AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 CaitStyle Archive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 29

MessageSujet: CaitStyle Archive   Mer 9 Mai - 19:32

Parce que certaines choses ne doivent pas se perdre.
Parce que même dans le délire, on peut aller très loin.
Voici une sélection des plus beaux délires de Notre Petite Rousse sur des Rp Passés qui sans doutes vont se perdre.
le "Cait style" ou cette forme d'écriture particulière mélangeant absurdités, références geekienne et allégories douteuses.


A Propos de VORTEX un collègue :

Caitlyn écarquilla les yeux. Il est con, c'est ca, complètement con : c'est pas possible autrement ! Ce mec est un mono neurone, une espèce rare échappée de son bocal de formol ou il végétait depuis 10 ans ce qui expliquait un gout vestimentaire assez limite !

Pourquoi tu veux qu'je te fasse du mal ? t'es maso hein c'est ca ? tu veux l'avoir ta rouste ? Arrête de délirer tu me fais flipper grave là !

Il sombre dans son mutisme et pour le coup la Petite Rousse ne sait plus quoi faire de lui, le virer, le frapper, l'ignorer ? Pourtant son employeur paraissait sérieux, pourquoi lui avoir envoyé Bozzo le clown ? Franchement elle mourait d'envie de rentrer chez elle pour le coup. Le guignol sortit un billet d'une malette et la distribua au serveur...elle percuta rapidement : son fric ! c'était son fric !!! L'évadé bourré des BoysBands fillait sa thune au taulier ! D'un geste rapide pendant que l'autre faisait ses petites guignolades avec ses mains, elle saisit le bras du barman et lui fit lacher les billet en grognant.

Touche à ca et je te conseille d'aller te faire tirer le portrait vite fait, tu vas plus d'reconnaitre quand j'en aurai fini avec toi..prends un numérique t'auras pas l'temps de faire développer..lâche, cafard !




A Propos d'une rencontre houleuse avec Dimitry Loyv , Vortex et du Psschit sexuel.


Une parodie ! c'était une parodie !!! C'était le truc le plus grotesque du monde ! Vortex, le débris humain...un croisement entre un connerie de surfer alcolo et la Grande Zaza de la boite "le Blue Oyster Bar" ou le mythique "Fuckin' Blue Boy". Cette scène semblait sortie tout droit d'un Tarentino sous acide avec un soupçon de Marc Dorcel vu la magistrale bosse jeanesque de Loverboy !!
C'est un cap, c'est un pic, c'est une péninsule ?...c'est une sacrée trique ouais !!!!
Le mec le plus classe du monde, plus classe que Abidbol, James Dean et Cloney fusionnés se tenait devant elle avec une explosion slipesque et une désinvolture qui laissait perplexe.
Comment était-on arrivé à cette vision particulièrement décalée ?
Vortex..ben oui...ce type devait avoir été bercé trop près d'un mur, pas possible autrement !
Il se redressa comme un danseur de breakeur Hip hop dégénéré© et torse nu tel un évadé des New Kids on the Block s'élança vers le Beau ténébreux.

"Dimitrynoucheeeeet comme tu m’as manqué ! Tu es mignon la dedans ! "

Bon alors là, le myth s'effondre..Loverboy se nomme Dimitrynouchet. un nom difficile à porter ou alors Dimitry Nouchet..c'était possible...Monsieur Nouchet se semblait pas super content de voir s'agiter le zozo. Ce devenait plus que scabreux ensuite.

"Dimitry, elle a quoi de plus que moi ? Je… J’ai fais quoi de mal pour que tu me rejettes comme ça ? Je te promets, laisse moi t’emmener dans une cabine et tu n’aura d’yeux que pour moi ! "

Brokeblack Mountain ! Ca y est, on y est ! Loverboy semblait plutot être Loveboy tout court ! Les deux guignols allaient repartir sur leurs beaux chevaux et galoper main dans la main pour se susurrer des mots tendres entre deux pets de haricots rouges. Je vous raconte pas les ébats le soir sous la tente ! en parlant de piquet de tente, la suite valait son pesant de cacahouète.

Le taré avait aspergé copieusement la tronche de son copain Gay Luron avec ce qui ressemblait à du désodorisant de toilettes et Monsieur Nouchet se retrouvait à présent avec un cierge de Pacque dans le calbut ! Il avait du trouver les mots du surfeur a son goût..c'était comme un Waltz Disney qui se terminait bien : La belle et le Bête.
Voilà que le nudiste lui tire dessus ! Caitlyn sentit l'envie de les planter là tous les deux, Nouchet, l'abruti, le bar, le fric que le sale frimeur ne voulait pas lui donner...elle avait chaud..l'odeur du déo de vortex lui piquait les yeux...sans savoir pourquoi, elle gardait les yeux braqués sur le braquemart titanesque qui lui dansait sous le nez : c'était Saga Afriqua la dedans, ambiance de la secousse ! Étrangement elle commençait à rougir. Elle assista dans unes semi léthargie à l'affrontement sans combat des deux cowboy se soldant par un KO du dégénéré. Jean Jacques Gauleman n'hésitant pas à le latter au sol.

lle l'avait suivi trainant le déchet humain dans la rue. Loverboy savait y faire ! c'était pas une tafiole, enfin par là nous voulons dire qu'il savait prendre les choses en main et vue la Grosse Bertha qui dormait son son slip -surement un Dim pour que ca colle au gars- il avait intérêt à avoir les paluches à King Kong. En parlant de singe, Sheeta, lui, roupillait comme un bien heureux, la bave aux lèvres. Cait se sentait de plus en plus chaude, rien à faire ! Pire que la fusion de Clara Morgane et Tabatha Cash réunies ! Le moindre objet phallique lui donnait des sueurs froides irrépressibles ! Le feu aux joues, les pointes des seins en adamantium et la culotte changée en serpillère, elle s'engouffra contre Vortex sur la banquette arrière fixant avec gourmandise le frein à main.
Elle commencait peu à peu à comprendre que ce que Ace avait vaporisé totel in ze face de Loverboy n'était en rien du Narta mais une saloperie de produit aphrodisiaque ! Les effets étaient visibles ! Y'avait qu'à voir le télescope du captaine Némo en costard pour comprendre qu'il n'avait pas envie de lui parler littérature.
Il s'approchait de plus en plus , lui blablatant un tas de conneries inutiles. Cait s'en cognait royalement, elle le voulait, là tout de suite pour qu'il éteigne en soldat du feu l'incendie qui lui ravageait le bas ventre et comme apparemment il avait la pinède en feu, ca tombait bien !
Lorsqu'il craqua et lui fourra rageusement la langue dans la bouche , elle faillit lui avaler, perdant un instant la raison, elle posa rapidement la main sur l'objet de son désir perdant complétement toute retenu. Pire elle commença à bouger sur son siège pour faciliter une étreinte se risquant à une acrobatie hasardeuse.
Impossible de résister à cette pulsion, c'était simplement physique rien de plus...un "coup" entre copain, ca n'aurait pas d'incidence sur sa vie avec..avec ..byron ? BYRON ??? Ohhh B...L de m....e !!!!
Ses yeux s'agrandirent de terreur tendit qu'elle retrouvait ses esprits et que Loverboy en brave soldat commençait d'une façon frénétique à déboutonner son pantalon et virer sa ceinture.

Par le Sang Du Christ...faut...faut pas...c'est...j'peux pas....

Ses mots tenaient un discourt que son corps refusait d'entendre, pire , elle l'aidait quasiment à se déshabiller !!
Elle n'y arriverait pas, fallait qu'elle se débarrasse de ca comme une envie pressante ou un haut le coeur. Vous savez ? cette charmante expression quand au milieu du repas on se retrouve avec le cigare au bord des lèvres et que les toilettes vous semblent si loin que Kholanta à coté c'est mon Curé chez les Nudistes !
Elle s'accrocha à l'image de Byron mais paradoxalement ca augmentait son excitation. Son esprit chercher à s'échapper d'elle même. Alors que ses mains s'attaquaient à son jean, elle trouva enfin la solution. Déjà sur le dos prête à accueillir Dimitry elle lança de toute ses forces sa jambe droite qui alla percuter la tête du conducteur du taxi !

Bingo !

Le crétin déjà émoustillé par le spectacle qui s'offrait à l'arrière de la caisse s'emplâtra sur son volant et la voiture devenue cinglée fit une embardé sur le trottoir.

Elle roula sans pilote un cour instant et heurtant une poubelle alla s'encastrer avec fracas dans la vitrine d'un magasin de la rue.

" Chez la Grande TATA, la boutique Libertine !"


A Propos de Tyler , Un Maraudeur

Caitlyn, soyons lucide, n'eut pas le temps de faire grand chose à part subir la colère digne des Ents dans Lords of the Rings !
La voilà écartelée comme offerte et prête à assouvir les fantasmes les plus lubriques et débridés du Marquis de Sades plus proche de Nicolas le Jardinier que Marc Dorsel !
Pour le peu qu'il sache manier son gros râteau, ca allait être la fête du string pour la Petite Rousse !
En parlant de râteau, Tyler après avoir joué à brule mi, brule moi avec des bulles d'acide, érigea un monstrueux Turkish à picots qui aurait fait chialer de honte le plus membré de la famille Sifredi !

Elle allait prendre, oh oui, elle va prendre !

Heureusement, Tyler était un gentleman et bien qu'il fusse vert de colère, son coup de sève retomba assez vite libérant la malheureuse victime d'un destin peu commun mais douloureux , empalée par par Monbosapin, le roi des forêts.

Bon Cait avait commis là une erreur qui avait faillit lui couter cheros, sous estimer un mutos susceptible. Évidemment sa fierté était on ne peut plus froissée en cet instant où il l'avait réduite à l'impuissante.
Elle retomba sur le sol tentant de contrôler les battements de son cœur qui s'emballaient et releva sa crinière rousse vers lui avec un regard assassin et colérique.
Elle avait franchement envie de se le taper version potage et velouté aux quatre légumes.
En moins d'une seconde, elle conceptualisait la parade, sauter sur le canapé avec le genoux dans les noix, lui ruiner l'entrejambe tout en rabattant la tête pour lui administrer sa technique spéciale , le coup d'boule powwwwa !
Ca serait suffisant pour en faire du composte...
Oui mais non.
C'était une Maraudeuse, et un maraudeur, c'est pas un punk de street of rage. Ca a la classe et la Force, man, Yeah, la Force...
It's a way of life, Vortou la crème fouetté, Dim la grosse banane et cait la boule de glace à la vanille du Millbury's Banana Split !
Donc, fallait agir en pro.
Comme Dim lui avait apprit sous un accès de colère, lui qui savait si bien boire du tabascco et chier des glaçons, elle décompta mentalement pour faire passer la vague de rage.
Son rythme cardiaque se calma et son visage se décrispa.
Elle se redressa et remit ses mains sur ses hanches dans une position "mais tain, qu'est ce que je vais foutre de toi ?".
Cait finit par s'agenouille devant lui face à face pour le forcer à la regarder.

Les cieux dansaient leur ronde magnifique alors que les yeux tremblants, elle ne savait plus comment croire à l'amour diaphane qui s'évanouissant dans un espoir futile semblait enfin à portée d'un coeur marqué au fer rouge. Les mots qu'on ne savait plus croire trouv...

Bon on arrête cinq minutes les conneries, le Petit prince des Collines, il ressemblait pas à un lapin russe débile habillé comme un romano et il était certainement pas venu à dos de pitbull. Tes violons, coco, tu les ranges dans l'armoire, tu ramasses tes étoiles dans les yeux et ton sourire colgate, tu remballes l'argenterie et tu te carres dans l'ognon les chandelles.
Il croyait quoi, Blondin ?
Une laitues, trois salades et ce soir on bouffe végétarien ?
Croques moi la carotte pendant que je te broute le cresson ?
Fallait qu'il songe à remballer ses grandes espérances parce que La Rousse, c'était pas l'encyclopédie de l'amour. La lettre Q, elle préférait passer dessus...Cait était la pédagogue de l'Extrême ! Un grand coup de latte pour un douloureux "AAAAAAH" et la réponse cinglante "reviens demain, Baby, j't'apprend le B !"
Leçon One, Imagine Your Caitlyn...Where hit Caitlyn ? caitlyn hit the Garden !

Une bonne baffe dans sa mouille, livraison tarte aux mures mais sans le jus de fraise, sous entendez que c'était une "légère" gifle.
Elle le regardait franchement contrariée.


- C'est pas dans l'code des maraudeurs de rouler une pelle à Buse Cendrée sinon je demande à Vortex de d'exploser la lune comme bizutage !
J't'aime bien mais tu m'feras le plaisir de garder ta salive pour coller tes timbres ou tu bouffera de la blédina avec une paille pour l'restant de tes jours ! J'ai dis que ca c'était NIET...tu percutes ??? C'est pas qu'tu me plaises pas...je suis franche, tu me branches mais c'est juste que je ne VEUX plus..ca mêne à rien et personne y gagne !
J'suis pas ta copine, j'suis la copine de PERSONNE et ca restera comme ca.
J'suis ton amie, ptete la meilleure que t'auras jamais...mais plus, c'est non. Si t'as des besoins, tu trouveras bien un cul ailleurs mais pas le mien, à moi il ne me sert plus qu'a m'assoir.
J't'ai volé un baiser, ok tu m'en as pris un..on est quitte...game over.




A PROPOS DE DIMITRY ET DE LA DREAM TEAM

" Dimitry ?
Son pouvoir c'est la classe absolue, il bouge une mèche de cheveux et t'as envie de porter son gosse...On l'envoi souvent pour stimuler la libido des pays en voie de vieillissement. Il renvoie Brad Pitt et Léonardo à Gallum dans la définition de Beauty and Viril...tu vois ?
Non plus sérieusement...il est balèze, il contrôle un truc avec son ombre, il m'a jamais expliqué concrètement mais c'est ce qu'on appelle un tueur né. il parle peu à croire qu'il donne un taxe à Dame Nature dès qu'il crache plus de 20 mots. Mais ce qui est le plus impressionnant chez lui..c'est son self contrôle, JAMAIS je l'ai vu avoir peur de quoi que ce soit, ce type foutrait la trouille au diable et jouerai à celui qui a la plus grosse avec Magnéto ou Xavier.
C'est un prédateur, quand il t'observe c'est mauvais signe, quand il parle c'est trop tard.

Vortex..tu le connais sous le nom de Ace Bradeford...Ouais, le Terroriste de la télé. Un cador ! Une pointure ! Il contrôle l'air et il a l'esprit aussi aiguisé que la pointe de ses flèches. C'est Peter Panpan culcul tu vois ! Un physique de beau gosse genre qui fait mouiller les petites ados et sourire mamie mais derrière, il te massacre la tronche pour un regard mal placé. Il joue au con, il ose faire des trucs de cinglés..au début on pensait qui lui manquait le disque dur, mais non, en fat avec le temps on est forcé de croire qu'il y a une logique dans soon comportement...l'homme le plus malin, parfois passe pour un con aux yeux des autres...Vortex doit être celui là.

Millbury...ah lui...Il est flippant, il te fait réellement passer l'envie de chier d'un coup d'oeil et quand il parle tu lèves le doigt si t'as envie de faire pipi. Au début, on le prend pour une grosse truffe qui s'est trompé de film avec une tronche à jouer plutôt dans Monk que dans le banditisme...mais après..oh merde ! C'est un Gros Bill de première ! Genre aussi malin que Derick , cool comme Navaro et le charisme du Commissaire Moulin en plus...un commissaire Moule DEUX quoi !!
Un fois on s'est fritté avec une connerie de post gothique habillé comme Elvira qui t'arrachait le slip d'un sourire...j'te raconte pas comment il a gérer ca ! Clic Clac ! Kodak ! L'Affaire est dans l'sac....Ce mec est un monstre ! c'est ZE big Boss
En plus il est pété de thunes genre il se torche avec des billets de 500 $ !!! Quand il fait l'aumône à un clochard, le mec peut racheter Microsoft derrière !



DIMITRY : ZE MAN

Classman ! l'homme qui aimait se faire appeler El Gringo- couilles-d'acier.

Il avait mit sa gentille combinaison "Special Ninja" qui lui soulignait si superbement ses pectoraux musculeux et lui moulait si généreusement l'entre jambe. C'était Cait qui lui avait choisit sur Internet cette superbe parure de combat summum de la virilité et du bon goût. Elle lui avait d'abord montrer une panoplie de Cloud dans FF7 avec une grosse épée en lui précisant qu'elle était optionnelle, puis un délire SM avec des clous et des épingles à nourrices sur les tétons mais c'est véritablement lorsqu'elle lui montra un vêtement rouge et bleu avec un Symbole SD (Super Dim) sur le torse , flanqué d'une longue cape rouge qu'il avait explosé la menaçant dixit "de la priver de secret Story pour la semaine ou de lui fourrer la super lampe design en forme de fusée a 2000 $ qui ornait la table living dans le fion et sans vaseline" ce qui étonna Cait par la fréquente menace de placer dans le rectum toute sorte de chose quand la situation ne lui convenait pas...elle finissait par se demander si Dim connaissait l'utilité d'une poche car c'était bien pratique pour ranger des trucs sur soi plutôt que d'en arriver a de telle méthode...faut dire que des poches sur ses costards a 8000 $ , y'en avait pas des masses. Dim préférait les trucs chéros aux trucs pratiques, c'est à peine si il ne chiait pas dans des chiottes en cristal. Rien que l'écran de la télé, tellement grand qu'au bout de cinq minutes tu finissais par croire que tu vivais avec Charles Ingalls dans sa putain de prairie !

C’était donc là la vérité sur le jeune premier même si sa coquetterie renvoyait James bond dans un bac à sable, le beau brun flambait la thune comme un taré. Après tout chacun son vice, Cait kiffait son Pet, Dim sniffait son flouze. C’est donc ensemble qu’il avait acheté pour une somme modique de 200 $ une tenue « special chinetoke furtif2000 » sur le web. Dim avait validé le clic comme un prolo achète son petit noir au comptoir. Il avait sorti sa carte MégaCristal USA, le genre de carte de crédit qui fait reluire les yeux des petasses en bikini sur les dancefloor et qu’on vous livre avec une Ferrari et trois masseuses thaïlandaises. Dim avait même refilé un pourlich de 50 $ au postier ! Tain ! Cait avait faillit s’étrangler, quand elle pense qu’elle le grattait pour s’acheter sa crème dépilatoire et ses tampax, ce type était un monstre.

Il avait pensé à l’accessoire ultime pour faire son entrée, le Jacque Dutronc Américain ! Les bonnes grosses Raybans qui lui donnaient un air de Magnum sans la chemise hawaïenne et avec un Higgins-Milbury en prime. Manquait plus qu’un vortex pour lui faire du vent dans les cheveux et sérieux, on se serait cru dans un Twillight lifté Tarantino.

Il s’avança vers eux en égrainant ses mots mais soudain, il entama une gestuel étrange ressemblant plus à de la Tecktonique de paraplégique que la Mort du Cygne en Ballet classique. Eblouie par son charisme, naïvement, Cait pensa alors à quelques pas de dance chorégraphié pour appuyer son entrée magnifique : genre le commando Guynou dans dragon Ball Z , série qu’elle surkiffait se prenant souvent pour Végéta, mais en roux. Non , pas de chorégraphie de la mort. Juste un billet de 500 $ qui lui tombe du cul.

Mon dieu à force de bouffer du fric, voilà ce qui arrive !
Ce qui inspira à la Rousse avec le recul une superbe métaphore bien à propos : le jour ou la merde vaudra de l’argent, les pauvres naitront sans trou de balle. Elle cligna des yeux, incrédule, il avait peut être fini par oser se servir de billet comme papier hygiénique : non là sérieux Dim tu délires…

Dans un jargon fort laconique, signature stylistique de l’individu qui grâce à ce talent permettait au jeune couple de vivre des soirées télé exceptionnellement riche en réflexions et discussions « t’as pensé quoi de Inception Dim ? « « Il était Bien. » « mais encore ? » « il était très bien …. »…ce qui faisait que finalement Cait terminé la soirée à pourrir le mur Facebook de Ace se faisant passer pour Joe, jeune pompier gay désireux de le rencontrer IRL pendant que Dim s’astiquait ses révolver en chantonnant…

Donc il lui demanda des explications sur tout ce merdier.
C’était une erreur fatale.



CAIT ET SES EXPLICATIONS LUMINEUSES

Fuzzy.
C’était le surnom que la Petite Rousse portait depuis gamine. Brumeux…confus…flou…C’était son gros problème. Cait était loin d’être idiote mais souffrait d’un grave problème pour « raconter » un évènement, elle faisait une description abracadabrante et décousue des choses. Pour l’assassinat de Kenedy, elle partait dans un délire sur la déclaration d’indépendance des USA, les Indiens, Stallone, ce qu’elle avait mangé hier et la circulation encombrée aux heures de pointe. Cette malheureuse capacité lui avait valu de nombreuses mésaventures mais au moins l’avantage d’être toujours relâchée lorsqu’elle était placée en état d’arrestation. K.O technique des interrogateurs contraints de s’injecter du lexomyl coupé au doliprane 1G par intraveineuse. Dim venait de signer l’arrêt de mort d’une centaine de ses neurones par le malheureux mot « explique ».


-Tout ca, c’est la faute a Gaga.
Oui Lady gaga…pas la chanteuse, la tarlouse du snake, tu vois..il doit avoir inventé le MacBurnes bien cuit à l’heure actuelle..le joint et la bière, c’est ma pause Kit Cait..les feuilles c’est Tyler. Il n’est pas gay ! Ni jardinier même si il te fait surgir des grosses bottes de poireaux comme des tronc d’arbre et la forêt dans ton living.
C’est son pouvoir et c’est pas tout pourri, il m’a clouée au mur et avant il m’avait palpé les fesses ! tu te rends compte ! a moi ! J’ai failli le buter mais il n’a pas froid aux yeux mais ses arbres ils disparaissent super vite et apres c’est le bordel dans la planque parce que si il n’avait pas été là, ben les flics m’auraient choppé deux fois !
Bon gaga a fait le con et c’est de sa faute si il est mort comme le contact qui a voulu me baiser dans la rue, pas avec une botte de poireau, lui il n’avait pas le pouvoir de tyler. Dans la rue on a couru jusqu’au snake et Tyler changeait de couleur de cheveux comme un feu clignotant, c’est là qu’on a vu le Snake. Moi au début je voulais faire peur au tyler pour qu’il se casse mais il a les couilles gonflées a l’Hellium et veut venir chez nous..non pas à l’appart hein..chez les maraudeurs en plus il a du sang empoisonné moi dans la rue j’ai tout de suite su qu’il avait un pouvoir étrange mais les feuilles ca j’avais pas imaginé sinon bon j’aurai choisi une planque aérée..là ca l’fait pas..bon il a l’air tout nul, là sur son tas de feuille, on dirait un épouvantail mais j’suis sur qu’il peut nous servir .
Il sait parler ! Jveux dire il a du répondant mais il parle pire que moi, et se bat avec des hommes dans des clubs…oui je sais ca fait gay, ca et le coté jardinier power mais chuuut , il va te clouer le fion avec une botte de poireaux si tu lui dis..il est susceptible comme un Vortex en période de soldes ! …heu….tu veux que j’entre dans les détails, là c’est grosso modo…


CAIT ET LA VIE DE COUPLE

La cohabitation, ce n’est jamais quelque chose d’évident. Il y a toujours le coté face, rutilent avec les étoiles pleins les yeux et le brushing en avant genre Batman et robin qui courent tous deux face à la camera derrière un beau couché de lune et puis y’a le coté pile avec Robin en survêt qui apporte sa tisane à Batman en calbut en train de se gratter le service trois pièces devant Fort Boyard le samedi soir. Certes c’est génial Spidey qui saute d’immeubles en immeubles après une forte envie de tisser mais c’est Maris Jeanne qui lave les traces de pneu dans le super slip de l’Homme araignée quand il s’est fait avoiner grave par Octopus version coloscopie.

Dimitry avait décidé de laisser Caitlyn rester en son domaine.
Dim était un grand prince tellement pété de thunes que parfois Cait le soupçonnait que si un jour par mégarde il se coinçait le doigt dans une porte, il donnerait l’ordre à Cait d’aller acheter un Hôpital. Les Maraudeurs étaient la vitrine chic et classieuse de Milbury Compagnie et se devait, d’après le jeune russe, d’entretenir un minimum de charisme et de vivre dans un standing correspondant à leur aspiration. Caitlyn écoutait les conseils en bonne élèves qu’elle était.

Dimitry se levait Tôt, plus tôt qu’elle qui flemmardait au lit. Quand on dit tôt ca veut dire « vachement tôt » genre 6 heure du mat’ ! C’était parfois l’heure ou Cait allait se coucher après avoir passé son temps a trainer sur Internet ou à chercher à terminer un level sur l’une des six PS3 de Dimitry (il n’y avait d’ailleurs jamais joué et pensait au début qu’il fallait impérativement se racheter une console pour jouer à un jeu nouveau, il n’avait pas l’esprit ludique mais aimait les publicités qui en étaient faites lors des coupures publicités pendant NCIS). Dimitry entretenait sa ligne et sa forme par des exercices physiques. Une fois , il avait essayé de convaincre la Rousse de s’y essayer, elle avait fait trois pompes, avait craqué son collant au niveau des fesses sous le nez de son mentor et avait fini par vomir à la troisième traction sur le beau survet’ a 500 $ du jeune homme. Depuis, la salle de sport lui était strictement interdite sous peine de se prendre une altère dans les dents.

Dimitry aimait la musique, genre opéra et il était strictement interdit à Caitlyn de chanter par-dessus la voix de ténor que diffusait les hauts parleurs sous peine une fois de plus de se prendre des projectiles, de ce fait, elle devenait très habile pour esquiver toute sortes d’objets : programme télé, paquet de biscuit, vase, bouteille, coussins et même une fois, un gros jambon fumé avec os.
Bien entendu, Cait n’était pas la seule fautive dans le problème de cohabitation. Parfois, Dimitry s’oubliait à chanter des airs d’opéra alors qu’il se frottait généreusement la poitrine sous la douche (qui ressemblait d’ailleurs à une succursale d’Yve Rocher et Loréal tant elle regorgeait de produits de beauté en tout genre). Il oubliait que la douche était attenante à la chambre de Cait, c’est pourquoi, elle se levait furax, les cheveux style sorcière et la bonne tête du matin, enfilait ses gros chaussons lapins roses complètement kitch et allait sadiquement ouvrir les robinets d’eau chaude de la cuisine à fond pour entendre Dimitry hurler de surprise et l’injurier en russe.
Cait avait pris l’habitude de lui cuisiner son petit déjeuner tendit qu’il lisait les nouvelles dans le journal, même en décontracté matinal, bordel, il avait la méga classe ! Le genre mec qui met des lunettes de soleil en pleine nuit et qui s’étonne qu’il ne reconnaisse plus personne en Harley Davidson.

Dim la regardait virevolter en lui délivrant ses mots habituels « lut, ca va, bien dormi, café, tire la chasse bordel, c’est a toi de sortir les poubelles et non on n’achètera pas ton putain de chat, ca fout des poils partout ».
Ils avaient chacun leurs lubies, Dimitry collectionnait les produits dérivés NCIS ayant même une fois acheté à Caitlyn une tenue de Ziva, cette dernière pour le taquiner s’amusait d’ailleurs à imiter son accent et à confondre les mots à l’instar du fantasme télévisuel inavoué du beau ténébreux.
Caitlyn , elle, jouait de la guitare à toute heure. Enfin presque toute heure puisqu’une fois elle avait improvisé une reprise de Money for Nothing vers 3 heures du matin et Dim furax s’était relevé sans dire UN SEUL MOT et s'était emparé de l’engin pour le broyer sur le mur provoquant chez Cait une crise de larmes et une séquestration volontaire dans les toilettes pour pleurer et bouder. Il avait parlé à la porte jusque cinq heures du matin et avait fini par braquer un magasin de musique pour lui ramener trois guitares flambant neuves (surtout pour récupérer ses chiottes que par remord).

Passées ces quelques colères et couac, ils s’apprivoisaient l’un l’autre et finissaient réellement par vivre comme un parfait couple coquasse mais exubérant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: CaitStyle Archive   Mer 9 Mai - 19:42

CAIT EN BOITE DE NUIT

"Lunettes noires en pleine nuit.
Ah ben ca, c'est l'évidence non seulement on se mange les poteaux, on à l'air au mieux hyper frimeur au pire sévèrement con. C'est que quand on s'appelle Elioth et qu'on finit par se faire remarquer à force de se taper l'impro mode Jean Michel Jarre in Live a balancer plus d'éclairs que de scènes de nus dans un épisode de True Blood un beau matin en pleine rue. Forcément, on fait un peu gaffe parce que sinon, on va indiscutablement finir par se retrouver avec la frimousse style "Maman ! achete ma photo de CM2, je partirai en bus visiter la Mongolie" dans le bulletin JT de la Claire Chazal USA entre un reportage sur "les Zuzupets, nouveau phénomène de jouets pour Noel" et un reportage poignant sur "les greffes d'anus artificiels pour les cochon d'inde animal de compagnie en centre de détention longue durée."
Donc notre Petite Rousse bien aimée et pour une fois bien fagotée sous les conseils taiseux mais néanmoins judicieux du Top of the Boss Dimitry (" Non Cait, tu as un trop gros cul pour rentrer dans un 36, j't'ai acheté une Wii Fit , c'est pas pour les chiens"), errer dans cet endroit mal famé pour faux geek en devenir d'existence, genre qui se la jouent cool man , j'emballe sec ce soir et qui finissent à vidanger en haut ou en bas leur trop plein sky dans la cuvette des toilettes tout en se demandant un peu affolé pourquoi le grand black derrière eux les regarde en passant sa langue sur les lèvres. On découvre toujours ce qu'il y a écrit en tout petit sur la savonnette de nos moment honteux quand on se baisse pour lire les petites lettres : "Trop tard".
Cait venait donc de récupérer des informations pour une mission pépère-tranquille-peinard.
Derrière ses grosses lunettes genre Bono de U2, elle se croyait top classe, en fait ca faisait un peu le style Charlotte aux Fraises Rouquine Bigleuse, option vitre teintée.
Le type en question lui avait vite refilé les infos sous la forme d'un clé USB, un genre de Bob Marlay en plus moche mais plus défoncé.
Cait l'observa avec suspicion finissant par se demander pourquoi tous les intermédiaires des maraudeurs semblaient sortir de Freaks ou d'un tournage de "La Petite Maison Dans Le Cimetière", elle était tombé la dessus à la télè un jour d'insomnie alors que Dim faisait le vengeur solitaire dans la rue pour aider les jeunes filles à retrouver leur poitrine de leur vingt ans..un truc du genre. Zombi Charles pour une fois, utilisait sa hache autrement qu'à couper ses saloperies de fagots et l'administrait joyeusement et avec force dans la tronche de Caroline ulcérée alors que Laura bouffait la cervelle d'Albert (c'est dire le plat slim fast) avec une paille...l'invention culinaire du Gore : le Mac Ingalls !
Donc Jembéman sur le retour avait empoché la caillasse et était parti siffler la haut sur la colline avec un petit bouquet d'églantines, zai zai zaii zaiii.
Clic clac, l'affaire et dans le sac et il ne restait plus qu'à rentrer tranquillou à l'appart.

Ah ben oui mais nooon (Comme dans la connerie de pub pour les paniers de fruits yaourt où la yoyotte de la touffe trouve super classe de se ramener à une soirée de potes avec sa barquette de yaourt à 2 euro : double effet kiss kool, tu passes pour une demeurée et pour une radine, à méditer quand vous avez trop d'amis pour en perdre !!)
Donc La Rousse au savoir encyclopédique trouva bon de s'approcher du bar afin de se rincer le gosier, avec un peu de chance elle trouverait peut etre une info ou deux sur Ace...car franchement, une gastro, ca dure pas aussi longtemps ( 4 mois !!).
Elle commanda un cocktail au nom étrange qui ressemblait plus à une connerie de jus de pomme panpryl qu'à un chef d'œuvre d'originalité.
Elle tentait de chopper la paille avec ses lèvres quand elle fut bousculée par un gros lourd qui tentait de draguer de manière subtile une jeune fille un peu cruche au bar.

- Heyyy ! Casa-modo...tu peux pas coordonner tes mouvements ? t'as un trop gros afflux sanguin dans le slip c'est ca ? T'as faillit me tacher mon bustier décolleté à 1000 $ ! Plouc !

Cait constata que l'abruti pelotait allégrement la jeune fille ressemblant plus à un lapin russe apeuré qu'à la lapine avide de carottes de Playboy
Nous le savons, La Petite Rousse a des réactions étranges, le fait de voir cette scène la plongea dans une sorte de colère sourde, elle détestait ce genre de type. D'un geste vif et sans laisser le temps de réponse possible au gaillard, elle lui empoigna la tête brutalement dans un mouvement brusque pour aller la fracasser sur le zinc.


- C'est assez ferme pour toi, ducon ?

Le sang n'eut pas le temps de ruisseler qu'elle le redressa pour d'une main lui torde le bras et de l'autre lui attraper la virilité avec une poigne de fer.

- Par contre...de c'coté là...tu pourras poster un avis de recherche.

Elle resserra son étreinte provoquant le hurlement ressemblant plus à un couinement.

- Septemmmmbre, c'est la vendange, on presse le raisin...allez tires toi..déchet !

Elle se pencha au sol tendit que certains noceurs commençaient à s'horrifier et lui murmura calmement

- Ecoute, Farinelli, mon joujou à moi, c'est pas du plastoc, c'est du métal froid et qui fait panpan culcul..je sors toujours avec lui...alors ramasse ce qu'il t'reste de fierté et vas jouer du banjo ailleurs ou j'te fais bouffer du plomb, on est ok ?

heuuu..ou..ouai..

Le gus déguerpit laissant Cait' seule face à un début d'attroupement, elle cligna des yeux et lança en haussant les épaules sans se dégonfler.

Voilà c'qui se passe quand on veut payer un verre à une meuf qui a ses ragnaragnas..."


CRISE DE JALOUSIE AVEC MetM'S

Mat avait la classe américaine et une tronche à se donner envie de grimper au rideau la petite culotte carbonisée mais coté sociabilité, bordel, c'était le roi des cons. L'empêcheuse de bouffer un quatre heure en paix voulait laisser la place, de toute façon sa tronche de catho coincé en disait plus que ce qu'elle aurait pu baragouiner ! A part lire le Jour Du Seigneur en se palpant l'entre cuisse, Cait ne voyait pas trop en quoi elle pourrait être utile au beau Maraudeur.
Mat' l'introduisit sèchement et sans préliminaires ne laissant même pas le loisir à la Rousse de se gausser de son patronyme ce qui la laissa un instant perplexe.
Un oubli ?
Non, Mat n'oublie jamais rien, il était du genre à vérifier cent fois que le bouton de son caleçon était bien verrouillé au cas ou Popol aurait envie de passer la tête au balcon suite à un mouvement trop brusque de son super futale à 2000 $. Déjà qu'avec Sœur Sourire, il irait pas au cirque ce soir, popol, il aurait peut etre envie prendre l'air, va savoir !
Donc c'était voulu.
Et si c'était voulu, sans doute que le malotru ne voulait pas attirer l'attention de Cait sur sa visiteuse..Humm..Louche que tout ceci.


"Elle va pas rester longtemps".

Oh lui hééé ! Si je te dérange, dis le pignouf ! Tu m'as confondu avec un Crédit Mutuel qui Livre à Domicile ? T'as eu ton Titre via Pole Emploi en recrutement Casanova en CDD ? Attend voir, je vais te ruiner la baraque moi...
Elle adressa un regard noir à l'inconnue.

- J'savais pas que tu faisais tes entretiens pour recruter une bonne...c'est vrai que vu la superficie...elle aura du taff, la gamine...effectivement, j'vais pas rester longtemps, hein !

Elle claqua littéralement l'enveloppe de liquide dans les bras de Mat' d'un geste un peu emporté avant de se diriger vers la sortie tout en commentant.

- Désolée, d'habitude je ne fais pas le voyage, c'est Dimitry, un collègue très efféminé et extrêmement affectueux avec la gente masculine qui a la préférence de Mat..Ils ont toujours un tas de choses à se raconter ces deux là, ils s'entendent comme cul-sans-chemises..je dirais.
Bonne chance pour votre emplois Mademoiselle...j'espère que vous n'êtes pas trop prude, les amis de Monsieur sont bruyant et assez peu vétus..mais vous ne risquerez rien..ca c'est sur

Et toc !
Ca t'apprendra, oiseau de malheur !



CAIT FAIT DES PLANS POUR DRAGUER DIM.

Cait passe son temps à se sentir morte.
Autant le dire sans fars, sans détours et bien visible comme Oncle Bens invité d'honneur à une réunion encagoulée de ces connards de Kukukux Klan. Ace son compagnon de folie était devenu une icône inaccessible et sa réussite dans sa tentative d'échapper à ce milieu destructeur renvoyait Cait à son échec cuisant. Sa vie était aussi merdique qu'un match de foot de l'Equipe de France. Les joueurs avaient consommé trop de coke, les putes ronflaient à l'Hotel et Domenech avait troqué le ballon contre les cartes du poker... il avait déjà prouvé au monde ses grandes qualités de bluffeur en se faisant passer pour un entraineur. Pour résumer, le match sentait le sapin et Cait avait plus personne sur le ban des remplaçants et puis d'façon, les spectateurs avaient zapés sur le Porno du soir.
On comble sa solitude comme on peut, on est seul, on est grand mais..bordel..on a toujours peur et on voudrait poser ses faiblesses rien qu'un peu.
C'était juste entendre une voix qui dit "non mais laisse toutes ces conneries là dehors, on s'en fout..tant que tu es avec moi, y'a que ca qui compte"
C'était juste boire du silence quand il n'y a que ca, mais pas boire du silence tout seul.
C'était juste se sentir frissonner et abandonnée aux bras d'un autre.
C'était pas grand chose, c'est clair. Mais quelque part, il n'y a que les autres qui finissent par vous prouver que, non, effectivement, on n'a pas encore avalé son extrait de naissance.

Chaque jour traine l'autre, comme une corvée.
On fait semblant, on s'occupe en attendant qu'un train passe ou que quelque chose vienne mettre fin à la mélodie lancinante du métronome.
La Petite Rousse à déjà ressassé tout ça un million de fois. Changer les mots, les décors, les visages c'est comme si Arthur cherchait à faire intello ou que soudain on trouvait un VRAI talent comique à Ruquier. Ca maquille mais ca change pas le fond du problème.

Pire que l'Inception, une idée lui rongeait les neurones. Une évidence. Elle entrevoyait une autre issue à toute cette merde, nous parlons ici d'une autre issue que celle qui consiste à tirer le Grand Rideau de nos illusions.

Elle passa une première fois devant sa porte de chambre et s'arrêta devant le seuil.
Allez quoi ? 6 metres ? Juste 6 petits metres qui lui paraissait plus épuisant qu'un océan à traverser. Et après quoi ?
Lui dire qu'elle avait fait un gros cauchemars ? Il lui dirait d'aller se faire une tisane pour se calmer..putain, lui et ses fichues trucs aux plantes.
Tout se bousculait dans sa tête. Comment trouver les mots et même comment lui expliquer tout ca, ce qu'elle ressentait, ce dont elle avait besoin..et lui ? De quoi avait-il besoin ? Certainement pas d'une casse couille comme elle avec ses lubies et ses excentricités. Il pouvait se montrer si inaccessible mais pourtant, elle n'était pas aveugle. Elle l'entr'apercevait parfois à travers son masque et c'était fou ce qu'ils se ressemblaient tous deux. Elle en avait conscience, son regard parfois exprimait une tendresse non feinte pour elle. Mais s'agissait-il de plus et surtout risquait-elle vraiment de tout foutre en l'air avec ses états d'âme ?

Elle battit en retraite vers les chiottes.
Tout en essayant de s'absorber dans un comics ou Mary Jane avouait avec émoi à Spidey qu'elle était arachnophobe, son esprit tortueux échafauder des plans plus foireux les uns que les autres. Elle songea d'abord à aller enfiler la tenue de Ziva que Dim lui avait perfidement offert pour venir en sa chambre en prononçant d'une voix suave " Han , où as tu rangé les menottes, il va falloir me "pénétrer" (confusion des mots Zivienne pour appréhender). Non, il risquerait de se marrer.
Ou alors mettre a point un faux kidnapping ou il faut venir la délivrer ? Genre..Magnéto et tout les terroristes veulent faire des expériences sexuelles sur elle ? Non, il risquerait de se fâcher et de butter à tout va.
Ou alors prétexter que c'est la fin du Monde là tout de suite si on couche pas ensemble car les extraterrestres l'ont exigés. Non, il l'enverrait s'enfermer dans sa chambre avec Rudyx..son ami vibrant long et rose que Cait avait été forcé de s'acheter dernièrement...

Elle reposa le comics en se prenant la tête.
Ca y est ! Vive Spidey !! Elle allait prétexter la vision d'une grosse araignée velue dans sa chambre pour pouvoir pénétrer le sanctuaire du jeune russe ! Après tout une jeune fille terrifiée par un "monstre" ca émoustille toujours le beau mâle.
Elle retourna à la porte, cette fois ci certaine de son plan et s'apprêta à frapper.
Mais non...mais non !!! Il va sortir armé de se tatane magique pour exploser comme un bouton d'acné sur la tronche à Justin Biber, le monstre sur la tapisserie et si il ne le trouve pas de son regard viril et pénétrant, elle passerait une fois de plus pour avoir abusée de la quality shit, la boite a bonheur..

Oh et puis, merde !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
CaitStyle Archive
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Spectacle en plein air Murmures d'archive du 28 au 30 juin (Indre)
» Les archives départementales de Seine-Maritime en ligne à partir de 2010
» La marine Marchande
» Orne 61 Archives en ligne
» 1526-1905 : l'état civil des Vosges est en ligne !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Les Outils :: Fan-Fiction-
Sauter vers: