AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Remember {Ariella Miller}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Remember {Ariella Miller}   Dim 30 Aoû - 16:27

Samedi 29 Aout 2015 – 02 : 56 P.M.

La moto traversa la double-voie de Lafayette Street, laquelle remontait vers le nord, en suivant Jones Alley pour s’arrêter dans l’impasse concluant celle-ci. Le pneu ralenti jusqu’à l’immobilisme pendant que le moteur ronronnait un instant encore, alors que Rachel se redressait et posait le pied au sol dans un claquement de talons aguilles. Le son revint un instant plus tard lorsque la jeune femme eue passée son autre jambe par-dessus la selle, son jeans sombre poussant son manteau blanc et noir aux coutures voyantes, mélange de manteau long lui descendant jusqu’aux mollets et de poncho ouvert. Eteignant le contact, elle se pencha à nouveau sur le véhicule, collant son t-shirt noir contre la selle, et entreprit de faire effectuer un demi-tour à celui-ci ; ce n’en serait que plus simple pour repartir, par la suite. Ceci accompli, l’Echo retira son casque, révélant son visage imperceptiblement plus âgé mais dont les traits restaient acérés et agréables. S’en allant ranger l’objet dans le top-case, elle posa ses yeux verts sur Ariella avant de ce permettre un petit sourire.

- Ça t’as fait du bien de conduire un peu ?

Il faisait beau et il faisait chaud, tant et si bien d’ailleurs que l’Echo aurait rapidement grimpée en température avec une tenue comme la sienne si celle-ci n’avait été composées de molécules instables, ainsi le passage par l’Interstate 684 et son environnement boisé et fluvial avait du être plutôt sympathique. Beaucoup plus qu’une fois la route devenue l’Hutchinson River Pkwy, puisqu’à défaut de diminuer le nombre de voies on s’en retrouvait en plein milieu d’agglomérations jusqu’au Bronx, où il fallait changer sur Brickner Boulevard jusqu’au Pont Willis Avenue et enfin arriver sur Manhattan. Ce n’était qu’à ce moment-là que ça devenait réellement galère à un niveau routier. Heureusement qu’elles étaient en moto sans quoi, en plus de la difficulté à se repérer, elles auraient eues les difficultés de circulation. Merci à Ariella d’avoir son propre véhicule et donc évité le trajet en voiture, même si Rachel continuait à préférer le vol à tout cela. Ayant apprise, peu ou prou, la discrétion et n’ayant pas l’intention de perturber l’élève qu’elle accompagnait, l’ainée des deux avait cependant empruntée une moto à l’Institution. Une moto avec top-case parce que si la moto était bien plus maniable que la voiture, elle n’avait pas de coffre ; une chose qui indifférait l’X-Woman dans son projet d’X-Bike mais avait toute son importance aujourd’hui.

Sortant du top-case une boule de tissu informe, la jeune femme y enferma son casque à clé et se concentra, fermant les yeux. Visualisant au mieux l’image qu’elle avait vue dans la matinée, Rachel modifia la grappe de molécules instables pour en faire un chapeau aux bords larges, rond et noir. Le posant sur sa tête, elle estima respecter son contrat avec Urban Outfitters qui avait conçus les modèles du chapeau et de la veste. Ce n’étaient peut-être pas les modèles exactes qu’ils lui avaient envoyés mais ceux-ci avaient depuis longtemps été convertis en autre chose ; si la garde-robe grandissait, la jeune femme n’en continuait pas moins ses petits jeux d’altération et, au final, toutes ses tenues étaient les mêmes jusqu’à transformation en autres. Mais à part elle, personne ne verrait le pot-aux-roses ; enfin, elle et ses comptes en banque, puisqu’elle en avait à présent. L’intégration dans la société, elle avait beaucoup progressée mine de rien : carte d’identité et droit de séjour, comptes en banque et travails, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’Institution… elle avait même une page Wikipedia ! Pas à jour mais c’était toujours ça de pris. L’estimation de son âge était néanmoins bonne, à présent qu’elle avait vieilli prématurément durant le mois précédent ; peu de gens l’avaient remarqué, deux ans n’étant guère visibles. Il lui restait de belles années, considérant que le temps semblait plus prometteur ici.

Rageant ses clés dans sa poche de pantalon, aux côtés de ses papiers et non-loin de son beeper X-Men et de la sacoche de son téléphone tout deux accrochés à sa ceinture, Rachel entreprit de marcher. Les bras le long du corps, balançant à l’instar de ses hanches à chacune de ses enjambées amples et rapides, elle prit position à côté d’Ariella avant de se diriger vers la sortie de l’impasse. Cela les conduirait à une vingtaine de mètres au Nord-Est de Bleecker Street Station.

Le croisement entre Bleecker Street et Lafayette Street, sous lequel se trouvait la station de métro endommagée, portait toujours les stigmates de l’attentat. Ce n’était guère visible, les deux doubles-voies routières aussi entretenues que les autres de Manhattan et les commerces comme les cafés qui occupaient les bâtiments de part et d’autres continuant de fonctionner, mais c’était là comme un fantôme : des petites fissures discrètes dans les murs et les sols, des entrées de métro obstruées par des barrières tant que les travaux continuaient et surtout une plaque mémorial. Sans doute serait-elle plus grande et plus imposante au sein même de la station mais pour l’heure elle en ornait la chaussée. Le Noho Star, café-restaurant faisant l’angle sous l’entrée sud de la station de métro et disposant d’une terrasse le long de Lafayette Street, devait compter à ses tables blanches encadrées de clôtures vertes et de stores blancs rayés de bleu un certain nombre de personnes venues se recueillir comme simplement voir les lieux du drame, quand bien même il n’y avait pas grand-chose à voir et que la station n’était pas accessible.

Déglutissant et ralentissant le pas à l’approche de ce lieu trop familier, l’Echo entreprit de laisser l’initiative à Ariella. C’était cette dernière qui avait tenue à venir, quand bien même Rachel l’avait accompagnée volontairement. La jeune canadienne aurait pu venir ici seule mais son accompagnatrice avait également des choses à y faire. Elle ne savait pas exactement quoi mais elle avait suivie ses sentiments. Son deuil face à ce jour tragique était déjà fait mais c’était là un tournant de son histoire, comme pour tant d’autres, et peut-être même un tournant de l’Histoire ; les particularités de ces choses-là étaient bien qu’on ne s’en rende compte qu’après coup. Sans doute referait-elle face, à l’avenir, à des horreurs aussi familières que l’Attentat de Bleecker Street mais aucune ne devait éclipser aucune autre et, surtout, elle serait apte.

Tournant son regard vers Ariella alors qu’elle s’arrêtait, l’Echo chercha à voir si l’étudiante s’en sortait émotionnellement. Amy lui avait expliquée la réaction de l’adolescente face à Bleecker Street et sans doute celle-ci aurait besoin d’un peu d’aide. Il n’y avait pas foule aujourd’hui, c’était bien pour cela que Rachel l’avait choisi : dans un mois, jour pour jour, il y aurait les commémorations de la première année de l’Attentat et ces lieux seraient envahis, surtout considérant les élections approchantes. Mais là, un mois avant, la date gardait de l’importance et à part les derniers touristes il n’y avait pas grand monde d’étranger au quartier. L’heure était également propice à la désertion, puisque parties vers les 2 P.M. de l’Institut elles étaient arrivées aux 3 P.M. et qu’il s’agissait bien des heures creuses pour les cafés, restaurants et bars du coin. Cela restait une rue de NYC mais les magasins canalisaient pas mal de monde des rues, les passants ne venant pas sans raison.

Elles non plus n’étaient pas là sans raison et Rachel observa Ariella vis-à-vis des siennes.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariella Miller
Élève à l'Institut Delta
avatar

Messages : 307
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: Remember {Ariella Miller}   Dim 6 Sep - 22:48

Je devais avouer que faire le trajets de l'institut jusqu'à Bleecker Street m'avait fait du bien, terriblement du bien. Je conduisait bien, très bien même, et tout au long du trajets j'avais pleinement profiter de ma moto et de la sensation de liberté qu'elle me procurais. À quelque reprise, je m'étais quelque peu perdus dans mes pensés sous le doux ronronnement de ma moto, mais je me reprenais toujours bien assez vite pour ne pas faire d'accident. Quand le conduisais ma précieuse, je trouvais toujours que le trajets était  agréable et qu'il se déroulait rapidement. Arrivant à l'impasse concluant Jones Alley, je fis un petit demi tour pour faciliter le départ avant de venir me garer tout près de Rachel. Ma moto Harley Davidson Road King étant assez imposante je n'avais pas vraiment le choix de faire cette manœuvre. Et puis, je ne voulais pas risquer d'abimer la carrosserie noir impeccable en m'appuyant contre elle pour l'orienter dans la bonne direction. Lorsque je fus enfin immobiliser, je vins déposer mes deux pied au sol, déployant dans un même geste la béquille, pour garder mon équilibre alors que je venais couper le contacte. L'avantage de ma moto, étais que je pouvais parfaitement rester assise dessus le temps d'éteindre le moteur et de retirer mon casque. Sincèrement, je trouvais cela chiant de porter un casque voir même inutile dans mon cas...  M'enfin, je n'avais pas trop le choix d'en porter un avec les lois et tout même si je me permettais de ne pas en mettre un lorsque je me promenais sur les routes de campagne.    

J'avais toujours cette petite impression d'être plus imposante lorsque j'étais sur ma moto. Je ne sais pas si cet effet étais causé par la moto ou par mon style vestimentaire ou même un mélange des deux.   Aujourd'hui je portais un corset de style médiéval de couleur vert forêt au épaules dénudé avec des pantalons de style médiéval de couleur bleue marin. Pour compléter le tout, je portais mes brassards de cuir avec mon trenchcoat en cuir rouge bourgogne et mes bottes à caps d'aciers. Retirant finalement le dit casque, mon regard c'était doucement posé sur Rachel. Écoutant ce qu'elle me disait, je ne pus m'empêcher d'avoir un doux sourire alors que je répondais:

- Ouais, ça fait longtemps que je n'étais pas sortie avec ma chérie. Ça me fais toujours du bien quand je la conduit. Au fait, ça te vas bien ce que tu porte. Et toi, t'aime bien conduire?

Ma moto avait toujours cet effet de calme sur moi et je ne pensais jamais à ce qui pourrait me stresser ou m'inquiéter lorsque je venais tout juste de finir de la conduire. Je vins doucement passer une main dans mes cheveux pour les replacer avant de venir réajuster mon trenchcoat sur mes épaules, écoutant en même temps la réponse de Rachel si elle décidait de me répondre. Oui, je sais, je risque d'avoir chaud. Mais je préférais cent fois mieux avoir mon trenchcoat et me sentir sensiblement à l'aise que de me promener en corset, les épaules dénudé, en plein milieux de New York. Passant finalement ma jambe au dessus de la selle, une main tenant le guidon alors que l'autre tenait le casque, pour débarquer à mon tour de ma moto. Puis, je vins ranger le dit casque dans la sacoche en cuire du coter gauche de ma moto alors que du coter droit je sortais un antivol. Retirant mes clefs du contacte de la moto, je vins ouvrir le cadenas de la chaine. Par chance, je m'étais garé proche d'un lampadaire. Lampadaire qui allait être parfait comme point d'attache pour ma moto! Passant la chaine autour du dit lampadaire, je vins ensuite la passer au travers de la roue arrière de ma moto avant de bien refermer le cadenas. Me relevant, j'activais finalement l'alarme de ma moto avant de glisser mes clefs dans mes pantalons. Mon regard s'attarda un peu sur ma moto, je ne me lassais jamais de la contempler. Levant finalement mon regard vers Rachel, je pus m'empêcher d'observer avec curiosité la mutante créer la chapeau. Ça me fascinait toujours autant la voir ainsi façonner la matière.  

- Dit, ajoutais-je doucement, tu voudrais bien garder un œil sur les motos? Je ne veux vraiment pas qu'il arrive quelque chose à ma précieuse.

Un petit sourire se dessina sur mes lèvres alors que je me m'étais doucement en route m'assurant de marcher au même pas que Rachel. Plus nous avancions vers la sortie de l'impasse, et par le fait même vers Bleecker Street Station, plus j'étais devenue silencieuse et nerveuse. Je m'étais doucement mis à frotter mon index droit contre mon pousse alors que du regard j'observais les environs. Je ne voyais peut-être pas les diverses petits fissures, mais je ne m'imaginais que trop bien ce qui était arrivé ainsi que la chaos ainsi engendré. J'avais tout suivit à la télévision et je devais avouer que me retrouver ici était plus stressant que ce que j'aurais pensées. Lorsque mon regard c'était posé sur l'une des entré du métro, je sentis ma respiration s'accélérer alors que je repensais d'avantage au jour de l'attentat. La friction entre mon pousse et mon index se fit plus persistante sous l'émotion alors que mon regard venait se poser sur la plaque mémorial.

Même si je tombais quelque peux dans mes pensées, je m'arrêtais tout de même au même moment que Rachel. J'avais tenue à venir, mais je ne savais pas si j'allais être capable de tenir ni même pourquoi je voulais réellement venir ici. Je sentais juste que j'avais besoin de venir, de voir, de me recueillir ici. J'étais loin d'être stable sur le plan émotionnel, sur mon vissage et dans mon regard on pouvait clairement voir que je passais au travers de diverses émotions. Je pensais venir ici toute seule mais je me rendais compte que c'était une bonne chose d'être accompagné par Rachel. Ça présence me calmait quelque peu et je me sentais plus en sécurité. Je repensais à ce jour maudit, à ma réaction et à tout ce qui avait été chamboulé par l'attentat. Alors que ma respiration s'accélérait encore un peu, je sentis la tristesse m'envahir suivit de l'impuissance, de la peur, de la colère envers ceux qui on fait cela mais aussi envers moi même. Si je n'aurais pas eut cette foutue peur.. j'aurais peut-être été la.... j'aurais peut-être put faire quelque chose.. ma mâchoire vint légèrement se crisper alors que mes poings venaient se fermer un peu brusquement. Je sentie mon armure se déployer légèrement sur mes jointures alors qu'une fine couche de métal se déployait autour de mes pieds. Je vins pousser un long soupire, tentant de me calmer, alors que mon regard venait se poser sur Rachel. Aucun mots ne me vint à l'esprit pour l'instant, je ne savais juste pas quoi dire. J'eus tout simplement un faible sourire alors que mon regard revenais se poser sur la plaque. Une chance qu'il n'y avait pas foule aujourd'hui, je n'aurais peut-être pas réussis à rester aussi calme. J'en remerciais Rachel de l'avoir choisie. J'aurais tout simplement été incapable de rester calme si on serrais venue lors des commémorations.  
   
Venant pousser un autre soupire, je vins légèrement m'approcher de la plaque mémorial. Il était temps de tourner définitivement la page et de reprendre son envole. Je pris une profonde inspiration alors que je venais doucement m'accroupir. Je vins doucement frotter mes mains l'une contre l'autre alors que je me concentrais pour créer une petite statuette entre mes mains. J'eus un peu de misère à créer la petit statue, mais je réussi tout de même à la faire. J'avais vue qu'il y avait quelque personnes sur la terrasse du Noho Star café-restaurant, mais j'avais tout de même continué mon geste discrètement. Venant expirer lentement, je vins doucement déposer la petite statuette sur le sol. Celle ci représentait simplement un oiseau reprenant son envole alors que des bandages déchirés jonchaient le sol. En silence j'observais ma création se briser en plusieurs petits morceaux avant de finalement me relever. Ce que je venais de faire était purement symbolique, mais j'avais sentie le besoins de le faire et ce même si il y avait un risque d'être vue. Glissant mes mains dans les poches de mon pantalon, je tournais le dos à la plaque mémorial pour revenir me placer au côté de Rachel. Je vins pousser un autre petit soupire alors que mon regard teinté de tristesse venait se poser dans celui de la mutante.

- D'où tu viens, je veut dire dans le future... dis-je d'une voix légèrement éteinte, t'a déjà vécue l'attentat de Bleecker? Ou quelque chose du genre? J'aurais aimé pouvoir faire quelque chose... pouvoir agir à ce moment... comme toi et les autres... Si seulement je n'aurais pas eu cette foutue peur.... Si seulement j'avais décidé de me faire soigner plus tôt...

Détournant doucement le regard vers la rue, je me doutais bien que la réponse de la part de Rachel soit un oui. J'avais suivis les nouvelles et le Talk show après les évènements de Bleecker. Je repensais fortement à tout cela au travers du flot inlassable de mes pensées. Je pensais à tellement de choses et de questions que je me perdais presque dans mes propre pensées. Je n'avais pas prévue que de me retrouver ici allait faire rassortir toute ces pensées... Pourquoi avait-il posé ce gestes? Allaient-ils recommencer? Allait-il finir par avoir des répercutions sur l'institut? Et si les purificateurs décidaient de riposter? Je ne sais pas... Je ne sais plus... Je recommençais à imaginer le pire, à imaginer ce qui pourrais arriver. Ça me stressais.... Je vins serrer un peu plus mes mains qui étaient toujours dans mes poches. Je ne remarquais même pas que mon armure c'était encore une fois légèrement déployé sur mes mains ni même que de fine couche de métal c'était encore une fois déployé autour de mes pieds. Alors que j'inspirais un peu brusquement, je vins légèrement secouer la tête alors que mon regard revenait sur Rachel.

- Pourquoi toi tu voulait venir? Ce n'est certainement pas juste pour m'accompagner, non? Ajoutais-je après un moment de silence. Tu sait, je m'en serrais sortie si je serrais venue seul... m'enfin je crois...  

_________________


Nombre de rps:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Remember {Ariella Miller}   Mar 8 Sep - 16:23

Au compliment d’Ariella, Rachel ne put s’empêcher un petit sourire.

- Merci dit-elle de sa voix fluette à l’accent américain marqué et à la prononciation rapide. Toi aussi t’as la classe, même si t’es pas très discrète.

Entre la grosse cylindrée, les couleurs vives et le combiné corset/trench-coat, l’élève se démarquait plutôt bien du commun ; assez étrange pour une personne n’aimant pas être remarquée mais peut-être s’agissait-il de guider le regard d’autrui pour ne pas s’en effrayer. En tout cas, les couleurs primaires du spectre lumineux s’harmonisaient entre elles et le rouge s’alliant toujours bien avec le roux, c’était indiscutablement classe. Mais avec des manteaux longs, c’était toujours le cas !

- Je préfère le vol, reprit doucement l’Echo alors qu’Ariella descendre de sa machine. Plus rapide, sur, maniable et écolo.

Elle ne parlait pas uniquement du vol avec ses capacités mutantes mais du vol en général : les avions et autres aéronefs avaient nombres d’avantages sur les autres moyens de transport, même s’ils n’étaient pas encore à la portée de tous. Laissant l’élève placer son antivol en se disait que c’était ironique de parler d’un autre type de vol au même moment, la jeune femme attendit simplement avant de commencer son avance. Prête à y aller, elle répondit à la question sur la sécurité des véhicules par un clignement de l’œil droit, laissant un instant s’échapper la lumière dorée de son œil gauche. Revenue à la normale, elle entreprit simplement sa marche.

Ariella se tendait à mesure qu’elle avançait, son observation s’accompagnant d’un geste nerveux ; Rachel le percevait sans même tourner la tête, ses perceptions mentales s’agrandissant pour garder les motocycles dans leur rayon. Son regard restait du fait étrangement fixe, même si on finissait généralement par s’habituer et mettre cela sur le compte d’un mystère de plus la concernant. Laissant une part de son attention à cet indice de mesure du stress de son accompagnante, l’Echo la laissa aller à son rythme et finit par l’attendre. Elle ne comprenait toujours pas pourquoi c’était Bleecker qui avait le plus choqué Ariella, dans les tragédies annuelles que connaissait New York, mais cela avait fait cet effet à beaucoup de monde. Peut-être était-ce la plus grande proximité avec le monde « normal », quand bien même la normalité était fortement remise en question : des forces se battant autour d’un pont, c’était une guerre et la guerre on y faisait face avec courage. Des criminels détruisant une prison, c’était du combat contre le crime et c’était le rôle des policiers de contrer cela. Des hommes incendiant un pseudo-ghetto, c’était du racisme et les Etats-Unis avaient une grande tradition dans le domaine. Un arbre géant transformant les gens en monstres, c’était digne d’un film de science-fiction. En revanche, un métro qui explosait c’était comme expédier des avions dans deux tours ; cela faisait appel à un registre différent et à une mémoire collective que Rachel n’avait pas. Trop jeune et trop familière de se genre de chose, sans doute. Ariella semblait être parfaitement l’inverse, perdue en son cœur et ses pensées.

Ayant finie d’errer dans les siens avec pour différence que son cœur et son souffle restaient parfaitement calmes, l’Echo laissa les choses se faire et le présent s’écouler sans intervenir, se contentant de regarder et de percevoir. Les échos astraux autour d’elle lui donnaient une bonne idée de ce qui ce passait tout comme elle ressentait la peine et la tristesse qui marquaient ce lieu plus encore que la douleur et la peur à l’origine de tout. Qu’était-ce qui conduisait Ariella à se défendre ainsi ? Quelle somme d’émotions et de sentiments était à l’origine de l’utilisation instinctive de sa capacité mutante ?

Le regard que lui donnait l’autre jeune femme fit sourire Rachel avec bienveillance ; il n’y avait pas besoin de mots dans ces moments-là et face aux hésitations d’Ariella, elle se contenta d’hocher la tête doucement. Le faible sourire lui assura qu’elle avait été comprise et les choses purent ce poursuivre. Suivant son homologue, l’Echo s’approcha de la plaque commémorative même si elle resta un peu en retrait. Elle regarda Steel faire montre d’un nouveau de ses dons, sculptant et déposant sa propre commémoration éphémère. La statue disparue plus vite qu’elle était née mais elle n’avait pas été faite pour autre chose : peut-être fallait-il y voir l’oiseau s’échappant du métal comme il l’avait fait des bandages.

- D'où tu viens, je veux dire dans le futur… t'a déjà vécue l'attentat de Bleecker ? Ou quelque chose du genre ?

Rachel prit une grande inspiration, avant même qu’Ariella n’ait finie sa confession. Les paroles avaient autant de mal à sortir que la voix était absente, sans doute témoin que les pensées s’en allaient au-delà tout comme le regard le faisait vers la rue.

- Il est toujours possible de faire quelque chose, déclara-t-elle doucement en réponse, sa voix inhabituellement lente. Il faut juste trouver le moyen et la force de l’accomplir. Tu trouves le courage de faire face à ta peur, c’est un commencement.

Non, elle ne répondit pas tout de suite à la question qui lui était posée, se concentrant sur celles qui ne l’étaient pas. C’était elles qui accaparaient le plus l’esprit d’Ariella et raisonnaient également dans la tête de Rachel, en plus de transparaitre dans les silences de la conversation. C’était elles qui étaient responsable de cette protection bio-métallique, peut-être plus offensive considérant l’endroit où elle était apparue. Steel peignait à contenir le métal à l’intérieur de son corps, c’était certain, mais les endroits d’apparition avaient surement leur signification également. La voir ainsi se lier au sol donnait la cause tandis que les mains représentaient peut-être la conséquence et le désir de se battre. L’Echo n’avait jamais été très douée à ce genre de jeux.

- Pas juste pour t’accompagner, non, même si je ne serais pas venue si tu ne l’avais pas fait également, répondit-elle avec un peu plus de sa vivacité de parole habituelle.

Ariella s’en serait peut-être sortie seule, ou peut-être pas, l’Echo l’ignorait et ne le saurait jamais. Néanmoins, être accompagné rendait la chose plus facile, dans son sentiment. Peut-être avait-elle raison, ou peut-être pas, cela devait dépendre des personnes et elle ne connaissait pas suffisamment son interlocutrice pour le savoir.

- Mon monde, qui n’est pas le futur de celui-ci, était différent. Il n’y avait pas de BAM, pas eu de Bleecker Street, de Speed X, d’Yggdrasil, d’Assassinat du Maire…

Elle n’aurait su dire s’il y avait eu de 11 Septembre 2001, n’étant pas née et ne se souvenait plus tellement de ses cours d’histoire. Le point de divergence lui semblait être la possession de Rook’Shir par la Force Phénix, durant l’une des croisades de l’Europe médiévale, qui n’avait jamais eue lieu dans cette réalité. Dénombrer les infimes différences que cela avait causé avec les siècles était impossible, surtout considérant que l’Echo ne se souvenait que partiellement de son propre monde.

- Je crois qu’il y avait eu l’Incendie de Mutant Town. Tout comme il y a eu le Mutant Registration Act. Ils étaient différents, eux aussi.

Rachel était incapable de dire ce qu’avait été le MRA avant l’assassinat de Kelly par la Confrérie, elle savait juste qu’il avait été ce que beaucoup redoutaient de voir sur ce monde : une loi de fichage. Le gouvernement était beaucoup moins anti-mutant et même si toute la lumière ne serait faite qu’une fois le vote final de l’amendement accompli, les informations parcellaires laissaient espérer soit à une véritable bonne volonté soit à une loi sur laquelle il faudrait encore construire. Tout restait à faire ici, les erreurs du siècle passé comme celles de sa réalité étant évitables.

- Pires, en quelque sorte.

Marquant une pause et réfléchissant à cette parole, probablement vraie pour le MRA mais plus que discutable pour l’Incendie, l’Echo finit par fixer Ariella et croisa les bras. Reprenant un parlé lent et doux, elle poursuivit avec tristesse.

- J’ignore jusqu’où je peux te parler de mon futur passé sans te faire plus de mal que de bien, Ari.

Détournant le regard de l’autre jeune femme, Rachel fixa la plaque mémorial et l’entrée de Bleecker Street Station. Son regard se perdit dans le vague alors que son attention se perdait dans ce qu’elle percevait des ruines parcellaires situées au-dessous d’elles.

- Ce que je peux te promettre, c’est que les choses seront différentes. C’est cela que je voulais voir, je pense.

Difficile de mettre des mots sur un sentiment ineffable mais elle ne pensait pas se tromper. La jeune femme avait pu voir des horreurs et des merveilles et elle avait fini par comprendre, peut-être tardivement, que les unes et les autres étaient parfois proches en apparence et que bien souvent elles n’étaient pas ce qu’elles semblaient être. Bleecker Street n’était pas qu’une horreur où des gens avaient perdue la vie et où l’opinion publique c’était choquée. C’était plus que cela. L’Attentat de Bleecker Street avait eu cela de nouveau qu’il avait complètement brisé les schémas habituels des tragédies New Yorkaises. Plus d’humains contre des mutants, de mutants contre des humains ou de mutants contre des mutants ; plus d’ennemis à combattre, juste des victimes à aider, des deux côtés, et la nécessité de faire cause commune pour le faire au mieux.

Sortant son regard du flou sur les débris de la sculpture d’Ariella, Rachel s’avança jusqu’à la plaque mémorial pour s’y accroupir, à son tour. Son long manteau s’étendit sur le sol de New York alors qu’elle tendait ses mains de part et d’autres des pièces de métal à la cohésion détruire. Fermant les yeux, l’Echo visualisa les fragments et comment les remettre ensemble, la matière suivant rapidement son esprit par simple effort de volonté. Les liaisons moléculaires restaurées et l’envol de l’oiseau blessé redevenu complet, elle les laissa apparaitre en rouvrant les mains.

Regardant Ariella, toujours accroupie, Rachel lui sourit.

- Cette preuve qu’on peut agir ensemble et qu’on peut changer l’avenir en agissant pour.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariella Miller
Élève à l'Institut Delta
avatar

Messages : 307
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: Remember {Ariella Miller}   Ven 11 Sep - 4:17

(Hrp: J’espère que ça vas te plaire, j'ai toujours cette crainte de me planter. M'enfin, on verra bien ^^ )

Lorsque Rachel m'avait dit que j'avais la classe, je n'avais put m'empêcher de sourire en rougissant légèrement. Je savais que ce n'étais pas très discret, mais porter ce type de vêtement déviait toujours le regard de toi vers les vêtements. M'enfin, c'était comme cela que je le voyais et l'important c'est que ça m'aidais lors de mes sorties en ville. Je n'étais pas surprise que Rachel préfère le vol puisque je l'avais déjà vue voler avec ces pouvoirs. Moi, tant que j'étais dans un avion, le vol ne me dérangeait pas. Bref, lorsque j'avais vue le clin d'œil et la lueur doré dans regard de la mutante, je me sentie un peu plus en confiance pour laisser ma moto seule. J'avais très bien compris le message et j'étais reconnaissante envers Rachel pour ça.

Lorsqu'elle me répondit, je me concentrais sur les paroles de la mutante et ce même si j'avais recommencé à frotter légèrement mon pouce contre mon index. Ma respiration c'était quelque peu calmé, mais je savais que je pouvais basculer à tout moment. Je fus légèrement de surprise d'entendre la voix de Rachel aussi lente, c'était inhabituelle mais en même temps cela venais appuyer les mots de la mutante. Je vins expirer doucement pour conserver ma maitrise alors que je venais légèrement hocher de la tête. Oui, affronter ma peur est un bon commencement, mais j'aimerais avoir la force de faire plus. Au moins mes efforts semblent porter fruit puisque Rachel avais remarqué que j'affrontais ma peur. J'avais bien remarqué qu'elle ne répondait pas à ma question, mais je continuais de l'écouter en silence. Peut-être que la réponse viendra plus tard.

Je me demandais bien quel était cette autre raison pour venir. Elle aussi elle voulais finir de tourner la page? Elle voulait aussi reprendre finalement son envole? Je ne sais pas... Je devais avouer que prendre une décision qui poussais quelqu'un à me suivre me faisais étrange, très étrange. D'habitude c'est moi qui suivais les autres, mais en même temps prendre le devant me faisais étonnamment du bien pour une fois. Et puis, j'étais plus que contente que Rachel soit à mes coter présentement. Venant légèrement bouger pour que mon poids repose sur ma jambe gauche, mon regard lui divagua légèrement vers les alentours. Même si j'avais fait des progrès avec ma peur, j'avais garder l'habitude de regarder de temps en temps autour de moi pour m'assurer qu'il n'y avait pas trop de monde. Lorsque Phœnix reprit la parole, mon regard se détacha des alentours pour revenir se poser sur elle. Je fut surprise d'entendre que tout ces évènements n'avaient pas eu lieux. Je ne savais pas trop comment réagir... je me surpris à penser que, si tout ces évènements n'étaient pas arrivé, la vie des mutants était mieux, non? Puis, je me mis à penser à tout les films et séries de sciences fictions que j'avais vue. Le temps.. c'était tellement compliqué... et ce n'est pas parce qu'un événement n'a pas eut lieux que le monde est automatiquement mieux. Meh.... je venais de m'auto détruire mes rêves de monde meilleur dans un univers parallèle... Mais en même temps, je n'avais aucun droit d'affirmer que c'était mieux, je n'y connaissais rien après tout.

Je ne pus m'empêcher d'avoir un puissant frisson lorsque Rachel mentionna Mutant Town et la Mutant Registration Act.. L'un m'avais carrément terrifié lorsqu'il c'était produit alors que je vivais une certaine ambivalence envers le deuxième. Pire..? vraiment..? ho.. non... pendant que Rachel prenais une pose, mon esprit, lui, s'affola pendant un instant. Je pouvais avoir une imagination très fertile et la Rachel me faisais craindre que certains chose à lequel j'avais pensé ne se produise. Dans un réflexe purement de protection cette fois si, mon bio-métal se déploya légèrement sur ma poitrine. Venant légèrement secouer la tête pour chasser ces pensées de mon esprit, je vins me concentrer sur les paroles de la mutante tentant de reprendre mon calme. Un faible sourire effleurais mes lèvres, moi même je ne savais pas trop ce que je pourrais encaisser. J'avais déjà une très forte imagination avec les évènements d'ici, je n'ose même pas imaginer qu'elle serrais ma réaction envers ce que Rachel pourrais me dire. M'enfin, je ne sais jamais exactement comment je vais réagir, peut- être que cette fois ma réaction serrai différente.

Détournant à mon tour le regard vers la plaque mémorial, je laissais le temps à Rachel comme elle l'avait fait pour moi. Je me perdis quelque peu dans mes penser alors que mon regard continuait d'observer la plaque. Sortant de mes pensées, alors que mon regard revenait sur Rachel, j'écoutais ce qu'elle ajoutait.

- Ce que je peux te promettre, c’est que les choses seront différentes. C’est cela que je voulais voir, je pense.

- Je l'espère bien qu'elle seront différentes, dis-je rapidement avec un petit sourire au lèvres.

Du regard, je suivis les mouvements de la mutante alors que celle ci s'accroupissait à son tour devant la plaque. Intrigué, je vins légèrement pencher la tête sur le coter les sourcils froncé alors que j'observais ce que Phénix faisait. Lorsque je vis qu'elle avait reformé ma sculpture, je ne pus m'empêcher d'avoir un sourire. M'approchant à mon tour pour venir m'accroupir sortant par le fait même mes mains de mes poches, j'écoutais aussi les paroles de Rachel.

- Cette preuve qu’on peut agir ensemble et qu’on peut changer l’avenir en agissant pour.

                 
Lorsque je fut accroupie au coter de Rachel, je vins doucement effleurer le tête de l'oiseau du bout des doigts. Mon petit sourire toujours accroché aux lèvres. Ramenant mes bras contre moi, croissant les mains et accotant mes coudes contre mes cuisses, mon regard lui vint se poser dans celui de Rachel.

- Je suis certaines que c'est possible, Bleecker l'a prouvé. Dis-je doucement. Mais, pour y arriver à long terme, il faut que tout le monde y travaille. Je garde espoirs même si j'ai toujours cette peur que cela ne puisse se produire. Au cour de l'histoire, l'homme c'est souvent entre aider avant de s'entre déchirer à nouveau. Malheureusement, l'histoire à parfois tendance à se répéter...  

Je vins pousser un petit soupire alors que mon regard divagua doucement vers le sol. Être une passionné d'histoire avait l'avantage de savoir ce qui c'était déjà produit par le passé. Le seul hic, c'est qu'inévitablement tu peux faire des liens avec des faits du présent qui pourraient causer une répétition de la dite histoire. Ce n'était pas toujour fondé, mais c'était assez pour bien nourrir une imagination fertile. J'essayais de rester positive, mais c'était toujours plus facile à dire qu'à faire. J'avais toujours tendance à imaginer le pire, ça me faisais mal je sais, mais c'était plus fort que moi. Je vins commencer à taper doucement du doigt contre ma main, perdant un peu mon sourire, alors que je gardais le silence pendant quelque secondes.

- J'aimerais en apprendre plus sur toi, sur ce que tu a vécue, voir même être amie, mais je n'ai aucune idée de ce que je peux supporter d'entendre. Déjà que je me fait mal toute seule avec ce qu'il y la dedans... dis-je alors que je venais appuyer mon doigt contre ma tempe droite. M'enfin, je sais pas trop pourquoi, mais avec toi je me sens en confiance et en sécurité.

   
Venant à nouveau croiser mes mains, recommencent à taper du doigt, mon regard était toujours posé sur le sol. Je me perdis quelque peu dans me pensé puis après un moment, mon regard fini par revenir se poser sur Rachel, j'avais complétement perdue mon sourire alors que j'ajoutais:

- Quand l'attentat ces produit, j'ai ressentit le besoins d'agir... je ne voulait plus me cacher n'y réagir comme je le faisais avant. Je ne sais pas pourquoi, mais le dé-clique c'est fait à ce moment. C'est ce qui m'a poussé à me faire soigner... à essayer de ne plus avoir peur... mais, j'ai l'impression que ce n'est pas assez... Je pourrais faire plus... mais... j'ai pas la force pour.. j'ai pas l'impression de l'avoir.... Si tu savais tout ce qui m'avais traversé l'esprit à ce moment...  J'sais même pas quoi faire pour tenter de changer les choses, cette peur serra toujours la malgré tout et... je suis loin d'avoir ce qui faut pour être une x...

Mon regard vint se poser doucement sur mes mains alors que je venais pousser un long soupire. J'y repensais, encore, mais c'était beaucoup moins pire qu'un peu plus tôt. Je vins légèrement me racler la gorge alors que je venais ajouter:

- En venant ici, aujourd'hui, j'espérais finir de tourner la page sur qui j'étais et continuer de progresser. J'espère vraiment en être capable même si je me rend bien compte qu'il me reste beaucoup de travaille à faire.

Un petit sourire revint effleurer mes lèvres alors que mon regard revenais se poser sur Rachel. L'espoir était visible dans mon regard et ce même si il était entaché par toutes mes craintes. Je vins prendre une profonde inspiration, en parlant de la Mutant Registration Act Rachel m'y avais fais pensée sans le vouloir. Ce sujet me tracassait et je ne pus m'empêcher d'effleurer ce sujet et d'en parler un peu. Je ne m'attendais pas à avoir une grosse réponse n'y même de partir sur un débat, j'avais juste envie de dire ce qui me tracassais.    

- Je ne sais pas ce qui c'est passer d'où tu viens n'y même à quel point c'est pire. Mais la MRA, ici présentement, me fait peur. Je sais que peu de chose on été révélé, je sais que ça pourrait aider certains mutant à s'intégrer mais.... mais j'ai peur que ça tourne mal.... terriblement mal... j'ai vraiment pas envie  voir l'histoire se répéter...

Me taisant pour reprendre mon souffle, mon esprit lui recommençait de plus belle à penser au pire. Quant je disais que j'avais le dons de me faire mal toute seule, cela en était un bon exemple. Je pensais à tout ce qu'un mauvais usage de la Mutant Registration Act pouvait donner notamment une version moderne des camps concentrations Nazi. Ou même, l'exploitation de certains mutant par les forces armés. Détournant un peu brusquement mon regard, je vins me forcer à expirer doucement malgré ma respiration que c'était accélérer. Bravo... tu te fait encore capoter toute seule... En plain milieu de New York, le moment parfait en plus. Ma mâchoire et mes mains se crispèrent d'un coup alors que je m'efforçais de contenir et maitriser mon pouvoir qui se manifestait un peu trop à mon goût sur diverse partie de ma peau voir même légèrement au sol.

_________________


Nombre de rps:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Remember {Ariella Miller}   Dim 13 Sep - 21:42

Ariella peinait à rester concentrée, déviant physiquement pour regarder aux alentours ou mentalement pour se perdre dans des choses dont Rachel ne pouvait avoir que des échos. La plaque thoracique de bio-métal montrait assez clairement que la plus jeune des deux rousses était touchée au cœur par le sujet mais cette dernière tachait de ne pas s’emporter. Secouer la tête pour remettre les idées qui s’y trouvaient en place, c’était le genre d’action physique influençant sur le psychique que l’Echo aimait particulièrement. Tout comme elle aimait l’espoir, chose qui lui fit sourire à son interlocutrice lorsque celle-ci l’énonça en réponse. Ces commémorations n’étaient ni tristes ni solennelles, bien qu’empruntent de tristesse et de solennité, le soutien mutuel évitant de ne réussir à se faire porter par les ailes de l’espérance.

L’oiseau d’Ariella s’était peut-être échappé du métal comme il l’avait fait des bandages lorsque la statue c’était brisée. Peut-être était-il aussi retourné à la poussière comme les aspirations et projets de la plupart finissaient par le faire avec le temps. Mais dans les faits physiques, Ariella ne pouvait maintenir le bio-métal en cohérence qu’au contact de son corps et sans cela, il finissait par se détruire ; Rachel tâchait donc que la statuette gagne une vie non-éphémère, comme leurs propres aspirations. Son acte n’était pas moins symbolique que celui de l’autre jeune femme, il le complétait en lui permettant de perdurer. Toutes deux finirent accroupies devant cela, souriant simplement.

L’Echo était d’accord avec Ariella et cela lui faisait plaisir de ne pas être la seule à penser ainsi. Tant sur le fait que la Cohabitation Pacifique soit possible que sur le fait qu’ils devaient tous y travailler. Il y avait certains élèves pour ne pas y croire, se contentant de profiter des bienfaits de l’Institut, et la plupart de ceux qui le faisaient préféraient prendre la voie des X-Men ; l’adolescente face à elle n’était dans aucun des deux cas et cela faisait plaisir de voir qu’il y avait cet entre-deux modéré. Quand à la capacité de l’Homme à s’entredéchirer, Rachel s’assombrit. Finalement, elle se leva lorsqu’il fut question que l’Histoire se répète, se détournant légèrement. Elle se souvenait tant des événements sous-entendus que de leur répétition, chez elle, et n’avait pas réellement l’envie d’en parler.

- J'aimerais en apprendre plus sur toi, sur ce que tu as vécue, voir même être amie, mais je n'ai aucune idée de ce que je peux supporter d'entendre.

Rachel sourit légèrement, gardant ses lèvres pincées, alors qu’elle se retournait vers Ariella pour la fixer à son tour. Elle croyait tout autant que l’adolescente avait trop d’imagination que le fait qu’elle voulait la connaitre plus, fait qui lui faisait plaisir ; Steel avait longtemps été concentrée sur ses problèmes à en exclure autrui mais elle semblait avoir prise en maturité et c’être ouverte, un beau progrès depuis l’année qu’elles se connaissaient. Etait-ce de leur première rencontre que l’autre rousse gardait un sentiment de sécurité ou était-ce réellement la simple présence de l’Echo qui faisait cela ? Elle ne savait pas ce qu’elle aurait préféré et il y avait surement un peu des deux, quand bien même le plus important restait que ça soit effectif.

- Merci, dit-elle avec son fin sourire alors même qu’Ariella croisait les mains en regardant le sol, perdue dans ses pensées.

Lorsqu’elle reprit la parole, l’Echo écouta tout simplement, regardant avec autant de simplicité cette confession absente. Besoin d’agir, ne plus se cacher, se faire soigner et essayer de ne plus avoir peur. Une bonne chose. L’impression que ce n’était pas assez… une chose complexe puisqu’on était les seuls à se placer la difficulté généralement, dans ces cas là. Pour faire plus, il fallait trouver la force pour, oui. Quand à avoir l’impression de l’avoir ou non, c’était une question de ressenti et s’il pouvait être influencé par l’avis des autres, Rachel ne mentirait pas : elle n’avait aucune idée de si Ariella avait la force.

- Si tu savais tout ce qui m'avais traversé l'esprit à ce moment…  J'sais même pas quoi faire pour tenter de changer les choses, cette peur serra toujours la malgré tout et… je suis loin d'avoir ce qui faut pour être une X…

C’était donc cela, la question : avoir ce qu’il fallait pour être une X-Woman ? Rachel ne savait pas réellement comment réagir, ne s’attendant pas à ce genre de réplique. Elle regarda le soupire d’Ariella couler à l’instar du regard de cette dernière puis l’écouta déglutir et poursuivre sur ce qu’elle venait chercher ici. Tourner la page, continuer de progresser, en être capable malgré le travail monstrueux.

- Celui qui veut déplacer une montagne commence par déplacer de petites pierres ; Confucius.

Surprenant venant de la part de l’Echo que d’entendre citer un philosophe religieux, ou inversement fonction du point de vue, mais elle gardait un intérêt prononcé pour la philosophie et avait eu le temps d’approfondir le sujet des lectures personnelles. A défaut de ne pas tourner en ridicule les proverbes à grand renfort de premier degré, elle pouvait aussi user d’autres paroles sages même si, en l’occurrence et en toute objectivité, une personne souhaitant déplacer une montagne s’acharnait à un travail digne du mythe de Sisyphe. L’encouragement ambivalent prononcé, Rachel regarda le sourire d’Ariella avant de le lui rendre. Elle percevait les ombres dans le regard de son interlocutrice car plus la lumière était vive plus les ténèbres étaient marquées, le plus important restant qu’elles ne soient pas majoritaires. Et même dans ce cas là, l’ainée des deux rousses avait la ferme croyance que c’étaient dans les nuits les plus noires que les étoiles brillaient le plus.

Laissant Ariella confier sa peur, l’Echo porta une main à sa propre nuque en un signe de gêne, détournant le regard. Craindre le Mutant Registration Act était une chose, craindre le retour du fichage et des camps de la mort en était une autre. Et Ariella s’affolait seule de tout cela, fuyant du regard à son tour et respirant bruyamment alors que sa mutation s’en mêlait.

- Souviens-toi du tir à l’arc Ariella, déclara paisiblement Rachel, n’ayant pas oublié comment elle avait réussi à stopper la crise qui l’avait conduite à rencontrer sa vis-à-vis, plus d’un an plus tôt, avant de s’approcher pour lui mettre une main sur l’épaule, cherchant le regard de sa vis-à-vis du sien. concentre-toi et apaises-toi comme lorsque tu vises.

Il n’y avait pas de crainte à avoir, juste la paix à trouver ; c’était cela le secret, la paix. Elle l’avait appris et découverte : vivre ses émotions n’impliquait pas forcément en être victime, même si les plus fortes restaient toujours des tempêtes. Ariella avait juste à se concentrer et ce calmer, à trouver ce même équilibre que lorsqu’elle pratiquait son sport favori.

Prenant une grande inspiration, l’Echo se décida à parler. L’imagination d’Ariella lui ferait surement plus de mal qu’un peu de vérité, surtout si celle-ci portait plus à espérer qu’à désespérer.

- Tu crains que le fascisme et les camps de la mort se reproduisent, comme Magneto le mettait en garde, n’est-ce pas ?

Marquant une pose, Rachel baissa les épaules mais soutint le regard, malgré son envie de le détacher et de le perdre dans le vide. Il y avait de la tristesse et du regret sur son visage mais également beaucoup de résolution.

- C’est ce qui est arrivé sur mon monde. Mais je ne crois pas qu’ici, cela arrivera. On nous a promis le MRA comme une avancée, non comme une sanction.

Et Kelly ne serait pas assassiné par la Confrérie. Elle avait averti Exodus de ce qui arriverait si le sénateur venait à mourir, du mouvement anti-mutant que cela déclencherait et de l’application immédiate de sa doctrine. Peut-être quelques francs tireurs tenteraient-ils tout de même leur chance mais les X-Men seraient là. Phénix n’avait pas l’intention de laisser les choses se reproduire et, avec ses coéquipiers, ils auraient la force de les changer si nécessaire.

- J’ignore peut-être ce qu’il en est réellement mais je sais qu’on pourra faire avancer les choses. Les mutants ne sont pas l’ennemi ici.

Ils restaient dangereux, bien sur, plus même que les humains ; X-Men, Confrérie, Zodiaques, Maraudeurs, ils n’étaient pas crains pour rien. Qu’ils confrontent des humains ou s’entretuent, les mutants faisaient toujours du dégât et une poignée d’entre eux pouvait transformer un quartier en zone de guerre en quelques minutes.

- Nous pouvons faire beaucoup de dégâts, oui. Nous l’avons déjà fait. Mais plutôt que ce concentrer là-dessus, sur cette minorité, MRA semble s’adresser à la majorité qui veut juste vivre normalement.

Marquant une pause, Rachel ramena sa main contre elle et sourit à Ariella.

- L’inverse de ce qui a été fait chez moi. Je n’aime pas l’idée de recensement mais j’aime celle qu’il s’adresse aux personnes voulant se montrer responsables et qu’on ignore trop souvent.

Ça prouvait que la majorité silencieuse existait, qu’il n’y avait pas que des mutants criminels ou vigilants, contrairement à ce que certains médias clamaient souvent. Restait à voir ce qui serait fait de la bonne volonté qui serait manifestée, si tant était qu’elle était manifestée. L’Echo ignorait encore si elle accepterait le recensement ou non. Sans doute attendrait-on des X-Men qu’ils donnent l’exemple et critiquerait-on ceux qui ne feraient pas le « bon » mais elle n’avait cure qu’on la critique, il y en aurait toujours pour le faire. Critiquer était aisé, le critique ne risquant pas grand-chose et ce plaçant comme jouissant d’une position de supériorité par rapport à ceux qu’il juge, mais leurs critiques ne valaient que rarement la chose qu’ils critiquaient car les efforts et les risques pris par la personne étant bien souvent supérieurs aux leurs. Rachel reconnaissait la valeur de la critique constructive mais souvent celle-ci se parait-elle d’un autre nom tant le précédent était mal vu de par la majorité de gratuité et de méchanceté simple qui la composait. Un bel écart dans ses pensées que la jeune femme du balayer d’un clignement d’yeux pour revenir au présent.

Fixant Ariella avec une nouvelle vivacité, les associations d’idées terminées, Rachel pencha la tête sur le côté avec un petit sourire simple et détendu, comparativement aux instants précédents.

- Tu sais Ari, l’important n’est pas de ne pas avoir peur. L’important c’est de faire face malgré sa peur ; de faire preuve de courage. Et c’est ce que tu fais en ce moment.

Hochant la tête pour appuyer son propos, l’Echo finit par se détourner pour fixer le Noho.

- Tu es peut-être douée pour imaginer le pire mais essaie de rêver au meilleur aussi. Tu veux en discuter autour d’un verre ?

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariella Miller
Élève à l'Institut Delta
avatar

Messages : 307
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: Remember {Ariella Miller}   Ven 18 Sep - 21:24

J'avais vue la mutante se lever et se détourner un peu, je ne savais pas trop pourquoi mais je me doutais bien que c'était à cause de ce que j'avais dis. Je ne m'attendais pas à ce qu'elle réagisse ainsi, je me sentais un peu mal, mais bon ce qui avait été dit a été dit. Mon petit sourire s’agrandit légèrement, je ne m'étais pas entendue à entendre cela de la part de Rachel. Mais, C'était tout à fait approprié et cela représentait tout de même bien comment je pouvais me sentir.    

Je peinais beaucoup à rester en contrôle, plus les secondes passaient plus j'avais l'impression que je m'approchais dangereusement d'une crise de panique. Intérieurement, je me maudissais d'avoir laissé mon esprit s'emporter ainsi que d'avoir pensé à ce que je craignais. Ce que je peux être nouille parfois...  Mon bio-métal se déployait d'avantage restant un moment sur ma peau avant de se rétracter et de se déployer sur une autre partie de mon corps. Mon bio-métal sur le sol suivait celui qui se déployait sur mon corps traçant diverses lignes plus ou moins épaisses autour de moi. Ma mâchoire se crispait d'avantage, tout comme mes mains, alors que je cherchais à reprendre le contrôle. Lorsque j'entendis la vois de Rachel, je me redressais légèrement alors que du regard je cherchais le siens. Je vins légèrement hocher de la tête alors que ma main droite c'était déplacé pour venir se poser sur celle de Rachel qui était maintenant sur mon épaule. Ce simple contacte et la pressente de la mutante m'aidait beaucoup alors que je tachais de me concentrer comme lorsque je tirais à l'arc. Inspirant et expirant de plus en plus calmement, je finis par fermer à moitié mes yeux alors que je me calmais doucement. L'affolement de mon pouvoir suivait doucement le rythme de ma respiration avant d'arrêter complètement. Venant pousser un long soupire, je terminais de me concentrer pour retirer toute partie de métal de sur mon corps alors que celles qui étaient au sol se brisaient simplement. Je ne sais pas combien de temps je pris pour me calmer, pour moi cela avais pris une éternité mais en temps réelle je ne pourrais le dire j'avais carrément perdue la notion du temps.  

Ouvrant complétement les yeux, j'eus un petit sourire pour remercier l'aide de Rachel. Mes mains tremblaient légèrement, mais somme toute, j'avais repris le contrôle. Lorsque la mutante reprit la parole, je me concentrais sur ce qu'elle disait sans arrêter de respirer calmement. Comment Elle a put savoir que je pensais à ça? ha.. ouais.. elle est télépathe. Venant prendre une profonde inspiration pour tenter de garder mon calme, je vins faire oui de la tête. Reste calme... comme lorsque tu tire à l'arc.... Oui, c'est une bonne partie des choses que je craignais qui arrivent. En voyant la tristesse et le regret sur le vissage de la mutante, ma main qui était toujours posé sur la sienne la serra légèrement. Mon regard s'assombrit encore une fois légèrement alors que j'écoutais les paroles de la rousse. Ce à quoi je pensais c'était réellement produit dans son monde? Putain... Je pris une inspiration plus rapide que les autres alors que je détournais légèrement le regard. Reste calme.... reste calme ma petit Ari... pense au tire à l'arc.... respire calmement...  Me forçant à reprendre une respiration calme et contrôlé comme lorsque je tirais à l'arc, mon regard revint complétement se poser dans celui de Phénix.

- J’ignore peut-être ce qu’il en est réellement mais je sais qu’on pourra faire avancer les choses. Les mutants ne sont pas l’ennemi ici.


L'espoir revint dans mon regard, j'avais peut-être le mauvaise manie de penser au pire, mais j'espérais toujours. J'espérais que Rachel avait raison, j'espérais que ce soit le cas, j'espérais que nous allions pouvoir faire avancer les choses et que les mutants ne deviendrons jamais l'ennemi. Je devais avoué que je n'avais pas vue la MRA sous cet angle, sous l'angle qu'elle s'adressait à la majorité qui voulaient vivre normalement et non l'inverse. Laissant Rachel ramener sa main contre elle, je vins me lever à mon tour écoutant toujours ce que l'autre rousse disait. Je ne pus m'empêcher de regarder légèrement autour de moi alors que je venais doucement frotter mes mains l'une contre l'autre.  

- L’inverse de ce qui a été fait chez moi. Je n’aime pas l’idée de recensement mais j’aime celle qu’il s’adresse aux personnes voulant se montrer responsables et qu’on ignore trop souvent.
           
Déposant à nouveau mon regard sur Rachel, je vins légèrement hocher de la tête. Je comprenais parfaitement ce qu'elle disait. Doucement, je vins glisser mes mains dans mes poches alors que je prenais quelque secondes pour réfléchir. Je ne savais pas trop ou me placer n'y être pour ou contre la Mutant Registration Act . Je craignais le pire, ça c'est certain, mais la il y avait peut-être du bon. En rentrant à l'institut, j'allais avoir beaucoup de chose à pensée et à réfléchir. Venant avaler avec une légère difficulté ma salive, j'eus tout de même un petit sourire en voyant celui de la mutante. C'est fou à quel point on venait de parler d'un sujet lourd et difficile. M'enfin, j'étais contente de voir que Rachel c'était détendue comparer à un peu plus tôt. Moi, j'étais redevenue sensiblement calme, mon seul tique nerveux pour l'instant était le léger frottement de mon pouce contre mon index droit. Venant expirer doucement, j'écoutais les paroles de Phénix en silence. Mon petit sourire s'agrandit légèrement alors que je détournais un peu le regard vers le sol. Rachel avait parfaitement raison, je le savais au fond de moi, mais parfois je n'avais pas l'impression de réussir. Rendue la... c'était peut-être moi qui ne voyais pas mes progrès et mon courage au travers de mes efforts...      

- Tu es peut-être douée pour imaginer le pire mais essaie de rêver au meilleur aussi. Tu veux en discuter autour d’un verre ?

- C'est toujours plus facile à dire qu'à faire, dis-je alors que je levais mon regard vers le café. M'enfin, je vais essayer.... je devrais en être capable...  Oui, ce serrais bien de continuer à en discuter autour d'un verre.  

Du regard, j'observais pendant quelque seconde le Noho avant de revenir poser mon regard sur l'X-Women. Je m'étais tout de même assuré qu'il n'y avais pas trop de monde dans le café-restaurant et ce même si je savais pertinemment que nous étions dans les heures creuses. Je vérifiais toujours, surtout lorsque j'étais à l'extérieure, ça me rassurais toujours un peu et ce même si j'avais fais des progrès en ce qui concerne ma peur. Je ne pus m'empêcher d'avoir une petite pensée pour Abraham et à la fois ou nous nous étions rencontré. Nous avions quand même beaucoup parlé dans le petit café.... Bref, revenant dans le présent, j'ajoutais doucement mon petit sourire toujours accroché aux lèvres:

- Si tu dit que je fait preuve de courage c'est que ça doit être vrais... Parfois... J'ai pas l'impression d'en faire preuve ou d'en avoir tout simplement.. Si tu savais à quel point c'est dure pour moi de faire face à ma peur... mais bon.. c'est peut-être juste moi qui ne le vois pas ce courage...  

 
Je vins légèrement hausser des épaules alors que je me m'étais en route vers le café en même temps que Rachel, la laissant prendre les devants. Je gardais le silence pendant quelque secondes avant d'ajouter doucement:

- Dit... les différents monde, c'est comme dans les filmes ou les séries de sciences fictions? Je veux dire... ce qui arrive dans l'un n'arrivera pas dans l'autre? Ou c'est carrément plus compliqué que ça? Et... J'espère que les choses vont changer, qu'on vas y arriver à faire ce changement.      

Je vins légèrement me masser la nuque alors que du regard j'observais les alentours. J'avais toujours mon petit sourire alors que du coin de l'œil je vins observer Rachel.

- toi, ça t'arrive d'avoir peur? Dis-je doucement. Tu semble ne jamais avoir de crainte et on dirais que tu sait toujours comment réagir face à une situations....  

_________________


Nombre de rps:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Remember {Ariella Miller}   Mar 22 Sep - 18:28

Ariella arrêta de prendre racine, une expression d’autant plus vraie que le métal simili-liquide s’échappant sur le sol semblait former des racines métalliques dans celui-ci. Un drôle de phénomène, différent encore des précédents et que Rachel ne s’expliquait pas ni ne cherchait à s’expliquer. Tant que la crise était évitée, cela lui allait ; les cercles vicieux étaient des circuits à éviter au mieux et la frayeur de l’élève en était assurément un. Le sourire de gratitude eu pour réponse un hochement de tête et les choses continuèrent. Steel peinait à cause de la discussion, s’emportant dans le négatif lorsqu’il était évoqué, mais elle ne perdit pas pied ; une chose qui permit à l’Echo de continuer à parler et de souffler sur les braises de l’espérance.

C’était toujours plus facile à dire qu’à faire, oui, car dire était toujours plus facile que faire. Combien de personnes faisaient réellement ce qu’elles disaient ? Et combien faisaient sans jamais rien dire ? Rachel voulait être une personne de parole mais elle préférait les taiseux s’accomplissant que les gens dont les promesses et les déclarations étaient vides et creuses. Ariella ne lui semblait pas en être et l’Echo lui faisait confiance pour essayer, quand bien même cela résulterait sur un échec, prête à continuer d’encourager même si elle souhaitait se poser quelque part.

Le Noho avait en effet quelques personnes malgré l’horaire et Rachel regarda Ariella regarder une fois sa proposition faite et acceptée. Le silence qui s’en suivit se ponctua d’un sourire alors que la cadette reprenait la parole, hésitante mais allant au bout de sa pensée avant d’hausser les épaules et d’entreprendre de marcher. Suivant le mouvement, l’Echo parla à son tour.

- Ne pas voir une chose qui est c’est courant : elle est donc tu ne cherches pas à la voir. En t’observant, les autres y arrivent.

On n’existait pas par le regard des autres, dans la philosophie de Rachel, cependant on s’y révélait. C’était parfois déformé mais le plus souvent juste et plus il y avait de regards, plus la justesse devenait flagrante par simple comparaison des points communs. On pouvait se donner à voir différemment qu’on n’était, indiscutablement, mais il y avait et aurait toujours des gens pour être honnête tant envers eux-mêmes qu’envers les autres. Ce n’était ni bien ni mal, c’était juste un choix et parfois une nature.

L’Echo aurait volontiers poursuivit sur le fait que les difficultés ne rendaient la réussite que plus appréciable mais elle n’en eut pas le temps, son interlocutrice reprenant la parole avec douceur, se calquant sur son rythme ; ça, ça signifiait que c’était elle qui paierait l’addition. D’un autre côté, elle avait proposé. Mais l’hésitation suivant la demande d’explication balayait cette considération monétaire, faisant tourner le visage de Rachel vers celui d’Ariella.

- C’est plus compliqué. Mais la SF a raison, c’est lié à la physique quantique. Et les choses changeront, l’espoir est la première étape.

Marquant un silence, Rachel laissa un peu de mystère quand à cela ; beaucoup de mots seraient à fournir et elle n’aimait pas tant parler même si le Multivers lui apparaissait plus clairement qu’à la plupart du fait des voyages accomplis en son sein. Les étapes du changement étaient aussi des choses familières puisqu’elle se battait pour. Néanmoins la question d’Ariella revint sur du personnel, alors même qu’elles s’appétaient à choisir une table. L’Echo hésita un instant quand à pénétrer à l’intérieur du Noho Star car s’il y aurait moins de monde dedans que dans la rue, l’impression de foule y serait possiblement plus présente.

- Toi, ça t'arrive d'avoir peur ? Tu semble ne jamais avoir de crainte et on dirais que tu sais toujours comment réagir face à une situations…

S’arrêtant définitivement de marcher, Rachel dégluti un instant avant de tourner son visage vers Ariella, sourire et regard triste.

- J’ai bien trop vécu pour mon âge, dit-elle maladroitement, ne sachant véritablement comment formuler le fait que son âge était aussi vieille que son corps jeune du fait de ce qu’ils avaient tout deux endurés durant les quelques années de sa vie, avant de s’interrompre plusieurs secondes.

Hésitant à reprendre la parole, elle se tut finalement ; parler des horreurs et des merveilles qu’elle avait vues et vécues, surtout sans les développer plus avant, était un moyen simple de conduire Ariella dans les affres de son imagination. Ainsi donc, l’Echo resta silencieuse alors qu’elle cherchait ses mots, bouche entrouverte.

- Mais la plupart des choses me viennent naturellement. J’improvise et j’agis en accord avec moi-même, généralement ça marche.

Il y avait des fois, de nombreuses fois, où cela ne marchait pas. D’autres encore où il aurait été souhaitable que ça ne marche pas. Le naturel de Rachel était à double-tranchant puisqu’elle avait des qualités et des défauts, comme tout le monde, et pouvait agir en bien comme en mal. Elle pouvait même agir d’une mauvaise façon en cherchant un objectif positif, quand bien même cela ne transparaissait plus. L’Echo avait pour philosophie l’équilibre et, si elle avait beaucoup d’avance dans le domaine, cela impliquait tant pouvoir faire du bien que du mal. On lui avait dit qu’elle faisait partie d’un rare type de personnes qui, entourée des meilleurs, accomplissait le meilleur et, entourée des pires, accomplissait le pire. Elle-même avait cherché à s’émanciper de ces influences mais restait capable de l’un comme de l’autre et elle le savait pertinemment, sans plus le revendiquer.

- Je ressens toujours la peur. Juste que la plupart des dangers normaux ne m’atteignent pas. Par expérience. Par capacités aussi.

Rachel avait vécu une guerre et des camps de la mort, à côté de cela ce n’étaient plus ni la violence ni le désespoir qui l’effraieraient. De plus, elle n’avait à craindre de sauter dans le vide ou de s’approcher du feu. Nombres des peurs courantes ne lui faisaient plus rien et ce n’était pas de la bravoure comme pouvait en manifester Ariella. Ce n’était rien, tout simplement.

- Mais j’ai des peurs. Je leur fais simplement face, j’apprends à être en paix avec elles, à vivre avec elles et j’agis pour qu’elles ne se réalisent jamais.

C’était en cela que les deux rousses se rejoignaient, accomplissant la seconde étape du changement : l’action. Elles agissaient pour changer. Ce fut peut-être pour cela que l’Echo accepta de parler de certaines de ses peurs.

- J’ai peur que ce monde devienne comme le mien. Je lutte pour que ça ne soit jamais le cas. J’ai peur de ce que je suis capable de faire, aussi.

Et, si elle avait longtemps été lâche face à cela, Rachel avait fini par faire face à cela ; non pour elle, puisqu’elle pouvait parfaitement vivre en ignorant ce qu’elle était capable de faire et espérant que cela suffirait à ce que cela n’arrive jamais, mais pour les autres, afin qu’elle puisse maitriser ce qu’elle faisait et les aider au mieux sans craindre que les conséquences lui échappent. Cela n’avait pas faite disparaitre la peur mais cela agissait contre.

- Et je suis phobique des instruments chirurgicaux, si tu veux tout savoir.

Du claquement du fouet aussi mais cela elle ne le précisa pas : Ariella se serait encore imaginées des choses et plus elle aurait été proche de la vérité plus elle l’aurait été de faire une nouvelle crise. Rachel préférait la protéger de cela et la protéger d’elle-même autant qu’elle le pouvait, toutes les choses n’étant pas à raconter surtout considérant qu’elle n’était pas prête à partager ce qu’elle avait subi.

- Tu préfères en terrasse ou à l’intérieur, finit-elle par demander, associant sa phobie avec la peur de son interlocutrice, vis-à-vis du monde ?

Attendant la réponse pour aller s’assoir à une table, l’Echo ôta sa veste pour l’utiliser comme doublure de dossier puis en fit de même avec son chapeau qui s’en alla sur l’un de ses genoux. Cette confortable installation faite, elle attendit l’arrivée d’un serveur en reprenant la discussion :

- Je peux t’expliquer comment fonctionne le Multivers si tu veux. T’as des connaissances en physique quantique ou en vulgarisation grâce à la SF par contre ?

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariella Miller
Élève à l'Institut Delta
avatar

Messages : 307
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: Remember {Ariella Miller}   Jeu 1 Oct - 20:45

C'est courent? Ha oui? Moi qui pensais que j'étais la seule à ne pas voir certaine chose sur moi... Juste le fait de penser qu'on pouvais m'observer me fit légèrement frémir, mais en même temps la mutante avait tout à fait raison. Je ne cherchais pas à voir si j'étais courageuse. J'ai toujours trouvé que l'espoir était en sentiment très fort, avec de l'espoir tu pouvait accomplir beaucoup même des changements qui semblent impossibles.  

Lorsque Rachel s'arrêta définitivement, je m'immobilisais à mon tour avant de poser mon regard sur la mutante. J'avais dit quelque chose qui ne fallait pas...? Bien trop vécue pour son âge?? Fronçant légèrement des sourcils, alors que je penchais un peu la tête sur le coter, visiblement je ne comprenais pas ce qu'elle voulais dire. Trop vécue..? Cela signifiait quoi? Mon esprit aurait très bien put recommencer à s'emballer, mais je m'efforçais de ne pas le laisser faire. Je n'osais pas dire un seul mots, je voyais bien que la mutante hésitait à cause de moi et de ce que j'avais dis. Bravo Ari... Vraiment bravo... faut vraiment que t'apprenne à savoir quand poser une question ou non. Un jour... peu-être... nah.... je suis trop curieuse.... Je vins avaler avec une légère difficulté ma salive alors que je restais parfaitement immobile attendent de voir si Rachel allait finir par reprendre la parole ou non. Sortant de mes pensées lorsqu'elle reprit la parole, je redressais la tête alors que je me concentrais pour l'écouter. Je vins légèrement hocher de la tête, je comprenais ce qu'elle voulait dire et je devais avouer qu'en y repensent bien cela paraissait qu'elle agissait ainsi. Un petit sourire se dessinait sur mes lèvres alors que j'écoutais toujours en silence la mutante.

Ça lui arrive de ressentir la peur? On dirais pas... mais en même temps, tout le monde a des peurs.... Par expérience? Je devais avouer que ne pas avoir peur à cause de ses capacités ne m'étonnait pas autant que par les expériences que Rachel a put avoir. Avec tout ce qu'elle peux faire.... remarquez que si je saurais jusque ou mon bio-métal peux me protéger, je n'aurais certainement pas peur de certaines chose. Il faudrait bien que je le teste un jour... M'enfin, je me forçais à sortir de mes pensés alors que je me concentrais sur la suite des paroles de la mutante. Mon petit sourire s'agrandit légèrement, je n'étais peut-être pas encore prête à vivre en paix avec ma peur, mais je lui faisais face tout comme la mutante avec les siennes. Je vins à nouveau légèrement pencher la tête sur le coter alors que j'écoutais toujours en silence les paroles de la mutante. Si son monde était comme ce à quoi je pensais, j'aurais tout autant peur que cela arrive que Rachel. Elle est phobique des instruments chirurgicaux? Pour.....    

- Tu préfères en terrasse ou à l’intérieur, vis-à-vis du monde ?


Mon regard c'était à nouveau posé sur le café-restaurant, mon esprit lui mit mon questionnement en pose alors qu'encore une fois j'observais et j'analysais le nombre de personnes présentes. Je gardais le silence pendant quelques secondes, réfléchissant, avant de finalement opter pour la terrasse. L'avantage de ce choix était que vue que nous étions en extérieur les foules pouvaient paraitre beaucoup moins imposantes. Je m'étais dirigé vers une table, suivant toujours phénix, puis je vins m'immobiliser au coter de la chaise en face de celle de la mutante. Alors que Rachel retirais son manteau, moi je tenais le miens hésitant à le retirer ou non. Mon regard tomba dans le vide pendant un instant avant que je ne me décide finalement à retirer mon trenchcoat de sur mes épaules. Porter un manteau à table ne se faisait tout simplement pas et ce même si j'avais ma phobie. J'étais bien élevé tout de même! Mes épaules étant complétements dénudés, on pouvait voir parfaitement mes deux tatouages. Le premier, sur mon bras droit, représentait un phœnix très réaliste posée sur une branche. Son regard et sa tête étaient dirigé vers la gauche alors que des flammes l'entouraient en arrière plan. Le deuxième, sur mon omoplate gauche, était le portait parfait d'un tigre en noir et blanc. Déposant mon trenchcoat sur le dossier de la chaise, je vins par la suite prendre place en croissant mes mains sur la table. Mon regard observa pendant quelque secondes les alentours avant de venir doucement se poser dans celui de Rachel. Ça me faisais un peu bizarre de ne pas avoir les épaules de couvert par mon manteau, comme j'avais l'habitude de les avoirs lorsque j'étais en ville, mais pour l'instant cela ne me dérangeais pas trop.

- Je peux t’expliquer comment fonctionne le Multivers si tu veux. T’as des connaissances en physique quantique ou en vulgarisation grâce à la SF par contre ?

- Seulement en vulgarisation grâce à la Sf. Répondis-je doucement. J'ai peut-être une excellente mémoire pour les dattes et les noms, mais en ce qui concerne la physique et les sciences en générales c'est un gros zéro. J'ai pas le génie de Jade pour ça...

Je vins légèrement hausser des épaules alors que je commençais doucement à taper du doigt contre mes mains. Mon regard divagua légèrement pour observer un peu les autres tables de la terrasse alors que du coin de l'œil je vis le serveur venir à notre table ce qui attira mon regard. Je vins me redresser un peu, surveillant du coin de l'œil le serveur, je laissais Rachel commander en premier alors que pour ma part je commanderais un thé glacé sauf si Rachel me propose de gouter à quelque chose d'autre. Lorsqu'il fut repartit, je vins prendre une inspiration légèrement plus rapide que les autres alors que mon regard revenait se poser dans celui du Phénix.

- Oui, j'aimerais bien que tu m'explique, ajoutais-je toujours sur un ton doux avec un petit sourire, ça m'intrigue beaucoup. Je suis curieuse de voir jusque ou la science fiction a raison.

Je m'étais un peu penché vers Rachel alors que la curiosité brillait littéralement dans mon regard. Pour avoir réveillé ma curiosité, elle l'avait réveillé! D'ailleurs, j'avais une multitude de questions, mais je ne savais pas trop par ou commencer ni même si je pouvais en poser certaines. Je vins taper d'avantage du doigt contre mes mains alors que je me penchais un peu plus vers Rachel.

- Dit..., ajoutais-je, t'est seule à lutter pour empêcher notre monde de devenir comme le tien ou les autres X t'aident dans cette lute? Ta phobie... c'est à cause de... des...

Je me tus alors que je venais doucement tracer une ligne sur mon visage la ou je savais que Rachel avait ses marques. Je vins à nouveau croiser mes mains alors que mon regard se détournait légèrement. Je me demande si cela a rapport avec le fait qu'elle à trop vécue pour son âge.... je pourrais lui demander... Ouais... non... Pas trop loin avec t'est questions Ari... fait gaffe.... Tu l'a déjà fait hésiter, ce serrait bien de ne pas le refaire... et puis, si elle évite de te dire certaines choses c'est qu'il doit bien avoir une raison.... en fait... C'est peut-être mieux qu'elle évite de te dire certaine chose et que toi t'évite de revenir sur certain sujet... ça vas t'éviter d'imaginer des choses et de te faire paniquer, encore...

- Mais bon, t'est pas obligé de me répondre. Repris-je doucement. Je te comprend un peu, j'aime pas trop tout ce qui est perfusion ou prise de sang... avoir un truc qui rentre dans t'est veines... ça me fait flipper un peu.....

J'eus un petit sourire alors que mon regard divagua doucement vers la table. J'aurais peut-être du trainer mon calepin à dessin avec moi... L'avoir avec moi m'aide toujours à ne pas penser au autres.... Arrêtant de taper du doigt contre mes mains, ma main droite vint doucement se déplacer pour que je puisse toucher du bout de l'index la dite table. Faute d'avoir un crayon et du papier, j'avais inconsciemment trouvé un autre moyen pour dessiner et ainsi garder une partit de mon esprit occupé au lieu de penser à qui pourrait nous regarder. Mon doigt traçait plusieurs formes géométriques sur la table alors que mon pouvoir suivait docilement mes pensés et les mouvements de mon doigt.

- Parfois, ajoutais-je un peu absente, je me demande si le fait de m'entrainer à maitriser mes capacités m'aide vraiment à ne plus avoir peur de perdre le contrôle et de blesser quelqu'un avec lui... M'enfin... ma crainte doit être toute petite comparé à celle que tu a envers ce que tu est capable de faire....    

Traçant toujours des petites fresques composés de forme géométriques et d'une fine couche de métal, je vins observer du coin de l'œil mon interlocutrice. Même si mon esprit était partiellement concentré à utiliser mon pouvoir, j'étais tout de même apte à continuer la conversation.

_________________


Nombre de rps:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Remember {Ariella Miller}   Dim 4 Oct - 12:39

L’incompréhension comme la concentration d’Ariella avaient été visible mais rien n’avait été rajouté. Ce n’était pas un sujet sur lequel Rachel souhaitait s’étendre et elle ne le fit pas ; plus tard peut-être, pour l’heure non. Elle irait à son rythme de confession tout comme elle laissait à l’élève le soin de faire la même chose avec sa peur, quand bien même celle-ci était évoquée pour savoir où s’assoir. La terrasse était bien, les températures encore favorable à y lézarder confortablement. Elles s’en allèrent donc, l’ainée se posant à la première table d’extérieure.

L’hésitation d’Ariella alors qu’elle-même s’ôtait d’une épaisseur n’échappa pas à l’Echo, même si elle ne regarda pas vraiment. Comme pour les motos, ces yeux étaient inutiles, et Steel se décida suffisamment rapidement pour qu’elle-même n’ait pas réellement le temps de réagir. Elle comprenait que le corset n’était guère protecteur comparé au manteau et que les tatouages attiraient l’œil plus qu’autre chose, tout autant que le corset lui-même pouvait le faire voir même que les épaules dénudées.

Seulement de la vulgarisation grâce à la SF, Rachel hocha la tête ; la vulgarisation c’était bien, pour peu qu’elle soit suffisamment documenter pour s’en aller au-delà de balancer un simple concept. L’excellente mémoire d’Ariella la fit sourire par sa sélectivité, expliquant qu’elle soit en histoire et non dans un autre domaine, quand au génie de Jade il devait être plus utile pour effectuer les calculs complexes que pour réellement retenir les théories qui, au final, passait soit par la mémoire soit par la compréhension. Rachel était incapable d’effectuer les calculs comme le faisait sa filleule mais la plupart des théories scientifiques lui semblaient logique et elle avait apprise bon nombre d’autres. Il fallait juste être curieux et intéressé, comme Ariella avec les dates et les noms.

Le serveur arriva rapidement, interrompant la conversation par sa présence et ses demandes. Avec un sourire, l’Echo expliqua qu’elles se contenteraient de boisson ; et pour sa part, elle prendrait une limonade. A 5$, cela faisait cher payer, mais l’Ice The n’était guère moins cher. Inutile de sortir ses papiers de sa poche, elle percevait toujours ce qui s’y trouvait quand bien même elle ferait mieux d’investir dans un portefeuille ne serait-ce que pour le côté pratique. Avoir carte bancaire et d’identité ainsi que Visa et permis à même la poche et les clés, c’était un peu trop fourre-tout même si elle se retrouvait toujours dans son bordel.

- Oui, j'aimerais bien que tu m'explique, ça m'intrigue beaucoup. Je suis curieuse de voir jusque ou la science fiction a raison.

Rachel sourit d’amusement face à l’envie manifeste d’Ariella. Elle n’eut pas le temps de trouver des mots que son interlocutrice enchainait déjà en se rapprochant toujours plus. Et à ses nouvelles demandes, l’amusement fondit rapidement face à de la gêne. Là c’était bien plus complexe d’en parler que de vulgariser la Théorie des Cordes.

L’Echo pinça les lèvres alors qu’Ariella singeait les Marques d’Assermentations des Limiers, manifestant suffisamment son malaise suffisamment pour que son interlocutrice se détourne d’elle-même, revenant à une position plus posée. C’était gentil d’essayer de se rattraper cependant, cela aida à passer la difficulté même si elle ôcha la tête quand au fait qu’elle n’était pas obligée d’y répondre. Cela n’empêcha pas qu’il s’en suivit un grand silence.

Regardant Steel entreprendre de dessiner à l’aide de son biométal liquide, Rachel ne put s’empêcher de penser que malgré son envie d’être discrète l’adulescente faisait son possible pour être remarquée ; involontairement mais tout de même. Sa confession d’absence fit se passer une main sur la nuque à l’Echo, qui inspira profondément avant de répondre.

- On peut fuir ses capacités en se disant qu’elles ne se développeront pas ou on peut chercher à les développer en espérant qu’on en gardera la maitrise, dit-elle simplement, ramenant ses mains sur la table pour les croiser à son tour. C’est un choix.

Elle-même était passée par les deux étapes et s’en trouvait au même point qu’Ariella, même si son voyage temporel lui avait permis d’avancer bien plus loin sur le chemin que son interlocutrice.

- Je pense que notre crainte est la même, en tant qu’émotion.

Oui, l’échelle à laquelle chacune pouvait agir était différente mais ce n’était pas pour cela que l’émotion était différente ou supérieure chez l’une que chez l’autre. Au-delà de toutes les considérations intellectuelles, il restait le ressenti qui s’en nourrissait.

- J’ai fait le choix de la maitrise à présent parce que c’est elle qui me permettra de faire au mieux. Pas simplement d’éviter de mauvaises choses mais d’en faire des bonnes.

Décroisant les doigts, Rachel se gratta la chevelure en un geste de réflexion alors qu’elle laissait s’écouler un nouveau silence. Elle avait moyen de raccrocher avec l’une des paroles précédentes d’Ariella mais hésitait à le faire. Elle n’avait pas oubliée la comparaison de celle-ci avec une X-Woman et c’était un sujet aussi complet que le Multivers, voir plus important encore puisqu’il impliquait les aspirations de l’adulescente, qu’il ne fallait donc pas aborder à demi-mots.

- On en revient toujours à l’action, en sommes poursuivit-elle en s’avançant à son tour. Soit on cherche à s’empêcher d’agir pour éviter le pire, soit on cherche à agir pour essayer de créer le meilleur.

Marquant une pause et prenant plusieurs respirations, Rachel hésita encore à aborder les sujets des X-Men. Il y avait peu d’oreilles indiscrètes aux alentours mais il y en avait et l’absence de secret autour de l’existence des X-Men jouaient parfois beaucoup contre eux. Pourtant, on ne pouvait pas dire qu’ils étaient opaques mais leurs transparences et leurs opacités étaient parfois mal placées : que les élèves de l’Institution sachent qui était X-Men et qui ne l’était pas était, aux yeux de Phénix, l’une de ses erreurs de jugements. Cela mettait en danger les élèves car en faisaient des sources d’informations et des moyens d’atteindre le groupe tandis que cela offrait également un premier pied dans cet univers pourtant bien différent des réalités qui devaient être celles des jeunes gens. Les X-Men recrutaient principalement dans les rangs de l’Institution, c’était vrai, mais du fait celle-ci pouvait s’avérer secondaire  pour lesdites recrues : ni Sanzo ni Charlie n’avaient, à la connaissance de Rachel, un plan de carrière autre qu’être X-Men et elle-même avait mis un certain temps avait de chercher à se diversifier.

Tout un problème transformant sa pause en absence par association d’idée dont l’Echo se sortie de la manière habituelle : elle secoua la tête. Regardant le serveur apporter les deux boissons, elle le vit se décomposer un peu à la vue des dessins d’acier et attira son attention en le remerciant cordialement avant de prendre son soda dans ses mains.

- Ne vous inquiétez pas, ça ne laissera aucune trace sur la table, assura-t-elle en souriant afin de le congédier.

Tournant son regard vers Ariella, Rachel lui sourit avec amusement avant de porter son verre à ses lèvres pour en boire une gorge. Le reposant devant elle, elle reprit la parole.

- Du coup… les univers. Grosso-modo…

Elle reprit la parole mais pas longtemps. Il fallait trouver le moyen d’expliquer cela sans se lancer dans des monologues qui perdraient son interlocutrice après avant la première minute de discourt et que l’Echo n’était de toute façon pas capable de maintenir oralement. Si on voulait la voir monopoliser la conversation, il fallait faire celle-ci par l’esprit et il n’en était pas question ici. Il était question de physique quantique.

- Chaque univers se différentie par des variantes. Parfois dans les lois qui les régissent, des variantes physiques. Parfois dans les évènements qui s’y sont déroulés, des variantes temporelles. Parfois dans les deux.

Marquant une nouvelle pause, Rachel rebut une gorgée. Elle n’était décidément pas faire pour être prof, surtout pas de théorie.

- Quand on a des variantes temporelles, les univers sont relativement semblables. Ça permet de regrouper les univers par ressemblance et de former un Multivers. Par exemple…

Réfléchissant quelques secondes durant lesquelles l’Echo regarda Ariella avec des yeux de poisson, elle se reprit suffisamment bien vite.

- Le Multivers des mutants regroupe tous les univers où sont présents les mutants liés au Gène X, indifféremment des événements les concernant. Mon univers d’origine et celui où nous sommes en font parti.

Vérifiant un instant qu’Ariella n’avait pas à son tour des billes de poisson parce qu’elle nageait complètement dans cette explication, Rachel poursuivit :

- Quand on a des variantes physiques, les univers sont généralement très différents. Sauf quand les variantes sont que partielles mais ça on s’en fout sur le principe.

Ce stoppant face à cette précision potentiellement de trop, l’Echo réfléchit un instant à nouveau.

- Genre on a des univers où la matière telle qu’on la connait ne peut pas se former et d’autres où ce qui nous semble naturel ne l’est absolument pas.

Ce qui faisait grandement chuter l’intérêt de tels univers et rendait le voyage en leur sein des plus dangereux : sans pouvoir s’y rendre puisque ses pouvoirs se basaient sur du voyage temporel, Rachel estimait que se rendre dans un univers aux lois physiques différentes était synonyme de suicide puisqu’il y avait de fortes chances qu’on ne puisse simplement pas y exister. Mais il n’était pas utile de préciser ce fait.

- Du coup, tous ces « Multivers » forment l’« Omnivers », même si c’est moche comme mot.

Et comme concept aussi, à son avis. A partir du moment où l’on partait sur une infinité, chaque Multivers étant proprement infini, il n’était pas utile de partir sur une infinité encore plus infinie ! C’était un truc de sériel ça, pour surenchérir, pas de scientifiques qui cherchaient à comprendre ce qui était déjà. Aparté mise à part…

- Tous les univers coexistent entre eux, avec ou sans points d’intersection temporels ou physiques, sur des plans parallèles. Ça a pas mal de noms fonction des cultures.

Marquant une pause, Rachel n’approfondit pas du fait qu’on parlait de cultures à l’échelle d’une infinité d’univers dont chacun pouvait déjà contenir un nombre incommensurable de cultures. Pour avoir des noms, ça avait des noms ce machin-là ; les plus familiers à la rousse étant le Néant, le Chaos, l’Intermonde et le Chant des Mondes. De toute façon, vu les rares créatures à être capables de s’y déplacer, cela n’importait pas réellement de le nommer ; d’autant qu’elle-même n’irait jamais discuter avec les Célestes ou les Briseurs de Temps, dépréciait les Voyageurs pour avoir cherché à la manipuler et évitait les Beyonders par simple instinct de survie. Cet univers-ci n’attirait pas trop l’attention à l’échelle Multiverselle et c’était une bonne chose à ses yeux, Phénix comprenant parfaitement les inquiétudes que pouvaient avoir certain des êtres les plus puissants de chaque univers de voir les autres interférer. Mais une fois encore, ses associations d’idées la conduisaient bien loin de la situation et de la discussion présente.

- En voyageant dans le temps, on peut changer d’univers en remontant les événements et en partant dans une réalité ayant eu d’autres évènements. Ça ce limite donc aux variations temporelles.

S’arrêtant pour boire un coup, l’Echo chercha ce qu’elle pourrait rajouter mais elle pensait avoir fait un bon résumé plutôt simple puisque s’épargnant les états des particules, la théorie des cordes et celle de la mousse d’univers.

- Et généralement, quand une personne passe d’un univers à un autre, ça créée une nouvelle variation temporelle : genre je suis arrivée en 2012 ici mais y’a un univers où je suis jamais arrivée.

Et aussi un univers où elle n’était jamais revenue après avoir donnée son âme à Caitlyn, un autre où elle n’avait jamais quitté son univers d’origine, un quatrième où elle n’était jamais revenue de son voyage d’entrainement, un cinquième où elle n’avait jamais avertis les X-Men de son monde… ainsi de suite à l’infini. Rachel n’avait observés et voyagé que dans un nombre très réduit d’univers et cela suffisait à la convaincre du bordel incommensurable qu’on pouvait foutre à interagir au-dehors du sien. Pour une personne sauvée par intervention extra-universelle, on en condamnait une infinité d’autres à la mort et ça lui suffisait à essayer de ne pas sauver tout le monde, juste ce et ceux qui lui importaient.

- Conclusion ? demanda-t-elle à Ariella avec un sourire amusé, laissant quelques instants à celle-ci pour réfléchir. Et bien c’est le bordel !

Portant une nouvelle foi son verre à sa bouche, l’Echo bu une grande gorgée en récompense de ses explications dont il ne manquait plus, surement, qu’à fournir les explications.

- Si y’a un truc que t’as pas compris, hésite pas à le dire, reprit-elle simplement. Sinon, tu pourrais me parler de ta curiosité pour les X ?

Un sujet entier, si celui du Multivers était clos autant poursuivre sur celui-ci puisqu’il restait des questions en suspens, le concernant. Rachel avait à répondre et le ferait quand à l’aide des X-Men, même si le lieu n’était pas des plus adéquats puisque personne n’avait grillée son identité pour l’instant, mais avant elle voulait savoir l’optique dans laquelle Ariella les abordait. En un sens, il aurait été plus simple de lui parler de sa phobie, un autre sujet complexe, mais Steel partait un peu trop dans tous les sens pour réellement approfondir quelque chose. Et puis considérant les têtes de chacune lorsque l’une ou l’autre mettait les pieds dans le plat, il valait peut-être mieux préparer le terrain avant ; après, c’était vrai que pour les peurs, le terrain était pas mal préparé. A voir donc.

De toute façon, il n’était pas difficile de raccrocher des X-Men et de leur échec potentiel à ce qui était arrivé à Rachel ; une chose qui la fit s’assombrir alors même qu’elle écoutait Ariella parler.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariella Miller
Élève à l'Institut Delta
avatar

Messages : 307
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: Remember {Ariella Miller}   Mar 13 Oct - 19:07

Me concentrant d'avantage sur Rachel, j'écoutais en silence et avec attention ce qu'elle me disait. Je vois... c'est un choix. Fuir en se disant que ça ne se développera pas ou chercher à les développer en espérant garder la contrôle. Venant poser en majeur partie mon regard sur Rachel, je dessinais toujours alors que j'écoutais la suite de ces paroles. Elle pense que notre crainte est la même du coter de l'émotion? Sérieux? Je vins légèrement hausser un sourcil, incertaine de comprendre ou sont les similitudes. Je vins finalement hocher de la tête, la oui je comprenais. L'action... en y pensent bien, oui on se rejoignait sur ce points. Cette pensé me fit légèrement sourire même si je me demandais toujours un peu lequel des deux je voulait réellement être.

Mon regard avait été attiré par le serveur qui revenais à notre table. J'avais très bien vue le serveur se décomposer un peu ce qui eu pour effet de me faire carrément arrêter ce que je faisais inconsciemment. Ramenant rapidement mon bras contre mon corps, ma main gauche vins doucement se glisser contre ma nuque alors que je m'accotais contre celle ci. J'avais pris une position beaucoup plus fermé et protectrice alors que mon regard, lui, avait doucement divagué vers le sol au loin. Je tombais quelque peu dans mes pensées alors que Rachel parlais au serveur. Putain..tu pensais à quoi en utilisant ton pouvoir?

Je sais pas moi, pour t'occuper? À moins que, au fond, t'aime bien attirer l'attention?
Moi? Non! D'où tu sort cette réponse toi?
Ça saute au yeux! T'est certaine que c'est pas pour attirer une attention en particulier?
Mais... non!
Roh... avoue le.... tu peux pas mentir à la petit voix dans ta tête.
Nah, tu vas la fermer oui?
Jamais! Allez... avoue le...
Non, mais ta gueule!
T'est plate... c'est pas comme ça que tu vas le trouver ton preux chevalier.... ou chevalière....
Ferme là!


Venant prendre une grande inspiration, je sortis de mes profondes pensées au moment ou Rachel me parlait à nouveau. J'eus un faible sourire alors que j'espérais qu'elle ne m'avais pas entendue argumenter avec moi même. Je vins à nouveau poser mon regard dans celui de la mutante alors que je brisais un peu ma position de protection. Venant me redresser doucement, je vins par la suite entourer mon verre de mes deux mains. Je vins recommencer à taper du doigt contre le verre alors que je venais légèrement secouer la tête pour terminer de chasser de mon esprit mes pensée avec moi même.

- Du coup… les univers. Grosso-modo…

Venant finalement boire une gorgé de mon thé glacé, toute ma concentration était posé sur Rachel. Revenant accoter mes bras contre la table, tenant toujours le verre pour m'empêcher d'utiliser mon pouvoir, la curiosité était revenue dans mon regard alors que j'attendais la suite des explications. ok.... je.. je comprend à moitié... Venant pencher légèrement la tête sur le coter, je m'efforçais de comprendre alors que je suivais la suite des paroles de Rachel. Des variante physique et ou temporelle... ok....

- Le Multivers des mutants regroupe tous les univers où sont présents les mutants liés au Gène X, indifféremment des événements les concernant. Mon univers d’origine et celui où nous sommes en font parti.

Je vins pencher un peu plus la tête sur le coter, je ressemblais à petit chiot qui ne comprenais pas trop ce que l'on était en train de lui expliquer. J'avais presque des yeux de poisson alors que je réfléchissais à tout allure pour tenter comprendre. Soudainement, ma tête se redressait alors que mon sourire s'agrandissait un peu. Mais oui, pourquoi je n'y est pas pensée plus tôt! Dans le fond, c'est comme les évènements du film reboot de Star Treck. Le parcoure du capitaine Kirk pour devenir le capitaine de L'USS Enterprise est très différent de celui de la série original. Tout cela juste à cause d'un vaisseau extraterrestre venant du future qui a causé prématurément la mort de son père. Ouais.. ouais.. ouais... ça se tiens. La je comprenais pour les variantes temporelles! Par contre, la mutante me perdit à nouveau lorsqu'il fut question de variante physique. Hein...?

- Genre on a des univers où la matière telle qu’on la connait ne peut pas se former et d’autres où ce qui nous semble naturel ne l’est absolument pas.

He.... ok... ouais... je crois que j'ai compris... Non, vraiment pas en fait... Je ne pus m'empêcher de rire un peu en entendent le mot «omnivers». En effet, c'était très moche comme mot. Je vins doucement prendre une gorger de ma boisson alors que je venais légèrement hocher de la tête. Même si elle m'avait perdue à quelque reprise, j'avais somme toute assez bien suivis. Je crois...ok, j'avais compris a moitié en fait... M'enfin, je n'en doutais pas que cela avait pas mal de nom selon les cultures. Continuant de jouer avec mon verre, je suivais toujours les paroles de la mutante. C'est comme ça que ça marche le voyage temporelle? Hum.... Venant légèrement pencher la tête sur le coter, quand une personne passe d'un univers à un autre il créer de nouvelle variation? Je vins redresser la tête tout en murmurant un d'accord. J'avais fini par comprendre grâce à l'explication de la mutante. Conclusion? He.. je vins légèrement froncer des sourcils alors que je réfléchissais rapidement.

- Et bien c’est le bordel !

Ce fut à mon tour d'avoir un large sourire amusé alors que je hochais la tête pour affirmer le fait que oui c'était le bordel. Gardant mon sourire amusé, je vins à mon tour prendre une gorgé de ma boisson.

- Si y’a un truc que t’as pas compris, hésite pas à le dire, Sinon, tu pourrais me parler de ta curiosité pour les X ?

Déposant mon verre sur la table, je vins doucement accoter mon dos contre le dossier de la chaise. Je ne m'étais pas vraiment attendue à cette question... j'avais légèrement commencer à taper frénétiquement du doigt contre ma jambe alors que je prenais le temps de réfléchir un peu. Je ferrais mieux de poser mes questions sur les univers en premier avant de répondre à la mutante. Je ne comprenais pas trop pourquoi elle c'était assombrie, mais je commençais tout de même par poser mes questions.

- Les variante physique, si je comprend bien, ça peu faire en sorte que dans un autre monde les diamants son des pierres commune alors qu'ici c'est rare? C'est ça? Les variante temporelle, ça peut être représenté par une ligne du temps qui se divise en deux ou plus à l'infinie ou c'est plus... comme... comment dire... une grosse boule de liens qui s'entre croisse avant de se diviser à nouveau? Genre cause à effet de façon linéaire ou c'est plus éclaté avec des liens qui vont partout et dans tout les sens?

Je comprenais peut-être les variation temporelle, mais j'avais tout de même besoins d'une image pour bien tout comprendre. Je m'étais tus, laissant la parole à la mutante si elle voulait me répondre tout de suite, avait de reprendre doucement:

- Comment tu fait pour te retrouver dans le temps? Il y a des espèces de chemins qui représente le temps et qui mène à divers univers, des genres de repères, ou c'est plus instinctif?

Je me tu encore une fois alors que je venais doucement me masser la nuque. J'avais un certain intérêt pour les X, c'est sur, mais je ne m'étais jamais vraiment posé la question pourquoi. Putain que c'est compliqué dans ma tête...... Je vins légèrement me mordiller la lèvre inférieur alors que mon regard se perdait un peu dans le vide. Je prenais le temps de réfléchir un peu avant de donner une réponse au phénix. Après un instant, mon regard finit par revenir sur Rachel alors que je sortais finalement de mes pensées.

- C'est... ça m'intrigue, ajoutais sur un ton doux, hum... avant d'arriver à l'institut je ne comprenais pas ce que ça impliquais d'être X. Je n'avais vue que ce que les médias en pensaient et je me suis bien vite rendue compte que c'était bien loin de la réalité...

Je vins légèrement bouger de sur ma chaise alors que je venais d'avantage taper du doigt contre ma cuisse. Je gardais le silence pendant un instant, réfléchissant toujours, avant d'ajouter:

- J'aime bien le fait d'aider les autres que ce sois lors d'un drame ou juste pour aider avec la maitrise d'un pouvoir. Si je n'aurais pas eut cette foutue peur je serrais déjà beaucoup, beaucoup, plus porté à aller aider les autres et à m'investir. J'aimerais faire un peu comme toi avec moi...    

Je fis une autre petite pause alors que mon regard lui divaguais doucement vers la rue. Je vins prendre une gorger de thé glacé, un peu absente, avant de finalement continuer:

- Je veux aussi être prof d'histoire.... ça peux paraitre bizarre avec la peur que j'ai, mais... c'est l'une des choses qui me pousse à l'affronter. Enseigner l'histoire c'est bien, ça permet d'apprendre aux plus jeunes ce qui à été fait et les erreurs qu'il ne faut pas répéter. Tout ça.... ça ne dois pas être oublié... Mais enseigner l'histoire ce n'est pas comme être sur le terrain à tendre la main, à aider les autres et à faire en sorte que la paix soit possible. C'est la que... que j'ai ma curiosité pour les X.... c'est la que ça m'attire.. un peu...  

Encore une fois je me tus, reprenant mon souffle, alors que mon regard revenait se poser sur mon interlocutrice. J'eus une léger sourire alors que je revenais accoter mes coudes sur la table. Je vins prendre une autre gorger de ma boisson avant de continuer toujours sur un ton doux.

- Je ne veux plus rester dans mon coin, à avoir peur, alors que des gens que je connait maintenant agissent pour la paix, pour le bien. J'aimerais être capable d'en faire tout autant, mais.... je ne sais pas... c'est.. c'est compliqué dans ma tête....  J'sais pas si tu comprend ce que je veux dire, j'arrive pas à trouver les bon mots....

Je vins légèrement soupirer alors que je recommençais doucement à jouer avec mon verre. Je savais que ce n'étais pas toujours beau et rose d'être X-men en fait, avec ce que Jade m'avais dit, c'était plutôt le contraire. Peut-être que ce fait me faisais peur? Mais, en même temps, je voyais les bons coter et cela me poussais d'avantage à être intéressé.  

- Tu dois trouver cela vague comme réponse... Ajoutais-je après un moment de silence. Mais.. c... c'est tout ce qui me viens à l'esprit pour l'instant... Pourquoi tu t'est assombrie après avoir posé la question?

_________________


Nombre de rps:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Remember {Ariella Miller}   Dim 18 Oct - 18:55

Les réactions d’Ariella concernant Rachel n’avaient rien de surprenantes pour celle-ci. Celle envers le serveur le fut un peu plus même si, à la réflexion, elle était logique aussi. Aucune remarque n’avait été faite, seulement le malaise que l’on pouvait ressentir face à l’étrange et l’inconnu.

Les choses continuèrent néanmoins, l’agitation mentale de l’adolescente perçue par son ainée qui laissa cependant là cette chose intime comme il se devait ; Rachel n’avait pas entendue les pensées, elle en avait simplement perçu des échos et les laissaient se dissiper dans le Plan Astral autour d’eux. Elle avait déjà suffisamment à faire dans ses explications et ne s’immisçait plus autant qu’auparavant dans les vies des autres, même si les pensées fortes s’immisçaient plus dans le télépathe que lui en elles. Long sujet d’explications possibles là-aussi.

Et considérant combien Ariella tanga de la tête, heureusement qu’il n’était pas abordé. Il y eu une première fois l’attitude du chiot perplexe, puis Steel passa à la chouette considérant qu’elle pencha encore plus sur le même côté. Tant qu’elle gardait son équilibre, l’Echo n’aurait rien à redire ; enfin, si, elle aurait à redire ses explications. Ou pas, considérant que la cadette des rousses releva d’un coup sa tête, faisant pas mal pensé à un minuteur arrivé à son terme. Il manquait juste le bruitage.

L’Echo n’était pas la seule à trouver l’Omnivers con, d’après le petit ricanement d’Ariella. Quand à l’acquiescement de celle-ci, cela limiterait au plus les explications à refournir de ce que la première en avait comprit. Ou pas, puisque l’étape du petit chien revint rapidement. Ou si, puisqu’il y eu de nouveau l’effet minuteur sans passer par la chouette cette fois. Les réactions aussi, c’était le bordel ! Mais un bordel plaisant et sympathique, prit autour de deux verres dont l’un baissait plus vite que l’autre.

Tachant de rattraper son retard dans le silence de réflexion de son interlocutrice, Rachel porta une fois de plus son verre à sa bouche afin d’en boire le contenu dont les bulles déformaient son reflet. Elle avait noté le tic d’Ariella mais n’avait aucune réflexion, ou même pensée, à y faire : tout le monde en avait et cette gestuelle particulière contribuait à distinguer les gens de façon originale. A ses yeux du moins.

Reposant sa boisson, l’Echo écouta Ariella expliquer ce qu’elle avait compris des explications.

Pour l’exemple des diamants, Rachel hocha la tête à l’affirmative ; c’était simpliste mais on n’en demandait pas plus.

Pour la matérialisation des lignes temporelles, l’Echo ramena ses index en révolver alors qu’elle y réfléchissait ; sans doute devait-il y avoir la conceptualisation des lignes temporelles personnelles croisant la principale, à la Docteur Who, dans la pensée d’Ariella. Mais elle-même ne parvenait pas à en être sur, d’autant que, si elle percevait les ancres universelles, Rachel n’avait jamais observée de ligne temporelle autre que celle d’un univers.

Compare cela à une rivière : tu as toujours plus d’embranchements à mesure que ça s’éloigne de la source et il y a des poissons capables de remonter le courant.

Elle était contente de sa comparaison même s’il s’agissait de vibration et de spectre lumineux et qu’il était plus aisé de conceptualisé un univers comme la branche d’une aurore boréale vibrante malgré ce comportement de rivière. Hors donc, l’Echo en resterait à la rivière.

La causalité reste linéaire malgré l’intervention d’êtres quadridimensionnels, c’est pour cela que ces interventions créent de nouvelles branches.

Etres quadridimensionnels, c’était peut-être inexact mais cela résumait sa pensée : les humains étaient capables de se déplacer dans les trois dimensions physiques qu’étaient la longueur, la largeur et la profondeur. Il existait simplement des êtres à pouvoir se déplacer également dans la quatrième dimension, le temps, alors que les humains ne le pouvaient pas. Le Plan Astral était aussi une dimension, psychique cette fois, ce qui pouvait tout compliquer sa considération mais elle n’en parla pas.

D’autant plus qu’Ariella poursuivie avec deux nouvelles questions, plus personnelles cette fois, se gênant toute seule. L’Echo s’adossa en réaction, se concentrant pour répondre.

C’est compliqué de s’y retrouver. Y’a pas de chemins, juste les différents embranchements. Je suppose que certaines personnes arrivent à s’y retrouver d’instinct après c’est pas mon cas.

La Force Phénix étant liée à un multivers en particulier, se déplacer en son sein était plus facile à Rachel mais s’y retrouver ne l’était guère. Elle était arrivée sur ce monde par hasard, même si elle avait visiblement laissée une trace à travers le temps puisqu’Achab et les Warwolves l’avaient pistée, mais retrouver son propre univers d’origine ou celui d’adoption n’était pas aisé sans y laisser d’ancre.

Personnellement, j’utilise des ancres, comme en télépathie. Ça me permet d’être toujours reliée à la ligne temporelle d’où je suis partie et j’ai juste à remonter le fil pour revenir chez moi.

C’était ce qu’il y avait de plus simple et de plus efficace. Généralement, surtout lorsqu’elle faisait voyager quelqu’un d’autre dans le temps, c’était le corps physique qui servait d’ancre chez Rachel. Lorsqu’elle avait volonté d’emporter le sien, il lui restait Excalibur pour faire le lien avec cette réalité d’adoption. Quand à sa réalité de naissance, la jeune femme ne l’avait pas retrouvée.

Même si j’utilise de temps en temps le voyage temporel, ça reste rare car risqué et j’ai trop à faire ici pour disparaitre. Les X-Men notamment.

Pas que, loin de là, mais Rachel avait aussi des liens dans d’autres réalités à présent et surtout cela permettait de renchainer sur le sujet.

Sujet gênant et intriguant Ariella, qui développait son passif vis-à-vis de l’image. L’image des médias était bien loin de la réalité concernant les X-men, Rachel ne pouvait qu’être d’accord, mais elle était intriguée quand à ce dont c’était rendue compte l’autre jeune femme.

Jeune femme qui passa à autre chose, rythmant encore plus son discourt de son doigt. L’Echo se concentra d’avantage, son visage le laissant paraitre en effaçant peu à peu les émotions qu’il avait exprimé auparavant. « Aider les autres que ce soit lors d’un drame ou juste avec la maitrise d’un pouvoir », pas besoin d’être X-Men pour le faire. Nombre de gens le faisaient déjà et encore plus devraient le faire à l’avenir.

Hochant lentement la tête, Rachel exprima sa compréhension quand à la volonté d’Ariella à aider à son tour comme elle avait été aidé. Peut-être était-ce là l’une de ses motivations d’ailleurs. Tout comme devenir professeure d’Histoire, une chose pouvant paraitre bizarre vis-à-vis de la criante en effet mais qui ne venait pas de rien, comme les explications le révélaient.

L’Echo inspira brièvement quand à la différence entre l’enseignement et l’intervention, l’une associée au professorat d’histoire et l’autre à l’activité d’X-Men. Retournant son regard à une Ariella souriante, elle ne se força pas à sourire en réponse mais préféra attendre la fin de l’explication.

Tu dois trouver cela vague comme réponse… Mais… c… c'est tout ce qui me viens à l'esprit pour l'instant… Pourquoi tu t'es assombrie après avoir posé la question ?

Rachel resta interdite un instant quand à la dernière question, ayant déjà beaucoup à dire sur ce qui la précédait et ne l’ayant pas vue venir. Réfléchissant à l’aide de deux doigts sur la bouche, elle tacha de se souvenir de son sentiment mais trop de mots et de pensées étaient déjà passés.

Haussant les épaules, elle répondit donc :

Parce que les X-Men sont un sujet délicat, sans doute.

Ramenant ses mains autour de son verre, l’Echo avança celui-ci vers le milieu de la table alors qu’elle s’y accoudait, se rapprochant d’Ariella pour pouvoir baisser d’un ton.

Je pense comprendre ce que tu veux dire, tout comme je comprends ton intérêt. Après, ta vision des X-Men est encore incomplète. C’est normal, t’inquiète pas : t’en as jamais parlé avant.

A quoi bon chercher à former des personnes lambda à l’Institut, puisque la quasi-totalité des élèves finissaient par s’intéresser à un moment ou un autre aux X-Men. Ils auraient plus vite fait de chercher à former des X-Men en offrant d’entrée de jeu le choix, à l’avis de Rachel, même si c’était déjà un peu le fonctionnement du Projet Héritage.

Maintenant, être X-Men c’est deux choses : une vocation et l’appartenance à une organisation.

L’Echo n’était pas une idéologiste, elle restait très terre-à-terre dans son approche et n’avait strictement rien à foutre des courants de pensée définissant les X-Men par rapport à un axe unique. Il fallait deux conditions pour être officiellement X-Men, c’était l’intention et l’allégeance. Qu’on se dispute d’une plus importante ou non sans elle, elle préférait à la théorie la pratique.

La vocation ce scinde en trois parties : il faut agir pour l’Idéal de Cohabitation Pacifique, en le représentant, l’enseignant et le défendant.

Xavier avait nommés les trois aspects en tant qu’Ambassadeur, Modèle et Soldat ; les mots n’importaient pas à l’Echo, seule la déclinaison qu’en faisait la personne gratifiée du titre leur donnait un véritable sens.

On doit être prêt à donner le meilleur de nous-mêmes pour inciter les autres à nous suivre, pour essayer d’améliorer les choses et les protéger. Comme la police et les pompiers.

Des gens bien souvent traités injustement et pouvant dérivés de leur but premier également. Mais dans la représentation positive qu’on s’en faisait, il y avait de l’idée. Après, Rachel savait avoir une vision optimiste des X-Men, les ayant admirés toute son enfance et cherchant à nouveau à ce qu’ils puissent correspondre à cette famille disloquée avec le temps.

Aider et guider les autres, ça en fait parti oui. Dans la vie de tous les jours comme dans les événements extrêmes. C’est beaucoup de préparation et d’investissement, comme toute vocation.

Même si aucune vocation n’impliquait autant d’entrainements physiques et mentaux, à par peut-être certaines forces spéciales. Mais c’était pour cela que l’apprentissage pouvait durer des années et que même les X-Men intégrés il fallait continuer de progresser et d’apprendre, sans rien relâcher ou renoncer.

Je pense que les qualités d’un X-Men sont la patience, la persévérance, la force d’âme, le sens de la douleur, un goût pour le sacrifice de soi mais aussi la gaité, les bons mots en alternance avec la gravité et une volonté inébranlable.

Avoir le mental était dur, avoir les capacités physiques était dur, avoir les deux était extrêmement dur. Rachel n’était pas la mieux placée pour en parler car ces choses lui étaient naturelles, elle avait grandi parmi les X-Men et vécu des épreuves telles qu’elle était incapable de construire sa vie dans une normalité quelconque. Elle était liée aux X-Men et se voulait fille héritière de ce que ses parents avaient été et porté voir même de les surpasser pour accomplir plus encore, du fait de ce qu’elle savait pouvoir accomplir.

Ce n’est ni facile ni donné à tout le monde. C’est un choix et une voie pour se réaliser, impliquant des efforts et des choix difficiles.

Mettant à nouveau de la distance, l’Echo s’adossa et conduisit son verre à ses lèvres, buvant une gorgée et fixant son reflet pétillant. Son œil aussi devait pétiller parce qu’elle parlait d’une des choses lui tenant le plus à cœur. Il y avait beaucoup d’X-Men, depuis ceux de cette réalité qui formaient une société plus si secrète que cela à ceux de son monde qui étaient une confrérie résistante en passant par des forces armées d’état totalitaire pro-mutant. La majorité des X-Men étaient porteurs d’espoirs quand à des jours meilleurs et ceux auxquels elle appartenait en étaient, indiscutablement. Elle avait le X autour du cou, caché sous ses vêtements et pouvant être ramassé sur son corps si elle venait à mourir, tout autant qu’elle avait le X à la ceinture, sur son uniforme et lui permettant de communiquer avec les autres membres de l’organisation à portée comme d’être bipée au besoin.

C’est peut-être l’une des choses les plus difficiles à atteindre et à accomplir. Chacun doit faire son choix et voir si cette voie est sienne ou pas.

Elles en revenaient toujours à cela, le choix. Néanmoins, il était difficile de faire réellement un choix car rares étaient ceux à avoir suffisamment entraperçue la vie et la condition d’X-Men lorsqu’ils s’engageaient à essayer de le devenir. C’était logique, puisqu’après tout les X-Men restaient secrets malgré qu’ils disent beaucoup et se laissent connaitre. Mais il y avait toujours à découvrir les concernant, en bien comme en mal, aux yeux de Rachel.

C’est bien cette confrontation de ce que l’on cherche à atteindre avec ce qui est réellement qui est la principale épreuve pour les aspirants.

Et c’était bien souvent celle qu’ils ne voyaient pas, trop accaparés à s’affirmer et s’entrainer pour se remettre en question dans une chose qu’ils percevaient comme acquise et sur laquelle leurs tuteurs n’insistaient que rarement de crainte de les décourager.

Une personne pourrait s’entrainer dix ans pour avoir les capacités pour le devenir, cela ne poserait aucun problème. Mais si elle n’en a pas le mental, elle se détruira seule.

Poussant un lourd soupire, Rachel se gratta le sourcil et termina son verre avant de conclure.

Je ne suis pas capable de te dire si tu as ce qu’il faut pour en être. Je sais juste que cela ne coute rien d’essayer et que tu seras pas seule.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariella Miller
Élève à l'Institut Delta
avatar

Messages : 307
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: Remember {Ariella Miller}   Lun 26 Oct - 3:38

Lorsque j'avais vue Rachel hocher de la tête, je me rendis compte à quel point j'avais plus compris que ce que je pensais. Oui, bon, mon raisonnement avait été simple mais l'important c'était la compréhension. Cela devais être quand même fou d'arriver dans un monde ou les diamants n'étaient pas chose rare... j'arrivais à peine à me l'imaginer en fait. M'enfin, je m'étais concentré sur les paroles de Rachel, qui me répondait, pendent mon moment de silence. Une rivière? Je vins légèrement pencher la tête sur le coter alors qu'un petit sourire se dessinait un peu sur mes lèvres. Oui, je vois, belle image la je comprenais parfaitement. D'accord, j'avais un peu hoché de la tête, le tout était claire et j'allais très certainement garder la comparaison de Rachel en mémoire. Cela je n'en doutais pas du tout que c'était compliqué de si retrouver et qu'il n'y avait pas de chemin. Ça devais être pire lorsque tu ne t'y retrouvais pas instinctivement.... N'étant pas télépathe, ma connaissance dans ce domaine était donc très limité ce qui résultait en une autre légère inclinaison de tête sur le coter. Une ancre? Comme celle d'un bateau? Redressent encore une fois la tête, ma pensée d'une sorte d'ancre de bateau plus les paroles de  la mutante m'avaient aidé à comprendre finalement. J'avais encore une fois hoché de la tête signifiant ainsi que je comprenais que le voyage dans le temps était risqué alors que j'avais repris sur le sujet des X-men.      

Bref, jouant toujours avec mon verre, mon regard lui était resté sur Rachel alors que j'attendais une réponse. J'étais consciente que je venais tout juste de parler énormément et pendant un instant j'eus cette crainte d'avoir perdue Rachel.

- Parce que les X-Men sont un sujet délicat, sans doute.

Ou pas, personnellement je trouvais qu'il s'agissait d'un sujet très délicat. C'était sans doute à cause de cela. Sans lâcher mon propre verre, je m'étais un peu plus avancé alors que la mutante se rapprochait. J'écoutais en silence les paroles de Rachel alors que mon regard ne quittait pas le siens. Je ne pus m'empêcher de tiquer légèrement lorsqu'elle dit que ma vision des X-men était incomplète. J'aurais préférer que ce ne sois pas le cas, mais en même temps il est vrais que je n'en avais jamais parlé avant. Tu ne peux pas tout savoir Ari... il te reste beaucoup de chose à apprendre... Mais au moins, Rachel semblait m'avoir comprit au travers de mon flot de parole. Plus tard, parler d'avantage de ce sujet serrais peut-être une bonne idée... M'enfin, lorsque l'X-woman reprit la paroles, je me concentrais d'avantage sur elle. Pour moi, la conversation avait prit une tournure très importante et je ne voulais pas louper une seule parole prononcé. Être X-men est une vocation et l'appartenance à une organisation, d'accord, mais je ne suis pas certaine de bien tout comprendre...

- La vocation ce scinde en trois parties : il faut agir pour l’Idéal de Cohabitation Pacifique, en le représentant, l’enseignant et le défendant.
     
Ouais... il me semble que Charles Xavier avait dit quelque chose du genre... Gardant la tête légèrement penché sur le coter, j'étais carrément accroché au lèvres de la mutante buvant presque ses paroles. J'étais plus que concentré à écouter et ce même si mon esprit lui réfléchissait en arrière plan. Je vois... comme la police et les pompiers... Je vins hocher de la tête pour montrer que je suivais toujours alors que j'arrêtais graduellement de jouer avec le verre tellement que j'étais concentré sur Phénix. S'investir et se préparer.. ça je devais avouer que je n'y avais pas vraiment pensé... C'est normal Ari et puis c'était certain que cela allait être plus compliqué que ce que tu pense. Lorsque Rachel commença à parler de ce qu'elle pensait être les qualités pour un X-men, je devins encore plus attentive. J'étais très curieuse de voir si je me reconnaissais dans ces qualités. Mon regard se mit à briller légèrement, je me reconnaissais un peu dans ce que Rachel disait. Je pouvais être très patiente et la persévérance je savais que je pouvais en faire preuve. Combattre ma peur en était un bon exemple, mais pour le reste je ne saurais pas dire si je peux en faire preuve. Peut-être en prenant le temps de bien y réfléchir..... J'eus un petit sourire, je voyais bien le regard de la mutante pétiller. Je pense que ce sujet lui tiens vraiment à cœur. Cette pensé me fit sourire un peu plus alors que je suivais toujours les paroles de Rachel. Ça, je n'en doutais pas que ce n'était pas facile. Le contraire m'aurais étonné et puis dans la vie il n'y avait pas grand chose de facile. Je m'en étais bien redue compte avec l'affrontement de ma peur.

Venant hocher encore une fois de la tête, je me rendais compte à quel point le choix revenait toujours.  Au font.. ta vie n'est qu'une succession de choix... c'est à toi de décider ou te diriger... Alors que Rachel  c'était à nouveau adossé, moi j'étais resté parfaitement immobile et silencieuse. Allais-je avoir le courage de faire le choix de voir si cette voie peux être la mienne? Je ne sais pas.... j'ai l'impression de ne riens savoir... j'ai l'impression d'avoir peur face à ce qui peut être difficile... Hein? Cette confrontation? Venant légèrement froncer des sourcils, cela je devais avouer que je ne l'avais pas trop compris. Venant légèrement bouger de sur ma chaise, je m'étais légèrement égaré dans mes pensés alors que je m'efforçais de revenir sur la conversation. S.. sérieux? Si tu n'a pas le mental t'entrainer ne servirais à rien? Ma bouche s'entre ouvrit légèrement alors que la surprise et l'incertitude traversaient mon regard. La je recommençais à douter de moi même et de ce que j'étais capable de faire...

- Je ne suis pas capable de te dire si tu as ce qu’il faut pour en être. Je sais juste que cela ne coute rien d’essayer et que tu seras pas seule.

Je ne pus m'empêcher de rire légèrement alors que je venais finir d'un trait mon verre. Déposant le dit verre sur la table, je vins à mon tour prendre mes distances en venant m'accoter sur le dossier de ma chaise. « Tu ne serra pas seule» je ne sais pas pourquoi mais cette phrase m'interpelait quand même beaucoup.

- Je ne le sais même pas moi même si j'ai ce qui faut... Dis-je doucement. Je crois que j'ai quelque qualité que tu a nommé, mais... sans plus... J'ai peur de ce qui pourrais arriver si je tente le coup.... et si.... malgré ma volonté de faire quelque chose, tout cela ne fait que me détruire d'avantage? J'ai déjà assez de misère à gérer mes propres entrainements, ma peur et tout....  

Je vins pousser un long soupire alors que je venais passer une main contre mon visage. Je gardais le silence pendant un moment avant de finalement ajouter sur un ton doux:

- Je pourrais essayer... mais.. en même temps.... J'sais pas... ça me fait peur quoi... j'ai la mauvaise manie de tout le temps hésiter et de douter de moi même.... j'ai toujours cette impression d'alterner entre le oui et le non. C'est vraiment aussi difficile le devenir? Tu..... tu croit qu'il serrais possible de voir ce que vous faite? Je veux dire... faire un espèce de stage avant de faire son choix?

Je me tus alors que mon regard divagua doucement vers la rue, je réfléchissais un peu en silence. J'avais recommencé à frotter mon pouce contre mon index puis après un moment mon regard revint se poser sur mon interlocutrice.

- Je.. je vais devoir sérieusement continuer à y penser.... Peut-être même en reparler, plus tard...

Je vins sourire légèrement à la mutante alors que je venais doucement me masser la nuque. Je n'aimais vraiment pas cette impression d'être tout le temps prise entre le oui et le non. Gardant ma main contre ma nuque, je vins ajouter doucement:

- Dit... généralement ça se passe plutôt bien ou mal lorsque tu deviens X? Ou cela dépend toujours des personnes? La tienne, c'était dure?  Qu'est ce que tu veux dire par: cette confrontation de ce que l'on cherche à atteindre et ce qui est réellement?
 
J'avais besoin d'être rassuré, de savoir à quoi je devrais m'attendre avant de faire un quelconque choix. Savoir ce n'étais pas tout le temps une bonne chose, mais la, j'avais envie de savoir puisque je pensais que cela allait m'aider à réfléchir. Mais ... avec ta troisième question, tu t'aventurais peut-être un peu trop vers du personnelle. Venant légèrement bouger de sur ma chaise, j'ajoutais toujours sur un ton doux mais légèrement gêné:

- Hum... Tu me le dis si je pose trop de questions ou si c'est personnelle....

_________________


Nombre de rps:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Remember {Ariella Miller}   Ven 13 Nov - 21:53

Le second essai semblait être le bon, d’après les réactions d’Ariella. La partie multivers et temporelle fut donc close, laissant place à un sujet d’avenir évoqué au présent. L’attention comme l’intimité étaient montées d’un cran en l’évoquant et il fut à nouveau question de compréhension. Les paroles étaient traitresses, Rachel tendait à l’oublier du fait de l’aisance qu’elle y développait avec les années mais cela ne changeait rien. Peut-être était-ce parce que les paroles étaient vides d’émotions et que le visage ne suffisait pas toujours à les indiquer correctement qu’elles étaient ainsi plus complexes à comprendre que les pensées mêlant intentions et ressentis.

La concentration de l’adolescente était impressionnante et, si elle la nota, l’Echo n’y réagit pas réellement ; cela faisait plaisir d’être ainsi écoutée, peu de professeurs devaient y parvenir dans le cadre de leurs enseignements, mais elle-même s’embarquait également dans son discourt au point de le privilégier. Néanmoins le sourire d’Ariella la fit sourire discrètement à son tour puisque, pour la première fois avec l’autre jeune rousse, Rachel avait l’impression d’être sur la même longueur d’onde. Enfin, leurs chevelures renvoyaient déjà une longueur d’onde similaire puisqu’elles étaient toutes deux rousses mais c’était l’image qu’il fallait voir… l’image d’être sur la même longueur d’onde, pas qu’elles soient toutes deux rousses. Mais c’était le cas aussi !

L’acquiescement sur le choix fut à nouveau partagé et renforçait cette sensation de compréhension bien plus aigue que celle des explications pseudo-scientifiques. Mais cela ce brisa avec le doute et, avouant son incapacité à le dissiper, Rachel maintenu son léger sourire.

Elle ne comprit pas le rire d’Ariella, sachant simplement qu’il lui faudrait finir elle-aussi son verre pour faire bonne mesure. Ce fut ce qu’elle entreprit de faire alors que son interlocutrice lui répondait.

Ne pas savoir, voici qui fit à nouveau sourire Rachel. Elle s’interrompit dans son levage de verre et regarda simplement, voyant tant le visage qu’elle écoutait les paroles. Oui, Ariella avait des qualités nommées précédemment quand à savoir si c’était « sans plus », on en venait à l’aspect positif du doute. Il ne fallait pas seulement douter sur ce que l’on pouvait accomplir, il fallait également douter sur ce que l’on ne pouvait pas faire ; une question d’équilibre, chaque chose ayant malheur et bon.

Les peurs d’Ariella, l’Echo ne les comprenait pas réellement ; elle ne les avait jamais eues. Mais elle savait avoir suffisamment de sagesse pour compatir et aider malgré cela. Respirant calmement, elle laissa s’écouler paroles, soupir et silence sans un mot comme à son habitude. Les gens s’ouvraient d’eux-mêmes lorsqu’on leur en donnait le temps sans les noyer de mots et les diriger d’intentions, c’était une chose qu’elle avait apprise et savait faire à présent.

La difficulté quand à devenir X-Men… Rachel se passa une main sur la nuque en pinçant les lèvres. Son verre ne tarda pas à se reposer, ayant échoué à atteindre ses lèvres.

Un stage avant de faire son choix… les yeux de la rousse s’agrandirent alors qu’elle détournait le regard, la main toujours à l’arrière de sa nuque. Bon et bien il faudrait voir à ce qu’Ariella et Sage se rencontrent pour autre-chose que les difficultés de santé de la première. D’un autre côté, une autre application de l’équilibre impliquait que la discussion entre l’étudiante et la directrice adjointe signifiait que la première savait à quoi s’attendre avec la seconde lorsqu’il s’agirait d’un quelconque test de préformation.

Hésitant à répondre car ne sachant pas comment aborder la chose, l’Echo laissa le silence naitre et se répandre tout en suivant le regard d’Ariella sur la rue. Une fois qu’elle eut compris que celui-ci n’était que divagation, elle s’en revient à son verre qu’elle prit à deux mais afin de le finir. Une gorgée et ce fut fait.

Je… je vais devoir sérieusement continuer à y penser… Peut-être même en reparler, plus tard…

N’hésite jamais.


Au tour d’Ariella de se masser la nuque et à celui de Rachel de jouer avec son verre vide, une fois celui-ci reposé sur la table.

Le sourire de l’Echo revint d’une façon plus nerveuse alors que les dernières questions venaient ; les réponses étaient dans les paroles d’Ariella pour ce qui concernerait directement l’adolescente dans l’un des futurs possibles. Quand au reste, le sourire devint plus gêné.

Je te le dirais, ne t’inquiète pas. Pour l’heure, ce n’est pas le cas.

Elles étaient toutes deux gênées pour quelque chose qui, tout sensible que ce soit, n’avait pas à ainsi les stresser. Mais c’était dans la nature humaine que de réagir ainsi et Rachel ne s’en plaignait pas, tâchant juste de reprendre contenance. Les questions les plus faciles passèrent d’abord cependant.

Confronter ce que l’on cherche à ce qui est, c’est…

Elle hésita, cherchant ses mots puisque se retrouvant déjà parfaitement dans cette formulation.

C’est faire la différence entre ce qu’on pense qui sera et ce qui est. Genre la théorie et la pratique.

Deux choses différentes, peut-être encore un peu obscures pour qui n’avait pas suivi les monologues Amyesques à ce sujet. D’un autre côté, les monologues Amyesques étaient rarement suivit jusqu’au bout puisqu’ils ne laissaient pas le temps de penser à qui les « écoutait ».

Tu imagines des choses et tu vois si la réalité est la même ou si tu es capable de supporter la différence avec ce que tu espérais.

Voici qui était déjà plus clair. Contente de cette simplification malgré les deux essais nécessaire, l’Echo passa à la suite. Ou plutôt aux questions précédentes.

Les deux dernières passations réussies ce sont mal passées ; c’étaient celles d’Amy et Caitlyn. Mais celles qui se passaient avant étaient généralement bien prise.

Se taisant à nouveau, Rachel prit quelques secondes pour penser à la suite. Délaissant son verre, elle s’adossa à sa chaise au mieux et l’une de ses mains se perdit sous la table.

La passation cherche à voir si tu es capable ou non de dépasser les limites que tu as montré en entrainement, qu’elles soient physiques ou morales. Y’en a qui tolèrent plus ou moins bien.

Il y avait de la tristesse dans le ton de l’Echo, considérant que ses proches avaient plutôt mal toléré et qu’il avait fallut un travail de reconstruction après chaque passation ; des épreuves qu’elle-même n’avait pu aider à surmonter et que Caitlyn lui avait évité de connaitre. Cela laissait un regret, celui de n’avoir essayé de transformer cette difficulté en réussite en accueillant les X-Men nouvellement accomplie au sein d’une famille. Jubilee avait essayé de le faire en emmenant Caitlyn fêter sa passation mais les choses c’étaient terminées dans une alcoolémie peut-être révélatrice d’un mal-être profond. Rachel ne se souvenait plus bien et n’avait été que secondaire dans cela.

Prenant une inspiration, elle releva ses yeux verts vers Ariella et reprit la parole.

Ça dépend des personnes, oui, mais autant de celles qui font la passation que de celles qui les entourent. La passation peut être difficile voir douloureuse, si tu en sors pour retrouver tes proches cela ira.

Cela avait été le problème pour Amy et Caitlyn ; les dernières personnes qu’elles avaient voulu voir suite à leur passation étaient celles-là même qu’elles avaient cherché à rejoindre : les X-Men. X-Men qui avaient leurs tords aussi de n’avoir pas cherchés, pour la plupart, à faire le premier pas pour montrer aux nouvelles venues qu’il y avait plus que de la douleur et de la difficulté, qu’il y avait aussi du soutien et de l’affection. Rachel en avait eu et en donnerait.

Pour ma part, on a évité de tester mes limites. Ma passation a été concentrée sur mes motivations et ma volonté à progresser. C’était un entretient avec Caitlyn.

Il y avait eues des difficultés et de la peine aussi mais, au final, rien que l’Echo ne regrettait. Elle était reconnaissante de cela, envers Caitlyn qui avait proposé et c’était investi comme envers Xavier qui avait accepté. Alors oui, chercher les limites de la jeune femme était doublement une mauvaise idée, puisque le Phénix n’avait pas de réelles limites dans la puissance qu’il pouvait dégager et que Rachel avait connues des épreuves extrêmement éprouvante et pouvait réagir de façon bien plus extrême qu’une personne normale, mais elle préférait voir dans sa passation spéciale une volonté de bienveillance et une manifestation d’un sens de la famille qu’une mesure de sécurité pour éviter de risquer d’endommager la Salle des Dangers voir les évaluateurs. Après, elle avait donné à ses compagnons le moyen de la tuer définitivement, ce qui restait une sécurité.

La Passation d’un X-Men est une épreuve, oui. Plus dure que ce qu’il rencontrera sur le terrain généralement.

Et heureusement, considérant que chaque Passation était prévue pour l’Apprenti X-Men afin de le pousser dans ses retranchements. Les missions étaient généralement bien plus simples et moins douloureuses.

Mais cela doit être aussi une étape et, si elle est réussi, je crois qu’elle doit apporter de la joie et du rapprochement. C’est une nouvelle personne qui entre dans une famille et ça se fête.

Rachel aimait la cuisine et faire la fête, du coup l’idée de fêter la passation d’une personne lui plaisait ; même si ce n’était pas suffisant à faire une famille, cela montrerait déjà le soutien et la fierté pour le nouveau venu. C’était bien plus positif et, quelque part, compenserait les difficultés connues. Après l’effort, le réconfort en somme.

Enfin, pour le stage… ben Sage en a fait un récemment, début juillet de mémoire. Je sais pas si elle en fera un autre, vu le peu d’élèves je pense pas.

Il faudrait attendre la rentrée, les retours d’anciens élèves comme l’arrivée de nouveaux pour qu’Héritage reprenne de son intérêt, cela semblait logique même aux yeux du Phénix.

Néanmoins si tu veux essayer de commencer à t’entrainer afin de voir ce que c’est, on doit pouvoir t’aider. Aussi bien elle que moi, même si je ne forme personne.

Le rapport de Rachel à l’enseignement avait beaucoup changé durant son absence et son entrainement dans le temps mais elle n’en dévoilait pas trop pour l’heure, incertaine de ce qu’elle devait faire malgré une idée plutôt prononcée. Une idée qu’Ariella avait été l’une des premières à défendre.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariella Miller
Élève à l'Institut Delta
avatar

Messages : 307
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: Remember {Ariella Miller}   Ven 27 Nov - 5:29

Rachel me rassura un peu lorsqu'elle me dit qu'elle me le dira si j'allais trop loin avec mes questions. J'eus un petit sourire, beaucoup moins gêné, je suis contente que ce ne sois pas le cas. Je m'en serrais voulu un peu d'avoir été trop loin avec mes questions. J'allais faire de mon mieux pour arrêter d'hésiter, surtout si j'avais envie de parler du sujet de devenir une X-men, je commençais à me rendre compte qu'agir ainsi ne servait à rien. Alors que Rachel continuait de parler, moi j'avais finalement retiré ma main de ma nuque me reprochant à nouveau. J'étais attentive, très attentive, et je devais avouer que jamais bien parler avec la mutante. La théorie et la pratique? Ma tête se pencha à nouveau légèrement sur le coter alors que je suivais toujours les paroles du phénix. Ha! La je comprend! Relevant la tête, souriant doucement, je vins hocher de la tête. Même si il avait fallu deux essaient à Rachel j'avais fini par bien comprendre. Erf... Une ombre passa dans mon regard lorsque j'entendis que les deux dernières passations réussi c'étaient mal passé. J'aurais peut-être préféré ne pas le savoir finalement, mais en même temps j'étais trop curieuse et si j'empruntais cette voie je devais le savoir. Je devais avouer que la je recommençais à m'imaginer des situations. Que c'était-il passer pour que cela tourne mal? Pourquoi avant cela ce passait plutôt bien? Ma crainte que cela me détruise refit un peu soudainement surface alors que mon armure se déployait au niveau de mon cœur pendant à peine une seconde.

Je vins légèrement secouer la tête, chassant ma pensé de mon esprit, alors que je venais accoter mes coudes contre la table. Arrête d'avoir peur Ari.... J'avais bien vue que la main de la mutante c'était perdue sous la table, mais je n'y avais pas vraiment porté plus attention que cela. Je vins légèrement hocher la tête, cela je n'en doutais pas que certains toléraient plus ou moins bien la passation. Le seuil de tolérance était différent selon les personnes, non? En sentant la tristesse dans le ton de Rachel, je m'étais doucement déplacé pour pouvoir doucement poser ma main sur le bras de la mutante. C'était un geste de compassion et de soutiens, je m'imaginais un peu trop bien comment c'est difficile. Je restais ainsi immobile pendant un moment, en fait je bougea finalement pour reprendre ma position de départ seulement lorsque Phénix inspira et leva son regard vers moi. M'accoudant un peu plus contre la table, mon interlocutrice avait toujours toute mon attention. Je comprenais pourquoi, lors de la passation de Rachel, ils n'avaient pas testés ses capacités. Avec tout ce qu'elle pouvait faire.... je vins hocher un peu de la tête, je comprenais le concepts d'un entretien. Au premier regard, cela a du être facile comme passation mais en y pensent bien je pense que ce ne fut pas le cas. Bon, au moins j'avais eu raison en pensant que cela dépendait de chaque personne. Par contre, je ne compris pas tout de suite le lien avec les gens qui entourent la personne qui fait sa passation. Cette pensée me fit légèrement pencher la tête sur le coter alors que je tiquais un peu en entendant le mot douloureux. Mes seuls points de repères concernant des épreuves difficiles et douloureuses étaient lorsque mon pouvoir c'était manifesté pour la première fois et mes rencontres avec Amy. Je n'avais certainement pas envie de revivre quelque chose du genre, mais forcément ça ne devrais pas être la même chose, non? Le contexte et tout serra tout de même différent... je crois... Venant bouger légèrement sur ma chaise, mes poings c'étaient un peu fermé alors que je recommençais à frotter mon pouce contre mon index.

Mes proches.... oui, cela je voulais bien le croire que les retrouver après allait aider. Ho... la je comprend le liens avec les gens qui entourent la personne qui a fait sa passation. Au font, c'est un peu lorsqu'un grave événement arrive dans la vie. C'est toujours plus facile à surmonter avec ses proches. Ce fait me fit sourire un peu alors que je m'efforçais de chasser mes pensés noirs de mon esprit. Écoutant toujours Rachel, je vins hocher de la tête signifiant ainsi que je suivais et comprenais ce qu'elle me disait. Mon sourire s'agrandit un peu, j'étais tout à fait d'accord avec Rachel que cette étape réussi devait se fêter. En fait, je trouvais que c'était plutôt une très bonne idée. Après tant d'effort, je crois que c'était bien mérité pour le nouveau venue.

- Néanmoins si tu veux essayer de commencer à t’entrainer afin de voir ce que c’est, on doit pouvoir t’aider. Aussi bien elle que moi, même si je ne forme personne.

Je vins encore hocher un peu le tête alors que je prenais le temps de réfléchir. J'avais toujours les bras de croisés contre la table, mon regard devins plus sérieux, alors que j'ajoutais finalement:

- Je crois... que j'en ai entendue parler du stage de Sage. Mais... me connaissent, je n'ai pas osé m'y inscrire. Il faut vraiment que je change cette attitude. M'enfin, oui j'aimerais bien essayer de commencer à m'entrainer pour voire ce que c'est.  Hum... il est temps d'oser un peu, non? Mais avant... Tu dit que la passations est éprouvante mentalement et physiquement plus qu'une simple mission. C'est pas un peu dangereux de dépasser ses limites?  Est ce que.... Est ce que il y a un risque de se faire blesser voir..... mourir?  C'est ce qui est arrivé lors de celle d'Amy pour qu'elle ce soit passé aussi mal?

Pour ma dernière questions, je n'étais vraiment pas certaine de réellement vouloir le savoir, mais.... je ne sais pas.... avant de faire un choix ou de continuer dans une direction j'aimais bien connaître dans quoi je m'embarquais. Ce que c'est compliqué dans ta tête Ari... Cependant, j'étais bien décidé à essayer, j'avais fini par m'arrêter sur le oui. Cela allait peut-être changer, ou peut-être pas, mais je m'étais finalement décidé et j'allais commencer à m'aventurer vers cette voie. Mon regard divagua un peu vers la rue alors que je laissais un peu de temps à Rachel si elle voulait me répondre tout de suite. Je finis par tomber un peu dans mes pensés, réfléchissant au passage, alors que j'ajoutais toujours sur un ton doux:

- C'est pas un peu contradictoire ta dernière phrase? Je veux dire le fait que tu pourra m'aider et celui que tu ne forme personne. Mon regard revint lentement se poser dans celui de la mutante. T'aurais pas changé un peu? Remarque, c'est peut-être juste ma perception des choses qui a changé aussi. M'enfin, comme j'ai déjà dit, je suis certaine que tu serrais capable de former quelqu'un.

Je vins légèrement pencher la tête sur le coter alors que du regard j'observais plus en détaille la mutante en face de moi. Ouais... je crois qu'il y a un changement.... mais en même temps je ne suis pas certaines... Redressant la tête après un moment, je vins ajouter:

- Tu sais, je trouve que c'est agréable parler avec toi. Humm... Je vais devoir revoir Sage pour essayer les entrainements? Et.. si jamais tu vois que je recommence à hésiter, douter et à vouloir reculer donne moi une bonne claque en arrière de la tête pour m'empêcher de les laisser prendre le dessus.  


Je me connais, cette situation allait très certainement arriver. Je ne dis pas de me forcer si je ne veux vraiment plus continuer, mais juste de ne pas me laisser suivre mes doutes et tout arrêter sans réelle raison.

_________________


Nombre de rps:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Remember {Ariella Miller}   Dim 6 Déc - 14:35

Ariella ressemblait à une chouette parfois, à ainsi pencher la tête sur le côté d’incompréhension. Mais c’était plutôt sympathique, contrairement à ses hésitations et assombrissements ; même si ceux-ci étaient tout aussi naturels. L’Echo ne s’en inquiétait pas, continuant simplement de parler et d’agir. De sourire aussi, surtout lorsque Steel se rapprocha et la toucha pour la soutenir. Cela faisait plaisir et illustrait parfaitement les aspirations de Rachel quand à un sens de la famille partagé par les X-Men. Peut-être y faisait-elle défaut d’ailleurs, dans son refus de prendre son sous aile des aspirants.

Les X-Men n’étaient pas l’Institution Xavier, ils ne devaient pas être unis par un but commun et des relations de professeurs à élèves. Les X-Men devaient être liés par l’affection, comme une famille, et celle-ci devait les unir au-delà de leurs objectifs. Toutes les familles n’étaient pas ainsi mais au sein d’une même équipe comme au sein d’une famille proche, il fallait essayer. C’était, en un sens, une leçon que Rachel recevait d’Ariella quand bien même c’était elle qui cherchait à partager quelque chose. Partager, un terme bien plus fort qu’enseigner et possiblement parfaitement approprié à la formation d’un nouveau X-Men. L’Echo ne formait personne… au final, qui cherchait-elle à convaincre de cela ?

Hochant la tête quand au fait qu’Ariella avait déjà entendu parler du S(t)age, Rachel ne fut pas surprise que son interlocutrice n’ait osée s’y inscrire. D’un autre côté, l’avait-elle fait pour le Projet Héritage, dans lequel l’activité s’inscrivait ? L’Echo n’en savait rien. Quand au temps de changer d’attitude et d’oser, voici qui la fit sourire à nouveau ; un sourire qui se fit plus hésitant à la modération qu’ajoute Steel à son propre enthousiasme.

La question qui fut posée était des plus pertinentes. Une question qu’elle-même et ses connaissances ne c’étaient jamais posé d’ailleurs, probablement du fait qu’elles n’abordaient pas le « devenir X-Men » de la même façon qu’elles encourageaient les élèves à le faire.

Il n’y a aucun risque de mourir : la Salle des Dangers est programmée pour s’arrêter en urgence avant cela. Après on peut s’y blesser, oui, même s’il faut en avoir la volonté.

Amy comme Caitlyn c’étaient mutilée durant leurs passations ; leurs blessures venaient de là. La passation elle-même n’était pas innocente puisqu’elle les avait poussées à bout mais c’étaient bien les deux X-Women qui avaient choisi de se blesser, avec les conséquences que cela avait eu.

Amy a cherché à booster ses pouvoirs pour devenir plus puissante. Cela a ravagé son corps. Un peu comme ce que tu as fait avec ton entrainement mais elle…

Rachel prit une inspiration, hésitante. Elle voyait bien la crainte d’Ariella, elle pressentait bien les parallèles que pourraient faire l’adolescente puisqu’elle aussi avait déjà entrepris de marcher sur la dangereuse quête de la puissance qu’importe le coût. Et rassurer tout en expliquant une horreur, ce n’était pas facile.

Suivant le regard d’Ariella le long de la rue, l’Echo laissa le silence s’installer et les pensées de son interlocutrice la happer. Il n’était pas dans son intention de laisser là ce sujet mais parler alors que l’adolescente n’était mentalement plus présente était inutile, aux yeux de la jeune femme. Les paroles témoignèrent d’un retour, rapidement accompagnées du penchement de tête de chouette.

La main de Rachel s’en retourna à sa nuque lorsque Steel lui souligna une contradiction qu’elle-même n’avait pas relevé comme tel ; néanmoins la jeune femme le prit avec le sourire, fixant les yeux gris de ses pupilles vertes. Avait-elle changé ? Voici qui était également compliqué… et réciproque. Ariella avait pris en sagesse et en maturité depuis leur dernière rencontre et elle n’avait pas eu besoin d’années pour le faire.

C’est… compliqué. Mais oui, un peu.

Les quelques mots valaient tant pour la contradiction de sa phrase sur la formation que sur le fait qu’elle ait changé, celui que la perception d’Ariella ait changé et qu’elle était capable de former quelqu’un. Quelques mots pour un grand nombre de sens, c’était bien une chose que l’Echo n’avait jamais arrêté de faire.

C’est agréable aussi de parler avec toi. Tu vas un peu vite pour moi mais je te rattraperai !

Amusée, Rachel tâcha de considérer les paroles précédentes sans oublier celles qui les avaient précédées et c’était assez compliqué. Du coup, elle commença par la simplicité.

Et ça marche pour être ta Gibs.

Un clin d’œil, signe qu’elles devaient s’être comprises sur la référence à la série NCIS. Et aussi un instant de plus pour réfléchir au reste.

Sinon tu peux voir Sage pour à peu prêt tout. Elle est comme Google, sauf qu’elle change pas de logo pour les évènements spéciaux. Après… tu as raison, je suis contradictoire.

Prenant une grande inspiration, l’Echo s’encouragea seule à parler longtemps puisque cela serait nécessaire pour son explication.

Toi aussi tu as changé, tu n’es pas seulement plus courageuse mais plus mature et perspicace également. C’est assez impressionnant.

Sourire aux lèvres, Rachel marqua une pause et en profita pour lever la main à destination d’un serveur. Une fois l’addition réclamée, elle en revint à sa discussion.

Je n’aime pas l’idée d’enseigner pour deux raisons : jusqu’à récemment, je n’avais pas eue de réelle formation X-Men et ne voulait pas transmettre la formation de Warhound.

Une fois, avec Jubilee, elles avaient discuté de Rachel comme tutrice de Sanzo ; la question n’avait pas été de savoir si Phénix pouvait entrainer un X-Men mais si l’apprenti pouvait lui survivre. Finalement, la décision avait été prise d’essayer en binôme avec Caitlyn mais cela ne c’était jamais fait.

Mais j’ai changé, oui. J’ai passées deux années dans une Réalité Alternative pour… et bien, prendre en maturité et en sagesse. Réussir à me développer de façon différente. Pour vous, il ne c’est écoulé qu’une nuit.

Mais certains d’entre eux étaient aptes à vous les changements sur elle, qu’il s’agisse des physiques ou bien des psychologiques. Ariella faisait bien plus attention aux autres à présent car elle avait été capable de les remarquer alors même qu’elle était bien moins proche de Rachel que pouvaient l’être Sanzo ou Ninon.

Je te remercie de ta confiance, ça me touche beaucoup. Mais cela ne change pas que je sais que, même après m’être entrainée durement pour devenir une bonne X-Woman, l’entrainement avec moi sera douloureux.

Rachel avait guéries de beaucoup de souffrances et de démons mais la violence resterait à jamais ancrée en elle. Elle le savait et cherchait à l’utiliser de façon positive.

Même avec l’art martial qu’on m’a aidée à mettre au point, un entrainement avec moi risque de se faire avec des blessures. Et malgré que je sois capable de guérir après coup, je préfère éviter de blesser un proche.

Amy et Sage étaient capables de lui tenir tête, la première combinant la technique et les pouvoirs et la seconde la surclassant en technique par ses pouvoirs, mais même les entrainements amicaux et la continuité d’approfondissement des Arts de Guerre Askani se finissaient aux mieux avec des hématomes et au pire avec des fractures. C’était disparu dans les minutes suivant l’apparition mais la douleur était bien là.

Je sais que tu es prête à souffrir pour progresser mais je ne suis pas certaine que ce soit la bonne méthode. Après…

La voix de Rachel mourut. Elle continuait d’avoir du mal avec l’idée mais Ariella avait réussie à la toucher plus qu’elle ne s’y était attendue. Du fait, l’Echo se contenta de faire silence et d’attendre que l’autre rousse lui réponde. Ari avait réussie à avoir beaucoup raison dans les instants précédents, probablement l’aurait-elle encore dans les suivants.

Resterait à aborder le sujet de la quête de pouvoir d'Amy et des conséquences qu'il fallait éviter mais cela serait sans doute plus utile à aborder une fois les choses mises au clair. Qui ne tentait rien n'avait rien…

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariella Miller
Élève à l'Institut Delta
avatar

Messages : 307
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: Remember {Ariella Miller}   Ven 18 Déc - 4:10

( Hrp: Je suis désolé pour le long temps de réponse. J'espère que tu vas aimer.)

Aucun risque de mourir? Cela me rassurais énormément, beaucoup plus que ce que je pensais. Ça, j'allais m'en souvenir et conserver cette information dans un coin de mon esprits tout comme le fait qu'on pouvait s'y blesser. Booster ses pouvoir? Je n'étais pas trop certaine de comprendre et pour être franche la mutante me perdit quelque peu lorsqu'elle ajouta que c'était un peu comme j'avais fait avec mon entrainement. C'était certain que je commençais à faire quelque parallèle voir à m'inquiéter légèrement. Ari, je t'ai dit d'arrêter t'inquiéter. C'est pas possible que t'aille jusqu'à te faire faire un arrêt cardiaque. La forme même de ton pouvoir c'est te protéger, il peu pas te tué... m'enfin je crois...

Si peux de mots pour tant de sens. Je ne suis vraiment pas certaine à quoi cette phrase s'applique, mais je laisse la mutante parler l'écoutant avec attention. Je vins sourire à mon tour alors que je venais légèrement me gratter derrière l'oreille dans un geste un peu nerveux. Oui, je sais, j'ai tendance à aller vite quand je discute mais je ne le fait pas exprès. Au moins elle aussi elle trouve que c'est agréable de parler avec moi, ça me fait plaisirs d'entendre cela.  

- Et ça marche pour être ta Gibs.

Mon sourire s'agrandit un peu alors que je venais légèrement hocher de la tête visiblement contente. Je l'étais autant parce que j'avais très bien compris la référence que parce que Rachel voulait bien l'être. Mon sourire devint un peu plus amusé en entendant la comparaison de Sage avec Google alors que je hochais encore une fois de la tête pour signifier que j'ai compris. J'ai raison? Ha oui? Je.. m'étonne un peu moi même... J'ai changé? Je devins légèrement gêné, alors que je venais me masser un peu la nuque. Pourtant je n'ai pas tant l'impression d'avoir changé... quoique... oui ça se tiens en fait.... Cela parait que je me concentre plus sur les autres et non juste sur moi. Mon sourire toujours présent, ma main qui était contre ma nuque revint doucement contre la table alors que Rachel réclamait l'addition. Lorsque Rachel repris la discutions, mon regard revint se poser dans celui de la mutante alors que je me concentrais sur elle. Alors que L'X-woman parlait, moi j'eus encore le réflexe de pencher un peu le tête sur le coter. Je ne pensais pas qu'elle n'avait pas eu de réelle formation mais ce qui m'intriguais le plus fut le mot Warhound. Je vins légèrement froncer des sourcils alors que mentalement je décortiquais et analysais rapidement ce mot. Warhound..... Chien de guerre.... au début cela me fait plutôt penser à une sorte d'unité spécial de l'armée. Mais bien vite je me mis à faire un peu trop de parallèle avec mes craintes et ce que Rachel m'avait dit sur son monde.

Stop!! Tu déraille la Ari, arrête de penser tu vas te faire du mal.  
Je.... et si... elle a..... les camps....
Arrête j'ai dis! C'est pas le temps ni l'endroit de penser à ça!
.. mais....
Reprend toi! *claque mental* C'est pas le temps de te faire paniquer, ça suffit cette mauvaise manie!


Je vins un peu brusquement secouer la tête alors que toute mon attention revenait sur Rachel. Oui, donc, j'avais vue juste elle a effectivement changé. Mais, je fus tout de même quelque peu étonné qu'elle est allé passer deux ans dans une autre réalité. J'avais encore un peu de misère avec les réalité alternative, c'est fou que ce soit possible, mais je comprend très bien ce que la mutante dit. Je vins encore une fois hocher de la tête, oui elle a prit en sagesse et en maturité. J'eus un autre petit sourire lorsqu'elle ajouta que ma confiance la touchait. Mais..euh.. un entrainement c'est pas supposer être moindrement douloureux? J'eus à nouveau le tic de la chouette alors que j'écoutais toujours en silence. Ho... je vois... quel genre de blessure? Genre des hématomes c'est normal pour un entrainement mais... si elle dois guérir après... cela veux dire que ce serrait plus grave comme blessure..?

- Je sais que tu es prête à souffrir pour progresser mais je ne suis pas certaine que ce soit la bonne méthode. Après…

- Après...? répondis-je en écho, toujours la tête penché sur le coter, alors que le silence s'installait entre nous deux. T'a envie de tenter le coup? C'est ça?

Je me tus, gardent encore le silence pendent quelques secondes, alors que je me redresse pour ensuite me pencher vers Rachel. Mon regard est dans le siens, je suis plus que sérieuse face à ce que je vais dire:

- Souffrir.... C'est l'une des méthodes pour apprendre. Ce n'est pas la meilleur...... n'y celle vers lequel je suis le plus porté à aller... Mais parfois t'a pas le choix pour apprendre et progresser. Je fis une petit pose, réfléchissant un peu. C'est un peu comme les technique d'auto défense avec les points de pressions. Tu subit la technique à force minimal, ça fait mal sur le coup mais après quelque heures d'entrainements à la faire et à la subir tu finis par la maitriser. Ça, ça compte autant pour un entrainement du pouvoir que physique.  

Mon regard s'adoucit quelque peu alors qu'un petit sourire revint se poser sur mes lèvres. Je suis confiante même si je suis consciente des risques. Ça me fait peur mais je suis décidé à continuer puisque j'en avais fait le choix.

- Et puis, ajoutais-je, si t'a trop peur de me blesser lors d'un entrainement, permet moi d'avoir mon armure de déployé sur ma peau. Je ne sais pas jusque ou elle peux résister mais je devrais être correcte et m'en tiré sans blessure. À moins que t'utilise toi aussi tes pouvoir, la je peux pas dire si je vais m'en tirer ou non indemne.

Je me tus alors que je réfléchissait un peu. Je me déplace un peu pour pouvoir mettre mes mains à plat contre la table alors que je détourne le regard pour observer la dite table. Je me remet à créer de toute petite forme au bout de mes doigts alors que j'ajoute doucement:

- Je... je veux améliorer mon pouvoir et ma maitrise, mais je ne veux pas aller jusqu'à me tué ou blesser de façon permanente mon organisme. Mais ça... je ne peux pas y arriver seule... j'ai déjà fait des erreurs et si je continue seule dans cette voie je vais vraiment me faire du mal.

J'arrête de créer des petites formes en métal alors que mon regard retourne se poser dans celui du Phénix. Je ne me rend même compte que je réabsorbe mon bio-métal alors que je continue:

- Amy.... pourquoi elle a voulut booster ses pouvoirs? Moi, pour l'instant, mon entrainement n'a causé qu'une anémie sévère mais elle? Explique moi, je ne veux pas faire le même genre d'erreur. Je ne veux vraiment pas que quelque chose tourne mal. La, mon imagination vas finir par prendre le relai même si je ne comprend pas tout à fait les liens possibles entre nos pouvoirs.

Parlant du loup, mon imagination tournait en arrière plan dans mon esprit. Sautant d'une situation à une autre dans une loupe sans fin. Je vins légèrement soupirer alors que je venais passer une main dans mes cheveux. J'essayais de faire taire mon imagination, je commençais à en avoir un peu marre de la laisser m'influencer. Continue de parler Ari.... ça vas te faire penser à d'autre chose.

- Tu sais, j'ai pas tant l'impression d'avoir changé... mais en même temps ça se tiens. Mon regard envers les autres a beaucoup changé, je me concentre beaucoup plus sur les autres qu'avant. Ça me permet de contrer et gérer ma peur mais aussi de mieux voir ce qui m'entoure. Mais bon, quand on se rend compte que toi aussi t'a changé, ça parait. C'est tout aussi impressionnant que moi même si c'est plus discret.  

J'eus un sourire alors que je venais doucement croiser mes mains. Ari..? Tu peux vraiment pas t'empêcher de poser des questions...? Celle la tu ferrais vraiment mieux de la garder pour toi.... mais je n'écoute pas la petite voix dans ma tête. J'ouvre la bouche, hésitant pendant quelque secondes, avant de demander doucement:

- Warhound.... C'est quoi? Une unité de l'armé de ton monde? Pourquoi c'est l'une des chose qui fait en sorte que t'aime pas l'idée d'enseigner? Je peux comprendre la partie que t'a pas eu de réelle formation de X-men mais pour celle la je dois avouer que je suis dans le noir....

Je m'étais tus, une idée venait de traverser mon esprits et ce même si j'essayais de faire taire mon imagination. Je sais que mes craintes se son réaliser dans son monde d'origine et si un Warhound était pire que ce que j'avais imaginé un peu plus tôt? Quand t'entraine quelqu'un veux, veux pas, tu lui transmet un peu ce que t'a toi même appris. Elle a peut-être été entrainé à blesser voir même..... non.. non..non... je déraille encore, c'est peut-être le contraire de ce que je suis en train d'imaginer. Je vins secouer un peu la tête alors que j'ajoute rapidement:

- Nah, oublie ma dernière question. J'aurais pas du la poser. Et sincèrement, ça me touche que ma confiance te touche, je pense vraiment qu'on peux progresser toute les deux ensemble.

_________________


Nombre de rps:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Remember {Ariella Miller}   Sam 26 Déc - 17:26

L’un des avantages avec les pensées fortes d’Ariella était qu’elles étaient reconnaissables. Pas parce qu’elles avaient une marque particulière, restant les échos astraux raisonnants autour de Rachel comme autant de voix desquelles elle ne c’était pas isolée, mais parce que l’adolescente se parlait à elle-même. Néanmoins, les informations qu’elles apportèrent étaient plus importantes que cette habitude pas mal partagée en ce moment.

Arrêter de penser, c’était révélateur des pensées qui n’avaient été perçues : se faire du mal. Le sourire de l’Echo se dissipa avec malaise, ne revenant pas puisque les paroles ininterrompues n’étaient guère plus joyeuses. La répétition de son dernier mot par son interlocutrice fut l’occasion de laisser à cette dernière le dernier mot, une chose qu’Ariella fit par questionnement.

Envie de tenter le coup, Rachel ne savait pas réellement. C’était possible mais ça serait difficile et stressant, comme la plupart des épreuves. Fixant simplement l’adolescente en silence, elle écouta sa philosophie ; une philosophie partagée par nombre de personne à laquelle elle-même avait du mal à adhérer. Pas par conviction, simplement parce qu’elle n’avait pas connu d’autre moyen d’apprendre, même en cherchant à apprendre à enseigner.

L’exemple d’Ariella était parlant et véridique : sans avoir mal et faire mal, pas de progression. Néanmoins, cela ouvrait la possibilité à ce que l’adolescente continue de s’esquinter avec son pouvoir. Légèrement, ce n’était pas grave. Mais comme elle l’avait déjà fait, c’était hors de question. Sage avait discuté de cela avec Ariella et Jade veillait sur elle, limitant grandement les risques, mais il pouvait y avoir plus comme bien souvent. En tout cas, Rachel gardait une pensée à cela.

Une pensée qu’elle n’avait pas eue et qui la ravie fut celle de l’adolescente, proposant d’user de ses pouvoirs pour se protéger en entrainement. Ça serait efficace, oui, puisque c’était possiblement un moyen d’éviter que les coups fassent mal à l’une et l’autre. Prévenir plutôt que guérir, il fallait bien une élève s’entant shootée deux fois pour y penser… Ah-la-la.

Mes capacités s’adaptent, t’inquiètes pas.

Rachel pouvait dégager une puissance brute proprement illimitée et faire des manipulations si fines qu’elle agissait à l’intérieur même de la matière, ainsi que ce soit par l’extérieur ou l’intérieur les protections usuelles n’avaient pas le moindre effet. En revanche, elle était capable de contrôler très précisément ses capacités, par instinct comme par apprentissage. Régler la force et la résistance du bouclier psionique était assez simple, elle en avait pris l’habitude avec Amy. Il suffisait d’un coup de l’autre pour que le bouclier, s’adaptant pour protéger, se règle inconsciemment.

Ce même inconscient qui fit dessiner à nouveau Ariella avec son biométal. Les capacités mutantes étaient parties intégrantes de l’être et agissaient comme n’importe quelle autre capacité de celui-ci. Simplement il fallait apprendre à les contrôler pour ne pas commettre d’impairs, une chose demandant pratique et parfois théorie.

Hochant la tête quand à la volonté d’Ariella quand à sa progression et ses dangers, Rachel fut forcée de tomber en accord sur les difficultés d’y arriver seul ; ce n’était pas impossible mais très dur et Steel avait prouvé ne pas y arriver. Elle avait apprise de ses erreurs et montrait un certain pessimisme mais l’encourager à faire seule était aussi casse-gueule que de venir l’aider ; peut-être même plus.

Et en parlant de se faire du mal, c’était l’une des poids lourds de la catégorie qui était évoquée : Amy. Ariella avait fait ce qu’un certain nombre avaient également fait et ce n’était pas encore, bien heureusement, au niveau de ce qu’avait pu accomplir l’italienne. Apprendre des erreurs des autres étaient une bonne chose et, en matière de forcer son évolution, Amy n’était pas un exemple à suivre. L’adolescente avait également apprise d’elle-même, cherchant à fixer son image mentale pour que son imagination n’aggrave pas les choses. La progression était impressionnante.

Qu’importe l’impression de rester la même, Ariella avait vraiment changé. Mais elle avait suivi et vécu ce changement, ainsi donc était-il normal qu’elle ne le voit pas. Comme pour un être entrain de grandir, si on le regardait faire on ne le voyait pas tant que si on le redécouvrait changé à chaque fois. Néanmoins, l’adolescente savait où elle avait progressée et c’était positif également, à défaut d’avoir le sentiment lié.

L’Echo sourit au compliment, étant d’accord avec Ariella et dans la réciproque également. Le parallèle était impressionnant également.

Mais le sourire ne dura pas, chez l’une comme chez l’autre. Si la plus jeune croisa les bras, la plus âgée se contenta de fermer les yeux et d’écouter. Warhound… elle pinça les lèvres. Les suppositions n’étaient pas totalement vraies mais trop pour ne pas faire mal. Néanmoins, cette douleur avait été acceptée et ne saignait plus comme elle avait put le faire. Ariella retira sa question rapidement mais ce n’était que rendre inutiles les sentiments qu’elle avait évoqués ; hors, quitte à ce qu’ils soient là autant qu’ils y soient pour quelque chose.

Oui, on peut progresser ensemble. Mais pour cela il faudra que tu comprennes ce que je suis, tout du moins partiellement. Warhound…

La voix de Rachel mourut de nouveau mais cette fois-ci elle prit une grande inspiration, s’efforçant de calmer son visage et d’être sereine. Si elle développait trop longtemps le sujet de son monde, elle pleurerait ; elle le savait. Mais l’Echo pouvait en parler quelques instants également.

Les Limiers étaient une unité de l’armée, oui, une unité spéciale. Chacun d’eux avait un Warhound, un mutant pris à l’adolescence et dressé pour combattre son espèce.

L’Echo souffla, expulsant de l’air de ses poumons presqu’aussi longtemps qu’elle en avait inspiré précédemment. Elle du inspirer de nouveau, du fait, et le fit en fermant les yeux.

On avait pour but de débusquer les mutants et de les conduire à portée des armes humaines. Mais quand ça n’était pas possible, on devait être capable d’exterminer la résistance.

La résistance étant un mot assez vague pour ne pas indiquer la nature réelle de ce qui pouvait se passer même si l’extermination suffisait à l’expliciter.

L’endoctrinement que l’on subissait visait à nous faire plus craindre nos maitres que nos ennemis, à avoir faim de leur sang, à nous battre jusqu’à la mort.

Plissant les yeux et serrant les poings, Rachel resta calme alors qu’elle parlait.

Et pour s’entrainer à cela, il y avait la torture et le fait de s’entretuer. Mangeait qui avait mérité de manger et mourrait le reste.

Weapon X avait faites des horreurs innommables. Mais le Projet Warhound restait la mieux financée de leurs atrocités parce qu’officiellement soutenue par le Gouvernement. Même Trask, pourtant concepteur des robots chasseurs de mutants, avait été horrifiés du sort réservé aux adolescents mutants. La population, elle, avait fermée les eux pour sa sécurité : ce n’était, après tout, que des animaux et qu’ils soient dressés n’était pas pire que l’élevage en batterie pour terminer à l’aratoire.

Déglutissant péniblement, l’Echo rouvrit les yeux.

J’ai été entrainée à chasser et à me battre jusqu’à la mort, la mienne ou celle de mon ennemi.

A l’époque, s’il n’y avait pas un humain pour leur donner l’ordre d’arrêter, ils ne s’arrêtaient pas. Une fois la « muselière » lâchée, une fois les capacités mutantes restituées après désactivation du collier inhibiteur, les Warhounds étaient ce qu’on les avait entrainés à être : des chiens de guerre.

Désormais, je suis capable de mener une confrontation sans chercher à tuer mon adversaire mais, régulièrement, je le blesse. Même dans les prises de soumission. C’est presqu’instinctif.

Et généralement bien moins nécessaire ou rapide que la technique de neutralisation employée par Sage, pourtant bien désagréable également ; Rachel n’en avait jamais été victime parce que cela risquait de l’enrager et qu’elle comme l’autre X-Woman en étaient parfaitement conscientes.

Néanmoins, ton armure devrait pouvoir te protéger des coups les plus dangereux. Et puis il y a toutes les prises de self-défense X-Men et de mon art de guerre qui ne sont pas réellement dangereuse.

On en venait à une partie plus rassurante, en un sens, même si Rachel se savait partir sur un sujet encore sombre mais qu’elle avait déjà esquivé par deux fois. Les associations d’idées ne menaient pas toujours au meilleur. Elles s’étaient entrainées avec Amy pour qu’elle-même ne soit plus aussi dangereuse involontairement et, après des mois et des années, c’était plutôt réussi. Mais cela n’empêchait pas la crainte.

Concernant Amy… A la base, elle faisait de la photosynthèse et régénérait. Mais elle a développée une capacité de Berserker et, durant sa passation, elle a voulue en dépasser les limites.

Pas assez puissante, à côté d’X-Women comme Ororo ou Jubilee… Comme si c’était la puissance qui faisait la valeur. Même à la Confrérie, ils n’en étaient pas à cette mentalité.

Elle a réussi mais dérégler son Berserker a déréglé l’entièreté de son biologisme. Elle a vieilli d’années en quelques minutes et ils ont luttée pendant plus d’une heure pour la maintenir en vie.

Par chance, il y avait eu Josh Foley à l’Institut à l’époque ; Elixir, le plus grand guérisseur au monde. Il ne c’était pas contenté de la sauver, il avait littéralement ramenée Amy à la vie.

Ses pouvoirs ont été augmentés, oui, mais son corps avait changé et elle est morte sous les yeux de Caitlyn. Je te passe les détails mais le prix de la puissance a été monstrueux.

Et niveau puissance, Amy ne volait toujours pas bien haut. Elle avait néanmoins l’avantage d’un large éventail de possibilités même si la plupart étaient plus sympathiques que dangereuses. Faire joujoux avec la polymorphie était plus cool que défoncer des murs à coup de poing, une chose que l’italienne n’était même pas forcément apte à faire sans son Berserker.

Le chemin du pouvoir est dangereux. On dit qu’un grand pouvoir implique de grandes responsabilités, j’y ajouterai qu’un grand pouvoir peut balafrer la chair et ronger l’esprit.

Et dire qu’elle avait trouvée Ariella pessimiste lorsque cette dernière avait parlé de n’être capable de s’entrainer sans faire pire. Une fois encore, elles étaient sur la même longueur d’ondes.

Développe tes capacités comme tu as développer ton aptitude au tir à l’arc. Mais ne force jamais pour gagner un au-delà, ne cherche pas le pouvoir.

Sage ne parlait jamais de « pouvoir mutant » mais toujours de « capacité mutante » ; l’Echo venait enfin de comprendre pourquoi. Le pouvoir avait une notion de puissance et de supériorité, la capacité s’étendait sur le développement de soi et de la maitrise.

Tapant dans ses mains, Rachel entreprit de se lever de la table. L’adition tardait à venir et elle s’en allait donc payer au bar, changeant avec une habilité douteuse de sujet.

Je pense qu’on peut s’arrêter là avant de se déprimer d’avantage. C’était pas l’idée.

Enfin, une commémoration n’était pas joyeuse mais elles n’avaient pas à s’enfoncer plus encore.

Je vais payer, tu m’attends ?

Une fois la réponse obtenue, l’Echo enchaina avec un clin d’œil :

Et c’est cool d’avoir nettoyée la table en réabsorbant ton métal, comme ça le serveur sera pas trop choqué.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Remember {Ariella Miller}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Remember {Ariella Miller}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ♫ ♪J’ai vu dans la nuit passer un traîneau ♫♪ Et j’ai vu aussi ton grand ami ♫♪ Père Noël arrive ce soir ♪♫ ( PV Ariella Miller )
» REMEMBER ME
» Robert Pattinson et Kristen Stewart : Première de Remember Me à New-York
» Clip controversé " Can't remember to Forget you "
» HENRY MILLER UN HOMME DE PASSION ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: New-York et Autres Lieux :: New York :: Les Rues :: Bleecker Street Station-
Sauter vers: