AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Pique-nique dans les bois [Inscrits]

Aller en bas 
AuteurMessage
Magneto
PNJ
Magneto

Messages : 4
Date d'inscription : 25/02/2014

Pique-nique dans les bois [Inscrits] Empty
MessageSujet: Pique-nique dans les bois [Inscrits]   Pique-nique dans les bois [Inscrits] Icon_minitimeDim 21 Sep - 11:51




7 Septembre 2014

Si il les avait fait tous les trois venir dans son bureau c'était parce qu'il avait une mission à leur confier, mais avant de la leur décrire il insista avec autorité sur la confidentialité de la chose.
Assit sur son fauteuil, les yeux passant d'une personne à l'autre alors qu'il parlait posément, Erik Lehnsherr leur raconta comment la veille une équipe d'exploration était revenue dans un état grave, après s'être visiblement fait attaquer par une sorte de tribu indigène vivant au Nord-Ouest d'ici, puis fut transférée d'urgence à l'infirmerie de la base. Face à la réaction de surprise des trois confréristes qu'il eût convoqué, il expliqua qu'il avait ordonné que les événements restent secret afin d'éviter tous risques de réactions incontrôlables de la part des habitants de la base une fois la nouvelle répandue et que c'est la première fois que la confrérie fit la rencontre de ces habitants des taillis inexplorés. C'est pour cela que les talents de diplomates des trois convoqués seront nécessaires pour tirer toute cette histoire au clair puisqu'il était absolument hors de question qu'il y ait un affrontement: c'est pourquoi Erik somma ses subordonnés de se replier si jamais une telle situation venait à se produire.

Magneto marqua un léger temps de pause avant de préciser le fait qu'il ne leur sera pas révélé l'identité des membres de l'équipe d'exploration attaquée, contrairement à leur itinéraire qu'ils devront suivre à la trace afin de déterminer la suite logique des évènements de la veille. Le dernier point qu'il aborda, toujours avec la même attitude même si on ressentait désormais encore d'avantage d'autorité dans sa voix concerna le rapport de mission que chacun de ses trois subordonnés ici présents devront présenter une fois leur tache accomplie, afin de s'assurer qu'aucun débordement n'a été commis des deux côtés. Ce rapport sera d'une grande importance car il permettra de décider comment la Confrérie réagira pour faire face à ces évènements.

Après avoir fait glisser sur le bureau un dossier à chacun contenant tous les détails de la mission (itinéraire, plan de la zone d'action, rapport de l'infirmerie sur les blessés dont les noms sont définitivement effacés et illisibles...), il exprima son désir que les trois participants n'aient aucune question à poser avant de les congédier afin qu'ils puissent faire leurs préparatifs.

Il avait mentit au sujet des agresseurs: il avait feint la découverte d'un nouveau peuple à part entière mais savait pertinemment que ces peuples étaient déjà là bien avant l'arrivée de la Confrérie ici même. Leur présence ici avait simplement été gardée secrète pour leur propre sécurité et il était clair que si les trois missionnaires envoyés n'étaient pas assez diplomates à son goût, des sanctions devront être appliquées.






HJ: Seuls les personnes inscrites à https://xmenrpg.superforum.fr/t2472-pique-nique-dans-les-bois-inscriptions peuvent participer.
Revenir en haut Aller en bas
Morgan Clayton
Apprenti Delta
Morgan Clayton

Messages : 71
Date d'inscription : 22/01/2014
Age : 28

Pique-nique dans les bois [Inscrits] Empty
MessageSujet: Re: Pique-nique dans les bois [Inscrits]   Pique-nique dans les bois [Inscrits] Icon_minitimeDim 21 Sep - 18:18

C’est le grand jours !!!

Que dis-je, c’est noël avant l’heure, bordel d’mes trois couilles !! Moi, ainsi que d’autres collègues confréristes ont été sélectionnés pour une mission de grande envergure par le grand Manitou en personne ! Parmie eux j’ai reconnu entre mille Cymrod, le p’tit mutant « couteau suisse » avec qui j’ai palabré de longues heures dans l’foyer juin dernier. Quant au joli bout d’femme fraichement arriver chez nous, j’la connais pas mais ça n’saurais tarder. En tout cas, j’vous raconte pas la sensation d’admiration et de crainte qui ma torpillé l’âme quand j’ai posé mes prunelles sur lui, limite j’ étais presque bouche bée, mais ça s’arrête là. Nan mais c’est bon, pas la peine non plus de s’transformer en groupie hystérique devant son idole non plus ! J’ai une réputation à tenir, moi. L’élément central est la mission qu’il nous a confié, dont tous les détails rédigés dans l’dossier tenu entre mes paluches et que j’survole rapidement l’essentiel à retenir, car Papy Métal nous donne tout juste le temps nécessaire pour faire nos préparatifs avant l’grand départ. Car oui, s’il a fortement insisté sur la confidentialité de la mission c’est qu’elle est avant tout capitale pour l’avenir de la Confrérie. Donc motus et bouche cousue.
Mais le truc le plus démentiel c’est pas la mission en elle-même qui se résume en gros à d’la diplomatie, qui au passage m’pose pas vraiment problème sincèrement, va se dérouler carrément dans un nouveau mésozoïque sous l’Antarctique portant le nom de Terre Sauvage !! Youhouu… hallo la terre…. On parle bien d’un monde pourvue d’un écosystèmes semblables à l’époque des dinosaures qui, au passage, ne sont pas si éteint que ça !! J’vous n’mentirez pas qu’en quittant le bureau de M j’étais encore sur le cul, marchant à 5 à l’heure, pire qu’une mémé marchant avec un déambulateur. Même si je ne l’montre pas sur ma trogne, intérieurement j’suis aussi excité qu’un gamin déboulant dans un magasin d’sucrerie. Il me tarde trop d’y être…. voir à quoi ça ressemble en vrai…. Nan mais j’sais bien comment ressemblait la flore, la faune et l’paysage de c’temps-là…. sauf que là on va s’trouver dans un écosystèmes mésozoïque parfaitement préservé et qui doit peut être pas ressembler entièrement aux descriptions données par les géologues et archéologues. L’effet va pas être le même ! J’avais bien entendues des rumeurs de base appeler Utopia dans une jungle mésozoïque, mais j’croyais jusqu’ici que ça parlait du décor du prochain film de Jurrasik Park. On dirait bien qu’non….
Que dire aussi de cette présence d’une tribu indigène « humaine » dans ces terres inhospitalières qui peut paraître surréaliste et pourtant qui est vraies ! Cette même tribu qui ont salement amochée nos trois p’tits explorateurs. Entailles plus ou moins profondes, jambe et bras cassés, infections cutanées virulentes, poisons aux noms connus uniquement dans l’jargon scientifique…. Bref, c’est du sérieux là. Remarque, c’est assez compréhensible. Voir débouler trois individus qui n’ont jamais vus, habiller pas comme eux et avec des équipements étranges dans un monde dépourvu de civilisation, c’est bien normal qu’ils les aient attaqués par peur. S’ils ont fait ça rien qu’pour ça, qu’est-ce que ça va être quand ils vont croiser un colosse humanoïde végétal avec une tête qui n’a rien de rassurant ? Aaarf, avec une pincée d’chance ils vont me voir comme une divinité et se montreront moins craintifs !

Niveau préparatifs, j’ai amené avec moi un gros sac de survie contenant le kit du survivaliste en herbe : kit médical de premier secours complet, rations, Couteau de combat, sac de couchage, lampe torche. 50 kilos l’tout, acheter avec l’argent d’mon assos qui n’a pas posé problème à une Amanda qui me demandait c’que j’comptais faire avec tout c’matos. Mission d’confrériste en équipe en Amazonie que j’lui ait dit. P’têtre qu’elle m’aura pas cru, mais je m’en branle ! Et encore c’est pas vraiment pour ma poire, mais bien pour celles d’mes deux coéquipiers. Moi j’ai tous les avantages des plantes en termes de nutritions, j’peux me décharner d’mon corps végétal endommager et en investir un autre après une attaque, ainsi que de me reposer dans la conscience des plantes pour reposer et récupérer à une vitesse plus qu’affolante.
Une fois que mos préparatifs furent terminer chacun de notre côté, un téléporteur d’la confrérie, le même qui m’avait informé pour ma convocation par Exodus, nous a téléportés en un instant dans une zone située au Nord- Est des Terres Sauvages appeler les Taillis. Du moins c’est c’qui était marqué sur un page du dossier, bien ranger dans la poche centrale d’mon sac. Quant au décor que j’contemple, main posée contre mon front pour faire de l’ombre à mes loupiotes……


*Gros sifflement d’impressionné qui résonne*








Ah ouais, y a pas à dire….. Ça c’est du panorama comme on n’en voit pas des comme ça à la surface. Une vaste jungle luxuriante imposante et hyper dense s’étend sur un paysage bordé de collines ondulées par-ci par-là, de montagnes impérieuses plus au fond ainsi que tout un réseau de lacs et rivières sinueuses. Un rugissement de gros reptile herbivore retentie au loin et le crissement d’un ptérodactyle nous survolant de très haut nous met déjà dans l’ambiance pour nous souhaitait la bienvenue. L’genre de truc qu’on entend souvent dans les films se déroulant dans un milieu mésozoïque. Ouaip, pas d’doute nous sommes bien arrivés à destination !
Comme d’habitude, à part mon sac sur le dos, j’ne porte aucun vêtement sur moi. Seulement d’mon enveloppe humanoïde de colosse végétale nu et asexuée de plus de 2 mètres pour 200 kilos, très musclées tout en restant harmonieux dans les proportions. Constituée principalement de plantes et végétaux encerclant la base du QG, assemblées, superposés et juxtaposés d’une tel complexité qu’on croirait qu’elles ont fusionnées.
Parmi nous trois, j’suis celui qui est tout à droite. Alors j’pivote ma tête dans l’sens opposé vers l’gamin pour lui faire part de c’que j’en pense de tout ça, grand sourire aux lèvres.

- Putain d’Nom de Dieu….. On n’pouvait pas rêver mieux en termes de mission !

Faut pas non plus que j’oublie la pitchoune brune à côté. Chuis p’têtre un gros rustre au caractère bien trempé, j’ai quand même appris les bonnes manières, même si elles peuvent paraître bourrines parfois.

- Yop, miss ! J’crois pas m’souvenir de t’avoir déjà vue à la maison-mère auparavant. Tu dois être nouvelle, hein ? Moi c’est Greenbane et l’mec à côté c’est Cymrod.

Maintenant qu’les présentations sont faites, manque plus qu’à s’organiser sur la façon dont on va être groupé. J’fais deux pas vers la jungle étouffante 20 mètres plus loin puis j’sors mon dossier du sac pour jeter un œil sur la carte géographique, si nous sommes bien situés sur ce point marquant le début de l’itinéraire….. mhuuum….. Ouaip, y a bien le sentier naturel qui est indiqué sur la carte en face, débouchant sur cettejungle étouffante indiquée sur le bout d’papier par des taches vert foncé avec des contrastes plus clairs aléatoirement ainsi qu’aux points d’eau en bleu. J’me retourne pour faire face aux frères d’armes.

- Sans vouloir m’imposer et faire celui qui veut les meneurs, il serait plus judicieux que j’passe devant durant la traversée. Cette jungle doit grouiller de prédateurs vicieux cachés, qui n’attendent que l’bon moment qu’une proie se place sur leurs collimateurs pour ensuite bondir sur lui. Peu importe le bestiau qui m’attaquera, par surprise ou frontalement, il ne pourra pas me tuer. Avec autant de plantes et de végétaux, j’aurais aucun souci à reconstruire une nouvelle enveloppe corporelle dans les plus brefs délais, vu que ma conscience habitera la flore environnante.

_________________
Pique-nique dans les bois [Inscrits] Swampt12
Scipion : Je puis nier une chose sans me croire obligé de la salir ou de retirer aux autres le droit d'y croire.
Caligula : Mais c'est de la modestie, cela, de la vraie modestie ! Oh ! cher Scipion, que je suis content pour toi. Et envieux, tu sais... Car c'est le seul sentiment que je n'éprouverai peut-être jamais. [Caligula, Camus]


Dernière édition par Yitzhak Anavim le Mar 28 Oct - 21:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Morgan Clayton
Apprenti Delta
Morgan Clayton

Messages : 71
Date d'inscription : 22/01/2014
Age : 28

Pique-nique dans les bois [Inscrits] Empty
MessageSujet: Re: Pique-nique dans les bois [Inscrits]   Pique-nique dans les bois [Inscrits] Icon_minitimeSam 18 Oct - 14:15

Tient donc….. Alors comme ça Cymrod est déjà venue dans les parages l’année précédente !? Cool, ça nous ferra des surprises en moins sur ce qu’on va tomber nez à nez une fois pénétrer dans la jungle mésozoïque en face, vu qu’il a fait partie des pionniers ayant posé leurs pieds ici pour la première fois ! Ah ben ça j’en doute pas qu’ils s’attendaient pas à tomber sur un Jurassik park en temps réel sous l’Antarctique ! Un truc pareil était aussi probable que d’voir la paix dans l’monde se réaliser un jour où l’autre, d’ailleurs personne n’aurait pu l’savoir ! En tout cas on peut être sûr et certain d’pouvoir échapper facilement aux gros bébêtes en les semant, carnivores et herbivores confondus. En revanche les p’tits seront un chouia plus galère à fuir, surtout si ce sont des Vélociraptors, voir même des Deinonychus. Et dans c’genre de situation, la confrontation est inévitable. Et ouaip, j’ai passé un long bout d’temps sur la découverte du monde d’internet que j’dois bien ça au gamin et ç ses cours privées. Mais j’tâche quand même à bien faire gaffe à n’pas lui laisser la moindre opportunité de m’escroquer dans cette affaire, quitte à l’intimider jusqu’à lui faire faire dans son benne et à accroitre la tension de nos relations.  Niveau magouille et escroquerie j’suis un vrai maître dans c’domaine de prédilection et j’sais sentir de loin une tentative d’escroquerie qui s’présente, même de loin, comme quoi il n’en est pas à sa première crapulerie. Bien tenter le coup de s’amuser à tourner autour du pot pour que ses futilités comptent comme heures de cours, petit scarabée, mais on ne m’la fait PAS c’coup-là ! Je l’ai très vite recadré comme il faut et croyez-moi j’sais m’montrer persuasif, chose qu’il ne doute pas par mes quatre-vingt-onze balais d’existences.

- Je prends note. Tachons aussi à n’pas faire de geste brusque aux yeux d’la faune environnante, faudrait pas non plus qu’elle avertit les prédateurs de notre présence et les rameutes……

Tant mieux qu’cela plaise à la Mexicaine que j’couvre leurs devants, au moins elle n’se plaindra pas que j’me sois montré galant ou encore que j’joue les gros connards machos sexistes, et j’ai pas envie à m’prendre le chou pour des futilités. Ce dont j’ai horreur ! N’empèche que son idée de m’aiguiller ne m’gêne pas non plus…..

- Ouais pourquoi pas ! Au moins ça m’évitera de baisser ma garde pour chercker la carte.

Puis un signe de la tête en direction d’la jungle pour conclure le tout.

Bon aller, en piste !



Hop, débat clos ! Maintenant il est temps d’aller s’enfoncer par-delà la canopée, en commençant par moi qui y pénètre en premier pour servir volontiers de « bouclier végétal » comme avait dit l’autre. À peine nous nous faufilons entre ces lianes pendantes et ces imposantes feuilles de palmiers que la lumière solaire éclaircit de moins en moins l’intérieur de cette jungle où tout peut surgir de partout. L’inconnue nous guette tout autour dans cette canopée où la lumière du jour est filtrée par la cime d’arbres mésozoïques, qu’on peut voir à travers ces traits solaires plongeant depuis ces mêmes cimes de la jungle, étendue luxuriante et exotique dont nul homme du monde extérieur n’a foulé le pied. Quand on y pense…. Nous avons la douce sensation d’être des aventuriers parcourant des terres inconnues en quête de mille et une découvertes, des trésors inestimables d’une ancienne civilisation multimillénaire ensevelie sous les mangroves et peuplée par la faune agressifs. On a l’air d’être ne plein dedans et c’est ça qui est tellement palpitant. Après y a bien l’inconvénient de s’faire agresser par quelques-unes de ces moustiques sous stéroïdes, au moins 3 fois plus gros que les moustiques de l’extérieur, virevoltants brièvement sur moi pour finalement se tourner vers mes pauvres coéquipiers derrière moi, attendant le bon moment pour goutter à leurs sang juteux. Comme quoi y a des avantages indéniables d’être une plante, huhuhuhu. Petit volte-face vers mes collègues, haussant spontanément les bras accompagnés d’une moue perplexe et d’un sourire con comme mes grolles.

- Désolé….. pour l’coup des gros moustiques, j’peux rien pour vous.

Continuant de traverser la jungle pendant au moins une bonne heure, je reste au aguets du moindre bruissement d’arbuste suspect tout en me laissant aiguiller par Squeletton, la terre défile donc sous mes pieds feuillus à chacune de mes gigantesques enjambées, tandis que arbustes s'écartent comme ils le peuvent de ma route pour le moins rectiligne ; c'est à dire mal. Peu survivent alors au fait de se trouver sur la ligne Morganienne. Entre les troncs et les feuillages devant moi, j’aperçois une zone moins dense de la jungle, suffisamment espacé pour pouvoir installer un campement ici sans souci. D’ailleurs c’est c’que j’compte faire ! Après 2 heures de marches non-stop dans la caillasse étouffante on a bien droit à une pause pique-nique, nan ?  
Gros tapement dynamique d’mes paluches entre elles tandis que mes pas cessent de me déplacer pour me faire tourner ensuite vers mes camarades confréristes.

- BON les enfants !! J’propose qu’on fasse une bonne pause bien méritée ici, histoire qu’on récupère.

Croissage de bras, en attendant leurs réponses. Personnellement j’ai encore largement d’force pour reprendre la route vu que j’ai l’habitude de vivre une vie assez rude, ce dont je doute fort pour mes coéquipiers en chairs et en os. Et puis j’en profiterais bien pour faire un peu plus ample connaissance avec la pitchoune.

_________________
Pique-nique dans les bois [Inscrits] Swampt12
Scipion : Je puis nier une chose sans me croire obligé de la salir ou de retirer aux autres le droit d'y croire.
Caligula : Mais c'est de la modestie, cela, de la vraie modestie ! Oh ! cher Scipion, que je suis content pour toi. Et envieux, tu sais... Car c'est le seul sentiment que je n'éprouverai peut-être jamais. [Caligula, Camus]


Dernière édition par Yitzhak Anavim le Mar 11 Nov - 22:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Animation
PNJ
Animation

Messages : 150
Date d'inscription : 05/04/2012

Pique-nique dans les bois [Inscrits] Empty
MessageSujet: Re: Pique-nique dans les bois [Inscrits]   Pique-nique dans les bois [Inscrits] Icon_minitimeJeu 30 Oct - 20:04

Pique-nique dans les bois [Inscrits] 455854Sanstitre





Le tricératops, cet animal présumé disparu de la surface de la Terre depuis des millions d'années, arrachait tranquillement le feuillage d'un énorme buisson à sa disposition sans faire attention aux trois humains qui le fixaient, stupéfaits par cette rencontre improbable. Une fois le buisson dépouillé de ses feuilles, l'animal regarda lentement à droite, à gauche, sans même s'attarder sur les explorateurs, puis s'enfonça de nouveau dans les bois, suivit du regard par les humains jusqu'à sa disparition entre les arbres et les feuillages de la forêt.

Entièrement distraits par la gigantesque bête, les explorateurs n'en remarquèrent pas celles qui se faisaient plus menaçantes, s'approchant dans leur dos avec une incroyable agilité et sans aucun bruit. Certaines se déplaçaient d'arbres en arbres, d'autres sur le sol, mais toujours aussi discrètement, tapies dans l'ombre des feuillages de la forêt. Enfin, lorsqu'ils furent suffisamment proches des humains, la plus imposante de ces créatures décida de signaler enfin sa présence. Elle bondit de la branche et se posa lourdement sur le sol dans un bruit mat bien audible. Surpris, les trois individus se retournèrent pour faire face à ce qui les avait approché.

Ils étaient peut-être six ou sept, presque tous étaient encore entre les arbres mais bien visibles, un seul s'était avancé pour entrer en contact avec les humains, se trouvant seulement à quelques mètres d'eux. C'était le plus grand, il dominait ses semblables de plus d'une tête et avait l'air d'être le plus coriace d'entre eux. C'était un énorme primate, semblable à un gorille mais bien plus imposant encore, se tenant sur ses deux jambes et appuyé sur ses poings colossaux, le torse bombé. Aussi étrange que cela puisse paraître, ce gorille avait attaché au niveau de sa taille d'épais morceaux de cuir pour s'en faire un pagne et portait autour du cou un large ornement composé de ficelle et de divers pièces de bois sculpté.

Pendant plusieurs longues secondes, les explorateurs et le primate s'observèrent, secondes qui permirent aux autres singes d'encercler le petit groupe. Les autres gorilles étaient plus petit que celui qui faisait face aux humains, mais restaient plus imposants que des gorilles normaux, arborant eux aussi leurs pagnes et leurs étranges parures de corde et de bois sculpté, parfois sur leur torse, parfois sur leurs avant-bras, parfois même un simple collier. Étonnamment, le plus imposant des primates prit la parole. Il parla brièvement dans un langage inconnu, incompréhensible, exotique et frappa du poing sur le sol à la fin de son rapide discours, faisant légèrement trembler le sol.

Nul ne savait de quoi il était question, si le gorille les avait invité à les suivre ou à les fuir, mais il était certain que ces gorilles n'étaient pas comme ceux que l'on rencontre habituellement : ils étaient plus imposants que la moyenne et semblaient doté d'une intelligence, avaient développé une forme de langage et se servaient d'outils, ils arboraient au moins quelques parures. Toute forme de vie étant à préserver dans ces taillis peu explorés, il était primordial que les humains arrivent à communiquer avec ceux qui étaient venus à leur rencontre.






Fiche de PNJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Morgan Clayton
Apprenti Delta
Morgan Clayton

Messages : 71
Date d'inscription : 22/01/2014
Age : 28

Pique-nique dans les bois [Inscrits] Empty
MessageSujet: Re: Pique-nique dans les bois [Inscrits]   Pique-nique dans les bois [Inscrits] Icon_minitimeSam 1 Nov - 16:13

Et aller.... le sale gosse à l'idée d'ouvrir sa bouche juste pour me vanner sur ma mutation en faisant allusion a des feuilles séchées qu'il faudrait hydrater qui n'est d'autres que moi. C’était plus fort que lui mais cela ne m'étonne pas, je m'y attendais même ! J'ai même pris goût à l'habitude à force d'heures de cours privées passé avec lui. Ce qui n’empêche pas d'avoir l'envie d'en lui coller une quand il commence à dérailler, histoire de lui remettre les pendules à l'heure et également par pur satisfaction d'enfoiré d'première. Et comme tout enfoiré qui s'respecte, j'ai ma paluche droite qui, elle, ne résiste pas à l'envie d' lui tiré malicieusement l'oreille droite comme une mégère tirerait l'oreille de son marmot pour la bétisse faite. Sourire et regard bien vicieux sur ma trogne alors que je suis penché sur le côté, à son niveau.

- T'inquiète pas MOOON petiiit, j'ai toujours assez d'force pour te punir en cas d'bétise sur notre chemin, huhuhuu !

Relâchant aussitôt la pression violente des boudins qui m'servent de doigts son oreille rougeâtre, je repense à ce qu'il vient de dire sur la zone il n'y a même pas 30 secondes sur sa dernière visite en ces lieux. Eh bah putain.... Tomber sur un tyrannosaurs et une hordes de vélociraptors à peine arrivées..... On peut pas dire qu'il avait eu du cul ce jour là. 
Pas faux sur l'odorat hyperdevellopper des sauriens mésozoïque, d’ailleurs j'ai même appris sur un documentaire sur youtube, Jurrasik's fight je crois, stipulant que l'odorat des T-rexs étaient tellement puissant qu'ils étaient à même de localiser l'odeur d'une proie parmie toute une masse entière d'odeur différente. Et sur de très longues distances en plus, genre un voir plusieurs kilomètres j'crois. Autant dire : un putain d'super-traqueur. J'me demande même si c'est une bonne idée de camper ici.... que j'vais pas plutôt causer la pertes de mes coéquipiers et mettre en péril la mission..... Mais en y réfléchissant bien, vu la portée et efficacité des sens des bestioles locaux, qu'on stationne ici ou qu'on continue d'trotter ça changera pas grands chose sur les chances de tomber sur un prédateurs, voir pas du tout !

- Yeap ! Mais pour les gros mastodontes type T-rex, avec une poignée d'chance et si l'bon dieu ne s'est pas lever du pied gauche, peut-être qu'ils passeront leurs chemin pour des proies plus grosses que nous. C'est pas des gringalets comme nous qui va leurs remplir leurs panse, même en temps qu'apéritifs !

D'ailleurs Il faut pas longtemps pour que le mioche repère ce qui semble être un tricératops non loin d'nous en train de se balader, alors que j'me suis retourné là où il regarde. Du moins si j'en juge par la collerette sur sa tête et les deux cornes frontales incruster dessus. Difficile de l'voir dans l'ensemble à cause des arbres et d'la pénombre qu'elle cause, mais à vue d'oeil c'est un sacré gros pèpère qu'on à là ! Regardez moi ça...... Doit faire un sacré garrot. 
En tout cas y a l'Cymrod qui ne résiste pas à l'envie d'vouloir s'approcher d'la bête et peut être même la chevaucher et c'est bien probable, tout exciter comme il l'est. 

-  Fais gaffe quand même à ce qu'il te flatule pas à la gueule ! Ça s'rais gênant si tu tombais dans les vapes, huhuuhu !

Seulement voilà, la tête à trois cornes préfère nous dire « merde » à sa façon en allant voir ailleurs si on y était. Dommage pour toi Cymrod, ton rodeo jurassik sera pour une prochaine f......

BROUUM !!!


Quelque chose de très lourd vient de tomber derrière nous. Par réflexe j'me retourne et la première chose que je dit en voyant ce qui semble être un PUTAIN de super-gorille taille King Size devant moi se résume à.........

- WHO putain, con !


Très éloquent en effet..... En même temps qui n'aurait pas fait de même en voyant un primate aussi immense que celui-ci !? Il fait au moins trois fois mon envergure comme de taille, d'autant plus qu'il n'est pas venue seule. Au moins 7 primates venue de nul part débarquent sur les lieux et nous encerclent ! Clair qui n'ont strictement rien avoir avec nos primate d'en haut, sinon quelle simien portent des lances en bois bien pointue, des pagnes cachant leurs entrejambe et des colliers triballes comme on en retrouve chez des peuplades primitifs humains !? Évidemment qu'il n'en est rien ! Quoiqu'il en soit, je lèves les mains en l'air tel un braqueur chopé par les flics, puis un volte-face à mes collègues.

- Baisser vos armes où ranger et taches d'pas faire les cons. Ces primates ont l'air d'être bien plus futé qu'on n'peut l’imaginer.

C'était pas un avis mais un ordre, même si ma voix peut paraître faiblarde. Le King King en face de moi nous parle dans une langue bizarre dont je reconnais aucun dialecte que je connais, malgré les 5 langues étrangère que j'maîtrise, anglais exclue. Mais le ton hatif et le violent coup de poing sur le sol du chef nous donnent déjà la couleur sur l'hospitalité des étrangers sur leurs territoire. En gros : nous ne sommes pas les bienvenues.
Mais comme c'est une mission purement diplomatique, on laisse tomber les négociation à l'ancienne et on s'contente de les convaincre de notre non-intention d'entamer une guerre chez eux.

Etant donnée qu'ils doivent rien pigé à l'anglais, il reste qu'une seule alternative fiable et efficace : le language des signes mêlée au language. Ouais ca peut paraître con, mais si quelqu'un à une meilleur idée chuis pas contre. Personne n'a d'idée ? Nan ? Bien !
Je m'avance d'un pas vers le chef et j'commence a faire des signes de la mains.

- Nous (mains pointés vers moi et mes amis)
Pas (mains secouée)
Venir ( signes de déplacement avec les doigts)
Attaqué (imitation d'attaque de lance)
vous (mains pointés vers King kong Jr)

Petites secondes de pauses.

- Nous ( mains pointés vers moi et mes amis
Venir ( signes de déplacement avec les doigts
En paix ( Signe peace and love)

Putain, j'ai l'air vraiment con à faire ça ! Si Amanda me voyait faire ça elle n'aurait cesser de se foutre de ma gueule et me charrier. Mais j'me sacrifie pour la bonne cause.

- Pourquoi ? ( Signes d'imcompréhension des bras)
Vous ( mains pointés vers King kong Jr et ses potes)
avoir blesser ( imitation de quelqu'un tabassant plusieurs personnes)
Eux (sort un dossier d'mon sac pour faire sortir les photos des 3 individus en piteux états que les singes ont bléssés)

Plus qu'a attendre leurs réponses ou leurs réactions. Faut espérer qu'ils n'imaginent pas d'un quelconque foutage de gueule.......

_________________
Pique-nique dans les bois [Inscrits] Swampt12
Scipion : Je puis nier une chose sans me croire obligé de la salir ou de retirer aux autres le droit d'y croire.
Caligula : Mais c'est de la modestie, cela, de la vraie modestie ! Oh ! cher Scipion, que je suis content pour toi. Et envieux, tu sais... Car c'est le seul sentiment que je n'éprouverai peut-être jamais. [Caligula, Camus]


Dernière édition par Yitzhak Anavim le Mer 3 Déc - 21:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Animation
PNJ
Animation

Messages : 150
Date d'inscription : 05/04/2012

Pique-nique dans les bois [Inscrits] Empty
MessageSujet: Re: Pique-nique dans les bois [Inscrits]   Pique-nique dans les bois [Inscrits] Icon_minitimeLun 17 Nov - 20:25

Pique-nique dans les bois [Inscrits] 455854Sanstitre





Tous les primates semblaient intrigués par l'étrange démonstration faite par l'humain qui ressemblait plus à un amoncellement de plantes vertes qu'autre chose. Ils n'avaient pas l'air d'y comprendre grand chose mais restaient sur leurs gardes. Visiblement, le langage des signes n'étaient pas un point commun entre ces deux espèces, aussi intelligentes soient-elles, car lorsque Greenbane fit le geste de la main, pourtant universel donc compréhensible par le monde entier, de la paix, le gorille qui leur faisait face leur répondit, toujours dans cette même langue obscure, inconnue. Cependant, même si il était impossible pour de quelconques explorateur de comprendre exactement ce que le primate voulait dire, il était facile de déduire du ton employé par le singe qui leur faisait face que le symbole de paix et d'amour universel ne voulait en fait pas dire la même chose partout et que les humains n'étaient pas les bienvenus ici bas.

Mais le tas de plante ne se découragea pas pour autant : il continua malgré tout son charabia mêlé à une chorégraphie peu compréhensible pour les habitants de ces taillis. Enfin, il plongea ses mains dans son sac, geste auquel tous les gorilles répondirent en resserrant encore d'avantage leur cercle, et en sorti quelque chose de fin et fragile, qu'il ouvra pour en sortir une autre chose, encore plus fine et fragile, qui intrigua d'avantage le plus grand des gorilles.

Ce dernier s'approcha, lentement, sur ses gardes, et inspecta cette feuille de papier, qui l'intriguait outre mesure, tant il n'en avait jamais vu auparavant et sur laquelle semblait dessinés trois visages qui lui étaient familier. Oui, il les reconnut immédiatement, c'étaient les trois humains de la veille, avec lesquels ils s'étaient battus et qui avaient disparu en moins d'une seconde. Ces trois humains qui avaient blessé l'un des leurs.

Le gorille recula, et repris la parole. Sa voix était plus autoritaire que jamais, mais ses propos toujours indiscernables. Il parla plus longtemps cette fois, regardant l'homme-plante dans ce qui semblait être ses yeux, sans faire attention aux deux autres, et tout en parlant, il planta ses doigts dans le sol avant de les déplacer, créant ainsi un sillon dans la terre, avant de taper violemment du poing sur ce sillon, faisant trembler le sol alentour. Enfin, à la fin de son discours, il brandit son poing et le tendit vers l'endroit par lequel étaient arrivés ces explorateurs.

Le ton employé et les gestes qui l'accompagnaient ne pouvaient être plus clairs, mais libre aux explorateurs de bien comprendre, et de bien se faire comprendre, la réussite de la mission, voire leur survie, en dépendant certainement.




Revenir en haut Aller en bas
Morgan Clayton
Apprenti Delta
Morgan Clayton

Messages : 71
Date d'inscription : 22/01/2014
Age : 28

Pique-nique dans les bois [Inscrits] Empty
MessageSujet: Re: Pique-nique dans les bois [Inscrits]   Pique-nique dans les bois [Inscrits] Icon_minitimeSam 22 Nov - 18:44

Pendant une fraction de seconde auquel j’ai brandit les photos de nos prédécesseurs au gorille préhistorique et sous overdose de stéroïdes anabolisants, j’ai cru avoir fait une grosse boulette de manœuvre qui allait infliger à mes coéquipiers le même sort que le trio malchanceux. Heureusement, il n’en est rien. Au lieu de faire signe à ses potes de nous sauter d’ssus ou de régler son compte personnellement, il s’éloigne de quelques pas en arrière puis me répond sur un ton encore plus despotique que tout à l’heure. Pas besoin d’être une loupiote pour deviner qu’il ne tient pas nos confrères dans son cœur et ça s’ressent. Sauf que cette fois ses phrases durent plus longtemps et que mon attention reste scotchée sur les gestes du chef simien traçant une ligne sinueuse avec son index et son majeur. Puis il martele le sillage de son énorme paluche qui fait trembler la zone d’une secousse sismique et manque de m’faire basculer en arrière, avant d’orienter sa mandale au nord-est. Soit à 60 degrès vers ma droite.
Huum…… donc si j’ai bien pigé ce que dit mon chère interlocuteur à poils en face : les confréristes qu’ils ont rencontrés un peu plus loin ont parcourues l’épaisse canopée jusqu’à ce qu’il décide de se battre. Le sillon ne peut que signifier le déplacement des confréristes et le poing frappant le sol est égal à baston. V’la comment j’interprète le message qui jusqu’ici n’est pas compliqué. J’en conclus donc que ce contre quoi les explorateurs confréristes se sont confrontés devait être l’un frère d’arme du groupe qui nous encercle. Le reste n’est que spéculation. J’ignore qui a ouvert les hostilités en premier et si King kong jr l’a dit dans sa langue primitive, j’ai pas l’décodeur avec moi. Je n’peut compter que sur mon instinct, sachant que je n’ai pas l’droit à l’erreur dans mon interprétation.

Hochant la tête brièvement, je reprends le langage gestuel des signes. En tachant à c’que cela reste suffisamment simple et compréhensible pour l’énorme boule de poil en pagne. Il a p’têtre une intelligence un cran au-dessus d’nos primate de la surface, j’vais quand même pas m’amuser à savoir jusqu’où ses limites cognitifs peuvent aller !      

- Ces individus….. sont nos frères d’armes…..

Ils sont été envoyés ici par ma tribue…… afin de découvrir..... et d'explorer cette jungle…… que nous ne connaissions pas….. du coup on ne savait pas….. que ce lieu était votre territoire……. puisque nous venons de loin…….

Moi ainsi que mes frères d’armes……sommes ici…… pour réparer la faute…… de nos confrères…….


J’en profite aussi pour lui laisser une poignée de seconde pour mâcher puis digérer l’information avant de poursuivre.

- Si nos prédécesseurs…… aurait blessé un de vos amies……. moi et mes confrères….. nous pouvons le soigner…… avec les produits….. dans nos sac…….

Sinon…… nous pouvons vous offrir quelque chose….. dans nos possessions….. si vous le souhaitais……


A l’instar du primate géant, je me suis accroupie pour interprété quelques mots et passages sous formes de dessins grossiers pour que ce soit le plus clair possible. Mais également parce que je sais pas faire les signes gestuels pour ces derniers. Parmi les dessins se tenaient une hutte représentant la tribu censée être Utopia, ainsi qu’une boite ouverte avec des objets médicaux pour les produits.

- Car comme je l’ai déjà dit….. nous ne voulons pas vous faire de mal…….

Sur le coup, nulle besoin de dessin. Les signes faits sont parfaitement clair à ce sujet.

_________________
Pique-nique dans les bois [Inscrits] Swampt12
Scipion : Je puis nier une chose sans me croire obligé de la salir ou de retirer aux autres le droit d'y croire.
Caligula : Mais c'est de la modestie, cela, de la vraie modestie ! Oh ! cher Scipion, que je suis content pour toi. Et envieux, tu sais... Car c'est le seul sentiment que je n'éprouverai peut-être jamais. [Caligula, Camus]
Revenir en haut Aller en bas
Animation
PNJ
Animation

Messages : 150
Date d'inscription : 05/04/2012

Pique-nique dans les bois [Inscrits] Empty
MessageSujet: Re: Pique-nique dans les bois [Inscrits]   Pique-nique dans les bois [Inscrits] Icon_minitimeJeu 11 Déc - 5:40

Pique-nique dans les bois [Inscrits] 455854Sanstitre





Et voilà l'homme végétal qui reprenait sa danse accompagnée de paroles toujours aussi incompréhensibles pour les autochtones. Il n'avait visiblement rien compris aux menaces qui venaient d'être proférées. Pourtant le gorille ne pouvait être plus clair : quiconque franchira ce sillon fraîchement tracé dans le sol tâtera de son poing. Mais non, l' « humain » continuait de tergiverser, encore et encore. Ensuite il s'était mit à imiter le chef de tribut qui lui faisait face, en plantant son doigt dans le sol pour illustrer ses propos, avant d'ouvrir une boite remplie de produits étranges, colorés, qui attirèrent l'attention du grand primate bien plus que le reste. Était-ce une offrande  ? Le gorille n'en avait aucune idée, mais tout cela titillait sa curiosité, si bien qu'il fut rapidement rejoint par deux autres singes qui le rejoignirent dans l'observation de cette étrange boite et de son contenu.

Aucun des trois ne fut donc alertés par les mots que s'échangèrent les étrangers, trop occupés à essayer d'extraire de leurs gros doigts sombres cet objet brillant d'un côté pointu et de l'autre terminé par deux cercles bien trop petits pour que les gorilles puissent y passer leurs doigts. Ce qui les sortit de leur admiration pour ces minuscules objets comparés à leurs apparents nouveaux propriétaires était l'humain à cheveux courts, qui leur agita sous le nez cette même chose fine et fragile qu'était la photo des trois humains de la veille. C'était un cadeau aussi cette image ? Pourquoi faire ? Alors que le plus grand des trois primates qui faisait face aux explorateurs semblait complètement désintéressé de ce qu'on lui montrait, l'objet de déforma. Enfin il ne se déformait pas vraiment, mais l'image aplatie des trois humains qu'il combattu veille bougea. Décidément, ces humains-là étaient pleins de surprise : entre la boite remplie d'étrangetés et cette image mobile, ils savaient retenir l'attention des grands singes.

En réalité, même si il avait l'air subjugué par ce que formait l'encre en mouvement, le gorille était plus fasciné par l'objet en lui-même que par ce qu'il affichait. De toute façon il ne comprenait pas grand choses aux images qu'on lui montrait ; au début ça parlait des humains de la veille, puis il avait décroché, se demandant comment fonctionnait l'appareil. Mais une fois cette suite de dessins terminée, le gorille tendit lentement la main vers la feuille, s'en saisissant avec une douceur intrigante pour une bête de cette envergure pour malgré tout l'arracher, calmement, des mains de son ancien propriétaire. Une fois l'objet en main, il l'observa, de face, de profil, le tournant dans tous les sens. Rien ne se passait plus sur la feuille. Étrange. Peut-être qu'il fallait la tenir à un endroit spécifique pour que cela fonctionne ? Le gorille posa ses doigts à l'endroit où l'humain à cheveux courts les avait auparavant, mais toujours rien. C'était nul comme offrande. Le singe reposa la feuille par terre pour revenir à la boite, que les trois autres singes, les deux d'avants et un nouvel intéressé, avaient vidé.

Les primates s'échangèrent quelques mots puis un des singe remit chacun des objets à sa place initiale dans la boite qui allait avec. Enfin, les quatre primates relevèrent la tête vers les explorateurs, l'un prenant la parole, le chef, comme d'habitude, et un autre la boite, avant de s'en retourner dans l'arbre duquel il venait.  Il avait visiblement décidé de garder la boite. Vu son contenu, elle devait avoir une très forte valeur, ce qui plaisait au singe. Cette fois encore il était incompréhensible pour les humains, mais son ton était plus posé, calme, bien que toujours aussi strict. Une fois encore, tout en parlant il désigna du poing fermé l'endroit par lequel venaient les explorateurs, qui auraient du comprendre ce qu'il signifiait par ce geste dés la première fois qu'il l'avait exécuté. Là était toute la difficulté de l'exercice : tacher de se faire comprendre par les autres.




Revenir en haut Aller en bas
Morgan Clayton
Apprenti Delta
Morgan Clayton

Messages : 71
Date d'inscription : 22/01/2014
Age : 28

Pique-nique dans les bois [Inscrits] Empty
MessageSujet: Re: Pique-nique dans les bois [Inscrits]   Pique-nique dans les bois [Inscrits] Icon_minitimeJeu 5 Fév - 20:42

Yes ! Cette fois c’est la bonne !

En fin d’compte j’ai bien fait d’avoir embarquer des provisions avec moi, puisque notre primate taillé dans le king size semble porter une curiosité enfantine pour mon stock de produit médicaux. Compte tenu qu’ils sont presque aussi futés que nous et de leur mode de vie tribal, ils voient ça comme un présent en gâche de notre reconnaissance pour nous avoir aidés. Où presque, vu qu’apparemment son signe de tout à l’heure ne parlait nullement de territoire interdit, si j’en juge par sa tronche de primate blasé dès le début de ma réponse. Dieu que c’est tendue du string tout ça……

Et visiblement, même ses potes finissent par quitté des yeux mes collègues pour toucher des mirettes notre offrande. Plus précisément la seringue que tient leur chef de bande qui les fascine d’admiration. Moi j’contente de croiser les bras et d’observer leurs analyses, en attendant de voir ce qui va suivre. C’est au tour de la photo tendue par un Cymrod qui se jette lui aussi à l’eau pour prouver sa non-agression à leurs encontre. Photo qu’il avait animé a l’arrache avec son pouvoir sous forme de cartoon finie a la pisse de chameau, montrant nous trois content qu’ils aient déglingués nos prédécesseur pour qui on n’tenait pas vraiment à cœur. Une façon simple et efficace pour qu’ils sachent qu’on n’est pas là pour un réglage de compte.
Le King Kong miniature s’empare de la photo avec une retenue qui m’impressionne quand j’vois la taille de l’engin devant moi, puis tente de bougeotter la photo pour réitérer le jeu d’image d’Yitzhak, sans succès. Pas d’effet optique, ni d’images en mouvement : seulement une photo banale. Finalement entre mon offrande et celle du p’tit brun son choix fut vite réglé.

D’ailleurs j’me tourne vite fait vers le jeune confrériste avec la tronche du type tout fière de son improvisation.

- J’crois que cette fois c’est la bonne.

Et ça s’confirme déjà ! Sitôt quelques mots échangés entre eux que l’un des frères d’armes du gros primate Jurassien décampe d’ici en disparaissant dans les arbres avec tout mon matos médicaux. Bon…. ca réduit un peu les chances de survie à mes coéquipier dans cette jungle, mais au moins ça les sauves d’une mort peu enviable. Celle de mourir broyés entre leurs grosses paluches poilues et finir en ornement tribaux pour primates préhistoriques.

Visiblement, le boss simien parait plus serein et moins enclin à vouloir se servir de nous comme « punching ball pour mémé » comme dirait Surion. Encore une fois, il tend son poing dans la même direction que tout à l’heure, mais avec le tracé et le coup d’poing sur le sol en moins.
Plus besoin de se griller des neurones dans des hypothèses à la mords-moi-le-nœud, le message est très clair : les trois confréristes tabassés sont arrivés au Nord-est de notre position. Point !

J’hoche la tête de telle manière à ce qu’il voit que son message est passé comme une lettre à la poste et j’fais signe à mes frères d’armes à moi de me suivre. On s’enfonce une nouvelle fois entre arbres et buissons avec la même formation d’équipe d’avant la pause : moi à l’avant-garde, les autres à l’arrière garde. J’me charge même de dégager le passage en écartant les obstacles faibles mais très nombreux qu’est la végétation dense à l’extrême.

- On peut dire que c’était moins une ! Encore un peu et on aurait finie comme ornement en os pour nos amis d’tout à l’heure.

J’me garde de mentionner une nouvelle fois de ma capacité à être encore en vie même après destruction totale de mon corps pour n’ pas faire de jaloux.

On est pas là pour ça.

_________________
Pique-nique dans les bois [Inscrits] Swampt12
Scipion : Je puis nier une chose sans me croire obligé de la salir ou de retirer aux autres le droit d'y croire.
Caligula : Mais c'est de la modestie, cela, de la vraie modestie ! Oh ! cher Scipion, que je suis content pour toi. Et envieux, tu sais... Car c'est le seul sentiment que je n'éprouverai peut-être jamais. [Caligula, Camus]
Revenir en haut Aller en bas
Animation
PNJ
Animation

Messages : 150
Date d'inscription : 05/04/2012

Pique-nique dans les bois [Inscrits] Empty
MessageSujet: Re: Pique-nique dans les bois [Inscrits]   Pique-nique dans les bois [Inscrits] Icon_minitimeJeu 5 Mar - 10:49

Pique-nique dans les bois [Inscrits] Modif10






Avez-vous cru voir un quelconque chemin dans les menaces que les grands primates on proféré à votre égard, compagnons ? Bien sur que oui puisque vous avez repris votre route pour en savoir plus sur la mystérieuse agression de vos coéquipiers. Pauvres fous, vous pensez tout savoir, tout comprendre, tout contrôler, mais vous avez oublié que vous n’êtes pas chez vous ici !
Dans ce dangereux labyrinthe de verdure que peu peuvent prétendre connaître, vous vous enfoncez les yeux fermés, au point de vous y perdre. Après tout, un arbre n’est qu’un arbre, et qui aurait pu faire la différence entre un tel ou un autre. Personne, pas même le plus feuillu d’entre vous.
Sentez-vous la densité oppressante qui se resserre toujours plus autour de vous ? A chacun de vos pas, tout se bouche et s’opacifie, comme si la nature se démultipliait à l’infini au point d’obstruer totalement votre vue.
Les larges troncs s’assombrissent et prolifèrent sous vos yeux. Sur ces troncs, des lianes qui courent, qui serpentent, qui lézardent. Ces mêmes lianes qui rampent et s’emmêlent au travers du tapis de feuilles mortes recouvrant l’humus souple.  Et la mousse, verte et tendre, qui vient se lover dans le moindre recoin, ou se déployer sur la plus infime parcelle d’écorce encore nue.

La forêt primaire est à la fois une merveille et un piège mortel.

Alors laissez-vous enchanter, compagnons, devant cette merveille de vie. Elle fourmille partout où vos yeux se posent.
Devant cette merveille de beauté, pour vos regards avides qui savent peut-être capter le délicat flottement des rayons du soleil se posant sur les volutes d’humidité en suspension.
Devant cette merveille de découverte pour n’importe quel explorateur curieux.
Compagnons, pensez-vous être de la même étoffe dont son fait ces explorateurs ?
Oui ? Alors sachez que chaque pièce à son revers et que pour chaque scintillement qui s’offre à vous, autant d’ombre et de mystère se dérobe en silence.
Qui sait ce qui peut bien se cacher derrière ces épais feuillages ? Qui sait ce qui peut bien rôder, chercher, traquer dans l’obscurité ?
Personne ne le sait, et surtout pas vous.  
Vos paroles, votre respiration, les craquements et froissements sous chacun de vos pas… Chuuut compagnons, vous êtes bien trop bruyants. La forêt entière est déjà au fait de votre présence.
De toute façon, il est trop tard, alors allez-y, marchez. Après tout, ici, vous n’avez que ça à faire. Cependant, prenez garde et tâchez de prendre conscience du temps qui passe, des heures qui filent et de la lumière qui décline. N’avez-vous pas remarqué comme le jour se fait timide à présent sous l’épaisse canopée ? Si les rayons du Soleil arrivaient encore à se frayer un chemin entre les branchages et feuillages, il n’en sera pas de même pour ceux de la Lune.

Attention compagnons, quelque chose est là. Quelque chose a senti. Quelque chose avance. Mais qu’est ce que cela peut bien être ?Tapis dans l’ombre naissante, ça s’est redressé et ça a inspiré, longuement, profondément. Vos odeurs, si exotiques, ont caressé ses narines. Il est curieux, il veut gouter…

Compagnons, dans ce lieu où vous n’êtes que des fourmis, peut-être feriez-vous mieux de tendre l’oreille. Mais pour entendre quoi puisque cela ne fait pas un bruit ? Alors peut-être feriez-vous mieux de lever les yeux. Mais pour voir quoi puisque c’est dissimulé dans la brume sombre ?
La nuit est tombée et les minces filets de Soleil sont morts les uns après les autres. Compagnons, comment allez-vous continuer à avancer sans même voir vos pieds ? Oh, des lampes torche, comme c’est astucieux. Finalement, vous verrez vos pieds compagnons, mais vous ne serez pas les seuls…

Contrairement à vous, quelque chose n’a pas besoin de lumière pour voir. Ca sent. C’est patient. Ca sait.

Compagnons, vous avez tant marché, avez-vous faim après tout ce temps ? Etes-vous fatigués ? Peut-être pourriez-vous autoriser vos yeux à se fermer, quelques heures, quelques minutes, quelque secondes.

Quelque chose ne dort pas en tout cas…

Soyez sur vos gardes braves compagnons, car en mettant vos pas dans les siens, vous êtes entrés dans son territoire de chasse. Voyez plutôt comme ses griffes ont labouré et enfoncé la terre sous ses pattes immenses.

Oh, ne cherchez pas. Ici, c’est le maître des lieux qui vous trouvera…    



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Pique-nique dans les bois [Inscrits] Empty
MessageSujet: Re: Pique-nique dans les bois [Inscrits]   Pique-nique dans les bois [Inscrits] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Pique-nique dans les bois [Inscrits]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pique-nique dans les bois [Inscrits]
» Pique-nique enfant de 4ans
» les objets nécessaires à l'homme....et dans la vraie vie
» Découvertes archéologiques dans la Hague (50).
» Chaussures "Qui courait dans l'herbe"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: La Confrérie-
Sauter vers: