AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nude. ( pv Ariella Miller)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Nude. ( pv Ariella Miller)   Ven 1 Mai - 10:06


Lacher du leste, c'est une chose qui m'est difficile mais une chose nécessaire en ce qui me concerne.
Vu de l’extérieur je suis un bloc de pierre, j'avance nimbée d'une aura froide qui me permet d'instaurer une distance entre moi et les autres mais je reste relativement solitaire et fermée, ce phénomène s'est aggravée depuis ma séparation d'avec Sanzo et s'est creusé avec le fossé ayant détruit notre « groupe ». Bleeker a tué cette cohésion a dire vrai, Sean est distant les événements l'ayant radicalement changés et Kamen n’était plus vraiment présent. Restait Sanzo, mais là aussi le spectre de notre relation passée venait fausser les élans de confidences ou de sincérité que j'aurais aimé laisser échapper, Ninon quand a elle, c'était trouvé d'autres amitiés sans doute moins complexes ou n'avait tout simplement pas le temps, je m’étais donc replié sur ma famille et mes études mais là aussi les problèmes semblaient obscurcir mon champ de vision.
Ma mère était à présent malade, sérieusement malade pour qu'un silence familial soit tombé sur nous, un genre de maladie honteuse dont on ne parle pas. Je ne savais pas réellement quelle attitude adopter me considérant déjà moi même comme atteinte et déjà difficilement compréhensible, la dépression de Caitlyn me laissait interdite et désemparée parce qu'il n'y a aucun médicament logique pour traiter cela et parce que bien sur, ce n’était pas quelque chose dont on devait parler de peur d'aggraver la situation, Amy gérait et moi je servais d'auxiliaire de vie, faisant l'aveugle devant quelqu'un qui a mes yeux aurait nécessité une intervention d'ordre psychiatrique mais comme on se rassurait à présent, elle n'était ni un danger pour elle pour les autres. Pas encore....Ce qui au regard des choses était loin d'être mon cas.
Je ne devais pas préoccuper Amy ni Aislinn avec mes propres états d'ame et encore moins une Caitlyn qui perdait complètement le sens des réalités.
Alors je gérais seule comme je me suis toujours gérée seule.

Lacher du leste donc, je savais faire.
Secrètement une fois par semaine très tot, c'est ici que je traînais car le dimanche matin, personne ne viendrait ici sauf moi.
Amy m'avait montré comment échauffer mon corps et mes muscles, cela prenait quinze minutes avant que je termine par méditer quelques instants, enclenchant mon Ipad et laissant le son couvrir mon silence.

Mon collant noir et opaque de Danse me donne la silhouette d'un spectre, seul mon visage s'en dégage, le reste me couvre comme une combinaison me protégeant du reste du monde et de ses microbes.
J'esquisse les premiers pas avec une aisance qu'on ne me connaît pas enchaînant postures et figures complexes, ce n'est pas la rigueur de la danse classique ni l'excentricité de la danse contemporaine, c'est autre chose entre grâce et défoulement, c'est une explosion et un défouloir qui mélange ballet d'esquive de combat, de feintes d'attaque et moment de chorégraphie où mon corps prend les commandes et m'impose un rythme et une fréquence. C'est un pure moment d'abandon et d'oubli et moment ou Silent et Jade se conjugue pour laisser sortir ce qui l’étouffe, un incroyable besoin de vie, c'est comme hurler seul dans un champ désert jusqu'à s'en faire mal aux cordes vocales, c'est quelque chose qu'on peut difficilement partager et que j'aime à faire seule, c'est intime et ce n'est qu'à moi.
Alors toutes les questions s’arrêtent, toutes mes interrogations, tous les tourments et enfin toutes les peurs et les frustrations.
Et là pendant une heure, je laisse mon corps parler, je laisse le non contrôle me dominer et il n'est pas rare que mes yeux pleurent malgré moi, vidant cette tristesse insondable qui se noie dans cette colère sourde.
Je suis Silent, celle qu'on ne cerne pas.
Ceci est ma nature, c'est réellement ce que je suis, femme tourmentée écartelée au sein d'émotions qui la submergent, fantôme se parant de force pour faire oublier sa fragilité.
C'est cela qui m'anime en un long ballet à la chorégraphie saccadée mais troublante de jusqu'au boutisme car j'y met toute ma sincérité et toute ma violence.

Je termine ainsi, sur les genoux.
Hors d’haleine et à bout de souffle mais les paupières closent et un léger sourire aux lèvres. Je suis reconnecté, c'est peut être un sentiment proche de la plénitude d'apres l'orgasme, je ne sais pas et je ne le saurais peut etre jamais mais c'est un moment où je sais enfin ce que je suis et comment je ressens les choses.
C'est fugace, ca s'envole à peine perçu : mais c'est bien là.
Je n'ouvre les yeux que pour faire rentrer le monde.
Mais il y a là quelque chose que je ne m'attendait pas à voir, on m'observe, on me voit.

Je ne réalise pas de suite comme je n'analyse pas, je sens un sentiment de honte et de colère m'envahir comme si on venait de me voler une chose intime, l'émotion est si vive et le contrôle si difficile à récupérer qu'instinctivement, apres cette expression de gène et de contrariété sur mon visage, celui ci vacille et disparaît du monde alors que je bascule grace à mon pouvoir dans l'invisibilité.
Revenir en haut Aller en bas
Ariella Miller
Élève à l'Institut Delta
avatar

Messages : 307
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 24

MessageSujet: Re: Nude. ( pv Ariella Miller)   Lun 4 Mai - 21:36

Habituellement, je faisais la grasse mâtiné les fins de semaines. Je ne me levais pas avant onze heure, mais cette fois si c'était différent. Tôt le matin, j'étais déjà réveillé incapable de me rendormir. Je ne sais pas si c'est à cause que j'avais trop dormi samedis ou si c'est à cause que je m'étais ressemant rendue compte que j'allais bientôt pouvoir aller à l'université. Je devais avouer que ça me faisais un peu peur l'idée d'être rendue à l'université, mais en même temps cela me poussais à continuer mes efforts pour ne plus avoir peur. M'enfin, ça devais faire quoi dix minute que j'étais étendue dans mon lit à jouer avec mon iPod? Je vins pousser un long soupire discret pour ne pas réveiller mes colocataires alors que d'un geste lasse je déposais la machine sur ma table de chevet. J'avais envie de bouger, de faire quelque chose d'autre que de rester immobile coucher sur le dos. D'un bond, je m'extirpais de mon lit avant de m'étirer faisant craquer ma colonne vertébrale ainsi que mes épaules. Suite à cela, je m’habillais simplement d'une paire de jogging noir avec une camisole de sport blanche. Tant qu'à être réveillé si tôt aussi bien en profiter pour aller s’entraîner un peu dans le gymnase. À cette heure ci, un dimanche matin, il ne devrait y avoir personne non?

Ouais, je suis certaine qu'il n'y aura personne. Je mis donc mon brassard de cuire sur mon bras gauche avant  d'enfiler une veste et de prendre mon iPod avec mes écouteurs. Lorsque je fut sortie de ma chambre, je fis un petit crochet vers la cafétéria pour avaler un petit quelque chose avant de me diriger vers le gymnase. Le long du trajet, je m'étais assuré d'avoir belle et bien mis mon iPod dans ma poche puisque je ne m’entraînais jamais sa ma musique. Je n'avais croisée personnes, c'était bon signe, très bon signe, j'allais pouvoir profiter du gymnase seule! Mais.... non, c'était trop beau pour être vrais.... Lorsque je fus dans le gymnase, je me rendis bien vite compte qu'il y avait déjà quelqu'un de présent. Doucement, je vins glisser mes mains dans mes poches alors que je m'approchais un peu de Jade. Je l'avais bien vite reconnus et ce même si cela faisais étrange de la voir habillé d'un collant noir opaque. Je ne devrais pas rester à la regarder danser ainsi.... Je me souviens qu'elle n'aime pas le regard des autres, mais en même temps je ne pouvais pas détacher mon regard de la mutante. Autant parce que j'étais curieuse qu'à cause que je trouvais que c'était beau à voir. Je n'aurais jamais soupçonné une telle aisance venant de la part de la mutante, les mouvements et les figurent complexes qu'elle faisait me captivaient littéralement. Comment je la voyais présentent c'était tellement différent que lors de notre rencontre à la bibliothèque, c'était presque irréelle. Je n'y connaissais peut-être rien à la danse, mais j'étais tout de même capable de l'apprécier lorsque j'en voyais tout comme j'étais capable de ressentir l’émotion transmise par la  dit danse. Je ne savais pas trop comment réagir alors j'observais et j'appréciais en silence. M'enfin, je ne savais pas depuis quand elle avait commencé à danser ni même si elle m'avait remarqué.

J'étais resté immobile, les mains dans mes poches, dans une position calme et décontracté. J'étais loin de paraître nerveuse comme à la bibliothèque, en fait c'était tout le contraire. Je savais que ce n'était pas une bonne idée de rester, mais ma curiosité venait encore de prendre le dessus. Lorsque Jade termina à genoux, je vins légèrement la saluer d'un geste de la main lorsqu'elle ouvrit les yeux. ok.. d'après son expression, je crois qu'elle ne m'avais pas du tout remarqué... Finalement, je n'aurais pas dus laisser ma curiosité prendre le dessus. Je te l'avais dis qu'un jour cette curiosité allait te mettre dans le pétrin... Elle semble en colère contre moi... Lorsque la mutante disparue de mon champ de vision, je vins regarder derrière moi par pure réflexe. Hein? Téléportation? Non... je crois pas... en fait je sais pas.... elle est toujours là? Mon regard revint la ou j'avais vue Jade avant qu'elle ne disparaisse, visiblement je ne comprenais pas trop ce qui venait de se passer. he.... je fais quoi? Je vins doucement me masser la nuque, légèrement nerveuse, alors que je prenais la parole en espérant qu'elle soit toujours dans le gymnase:

- Je suis désolé, je n'aurais pas du rester.... mais, tu danse bien, très bien... hum... c'était captivant... t'a pas à avoir honte... c'est de ma faute...
 
Malaise.... et en plus j'avais l'impression de parler dans le vide... Je laissais mon bras retomber le long de mon corps lorsque j'eus terminé de me masser la nuque. Mon regard vins finalement se poser sur le sol, la je ne savais pas trop quoi faire. Je part? Je part pas? J’attends d'avoir un signe? Je reste la immobile avant de me rendre compte qu'elle n'est plus dans le gymnase? Je vins pousser un léger soupire alors que j'ajoutais presque pour moi même:

- Hum... he…. je ferrais peut-être mieux de revenir plus tard....

Je vins jeter un coup d’œil autour de moi, au cas ou je verrais Jade. Sérieusement, présentement je me sentais mal de l'avoir observer sans permission. Maudite curiosité...

_________________


Nombre de rps:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Nude. ( pv Ariella Miller)   Sam 9 Mai - 6:46

C'est le problème de vivre en collectivité, à moins de préserver ces moments d'intimité, ces rendez-vous avec nous même où l'on peut se laisser aller à être un peu plus sincère, un peu plus naturel, on prend toujours le risque d'être importuné par l'autre, voir simplement observé puis inévitablement jugé. C'est particulièrement troublant, aussi troublant que la réaction d'un ado pris en flagrant délit de masturbation, colère, honte, frustration et toujours ce sentiment d'avoir fait le mal, sentiment qui au fond ne trouve sa justification que la mémoire collective judéo chrétienne mais pas dans l’éthique.Un peu comme la nudité. Pourquoi devrions nous avoir honte d'être nu ? D'être ce que la nature nous a fait ? Parce qu'à exposer aux yeux de l'autre ces parties dites honteuses, on s'expose une fois de plus à un jugement personnel et un jugement vis à vis de la société et de son héritage inconscient, c'est ce que ma sœur Aislinn ne comprend pas. Pourquoi l’État de nature doit se travestir pour se faire grégaire ? Comme je n'arrive pas à lui trouver de réponse autre que « c'est comme ça que nous le concevons » à défaut de « c'est logique », cela fait à présent parti de ces sujets que nous n'abordons plus car à défaut d'avoir parfois elle aussi raison, elle a hérité de l'entêtement de Caitlyn.

Je n'ai pas treize ans, je ne me masturbais pas et pourtant ma réaction d'avoir été «  gaulé » s'en rapproche, je serre les dents depuis mon invisibilité et à mon tour je l'observe dans sa gêne. Elle tourne, apostrophe sans trop savoir où je suis ou même me semble t-il si je suis toujours présente. Elle ne connaît pas mon don, j'en parle peu et n'en fait pas étalage, paradoxalement il me définit pourtant tellement, Silent celle qui peut disparaître du monde. Après tout c'est ce que j'ai fait toute mon enfance, chercher à disparaître du monde mais le monde a de plus grandes jambes, il vous rattrape toujours et parfois court même loin devant.

Me voilà à nouveau à un carrefour de la vie et le choix en est évident.
Soit je reste dans cette zone de confort et la laisse se noyer dans son embarras jusqu'à prendre la fuite et ne plus jamais oser à affronter mon regard. Pas de justifications, d'effort et la vie nous oubliera comme elle oublie les autres et le temps qui glisse sur nous.
Soit je fais l'effort et j'affronte l'embarra, le sien bien sûr et le mien.Il n'est pas question de normalité ou de justifications, juste question de faire un effort pour tenter d’ébaucher un lien, il deviendra ce qu'on en fait, ni plus ni moins.

Mon regard se perd vers le fond de la salle alors que je voyage mentalement. Cette situation m'est familière, ce choix qui m'a été donné de rester dans mon monde ou de m'ouvrir à un autre. Ici même, dans cette salle, avec Sanzo. Les réflexes étaient les mêmes, les questions similaires et bien entendu les risques identiques. En ais-je souffert ? Oui indiscutablement. Est ce que je regrette mon choix, non car je ne regrette jamais rien, la vie est bien trop brève pour s’encombrer d'une cohorte de remords. Oui j'en ai souffert, c'est vrai mais j'ai appris , j'ai appris et j'ai changé, je suis le fruit de mes rencontres, c'est ainsi, c'est une de mes vérités.
Mon choix est fait.

tu m'as surprise, je n'aime pas être surprise.


Il y a une certaine neutralité dans ma voix alors que je m'efforce de capter son attention par le son avant de rétablir l'image et de réapparaître devant elle à quelques metres dans une posture statique et figée.

Ce n'est pas ta faute, Ariella Miller, ce n'est ni une raison pour t'excuser, ni une raison pour s'enfuir. Rachel dit toujours que celui qui s'excuse se sent coupable. Tu n'as pas à l'être, c'est le sort le seul responsable.


Je lui adresse un demi sourire

Mais tu garderas cela pour toi. Je ne veux pas devenir une attraction, j'ai trop vu ce que ca a fait à ma mère.

Je me désintéresse d'elle et me dirige vers les gradin ou repose mon sac de sport tout en poursuivant.

Je n'aime pas spécialement la danse mais j'en ai besoin pour....disons pour évacuer certaines tensions, je laisse parler mon corps puisque habituellement c'est ma tête qui commande, c'est ça où le sport de combat et je dois éviter toute forme de violence, je...je suis sans doute un peu trop douée pour cela alors on doit éviter.
Qu'est ce qui t'amène ici de si bon matin ici alors que d'autres rêvent encore entre leurs draps ?
Revenir en haut Aller en bas
Ariella Miller
Élève à l'Institut Delta
avatar

Messages : 307
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 24

MessageSujet: Re: Nude. ( pv Ariella Miller)   Ven 15 Mai - 19:49

J'avais légèrement commencé à me balancer d'un pied à l'autre. L'envie de partir sans rien demander de plus se faisait de plus en plus présente. Je pourrais très bien m'enfuir, faire comme si rien ne c'était passer. Mais dans ce cas, à quoi bon faire des efforts pour aller vers les autres si je m'en vais à la moindre petite difficulté? Je vins légèrement soupirer pour me donner du courage, non cette fois ci je n'allais pas reculer n'y même m’enfuir.    

- tu m'as surprise, je n'aime pas être surprise.

Lorsque j'entendis le son de sa voix, j'avais légèrement relever la tête tentant de regarder dans la direction du son. Pour capter mon attention, la mutante avait réussit à l'avoir entièrement. Je vins glisser à nouveau mes mains dans mes poches alors que mon regard se posait sur Jade lorsqu'elle fut à nouveau visible. Je la comprenais, moi non plus je n'aimais pas trop être surprise. J'observe, mais je m’efforce de ne pas juger, en fait je suis concentré à l'écouter et à observer ces gestes. Me concentrer sur l'autre est la technique que j'utilise le plus pour ne pas laisser ma peur prendre le dessus. C'est plus ou moins efficace, tout dépendant avec qui je suis, mais bon c'est mieux que rien. M'enfin, je ne pensais pas qu'elle était aussi proche de moi et je devais avouer que son immobilisme ainsi que son ton neutre était toujours aussi impressionnant. Moi je n'osais pas bouger, pas tout de suite, j'écoutais simplement.

Maintenant qu'elle le disait, c'est vrais que le seul responsable était le sort. Je m'en voulais quand même un peu, mais la mutante avait raison. Ce n'était pas de ma faute... Je ne sais plus si Rachel m'avais déjà dit cette phrase les fois ou on c'était rencontré, mais ce serrais peut-être une bonne idée de la garder en mémoire. J'eus un petit sourire en voyant le demi sourire de Jade, je me sentis tout de suite légèrement plus à laisse.

- Mais tu garderas cela pour toi. Je ne veux pas devenir une attraction, j'ai trop vu ce que ca a fait à ma mère.

- J'dirais rien, promis. Répondis-je aussitôt avec sincérité.

 
Du regard, je suivis les mouvements de la jeune femme avant de venir tout simplement lui emboîter le pas. M'approchant des gradins, j'écoutais en silence la suite des paroles de Jade. Ok.. chacun avait ça façon de libérer certaine tentions, pourquoi elle avait hésité? Éviter la violence? Trop doué? La elle venait de piquer ma curiosité... encore.. je sortis de mes pensées lorsque la mutante me posa une questions.

- Qu'est ce qui t'amène ici de si bon matin ici alors que d'autres rêvent encore entre leurs draps ?

Je ne pus m'empêcher d'avoir un petit rire, habituellement moi aussi je dormais encore à cette heure. Mais bon, mon regard divagua pendant un instant vers le reste du gymnase alors que je répondais d'une voix douce:

- Je n'arrivais plus à dormir. Alors je me suis dis que je pourrais en profiter pour aller m’entraîner un peu. À cette heure, je pensais que le gymnase allait être vide. Moi aussi j'ai une préférence pour être seule quand je m’entraîne.

Doucement, je me déplaçais pour aller m'asseoir sur la première ranger du gradin restant proche de Jade. Je sortis mes mains de mes poches pour venir accoter mes bras sur mes genoux. Mon regard était toujours posée sur la mutante.

- Au fait, dis-je, tu peux m’appeler Ariella. T'est pas obligé de dire mon nom de famille, j'ai l'impression que ça me vieillis.

Je lui adressai un petit sourire alors que mon regard divaguait légèrement vers le sol. Je ne sais pas pourquoi, mais j’hésitais un peu à poser les diverses questions qui me trottaient dans la tête. C'est peut-être à cause de son attitude plutôt froide... soupire... Ari t'est nouille d'avoir peur comme ça.. ça sert à rien.. Mon regard revint sur la mutante alors que je reprenais la parole:

- Dit, pourquoi tu veux éviter les sports de combats? Comment tu peux être trop doué? Je sais que chacun à sa propre méthode pour évacuer certaines tensions, mais parfois taper dans un punching-ball ou ce pratiquer avec quelqu'un ça peu faire du bien voir même que c'est ce qui faut faire pour tout évacuer. Non?

Je me tus pour laisser le temps à la mutante de me répondre tout de suite si elle le voulait. Sinon, bah j'allais tout simplement continuer à parler. Parler et poser des questions restaient toujours le meilleur moyen d'apprendre à connaître une personne. J'avais un peu l'impression de m’aventurer sur un terrain inconnue et dangereux. Je m'étais mis à jouer doucement avec mes mains alors que j'ajoutais toujours sur un ton doux:

- J'ai déjà essayé de danser, mais j'ai pas trop aimer. J'ai du trop prendre l'habitude de rester statique à cause de l'archerie. Ou, c'est juste moi qui n'est pas capable de me laisser complètement aller. M'enfin, on ne peut pas tout aimer ni être bon dans tout... humm.... Ta mère, elle s'en sort? J'ai entendue dire qu'elle ne sortait plus... ça dois pas être facile à gérer les médias....  

Je me tus d'un coup, la j'étais peut-être aller trop loin... Ce n'était peut-être pas approprier comme questions... Je détournai le regard vers le sol alors que j'attendais une réaction de la part de Jade. J'avais écouté le talkshows  d'Ellen avec les deux X-Women. En fait, depuis un moment, j'essayais de suivre un peu plus les médias et les nouvelles. J'essayais de me tenir informé et ce même si je trouvais que parfois les médias déformaient les faits ou les utilisaient à leurs avantages. Je me mis à jouer un peu plus légèrement avec mes mains alors que du coin de l’œil je guettais la réaction de la mutante.

_________________


Nombre de rps:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Nude. ( pv Ariella Miller)   Dim 17 Mai - 6:50

Mes gestes sont toujours calculés avec une précision déconcertante, je fais ce que j'ai à faire et c'est comme si Ariella ne faisait pas parti de mon environnement, je ne suis pas quelqu'un exubérante ni d'excentrique et on ne peut pas réellement dire que mon premier abord soulève la sympathie. Arrivée aux gradins, je me contente d'ouvrir mon sac de sport et d'en extraire une bouteille d'eau que je pose à coté du sac délicatement, puis vient la serviette éponge dans laquelle je plonge mon visage afin d'en essuyer toute trace de transpiration, la douche sera l’étape suivante, puis je mettrais mon justaucorps à laver pour le récupérer le sur lendemain puisque j'en possède deux identiques. Je suis bourrée de tics et de manies obsessionnelles, ca ne guérira jamais alors j'ai appris à faire avec, au fond ca représente ma normalité.
De mon sac j'extrais à présent un essuie tout dans lequel j'ai enveloppé un verre en plastique que j'ai nettoyé préalablement, je ne bois jamais à la bouteille, c'est sale et Dieu sait quel genre de microbes on peut trouver sur un simple goulot.
Je suis consciente que mon petit manège doit piquer la curiosité de mon vis à vis mais je suis ainsi faite, comme je dis, j'ai ma normalité et je ne me plierais pas à celle d'autres. Mon regard se pose enfin sur elle alors que je prend mon verre en main.


Ca vieillit de donner son identité complète ? C'est un point de vue mais m'est avis que viendra un jour tu regretteras que certaines choses puissent te vieillir, la Nature Humaine est paradoxale. L'emploi d'un prénom indique une certaine familiarité et donc une sorte d'empathie positive l'une pour l'autre, je ne pense pas que nous nous connaissions assez pour cela mais si ca te permet d'avoir l'air...moins stressée, je suis d'accord pour te concéder cette requête.

La question suivante est légitime mais me plonge dans un bref moment d'introspection pour déterminer ce que je peux dire et ce qu'il faut mieux laisser dans l'ombre. Je déteste composer hors, dans les relations sociale, il n'est question que de cela, composer, embellir, mentir...c'est un jeu de dupe.

Je ne suis pas comme la majorité des jeunes d'ici, je n'ai pas demandé à être à l'Institut, je connaissais cet endroit mais je ne voulais pas y être. On m'y a mené par la force des choses, pour me protéger des autres et aussi il faut le dire, de moi même. Je ne connaissais rien aux études, j'ignorais à quel point j’étais intelligente, je volais pour survivre, la violence et la rue...c’était mon quotidien, je n'avais pas d'avenir et je ne faisais qu'une seule chose : survivre.
J'ai fais des mauvais choix et j'ai commis des actions blâmables. Je ne les regrette pas, nous sommes nos choix. Un regret est inutile, il encombre puisqu'on ne peut pas revenir en arrière. J'essaye de me délester de tout ce qui est inutile, je n'ai jamais connu autre chose que les coups, les humiliations et la violence, c'est sans doute ce qui m'a rendu... « spéciale »...
Amy dit que je souffre de graves problèmes psychologiques ayant entraîné des pathologies psychiatriques comme des névroses avérés, une tendance à la sociopathie et la psychopathie. J'ai une addiction à la violence qu'on essaye de juguler, je suis incapable de raisonner une fois mise en colère et je suis incapable de m'arrêter, c'est dangereux et ça doit être évité, je suis capable de tuer, je pense.
Charmant portrait, n'est ce pas ?
Je te l'ai dit , tu devrais éviter de me fréquenter je ne suis pas « quelqu'un de bien ».


Je portais mon verre aux lèvres avant d'avaler une gorgée et de fixer mon regard sur elle, je n'aimais pas qu'on parle de Caitlyn, c’était un sujet tabous et personnel, une histoire de famille qui ne regardait personne et surtout pas les élèves d'ici.

Plus nous sommes exposés, plus nous nous retrouvons seuls face aux critiques et à l'injustice, ma mère n'est pas seule : nous veillons sur elle, sa famille est avec elle, qui d'autre le ferait ? Certainement pas la race mutante qu'elle a défendu à s'en péter la voix. Les X Men...Xavier...Tout ça c'est des....

Je m'arrête, je sens que je m'emballe tant le sujet me tiens à cœur et je finis par soupirer brièvement avant de changer le sens de la conversation.


- Tu t’entraînes, tu disais ? Est-ce de l'entretien physique ou cherches tu à mieux exprimer ton don ? Toi aussi tu reves de porter une cape et une combinaison moulante ?
Revenir en haut Aller en bas
Ariella Miller
Élève à l'Institut Delta
avatar

Messages : 307
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 24

MessageSujet: Re: Nude. ( pv Ariella Miller)   Mer 27 Mai - 18:21

J'avais vue et observé les tics et mimiques de Jade, oui ça m'avais intriqué.Mais, je ne jugeais pas plus puisque tout le monde avaient plus ou moins des tics. C'est pas parce que ceux de la mutante étaient plus voyants ou plus différents que j'allais me mettre à lui demander d'arrêter. Je ne suis pas la pour changer les gens, ils sont comme ils sont. Et puis, moi je devais avoir quelque mimiques aussi alors c'était un peu con de ce concentrer sur celle des autres. M'enfin, j'avais légèrement hausser des épaules lorsqu'elle avait dit que donner son identité complète vieillis. C'était surtout une impression que j'avais, cette forme de formalité me faisait toujours penser au fait que j'étais adulte et que j'allais devoir affronter le monde. Et puis ça me stressais un peu vue que je m’efforçais de m’ouvrir vers les autres, ça laissais une certaine distance quoi... et... et elle avait remarqué que j'étais stressé.... remarquez que je n'essayais pas vraiment de le cacher, j’espérais juste que personne ne le remarque... Un léger sourire de soulagement effleurai mes lèvres lorsqu'elle dit qu'elle concédait à ma requête. Finalement, t'a pas à stresser ma petite Ari...  

J'avais fini par arrêter de frotter mes mains l'une contre l'autre alors que j'écoutais toujours attentivement les paroles de la jeune femme. C'est vrais que ce n'est pas très charmant comme portrait.... La je comprend pourquoi elle doit éviter les sports de combats... Je me rendais compte à quel point nous étions différentes. Mais en même temps, je ne pouvais m'empêcher de me dire que nous avions des similitudes sur certains points. Mon regard était toujours posé sur la jeune mutante, je l'écoutais toujours et ce même si une partie de mon esprit c'était mit à réfléchir. Cela m’attristais de savoir qu'elle avait vécue tout ça. Personne ne méritait de vivre cela... Je ne sais pas si je me rendais pleinement compte de la graviter de ce qu'elle venais de me dire. Je ne sais même pas si je serrais capable de tué... voir même de blesser volontairement quelqu'un...  Mais, une chose était certaines, je n'avais pas l'intention de reculer. Et puis quand t'essayais de te lier d'amitié avec quelqu'un, il faut l'accepté telle qu'elle est. Du coin de l’œil, j'avais vue son regard se fixer sur moi et je ne put m’empêcher de me tendre légèrement. C'était vraiment une mauvaise idée d'avoir effleuré le sujet.. Mon regard se posais un peu plus sur Jade alors que je venais légèrement hocher de la tête. Ouais, je comprend.... Par contre je n'avais aucune réponse à la question de la mutante. Décidément, je m'étais aventuré sur un terrain terriblement glissant en abordant ce sujet. J'avais remarqué qu'elle s'emballait, d'habitude je proposerais mon écoute si elle voulait en parler, mais la je ne savais pas trop si je pouvais le faire avec elle... Je ne savais vraiment pas comment réagir..

- Tu t’entraînes, tu disais ? Est-ce de l'entretien physique ou cherches tu à mieux exprimer ton don ? Toi aussi tu rêves de porter une cape et une combinaison moulante ?  

Je m'étais bien rendue compte qu'elle venait de changer le sens de la conversation, mais je fis comme si rien n'étais. Je voyais bien que j'avais toucher un sujet sensible et je savais que ce n'était pas une bonne idée de continuer sur ce sujet. La laisser aborder à nouveau le sujet est la meilleur chose à faire... Mon regard c'était détourné vers le sol, parfois je détestais ma curiosité. Ce fut à mon tour de pousser un léger soupire alors que je répondais doucement:

- Oui et non... Je m’entraîne pour la forme physique mais aussi pour me défouler et dépenser de l'énergie quand j'en ai de besoins. En ce qui concerne mon don, je me pratique pour mieux le maîtriser... j... j'ai toujours un peu peur de blesser avec mon pouvoir, c'est pour cela que je viens ici quand il n'y à personne.    

Je vins pousser un autre léger soupire alors que mon regard revenait se poser sur la mutante.

- Je ne rêve pas de porter une cape et une combinaison moulante. Pas encore.... Mais bon, j'aime croire qu'il y à du bon en chaque personne. C'est peut-être naïf, mais je préfère laisser une chance même si on me dit le contraire. Et puis je suis certaine que, malgré tout, t'a encore une flamme de bonté en toi. Il faut juste persévérer pour la trouver.  

Un sourire vint doucement se dessiner sur mes lèvres, j'avais été sincère dans ce que j'avais dis. Je vins me redresser, étirant au passage mon dos, alors que je venais déplacer mes bras pour pouvoir déposer mes mains sur le gradin. Mon regard divagua légèrement vers le reste du gymnase alors que je tombais un peu dans mes pensées.

- Je me rend compte à quel point j'ai eu de la chance, ajoutai-je, à part deux accidents avec mon pouvoirs et les autres qui m'ont poussé à m'enfermer chez moi, j'ai pas vécue grand chose comparer à toi.....

Je m'était tus pour reprendre mon souffle, je crois que c'était la première fois que je parlais aussi ouvertement des deux accidents que j'avais vécue avec mon pouvoir. Oui, bon, je n'était pas aller dans les détailles, mais c'était tout de même plus que d'habitude. Un autre léger soupire fut poussé alors que mon regard revenais encore une fois vers la mutante.    

- Sincèrement, dis-je doucement, j'aimerais apprendre à te connaître d'avantage. Le portrait n'est peut-être pas charmant, mais je suis prête à tenter le coup.  Le passer c'est le passer et on ne sait jamais ce que l'avenir nous réserve.

_________________


Nombre de rps:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Nude. ( pv Ariella Miller)   Dim 31 Mai - 17:06

De la bonté en moi ? Sincèrement je ne me l'étais pas demandé car à dire vrai cela me laissait complètement indifférente. Qu'on me trouve mauvaise, agressive ou prétentieuse, je m'en fichais puisque moi même je méprisais tout avis provenant des autres qui ne m’étaient pas proches. Je ne leur accordais aucun crédit et leur sort ne m’intéressait en rien. Est-ce à dire que j'étais dénuée de toute bonté, ce n'est pas certain mais par contre, j'étais dénuée de tout altruisme et je l'acceptais volontiers comme une qualité prépondérante là où les autres y percevaient un défaut.
Je la laissais parler tout en m'épongeant délicatement le visage de ma serviette avant d'extraire de mon sac quelques lingettes de toilette que je passais sur mon front et mes joues comme un prélude à la douche qui m'attendait un peu plus tard.
Je soupirais d'aise avant de plonger mon regard noir et profond dans le sien avec un demi sourire.


Les dons sont parfois difficile à apprivoiser, Je crois avoir lu que ton don à un rapport avec le métal, je ne dirais pas stupidement que c'est cool mais ça ne me paraît moins dangereux que de cracher des flammes ou transmettre la peste par contact. Moi à part me rendre invisible et rendre invisible : je ne sais pas faire grand chose. L'invisibilité c'est quand même bien pratique dans certaines situations, échapper aux flics ou par exemple voler des trucs dans des magasins enfin comme tu l'as dit, c'est le passé tout ça...je suis forcée de me tenir à carreau surtout ici avec Rachel qui espionne tes moindres faits et gestes.


Me retournant je grimpais deux marches sur les gradins avant de m'y assoir laissant tout le loisir à Ariella de me rejoindre. Me recroquevillant sur moi même dans une position protectrice, je me contentais alors d'observer le silence intimidant des lieux avant de murmurer.

Apprendre à me connaître ? Rien que ça....Tu dois te sentir bien seule pour tenter un tel challenge, tu as toujours eu des problème à aller vers les autres ?
Détrompe toi je n'ai rien demandé à Amy même si je sais que tu la vois, de toute façon elle m'aurait balancer le stupide concept du secret professionnel à la tronche. Il suffit de t'observer à la dérobade et je suis douée pour ça. Tu sors rarement de ta tanière et tu évites tout lieux trop fréquenté par ceux de ton age...Tu as su te rendre bien plus invisible que moi à l'Institut depuis toutes ces années...J’avoue que ça pique un peu ma curiosité.
Je t'ai expliqué pourquoi je ne fréquente pas les autres et pourquoi je reste à l'écart...Mais toi ? Qu'en est-il ? Qu'est ce qui te dérange tellement chez les autres ?
Revenir en haut Aller en bas
Ariella Miller
Élève à l'Institut Delta
avatar

Messages : 307
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 24

MessageSujet: Re: Nude. ( pv Ariella Miller)   Ven 5 Juin - 19:11

J'eus le réflexe de me me recroqueviller légèrement sur moi même lorsque la mutante posa son regard sur moi. Je n'étais vraiment pas habituer à me faire regarder au travers d'un regard si noir et profond.. mais en même temps son demi sourire m’incitait à être plus en confiance... Écoutant en silence les paroles de la jeune mutante, je vins légèrement hocher de la tête. Oui, parfois les dons son difficile à apprivoiser, oui mon pouvoir concerne le métal. Il pouvais effectivement être cool, mais moi je  trouvais qu'il pouvais être aussi dangereux que quelqu'un qui crache du feu... M'enfin... ça c'était selon moi et ma vision de mon pouvoir, mais en même temps c'est vrais qu'il devait y avoir des pouvoirs plus dangereux que le miens. C'est vrais que l'invisibilité c'est pratique, à certain moment j'aurais aimé pouvoir être invisible.. Je vins légèrement froncer les sourcils, Rachel espionne mes moindres faits et gestes? Du regard, je suivis les mouvements de la jeune mutante lorsqu'elle monta deux marches du gradins. Je n'avais pas bouger, pas tout de suite. Je n'avais pas trop compris ce que Jade avait voulut dire à propos de Rachel. Elle ne pouvais pas faire ça, si? J'ouvris légèrement la bouche pour dire quelque chose avant de la refermer. J'avais bien vue qu'elle allait continuer à parler.

Je vins légèrement bouger pour être face à la mutante alors que je venais à nouveau hocher de la tête, oui je voulais apprendre à la connaitre. Une lueur d'interrogation passa dans mon regard, comment elle pouvais être au courant? J'eus une légère crainte, Amy en avait-elle parlé? Non, bien sur que non, le secret professionnelle n'était pas la pour rien. Et puis, je voulais bien croire qu'elle ne l'a pas demandé à Amy. M'observer à la dérobade.... Elle l'avais vraiment fait? Putain... un chance que je m'étais rendue compte de rien.. Pourquoi m'observer? Ma vie n'a rien de palpitant... Visiblement, j'étais quelque peu perplexe, mais en même temps elle avait tout a fait raison.  

- Je t'ai expliqué pourquoi je ne fréquente pas les autres et pourquoi je reste à l'écart...Mais toi ? Qu'en est-il ? Qu'est ce qui te dérange tellement chez les autres ?

Je ne pus m’empêcher de tiquer légèrement, j'aurais du m'attendre à cette question... En fait, j'aurais du m'attendre à devoir m'expliquer plus en détaille. Doucement, je détournais le regard pour observer le reste du gymnase.

- C'est compliqué..., murmurai-je doucement à mon tour, avant je n'étais pas comme ça. Je me souviens que j'étais beaucoup plus extravertie et j'allais beaucoup plus vers les autres...

Je vins soupirer doucement, pour moi c'était toujours compliqué à expliquer. Pour être franche, j'hésitais à en parler plus en détaille. Doucement, je vins retirer ma veste, je n'allais pas répondre tout de suite à la question de la mutante. Je préférais d'abord lui parler de ma mutation avant d'aborder le sujet du pourquoi j'avais peur des autres. Oui, je sais, je détournais légèrement le sujet avant d'affronter la question. De tout manière les deux étaient liés, alors je n'avais pas trop le choix d'en parler. Après avoir déposé ma veste sur le gradin, je m'étais doucement lever pour m'éloigner de quelque pas. Sous ma veste, je portais une camisole de sport blanche qui laissait parfaitement voir mes deux tatouages. Le premier, sur mon épaule droite, était un phœnix posé sur une branche regardant vers la gauche alors que des flammes l'entouraient en arrière plan. Alors que le deuxième était le portait très réaliste d'un tigre en noir et blanc sur mon omoplate gauche. Je vins légèrement frotter mes mains l'une contre l'autre alors que je me tournais lentement vers Jade.  

- Mon pouvoir concerne effectivement le métal, mais je suis un peu ambivalence envers lui. D'un coter il est inoffensif, protecteur et même cool alors que de l'autre je le trouve aussi dangereux que de pouvoir cracher du feu...


Je vins légèrement soupirer alors que je me concentrais pour déployer mon armure sur ma peau. Doucement, le métal fut exsuder des pores de ma peau pour venir recouvrir tout aussi doucement l'entièreté de mon corps sauf mes vêtements. Je restais immobile pendant quelque secondes avant de pousser un autre léger soupire alors que le métal se retirait de ma peau. Mon regard se posait pendant quelque seconde sur la mutant avant de venir se poser sur mes mains. Je vins à nouveau me concentrer pour venir créer une petite statuette représentent un oiseau prenant son envole. Je vins déposer la dite statuette sur le gradin, la laissant se briser en petit morceau, alors que mon regard venait se poser sur Jade.

- Tant que je suis en contrôle tout est correcte, dis-je  doucement, quand je le perd... disons qu'un mur de métal ou un pique qui sort du sol peut rapidement devenir dangereux pour les autres... Depuis que mon pouvoir c'est manifesté, je le vois en permanence sous deux aspects et c'est en partie à cause de lui si je me tiens loin des autres.  

Je me tus pour reprendre mon souffle alors que je venais grimper deux marches du grandis pour aller m'asseoir au coter de la mutante. J'avais remarqué qu'elle était en position de protection alors je m'était assise à une distance de bras de Jade. Je ne voulais pas être assise trop proche ni trop loin. Je vins accoter mes coudes sur mes genoux, je me sentais beaucoup plus prête à aborder le sujet et ce même si j'hésitais encore un peu.

- Ce qui me dérange chez les autres c'est que j'ai peur de me faire juger, de voir la haine dans leurs regard envers moi et ma mutation. Dis-je après un moment de silence. J'ai peur de revivre la même chose que lorsque mon don ces manifesté, tout comme j'ai cette petite crainte de blesser les autres lors d'une perte de contrôle...


Je vins avaler avec difficulté ma salive alors que je commençais doucement à détacher mon brassard de cuire qui était sur mon avant bras gauche. Dévoilant ainsi ma cicatrice qui parcourais mon avant bras telle une vaine d'or dans de la roche. D'un geste, je déposais mon brassard à mes coter alors que je venais effleurer du bout des doigts la dite cicatrice.

- Je devais avoir quoi, 13 ans quand c'est arrivé pour la première fois... je me souviens que mon corps c'était recouvert de métal pendant un exposé et que sous la panique je m'étais enfuis jusque dans la cours d'école. Si la brute et ses copains ne m’auraient pas suivit, battue, blesser au bras et traiter de monstre, je ne m'aurais peut-être pas enfermé chez moi.... mais en même temps, je savais que je n'allais plus être capable de supporter leurs regard si je retournais à l'école... Je commençais déjà à imaginer que tout le monde me détestaient... qu'on m'haïssait à cause de ma mutation... qu'on me voulait du mal...

Je vins légèrement racler ma gorge alors que mon poing gauche venait se serrer un peu. Un légère couche de métal se déployait sur mes jointures au même moment ou je reprenais la parole:

- Un ans plus tard, lors d'une compétions d'archerie, j'ai encore vue cette haine dans le regard des autres et j'aurais put blesser quelqu'un si j'avais crée un pique au lieu d'un mur pour me protéger...  après cette évènement, je ne suis presque plus sortie de chez moi. J'ai laisser cette peur grandir au plus profond de mon être alors que je me refermais de plus en plus sur moi même.  

Je vins inspirer doucement alors que mon regard venait finalement se déposer sur la mutante.

- Je me suis endoctriné à croire que tout le monde me déteste à cause de ce que je suis. Lorsque je suis dans un foule je ne peux m’empêcher d'y penser lorsque je vois que quelqu'un me regarde ou lorsque j'ai juste l'impression d'être observé. Je me mets aussitôt à paniquer et par le fait même à perdre ma maitrise ce qui me pousse à paniquer d'avantage. En paniquant, j'attire encore plus le regard des autres sur moi...C'est comme une roue sans fin... en arrivant ici, je n'ai pas eu le courage de changer de comportement...  M'enfin, depuis Bleecker j'ai décider de ne plus me cacher et avec Amy je fais des progrès en plus d'avoir développer des trucs pour maitriser ma peur et ainsi être capable d'être avec les autres.

J'eus un léger sourire, ça me faisais encore mal de parler de tout ça, mais c'était beaucoup moins pire que lorsque j'en avais parler à Amy. En fait, cela faisait presque du bien...  Je vins doucement croiser mes mains ensemble alors que je venais ajouter toujours sur un ton doux:

- C'est pas vraiment la solitude qui me pousse à aller vers toi. Oui elle est présente vue que je m'étais énormément couper des autres, mais ce n'est pas juste à cause de cela. Maintenant, j’essaie d'aller beaucoup plus vers les autres, de me faire des amis, de rattraper le temps perdue à rester isolé... C'est dur, mais lorsque la personne que t’essaie d'approcher pique t'a curiosité ça deviens soudainement plus facile... Même si parfois, je dois l'avouer, ton seul regard suffit à faire remonter mes craintes... M'enfin, je trouve qu'on a tout même quelques points en communs. Oui, bon, ils ne sont pas très joyeux, mais c'est toujours plus que rien. Je suis prête relever le chalenge, je suis certaine qu'on peu bien s'entendre...  

Mon sourire s'agrandit encore un peu alors que je détournais le regard vers le reste du gymnase silencieux. Je gardais le silence pendant un instant avant d'ajouter changeant un peu le sujet de la conversation:

- Rachel est vraiment capable de nous voir? Je sais qu'elle peu faire beaucoup de chose, mais je ne pensais pas que cella allait jusque la... Je trouve que c'est plutôt cool comme pouvoir l'invisibilité. Ça te permet de t'échapper beaucoup plus facilement du regard des autre pas comme une armure de métal qui ne fait que l'attirer.

_________________


Nombre de rps:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Nude. ( pv Ariella Miller)   Sam 13 Juin - 8:57

Etre défini par ce qu'on sait faire, ça a quelque chose d'utilitaire qui me donne légèrement le goût de la nausée. Je ne me résume pas à un don, je ne me résume pas à un talent, invisibilité ou intelligence. Je ne peux cependant pas réellement en être offusquée parce que au fond, je ne sais pas comment les autres me perçoivent et ce que je peux être pour eux tant ma volonté de vivre à la marge de leur monde est évidente. Je me passe si bien d'eux qu'au fond, je ne peux pas me plaindre qu'ils finissent par se passer de moi et en vérité, ce sont les autres qui définissent ce que nous sommes et qui nous sommes. Je dois m'y faire, je ne me connais pas et je ne sais pas qui je pourrais être. J'étais un poids inutile de ce monde, un accident professionnel d'une prostituée, le monde ne voulait pas de moi et je dois m'y forger une place, j'aurais pu le faire par la violence et la haine et j'y ai œuvré, j'ai choisi autre chose mais je ne sais pas, au fond, ce que vaut ce choix.

Mes pouvoirs ont ete utiles oui...mais ils sont arrivés bien trop tard à mes yeux. Il y a pire que la crainte d'être jugé Ariella, pire que la crainte d'être rejeté. Derrière ces murs...un monde vit, un monde cruel et injuste et on n'est pas préparé à se défendre. Les humains, mutants ou non...ils peuvent être monstrueux...J’étais une enfant, je suis devenu un objet offert au pires caprices de la perversion humaine...je n'ai pas choisi de naître, pas choisi ce qui m'est arrivé... Vous ne pouvez pas me comprendre...Personne ne peux comprendre à moins d'avoir subit ce que j'ai subit.
Je crois...que je détesterais l'Humanité ma vie durant. Tu es la première à qui je dis ça.


Un long silence durant lequel je médite sur ce que je viens de dire, puis avec un demi sourire, je reprend.

J'ai un regard intimidant, on me le dit souvent...ce n'est pas de ma faute. Si je t'observe, ce n'est pas pour cela que je juge. Je ne sais pas de qui je tiens ces yeux d'un noir profond, je n'ai jamais vu mon père je crois qu'il était eurasien...Ma mère était chinoise, mais je crois qu'elle avait les yeux marrons, je ne m'en souviens plus, j’étais tres jeune quand elle est morte et pour tout dire, je m'en foutais.


Un nouvelle pause.

J’étais a Bleeker, tu sais. J’étais dans le métro lorsque la bombe a sauté. J’étais à Bleeker et j'avais un début de vie prometteur, j'avais un petit copain, un groupe d'amis avec qui je tissais des liens. On avait passé une super journée shopping, j'avais hâte de rentrer « chez moi »...chez « nous », reprendre mon train -train, rire avec Ninon, retrouver mes mères....Et puis...
Et puis tout s'est arrêté.
Je n'ai pas choisi, quelqu'un a décidé que ça devait s’arrêter pour moi...simplement, facilement.
Bleeker m'a tout prit...Mes amis, Mon petit ami....mon goût à espérer et...ma vie.
C'est comme ça...un jour, tout s'arrête et tu n'y peux rien, tu choisis rarement. C'est ça que j'ai appris. C'est pour ça que je suis ainsi, que je suis « Silent », la fille silencieuse. Parce que dans un monde sourd, ca ne sert à rien de gémir. Personne ne viendra.


Je me redresse et me met debout, descendant calmement les marches tournant le visage vers elle avec une infini tristesse.

Personne n'est venu...Alors n'attend pas Ariella Miller, n'attends pas et vis ta vie , parce qu'un jour quelque part quelqu'un peut décider pour toi que c'est fini.


Tout en rangeant mes affaires de sport dans mon sac, je répond un peu absente.

Il y a peu de choses que Phénix ne puisse pas faire. Ca va de la simple pizza à la résurrection des morts.
Je dois aller prendre une douche, désolée d’écourter ainsi cette discussion, je déteste me sentir sale.
Tu es quelqu'un de bien Ariella, ça me plairait d'être ton amie, ça me plairait de veiller sur toi aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Ariella Miller
Élève à l'Institut Delta
avatar

Messages : 307
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 24

MessageSujet: Re: Nude. ( pv Ariella Miller)   Lun 22 Juin - 18:47

Je m'étais légèrement perdue dans mes pensées, je me rendais compte à quel point je ne savais rien des autres tellement j'étais resté dans mon coin. Je ne pus m'empêcher de pousser un tout petit soupire alors que mon regard revenait sur Jade lorsque celle ci prit la parole. Il y a vraiment pire que la crainte d'être jugé? N'ayant rien connue de pire, j'avais un peu de la misère à accepter ce fait. Mais en même temps, avec ce que la mutante me disait, je ne pouvais plus vraiment le nié... Je ne pouvais plus nié que les humains mutants ou non pouvaient être monstrueux, mais en même temps je ne pouvais m'empêcher d’espérer que ce n'était pas tout le monde qui l'était. M'enfin, Jade avait marqué un point: On était pas préparé à se défendre encore moins quand t'a famille t'a surprotégé. Je ne pus m'empêcher de tiquer légèrement lorsqu'elle dit qu'elle avait été abusé. Si j'en avais le pouvoir, ce serrais le type de chose que je traduirais en justice voir même que je tenterais de stopper.. Ce n'est pas moralement acceptable, tout simplement. Hélas, ce pouvoir était hors de ma porté tout comme je ne pourrais jamais comprendre Jade. Bien sur je pourrais essayer de me mettre à sa place, d'imaginer ce que cela fait, mais ce ne serrais jamais comme dans la réalité.

Je me concentrais de nouveau sur la mutante alors qu'elle me disait qu'elle allait peut-être détester l'humanité tout ça vie. Je ne savais pas trop comment réagir face à cette révélation. Je devais en être flatter? Je devais ne pas réagir? Je devais dire quelque chose? C'est signe qu'une certaine confiance est en train de s'installer? Je ne dit pas un mot pendant le moment de silence, mon regard était toujours posé sur la mutante alors que je pensais à ce qu'elle venait de dire. En plus, je ne savais pas trop quoi dire et je craignais de la vexer si j’essayais de dire quelque chose... Je préférais ne rien dire pour le moment et puis elle semblait vouloir reprendre la parole. Cependant, j'eus tout de même un petit sourire face à celui de la mutante.

Je n'en doute pas qu'on lui parlait souvent de son regard, j'aurais du y penser... Je ne voulais pas qu'elle se sente coupable, ce n'était pas mon intention. C'était plutôt une constatation, mais aussi une sorte d'explication de mon propre comportement et de ma nervosité. Je n'étais pas vraiment étonner d'apprendre qu'elle s'en était foutu de la mort de sa mère biologique. Avec tout ce qu'elle a vécue, c'était presque normal... mais en même temps, je ne pouvais m'empêcher de me dire que c'était terriblement triste. Je vins doucement faire non de la tête, non je ne savais pas qu'elle était la bas... Au fur et à mesure qu'elle parlait, mon regard s’assombrissait doucement. Mon regard divagua légèrement vers le sol alors que j'écoutais en silence. Pourquoi le destin en avait-il choisie ainsi? Pourquoi elle est pas un autre? Je ne pus m'empêcher de pousser un autre léger soupire, tant de questions sans réponses... je devais avouer que ça me faisais penser aux Moires dans la mythologie grec. L'une tisse le fil du destin, l'autre le déroule alors que la troisième le coupe sans aucun avertissement.

Le monde était-il réellement aussi sourd? Je ne sais pas.. je ne sais plus.. J'espère profondément que ce n'est pas le cas ou du moins que ce n'est pas le cas de tout le monde... Lorsque la mutant se leva, je la suivit automatiquement du regard. Lorsque mon regard croisa le siens et que je vis toute cette tristesse. Je ne pus m'empêcher d'entamer un mouvement pour me lever et aller la prendre dans mes bras pour la réconforter. Mais, je m’immobilisais en plein milieux de mon mouvement incertaine si je pouvais faire ce geste. Pour moi faire un câlin c'était un geste doux, amicale et réconfortant mais pour Jade que signifiait-il? Je ne le savais pas, je ne voulais pas la brusquer et puis on était certainement pas assez proche pour que je puisse me permettre ce type de geste.

- C'est toujours plus facile d'attendre... Mais, je vais essayer de suivre ton conseille. murmurai-je doucement alors que je me levais finalement complètement pour descendre les marches à mon tour. Agrippant au passage mon brassard pour le remettre sur mon bras gauche.

- Il y a peu de choses que Phénix ne puisse pas faire. Ça va de la simple pizza à la résurrection des morts. Je dois aller prendre une douche, désolée d’écourter ainsi cette discussion, je déteste me sentir sale. Tu es quelqu'un de bien Ariella, ça me plairait d'être ton amie, ça me plairait de veiller sur toi aussi.
   
Je m'étais immobilisé au côter de Jade alors que mon regard divaguait légèrement vers le reste du gymnase. J'avais écouté en silence les paroles de la mutante alors que j'avais glissé mes mains dans mes poches. La résurrections des morts... ça je ne m'y attendais vraiment pas... Attendez... Jade avait dit que Bleecker lui à tout prit dont sa vie, c'était au sens figuré ou elle était réellement morte? Sans savoir que Rachel pouvait résurrecter les morts, j'aurais opté pour le sens figuré, mais la je ne sais plus.  Mon regard revint sur la mutante alors que je répondais toujours sur un ton doux:

- T'a pas à être désolée, si je me souviens bien à la bibliothèque t'avais dit que t'aimait pas les microbes et la saleté alors je comprend que tu veuille aller prendre une douche. L'avantage d'être resté aussi longtemps isolé c'est que j'ai réussis à préservé cette bonté que j'ai toujours eu. Je suis.. contente que tu te sois confier un peu à moi notamment pour ce que tu n'a jamais dit à d'autre. C'est signe qu'une certaine confiance s'installe, non?  

Un léger sourire vint effleurer mes lèvres alors que je sortais mes mains de mes poches pour venir doucement me masser la nuque.

- Je serrais ravis qu'on devienne amie, si tu veille sur moi je vais faire la même chose. Pour moi, veiller sur quelqu'un ce n'est certainement pas quelque chose d’unidirectionnel. Dit... avant que tu parte, quand tu dit que Bleecker t'a tout prit même t'a vie... c'est au sens figuré ou tu...


Je ne pus terminer ma phrase, incertaine de la réponse potentielle tout comme si c'était une bonne idée de demander.

_________________


Nombre de rps:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Nude. ( pv Ariella Miller)   Sam 27 Juin - 7:15

Au delà du personnel, la question posée est surtout très embarrassante car outre une réponse où il faut choisir chaque mot, c'est difficile de jauger de ce que son vis à vis est prêt à concevoir ou à comprendre de ce genre de situation. Pour la première fois, les pensées de Jade vont à sa sœur Aislinn et sa malédiction lorsqu'elle veut se rapprocher d'une personne de tenter d'expliquer ce qu'elle est et d'où elle vient au point qu'il est plus simple de la classer dans la catégorie des barges que d'accepter que tant d’éléments surnaturels puissent nous dépasser. Jade conserve alors le silence durant quelques instants, cherchant comment commencer un récit particulièrement improbable à classer comme réaliste.

Ma vie est à mon image...Compliquée. Mes mères sont un couple homosexuel de mutantes, ma grande sœur est une voyageuse dimensionnelle qui a faillit devenir une sorte d'entité cosmique et qui n'a pas vécue dans notre temps , ni notre dimension et de façon totalement officielle, ma marraine est le Phénix. Elle s'inscrit dans ma famille et y porte un rang. C'est à elle qu'on m'a confié lorsque je suis arrivée ici, on l'a fait à cause de mon passé et parce que j'étais trop...violente. Je suis devenue sa protégée, j'espère être son amie et lorsque mes mère m'ont adopté devant le loi, elle s'est engagé à m'adopter comme filleule. Ca signifie beaucoup pour moi...énormément. Ca signifie aussi qu'en l'absence de mes mères, elle devient responsable de moi et de mon bien être...elle veille sur moi comme une sorte de...de « troisième mère ». Je t'explique cela pour que tu comprennes le lien qui existe entre nous, et nous savons parfois que les liens peuvent nous pousser à l’impensable et à l'interdit.

Elle prit le temps d'inspirer avec lenteur avant de poursuivre.

J’étais à l’extrémité de la rame où était la bombe, là où il n'y a quasiment pas eu de survivants. Après l'explosion, je suis revenue à moi grièvement blessée et ….c'est compliqué Ariella, raconter une vision d'enfer....c'est...pas si simple. Le bruit...la vue...et l'odeur de la chair brulée...les ténèbres étouffantes....Tout n'était que mort et souffrance. Mais j'ai trouvé la force de me relever et j'ai tâtonné dans l'obscurité à la recherche de mes amis. J'ai trouvé Ninon a demi inconsciente dans une carcasse de wagon alors...je l'ai traîné au dehors, il fallait qu'on sorte de là....qu'on trouve un moyen de s'échapper de l'enfer. Alors que je la portais, le second impact est arrivé...Tu sais...le métro du dessus qui s'est effondré à l'endroit où nous étions. J'ai eu le temps de pousser Ninon à l’abri mais moi, je n'ai pas pu en sortir. Je me suis retrouvé écrasé par des tonnes d'acier, enseveli sous les décombres.
C'est là, dans cette tombe...que j'ai perdu la vie.
Je ne me souviens que du froid...pas de souffrance....le froid et ensuite...le néant.


Elle laissa un moment passer comme si une idée la taraudait avant de reprendre en haussant les épaules.

Si tu crois en Dieu, désolée mais je n'ai pas de réponse pour toi. Je suis agnostique et je n'ai rien vu ou ressenti d'autre qu'une sorte de profond sommeil sans retour, sauf que tu ne te réveilleras pas pour attester que tu dormais, la vie au fond n'est qu'un accident, la conscience n'est qu'un moment éphémère. Je crois que les individus sacrifiant à une religion n'ont juste pas assez de force pour accepter qu'au fond, il n'y a aucun but dans notre existence que de « subir » ce long état de conscience jusqu'à retourner au néant. Je te l'accorde, c'est finalement triste à pleurer.
Pour en revenir à Bleeker, je ne pourrais te dire ce qui s'est passé ensuite. Je sais que Rachel était là et que Caitlyn aussi. Je sais que Sanzo à trouvé mon corps, Ninon aussi. J'imagine la terreur d'accepter que...que j'étais morte. C'est une douleur dont on ne parle pas, personne n'a voulu concrètement m'en parler, ils m'ont laissé seule avec ça. J'ai parfois l'impression d'être coupable d'avoir été ramené par Rachel, que ma résurrection est venu spoiler leur souffrance, c'est devenu....un sujet tabous et finalement, loin de nous rapprocher, mes amis ont fini par...par me délaisser comme si tout ce qu'il voyait de moi c'était une morte qui aurait du le rester, en tout cas c'est comme ça que je vois.


Elle baissa le visage profondément peinée et vulnérable. Et murmura comme pour elle même.

Ca oui...Bleeker m'a volé plus que la vie.....

Sentant l'émotion l’embarrasser, elle se racla la gorge pour retrouver constance.

Oui Rachel peut ramener un mort mais le coût en est terrible. Elle la déjà fait pour Caitlyn et elle a du concéder sa propre existence à la place et accepter de perdre une partie de son humanité. Elle joue avec des forces qui nous dépasse, pour une partie des Mutants au dehors, Phénix est une divinité mutante, une sorte de messie, pour une partie des humains ceux qui savent vraiment de quoi elle est capable...c'est une menace qu'on devrait éliminer. Ici c'est notre Rachel, notre Grande Rousse un peu nunuche. Mais Ariella n'oublies pas que Phénix peut si il le désire détruire la planete et ce n'est pas une image mais une réalité. La seule chose qui l'empêche de devenir un monstre, c'est nous. Notre affection et notre façon de l'humaniser, nous avons construit sa maison, nous sommes sa famille et c'est notre responsabilité de ne pas la laisser perdre espoir dans son humanité. Tu comprends cela ? De nous tous, sans doute, c'est elle qui est le plus à plaindre et paradoxalement c'est elle qui a besoin le plus de notre aide.

Elle ébaucha un demi sourire des plus rassurant avant brusquement de le perdre et écarquillant les yeux.

- Heu....Au fait tu aimes bien les garçons, hein ? Je veux dire ...tu n'es pas lesbienne ? Note ca me dérange pas mais c'est pour être sure parce que tout le monde murmure dans mon dos que vu que mes mères le sont, je le suis forcément. Mais non Hein , HE-TE-RO...je suis hétéro alors ne va pas te faire des idées...et Ninon est juste une amie, de toute façon, elle préfère Sage.
Revenir en haut Aller en bas
Ariella Miller
Élève à l'Institut Delta
avatar

Messages : 307
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 24

MessageSujet: Re: Nude. ( pv Ariella Miller)   Jeu 2 Juil - 1:52

Ce n'était jamais bon signe lorsque que l'on commençais une explication par c'est compliqué... Je vins légèrement me balancer d'une jambe à l'autre, parfois je détestais ma curiosité... J'écoutais toujours les paroles de la mutante avec attention et en silence. Je ne comprenais pas trop pourquoi elle me disait cela... ça je l'avais compris pour les mère à Jade, mais je ne me doutais pas qu'elle avait une sœur. Je vins légèrement froncer des sourcils alors que j’essayais de comprendre ce que Jade me disait. J'avais l'impression qu'on me disais que tout ce que j'avais crue n'être que fiction était en fait bien réelle. D'abord les voyage temporelle puis les voyage entre dimensions... Je devais avouer que je ne savais plus trop quoi en penser. Imperceptiblement, je vins légèrement soupirer, pour être compliqué ce l'était... C'était pire que moi et l'origine de ma peur. Il allait me falloir du temps pour bien tout comprendre et bien tout assimiler, mais pour l'instant je comprenais très bien le liens qui existait entre Jade et sa famille. Je vins doucement hocher de la tête pour lui faire comprendre que je comprenais alors que j’attendais en silence qu'elle continue.  

Je dois avouer que je ne m'était pas attendue à la suite... je ne m'attendais pas à ce qu'elle me raconte cette visions d'enfer. Je ne put m’empêcher de tiquer légèrement alors qu'un frisson parcourait mon échine. Je n'en doutais pas que c'était compliquer à expliquer toute cette vision... J'avais de la misère à me l'imaginer alors l'expliquer devais être encore moins facile. Plus Jade parlait plus je me tendais légèrement, avec mon pouvoir j'aurais tellement put la protéger... Si seulement j'aurais eut le courage d'affronter ma peur bien avant les événements de Bleecker... Je vins avaler avec une légère difficulté ma salive, elle étais donc bel et bien morte la bas... Sincèrement, je ne savais pas comment réagir, mon regard était toujours poser sur la mutante alors que mon esprit lui pensait à une multitude de chose en même temps. C'était difficile à comprendre et à croire, mais je faisais de mon mieux pour assimiler le fait que c'est bien réelle.

Le moment que Jade laissa passer, me permis de remettre un peu d'ordre dans mes pensées alors que je m'approchais un peu d'elle. Se fut à mon tour de venir légèrement hausser des épaules, je n'était pas croyante. J'aimais bien espérer qu'il y avais quelque chose après la mort puisque veux, veux pas, c'était tout de même effrayant comme concept. M'enfin, ce que Jade en pensais était tout de même logique même si c'était terriblement triste de se rendre compte qu'il n'y avait que le néant à la fin. Je vins prendre une profonde inspiration alors que je me concentrais sur la suite des paroles de la mutante. La première image qui me traversa l'esprit fut la mort de Mufasa dans le roi lion. Serte ce n'était pas la même chose, mais au moins cette image m'aidait à comprendre comment Jade, Ninon et les autres se sentaient. Je comprenais que ce sujet était devenue tabou, mais en même temps, selon moi, ce n'était vraiment pas la meilleur chose à faire. Lorsque Jade baissa le vissage, je franchis l'espace qui nous séparais avant de venir doucement poser ma main sur son épaule. Je voulais que ce geste soit rassurent voir même réconfortant, je voulais qu'elle comprenne que maintenant j'étais la. Je n'aimais pas voir des personnes tristes alors j'essayais toujours de mon mieux pour les réconforter ainsi que pour donner des conseilles.  

- Ça oui...Bleeker m'a volé plus que la vie.....

- Peut-être que si c'est toi qui aborde le sujet en premier, ils vont finalement s’ouvrir pour en parler..... Je ne suis pas croyante, mais j'aime espérer qu'il y a tout de même quelque chose après la mort. Ça aide à accepter qu'au final il n'y à rien. Dis-je rapidement d'une voix douce.

Un léger sourire encourageant effleura mes lèvres alors que je retirais doucement ma main de sur l'épaule de la mutante lorsque celle ci se racla la gorge. Je vins glisser mes mains dans mes poches alors que j'écoutais toujours avec attention les paroles de la jeune mutante. Je vins encore une fois hocher de la tête alors que mon regard divaguas légèrement vers mon tatouage sur mon bras droit. Je ne doutais pas du tout de ce que Jade venait de me dire à propos de Rachel, mais cela allait aussi me prendre un peu de temps à tout assimiler. Surtout lorsque tu te rendais compte que tout ce qui entourais le mythe du Phoenix était belle et bien réelle. Mon regard revint sur la mutante alors que je murmurais un je comprend. Je comprenais que c’était nous qui l'empêchions de devenir un monstre et j'allais certainement garder ces informations en mémoire. Je comprenais aussi beaucoup plus ce qu'elle avait dit à propos des liens familiaux qui poussent à faire l’impensable et l’interdit.     

- Heu....Au fait tu aimes bien les garçons, hein? Je veux dire ...tu n'es pas lesbienne? Note ça me dérange pas mais c'est pour être sure parce que tout le monde murmure dans mon dos que vu que mes mères le sont, je le suis forcément. Mais non Hein , HE-TE-RO...je suis hétéro alors ne va pas te faire des idées...et Ninon est juste une amie, de toute façon, elle préfère Sage.

La surprise apparues quelque peu sur mon vissage alors que je me redressais légèrement. Ça je ne l'avais vraiment pas vue venir... Surtout que je m'attendais à quelque chose de grave en voyant l'ébauche d'un demi sourire rassurant disparaitre brusquement.

- he... bah... je...he.... bégayai-je alors que je rougissais légèrement malgré moi...

Ce fut à mon tour de me racler légèrement la gorge alors que mon regard divaguais lentement vers le reste du gymnase. Je vins doucement me masser la nuque alors que j'ajoutais sur un ton de voix doux mais légèrement gêner:

- En fait.... je... je ne sais pas trop... depuis que je suis à l'institue j'ai vue quelque personnes à mon goût, mais sans plus... je.. j’essaie de ne pas trop penser à cela. Ça fait bizarre.....C'est étrange et tout.... J'étais plus à l'aise quand je restais dans mon coin.... M'enfin, je te crois et t'inquiète je ne me fais pas de fausse idées. Et puis, c'est pas parce que t'est parents ont une certaine orientation sexuelle que t'a exactement la même... T'est certaine que Ninon préfère Sage? Ça ne semble pas être son genre...  

Mon regard revint sur Jade alors que j’arrêtais de me masser la nuque. Mon bras revint se placer le long de mon corps alors que je gardais le silence pendant un instant. Un petit sourire amusé vint effleurer mes lèvres alors que j'ajoutais:

- Si j'en entend un dire une rumeurs sur toi ou nous: Je le cogne... J'aime pas les rumeurs. Ça influence beaucoup trop ce que les gens pensent et comment ils te regardent.

J'étais parfaitement sérieuse, sauf que je n'allais pas proprement cogner. J'allais intervenir en espérant que cela reste entre moi et la personne concerné et si besoins il y à je donnerais simplement une petite claque en arrière de la tête. Rien de bien méchant en fait. Je repris quelque peu mon sérieux alors que je continuais:

- Je vois bien que Bleecker t'a prit beaucoup de chose, mais il ne faut pas perdre espoir. Tout vas finir par s'arranger, c'est un peu comme si tu commençait un nouveau chapitre. Nouvelle rencontre, nouvelle amitié, certaine amitié vont se consolider alors que d'autre vont simplement s'effacer .... Le plus important c'est de persévérer à avancer. Moi je tente de voir le positif dans les événements et ce même si ce n'est pas toujours facile. M'enfin, je ne te retiens pas ici si tu veux aller prendre une douche.

_________________


Nombre de rps:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nude. ( pv Ariella Miller)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nude. ( pv Ariella Miller)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ♫ ♪J’ai vu dans la nuit passer un traîneau ♫♪ Et j’ai vu aussi ton grand ami ♫♪ Père Noël arrive ce soir ♪♫ ( PV Ariella Miller )
» HENRY MILLER UN HOMME DE PASSION ...
» Association de Défense des Koalas - Drew Miller
» Trafalgar & Astute Class Submarine (SSN Fleet Submarines)
» L'empan mnésique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: L'Institution Charles-Xavier et Alentours-
Sauter vers: