AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ceux qui restent reprendront le flambeau [PV]

Aller en bas 
AuteurMessage
John Reddington
Agent du BAM Beta
avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 13/09/2014

MessageSujet: ceux qui restent reprendront le flambeau [PV]   Dim 29 Mar - 1:28


  • Mercredi 12 novembre 2014 – 05h07
  • New-York City, Bronx


New York, la ville qui ne dormait jamais était assoupie, c'était les heures creuses où les honnêtes gens dormaient à point fermé et où les festifs commençaient à fatiguer, le quartier de la Grande Pomme où vivait John tenait plus de la pomme somnifère de Blanche-Neige qu'autre chose, tout ses voisins dormaient mais pas lui, jamais... A la place pour s'occuper, il regardait Citizen Kane de Welles tout en apprenant des origamis trouvé sur internet, il s'essayait à un dragon de papier et ne s'en sortait pas vraiment, les explications n'étaient pas très claires et plutôt compliquées, mais comme il avait déjà fait plus d'oiseaux qu'un ornithologue amateur n'aurait pu en nommer, et qu'il avait fait tout les avions du site et déjà testé leur portance, s'essayer à une origami plus compliquée était normale. Son téléphone du BAM  sonna et interrompit John dans ses pliages et William Alland dans sa réplique. Il était de permanence ce soir alors si le téléphone sonnait, ça n'annonçait rien de bon.

Allo ? Reddington à l'appareil.

Et c'est ainsi que John apprit que deux policiers avaient étaient pris dans l'explosion d'un bar et que selon certains témoignages des mutants pouvaient en être responsables et que c'était lui qui allait devoir tirer ça au clair, alors il enfila un costume noir, une chemise grise, une cravate noire et des baskets en cuir qui faisaient assez habillées pour aller avec un costume mais qui lui permettait de courir si besoin. En chemin de la scène de crime, il s'arrêta pour prendre des cafés et des beignets, si un policier était mort, la police n'allait pas aimer, mais alors pas du tout, être déchargé de l'enquête au profit du BAM, alors sans tomber dans le stéréotype du policier diabétique à cause des donut's et avec un ulcère à cause du café, il espérait que ce modeste présent arrondirait les angles, ça et son charisme amical... espérons que le petit déjeuner suffirait. Le quartier du stade des Yankee dans le sud du Bronx était rempli de voitures de flics. Ça n'augurait rien de bon, John se sentait comme un envahisseur, le territoire leur était acquis. John se gara tout à côté d'un cordon de police.

Et ! Vous pouvez pas rester là !

Je suis venu pour enquêter, je suis... Gernez ? Enfin je veux dire bonjour Gernez, c'est pas possible, cette ville n'a qu'une poignée de flics pour que je tombe toujours sur le même ?

Jeremy Gernez était une montagne de muscles, un Golgoth en uniforme de police que John avait croisé à Bleecker.

Ah, c'est toi Red...dington pardon, alors c'est toi qui vient enquêter sur les mutants qui ont tué un collègue ? Il n'y a qu'un seul BAMEUR dans cette ville pour que je tombe toujours sur le même ?

Tu ne serais pas le premier à m'appeler Red, je te rassure, est se que tu sais où sont les inspecteurs de la criminelle qui ont commencé l'enquête ?

Il offrit un donut à Gernez et alla trouver les enquêteurs de l'autre côté du cordon.

Messieurs ?! Je suis l'agent spécial Reddington du BAM, d'abord, sincères condoléances pour votre collègue décédé, vous avez des nouvelles du deuxième ?

Les deux enquêteurs aurait pu sortir tout droit de la série New York Unité Spéciale, avec un noir un peu fort plus petit qu'un grand blanc, dingue les ravages que pouvait causer Dick Wolf sur les esprits fragiles qui comme lui ne dormait pas de la nuit pouvait s'infuser plusieurs heures de rediffusion.

Il est dans un état critique, les médecins ne savent toujours pas s'il va s'en sortir. Écoute, mutant ou pas, c'est un flic qui est mort, alors c'est la police qui devrait retrouver les enfants de salauds responsables.

Je suis désolé, vous avez vos ordres et j'ai les miens, mais je peux vous jurer que je vais être totalement impliqué dans cette affaire, Police ou BAM, c'est la même chose. On trouvera ces enfants de salauds et je peux vous jurer qu'ils croupiront dans la cellule la plus sombre et la plus humide possible et que je vais en perdre la clé. Allez, j'imagine que la nuit a été longue, prenait un café et expliquez moi se que vous savez s'il vous plaît.


John attendait à l'entrée du club clandestin, les pompiers avaient circonscrit l'incendie en noyant la cave sous des litres d'eau mais pour l'instant, personne à part un inspecteur des pompiers n'avait le droit d'entrer pour s'assurer que l'immeuble n'allait pas s'effondrer. Les pompiers avaient sûrement détruit toutes les preuves matérielles avec leurs lances à incendie, mais bon, si l'immeuble s'était effondré en ensevelissant la cave, ça aurait été encore pire. Pour l'instant, tout se qu'il savait c'est qu'une femme avait entendu son petit copain agoniser au téléphone, qu'il y avait eu des coups de feu et qu'elle avait entendu « c'est un mutant », d'où sa présence, et apparemment, le bar brûlait déjà quand les policiers étaient entré.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sage
X-Men Alpha
avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 19/05/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: ceux qui restent reprendront le flambeau [PV]   Dim 29 Mar - 21:45

Mercredi 12 Novembre 2014 – 05 : 00 A.M.
Cela c’est passé dans la nuit. Quand, elle l’ignore. Elle dormait. Cela lui arrive comme au commun et c’est même l’un des moments qu’elle préfère. Que diraient les autres X-Women si l’on les réveillait ainsi, en pleine nuit, pour une affaire n’étant pas extrêmement urgente ? Cela gueulerait, sans doute. Elle reste silencieuse. Ce n’est pas la première fois que ses nuits sont interrompues par l’Organisation et le café lui suffit. Enfin, elle n’a pas réellement mieux. Les problèmes commencent à s’accumuler et si l’invitation aux airs de convocation adressée à son intention par le HellFire Club reste très présente dans son esprit elle est multitâche. C’est en partie ce qui motive sa présence.

Elle c’est levée lorsqu’on l’a réveillée, une désagréable vibration de son communicateur X-Men, toujours à la ceinture de son uniforme, toujours dans son armoire, toujours hors de portée de son bras et signifiant qu’elle devait se lever. La voix de Danger, toujours, mais pas à la demande d’une de ses collègues cette fois : fusillade dans New York City, suivie d’un incendie, un policier tué et un autre en état grave alors qu’ils n’étaient arrivés qu’après. Elle ne l’a pas vu à travers les yeux des caméras de sécurité, il n’y en avait même pas de toute façon dans le lieu où c’est arrivé, mais surtout elle ne se sentait pas concernée. Ses talents valent peut-être qu’on la réveille en pleine nuit mais l’affaire ne lui donnait pas l’impression de le valoir. Aider la police ne fait pas partie de son job, pas s’ils peuvent se débrouiller sans elle. Le complément d’information l’avait agacée mais elle s’était accordée à comprendre la nécessité de son intervention : bar clandestin, aucune importance, tenu par un membre du réseau d’Erl Linden. Ce dernier a quittée l’Institution récemment et il est de son devoir à elle de déterminer si les anciens penchants de l’ancien nazi on reprit le dessus, afin de couvrir l’Institution qui l’a employée. Cela aurait sans aucun doute pu attendre plus longtemps, elle aurait apprécié ; elle ne l’a pas fait. Une heure de préparation, une heure de route, et elle était sur place prête à enquêter en parallèle de la police avec la possibilité de leur mâcher le travail en geste de bonne volonté. S’il y a des flics morts, c’est une occasion de s’attirer des alliés dans le NYPD également ; même si ce dernier n’est pas l’interlocuteur privilégié des X-Men. L’affaire avec le BAM suit son court, ce n’est plus à elle de s’en occuper même si elle a toujours un plan B. Une sécurité de norme et une sécurité nécessaire lorsqu’on envoie la moins diplomate des X-Women négocier avec les représentants du gouvernement qui, en définitive, n’ont pas besoin d’officialiser leur coopération pour en bénéficier. C’est une affaire politique et Charles Xavier sait combien les X-Men sont mauvais dans le domaine. Sauf elle, c’est sa partie, compléter les autres en étant capable de faire ce qu’ils ne peuvent, pour le meilleur et pour le pire. Sans doute est-ce pour cela qu’elle sait travailler en équipe.

Aujourd’hui elle est seule et c’est pour le mieux. Son mètre soixante-quatorze est couvert de sa combinaison bleu sobre dont la fermeture est remontée jusqu’à la gorge pour la prémunir de la température basse de la nuit tandis que sa ceinture est équipée de tout son attirail, depuis la partie supérieure du holster de cuisse sur la droite aux diverses étuis pour téléphone, cyber-lunette, kit de cyber-lunette et chargeurs de rechanges ; le tout lui-même couvert d’un long trench-coat noir suffisamment long pour le cacher relativement bien, à l’exception notable de ses bottes renforcées, lesquelles lui montent jusqu’aux mollets. Bras croisés, fesses apposées contre le motocycle qui lui a permit de se rendre jusqu’ici, elle observe la scène et les banderoles de police qui la balise cachée derrière les verres rouges de ces cyber-lunettes, pour peu qu’on puisse encore les appeler ainsi. La monture a disparue sous les kits technologiques, lesquels incluent caméras et micros au niveau de son nez comme projecteurs holographiques au niveau des branches et une barrette remontant sur son front et contenant des senseurs capables de détecter les résonnances télépathiques et les sources d’énergie ainsi que d’analyser les circuits électroniques ; barrette cachée par son toupet qui constitue les seuls cheveux à avoir échappé au chignon serré qui lui est accolé contre la nuque. Son visage trop fort pour paraitre joli frappe plus encore que de norme recouvert qu’il est de la visière technologique, front et sourcils cachés par la chevelure, yeux cachés derrière les verres rouges encadrés d’électronique métallique soutenu par son nef épais et droit, bouche étroite aux lèvres asymétriques des plus impassibles. Seul son souffle nasal inclut une quelconque preuve de vie sur ce masque que personne n’a plus remarqué que sa propriétaire. Elle ne leur en laisse pas l’occasion.

Le Bronx n’est pas son arrondissement préféré et d’ordinaire elle se contente de le traverser sur la voie rapide pour se rendre à Manhattan, y faire halte est inhabituel mais c’est ici que c’est déroulée l’affaire et c’est donc ici qu’elle doit être. Elle sait déjà un grand nombre de chose, présente dans les esprits de tous ceux arrivés avant elle ; tout n’est qu’information et une seconde lui aurait été suffisante à tout traiter. Elle connait les inspecteurs chargés de l’enquête, elle connait les officiers chargés de sécuriser le périmètre, elle connait tout ce que leurs esprits lui permettent de connaitre. Elle devrait cependant connaitre plus pour savoir s’il y a eu un problème d’un ordre les concernant et pour connaitre cela elle devra approcher. Ses lunettes tournent en mode automatique et une fois de plus elle constate combien il est plus facile de s’occuper dotée de cyberpathie que de télépathie.

L’arrivée du Bureau des Affaires Mutantes dans une voiture civile et un costume adapté attire son attention, nullement surprise par la première partie ni ignorante de qui se trouve à son bord. Elle ne le connait pas, elle l’a déjà vu comme la majorité des visages de New York City mais c’est l’esprit de l’un des officiers qui l’éclaire quand à celui qu’elle prendra plus de précautions à pénétrer. 183cm, 95kg environ, peau halée, visage équilibre front large ridé malgré la trentaine, sourcils épais, yeux enfoncé, nez avancé, pour fine aux lèvres épaisses, menton carré prononcé, cheveux noirs coiffés en arrière, yeux marrons, costume noir avec chemise grise et cravate noire, basket de haut qualité, doté de tissus trente fois plus résistants que ceux des humains et de cellules autosuffisantes ; l’Agent Reddington est mutant Béta doté d’un mode de cognition cérébro-mandibulaire, donc agissant d’intellect et d’instinct, et d’une résistance surhumaine comme d’une endurance illimité, appartenant à classe moyenne et s’avançant sur un terrain glissant à grand renfort de viennoiserie et de café. Que de diplomatie, et une diplomatie faisant envie mais elle se contente simplement de regarder la plaque d’immatriculation du Dodge Charger pour continuer d’accumuler les informations sur le nouveau venu.

Soufflant un nouveau nuage par ses narines, elle se décolle de son véhicule garé dans la rue d’en face et dont ni le casque, qui pend simplement au guidon, ni le véhicule lui-même n’ont été attachés pour éviter le vol. Le tissu d’illusions qu’elle impose aux esprits présents ne la soustrait pas seulement elle à leur regard mais également toute trace de sa présence. Décroisant les bras, elle continue d’avancer vers le filin de sécurité alors que ses fils psychiques enserrent la zone et tout ce qui s’y trouve comme une toile d’araignée, allant d’esprit en esprit à l’exception du seul potentiellement entrainer à détecter une infiltration de son esprit ; celui-là, elle tisse méthodiquement une nouvelle toile autour de lui afin d’en saisir la moindre pensée forte tout en se préparant à l’éventualité la plus risquée du fait de la possibilité précédemment évoquée.

Elle laisse faire la discussion et l’analyse comme le reste, le question-réponse possible déjà prévu dans son esprit alors que Danny Pino et Ice-T (car il y avait vraiment une personne pour se surnommer ainsi) répondent à leur nouvel allié. L’échange ne l’intéresse pas, elle sait déjà ce que les inspecteurs apprennent à l’agent spécial tout autant que ce que l’inspecteur des pompiers découvre quelques mètres plus loin. Il ne la voit pas non plus mais son esprit est déjà dans la salle, contemplant les ravages faits aux ravages qui l’intéressent.

Un bar clandestin dans le Bronx, cela commence par une porte qui résiste aux balles ; après tout, même si la criminalité est en baisse depuis les années 90, ils se trouvent toujours dans l’arrondissement le plus dangereux de New York même si les confrontations humano-mutantes de Manhattan doivent bien lui disputer la vedette à présent. La volée de marche qui conduit à une salle en cul de sac originellement rouge et noire et dont à présent le bar du mur du fond comme l’enseigne gothique qui le surplombait ne sont plus que ruines. Derrière le bar, une remise emplie de bouteilles et de tissus ainsi que d’une table et de plusieurs chaises, seule pièce peu ou prou épargnée par l’incendie. Et dans la pièce principale, un charnier à en donner des haut-le-cœur prenant la forme d’une vingtaine de cadavres dont la chair alcoolisée, calcinée puis humidifiée n’est pas agréable le moins du monde. Difficile de déterminer les causes de la mort sans interagir avec les corps, exception faite de celui du policier qui est encore au niveau de la porte blindée, et si elle a des gants plastifiés dans son trench coat, cela n’ôte pas le problème du BAMeur.

Mais il est une forte probabilité que le problème se résolve de lui-même car à le fixer elle sait qu’il finira par se retourner vers elle et sa réaction déterminera la suite des événements. Pour sa part, elle est prête : dès l’instant où il la remarquera physiquement, elle sera dans son esprit le plus discrètement possible et selon la réaction qu’elle y percevra, elle pourra tant disparaitre tel un mirage qu’offrir ses salutations comme les raisons de sa présence.

_________________
Sage

J’évalue, je prévois, j’agis ; mon Don, ma Malédiction.





174 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Reddington
Agent du BAM Beta
avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 13/09/2014

MessageSujet: Re: ceux qui restent reprendront le flambeau [PV]   Jeu 2 Avr - 12:42

John attendait toujours devant le bar que l'inspecteur des pompiers donne son aval pour entrer et surtout qu'il explique le déroulement de l'incendie selon lui, une balle perdue avait elle percé une canalisation de gaz, les Néo-nazis fabriquaient ils des engins explosifs, quelqu'un avait il mit le feu au bar pour faire disparaitre des preuves ou peut être le mutant dont la présence sur les lieux était supposé pouvait être un pyrokinésiste, autant d'hypothèses auxquels le professionnel du feu pourrait peut être apporter un élément de réponse avant qu'une équipe scientifique ne confirme la présence d'explosif ou d'un accélérant. Alors que John prenait des notes sur un calepin, à l'ancienne, il eut une drôle de sensation, un genre de réaction épidermique, cette sensation d'être observé. En face de lui se trouvait le bar et sa vision périphérique ne s'étendait pas assez loin pour voir autre chose que les murs de la rue, la puanteur de l'incendie couvrait totalement toutes les odeurs environnantes, la rue était pleine de voitures de police et de camions de pompiers aux moteurs tournant qui saturaient l'audition, en buvant un chocolat chaud qu'il avait pris pour lui tandis que son sens du toucher ne fonctionnait qu'à courte portée, alors même son inconscient n'aurait pas eu d'informations à traiter, aucun stimulii subliminal à analyser, il n'aurait su dire d'où venait cette sensation d'être observé. Cette perception intuitive était un mélange étrange entre une crispation de sa nuque et des picotements à l'intérieur de son crane. De par l'expérience, John savait que ce genre de sensations étaient le plus souvent a prendre au sérieux, il sorti son téléphone et faisant mine d'envoyer un texto, il se retourna et analysa son environnement, d'abord la rue puis il regarderait aux fenêtres et sur les toits. La rue étaient pleine de policiers ou de pompiers  vaquant à leurs occupations ou en groupe et aucun ne semblait lui porter une attention sortant de l'ordinaire, par contre de l'autre côté du cordon de sécurité, une femme regardait fixement dans sa direction bien qu'il n'aurait su dire si elle le regardait lui à cause de lunettes aux verres rouges qu'il était étrange de porter, il était encore très tôt, les lampadaires éclairaient toujours les rues sombres alors que les jours raccourcissaient. Un élément attira particulièrement son attention elle portait des bottes renforcées, et sans être abonné à Vogues, John était à peu prés sur que ces chaussures n'allaient pas avec le trench qu'elle portait, trench très pratique pour y dissimuler toutes sortes de choses, John parvenait bien à garder dans et sous sa simple veste une arme, un chargeur, une paire de menottes, un bâton télescopique, une pince multifonction, un collier bloqueur de pouvoir et deux paires de gants en latex, alors bien sur tout n'était pas caché, mais ça n'avait pas à l'être comme il était du BAM.

Il remit son téléphone dans sa poche, se rapprocha du cordon s'arrêtant échanger quelques mots avec un groupe de pompiers en chemin pour voir quelle serait la réaction de la femme aux lunettes rouges, puis finalement se dirigea directement vers elle pour lui faire face.

Bonjour Madame, je suis l'Agent Spécial Reddington du BAM, je peux vous aider ?

De plus prés et sous la lumière jaune des lampadaires il pouvait constater que c'était bien une femme, les cheveux très longs, tout dans son language corporel indiquait qu'elle était fermée, de ses lèvres serrées, sa posture, ses bras croisés. John n'était pas venu vers elle par hasard mais en la voyant de plus prés, il s'inquiétait vraiment de se qu'elle pourrait faire, cette femme était dangereuse, définitivement dangereuse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sage
X-Men Alpha
avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 19/05/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: ceux qui restent reprendront le flambeau [PV]   Sam 4 Avr - 20:03

D’où viennent la sensation d’être observée et cette capacité à rencontrer le regard de l’observateur ? Du cerveau, tout simplement. Le cerveau humain est paramétré, puisque l’Homme est une espèce sociable, pour analyser au mieux les réactions de ces semblables et quel endroit est plus expressif que le visage ? L’entièreté du corps l’est, oui, et il y a différents niveau de perception de l’expression faciale, également, néanmoins c’est là ce qui renseigne le plus chez le commun. D’où que les mots puissent paraitre si froids et impersonnels, laissant prêter à toutes les interprétations possibles quand au ton de celui qui les a écris. Hors donc, même sans être capable de consciemment lire les informations comme elle le fait, le commun n’en a pas moins un inconscient pour travailler à sa place et celui-ci reste vigilant quand aux autres visages au point qu’un fixant ouvertement, même s’il n’est pas remarqué par la conscience, le sera tout de même et qu’il viendra un moment où, par nature, l’observé se retournera vers l’observateur.

Mais plus que la remarquer directement, John Reddington remarque surtout l’altération cérébrale causée par l’implantation d’ondes électromagnétiques étrangères dans ses neurones, lui faisant prendre la situation au sérieux « par expérience » et sortir son téléphone pour se donner une distraction alors qu’il analyse les environs. Amusant, pas suffisamment pour la faire sourire mais amusant tout de même. La méthodologie d’analyse est rapide et efficace même si au tiers obsolète puisqu’à peine la rue regardée qu’il la remarque elle, malgré quelques difficultés à la comprendre. Etrange de porter des lunettes rouges à cette heure, en effet, même si elles ont leurs spécificités qu’il ne voit pas, quand à ces bottes et l’élément de comparaison qui les en suit, c’est également d’un naturel que l’on ne trouve que dans l’esprit d’autrui. La remarque sur le manteau et la conclusion qui l’en suit ne la font pas réagir car elle attend toujours l’instant d’après, non l’énumération bien utile de ce que l’Agent dispose mais bel et bien de ce qu’il pense d’elle. Les menottes attirent l’attention, même si elles sont parfaitement logiques, tout autant que le collier inhibiteur qui est bien plus problématique dans son potentiel. La comparaison finale est sympathique également.

Et que dire de la technique pour évaluer sa réaction ? Amusante, là-encore. Et efficace, puisqu’elle-même se contente de le regarder bouger sans rien dire ; il réagit bien à son espionnage, faisant même le premier pas.

- Bonjour Madame, je suis l'Agent Spécial Reddington du BAM, je peux vous aider ?

*Votre analyse quand à mon niveau de dangerosité est juste mais à défaut de ne pas vous inquiéter sachez qu’il n’est pas question d’être votre antagoniste,* commence-t-elle, directement dans le cerveau de l’Agent Spécial Reddington. *Vous n’avez rien à craindre de cette communication télépathique ; elle est limitée à vos pensées instantanées : vos données cérébrales personnelles sont laissées à votre entière discrétion, comme le veut l’éthique de la télépathie, et les données scellées par le BAM étant programmées pour se détruire si l’on tente de les forcer, sans endommager votre esprit autrement que par une amnésie localisée, il m’est impossible de les usurper. Avant que vous ne preniez en compte le voie de fait sur agent des forces de l’ordre que constitue cette communication, veuillez m’écouter.*

Il ne la perçoit pas encore réellement, tant physiquement que mentalement, une illusion sécuritaire afin qu’il soit incapable de la reconnaitre tant qu’elle ne l’a pas décidé. Néanmoins, il n’est pas agressif et tâche simplement de tirer la situation au clair alors, malgré le flou mémoriel qu’elle lui cause, elle entreprend de l’aider. Lentement, ses mains ouvrent son trench-coat afin de laisser voir le X de sa ceinture.

*Mon objectif est de vous aider dans cette enquête à titre de preuve de bonne volonté. Sans remettre en cause les vôtres, mes compétences en investigation devraient vous faciliter grandement la tâche.*

Elle ne ment pas réellement, même si elle omet de faire part de la partie primaire de sa mission qu’elle n’a de toute façon pas l’intention de dévoiler. Néanmoins, quelques soient les compétences de John Reddington elle est certaine d’être mieux outillée pour l’analyse, à défaut de l’être pour supporter ce qu’elle a à analyser.

*Ceci est effectivement au-dehors de la procédure mais c’est toujours le cas lorsqu’on implique un membre des X-Men et vos supérieurs devraient pouvoir vous accorder de façon officielle ou officieuse, la possibilité d’avoir l’un d’entre eux comme consultant. Dans les pires des cas, vous aurez simplement l’aide d’un informateur anonyme ou bien vous pourrez ne garder aucun souvenir de ma présence comme ma contribution parmi vous. Evidemment, il vous reste l’option de me congédier. Vous avez, comme toujours, l’initiative de nos collaborations.*

Refermant son trench-coat, elle en boucle la ceinture et continue de fixer l’Agent, physiquement comme mentalement, écoutant raisonnements et réponse.

_________________
Sage

J’évalue, je prévois, j’agis ; mon Don, ma Malédiction.





174 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Reddington
Agent du BAM Beta
avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 13/09/2014

MessageSujet: Re: ceux qui restent reprendront le flambeau [PV]   Lun 6 Avr - 14:49

*Votre analyse quand à mon niveau de dangerosité est juste*

John porta sa main à sa tempe mais arrêta son geste, c'était impossible ! Ou presque ! Cette sensation que le son était directement dans son cerveau, sans passer par ses oreilles, c'était une télépathe, cette voix dans sa tête accentua le sentiment d'urgence et activa encore davantage de signaux d'alertes, alors que porter sa main à sa tempe, il commença à la rapprocher de son holster d'épaule avec son Sig Sauer SP 2022 et de ses 16 cartouches demi blindées dont une chambrée, mais là encore son geste n'alla pas au bout car elle continua de lui parler télépathiquement.

*Vous n’avez rien à craindre de cette communication télépathique*

*dit le loup au mouton en parlant de ses crocs.* John ramena son bras le long de son corps, de toute façon si elle décidait de lui cramer le cerveau, une pensée lui suffirait alors que lui devrait faire toute une succession de gestes qui durerait une éternité comparée à la vitesse d'une pensée.

*Elle est limitée à vos pensées instantanées : vos données cérébrales personnelles sont laissées à votre entière discrétion, comme le veut l’éthique de la télépathie, et les données scellées par le BAM étant programmées pour se détruire si l’on tente de les forcer, sans endommager votre esprit autrement que par une amnésie localisée, il m’est impossible de les usurper.*

*Ca veut dire qu'elle a entendu ma remarque sur le loup et le mouton ? Et celle là aussi ? Merde !*

*Avant que vous ne preniez en compte le voie de fait sur agent des forces de l’ordre que constitue cette communication, veuillez m’écouter.*

L'être humain peut fermer les yeux, mais ne peut déjà pas s'empêcher d'entendre avec son ouïe, alors pour le coup que la conversation se passait directement dans son esprit, c'était dur de ne pas écouter, mais John était prêt à laisser le bénéfice du doute et à garder "l'esprit ouvert", elle était plutôt bavarde, alors comme il ne lui était encore rien arrivé de préjudiciable, autant continuer sur cette lancée. Il eut cependant un réflexe naturel et recula d'un pas quand elle écarta les pans de son manteau pour en révéler une tenue intégrale de super-héroïne avec une ceinture en X. La femme en face de lui qui pouvait déjà lire en lui comme dans un livre ouvert alors qu'ils venaient juste de se rencontrer devait être une X-Woman, probablement, après tout, personne ne pouvait acheter une ceinture en forme de X sur internet !

*Mon objectif est de vous aider dans cette enquête à titre de preuve de bonne volonté. Sans remettre en cause les vôtres, mes compétences en investigation devraient vous faciliter grandement la tâche. Ceci est effectivement au-dehors de la procédure mais c’est toujours le cas lorsqu’on implique un membre des X-Men et vos supérieurs devraient pouvoir vous accorder de façon officielle ou officieuse, la possibilité d’avoir l’un d’entre eux comme consultant. Dans les pires des cas, vous aurez simplement l’aide d’un informateur anonyme ou bien vous pourrez ne garder aucun souvenir de ma présence comme ma contribution parmi vous. Évidemment, il vous reste l’option de me congédier. Vous avez, comme toujours, l’initiative de nos collaborations.*

John se détendit un peu, elle était plutôt convaincante dans son rôle de X-Woman, à moins bien sur qu'elle use de persuasion télépathique *Se que c'est compliqué de traiter avec des télépathes ! Et ça aussi vous l'avez entendu, si oui pardon ! *. Le BAM n'avait pas vraiment de protocoles pour travailler avec les Xmens, ça se faisait plutôt au cas par cas selon les urgences, après est se qu'interpeler un tueur de flic était une véritable urgence, c'était une question d'interprétation, et John était doué pour interpréter et faire de léger écart sur le droit chemin.

Bon, je sais que vous pouvez entendre toutes mes pensées, mais je vais quand même parler normalement, ce sera un peu moins perturbant pour moi, *à moins qu'elle ne soit muette et que se que je vient de dire soit offensant*, John sourit, il avait décidément besoin de beaucoup d'entrainement pour contrôler son esprit. A moins que vous ne puissiez pas parler, on verra... Disons que pour le bien de la réflexion, je parte du principe que vous êtes bien une X-Woman quand vous n'avez qu'une boucle de ceinture brillante pour l'attester et disons aussi que je n'ai rien contre les X-men et que je veuille bien travailler avec vous pour attraper un tueur de flic, pourquoi maintenant ? Je veux dire, non vous savez très bien se que je veux dire comme c'est déjà dans ma tête, mais il y a des dizaines de crimes mutants par semaine et vous ne venez pas particulièrement nous aider, ce n'est pas le premier policier à mourir à cause d'un mutant, pourquoi celui-ci en particulier ?

John n'envisageait plus de dégainer son arme de service, il était moins tendu que quand il l'avait approché, mais de la à le qualifier de détendu, il y avait un monde. Sa dernière interaction avec une X-Woman avait été plutôt houleux à cause de ses consignes, une vraie lionne qui était prête à tout pour défendre son territoire et ses petits, et son intuition lui soufflait que les femmes qui intégraient la X-Team étaient à peu prés du même acabit.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sage
X-Men Alpha
avatar

Messages : 202
Date d'inscription : 19/05/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: ceux qui restent reprendront le flambeau [PV]   Mer 8 Avr - 12:55

John Reddington réagit promptement à la télépathie, le contraste physique entre eux deux s’agrandissant de ce fait. La voix intérieure d’une personne étant synthétisée par son propre cerveau grâce à des modulations des zones liées à l’ouïe, l’écoute d’une autre voix intérieure n’est pas si surprenante que cela et le cerveau est capable d’en créer un grand nombre, et pas uniquement dans le cas d’un trouble mental puisqu’il est courant qu’à la lecture d’un dialogue une voix se fasse pour correspondre peu ou prou avec les personnages. N’ayant rien à craindre de l’arme à feu, elle l’ignore purement et simplement alors que son énoncé continu, égal.

*Ca veut dire qu'elle a entendu ma remarque sur le loup et le mouton ? Et celle là aussi ? Merde !*

Le malaise sur la communication télépathique est noté comme l’information secondaire qu’il est, information toujours supérieure à celles évoqués qu’elle considère tout de même, en temps réel. Le loup parlant de ses crocs au mouton, cela ce tient comme comparaison : si ce n’est qu’elle ne fait jamais étalage de ses capacités, même auprès des X-Men, tout comme elle n’a nul besoin d’interroger les autres sur les leurs, puisqu’elle les lit. Le savoir c’est son domaine et elle sait naturellement le récolter, cela fait parti des significations de Sage même si c’est une plaisante et hors de propos coïncidence.

Laisser le bénéfice du doute, il n’a pas le choix. Garder l’esprit ouvert, non plus. Bavarde, certes ; elle compensera. Quand à la boucle de ceinture, la pensée lui arrache un R12A+R14A ; les boucles de ceinture des X-Men ne sont pas de simple X, elles incluent un communicateur avec oreillette pouvait recevoir un certain nombre de canaux afin d’être reliés tant à celui d’équipe que d’autres et disposent, une fois ouverte, du nom de code du X-Men pour lequel elles ont été faites et qui est le seul à pouvoir les activer. Technologies mutantes une fois encore, avec sans doute des protections anti-localisation et un système de cryptage radio, cela impliquant néanmoins une portée restreinte ; impossible de tout avoir même avec technologie mutante. Mais l’Agent du BAM n’a aucune connaissance de cela et il n’est pas dans son intention de lui expliquer, le secret est son outil premier et quoi qu’en disent ses membres c’est également le cas de l’Organisation. Après tout, qui mieux que le plus grand télépathe du monde pour coordonner des équipes sur l’entière surface de celui-ci le tout en connaissant et conservant les secrets de la plupart ?

Il n’est pas compliqué de traiter avec des télépathes sauf si l’un tente de traiter en égaux avec eux ; ce qui nécessite d’être un télépathe et n'évite pas forcément les persuasions psychiques puisqu’il est parfaitement possible pour un télépathe de dominer la connexion comme il le fait avec un individu lambda. Néanmoins la télépathie est l’un des pires trucs auquel un agent gouvernemental peut être confronté, peut-être même pire que des X-Men ; John Reddington a gagné le gros lot : X-Woman et télépathe, la pire de par son expérience et son absence de moralité.

- Bon, je sais que vous pouvez entendre toutes mes pensées, mais je vais quand même parler normalement, ce sera un peu moins perturbant pour moi*à moins qu'elle ne soit muette et que se que je vient de dire soit offensant*A moins que vous ne puissiez pas parler, on verra…

Plus que contrôler son esprit, c’est à gérer la situation que l’apprentissage s’avère nécessaire car si le contrôle de son esprit perturbera la lecture il n’est d’aucune utilité dans le fait que l’Agent soit perturbé actuellement. Le bien de sa réflexion, elle peut y contribuer, les principes, elle ne le fait pas. Les questions nécessitent réponse mais elle le laisse finir avant de parler à son tour, sachant effectivement très bien ce qu’il veut dire en effet.

- Les X-Men sont en nombre limité et il ne nous est pas possible de couvrir tous les problèmes liés aux mutants sur le territoire américain, commence-t-elle sobrement, d’une voix assez grave et parfaitement neutre, alors qu’elle s’accord avec le fait qu’il n’est pas mieux que Caitlyn pour défendre son territoire et les seins ainsi, quand bien même le comportement de lionne peut être attribué à la quasi-totalité des X-Women de X-Team actuellement, John a effectivement eu affaire à la meilleure sur ce plan-là. Il y a eu un certain nombre de morts dans vos rangs à cause des mutants et cela n’a fait qu’enflammer l’opinion contre notre communauté, désormais que nous avons exprimés nos buts il est impossible de continuer d’agir dans l’ombre. Des mutants ont tués des forces de l’ordre, il faut donc que des mutants aident à arrêter les coupables pour que les gens continuent de voir « des » mutants, non « les » mutants. Ceux du Bureau des Affaires Mutantes sont neutres, ce n’est plus le cas des X-Men, notre présence visible est donc nécessaire.

Elle sous-entend beaucoup de choses et laisse cela à bon entendeur. Alors même qu’elle parle, elle s’active dans les autres esprits pour commencer à défaire ses enchantements d’illusions ; personne ne la remarquera comme « apparaissant » subitement même si aucun, à part l’Agent du BAM, ne saura dire avec exactitude quand et comment elle est arrivée. Elle sortira simplement de l’anonymat qu’elle a forcée, même s’il n’est pas question de le perdre face au monde et qu’ainsi ils n’en resteront pas moins incapable de la décrire avec précision ni n’auront d’image enregistrée net de son visage, se second fait permit par la cyber-visière dont les ondes nécessaires à scanner et analyser les systèmes électroniques perturberont la captation du champ électromagnétique de ces derniers pour transformer son visage en simple tâche blanche. Elle avait vu cela dans une série et paramétré son micro-ordinateur afin qu’il puisse le faire, comme le « papier psychique » cela ne lui était pas venu spontanément à l’idée.

Ce qu’elle fait spontanément, en revanche, c’est rouvrir son trench-coat et l’écarter pleinement cette fois, afin de bien laisser voir la combinaison en molécules instables bleue sombre dont elle est vêtue, dévoilant par là même son holster de cuisse et le Glock 19 s’y trouvant. Ôtant la l’attache de sécurité de son arme, elle la prend et la tend à l’Agent crosse retournée ; non que cela réduise le danger qu’elle représente mais c’est là un acte de bonne volonté qui, si elle s’en serait passé, n’a rien de réellement dangereux pour elle. Il n’est pas plus d’empruntes digitales à prendre sur son arme que sur ses mains. Port d’arme illégal et à nouveau port de technologie non répertoriée, elle continue d’alourdir son casier judiciaire hypothétique.

- Vous allez devoir continuer d’user de votre diplomatie sucrée, commente-t-elle en tendant la main pour soulever la banderole jaune et noire afin de la franchir, baissée ; une action qui ne manque pas de la faire remarquer et elle le sait. Se relevant et relâchant le ruban, elle poursuit : Et concernant la protection de vos pensées, apprenez de la poésie. Méthode efficace contre la lecture superficielle et plutôt agréable.

Exception faite des conditions de lecture qui peuvent relativement tout gâcher. Cela marche avec n’importe quelle chanson à dire vrai mais réciter à répétition Invictus de William Ernest Henley durant un interrogatoire télépathique est une image qui la fascine, même si elle-même n’a pas besoin d’une telle supercherie pour se protéger.

_________________
Sage

J’évalue, je prévois, j’agis ; mon Don, ma Malédiction.





174 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ceux qui restent reprendront le flambeau [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
ceux qui restent reprendront le flambeau [PV]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ceux qui restent Marie Laberge
» priere du matin (pour ceux qui travail mais qui on pas envie d'aller travailler )
» Qu'avez-vous mangé aux réveillons ? (pour ceux qui les ont fêté bien sûr...)
» recherche des infos sur un certain Jean Ceux
» [Dieu] devient celui qui récompense ceux qui le cherchent réellement. — Héb. 11:6.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: Ailleurs-
Sauter vers: