AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Clems Harke [Terminée ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Clems Harke
Élève à l'Institut Gamma
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 07/03/2016
Age : 28

MessageSujet: Clems Harke [Terminée ]    Lun 7 Mar - 23:18

CARTE
D'IDENTITE








© Avatar


conversation with my 13 years old self



NOM : Harke

PRENOM(S) : Clems

ALIAS ET SURNOM(S) : Aucun pour le moment

AGE : 13 ans et demi

DATE DE NAISSANCE : 15/08/2002

ACTIVITE(S) : Middle School, 8th Grade ( équivalent de la 4ème en France, c'est à dire une classe d'enfants de 13 à 14 ans.).

NATIONALITE(S) :  New-yorkaise

SEXE : Fille

CLAN : Élève à l’Institut  Charles Xavier  



Pouvoirs :

  • Description : Premier Pouvoir :  (passif)

    Détection des mutants/humains sous forme visuelle (rouge-mutant et bleu-humain).


    Clems dispose d'un sens supplémentaire, une sorte de « double-vue » qui  détecte qu'une certaine forme de vie, les humains, sur dix kilomètres.  Son sens supplémentaire est capable de percevoir les différences entre les humains normaux et mutants  :

    Le corps de Clems dispose de la capacité particulière de percevoir les énergies des systèmes nerveux principaux des êtres humains autour d'elle, la détection se réalise par les influx nerveux (messages bioélectriques et biochimiques du cerveau ) que Clems perçoit. Clems peut reconnaître les influx nerveux des gens qu'elle côtoie et connaît bien, à force de voir un influx nerveux, elle sait à qui il appartient.

    Les cerveaux des humains étant développés différemment s'ils sont ou non mutants, Clems fait la différence entre eux, ces différences font que les mutants lui apparaissent en silhouettes rouges et les non-mutants sous forme de silhouettes bleues.

    Clems fait la différence biologique, elle est donc incapable de percevoir les pouvoirs ayant pour origine des entités non-humaines, des technologies ou autres.


    Les visions apparaissent quand Clems le désire et, en état d'éveil ne l'empêchent pas de voir autour d'elle, en effet fermer les yeux et se concentrer impulsent la vision mais elle peut les rouvrir sans cesser son don une fois la vision impulsée.

    Elle voit alors la vision mais aussi derrière elle en transparence ce qui l'entoure: Plus elle est calme et concentrée sur ce qu'elle fait ( la pensée unique et première n'étant que pour se concentrer et faciliter l'impulsion) plus elle réussira.


    Deuxième pouvoir :(passif)

    Lecture d'aura des formes détectée (par contact mental)


    Les personnes détectée sur 10 kilomètres, Clems, peut lire en eux en se concentrant très fort dessus leur silhouette rouge ou bleue consciemment:

    Après la détection grâce aux  influx nerveux, elle peut faire suivre en se concentrant sur une silhouette rouge ou bleue humaine avec son sens hors norme l'apparence approximative de la personne (taille, poids, sexe, éventuelles modifications physiques naturelles incluant les différences due à une mutation physique.)  et sa distance à peu près.

    Clems a une image mentale de l'entièreté du corps lors d'une vision déréglée ou non. Cela marche sur le sens, sens en plus qui pourra par la suite se développer et percevoir d'autres informations ( génétiques etc).

    Elle zoome sur la personne en se concentrant sur elle de manière consciente et contrôlée. Ce qui crée un lien psionique, ( l'influence de l'esprit sur la matière).


    Troisième pouvoir : (offensif)

    Expulsion d'une phéromone au Speed X en suite de la connexion


    Clems peut expulser du gaz de son corps par les pores de la peau, il reste en suspend dix minutes autour d'elle, ce gaz est du Speed X.

    Elle le produit par un organe spécial : Une partie de son cerveau plus exploité qu'un humain sans ce don et lié aux neurotransmetteurs qui produit des émotions ou/et de la douleur ou/et de la fatigue.  

    Elle ne produit donc ce gaz qu'en cas perte de contrôle. Elle ne subit pas les effets de ce gaz son corps en produisant en étant immunisé.

    Si elle ne reprend pas le contrôle au bout de trente secondes le troisième don se déclenche remplaçant le second.

    Le gaz sort de la peau de Clems et contamine la personne qui le respire. Il stagne autour d'elle à vingt centimètres, il vaut donc mieux éviter de s'approcher trop près d'elle quand elle perd le contrôle au risque de le respirer. Le nuage de gaz se détruit en disparaissant si elle reprend contrôle mais si non au bout de 10 minutes il suit  le lien psionique du second pouvoir sous le coup de la « crise ». Le gaz est visible et a une odeur de cendre d'encens encore chaude.


    Pendant dix minutes maximum -moins si elle se calme avant- le gaz stagne à vingt centimètres autour d'elle puis si elle est toujours mal, la silhouette qu'elle regarde au hasard et sur laquelle elle s'appuie en perte de contrôle subit le nuage de gaz, qui suit naturellement le conduit du coup, sans besoin d'une propulsion et est transporté en quelques dixièmes de secondes du contour de Clems aux voies respiratoires de la silhouette zoomée hors contrôle par le lien psionique du second pouvoir déréglé.

    A la place de recevoir des informations elle envoie la drogue à la silhouette en cas de perte de contrôle.

    Mais qu'est ce que le Speed X ?

    C'est une drogue qui n'agrège que la santé des mutants, un non-mutant en recevant n'en tombe pas malade. Elle accroisse de 10% de la puissance brute (les limites des pouvoirs sont multipliées par 1,1) et facilite le contrôle sur les capacités (puisque dans un état d’éveil et de bien-être optimal) durant la durée de la prise.

    Après, les pouvoirs reviennent à leur état normal mais le contrôle ne se fait plus, cela va de la simple impression de ne pouvoir utiliser ses pouvoirs sans Speed X ou des manifestations involontaires des pouvoirs les premières fois (dépendant des individus et de la nature des pouvoirs) à des déclenchements incontrôlables et irrépressibles après deux-trois semaines.

    Le seul moyen de garder ça sous contrôle c’est de rester sous Speed X, ce qui conduit à atteindre la dose létale s’il n’y a pas prise en charge dans un lieu spécialisé (généralement, les cellules du Cube au Triskelion, la Base des X-Men ou l’hôpital de la Confrérie).


    Un masque à gaz peut protéger la personne visée puisque le lien envoie le gaz dans les voies respiratoires. Elle ne peut le transmettre que, au maximum, sur trois kilomètres. Le pouvoir ne fonctionne pas sur les mutants bénéficiant de résistance/immunité aux drogues ou de régénération apte à les contrer.



  • Niveaux de maitrise : Premier pouvoir:

    Clems est obligée de fermer les yeux et de se concentrer sur une pensée pour essayer d'accéder à ce sens, elle n'est pas pour autant obligée de dormir, au contraire, plus elle utilise son don consciemment plus elle le contrôle. Quand elle dort les flashs s'apparentent à des cauchemars mais : Elle peut aussi avoir des flashs éveillés si son cerveau fait passer cette "seconde vue" avant la première, c'est le cas quand elle est paniquée, ressent une émotion trop forte ( colère, tristesse, bonheur etc) mais également quand elle fatigue et sous la douleur. Ces Flashs sont une sorte de perte de contrôle de son premier pouvoir.

    Il faut pour une vision qu'elle ferme les yeux et pense à une seule et unique chose n'importe laquelle mais bien fort et calmement, c’est cette concentration qui donne l'impulsion et crée la vision. Cette impulsion doit être une pensée heureuse ou au moins paisible. Si non cela se transforme en « visions déraillées » :

    Des « Flashs » de deux à dix minutes et en répétitions durant la « crise », sortes de visions brèves et répétitives sous la fatigue et douleur physique ou/et psychique si celle(s)-ci devien(nen)t insupportable(s) quand elle est éveillée.

    Des « cauchemars » quand elle dort, plus longs que des « Flashs » qui durent de quinze minutes à quelques heures, jusqu'au réveil si elle ressent les même désagréments que les « Flashs » pendant son sommeil.

    Clems a plus de contrôle sur les "Flashs" que sur les "Cauchemars", elle peut zoomer sur un  "Flash" étant encore un peu consciente mais pas sur un "cauchemar".

    Les visions quant à elle peuvent durer quelques secondes à des heures tant que Clems est concentrée et calme.





    Deuxième pouvoir:

    La lecture d'Aura consciente n'est possible que si elle est dans un état de contrôle de son premier don, ce second don nécessitant une concentration supplémentaire et ce sur une silhouette choisie. Comme le premier il agit sur dix kilomètres.

    Des perturbations peuvent rompre l’utilisation du second pouvoir l'arrêtant trente secondes avant d'être remplacé par le troisième pouvoir au bout de ces trente secondes.
    Et ce en état d'éveil, comme dit plus haut, elle doit pour lire les informations être consciente.



    Troisième pouvoir:

    Elle vient de le déclencher, de plus il ne peut se faire que hors contrôle naturellement donc pour l'instant elle ne le contrôle pas du tout et le comprend très peu.

    Concrètement, il se passe:


    En étant éveillée, si elle perd le contrôle du premier pouvoir.
    Par exemple s'il y a des douleurs physiques ou/et psychiques après l'impulsion première  ou une grosse fatigue tout simplement. Elle commence par ne plus recevoir d'information du second puis si cela persiste plus de 30 secondes, le troisième pouvoir se déclenche.

    En étant endormie, elle n'est pas consciente de son don. Les « Cauchemars » qu'elle a ne sont pas des « Visions » où elle peut récolter des informations. Depuis le déclenchement du troisième don, elle produit donc du speed X en dormant mais endormie elle ne peut pas zoomer sur une silhouette, elle n'a aucune prise sur cette «  Vision-cauchemars » ainsi on est contaminé qu'en s'approchant d'elle.

    Quand elle dort le seul moyen de retrouver le contrôle est de se réveiller, il n'y a donc pas de contrôle possible en dormant en état de mal être. Un fort calmant avant de dormir peut limiter les risques de ces visions déraillées mais cela fonctionne moins qu'au réveil de ses dons. Et il lui est conseillée d'éviter l’alcool, le café etc tout excitant ou produit pouvant perturber son sommeil.




  • Lien entre les Pouvoirs : Le second pouvoir nécessite la stabilité du premier, le troisième pouvoir est une perte de contrôle du premier pouvoir qui change le second pouvoir en un autre ( production de gaz à la place de lecture d'informations).





_________________
Sans toi


Dernière édition par Clems Harke le Ven 10 Juin - 15:41, édité 24 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clems Harke
Élève à l'Institut Gamma
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 07/03/2016
Age : 28

MessageSujet: Re: Clems Harke [Terminée ]    Lun 7 Mar - 23:22

Description Physique :


  • Apparence :
    Encore Un Matin
    « Dringggggggggggggg »

    La sonnerie de son réveil retentit dans le grenier au dessus du dortoir des filles en ce début de matinée, grenier dans lequel elle s'était finalement enfuie pour échapper aux gosses, aux profs, à tous dans ce foyer. Clems 13 ans fourra sa tête dans son oreiller de paille, elle avait dû bien dormir deux heures cette nuit et déjà le réveil...Ô Joie....Dans une grimace elle se retourna.. Aie son bras. Elle se leva péniblement. Elle avait recommencé, peu importe, c'était habituel à présent...Elle alla à la salle de bain du dortoir et releva sa manche longue de pyjama, les marques sur son bras étaient enflées, elle grimaça en les désinfectant au savon. Elle le savait c'était chaque matin la même ritournelle. Elle se levait  avant toutes les filles du dortoir pour cette raison: nettoyer ses plaies.

    Une fois qu'elle eut fini elle se mit à nu, son corps malingre et fin sans être un squelette, ses cheveux bouclés et noirs qu'elle aimait tant autrefois. Réglée deux mois avant, elle n'avait pas paniqué le sang elle en avait l'habitude, elle se taillait la peau... peut-être qu'elle le verrait une dernière fois ? Mais non. Elle grandissait c'est tout d'après une infirmière du foyer, dommage. Mais le discours " tu veux en parler ? C'est ça qui te soucie ?" de l'infirmière l'avait lassée vite.

    Elle avait autre chose en tête. Elle avait tourné la tête aux pommettes enfantines et aux sourcils noirs, bas et fins d'enfance se confrontant à des délicats traits de visage et avait regardé par la fenêtre: Un oiseau, libre, insouciant. Elle aurait aimé être à sa place mais un raclement de gorge de l'infirmière l'avait ramenée sur terre. Ah oui...les règles. Elle avait fait un beau sourire faux certifiant qu'elle allait bien et avait quitté l'infirmerie.

    A présent devant la glace elle voyait ses longues jambes, son plus grand complexe corporel car en contradiction avec son haut de corps encore enfantin malgré une légère poitrine.

    Elle passa sous la douche, l'eau chaude calma ses douleurs et détendit ses muscles stressés.

    Elle prit une serviette et enfila un jeans bleu et un tee-shirt de même couleur avec un logo rouge puis sa veste rouge à manches longues qu'elle ne quittait jamais. Puis de ses mains longues et habiles elle coiffa sa touffe bouclée et noire en un chignon parfaitement fait. Elle mit ses boucles d'oreilles et un peu de maquillage pour les sourcils et les yeux comme pour renforcer son regard noir et profond de jeune adolescente quittant l'enfance et cacher les cernes de fatigue, elle frotta ses joues avec ses mains énergiquement sur sa peau chocolat pour finir de se réveiller. Elle enfila ses baskets blanches sur des chaussettes fines et bleues.

    Puis on l'appela.... D'un pas las elle se dirigea sans motivation vers la provenance de la voix.



  • Signes Particuliers :Son bras droit est couvert de cicatrices qu'elle s'est faites elle même.

    Elle refuse de porter autre chose que des manches longues et prétend avoir peur de l'eau, ce qui est faux, pour échapper au maillot de bain. De la vapeur jaune visible émane autour d'elle à chaque perte de contrôle.

    Elle rit et sourit peu mais quand cela se fait c'est cristallin, enfantin, comme si elle retrouvait sa part d'insouciance perdue quelques instants. Ces moments rares elle les a quand elle contemple les nuages, seule.

    Serez vous celui ou celle qui la fera sourire ou rire en présence humaine ?



Caractère :

  • Mental :
    30 minutes t.a.t.u

    Clems est un nuage qui ne fait pas de pluie, un nuage qui veut paraître dur et fort comme la roche mais tomberait au moindre souffle de vent. Elle se veut solitaire mais a besoin de réconfort, réconfort qu'elle n’accepte pas des autres. Clems est un paradoxe, un soleil froid.

    Car Clems pourrait sourire, Clems pourrait rayonner de bonheur si elle s'ouvrait au monde. Mais le passé a refermé la petite fille déjà discrète qui avec George a failli briller, des rayons de bonheurs de ses cinq ans elle est devenue pénombre. Sa vie n'est éclairée que par les nuages qu'elle s'amuse à compter.

    Clems n'a pas de projet d'avenir, elle veut juste retrouver sa mère grâce à son don , elle sait qu'il est trop tard pour lui faire changer d'opinion, elle aussi a trop souffert. Peut-être que sa mère la tuera en la voyant. Peu importe elle veut la revoir une dernière fois.

    Ses dons tiennent Clems en vie, sans eux pas d'espoir de revoir la seule personne qu'il lui reste de famille. Elle veut fuir Clems mais est bien consciente qu'elle doit d'abord mieux contrôler ses dons pour ça. Elle n'accepte pas l'aide pour autant.

    Telle une huître elle compte sur sa fragile coquille pour contrer l'océan violent. Mais c'est cette solitude qui pourrait la tuer, cet enfermement dans le silence.

    Elle ne parle pas du passé Clems, à personne, c'est secret et cela lui appartient, voilà pourquoi elle déteste les psys, ou tout simplement les curieux. Persuadée que seule elle peut s'aider elle s'enfonce chaque jour un peu plus.

    Elle a une intelligence normale, Clems, mais une impulsivité un peu trop poussée ce qui l'empêche parfois de réfléchir. Cette impulsivité est en grande partie due à sa vie passée traumatisante. Elle cherche d'ailleurs et essaye tous les moyens pour quitter l'institut en fuguant entre autre mais cela lui semble difficile, tenace elle persévère malgré tout.[/color]

    Pourtant Clems n'a pas mauvais fond, cela pourrait faire une très bonne X-Men, elle veut protéger, elle refuse de faire du mal à qui que ce soit d'autres qu'elle même. Elle elle ne se materne aucunement elle tient c'est tout.

    Mais pour s'en sortir et devenir quelqu'un de bien dans le futur Clems devra d'abord se donner de la valeur, accepter l'aide afin d'affronter ses démons passés. Comment tournera Clems ? Seul le temps le dira.


    En plus ou son évolution de point de vue sur les différents clans depuis ses cinq ans à maintenant :

    C'est une lettre de vent, une lettre de souvenir, une lettre d'amour, une lettre d'azur, une lettre impossible, c'est la lettre de Grand-Frère George qu'il aurait adressé à sa petite sœur s'il le pouvait :

    « « ... L’institut Charles Xavier. Je  vais y être élève et ce soir on va vérifier ensemble que c'est bien sécurisé et alors je dirai à Papa et Maman que toi aussi tu es spéciale ! Et... »

    Oui je t'avais dit cela. Et pourtant...

    L’institut Charles Xavier, à tes cinq ans cela t'avait paru féerique. Un endroit qui allait te permettre de sortir de ta non-existence ? Un endroit qui te donnait le droit d'appeler ton Grand-frère par son prénom, de le connaître et vite dans quelques dodos ( le temps était abstrait pour toi à cinq ans) de le retrouver, de tous vous retrouver comme une vraie famille. De te retrouver aussi et de t'épanouir comme un perce-neige fait naître le printemps. Moi aussi Clems, je te le promets, j'y croyais.

    Puis il y a eu cette obscurité et le perce-neige a commencé à faner à peine éclot. Les rires enneigés se sont transformés en une panique glaciale, partis, ils étaient partis, nous, ta famille, étions partis, et toi tu étais là bousculée par la foule en panique, ce n'était plus un bal de contes de fées c'était un cauchemar dont tu ne comprenais pas le sens.

    Pardon Clems de t'avoir oubliée, d'avoir sombré...Ce ciment frais, les cris de Papa, Maman, cet élève tué, tu sais être spécial me pesait beaucoup, mais moi qui pour ton sourire m'étais promis de positiver, je n'ai pas pu, il est mort Clems, c'était ma faute Ma faute ! Et rien ne pouvait me réveiller en cet instant, alors je me suis endormi pour toujours. Ce meurtre n'était pas ma faute mais je l'ai cru et j'ai oublié d'espérer, je t'ai oubliée ma petite princesse.

    Puis elle est arrivée et t'a téléportée. Cela avait duré une seconde ou deux, et toi, trop choquée et occupée à pleurer tu n'avais pas saisi à cinq ans que ta nourrice t'avait sauvée de ce troupeau d'humains affolés, avec ou sans don, dans ce bal de princesses devenu cauchemardesque. La Nourrice voulut te protéger  des cauchemars où, à cinq ans, tu te noyais déjà. Alors elle effaça ta mémoire ou plutôt la logea dans un coin perdu de ton inconscient espérant que cela ne ressorte jamais.

    Et toi aussi tu m'as oublié.

    Puis vous vous êtes exilées dans un petite village des États-unis, là tu appris à aimer les nuages les comptant dans le train te menant à ton école primaire, une armée de tendresse au dessus de ta tête d'après ta nourrice et puis tu aimais rire et jouer, la Nourrice ? Tu la croyais ta mère. Tu avais cinq puis six ans, tu étais heureuse, bien moins introvertie que ta petite enfance. Sans le poids de ton passé tu vivais. Les mois passèrent. Et l'épée au dessus de toi, trancha cette fragile vie en train de repousser et le perce-neige souffrit de nouveau.

    Puis la télévision annonça la mort du maire de New-York City, je ne l'avais jamais vraiment apprécié ce vieux bougre et encore moins mort. Car des mutants l'avaient tués et c'est ce qui te fit passer de ta vie paisible à la dure réalité : Les mutants n'étaient pas un conte de fée ou de Noël, ils existaient et c'étaient des meurtriers.  Du moins c'est ce que tu pensas à cet instant, c'est ce qui éteignit tout dans ton cerveau de six ans, tu perdis conscience alors que peu à peu ces années de solitude avec moi malade de la mutation, cette non-existence dans ta petite existence, ce bal à l'institut Charles Xavier...ce cauchemar revienne à ta conscience. Tu te souvins et à l'hôpital tu t’efforças de ramener ce souvenir de le rendre vivant, de comprendre. Le médecin ne comprit pas, il ne connaissait pas l'institut et puis pour lui Nourrice était ta seule famille. Il classa ça comme maladie mentale, case...Les gens aiment bien les cases ça sécurisent surtout celles qui généralisent et font mal.

    «  Maman est ce que je suis folle ? »
    _  Ils étaient venus, la Confrérie...Et même ce Charles , lui et ses X-men...pacifique mon bras oui ! Dans cette guerre ! Mon bébé ! Ma toute petite, je voulais juste t'en extraire. Je suis désolée, tellement désolée...

    Non tu n'étais pas folle Clems et tu te mis à haïr cet institut lieu où ton frère avait disparu mais aussi cette confrérie dont tu avais encore moins d'éléments et ces X-Men, et ce Charles, tu te mis à les détester tous, n'avaient-ils pas brisé ta famille ?

    Tu ne leur pardonnerai jamais, tu ne leur pardonnas pas.

    Et du haut de tes six ans tu appris à mentir sur ton passé revenu en mémoire, mentir pour cette nourrice que tu avais pardonné, elle était ta seule famille et tu l'aimais. Alors tu ne voulais pas la voir pleurer.

    Mais mentir préservait certes le sourire de ton aimée nourrice mais cela te tuait à petit feu, tu vivais une existence qui n'étais pas la tienne. Alors tu commenças à traîner le midi, seul moment où l’établissement était moins surveillé. Tu avais sept ans et tu rencontras un autre George, un type sur une belle moto, tu le regardas longtemps et il te sourit puis repartit. C'était ton premier contact avec cet homme. Puis quelques jours après, tu le retrouvas surveillant la cours de récréation, il t'accueillit en souriant. Tu n'avais pas peur, tu agonisais déjà à cette époque même si ta flamme de vie brûlait encore fragile mais là.

    Il t'écoutait et toi tu voyais en lui le seul confident encore possible, sur tes peurs, sur ta douleur, tu mis des mots larmoyants, avec lui tu riais, tu parlais, tu vivais. Tu n'étais pas l'être fantomatique que tu étais avec les autres. J'aurais été jaloux s'il ne t'avait pas fait encore plus sombrer.

    Un midi où comme à ton habitude tu allais manger ton panier repas dans le bureau des surveillants près de lui, tu le retrouvas à terre plein de plaies au bras. Il te dit que Le Bureau des Affaires Mutantes, un organisme où son frère travaillait chargé de gérer les mutants pour protéger les autres, avait envoyé son frère en mission et qu'il n'en reviendra jamais car personne ne revient de la mort ! Tu supposas alors que ta Nourrice avait modifié ta mémoire peut-être car eux aussi ils ne reviendraient jamais, moi, Papa, Maman, ta famille. Tu te mis à détester les humains autant que les mutants et Le Bureau des Affaires Mutantes qui faisait peu sens à tes yeux de sept ans et demi, huit ans, devint pour toi aussi mauvais que la confrérie et l’institut Charles Xavier. La planète entière te dégouttait.

    Tu relevas ta trogne d'enfant et vis le surveillant dormir avec un sourire aux lèvres et cette lame près de son bras. Il te semblait si paisible à présent, son bras était plein de sang, mais ses traits ne contenait plus de douleur. Et toi tu souffrais trop.  Tu pris sa lame et pour la première fois t'entaillas le bras droit, tu laissas échapper un sanglot sous la douleur mais tu eus l'impression d’oublier le reste, tout le reste, focalisée sur ta souffrance physique tu en oublias quelques secondes l'insupportable souffrance mentale que tu ressentais déjà à presque huit ans.

    Bien sûr le surveillant fut renvoyé et tu n'eus de lui pour tout contact que des lettres que ta Nourrice cachait autant qu'elle cachait les objets tranchants. Mais ces lettres tu les retrouvais facilement. Car tu savais chercher, dans cette petite maison tu connaissais tous les recoins qui te permettait de te blesser physiquement pour en oublier la blessure psychique trop intense. Car cela n'avait pas de fin Clems, tu voulais toujours de ces secondes d'oublis, de ces secondes de non-existence dans l'existence, comme avant le bal, quand tu étais là sans l'être mais de pire en pire.

    Les lettres contenaient des cartes postales, de plusieurs pays et villes que tu n'avais jamais visité, quelques pardons, des nouvelles sur le temps, rien d'important mais cela te tenait en vie autant que tes mutilations.

    Puis un jour il cessa d'écrire, tu avais huit ans et demi et tu attendis bien un mois avant de t'éteindre complètement, tu venais de perdre une deuxième fois ton frère et c'était la fois de trop.

    Oh à cet âge tu n'étais pas encore dans le coma. Mais tu mourais d'exister, Tu mourais de vivre en cette planète qui ne serait jamais, selon toi, la tienne, tu étais là corporellement mais tu ne répondais plus aux questions, tu te blessais encore, tu détestais le monde entier et tu ne voulais plus exister. Pendant quelques mois tu fus complètement muette et peu à peu tu te replias dans ta chambre ne te levant plus. Tu ne comptais plus les nuages, jamais.

    Tu sais Clems quand ta nourrice a décidé d'agir, de retrouver papa, maman j'ai été très content, je pensais que tu allais te libérer de moi, de ta douleur d'un soir de bal enneigé. Mais non. Ta Nourrice, une mutante, la seule que tu aimais, fut tuée par des gens,  tu te souviendras toujours de leurs noms «  Les Purificateurs ».

    Tu les pris en horreur quelques secondes et parmi eux ta mère... Tu pris alors ta propre existence en horreur, combien tomberont encore autour et à cause de moi ? pensas-tu. Tu ne pouvais détester les Purificateurs, tous autour de toi mouraient et celle qui t'a donnée la vie avait tué celle qui avait essayé de la préserver, l'une était encore vivante, l'autre morte. Tu choisis le camps de la vie.

    Mais tu avais neuf ans et trop jeune pour affronter tu tombas dans une léthargie qui te conduisit à l'hôpital et tu reconnus cette voix, John...que tu ressentais dans sa tendresse et sa souffrance comme un allié, ton père. Dans ton coma tu ne te réveillais jamais mais tu entendais, il n'a jamais parlé que des banalités puis il t'a avoué ma mort de peur de connaître la tienne, ce fut en fait la sienne dans attentat à la station de métro de Bleecker Street.

    Tu ne mourras pas Clems, le déclenchement de ton premier don te réveillant. Un lent et long processus de revitalisation commença alors.

    Tu n'as pas changé d'idée sur les différents clans, tu les détestes autant que tu te détestes, tu détestes l’institut où le foyer t'a envoyée suite à ce médecin scolaire, probablement un mutant qui connaît l’institut, médecin scolaire qui t'envoyait 50 dollars par semaine ( environ 40 euros ) au foyer et qui continueras sans doute à t'envoyer de « quoi te changer les idées sans souffrir » à l'institut.

    Mais à part quelques habits et autres achetés avec les éducatrices du foyer tu ne te distrayais pas de cet argent.

    Car pour toi Clems la vie est finie, ton don te permettra de revoir son visage et de sourire à ta mère avant qu'elle ne te tue, c'était ce dernier sourire qui te maintenait en vie, tu n'avais plus de famille autre qu'elle et dans ce monde tu ne savais pas où te mettre, tu vivais pour son sourire et ce sourire ton don te permettrait de l'atteindre. Ton don aussi effrayant selon le pouvoirs soit-il tu voulais le contrôler non pas pour rejoindre les X-Men ou les idéaux de l'institut que tu exècres et veux fuir, comme tous ceux des autres clans, comme toi aussi, mais pour voir ce sourire maternel te faire renaître pour mieux en mourir. »




Histoire :

  • Talents Particuliers : Elle lit très vite et a une excellente mémoire mais sinon elle est une collégienne lambda sauf si on prend en compte sa mutation bien entendu.

  • Possessions : Tous les habits de Clems sont à manches longues, tee-shirts, vestes, manteaux et même robes.

    Elle refuse de s'acheter un maillot de bain ou autre chose ne cachant pas son bras droit. Elle possède une double poche dans chacun de ses hauts afin d'y cacher ce qui lui donne l'impression de tenir mais en vérité la fait chuter : Une lame de rasoir. Elle possède une trousse de maquillage et sait bien l'utiliser, une paire de basket, une paire de bottes et des sandalettes noires pour les robes. Ainsi qu'un petit réveil matin. Quelques cahiers et stylos lui servent pour les cours. Elle gribouille dans les marges.

    Et un sac à dos pour toutes ses affaires qui lui sert aussi de sac d'école.

    Elle attache ses cheveux en chignon avec un élastique et met chaque matin deux petites boucles d'oreilles comme sa mère autrefois avait à ses oreilles, cela lui rappelle  sans cesse son désir de la sauver d'elle même. Elle possède un collier qu'elle a depuis petite. Elle ne sait plus qui lui a donné.Un médecin scolaire du foyer qui l'a pris malgré elle sous son aile et envoyé à l'institut lui envoie 50 dollars par semaine ( environ 40 euros ).



  • Biographie : Au prochain message.


Avatar : Amandla Stenberg
Personnage Marvel ? : Oui [] Non [X]
MultipleCompte? : Oui [] Non [X]
Si oui, Qui ? : Écrire ici
Pseudo : Lou
Votre Age :  ( née le 03/11/1988) 27 ans
Comment avez vous connu le Forum ? : Je cherchais un forum RPG X-Men depuis longtemps et son histoire claire, son design magnifique, le bon guidage des nouveaux m'a donné le coup de cœur pour le votre.

_________________
Sans toi


Dernière édition par Clems Harke le Ven 10 Juin - 15:58, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Reyes
Élève à l'Institut Delta
avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 24/08/2014
Age : 22

MessageSujet: Re: Clems Harke [Terminée ]    Mar 8 Mar - 0:43

Bonjour/Bonsoir, et bienvenue parmi nous!

Ravi que le forum te plaise autant, cela fait toujours plaisir Smile On jettera un oeil à cette histoire de liens morts, ce n'est pas normal ^^

Sinon, pour répondre à tes questions:
-Les différentes réalités sont ce qu'on pourrait appeler "simplement" des Univers parallèles. En gros une infinité de mondes distincts, avec des différences (parfois infimes) entre eux. Tu n'as pas vraiment à te soucier de cette partie, notre forum est très peu axé sur ce pan de jeu et très peu de personnages connaissent l'existence des autres réalités (et généralement, c'est parce qu'ils ont voyagé dans l'une ou plusieurs d'entre elles). Du coup, ce n'est pas nécessaire d'en parler dans le background à priori ^^ La phrase concernant la réalité 616 a simplement pour but d'expliquer le fait que le background de notre forum s'éloigne assez fort de l'univers Marvel tel qu'on peut le voir dans les comics.

-Aucun souci pour l'avatar, tout ce qu'on demande c'est qu'il soit cohérent avec ta description physique. En gros, peu importe l'âge de la célébrité, mais il te faudra choisir des images dans lesquelles elle a (ou au moins a l'air d'avoir) plus ou moins 13 ans.

Voilà pour le moment, si tu as d'autres questions n'hésite pas à les poser, que ce soit à la suite ou par MP Smile
Bonne chance pour la finalisation et à très bientôt!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Clems Harke [Terminée ]    Mer 9 Mar - 17:26

Bienvenu !

Charlie a tout dit donc je me contente de rajouter que j'aime bien ton personnage Wink

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clems Harke
Élève à l'Institut Gamma
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 07/03/2016
Age : 28

MessageSujet: Re: Clems Harke [Terminée ]    Ven 11 Mar - 16:17

Bonjour,
Merci pour ce gentil accueil ^__^ et les explications.
J'ai fini ma fiche je la laisse donc aux mains du staff ♥

_________________
Sans toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Clems Harke [Terminée ]    Dim 13 Mar - 22:56

Coucou,

Désolé pour le temps d’attente pour ta première modération, la voici cependant.

Petit point méthodologique, je vais faire en gras les remarques importantes, nécessaires à la validation de la fiche, en italique les remarques facultatives et en normal le développement de ma pensée. Je tiens à préciser également que, si tu as des questions sur ma modération ou sur un autre point du forum, tu ne dois pas hésiter à les poser Wink

Identité :

NOM : Ok

PRENOM(S) : Ok

ALIAS ET SURNOM(S) : Ok

AGE : Ok

DATE DE NAISSANCE : Ok

ACTIVITE(S) : Ok

NATIONALITE(S) : Ok

SEXE : Ok

CLAN : Ok

Pouvoirs :
Description : Écrire ici
Phéromones au Speed X :
Afin que tu puisses le préciser dans ta fiche, les effets du Speed X sont les suivants : accroissement de 10% de la puissance brute (les limites des pouvoirs sont multipliées par 1,1) et facilité de contrôle sur les capacités (puisque dans un état d’éveil et de bien-être optimal) durant la durée de la prise. Après, les pouvoirs reviennent à leur état normal mais le contrôle ne se fait plus, cela va de la simple impression de ne pouvoir utiliser ses pouvoirs sans Speed X ou des manifestations involontaires des pouvoirs les premières fois (dépendant des individus et de la nature des pouvoirs) à des déclenchements incontrôlables et irrépressibles après deux-trois semaines. Le seul moyen de garder ça sous contrôle c’est de rester sous Speed X, ce qui conduit à atteindre la dose létale s’il n’y a pas prise en charge dans un lieu spécialisé (généralement, les cellules du Cube au Triskelion, la Base des X-Men ou l’hôpital de la Confrérie).

Les phéromones suivent mes mêmes manières que le Speed X (qui se sniffe, s’injecte et se fume comme l’héroïne) ou d’autres ? Si c’est limité à la téléportation de ton troisième pouvoir, précise-le ici. Et du coup, y a-t-il des protections contre les phéromones ? Genre masque à gaz.

Quels sont les effets de la drogue face aux capacités de régénération mutante ? Le Speed X est largement moins efficace, voir complètement inefficace, sur les mutants bénéficiant de résistance/immunité aux drogues ou de régénération apte à les contrer.

Explique pourquoi la vapeur jaune est invisible pour les humains et irrespirable pour tous sauf la personne ciblée. Les yeux humains et mutants n’ont généralement aucune différence, sauf pour les mutations les affectant, donc en toute logique ils verraient la même chose ; pas d’idée à te proposer sur ce point-là. Par contre pour la guidance, il suffit de dire que Clems contrôle psioniquement les phéromones. Ce n'est qu’une proposition, si tu préfères autre chose n’hésite pas.

Explicite cette histoire de ciblage par silhouette holographique rouge ; personnellement, j’ai pas compris comment ou pourquoi. Est-ce son imagination qui lui fait imaginer cela pour diriger les phéromones ou est-ce qu’il y a vraiment une matérialisation holographique devant son visage, genre viseur ?

Dans un même ordre d’idée, parle plus en détail des visions. Pour l’heure on ne comprend ni leur nature ni leur utilité. Est-ce qu’il s’agit des hologrammes ou c’est autre chose ? Si ce sont celles du second pouvoir, dis-le simplement.

Tu dis que Clems peut s’attaquer toute seule, les phéromones sont dangereuses également pour elle-même ?

Détection des Mutants :
50km de portée à l’inscription, c’est trop. Baisse la limite à 10km.

Je ne comprends pas comment elle peut avoir des flashs qui lui montrent des silhouettes et les toucher par la suite ; le flash c’est quelque chose d’éphémère du coup la détection se fait durant mais ensuite comment elle peut toucher les silhouettes ? Ils laissent une trace résiduelle ou c’est juste une manière qu’a Clems de matérialiser son contrôle ?

Détecter les pouvoirs est passif vu qu’il n’agresse personne ni ne protège Clems.

Téléportation de gaz :
Encore un peu de mal à comprendre une chose : la téléportation sous forme de souffle. D’un côté, j’ai simplement l’image de la transposition de la vapeur d’un point à un autre, du corps de Clems à celui de la cible, qui ne passe pas aucun point entre eux (principe de la téléportation). De l’autre, j’ai celle d’un spray/vent partant du corps de Clems jusqu’à la cible. Explicite mieux le fonctionnement de la transmission des phéromones. S’il s’agit d’une véritable téléportation de matière (un pouvoir à part entière) ou d’un simple contrôle psionique sous forme de vapeur/spray/gaz qui doit parcourir la distance et pénétrer normalement les voies respirations (auquel cas c’est qu’un seul pouvoir avec le premier).

Comme pour la précédente, réduit les portées de cette capacité. Vu la puissance du pouvoir, je pense que 3km c’est la distance maximum.

L’explicitation des dangers de la drogue va dans le premier pouvoir. De plus, là on s’éloigne des effets du Speed X, tu en es consciente ?

Niveaux de maitrise :
Sépare les contrôles des divers pouvoirs s’ils sont différents ; par là, j’entends faire plusieurs paragraphes fonctions du contrôle. Genre le premier sur l’absence de contrôle de ses émotions qui la conduit à beaucoup produire et sa tentative de contenir ça, le second sur les flashs impliqués par le pouvoir de détection des mutants et le troisième sur les apparitions des silhouettes (sauf si elles ne se font que durant les flashs, auquel cas les deux pouvoirs vont dans le même paragraphe).

Citation :
Mais il n'y a plus beaucoup de joie dans sa vie à l'école des mutants. On l'évite et la vapeur jaune qu'elle produit en plus ou moins grande quantité selon la force de son émotion, et que seuls les mutants peuvent voir sans la sentir, n'y aide pas.
Je ne vois pas le rapport avec la maitrise, c’est plutôt dans la biographie. Par contre, si elle est dans un état psychologique propice à la création de ses phéromones, genre la tristesse parce que les autres ont peut d’elle, ça peut aller là-dedans (en plus de la psychologie).

Lien entre les Pouvoirs : C’est confus (ouais, c’est moi qui dit ça… disons que je parle en connaissance de cause Wink). Si j’ai bien compris, le corps de Clems produit une substance volatile qu’il peut exsuder psioniquement (influence directe de l’esprit sur la matière) et est guidée par sa capacité à détecter les formes de vie. Si c’est cela, explique-le ainsi plutôt que de redonner le fonctionnement complexe déjà donné au-dessus.

Description Physique :
Apparence :
Ok – j’adore la façon dont tu décris !

Signes Particuliers :
Ok

Caractère :
Mental :
Même si ton personnage est relativement jeune, parle de ses avis sur les Idéals Xavier et Confrériste ainsi que sur les différents clans dont elle connait l’existence (Institution Charles Xavier, Confrérie des Mutants, X-Men, Bureau des Affaires Mutantes et Purificateurs).  Si elle n’en a pas ou qu’elle s’en fout, ça marche aussi tant que c’est dit.

Quelles sont ses aspirations, ses craintes, ses objectifs (si elle en a) et sa perception de son clan (l’Institut) ?

Histoire :
Talents Particuliers :
Est-elle polyglotte ?

Possessions :
Donne une idée de son argent de poche.

Biographie :
Il faut faire très attention avec l’idéologie Purificatrice, elle est bien plus complexe que « les mutants sont des monstres » même si elle est également plus occulte encore que celle de la Confrérie puisque les Purificateurs ne se revendiquent pas d’une idéologie particulière. Le crédo de l’Eglise de la Purification est d’entrer en croisade contre la corruption de l’œuvre de Dieu. Dans leur idéologie, les Mutants sont des humains déformés par le Diable au-delà de toute rédemption et, s’ils ne sont pas nécessairement malveillants, il faut les éradiquer de la surface de la Terre afin de préserver la pureté de l’espèce humaine. L’œuvre qu’ils tentent d’accomplir dépasse de beaucoup leur individualité et même si la plupart ont rejoint la secte par haine des mutants cette dernière a été canalisée et transformée en quelque chose de plus « pur » : les mutants sont des aberrations mais n’ont pas choisis de l’être ainsi les tuer revient non seulement à protéger le genre humain de leur engeance néfaste mais également, dans la plupart des cas, à apporter une libération à une âme tourmentée. Si la mère de Clems est réellement une Purificatrice, elle tenterait de tuer sa fille par amour dès qu’elle découvrirait qu’elle est mutante.

Citation :
Tu en es immunisée...puisque ton corps en produit naturellement
A préciser dans la partie pouvoir concernant le don de production.

Citation :
Tant que ton don était latent tout allait bien. Le Speed X restait en toi. De plus tu ne pouvais pas voir tes...cibles...Tu sais ces mauvais rêves que tu fais, les silhouettes rouges sont mutantes, les bleues non-mutantes, la drogue que te donnait ta mère déréglait ton pouvoir le faisant rester dans une sorte de semi-latence qui te détruisait.
Alors là, il faudra expliquer d’où provient la drogue. Dans le BG tel qu’on l’a actuellement, seuls des mutants peuvent détecter une mutation latente (par une forme poussée de détection de pouvoir par exemple) et aucune technologie ne le permet. Donc une drogue créant une sorte de semi-latence, soit empêchant partiellement des gènes de produire des effets sur le corps, c’est du lourd. Tu peux sans difficulté partir sur des calmants pour éviter que les capacités ne se manifestent suite à un grand stress (qui est le mode le plus explosif d’apparition même si pas le seul) et que ça soit cette accoutumance qui endommage la santé de Clems, mais si tu inventes une nouvelle drogue à l’égal du Speed X (puisqu’inhibant les pouvoirs au lieu de les amplifier) faudra de sérieuse justification vu l’impact que cela aura (grosso-modo, le même que le Speed X mais avec « remède » au lieu de « poison »).

Il faudrait fournir plus d’explications sur le groupe de mutants du père de Clems. Actuellement, je n’arrive pas à savoir s’il s’agit d’une équipe de mutants à la X-Men mais indépendants, de membres des Zodiaques voir du Walhalla, etc. D’autant plus s’ils interagissent avec l’Institution, et sous-entendu les X-Men, il faut qu’on ait des informations sur eux afin de pouvoir les intégrer correctement.

Enfin, mais cela je te préviens vu que je suppose que ton premier rp sera l’arrivée à l’Institution, Clems va se faire confisquer sa lame de rasoir et avoir un suivi psychologique important chez Xavier (en plus d’une interdiction de s’approcher de la cuisine). Ça peut être intéressant à jouer en rp néanmoins comme énormément de ta psychologie est basée sur le rapport à la lame je préfère le dire tout de suite.

Avatar : Ok
Personnage Marvel ? : Ok
MultipleCompte? : Ok
Pseudo : Ok
Votre Age : Ok
Comment avez vous connu le Forum ? : Ok

Voilà pour mon premier passage. Je trouve ton personnage très intéressant dans le rapport à elle-même que tu développe, qui est extrêmement rare, ainsi que celui aux autres mêmes si c’est plutôt sous-entendu afin de ne pas leur forcer la main. Le rapport à la musique est cool également, bonus sympathique.

Bonne chance pour les modifications et, une fois encore, n’hésite pas si tu as des questions Wink
Amicalement,

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clems Harke
Élève à l'Institut Gamma
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 07/03/2016
Age : 28

MessageSujet: Re: Clems Harke [Terminée ]    Mar 15 Mar - 21:45

[*]Biographie :

Jane & John

Aussi longtemps que tu t'en souviennes, tu avais toujours été seule Clems. Seule car ces deux êtres s'aimaient et que toi tu étais là dans leurs pattes, un peu dérangeante, seule car ton grand-frère de six ans ton aîné était là et les inquiétait. Tu n'as jamais appelé Maman, Maman, c'était Jane, tu n'as jamais appelé Papa, Papa c'était John.  Et le Grand-frère, le Grand-frère n'avait pas de nom, c'était le Grand, John emmène le Grand à l'hôpital il a beaucoup de fièvre, Jane apporte moi le gant d'eau froide le Grand se sent mal. Ton Grand-frère souffrait beaucoup de migraines et de fièvres que personne ne pouvait expliquer. Le Grand était malade, il fallait faire attention au Grand, c'était une idée admise dans la famille même par toi qui n'avais que trois ans.

On t'interdisait d'aller le voir le Grand, par sécurité disait-on, pas pour toi non, toi tu ne valais rien, mais pour lui si fatigué. Pourtant tu n'as jamais envié le Grand , toi tu pouvais courir et rire sous le soleil comme sous la pluie, qui s'en occuperait ? Mais le Grand, lui, restait sans arrêt au lit comme dans une lente agonie, pendant que tu cueillais les papillons sur les fleurs lui crachait ses poumons dans un bol. Il te faisait un peu de peine le Grand. Et t'intriguait beaucoup aussi. Mais tu obéissais Clems, tu n'allas pas le voir, jusqu'à décider un jour, à cinq ans en 2008, d'aller lui parler. La narration peut changer de pronom, tu ne vivais plus dans ton coin, Clems, tu t'ouvrais au monde.

Le Grand n'était pas au lit pour une fois, Clems cinq ans le regarda dans l’entrebâillement de la porte , il portait un costume, un beau costume comme pour les adultes chics, du haut de ses onze ans dans ce beau costume il te paraissait déjà grand.


« Entre Clems ! »
dit-il d'une voix heureuse. Clems hésita et si cela fatiguait le Grand ? Mais soudain la porte s'ouvrit sans même que Clems l'ait poussé, Clems recula effrayée et le Grand éclata de rire.  « Ah ah ha ! Ils t'ont pas appris ça à l'école où tu vas ? » riait le Grand.

Clems secoua la tête pour dire non. A l'école ou plutôt au jardin d'enfants, ( Aux Etats-Unis, l'école publique obligatoire commence avec le Jardin d'enfants à cinq ans), Clems était une élève moyenne ni mauvaise ni bonne, comme à la maison elle restait discrète, ne prenait pas trop de place, par habitude, n'était-ce pas sa place de ne presque pas exister ? Cependant, Clems observait énormément et en classe elle n'avait jamais appris à ouvrir les portes sans les toucher. Elle regarda ses mains d'enfants, si ce n'était pas elle c'était ?

Elle observa alors la chambre en plissant des yeux essayant de détecter un fil à peine visible, quelque chose accroché à la porte auparavant et qui l'aurait fait bouger. Mais la chambre blanche trop propre au lit à baldaquin sans peluche, sans couleur ne contenait pas la réponse à la question quoi diantre avait ouvert cette porte ?


Le Grand tapota la place près de lui en riant. Clems hésita en regardant vivement de gauche à droite, personne...Elle s'approcha du jeune garçon avant d’entendre un bruit, elle cria et voulut sortirent de la pièce affolée mais une voix, une voix dans sa tête :
* Attends Clems, j'ai gardé tous tes dessins ! *

Clems s'arrêta aussitôt, ses dessins. Les seuls moments où elle se permettait d'exister. Ses œuvres, ses cadeaux de liberté un peu maladroits mais déjà si frais qu'elle confiait à Nourrice, qui était la seule à s'occuper d'elle, pour qu'elle offre à son grand-frère qui ne voyait pas le soleil. Elle baissa le regard à ses pieds et parcourut le sol des yeux, elle avait marché sur un crayon à papier. Et dire qu'elle croyait qu'on l'avait surprise ! Elle sentit ses yeux produire quelque chose d'inhabituel, de l'eau, elle discrète qui ne pleurait jamais, de l'eau salée quand elle passa la langue sur ses lèvres. Elle tomba à genoux.

« Clems ! Tu as mal où ? » s'écria le Grand en accourant vers elle. Il la prit dans ses bras. Clems renifla un petit cristallin : «  J'ai pas mal...Câlin comme Nounou.. » Le Grand lui caressait la tête dans un doux : «  Appelle moi George ! » Non Clems n'était plus seule, le Grand avait un nom et lui caressait la tête. Elle n'avait pas mal, ses sanglots c'était sa douleur qui partait.

Partir là-bas

George mit  quelque chose sous le nez de Clems quand celle-ci arrêta de pleurer. Clems leva un regard intrigué. C'était une robe, pas comme l’uniforme scolaire non, une jolie robe grise avec des dentelles.


«  Une robe de princesse ! » murmura la petite fille de cinq ans les yeux pétillant. Yeux qu'elle leva vers son grand-frère George.

«  Elle est pour qui ? Dis moi George ! Dis ! » sautillait la fillette.

George parut embarrassé, tout rouge.


« Tu as de la fièvre ? C'est à cause de moi ? Je vais chercher Jane ! »
s'affola la fillette.

* Arrête ! C'est pour toi imbécile !*

A nouveau cette voix dans la tête...et ce bruit de tapotement de lit. Mais alors …

«  George tu as des pouvoirs magiques ! »
se retourna la fillette.

Il rit à nouveau alors que la petite fille s'asseyait d'un bond près de lui.

« Ce n'est pas exactement magique, Clems, je vais te raconter une histoire. »

Le silence se fit, l'enfant était tout ouïe.

« Depuis tout petit... Je monopolise papa et maman mais tu sais bientôt je vais aller dans une école, une école pour les gens comme moi. Et là bas je serai avec d'autres mutants, et peut-être même que le directeur trouvera un remède à mon mal ! Et que...je pourrais voir le soleil sur tes dessins ! Et peut-être que plus tard on formera vraiment une famille ! »


Voyant que la petite ne comprenait pas, il s'accroupit et dit :
« Un mutant c'est... quelqu'un de spécial, quelqu'un de rouge, comme le soleil, quelqu'un de spécial ! Il a quelque chose en lui qui fait qu'il peut faire des trucs comme te parler en pensée, détecter les autres mutants ou encore produire du poison ; bref des trucs de ouf ! C'est dû aux gênes un peu comme un pain au raisin, c'est du pain avec un truc en plus et bah c'est ça le mutant ! »

« Waouh ! Tu es vraiment merveilleux Grand-frère George ! »
dit Clems bouche ouverte. Il sourit et ferma la bouche de la petite fille doucement : «  Toi aussi tu es rouge Clems mais toi tu n'es pas malade, ça veut dire que si tu as le même don que moi, cette sorte de poison que je produis en moi depuis tout petit mais que je ne peux pas expulser, pour le moment...tu en es immunisée, ça veut dire que il ne te fait pas de mal. Et ça veut aussi peut-être dire que tes pouvoirs sont différents des miens. Et aussi que ils ne sont pas encore matures et se montreront au grand jour plus tard. »

La fillette regarda ses chaussons nounours soudain renfrognée :
«  Je ne suis pas spéciale ! » Un bras s'appuya sur ses épaules et George murmura : «  J'attendais aujourd'hui pour le dire à papa et maman, je voulais être sûr que quelque part il existe un endroit où nous protéger, ensemble, en sécurité, un jeune homme est venu hier nous parler de cet endroit : L’institut Charles Xavier. Je  vais y être élève et ce soir on va vérifier ensemble que c'est bien sécurisé et alors je dirai à Papa et Maman que toi aussi tu es spéciale ! Et... » La fillette serra fort George contre elle : «  Et on sera toujours une...famille ? Toi et moi ? » George sourit : «  Oui, une famille. »

Quand Clems s'éveilla elle était dans la voiture, John conduisait, Jane parlait, George lui tenait la main. « Il neige ! Il neige ! » s'écria heureuse la fillette à leur arrivée au manoir.

Dans sa robe grise à dentelles et son manteau rouge la fillette ignora Jane qui disait :
«  Pourquoi l'a t'on emmenée déjà ? » et John qui répondait : «  George a insisté et ce ne sera que cette fois ! »

Non, peu importe leur indifférence en haussement d'épaule, George lui lançait de la neige, les robes et costumes par centaines, ça tourbillonnait, tourbillonnait comme les flocons de ce soir d'hiver. Et puis le manoir on aurait vraiment dit un château ! Il était si immense et si resplendissant, un grand trésor brillant au milieu du froid, réchauffant.

«  Ne te fatigue pas trop George ! » dit Jane.

Mais George ne l'écoutait, pour une fois, pas, il avait pris la fillette sur ses épaules :
«  Allez Clems allons visiter la future école ! »

Et puis soudain la neige s'arrêta, l'atmosphère devint plus sombre, des gens se mirent à crier. Grand-frère à paniquer, il lâcha la fillette qui tomba rudement au sol.


«  George ! » cria l'enfant au genou en sang. Mais il était parti, parti en courant sans elle et Jane et John n'étaient pas là, dans l'affolement on la bouscula, sa robe de princesse était toute souillée...

«  George, j'ai mal ! » cria l'enfant en larmes. Une jeune femme. C'était Nourrice.

« Nounou... » sanglota l'enfant sans comprendre. La nourrice ferma les yeux se téléportant dans un autre lieu, il n'y eut plus de cri, plus de pleurs, juste un long silence peuplé de bruit de larmes enfantines.

Clems était à des années lumières de comprendre le drame, elle ne savait pas non plus que la Confrérie avait attaqué ni ce qu'était la Confrérie. Elle ignorait ce que Nourrice pouvait faire, elle ne ressentait qu'un brouillard de peur l'envahir et la perdre.

Nourrice pouvait se téléporter et effacer la mémoire. Elle était venue dans sa famille car John avait été son ami autrefois, jusqu'à ce qu'il ne veuille plus entendre parler de sa mutation, suite à la maladie de son fils, il l'avait tout de même gardée en ne disant rien à sa femme, une sorte d'instinct, un petit quelque chose qui lui disait que ce monde qu'il avait renié pourrait un jour les sauver à travers elle.


John était un mutant lui aussi mais cela faisait belle lurette qu'il n'utilisait plus son don, en fait depuis que sa femme face à son fils fiévreux lui ait interdit.


« Nounou où est George et Jane et John ? »
sanglotait la fillette.

La nourrice fredonnait une chanson et posa sa main sur le front de la petite dans un
«  Dors bébé, tout ira bien, Nounou veille sur toi, oublie tout ça. » Et doucement les dessins s'envolèrent comme le souvenir de son frère et de ce bal aux milles flocons dansant.

Les yeux de la mama

Un an passa, Clems avait tout oublié de sa vie d'avant. Elle habitait dans un petit village perdu des États Unis, elle allait à une petite école primaire ( Elementary School ) en train chaque matin. Depuis qu'elle savait compter elle savait que le voyage durait trente minutes. Trente minutes entre les chalets et les immeubles, entre les petites boutiques et les grandes enseignes, entre le petit lac et les trottoirs. Clems aimait le train et avec le groupe de gamins du village elle y riait bien. Ce qu'elle aimait par dessus tout était de compter les nuages, juste comme ça, pour voir s'ils veillaient toujours sur elle. La Nourrice qu'elle croyait à présent sa mère, le don de la femme ayant touché en un an chacune des maigres connaissances de la jeune enfant, lui disait que les nuages savaient tout et qu'ils veillaient sur elle, que si elle était perdue, elle devait les regarder. Qu'ils seraient toujours nombreux à la rassurer. Et c'est vrai qu'il y avait beaucoup de nuages ! Tellement qu'elle s'endormait avant de finir de les compter.

On était en 2009, le petite avait six ans et la télévision était allumée.


« On a appris ce matin » Un nuage, «  Que le maire de New York City », trois nuages «  était décédé » quatre nuages «   dans l’explosion de son véhicule blindé » six nuages «  sur le Hudson Bridge » dix nuages « suite à l'intervention d'un groupe de mutants » onze nua...

Mutant, ce mot elle l'avait déjà entendu en un an mais maman disait que c'était des bêtises, que c'était comme le père Noël, qu'on le disait comme ça mais que cela n'existait pas. Mais les images des lieux du drame parlaient d'elles même. Mutant...Maman au secours...meurtrier ?....Maman j'étouffe...Mutant...Maman on me piétine...Mutant...Me laisse pas mourir George....George ?


A la pensée de ce prénom, la petite fille ressentit la douleur de la bousculade, la morsure du froid, la peur, seule, seule, seule !


«  GOERGE ! »
cria l'enfant à la plus grande peur des autres enfants et du maître du wagon.

Elle s'évanouit. Elle fut amenée à l'hôpital de la ville.

Dans le petit chalet de la Nourrice, un chocolat chaud attendait le retour de l'école, Bark le brave chien de la maison aboya quand le téléphone sonna.


« Bark ! Bark ! Attends donc je suis sous la douche !  »
 dit une voix de femme.

Bark aboya plus fort, le téléphone sonna encore.


« Bien, bien j'arrive ! » pesta une dame en peignoir vert. Elle décrocha et lâcha le téléphone.

« Oui... »

Elle acquiesçait régulièrement aux propos du médecin, il parlait de l'enfant par des termes comme «  Hallucinations » , « Propos incohérents », «  Délires », il lui remit une plaquette d'hôpital pour enfants et lui demanda ce qu'elle comptait faire.


« Je la ramène à la maison bien entendu ! »
sembla reprendre vie la Nourrice. Elle signa différents papiers et elles repartirent.

En sanglotant, dans le train la petite fille comptait les nuages :
«  Un nuages » snif «  Deux nuages » snif  «  Trois nuages » snif «  Maman est ce que je suis folle ? »

La petite de six ans avait posé la question telle une fusée, la nourrice se mit à pleurer.

«  Ils étaient venus, la Confrérie...Et même ce Charles , lui et ses X-men...pacifique mon bras oui ! Dans cette guerre ! Mon bébé ! Ma toute petite, je voulais juste t'en extraire. Je suis désolée, tellement désolée... »

La nourrice, sa super-héros, plus forte que tous pleurait, bien sûr ce n'était pas sa maman mais c'était celle qu'elle aimait, bien sûr ce n'était pas son papa, mais c'était son arbre, ses racines de cœur, ses branches de tendresses. Et elle pleurait...


« D'accord... »
dit la fillette en posant sa main sur la main adulte, elle cacherait, ferait comme avant car elle l'aimait cette femme et qu'elle se sentait encore trop petite pour la contredire, un mélange de besoin de tendresse et de désir de la voir sourire se mêlait. La vérité attendra.    

Sans toi

Les années passèrent, un changement de village et d'école, un développement d'indifférence face au journal télévisé qu'elle fuyait comme la peste, un monde qui tourne et elle à coté. Un énervement à chaque fois qu'elle entendait le mot mutant. Se cacher les yeux, le cube est construit tu as-vu ?, le Bureau des Affaires Mutantes va nous les mettre au pas ces saletés, ne rien entendre. Ils vont tous mourir ! Maman dit que rester dehors n'est plus sécurisée pour les enfants. Chut elle arrive ! Tu crois que c'est une mutante ? Elle ? Non c'est juste un fantôme ! Rires.

C'est à cette période que l'enfant commença à se blesser, pour oublier. Nourrice ? Oh bien sûr qu'elle savait ! On apprend pas à une télépathe à savoir ce qui se voit. Mais elle ne disait rien, planquant les rasoirs et tous les objets tranchants.

L'école avait fait plusieurs signalements, il y eut d'autres déménagements. Mais dans la tête de  la fillette le vide restait le même malgré le paysage changeant. C'était le néant, ni mutante, ni humaine, elle n'était rien selon elle. Peu importe le nombre de médecins, elle était restée bloquée dans ce cauchemar de ses cinq ans, comme morte de cet instant et personne cette fois ne venait la chercher. A bientôt neuf ans elle finit cloîtrée dans sa chambre, autant que dans sa tête.


C'est alors que la nourrice décida d'agir. John était quelque part à New-york selon ses recherches, il appartenait à un groupe de mutants dont elle ne savait pas les buts, aussi puissante qu'on est elle ne pouvait pas tout savoir. Et c'est cette ignorance qui fit basculer sa vie, son amour aussi pour cette petite fille qui agonisait à cause d'elle.

Elles se rendirent à New-York, elle espérait que John reconnaisse sa fille et peut-être retrouver Jane disparue à ce jour, ensuite elle partirait. Elle avait détruit la vie de cette enfant, elle allait réparer puis s'en aller c'était le mieux à faire...


«  Regarde Clems les nuages ! Tu les comptais petite ! » s'exclama t'elle.

Mais la fillette comme dans une sorte de coma éveillée ne répondit pas. Oui New-York était son dernier espoir.

Mais au même moment ça grondait à Manhattan, des extrémistes chrétiens, les Purificateurs, y sont.

Elle est dans un hôtel quand elle l'apprend,  Manhattan l'arrondissement le plus célèbre de la ville de New York attaqué. Elle se dépêche de faire sa valise puis presse l'enfant.


« Clems on rentre ! »


Elle sursaute, l'enfant agonisant, a levé son doigt dans un geste de vie et répète « Maman Jane ». La Nourrice regarde la télévision et y voit Jane parmi les Purificateurs, non ! Non ! Elle devait la ramener à la raison ! Ou Clems ne se réveillerait jamais !

Elle porte l'enfant à table qui a un vague mouvement de tête vers elle, elle lui sert un dernier verre de lait, et lui adresse sur son bras une dernière caresse, une dernière tendresse.


«  Je reviens mon Ange ! »    


Suite à ces mots elle se téléporte. Parmi les criminels mutants qui défilèrent crucifiés à la télévision, il y avait une femme, la Nourrice. Et près de la nourrice Maman Jane, l'image passe et un homme qui se présente comme le Révérant William Stryker invite les gens à faire comme aujourd'hui.

La fillette tombe à genoux et s'écrase au sol.


Somehow

Il avait signé des papiers en cette fin d'été 2014 il était plutôt grand cet homme, une barbe de trois jours montrait sa fatigue. Il portait des vêtements de sport et on avait reconnu son adn en lien avec cette petite fille de onze ans depuis mi-Août, dans le coma depuis presque deux ans et demi , il s'en était passé des choses durant ce temps , des guerres entre mutants et humains encore et toujours, une plante géante qui avait monopolisé son attention un moment, un X-men ? Non il n'en était pas un, un vengeur plutôt et un sauveur, oui voilà, il agissait selon des stratégies bien précises, autant pour venger son amie Nourrice, à sa mort il avait retrouvé la mémoire comme chacune de ses connaissances sur la fillette, et depuis deux ans il venait ici entre deux batailles, dans ces batailles il aidait parfois les X-Men mais jamais ne se liait à eux, de cette guerre il avait perdu son amie d'enfance et tentait de faire retrouver la raison à sa femme qu'il avait depuis quelques mois perdu de vue. C'était ça leur but unique : venger leurs familles et sauver ce qu'il en restait. Ils étaient tous pareil dans ce groupe de mutants, ils s'appelaient : «  Le groupe des mutants indépendants » non sans une certaines pointe d'humour presque d'ironie, car ils étaient les plus dépendants de tous à leur douleur.

Le reste du groupe ne venait jamais aux visites, et puis Monsieur Harke pouvait changer d'apparence mais uniquement en homme, ce qui lui avait valu quelques blagues du groupe, pas bien méchantes, il n'avait jamais montré son vrai visage aux caméras, si bien que le bureau des affaires mutantes ne le connaissait pas. Être fiché et puis quoi encore ? N'avait-il pas déjà assez été brimé et sa famille n'avait-elle pas déjà assez souffert ? Les extrêmes méritaient tous le même sort, mutant et humains confondus : l'ignorance, l'indifférence et le mutisme, il ferait tout pour les faire taire, jusqu'à se sentir vengé et avoir récupéré ce qu'il lui restait de famille.

L'homme s'assit sur le tabouret près de la fillette, il rit dans sa barbe :
«  Les médecins veulent te débrancher, débrancher une gamine, ma gamine et puis quoi encore ? » De grosses larmes se mirent à trembler au bord de ses yeux : «  Clems, je suis désolé, après le bal on aurait dû te chercher au lieu de courir vers George. Clems j'avais peur de te choquer alors je te l'ai jamais dit jusque là... » Il eut un petit rire : «  Mais je pense qu'on se connaît mieux non ? » Il prit la main de la gamine : «  Ton frère George s'est suicidé, le soir du bal, il pensait que c'était de sa faute l'élève tué, qu'il en avait enfin expulsé, à cause de ce poison le Speed X ,  on savait pas à l'époque que c’était ça, il s'est jeté dans du ciment frais à prise rapide, on a rien pu faire rien ! »

Il porta la main à sa bouche, cette main d'enfant si pâle :
«  Je...j'aimerais que tu....tu comprends...Je ne veux pas te perdre toi aussi et on formera une famille... Dans une semaine ou deux on sera fin  septembre, ils veulent te débrancher Clems, tu m'entends ? »

La fillette resta endormie, l'homme meurtri se mit à la secouer :
«  CLEMS ! TON PERE T'INTERDIT DE DISPARAITRE ! TU M'ENTENDS ? CLEMS ! »

Il fut sortit de l'hôpital par cinq médecins baraqués et on lui prescrit des calmants. Clems dormait, Clems était là sans l'être, comme une vidéo sur pause dans sa tête et pourtant Clems courait dans les années, son corps grandissait sans qu'elle le sache, la télévision de sa vie restait allumée mais l'écran était brouillé.

Les jours passèrent et fin septembre arriva, il n'y eut pas de visite ce jour là...

Un homme nommé Monsieur Harke est décédée suite à un attentat à la station de métro de Bleecker Street.

Dans le même temps Clems ouvrit les yeux, on crut au miracle mais il n'en était rien, son cerveau s'était développé assez pour le doux et lent réveil de son don mutant. Elle vivrait.


Abîmée

Cela commença par des cauchemars la nuit, elle se promenait entre des silhouettes rouges et bleues dans une pièce où on ne voyait pas le sol, elle se promenait parmi eux, sans jamais trouver la sortie. Elle se réveillait chaque nuit terrorisée, on lui prescrit des calmants et des somnifères, cela s'arrangea un temps.

Un an plus exactement, un an où elle resta à l'hôpital en rééducation motrice et psychique suite à ses plus de deux ans de coma. A son anniversaire de 12 ans elle avait retrouvé la parole. Elle avait quand elle était mal ou fatiguée parfois les visions des cauchemars, les calmants ne changeaient rien. On la fit consulter un psychiatre.


« Bonjour Clems ! » sourit l'homme.

« B'jour ! »
se força à dire la toute jeune adolescente.

L'homme rit doucement :
«  Ce qu'on m'a dit était vrai tu n'aimes pas les psys, ce n'est pas grave tu finiras par me faire confiance, je ne veux que ton bien Clems. Parlons un peu de ton père, de ta famille, de tout ce que tu te souviens. Ça te fera du bien ! »

« Je me souviens de tout mais je n'ai pas besoin de vous ! Je l'entendais vous savez cet homme, dans le coma, je l'entendais et d'après les médecins il est mort... » cracha Clems.

« Je comprends Clems, je comprends ! » dit doucement le psy en notant sur son calepin.

« Non vous ne comprenez rien !  Je peux me débrouiller sans vous ! » jura Clems le regard haineux, elle se souvenait chaque jour un peu plus, mais il n'aura pas le plaisir de savoir ce qui lui arrivait.

Elle s'était aperçue que quand elle était calme elle pouvait se concentrer sur une silhouette et savoir des informations physiques sur elle, ainsi que la sensation si elle était proche ou non. Elle espérait retrouver sa mère ainsi, elle avait vécu avec sa mère cinq ans, cela ne s'oublie pas un tel côtoiement, elle la repérerait parmi les silhouettes même si elle devait tous les passer en revue ! Elle était spéciale...et comme tous les spéciaux de sa famille elle devait se débrouiller seule car si elle entrait dans cette guerre elle mourait. Et elle ne voulait pas mourir avant de retrouver sa mère, Maman Jane, même si cela devait lui coûter la vie.

Mais ça le psy ne le sut jamais.

Elle ne dit rien de plus et la séance se déroula dans le silence et ce pendant une année et demi, les flashs se répétaient, les médicaments calmants s'amoncelaient, elle progressait et pouvait même courir à présent, elle avait rattrapé par des cours intensifs à l'hôpital son niveau scolaire, on parlait même que bientôt elle pourrait aller en foyer de jeunes et donc à l'école.

Elle avait réappris à sourire, elle pensait moins, en apparence, à son passé. Le médecin pensa qu'elle était prête, à l'anniversaire de ses treize ans mi-Août elle fut envoyée en foyer.

Au foyer la solitude ramena la déprime, insolente, franche et un peu trop secrète et solitaire elle souffrait de ne pas avoir d'allié autant qu'elle en souhaitait.

Elle recommença à se mutiler avec une lame de rasoir troquée contre sa montre, cela déraillait son don sous la douleur et paradoxalement cela lui donnait le sentiment de ralentir le temps, comme un faux soulagement, une drogue de blessure l'espace d' un instant.

Ses bras étaient couverts de cicatrices mais son mal être en réclamait plus, jusqu’à ce jour au bout de quelques mois, à 13 ans et demi bientôt 14, on était en Juin, sous ses vêtements aux longues manches cachant les cicatrices Clems avait chaud, le soleil brillait, mais hors de question de dévoiler ses cicatrices. En parlant de ça, elle s'enferma dans les toilettes quand elle entendit des bruits de pas.

Le directeur du foyer lui avait parlé d'une école qui l'aiderait mieux à s'intégrer que le foyer, un médecin scolaire, probablement mutant, ayant remarqué en Clems ce qu'il avait présenté comme une « différence », le directeur n'avait pas trop cherché, si il pouvait se débarrasser de la gamine peu encline à obéir c'était bien. Elle ne voulait pas y aller mais les toilettes furent faciles à forcer et malgré ses cris et ses débats elle fut emmenée vers cette école qui, selon elle, l'empêcherait de retrouver sa mère.

L'homme, jeune, lui parlait dans la voiture, elle ne l'écoutait pas, elle, elle comptait les nuages et réfléchissait à sa fugue de cette école qui l'avait repérée, l'homme avait parlé d'un institut de mutants dans la voiture, elle s'en moquait, elle voulait se débrouiller.

Seule.  



Ta meilleure amie

Clems balança son stylo-bille sur la table à peine le premier cours assisté et sortit de la salle. Être dans cette école mutante ne changeait rien. Sa mère était toujours introuvable. Elle était à part. Elle souffrait.

Clems, elle veut partir, mais depuis son arrivée, une heure avant, le jeune homme l'a envoyée en cours pour signer des papiers et lui fera visiter l'école après ; depuis son arrivée donc elle constatait avec dépit que cette école était une vraie forteresse.

Elle ne voulait pas de cette aide, elle voulait revoir sa mère et fermer les yeux après. C'est tout.

Elle ferma les yeux et pensa aux seuls souvenirs heureux lui restant : La découverte du prénom de son frère avant le bal, la vie avec sa Nourrice avant de retrouver la mémoire et les discussions avec le surveillant, des petits bonheurs qu'elle s'efforçait de maintenir en vie malgré la souffrance, mais elle ne capta pas la silhouette voulue, il faut dire il y avait tant de silhouettes ici, toutes rouges, des mutants, ils ne valaient pas mieux que les humains selon elle.

Elle n'avait pas besoin d'aide. Fatiguée elle s'assit contre un mur. Elle sortit sa lame de rasoir et se fit une nouvelle cicatrice. Du sang en coula, elle laissa les flashs défiler.



«  Clems ! Le professeur aimerait que tu reviennes en cours ! »


Une silhouette au loin. Elle l'avait vu arriver, une rouge, un élève mutant. Mais elle était trop faible pour répliquer autre chose que :
« Ne dis rien ou je te tue ! »

Blême comme un linge, l'enfant de son âge balbutia face à son comportement et ce sang :  


« Euh...Clems, le prof... a dit que si tu étais fatiguée du voyage tu pouvais visiter l'école avec moi avant d'aller te reposer... »
La voix du gosse tremble, il est terrifié, normal, pour une fois que quelque chose est normal dans ce monde...

« Vas t'en ! »
cria-t'elle à l'enfant. Mais il resta là paralysé par la peur. Clems eut un nouveau flash, elle décida de zoomer sur lui, cela ne pouvait pas faire de mal d'en savoir plus sur ce camarade qu'elle voyait derrière sa silhouette rouge en transparence et ça occuperait le temps...

Mais elle n'avait pas prévu le troisième pouvoir : A la place des informations qu'elle n'obtint pas, ce qui l'étonna, une drogue jaune sortit en vapeur des pores de sa peau au bout de trente secondes. Jaune c'était jolie même si l'odeur laissait à désirer, une odeur de brûlé, ce fut sa seule pensée. Elle reprit le rasoir, tant pis pour lui il n'avait qu'à assister à sa déchéance s'il ne voulait pas partir !


« Clems arrête ! »  cria l'enfant alors qu'elle s'entaillait le bras à contempler la lame et le gaz qui étrangement semblaient être liés.

Le jeune garçon se jeta sur elle pour lui prendre sa lame et respira du gaz. Et sous le choc, il tomba à genoux. Cela sembla éveiller l'adolescente qui se leva d'un bond, le bras saignant encore mais l'esprit bien plus clair,la drogue disparut en même temps que son odeur à cette reprise de conscience :
  «  Tout va bien ? Je sais pas ce qui s'est passé, allez relève toi, je suis désolée ! Allez je t'emmène à l'infirmerie ! Allez debout ! »

Quelqu'un au loin arriva alors. Mais elle se moquait bien de la punition, elle ne voulait pas tuer, jamais, elle savait ce que cela coûtait, le regard plein d'inquiétude elle aida son camarade choqué à se relever alors que la personne adulte s'approchait d'eux.

[HRP :  Je commence à RP à partir de cet instant. ^^  ]

_________________
Sans toi


Dernière édition par Clems Harke le Ven 10 Juin - 16:32, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Clems Harke [Terminée ]    Ven 18 Mar - 19:04

Pouvoirs :
Description :
Détection des Mutants :
J’ai du mal à comprendre comment Clems peut connaitre le nom du bâtiment, de la rue, de la ville et du pays où la personne se trouve au travers de ses visions ; ça fait un peu système de géo-localisation informatique, une chose n’étant pas naturelle du fait que c’est entièrement subjectif de nommer un bâtiment, une rue, une ville ou un pays et que ça change d’une langue à l’autre. Ce que je peux te proposer, pour rester dans l’idée, c’est soit que Clems se visualise elle-même dans les dalles afin de pouvoir déduire où se trouve la personne par rapport à elle (ce qui enlève tout l’aspect « carte culturelle humaine » de son pouvoir) soit qu’elle ait une sorte de double-vue et que dans les visions, les gens sont remplacés par les silhouettes et les bâtiments physiques disparaissent ou ne soit plus que des boites transparentes à travers lesquels Clems voit jusqu’à 10km. Si tu tiens vraiment à l’aspect de carte, il faudra expliquer comment elle connait les noms des lieux et tout. De même, explique comment elle connait le nom de la personne.

Donne les temps que peuvent durer les visions de Clems.

Radiation au Speed X :
Citation :
Normalement on s'injecte le Speed X ou on la fume ou la sniffe mais le pouvoir de Clems le produit en une sorte de vêtement de lumière immatériel et jaune transformant la drogue produit par les hormones en lueur. Il n'y a donc pas de protection possible à cette irradiation.
Logiquement, les protections contre les radiations (combinaison antiradiation, formes inorganiques et autres) fonctionnent non ?

D’accord pour la distance létale pour ton personnage mais parle des distances pratiques pour elle de répandre ses radiations. Explicite aussi si elle le fait par la volonté (genre une ligne droite qu’elle maitrise) ou si c’est une zone d’effet centrée sur elle. Fonction de cela, la distance pourra être revue à la baisse pour des raisons de puissance.

Tu limites la transmission au contact à présent ? Répond dans le post où tu signales ton édition Wink

Bouclier Psionique :
Alors ce nouveau pouvoir est très confus. Tu parles d’une boite qui retient les radiations émises par Clems et empêche les autres d’approche tout en ajoutant la gênante notion d’incassable. Tel que je le comprends, Clems génère un bouclier psionique qui protège les autres de son don et donc la protège également d’eux ; l’idée est sympa et le lien fonctionnera (lié à la production de radiations, j’y reviendrais) mais il faut éclaircir tout cela.

Si je peux te proposer une méthodologie simple, c’est de diviser en 3 paragraphes : le principe du don et son fonctionnement, les effets du don et ses limites, les cas particuliers et les améliorations possibles.

Les principales choses à préciser sont la taille du bouclier, sa polyvalence (les différentes choses dont il protège), sa résistance (incassable ça ne marche pas) en classe d’invulnérabilité (échelle Marvel, si tu as besoin de plus d’informations demandes-moi) et éventuellement sur l’échelle de Mohz (pas obligatoire sauf si la dureté du matériau est différente de sa résistance – genre le diamant, c’est très dur mais pas résistant).

Je pourrais entrer plus amplement dans les détails au prochain passage Wink

Niveaux de maitrise :
Citation :
les flashs (visions) pour savoir où se trouve quelqu'un, l'épuisent et l'affaiblissent grandement mettant dangereusement à mal sa santé en détériorant l'intérieur de son corps auquel elle demande trop.
Cela va dans la description puisque ce n’est pas lié à comment elle sait utiliser son don mais à comment son don fonctionne ; ou alors j’ai mal compris, c’est possible aussi.

Le rajout entre parenthèse « (Il lui arrive d'en avoir une voulue mais ce n'est que une fois sur vingt) » perd ton lecteur puisqu’il arrive en plein milieu d’une phrase « et souvent, la plupart du temps […] son pouvoir semble grandir » ; place-le à la fin, comme une phrase indépendante, ça facilitera la compréhension.

L’environnement externes et les émotions impactent-ils le déclenchement des visions ? Ok elles sont aléatoires mais des facteurs ne peuvent pas favoriser leur apparition ?

Citation :
Au delà des visions, il y a sa production de drogue liée à ses émotions fortes qui se déclenche aléatoirement
Ce sont les émotions qui se déclenchent aléatoirement ? Si oui, évoque dès à présent du trouble mental (bipolarité, hystérie ou autre) qui conduit à ces sautes d’humeur imprévisibles.

Citation :
Les sécrétions en elle des neurotransmetteurs ou hormones qui nous apportent des sensations diverses sont accompagnées de la production de Speed X donc d'un halo jaune autour d'elle plus ou moins éblouissant selon son état émotif. La production de Speed X ne la détériore pas étant déjà en elle mais ressentir tout trop fort met son état mental en jeu. Ne l'ayant pas tenté, elle ne sait pas encore répandre la drogue sur 3 kilomètres, elle ne sait même pas qu'elle peut le faire, tant mieux, elle en mourrait.
Ça va dans description. Grosso-modo, la description c’est tout ce qui concerne le pouvoir et la maitrise c’est la facilité/difficulté avec laquelle le personnage le maitrise.

L’environnement externes et les émotions impactent-ils l’invocation du cube psionique ?

Lien entre les Pouvoirs :
Citation :
Clems peut détecter les mutants et humains sur 10 kilomètres autour d'elle, chaque personne a un lieu écrit sur l'endroit où il se trouve plus ou moins lisible dans la vision de Clems selon l'énergie et la puissance qu'elle y met. Pour le moment elle ne peut quasiment pas contrôler l'arrivée de ses visions. Mais en quelques mois son don a déjà augmenté en puissance : De son sommeil en rêve, elle est passée à des visions éveillées également. Même si je ne pense pas que ça l'enchante tellement.
C’est de la maitrise.

Citation :
Clems peut sous l'émotion produire un Speed X un peu spécial : Il est sous forme de radiations et l'entoure finement. Dans cet état tout contact avec un mutant serait dangereux. De plus en  plus d'ailleurs plus le contact est long. Elle ne contrôle que peu son apparition.
C’est de la description.

Cette section est a reprendre car l’esthétique commune des dons (par l’intermédiaire des boites) n’est pas un lien pseudo-scientifique.
Auparavant, tu avais comme don la Production de Radiation Speed X, la Détection de Mutants et la kinésie de la Radiation Produite ; le troisième pouvoir faisait le lien entre les deux autres puisqu’il influençait le premier en étant guidé par le second.
Actuellement, tu as la Production de Radiation Speed X, la Détection de Mutant et un Bouclier Psionique ; la production et le bouclier sont liés, puisque le bouclier contient la radiation, mais la détection plus du tout. Ok, elle a la même esthétique avec la boite, mais c’est pas un lien. Ou alors la salle que tu présente comme les visions est une dimension mentale parallèle où l’esprit de Clems va pour observer les mutants mais, personnellement j’ai pas du tout compris ça, et c’est très compliqué.

Je vais arrêter ma modération ici pour ne pas te noyer dans un énorme post avec les remarques à faire sur le reste de la fiche et je pense qu’on va se concentrer sur cette section pour que ça soit plus simple niveau progression. J’aimerai bien, si tu es d’accord, te passer mon adresse skype afin de pouvoir discuter avec toi de ta fiche de personnage et faciliter grandement les conseils à donner pour ton édition parce que là, il a pas mal de points où je ne vois plus où tu veux aller en fait. Sinon je te demanderai de me MP les détails Wink

Amicalement

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clems Harke
Élève à l'Institut Gamma
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 07/03/2016
Age : 28

MessageSujet: Re: Clems Harke [Terminée ]    Lun 18 Avr - 14:36

Bonjour,
J'ai modifié ma fiche ^^

Ma première impression sur ce forum a été confirmée par une véritable implication et aide à la construction de la fiche. J'en remercie le staff ♥

J'espère bientôt réussir à qu'elle soit claire, je croise les doigts. Désolée pour les nombreux posts, cela ne tient pas en un.

J'ai pas mal refait ma fiche afin de la clarifier mais aussi de détailler et surtout de reprendre en main Clems que j'avais laissé un temps l'irl étant difficile, il faut donc tout relire mais j'ai tenté à ce que ce soit plus claire et précis afin de voir son évolution sur le long terme.

J'ai tenté de clarifier les pouvoirs comme vu sur Skype, c'est un exercice assez dur pour moi, mais j'espère aller vers le bon.

Voilà, bonne journée et encore merci de la patience et de l'application à m'aider qu'on m'a prodiguée ^__^

_________________
Sans toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Clems Harke [Terminée ]    Ven 22 Avr - 12:21

Coucou,

C’est un plaisir de discuter avec toi de ton personnage et de tes idées également Smile

Et y’a pas de soucis pour les multiples posts, ça prouve que la fiche a beaucoup de contenus et que tu t’appliques sur ton personnage donc c’est cool. On est reparties !

Pouvoirs :
Description :
Détection des Mutants :
Explique les manifestations des visions ; tu as bien expliqué le fonctionnement, manque juste de savoir quand le sens apparait. La double-vue se substitue à la vue de Clems durant certaines périodes, c’est cela ?

Clems perçoit-elle encore l’environnement avec la double-vue ou est-elle « aveugle » à toute forme de matière innervée ?

Lecture des influx nerveux :
Clems estime-t-elle les données morphologiques à partir du système nerveux ou perçoit-elle plus que celui-ci par l’utilisation de cette capacité ? Autrement dit, est-ce Clems qui suppose/reconstitue la taille, le poids & Co à partir du système nerveux ou est-elle capable d’étendre son sens au reste de la matière biologique récemment détectée ? C’est important niveau des évolutions possibles Wink

Précise après le zoom en dernière phrase que cela crée un contact psionique.

Phéromones au Speed X :
Le gaz au Speed X fonctionne par contact cutané ou par les voies respiratoires ?

A quelle distance de Clems stagne le gaz histoire de savoir si un mutant s’approchant d’elle peut être victime collatérale ou non.

Je n’ai pas bien compris si le nuage stagne 10 minutes avant de suivre le lien psionique ou s’il disparait au bout de ces 10 minutes sauf s’il a suivit le lien psionique sous le coup de la « crise ». Explicite.

Le gaz est-il visible et/ou odorant ?

Niveaux de maitrise :
Pour le second pouvoir, précise si des perturbations peuvent rompre l’utilisation. Clems ne peut pas l’utiliser si elle ne maitrise pas le premier pouvoir, ok, mais peut-elle perdre la connexion si elle perd le contrôle du premier pouvoir ou la concentration supplémentaire ?

Citation :
Un masque à gaz peut protéger la personne visée puisque le lien envoie le gaz dans les voies respiratoires. Elle ne peut le transmettre que, au maximum, sur trois kilomètres. Le pouvoir ne fonctionne pas sur les mutants bénéficiant de résistance/immunité aux drogues ou de régénération apte à les contrer.
Cela va dans description

Lien entre les Pouvoirs : Ok

Caractère :
Mental :
Même si ton personnage est relativement jeune, parle de ses avis sur les Idéals Xavier et Confrériste ainsi que sur les différents clans dont elle connait l’existence (Institution Charles Xavier, Confrérie des Mutants, X-Men, Bureau des Affaires Mutantes et Purificateurs).  Si elle n’en a pas ou qu’elle s’en fout, ça marche aussi tant que c’est dit.

Quelles sont ses craintes, ses objectifs (si elle en a) et sa perception de son clan (l’Institut) ?

Parle de son rapport à la douleur que tu décris plus haut et des traumatismes l’ayant conduit à cela.
Histoire :
Talents Particuliers :
Citation :
Elle a une intelligence normale mais une impulsivité un peu trop poussée ce qui l'empêche parfois de réfléchir. Cette impulsivité est en grande partie due à sa vie passée traumatisante.
Cela va dans le caractère
Sinon OK

Possessions :
Donne une idée de son argent de poche.

Biographie :
Citation :
« Clems arrête ! »  cria l'enfant alors qu'elle s'entaillait le bras au bout d'une dizaine de minutes à contempler la lame et le gaz qui étrangement semblaient être liés.

Le gaz disparut alors et par un lien psionique, le jeune garçon en respira. Et sous le choc tomba à genoux.
La présence d’un gaz non-identifié, surtout visible, alerterait les surveillants de l’Institution qui sont habitués à faire des interventions rapides en cas de pertes de contrôle de pouvoirs mutants ; si tu veux que la scène ce passe ainsi, réduit le délai. De plus, les choses ne sont pas claires : si le gaz disparait, comment il peut infecter l’autre élève ?
Plus haut, je te demandais l’aura que formait le gaz et s’il pouvait infecté un mutant pénétrant dans cette zone, je pense que tu peux jouer là-dessus pour garder la scène similaire en ignorant le délai de dix minutes Wink

Pour la lame de rasoir, on en a déjà discuté donc je ne reviens pas dessus.

Avatar : Ok
Personnage Marvel ? : Ok
MultipleCompte? : Ok
Pseudo : Ok
Votre Age : Ok
Comment avez vous connu le Forum ? : Ok

Voilà pour ce passage-ci, je pense à une validation soit au prochain passage soit à celui d’après. N’hésite pas à me reposer des questions sur Skype si tu veux mon avis, @bientôt en rp Wink

Amicalement,

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clems Harke
Élève à l'Institut Gamma
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 07/03/2016
Age : 28

MessageSujet: Re: Clems Harke [Terminée ]    Ven 22 Avr - 23:06

Bonsoir ^^
J'ai modifié et je pense que c'est bon Smile
Cette fois pas besoin de tout relire, j'ai modifié et ajouté tout au long de la fiche en bleu clair.
Merci encore de toute l'aide apportée ♥

_________________
Sans toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Clems Harke [Terminée ]    Dim 24 Avr - 15:14

Pouvoirs :
Description :
Détection des Mutants :
Citation :
Clems a une image mentale de l'entièreté du corps lors d'une vision déréglée ou non. Cela marche sur le sens, sens en plus qui pourra par la suite se développer et percevoir d'autres informations ( génétiques etc).
Cela répond à une question posée sur le second pouvoir, déplace-le dans cette section ; sinon Ok

Lecture des influx nerveux :
Ok dès que tu as déplacé le quote précédent.

Phéromones au Speed X :
Ok

Niveaux de maitrise :
Ok

Lien entre les Pouvoirs : Ok
Citation :
En étant éveillée, si elle perd le contrôle du premier pouvoir.
Par exemple s'il y a des douleurs physiques ou/et psychiques après l'impulsion première  ou une grosse fatigue tout simplement. Elle commence par ne plus recevoir d'information du second puis si cela persiste plus de 30 secondes, le troisième pouvoir se déclenche.

En étant endormie, elle n'est pas consciente de son don. Les « Cauchemars » qu'elle a ne sont pas des « Visions » où elle peut récolter des informations. Depuis le déclenchement du troisième don, elle produit donc du speed X en dormant mais endormie elle ne peut pas zoomer sur une silhouette, elle n'a aucune prise sur cette «  Vision-cauchemars » ainsi on est contaminé qu'en s'approchant d'elle.

Quand elle dort le seul moyen de retrouver le contrôle est de se réveiller, il n'y a donc pas de contrôle possible en dormant en état de mal être. Un fort calmant avant de dormir peut limiter les risques de ces visions déraillées mais cela fonctionne moins qu'au réveil de ses dons. Et il lui est conseillée d'éviter l’alcool, le café etc tout excitant ou produit pouvant perturber son sommeil.
Tout cela va dans la maitrise, pas dans le lien, et y a déjà été plus ou moins dit Wink

Caractère :
Mental :
Ok

Histoire :
Talents Particuliers :
Ok

Possessions :
Ok

Biographie :
Ok

Validation au prochain passage, n’hésite pas à enlever les couleurs si tu le veux Wink

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clems Harke
Élève à l'Institut Gamma
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 07/03/2016
Age : 28

MessageSujet: Re: Clems Harke [Terminée ]    Ven 10 Juin - 17:05

Coucou ^^
Merci de vos conseils et de votre patience.
Ainsi que de votre attention.
Après une pèriode peu simple et un ordinateur mort, me
voilà de retour avec un ordinateur neuf et une fiche que je viens de relire et
corriger. J'ai aussi enlevé la couleur précedemment mise.
J'ai hâte de Rp avec vous et modifierai encore si nécessaire.
Clems

_________________
Sans toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Clems Harke [Terminée ]    Dim 12 Juin - 11:46

Félicitations, nouvelle Élève à l'Institut Gamma, les portes de X-men rpg te sont enfin ouvertes!

Avant de commencer à jouer, n'oublie pas d'aller te recenser sur la liste des avatars , la liste des pseudos et la liste des pouvoirs.

S'il s'agit d'un double compte, pense aussi à poster sur la liste des multi comptes.

S'il s'agit d'un personnage marvel, n'oublie pas de te signaler sur cette liste.

Enfin, si tu veux qu'un joueur joue quelqu'un que tu as évoqué dans ta fiche, merci de remplir le formulaire que l'on trouve ici. N'oublie pas de mettre le lien vers la fiche de ton personnage dans ton profil, et si le cœur t'en dit, tu peux aller rédiger une fiche de relation ici.

D'avance merci et surtout, bon rp parmi nous!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Clems Harke [Terminée ]    

Revenir en haut Aller en bas
 
Clems Harke [Terminée ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Corvée terminée !!!!
» Quels sont ces produits MAC que vous avez terminé?
» Suspicion de diabète... c'est pas terminé !
» Logan / James Howlett / Wolverine (Terminée)
» Pacioretty : Saison terminée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Avant de commencer... :: Le Bureau des Inscriptions :: Fiches validées-
Sauter vers: