AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les gens veulent savoir ! [PV Rachel + Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Garrett River
Neutre Epsilon
avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 06/04/2013

MessageSujet: Les gens veulent savoir ! [PV Rachel + Libre]   Mer 27 Mai - 13:27

Lundi 25 Mai 2015...

Garrett arriva en vue du building. Celui-ci, comme tant d’autres, l’écrasait de sa taille vertigineuse. Au guidon de sa bicyclette, il manœuvrait habilement entre les voitures, les passants, les poubelles et les poteaux. Lorsque c’était nécessaire, et c’était le cas souvent, il se signalait grâce à la sonnette du deux roues, ou en criant. On le regardait passer parfois avec de grands yeux. Une souris sur un vélo, cela ne se voyait pas tout les jours. Pour autant, les newyorkais commençaient à avoir une sacrée habitude de l’étrange. Aussi la surprise était sans doute moins vive qu’elle ne l’aurait été ailleurs. Garrett, lui, pensait toujours à ce coup de fil. Son patron l’avait tiré du lit et ce n’était pas pour rien, au moins l’espérait-il. En même temps, il était plus de dix heures du matin, le commun des mortels étaient levé depuis longtemps déjà. Un virage à gauche et le voilà engagé dans le tunnel descendant menant au parking privé du gratte-ciel. Il croisa le vigile, qu’il ne connaissait que de vue, puis abandonna sa bicyclette à l’endroit habituel. Direction l’ascenseur, puis le dix-huitième étage.

Durant la montée, il retira ses gants de laine qu’il fourra dans une poche de son imperméable. L’hiver semblait vouloir revenir à la charge, mais selon la météo, dès demain il ferait beau et chaud. Le temps était fou, comme à peu près tout le reste. L’ascenseur s’immobilisa dans une légère secousse, puis les portes coulissèrent. Encore quelques pas et le petit hybride pénétra dans les locaux du journal : le Mutant Attitude. Il y régnait une grande effervescence. Le personnel allait, venait, échangeait bruyamment. Plusieurs téléphones sonnaient, engendrant une stupéfiante cacophonie. Là une imprimante crachait feuilles sur feuilles devant un stagiaire boutonneux, ici on bavardait à côté de la machine à café. L’endroit sentait encore le neuf, mais peut-être que la souris était la seule à pouvoir le constater.

« Garrett, le patron veut te voir », l’apostropha la secrétaire revêche, en détournant un instant son regard de son ordinateur.
« Je sais... Salut au fait. »

Pas de réponse, la secrétaire était déjà retournée à son moniteur. Les verres de ses lunettes rondes renvoyaient des images colorées, si bien que River se demanda vaguement si la femme n’était pas en train de jouer à quelque chose, ou de profiter d’un film. À chacun sa pause. Il poursuivit son chemin et ne tarda pas à croiser Samuel, l’homme charger de retravailler le fruit de ses recherches afin d’en tirer des articles digne d’être publié. Ils se serrèrent la main cordialement.

« Bonjour White Mouse. Alors, le spectacle, comment ?
- Impecc, comme d’hab.
- La prochaine fois, je viendrai. J’ai tellement hâte de te voir faire le magicien ! »

Il disait cela à chaque fois. Mais Samuel avait une vie de famille très chargée. Entre celle-ci et son job, il n’avait pas une minute à lui. Dommage car Garrett l’appréciait particulièrement.

« Dis, tu sais ce que Blackletter me veut ?
- Le reportage à l’Institut, sans doute. Ça fait presque une semaine qu’il remue ciel et terre pour l’obtenir. Ne le fais pas attendre, ça vaut mieux. »

Garrett frappa enfin à la porte du directeur, puis entra. Une fois refermée, il se retrouva un peu isolé du brouhaha ambiant. Un coup d’œil circulaire lui apprit que Grégory n’était pas là. Il avait dû s’absenter un moment pour régler une affaire pressante. Avec lui, tout était pressant. La porte se rouvrit à la volée.

« Ha Garrett ! Vous en avez mis du temps ! »

Grégory tapota un siège pour inviter son subalterne à s’assoir, puis il contourna son bureau, se délesta d’une clé USB et de plusieurs dossiers avant de s’installer dans son fauteuil. Grand, carré, affublé de son costume marron, avec cravate, son crâne dégarni luisant sous les néons, il avait vraiment la tête du big boss, le caractère également. Il joignit les mains et toisa l’hybride qui venait de rehausser son siège au maximum.

« Bien. Nous avons enfin obtenu l’aval du B.A.M., nous pouvons faire cette visite à l’Institut que j’avais déjà évoqué.
- Pas avec moi, patron. Et que vient faire le B.A.M. dans cette histoire ?
- Il faut montrer patte blanche chez eux avant de pouvoir prendre rendez-vous avec l’Institut.
- Patte blanche ? La mienne est pas si blanche que ça », s’inquiéta Garrett.

Même si sa situation, à priori, était conforme aux lois de cet état, il ne tenait pas à voir les autorités s’intéresser de trop près à son cas.

« Elle l’est assez, cesser de tergiverser. Et puis, tout est déjà organisé. Demain, un taxi viendra vous chercher pour vous conduire à l’Institution Charles Xavier. Officiellement, vous êtes là pour faire un article sur l’endroit.
- Et officieusement ?
- Vous ne devinez pas ?
- Non. Je devrais ?
- Mais bien sûr que oui ! Vous ignorez donc les rumeurs qui courent sur l’Institut ? Qui a créé cet endroit ?
- Le Professeur Xavier.
- Qui a créé les X-Men ?
- Le Professeur Xavier.
- Il n’y a pas comme un point commun ?
- Heu... »

Grégory tapotait impatiemment de ses doigts son bureau. Garrett se dandina nerveusement sur sa chaise. Il finit tout de même par comprendre.

« Attendez, l’Institut, c’est une école. Vous n’imaginez quand même pas qu’il y a la base des X-Men planquée là-bas, si ?
- Vous vous souvenez de l’attaque de la Confrérie sur cet endroit ? Ça a fait les gros titres. Les X-Men et la Confrérie, ce ne sont pas des amis. L’attaque n’était certainement pas dû au hasard. Il y a quelque chose là-bas et je veux que vous le découvriez. Je veux que ce soit nous, le Mutant Attitude, qui allons annoncer la découverte au grand public ! Apportez-moi se scoop et vous aurez la prime de votre vie ! Les gens veulent savoir ! Et nous, on leur donne ce qu’ils veulent ! »

Le message était clair comme de l’eau de roche. Le directeur mettait une fougue stupéfiante dans ses instructions. La souris se demanda s’il n’aurait pas fait un bon politicien.

« Bien. Compris patron. Et s’il n’y a rien ?
- Apportez-moi des infos croustillantes sur l’Institut, on s’en contentera. Je veux tout savoir jusqu’à la couleur des sous-vêtements des élèves ! Ho et évitez de vous présenter là-bas habillé comme un sac à patate. »

L’hybride baissa les yeux sur sa tenue qui laissait en effet à désirer. Mais bon, en même temps, il s’était levé en quatrième vitesse.

Mardi 26 Mai 2015...

Garrett regardait le paysage défiler à travers les vitres du véhicule. La ville s’éloignait, la campagne s’imposait. La météo ne s’était pas trompée, aujourd’hui, il faisait beau. Installée sur la banquette arrière du taxi, l’hybride portait son costume du dimanche qu’il avait repassé pour l’occasion. C’était un complet noir, avec nœud papillon et bottines cirées. Sur le siège d’à côté se trouvait sa petite mallette. À l’intérieur étaient cachées trois de ses souris apprivoisées. S’il pouvait les lâcher dans l’Institut, il ne s’en priverait pas. Une certaine excitation s’était emparé de lui. Il n’allait pas visiter n’importe quoi. Ce lieu mythique, il ne le connaissait que grâce aux médiats. C’était avant tout sa propre curiosité qu’il allait assouvir. Qu’allait-il découvrir ? Une école pour mutants ou une couverture derrière laquelle se dissimulaient les célèbres X-Men ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: Les gens veulent savoir ! [PV Rachel + Libre]   Dim 31 Mai - 15:35

Mardi 26 Mai 2015 – 02 : 30 P.M.
Le Mutant Attitude, Rachel ne le lisait pas ; mais elle ne lisait pas grand-chose de toute façon, à part quelques bouquins empruntés à la bibliothèque quand un sujet attirait sa curiosité ou quelques trucs trouvés sur le net pour occuper ses soirées. Néanmoins elle n’était pas bête et avait parfaitement bien compris qu’un journal cherchant à mettre en lumière des scandales ne venait pas à l’Institution Charles Xavier pour jeunes surdoués dans le but d’y faire un simple reportage. Comment pouvait-on accepter de parler à ces gens-là, qui venaient expressément à la recherche d’une information que l’on ne voulait pas voir apparaitre ? Evidemment, s’il s’agissait de communication médiatique il était parfaitement possible que laisser « échapper » un scandale puisse permettre d’attirer les projecteurs mais il ne lui semblait pas que ce soit le cas de l’Institut. Les deux principaux moyens pour connaitre l’école restaient de faire des recherches sur Charles Xavier ou de s’intéressé au programme de réinsertion Hopes du BAM, le reste étant plutôt brouillé puisque quand le plus grand télépathe du monde voulait dissimuler quelque chose, il n’y avait que très peu de gens pour voir à travers son jeu. Selon Sage, c’était la déclaration de sa fondation des X-Men qui attirait l’attention sur l’école et il n’était pas bien difficile de faire des hypothèses partant d’événements passés, tant de membres de l’école que de l’école elle-même. D’une certaine manière, Caitlyn et elle avait parlée de l’Institution dès le Show d’Ellen Stone et que des gens aient retenu le sous-entendu de leur rencontre malgré la masse d’informations télévisuelle n’était guère étonnant. Cela ne répondait néanmoins pas à la question principale sur ce que pouvait venir chercher le Mutant Attitude : une école pour mutants ou un lien avec les X-Men ?

Le BAM avait autorisé qu’on s’intéresse à son « centre de réinsertion » et visiblement l’Institut avait également accepté d’ouvrir ses portes au journal pro-mutant, restait donc à gérer l’affaire. En tant qu’hôtesse d’accueil et de sécurité, c’était de son rôle que de le faire. Le fait qu’elle soit une X-Woman déjà connue pouvait être une aide comme une difficulté dans ladite affaire, fonction de comment cette dernière tournait. Mais l’Echo ne s’en faisait pas réellement, si elle-même échouait il y avait en ces lieux des gens capables de tours de magie suffisant à ce que souvenirs et intérêts pour ce lieu et ses habitants disparaissent. A bien des égards, l’Institution Charles Xavier pour jeunes surdoués était une zone de non-droit et même le Triskelion respectait ce fait, pour ne pas dire qu’il l’autorisait officieusement tant qu’il y avait collaboration. Ça ne serait pas la première fois que similaires choses arriveraient, même si ce n’était pas la partie de la rousse que d’ainsi manipuler esprits et événements quand bien même elle progressait en télépathie comme en maturité ; choses nécessaires à son nouveau rôle au sein d’X-Team et à ses plus grands engagements économico-médiatico-socio-etc. quand bien même elle essayait de garder son attitude simpliste.

Comme le voulait son contrat, l’Echo serait vêtue d’habits de marques puisqu’entrant en contact avec la presse. Cela avait arrangé tout le monde, sauf elle : s’il était vrai que ça éliminait les risques de tenues « trop avancées sur la mode actuelle », pour ne pas dire à la limite de la décence, Rachel avait estimé avoir fait suffisamment de compromis pour qu’on lui foute la paix à ce niveau-là tandis que le fait qu’elle ne créait plus ses propres tenues en molécules instables était assez frustrant. Néanmoins elle gardait le choix parmi diverses propositions, un minimum, et n’avait aucun contrat d’exclusivité. La tenue du jour était donc composée d’un t-shirt vert, sans manche et à col bateau, signé de chez Francesca mais qui devait être trouvable pour une trentaine de dollars dans la plupart des magasins de fringues. C’était bien là le seul abordable puisque la jupe blanche dans lequel il était embraillé, en dentelle et dotée d’une ceinture intégrée, touchait elle dans les 130$ chez Heartloom, prix encore inférieur au sac à main Rebecca Minkoff qui pendait à son épaule, fait de cuir souple, blanc et avec une frange hirsute qui touchait dans les 200$ et arrivait à la moitié des mules à talon ouvertes, dont la maille brodée et le talon en bois naturel empilé faisait monter la valeur à plus de 400$. Rachel n’avait pas réellement d’idée sur la valeur des choses, pourtant indiquées sur les prêts qu’on lui faisait, mais avait globalement retenu que c’était comme pour le QI : à partir de trois chiffres, ça commençait à faire beaucoup. Enfin, même la ceinture était chère et en plus compliquée à mettre puisque composée d’une partie large prenant la taille et se terminant à chaque bout par des rubans qui se croisant dans le dos pour s’attacher ; une ceinture obi, qu’on lui avait dit, avant qu’elle demande si c’était « the one » et se prenne un bide magnifique puisque personne n’avait comprise la référence à Star Wars… Hors donc, oui, Rachel avait réussit à trouver des fringues courtes qui lui plaisaient mais c’était sérieusement plus long, chiant et compliqué que simplement se demander ce qu’elle aller créer le matin même.

Le début d’après-midi était là et l’heure du rendez-vous bientôt également. Il fallait toujours attendre que le zénith soit passé pour prendre des rendez-vous avec les gens de New York City, considérant la distance qui les séparaient. Graymalkin Lane, la terre des ancêtres maternels de Charles Xavier, se trouvait à 8km au Nord de Salem, dans le creux formé par East Branch Reservoir qui la limitait au sud, à l’ouest et au nord. Grand et relativement isolé, même si relativement proche de Brewster et de Peach Lake, Graymalkin Lane était bien desservi puisque l’échangeur entre l’intersate 684, qui remontait depuis NYC, et l’interstate 84, qui traversait latéralement l’Etat de New York vers la proche frontière du Connecticut, se trouvait de l’autre côté du réservoir. Néanmoins il fallait tout de même parcourir les 97km de route et cela prenait une heure environ, moyennant la vitesse du chauffeur et l’absence d’embouteillages, puis il suffisait de prendre la sortie pour Brewster et de suivre Danbury Road jusqu’à tourner à droite sur Joes Hill Road et entre à droite sur Timber Road pour finir, après 50 mètres, à l’entrée du domaine.

Elle était composée d’un grand portail de fer dont les battants ouverts ne laissaient plus paraitre le X cerclé dont chaque moitié était stylisée sur l’un d’eux et dévoilaient clairement la petite route traversant le bois vers la silhouette rouge du Manoir Graymalkin. La silhouette svelte de la jeune femme zonait un pied et le dos posés contre l’un des murs de briques entourant le portail et interdisant l’accès au domaine, non loin de la plaque ovale gravée du même X entouré, avec les inscriptions « Ecole Xavier pour jeunes surdoués » suivie de l’adresse, gagnant quelques centimètres grâce à ses talons pour se rapprocher du mètre quatre-vingt. Ses cheveux cuivrés tombaient jusqu’à ses omoplates, laissés libres pour encadrer son visage sculptural à la peau claire et aux traits fins, depuis les sourcils qui surplombaient ses yeux aux paupières closes et le nez en trompette qui les séparait jusqu’à sa bouche dont les lèvres pulpeuses le paraissaient à peine plus grâce à l’application de rouge à lèvres, couvrant une partie de ses épaules et laissant échapper les fils noirs de ses écouteurs, qui s’en descendant se réfugier dans le sac à main.

Ouvrant ses yeux vers lorsque ses sens perçurent l’arrivée du taxi sur Timber Road, Rachel retira ses écouteur pour les ranger négligemment alors qu’elle concentrait sa perception psionique sur l’intérieur du véhicule, négligeant un peu les affaires de l’Institut quelques secondes ; elle était en période de fin d’année de toute façon, les élèves seraient bien occupés dans leurs cours et leurs révisions. Non content d’être un journal pro-mutant, peut-être pas celui leur faisant la meilleure presse mais au moins se revendiquant comme tel, le Mutant Attitude avait envoyé un journaliste mutant pour faire l’enquête. La mutation était visible et avait quelque chose de familier, ce n’était ni le premier hybride ni le premier hybride rongeur que la jeune femme croisait ; elle avait viré chat depuis, néanmoins. Et puis cet hybride-ci était bien plus clair, littéralement, son poil renvoyant la totalité des ondes lumineuses, devant donc paraitre blanc à la vue, tandis qu’il lui semblait plus petit et léger que le souvenir qu’elle gardait d’Ernest. Il était vêtu d’un costume officiel et avant même un attaché-case, même si ce dernier contenait trois autres rongeurs, animaux cette fois, en plus de son matériel. De quoi faire tiquer l’Echo alors qu’elle se décollait de son mur, même si c’était les renseignements apportés par le reste du matériel qui l’intéressaient le plus.

Entreprenant d’avancer avec un petit sourire et une main sur son sac à main pour éviter qu’il ne l’heurte dans ses mouvements, Rachel s’en alla accueillir le nouveau venu à sa descente du taxi.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garrett River
Neutre Epsilon
avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 06/04/2013

MessageSujet: Re: Les gens veulent savoir ! [PV Rachel + Libre]   Lun 1 Juin - 18:23

Alors que le taxi poursuivait sa route vers la si fameuse Institution Charles Xavier, Garrett rassemblait mentalement ce qu’il savait déjà au sujet du lieu. Une vague appréhension s’empara de lui lorsqu’il constata que ses connaissances se limitaient à trois fois rien. Certes, un grand mystère auréolait cet endroit, sans quoi il n’y aurait pas été envoyé par son boss. Mais même pour un reporter, il n’était pas très informé. Quelqu’un de plus consciencieux que lui aurait épluché le net et les sources journalistiques en quête de tout ce qui se disait sur l’Institut, fait avéré ou simples spéculations. Lui, il allait là-bas sans s’être préparé, avec seulement en mémoire ce qu’un quidam peu attentif aurait pu glaner par le plus pur hasard. Non, ce n’était pas sérieux. Mais Blackletter ne l’avait pas embauché pour son sérieux de toute façon. Non, il voulait un fouille-merde prêt à tout pour dénicher le mythique scoop du siècle. Pour cela, il fallait de la psychologie, de la vigilance, de bonnes questions et, si possible, quelques instants de tranquillité pour s’offrir une visite non guidée. L’hybride se rassura en se disant qu’il était bien assez débrouillard pour au minimum dénicher une infos digne d’intérêt. Il fallait l’espérer ou Blackletter lui ferait la peau.

Lorsque les virages commencèrent à se multiplier, Garrett sortit de ses réflexions. Son regard se porta sur sa mallette. Il ne lâcherait ses souris que si l’occasion se présentait. Mine de rien, il tenait à ses animaux de compagnie. Il les faisait voyager avec tout le confort qu’il leur fallait : nourriture, eau, aération... La mallette n’était que pour elle. Ses yeux se portèrent sur la vitre, l’Institut était en vue. Les choses sérieuses allaient débuter. La voiture s’immobilisa.

« Attendez-moi un peu plus loin. Je vous passerai un coup de fil lorsque ce sera bon », dit le petit mutant en ouvrant la portière.

Une fois dehors, il lissa son costume d’un geste rapide, attrapa sa mallette et se dirigea vers la femme qui l’attendait. Il arbora son attitude la plus joviale. Sa spontanéité de façade abusait tout le monde. Son apparence attendrissante y était pour quelque chose. De plus, le double jeu était devenu pour lui une seconde nature, voir la première. Et déjà dans sa tête, il constatait... Cette rousse, ce visage, bon sang, c’était une X-Men, non ? Hé merde, il aurait quand même dû un minimum se préparer. En tout cas, cette personne était super agréable à regarder, typiquement le genre de nana sexy qu’on sentait prête à... à... hum, assez ! Son imagination s’emballait. Il s’avança, tendit la main...

« Bonjour ! C’est très aimable à vous d’avoir accepté de me recevoir ! Oui, vraiment, peu de journalistes peuvent se venter d’avoir franchi se portail. Mais je m’égards. Je suis Garrett River, reporter au Mutant Attitude. »

Dès qu’il le put, il sortit de sa main libre un dictaphone. Le petit appareil, au style moderne très épuré, était son compagnon d’investigation. En effet, il écrivait si mal qu’il était plus simple de confier à Samuel un fichier audio plutôt qu’un torchon.

« Cela ne vous dérange pas que j’enregistre ? J’ai l’habitude de travailler ainsi. »

Dans son dos, le taxi redémarra et s’éloigna. Il avait été payé pour un aller-retour et allait donc se garer dans un coin libre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: Les gens veulent savoir ! [PV Rachel + Libre]   Ven 5 Juin - 17:23

L’inconnu sorti rapidement du taxi et vérifia qu’il était présentable dans son costume officiel, une délicatesse que Rachel n’aurait pas. A son avance répondit celle de l’autre et il en fut de même pour la détente bienheureuse, malgré quelques heurts chez son vis-à-vis. Laissant passer hésitation et regard, l’Echo du Phénix en fit de même lorsque la main lui fut tendue. Elle répondit néanmoins à la politesse, à défaut d’en avoir l’habitude ou de posséder la bonne main directrice.

- Dame Rachel Anne Summers DCVO, l’Echo du Phénix, se présenta-t-elle à son tour, sa voix fluette ayant un débit assez rapide. Hôtesse d’accueil et de sécurité à l’Institution Charles Xavier pour Jeunes Surdoués.

Elle ne répondait pas aux remerciements car n’avait rien à y répondre ; très aimable ? Sans doute. Peu de journaliste ayant franchi les portes de Graymalkin Lane ? Assurément. Garrett s’égarait ? Ben il avait plutôt bien trouvé l’Institution, tous n’y arrivaient pas aussi bien. Elle ne précisa pas non plus son rôle, parfaitement illustré par son métier au nom personnalisé par ses propres soins.

- Cela ne vous dérange pas que j’enregistre ? demanda le reporteur après avoir sorti un enregistreur vocal, faisant considérer sa réponse à l’Echo. J’ai l’habitude de travailler ainsi.

- Cela dépendra de tes questions, déclara-t-elle simplement, sans la moindre animosité.

Regard un instant attiré par la voiture qui s’en retournait, les laissant seuls avec un unique endroit où aller, l’Echo en revint bien vite au petit hybride alors que ses flots de pensées laissaient émerger une parole un peu plus construite.

- En fait, on m’a dit de t’accueillir et d’répondre à tes demandes, mais on m’a pas expliqué le but de ton reportage, reprit-elle avec son naturel gentillet, marquant une nouvelle pause de plusieurs secondes.

Rachel n’était pas du genre prévoyante, ou plutôt elle s’estimait prévoyante à sa manière. Comme pour sa patience, son rapport différent au temps lui faisait considérer autrement son écoulement et elle ne voyait pas l’utilité de réfléchir aux questions avant puisque celles-ci lui viendraient naturellement pendant. De même, faire des suppositions était inutile puisqu’elle devrait se trouve audit moment pour avoir les confirmations nécessaires.

- Du coup, fonction de c’que tu veux savoir, tu pourras enregistrer ou pas. Je te l’dirais sur le coup si tu veux.

Enregistrer des bandes sonores, c’était bien moins fatiguant que de prendre des traces écrites. Une preuve de professionnalisme, surement, même si chacun devait avoir sa méthode en la matière. En tout cas, elle devrait parler plus fort, ce qui n’était pas un problème, et plus distinctement que la norme. Elle allait devoir « faire son anglaise » à défaut de « filer à l’anglaise » ; Wisdom exigeait aussi d’elle un comportement plus éduqué qu’elle ne l’était réellement et du coup l’Echo s’en était faite une expression, découvrant au passage un autre dicton voisin et bien moi apprécié du britannique.

Se retournant pour commencer à marcher en direction de l’Institution, Rachel espéra que Garrett ne perçoive pas les cicatrices que laissaient paraitre sa tenue ; les manches courtes ne couvraient pas les quelques marques de fouet horizontales sur son bras gauche tandis que la jupe n’en faisait pas mieux avec la verticale sur l’arrière sa cuisse gauche ou la blessure par balle sur l’arrière de la droite. Elle commençait à songer à les faire enlever mais ne savait pas s’il ne s’agissait pas là d’un début d’oubli, vis-à-vis de son monde et de la guerre qu’elle y avait vécu. Terminée là-bas, qu’elle tâchait d’éviter ici, l’Echo ne savait si c’était de la rémission ou bien de la négation  que de vouloir s’ôter des cicatrices et du fait n’en faisait rien. Elle garderait la Marque du Phalkon et continuerait de faire apparaitre les Marques d’Assermentation des Limiers au besoin, mais les blessures qui déformaient son corps… elle verrait plus tard, en temps voulu.

Suivant la route à travers le bois et ignorant la division de celle-ci en trois parties à mi-chemin pour continuer sur la partie principale, Rachel essaya de ménager son pas rapide et ses grandes enjambées vis-à-vis de la petite taille de son interlocuteur. Elle faisait cavaler la plupart des élèves durant les visites mais à défaut de savoir si la mutation de Garrett l’avantageait ou le désavantageait sur le plan de la vitesse de déplacement, elle s’assurait d’être audible pour son engin, malgré les bruits de talons sur le bitume, et pas trop désagréable pour lui-même.

- Tu viens reporter sur quoi ? demanda-t-elle rapidement, histoire d’avoir le trajet pour réfléchir à ses premières réponses.

Regardant l’Institution, dont elle percevait mentalement une partie toujours plus grande à chacun de ses pas, la jeune femme se demanda si elle aurait à la défendre d’une nouvelle manière en ce jour à défaut de se demander si c’était une erreur que de recevoir un journaliste. Oui, c’était un événement plus qu’exceptionnel mais il fallait bien laisser un peu d’ouverture au monde si l’on voulait le changer. Elle ne se prendrait la tête sur aucun de ces sujets, consciente qu’elle aurait la réponse en son temps et que la première devrait être plutôt immédiate. Elle verrait bien.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garrett River
Neutre Epsilon
avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 06/04/2013

MessageSujet: Re: Les gens veulent savoir ! [PV Rachel + Libre]   Dim 7 Juin - 16:38

Dame Rachel Anne Summers DCVO, l’Echo du Phénix... Voilà à qui Garrett avait à faire. Une X-Woman, il en était certain à présent. Bon début ! Hôtesse d’accueil et de sécurité... Charmant intitulé de post. L’accueil devait être sécurisé ? Ou était-ce là deux prérogatives indépendantes ? ...à l’Institution Charles Xavier pour Jeunes Surdoués... Le mot "mutant" était absent de l’intitullé officiel de ce lieu. Ce n’était pas un hasard. L’Institut avait ses secrets. Cela dépendra de tes questions... Intéressant. Il y avait donc des questions à ne pas poser, tout du moins, à ne pas enregistrer. La nuance était de taille. Même l’absence de réponse à une interrogation était un indice. Garrett analysait tout ce qu’il entendait. Tout ce qu’il voyait également. Les traces de blessures ne lui échappèrent pas. Pour autant, même si elles l’intriguait à titre personnel, il aurait bien voulu savoir où Rachel s’était fait cela, ce n’était pas le but de sa visite que de s’intéresser au cas particulier d’un individu.

Il suivit la jeune femme. Sa démarche était souple, légère, rapide. Il devint manifeste qu’il pouvait suivre sans problème quelqu’un qui marchait normalement. Alors que son cerveau était en ébullition, il n’en montrait rien, se contentant de conserver une attitude absolument aimable et polie. Il était même difficile de noter ce sur quoi ses yeux noirs s’arrêtaient particulièrement, tant il prenait garde instinctivement à camoufler ses intentions. On le sentait vif d’esprit, curieux de tout, mais sans plus.

« Très bien, vous n’aurez qu’à me dire d’arrêter d’enregistrer si nécessaire. Vous pouvez même vérifier l’enregistrement au besoin, je tiens à faire les choses dans les règles. »

Petit rire décontracté.

* De toute façon, ce qui compte, c’est ce que je retiens. *

« Donc voilà. On m’a envoyé pour faire un reportage sur l’Institut, tout simplement, commença-t-il à expliquer. Vous devez vous douter qu’avec les récents événements médiatiques, vous attirez les regards. Et puis, il y a aussi le programme de réinsertion Hopes. »

L’hybride souris profita un instant de la vision des bois. Le cadre était sympa. Il ne tarda pas à poursuivre, non sans oublier d’enclencher son dictaphone.

« D’ailleurs, pourquoi ne pas commencer par le commencement ? Imaginons que je ne sache rien sur ce lieu. Pouvez-vous m’expliquer sa fonction ? Une institution pour jeunes surdoués. Quel genre de surdoués ? Par quel moyen est-il possible de venir étudier ici ? »

En dire un minimum, laisser l’autre parler au maximum. Et toujours garder le sourire, même si dans les faits, Garrett ne souriait pas vraiment. Son attitude joviale passait surtout par ses traits ronds et la position hautes de ses oreilles, par son entrain aussi, sa voix pleine de vie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: Les gens veulent savoir ! [PV Rachel + Libre]   Sam 13 Juin - 22:18

Rachel avait une avance plus rapide que la moyenne, par combinaison de grandes enjambées et d’un pas assez rapide et régulier ; même si Garrett avançait avec une vitesse normale malgré sa petite taille, celle de la jeune femme tendait à être plus rapide que ladite norme. Même marcher, elle ne le faisait pas dans la norme même si elle aurait pu s’en distinguer bien plus.

L’hybride souris avait également quelque chose de bien différent de la norme : son observation. Léger et rapide, comme son pas, son regard survolait tout d’une manière experte que l’Echo avait déjà pu observer chez d’autres. Une fois encore, il semblait professionnel et compétent, chose qu’il prouva en lui laissant l’autorisation de vérifier l’enregistrement au besoin pour faire les choses dans les règles.

- D’accord, répondit-elle à son tour, au naturel, alors que son vis-à-vis avait un petit rire.

Rachel l’aurait peut-être suivi d’un sourire si l’Astral n’avait pas raisonné d’une pensée forte qui ne pouvait avoir qu’un seul propriétaire ; l’important était ce qu’il retenait ? Le visage de la jeune femme se ferma de concentration alors même que la cause reprenait la parole, répondant à sa question. L’Echo n’appréciait pas les doubles-jeu, franche qu’elle était dans ses ressentis comme dans ses actes.

Un reportage sur l’Institut, sans plus ? Oui, Xavier avait attirée l’attention mais il l’avait fait sur les X-Men. Que certains tentent de prendre le contrepied n’était pas illogique, de ce qu’elle conceptualisait du moins, mais de là à s’intéresser à l’Institut pour l’Institut… Rachel se méfiait à présent et ne faisait rien pour le cacher. Le Programme de Réinsertion Hopes motivait la vigilance du Bureau des Affaires Mutantes envers ce lieu et impliquait qu’il faille leur accord pour venir y faire un reportage, tout comme il fallait l’accord de l’Institution elle-même, après si ce n’était qu’un sujet parmi d’autres il faudrait voir lequel était véritablement central. Présenter le cadre de l’Institution Charles Xavier pour Jeunes Surdoués, école enseignant la cohabitation humain-mutant tout en offrant une seconde chance aux mutants qui, sans leurs pouvoirs, n’auraient jamais déviés du droit chemin ? Un coup de pub dans un journal à scandale, même elle était suffisamment intelligente pour trouver cela étrange.

- D’ailleurs, reprit le journaliste en allumant son enregistreur, possiblement pour couper court à toute réponse de sa part, pourquoi ne pas commencer par le commencement ? Imaginons que je ne sache rien sur ce lieu. Pouvez-vous m’expliquer sa fonction ? Une institution pour jeunes surdoués. Quel genre de surdoués ? Par quel moyen est-il possible de venir étudier ici ?

Gardant un temps de réflexion, Rachel fit quelques pas avant de se tourner vers l’engin qui se trouvait à plus d’un mètre d’elle. Parler clair et fort, voici qui ne rallongerait pas ses phrases.

- Tout genre de surdoués, commença-t-elle simplement. L’Institution Charles Xavier essaie de cultiver les talents de ses étudiants, quels qu’ils soient. D’où qu’il y ait de nombreux intervenants extérieurs, pour proposer un maximum de cours.

Marquant sa première pause, elle dégluti. L’administration ce n’était pas son truc mais jusque là elle ne faisait rien de bien différent quand à son rôle d’hôtesse d’accueil ; quand bien même la plupart des élèves arrivants, surtout ceux le faisant de leur propre initiative, avaient déjà les renseignements disponibles sur le net. Même un lieu comme l’Institut avait son site internet et ses brochures.

- Il est possible de venir étudier ici en nous contactant, soit par internet soit par téléphone soit par rencontre physique. Pour être accepté en revanche, il faut présenter une capacité particulière qui pourra être cultivée.

En sommes, guère différent des écoles privées, sauf que plutôt que de payer des frais d’inscription et de logement il y avait une discrimination au talent. Après… les autres aussi le faisait, mais plutôt sur les notes des dossiers que sur un éventuel « don ».

- Beaucoup pensent que ça signifie que nous acceptons que des Mutants. C’est faux. Oui, une partie de nos étudiants sont mutants mais il y a aussi des humains.

Il était plus facile de trouver un « don » chez un mutant que chez un humain, oui. Mais cela ne signifiait pas qu’il n’y avait pas d’humains dotés de capacités hors du commun.

- La plupart du corps enseignant n’a pas de capacités particulières d’ailleurs, juste cette croyance en la cohabitation pacifique. C’est ce que nous essayons d’enseigner, au-delà des cursus scolaires secondaires et supérieurs.

Le secondaire, c’était principalement Xavier qui s’en occupait, secondé par d’autres profs pour certaines matières selon les disponibilités du personnel de l’Institut. Le supérieur en revanche, à part pour les matières où lui-même avait été diplômé, le Professeur X devait s’en remettre à d’autres ; les intervenants extérieurs, puisque le personnel suscité était insuffisant.

L’allée goudronnée ne tarda pas à donner sur la cour de l’Institution, encadrée par les ailes à un étage contenant les salles de classe et par un muret grillagé ; cour pavée au centre de laquelle se trouvait une statue de marbre blanc représentant le buste d’un homme chauve au visage allongé et amaigris, possédant un charisme certain. Derrière lui se dressait le manoir à proprement parler. Bien qu’il ait été construit au XVIIIe siècle, il avait subit de nombreuses améliorations et transformations et outre les ailes de classe, il y avait la double-porte de bois encadrée de cinq vitres quadrillées aussi grande qu’elle-même et dévoilant sans peine l’atrium qu’elles éclairaient, lequel s’étendait jusqu’au premier étage. L’architecture globale du bâtiment suivait cette logique de maximisation d’apport de la lumière naturelle, les briques rouges percées de nombreuses fenêtres et baies vitrées.

- Tu voudras une visite ou des trucs comme interviewer des élèves ?

Le début d’après-midi d’un jour de semaine n’était pas le meilleur moment pour interviewer les élèves d’une école, néanmoins il y en avait bien une demi-douzaine pour trainer par absence de cours. Au pire, il suffirait d’attendre la récréation de 03 : 25.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garrett River
Neutre Epsilon
avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 06/04/2013

MessageSujet: Re: Les gens veulent savoir ! [PV Rachel + Libre]   Mer 17 Juin - 11:53

Était-ce bien de la méfiance que cette Rachel venait d’afficher ? Bonne et mauvaise nouvelle. On ne se méfiait pas sans raison. Quelle était cette raison ? Garrett avait-il commis une erreur ? Avait-il laissé entrevoir ses intention véritables ? Il était certain que non. Il décortiqua comme d’accoutumée les réponses de la jeune femme. Il y avait déjà des propos assez intéressants. Pas que des mutants à l’Institut ? Cultiver les talents ? Enseigner la tolérance ? Déjà les questions se bousculaient dans son esprit. Cependant, la vue de la statue de marbre, qu’il reconnu aussitôt en dépit de son peu de savoir, et plus encore la vue du manoir provoqua une pause dans ses réflexions. Il s’immobilisa, écarquilla les yeux et éprouva une authentique admiration.

« Whao, ça c’est de la baraque », souffla-t-il, pour lui-même.

Il repensa à son école de quartier, un bâtiment moche où dominait le béton et la peinture écaillée. C’était un lieu déprimant. L’Institution était tout le contraire. Étudier dans un tel cadre, c’était classe. Lui-même n’aurait pas été contre, même s’il y avait fort à parier que ses notes auraient toujours été aussi pathétiques ici qu’ailleurs. Retrouvant son attitude professionnelle, qu’un peu de spontanéité n’avait absolument pas mise en défaut, il avait la bonne tête pour cela, il poursuivit :

« L’endroit est superbe ! Je veux bien la visite et les interviews, si c’est pas trop demandé. »

* Chouette, je vais pouvoir cuisiner des élèves ! Ça se présente bien. *

« Donc, peuvent être admis ici toutes personnes avec un talent particulier afin que celui-ci soit développé. Prenons mon propre cas. Je suis mutant, j’ai un talent particulier mais n’ai jamais développé celui-ci au cours d’une véritable formation. J’ai fait ça dans mon coin, comme sans doute de nombreux autres mutants. J’ai 36 ans, je suis un adulte inséré dans la vie professionnel. Puis-je postuler ? Puis-je le faire en conservant mon travail ? Ou l’Institut s’inscrit comme un établissement scolaire classique destiné aux jeunes gens ? »

Alors même qu’il parlait, il se demanda vaguement si Blackletter serait prêt à l’envoyer étudier à l’Institut, juste pour dénicher cette hypothétique base X-Men. Sans doute que non. Ce serait trop long. Et Blackletter était du genre pressé.

« Quel genre de méthode employez-vous pour développer les talents ? Disposez-vous d’installations spécifiques ? Nous savons tous que certains pouvoirs mutants sont très dangereux. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: Les gens veulent savoir ! [PV Rachel + Libre]   Dim 21 Juin - 17:55

Garrett était impressionné par les lieux et le manifestait franchement ; néanmoins une fois encore, cette ouverture laissa raisonner une pensée qui déplus fortement à Rachel. Cuisiner les élèves ? Qu’il essai. Ils étaient sous sa protection et quiconque tenterait de leur faire du mal aurait affaire à elle. L’Echo avait déjà tué pour protéger des élèves, plusieurs fois, et elle se fera un peu plus face à l’hybride qui commençait à lui déplaire autant qu’il semblait se plaire lui.

Se positionnant sur le flanc du journaliste, l’X-Woman écouta ce qui n’était rien de plus qu’un placement, non une hypothèse ; Garrett avait-il un plan ? A écouter ses pensées fortes, oui, et la tentation d’en faire de même avec l’entièreté de ses pensées était de plus en plus grande. C’était contre l’éthique de la télépathie ? Rachel n’avait jamais eu de cours et équilibrait le bien et le mal dans ses actions, ce qui impliquait accomplir des deux.

- Plus comme un établissement scolaire classique, quand bien même nous accueillons un petit nombre de résidents pour diverses raisons ; le Programme Hopes, par exemple.

Ils entraient dans une technicité de détails administratif qu’elle ne connaissait pas même si l’Echo savait que l’Institution accueillait autant d’élèves que possible et que les résidents étaient traités au cas par cas. Néanmoins, elle restait méfiante quand à la volonté de Garrett de venir ici ; la vraie volonté de Garrett. Sans le juger en tant que personne, les deux perceptions qu’elle avait de lui tendait à se contredire et dans un tel cas ce n’était jamais bon signe, la cachée étant toujours la véritable. Croisant les bras, elle fixa le petit homme.

- Les dangers sont ma partie, je gère la sécurité, déclara-t-elle fermement, avec un mélange de sobriété et d’avertissement. Et nos membres apprennent la responsabilité quand à l’utilisation de leurs capacités et il n’y a que très rarement des problèmes.

Il y avait aussi le suivis médical obligatoire, additionnant pour les mutants le suivit de l’évolution de leur mutation pour éviter tout changement incontrôlable comme cela avait pu être rencontré par le passé ; néanmoins, cela ne faisait pas partie de la question que Garrett n’avait pas posée.

- Pour le développement des talents, les cursus scolaires incluent des cours spécialisés, en plus des standards, et le cadre de vie leur donne la possibilité de s’exercer.

Graymalkin Lane s’étendait de Timber Road jusqu’à East Branch Réservoir, ce qui lui offrait la plus grande superficie des propriétés alentours ; quand bien même elle n’était plus utilisée pour la culture, comme les Graymalkin avaient pu s’en servir aux origines, elle en laissait un parc de plusieurs hectares en suite du lac artificiel de Breakstone.

- Nous avons un terrain omnisport et plusieurs de tennis ainsi qu’une piscine ouverte, à l’arrière du manoir. Un gymnase plus au nord et surtout un grand parc où les pensionnaires ont libre accès.

Les limites du domaine étaient des murs égaux à ceux qui en encadraient l’entrée, dont ils étaient la continuité d’ailleurs, et surveiller par Danger par le biais de caméra. Les étendues du parc et du bois étaient les seules à échapper un tant soit peu à la surveillance, même si Rachel ne doutait pas qu’il y ait également des senseurs qu’ils soient lumineux ou radar. Ce n’était pas sa partie que de gérer cela et ça expliquait partiellement pourquoi elle faisait souvent doublon avec ses sens psychiques.

- Des salles équipées pour les matières scientifiques également. Une bibliothèque et une infirmerie. L’Institution n’a pas réellement besoin de plus.

Toujours dans la cour, Rachel n’avait pas réellement bougée alors qu’elle parlait.

- Et sinon, je ne pense pas que vous seriez acceptés ici, même dans le cadre d’un résident ou d’un intervenant. Vos intentions semblent en contradiction avec ce que nous faisons.

Si l’Echo pouvait rendre des jugements des plus ardents, elle s’en gardait bien la plupart du temps mais restait dans l’optique de préserver cet endroit mieux que cela n’avait été fait avant elle. Elle ignorait si Xavier avait scanné Garrett à son arrivée comme il était réputé pour le faire, en tout cas elle-même ne se méfiait que plus de lui à chaque écho mental qu’elle en percevait. Les gens lui inspiraient en général deux choses contraires, soit la méfiance soit l’envie d’aller vers eux, et dans le cas du journaliste si elle avait commencée comme à son habitude elle ne s’en retournait que plus vers l’autre spectre à présent.

Ecartant les bras, elle désigna les deux mandibules architecturales qui encadraient la cour, chacune ayant un étage et ces mêmes baies vitrées à travers lesquelles il était possible de voir les couloirs menant aux salles.

- Ce sont les salles de classe, nous ne les visiterons pas à proprement parler pour ne pas déranger les élèves durant leurs cours. Y’en a une vingtaine.

Exactement, elles étaient réparties à six dans les premières sections et quatre dans les intermédiaires, toutes équitablement divisées entre les rez-de-chaussée et l’étage ; une déduction difficile à faire depuis la cours, à moins de chercher à compter les portes d’entrée de chacune. Les sections intermédiaires étaient accrochées à la structure originelle du manoir, avec sa double porte de bois et sa façade vitreuse. Au-dessus de cela, un peu en retrait du fait de l’atrium, se trouvait un second étage doté d’une baie vitrée ronde, tandis qu’en fond était visible une tour là-aussi ronde et sans doute un autre ajout à la structure d’origine.

- Le second étage en baie vitrée, c’est le bureau de Charles Xavier. La grosse tour derrière, c’est l’infirmerie.

Elle en tenait plus du dispensaire, considérant sa taille, c’était un fait ; taille qui justifiait par ailleurs qu’elle soit positionnée si haute puisqu’elle avait été rajoutée au manoir d’origine elle-aussi.

- J’essaie de voir s’il y a des élèves de disponibles, reprit-elle en commençant à avancer vers la grande porte de bois, qu’elle ouvrit d’une pensée.

Pensées qui, non contentes d’étendre des champs psioniques dans les dimensions physiques, s’exportèrent en filin dans la dimension astrale à la recherche d’esprits familiers localisés à des endroits où, en toute logique, ils n’étaient pas en cours. Et autant, si l’utilisation de la télékinésie pour ouvrir les portes de bois ne laissa aucun soupçon quand à son origine, la densité de l’esprit de Rachel transparue sur le plan physique lorsqu’elle usa de sa télépathie : son œil gauche commença à émettre une lumière dorée jusqu’à ce qu’il soit parfaitement dissimulée derrière et celle-ci projeta une ombre lumineuse prenant la forme d’un phénix géométrique sur les alentours de l’œil. Cela ne l’empêchait pas de se comporter parfaitement normalement, continuant de regarder où elle se rendait.

Une fois la porte de l’Institut franchie, on se retrouvait dans un atrium hérité du VIIIe siècle, donnant aussi bien sur le rez-de-chaussée que sur le premier étage, par l’intermédiaire d’un grand escalier central. De part et d’autre de cet escalier partaient deux couloirs, parallèles et éclairés par les grandes fenêtres qui se trouvaient sur les flancs de la bâtisse tandis que sur les côtés on trouvait les couloirs conduisant aux ailes de classe, avec de petits escaliers pour atteindre le premier étage de ces dernières.

Les ailes de classes étant exclues pour sa chasse à l’élève, Rachel se concentra vers l’arrière et les étages du manoir principal, plus précisément le foyer et la bibliothèque ainsi que les dortoirs, au-delà, dans la recherche d’inoccupés. Une recherche qu’elle orientait volontairement par prudence : même si la volonté de cuisiner les élèves de Garrett ne devait pas correspondre à l’interprétation littérale qu’elle en faisait, l’Echo préférait se reposer sur quelqu’un de confiance, surtout pour la première fois.

- Une génie des math’ est dispo, ici depuis deux ans et étudiant dans le supérieur.

*Toc toc Jade ? Ta mère va pas apprécier mais j’ai un journaliste qui veut des interviews d’élèves sur l’Institut, tu pourrais me filer la main ? Tu peux être dans quelques minutes au réfectoire ?*

- Sinon, au rez-de-chaussée, nous avons toutes les salles administratives, la cuisine et le réfectoire ainsi que les salles des professeurs et le foyer. Suis-moi.


S’en allant, par pure habitude, vers le couloir de droite, Rachel s’apprêta à présenter les diverses salles dont les noms étaient cependant marqués à côté des portes ; Secrétariat et vie-scolaire, quelques autres bureaux inoccupés, une réserve pour les salles intérieures tandis qu’une fois la baie vitrée terminée s’en trouverait une nouvelle salle, très grande et en demi-cercle, clairsemée de lambris pour définir divers espaces de détente ; le foyer étudiant, désert à cette heure.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garrett River
Neutre Epsilon
avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 06/04/2013

MessageSujet: Re: Les gens veulent savoir ! [PV Rachel + Libre]   Lun 22 Juin - 12:20

Vos intentions semblent en contradiction avec ce que nous faisons. Cette phrase alluma dans le cerveau de Garrett une petite alarme. Attention danger, lui susurra sa conscience comme à chaque fois où il se sentait percé à jour. Son double jeu était pour lui une véritable armure derrière laquelle il se sentait à l’aise. Si elle venait à être ébréchée, pour une raison ou pour une autre, il sortait de sa zone de confort.

* Merde ! En fait, ça se présente très mal ! Qu’est-ce que j’ai fait de travers ? *

Il était toujours persuadé n’avoir commis aucun faux pas. Il n’était en compagnie de Rachel que depuis peu de temps, il ne posait pas des questions spécialement étranges pour un journaliste venu faire ce qu’il avait annoncé, alors pourquoi cette affirmation ? Même alors qu’il se mettait sur la défensive, son attitude extérieure demeurait strictement la même. Il s’y efforçait. Il était doué en la matière. Il porta dès lors une attention plus soutenue envers son guide, délaissant du coup quelque peu l’Institut. L’ouverture de la porte à distance, qui ne disposait apparemment pas de mécanisme automatique et plus encore l’apparition du phénix lumineux sur l’œil de la femme, voilà qui fournit à l’hybride de quoi cogiter. Et ce ne fut pas pour le rassurer, bien au contraire.

Rachel était une X-Woman, c’était une mutante, elle avait des pouvoirs, pouvoirs qui venaient tout juste de se manifester. Était-elle télépathe ? Pouvait-elle lire les pensées comme dans un livre ouvert ? Et même si elle n’avait pas de tel don, le coin était plein de mutants. Il y avait à coup sûr un télépathe dans le coin. Garrett fut frappée par une évidence si forte qu’il resserra imperceptiblement sa prise sur la mallette qu’il tenait. Elle contenait, il fallait le rappeler, trois souris qu’il comptait lâcher en guise d’espions. Cette idée lui parût soudainement incroyablement stupide, à l’instar de sa stratégie. Peut-être s’en faisait-il pour rien, peut-être que Rachel avait fait cette remarque à cause d’autre chose. N’en demeurait pas moins que le reporter, privé de la conviction de pouvoir mentir et manipuler en toute discrétion, se sentait sur un terrain glissant. Pourquoi diable ne s’était-il pas plus préparé ? Pourquoi diable l’avait-on chargé de cette visite ?

Garrett révisa aussitôt ses priorités. Il tenait à son travail, il était curieux de découvrir les secrets de l’Institut, mais pas au point de se mettre à dos les X-Men. Il était lucide sur le fait d’être incapable de gérer de tels problèmes. Alors que faire ? Il était en train de pénétrer dans le bâtiment. Il eut l’impression de se fourrer dans la mouise jusqu’au cou. Il écoutait toujours, regardait toujours, enregistrait toujours, mais ne pausait pour l’instant plus de question, se contentant de suivre les foulées rapides de son guide. Un guide qui semblait jouer la carte de la franchise. Devait-il en faire autant ? Chaque chose en son temps. D’abord, il devait savoir, il devait poser l’unique question qui lui brûlait les babines depuis qu’il s’était alerté. Ses yeux noirs tombèrent une fois de plus sur la rousse. D’un mouvement du pouce, il interrompit l’enregistrement du dictaphone.

« Excusez-moi, Rachel. Seriez-vous télépathe ? »

* Et moi, ne suis-je pas en train de commettre une connerie ? *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les gens veulent savoir ! [PV Rachel + Libre]   Lun 22 Juin - 16:29


Elle restait d'une immobilité parfaite, le regard couvant et rivé  derrière les fins carreaux de glaces de ses lunettes sur le petit écran plasma de son iphone alors que le couloir était désert à cette heure. Elle reposait à demi avachie sur l'un des bancs du corridor principal situé non loin de la bibliothèque judicieusement placé  près de la baie vitrée.
Brusquement un léger rictus de satisfaction barra les traits de son visage alors qu'elle composait rapidement des chiffres sur son clavier avant de valider l’envoie avec un petit cri de victoire.

Et Bing !!! 6,62606957 × 10-34 m2 kg / s , dans vos faces !! Mangez la constante de Planck bande de nouilles!!Et qui c'est la meilleure hein ? Et qui c'esssst ?

Elle se redressa en se crispant, tenant son précieux téléphone entre ses doigts.

Alooooors ? Miroir mon beau miroir ?  Qui est la geekette la plus rapide et intelligente de l'ouest , hummm ?

Elle laissa échapper un petit cri de victoire en sautillant sur son banc.

YEEEEEEEESSSS ! Dernière question et j'ai plié tout le monde ! Krrrr hihihihi !!! Dans ton cul ! Darla Stinger, retourne à tes comptes rendus, autiste ignare ! Personne ne me provoque à Science Quizz, personne ne provoque SunLemon ! Et ouiiiiiiiiiiiiiiii, c'est comme ça que ca se passe, JE suis la best of the best !
«  Première sur un run de 650 participants, 3 heures de connexion, quel est votre secret, SunLemon, le public veut savoir ? »
Et bien ? Ah ah...Le génie...oui en toute modestie, je n'ai pas vraiment eu de concurrence sauf sur la fin ou j’avoue que strangeboy m'a un peu posé de difficultés, mais c'est surtout une question de talent vous savez....j'ai toujours été en avance sur tout, quoi ? La médaille de Fields, non sérieux , encore ? Je ne sais plus où les mettre...peut etre dans le fondement de Darla, tiens... Oh un texto...excusez, mes fans.

Avec un sourire carnassier qui ne la quittait plus , elle ouvrit le message et s’étonna à sa lecture. « Goodjob, you still the best. StrangeBoy ». Que répondre à ce genre de chose, que c'etait facile vu le niveau ? Qu'elle ne répondait pas aux gros lourds ? Que la prochaine fois qu'il y avait une épreuve de coloriage, il aurait sa chance ?  Puis soudain son sourire se crispa.
Comment avait-il récupéré l'accès à son numéro alors qu'elle jouait sur une appli ? Il ne pouvait théoriquement pas la contacter. Elle composa rapidement pour interroger le portable mais à sa surprise le numéro d'envois du message était passé par l'indicatif d'une boire de routeur pour en garder l'anonymat et dispersé la piste. De toute évidence, non seulement Strangeboy savait se défendre en science mais aussi en informatique ce qui évidemment piquait la curiosité de notre asiatique préférée.
Elle pianota une réponse laconique «  U are Yu ? » et attendit avec une légère excitation avant d'être tirée de ses pensées par une intrusion incongrue qui s'imposa à elle.

*Toc toc Jade ? Ta mère va pas apprécier mais j’ai un journaliste qui veut des interviews d’élèves sur l’Institut, tu pourrais me filer la main ? Tu peux être dans quelques minutes au réfectoire ?*


Elle afficha une moue boudeuse, de surprise puis d'amusement avant de poursuivre.

* Salut Radio Marraine ! Ca fait une paie que tu m'as pu souffler ta voix fluette dans la tête dis donc..Pas que ca me manquait mais bon, c'est toujours aussi fun de communiquer ainsi. Interview ? Tu ne veux pas lui envoyer le « all perfect student Sanzo » ? ( Pensée mesquine et pointe d'ironie, puis tristesse)... Je suppose qu'il est « très pris ». C'est donc un service qui te vaudra au moins une pizza....Que ferais tu sans moi, hein ?


Elle ferma son portable et se redressa en s’étirant à la manière d'un félin.

*T'as d'la chance , je suis d'humeur joyeuse...Je suis là dans cinq minutes...Et ho...ton journaleux, c'est quel type ? Fouille merde à la recherche du scoop genre Gala ou personne honnête en quête de vérité ? C'est important pour travailler mon rôle de composition et assurer un magnifique spectacle tout en émotion, mensonges et tout le tralala....Plus ca sera dur...plus y'aura de pizzas, deal ?

Perdu dans ses pensées, elle traversa le corridor ne remarquant pas près de la bibliothèque, deux yeux verts la fixant lors de son passage derrière ses lunettes avec un demi sourire. Le jeune homme, l'observa longuement s'éloigner puis passa une main dans ses cheveux en soupirant, il éteignit son portable qu'il rangea dans sa poche avant de ramasser son sac de cours et partit dans la direction opposée.
Revenir en haut Aller en bas
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: Les gens veulent savoir ! [PV Rachel + Libre]   Lun 29 Juin - 16:30

Filer la main était une bien étrange expression ; surtout lorsqu’on connaissait le terre à terre de Rachel. Mais comme filer un coup de main était généralement, par ce principe de premier degré, équivalant à filer un coup, filer la main lui semblait plus juste : l’autre viendrait lui prêter une ou deux mains pour l’aider. Il fallait simplement éviter de songer aux origines de l’expression.

Cela se présentait très mal ; c’était une généralité oui, du moins de son point de vue. Après, Garrett n’y était pas tellement habitué et elle le concevait assez. Néanmoins cette perturbation ne semblait pas réellement atteindre le journaliste, quand bien même son attention glissa depuis les lieux qu’elle lui présentait à elle-même. C’était un truc courant dans les médias et, malheureusement, en politique : la personne importait plus que la chose ou le discourt. Un bon point pour le fait qu’elle était jolie, en sommes, quand bien même elle ne posait pas encore en petites tenues pour faire passer les messages de la Cohabitation Pacifique. Mais considérant ses tendances vestimentaires personnelles, la seule chose qui avait réellement empêché cela étaient les cicatrices ; toutes maquillables qu’elles fussent.

Une qui ne pouvait rien maquiller fut Jade dont Rachel percevant tant les expressions que les pensées dans son esprit. La radio-télépathie était un concept sympa qui l’amusa quand aux délais remontant à la dernière utilisation, elle ignorait de combien ils s’étendaient. L’habitude de partager ses pensées était un peu partie avec les conséquences de Bleecker, les pensées étant pour la plupart douloureuses et cachées. Quand au fun, la rousse était d’accord ; plus facile, plus rapide, plus pratique mais moyennant un petit taux d’âneries et un danger de transfert involontaire. Mais qu’importait, les pensées filaient rapidement dans sa tête et les sentiments de Jade lui firent perdre le petit sourire dessiné par l’accueil de celle-ci ; Sanzo, si elle avait su où il était et ce qu’il devenait… la tristesse était partagée mais il était « très pris » en effet, et plus si bon étudiant que cela puisqu’il ne semblait pas à l’Echo que leur ancien proche avait poursuivit des études ou quoi que ce soit, depuis Bleecker également.

L’extinction du dictaphone la fit revenir à Garrett dont la question et la pensée raisonnante lui firent diviser son attention ; Rachel avait la discipline nécessaire à gérer plusieurs voix dans sa tête sans tellement de difficulté et celle du journaliste raisonnait aux alentours, quand bien même elle pouvait paraitre tout aussi fantasmée.

Désignant son œil lumineux à l’hybride, elle lui répondit tout en continuant d’écouter Jade.

- Yep. Ça fait ça quand j’utilise mes pouvoirs télépathiques.

*Deal, je te fais la pizza demain. Et c’est bien que tu sois de bonne humeur, ça me manquait Jadou.*


Ramenant les mains le long de son corps, Rachel marqua une brève pause alors que son regard continuait d’englober tant Garrett que le foyer désert derrière lui. L’Echo n’aimait pas le mensonge et surtout pas qu’on lui mente néanmoins elle comprenait l’utilité de l’omission ; le rôle de composition de Jade lui poserait un problème, elle le savait, mais si elle c’était tournée vers la jeune asiatique en premier lieu c’était bien parce que cette dernière saurait gérer la situation mieux que la plupart des autres élèves qui la suivraient.

- Je communique avec l’élève, elle sera là dans cinq minutes.

*Je pense qu’il cherche le scoop, il est du Mutant Attitude ; il est sympathique mais ses pensées fortes sont régulières et ambigües. Il vient reporter sur l’Institut « tout simplement ».*


Comme Garrett l’avait souligné auparavant, très peu de journalistes avaient franchies les portes de Graymalkin Lane et encore moins l’avaient fait pour reportage ; Rachel ne saurait même pas dire quand, voir si, c’était déjà arrivé. Faire un article sur toute les facettes de l’Institut, explorées superficiellement, était donc plausible même si le Mutant Attitude n’était pas reconnu pour sa vocation à faire bien voir les mutants ; l’Echo n’aurait même pas su dire s’il était nommé ainsi pour un côté pro-mutant ou parce qu’il exploitait des capacités mutantes afin de trouver ses sujets. Après, elle n’était pas une grande lectrice de presse.

- Vous savez, l’Institut a pas mal de mutants de tous types, dont des télépathes. Niveau pourcentage, on doit être proche de celui de la NSA.

La déclaration de Rachel sur ses pouvoirs dans le Ellen Stone’s Show sur NBC avait fait polémique et sans doute attisés quelques feux Purificateurs. Néanmoins cela continuait d’assurer les autorités, quelles qu’elles soient, qu’elles devaient s’en remettre à la bonne volonté des X-Men et ne pas entrer en conflit avec eux. Leurs échecs face à la Confrérie des Mutants étaient déjà suffisants à ce qu’ils ne tentent pas de se frotter à plus fort qu’eux ; en plus d’expliquer les difficultés du BAM à gérer les mouvances mutantes puisque leurs alliés gouvernementaux étaient incapables de faire le travail qui leur était dû.

Son œil reprenant couleur et consistance normale, Rachel poursuivit tout en reprenant son avance.

- Vous n’aimez pas les télépathes ?

Les télépathes étaient généralement mal vu, même par les autres mutants, pour leurs capacités très particulières et souvent tout aussi problématique ; dangereuses, tant pour le possesseur que pour les autres, et intrusives, exclusivement pour les autres cette fois. Et on s’en limitait là aux télépathes « basiques », avec la simple transmission de pensée, car les modeleurs d’esprits étaient aussi rares que dépréciés. Hors l’Institut, et par extrapolation les X-Men, en avait un certain nombre parmi les meilleurs du monde. Et si les cours de télépathie dispensés par l’Institution comportaient une dimension éthique, comme pour toute utilisation de capacités mutantes, Rachel n’avait elle-même jamais suivis de tels enseignements ; quand bien même elle devrait s’y exerçait également, sa nouvelle position obligeant.

Arrivant au croisement en bout de manoir, lequel donnait sur l’avant-droite vers le dortoir des filles et sur la gauche sur un couloir traversant la largeur de l’Institution, lequel contenait à gauche un escalier et une porte vers les cuisines et à droite une autre porte donnant sur le réfectoire, l’Echo reprit la parole tout en considérant celles de Garrett.

- Le dortoir des filles est par là, il peut accueillir une centaine d’élèves. Celui des garçons est situé à l’opposé et est pareil.

Se dirigeant vers la grande salle en demi-cercle qui terminait le bâtiment, dotée en baie vitrée laissant voir la terrasse, le terrain omnisport, la piscine et le lac Breakstone qui se trouvaient à son arrière. Le mur intérieur était occupé par un self service joignant une porte à l’autre, puisque le Réfectoire en avait deux afin que garçons et filles puissent rentrer aussi facilement, tandis que la salle elle-même contenait une quarantaine de tables.

- Le réfectoire, où des repas sont servis à heure fixe bien que les élèves et résidents puissent eux-mêmes user des cuisines s’ils possèdent ou veulent développer des talents culinaires.

Ils pouvaient même aider le cuisinier, s’ils le souhaitaient, ce qui soulageait grandement la charge de ce dernier d’ailleurs. Etant le lieux du rendez-vous, Rachel attendit simplement que les choses se passent tout en continuant à chercher des élèves disponibles par ses perceptions mentales.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garrett River
Neutre Epsilon
avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 06/04/2013

MessageSujet: Re: Les gens veulent savoir ! [PV Rachel + Libre]   Mar 30 Juin - 12:29

Garrett n’était peut-être pas un puits de science, mais il savait évaluer les situations avec finesse lorsqu’il s’en donnait la peine. Il était en compagnie d’une télépathe, c’était maintenant certain. Rachel avait même précisé qu’il y avait ici autant de télépathes qu’à la NSA ! L’hybride souris devait faire une croix sur le mensonge et la manipulation et, par extension, sur la raison véritable de sa présence en ce lieu. Ce n’était pas sa faute, il n’était tout simplement pas le bon journaliste pour cette mission. Si Blackletter voulait découvrir les secrets de l’Institut, qu’il se déniche un mutant capable de cacher ses pensées. Mais un tel mutant serait-il accepté ? Le reporter se disait que non. Si lui il était là, c’était parce qu’il ne représentait aucun danger. Son orgueil en pris un coup et, l’espace d’un instant, il se demanda vraiment sur quel pied danser désormais. La visite se poursuivait, sa guide lui déblatérait des choses sans importance. Il allait de soi que le big boss du journal ne comptait pas publier les habitudes gastronomiques des élèves de l’Institut. Garrett ne découvrirait rien, il en était maintenant persuadé. Et, sa mallette en main, il se sentait très con. Au moins ne ferait-il courir aucun risque à ses animaux de compagnie. Il s’était attaché à eux, il ne les considérait pas comme des pions sans importance.

« Ha non, je n’ai rien contre les télépathes. En fait, avant aujourd’hui, je n’en avais jamais fréquenté », assura-t-il avec son éternelle jovialité.

Il profita de cette réponse pour abattre la dernière carte qui lui restait : la franchise. Il ne voulait pas de problème, c’était sa seule priorité actuellement.

« Mais, hum, pour tout dire, c’est quand même un peu perturbant de parler à quelqu’un qui peut lire les pensées comme dans un livre ouvert. »

* En fait, c’est carrément flippant ! *

Il dût réellement se forcer à poursuivre car c’était en contradiction avec sa nature. Mais quitte à être franc, autant l’être jusqu’au bout. Peut-être en résulterait-il quelque chose de positif. Peut-être pas. Il naviguait à l’aveuglette, ce qui n’empéchait pas de jouer, de se jeter à l’eau. Il eut un petit rire, plutôt léger compte tenu de son trouble.

« Mes pensées, d’habitude, je les gardes bien au chaud dans ma tête et je laisse les gens se faire les idées qu’ils veulent en regardant ma bouille. Or, ma bouille, ben en général, elle m’aide bien. Je fais pas peur, on me trouve mignon et tout, ça m’évite des tas de problèmes. Bref, pour un mutant qui a pas une tronche humaine, j’estime bien m’en sortir. Mais du coup, avec un télépathe, c’est comme si ma bouille comptait plus. Ouais, c’est... c’est déstabilisant. »

Drôle de préambule. Il n’alla pas plus loin. C’était une accroche, pas un monologue. Observant le réfectoire, il déposa avec précaution sa mallette en la laissant bien droite. Même s’il avait abandonné son objectif premier, il allait continuer à jouer son rôle. De fouille-merde, il se muait juste en journaliste plus classique. Il se laisserait aiguillonner par sa curiosité envers l’établissement en lui-même plutôt que par les exigences de son patron.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les gens veulent savoir ! [PV Rachel + Libre]   Ven 3 Juil - 5:51

Je n'aime pas attendre, c'est chiant et pour tout dire, je ne brille pas par ma patience. Heureusement, l'endroit est des plus déserts, rares sont les personnes qui viennent ici en dehors des périodes des repas et le beau temps de ces derniers jours a plutôt chassé les jeunes vers les jardins et le parcs, de toute façon, il règne dans l'Institut une ambiance de fin d'année scolaire assez palpable. Juin approche et sonnera la fin des examens et l'Institut tout entier se dégonflera comme un ballon de baudruche crevé , j'ai déjà connu cette période et si pour certains elle est synonyme de bon temps et de liens qu'on essaye de réaffirmer, pour moi elle est surtout synonyme d'ennui et d’isolement encore plus marqué. Je suppose que je traînerais encore dans les jupons de ma sœur en Irlande et qu'elle me trimballera d'endroits en endroits grâce à son pouvoir, j'aimerai bien passer un peu de temps avec Kyle même si c'est pour le regarder émettre des jurons sous le capot d'une voiture sur laquelle il s'acharne à faire tenir des pièces de mécaniques non appropriées ensemble.

L'attente n'est pas si longue mais elle m'empêche de vaquer à mes occupations, et je trouve toujours un moyen de m'occuper l'esprit sauf que là, en cet instant je ne vois pas vraiment comment y parvenir puisque je suis en attente d'autre chose dont j'ignore tout. Ma vie est compliquée, normal je suis compliquée. J'ai choisi un coin à l’écart pour m'installer, je n'aurais pas choisi une place centrale car je déteste être au centre des attentions, j'ai donc opté pour la place à l'écart avec une vue directe sur les entrées du réfectoire, ainsi je verrais à qui j'ai affaire.
Pour l'heure je repose immobile et statique sur mon siège, jupe proprement rabattue sous mes jambes jointes et chemisier impeccable, même ma cravate est impeccablement perpendiculaire à mon col. Je prends soin de mon apparence avec une maniaquerie nouvelle. Seule l'excentricité de mes gants fétiches vient cassé cette ensemble de petite fille à la japonaise. J'ai cependant laissé un carré long à frange classique remplacer mes deux nattes, coiffure que j'arbore quand franchement la température devient pénible à supporter car comme tout rejeton de San Francisco, j'aime les climats tempérés et supporte très mal les grands écarts thermiques.  

Je redresse le visage lorsque je vois la silhouette longue et fine de Rachel pénétrer dans la pièce, mais mon visage y reste imperméable et figé : je suis déjà dans mon rôle. C'est une personne singulière qui l'accompagne. Presqu'une caricature de mutants, croisement étrange entre little Stuart et Bernard de Bernard et Bianca, est-il estampillé Disney ? Après tout j'ai entendu dire que la souris possédait Marvel , ca n'aurait donc rien d'étonnant.
Beaucoup l'aurait trouvé «  Kawai » mais comme vous le savez, je ne me targue pas de suivre les goûts et avis d'une majorité. Les peluches vivante, petites et mignonnes n'ont certainement pas mon affection et là où d'autre peuvent voir une sorte de Hamtaro géant à câliner, moi j'y vois surtout un sacré sac à microbes et saletés sur pate !
Rachel aurait du choisir Sanzo pour le coup, je doute que le fouille merde en soit sorti vivant, hihihi.
J'anticipe la prise de parole pour poser mais jalons et cela devant les deux acteurs.
Ma voix est toujours un faible murmure doux et calme ce qui trompe souvent sur ma nature.


-  Bonjour Mademoiselle Rachel. Bonjour Monsieur- le-journaliste. Je suis Jade, mon nom de famille reste du ressort de mon anonymat et je refuse toute photographie par respect à mon droit à l'image. Vous aviez besoin de quelqu'un d'expert en mathématiques ?
Revenir en haut Aller en bas
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: Les gens veulent savoir ! [PV Rachel + Libre]   Mer 8 Juil - 21:46

Ce post a été rédigé avec les participations de Ninon Lenoir, de Charlie Reyes et d’Ariella Miller.
Rien contre les télépathes, simplement la découverte de ce genre de mutant ; Rachel hocha la tête, Garrett le prenant bien mieux que la plupart des gens puisqu’il n’en perdait nullement son attitude. A croire qu’il était aussi imperturbable dans son contentement qu’il pouvait se le révéler dans ses pensées fortes. Ou presque : de l’un peu perturbant au carrément flippant, ça faisait une grosse différence. L’explication était forcée et la jeune femme le sentit plutôt bien, s’y connaissant dans le domaine des difficultés d’expression. Elle écouta le discourt comme ce qu’il était, un aveu, et y retrouva la théorie des masques chère à Amy et qui était pratiquée par de nombreux autres, dont Jade. Un aspect physique et un autre mental, tout deux séparés par la volonté ou le naturel ; plus aisé à faire lorsqu’on avait une bonne bouille pour se rendre attachant, comme le soulignait l’hybride souris.

- Les yeux voient la surface des choses. Les esprits entendent ou raisonnent le fond de certaines choses. C’est toujours ainsi, confirma-t-elle alors qu’ils pénétraient dans le réfectoire où Jade se trouvait déjà.

Elle avait fait vite pour descendre du second et se trouver une place mais semblait y avoir laissée sa bonne humeur. Son uniforme d’écolière était tout aussi entretenu que le reste de sa personne, incluant son rôle de ce que l’Echo supposait.

- Si cela peut te rassurer, je n’entends que ce que ton esprit laisse échapper, je suis pas dans ta tête, conclut-elle en s’avançant vers Jade qui leur offrit une salutation prudente et protocolaire. Re-coucou Jade, y répondit Rachel avec son naturel. C’est plus l’élève à l’Institut qu’on vient interroger.

Ne précisant rien de plus, l’Echo laissa Garrett se présenter et préciser ses besoins par lui-même. Continuant à chercher les inoccupés et certaines personnes particulières dans le lot, Rachel se détourna un peu de la conversation tant au niveau de l’attention que de la présence physique : elle fit un pas sur le côté pour laisser l’élève et le journaliste pouvoir s’entretenir à la table et perdit son regard dans le vide alors que son œil gauche émettait à nouveau la lumière et la marque psychique.

Ninon sortait de cours, quittant une salle pour une pause qui durerait un temps indéterminé puisque les cours du supérieur étaient plus bordélique que ceux que Rachel avait connu, commençant aux quarts et moins-le-quart alors que ceux du secondaire en faisant de même aux heures fixes ou aux demi-heures ; histoire de pas faire d’embouteillage dans les couloirs, surement. Toujours était-il que Ninon n’était pas occupée pour l’instant ainsi la télépathe entra-t-elle dans son esprit.

Charlie était en cours, lui, mais n’avait pas l’air beaucoup plus occupé puisque son attention se concentrait sur un stylo qu’il faisait tourner entre des doigts, ainsi se permit-elle une connexion également ; connexion à laquelle il ne serait probablement pas plus habitué que ne l’était Ninon, surtout pas dans son état de concentration actuel. Tant qu’il ne faisait pas un bond de surprise ou autre exclamation qui le ferait remarquer au possible, cela devrait aller.

Une autre qui ne devrait pas faire de bruit, c’était Ariella qui lisait paisiblement à la bibliothèque ; déjà qu’elles avaient été remarquées récemment avec la discussion à voix haute lorsque Kaede était venue faire son exposé alors si elle perturbait une fois encore elle finirait par se faire virer de l’endroit sensément le plus calme de l’Institut. Mais toujours était-il qu’avec les examens approchant, pour peu qu’elle ne soit pas déjà dedans, l’adolescente devait être occupée. D’un autre côté, si justement elle était en période d’examen c’était là de son temps libre et il fallait mieux lui poser la question, cela ne coutait rien ; ainsi donc Rachel se connecta-t-elle avec Ariella également.

Considérant qu’il n’y avait pas de Nobody dans les parages, qu’il n’était pas question d’interroger le petit John et que Martin, Bashi et Ian suivraient peut-être Charlie, l’Echo cessa ses recherches et se concentra sur les trois conversations qu’elle devrait mener.

*Toc-toc Nini, c’est Rachel. Dis t’es disponible dans cinq-dix minutes ? Il y a un journaliste qui vient visiter l’Institut, je cherche des interviews d’élèves.*

*Toc-toc Charlie, c’est Rachel. Je sais que t’es en cours mais j’aurais un truc à te demander.*

*Toc-toc Ari, t’es occupée ? C’est Rachel. J’aurai un truc à te demander.*


La première se figea de surprise, le second rata sa passe de crayon et la troisième sursauta avant de regarder autour d’elle ; ça commençait bien, ou plutôt normalement. Garrett n’était pas le seul à ne pas être familier de la télépathie, même par ceux qui croisaient des télépathes tous les jours n’étaient pas pour autant aisé avec l’arcane.

*- Ah! A… allo ?*

*Pense à un truc pas con. Pense à un truc pas con. Pense à un truc pas con…*

*Hein ? Quoi ? Je fais comment pour répondre ? Heu, tu veux me demander quoi ?*

*A l’huile ? Nan, je te parle en direct de ton cerveau là, ça te pose un problème ?*

*Ouais, je sais, déjà que je vois tout si en plus j’entends tout c’est moche. Mais on a un journaliste mutant qui fait un reportage sur l’Institut, ça te dit de rappliquer à la récrée pour une interview ?*

*T’as juste à penser. C’est de la Télépathie. Et y’a un reporter qui enquête sur l’Institut et j’essaie de lui trouver des interviews d’élèves. Tu pourrais ?*


*- Mon cerveau?! Oh… Bah si j'avais su que tu… enfin je ... Non, pas de soucis! Hé… héhé… hé… Heum… Tu disais, mon p'tit Caramel ?*

*Merde, j'avais dit un truc pas con. Une interview, de quoi, de moi ? Qu'est ce qu'on me veut, moi, je peux dire quoi à une interview. M'enfin, si j'peux bouger à la récré - C'est dans quoi, un - Han ça fait que dix minutes ?? 'Tain, c'est long. T'en foutrais, des cosinus. Pourquoi je suis encore là moi, elle s'en est bien sortie sans diplôme, Rach - Euh, Miss Summers ? Vous m'entendez ? Ben euh, oui pourquoi pas ! Je  vous rejoindrai si je sais me libérer, vous êtes où ? Et tiens, c'est quel genre de reportage, en fait ?*

*J'ai juste à penser. Ok. c'est compliquer ton truc. Vas quand même falloir que je fasse gaffe à ce que je pense. J’ai pas envie quelqu'un entende tout ce à quoi je peux penser. Un reporteur tu disais ? Humm, ouais je peux bien. C'est anonyme?*

*Il y a un journaliste qui vient visiter l’Institut, je cherche des interviews d’élèves. Tu serais dispo dans cinq ou dix minutes ?*

*Reportage sur l’Institut « tout simplement ». Le journaliste est du Mutant Attitude, si tu connais ; presse à scandale. Faudra parler de la vie à l’Institut, des cours, tout ça ; et faire un peu gaffe à ce qu’on dit quoi.*

*Anonyme, il va t’enregistrer donc t’as juste à pas donner ton nom de famille ou à lui demander de donner que tes initiales. On est au réfectoire, si tu peux être là dans dix-quinze minutes on devrait pas encore avoir bougé.*


*- Dans cinq ou dix minutes? Abso… Seigneur, est-ce que ça vous étranglerait d'arrêter de me regarder comme ça?  Je suis en ligne, ça ne se voit pas?
Je disais quoi?
Ah, oui, le journaliste! Pas de soucis, dis moi juste où.*


*Connais pas, mais la presse à scandale ça promet. Je demanderai à Ian, il adore ça, mais - J'le crois pas, il s'est encore endormi! Connerie de narco, moi aussi j'vais inventer une maladie pour dormir en classe - Hem. Euh, j'ai pas vraiment pensé ça, hein? Vous savez hein, je rigole! Hem. Donc, euh, ça va, je viendrai lui dire à quel point on est bien et comment ça a changé ma vie, c'est cool?  Et faire gaffe à ce qu'on dit. Quelle idée de m'appeler moi si faut faire gaf - Euh, j'imagine que c'est éviter de balancer des noms d'élèves, ou parler des X-Men, non? Toute façon vous me direz si je commence à dire un truc qu'il faut pas, hein.*

*J'aime pas me faire enregistrer. Aie en même temps c'est pour une bonne cause. D'accord je vais juste lui donner mon nom. Je ramasse mes trucs et je descends au réfectoire.*

*Là on est au réfectoire, je pense pas qu’on aura bougé. Et non, ça ne se voit pas ; j’entends tes pensées, eux ils te voient juste parler toute seule à haute voix.*

*Sois sincère dans les limites du raisonnable. Non, pas de X-Men, pas de nom de famille non plus. Parle juste de l’école et de comment tu y vis, même si c’est pour dormir en classe. Reçu ?*

*Ça marche. Et si tu n’y arrives pas, n’hésite pas à le dire ; c’est pas grave. Par contre il est du Mutant Attitude, je sais pas si tu connais. Faudrait faire attention à ce que tu dis. D’accord ?*


*- Mais je ne parle pourtant pas toute seule, je… Ah… oui…
Mrf…  Et… et là tu m'entends ? Non, oublies, c'est pas mieux…
Rha mais quoi à la fin ?
Bon, réfectoire, j'arrive ! Tu raccroches ? Je sais pas comment on fait…*


*Euh, reçu, je ferai de mon mieux. A tout à l'heure !
Ca y est, l'a coupé ? Chaud la télépathie.*


*Je devrais y arriver, je me contrôle mieux maintenant! Ca m'étonnerait que je petite une crisse. Nah, je connait pas. Je dois faire attention à ce que je dis ? Je veux bien, mais y faudrait que je sache ce que je peu dire ou non.*

*C’est moi qui fait, Nini, c’est moi la télépathe ; toi t’as juste à penser. Tu demanderas à Sage de t’expliquer. A toute.*

*Nan, pas encore coupé ; et te plaint pas, t’as que deux voix dans ta tête toi. Aller, concentres-toi un peu sur ton cours !*

*Il enquête sur l’Institut, il devrait te poser des questions sur l’Institut ; donc on parle pas des X-Men et tout.*


*Ok, je devrais pas en parler. Si tu vois que je vais m'échapper dit moi le ou fait moi taire.*

*Ça marche. On se voit bientôt.*

Quittant le vide des yeux alors que celui de gauche redevenait normal, Rachel ne fit aucun commentaire tant sur ce qui c’était passé dans sa tête que sur ce qu’elle avait écouté et considéré vis-à-vis de l’interview. Elle avait donc Ninon pour l’immédiat-après Jade, Ariella pour prendre la suite et Charlie pour un peu plus tard, dans une durée qu’il trouverait surement plus longue qu’elle. En tout cas, ce qu’il fallait retenir c’était que Garrett n’était pas le seul à être perturbé par la télépathie. Généralement, il n’y avait que le télépathe pour ne pas avoir de problème avec le fait qu’on entende ses pensées ou qu’il ait d’autres voix dans la tête ; et encore, s’il y avait bien une population à pouvoir sombrer dans la folie à cause de ses capacités c’était eux. Peu étonnant considérant le bordel des précédentes minutes mais Rachel s’y était fait : comme pour les ordinateurs, il fallait juste faire les choses rapidement et les unes après les autres !

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garrett River
Neutre Epsilon
avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 06/04/2013

MessageSujet: Re: Les gens veulent savoir ! [PV Rachel + Libre]   Jeu 9 Juil - 12:41

« Ça me rassure un peu, oui. Merci à vous de ne pas me trifouiller les méninges », répondit Garrett, son attention déjà absorbée par la dénommée Jade.

Exception faite de ses gants, elle semblait sortir tout droit d’un anime japonais, le genre de production que le petit mutant détestait. Les fantasmes nippons concernant les jeunes filles qui montraient fortuitement leur culottes dix fois par épisodes n’était en effet pas de son goût. Cela-dit, il n’était pas dans un dessin-animés. Non, il devait probablement se trouver devant une authentique japonaise. Il mit donc de côté ses préjugés. Il les oublia d’autant plus vite que la présentation de la demoiselle s’avéra assez spéciale. Depuis quand les élèves s’exprimaient ainsi ?

* J’espère qu’il n’y a pas que des originaux dans cet Institut. Quoi que, en fait, si, et ce serait normal en plus. Où est-ce que je me suis cru ? À l’école du cartier ? Bon, allez, du calme. Et évite de penser ou la jolie rousse va tout entendre. *

« Bonjour Mademoiselle Jade. Je suis Garrett River, du Mutant Attitude. Je vous remercie de bien vouloir me consacrer un peu de votre temps. »

Égal à lui-même, l’hybride s’était avancé, prêt à offrir une poignée de main cordiale. Il s’exprimait avec affabilité et une apparente assurance. En vérité, il avait un peu peur de commettre une maladresse. Par exemple, était-il judicieux de vouloir serrer la main ? C’était peut-être mal vue au japon. Et puis, si elle portait des gants, ce devait être pour une raison, non ? Ho et puis zut, il s’excuserait au besoin.

« N’ayez crainte pour votre anonymat. Si vous voulez, vous pouvez même apparaître dans l’article sous un pseudonyme. J’enregistre notre entretien, mais là encore, vous n’avez pas de souci à vous faire. Le fichier audio n’est pas destiné à être exploité directement. Il sert juste à l’élaboration de nos textes. Je pourrais prendre des notes écrites à la place, sauf que j’écris comme un pied, à ma grande honte. »

Petit rire léger. Des images, il n’en avait encore prise aucune. Il avait un appareil photo dans ses affaires et il serait bon de s’en servir, mais pas sans avoir demandé au préalable à Rachel. Garrett avait définitivement changé son fusil d’épaule. Il allait s’efforcer d’être un journaliste modèle, ce qu’il n’avait jamais été jusqu’à présent.

« Les questions que j’ai à vous poser sont en fait très simple. Pouvez-vous me raconter quelles circonstances vous ont conduit ici ? Comment se passe vos études à l’Institut ? L’ambiance, les cours, les choses spécifiques, tout ça ? »

Ce serait une bonne base. Il la compléterait par de nouvelles questions.


HRP : Rachel, si tu désire sauter ton tour si jamais tu n’as pas matière à répondre, envoie-moi simplement un MP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les gens veulent savoir ! [PV Rachel + Libre]   Jeu 9 Juil - 15:00

Elle regarda un bref instant la main tendu puis afficha brièvement une sorte de rictus amusé avant de joindre ses deux mains gantés sur la table, snobant ainsi l'invitation du serrage de main et marquant qu'elle menait la barque quoi que son vis à vis puisse en penser. La question la laissa immobile et légèrement blasée, elle se redressa légèrement et sans manifester d'émotion, commença son explication.

Mes parents ont choisis de me faire venir dans cet endroit car il était doublement adapté pour moi. Lorsque ma mutation s'est révélée, j'ai connu des soucis dans mon entourage ainsi qu' à mon école de San Francisco, car je viens de là à la base. Ma mutation a effrayé les camarades de classe et très vite je me suis senti rejetée, de plus j'avais des prédisposition intellectuelles pour les sciences me classant dans la catégorie des génies. Mes parent auraient pu choisir de me confier à une école spécialisée comme le MIT ou autre mais nous n'avions pas les moyens et de plus, ma mutation devait être canalisée et contrôlée pour me permettre de mieux la vivre et de ne pas effrayer les autres, c'est alors qu'on a entendu parler de cet endroit sur la cote Est. Mes parents n'ont pas les moyens d'assurer financièrement mes études, ma mère est vétérinaire et rédige une thèse à propos des castors en candidate libre et mon père garagiste mais des gens de l'institut sont venus nous parler de cet endroit et de combien il pourrait m'aider à m'épanouir et que les frais de logement et de scolarité etaient gratuits, j'ai donc décidé de tenter ma chance et j'en suis là. C'est une chance pour des gens comme nous qui doivent subir le regard des autres parce qu'on est différent, je suppose que je prêche à converti, non ?


Son regard dévia vers Rachel avec une expression de satisfaction certaine, elle inspira brièvement puis poursuivit.

concernant les journées, elle se déroulent comme n'importe quelles autres journées dans ce type d’établissement, on étudie, on va en cours, on parle et s'amuse. C'est simplement qu'on n'essaye pas de se juger les uns les autres, nous sommes que je sache, tous des mutants. Alors croiser un homme à tête de fesses ou voir une fille les cheveux en feu, à force on finit par s'habituer, ce n'est pas un barnum pour autant, tout le monde essaye de respecter les lieux et les règles et l'excentricité  n'est pas de mise, en gros la vie coule comme dans un épisode de dawson : etre extraordinaire ne veut pas dire qu'on a une existence extraordinaire, on ne forme pas de super héros ici ! Les super slips en collant et capes tout ca, c'est bon pour les blockbusters de Marvel, perso, j'en ai jamais vu en costume même si je sais que madame rachel en est une, je suppose qu'elle a de bonnes raisons d'être là parce que sans doute, c'est une des meilleurs personnes pour donner des conseils vis à vis de nos pouvoirs et de comment faire en sorte qu'ils ne nous pourrissent pas la vie, moi c'est ce qu'elle a fait en tout cas et elle en a toute ma gratitude


un sourire éclatant à l'intention de Rachel pour appuyer ses dires et ce sourire solaire métamorphose totalement son faciès mais semble tellement surjouer qu'il peut en être effrayant, elle enchaîne

Les cours, personnellement ils craignent mais c'est parce que aucun profs n'a mon niveau en maths, c'est pourquoi je travaille solo avec des ressources de l'institut pour intégrer des universités prestigieuses. Mais les autres élèves, bien plus intellectuellement limités en comparaison à mes capacités hors normes, ont l'air de ne pas se plaindre de l'enseignement reçu alors je suppose que c'est bon signe.
Voilà, j'espère vous avoir été utile
Revenir en haut Aller en bas
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: Les gens veulent savoir ! [PV Rachel + Libre]   Mar 14 Juil - 17:22

Ne pas rentrer dans la tête d’une personne non consentante était l’une des premières règles de l’éthique télépathique ; Rachel n’avait jamais eu de cours sur le sujet mais comme Emma en avait donné elle avait tout de même les notions. Surtout que généralement ce n'était pas bien compliqué. Après, la jeune femme n’hésitait pas à faire des règles à la morale au besoin, que ce soit aussi léger que ses toc-toc partant du principe qu’il fallait mieux demander pardon que la permission ou aussi lourd qu’un contrôle mental complet pour faire évacuer en bon ordre des citoyens depuis le métro Londonien. Une fois encore, l’Echo revendiquait son aspiration à bien faire malgré qu’elle soit prête à faire de mauvaises choses pour de bons résultats. Néanmoins elle n’avait aucune raison de s’introduire ainsi dans la tête de Garrett, comme elle le fit pour les élèves.

Ce qui ne l’empêcha pas de continuer à percevoir les échos émis par le mutant : pas que des originaux ? Mais c’était bien l’originalité. Et la diversité également ; hors la diversité à l’Institut ce n’était pas ce qui manquait. Jade était une surdouée des mathématiques cherchant à se montrer au-dessus des autres alors qu’elle était dotée de capacités d’invisibilité tout en dissimulant par tous les artifices possibles la fragilité de son cœur envers la quasi-totalité des autres, Ariella était une canadienne étudiante en histoire et créant du métal tout en craignant presqu’autant les autres qu’elle pouvait se traumatiser seule et pouvait faire preuve de courage, Charlie était un jeune garçon rêvant de faire changer les choses et ayant choisi les X-Men pour cela mais qui n’en était pas encore à savoir vers quel avenir professionnel il se dirigerait et qui pouvait juste se transformer un tas de morve, et Ninon était la française venue étudier l’art et sa manipulation des ombres alors même qu’elle s’attachait à toutes les personnes les plus difficiles d’abord sans perdre une naïveté simpliste. L’originalité de toutes ces personnes contribuait à celle de l’Institut et était une excellente chose aux yeux de Rachel, contribuant à leur unicité et à l’affection qu’on pouvait leur porter.

Cette même affection qui faisait que le moindre contact avec Jade avait plus de valeur qu’avec la norme, même si celle-ci ne dévoila nul malaise face à l’inconnu dont l’aspect ne le laissait supposer guère plus propre que Sanzo ; qui était très propre en passant, à défaut de se laver avec la langue.

Ecoutant la discussion d’une oreille alors qu’elle s’exprimait plus que sa bouche ne lui aurait jamais permise, l’Echo trouva le pseudonyme logique mais légèrement casse-gueule : après tous, les X-Men comme les mutants en général adoptaient pseudonymes et alias, voir carrément des « noms mutants ». Mais bon, son point de vue restait à part et sa situation particulière.

Le trait d’humour de Garrett lors de son explication sur ses enregistrements vocaux n’eut pas réellement d’écho mais cela n’en démonta pas le journaliste qui exposa ses questions. Rachel devait-elle faire passer aux trois autres ? Déjà, démêler la situation mentale et ensuite, improviser. Sachant que les questions n’avaient rien de particulier vis-à-vis de ses propres avertissements, l’Echo n’en fit rien ; après, elle tiqua sur les « choses spécifiques ». Mais Jade s’en sortirait sans problème, elle était confiante dans ce fait.

L’histoire transformée de Silent était un exercice de mensonge et de demi-vérités ; les autres drop-kids devenant des camarades de classes alors même que l’extermination de la cellule Confrériste de SF étaient des « soucis dans son entourage ». Les mères ne firent plus qu’une, avec l’aspect scolaire qui débordait Amy et l’aspect castor qui imprégnait Caitlyn, en bien comme en mal, tandis que Kyle Kenneth devenait père ; avait-il jamais eue cette reconnaissance auparavant ? Rachel n’en savait rien mais conservant sa difficulté avec le Confrériste, elle n’en demanderait pas plus que cela. En tout cas, le personnage de Jade était impressionnant, l’Echo hochant légèrement la tête au regard de sa filleule.

Le passage sur l’Institut était plus honnête même s’il y avait quelques humains ; minoritaire, mais tout de même. Moïra en était un exemple mais difficile à dire si Jade se limitait aux étudiants ou également aux résidents. Et Rachel était également d’accord sur le fait qu’ils ne formaient pas de super-héros ; les X-Men n’en étaient pas. Une unité de combattant-philosophe oui, mais plus proche des moines Shaolin que des stéréotypes de Star Wars et autre réinterprétation mythologique que pouvait faire le cinéma, quand bien même Marvel était assez pauvre puisque nombre des histoires qu’ils auraient pu raconter en tenaient du bioptic dans cet univers-ci.

Si le fait de se faire associer à une super-héroïne fit grimacer Rachel, qui préférait croire en l’Etre Humain qu’en une quelconque notion de « super-héroïsme », la suite lui fit relever la tête et la toucha ; c’était dit sous couvert d’un masque mais ça n’enlevait rien et les yeux bicolores fixèrent l’adolescente. Le sourire digne du Chat du Cheschire la perdit complètement, l’Echo ne sachant plus que penser de ce qui venait d’être dit et ayant déjà beaucoup de chose à penser.

Rabaissant la tête, elle laissa Jade redevenir égale à ce qu’elle était de norme en marchant sur Forge au passage, en plus des autres élèves. L’humilité était une chose qui avait disparue avec les amitiés liant l’adolescente au groupe de Sanzo, suite à Bleecker Street, et cela en insupportait pas mal de ce que savait Rachel.  Elle-même regardait les choses en observatrice, sachant que tout le monde se devait d’avoir un équilibre et que face à son incapacité sociale Jade se réfugiait dans les chiffres qu’elle pouvait maitriser. Cela faisait un tri sans doute, seules les personnes suffisamment soumises pouvant s’attacher à elle là où d’autres lui rentreraient simplement dans le lard afin de la faire descendre de ce piédestal. Tout le monde avait ses qualités et ses défauts et l’acceptation était une partie de l’enseignement ici. Tant que les qualités surpassaient les défauts, cela prêtait à l’effort, mais si l’Echo savait que c’était le cas pour Jade elle manquait d’argument pour le faire valoir du fait du comportement même de celle-ci. Pourtant elle la savait bien meilleure que ce qu’elle montrait, il suffisait de voir son comportement précédent face à celui-ci. Il manquait juste la volonté de se rendre attachante et une personne pour la cultiver.

Il y avait à espérer que les choses s’amélioreraient à nouveau, non pas comme avant mais dans une nouvelle manière, et peut-être que l’autre petit génie cherchant à déterminer qui était la personne au QI humain le plus élevé dans l’Institut permettrait de faire avancer sur ce point. Rachel ne connaissait pas le futur et n’avait pas envie de le connaitre, elle savait juste qu’elle regretterait Jade si celle-ci finissait à accéder à ses universités tout comme elle restait bien trop isolée pour faire quoi que ce soit dans ce choix de vie et d’attitude. Mais elle restait optimiste, ça ne coûtait rien et aidait plus à avancer. C’était, quelque part, une sorte de foi.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garrett River
Neutre Epsilon
avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 06/04/2013

MessageSujet: Re: Les gens veulent savoir ! [PV Rachel + Libre]   Mer 15 Juil - 9:39

Ho putain ! Garrett avait oublié pourquoi il détestait les intellos. Curieusement, il venait de s’en souvenir.

* Pourquoi plus les gens sont intelligents, moins ils sont sympa ? Va falloir qu’on m’explique, bordel de merde ! *

Il se mit aussitôt à ressentir une vive antipathie à l’égard de Jade. Lui-même étant loin d’être une lumière, il ne pouvait que se sentir mal à l’aise à côté des surdoués. Il y avait une part de jalousie instinctive. Lui-aussi, il aurait aimé avoir de bonnes notes. Lui-aussi, il aurait aimé pouvoir prendre les autres de haut, se jouer de leur lenteur intellectuelle. Mais il avait occupé le mauvais rôle, celui du crétin. Lorsqu’il menait sa scolarité, il était au moins en mesure de répliquer par une bonne droite dans la face, histoire de montrer qu’avoir des muscles, c’était aussi utile que d’avoir un cerveau. À présent, il n’avait ni les muscles, ni la taille pour en imposer ainsi. Certes, il savait d’expérience qu’un uppercut bondissant placé dans la mâchoire faisait toujours des ravages, mais ce n’était ni l’endroit, ni le moment pour songer à cela. En fait, l’hybride eut même honte de son ressentiment. Celui-ci provenait de son enfance, hors il n’était plus un enfant. Il n’était plus un étudiant. Il n’avait pas à se comparer à Jade, pas à se sentir écrasé par ses manières. Des gens détestables, il en croisait tous les jours. Et depuis bien longtemps, il avait appris à ne plus provoquer.

Seule Rachel put déceler les brèves émotions bouillonnantes de la souris. Garrett avait des pensées impulsives, violentes. Il avait appris à se défouler dans sa tête puisqu’il ne pouvait se le permettre de le faire en vrai. Son masque ne vacilla même pas lorsqu’il rabaissa cette main tendue en pure perte. Il afficha juste de la surprise, mais c’était voulu. Faire le gentil, quoi qu’il arrive, cela devenait vite louche. Ses pensées s’apaisèrent sans tarder. Jade ne lui plaisait pas, certes, mais cela en restait là. Ce n’était pas un crime que de lui avoir rappelé de mauvais souvenirs. Et c’était bien elle qui, la première, devait souffrir de son caractère antipathique.

Quand elle mentionna les supers-héros, le reporter ne put qu’y être réceptif. Pour lui, par super-héros, elle parlait des X-Men. Et du coup, sa remarque lui sembla suspecte.

* Pourquoi tu me parle de ça alors que je n’ai pas abordé le sujet ? Tu serais pas en train de me cacher quelque chose, par hasard ? *

Il aurait posé la question, en la reformulant bien sûr, s’il n’avait pas réalisé être entouré de télépathes. Dans la situation actuelle, il préféra tout simplement esquiver la chose.

* Non, je peux pas demander ça. Raconte-moi ce que tu veux, c’est pas à moi de chercher le pourquoi du comment. Mais du coup, qu’est-ce que je peux demander sans être indiscret ? *

Étant donné qu’il était sorti de son rôle initial, qu’il bâillonnait même sa curiosité naturelle, les questions venaient plus difficilement. Heureusement, il en trouva quand même quelques-unes.

« Oui, effectivement, vous prêchez un converti. Cet endroit semble idéal pour cultiver la différence de façon convenable. De manière générale, estimez-vous que l’Institut vous a aidé à progresser ? Pensez-vous que la structure soit tout à fait adaptée ou y a-t-il, selon vous, quelques bémols ? Et quel avenir envisagez-vous ? Vous m’avez dit être une experte des mathématiques, comptez-vous sur ce don pour en faire votre métier ? Ou allez-vous plutôt vous appuyer sur vos facultés mutantes ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les gens veulent savoir ! [PV Rachel + Libre]   Mer 15 Juil - 15:41

La jeune métisse manifesta un bref mouvement de contrariété en constatant que le singulier petit journaliste n’en avait pas totalement terminé avec ses questions, elle avait concédé cette entrevue comme un service rendu à sa marraine mais elle n’escomptait pas y passer la journée non plus surtout qu’elle ne prenait pas réellement de plaisir à travestir la vérité. Le mensonge était un outil, pas une arme du moins c’est comme ça qu’elle l’utilisait.
Une chose cependant la travaillait depuis quelques minutes déjà. Elle était loin d’être un génie de la vérité mais avait été formé au décryptage comportemental par une professionnelle en la personne d’Amy De Lauro et les signaux même faibles que le journaliste lui renvoyait étaient des plus clairs : aversion et dégout. Se moquait-il d’elle ou de cet endroit ? Impossible d’en déceler la cause même si elle en voyait la manifestation, c’était la les limites de la Programmation Neuro –Linguistique : observation et déduction mais certainement pas analyse causale. Le plus sécurisant était d’en référer à la personne la plus a même de régler ce genre de choses.

• Dring dring ! Houston ? On a un problème…. Je ne pense pas avoir mangé des croutons à l’ail mais pourtant, Mickey mouse doit se convaincre que je refoule du goulot. Ca ne passe pas, je le sens hyper mal à l’aise avec moi, on va devoir écourter, il se bat les steaks de la soupe que je lui sers et je finis par sentir une sorte d’aversion à mon contact, où il déteste les maths ce qui est humainement affligeant ou il me prend pour une japonniaise échappée d’un manga porno…j’en sais rien.


Elle prit une seconde de réflexion avant de soupirer manifestant là les limites de sa patience.
- Cet endroit a fait beaucoup pour moi. Je ne crois pas être un modèle de socialisation et j’ai toujours vu les autres comme « quantité négligeable » voire, des gènes dans mon décor. J ai trouvé des amis ici, des amis qui sont importants et à qui je tiens vraiment. J’ai fait l’effort d’apprendre à les connaitre et ils ont fait l’effort de tolérer mes défauts. Je ne dis pas que je suis devenu un bisounours, mais que j’ai découverts certaines valeurs et que je m’efforce de les conserver. Je crois que c’est grâce à cet endroit et au temps qu’il nous donne pour nous découvrir les uns et les autres.
Des bémols ? hummm l’hygiène peut être, je trouve que chaque étudiant devrait prendre soin d’une manière plus strict de leur propreté, une douche dans chaque chambre et l’obligation du ménage 3 fois par jour… c’est important l’hygiène vous savez…non, probablement pas, vos poils sont perméables ? Saviez-vous qu’au moyen age vos ancêtres ont véhiculé les pires fléaux en termes de maladies ? Comment arrivez-vous à vivre avec ça…moi je n’en dormirais plus. Enfin, on ne choisit pas son hybridation, non et puis ca plaint aux filles…du moins les plus…on dira impressionnables.
Mon avenir ? Difficile…je vais déjà e contenter de vivre le présent, mon avenir sera ce que j’en ferais, et il sera hors du commun, j’en suis certaine.
Mon métier sera en effet dans les sciences, je compte devenir une chercheuse. Physique ou mathématiques appliquées, les champs de compétences sont nombreux mais je dois avouer que je ne fais pas cela dans un but altruiste mais totalement egoiste. J’aime trouver des solutions aux problèmes, l’instant de la victoire par logique, c’est ma drogue, ma raison d’être. Je me fiches des application qui viennent ensuite, ce qui importe c’est cette victoire de l’esprit. Ca peut paraitre très prétentieux et moche, mais c’est sincère : trouver c’est tout ce qui m’intéresse, le reste c’est dispensable.
Mes facultés mutantes…peuuuf !
Doit-on juger la valeur d’une personne sur un trait génétique Monsieur ?
Je suis peut être télépathe et ce que je lis dans votre esprit me révulse. J’utilise alors cet atout pour me faire une opinion sur vous, ce n’est pas juste par rapport à ce que vous essayez de faire en faisant correctement votre travail ? Non ? Et vous ? Comment me verrez-vous en ce cas ? Vous aurez peur de vos propres pensées et plus jamais vous n’agirez avec votre propre nature. Si vous agissez parce que je suis moi et que moi j’agis parce vous êtez vous, alors vous n’etes pas vraiment vous et je ne suis pas vraiment moi : un jeu de dupe, ni plus ni moins….
…..
Sérieusement, je pense pouvoir m’élever de ma condition en utilisant autre chose que des tours de passe-passe photokynesiques.
Mon cerveau est mon véritable don, ma mutation un boulet que je dois trainer…à peine suffisant pour émerveiller les simples d’esprit et ceux qui adorent s’émerveiller de poudres aux yeux mais bien insuffisant pour me définir et trouver un sens à ma vie.


Elle conclue sur un sourire plus sincère avant de se relever doucement puis elle se leva et ramena la chaise contre la table

- Nous en avons terminé. Notre temps à tous deux est précieux sans doute pour des raisons différentes mais bien suffisantes pour l’un comme pour l’autre. Je vous laisse à la quête de ce que vous êtes venu chercher.
Revenir en haut Aller en bas
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: Les gens veulent savoir ! [PV Rachel + Libre]   Sam 25 Juil - 14:44

La sympathie n’était pas une question d’intelligence mais d’égo et de considération envers les autres ; Jade avait besoin d’écraser les autres pour se sentir intelligente alors même qu’elle ne l’avait pas moins été à l’époque où elle constatait simplement qu’elle avait des capacités bien meilleure, ne les mettant pas en avant pour ne pas mettre ses interlocuteurs mal à l’aise. Une influence positive de son petit ami, de ses copains et de sa famille, aujourd’hui disparue. Elle n’était pas toujours ainsi et n’était pas ainsi, lorsque son cœur était impliqué ; il s’agissait d’une chose de plus en plus rare cependant.

Faire preuve de violence à l’encontre de l’Institution et de ses pensionnaires n’était pas une solution car Rachel se savait capable de faire preuve d’une violence au moins égale à celles qui pourraient être faite à ses protégés et elle n’hésiterait pas ; son équilibre impliquait qu’elle puisse être aussi douce que brutale, aussi cruelle que gentille et aussi violente que passive. Mais elle s’acharnait également à ce que ses bons aspects soient supérieurs aux mauvais : plus de bien que de mal, en somme. Elle croyait à ce qu’elle disait, n’ayant pas cette habitude du mensonge et du jeu des deux autres présents.

L’intérêt de Garrett pour l’évocation déguisée des X-Men poussa à reconsidération : un piège de la part de Jade pour que Rachel capte les véritables intentions ? Possible. A défaut d’être bête, l’Echo était plus proche des personnes sur lesquelles sa filleule construisait son piédestal que de celle-ci, intellectuellement parlant, et tout en percevant les pensées fortes elle n’était capable de tout anticiper ou prévoir. En tous cas, faire passer Jade la première avait été une bonne idée.

Les dernières questions contrarièrent assez manifestement l’adolescente, déclenchant même une pensée forte qui ne pouvait venir que d’elle tant l’écho astral été adressé à la seule capable de les percevoir ; dans la pièce tout du moins. L’Echo soupira doucement alors que la pensée forte était volontairement maintenue, une manière sans doute apprise par Sanzo qui avait cette habitude également. La doléance se termina par une fermeture des paupières alors que Rachel répondait par l’esprit.

*Il n’aime pas les personnes qui ont besoin de déclarer les autres stupides pour argumenter leur intelligence, en fait.*

Jade n’avait jamais été un modèle de socialisation mais il y avait eue de bonnes périodes, avec Kaede et Rachel puis avec la bande à Sanzo et Ninon. Avait-elle réellement considérés les autres comme des quantités négligeables ? L’Echo ne le pensait pas mais percevait là que ce n’était pas une parole du rôle, tant par ce snobisme développer envers les personnes au QI inférieur à 130 que par le fait que Jade avait des amis et qu’elle leur accordait de l’importance malgré sa grande propension à couper les liens avec eux ; suis-moi, je te fuis ? Cela ne faisait sans doute pas partie des valeurs mais il devait y en avoir, quand aux autres la rousse pensait pouvoir citer famille, amitié et intégrité.

Le bémol de l’hygiène fit sourire avec un peu plus de tendresse : Jade et l’hygiène, toute une histoire. Rachel ignorait de si cela venait du traumatisme de la bataille de San Francisco ou si cela avait déjà été présent lorsqu’elle était à la Confrérie. Mais la cohabitation dans les deux chambres successives c’était faite selon les critères de propreté de la demoiselle qui avait du les assumer ; aucun problème à ce que le ménage soit fait trois fois par jour dans la chambre, tant que c’était celle qui voulait qu’il soit fait qui le faisait. Désormais que l’Echo était seule, le ménage devait être fait quand il y avait de la saleté visible, soit plus ou moins toutes les deux semaines sans compter les poils de chat. Poils qui firent faire à Jade une remarque déclenchant un facepalm.

*Il va pas t’apprécier plus si tu te montre désagréable,* soupira-t-elle dans l’esprit de Jade.

Quand à l’hybridation plaisant aux filles impressionnables, cela expliquait peut-être pourquoi Sanzo avait eu ce succès et impliquait que Jade en ait été malgré qu’elle semblait déconsidérer cela aujourd’hui ; quel aurait été le jugement de l’adolescente sur ses actions pré-Bleecker Street ? C’était une question que Rachel aurait aimée lui poser.

La première déclaration sur l’avenir et le présent fit à nouveau sourire l’Echo ; le temps était un flux, non une matière solide, et dans l’infini d’univers possibles tout arrivait toujours dans une réalité ou une autre. Il fallait faire de son mieux pour que tout soit au mieux et avoir conscience de cela encourageait à avancer et à progresser.

La seconde déclaration fit perdre le sourire ; la sincérité n’était pas une des valeurs de Jade, du point de vue de Rachel, que ce soit par jeu de mensonge et demi-vérités ou tout simplement par incapacité à l’être. Néanmoins elle était sincère sur son égoïsme et malheureusement cela ne la rendait pas attachante ; intègre car non hypocrite mais l’intégrité n’apportait pas l’affection. Jade continuait sans doute à s’enfoncer dans cette nature hautaine et nihiliste qui la gâchait tout en dissimulant parfaitement le P’tit Citron qu’elle pouvait être ; P’tit Citron qui n’avait cependant rien à faire là mais qui restait trop rare ailleurs également.

Le raisonnement sur la mutation et le jeu de dupe était d’autant plus vrai qu’à défaut d’impliquer la première ils étaient en effet partiellement dans un second. La télépathie était un domaine de capacités détestable et le mensonge l’était tout autant néanmoins l’une comme l’autre pouvait être usités à bon escient, la situation actuelle le prouvant parfaitement. Restait à ce que chacun se mette des limites et choisisse sur quoi se définir ; toute personne avait bien des capacités, quelles qu’en soient la nature, et mettait naturellement l’une d’elle en avant. Garrett avait choisi son apparence, Jade son intelligence, Rachel sa personnalité.

C’était positif que la mutation de l’adolescente ne la définisse pas comme cela pouvait être le cas pour certains autres mais c’était négatif qu’elle ait perdue cette capacité à s’émerveiller, la vie lui semblait déjà morne alors même qu’elle n’avait pas vingt ans.

Rachel dissipa sa lumière psychique avant de rouvrir les yeux et sourit à Jade, quand bien même ce troisième sourire était plus triste que les précédents.

- Nous en avons terminé. Notre temps à tous deux est précieux sans doute pour des raisons différentes mais bien suffisantes pour l’un comme pour l’autre. Je vous laisse à la quête de ce que vous êtes venu chercher.

Combien de pizza faudrait-il ? Une ou deux ? Une grande ? L’Echo était reconnaissante à Jade d’être venue même si l’interview n’avait pas durée et qu’elle était définitivement finie ; les autres seraient-elles plus longues ? Si Ninon, Ariella ou Charlie se montraient plus coopératifs Garrett risquait d’avoir des possibilités de questionnements plus poussées. Pour l’heure, ce dernier s’efforçait d’être honnête dans son enquête cependant et cela Rachel en tiendrait compte. Le journaliste ne franchissait pas les limites même s’il y avait eue des perches possibles, de chaque côté.

- Merci, déclara l’Echo à Silent alors que celle-ci s’en retournait, la suivant des yeux puis de l’esprit. S’en revenant à Garrett, l’X-Woman ajouta : Y’aurait eu des questions supplémentaires que t’aurais aimé poser ?

La demande n’était pas innocente, non, car moins que de la curiosité il s’agissait de savoir jusqu’où Garrett comptait aller. Ninon ne tarderait pas mais ils avaient le temps d’échanger quelques paroles avant qu’elle n’arrive.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garrett River
Neutre Epsilon
avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 06/04/2013

MessageSujet: Re: Les gens veulent savoir ! [PV Rachel + Libre]   Dim 26 Juil - 19:00

Jade dit pas mal de choses, certaines très intéressantes. Mais ses propos ouvertement offensants occultèrent tout le reste. Garrett ne fut pas vraiment blessé. La jeune femme avait beau prouver qu’elle était un parfait cas d’insociabilité, sa méchanceté n’arrivait pas à la cheville des racistes en puissance que l’hybride avait croisé à quelque reprises. Des insultes, il en avait pris dans la gueule assez pour apprendre à les ignorer. De surcroit, le franc parlé de sa propre mère avait été un bon moyen de s’endurcir lors des joutes verbales. Non, si Monsieur River fut pris de court, ce fut pour une autre raison. Jamais, ô grand jamais il ne se serait attendu à essuyer des propos racistes de la part d’une mutante au beau milieu de l’Institution Charles Xavier, symbole même de la tolérance aux USA, peut-être même dans le monde entier.

Ses oreilles fléchirent, son regard se durcit. Et ce fut tout. Avec Garrett River, le masque ne pouvait pas tomber plus que cela. Son visage atténuait inévitablement toutes les expressions négatives. Il fut tenter d’opposer à cette charge en règle un mur de sympathie, sa spécialité. Plus on lui manquait de respect, plus il s’amusait à être aimable afin d’agacer au maximum. Lorsqu’on frappait, on voulait faire mal, alors quoi de plus humiliant que de recevoir en retour un sourire ? L’hybride, cependant, n’en fit rien. Il fut aussi tenté de s’offusquer ouvertement, il aurait été dans son bon droit. Pour qui cette petite conne se prenait-elle ? Si jamais elle balançait ce genre de réplique à Mutant Town, on allait la retrouver façon puzzle dans les poubelles. Mais là encore, il ne fit rien. Et au final, sa conduite se résuma à cela : rien.

Il regarda Jade partir sans lui adresser le moindre mot supplémentaire. L’interview avait été très court et pourtant, pour elle, il semblait déjà avoir été trop long. Mais en fait, pourquoi était-elle venue ? Rachel lui posa une question. Il reporta sur elle son attention et exprima son incompréhension :

« Des questions supplémentaires ? C’est une blague ? Jade ne voulait pas être interviewer. Je l’ai emmerdé royalement ! Je force personne moi ! Si j’ai commis une maladresse avec cette fille, expliquez-moi, parce que là, je pige pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: Les gens veulent savoir ! [PV Rachel + Libre]   Mer 29 Juil - 21:03

La réactivité de Garrett se fit une fois Jade partie et la question posée, l’hybride n’ayant rien manifesté physiquement avant cela. Psychiquement en revanche, il avait été plus actif et, sans pouvoir ressentir les émotions des autres, Rachel avaient perçues quelques bribes de la dépréciation.

La blague lui fit relever les sourcils et écarquiller les yeux mais elle n’eut pas le temps de s’interroger plus avant que déjà l’explication lui était fournie. L’envie d’être interviewée et l’emmerdement n’étaient pas forcément liés aux yeux de l’Echo quand à forcer quelqu’un, non, Garrett n’était pas responsable ; c’était elle-même qui avait conviée Jade. Sans l’avoir forcé, cela avait été un service rendu plus qu’une volonté propre et le problème se situait peut-être là. Croisant les bras, Rachel continua de surveiller l’approche de Ninon de l’esprit alors même qu’elle fixait le journaliste.

- Ton corps et ton esprit ne sont pas toujours en adéquation. Les siens non plus, répondit-elle calmement, en guise de prémisse d’explication.

Cette déclaration avait un étrange écho avec celle de Jade sur le fait d’adopter un visage vis-à-vis de la personne qui le regardait car l’hybride comme la génie avaient tout deux ce masque de chair. La résidente assénait des paroles sans forcément les penser tandis que le journaliste pensait différemment de ses actions ; et le talent d’acteur des deux partis rendait difficile de décerner le vrai du faux.

- Elle est venue pour me rendre service, tu ne l’as pas forcée. Cela l’a peut-être emmerdé mais je pense pas qu’il soit question de maladresse.

Peut-être était-ce Rachel qui avait été maladroite dans sa démarche, en faisant simplement un appel ciblé aux volontaires et en ayant quelque chose à retirer de cette conversation à laquelle elle n’avait pas directement participée. La stratégie de Jade lui était inconnue, l’Echo lui faisait confiance pour savoir ce qu’elle faisait même si l’interview éclaire devait laisser des questions en suspens. Garrett ne perdait pas son self control face à la difficulté, cela était compris ; mais était-ce bon ou mauvais pour eux ? Il n’avait pas usée de l’insinuation et continué comme si de rien était durant le court délai qui lui était accordé, même si son attention s’y était arrêtée.

Réfléchissant en silence et respirant doucement, Rachel finit par décroiser les bras pour poser l’une de ses mains sur son sac et se redresser.

- Je n’ai pas grand-chose à dire de plus que cela. Les autres élèves devraient être plus facile d’abord et tu pourras juger de la diversité  de personnes de l’Institut.

D’ailleurs, cela lui fit penser qu’elle avait peut-être accomplie une autre maladresse en ne proposant que les élèves ; après tout, s’ils représentaient la majeure partie de l’Institution ils n’étaient pas les seuls et le personnel pourrait être intéressant à interviewer également. D’un autre côté, la quasi-totalité était occuper pour l’heure et l’Echo ne voyait pas qui elle pourrait se permettre de déranger. Du fait, elle se contenta d’énoncer ce qu’elle savait.

- La prochaine élève ne devrait pas tarder. Elle est aussi dans le supérieur, en histoire de l’art, et est ici depuis bientôt une année. Elle vient de France.

Cela importait-il ? Le fait que l’Institution Xavier ait de diverses nationalités et filières pouvait également démontrer son idéal d’intégration comme celui d’acceptation qui n’était pas à prouver. La moitié des élèves que Garrett devrait pouvoir interviewer étaient originaires d’autres pays, Ariella étant canadienne et Ninon Française, ce qui donnerait une idée des proportions d’étudiants à l’Institut. Même dans les résidents, il y avait plusieurs britanniques et par le passé des allemands, des russes, des japonais, vietnamiens et des chinois étaient également venus étudier ou enseigner ; et Rachel se limitait à ceux qu’elle connaissait, X-Men pour la plupart. Même quelques extra-réalitaires étaient venus mais cela c’était comme les résidents illégaux, il ne fallait pas en parler. L’Institut conservait beaucoup de secrets même si Garrett semblait ne plus s’y intéresser malgré les objectifs de son journal. Ce qui amena une nouvelle question dans l’esprit de l’Echo.

- Dis, le fait de ne pas chercher le scandale ici, ça risque pas poser problème à ton patron ?

Garrett était l'un des premiers journalistes autorisés à venir à l'Institut, le premier depuis que Rachel y était en tous cas, mais peut-être qu'être rentré dans le droit chemin ne plairait pas à celui qui l'avait envoyer s'il l'avait fait pour qu'il reste au-dehors du droit chemin, justement. Le Mutant Attitude ne deviendrait pas un problème pour les X-Men, ou même l'Institut, puisqu'ils veillaient à ce que s'en soit ainsi ici même. Mais pour le journaliste envoyé, qu'en était-il ?

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ninon Lenoir
Élève à l'Institut Beta
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 09/07/2014
Age : 25

MessageSujet: Re: Les gens veulent savoir ! [PV Rachel + Libre]   Mar 1 Sep - 9:45

Ninon s’étira de contentement en sortant de la salle de classe, bien heureuse que son cours se soit enfin terminé. Le ciel était bleu, les papillons commençaient même à pointer le bout de leurs petites ailes colorées en batifolant gaiement au milieu des fraisiers, et pour une obscure raison, Nini sentait bon la fleur d’oranger. Telle crêpe ambulante, elle déambulait donc dans les couloirs de l’institut au gré de ses cours.
Une crêpe? Mm… Les obscures raisons s’éclaircissaient peut-être…

_On a fait une rechute?
_Heu…


Au gré de ses cours donc! Mais aussi au gré de ses révisions, car les examens qui allaient prouver qu’elle n’était pas complètement demeurée approchaient à grand pas, et elle avait bien l’intention d’obtenir son diplôme les doigts dans le nez, avec les honneurs s’il-vous-plait! Car oui Môsieur, la Nini jolie que voici allait être diplômée, et ferait mouler leur gaufre à tous ceux qui ne l’en avaient pas cru capable! Nini peut-être, mais pas si neuneue la Ninon, et toc!
Elle se voyait déjà, le jour de la remise des diplômes, la plus belle au milieu de tous, à part peut-être à côté de Rachel, se lever quand son nom serait prononcé, en pointant fièrement son petit nez retroussé vers le ciel avant de s’avancer d’une démarche princière et suffisante vers son destin.

_Traduction: l’émotion nous submergera, on se lèvera en sanglotant avant de se prendre les pieds dans le tapis… Mais on pensera à mettre une jolie culotte, quitte à mourir de honte, autant le faire avec distinct…

*Toc-toc Nini, c’est Rachel.*

_ Ah!

_OH JESUS MARIE JOSEPH QU’EST CE QUE C’EST?
_Je… je crois que c’est Rachel…
_Rachel? Oh… Seigneur… C’est embarrassant, tu penses qu’elle nous a entendues?
_Je crains que le fais qu’elle nous ait hypothétiquement entendues soient bien moins gênant que celui qu’elle ait pu nous surprendre en train de nous imaginer perdre publiquement notre dignité…
_Oh… Tu sais,  des fois je me demande si tu es réellement stupide ou si tu le fais exprès.
_Hein?
_Mais rassure toi, ça ne dure jamais bien longtemps.


* Dis t’es disponible dans cinq-dix minutes ? Il y a un journaliste qui vient visiter l’Institut, je cherche des interviews d’élèves.*

Ninon, qui avait sursauté avant de se coller dos au mur en se figeant sur place, fixa le vide de ses grands yeux écarquillés, comme pour y chercher quelque chose…  Ce qui attira les regards perplexes des autres élèves du couloir. Nini, certainement pas neuneu, mais un tantinet nawak de temps à autre…

_ A… allo ?

*A l’huile ? Nan, je te parle en direct de ton cerveau là, ça te pose un problème ?*

Les petites méninges de la plus mignonnes des ahuries se mirent rapidement en marche avant de réaliser la situation délicate dans laquelle elle se trouvait. Rachel, oh si belle, si adorable, si gentille et si rousse Rachel, avait élu domicile au milieu de ses charmants neurones, confortablement lovée entre deux cortex moelleux.

_On a une rousse dans notre petite tête, n’est-ce pas fantastique?
_Si si… Et puis ça nous change de la blonde…


L’espace d’une seconde, la vision d’une Rachel blottie dans un cocon rose et dodu se fit dans l’esprit de Ninon qui se sentit se ramollir telle de la guimauve avant de se reprendre en secouant rapidement sa tête avec un petit rire nerveux.

_Mon cerveau?! Oh… Bah si j'avais su que tu… enfin je ... Non, pas de soucis! Hé… héhé… hé… Heum… Tu disais, mon p'tit Caramel ?

Les regards s’intensifièrent vers la douce Nini qui fronça les sourcils à leur encontre, sans comprendre la raison de leur perplexité. Ce que les gens pouvaient manquer de correction! Mais d’un autre côté, une blondinette rougissante faisant la crêpe contre un mur, en parlant à un caramel, le tout les yeux perdus sur le plafond n’était peut-être pas ce qu’il y avait de plus commun.
Néanmoins, dans une école pour mutants, le commun pouvait bien aller se recoucher...

*Il y a un journaliste qui vient visiter l’Institut, je cherche des interviews d’élèves. Tu serais dispo dans cinq ou dix minutes ?*

_Dans cinq ou dix minutes? Abso… Seigneur, est-ce que ça vous étranglerait d'arrêter de me regarder comme ça?  Je suis en ligne, ça ne se voit pas?
Je disais quoi?
Ah, oui, le journaliste! Pas de soucis, dis-moi juste où.


*Là on est au réfectoire, je pense pas qu’on aura bougé. Et non, ça ne se voit pas ; j’entends tes pensées, eux ils te voient juste parler toute seule à haute voix.*

_Mais je ne parle pourtant pas toute seule, je… Ah… oui… Mrf…  Et… et là tu m'entends ?

Ninon plissa les yeux en pinçant les lèvres, se crispant un peu plus contre le mur dans l’espoir de se concentrer assez pour communiquer avec Rachel par la pensée, mais elle se ravisa bien vite lorsqu’elle ouvrit une paupière et aperçut les têtes penchées de ses camarades… Une Nini qui parlait dans le vide oui, mais tendue comme si elle essayait de fusionner avec le mur, peut-être pas.

_Non, oublies, c'est pas mieux… Elle finit par se redresser imperceptiblement dans l’espoir de paître plus naturelle avant de soupirer à l’intention des élèves qui la regardaient, Rha mais quoi à la fin ?
Bon, réfectoire, j'arrive ! Tu raccroches ? Je sais pas comment on fait…


_Oh comme c’est mignon, notre première conversation téléphonique avec Rachel… Tu raccroche?
_Non, c’est toi qui raccroche…


*C’est moi qui fait, Nini, c’est moi la télépathe ; toi t’as juste à penser. Tu demanderas à Sage de t’expliquer.*

_Non, c’est toi…

* A toute.*

_R...Rachel? Allo? On a été coupées…

_Ah, bah c’est elle qui a raccroché.

Ninon détala tel un lapin à travers les couloirs pour rejoindre la cafétéria, ne pensant qu’à sa tendre Rachel qui l’attendait fervemment, esseulée à une table. Esseulée? Elle se figea sur place, et son visage d’ordinaire si joliment coloré  se déconfit lorsqu’elle réalisa l’horreur de la situation. Nope, Rachel n’était pas esseulée, elle était avec un journaliste, journaliste qui allait lui poser des questions, des questions sur elle et sur ce mystérieux institut censément secret et introuvable, et dont la vocation officielle n’était pas d’accueillir des mutants… Mais des surdoués !

_Oh la boulette!
_Rachel nous a choisie pour représenter les élèves d’une école de surdoués, mais… mais… mais…
_J’ai dans l’idée qu’ils vont être déçus.
_Et pas uniquement qu’eux. Bon, écoute moi bien mon p’tit Trognon, il va falloir qu’on ait l’air intelligente… surdouée même!
_C’est fichu…
_Mais non, mais non, pas de panique, prenons une grande inspiration.


Nini se tourna vers la fenêtre la plus proche en inspirant profondément, ses yeux perdus entre les arbres du parc et leur reflet sur la vitre.

_Jésus Marie Joseph… Je ne serai jamais crédible.

_Positive! Si les gens intelligents arrivent à paraître bêtes, alors je ne vois pas pourquoi les bêtes n’arriveraient pas à paraître intelligents.
_Un désastre…

_Non, une tactique imparable pour tromper l'ennemi, car qui sait ce qui peut bien se passer derrière ce regard si étrangement niais? Qui soupçonnerait cette délicate et adorable petite créature de cacher un génie froid et manipulateur ? Un scorpion dans un corps de lapin, voilà ce que nous sommes !  
_Pourquoi est-ce que dit comme ça intelligent a l’air de rimer avec méchant ?...

Ninon lança un regard déterminé à son propre reflet qui le lui rendit bien. Foi de Nini, elle aura l’air intelligente, surdouée même! Elle se redressa en passant professionnellement ses mains sur sa robe pour en gommer les plis, avant de relever tous ses cheveux en un chignon haut sur son crâne, pour dégager son visage, histoire de faire paraître son front un rien plus haut.

_Surdouée Nini… Tu penses surdouée, tu vis surdouée, tu ES surdouée!
_Oh Seigneur je ne veux pas voir ça…

D’un pas décidé, elle continua son chemin, tachant de prendre un air aussi sérieux que possible, dénué de l’habituel demi sourire qui semblait flotter en permanence sur ses lèvres. Elle ouvrit les portes de la cafétéria avec tout autant d’assurance et eut à peine le temps d’apercevoir Jade emprunter l’autre sortie pour quitter la pièce avec empressement.

_On appelle ça un Citron pressé!
_Chut, ne la déconcentre pas!
_C’est vrai qu’on y croirait presque.


Presque, c’était bien le mot, car lorsque Ninon aperçut une chevelure rousse familière à quelques tables d’elle, son masque d’impassibilité se fissura pour laisser ses joues rosir et le coin de sa lèvre trembler. Ne pas briser le personnage… ne pas briser le personnage… Elle franchit les derniers mètres qui la séparaient de son destin avant de prendre place à la table. Un peu comme Sage qui contrôlait chacun de ses mouvement, Ninon tacha  d’user de tout son professionnalisme pour s’asseoir.

_Le masque Nini… pense au masque… pense…

_Bonjour Rachel.

Trop tard.  Le masque s’était déjà envolé sous les battements de cils de la française qui n’avait pu empêcher ses yeux de papillonner avec plaisir, et ses lèvres de sourire.

_Presque…

Ninon se reprit néanmoins imperceptiblement. Elle ne serait peut-être pas le génie diabolique qu’il aurait fallu être pour représenter une école de surdoués, ses joues étaient un tantinet trop roses pour ça, mais elle serait sérieuse et ne se ridiculiserait pas, enfin moins que d’ordinaire (même si de ce point de vue la marge d’erreur était déjà conséquente). Son nez se tiendrait sage lui aussi, Rachel ayant quelque peu modifié ses habitudes vestimentaires. Le changement était radical, mais les vêtements « moldus » lui allaient comme un gant.

_T’façon Rachel un sac en toile de jute lui irait comme un gant…

_ Tu es très élégante, c’est exprès pour le journaliste ? Enfin je ne veux pas dire par là que tu n’es pas élégante d’habitude, tu es toujours élégante, mais… mais… mais de manière moins…. Moins… moins… sophistiquée, voilà !
Mais ça te va tout aussi bien hein ! Enfin ce que je veux dire c’est que… que tu es très jolie.
Voilà.
Elle enfouit déglutit avant de se murmurer rapidement à elle-même dans sa langue maternelle. Chuuuut Nini, on avait dit surdouée, sur-douée !

Ninon poussa un minuscule rire nerveux avant de s’éclaircir la voix et de se retourner vers le journaliste, non sans un dernier sourire discret pour la rousse.

_ Bonj… Elle s’arrêta brusquement dans son mot en se demandant comment elle avait pu ne pas remarquer plus tôt le physique pour le moins unique du dit journaliste. Il fallait croire que quoi qu’il arrive, Rachel restait toujours la plus étonnante des merveilles, même à côté d’une souris géante. Une fois encore, Ninon ne put cacher son sourire curieux. …jour.

Car c’était bel et bien à côté d’une grosse souris qu’elle s’était assise. Une peluche blanche faite de poils dont les reflets soyeux ne devaient avoir d’égal que leur douceur, de  deux petits yeux noirs malins et curieux à la fois, d’une paire de grandes oreilles mobiles qu’elle rêvait déjà de gratouiller et surtout… Et surtout le petit nez rose le plus adorable de la création, le genre de petite truffe frémissante sur laquelle on aimerait déposer tous les baisers du monde en se blottissant contre cette merveilleuse boule de poils chaude et soyeuse.
La française tendit timidement sa main vers le journaliste pour le saluer.

_ Ninon, à votre service, mais vous pouvez m’appeler Nini. Vous n’avez pas l’air dans votre assiette, c’est Jade c’est ça? Il ne faut pas lui en tenir rigueur vous savez. Elle est très mignonne, mais quand elle ne connaît pas les gens, elle est un peu soupe au lait.
En quoi je peux vous être utile ?


_Je n’aurais jamais cru qu’on puisse être aussi professionnelle dans un moment pareil.
_A qui le dis-tu….

_________________
Ninon Lenoir

Cimer la Fougère ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les gens veulent savoir ! [PV Rachel + Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les gens veulent savoir ! [PV Rachel + Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» je voudrais savoir si il y a des gens dans mon cas
» Quoi répondre aux gens qui ne veulent pas comprendre !?
» Salut tout le monde les gens
» Les gens jugent!!!
» eau libre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: L'Institution Charles-Xavier et Alentours-
Sauter vers: