AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Charles Davis - PV BAM [Annulé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Charles Davis - PV BAM [Annulé]   Lun 16 Sep - 22:55

CARTE
D'IDENTITE





© Bibi


    NOM : Davis

    PRENOM : Charles

    ALIAS ET SURNOM : _

    AGE : 30 ans

    DATE DE NAISSANCE : 6 août 1983

    METIER : inspecteur au BAM

    NATIONALITE : américaine

    GENRE : masculin

    CLAN : BAM, investigation

Pouvoirs :


  • Description :
    Probabilités nues
    A partir de très peu d'informations, il peut déduire toutes les probabilités de ce qui s'est passé et de ce qui se passera, avec foule de détails. Par exemple, sur une scène de crime, son cerveau imagine (presque) tous les scénarios possibles. Charles perçoit les probabilités comme des ‘flashs’, des souvenirs (des scènes, des voix…) qui montrent pourquoi ceci est possible ou pourquoi cela est moins possible. Il les ordonne du plus probable au plus improbable. Les probabilités ne sont pas hyper précises. Par exemple, il ne se dit pas: ceci a 92,5% de chance de se réaliser. C'est intuitif. Pour cette raison, son cerveau lui montre rarement une probabilité certaine ou certainement nulle. De plus, une probabilité reste une probabilité. Le scénario le plus improbable peut avoir lieu à la place du plus probable. Tous ses ‘flashs’ vont très vite. Il a un maelström de possibles dans la tête.

    Probabilités joueuses
    Charles peut modifier la probabilité de ce qui va arriver (pas le passé). Il doit avoir un contact visuel avec l'événement pour perturber la probabilité de ce qui va arriver. Voir une scène sur un écran de surveillance ne suffit pas. Par exemple, il doit être présent sur la scène du meurtre au moment du meurtre pour que la lame du couteau se brise au moment où le tueur frappe. La modification doit rester de l'ordre du possible (le possible est parfois tiré par les cheveux). Par exemple, s'il voit un avion en train de tomber, les moteurs peuvent se remettre à marcher mais les moteurs de l'avion ne peuvent pas devenir aussi ‘performants’ que des moteurs de vaisseau spatial. Un bout de plâtre peut tomber du plafond (il était fissuré) et amoindrir/dévier l'impact d'une balle mais la balle ne peut pas soudainement tomber au sol. Un être vivant peut aussi subir le pouvoir. Un mutant peut perdre le contrôle de son pouvoir. Un humain pourrait développer une allergie latente. On ne sait pas pourquoi, mais ce pouvoir ne change pas les ADN des êtres vivants. Ainsi, un autre mutant ne verra pas son pouvoir modifié.
    Une perturbation dure 1s maximum (il ne perturbe qu’un événement précis lorsque ce pouvoir se déclenche). Les conséquences de la perturbation, elles, durent ce qu'elles doivent durer. Par exemple, si les moteurs d'un avion se remettent à marcher, ils marcheront tant que rien ne les force à retomber en panne.

    En RP, je déciderai du moment où Charles déclenchera son pouvoir, mais je laisserai mon partenaire de jeu choisir l’effet de ce pouvoir, si Charles utilise son pouvoir sur lui. Je fais confiance à mes partenaires de jeu. En RP, je dirai que Charles ne contrôle pas l'effet de son pouvoir. Il peut aléatoirement améliorer ou empirer une situation.

  • Niveaux de maitrise :
    Charles ne contrôle aucun de ses pouvoirs.

    Probabilités nues
    Ce pouvoir est constamment actif. Charles peut le mettre en veille ou le réduire lorsqu'il dort ou lorsqu'il est dans un état qui empêcherait n'importe qui de réfléchir correctement (saoul, drogué...). Ce pouvoir ne « s’emballe » pas avec des drogues, il ne peut que « s’amoindrir » (s’il s’emballe, il commence à modifier les probabilités de ce qui l’entoure et il devient alors le second pouvoir)
    Percevoir les probabilités le fatigue et lui montre des scénarios parfois déplaisants. Quand le scénario le plus déplaisant a la probabilité la plus forte, Charles essaie de prendre du recul par rapport à ce qu'il pense mais il comme il se trompe rarement...

    Probabilités joueuses
    Ce pouvoir se déclenche aléatoirement et le plus souvent quand il éprouve une émotion forte. Heureusement, quand il est calme, ce pouvoir se déclenche très rarement. En mission, quand il est trop énervé, il lui arrive de fermer les yeux pour se calmer (et empêcher ce pouvoir de se déclencher). Il lui est déjà arrivé une fois en mission de se mettre le collier inhibiteur lui-même. Néanmoins, ce pouvoir se déclenche suffisamment rarement (et a des effets qui n'empirent pas toujours les choses...) pour que sa hiérarchie considère que Charles puisse se passer du collier dans les missions habituelles.

  • Lien entre les Pouvoirs :
    Son système nerveux perçoit les probabilités et dans les moments d'émotions plus ou moins fortes, il les influence.


Description Physique :


  • Apparence :
    Il est grand et mince (1m85, 77kg), une carcasse sur pattes toute en longueur et en muscles secs. Avec une blondeur pas beaucoup peignée. Et des yeux qui peuvent s'ouvrir tout grand, très bleus, très opales, mais qui se ferment souvent pour ne pas voir ce qui donne à penser. Il a la mâchoire marquée et ronde, le nez bien dessiné mais pas long. Son visage a des creux et des bosses, un visage expressif, avec une certaine douceur qui recouvre les angles. Comme si son visage refusait de laisser un souvenir coupant dans les yeux de ceux qui le regardent.

    Sa voix est grave pour quelqu'un d'aussi mince. Elle est rauque dans les harmoniques les plus basses, avec de minuscules grésillements quand il s'émeut. Sinon, sa voix monte peu dans les décibels, Charles n'aime pas perturber le fond sonore.

    Il se tient rarement droit. Il a des gestes lents et une posture désinvolte qui n'a que faire de la frénésie de New York. Une barbe d'un ou deux jours. Des vêtements souples, des chaussures aux semelles silencieuses.

  • Signes Particuliers :
    - Une minuscule cicatrice sous l’œil gauche qu'il s'est faite, enfant, en tombant sur un petit caillou très pointu. Une expérience bénigne mais indélébile.
    - Un coup de couteau a laissé un stigmate en forme de mille-pattes de 4cm, maigre et pâle au milieu de la paume gauche.
    - Récemment, en mission, une explosion a fait entrer un bout de métal pas loin de l'aine. En se penchant sur la table d'opération, le docteur a dit "les 5 cm de métal ne sont pas passés loin des couilles mais le service trois-pièces n'a rien". Charles a demandé "je pourrai encore faire des bébés?". Le docteur a répondu "vous pourrez faire autant de petits Davis que Madame Davis pourra en porter". Une dame seulement a remarqué la cicatrice de 5cm qui part de l'aine droite et qui descend verticalement sur la cuisse (c'était l'infirmière).


Caractère :


  • Mental :
    Il a eu une enfance assez paisible, malgré le divorce de ses parents. Plus tard, les aléas de l'existence ont noué une boule d'amertume au fond de son estomac. Il ne voit pas tout en noir. Plutôt en gris souris. En teintes non franches et un peu lasses. Jamais vraiment gai, rarement tout à fait triste.
    C'est une âme sensible qui a perdu ses illusions sur les gens. Il les voit tels qu'ils sont, avec beaucoup d'humanité et d'inhumanité tout à la fois, même ceux qui lui sont le plus chers. Ca lui a distordu la gentillesse. Il reste prévenant pour ceux qu'il aime, il montre le bout des crocs pour les autres.
    Charles a de l'acide sur le bout des lèvres. Il retient difficilement les mots insolents et les pensées aigres. C'est une rosse de mutant. Et une peste d'homme, même s’il s'est assagi avec le temps.

    Son don ne lui laisse aucun repos. Dès les premiers instants de son réveil, la machine organique qui lui sert de cerveau tourne à plein régime. On ne sait s'il cherche à échapper aux perceptions ou au contraire s’il est trop absorbé par ce qu'il perçoit. Son air, c'est celui de l'ailleurs, un funambule en équilibre sur la corde de la conscience au-dessus du puis du rêve.

    Il a longtemps caché qu'il avait des gènes un peu particuliers. Par confort. Par honte, aussi. Cette honte, il ne veut pas se l'avouer. Ces années de non-dits ont laissé comme un complexe. Il ne se sent pas à sa place entouré d'humains, il se méprise lui-même quand il se sent bien parmi les non-humains.
    Cela l'empêche de se sentir proche des X-Men.
    Il envie la violence des Confréristes et il la condamne tout à la fois. Il ne peut tolérer des horreurs comme Yggdrasil. Pourtant, s'il devait choisir entre humains et mutants, il choisirait mutants. Pour Charles, les humains qui chassent les mutants, ce sont d'innommables choses. Parce que les mutants, ce sont les 'comme lui', après tout.

    Il aime bouger. C'est aux sports qui mettent à mal sa résistance qu'il est le plus fidèle: course à pieds, natation... La fatigue est un bon euphorisant.
    Il aime l'alcool, parce que ça l'aide à perdre conscience sans devoir dormir. Mais il l'aime trop.
    Quand il le peut, il s'étourdit de musique. Souvent, avec des écouteurs dans les oreilles. Quand il le peut, dans des concerts.

    Il déteste qu'on le touche sans le prévenir. Qu'on crie à tue-tête, qu'on parle sans discontinuer, qu'on fasse de grands gestes.
    Il a peur des bébés qui demandent trop d'amour.


Histoire :


  • Talents Particuliers :
    - Comme tous les agents du BAM, il est entraîné. Au combat au corps à corps, il a un avantage certain. Son don lui permet de prévoir la plupart des coups, pas tous. Il peut tenir face à deux combattants de 'niveau olympique'.
    - Au tir de moyenne distance, il est moyen. Les armes de poing ne sont pas sa spécialité. Il fait du 8/10 à 10m et du  6/10 à 20m en position fixe.
    - Au tir de longue distance, il est bon. Il fait partie des snipers les plus demandés du BAM. Son don lui permet de tenir compte de tous les paramètres: vent, mouvements de foule...
    - Il aide parfois ses collègues de l'intervention en situations de crise, mais c'est rare. Il est capable d'utiliser un mandroide mais sans plus. Il est loin d'être à l'aise avec ces 'trucs'.
    - A l'analyse des données, il est exceptionnel. Son don, couplé à un diplôme en physique appliquée et à des systèmes informatiques d'analyse de données en font un analyste du BAM hors pair.
    - Il aime le sport d'endurance comme la course à pieds et la natation. Il s'entraîne presque tous les jours, par plaisir. Il n'a pas un niveau olympique pour autant.
    - Il fait d'excellents cocktails. Il connaît à peu près tous les alcools qu'on peut trouver dans les bars et les boites de New York.
    - Il a une bonne oreille musicale, même s'il ne joue d'aucun instrument. Il traîne pas mal dans les concerts et il reconnaît facilement les bons joueurs/chanteurs des moyens.
    - Il se débrouille bien en espagnol, avec un fort accent anglo-saxon.

  • Possessions :
    - Il a le salaire d'un agent du BAM qui est au BAM depuis sa création. Ce salaire est équivalent à un salaire d'un agent du FBI: bon mais pas mirobolant.
    - Il loue un appartement trois pièces, situé juste au-dessus d'une épicerie de Brooklyn. Bon état mais pas luisant neuf. Sommairement meublé, négligemment peint.
    - Pas de voiture.
    - Pendant ses heures de service, il porte son arme de poing et un collier inhibiteur de pouvoir.

  • Biographie :
    A 6 ans, à New York
    Charles ne ferme pas les yeux la nuit. L'enfant entend son père et sa mère crier trop fort dans le salon. Le chien se tait. Ses grands-parents l'ont déjà dit: une femme a besoin qu'on s'occupe d'elle, et  son père aime son métier bien plus qu'elle. Elle en a assez, Madame Davis. Assez des attentes interminables le soir. Des plats qui n'ont pas été mangés et qu'il faut réchauffer. Des grands lits froids pour elle seule quand elle va se coucher. Être épouse d'un inspecteur de police à la NYPD use les lambeaux d'amour de Madame Davis.

    A 7 ans, en Floride
    Le soleil réchauffe l'humeur de la mère. Cela lui fait grand bien et elle plus supportable. C'est ce que pense Charles en observant les autres enfants jouer au base-ball près de la mer. Charles, lui, est seul. Comme l'était souvent son père, même à la maison. Toujours dans le bureau, sa grande silhouette penchée sur on ne sait quoi, probablement un dossier, avec des écouteurs dans les oreilles. Comme s'il avait besoin de ne pas appartenir au monde. Charles observe les autres enfants. Il aimerait ne pas devenir comme son père et avoir des amis, mais ses amis sont restés à New York. Le soleil fait grand bien à sa mère. C'est une bonne chose qu'ils aient déménagé. C'est ce que pense Charles en observant les autres enfants jouer.

    A 9 ans, à New York
    Il pleut toujours un peu à New York. On ne sait pas pourquoi. Peut-être parce qu'il y fait toujours un peu gris béton. Mais Charles est heureux de ranger ses affaires dans la grande armoire bon marché que son père vient d'acheter pour lui. Charles n'a pas pu aimer la Floride. Les gens y étaient trop heureux. Ils avaient toujours des mots à dire fort et des gestes à exagérer. Aussi, il y avait peut-être trop de soleil. A New York, il pleut toujours un peu. Et c'est une bonne chose pour Charles.

    A 14 ans, à l'appartement
    Adriana est une menteuse dont les mensonges prennent trop de place. Dans la tête de Charles, il y a des labyrinthes d'images, de sons, d'odeurs, de textures qui parlent entre eux et à lui. Ils lui montrent qu'Adriana est une menteuse. Ou alors elle a peur, mais de quoi ? Ou alors, elle se moque. Ou alors, elle veut faire comme ses amies. Ou alors… Charles veut s’endormir. Dans sa tête, il voit qu’Adriana est une menteuse. Ce n'est pas une petite amie 'bien'.

    - Charles, tu dors?

    C'est le père qui vient d'ouvrir la porte de la chambre.

    - Non. Tu as une mauvaise nouvelle?

    Demande Charles en se retournant dans son lit pour regarder son père. La voix du père est inhabituellement rauque et il est rentré dans le silence.

    - Ah... Si on veut.
    - Tu n'es plus policier?
    - ...

    Le père s'assied sur le bord du lit.

    - Comment tu sais?

    Charles touche la veste de son père. La poche gauche.

    - Tu n'as plus ton insigne. Tu sens le cigare de ton chef. Tu rentres plus tôt. Et tu as la voix abîmée, depuis quelques jours, à force d'avoir beaucoup crié.

    A 15 ans, au supermarché
    - Prends une autre marque de lait, celle-là est un peu chère.

    Monsieur Davis regarde son fils qui est en train de devenir comme lui. Il soupire. Il aurait aimé qu'il ressemble à sa mère. Cette grande blonde, si jolie et si garce,  qui trouve toujours un moyen pour être désinvolte, pour voir le monde sans l'observer, pour ignorer tout ce que le monde crie.

    - Après, on passera dans le rayon des médicaments.

    Dit l'ancien inspecteur de police en poussant le caddy dans l'allée des produits laitiers.

    - Pour mes migraines?
    - Oui.
    - Et pour le reste?
    - Je ne pense pas qu'il existe des médicaments pour le reste.

    A 16 ans, dans un parking sous-terrain
    Il y a des voitures alignées comme des soldats qui brillent sous les lumières verdâtres accrochées au plafond en béton. Rien que de l’artificiel et de l’inerte. Quatre ados font tache. Deux maigres, deux gros. Charles tend la main, prend les quelques paquets de plastique blancs, ventrus par des pilules blanches. D’enfant solitaire, Charles est passé à jeune adulte menteur. Un animal de société, qui a compris comment la meute fonctionnait. C’est un vendeur de paradis artificiel qui ne craint pas un dieu qu’il n’a jamais vu.

    A 17 ans, à l’appartement
    La gifle tombe comme un éclair, une punition paternelle. La joue devient rouge et brûlante, un coup cuisant. Charles pose sa main sur sa joue maltraitée. Il a tourné la tête sous la force de la gifle. Et maintenant par pudeur, il la garde sur le côté, pour cacher qu’il est ébranlé, quand même un peu.

    - Et à qui tu vends ça, hein ?!
    - Mais qu’est-ce que ça peut bien te faire…
    - A qui tu vends ça ? !
    - Aux autres…

    A 20 ans, à la NYU
    L’amour fait des miracles. Ce qu’on n’aurait jamais réussi à faire pour soi, on arrive à le faire pour les autres. Monsieur Davis a mis de l’argent de côté. On ne sait pas trop comment, entre des petits boulots éphémères et un divorce qui ne s’est pas très bien passé… Mais le résultat est là : Charles peut aller à l’université de New York, étudier la physique appliquée. Les dommages collatéraux sont là aussi. La réserve de dollars fond comme neige au soleil et Charles travaille comme serveur dans un restaurant. C’est ce qu’il a dit à son père.

    A 22 ans, au cimetière du nord de New York
    Les gens grouillent autour de la tombe de Monsieur Davis comme des guêpes autour d’un pot de miel. Et comme elles, les gens bourdonnent. Ils murmurent, ils marmonnent. Anciens collègues de police, anciens amis jamais revus, anciens membres d’une famille qui n’a au fond jamais existé… Charles les regarde et les connaît tous un peu, son regard est rarement muet. Mais lui Charles, il n’a rien à leur dire. Il les voit, tous ceux-là avec leurs yeux mouillés et leurs voix émues. Il s’en va. Demain, Charles recevra son diplôme. Après demain, il s’engagera dans la NYPD. C’est peut-être un hommage que Monsieur Davis aurait aimé.

    A 23 ans, café des brumes de Brooklyn
    - Tu ressembles tellement à ton père…

    Dit le gros Willy en posant sa chope sur la table.

    - Physiquement, oui.

    Charles se passe une main dans ses cheveux. Les souvenirs des anciens collègues de son père le mettent mal à l’aise. Ils le confondent avec un homme intègre.

    - Oh, pas que physiquement.
    - Bah…

    Haussement d’épaules.

    - Non mais c’est bien. T’es aussi intelligent que ton paternel. Et aussi taiseux.
    - Ah…

    Depuis son arrivée à la NYPD, le gros Willy est le seul à ne pas parler de l’intégrité du père. Quelque part, Charles se sent rassuré. Il ne sait pas de quoi, mais il se sent redevable envers le gros Willy.

    - Tu feras un bon flic.
    - Merci.

    Une espèce de bredouillement.
    Finalement, il ferait peut-être un bon flic, lui aussi. Finalement, Charles aime bien le gros Willy.

    A 24 ans, dans un abattoir
    Les femmes ne devraient pas se promener seules le soir dans les abattoirs abandonnés. Avec ses longs bras tout doux et tout recouverts d'écailles, Mary ressemble à une créature des mers échouée sur le béton. Elle pleure, quelqu'un lui a abimé sa jambe droite qui saigne. Sa jambe gauche aussi. Une flaque rouge en dessous d'elle. Plein d'hommes autour d'elle. Avec des armes dans les mains et des cris qui leur tordent les bouches. Ils l'emmènent.

    - Et bien Davis, tu te spécialises en criminels mutants?
    - Pas vraiment.
    - Tu les cherches?
    - Pas vraiment.

    Un grand silence entre le chef Hodgson et son policier qui n'arrive pas à détacher ses yeux de la flaque rouge.

    - C'est le hasard. C'est pas pareil.

    A 26 ans, à la centrale de la NYPD
    - Désolé, Davis...
    - Juste pour ça?
    - On ne peut pas, tu comprends?
    - Non.
    - On ne peut pas te garder, avec le maire crevé.
    - Ce n'est pas moi qui l'ai crevé, ce sont les Confréristes.
    - Non, mais voilà quoi.
    - Voilà quoi?
    - Fais pas l'idiot. Voilà tes papiers pour ta mutation.
    - La fluviale?
    - On ne peut pas faire mieux... C'était ça ou te virer.
    - Parce que vous pensez que je suis mutant?
    - Parce que tu l'es.
    - Présomption...
    - Davis, à chaque fois qu'il se passe quelque chose de bizarre, tu es là.
    - C'est le hasard. C'est pas pareil.
    - On parie? Tu fais une prise de sang? On parie que t'es pas mutant?
    - On est bien payé, à la police fluviale?

    A 27 ans, devant la télé du poste de contrôle de la police fluviale
    Une table, quatre hommes accoudés sur elle, et beaucoup de café pas cher. Dans la boite de plastique, une journaliste peroxydée relate l'échec monumental et gouvernemental du Cube.

    - Tes anciens collègues se sont fait rétamer.
    - Bien fait.
    - Pour le coup, tu tiens avec les Confréristes?
    - Non, mais bien fait quand même.
    - T'es mutant, au fait?
    - J'ai une tête de mutant?
    - Une tête de gigolo, plutôt.
    - Et toi une tête de lard.

    Le café brûlant coule dans la gorge. Charles ferme les yeux pour ne plus voir les autres employés de la police fluviale. A travers ses paupières, il sent leurs doutes et leurs besoins de confort. C'est plus simple pour eux de penser qu'il n'est pas mutant. Alors malgré leurs doutes, ils sont heureux d'entendre Charles dire qu'il n'est pas mutant. Charles n'est pas mutant. Il se lève et se verse un verre de gin.

    - Vas-y doucement avec l'alcool.
    - Toujours.

    A 27 ans, à la centrale de la NYPD
    - Et l'insigne.
    - Merci.

    Il brille bien, cet insigne. Une griffe sur le côté. Charles le contemple en battant des paupières.

    - Il a appartenu à quelqu'un d'autre avant?
    - Oui... Mais il a démissionné. Pourquoi?
    - Il est abîmé.
    - Et ça vous ennuie?
    - Non. Il est juste abîmé. Vous êtes radin, hein.

    L'inspecteur de la NYPD glisse son insigne dans sa poche arrière, là où il le glissait toujours avant. Il reprend ses petites habitudes. L'insigne dans la poche arrière en est une. Charles marche dans le couloir dallé de la centrale. Ca lui plait d'entendre le bruit de ses semelles sur ces dalles-là.
    Rappelé par Patterson à la NYPD...
    Charles supervisait le contrôle d'un cargo quand on lui a annoncé la nouvelle par téléphone. Il était resté coi, sa voix bloquée au niveau de la glotte. Après quelques secondes, il avait répondu un "c'est une bonne idée" laconique. Et maintenant, les dalles de la centrale résonnent comme avant sous ses semelles.

    A 27 ans, devant un bout de plante morte...
    ... et deux corps immobiles. Un monstre, un humain transformé par Yggdrasil. Un homme à la peau bleue, un mutant endormi par Yggdrasil. Tous deux blessés. Charles crie et fait de grands gestes vers les secours. Ils l'ont vu. Ils vont arriver.
    L'agent du BAM se penche sur les victimes. Ca saigne beaucoup. Sans s'en rendre compte, la main de Charles s'est posée sur le bras meurtri du mutant bleu. Il appuie pour arrêter l'hémorragie. Ca ne changera pas grand chose... mais Charles ne peut empêcher ses tripes de s'inquiéter pour le mutant. Au fond, il a oublié l'humain.

    A 30 ans, dans la salle d'entraînement de la BAM
    La sueur a l'odeur des corps, le côté sel en plus fort, et quelques molécules d'hormones volatiles. Charles tend la main vers la jeune femme étendue sur le sol. Il tend la main, il détourne les yeux.

    - Et toi Charles, tu sais pourquoi on t'a demandé à la BAM?

    Demande la belle luisante en se relevant.

    - J'avais de l'expérience avec des mutants. Et j'étais dans l'équipe de Patterson juste avant la création de la BAM.

    Répond le blond en se concentrant sur un morceau de tapis abîmé qu'il caresse du bout du pied.

    - Tu fais très attention au matériel...
    - C'est pratique pour ne pas regarder le t-shirt collant de sueur de sa collègue.

    Charles tourne les talons. Ses tympans vibrent. Elle doit dire quelque chose, la belle luisante, mais il ne veut pas écouter. Demain, il a un nouveau dossier à inspecter. Un meurtre, il l'espère. Ce sera l'occasion de tester le nouveau système d'analyse de données. Un joli jouet informatique, il le veut.


Avatar : Devin Paisley
Personnage Marvel ? : Oui [] Non [X]
MultipleCompte? : Oui [] Non [X]
Pseudo : _
Votre Age : majeur et vacciné
Comment avez vous connu le Forum ? : Diablo

le mot magique est: [Vu par Jub]


Dernière édition par Charles Davis le Mar 24 Sep - 20:32, édité 53 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kurkaru
Élève à l'Institut Gamma
avatar

Messages : 1035
Date d'inscription : 01/04/2012
Age : 28

MessageSujet: Re: Charles Davis - PV BAM [Annulé]   Mar 17 Sep - 15:22

Bienvenue parmi nous ! Bon courage pour ta fiche.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Charles Davis - PV BAM [Annulé]   Mar 17 Sep - 21:57

Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Jubilation Lee
X-Men Alpha
avatar

Messages : 2056
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Charles Davis - PV BAM [Annulé]   Jeu 19 Sep - 11:07

Bonjour et bienvenue sur le forum !

Si tu as des questions pour ta fiche, n'hésite pas à me MP.
Préviens nous lorsque ta présentation sera terminée.

Bon courage !

Jub'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Charles Davis - PV BAM [Annulé]   Mar 24 Sep - 20:34

Merci merci.

Ma fiche est terminée.

EDIT:
Je retire ce personnage, excusez-moi ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Jubilation Lee
X-Men Alpha
avatar

Messages : 2056
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Charles Davis - PV BAM [Annulé]   Mar 24 Sep - 21:08

Je ne suis pas sur d'avoir compris :
Tu abandonnes ce personnage ?

Si oui, pouvons nous en connaitre la raison ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Charles Davis - PV BAM [Annulé]   Mar 24 Sep - 21:15

Bonsoir Jub'

Oui j'abandonne le personnage, le compte peut être supprimé.
Ce n'est pas dû au forum (je n'ai pas eu de problèmes avec les joueurs ni le staff)

J'ai envoyé un mp à Kurkaru pour le prévenir et m'excuser de lui avoir pris du temps pour son PV.
(Donc attendez peut-être qu'il ait lu le mp?)

Voilà voilà.
Revenir en haut Aller en bas
Jubilation Lee
X-Men Alpha
avatar

Messages : 2056
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Charles Davis - PV BAM [Annulé]   Mer 25 Sep - 6:44

Fiche déplacée dans les fiches refusées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Charles Davis - PV BAM [Annulé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Charles Davis - PV BAM [Annulé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Nocturne de l'ULB annulée
» Demande à Charles CHEVALIER - AD Rouen - x Anvéville & Cliponville
» TD annulé ou pas ?
» Charles Théophile FERET
» Charles Frémine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Avant de commencer... :: Le Bureau des Inscriptions :: Fiches refusées-
Sauter vers: