AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ernest Lenoir alias Crapule [Terminé]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Ernest Lenoir alias Crapule [Terminé]   Mar 3 Avr - 12:44

CARTE

D'IDENTITE







© avatar



    NOM : Lenoir

    PRENOM : Ernest

    ALIAS ET SURNOM : Crapule, anciennement Vermine

    AGE : 14 ans

    DATE DE NAISSANCE : 21 novembre 1997

    METIER : terroriste

    NATIONALITE : Américano-suisse

    GENRE : masculin

    CLAN : Confrérie




Pouvoirs :



  • Description :

    Producteur d’Altérium
    (Passif)

    Le corps d’Ernest produit une molécule particulière nommée Altérium. C’est un agent mutagène extrêmement puissant mais tout aussi instable. Dans un premier temps, nous allons voir les propriétés génériques de cette molécule. Pour ce faire, nous distinguerons les effets concernant un sujet contaminé puis ceux pour le producteur lui-même. Ensuite, nous aborderons le traitement de l’Altérium en laboratoire. Enfin, nous nous intéresserons au cas concret d’Ernest.

    1) Les effets pour un sujet contaminé :

    Quand l’Altérium pénètre un organisme étranger, il l’attaque. Etant instable, ses effets sont extrêmement variables mais jamais bénéfiques. Ils peuvent cependant ne pas se révéler néfastes. Voici les informations relatives à la contamination.
    • Sujets susceptibles d’être contaminés : tous les êtres vivants organiques.
    • Méthode de contamination : l’Altérium doit directement pénétrer le réseau sanguin du sujet, par exemple à la suite d’une morsure ou d’une transfusion. Ceci fait, il peut ne pas être stoppé par une quelconque forme d’immunité dû au gène X de la victime. Il n’existe effectivement aucune parade fiable contre l’Altérium.
    • Nature des effets : il peut s’agir de n’importe quelle type de mutation ou d’altération. Il peut également s’agir de toutes sortes de réactions physiologiques. L’intensité des effets va de ridicule à énorme. L’Altérium est potentiellement mortel. Si le sujet possède un gène X, il y a de fortes chances pour que les effets soient associées à sa mutation.
    • Nombre d’effets : chaque contamination provoque généralement un seul effet. Mais il peut y en avoir plusieurs. Il est même possible que cela d’éclanche une sorte de réaction en chaine. Si un sujet déjà contaminé l’est à nouveau, normalement cela ne change rien mais rien n’est sûr avec l’Altérium.
    • Délai avant l’apparition des effets : de quelques secondes à quelques minutes après la contamination.
    • Durée des effets : de quelques minutes à permanent.


    L’Altérium, par lui-même, est donc une arme avec certes un énorme potentiel mais elle est si peu fiable qu’elle n’a au final que peu d’intérêt. Il est impossible pour le producteur d’Altérium de déterminer les effets de ses contaminations. Le hasard est roi.

    Remarque : sauf accord préalable, l’Altérium n’aura jamais d’effets permanents sur un joueur.

    2) Les effets pour le producteur lui-même :

    Lors de l’éveil du gène X, le producteur est tout d’abord contaminé par son propre Altérium qui a alors considéré son corps comme un organisme étranger. La contamination se déroule comme décrite ci-dessus à une exception près : elle est forcément permanente. Ensuite, l’Altérium se répand essentiellement dans le sang et la salive du producteur. La molécule joue désormais un rôle protecteur en son corps.
    • Elle empêche les infections.
    • Elle rend impossible les cancers.
    • Elle repousse toutes les maladies.
    • Elle neutralise les poisons, les drogues et, d’une façon générale, tous les produits qui doivent être injectés ou ingérés pour faire effet.
    • Elle rend donc inefficaces les produits médicaux ce qui peut être un gros problème.
    • Elle rend particulièrement endurant à l’alcool.
    • Elle immunise aussi contre l’Altérium provenant d’une autre source.


    Attention tout de même : la protection accordée par l’Altérium n’est pas sans faille. Tout d’abord, les indications ci-dessus n’entrent que dans un cadre conventionnel. Pour ce qui en sort, il faut juger au cas par cas. Ensuite, l’Altérium étant instable, il peut sans prévenir ne plus protéger le sujet. Heureusement, cela n’arrive que rarement et pendant de courtes périodes.

    3) Le traitement de l’Altérium :

    Jusqu’à présent, nous avons abordé les effets de l’Altérium sous sa forme brute, c'est-à-dire tel qu’il se présente après avoir été produit par l’organisme. Cette molécule a donc un énorme potentiel. Elle est certainement l’un des agents mutagènes les plus puissants au monde. Mais sont instabilité la rend bien trop aléatoire et donc bien peu utile. Toutefois, il se trouve que l’Altérium est malléable. Un scientifique assez expérimenté, assez inspiré, disposant des moyens technologiques nécessaires et ayant étudier cette molécule peut la transformer à sa guise. Les possibilités qui lui sont alors offertes justifient aisément les efforts fournis et c’est peu de le dire.

    Ce scientifique pourra alors créer d’innombrables dérivés, de l’Altérium raffiné en quelque sorte, parfaitement stable et provoquant un effet bien précis. Cette molécule en elle-même n’est ni bénéfique, ni néfaste. Elle est ce qu’on en fait. Elle peut servir à guérir des maladies incurables. Elle peut aussi neutraliser le gène X d’un mutant. Elle peut encore créer des abominations ou devenir une arme anti-humaine. Et ce n’est là qu’un très bref aperçu des possibilités. Les seules réelles limites sont celle du scientifique. Et bien évidement, rien n’empêche de combiner l’Altérium à d’autres éléments pour encore aller plus loin.

    Le seul problème dans tout ça, c’est que l’Altérium brut se conserve très mal. De plus, créer de l’Altérium brut de synthèse est pratiquement impossible ou, tout du moins, il aura un potentiel sensiblement inférieur. La meilleure solution est donc de s’approvisionner directement auprès d’un producteur.

    4) Le cas d’Ernest :

    Produire de l’Altérium, cela signifie avoir un incroyable potentiel en soi mais ne pas y avoir accès sauf si on est soi-même un scientifique. Or, ce n’est pas le cas d’Ernest. Il est donc un mutant relativement faible. L’Altérium, au moment de l’éveil de son gène X, a fait de lui une sorte d’homme-rat. Plus petit, plus faible physiquement qu’un humain, cette altération corporelle permanente ne lui accorde en échange aucun réel bénéfice. Il peut certes mordre plus facilement grâce à sa gueule et donc ainsi contaminer quelqu’un, mais comme expliqué plus haut ceci n’est guère fiable comme méthode. Cette forme monstrueuse est décrite dans le paragraphe concerné à l’apparence. Il n’y a rien de plus à dire sur elle. Cependant, les choses n’en sont pas resté là pour Ernest…

    Hyper Réactif
    (Passif)

    Normalement, la situation d’Ernest n’aurait pas dû évoluée. Mais voilà, ayant été cobaye entre les mains d’un savant fou, les expériences qu’il a subit ont perturbés sa production d’Altérium. Même si à présent cette dernière est redevenue parfaitement stable, il en porte toujours les séquelles. Celles-ci l’ont rendu anormalement nerveux. De plus, un rien provoque chez lui des productions d’adrénalines. Tout d’abord considéré comme un nouveau désavantage avec lequel il fallait composer tant bien que mal, Ernest s’est par la suite rendu compte qu’il pouvait en tirer bénéfice. En effet, cette nouvelle spécificité lui permet d’accroitre considérablement sa réactivité et l’efficacité de ses actions. Par contre, s’il en abuse, il va très vite se sentir totalement épuisé. Cela peut aller jusqu’à lui faire faire des malaises. De plus, il risque également de subir une sorte de crise nerveuse. Il se met alors à trembler si fort qu’il peut à peine agir et qu’il éprouve même des difficultés à s’exprimer. Cela peut durer quelques minutes à plusieurs heures.

    Voici ce que, concrètement, Ernest arrive à faire grâce à cette hyper réactivité :
    • Il a d’incroyables réflexes. Par contre, un rien le fait sursauter sauf s’il se concentre spécifiquement pour que cela n’arrive pas.
    • Tous ses gestes sont vifs, rapides, précis. Par contre, s’il n’y prend garde, il a des tics nerveux très réguliers.
    • Il peut dès qu’il le désire être sous l’effet de l’adrénaline. Ainsi, pour lui, le temps se ralentit et il peut pousser son corps au maximum, voir légèrement au-delà. Attention, c’est justement cette pratique qui est le plus susceptible de provoquer une crise nerveuse. De plus, Ernest peut se blesser en voulant trop en faire.

    Attention, il ne faut pas confondre hyper réactivité et super vitesse. Ce que réalise Ernest n’a en fait rien d’incroyable au sens mutant du terme. Il pousse juste son corps à ses limites avec une aisance déconcertante.

  • Niveaux de maitrise :

    Produire de l’Altérium, c’est un fait. Cela ne se prête a aucune forme de maitrise. Seul l’hyper réactivité a dû être maitrisé. Etant une discipline plutôt instinctive, ce fut rapide d’y parvenir. Par contre, Ernest en a aussi rapidement fait le tour. Il n’a plus grand-chose d’autres à attendre de cette hyper réactivité.

  • Lien entre les Pouvoirs:

    Ernest ne possède à l’origine qu’un pouvoir, celui de produire de l’Altérium. Sa forme monstrueuse, qui n’a d’autre effet que de seulement modifier son apparence, en est une conséquence direct. L’hyper réactivité est, quand à elle, une conséquence imprévue. C’est à ce titre qu’on peut la considérer comme un pouvoir distinct.



Description Physique :



  • Apparence :

    Le corps d’Ernest a été transformé par l’Altérium qu’il produit. Il a désormais les traits d’un homme-rat. Il mesure à peine 116 cm et sa posture courbée le fait paraitre encore plus petit. Il est de plus un poids plumes, pesant à peine plus de 20 kg. Son physique altéré mélange donc des attributs humains et animaux : son torse et ses bras sont plutôt ceux d’un homme alors que ses jambes et sa tête sont ceux d’un rat. Il possède en plus une longue et fine queue. Celle-ci, ainsi que ses pieds et ses mains, sont les seules parties de son corps à ne pas être recouvertes par de la fourrure. Sa peau est blafarde alors que son pelage est couleur fauve. Sa musculature, plutôt bien développée pour son âge, est visible sous ses poils. Ses doigts et ses orteils se terminent par de petites griffes acérées. Même si quelques personnes peuvent trouver son visage de rongeur mignon, ce dernier n’est quand même pas avenant. Sa dentition en partie visible même lorsque sa gueule est fermée rend ses sourires bien peu agréables. Son regard sanglant témoignent de sa vivacité d’esprit mais transmet aussi un petit quelque chose de dérangeant. Ses oreilles pointues peuvent trahir, par leur orientation, ses états d’âme.

    Ernest a une hygiène irréprochable. Il faut savoir à ce sujet que l’Altérium n’a pas son pareil pour écarter les parasites suceurs de sang. Au niveau vestimentaire, il affectionne les tenues sombres, résolument fonctionnelles. Il tient à conserver sa liberté de mouvement tout en offrant une apparence digne. On le voit souvent porter un pantalon assez ample adapté pour laisser sortir sa queue, une large ceinture à boucle d’acier, un gilet sans manche et des mitaines, le tout intégralement noir. Il a prit l’habitude de rester pieds nus tant se chausser est difficile pour lui. En cas de nécessité, il se bande les pieds de tissus, ce qui le dérange beaucoup moins. Son pelage l’aidant à lutter contre le froid, il est rare de le voir rajouter des couches de vêtements.

  • Signes Particuliers :

    Tout le physique d’Ernest est particulier. Sa façon de bouger, très vive, le caractérise également. Il aura donc bien du mal à se déguiser par des moyens conventionnels.



Caractère :

  • Mental :

    Ne vous laissez surtout pas abuser par la jeunesse d’Ernest. Il est entré si brutalement dans le monde des mutants que ce ne fût pas sans séquelle. Ses expériences passées font qu’il n’a en rien le comportement d’un adolescent ordinaire. Une certaine démence sommeille en lui. Il peut tuer de sang froid, il la fait de nombreuses fois déjà. Il semble éprouver un certain plaisir à être méchant et peut donc commettre des actes néfastes totalement gratuits. Sa façon implacable de traquer ses proies a vraiment de quoi glacer le sang. Il ne faut toute fois pas le prendre pour une sorte de psychopathe incontrôlable. Il est tout le contraire. Même si parfois, il s’énerve tant qu’il en perd ses moyens, il est quelqu’un de réfléchi. En fait, il agit très souvent par calcul. Faut dire qu’Ernest est surdoué et que donc, forcément, cela le prédispose à se servir de sa tête. Faut aussi dire que cela ne l’aide pas du tout à paraitre sympathique. Lunatique, il peut passer très vite d’une étrange joie de vivre à une fureur saisissante, dont on vient de parler, puis enchainer sur un calme méditatif. C’est surtout cela, cette alternation si contrastée de comportement, qui montre sa folie sous-jacente. Pour terminer sur ses nombreux défauts, il est excessivement fier, il est rancunier et quelque peu pervers sur les bords.

    En réalité, Ernest est quelqu’un de traumatisé. Ses nuits sont tourmentées d’horribles cauchemars. Cela ne l’excuse pas pour tout ce qu’il a fait. Dès le début, il n’avait pas un très bon fond mais il ne serait jamais devenu ainsi sans le poids de ses mésaventures. Il a une dent contre la société et exècre le BAM pour ce qu’ils sont : les garants de l’ordre. Il déteste également l’Institut Charles Xavier qu’il tient pour responsable d’une partie de ses malheurs. Alors, il est entré dans les rangs de la Confrérie même si, au fond, il n’adhère pas vraiment aux idées de Magnéto. Il ne considères en effet pas les mutants supérieurs au humains. En même temps, l’élimination de l’humanité ne lui pose pas plus de problème que ça et s’il faut choisir un camp, il prendra toujours celui des mutants. Malgré tout, lui-même n’a pas perdu toute humanité. Avec de très rares personnes, il montre son affection et le besoin d’être aimé. Son goût pour la lecture et l’écriture prouvent aussi qu’il lui reste une petite partie de normalité en lui.



Histoire :



  • Talents Particuliers :

    Surdoué :
    Ernest possède une prédisposition particulière au calcul mental et peut donc tout à fait se passer de calculatrice dans la plupart des cas. De plus, sa mémoire est hors normes. C’est simple, il se souvient de tout. Il peut donc se passer de notes écrites et autres choses du même genre. Sa vitesse d’apprentissage est stupéfiante.

    Trilingue :
    Ernest parle Anglais, Français et Allemand.

    Compétences martiales :
    Puisqu’Ernest ne peut pas compter sur un puissant pouvoir offensif, il a très tôt compris qu’il devait compenser cette lacune par une autre méthode. Il a donc appris à se battre comme un humain, ou presque. En effet, il n’hésite pas à tirer profit de sa petite taille et de son hyper réactivité pour accroitre son efficacité. Il base sa défense sur l’esquive totale et son attaque sur la précision et la rapidité d’action. C’est un combattant certes léger et fragile mais extrêmement mobil. Il est capable de vaincre à mains nues bien plus grands et plus lourds que lui. Bon, bien sûr, faut pas exagérer non plus. C’est quand même pas l’as des arts martiaux.

    Armes blanches, armes à feu et explosifs :
    Combattre à mains nus, c’est bien, mais avec une arme, c’est mieux. L’arme de prédilection d’Ernest est incontestablement le poignard de jet. Il en possède toujours quelques-uns sur lui. Cela lui offre une grande polyvalence. Il peut frapper au corps à corps, un poignard dans chaque main, et à distance. Il est véritablement un pro en la matière. Il sait également tirer avec une arme à feu. Un pistolet de petit calibre, généralement muni d’un silencieux, lui convient très bien. Mais il se sert aussi de fusil de précision. Enfin, il sait manipuler des explosifs, mais ce n’est pas trop sa tasse de thé.

    Assassin :
    Le poignard, le pistolet silencieux et le sniper, on devine bien là par cet arsenal qu’Ernest n’est pas un adepte de l’affrontement brutal. Bien souvent, quand il frappe, c’est pour tuer. Il sait entrainer dans cette optique. Aussi, aussi petit et faible qu’il puisse être, le sous-estimer peut être fatal.

    Formation complémentaire :
    Pour compléter ses talents, Ernest a appris l’art de la discrétion ainsi que celui du crochetage. Il nage comme un poisson et grimpe comme un singe. L’espionnage est également dans ses cordes.

  • Possessions :

    Ernest, fils de milliardaire, aurait pu tout avoir. Aujourd’hui, officiellement, il n’a rien. Concrètement, ses possessions se résument à peu de choses et aucune d’entres elles n’est particulière. La Confrérie est sa maison. Cérès est sa famille.

  • Biographie :

    De l’union entre Philippe Lenoir, richissime homme d’affaire Suisse, et Ashley Willard, actrice Américaine, naquit Ernest. Difficile de rêver meilleur départ dans la vie. Le jeune Lenoir ne fut toutefois pas éduqué comme un enfant gâté, bien au contraire. Son père, peut-être un peu trop sévère, lui imposa une grande rigueur, désirant le bâtir à son image, celle d’un homme sérieux, intègre, qui sait travailler dur. Timide, réservé, Ernest fit la fierté de ses parents car il montra très tôt des dispositions intellectuelles d’exception. Toujours premier à l’école il sauta une, puis deux classes. Cette avance scolaire eut pour conséquence de le couper des gens de son âge et cela participa à alimenter le mal-être qui grandissait en lui. En effet, il avait de plus en plus l’impression de vivre dans une cage dorée. Les occasions de s’amuser était trop rare, on lui en demandait trop. De plus, Philippe, ce père qui dirigeait ses pas était également un père peu présent, sa profession étant très prenante. Ernest se tourna vers sa mère. A elle seule il avoua ses états d’âme, espérant secrètement qu’elle puisse arranger les choses… en vain. Alors, en derniers recours, Ernest se réfugia dans les livres. Il rêvait d’une autre vie, il rêvait d’être un autre, il rêvait d’être libre. Il se mit même à écrire dans son coin des histoires qui le mettait en scène, lui et ses désirs.

    Ainsi se déroula son enfance. Habitant tantôt dans le manoir familial en Suisse, tantôt dans l’hôtel particulier à Manhattan, fréquentant les meilleurs écoles privées, le garçon était promis à un glorieux avenir, celui de succéder à son père à la tête du conglomérat Lenoir. Or, il ne voulait pas de cet avenir, il n’arrivait pas à s’y résoudre. Vint un moment où il craqua. Ce fut en décembre 2009, le jour de Noel. Il avait alors 12 ans et ce moment de fête, il le passait en famille, à New York. Pour la première fois, lui qui d’ordinaire était si calme, il se disputa avec son paternel. Ho, rien de très violent mais tout de même, le garçon dit ce qu’il avait sur le cœur. Cela aurait pu en rester là. Mais le gène X en décida autrement. Ernest n’ayant jamais tenu tête à son père avant aujourd’hui, le pic émotionnel qu’il ressentit fut bien assez fort pour éveiller la mutation qui sommeillait en ses entrailles. En l’espace de quelques secondes, il se mua en une créature mi-humaine, mi-rat. Il en résultat un vent de panique sans précédent dans l’hôtel particulier. Le pauvre Ernest, sous le choc, sitôt qu’il eut un peu rassemblé ses esprits, prit la fuite. Courir hors d’ici, courir loin, c’était tout ce qu’il avait en tête.

    Seul dans la vaste ville, sous ses traits monstrueux, l’enfant-rat trouva pour seul refuge les égouts. Il rêvait d’une nouvelle vie, voilà son souhait exhaussé. Bien sûr, jamais il n’aurait imaginé pareil retournement de situation. De plus, cette brutale séparation ne fut pas simple à vivre. Des centaines de fois, il songea revenir auprès des siens. Mais il n’osa pas se représenter devant son père avec ce visage de rongeur. Un rat, vous pensez bien, comment pouvait-il encore se considérer être un Lenoir ? Les jours passants, malgré les difficultés, il goûta au plaisir de cette liberté tant convoitée. Très vite, il se résolu à tirer un trait sur sa bonne éducation si pesante. Par la force des choses et par conviction, il devint presque une bête, allant à travers les égouts, seulement vêtu de sa fourrure et de sa crasse. Il se nourrissait dans les poubelles. Il passait son temps à lire des livres volés et aussi, à écrire toujours ses propres histoires. Il se choisit un nouveau nom : Vermine.

    Ce fut en lisant les journaux que Vermine apprit le divorce de ses parents. Il découvrit également une déclaration de sa propre mère, vomissant sa haine contre les mutants. C’était pour elle qu’il avait le plus d’affection, pour elle qu’il songeait toujours à revenir quand il serait prêt. Mais elle le reniait publiquement ! Comment imaginer pire trahison ? Il crut que son père était dans la même démarche. Cette fois, ce fut sur son passé qu’il tira un trait. Il ignorait cependant que son gène X lui avait été transmis par Ashley et que Philippe, désespéré, le cherchait dans tout New York. Vermine continua son existence primitive. Il commença à voler plus régulièrement. Sa haine pour sa famille se porta bientôt sur la société toute entière. Il commençait à mal tourner.

    Un événement, cependant, allait le remettre sur le droit chemin. Un jour, alors qu’il se baladait dans les égouts, il trouva un individu mal en point. Il s’occupa de lui et apprit bientôt son nom : Daniel Hopes. Daniel, une fois sur pieds, prit l’enfant-rat sous son aile. Il s’efforça de le ramener à la civilisation et réussit à le faire entrer à l’Institut Charles Xavier. Voilà Ernest en de bonne main. A l’Institut, il en apprit plus sur sa mutation. Il découvrit qu’il était porteur d’un puissant agent mutagène : l’Altérium. Il fit également la connaissance de nombreuses personnes. Parmi elles : Enora Lacourt qui devint une amie, et Neko, qui allait devenir sa petite amie. Hélas, le destin n’avait pas encore fini de jouer des tours à l’enfant-rat.

    L’Altérium attira la convoitise d’un individu peu recommandable : Phobos. A sa demande, Vermine fut kidnappé et conduit en son laboratoire. Le jeune mutant y passa deux longues semaines qui lui parurent une éternité. Il fut traité comme un animal, comme un cobaye. Gardé en cage, il subit nombre d’expériences. Les X-Men finirent par le sortir de là mais le mal était déjà fait. A jamais traumatisé, Ernest n’était plus le même. Quelque chose s’était cassée en lui. A moitié fou, il considéra l’Institut responsable de son malheur. Elle n’avait pas su le protéger. Peu de temps après, il la quitta. Ce fut pour rejoindre les rangs de la Confrérie. Aveuglé par sa révolte, les préceptes de Magnéto l’avaient attiré. Cependant, cette dévotion ne dura pas. Vermine était entré dans une période très trouble de sa vie. Sa relation avec Neko avait résisté au drame et cela le reliait toujours d’une certaine façon à l’Institut. Mais la Confrérie tenait à l’Altérium. Voilà le jeune mutant tiraillé entre deux camps adverses. Comme si cela n’était pas assez compliqué comme ça, il reprit contact avec son père mais dans l’unique but de servir les intérêts de Magnéto. Il fit aussi la connaissance de Sphinx, frère de Neko, qui trempait dans ses propres affaires. Ce fut pour rendre service à ce dernier qu’Ernest entreprit d’attaquer avec lui une annexe de la CIA. L’opération le conduisit dans les prisons du BAM. Vermine dont l’appartenance avec le groupe terroriste fut établi, Vermine qui avait entreprit de manipuler son propre père, ce Vermine devint un personnage médiatiquement détesté et condamné à une lourde peine de réclusion criminelle.

    Philippe Lenoir, déjà bien diminué par la tristesse, ne le supporta pas. Il mit fin à ses jours. Ashley, quand à elle, ne se montra pas une seule fois. L’état psychologique de Vermine ne put qu’en être encore dégradé. Il réussit, après plusieurs mois, à s’évader grâce à l’aide de la Confrérie. Mais il ne trouva alors rien de mieux que d’envisager de retourner à l’Institut. Pour en finir avec son état trop instable, la décision fut prise de lui faire subir un lavage de cerveau. Ce fut Cérès qui dirigea l’opération. Elle en profita pour se placer au centre de la vie de l’enfant-rat. Elle-même avait besoin de l’Altérium mais ce n’était pas son unique motivation. Un temps amnésique, Vermine se sentit en paix. Il commença à considérer Cérès comme sa mère. Cependant, son passé trop proche ne tarda pas à le rattraper, notamment sous la personne de Neko qui fit de son mieux pour lui rendre la mémoire. Cérès dû bientôt avouer être la commanditaire du lavage de cerveau. Mais elle donna aussi ses raisons : elle s’était sincèrement attachée à Ernest, elle voulait le libérer de son affreux passé. Ce dernier décida de tout lui pardonner. Il n’avait plus de famille et la perspective d’avoir une mère adoptive l’attirait beaucoup. Cela comblait un terrible manque affectif en lui.

    Désormais, Ernest a 14 ans. A peine plus de 2 ans on suffit à changer ce garçon timide de bonne famille en un terroriste mutant digne de ce nom. Il est un étrange adolescent. Il ne se remettra peut-être jamais totalement de ses mésaventures, mais grâce à sa mère adoptive, il a retrouvé un peu d’aplomb. De plus, il a renoncé à ses mauvaises habitudes prises dans les égouts. De ce fait, il a abandonné le surnom de Vermine qu’il n’apprécie plus. Il se fait désormais connaitre sous le pseudonyme de Crapule. Au sain de la Confrérie, il a fait oublier ses débuts peu convainquant par une fiabilité sans faille. Cessant de compter sur les autres pour sa protection, il a entreprit d’intenses entrainements. Il est décidé à défendre les intérêts des mutants et, surtout, ceux de sa mère.




Avatar : homme-rat

Personnage Marvel ? : Oui [] Non [X]

Double/Triple Compte? : Oui [] Non [X]

Si oui, Qui ? : -

Pseudo : Crapule

Votre Age : 26 ans

Comment avez vous connu le Forum ? : ça fait plus de 2 ans que je le connais. Diable, ça passe vite !

Remarque sur la fiche :
Suite à la suppression du forum, cette fiche a été refaite de A à Z mais elle n’est pas pour autant nouvelle. Il s’agit en gros du bilan de 2 ans de RP revu et corrigé à plusieurs niveaux.

Vu par Cérès Cérès


Dernière édition par Crapule le Mar 3 Avr - 16:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Esther Ophraïm
Résident(e) à l'Institut Gamma
avatar

Messages : 270
Date d'inscription : 01/04/2012
Age : 38

MessageSujet: Re: Ernest Lenoir alias Crapule [Terminé]   Mar 3 Avr - 15:19

Mon ratichou d'amouuuur! Razz

Je n'aurai qu'une chose à dire : ma modo sera impartial et impitoyable! Very Happy

Près, pas près, j'y vais!




    NOM : Ok.

    PRENOM : Ok.

    ALIAS ET SURNOM : Ok.

    AGE : Ok.

    DATE DE NAISSANCE : Ok.

    METIER : Ok.

    NATIONALITE : Ok.

    GENRE : Ok.

    CLAN : Ok.




Pouvoirs :



  • Description : J'ai un léger doute Oo

    Citation :
    Ceci fait, il peut ne pas être stoppé par une éventuelle immunité dû au gène X de la victime.

    Est-ce que cette phrase signifie de manière cornélienne que certaine personnes peuvent être immunisées à l'Altérium? Ou as-tu voulu dire qu'il n'existe pas de cas d'immunité totale à l'Altérium?

    NDLR : Il existe déjà une forme d'Altérium raffiné Wink Rappelle-toi que j'ai stopper la dégénérescence de ma mutation grâce à un dérivé chimiquement travaillé de ton Altérium. Tu as donc déjà un exemple concret que tu peux éventuellement préciser dans ta fiche si tu les désires. Wink

    Pourrais-tu aussi décrire un peu les crises nerveuses dues à un excès d'hyper-réactivité? est-ce la fameuse bombe électrique dont tu parlais sur l'ancien forum? Ou autre chose? En ce cas, quid cette histoire de bombe électrique? Tu laisses tomber? (Vu que tu n'en parles pas dans ta fiche)

  • Niveaux de maitrise : Ok.

  • Lien entre les Pouvoirs: Ok.



Description Physique :



  • Apparence : Lol, la description de maître Splinter! Razz

  • Signes Particuliers : Ok.



Caractère :

  • Mental : Ok.



Histoire :



  • Talents Particuliers : Ok.

  • Possessions : Ok.

  • Biographie : Ok.




Et bien voila une excellente fiche. PRécise simplement mes questions au niveau du nouveau pouvoir et tu auras mon Avis Positif sans le moindre souci. Wink

P.S. : Par facilité pour moi, tu seras un amour de faire les addenda en couleur Very Happy

_________________