AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Georges J. Patterson is the Shadow King. [Reprise]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Georges J. Patterson
Agent du BAM Alpha
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 29/08/2012

MessageSujet: Georges J. Patterson is the Shadow King. [Reprise]   Mer 29 Aoû - 12:16

CARTE
D'IDENTITE






    NOM : Patterson

    PRENOM : Georges Jonas

    ALIAS ET SURNOM : Shadow King, le roi d'ombre, et une foule d'autre surnoms.

    AGE : 36 ans pour le corps d'empreint, et environ 8 millénaire pour l'esprit qui l'anime.

    DATE DE NAISSANCE : 4 aout 1976

    M ETIER: actuellement : Agent de Liaison.

    Autrefois, le Shadow King a exercé des métiers aussi différent que Commissaire adjoint chargé du département des crimes et délits extra ordinaires (le département de la police en charge des crimes impliquant des mutants ou de la technologie avancé), chef d'une famille de mafia ou pharaon en passant par Sénateur romain... et j'en passe.

    NATIONALITE : Le corps actuel du roi d'ombre à la nationalité américaine.

    GENRE : Masculin

    CLAN : Bureau des Affaires Mutantes.




Pouvoirs : Your Mind Is Mine !


  • Description :

    Le Shadow King dispose d'un pouvoir aux applications multiples : la télépathie. Ce pouvoir, par nature l'un des plus complexe qui soit, le Shadow King à eu le temps de la peaufiner et d'en maîtriser quasiment toutes les subtilités. Si en puissance brute, il ne se classe que parmi les 6 premiers utilisateurs de ce pouvoir, son expérience et ses milliers d'années d’entraînement en font un adversaire que même les meilleurs redoutent, certain allant le classé comme le numéro 1 ou 2 parmi les télépathes. Voici donc les diverses applications de ce pouvoir :

    • Corps Astral : Le Shadow King n'a plus de corps depuis plus de 7000 ans : il n'existe plus que sous une forme d'esprit. Cet esprit n'est pas rattaché aux contingence matérielle (il n'a pas besoin de boire, de respirer, ni même de se trouver un corps hôte). Il est par contre incapable d'interagir directement sur le monde physique, uniquement sur le plan astrale. Après tout ce temps passé dans ce monde, il n'a plus de véritable forme "psychique", seulement celle d'un homme imposant, complètement noir.
      Sous cette forme il peut se déplacer très rapidement (en fait, à la vitesse de la pensée) tout autour du globe et en faisant un certain effort observer ce qui se passe sous le plan psychique. Il est autrement réduit à sentir les déplacement psychiques des personnes se trouvant à proximité de son esprit. C'est comme voir des lumières à travers un voile tendu, il en détecte l'intensité, mais difficilement autre chose. De par ses siècles d’entraînements, il peut manipuler ce plan, pour le faire correspondre à ce qu'il souhaite, le tout sans effort particulier. Ce ci n'altère en rien le plan physique, mais lui donne un avantage net lors des batailles se déroulant dans le plan psychique. Sous cette forme, le Shadow King n'a besoin que des émotions négatives de l'humanité, qui sont à la fois sa source de nourriture et sa porte d'accès au monde physique. En effet, quand il est complètement coupé du monde physique sans lien psychique préétablis avec un humain, sa seule façon d'accéder à la réalité est de posséder quelqu'un de profondément corrompu et mauvais. Lorsqu'il s'abreuvent de cette malveillance, ce n'est pas perceptible par la personne concerné, qui ne ressent rien, mais éventuellement par un télépathe doué qui l'observerait à ce moment la. Si jamais l'intégralité de l'humanité devenait dépourvue de mauvaise pensées, ou qu'il en était coupé d'une manière ou d'une autre, il dépérirait rapidement (en quelques mois il ne serrait plus capable de rien, et se dissiperait complètement).
      Pour le tuer de façon définitive, il faudrait le couper complètement de la source de sa puissance (les psyché mauvaise humaine) auquel il s'abreuve et disperser son corps astral.

      Si le Shadow King se retrouve exposé à un mutant annulateur de pouvoir, a condition que celui ait un pouvoir ciblant non pas le gêne X mais les effets des pouvoirs alors qu'il possède un corps, il est alors incapable d'user du moindre de ses pouvoirs, et la marionnette se retrouve coupé de ses fils : le corps s'effondre au sol et le Shadow King est piégé à l'intérieur. A moins qu'il n'ait réussit à couper les amarres psychiques pour trouver refuge dans le plan astrale, ou il est alors incapable d'intervenir tant qu'il n'est pas sortit de la zone d'effet.

      Il prend alors le contrôle de cette personne et peut interagir comme tout un chacun sur ce qui se passe à proximité. Si cet hôte est tué, le Shadow king est de nouveau propulsé sur le plan psychique. Il lui fait alors retrouver une personne suffisamment mauvaise pour servir de pont (le seul laps de temps entre deux possessions par ce biais est donc le temps de recherche).



      Ce qui nous mène à son second pouvoir.

    • Possession : Le Shadow King peut s'extraire du plan astrale en possédant une personnes particulièrement mauvaise : celle ci lui sert de voie d'accès vers la réalité, comme une sorte de fil conducteur. Il dévore ensuite la psyché de son hôte, et contrôle son corps comme s'il s'agissait du sien. Il est ensuite capable d'utiliser ses pouvoirs à l'intérieur de ce corps hôte. Une autre possibilité est qu'il ait préalablement établis une sorte de passerelle psychique entre son esprit et celui d'une autre personne. Il peut alors choisir de quitter son corps actuel pour suivre ce chemin mental et atteindre l'esprit de la personne souhaité, même si elle n'est pas fondamentalement mauvaise.
      Une personne ayant une immunité à la télépathie ou disposant d'un pouvoir télépathique puissant peut se protéger de la possession. Le Shadow King peut choisir d'épargner la personnalité qu'il possède, pour la tourmenter et ainsi disposer d'une source d'énergie à portée de main. (Note : si une possession d'un joueur doit se dérouler en rp, c'est la seconde solution qui aura lieu).
      Il lui est impossible de posséder des créatures plus frustres qu'un humain, celle ci n'ayant pas les capacités cérébrales suffisantes pour cela. Il lui est par contre tout à fait possible de posséder un mutant. Dans ce cas, il conserve les pouvoirs du dit mutant, avec le niveau de maîtrise correspondant à celui de l'être possédé, voir plus si le Roi d'Ombre passe suffisamment de temps dans le corps hôte. En effet sa longue expérience de ses propres pouvoir peut facilement le mener à repousser les limites de la maîtrise d'une personnes.

      Il peut être chassé de son corps d'empreint par un télépathe suffisamment puissant. Cependant, c'est risqué, voir mortel, pour l'hôte (si celui ci est toujours vivant, bien sur). De plus, celui ci conserve une sorte de marque au fer psychologique, qui le rendra toujours craintif en présence du Shadow King (une volonté très marqué peut cependant dépasser cet affliction).

    • Contrôle mental :


      Il lui est aussi possible de contrôler des personnes autres que celle qui lui serve de corps hôte et ce quelque soit leur état de malveillance (de façon subtile, une ou deux, pour des taches basiques - comme attaquer une personne sans coordination, par exemple- quelques centaines). Ce contrôle peut s'étendre sur une distance importante (environ 3600 kilomètres) mais la concentration engendrée croit de façon proportionnelle à la distance. S'il veut maîtriser parfaitement une personne à une distance importante, il ne peut pas agir en même temps. Alors que si la personne se trouve dans un rayon d'une centaine de kilomètre, il est parfaitement capable d'exécuter une activité demandant un fort niveau de concentration (lire, conduire, soutenir une discussion). Si le Shadow King est chassé de son corps hôte, le contrôle cesse immédiatement. Il est possible de libérer individuellement les personnes contrôlée, en affrontant à chaque fois le roi d'ombre pour le contrôle de chaque hôte. Dans certains cas le contrôle n'en est pas un, mais une réécriture de la personnalité. Dans ce cas, la personne peut agir de façon normale, sans aucun lien mental avec le Shadow King, obéissants aux ordres qu'il lui a implantés. Et ce jusqu'à ce qu'un télépathe suffisamment doué vienne rétablir la personnalité d'origine. Ce processus est très complexe, et affaiblis grandement le roi d'Ombre lorsqu'il est mené sur un trop grand nombre de personnes simultanément.
      Dans le cas d'un contrôle fin de la personne, seul un télépathe doué peut détecter ce qui se passe. Quand le contrôle est approximatif, les personnes se déplacent à la façon de zombie, ce qui laisse difficilement des doutes.
      Le Shadow King prend généralement ses précautions quand il possède quelqu'un et il est très difficile de remonter psychiquement sa trace. Ce contrôle peut également s'appliquer aux animaux, avec un bémol : le roi d'ombre ne peut pas demander plus d'un esprit animal qu'il n'en est normalement capable : impossible de faire comprendre à un mouche une conversation humaines ou toute autre opération du même style.

    • Autres applications de la télépathies : Comme tous les télépathes un tant soit peut doué, le Shadow King est capable de communiquer dans l'esprit des gens (jusqu'à une distance d'environ 5000 kilomètres), de lire dans les différentes couches de pensées. Il peut ainsi accéder facilement aux pensées dites superficielles (j'ai faim, j'ai soif, mince, elle est canon cette fille, je me vengerais de ce sale **** *** *** ). Il peut également accéder aux souvenirs ainsi qu'a la personnalité d'une personne en se concentrant. Il a pour ça deux méthodes : la force brute, et la subtilité. S'il utilise la force, il est certain que sa victime aura conscience de sa présence. Préférant agir dans l'ombre, il passe généralement les défenses psychiques des personnes sans se faire remarquer, en subtilité.
      Il est également capable de provoquer des illusions chez les personnes se trouvant à proximité, modifiant leur perception du réel, inventant des mondes oniriques. Il utilise généralement ce pouvoir de deux façon : soit par petite touche, supprimant la perception de sa personnes chez ceux qui se trouvent à proximité pour devenir invisible (cela n'affecte bien sur que les gens, et pas les objets/systèmes de surveillance, juste éventuellement les personnes qui sont assises derrière ceux ci), soit en faisant vivre des instants illusoires ou ils croient agir... Alors que tout se passe dans leur esprit. Il peut aussi soustraire un objet à la vue de tous, ou alors modifier l'apparence d'un élément... Il lui arrive également d'accéder directement aux rêves des personnes, les transformant irrémédiablement en cauchemars, dont il peut contrôler le moindre détail.


  • Niveaux de maitrise:

    Après autant de millénaires de pratiques, le Shadow King n'est pas loin d'atteindre la perfection dans l'usage de ses pouvoirs. Cependant, certain aspect de ceux ci ne l'intéressent pas, et après les avoir poussé aussi loin que possible, il a cessé de s'en servir. Si un jour le besoin se faisait sentir d'y recourir à nouveau, il lui faudrait un certain temps avant de pouvoir les réutiliser au maximum de ses possibilités. Les sentiments n'ont plus depuis longtemps d'effet sur ses pouvoirs. Il a en effet compris comment les museler et à la séparer finement des effets de ses pouvoirs. La télépathie étant un pouvoir nécessitant une maitrise fine, le Shadow King ne pouvait pas laisser des choses aussi imprévisibles que les émotions influer sur celle ci.

  • Lien entre les Pouvoirs: Marvel.



Description Physique : a Shadow in the Night


  • Apparence :

    Le corps qui sert actuellement d'hôte au Shadow King est celui d'un homme bien fait, a qui on donne au premier abord entre 25 et 40 ans. Assez grand, sans que cela soit suffisant pour qu'on le remarque, il n'a pas franchement une carrure impressionnante comme celle de certains adepte du sport intensif. Cependant, il se dégage de sa carrure quelque chose qui peut se révéler relativement intimidant, sans que l'on puisse dire avec exactitude à quoi c'est du. Son visage laisse rarement paraître d'émotion en publique, au plus un léger sourire crispé. Il affiche naturellement une expression mi étonné mi dubitative, comme une invite à le surprendre, à lui montrer des choses qu'il n'a pas encore vue. Ses paupières souvent mis closes sur des yeux aux pupilles marron renforcent cette expression, lui donnant même un léger air désabusé. Sa bouche aux lèvres relativement fine souligne l'ensemble. Depuis quelques temps, il porte les cheveux brun mi long, plaqués en arrière par du gel, et la barbichette. Il appréciait celle ci, trouvait qu'elle durcissait les traits trop lâches de sa mâchoire.

    Il porte généralement des tenues assez décontractées, ne mettant son uniforme officiel que lorsqu'il y est contraint. Il le trouve peut pratique et voyant, ce qui nuit a ses enquêtes. Il a une certaines préférences pour les vêtements de couleur sombre, trait qui ne va pas aller sans se renforcer étant donné le nouvel occupant du corps...

    Pour ceux qui sont capable d'aller sur le plan astrale, le Shadow King apparaît généralement comme une forme sombre, vaguement humanoïde de taille conséquente. Il est difficile de le décrire plus précisément : en effet son apparence chance au gré de ses envies, et des besoins du moment. Il peut se faire râblé comme un vieil homme, musclé comme un athlète, nu comme un vers ou habillé de tenue aussi étrange les unes que les autres... Tout dépends de l'effet qu'il cherche à produire sur la personne qui l'observe, ou pas. Il lui arrive parfois de ne même pas se donner la peine d'adopter une forme définie, restant une sorte brouillard sombre. Bref, la seule constante avec l'apparence astrale du Shadow King est sa "couleur", toujours sombre, variant du noir aux ténèbres impénétrables....

  • Signes Particuliers :

    L'esprit de Georges J. Patterson n'existe plus. Sinon, plus visible, Georges fume très régulièrement, ce qui ne va pas en diminuant depuis sa possession.



Caractère : Darker than Dark

  • Mental :

    Si le roi d'ombre était à l'origine un simple mutant doué de pouvoirs psychiques, il est aujourd'hui devenu autre chose. Il a perdu une part de son humanité lors de ses longues errances coincé sur le plan astral, à se repaître des pires instincts de l'humanité. Il a dépassé le stade de la simple malveillance et de l'ambition, pour devenir lui même un vecteur pour celle ci. Sa vie n'est plus motivé que par l'ambition de faire régner le malheur sur le monde, de l'accroire et d'obtenir un maximum de plaisir personnel en se faisant. Simple être d'esprit, il profite de chaque occasion que lui offre la possession de la chaire pour se laisser aller a toutes les formes d'excès qui se traduisaient immanquablement par une altération de son apparence et de son poids. Ce qui fait que la majorité des corps qui ont été possédé ont développé une tendance à l'obésité entre autres maux.

    De part ses pouvoirs, le Roi d'ombre à une parfaite connaissance des petites lâchetés de ceux qui l'entourent, de leurs états d'âme en général, et il n'hésite jamais à utiliser cette connaissance dans le but de faire empirer les situations, de les rendre véritablement pourries, de façon à ce que seul un drame puisse en libérer l'abcès. Il se repaît de ces situations comme un fin gourmet de plats : en appréciant la diversité, en n'hésitant pas à faire des essais, à mélanger ce qui ne parait pas fait pour l'être... Profondément revanchard, il n'accepte jamais d'être battu voir même simplement irrité. Des choses aussi insignifiante qu'une personne parlant trop fort, lui semblant menaçante ou simplement pas assez respectueuse de retrouve rapidement à subir un châtiment qu'il estime approprié.

    En ce qui concerne la mutation, il n'aime pas ça. Pour être plus précis, il n'aime pas que les mutants prolifèrent de la façon dont c'est maintenant le cas. Autre fois, ils étaient des élus, des dieux parmi les hommes, Mais maintenant, ils n'étaient plus qu'une sorte de ... de nouvelle espèces. Quel ennuis. Cependant, il fallait bien avoué qu'il appréciait l'imminence d'une guerre entre deux espèces, certains qu'elle lui apporterait d'avantage de pouvoir. Pour lui, l'idéologie de Xavier est celle du tigre qui espère éviter d'avoir des ennuis en se comportant comme un chaton. Ridicule, et sans aucun espoir de succès. L'idéologie de Magnéto ne lui déplait pas, mais le fait que les mutants devienne l'unique espèce survivante le dérange. Il veut conserver sa spécificité. Au prix de celle des autres. Le bureau des affaires mutantes n'est pour lui qu'une marionnette, qu'il peut manipuler à sa guise pour vaincre ses ennemis. Son idéologie de neutralité est des plus risible. Quand au massacre organisé par les purificateurs, s'il n'en est pas l'architecte, il est ravi de ce développement, qui ne peut qu'accélérer le développement d'un conflit global, mutant humain.


    Actuellement, le roi d'ombre joue un rôle, celui de Georges J. Patterson, et se doit de se comporter comme lui. Du moins dans une certaines mesure. Il essaye donc d'agir comme un bon flic (ce qui n'est pas spécialement dans sa nature), motivé par l'ambition (ce qui l'est déjà plus) et assez respectueux de sa hiérarchie. Il se doit également de continuer à adapter l'attitude particulière de Georges en ce qui concerne l'usage de la violence (celui ci préférant en effet la réduire autant que possible, surtout vu la puissance des créatures auxquels il doit quotidiennement faire face). Il ne sort que rarement son arme de service, préférant discuter. Ce qui arrange bien le Roi d'ombre qui lui préfère se reposer sur sa puissance plutôt que sur des armes humains qu'il juge inefficaces. Il doit aussi adopter la même attitude que Georges vers la mutation, et la considérer comme n'entrant pas en ligne de compte. Pour Georges, c'était juste un talent comme tout le monde pouvait en faire montre le cas échéant. Un talent juste un peu plus voyant. Pour Georges, les X men sont des gens à considérer avec méfiance, car se substituant à la loi, les confréristes et les purificateurs des extrémistes terroristes à appréhender au plus vite pour que l’Amérique puisse prospérer et rester la patrie de la liberté. Le Bureau est bien entendu la meilleur solution, d'autant qu'elle est approuvée par le gouvernement.



Histoire : A long Time ago...

  • Talents Particuliers :

    Outre celui de manipuler les esprits avec son pouvoirs, le Roi d'ombre est devenu un expert dans l'usage de la parole pour conjuguer celle ci avec ses capacités. En effet, le simple fait de discuter avec quelqu'un l'amène à évoquer dans son esprit des pensées en relation avec la discutions... Dont il ne parlera pas forcément. Le Shadow King est également un expert dans l'art de placer ses pions pour des parties s'écoulant sur de très longue durée, n'ayant rien à craindre du temps qui passe... Ce qui en fait un redoutable adversaire sur le plan stratégique.

    Il possède également un grand nombre de connaissance diverses et variés accumulé au fils des siècles, dans des domaines apparemment sans
    rapports les un avec les autres, tant sur l'art de gouverner que d'extorquer des fonds en passant par l'art décrire en hiéroglyphes..
    De façon plus pratique, le roi d'ombre à également absorbé les connaissances policières de Georges, qui complètent merveilleusement les siennes propres. Il a ainsi une connaissance du maniement des armes de poing, de la façon de mener une enquête, d'interroger les suspects, et ainsi de suite.

  • Possessions :

    Georges dispose d'un loft d'environ 120 mètres carrés, d'une voiture, d'un téléphone et d'une arme de fonction (un glock, 9 millimètres) qu'il n'utilise quasiment jamais. Il dipose également d'une somme confortable sur un compte épargne.
    Georges vient d'acquérir la chevalière du clan Castlevani.


  • Biographie :

    Je suis flic. Ouais, c'est surement le meilleur moyen de commencer mon histoire. Vous devez surement vous dire : quel idée bizarre que de se définir par un métier. Même avec un métier aussi prenant que militaire, pompier ou croque mort, c'est terriblement réducteur que de se poser simplement en tant que membre d'un corps de métier. Après tout, il y a des bons flics, des mauvais flics, des véreux et des juste, des acharnés et des qui détournent le regard dès qu'ils sentent venir les ennuis. Des pères de famille et des solitaires. Mais ce sont tous des flics. Quelque part. Et moi, j'ai baigné dans cette ambiance depuis que je tète le sein de ma mère. Non, c'est trop peur dire. Tout mon arbre généalogique baigne dans le jus de flic, dans le quotidien des cognes. C'est une tradition familiale des plus ancrée : d'après la légende familiale un de mes ancêtres aurait participé à la création de la maréchaussée française. Difficile de s'en vanter d'ailleurs. Il s'agissait d'avantage d'une sorte d'annexe de l'armée que d'une force de police, mais je dois avouer que l'idée qu'un de mes ancêtres soit mêlé à la création d'une des plus ancienne force de maintien de l'ordre de l'histoire me plaît. Enfin, pour rester plus proche de moi, sachez que mon arrière grand père a été directeur du commissariat central de l'état de New York, que mon grand père à travailler en tant que directeur adjoint au FBI et que mon père a été directeur de cabinet au ministère de l'intérieur. A oui. Autre tradition familiale : on a tous commencé en bas de l'échelle. Enfin, en bas de l'échelle. Au plus bas que la branche que nous avions choisis le permettait. Inutile de dire donc que mon père n'a pas vraiment fait la circulation, pas plus que mon grand père. Moi un peu. Mais bon, cette histoire de commencer en bas, c'est de la poudre aux yeux : avec une famille comme la mienne, les promotions c'est pas ce qui est le plus dur à obtenir. Une histoire de bras ami et bien placé.

    Bon, la tradition du genre autobiographique veut que l'on commence par sa naissance, ou par ce qui se passe avant. N'ayant pas vraiment une âme d'anarchiste, même d'anarchiste littéraire, j'ai suivit la première partie à la lettre en présentant ma famille et un peu mon être. Je vais donc continuer sur ma lancé. Vous savez déjà en tout ce qu'il y a à savoir sur mon père. En gros. Est il bien nécessaire d'ajouter qu'il n'était pas très présent avec sa famille ? Une malédiction de flic, ça. Je suis quasi certain que jeune enfant il s'est juré de passer plus de temps que son père avec sa famille. Comme moi. Et que, comme moi, il n'y est pas parvenu. Un trait de famille que d'être dévoré par le boulot. Ma mère a donc occupé la place que mon père aurait du tenir, en plus de la sienne : très présente, très aimante. Une femme forte. Je dois dire que j'ignore complètement comment ils se sont rencontré. Et pourquoi elle lui est restée fidèle à travers le temps. Elle qui donnait tant et recevait si peu. Je pourrais me poser la même question avec ma femme à vrai dire. J'imagine que c'est l'amour qui veut ça. C'est de cette femme et de ce flic que devait naître deux enfants. Je suis l’aîné et de près de dix ans. Et comme en plus, je suis le centre de ce récit, je vais commencer par ma petite personne. Donc, comme je vous l'ai dit, et comme vous vous en doutiez très certainement avant cela : je suis né. Dans l'hôpital de Manhattan. Je dois dire que j'ignore totalement si j'étais plutôt du genre beau bébé poupon ou larve rachitique et prématurée. J'ai toujours eu peut d'intérêt pour ce genre de choses. Peut être une erreur de ma part, je l'ignore... Enfin, passons sur les premières années de ma vie, qui sont sommes toutes assez peut intéressantes sauf si vous appréciez les histoires de couche sale et de câlins aux ours en peluche. Ma mère avait pris un congé longue durée pour s'occuper de moi. Mon père n'avait pas encore atteins les hautes fonctions qu'il visaient dans les sphères politiques, mais avait déjà un poste suffisamment important pour nous entretenir, ma mère et moi. Bref, j'ai passé les 5 premières années de ma vie dans le cocon familial, sans voir le monde extérieur autrement que comme un endroit remplit de parc et de jeux pour enfants.

    J'ai ensuite été scolarisé. Dans une école privé, un St je ne sais plus quoi.... Qui prenait les élèves à 5 ans, et les relâchait à 18 bien endoctriné dans la certitude d'être supérieur aux autres mais respectueux de leur différence dans la foi de Dieu. Bref, c'était plutôt sympa. Je me suis fait des amis, des ennemis au cours du temps, un peu comme tous les gamins. C'est la que j'ai rencontré ceux qui sont encore aujourd'hui mes meilleurs amis. Les pieds nickelés, comme on nous surnommait. Trois gamins, toujours prêt pour faire les tours pendables. Je m'arrangeais pour ne pas être pris, de peur que mon père ne soit mis au courant. J'ai du en apprendre autant sur la façon dont un criminel peut s'arranger pour contourner la loi que sur les bancs de l'école de police. Un comble. Enfin bref, nous avons tout partagé du cartable trop lourd à nos premières clopes. A la sortie du lycée, on a tous pris des chemins différents : moi j'ai suivis un cursus pour devenir flic, John avocat et Stephen médecin. Aussi étrange que ça paraisse, nous avons continué à garder le contact, aussi bien par amitié que par le biais du boulot.

    L'école de police, ça a été une révélation pour moi. Non... Le mot est mal choisis. C'était plutôt comme retourner dans la rue ou on a grandit dix ans après. On connaît tout, mais on redécouvre avec plaisir voir parfois avec surprise cet environnement familier. Mais si l'école a été très intéressante sur le plan des connaissance, elle a été nettement moins amusante que les classes inférieure. Des amis, je m'en suis fait... mais rien de comparable. Enfin, n'allez pas vous faire des films avec moi dans le rôle du loup solitaire, non plus. J'étais de toutes les fêtes importantes et plutôt deux fois qu'une. Mais voila, ça n'était plus pareil. Finalement, je suis sortit major de promo, avec les félicitations du jury, admis dans la police de New York. J'ai été affecté aux patrouille en voiture dans le quartier de Manhattan. Pas vraiment une sinécure. Deux ans après, j'ai passé mon concours d'inspecteur. C'était vraiment autre chose. Mais bon, patrouiller dans la rue, ça m'a appris deux trois trucs sur la ville, les gens et même sur moi. Inspecteur, c'était pas encore le nirvana, mais c'était quand même une autre histoire. Enquêter, voila pour quoi j'étais fait. Enfin, à un niveau différent de celui du banal agent, avec son mot à dire et ses initiatives à prendre. Quatre ans sont passés.

    C'est à ce moment de mon histoire que je me suis marié. Je l'ai rencontré un peu par hasard, a dire vrai. Comme dans un film, un peu. Une soirée préfecture-police, donné en l'honneur de je ne sais plus trop quoi. Je l'ai bousculé pour aller prendre un verre au buffet. Pour m'excuser, je lui ai offert un verre et en plaisantant, j'ai ajouté que je ferais tout ce qu'elle voudrait. Enfin, bref, j'ai pas spécialement envie de vous raconter la suite. Un an plus tard, on se fiançait, deux on se mariait, quatre on avait un gosse. Entre temps, j'ai été nommé a différents postes. A mes 35 ans, ça fait maintenant 6 mois que je suis commissaire adjoint à la police de New York, chargé des affaires extra ordinaires. A la base, c'était un service mineur, chargé de traiter les cas fantasques comme les combustions instantanées, les phénomènes de paniques de foules, ce genre de truc. Mais à un moment les mutants ont commencé à commettre des actes qui ont fait d'eux des criminels. Et par défaut, c'est la brigade des affaires extra ordinaires qui en a été chargé. Puis c'est devenu une habitude, et finalement une coutume. Ce qui en fait aujourd'hui un département comparable aux stup ou à l'anti gang. Mais aussi un département menacé...

    Georges posa reboucha son stylo plume, le déposa dans le pot à crayon, puis s'étira. Il jeta un coup d'œil au morceau de papier qu'il avait sous les yeux. C'était déprimant de voir que l'histoire de sa vie tenait sur une page recto verso. Voila un brillante auto biographie qui s'annonçait mal. Il était partit avec un grand projet en tête, et finalement, il avait ça. Un brouillon, avec les grandes lignes de sa vie. Il avait sauté des périodes de sa vie, avait abusé des ellipses et autres procédés de déplacement temporel. Il fallait bien s'y résoudre, c'était un brouillon. Ça lui ferait un bon plan pour créer le corps de sa biographie. S'il se décidait à la continuer, ce qui était loin d'être certain. Il jeta un coup d'œil à sa montre et afficha un air surpris. Il était déjà 17 heures... et il avait rendez vous à 18 heures, à l'autre bout de la grande pomme. Un rendez vous pour le moins étrange, d'ailleurs. Une invitation pour rencontrer Frank Castlevani, parrain reconnu de la mafia Italienne. Et pour figurer sur son héritage... Le vieux mafieux payerait ainsi un service que son grand père lui aurait rendu alors qu'il était tout gamin. Georges était bien décidé à y aller (il ne tenait pas à insulter un parrain... ) mais à refuser d'être présent sur quoi que ce soit. Ce genre de chose finissait par ce savoir et était très mauvaise pour la réputation. Et par la même pour les plans de carrière.

    Une heure plus tard, il était introduit dans la bibliothèque du parrain. Il était plutôt surpris de voir que ce genre de truc existait dans la réalité : il avait l'impression de se trouver dans le décors d'un film se déroulant à l'air Victorienne. La cheminée avec un feu ronflant, les bouquins reliés cuirs, l'ambiance particulière... C'était plutôt étrange. L'homme qui l'avait fait entré, une sorte de mélange entre le majordome haut de gamme et le tueur à gage propre sur lui l'avait fait entré dans la pièce et l'avait prévenu que le notaire avait du retard. Son hôte étant physiquement affaiblit, il descendrait quand celui ci serait sur place. Georges avait donc un peu de temps devant lui. Par déformation professionnelle, il fit un rapide inventaire de la pièce. Des livres, une cheminé, les ustensiles adéquats... Une petite de travail avec des papiers dessus. Par curiosité autant que pour tuer le temps, il s'en approcha, et saisit le premier papier qui lui tomba sous la main. Pas vraiment très prudent, mais on pouvait espérer qu'un parrain doué d'un brin de bon sens n'aurait rien laissé de compromettant à la vue d'un flic qu'il avait lui même invité. Il fallait l'espérer tout du moins. D'après les premières lignes, il s'agissait d'un genre de biographie. Ayant lui même tenté une expérience similaire une heure plus tôt, il se mit en devoir de lire, histoire de comparer les styles.

    Je suis encore allé voir cet idiot de psy, aujourd'hui. Si je me plie à ce rituel ridicule, c'est vraiment pour me plier a mon rôle. Qui peut bien trouver le moindre réconfort dans le fait de parler à un type qui prend des notes ? Un mouton, sûrement. Enfin, ça en rassure certain. Je pourrais procéder selon d'autres méthodes, mais pourquoi se compliquer l'existence. Elle est si brève, n'es ce pas ? Enfin, cet incompétent à prouvé à lui seul la théorie des singes tapant du Shakespeare. Il a en effet eu une bonne idée : il m'a proposer d'écrire un récit de ma vie afin de mieux cerner ce que je suis et d'être plus à même de regretter mes actes et d'appréhender l'avenir. Quel idiot, décidément. Comme si je devrais regretter quoi que ce soit ! moi ! Je n'ai jamais rien regretté de mon existence. Par contre, faire le point sur mon existence, ce n'est pas une si mauvaise idée... J'ai vécu si longtemps et fait tellement de choses... De grandes choses. J'ai participé à l'ascension de trois empire, à la chute de deux. J'ai été l'instigateur de guerre dont les répercutions se font sentir, encore aujourd'hui... Témoins d’événements aussi marquant que l'incendie de Rome, la chute de Babylone ou que la perte de la grande bibliothèque d'Alexandrie. Je suis le Shadow King, l'ombre dans le cœur des hommes, et ceci est mon histoire.

    Georges fit une pose dans sa lecture, l'ai interloqué. Dans un premier temps, il avait supposé que c'était l'histoire de la vie du vieux mafieux qui allait être raconté... Mais c'était quoi ce délire sur ce "Shadow King" ? Et ces fichues références historiques ? le vieux était il devenu complètement sénile, et s'inventait des histoires ? Ou avait il décidé de faire un travail d'imagination pour ennuyer son psy ? C'était étrange. Mais bon, que le vieux ait perdu la boule pouvait se comprendre. Ça expliquerait les rumeurs sur son état de santé actuel. Rasséréné, il reprit sa lecture.

    "Mon histoire commence il y a environ 8 millénaires, quelque part dans ce que l'on appel aujourd'hui la terre d'Égypte. N'allez pas vous imaginer que les pharaons et autres pyramides étaient déjà bâties, que ce pays était la grande civilisation qu'elle deviendrait un jour. Non, a cet époque, le pays se divisait encore entre tribus, certaines ayant déjà adopté un mode de vie sédentarisé et ayant commencé à mettre en place une agriculture tirant partit de la richesse du Nil, alors que d'autre vivait encore comme des chasseurs cueilleur. Même si la tentation de devenir des pillards et brigand commençait à apparaître, quand l'abondance toute relative des sédentaire leur apparu. Cependant, ils redoutaient autant qu'ils enviaient ceux ci, mieux nourris et mieux équipé. Et par voie de conséquent, plus dangereux qu'eux même. Je suis né dans une de ces tribus de chasseurs. Je ne me rappel pas grand chose de ma jeunesse, si ce n'est que j'étais livré à moi même qu'une fois toutes les obligations envers la tribu remplie. C'est à dire très rarement. Je venais de passer le rituel pour devenir un chasseur à par entière quand mon pouvoir s'est manifesté. J'ai pu lire dans la tête de ceux qui se trouvaient prêt de moi. Moins d'une lune plus tard, je pouvais les faire obéir. Je les avais modifié, leurs esprits étaient loyaux envers ma personne. Ils étaient prêt à mourir pour moi. Quelles sensations enivrantes... J'ai ensuite manipulé d'autres tribus de nomades, les unissant sous ma bannière. Nous avons ainsi pu attaquer les sédentaires, en large infériorité numérique. J'ai fait en sorte qu'ils ne meurent pas tous. J'ai ainsi pu commencer à me bâtir un empire... C'était si simple. Il suffisait de les manipuler, de les faire m'aimer... Et je suis mort. Je ne sais toujours pas ce qui m'a tué. Es ce un poison qui a eu raison de moi pendant mon sommeil ? Une personne a t'elle pu franchir la protection fournit par ma garde et me tuer pendant mon sommeil ? Aucune idée.

    Mais toujours est il que mon corps physique est mort. Pour la première fois mais certainement pas pour la dernière. Et moi, je me suis retrouvé expulsé dans un monde étrange. Sans aucun repère... Je ne comprenais rien. J'ai cru devenir fou... J'avais faim. Il m'a fallut un certain temps pour me rendre compte que je me reposais beaucoup trop sur mes anciens modes de perceptions. Une fois que j'ai fait appel aux nouveaux, j'ai découvert des sources de nourriture. Les émotions négatives. Je ne sais pas comment j'ai fait pour identifier ce qui me rendais ainsi ma vitalité, mais je l'ai fait. il faut dire que finalement, j'ai passé un très long moment dans ce monde. J'ai appris la modeler à ma guise, afin de me donner l'illusion de vivre dans la réalité. Mais une illusion n'est jamais suffisante. Aussi j'ai cherché à regagner le "vrai" monde. Ça à pris du temps, mais j'y suis parvenu. J'ai trouvé une source de méchanceté conséquente et je l'ai suivit. C'était comme remonter à la nage un torrent de montagne. Après quelques essais, j'y suis parvenu. Et j'ai acquis un corps. J'ai recouvré les sensations humaines ! Pour me sustenter, après l'effort, j'ai dévoré son esprit, lui infligeant milles tourments. C'était délicieux, je m'en souviens encore. Après quelques recherche, j'ai découvert que plus de 3000 ans avaient passé. J'ai ensuite cherché à...


    Georges retourna la feuille, pour la trouver blanche de l'autre côté. Apparemment, l'histoire avait été continué, mais sur une autre page. En cherchant d'autre feuillet du regard, il aperçu dans la cheminé des papiers calcinés. Il fallait espérer que ce ne soit pas la suite de l'histoire. Celle ci l'intriguait profondément et il ne savait pas pourquoi. Pour une raison quelconque, il avait vaguement l'impression qu'elle était véridique. Ce qui était naturellement complètement impossible. Une explication plus rationnelle existait : le vieux c'était inspiré des histoires de mutants et l'avait mélangé à sa passion pour l'histoire, ou un truc du genre. Il finit par mettre la main sur une autre liasse de feuille, qui n'étaient que partiellement remplie. Sûrement des essais épars.

    ... et alors, il était déjà trop tard. Cet idiot avait des rêves de gloire, mais respectait bien trop la forme de gouvernement de son pays pour les prendre en compte. Mais, simplement en retirant une légère inhibition de son enfance... C'était si simple. Le petit César allait prendre le pouvoir à Rome. Et moi, j'allais disposer d'un soutien dans le pouvoir, et ....

    César ? Rien de moins ? Enfin, il ne fallait pas s'en étonner, après tout l'introduction ne laissait que peut de toute quant a la mégalomanie du héros de l'histoire. N'était il pas censé avoir provoqué la chute de plusieurs empires ? Enfin, si c'était un récit de fiction, on pouvait accepter de telles invraisemblance. Après tout les connaissances historique de la majorité des Américain était limité, alors si ces écris avait pour objectifs d'être lu, il était nécessaire que les personnages historiques qui y apparaissent le soit aussi.

    ... Tout comme l'incendie de Rome. Ce fou de Néron aimait le feu, voulait une ville plus belle. Comme c'était simple de mettre deux idées en relation dans le cerveau d'un homme. C'est à cette période que j'ai compris que je n'étais pas contraint de passer à chaque fois par le plan astral après ma mort : il me suffisait de créer un lien assez fort avec un homme, juste avant de mourir, ou de quitter volontairement le corps que j'habitais pour aller m'en choisir un autre...

    Les morceaux fragmentaires s'arrêtaient la, il y avait ensuite quelques paragraphes qui avaient l'air de se suivre. Georges se mit donc en devoir de poursuivre sa lecture.

    Vous vous êtes peut être déjà demandé pourquoi les américains ont décidé de lâcher deux bombes sur le Japon ? Non ? Après tout, la puissance de destruction d'une seule était largement suffisante. Une bombe de lâché et op, une ville et ses alentours de rasée. Bien sur, en lâcher deux, c'était prouver qu'il était possible de le faire, de frapper n'importe ou sur le territoire ennemi, de le priver de toute possibilité de jamais redresser la tête. Sûrement un des arguments qui ont été avancé au grand publique américain, voir même mondial. En fait, la réalité est toute autre. Comme je vous l'ai déjà dit plus haut, j'ai eu un certain nombre de rôle au cours de cette guerre, excellente à tout point de vue pour moi. Les bas instincts des hommes sont toujours exacerbé pendant les temps de guerre, et cette guerre était quasiment mondiale, et non plus localisé comme la première. Si la première m'avait fourni de la peur jusqu'à indigestion, la tout le panel des émotions négatives était présent. Sans parler de ce que les charmants scientifiques des deux camps étaient prêt à faire. Un véritable plaisir. Cependant, les alliés ont commencé à prendre le dessus, écrasant même complètement l'un de leur adversaire. J'ai donc commencé à m'impliquer plus profondément, histoire de rétablir l'équilibre. Ce qui m'aurait comblé dans la situation actuelle, c'était la possibilité qu'elle s'enlise. Qu'elle dure pendant des siècles. Les guerres moyenâgeuse avait duré des décennies... Peut être m'était il possible de faire de même avec celle ci ? Toujours est il que j'ai rejoint le camp Japonais, leur offrant mes services pour asservir les prisonniers américain. Dans un premier temps, ce projet secret visait à les faire révéler ce qu'ils savaient, puis dans un second temps à les faire travailler dans les usines. Dans un dernier temps, ils subissaient un lavage de cerveau complet, et étaient envoyé parmi les escadrilles de Kamikaze. La terreur des USA. Mais ces efforts n'étaient pas suffisant pour changer le cours de la guerre, et les Alliés finirent par apprendre mon existence. Persuadé que j'étais une menace mortelle à éradiquer absolument la ville ou j'avais trouvé refuge fut prise pour cible. Bien sur, le plus grand secret entoura l'opération et la raison qui fut avancée par les militaires pour le changement de cible de dernière minutes était due à des nuages. Mourir dans une bombe est l'une des pires morts qu'il m'est été donné d'expérimenté, encore que pas la plus lente. Cependant, si les américains pensaient être débarrassé de moi avec leur arme, ils se trompaient lourdement...

    La encore, la suite venait à manquer. A ce demander si c'était fait exprès. Peut être était ce les passages de l'histoire qu'il avait inventé qui étaient le plus clair dans son esprit ? Ou alors les morceaux de papiers dont on pouvait encore voir les restes dans la cheminée étaient ils les pages intercalaires du récit ? Peut être. Mais bon, jeter un brouillon, même mauvais, ce n'était jamais une bonne idée. Après tout, c'était déjà une base pour continuer, quelques chose sur lequel on pouvait s'appuyer, ne serrais ce que comme repoussoir.

    Nous revoici en Égypte, presque 8 millénaires plus tard. Après la guerre, j'avais choisis de me faire plus discret, me contentant d'étendre un petit empire criminel sur la ville du Caire. Un empire sans importance aux yeux des plus gros, mais qui pour l'instant me suffisait. A vrai dire, j'étais intéressé par le changement qui s'opérait autour de moi, le monde était en mutation... J'avais des égaux, je le sentais. Leurs esprits n'étaient pas aussi puissant que le mien, mais ils pouvaient faire d'autre chose. J'avais personnellement mis la main sur une jeune fille aux cheveux blanc, que je sentais doué d'un grand potentiel... à la fois en tant que créature proche de ma puissance, mais également en tant que voleuse. Elle était la meilleur voleuse à la tire de tout le Caire. C'est d'ailleurs ainsi qu'elle attira l'attention d'un touriste à l'époque anonyme, mais aujourd'hui bien connu. Un certain Charles Xavier. Au lieu de laisser filer la petite fille avec son butin, il se mit en devoir de la pourchasser et parvint même à la rattraper utilisant ses pouvoirs psychiques pour l'immobiliser. Ce que je ne pouvais manquer de repérer. Son attaque pusillanime sur quelqu'un qui l'avait offensé m'avait permis de le cerner comme un faible, de pouvoir et de caractère. Je tirais donc une sorte de coup de semonce psychique, faisant en sorte de désigner un établissement proche comme point de rendez vous. A ce moment, j'hésitais encore sur ce que j'allais faire... Briser l'insolent qui entrait dans ma ville, ou tenter d'avoir un esclave servile aux pouvoirs puissant. Bref, quand je pénétrais dans le bar, j'étais encore incertain. Ce doute se dissipa dès que nos regards ce croisèrent, et que nos esprit se frôlèrent. Il était un fervent partisan de la notion de bien et de mal, sorte de chevalier moderne prêt à ce battre pour des chimères. Prenant place sur un fauteuil, avec difficulté, mon corps d'alors était pour le moins imposant, j'engageais la conversation avec l'intrus. Malgré tout respectueux des règles, je commençais par me présenter. Toute fois, je pris certaines précaution, usant de demi vérité afin d'aider à la protection de mon esprit dans la bataille qui s'annonçait aussi certainement que le soleil se levait. Bien que situé à plusieurs tables de distances, et n'échangeant en apparence aucune parole, je débutais la conversation.

    "Je suis Amahl Farouk, le maitre de ce qu'on appelle le quartier des voleurs. Et toi, ami, qui es tu ?

    - Un étranger.

    - Sois donc le bienvenu, "étranger". Je suis propriétaire de cet établissement. Si tu veux en essayer les nombreux délices... Tu n'as cas le dire.

    -Non, merci.

    -Dommage. Nos esprits sont frères, étranger. Je le sens... Viens, je te ferais goûter des plaisirs... Une puissance tel que tu n'as jamais rêvé.

    -A quel prix pour tes victimes, maitre voleur ?

    - Ah ba ! Le lion se soucie t'il des sentiments de sa proie ? Comme lui, je prends ce qui m'est du. Qui a voulu m'en empêcher l'a regretté amèrement.

    -Nous sommes tout deux mutants... Télépathes. Nos facultés exceptionnelles ne font qu’accroître nos responsabilités envers nos semblables. Esprits frères, dis tu, Amahl Farouk ? Certes non ! Je te jure de te faire expier tes crimes en bonne justice.

    -Soit !"

    Dans un bel ensemble, nos esprits quittèrent nos corps pour se retrouver dans le niveau le plus bas du plan astrale : nous percevions encore parfaitement le bar et les gens autour de nous. Simple esprit, les émotions qui nous traversait et que nous ne contrôlions pas à la perfection était facilement perceptible par l'autre partie. Manifestement, l'homme que j'avais en face de moi était novice en la matière et avait peur. Pour ma part, j'avais des millénaires d'expérience derrière moi ainsi que les quelques combats remportés dont je vous ai parlé précédemment. Je me sentais confiant. Le temps d'une pensée, j'altérais le plan astrale, le faisant aussi déroutant que possible, sorte d'espace mal défini ou flotterai un astre arène. Je fis apparaître dans ma main une épée, modifiait mon corps astrale pour avoir un équipement évoquant celui d'un gladiateur. Mais au lieu de rester immobile comme je l'avais supposé, il réagit et copia mon équipement. Il était certes novice et puissant, les quelques coup que nous échangions (en réalité fracas de nos volontés et de nos pouvoirs), ne réussissant pas à briser les défenses de l'autre. Je changeais donc de méthode, gardant l'initiative, le privant de réflexion : mes mains projetèrent un rayon de flammes, qu'il ne para qu'avec difficulté. Privé de repère, pris entre réalité et illusion, il agissait comme dans un combat dans le monde physique, dans un monde ou les lois normales avait cours. Ce qui n'était pas le cas ici. Ces flammes n'étaient autre que l'expression de mon pouvoir, que je contrôlais selon le moindre de mes désirs : j'altérais la course de mes rayons pour le frapper par derrière. Son corps physique réagit comme je l'avais espéré à ce attaques traduisant les dommages réel, son esprit ne sachant faire la différence. J'allais porter le coup fatal à cet arrogant quand soudain il cessa de couper dans mon jeux, projetant directement l'intégralité de sa puissance contre moi, détruisant tous mes liens avec le monde réel, me laissant à nouveau simple esprit errant dans le monde psychique...


    C'est à cet instant que choisit le notaire pour pénétrer dans la pièce. Je déposais le papier, essayant de prendre l'air le moins coupable possible. Il m'adressa un regard étrange, puis afficha un air ennuyé. Quelques instants plus tard, un homme escorté par deux infirmières pour le moins mignonnes. Celle ci ne faisait que souligner la laideur de l'homme. Il avait du être plutôt pas mal dans sa jeunesse, mais l'age et l'excès de tout l'avait réduit à l'état de loque. Il finit par s'assoir non sans aide dans un fauteuil. Il me jeta un regard mi ennuyé mi amusé, comme ci j'étais un ami a qui il avait soumis une énigme que je ne parvenais pas à déchiffrer. Incapable de parler car trop occupé à reprendre son souffle, il fit signe au notaire de prendre la parole.

    "Monsieur Castlevani, ici présent souhaiterais vous mettre sur son acte testamentaire, en remerciement d'un service que lui aurait rendu votre grand père. Il sait que vous êtes tenu par votre rôle de policier et lui par ses actes passés qu'il regrette bien entendu. Aussi ce contente t'il d'un cadeau à valeur symbolique."

    Le notaire déposa sur la table une boite, qu'il ouvrit d'un geste brusque pour révéler une chevalière portant la lettre C.

    "Voici le dit objet. Monsieur Castlevani aimerait cependant votre accord. Le testament est déjà rédigé, mais cela le rassurerait de savoir que vous allez accepter...

    - C'est que..."

    Le vieil homme lui fit signe de s'approcher. Ignorant si celui ci avait du mal à s'exprimer, Georges fit l'effort de s'approcher du fauteuil du vieil homme, surmontant sa peur et sa répugnance. Quand il ne fut plus très loin de lui, celui ci lui saisit le bras et ... tout devint étrange. Il eut soudain l'impression que son crane allait exploser, que son âme était réduite en cendre, broyé, écartelé... Puis il cessa d'exister.
    Le notaire, secoua le corps du policier.

    "Monsieur, je crois que monsieur Castlevani vient de faire une attaque !!"

    Celui ci fit des vérifications rapide, et appela les infirmières, avant de passer plusieurs coup de fil afin d'alerter le samu et la police. Puis, il s'adressa au notaire.

    " J'accepte... C'est le dernier souhait d'un mort, après tout. Je prends maintenant la bague, si ça ne vous dérange pas. "

    Le notaire ne trouva rien de mieux à faire que de hocher la tête. Il savait que ce n'était pas très professionnel, mais quelque chose le poussais à accepter. Quelques instants plus tard, le policier était sur le perron, et allumais une clope. Il inspira à plein poumon la fumée, avant de l'expulser par le nez. Les affaires reprenaient... Le Shadow King avait un nouveau corps, et de nouveaux horizons à explorer...

    Selon son plan, le Roi D'ombre avait donc réussi à prendre la vie d'un agent qui allait rapidement se retrouver propulser dans les hautes sphères du nouvel organisme étatique dont la mission était de résoudre les crimes liés à la mutanité. Faisant partit des rares organismes ayant de l'expérience sur ce sujet, il se retrouva donc promu à la tête du département investigation du Bureau, en charge de l'état de New York, où il retrouva l'ensemble de ses subordonnés de la brigade New Yorkaise des Crimes et Délits extra ordinaires.

    Profitant de cette nouvelle position, il pu souffler à sa guise sur les braises du conflit mutant humain, cherchant à l'attiser. Plusieurs de ses intrigues le conduisirent à déranger les clans établit, y compris celui auquel il appartenait officiellement. Cependant, personne ne semblait comprendre qu'une seule entité malveillante se cachait derrière les sombres intrigues dont tout le monde semblait victime...

    Les enquêtes résolus, les chaudes recommandations de ses employeurs et ses propres intrigues finirent par lui valoir le poste de détaché auprès du parlement pour les affaires mutantes. Il était donc la voix théorique du Bureau auprès des pouvoirs politiques. Cependant, rapidement lassé de la facilité avec laquelle il parvenait à ses fins, il intrigua à nouveau pour retourner à une vie plus active. La chasse lui manquait.

    Manipulant à nouveau, il réussit à obtenir le poste dont il rêvait. Il serait à nouveau affecté à la section investigation du BAM de l'état de New York. Cependant, il serait relativement indépendant : chargé uniquement des missions "spéciales", qui requéraient discrétion et doigtés. Les missions impliquant les puissants de ce monde ou même des collègues d'agence fédérale, voir au sein du Bureau lui même. En somme, il venait d'être nommé chef du service de contrôle interne du BAM, avec des attributions pour le moins larges... Une nouvelle page de son jeu favori de manipulation était en train de s'écrire.



Avatar : Edward Norton
Personnage Marvel ? : Oui [x] Non []
Double/Triple Compte? : Oui [x] Non []
Si oui, Qui ? : Kurkaru.
Pseudo :
Votre Age : 22
Comment avez vous connu le Forum ? : en cherchant sur Google
[Vu par ]

Ps : les 4 derniers paragraphes de l'histoire sont des ajouts pour tenir compte des éléments survenu au cours du jeu. Les reste à été reposté à l'identique avec un correctif pour l'age, le métier et le clan et le mental (ajout des avis sur le BAM, les purificateurs).

_________________
Spoiler:
 


Dernière édition par Georges J. Patterson le Jeu 30 Aoû - 9:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Georges J. Patterson is the Shadow King. [Reprise]   Mer 29 Aoû - 13:01

te revoilà toi !

rebienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Daniel Hopes
Agent du BAM Alpha
avatar

Messages : 860
Date d'inscription : 28/03/2012

MessageSujet: Re: Georges J. Patterson is the Shadow King. [Reprise]   Mer 29 Aoû - 13:18

OO

OMG ! nommé à la police interne du BAM ????

J'ai chaud soudain..... affraid

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Tucker
Agent du BAM Alpha
avatar

Messages : 470
Date d'inscription : 29/03/2012
Age : 26

MessageSujet: Re: Georges J. Patterson is the Shadow King. [Reprise]   Mer 29 Aoû - 13:56

...

Je propose qu'on se syndicalise OO

Mauvaise venue gros fantôooome

_________________


Spoiler:
 
06/10/2011
Ma fiche - #005484
Messages RP : 132-59
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Surion
Confrériste Delta
avatar

Messages : 269
Date d'inscription : 29/03/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Georges J. Patterson is the Shadow King. [Reprise]   Mer 29 Aoû - 14:23

Et bin ! J'ai pas du tout hâte de te rencontrer !

Rebienvenue quand même.

_________________
Couleur des paroles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Georges J. Patterson is the Shadow King. [Reprise]   Mer 29 Aoû - 17:42

Re-bienvenu Kurky ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Sébastian von Orchent
Neutre Delta
avatar

Messages : 1258
Date d'inscription : 01/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Georges J. Patterson is the Shadow King. [Reprise]   Mer 29 Aoû - 18:11

SK is back Yhea
Rebienvenu, oh toi qui redore le blason du Triskelion OO

_________________
Le Léviathan

"Je suis un Démon, car je suis le mal provenant de l’âme des hommes, je suis celui qui a perdue la raison en contemplant la réalité et l’Humain dans ce qu’ils ont de plus noir, de plus nu, et qui l’a accepté et a décidé de s’en servir. Si vous devez raisonner en bien et en mal, considérez-moi comme un mal nécessaire, immuable et inhérent à l’Homme et à son imperfection."
402 Messages Rp

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paladin
X-Men Beta
avatar

Messages : 228
Date d'inscription : 02/04/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Georges J. Patterson is the Shadow King. [Reprise]   Mer 29 Aoû - 19:47

Clarice me dit de te dire qu'elle aime pas ton bouc et ton air depressif et que de toute manière comme tout les internes t'es une fiotte.

mais re-bienvenu sinon OO

_________________

Paladin

Spoiler:
 


Paladin + armure d'énergie

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Georges J. Patterson is the Shadow King. [Reprise]   Mer 29 Aoû - 19:53

Bon retour à vous Patterson, un plaisir de vous voir Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Georges J. Patterson is the Shadow King. [Reprise]   Jeu 30 Aoû - 7:25

cheers Rebienvenue Kurkaru
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Georges J. Patterson is the Shadow King. [Reprise]   Jeu 30 Aoû - 9:28

Fiche Reprises normalement :

- Modifications apportées logiques (âge vu que le temps a passé, clan vu qu'il était devenu membre du BAM sur l'ancien forum, et ajout de l'histoire sur son intégration au BAM, ajout de la vision des choses sur les Clans apparus depuis l'ancienne fiche.).

Donc bon, comme toutes reprises vérification si c'est bien la même fiche : OK

Modifications apportées (mise à jour) : OK

Donc de ce coté la, rien à redire. Vu que c'est une reprise pas de remodération des anciennes sections. Donc voila, bah tu as mon avis positif (et dans ce cas le seul nécessaire), donc Bienvenue et il te reste qu'à attendre un Admin pour être validé.

Bonne continuation
Revenir en haut Aller en bas
Maiwenn Short
Confrériste Alpha
avatar

Messages : 928
Date d'inscription : 28/03/2012
Age : 26

MessageSujet: Re: Georges J. Patterson is the Shadow King. [Reprise]   Jeu 30 Aoû - 17:20

Félicitations, nouvel Agent du BAM Alpha, les portes de X-men rpg te sont enfin ouvertes!

Avant de commencer à jouer, n'oublie pas d'aller te recenser sur la liste des avatars , la liste des pseudos et la liste des pouvoirs.

S'il s'agit d'un double compte, pense aussi à poster sur la liste des multi comptes.

S'il s'agit d'un personnage marvel, n'oublie pas de te signaler sur cette liste.

Enfin, si tu veux qu'un joueur joue quelqu'un que tu as évoqué dans ta fiche, merci de remplir le formulaire que l'on trouve ici. N'oublie pas de mettre le lien vers la fiche de ton personnage dans ton profil, et si le cœur t'en dit, tu peux aller rédiger une fiche de relation ici.

D'avance merci et surtout, bon rp parmi nous!


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Georges J. Patterson is the Shadow King. [Reprise]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Georges J. Patterson is the Shadow King. [Reprise]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Georges J. Patterson is the Shadow King. [Reprise]
» Palette 88 warm ou palette 28 shadow neutral de CS?
» Shadow cabinet de François Bayrou
» Meilleur prix pour siège romer king plus
» F901 Georges Lecointe (ex HMCS Wallaceburg)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Avant de commencer... :: Le Bureau des Inscriptions :: Fiches validées-
Sauter vers: