AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Damian Clester - Damoclès? C'est qui ça? [Terminé]

Aller en bas 
AuteurMessage
Damian Clester
Apprenti Gamma
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 22/02/2015
Age : 23

MessageSujet: Damian Clester - Damoclès? C'est qui ça? [Terminé]   Dim 22 Fév - 22:56

DAMOCLES
DAMIAN CLESTER



 


 

   © Avatar
 

NOM : Clester

PRENOM : Damian

ALIAS ET SURNOM(S) : Damoclès (Identité secrète), Dam (Par ses proches), Mini-moi/Gringalet (Par son frère)

AGE : 28 ans

DATE DE NAISSANCE : 12 octobre 1986

ACTIVITE(S) : Soigneur animalier (Central Park Zoo) le jour, Wannabe justicier la nuit.

NATIONALITE(S) : Américaine

SEXE : Masculin

CLAN : Confrérie


Notes personnelles du Pr. Mark Barett, docteur en psychiatrie et directeur adjoint du centre d'aide Phoenix House, concernant le patient 002563


  Pouvoirs :


  • Description :

    |Altération de l'âge (Offensif) - Guérison (Défensif)|

    -Bonjour, Damian. Comment allez-vous aujourd'hui?
    -Ca va doc', et vous?
    -Bien, merci. Que me racontez-vous cette semaine?
    -Bof, rien de spécial, le boulot, comme d'habitude. Enfin je me suis fait de nouveaux amis, mais y a pas grand chose à en dire.
    -Quel genre d'amis?
    -Des amis... comme moi.
    -Vous voulez dire mutants?
    -C'est ça. Mais vraiment, pas besoin d'en parler.
    -Vous en êtes sur? Comme vous le souhaitez. Tenez, maintenant que j'y pense, vous ne m'avez jamais expliqué en quoi consistait votre mutation, si?
    -C'est de ça qu'on parle aujourd'hui alors?
    -On parle de ce que vous voulez, comme toujours. S'il y a autre chose que vous souhaitez discuter, c'est évidement bienvenu. Je suis simplement curieux. Nous nous connaissons depuis un moment déjà, et nous n'en sommes plus vraiment au stade de la thérapie dans votre cas. Je me permet d'être un peu moins protocolaire.
    -D'accord, si vous voulez. Mais c'est un peu compliqué à expliquer. Bon on va faire ça méthodiquement, et commencer par les marques purement physiques. Y en a pas tant que ça, principalement la chronine, une glande de la taille d'un poing, qui se trouve sous mon poumon droit, un peu au dessus de mon foie. Elle est entièrement dédiée à la production de la Trace, c'est une substance un peu particulière, qui est à la base de tous mes pouvoirs... Et aussi de tous mes soucis. En plus de ça, tout comme la plupart des gens ont un système sanguin et un système lymphatique, j'ai un troisième ensemble de vaisseaux, chargé du transport de la Trace sur l'ensemble de mon corps, et qui est évidemment centré sur la chronine. La Trace, donc. C'est la premier aspect de ma mutation qui s'est révélé, ce qui est plutôt logique. A la base ça se présentait juste comme une aura jaune orangée qui émannait autour de moi quand j'étais sous le coup d'une vive émotion. Plus tard, elle a évolué, et j'ai appris ce qu'il y avait de plus. En fait c'est une substance active que je rejette en permanence, par toutes les pores de ma peau. La plupart du temps elle est invisible, tout simplement parce qu'elle est émise en concenration trop faible pour avoir une couleur. N'empêche qu'elle est quand même émise, et détectable dans certains cas. Avec des percptions surhumaines, par exemple. C'est pour ça que j'aime pas les chiens, d'ailleurs. Leur odorat leur permet de sentir les phéromones, et ma Trace aussi. Et apparement c'est pas une odeur qui leur plait des masses. Je suis jamais passé près d'un canidé sans me faire aboyer, c'est assez embêtant. Les reptiles avec qui je travaille la sentent aussi, mais dans leur cas ça semble plutôt les attirer, même si j'ai jamais compris pourquoi.
    -Et à quelle distance se fait cette perception?
    -Ca dépend. Pour les reptiles c'est très peu, une cinquantaine de centimètres de ma peau, pas plus. Pour les chiens, ça va à une dizaine de mètres pour ceux qui ont un odorat particulièrement développé. Un chien des Stups m'a repéré à un peu plus de quinze mètres une fois, et plus il s'approchait plus il avait l'air colère. Il a fallu deux agents pour éviter qu'il me saute à la gorge. J'ai eu droit à une fouille en règle évidemment, heureusement je portais rien sur moi à ce moment là. Pour les dons mutants, j'ai pas vraiment d'idée. J'imagine que certaines mutations permettraient de voir la substance en même temps que moi. Et pour des perceptions de la matière et ce genre de trucs, bah à priori ça marche aussi, vu que ça se présente plus ou moins sous la forme d'un gaz.
    En plus de ça, elle se dépose sur tout ce que je touche, partout où je passe. Pour ça que je l'appelle la Trace, elle forme un joli fil d'Ariane partout où je vais, ce qui permet de littéralement me suivre à la trace, jusqu'à ce qu'elle se dissipe.
    -Combien de temps cela prend-il?
    -Ca dépend de la quantité que je produis à ce moment là, et du temps que j'ai passé sur place. Si je suis juste passé en marchant dans un lieu, elle est plus perceptible au bout de deux à trois heures. Après si pour une raison ou une autre j'en ai émis en masse, c'est différent. Déjà elle est visible, comme je l'ai dit sous forme d'une aura jaune légèrement lumineuse autour de mon corps. A ce moment là les cabots sur une bonne trentaine de mètres commencent à gueuler, ils aiment vraiment pas ça. Sinon la Trace, elle reste sur place, donc quand je me déplace ça fait une jolie trainée derrière moi. Elle reste visible pendant quelques minutes au maximum, mais est repérable pour plus longtemps. Si j'en ai vraiment émis énormément, et qu'en plus je me suis attardé à l'endroit, ça peut aller jusqu'à une journée à peu près, peut-être un tout petit peu plus.
    -Vous avez dit lumineuse, quelle quantité de lumière emmet-elle?
    -Juste assez pour être bien visible dans le noir. Si elle englobe tout mon corps, ça suffit à éclairer vaguement dans une zone de deux mètres autour de moi. Ca me permettrait de voir plus ou moins où je mets les pieds, mais pas de lire un bouquin par exemple, sauf s'il est vraiment très, très près de la source - et encore. Mais du coup quand je me déplace dans le noir et que j'en produits de grandes quantités, ça laisse une trainée lumineuse jaune derrière moi, c'est très joli à voir. Après niveau discrétion c'est pas top.
    -Et dans quels cas en émettez-vous de grandes quantités?
    -Plutôt simple. Déjà, si je le souhaite. Je suis capable d'activer la production sur demande, si jamais j'ai envie d'un gros panneau qui gueule “Regardez, MUTANT!”. Ca peut aussi ce faire sous le coup de l'émotion, mais c'est de plus en plus rare. Et surtout, j'en produis beaucoup quand j'utilise mes capacités. Enfin c'est plutôt dans l'autre sens, j'en produis beaucoup pour pouvoir utiliser mes capacités.
    -Et quelles sont donc ces capacités?
    -J'y viens. Le premier aspect en est plutôt offensif, même s'il faut dire que je l'utilise plus souvent pour aider que pour nuire. En fait, quand je touche un objet ou une personne, la Trace agit directement sur le corps pour modifier son état, que ce soit pour le délabrer ou le restaurer. En pratique, je suis capable de faire vieillir ou rajeunir ce que je touche. A ce moment-là la substance m'enveloppe moi et ma cible, avec une plus grosse concentration sur les mains, vu que c'est par là que tout passe.
    -C'est une sorte de controle sur le temps?
    -A peu de choses près. Ce que j'avais cru au début, c'est que je déplace dans le temps l'objet que je touche. C'est pas ça, il ne s'agit pas d'une altération temporelle, c'est purement physique. Ce qui fait que je modifie l'état de l'objet, pour le faire paraitre plus jeune ou plus vieux, mais je ne lui fais pas traverser le temps. Si je casse un vase et que je le rajeunis ensuite, je le ferais pas revenir jusqu'avant le moment où je le casse, j'aurais pas un vase entier. J'aurais un vase neuf, mais en morceaux. Pareil, si je me blesse et que juste après je me rajeunis de dix minutes, je serais plus jeune de dix minutes, mais toujours blessé. Si je peins une chaise en bleu... Vous avez compris le concept, elle restera bleue. Pareil dans l'autre sens, si je sais que quelqu'un va se faire tuer le lendemain et que je le vieillis de deux jours, ça ne le tuera pas. Ca affecte vraiment uniquement l'etat de vieillissement ou de croissance. Par contre, si quelqu'un a un cancer en phase terminale et que je le fais vieillir, là oui, le cancer évoluera en même temps.
    -Cela signifie-t-il que vous pouvez guérir les maladies?
    -Pas en la rajeunissant. A la limite, je peux ralentir leur progression, et encore, ça dépend des cas. Pour des tumeurs par exemple, je suis capable de les faire rajeunir jusqu'à un stade où un chirurgien peut les enlever, mais pas de les faire disparaitre complètement.
    -Et la jeunesse éternelle?
    -Ca oui. Si je me fais régulièrement rajeunir, ben effectivement je vieillis jamais. Tout comme je suis capable de devenir vieux, ou enfant, quand je le souhaite. Et oui, ça fait aussi que je peux offrir la longévité à la personne que je veux. Et que tous mes appareils ont une durée de vie beaucoup plus longue, mais ça c'est certainement pas aussi intéressant.
    -Le vieillissement je vois bien, mais que ce passe-t-il concrètement lorsque vous rajeunissez quelqu'un?
    -Son organisme revient à l'état dans lequel il était à l'âge en question, taille, corpulence... Les modifications physiques dues à un élément externe, comme des cicatrices, tatouages, maladies,  restent en place, tout comme les connaissances, mais le corps sera celui d'un enfant. Ce qu'il y a, c'est que chaque corps, vivant ou non, chaque particule de matière possède une mémoire propre. C'est une sorte de base de données, qui recense tous les états qu'a connu le corps jusqu'à présent. Chaque particule porte sa propre mémoire, ainsi qu'une mémoire d'ensemble, celle du corps entier. Ca se présente sous forme de minuscules sillons dans la matière, presque un langage écrit à part entière, pour qui sait le lire. Et si j'ai bien compris le truc, il se fait que ma Trace contient deux types de cellules, qui sont en fait deux sortes d'agents actifs. Des "analyseurs", qui sont capables de déchiffrer cette mémoire, et qui transmettent l'information par message chimique directement aux "modificateurs". Ouais, je sais, mais j'ai pas trouvé de meilleur nom. Les modificateurs, eux, sont capables de remodeler la matière. Il s'agit de la désagréger chimiquement avant de la recomposer, à un niveau moléculaire. Evidement les molécules ne sont pas toutes déteriorées en même temps, donc il n'y a pas de manque de matière sensible au niveau du corps entier, en revanche on peut le voir se modifier dans son ensemble. Sauf que les modificateurs ne font pas n'importe quoi, ils ne peuvent agir que sur base d'un modèle à reproduire. Dans le cas du rajeunissement c'est plutôt simple, ce modèle est l'image du corps plus jeune trouvée dans sa mémoire. Dans le cas du vieillissement, ce qu'il se passe c'est que sur base des changements que le corps a subis, les analyseurs arrivent par différentes séquences à faire une estimation de son évolution future. Donc le modèle que les modificateurs reçoivent est en fait une idée de ce que devrait être le corps après un temps donné.
    -Dans ce cas, si vous ramenez le corps à un état précédent, pourquoi cela ne referme-t-il pas les blessures?
    -C'est pas bête comme question. J'avoue que j'en sais rien. En gros ce qui est dû à des évènements extérieurs n'est pas affecté. C'est sans doute du au fait que je ne peux rien rajeunir au delà de sa création, j'imagine que ça vaut aussi pour les blessures, tatouages et autre.
    -Et si vous ramenez un mutant avant l'âge où ses pouvoirs se sont déclarés?
    -Ses pouvoirs seront toujours présents, si la mutation est déclarée ça ne changera pas. Je peux rien ramener à avant son apparition, vous vous souvenez? Certaines mutations évolutives peuvent être ramenées à un stade moins avancé mais c'est plutôt des exceptions. Si on imagine le cas de, je sais pas moi, un mutant ailé dont les ailes auraient été trop petites pour lui permettre de voler avant qu'il n'ait fini sa croissance...
    Par contre il y a autre chose. Les mutations se déclarent la plupart du temps à la puberté, les hormones, tout ça. Du coup si jamais je vieillis un gosse, j'amène son corps à un âge plus avancé, hormones comprises, et donc il est parfaitement possible qu'une mutation latente se déclare. Sauf qu'on ne s'en rendra pas forcément compte tout de suite, ce n'est pas parce qu'elle se débloque qu'elle devient forcément immédiatement visible.

    -L'exemple des ailes m'y fait penser, mais comment ça se passe pour les cheuveux?
    -Bah, eux ils font partie intégrante du corps, donc ils suivent. Par contre ça prend pas en compte le fait qu'ils ont un jour été coupés, donc si quelqu'un a cinq centimètres de cheveux et que je le rajeunis d'un an, il se retrouvera crâne rasé. Pareil dans l'autre sens, il les aura longs. Dans mon cas par contre, ils rétressissent, mais se démèlent pas, vu que ça c'est uniquement du à une intervention extérieure. Donc je peux avoir des mini-rastas, c'est assez rigolo à voir. Mais en fait je suis aussi capable de l'éviter. Je peux altérer une partie précise de l'objet si je le souhaite, ce qui fais que quand je rajeunis quelqu'un je fais pas forcément rétressir ses cheuveux. Je sais aussi les faire pousser indépendament, c'est assez pratique parce que ça me permet  de changer de coupe aussi souvent que je le veux -même si les dreads il faut chaque fois les faire manuellement, et ça c'est un peu chiant. Et puis pas besoin de me raser, je rajeunis ma barbe tous les jours, et en plus ça fait que j'y ai pas un seul poil blanc, c'est du tout bénef!
    -Avez-vous une limite au nombre d'années que vous pouvez infliger?
    -A priori non, mis à part le fait que comme je l'ai dit je ne peux pas faire rajeunir quelqu'un -ou quelque chose- jusqu'avant sa création ou sa naissance. L'inverse est possible, en théorie je peux le faire vieillir jusqu'à ce qu'il tombe en poussière, mais il y a une limite temporelle. En gros ma vitesse est limitée. Sur un être vivant, grossièrement je peux faire dans le meilleur des cas un an par minute, dans un sens comme dans l'autre. Pour les objets inanimés, ça varie énormément en fonction de la complexité de l'objet. Des machines au top de la technologie existante, ce serait à peu près la même chose qu'un humain, un an par minute de contact. Pour les objets les plus simples, par exemple composés d'une seule matière homogène, ça peut aller jusqu'à du deux mois par seconde, donc dix ans par minute. Tout ça c'est pour des cibles de la masse d'un humain, autour de 80kg. Vu que c'est la Trace qui provoque les effets, la cncentration de Trace dans l'objet influence la vitesse d'action. Et vu que je ne peux en produire qu'une quantité limitée en même temps, la quantité de matière, donc la masse de l'objet, est inversément proportionelle à la vitesse d'action. Donc avec une simple règle de trois, on sait que par exemple pour un objet de dix kilogrammes je pourrais aller huit fois plus vite que ce que je viens de vous dire, tout comme un objet de 160 kilos me demandera deux fois plus de temps pour le même résultat. Et sur moi-même c'est encore plus rapide, je peux aller jusqu'à six mois par seconde, malgré mes presque cent kilogrammes. C'est évidement des vitesses maximales, je peux aller plus lentement si je veux. En fait je peux atteindre une précision à la minute près, même si ça sert pas à grand chose.
    Il faut savoir autre chose, et ça se regroupe un peu avec la complexité de l'objet, c'est que plus l'altération entraîne de modifications pour le corps en question, plus cela me demandera de temps. Je ne peux pas vous donner la relation exacte, mais ça peut aller dans le pire des cas jusqu'à presque dix fois plus lentement. Par exemple, si vieillir un adulte d'un an me demande un contact d'une minute, le même effet sur un nouveau-né nécessitera entre sept et huit minutes, car les changements à faire sont bien plus conséquents.

    -Comment se fait-il que ce soit tellement plus rapide sur vous-même?
    -C'est simple, l'effet est provoqué par la Trace, et rien n'en contient autant que mon corps. Dans un cas, elle voyage à travers mes pores pour s'insufler dans la cible, dans l'autre elle est projetée dans l'entièreté de mon corps dans des vaisseaux prévus exclusivement pour ça.
    -Effectivement, ça semble logique. Il me vient une idée, comment affecteriez-vous un mutant régénérateur?
    -Mon pouvoir fonctionne toujours. Si sa mutation lui confère une longévité surhumaine, quelle que soit la raison, je le ferai vieillir quand même, ça n'aura juste pas énormément d'effet sur son corps. Pour des mutants qui ne vieillissent pas du tout, c'est pareil, j'amène leur corps à l'état dans lequel il sera dans le futur, qui est... exactement le même. Si leur vieillissement est simplement plus lent que celui d'un humain, ça dépendra surtout de la vitesse à laquelle il vieillit. Imaginons qu'il prend un an tous les douze ans, ben si je l'avance d'un an en fait il aura seulement vieilli d'un mois. Ca vaut aussi dans l'autre sens, le rajeunissement fonctionne de la même manière, mais dans le cas d'un mutant centenaire je devrais m'y essayer longtemps avant de le ramener à l'enfance.
    Y a une exception par contre, c'est pour les mutants qui vivent plus longtemps pour des raisons externes, par exemple ceux qui absorbent l'énergie vitale d'autres êtres humains. Dans ce cas, s'il se "nourrit" pas pendant que je le vieillis, ben c'est tout simple, ils vieillit normalement. Après, s'il absorbe de l'énergie de quelqu'un d'autre en même temps, ce sera une simple soustraction, les années que je lui inflige contre celles qu'il récupère. Et s'il absorbait ma propre énergie vitale... Ben c'est la même chose, même si je serais sans doute plus occupé à me préserver qu'à essayer de le vieillir.

    -Ah oui d'ailleurs, comment cela vous affecterait-il, si quelqu'un utilisait un pouvoir similaire au votre, sur vous?
    -Ma mutation ne m'immunise pas au temps, en tout cas pas de façon passive. Si quelqu'un tente de me vieillir, je pourrais essayer de me rajeunir en même temps. Dans ce cas ce serait au plus rapide à priori. Si on est parfaitement égaux, ben ça ne ferait rien, et je vieillirai simplement à la vitesse d'un humain ordinaire.
    -Je ne vous ai pas demandé, combien de personnes pouvez-vous affecter en même temps?
    -Ils doivent être en contact avec moi, c'est la seule véritable limitation. En revanche je ne peux dans ce cas qu'appliquer les mêmes effets sur tous, à la même vitesse. Je ne peux pas par exemple me rajeunir moi-même tout en vieillissant quelqu'un d'autre. Mis à part cela, il n'y a pas vraiment de limite au nombre de personnes sur lesquelles je peux agir. Tant que j'en ai l'énergie, bien sur.
    -Ah, voilà une question à laquelle je n'avais pas pensé, vos pouvoirs nécessitent donc de l'énergie?
    -Le pouvoir en lui-même, non. C'est synthétiser la Trace qui a un certain côut, pas très élevé mais qui se fait quand même sentir. Il faut un peu faire des maths. Grosso modo, si je suis en forme, sur des corps différents du mien, je peux accumuler au maximum cinquante ans de modifications avant de littéralement tomber de fatigue. Ca veut dire en somme que si je vieillis deux personnes de vingt-cinq ans chacune sans me reposer, je risque de tomber dans les pommes. Là j'aurais besoin de  me reposer un bon moment, je dirais deux bons jours, avant de pouvoir ne serait-ce que me lever. Comme pour a vitesse d'action, ça vaut pour des objets de taille comparable à un humain ça, l'énergie nécessaire est proportionnelle à la masse, donc pour avoir les autres valeurs c'est des simples fractions. Pour un objet de dix kilogrammes c'est jusqu'à 400 ans par exemple. La complexité de l'objet joue aussi mais beaucoup moins, la différence entre un corps humain et une sculpture en platre du même poids est presque négligeable.
    -Vous avez dit sur des corps différents du vôtre, cela est-il différent sur vous-même?
    -Oui. Encore une fois sur moi-même, tout se passe en interne, donc il y a beaucoup moins de pertes de Trace. Ca me consomme à peu près moitié moins d'énergie que sur une autre personne.
    -Je crois que nous avons fait le tour?
    -Pas tout à fait. Il y a une autre façon d'utiliser mes capacités, celle-là purement défensive. Je vous ai dit que je ne pouvais pas soigner une blessure en la rajeunissant. Mais dans l'autre sens, ça fonctionne. Si je vieillis la blessure, je peux la faire cicatriser beaucoup plus vite que d'ordinaire. Ca résulte directement du vieillissement, sauf que comme je vous l'ai dit je suis capable d'affecter seulement une partie du corps. Il n'y a pas vraiment de vitesse de soin dans ce cas là, la blessure cicatrice toujours à vitesse normale, mais je l'amène simplement à un stade où elle a déjà cicatrisé. Plus la blessure est profonde plus elle mettra de temps à cicatriser, et donc plus j'aurais besoin de la vieillir pour la soigner. Evidement ça marche pas pour toutes les blessures, uniquement celles qui savent cicatriser d'elles-même. Si je vieillis quelqu'un qui vient de se faire couper un bras, le moignon cicatrisera mais le bras repoussera pas, c'est logique. Pour des blessures mortelles, à priori c'est assez compliqué, parce que c'est pas le genre de blessures qui guérissent avec le temps, forcément. Après ça dépend du cas, évidement. Un coup de couteau qui laisserait normalement la personne se vider de son sang, ça je sais faire. Un coup de fusil qui laisse un trou de 10cm en bousillant trois organes internes, c'est tout de suite plus délicat. Et puis certaines parties du corps,les poumons par exemple, cicatrisent moins bien que d'autres.  
    -Combien de temps vous demande ce soin?
    -Je vous l'ai dit, ça consiste simplement à faire vieillir la personne. Y a pas énormément de blessures qui mettent plus de quelques mois à guérir. Et considérant le fait qu'il suffit de vieillir la chair aux alentours directs de la blessure -dont la quantité dépend évidement de la taille de la blessure, mais est rarement énorme- ça va assez vite. Sauf qu'il faut quand même prendre en compte le fait que ça entraine plus de modifications qu'en général. Là, ça dépendra de la gravité de la blessure, mais en règle générale ce sera autour de qutre ou cinq fois plus lent qu'un vieillissement "normal" si la personne était en parfait état. Donc pour des blessures supeficielles, comme une éraflure ou petite piqure, c'est quasiment instantané. Mais par exemple, pour une blessure par balle qui mettrait normalement autour de quatre mois à cicatriser correctement, ça me demanderait un peu moins de deux minutes si j'agis sur l'ensemble du corps, et entre six et huit secondes si je me concentre uniquement sur la blessure, étant donné qu'elle couvre une étendue de chair assez limitée. Evidement je prends toujours ici les valeurs que je considère "de base", à savoir un adulte de 80 kilogrammes.
    -Et les blessures parviennent à cicatriser correctement dans n'importe quelles conditions?
    -Ah ça par contre, ça dépend. Certaines blessures ont besoin de conditions particulières pour guérir, que mon pouvoir n'assure pas. Par exemple un bras cassé, s'il est pas remis correctement en place et immobilisé avant que je ne le vieillisse, il risque de se ressouder de travers, je vais pas vous expliquer tous les soucis que ça peut causer. Pareil quand les organes internes sont abimés, ou même juste pour les plaies un peu plus profondes, ça marche beaucoup mieux avec quelques points de suture avant, même si c'est pas toujours possible. Et si je nettoie pas bien une plaie avant de m'en occuper, elle risque de se refermer sur un corps extérieur, comme un bout de tissu ou un gravillon, ça non plus c'est pas joyeux comme résultat.
    -Dans le cas de la guérison, quel est l'effet sur un mutant régénérateur?
    -Ben pareil, ça se combine. Enfin, pas tellement que ça se combine, mais pour faire simple si une blessure est traitée par sa regénération en un jour, eh bien il me suffira de le vieillir d'un jour pour arriver à ce stade. Evidement, dans ce cas le soin sera bien meilleur, du niveau de la regénération de la personne. C'est logique, la qualité du soin ne dépend pas de mon pouvoir mais de la faculté de cicatrisation de la cible. Moi je ne fais qu'accélérer le processus.
    -J'ai un doute, pourquoi ça ne fontionne pas sur les maladies?
    -Je vous ai dit pour le rajeunissement. C'est pareil, ça marche pour le vieillissement, mais pas pour toutes les maladies. Pour les bactéries ça marche très bien par exemple, pour une raison tout con: c'est pas comme si je mettais le corps en avance rapide, je fais simplement vieillir le tout. Ce qui fait que les bactéries vieillissent sans pouvoir se reproduire, et elles ont un temps de vie limité. Après pour la durée ça dépend de chaque bactérie. Ca se compte généralement en heures ou en jours, rarement plus. Les virus vieillissent pas à proprement parler, mais ils ont besoin d'une cellule humaine pour survivre. Donc là ça peut diminuer l'infection mais pas l'éliminer complètement. Et pourquoi juste en vieillissant la personne je peux pas l'amener au stade où son système immunitaire a géré la maladie? Ben parce que c'est pas une avance rapide, encore une fois. Ce qui fait que si je le vieillis de trois ans, son corps va pas combattre la maladie pendant trois ans. Il sera juste trois ans plus vieux, et la maladie en sera au même stade. C'est pour la même raison que mon pouvoir n'a aucune influence sur la drogue. Pareil, je vieillis le corps, et pendant ce temps il ne traite pas la substance. Le seul lien qu'on pourrait trouver entre les deux, c'est la difficulté que j'avais à utiliser mon don quand j'étais défoncé.


       
  • Niveaux de maitrise :
    -Et en temps normal, avez vous des difficultés pour utiliser vos pouvoirs?
    -Alors, mis à part le fait que je suis incapable de stopper complètement la production de Trace, je me débrouille pas mal. Il arrive encore que si je suis extrèmement effrayé ou énervé, j'en émane beaucoup sans le vouloir, mais ça devient très rare. Et même dans ces cas là, mes pouvoirs ne s'enclenchent jamais sans que je le souhaite, plus depuis un certain temps en tout cas.
    Pour le controle pur et simple, il est tout à fait satisfaisant. Ca fait bientôt quatorze ans que j'ai mes pouvoirs, j'ai bien eu le temps d'apprendre à m'en servir. Comme je l'ai déjà dit, pour l'altération je peux atteindre des précisions à la minute près. J'ai quand même besoin d'un minimum de concentration. Pas spécialement être dans un endroit tout calme pour méditer, juste qu'une partie assez importante de mes pensées aille à ça. Sinon je peux perdre en précision, ou même si je suis vraiment distrait, que ça ne fonctionne tout simplement pas du premier coup. Si je suis sérieusement blessé par exemple, ça devient compliqué, et je dois vraiment essayer de faire abstraction de tout pour arriver à faire quoi que ce soit.
    Ah, et affecter une seule partie du corps, c'est plus compliqué évidement. Mais quand c'est une partie bien définie, par exemple de matière différente -typiquement les cheveux- ça pose pratiquement aucun problème. Une partie légèrement séparée mais de même type, comme un membre, c'est déjà un peu plus compliqué mais je sais aussi le faire sans trop de souci, et une partie arbitraire qui n'a aucune délimitation, par exemple une zone de 50cm de rayon dans un sol homogène, là j'ai quand même besoin de pas mal me concentrer.
    Je pense encore à un truc, je vous ai dit que je pouvais affecter n'importe quel nombre de personnes, pour autant qu'elles étaient en contact avec moi. Encore une fois, ça c'est pour la théorie. En réalité, j'ai surtout utilisé mes mains pour utiliser mon pouvoir, parce que c'est clairement plus pratique. Et c'est comme un muscle, ça se travaille. Ce qui fait qu'actuellement je ne suis capable d'employer mon plein potentiel qu'à travers mes mains. Ce qui veut donc dire que je ne peux pas employer mon pouvoir sur plus de deux personnes en même temps, en plus de moi.
    Pour les altérations sur moi-même, y a un truc dont je vous ai pas parlé, c'est que le système de distribution de la Trace n'est pas parfaitement régulé. Ou plutôt que je maitrise pas du tout cette régulation, donc quand de la Trace est transportée elle l'est dans tout le corps, la seule exception étant le flux sortant par mes mains. Ce qui fait qu'altérer uniquement des petites parties de mon corps, j'en suis pas capable actuellement. Je peux seulement faire un effet global, ou alors un effet local mais en passant par "apposition des mains", de la même manière que si je provoquais l'effet sur une autre personne. Le problème se ressent surtout quand il s'agit de cicatriser. Si je reprends l'exemple de la blessure par balle, je peux soit vieillir tout mon corps, ce qui mettrait un peu plus de trois secondes, soit me soigner par les mains, ce qui me demanderait le même investissement en temps -et en énergie- que pour une autre personne, à savoir sept à huit secondes. La plupart du temps j'opterai pour les mains même si ça prend plus de temps, puisque ça permet une action vraiment locale, et ça évite des soucis comme celui de me retrouver avec des ongles pas coupés depuis des mois, ce qui peut être assez gênant dans certaines situations et nécessiterait de me rajeunir immédiatement en compensation. Là où l'autre option a tout son intéret, c'est dans des cas d'urgence bien sur, et surtout dans le cas de blessures plus graves ou plus étendues.

       

  • Lien entre les Pouvoirs :
    -C'est là tout? Vous n'avez donc qu'un unique pouvoir?
    -On peut les considérer comme deux pouvoirs distincts, puisque j'ai appris à soigner de façon indépendante, sans forcément vieillir tout le corps. Mais oui, le fonctionnement est exactement le même, il est juste appliqué à une cible différente.
    -Y a-t-il encore autre chose à quoi nous n'avons pas pensé?
    -Hm non, je crois bien qu'on a tout dit.
    -Très bien. Merci d'avoir satisfait ma curiosité en tout cas. Maintenant, êtes-vous sur de ne pas vouloir m'en dire plus sur ces nouveaux amis?




 

   Description Physique :
   

 


  • Apparence :
    -Vous êtes en retard.
    -Ouais, je suis désolé Doc, j'étais... avec une fille.
    -Ah, vous en avez du succès, n'est ce pas?
    -Euh, je suppose qu'on peut dire ça oui.
    -Dites moi Damian, comment vous décririez-vous, physiquement?
    -Pardon? Hm, ben oui, je pense être plutôt séduisant. Déjà j'ai l'air plus jeune que je le suis, la magie de la mutation. D'ailleurs on me prend souvent pour le petit frère de Brian, les gens ont du mal à croire qu'on est jumeaux. Alors que lui a toujours bien plus pris soin de son corps que moi. Sinon, je suis grand et assez bien mis, 1m95 pour 98kg, et rien de tout ça n'est de la graisse. J'ai des dreads brunes, qui tombent un peu en dessous de mes épaules, qui cachent mes oreilles percées. Un front plutôt large, quand je tire mes cheveux en arrière. Des yeux vert-gris assez étroits, des sourcils “en accents circonflexes” comme on me l'a souvent dit. Une peau qui devient vite mate dès que je prends le soileil et un nez droit et un peu large, héritage de mon grand-père qui était afro. Enfin c'est pas non plus trop visible. Une machoire carrée, un menton assez fort, caché par ma barbe moyennement entretenue, que je garde généralement juste sur le menton, et...
    -Oui oui, vous ne faites là qu'énoncer des faits. Ce que je demande, c'est ce que vous dégagez, du moins selon votre point de vue, avec votre voix, votre démarche, votre façon de vous comporter. Que pensez-vous être la première impression que vous laissez aux gens?
    -Je crois qu'au début je fais peur. Je dépasse tout le monde d'au moins une tête, et combiné à mes dreads et mes bras quand même assez larges, ça peut impressionner. Mais il parait que dès que je souris je fais plus papa ours qu'autre chose, du coup la plupart du temps j'essaye de pas trop tirer la gueule, j'aime pas trop que les gens avec qui je suis me craignent, sauf quand c'est voulu. C'est pour ça que je privilégie en général des vêtements plutôt peace, style chemise ample et pantalon en toile aux couleurs assez claires, quitte à être pris pour un hippie. J'essaye aussi d'être le plus ouvert possible dans ma posture, même si c'est pas toujours facile. Pareil pour ma démarche assez souple et légère, grâce à mes années d'arts martiaux, sans être non plus féminine. Quand je veux plutôt impressionner, je ferme complètement mon visage, j'avance plus les épaules, je prends une démarche beaucoup plus aggressive, plus lourde. Généralement ça fait son petit effet. Et ma voix... Ben forcément elle est assez grave, mais on m'a déjà dit souvent qu'elle pouvait être très chaleureuse quand j'y mettais les bonnes intonations. Généralement j'ai un parler assez fluide, assez doux aussi, il parait même qu'elle est rassurante, ma voix. D'ailleurs il parait que je suis rassurant en général, je crois que c'est ça qui plait. Sauf quand je m'énerve, là ma voix perd toute sa douceur, et je hausse le ton. Et avec la taille de ma cage thoracique, je peux gueuler assez fort quand je veux.
    -Je ne peux que confirmer, personne n'est rassuré lorsque vous êtes de mauvaise humeur, même si l'on vous connait bien.
    Vous n'avez pas parlé de vos brassards.
    -Hein? Ben oui, la plupart du temps je porte des brassards en cuir, pour couvrir... Enfin, vous savez.


       
  • Signes Particuliers :
    -Je le sais, mais je tente de vous le faire dire.
    -Là c'est de la cruauté Doc'. Bon, ils sont là pour cacher les dizaines de traces d'aiguilles sur mes avant-bras. Celles que j'ai faites à l'époque où j'étais tellement loin que je prenais même plus la peine de me piquer correctement, et qui ont mal cicatrisé. Elles sont clairement visibles si on y regarde de plus près, et j'aime pas trop ça.
    -Vous voyez où vous en êtes arrivé, il n'y a pas si longtemps vous refusiez ne serait-ce que d'évoquer ces marques.
    -Mouais. De toute façon sur mon bras gauche elles sont cachées par mon tatouage. Puis un jour je tatouerai le droit aussi, ce sera plus simple.
    -Que représente ce tatouage?
    -Une série de triangles noirs et blancs encastrés, qui couvrent tout mon avant-bras, du coude au poignet. Vous le savez déjà, mais il contient exactement 180 triangles, pour 180 jours. Je l'ai fait à mon sixième mois de sobriété, c'est un rappel permanent de ce que j'ai accompli.
    -Vous avez en effet de quoi être fier. Les premiers mois, surtout, sont toujours très durs. D'autres marques permanentes?
    -Euh, un trou dans l'oreille gauche, deux dans la droite. Mais ça fait longtemps que j'ai rien porté, donc ils sont sans doute en train de se reboucher. Sinon, j'ai un autre tatouage sur l'épaule droite, un bélier qui charge, mais il a moins de signification, j'étais presque gosse quand je l'ai fait. Et j'en avais encore un avant, sur le mollet droit, mais je l'ai fait retirer depuis, j'étais défoncé quand je suis allé chez le tatoueur pour celui-là. Ca a laissé une cicatrice d'ailleurs. Des cicatrices j'en ai aussi, quelques petites ici et là, notament plusieurs à l'épaule, mais les plus visibles sont deux très fines, longues de trois ou quatre centimètres, sur mon flanc gauche. Un joli souvenir de... l'époque où je fréquentais des mileux pas très fréquentables.


 
   Caractère :
   

 


  • Mental :
    -Vous aimiez bien vous battre à l'époque, n'est ce pas?
    -Sur ce point là, j'ai peur de ne pas m'être beaucoup amélioré. Vous me connaissez, je peux vite m'énerver. J'ai beau être ultra passif d'habitude, si on me pousse je peux exploser en une seconde, même si je fais des gros efforts sur ce point là. Et quand quelqu'un emmerde mon frère, je suis forcé d'intervenir, même s'il a pas vraiment besoin de ma protection. Evidement ça vaut aussi pour le reste de ma famille. Je suis vraiment protecteur avec mes proches. En particulier pour les trois personnes qui ont été très protectrices avec moi, mon frère, ma soeur et son mari. Ce sont les personnes par rapport à qui je réagis le plus vite, s'ils ont des problèmes, je crois que j'ai besoin de leur revaloir ce qu'ils ont fait pour moi. Ca vaut aussi pour les enfants de ma soeur, avec qui je suis un vrai tonton poule. Elle trouve même parfois que j'exagère, mais c'est important pour moi. Un peu moins pour ma mère, mais ça c'est pour d'autres raisons, après tant d'années j'arrive toujours pas à me sentir proche d'elle. Mais bref, oui je peux vite devenir agressif lorsqu'il s'agit de mes proches. Dans ces cas-là oui, je peux même frapper en premier, mais il faudrait vraiment l'avoir cherché. Je préfère toujours passer par plusieurs avertissements. Evidement le nombre d'avertissements est à la tête du client, ça je dis pas. Et bien sur, il y a des gens que je frapperai jamais. Les gens auxquels je tiens, la question se pose même pas, quel que soit mon état d'énervement j'oserai jamais lever la main sur eux. Bon, sauf mon frère, mais ça c'est autre chose. Nous taper l'un sur l'autre c'est un peu notre façon d'exprimer notre affection, il sait encaisser les coups aussi bien que les rendre. D'ailleurs mon frère, quand je me bats c'est généralement à cause de lui, déjà parce qu'il a plus tendance à s'attirer les ennuis que les autres, et puis parce que je suis avec lui la plupart du temps. Mais du coup oui, il m'arrive encore d'être impliqué dans des bagarres à la sortie des bars, de temps en temps.
    -Vous fréquentez encore les bars?
    -Je recommence, oui. Ca fait bientôt quatre ans, je commence à me permettre de me replonger dans ce genre d'ambiance. Surtout pour draguer, si je dois être honnête. Et puis pour sociabiliser, parce que depuis ma désintox, et la mort de Clyde... Je vois plus vraiment mes vieux amis, et j'essaye pas vraiment de m'en faire des nouveaux. J'ai des potes, des gens avec qui j'aime passer du temps, mais personne dont je suis aussi proche qu'auparavant. Donc je traine dans les bars et je rencontre des gens, ça passe le temps. Par contre je bois pas une goutte, vous inquiétez pas. Je sais parfaitement ce que je risque, et je tiens trop à ma sobriété pour la remettre en jeu pour une bête bière. Et évidement, j'évite scrupuleusement les bars où je risquerais de croiser d'anciennes connaissances.
    -Je comprends. Vous êtes donc toujours un bagarreur.
    -Non, pas bagarreur. Je cherche jamais la baston, je me retrouve dedans, c'est indépendant de ma volonté. Je suis pas du tout agressif, je me bats quand j'ai pas le choix. Sinon vous le savez, le reste du temps je suis quelqu'un de plutôt joyeux, j'aime rire de tout. Faut bien ça pour compenser les conneries que j'ai faites, aussi. Au quoitidien on voit pas vraiment que je sais être violent, c'est plutôt le contraire en fait. La plupart des gens pensent même que je prends rien au sérieux ou même que je suis irresponsable, parce qu'en général soit je déconne soit je déconne, soit je suis sarcastique. Mais c'est faux. Ils s'arretent aux apparences, ils n'ont pas la moindre idée. Et c'est pas non plus comme si je passais mon temps à déconner, je peux être sérieux quand c'est nécessaire. C'est vrai que j'aime bien parler, ça je conteste pas. Et du coup je parle de tout et de rien, et souvent de rien. Même si y a toujours des thèmes que je préfère éviter. Bon, l'addiction, ça c'est évident. Quand on aborde le sujet, j'ai plutôt tendance à me refermer et à écourter la discussion. Enfin sauf ici, mais là ça a rien à voir. Sinon, la mutation j'évite aussi, mais ça je crois que c'est le cas de tous les mutants qui vivent parmi des humains. Si quelqu'un insiste sur la question, bon ça dépendra de la personne, mais j'aurais plus tendance à dévier la conversation, et si ça marche pas je risque de me barrer. Il m'est déjà arrivé une seule fois de repousser un peu brusquement une personne qui se montrait vraiment trop lourd, mais j'évite. Sinon généralement j'ai pas de problèmes à en discuter avec mes proches. Bon, sauf mes neveux, parce qu'ils sont encore un peu jeunes pour ce genre de sujets. Mais avec le reste de ma famille, j'ai pas de souci à aborter ces thèmes-là, en particulier avec Brian. Ah, et puis bien sur mon géniteur, cet homme merveilleux. Là le sujet est complètement proscrit, même avec Brian. C'est pas tellement que ça me déplait, mais y a pas grand chose à en dire, le gars s'est barré sans la moindre nouvelle, fin de l'histoire. Je vois vraiment pas ce qu'il y a à ressasser là dedans. Comme la fois où on a eu une piste pour le rencontrer, et j'ai refusé sec, sans en discuter plus que ça, alors que Brian était dans l'hésitation pendant pas mal de temps et comprenait pas que je puisse être aussi catégorique.
    -Je peux comprendre. Et votre sexualité?
    -Hm, pareil que la mutation, même si je suis moins discret. En gros c'est pas un sujet que j'aborde pas par moi-même, parce que ça m'a déjà amené des soucis, mais je le cache pas non plus. Pratiquement tout mon entourage est au courant. Bon ma mère non, vu que j'ai jamais fait de coming-out officiel, et surtout je lui ai très peu réellement parlé depuis ma puberté. J'essaie, depuis ma désintox, de me voir avec elle plusieurs fois par mois mais je crois qu'on a eu une seule vraie discussion en dix ans... Pour pas dire en toute une vie.
    -Votre rapport à la mutation est semblable à votre rapport à la sexualité?
    -En quelque sorte. Vous savez, quand on se sent anormal sur un point, c'est plus facile d'accepter le reste. J'ai appris pour ma mutation quand j'étais tout petit, j'étais terrifié mais ma soeur a tout de suite été là pour me rassurer. Elle m'a soutenu, m'a expliqué que c'était parfaitement normal, que ça n'avait pas d'importance. C'est grâce à elle que j'ai arrêté de briller dès que j'étais un peu effrayé. C'est grâce à elle que j'ai appris, beaucoup plus tard, à maitriser mes dons, et à en être fier. Alors quand à quatorze ans, j'ai commencé à réaliser que j'étais attiré par les deux sexes, c'est tout de suite vers elle que je me suis tourné. Elle a toujours été bien plus une mère pour Brian et moi que notre mère de toute façon. C'était quand même très dur à accepter au début, je vivais dans un environnement plutôt machiste, mon frère et moi on était les hommes de la famille, je pouvais pas me permettre d'être une tapette. Là encore, c'est Sheila qui a été là pour moi et qui m'a aidé à m'affirmer. Ca a été la seule au courant pendant plusieurs années, même quand je suis sorti avec un gars, Andrew, à 16 ans, on l'a plus ou moins gardé secret, mais elle a été la première au courant. Plus tard c'est grâce à elle que j'ai arreté d'en avoir honte et de le cacher. C'est drôle, parce qu'elle est humaine, hétéro et fortement religieuse, et c'est elle qui a été la plus tolérante de tous. Plus tard, quand j'étais au fond du trou, c'est elle qui a le plus contribué à me sortir de là. Brian a beaucoup aidé aussi, mais il était assez désemparé, alors que Sheila avait déjà deux gosses, et qu'elle nous avait élevé pratiquement seule depuis ses treize ans; elle a su quoi faire. C'est une mère merveilleuse.
    -Il y a plusieurs personnes dont vous dites toujours qu'ils vous ont sorti du gouffre. Je vous le répète à chaque fois, mais ne minimisez pas votre propre action. Vous avez vraiment de quoi être fier de ce que vous avez accompli.
    -Ah, mais je le suis! Je connais les chiffres Doc', je sais quelles étaient les chances de m'en sortir. Ce que j'ai traversé, pas tout le monde en est capable, je le sais bien. C'est un énorme effort de volonté, entre autres sur le maintien de mon rythme de vie extrèmement rigoureux. Tenir une hygiène de vie sans reproche, avec des horaires clairs et précis, ça pèse à un certain moment. Mais je sais aussi que je n'en aurais pas été capable sans mes proches. Ma famille oui, qui m'a aidé à m'en sortir et aujourd'hui m'aide à tenir cette hygiène de vie, mais aussi beaucoup d'autres personnes. Vous, et encore actuellement d'ailleurs. Même si on en a fini avec la thérapie à proprement parler, le fait de continuer à venir ici tous les jeudis soirs m'aide énormément, ça a quelque chose de rassurant. Tous les médecins et psychologues du centre, évidement. Mon patron actuel, même si lui m'a aidé d'une façon différente, en acceptant d'engager un ex-toxico entre autres. Et puis Erik, mon ancien parrain d'abstinence. Même si je ne l'ai jamais revu depuis que j'ai arrêté de travailler avec lui en 2012, parce que je souhaitais, hum, un peu plus de liberté... Ce serait ridicule de nier qu'il m'a énormément soutenu les deux premières années. Même si les autres étaient bien plus proches de moi, lui était déjà passé par là, donc il savait exactement quels moments étaient problématiques et comment me soutenir.
    -A ce propos, vous ne voudriez pas devenir parrain d'abstinence?
    -Non. J'ai franchement pas envie. Je ne suis pas doué pour ce genre de choses, je pense que je risque plus de nuire qu'autre chose. Et ma mutation arrange rien. Je sais qu'après que tant de personnes aient été là por moi, je dois payer ma dette à la société. Mais j'ai trouvé d'autres façons de le faire.
    -D'autres moyen d'agir... J'allais vous poser la question quand vous parliez de votre rapport à la mutation, vous m'avez avoué la semaine dernière avoir rejoint une nouvelle organisation. Il s'agit de la Confrérie des Mutants, n'est ce pas?
    -Pourquoi Doc', vous allez me balancer?
    -A en juger par votre sourire, cette perspective ne vous effraie pas particulièrement. Et vous avez raison d'ailleurs, après tous les progrès que vous avez accompli, vous envoyer en prison, où vos chances de rechute seront décuplées, serait une façon bien stupide de cracher sur mon propre travail. Non, je suis simplement curieux, comment en êtes-vous arrivé à rejoindre un groupe terroriste? Est-ce que vous détestez les humains, Damian?
    -Hein? Mais pas du tout! Eux non plus d'ailleurs, ils sont complètement différents de ce qu'on en dit dans la presse. Et comment je les ai rejoint... Bon, j'aurais bien dû vous le dire un jour ou l'autre. Doc', ce que je vais vous raconter maintenant, je l'ai jamais dit à personne. C'est pas couvert par le secret professionnel, mais tant pis.
    -Vous commencez à m'inquiéter.
    [i]-Ca a commencé en janvier 2012, le jour de l'incendie de Mutant Town. J'approchais de mon deuxième anniversaire de sobriété, au zoo je venais d'être muté aux reptiles, ce que je préférais largement, mon frère réussissait assez bien ses études. Tout allait bien. Et puis là, boum. Mutant Town brûle. Des centaines de victimes innocentes, et au nom de quoi? J'avais connu le racisme, avant, mais ça c'était inimaginable. Comment s'attendre à ce qu'au vingt-et-unième siècle on puisse encore commettre de telles atrocités, quelle que soit leur raison? Quelle que soit la raison, parce que je ne pense pas qu'ils agissent réellement au nom de la religion. Un groupe d'imbéciles faibles d'esprit, complètement hyptonisés par un vrai psychopate. Dieu, là-dedans, n'est qu'un pretexte pour le "Révérend" de mener sa croisade raciste. On était térrifiés, on se croyait sur le point d'une guerre génétique ouverte. Mais elle est pas arrivée. L'affaire est retombée, comme si tout le monde l'avait oubliée. Comme si c'était un simple crime sans importance. Seulement la Confrérie a réagi, un peu plus tard, le coup d'éclat qu'était Yggdrasil. C'était ma première vraie bonne impression de la Confrérie. Leurs actions étaient clairement trop viloentes, et on touché des personnes innocentes, mais leur but était de marquer les conscience, et ils l'ont fait. Peut-être pas de la bonne manière, peut-être que leurs cibles n'étaient pas les bonnes, mais ils ont agi. C'est là que je me suis dit que moi aussi, je devais réagir. Je devais agir. Je pouvais pas juste rester dans mon coin, en attendant que les choses se tassent. Je suis allé à Mutant Town après le feu, vous savez. J'ai vu ce que c'était. Le chaos. L'anarchie. C'était la loi du plus fort, et les mafias faisaient ce qu'elles voulaient. Honnêtement j'exagère à peine. C'était peut-être pas assez apparent pour la police, mais j'avais fréquenté ces milieux-là, je savais comment ça se passait. Je connaissais leurs méthodes. Je me suis dit que je devais agir. La Confrérie faisait ses actions à grande échelle, mais ils ne se souciaient pas des petites gens. Quelqu'un devait le faire. Ce quelqu'un, c'était moi, je l'ai su. Et je l'ai fait. Je me suis créé un costume, avec une idée très claire en tête. J'étais méconnaisable. Même pas, j'étais quelqu'un d'autre. J'étais Damoclès, le bras armé de la justice. L'épée qui pendait au dessus de la tête de ceux qui se croyaient puissants, au dessus de la loi. Ma première action, ça a été mon ancien grossiste, Blue. J'suis arrivé dans leur hangar, à un moment où je savais qu'ils seraient pas nombreux. J'ai assomé ses trois chargés de sécurité avant qu'ils se rendent compte de ma présence. Faut dire qu'ils étaient pas très attentifs, je sais pas combien il les payait mais dans tous les cas c'était trop. Je suis tombé sur Blue et deux types avec qui il discutait, tranquilement. J'peux vous dire que le gars a pas eu le temps de se lever et de sortir son flingue avant de se retrouver face contre terre. Je les ais tous attachés, au milieu de leur stock, deux douzaines de kilos d'héroïne, et d'herbe. J'aurais pu faire mieux, mais j'avais raté leur date de livraison. Toute cette dope, je vous avoue que ça m'a pas laissé indifférent. Instinctivement, sans même y réfléchir, j'ai embarqué un paquet. Je savais pas quoi en faire, quand je suis rentré. Je suis resté pendant plusieurs heures dans le salon avec le paquet en main, hésitant. Heureusement mon frère est rentré. Il m'a collé deux-trois tartes, puis il s'est débarassé de la drogue. C'est la toute dernière fois où je me suis senti en danger de rechute, et il m'en a sorti. Enfin bref, le hangar. Je les ai laissé au milieu de leur stock, attachés, et j'ai appelé la police pour leur donner l'adresse. Puis j'ai tagué en grand “DAMOCLES” à la bombe noire. Le but était qu'on connaisse mon existence. Qu'on sache qu'on ne pouvait plus faire ce qu'on voulait impunément, que quelqu'un veillait au grain. J'ai continué. Principalement à Mutant Town, mais je protégeais pas forcément que les mutants. Je suis aussi dans le Bronx, ou à Central Park de nuit. J'ai gardé ce mode opératoire. Le flagrant délit, la baston, la dénonciation. Je tuais pas. J'ai tabassé, assomé, brisé des membres, peut-être définitivement handicapé l'un ou l'autre, mais je tuais pas. Jusqu'au 18 décembre 2012. Un peu moins d'un an que j'agissais, et que je laissais ma signature à chaque fois. Autant dire que les dealers, racketteurs, voleurs, et même le crime organisé de Mutant Town auraient bien voulu s'occuper de moi. Pour ce jour là, j'avais entendu parler d'un gros truc, un arrivage d'armes depuis Shanghai. Silk Road fait des merveilles, quand on sait quelles informations chercher. Evidement, je devais intervenir. Et évidement, c'était un piège. Les bâtards, ils m'attendaient au tournant. Ca a été chaud, vraiment chaud. J'ai vraiment cru que j'allais me faire buter, ce jour là. D'ailleurs ça aurait du être le cas, j'ai eu énormément de chance. Je me suis pris une balle dans l'épaule, et une dans la jambe. Deux-trois autres, qui se sont encastrés dans mon gilet pare-balle. S'ils avaient été un tout petit peu plus précis, s'ils avaient su viser la tête, je serais pas là pour en parler. Bref, j'ai réussi à me barrer. Je me suis réfugié dans une ruelle, le temps de déloger les balles et refermer mes blessures, en faisant de mon mieux pour pas perdre connaissance. Là y a deux gars qui me sont tombés dessus. J'ai pas su réagir à temps. Il m'ont sonné. Ils ont appelé leurs potes, et ils m'ont arraché mon masque. Je pense pas qu'ils me connaissaient, mais ils auraient fini par retrouver mon identité, à partir du moment où ils avaient vu mon visage. Là, mon cerveau s'est mis à fonctionner à cent à l'heure. Je savais très bien ce qu'ils allaient me faire. Et surtout, je savais très bien ce qu'ils allaient faire à ma famille. J'avais pas le choix. Je réfléchissais pas vraiment en fait, j'étais en mode robot. J'avais l'impression de voir mon corps de l'extérieur, pendant que je faisais taire définitivement les deux gars. Pendant que je brisais la nuque de l'un, puis que j'étranglais l'autre en fracassant sa tête contre le sol. Puis je me suis enfui, avant que les autres arrivent. J'ai couru comme un dingue, pendant une bonne demi-heure, avant de me considérer en sécurité. Et là j'ai dégueulé en réalisant ce que j'avais fait. Ces gars-là, c'était des criminels. Des enfoirés de la pire espèce, ils avaient sans doute laissé plus d'un orphelin derrière eux. Leur mort servait la société, mais quand même... J'avais tué. Et j'avais l'impression que ce seraient pas les derniers.
    Malheureusement j'avais raison. Dans les deux années qui ont suivi, j'ai pris la vie de trois autres criminels. Je n'ai recouru à ça que quand j'avais vraiment pas le choix, et ça a toujours été aussi difficile. Mais je n'ai pas arreté mes agissements. Je savais que ce que je faisais était nécessaire, et que je ne pouvais pas éviter les sacrifices. La police elle, était pas de cet avis là. Ce que je faisais a toujours été illégal, mais quand j'ai commencé à tuer, et à en plus signer mes meurtres, ils ont pas apprécié. J'ai appris que j'étais recherché quand un flic m'a tiré dessus alors que je voulais l'aider. Du coup je me suis fait plus discret. J'essayais d'être le plus rapide possible, j'agissais exclusivement de nuit, et surtout je limitais mes interventions. J'ai beaucoup moins porté le costume, en 2014. L'apparition du Speed X n'a pas pu changer ça, malgré toute mon envie de remonter à la source de cette saloperie. De toute façon, aussi détestable que me paraisse l'idée, ce n'était pas à moi d'agir sur ce plan-là. J'aurais aimé hein, mais je savais bien qu'à mon échelle tout ce que j'aurais pu accomplir c'et me faire tuer. M'enfin bref, j'ai moins agi l'année dernière. Jusqu'en septembre.


Dernière édition par Damian Clester le Dim 5 Avr - 10:11, édité 36 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Clester
Apprenti Gamma
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 22/02/2015
Age : 23

MessageSujet: Re: Damian Clester - Damoclès? C'est qui ça? [Terminé]   Ven 27 Fév - 13:09


  • Mental :
    Le jour de Bleecker Street, j'étais pas à New York, sinon vous vous doutez bien que j'y serais intervenu. J'assurais la réception et le transport d'un couple de grenouilles dorées, une espèce assez rare, qu'on avait reçu en cadeau du zoo de Philadelphie. Quand j'ai appris ce qui s'était passé, évidement le transport des grenouilles a été reporté, et je suis rentré le plus rapidement possible. Sheila travaille à Manhattan, Brian y étudie, et les lignes était saturées. Il est possible que j'aie pulvérisé le code de la route. Mais ils allaient bien. Tout le monde allait bien. J'ai perdu aucun proche dans l'attentat, ça relève du miracle. Seulement le zoo qui a fermé pendant quelques jours, le temps que le choc retombe et aussi que les animaux se calment. Certains d'entre eux sont très sensibles aux vibrations, et Central Park est pas si loin de l'explosion. Tous les soigneurs ont eu pas mal de boulot ces jours-là.
    Et moi, sur les deux plans. J'ai remis le costume. Bleecker, c'était le truc qui devait pas arriver. A Mutant Town, les agressions anti-mutantes ont redoublé d'intensité. Il fallait bien Damoclès pour améliorer la situation. J'ai recommencé à me battre sur ce front-là. Et de l'autre côté, je menais mes recherches. Je devais trouver les gars qui avaient fait ça. Qu'ils soient mutants ou non n'avait pas la moindre importance. Il était absolument impensable qu'ils s'en sortent juste comme ça. J'aurais pas laissé faire ça. Ces gars ont pas servi la cause mutante, ils ont fait que nous enfoncer encore plus. Nous faire haïr, par tout ceux qui nous craignaient. Si guerre génétique il y a, ces gars là seront en grande partie responsables. Ils devaient payer. Ils devaient faire face aux conséquences, et j'allais m'en assurer, coute que coute. Mais j'ai pataugé dans le vide, j'ai jamais rien trouvé qui ressemble au début d'une piste à suivre. Alors j'ai continué mon boulot de tous les jours, parce que les crimes anti-mutants ne diminuaient pas. Mais j'étais pas le seul à faire du zèle, la police aussi avait pris des mesures pour augmenter la sécurité.
    Le 12 novembre, alors que j'intervenais dans un petit braquage d'épicerie à Harlem, un truc classique, les flics sont arrivés plus vite que prévu. Je me suis enfui par l'escalier de secours d'un immeuble en face, je croyais que j'étais bon, mais un policier m'a rattrapé. J'ai réussi à le désarmer, et très vite on s'est retrouvé à lutter au corps à corps. Le gars était assez fort, il aurait pu m'avoir... Et là, c'est arrivé. J'ai toujours pas compris, c'est juste arrivé... Je l'ai repoussé, fort. Il est passé par dessus la rampe de sécurité... Et il a chuté de quatre étages. Je me suis enfui, une fois de plus, et lui... Il est décédé dans l'ambulance.
    J'ai cherché un peu, par la suite. Officier Stanley Anderson, 36 ans. Il était marié. Lui et son époux, Adam, avaient été parmi les premiers à profiter de la légalisation, en 2011. Il avait aussi une nièce de huit ans, dont il était tuteur depuis le décès de sa soeur. Une famille entière que j'avais bousillé, et au nom de quoi? A ce moment là, j'ai pensé que je valais pas mieux que les types que je combattais. J'avais tué un policier dans l'exercice de ses fonctions, parce que je refusais la prison. J'aurais pu me rendre. Je ne l'ai pas fait. Alors j'ai rangé le costume, je croyais définitivement. J'ai repris ma petite vie d'ex-toxico devenu soigneur animalier, ça devait être ce qui était juste. Et pourtant ça ne le semblait pas. J'avais une sensation de manquer à mes devoirs. L'impression que je ne faisais pas ce que j'étais sensé faire. Chaque fois que j'entendais parler d'un fait divers aux nouvelles, surtout ceux impliquant des mutants, je me disais que j'aurais pu éviter ça, si j'avais été présent. Mais je ne ressortais pas le costume. Et puis, fin décembre, un gars est venu me voir au zoo, il a commencé à me parler. Il m'a dit qu'il savait qui j'étais, et tout le bien que j'avais fait pour la cause. Je sais pas comment il est remonté jusqu'à moi, et je tiens pas à le savoir en fait. Il m'a dit que j'avais fait beaucoup, que j'étais doué et rempli de bonnes intentions, mais qu'il m'arrivait de me tromper de cible. Que mon travail à petite échelle était important, mais qu'il était temps de passer au niveau supérieur, que c'était le meilleur moyen d'atteindre ce que je visais. Et aussi que je manquais d'organisation, de structure et de moyens, et que lui savait m'en procurer. Il a dit aussi qu'il savait pourquoi j'avais arreté, et que c'était vraiment triste mais que je ne devais pas laisser cet évènement me détourner des millions de vies que notre combat pourrait sauver. Et que si lui m'avait tracé, d'autres le feraient tôt ou tard, et que ses amis sauraient me protéger. Je suis pas idiot, je me doutais bien de quels amis il s'agissait, mais j'étais intéressé. Il est revenu, deux fois. La deuxième, il m'a parlé ouvertement de la Confrérie. Ce n'est vraiment pas ce que les médias en disent, vous savez. A écouter les journalistes, elle est peuplée de mutants violents et stupides qui n'ont rien d'autre à faire que leur journée que zigouiller des humains uniquement parce qu'ils sont humains. Ca n'a rien à voir. Ce sont des gens normaux. Des hommes et des femmes, qui font ce qu'ils peuvent pour vivre, pour s'assurer une place dans la société. Des gens qui se battent, oui, mais pour un idéal: celui de pouvoir vivre en paix, d'éviter les massacres. Je ne hais pas les humains Doc', ce serait débile de ma part, pas plus que je n'aime tous les mutants. Deux des criminels que j'ai tué l'étaient, d'ailleurs. Je ne hais pas les humains, non, mais je suis fier d'être mutant. Pas parce que je me considère supérieur, simplement parce que je fais partie d'un mouvement qui va changer la face du monde. Nous faisons partie du futur de cette espèce. Ce n'est pas une opinion, c'est un fait. Tôt ou tard, les mutants seront l'espèce majoritaire. Simplement car c'est ainsi que fonctionne l'évolution. On n'a pas pour but de dominer les humains, malgré ce que les gens peuvent croire. On a pour but de faire en sorte que cette transition se fasse le plus naturellement possible. Sans guerre, sans effusion de sang, d'un côté comme de l'autre. Sans génocide. Les humains qui craignent les mutants sont tout autant dans l'erreur que les mutants qui méprisent les humains, et les deux sont à combattre. C'est ce que nous faisons, ce pour quoi nous luttons. C'est pour ça que j'ai ressuiscité Damoclès, c'est pour ça que j'ai rejoint la Confrérie. Parce qu'il faut agir, si on veut éviter la montée de violence qui mènera au massacre.

    -...
    -Vous me jugez, Doc.
    -J'avais parlé de progrès, je ne m'étais jamais autant trompé. Vous avez réussi à me cacher ça pendant trois ans, mais vous êtes un criminel, Damian. Et vous vous prenez pour un super-héros.
    -Un super-héros? Non. Pas du tout. Un justicier, oui. Je ne prétends pas que ce que je fais est bien, je sais bien à quoi j'ai du recourir. Mais je fais ce qui est juste. Ce qui doit être fait. Qui le ferait, sinon?
    -Vous n'êtes pas rationnel, vous nagez en plein délire. La mort de cet agent aurait pu vous en sortir, seulement vous avez replongé dedans à pieds joints à la première occasion.
    -Ouais. J'aurais pas du vous en parler. Je vais y aller.
    -Asseyez-vous Damian, la scéance n'est pas terminée. Vos proches sont-ils au courant?
    -Seulement mon frère. Il a trouvé le costume un jour, après avoir entendu parler de Damoclès dans les faits divers. Il est pas con, il a su assembler ça et le fait qu'il trouvait souvent ma chambre vide le soir. Il a pas aimé, il a essayé de me convaincre d'arrêter, mais je crois qu'au fond il savait que j'agissais correctement. Quand j'ai accepté de rejoindre la Confrérie, je lui ai parlé. Il était pas fan de l'idée, mais j'ai su le convaincre. Il m'a suivi. C'est un idéaliste, je le sais, même s'il prétendait faire ça uniquement pour s'assurer que je fasse pas trop de conneries.
    -Vous n'avez pas peur? Pour vous-même, pour votre famille?
    -Bien sur que si. Chaque fois que Damoclès sort, je suis terrifié. Je ne suis jamais sur de rentrer à la maison. Jamais sur que ça ne se répercutera pas sur les gens que j'aime. Je sais très bien ce que je risque. Mais c'est un risque nécessaire. Et depuis qu'on m'a piégé, j'ai appris à prendre toutes les précautions possibles.
    -Toutes les précautions? Un chien peut remonter jusqu'à vous!
    -C'est pour ça que je ne rentre jamais tout de suite. Je me trouve un endroit tranquile où rester quelques heures. Je crée des fausses pistes, en produisant de la Trace en énormes quantités à certains endroits pour brouiller les perceptions. J'évite autant que possible les caméras, et quand je n'ai pas le choix je m'arrange toujours à ce qu'elle me prenne de dos, malgré mon masque. Je suis extrèmement prudent, Doc'. Et oui, malgré ça ce gars m'a tracé.
    -Et Damoclès, pour Damian Clester, ça fait partie de toutes les précautions, aussi?
    -Justement, qui se dirait que Damoclès est lié à un nom?
    -Si j'entendais que Damoclès est un grand gaillard de presque deux mètres avec des dreadlocks, je pourrais peut-être faire le lien. Mais soit. Dans tous les cas, pourquoi tant de risques? Il y a d'autres moyens d'agir, à la lumière. D'autres groupes qui tentent d'améliorer les choses, légalement.
    -Et qui? Xavier? Il poursuit un bel idéal, mais c'est justement un idéal. Il est plus que naïf, il est idiot s'il croit vraiment pouvoir changer les choses à coup de beaux discours. Quant à ses petits hommes de main, ils sont soit aussi aveugles que lui, soit carrément malhonnêtes. Est-ce qu'ils tentent réellement d'aider, ou est ce qu'ils profitent de la situation pour s'attirer ce qu'ils peuvent de célébrité? J'en suis pas sur. Ils se battent pour la bonne cause, mais certainement pas de la bonne manière. Est-ce que moi je me pointe dans un talk-show pour parler mon enfance, comme si j'étais une starlette hollywoodienne? Non, je ne le ferai pas, parce que mon but n'est pas de me faire connaitre, mais de faire connaitre mon combat. Le fait de rendre Damoclès célèbre dans certains milieux était simplement le meilleur moyen que j'ai trouvé de le faire. Le fait de le faire apparaitre devant les foules pourrait avoir un intérêt, mais pas celui de parler de ma vie personnelle.
    -Et le BAM?
    -Quoi le BAM? Ils font un bon boulot, c'est sur, mais ce n'est pas lié à ce pour quoi moi je me bats. Ce que fait le BAM est simplement ce dont devrait s'occuper la NYPD si elle n'était pas ouvertement anti-mutante, c'est tout. C'est assez dommage, d'ailleurs. Donc leur présence suffit pas à rendre la notre inutile. En plus pour tout vous dire, à l'époque où je faisais le même boulot qu'eux, je les ai pas beaucoup vus sur le terrain. Mais je veux bien leur laisser le bénéfice du doute, ils étaient peut-être toujours occupés sur d'autres cas plus urgents, sait-on? Peu importe, ce qu'ils font est important, je peux pas le nier. Juste, on n'agit pas sur le même plan actuellement, c'est aussi simple que ça. Ce qui m'empêche pas de les respecter, même s'ils se trompent sérieusement en tentant de nous stopper. On poursuit tous le même but, à notre façon propre, et j'ai l'impression que la Confrérie est la seule à comprendre que nous ne sommes pas ennemis. Après, de là à travailler main dans la main avec eux... C'est une autre histoire. Suffit de voir leur histoire de Cube. Une prison pour mutants... Quelle connerie. Je dis pas, y a des criminels dangereux parmi les mutants, tout comme il y en a parmi les humains. Et dans tous les cas il faut s'assurer qu'ils ne puissent pas nuire, forcément ça nécessite une plus grande sécurité dans certains cas. Mais de là à créer une prison spéciale pour enfermer tous les mutants, peu importe le crime dont ils se sont rendus coupables ou même leur niveau de puissance... Je veux pas dire, mais ça frise légèrement le racisme. Et je suis pas le seul à penser ça.
    -Le Cube et les risques physiques vous font peur, à juste titre, mais pour votre addiction? Vous n'avez pas peur de replonger, en vous approchant à nouveau de ce genre de milieux?
    -Pas vraiment. Je les ai vus de l'intérieur, c'est pas beau à voir. Alors je dois dire que le fait de leur taper dessus me donne pas du tout envie de redevenir ce genre de déchet. Au contraire, ça m'aide. Y a rien de pire que la routine pour la sobriété, Doc. Vous le savez mieux que moi.
    -Que puis-je vous dire? Je n'approuve pas ce que vous faites, Damian, mais c'est votre vie. Apparement vous pratiquez ces activités depuis près de trois ans, et ça a l'air de vous avoir réussi. Dans dix jours seulement vous fêterez vos cinq ans de sobriété.
    -C'est vrai, ça. Cinq ans... C'est incroyable, quand je suis venu ici la toute première fois je n'aurais jamais cru pouvoir être clean aussi longtemps. Et c'est uniquement grâce à vous.
    -Vous savez bien que c'est faux. Que diriez vous, à cette occasion, de venir au centre? Discuter un peu avec nos pensionnaires actuels, leur raconter votre parcours... En ommettant certains détails, évidement.
    -Ca va, je suis pas stupide Doc', je comptais pas parler de mes crimes à une assemblée de junkies... Ca me ferait plaisir, oui. Je me souviens, lorsque moi j'y étais, un type était venu nous expliquer comment il était devenu bussinessman, après la désintox. Ca semblait un peu irréel, un peu faux, mais mine de rien ça redonne de l'espoir.


Histoire :
 
 

  • Talents Particuliers :
    -Bonjour Doc'!
    -J'ai fait mes petites recherches sur Damoclès. Bon, j'ai du bien chercher, parce qu'apparement vous n'êtes pas aussi connu que vous semblez le croire, mais ça n'a pas d'importance. Je suis tombé sur quelques articles de faits divers, et un bref reportage TV avec un enregistrement de sécurité vous montrant. Vous êtes plutôt efficace.
    -Mouais, il y en a eu plus qu'un des reportages, ils sont peut-être pas tous en ligne. Disons que je me débrouille. J'ai fait de l'aikido, de mes onze ans à mes dix-neuf ans, une fois ou deux fois par semaine. C'était gentillet, mais ça m'a tout de même bien avancé, niveau combat. Les années qui ont suivi, pas besoin de vous dire que j'ai un peu abandonné... J'ai repris après ma désintox, autour de quatre fois par semaine. Y a même une période où j'y allais tous les soirs, sauf le jeudi évidement, puisque j'étais ici. Ca me permettait de faire quelque chose de mes mains, de rester concentré sur autre chose que l'idée d'un fix. Ca m'a sans doute beaucoup aidé à ne pas replonger dès ma sortie, et puis j'ai très vite développé un niveau assez élevé. J'ai appris aussi à me battre au bo, c'est un long bâton utilisé à la base par les paysans pour se défendre. Je sais utiliser d'autres armes aussi, typiques de l'aikido, comme le jo ou le bokken, mais le bo c'est vraiment ce que je préfère.
    -Je savais que vous vous entrainiez énormément, mais pas à quoi ça allait vous servir. Vous êtes à quel niveau, actuellement?
    -Je vais bientôt passer le test pour mon deuxième dan, ça devrait aller sans problème. Sans vouloir me vanter, je suis clairement au dessus de la plupart des combattants normalement entrainés -je parle de civils évidement. Disons qu'à mains nues, j'aurais pas trop de problèmes face à trois-quatre adversaires qui ont une petite expérience du corps à corps, même s'ils ont une force équivalente à la mienne -ce qui est déjà pas facile à atteindre, j'vous l'accorde. Face à des gars armés, je sais gérer aussi, les techniques de désarmement je maîtrise. Et avec mon bo, cinq, six adversaires me résistent pas. En toute modestie. C'est la vie, y a des gens doués, c'est comme ça. Après je suis pas imbatable, y a quelques personnes au dojo qui me défoncent en trois mouvements. Donc ça dépend de l'entrainement de la personne en face de moi. Mais ma vraie force, celle qui m'a maintenu en vie malgré mes conneries, c'est que je connais mes limites, et que j'évite les excès d'orgueil dans les mauvaises situations. Donc généralement je sais me rendre compte quand il est temps que je file la queue entre les jambes.
    -Hm. Vous en avez beaucoup, des talents cachés de ce genre?
    -Euh, à part mes quelques connaissances de la rue, pas vraiment. C'est surtout connaitre les différents prix en cours, savoir vers qui se tourner quand on cherche des informations ou des produits, savoir facilement reconnaitre les dealeurs à leur comportement... Des connaissances un peu plus "actives" aussi, crocheter des serrures ordinaires aussi, m'enfin là j'ai la théorie plus que la pratique. Le cambriolage, c'est clairement pas mon domaine. Dans un registre complètement différent, j'en sais énormément sur les reptiles, en particulier les serpents. C'est ce qu'on obtient en s'occupant d'eux pendant trois ans. Je saurais vous citer tous les reptiles dangereux vivant aux Etats-Unis, ou presque. Ou encore, en voyant un serpent, reconnaitre son espèce, et vous donner ses principales caractéristiques. Ce genre de trucs. Pas pour tous les reptiles quand même, plutôt pour les espèces communes. Je suis pas un expert non plus. Ah, et puis je suis un dieu au volant, même si Brian refuse de l'admettre.
    -Dieu du volant? Vous conduisez correctement, on ne va rien exagérer. Vous êtes attaché à votre voiture?



       
  • Possessions :
    -Bah, c'est une vieille Fiat Ulysse de '96.  Une belle couleur bleu-gris sale, un accélérateur qui se coince dès qu'il gèle la nuit, ce genre de conneries. Elle nous fait tout plein de problèmes, mais c'est vrai que j'y suis un peu attaché quand même. On l'a reçu pour nos seize ans avec Brian. Sinon pour tous les jours j'utilise ma moto, une honda noire de 500cc. Je l'ai un peu trafiqué, les plaques d'immatriculation sont clipsables, ça permet de les enlever et les remettre facilement quand je sors Damoclès.
    -Je ne relèverai pas cette dernière partie. Vous vivez avec votre frère?
    -Ouais, on partage un trois pièces à Brooklyn, qu'on a pu racheter y a quelques années à une tante de ma mère, pour trois fois rien. A la base il a emménagé quand je sortais de désintox, pour s'assurer que je faisais pas de conneries. Puis il est resté, parce que quand il a recommencé ses études j'ai du un peu l'aider financièrement.
    -Et vous y êtes à l'aise?
    -C'est un chouette appart. Il est juste un peu serré, et mes terrariums arrangent pas ce problème là. J'en ai plusieurs, qui contiennent un caméleon, un couple de couleuvres, un python royal albinos et mon chouchou, un python vert arboricole. Y en a deux dans le couloir, un dans ma chambre et un dans le salon. Brian se plaint qu'ils prennent trop de place, mais je sais qu'au fond il les aime bien.
    -C'est assez surprenant, dans un appartement tout de même.
    -Et encore, ça c'est sans mon armoire secrète, dans laquelle je garde le costume de Damoclès. Comme je vous l'ai dit, ça consiste en un hakama -que je peux remplacer par un pantalon militaire plein de poches si le besoin se fait sentir, une tunique à manches longue et capuche pour cacher mes dreads, des gants en cuir, un gilet pare-balle, évidement acheté au maché noir, des bottes serrées et un demi-masque qui couvre le bas du visage. Le tout en noir, pour un minimum de discrétion quand même. Et puis, mes armes aussi. Je possède six batons bo, tous différents. Mon fétiche, c'est un baton d'1m90 assez rigide, en chêne blanc finement orné d'acier noir. Une vraie oeuvre d'art, je l'ai reçu en cadeau quand j'ai fait mon premier dan. Celui que j'utilise quand je sors, c'est un baton télescopique en titane, qui a à peu près les mêmes propriétés, sauf que forcément il est un peu moins solide. Quand il est replié, il fait un peu moins de soixante centimètres. J'ai aussi un set d'aikido avec un jo, un bokken et une paire de tantos, mais ceux là n'ont rien de remarquable.
    -Et du point de vue financier, tout se passe bien?
    -On gère. Jusqu'à présent je recevais dans les 1400$ par mois, et comme on est propriétaires de l'appart, aucun problème. A partir du mois prochain je vais passer en mi-temps, à cause de mes activités externes. Donc je tombe à un peu plus de 700$. Avec les petites sommes que rapporte Brian avec sa bourse d'études et son travail du week-end, plus le fait qu'on peut manger tous frais payés à la Confrérie, on saura s'en sortir. On roule pas sur l'or, mais c'est pas comme si on n'avait pas l'habitude.


  • Biographie :
    Extrait de l'intervention du 3 fevrier 2015 au Phoenix House, New York City
    -Merci d'être venu, Damian.
    -C'est normal. Bon, bah bonsoir à tous déjà. C'est... C'est un peu particulier de venir ici, parce que j'étais à votre place, il n'y a pas si longtemps. Je m'appelle Damian, et je suis un toxico en rémission, tout comme vous dans quelques mois, j'en suis sur. Je vais déjà le dire, je suis également un mutant. J'ai pas l'habitude de le gueuler sur tous les toits, mais dans mon cas les deux sont liés. Enfin bref, on m'a demandé de parler de mon parcours, de comment j'ai sombré dans la drogue et de comment j'en suis sorti, donc autant commencer par le début.
    Je suis né au New York Downtown Hospital, dans la nuit du 12 octobre 1986, un peu plus de trente minutes après mon frère, Brian. Nous sommes arrivés dans une petite maison deux étages à Jersey Town, dans une famille... Intéressante, disons. Il y avait notre mère, Anne, qui à l'époque était encore une belle et svelte jeune femme malgré ses trente-cinq ans bien sonnés, notre grande soeur, Sheila, treize ans à ce moment là, et... C'est tout. Le paternel, un grand monsieur du nom de Daniel, comme on l'a appris plus tard, on l'a jamais connu. Ouais je sais, c'est ultra-cliché, mais c'est comme ça. Ce qu'il y a, c'est que quand Brian et moi on avait trois semaines, j'ai choppé une infection des bronches, un truc bien sympathique. Donc en plus de me soigner, on m'a passé des scanners, qui ont révélé le fait que j'avais des organes en trop. Tout de suite, ça laissait pas beaucoup de doutes sur ma nature, et du coup sur celle de Brian non plus. Non, parce que génétiquement, si l'un des jumeaux est mutant... 'Fin bref, donc Daniel voulait pas trop avoir deux mutants pour gosses, donc il s'est barré. Vous voyez, le gars bien responsable quoi. Pour finir je l'ai jamais rencontré. On a eu l'occasion, plus d'une fois, je sais même où il habite, mais vous voulez que j'aille lui dire quoi?
    Ma mère, ben ça l'a bousillée. A croire qu'elle l'aimait vraiment ce con, et qu'elle se rendait compte pour la première fois en quinze ans du genre de gars que c'était. Elle a fait une dépression, dont elle est jamais vraiment ressortie. Elle a tout noyé dans la bouffe, elle faisait pas grand chose d'autre que de rester devant la TV à engloutir tout ce qui passait à sa portée... Un peu avant ses soixante ans, elle pesait dans les cent-nonante kilos. Du haut de son mètre septante, ouais. Sans une seule crise cardiaque, me demandez même pas comment c'est possible physiquement.
    Bref, une bonne partie de mon enfance a consisté à m'occuper de ma mère. Et la majorité de l'adolescence de ma soeur a consisté à jouer la maman pour nous, à nourrir ma mère, faire les courses, le ménage, en gros elle faisait absolument tout ce qui incombait normalement aux parents. Au bout d'un moment elle a du commencer à aider maman à aller aux toilettes, à la laver... Tu parles d'une vie pour une adolescente de quinze ans. Et après ça elle a encore réussi à pondre quatre marmots, ça je le comprendrai jamais.
    En gros, c'était pas super agréable à la maison. En plus de ça on manquait d'argent, puisque ma mère avait arrêté de travailler, on vivait uniquement sur les charges. C'est vrai qu'on avait un peu d'aide de notre parrain, Jonathan Rivers. C'était un vieil ami de Daniel, qui avait décidé de s'occuper de nous. Sheila prétend qu'à la base il était surtout intéressé par maman, ça j'en sais rien. En tout cas si c'était le cas ça devait être uniquement la première année, éventuellement la deuxième, avant qu'elle n'atteigne l'obésité morbide. A vrai dire, je m'en fous un peu de ce qu'il avait derrière la tête. A l'époque Jonathan était directeur marketting du zoo de Central Park, et sa femme était décédée deux ans plus tôt d'une maladie, le laissant père célibataire d'un garçon de cinq ans notre aîné. Il avait ses propres histoires à gérer, et malgré ça il nous a énormément aidé.
    Donc je me souviens très peu des premières années, forcément. L'une des premières scènes que j'ai en mémoire, c'était quand j'avais quatre ans je crois. Sheila nous avait emmenés faire les courses avec elle, on était tout fiers d'aider comme des grands. Et puis y a un type avec un chien qui est passé près de nous. J'ai aucun souvenir du gars, mais le chien oui. Un gros rottweiler noir, un truc plus grand que moi et qui pesait probablement cinq fois mon poids. Il semblait gigantesque, j'avais l'impression qu'il pouvait m'engloutir en entier d'un seul coup de machoire... Et en passant à côté de moi, il a pété les plombs. Il m'a sauté dessus en aboyant comme s'il avait vu un démon, ou je sais pas trop quoi. Il m'aurait sans doute vraiment tué si le gars avait pas eu le réflexe de tirer la chaine à temps. Je peux vous le dire, j'ai été dans des situations bien plus dangereuses, mais ce jour là j'ai eu la peur de ma vie. Et je suis tombé sur le cul avant d'avoir pu avoir la moindre réaction, et avant que ma soeur n'ait le temps de me prendre dans ses bras. Le gars a commencé à s'excuser, puis il m'a regardé quelques instants, et il s'est barré en tirant son chien qui continuait à vouloir me manger. Il m'a fallu quelques secondes pour me rendre compte qu'en fait tous les passants de la rue avaient les yeux braqués sur moi. Brian me regardait d'un air con en se grattant le nez et Sheila m'adressait un sourire triste avant de me serrer encore plus fort. Puis j'ai remarqué que je voyais tout en jaune, comme à travers une sorte de filtre, ce qui était pas vraiment normal. Il m'a fallu de longues secondes avant de réaliser que l'espèce de vapeur jaune qui m'englobait venait de moi. Là, ben j'ai paniqué forcément, je me suis même mis à chialer. Il a fallu qu'elle me réconforte pendant plusieurs minutes avant que je parvienne à me calmer et que la vapeur disparaisse. Après ça on est rentrés direct. Elle a essayé de nous expliquer assez simplement ce qu'était un mutant. Faut dire qu'on a pas compris grand chose. J'ai juste retenu que si ça arrivait à nouveau je devais pas avoir peur, simplement me mettre dans un coin, respirer profodément et me calmer. C'est ce que j'ai fait les fois suivantes, et ça a presque toujours marché.
    Du coup, mis à part le fait que de temps en temps je me transformais en Super Sayien sans le vouloir, on a un peu oublié le sujet de la mutation pendant quelques années.
    Un peu après son dix-huitième anniversaire, Sheila a obtenu son diplôme. Je l'ai appris plus tard, mais ça a été une période très dure pour elle. Tous ses amis avaient été acceptés dans les collèges de leur choix, et elle n'avait même pas posé sa canditature. Au lieu de ça, elle avait du négocier avec son patron à la supérette pour qu'il lui donne un temps plein. Il fallait bien qu'elle nourisse sa famille, et de toute façon elle ne pouvait pas se permettre une université.
    L'ambiance était très lourde chez nous, et nous on continuait à grandir. J'ai commencé à ne plus supporter cette maison, après l'école je prenais toujours le plus long chemin possible pour ne pas devoir rentrer directement. A onze ans, j'ai supplié Sheila de me payer des cours d'aikido. L'un de mes plus proches amis en faisait, et ça représentait deux soirs par semaine que je pouvais passer dehors. Elle a eu un peu de mal, mais elle a accepté, quitte à se serrer la ceinture. Finalement c'est Jonathan qui a financé mes cours. J'adorais ça, ça me défoulait, ça me libérait d'une certaine façon. Je suis devenu très bon d'ailleurs. J'ai voulu faire des championnats junior, mais on m'en a dissuadé, rapport au fait que je risquais de tourner au jaune à chaque coup que je me prenais. Du coup, j'ai simplement continué les entrainements, sans plus. C'était dommage, à l'époque je rêvais de passer pro.
    Les choses ont continué de cette façon-là. Je sortais de plus en plus souvent, pour éviter le calvaire de la maison. A quatorze ans, j'étais dehors presque tous les soirs, soit à me balader dans les rues, soit chez un ami, soit au dojo. Il s'est passé beaucoup de choses cette année-là. J'ai eu ma première copine, Lizzie, avec qui j'ai eu ma première fois au bout de trois ou quatre mois -d'ailleurs elle m'a quitté juste après, j'imagine que voir son petit ami qu'on pensait humain englobé d'une aura brillante au moment de l'orgasme c'est pas ce qu'il y a de mieux dans la vie. Je lui ai quand même fait promettre de ne le dire à personne, et étonament elle a tenu cette promesse. J'ai réussi à me faire engager dans un videostore, où je bossais le samedi, ça permettait d'aider un peu à la maison et de me sentir utile. Sheila, elle avait mon âge à l'époque, elle est tombée enceinte de son mec, Seth. Un médecin, vous imaginez. Elle nous l'a annoncé à un diner de famille, ils allaient se marier, et elle allait emménager chez lui. Je lui en ai voulu à ce moment là, parce qu'elle nous laissait seuls avec la vieille folle, mais je comprenais très bien qu'elle devait partir fonder sa propre famille. Maman avait déjà gaché une assez grande partie de sa vie. Maman aussi elle a gueulé, d'ailleurs. Que c'était innacceptable qu'elle s'en aille de cette façon, qu'elle nous abandonnait, qu'elle  la laissait pour morte... “Après tout ce que j'ai fait pour toi” qu'elle a dit. J'ai failli m'étouffer sur ma patate en entendant ça. Ma soeur s'est énervée, et ça a gueulé. La plus grosse dispute familiale que j'ai vu de ma vie. C'était presque burlesque. Sheila les larmes au yeux envoyant ses quatres vérités à la gueule de ma mère, qui rétorquait bruyament en agitant une cuisse de poulet qui balançait du gras sur la table. Seth qui savait plus où se mettre, le pauvre il était mal tombé avec notre famille. Et Brian, Brian qui vivait super mal toute la scène, j'ai cru qu'il allait se barrer en courant. J'ai craqué. J'ai tapé sur la table en criant à tout le monde de la fermer. Mon frère et moi on dépassait déjà la daronne en taille à l'époque, ça allait faire sont petit effet. Ben, ça en a eu un, mais c'était pas l'effet escompté. Tout autour de moi est devenu jaune. Les fruits dans la corbeille ont pourri, et les fleurs à côté ont fanné au point de littéralement se décomposer. Bon, ça a eu le mérite de stopper la dispute. Pour la peine, c'est moi qui me suis enfui, après avoir mis quelques secondes à réaliser que j'avais provoqué ça. J'avais déjà accepté le fait d'être un mutant -même si quelques mois plus tôt ma mère dans son infinie subtilité avait laissé échappé que c'était ma faute si le paternel avait mis les voiles. Mais ça... Ca m'a terrifié, c'était bien trop brutal. Encore une fois, c'est Sheila qui est venue m'aider. Elle a toujours su comment me rassurer.
    Le lendemain, c'était un samedi, elle m'a réveillé à huit heures, en m'annonçant avec un grand sourire qu'on allait découvrir comment fonctionnait ma mutation. Et le pire, c'est qu'on l'a fait. Après qu'elle m'ait amené un tas d'objets variés en me demandant de me concentrer pour refaire ce que j'avais fait la veille, et après pas mal d'essais infructueux, on a fini par établir que je vieillissais les objets au contact. C'était assez effrayant comme pouvoir. Ca fonctionnait sur les fleurs et les fruits, de là à imaginer pour d'autres êtres vivants... Un pouvoir qui consistait à raccourcir la vie, je n'en voulais pas. Et puis, il est arrivé un truc. J'avais en main une vieille pomme que j'avais déjà noirci, et Sheila m'a pris dans ses bras pour m'apaiser, parce qu'elle voyait bien qu j'étais pas à l'aise. Et d'un coup, la pomme a commencé à... Bah, à rajeunir en fait. Elle est redevenue bien ronde, bien rouge et brillante, on aurait pu la vendre au marché. Et quand j'ai décidé de croquer dedans... J'avais l'impression qu'elle venait d'être cueillie. Ca c'était autre chose. Mon pouvoir, c'était le jeunesse et la vieillesse, la vie et la mort. C'était impressionnant, et assez beau. Et tellement grisant.
    Les trois semaines suivantes, je les ai passées à apprendre à maitriser mes capacités, dans un sens comme dans l'autre. J'ai appris à activer la vapeur jaune à volonté, puis à l'insufler dans l'objet que je voulais modifier. Je le gérais pas vraiment bien, mais je savais le faire, et ça c'était classe. Pour la première fois de ma vie j'étais fier d'être un mutant, j'avais l'impression d'avoir un don, pas seulement un sorte de malédiction étrange qui se limitait à briller dans le noir dès que je paniquais.
    J'en ai pas parlé à Brian tout de suite.Il m'en voulait d'être un mutant à la base, parce qu'on lui avait expliqué que ça signifiait probablement qu'il l'était aussi, et ça ça lui faisait peur. Il l'avait d'autant plus mal pris quand il avait appris la raison du départ de Daniel, il avait même refusé de m'adresser la parole durant toute une période. Du coup il m'a fallu pas mal de temps pour arriver à lui montrer ce que je savais faire, et finalement ça c'est mieux passé que ce que j'attendais.
    Puis y a eu le mariage, un peu après notre quinzième anniversaire. Autant on avait appris à un peu se priver toute notre vie, autant ce jour là c'était l'abondance. Le famille de Seth a payé un grosse partie. Ils voulaient en faire un évènement inoubliable. On a même réussi, avec énormément de diplomacie, à faire venir ma mère, si je me trompe pas c'était la première fois en plus de dix ans qu'elle sortait de la maison.  On aurait du l'y laisser. Les gens avaient plus souvent le regard braqué sur elle que sur les mariés, ça m'a vraiment donné envie de gerber. J'ai passé toute la fête le plus loin possible d'elle, j'en pouvais vraiment plus d'entendre les murmures des invités lorsqu'ils la regardaient. Du coup je me suis assis au repas à une table où j'étais pas prévu, à côté d'un garçon qui avait deux ou trois ans de plus que moi. J'ai commencé à discuter avec lui, j'ai appris qu'il s'appelait James, c'était l'un des cousins de Seth. Il était tellement cool, James. Il avait dix-sept ans, il en était déjà à sa dernière année d'école. Il était intelligent, drôle, charismatique, il avait des sujets de conversation super intéressants... Et oui, il était beau. Avec ses cheveux bouclés noirs et son sourire arrogant... Bah, j'aurais jamais pu l'admettre à l'époque, mais j'étais clairement tombé amoureux de ce mec. J'ai passé le reste de la soirée à discuter avec lui, je crois que je l'ai pas mal collé, jusqu'à ce qu'il doive partir et qu'une brune arrive le chercher en voiture. Et qu'ils s'embrassent. A ce moment là, j'ai pas compris, ou plutôt j'ai refusé de comprendre, pourquoi ça m'affectait à ce point. Mais ça m'a affecté. J'étais d'un coup d'une humeur exécrable. Je me suis sifflé trois coupes de champagne, rebelle que j'étais, puis je me suis barré pour passer la nuit chez mon meilleur ami de l'époque, Clyde. Meilleur ami qui à l'époque n'était même pas au courant de ma mutation, mais soit.
    Quand je suis rentré chez moi le lendemain, ils étaient en train de charger les affaires de ma soeur dans la voiture de Seth. Ils m'ont lancé un regard, mais ils ne m'ont même pas demandé où j'étais. Faut dire que c'était pas la première fois que je disparaissais pour quelques heures sans prévenir. Juste ma soeur qui a compris que quelque chose n'allait pas, et qui est venue me parler après. J'ai fini par lui raconter. Elle a pas dit grand chose, mais ça m'a surtout permi de tirer les choses au clair avec moi-même. Mon tout premier psy, ma soeur.
    Je les ai aidé pour le déménagement, et je les ai supplié de me prendre avec eux, évidement c'était ridicule. Malgré ça les mois suivants j'ai passé plus de temps chez eux qu'à la maison. Je les aidais avec les tâches ménagères, parce que Seth travaillait beaucoup, et que Sheila se fatiguait vite, avec son ventre. Et surtout, j'évitais la maison, parce que ma mère devenait de plus en plus insupportable depuis qu'on habitait qu'à trois.
    Puis, en mai 2002, Brian et moi on est devenus tontons. Une jolie petite poupette nommée Thea. Ca a encore mené à une explosion entre ma soeur et la daronne, qui lui reprochait de vouloir l'éloigner de sa petite-fille. “Cette enfant ne connaitra jamais sa grand-mère, c'est bien ça que tu veux”, ce genre de conneries. Ma mère a toujours été une drama-queen, et ça a toujours saoulé ma soeur. Mais ça a été particulièrement violent, cette fois là. Au point que Sheila l'a déclaré complètement folle et a pris la décision qui a tout changé pour nous.
    On a revendu la maison, et l'argent qu'on a récupéré a permis de payer le centre de soin dans lequel on l'a placée. Une sorte de  maison de retraite, réservée aux gens un peu plus jeunes mais incapables de s'occuper d'eux-mêmes.  Evidement la madre était pas d'accord. Elle s'était mise dans cette situation d'elle-même et on en patissait tout autant, mais d'un côté je pouvais la comprendre. Moi-même j'aurais pas apprécié l'idée de me retrouver dans un centre d'aide en entrant dans la cinquantaine - si j'avais su que j'en arriverai au même point moins de dix ans plus tard... Il a fallu recourrir à un avis de médecin et une décision de juge pour l'y envoyer, après quoi Seth et Sheila sont devenus nos tuteurs. C'est triste à dire, mais je n'avais jamais été aussi heureux de ma situation familliale. Pendant assez longtemps, je n'ai même pas rendu visite à ma mère. Je voulais pas la voir. Je trouvais toujours des excuses, toutes plus mauvaises les unes que les autres, dès qu'il s'agissait de se rendre au centre. Je reportais toujours. La première fois que j'y suis allé, c'était un peu plus de quatre mois plus tard, pas loin de notre seizième anniversaire. J'ai pas alligné deux phrases complètes, je crois. Elle, elle a pas arrêté de se plaindre d'une des aides soignantes qui soit-disant lui piquait des trucs. Elle perdait complètement la boule, en fait. J'ai prétexté un devoir à rendre pour le lendamain, et je me suis barré au bout d'une demi-heure, peut-être un peu moins.
    Cette période là, ça a été la première pour nous où on se débrouillait, financièrement. Même s'ils avaient un enfant, que Sheila est très vite retombée enceinte, et qu'il fallait payer le foyer de ma mère, on s'en sortait. Seth recevait un salaire plus que correct, Brian et moi on travaillait le weekend, ce qui suffisait à couvrir nos dépenses personnelles et nos repas de midi, et on avait toujours l'argent de la maison.
    Puis on a eu seize ans. Jonathan nous a offert son minivan, il avait déjà six ans mais c'était le meilleur cadeau qu'on ait jamais reçu. Puis, on a loué une salle et invité tout un tas de gens. Grosse fête, vous connaissez la tradition. A un moment de la soirée, on avait déjà bien bu, Clyde m'a entrainé dans un coin, en me disant que je devais voir mon cadeau d'anniversaire. Il m'a présenté à plusieurs gars que je connaissais pas, dont un certain Andrew. Ils étaient occupés avec une espèce de poudre blanche. J'ai cru à de la cocaïne, mais c'était “juste” du Speed. J'avais déjà fumé, plus d'une fois, mais ça a été ma première expérience avec les drogues dures. Je dois l'admettre, j'ai pas été très dur à convaincre. Il a suffi qu'ils m'en proposent, pour que je me fasse deux rails. Besoin de me sentir grand, ou de m'échapper, je sais pas trop à vrai dire. Je sais que j'en avais envie, et qu'après en avoir pris je l'ai pas regretté. Une sensation incroyable de puissance, de liberté. Une sensation que malheureusement vous connaissez tous, d'une façon ou d'une autre.
    J'ai commencé à fréquenter cette bande de plus en plus souvent. Alcool, amphets, extas, acides... En quelques mois j'ai gouté à énormément de choses. Je me suis fait virer du videostore, après être arrivé une ou deux fois au boulot encore sous influence de la veille. Je ne l'ai dit à personne, j'ai du trouver d'autres moyens de faire de l'argent. J'ai réussi à monter une ou deux arnaques. Pas très compliqué, vous vous dégottez dans un marché aux puces des objets à l'air un peu ancien. Vous les vieillissez d'une centaine d'années, voire deux. Vous le ramenez chez un antiquaire, prétextant avoir trouvé ça dans le grenier d'une grand-mère qui vient de décéder. Jackpot. Et puis il n'y avait pas que ça. J'ai trouvé des moyens de faire de l'argent de façon moins... mutante.
    A une des soirées, j'ai rencontré Blue. J'ai jamais appris son vrai nom, au final. C'était un grossiste. Il avait besoin de fournisseurs, et moi j'avais besoin d'un job. J'ai commencé petit. De l'herbe, des champignons. Rien de bien grave, je me disais. Je suis très vite parvenu à développer un bon réseau de clients, surtout parmi les élèves de l'école. J'ai aussi pas mal vendu à Mutant Town, ça ça marchait bien tant qu'on empiétait pas sur le territoire d'autres dealeurs. Ca m'a causé quelques problèmes d'ailleurs, je me suis même fait planter une fois. Mais j'ai réussi à jamais me faire chopper, avec le recul j'arrive même pas à comprendre comment.
    J'ai gouté à beaucoup de choses cette année-là, et entre autres à Andrew. Il y avait depuis un moment une espèce de tension étrange entre nous. Une nuit, on était chez lui, c'était en fin de soirée. Tout le monde était parti, sauf Clyde qui avait un peu éxagéré avec certaines substances, et moi qui le gérais et qui avais demandé à Andrew de nous laisser dormir là, du coup. Parce que malgré toutes mes conneries il y en a une que je n'ai jamais fait, c'est conduire sous influence. On a foutu Clyde dans le lit double, il s'est endormi instantanément. Nous on s'est assis à côté de lui, et on a discuté pendant plusieurs heures. On était toujours défoncés, je vous laisse imaginer les conversations philosophiques qu'on a pu avoir. Au bout d'un moment, je sais même pas comment c'est arrivé, on s'est embrassés. L'instant d'après on était nus. On a fait l'amour là, dans le lit, avec mon meilleur ami qui comattait à moins de cinquante centimètres de nous.
    Puis ça a continué comme ça. En soirée, à un moment donné Andrew et moi on disparaissait pour une heure ou deux, généralement personne s'en rendait compte. Il n'y avait rien d'officiel, on s'amusait, tout simplement. On était pas vraiment ensemble, pas vraiment célibataires non plus. C'était des moments d'insouciance comme ça qui me rendaient heureux. Et puis personne n'était au courant, et la perspective de se faire attrapper avait quelque chose de vraiment excitant. Ca a duré près de six mois. Un jour je l'ai vu flirter avec d'autres gars en boite, ça m'a blessé. Je pouvais pas lui en vouloir, puisqu'on était pas vraiment en couple. Mais malgré tout je l'ai mal vécu. Je suis rentré chez moi, les larmes aux yeux. C'est Sheila qui est venue me voir, une fois de plus. Là, je lui ai tout déballé. Les soirées, la drogue, Andrew. Ce qu'on faisait, ce que je ressentais pour lui, la façon dont je me sentais lorsque j'étais près de lui, et quand je l'ai vu avec un autre. Je ne lui ai pas dit que je dealais, en revanche, et j'ai énormément minimisé le sujet de la consommation. On a discuté, longtemps. Encore une fois ma soeur m'a donné l'impression d'être la personne la plus compréhensive qui soit. Elle m'a écouté, elle m'a rassuré, elle m'a conseillé. Je crois que je ne pourrais jamais assez remercier cette femme de tout ce qu'elle a fait pour moi.
    Le lendemain, je suis allé parler à Andrew. Il a éclaté de rire, puis il m'a embrassé. A partir de ce moment là, on était ensemble. Bon, pas en plein jour non plus, là c'est plus à cause de moi, j'avais un peu de mal à assumer. Mais on ne se cachait beaucoup moins, surtout en soirée. Clyde a bien mieux accepté ma sexualité que ce que je croyais. Il s'est contenté de quelques questions volontairement gênantes sur nos pratiques, sur l'actif et le passif, ce genre de gentilles moqueries, le tout avec un de ces sourires faussement innocents dont il avait le secret.
    Pour finir, Andrew et moi on a rompu au bout d'un an de plus. Rien de bien intéressant, simplement la magie était partie. Ca a été une rupture tranquille, très amicale, jamais je ne me serais attendu à ça concernant cette relation. Ca nous a pas empêché de continuer à coucher de temps en temps, d'ailleurs.
    C'est à peu près à ce moment-là, quelques semaines avant mes dix-huit ans, que Brian et moi on a eu notre propre chez nous. Une tante à ma mère, Meredith, bougeait en maison de retraite parce qu'elle commençait à ne plus savoir être autonome, et elle n'avait pas de gosses. Elle nous a cédé son ancien appartement pour une bouchée de pain, quelques milliers de dollars, dont Seth a quand même payé une grosse partie. Pour finir Brian est parti un an plus tard, quand il a commencé à travailler, il est parti vivre en colocation avec des gens plus calmes. Ca le faisait profondément chier que j'aie transformé l'appart en squat permanent pour toutes sortes d'ados défoncés, au final je peux le comprendre.
    Parce que tout le monde a profité de mon installation. J'ai commencé à organiser pas mal de soirées chez nous. Et surtout, Blue a voulu tirer son épingle du jeu. Il avait déjà élargi son marché, il laissait tomber peu à peu les drogues douces. Et il m'a proposé de passer au niveau supérieur. Ca ne me posait pas de problème, je pouvais devenir le principal fournisseur de tout mon entourage, et pas seulement en herbe... Jusqu'à ce qu'il me ramène une cargaison d'héroïne. J'étais tout de suite moins chaud, mais il a parlé d'argent. Beaucoup d'argent. Pour quelqu'un qui avait passé une grande partie de sa vie dans le besoin, une telle quantité d'argent facile, c'était un cadeau du ciel. J'ai fini par accepter, et puis à vrai dire Blue ne me laissait pas énormément de choix.
    Je me contentais de vendre, je voulais pas toucher à ça. Je vendais bien, je vivais bien, tout allait pour le mieux. Les risques, je les connaissais, mais j'y pensais pas. Je faisais tout pour pas y penser.
    Et puis en juin 2005, on a obtenu notre diplôme. Faut dire que les critères de sélection de l'école publique sont pas glorieux. Et évidement, on a fêté ça. Pour la première fois, Clyde a proposé qu'on goute à ma marchandise. J'ai refusé d'en prendre, mais je leur en ai quand même fourni. Mais vous savez comment c'est, avoir des gens autour de vous qui consomment et qui t'expliquent à quel point c'est bon, ça aide pas à rester clean. J'ai fini par me piquer aussi. La sensation était indescriptible. Incomparable à tout ce que j'avais tenté auparavant. J'ai déjà entendu “prenez le meilleur orgasme de votre vie, multipliez-le par mille, et vous serez toujours loin de la sensation que procure l'héroïne”. J'imagine que personne ici ne contredira cette affirmation. Sauf qu'après l'extase, on se prend dans la gueule la descente, et c'est là que ça a dérapé.
    On a beau eu déconner avec la drogue, on a toujours réussi à nous modérer. On consommait souvent, mais on ne se pensait pas accros. On faisait d'autres choses en dehors. Avec l'héroïne, ça a été différent. A l'automne, trois ou quatre mois plus tard, c'était évident qu'on était tous dépendants. J'étais même plus capable de le cacher de mon frère. Lui il avait trouvé un emploi, et moi je me devenais assez rapidement une véritable loque. Il a essayé de m'aider, assez maladroitement, il m'a gueulé dessus, et moi je l'ai remballé. Après quelques semaines, il a fini par déménager, il supportait pas ça. Il en a parlé à ma soeur aussi, qui a décidé d'agir. Elle est venue me parler aussi, mais je l'ai pas écouté. J'étais bien, avec mon appart, mes potes et ma drogue. Il me fallait rien de plus.
    En décembre, ils m'ont forcé à me bouger. Ca a été ma première désintox. Sauf que vous savez très bien comment c'est. Si vous n'êtes pas décidé à arrêter, c'est impossible de vous forcer. Et je n'étais absolument pas décidé à arrêter. Quand je suis sorti, je suis directement allé me défoncer. Et j'ai continué comme avant, quelle raison avais-je de changer?
    L'addiction mène parfois à de bien tristes choses. Plus rien ne me motivait, rien d'autre que l'envie d'un fix. On était devenus complètement hermétiques au monde extérieur. Et puis, fin 2008, j'ai eu des problèmes. On a commencé à consommer une plus grande partie de mon stock que ce que je pouvais me permettre. Quand Blue a appris que je n'avais pas de quoi le rembourser, il a pété un câble. Il m'a tabassé, me laissant haletant et blessé au milieu d'un parking, j'ai même eu une côté brisée. Avant de partir, il m'a craché que j'avais une semaine pour lui rendre son argent, il m'a dit que je ne savais pas de quoi il était capable. Malheureusement je l'imaginais assez bien.
    J'ai puisé dans mes économies, j'ai emprunté à mes potes. Il me manquait un peu plus de 600$. Alors, je suis allé chez Seth et Sheila. Si je leur avais demandé, ils m'auraient avancé l'argent, je le savais. Mais je pouvais pas leur demander, je ne voulais pas affronter leurs regards. Je savais dans quel tirroir ils planquaient leur cash. J'ai regardé, il y avait un peu plus de mille dollars. Seth est le genre de personnes à toujours garder de l'argent liquide de côté, juste au cas où. Et, oui, j'ai tout embarqué. Sur le chemin du retour, je me suis senti tellement mal... Voler les seules personnes qui ont toujours été là pour moi, en étais-je vraiment arrivé à ça? Mais je ne pouvais pas faire demi-tour.
    Quand je suis arrivé chez Blue, j'avais pris ma décision. J'ai balancé les billets à Blue, en lui disant que ce qu'il y avait en plus était pour qu'il me foute la paix. Je voulais plus dealer. C'était fini cette histoire. Et je me suis barré, avant qu'il n'ait le temps de répondre.
    Le lendemain, je suis parti m'expliquer avec Seth et ma soeur. J'étais en larmes, je me suis excusé, je leur ai promis que je les rembourserai. Mais avant ça j'avais besoin de leur aide, encore une fois.  Ils m'ont conduit ici. Ca a été ma seconde désintox, j'étais bien décidé à ne plus jamais consommer. C'était tellement dur, et je suis parvenu à tenir toute la durée du traitement. Quand je suis sorti, Seth m'a arrangé un job dans la cafétaria de l'hopital. Il m'a expliqué que ça n'avait pas été facile, et que si je déconnais ça lui porterait préjudice à lui aussi. Je lui étais tellement reconnaissant... Et j'ai déconné.
    Le plus dur dans la sobriété, c'est le mental. C'est résister à l'envie lorsque vous ressentez l'envie. Cette fois-là, je n'ai pas su résister à cette envie. Après un peu plus d'un mois sans drogue, je suis retourné voir Clyde. Et évidement, j'ai replongé.
    Quand Seth a appris que je n'étais pas allé au boulot pendant quatre jours, il a déclaré à ma soeur qu'il laissait tomber. A vrai dire je ne sais même pas comment il avait tenu jusque là. Il avait fait preuve d'une patience incroyable avec moi... Il en avait tellement fait, et je n'avait rien fait d'autre que les décevoir.
    Brian et Sheila sont venus à l'appart. J'ai pas répondu. La porte était verouillée, je voulais pas les voir. J'ai très peu parlé avec eux les mois suivants, et dès qu'ils évoquaient la drogue je fermais la conversation. Je sais bien qu'ils voulaient m'aider, et au fond de moi je leur étais tellement reconnaissant de continuer à essayer... Mais je ne pouvais pas. J'étais incapable d'arrêter. D'une certaine façon, je le voulais. Mais sans doute pas assez. Il y a eu des disputes, ils ont essayé de me trainer de force. J'ai dit des choses que je ne pensais pas. Des choses qui les ont blessé, et que je regrette encore aujourd'hui. Je ne voulais pas être le boulet de la famille, comme l'avait été ma mère pendant tellement d'années. Alors je me suis éloigné d'eux, tout simplement. Je ne leur ai pas adressé la parole, pendant plusieurs mois. Et j'ai continué à me défoncer, j'ai continué à être une loque.
    Jusqu'à ce jour. Un mercredi, le 3 février 2010. Je m'étais réveillé à midi, j'avais passé plusieurs heures devant la TV en bouffant des céréales, à penser au moment où j'irais m'acheter ma dope. Une journée habituelle. Et puis, j'ai reçu un appel. C'était Alice, la dernière conquête de Clyde. Et ce qu'elle m'a dit... Au début j'y ais pas cru. C'était juste inimaginable. Ca ne pouvait pas arriver. On étais immortels, on avait toujours été immortels.
    Clyde avait fait une overdose. Il était mort. Mon meilleur ami était mort.
    Vous n'avez pas idée à quel point je m'en suis voulu. A quel point j'ai regretté. C'était ma faute. C'est moi qui lui avais vendu sa première dose. Moi qui n'avais pas su nous arrêter à temps. J'étais responsable. De lui, et de moi-même. Je voulais pas finir de cette façon. C'est tellement triste qu'il ait fallu que CA arrive pour me faire ouvrir les yeux.
    Je devais arrêter. Je ne devais plus jamais y toucher. Pour moi, pour ma famille. Pour Clyde.
    Dès que j'ai racroché , je me suis mis en route. Je ne pouvais plus demander de l'aide. Je l'avais trop fait. J'avais trop dépendu des autres, et je n'avais fait que les laisser tomber. Donc j'ai décidé de me prendre en main. Je suis venu au centre en bus. Je devais être une belle vue tiens, avec mes vêtements sales, mon air pâle maladif et mes yeux cernés et injectés de sang.
    Je suis pas allé aux funérailles, je m'étais enfermé ici. Mais même si j'étais dehors, je crois pas que j'aurais été capable d'y assister. Pas pour affronter les regards de ses parents, ça non.
    M'enfin bref, je suis arrivé, et cette fois là j'ai tout fait pour que ça marche. J'ai parlé aux psys, je me suis ouvert... J'ai eu du mal, mais j'ai même refusé le traitement à la métadone, je voulais me purger complètement. J'ai voulais un sevrage pur et simple. Autant vous dire que j'ai pas été beau à voir, pendant un moment. Même si au bout de deux semaines mon corps était clean, j'ai demandé à rester deux semaines de plus, pour me garder safe.
    Quand je suis sorti, je savais pas quoi faire. Je pouvais pas parler à ma soeur, j'osais pas. Alors je suis allé voir Jonathan. Je lui ai tout raconté. Absolument tout. Je lui ai dit que j'avais besoin d'aide, mais je l'ai supplié de pas appeler Sheila. Alors il a appelé Brian. Et mon frère a accouru, tout de suite. Tous les trois, on est allés à l'appart, et on y a fait le nettoyage du siècle. C'était symbolique, pour un nouveau départ. On a jeté des vieilleries, rangé, lavé toute la journée. Et on a énormément discuté, pendant ce temps. Il a été décidé que Brian s'installerait à nouveau chez moi. Pour me surveiller, surtout. Et aussi parce qu'il voulait commencer à faire des études, dès septembre, et qu'il ne pourrait sans doute plus payer son loyer. Et Jonathan m'a fait encore un énorme cadeau: il m'a payé une formation de trois mois pour faire de moi un soigneur animalier. Le deal étant que si je parvenais à passer ces trois mois sérieusement, il s'arrangerait pour m'assurer un emploi au Central Park Zoo. Il venait de prendre sa retraite, mais il avait encore de l'influence là-bas.
    Eh bien même si je n'y aurais jamais cru, j'y suis parvenu. J'ai repris l'aikido, pour la première fois en plusieurs années. Le jour, je travaillais, j'apprenais. Le soir, j'étais au dojo, ou en groupe de parole. Un peu de muscu aussi, bref une hygiène de vie impeccable. Avec de la volonté, et une rigueur incroyable -que j'ai su tenir grâce à Brian- j'y suis arrivé. Oh, ce n'était pas facile, non. Tant de nuits où je n'ai pas su dormir, tant de matins où je me suis réveillé avec l'envie d'une dose avant de me souvenir. Vous n'avez pas besoin de savoir tout ça, pas maintenant. Vous ne le verrez que trop tôt. Mais mon frère, mon parrain, ma soeur et mon psy étaient tous là pour me soutenir. Et un jour, la formation s'est terminée. J'avais été sélectionné. Sans doute avec un coup de pouce d'en haut, mais j'avais été sélectionné. La semaine suivante, j'ai commencé à travailler au zoo. Au bas de l'échelle, au début je passais mes journées à ramasser du crottin de bison à la pelle -honnêtement j'exagère à peine. Mais c'était du travail. Et ça me rendait heureux.
    Au tout début je me suis énormément serré la ceinture, pour mettre de côté. Au bout de trois mois, j'avais réussi à économiser 1200$. C'est la première fois depuis ma désintox que je suis allé voir Seth. Je n'aurais jamais osé plus tôt, je savais qu'il n'aurait pas pu me prendre au sérieux. Mais maintenant les choses avaient changé. J'ai commencé par m'excuser. Plusieurs fois. Et le remercier, encore plus. Pour finir, je lui ai dit que j'était clean depuis plus de six mois, que j'avais un emploi. Et je lui ai rendu son argent. Son sourire à ce moment là... Honnêtement, ça vallait tous les trips du monde.
    Et voilà, c'est comme ça que je vis ma vie, depuis. Au zoo, je suis passé aux reptiles un an plus tard, il s'est fait que je me débrouillais étrangement bien avec eux, on a dévelloppé une véritable affinité. Avec l'aide de mes proches, je n'ai plus jamais approché la drogue. J'ai reçu mon premier dan en aikido, en juillet 2011. J'ai commencé pour la première fois à utiliser mes capacités sur les humains. Je rajeunis régulièrement mes proches, de façon presque imperceptible pour pas leur causer de soucis. Sauf ma mère. Après une longue discussion, j'ai fini par faire la paix avec elle. Et on a décidé de lui offrir une seconde chance, je l'ai ramené à la vingtaine et on l'a fait sortir du centre, de façon plus ou moins officielle. Aujourd'hui elle est jolie, jeune et mince, et elle voyage beaucoup pour rattrapper le temps perdu. Par contre on peut pas tout avoir, elle fait toujours dans la paranoïa et les complexes. On efface pas vingt-cinq ans de névroses en un coup de baguette magique. Moi, je vis toujours avec mon frère. J'ai été en couple quelques fois, même si aucune de ces relations n'a dépassé les trois mois. De toute façon ce n'est pas ce que je cherche, je suis bien comme je suis. Bref, tout va aussi bien que ça pourrait.
    Il n'y a pas si longtemps, j'étais à votre place, me disant que la sobriété n'était qu'un vague espoir. Aujourd'hui, au cinquième anniversaire de la mort de Clyde... Cela fait aussi cinq ans que je n'ai pas consommé.
    Tout ça pour vous dire que c'est possible. Et ça en vaut la peine. Bon, je suis pas doué pour ça, je sais bien. Mais je veux vous faire comprendre que si vous voulez réellement vous améliorer, vous y arriverez. Ce ne sera pas facile. Mais vous y arriverez. Et dans cinq ans, c'et vous qui vous tiendrez ici, à raconter votre vie à une assemblée. Alors vous devez y croire.
    Hem, voilà, je crois que j'ai tout dit... Maintenant si vous voulez bien m'excuser, j'ai des fleurs à déposer sur une tombe.


    Spoiler:
     




  Avatar : Jason Momoa, plus viril tu meurs!
  Personnage Marvel ? : Oui [] Non [X]
  MultipleCompte? : Oui [X] Non []
  Si oui, Qui ? : Charles Samuel Reyes, fils de Antonio Reyes, fils de Samuel Reyes, fils de Pedro Luis Reyes...
  Pseudo : J'ai... jamais compris cette question, j'avoue.
  Votre Age : 19 ans, toujours. Je vieillis pas moi!
  Comment avez vous connu le Forum ? : Pareil que pour pour Charlie, c'était en juin 2011 si vous voulez tout savoir.

Arf, et puis [Vu par Abe]


Dernière édition par Damian Clester le Dim 5 Avr - 10:13, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Clester
Apprenti Gamma
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 22/02/2015
Age : 23

MessageSujet: Re: Damian Clester - Damoclès? C'est qui ça? [Terminé]   Mer 4 Mar - 0:21

Bon, je déclare cet entretien avec le moins professionnel des psys du monde, terminé! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maiwenn Short
Confrériste Alpha
avatar

Messages : 928
Date d'inscription : 28/03/2012
Age : 27

MessageSujet: Re: Damian Clester - Damoclès? C'est qui ça? [Terminé]   Mer 4 Mar - 5:28

Jason Momoa *____________*
Toi, une fois que tu es validé, tu as un kit Hystérique

Bienvenue sinon What a Face

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: Damian Clester - Damoclès? C'est qui ça? [Terminé]   Mar 17 Mar - 18:33

Bonjour/Bonsoir & Re-Bienvenu !

Après un gluant, tu nous fais un puant, j’ai bien compris le concept ? Very Happy

Désolée de mettre autant de temps sur la fiche, je vais tâcher de passer plus régulièrement à partir de maintenant même si je ne peux pas le promettre. Tu connais la chanson mais j’aime bien le refrain alors en gras les remarques importantes, en italique les facultatives et en normal le reste. C’est parti donc…

Silence ça pousse !

Pouvoirs :

Description :
Précise le type de pouvoir (offensif/défensif/passif)
Altération de l’âge  :
Citation :
En fait, quand je touche un objet ou une personne, la Trace agit directement sur le corps pour modifier son état, que ce soit pour le délabrer ou le restaurer. En pratique, je suis capable de faire vieillir ou rajeunir ce que je touche. A ce moment-là la substance m'enveloppe moi et ma cible, avec une plus grosse concentration sur les mains, vu que c'est par là que tout passe.
-C'est une sorte de controle sur le temps?
-Plus ou moins, mais pas au sens où on l'entend. C'est ce que j'avais cru au début, renvoyer dans le temps l'objet que je touche, mais c'est pas ça.
Explicite l’interaction entre la Trace et le corps en question ; autant, je comprends comment revitaliser un organisme vivant (par régénération cellulaire notamment) mais autant je vois difficilement comment faire cela avec un objet inerte en un même pouvoir (vu qu’un objet non-vivant n’a pas de cellules à régénérer).

Citation :
Ca dépend, si la mutation a toujours été “activable” mais qu'elle était inconnue et donc non utilisable -auquel cas il pourrait parfaitement l'utiliser- ou si elle était réellement latente. Dans tous les cas, en connaissant sa mutation et la façon de l'utiliser, il aura beaucoup plus de facilité à “débloquer” ses pouvoirs que la première fois.
Alors, là ça risque d’être compliqué. Les mutations latentes se débloquent généralement avec l’adolescence, ses troubles hormonaux ou des traumatismes suffisant à la faire apparaitre. Partant de ce principe-là, à partir du moment où elle c’est exprimée elle c’est exprimée, l’altération de l’âge du corps n’entre plus en compte. Pour les mutations liées à l’âge, ok qu’elles régressent (à l’instar des maladies liées au développement), pour les autres non (puisque c’est moins l’âge qu’une période de trouble qui déclenche l’apparition et que même cette période de trouble passée, la mutation reste). Edite en conséquence.

Citation :
Sur un être vivant, grossièrement je peux faire maximum un an en cinq secondes, dans un sens comme dans l'autre. Pour les objets inanimés, en fonction de la complexité de l'objet, ça peut aller entre un et deux ans par seconde, à la louche évidement.
De deux choses l’une : 1an en 5sec pour un humain c’est trop peu, même avec un maximum de 1an ; quitte à te laisser plus de liberté sur le temps maximum infligeable (tu peux même ne pas en mettre),  je préfère que tu augmentes le délai. Ensuite, augmente sur les objets également (parce qu’il ne faut pas oublier qu’une partie de certains personnages ou autres « choses » sont des objets, par exemple les Mandroïdes ou Danger, et que du coup il n’est pas question de les détruire par manque d’entretient ou « âge » en quelques secondes). Enfin je préfère que tu donnes une proportion plutôt que « à la louche » même si la louche est, en l’occurrence, suffisamment précise.

Citation :
comment affecteriez-vous un mutant régénérateur?
-Mon pouvoir fonctionne toujours. Si sa mutation lui confère une longévité surhumaine, quelle que soit la raison, je le ferai vieillir quand même, ça n'aura juste pas énormément d'effet sur son corps. Dans l'autre sens aussi, je pourrai le faire rajeunir, mais dans le cas d'un mutant âgé de plusieurs siècles je devrais continuer un bon moment pour le renvoyer vers l'enfance.
Qu’advient-il pour les mutants Externels (mutants ne vieillissant pas par absorption de l’énergie vitale d’autrui) et Eternels (mutants ne vieillissant tout simplement pas ? Et dans le cas d’un vieillissement ralenti ? En général la longévité surhumaine est due à un vieillissement ralenti plus qu’à une longévité accrue à proprement parler, puisque cette longévité n’empêchant pas le vieillissement le gars serait juste un vieillard increvable (oui, c’est un pouvoir à la con mais assez logique quand on y pense)

Guérison :
Citation :
-Combien de temps vous demande ce soin?
-Je vous l'ai dit, ça consiste simplement à faire vieillir la personne, à ma vitesse normale. Y a pas énormément de blessures qui mettent plus de quelques mois à guérir, donc la plupart du temps un contact de deux ou trois secondes me suffit.
A réadapter en fonction des modifications précédentes. Essais, là-aussi, d’éviter la louche mais plutôt de donner une valeur de base et d’user de la proportionnalité.

Niveaux de maitrise :
Citation :
-Ah, voilà une question à laquelle je n'avais pas pensé, vos pouvoirs nécessitent donc de l'énergie?
-Le pouvoir en lui-même, non. C'est synthétiser la Trace qui a un certain côut, pas très élevé mais qui se fait quand même sentir. Il faut un peu faire des maths. Grosso modo, si je suis en forme, sur des corps différents du mien, je peux accumuler au maximum un siècle de modifications avant de littéralement tomber de fatigue. Ca veut dire en somme que si je vieillis quatre personnes de vingt-cinq ans chacune sans me reposer, je risque de tomber dans les pommes. Là j'aurais besoin de  me reposer un bon moment, je dirais deux bons jours, avant de pouvoir ne serait-ce que me lever. Comme pour a vitesse d'action, ça vaut pour des objets de taille comparable à un humain ça, l'énergie nécessaire est proportionnelle à la masse, donc pour avoir les autres valeurs c'est des simples fractions. Pour un objet de dix kilogrammes c'est jusqu'à 800 ans par exemple. La complexité de l'objet joue aussi mais beaucoup moins, la différence entre un corps humain et une sculpture en platre du même poids est presque négligeable.
-Vous avez dit sur des corps différents du vôtre, cela est-il différent sur vous-même?
-Oui. Encore une fois sur moi-même, tout se passe en interne, donc il y a beaucoup moins de pertes de Trace. Ca me consomme à peu près moitié moins d'énergie que sur une autre personne.
Cela va dans description. J’avais comprise une année maximum, en cinq secondes, mais comme dit plus haut il est moins gênant d'avoir une échelle ouverte mais qui serait très dure à obtenir en pratique qu'une échelle fermée mais extrêmement facile à atteindre.

Lien entre les Pouvoirs :
Nope, c’est 2 pouvoirs ; comme pour les Télépathies et autres Psychokinésies, c’est un domaine de pouvoir non un pouvoir unique. Même si du coup, le domaine fait le lien, tu dois le préciser tout de même.

Voilà pour mon premier passage, pas grand-chose à redire ; je pense que la majorité de la longueur de mon post est dans les quote. D’ordinaire, j’ai horreur des points de vue subjectifs sur les pouvoirs puisqu’ils impliquent de l’ignorance sur eux mais tu fais bien le tour et c’est agréable à lire donc pour ta fiche, cela passe très bien. Cela fait assez longtemps que je n’ai pas vue une partie pouvoir de cette qualité, bravo.

Petite chose à redire hors de ma partie néanmoins, ne changes pas les sections de ton identité please (pas de Points Sensibles) ; c’est peut-être un peu trop de rigidité de ma part mais je préfère que tout le monde ai la même chose niveau présentation. J'espère que tu comprends

Amycalement

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Clester
Apprenti Gamma
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 22/02/2015
Age : 23

MessageSujet: Re: Damian Clester - Damoclès? C'est qui ça? [Terminé]   Mer 18 Mar - 21:09

Hello, et merci!

Heh, il est pas puant, il est brilliant! (Hm, il me semblait avoir marqué quelque part que ça avait pas d'odeur pour les humains, mais je le retrouve pas là Oo) Mais sinon ouais, t'as compris le concept. Le prochain fera des bruits dégueulasses quand il utilisera ses pouvoirs Rolling Eyes

Je le dis honnêtement, t'inquiete pas pour le temps! Je comprends parfaitement (ça fait beaucoup de rimes en -en) et je suis vraiment pas pressé Smile Et tant que j'ai un frangin qu'à moitié écrit...... Je suis quelqu'un de bien dans la vie en vrai, promis.

Citation :
Cela fait assez longtemps que je n’ai pas vue une partie pouvoir de cette qualité, bravo.
Huhu, fais gaffe, si mes chevilles enflent trop je saurais plus enfiler mes jeans ultra-slim Very Happy Si si, je suis quelqu'un de bien dans la vie

Pour les modifs de code je me doutais bien que ça serait refusé par souci d'uniformité, j'avoue ue je m'amusais un peu à tester. Smile Du coup corrigé, mais pour la peine je me suis fait plaisir avec les codes couleurs, tellement un rebelle! ...Je t'ai déjà dit que j'étais quelqu'un de bien dans la vie?

Bon sinon, parce que je peux quand même être sérieux des fois, modif apportées!

Citation :
Précise le type de pouvoir (offensif/défensif/passif)
Pour l'instant j'ai juste passé mon intitulé des pouvoirs sous le titre Description plutôt qu'au dessus. Ou tu préfères je j'en parle dans le texte aussi?

Citation :
Explicite l’interaction entre la Trace et le corps en question
A défaut d'une meilleure explication, j'ai présenté ça comme une altération temporelle, plus que comme une revitalisation du corps (ce qui aurait été incohérent avec la possibilité de ramener la personne à l'enfance, par exemple, ou celle de faire raccourcir les cheveux en les rajeunissant):
Dam a écrit:
-C'est une sorte de controle sur le temps?
-A peu de choses près. Ce que j'avais cru au début, c'est que je déplace dans le temps l'objet que je touche. C'est pas tout à fait ça, il s'agit bien d'une altération temporelle, mais il y a une différence assez importante avec ce qu'on pourrait supposer de base. Si je casse un vase et que je le rajeunis ensuite, je le ferais pas revenir jusqu'avant le moment où je le casse, j'aurais pas un vase entier.
C'est comme ça que je l'entendais de base, mais je suis pas sur de savoir l'exprimer correctement. Du coup si ça te convient pas, soit j'expliquerai ça par un contrôle temporel plus "classique" (avec toutes les limitations que ça implique pour éviter l'over-GB) soit j'abandonnerai les objets inertes pour la création.

Pour les mutations, je pensais avoir déjà modifié ça parce que ça ne me semblait pas logique, bizarre Oo
Dam a écrit:
-Ses pouvoirs seront toujours présents, si la mutation est déclarée ça ne changera pas. Je peux rien ramener à avant son apparition, vous vous souvenez? Certaines mutations évolutives peuvent être ramenées à un stade moins avancé mais c'est plutôt des exceptions. Si on imagine le cas de, je sais pas moi, un mutant ailé dont les ailes auraient été trop petites pour lui permettre de voler avant qu'il n'ait fini sa croissance...
Par contre il y a autre chose. Les mutations se déclarent la plupart du temps à la puberté, les hormones, tout ça. Du coup si jamais je vieillis un gosse, j'amène son corps à un âge plus avancé, hormones comprises, et donc il est parfaitement possible qu'une mutation latente se déclare. Sauf qu'on ne s'en rendra pas forcément compte tout de suite, ce n'est pas parce qu'elle se débloque qu'elle devient forcément immédiatement visible.
Ne t'inquiète pas, je compte pas me ballader et déclencher des mutations latentes chez des gosses, PNJ ou PJ  What a Face (De toute façon, des PJ ados qui cachent potentiellement une mutation... Ah ben si en fait Oo Bon, je la toucherai pas, promis!)

Citation :
1an en 5sec pour un humain c’est trop peu, même avec un maximum de 1an
Ouais, la tournure de la phrase portait à confusion, my bad!
Dam a écrit:
Sur un être vivant, grossièrement je peux faire dans le meilleur des cas 20 secondes par an, dans un sens comme dans l'autre. Pour les objets inanimés, ça varie énormément en fonction de la complexité de l'objet. Des machines au top de la technologie existante, ce serait à peu près la même chose qu'un humain, trois ans par minute de contact. Pour les objets les plus simples, par exemple composés d'une seule matière homogène, ça peut aller jusqu'à du six mois par seconde.
Avec une petite précision en plus pour éviter tout malentendu:
Dam a écrit:
la masse de l'objet, est inversément proportionelle à la vitesse d'action. Donc avec une simple règle de trois, on sait que par exemple pour un objet de dix kilogrammes je pourrais aller huit fois plus vite que ce que je viens de vous dire, tout comme un objet de 160 kilos me demandera deux fois plus de temps pour le même résultat

Maintenant je meurs d'envie de jouer un vieux increvable! Very Happy
Dam a écrit:
-Mon pouvoir fonctionne toujours. Si sa mutation lui confère une longévité surhumaine, quelle que soit la raison, je le ferai vieillir quand même, ça n'aura juste pas énormément d'effet sur son corps. Pour des mutants qui ne vieillissent pas du tout, c'est pareil, j'amène leur corps à l'état dans lequel il sera dans le futur, qui est... exactement le même. Si leur vieillissement est simplement plus lent que celui d'un humain, ça dépendra surtout de la vitesse à laquelle il vieillit. Imaginons qu'il prend un an tous les douze ans, ben si je l'avance d'un an en fait il aura seulement vieilli d'un mois. Ca vaut aussi dans l'autre sens, le rajeunissement fonctionne de la même manière, mais dans le cas d'un mutant centenaire je devrais m'y essayer longtemps avant de le ramener à l'enfance.
Y a une exception par contre, c'est pour les mutants qui vivent plus longtemps pour des raisons externes, par exemple ceux qui absorbent l'énergie vitale d'autres êtres humains. Dans ce cas, s'il se "nourrit" pas pendant que je le vieillis, ben c'est tout simple, ils vieillit normalement. Après, s'il absorbe de l'énergie de quelqu'un d'autre en même temps, ce sera une simple soustraction, les années que je lui inflige contre celles qu'il récupère. Et s'il absorbait ma propre énergie vitale... Ben c'est la même chose, même si je serais sans doute plus occupé à me préserver qu'à essayer de le vieillir.

Pour le soin:
Dam a écrit:
Et considérant le fait qu'il suffit de vieillir la chair aux alentours directs de la blessure -dont la quantité dépend évidement de la taille de la blessure, mais est rarement énorme- ça va assez vite. Pour des blessures supeficielles, comme une éraflure ou petite piqure, c'est quasiment instantané. Et par exemple, pour une blessure pas trop profonde au flanc qui mettrait normalement six mois à cicatriser correctement, ça me demanderait une dizaine de secondes si j'agis sur l'ensemble du corps, et une à deux secondes si je me concentre uniquement sur la blessure.
C'est vrai que vu comme ça, ça me semble aussi un peu rapide. Mais considérant qu'il s'agit d'une cicatrisation accélérée plutôt que d'une véritable guérison, j'ai pas l'impression que ce soit excessif. (Mais je n'aurais pas de problème à baisser la vitesse, selon ton opinion)

Citation :
Cela va dans description.
Là j'ai un doute, on pense peut-être pas à la même chose. L'idée était qu'il n'y ait pas de limite intrinsèque au pouvoir, autre que la vitesse d'action et celle imposée par la consommation d'énergie (que je passerai à 20-30 ans?) Du coup, le point sur l'énergie ne devrait pas être dans la partie maitrise?
Aucune édition pour le moment.
(Edit: J'avais pas fait gaffe aux modifs que t'as fait, du coup en fait c'est bien ça ^^ Mais ma question reste, il me semblait que les besoins en énergie du pouvoir sont à mettre dans la maitrise, non? Ou je me gourre complètement? Smile )

Pour le lien, j'étais parti de l'idée que j'ai deux pouvoirs point de vue règles, mais un seul point de vue interprétation RP. Du coup c'est à peu près ce que j'ai mis:
Dam a écrit:
-On peut les considérer comme deux pouvoirs distincts, puisque j'ai appris à soigner de façon indépendante, sans forcément vieillir tout le corps. Mais oui, le fonctionnement est exactement le même, il est juste appliqué à une cible différente.

Voilà voilà! Merci de tes commentaires, et puis du temps accordé aussi! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: Damian Clester - Damoclès? C'est qui ça? [Terminé]   Sam 21 Mar - 17:36

Sisi, je maintiens qu’il est puant ; pas d’odeur pour les humains, ouais, mais j’ai des bio-tissus améliorés (comprendre capacités physiques et cognitives surhumaines) ! Pour le prochain avec des bruits dégueulasses… de l’intérêt à voir comment tu tourneras ça. Tu pourrais le faire aussi qui ne s’exprime qu’en rimes vu que tu as l’air bien parti, et qu’il t’en manque une ! Chiche oo

Sinon pour tes chevilles et tes jeans moulants, désolée mais ils m’indiffèrent, tu n’es pas du bon bord. Ce qui ne m’empêche pas de pouvoir te mettre une déculottée si tu ne respectes pas le code ! Pour les couleurs, c’est de la personnalisation autorisée, tu n’es pas un rebelle. Quand à savoir si tu es quelqu’un de bien dans la vie en vrai de la réalité véritable… qui cherches-tu à convaincre ?

Damian Clester a écrit:
Ne t'inquiète pas, je compte pas me ballader et déclencher des mutations latentes chez des gosses, PNJ ou PJ (De toute façon, des PJ ados qui cachent potentiellement une mutation... Ah ben si en fait Oo Bon, je la toucherai pas, promis!)
C’est pas dit qu’elle cache une mutation ; même moi j’en sais rien mais de toute façon tu ne la toucheras pas, Luisant et Salissant (ou dans son langage à elle, « Saluissant »)

On y retourne !

Pouvoirs :

Description :
Altération de l’âge  :
Damian Clester a écrit:
Pour l'instant j'ai juste passé mon intitulé des pouvoirs sous le titre Description plutôt qu'au dessus. Ou tu préfères je j'en parle dans le texte aussi?
J’aurai préféré que ce soit inclut dans le texte, genre « un aspect offensif » ou autre mais tant que ça y est, ça me va.

Damian Clester a écrit:
Dami a écrit:
-C'est une sorte de controle sur le temps?
-A peu de choses près. Ce que j'avais cru au début, c'est que je déplace dans le temps l'objet que je touche. C'est pas tout à fait ça, il s'agit bien d'une altération temporelle, mais il y a une différence assez importante avec ce qu'on pourrait supposer de base. Si je casse un vase et que je le rajeunis ensuite, je le ferais pas revenir jusqu'avant le moment où je le casse, j'aurais pas un vase entier.
C'est comme ça que je l'entendais de base, mais je suis pas sur de savoir l'exprimer correctement. Du coup si ça te convient pas, soit j'expliquerai ça par un contrôle temporel plus "classique" (avec toutes les limitations que ça implique pour éviter l'over-GB) soit j'abandonnerai les objets inertes pour la création.
En fait, si je te demande de l’expliquer c’est justement que je trouve ça un peu léger. Maintenant que tu m’ais dit que tu ne saches pas me donne l’occasion de t’aider : grosso-modo, ce que tu cherches c’est de la régression temporelle tout en évitant de reconstituer les choses cassées. Tu ramènes à l’état d’avant, oui, mais à un état « naturel ». Si je devais expliquer cela, je dirais que tu ne fais pas régresser l’objet dans le temps mais régresser les composantes de l’objet dans le temps : changement d’échelle, impossibilité de reconstituer les choses puisqu’une chose cassée n’a pas de différence de composantes avec une chose normale (en plus clair, l’objet est une somme de parties et ce sont ces parties que tu altères, pas la somme). A un niveau pseudo-scientifique, je pense que tu peux partir du principe que ton personnage inverse le sens de déplacement des molécules pour les faire « revenir en arrière », un truc dans le genre, sans pour autant affecter leur positionnement dans l’espace (auquel cas on se retrouve vraiment dans un avance/arrière rapide comme tu ne veux pas).

Citation :
Sur un être vivant, grossièrement je peux faire dans le meilleur des cas 20 secondes par an, dans un sens comme dans l'autre. Pour les objets inanimés, ça varie énormément en fonction de la complexité de l'objet. Des machines au top de la technologie existante, ce serait à peu près la même chose qu'un humain, trois ans par minute de contact.
Je suis peut-être un peu exigeante sur le coup mais je préfèrerai un truc du genre 1 minute pour altérer 1 an (ce qui donne 5 secondes pour altérer 1 mois) ; je tâche de garder en considération que ça se répercute aussi sur la guérison.

Guérison :
Citation :
-Combien de temps vous demande ce soin?
-Je vous l'ai dit, ça consiste simplement à faire vieillir la personne, à ma vitesse normale. Y a pas énormément de blessures qui mettent plus de quelques mois à guérir. Et considérant le fait qu'il suffit de vieillir la chair aux alentours directs de la blessure -dont la quantité dépend évidement de la taille de la blessure, mais est rarement énorme- ça va assez vite. Pour des blessures supeficielles, comme une éraflure ou petite piqure, c'est quasiment instantané. Et par exemple, pour une blessure pas trop profonde au flanc qui mettrait normalement six mois à cicatriser correctement, ça me demanderait une dizaine de secondes si j'agis sur l'ensemble du corps, et une à deux secondes si je me concentre uniquement sur la blessure.
A réadapter en fonction des modifications précédentes (encore oo)
Je vais expliciter les deux problèmes que j’ai avec cette partie : premièrement, comme relativement peu de blessures mettent plus d’un mois à guérir (mon exemple favori étant la blessure par balle qui met, naturellement, 4 mois), cela signifie que ton personnage peut quasiment instantanément guérir les blessures des autres. D’où que je sois chiante sur l’autre partie (5 secondes pour guérir tout les bobos dans la limite du raisonnable humain, ça me parait bien considérant que les Marvel genre Wolverine peuvent fonctionner au 1 seconde par semaine, soit 1 mois en 4 secondes, mais avec un champ plus étendu). Cependant, et un problème qui n’est pas résolut, c’est ton personnage : il me semble quasiment invulnérable aux blessures actuellement. Pourrais-tu développer comment cela se passe chez lui ?

Egalement, parle de la combinaison avec les Régénérations & affilié ; histoire que ça soit explicite, je pense qu’une ou deux lignes suffisent vu que tu en parles déjà plus haut.

Niveaux de maitrise :
Amy de Lauro a écrit:
Cela va dans description. J’avais comprise une année maximum, en cinq secondes, mais comme dit plus haut il est moins gênant d'avoir une échelle ouverte mais qui serait très dure à obtenir en pratique qu'une échelle fermée mais extrêmement facile à atteindre.
Damian Clester a écrit:
Là j'ai un doute, on pense peut-être pas à la même chose. L'idée était qu'il n'y ait pas de limite intrinsèque au pouvoir, autre que la vitesse d'action et celle imposée par la consommation d'énergie (que je passerai à 20-30 ans?) Du coup, le point sur l'énergie ne devrait pas être dans la partie maitrise?
Aucune édition pour le moment.
(Edit: J'avais pas fait gaffe aux modifs que t'as fait, du coup en fait c'est bien ça ^^ Mais ma question reste, il me semblait que les besoins en énergie du pouvoir sont à mettre dans la maitrise, non? Ou je me gourre complètement?)
L’apport d’énergie fait parti du fonctionnement de ton pouvoir, non ? La description c’est comment ça fonctionne, la maîtrise c’est comment ton personnage manipule se fonctionnement (bien ou mal et fonction des circonstances). Pour moi, l’apport d’énergie ne dépend pas de la maitrise qui varie selon l’environnement interne comme externe mais du fonctionnement du pouvoir lui-même.

Lien entre les Pouvoirs :
Damian Clester a écrit:
Pour le lien, j'étais parti de l'idée que j'ai deux pouvoirs point de vue règles, mais un seul point de vue interprétation RP.
Je comprends parfaitement, d’un point de vue rp Amy n’a également qu’un unique pouvoir, la Biokinésie, et Rachel quatre… mais le lien reste dans le domaine des règles également Wink
Sinon, ok

5 points « nouveaux » plus l’édition non faite pour discussion, je pense que dans 1-2 passages tu auras mon avis positif

Amycalement

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Clester
Apprenti Gamma
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 22/02/2015
Age : 23

MessageSujet: Re: Damian Clester - Damoclès? C'est qui ça? [Terminé]   Mar 24 Mar - 1:28

D'accord, dans ce cas j'admets. Tu peux aboyer, tant que tu ne mords pas; comme je sais que ce traitement n'est réservé qu'à une personne, je ne me sens pas trop menacé. Et puis je peux ne pas me sentir menacé tout en faisant des rimes, chiche! (Non mais y a de l'idée, j'y penserai. J'aime plutôt bien en fait ^^)

Je ne sais pas ce que mon bord vient faire là dedans, mais je dirais que se considérer comme un rebelle n'est pas forcément dissocié du respect des règles. Il ne s'agit pas de ce que l'on fait, mais de la façon dont on le fait! (Tout un lifestyle) Et je ne tente de convaincre personne, je ne fait qu'énoncer des faits Rolling Eyes Je pourrais même dire des vrais faits réels de la vraie vie véritable, mais je ne le dirais pas.

Amy a écrit:
C’est pas dit qu’elle cache une mutation ; même moi j’en sais rien mais de toute façon tu ne la toucheras pas, Luisant et Salissant (ou dans son langage à elle, « Saluissant »)
D'où le "potentiellement"! D'ailleurs, le fait que tu ne saches pas rendrait un vieillissement encore plus problématique.

Tiens, puisqu'on est dans le sujet, j'en profite pour déclarer que je suis conscient qu'ayant un impact (presque) définitif sur les autres personnages, mon pouvoir est considéré dans les règles au même titre que le contrôle. Donc je m'engage bien entendu à ne pas l'utiliser sur un personnage sans l'accord explicite du joueur concerné. (Such responsibility, much wow) (Pardon, ça devenait un peu trop sérieux)


Bien.

Le lol étant fait, on poursuit, modifs à nouveau en orangered (M'enfin de toute façon je les reprends ici, c'est plus visible.)

Amy a écrit:
J’aurai préféré que ce soit inclut dans le texte, genre « un aspect offensif » ou autre
C'est fait! Bon je te les remets pas ici, ça dit vraiment juste ça.

Amy a écrit:
En fait, si je te demande de l’expliquer c’est justement que je trouve ça un peu léger.
Alors, autant je suis quelqu'un de bien, autant des fois je suis un peu lent au démarrage. Finalement je crois bien que je me fais vieux. M'enfin bref, quitte à te tenir un peu plus longtemps (j'en suis désolé d'ailleurs) j'ai voulu faire le fier et trouver ma propre explication à moi que c'est la mienne (c'est dans ces moments-là que j'ai besoin de me dire que je suis quelqu'un de bien) Donc après moult hésitations, on revient en arrière d'une modération et on sort du spectre temporel pour une "simple" modification de structure du corps ciblé:
Dam a écrit:
Ce que j'avais cru au début, c'est que je déplace dans le temps l'objet que je touche. C'est pas ça, il ne s'agit pas d'une altération temporelle, c'est purement physique. Ce qui fait que je modifie l'état de l'objet, pour le faire paraitre plus jeune ou plus vieux, mais je ne lui fais pas traverser le temps.
Dam a écrit:
Ce qu'il y a, c'est que chaque corps, vivant ou non, chaque particule de matière possède une mémoire propre. C'est une sorte de base de données, qui recense tous les états qu'a connu le corps jusqu'à présent. Chaque particule porte sa propre mémoire, ainsi qu'une mémoire d'ensemble, celle du corps entier. Ca se présente sous forme de minuscules sillons dans la matière, presque un langage écrit à part entière, pour qui sait le lire. Et si j'ai bien compris le truc, il se fait que ma Trace contient deux types de cellules, qui sont en fait deux sortes d'agents actifs. Des "analyseurs", qui sont capables de déchiffrer cette mémoire, et qui transmettent l'information par message chimique directement aux "modificateurs". Ouais, je sais, mais j'ai pas trouvé de meilleur nom. Les modificateurs, eux, sont capables de remodeler la matière. Il s'agit de la désagréger chimiquement avant de la recomposer, à un niveau moléculaire. Evidement les molécules ne sont pas toutes déteriorées en même temps, donc il n'y a pas de manque de matière sensible au niveau du corps entier, en revanche on peut le voir se modifier dans son ensemble. Sauf que les modificateurs ne font pas n'importe quoi, ils ne peuvent agir que sur base d'un modèle à reproduire. Dans le cas du rajeunissement c'est plutôt simple, ce modèle est l'image du corps plus jeune trouvée dans sa mémoire. Dans le cas du vieillissement, ce qu'il se passe c'est que sur base des changements que le corps a subis, les analyseurs arrivent par différentes séquences à faire une estimation de son évolution future. Donc le modèle que les modificateurs reçoivent est en fait une idée de ce que devrait être le corps après un temps donné.

Hum, oui, je suis quelqu'un de très constant dans mes décisions Oo Bref.

Sinon, baissé la vitesse à 1an/minute, c'était le prochain palier prévu ^^ Baissé aussi pour les matières simples, à deux mois par seconde, mais ça c'est juste pour rester dans l'idée qu'aucune altéation n'est aussi rapide que sur moi-même. (Je te le remets pas non plus, seuls les chiffres que je viens de donner ont changé)

Amy a écrit:
A réadapter en fonction des modifications précédentes (encore oo)
Du coup:
Dam a écrit:
Il faut savoir autre chose, et ça se regroupe un peu avec la complexité de l'objet, c'est que plus l'altération entraîne de modifications pour le corps en question, plus cela me demandera de temps. Je ne peux pas vous donner la relation exacte, mais ça peut aller dans le pire des cas jusqu'à presque dix fois plus lentement. Par exemple, si vieillir un adulte d'un an me demande un contact d'une minute, le même effet sur un nouveau-né nécessitera entre sept et huit minutes, car les changements à faire sont bien plus conséquents.
Dam a écrit:
Sauf qu'il faut quand même prendre en compte le fait que ça entraine plus de modifications qu'en général. Là, ça dépendra de la gravité de la blessure, mais en règle générale ce sera autour de qutre ou cinq fois plus lent qu'un vieillissement "normal" si la personne était en parfait état. Donc pour des blessures supeficielles, comme une éraflure ou petite piqure, c'est quasiment instantané. Mais par exemple, pour une blessure par balle qui mettrait normalement autour de quatre mois à cicatriser correctement, ça me demanderait un peu moins de deux minutes si j'agis sur l'ensemble du corps, et entre six et huit secondes si je me concentre uniquement sur la blessure, étant donné qu'elle couvre une étendue de chair assez limitée. Evidement je prends toujours ici les valeurs que je considère "de base", à savoir un adulte de 80 kilogrammes.

Amy a écrit:
Egalement, parle de la combinaison avec les Régénérations & affilié
En quelques lignes:
Dam a écrit:
ça se combine. Enfin, pas tellement que ça se combine, mais pour faire simple si une blessure est traitée par sa regénération en un jour, eh bien il me suffira de le vieillir d'un jour pour arriver à ce stade. Evidement, dans ce cas le soin sera bien meilleur, du niveau de la regénération de la personne. C'est logique, la qualité du soin ne dépend pas de mon pouvoir mais de la faculté de cicatrisation de la cible. Moi je ne fais qu'accélérer le processus.

Amy a écrit:
Pourrais-tu développer comment cela se passe chez lui ?
J'avoue que j'avais pas fait attention à la vitesse de soin sur lui Oo Du coup, altération personnelle diminuée à six mois par seconde, plus le truc du ralentissement pour les grosses modifications, plus ceci dans Niveau de Maitrise:
Dam a écrit:
Pour les altérations sur moi-même, y a un truc dont je vous ai pas parlé, c'est que le système de distribution de la Trace n'est pas parfaitement régulé. Ou plutôt que je maitrise pas du tout cette régulation, donc quand de la Trace est transportée elle l'est dans tout le corps, la seule exception étant le flux sortant par mes mains. Ce qui fait qu'altérer uniquement des petites parties de mon corps, j'en suis pas capable actuellement. Je peux seulement faire un effet global, ou alors un effet local mais en passant par "apposition des mains", de la même manière que si je provoquais l'effet sur une autre personne. Le problème se ressent surtout quand il s'agit de cicatriser. Si je reprends l'exemple de la blessure par balle, je peux soit vieillir tout mon corps, ce qui mettrait un peu plus de trois secondes, soit me soigner par les mains, ce qui me demanderait le même investissement en temps -et en énergie- que pour une autre personne, à savoir sept à huit secondes. La plupart du temps j'opterai pour les mains même si ça prend plus de temps, puisque ça permet une action vraiment locale, et ça évite des soucis comme celui de me retrouver avec des ongles pas coupés depuis des mois, ce qui peut être assez gênant dans certaines situations et nécessiterait de me rajeunir immédiatement en compensation. Là où l'autre option a tout son intéret, c'est dans des cas d'urgence bien sur, et surtout dans le cas de blessures plus graves ou plus étendues.
Et avec tout ça, ça me fait quand même un soin personnel qui couvre la plupart des blessures en 3-4 secondes si nécessaire Oo

Amy a écrit:
L’apport d’énergie fait parti du fonctionnement de ton pouvoir, non ?
Hem... Oui Oo Je t'avoue que je sais pas vraiment à quoi je pensais... Bon, du coup déplacé, et je discuterai plus tes dires! Là encore je te le replace pas ici, ce post devient déjà assez long sans dire grand chose, et le texte est exactement le même sauf que j'ai baissé la limite à 50ans (et donc aussi celles qu'on obtenait par proportionalité)

Voilà, je pense bien que j'ai rien oublié cette fois!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: Damian Clester - Damoclès? C'est qui ça? [Terminé]   Jeu 2 Avr - 12:32

Sisi, je suis pas morte ! Désolée du temps de modération, je tâche de jongler avec tout mais je suis pas des plus habiles. Bref, je suis re-là !

Concernant les hors sujets, je ne répondrais rien quand à qui je mors, sache cependant que je frappe très bien aussi (demande à ton binôme, il doit encore avoir mal des kicks Cool ) ; et concernant Lucky, je pars du principe qu’elle est humaine « jusqu’à preuve du contraire ou trop dans la merde pour s’en sortir comme tel ».

Damian Clester a écrit:
Tiens, puisqu'on est dans le sujet, j'en profite pour déclarer que je suis conscient qu'ayant un impact (presque) définitif sur les autres personnages, mon pouvoir est considéré dans les règles au même titre que le contrôle. Donc je m'engage bien entendu à ne pas l'utiliser sur un personnage sans l'accord explicite du joueur concerné.
Je l’aurai précisé durant mon AP puisque ça n’en tient pas de la modération mais cool que tu en parles avant ^^

Pouvoirs :

Description :
Altération de l’âge :
Ok

Guérison :
Damian Clester a écrit:
Et avec tout ça, ça me fait quand même un soin personnel qui couvre la plupart des blessures en 3-4 secondes si nécessaire
Oui. Néanmoins, considérant que c’est bien plus limités que la plupart des régénérations, que c’est un pouvoir qui ne peut pas réellement nuire (je parle pour la guérison) et que la fiche est très bien faite, je vais te laisser cette possibilité sans la rebaisser. Ok ici aussi.

Niveaux de maitrise :
OK

Voici donc, après tout ce temps d’attente, mon feu vert pour ton pouvoir et donc la suite de ta modération !

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: Damian Clester - Damoclès? C'est qui ça? [Terminé]   Jeu 2 Avr - 14:25

Bonjour, je suis Sanzo, le félino-érectus tombeur de ces dames et chat le plus sexy du forum et c'est moi qui vais te modérer.

Comme le font mes camarades je mettrais :
- en gras les remarques importantes,
- en italique les facultatives
- en normal le développement de ma pensée.

Si tu as toi-même des questions n’hésite pas à me les poser, ma boite mp est ouverte. Pour tes modifications, précisions ... merci de les mettre en orange afin que je puisse rapidement les voir. Tu peux aussi bien sur répondre à la suite Wink


Nom : ok
Prénom(s) : ok
Alias & Surnom(s) : ok
Age & Date de Naissance : ok
Métier(s) : ok
Nationalité(s): ok
Genre : ok
Clan : ok

DESCRIPTION PHYSIQUE :
Apparence :
yeux  ok
regard ok
corps, gestuelle ok
expression, voix  ok
vêtements ok
bijoux : sur ton avatar il a des colliers c'est juste la photo ou il en porte vraiment ?
Brassard : ok

Signes Particuliers :
ok explications vraiment très bien faites


CARACTERE :
Mental :

tu parles de son frère mais qu'en est il de sa soeur ? Si elle se fait agresser, ou simplement ennuyer il réagira ? Et ses neveux/nièces ?
Peut il être violent avec eux ?
Avec ceux qu'il aime en général ?

Damian Clester a écrit:
Au quotidien on voit pas vraiment que je sais être violent, c'est plutôt le contraire en fait.
Il ne donne jamais le premier coup ?

Si la personne insiste sur les thèmes "tabous" devient il violent ?
Si c'est son frère ou sa soeur ?
Ses neveux ?

Son addiction à l'alcool et la drogue : il suit toujours une thérapie ?
Il a toujours un parrain/marraine d'abstinence ?
Est ce que ça joue sur son caractère ?
Ça lui pèse ? Il est fier de ses 4 ans presque 5 ? ...
développe un peu stp

Sa sexualité : ok

le Speed X : attention au speed X, il est lié à une mafia très puissante et très bien organisée. Mettre les pieds dedans est susceptible d'entrainer des conséquences je dirais extrême de leur part. En gros ils finiront par te retrouver et te faire la peau, ainsi qu'à ton frère, ta soeur et ses enfants ...
en plus y a un soucis de date, le Speed X est apparut en 2014 ... donc retire stp


Damian Clester a écrit:
J'ai assomé trois gros bras avant qu'ils se rendent compte de ma présence. Ils étaient cinq ou six au total, je crois.
3 gros bras assommés à la rigueur s'ils sont pris par surprise mais 3 autres après ... ça fait un peu beaucoup. Ils n'étaient pas armés ?

Décembre 2012 et le reste: ok

deux petits manques :
Que pense-t-il des Purificateurs ?  
donne aussi son point de vu sur les évènements suivant : Yggdrasil vu que ça vient des confréristes, et du coup le Speed X


HISTOIRE :

Talents Particuliers : ok

vu que tu parles de "connaissance de rue" a t il des connaissances dans le vol ?

Possessions :

comme il bosse donne juste ses revenus.

Biographie :

ok rien à dire. Ton style est vraiment agréable et ta mise en forme ne me dérange pas du moment que tout y est et que tu le précises

Avatar : ok
Personnage Marvel : ok
Double/Triple Compte :  ok
Si oui, Qui ?:  ok
Pseudo :  ok
Votre Age :  ok
Comment avez-vous connu le Forum ? ok


voila quelques détails à préciser

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Clester
Apprenti Gamma
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 22/02/2015
Age : 23

MessageSujet: Re: Damian Clester - Damoclès? C'est qui ça? [Terminé]   Sam 4 Avr - 13:17

Huhu, bonjour Sanzo le félino-erectus, et merci pour cette modération Smile

Je commence à être en manque d'inspiration pour mon humour subtil et délicieux, alors passons directement à la partie sérieuse! Very Happy

Modifs en orange!


  • Apparence:
    C'est juste l'image, il n'en porte pas donc je n'en ai pas parlé ^^

  • Mental:
    Dam a écrit:
    Et quand quelqu'un emmerde mon frère, je suis forcé d'intervenir, même s'il a pas vraiment besoin de ma protection. Evidement ça vaut aussi pour le reste de ma famille. Je suis vraiment protecteur avec mes proches. En particulier pour les trois personnes qui ont été très protectrices avec moi, mon frère, ma soeur et son mari. Ce sont les personnes par rapport à qui je réagis le plus vite, s'ils ont des problèmes, je crois que j'ai besoin de leur revaloir ce qu'ils ont fait pour moi. Ca vaut aussi pour les enfants de ma soeur, avec qui je suis un vrai tonton poule. Elle trouve même parfois que j'exagère, mais c'est important pour moi. Un peu moins pour ma mère, mais ça c'est pour d'autres raisons, après tant d'années j'arrive toujours pas à me sentir proche d'elle. Mais bref, oui je peux vite devenir agressif lorsqu'il s'agit de mes proches. Dans ces cas-là oui, je peux même frapper en premier, mais il faudrait vraiment l'avoir cherché. Je préfère toujours passer par plusieurs avertissements. Evidement le nombre d'avertissements est à la tête du client, ça je dis pas. Et bien sur, il y a des gens que je frapperai jamais. Les gens auxquels je tiens, la question se pose même pas, quel que soit mon état d'énervement j'oserai jamais lever la main sur eux. Bon, sauf mon frère, mais ça c'est autre chose. Nous taper l'un sur l'autre c'est un peu notre façon d'exprimer notre affection, il sait encaisser les coups aussi bien que les rendre. D'ailleurs mon frère, quand je me bats c'est généralement à cause de lui, déjà parce qu'il a plus tendance à s'attirer les ennuis que les autres, et puis parce que je suis avec lui la plupart du temps. Mais du coup oui, il m'arrive encore d'être impliqué dans des bagarres à la sortie des bars, de temps en temps.

    Dam a écrit:
    Si quelqu'un insiste sur la question, bon ça dépendra de la personne, mais j'aurais plus tendance à dévier la conversation, et si ça marche pas je risque de me barrer. Il m'est déjà arrivé une seule fois de repousser un peu brusquement une personne qui se montrait vraiment trop lourd, mais j'évite. Sinon généralement j'ai pas de problèmes à en discuter avec mes proches. Bon, sauf mes neveux, parce qu'ils sont encore un peu jeunes pour ce genre de sujets. Mais avec le reste de ma famille, j'ai pas de souci à aborter ces thèmes-là, en particulier avec Brian. Ah, et puis bien sur mon géniteur, cet homme merveilleux. Là le sujet est complètement proscrit, même avec Brian.

    Dam a écrit:
    -Il y a plusieurs personnes dont vous dites toujours qu'ils vous ont sorti du gouffre. Je vous le répète à chaque fois, mais ne minimisez pas votre propre action. Vous avez vraiment de quoi être fier de ce que vous avez accompli.
    -Ah, mais je le suis! Je connais les chiffres Doc', je sais quelles étaient les chances de m'en sortir. Ce que j'ai traversé, pas tout le monde en est capable, je le sais bien. C'est un énorme effort de volonté, entre autres sur le maintien de mon rythme de vie extrèmement rigoureux. Tenir une hygiène de vie sans reproche, avec des horaires clairs et précis, ça pèse à un certain moment. Mais je sais aussi que je n'en aurais pas été capable sans mes proches. Ma famille oui, qui m'a aidé à m'en sortir et aujourd'hui m'aide à tenir cette hygiène de vie, mais aussi beaucoup d'autres personnes. Vous, et encore actuellement d'ailleurs. Même si on en a fini avec la thérapie à proprement parler, le fait de continuer à venir ici tous les jeudis soirs m'aide énormément, ça a quelque chose de rassurant. Tous les médecins et psychologues du centre, évidement. Mon patron actuel, même si lui m'a aidé d'une façon différente, en acceptant d'engager un ex-toxico entre autres. Et puis Erik, mon ancien parrain d'abstinence. Même si je ne l'ai jamais revu depuis que j'ai arrêté de travailler avec lui en 2012, parce que je souhaitais, hum, un peu plus de liberté... Ce serait ridicule de nier qu'il m'a énormément soutenu les deux premières années. Même si les autres étaient bien plus proches de moi, lui était déjà passé par là, donc il savait exactement quels moments étaient problématiques et comment me soutenir.
    -A ce propos, vous ne voudriez pas devenir parrain d'abstinence?
    -Non. J'ai franchement pas envie. Je ne suis pas doué pour ce genre de choses, je pense que je risque plus de nuire qu'autre chose. Et ma mutation arrange rien. Je sais qu'après que tant de personnes aient été là por moi, je dois payer ma dette à la société. Mais j'ai trouvé d'autres façons de le faire.
    -D'autres moyen d'agir... J'allais vous poser la question quand vous parliez de votre rapport à la mutation, vous m'avez avoué la semaine dernière avoir rejoint une nouvelle organisation. Il s'agit de la Confrérie des Mutants, n'est ce pas?

    Dam a écrit:
    J'avais connu le racisme, avant, mais ça c'était inimaginable. Comment s'attendre à ce qu'au vingt-et-unième siècle on puisse encore commettre de telles atrocités, quelle que soit leur raison? Quelle que soit la raison, parce que je ne pense pas qu'ils agissent réellement au nom de la religion. Un groupe d'imbéciles faibles d'esprit, complètement hyptonisés par un vrai psychopate. Dieu, là-dedans, n'est qu'un pretexte pour le "Révérend" de mener sa croisade raciste. On était térrifiés, on se croyait sur le point d'une guerre génétique ouverte. Mais elle est pas arrivée. L'affaire est retombée, comme si tout le monde l'avait oubliée. Comme si c'était un simple crime sans importance. Seulement la Confrérie a réagi, un peu plus tard, le coup d'éclat qu'était Yggdrasil. C'était ma première vraie bonne impression de la Confrérie. Leurs actions étaient clairement trop viloentes, et on touché des personnes innocentes, mais leur but était de marquer les conscience, et ils l'ont fait. Peut-être pas de la bonne manière, peut-être que leurs cibles n'étaient pas les bonnes, mais ils ont agi. C'est là que je me suis dit que moi aussi, je devais réagir.

    Alors, le terme "gros bras" était volontairement exagéré Rolling Eyes Et les trois autres n'étaient pas sensés en être, mais c'est vrai qu'à la relecture c'était absolument pas clair. Le point de vue subjectif en rend mal compte, mais même s'il a accès à des stocks un peu plus importants et plusieurs "employés", Blue reste un dealeur à relativement petite échelle. Et du coup oui, le Speed X était complètement hors-sujet, au temps pour moi (En plus d'être anachronique). Du coup:

    Dam a écrit:
    J'ai assomé ses trois chargés de sécurité avant qu'ils se rendent compte de ma présence. Faut dire qu'ils étaient pas très attentifs, je sais pas combien il les payait mais dans tous les cas c'était trop. Je suis tombé sur Blue et deux types avec qui il discutait, tranquilement. J'peux vous dire que le gars a pas eu le temps de se lever et de sortir son flingue avant de se retrouver face contre terre. Je les ais tous attachés, au milieu de leur stock, deux douzaines de kilos d'héroïne et d'herbe

    Dam a écrit:
    J'ai beaucoup moins porté le costume, en 2014. L'apparition du Speed X n'a pas pu changer ça, malgré toute mon envie de remonter à la source de cette saloperie. De toute façon, aussi détestable que me paraisse l'idée, ce n'était pas à moi d'agir sur ce plan-là. J'aurais aimé hein, mais je savais bien qu'à mon échelle tout ce que j'aurais pu accomplir c'et me faire tuer. M'enfin bref, j'ai moins agi l'année dernière. Jusqu'en septembre.

  • Talents Particuliers:
    Dam a écrit:
    à part mes quelques connaissances de la rue, pas vraiment. C'est surtout connaitre les différents prix en cours, savoir vers qui se tourner quand on cherche des informations ou des produits, savoir facilement reconnaitre les dealeurs à leur comportement... Des connaissances un peu plus "actives" aussi, crocheter des serrures ordinaires aussi, m'enfin là j'ai la théorie plus que la pratique. Le cambriolage, c'est clairement pas mon domaine.

  • Possessions:
    Dam a écrit:
    -Et du point de vue financier, tout se passe bien?
    -On gère. Jusqu'à présent je recevais dans les 1400$ par mois, et comme on est propriétaires de l'appart, aucun problème. A partir du mois prochain je vais passer en mi-temps, à cause de mes activités externes. Donc je tombe à un peu plus de 700$. Avec les petites sommes que rapporte Brian avec sa bourse d'études et son travail du week-end, plus le fait qu'on peut manger tout frais payés à la Confrérie, on saura s'en sortir. On roule pas sur l'or, mais c'est pas comme si on n'avait pas l'habitude.


Voilà voilà, je crois bien que tout y est! Very Happy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: Damian Clester - Damoclès? C'est qui ça? [Terminé]   Dim 5 Avr - 7:30

Rien à dire de plus.

Un admin va passer valider ta fiche

tu peux oter les couleurs et bienvenue à la Confrérie

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Clester
Apprenti Gamma
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 22/02/2015
Age : 23

MessageSujet: Re: Damian Clester - Damoclès? C'est qui ça? [Terminé]   Dim 5 Avr - 10:14

Yhea

C'est fait, merci! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: Damian Clester - Damoclès? C'est qui ça? [Terminé]   Dim 5 Avr - 17:08

Félicitations, nouveau Apprenti Gamma, les portes de X-men rpg te sont enfin ouvertes!

Avant de commencer à jouer, n'oublie pas d'aller te recenser sur la liste des avatars , la liste des pseudos et la liste des pouvoirs.

S'il s'agit d'un double compte, pense aussi à poster sur la liste des multi comptes.

S'il s'agit d'un personnage marvel, n'oublie pas de te signaler sur cette liste.

Enfin, si tu veux qu'un joueur joue quelqu'un que tu as évoqué dans ta fiche, merci de remplir le formulaire que l'on trouve ici. N'oublie pas de mettre le lien vers la fiche de ton personnage dans ton profil, et si le cœur t'en dit, tu peux aller rédiger une fiche de relation ici.

D'avance merci et surtout, bon rp parmi nous!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Damian Clester - Damoclès? C'est qui ça? [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Damian Clester - Damoclès? C'est qui ça? [Terminé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» - Forgive me for being what I am - [Louna+Damian]
» Brian Clester [Terminé] Enfiiiiin!\o/
» saloperie d'eczema !
» Déterminés à rendre pleinement témoignage
» sur le site du mfa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Avant de commencer... :: Le Bureau des Inscriptions :: Fiches validées-
Sauter vers: