AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Aube Sanglante : Le Plan M ( Confreristes)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Aube Sanglante : Le Plan M ( Confreristes)   Mer 9 Mai - 17:49

Tout a un début, tout a une fin.

C’est parait-il dans l’ordre naturel des choses, c’est ici que j’ai porté comme un étendard certains de mes rêves. En fait. Tous.
Là où d’autres rêvent de posséder des choses simples ou des biens matériels : une belle voiture, une belle maison, un bel amour. Moi je rêve pour des milliers de personnes. Je ne veux qu’une seule chose, le bien de ma génération et de mon peuple. Certaines vies nous attirent, faites de souffrances, de combats trop amers et de victoire au bout du sacrifice. Moi je crois en tout cela mais il me tarde à l’orée de mon temps de connaitre enfin la fin de tout ce périple. Je ne suis pas du genre à m’encombrer de nostalgie et d’émotions mouillant les yeux. Elles sont le poids inutile de ce monde et entravent les pas de l’homme décidé. Celui qui se laisse dominer par ses émotions finit inévitablement par mourir en allongeant le pas. On se perd donc à matin à arpenter des terrains que nous n’avions pas choisi et ainsi en va de cette vie.

Je suis à un âge d’existence où l’on en a fini avec certaines chimères et vaincu certains démons. J’ai arpenté moi aussi ses chemins en solitaire mais me voulant grégaire par nécessité, j’ai du m’ouvrir aux autres. J’ai gagné à ma cause, j’ai convaincu, j’ai tracé une nouvelle route pour mon rêve et persuader d’autres cœurs d’y adhérer.
Et ma récompense de tous ces sacrifices en cette heure de bilan amer ? Rien ou si peu… Mon nom fait trembler même ceux qui partagent mon sang. Je suis ce monstre nimbé de rouge qu’on aime à me décrire et toujours au-devant de la scène je continue à jouer la divine comédie. Il n’est pas de Grand héros sans Grand Vilain.
Ho Charles, comme tu l’aurais aimé celle-là, toi derrière ton école qui sourire aux lèvres est en train par lâcheté de saigner les mutants à la lueur médiatique d’un discours pacifiste et ridicule pour offrir leur sang en sacrifice à la haine de l’Homo sapiens-Sapiens. Oui Charles, tu as trahis les tiens et tu as trahis notre rêve. Je ne t’en veux pas, mon vieil ami, l’Homme le plus grand à ses faiblesses et sans doute ton cœur n’était pas assez dur. Le mien fut martelé sur l’enclume de la folie des hommes mais cette haine chromosomique ne fit pas de moi une victime, loin s’en faut ! Me voici libéré par l’excès de la pitié envers une engeance dégénérée et destructrice. Je ne suis certes pas un martyr, je suis un pèlerin qui s’est armé. Et je vais en ce monde comme le dernier et premier moujahidine de mon peuple.

Cependant, il me faut opter pour une autre approche à présent, il ne faut pas aller « contre » mais faire « avec » pour le faire exploser de lui-même. J’ai passé des années à m’efforcer de prendre le problème à bras le corps dressant mes forces contre un récif trop tranchant. J’ai percuté au lieu d’infiltrer. Je dois noyauter tout cela comme l’eau s’infiltrant dans la roche et attendant le gel pour la pulvériser. C’est à présent ma nouvelle optique.

Cela ne peut se faire sans les bonnes personnes à mes cotés.
J’en ai conscience c’est pourquoi de retour de mon exil j’ai opté pour clarifier de moi-même la situation. Certains visages dans ses couloirs ne me disent rien, je m’amuse de savoir que je ne leur dis rien non plus. Il y a eu beaucoup de changements ici, beaucoup de laisser aller. Les choses vont changer et on se doit de remettre les choses à leur place et d’en engager de nouvelles. Mon discours va sans doute les étonner mais pour le plan que je vais m’évertuer à mettre en place. Il me faudra dire les choses en toute transparence. Il ne peut pas en être autrement. Ce n’est pas le combat d’un homme seul, c’est le combat des confréristes. C’est le combat d’un groupe.

Je les conviés.
Tous.
Il y a à peine quelques heures.
Ils s'attendent sans doute à ce que je leur révèle quelques secrets ou que je trace devant eux quelque route pavée d'or menant vers l'utopie. J'en suis revenu, il y a plus urgent, il y a plus pragmatique à faire que des confessions livrées à la nuit ou des belles promesses données au vent mauvais. Il y a le hurlement aphone, une longue complainte spectrale d'un peuple sacrifié dans un Futur qui n'arrivera pas. Il y a, en revanche, celle bien réelle des sacrifiés d'un quartiers mutant que la folie ordinaire d'une espèce dégénérée à livré à la morsure des flammes.
Notre colère bouillonne et ne s'éteindra que dans un acte d’autodafé le plus cinglant possible.
J'y veillerai.

Je contemple bras croisés dans cette salle de réunion à la circonférence impressionnante, l’écran géant ne projetant qu'une seule image surdimensionnée : les ruines fumantes de Mutant town. Sur la table devant moi, deux choses.
Une mallette énigmatique refermant notre avenir et de l'autre l'artefact que je sort que dans ce genre de situation solennelle et dramatique : ce casque rouge sang qui caractérise ma colère.
J'entends déjà les murmures derrière moi, j'en saisit même les souffles : pour le peu j'entendrai le battement intrigué de leur cœur.
Je leur tourne le dos, mon attention toute absorbé sur cette image dont on devine une peluche carbonisée, compagnon probable d'une victime de notre sang.

L'aube sera rouge.

Notre colère inoubliable.



Revenir en haut Aller en bas
Esther Ophraïm
Résident(e) à l'Institut Gamma
avatar

Messages : 270
Date d'inscription : 01/04/2012
Age : 37

MessageSujet: Re: Aube Sanglante : Le Plan M ( Confreristes)   Ven 11 Mai - 20:33

Esther sentait que le moment était important. Magneto était de retour à la Confrérie et il amenait avec lui des senteurs de changement. Esther ne savait pas si cela augurait de bonnes ou de mauvaises choses pour sa petite personne. Ses travaux n'avançaient pas assez vite que pour proposer au grand patron un rapport satisfaisant, elle se lassait de ces contraintes liées à la Confrérie et pour comble du malheur, elle était inquiète et anxieuse pour Ernest qui restait encore et toujours introuvable après cette sordide histoire d'explosion dans un hangar d'alcool.

Ponctuelle comme à son habitude, elle avait été parmi les premiers à entrer dans la salle de réunion où Magneto attendait les membres de son organisation solennellement installer derrière un pupitre. Derrière lui, un immense écran déroulait des vues sordides de Mutant Town complètement calcinée. Cérès fit la moue. Cela ne présageait rien de bon. Magneto voulait sûrement préparer une vengeance à cet attentat des purificateurs. Manque de chance pour lui, même si elle trouvait cela révoltant, Esther ne se sentait pas directement concernée car elle avait passé tout le temps de cette sordide attaque bien à l'abri des murs de la Confrérie.

Elle se demanda alors ce qui pouvait bien lui arriver. Il y a quelques mois encore, elle aurait travaillé d'arrache pied à cette cause car sa haine des Sapiens était féroce. Mais beaucoup de choses avaient changées depuis. Il y avait eu sa guérison, une raison d'épargner sa vie. Il y avait eu Ernest... puis Daniel... Deux autres raisons de penser la vie autrement. Plus calmement, plus sereinement. Elle avait envie de vivre et de protéger le peu de bonheur et le peu de personnes qu'elle aimait sur cette terre au delà de cette guerre épuisante qui la fatiguait de plus en plus. Elle se prenait à rêver d'une vie simple, détachée de ce combat, dans un endroit à l'abri de tous ses tracas où elle pourrait peut-être goûter une vie de famille...

Elle avait peur que sa lassitude et ses rêveries ne transparaissent dans son corps et sa manière d'être. Aussi fut-ce très posément et très froidement qu'elle alla s'asseoir parmi ses grands voiles verts sur un des sièges de la troisième rangée. Ni trop près ni trop loin. Il s'agissait désormais de se taire et d'écouter. Ne pas se faire remarquer était encore la meilleure des option en ce moment. Et puis, si on lui reprochait son mutisme, elle mettrait ça sur le compte de l'inquiétude due à la disparition d'Ernest.

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aube Sanglante : Le Plan M ( Confreristes)   Sam 12 Mai - 0:01

Son retour était attendu, et en ce jour, c’était le moment de remettre en place la confrérie. Russell avait reçu la convocation à la salle de conférence, Magnéto y attendait les confréristes. Russell était presque angoissé à l’idée de le revoir : certes il n’avait pas de relation assez proche avec son leader, mais il le « vénérait » presque autant qu’un dieu. Le jour où il l’avait inclus dans son camp, il avait pour toujours pris la place d’un père, d’un mentor et pratiquement, d’un frère. C’était donc la gorge nouée qu’il se rendait au point de rendez vous : venant de l’extérieur de la confrérie, il fumait une dernière cigarette, en croisant quelques uns de ses confrères qui se dirigeaient eux aussi vers la salle de conférence, mais il ne leur lança aucun regard. Comme a son habitude, il se contentait d’être là, imposant son caractère et sa tendance à se penser unique, aux autres. C’était à peine s’il avait des contacts intéressants ici : bien sur, il y avait Maiwenn, qu’il appréciait particulièrement, et Seamus, avec qui il formait une bonne équipe. Puis il y avait d’autres confréristes, qui n’avaient fait que passer dans sa vie, comme Surion, ou même Cérès. Cela n’était pas un signe de détestation, loin de là : simplement, pour qu’il s’attache, il lui fallait des liens forts, un peu comme celui qui reliait les acolytes, a conditions qu’ils n’aient pas entre eux subit quelques déboires, souvent reconnus pour leur caractère impulsif et leurs blessures ouvertes.

Il lança alors son mégot sur le sol, ne prenant même pas le soin de l’écraser, puis il se dirigea vers cette fameuse salle ou son maitre l’attendait, lui et les autres. Vêtu de sa veste en cuir noir, d’un marcel blanc et d’un jean banal, il n’avait pas fait l’effort d’accueillir le leader comme il se devait : à vrai dire, a la confrérie, tout était simple, et le plus important n’était pas l’apparence, mais bien le contenu. C’était d’ailleurs l’un des adages qui guidait l’acolyte dans son aventure au sein de la confrérie. Il parcouru alors les couloirs, et emprunta les passages qui rendaient vers cette salle de conférence, dans l’aile inférieure, de plus en plus sombre et correspondant à l’image du clan.

Sa posture était digne, et présageait un changement que Rusty allait aimer à coup sur. Tournant le dos à son auditoire, il attendait droitement derrière un pupitre, et visionnant des images relatant les évènements de Mutant Town. Lorsque il reconnu ces images, il ne pu s’empêcher de serrer les dents, en guise de mécontentement, puis il reporta son regard sur Magneto. Rusty n’était pas des plus intelligents dans la confrérie, et il s’en foutait royalement, mais il pouvait bien comprendre, ressentant une certaine haine lui aussi, que les choses étaient allées trop loin, et que par conséquent, le Leader de la confrérie avait des choses a dire, a dévoiler, a commander.

Son commandement avait manqué ces derniers temps. Il ne savait pas pourquoi il n’avait plus eut de nouvelles dernièrement, et il se laissait à croire qu’il avait prit du temps pour lui, pour étoffer un plan démoniaque, magnifique et excitant qui allait faire de Rusty un homme comblé. Il avait ce besoin de montrer de quoi il était capable, il avait besoin d’action et de faire avancer les choses pour prendre sa place. Rusty ne vivait que pour la confrérie, et si certains n’avaient pas encore compris, c’était qu’ils ne s’étaient pas assez attardés sur ce qu’il était vraiment. C’était donc tout bonnement dévoué a Magneto qu’il s’était assis, nonchalamment sur l’un des sièges, montrant ainsi son adhésion immédiate a ce qu’il allait dire, et au discours qu’il allait prononcer face au reste de son clan. Rusty n’avait pas besoin des autres pour savoir ce qui était important à ses yeux : montrer sa supériorité, servir son clan… et servir magnéto. C’était le jour, le moment, ou même l’instant précis où il fallait être de son coté et soutenir ce qu’il s’apprêtait à conter.
Revenir en haut Aller en bas
Maiwenn Short
Confrériste Alpha
avatar

Messages : 928
Date d'inscription : 28/03/2012
Age : 26

MessageSujet: Re: Aube Sanglante : Le Plan M ( Confreristes)   Sam 12 Mai - 17:44

La confiance. Aveugle et déraisonnée mais tellement évidente. Quelque chose donné et qu’il est pourtant parfois si simple de reprendre.

Magnéto n’avait jamais faillit aux yeux de la Syrène. Même en laissant pendant de longs mois la Confrérie presque sans nouvelles, comme un navire sans capitaine, un corps sans tête, donnant quelques fois des consignes aux comptes gouttes à une Confrérie sous perfusion d’espoir. Ouvrez les vannes, il était de retour.

Tranquille. Apaisée. Maiwenn marchait dans les couloirs de la Confrérie avec une tranquillité qu’elle n’avait pas eu depuis longtemps, ayant pris l’habitude d’arpenter ses couloirs en courant presque d’un point à un autre du repère, infirmerie/réfectoire/chambre, chambre/réfectoire/infirmerie. Quoiqu’elle exagérait, cela allait faire deux semaines que Maiwenn n’avait pas eu besoin de se rendre dans la tanière de Cérès lamentablement estropiée dans des circonstances pas toujours glorieuse. Brûlée avec une poêle par exemple. Passons. Maiwenn marchait donc sans se presser mais avec sa détermination habituelle. Elle connaissait le détour des couloirs par cœur, elle aurait pu se rendre dans la salle de Conférence les yeux fermés. Et pas seulement parce que tous les Confréristes étaient en train de converger en ce seul et même point, ce qui entre nous faisait un boucan d’enfer qui l’aurait guidé sans le moindre problème.

Elle était vêtue sobrement comme a son habitude, avec des couleurs sombres malgré l’été qui approchait à grand pas. L’aile inférieure était toujours fraîche, même à cette saison. Ses longs cheveux blonds qu’elle commençait sérieusement à envisager de couper étaient retenus dans une tresse un peu lâche lui tombant dans le dos. Mais Maiwenn n’accordait qu’une importance limitée à ce à quoi elle ressemblait depuis un certain temps. Il y avait mieux à faire. L’ordre des priorités avaient changé tout doucement, même si son apparence n’avait jamais occupé la première place.

Elle n’était pas en avance, elle n’avait pas pris cette peine. Tout le monde connaissait son allégeance à Magnéto et personne ne serait assez bête pour la remettre en question. La Confrérie se divisait en deux catégories, les « croyants » eux même partagés entre les adorateurs de Magnéto et les fervents suiveurs de la cause de la Confrérie et les « sceptiques ». Ceux là même qui étaient venus à la Confrérie plus par dépit que par réel choix, qui n’étaient pas réellement imbibés du rêve de Magnéto, qui défendaient leurs intérêts avant ceux de la communauté mutante… Maiwenn appartenait à la première catégorie comme bien d’autres Confréristes, déjà présents dans la salle.

Elle rentra avec une flopée d’autres Confréristes sans toutefois que ce soit la cohue. Peu de bavardages, les regards étaient fixés sur un même point. Volontairement Maiwenn ne commença pas par chercher Magnéto des yeux, il ne faisait aucun doute qu’il était au centre des regards. Elle balaya d’abord la salle d’un regard pénétrant, à la recherche de visages plus connus que d’autres. Du coin de l’œil elle aperçu Cérès l’air plutôt repliée sur elle-même, puis Russell galvanisé par le retour du maître du métal. Mais Maiwenn ne se rejoignit ni l’un ni l’autre. Bien que consciente qu’il y avait une chance sur deux qu’Ampère soit actuellement collée à Surion sous le regard maladivement jaloux de Kyle, c’était elle que la Confrériste cherchait du regard. Leur récente mission à Genosha avait passablement renforcé leurs liens et venant juste d’avoir toutes deux fait leur entrée en tant qu’Acolytes, il lui semblait juste naturel de se positionner à côté de son amie. Comment repérer une Ampère dans la foule ? C’est simple elle fait parti des huit Confréristes à avoir les cheveux verts. Dès qu’elle l’aperçut Maiwenn se dirigea vers elle.

La tension était palpable. Ayant jeté un œil vers l’estrade, Maiwenn avait vu Magnéto, de dos, magistral comme à son habitude. Son casque posé sur la table à côté d’une forme ressemblant vaguement à une mallette. Sur un écran aux proportions tout simplement gigantesques, les ruines de Mutant Town. On ne saurait être plus explicite. Magnéto était revenu pour une raison. Avec un plan et un avenir à leur montrer une nouvelle fois du doigt. Tout en s’asseyant l’air parfaitement à l’aise, Maiwenn braqua ses yeux gris sur la silhouette du maître du métal. Elle répondait à l’appel.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Surion
Confrériste Delta
avatar

Messages : 269
Date d'inscription : 29/03/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Aube Sanglante : Le Plan M ( Confreristes)   Sam 12 Mai - 21:30

Magnéto était de retour, même si Surion ne savait pas vraiment pourquoi ni où il était parti, mais il est quand même revenu. Cela faisait déjà plusieurs mois que Peter avait rejoint la confrérie, et il ne l'avait jamais vu, ni même croisé, il était sûrement déjà parti, ou alors il est vraiment très fort pour ne pas se faire remarquer, ce qui peut être normal, vu son rang il doit être très demandé, et être discret doit être l'un de ses atouts.

Il allait enfin pouvoir le voir, lui que Surion respecter presque comme un Dieu, presque car le concept de Dieu n'est pas vraiment dans le vocabulaire de Peter, car une personne qui a osé créer la race humaine ne peut pas se permettre de s'appeler Dieu. En tout cas Magnéto a convié tous les confréristes, alors tous les confréristes seront là, Peter aussi, car il ne faudrait faire mauvaise impression pour la première fois qu'il rencontre celui sans qui les mutants ne seraient sûrement pas là à l'heure qu'il est. C'est à dire réuni pour combattre la ségrégation anti-mutante. D'ailleurs ça doit être l'objet de la conférence, les derniers événements survenus il y a peu à Mutant town ont du déclencher une telle rage chez Magnéto que la vengeance qu'il doit être entrain de préparer sera destructrice. Et ça la vengeance, c'est l'une des spécialités de Surion. Il a passé ses dix dernières années à paufiner cette spécialité.

Surion avait décidé de venir juste à l'heure, il ne faudrait pas qu'il arrive en retard la première fois qu'il voit Magnéto. Même si à son avis, il pourrait bien arriver en retard, cela va pas empêcher Magnéto de dormir, Surion n'est pas vraiment indispensable, à la réunion en tout cas.

Peter était entrain de se diriger vers la salle de conférence lorsqu'il passa devant la chambre d'Ampère. Surion décida donc de frapper à sa porte, elle devait être rentré de sa mission vu que Surion avait entendu dire que la mission devait durer que trois jours, donc elle doit être rentrée normalement. Elle était en effet là et ils partirent tous les deux à la conférence. Ils faisaient partis des premiers à être arrivé à la salle de conférence. Magnéto était bien sûr déjà là, derrière son pupitre, et entrain de tourner le dos aux confréristes qui étaient entrain de s'installer. La première chose que Peter constata en entrant dans la salle était l'image de Mutant town projetée au mur, des mauvais souvenirs de cette affreuse soirée remontèrent dans la tête de Surion. Il remarqua également la présence de Firefist, l'acolyte avec qui il avait affronté le prédator x, il lui a sauvé la vie, donc il lui en doit une et il compte bien effacé sa "dette". Même si il l'a un peu effacé en trouvant une idée pour neutraliser la bête. Enfin bref, c'est pas vraiment le moment pour ça. Et aussi, installée au troisième rang, Cérès, la toubib de la confrérie. Il va devoir lui reparler de son fils qui a était porté disparu.

Surion et Ampère s'installèrent tout deux au deuxième rang, car s'installer au premier rang, c'est pas vraiment la meilleure solution, ça fait un peu faillots, et c'est pas le genre de Surion. La conférence allait commencé lorsque Maiwenn rentra dans la salle, encore un peu et elle allait être en retard, elle s'installa à côté d'Ampère. Le discours du chef allait pas tarder à commencer, Surion était très attentif, ce qu'il allait dire risque d'être assez intéressant.

_________________
Couleur des paroles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aube Sanglante : Le Plan M ( Confreristes)   Dim 13 Mai - 0:36

Quoi que l'on dise, quoi que l'on pense, on ne pourra enlever à cet homme sa présence et son charisme. Là où il était en ce moment, il était incontesté, adulé, adoré et vénéré même par certains. Depuis le début et cet annonce de retour qui avait au départ, il faut bien le dire, des allures de rumeurs, c'était à celui qui était le plus fidèle, celui qui adulait le plus ou qui possédait légitimement le plus grand respect de l'homme.
Et cela, c'est définitivement la preuve que Magnéto a poussé les membres de sa confrérie à un fanatisme et une vénération de son idéologie et de sa personne, à l'image de Stryker et ses purificateurs. Vous trouvez la comparaison osée ? Vous avez peut-être raison, mais cela n'enlève rien à ce constat que l'on pouvait faire dans les couloirs de la confrérie où un flux peu commun de confréristes s'organisait, suivant pour tous le même itinéraire, comme des prisonniers d'une grotte suivent le chemin tracé de la lumière. Oui, les confréristes sont à Magnéto ce que des religieux sont à leurs dieux et tout comme eux, cette croyance peut être soudainement déclenchée et soudainement interrompue. Une croyance fragile pour les uns, inextinguible pour d'autres et sans doutes hypocrite pour ceux qui restent car en ce jour, personne n'oserait avoué ses doutes sur le leader de ce clan perçue pour beaucoup comme une famille.
C'est la force de cet homme : quoiqu'il dise, il sera écouté grâce ou à cause de cette attraction quasi magnétique de la confiance des membres de son clan et l'influence tout aussi puissante de ces âmes attirée, envers celles qui ne le sont plus ou pas encore. Mais combien sont prêt à le suivre jusqu'au bout ? Combien sont prêt à donné leurs vies et celles des personnes qu'ils aiment pour cet homme qu'ils qualifient en ce moment même - pour la plupart - comme leur père, leur mentor, leur guide... On connaissait ceux qui en était capable, ceux qui l'avait déjà fait. C'était les personnes de confiance du vieil homme au casque. Mais qu'en était-il des autres qui ne voyait en la confrérie que le moyen d'échapper au crimes qu'ils ont commis tout en étant nourrit, logé et soigné ?

Beaucoup de question dans la tête du noble chevalier. Il observait tous ces membres, regardant les visages, les attitudes, les regards. Tous tournés vers Magnéto, dos à son assemblée. Et observant les images du quartier mutant en flammes. C'était une belle mise en scène et ce sera sûrement un beau discours. Seamus pénétra donc cette salle de conférence en boitant, chose qui était décidément devenu une habitude. Ce n'était cette fois que les restes du Prédateur X, les marques du combat le plus incertains qu'est eu à faire Seamus. Sa cheville et son motet avaient été rongés par l'acide extrêmement corrosif qui n'était rien d'autre que la bave de ce monstre rencontré à Alkali-Lake. Firefist, Cérès, Surion et Maiwenn, arrivée juste avant Seamus, étaient installés et attendait sagement. Seamus alla en faire autant, même si les conférences n'étaient pas faites pour lui. Il alla s’asseoir sur un siège vide pas loin de Firefist l'un des rares Acolytes en qui il avait une pleine confiance malgré son attitude plutôt méprisante envers le monstre vert.
Les pics osseux de sa colonne vertébrale s'enfoncèrent dans le dossier de la chaise dans un craquement du bois provoquant quelques pouffement de rires, décelables par l'ouïe hyper-sensible de Seamus, au fond de la salle.
Seamus eu un soupir, levant alors ses yeux dorés sur Magnéto. Comme tout le monde, il l'adulait également, même si il avait trop de respect pour pouvoir le faire ouvertement. Seamus avait une mentalité plutôt particulière et il ne croyait en la valeur de quelqu'un que dans les actes qu'il faisait et les décisions qu'il prenait. Voilà pourquoi il avait confiance en Firefist et qu'il respectait Magnéto tel un chevalier respecte son roi. Seamus pensait que seuls ses actes pouvait important à Magnéto et, en revanche, il était prêt à lui offrir sa vie, comme toujours depuis ses débuts à la confrérie.
Revenir en haut Aller en bas
Ampère
Acolyte Beta
avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 28/03/2012

MessageSujet: Re: Aube Sanglante : Le Plan M ( Confreristes)   Dim 13 Mai - 3:03

- Louise?!
- Ouais?
- Je vais à la réunion...Si t'es prête, on y va ensemble?
- Heu...Oh 'tain! Classe.
- ...
- Ouaiiiis...Elle hurle à travers la porte, s'égosille autant qu'elle peut. Heu!...J'arrive...Bouge pas, j'suis presque prête!

C'est faux, bien entendu. La confrériste est encore en sous-vêtements dans sa chambre, et elle sautille maladroitement sur un pied, tout en tentant d'enfiler sa chaussette sur l'autre. Évidemment, elle manque de s'affaler par terre, alors elle finit par se laisser tomber sur le lit pour mener à bien sa mission. Une chaussette, deux chauss...Non, la seconde chaussette a disparu, et pourtant la verte était pratiquement sûre d'avoir les deux en mains quelques secondes plus tôt. Tant pis, elle est déjà trop en retard...En réalité, deux heures plus tôt, elle était encore dans les temps, jusqu'à ce qu'elle se décide à allumer la télévision -sa télévision, un de ses nouveaux privilèges-...pour passer le temps. En moins de huit minutes, elle s'est retrouvée collée devant une bouse intersidérale, un nanar spectaculaire duquel elle n'a pas réussi à se détacher. Alors évidemment, lorsqu'elle a réalisé l'heure et les minutes qui lui restaient pour se préparer, son sang n'a fait qu'un tour. Levée d'un bond, elle s'est juste précipitée sans réfléchir sous la douche. Et quelle douche...la plus rapide de sa vie.

- J'arriiiiive, répète-t-elle à l'intention de Surion qui attend encore dans le couloir.

Son jean, vite. Heureusement qu'elle l'a sorti avant de prendre sa douche, celui-là, et qu'il attend sagement sur sa chaise. La demoiselle se rue dessus, l'agrippe comme une possédée et l'enfile le plus vite possible, avant d'attraper le vieux t-shirt qui se trouve caché en dessous. Glamour, pas glamour, ce n'est plus vraiment comme si elle avait le temps. Et la chaussette manquante...Bon allez, fuck la chaussette. Elle retire la première avant de se ruer sur une paire de ballerines posée en vrac près de son bureau. Et voilà, en un rien de temps, la confrériste présentable. Ou presque.

Puis elle se précipite sur la porte, tourne le verrou d'un coup sec, et déboule soudain devant Surion. Les joues rosies, le souffle court face à l'homme tranquille, elle s'oblige à se calmer et à sourire.

- Héhé... Dis quelque chose, imbécile...Ca va...? Ça me fait plaisir de te voir.

Ni une ni deux, elle lui colle deux bises, une sur chaque joue.

- J'ai plein de trucs à te raconter de Genosha mais ça va attendre. On y va?


*****

En rentrant dans la salle de réunion, sa bonne humeur disparait aussi vite qu'elle est venue, quand ses yeux marrons se posent sur l'écran, dont les images réveillent de mauvais souvenirs chez la jeune femme. Inconsciemment, elle serre les points et jette un coup d’œil à Surion, qui doit sans doute penser la même chose qu'elle...Du moins, c'est ce qu'elle s'imagine. En revanche, de la réunion convoquée par Magnéto, Ampère ne sait pas quoi en penser, elle préfère d'ailleurs attendre pour voir ce que Papy Magnet a à leur dire. Même Scarlett n'a pas su lui dire ce que leur réservait son père...mais intérieurement, Ampère espère que la réunion sera placée sous le signe de la vengeance. Mutant Town? Elle y était, elle a souffert, et elle n'est pas la seule. Et juste pour ça, des têtes méritent de tomber.

Un signe de tête pour ceux qu’elle connait alors qu’elle suit Peter. Firefist, Cérés, et les autres. Elle ne s’attarde pas et s’installe, avant d'être rapidement rejointe par Maiween, à laquelle elle sourit, fièrement...Elle peut se le permettre. C'est quiqui qu'est acolyte maintenant hein??? Bref, elle se mord rapidement les lèvres pour ne pas laisser sa satisfaction s'épancher un peu trop, même si ce n'est pas l'envie qui lui manque. Puis elle échange quelques mots avec ses deux compagnons, tout en ignorant les regards appuyés de Maiween qui lui lancent la question muette "Et Kyle?".

Pour l'éviter, Ampère baisse les yeux au sol, et c'est à ce moment qu'elle l'aperçoit. Un cafard, vraisemblablement perdu dans l'immensité de la salle.

- Oh merde, mais c'est dégueu...

RIP l'insecte, RIP la vermine. Un doigt vient de se lever très -trop- vite dans sa direction, et la malheureuse bestiole crève au même instant, calcinée par un éclair de rage. Ah oui...Depuis Mutant Town, Ampère a de nouveaux pouvoirs, c'est même le seul point positif de tout cette merde. Et elle a bien hâte de s'en servir...

Derrière elle, Seamus dégomme le dossier de sa chaise juste en s'asseyant, en bon boulet de service. Ampère, elle, aurait bien envie de rire mais son regard finit par se poser sur Magnéto.

Chut, le grand patron va parler...


_________________

Merci Ash pour l'avatar. Gif de tumblr


Merci Palouf!:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aube Sanglante : Le Plan M ( Confreristes)   Lun 14 Mai - 14:17

La sentence était tombée, le verdict avait frappé. Tous, je dis bien tous, avaient été conviés à une séance extraordinaire marquant le retour de Magnéto. Au même titre que moi, il avait disparu quelques temps laissant une confrérie un peu, beaucoup même, désordonnée et chaotique. Le recrutement de bons éléments avait semblé ne reposer que sur les épaules d'une confrériste qui n'était alors même pas encore acolyte mais qui l'est devenue par la suite, et les anciennes missions que nous avions mises au point, il semblait n'y avoir que trop peu de nouvelles. Certes quelques uns les avaient terminées avec brio, sans trop de pertes et fracas, d'autres ne donnaient plus aucun signe de vie, peut-être tombés au combat ou ayant lâchement d'abandonner une tâche trop lourde, ce que au fond, je ne leur souhaite pas puisqu'ils allaient bientôt devoir subir la colère du clan, notre colère, comme c'est le cas par exemple d'un gosse qui avait décidé de retourner sa veste après nous avoir aidé sur le pont. Et d'autres, qui étaient encore là, n'avaient sûrement pas encore terminé mais j'espérais au moins qu'ils ne traînaient pas trop en chemin. Vu la complexité de certaines missions, il va de soi qu'il faille du temps, mais pour d'autres, il n'y avait aucune excuse.
Naturellement, je m'étais dirigée dans la salle exactement en même temps que Magnéto, après tout, si ce plan était le sien, j'étais toujours la première à en connaître toutes les ficelles, ou du moins toutes celles qu'il daignait me donner, sans doute avait-il encore des détails qu'il n'avait pas encore approfondis en intégralité et qu'il se les réservait, ou bien qu'il n'avait pas encore eu le temps de m'en dire un mot. Il est vrai que je connaissais la totalité de toutes les missions qui avaient été données, les enjeux et parfois même les conditions, en revanche je ne savais pas qui avait eu quoi, mais ce n'était clairement pas ma priorité, et puis je n'avais pas encore eu d'écho. Et pourtant, je ne savais pas tout à fait ce qu'avait prévu le chef au terme de cette réunion, j'en connaissais seulement le contexte, mais en rien la forme ou le contenu. Oui il était venu me trouver la première, mais l'entrevue n'avait duré que très peu de temps puisqu'il m'avait seulement demandé de venir l'assister. Pas besoin de donner d'ordre, un simple regard suffisait à me faire déplacer. Non pas par soumission, mais par loyauté. Rien de moins, rien de plus.

Nous étions donc les premiers dans la salle de conférence, les chaises préalablement installées étaient en ordre, et d'emblée nous allâmes au-devant de la salle, tout proche de l'écran géant. Magnéto déposa sur le pupitre une mallette dont je ne connaissais pas le contenu, et déposa son casque à côté, cet objet si simple aux uns et pourtant si significatifs à d'autres. Rouge oui, comme le fond de son âme, et celui de la confrérie d'ailleurs, la vraie, celle qui rêve une bonne fois pour toute de laver les affronts qui nous ont été faits, à nous les mutants. Je le laissai préparer tout ce dont il avait besoin, même s'il avait sûrement peu de choses en réalité étant donné que son discours allait être celui de quelqu'un qui sait de quoi il parle, et que par conséquent il n'aurait pas besoin de s'encombrer de tout un tas de paperasse inutile. Il n'est pas plus imposant que celui qui parle avec la force de son âme qu'avec la misère d'un papier. Quant à moi, j'allais me placer dans un coin reculé de la pièce, me fondant parfaitement avec le reste du mur et pouvant ainsi surveiller les arrivants qui ne tarderaient sans doute pas à arriver, tout en demeurant pratiquement invisible à les yeux tant mes couleurs étaient copiées.
Magnéto projeta ensuite une image sur l'écran géant, le genre d'image à vous faire hisser tous les poils, à vous faire grincer des dents et à serrer les poings jusqu'à ce que vos mains deviennent bleues. Bon dans mon cas cela serait bien difficile de palier les trois mais c'était mon problème. Une seule image fixe, en guise d'amuse-gueule, et celle-ci allait déjà provoquer une colère incurable dans la tête de ceux qui allaient la voir, ou dans leur cœur si tant est que certains en ont encore. Pour moi, c'était un peu différent, je ne voyais pas la scène de la même manière puisque je n'étais pas sur les lieux lorsque l'incident a eu lieu, ou plutôt cette catastrophe, j'étais encore sur la côte ouest. Je suis arrivée peu après, donc les dégâts de cet odieux crime étaient encore perceptibles, tant dans son côté matériel que son côté spirituel. Je regardais cette image en affichant une mine des plus indifférentes, les avantages du temps, mais intérieurement c'était bel et bien une rage sans nom qui sévissait. L'une de celles qui pourraient me pousser à détruire tout un quartier en guise de réponse, sans la moindre hésitation.

Puis la foule commençait à arriver, sans trop se presser visiblement, et je reconnais que très peu de visages finalement. Enfin j'en connaissais surtout de tête, ceux que j'avais vus dans les divers dossiers ou rapports, mais avec qui je n'avais pas encore eu le temps de m'entretenir, ou même de mettre en pratique l'élaboration d'une mission. Il y en avait toutefois deux que je connaissais très bien pour les avoir vues à l'œuvre, à savoir Ampère et la Syrène. Oui ces deux soldats qui avaient parfaitement bien participé à l'attaque sur le pont. Elles avaient dû fort bien progresser depuis le temps, il ne me manquerait plus que de voir tout ceci à l'œuvre. À l'avenir peut-être. Elles étaient même devenues acolytes, c'est pour féliciter leur loyauté à notre cause et à leur place méritante parmi l'élite de cette organisation mutante. Un autre type, du nom de Russel Collins fit également son entrée, que je ne connaissais absolument pas en fait, je n'avais qu'une vague idée de ce dont il était capable mais sans plus. Puis un autre tout en muscle, dont les dernières actions avaient quelques bruits d'ailleurs, lui et ceux qui avaient participé à cette attaque. Vu le danger qu'avait représenté cette menace, la confrérie avait de quoi être fière de posséder de tels membres, mais tout n'est pas joué tant que la mort ne vous a pas retrouvé, et ce n'est toujours qu'après le passage de cette dernière qu'on reconnaît le vrai confrériste du faux. Ou du moins, il faut toujours s'attendre à ce que l'un d'entre eux retourne sa veste, même si les prouesses ne sont plus à prouver. C'est une méthode comme une autre de toute manière. Une fois les derniers arrivés, ou du moins ceux qui n'étaient pas en retard, je me décollais du mur et avançait vers magnéto, reprenant directement ma vraie forme, en attendant le début des nouvelles.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aube Sanglante : Le Plan M ( Confreristes)   Lun 14 Mai - 17:54

J’entendais la salle se remplir et quelques murmures ça et là. Pour le peu, on aurait pu se croire à l’entracte d’un opéra où chacun se met à l’aise avant que l’émotion le saisisse par la divine mélopée. Ils étaient venus comme on vient voir le sermon de l’église dans l’âtre chaleureux d’une ombre de croix pesant plus lourd que la noire conscience corrompu. Certains cherchant l’absolution des péchés, d’autre une confortation dans leur foi, voire un miracle. On me voyait comme une sorte de messie détenant les dogmes d’une vérité dont la lame ne s’émousse pas sous les coups, comme elle, ils me savaient tranchant et inflexible dans mes choix. Toutefois, Ma nature diffère de ce que je donne en spectacle à ceux qui moissonnent mais sillons. A la fureur je préfère le calme, à la précipitation, la réflexion. Ici cependant, j’ai un auditoire qui n’avancera que si j’endosse mon habit de sang. C’est ainsi qu’on s’adresse au foule, pas par l’intelligence mais par les tripes et l’émotion.

J’y souscris.

J’y souscris car la tâche qui m’incombe me sublime complètement et a plus de signification que le poids de chacune des vies emplissant ses murs, la mienne y comprit. J’y souscris car mes yeux seuls peuvent imaginer la souffrance de l’enfant qui serrait contre son cœur cette peluche à présent calcinée. Doucement, les yeux clos et le visage incliné devant ce réquisitoire à notre impuissance, je commence mon plaidoyer.


- Coupable…

Je laisse le mot se perdre dans un silence de mort puis je me retourne et les fixe pour la première fois. Je le fixe tour à tour, dans les yeux un par un tendit que je poursuis.

- Il n’est pas question de la main qui donne la mort. Cette main, infâme et cruelle, peut être tranchée et clouée sur le pilori de notre vengeance ET ELLE LE SERA !
- Il n’est pas question de ce monde pourrissant dans les râles de quelques technocrates accrochés aux débris se leurrant de fausses peurs et refusant de regarder l’avenir, c'est-à-dire NOTRE avenir dans les yeux ! CAR LE TEMPS NOUS DONNERA JUSTICE !
- Il n’est pas question de certains de nos frères pactisant avec les lâches, travestissant leur nature pour l’or de Judas car devant notre ire sans limites, MEME LE SUICIDE LEUR SERA REFUSE !
- Il n’est pas question de Sapiens qui pense pouvoir se soustraire à l’évolution pensant rédiger l’épitaphe notre histoire alors que nous signerons l’EPILOGUE DE LA LEUR !
- Il n’est pas question de ce groupuscule stupide au nom empreint de bêtise drapé de blanc pour masquer les ténèbres de leur âme car par ce geste imbécile ils viennent de SIGNER LEUR ARRET DE MORT ET CELUI DE CEUX QUI LES SOUTIENNENT !
D’un geste large je montrai l’écran d’une main ouverte.
- Non, il ne s’agit de rien de cela. Il s’agit seulement des larmes de notre peuple que l’on vient d’éventrer sur la table de notre aveuglement !
- CAR NOUS SOMMES LES SEULS COUPABLES ! CHACUN D’ENTRE NOUS ET MOI LE PREMIER !



Je laissais retomber le silence fixant à nouveau certains d’entre eux.


- Coupable de rester sourd..coupable d’avoir été aveugle…coupable de notre suffisance derrière ces murs…coupable de n’avoir pas pu les protéger ..coupable de nous disperser dans des disputes d’ego…coupable de nous croire faible quand nous pouvons être si puissant.
- Je vous pose la question, de mutant à mutant, qui peut se targuer dernièrement d’avoir agis pour eux ? Je veux dire dans leur intérêt ? Celui de leur cause ? Je ne parle pas de MON intérêt ou de suivre MES ordres. Je parle d’eux ! Ceux qui ont vu leur vie s’éteindre brutalement dans les flammes de Mutant Town ?
- PERSONNE ! ET CERTAINEMENT PAS MOI !


Je m’emparais lentement de mon casque posé sur la table tout en croisant le regard de Mystique à qui j’adressais un sourire de connivence. Lentement, je le déposais sur mon crane et ouvrant à nouveau les yeux sur mon auditoire, je poursuivi.

- Nous avons contracter une dette de sang envers eux, cette dette ne s’éteindra que lorsque le dernier sapiens dans ce monde ne sera plus en capacité de provoquer un tel massacre.
- Moi, Magneto, je jure sur les cendres de ce qui sera à présent notre honte que justice sera faite. Je jure que je défendrais notre espèce de ceux qui veulent l’éradiquer et cela par tous les moyens, je ne m’arrêterai que lorsque le dernier ennemi de notre communauté aura rendu les armes.
- Confrérites, voici le nouveau paradigme : LA GUERRE TOTALE ! TROUVEZ NOS OPOSANTS ! TRAQUEZ-LES ! CRUCIFIEZ LES ! PUISQUE PERSONNE N’EST INNOCENT, IL FAUDRA FRAPPER PLUS FORT ET FAIRE PLUS MAL ! PLUS DE PITIE !



Les murs tout entiers de la salle commencèrent à grincer et se tordre tandis que mon pouvoir faisait vibrer l’air sous ma colère.

- Et tandis que les chiens de guerre dévoreront nos ennemis en faisant de ce monde un brasier géant, je vous promets LA FIN DE l’HUMANITE SOUS 6 MOIS ! JE SUIS EN MESURE DE LE FAIRE !
- Mais pour ce faire, il nous faut le chaos dans les rues afin de nous laisser les mains libres. Par sécurité, seuls les acolytes seront aux faits de ce plan dans son aspect pratique, le PLAN M…M comme..MUTANT TOWN hier..M comme MUTANT EARTH DEMAIN !!!
Je repris mon souffle, jetant un coup d’œil à Mystique, ma colère refluant par vague.
- A présent je veux que chacun d’entre vous prête serment non plus envers ma personne mais envers notre peuple et sa sauvegarde car je vous le dis à présent, nous en sommes les seuls derniers protecteurs. Nous devons expier Mutant Town en sauvant le reste de la mutanité : c’est un choix entre la vie et la mort, c’est une question…de survie.
- Vous ne sortirez pas d’ici sans avoir fait ce choix.
- Ce choix…que cette petite fille qui aimait sa peluche n’a pas eu à faire cette nuit là.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Esther Ophraïm
Résident(e) à l'Institut Gamma
avatar

Messages : 270
Date d'inscription : 01/04/2012
Age : 37

MessageSujet: Re: Aube Sanglante : Le Plan M ( Confreristes)   Mar 15 Mai - 9:30

Avec un sentiment de malaise croissant, Cérès écoutait Magneto déclamer ses "coupables". Elle avait beau avoir connu plusieurs accès colériques du patron et savoir qu'elles retombaient aussi vite qu'elles étaient violentes, elle ne s'y ferait jamais. D'autant plus que ces temps derniers, ses aspirations avaient tendance à s'éloigner de la Confrérie.

Biensûr, elle rejoignait l'avis général, à savoir que l'attentat de Mutant Town était inadmissible. Bien sûr elle estimait que cet acte barbare devait être vengé, bien sûr, les sapiens étaient aveugles, bornés et obscurantiste. Pourtant, elle ne ressentait ni le besoin ni même l'envie de prendre une part active à cette vengeance. Pour une fois dans sa vie, elle avait envie d'être égoïste car elle avait enfin des raisons de l'être. Elle devait d'abord retrouver Ernest pour qui elle se faisait un sang d'encre mais Surion ne semblait pas encore avoir le temps libre qu'il lui avait promis. Ensuite il y avait Daniel... Daniel qui était entré dans sa vie aussi inopinément qu'un motard dans un salon de beauté. Daniel qui ne savait rien de son activité de Confrériste. Daniel qui semblait appartenir à une organisation importante et potentiellement ennemie. Daniel qui pourtant brûlait pour elle d'un amour surréaliste. Esther avait la chance de faire partie des rares Confréristes qui étaient inconnus des services publiques en tant que telle. Quel avenir pourrait-elle offrir à son couple si elle franchissait cette limite? Elle aurait déjà bien des soucis à refaire surface dans la vie publique sans faire remonter l'affaire des usines Fertil&Co. Alors si en plus on lui collait une étiquette de terroriste...

Elle en était là de ses décisions lorsque les Acolytes vinrent prêter leur serment. Mystique en tête, l'exhalté Russel sur ses talons, Maiwenn et Ampère en tandem, le colossal Seamus fermant la marche. Elle écouta leurs serments respectifs qui lui donnèrent l'assurance d'une chose. Elle ne sortirait pas de cette salle vivante si elle ne donnait pas à Magnus une réponse qui satisferait suffisamment ses exigences. Alors, elle se leva et se glissa dans la file qui défilait devant le grand patron, adaptant chacun son serment à la sauce de son exhaltation. Lorsque ce fut son tour, elle fit face à Magneto, garda la tête droite et croisa sa main droite sur son coeur. D'une voix calme et modérée, elle déclama :


- Je fais le serment de lutter de toutes mes forces pour la sauvegarde, la survie et la vie des mutants qui sont chers à mon coeur.

Cette phrase ingénieuse pouvait être interprétée de deux manières. Pour Magneto, Cérès luterait pour la race entière qui lui était chère, tandis qu'en son fort intérieur, Esther promettait de lutter uniquement pour les mutant à qui elle accordait de l'importance dans sa vie. Contente de cette astuce qui lui laissait la conscience tranquille tout en satisfaisant l'égo de Magneto, elle alla se rasseoir pour connaître la suite des opérations.

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aube Sanglante : Le Plan M ( Confreristes)   Ven 18 Mai - 21:57

Le discours que Rusty assimilait avec une passion sans précédent était clair, concis et fort : tout a fait à l’image du Leader de la confrérie qui montrait clairement son but et ses intentions de remettre son empire sur pieds. Il y avait eu un long moment de flottement entre le départ de Magneto et son retour fulgurant, et il n’allait sans dire que la confrérie était au point mort. On pouvait compter sur les acolytes, mais clairement, ils s’étaient éparpillés et avaient eu du mal a tout garder en place, c’était pour cette raison que Magneto était le seul et l’unique capable de rassembler les troupes pour agir, dans l’ombre ou la lumière, mais agir au nom du peuple supérieur, les mutants.

Rusty partageais sans aprioris l’idée de son leader : malgré le fait qu’il vouait pratiquement un culte a la figure emblématique de la confrérie, il avait conscience que son avenir n’était pas le seul mis en jeu dans cette bataille, et même si ses contacts et ses rencontres étaient difficiles, de par son caractère presque asocial, il n’en dénigrait pas moins ses « amis » mutants, bons ou mauvais. On pouvait dire en effet que l’acolyte flamboyant était un homme compliqué, mais cela restait du domaine du privé.

Une fois le discours terminé, il n’eut d’autre réaction que d’acquiescer d’un signe de la tête, en serrant les dents et en se pinçant la lèvre inférieure : tous ces massacres et cet affront clairement signifié à sa nature et son origine était de trop dans ce combat qui durait désormais depuis plusieurs années. Si Rusty pouvait souhaiter ne serais-ce qu’une seule chose, il formulerait le vœu d’avoir pleinement sa place dans ce monde, mais plus encore, la meilleure place. Les mutants avaient selon lui cette évolution qui les rendait plus importants et plus intéressants : les humains quand à eux devaient se contenter de rester dans l’ombre, parce qu’ils n’étaient plus prometteurs autant qu’ils l’étaient avant l’arrivée de l’homo Superior. Instinctivement, il se leva de son siège, le faisant vibrer par la force et l’enthousiasme de ce qu’il s’apprêtait à annoncer à haute voix. A ce moment là, rien autour de lui n’existait et plus personne ne l’écoutait : il était seul face a son destin et a son maitre, pour lui promettre loyauté et convictions bien arrêtées.

- Moi, RUSSELL COLLINS… Je fais devant vous le serment de servir cette cause, et ce combat, afin d’éradiquer toute action violente a l’encontre de l’un des nôtres. Mon corps sera l’arme de tous, et mon âme ne laissera rien de tout cela se reproduire. Je suis fidèle, et je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour faire changer ce monde et pour récupérer ce qui nous revient de droit !

Dans son esprit, les images de la tuerie de Mutant Town défilaient à nouveau et continuaient à faire grandir la haine qui l’animait sur le moment. Rusty était adepte de la « violence justifiée » comme il disait : têtu et particulièrement attaché à ces valeurs qu’étaient celles de la confrérie, il comptait bien faire de cette mission, la ligne directrice de sa vie à compter de ce jour. Comme une bête arrogante, il ne vivrait plus que pour ça.

Il s’assit alors sans dire un mot, laissant les autres porter leur serment. Un blanc s’était affiché de quelques instants à la suite de sa réplique, qui contrastait avec le vocabulaire habituel de l’homme de feu. Mais devant Magneto, il tentait de faire meilleure figure : il le respectait trop pour oser lui manquer de respect.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aube Sanglante : Le Plan M ( Confreristes)   Dim 27 Mai - 17:48


  • J'étais à l'extérieur de la confrérie, fumant une cigarette en regardant derrières mes lunettes teintées les rayons du soleil traverser les feuilles des arbres, je laissais la chaleur et l'air parcourir mon visage, quand j'apercevais un attroupement de confréristes se diriger à l'intérieur, expirant la fumée par la bouche et jetant la fin de ma cigarette, je suivais le groupe en n'en prenant un à part "hey! Il se passe quoi?!" lui demandais-je "Magnéto est de retour...Il nous convoque tous en salle de briefing" Ainsi donc, le grand Erik Lensherr était revenus parmi les siens, Je suivais le groupe et arrivé dans la salle déjà bondée, j'apercevais ce chef tant redouté et tant attendus fixant un écran ou était diffusés des images de l'attaque du Mutant Town, Voyant ces images défilées devant mes yeux, ce sont d'autres images semblables qui me revenaient en mémoire, je ralentissais le pas en fixant cette écran les yeux écarquillés et la bouche ouverte, j'apercevais alors une chaise et repris mes esprits avant de m'y asseoir, J'apercevais près de Magnéto, une mallette, un casque et une femme bleue, sans aucun doute une fan des shtroumpfs...Je jetais un oeil à chaque personnes présentes, mais mon regard s’arrêtait un peu plus longtemps sur une femme au cheveux verts, assise à cotés d'un gars qui avait une cicatrice qui marquait une tranchée entre les deux parties de son visage, je fixais donc cette sublime femme, en abaissant un peu mes lunettes pour la regarder dans les yeux et lui faire un petit clin d'oeil avec un sourire en coin, quand elle croisait mon regard, sans même prêter attention au type à coté d'elle.

    Même dans ces moment ou les blagues étaient pas à envisager, je restais moi même, sans doute pour cacher ce que je ressentais vraiment, Magnéto se retournais enfin face à nous, je mis alors mes lunettes sur ma tête, afin qu'il puisse me parler dans les yeux. Il fit son discours, arrivant même à nous transmettre toutes les émotions qu'il ressentait, car nous tous ici présent comprenait au plus profonds de nous même, qu'il avait raison. Le temps n'était plus à la persistance, à la persévérance de nos attaques ciblées, il était temps que les mutants lèvent la voix et leurs armes pour une une guerre vengeresse et sanguinaire, cela ne devait pas se passer autrement, j'aurais été dessus que Magnéto, connus pour être une personnes pleine de haine et connus par ses actes terroristes de prendre la décision de s'asseoir sagement et d'attendre que ça passe. Mais j'étais content d'apprendre qu'il en était rien, la vengeance était l'ordre du jour, ordre sa dépendait pour qui, pour moi c'était plutôt un moment de détente, j'allais enfin pouvoir assouvir pleinement ma vengeance...

    Après quelques secondes de réflexion je me levais de ma chaise, la mâchoire sautante tellement je serrais des dents, il était évident pour moi que je prête serment, je fixais Magnéto dans les yeux, plein de rage je soutenais son regards "J'en fais le serment...Je prête serment de venger nos frères mutants mort pendant cette attaque...Je fais le serment de garder leurs honneur intact..." Avais-je prononcer d'une voix tremblante résonnant la haine et la tristesse, tellement cette profonde blessure était encore ouverte, je regardais rapidement les autres confrériste avant de me rasseoir sur ma chaise, fixant un point invisible d'un regard vide...
Revenir en haut Aller en bas
Maiwenn Short
Confrériste Alpha
avatar

Messages : 928
Date d'inscription : 28/03/2012
Age : 26

MessageSujet: Re: Aube Sanglante : Le Plan M ( Confreristes)   Dim 3 Juin - 10:51

Un choix. Un serment. Une cause à embrasser. Maiwenn n’avait pas cillé une seule fois pendant le discours de Magnéto. Une mise en jambe pleine de colère. Une colère qu’ils avaient tous ressentis après Mutant Town. Magnéto démontrait une nouvelle fois ses grands talents d’orateurs, mais ne prêchait-il pas des convaincus ?

A qui allait l’allégeance de la Syrène ? Au maître du métal ou bien aux idées qu’il défendait ? Aux idées avant tout. Au fond d’elle elle le savait pertinemment : Magnéto n’était pas un Dieu, plus une sorte de prêtre qui montrait le chemin à suivre pour parvenir à l’idéal. Et quel chemin ! Se battre pour ses frères, contre l’intolérance des Homo Sapiens. Tuer s’il le fallait bien sur. Donner la mort était devenu insidieusement un acte simple pour Maiwenn. Qu’avait-elle ressentit en voyant la dépouille des ses adversaires brûler à Mutant Town ? Du soulagement de se sentir encore vivante et presque indemne comme à chaque fois. Un peu de satisfaction. Mais avait-elle prit du plaisir à assassiner ces assassins ? Faisait-elle don de soi en acceptant de vivre avec ces morts sur la conscience où bien avait-elle choisit cette voie par pur égoïsme pour satisfaire ses besoins de sang pour se venger de sa vie volée ? Il y avait toujours eu de la colère chez elle. Une forte impression d’être née du mauvais côté, au mauvais endroit, dans la mauvaise famille. Un sentiment criant d’injustice. Au fil des années cette colère centrée sur sa petite personne s’était agrandie à ceux qui comme elle avait été rejetés par leur mutation. Mais jamais Maiwenn n’avait cherché à s’appesantir sur les actes qu’elle commettait au nom de la Confrérie pour savoir si elle commençait à aimer ça ou bien si elle si astreignait par nécessité. Peut être par peur de se découvrir sous un jour nouveau, comme une tueuse par vocation. Les paroles de Magnéto faisaient écho dans son esprit. Pouvait-elle se targuer d’avoir agi dans l’intérêt des siens ?

Peu à peu les Confréristes se levèrent, les uns après les autres pour prêter serment. Maiwenn resta assise un temps. Elle regardait dans le vague, perdue dans sa réflexion. Pour qui, pour quoi se battait-elle ? Elle avait toujours considéré la mort des autres comme nécessaires et avait parvenu à en faire abstraction. Maiwenn repensa au soir où les Purificateurs avaient attaqués Mutant Town. Elle se souvint des flammes, de la cohue, de la peur mêlée d’adrénaline. Et de la mort. La mort qu’elle avait donné. Elle posa son regard sur la peluche. Avait-elle entendu le moindre enfant crier dans les flammes cette nuit là ? Non elle était trop occupée à donner la mort pour chercher à défendre qui que se soit. Trop occupée à essayer de rester en vie. Pourtant des enfants avaient du crier. Qui mieux qu’elle aurait pu les entendre ?

La culpabilité tomba sur elle comme une chape de plomb. Coupable. Tous coupables. Le moindre mort était une souffrance. Comment avait-elle pu faire abstraction de la mort des siens ? Avait-elle fait le bon choix en privilégiant l’attaque à la défense ? Comme un automate Maiwenn se leva en même temps qu’Ampère et Surion. Une bonne moitié de la salle était déjà passée pour prêter serment. Maiwenn secoua la tête comme pour sortir de ses réflexions. Se battre pour elle, se battre pour les autres ? Se battre tout simplement.

- Je m’engage une nouvelle fois à me battre pour les nôtres.

Simple. Concis. Petit reproche imperceptible dans le « une nouvelle fois ». Maiwenn ne pouvait pas s’empêcher de penser que chacun ici, même doutant des raisons qui l’avaient amené à rejoindre la Confrérie, n’avait pas besoin de prêter serment une fois encore. Tous avaient embrassé la cause. Tous luttaient d’un même mouvement. Tous respectaient Magnéto et tous criaient vengeance. Néanmoins cette mise en scène avait son utilité. Le Maître du Métal regardait ses Confréristes, ses Acolytes. Il les entendait et apprenait sur eux. Bon nombre de nouvelles recrues ne l’avaient jamais vu en personne. Maiwenn alla se rasseoir avec Ampère. Elle attendait la suite.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Surion
Confrériste Delta
avatar

Messages : 269
Date d'inscription : 29/03/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Aube Sanglante : Le Plan M ( Confreristes)   Dim 3 Juin - 11:57

Surion écouta très attentivement Magneto parler, ces paroles étaient clairs et concises, on ressentait la conviction et l'émotion dans chacun des mots qu'il prononçait. Peter avait déjà entendu parler de ses qualités d'orateur, mais le voir en vrai comme ça, ça donne froid dans le dos (sans mauvais jeu de mots). L'entendre parler de vengeance, de traque aux purificateurs, et tout ça, lui donna envie de se lever, de s'incliner devant le grand Magneto, (c'est le seul à qui il le ferait, et même la seule fois) et d'aller tous les exterminer de ce pas. Mais bon, il va quand même attendre la fin du discours, faudrait pas tout casser maintenant, même si ça reste très tentant.

Magneto continua en parlant de la fin de la race humaine dans les six mois... Même si ça reste un peu long pour Peter car il préférerait une extermination plus rapide, il se demanda quand même comment il arrivera à tuer sept milliards d'insectes sur cette Terre. Il ne remettait pas en doute son pouvoir, il n'oserait pas, mais plutôt le timing, parce que six mois, ça reste quand même un peu juste. Où alors, voilà l'utilité de ce fameux plan, le plan M, personnellement Surion l'aurait appelé le plan A, A comme Aire glacière, mais le problème c'est que il n'aurait pas eu que les humains qui seraient morts, il y aurait aussi quelques mutants, et ce n'est pas ce qu'il veut. D'ailleurs Surion faisait parti depuis peu de ce magnifique plan, étant maintenant le coéquipier de cette jolie demoiselle assise à côté de lui. Même si il commence à se demander si ils pourront encore être en équipe vu que maintenant qu'elle est devenue Acolyte, il n'est pas très sur qu'il puisse faire encore équipe ensemble car lui n'est encore qu'un apprenti.

Avant d'aller prêter serment devant le boss, Surion avait remarqué un homme assis au fond de la salle, il ne l'avait jamais vu, il devait sûrement être nouveau car même si ça fait quelques mois que Peter est à la confrérie, il a déjà au moins une personne, et il a une très bonne mémoire des visages, c'est ce qu'il lui a sauvé la vie de nombreuses fois lors de sa cavale. L'homme regarda Louise de façon intéressé, et lorsque qu'il lui fît un clin d’œil Surion réagit tout de suite, car même si Ampère n'avait pas vraiment l'air très intéressé par le type, il préféra le prévenir tout de suite qu'il pouvait aller se chercher une autre confrériste parce que cette belle femme ici présente était déjà dans le collimateur de Surion, et il n'est pas du tout partageur, d'autant plus avec un mec avec une crête et qui se la pète avec ses lunettes de soleil sur la tête. C'est pour cela que Peter, encore assis, enroula son bras drois autour du cou de la jeune femme.

Bref, Surion laissa l'homme espérait, car comme on dit l'espoir fait vivre, et faudrait pas perdre un autre confrériste. Peter se leva de sa chaise, accompagnée par Ampère et alla faire son serment devant Magneto et Mystique
.

Je jure solennellement de combattre par tous les moyens cette menace, et de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour protéger mes frères et sœurs mutants jusqu'à la mort.

Après son serment fait, Peter inclina légèrement sa tête, en signe de respect pour Magneto, et retourna s'asseoir, il était prêt à entendre ce qu'il avait d'autre à dire, cela pourrait être encore très intéressant.

_________________
Couleur des paroles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aube Sanglante : Le Plan M ( Confreristes)   Ven 15 Juin - 18:30

Wanda, dans sa chambre, était plongée depuis un moment dans lecture d'un ouvrage traitant de métaphysique et de théosophie. Elle s'était lassée de n'avoir collationné que vainement les informations qui aurait pu lui permettre d'élucider complètement l'enlèvement d'un de ses internes et avait délaissé son bureau pour se glisser dans un fauteuil. Elle s'évadait à présent dans le Traité sur le Feu cosmique d'Alice Bailey. Wanda avait exigé la veille de ne pas être troubler dans ses appartements, ne voyant pas en ses temps-ci d'urgence particulière. Mais le tambour de la porte démontra assez tôt que quelqu'un bravait cet ordre. Elle referma légèrement le bouquin.

-Madame..." Chuchota une voix qui filtrait jusqu'à elle. "Wanda ?..." qui osait se rendre coupable d'un pareil forfait ? Songea Wanda.
-Qu'est-ce que c'est ?" questionna-t-elle vaguement. Elle déposa son livre sur la table basse.
-Magnéto donne un discours en salle de conférence."
-Erik ? Murmura-t-elle en dardant ses prunelles sur le mur d'en face. Ses inquiétudes se dissipèrent, Magnus était vivant, et vif était son engagement avec ce retour en grande pompe. Elle se sentit comme envahit par des fourmis affolées qui semblaient la parcourir de long en large.
-Euh... J'arrive tout de suite. Ébaubi toujours par l'annonce, elle bondit vers sa garde-robe, enfila ses longues jambes dans un jean noir serré qui pendait là devant, s'enveloppa dans un chemisier rouge vermeil à manches longues, puis rebondit vers la porte avec une célérité que n'aurait pas démenti son frère.
-Pourquoi n'ai-je pas été prévenu ? S'enquit-t-elle effarouché après avoir entrebâillé la porte juste assez pour s'extirper dehors et emprunta aussitôt le couloir central avec le confrériste.
-Il vient d'arrivé, ça vient de commencer, et vous avez dit que...
-...Me tutoyer est plus séant" coupa-t-elle.
-Ok dac" sourit-t-il.
-Merci.

En approchant de la grande salle elle remarqua avec stupeur que les murs attenant vibraient, convulsifs, exhalant des bruissements métalliques qui avaient tout l'air de courir sur les parois. "Magnus !" s'exclama-t-elle. Le confrériste à ses côtés n'était pas moins absorbé par le phénomène. La porte aussi large que pratique s'ouvrit et lui offrît l'immense salle.
Magnéto se tenait debout devant son auditoire. Ces vociférations parurent consumer l'air autant qu'elles vous ébranlaient vous. Wanda considéra la salle un instant, tous étaient là, y compris Cérès et Louise du secteur interne. La première, non contigu à Ernest porté disparu. Pas moins bien représentés, les acolytes externes, avec en première ligne Russel Collins, non loin de là la jeune acolytes Maiwenn Short, qui avait Seamus Mellencamp dans son dos. Pour garder inexorable l'attention que portaient les confréristes sur Magnéto, passés à leurs prestations de serment inopinées, Wanda se tint en profondeur de la salle. Aussi ardent que le brasier de Mutant Town dont les images défilaient comme un ballet funeste sur l'écran derrière lui, le regard de Magnéto se posait sur l'un puis sur l'autre sans décroître en intensité. Le ressouvenir de ces évènements et la culpabilité d'y avoir été pusillanime agitaient quoi sinon la férocité qu'elle attendait d'elle même. Celle qui pouvait s'enfouir d'elle même en l'absence de l'autorité qui surplombe leur organisation. A l'instar de beaucoup elle pensait qu'il était temps, temps d'assujettir l'homme à son futur. Ceux qui se lèveront pour les hommes, dans l'hérésie de l'idéologie égalitaire, iront inéluctablement au devant de la mort, aucun n'entravera notre voie, flamba-t-elle à voix basse. En traîtres de leur race, soupira-t-elle.

Elle comprenait la réaction de son père, peut-être avait-t-il subodoré un relâchement des acolytes et des confréristes à son retour. Cela dit il pouvait compter sur elle, aussi bien que sur la majeure partie de son auditoire, pensa-t-elle. Accoudée sur un muret, elle écoutait les serments. Tour à tour, ils accomplissaient ce qui en apparence était insipide, mais notoirement bienvenu en amont. Aucun de ses mots ne saurait souffrir l'oublie. Ils sacraient le courage noyé dans l'incertitude des précurseurs de l'ère mutante. Wanda souriait en contemplant son père, et contemplait son père en souriant. Elle se languissait en attendant la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aube Sanglante : Le Plan M ( Confreristes)   Mer 20 Juin - 14:37

Le massacre de Mutant Town avait motivé Richard à rejoindre la confrérie. Il lui avait fallu du temps et un paquet de combats truqués pour avoir les renseignements sur la probable situation géographique de leur base. Il avait erré bredouille, aux abords de la base sans jamais la repérer. Puis il avait rencontré des mutants qui l'avaient guidé vers les bâtiments qu'il arpentait en ce moment même. Malgré ses pas lourds, il parvenait à entendre des voix dans une salle. Il s'y dirigea lentement mais sûrement, faisant trembler le sol sous ses pieds

*Si je voulais être discret c'est raté*

Pensa t-il alors qu'une jeune femme le devança dans la salle. Il profita de la porte ouverte pour rentrer à son tour. Là des écrans diffusaient en boucle des images du massacre de Mutant Town. Un sentiment de rancune, mêlée de tristesse, pris Richard à la gorge lorsqu'il vit les images. Il avait certes vu le résultat de la descente des purificateur dans son quartier, mais il ne l'avait pas vu en direct. Là il pouvait voir ses voisins être tirés de chez eux pour être brûlés. Il serra les poings de toute sa force, jusque ce que la colère céda place à la douleur.

"Si vous voulez agir contre ces monstres, j'en suis"

Dit il d'une voix sans appel.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aube Sanglante : Le Plan M ( Confreristes)   Sam 23 Juin - 18:23

L'heure est venue, cette réunion est enfin arrivé.. Le prince noir l'attendait avec impatience.. Oh que oui, il ne pouvait que s'en douter que tôt ou tard magneto les réunifierait tous.. Le massacre de Mutant Town a trop répandu de haine, de colère et de soif de vengeance au sien de la conferie, pour que l'on puisse fermer les yeux.. Ca aurait été la pire des erreurs aux yeux de Tristan, qui bouillonne de meurtre, de rage.. Depuis cette affaire, il ne pense quasiment à ca, en provoquant une constante mauvaise humeur.. La preuve, il avait renvoyer chier, sans aucune pitié, toutes personnes de son entourage.. Depuis ce jour, il a quasiment passé tout son temps dans la salle d'entraînement.. Son but ? Simple, développer et perfectionner son pouvoir du mieux qu'il le peut dans l'unique but d'être près a éradiquer toute cette vermine sur cette terre.. C'est donc en pleine exercice qu'il est dérangé, appelé à aller à cette fameuse réunion.. La liane sanglante revient rapidement dans ses veines, avant qu'il ne disparaît subitement de la salle.. Certes, il n'est guère présentable, avec son t shirt tacheté de sang et son jean bien sali de ses efforts, mais çà ne l'empêche pas de s'y rendre ainsi.. Sans doute parce qu'il est pressé d'entendre magneto parler, et qu'il ne veut en aucun cas perdre son temps pour des futilités.. Accompagné des ses autres confères, il rendre donc dans la pièce.. La, en cette heure décisive, il fait parti des mutants qui écoutent le grand maître du magnétisme.. Le plan M, la délivrance des véritables sentiments de tous les mutants, des images révoltantes et indignantes .. Quoi de mieux pour faire monter la pression chez tout le monde ? Tristan ressent avec grand plaisir que tous sont a deux doigts de peter un cable, de faire exploser leur profonde colère.. Ca lui plaît de se rendre compte qu'il n'avait pas été le seul a être dans cet état depuis tout ce temps.. C'est en tout cas l'impression qu'il a dans ce lieu, dont l'atmosphère se fait de plus en plus oppressante.. Dans le fond de la salle, le jeune mutant se délecte pleinement de ses mots, tendis que son visage affiche un sourire malsain.. Si seulement j'avais eut assez de pouvoirs, de puissances, cela ne saurait jamais arrivé.. Les humains et ces crétins d'xmen ne sauraient plus qu'un mauvais souvenir..

Pense – t- il en levant les yeux sur ses congénères.. Un soupire, un autre.. Pourquoi sommes nous arrivés la ? Pourquoi tant de désastre ? Ces questions ne sont plus a poser a ses yeux.. Non, il avait déjà trouver leurs réponses depuis fort longtemps.. Tout cela a cause des homo sapiens, maudites créatures soient ils ! Maintenant et après tout ce qu'ils lui avaient fait subir dans le passé, c'est bien plus qu'une certitude pour le mutant sanglant.. Les dents qui grincent, les points serrés, une colère dans ces yeux, comme il lui tarde de voir ses ennemis tomber sous ses yeux.. Rien de penser aux scènes de supplices, le prince noir éprouve une grande jouissance.. Cela ne peut qu'augmenter avec les images du massacre de Mutant Town, qui défilent tendis que magnéto continue son long discourt.. A son achèvement, tristan entend les autres mutants prêter serment.. Ses yeux se rivent sur leurs visages, un à un durant leur prise de parole.. Tous ici semblent avoir les mêmes avis que le chef, mais sont ils vraiment sincères ? Cela n'échappe pas a l'esprit vif du mutant sanglant, qui se méfie toujours de son entourage.. Quoi que de toute façon, il n'hésitera pas a exterminer quiconque qui oserait se mettre en travers de son chemin.. En ce qui le concerne, jamais il ne souillerait l'idéologie du chef.. Jamais il n'aurait une once de pitié en vers un humain.. Ce temps la est bel et bien résolue, finit.. Sans doute pour cela qu'il ne se prive pas pour exprimer tout sa dévotion dans ce projet :

« Moi, le prince noir, je fais le serment de vous servir du mieux que je peux.. Je vous jure que les humains seront bientôt massacrés »

Une voix froide, agressif et provocante se fait entendre dans toute la salle.. Celle de l'enfant des ténèbres, qui ne ménage jamais ses mots pour révéler le fond de sa pensée.. Après quoi, il se pose tranquillement contre le mur en croisant les bras sur son torse.. Une bonne chose de faite, il n'a plus qu'a attendre la suite de la réunion, ainsi que les éventuelles missions.. Depuis le temps qu'il en avait pas fait, Tristan espère en vain qu'il en a préparer.. Du genre mettre le bordel dans une conférence anti mutant ou aller rendre visite aux satannés x men.. Bon, bref.. Il se surprend lui même en remarquant que son esprit va beaucoup trop vite encore une fois.. Attends un peu lui dit sa conscience.. Tout le monde n'a pas finit de prêter serment , et puis.. Tu n'as pas a te demander ce qu'il y a au programme.. tu n'es qu'un simple mutant pour lui.. Cette pensée amuse quelque peu le mutant sanglant.. Néanmoins et dans le fond, il ne le sait que trop bien.. cependant il se console en se disant que ca n'allait pas tardé à changer..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Aube Sanglante : Le Plan M ( Confreristes)   Dim 24 Juin - 8:21

Galvaniser les troupes, les porter à bout de bras et se montrer aussi persuasif que persuadé. C’était les règles fondamentales pour celui qui avait à cœur de guider les siens au milieu des combats. Qu’importe la dureté des mots ou la violence des images, le but restait le même : que tous parlent d’une même voix et que tous regardent vers le même lieu. J’avais désigné de l’index une aube rouge, une aube sanglante où chacun connaissait son rôle et les sacrifices qu’il devrait opérer afin que notre cause triomphe. J’avais asséné des demi-vérités et une vision radicale et intransigeante. La pièce était plus que jouée et qu’importe si son jeu ne serait en fait qu’une myriade de nuances rouge là où j’affirme le liquide carmin. C’était ce qu’ils voulaient entendre et au-delà ce qu’ils attendaient que je sois pour eux. Nous savons tous que les choses sont parfois plus complexes qu’on le suppose et nous savons tous aussi que certaines personnes sont plus enclins à le comprendre que d’autres.

Je les écoutes s’embraser l’un après l’autre, je discerne des réserves et des hésitations et des emballements inquiétants. Je n’en ai cure pour l’heure, on règle les problèmes un par un, jamais collectivement. Je leur offre mon regard intransigeant et m’abreuve de leur passion avant de reprendre mon discours là où il ne doit surtout pas s’arrêter.


Ce que j’attends de vous, frères, c’est le discernement et l’intransigeance. Il ne s’agit pas de courir les rues et d’y massacrer sapiens sans autre forme de jugement car la justice n’a rien de juste lorsqu’elle se montre expéditive. Ce que j’attends de vous est d’œuvrer ensemble dans un but collectif et non pas dans des individualités puériles. Je sonne l’heure du réveil devant l’harassante tâche qui nous incombe. Personne ne sera oublié, chacun d’entre vous aura une part à prendre dans notre entreprise. Nous sommes en guerre et devant nous se dresse déjà l’ultime bataille, celle de notre survie.
Je vous donne mon quitus pour le meurtre s’il sert notre cause ou défend nos intérêts. Mais soyez prévenus que j’arracherai personnellement la tête de celui qui n’y verrait qu’une occasion de se défouler en actions barbares et inutiles. Nous sommes des moudjahidines au service d’une cause er certainement pas des assassins. Ainsi si vous identifier l’ennemi, tuez. Ainsi si vous rencontrez les Purificateurs Tuez, Ainsi si on se dresse sur notre chemin pour nous arrêter, tuez. Mais jamais d’acte gratuits ou non justifié car en ce cas, votre mort servira d’exemple pour ceux qui ne savent pas se contrôler et se montre indigne de notre tâche.
Nous sommes des mutants, pas des monstres mais nous sommes aussi des soldats de cette guerre que EUX ont déclenchée, nous répondrons à la violence par la violence puisque c’est là le seul langage qu’ils sont en mesure de comprendre.

Gare aussi aux traites où à ceux qui ne sauraient tenir leur langue, aucun pardon, aucune pitié : la mort comme unique solution puisqu’ils mettent en péril notre cause. En définitif : ne provoquez pas là où il n’y a pas provocation, en cas contraire : aucune pitié à avoir car ils ne récolteront que ce qu’ils ont semé.
Et cela…même sur une terre dévastée par les flammes comme celle de Mutant Town. Cette terre meurtrie abreuvée de notre sang où prochainement ils vont récolter notre vengeance.
En temps voulu, les acolytes vous confieront vos missions, jusque-là, souvenez-vous que vous êtes en guerre et que rien ne saurait vous arrêter.

A présent, disposez.

J’aimerai que seuls restent mes acolytes avec qui j’ai à m’entretenir. Merci de votre attention.



Sans accorder un regard de plus, j’ôtais mon casque avant de le reposer sur la table et de m’assoir sur mon siège, mon attention toute fixée sur la mallette et ses terribles révélations.

[Edit Jub' (modo) : Je suppose que ce topic est donc terminé/abandonné, je le classe. Mp moi si y'a un soucis]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aube Sanglante : Le Plan M ( Confreristes)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aube Sanglante : Le Plan M ( Confreristes)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» plan de mso
» POUR FAIRE COMME CARRIE B : BON PLAN :-)
» Plan de CMT
» Un bon plan pour se garer près de la gare ?
» Modem sur le plan local

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: La Confrérie-
Sauter vers: