une précision d'orfèvre défiait dangereusement le regard de celui qui le maniait, une très belle pièce de musée. Le professeur porte la cigarette à ses lèvres une nouvelle fois ce qui laisse remarqué la moitié du doigt qui lui manque. La manche remonte légèrement et beaucoup plus près les cicatrices qui semblent recouvrir chaque parcelle de peau saute autant aux yeux que des oreilles de loup au milieu d'une chevelure épaisse. Rabaissant son bras il regarde toujours son seul étudiant avant de continuer d'une voix plus grave.

« Certes il n'avait pas ce « handicap » comme tu l'appel mais crois tu que cela fasse une différence aux yeux des humains « normaux » ? Je t'ai dit juste avant que ces mutants trouvaient une famille et je te prie de me croire sur parole. J'ai vu des humains se jeter sur leurs ennemis pour éviter qu'ils se fassent tuer une fois mis à terre, j'ai vu des compagnies entières renforcer leur rangs afin de leur épargner une défaite cuisante. J'ai vu des honneurs militaires rendu à des hommes que l'on aurait laissé crever sans même une prière au milieu de la population civil. »

Le prof fume encore et toujours. Il en profite pour sortir une flaque rempli d'un liquide clair comme de l'eau mais qui sent légèrement plus fort que de l'eau classique. Après en avoir bu une longue gorgée il la pose sur la table à coté du paquet de cigarette.

« Junior le monde n'a pas toujours été comme aujourd'hui et chaque culture ne ressemble pas à une autre. En général beaucoup de nations refuse d'intégrer les mutants dans leur rang et oui ce Von Raustätt n'est qu'une goutte d'eau dans un océan de refus, de pogrom, de rafle et de ségrégation. Cependant le fait est là, en Prusse un mutant a été décoré d'un des plus grand honneur militaire alors que ses semblables étaient traqué en France et en Angleterre. C'est difficile à croire et pourtant c'était le cas. »

Le professeur cherche dans la poche et dépose sur la table un croix d'argent ou dans le disque central un aigle rouge apparaît fièrement, le tout supporté par un ruban strié d'une ligne blanche et de deux lignes orange.

« Evidement, tu as le droit de douter de ma parole. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Cours plus ou moins particulier. (PV Silke)   Ven 24 Jan - 8:05

« Aucun problème Junior, je vais essayé de ne plus t'appeller comme ca. Si je t'ai poser le paquet de cigarette c'est que tu avais le droit de te servir tu sais, il n'est pas la pour faire beau et tu ne dérangeras pas le jeune homme qui dort dans le fond. »

Je prend fébrilement le paquet, tentant de calmer l'animal qui sommeillé en moi et qui était sur le point de se réveillé à tout instant pour reproduire cette guerre que j'ai si difficilement quitter. J'ai entendu un jour Suljo dire que même si la guerre est finie, elle finit toujours par nous manquaient. Sur le coup, je ne l'avais pas cru et pus rapidement, la violence des combat, tut me manquaient et en particulier les cris. Je retirai calmement une clope du paquet de malboron mais au vu de l'odeur, elles ne venaient pas d'ici. Une odeur épaisse... européenne peut être.

Il me lança le briquet que j'attrapai en vole sans même bougé la tête. L'avantage du loup, vision périphérique plus précise que la vue central. dans ma main, je sens la gravure d'un aigle, je ne le porte pas face à mon regard mais je tourne au moins le regard vers cette pièce de musée peu commune. Un aigle qui foudroyait du regard celui qui osé l'utilisé. Je m'allumai ma cigarette en observant du coin de l'oeil les cicatrises de l'homme que j'avais en face de moi. Je tirai une grande latte avant de ramener mes mains vers mes lèvres pour souffler toute la fumée dessus, cela n'avait rien avoir une tradition, juste une habitude pour me réchauffer et tentait d'oublier.

« Certes il n'avait pas ce « handicap » comme tu l'appel mais crois tu que cela fasse une différence aux yeux des humains « normaux » ? Je t'ai dit juste avant que ces mutants trouvaient une famille et je te prie de me croire sur parole. J'ai vu des humains se jeter sur leurs ennemis pour éviter qu'ils se fassent tuer une fois mis à terre, j'ai vu des compagnies entières renforcer leur rangs afin de leur épargner une défaite cuisante. J'ai vu des honneurs militaires rendu à des hommes que l'on aurait laissé crever sans même une prière au milieu de la population civil. »

une famille... par les liens du sang ou par les lien du coeur ? La étaient la différences, et je ne pouvais le croire, je savais qu'il me disait la vérité et pourtant je refuser de l'admettre. oui, la perspective d'avoir une famille de sang avait depuis longtemps était oublier, a la manière dont mon retour fut source de discorde, j'ai vite compris que ceux qui avit était ma famille ne valait pas mieux que les anti-mutants. L'empire Sambre avait perdu leur unique héritier, je n'étais pas un enfant à leur yeux, juste un héritier.

« Junior le monde n'a pas toujours été comme aujourd'hui et chaque culture ne ressemble pas à une autre. En général beaucoup de nations refuse d'intégrer les mutants dans leur rang et oui ce Von Raustätt n'est qu'une goutte d'eau dans un océan de refus, de pogrom, de rafle et de ségrégation. Cependant le fait est là, en Prusse un mutant a été décoré d'un des plus grand honneur militaire alors que ses semblables étaient traqué en France et en Angleterre. C'est difficile à croire et pourtant c'était le cas. Evidement, tu as le droit de douter de ma parole.»

-silke... Silke Sambre... pas junior ni fils ou surnom affectueux. C'est plus pour moi...

Je regarde l'objet qu'il dépose sur ma table, la gorge serré. Un honneur militaire, certes datant un peu mais un honneur militaire, le sien. Je serre le poing en détournant la tête vers l'extérieur en controlant vainement ma respiration. Je tire une bouffé de la cigarette en observant le parc.Je ne peux m'empêcher de rire un peu désespérement.

-Le monde est en constante évolution hein... Quand les honneurs sont donné des années auparavant, maintenant on vous abandonne dans une grotte immonde en vous disant démerdez-vous, vous êtes américain... Quel connerie...

J'écrase ma cigarette sur ma rangers. avant de fixé ses honneurs. Des honneurs militaires.

-Quand je suis rentré à l'armée, j'ai tenté de faire oublier mon nom, le nom des Sambre, l'une des plus grosses entreprises anglaises, je me suis démené pour prouvait ce que je valait et au final, j'ai était chassé de ma famille de sang et de l'armée, pour finalement trouver ma place dans les bas fonds de cette ville.

Je lui tendis la médaille.

-reprenez la, vous avez combattu dans un monde plus sombre qui avait besoin de guerriers, nous vivons dans un monde ou la normalité prône sur les capacité. Je sais que vous avez raison, mais en effet je n'y crois pas. je n'y crois plus depuis que je suis rentré.

Je tirai un dernière latte en observant le ciel. comment j'avais deviné ? Ses détails, trop pour ne pas être réaliste et le teint blanc qu'il avait pris lors de son explications sur les faits d'armes.

hrpg:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cours plus ou moins particulier. (PV Silke)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cours plus ou moins particulier. (PV Silke)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cours de natation pas trop chers ?
» Dukan pour perdre moins de 5kg... ça m'inquiète...
» Données de moins de 100 ans
» Séjour linguistique / Cours de polonais en Pologne
» Un pti cours de Photo !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: L'Institution Charles-Xavier et Alentours-
Sauter vers: