AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Ven 20 Fév - 21:24


Je m'appelle Jade, je ne suis pas une survivante de Bleeker.

Je n'ai pas l'habitude de parler de moi encore moins d'écrire mais on m'a conseillé de le faire, ce qui m’agace parce que je ne sais pas si c'est lignes sont destinées a être lues ou non. L'écriture n'est pas une science exacte, la consigne est obscure ou incomplète ce qui a le don de me froisser. Il me faut toujours une explication ou un but. Sans explications, on ne peut pas comprendre et sans but on ne peut avancer.
J'essaye de comprendre comment l'attentat de Bleeker a eu lieu, j'y arrive en superposant une série de faits pratiques et de faits subjectifs comme l'idéalisme ou le fanatisme. C'est un acte social et politique, c'est une science qui a des explications dans l’Histoire immédiate, je comprend cela. Ce geste politique privé de moral est compréhensible sous critère du comportement observable. C'est un fait, ça me parle.
Pourquoi j'y suis morte ?
C'est un autre problème qui me ronge. Il n'y a aucune logique à la fin de la vie, aucune logique a prendre un métro un soir et à y perdre la vie. Quel est dès lors le but d'une vie si on doit la perdre sans raison, à tout moment ? Ca n'a ni sens, ni explications : c'est une obscénité à mes yeux. J'ai tout fait pour prendre le chemin qu'on m'a indiqué, tout fait pour tenter de m'ouvrir aux autres, de montrer mes blessures et de les accepter plus ou moins, j'ai oublié la colère, désappris la haine. J'ai même finit par aimer, par ressentir une chaleur dans le vide qui m'habitait. Je ne crois pas avoir démérité, j'ai mon caractère et mes défauts, je les connais, j'essaye de travailler contre eux. Je vous assure que j'essaye réellement, c'est important pour moi.
J'ai même commencé à rêver, à m'imaginer dans une autre vie, une autre optique avec des couleurs plus vives, un ciel moins sombre. Dès lors pourquoi ? Pourquoi moi plutôt qu'un autre ? Est ce le destin d'un trop plein de noirceur ? J'ai tué des gens, je le sais comme je sais que je mentirais en écrivant que je regrette. Je n’éprouve pas de remords, c'est hypocrite une fois que les choses sont faites. Est pour ça ? Est ce une sorte de retour du bâton ? Ce qui voudrait suggérer que quoique je fasse, cette noirceur me définira à jamais comme une tache indélébile sur l’âme. Il n'y a pas de rédemption, pas de pardon, rien d'autre qu'une mort méritée.
Ou alors c'est juste un jeu du sort débile, un univers sans logique ou la mort frappe à l'aveugle et surtout sans raison. Il ne peut pas y avoir de « sans raison » c'est juste inadmissible, je ne tolère pas l'incertain le hasard, ils n'ont pas de place dans mon univers parce qu'ils ne respectent aucunes règles.
Je n'ai pas de réponses a ces question et on m'explique que je n'en aurais jamais.
J'ai été ramené parce que je suppose être l'amour. L'Amour de mes mères, l'amour de ma marraine. Qu'est ce que je dois faire de cette vie ? Comment trouvé le courage de continuer si tout est encore balayer brutalement en un instant ? Comment se montrer forte quand on crève de trouille intérieurement ? Je sais mieux que quiconque me murer dans le silence et y demeurer, les gens prennent ça pour de l'isolement, de l'abandon, une sorte de jeu masochiste de finir seul. Mais le silence n'est rien d'autre que du doute lorsqu'on doit toujours se montrer forte pour les autres, se montrer inattaquable ? Le silence, la solitude : c'est de la souffrance pas du dédain ni de la prétention. On me dit : tu devrais apprendre à dire les choses, à t'ouvrir aux autres...Je répond apprenez à comprendre, à voir les autres au lieu de vous complaire dans votre égocentrisme car l'amitié, l'amour ne se mendie pas, ne se demande pas. Et vous, vous ne voyez que ce qui vous arrange et moi je me cloître dans le Silent World. J'en ai conscience et vous ?
J'ai fait une crise de syndrome de répétition. Depuis on me prend pour une dingue, pour une folle. On dit que c'est médical, qu'on doit me soigner, que je dois en parler comme si ...comme si ca changeait les choses. La peur ça ne se soigne pas, la peur ça s'apprivoise.
Je ne sais pas de quoi mon lendemain sera fait mais je sais que je vais enterrer ça au plus profond de moi et ne plus y revenir mais je sais que l'obscurité me fera toujours trembler, me rendra toujours fébrile, que la terre au dessus de moi pèse comme sur le couvercle de mon cercueil.
Je ne suis pas folle, non, j'ai peur.


Je l'avais dit, c'est débile d'écrire : ça ne sert qu'à se faire du mal.





Fin de Garde Malade
Revenir en haut Aller en bas
Ninon Lenoir
Élève à l'Institut Beta
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 09/07/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Sam 2 Mai - 22:34

Josie

Pour information, si on pouvait l’entendre, Josie elle aurait la voix et les intonations de Brigitte Lecordier pour Son Gohan enfant.
Par exemple...


Dimanche 5 avril 2015
Fin de journée

Josie:
 

_ Squik! Squik! Squik!

_ Oui ma jolie Josie, moi aussi je suis heureuse. Tu vas voir, tu devrais de plaire dans ton nouveau chez toi, je vais te présenter à Jade, c’est ma Souricette, mais ça ne veut pas dire qu’elle est un rongeur!

_Squik?...

Josie:
 

_ Squik!
_ Ah! Josie, non, sors de dans ma manche! Et tes griffes...hirgh!

Josie:
 

_ Squik… Squik?

_ C’est Josie.

Presque aussi comblée qu’une enfant venant de trouver un trésor, c’était la seule explication que Ninon avait trouvé pour justifier la présence de la petite chose tremblante, blottie au creux de ses mains tendues vers Jade.
Un quinzaine de centimètres de longs pour à peine 500 gramme d’amour, la trouvaille avait ses poils noirs ébouriffés d’une manière tout à fait originale puisqu’à sa taille se trouvait une raie perpendiculaire à la longueur de son corps, et qui séparait son pelage en deux partie pour former une collerette sur ta tête, et une adorable petite toupette sur ses fesses. Et puis il y avait ses yeux, deux minuscules perles noires qui avaient l’air de fixer tout et n’importe quoi à la fois.
La bête était clairement plus terrifiée terrifiante si l’on en croyait son regard figé,  mais la Souricette risquait de ne voir que les mauvais côtés, comme les crottes ou les poils…

Josie:
 

_ Squik!

_ On peut l’adopter? Dis? C’est Angelica, tu sais la jolie brune au bout du couloir, elle retourne chez elle demain, et comme elle est péruvienne, elle a peur que Josie finisse en rôti. Du coup je lui ai dit qu’on l’aimerait et qu’on en prendrait soin.
Je sais ce que tu vas dire. Tu vas essayer de me parler de Pupuce, et que, si je ne suis déjà pas capable de m’occuper d’une fleur, comment je pourrais m’occuper d’un animal qui bouge sans le tuer aussi?
Mais Pupuce ce n’était pas pareil, parce que … parce que ce n’était pas le bon moment. Là je me sens mieux, beaucoup mieux même, alors je me suis dit qu’elle pourrait être notre petit bébé?
Je te promet que je ne la jetterai pas par la fenêtre.
Et puis comme ta mère doit te causer du souci, Josie pourrait peut-être te changer les idées parce qu’elle ne parle pas, elle est gentille, elle ne se plaint pas et elle ne demande rien à part un peu de graines.
Angelica m’a même certifié qu’elle ne mordait pas, et qu’elle essayait de ne pas faire ses besoins partout, donc tu vois, elle est propre comme toi, et si jamais elle fait trop de bruit, on pourra mettre sa cage dans la salle de bain la nuit, pour ne pas qu’elle te dérange. J’ai pensé à tout et je m’occuperai de la partie hygiène si tu veux, je m’arrangerai pour que tout reste propre, comme ça tu n’auras plus qu’à lui faire des câlins en s’extasiant devant elle.


Josie:
 

_ Squik?...

_ En plus tu as vu? Elle te ressemble, elle a le poil et les yeux noirs, comme toi.

Josie:
 


_ Je me suis dit que c’est un peu comme une Souricette 2.0, parce que tu vas partir faire de la science et moi j’aurais perdu ma Souricette Originale. C’est pour ça que j’ai décidé que ça serait elle notre Josie, parce que quand tes yeux noirs ne seront plus là, il me restera les siens. Et aussi parce que ça m’étonnerais que tu apprécie de me voir débouler à l’autre bout du pays avec Aislinn pour te sauter dessus trois fois par jours. Tu auras des choses plus importantes que des câlins à faire, Josie elle elle s’en fiche, elle n’a que ça à foutre de ses journées de toute façon, ça l’embêtera moins que toi…
Tu veux la prendre?


Josie:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Dim 14 Juin - 6:52

Je ne trouve un certain réconfort que dans la lecture d'ouvrages scientifiques. Mon esprit est un chant de bataille où s'affrontent quarante idées à la fois, et de ces quarante idées naissent une centaine de questions qui ne trouvent comme réponse que l'écho du chaos. La quête du savoir n'est qu'un paravent derrière lequel je me cache, l'instruction n'est qu'une diversion pour calmer le vide au fond de mon cœur.
Je souffre d'être humaine, je souffre d'être moi même embourbée dans mes propres contradictions, c'est un mal être qu'on ne partage pas. C'est une solitude sur laquelle on échange pas parce qu'on ne peut pas y mettre de mots et les mots du cœur ne sont pas mon apanages, je ne sais pas faire et je crains de ne jamais savoir.
Je ne sais pas ce que je veux.
On peut passer sa vie à attendre quelque chose ou quelqu'un, vous savez ?
C'est un peu ça.
C'est une mélancolie qui vous gagne et vous grignote, je suis sur le quai d'une gare et j'attends un train, c'est tout ce que je sais.
En attendant, je joue mon rôle, un rôle que je maîtrise parfaitement et qui je pense en aveugle pas mal tant ils sont eux même englués dans leurs habitudes et routines
Finalement, on attend des autres qu'ils soient exactement ce qu'ils doivent être à nos yeux non ? Est ce à dire qu'ils en sont heureux ? Je ne crois pas, le malheur arrive vite.

Comme à son habitude elle tempête en entrant dans la chambre et brise cette quiétude silencieuse troublé par les cris des jeunes dans le parc et le ronronnement familier de la vie du bâtiment. Je lève mon regard de ma liseuse avec un désintérêt certain et j'accroche ce dernier sur la chose incongrue qu'elle tient dans ses bras.
J’écoute alors sa longue plaidoirie avec attention, trouvant à chaque fin de phrase un contre argument logique que je garde en tête.
Ca va être long et épuisant. Une ninon surexcitée c'est toujours compliquée à ramener sur terre et je considère avec circonspection cette nouvelle intrusion et source de problèmes en devenir avant de souffler légèrement.
A quoi bon ? Elle a nouveau jouet, la vie n'est qu'un ballet de ce genre de choses après tout. Je repose mon regard sur ma tablette en réajustant ma position allongée sur mon lit avant de murmurer.

Fais comme tu veux mais gardes à l'esprit que c'est TA bébête et donc TON problème, c'est donc ta responsabilité et ta charge de t'en occuper et de garder cet endroit PROPRE et SAIN comme on en a convenu.


Je n'aime pas les bêtes, je ne fond pas devant les petites boules de poils, ce sont des poids encombrants et des déversoirs à affection dont je me passe largement. Sa comparaison cependant me fait lever un sourcil de circonspection.

Je rêve ou tu me compares à ca ? Saches que ca ne mange pas « de graines » , il lui faut une alimentation variée et complète et...les cochons d'Inde tout comme les lapins ont coutume de manger une secondes fois leur crottes car ils digèrent mal les nutriments. M'as tu vu manger mes excréments ? C'est parfaitement ignoble !
Je n'ai pas de poils noirs ! ….Enfin si ...mais ca ne te regarde pas ! Je sais m'épiler, mes jambes sont mon plus bel atout, inutile je concède mais bon...elles sont nettes et soyeuse au toucher et non c'est pas une invitation.
Quand à mes yeux, vous m’emmerdez à me balancer ça à tout va. OUI ils sont noirs, oui c'est rare et après ? Certains pourraient trouver cela charmant et pas seulement des satanistes...
Donc non, je n'ai rien en commun avec cette chose et je ne veux rien avoir en commun avec, c'est sale, ça pue et ça à le QI d'une classe d'élèves de l'institut...ou du corridor du dortoir des garçons.


La suite est plus personnelle et me fait du mal. Elle me rappelle combien les liens que je tisse sont fragiles et combien le temps nous est compté. Partir à l'aventure m'attire c'est vrai mais quitter les ruine d'un endroit où j'ai été heureuse est une autre pair de manche. Je crains de me retrouver encore plus seule qu'auparavant. Encore plus désespérée. Elle croit que ça m'amuse, que ça ne me fait rien de partir de la quitter...elle.
Est-elle en train de me dire que cette boule de poils serait ma « remplaçante »...Sa relation avec Miss Cylon était la première étape d'un plan plus complexe et plus cruel. Ca me blesse infiniment. Sans doute parce que je suis incapable de répondre à ce trouble émotif, de faire le ménage dans le chaos des émotions.
Avec un geste nerveux je me redresse sur le lit et me gratte le bras inconsciemment, signe d'un dérangement nerveux qui prend la forme d'un TOC incontrôlable.
J'ouvre la bouche mais rien ne peut sortir alors je fais au plus urgent.

Non...j'en veux pas...c'est ta bête, pas la notre...Tu as raison, de toute façon...je vais partir, alors...fais ce qu'il te plait.

Je me redresse et la contourne, allant mettre mes sandales.

J'ai des trucs à faire.

Je ne lui laisse pas véritablement le temps de me répondre, ouvrant la porte avant de m'engouffrer dans le corridor et de basculer en invisibilité aussi tôt. Je ne veux pas qu'on me voit comme ça, qu'on voit cette expression terrible de colère, de tristesse et de contrariété déformer la neutralité de mon visage. Je n'en veux pas à Ninon, elle vit sa vie, tout simplement. Je m'en veux à moi de ne pas savoir m'exprimer, d 'être paumée dans mes émotions.
Parfois, je pense...que c'est bien plus simple d'être un cochon d'Inde.
Bien moins prise de tête que de ressuçer ses crottes comme une chuppa Chups.
Poils et yeux noirs, ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Ninon Lenoir
Élève à l'Institut Beta
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 09/07/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Dim 14 Juin - 22:31

Jade n’avait pas aimé Josie, elle l’avait à peine regardée, sans lui prêter le moindre intérêt. Elle n’y avait vu qu’un parasite et une source d’ennuis. Le truc, le machin, la chose, la nouvelle lubie de la neuneue de service qui avait peu à peu baissé les épaules sous le coup de la déception. Nini perdit aussi son sourire et son enthousiasme alors que Jade, lancée comme un boulet de démolition, détruisait un à un ses arguments.

_ Non...j'en veux pas...c'est ta bête, pas la notre...Tu as raison, de toute façon...je vais partir, alors...fais ce qu'il te plait.

_ Quoi?

La voix blanche, Ninon sentit les larmes monter à ses yeux alors qu’elle les tourna vers Jade avec incrédulité. N’avait-elle donc rien écouté? Rien compris? Ca n’avait jamais été une question de ce qui lui plaisait à elle, mais de ce qui leur plaisait à elles, toutes les deux. Cela avait été une question de partager quelque chose en plus, même toute petite, même infime. Que ce fusse un rongeur, une plante ou un dessins. Cela avait été une question de faire sortir à Jade le nez de tous ces livres qui la submergeaient chaque jours de nouvelles questions jusqu’à la dévorer. Cela avait été une question d’essayer de faire quelque chose, n’importe quoi, pour lui changer les idées.
Josie, ce n’était juste qu’une petite thérapie noire et soyeuse qui lui auraient permis de contempler l’insouciance de la vie l’espace d’une minute pour respirer et changer d’air.
Josie, ce n’était juste qu’une petite thérapie noire et soyeuse qui aurait permis à Nini de ne pas tourner en rond une fois la souris partie.
Josie, ce n’était juste qu’un cochon d’Inde après tout...

_ J'ai des trucs à faire.

_ Quoi? Mais non…

Ninon n’eut pas le temps d’attraper sa main pour la retenir que Jade avant déjà enfilé ses sandales avant de s’engouffrer dans le couloir sans un regard en arrière. Souricette était partie, ou plutôt, s’était enfuie, la démarche et les épaules raides d’émotions trop contenues. La française s’essuya les yeux d’un revers de sa main avant de prendre sa suite, sans la voir puisqu’elle avait disparu de toute façon. Le Silent World était tellement plus simple que la discussion.

_ Jade!

A quoi bon crier quand il n’y a personne pour vous entendre? Parce que cette fois-ci, il y avait quelqu’un pour l’entendre, et il était hors de question que Ninon mime son âme soeur en se terrant elle aussi dans l’ombre.
Hors-de-ques-tion!
Elle perdit ses yeux dans la direction des escaliers où la porte n’avait pas encore claqué. Jade était toujours là, au beau milieu du couloir, perdue dans l’enfilade de porte, mais peu importait où, de toute façon elle entendrait cette petite voix qui finirait par se briser.

_ Jade! Pourquoi tu… enfin …
Jade c’est juste qu’un cochon d’Inde à la fin! De quoi tu as peur? Elle ne va pas te manger, elle ne va pas changer ta vie, comme elle ne va pas changer la mienne! C’est un rongeur qui en a pour au maximum encore 6 mois à vivre!
Qu’est ce que tu crois? Qu’elle va te remplacer? Comment tu voudrais qu’elle y arrive?! Comment tu voudrais que n’importe qui y arrive?!
Jade, on ne remplace pas les gens avec des animaux, alors je te jure que tu as intérêt à être là et à écouter!
Je sais bien que Josie n’est pas la seule raison pour laquelle tu t’enfuies. Tu n’aimes pas non plus mon affection pour Sage, mais tu vois, ce sont des choses qui arrivent.
L’amour c’est pas un vulgaire gâteau qu’on divise, ce n’est pas l’une de tes statistiques creuses comme celles que tu as dans tes bouquins sans images!
L’amour c’est pas palpable, c’est pas quantifiable, c’est pas mathématique. C’est un sentiment qui vient de l’intérieur et qu’on peut démultiplier à l’infini.
Jade!
L’infini! Tu entends? Ca te parle comme notion? Parce que tu vois, l’infini ça ne s’arrête pas, jamais. L’infini c’est comme l’univers, c’est constamment en expansion!
Alors tu comprends? Que j’aime Sage ne veut pas dire que je t’aime moins, que j’ai moins de place pour toi ou peu importe ce dont tu as peur. Je t’aime, et ce peu importe que tu sois ici en train de bouder sur ton lit, ou en train de t’arracher les cheveux dans une université de boutonneux à l’autre bout du pays, ou encore que tu sois perdue avec Aislinn au beau milieu de l’Irlande!
Je t’aime, c’est tout, et je l’aime aussi.
Seulement, toi tu pourras me cracher à la figure toutes les méchancetés du monde, je ne t’en voudrai jamais. Tu pourras être aussi silencieuse que tu voudras, mais j’aurais toujours la patience d’attendre que tu prononce un seul mot!
Par contre ne me fuis pas, parce que là, je ne sais pas quoi faire...
Jade, je t’assure que des fois, j’aimerais vraiment t’en vouloir, mais j’y arrive pas...
J’aimerais vraiment me dire “tant pis” et arrêter de me retourner le cerveau, mais j’y arrive pas parce que je tiens tellement à toi et je n’arrive même pas à imaginer t’abandonner, infecte ou pas.
Mais il faut que tu me parle.
Je peux t’attendre, je peux danser et chanter avec toi, tant pis si on a l’air ridicules, on s’en fiche!
Je peux te parler et je peux t’écouter, peu importe ce qu’on aura à dire.
Je peux saigner du nez quand tu essaieras de me parler d’Aislinn, Caitlyn ou Rachel, parce que je ne peux pas faire autrement!
Je pourrais arrêter de te parler de tes yeux, mais c’est pas ma faute s’ils sont si jolis.
Je peux te consoler et je peux t’éplucher toutes les clémentines que tu voudras manger.
Je peux te prendre dans mes bras et je peux ne jamais me vexer parce que je me le suis promis.
Je peux essayer de t’apaiser, je peux te sourire, autant que tu voudras, et essayer de te faire sourire, autant que tu en auras besoin.
Je peux tenir la promesse que je t’ai fait la première fois qu’on s’est rencontrée, tu… tu te souviens? Je peux me faire si discrète que tu ne me remarqueras plus… Je pourrais être juste une ombre à laquelle tu ne prêterais plus attention…
Je peux …. je pourrais m’effacer et arrêter d’exister si tu me le demandais… vraiment, mais… mais j’en ai pas envie Jade…
Je peux aussi tenir l’autre promesse que je t’ai faite… que je pourrais toujours être là et que je ne te rejetterai jamais, peu importe ce dont tu auras besoin … je peux … Je ….peux...
...
Jade… Je pourrais tellement essayer si seulement tu voulais bien me parler…


_________________
Ninon Lenoir

Cimer la Fougère ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Jeu 18 Juin - 11:32


Jour après jour, l'amour devient gris
Comme la peau d'un homme mourant
Et nuit après nuit
On fait semblant d'être bien
Mais j'ai vieilli et
Tu es devenue froide et
Plus rien n'est vraiment amusant
Je peux sentir
Une de mes crises commencer
Je me sent
Froid comme une lame de rasoir
Serré comme un garot
Sec comme un tambour funéraire

Cours dans la chambre
Dans la valise à gauche
Tu trouveras ma hache préférée
Ne soit pas aussi effrayée
C'est juste une phase passagère
Un de mes mauvais jours
Veux-tu regarder la tv ?
Ou te glisser dans les draps ?
Ou bien contempler l'autoroute silencieuse ?
Veux-tu manger quelque chose ?
Veux-tu apprendre à voler ? - Veux tu ?
Veux-tu me voir essayer ?
Veux-tu appeler les flics ?
Penses-tu que je doive m’arrêter ?
Pourquoi t'enfuies-tu ?


Nous sommes notre pire ennemi.

Je n'ai jamais prétendu ne pas suivre cette règle. J'aurais pu mener une vie lisse et sans remous, visser un sourire sur mon visage et toujours m'efforcer d'être intègre, compréhensive et d'agir avec justice et retenu. Devenir l'amie idéale, la petite amie idéale, la fille idéale.
Je ne le serais jamais parce que c'est comme ça, parce que nous restons notre pire ennemi et que la noirceur qui me colle à la peau m'attire plus vers le bitume que la tête dans le coton nuageux du paradis.
Je fais des erreurs, et le pire c'est que lorsque je prend la mauvaise décision, je m'y tiens par fierté, par bêtise, tout ce que vous voudrez bien mettre derrière. Je le sais et le pire c'est que ce savoir ne m'empêche en rien de continuer à détruire de continuer à blesser. Le mal attise le mal, moi je crois en ça.
Et je sais faire le mal.
Je le regrette, oui, je le regrette mais il est probable que plus qu'une fatalité, se soit une marque de ma nature.

Caitlyn et moi avons ce point commun,le mal et la violence.
Mais elle pense qu'elle a hérité d'un « démon » de manière génétique, que ce mal qui la ronge est naturel, qu'elle y concède avec culpabilité et elle a tout fait pour lever cette malédiction, à l'extirper de son âme quitte à se défigurer. Ce qu'elle a fait.
Je n'ai pas hérité d'un démon, on me l'a greffé. Ce sont les Hommes qui l'ont fait naître sur le terrain neutre d'une petite fille. Je suis leur monstre, leur Frankenstein.
Je suis abîmée, corrompue. Et je ne cherche aucune excuse, aucun repenti. Je cherche à être autre, c'est tout.
Ce n'est pas simple, il faut toujours garder à l'esprit cette simple Maxime, qui que vous soyez, qu'importe les liens.
Je suis et je reste mon pire ennemi.
N'oubliez jamais ce que je suis et que je m'efforce de changer.
Je suis tellement désolée d'être moi.


Les mots ont à peine fini de raisonner que la jeune fille remarquera que le monde perdra ses couleurs, très vite les nuances de bleuté et de violet apparaîtront par taches avant qu'au bout du couloir apparaisse la silhouette caractéristique de la jeune asiatique, trônant au milieu de son Silent World. Ce qui marquera ensuite outre son immobilisme, c'est l'expression de son visage, lèvres pincées, regard d'une noirceur changeante ayant pris des nuances de méchanceté transfigurée par une colère sourde mais contenu, ses poings serrés à la manière d'une combattante. Assurément tout transpire la colère et la violence et c'est d'ailleurs à ce moment où ses lèvres laisseront entrevoir un rictus torturé que les nuances colorées de violet basculeront dans une couleur rouge vive et flamboyante.

L'amour....

Seule la voix reste la même, féminine et murmurante, alors qu'avec une démarche hypnotique et calculée elle s'avance vers son vis à vis dans son monde devenu carmin.

Qu'est ce que tu t'y connais TOI en amour ? Qu'est ce que tu viens me faire chier avec l'amour et tes foutus discours...tu ne SAIS RIEN ! Tu ne connais rien !!
C'est un poison l'amour, un poison inutile, un virus, un bug, c'est de LA MERDE !!! On espère, on croit le tenir et on le perd et il ne reste rien ! Les gens s'en vont, ils se détournent, ils te font espérer des choses mais à la fin, tu t'es fait baisée, c'est TOUT ! C'est toujours celui qui croyait qui souffre, tu ne savais pas, tu l'ignorais ?
Tu sais ce que ca m'a coûté de bouger ton cul de ce Wagon ? Tu le sais hein !!! ? Et vois la suite...je l'ai fais par amour, au nom de ce fichu amour....et vois ce qui l'en reste !
Tout ce que j'ai fais...il ne reste rien...Sanzo, Sean, toi....Kaede.. il ne reste RIEN !!!
Étouffe toi avec ton gâteau à la con, c'est une arnaque !
Vous m'avez rempli la tête de ce poison, Amy, Cait, Rachel, TOUS ! ET A QUOI CA SERT AU FINAL ??
A souffrir, toujours et encore, SOUFFRIR !!!! Vivre ça sert à rien, j'étais bien mieux avant, sans personne à me dire comment il fallait que je me comporte, comment il fallait que je sois...Je n'ai pas ma place ici, je suis un animal sauvage, je suis une survivante !


Jade s'immobilisa à quelques centimètres du visage de Ninon, articulant avec un relent d'accent chinois ses mots de colère

- Allez tous vous faire foutre , allez tous en enfer et vous m'y trouverez déjà ! Tu ne me connais pas Ninon Lenoir, arrêtes de me gonfler avec ton amour stupide...je ne comprend pas ce mot, il m’étouffe ce mot !!
Tu devrais me croire lorsque je te dis que là...en cet instant, je pourrais te tordre le cou d'un geste et que ca ne me poserais aucunes difficultés...je peux te tuer...JE PEUX TE TUER !


Elle se tue avant de baisser les yeux et de soupirer.

Il ne faut pas attendre autre chose de moi... Fiche moi la paix à présent. Ne t'avise plus jamais de te mettre sur mon chemin, c'est terminé..J'en ai ma claque de tout ce cirque.

Les nuances de rouges refluèrent laissant réapparaître un violet plus habituel.

Je m'en vais. Je rentre là d'où je viens. Là où j'aurais du rester. Cette vie n'est pas pour moi.

Sans ajouter autre chose, elle se retourna se désintéressant d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Ninon Lenoir
Élève à l'Institut Beta
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 09/07/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Dim 28 Juin - 16:49



Ses yeux abattus par la tristesse dans ceux rougeoyants de rage de Jade, Ninon était restée parfaitement fixe. Elle n’avait pas bougé, pas même cillé, et seules ses larmes striant ses joues pâles avaient créé du mouvement sur sa douleur immobile.
Ne pas se vexer…
Jamais elle n’avait ressenti pareille tristesse, car jamais elle n’avait essuyé pareil rejet. Jade l’avait déchirée de l’intérieur, comme s’il avait s’agit de la chose la plus simple au monde, et Ninon aurait voulu fuir, hurler de toutes ses forces, fondre en larmes, réagir tout simplement, mais ses jambes n’avaient pas obéi et étaient restées douloureusement raides, tout comme le reste de son corps.
Ne pas se vexer…

_ Sur ton chemin?

Sa voix n’avait pas été plus haute qu’un murmure brisé, un souffle à peine audible, et à vrai dire, peut-être plus une réflexion pour elle-même. Ses yeux perdus dans le vague, sur les cheveux noirs de Jade sans vraiment les regarder, elle ne se rendit pas compte que les ombres du couloir commencèrent à trembler. Le Silent World tout entier vacillait et vibrait de plus en plus rapidement jusqu’à grésiller. Ninon sentit quelque chose monter en elle, un grouillement sourd dans la poitrine, une boule grossissant douloureusement dans son ventre… Quelque chose.

_ Sur ton chemin? J’y suis parce que tu as décidé de m’y mettre, sur TON chemin! Tu aurais du me laisser dans ce fichu wagon, comme ça plus d’amour, plus de poison, plus de neuneu dans tes pattes et dans ta vie!
Je ne t’ai rien demandé, tu aurais du partir parce que vois ce que ça t’a couté! En encore, tu es tellement loin de la vérité, je sais mieux que toi ce que ça t’a coûté, parce que toi, tu n’étais plus là!
J’ETAIS LA!
J’étais là, et toi tu n’y étais pas, tu n’y était PLUS! Sais-tu ce que ça nous a coûté à nous? A Sanzo, Kamen, Caitlyn, Aislinn, à Rachel et à moi?
Ca nous a coûté de te découvrir morte, sans vie, désarticulée entre les gravas! Veux-tu que je te dise? Que je te raconte? Parce que je n’ai rien oublié, pas une image, pas une sensation et pas même le moindre  frisson!
Je n’oublierai jamais l’image de ton visage barré par ce truc en fer immense à l’intérieur de ton oeil, ton sang partout sur toi, ou qui coulait tes lèvres à chaque fois que Sanzo essayait de te réanimer!
Je n’oublierai jamais la sensation de ton corps inanimé! J’ai pris ta main dans les miennes, mais n’a pas réagi, parce qu’il n’y avait plus RIEN! Plus de vie, plus de chaleur, plus RIEN!
Est-ce que ton coeur s’est déjà brisé en sentant et en comprenant ce rien, mais en continuant d’espérer un quelque chose? Un sursaut, un frémissement, un battement, un n’importe quoi?!
Et je n’oublierai jamais le pire, la peur. L’horreur de comprendre. La terreur de penser à après, de se poser des questions, d’imaginer la suite, et d’envisager tout ce qui ne pourra jamais plus être!
J’ai compris que… que tu n’ouvrirais plus les yeux! J’ai réalisé tout ce que j’ai perdu, et ce que j’ai toujours peur de perdre!
Est-ce que tu as déjà ressenti ce que l’on ressent lorsque tout est FINI?!
Tes… Tes sourires, tes soupires, tes grognements, tes yeux qui se lèvent au ciel quant tu es exaspérée, ton rire stupide, ton petit air hautain agaçant, ta voix qu’on entend pas, tes blagues pas drôles!
Sais-tu ce que j’ai ressenti en te voyant là ou j’aurais du être, MOI!?

Voila ce que ça t’a couté, et c’est nous qui avons payé l’addition!

Alors vas-y, tues moi! Je ne me défendrai pas, tu m’as sauvé la vie, reprends là puisqu’elle t’a coûté si cher! Tues nous tous si l’amour t’étouffe tant que ça, parce qu’autrement on ne s’arrêtera pas!


ALLEZ, DÉPÊCHE TOI! Avant de t’en aller!

Et puis où d’ailleurs? A San Francisco? Tu pourrais découvrir tellement de choses, aider tellement de gens, étudier ce qui te plaît, dans n’importe quelle université, mais toi tu veux retourner là où tu ne feras que survivre?  
Comment peux-tu préférer la peur, l’insécurité et la solitude?
Tues moi s’il te plait, parce que je ne veux pas revivre ta perte une seconde fois en apprenant qu’on t’a égorgée au milieu d’une ruelle!


Ninon fémit et se tut, les grouillement dans sa poitrine, et la boule dans son ventre avaient disparus pour ne plus laisser qu’un creux, béant, un vide. Les ombres quant à elles, cessèrent brusquement de grésiller. Le Silent World se tint à nouveau immobile et silencieux, alors que la voix de Ninon ne fut plus qu’un murmure.

_ Tu avais au moins raison sur une chose, c’est toujours celui qui croyais qui souffre.

Ne pas se vexer

_________________
Ninon Lenoir

Cimer la Fougère ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Lun 29 Juin - 5:50

Personne ne m'a jamais manifesté une telle violence verbale, personne n'a jamais osé parler plus fort que moi avec des mots aussi justes et douloureux, j'ai vu les ombres grignoter le Silent World et pour la première fois j'ai pris cette évidence en pleine face. Elle est plus forte que moi, bien plus forte et c'est bien elle qui pourrait me réduire définitivement au silence. Un frisson dans mon immobilisme alors que je laisse passer l'orage sur moi et que j'espère à une explosion, qu'elle s'enrage, qu'elle s'énerve enfin et me fasse taire elle aussi mais là aussi la surprise à un goût amère, elle renverse le rôle et me renvoi le choix que j'aurais voulu qu'elle fasse.
Je baisse les yeux , serrant les poings, j'ai du mal articuler mes mots mais je lui fais face à nouveau

Pourquoi....Pourquoi tu dis ça... ?....Pourquoi est-ce que tu me dis toutes ces choses...tu devrais me détester...me frapper...tu devrais partir et m'abandonner ! Pourquoi tu restes là...sur mon chemin....les autres sont partis eux...Sanzo m'a quitté, Sean ne m'adresse plus la parole et je ne vois plus Kamen, il s'est trouvé une autre amie...Je...je n'ai RIEN à apporter. Tu comprends, JE NE SUIS RIEN !!!!
Je suis et je reste une mauvaise personne mais toi...tu ne vois rien. Pourquoi est ce que tu ne vois rien ? Pourquoi refuses tu de me détester...tout serait plus simple pour toi.....et...Et pour moi.


Je laisse mourir ma voix n'ayant plus la force de poursuivre mais il ne reste plus rien de cette colère bouillonnante et de cette aigreur, seule une immense détresse m'envahit alors que je résorbe le silent world et que le monde autour de moi retrouve ses couleurs originelles, je baisse les bras le long du corps avec un abattement prononcé

Il n'y a que le passé à San Francisco..Mon passé. Mais...il y avait moins de souffrance parce qu'il n'y avait plus d'espoir. Je suis fatiguée de me battre. Fatiguée d'essayer d'espérer parce que...la déception est encore plus violente quand...quand on est quelqu'un comme moi, tu vois ?
Alors j'essaye d'être forte. J'essaye d'être forte pour vous mais ca devient difficile. J'ai...j'ai eu l'impression que tu me poussais dehors avec Josy, avec Sage....Que toi aussi tu tournais la page et je n'ai tellement rien à offrir que je me sent impuissante à dire...à dire ces choses. Je ne veux pas qu'on se batte Ninon, je remourais 1000 fois pour te sauver parce que...parce que...


Je lève les yeux au ciel en soupirant.

Bon sang, est ce forcé de mettre des mots la dessus ? …..Te perdre, c'est perdre un peu ce que je suis, et le meilleur de ce que je tente de devenir...C'est tout ce que je peux te dire clairement.

Je me retourne vers le couloir désert et j’attends là comme si mes pas ne savaient par quelle direction prendre. Un frisson me traverse alors que je laisse échapper une sorte de gémissement plaintif.

- Je ne sais pas. Pour la première fois depuis longtemps, je ne sais pas. Je ne sais plus ce que je dois faire ou quelle attitude je dois adopter. Pourquoi n'y a t-il personne pour me dire pour une fois, ce que je dois faire et si mes choix sont bons ou pas ? Je suis loin d'être si forte qu'on le pense....parfois j'aimerai juste être une simple ado avec des problèmes et préoccupations d'ado...Je suis désolée de te décevoir. De passer mon temps à decevoir...tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Ninon Lenoir
Élève à l'Institut Beta
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 09/07/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Sam 18 Juil - 22:57

_ Heureusement que tu m’aimes, sinon je n’ose même pas imaginer ce que ça serait.

Tandis qu’elle soupira, les lèvres de Ninon s’étirèrent en un petit sourire soulagé. Ses épaules perdirent leur raideur, et elle s’approcha doucement de Jade, sa Petite Souris dont elle avait écouté la détresse qui couvait sous l’impassibilité. Même en apprenant à lire entre les lignes, les émotions de Jade restaient souvent invisibles, par pudeur peut être, par fierté sûrement. Elle essayait d’être forte, plus que les autres, de résister, de tout compresser à l’intérieur pour ne rien montrer de ce qui la tracassait réellement. La Boite de Pandore, l’outre d’Eole. Cachés derrière la façade innocente de sa nouvelle allure d’écolière modèle, se trouvaient le doute et la détresses qui menaçaient de faire surface à tout moment, à la moindre vague.
Pourtant, ça grossissait encore et encore, sans un bruit, en silence comme une boule dans le ventre, ou une petite idée derrière la tête. Et tout découvrir était semblable à une balade en forêt. On commençait un jour par voir une petite flaque, même pas encore une mare, et puis, plus tard, en repassant au même endroit, on ne reconnaissait plus rien et l’on se retrouvait nez à nez avec un lac sans comprendre comment la mare avait pu tant grandir sans que l’on ne s’en rende compte.
Encore un pas, et Ninon passa délicatement ses bras autour de la taille frêle de Jade. Les épaules basses, perdue, elle avait l’air si fragile. Alors doucement, légèrement, elle la tint contre elle comme elle aurait pu tenir un oisillon au creux de ses mains, assez pour la rassurer de sa chaleur et de sa présence, mais pas trop, pour ne pas l’étouffer et lui permettre de bouger. Elle laissa reposer sa joue contre son épaule, les yeux à demi clos, en berçant simplement son âme soeur par sa respiration calme, et ses mots qui l’étaient tout autant, à peine plus hauts qu’un murmure.


_ Tu est Jade Elioth-De Lauro, tu n’es pas rien, alors écoutes moi bien. Tu as deux mamans qui t’aiment et qui ont besoin de toi, surtout en ce moment, tu as une tante qui t’a redonné la vie par amour, une soeur qui pourrait faire le tour du monde pour tes beaux yeux, et un oncle qu’elle m’a montré, et qui vit à l’autre bout du monde. C’est ta famille, et tu leur est aussi précieuse qu’ils le sont pour toi. Tu n’es pas rien, bien au contraire tu es tout.

On ne te remplace pas, parce que tu es irremplaçable. Je peux t’accorder que les choses auraient été bien différentes si l’on ne s’était pas connues, ou si je t’avais simplement détestée dès le début. Bien différentes. Mais certainement pas mieux, ni plus simples, parce qu’aujourd’hui je ne t’échangerais contre rien au monde, et surtout pas contre un cochon d’Inde tu vois. Tu m’apporte tellement ma p’tite Souris, tu es mon Jiminy Cricket, ma petite voix de la raison, mon amie et mon âme soeur. Tu m’apporte tes sourires, ton humour précaire, tes démonstrations de Karaté, ton affection, tes qualités et tes défauts.

Tes p’tits défauts de p’tite Souris… On en a tous tu sais, et ils ne font pas de nous de mauvaises personnes. Alors pourquoi en feraient-ils une de toi? Tu as tes points forts et tes faiblesse, comme tout le monde, c’est normal. Tu n’as pas besoin d’être forte, du moins certainement pas autant que tu aimerais l’être ou que tu aimerais nous faire croire.
Tu as juste besoin d’être toi, simplement toi, et nous, on prend le tout. Tes qualités, tes défauts, tes imperfections et tes faiblesses, ne t’en fais pas, on se complétera. Ce que tu n’as pas on l’a, et ce qu’on n’a pas, c’est toi qui l’a.
C’est pas grave de douter Jade, ça ne déçoit personne et ça veut juste dire qu’on n’arrive pas à savoir sois-même ce que l’on veut. On a besoin d’un avis extérieur. Je sais que ce n’est pas facile de faire confiance, parce qu’à moins d’être télépathe, on n’est jamais dans la tête des autres, alors comment être certaine?
Bhin on ne peut pas… Mais je te promet que ça vaut vraiment la peine d’essayer, même si tu as été déçue… Bleecker était… est… enfin c’était dur, ça a demandé du temps et ça en demandera encore. Alors à défaut d’arriver complètement à nous faire confiance, fais juste un signe, un tout petit rien, mais quelque chose pour qu’on sache quand ça ne va plus.

Comme maintenant.

Tu ne te pose pas la bonne question. Ce que tu dois faire est moins important que ce que tu veux faire, parce que c’est ton avenir, et qu’il faut que tu l’aimes.
Alors qu’est ce que tu veux faire? De quoi tu as envie, réellement?
Tu pourrait vraiment aller dans une grande université, faire des mathématiques et des sciences. C’est ton monde, un univers carré et ordonné, où tout a sa place, et où chaque question a sa réponse sans doute possible.
Tu pourrais découvrir tellement de choses, révolutionner le monde avec un vaccin contre le sida, une gélule contre le cancer ou un cachet contre la bêtise.
Tu pourrais aller dans l’espace, et rendre les films de science fiction réels.
Tu pourrais faire tout ce que tu veux, mais avant ça, il faut trouver ce que tu veux.

Et si tu ne sais pas, c’est pas grave, on cherchera et on trouvera.

Tu sais, si ce qui t’effraie le plus c’est de partir, c’est normal. Je sais de quoi je parle, quitter ceux qu’on aime, c’est… il nous manque quelque chose. On perd un quotidien, les sourires qu’on avait l’habitude de voir tous les jours, les câlins, ou tout simplement la présence.
On oublie trop souvent de parler de la présence, pourtant c’est important, parce que tu vois, même quand on ne parle pas, le simple fait de savoir que tu es dans la chambre le nez dans ton livre me suffit. Je sais que tu es là, et c’est rassurant.
Si tu savais comme la chambre sera vide sans toi… J’ai peur aussi de te voir partir...

On viendra avec Aislinn, pour t’apporter des câlins, des kits de survie avec des clémentines et des comédies musicales, ou même pour ne rien faire, mais on viendra, ou on s’éclipsera. Et puis ta famille te rendra visite aussi, après tout, si Mahomet ne vas pas à la montagne, c’est la montagne qui vient à Mahomet.

Tu vois? Un problème résolu, et je suis certaine d’avoir les solutions pour tous les autres!

Je t’aime ma p’tite Souris, et moi non plus je ne veux pas qu’on se batte… Mais tu me dois au moins une valse.

_________________
Ninon Lenoir

Cimer la Fougère ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Mar 21 Juil - 19:28

Communiquer n'est pas facile.
Sans doute parce que moi même je ne suis pas facile.
J'ai pourtant cette faculté que d'autres n'ont pas de savoir ce que j'aimerais entendre, de savoir les mots qui peuvent me tirer vers le haut et me permettre de considérer les événement sous un œil différent mais ce savoir, je suis malheureusement incapable de le transmettre, impossible pour moi de livrer la notice de mon propre fonctionnement et à dire vrai, personne n'est parvenu à le faire jusqu'ici sinon par quelques bribes d'ici et là.
Et pourtant, les choses pourraient être différente si quelqu'un parvenait tout simplement à me comprendre, tout simplement à me serrer la main une fois qu'il me la tendu, mais c'est moment là sont rares et n'existent que dans l'espoir de ce que les autres auraient pu nous dire et qui peut être nous donnerait cette force d'essayer de changer.
Ca me brise le cœur mais ça ne sera pas pour aujourd'hui.
Je ressent son affection, ça serait monstrueux de dire le contraire mais ce qu'elle me dit même avec cette douceur et cette sincérité, ce n'est pas ce dont j'ai besoin, elle n'a pas entendu, elle n'a pas compris et pour cause, cet exercice je n'y excelle pas.
Je ne veux plus de «  ta vie tes choix », je ne veux plus me sentir seule et responsable du poids de mon existence, je suis fatiguée d'être indépendante, j'aimerai juste qu'on me donne des alternatives, des directives, j’étouffe de n'être que mes décisions. J'ai besoin d'autorité, de suivre un cap que pour une fois je n'ai pas choisi, j'ai simplement besoin d'être guidée, d'être tenue par la main rien qu'une fois, une toute petite fois me laisser aller à dire « on fera comme tu le dis, on fera ce que tu veux » ; Je ne veux plus de réponses faites de « tu chercheras et tu finiras par trouver, t'inquiète pas ».
Non, ce n'est pas ce dont j'ai besoin même si je suis bien incapable de lui expliquer cela car ses mots se veulent touchants mais pourtant et malheureusement ne me touchent plus.
Ninon est de ceux qui ont trouvé la porte mais n'arrive pas à l'ouvrir.
C'est triste, vraiment très triste
Pour la première fois depuis longtemps, je commence à croire qu'au fond, cette porte restera verrouillée pour toujours.
Non communiquer n'est pas simple et je ne suis pas simple.
Il va falloir composer car j'aime Ninon et je ne veux pas l'attrister parce qu'elle fait parti de ceux qui font beaucoup pour moi.
Je la laisse m'enlacer et ne refuse pas son étreinte, j'en goutte même la chaleur en plissant un instant les yeux et me laissant aller à un profond soupire, elle ignore combien ce contact est réconfortant pour moi, elle ignore combien en fait j'en suis avide, ça aussi ça restera un de mes secrets, Jade qui au fond a tant besoin d’être câliner, ridicule, non ?
Ca vous parait ridicule de croire que je puisse avoir des besoins, des envies, des désirs et de rêves ? Personne ne veut voir plus loin que mon sourire ironique et moqueur, que mon allure dédaigneuse et hautaine, plus loin que l'ego qui me supporte, personne pour comprendre combien tout cela ce n'est qu'une carapace artificielle d'une simple fillette livrée trop vite aux affres du monde ? Oui je sais, ce que je dis est injuste, il y en a qui font l'effort, oui, mais ils ne comprennent pas pour autant qu'au fond, ce rôle finit par me contrôler moi et pas l'inverse.
Alors, accroche un sourire, Jade, fais l'effort de lever un regard chargé d'affection vers elle et donne lui ce qu'elle attend de toi, ce que tout le monde attend : une fille sage, adulte et qui n'emmerde pas les autres avec ses états d’âme .


Bof ! Je ne sais pas danser la valse, je te l'ai déjà dit...Et puis, même pas en rêve pour aller me ridiculiser dans ton bal de fin d'année, je n'y ai pas ma place.
…....
Écoutes....je....Tu....Ce que je voulais dire... pfffiouu, non laisses tomber... je suis vraiment désolée d'être comme ça . Par contre, sans vouloir te vexer, j'aimerai rester un peu seule, aller prendre un peu l'air pour....pour réfléchir. Ok ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Ninon Lenoir (Dusk / Crépuscule) [seconde correction terminée!]
» Fiche personnelle: Ninon Lenoir
» les différentes facettes de l' AMItié
» Votre définition de l' Amitié
» chez Kiki (au fil de l'amitié)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: L'Institution Charles-Xavier et Alentours-
Sauter vers: