AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Caolán Fitzroy - Tropic

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Caolán Fitzroy - Tropic   Lun 2 Avr - 21:17

CARTE

D'IDENTITE







© Frederick Howard



    NOM : Fitzroy.

    PRENOM : Caolán.

    ALIAS ET SURNOM : Tropic (rapport au cocktail), la Moufette (par ses frères, à Boston).

    AGE : 15 ans.

    DATE DE NAISSANCE : 19/07/1996.

    METIER : S'efforce de monter un petit trafic de Tropic, « étudiant ».

    NATIONALITE : Américaine.

    GENRE : Masculin.

    CLAN : Élève X-Men.




Pouvoirs :



  • Description :
    Synthèse biochimique :

    Tout être humain possède de nombreuses glandes capables de synthétiser, puis de libérer différentes substances spécifiques, déterminées par leur code génétique. Les cellules glandulaires de Caolán, elles, peuvent garder en mémoire la composition de matières, et les recréer à volonté, pour ensuite les déverser dans n'importe lequel de ses fluides, qu'ils soient endocrines (sang, liquide cérébrospinal...) ou exocrines (salive, sueur, urine...).

    Dans un premier temps, le corps du mutant doit avoir été en contact avec la substance. La durée que prend la sauvegarde est variable, en fonction de la quantité et de la nature du contact : tactile, de une minute à plusieurs jours, ingestion une trentaine de minutes, injection dans le sang pratiquement instantané.

    Une fois l'élément en mémoire, il est produit régulièrement en très petite quantité dans tous les fluides, ce qui permet aux cellules de ne pas perdre sa trace. Si sa synthèse n'est pas stimulée pendant longtemps, néanmoins, il finit par disparaître au bout de quelques mois.

    Ensuite, l'organisme peut le produire, s'il respecte deux conditions :

    -Qu'il ne comporte pas de noyau, et que sa complexité soit d'échelle cellulaire au maximum. La synthèse d'acaryotes (virus) est possible, mais pas celle de cellules, ni de protistes, ni de champignons.
    -Que les atomes qui le composent soient présents. Si tout est fait pour acheminer le moindre atome présent aux lieux de production, cela implique que certains matériaux, notamment de nature extraterrestre (adamantium, vibranium...) ne sont pas productibles. Cela implique également que Caolán peut souffrir de carences sévères à la suite d'une synthèse trop importante.

    Immunité progressive :

    Au fur et à mesure que l'organisme du mutant produit une substance, il y devient de plus en plus tolérant et résistant. Le pouvoir concerne la plupart des effets nocifs de la substance sur toutes les zones de l'organisme, que ce soit la peau, les organes internes ou les autres cellules. Cela lui permet de contrôler les populations virales, de résister aux effets secondaires de substances déversées dans le sang, ou de produire des substances corrosives sans subir de brûlure chimique. Plus le corps à l'habitude de la synthétiser, plus il en tolère une concentration élevée. Ce seuil est aussi dépendant du milieu dans lequel elle est déversée : certaines restent extrêmement dangereuses à secréter dans le sang ; le fluide qui présente le moins de risque étant la sueur. L'immunité peut parfois s'appliquer aux autres éléments très proches. De plus, le système rénal est beaucoup plus performant, permettant de se débarrasser des éléments solides qui ont tendance à s'accumuler chez les humains normaux. Il reste parfaitement vulnérable à la mise en contact soudaine avec des produits nouveaux.

  • Niveaux de maitrise :
    La synthèse fait appel à des sensations subtiles pour sélectionner la substance à produire. L'expérience est comparable à chercher dans le noir une surface particulière parmi d'autres, chacune ayant une texture différente. Il faut en conséquence souvent y aller à tâtons, et en cas d'agitation, la confusion est possible. Caolán est donc limité dans le nombre de substances différentes qu'il est capable de créer facilement (une vingtaine), pour les autres, le processus est plus long et soumis au hasard. Outre cela, comme toute fabrication, son emploi nécessite que les cellules soient alimentées en énergie, en cas de production intensive, la fatigue, voire des malaises, peuvent donc poindre. Le mutant ne peut stimuler activement la production que d'une seule substance à la fois, mais peut choisir de n'affecter d'un seul type de glande, même si la production de la substance donnée augmente toujours légèrement pour les autres, inconsciemment. Certains éléments sont parfois émis sans qu'il le veuille, dans certaines situations.

    Si cela peut prendre longtemps pour être significatif, les substances rencontrées à ce jour finissent toujours par être concernées par l'immunité acquise. Toutefois, certaines émissions propres à une mutation peuvent parfois passer au-delà. Un détail reste à préciser : si pour une raison ou pour une autre, Caolán perd ce pouvoir, la situation lui sera sans doute fatale en quelques minutes, quelques dizaines de seconde s'il a synthétisé une substance agressive récemment.

    Liste de quelques substances mémorisées :
    Dopants :
    Méthamphétamine [amphétamine]
    Produite régulièrement car c'est une des rares substances à avoir des effets d'addiction modérés sur Caolán, elle est courante dans le milieu du sport, ou elle est pourtant illégale.
    +Fait disparaître la sensation de fatigue, de faim, de douleur, de peur
    +Augmente la confiance en soi
    +Augmente la vigilance
    +Augmente la température du corps (production sudoripare plus importante), hypersalivation
    -Sensation euphorique, légères hallucinations
    -Insomnies chronique
    -Crampes beaucoup plus fréquentes en cas d'effort physique (ne se font sentir qu'après une injection)

    Octafluoropropane [fluorocarbure]
    Trouvée dans un vieux réfrigérateur, son utilisation est normalement risquée chez l'être humain. Elle est néanmoins utile pour soutenir des efforts de longue durée.
    +Augmente l’alimentation des muscles en oxygène
    -Perte de concentration, hyperactivité

    Drogues :
    Cocaïne, Héroïne, MDMA
    Inutile de les décrire, Caolán n'est pas dépendant de ces substances, en partie parce qu'il ne les produit que rarement en quantité dans son sang.

    Substances corrosives :
    Acide nitrique
    Très agressif envers les métaux, sans doute l'acide le plus souvent produit par le mutant après l'acide chlorhydrique (naturellement produit dans l'estomac). Néanmoins, les vapeurs qu'il dégage, même si elles sont mieux tolérées, empêchent une utilisation trop massive ou trop longue.

    Acide fluorhydrique
    Le plus délicat à utiliser des acides, tant il est toxique, y compris pour lui. Caolán en fait uniquement l'emploi à faible concentration pour fragiliser le verre.

    Virus :
    Mononucléose
    Extrêmement facile à transmettre par la salive.

    Divers :
    Phtalocyanine
    Colorant bleu, si secrété par les glandes sudoripares, il donne rapidement une teinte bleue à la peau. Elle est toujours présente en petite quantité dans la sueur.

    Sulfure d'ammonium
    Particule absolument nauséabonde, et dont l'émission est hélas mal contrôlée. Dans les moments de tension, elle a tendance à être produite de façon passive, ce qui lui donne une forte odeur d’œuf pourri. Cette émission est largement réduite par l'action de la méthamphétamine sur le cerveau.

    « Cocktails » (les composants doivent être synthétisés séparément) :
    The Tropic
    Un speed-ball (cocaïne-héroïne) assez classique avec addition de MDMA, le tout en cristaux dissous … dans de l'urine (ce n'est pas vraiment un détail mis en avant). La phtalocyanine (qui n'est guère un colorant alimentaire, mais les consommateurs n'en sont plus à ça près) lui donne une jolie couleur azur. Elle dégage une légère odeur d’ammoniac, et est très amère. Intense (le coma survient entre 20 et 30 cl), elle se consomme cul sec dans un verre à shot, et les effets psychotropes se dissipent cependant rapidement (entre une et trois heures). C'est la principale source de revenus de Caolán, et l'origine de son pseudonyme : elle était à la base présentée comme le « Psychotropic Cocktail », vite abrégé en Tropic, un nom de code exotique qui a fini, par métonymie, par désigner le fournisseur.

  • Lien entre les Pouvoirs:
    Une simple adaptation progressive du corps au pouvoir de synthèse.



Description Physique :



  • Apparence :
    Un adolescent dans un corps d'adolescent encore un peu plus jeune : les amphétamines ont légèrement ralenti sa croissance physique. Il n'a donc pas une stature très imposante et ne mesure qu'un mètre soixante-six, alors qu'il était au-dessus de la moyenne dans son enfance. Sa silhouette est malgré tout longiligne, svelte, très leste, en effet il pèse à peine une cinquantaine de kilos. Il a le haut du corps et les bras frêles, mais des jambes athlétiques, témoignage de son poste de milieu de champ extérieur au baseball. Son visage s'accorde bien avec le reste de sa morphologie, fin, léger, planté d'un nez droit, couvert de discrètes tâches de rousseur. Des cheveux blonds comme on en voit peu aux États-Unis sont tenus mi-longs, s'arrêtant à des sourcils tout aussi clairs, juste assez courts pour ne pas tomber sur des yeux très bleus. Ces traits confirment une origine irlandaise, et sans doute par là nordique. De la même manière, sa peau est plutôt blanche, voire laiteuse, et semble mal réagir au soleil.

    Caolán serait d'un naturel des plus agréables si la prise régulière de substances chimiques ne lui donnait pas en permanence un air décalé. En public, il ne paraît jamais vraiment avoir une attitude normale, visiblement surexcité, presque sautillant même quand il ne bouge pas, les mouvements brusques et nerveux, il peut en agacer plus d'un. Du reste, son regard est troublant, ses pupilles étant toujours dilatées à l'extrême. Souvent, son épiderme prend une teinte bleuâtre au niveau du front et des yeux. Sa tenue est en revanche une chose qui ne sort pas de l'ordinaire ; jeans, t-shirt, chemises à carreaux, veste à capuche, grands manteaux en hivers, tout ce qui est à la mode est bon. Il y porte cependant un certain soin.

  • Signes Particuliers :
    Pupilles dilatées (supporte peu les lumières trop intenses), fluides légèrement bleutés, sang noir, température du corps à 38°C.



Caractère :

  • Mental :
    Après tout, Caolán est comme tout le monde, il cherche à se faire sa place. Pour cela, il sait très bien se dispenser des principes moraux qui pèsent sur les autres personnes. Les règles et les vertus, ce n'est pas vraiment pour lui. Si ce n'est pas tout à fait un salaud, son opportunisme et sa vénalité n'en font clairement pas un héros. Il est bien plus intéressé que la norme, cherchant par tous les moyens à se procurer des faveurs sociales et surtout pécuniaires. En d'autres termes, il aime l'argent et le pouvoir, sans doute beaucoup trop pour quelqu'un de son âge. Il n'irait probablement pas jusqu'à tuer, mais n'éprouve pas beaucoup de scrupules à jouer des mauvais coups, à vendre de la drogue, à trahir ses partenaires. Il a l'instinct grégaire uniquement parce qu'il compte sur les autres pour se protéger. Heureusement (ou hélas, c'est selon) il cache très bien ce penchant à ses aînés. C'est un fin diplomate et un menteur habile, il aura fallu plusieurs années avant que ses parents saisissent qu'il tournait mal.

    Que ce soit l'effet du sang brûlant qui coule dans ses veines, la majeure partie de la journée saturé d'amphétamines, il est en permanence hyperactif : il a des difficultés à rester sans rien faire, se lasse très vite de l'inactivité, du silence et du noir, qui l'effraient depuis l'enfance. Ce n'est pas qu'il ressente constamment l'envie de changer, il déteste simplement perdre son temps. Les autres lui paraissent souvent lents en acte et en esprit, ne comprenant pas qu'il faut agir dans l'instant. Les fois où il est en période de sevrage, le début de matinée, les périodes de fatigue, de maladies, il subit toutefois un violent contrecoup émotionnel. Sa vie lui paraît fade, ses activités sans intérêt, il est désagréable, irritable, pessimiste, et il sombre extrêmement vite dans une dépression qui ne prend pas fin avant la prochaine dose.

    Il souffre mal l'autorité, surtout quand elle vient des plus vieux que lui. Il ne l'exprimerait pas directement à celui qui voudrait modérer quelque peu sa fougue presque constante, mais il est certain qu'il met la plus mauvaise volonté du monde à se plier à ce que les adultes espèrent de lui, si ces attentes l'ennuient. Il peut néanmoins être amené à se battre facilement avec les autres adolescents, étant assez susceptible sur certains sujets tels que sa famille, ses origines ou sa religion, et ayant grandi dans un milieu ou les rixes ne sont pas exceptionnelles. En effet, s'il ne se tient pas rigueur de bafouer en permanence les valeurs catholiques dans lesquelles il a été éduqué, il ne supporte pas le blasphème, et injurier le Seigneur revient à se mettra à mal avec lui. Là non plus, il n'en dira selon toute probabilité rien, cependant, il n'en pensera pas moins. C'est une affaire de culture, en somme.

    Il faut être catégorique : les mutants, il n'en à rien à faire. Il est à l'Institut parce qu'on le force à y être, pas parce qu'il partage l'utopie de Xavier, et il pense sincèrement qu'il serait bien mieux ailleurs. Pas qu'il cautionne davantage les doctrines de la Confrérie, si ça peut leur faire plaisir, il est intérieurement très content et fier d'être mutant, mais ça s'arrête là, pas besoin d'aller se faire sauter pour le faire savoir à tout le monde. Pas besoin de le faire savoir à tout le monde tout court, de fait. Quant au BAM... la police n'a jamais été un problème... pour l'instant.



Histoire :



  • Talents Particuliers :
    Malgré sa petite taille, l'adolescent est d'une grande hargne et d'une grande efficacité quand il s'agit de cogner, il sait se défendre depuis toujours. C'est un sprinteur, un excellent voltigeur au base-ball, un acteur hors-pair, un négociant avide.

  • Possessions :
    Un scooter vert vif, quelques bons clients en manque et une centaine d'euros dans une cache à Boston.


  • Biographie :
    Je n'ai pas été le premier, pas même le deuxième ou le troisième, mais le cinquième à naître. Cinq garçons. Mes parents voulaient obstinément une fille, je crois. Tant pis. Je pense aussi surtout que ma mère n'imaginait pas vivre autrement qu'entourée d'enfants. De toute façon, elle n'avait plus vraiment le choix. Elle était tout le temps coincé à la maison avec mes frères et moi. Mon père, il était moins casanier. Il se démenait comme il pouvait pour nourrir tout ce petit monde. Il travaillait dans une petite société de sécurité. Pas le genre de turbin qui vous rapporte des millions. Je suis à peu près certain qu'ils faisaient de leur mieux pour bien s'occuper de moi. Me porter de l'attention. Tout ça. Sauf que quand on a fait cinq gosses, c'est plus difficile. Donc on grandit un peu comme on peut. Être le cadet d'autant de monde, ça forge le caractère. C'est pas la jungle, mais on apprend à se débrouiller. Comme tout ceux qui ne sont pas nés avec une cuillère d'argent dans la bouche, je dis pas.

    Les moments où on se retrouvait tous en famille, il n'y en avait pas plus de deux ou trois dans la semaine, surtout quand Donal et Morann, les plus vieux, ont commencé à s'installer ailleurs. La messe, le dimanche. C'était important pour ma mère. Et puis le samedi après-midi, on jouait au base-ball tous ensemble. Ça aussi, c'était presque une institution. Le soir, on allait danser au son de la musique traditionnelle. C'était dans l'un des derniers bistrots du Massachusetts tenus par un vrai descendant gaélique. Chez Maël. Le tenancier disait souvent qu'à continuer à faire des mioches à cette vitesse, mes parents auraient vite fait de repeupler les États-Unis avec des petits irlandais. Ils ne se sont pas arrêté. J'ai eu une sœur. Et un autre frère. On vivait comme dans une bulle. Une bulle en forme de trèfle vert vif, qui avait le goût de la Guiness, l'odeur de la tourbe, des accents de gigue. Totalement coupé du monde autour. Le rêve américain, c'était pas pour nous. Alors, l'ascension sociale...

    C'est pour ça que je ne devais pas m'attendre à faire des études trop hautes. Ni même à recevoir trop de soins si je tombais trop malade. Pas que j'étais malheureux. Mais je me sentais écrasé. Écrasé sous le poids de ma famille, sous celui de la religion, de la tradition irlandaise, de ce quartier populaire de Boston Sud. Plus le temps passait, et plus j'avais l'impression d'être empilable. Mon lit l'était, et ma maison pareil, pourquoi pas moi ? J'ai pris la décision de m'en sortir. Je ne me rappelle plus quand, un matin peut-être. Assez tôt, en tout cas. Vers onze ou douze ans. J'étais pas le plus costaud. Pas le meilleur en classe. J'étais bon en base-ball. La fédération du coin m'avait repéré. Avec un peu de chance, j'aurais pu faire un parcours pro. Devenir un grand joueur. Je savais que c'était aléatoire. Je savais que j'arriverai à m'élever. Je n'imaginais juste pas comment.

    L'école non plus, c'était pas très jouasse. On se battait souvent. Pour tout et rien. Surtout rien. Un jour comme les autres, j'étais en train de me faire tabasser par grand con. Lui, personne l'aimait. Personne ne lui parlait. Immense, gros, crétin. J'avais essayé de lui piquer son déjeuner. Hélas, il était moins bête qu'il en avait l'air. C'était de bonne guerre. Ça ne m'empêchait pas d'être furieux. Furieux de m'être fait attraper, surtout. Il me prend par le col. Me cogne la tête contre le sol. Puis approche son odieux visage du mien. J'ai du sang partout. Je considère qu'il aura du mal à me mettre dans un état pire. Je lui crache en pleine figure. Un crachat bien rouge. J'étais pas vraiment capable d'observer le résultat. Je l'avais visé rien qu'à l'haleine. Ce dont je me souviens, surtout, c'est du bruit de ça a fait. Comme une bûche qui crépite, rongée par les flammes.

    Déjà qu'il était laid. Il m'a vite lâché, à pousser un cri de douleur, et a plaqué ses mains sur ses yeux. Ils étaient écarlates, horribles. J'ai cru qu'il allait me tomber dessus. Moi, j'avais l'intérieur de la bouche tout sec. Je ne me suis pas fait prier pour déguerpir. J'ai cru un moment que c'était ça, mon pouvoir mutant. Cracher de l'acide. Quitte à en être un, c'était assez décevant. Heureusement, la vie m'avait fait un don bien plus utile. Malheureusement, sa découverte complète ne fut guère plus agréable. Le gros porc, on ne l'écoutait pas beaucoup. Pourtant, ses élucubrations avaient assez le ton de vérité pour que des rumeurs naissent. Ça suffisait à me mettre à l'écart de pas mal de personnes.

    Première étape : des débiles me bombardent de bombes puantes. Pour vérifier si à eux aussi, je vais leur brûler les yeux. Seconde étape : deux jours plus tard, je me balade avec des potes sur une ligne de chemin de fer. On joue à se retirer au dernier moment, à se faire peur. Je suis à ça de me faire rouler dessus. Mon cœur accélère. D'un coup, je me mets à puer. D'une puissance incroyable. Du même miasme que celui qui m'avait suivi pendant plusieurs heures. Que j'avais eu tant de mal à faire partir. Mes amis s’esclaffent. Je leur dis qu'il restait une boule dans mes poches. Je fais semblant de rire aussi. La surprise passe. Je comprends. Je jubile.

    Parallèlement, ma vocation pour le base-ball se porte bien. On me qualifie de grand espoir du sport américain. Les entraînements deviennent de plus en plus fréquents. L'enjeu est toujours plus important. La veille d'un match qui oppose l'équipe junior de Boston à celle de Hardfort, on me propose de prendre des stimulants. Tout le monde en prend, me dit-on. J'accepte. D'autant plus que ça fait maintenant un certain temps que je sais comment mon corps fonctionne. Je n'arrêterai plus jamais d'en prendre. Comme beaucoup d'autres saloperies. J'avale n’importe quoi, je n'en meurs pas. Mon estomac est invincible. Je rattrape à la volée une douzaine de balles. Tout le monde applaudit. Mes performances ne cessent de progresser. Ma taille, non. Mes muscles, jusque là en avance sur ceux des autres, s'arrêtent de grandir. Je prends du retard. Mes performances en pâtissent. Je sens la déception des entraîneurs. Je sens que ma place est ailleurs.

    Les pubs louches sont nombreux dans mon quartier. Mes amis commencent à y traîner. Mes frères y sont depuis longtemps. Moi aussi. Mon père se fait vieux. Trop vieux pour être crédible dans son métier. Ce qu'il fait maintenant paye beaucoup moins. Mes frangins travaillent peu. Gagnent peu. Les finances du foyer baissent. Je suis lassé de devoir me serrer la ceinture. J'ai un plan pour me faire de l'argent. Au début, c'est un trafique discret. Je passe par l'intermédiaire de Donall. Comme toute la famille, il connaît mon statut de mutant. Il n'y a que ma mère qu'il inquiète. Elle hésite. Elle regarde régulièrement les discours de ressortissants d'églises extrémistes à la télé. Elle ne sait plus quoi penser. Je refile un « vin » de stupéfiants à quelques connaissances. Pas très cher. Ça plaît. On me sollicite davantage. Je me procure toujours plus de drogues. Je cherche les mélanges les plus efficaces. Les plus violents. Le dosage du Tropic est le plus abouti. Le plus apprécié. Il se vend jusque dans certaines boîtes réputées. Je prétexte auprès de mes parents faire des petits boulots. J'utilise mes bénéfices pour m'acheter un petit scooter aux couleurs de l'Irlande. Ils sont surpris mais ravis. Ils savent combien il est nécessaire de savoir se débrouiller. J'en profite aussi pour faire l'acquisition de quelques produits. Grâce à Morann qui travaille comme agent d’entretien dans les labo Johnson&Johnson. Je suis prudent. Je ne transporte jamais la marchandise. Je la produis toujours sur place. Je pensais n'avoir aucune chance de me faire prendre.

    C'est le soir. Je sors du lieu de rendez-vous. Le parking d'une boîte de nuit. Un groupe de flics attendent à la sortie. Ils ne sont pas animés de soupçons particuliers. Ils me font tout de même un dépistage. Je suis contrôlé positif à l'alcool, à la plupart des drogues existantes. Au commissariat, on appelle mes parents. Ils ne sont pas vraiment dans de bonnes dispositions... Je leur mens. Ou plutôt, je plaide une demi-vérité. Je leur dis que je ne prends jamais de stupéfiant. Théoriquement, c'est vrai. Je n'en consomme pas. En réalité, c'est faux. Il est directement produit dans mon sang. Ça ne marche pas. Ils ne veulent rien entendre. Ils me balancent comme mutant. Puis mon père a une idée. Une idée qu'il cultivait depuis longtemps, en somme. Une idée à la mode pour le placement des mutants. Que seuls ses scrupules l'empêchaient de mettre en application. Il signe les papiers. On me fait une prise de sang. Mon sang est noir. C'est récent. Je m'en étais à peine rendu compte. Au tribunal, il propose l'idée au juge. Il décide de ne retenir que l'idée en question.

    Le lendemain du jugement, je fais mes valises. Direction le bagne.




Avatar : Kåre Hedebrant.

Personnage Marvel ? : Oui [] Non [X]

Double/Triple Compte? : Oui [] Non [X]

Si oui, Qui ? : Pour la première fois depuis longtemps, aucun.

Pseudo : AGS, Angros, Félix.

Votre Age : 17 ans.

Comment avez vous connu le Forum ? : Je le lâche pas.

Vu par la bête Twisted Evil


Dernière édition par Caolán Fitzroy le Sam 7 Avr - 11:08, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Caolán Fitzroy - Tropic   Mer 4 Avr - 15:33

Ceci est une fiche terminée !
Revenir en haut Aller en bas
Esther Ophraïm
Résident(e) à l'Institut Gamma
avatar

Messages : 270
Date d'inscription : 01/04/2012
Age : 37

MessageSujet: Re: Caolán Fitzroy - Tropic   Jeu 5 Avr - 11:57

Très bien petit mignon ^^ C'est moi qui vais me charger de ta première modération.

Tu es prêt? Accroche ta ceinture, on y va!



    NOM : Ok.

    PRENOM : Ok.

    ALIAS ET SURNOM : Ok. Razz

    AGE : Ok.

    DATE DE NAISSANCE : Ok.

    METIER : Ok.

    NATIONALITE : Ok.

    GENRE : Ok.

    CLAN : Ok.




Pouvoirs :



  • Description : Juste une chose que je n'ai pas bien comprise. Caolan produit ses drogues via son sang, sa salive, sa sueur ou son urine. Mais d'un point de vue vente/consommation. Il raffine ces fluides pour en extraire des substances pures? ... Ou il crache, saigne ou pisse dans les verres? Suspect

  • Niveaux de maitrise : Ok.

  • Lien entre les Pouvoirs: Ok.



Description Physique :



  • Apparence : Ok.

  • Signes Particuliers : Ok.



Caractère :

  • Mental : Ok.



Histoire :



  • Talents Particuliers : Ok.

  • Possessions : Ok.

  • Biographie : Alors, tu dis être le cinquième à naître et d'avoir eu une soeur puis un frère mais dans le premier paragraphe tu parles de six enfant. Si j'ai bien compté, 5 et 2 font 7 Wink

    Sinon j'aimerais que tu développe un peu plus le pourquoi du comment la mutation de Caolan a été découverte à son arrestation et pourquoi il a été décidé de l'envoyer à l'Institut Xavier plutôt que dans une quelconque maison de correction. Caolan semble se fiche comme d'une guigne des mutants et son style de comportement, sans parler de son pouvoir, peut créer de sérieux problèmes à l'Institut. Quelle raison à poussé la direction de l'institut Xavier à accepter Caolan? Ou si cette décidion a été imposée par voie de justice, pourquoi le juge aurait-il choisi cette solution plutôt que la maison de correction? Après tout, les actes de Caolan ne peuvent pas être mis sur le compte de sa mutation.




Voila voila. Dans l'ensemble c'est une excellente fiche très intéressante. Corrige les deux ou trois broutilles que j'ai trouvé et mon avis devrait être sans aucun souci positif Smile

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Caolán Fitzroy - Tropic   Jeu 5 Avr - 23:11

Cérès a écrit:
Il raffine ces fluides pour en extraire des substances pures? ... Ou il crache, saigne ou pisse dans les verres? Suspect

Pour le Tropic, comme pour la plupart des substances vendues, c'est la deuxième solution qui est privilégiée (c'est d'ailleurs précisé dans le paragraphe associé à la substance). Il a une nette préférence pour cette méthode rapide dont personne du reste n'est au fait. Rolling Eyes

Cérès a écrit:
Sinon j'aimerais que tu développe un peu plus le pourquoi du comment la mutation de Caolan a été découverte à son arrestation

C'est déjà indiqué : parce que ses parents eux-même l'ont dénoncé, et aussi parce que son sang est noir (mais cette découverte est postérieure de quelques dizaines de minutes, donc).

Cérès a écrit:
pourquoi il a été décidé de l'envoyer à l'Institut Xavier plutôt que dans une quelconque maison de correction. [...] Ou si cette décision a été imposée par voie de justice, pourquoi le juge aurait-il choisi cette solution plutôt que la maison de correction ?

Je ne crois pas qu'il faille donner une description uniquement idéologique de l'Institut. C'est certes un lieu de formation pour les X-Men, mais aussi une école pour mutants. Je cite ici une ligne de la description du BAM qui paraît tout à fait appropriée en l'état :

"Si le délit commis par le mutant est mineur il est possible d'envisager une collaboration avec l'institut Xavier pour un placement."

En outre, la situation s'est déjà présentée sur le forum avec des personnes bien plus problématiques et dangereuses qu'un adolescent de quinze ans toxicomane (cf Jack Storm). Si le juge choisi cette solution, c'est parce que l'Institut est le seul lieu scolaire aux États-Unis adapté pour gérer les sujets mutants (une phrase de plus).

Cérès a écrit:
Après tout, les actes de Caolan ne peuvent pas être mis sur le compte de sa mutation.

Le fait qu'il soit en permanence sous l'influence d'une multitude de drogues et de substances diverses est directement lié à sa mutation, au contraire. D'ailleurs, il n'a pas reçu de sanction autre que son placement à l'Institut (je rajoute une phrase pour le préciser).

Citation :
Voila voila. Dans l'ensemble c'est une excellente fiche très intéressante. Corrige les deux ou trois broutilles que j'ai trouvé et mon avis devrait être sans aucun souci positif Smile

Merci beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
Esther Ophraïm
Résident(e) à l'Institut Gamma
avatar

Messages : 270
Date d'inscription : 01/04/2012
Age : 37

MessageSujet: Re: Caolán Fitzroy - Tropic   Sam 7 Avr - 8:07

Merci pour ces précisions Wink

La fiche est donc recevable pour moi!

Premier avis positif! cheers


_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Caolán Fitzroy - Tropic   Sam 7 Avr - 8:27

Relecture faite, il n'y pas pas de problèmes visibles, deuxième avis positif, bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Caolán Fitzroy - Tropic   Sam 7 Avr - 11:13

Merci tout plein !
Revenir en haut Aller en bas
Daniel Hopes
Agent du BAM Alpha
avatar

Messages : 860
Date d'inscription : 28/03/2012

MessageSujet: Re: Caolán Fitzroy - Tropic   Sam 7 Avr - 11:29

Félicitations, nouvelle élève x men delta, les portes de X-men rpg te sont enfin ouvertes!

Avant de commencer à jouer, n'oublie pas d'aller te recenser sur la liste des avatars , la liste des pseudos et la liste des pouvoirs.

S'il s'agit d'un double compte, pense aussi à poster sur la liste des multi comptes.

S'il s'agit d'un personnage marvel, n'oublie pas de te signaler sur cette liste.

Enfin, si tu veux qu'un joueur joue quelqu'un que tu as évoqué dans ta fiche, merci de remplir le formulaire que l'on trouve ici. N'oublie pas de mettre le lien vers la fiche de ton personnage dans ton profil, et si le cœur t'en dit, tu peux aller rédiger une fiche de relation ici.

D'avance merci et surtout, bon rp parmi nous!


_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Caolán Fitzroy - Tropic   

Revenir en haut Aller en bas
 
Caolán Fitzroy - Tropic
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tropic Isle Living
» swatchs monos NARS
» Crème de jour peau mixte à grasse
» Dior Tropic Electric Makeup Collection Summer 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: La Corbeille :: La Corbeille :: Anciennes fiches-
Sauter vers: