AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le clown de la paix ? {Morph}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Le clown de la paix ? {Morph}   Mar 12 Mar - 23:00

Samedi 28 Octobre – 05 : 41 P.M.
Elle s’était éclipsée plus tôt de l’après partie de Colosseum, sa troisième séance étant terminé, et des progrès notables ayant été fait, cependant, elle avait de nombreuses choses à penser à ce sujet. Déjà, elle n’était pas enseignante, non, et n’avait aucune compétence requise pour cela ; trop jeune, trop inexpérimentée, pas assez adulte on confiante malgré ce qu’elle montrait d’elle. Mais elle ne donnait pas réellement un cours ; c’était plus un TP, qui permettait de mettre en application les enseignements reçus dans d’autres cours, comme celui de self défense de Jubilee. Cela n’avait pas été enregistré par tous les participants dès la première séance, alors même que c’était marqué à l’inscription. Cependant, la véritable leçon, celle du travail d’équipe et de l’entraide, ne nécessitait aucune compétence particulière, sinon du cœur, et si elle avait promit de former des guerriers, elle formerait aussi des gens du cœur ; c’était l’une des élèves, et même la première des élèves, de Jubilation, ainsi, elle ne pouvait s’empêcher de partager ce qui lui avait été apprit. Mais Colosseum en lui-même, elle avait des doutes ; pas assez de temps, même s’ils pouvaient toujours refaire par la suite des scéances libres du Programme comme de n’importe quelle autre mission en Salle des Dangers, sans le moindre encadrant. Amy leur montrait une voie, qu’ils devaient suivre ou non, c’était à eux de décider. En trois séances, elle n’avait le temps pour rien d’autre.

C’était une fonceuse, c’était bien connue, et la Résultante l’était encore plus que jamais, Amaranth amplifiant pensées et émotions. Mais du fait, elle pouvait faire mal les choses, et ne pouvait essayer de s’empêcher de les rattraper, surtout socialement parlant. Elle était naturellement timide, bien qu’elle se montrait, justement dans le but de combattre cela, extravertie, et elle ne pouvait essayer de s’entendre avec tout le monde. C’était très gamin, mais cela provenait de sa peur d’être abandonnée, c’était incontestable.

Elle avait plus ou moins réussit à sympathiser avec des Cas, au tout début Caitlyn, bien qu’elle défendait ouvertement le fait que les autres classaient sa sœur de cœur puis sa petite copine dans cette catégorie, puis des un peu plus spéciaux, genre Oméga Red. A deux-trois exceptions prêt, elle avait réussit à s’entendre avec tout le monde. Hors, l’une de ses exceptions se nommait Kevin Sydney, alias Morph ; un autre X-Men, ni flippant ni camé, juste incroyablement maladroit, et surtout, d’un humour douteux. Elle s’était excusée d’avoir voulut l’étriper, mais ce n’était pas à son sens suffisant, même si elle n’en supporterait pas plus qu’il touche à Caitlyn, surtout s’il faisait, volontairement ou non, mal, comme lors de leur première rencontre.

S’il n’y avait pas de vacances pour les surveillants de l’Institut, elle avait posé des congés, encore, pour pouvoir profiter d’Halloween et de quelques jours de plus, histoire de régler des affaires personnelles, dont l’une d’elle concernait les Entités, elle ne voulait pas laisser la situation s’envenimer du point de vu de Sydney. Faire connaissance réellement sans perdre le contrôle et devenir une Berserker, c’était cela son objectif. Et elle avait un peu moins de vingt minutes pour le faire, après quoi elle devrait passer par le labo pour de nouveaux tests sur ses pouvoirs. Le dernier revirement était aussi inattendue que positif, et pas uniquement parce qu’elle pouvait changer de couleur de cheveux à l’envie.

Amaranth marchait dans les couloirs, sa chevelure à tombant sur ses épaules en un mélange d’auburn et de blond vénitien, vêtue d’une chemise noire et d’un jean, et détail qui ne changeait pas, de ses éternelles baskets. Elle avait prit le temps de se changer et de se doucher, comme toujours, après sa séance en SdD, puis s’était mise à pister sa cible dans l’Institut. Depuis qu’elle avait réussit à s’accoutumer à ses sens améliorés, elle en faisait bien plus l’usage, et retrouver des gens par l’odeur ou la voix était presque plus courant que par la vue, désormais. Il y avait cependant un problème dans le cas présent : Morph n’avait aucune odeur. Heureusement pour l’italienne qu’il n’usait pas de sa polymorphie pour changer sa voix, sans quoi elle n’aurait jamais réellement put le trouver.

Enfin, intellectuellement, elle savait par où commencer ses recherches. Kevin Sydney n’était pas du genre à rester assit derrière un bureau, tant et si bien que pour les périodes d’inscriptions, l’Institut avait été obligé de recruter une ancienne élève (plus ancienne qu’un certain nombre de membres du personnel d’ailleurs) pour l’aider, elle qui faisait ses armes à la Vie Scolaire. Mais il était un X-Men, plus expérimenté même si moins actif en mission qu’elle-même, chose qu’elle attribuait à ses capacités améliorés et sa quête de prouver sa valeur aux yeux des autres après ce qu’elle avait dit durant la passation de son aimée. Elle était cohérente, l’italienne, et agresser Morph ou agresser la totalité des X-Men, si l’on touchait à sa Cati, c’était du déjà fait. Forcément qu’elle devait prouver sa valeur, après, pour remonter un minimum dans l’estime du groupe. Mais elle n’était pas là pour prouver sa valeur, ou trouver celle de Morph, mais bien pour recommencer du bon pied, s’il l’acceptait – chose dont elle ne doutait pas.

Hors donc, pour en revenir à la trame principale, elle se dirigeait vers le dortoir des garçons, dont le Polymorphe de haut niveau c’était fait régent. Enfin, façon de parler ; il était aussi d’une certaine notoriété qu’il encourageait l’humour de certains jeunes là où ils auraient dût être puni. Mais cela ne la concernait pas, malgré qu’elle fut et Italienne et Berserker, et qu’elle soit réputer pour ses coups de sang désormais, elle n’était pas quelqu’un de méchant, ni même de colérique. Il fallait juste éviter les points sensibles et son self contrôle était supérieure à celui de son aimée ; d’ailleurs, son aimée connaissait tous les points sensibles pour lui faire perdre son self contrôle, et des meilleures manières qui soient.

Mais elle s’égarait encore.

Arrivée de son pas rapide aux dortoirs des garçons, Amaranth consulta son téléphone, encore une fois ; malgré qu’elle agisse cinq fois plus vite, il y avait des fois où le temps lui manquait.

- Morph, t’es par là ?

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le clown de la paix ? {Morph}   Ven 15 Mar - 17:13

Aujourd'hui, ce fut une journée somme tout normal pour notre Morph institutionnel. Réveil de bonne humeur, comme souvent, petit déjeuné copieux là encore comme souvent. Pour ce qui est du reste de sa journée, rien de bien emballant a faire. Pas de sortit en missions, par vague au seins de l’institut, pas de réunion d'urgence. En gros rien qui sort de l'ordinaire quoi. Juste de la paperasse, de la paperasse, et encore de la paperasse. Je vous l'ai dit, une journée tout ce qu'il y a de plus banal et peut être même pire. Mais là, on y est pas encore, et rien n'est moins sûr. C'est dans des journées comme celle la, qu'il se dit qu'en fait la différence entre les mutants et les humais est mince. Il leurs arrivent a tout les deux d'avoir des journées ennuyeuses a l'un comme a l'autre. Mais ça les humains ne doivent pas se l'imaginer. Ils pensent s'en doute que les mutants sont occupé a préparer de mauvais coup a longueur de journée. Moi je vous le dit, il ferait mieux de passer une journée a l'institut, et il verrait que les mutants occupe leurs journées de la même manière qu'eux. Et je pense que ça réglerait beaucoup de problème. Mais bon on s'égare un peu là.

Donc comme tout les soirs ou presque, Morph fit le tour du dortoir des garçons. Entre ceux qui mettaient en application les cours de maitrises de leurs pouvoir les uns sur les autres, ceux qui trainait devant le dortoir des filles histoires de les dragués, Morph avait du boulot. Et il ne parle pas des sérieux qui rentraient directement dans leurs chambre sagement pour faire leurs devoirs. Non, ceux la, ne l'intéresse pas du tout, avec eux, il a rien a faire et ça l'ennui. Lui ce qu'il aime avant tout, c'est chahuter avec les élèves ou casser les coups de ce qui pensaient avoir leurs chances avec les filles. Il était proche des élèves et aimait a croire qu'il ai une certaine côte auprès d'eux. Sûrement le passage de l'adolescence a l'âge adulte qui est dur a accepter pour lui. Il sait être sérieux quand le moment l'exige, mais en dehors de ça, il préfère s'amuser. Ça l'aide a croire que le temps ne passe pas et que la vie sera encore longue. Que voulez a chacun sa fontaine de jouvence.

Et donc ce soir, c'était partit de football américain dans le couloir. Bien évidement ce ne fut pas une partit ordinaire. Avec des mutants au pouvoir varié comme joueur vous imaginez bien l'ambiance. Entre un qui pouvait se dématérialiser, un autre qui se déplacer a une vitesse folle, ou encore un qui a une force colossale, rendez vous compte de l'ambiance. Morph dans sa tenue de footballeur américain de l'équipe des Giants de New York bleu quand a lui usait aussi de son pouvoir tant bien que mal, malgré qu'il soit un peu désavantager par rapport a certain. Mais il a pour lui sa malignité, vous en faites pas. Avec une imagination comme la sienne et son pouvoir, ça faisait un drôle de cocktail. Il grandissait ses membres pour pouvoir intercepter le ballon, il transformait une partit de son corps en vapeur pour éviter de se faire plaquer et tout plein d'astuce dans ce genre.

Mais aujourd'hui, la partit allait être écourtait pour le grand malheur de Morph et de son équipe qui menait au score par 21 à 13. Pour une fois qu'il était en train de gagner, il fallut un coup du sort qui gâcha tout. Sa morne journée aurait put être sauvé par cette victoire mais le destin en décida autrement. Ou plutôt, c'est Amy qui en décida autrement. Alors en plus de sa déception de ne pas pouvoir finir son match, il fallut que ça soit elle qui soit en cause. Il n'avait rien a lui reprocher en règles générale mais il avait encore en tête leur petit incartade qui avait eu lieu dans la salle des dangers. Bien sûr après coup, il avait passé l'éponge sur cette affaire, puisqu'il en était un peu responsable, mais il avait quand même encore besoin de l'éviter pour oublier au maximum cette histoire. Mais bon, puisque c'est elle qui vient a sa rencontre, il ne peux décemment pas l’ignorer. Sait on jamais, peut être es ce important. Avec un peu de chance elle allait animé sa journée en lui annonçant une mission d'urgence. Mais entre, je n'y croit pas une seconde. N'oubliez pas que chaque X-men est équipé d'un émetteur/récepteur pour communiquer. Et si mission il y avait c'est par ce biais qu'il en serait informé. Mais que voulez vous, l'espoir fait vivre alors le lui gâchons pas ça et laissons le croire un instant.

Il arrêta donc la partit et demanda aux élèves de rester tranquille tant qu'Amy était là. Il ne connaissait pas encore la nature de l'intervention d'Amy et voulait écouter attentivement ce qu'elle avait a lui dire. Il se métamorphosa son casque pour faire apparaître sa tête afin de mieux l'entendre. En plus, il est mal poli de garder quelque chose sur la tête en présence d'une dame. Bon ok, c'est pas encore tout a fait une dame, mais ça reste une personne de la gente féminine quand même. Après ça, il se retourna vers elle et partit a sa rencontre.

- Je suis là Amy. Mais je te préviens tout de suite, c'est pas moi, j'ai rien fait cette fois.

Dit il avec son large sourire habituel qui sert a dédramatiser les situation grave. Ou qui est censé le faire en tout cas. Parce qu'en fait ça marche pas toujours. Mais bon a cela il fallait ajouter une entrée en matière au quart de tour. Il se doutait bien qu'elle n'était pas venue pour l'engueuler pour une bêtise qu'il avait commis et l'espérait même puisqu'il n'avait rien fait de mal depuis leurs dernière rencontre. Vous comprenez chat échaudé craint l'eau froide. Cette histoire l'avait un peu refroidit et il essayait un peu de se faire oublier. Mais n'oublions pas qu'elle n'avait encore rien dit alors écoutons quand même ce qu'elle voulait.

- Non sans rire, je peux faire quelque chose pour toi ?

Voilà un ton qui était un peu plus sérieux et qui lui montrait qu'il était tout ouïe. D'ailleurs il ne le montra pas bien sûr, mais il avait hâte qu'elle en finisse pour qu'il puisse peut être reprendre son Match. Pour une fois qu'il gagnait, il ne voulait pas rater une occasion d'inscrire son nom au palmarès du championnat des couloirs.
Revenir en haut Aller en bas
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Le clown de la paix ? {Morph}   Dim 17 Mar - 18:08

Règlement, définition : prescription qui détermine ce que l’on doit faire. Prescription : ensemble de règles et de conseils formalisé par écrit règlementant officiellement une activité. Règles : Ce n’était pas un instrument de bois, de métal ou de plastique qui servait à guidé la main quand on voulait tracer des lignes droites, bien qu’Amy aurait été tentée, pour le coup, de lui exploser les doigts avec, comme on faisait aux enfants selon les bonnes vieilles méthodes !

Règlement de l’Institution Charles Xavier, Section Respect de l’autre et du matériel, second point : L'institut est un lieu commun à tous, merci de bien vouloir en tenir compte : évitez de pratiquer des activités pouvait générer une gêne pour les autres occupants.

Ce n’était pas compliqué jusque là, non ? Tout le monde arrivait à suivre non ? Non, pas Kevin Sydney. L’italienne commençait à comprendre pourquoi le sous-type de geek enfantin et bordélique se nommait « Kevin ».

Elle les entendit de loin, et sut immédiatement quel genre d’activité ils pratiquaient : le genre qui se faisait en extérieur pour des raisons précises – espace, éviter de détruire le mobilier, nécessite de marquage au sol, éviter des blessures légères idiotes, entre autre… - et qui n’étaient pas autorisé dans les bâtiments. En fait, c’était pas qu’il encourageait certains élèves à faire des conneries, c’était qu’il montrait l’exemple, le Kevin !

Grimpant les marches du dortoir pour arriver à l’étage où ils se trouvaient, elle les interrompit en pleine partie de football américain ; quelque chose de calme, de reposant et surtout qui ne risquait pas de faire du dégât… Puis, ce n’était pas comme s’ils utilisaient leurs pouvoirs ce faisant, trichant tous pour essayer de combler le peu d’espace offert par le couloir. Heureusement que Morph se limitait au dortoir des mecs, même si d’un autre côté, s’il c’était amusé à cela chez les filles, il aurait fini par se prendre pour Pikachu après avoir énervé l’une des Cuckoos par le bruit. Héhé, le sang de Frost, quelque chose de magnifique.

Amarnath ne retint pas un soupire en arrivant, alors même que, vêtu d’une tenue de l’équipe de Giants de New York, qu’Amy ne reconnaissait que parce que c’était marqué dessus et que la mémoire de Frost l’aidait un peu (beaucoup) concernant les trucs américain, Morph fit cesser la partie et demanda de se tenir tranquille ; quelle bonne idée, dommage qu’il faille un chat pour que les souris arrêtent de danser. Enfin, deux chats : elle et Garfield.

Un magnifique soupir, discret et surement involontaire, pour lui signifier la bienvenu, sans parler des regards de ses jeunes dont elle avait autrefois fait parti, pour le meilleur et pour le pire (on ne drague pas l’italienne qui cohabite avec Fuzzy, règle de survie de base, même avant qu’elles ne soient ensemble), et dont elle était isolée par une maturité trop vite arrivée. Bon, première conclusion : elle emmerdait tout le monde ; ok, ils étaient d’accord sur ce point.

Le casque de Sydney se fondit dans son crane dans une démonstration de métamorphisme dont elle-même était parfaitement incapable, puis l’être en entier se tourna vers elle, lui assénant une salutation alors même qu’il venait également à sa rencontre : il n’avait rien fait, cette fois ; humour, laissant sous-entendre qu’il avait déjà fait beaucoup d’autres conneries. Répondre à l’humour par l’humour, prendre la bête dans le sens du poil : Amaranth leva les mains en un geste d’excuse, secouant légèrement la tête à la négative, jouant le rôle parfaitement.

- J’ai rien vu, rien entendu.

Double sens pour lui signaler que sa partie de sport était contraire au règlement qu’il était chargé de faire respecter ? Il n’irait pas chercher aussi loin. Non, c’était juste un trait d’humour innocent, et le sourire de l’italienne vint en témoigner à la barre.

Elle s’arrêta face à lui, à part du groupe d’élève et suffisamment loin pour que leurs dix centimètres d’écarts ne la force pas à lever la tête et lui à la baisser ; pas trop de proximité non plus, il ne fallait pas exagérer.

- Non sans rire, je peux faire quelque chose pour toi ?

Croisant les bras et pinçant l’un des coins des lèvres, Amaranth émit un petit bruit d’inspiration, avant de lever les sourcils puis de le regarder. Pas un mot, elle pencha la tête sur le côté pour regarder un instant les disciples de l’X-Man puis retourna ses yeux vers lui.

- Je pense que je dérange, là. Je ferais peut-être mieux de repasser, déclara-t-elle avec une gène volontairement mal dissimulée.

Elle n’aimait pas s’imposer, même lorsque les autres faisait des conneries, et dans son enfance, elle avait plus été la délateuse qu’autre chose. Mais c’était loin, peut-être pas en années écoulées, mais en années physiques comme mentales.

Le regarda le visage de Kevin ; lui aussi n’avait qu’une hâte, c’était retourner jouer. Il n’en montrait rien, non, justement. L’absence d’une chose est parfois l’indice qu’on la cache. Crispations autours des yeux, au niveau du cou et surement du torse aussi : il se retenait de tourner quoi que ce soi de son corps vers ce qui accaparait ses pensées. Il l’écoutait et l’écouterait, mais plus par politesse que par réelle envie; il n’y avait aucune rancune de visible, mais pas non-plus de joie de la voir. Elle était là, il faisait avec. Mais cela ne signifiait pas non-plus qu’il la congédierait pour s’en retourner au plus vite à son match. Ce n’était pas une question de politesse, dans son cas, juste de caractère.

Elle parvenait à déduire tout cela de son apparence, car bien que cette dernière puisse être faussée par ses capacités, Morph était assez naturel pour que son physique le trahisse, comme tout le monde. Et Nephilim était suffisamment douée pour lire ces signes qui échappaient aux autres. C’était son job, et son véritable don.

Et c’était grâce à cela qu’avant même qu’il eut donné sa réponse oralement, elle la connut.

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le clown de la paix ? {Morph}   Mar 19 Mar - 18:33

Alors là, pour le coup Morph n'y compris plus rien a son histoire. Amy était venue le chercher ici, et une fois qu'elle l'avait trouvé, elle déclara finalement ne pas vouloir le déranger. Pourquoi s'être donner la peine de le chercher dans tout l'institut dans ce cas ? Lui avait il montrait qu'il était trop occupé pour s'intéresser a ce qu'elle avait à lui dire ? Pourtant il n'était qu'en pleine partie de football américain, pas entrain de réaliser une opération chirurgicale de grande importance. Les élèves n'allait pas tout casser a cause de ça quand même, fallait pas qu'elle s'inquiète. De plus une petite pause ne leurs ferait pas de mal vue l'intensité du match. Ou alors c'est qu'elle avait peur que cette histoire de match dans les couloirs ne lui retombe dessus un jour ou l'autre? Mais là encore, il ne fallait pas y craindre, parce que Morph est certes un grand gamin, mais il a toujours assumé ses bêtises et n'a jamais rejeté sur le dos des autres les conséquences de ses actes. Cela dit vue le mal entendu qu'il y avait eu entre eux lors de leur dernière rencontre, il voulue éclaircir tout de suite la situation. Il avait appris qu'avec elle, il valait mieux éteindre le feu avant même qu'il y ai une étincelle.

- Je te donne l'impression de déranger là ? Excuse moi dans ce cas, ce n'est pas l'impression que je voulais te donner. De toute façon si tu repasse plus tard, tu risque de me retrouver dans la même situation. Donc maintenant ou plus tard, ça changera pas grand chose. Alors s'il te plait, t'inquiète pas pour ça, vue la pâté que je leurs met aujourd'hui, un peu de repos ne leurs fera pas de mal va. Puis franchement si j'avais pas voulu écouter ce que tu as à me dire, tu crois que tu m'aurais trouvé dans ce lot d'élèves ? Sans me vanter, ni te sous estimer d'ailleurs, je croit que tu n'y serais pas parvenu de si tôt.


Un large sourire vint traduire son sentiment de victoire. Victoire sur le fait qu'il ne lui avait pas laisser le choix que de croire en sa bonne foi. Il aurait bien sûr préféré qu'elle intervienne a un autre moment, mais maintenant qu'elle était là, il allait l'écouter quand même. En plus la partit était interrompu de toute façon, alors autant que ça soit pour quelque chose de concret. C'est donc tout naturellement qu'ensuite, il s'approcha d'elle, la pris par le bras et l'emmena a l'écart des oreilles indiscrètes, un peu plus loin dans le couloir. Une fois a bonne distance, il se remis face a elle et continua.

- Bon allez, je suis prêt a t'écouter comme il faut cette fois. Tu vois que tu me dérange pas. Enfin si d'accords un petit peu, mais c'est pas grave. Ma famille passe avant tout le reste, et puisque les X-men, nous formons une grande famille en quelque sorte, tu passes donc avant mes propres occupations.

Tout ça il le pensait du fond du cœur bien entendu. Il espérait juste qu'elle n'allait pas penser qu'il tentait de noyer le poisson, ou qu'il se foutait de sa tête même. Il cherchait juste a la mettre dans de bonne condition pour qu'elle dise tranquillement ce qu'elle lui voulait. Il savait qu'entre eux, il y avait une gêne qui s'était installé depuis la dernière fois, mais malgré tout il ne voulait pas qu'à la longue ça empoisonne leur relation pour autant. Si elle avait quelque chose a dire, il ne voulait pas qu'elle croit que ça n'a pas d'importance à ses yeux. Comme il venait de le dire, il était toujours a l'écoute de sa famille et elle l'était bien malgré elle à ses yeux.

- Donc maintenant que je me suis justifié, excusé, et que j'ai montré ma bonne foi, es-ce que je vais avoir le plaisir d'entendre ce que tu as à me dire ? Parce que je t'avoue que si c'est une stratégie de ta part pour que j'ai très envie de t'écouter, je te le dit, ça a très bien marché. Je suis plus qu'impatient maintenant.

Là encore il était franc. Plus elle le faisait languir, plus il s'imaginait que c'était important. Et vous connaissait bien son imagination, elle est plus que débordante quand elle se met en marche. Mais a mon avis, il pourrait bien s'imaginer tout ce qu'il voudra, il n'arrivera jamais a trouver ce qu'elle lui veux vraiment. Tout simplement parce qu'il ne la connait pas assez pour arriver a lire dans ses pensées. Qui sait peut être que c'est ce qu'elle était venu faire, apprendre a mieux connaître le X-men trublion. Ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Le clown de la paix ? {Morph}   Sam 23 Mar - 0:39

Il était perdu, de la surprise passant sur ses traits ; Amy aurait presque put trouver cela drôle, et s’il y avait un télépathe dans le tas de ses élèves, il ne pouvait nullement aider Morph, les pensées de l’italienne allant trop vite pour lui. Surprise, interrogation, réflexion ; il se demandait pourquoi elle faisait cela, surement. Pour jouer ? Elle aurait en effet put jouer un rôle simplement pour le plaisir de faire tourner Kevin en bourrique, mais elle n’était pas rancunière, et ce n’était pas son genre de mentir pour s’amuser. Elle avait déjà assez de masques à cause de ses peurs pour en rajouter d’autres facultatifs. Pour le manipuler ? Pas son genre non plus. Pour le tester ? Peut-être un peu plus, déjà ; là, c’était possible. Elle savait qu’il n’allait pas la congédier, mais ce qu’il ferait et comment il réagissait face à sa question était très instructif.

Non, en vérité, elle avait vraiment peur de gêner, et ne voulait pas s’éterniser dans un tel cas. Tant de force de volonté apparente, pour finalement beaucoup de doute en coulisses.

- Je te donne l'impression de déranger là ? Excuse moi dans ce cas, ce n'est pas l'impression que je voulais te donner. De toute façon si tu repasse plus tard, tu risque de me retrouver dans la même situation. Donc maintenant ou plus tard, ça changera pas grand chose. Alors s'il te plait, t'inquiète pas pour ça, vue la pâtée que je leurs met aujourd'hui, un peu de repos ne leurs fera pas de mal va. Puis franchement si j'avais pas voulu écouter ce que tu as à me dire, tu crois que tu m'aurais trouvé dans ce lot d'élèves ? Sans me vanter, ni te sous estimer d'ailleurs, je crois que tu n'y serais pas parvenu de si tôt.

Que de confiance en lui ; il n’avait pas d’odeur, et l’absence de quelque chose est toute aussi indicative dans ce cas là que s’il avait eut ne odeur spécifique. Morph sous-estimait les sens d’Amaranth, à moins qu’il ne soit capable de synthétiser une odeur, chose dont elle ne savait rien. Il sous-estimait sa mémoire, aussi, car elle pouvait à partir de son simple visage reconnaitre n’importe quel X-Men, Elève ou Résident de l’Institut dont elle avait lut le dossier, et les ayant tous lut, elle aurait très vite vu qu’un élève n’existait pas, à moins bien sur qu’il usurpe l’identité d’un élève existant. Somme tout, entre odeur et véritable apparence, il avait peu de chance de ne pas être trouvé, du point de vue de l’italienne. Mais sans doute le sous-estimait-elle également.

Dans tous les cas, elle ne s’inquiétait pas, ou plutôt plus, c’était si ploiement demandé, et avec un sourire content. Légèrement méprisant, mais content.

Prenant l’initiative de la suite, Kevin la prit par le bras, Nephilim se laissant faire sans rien dire alors qu’il les éloignait de ses élèves, avant de se remettre face à elle. Elle le regarda tout simplement avec un petit sourire toujours empli de malaise.

Morph était prêt à l’écouter et le fit savoir, lui assurant qu’elle ne le dérangeait pas, même s’il se rectifia sur le fait qu’en fait si, un peu, mais qu’il lui pardonnait. Sa famille passait avant tout le reste, et les X-Men étaient une grande famille à ces yeux, donc il l’écoutait avec attention. Vérité, cela faisait plaisir à entendre, même si cela fit baisser les yeux à Amaranth ; les X-Men, une grande famille… pour l’opinion qu’elle en avait et qu’ils avaient d’elle.

Un peu de peur, sans doute croyait-il avoir fait une maladresse ; c’était compliqué. Il en avait effectivement faite une sans en faire une, touchant à deux sujets sensibles, famille et X-Men. Elle n’avait jamais eut de véritable famille avant Caitlyn, et n’était pas encline à partager cela, l’orpheline qu’elle était ne considérant pas l’Institut et ses membres comme une famille, tandis que les X-Men, elle faisait suffisamment d’effort pour paraitre à la hauteur et espérer qu’on la considère comme tel, qu’on l’accepte comme tel, qu’elle ne considérait pas les honneurs revenant à ses pairs comme siens.

- Donc maintenant que je me suis justifié, excusé, et que j'ai montré ma bonne foi, est-ce que je vais avoir le plaisir d'entendre ce que tu as à me dire ? Parce que je t'avoue que si c'est une stratégie de ta part pour que j'ai très envie de t'écouter, je te le dit, ça a très bien marché. Je suis plus qu'impatient maintenant.

Nouveau sourire et petit rire muet ; il s’excitait vraiment tout seul, entretenant sa propre gaieté sans même y prêter attention. Le truc, c’était qu’il essayait qu’elle soit communicative, cette gaieté.

- Ey, calme ; c’est moi qui suis sensée être hyperactive, pas toi, répliqua-t-elle avec un air faussement accusateur et le même sourire aux lèvres, levant les mains en un geste pour freiner. Et oui, c’était une italienne, elle parlait avec tout le corps, pas que la bouche. Déjà, merci, tant de m’écouter que de nous avoir isolés. Je sais pas vraiment comment me placer par rapport aux élèves ; y’a un mois et demi, j’avais leur âge et j’étais comme eux, j’étais même le genre qu’ils pouvaient s’amuser à siffler dans les couloirs pour faire rougir gratuitement… Maintenant, c’est plus compliqué. X-Woman et surtout plus vieille, ils me considèrent plus comme avant. Mais bon, je suis pas là pour parler de ça ! Je suis venue m’excuser, en fait ; m’excuser pour l’autre fois. Je… je supporte vraiment pas qu’on touche à Cait’, et t’as tapé là où cela faisait mal à chaque fois. T’as pas voulut mal faire, je te crois, mais, je pense que tu le sais, dès qu’on touche à Caitlyn…

Elle détourna une fois de plus le regard, frottant son bras gauche dans un tic qui n’avait jamais disparut à l’inverse de la cicatrice qui s’y était trouvée. L’italienne était bien plus calme, bien plus lente tant dans les gestes que dans les mots, et perdue tant dans le regard que dans les pensées.

- Voilà quoi. Je me suis mit une bonne partie des X-Men à dos à cause d’un coup de gueule dans le genre, à la passation de Fuzzy, mais j’aime pas rester fâchée avec les gens, surtout quant je les connais pas.

Sa voix mourut, une nouvelle fois, puis comme si elle était arrivée à la fin d’un raisonnement quelconque, elle reprit vie, redevenant active des gestes, de la voix et surtout du regard, ce dernier recommençant ses mouvements rapides et réguliers.

- Bref, je suis venue m’excuser et essayer de tout reprendre à zéro, dans des conditions plus « normales », même si la norme à l’Institut est plus large que partout ailleurs.

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le clown de la paix ? {Morph}   Lun 25 Mar - 18:09

Morph était fière parce que, pour une fois sa bonne humeur fut communicative. Et pas avec n'importe qui s'il vous plait. Avec Amy elle même. Attention je ne dit pas qu'elle est toujours de mauvaise humeur, je dit juste que face a lui, c'est plutôt rare. Vous comprenez maintenant sa fierté à notre trublion. En effet, ça faisait deux fois qu'elle commençait ses tirades par un trait d'humour. Et deux fois en même pas cinq minutes c'est quand même pas mal.

Mais revenons a la suite de son discours qui s'annonce des plus intéressant. Elle commençait par des remerciement suite au comportement de Morph qui prit l'initiative de les mettre a l'écart. Chose qu'il accepta d'un signe de tête vers le bas. Pas la peine de rajouter de mots pour ça, sinon elle n'allait jamais pouvoir arriver a dire ce qu'elle voulait. Mais en faites, a peine les remerciement finit qu'elle trouva utile de les justifier et s’égara quelque peu. Ce qui donna par contre envie a Morph de rebondir sur le sujet, parce qu'il avait peut être une solution pour elle. Mais il s'en abstint pour le moment parce qu'elle précisa que ce n'était pas le sujet. Il aurait le temps d'y revenir plus tard de toute façon. Bref, elle était venue là pour s'excuser de son comportement de la dernière fois. Et la encore elle se justifia. Sincèrement Morph n'avait pas besoin de ses explication, il avait très bien compris l'erreur qu'il avait commise et se promis de retenir la leçons. Cela dit, les excuses lui firent plaisir et lui prouvèrent qu'elle n'était pas une fille bornée. Il attendit donc qu'elle finisse entièrement de parler pour s'exprimer a son tour.

- J'accepte tes excuses avec plaisir, même si quand on y regarde de plus près, mais avec du recul quand même, tu n'as pas été la seule à être en tord. J'ai ma part de responsabilité aussi. J'aurais pas du réagir comme ça avec toi. Mais honnêtement je sais pas ce qui m'a pris. Je ne suis pas comme ça d'habitude. Des blagues j'en ai fait des milliers, et c'est pas la première fois que je me fait prendre. Mais c'est la première fois que je réagis de cette façon. Tu as du employer des arguments qui m'ont tout comme à toi, touché au plus au point. Mais même malgré ça, c'est moi qui ai commencé, j'aurais du faire profil bas tout de suite au lieu de renchérir encore et encore.

Morph pour la première fois, semblait tout penaud devant Amy. Le fait qu'elle s'excuse d'elle même, le mis mal a l'aise par ce que si il n'avait pas joué aux imbéciles, elle n'aurait pas eu besoin de se rabaisser devant lui par la suite. Et que pouvait il franchement faire d'autre que d'accepter de repartir de zéro avec elle ? Après une telle prise d’initiative de sa part, il ne pouvait qu'effacer l'ardoise où était inscrit tout les préjugé qu'il avait d'elle.

- Y a pas de problèmes, on repart de zéro. Je vais oublié tout ce que je crois savoir de toi et je vais remplacer chaque éléments erroné par des choses qui ne sont que vrai. Par contre, je sais pas si moi je suis en droit de te demander une faveur vue ce que tu as déjà fait pour moi, mais j'aimerais que toi de ton coté tu oublies ce qu'il y a sur mon dossier pour me juger sur pièce uniquement. Tu verras je suis pas le mauvais bougre que tu crois.

Bon maintenant on peu dire que le score est a égalité non ? Ils s'étaient excusé tout les deux, ils avaient montré tout les deux leurs volonté de remettre les pendules a l'heure et de repartir sur des bases saine. Donc Morph pouvait repartir sur un sujet qui était plus neutre. Ou un peu plus que celui là en tout cas puisque ça la concernait elle quand même.

- Et tu sais pour ce qui est de ton coup de sang contre les X-men, je peux te dire que tu n'as pas grand chose a te reprocher. Vues les fortes têtes qu'il y a parmi nous, y en pas beaucoup qui n'ont jamais agit pareil. On a tous nos problèmes en tant que mutant qui sont assez difficile a gérer, alors je peux te promettre qu'aucun n'a de rancune envers toi parce que tu as craqué sous la pression. Imagine si on rejetait tout les mutants difficile a gérer, on serait pas beaucoup a l'institut.

Et la petit éclat de rire de la part de Morph. Il trouvait sa remarque drôle et en même temps plus que vrai. En tout cas il espérait qu'Amy la trouverait tout aussi drôle, ça lui enlèverait peut être un peu de regret par rapport a son geste. Et en cadeau bonus, il voulait réagir par rapport a sa position d'ancien élève de l'institut. Lui s'était plutôt bien adapté, il avait peut être de bon conseil a lui donner.

- quand a ton nouveau statut, si je peux me permettre, je pense que tu te prends trop la tête. N'oublie pas que tu as été élèves et rappel toi comment tu aimais qu'on te prenne.Et fait pareil a ton tour. Tu sais moi j'avais besoin d'avoir une relation de complicité avec les surveillants pour pouvoir mieux me confier a eux. Je faisait pas ça pour avoir droit a leurs faveurs, mais parce qu'il est plus facile d'obéir a quelqu'un que tu respects qu'à quelqu'un que tu détestes. Puis n'oublie pas que pour la plus part des élèves, ils n'ont pas une situation facile, et qu'un peu de chaleur ne peux que les aider a se sentir bien dans leurs peaux. Cela dit je ne te dit pas qu'il faut que tu joue au foot avec eux dans les couloirs, mais que tu devrais les faire profiter de tes qualités de temps en temps. Ils auraient l'impression que tu n'es pas que là pour les punir. Puis dis toi qu'un jour certains d'entre eux seront des X-men, et que si tu commence sur de mauvaise base avec eux, il risque en effet d'avoir des rancœur envers toi par la suite.


Qui a dit que Morph ne savait pas être sérieux ? En tout cas, il voulait partir sur de nouvelle base avec elle, de son coté, elle n’aurait pas le choix non plus d'admettre que les idées qu'elle avait sur lui n'était pas tout à fait exact. Morph peux se montrer blagueur voir lourd parfois, mais il peux aussi se montrer généreux, attentionné et à l'écoute des gens.
Revenir en haut Aller en bas
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Le clown de la paix ? {Morph}   Sam 30 Mar - 21:07

Kevin était plutôt content, pour ne pas dire carrément fier, elle ne savait pas trop pourquoi ; il n’avait pas conscience qu’elle tombait partiellement les masques, révélant des doutes et une fragilité que seuls peu soupçonnaient, mais pourtant il semblait joyeux. C’était les excuses ? L’intime conviction d’avoir eut raison ? Il avait été en tord, mais elle également, car l’extrême dans lequel elle s’en était allée la mettait en tord également. Il y avait peut-être une impression de victoire sur les traits de Morph, mais ce n’était nullement une victoire par rapport à elle. Les hypothèses allaient bon gré mal gré à leur vitesse habituelle, jusqu’à son hochement de tête, qu’il confirma peu après ; par plusieurs fois, il inspira pour parler, mais ne l’interrompit pas, la laissant finir.

Il acceptait ses excuses, avec plaisir même, chose qu’elle avait bien vu, et reconnaissait qu’il était également en tord. Bien, c’était une belle avancée, ça ; fifty-fifty. Aucun des deux n’auraient dût réagir ainsi, et si lui ne savait pas ce qui l’avait prit, Amy, elle, le savait parfaitement, pour son cas personnel tout du moins. Elle croyait volontiers qu’il n’était pas comme cela à l’habitude, et se désolait assez que sur toutes les blagues ratées qu’il eut faites, ce fut sur celle-là qu’il ait réagit comme un connard. Oui, elle avait employé des arguments qui avaient sciemment touché en plein cœur, mais elle n’avait pas décochée la première flèche à destination du cœur. Elle avait eut une entrée agressive, réagissant particulièrement mal non seulement au fait qu’il jouait avec les critères de l’épreuve de Fuzzy mais aussi qu’il se permettait de l’appeler « poupée » et de lui suggérer qu’il fallait faire des « retouches », chose qui, même par l’intermédiaire d’un hologramme, restait parfaitement en travers de la gorge de l’italienne (surtout considérant le complexe de Caitlyn avec sa poitrine), et s’il était des introductions plus diplomates que de lui promettre de lui péter les dents et de le faire chanter avec les choristes dans la gamme des aigus, il n’avait pas eut à répondre en mettant en doute la confiance d’Amy en son aimée et en accusant cette dernière d’être une branleuse, pas plus que de traiter l’italienne de mégère et de trouver parfaitement normal qu’il eut pimenté l’entrainement de l’irlandaise.

C’était parti de là, et à y repenser, si elle avait été sèche d’entrée de jeu, Amaranth était dans son droit face à cette surenchère : rien n’avait été fait pour calmer le jeu dans les premiers instants, et il avait renchainé lorsqu’elle-même avait voulut, peu avant l’arrivée d’une Fuzzy aussi en pétard qu’elle.

A défaut d’avoir commencé, il n’avait pas sût s’arrêter, ni voulut s’arrêter. Et jouer avec les nerfs d’une Berserker, ce n’était pas une bonne idée. Il en avait honte, et mine de rien, cet aspect humain, enfantin presque, la touchait : cette honte n’était pas jouée, elle n’avait pas à s’en méfier. Ils repartaient à zéro, du point de vu de Morph ; cool. Si les éléments n’étaient pas erronés, ils étaient un extrême dans lequel l’italienne n’allait que très peu souvent, ayant dût l’atteindre deux ou trois fois dans sa vie, grand maximum.

Il voulait qu’elle oublie ce qu’elle avait lut sur son dossier pour le juger sur pièce ; le dossier était la partie émergée de l’iceberg, elle en était consciente, mais le problème était qu’en quelques coups d’œil, elle en savait plus que le dossier n’en indiquait. Le juger par rapport à son approche comportementale, c’était déjà fait. Certains arguments les plus blessants qu’elle avait employés contre lui venaient d’ailleurs de là, de ces déductions qu’elle parvenait à faire d’un simple regard. Non, il n’était pas un mauvais bougre, juste maladroit et trop « gamin ».

- Et tu sais pour ce qui est de ton coup de sang contre les X-men, je peux te dire que tu n'as pas grand chose a te reprocher. Vues les fortes têtes qu'il y a parmi nous, y en pas beaucoup qui n'ont jamais agit pareil. On a tous nos problèmes en tant que mutant qui sont assez difficile à gérer, alors je peux te promettre qu'aucun n'a de rancune envers toi parce que tu as craqué sous la pression. Imagine si on rejetait tout les mutants difficile a gérer, on serait pas beaucoup a l'institut.

Il laissa échapper un rire alors même qu’Amaranth détournait le regard, ses pieds devenant son centre d’intérêt. Oui, il y avait des querelles parmi les X-Men, des coups de gueule et des incompétences aussi, mais c’était entre membre, généralement, aucun ne s’attaquait à l’Institut, au X-Men et à la philosophie qu’ils défendaient comme elle l’avait fait. Ses propos mettaient en doute leur engagement, leurs raisons de se faire, leurs croyances, les objectifs de l’Institution, elle avait frappé partout là où cela faisait mal et dit un grand nombre de vérité des plus désagréables. Non, elle ne le regrettait pas, parce que c’était ses vérités, et qu’elle trouvait important de le dire. Mais entre ne pas regretter son geste et en assumer les conséquences. A sa manière, elle assumait, en travaillant sans relâche, ne devant sa santé, sa réussite et sa survie qu’à ses pouvoirs, vu le rythme qu’elle se donnait pour tenir la distance.

- Quand a ton nouveau statut, si je peux me permettre, je pense que tu te prends trop la tête. N'oublie pas que tu as été élèves et rappel toi comment tu aimais qu'on te prenne. Et fait pareil a ton tour. Tu sais moi j'avais besoin d'avoir une relation de complicité avec les surveillants pour pouvoir mieux me confier a eux. Je faisais pas ça pour avoir droit a leurs faveurs, mais parce qu'il est plus facile d'obéir a quelqu'un que tu respects qu'à quelqu'un que tu détestes. Puis n'oublie pas que pour la plus part des élèves, ils n'ont pas une situation facile, et qu'un peu de chaleur ne peux que les aider à se sentir bien dans leurs peaux. Cela dit je ne te dis pas qu'il faut que tu joue au foot avec eux dans les couloirs, mais que tu devrais les faire profiter de tes qualités de temps en temps. Ils auraient l'impression que tu n'es pas que là pour les punir. Puis dis-toi qu'un jour certains d'entre eux seront des X-men, et que si tu commence sur de mauvaise base avec eux, il risque en effet d'avoir des rancœurs envers toi par la suite.

Amaranth eut un sourire gêné ; bon, elle aurait dût s’y attendre à celle-là, mais elle ne l’avait pas vu venir. Il avait raison sur bien des points, mais n’en savait pas assez sur sa situation pour pouvoir tomber totalement dans le vrai.

- En fait, j’ai grandi en structure, dans un orphelinat, j’ai jamais rien connu d’autre. Je suis arrivée en décembre dernier, et j’ai commencé à essayer à m’intégrer avec d’autres élèves à partir de janvier. Puis, en septembre, on m’a proposé la passation. Je suis arrivé, je faisais même pas de sport, j’ai passé un mois cachée dans la bibliothèque parce que les autres résidents m’intimidaient. Et maintenant… ça.

Ecartant les mains, elle bassa la tête pour désigner sa nouvelle apparence, avant de le regarder à nouveau.

- J’avais que le cœur pour devenir X-Men, et mon corps c’est amélioré pour me donner la force. Cela m’a tué, littéralement. Je suis morte en Salle des Dangers, mes pouvoirs ont commencé à dégénérer et le Fauve a dût m’opérer. Finalement, c’est Josh qui m’a ramenée à la vie, parce qu’on m’avait perdue, mais de façon littérale. Depuis, avec la Salle des Dangers, c’est pas une grande histoire d’amour. J’ai l’impression que j’ai plus perdue que gagné dans ma passation, et je n’ai jamais autant douté des X-Men qu’après cela. Les X-Men ne tuent pas, c’est l’un de nos slogans, non ? Pourtant, le seul choix que j’ai eut à accomplir dans ma passation, c’était de me sacrifier moi ou de sacrifier une parfaite inconnue. J’ai sacrifiée l’inconnue, et me voilà X-Men. Ça ce passe de commentaires. Aucun des élèves ne sait ce qui c’est réellement passé là-bas, toujours était-il que le soir d’avant, j’étais une adolescente timide et discrète, et que le soir d’après, j’étais une autre personne. Lorsque l’on s’altère par Polymorphie, et tu es bien placé pour le savoir, on sait qui on est et les autres le savent aussi : il s’agit d’un déguisement. J’ai pas eut cette chance. Pas de déguisement, pas de retour en arrière. Je comprends leur perte de repère, plusieurs me l’ont crachée au visage, avec plus ou moins de violence. Après, quant à faire ce que j’aurais aimé que les surveillants me fassent… j’étais déjà à l’écoute et prête à conseiller avant, et je suis loin d’être celle qui passe pour la méchante. Mets les pieds à la Vie Sco’ de temps à autre, Kevin, je sais pas si tu vois qui c’est, Darla Stringer, notre supérieure hiérarchique, l’intendante, mais c’est elle le vrai dragon, pas moi. Et je te parle même pas du Conseiller de Discipline. P’tain, il fait parti de ma belle-famille et il me fout les jetons. Non, ce qui pose réellement problème, c’est le changement ; je semble trop éphémère pour qu’ils sachent comment se positionner par rapport à moi. Regarde : deux nouvelles mutations en deux mois, alors que certains restent avec des altérations mineures toute leur vie. Même le Fauve est dépassé, et c’est pas faute de se pencher sur mon cas une heure par semaine. On comprend comment je fonctionne, biologiquement parlant, mais cela ne nous aide pas à savoir ce qui va changer et dans combien de temps cela va changer. Mutation auto-évolutive, chaque nouveau stade entraine son lot de changements ; comment veux-tu prendre cela comme un point de repère, si tu ne vois pas assez loin pour ne pas voir ce qui n’a pas changé ? Tu ne m’as jamais connu avant, mais certains d’entre eux, si, et bizarrement, ce sont ceux qui détournent le plus le regard. Puis du coup, j’ai du mal à sauter le fossé, de mon côté. Je suis pas que une surveillante, je ne me résume pas à une fonction, et je suis tellement d’autres choses à coté que la fonction est complètement occultée. Enfin bref, j’étais pas réellement venue pour parler de ça. Tu sais, faut pas hésiter à m’interrompre quant je pars à l’ouest, comme ça, parce que je peux monologuer longtemps.

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp


Dernière édition par Amy de Lauro le Lun 8 Avr - 14:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le clown de la paix ? {Morph}   Lun 1 Avr - 19:07

Pour une fois que Morph trouvait plus bavard que lui, c'était pas fait à moitié cette fois. D'habitude, il lui fallait plusieurs séances pour arriver a ce que les gens se confie a lui, mais là elle déballait tout sans même qu'il lui demande quoi que ce soit. Et encore une fois à la suite de son récit et comme toutes les histoires de ce qui étaient a l'institut pour ainsi dire, la vie de Morph paraissait bien monotone. Lui n'avait perdu que sa mère à l'âge de 10 ans. Tous les autres quasiment ont eut à souffrir de plusieurs pertes parmi leurs proches, ou ont eu de graves mutations, et parfois même les deux en même temps. Normal finalement que lui voit la vie du bon coté finalement. Et si lui voyait la vie en rose, il se devait de faire partager cette vision aux autres afin qu'il ne vivent que mieux. Mais là, pour le coup, ça allait être dur a réaliser. Mais dans la vie qui ne tente rien n'arrive à rien. Et là, il avait rien a perdre, le résultat ne pourrait pas être pire.

Mais pour commencer, il allait devoir prendre éléments par éléments. Donc, en gros, elle n'avait pas eu une longue présence dans l'institut en tant qu'élève. Pas grave, elle en avait un peu et savait un peu ce qu'attende les élèves d'un surveillant. Parce que oui, pour Morph le rôle de surveillant est plus aider les élèves que l'institut. Ils devait selon lui, jouer le rôles de grand frères afin de les aider a mieux accepter leurs statut qui n'est pas toujours évident. Ensuite, elle avait eu une passation plutôt douloureuse ? Si c'est ça c'est pas une expérience a partager avec les élèves pour que ça soit plus facile pour eux, il ne sais pas ce qu'il lui faut.

- Bon ok, visiblement ton histoire est plutôt douloureuse. Enfin, elle l'ai clairement, mais si ça c'est pas une chose que tu peux partager avec les élèves, à quoi d'autre tu peux leurs être utile ? Tu n'aimerais pas les aider à ce que ça se passe du mieux possible pour eux, et qu'il ne souffre pas eux aussi a leurs tour comme ça à put t'arriver ?

Bon, c'est déjà un début. Pas sûr que ça soit ce qu'elle veuille entendre, mais lui avait besoin de lui dire. Lui n'avait pas vécu une passation aussi violente, mais ça ne l'empêchait pas de tenter de les préparer au mieux. Non pas physiquement, mais plus mentalement. Parce qu'après tout, c'était peut être là le passage le plus dur pour eux. Ensuite pour ce qui est du choix de la passation, il faut dire que c'est peut être un peu extrême, mais pas sûr que le professeur Xavier voulait que ça en arrive là. Il y a peut être eu quelque chose qui a déraper dans son plan et qu'il n'a pas put contrôler. Après tout, tout professeur Xavier qu'il est, il ne peux pas tout anticiper. Même les meilleurs font des erreurs parfois. C'est pas ce qu'on appel être humain après tout ?

- J'avoue que pour ce qui est de votre test à toi et Cait', c'était un peu rude ce qui s'est passé, mais je ne pense pas que ça ai été volontaire. Je pense qu'ils ont sous estimer l'ampleur du problème, et qu'une erreur à été commis. Toute les mutations sont différentes, et aucune réaction n'est prévisible a l'avance. Je pense que c'est la seul chose qu'on peux reprocher sur le moment. Nous somme là pour sauver des gens, non pour sacrifier ceux qui nous sont inutile. En tout cas c'est ce que moi je crois. En personne ne m'enlèvera cette idée de la tête. Cela dit j'espère que je ne me fait pas de fausses idées, mais au quel cas, tans pis c'est mes fausses idées.

Là encore pas sûr que sa atteigne son but, mais il voulait quand même donner son avis. A force de la contre dire, il se peut qu'elle s'exaspère, mais il ne donnait là que son avis, et ne jugeais à aucun moment les idées d'Amy. Il ne disait pas non plus qu'il avait raison et qu'elle avait tord. Mais il allait rebondir encore une fois sur un sujet qui le touchait ! Et plus qu'elle ne le croyait. Elle parlait de métamorphose, et qui était mieux placé quel lui pour en parler.

- Par contre pour ce qui est de la métamorphose, je peux te dire que tu te trompes un peu. Tu crois qu'il est facile pour les gens de savoir qui tu est quand tu changes sans arrêt d'apparence ? Visiblement non, puisque toi même tu en subit les conséquences actuellement. Mais à l'opposé, crois tu qu'il soit facile de savoir qui ont est, quand soi même on change sans arrêt ? Bien sûr qu'on ne peux pas se définir que par l'apparence, mais c'est une base qui aide bien à se construire. Et je pense que là aussi tu en est consciente. Là preuve, peux tu me dire qui tu es aujourd'hui ? Tu es Amy, et tu est une autre ?

Mais finissons en pour ce cours passage, puisqu'elle passait a un sujet plus léger. Du moins a ses yeux a lui. Donc ce n'était pas le dragon de l'institut ? Il ne lui semblait pas l'avoir dit non. En tout cas, c'est pas ce qu'il voulait dire non plus.

- Ensuite, en ce qui concerne l'image que tu donne, je n'ai jamais dit que tu était une terreur avec eux. J'ai juste proposer de faire en sorte de ne pas être là que pour les punir. Quand a ceux que tu m'as cité, je n'en dirais pas plus. Tu l'as dit toi même, se sont nos supérieurs alors j'éviterais de dire du mal d'eux pour ne pas en subir les conséquences.


À ça, s'ajouta un gros clin d’œil. Il ne pouvait pas se permettre de rester sérieux plus longtemps sous peine d'en devenir malade. Mais il allait redevenir sérieux deux secondes par ce que là, il pouvait faire partager son expérience cette fois. Et si avec elle, il avait peut de chose à vraiment lui apprendre, là il avait de quoi dire. Se faire accepté malgré son changement d'apparence, il y était arrivé alors pourquoi pas elle ?

- Donc pour en revenir a ton changement, je pense que tu te fera accepter d'eux quand tu te sera accepter toi. Si tu rejette toi même ton changement comment veux tu que eux l'accepte ? Et à l'inverse, on dirait que quelque soit ton apparence, rien en change entre toi et Cait' ! Je dit pas que c'est simple entre vous mais ça a l'air beaucoup plus simple qu'avec les autres. Comme je te l'ai dit, a l'institut, on forme une famille. Et si tu penses qu'elle fait plus partit de ta famille que les autres, dit toi qu'il le sont un peu aussi, et que tu devrais les considérer un peu comme tel. Ça t'aiderais a avoir confiance en eux j'en sus sûr.

Lui aussi il en avait des choses a dire finalement. Pas sûr que ça ai fait avancer les choses, mais au moins aura-t-il eu le mérite d'essayer. Puis vue qu'elle avait finit par une pointe d'humour, pas de raison que lui aussi en fasse pas. Après tout c'est pas lui le comique de l'institut ? Déjà qu'elle était sur le point de lui piquer le rôle de bavard de l'institut, elle allait pas lui piquer ce statut en plus quand même.

- Tu était pas venue pour ça, mais avoue que ça fait du bien d'en parler non ? Puis entre nous, j'aime pas quand on me stop dans mes long discours alors c'est pas moi qui vais m'autoriser a le faire tout de même. Puis ça me rassure, je ne suis pas le seul ici a saouler les gens dans mes délires. Enfin non, tu me saoules pas hein ! J'aime bien quand les gens ouvrent leu cœur. C'est ça qui tisse les liens de la famille après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Le clown de la paix ? {Morph}   Lun 8 Avr - 15:01

Morph avait écouté, mais il avait visiblement quelques difficultés à suivre ; ep, dommage.

- Bon ok, visiblement ton histoire est plutôt douloureuse. Enfin, elle l'ai clairement, mais si ça c'est pas une chose que tu peux partager avec les élèves, à quoi d'autre tu peux leurs être utile ? Tu n'aimerais pas les aider à ce que ça se passe du mieux possible pour eux, et qu'il ne souffre pas eux aussi a leurs tour comme ça à put t'arriver ?

- Y’a pire y’a mieux, comme toujours. Mais honnêtement, à être utile, j’ai pas les compétences pour faire de l’aide au devoir, et l’administratif comme le social, c’est déjà bien. Si j’aimerai que cela se passe bien pour eux, généralement y’a pas grand-chose à faire, et faut pas les assister non-plus. J’ai pas souffert en tant qu’élèves, les conditions de résidence et d’apprentissage sont exceptionnelles, j’ai souffert en tant qu’apprentie X-men et qu’X-men, donc de ce côté-là, à part cracher sur la Team, j’ai rien à leur rapporter. Et je démolirais pas leurs croyances, parce que cela entrainerait plus de douleur qu’autre chose.

- J'avoue que pour ce qui est de votre test à toi et Cait', c'était un peu rude ce qui s'est passé, mais je ne pense pas que ça ai été volontaire. Je pense qu'ils ont sous estimer l'ampleur du problème, et qu'une erreur à été commis. Toute les mutations sont différentes, et aucune réaction n'est prévisible a l'avance. Je pense que c'est la seul chose qu'on peux reprocher sur le moment. Nous somme là pour sauver des gens, non pour sacrifier ceux qui nous sont inutile. En tout cas c'est ce que moi je crois. En personne ne m'enlèvera cette idée de la tête. Cela dit j'espère que je ne me fait pas de fausses idées, mais au quel cas, tans pis c'est mes fausses idées.

- Tu te moque de moi ? Pas volontaire ? Le but de ma passation était de savoir si j’irai jusqu’à tuer quelqu’un, je l’ai fais, et celui de celle de Cait’ c’était de savoir si, après avoir perdue une amie, elle irait jusqu’à mourir pour les X-Men. C’était prémédité comme cela, et on a eut aucune autre alternative. C’était non-seulement volontaire, mais calculé, Kevin. Je t’enlèverai peut-être pas ça de la tête, j’essaierais même pas, mais je te conseillerais de regarder les enregistrements de nos passations et de me dire où nous avons merdé, avec Fuzzy. Parce que vu de l’intérieur, c’est t’es ballotté par le flot des événements puis mit devant le fait accomplit, et là, t’as ton choix. Tu fais celui qu’ils veulent, t’es X-men, sinon, tout ça pour rien. T’es pas X-men parce qu’ils t’en donnent le titre, t’es autorisé à espérer quant ils te le filent. C’est maintenant que je me bats pour être X-Men ; c’est maintenant que je donne ma sueur et mon sang pour la cause, parce qu’au final, on n’est pas si différent de la Confrérie : des guerriers, des croisés, ni plus ni moins. Peut-être que c’est moi qui suis trop faible, et que plutôt que de douter, je devrais avoir une confiance absolue en Xavier, et me dire que s’il a fait cela, c’est pour mon bien, mais non. Non, ça m’a fait mal, pire, ça a fait mal à Cait’, donc avec tout le respect que j’ai pour le Professeur, je pense quant même qu’il se troupe de chemin.

- Par contre pour ce qui est de la métamorphose, je peux te dire que tu te trompes un peu. Tu crois qu'il est facile pour les gens de savoir qui tu es quand tu changes sans arrêt d'apparence ? Visiblement non, puisque toi même tu en subis les conséquences actuellement. Mais à l'opposé, crois tu qu'il soit facile de savoir qui on est, quand soi même on change sans arrêt ? Bien sûr qu'on ne peut pas se définir que par l'apparence, mais c'est une base qui aide bien à se construire. Et je pense que là aussi tu en es consciente. Là preuve, peux tu me dire qui tu es aujourd'hui ? Tu es Amy, et tu es une autre ?


Elle ne répondit rien. Si jusqu’à lors sa voix avait plus exprimée de la désillusion et de la tristesse qu’autre chose, la réplique là touchait, une fois de plus, en plein cœur. Amy ou Amaranth, la Résultante. Un être qui se cherchait. Elle était en train de dépasser cela, mais il le mettait si bien en lumière. Morph choisissait ses apparences, Nephilim n’avait pas eut le choix, et il n’y avait pas de véritable retour arrière possible. La polymorphie, si on en usait avec parcimonie, n’était qu’un petit plus, mais visiblement, la parcimonie n’était pas un concept familier de Kevin Sydney.

Il renchaina, ayant lui au moins la délicatesse de fragmenter son discours pour qu’elle puisse en placer une, même si le cœur n’y était plus vraiment. Son image ? N’être là que pour les punir ? Ils avaient le conseillé de discipline pour ça, elle avait peut-être réprimandé un ou deux élèves pour leurs comportements, mais elle n’en avait jamais punit un seul. Pas d’heure de colle, pas de mot, pas de punition, juste des conseils à ceux qui en avaient besoin et qui les acceptaient. Elle avait apprit à nager à Franklin, elle avait essayé d’apprendre la politesse à Rachel, elle avait aidé William à s’intégrer, elle avait inscrit et fait découvrir l’Institut à Tchézaré, elle avait essayé de sociabiliser Jay, donc non, niveau investissement, elle ne voyait pas réellement ce qu’elle pouvait faire plus, son seul véritable échec à l’Institut restant Ciera. Mais plus jamais elle n’entendrait parler de Nightmare, cela faisait longtemps qu’elle devait s’être faite tuer ou emprisonner. Et elle n’avait pas attendu d’être pionne bénévole pour commencer tout cela ; car elle était bénévole. Son vrai job, c’était consultante à Frost International, pas pionne, elle ne faisait que rendre service et s’investir, notamment à la vie scolaire, pour éviter que les élèves, en particulier les plus jeunes, n’aient affaire à Darla.

L’image qu’elle donnait était visiblement bien médiocre comparée aux efforts fournis. Quant à ne pas dire du mal de ses supérieurs, Morph faisait non seulement preuve de lâcheté, chose qu’elle ne s’était attendu venant ni d’un X-Man ni de lui en particulier, et qui le faisait s’auto-contredire puisqu’il avait dit que dire ce que l’on pensait, même en mal, le « coup de gueule », c’était une bonne chose. Il n’avait pas été là, lorsqu’elle avait déclaré que l’Institut ressemblait plus à un centre d’entrainement qu’à une école. Il n’avait pas été là, lorsqu’elle avait accusé les X-Men de n’être rien de plus que des hypocrites, qui ne croyaient pas aux idéaux qu’ils enseignaient. Il n’avait pas été là, point.

- Donc pour en revenir a ton changement, je pense que tu te feras accepter d'eux quand tu te sera acceptée toi. Si tu rejette toi même ton changement comment veux tu que eux l'accepte ? Et à l'inverse, on dirait que quelque soit ton apparence, rien en change entre toi et Cait' ! Je dis pas que c'est simple entre vous mais ça a l'air beaucoup plus simple qu'avec les autres. Comme je te l'ai dit, à l'institut, on forme une famille. Et si tu penses qu'elle fait plus partit de ta famille que les autres, dit toi qu’ils le sont un peu aussi, et que tu devrais les considérer un peu comme tel. Ça t'aiderais à avoir confiance en eux j'en sus sûr.

Toujours aucune réponse, alors qu’elle se fermait face à son intrusivité ; croyait-il lui apprendre quelque chose dans le fait qu’elle était le principal problème ? Non, elle savait qu’elle devait s’accepter, et c’était en bonne voie, la polymorphie étant une réponse de son corps à son envie de pouvoir décider de qui elle était. Cependant, cela ne se faisait pas en un claquement de doigt. Elle n’aurait pas, en une seconde, put prendre l’apparence de Kevin Sydney, alors que ce dernier aurait très bien put devenir Amaranth dans le même délai. Elle raisonnait peut-être beaucoup plus vite que lui, mais en tout cas, elle était plus posée.

- Tu étais pas venue pour ça, mais avoue que ça fait du bien d'en parler non ? Puis entre nous, j'aime pas quand on me stop dans mes long discours alors c'est pas moi qui vais m'autoriser a le faire tout de même. Puis ça me rassure, je ne suis pas le seul ici à saouler les gens dans mes délires. Enfin non, tu me saoules pas hein ! J'aime bien quand les gens ouvrent leu cœur. C'est ça qui tisse les liens de la famille après tout.

Un soupire, alors que les Masques reprenaient leur place à la perfection.

- Désolée alors, je suis très spontanée et une seconde de silence peut me faire croire que c’est à mon tour de parler. Faire du bien d’en parler, pas vraiment, en fait. Je régénère tellement vite mon corps que les lésions psychologiques me semblent surement plus lourdes qu’elles ne sont. Quant à avoir une famille ; l’Institut n’est pas ma famille, désolé. Avant Cait’, j’en ai jamais eut, et la structure communautaire que nous formons ici n’est en rien apparentée à une famille, pour moi. Amis, camarades, connaissances, mais pas une famille. La plupart ne sont que de passage, le temps d’apprendre et celui de s’accepter, puis ils s’envolent à nouveau. J’aurai dût être ainsi, et parfois, je pense que j’aurai mieux fait de rester sur cet objectif. Mais il ne sert à rien de s’attarder là-dessus. Je doute pas que ce serait très sympa de parler philosophie avec toi, mais t’as un match à gagner. On se fera surement d’autres discussions, dans les couloirs ou si un jour tu te décide à venir me tenir compagnie à la vie sco’ ; c’est chiant seule, mais à deux vu ce qui s’y passe, ça libère plein de temps. Puis si t’es un minimum écolo, sache qu’une partie de la forêt amazonienne a fini en origami sur mon bureau, donc si tu pense ton humour apte à sauver le poumon de la planète, n’hésite pas !

L’humour, rien de tel pour détourner une conversation, mais ça Kevin le savait, il était un expert : utiliser l’humour comme évitement psychologique, il en avait fait sa spécialité. Puis elle ne génocidait pas des arbres, elle avait trouvé un jeune élève capable de dupliquer les objets pour un temps donné, ainsi, elle ne consommait qu’une feuille par journée où elle faisait des origamis, chose qui était bien plus économique que la majorité des élèves qui grattaient durant les cours !

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le clown de la paix ? {Morph}   Jeu 18 Avr - 19:42

Amy c'était lâché sur ce qu'elle ressentait par rapport a sa passation, son sentiment envers le professeur Xavier et ses idéaux, ainsi que sur la place qu'avait l'institut dans son cœur. Morph n'avait pas l'habitude de la voir se livrer autant et ne s'attendait pas a ça maintenant. Rappelez vous qu'au départ, elle était venue pour remettre les choses à plat suite a leurs altercations dans la salle de contrôle de la salle des danger. Mais visiblement Morph avait touché pile poil où elle souffrait et elle crue bon de de parler de tout ça à Morph. Après ne vous imaginez pas que ça déplaise à notre ami métamorphe, bien au contraire. Il est toujours prêt a se rendre utile et ceux quelque soit la manière. Puis en plus il y voyait un signe positif dans tout ça. C'est que les excuses d'Amy était sincères et qu'elle avait effectivement décidé de repartir sur de bonne base avec lui. En tout cas, c'est ce qu'il crut parce que sinon, elle n'aurait même pas fait l'effort de lui parler plus que ça.

Enfin bon, vous connaissez les filles, un pas en avant, deux pas en arrière la seconde d'après. Aussitôt lui avoir avoir ouvert le cœur, elle le referma aussi sec. Sous prétexte qu'il avait un match a finir elle ne voulait pas lui faire perdre son temps. Entre nous, le match était sortit de la tête de Morph, et de plus les élèves eux étaient aussi passé a autre chose. Il releva tout de même qu'elle l'invita a venir travailler plus souvent a la vie scolaire avec elle. Chose qu'il prit avec le sourire malgré le sous entendu. Se plaignait elle qu'il n'était pas souvent a la vie scolaire, ou qu'il ne faisait pas son boulot comme il faut ? Enfin peux importe, il vit plus le bon coté de la chose, à savoir que sa présence finalement ne la dérangeait pas.

- C'est vrai qu'on a pas l'occasion de se croiser souvent dans ce bureau, mais j'aime pas trop rester assis. Puis j'ai toujours l'impression de ne pas être utile enfermé dans un bureau. Mais si tu dit que tu as besoin de moi et que l'avenir de la planète en dépend, ça change tout. Donc demain compte sur moi je serais là à tes coté. Puis peut être aurons nous le temps de continuer cette conversation a tête reposé.

Espérons qu'il aura réussit a la convaincre de sa bonne foi. Parce que Morph n'est pas du genre tire au flanc non, c'est juste qu'il a une conception particulière du poste de surveillant et que pour lui il le fait de la meilleur des façons. Mais il est vrai aussi que ça lui ferait pas de mal de voir comment les autres aborde le sujet de leurs coté. Puis vue l'amabilité dont elle avait fait preuve avec lui, il lui devait bien ça. Elle verrait comme ça encore une fois que Morph, si il est quelque peu imature parfois, c'est loin d'être un mauvais bougre.

- Bon je te laisse puisque tel est ton désir. De mon coté, je vais essayer de retrouver les perdants qui se sont enfuit pour ne pas avoir à finir le match. Bonne soirée.

Morph se retourna donc et partit à la recherche des élèves avec qui il avait commencé sa partit de football américain. Pour une fois qu'il avait la chance de gagner, il n'allait pas les laisser s'en tirer aussi facilement quand même.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le clown de la paix ? {Morph}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le clown de la paix ? {Morph}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le clown de la paix ? {Morph}
» Prix Nobel de la Paix
» Peut plus avoir la paix avec ces foutus téléphones !!!!!
» Vivre chaque instant de sa vie en paix.........
» le poisson Clown

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: L'Institution Charles-Xavier et Alentours-
Sauter vers: