AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tonight [Caitlyn;Rachel]

Aller en bas 
AuteurMessage
Animation
PNJ
avatar

Messages : 150
Date d'inscription : 05/04/2012

MessageSujet: Tonight [Caitlyn;Rachel]   Dim 25 Jan - 18:23




Samedi 8 Novembre 2014
20h30
NBC


Le jingle de l’émission commença. Il fut suivi par les cris et applaudissements du public qui n’attendait maintenant plus qu’une seule chose, l’entrée en scène d’une des présentatrices les plus populaires et influentes des médias.
Le plateau de son émission détonait à côté du cadre habituel des talkshows. Ici, pas de bureau, pas de grande baie vitrée avec une vue urbaine de nuit en arrière-plan. Le décor se voulait beaucoup plus intime et décontracté, on était chez elle comme on était chez nous. Sur le parquet foncé, du mobilier, en bois lui aussi, était disposé ici et là pour accueillir divers plantes et compositions florales, ainsi que des cadres photos et des bibelots.
A l’avant de la scène, trois grands fauteuils rouges vifs étaient placés en arc de cercle au centre de l’espace, alors qu’une immense souche d’arbre, faisant office de table basse et sur laquelle étaient posés trois mugs et des fleurs, venait briser l’aspect télévisuel en apportant un côté plus salon à l’ensemble.
Le public, quant à lui, était séparé en trois grands groupes, se plaçant sur toute la hauteur des gradins s’élevant sur une dizaine de rangées.
Les multiples caméras formaient une lisière entre ces deux parties, filmant à tour de rôle la présentatrice, ses invités ou bien les réactions des spectateurs.
Au fond du plateau, les immenses portes, faites de plaques lumineuses bleues, s’ouvrirent enfin sur un rideau argent d’où apparut Ellen Stone. La cinquantaine, bien qu’elle paraissait largement dix ans de moins, la présentatrice avait les cheveux blonds platine courts coiffés en brosse et ses yeux grands bleus radieux faisaient pétiller l’ensemble de son visage. Comme d’habitude, elle était habillée de façon très masculine avec un costume gris légèrement irisé et une chemise rouge à carreaux, l’air aussi bienveillante et dynamique qu’à l’accoutumé.
Les acclamations du public redoublèrent et comme d’habitude, elle fit son entrée d’une manière presque nonchalante, comme si elle arrivait chez elle, en saluant chaleureusement les spectateurs par des sourires et des gestes de la main.

_ Merci ! Merci beaucoup ! C’est fantastique ! Elle fait un léger mouvement des mains pour inviter le public à s’asseoir,  Merci beaucoup ! Assoyez-vous, je vous en prie !

Les spectateurs prirent place et peu à peu et les cris et applaudissements se tarirent, la laissant commencer l’introduction de l’émission.

_ Merci beaucoup d’être là ! Je suis tellement heureuse d’être avec vous ce soir ! Elle attend d’avoir le silence complet du public pour reprendre avec un air légèrement plus grave, Si vous avez suivi les actualités de ces dernières semaines, et j’espère que vous l’avez fait, vous avez très certainement entendu  parler des récents évènements de New York.
Ils occupent toujours aujourd’hui une place importante dans les médias pour une raison évidente : l’implication des mutants, autant du côté des terroristes que de celui des héros, dans cette journée dont chacun de nous devra se souvenir, qu’il y ait été touché personnellement, ou pas. Elle a marqué un tournant décisif dans notre histoire, celle-là même qui lie les humains mutants à ceux non mutants, et c’est pourquoi il est important d’arriver à en parler, à dialoguer pour que les deux partis s’entendent.


Le public reprit ses applaudissements avec enthousiasme pour montrer son accord avec les mots d’Ellen qui le couvrait du regard avec un léger signe de tête.

_ L’émission de ce soir est un peu spéciale puisque nous allons recevoir deux invitées particulières. Les deux jeunes femmes qui vont venir s’asseoir avec moi font partie d’un groupe aujourd’hui bien connu des médias et du public, je veux parler de celui des « X-men ». Vous les avez probablement aperçues dans les différents articles télévisés, internet et papiers, suite à l’attentat du 29 septembre dernier, et ces deux jeunes femmes font partie des nombreux héros de cette journée.
Par héros, je n’entends pas l’archétype du justicier masqué, mais toutes ces personnes qui ont su trouver la force et le courage d’aider les plus désorientés, traumatisés et blessés. Ceux, qui sans rien attendre en retour, ont réussi à s’organiser pour sauver des vies, par tous les moyens possibles en s’alliant entre mutants et non mutants.
J’ai l’honneur aujourd’hui, de pouvoir les questionner,  avec votre aide et celle des internautes qui auront la possibilité de réagir en direct sur twitter, pour lever le voile sur les X-men, apprendre à mieux connaître les mutants, et mieux les connaître, elles, en tant que membres des X-men, en tant que mutantes, mais aussi, et surtout, en tant que personnes humaines.
Je vous demande donc d’accueillir chaleureusement nos deux invitées, le Wonder Beaver et Phénix des X-men !


Alors que le jingle redémarrait, le public, particulièrement impatient, reprit ses acclamations et Ellen pivota légèrement pour faire face à l’entrée sur la gauche du fond lumineux bleu du plateau, qui entre temps avait été partiellement recouvert d’un écran pour diffuser les futurs tweets. Les deux invitées arrivèrent et elle ouvrit un bras vers elles, les invitant à approcher en souriant et en se montrant la plus rassurante possible pour ces jeunes femmes peu habituées aux plateaux télévisés. Quand elles arrivèrent à son niveau, elle tendit la main à chacune d’elles, libre aux deux mutantes de répondre à ce geste, avant de les inviter à s’asseoir dans les fauteuils, celui sur la gauche du plateau, ainsi que celui du milieu, alors qu’elle prit elle-même place dans celui de droite.

_ Bonsoir, bienvenue et merci beaucoup d’être ici ! Comment allez-vous ?
Je suis tellement heureuse de vous avoir ici, merci encore.


Alors que le silence se fit enfin dans le public, Ellen s’apprêta à reprendre la parole…

« I LOVE YOU BEAVER ! »

Mais c’était sans compter sur une fan particulièrement dévouée. L’interruption fit glousser le public, entraînant rapidement la présentatrice avec lui alors qu’elle se tourna vers Caitlyn.

_ Votre célébrité vous précède !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 31

MessageSujet: Re: Tonight [Caitlyn;Rachel]   Lun 26 Jan - 6:59




Bureau du Professeur X, Mi Octobre 2014


Vous n'êtes pas sérieux, prof' ? Mais mais mais....Vous savez , des gens REGARDENT cette émission, mais plein en plus ! ….quoi c'est le but ? Mais pourquoi moi ? Je...je représente l'Institut ok mais pas les X Men ! Et puis qu'est ce que je vais leur dire ? ...Comment ca rester moi même ?! Vous voulez qu'on passe pour un groupe de geeks attardés, une compagnie de pequores ? Avocate et à la télé c'est pas pareil, désolée je vais juste une fois de plus me ridiculiser...et puis sérieux...Rachel....le borgne qui guide l'aveugle...On va tous finir au BAM ! A Part faire une rubrique pizza, j'vois pas ce que...oui important mais....non aussi c'est sur mais....oui mais....mais......m.....merde ! Voilà je serais grossière, vous aurez honte, les x men auront honte et Amy aura honte et elle va m'engueuler ! Pourquoi je peux pas y aller avec elle ? Quoi pas médiatique ? Wonder beaver c'est de la couille, tout le monde se fout de fuzzy ! Et Puis Ellen Stone merde ! La seule présentatrice ouvertement lesbienne et qui défend le droit des gays, c'est complètement cliché, ils vont en parler...tout le monde sait que le beaver est arc en ciel, et zut ma sexualité n'est pas un étendard Y______Y.... Et si je pleure très fort, j'irais pas ? Et ma vie privée, on y pense à ma vie privée ? qu...quoi ? Mais là franchement rien à péter de la tolérance et du respect des différences la différence c'est que vous aurez les fesses vissées sur votre skate board, avec une tisane et derrière votre écran et MOI je ferais la gugusse devant des millions de lourdos qui me jetteront ensuite des cacaouete dès que j'irais m'acheter des tampax au centre commercial !! Elle est là la différence !Nan mais déjà les films de boules avec Wonder beaver...c'est chaud alors après...Hein... ?..Ah il y en a aussi avec Phénix ? Noooon...Comment vous savez ça ? Bon c'est pas le sujet...
Z'avez qu'à envoyer Sage, tiens...Comment ? Pas assez conviviale....Oui bon c'est sur elle n'inspire pas le porno, elle....Mais Ellen Stone Quoi ! On va finir par se faire la choré de YMCA des village people avant la fin du générique...Et puis gérer Rachel....déjà faut me gérer moi !
…..
Est ce que...Est ce que avec votre pouvoir vous pourriez rendre amnésique les téléspectateurs ? Genre vu et oublié dans la foulé comme un film avec Nicolas Cage ! Quoiiiiii ? Je cherche des solutions ! Je veuuuux pas y aller T____T


_____________________________________________________



Morte de trouille, c'est peu de le dire !
J'ai huit ans, non 5 ans....Déjà j'ai failli m’étouffer deux heures auparavant lorsque j'ai rencontré Ellen, c'est que ce n'est pas n'importe qui, j'admire énormément son combat pour la cause homosexuelle et son look golden boy n'est pas sans dégager une certaine tension sexuelle, sa poignée de main franche et son regard et sans équivoque, on est du même bord et elle le sait, on a un « radar » pour ce genre de chose, j'arrive pas à croire que je suis là, j'arrive pas à croire que je sert la main de ma sœur ainsi à l'écraser tellement j'ai les fesses qui font bravo de peur.
Le show va commencer, les caméras vont tourner.
Là dans le public il y a Amy et les filles, il faut que je les trouves rapidement du regard comme ça j'aurais moins peur, on ne s'est pas vu depuis deux heures, elles sont restées en backstage au départ Jade furetant partout avec excitation , Aislinn à peine intéressée et Amy aussi stressée que moi. Rachel ne pas lâché la main depuis qu'on est sorti du maquillage, j'ai peur et elle le sait.
J'ai essayé de prendre des précautions, je suis en tenue d'apparat, le wonder beaver dans toute sa splendeur, combi et veste rouge sang excepté mon colt, mes lunettes de soleil bleutées et les cheveux frisés pour une fois parce qu'en les défrisant ensuite, peut être que j'aurais des bribes d'anonymat, enfin j'espère...
Ellen sur le plateau commence son speech et j'ai une fulgurante envie de pisser, mon cœur s'emballe. Mon regard croise celui de Rachel toujours main dans la main.

Je..je préférai latter du méchant....sérieux..Désolée de te broyer la mimine..


C'est parti !
Je ne vois plus rien malgré mes lunettes, ca va vite, le cœur bat à rompre, des applaudissements, Ellen vient vers moi et je lui serre la main ayant lâché celle de ma sœur avant de pénétrer sur le plateau, je souris mais je reste monstrueusement crispée, on dirait un robot. Un leger mouvement de bonjour pour le public avant de remercier dix fois trop d'une voix tremblante.
Je ne fais que suivre en tentant surtout de ne rien faire de compromettant ou de ridicule.
Je suis heureuse de trouver le siège et j'essaye enfin de regarder le public pour trouver mes proches, je n'y arrive pas pour l'instant.
Je repond des civilités banales à la demande qui m'est faite, «  Ca va bien merci ! » Mon dieu c'est si peu crédible.
Et puis un cri et je me tends, je cherche du regard sans trouver alors qu'il y a des rires, je me tasse.

_ Votre célébrité vous précède !

C'est à moi ??? A merde ! Je regarde Ellen, hallucinée. Un léger sourire pour gagner une ou deux secondes

- C'est...c'est à cause de l'uniforme...ca émoustille toujours, enfin..je crois.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: Tonight [Caitlyn;Rachel]   Lun 9 Fév - 18:31

Samedi 8 Novembre 2014 – 08 : 25 P.M.
Elle avait été préparée. Elle avait été préparée pour ne pas dire entraînée. Ce n’était pas là son milieu naturel et pourtant Rachel se devait d’y faire face et d’y être comme elle voulait qu’on l’y voit. Ce ne serait pas simple, ce ne serait pas violent, ce ne serait pas mortel ; elle le savait. Son cœur battait plus rapidement que la normale, à cause du stress, et elle savait que les cinq minutes de décalage avant la transmission, chose naturelle dans les émissions en direct mais remettant en cause le principe même du direct, ne seraient d’aucun secours si cela se passait mal. Montrer une bête en spectacle n’en revenait pas moins à montrer une bête et elle en avait conscience. Non ce n'était pas un freak-show mais il y avait un peu de cela comme de beaucoup d’autres choses et l’Echo restait consciente du danger qu’elle représentait. Tout autant que de pourquoi elle était là. Un nouveau combat, différent, plus insidieux, plus pervers, mais un nouveau combat tout de même. Le combat qui pourrait peut-être tout changer. Ce soir c’était le premier round et elle était prête. Prête à faire ce que les siens n’avaient jamais fait dans l’espoir que cela, et ses suites, permettent que ce monde ne devienne pas comme le sien.

Elle avait été préparée. Nul besoin de la maquiller, elle l’avait fait seule et elle l’avait fait correctement. La base hydratante d’abord, le fond de teint ensuite pour uniformiser la peau, le correcteur au cas où elle ait de légères cernes, la poudre libre pour fixer le fond de teint et le correcteur, le crayon à sourcil pour s’assurer que la courbe du sourcils soit parfaite, le fard à paupières avec une couleur claire dans le coin interne de l'œil et une autre foncée au coin externe pour agrandir et illuminer le regard, l’eye-liner avec un discret trait au-dessus de la paumière supérieure afin de souligner, le mascara pour recourber au mieux les cils et de finaliser la mise en avant de son regard, le blush pour accentuer ses pommettes et lui donner bonne mine, le crayon à lèvre pour bien définir le contour des lèvres même si ce n’était pas réellement nécessaire avec les siennes, le rouge à lèvre le plus naturel possible surtout pour uniformiser la couleur et valoriser, et enfin le gloss pour faire briller les lèvres dans le même but que précédemment. Pareillement pour la coiffure : ses cheveux roux avaient été brossés afin de tomber de part et d’autre de son visage et bouclés artificiellement au niveau des mèches, laissant la partie encadrant sa face lisse pour encore plus mettre en avant celle-ci. Et tout cela, elle l’avait fait seule, n’ayant pas la moindre confiance en les inconnus du studio. C’était plus discret que ce qu’elle pouvait s’amuser à faire pour se faire plaisir mais ce n’était pas l’idée, il s’agissait bien de se mettre en avant et de donner une image maîtrisée d’elle ; et insister sur l’apparence physique et la douceur légèrement enfantine de celle-ci était un choix cohérent. L’Echo avait put observer qu’il valait mieux être mignonne qu’intelligente et sans s’attendre à faire la potiche elle mettait en avait ses atouts, les premières choses pour lesquelles on lui donnerait du crédit. Et à ce niveau-là d’ailleurs, son habit n’était pas en reste : du fait de l’absence de consignes vestimentaires pour l’émission elle avait put faire quelque chose dans son style habituel de monstration, tout en ne cherchant là-encore pas à se faire plaisir mais à être mesurée et maîtrisée. Mêlant le court et le transparent, la robe moulante bleue lui descendait jusqu’au milieu de ses cuisses et lui remontait jusqu’à sa poitrine en un bustier pour la partie opaque, mettant en valeur ses mensurations, avant de continuer d’une autre partie transparente bleuté agrémentée de vagues bleues qui s’en allait jusqu’à sa gorge et ses poignets. Comme conclusion au reste, des chaussures à talon aiguille grises lui offraient encore des centimètres supplémentaires et amplifiaient sa démarche en s’alliant au moulant.

Elle avait été préparée. Inutile de dire que si sa tenue avait due obtenir approbation, sa sortie également et pas uniquement du côté des X-Men. Rachel n’avait pas de petit carton à réciter mais la leçon lui avait été faite plusieurs fois tant côté X-Men que côté MI-13, qui avait envoyé quelqu’un sur place à l’instar du BAM ; mesures nécessaires. Il fallait maîtriser les discours qui seraient tenus ce soir et nul doute qu’on voulait maîtriser le sien également. En tout cas une fois briefée par les forces en présence elle avait finie par avoir le droit au briefing des forces déjà présentes et plus qu’un tour de plateau et des présentations avec les principaux interlocuteurs c’étaient les consignes de tournage qui lui avaient été données. Heureusement qu’elle n’écoutait pas sinon l’Echo aurait eut beaucoup de choses à retenir.

Immobile du haut de son mètre presque quatre-vingt à présent, Rachel attendait yeux clos et une main broyée par une Caitlyn différemment stressée qu’elle-même ; elle lui serrait la main en retour, pour lui montrer sa présence au calme factice. Elles étaient dans les coulisses jusqu’à ce que les choses commencent, flanquées d’un technicien recevant ses indications par oreillette, même si ses sens psychiques lui indiquaient tout ce qui se passait autour d’elles et que son attention mentale était accordée à ce qu’elle savait être les points névralgiques de l’installation ; mieux valait un soucis technique qu’une mauvaise prestation. Les assurances paieraient les dégâts.

La Ptite Rousse leva la tête vers la Grande qui tourna la sienne vers elle, ouvrant les yeux pour révéler l’émanation dorée et stylisée lui émanant de l’œil gauche afin de manifester son attention, quand bien même elle discutait avec Amy et Sage au même moment.

- Je… je préférai latter du méchant… sérieux… Désolée de te broyer la mimine…

Un sourire puis l’Echo se baissa et baisa le front de son ainée de la manière traditionnelle de cette dernière. On lui signala qu’elles allaient devoir entrer ainsi donc elle s’apprêta en coupant sa communication télépathique, rendant à son œil la normalité qu’on n’attendait pas d’elles, et se mit à marcher lorsque l’ordonnateur leur fit signe, information relayée depuis la cabine de montage où se trouvait le maitre d’orchestre de tout cela.

Elles avancèrent sous une agression populeuse alors que leur maitresse de cérémonie se tournait vers elles pour les guider comme il se devait. Prenant une grande inspiration face à tout cela, l’Echo s’arrêta de marcher un instant puis reprit avec une concentration plus fermée, le regard perdu dans le vague. Elle suivit Caitlyn, accompagnée jusqu’à ce que cette dernière lâche sa main à destination de celle qui leur était tendue. Rachel singea le mouvement en relevant le regard sur Helen avant de ramener ses deux mains au niveau de son bassin et de se menotter le poignet gauche de la main droite. Continuant de suivre le mouvement, elle s’assit simplement à la seconde place, croisant la jambe gauche sur la droite.

- Bonsoir, bienvenue et merci beaucoup d’être ici ! Comment allez-vous ?

- Ca va bien merci !

- Pareil.

- Je suis tellement heureuse de vous avoir ici, merci encore.

Le silence se fit puis se brisa, d’abord d’un cri puis d’un gloussement et d’une constatation, entrainant un malaise Caitlynnien nullement envié.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Animation
PNJ
avatar

Messages : 150
Date d'inscription : 05/04/2012

MessageSujet: Re: Tonight [Caitlyn;Rachel]   Mar 10 Fév - 19:42




D'un côté, il y avait le Wonder Beaver, probablement aussi tendue que la ficelle de son string, dans  son uniforme flamboyant. De l'autre, il y avait le Phénix, moulée dans une robe au bleu presque électrique, stressée elle aussi, et qui le manifestait par une attitude robotique presque absente, se contentant de suivre sa sœur de cœur et de cheuveux par pur automatisme. Et autant dire qu'avec le combo explosif que formaient les couleurs de leurs vêtements et celle de leurs chevelures respectives, les téléspectateurs ne verraient pas deux fois une aussi belle occasion de régler leur poste de télévision.
Ellen continua de leur sourire de manière rassurante pour les mettre rapidement à l'aise face aux spectateurs, ainsi qu'aux multiples caméras braquées sur elles. Elle reprit la parole pour couper court à tout silence embarrassé de la part des deux jeunes femmes après l'intervention de la fangirl hystérique qui avait déstabilisé celle à qui la manifestation de son adoration était destinée.

_ Votre uniforme de W-Woman fait bien évidemment son petit effet, et il est une source de fantasmes pour plus d'un,...ou d'une. En tout cas, vous êtes absolument rayonnantes toutes les deux !

Le public applaudit pour appuyer les dires de la présentatrice qui s'empressa de reprendre la parole et ainsi éviter que les réactions vives, et pour le moins bruyantes, de la foule n'ajoutent encore au stress des deux jeunes femmes.

_ Beaver, Phénix, cela n'est pas la première fois que des mutants acceptent de participer à une émission télévisée, la dernière intervention en date devait être celle du professeur Charles Xavier chez un de mes confrères le 8 octobre dernier, si je ne me trompe pas.
Mais il me semble qu’en revanche, c'est la première fois que des membres des X-men se prêtent à ce type d'exercice de communication. Comment vous sentez-vous par rapport à cela ? Pas trop stressées j’espère ?
Allez, ne vous inquiétez pas, il n’y a aucun soucis à avoir. Alors détendez-vous, tout devrait bien se passer. Les spectateurs, les internautes et surtout, moi-même, sommes très impatients d’en savoir plus sur vous.
Vous êtes prêtes ? Alors nous allons commencer en entrant dans le vif du sujet pour apprendre à vous connaître. Le plus simple serait que vous nous parliez peut-être de vos enfances respectives par exemple. Comment et où avez-vous grandit ? Ça me semblerait un bon début, qu’en pensez-vous ?


Après avoir attendu les réponses des deux jeunes femmes, Ellen reprit son jeu de questions, les enchaînant naturellement à la suite de leurs paroles en gardant ainsi la fluidité et le naturel habituel de son émission. Son regard passait d’une X-Woman à l’autre pour les encourager de son éternel sourire.
Les spectateurs, quant à eux, étaient suspendus aux lèvres des deux jeunes femmes, dans le silence le plus total.

_ Et comment s’est passé la découverte de vos mutations, qu’avez-vous ressenti ? Quelles ont été les réactions de vos familles ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 31

MessageSujet: Re: Tonight [Caitlyn;Rachel]   Jeu 12 Fév - 6:54

C'est effroyable comme on a l’impression d'une grande confusion devant un public et des cameras même si Elen faisait des efforts désespérés pour tenter de la mettre à l'aise, l'enjeu et les cameras terrifiaient littéralement la petite rousse. Elle se crispait à son siège avec une telle fermeté qu'il lui paraissait être le dernier rocher salvateur face à une vague imaginaire qui pourrait l'engloutir. Faire la maline devant un iphone dans la rue n'avait pas réellement d'enjeu direct puisque l'information devenait ce qu'on en faisait mais là tout était différent. C’était une confession ouverte et volontaire face des millions de personnes. Rien ne préparait vraiment à cela et après tout elle n'est qu'une humaine.
La première question n'en fut une que lorsque le silence qui lui suivait se fit pesant. La réalité se rappela à elle et le flottement fut effroyable la laissant une demi seconde perdue et effroyablement vulnérable, elle tourna la tête vers Rachel, désappointée. Que devait elle dire ? Que ne devait elle pas dire ? Tout cela était effroyablement compliqué.

heu...

Gagner du temps. Montrer le chemin et contrôler sa respiration. Ce n'est pas Caitlyn qu'on attend ici, c'est Fuzzy. Et une Fuzzy qui doit avant tout se protéger et protéger les siens. En matière de protection, c'est l'avocat qui ressurgit et l'avocate lui donne enfin la force d'agir, d'être « à la face du monde ». Professionnelle Cait, sois professionnelle.

Et bien....Elen. Nous sommes toutes les deux des femmes avant d'être des X Men, comme nous sommes avant tout humaines avant d'être des mutantes. Nous menons des vies personnelles et c'est pourquoi il ne faudra pas s'attendre à ce qu'on puisse tout vous dire. Il faut que nous nous préservions, comme il faut que nous préservions notre intimité et nos familles.Nous sommes heureuses de lever un peu le voile sur les X Men car il est temps de clarifier certaines choses mais nous sommes comme vous tous derrière l’écran, nous vivons, aimons , souffrons, espérons....et nous nous battons pour vous faire comprendre que la différence, sous n’importe qu’elle forme n'est pas synonyme d'anormalité. L'Humanité est capable d'efforts incroyables pour s'affranchir de juger sur des critères de couleur de peau, elle doit arriver à le faire sur des critères de gènes aussi. Je vais peut être choquer mais un enfant atteint de la trisomie 21 est il pour autant un monstre, un inhumain ? Ca serait choquant de le dire...non ? Quelle différence avec le gène X en ce cas puisqu'il ne s'agit que d'une modification génétique naturelle pour les deux cas. C'est la nature, c'est l'évolution...et évolution dans ce cas ne veut pas dire « maladie » ni « supériorité », c'est une différence, c'est tout...c'est à tout à chacun de l'accepter..et d'oublier la peur.
Les mutants...ils n'ont pas demandés a l'être. Mais par contre ils demandent une chose simple, une chose que nous voulons tous : être accepté, aimé et avoir un avenir. En gros, une place dans ce monde...et il est assez vaste, non ? Je vous assure qu'ils ne veulent rien d'autre au fond...et si certains basculent dans un terrorisme inacceptable, c'est avant tout la colère de ne pas être entendu qui les conduit là, à tord bien sur car la violence est toujours une solution inacceptable , ils desservent la paix oui...mais comme la peur dessert la paix..Nous devons TOUS faire des efforts, humains comme mutants.
Excusez moi pour cette aparté, mais c'est exactement pourquoi nous sommes ici aujourd'hui et nous voulions le dire haut et fort. Nous pouvons vraiment vivre ensemble, il n'y a pas d'autre futur.


Elle prit une légère inspiration, satisfaite et plus détendue. Elle venait de faire son devoir , elle espérait qu'on soit fier d'elle.

Pour répondre a votre question, je suis americano-irlandaise. J'ai vécue en Irlande jusqu'à ma petite enfance et à la disparition de mes parents, j'ai été adoptée par une famille de la patentée californienne. J'ai vécu toute ma jeunesse à San Francisco, ca reste ma ville de cœur, mon fief. Je suis fière d’être américaine mais fière aussi d'être irlandaise, j'ai deux patries, c'est une vraie richesse !

Elle se tourna vers Rachel anxieuse de savoir comment cette dernière allait aborder l’épineux problème de ses origines mais lui ayant déjà ouvert la voix du refus de tout dire. Elle lui laissa le loisir de répondre avant de répondre à la question suivante.

- Je n'ai pas trouvé ca « cool », j’étais assez effrayée avec tout ca, je ne comprenais pas pourquoi ca m'arrivait à moi...c'etait injuste même si ce n’était pas visible. Ca l'est beaucoup plus maintenant...Je l'ai accepté parce que je ne pouvais pas faire autrement. Mais je savais que je n’étais pas la seule, les X Men était connus mais je n'ai pas eu le loisir de voir quelqu'un m'aider à comprendre tout ca...Découvrir qu'on est différent, c'est souvent affronter ses doutes dans une solitude effroyable. J'ai galérais, oui...j'ai fais des conneries, mes parents s'en foutaient , mon beau père n'aimait pas ça...j’étais livrée a moi même et a vrai dire c’était une période très moche de ma vie une période que des ados ne devraient pas avoir à affronter...en plus des autres problèmes comme l'identité sexuelle ou l'avenir professionnel

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: Tonight [Caitlyn;Rachel]   Jeu 12 Fév - 16:24

La surenchère d’Ellen et la réaction du public fit se tasser un peu plus l’Echo du Phénix, dont le souffle prit une longue et discrète inspiration puis se bloqua. Les applaudissements suite au compliment la virent simplement prêter mentalement attention à ses vis-à-vis alors qu’elle tâchait simplement de se faire discrète. Généralement, Rachel aimait l’attention, tant celle bienveillante d’un proche que celle terrorisée d’une proie, mais celle de ce groupement d’inconnus tout sauf anonymes et de ces machines qui portaient l’image à d’autres inconnus cette fois anonymes, c’était pas pour son grand plaisir. Il lui faudrait pourtant s’habituer, elle le savait. Sourire à la caméra et aux gens, être belle et avenante… plus facile à dire qu’à faire.

Continuant de laisser les choses se dérouler, la jeune femme écouta la présentatrice faire le rappel des épisodes précédents et poser une question visiblement rhétorique puisque, outre que cela ce voyait leur stress, elle n’attendit pas vraiment de réponse. Après, c’était pour essayer de les rassurer aussi, donc ça s’expliquait. En tout cas la détente, à part leur permettre d’avoir accès à des boissons alcoolisées ou des pétards, ça allait être complexe. L’impatience de tout se beau monde pouvait parfaitement recevoir une réaction agressive assez franche si Rachel se laissait aller.

Prêtes ? Question rhétorique encore plus vite expédiée que la dernière et ouvrant sur une chose qui lui plaisait encore moins ; mais ne pas apprendre à connaitre l’œuvre pour se concentrer sur les personnes la faisant, c’était comme cela que cela marchait et cela faisait parti des arguments pour le retrait médiatique des X-Men. Si elles voulaient vraiment faire avancer la cause elles devraient être des stars car on était célèbre avant d’être philanthrope, aux yeux des gens. Rachel tâcha de souffler aussi discrètement que possible l’air précédemment inspiré.

- Le plus simple serait que vous nous parliez peut-être de vos enfances respectives par exemple. Comment et où avez-vous grandit ? Ça me semblerait un bon début, qu’en pensez-vous ?

Bordel ce qu’elle avait envie de répondre « c’est classifié », comme le faisait Sage. D’autant plus qu’elle, cela faisait réellement parti des dossiers classés d’agences de gestion des affaires mutantes et ce dans deux pays !

- Heu…

Ne pas contredire la présentatrice sur son émission, elle était sensément celle qui savait le mieux ce qu’elle faisait. Sauf que là, Ellen ne savait pas à quoi elle s’attaquait. Pourquoi ne leur avait-elle pas parlé de ces questions avant ? Rachel ramena ses mains aux côtés de ses cuisses, prenant et pressant le fauteuil sur lequel elle était assise, tout en décroisant les jambes et se raidissant. Dos droit, visage relevé, elle s’apprêtait à faire face et regarda du coin des yeux Caitlyn, qui la sauva en prenant la parole.

La Ptite Rousse ne présenta pas son passé, chose des plus intimes qu’elle devait encore plus rechigner à donner que la Grande puisqu’elle ne voulait pas dévoiler sa vie privée alors que c’était bien là ce qui lui était demandé et qu’elle mettait en avant du fait, mais elle cadra les choses afin de limiter les concessions qui seraient demandées. Lever un peu le voile sur les X-Men, oui, lever complètement le voile sur des X-Men, non. Et mettre autant de couches d’Idéal Xavier que possible, pour bien le faire comprendre à tous. Caitlyn était une bonne professeure et parla en conséquence. Rachel l’écouta et la regarda, ses lèvres se fendant en un petit sourire alors que sa sœur d’adoption ne se contentait pas de rappeler au monde, par les mots du cœur, ce en quoi elles croyaient mais également de lui rappeler à elle qu’il n’était pas question de se battre uniquement pour éviter le pire : il fallait viser un meilleur avant tout.

- Excusez-moi pour cet aparté, mais c'est exactement pourquoi nous sommes ici aujourd'hui et nous voulions le dire haut et fort. Nous pouvons vraiment vivre ensemble, il n'y a pas d'autre futur.

L’Echo du Phénix hocha la tête en soutien, à direction de Caitlyn plus que des autres. Puis elle attendit que l’histoire commence, une histoire qu’elle connaissait mais qu’elle espérait durer le plus longtemps possible. Souhait contradictoire avec le fait que Fuzzy voulait s’exposer le moins possible publiquement mais souhait égoïste. Et plus que ce concentrer sur cela, Rachel essaya de se préparer à calquer une fois encore les informations données. Elle ne voyait juste pas le positif sur lequel elle pourrait insister.

Lorsqu’elle eut fini, sa sœur d’adoption se tourna vers Rachel et cette dernière ne cacha pas non plus peur et tristesse, ni doute. Elles en étaient déjà passées par là et cela avait été très difficile. Dommage qu’il fut impossible de simplement montrer la vidéo. Accrochée à son siège, bras et dos tendus alors qu’elle baissait la tête, l’Echo du Phénix fit un tour d’horizon puis baissa également les yeux, grimaçant. Mais tous la regardait et elle devait répondre, au plus vite même. Alors elle prit une grande inspiration et essaya.

- Je… Je n’aime pas parler de mon passé. Comment et où…

Tout son souffle ne c’était pas dispersé dans ses hésitations comme le prouva le gros soupir qu’elle lâcha pour ponctuer la dernière d’entre elles, fermant les yeux quelques secondes et serrant d’autant plus fort son siège. Ses lèvres se décollèrent avant ses paupières, laissant entendre un claquement de langue alors qu’elle entreprenait de continuer à parler.

- Je suis britannique, depuis… mars dernier, mais je suis née aux USA. J’ai toujours vécu aux USA. Mes parents étaient tous les deux mutants…

Si Rachel avait l’impression que Caitlyn s’en sortait plutôt bien, elle-même avait le sentiment de se retrouver dans un groupe de discussion genre les Mutants Anonymes.

- Ma mère c’est suicidée à cause de ses pouvoirs et je n’ai pas de souvenirs d’elle… je crois. J’ai passée ma jeunesse entourée de mutants… ma belle-mère l’était aussi et ma demi-sœur était une mutante née. Voilà…

Elle n'avait pas à être fière, que ce soit d’être née aux USA ou d’être britannique, tout cela avait trop d’implications dont certaines qu’elle ne devait pas révéler ; et de toute façon, elle n’était pas fière et ne mentirait pas.

- Et comment s’est passé la découverte de vos mutations, qu’avez-vous ressenties ? Quelles ont été les réactions de vos familles ?

L’Echo ferma les yeux en serrant la mâchoire face à cette question tout aussi prévue mais toujours aussi complexe et plus douloureuse encore. Pourquoi ne pouvait-elle pas simplement envoyer chier la présentatrice ? Dire, comme d’habitude, qu’elle ne voulait pas en parler ? Elle était là pour parler, elle le savait. Elle était là pour donner une bonne image… mais comment donner une bonne image lorsqu’on lui demandait principalement du pire ? Ce n’était pas question de savoir pourquoi elle agissait ou ce qu’elle espérait, ce n’était pas la cause qu’elle défendait qui était au centre mais elle-même. Hors elle-même, combien étaient prêts à y faire face ?

Elle essaya d’écouter au mieux Caitlyn, elle essaya de savoir comment s’y prendre pour parler à nouveau mais cette fois-ci aucun exemple, aucun schéma, ne fonctionnerait. Le témoignage de la Ptite Rousse serait surement prit en note par Amy pour sa thèse puisqu’à la différence de celui de la Grande il était pertinent dans ce cadre, même s’il n’avait jamais été donné. Rachel avait cherché à faire plaisir mais avait galéré pour ne rien indiqué de ce qui lui était arrivé ; et  l’écrit lui avait donné le temps de réflexion. Là, elle ne l’aurait pas. Pas plus que celui que Caitlyn tâchait de lui donner. Regard perdu dans le vague, l’Echo du Phénix s’absenta mentalement.

- Le jour de l’Emergence, commença-t-elle une fois que le silence se fut fait à nouveau et que l’attention c’était tournée vers elle, j’ai ressenti de la peur… j’ai ressenti de la douleur… j’ai ressenti de la haine…

Déglutissant péniblement, Rachel releva le regard à destination de Caitlyn. Sauver le monde, améliorer le monde, cela ne pouvait pas se faire sans se faire mal. Et elle allait se faire mal. Elle voulait juste savoir quand elle devrait arrêter avant que cela ne vaille plus la peine de le faire pour ce soir.

- Ma famille n’a pas eue l’occasion de savoir…

Détournant la tête de sa famille, justement, elle porta le regard sur Ellen un instant, reprenant la parole.

- Je ne les ai pas revus avant plusieurs années…

Puis ce fut à la caméra qui la fixa qu’elle rend son regard, continuant de serrer son siège et prenant à parti chaque spectateur chez lui, dans une position bien plus confortable et toute aussi passive que les coupables de chez elle.

- Parce que ce qui a déclenché l’apparition de mes pouvoirs c’est qu’on ait détruite notre maison… la maison des monstres.

Sa voix ne mourut pas cette fois puisqu’elle faisait face à l’adversité, une adversité qu’elle se souvenait avoir haïe au point de vouloir lui infliger ce qu’elle, directement ou indirectement, lui avait fait. Et il ne s’agissait pas de brûler leur maison, non, il s’agissait de les torturer eux tout autant qu’elle avait été torturée elle. Aujourd’hui Phénix voulait apporter un monde meilleur, comme ses familles l’avaient voulu et le voulaient tout autant que pour sa dernière famille, néanmoins cela était teinté d’un sentiment tout autre qui tenait en deux mots : Plus Jamais.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Animation
PNJ
avatar

Messages : 150
Date d'inscription : 05/04/2012

MessageSujet: Re: Tonight [Caitlyn;Rachel]   Ven 13 Fév - 23:44




Après les derniers mots du Phénix, un silence s'installa sur le plateau. Ellen prit la décision de ne pas l'interrompre immédiatement, mais de le laisser durer encore quelques secondes supplémentaires, pour que chaque personne du public, chaque téléspectateur et chaque internaute prenne la mesure de ce qui venait d'être dit par les deux jeunes femmes. Les changements s'opéraient par des prises de consciences, et même si jamais elle n'aurait pu imaginer de pareilles révélations, elle avait au fond d'elle la conviction que c'était exactement ce genre de discours dont le monde avait besoin pour ouvrir les yeux.
Elles sourit avec une douceur presque maternelle au deux mutante devant elle.

_ Merci pour votre franchise et votre honnêteté, à toutes les deux.
Phénix, il n'y a pas de monstres, du moins ils ne sont peut-être pas ceux que l'on croit et c'est pour cette raison que je vous ai demandé à toutes les deux de venir. Vous avez raison Beaver, Il n'y a aucune différence entre vous, moi ou n'importe quelle personne du public, nous avons deux bras, deux jambes, un cœurs, bref, nous sommes tous humains.
Ellen's est un divertissement, mais vous n'êtes ici pour divertir personne, le fait que vous soyez nées mutantes ne fait pas de vous des animaux de foire et encore moins des monstres. Vous êtes ici en tant qu’ambassadrices du genre humain.
Vous êtes ici pour nous montrer que vous n'êtes en rien différentes de nous, en nous l'expliquant par vos mots, les mots de vos cœurs, avec simplicité et honnêteté, deux qualité humaines dont vous venez de faire preuve.
Je mentirais en disant que le fait que vous soyez mutantes n'a pas joué dans la balance lorsque j'ai choisi de vous demander de me tenir compagnie ce soir. Mais c'est un fait, vous êtes toutes deux mutantes, et des X-Woman, preuves que vous ne cherchez pas à vous en cacher et que vous vous revendiquez en tant que telles publiquement.
Il y a à New York, et dans le monde, des centaines, voir des milliers de jeunes mutants, des personnes perdues, et si vous êtes ici, c'est aussi pour leur parler, leur redonner espoir, leur montrer à quel point vous êtes deux jeunes femmes brillantes et magnifiques, car les mutants sont brillants et magnifiques, comme chaque être humain sur terre. Vous êtes là pour leur parler et leur montrer que les choix qui leur sont offerts sont infinis.  
J'ai parfaitement conscience que le Beaver et le Phénix sont deux « costumes », deux personnages probablement à des années lumières des personnes que vous êtes dans l'intimité, car comme chacun de nous, vous avez des familles, vous les protégez et vous vous protégez vous aussi. Les questions de ce soir n'ont en rien été choisies pour vous mettre dans l'embarras, elles ont été choisies pour vous connaître, et ce, au degré que vous voudrez.
C'est peut être mon émission, mais c'est vous que j’interviewe et c'est vous qui décidez, car se mettre à nu est probablement la chose la plus dure du monde.
C'est pourquoi vous êtes en droit de ne pas répondre à autant d'entre elles que vous le désirez. L'important étant que vous gardiez votre spontanéité et votre franchise qui sont les clefs du changement.
Nous n'avons plus besoin de longs discours compliqués, théoriques et déshumanisés.
Nous avons juste besoin de vérité et d'humanité pour avancer.
Alors qu'arrivera-t-il si vous restez muettes à toutes mes questions ? Et bien, nous parlerons d'autre chose, de vos rêves, comme de vos plats préférés. Mais gardez en tête que ces question peuvent aussi en aider d'autres qui n'ont pas encore votre force, ni votre confiance.


Elle se tut un instant pour laisser au Phénix et au Beaver le temps nécessaire pour qu'elles puissent assimiler la liberté qu'il leur était donné quant aux réponses aux questions qui leur étaient posées.

_ Etes-vous prêtes à continuer ? Elle attendit que ses invitées aient donné leur approbation, et pourquoi pas pris une gorgée dans les tasses de thé posées devant elles pour continuer.
J'ai conscience que je vais peut-être encore une fois m'aventurer sur un terrain difficile, mais n'oubliez pas que vous êtes libres de répondre, ou non, et si vous répondez, du degré de détail de vos réponses.
Les spectateurs sont habitués à vous voir faire usage de vos pouvoirs de loin, dans les médias par exemple, mais peut-être pourriez-vous les définir avec un peu plus de précision si vous êtes d'accord ?






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 31

MessageSujet: Re: Tonight [Caitlyn;Rachel]   Sam 14 Fév - 8:57

C'était un terrain glissant pour Rachel, je m'en doutais et même si elle éluda l'incompréhensible pour le genre humain, ce qui restait était nimbé de souffrance et de noirceur. Comment aurait-il pu en être autrement ? Personne n'avait vécu un passé aussi terrifiant que Phénix et nous nous battions justement pour faire en sorte que personne n'ai à le vivre.
Mais comment le faire comprendre sans le montrer dans toute son horreur et sa cruauté ? Comment provoquer une douleur aussi vive qu'un fer rouge appliqué sur l’âme afin d'en obtenir la leçon définitive du plus jamais ça.
Combien d'heures de films en noir et blanc montrant l'ouverture en 1945 des camps de la mort ? Combien de noms anonymes gravés sur les pierres froides des stèles funéraires puis commémoratives ? Combien de pages noircies des récits de l'horreur de ceux qui n'ont pas eu la chance de mourir là bas mais ont du porter la croix d'en témoigner à vie la terreur de survivre de jour en jour ? Le Sang du peuple juif, du peuple arménien, le sang de tous les soldats au monde, le sang des innocents sacrifiés a des causes qui les dépassent, toute cette souffrance atteste, toute cette souffrance est tangible , réelle, indéniable.
Mais pourtant.
Mais pourtant, l'Homme n'a pas la mémoire séculaire, il retient puis oublie et alors recommence.
Comment tatouer ce plus jamais ça ?
Il est juste là, l'enjeu de la divergence mutante. Doit- on éduquer ? Doit- scarifier afin qu'un mal acceptable mais inévitable évite un mal plus grand ?
Nous voilà toujours dans ce combat contre l'avenir 
Pour faire en sorte que les jours passés ne deviennent pas une fois de plus notre futur.

Sa sincérité me touche, c'est ma sœur et sa souffrance appelle ma compassion. Je tend le bras depuis le siège pour poser ma main sur la sienne.
Je n'ajoute que ce geste puisse signifier, la douceur de ma peau sur la sienne en un accompagnement. Elle n'est plus seule, les ténèbres seront toujours là mais elle ne sera plus jamais seule.
Je serre cette main pour lui signifier ma présence avant de la lâcher, nous sommes fortes, nous sommes deux face à des millions mais nous sommes vraiment deux. C'est le plus beau combat de notre vie, un combat avec des mots, avec le cœur.
Les choses peuvent changer, j'y crois.

Elen semble quelqu'un de bien, ses mots, son attitude...Elle a elle aussi du se battre avec sa différence, imposer ce qu'elle était au monde et affirmer qu'elle ne se fondrait pas dans le moule du « no waves » Pas de vagues, pas de heurts...lisse jusqu'au bout des mots. Elle ne renvoit pas cette image de placidité à force de compromis, elle parle avec justesse.
J'ignore si c'est sincère mais en tout cas, c'est appréciable et réconfortant.
Je n'aurais jamais pensé que certains médias pouvaient être nos alliés, les choses changent ce soir, pas seulement derrière l'écran, je pense pour moi aussi.
J’acquiesce à sa demande en un sourire volontaire.

Et bien...pour résumer, Ma sœur ci présente transforme l'air en patte d'amande et moi je jette des étincelles lorsque je m'épile les jambes.

Je laisse réagir le public à ma boutade, contente de moi avant de reprendre la parole.

Plus sérieusement, je ne peux pas vous décrire en détail mes capacités pour des raisons de protection de nos personnes...A t-on vu plus débile qu'un super héro qui passe à la télé pour annoncer ce qu'il est capable de faire et de terminer sur : Ah et puis mon point faible c'est l'eau ? Je ne ferais pas non plus de démonstration sur scène, non pas que je ne supporte pas America Got Talents mais surtout pour éviter le voyeurisme monstre de foire dont vous parliez a juste titre.
En gros, de base je suis immunisée a la douleur physique...c'est pas si cool que ca paraît...j'ai passé mon enfance à me blesser sans m'en rendre compte. Le plus, c'est que cette douleur, la mienne ou celle d'un tiers je peux l'absorber et la convertir en électricité. En gros je suis une centrale électrique, je produits de l’énergie que je peux restituer sous forme d’éclairs ou de champ électrique...Je peux aussi alterner ma forme physique sous celle d'une entité d'énergie pure. Mon corps est maintenant constamment traversé d'un courant électrique ce qui a ses inconvénients...Comme celui là..


D'un geste rapide, je baisse mes lunettes dévoilant mon regard surnaturel nimbé d'énergie bleutée avant de replacer du bout de doigts mes lunettes sur le nez.

- Je ne les porte pas par snobisme mais pour éviter d'effrayer les gens...C'est stressant d’être réduite à une « anormalité », c'est un signe de ma mutanité qui s'est développée tardivement...ça et une phosphorescence dans l'obscurité...Très ennuyeux pour dormir la nuit...enfin d'après ma compagne.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: Tonight [Caitlyn;Rachel]   Lun 16 Fév - 21:29

Une main, une main sur la sienne. Rachel n’y réagit pas tout de suite, poursuivant dans sa lutte contre cette machine et ceux qui se cachaient derrière. Il fallut attendre que le silence ce fasse et qu’elle ait retenue toutes les pensées qui lui étaient venues quand aux accusations et condamnations, qu’elle ait contenus les sentiments de haine et de violence pour laisser la résolution seule lui marquer le visage. La caméra transmettant les images changea rapidement pour éviter que sa fixation ne mette mal à l’aise le public et l’Echo baissa simplement les yeux, tournant le visage vers ce geste si fort puis remontant le long du bras, de l’épaule et de la gorge jusqu’à cet homologue qui la fit se détendre. Des remerciements muets, c’était tout ce qu’elle pouvait donner et elle le fit en relâchant son siège pour prendre la main et la serrer en accord. Plus seule, elle n’était plus seule même si elle avait tendance à se débattre de cette manière, toujours. Une errance dans laquelle Caitlyn ne la laissait pas se perdre ; lutter, encore et toujours oui, mais seule, non. Jamais. Plus jamais ;

Elles en revinrent au monde et yeux et visages se tournèrent vers Ellen lorsque cette dernière mit fin au silence par des remerciements ; franchise et honnêteté, cela n’était ni totalement vrai ni entièrement faux. Elles montraient ce qu’elles voulaient bien montrer et tâchaient de ne pas sous-entendre le reste, c’était donc des demi-vérités tout au mieux.

- Phénix, il n'y a pas de monstres, du moins ils ne sont peut-être pas ceux que l'on croit et c'est pour cette raison que je vous ai demandé à toutes les deux de venir.

Rachel ne put s’empêcher un sourire en coin, même si à son mépris dominant répondait une tristesse qu’elle ne saurait cacher. Les X-Women présentes étaient des monstres, forgées par d’autres monstres même si l’une d’elle cherchait la rédemption et en avait trouvée une grande partie ; il en avait été question dans sa passation, l’Echo s’en souvenait. Pourquoi il devait y avoir des X-Men comme elles-deux, parce qu’il devait y avoir des gens capables de pires. Heureusement, ce n’était pas ce que leur demandait le « divertissement » même s’il tâchait ce soir de ne pas en être, la présentatrice avait de bons mots et un point de vue des plus proches d’elles ; sans doute était-ce pour cela qu’elle avait été choisie. Ambassadrices du genre humain ? L’Echo n’en savait rien, elle tâchait de représenter les X-Men et c’était déjà beaucoup.

Montrer en quoi elles n’étaient pas différentes des gens normaux ? En un sens, oui, même si elles n’étaient pas normales et devaient encourager l’acceptation de l’autre plus que la normalité ; en cela le costume de Fuzzy était peut-être bien plus sensé que sa robe, puisque bien mon normé. L’acceptation, non la conformité, elles devaient faire attention à ce que leur message ne soit pas déformé : les mutants étaient différents mais les humains entre eux étaient différents également, il fallait accepter cette différence non la craindre et la rejeter. Et cette différence, elle pouvait être tant par rapport aux autres que par rapport à soit ; Ellen était familière du dossier mutant et cela se sentait. Pro-mutante ? Un peu trop même. Après, c’était sans doute une question de point de vue mais Rachel ne voyait pas en les humains, mutants ou non, des êtres brillants et magnifiques. Ils étaient comme ils étaient, plus ou moins moraux et appréciables. Quand à l’infinité de choix, cela la fit grimacer également. Outre que c’était faux, l’infinité n’avait rien d’humain, pas même dans sa perception.

La suite du discourt visait à mettre à l’aise, à faire sourire sans doute. Et cela fut réussi : l’abord de la présentatrice semblait véritablement altruiste et elle le disait avec un professionnalisme convaincant. Ne pas les mettre dans l’embarras, les faire passer avant le succès de l’émission ; était-ce la même morale une fois les caméras éteintes ? Pour l’heure, il fallait jouer le jeu et l’expérience de l’intervieweuse faisait que c’était plutôt naturel. Rester spontanées et franches ; ouef, pas trop quand même, sinon cela allait vite tourner au bordel. On ne leur avait pas dit de faire comme chez elles et heureusement.

- Nous n'avons plus besoin de longs discours compliqués, théoriques et déshumanisés. Nous avons juste besoin de vérité et d'humanité pour avancer.

D’où leur présence, et non celle de Sage. Sans qu’elle mente ou soit inhumaine, elle arrangeait la vérité et resterait toujours plus dans le théorique et le compliqué que dans le personnel et l’humain, par incapacité. Quand à parler de rêves et de plats préférés, Rachel pouvait le second mais pas le premier. Etait-ce rêver que de chercher à empêcher un cauchemar ?

- Etes-vous prêtes à continuer ?

Regardant l’interrogatrice, Rachel hocha simplement la tête. Elle pensait également qu’Ellen s’en allait encore sur un terrain difficile avec ses pincettes mais ils le seraient tous, probablement. Sauf le plat préféré. Quand aux habitudes des spectateurs à les voir utiliser leurs pouvoirs de loin, voici qui la fit baisser les yeux ; qui pouvait réellement prétendre l’avoir vue user de ses pouvoirs dans les médias ? Son plus long temps d’exposition était Bleecker Street lorsqu’elle avait crachée sa vérité à la face du monde puis c’était envolée, sinon de ses interventions et de ses batailles ne restaient que dégâts et caméos, même son adoubement n’avait pas été ouvert à la presse.

- Et bien… pour résumer, Ma sœur ci présente transforme l'air en patte d'amande et moi je jette des étincelles lorsque je m'épile les jambes.

L’Echo sourit, amusée : c’était même dangereux, Caitlyn qui s’épilait les jambes ! Si on voulait lui tirer la bande de cire, il fallait être rapide sinon c’était la châtaigne. Rachel n’avait jamais essayé, même si l’habitude de l’épilation entre copines avait été prise il y a longtemps avec les Cuckoos puis Kaede et se continuait encore avec Nobody, mais elle avait eus des témoignages d’Amy-la-tricheuse. Saloperie de polymorphe capable de contrôler l’apparition et le renouvellement de sa pilosité ; ainsi que la couleur d’ailleurs, détruisant toute la théorie sur « comment reconnaitre une vraie rousse » établie avec Caitlyn. Caitlyn qui avait commencé à parler d’ailleurs, alors que Rachel avait complètement décrochée.

Le point faible de Caitlyn c’était l’eau ? Qu’ils essaient de la mouiller, l’eau c’était conducteur donc une mauvaise idée contre une électrokinésiste immunisée à ses propres décharges. A moins qu’il ne s’agit de l’eau dans le sen mouiller justement, auquel cas le point faible de Caitlyn c’était Amy ce qui était déjà plus vrai. Mais pourquoi America Got Talents ? Et pourquoi pas les concours de Miss pendant qu’elles y étaient ?!

Ecoutant Fuzzy décrire ses capacités et leurs contrecoups, Phénix resta silencieuse. Elle regarda sa sœur d’adoption dévoiler le dernier changement de sa mutation et expliquer l’un des accessoires qu’elle n’avait effectivement pas dans l’imagerie populaire du Wonder Beaver, même si la réciproque était vraie également. Quand à jouer les lucioles, Rachel sourit d’amusement ; pas besoin qu’il fasse noir pour que ce soit le cas, il suffisant d’exciter la génération bioélectrique du système nerveux de Caitlyn… mais comme pour le fait que cela empêchait de dormir, elle n’était pas au courant, la petite sœur. Innocence même… on y croyait.

Ou pas. Après tout, c’était à son tour. Et elle tenait là l’occasion d’expliciter une chose des plus… emmerdantes. Croisant les bas et s’adossant, l’Echo du Phénix perdit son regard dans le vague le temps de trouver la force, puis elle remonta les yeux à direction d’Ellen.

- Quelles sont mes pouvoirs… lorsqu’on me pose cette question, je réponds que je suis le Phénix, déclara-elle tout aussi simplement qu’elle l’avait déclaré à un certain nombre d’élèves et d’inconnus.

Des gens qui ne comprenaient pas ce qu’était le Phénix ; une réponse qui n’en était pas une même si, généralement, les gens qui l’entendaient n’insistaient pas et faisaient mine d’avoir comprit. Mais qui pour comprendre ce que cela signifiait alors qu’elle-même, première concernée, cherchait toujours ?

- Ça ne vous dit rien, même si vous connaissez la légende, reprit-elle après une inspiration, marquant une légère pause suite à ses nouvelles paroles.

Elle ne pouvait pas parler de la Force Phénix, c’était une information classifiée et sans doute le monde n’était-il pas prêt à admettre l’existence de ce genre de choses, de ces entités. C’était ce qu’on lui avait dit même si, au final, elle seule restait décisionnaire. Mais elle pouvait parler d’elle, elle était ici pour le faire. Elle pouvait parler de ce qu’elle était et de ce qu’elle n’était pas. Clarifier les choses une fois pour toute.

- Je suis une mutante de classe Oméga, Psychokinésiste, Télépathe et Voyageuse Temporelle liée à l’énergie vitale de l’univers.

Sa voix était moins rapide que de norme, plus posée et légèrement crispée même si après les instants précédents cela ne se verrait probablement pas. Elle profita de sa pause pour déglutir, puis inspira une nouvelle fois avant de reprendre.

- Pour ceux qui ne sauraient pas ce que cela signifie, la classe Oméga retraduit un potentiel évolutif théoriquement infini. Je suis capable…

Son regard se porta à Caitlyn, incertain. Puis après un pincement des lèvres et en air désolé, Rachel rabaissa les yeux et conclut.

- Je suis capable de manipuler la matière et l’énergie, l’espace et le temps, la vie et la mort… sans aucune limite définie. Pour certains, cela fait de moi Dieu.

L’Echo laissa le silence se faire et baissa les épaules car si elle n’était pas coupable de blasphème elle s’engageait sur un chemin triste et douloureux, une fois de plus. Des mots lui revenaient en mémoire, des intentions aussi, des espoirs et des pertes surtout. Fixant le vide, elle attendit avant de reprendre. Quoi ? Elle ne savait pas réellement. Que son cœur lui dise de le faire, sans doute.

- Mais je ne veux pas l’être. Ma mère c’est suicidée à cause de ça. Moi…

Sa mère c’était suicidée pour protéger le monde d’elle-même, du Phénix Noir, l’Echo avait par quatre fois tentées de se suicider mais n’avait jamais envisagé de le faire pour échapper à sa condition. La fois où elle était morte, à Londres, elle ne l’avait pas voulu, pas accepté, même si elle n’avait pas réellement eu le temps de penser à quoi que ce soit ; était-ce pour cela qu’elle était revenue ? Le suicide lui permettrait-il de mourir définitivement ? Elle n’aurait probablement jamais la réponse.

- J’ai peur. Peur de cette infinité, peur de cette incommensurabilité, peur… de ce que je pourrais faire.

Sa parole et ses scansions continuaient. Cette fois-ci, elle profita de son temps d’arrêt pour briser son croisement de bras et emmener sa main gauche dégager les cheveux qui lui encadraient le visage. Une fois remis en place, son bras revint à sa place alors qu’elle se réinstallait.

- Certaines personnes placent en moi leurs espoirs parce qu’ils savent que je pourrais les accomplir… ils s’en remettent à moi et entièrement, et exclusivement, à moi.

Un soupire, un lourd soupire. Puis un pincement des lèvres. Puis des paroles, à nouveau.

- Je veux aider. Je veux améliorer le monde, pour mes proches, pour les gens, pour que personne ne vive ce que j’ai vécu. Mais je veux le faire en tant qu’humaine mutante.

Humaine mutante, elle n’était pas exclusivement cela mais c’était cela sur quoi elle voulait insister ; pas même mutante, mais bien humaine mutante. Vraiment humaine mutante ; Homo Sapiens Superior si cela leur chantait mais Superior par les capacités conférées par le génotype Summers-Grey, par la Force Phénix, pas par le cœur ou la personne.

- On oubli souvent que tout mutant qu’on soit on est des humains mutants, non juste des mutants. J’ai des capacités qui permettraient, théoriquement, de résoudre tous les problèmes du monde.

Fixant Ellen qui représentait à présent tous ces visages qu’elle percevait et ne percevait pas, connus comme inconnu, l’Echo s’adressait à elle avec ce qui lui passait sur le cœur.

- Mais je ne peux pas les porter seule. Je ne veux pas qu’on me place pas sur une croix en espérant un quelconque salut.

C’était ce qui c’était déjà passé, son échec à sauver son monde, son incapacité malgré toutes ses capacités à sauver les siens. Elle y rajoutait simplement l’héritage de ses discussions sur le sujet, avec Caitlyn. Discussions des plus importantes car si Rachel ne savait pas ce qu’elle était, elle savait ce qu’elle ne voulait pas devenir.

- Je veux aider. C’est pour cela que j’appartiens aux X-Men. Aider à construire un monde meilleur, empêcher qu’il ne devienne pire. Faire que l’humain humain et l’humain mutant puissent vivre côte à côte pacifiquement.

Tournant à nouveau son regard vers sa sœur d’adoption, de souffrance et de bataille, l’Echo du Phénix poursuivit les paroles qui lui coulaient du cœur, non comme du sang mais comme des larmes ; aussi chaud, oui, mais bien moins douloureux.

- Toutes les personnes que j’ai aimées durant les vingt premières années de ma vie sont mortes avec et pour cet espoir. Je ne veux pas que celles que j’aime à présent en face autant…

Ses paroles moururent ; Rachel en révélait bien trop. La croirait-on ? Elle n’en savait rien même si elle était parfaitement sincère sur le peu qu’elle dévoilait. Et cela ne lui importait pas, à dire vrai. Ce n’était plus pour les spectateurs qu’elle parlait, c’était pour Ellen, c’était pour Caitlyn, c’était pour elle-même.

- Je veux aider à construire un monde meilleur, pour nous tous. Mais ce monde, c’est tout ensemble qu’on doit le construire.

Elle ne s’excuserait pas d’avoir dévié, ce n’était pas une erreur. C’était un appel du cœur et elle ne pouvait pas réellement en fournir d’autres : elle s’épuisait à cela et espérait que tout ne dure pas beaucoup plus longtemps.

- J’espère ne pas trop parler, conclue-t-elle doucement, même si elle était consciente que plus que le nombre de paroles c’était les saccades les entrecoupant qui prenaient le plus de temps.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Animation
PNJ
avatar

Messages : 150
Date d'inscription : 05/04/2012

MessageSujet: Re: Tonight [Caitlyn;Rachel]   Lun 23 Fév - 11:47






Samedi 8 Novembre 2014
~20h45
NBC

#Love you all ! #♥ # Phenix! # MONSTERS #Ginger power ! #WB !



Mais quels étaient donc ces petits mots bleus hashtagués lancés ici et là, au petit bonheur la chance ? Et bien des tweets pardi ! L’exacte raison pour laquelle avait été placé l’écran géant couvrant tout le fond du plateau TV. Mais force était de constater que dans le feu de la passion des premières minutes du programmes, ils avaient été littéralement invisibles pour les spectateurs qui n’avaient eu d’yeux que pour les deux jolies rousses interviewées…

La première des X-Women à se détendre fut bien entendu le Beaver. Habitude des pitreries publiques sous la cape de son personnage super héroïque, ou plus grande habilité à la spontanéité ? Certainement un mélange des deux, car elle se permit enfin un sourire et une boutade à laquelle la présentatrice et le public répondirent par quelques gloussements amusés. Même les lèvres du Phénix s’étirèrent l’espace d’un instant, preuve qu’elle aussi commençait à se sentir peu à peu en confiance.  
Il se dégageait enfin du Beaver le sentiment de simplicité et d’ouverte qu’Ellen recherchait. Ce sentiment si particulier et si rare qui avait instantanément séduit le public, comme il l’avait déjà fait auparavant lorsque la rousse s’était présentée telle une sorte de mascotte officielle du groupe des X-Men sur Youtube : LE Wonder Beaver. C’était un fait, les gens avaient tendance à faire plus facilement confiance aux personnalités dont il se dégageait quelque chose de fort. A quelqu’un qui leur ressemblait, dont ils pouvaient se sentir proches, mais avec un petit quelque chose en plus, comme un trait physique, ou bien un trait de caractère marqué. L’humour était l’un de ces traits marqués qui faisaient toute la différence.
L’entente entre l’humanité mutante et celle non mutante résidait-elle alors dans l’humour ? Peut-être pas entièrement, mais il aiderait à vulgariser ce sujet pour le mettre à la portée de tous, ce que fit le Beaver. Par des mots, des anecdotes et des images simples, elle réussit à expliquer son pouvoir de manière à ce que chacun comprenne ce dont il était question, sans même avoir recoure à une quelconque démonstration.
Certain spectateurs seraient forcément déçus de l’absence d’effets pyrotechniques, surtout lorsque l’on avait déjà pu apercevoir l’X-Woman en action au 20h sur une chaine nationale, mais comme elle et Ellen l’avaient précisé, l’émission n’avait pas pour but de présenter les deux mutantes et les mutants en général comme des curiosités. Le Beaver prit cependant le parti de dévoiler la partie la plus physique de sa mutation en laissant glisser ses lunettes sur son nez l’espace de quelques secondes pour révéler au public une paire d’yeux tout à fait étonnante, toute nimbée d’une énergie bleutée et surnaturelle. L’apparition provoqua une apnée générale, teinté d’appréhension, d’admiration, de peur ou encore d’étonnement, mais en tout cas, ces deux billes éclatantes n’avaient laissé personne indifférent.

#Marry me !  #FREAKS  #♥  #Firefly  #Swag



_ Je ne les porte pas par snobisme mais pour éviter d'effrayer les gens...C'est stressant d’être réduite à une « anormalité », c'est un signe de ma mutanité qui s'est développée tardivement...ça et une phosphorescence dans l'obscurité...Très ennuyeux pour dormir la nuit...enfin d'après ma compagne.

Ellen, qui ne s’était toujours pas séparée de son sourire chaleureux, se contenta de secouer négativement la tête.

_ Loin d’être effrayant, c’est tout simplement époustouflant. Merci beaucoup de nous l’avoir fait partager Beaver.
Et l’avantage est que votre compagne ne peut plus vous demander d’éteindre la lumière dans l’intimité !


Le public gloussa bien malgré lui à la bêtise de la présentatrice qui en avait l’air plus que satisfaite. Elle reprit cependant bien vite son sérieux lorsqu’elle tourna son regard clair vers le Phénix pour lui montrer sa présence et la rassurer une énième fois. Des deux X-Women, cette dernier était celle pour qui l’émission ressemblait plus à une véritable épreuve, et pour qui se mettre à nu était le plus compliqué de par la nature de son passé, celle de ses pouvoirs et celle de sa personne. Mais malgré tout, chacun pouvait lire chez elle l'évidence de son désir de faire avancer les choses, de les clarifier, sans savoir précisément comment le faire. Bras croisés contre sa poitrine comme pour former un dernier rempart, le dilemme de la jeune femme pour communiquer sans pour autant y arriver se lisait à l’intérieur même de sa posture.
Contrairement au Beaver pour qui la simplicité des mots et des explications semblait être le plus naturel du monde, l’autre rousse avait besoin de passer par d’autres chemins pour contourner sa pudeur et arriver à ce qu’elle souhaitait dire. Même si ses phrases se voulaient simples, chacun des mots qui les composaient était mesuré et sortait au compte goutte. Un public mutant n’aurait probablement pas eu besoin de plus d’informations pour comprendre de quoi il était question à l’annonce de l’intitulé des pouvoirs du Phénix, mais un public lambda et non mutant comme celui que formait la majorité des spectateurs et téléspectateurs avait besoin d’exemples et d’images pour appréhender quelque chose qui ne lui était pas familier, comme le Beaver l’avait fait un instant plus tôt.

- Je suis capable de manipuler la matière et l’énergie, l’espace et le temps, la vie et la mort… sans aucune limite définie. Pour certains, cela fait de moi Dieu.

Un murmure parcourut la foule, mais cette dernière resta cependant calme et silencieuse pour permettre à la jeune femme de terminer ce qu’elle avait à dire.

_ Mais je ne veux pas l’être. Ma mère c’est suicidée à cause de ça. Moi…
J’ai peur. Peur de cette infinité, peur de cette incommensurabilité, peur… de ce que je pourrais faire.


#Go Phenix !♥ #God ? Bullshit ! #UK’s with you ! #God save the Phenix ! #In Phenix we trust



Cette fois-ci, pas de murmure. Le public garda le silence. Phénix venait de soulever un point important que peu arrivaient à voir. La peur n’était pas à sens unique. Les humains non mutants avaient peur des mutants, et inversement. Les humains non mutants avaient peur des pouvoirs mutants, mais les mutants eux-mêmes craignaient leurs propres pouvoirs.
Les deux X-Women se complétaient parfaitement, comme les deux facettes d’une même pièce, et Ellen n’aurait pas pu rêver meilleur duo pour plaider la cause mutante. Le Beaver était la simplicité, la chaleur et l’ouverture, et le Phénix était la complexité, la crainte et la réserve. En à peine une quinzaine de minutes, elles avaient fait preuve de bien plus de diplomatie et d’humanité que n’importe quel figure politique. Elles avaient su toucher le public bien plus intimement qu’il ne l’avait jamais été.

_ Je veux aider à construire un monde meilleur, pour nous tous. Mais ce monde, c’est tout ensemble qu’on doit le construire.
J’espère ne pas trop parler.


Encore une fois, Ellen la rassura d’un sourire maternel en secouant la tête négativement.

_ Vous parlez juste ce qu’il faut Phénix, et ce monde, c’est maintenant que nous sommes en train de le construire, juste ici, sur ce plateau TV, mais aussi partout où votre message sera entendu. Petit à petit, personne par personne, les mentalités changeront. Ca prendra du temps, mais c’est grâce à des interventions comme les vôtres que les choses s’accélèreront.  Merci encore pour votre honnêteté à toutes les deux, et merci de vous dévoiler avec autant de sensibilité. Elle marqua une pause avant de s’adresser à ses deux invité.
Avant de laisser la parole au public, j’aurais une dernière question pour vous deux. Vous semblez indéniablement proche, tant physiquement qu’affectivement. Vous pourriez nous parler de votre rencontre ? Et pourquoi pas de la nature du lien apparemment fort qui vous uni ?





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 31

MessageSujet: Re: Tonight [Caitlyn;Rachel]   Mar 24 Fév - 6:31

L'explication de Rachel et son trop grand naturel à expliquer les choses qu'elle devrait justement se garder d'expliquer apporta une ombre sur le visage de la Californienne. Le problème restant que toujours, les gens comprenaient uniquement ce qu'ils voulaient comprendre et que Phénix loin de forcer le trait dans l'humanité, venait de poser les pieds dans le plat de la divinité. Les plus éclairés comprendraient sa démarche, oui mais la grosse partie n'y verraient qu'une déclaration blasphématoire d'une personne se qualifiant à demi mot de Dieu ou de sauveur au mieux, une personnalité effrayante rongé par son égo. Il ne fallait pas jouer si simplement avec la croyance car la croyance indéniablement dérive vers la peur et Phénix même si elle semblait vouloir être franche venait plus ou moins de jeter de l'huile sur le feu.
Caitlyn resta perplexe quelques instant avant que la présentatrice lui donne a nouveau l'occasion de s'exprimer.

Hum ? Oui bien sur...Mais avant, j'aimerais juste clarifier les dires de Phénix.

Elle prit un temps de réflexion avant le corps sur le dossier de son fauteuil.

Un pouvoir quelque soit sa nature ou l'expression de sa puissance ne fera jamais une divinité. Un mutant reste un humain avec ses qualités et ses défauts. Personne ne doit attendre d'un humain qu'il devienne une sorte de messie détenant une vérité universelle et une réponse aux interrogations de la vie. Personne ne doit s'attendre à ce qu'un mutant vous dise ce que vous devez penser, vous devez agir, vivre...chanter, rire , écrire. La croyance reste de l'ordre de la sphère privée, qu'importe le Dieu qu'on peut prier....
Certains voient en Phénix une analogie avec une divinité car son potentiel est incroyablement élevé mais ca s'arrête là. Elle n'est ni un messie, ni un guide spirituelle.Elle n'a ni églises et ni fidèles.
J'entends souvent parler « d'homo superior » quelle belle connerie ! Saviez vous que ma couleur de cheveux est une mutation génétique présente depuis la nuit des temps ? Est ce pour autant qu'on doit penser que les rousses sont supérieurs aux blondes ou brunes ?
Je suis homosexuelle et je m'en cache pas, est ce une sorte de différence me rendant supérieur aux autres ?
Non...c'est de la connerie...ca a toujours été de la connerie.
On ne peut pas nier une différence. Il faut la comprendre et l'accepter et sûrement pas la stigmatiser ou chercher à l'effacer, elle restera là comme une évidence. Couleur de peau, religion, orientation sexuelle, gène...c'est un débat millénaire. Toujours les mêmes réflexions, toujours les mêmes risques...
Nous ne sommes pas l'avenir de l'homme, l'humanité est l'avenir du mutant.
C'est important de le comprendre.


Elle laissa passer une minute réajustant ses lunettes sur le bout de sonnez avant de poursuivre.

Phénix et moi nous sommes rencontrés dans l’établissement qui nous avait accueilli pour nous aider à ...comprendre notre mutation. Bien avant de devenir X Men...
Je ne sais pas si je peux vous raconter en détail parce que c'est un peu embarrassant... En moins de dix minutes, elle m'a fichu la trouille de ma vie, fait rire et pleurer et manqué de m’étouffer...Ah et elle a aussi cassé le pot de ma plante verte...Ce que je me suis dit c'est qu'il fallait vraiment l'aimer. Elle n'a pas l'air comme ça, mais c'est une personne extrêmement sensible et d'une naïveté déconcertante. Je lui ai offert de la patte d'Amande.
Ca a scellé notre amitié, puis notre sororité.
Mais...Phénix est la sœur que je n'ai pas eu. Je veille sur elle comme elle veille sur moi, on n'a pas besoin de se parler pour se comprendre, c'est ma petite sœur et ca le restera toujours.
Les X men sont une équipe, pas une famille. Phénix, elle fait parti de ma famille.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: Tonight [Caitlyn;Rachel]   Sam 28 Fév - 21:50

Murmures et silences. Silences et murmures. Equilibres. Equilibre. Rachel les percevait, de ses yeux, de ses oreilles, de son esprit. En son esprit et en son cœur également.

On tenta de la rassurer, on tenta de la corriger, on appréciait ou dépréciait ce qu’elle faisait, il fallait de tout pour faire un monde et surtout que ce tout donne un équilibre. Sans équilibre, le chaos. C’était ce qu’il fallait éviter ce soir et elle le comprenait. Parler juste ce qu’il fallait ? Pour assurer que l’émission fasse du bruit, surement, pour faire ce que les deux X-Women étaient venues faire, elle parlait sans doute trop. Construire le monde ici et maintenant, dans cette émission et partout où elle était vue, c’était un espoir justement. On n’avait pas à lui expliquer comment cela fonctionnait, elle avait été éduquée dedans, mais elle hocha tout de même la tête de même qu’aux remerciements.

- Avant de laisser la parole au public, j’aurais une dernière question pour vous deux. Vous semblez indéniablement proche, tant physiquement qu’affectivement. Vous pourriez nous parler de votre rencontre ? Et pourquoi pas de la nature du lien apparemment fort qui vous uni ?

La parole au public, l’Echo espérait que s’en serait après la pub, chose probable considérant que le quart d’heure d’antenne allait se terminer. C’était une chose de bien avec la télévision publique américaine : il y avait cinq minutes de pub tous les quarts d’heure environ, ce qui permettait de garder des horaires précises pour les programmes de trois quarts d’heures, une toute les heures. Certes, cela pouvait être chiant de devoir avoir trois pubs pour un épisode de série mais ça permettait de bien rester concentré quand l’action reprenait. Il lui semblait avoir entendu quelque part que le temps de concentration moyen sur un même objet était de dix minutes à un quart d’heures, donc c’était logique et bienveillant de la part des annonceurs d’être autant présent sur le petit écran. En tout cas, ce n’était pas pour cela que Rachel attendait la pub mais bien la pause de cinq minutes qui leur serait offerte.

- Hum ? Oui bien sur… Mais avant, j'aimerais juste clarifier les dires de Phénix.

Rachel écouta les clarifications nécessaires, voyant la bienveillance dans cette reprise tout autant que la confirmation qu’elle avait mal fait. Elle était d’accord sur les dires de Caitlyn même si elle n’était pas juste mutante, un fait problématique dont elle n’aurait pas du parler mais qui, de son sentiment, était lié à cette globalité qu’elle avait exposée. Sa mutation faisait partie d’elle au même titre que l’Echo du Phénix, elle ne voulait pas qu’on y fasse de distinction mais à ne pas en faire, elle s’exprimait mal. Il ne s’agissait pas d’humain, de mutant ou d’entité, il s’agissait juste de pouvoir. Au sens effrayant du terme.

C’était ce qui avait valu le nom scientifique d’ailleurs, selon toute probabilité, cette supériorité de pouvoir née des aléas de l’évolution. Mais le pouvoir ne faisait pas l’individu, d’où qu’il faille apporter une dimension morale et non s’en tenir aux chiffres de la science. C’était le problème avec l’évolution, qu’elle soit biologique ou technologique, la morale et l’éthique devant les accompagner ne suivaient jamais le rythme. Par contre, les rousses supérieures aux blondes et aux brunes… uniquement dans la libido masculine moyenne.

La différence, l’acceptation, la compréhension ; ce discourt Caitlyn continuait de le défendre avec passion. Phénix en sourit, se remplumant légèrement maintenant qu’elle n’en était plus à être en cause mais à écouter ces enseignements qui l’avaient éduquée. L’Humanité comme avenir du mutant ? L’Humanité comme avenir de l’Homme tout court. Pour le meilleur et pour le pire, pour l’Humain.

Quand à leur rencontre, l’Echo l’écouta, se rappelant les grands instants d’une improbabilité telle que même dans une fiction ils auraient pu paraitre exagérés. Mais ils étaient de bons souvenirs, de très bons souvenirs, dont les héritages étaient perpétués et c’étaient transmis à d’autres. Mettre la trouille de la vie, faire rire et pleurer, manquer de l’étouffer par une pirouette et du 85C, tentée d’assassiner Laurette à coup de pâte d’amande et arrosé quelqu’un avec du coca sans le faire exprès… cela avait été improbable, cela avait été épique. Rachel en souriait, simplement, regardant Caitlyn. Il fallait l’aimer, c’était nez ce jour-là, tout comme sauver la situation à l’aide de pâte d’amande. Tout comme une amitié, une sororité. Oui.

La sœur qu’elles n’avaient pas eue, la veilleuse en qui elles pouvaient avoir une confiance absolue, les discussions à bouche cousue… qu’y rajouter ? Que dire lorsque ce qui était su était ainsi énoncé ? Que faire si ce n’était la prendre dans les bras ? Le pouvait-elle au moins ? L’Echo en avait envie, mais son regard alla à tous ces inconnus non anonymes et à ces machines numériques qui retransmettaient leur image plus loin qu’elles ne pouvaient imaginer. C’était une douche froide qui la fit renifler.

- Il fallait aux inconnus des heures voir des jours pour m’amadouer, à l’époque. En dix minutes, Fuzzy l’a fait.

C’était vrai. Ou tout du moins c’était ainsi que Rachel en gardait le souvenir. Elle n’était pas nostalgique de cette période où les choses commençaient à peine à aller mieux pour elle, elle n’était pas non plus hantée par ces instants même s’ils avaient été marquant.

- On a rit, on a faillit s’étouffer chacune notre tour toi avec du coca et à cause de moi, moi avec de la pâte d’amande et… à cause de moi aussi.

Oui, bon, ça se passait de commentaire. Mais il était important de noter la bonne foi de l’Echo : c’était Caitlyn qui avait taché partout dans le dortoir qu’elle partageait avec Amy en recrachant à grande toux son coca, Rachel avait juste voulu aider à nettoyer en balançant les tâches par la fenêtre et c’était pas sa faute s’il y avait eu quelqu’un au-dessous ! Donc s’il devait y avoir une responsable, c’était celle qui avait faites les tâches ! Ou celui qui avait fait le coca. Une chose qui ne serait jamais arrivée si les parents de celui qui avait fait le coca ne l’avaient pas mit au monde. A bien y réfléchir, s’il fallait déléguer la culpabilité on n’avait pas fini.

- Tu m’as faite me détendre, tu m’as dit qu’il fallait m’aimer. Mais surtout, tu l’as fait. Malgré tout, tu l’as fait.

Non, Caitlyn n’avait pas été là dans la plupart des pires moments. Mais la réciproque était vraie. Surtout, elle avait été là dans la plupart des bons. Et c’était ce qui importait le plus.

- Je t’aime, Ptite Rousse ; je t’aime Grande Sœur.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Animation
PNJ
avatar

Messages : 150
Date d'inscription : 05/04/2012

MessageSujet: Re: Tonight [Caitlyn;Rachel]   Dim 15 Mar - 19:36




Se rencontrer dans ce qui semblait être une structure scolaire, ce n'était pas réservé qu'aux mutants.
Tout le monde pouvait avoir peur, rire et pleurer.
S'étouffer était à la portée de chaque être humain.
Casser le pot d'une plante verte aussi.

#Green Peace is watching you !


D'un point de vue externe, les deux mutantes n'étaient que des personnages. Deux femmes que le commun des mortels ne voyait qu'à travers les médias, derrière un écran ou entre les pages d'un magazine. Concrètement, que savait-on d'elles ? Rien.
Mais grâce à ces petites bribes de vie et ces anecdotes, c'était comme si Fuzzy leur donnait vie. Grâce à ces notes de couleur qu'elle leur appliquait, elle les humanisait, tout simplement.
Phénix avait naturellement pris la suite, avec toute la sensibilité et la réserve que cela impliquait.
Le public devait voir la normalité des mutants. Il avait besoin de savoir qu'ils avaient une vie, des émotions et des aventures quotidiennes similaires aux siennes pour pouvoir s'identifier à eux.
Les mécanismes étaient bêtes et basiques. « J'ai une famille, les mutants aussi » ; « Je bois du soda, les mutants aussi » ; « J'aime, les mutants aussi. ».

#We're all the same


L'incompréhension nourrissait la peur, c'était pour cela qu'Ellen lui coupait les vivres en posant ces petites question insouciantes dont les réponses feraient toute la différence.
Plus que simplement sensibiliser les spectateurs, Fuzzy et Phénix les avaient touché émotionnellement et personnellement en leur dévoilant la genèse de leur histoire commune, ainsi que la naissance de leur affection filiale. En se rencontrant, elles avaient éprouvé plus qu'un simple sentiment amoureux, elle avait trouvé un véritable amour sororale.
Humains mutants ou non mutants. Qui ne le cherchait pas ? Cette personne unique avec qui les mots étaient inutiles pour se comprendre.

_ Je t’aime, Ptite Rousse ; je t’aime Grande Sœur.

Le « Aaww... » très attendu n'avait peut-être pas parcouru le public, mais l'émotion et l'attendrissement étaient presque palpables au sein de ce dernier. Sans se départir de son sourire maternel, Ellen gratifia les deux jeunes femmes d'un petit signe de tête reconnaissant.

_ Merci encore à toutes les deux. Je pense qu'il est maintenant temps de passer aux questions du public. Les téléspectateurs sont impatients de prendre la parole.

Alors que les mains se levaient les unes après les autres dans les gradins, un des loufiats de la production tenta de se frayer un chemin pour donner le micro à une première personne.

_ Un beau jeune homme pour commencer ! Comment-vous appelez-vous et quelle est votre question ?

_ Bonjour, Carter de Brooklyn, j’aurais une question pour le Beaver ! Heum… Avec votre pouvoir, est-ce que vous devez toujours payer votre facture d’électricité ?

Le public commença à glousser alors qu’Ellen eut elle-même du mal à se retenir de rire.

_ Beaucoup de pragmatisme ! Etudiant je suppose ?

Le public s’amusa un peu plus et attendit la réponse de l’intéressée alors que le jeune homme hocha la tête d’un air faussement désolé.
Le micro continua son petit bonhomme de chemin à travers le foule pour s'arrêter devant une nouvelle personne, une jeune femme à peine plus vieille que l'étudiant qui l'avait précédée.

_ Bonjour, je m’appelle Mary et je suis de Manhattan. Vous étiez toutes les deux sur les lieux de l'attentat, bien plus rapidement que la plupart des secours. Comme si vous l'aviez prévu ? Pourtant, vous n'avez rien fait pour l'effacer !
Pourquoi ? Phénix, vous avez dit que vos pouvoirs étaient sans limites, mais des centaines de personnes sont toujours mortes à l'heure qu'il est. Il y a toujours ce cratère béant à Bleecker. Pourquoi ?
A quoi vous sert cette pseudo « divinité » ?
J'étais là aussi à Bleecker. Je… je vous ai entendue dans ma tête…
Alors ça vous sert à ça ?
A vous immiscer dans la vie privée de n’importe qui sans qu’il ne le sache, sans qu'il ne le veuille? Vous pourriez même manipuler son esprit quand ça vous chante, le faire mal agir pour votre compte.
Comment être certaine que vous n’utilisez pas vos pouvoirs à mauvais escient malgré vos bonnes actions médiatisées et vos belles paroles ? Qu’est ce qui vous en empêche ?
Après tout, vos pouvoirs n’ont pas de limite et vous vous autoproclamez comme étant une sorte de Dieu !
Les mutants pourraient cambrioler des banques, tuer le président, raser des villes et pourquoi pas pire encore, sans le moindre effort… Ne pensez-vous pas être simplement trop dangereux ?!
Comment espérez-vous que les humains puissent coexister avec les mutants alors que vous êtes des armes. Pire encore que de simples armes, vous pouvez agir selon votre propre volonté !





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 31

MessageSujet: Re: Tonight [Caitlyn;Rachel]   Lun 16 Mar - 7:22

Mon regard se posa sur Rachel, bien entendu que je l'aimais et cette déclaration me laissa muette d'émotion durant quelques instants, finalement j'étais contente d'avoir mes lunettes, ainsi on ne me voyait pas larmoyer.
L'exercice des questions au public sans doute le moment le plus franc et le plus effrayant. Car par delà la vox populi, c’était le brûlot de toutes les craintes qui pouvaient d'un coup émerger.
La première question m'amusa au point de manifester un « HA HA » fake et moqueur, je me penchais depuis le fauteuil en minaudant.


Bonsoir Carter.
C'est vrai qu'en pratique il devrait bien exister un moyen de récupérer l'énergie pour me passer de payer ma facture mais ca nécessite une installation complexe et une prise de charge ou mettre mes doigts, ce qui me rendrait dans l'opération....légèrement...stupide. Sérieux, de quoi j'aurais l'air ? Et puis je vous raconte les jeux de mots pourrav'. Beaver est branchée, elle au courant.....ouef...donc.
Plus sérieusement, c'est plutôt handicapant en fait, je ne vous raconte pas le nombre d'appareil électrique que j'ai court-circuité, peut être 4 ou 5 ordinateurs, 3 ou 4 postes TV, 5 guitares électriques et 57 téléphones portables, je ne compte plus les réveils matins...Être de nature électrique ça génère toujours des incidents...un peu comme les fuites urinaires.
(pause embarrassée puis regard tourné vers la journaliste)
Oh my God ! on peut dire ça à la télé Ellen ? Non mais rassurez moi...Sinon faites moi taire un coup de pubs.
Merci pour votre question Carter, belle chemise au fait...


La seconde question tape là ou ca fait mal, j'encaisse le coup comme une attaque, surveillant du coin de l'oeil Rachel, je ne veux pas qu'elle souffre, je ne le tolérerais pas, elle n'a pas fini de poser sa question que déjà je pose ma main sur le bras de ma camarade, lui signifiant le soutient et la protection et surtout que je me charge de la contre attaque, après tout : je suis une avocate.




Bonsoir Mary...il y a beaucoup de choses dans ce que vous dites...je vais essayé d'être la plus précise possible. Oui en effet, nous étions toutes les deux sur les lieux de Bleeker, je comprends votre traumatisme, je le comprends d'autant plus que ma petite fille faisait parti des victimes. Car au delà d'être des armes douées de volonté comme vous le supposez, je suis avant tout une personne avec une histoire, une personne qui en aime une autre et qui a des enfants, je suis une femme et une mère. Et ce jour là, oui j'ai failli perdre mon enfant.
J'étais là car c'est la place de toute mère en cette circonstance et que j’étais à New York a mener une vie comme la votre, faite de dossiers et de travail...
Ma soeur n'est pas omnisciente, si nous avions pu empêcher cette horreur , nous l'aurions FAIT. Personne ne mérite la violence et la mort, je dis bien personne.
Vous ne savez pas combien d'incidents de ce genre n'ont pas eu lieu parce que NOUS étions là, vous ne savez pas combien de souffrance nous avons du enduré pour que vous dormiez sur vos deux oreilles.Comment le sauriez vous après tout puisque c'est toujours plus simple de blâmer l'inévitable que de concevoir ce qui a ete sauvé dans le plus grand secret...
Phénix n'est pas une divinité parce que les divinités s'en tapent de notre petite vie...de nos souffrances..Pas elle, jamais. Et ce n'est pas un blasphème, je suis de confession catholique et damnée pour être à la fois mutante et homosexuelle, ça ne m'empêche pas de croire car l'espoir, c'est personnel et c'est ce qui nous définie en tant qu'humain.
Phénix a fait ce qu'elle pouvait pour sauver des gens, ces même personnes qui lui demandent de faire ce que leurs Dieux eux même ne peuvent pas faire, c’était un geste guidé par la bonté et l'espoir, mais comme toute humaine, elle ne PEUT pas tout encaisser et n'a pas à dire ce que doit faire l'espèce humaine, ni a dicter ses actes.
Que deviendrions nous privé de notre libre arbitre ? Que deviendrions nous sous le joug d'un tyran ?
Moi je le dis, nous devrions plutôt la remercier que de la fustiger de ne pouvoir faire plus.
Merci Rachel, merci d'être là en tout cas.

Je sens que je m'emporte alors je prends le temps de souffler avant de me lever de mon siège devant l’étonnement du public et de lever les bras devant le corps.

Je suis trop dangereuse, d'accord.
Alors quelle solution ? Éradiquer tous les mutants, ouvrir des camps pour les brûler ? Vous pensez que nous sommes des erreurs de la nature ? Certains mutants sont dangereux, je suis d'accord, d'autres inoffensifs.
Faut-il instaurer une sélection ? Un principe de triage, sélectionner et détruire ?
Vous savez comment ca s'appelle.
Vous savez parce que c'est déjà arrivé. Eugénisme, Nazisme...vous avez vu l'horreur, pouvez vous en porter la responsabilité, Mary ? Et Alors dites moi en regardant vos enfants dans les yeux, qui sont les monstres ?
Nous ne sommes pas pire que des armes justement parce que nous possédons la volonté de ne pas nous comporter comme telle à l'inverse de ce que vous disiez.
Savez vous pourquoi je me tiens devant vous ?
Parce que VOUS êtes aussi dangereuse que moi. Qui me dit que vous n'allez pas sortir une arme de votre veste et me loger une balle dans la tête car après tout c'est dans vos capacités comme c'est dans les miennes de vous foudroyer. Et je vous jure que mutante ou non, ca serait bien assez pour me tuer.
Mais vous ne le ferez pas parce que vous êtes une personne raisonnable et que vous n'avez pas cette volonté de me faire du mal.
C'est pareil pour moi.
Et c'est pareil pour 90 % des mutants.
Nos pouvoirs si ils sont apprivoisés et canalisés peuvent être un plus pour tous. Controler le climat, faire pleuvoir pour irriguer les déserts ; aider à creuser des puits et des sources, faire pousser des plantes pour lutter contre la faim, lutter contre le crime pour que tout le monde puisse vivre en harmonie. Nous pouvons faire des miracles, nous pouvons le faire pour tous et dans l’intérêt de tous.
La mutation EST une chance, pas une malédiction pour l'humanité mais pour cela il faudra que nous travaillions en nous faisant CONFIANCE, main dans la main. C'est ça, l'idéal de Charles Xavier et c'est la solution la plus profitable pour notre futur.
Il reste ces fameux 10 %, oui ils peuvent faire du dégât...c'est pour cela que les X Men existent, et c'est pour cela que nous allons travailler avec le BAM et le gouvernement, pour intercepter, neutraliser et mettre hors d’état de nuire, ce qu'il y a de mauvais dans le genre humain, mutants ou non.
Mais pour ça, nous avons besoin de vous...
Mary.
On a besoin de votre soutient, de votre confiance et surtout...de votre amour.

Je me rassois en manifestant une lourde fatigue, réajustant mes lunettes.

- Sans amour, on ne peut rien construire....rien du tout. Vous savez...ma mère adoptive était une de ces hippies de San Francisco, ca doit venir de ça mon coté utopiste mais je considère qu'en ce monde....il n'y a rien de plus vrai, de plus beau, de plus puissant que l'amour entre les êtres. Et ça , ça n'a rien à voir avec une mutation.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: Tonight [Caitlyn;Rachel]   Dim 22 Mar - 21:41

Les lunettes cacheraient peut-être les larmes au monde mais elle, elle les percevait. Son mince sourire n’en fut que plus étiré.

- Merci encore à toutes les deux. Je pense qu'il est maintenant temps de passer aux questions du public. Les téléspectateurs sont impatients de prendre la parole.

Mais ça n’en finissait jamais ? Rachel tourna son regard vers Ellen tout en perdant son sourire ; pas de pause, pas de pub, c’était quoi l’arnaque ? NBC n’était pourtant pas câblée, si ? Croisant les bras, perdant son regard dans le vide, l’Echo se contenta d’attendre les questions suscitées bien consciente que s’il y aurait un pire, il était à venir : les spectateurs, confortablement assis dans leurs sièges et leurs divans, oseraient demander le politiquement comme l’impolitiquement correcte, le douloureux et le grave comme le frivole et l’inutile. Et s’il y avait vraiment autant de téléspectateurs que cela semblait être le cas, elles étaient tout simplement des cibles. Son visage se durcit légèrement.

La première question était du frivole et de l’inutile, Rachel baissa simplement les yeux avant de les relever vers Caitlyn, à qui elle était adressée. Elle ne souriait pas, elle attendait. Quoi ? Que cela se passe mal. La prochaine fois, elle ne se priverait pas de parcourir le temps à la recherche de réponses, même si Ellen leur servait de garde-fou.

Ecoutant Fuzzy développer la question en s’avançant vers l’étudiant, Rachel tâcha d’ouvrir son esprit aux pensées fortes l’entourant, les voix commençant à raisonner dans sa tête par intermittence. Qui n’importait pas, quoi si. Et c’était ce quoi qu’elle voulait savoir sans avoir à pénétrer tous les esprits ci-présents ; une fois dont elle était capable, néanmoins, tant matériellement que dans la volonté.

La télépathe entendit la question qui suivrait avant même qu’elle ne franchisse les lèvres de quiconque et cela la fit se redresser et raffermir sa prise sur ses propres bras alors que son visage continuait de ce teinter d’une impassibilité contenue.

- Oh my God ! On peut dire ça à la télé Ellen ? Non mais rassurez-moi… Sinon faites-moi taire un coup de pubs.
Merci pour votre question Carter, belle chemise au fait…


Même Caitlyn la voulait, la pub, une pause bien méritée en sommes. Une pause qui n’arriverait pas sans encombre. L’Echo dégluti et attendit que les accusations soient assenées, tête haute et cœur partagé entre tristesse et froideur.

- Bonjour, je m’appelle Mary et je suis de Manhattan. Vous étiez toutes les deux sur les lieux de l'attentat, bien plus rapidement que la plupart des secours. Comme si vous l'aviez prévu ? Pourtant, vous n'avez rien fait pour l'effacer !

La question, si l’on pouvait nommer cela ainsi, s’adressait à elle. Pourquoi ? Parce que les choix des uns impactaient sur les autres toujours et que même s’il pouvait être en son pouvoir que de prédire l’avenir elle préférait ne pas le faire pour ne pas y perdre tout goût. Des centaines de personnes étaient mortes à l’heure qu’il était et elle n’en avait tuée aucune, elle ne pouvait donc pas être tenue pour responsable de leurs morts du fait qu’elle ne les avait pas sauvés. Il y avait suffisamment de fantômes qu’elle s’en voulait de ne pas avoir pu sauver pour qu’elle se saigne à sauver des inconnus. La mort était un processus naturel et une fois que les gens avaient perdue leur vie cette dernière ne leur appartenait plus pas plus qu’à elle ; oui, la vie constituait la Force Phénix et le Phénix comme son Echo pouvaient lui commander, mais de quel droit ?

- A quoi vous sert cette pseudo « divinité » ?

Rachel inspira en fermant les yeux, bloquant sa respiration pour déglutir encore plus péniblement alors que l’accusation continuait. Mary, Bleecker Street, elle ne s’en souvenait pas. Elle avait eues tant de voix dans sa propre tête, plus encore qu’elle n’en avait maintenant et de façon plus continues, plus oppressantes… distinguer toutes les personnes et canaliser leurs pensées était affaire de discipline mentale mais au bout d’un certain nombre, se souvenir de tout et de tous relevait de l’impossible. Et heureusement, sans doute, sans quoi elle y perdrait sa santé mentale. La télépathie faisait partie des pouvoirs les plus dangereux tant pour autrui que son possesseur et Rachel, qui se considérait comme ayant eu peu de problèmes avec son don, y avait laissée son orientation sexuelle.

Oui, elle pourrait manipuler l’esprit de Mary, sans doute l’avait-elle déjà fait d’ailleurs lors des événements de la Traque en 2012, mais si elle le faisait présentement Mary n’aurait jamais eu le libre arbitre pour ainsi l’attaquer. L’Echo respectait le libre arbitre plus que tout autre chose pour en avoir été privée par le passé et si elle comprenait les craintes elle n’en appréciait pas plus les accusations. Utiliser ses pouvoirs à mauvais escient, ce n’était qu’une question de point de vue et il y avait toujours des personnes pour faire le pire en croyant faire le meilleur. Purificateurs. Rares étaient les personnes à faire le pire en étant conscient de faire le pire. Limiers.

- Après tout, vos pouvoirs n’ont pas de limite et vous vous autoproclamez comme étant une sorte de Dieu !

Les paupières de Rachel commencèrent à s’ouvrir, laissant la lumière s’échapper de l’un des yeux.

- Les mutants pourraient cambrioler des banques, tuer le président, raser des villes et pourquoi pas pire encore, sans le moindre effort… Ne pensez-vous pas être simplement trop dangereux ?!

Rachel faisait face, tête et dos droits, son regard vert et doré pausé sur l’autre femme, la lumière formant une marque de Phénix sur son visage.

- Comment espérez-vous que les humains puissent coexister avec les mutants alors que vous êtes des armes. Pire encore que de simples armes, vous pouvez agir selon votre propre volonté !

Rachel se détourna de l’agresseur lorsque la main de Caitlyn rencontra son bras, ses yeux bicolores suivant le membre jusqu’au visage de sa sœur de cœur et de souffrance. Elle hocha simplement la tête, remerciant, et se taisant elle ferma de nouveau les yeux. Le temps continua de s’écouler autour d’elle et elle le laissa faire, prise dans une bulle d’absence. Leurs voix et leurs pensées, leurs corps et leurs esprits, leurs existences et leurs âmes étaient tout autour d’elle, elle les percevait, elle les sentait, elle les ressentait. Ils étaient tous dans sa tête tout autant qu’elle était dans les leurs. Qui, à partir de ce moment, s’immisçait dans l’intimité de l’autre ? Peut-être pouvait-on la pointer du doigt puisqu’elle pouvait volontairement se rendre dans l’esprit d’autrui mais quid de ces fragments de l’esprit d’autrui cherchant à assaillir le sien constamment, lorsqu’elle n’y était pas ? Et quid de ces fragments qu’elle pouvait ramener avec elle et qui pouvaient la changer dans son esprit même ? Tant de bruit, tant d’incompréhension, des petits points vibrants chaotiquement dans une chose à laquelle ils appartenaient sans la comprendre, sans même en avoir forcément conscience. Tout n’est qu’onde et atome, ni plus ni moins. Rachel percevait cinq dimensions du monde en temps réel et cela faisait que le moindre petit grain pouvait l’atteindre si elle n’y prenait pas garde. Elle-même en restait composée et voulait en être, pour être auprès d’eux ; ne voulaient-ils pas d’elle ? Elle n’avait pas besoin d’eux et s’ils ne voulaient pas de son aide, elle pourrait les laisser mourir comme elle aurait pu laisser mourir ceux de Bleecker Street. Ils n’y avaient qu’un unique coupable à tous les maux de l’Humanité : l’Humanité elle-même. Eliminer l’Humanité résolvait le problème. La laisser mourir résolvait son problème. L’Echo n’en avait pas l’intention.

Caitlyn la défendait avec tant de vigueur, tant de volubilité, répondant voir répliquant point par point à l’inconnue et à ses accusations. La controffensive et les nouvelles accusations firent mal également mais l’Echo resta ce qu’elle était, un écho. Ils sont dans un tribunal et à défaut de pouvoir plaider la cause de Rachel, Caitlyn détourne la dangerosité vers elle, l’agressivité de l’opinion vers elle. Pourtant, Caitlyn ne se situait pas parmi les mutantes les plus puissantes au monde ; même si ses pouvoirs étaient impressionnants, leur puissance brute était plus faible qu’une ligne à haute tension ni n'approchait d’un centième de la foudre. Mais cela n’avait pas d’importance car ce n’étaient pas ses pouvoirs qui la définissaient. Car quelque soit la dangerosité de ses pouvoirs pour un être humain elle n’était guère différente de toutes les autres dangerosités avec lesquelles les Humains vivaient chaque jour. Dangereuse à l'échelle individuelle, oui, mais cela s'arrêtait là. C’était sans doute pour cela qu’il n’était pas possible de prendre l’exemple de Rachel : la foudre n’avait pas fait cinq milliards de morts de toutes l’Histoire alors que le Phénix, oui. Et sans doute plusieurs fois. Héritage sanglant du sacrifier une partie pour sauver un plus grand nombre, comme le loup s’amputant de la patte coincée dans un quelconque piège.

Caitlyn défendait les siens comme toujours et c'était sans doute là la seule manière de la rendre dangereuse en tant que personne, même si elle ne choisissait plus la violence pour ce faire à présent.

- On a besoin de votre soutien, de votre confiance et surtout… de votre amour.

Il faut les aimer quand même, il faut les aimer malgré tout ; réciproque vraie pour tous mais tellement plus difficile à dire qu’à faire. Rachel se souvenait de combien elle avait ardemment souhaitée torturer et exterminer l’Humanité, jusqu’à la dernière femme, jusqu’au dernier enfant. Caitlyn se rassit sur son siège alors qu’elle-même rouvrait les yeux, normaux.

- Sans amour, on ne peut rien construire… rien du tout. Vous savez… ma mère adoptive était une de ces hippies de San Francisco, ca doit venir de ça mon coté utopiste mais je considère qu'en ce monde… il n'y a rien de plus vrai, de plus beau, de plus puissant que l'amour entre les êtres. Et ça, ça n'a rien à voir avec une mutation.

C’était lancé comme un dernier soupire, non pas en désespoir de cause mais comme une ouverture terminant une conclusion. Caitlyn pouvait plaider, indiscutablement, tant que cela lui touchait au cœur. Rachel devait-elle en rajouter ? Devait-elle soutenir en poursuivant ? Cela ne risquait-il pas de poser plus de problème qu’il n’y en avait déjà ? Si, surement. Regardant Caitlyn, elle lui sourit et hocha la tête en fermant les paupières un instant.

Ramenant sa manche contre son visage, l’Echo se l’essuya, virant couche après couche tout ce beau maquillage qu’elle avait sur le visage et s’aidant de ses capacités psioniques pour le faire tomber. Ses taches de rousseurs apparurent mais se ne furent pas les seules choses qui se révélèrent. Sa chair se marqua de rouge, de fins tatouages rouges lui courant sur l’épiderme par paires de lignes. Elles semblaient parallèles, sur son visage, puis disparaissaient bien vite sous sa chevelure ou alors coulaient sur sa gorge pour en faire de même sous ses vêtements. Peut-être que les personnes avec les meilleurs yeux les verraient continuer de courir sous les tissus transparent de ses manches et du haut de sa robe, jusqu’à ce qu’elles disparaissent sous l’opacité de son bustier, une ligne par sein, avant de réapparaitre la où ladite robe s’arrêtait, que ce soit au niveau des cuisses où les lignes encadraient, quatre par quatre, les chairs jusqu’à ses pieds ou que ce soit au niveau de ses où elles descendaient jusqu’à ses doigts et repartaient au-dessous du bras à direction du buste et du bas du corps.

Toujours assise, Rachel leva une main puis la tournant, avant de se lever pour montrer ses jambes, sa tenue suffisamment courte et transparente pour, elle l’espérait, faire comprendre que les tatouages partaient sur tout son corps. Ceci fait, en silence, elle se rassit, laissant le silence continuer avec qu’elle joignait les cuisses comme les mains et posait les secondes sur les premières. Elle regarda l’assemblée, elle regarda la caméra, elle regarda Mary.

Sa parole se bloqua un instant alors qu’elle faisait face à tous ces regards mais malgré son envie de se tasser, l’Echo ne le fit pas. Elle dégluti, péniblement. Une fois. Une seconde fois. Puis elle inspira et parla.

- Les mutants sont des armes. C’était ce que pensaient les gens qui m’ont fait ces marques. Des armes vivantes. Je suis une arme. Je suis marquée comme telle.

Prenant une grande inspiration, elle soupira profondément.

- J’avais treize ans lorsqu’ils m’ont emmenée pour que je devienne une arme de l’Humanité. J’ignore quel âge j’avais lorsqu’ils m’ont apposés ces tatouages pour dire que je l’étais devenue.

Serrant la gorge et les mains, elle continua de fixer Mary presque à l’exclusion de tous les autres.

- L’Homme utilise les armes pour se défendre. Ils ont brisée ma volonté pour que je leur obéisse, je l’ai fait. Et j’ai fait ce que toute arme peut faire…

Les larmes ne tarderaient pas à venir et c’était sans doute ce que Caitlyn avait cherché à éviter. Mais ces larmes, toutes tristes et douloureuses qu’elles puissent être, seraient portées par autre chose. Fuzzy avait fait son acte de foi, Phénix s’en allait le faire à son tour. Unies, jusqu’au bout. Tout était toujours jusqu’au bout avec Rachel, voir même au-delà.

- Je ne peux pas porter ces marques sans me rappeler ce que j’ai fait et ce qu’ils m’ont fait. Je les caches, par le maquillage ou mes pouvoirs…

Pinçant les lèvres, elle fut prit d’un frisson. Plusieurs secondes, plusieurs inspirations, puis elle reprit.

- Parce que ça fait mal de les voir. Mais si je les fuis toujours, lorsque suis en « X-Woman », en mission, je tiens à les porter.

Se redressant encore plus, Rachel ferma les yeux et décroisa ses doigts pour venir les porter contre ses tempes, se les massant quelques instants avant de revenir à sa position précédente.

- Quand je suis X-Men, j’ai une chance de protéger les gens. Les gens que j’aime comme les inconnus.

Ses bras se croisèrent, elle en finissait. Mais il lui fallait néanmoins une pause de plus. Un regard de plus, partagé entre tristesse et résolution.

- Empêcher des événements comme Bleecker Street c’est empêcher des personnes comme nous tous de faire leurs choix. Non, je ne le ferais jamais. Pour les mêmes raisons que vous avez pue poser cette question.

Grimaçant un instant tant elle craignant de saborder le travail de défense de Caitlyn à son égard, l’Echo du Phénix se demanda si définitivement il n’était pas mieux qu’elle se taise. Il aurait fallut faire un signal codé au préalable.

- Maintenant, soyez francs avec moi, vous tous. Préférez-vous que, alors qu’on peut le faire, on s’abstienne de vous aider ?

Tout était une question de choix, comme avec cette femme sous terre. Elle les avait traitées de sorcières, peut-être parce qu’elle maitrisait mal la langue anglaise et n’avait pas trouvé le mot monstre, mais au final lorsque Rachel lui avait tendue la main, elle l’avait accepté. Les gens ci-présent, et Mary en premier lieu, réagiraient-ils de la même façon ?

- Mary, aurais-tu préféré que je regarde les gens de Bleecker Street mourir plutôt que d’essayer de les aider ? Qu’as-tu fait, toi, pour les aider ?

Écoutant la réponse, l’Echo ferma ensuite les yeux, tachant de se calmer. Ce genre d’exercice n’était toujours pas agréable mais moins douloureux que par le passé, même si elle en appelait à la publicité de tous ces vœux à présent. Il lui restait une chose à faire avant, ou dans le cas où il n’y en aurait effectivement pas. Yeux toujours clos, Rachel étendit ses fils psychiques jusqu’à l’esprit de Caitlyn, l’effleurant d’abord avant de s’y connecter dans l’espoir de ne pas la surprendre.

*S’il vaut mieux que je me taise à certain truc, tape deux fois sur ton accoudoir. Que je sois pas un boulet pour toi.*

- Nous avons des capacités, des « pouvoirs », surhumaines, oui. Mais nous ne sommes pas que cela. Vous l’avez entendu, n’est-ce pas ?

Toujours yeux clos, elle marqua une nouvelle pause avant de faire ce qu’elle était seule à envisager de faire ici, un acte de foi auquel Caitlyn se refusait mais avait ouverte la porte pour elle. Et elle, elle était prête à le faire si cela lui permettait de compléter sa sœur d’adoption.

- Mon pseudonyme d’X-Woman est « Phénix » mais la plupart des gens m’appellent d’instinct « le Phénix ». Mais j’ai un nom. Rachel. Je m’appelle Rachel Anne Summers DCVO.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Animation
PNJ
avatar

Messages : 150
Date d'inscription : 05/04/2012

MessageSujet: Re: Tonight [Caitlyn;Rachel]   Ven 27 Mar - 23:53





Au fur et à mesure des mots de Fuzzy, puis de Rachel, Mary avait pâli, de plus en plus mal à l'aise. Ses yeux survolèrent timidement le restant du public avant qu'elle ne les abaisse vers le sol et se rassoit sans un mot. Le concept des questions du public s'était révélé périlleux, et même peut-être dangereux quant à la lueur d'or qui s'était allumée dans l'oeil émeraude du Phénix. Mais tout l'enjeu de l'émission se trouvait malheureusement là. En acceptant d'y participer, les deux jeunes femmes s'étaient exposées à des questions qu'elles ne pourraient maîtriser, allant du détail innocent à l'accusation pure et simple.
Ce soir, leur mission avait été d'ouvrir les yeux du public en acceptant ces mots qui faisait mal, et en y répondant avec calme et diplomatie. Les mutants n'étaient pas des bêtes, ils étaient humains avant tout, alors comme des humains ils devaient agir au plus juste. C'était à cette seule condition qu'ils obtiendraient le soutien, la confiance et l'amour que Fuzzy avait demandé. Ce soir, les deux rousses étaient là pour ouvrir la voix, d'autant plus que si l'affection arrivait à passer outre les espèces pour se manifester entre humains et animaux, elle finirait forcément par le faire avec la mutation.
Même si l'espace d'un instant le sourire d'Ellen s'était crispé par peur de voir le studio finir en cendres, elle avait retrouvé son naturel détendu et maternel envers les deux mutantes.

_ Merci beaucoup à toutes les deux pour votre courage et pour vos réponses à ces questions, aussi difficiles soient-elle. Vous-vous êtes mises à nue, littéralement, avec tant de sensibilité, comment ne pas être touché ? Ce soir, vous êtes loin des rôles impersonnels dans lesquels nous avons l'habitude de vous voir, vous êtes humaines, tout simplement. Avec toute la fragilité et le doute que cela sous entend.
Maintenant que cette première série est terminée, je pense qu'il est largement temps de vous permettre de faire une pause, pour que vous puissiez reprendre votre souffle et vous détendre après cette épreuve ! La deuxième série de questions, vous vous en doutez bien, sera consacrée à tout ce qui concerne les X-men, votre rôle, vos idéaux. Et aussi votre place, vos expériences et vos souvenirs au sein de ce groupe encore assez méconnu du public. J'espère que vous serez d'aplomb pour continuer après ces quelques minutes !


Ellen se tourna ensuite vers le public et les caméras, son sourire sincère et affectif se modifiant imperceptiblement pour se faire plus professionnel et vendeur.

_Quant à nous, nous nous retrouverons dans un court instant, alors ne zappez pas, la suite arrive très vite !

Alors que le jingle reprit, les spectateurs se levèrent pour applaudir à tout rompe, remués par les premières questions et réponses de l’émission. Chez les téléspectateurs, c’était l’habituelle et agaçante coupure pub, légèrement en retard par rapport à l'horaire habituel, mais l'émission de ce soir étant spéciale et en direct, il était normal que tout ne se passe pas comme prévu et que les invitées sèment la zizanie dans les fiches de la présentatrice.
Bref ! C'était exactement le bon moment pour aller au petit coin, s’hydrater, s’étirer et tweeter ! ♥

__________

@A.B.♥
#Chocolat #Caramel #Brownies #MK? #Pizza?

@Percival R.
Encor D mutos ! On nen a gros !
#RealHuman #Paysdegalle

@Sarah P.
Qui pour un Bescherelle pour #Percival R.? Je cotise !
#Illettré

@Scribtou O.
Je ne pense pas qu'être mutant est une bonne ou une mauvaise chose. Je dirais d'abord que ce sont des rencontres...
#Lithérature #Ellen's show #Bonnesituation #MauvaiseSituation

@Patron O.
Moi y a pas k'son costume qui m'émoustille He He He He
#Roux #Cravacheencuir #Toudur

@Sancho M.
Attention on a un dieux au Ellen's Show ! Et tant qu'on y est pourquoi pas un oiseau cosmique de l'univers !
#nawak #Grokiki #SuperCheville

@Ellie C.
Yeah #WonderBeaver est dans la place ! Tu défonce tout ! Trop contente de voir ma préférée au #Ellen's Show !
#W.B. #GirlPower #CheveuxCuivre

@Franz S.
Pourquoi on fait pas plus d'institution pour mutant ? Cela pourrait tellement aider l'humanité ! Ces deux femmes sont un véritables exemples à suivre !
#HandToShake #MutantLover #IgotDapower

@Betty U.
Mer ele fé comman pour prendr son b1 avec lelectriciT ? L devré êtr mort non !
#ClaudeFrançois #logique #RealHuman

@J.R
#deesse #guerre de religion #abominations #purification génétique #purificateur4ever

@J.H
#t'as de beaux yeux tu sais #les yeux revolvers #je suis devenu daltonien


@Damidam
On sauve le monde en racontant sa vie à la TV... Next step, on sort un single?
#Ellen's #PasDePetitProfit #StarlettesEnHerbe

@Rins95
Mutant, gay... Et on rajoute immigré et adopté pour compléter le cliché?
#Ellen's #TropDePathos #DureDureLaVieDesPrivilégiés

CharlieSR @SuperFlamby
Pas de différences! Tellement bien parlé! Prenez-en de la graine les antis!
#Ellen's #Fuzzy #WonderBeaverSoCool

CharlieSR @SuperFlamby
La X-Team, toujours au top!
#Ellen's #X-Men #Phenix #WonderBeaver #LaClasseAuNaturel

@L.P
Comment vous faire confiance ?
#X-Men #Usurpation des forces de l'ordre #vigilants

@A.M
Lâchez pas, votre témoignage est touchant et inspirant!
#Ellen's #x-men #Phénix #Beaver


La cerise sur le cookie ♥:
 

__________

Hors antenne:
 

Le jingle entêtant du programme reprit et pour les téléspectateurs, c’était le signe qu’il était temps de retrouver son canapé et son poste de télévision pour la suite de l’émission.
Alors dépêchons !
Le public, debout, applaudissait à nouveau à tout rompre pour ne pas cacher son enthousiasme à l'idée de passer à la suite des questions, tout comme la présentatrice qui tapait elle aussi dans les mains avec un immense sourire.  

_ C’est une joie de vous retrouver ! Merci, merci beaucoup ! Et bienvenue à ceux qui nous rejoindraient en cours de route.

D’un geste de la main, Ellen invita le public à s’asseoir alors qu’elle reprenait elle-même la parole.

_ Comme je le disais avant la pause, nous allons maintenant passer à la seconde partie des questions. Ces dernières auront pour sujet principal le groupe des X-men et votre place en son sein. J’espère aussi que vous nous ferez le plaisir de partager quelques-unes de vos expériences professionnelles, et que vous nous répondrez avec autant d’honnêteté et de spontanéité ! Pouvons-nous y aller ?

Ellen attendit d'avoir l'accord des deux jeunes femmes avant de continuer.

_Bien, je pense qu’il est nécessaire de commencer avec des questions d’ordre général, pour que vous puissiez nous présenter votre équipe dans les grandes lignes avant de passer aux détails. Donc pouvez-vous nous parler un peu plus des X-men ? Vous ne faites partie d’aucune police, d’aucun organisme, bref, d’aucun groupe « officiel », et pourtant, vous apparaissez régulièrement en sauveurs dans les rues de New York. Je vais citer l’attentat du 29 septembre dernier, mais il y en a eu d’autres avant cela, Yggdrasil par exemple. Certains citoyens croient en vous, d’autres pas du tout, néanmoins, je ne pense pas qu’il soit possible de vous qualifier clairement avec le peu d’informations officielles circulant à votre sujet. Quels rôles, quelles missions vous donnez-vous ? Pourquoi agir ainsi ? Pour qui ? Et pourquoi avez-vous choisi cette voie ?





Dernière édition par Animation le Ven 10 Avr - 22:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 31

MessageSujet: Re: Tonight [Caitlyn;Rachel]   Dim 29 Mar - 15:42

*S’il vaut mieux que je me taise à certain truc, tape deux fois sur ton accoudoir. Que je sois pas un boulet pour toi.*

Elle soupira intérieurement, cette longue défense venait de la secouer et la laissait déçue et amère, elle savait pourtant que c'était le jeu et que ce genre d'opinion était inévitable lorsqu'on se retrouvait ainsi exposé et lâché en pâture au jugement du peuple, elle entendit Rachel s'adresser à elle et lui répondit sur le même ton, un ton fatigué et un peu désabusé.

*Ok, tu t'en sors bien, ne t’inquiète pas mais là pour tout dire je commence en avoir un peu ras la caisse de ce cirque.

Elle accueillit la coupure publicité avec soulagement mais à nouveau une pointe d'angoisse lui comprima le bas ventre lorsqu'elle comprit en quoi consisterait la seconde partie de l'émission, son sourire se crispa quelque peu. Parler de l'idéal de Xavier, ca lui tenait à cœur, faire le prosélytisme d'une milice privée made in Xavier, c'était une autre paire de manche. Elle écouta les dires d'Elen avec une certaine absence avant de demander un verre d'eau et de murmurer à Rachel.

Je croyais qu'il y avait un invité musical, fait chier....

Retour à l'antenne et de nouveau cette boule d'angoisse qui la prend, ses craintes s'avèrent fondées lorsqu'elle entends les questions suivantes de la part de la présentatrice et imperceptiblement, la californienne se tasse sur son siège, cachant avec difficulté son malaise.

J'ai dit tout à l'heure que certains mutants, une faible minorité, étaient clairement « malades» soit psychiquement, soit par nature mauvaise : c'est logique car cette prédisposition touche toute l'humanité. Je crois au Bien, ce qui sous entend que je reconnais le mal...le Mauvais qui se tapit en chacun d'entre nous. Il me paraît alors évident que ceux qui disposent d'un pouvoir doivent le mettre au service de tous pour neutraliser ceux qui en abusent. C'est le rôle des X men de se servir de leur potentiel pour le mettre au service du bien du tous : protéger, servir, aider.
Notre nature mutante ne peut cependant s’accommoder de cette défiance du peuple ou de l'Etat envers les mutants. En gros nous ne voulons pas devenir l'instrument d'une nation mais nous voulons etre l'instrument de l'Humanité. C'est pourquoi que tant que ce climat de peur était à l'ordre du jour, il nous paraissait difficile de nous mettre « aux ordres » d'un gouvernement qui a des visées politiques, économiques et diplomatiques. Nous ne voulons pas devenir des armes, nous ne l'accepterons jamais.
Nous continuons d'agir à la marge mais toujours avec l'objectif de sauver, d'aider et de préserver la vie et cela tant que les autorités ne nous donneront pas une preuve tangible de bonne fois et de volonté d'aller dans le sens de la coexistence pacifique. C'est en bonne voie, le BAM œuvre dans ce sens...et peut être qu'après Bleeker, les choses seront plus claires. Je ne sais pas....nous verrons.


Elle fit une pause et déglutit un instant.

Je suis devenue X Men parce que...je crois...que j'ai peur de ce que pourrait devenir le monde si un choc violent Humains et Mutants etait poussé à son paroxysme. Je ne veux pas d'un monde raciste et violent, je veux pouvoir agir pour éviter cela puisque Dieu m'en a donné l'occasion. Je crois que tout se résume à cela

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: Tonight [Caitlyn;Rachel]   Sam 4 Avr - 15:37

Mary ne lui répondit pas, elle se contenta de ce rassoir vaincue. Triste ; ce n’était pas un combat, les questions avaient été réelles et que l’autre abandonne plutôt de d’accepter signifiait tant. Nulle acceptation, juste du renoncement, peut-être même de la soumission. En résumé, elles n’avaient pas avancé.

Caitlyn lui répondit, d’un soupire contenu de déception et d’amertume alors qu’elle tâchait d’encaisser, au mieux. S’en sortir bien, ne pas s’inquiéter, en avoir assez même si elle savait que c’était inévitable ; c’était une épreuve de plus, à laquelle elle n’était pas entrainée et qui la touchait au cœur.

Ellen conclut par son soutien, à nouveau, tout en tâchant d’éclaircir la situation et de guider le sentiment du public vers un assentiment : comment ne pas être touché ? En considérant simplement qu’elles s’attiraient là les grâces des gens par la pitié et non leur compréhension des mutants en général, ou même simplement des X-Men. Se montrer vulnérable, ce n’était pas ce que la plupart attendaient de « héros » comme elles. Rachel le savait, elle l’entendait.

Les cinq minutes de pause entre les deux rounds furent énoncées comme telle, une grande surprise considérant qu’à la télévision il fallait limiter la vision des coulisses. L’Echo regarda la présentatrice alors que cette dernière annonçait la suite des événements et en effet l’intention de s’intéresser aux X-men, non à des X-Women. Etre d’aplomb dans quelques minutes ? Rachel avala sa salive.

- Quant à nous, nous nous retrouverons dans un court instant, alors ne zappez pas, la suite arrive très vite !

L’Echo attendit que les lumières au-dessus des caméras s’éteignent, déclarant que ces dernières n’enregistraient plus, en ignorant les applaudissements plutôt artificiels du public. La présentatrice fut la première à se lever de son siège et vint directement les interpeler, Rachel en accomplissant de même et lui faisant face de biais, regard partiellement tourné vers l’écran du fond. De nouveaux encouragements, de nouvelles confirmations, des explications inutiles, une proposition qui ne la fit même pas siller car elle n’avait pas le temps de reprendre tout ce qu’elle avait fait, au mieux de cacher la misère et ce n’était pas son intention, et oui elle était X-Woman présentement et devait le rester considérant les questions qui arrivaient.

- Je croyais qu'il y avait un invité musical, lui murmura Caitlyn après avoir demandé un verre d’eau, une réclamation directement transmise à un stagiaire, faisant sourire Rachel, fait chier…

- Bah… tant que c’est pas nous qu’ils tentent de faire chanter, ça ira.

Non qu’elles ne chantaient mal, Caitlyn chantait bien ce qui faisait une sur deux, mais elles n’étaient pas là pour ça et ça semblait déjà leur être reproché par les twits s’affichant sur l’écran derrière elles. Twits qui était encore plus décousus que le reste. Détournant son regard de cela et laissant les autres faire ce qu’ils voulaient, Rachel quitta l’espace surchauffé par les projecteurs et destination des gradins pour s’avancer et faire face à une Mary en partance. Il n’y avait rien d’agressif dans son attitude mais sa franchise pouvait être brusque et elle vint se poser simplement face à la femme en la fixant.

- Tu n’as pas répondue à mes questions. Je voulais pas que tu la ferme et j’n’ai pas pour habitude d’aller dans l’esprit des gens pour savoir ce qu’ils pensent, je leur demande.

C’était peut-être se brûler les ailes que d’ainsi revenir à la charge mais n’était-ce pas le propre d’un phénix que de brûler jusqu’à ce qu’il se consume pour finir par renaitre de ses cendres ? Elle n’en savait rien, même si son passif avait indiscutablement cet aspect.

***
Nouveau jingle, nouveaux applaudissements comme s’ils faisaient parti du premier, et cette fois les trois personnes étaient déjà assises en attendant la reprise ; plus besoin de monter sur le ring, elles y étaient déjà. Accoudée, une main fermée fermant ses lèvres de l’index replié, Rachel maintenue la pose réflexive jusqu’à ce que les choses ce calment et qu’Ellen en ait fini de faire son semblant de communication avec spectateurs et téléspectateurs. Pouvaient-elles y aller ? L’Echo redressa la tête et s’adossa à son siège, ramenant la paume de sa main contre l’accoudoir et accordant son attention à la présentatrice, puis elle hocha simplement la tête à l’affirmative.

Questions d’ordre général. Parler « un peu plus » des X-Men. Aucune police, aucun organisme, aucun groupe officiel. Apparaissez régulièrement en sauveurs dans les rues de NY. Bleecker Street, Rachel détourne le regard vers Caitlyn d’inquiétude, Yggdrasil, « par exemple. Des soutiens et des détracteurs. Pas possible de clarifier avec le peu d’informations officielles. Rôles et missions, motivations de groupe comme personnel. Caitlyn entreprit de parler et l’Echo s’avança à son tour pour la soutenir.

Elle écouta sa sœur d’adoption, approuva ce que Fuzzy déclarait à l’exception de l’instrumentalisation qui la fit se durcir. Etre l’Instrument de l’Humanité, Rachel avait déjà donné et refusait de le redevenir, que ce soit sous la forme d’esclave ou de divinité. Etait-ce une erreur ? Elle n’espérait pas et assumait parfaitement si c’était le cas. Et elle espérait également que les différents points de vu entre elles-deux ne soient pas vus comme incohérence par les extérieurs.

- Je suis devenue X Men parce que… je crois… que j'ai peur de ce que pourrait devenir le monde si un choc violent Humains et Mutants était poussé à son paroxysme. Je ne veux pas d'un monde raciste et violent, je veux pouvoir agir pour éviter cela puisque Dieu m'en a donné l'occasion. Je crois que tout se résume à cela.

Rachel acquiesçant, comprenant la limite que venait de mettre Caitlyn à ce qu’elle disait au monde. Elle-même était cependant plutôt mal partie pour le faire mais elle avait bien moins à protéger.

- Les X-Men ont chacun une approche de l’Idéal de Cohabitation Pacifique et je suis d’accord avec tout ce qu’à dit Fuzzy, sauf pour les instruments.

Marquant une première pause, Rachel se réinstalla sur son siège et redressa le dos, ramenant, ses mains contre elle, croisant les doigts.

- Après, c’est mon cas personnel, ça n’engage que moi. Je ne veux pas servir l’Humanité, je veux l’aider comme n’importe lequel d’entre vous peut le faire.

Elle était convaincue en disant cela, c’était son fameux « on est les X-Men, on veut aider » qui lui avait valu le dédain d’Ororo à l’époque mais qu’elle avait tout de même accomplit parce qu’elle croyait fermement qu’ils n’avaient pas qu’à casser des gueules comme ils étaient réputés pour le faire, comme ils avaient put le faire à Yggdrasil, à Mutant Town, au Cube ou au Pont.

- J’ai été instrumentalisée pour devenir une arme, à présent j’agis pour faire ce que je crois bien. Je ne comprends que rarement les visées politiques et tout, j’ai arrêté l’école trop tôt.

Un problème qui la fit s’arrêter un nouvel instant alors qu’elle baissait le regard, réfléchissant à nouveau et tâchant de poursuivre tout en le faisant.

- Je ne peux pas entreprendre d’étude… ni n’ai la formation pour aucun métier non-paramilitaire… Etre X-Woman me permet d’essayer que les choses qui me sont arrivées n’arrivent pas à d’autre.

Relevant les yeux, elle grimaça un instant en se tournant vers Ellen.

- Beaucoup de mutants ont des histoires particulières et des expériences mauvaises. Les X-Men tâchent d’aider ceux qu’ils peuvent afin qu’ils s’en remettent et puissent ne plus être dangereux pour les autres ou pour eux-mêmes.

Première vocation des X-Men, l’enseignement ; même s’il était difficile d’en parler sans attirer l’attention vers l’Institution Charles Xavier et cela c’était à éviter.

- Ensuite, un certain nombre de mutants sont criminels, comme les autres humains, du coup il est souvent nécessaire que les X-Men aident les forces de l’ordre contre eux.

Seconde vocation des X-Men, la protection ; tant de l’Institution envers laquelle elle risquait de faillir qu’envers les populations civiles.

- On tâche aussi d’aider les autres autant qu’on peut, face aux catastrophes naturelles par exemple. C’est en cela, je pense, qu’on met nos capacités au service de la communauté.

Elle ne récitait pas un cours, même si elle l’avait apprit dans son enfance, mais elle parlait de choses dans lesquelles elle croyait et qu’elle tentait d’accomplir, du fait. Pouvoir les présenter à Ellen n’était pas bien différent de le faire à des élèves de l’Institut et elle le faisait avec ce même enthousiasme.

- Et on espère servir d’exemple. Les humains mutants peuvent utiliser leurs capacités pour réussir à accomplir des choses pour le bien commun…

Trouver des exemples n’était pas difficile, il fallait juste réussir à les intégrer au flot de parole continue du Média et donc reprendre ce qui avait été dit pour faire une continuité.

- Tu parlais de l’attentat du métro, que l’on ait travaillés tous ensemble en exploitant capacités et savoirs de chacun sans préjugé nous a permit d’évacuer tous les blessés très rapidement.

Plus que des secours humains ne l’auraient jamais fait mais cela c’était à taire sinon ils en viendraient sur le terrain du mutant meilleur que l’humain « standard » et si elle accordait la supériorité génétique cela ne rendait en rien l’individu meilleur ou pire. Il n’y avait juste aucune égalité, un fait des plus absolus puisque même devant la mort nul n’était égal.

- A Yggdrasil, nous avons aidé à évacuer puis à détruire la plante et il n’était pas dit que le BAM y réussisse seul, tout comme nous.

Même si Yggdrasil avait surtout été l’occasion d’envoyer les Squad se former sur le terrain afin d’aider l’évacuation pendant que la X-Team étudiait le mutant responsable dans le but d’une contre attaque, ce qui était déjà moralement plus discutable.

- Et ainsi de suite. Nous arrivons à faire du mieux lorsque nous agissons tous ensemble. C’est vrai, les X-Men apparaissent généralement quand il y a un problème.

S’interrompant une énième fois, comme toujours, elle se permit un sourire et s’avança du buste à destination de l’humaine.

- Mais les mutants pourraient le faire tous les jours. Dans tous les domaines. Pas besoin d’être X-Men pour ça. Mais les X-Men tentent de le montrer, le BAM aussi j’espère.

Troisième vocation des X-Men, l’ambassade ; incomprise jusqu’à lors, même si supposée par certains, et explicitée aujourd’hui.

- Tu parlais de New York, mais nous ne sommes pas qu’à New York. Chicago, San Francisco… Londres, Paris… Singapour, Calcutta… je sais plus où d’autre… mais nous sommes déjà apparus là-bas.

Bon, pas rentrer trop dans les détails non plus, sinon elle allait se faire engueuler. Se renfrognant un petit peu et se réinstallant dans son siège, elle reprit quelques secondes de réflexion avant de renchainer. Regardant Caitlyn, elle lui sourit, espérant que cette situation qu’elles avaient déjà traversées ensemble, dans un bureau bien plus intimiste, encourage la Ptite Rousse comme cela avait pu le faire alors. En tout cas après, ça serait restaurant.

- Protéger, servir aider ; oui, et l’Humanité entière. C’est ce qu’on essai de faire, en tant qu’X-Men. Et on a espoir qu’en le faisait, d’autres essayent aussi.

Décroisant ses doigts, l’Echo du Phénix tendit ses mains vers sa sœur d’adoption et la présentatrice, paume ouverte. C’était très exclusif du public, oui, mais le public s’identifierai à sa représentante titulaire  et c’était bien plus naturel ainsi.

- C'est l'un des buts des X-Men, montrer la voie. Ensemble, nous pouvons non seulement éviter le pire ; ensemble, nous pourrons créer le meilleur.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Animation
PNJ
avatar

Messages : 150
Date d'inscription : 05/04/2012

MessageSujet: Re: Tonight [Caitlyn;Rachel]   Ven 10 Avr - 22:53




Hors antenne :
 

Quand les deux X-Women eurent terminé de répondre, Ellen les remercia à nouveau chaleureusement avant de se tourner vers le public pour la suite de l'émission. La dernière partie serait composée des réponses des spectateurs. L'exercice était encore une fois dangereux, mais les deux rousses avaient montré qu'elles étaient largement capables de faire preuve de patiente et de sagesse vis-à-vis de la population. Le studio ne risquait donc pas de s'écrouler comme la côte de popularité des mutants. « De grands pouvoirs impliquent de grandes responsabilités » et c'était d'autant plus vrai pour elles, car sans vouloir leur mettre la pression, ce soir, devant les caméra, plusieurs centaines de spectateurs et plusieurs milliers de téléspectateurs, elles représentaient les mutants.
Un premier jeune homme, Niall, prit le micro pour éclaircir un point quant à leur statut. En effet, les X-Men n'étaient reliés à aucune force officielle, mais semblaient agir au nom d'un certain Charles Xavier, fameux professeur spécialisé dans la mutation, et récemment passé à la télévision. Dans ce cas là, les X-Men n'étaient-ils alors qu'une sorte de milice privée ? C'était vrai ça, pourquoi jouer aux justiciers alors qu'ils pourraient simplement aider les vrais héros comme les policiers ou les pompiers ?!
Ellen se permit d’intercaler une autre de ses questions pour détendre l'atmosphère tendue après cette question épineuse. Elle les rassura sur leur courage, et afin d'un savoir un peu plus sur elles, elles leur demanda si en plus de sauver des inconnus, elles se servaient de leurs pouvoirs au quotidien pour aider les personnes qui leur étaient chères. Toujours dans cette logique d'émotion et d'identification, elle enchaîna sur leurs plus beaux souvenirs en tant que X-Women et la chose dont elles étaient les plus fières.
La jeune et jolie Willow, de Lincoln dans le Nebraska, prit ensuite la parole pour confronter les deux mutantes. Selon elle, même si cela était bien beau d'essayer de sauver des vies et de se battre pour l'avenir, ce n'était que de la poudre aux yeux bonne pour plaire à la presse. Parce que oui, c'était bien beau de sauver New York devant les objectifs des caméras, et il fallait dire que la ville avait eu son lot de super tuiles. Or, c'était bien connu, à super emm*rde, super solution. Mais toutes ces belles actions médiatiques ne remplaceraient jamais de vrais actions humanitaires comme la lute contre la faim dans le monde ou l’éradication des guerres et des maladies. Il fallait encore apporter de l'eau, de l’électricité et de la nourriture à ceux qui n'en avaient toujours pas, et mettre fin aux conflits, au travail des enfants, aux cartels de drogue et à l’esclavagisme moderne. Alors bien sûr, ça n’impliquait pas de se montrer en costume moulant au journal de 20h, ou bien de faire la couverture de closer. Ça n’impliquait pas non plus de manquer de faire exploser une ville ou bien de se battre contre d’autres mutants surpuissants. Certes, non. Mais ça impliquait quand même de sauver des vies dans des situations ou certains pouvoirs auraient été plus qu’utiles.
Question de priorité ? Est-ce que l'on ne voyait la misère que lorsqu’elle se trouvait devant notre porte ? … Aux deux X-Women de le décider.
Courage jolies rousses, courage, l'heure tournait et Ellen sera bien obligée de rendre l'antenne à un moment ou un autre !
Oui.
Mais pas maintenant, car maintenant, c'était au tour du grand et fort Marines Steeve Laplace, de Bâton Rouge en Louisiane, de pousser son coup de gueule. Mutantes ? Révoltant ! Lesbiennes ? Répugnant ! Pour un homme tel que le Marines, ces tares ne pouvait qu'être mises au service des Etats-Unis d'Amérique. Elles devaient se battre contre les ennemis du pays, et pas seulement contre les autre « monstres » de leur espèce.
Bien entendu, Ellen n'avait pas mâché ses mots pour répliquer au Marines qu'à défaut d'être joli il aurait au moins pu être poli. Ce n'avait pas été dit de cette manière, avec plus de tact, évidemment, la présentatrice connaissait son travail. Elle avait fait ça avec diplomatie, qui comme chacun le savait était l'art « d'envoyer l’autre se faire foutre avec tant d’élégance qu’il avait déjà envie d’entreprendre le voyage... ».
Heureusement qu'il y avait la douce et gentille Moly, qui avait eu du mal à trouver les mots pour dire à quel point elle était honorée de pouvoir parler aux deux X-Women. Moly donc, avait une fille dont la mutation s'était développé quelques années auparavant, et qui regardait les X-Men avec passion et admiration depuis son poste de télévision en ne rêvant que d'une chose, leur ressembler et devenir elle aussi un membre de l'équipe. Alors qu'avaient les X à dire à tous ces jeunes qui avaient envie d'aventure, de bravoure et de justice ? Avaient-elles des conseils ? Où fallait-il déposer son CV ?
Ce fut ensuite au tour d'Ellen qui reprit la parole pour signifier que les questions du public étaient terminées, et que l'émission n'allait pas tarder à l'être elle aussi.

_ Merci encore à toute les deux de vous être prêtées à cette interview, c'était très courageux de votre part et je suis certaine que votre patience et vos paroles n'ont pas été vaines ce soir. J'ai été sincèrement honorée de vous avoir avec moi et j'espère que vous avez réussi à trouver un peu de plaisir à travers certaines des questions qui vous ont été posées. J'ai passé un excellent moment avec vous et vous êtes les bienvenues pour revenir quand vous le souhaitez, les fauteuils n'auront pas bougé, et moi non plus. Alors j'espère vous revoir très bientôt. Ellen se tourna ensuite vers le public et la caméra, son expression se professionnalisant subrepticement alors que le jingle reprit. Et merci à vous de nous avoir suivis avec autant d’attention et de curiosité ! Merci ! Et bonne fin soirée !

L’émission se termina avec le générique qui touchait à sa fin, refaisant place à une nouvelle page de publicité. Les spectateurs rentrèrent chez eux pour les New Yorkais, pour les autres, ils passeront la nuit à l’hôtel ou bien dans leur famille, impatient de raconter en détail ce qui s’était déroulé devant leurs yeux.
Pour les téléspectateurs et les internautes, c’était l’heure de se coucher, mais pas que, c’était aussi le moment de commenter, de réfléchir et de partager sur les réseaux sociaux. Les communiqués seront écrits pendant la nuit et demain matin, tout internet et une grande partie de la presse en parleront.
Ce n’était qu’une interview, à peine une heure passée à répondre à des questions. Mais sur le sujet aussi tendu qu’était celui des relations entre les humains mutants et les humains non mutants, chaque mot, chaque action et chaque initiative comptaient.
Alors il y aura des conséquences, mais quelles conséquences ?

Fin de Talk Show


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 31

MessageSujet: Re: Tonight [Caitlyn;Rachel]   Sam 25 Avr - 7:08

La notoriété est un poison parce que lorsque vous êtes placé dans la lumière des projecteurs, celle ci accentue les moindres particularités de votre personnalité et s'en va créer une image trompeuse et déformée.
Même si j'avais la crainte que le phénomène puisse s'accentuer après ce genre d'intervention, j'étais loin d'imaginer le tourbillon médiatique qu'augurait ce talk show car quelque chose était en marche, quelque chose qui ne s’arrêterait pas et nous dépasserait en tout cas me dépasserait au point de me submerger. Interviews, apparitions ponctuelles dans des galas, conventions et engagement médiatiques. Nous allions prendre la place que l'on murmurait pour nous, une place de silence propice à toute sorte d'incompréhension et de fantasmagories.
Mais comme pour toute chose exposée à la vue et au jugement de tous, il y aurait ceux qui comprendraient, ceux qui ne retiendraient que des bribes positives, et ceux qui mépriseraient au point de ruiner tout ce que nous voulions faire et transmettre. On ne peut forcer cette barrière de l'autre, sa compréhension est ainsi faite, résultat d'une structure complexe faites d'expériences et de routines d'apprentissage, on peut apprendre a comprendre une information, mais lorsqu'on la délivre en brut, elle devient ce que la personne en fait, ni plus , ni moins.
Viendrait le phénomène de dénaturation car tout ce qui est médiatique est lucratif.
Wonder Beaver est un produit et qu'importe la personne derrière, il sera utilisé comme un produit médiatique.
Mon homosexualité sera raillée, ma rousseur analysée, ma façon de m'exprimer décortiquée, mon regard électrique imité ou dénoncé...je serais récupérée, détournée, moquée ou adulée.
On me prêtera les pires actions, les pires intentions, pas tous bien sur mais une partie bien suffisante pour blesser et faire du mal. C'est comme ça, c'est Humain.

J'ai peut-être fait bouger les lignes, je n'en sais rien. Mais j'ai essayé avec la plus grande sincérité possible de faire quelque chose et je ne suis pas responsable de ce que en feront ces autres qui ne sont pas moi.
C'est peut être cela devenir une sacrifiée de l'Histoire et il n'est pas vrai que les grands pouvoirs impliquent les grandes responsabilités, ils impliquent surtout les solitudes les plus dévastatrices.

Tout commence ce soir.
Dans cette voiture qui nous ramène vers l'institut.
Je n'entends plus les voix de mes proches autour de moi, Jade piaille pourtant plus que de coutume, écorchée vive devant la réaction de certains spectateurs du public, je souris mais mon esprit est déjà préoccupé. Je sais, je sens la suite arriver.
C'était ce qu'il fallait faire pour nous mais pas forcément pour moi.
Une époque s'ouvre, une époque de solitude et de souffrance et je sens le mur se refermer sur moi.

Mais le spectacle doit continuer, n'est ce pas ?
Je le jouerais pour les autres, comme toujours.




Je marche dehors
Dans une rafale de vent force dix.
Les oiseaux tombes autour de moi
Foudroyés par la grêle.

On me retourne le crane à même les ongles,
Même ta voix glisse sur le rebord de ma fenêtre

Les gros titres d'hier sont soufflés par le vent
Les gens d'hier deviennent des écervelés sans mémoire
N'importe quel débile sait creuser une tombe. (j'espère seulement que je pourrai tomber dedans)
Je ne suis qu'une cible mobile dans un stand de tir.

Quelque part, je ne suis pas qu'une
écervelée.
Quelque part, je ne suis pas qu'une
écervelé.
Je ne suis pas qu'un simple fusible en cas de foudre
Un disjoncteur pour amuser le public,
une écervelée.


Nda : A partir du mi Avril, Caitlyn entra en Burnout suite à l'accumulation de cette pression et après une semaine de repos forcé, ses proches constatèrent qu'il était à présent impossible de la faire sortir de son appartement à l'institut. Depuis, elle y vit recluse, en isolation et ayant développée une phobie violente du monde extérieur, elle continue son travail d’Intendante à domicile mais refuse de mettre un pied au dehors de son petit appartement. C'est une forme sévère de dépression, elle ne refuse pas la communication avec autrui, juste le monde extérieur. On ne la croisera donc plus au dehors, ni nulle part, merci d'en tenir compte si d'aventure vous l'évoquez dans vos rps.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: Tonight [Caitlyn;Rachel]   Jeu 30 Avr - 15:54

- Regarder les gens mourir froidement ne vous rendrait que plus cruelle… Mais vous avez raison, je n'ai rien fait moi, je n'ai rien fait parce que j'avais déjà perdu mon fils, piétiné par ceux que vous vous êtes évertuée à sauver.

La réplique de Mary fit pâlir Rachel puis baisser les yeux. La cruauté c’était de faire souffrir les gens, pas de les regarder mourir, mais l’Echo en connaissait beaucoup dans le domaine. Tout comme dans la perte de l’enfant. Comment n’avait-elle put le percevoir ? S’il avait été un cadavre dans les décombres, elle en aurait détournée son attention pour se concentrer sur les vivants comme de norme, mais qu’il ait été piétiné par les vivants, par ceux « qu’elle c’était évertués à sauver » ; elle ne l’avait pas perçu. Le verre d’eau qu’on lui avait remis, en supplément de celui de Caitlyn, se brisa sous la pression des doigts et fragments de verre comme goutes d’eau gravitèrent autour du poing qui les avait réduit ainsi.

Il n’y avait rien à ajouter, rien à dire qui puisse apaiser la perte d’un enfant, aucune excuse à fournir qui ne serait acceptée ou action qui ne changerait la donne ; à un niveau humain tout du moins. Rachel détourna le regard vers sa sœur d’adoption, qui endurait tant ce soir mais avait enduré tellement pire à Bleecker, puis il repassa à cette femme qui avait enduré le pire et s’en venait crier vengeance.

Cette soirée serait une souffrance, pas que pour elles mais également parce que la souffrance des autres pouvaient apaiser sa propre souffrance ; était-ce cruauté ou humanité ? Là n’était pas la vraie question et celle-ci, Rachel la connaissait pour se l’être posée : pourquoi les autres et non moi ? Pourquoi des inconnus et non cette personne à laquelle je tenais tant ? Parce que la vie était profondément et intrinsèquement injuste. Parce que s’il y avait des personnes pour avoir l’affection et la bienveillance la majeure partie était étrangère et il semblait même y en avoir qui n’étaient même pas perçu comme existant.

Mary venait de faire deux choses : elle avait vaincu ce Phénix qu’elle craignait et elle avait apportée la preuve qu’il n’y avait qu’une chose pour contrer la souffrance. L’Espoir. Il ne détruisait pas la souffrance mais il permettait de l’endurer. Rachel apporterait l’espoir, elle n’avait pas d’autre choix. Et ce fut ce qu’elle fit, en répondant aux côtés de Caitlyn à toutes les questions qui leur furent posées.

Les X-Men étaient-ils une sorte de milice privée ? Pourquoi jouaient-ils aux justiciers alors qu’ils pourraient simplement aider les vrais héros comme les policiers ou les pompiers ? Les X-Men avaient un paramilitaire très avancé, oui, mais ils n’étaient pas des militaires. Ils n’étaient pas payés pour ce qu’ils faisaient et ne demandaient pas à l’être, c’était une vocation, un don de soi pour un idéal et pour les autres. Certains policiers et pompiers l’avaient, oui, mais les policiers et les pompiers faisaient parties d’institutions et les institutions pouvaient être corrompues et détournées de leur objectif. Les X-Men ne se laisseraient pas ainsi atteindre. Une force officielle était sous l’influence de la politique, eux étaient et resteraient indépendants.

Se servaient-elles de leurs pouvoirs au quotidien pour aider les personnes qui leur étaient chères ? Cela dépendait des personnes et avait moins en rapport avec être X-Men qu’être mutantes. Certains pouvoirs étaient terriblement destructeurs, d’autres proprement inutiles, et il y avait tout un spectre entre ces extrêmes : chaque mutant devait voir comment il acceptait et utilisait sa mutation, elle n’était pas différente de capacités sportives ou intellectuelles excellentes.

Les actions des X-Men n’étaient-elles pas de la poudre aux yeux pour se faire bien voir des gens au travers de la presse ? Si cela avait été l’objectif ils n’auraient certainement pas mis quinze ans avant d’accepter de parler aux Médias. Non, les X-Men et leur combat contre la criminalité mutante n’impactait en rien sur la lute contre la faim dans le monde ou l’éradication des guerres et des maladies : mais ils n’étaient pas la solution à tous les maux de l’Humanité. Ils n’avaient pas la prétention de l’être. Le système de surconsommation était responsable de la faim dans le monde, à chacun d’agir contre cela s’il voulait réellement que cela change, ce n’était pas des « superpouvoirs » qui permettraient de l’accomplir, ou pas à l’échelle d’individus isolés. Les guerres, les X-Men essayaient d’éviter la Guerre Génétique, la « Guerre des Races » que des mutants comme des humains s’employaient à créer, les autres guerres les dépassaient car encore une fois ils n’étaient pas la solution à tous les maux de l’Humanité ; comment pourraient-ils mettre un terme aux enjeux économiques et idéologiques responsables des guerres ? Comment pacifier le monde alors que les gens trouveraient toujours des raisons de commettre des crimes ? Et surtout, comment le faire lorsqu’on était peu nombreux et décrié de toute part pour ce qu’on faisait comme ce qu’on ne faisait pas ? Ça n’impliquait pas de se montrer en costume moulant au journal de 20h mais ça impliquait que tous prennent conscience de la nécessité de le faire et que tous agissent contre. Il n’était pas question qu’un petit groupe de personne, parce qu’ils étaient dotés de capacités extraordinaires, prennent la direction du monde ; et sans la direction du monde, ils ne pouvaient guères agir autrement qu’en tant que personnes. Ce qu’ils étaient et continueraient d’être : ils avaient leur combat, celui de l’égalité et de l’acceptation. Peut-être que l’intégration du Mutant à la société permettrait de régler certains problèmes, comme les maladies avec les mutants guérisseurs, l’énergie avec les génies technologiques, etc. mais dans tous les cas les X-Men n’étaient pas le remède miracle.

L’allégeance des X-Men avaient déjà été abordée : s’ils seraient aptes à aider les institutions comme ils l’avaient déjà fait par le passé ils ne deviendraient jamais un instrument politique. Et ce n’était pas négociable. Quand à la mutanité et l’homosexualité, il fallait encore donner quelques décennies aux forces armées pour accepter l’une comme l’autre, considérant le temps qu’il leur avait fallu pour accepter les femmes.

Que dire à tous les jeunes qui avaient envie d’aventure, de bravoure et de justice ? Que ce n’était pas là la vie d’un X-Men. La vie d’un X-Men était principalement composée d’une autre à d’autres personnes dans le besoin, oui mutantes pour la grande majorité et oui ils ne s’occupaient pas de tous les problèmes mais une fois encore ce n’était pas leur objectif. Tous les X-Men avaient un travail, certains une famille, même si être X-men impliquait des devoirs ils n’étaient pas que des X-Men. S’il y avait un conseil à donner aux jeunes ce soir, c’était qu’ils se tournent vers l’autre et ne le regarde pas dans ce qu’on leur disait de voir mais dans ce qu’il était réellement. Humain « normal » ou humain mutant, la différence était génétique, comme pour la couleur de peau ; cela ne devait pas empêcher de voir la personne. Le racisme anti-mutant n’était pas différent du racisme « normal », au final. Aux gens, à chacun d’entre eux, de voir au-delà de la différence.

La conclusion vint de la maitresse de cérémonie, qui les remercia une fois encore. Du courage oui mais plus que de la patience c’est de la souffrance qui a été à fournir. Restait à espérer qu’elle n’ait pas été vaine, oui. Mais la souffrance était rarement vaine puisque l’état étant insupportable il poussait à changer, à avancer, à progresser.

On disait que la seule constante de l’univers était le changement ; c’était vrai. Le monde allait continuer de changer, il continuerait de tourner. Ce qu’elles avaient fait ce soir influencerait peut-être ce changement mais il n’altérerait en rien cette rotation. Ce changement de changerait rien à l’écoulement du temps.

Le temps était comme une route désertique sur laquelle on avançait pas à pas, son bagage avec soi et ses rêves dans le cœur alors qu’au final le décor était au-delà de notre portée et que notre visage baissé aux yeux dissimulés ne regardait autre chose que nos pieds et notre ombre qu’ils couvraient.
Terminé

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tonight [Caitlyn;Rachel]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tonight [Caitlyn;Rachel]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Passation : Caitlyn Elioth [Caitlyn Elioth - Rachel Summers]
» Nobody's Halloween {Amy, Caitlyn, Kaede, Kaya, Rachel}
» Rachel Summers [TERMINEE/TC]
» Rachel Mwanza 15 ans est nominée aux oscars pour le film "Rebelle" de Kim Nguyen.
» Carrefour(s) Pv Laura Evans, Rachel summers et Caitlyn Elioth

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: Ailleurs-
Sauter vers: