AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 D'Amour et d'Eau plus vraiment fraîche [PV Lilian]

Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 188
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 29

MessageSujet: D'Amour et d'Eau plus vraiment fraîche [PV Lilian]   Mar 23 Déc - 23:58

-... Vraiment je ne comprends pas.

-Quoi ? Et c'est tout ? C'est ça ta vie ? Et bah... Ça vaut bien la peine d'être mutants, artistes et homos si c'est pour réussir à être aussi monotones !

-Non pas seulement... On fait aussi des soirées.

-Des soirées lectures ? Et vous couchez ensemble une fois tous les mois ? Et tu entoures en rouge la date du prochain rapport sur un petit calendrier avec des petits chats que vous a refilé la pharmacie du coin ? Josh... C'EST UN MEC.... CA A BESOIN D'EXERCER SON MUSCLE, TU SAIS LE TRUC ENTRE LES JAMBES... Tu devrais le savoir. Toi aussi t'en es... 'Fin t'es sensé en être un. Moi j'suis une fille, et j'aime le sexe opposé mais je suppose que chez euh... Chez vous c'est pareil. La monotonie, ça TUE le couple.

-Je te remercie. Ma vie sexuelle va très bien, évite les extrapolations de ce genre.

-Roh allez ne boude pas petit ange. Le rouge ça jure avec le blanc de tes jolies ailes duveteuses mon poussin. C'était une image. Mais j'suis sérieuse, faut que tu te bouges. Tu peux pas t'installer comme ça au bout d'un an style un duo de vieux. Faut renouveler. Les un an, c'est dangereux. On est à la fois habitués l'un à l'autre mais encore étrangers. Pas assez attachés pour que ce soit irréversible ou presque quoi... Ça se casse encore, par contre la monotonie ça ça reste un risque.

Un coussin vola, suivant un soupir poussé du jeune homme boudeur. La fille aux cheveux courts et rondelette était totalement différente de son ami qu'elle conseillait et dérangeait à la fois, si ce n'était la taille. Tous deux n'avaient pas une collection de centimètres très impressionnante. Assis sur le sol d'une chambre toute aussi petite, tous deux discutaient depuis une bonne heure. La fille portait un pyjama presque trop léger et le garçon un vernis à ongles suspect. A même les lattes de parquet des traces de lutte acharnés. Visiblement la gente féminine avait gagné à l'heure d'imposer ses goûts de style sur les ongles du pauvre garçon certainement trop viril.

-Bon, alors... Vu que c'est toi qui fait la fille je suppose.

Le coussin qui avait volé en direction d'Icare fusa dans l'autre sens, atteignant Caroline en plein visage. De deux ans l'aînée du chanteur, elle éclata d'un rire joyeux qui s'étouffa dans le moelleux du traversin.

-Ce sont des clichés tout ça, arrête !

-Mouais... M'enfin bref, on va dire que ça lui ferait plaisir aussi, un truc romantique, voilà. Essaye un truc qui sort de l'ordinaire et que ce soit mignonnn surtout.

-Pfft, si c'est le genre mignon rose à paillettes comme ton vernis à ongle, je me méfie.

-Rohhh, de toutes façons, crois-moi, tes impressions sont certainement fondées, et même si ce n'était pas le cas, mieux vaut prévenir que guérir. Puis comme tu m'as dit ce sont vos un an dans une semaine.

-Inutile de me le rappeler. Je te signale que je t'ai appelé pour avoir des idées, pas des remontrances et un bilan.

-Ouaip, mais j'pensais pas que c'était si catastrophique. Une petite vie tranquille, des soirées au coin du feu de cheminée. Ohlala, on dirait que tu ne m'as jamais côtoyé toi. Et ta... Comment elle s'appelle déjà ? Une fille de l'institut soi-disant "hard" parfois selon toi ? J'vais finir par croire que c'est une grosse guimauve naïve.

-Ça non ! Lilian c'est tout sauf une chiffe molle... Et euh... Ben moi non plus je n'en suis pas une au passage d'ailleurs !

-Ca je le saurai quand tu te seras ENFIN décidé à le sortir du placard et à le présenter... Il existe au moins hein, t'es sûr ?

Après qu'un nouveau coussin ait apprit l'art de voler, le jeune homme et sa copine discutèrent un bon moment avant de sauter sur le grand lit dans un grand roulé boulé, finissant invariablement en chatouilles et autre menaces tendres. Le lendemain, tombé au sol avec la couverture, Icare se réveilla plein d'une énergie nouvelle, il allait sauver son couple avant même qu'il ne soit en péril.

***

Une semaine plus tard, en temps et en heure, Josh avait envoyé un message à son petit ami pour l'inviter à se rendre sur "tel lieu". Un bar où se donnait un petit concert néanmoins fort sympathique puisque VIP. C'était une musique intermédiaire entre leurs goûts à eux, un peu plus osé que ce qu'appréciait Jay, un peu moins "fou" que ce à quoi était habitué Lilian. Pour la suite, il lui avait concocté un rendez-vous dans un restaurant assez chic, sachant que lui-même n'aimait pas s'illustrer d'habitude. Certes, son compagnon non plus n'était pas du genre à crier son statut de couple sous tous les toits et surtout pas l'identité de son chéri mais Icare avait encore en tête le baiser qu'il avait fuit lorsqu'ils avaient chanté la dernière chanson d'un groupe ensemble. S'affirmer un peu était un moyen comme un autre d'officialiser ou plutôt de réincruster leur relation dans un présent palpable.

Lorsque son ami arriva au lieu de rendez-vous, près du port, le jeune homme lui fit signe de monter dans la voiture. Il conduisit prudemment-n'ayant jamais été très à l'aise avec les véhicules car peu habitué et atteint d'une phobie inexplicable à leur encontre- pour mener son chéri non loin de là, dans un restaurant sympathique. La nuit était déjà tombée, soulignant la joliesse et la chaleur des lieux. Là, au fond de la salle blanche au plafond noir percé de petites lumières bleues-comme des étoiles- se trouvait une place, au beau milieu de la terrasse chauffée. Cette dernière n'était pas directement posée sur le sol sinon suspendue juste au-dessus de l'eau, à quelques centimètres de sa surface lisse et tranquille. Icare s'était un peu inquiété du "et s'il y a une tempête", véritable phobique de l'eau avec une excellente raison à son actif cette fois. Dedans, avec sa lourde paire d'ailes non imperméables, il se noyait. Cependant il savait que Lilian appréciait cet élément, sans compter que la vue demeurait jolie avec toutes ces lumières qui se reflétaient sur les flots. Pour les protéger du vent et par pure sécurité, une rambarde en verre assez haute entourait la terrasse. Rambarde contre laquelle était appuyée leur petite table qui se distinguait par cette petite bougie en son centre et les pétales de rose qui habillaient la nappe. Josh n'était pas des plus tranquille face aux regards des autres invités qui devinaient certainement la relation entretenue par les deux garçons, s'imaginant déjà bien des reproches. Heureusement en ce sens, le chanteur avait évolué et admettait de plus en plus ses préférences sexuelles. Il était bien avec le PDG, partant du principe que ce dernier était loin d'être un dégénéré malgré son goût pour les hommes, il était possible de se persuader qu'effectivement, lui non plus ne l'était pas. Ni parce qu'il était mutant, ni parce qu'il était gay.

Comble de "la prise de risques" -il s'était quand même informé sur la politique des lieux auparavant- Josh défit son manteau tout en contemplant l'horizon, laissant jaillir son étoffe naturelle de plumes blanches qui cavalèrent bientôt sur le siège rembourré. Un homme à l'accent italien s'approcha d'eux en les priant de prendre la carte. Icare qui avait déjà invité son petit ami à s'assoir avant de s'exécuter prit l'objet entre ses doigts et se tourna vers son amoureux, se cachant presque derrière le menu. Seuls ses yeux légèrement plissés pouvaient laisser sous-entendre qu'il rougissait, un peu gêné et inquiet de recevoir l'avis de son chéri sur la surprise préparée pour leur un an. A ce propos, rien n'avait été divulgué à haute voix. Ni "joyeux anniversaire mon amour", ni "c'est pour l'occasion de nos un an que...". Pour qui l'oublierait des deux, il pouvait s'agir d'un simple coup de folie, une envie de partager un moment différent.

Souriant derrière son menu, tout excité par cette nouveauté, le jeune homme fit mine de lire les propositions, encore un peu tendu quant à l'avis de son ami qu'il avait peut-être tiré d'une soirée de dossiers mystérieuse. Lilian serait-il sensible ? Avec tout ce que lui avait mis Caroline dans la caboche, Jay était un peu inquiet pour son couple malgré lui.

Le bruit du vent jouant avec les protections flexibles de la terrasse était le seul à oser déranger ce moment suspendu. Même les bavardages des autres invités semblaient relayés sur une autre antenne, celle d'un monde dans lequel n'évoluaient ni Lilian, ni Josh. Bercé par tout ce romantisme, celui-ci, habitué à la plus grande des simplicités-même si le restaurant n'était pas un trois étoiles non plus.- était dans ses petits souliers.

_________________
Dessin de la signature par Raythereign. Citation par Calli Kayan

L'Amour donne des ailes, mais aucune leçon de vol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lilian D'Eyncourt
Neutre Delta-Epsilon
avatar

Messages : 178
Date d'inscription : 03/04/2012

MessageSujet: Re: D'Amour et d'Eau plus vraiment fraîche [PV Lilian]   Mer 31 Déc - 0:46

Quand on lui demandait s’il était célibataire, Lilian répondait toujours d’une manière très évasive. La séduction était une seconde nature si profonde pour lui qu’il n’arrivait pas à se refuser à ses interlocuteurs par une réponse fermée. Il voulait rester désirable, apparemment accessible, garder la possibilité de s’abandonner à un autre s’il le souhaitait, sans qu’on vienne lui rappeler ses devoirs ailleurs. Il pensait qu’à force de passer du temps avec Icare, cette fâcheuse manie d’aller d’un partenaire à l’autre finirait par se calmer. De fait, s’il ne pouvait revendiquer une fidélité absolue, ses conquêtes d’un soir s’étaient réduites, et il évitait autant qu’il le pouvait ses tentateurs réguliers. Mis à part son écart avec Nikolaï, dont il se défiait des charmes depuis, et une ou deux nuits « gâchée » par Mélo pendant des fêtes trop chargées en drogues et spiritueux, il n’avait pas cherché les aventures avec le sexe masculin. Que pourrait-il souhaiter d’autre, après tout ? Son amant était d’une beauté absolument parfaite, qui l’émerveillait dès qu’il le revoyait. Si son entourage avait fini par comprendre qu’il entretenait une relation durable, personne ne la croyait très solide. Il semblait qu’il en doutait lui-même puisque, depuis quelques semaines, ses réponses devenaient de plus en plus vagues, comme si, derrière la volonté de conserver le mystère, une incertitude planait. Oui, Josh était magnifique, et l’idée de le laisser à un autre restait insupportable à son esprit. Mais, au-delà de ce beau minois, n’y avait-il pas que le caprice de posséder quelque chose de beau ? De se persuader qu’une vie de couple tranquille, avec un garçon bien gentil était faite pour lui ? Malgré tous ses efforts, le tableau s’émaillait douloureusement.

Il ne pouvait pas dire que l’illusion avait tenue très longtemps. Quelques semaines après leur touchant serment d’amour éternel, il s’offrait une partie de jambe en l’air sauvage et sanglante avec son associé russe. Ensuite, sans une ferme volonté de donner une chance à l’ange, à la vie saine à deux, il aurait probablement recommencé et sombré avec délectation dans la perdition que lui promettait une liaison avec le jeune Kolyakov. Mais ce démon télépathe avait révélé une faille terrible, l’innocence de son compagnon ne pourrait le contenter longtemps. Quoiqu’il fût un excellent comédien pour le dissimuler, il n’était pas réellement fasciné par la personnalité de Josh. Sa simplicité le reposait un temps, et il ne se voyait pas la vivre au quotidien, raison pour laquelle il venait de passer une année plutôt erratique avec lui. Au bout d’un an, et même de six mois, un couple qui fonctionnait envisageait d’emménager ensemble, et Lilian avait largement la place d’accueillir une deuxième personne. Cependant, il fuyait le sujet, ne permettait jamais à Icare de rester assez longtemps pour y prendre ses aises, prétextait parfois le travail pour ne pas le voir plus de deux semaines, même s’il lui arrivait paradoxalement de le réclamer tous les soirs pendant certaines périodes. Il restait difficile de savoir sur quelle corde l’anglais jouait. Il était totalement perdu entre son désir de garder le mutant ailé, et sa conviction profonde que cela ne pouvait et ne devait évoluer plus sérieusement. Ils ne seraient jamais du même monde. Icare ne s’adapterait jamais au sien.

Quand le jeune homme avait, pour la première fois depuis un moment, pris l’initiative de l’inviter à une soirée à deux, Lilian avait dû relire l’écran de son téléphone deux fois. Il n’avait pas vraiment prévu de le voir maintenant, n’était pas certain que l’encourager dans ce genre de démarche fût une bonne idée et, tout à la fois, l’attention le touchait et il ne voulait pas le décevoir. Poussé par une certaine curiosité – après tout, ce n’était pas tous les jours qu’on avait de sincères attentions pour lui – le britannique se rendit au point de rencontre, qui n’était pas réellement le lieu de rendez-vous. L’ange l’y attendait avec une voiture pour le conduire en bord de mer. Il s’amusa d’être à la place du passager, chose assez inédite puisque l’ange n’était pas ce qu’on pouvait appeler un fou du volant. Ils arrivèrent devant un restaurant sans grandes prétentions culinaires mais élégamment situé. La gêne de Lilian se partagea à l’amusement. Il ne savait réellement pas si cette initiative lui faisait plaisir ou l’effrayait. Alors qu’il doutait, Josh essayait de prendre les devants, de lui montrer qu’il tenait à lui. Il avait fait l’effort de la recherche, c’était évident. Et, à en voir la table préparée pour eux, il s’était même fait violence pour commander un dîner aux chandelles avec un autre homme. Le caractère romantique de la scène ne le séduisait pas réellement, mais l’attention derrière lui réchauffait et lui serrait le cœur. Son compagnon avait-il senti la distance ? Lui faisait-il un signe désespéré avant d’être rejeté ? Ou était-il naïf au point de… Soudain, le fait que ce puisse être une soirée spéciale le frappa. Ne s’étaient-ils par retrouvé pour ne plus réellement se quitter à la même période de l’année ? Etait-ce une soirée anniversaire ? Josh lui sortait-il le grand jeu dans l’espoir d’obtenir un engagement plus franc de sa part ? Malgré le sourire plaqué sur son visage, la nervosité commençait à le gagner, et il se maudissait de s’être engagé dans une relation qu’il ne pouvait assumer avec un être qu’il refusait de briser.

Icare semblait mal à l’aise aussi. A ses œillades derrière la carte du menu, il devinait son appréhension. L’ange guettait, comme souvent, son approbation. Et il était si beau… Comment aurait-il pu le décevoir, balayer les pétales de rose d’un revers de main, écraser sans pitié ses rêves innocents ? En sachant qu’il le regretterait, Lilian prit doucement sa main et la baisa du bout des lèvres en soufflant avec ses quelques notions d’italien avec un air de vil flatteur :

- Tutt’è perfetto mio amore. Ci hai portato nella più bella piazza del mondo. – Puis, dans un langage plus compréhensible : - Je suppose que s’éloigner un peu de la ville un soir nous fera du bien, j’oublie presque que la mer est si proche de nous…
Toujours très rapide en ce genre de situation, il fit signe au serveur de leur apporter de l’asti, un vin blanc pétillant peu chargé en alcool, et dont il savait que le goût fruité plairait à Icare.
- Alors… J’ai l’impression que nous avons quelque chose à célébrer… Serait-il vrai que tu as réussi à me supporter une année entière alors que je ne suis qu’un goujat qui se présente à un repas d’anniversaire les mains vides ?

Sans vraiment l’avouer, il reconnaissait ne pas avoir eu la date très en tête ces derniers jours mais le ton léger dans lequel il s’exprimait ne laissait pas percer de réelle culpabilité. Il se rattrapait comme il le pouvait en lui signifiant qu’il n’avait pas vraiment oublié.

_________________

... Et moi je continuerai à resplendir comme une figure brillamment absurde, dans un monde sans signification ... (The beautiful and damned)


Dernière édition par Lilian D'Eyncourt le Dim 11 Jan - 18:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icare
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 188
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: D'Amour et d'Eau plus vraiment fraîche [PV Lilian]   Ven 2 Jan - 18:30

Si Josh put se retenir de ricaner bêtement, il n'évita pas un rouge intempestif d'envahir ses joues. Un léger soupir de soulagement à peine audible franchit également le seuil de ses lèvres.  Au fond, le jeune mutant était rassuré que son petit ami se soit souvenu de leur date d'anniversaire, il se fichait du cadeau et préférait ne pas penser à "pourquoi" Lilian l'avait oublié. Tout ce qui comptait, c'était ce charme qui se dégageait de son aîné quand il lui prenait la main ou parlait Italien. Des mots que Josh ne comprenaient pas, des réactions un peu clichées, et des gestes tous aussi vu et revus qui satisfaisaient pourtant pleinement le musicien. Habitué au simple, le garçon se contentait de ce tête-à-tête comme véritable cadeau. Après avoir ramassé les miettes d'attention que son petit ami voulait bien semer deci-delà, il était enfin son centre, non pas que Josh ait des tendances narcissiques mais savoir que l'on plaisait encore à son chéri aidait à se sentir bien mieux.

-Je me fiche de tes mains. Ce qui m'importe c'est que tu sois là, en entier.

Soupira le mutant qui sentait un noeud se défaire au fond de son coeur. Bien sûr, l'ange s'inquiétait encore pour son couple, mais son amie lui avait bien précisé que si son compagnon se souvenait de leur anniversaire, c'était un bon point. Tout n'était pas perdu, certes, Catherine n'aurait pas accepté un tel badinage sur l'absence de cadeau, montrant tout au plus que l'autre s'était souvenu de la dite date au moment même où il posait son derrière sur le siège. Mais Icare était beaucoup plus généreux, naïf sans doute, ou plus optimiste qui sait, il cumulait un peu de toutes ces caractéristiques, ce qui avait tendance à le bêtifier un peu. Pour autant, le chanteur n'était pas stupide, loin de là même, son quotient intellectuel sans toucher le plafond des génies atteignait un sommet non négligeable, seulement ses neurones étaient tournées vers l'art plus qu'autre chose. Josh vivait dans son monde, beau et idéal, et il n'était pas prêt de le quitter malgré les souffrances du passé. Le jeune homme avait trop vécu pour son âge, il refusait d'abandonner la poésie sous prétexte qu'elle n'aidait pas à survivre dans le monde réel selon certains. Pour lui justement, croire quitte à se montrer un peu naïf, permettait de mieux supporter les affres de la vie, si elle n'était pas spécialement belle par essence, c'était aux personnes d'en faire une oeuvre. Lui-même s'était si longtemps morfondu sur son sort qu'il se refusait à la noirceur. Lilian n'avait pas avancé de grands arguments sur le maintien de leur couple mais pour le moment cela suffisait. Icare aurait mal quand l'heure serait venue, pour l'instant, la voix de Catherine exigeant plus de preuves d'Amour s'effaça de sa tête. Elevé dans des conditions très simples, le jeune rêveur se suffisait de quelques mots couplés à un geste élégant, d'ailleurs entendre son ami parler Italien l'impressionna. Il avait toujours considéré Lilian comme extrêmement intelligent, plus que lui probablement.

Le serveur prit soin d'arriver avec un petit bruit, juste suffisant pour paraître accidentel et ne pas les surprendre en pleine conversation. Il leur sourit, les contemplant d'un oeil bienveillant. Vieil homme bedonnant bon vivant, typique représentant des Italiens, il se fichait bien d'avoir deux hommes à sa table "romantique", dont l'un d'eux était visiblement mutant. Pour lui, l'Amour était un hymne qui pouvait être chanté de toutes les manières qui soient, et avec toutes les voix que l'on voulait du moment que le concert n'en ressorte pas discordant. Ces deux jeunes là ne semblaient pas prêts de jouer la fausse note, il ne voyait rien qui puisse mettre en danger ce charmant couple heureux de leurs retrouvailles.

-Commande ce que tu veux, c'est moi qui régale. Pour moi ce sera vos pâtes fraîches à la carbonnara et... euh aux truffes c'est bien ça ? Oui parfait ça ira, merci

Indiqua Josh en rougissant légèrement, particulièrement fier de pouvoir sortir cette phrase. Il en avait bavé pour arriver jusque là, payer son repas mais celui d'une autre personne en plus et dans un restaurant de moyenne gamme, tout ça avec sa musique, jamais il n'y aurait cru. Comme quoi, virer le sombre garçon qu'il était pour adopter petit à petit l'ange plein d'espoir avait porté ses fruits. Ce soir, il pouvait "régaler" son riche petit ami dans un de ces restaurants gentillets à bonne réputation, presque directement sur l'eau. Le comble du chic, même si sa peur pour le liquide ne s'en trouvait pas résolue. Evitant donc de poser les yeux au-delà des barrières, le jeune homme en revint à Lilian, tellement heureux qu'il ignorait sciemment les quelques regards curieux voir un ou deux désapprobateurs des autres clients.

-Des cadeaux, j'en ai bien assez pour deux, et puis qui sait, tu pourras toujours te rattraper, la soirée n'est pas fini.

Blagua le chanteur en rougissant quand même. Son regard qui se voulait particulièrement charmeur jouait d'un registre dont il n'avait pas l'habitude. Si le jeune homme avait prévu d'aller éventuellement voir le marché de nuit installé de manière éphémère, il faisait surtout allusion à une nuit un peu spéciale. Dans son appartement, le mutant avait préparé des bougies, des pétales de roses sur des draps propres et neuf, avec un bain prêt à couler dès qu'ils arriveraient dans sa grande baignoire. Oui, depuis peu, il était propriétaire et avait fait construire une douche à sa taille. Ses concerts sans lui rapporter des millions, commençaient à lui offrir suffisamment d'entrées d'argent pour qu'il commence à payer son petit appartement modeste, mais joliment décoré. Tout ça, il n'en avait rien dit à son chéri, et bien qu'il ne soit pas prêt à lui proposer d'y habiter ouvertement, Josh espérait que son ami apprécierait de s'y inviter plus souvent. Cependant sa véritable surprise, sans sous-entendu sinon cet espoir inconscient de consolider leur couple, était tout simplement de s'offrir à son amant. Il en avait mis du temps et de l'énergie à préparer tout cela, lui le petit paysan sorti de sa campagne, le 3 ème frère échappé de la famille de mutants. Ce soir, Icare s'identifiait comme un seul être, il n'était plus une ombre qui n'osait pas sortir du nid, sinon un homme prêt à re-séduire son compagnon. Il s'affirmait malgré tout et considérait d'ailleurs le devoir en partie à Lilian. Perdait-il petit à petit l'innocence enfantine qui le caractérisait ? L'oiseau prenait racine, il acceptait son couple et d'assumer ce qui allait avec. D'extrêmement peureux, le mutant était passé à légèrement peureux mais surtout heureux.

En effet, le pauvre jeunôt était loin de se douter de la façon dont se déroulait les soirées mondaines que connaissait son petit ami. Pour lui, cette nuit était magique et extrêmement raffinée. Au final, son innocence enfantine semblait bel et bien décidée à demeurer encore un peu.

-Après ça on peut faire ce qui te plairais. Un marché de minuit, ou une promenade, en voiture, en vol... Je ne sais pas moi, demande... Ce que tu veux !

S'enthousiasma Icare, espérant juste inconsciemment que son chéri ne lui demanderait pas une virée en limousine, en jet privé ou une soirée dans une des plus belles boîtes de New York côtées à 100 dollars sinon plus. Certes, il lui l'offrirait mais quand même, Josh restait un humble représentant de la classe sociale moyenne. Ah ces petits tracas quotidiens qui vous ramenaient sur terre quand vous étiez en pleine envolée lyrique.

_________________
Dessin de la signature par Raythereign. Citation par Calli Kayan

L'Amour donne des ailes, mais aucune leçon de vol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lilian D'Eyncourt
Neutre Delta-Epsilon
avatar

Messages : 178
Date d'inscription : 03/04/2012

MessageSujet: Re: D'Amour et d'Eau plus vraiment fraîche [PV Lilian]   Dim 11 Jan - 23:49

Même s’il avait pris son temps pour séduire Icare, il ne pouvait pas dire que l’exercice soit très compliqué. Les attentes du jeune homme étaient faciles à cerner, faciles à donner. Avec lui, les gestes s’écrivaient à l’avance. Il ne demandait qu’une chose, de bonnes raisons d’y croire. Ainsi, le voir sourire, lui caresser la main, s’amuser à parler italien suffisait à évincer les plus graves suspicions de l’ange. Au fond, Lilian le regrettait presque. Son comportement pendant toute l’année lui aurait valu des scènes de la part de nombreuses anciennes conquêtes et les petits coups d’éclat étaient justement ce qui lui permettait de couper court à une relation. Il laissait la personne s’énerver, gardait sa position et signifiait avec impertinence qu’il n’avait ni l’intention ni l’envie de changer d’attitude. Or, avant d’arriver à cette extrémité, il faisait le minimum d’efforts pour ne pas se compromettre et maîtriser la mauvaise foi face aux reproches. Josh ne le mettait jamais dans des situations un peu plus délicates que prévu. Tout fonctionnait merveilleusement bien avec lui. Il lui jetait des miettes qu’il prenait pour des pièces d’or, et une véritable attention de sa part se transformait en diamant de deux mille carats. Et que faire si le minimum syndical continuait à séduire ? Il n’aurait pas été assez cruel ou responsable pour lui témoigner une indifférence définitive. Il aimait Icare à sa manière, lui faire de la peine alors que lui donner le sourire demandait moins d’effort semblait impossible.
 
Tout à sa joie, son compagnon lui assura qu’il prenait toute la note pour lui. Lilian acquiesça vaguement. Il appréciait l’indépendance de Josh, et se réjouissait de le savoir financièrement plus à l’aise qu’au début de leur rencontre, mais il persistait à penser que le jeune homme n’avait aucune raison de se plier à ce genre de conventions avec lui. Ils étaient ensemble, après tout, l’addition devait revenir plus justement à celui qui se fichait de sortir un billet de 500$ de sa poche sans réclamer la monnaie. Sa relation particulière avec la nourriture ne lui rendait jamais l’idée d’un repas au restaurant très attrayante. Dans son enfance, il avait souffert de perte d’appétit très régulières, dont il n’avait jamais vraiment réussi à se remettre, surtout en passant par la drogue puis, d’une certaine manière, en s’abreuvant de sang. Il s’arrêtait rarement pour manger, grignotait par-ci par-là, et ne supportait pas la sensation de satiété. Mais c’était une chose qu’il dissimulait du mieux qu’il le pouvait. Pour une raison mystérieuse, les gens aimaient se réunir autour de plats exagérément garnis et montrer peu d’appétit semblait faire insulte à ses interlocuteurs. Il observa le menu avec une fausse concentration. Comme toujours, rien ne lui inspirait une envie incroyable. Des pâtes ? Son regard passa en revue les plats chauds puis revint sur les entrées, et il opta pour finalement pour une recette de ravioli à la figue et au jambon de parme. La bouteille d’Asti qu’on leur apporta l’intéressa davantage. Il prit le verre qu’on venait de lui servir dans sa main et esquissa un sourire de connivence juste au-dessus de son bord.
 
-  Je n’oserais pas te décevoir…, souffla-t-il en trinquant avec lui.
 
Icare était affreusement adorable. Comment pouvait-il le décevoir, après tout, alors que ses joues se pigmentaient à chacune de ses paroles. Il s’essayait maladroitement au rôle de séducteur, et il était évident que rien, en cet instant, ne le rendrait plus heureux que lui donner l’impression qu’il s’en tirait à merveille. Néanmoins, lorsqu’il voulut lui laisser le choix de l’après-dîner, Lilian se sentit assez gêné. Il orchestrait sans difficultés de grands programmes pour les autres, c’était même devenu son principal travail depuis qu’il s’occupait de l’agenda d’un casino. Cependant, ses désirs propres restaient très limités et il n’était pas certain que ceux-ci fassent très envie à Josh. Tous les lieux qui lui passaient à travers l’esprit ne convenaient pas à une sortie de couple, mis à part quelques spectacles peut-être, mais il se retrouverait forcément au milieu de connaissances ou de vautours qui chercheraient à attirer son attention pour lui parler d’il ne savait quel grand projet. Sa profession le suivait un peu partout, mis à part là où personne ne souhaitait véritablement le trouver. Et, enfin, il imposait très souvent des soirées à Icare.
 
-          Je n’ai pas tellement l’impression d’être à l’une de ces soirées où le choix doit m’être laissé, dit-il d’un air amusé. Tu sembles avoir beaucoup d’idées derrière la tête et moi, je n’ai pensé à rien. Pour une fois, laisse-moi le luxe de ne pas réfléchir à la suite des événements… Je te dirais simplement que, aussi charmante puisse être l’idée pour toi, je crains de ne pas me sentir très à l’aise.
 
La possibilité d’une promenade aérienne avait déjà été évoquée entre eux, mais il s’agissait d’un plaisir qu’il ne se sentait pas prêt d’accorder. Il concevait très bien la volonté qu’avec Icare de partager ses capacités avec lui, mais la perspective de se faire entraîner dans le ciel contre sa volonté ne l’attirait absolument pas. De toute manière, Lilian ne pouvait pas lui rendre la pareille ou, du moins, il ne songerait pas à montrer à Josh les différentes manières de tirer des avantages de son pouvoir avec un partenaire. Quelque chose le retenait toujours. Ce n’était pas comme cette fois avec Nikolaï, mais il ne devait surtout pas y songer.

_________________

... Et moi je continuerai à resplendir comme une figure brillamment absurde, dans un monde sans signification ... (The beautiful and damned)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icare
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 188
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: D'Amour et d'Eau plus vraiment fraîche [PV Lilian]   Dim 1 Fév - 12:33

Josh leva légèrement un sourcil, plutôt étonné qu'aucune de ses propositions ne fasse mouche. Il ne se démonta pas pour autant, après avoir frissonné jusqu'au bout des ailes tandis que Lilian jouait aussi les charmeurs en lui promettant ne pas "oser le décevoir". Le blond ne s'était toutefois pas autant laissé coulé dans ce bonheur facile de se savoir désiré, il devait absolument reprendre la main car ce soir, le grand séducteur, c'était lui. Plus Lilian le confortait dans cette idée avec ses sourires de connivence, plus le jeune chanteur y croyait. Or un Don Juan ne se laissait pas surprendre à la première déconvenue avec sa dame difficile.

-Il reste une projection de cinéma en plein air. Mais il fait un peu froid... Bon et sinon, je t'emmène... Dans mon appartement. Oui, j'ai fini par en acheter un au centre. Tu voudras le voir ?

Demanda le jeune homme en sortant sa dernière carte de sa manche, la révélant plus tôt qu'il ne l'aurait voulu mais cachant pour une fois assez bien sa gêne. Evidemment, comme tout séducteur en herbe, envoyer valser sa soirée soigneusement minutée était assez inconfortable. Josh aurait voulu ne pas laisser de temps mort, surprendre juste au bon moment au lieu de sauter les étapes, mais soyons fou, il suivrait le rythme de son cher PDG, quitte à improviser, il en était capable non ?

En voyant les pâtes arriver, le chanteur redressa la tête vers le serveur, le remerciant chaleureusement d'un sourire avant de rosir lorsque ce dernier sorti une petite bouteille de vin pour accompagner le tout. Bien qu'un peu hésitant au début, l'homme servit une légère rasade à Lilian avant de remplir le verre de Jay avec l'autorisation du premier. Pas du tout vexé ni même au courant qu'on lui avait octrôyé le rôle de la femme dans cette affaire, le jeune homme attendit patiemment, suivant chacun des gestes du serveur, comme fasciné. Pour lui, ce genre de traitement de faveur était le top, il se sentait dans la peau de quelqu'un de très chic et cela semblait lui donner confiance. C'était un peu comme ses pâtes à la carbonara qui, sous le prétexte de quelques éclats de truffe, prenaient une allure de Caviar. Décidément, le jeune homme avait beau avoir tout préparé, il avait l'air aussi "invité" que Lilian pour cette surprise.

-Mais si tu as le choix -Rougit délicatement le mutant qui pensait "brusquer" son amant. Et ça bien sûr, ça valait une grosse alarme rouge, laquelle revêtait la tête de son amie qui lui avait conseillé de ne surtout pas soûler son compagnon. Laisse-lui le choix, ne l'entrave pas.- Je sais que tu n'y as pas réfléchi, mais si tout à coup tu as une envie, n'hésite pas à me le dire.

Voilà qui était mieux, se proposer au service de son ami, n'était-ce pas un compromis idéal ? En bon amoureux, Josh était persuadé que tout ce que pourrait lui proposer Lilian lui plairait, parce qu'il aimait partager avec lui. Une chose que les deux mutants ne faisaient pas souvent, mais Josh savait que le "Grand Manitou" comme il l'appelait parfois était très occupé. Il avait beaucoup de réunions et recevait des gens ennuyeux, contrairement à ce qu'avait dit sa mauvaise langue d'amie, leur couple n'était pas du tout en train de s'étioler. Remarque, Icare lui-même avait émis des doutes, heureusement avec cette superbe soirée quoiqu'un peu frisquette, il les balayait au fur et à mesure de la soirée. Mangeant avec appétit, l'angelot s'arrêtait de temps à autre pour discuter gentiment avec son amant, de tout, de rien, y compris du temps ou de ses concerts, ou encore du travail de Lilian. Jay était curieux, intéressé, bref, une excellente oreille, sincère qui plus est. Bon, il ne saisirait pas les histoires de statistiques ou le travail de communication à effectuer dans le milieu, encore moins les codes de la haute société, mais on ne pouvait pas lui retirer la volonté.

-Il est revenu le client chiant ? Tu sais, tu m'en avais parlé, insupportable mais très important pour le journal.

Oh, ça faisait bien un mois que Lilian lui avait raconté cette histoire, mais Josh avait une excellente mémoire quand il s'agissait de se souvenir des hauts faits de ses proches. Avoir 9 frères et soeurs l'aidait grandement à cela. Entre la dernière mission X-Men de son frère et les déboires amoureux de sa petite soeur Mélody, le jeune homme était une oreille aussi attentive qu'exercée. Souriant à l'évocation de ce grand monsieur de la haute qui s'ennuierait lui-même s'il n'était pas aussi pédant, Jay mangea une nouvelle bouchée de ses spaghettis. Au fur et à mesure, il se détendait; écoutant parler Lilian lorsque l'envie lui prenait, ou écoutant ses silences, un coude posé sur la table et sa main se reposant sur elle. Elevé très modestement, le mutant ne savait évidemment pas que "ça ne se faisait pas."

Lorsque le dessert arriva-deux boules de cassis pour lui.- il se fit plus tendre, aussi rouge que sa glace bien entendu. Le séducteur revenait à l'attaque.

-Ou sinon, on se passe de tout ça, et on rentre directement chez moi ?

Avait-il lancé, sa tentative rendant plutôt bien au final. Peut-être grâce à son beau visage qui faisait tout le travail, soutenu par une intention certes peu louable mais combien sincère. Qu'il aimait cet homme, ah comme il était heureux. Et chacun de ses gestes se délectaient d'avoir retrouvé une certaine quiétude -quoiqu'un peu trop facile- en ce qui concernait son couple. C'était lui qui s'était imaginé des choses, tout se déroulait pour le mieux .

_________________
Dessin de la signature par Raythereign. Citation par Calli Kayan

L'Amour donne des ailes, mais aucune leçon de vol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lilian D'Eyncourt
Neutre Delta-Epsilon
avatar

Messages : 178
Date d'inscription : 03/04/2012

MessageSujet: Re: D'Amour et d'Eau plus vraiment fraîche [PV Lilian]   Mer 11 Fév - 23:51

Lilian fut navré de voir la déception se peindre sur le visage d’Icare. Le pauvre ange s’attendait à lui faire plaisir, comme dans une série romantique, et il arrivait à peine à lui témoigner de l’intérêt pour le programme de leur soirée. En vérité, tout cela l’ennuyait. Même s’il recherchait la simplicité chez le jeune homme, il était incapable de savourer les plaisirs simples de l’existence, ne voyait pas l’intérêt de se promener main dans la main, de boire un verre au bord de l’eau, ou de flâner entre les étalages d’un marché de nuit. Plus jeune, il parvenait à faire quelques efforts. En s’investissant un peu plus, il en serait peut-être capable. Mais, l’idée de choisir le bloquait. Il refusait de répondre à cette question, et n’avait aucune envie de feindre un naïf enthousiasme. De toute façon, le masque de la candeur ne lui réussissait jamais. Il le rendait faux, involontairement ironique et moqueur. Icare suggéra le cinéma ouvert, il ne parvint pas à avoir une réaction plus convaincante. Etait-ce la vie à New-York qui le rendait ainsi ? Le fait de rester entre des blocs de béton, finalement, au lieu de lui donner envie de fuir, le poussait à s’enfermer davantage, et il trouvait plus accueillants les sous-sols aménagés en bar que les ersatz de sorties « au grand air » qu’on lui proposait. A moins que ce ne soit une excuse ? Il ne savait pas. Il ne se sentait pas à la hauteur des attentes d’Icare et, au fond, il ne l’avait jamais réellement été. Aussi, quand le jeune homme lui annonça qu’il avait un nouvel appartement, il sauta sur l’occasion et lui posa quelques questions au sujet de son installation. A sa manière, son compagnon savait aussi garder ses petits secrets. Icare ne lui avait absolument rien dit, il était heureux de lui montrer qu’il était capable d’obtenir son indépendance. Lilian s’en trouva rassuré, même s’il ne se réjouissait pas de la nouvelle pour les bonnes raisons. Si Icare avait pris un logement sans le consulter, alors son intention n’était pas de demander à vivre chez lui avant de lui passer la bague au doigt. Ensemble, mais chacun de son côté. Il avait compris le message et, pour un garçon nourrit de romantisme, l’acceptait étonnement bien.
 
Avec un art parfait de la conversation désintéressée, Lilian fila le sujet, il s’enquit de toute l’histoire du fameux appartement, puis ils passèrent tout naturellement à la situation professionnelle du jeune homme. A son rythme, le mutant ailé évoluait. Ses vocalises intéressaient de nombreux groupes, il s’était constitué un petit carnet d’adresses de bars et restaurants avec lesquels travailler. L’essentiel pour lui était de vivre de sa passion, non de rencontrer la gloire. Si Lilian avait essayé de le pousser à devenir plus ambitieux au début, il trouvait finalement que cette situation lui convenait très bien. Icare n’aurait pas les épaules pour les grosses maisons de disques et, de toute manière, son image ne correspondait pas aux kanons de mode du moment. Sa beauté était trop androgyne pour faire de lui un chanteur à minettes, et il ne montrait pas assez d’extravagances pour que l’on s’intéressât à sa personnalité. Il resterait un artiste talentueux, mais discret. En revenant encore une fois à cette conclusion, le britannique plaisanta sur ses propres velléités littéraires, les articles sanglants qu’il ne signait pas toujours, des textes de chansons donnés sans s’inquiéter de voir un autre s’en attribuer l’écriture. La pratique d’un art était une chose très intime pour que tout passionné éprouve le besoin de la partager à l’excès.
 
Pour une heure, Lilian oublia ses soucis. Il se laissa porter par les mots, s’amusa des regards émerveillés d’Icare qui semblait trouver l’endroit absolument distingué. Pourquoi n’avait-il pas pensé à l’inviter dans un grand restaurant plus tôt ? Il se promit de lui en faire la surprise plus tard, pour le simple plaisir de le voir transi par un étalage de luxe qui n’avait jamais réussi à l’impressionner – il en connaissait les codes, avait appris à les détester, depuis sa plus tendre enfance. Comme Lilian avait mentionné ses activités « extra-professionnelles », son amant essaya de s’intéresser à son travail. Sûr de ne pas rencontrer une oreille alerte chez Icare, il ne s’étendait jamais beaucoup sur ses journées, et ne les mentionnait que pour lui permettre de justifier une absence de plusieurs semaines, ou de décommander un rendez-vous au dernier moment. Ses envies étaient volatiles. Parfois, une invitation à une soirée arrivait, un « plan cul » se manifestait, et il trouvait soudain plus intéressant de se laisser porter par l’imprévu que tenir ses promesses. Alors, il avait toujours des excuses parfaites, la réunion qui s’éternisait, le client qui l’invitait à dîner, le colloque imprévu à ne pas manquer, et il prenait toujours soin de préciser à quel point tout cela l’ennuyait, combien il préférait mille fois être avec son ange adoré plutôt que retenu par ses pénibles obligations professionnelles. Souvent, il se basait sur des vérités, mais perturbait la chronologie des événements. Le « client chiant », s’il ne l’avait pas réellement retenu le soir où Lilian l’avait mentionné, existait bien. Il n’eut donc aucun problème à s’épancher à nouveau sur le sujet.
 
-          Bien sûr, il est revenu, dit-il d’une voix doucereuse, puisqu’il est important. Comme je te l’ai dit, je ne peux pas me débarrasser d’une personne avec d’aussi gros capitaux en un claquement de doigts, même si je cherche une solution pour pouvoir me passer de lui. Les personnes à problèmes de son espèce finissent par faire perdre autant de temps que d’argent si on n’y prend pas garde
 
Si seulement Josh avait été Nikolaï, il se serait beaucoup plus étendu sur l’affaire. Les fauteurs de troubles l’agaçaient autant qu’ils le réjouissaient. Le but du jeu consistait alors à les évincer de la partie en gardant toutes ses pièces en place, avec les valeurs ajoutées. Ainsi, puisque son client lui rapportait gros, il ne pouvait pas l’envoyer vers un concurrent. En revanche, il pouvait faire de sa propre concurrence une clientèle et organiser sa faillite. Des accords qui lui apporteraient de bons soutiens futurs étaient d’ailleurs en train de nouer en souterrain. Mais Icare ne comprendrait pas tout cela, ou en tout cas, il ne saisirait pas son excitation, ne parlerait pas en ricanant d’ironie du sort, et le trouverait sans doute très cruel.
Les plats furent débarrassés – il n’avait pas tout à fait terminé le sien – et son compagnon tint à prendre un dessert. Afin de ne pas paraître de mauvaise volonté, Lilian demanda un colonel sans consulter la carte. Sorbet citron dans un fond de vodka, un presque digestif après tout. Le repas s’achevait, il ne s’était objectivement pas si mal passé, et tout le programme d’Icare sembla bien dérisoire. Après tout, ils ne s’étaient pas vu depuis quelques temps, la suite logique attendait plutôt des retrouvailles dans l’intimité. Et, enfin, la véritable intention de son amant n’était-elle pas de lui montrer son nouveau chez lui ? Avec un sourire amusé, Lilian accepta sa soudaine proposition :
 
-          Je ne pense qu’à le découvrir depuis le début de ce dîner, alors je n’aurai sans doute pas l’esprit tranquille tant que tu ne me l’auras pas montré
 
Il lui caressa doucement la main et fit signe au serveur d’apporter l’addition, avant de se rappeler que ce n’était pas à lui de régler leur sortie. Au final, tout allait pour le mieux. Il évitait la demande de vie à deux, de fiançailles, de il ne savait quoi d’autre. Ils passeraient la nuit ensemble, leur relation demeurerait inchangée.

_________________

... Et moi je continuerai à resplendir comme une figure brillamment absurde, dans un monde sans signification ... (The beautiful and damned)


Dernière édition par Lilian D'Eyncourt le Lun 23 Fév - 19:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icare
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 188
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: D'Amour et d'Eau plus vraiment fraîche [PV Lilian]   Mar 17 Fév - 17:39

La caresse sur la main accompagnée des intentions à peine voilées de Lilian faillirent faire rougir Josh une fois de plus, néanmoins il se contint, comme s'il savait inconsciemment qu'à trop abuser de cet attribut charmant, ce dernier finirait par s'user. Le jeune homme voletait en pleine félicitée tout en dépliant quelques billets froissés dans son élégant petit portefeuille en cuir. La soirée s'était déroulée à merveilles, sans anicroches aucune comme l'avait prédit son amie "c'est pas pour être mauvaise langue, c'est au cas où si je dois te ramasser à la petite cuillère. Au fait tu m'autorises à ramasser tes plumes pour me faire un oreiller quand tu les perdras toutes unes à unes à cause de ta dépression ?". Certes, Icare aurait aimé que son ami pousse un peu dans les détails, curieux d'en apprendre plus sur son travail et bien capable de comprendre certaines subtilités qu'on lui niaient parfois. Il faut dire que le jeune homme n'en avait pas conscience, mais il donnait parfois une image plutôt mauvaise de ses capacités intelectuelles que les gens associaient à son petit côté fleur bleue parfois irritant. L'artiste avait plus ou moins entendu parler de l'allergie que certains développaient face à ses pétales azurés qu'il entretenait avec soin, le trouvant beaucoup trop naïf. Pour autant, c'était ainsi qu'il se plaisait à être, baignant dans la simplicité depuis tout jeune, quand bien même de nombreux obstacles s'étaient dressés sur son chemin. Icare demeurerait un éternel candide, tout du moins, c'est ce qu'il en avait conclu. Lorsque la peine l'atteignait en plein vol, l'angelot pleurait, trépignait, découvrait ce qu'était la haine si commune à l'humanité, puis il se calmait et retrouvait son besoin de sucre. Le jeune homme vivait dans un monde écoeurant pour beaucoup, doux, légèrement acidulé où la route était pavée de pain d'épices et les gravillons étaient fait de grains de sucre. Oui, le chanteur abusait parfois de cette tendance hypersensible qu'il avait, à ses risques et périls d'ailleurs car il savait bien qu'on pouvait plus facilement atteindre son petit coeur tout mou, si tendre.

Heureusement, Lilian était bon, un peu cynique parfois, particulier au point que Josh ne savait pas toujours comment le prendre, ni le décrypter mais il l'acceptait ainsi. Inhérente à son âme en guimauve, la confiance qu'avait Jay en son petit ami était totale. Cette fois cependant, point de stupidité sinon une logique aussi implaccable qu'enfantine. S'ils étaient bien ensemble, pourquoi prendre le risque d'une rupture ? Pourquoi chercher les complications lorsqu'on venait de trouver enfin une certaine stabilité ? Les choses avançaient doucement, Icara avait conscience -et ce malgré les apparences- que tout n'était pas parfait, comme la distance que mettait parfois le PDG entre eux, mais il l'acceptait, jugeant avoir ses propres défauts. Etant lui-même heureux qu'on le prenne tel qu'il était, le mutant ailé estimait n'avoir rien à reprocher à son chéri qui avait déjà la "bonté" d'avoir posé les yeux sur lui, insignifiant petit chanteur à l'époque et pas encore très connu aujourd'hui.

Oui, Josh était dénué d'ambitions, tout du moins, aux yeux de la société, car personnellement il débordait de projets, notamment celui d'être heureux. Qu'on lui donne un train-train quotidien, des attaches mais pas trop, de l'amour, des amis et de la musique et le voilà heureux. Parfois l'artiste se demandait s'il ne finirait pas par se lasser, néanmoins il se rappelait n'avoir jamais eu toutes ces choses réunies jusque là. L'objectif était donc assez difficile en soi, et, atteint depuis peu, il serait encore temps de se demander quelle serait la prochaine étape pour avoir la perfection. Peut-être vaincre sa timidité pour tenter d'aller plus haut dans le domaine du chant ? Jusque là, ça ne l'avait pas vraiment obsédé, il verrait ça le moment venu. Ne pas se presser, choisir sa vie avec soin, atteindre des paliers sûrs pour ne pas tout perdre. Icare était un grand utopiste, mais un utopiste prudent avec son vécu. Voilà pourquoi entre autre, le mutant prenait son temps pour embarquer totalement Lilian dans sa vie. Estimant avoir déjà gagné beaucoup ce soir en captant l'attention du PDG, l'ange ne réclamait pas plus bien que sa langue le brûlait. Il s'était acheté un appartement, oui, mais cela n'évinsçait pas son envie de partager plus que des bouts de nuits voir de Wee-Kend avec son petit ami. Il aimerait vivre avec, quitte à voyager d'un appartement à l'autre pour ne pas avoir l'air de la femme dépendante de son mari, mais s'installer et commencer à parler "décoration de salon ou de la chambre à coucher" tout doucement lui paraissait une optique enviable. Raisonnable ? Moins. Il y avait eu entre Lilian et lui un écart qu'il ne saisissait pas bien. D'abord le réparer puis veiller à avancer doucement comme lui l'avait conseillé son ami pour ne pas voir l'ange s'envoler. Pas lui, l'autre. Celui qui rendait sa petite vie simple si complète et si complexe. Au final, le voilà ce petit arrière goût de stress constant qui l'empêchait de s'écoeurer de sa propre vie trop sucrée, son grain de sel parfait pour asaisonner ses journées: Lilian.

Saisissant doucement la main qui l'avait frôlé, le jeune homme se redressa pourtant avec énergie, entraînant son compagnon à sa suite avec une force toute relative. La sienne, aussi légère que son ossature le laissait supposer, pleine de volonté mais sans douleur ni réelle puissance. A supposer qu'il ait aucun arrêt dans l'élan de Jay, ce serait bien parce que l'absorbeur de sang jouerait le jeu et suivrait son petit ami dans sa démarche soudainement bien déterminée. Le chanteur était quelque peu déçu que son compagnon ait compris en quoi consistait la principale surprise de la soirée mais cela se comprenait, Lilian était loin d'être stupide, et puis sans doute y avait-il aussi une part d'espérance dans cette anticipation. A l'idée d'attiser le désir du PDG, Josh ralentit légèrement la marche, envieux malgré ses propres besoins de le fait languir un peu. Il s'installa tranquillement dans la voiture et conduisit calmement, montant doucement également les marches de son petit appartement.

Ce dernier était situé dans un quartier sans histoire, ni chic, ni dangereux pour ne pas dire fade, un de ces lieux sans caractère que l'on rayait rapidement de sa carte mentale. L'intérieur cependant était différent, plutôt design et dégagé tant pour des questions de goûts que de pratique. Les meubles majoritairement encastrés dans les murs laissaient le passage libre au jeune mutant, certes frêles mais pourvu d'encombrantes ailes. Un tableau représentait une photo de Paris à l'ancienne majoritairement noire et blanche si ce n'était la Tour Effeil qui siégeait fièrement en couleurs. Encore une fois, Josh avait un rêve qui correspondait au cliché des coeurs d'Artichauds. Il voulait absolument un jour, voir la ville lumière, la capital de l'Amour. Faisant face au tableau, comme une gentille ironie, siégeait une autre toile d'un genre égal représentant un petit bouledogue français pourvu de grosses lunettes de soleil. Le reste était majoritairement composé de couleurs comme le rouge, le noir et le blancle, tout cela harmonisé de telle sorte qu'on ne se lasse pas de l'une ou de l'autre. C'était un ami décorateur d'Icare qui lui avait décoré l'appartement, un de ses premiers fans. Le jeune homme avait obtenu un excellent prix de la part de cet artiste d'intérieur, sans quoi il n'aurait jamais pu se payer de tels services quand bien même il gagnait en notoriété.

Ce salon donc était le centre névralgique de ce petit trois pièces, et tout se réunissait autour d'un sofa gris sans être terne sur lequel dormaient quelques coussins noirs ou crèmes. Deux hauts tabourets étaient également accoudés à un mini bar qui donnaient aux lieux un arrière-goût de luxe un peu trompeur. Relié à cette fameuse barre en bois clair et vernis donc, une petite cuisine pratique avec des plaques électriques neuves sans être de dernières générations. Des placards d'un bois encore plus clairs les surplombaient, s'ouvrant avec de petites poignées designs et discrètes. Dans l'ensemble l'appartement offrait un aspect assez chaleureux tout en restant modeste, se targuant néanmoins d'une French Touch qui parvenait à lui donner aussi son petit côté bohème chic. Icare était très fier de son appartement et il espérait bien que son chéri s'y trouverait à l'aise bien que cet endroit n'ait rien à avoir avec ses luxueuses pièces.

Après une visite en règle, Josh ouvrit la porte de la chambre, laquelle se composait d'un lit sans dossier mais aussi grand que confortable. A ses côtés trônait une petite table de nuit carrée et fonctionnelle sur laquelle était juchée une lampe en forme de "rocher" qui offrait une lumière diffuse agréable à travers du trou où on avait lové son ampoule. Un tableau représentant un beau ciel bleu avec des nuages en forme de coeurs grandissant au fur et à mesure qu'ils s'évaporaient sur le haut agrandissait légèrement la pièce tapissé d'un vert pastel. Le jeune homme se sentait particulièrement à l'aise dans cet endroit certes dénué mais paisible. A Côté d'un petit bureau en bois sombre, trônait, bien à l'abri dans son étui, sa guitare, le tout, proche d'un placard d'un bois lui aussi sombre, qui cachait ses affaires de musique bien rangées. Comme un indice, des stricks de notes de partition blanches parcouraient fièrement l'objet sur sa largeur à diverses hauteurs. Pour qui savait les lire, elles représentaient en fait la première partition à succès d'Icare. Non loin, en unique fantaisie avec le tableau au-dessus du lit et les notes, siégeaient en écriture italique, sur un tablea effaçable, un proverbe du jour laissé là depuis probablement plus d'une semaine "Les oiseaux se perdent, quand le ciel est trop grand."

D'un regard malicieux et deux mains habiles, le mutant ailé jeta pourtant son aîné hors de son cocon, lui demandant de préparer un coktail. Pour l'occasion son bar avait été bien rempli bien que la qualité et variété de boissons reste modeste. Il y avait tout de même un peu d'alcool et surtout des sirops aux fruits rouges. Revenir dans le salon après avoir franchi la porte coulissante qui isolait la chambre d'Icare était changer totalement de monde. Passer des couleurs froides mais douces à d'autres plus chaudes, tranchantes et modernes tout en restant harmonieuses. L'appartement n'était peut-être pas le plus beau ni mais il avait le mérite d'être original quoique dénué en général-alors que venant de sa part, on aurait pu s'attendre à des centaines de petites figurines toutes plus mignonnes-et écoeurantes- les unes que les autres, à des magnets sur le frigo mais rien de tout celà. A part quelques tableaux comme celui de la comode de petite taille où différents sites d'Amériques étaient écrit en différentes polices et couleurs, il y avait vraiment peu de décoration. On en revenait à l'un des traits de caractère principaux du jeune homme: la simplicité.

Pour autant Lilian allait avoir l'occasion de s'apercevoir que l'installation électrique était plus ingénieuse que de simples ampoules. Les petites néons encastrés dans la chambre diffusaient une lumière douce, moyenne ou forte. Josh, très sensible à son environnement pour trouver l'inspiration avait particulièrement prit soin de sa chambre. Tout comme sa salle de bain très confortable-pour des raisons plus pratiques que capricieuses cependant- le luxe qu'offrait son lit n'avait pratiquement rien à envier aux plus belles literies. La décoration était basique mais largement aussi agréable.

Ayant fait sa douche dans l'après-midi, Josh n'eut qu'à débrouiller son épaisse crinière qui lui retombait jusqu'au milieu du dos, se confondant avec son plumage immaculé. Plumage d'ailleurs tout aussi propre-et heureusement car Lilian aurait eu le temps de s'endormir devant sa petite étagère contenant quelques classiques de littérature.-. Il ne lui fallut donc qu'une dizaine de minutes pour récupérer les fleurs fraîches cachées dans sa salle de bains, elle aussi accessible via une porte coulissante. Le jeune homme les pris par la tige puis les effeuilla sur le lit, il se mit un nouveau parfum de bonne factue, quoique loin d'égaler le chanel 5 évidemment. Enfin, après avoir allumé deux bougies et avoir allumé les néons au niveau un qui le laissait dans une douce pénombre, Icare interpella son compagnon.

Tout rougissant, il s'était laissé tomber les couvertures couleurs crème en essayant de prendre plusieurs positions séductrices. D'abord sans succès car il se compliquait la vie. Finissant par trouver quelque chose qui convenait plus à son style, tout dans la délicatesse et la subtilité, il se glissa finalement sous les draps, laissant juste sa poitrine à découvert. Par terre, quelques pétales étaient tombées par terre et s'étaient quelque peu froissées mais donnaient finalement une continuité à l'ambiance suave du lit. Jay trouvait l'idée de s'offrir en cadeau un peu prétentieuse mais on lui avait répété que c'était souvent ce qui faisait plaisir à l'amant en question, bien plus qu'un bijou ou vêtement. Remarque en y réfléchissant, lui-même pourtant sage sentait des bouffées de chaleur à l'idée de trouver Lilian dans cette position. Invitant son compagnon à venir, le jeune homme se tordit à l'ultime moment, risquant de tout faire rater en chutant lorsqu'il alluma la petite radio ronde qu'il avait oublié d'allumer. Heureusement la chance était avec lui jusqu'à maintenant. Enfin... Pour combien de temps.


-Alors, qu'est-ce que tu penses de l'appartement ?

Lança le mutant en tremblant légèrement de stress et de gêne sous les couvertures. Néanmoins, il avait au moins réussi à donner un ton anodin et sensuel à la fois à sa voix. Chouette, la rançon d'une après-midi entière d'entraînement avec sa copine.

_________________
Dessin de la signature par Raythereign. Citation par Calli Kayan

L'Amour donne des ailes, mais aucune leçon de vol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lilian D'Eyncourt
Neutre Delta-Epsilon
avatar

Messages : 178
Date d'inscription : 03/04/2012

MessageSujet: Re: D'Amour et d'Eau plus vraiment fraîche [PV Lilian]   Lun 23 Fév - 23:33

Josh voulait mener la danse et Lilian préféra se déconnecter, s’en remettre à lui, ne plus répondre de rien. Il ne comprenait pas exactement le but de la chorégraphie à laquelle son amant le soumettait. Il le trouvait même, d’une certaine manière, à côté de la plaque mais n’osait y penser trop fort. Pourquoi s’attardait-il tant sur le chemin de son appartement ? Imaginait-il sincèrement qu’il brûlait d’impatience ? Icare était adorable, mais si cette soirée devait lui révéler une chose, c’était bien celle-là, il ne serait jamais capable de lui rendre ses attentions. A l’évidence, Lilian aimait s’occuper de son gentil compagnon, et ce dernier perdait tout attrait en essayant de faire la même chose. Il n’avait pas les moyens de le satisfaire. Leurs mondes étaient différents, se répéta-t-il encore. Josh était incapable de comprendre ses goûts, de s’y adapter. Il n’attendait pas cela de lui de toute manière. Pour être plus précis, il n’attendait pas une relation équilibrée avec lui. C’était une chose cruelle à laquelle il préférait éviter de penser mais, ce soir, tous les efforts du mutant ailé pour l’impressionner le couvraient de gêne. Il joua cependant son rôle, monta les marches de l’immeuble sans se presser, et découvrit le logement de son compagnon avec un sourire appréciateur.
 
Mais que pouvait-il en dire ? Il ne s’était préparé à rien de particulier, et cette décoration correspondait plutôt bien à ses idées floues. L’appartement avait encore le côté propret qui succédait aux emménagements, il ne se démarquait pas non plus par une folle originalité. Tout était fait avec goûts, sans doute grâce aux conseils d’un spécialiste mais, pour correspondre à la mode du moment, un peu comme l’intérieur d’une maison destinée à un reality show. Ce problème transparaissait entre autre dans le choix des tableaux, des clichés que les ¾ de New-York devait avoir chez soit, à se procurer dans le premier magasin de décoration un peu hype du coin. Mais il se sentait cruel. N’importe qui du commun trouverait cela très bien, et il y avait, au moins, un effort. Icare ne l’avait pas mené dans une pièce totalement vide, encore remplie de cartons non ouverts. La chambre restait dans le même esprit, digne d’un hôtel trois étoiles peut-être. Il ne pouvait pas se plaindre, son amant pouvait montrer avec une certaine assurance qu’il réussissait honnêtement sa vie. Néanmoins, Lilian n’arrivait pas à se sentir impressionné par cela. Il était trop habitué aux grandes suites, planchers lustrés, œuvres d’art véritables, et colonnes de marbre pour trouver comment manifester de l’enthousiasme devant cet étalage de banalités. Ah ! Comme il aurait souhaité être assez humble pour saisir une infirme vision des pensées d’Icare. Mais le jeune homme avait visiblement d’autres mystérieuses idées en tête puisqu’il lui proposa de se servir à boire pendant qu’il se préparait. Lilian retourna donc dans le salon sans poser de questions.
 
Il se dirigea vers le coin cuisine et explora réfrigérateurs et placards à la recherche d’une boisson. Si Josh avait pensé à de l’alcool à cocktail, il ne fut pas vraiment convaincu par la marque de la vodka qui se présenta à lui. Encore une fois, le summum du luxe, il le savait, pour des étudiants désargentés en boîte de nuit. Le reste n’était pas vraiment mieux. Il ne voyait pas non plus comment il pouvait s’improviser un cocktail digne de ce nom avec si peu de temps, et n’avait d’ailleurs aucune envie de le faire. Où était son absinthe, sa chartreuse ? Il n’y avait même pas un gold strike ou un whisky digne de ce nom pour compenser. S’il revenait ici, c’était certain, il apporterait à Josh de quoi recevoir avec dignité. Ne sachant pas vraiment ce qui était attendu de lui, il prépara un cocktail classique, vodka-grenadine-orange, dans deux verres, et sirota paresseusement le mélange en attendant que Icare revienne. Mais Icare ne revint pas et le rappela dans la chambre. Tout cela commençait décidément à l’inquiéter un peu. Il vida finalement sa boisson pour se donner du courage, et alla retrouver son amant au milieu d’une mise en scène absolument consternante. Sincèrement, le lit couvert de pétales de rose a-t-il réellement été classe une fois ? Cette pratique lui semblait limitée aux classes populaires qui se faisaient une idée très grossière et limitée du romantisme. Il n’aurait jamais osé faire ça à une femme sans se sentir profondément ringard, fût-elle ravie. Mais, il devait l’admettre, son amant appartenait à la catégorie populaire, il était persuadé de créer une ambiance pleine d’érotisme avec cette petite musique et ses lumières tamisées par-dessus. Il accordait cependant un bon point à l’éclairage. A part cela… que faisait-il ici déjà ? Son visage parvint à exprimer un doux sourire, il parvint à faire passer l’ironie de l’expression pour de l’amusement, et s’assis au bord du lit pour retirer ses chaussures.
 
-          Je pense qu’il n’a pas besoin de tout cet apparat, dit-il sur le ton de la plaisanterie en attrapant un pétale. Comme son propriétaire qui n’a pas besoin de se donner tant de mal pour me séduire, tu sais pourtant que je suis déjà conquis. – Il se pencha sur lui pour l’embrasser plus longuement. – C’est un beau logement, agréable et confortable si j’en crois ce lit. Je suis sûr que j’aurai un grand plaisir à y passer la nuit.
 
Ses mains caressaient déjà le torse de son ange et il parlait sans réfléchir, en activant les automatismes acquis depuis longtemps dans leur relation. Il savait d’instinct ce que Josh voulait entendre, de quelle manière éviter d’approfondir un sujet sans être dans le mensonge pour autant. Oui, tout cela ressemblait, vu de son côté, à une vaste comédie, mais il ne pouvait s’empêcher, en rejoignant son amant sous les couvertures d’y trouver un contentement dont il lui semblait difficile de se séparer. Le côté très plébéien du jeune homme le mettait mal à l’aise, il c’était en même temps une petite fraîcheur dans son existence. Tout ce qu’il espérait, c’était que Icare ne pousserait pas le vice jusqu’à lui imposer des pratiques sexuelles de livre érotique bas-de-gamme ou lui sortir des sextoys de supermarché. Il était des choses avec lesquelles son seuil de tolérance risquait d’être fortement éprouvé.

_________________

... Et moi je continuerai à resplendir comme une figure brillamment absurde, dans un monde sans signification ... (The beautiful and damned)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: D'Amour et d'Eau plus vraiment fraîche [PV Lilian]   

Revenir en haut Aller en bas
 
D'Amour et d'Eau plus vraiment fraîche [PV Lilian]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je passe de l'amour total à l'agacement complet !
» Roch Voisine - sauf si l'amour s'évapore
» parfait amour et perfect haze
» bebe d amour
» les poignées d'amour...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: Ailleurs-
Sauter vers: