AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Thomas Shepherd aka Speed [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thomas Shepherd

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 12/12/2014

MessageSujet: Thomas Shepherd aka Speed [Terminé]   Sam 13 Déc - 10:45

CARTE
D'IDENTITE








© Avatar


    NOM : Shepherd

    PRENOM : Thomas

    ALIAS ET SURNOM : Speed

    AGE : 23 ans

    DATE DE NAISSANCE : 2 décembre 1991

    METIER : étudiant

    NATIONALITE : américain

    GENRE : Masculin

    CLAN : étudiant à l'institut Xavier



Pouvoirs :

  • Description :
    vitesse surhumaine [offensif] : Thomas Shepherd peut aller vite, très vite. C'est par dessein que je ne parle pas ici de courir vite mais d'aller vite. En effet, plus qu'être rapide à la course, Thomas peut effectuer n'importe quelle action à des vitesses supersoniques. Comme s'il pouvait faire varier sa propre échelle de vitesse. Sa mutation opérant aussi bien physiquement que mentalement, sa concentration seule lui permet d'agir jusqu'à une vitesse équivalant à quelques 800 km/h. Au-delà de cette vitesse, il lui faut également fournir un effort physique pour accélérer. Si bien qu'à partir de quelques 1200 km/h, soit légèrement au-dessous de mach 1, il lui devient plus compliqué d'effectuer des tâches précises. C'est entre autre à partir de cette vitesse qu'il ne parvient plus à construire de légos ou faire de l'assemblage de circuits imprimés, soudures non comprises.
    Son cerveau fonctionne de telle sorte qu'il s'adapte parfaitement à la vitesse à laquelle il évolue, et ce quelle quelle soit. Ainsi, au repos, il n'est qu'humain, tandis qu'en accélérant, il peu penser, sentir, voir et surtout réagir à la vitesse adaptée à sa course.
    Détail intéressant, Thomas peut, dans une certaine mesure, agir simultanément à deux échelles de vitesses. Une aptitude qui, si elle lui permet par exemple de parler normalement tout en écrivant aussi vite qu'il le puisse, reste limitée, la plupart de ses actions, quelque soit sa vitesse, requérant une certaine cohérence.

    Mais puisque c'est par la course qu'il est le plus facile de parler de son pouvoir... Avec une vitesse de marche de quelques 800 km/h et pour peu qu'il se concentre avant, Thomas peut démarrer sa course à une vitesse de 1200 km/h. De là il ne lui faut que quelques pas pour atteindre sa vitesse d'endurance à quelques 1225 km/h, En revanche, ce n'est qu'après cinq secondes de son accélération maximale qu'il peut atteindre sa vitesse de pointe de mach 3, soit quelques 3672 km/h, et la maintenir ensuite durant une vingtaine de minutes.

    Conséquence directe de sa célérité, Thomas possède également des réflexes surhumains. Enfin, pas tout à fait. En réalité, le premier réflexe de Thomas, au sens propre du terme, est d'activer son pouvoir, et ce de façon tout à fait involontaire. Ainsi, dans la plupart des situation, il semble avoir des réflexes défiants les limites humaines. En réalité c'est simplement que son corps et son esprit réagissent au danger en accélérant. C'est pourquoi il parvient à éviter sans problème une rafale de fusil automatique tirée à une dizaine de mètres et de face, mais également pourquoi on ne peut pas réellement parler de réflexes puisqu'il reprend le contrôle au moment où son corps accélère et que le monde ralentit autour de lui.
    Cependant, les conséquences les plus conséquentes de sa vitesses sont celles influent sur le monde l'entourant. Au palier dès 1050 km/h, Thomas met à mal la gravité. À partir de cette vitesse, ses pas deviennent si brefs qu'il peut courir sur n'importe quelle surface solide ou liquide. C'est aussi à partir de cette vitesse qu'il peut commencer à courir sur des surface verticales. Mais si la seule condition à sa capacité à courir sur l'eau et de courir à une vitesse égale ou supérieur à 1050 km/h, lui permettant d'accélérer ou de décélérer à sa guise entre cette vitesse et mach 3 sans sombrer dans les flots, courir sur un mur est un exercice bien plus exigeant. S'il peut l'accomplir à partir de ce même palier, il lui faut maintenir une accélération constante dans sa course, aussi faible soit-elle, afin de continuer à défier la gravité.
    Enfin, mach 1 est un autre palier, un point à partir duquel son corps inflige une telle pression à l'air qu'il en vient à créer une zone de vide derrière lui. pas plus large que ses épaules, elle ne s'étend qu'à un peu plus d'un mètre derrière lui, si bien qu'il lui est impossible de traîner un passager derrière lui à cette vitesse sans le laisser asphyxié.


    Mais aucun de ces exploits ne seraient possible s'il ne pouvait pas résister aux effets de la vitesse. Fait le plus singulier, ses fonctions biologiques ne sont pas influencées par sa vitesse. Il aura beau courir à la vitesse du son toute la journée, il n'en digérerait pas plus vite, et de même, s'il parvenait à passer toute une nuit de sommeil en accélération maximale, il n'en aurait pas moins besoin de dormir huit heures normales pour être réellement reposé. Surtout, même s'il lui semble que le temps passe plus lentement, il n'en vieillit pas plus vite pour autant. Un mois entier en état de vitesse surhumaine permanent ne le ferait pas vieillir de plus d'un mois.
    Une sorte d'immunité à la vitesse qui se retrouve aussi dans sa résistance naturelle à la friction de l'air lorsqu'il cours. Plus que cela, même s'il se frotte la peau à la vitesse du son, il n'en brûle pas pour autant, comme si son corps réagissait à n'importe quelle vitesse comme si elle était normale. Si bien que, plus que la friction de l'air, il peut supporter même des impactes à haute célérité sans plus de dommages qu'un coureur humain. Ainsi, une chute à pleine vitesse le laisserait avec des plaies aux genoux et aux mains, au pire avec une fracture si la chute était mauvaise. Pourtant, cette résistance n'est que proportionnelle à sa vitesse et très limitée. Quand bien même irait-il à la vitesse de la lumière, il n'en serait pas moins vulnérable aux décharges d'énergies ou aux balles, pour peu qu'elles puissent le rattraper. Même un coup, pour peu qu'il soit porté par quelqu'un d'assez fort, l'affecterait dans une certaine mesure, celle-ci dépendant autant de la force de l'adversaire que de la vitesse de course de Speed. Ainsi, à mach 1, il faudrait une force de classe 5 pour lui faire l'effet d'un coup de poing, à mach 2 c'est une force de classe 15 qui serait nécessaire tandis qu'à sa vitesse optimale actuel, ça ne prendrait pas moins qu'une force de classe 20 pour l'arrêter.
    Enfin, alors qu'aux vitesses qu'il pratique, l'air se raréfie au point qu'il devrait mourir asphyxié, il y semble également immunisé, respirant aussi librement à mach 3 qu'allongé dans son lit.

    Toutefois, le plus étrange reste le fait qu'il puisse, dans une certaine mesure, transmettre cette immunité à la vitesse à ce qu'il transporte, que ce soit ses vêtements ou bien des objets qu'il porterait. Dans une certaine mesure seulement. Au-delà de mach 2, il semble incapable d'éviter à ses cargaisons de subir les frottements de l'air ou la violence des impactes inhérents à ces vitesses. Si bien que transporter un humain à plus de mach 2 ne résulterait qu'à une mort affreuse pour le passager.


    Vibrations hyperkinétiques [offensif] : Manifestation moins évidente de sa mutation, Tommy peut faire vibrer son corps, ou des parties de son corps, à des fréquences telles qu'il parvient à déstabiliser l'intégrité atomique de la matière, la faisant ainsi éclater. Plutôt que d'exploser, c'est comme si ce à quoi il inflige ses vibrations se sépare en plus ou gros moins morceaux. Certaines fréquences sur certaines matières peuvent aboutir à une sorte d'éclaboussure de solide.
    C'est par le touché que Thomas parvient à transmettre ses vibrations à la matière, mais ce n'est que lorsqu'il la lache que celle-ci en subit pleinement les effets. Pour peu qu'il vibre à la bonne fréquence, c'est d'un simple effleurement qu'il peut réduire le verre en poussière ou même fêler l'acier. Mais si seule la fréquence influe sur la matière, c'est le temps qui détermine le volume impacté. Ainsi, il ne lui faut pas plus d'une seconde pour réduire une balle de caoutchouc à l'état de poussière, alors qu'il lui faut cinq minutes pour faire de même à un bloc de 60 mètres cube de verre. Cinq minutes au bout desquelles, qu'il fasse vibrer de l'acier ou du papier, il lui faut arrêter sous peine de perdre connaissance.
    Ce sont les matériaux solides qui réagissent le plus spectaculairement à ses vibrations hyperkinétiques. Chaque matériau possède une fréquence de rupture à partir de laquelle les points faible de sa structure atomique cèdent, chaque augmentation de fréquence à partir de ce point le dégradant un peu plus, jusqu'à ne devenir que poussière d'atomes. Sa limite, jusqu'à présent, est une fréquence résultant en la craquelure de l'acier, une fréquence qui provoque également l’effondrement de matériaux comme le béton à l'état de tas de sable. Les liquides, eux, réagissent différemment. Les vibrations provoquent une agitation des atomes, ce qui, pour les liquides, résulte en une augmentation de leur température. Il peut ainsi aussi bien provoquer leur ébullition que leur évaporation. Les alcools ou le pétrole, prendront feux avant cela. Une propriété qui, appliquée à certain matériaux instables, tel que la nitroglycérine ou le C4, entraîne l'explosion de ceux-ci. Une explosion dont la puissance ne dépend que de l'explosif et de sa quantité.
    Sur le corps humain, les effets sont dévastateur. Le sang se met à bouillir, la chair, les muscles et la peau éclatent comme un ballon de baudruche alors que les os se fendent, se brisent comme ceux d'un poulet trop cuit. Le tout se passe si vite une fois les vibrations arrétées, que cela donne l'impression que le corps entier éclate, comme trop plein sans avoir eut le temps de gonfler. Du moins est-ce la réaction d'un corps normal. Certaines mutations, comme un corps plus dense que la normale, permettent de résister dans une certaine mesure à ses vibrations. Mais l'absorption des vibrations est la seule propriété physique protégeant pleinement des effets de son pouvoir.


    Endurance surhumaine [passif] : Intimement liée à sa capacité à courir, Thomas dispose également d'une résistance à la fatigue physique dépassant de loin le commun. Une endurance telle qu'il peut courir à son allure de croisière, mach 1, du réveil au couché sans jamais avoir besoin de ne serait-ce que ralentir pour reprendre des forces. C'est seulement après quelques vingt minutes de sprint à mach 3 qu'il lui faut lever le pied, voir souffler quelques minutes. Cependant, tout endurant soit-il, il n'est pas inépuisable et a besoin, comme tout le monde, de dormir ses huit heures par nuit et de prendre trois repas par jour.

    Pour finir, aucun des aspects de la mutation de Thomas n'a encore atteint son apogée. Potentiellement capable d'atteindre une vitesse de pointe de 1700 m/s, mach 5 et ce pour une durée de trois heures avant de seulement avoir besoin de ralentir pour récupérer, il lui reste encore bien des applications de sa vitesse à découvrir.
    Enfin, à terme, ses vibrations pourraient être capable de vaporiser à peu près n'importe quelle matière moins résistante que le titane et s'étendre au point qu'il puisse parvenir à vaporiser une maison de taille moyenne, entièrement. Des vibrations qu'il pourrait apprendre à propager dans l'air, sur de courtes distances.



  • Niveaux de maitrise :
    Ce qu'il faut comprendre, c'est que les pouvoirs de Thomas sont comme une extension de lui, un muscle supplémentaire si l'on veut. Une grande partie de sa maîtrise de son pouvoir est purement instinctive.

    Concrètement, accélérer son état, à défaut d'autre mot, ne lui demande pas plus d'effort ou de concentration que de remuer les doigts. Du moins pour une certaine tranche de vitesse, soit entre 800 et 1220 km/h. Un exploit qui lui demande si peut d'efforts qu'il ne réalise pas toujours qu'il l'accomplit. Du moins dans des conditions optimales. Que ce soit la fatigue ou la maladie, ce qui affecte son corps affecte son pouvoir. La fatigue rendra l'effort plus difficile, tout comme la fièvre et les courbatures qui l'accompagnent.
    Si bien qu'il n'est pas rare qu'il se perde dans ses pensées durant des heures avant de se rendre compte que quelques secondes seulement se sont écoulées, ou de taper du pied pied sut le sol si vite qu'on en entend presque plus le battement. Un déclenchement involontaire de son pouvoir qui ne se manifeste que lorsqu'il a l'esprit distrait.
    Une chose qui n'arrive pour ainsi dire jamais lorsqu'il court. Ses yeux et son cerveau fonctionnant à vitesse surhumaine, il maîtrise ses trajectoires particulièrement bien. A son rythme de croisière il peut slalomer entre les voitures sans ralentir, tandis qu'à pleine vitesse le tracé d'une autoroute lui convient mieux, ayant besoin d'une bonne vingtaine de mètres pour prendre un virage à 45 degrés.
    Une maîtrise que certain paramètres peuvent influer. Si les intempéries ne l'handicapent pas vraiment, la pluie tombant pour lui si lentement qu'elle ne forme jamais vraiment un rideau réduisant sa vue, et sa vitesse contrant largement l'influence des vents les plus violents, il reste soumis à la gène du froid crispant son corps, à l'épaisseur du brouillard réduisant sa visibilité. Et si, au delà de 1050 km/h, ni la pluie ni la neige rendent le sol trop glissant pour lui, toute vitesse inférieur le voit aussi soumis à la dure loi de la glissade qu'un autre.


    Sa capacité à faire vibrer son corps, en revanche, est bien moins instinctive, et il en a une certaine crainte. Faire vibrer ses mains lui est facile, certes, mais il ignore globalement le fonctionnement de ce pouvoir, sachant juste qu'il lui faut forcer pour faire éclater des choses de plus en plus dures. Ignorant qu'il peut maîtriser ses vibrations au point d'atteindre des fréquences précises, il se contente de savoir qu'il peut réduire un homme en bouillie et faire éclater en morceaux une vitre blindée.
    Hormis les premiers jours de l'éveil de sa mutation, il n'a jamais perdu le contrôle de ce pouvoir qu'une fois, sous l'effet d'une tempête d'émotions violentes parmi lesquelles la colère et la peur.

    Deux des émotions qui, dans leur manifestations les plus violentes, peuvent influer chaque aspect de la mutation de Thomas. La détresse la plus profonde peut aussi bien le faire se mettre à vibrer sans se contrôler que projeter dans un état de conscience accéléré dans un corps normal, le bloquant dans un monde au ralentit. Partie intégrante de son être, aussi bien physique que mental, ses émotions ont autant d'influence sur son don que sur le reste de sa personne. Et tout comme elles peuvent se manifester de manières totalement différentes. Tout comme la peur qui peut aussi bien paralyser un homme sous la menace d'une arme que lui donner la force de retenir l'armoire qui lui tombe dessus.



  • Lien entre les Pouvoirs : Personnage marvel



Description Physique :


  • Apparence : Relativement grand, un mètre quatre-vingt, et pensant à peine plus de soixante-dix kilos, Thomas est un jeune homme à la silhouette fine. Son corps, taillé pour l'utilisation de son pouvoir, est aussi musclé que fin, si bien qu'il est difficile de dire s'il est athlétique ou juste maigre lorsqu'il porte des vêtements un brin larges. En vérité, en bien des points, il ressemble à ces éphèbes imberbes que l'on appel des mannequins hommes aujourd'hui.
    Au-delà de sa grâce naturelle et de son corps pas désagréable à regarder, c'est son visage qui reste son plus bel atour. Ses traits fins, presque enfantins, sont de ceux dont a fait des œuvres d'arts. Ses lèvres rosées semblent fait pour être embrasser tandis que ses yeux d'un vert émeraude semblent l'être pour que l'on se noie dedans. Même la blancheur de ses sourcils, ou de ses cheveux, courts, au lieu de laisser une sensation étrange sur un homme aussi jeune, ne font qu'accentuer la douceur de ses traits, la pâleur de sa peau. En tout point, Tommy est le genre sur lequel le regard s'attarde. Pire encore, il est du genre à en être conscient.  

  • Signes Particuliers : Depuis toujours la pilosité de Thomas est d'un blanc immaculé. De plus, à l'exception de la couleur des cheveux, il est l'exacte sosie d'un certain William Kaplan.


Caractère :


  • Mental :
    Avant son séjour en prison, il aurait été facile de parler de la personnalité de Thomas. Un jeune parmi des million d'autre, dévoré par la colère que provoquait en lui sa situation familiale. Un môme qui n'a fait que les mauvais choix dans la vie. Menteur, voleur, manipulateur. Il avait tout les défauts et les enrobaient tous dans une forme d'insouciance absolue. Rien n'était important, rien n'avait d'emprise. Aucune règles ne s'appliquaient à lui, pas celles des Hommes du moins.
    Mais ça c'était avant la prison, avant qu'on ne le dépouille de son pouvoir durant trois années entières, avant que ne pèse une mort sur sa conscience. Depuis, le monde est un endroit bien plus réel pour Tommy.
    Aujourd'hui c'est un jeune homme sur le chemin de la rédemption. Pas de religion ici, Tommy croit autant en un dieu qu'au père noël. Mais il entame cette nouvelle chance, cette nouvelle vie, avec la volonté de faire mieux, de faire bien tout simplement. Privé de son pouvoir durant un peu plus de trois ans, il a apprit la patience, mais surtout l'importance que son pouvoir avait en lui.
    Lorsqu'on lui mit le collier, ce n'est pas que sa vitesse qui a disparut, mais toute une partie de lui. Son humour, son impulsivité, sa facétie. Toute une partie de sa personnalité avait simplement disparue, pour laisser place à un tout autre Thomas. Celui-là était un jeune homme inquiet pour le futur, patient et travailleur. Durant cette période, il a grandit, mûrit, plus que durant toute son adolescence. Mais aujourd'hui que ses pouvoirs lui ont été rendu, et avec eux sa liberté, cet aspect de lui refait surface bien malgré lui. Il lui faut donc apprendre de nouveau à se connaître, découvrir ce que ces trois années ont fait au jeune bolide qu'il était.
    Mais si son don le rend impulsif, farceur et même un peu insouciant, il n'en change pas pour autant sa nature profonde. Ainsi il ne cherche pas d'excuses à son passé. Ce meurtre, il l'assume, même s'il n'en parle jamais, ou presque, et toute l'insouciance du monde ne pourrait lui faire reprendre le chemin qu'il suivait autrefois. Pourtant, aussi désireux de changer qu'il soit. Thomas n'a pas plus l'intention de devenir un super-héros qu'un terroriste mutant. S'il va à l'institut c'est pour apprendre, et rester aussi libre que la loi le lui permet.
    Il n'a enfait jamais vraiment compris pourquoi la confrérie et l'institut étaient restés inchangées malgré l'apparition du B.A.M. Le gouvernement reconnaissant les droits des mutants par la création même du bureau, selon lui, aurait dut amener à la fin des x-men, et entraîner l'ouverture d'écoles semblable à l'institut partout dans le pays. Il n'a jamais compris le délire de la Magneto. Même lui doit avoir eut des parents humains. Et même sans cela, il a du mal à comprendre qu'on puisse même avoir des envies de domination mondiale. D'abord parce que ça à l'air d'être un boulot qui ne laisse que peu de temps pour soit, mais surtout parce que ça entraîne beaucoup de morts pour un règne forcément court en comparaison. Définitivement, lui qui fut jugé et arrêté par eux, considère que de tout les groupes s'occupant de la mutanité, le B.A.M reste le plus légitime et le plus sain. Mais il croit aussi que l'institut est une chance, une qu'il a laissé passé une fois, et que c'est ce genre d'école qui pourra faire des mutants des humains comme les autres.
    Pour finir, bien qu'il n'en soit pas conscient, qu'il n'ai jamais put mettre de mots dessus, Thomas a toujours ressentit comme un manque, une absence. Un sentiment qu'il ignore avoir mais qui pourrait le pousser à faire des choses qu'il ne se soupçonne pas être capable d'accomplir.



Histoire :


  • Talents Particuliers : Si Thomas a une certaine prédisposition pour les puzzles et autres jeux d'esprit. A un an d'un master en électronique, il s'y connaît donc relativement bien, assez, du moins, pour pouvoir construire des automates-programmables, tel qu'un drone ou une voiture téléguidée. Par nécessité dans ses études, il a de bons acquis en programmation. Enfin, hormis sa capacité à tout faire aussi vite que la physique le permet, c'est un très bon dessinateur.

  • Possessions : Quelques vêtements et une malle pleine de légos et de puzzles sont toute sa richesse.

  • Biographie :
    Thomas Shepherd a toujours eut une vie troublée. Son histoire n'est pas la plus triste, ni la plus exceptionnelle qui soit, bien au contraire. Il suffit d'en extraire un détail pour qu'elle soit la plus banale qui soit.
    C'est à Springfield, New-Jersey, que le jeune Tommy a grandit. Une petite ville pavillonnaire à quelques kilomètres seulement de la belle New-York. Un cadre de vie aussi paisible que confortable. Il avait pour lui tout les ingrédients pour connaître une enfance épanouie. Pourtant, d'aussi loin qu'il puisse se rappeler, Thomas a toujours été misérable, jamais à sa place. Oh, ce n'était pas le seul enfant à assister aux disputes incessantes de ses parents. Ce n'était pas le premier non plus à ne retrouver rien de ses parents en lui même, à se persuader qu'il avait été adopté. Mais ne pas être unique n'a jamais rien retiré à son mal-être. Mais plus qu'isolé ou accablé, il se sentait en colère. Une colère qui l'a accompagné presque toute sa vie.
    C'est à l'âge de huit ans qu'il fut ramené chez lui, pour la première fois, par des agents de police. Il n'avait que voler des paquets de bonbons au magasin de quartier, le plus anodins de ses délits. Ses parents lui avaient annoncé l'imminence de leur divorce la veille, lui expliquant qu'ils ne vivraient plus tous ensemble.
    Mais tout en colère qu'il fut, Thomas a toujours aimé ses deux parents sans préférence, sans distinction. Alors, tout naturellement, c'est au deux qu'il rendit la vie impossible. Bagarreur à l'école, voleur et menteur, il avait tout juste douze ans lorsqu'il fut placé en maison de redressement pour la première fois. Ce fut le début d'aller-retours incessants. Trafique de drogues douces, vol de voiture. L'adolescence de Tommy ne fut qu'une escalade de l'échelle de la délinquance. Jusqu'à sa dix-septième année.
    Cela faisait deux semaines tout juste qu'il était sortit de son quatrième séjour en maison. Cette fois-ci semblait la bonne. Du moins c'était ce que voulaient bien croire ses parents, et même lui. Avec une scolarité des plus compliquée, il n'entamait que sa première année de Lycée cette année là, mais il essayait. Pour une fois il était resté loin de ses anciennes relations, il faisait ses devoirs, pas si mal, et évitait même de faire les poches de ses petits camarades. Jusqu'à ce jeudi matin.

    C'est en deuxième période, histoire, que ça a commencé. Malgré tout ses efforts de concentration, l'ennui avait remporté la bataille. Thomas était perdu dans ses pensées, rêvant des nuages sur lesquels ses yeux étaient fixés, lorsqu'il sentit un frisson parcourir son corps. Une étrange sensation qu'il sentit glisser du bas de sa nuque jusqu'à sa main gauche, alors sur sa cuisse, et qui y resta. En baissant son regard inquiet, il vit sa main trembler, plus que ça, vibrer, si vite qu'elle en était floue.
    Ça ne dura qu'un instant, si peu qu'il se convainquit, cette fois-là, que c'était un simple tour que lui jouait son esprit. Mais sa théorie s'effondra dans les jours qui suivirent.
    Aucun incident n'était vraiment plus important que le premier, au début. Une fois, en sport, au volley, il lui sembla que le temps ralentissait, le temps d'un battement de cœur, ou encore, sa jambe s'était mise à trembler comme sa main l'avait fait. Cela se produisait si souvent qu'il en était arrivé à mettre cela sur le compte de la drogue qu'il avait put consommer plus tôt dans son adolescence. Peut-être était-ce de l’ecstasy, ou n'importe quelle autre drogue chimique qui avait modifié son cerveau à vie. Peut-être était-il entrain de perdre la tête.
    Et puis le lundi arriva. Son premier cours était l'un de ses favoris, travaux manuels. Ils devaient construire une horloge. Thomas préparait une planche de bois à la découpe lorsqu'il sentit comme une boule le prendre au ventre. Une montée de stress comme il n'en avait encore jamais connue, une décharge d'adrénaline plus forte encore que lorsqu'il s'était fait arrêté la première fois. Cette fois-ci il sentit le tremblement venir, la vibration commencer à agiter ses deux mains. Et alors qu'il tenait la planche des deux mains, il se concentra pour ne pas la lâcher, mais surtout pour ne pas arrêter de vibrer. L'atelier était en pleine activité, si bien que ce ne fut que lorsque le bois éclata dans un fracas que tout le monde remarqua enfin Tommy, les yeux fixés sur ses mains, quelques échardes dans le visage.
    L'absence d'explication amena l'école, aussi bien que ses camarades et ses parents, à croire que quelqu'un lui avait simplement joué un mauvais tour qui avait manqué de très mal tourné. Mais Thomas, ce soir là, se coucha avec une toute autre théorie. Tout le monde savait pour l'existence des mutants, le lien n'était pas difficile à faire. Mais pour ce qu'il en savait, les mutants avaient des pouvoirs précis, comme lancer des rayons avec les yeux ou bien bouger des objets par la pensées. Lui ne voyait pas ce qui pouvait bien relier les tremblements de ses mains à ces moments où le temps semblait ralentir sa course.

    C'est cette semaine là qu'il sécha les cours pour la première fois depuis sa libération. Trois jours de suite, sa pause de midi dura une heure trop longtemps. Au lieu de manger, il s'isolait pour s’entraîner à faire exploser des choses. Bouteilles en verre ou en plastique, crayons, il commençait petit, mais la monté d'adrénaline qui le submergeait à chaque fois était de loin la meilleur chose qu'il avait jamais connu.
    Mais trois heures suffirent, trois heures étaient déjà de trop. Sa liberté dépendant de sa venue en cours, il est étonnant qu'il ait été surpris de voir, le jeudi de cette même semaine, deux policiers devant la porte de chez sa mère. Ce n'est que là que toutes les pièces du puzzle se réunirent enfin, et ce en un seul réflexe, la fuite.
    Se retourner et courir dans la direction opposée, voilà tout ce à quoi il parvint à penser, tout ce qu'il parvint à faire. Mais lorsqu'il s'élança, il ressentit de nouveau cette montée d'énergie en lui, ce rush. Et soudain il remarqua que le sol défilait à toute vitesse sous ses jambes au pas de course, tout comme les maisons. Si bien que lorsqu'il s'arrêta moins d'une seconde plus tard, il se retourna sur plus d'une centaine de mètres qu'il avait parcourut. Il y eut un moment de flottement, juste le temps de tout repasser dans l'ordre. Et Thomas se remit à courir.
    Ce jour là, un choix s'offrait à Thomas. Lui qui résistait à la tentation de retomber dans la délinquance, qui luttait pour être au moins une fois dans sa vie un bon fils, se voyait offrir une liberté d'un nouveau genre. Hors Tommy a toujours eut une relation passionnelle avec la facilité.

    Il aura fallut un peu plus de quatre ans pour que ses parents revoient leur fils. Deux années durant lesquelles il mena sa propre définition, limitée, de la grande vie. Âgé d'à peine plus de 16 ans, il était en pleine crise d'adolescence et soudainement plus rapide qu'une voiture, qu'un train. Il ne lui avait pas pris plus de quelques mois pour maîtriser suffisamment son pouvoir pour jouer les pickpocket à grande vitesse ou vider une caisse d'épicerie sans qu'on ne remarque plus qu'un courant d'air. Pas étonnant alors qu'il ait reprit ses plus mauvaises habitudes.
    Tant et si bien qu'à tout juste 20 ans, munit de faux documents et de beaucoup d'argent, il emménageait en plein cœur de Manhattan. En deux ans à peine il était l'un des meilleurs cambrioleurs de la région, et un dealer qui commençait à avoir une certaine réputation. Tout ce temps il était parvenu à garder son pouvoir secret, si bien que son surnom, Speed, lui venait de la drogue qu'il revendait en soirée et non se sa vitesse. Et tout ce temps il s'était fait des relations, toutes aussi peu recommandables les unes que les autres. Il était riche, enfin pour un gamin de son âge, respecté, et même un peu craint. Mais surtout il était un nom sur la liste des nombreux suspects pour les crimes qu'il avait commit, une liste qui circulait non pas au sein de la police mais du BAM.
    Il aurait put s'en sortir pourtant, il n'y avait jamais de photo de lui en action qui ne soit pas qu'une traînée floue sur la pellicule, et son temps libre lui avait prouvé qu'il pouvait aller partout où il le désirait, disparaître sans laisser de traces. Après tout c'était déjà ce qu'il faisait entre deux larcins. Il avait vu tout ce qu'il s'imaginait beau ou excitant à voir. Il avait été, une une journée, jusqu'en Californie pour visiter les studios de la Fox. Il avait exploré le grand-canyon de long en large, courut sur ses parois. Il avait même remonté le Mississippi en courant dessus, joué au chat et à la souris avec des alligators. Il avait même passé tout une semaine à Londres sans jamais avoir pris l'avion de sa vie. Il était la l'insouciance, la liberté incarnée. Mais plus que tout il était dépendant à l'adrénaline.
    C'est pour cela qu'il n'avait jamais vraiment tout quitté. Le frisson de pouvoir croiser ses parents par hasard, l'excitation d'enfreindre la loi et de s'en sortir. L'argent ne comptait pas ou presque, mais cette dépendance au danger le poussait à chercher des coups toujours plus gros, plus risqués.
    C'est ce qui le poussa a prendre ce qui allait être son dernier job, son dernier crime. C'était son fournisseur qui le lui avait dégoté. Un gros bonnet qui voulait une équipe pour dévaliser une bijouterie. Un boulot facile pour Thomas, à un détail près. Ils étaient cinq sur le coup, et s'il était libre comme l'air, Tommy ne vivait que par une seule règle, ne jamais révéler sa nature.
    Dans ses souvenirs, même pour lui, tout alla trop vite. Un instant la situation était sous contrôle, lui et deux autres types vidaient les vitrines de leur contenu pendant qu'un quatrième tenait le bijoutier en respect et que le dernier attendait dans la voiture, moteur en route. Et puis d'un coup le chaos.
    Il n'y eut qu'un coup de feu. Ce fut comme si le temps s'arrêtait. Thomas se retourna pour voir la flamme au bout du canon de son complice se dissiper, pour voir la balle entrer lentement dans l’œil d'un homme innocent. C'est d'instinct qu'il se jeta sur le tireur. Il ne connaissait même pas son nom, c'était juste un type sous un cagoule. Tommy était envahit par une tornade d'émotions plus violentes que ce qu'il n'avait jamais connut. La peur, la colère, la culpabilité, tout était mélangé pour ne former qu'une tempête de panique. Et ses mains qui tremblaient, plus fort que jamais, tant que la tension dans ses avant-bras lui faisait mal. C'est là que les cris commencèrent. Ceux des deux autres voleurs. Car le tueur n'était plus qu'une masse informe sur le sol, une éclaboussure de sang sur le sol, les murs, Thomas. C'est ainsi que la police le trouva, agenouillé auprès de ce qui avait été un homme, à quelques pas seulement du cadavre d'un autre, dans une bijouterie sans bijoux.
    Le bureau des affaires mutantes reprit l'affaire dès que son nom sortit. Mais tout est vague pour lui durant ces mois là. C'était la première fois de sa vie qu'il blessait quelqu'un physiquement, et voilà qu'il était meurtrier. C'est à son procès qu'il revit ses parents, le seul souvenir précis qu'il garde de l’événement. Ils étaient au fond de la salle d'audience pourtant quasiment déserte. Et pour la première fois il les voyaient se tenir la main, sa mère serrée contre l'épaule de son père. Il remarqua même qu'ils avaient remis leurs alliances. Quatre ans, quatre petites années sans lui et ils étaient retombés amoureux l'un de l'autre. Il en aurait sourit s'il n'y avait pas eut ce regard qu'ils avaient. Plus que de la déception ou de la peine, il avait l'impression qu'ils le regardaient comme il s'était toujours sentit, comme un étranger.

    Plaidant coupable et ayant coopéré avec la police en leur donnant le nom de son commanditaire, il fut condamné à une peine de six ans de prison. Collier inhibiteur obligatoire, si le meurtre l'avait plongé dans un état second, cotonneux, être cloué à vitesse normale termina de le plonger dans la dépression. Il aurait put rester des mois, voir des années, sans avoir même l'envie de se lever de sa couchette. Mais le milieu carcérale à ses propres thérapies. Quelques semaines suffirent à le faire remonter à la surface. Quelques semaines et cinq visites à l'infirmerie.
    Plus pickpocket que gros bras, c'est à la bibliothèque qu'il trouva son refuge. A vingt ans, n'ayant jamais terminé le lycée, c'est en prison qu'il se remit enfin à apprendre. Au début il n'y avait pas de projet, pas de plan. C'était simplement une échappatoire, sa façon d'éviter les ennuis. Son seul but était de faire passer les six prochaines années le plus vite possible, et le moins violemment possible. Et puis il y prit goût. Son abri devenait l'outil même de sa reconstruction.
    Un an après le début de sa peine, Tommy avait trouvé sa place dans le milieu carcérale. Il passait la plupart de son temps à travailler à la bibliothèque, le reste à suivre le programme scolaire proposé par la prison. On le laissait tranquille tant qu'il laissait les autres détenu faire leur trafique dans les rayons de la bibliothèque. Son conseiller, après qu'il eut obtenu son diplôme, l'avait même pris sous son aile. Il l'aidait dans ses démarches pour pouvoir entamer des études d'électronique, tout en préparant le terrain pour sa première demande de conditionnelle. Et puis, à un an de cette fameuse demande, il reçut sa première visite.
    En deux ans, pas un seul ami ou parent n'était venu le voir. C'est ce qui avait facilité l'un des aspects principaux de son plan, repartir à zéro, seul. Mais voilà qu'un mercredi après-midi, on vint le chercher dans sa cellule pour le mener au parloir. Il n'avait jamais vu que son avocat de l'autre côté de cette vitre, jusqu'à ce jour. L'homme était chauve, plus tout jeune, et surtout en fauteuil roulant, il s'appelait Charles Xavier. Ils parlèrent pendant plus d'une heure. Thomas s'ouvrait à lui plus qu'à quiconque, comme si, inconsciemment, il ne voulait rien cacher à cet homme. Il lui parla du meurtre, comment il avait réagit d'instinct avant de se mettre à trembler. Il lui parla de sa conviction de ne pas être le fils de ses parents, de son absence qui les avait réunis. Il lui parla de ses projets, de son envie de vraiment voyager, de travailler pour l'argent qu'il gagnera. Mais plus étrange que cela, il lui parla de son dernier secret, celui qu'il ne voulait révéler à personne. Son manque. Il se rappelle même avoir dut retenir des larmes alors qu'il confessait à cet étranger qu'il avait perdu une partie de lui lorsqu'ils lui avaient mit le collier. Il lui avoua sa frustration constante, son envie de casser quelque chose parce que tout était trop lent.

    Ce n'est qu'un mois avant l'étude de sa demande de conditionnelle que Thomas entendit parler de nouveau de Charles Xavier et de son institut, par la bouche de son avocat. Il lui révéla avoir été contacté par des gens de l'institut, et qu'il avait désormais un garant à sa liberté. C'était le dernier élément qui manquait à son dossier. C'est ainsi qu'à 23 ans tout juste passé, Thomas Shepherd a obtenu sa libération conditionnelle. En échange il s'est engagé à passer au moins les trois années restant à sa peines au sein de l'institut Xavier, où il est inscrit en tant qu'étudiant en dernière année d'électronique, mais aussi en première année de physique, une condition ajoutée par le directeur de l'institut en personne à en croire son avocat. Ainsi commence sa nouvelle vie, étudiant dans une école au sein de laquelle courir vite est bien l'un des exploits les moins impressionnants, mut par une volonté de ne jamais redevenir celui qu'il était.


Avatar : Comics
Personnage Marvel ? : Oui [X] Non []
MultipleCompte? : Oui [] Non [X]
Si oui, Qui ? : Écrire ici
Pseudo : Speed apparemment
Votre Age : 29 ans
Comment avez vous connu le Forum ? : Google

Mot de passe:
 


Dernière édition par Thomas Shepherd le Dim 21 Déc - 8:14, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Thomas Shepherd aka Speed [Terminé]   Dim 14 Déc - 15:46

Bonjour & bienvenu

Tu pourras me croiser sous de nombreux visages et encore plus de noms au cours de tes péripéties sur le forum mais pour l’heure je viens à toi en tant que Moderator, la modératrice rouge (aussi communément considérée comme une admin mais ça c’est une autre histoire). A défaut de pouvoir être aussi rapide que toi, je tâcherai de me montrer vive dans ta modération et c’est pour cela qu’on va commencer rapidement ; avant tout chose, je tiens à préciser que je ne cherche pas à compliquer mais suis compliquée de nature ainsi afin de simplifier au maximum ma modération j’utilise la méthode de fonctionnement suivante : en gras les remarques importantes, en italique les facultatives et en normal le développement de ma pensée. Je m’occuperai de ta partie pouvoir puis, une fois que ça sera fait, un autre viendra prendre le reste de la fiche. Si tu as des questions, sur mes remarques ou sur un autre point du forum, n’hésite pas à me les poser. Une bonne dose de courage et de patience te permettront d’rp très bientôt parmi nous, alors…

Silence, ça pousse !

Pouvoir(s) :
  • Description :
    • Premier point pour moi, tu n’as pas 1 mais 2 pouvoirs ; Marvel fait souvent des amalgames mais sur notre forum, on décompose les pouvoirs à tiroir ainsi te demanderai-je ne séparer la super-vitesse et les explosions tout en indiquant pour chaque la nature du pouvoir. Les réflexes améliorés par la super-vitesse n’en sont pas un à part pour moi, puisqu’il est question de réflexe l’activant permettant par la suite d’avoir les réflexes améliorés.
    • Second point, je n’ai trouvée aucune référence à une éventuelle super-force du personnage de Speed dans le Comics donc ce pouvoir supplémentaire ne sera pas accepté ; retire-le. S’il s’agit de donner une équivalence de puissance par rapport à une super-force lorsqu’il utilise sa vitesse, précise-le dans le pouvoir concerné et non dans un pouvoir annexe. Attention cependant à la cohérence.
    • Troisième point, la description en tient à ce que ton personnage est capable de faire actuellement, la maitrise à comment il peut le faire, ainsi même si tu parles des évolutions à venir distingue-le bien du reste (par un paragraphe en fin de description par exemple) et précise qu’il s’agit d’évolutions.
    • Super-Vitesse :
      • Agir au-delà de la vitesse du son me pose problème : que ton personnage puisse la dépasser, ok, mais qu’il puisse « effectuer n’importe quelle action à des vitesses supersoniques » alors même que tu expliques plus loin qu’il n’a pas besoin de s’accélérer entièrement pour le faire… c’est incohérent. Outre qu’atteindre la vitesse du son déclenche une onde de choc potentiellement destructrice pour les objets alentours, condamnant par exemple toute construction d’ordinateur puisque les composantes seraient endommagées et pouvant blesser les gens autour de lui, le fait de pouvoir le faire sans accélérer son cerveau est incohérent puisqu’il n’aurait aucun moyen de contrôler l’action qui se passe : le fait de tapoter ses doigts sur sa cuisse implique un intervention du cerveau, ce n’est pas purement mécanique comme un réflexe, donc si le cerveau n’est pas suffisamment rapide pour ordonner le geste ce dernier ne devrait pas pouvoir exister. Edite afin de rendre cela cohérent.
      • De ce que j’en ai lu, Speed est capable d’atteindre les mêmes vitesses que Vif-argent ; hors la version que tu nous donne tiens plus d’un Flash que d’un Quicksilver. 430km/s c’est égale à 1.548.000km/h, et c’est grosso-modo 430.000 fois plus rapide que la plus rapide des balles ; à son maximum, Pietro Maximoff atteignait Mach 5, soit 6.115km/h environ. Ton personnage connaitra cette même limite.
      • Donne les temps nécessaires pour atteindre certaines vitesses symboliques afin que l’on puisse se faire une idée de ses accélérations. Je pense particulièrement aux 100km/h et à Mach 1.
      • Définit ses vitesses d’endurance et de sprint ; je pense que c’est déjà ce qui est entendu par « vitesse de trot » mais je tiens à expliciter au maximum afin que tout le monde comprenne la même chose.
      • Dans son adaptation à la vitesse, tu n’inclues pas l’adaptation à la raréfaction de l’oxygène, c’est normal ?
      • Explicite la super-résistance qu’il développe lorsqu’il court : qu’il ne se blesse pas plus en cas de chute qu’un coureur normal, ok, mais comment cela se transpose aux éventuels coups qu’il recevrait ? Il est toujours vulnérable aux énergies et aux balles, ok, néanmoins il y a des coups physiques, notamment avec les super-forces, qui sont tout aussi destructeurs voir plus encore.
    • Explosions chronokinétiques :
      • Donne une puissance pour les explosions qu’il génère ainsi.
      • Donne toutes les matières qui sont immunisées à sa capacité ou l’échelle maximum de ce qu’il peut détruire ainsi.

  • Niveau de Maîtrise :
    • Citation :
      Il n'est pas rare qu'il se perde dans ses pensées durant des heures avant de se rendre compte que quelques secondes seulement se sont écoulées, ou de taper du pied pied sut le sol si vite qu'on en entend presque plus le battement. Car non, le pouvoir de Thomas n'agit pas forcément sur tout son corps à la fois. Bien qu'il ne maîtrise pas encore le phénomène, il peut très bien faire accélérer le fonctionnement de son cerveau sans bouger le reste de son corps plus vite que la norme, et inversement il peut bouger ses pieds ou ses mains à une vitesse défiant l'humanité sans avoir à faire fonctionner son cerveau plus vite. Un phénomène qu'il pourrait, avec le temps, apprendre à contrôler réellement, mais qui ne se manifeste, pour le moment, que de façon certes pratique mais inconsciente.
      A éditer fonction de la partie précédente.
    • Citation :
      Ainsi il maîtrise parfaitement sa vitesse et ce jusqu'à atteindre son record actuel de mach 5. Une vitesse qu'il peut maintenir, pour le moment, une bonne vingtaine de minutes avant de devoir souffler un coup.
      Cela va dans la description.
    • Citation :
      tout comme il ignore être capable de dépasser sa limite de mach 5
      A supprimer.
    • Quels sont les impacts des différentes émotions sur les utilisations de ses pouvoirs ?
    • Quels sont les choses qui compliquent la maitrise des pouvoirs de ton personnage ? Je pense particulièrement à la fatigue, une éventuelle blessure ou encore un environnement particulier (météo et ses conséquences, etc.)


Voilà pour mon premier passage, relativement court pour un Marvel. Je n’ai pas encore de pronostique pour le nombre de passages restant, néanmoins ta fiche est de qualité même si elle traduit pas mal une tendance GB. Rien de bien grave, je parle en connaissance de cause, il faudra juste s’y modérer et surtout, ce qui risque de te poser le plus de problème, rendre le tout cohérent ; ce n’est pas la spécialité de Marvel, c’est un fait, mais c’est le parti-pris de notre forum. Je te remercie également de mettre les modifications en couleur pour qu’elles soient plus facilement repérables.

N’hésite pas à me contacter au besoin.

Amycalement

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Shepherd

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 12/12/2014

MessageSujet: Re: Thomas Shepherd aka Speed [Terminé]   Lun 15 Déc - 15:22

Bonjour et merci

Alors, d'abord, il me semble avoir apporter les différentes modifications. Je me suis permis de rajouter un petit paragraphe pour l'endurance.
J'attend la prochaine salve Smile

Et parce que je suis un peu chipoteur dans l'âme, maitenant qu'il est acquis que je ne remet pas en cause la modération et que je m'y soumet entièrement...
Chipotage !!! Alors le truc le moins défendable en premier comme ça ma mauvaise foi sera satisfaite. La super-force, en fait ça sort du fait qu'il est suggéré tout partout qu'il a exactement les mêmes pouvoirs que Quicksilver, et qu'il lui arrive de transporter deux personnes, et franchement c'est pas avec son gabarit que c'est possible. Du coup l'explication logique c'était qu'il ait aussi hérité de la force légèrement surhumaine de tonton.

Mauvaise foi : Check !

Ensuite pour la limite de vitesse, qu'encore une fois je ne cherche pas à contester, c'est juste pour le plaisir d'argumenter. Dans les comics, quand il est dit qu'il est rapide du genre vif-argent, c'est à la période où Pietro est connu pour avoir parcourut la moitié de la planète en 92 secondes et avoir prit de vitesse un éclair. Du coup, j'avais plutôt l'impression de revoir le personnage à la baisse, et en le dépouillant de l'aspect "le gouvernement m'a entrainé pour être une arme".

Ceci étant dit et mon besoin de chipotage assouvit, merci pour a promptitude de la modération Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Thomas Shepherd aka Speed [Terminé]   Mar 16 Déc - 16:28

Pour te répondre dans l’ordre :
Thomas Shepherd a écrit:
La super-force, en fait ça sort du fait qu'il est suggéré tout partout qu'il a exactement les mêmes pouvoirs que Quicksilver, et qu'il lui arrive de transporter deux personnes, et franchement c'est pas avec son gabarit que c'est possible. Du coup l'explication logique c'était qu'il ait aussi hérité de la force légèrement surhumaine de tonton.
Cela irait donc dans la super-vitesse, non-pas un pouvoir annexe mais une possibilité de cette dernière, un peu comme sa résistance : quant il court, il peut transformer jusqu’à deux personnes pour un total de poids n’excédant pas un certain nombre de kilogrammes. Cela, ça peut, après garde la mesure sur le poids qu’il pourrait ainsi transporter vu que 2 personnes c’est rarement 200kg.

Thomas Shepherd a écrit:
Ensuite pour la limite de vitesse, qu'encore une fois je ne cherche pas à contester, c'est juste pour le plaisir d'argumenter. Dans les comics, quand il est dit qu'il est rapide du genre vif-argent, c'est à la période où Pietro est connu pour avoir parcourut la moitié de la planète en 92 secondes et avoir prit de vitesse un éclair. Du coup, j'avais plutôt l'impression de revoir le personnage à la baisse, et en le dépouillant de l'aspect "le gouvernement m'a entrainé pour être une arme".
De ce que j’en ai lu, c’est avec l’Isotope E que Quicksilver atteint les Mach5, sinon il est limité vers les Mach1. De plus étant dans un univers réaliste, dire qu’un personnage a parcourut la moitié de la planète en une minute trente est plus problématique que classe considérant tous les effets secondaires que pourraient avoir une telle vitesse sur l’environnement parcouru, il faut savoir se modérer surtout à la première inscription. Il y a toujours possibilité d’évoluer en cours de jeu tant que l’on ne dépasse pas les limites du comics.

Pouvoir(s) :
  • Description :
    • Super-Vitesse :
      • Indique la nature du pouvoir : offensif, défensif ou passif.
      • Si j’ai tout comprit, sa vitesse de « marche » est 800km/h, sa vitesse de prise d’élan 1.200km/h, et les deux autres sont présentées comme telles ; explicite-le.
      • Combien de temps peut-il maintenir sa vitesse maximale de Mach 3 ?
      • Rallonge les délais pour passer d’une vitesse à l’autre. A Mach 2 il faut moins d’une seconde pour traverser 500m donc le temps mit et la distance parcourue ne sont.
      • Citation :
        C'est bien avant cela, 1050 km/h, que sa vitesse lui permet de courir sur l'eau ou bien sur des surfaces verticales. Un exploit qu'il ne peut accomplir qu'à condition de maintenir une vitesse constante, ou d'accélérer, plus particulièrement lorsqu'il s'agit des surfaces verticales, la décélération équivalant à la chute.
        Un paragraphe entier pour parler de ces possibilités serait plus cohérent à la lecture et ferait moins « rajout » ; rajoute-le. A mon avis, cette particularité secondaire va plutôt avec le réflexe d’activation de la super-vitesse, dans un passage « applications particulières » en gros.
      • Donne les résistances en classe fonction des Mach, qu’on ait une idée de la progression et qu’on puisse facilement comparer irp.
      • Citation :
        pouvant même entretenir une conversation en faisant un footing, pour peu que quelqu'un aille assez vite pour lui répondre.
        C’est incohérent, on ne peut pas converser en courant plus vite que le son vu qu’il est justement plus lent que nous, même si l’on ne manque pas d’air. Supprime ce passage.
    • Explosions chronokinétiques :
      • Indique la nature du pouvoir (offensif, défensif ou passif) et aujoute-le dans ton profil de personnage.
      • Donne une puissance maximale pour les explosions qu’il peut générer ainsi.
      • Donne les temps nécessaires à faire exploser les choses et s’il doit avoir un contact avec elles.
      • Donne l’impact d’éventuelles super-résistances sur sa capacité à endommager les organismes physiques.
      • Précise quelle est la matière la plus dure qu’il puisse ainsi détruire.
      • Quelle est la superficie maximale qu’il puisse détruire ?
    • Super-endurance :
      • Indique la nature du pouvoir (offensif, défensif ou passif) et aujoute-le dans ton profil de personnage.
      • Pour moi, cette capacité n’a pas réellement à faire l’objet d’un pouvoir à part entière mais aurait plus sa place dans la super-vitesse, d’autant plus qu’elle donne des indications sur les limites de cette dernière dont certaines t’ont été demandée. Si tu choisie cette option, ignore la première remarque faite sur ce pouvoir.
      • Citation :
        Cependant, tout endurant soit-il, il n'est pas inépuisable et a besoin, comme tout le monde, de dormir ses huit heures par nuit et de prendre trois repas par jour, si ce n'est quatre ou cinq.
        Si l’utilisation de sa mutation entraine une surconsommation d’énergie chez lui, précise-le.

  • Niveau de Maîtrise :
    • Citation :
      Ses yeux et son cerveau fonctionnant à vitesse surhumaine, il maîtrise ses trajectoires particulièrement bien. A son rythme de croisière il peut slalomer entre les voitures sans ralentir, tandis qu'à pleine vitesse le tracé d'une autoroute lui convient mieux.
      Explicite s’il s’agit de ne plus arriver à courir autrement qu’en ligne droite à cause de la vitesse ou s’il peut tout de même, moyennant plus de difficultés, faire des slaloms et autres.
    • Quels sont les impacts des différentes émotions sur les utilisations de ses différents pouvoirs ? Si elles n’ont pas d’impact précise-le, après ce serait incohérent vu que la maitrise de ton personnage est instinctive, donc liées à son ressenti et ses impressions.
    • Quels sont les choses qui compliquent la maitrise des pouvoirs de ton personnage ? Je pense particulièrement à la fatigue, une éventuelle blessure ou encore un environnement particulier (météo et ses conséquences, etc.)


Seconde slave faite, avec quelques redites de la précédente même si elle est globalement moins longue. Encore 2-3 passages et ça devrait être bon pour moi.

Amycalement

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Shepherd

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 12/12/2014

MessageSujet: Re: Thomas Shepherd aka Speed [Terminé]   Sam 20 Déc - 13:46

Voilà voilà, j'ai essayé d'être plus clair et complet. Désolé pour le temps que ça prend mais j'y consacre autant de temps que possible.

Edit : j'ai réalisé ce matin que j'avais oublié les effets des vibrations sur le corps humain, je l'ai rajouté rapidement. J'espère que ça n'est pas trop gênant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Thomas Shepherd aka Speed [Terminé]   Lun 22 Déc - 13:30

Nope, je dirais même que plus c’est explicite mieux c’est.

Pouvoir(s) :
  • Description :
    • Super-Vitesse :
        Ok
    • Explosions chronokinétiques :
      • Citation :
        alors qu'il lui faut cinq minutes pour faire de même à un bloc de 60 mètres cube de verre
        Baisse la puissance.
      • Donne les temps en fonction du volume est une bonne idée néanmoins il faut le faire de façon générique plus que pour un cas unique.
      • Donne le temps qu’il lui faut pour tuer un être humain et l’impact de la densité sur celui-ci.
    • Super-endurance :
        Ok

  • Niveau de Maîtrise :
      Ok


Bon, encore 1-2 passages et ça devrait être bon pour moi !

Amycalement

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Thomas Shepherd aka Speed [Terminé]   Lun 29 Déc - 12:41

Bonjour,

Voici une semaine qu'il n'y a pas de retour sur cette fiche. Si on n'a pas de nouvelles d'ici une semaine elle sera placée dans les refusées. Si tu as besoin d'un délais supplémentaire, n'hésite pas à simplement le dire à la suite tandis que si tu es dans l'impossibilité de poursuivre la modération actuellement, tu peux demander à ce qu'on la place dans les fiches en attente.

Merci de ta compréhension.

Amycalement

EDIT : fiche refusée faute d'activité

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Thomas Shepherd aka Speed [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Thomas Shepherd aka Speed [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Thomas Gordon
» Corvée terminée !!!!
» Quels sont ces produits MAC que vous avez terminé?
» Thomas Fabius en garde à vue.
» Speed

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Avant de commencer... :: Le Bureau des Inscriptions :: Fiches refusées-
Sauter vers: