AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Qui suis je ? VI (post Bleecker street)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Qui suis je ? VI (post Bleecker street)   Mar 3 Fév - 10:10

(vendredi 17 octobre - environ 15h)


"qui suis je ?" cette question me revient encore une fois. J'ai l'impression d'etre tellement de choses, tellement de personnes différentes que je m'y perds.

Suis je un mutant, un tout jeune adulte, un fils, un copain, un petit ami, un futur X-men ... ou bien rien de tout ça.
Est ce que je me complique tout seul la vie. Les autres se posent ils autant de questions.
Sean par exemple, meme si ce n'est pas un bon exemple, j'ai l'impression qu'il se fiche de tout, que rien ne peut l'atteindre. Quand il est sorti de l'infirmerie samedi dernier, il est passé me voir. Il avait un peu de mal à parler, c'était ... étrange mais reposant, mais il souriait. Il se pavanait meme avec son pansement. Je crois qu'il n'était là que pour la frime, Irina et les infirmières l'avaient totalement soigné et je ne m'étais pas trompé. Il m'a dit que plusieurs filles étaient venues le voir, des filles qui ne lui avaient jamais adressé la parole auparavant.
J'avoue ne pas comprendre. Qu'est ce que cela lui apporte ...
Kamen lui n'est toujours pas rentré. Je suis inquiet mais lui aussi est adulte.
Quand à mon père ... c'est devenu encore plus compliqué. J'ai l'impression que c'est moi l'adulte et lui l'ado. Je l'avais jamais vu comme ça, aussi bouleversé.
Quand je me suis réveillé l'autre jour à l'infirmerie, il était toujours là. Ça m'a réconforté et soulagé. Il ne m'avait pas laissé. Je l'ai regardé un moment. Il avait les yeux clos, des cernes les soulignaient. Sa bouche avait quelque chose de dur et d'intransigeant, comme s'il avait pris une résolution et qu'il ferait tout pour si tenir. Mon père est tenace, pire qu'un pitbull. Il ne lâche rien. Jamais.
J'ai vu aussi des rides que je n'avais pas remarqué jusque là. De toutes petites rides, si fines, près de ses yeux, sur son front. Et quelques cheveux blancs. Ca m'a fait un choc. Il me paraissait si vieux et si vulnérable.
Puis il s'est tourné vers moi et j'ai vu son regard. Si noir, si profond, si résolu, si plein d'amour et de violence. Il m'a sourit. Je lui ai retourné son sourire. Pas besoin de parler, c'était pas la peine. Nous nous comprenions. Et moi j'ai compris que l'éducation fait bien plus que la génétique. Que se sont les gens qui nous élèvent qui font d'un enfant un adulte.
J'ai compris aussi pourquoi Cait se bat autant pour Jade et Aislinn. J'ai vu dans le regard de mon père celui qu'elle porte à ses filles. L'aurait il fait ... aurait il été jusqu'au bout. Karl aurait il pu l’empêcher comme l'a fait Aislinn. L'amour d'un parent est sans limite, bien plus profond et violent que n'importe quel autre amour. Bien plus en tout cas que celui d'un enfant pour ses parents.
Et quel rôle ingrat, pas un merci, pas de reconnaissance, et si peu de retour. Combien de fois je lui ai dit ... que je l'aimais. Combien de fois je l'ai remercié pour tout ce qu'il m'avait donné et me donnait encore aujourd'hui.
J'ai toujours trouvé ça normale et logique, après tout c'est lui le père ; lui en voulant de mes humeurs, de mes échecs, de mes caprices ...
combien de fois je l'ai rejeté ? Combien de fois en a t il souffert ? Me l'a t il jamais reproché ?
Mais il était là, encore une fois. Il avait fait tout ce trajet rien que pour moi. Parce qu'il s’inquiétait et qu'il m'aimait.
J'aurais voulu lui dire, lui faire comprendre mais les mots n'étaient pas venus. Je crois quand meme qu'il a compris. Puis Karl est arrivé avec cafés et croissants, il nous a regardé avec un drôle de sourire. Lui il a compris, il le sait depuis toutes ces années qu'il nous observe. Il est bien plus malin et intuitif qu'il ne le paraît. Lui aussi je l'aime ... oui je vous aime tous les deux. Les filles ont de la chance c'est plus facile pour elles d'exprimer leur sentiment.
Ils ont fini par repartir, père voulait que je rentre, j'ai refusé. Qu'irais je faire à Miami ? NY est devenu mon chez moi. Ok, entre Jade et moi c'est compliqué, Sean ... vit sa vie et Kamen n'est pas là mais c'est quand meme chez moi, j'y ai mes amis, amies ... ma vie quoi. Je me suis meme habitué au climat pourri comme quoi tout arrive.

Enfin, voilà, aujourd'hui je vais avancer encore un peu sur mon chemin tortueux. Je vais voir non pas Amy la psy mais Amy la mère. Je me demande ce qu'elle a pu ressentir, comment a t elle vécu tout cela ... Cait voulait tuer tout le monde mais Amy ... J'ai vu sa passation. Elle n'avait qu'un an de plus que moi. Elle faisait équipe avec Cait bien sur ... et moi ... aurais je quelqu'un à mes cotés ... A vrai dire je me demande si c'est pas plus simple tout seul, n'avoir que soi à s'occuper n'est déjà pas évident alors une personne à laquelle on tient le plus ... Je ne crois pas ... plus être capable de protéger qui que ce soit mais les X travaillent en équipe, ou du moins en binôme. Verrais je une nouvelle fois quelqu'un mourir ... Cet attentat n'était il qu'une sorte d'entrainement, un entrainement bien réel, une épreuve. Ai je échoué lamentablement ? J'ai choisi cette gamine, laissant mes amis, laissant Jade ... dois je le regretter ? Qui faut il privilégier ? Comment savoir ce qui est bien ou pas si rapidement ?
Est ce que ça s'apprend ?


-----

Devant le bureau d'Amy, il hésitait. N'ayant pas pris rendez vous, le chat ne savait meme pas si elle était là ou pas, si elle était dispo ou pas. Peut importe. Tout ça c'était fait sur un coup de tête. Elle était là tant mieux sinon ... tant pis. Il était vêtu à son habitude d'un jean gris, une chemise et les pieds nus. Il leva la main et frappa attendant poliment la réponse avant d'entrer.

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Qui suis je ? VI (post Bleecker street)   Dim 8 Fév - 20:03

Vendredi 17 Octobre 2014 – 03 : 06 P.M.
Je suis là, toujours. La pièce aussi. Je suis toujours cette même logique, elle également. Finalement, peut-être m’y suis-je inscris plus que je ne l’avais cru, plus que je ne l’aurai voulu. Pas assez, également. Murs et meubles n’ont pas bougés, il y a toujours le large bureau au plan de travail en verre plastifié encadré de trois chaises, l’armoire à portes vitrées et à étagères accolée contre le même mur que l’évier tandis que la fenêtre au fond est toujours équipée de stores verticaux. Il y a également toujours la jeune femme brune aux yeux bleus et à blouse blanche tâchant de se vêtir avec du marron et du gris accompagnés d’une petite touche de vert et parfois de noir, en roue de secours, et prenant des notes avec son carnet blanc et son écriture rapide. Combien pour venir ici participer à cela ? David, Jade, Kaede, Sanzo, Rachel par le passé. Ariella, Jade et Sean pour le présent. Les traumatisés de Bleecker Street ne sont pas tous venus, même quant je leur ai demandé. Je n’ai pas le droit de les forcer, légalement, mais légalement je n’ai pas non plus le droit de les suivre ; comme bien souvent, je me la ferme et j’obéis. Ça me va, j’ai suffisamment de choses complexes à gérer pour m’emmerder là-dessus aussi et je n’oserai pousser ma gueulante de toute façon. Je courbe l’échine, ça non plus ça n’a pas changé.

Au moins suis-je organisée en fonction de mon emploi du temps et en dispose-je relativement comme je le veux. Les patients extérieurs aux événements récents occupent une petite partie de mon temps mais à part les aider à accepter leur mutation – ce qui est le plus dans mes cordes puisque c’est là-dessus que j’étudie – je ne leur suis pas bien utile. J’ignore si c’est l’Institution qui attire les problèmes ou New York plus généralement, je sais juste que les destins qui n’ont pas été brisés avant d’arriver ici le sont lorsqu’ils sont ici. Moi je sers à recoller les morceaux derrière, ce qui manquait cruellement quand j’étais à leur place.

David Haller est reparti, mon horaire du 15-16h le vendredi est donc libre. C’est cool, ça me va, je vais tailler la discute avec Irina et Teryl, de temps à autre mentalement avec Rachel ou Nobody, je prends un thé et des biscuits, j’arrête de me plonger à bras le corps dans la déprime et les problèmes d’autrui au risque de finir embourbée moi-aussi. J’ai passé beaucoup de temps à l’Infirmerie en tant que patiente, suffisamment pour sympathiser avec les infirmières, pouvoir y être sans avoir de problème est plutôt cool : je préfère largement partager une pause discussion plutôt qu’un examen médical. C’est volontaire que d’y rester même durant mes heures de trou puisque je tiens à rester disponible au mieux pour les imprévus ; et c’est une excellente idée car les imprévus sont nombreux, généralement. Le fait d’être dans une petite Institution engendrant énormément de problèmes, sans doute.

Et aujourd’hui, l’imprévu me fait poser mon gobelet alors qu’il passe, vêtu de tristesse et de solitude. Sanzo. Il ne m’a pas vu, comme s’il marchait au radar, et a toquée à la porte de mon bureau. Il fait parti des premiers que j’aurai aimé suivre mais il ne voulait pas dans l’immédiat après et son père ne m’apprécie guère plus que je ne l’apprécie, je suppose donc que s’il l’a encouragé à aller consulter ce n’était pas auprès de moi. On lui a laissé venir voir son fils lorsqu’il a apprit que ce dernier était blessé, une chose qu’il a sue avant même que l’Institut ne l’en informe et c’est bien pour cette raison qu’il restait, une fois entre nos murs, surveillés ; Reiji Aoe n’est pas un allié, il est déterminé à trouver nos secrets et c’est une chose que nous ne lui permettront pas. Je ne suis plus sur l’affaire et comprends qu’on sépare l’Institut des X-Men, une chose bien heureuse, mais je crains qu’il trouve quelque chose pour nous nuire ou nous faire chanter. Une chose idiote puisqu’il a plus à gagner à ce qu’on s’occupe de ce fils qui veut nous rejoindre et puisque le faire tomber ne serait pas difficile mais ce n’est pas une personne que j’estime beaucoup.

A l’inverse dudit fils. Sanzo, à une époque il aurait pu devenir un ami comme il l’était pour Caitlyn et pour Jade, puis je n’ai plus été définie qu’en fonction d’elles. Maintenant qu’il y a une rupture, sans doute pourrais-je à nouveau être plus mais ce n’est pas ce que j’aurai souhaité. Je le respecte pour sa bonté même si elle confine à la naïveté tout comme je me désespère de son absence de subtilité ; pire que moi, c’est dire. J’en suis venue à considérer qu’il y avait 50% de chance qu’il touche en plein cœur et 50% qu’il manque la cible, pour imager, mais mes statistiques sont basées sur des observations et des rapportages donc elles n’ont pas de valeur autre que l’image.

En tout cas, le voir ici déclenche l’ambivalent sentiment de contentement, pour pouvoir enfin l’aider, et de tristesse, parce qu’il a besoin de mon aide. Je m’approche de lui doucement, l’appelant par son prénom avant de le rejoindre histoire d’éviter de le surprendre ; d’ordinaire je lui aurai souris et faite la bise mais cette fois je me contente d’être douce et mesurée.

- Merci d’être venu, lui dis-je doucement, poussant la porte et l’invitant à entrer de la main.

Inutile de lui demander comment cela va, je le vois bien. Je le conduis jusqu’à sa chaise, attendant qu’il se soit assit pour contourner le bureau à destination de la mienne.

- Il n’y a personne à cet horaire, précise-je durant mon mouvement, ne t’inquiète pas pour ça. Si tu veux, je peux même te le réserver.

Je m’assois, je lui fais face, attendant sa réponse. A dire vrai, j’attends qu’il parle tout court, prête à l’encourager pour qu’il le fasse si nécessaire. Il est venu mais peut-être a-t-il besoin d’un coup de pouce pour commencer.

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Qui suis je ? VI (post Bleecker street)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Laisser aller, dépression post partum et idées noires.
» voilà, j'suis là aussi
» doumeni : Je suis nouvelle...
» Bonjour je suis nouvelle
» Ma collec (finalement je suis raisonnable lol)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: L'Institution Charles-Xavier et Alentours-
Sauter vers: