AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Sam 25 Oct - 14:34

Apprendre l'une de l'autre.



Jour 2 après le début de la collocation ( sept 2014).


HmmmggGrr....

elle émergea de dessous le drap, et se redressa sur le lit en affichant une très mauvaise tête des matins difficiles. Ses grands yeux noirs réduit à deux fentes saturées  d'agacement par un arrêt de sommeil qu'elle trouve bien trop court. Pourtant, il n'est pas loin de onze heure du matin. Elle tourne sa tête comme une chouette dérangée, sa frange complètement exposée et des épis jaillissant de ces cheveux brun teinté de noir, cheveux pourtant mi long qu'elle s’évertue de tenter raccourcir avec les artifices lui donnant une coupe année vingt de garçonne. Jade matinale, c'est une merveille à contempler de loin. Jade n'aime pas être réveillée, n'aime JAMAIS être réveillée.
Elle finit par trouver ce qu'elle cherche en la personne de Ninon occupée à esquisser des dessins sur son carnet en regardant par la fenêtre.

Tu fais du bruit, tu m'as réveillé, tu es chiante.

Trois de ses vérités qui sonnent comme des mensonges n'attendant pas de contre argumentation. D'ailleurs, elle n'en attend pas, toujours immobile et contemplative depuis la branche où elle s'est perchée.

Le jour est à peine levé, bien sur, et tes « scriiitch » sur le papier sont une agression sonore intolérable. Nous allons dresser une liste de choses que je t'interdis de faire. Jour 2 , c'est le jour des compromis..non ! des exigences !

Elle se pencha vers sa table de nuit, se montrant enfin en t-shirt blanc frappé d'une grosse tête de castor cadeau personnel qui lui tient à cœur et en petite culotte rose à poids blanc, elle agrippa son portable en maugréant.

Mrrff..oui Bonjour... tu te rends compte qu'il n'est...onze heure !? Onze heure ?? Chieeeeer ! J'ai loupé le cours de chimie...

Elle se redressa en affichant une mine de pauvre chat mouillé, en se grattant l'arrière du crane d'une façon comique qui trahissaient ces gestes de reste d'enfance trop vite passée.

C'est d'ta faute !!! Si on n'avait pas regardé tes conneries de films Amelie la ...heu la Jument  et Chicago jusqu'à deux heures du mat, j'aurais pas mis ma carrière de chercheuse en science en péril ! Tu veux briser ma vie, c'est ça !!


Elle soupira en se lamentant, regardant vers la fenêtre et donc vers Ninon après s'être frotté les yeux et aéré le bas de son t-shirt laissant par moment entrevoir son nombril et la blancheur de sa peau

Pffff...J'ai mal dormi...j'ai trop chaud...J'ai l'impression d'être Pupuce sous une serre, fait trop chaud ici...et puis..je...je peux pas dormir sans quelque chose sur le dos. Vous les françaises vous êtes frivoles et impudiques, tu dors sûrement à poil comme mes mères mais moi, j'ai ma dignité. J'ai lu qu'en France, il y a des régions chaudes, tu viens de là ? C'est comment ton pays ? Comment t'as pu échouer ici ? Tes parents t'ont lourdés ?
Mmmmm...Tu les empêchais aussi de dormir ?


Derrière l'acidité des questions, on sentait un réel intérêt de la jeune asiatique pour sa collocatrice. Sa mauvaise humeur s'estompait déjà, ne restait qu'une curiosité certaine devant cette jeune fille qu'elle avait acceptée de faire rentrer dans son univers.
Revenir en haut Aller en bas
Ninon Lenoir
Élève à l'Institut Beta
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 09/07/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Dim 26 Oct - 17:45

10h40

Ninon s’étira en baillant lorsqu’elle retourna dans la chambre après ses cours de la matinée, c’était la dernière fois qu’elle se couchait aussi tard…
Les deux heures de Jean-Pierre Jeunet de la veille avaient été si insupportables pour Jade qu’il lui avait fallu une comédie musicale sur les années folles pour s’en remettre. Résultat elles avaient chanté en se dandinant comme des oies jusqu’à pas d’heure, et ce matin, c’était Ninon qui en avait fait les frais alors que Mistinguett avait quant à elle continué à dormir sans même un grognement…  D’ailleurs elle se demandait s’il elle était réveillée depuis le temps.
Elle entra dans la chambre sur la pointe des pieds, au cas où, et constata que non, Jade était encore sous sa couette. Par contre, Jésus Marie Joseph, ce qu’il faisait chaud dans cette pièce… Elle enleva ses chaussures et se dirigea à petits pas vers la fenêtre pour l’ouvrir, actionnant doucement la poignée pour faire le moins de bruit possible, un œil toujours rivé sur sa colocataire pour être certaine de ne pas la réveiller. Une brise plus fraiche entra par l’entrebâillement, mais pas que puisqu’elle fut rapidement suivie par des gazouillements d’oiseau qui firent immédiatement marmonner l’asiatique dans son sommeil.
Oups… Ninon ronchonna doucement en ronchonnant :

_ … chuuuut les pioupious, vous allez réveiller Jaaadeuh…
Mmmf… Et arrêtes de glousser comme une dinde Pupuce, il n’y a rien de drôle…


Elle se dépêcha de refermer la fenêtre, tant pis pour la chaleur… Par contre les oiseaux, c’était chouette à dessiner. Elle attrapa son carnet de croquis et son crayon avant de se caller entre la table et la vitre pour commencer à esquisser les volatiles qui sautillaient sur une branche en contrebas.
Ninon aimait bien les petits oiseaux, elle ne savait pas pourquoi, mais elle avait toujours cette fascination étrange en les regardant dans leurs adorables gestes farouches et calculés, le gonflement rapide de leur ventre duveteux et l’impression globale de fragilité qui se dégageait d’eux.

_ HmmmggGrr.... Tu fais du bruit, tu m'as réveillé, tu es chiante.

La française ne s’interrompit pas, ses yeux toujours fixés sur son carnet alors que son crayon s’y promenait librement, caressant délicatement les plumes de la mésange qui s’y trouvait. Elle laissa cependant tomber son expression concentrée, un vague sourire commençant à se dessiner sur ses lèvres.

_ Le jour est à peine levé, bien sur, et tes « scriiitch » sur le papier sont une agression sonore intolérable. Nous allons dresser une liste de choses que je t'interdis de faire. Jour 2 , c'est le jour des compromis… non ! des exigences !

Détachant ses yeux de son carnet, elle tourna enfin la tête vers Jade, ses lèvres s’étirant d’avantage alors que l’asiatique faisait peine à voir. Le p’tit chat ébouriffé était chonchon du matin, sans compter qu’il semblait avoir mal et/ou pas assez dormi. Ninon non plus n’avait pas assez dormi, mais comme elle était rarement de mauvaise humeur, ça ne se voyait pas tellement. Elle se contenta donc de lui répondre avec douceur, faisant fi des bougonnements de Jade qui attrapait son portable, lui offrant au passage la vision du rongeur sur ton T-shirt et des petits poids sur sa culotte.

_ La journée appartient à ceux qui se lèvent tôt. Et bonjour, accessoirement.

_ Mrrff..oui Bonjour... tu te rends compte qu'il n'est...onze heure !? Onze heure ?? Chieeeeer ! J'ai loupé le cours de chimie... C'est d'ta faute !!! Si on n'avait pas regardé tes conneries de films Amelie la ...heu la Jument

Ninon soupira en levant les yeux en ciel : « Poulain ».

_ ... et Chicago jusqu'à deux heures du mat, j'aurais pas mis ma carrière de chercheuse en science en péril ! Tu veux briser ma vie, c'est ça !!

Cette fois-ci, elle prit une expression faussement outrée, son amusement visible trahissant ses véritables pensées.

_ Briser ta vie ? Là tu exagères, Chicago c’était ton idée et tu t’es presque plus trémoussée que moi !

Elle referma son carnet avant de le poser avec son crayon sur le bureau, s’y appuyant un peu au passage, et fit passer ses boucles derrières ses épaules d’un mouvement souple du dos de la main alors que Jade continuait de se plaindre.

_ Pffff...J'ai mal dormi...j'ai trop chaud...J'ai l'impression d'être Pupuce sous une serre, fait trop chaud ici...et puis..je...je peux pas dormir sans quelque chose sur le dos. Vous les françaises vous êtes frivoles et impudiques, tu dors sûrement à poil comme mes mères mais moi, j'ai ma dignité. J'ai lu qu'en France, il y a des régions chaudes, tu viens de là ? C'est comment ton pays ? Comment t'as pu échouer ici ? Tes parents t'ont lourdée ?
Mmmmm...Tu les empêchais aussi de dormir ?


Le sourire de Ninon se figea quelques secondes. Elle était surprise que Jade lui pose des questions sur elle étant donné qu’elle avait elle-même constaté que sa vie était ennuyeuse. Elle hésita un peu mais la curiosité qu’elle arrivait à déchiffrer sans mal dans les yeux de l’asiatique la rassura sur la sincérité de ses intentions. Elles allaient vivre ensemble, donc c’était plutôt logique qu’elles essaient de se connaître un peu plus.

_ Heum… Oui, il fait assez chaud l’été à Bordeaux, mais comme la maison est juste à côté de la Garonne, c’est très vivable. Et sinon, la France c’est…  hum…  chouette, on va dire ça comme ça. Les gens, la langue, l’architecture et la nourriture sont différents, à part ça, il y a beaucoup de similarités.
Tu… tu pourras venir l’été prochain si tu as envie. Comme ça tu pourras le voir par toi-même !
Mes parents ne m’ont pas « lourdée » en fait. Ca a même été plutôt le contraire. Ca faisait déjà plusieurs années que j’essayais de les convaincre pour que je puisse partir. La dessus, heureusement que Paul était de mon côté… C’est pas facile pour moi d’être  ici, mais ça ne l’est pas plus pour eux, c’est la première fois que je pars si longtemps, et surtout aussi loin…
Ah oui, pardon ! Paul c’est mon petit frère ! Il m’a aidé à trouver des réponses sur ma mutation et des solutions aussi, dont l’institut. Vous vous entendriez bien, il est super intelligent…
Ca fait long deux mois et demi sans les voir… Mais je suis quand même contente d’être ici, hein ! Sans compter que j’ai déjà progressé puisque je ne t’ai toujours pas étouffée dans ton sommeil !  
Ah et je ne suis pas frivole ! J’ai beau aimer la lingerie et avoir le nom d’une courtisane, je suis très pudique… Et je ne dors pas nue.

Elle aurait bien voulu poser des questions à Jade, mais le problème était qu’ici, tout le monde n’aurais pas des choses aussi banale que sa vie bordelaise à raconter et qu’il était très facile de mettre les pieds dans le plat si on ne faisait pas attention…

_ Mais je pense à quelque chose, tu as parlé en français avant-hier, tu as peut-être déjà été en France en fait.
Ah et aussi, c’est une question de la plus haute importance, tu aimes les tartes ? J’adore en faire… Remarque tu as aussi dit que tu étais méfiante sur la nourriture… Si je fais une tarte aux pommes, tu en voudras ?
Enfin j’ai dit aux pommes, mais ça peut être à autre chose, même salé d’ailleurs. Du moment que c’est végétarien, je peux faire n’importe quel parfum !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Dim 26 Oct - 21:16

Elle l’écouta avec intérêt fixant ses yeux d'un noir pétillant sur elle, son regard souvent inexpressif vrillait pourtant d'un éclat certain à qui savait voir, un éclat qui témoignait de l’appétit d'apprendre et de l'intelligence de la jeune fille.

Je suppose que La Garonne est un court d'eau pour avoir cette influence thermorégulatrice ? Venir en France ? Non, sûrement pas...Les Français sont sales et grossiers, toujours en gréve ou en vacances. C'est un pays qui a eu, je le reconnais, une chouette culture mais qui n'a rien fait d'autre que roupiller sur ses acquits depuis le 20 eme siècle. Tu n'as pas vu « A L'ouest Rien de nouveau ? » Crois moi...il ne viendra rien de nouveau des Français, ni des allemands ou russes...Seule l'Angleterre mérite un peu mon respect pour l'esprit Rock et contre culture qui la caractérise. Je suis une VRAIE Américaine moi ! Je suis fière de mon pays. Je n'aime pas la France sauf pour sa littérature et la complexité de sa langue...un vrai défis pour qui aime la difficulté d'apprentissage !

Elle laissa passer un instant se rendant sans doute compte de combien elle agressait gratuitement ce qui tenait à cœur pour la jeune Française.

Humpf...Après tout, on ne choisit pas où on naît, non ? C'est pas grave si t'es française, moi j't'aim...hum..t'apprécie beaucoup....heu...quand même.


Elle se redressa, jetant un coup d’œil embarrassé à sa vis à vis avant de s'enrouler les jambes du drap pour s'en faire une sorte de méga jupe ridicule pour cacher le bas de son corps.

Ton frère ? M’étonnerait...Je ne m'entends pas avec les gens intelligents, ils ignorent la vie...je veux dire la dureté de la vie, ils sont dans leur monde de merde... Ils ne se sont jamais battu pour gagner le droit de survivre et n'ont jamais mis leur intelligence au service d'autre chose que leur petit ego personnel. Ce sont les pires
.

Elle sautillait comme un lapin pour gagner les toilettes après avoir sélectionné quelques vêtements dans l'armoire.

La lingerie, c'est pour les folles du cul...je ne suis pas DU TOUT porté sur la chose mais tu fais c'que tu veux du moment que tu ne m'obliges pas a porter ce genre de...de vêtements dégradant.
Je ne suis pas qu'un génie de la physique et des mathématiques, j'ai le don des langues...J'en parle une petite dizaine. J'ai appris en autodidacte, je n'ai pas eu la chance d'être...disons..scolarisée. Tout ce que je sais, je le tiens du net ou de longues heures dans la bibliothèque publique. J'ai du me démerder seule dés que j'ai su marcher...J'ignore si j'ai des frères ou sœurs...je m'en fout. Je n'ai pas eu de père, ma mère ne m'a pas élevé. J'ai été adopté par Cait et Amy il y a un an, je vivais a San Francisco avant ça...et..heu...ça se passait plutôt mal. C'est le frère de Cait qui m'a fait venir ici. Depuis j'ai une famille...une vraie famille. La fille naturelle de Cait', Aislinn ...elle est comme ma sœur et sur le papier, ca l'est et c'est une téléporteuse. J'ai pu aller en Chine, en Angleterre, En Irlande et en Italie grâce à elle. Je n'étais jamais sortie des États Unis avant ça. J'aimerai voir Paris...juste pour les monuments, en fait.


Elle franchit la porte avec son attirail avant de poursuivre depuis les toilettes.

Tarte ? Bah je cours pas après le sucré à dire vrai...mais si tu mets des gants pour manipuler la nourriture, je promets d'en manger pour te faire plaisir. Je ne raffole pas non plus de la viande...Tu es végétarienne ? Par contre, il ne faudra pas te foutre de moi, j'ai mes propres couverts que je nettoies avant et après utilisation, j'ai toujours fait ça..;j'en ai besoin. Ninon ! C'est toi qui a mis de l'eau à coté de l’évier ??? Mais BORD...OLLaaaaaaaaaah !!

Un bruit de cris et de chute lourde accompagné d'un juron en chinois. On a beau être un petit génie, on peut difficilement mettre un t-shirt propre et tirer pour tenir le drap en même temps sur ses cuisse, le tout en cherchant à nettoyer la vasque ET en discutant.

Hummpff ' Scouuuurrrr !!!!

Triste spectacle que notre pauvre asiatique la tête emmitouflé près de la cuvette des WC enroulée dans son drap, un bras passé sous son T-shirt et étalée de tout son long dans le couloir sur le ventre exhibant sa petite culotte couvrant ses fesses adorables et offrant son dos constellé de cicatrices anciennes ressemblant à des marques de fouet, elle remuait comme une pauvre autruche la tête coincée dans un trou, ses membres battant rageusement l'air.
Revenir en haut Aller en bas
Ninon Lenoir
Élève à l'Institut Beta
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 09/07/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Jeu 30 Oct - 11:26

Booooonn, tâchons de ne pas se vexer, ça serait trop bête...
Ninon n’avait pas répondu, juste baissé la tête, ne comprenant pas trop pourquoi Jade l’avait questionné sur son pays et sa culture si elle en avait déjà ses propres conceptions, relativement arrêtées… Bref, la française était censément malodorante avec un vocabulaire aussi délicat qu’une poissonnière, doublée d’une fainéantise affligeante… Pour le coup, heureusement que les livres et la langue sauvaient le tableau sinon elle serait aussi passée pour une illettrée essayant de se faire comprendre dans un langage primaire… Chouette.
Comment dites-vous ? Son « amour propre » ? … Mmm… Ça doit surement être le truc rose tout dégonflé et piétiné là-bas au fond du couloir….

_ Humpf...Après tout, on ne choisit pas où on naît, non ? C'est pas grave si t'es française, moi j't'aim...hum.. t'apprécie beaucoup....heu...quand même.

Elle releva la tête, un levant un sourcil perplexe. Jade l’aimait, oups pardon, l’appréciait malgré tout ça. C’était positif ? … En tout cas son optimisme et sa bonne humeur naturelle l’avaient pris comme tel, lui redonnant un petit sourire, quoiqu’un tantinet malicieux devant le lapsus de sa colocataire.
Devant la gêne de Jade pour sortir de son lit, Ninon détourna les yeux, dirigeant à nouveau son visage vers la fenêtre pour le laisser plus d’intimité le temps qu’elle se couvre. Même si pour elle il n’y avait aucun quelconque sous-entendu avec l’asiatique, elle savait que la pudeur ne se contrôlait pas et elle ne souhaitait pas la mettre mal à l’aise.
Par contre l’entendre parler de son frère l’attrista un peu plus et elle soupira. Paul avait beau être le petit frère, il était quand même le modèle. Il était toujours prêt à aider les autres et elle en particulier. Sans lui, Ninon n’aurait probablement jamais trouvé l’institut et serait toujours en train d’essayer d’étouffer quiconque entrerait dans sa chambre pendant son sommeil.
Folle du cul ?... Ninon fronça les sourcils en se tournant vers elle.

_ Ce n’est pas parce que je… Oh et puis zut… tu peux bien penser ce que tu veux ça ne changera rien... Elle poussa un long soupire exaspéré… Merci mais je ne me sens pas dégradée.

C’était assez fou la manière que Jade avait de faire culpabiliser la française sur tout ce qu’elle aimait… Son pays ? La France ça craint… Son frère ? Probablement un salaud égoïste… La lingerie ? Pour les nymphos…
Par contre, elle se tint plus silencieuse et attentive quand l’asiatique commença à parler de son passé. C’était intéressant d’entendre une autre histoire que la sienne et surtout, si Jade lui en disait un peu plus, cela réduisant les chances de Ninon de gaffer en disant quelque chose de vexant sans même le vouloir.
Ninon ne dit toujours rien après que sa colocataire eut terminé de parler, méditant sur tout ce qu’elle venait de dire en se dirigeant vers son lit pour le remettre en ordre.
Elles avaient eu des enfances et adolescences bien différentes. La française n’avait jamais vraiment eu à se débrouiller seule, ni à lutter comme l’asiatique avait dû le faire pour survivre, bref, tout ce qui lui paraissait de l’ordre du basique et du normal semblait beaucoup plus de l’ordre du luxe pour Jade. C’était stupide, ou peut-être logique, mais là, elle se sentait comme une sorte de petite fille gâtée puisqu’elle avait eu sans rien demander ce que Jade avait réussi à obtenir en se battant.
La française soupira avec un sourire quand l’américaine embrailla sur la tarte.

_ Jade si je fais des tartes c’est pour faire plaisir aux gens, pas pour qu’on se force à les manger pour me faire plaisir… Dis-moi si tu préfères autre chose, comme ça j’apprendrai peut-être à cuisiner quelque chose de nouveau. Heum… oui, pas de soucis pour les gants.
Végétarienne et la vue du sang me fait voir des étoiles…  Enfin je mange quand même des œufs, mais c’est parce qu’on a pris le temps de m’expliquer qu’il n’y avait jamais eu de poussin dans ceux du commerce.
Chacun ses manies, je mange les lasagnes par strates, d’abord les légumes et ensuite les pâtes, donc non, je ne me moquerai pas de tes couverts. Je… Enfin, je comprends que tu puisses en avoir besoin.
Pardon ?
Elle soupira … Mais non il n’y a pas d’eau à côté. C’est juste normal que la vasque soit humide après qu’on se soit lavé les mains Jade…

Ninon s’arrêta dans ses mouvements et tourna son regard inquiet en direction de la salle de bain alors qu’elle entendait le cri et la chute de Jade.

_ J…Jade ? … Tu t’es fait mal mon p’tit chat ?!

_ Hummpff ' Scouuuurrrr !!!!

Elle se dirigea vers la petite pièce avant d’y entrer doucement pour découvrir l’asiatique étalée face contre terre, à moitié prisonnière de son drap et de son T-shirt.

_ Olala mais comment tu as fait ton compte ? Attends, ne bouges pas, je … aieuh ! Jade veux-tu arrêter de battre des pieds, on ne va jamais y arriver sinon…

Elle s’approcha et s’agenouilla à côté de Jade en évitant ses membres qui se débattaient pour ne pas se prendre un nouveau coup.  Elle eut une petite seconde d’arrêt devant ses cicatrices, son cœur se serrant et ses larmes commençant à monter. Ce n’était pas du dégout, mais plutôt au contraire de l’empathie, lui faisant immédiatement comprendre une des probables raisons de la pudeur extrême de Jade. Elle commença par redescendre son T-shirt dans son dos, délicatement comme pour ne pas la blesser, ce qui était stupide étant donné que les marques semblaient avoir cicatrisé depuis un certain temps, mais Ninon avait quand même eu peur de lui faire mal. Elle la redressa en la débarrassant de son drap enroulé autour de sa tête, le repositionnant vite sur ses jambes avant de regarder son visage, un peu paniquée.

_ Là, ça va ? … Tu n’as pas mal ?... Tu t’es cognée la tête ?... Tu veux de la pommade pour les coups ?... Tu saignes ?... Tu t’es rien cassé ?... Tu veux que j’appelle Caitlyn ?... Ou je vais chercher l’infirmière ? … Il y en a deux… trois, laquelle ? … Tu sens tes jambes ? … J’ai combien de doigts ?... Tu te rappelles de ton nom ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Ven 31 Oct - 9:20

Le réflexe premier de Jade lorsqu'elle se trouvait en faute ou en difficulté était invariablement la mauvaise foi et le refus des responsabilité mais les traits en étaient si grossis et à coté de la plaque que cela en devenait presque comique pour qui la côtoyait régulièrement. Une fois désincarcérée de tout son attirail et en poussant un long reniflement de stress, elle sembla s'estomper un instant et devenir translucide ce qui prouvait que ses émotions la portaient une fois de plus à la disparition par l'utilisation de son pouvoir. Elle inspira brusquement pour retrouver ses couleurs et sa consistance montrant alors d'elle une facette inédite, l'expression très juvénile d'une fillette légèrement désemparée et ayant perdu toute la superbe qui lui servait d'armure face aux autres, c'était là la première fois qu'elle montrait sa fragilité aussi ouvertement à la jeune française.Mais chassez le naturel et il revient au galop, elle réajusta sa couverture sur ses jambe et se blottit contre le mur en geignant.

C'est d'ta fauuute ! T'as...t'as mis d'l'eau partout et après je tombe ! Voila ! Tu..tu veux me virer pour installer Pupuce à ma place ! Espèce de..de...

Jade qui ne trouve pas ses mots, c'est un fait rare. Elle croisa les bras et afficha un air profondément vexée et boudeur.

ça va ? …
C'est d'ta fauuute...
Tu n’as pas mal ?...
Tu as décédé mon amour propre, traîtresse !
Tu t’es cognée la tête ?...
Non contrairement à toi, bercée trop près du mur..
Tu veux de la pommade pour les coups ?
Tu veux me masser tant qu'on y est ? Perverse ! Porteuse de string !
... Tu saignes ?
Mais naaan
... Tu t’es rien cassé ?...
MAIS NAN !
Tu veux que j’appelle Caitlyn ?...
Ah nonononon ! Elle va passer une plombe à m'inspecter sous toutes les coutures...ah non , jamais !!
Ou je vais chercher l’infirmière ? …
Non, c'est des lubriques, elles me reluquent..
Il y en a deux… trois, laquelle ?
J'ais dit NAN
… Tu sens tes jambes ?
Oui et mon pied que je vais te coller aux fesses si t'arrêtes pas !
… J’ai combien de doigts ?
(Elle lui fait un fuck) Et moi ? Combien ?
... Tu te rappelles de ton nom ?
Mais ouiiiii..Rhaa t'es chiante...Je suis juste..tombé quoi et mon nom c'est...

Elle afficha une mine déconfite brusquement, agrandissant ses yeux comme si on lui annonçait une chose improbable et choquante.

Tu..Tu m'as appelé «  mon P'tit chat ? » ?? Mais...mais...c'est...c'est complètement...Mais NON quoi ! C'est parce que mon copain est un hybride chat ? C'est ça ? J'ai...j'ai vraiment une tête de ...de chat ? Mais enfin Ninon...C'est totalement con ! Je ne ressemble pas à un chat ! De près de loin...ou..de..mais t'es grave bizarre toi, ca doit être à cause de ta lingerie...et puis Ninon, c'est un prénom de courtisane d'abord, on t'a jamais dit ? Mon P'tit Chat...Non mais...toi alors, tu es..surprenante.

Elle se redressa en grimaçant un instant et la fixa avec une grande hésitation.

Merci.

Un silence avant de soupirer et de déglutir puis elle lâcha le drap cachant ses jambe qui tomba à ses pieds.

Je suppose que c'est un moyen de...de te dire, qu'il faut que je te fasse confiance. C'est mes genoux qui ont pris le choc...ca brûle...je crois que dans la pharmacie, il y a de la crème. Je vais en mettre, tu veux bien me la chercher dis ?


Elle se déplaça jusqu'à son lit et s'y installa assise tout en continuant de masser ses genoux en gémissant. Elle murmura comme pour elle.

Merci aussi pour le...le T-shirt. Je ne veux pas qu'on les voit. Même avec Sanzo. Ce sont des traces de coups de fouet mais c'était quand j'étais bien plus jeune. Tu sais si..si je suis chiante, c'est pas voulu. C'est juste que j'essaye d’être gentille, d'être bien avec les « autres » mais j'ai jamais appris à l'être. Tout est compliqué dans ma vie. C'est pour ça que j'aime les maths. Une question a sa solution, une hypothèse est fausse si elle n'est pas prouvée et correcte. Rien n'est subjectif, rien n'est...laissé au doute. On s'accroche à ce qu'on a...
Tu es jolie, Ninon, tu as de la chance d'être belle et insouciante...moi j'ai que mon intelligence, rien d'autre.
...et une maladresse grandissante !
Revenir en haut Aller en bas
Ninon Lenoir
Élève à l'Institut Beta
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 09/07/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Sam 1 Nov - 19:58

Ninon avait été trop prompte à céder à la panique, clairement, mais d’un autre côté, les réactions de Jades avaient toutes été plus désarmantes les unes que les autres. Commencer à disparaitre, pour ensuite prendre une bouille de chaton perdu et traumatisé, avait augmenté l’inquiétude de la française qui avait tout de suite pensé à quelque chose de grave.
Tout en était-il que la « bonhommie » -insérez mine sarcastique ici- habituelle de Jade n’avait pas tardé à refaire surface, la rassurant peu à peu sur son état. Une Jade grognon est une Jade en bonne santé ! Ou peut-être pas… Enfin dans ce cas-là, ça s’appliquait à merveille, donc disons que si.
Oh-oh… Elle avait arrêté de parler, ça voulait dire que quelque chose n’allait pas… Ninon resta perplexe devant le silence soudain et l’expression presque choquée de Jade, s’attendant au pire. Elle le savait ! Elle avait bien fait de lui demander si elle s’était cognée la tête et si elle se souvenait de son nom, parc que là, elle n’avait pas terminé de répondre et elle était en train de se rendre compte qu’elle ne se souvenait finalement plus de comment elle s’appelait ! … Il faudrait maintenant lui réapprendre à … Ah non…

_ Tu..Tu m'as appelé «  mon P'tit chat ? » ??

Pour le coup, c’était au tour de Ninon d’être surprise, où gênée ?

_ Je… oui, peut-être…

_ Mais...mais...c'est...c'est complètement...Mais NON quoi !

_ Mais j’en fais pas exprès… C’est inconsc…

_ C'est parce que mon copain est un hybride chat ? C'est ça ?

_ Non ! Non, pas du tout ! Enfin je sais pas…

_ J'ai...j'ai vraiment une tête de ...de chat ?

_ Du tout ! Enfin c’est discutable…

_ Mais enfin Ninon...C'est totalement con !

_ Pas c…stupide, affectif !

_ Je ne ressemble pas à un chat ! De près de loin...ou..de..mais t'es grave bizarre toi, ca doit être à cause de ta lingerie...

_ Je t’ai dit que n… Veux-tu laisser mes culottes en dehors de ça ?...

_...et puis Ninon, c'est un prénom de courtisane d'abord, on t'a jamais dit ?

_ Qu…Gnnn…Grrr… Il n’y a pas de rapport !

_ Mon P'tit Chat...Non mais...toi alors, tu es..surprenante.

Ninon était restée dans voix devant le surprenante et s’était contentée de la fixer, un tantinet hébétée. Elle se releva finalement, en entrainant Jade avec elle, pour l’aider à se remettre sur ses jambes, prenant garde à ce qu’elle ne se reprenne pas les pieds dans son drap. Par contre la grimace, même si elle avait été de courte durée, lui avait donné raison, finalement elle ne s’était pas inquiétée pour rien.

_ Merci.

_ De… de rien, elle sourit doucement, je n’allais pas te laisser te débattre comme une autruche jusqu’à ce que mort s’en suive…

Elle resta un peu interdite quand Jade laissa tomber son drap. La vue de ses jambes ne la dérangeait pas, elle en avait d’ailleurs elle-même une paire sensiblement similaires, quoi qu’un peu plus pâle, mais avec la pudeur de cette dernière, ce geste avait été des plus inattendus.  Plus que montrer ses jambes, Jade montrait surtout à Ninon qu’elle lui faisait confiance, ce à quoi elle n’avait pas su trouver les mots pour répondre. Un sourire rassurant valant mieux qu’un quelconque discours à ses yeux, c’est ce qu’elle fit, ses lèvres s’étirant doucement alors que ces yeux la couvraient avec bienveillance.  

_ Je suppose que c'est un moyen de...de te dire, qu'il faut que je te fasse confiance. C'est mes genoux qui ont pris le choc...ca brûle...je crois que dans la pharmacie, il y a de la crème. Je vais en mettre, tu veux bien me la chercher dis ?

_ De la crème, oui. Ninon hocha la tête avant de commencer à pousser Jade hors de la salle de bain. Tu t’assoies et je te l’apporte.

Elle attrapa le tube de pommade dans l’armoire à pharmacie, vérifiant bien au passage qu’elle ne se trompait pas, puis elle ramassa le drap au sol pour le plier succinctement avant de le tenir contre elle, à cheval sur ses mains jointes.
Quand elle sortit, Jade parlait doucement et elle s’approcha d’elle.

_ Merci aussi pour le...le T-shirt. Je ne veux pas qu'on les voit. Même avec Sanzo. Ce sont des traces de coups de fouet mais c'était quand j'étais bien plus jeune.

Elle sentit ses larmes remonter à nouveau mais elle essaya de les ravaler vite. Il lui faudrait un peu de temps pour s’habituer à tout ça. Elle finit de s’approcher pour finalement s’asseoir sur ses talons en face de Jade, la regardant et l’écoutant en silence.

_ Je ne te trouve pas ch… casse pied, tu picotes un peu par moment mais c’est tout. Et tu t’excuses toujours après, parce que tu t’en rends compte et tu le regrettes.
Après pour les mathématiques… Enfin c’est trop abstrait pour moi…
Elle soupira avant qu’un petit sourire gêné ne se dessine sur son visage. Tu me trouve jolie uniquement parce que tu ne m’as jamais vu avec moins de 5 heures de sommeil…
Elle s’arrêta un moment, son expression se faisant plus sérieuse.
Et non,  tu n’as pas que ton intelligence. Tu es jolie, Jade, tu ne le vois peut-être pas mais tu es belle. Tu as une petite bouille toute ronde et douce. Tes yeux aussi sont jolis, ils sont noirs profonds mais pourtant tellement expressifs quand tu veux bien le montrer. Et ton sourire est adorable, même si tu ne le dévoiles pas souvent, il change complètement tes traits. Sans compter que tu as une voix particulièrement relaxante et de jolies jambes ! Jade, tu es jolie et si j'osais, je dirais même que tu es canon mon p'tit chat, mais comme tu risques de mal l’interpréter, je ne le dis pas. Et si, heum… Sanzo, c’est ça ? s’il ne te le rappelle pas au minimum une fois par jour, je peux m’occuper de le ramener à l’ordre !
Pour l’insouciance il y moyen s’arranger, j’en ai largement assez pour partager par contre la maladresse, tu me la laisse, parce qu’à deux godiches dans la même chambre ça va devenir invivable…  
Et la crème, j’avais presque oublié !


Elle lui tendit le tube de crème avec un grand sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Dim 9 Nov - 7:55

Alors que je l'écoutais avec une expression sans doute trop grave, je m’efforçais de rien laisser transparaître de ce que je ressentais au plus profond de moi. Ils sont plus que rares les personnes à m'avoir tenu des propos similaires, plus que rares. Dois-je lui dire ce que j'ai enduré de souffrance et de solitude ? Dois-je encore me justifier de ce que je fais et j'affiche lorsqu'elle m'offre un tel jugement gratuit et sans ornements, empli de ces choses qui réconfortent et vous font comprendre que parfois certaines personnes prennent le temps de regarder plus loin que les apparences ? Ninon est plus proche de la neuneu empotée que de l'impétueuse combattante, mais son cœur, sa bonté, sa sensibilité éclipse toute chose. Quelques jours m'ont suffit pour comprendre combien sa présence deviendra essentielle, et me faire poser une nouvelle question parmi les milliard d'autres qui m'agitent : peut-on avoir un coup de foudre en amitié ? Peut-on dire aux gens ce genre de chose sans que cela soit mal perçu ou abimé ? Peut-on parfois être sincère au risque de perdre ou doit-on conserver la pudeur des sentiments et rester en son monde, gardant jalousement et égoïstement le bien que l'on vous apporte ?
Le monde, comme toujours, est bien compliqué !

Alors qu'elle me tendait le tube de crème, je posais ma main sur la sienne et la gardait un instant fermement dans la mienne, l'empêchant de la retirer tout en la fixant d'un regard énigmatique et très mature. Ce geste frappait par sa rareté.

Maman Cait' a raison. Tu es quelqu'un de bien, ne laisse jamais personne te dire le contraire...D'façon, si ca arrive, je lui péterais la tronche.


Un léger sourire chargé d'une affection sincère. Il s'estompa rapidement, elle réprima une vague d'émotivité qui lui faisait horreur et lézardait son armure. Rompant le contact avec un léger merci, elle continua sans la regarder.

Mais si tu persistes avec « mon Ptit chat » je te nommerais Ninionne comme le fait parfois Caitlyn. C'est nul, les surnoms...je déteste qu'on me rabaisse en public et j'ai la rancune tenace ...Voilà ! Et puis comme c'est à moi de choisir les films, ce soir, je vais te mettre des films d'horreur si tu m'emmerdes.



_______________________________________________________________________



Un Univers de Rousses ♥




Dimanche matin, enfin pas si matin que ça puisque la matinée est déjà engagée mais qu'il faut bien respecter le rythme de sommeil du « Petit Citron ».
Elle ne connaît pas ce genre de rythme ne dormant que par micro sommeil et pas plus de 4 heures par jour cumulées. Son métabolisme a été totalement modifié par sa nature de « Voyageuse », statut qu'elle a porté depuis la fin de l'adolescence jusqu'à ces derniers temps. Elle a été déchu de sa condition  depuis maintenant depuis plus de six mois, la faisant chuter d'un rang quasiment céleste à celui d'une humaine mutante téléporteuse.

Et pourtant.
Peu de personnes peuvent se targuer d'avoir eu tant de pouvoirs entre les mains, d'avoir connu une telle destinée, d'avoir vu le Chant Des Mondes et d'avoir jouer avec la fluidité du Temps et les dimensions du multi univers.
Elle n'est pas de ce monde mais doit faire avec.
Elle était seule est doit faire avec une famille.
Elle avait un but obsessionnel et doit faire sans.

C'est une divinité bannie des cieux, une Némésis qui a joué  le sort de ce monde à pile ou face pour l'amour d'une mère, un être d'une complexité extraordinaire qui a fait des choix impossibles et a survécu à la colère et au jugement du Phénix pour ses actes.
C'est une imbécile incapable de se repérer dans un bâtiment avec un sens « terrestre » de l'orientation incroyablement catastrophique et qui erre de porte en porte en tentant maladroitement de retrouver celle de la chambre de sa sœur.
Elle jette un œil sur son papier avec inscrit le numéro de la chambre et soupire.
Oui, cette fois ci, c'est la bonne aile et la bonne porte.
Trois coups brefs et elle attend poliment comme son éducation stricte l'y a habitué.
Elle porte son cahier de croquis a esquisses et sa pochette de crayon au bras. Sa tenue une fois de plus peut laisser perplexe.
Si elle porte sandalettes et pas les pieds nus pour une fois, sa longue robe crème est une fois de plus exempt de sous vêtements pour le haut laissant apparaître sa poitrine par légère transparence, et ce n'est pas le chapeau de forme qu'elle porte avec fierté qui va changer la donne et attirer ailleurs les regards ( idée de « détournement d'attention » prodiguée par Tante Ruth ).

Aislinn Loyv Elioth – De Lauro, ex voyageuse temporelle inter dimensionnels qui a un sacré problème avec le dress code de notre époque et accessoirement la pudeur ouvrira des yeux ronds devant la semi blonde qui lui ouvrira la porte et semblera embarrassée en tirant la conclusion qu'une fois de plus, elle s'est plantée de destination.
Elle ignore bien entendu que sa cadette n'est pas là et en désespoir de cause devant le retard endémique de l’aînée a préférée déserter retrouver son amoureux à la salle de gym. Pour l'instant, il faut bien agir, non ?

- Heu...Ha...heu...bonjour...je me suis trompée...je cherche la chambre de Jade..heu..Jade Elioth-De Lauro, c'est...c'est ma sœur...C'est à coté ? En face ? L'autre aile ? Encore ?
Revenir en haut Aller en bas
Ninon Lenoir
Élève à l'Institut Beta
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 09/07/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Mar 11 Nov - 21:11


_ Ceeeendre de lune, Petiteuh bulleuh d’écumeuh,
Poussééééée par le vent je brûle et je m’enrhumeuh,
Eeeentreuh mes duneuhs, reposent mes infortuneuhs,
C’est nue que j’apprends la vertuuuuuuuuuu !


Ce qui était bien le dimanche matin, c’était que l’on pouvait faire ce que l’on voulait. Sans compter que Jade était partie faire du « sport » avec Sanzo plus tôt que d’ordinaire. Si le mot « sport » était entre guillemets, c’était qu’il y avait une bonne raison. Un truc tout bête mais pourtant essentiel dans sa pratique, surtout lorsqu’on était aussi à cheval sur l’hygiène.
Je vous laisse chercher…

_ Je… Je … Suis libertiiiineuh !
Je suis une catin !
Je… Je… suis si fragiiiiileuh !
Qu’on me tienne la main !


‘Trouvez pas ? … Pourtant c’était tout bête : le sac de sport au pied du lit de Jade.
Enfin, Ninon n’allait pas s’en plaindre, peu importe ce que sa colocataire faisait, elle lui avait laissé la chambre, ce qui voulait dire qu’elle pouvait elle-même s’adonner à ses activités les plus triviales et les plus inavouables.

_ Feeeeendre la luneuh, baisers d'épine et de plumeuh
Bercéééée par un petit vent je déambuuuuuleuh
La vie est tristeuh comme un verre de grenadiiineuh
Aimer c'est pleurer quand on s'incliiiiiiiiine !


Faire de l’aquarelle n’était pas inavouable en soi, même si ça l’était devenu avec Jade… Par contre, le faire en chantant l’un des plus grands tubes de Mylènes Farmer (un rousse de plus…), ça, c’était déjà beaucoup moins avouable… Surtout que l’asiatique comprenait le français…
Pas que Ninon se sentait parfaitement en osmose avec les paroles, mais il y avait des chansons comme ça qu’elle avait pris l’habitude de chanter parce qu’elles étaient entraînantes alors qu’elle était trop jeune pour les comprendre, et que finalement elle continuait de chanter, parce que why the f*ck not…

_ Je… Je … Suis libertiiiineuh !
Je suis une catin !
Je… Je… suis si fragiiiiileuh !


Bref, tout était parti pour être une fantastique matinée, jusqu’à ces trois petits coups qui furent frappés à la portent, arrêtant tout net la française dans son élan.

_ Qu’on me tien … Han ! Jésus Marie Joseph… Jade ? … Déjà… Mais… Mais … Mais.. *

« Mais… Mais… Mais… »… Jade n’était pas censée rentrée si tôt, elle était partie il n’y avait même pas 20 minutes ! … Alors soit elle s’était brouillée avec Sanzo parce que le poil aux pattes n’était définitivement plus possible… Soit le chat n’était pas vraiment performant… M’enfin ce n’était pas l’important, là, présentement, maintenant.
Ce qui était important, là, présentement, maintenant, c’était que les feuilles et les pinceaux de Ninon étaient éparpillés sur tout un périmètre autour du bureau, alors que sa palette d’aquarelle était grande ouverte sur ce dernier, accompagnée de plusieurs grands verres d’eau chacun d’une couleur différente…

_ Je… Je… Deux minutes !

Le stresse montait, ce n’était pas censé se passer comme ça, et elle essayait de réfléchir à toute vitesse, se parlant à elle-même à voix basse…

_ Jésus Marie Joseph…. Je fais quoi … Je fais quoi … Je fais quoi…. Je fais qu….*

Okay, il y avait plusieurs choses que Jade n’aimait pas, le but allait donc d’en trouver une qu’elle n’aimait pas, mais qu’elle supportait plus que la peinture…. La peinture c’était sale et elle n’aimait pas…. Il fallait quelque chose de pas sale qu’elle n’aimait pas ….
Sans réfléchir plus longtemps, Ninon fit passer sa robe par-dessus sa tête avant de la fourrer rapidement sous sa couette, la laissant en sous-vêtements. Jade n’aimait pas les gens impudiques et la lingerie, il était donc peut-être possible que son bustier en dentelle rose réussisse à la faire fuir, ou au moins à la retenir derrière la porte, le temps qu’elle range… Et qu’elle trouve une raison pour se balader en dessous dans la chambre… « Pourquoi tu… » « Je te pose des questions sur pourquoi tu fais du sport sans ton sac de sport ? ». Problème résolu !  
Dans tous les cas, c’était probablement une meilleure option que de la laisser voir la peinture.
Elle se précipita sur la porte pour l’ouvrir, faisant attention à se mettre dans l’ouverture pour ne pas lui laisser le loisir de regarder à l’intérieur de la pièce et surtout d’apercevoir « l’affront à l’hygiène » qui s’y trouvait.

_ Mon p’tit chat je ne suis pas présentable ! Il va falloir que tu attendes deux minu…

_ Heu...Ha...heu...bonjour...je me suis trompée...je cherche la chambre de Jade..heu..Jade Elioth-De Lauro, c'est...c'est ma sœur...C'est à coté ? En face ? L'autre aile ? Encore ?

Elle rougit en écarquillant les yeux devant la créature - à moitié nue elle aussi… Et pourtant ça n’était en rien de la scène d’introduction d’une mauvaise production japonaise…- qui se tenait devant la porte et qui n’était ABSOLUMENT PAS Jade…

_ Jésus Marie Joseph ! Je… heum… Je suis confuse… Enfin… Je pensais que c’était J…

Jade ? … Certes, mais dit de cette manière et dans cette tenue, cela aurait pu paraître louche que Ninon accueille avec tant de sensualité et d’enthousiasme sa colocataire… Surtout que les rumeurs allaient bon train, et particulièrement sur ce sujet vu les mères de cette dernière…

_ Jules !

Jules ? … Mais c’était qui Jules ? …
Personne, un amant imaginaire pour protéger la réputation d’hétérosexuelle de Jade… Ninon avait déjà fait beaucoup de choses stupides et embarrassantes par amitié, mais s’accuser de racolage était une première. Et si ça venait à s’ébruiter ? … Jésus Marie Joseph ça allait être une horreur et Jade allait la mettre à la porte pour prostitution alors qu’en fait elle ne cherchait qu’à éviter de lui causer des ennuis ! Elle n’aurait plus jamais de colocataire parce que personne ne voudrait vivre avec une Marie couche toi là et même Pupuce l’abandonnerait ! L’institut la ferait partir et finalement elle serait obligée de vraiment faire le tapin dans les rues de New York pour survivre avant de se faire enlever par un groupe de mafieux russes qui la prendrait pour une fille de l’est et qui la feraient se droguer pour plus de rentabilité ! … Tout ça pour une palette d’aquarelle ouverte…
Elle s’arrêta deux seconde dans ses pensées en fixant la rousse se tenant en face d’elle, prenant enfin conscience de ce qu’elle venait de lui dire… SA SŒUR ?! Ninon rougit en écarquillant les yeux. Jésus Marie Joseph, c’était la soeur rousse, mie-exhibitionniste, mie-visiteuse du futur de Jade ! Elle déglutit en essayant de parler.

_ grs…

Faux départ, on recommence.

_ Heum… Non… non … C’est la … la bonne chambre… Le p’tit ch… heum… Jade est partie faire du … sport.

C’était assez embarrassant… Mais au moins elle ne saignait pas du nez ! Elle s’éclaircit la gorge pour essayer de parler plus calmement.

_ Je… peux prendre un… un message ? Tu… Tu veux l’attendre ? …

La faire attendre dans la chambre était une bonne idée, surtout vu les passages réguliers dans les couloirs. La rousse était peu habillée et il aurait été assez gênant que quelqu’un la surprenne à prendre racine devant la chambre… D’ailleurs la française non plus n’était pas particulièrement habillée, et s’il prenait l’envie à quelqu’un de passer dans le couloir à ce moment-là, il risquerait d’être particulièrement surpris…

_ Heum… Il vaudrait peut-être mieux que tu ne restes pas dans le passage comme ça.
…E… entre.


Ninon prit le poignet d’Aislinn pour l’attirer dans la pièce avant de jeter un dernier regard dehors pour vérifier qu’il n’y avait heureusement personne et elle derma la porte.

_ Ne… ne fais pas attention au déso…

Je vais peut-être m’habiller et on en reparle après !


Toujours affreusement gênée, elle reprit sa robe qu’elle avait laissée sous ses draps et elle la secoua rapidement pour en enlever les plis qui s’y étaient formé dans la précipitation avant de l’enfiler. Elle passa ses mains sur sa nuque, sous ses cheveux,  pour les faire sortir par-dessus son vêtement et elle termina de lisser ce dernier sur elle avec ses mains pour cacher son malaise. Elle n’osa pas vraiment regarder l’autre jeune femme et se concentra plutôt sur le canson au sol.

_ Heum… oui, le désordre… enfin ce n’est pas grand-chose mais si… si tu pouvais quand même éviter de parler de la peinture à Jade… s’il te plaît…

Elle ramassa ses feuilles qui étaient tombées à terre avant de les poser sur le bureau et elle leva enfin la tête avec un petit sourire.

_ Elle… ne devrait pas tarder de toute façon.
Et au fait, je m’appelle Ninon, j’aurais dû commencer par ça…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Ven 14 Nov - 16:07

La vie est parait-il pleine de surprise. Une porte qui s'ouvre sur une nymphette en tenue légère ca doit en faire partie. Difficile de juger pour quelqu'un comme Aislinn dont l'univers social se résume à ses mères, tante Ruth et le ptit citron et un grand vide sidéral pour peupler le reste. De toute évidence, elle vient interrompre une sorte de parade sexuel prés coitale où l’exubérante gourgandine se  faisait chauffer la marmite avant de passer à la casserole. Elle la prend pour son julot sauf que la rousse n'est pas équiper pour lui donner satisfaction et d'ailleurs n'est pas âpreté pour ce genre de chose ayant une sexualité et des besoins s'y référant proche du néant. Au mieux, elle trouvera « charmant » la lingerie de la donzelle avant de continuer sa quête sororale.

_ Heum… Non… non … C’est la … la bonne chambre… Le p’tit ch… heum… Jade est partie faire du … sport.

LOL aurait dit la sœur, Jade est aussi sportive qu'un joueur de pétanque ou que cait est intéressée par les problèmes d'équations différentielles de sa cadette ; Ca ca sent le cul comme aurait dit l'ignoble japoniaisante quand elle entend maman cait glousser comme un poule et qu'elle voit Amy lui lancer de longs regards insistants, pourquoi lui donner rendez-vous  si c'est pour lui poser un lapin, certes charmant mais un lapin tout de même
Apres quelques hésitations elle se décide enfin à la faire entrer, Aslinn connaît cette chambre mais elle n'y ait pas entrée depuis qu'elle héberge une nouvelle pensionnaire
Embrassée, elle fixe d'abord la fenêtre, attiré par la lumière du jour avant de s'absorber dans la contemplation du matériel de peinture. Elle s'installe délicatement sur le lit de sa sœur et lui rédige un texto pour l'avertir de sa déconvenue puis replonge son regard azur dans celui de sa vis à vis

bonjour, oui je sais qui tu es, Jade dit beaucoup de chose sur toi, ce qui prouve qu'elle t'apprécie énormément
je suis Aislinn. Aislinn Loyv – Elioth. Il ne faut pas stresser pour ta peinture, Jade le sait...il y a peu de chose qu'elle ne voit pas, si elle aboit, elle mord rarement, je suppose que si c'est propre apres, ca ne la dérange pas
toi aussi alors tu aimes te balader quasi nue et tu te fais crier pour ça ?
Tu as de joilis sous vêtements en tout cas, mes mères aimeraient que je porte des choses ainsi, je ne les supporte pas. Mati dit toujours : l’intimité on la réserve aux intimes ( elle empoigna ses seins a deux mains avant  de les soulever sans gènes)mais mon intimité est assez encombrante, toi aussi ils te gènent, au moins a l'air ils ne sont pas étouffés !
Alors c'est toi l'artiste ? J'adore peindre et dessiner, je ne fais que ca d'ailleurs


son regard se posa sur son carnet qu'elle avait posé près d'elle.
-
Revenir en haut Aller en bas
Ninon Lenoir
Élève à l'Institut Beta
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 09/07/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Sam 22 Nov - 0:28

Alors qu’Aislinn s’assoyait sur le lit de Jade, Ninon en fit de même sur le sien, juste en face, se tenant légèrement raide, toujours embarrassée par la situation précédente. A l’évidence, il y avait clairement mieux comme première rencontre que de passer pour une dévergondée exubérante, surtout devant la sœur de sa petite camarade de chambre…
Même si, tant qu’on y était, le sac de sport au pied du lit de la dite camarade prouvait que la française était loin d’être la seule dévergondée habitant ici !
Toujours tendue, elle attendit que la rousse termine d’écrire son texto et en profita pour la détailler, sans vraiment s’en rendre compte. C’était une chose qu’elle n’avait pas pris le temps de faire plus tôt, prise dans l’émotion et la précipitation.
Vestimentairement, on pouvait dire qu’elle avait son propre style, très personnel. Son immense chapeau la laissa perplexe, bien qu’il lui alla parfaitement, à l’instar de sa robe qui la mettait on ne peut plus en valeur… Ninon rougit en détournant les yeux, pensant qu’il faudrait peut-être que quelqu’un lui dise que le soutien-gorge n’était pas optionnel sous une robe en mousseline… Surtout quand elle était aussi claire.
Bref, c’était exactement le genre de moment où il fallait impérativement penser à autre chose, sous peine de devoir se réfugier dans les toilettes et éponger un éventuel saignement de nez intempestif… Ce qui ne serait certainement pas du meilleur effet après la débauche de dentelles roses… On inspire calmement et on expire tout doucement en regardant Pupuce… Là…

_ Bonjour, oui je sais qui tu es, Jade dit beaucoup de chose sur toi, ce qui prouve qu'elle t'apprécie énormément.

Ninon se reconcentra sur la rousse en face d’elle et sourit légèrement, malgré la rougeur qui s’installait à nouveau sur ses joues. Jade, Jade, Jade… Ce n’était pourtant pas long quelques jours, mais là, il fallait croire que ça avait suffi. Alors oui, peut-être qu’elle était blessante par moment, mais c’était par maladresse et puis la française ne s’était pas arrêtée à ça. Jade était tellement plus humaine et touchante que bon nombre de personnes qu’elle avait rencontré. Elle était rassurante aussi parce qu’elle était calme et intelligente, bien plus mature qu’elle par moment.
Et pourtant, une fois son masque de maquillage au placard, c’était toujours Jade la petite fille, triste et désolée, qui passait son temps à s’excuser lorsqu’elle savait qu’elle avait fait une bêtise, ou bien la gamine paumée qui avait besoin d’être rassurée sur tout et sur rien.
Bref, il y avait Jade et Jade. La première était une façade, juste une carapace qui la protégeait du reste du monde ; et la seconde était merveilleuse, plus touchante encore dans la moindre de ses maladresses que Ninon n’aurait pu l’être dans toute sa gentillesse.
Plus important encore, il y avait le « non-dit ».Une simple action, un sourire ou même un regard imperceptible était bien plus important et lourd de sens que n’importe quelle parole, et c’était bien la première fois qu’elle trouvait la personne avec qui les mots étaient trop fades.
Par contre, bien que le geste de l’asiatique l’ait énormément touchée, ce qui l’inquiétait un peu plus était de savoir ce qu’elle avait bien pu raconter à sa sœur… Ninon n’avait très honnêtement pas grand-chose à cacher, c’était un fait avéré, sa vie était banale. Cependant, elle croisa intérieurement les doigts pour qu’elle n’ait rien divulgué de ses « problèmes hormonaux » concernant la gente rousse… Ce qui aurait été, avouons-le, plus que gênant devant la créature légèrement vêtue installée en face d’elle…

_ Je suis Aislinn. Aislinn Loyv – Elioth. Il ne faut pas stresser pour ta peinture, Jade le sait...il y a peu de chose qu'elle ne voit pas,…

… Oups ? … Donc ça voulait dire qu’elle était au courant de ses activités clandestines et qu’elle lui laissait volontairement la chambre en lui faisant croire qu’elle était dans l’illégalité alors qu’elle ne l’était pas puisqu’elle le savait ?... Ninon soupira légèrement, Jade était trop intelligente pour elle, il faudra qu’elle s’y fasse et qu’elle arrête de trop réfléchir parce que la seule chose qu’elle réussira à obtenir ne sera qu’une méchante crampe… Si, si, au cerveau, même que c’était particulièrement douloureux.
Mais si elle le savait, cela voulait dire qu’elle ne se serait pas offusquée si elle avait vu la peinture ? … Et donc que Ninon n’aurait pas eu à mettre en péril sa vertu pour camoufler ses « vices » ?...

_ … Si elle aboi, elle mord rarement, je suppose que si c'est propre après, ça ne la dérange pas.

Cette fois-ci elle sourit. Elle avait bien compris que Jade ne mordait pas. Elle était un peu comme un ourson en guimauve, sombre, résistante et amer à l’extérieur, mais rose, moelleuse et sucrée à l’intérieur ! … Elle éviterait peut-être de lui dire ça par contre… Déjà qu’elle faisait son maximum pour maîtriser ses « ptit chat » alors si en plus elle commençait avec les noms de gourmandises, elle n’était pas certaine d’en ressortir indemne…

_ Toi aussi alors tu aimes te balader quasi nue et tu te fais crier pour ça ?

Elle se tendit en rougissant d’avantage, prise de court :

_ Qu… n…non ! Je ne me ballade pas quasi nue ! … Oui, enfin non plutôt ! Ce qui vient de se passer était… heum… un malentendu … Je suis pudique !

_ Tu as de jolis sous-vêtements en tout cas,…

_ … M…merci ?

_...  mes mères aimeraient que je porte des choses ainsi, je ne les supporte pas. Mati dit toujours : l’intimité on la réserve aux intimes.

Ninon écarquilla les yeux alors qu’Aislinn se tâtait sans gêne pour appuyer ses propos. Inspiration… Expiration… Hey, bonjour Pupuce, comment ça va ma belle ?... Les vaisseaux sanguins naseaux tenaient toujours le coup pour le moment, c’était l’essentiel, mais il ne fallait pas se laisser déconcentrer.

_ Mais mon intimité est assez encombrante, …

Intimité encombrante ?... Il allait sans dire que la rousse avait une poitrine relativement pleine, à l’instar de ses joues… Jésus Marie Joseph, il fallait vraiment qu’elle regarde ailleurs et qu’elle arrête d’y penser…

_ Toi aussi ils te gênent, au moins a l'air ils ne sont pas étouffés !

_ Ils me gê… Non ! Du tout… Je… je m’en accommode très bien… c’est… Ils ne sont pas assez gros pour …

Wait, what ?! Ninon se retint de continuer sa phrase, elle devait penser au stress et ses conséquences néfastes sur ses mots, parce que c’était un fait, on ne parlait pas de la taille de sa poitrine avec une inconnue, même si elle était la sœur de sa colocataire, qu’elle était rousse et surtout peu habillée !...

_ Alors c'est toi l'artiste ? J'adore peindre et dessiner, je ne fais que ça d'ailleurs.

Elle se stoppa instantanément dans ses réflexions sur sa poitrine pour regarder le carnet à côté d’Aislinn. Le dessin et la peinture étaient définitivement de sujets plus sûrs et avec lesquels elle ne risquait pas l’hémorragie, sans compter qu’elle leur portait une affection toute particulière. Elle sourit doucement à la rousse.

_ Probablement pas artiste, mais j’aime peindre en tout cas. Jade m’a aussi parlé de toi et je me souviens qu’elle m’a dit que tu aimais ça comme moi.
Tu peints quoi ? C’est ton carnet de croquis ?
Elle le désigne d’un petit mouvement de tête, j… je peux regarder ?
Enfin sauf si c’est trop personnel, je comprendrais !


En effet, c’était toujours assez délicat de demander à regarder le carnet de croquis de quelqu’un. Certains les enchaînaient simplement pour s’entraîner, sans vraiment réfléchir à ce qu’ils mettaient dedans, d’autre au contraire en faisaient des pièces uniques, mettant un soin tout particulier à remplir chacune des pages en travaillant les harmonies des compositions, des formes et des couleurs… Dans tous les cas, c’était un objet intime, plus qu’un simple journal c’était un appareil photo argentique où chaque prise était manuscrite et immortalisée à jamais à moins d’arracher la page. Chaque carnet était différent, parce que chaque personne était différente, avec sa propre sensibilité, sa propre vision et ses propres vibrations.
Bref, cet outil était une partie de « l’artiste » qui le remplissait et s’il ne le montrait pas, ce n’était certainement pas par snobisme mais beaucoup plus vraisemblablement par pudeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Sam 22 Nov - 16:00

_ Probablement pas artiste, mais j’aime peindre en tout cas. Jade m’a aussi parlé de toi et je me souviens qu’elle m’a dit que tu aimais ça comme moi.
Tu peints quoi ? C’est ton carnet de croquis ?   j… je peux regarder ?
Enfin sauf si c’est trop personnel, je comprendrais !

Aislinn suivit du regard la direction indiquée et esquissa un petit sourire en posant la main sur son carnet à esquisse et en le tendant à son vis à vis.

Bien sur, je trouve que l'Art est une boite à sentiments et sensations, il doit se partager comme un don d'un moi profond tendant désespérément les doigts pour toucher ce qu'il y a de plus sensible chez l'autre. Sans echos des autres, l'Art est comme des bouteilles envoyées à la mer...
Dans la famille des Oldfield, la branche de Caitlyn, nous sommes tous nés avec un don artistique. Ma mère est une musicienne extraordinaire, guitariste touchant presque au génie, mais je sais qu'elle s'adonne moins a son art à présent. Ma grand mère tait une peintre assez connue dans sa région d'Irlande, j'utilise à présent son atelier et son matériel, je continues à écrire aussi mais j'ai découvert mon don pour le dessin et la peinture lorsque je me suis installé définitivement ici. Comme je n'ai que ma famille et aucun ami, je passe mon temps à reproduire ce que mon œil voit ou à vu. J'etais une grande voyageuse, je ne voyage plus que dans ce monde à présent mais parfois, mon art est le seul garant que...comment te dire....ce que j'ai vécu à vraiment existé. Je n'ai plus personne pour partager ça, je ne suis née ici, mais j'ai grandis...ailleurs....un ailleurs que personne ne peut comprendre sans l'avoir vu alors la peinture...mes crayons...sont parfois mes seuls amis.


Elle laissa passer un silence, laissant à Ninon le temps d'ouvrir le carnet sur la première page, un paysage de cotes à falaises.


C'est mon Irlande, il n'est pas un endroit du monde que je n'ai pas vu mais toujours j'en reviens à ces paysages. Notre famille y est née, elle a été considérée sur 500 ans comme un clan de « sorcières  majeures». Mes ancêtres ont étés traquées et certaines brûlées vives pour leurs pouvoirs, il n’était pas question de mutation à cette époque. Cette terre s'est gorgée de notre sang, elle résonne toujours à mes oreilles. Il y a tant de mystères, de beautés, de quiétude la bas...Si tu...si Tu veux, je te montrerais, ca ne perdrait pas plus qu'un instant pour s'y rendre. La semaine , j'erre dans les terres et je plante mon atelier au hasard pour peindre, ainsi s’écoule le temps qu'on m'a donné.

Un nouvelle page s'ouvre su un portrait familier, celui de Caitlyn.


Ma mère dans toute sa fragilité et son affection. C'est un lien d'amour indestructible qui me lit à elle. Je ferais tout pour elle, j'ai déjà fait tout, même l'interdit. Mais les choses sont compliquées à expliquer.

Un nouvelle page.


C'est Mati ! Enfin...Amy mais elle refuse qu'on l'appelle Maman alors Jade la nomme Mamma a l'italienne mais moi, j'entrave rien à leur italien, elles parlent toutes italien sauf moi...j'ai l'air neuneu. Mati c'est du gaelique pour maman. C'est ma seconde mère, bien plus sévère que Cait, elle se bat tout le temps avec Jade mais jade lui ressemble plus que moi, même intelligence, même réserve sociale. Au début elle me détestait, elle a même voulu me tuer...mais je l'ai mérité je crois. A Présent, je pense qu'elle m'aime même si jamais elle ne me l'a dit clairement. Notre histoire est tres compliquée.


Une nouvelle tête.


_ Oncle Kyle, le frere de Caitlyn, il vit reclus dans un vieux garage au fin fond de l'Arkansas, j'adore discuter avec lui, il voit les choses avec une certaine simplicité qui est très plaisante mais je crois que la vie l'a carbonisée, c'est assez triste. Il m'a fait boire de la bière et fumer de la drogue, c’était degueu mais chuut , le dis pas à jade, hein ! Je sais que Jade le considère un peu comme son père, ils ont zoné beaucoup ensemble à San francisco avant qu'il ne l’envoi ici. Ils étaient terroristes...tous les deux. Ils ont fait beaucoup de choses mauvaises, mais c'est le passé.

Un rire nerveux devant la nouvelle image


OOOh ! C'est le P'tit Citron, elle déteste qu'on la surnomme mais maman la nomme comme ça parce que quand elle sourit, elle éclipse la lumière du soleil mais qu'elle peut se montrer aussi acide que le citron...je crois aussi que c'est parce que parfois Jade a « le citron » ou le melon, je ne sais plus...fin, elle peut se montrer très prétentieuse de ce qu'elle sait.J'ai eu un mal fou a lui faire tenir la pose j'ai du la payer T___T, elle disait que j'allais pas assez vite, elle ne comprend jamais rien....c'est pas simple quand on ne prend pas le temps, du coup j'ai fini de mémoire. Il paraît que c'est dur les relations entre sœurs mais je l'aime tres fort..

La dernière image la crispa quelque peu.


ca c'est...c'est le Phénix. Je ...je préfère ne pas en parler...

Elle changea de sujet, regardant vers la fenêtre.

– Je peux te dessiner si tu veux, j'ai te temps, Jade a répondu à mon texto. Elle dit qu'elle termine de battre Sean au jeu et qu'elle arrive et a écrit que tu aimerais faire du nu ? C'est vrai ? J'ai jamais essayé le nu....pourquoi pas, je ne suis pas pudique. Mais il nous faudrait du temps de pose et un cadre plu douillet

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ninon Lenoir
Élève à l'Institut Beta
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 09/07/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Dim 23 Nov - 16:03

Quand Aislinn lui tendit son carnet, Ninon se leva pour s’approcher et le prendre. Le manque de pudeur de la rousse n’était pas limité qu’à ses vêtements, c’était un peu comme si elle souhaitait tout partager, autant ce qu’elle était à l’extérieur, que ce qu’elle avait à l’intérieur. Et pourtant, ce que la française percevait le plus à travers ses mots était sa solitude. Que ressentait-on lorsque l’on avait un profond désir de communiquer et de s’exprimer alors qu’il n’y avait apparemment personne pour nous écouter ou nous comprendre ?
Elle avait du mal à tout assimiler, comme ses histoires de mondes, ce que représentait cet ici et ce qu’était cet ailleurs dont elle parlait. Là-dessus, deux solutions : soit Aislinn était complètement perchée, ce qui était probable, c’était une artiste après tout ; soit elle parlait de choses réelles tellement surréaliste qu’elles dépassaient complètement la française, ce qui était très probable aussi quand on connaissait Ninon.
Dans les deux cas, elle était partagée entre la curiosité et l’incompréhension ; et elle préféra commencer à feuilleter doucement son carnet, profitant en même temps de ses commentaires.
Elle était Irlandaise et d’après sa manière de représenter et de parler de sa terre natale, elle semblait en être particulièrement attachée. Pas si étonnant si toute les générations qui l’avaient précédé y étaient elles aussi liées. Elle sourit à sa proposition.

_ J’aimerais bien un jour, oui. Je n’y suis jamais allée.

Elle se demanda si elle peignait toujours de cette manière, seule au milieu de nulle part… Et la partie sur le temps qu’on lui avait « donné » la laissa perplexe.
Au fil des pages qui se tournaient, elle lui parla aussi de Caitlyn. Ninon avait souri en reconnaissant la rousse à travers les coups de crayon précis et emplis d’affection de sa fille. Là encore, elle laissait beaucoup de zones d’ombre et restait évasive.  
Donc Mati était Amy... Ninon soupira, Aislinn aussi avait droit au sobriquet de « neuneu », c’était clairement signé Jade !

_ Non, tu n’as pas l’air neuneu, tu as juste l’air… différente. Et Mati est une jolie manière de dire maman.

Elle la regarda avec des yeux rond quand elle lui avoua que sa mère adoptive avait tenté de la tuer, et plus encore quand elle se justifia en disant qu’elle l’avait mérité. Ninon avait l’habitude de ne pas tout comprendre, mais avec Aislinn, elle avait l’impression que c’était de pire en pire… Elle se demanda si elle faisait de l’ironie ou si elle avait réellement essayé de la tuer, et surtout ce qu’elle avait bien pu faire pour « mériter » ça. Est-ce ça avait un rapport avec Caitlyn et l’interdit qu’elle avait bravé pour elle ?... « Compliqué », oui, c’était définitivement le mot qui caractérisait cette famille…
En ce qui concernait le portrait suivant, elle ne le connaissait ni de visage, ni de nom. D’après Aislinn, c’était son oncle qui vivait en ermite dans l’Arkansas. Il avait l’air plutôt gentil en effet, mais apparemment, pas au top moralement, sans compter qu’il avait fait boire et fumer la rousse, ce qui la fit encore une fois la regarder avec des yeux ronds. Son carnet était aussi beau que ses explications étaient déroutantes.
La partie sur San Francisco la mit par contre un peu plus mal à l’aise car elle concernait aussi Jade et son passé dont elle n’avait que très peu parlé. Elle aurait préféré l’apprendre d’elle et pas de sa sœur, surtout sur des sujets aussi délicats… Elle avait été terroriste. Est-ce qu’elle devait lui en parler ? Ou faire comme si de rien était ? Et si jamais elle en parlait sans faire exprès ? …
Quand on parlait du loup… Le portrait suivant était le sien. Elle sourit à l’explication du citron, plus crédible que celle du petit chat qui était sans fondement, mais elle n’allait pas changer pour autant…

_ Le melon, on dit le melon.
Mais elle ne l’a pas si souvent que ça.


Le fait qu’elle ait posé contre rémunération pour sa sœur de l’étonna pas du tout… L’asiatique était particulièrement dure en affaires et il avait même été question d’une augmentation d’argent de poche en « dédommagement » de son arrivée dans la chambre.

_ Elle t’aime aussi. Elle ne l’a pas dit clairement, mais ça se ressent dans la manière dont elle parle de toi. Vous avez la même affection l’une pour l’autre dans vos intonations.

A la dernière page, le ton d’Aislinn changea radicalement. Ninon reconnu Rachel, mais elle préféra l’appeler le Phénix, comme si elle en avait peur. Elle aurait voulu lui demandé pourquoi, mais n’osa pas trop. Le sujet était tendu et elle ne voulait pas la mettre plus mal à l’aise qu’elle ne l’était déjà.

_ Je peux te dessiner si tu veux, j'ai le temps, Jade a répondu à mon texto. Elle dit qu'elle termine de battre Sean au jeu et qu'elle arrive et a écrit que tu aimerais faire du nu ? C'est vrai ? J'ai jamais essayé le nu....pourquoi pas, je ne suis pas pudique. Mais il nous faudrait du temps de pose et un cadre plus douillet.

Ninon qui avait continué à feuilleter le carnet en revenant sur certaines pages qu’elle avait le plus aimé releva instantanément la tête en rougissant.

_ Qu.. Hein ? Quoi ? Jésus Marie Joseph Jade ! J… non ! Tu préfères pas les fleurs ? Ou les oiseaux !?

Ca y était, elle avait montré sa culotte et maintenant on lui demandait de l’enlever… Pour le coup ce n’était pas la rousse qui avait proposé d’enlever la sienne, heureusement sinon elle serait déjà en train de se vider de son sang dans la salle de bain… M’enfin poser nu ! Qu’est-ce que Jade avait en tête en disant ça à sa sœur ?! … Tout était calculé… Tout était prévu… Elle l’avait piégée… Dans quel but ? …
On ne posait pas nu comme ça voyons ! Enfin pas devant la sœur rousse de sa colocataire sadique ! Elle était pudique, même si techniquement, la pudeur n’avait rien à voir dans l’art, il n’y avait qu’à penser à Courbet pour s’en rendre compte...

AH mais pourquoi est-ce qu’elle pensait à Courbet dans ce genre de situation ?! Nonononon !
Elle avait déjà dessiné avec des modèles nus, mais ce n’était pas pareil puisqu’elle ne les connaissait ni d’Eve, ni d’Adam, et du même coup, elle avait arrêté de les voir comme des personnes humaines, mais plutôt comme de simples objets en mouvement, ni plus ni moins que des courbes, des plis, des ombres et de la lumière à coucher sur le papier ! … Etrangement, elle se voyait mal de l’autre côté… TRES mal…



_ D’accord.


...

«_ QUOI ?! Ninon, espèce de neuneu sans cervelle ! Espèce de gourgandine sans culotte ! Sainte nitouche du dimanche ! Courtisane sans vertu ! Cocotte de banlieue !
Alors ça y est, une jolie rousse te demande de montrer tes fesses et toi, tu dis oui sans réfléchir ! Tu me fatigue Ninon, si tu savais comme tu me fatigue…

_ Mais… mais.. mais oui mais…

_ « Mais oui mais », avec ce genre de naïveté tu risque de finir sur un trottoir de Montmartre avant même de t’en rendre compte !

_ ... Rose elle a dit « Paint me like one of your French girls »…
*_* »

Et dans le silence de la chambre, après cette minuscule réponse pour le moins inattendue de Ninon, on aurait cru entendre le frissonnement des pétales de Pupuce qui se facepalma…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Lun 24 Nov - 9:22

La pauvre rousse afficha une mine complètement abasourdie, cette même moue d'incompréhension enfantine héritée de sa mère et qui la rendait si juvénile qu'elle en devenait attendrissante, à la différence de sa sœur qui savait aussi se servir de sa « bouille de chat » pour obtenir ce qu 'elle désirait,AIslinn, elle n'en usait pas, c’était une chose naturelle chez elle une sorte de « chasser le naturel, il revient au galop ». Elle s'immobilisa un instant, trahissant un embarras manifeste, elle leva les yeux vers son vis à vis et tenit le bras pour récupérer son précieux carnet.

Et bien, c'est que....Je ne connais pas ton Professeur Rose de l'institut, je ne prends pas de cours, je ne vis pas ici, je ne suis pas tres intelligente comme mati ou jade...Mais je ne savais pas que les françaises devaient être dessinées d'une certaine façon, qu'est ce qu'elles ont de spéciales les françaises ? J'ai été plusieurs fois en France dans différents univers mais je n'ai rien remarqué, et puis j'en connais pas des françaises, moi....Tu devras me laisser un peu de temps pour me renseigner sur «  la manière de dessiner des françaises » et après on le fera, je te vois bien, nue sous une cascade....bien sur, si c'est autorisé par la loi de Reproduction des Françaises pour ça J'irais voir sur...

Elle se mit a fouiller dans la poche de sa robe et en extirpa un petit carnet bleu de notes, qu'elle feuilleta un bref instant

Ah ! C'est là !!! WIKIPEDIA !! c'est à coté de Wesh Bien ou Bien ? C'est très utile ce petit carnet pour comprendre les expressions de ce monde, c'est jade qui m'aide à le ternir à jour pour ne pas passer pour une neuneu quand j'essaye de rencontrer des gens....Regarde y'a même ton nom, c'est marqué : Ninon : courtisane perverse lingerielophile et roussophile mais gentille.
Roussophile ?? Je ne connais pas ce terme quand j'ai demandé à Jade elle m'a dit de te le demander....


Elle referma son carnet avec un grand sourire toute heureuse de sa conversation.

En tout cas oui, ca « trouerait le cul » de pouvoir travailler ensemble en peinture, mais je pensais surtout à poser moi, je ne voulais pas te mettre mal à l'aise même si tu as l'air tees exhibitionniste et mes mères me disent que c'est assez gênant en société ce travers, t as essayé d'en parler à un psy ou quelqu'un ? Mati est psy, elle est très gentille, tu devrais lui en parler....C'est assez étrange d'avoir mis une fille aussi prude que Jade avec quelqu'un d'aussi libertin....drôle d'idée. C'est peut être pour la décoincée un peu quoi qu'avec Sanzo, elle n'a pas l'air si coincée que ça....

Alors qu'elle parlait, elle commençait a sortir son matériel pour crayonner.

- Je vais te dessiner, pour voir si tu accroches la lumière....ca sera un travail préparatoire. Merci de ne pas trop trop bouger mais je peux te payer si tu veux comme ^pour Jade . Tu peux parler pendant ce temps là, ca ne me dérange pas... Tu te plais ici, ta vie se déroule comme tu le voulais ? ES tu heureuse ? As tu des amis ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ninon Lenoir
Élève à l'Institut Beta
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 09/07/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Mar 25 Nov - 19:11

Impossible à dire qui était la plus gênée des deux… D’un côté, Aislinn qui se transformait peu à peu en chaton livré à lui-même dans un jardin et qui entre parenthèse ressemblait à Jade quand elle désirait arriver à ses fins ; de l’autre, Ninon qui aurait aimé disparaître, genre, là, tout de suite, maintenant, peu importe par quel moyen. De toute façon, elle était preneuse pour la moindre suggestion pouvant lui permettre de prendre ses jambes à son cou sans se faire repérer… Tout en rougissant progressivement jusqu’à obtenir un fard optimal, elle tendit son carnet à la rousse pour qu’elle puisse le récupérer…

_ Qu… quelle professeur Ro… OH ! Jésus Marie Joseph, ne me dis pas que j’ai dit tout ça à voix haute !? C’est assez embarrassant… Je suis confuse ! Hein ? Mais non, arrêtes, je t’ai déjà dit que tu n’étais pas neune…
RIEN ! Rien de spécial ! On a rien de spécial ! … Qu… M’enfin c’était une façon de parler, c’est dans un film ! Titanic, le bateau qui coule, Léo qui meurt… Non ? … Je te le ferai regarder !
Hein ? Pourquoi une cascade ? N…nannananananan ! Puisque je te dis que c’était un malentendu ! Aisliiiiiiiiiiinn…. Attends, voir quoi ? Nan ! Ne recherche rien sur la reproduction des française, je t’en prie !
Wiki… hein ? … Jésus Maris Joseph, je comprends plus rien… Hhnnnn… Mais puisque je te dis que tu n’es pas neuneu ! Une minute… C’est Jade qui t’a dit de marquer « wesh » là-dedans ? … Mais il n’existe même pas ce mot…
Mon nom ?.... JESUS MARIE JOSEPH JADE JE SUIS PAS…
Roussoph… Oublies ! Oublies, ça ne veut rien dire, c’est comme « wesh », c’est un mot inventé qui n’existe pas… hhnnn… Jade Jade Jade…
On peindra ensemble tant que tu voudras, oui, mais avec des vêtements ! … Oui enfin l’inverse n’aurait pas été mieux Aislinn…
Mais je ne suis pas exhibitionniste ! Hhannn, comment j’en suis arrivée là ?... Un psy ? … Non… non … Tant qu’à faire autant ne pas en parler à ta mère… Si elle pense qu’elle a collé une dévergondée avec une de ses filles, et qui s’est aussi optionnellement déshabillée devant la seconde… J… j’ai pas envie d’imaginer la suite…
Naaaaon… Je ne suis pas libertine … C’est fichu… Je m’en sortirai jamais… Et si ça continue, dans deux jour tout l’institut pensera que j’ai la cuisse légère…
Pourquoi moi ?... Qu’est-ce que j’ai fait…


Après avoir soupiré de débit, son visage caché contre ses mains, elle releva la tête pour regarder Aislinn qui avait sorti de quoi dessiner. Elle haussa légèrement les sourcils… Elle allait vraiment la dessiner ? …

_ Heum… oui … Hein ? Nononon ! T… tu ne devrais pas avoir à payer tes modèles… Oui, oui, je me plais, ça change de la maison, mais c’est agréable de rencontrer de nouvelles têtes. Et puis je suis contente d’avoir rencontré Jade, même si parfois elle est particulièrement …. Particulièrement Jade… C’est pas grave, je l’aime quand même.

Par contre, tu voudras bien éviter de lui en parler s’il te plait ? … A propos de tout à l’heure, mes sous-vêtements et heum… le nu, tout ça quoi…

Elle baissa les yeux légèrement gênée.

Je n’ai pas envie qu’elle me prenne pour une poule… Je n’en suis pas une mais des fois, j’ai l’impression qu’elle le croit…

Le calme était revenu dans la pièce et on ne pouvait plus entendre que les chuchotis du crayon d’Aislinn sur le papier alors que Ninon essayait de se tenir sans bouger. Elle n’avait pas l’habitude de servir comme modèle et la sensation que l’on ressentait en posant était toujours assez indescriptible… Certains aimaient, d’autres moins. Pour Ninon, c’était une position un peu embarrassante parce que d’ordinaire, elle n’osait même pas regarder les gens dans les yeux. Alors se laisser regarder et observer dans les moindres détails était plutôt inhabituel.
Enfin le point positif était qu’elle avait finalement pu garder sa culotte.
Au bout d’un moment, elle reprit la parole pour masquer sa gêne et briser le silence.

_ En tout cas tes dessins sont très beaux et expressifs. Tu me laisseras te dessiner aussi ?

Et… tu peints toujours seule, dis?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Mer 26 Nov - 9:17


Elle lui rendit un charmant sourire puis son regard sembla s'aiguiser avec une précision presque photographique, sa main s'agitant avec habilité et dextérité sur le carnet.

Tu n'es pas une poule, les poules font picoti picota et picotent du pain dur mais ne se baladent pas en dentelles fines, c'est plus les prostitués en fait....où les femmes très sensuelles,toi tu as juste l'air....effroyablement maladroite et douée pour mettre les pieds dans le plat. C'est sans doute comme ca que tu as apprivoisé le petit monstre, parce que tu débordes de sincérité, tout comme ton visage d'ailleurs et Jade a besoin de vérité et de bonté, si tu n'étais pas comme ca, tu n'aurais pas pu tenir 3 heures dans cette pièce, elle t'aurait poussée a bout. Rassures toi, Ninon, tu m'as l'air tout a fait adorable et si Jade nous traite de Neuneu, c'est surtout parce qu'elle se place en protectrice par rapport à nous, c'est quelqu'un de complexée, avoir l'impression d'être supérieure lui donne le sentiment réconfortant qu'elle peut nous aider, nous protéger. C'est sa plus grande peur, ne pas être capable de sauver ceux qu'elle aime. Elle vit perchée sur des épaules de géants, comment trouver sa place ? Amy et Cait ont des mutations monstrueusement puissantes et sont des X Men, sa marraine Rachel est le Phénix qu'on peut assimilé à une divinité mutante. Et moi, j'ai tenu le destin d'univers dans mes mains, j'ai vu des choses que tu ne pourras jamais voir, ni elle. Si je te racontais mon histoire, tu me prendrais immédiatement pour une cinglée et pourtant chaque mot est vérité parce qu'il te faudrait accepter qu'il y a des choses que tu juges impossible et qui existent pourtant. Alors imagine Jade la dedans....je préfères qu'elle me voit comme une neuneu que comme un aberration ou une personne à internée. Seule Phénix peut me comprendre parce qu'il m'a jugé et que j’étais sur la voie de devenir ce qu'il est...du moins de même nature, il m'a donc brisé les ailes pour me remettre à ma place. C'est pour ca que je suis ici.

Elle conserva le silence un long moment sa concentration troublée par une apparente tristesse qu'elle ponctua par un soupire profond et significatif.

Bien sur que tu pourras me dessiner mais je n'accorde pas vraiment d'importance a ce que je suis, ça m'indiffère.
Oui, je peints seule...de toute façon, je ne connais personne d'autre a part ma famille et je ne cherche pas à connaître...Je ne devrais être en vie, je profite donc du temps qu'il me reste pour contempler les merveilles de ce monde et les retranscrire, j’étais capable de voyager dans l'espace temps et les mondes parallèles, a présent je suis restreinte à voyager dans ce présent et dans ce monde, je n'ai pas vraiment d'avenir, je suis là, c'est tout, alors je m'occupe...tu aimes les plantes, jade m'a dit ? Et bien je suis une plante déracinée, on essaye de me faire vivre dans un autre milieu mais....je n'arrive pas a plonger mes racines. Tout est différent ici, les gens, l'Histoire, les mentalités,les vêtements et meme le langage d'où mon carnet....je n'ai pas de place alors je me retire des hommes et je peints ou dessine les choses qui valent la peine d’être vu dans toute leur beauté en tentant de leur rendre hommage et ne les trahissant pas


ellz lui tendit son carnet en souriant avec douceur.

- Comme pour toi.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ninon Lenoir
Élève à l'Institut Beta
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 09/07/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Sam 29 Nov - 11:44

Alors qu’Aislinn avait repris la parole, Ninon, elle, gardait la pose pour l’écouter en silence.
Elle se rendit rapidement compte qu’il allait falloir qu’elle réfléchisse beaucoup plus à ce qu’elle disait et surtout à la manière dont elle le disait, ses métaphores et ses expressions inconscientes ayant apparemment tendance à embrouiller l’esprit de la rousse… D’un autre côté, même si « picoti picota » n’avait pas vraiment été ce qu’elle avait cherché à dire, elle ne pouvait pas nier que cela l’avait fait sourire et elle trouva cette facette « littérale » de son esprit terriblement adorable.
Par la suite, alors qu’Aislinn avait semblé « planer » jusque-là, le reste de ses mots était vite devenu beaucoup plus sérieux et avait fait réfléchir la française qui n’avait toujours rien dit jusqu’à ce qu’elle lui présente son carnet. Cette dernière le prit délicatement entre ses mains pour regarder le nouveau portrait s’y trouvant. Elle sourit légèrement devant le croquis bluffant de réalité, sincèrement touchée.
Et puis il y avait autre chose, comme une petite émotion indescriptible sur laquelle elle aurait eu du mal à mettre un mot. C’était la première fois qu’on la dessinait parce que c’était la première fois qu’elle avait accepté de se prêter à cet exercice. Aislinn l’avait représentée physiquement, mais quelque part, elle avait su capturer un petit plus qui avait instantanément donné vie à ses coups de crayon, comme si elle avait réussi à voir à l’intérieur d’elle.

_ M…merci, c’est très réussi.

Elle n’avait pu que balbutier, mais son intonation ne laissait planer aucun doute sur son trouble. Elle referma le carnet et laissa passer un moment avant de parler à nouveau, ses doigts caressant machinalement la couverture du livre entre ses mains.

_ …Je n’avais pas compris pour Jade… Je pensais que c’était juste sa manière à elle de dire aux gens qu’elle tenait à eux, de façon détournée sans arriver à le faire plus « conventionnellement » parce qu’elle ne l’avait pas appris… Je m’en veux tellement de ne pas avoir compris…

Elle savait que Jade avait sa façon bien à elle de montrer son affection, du fait qu’elle lui avait dit ne jamais avoir appris à être « gentille », et de toute façon elle ne s’était jamais vraiment vexée de ses mots, ou alors pas longtemps parce qu’elle finissait toujours par s’excuser d’une manière ou d’une autre juste après. Mais elle s’en voulait de ne pas avoir su comprendre qu’elle avait simplement besoin de protéger les gens pour pouvoir exister. Elle détourna la tête en essuyant ses yeux d’un revers de la main, sans pour autant réussir à camoufler un minuscule sourire. Il n’y avait définitivement que les rousses qui arrivaient à la faire rougir et pleurer dans la même heure.

_ Et tu as raison, je ne pourrais probablement pas comprendre la moitié de ton histoire si tu me la racontais… Mais je ne te penserais pas folle pour autant… Tu imagines si je ne croyais que ce que je comprenais ? …  Bhin… Je ne croirais pas grand-chose en fait…

Trouver les mots avec Aislinn était compliqué, presque plus compliqué qu’avec Jade. L’asiatique au moins montrait du plaisir à exister et une envie de continuer à vivre. La rousse, elle, était plus complexe, comme si elle ne se considérait que comme un fantôme, voyageant au gré du vent et de ses crayons pour représenter le plus fidèlement possible tout ce qui s’offrait à elle sans pour autant s’y accrocher. Elle semblait perdue et sans repères fixes.
Ninon lui sourit doucement en continuant de parler.

_ Tu n’es peut-être pas obligée de plonger tes racines… Mais quoi que tu en dises, tu as quand même trouvé des sortes de petits « pied à terre » dans lesquels tu te plais. L’Irlande que tu m’as montrée dans ton carnet et ta famille. Ce ne sont peut-être pas des racines comme tu l’entends, mais pour moi elles y ressemblent parce que tu les aimes, tu y es attachée. Tu parles d’eux avec tellement de tendresse, ça saute aux yeux. Alors avec le temps tu t’attacheras peut-être à plus de choses, assez pour que tu puisses te sentir chez toi à nouveau.
Le « temps qu’il te reste » dont tu parles…
J… je dois avouer que j’ai un peu de mal avec cette expression…
Ce n’est pas simplement des grains de sable qu’il faut regarder tomber dans le bas d’un sablier et c’est beaucoup trop court pour ne faire que le meubler. Il faut en profiter. Tu peux avoir un avenir si tu veux, le tout, c’est de trouver le bon et surtout ; qui te plait vraiment et dont tu as envie.
Enfin… Je ne suis peut-être pas la meilleure personne pour te dire ça… Je passe beaucoup de temps à regarder les choses aussi… Mais par moment, j’aime être autrement que contemplative.
En tout cas, tu n’as plus besoin de peindre seule. S..sauf si tu en as envie bien sur… Mais dans le cas contraire, je suis là et je serais très heureuse de peindre avec toi, peu importe l’heure ou le lieu.
Et si le fait d’être dessinée ne te met pas à l’aise, alors je ne veux pas te forcer…  J’aurais bien aimé, mais si tu n’aimes pas, il n’y a aucun intérêt et on trouvera d’autres sujets. Des paysages, des fleurs, des animaux, des gens, peu importe, du moment que ça nous plait.


Son sourire s’agrandit alors qu’elle lui rendait son carnet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Mar 2 Déc - 8:01



Aislinn la regarda et écouta attentivement, ne manifestant d'abord qu'une sorte de paralysie embarrassée devant les dires de son vis à vis , comme si elle même ne savait pas qu'elle était la bonne attitude à adopter, il en allait toujours ainsi lorsqu'elle était touchée, troublée et en proie a de fortes émotions : elle ne savait pas comment les gérer, elle n'avait jamais su alors doucement elle baissa les yeux, les mains jointes entre ses cuisses et s'absorba dans leur contemplation, l'expression grave et adulte.
Elle laissa courir un long silence pesant avant de reprendre d'une voix infiniment lasse et murmurante, portée presque comme une excuse

je n'ai rencontré qu'une seule autre personne capable de parler des choses du cœur avec un tel altruisme et une telle sincérité et je l'ai tué.....

Je l'ai tué parce que je voulais la sauver , parce qu'elle était la chose qui comptait le plus au monde à mes yeux. J'ai manipulé des personnes, dupé des entités comme le Phénix, altéré le cour du temps, utilisé des savoirs interdits pour verrouiller mes émotions et sentiments pour devenir une sorte de monstre insensible....uniquement pour arriver à ce but . La sauver. ET la seule manière était de la sacrifier pour la ressusciter.
Comment survivre à ca ? Comment obtenir le pardon, pouvoir se regarder en face quand tes choix on fait de toi une sorte de monstre ? La solitude EST ma pénitence. Le sacrifice de mon avenir EST ma pénitence.le temps qu'il me reste à vivre pour éprouver le remord EST ma punition. Je voulais mourir, dégoûtée par moi même et mes actes. Phénix en a décidé autrement.


Alors qu'elle parlait, livrant ce qui ressemblait à une confession, les larmes rougissaient silencieusement ses yeux et roulaient le long de ses joues rondes pour chuter sur ses mains jointes en une prière muette sans qu'elle ne semble y prêter la moindre attention.

Tu parles de ma famille....et c'est vrai que je les aime plus que de raison mais je ne le mérite pas, je ne mérite pas leur affection, leur pardon.
J'ai tué ma mère, Ninon.
J'ai tué Caitlyn.

Je l'ai fait car la résurrection du Phénix était le seul remède à une maladie de dégénérescence génétique incurable que j'ai moi même involontairement généré en modifiant le cour du temps. J'ai du faire exécuter ma propre mère que j'adulais pour forcer le phénix a naître, pour le forcer à la purifier. J'y ai passé toute ma vie, de mes 15 ans dans le futur quand ma mère est morte de cette maladie à il y a plus d'un an. Je n'ai vécu que pour ca, chaque choix, chaque manipulation, tu comprends ? QUE pour ca ! Seule, toujours, seule.
Pour Amy, je suis un monstre sans âme mais c’était la seule solution, la seule pour que Phénix naisse. Car c'est la mort de Caiylyn qui a fait naître le Phénix tel qu'il est aujourd’hui, j'ai exploité l'amour entre les deux sœurs pour y arriver.
J'ai fait tant de mal, Ninon, tant de mal....Je ne voulais pas de ce destin, c'est injuste. Je voulais être une X men, aider ceux qui souffre et vivre heureuse et entourée, peut être qu'on m'aurait aimée, peut être que j'aurais eu des enfants. Mais non, où que j'aille c'est une sorte de halo lumineux derrière moi, une marque ineffaçable ; je suis Maybe, le monstre.

Elle essuya les larmes d'un revers du bras et tenta de sourire faiblement.

Hum ! c'est embarrassant, c'est vrai que je peux etre une sacrée neuneu...Excuses moi, je ne sais pas pourquoi, je te raconte ça, ni ce qui me prend. Je te demanderais de garder tout ça pour toi, il n'y a que ma famille qui sait, je n'en ai même jamais parlé. TU as le don de savoir mettre à l'aise les gens Ninon Lenoir, tu es précieuse. Jade a de la chance de t'avoir comme amie.

Elle se redressa se relevant en reprenant son air naturel et un peu sur la lune.

- je réfléchirais à ton offre de peindre ensemble. Si tu veux un conseil, je vais t'aider à ranger tout ca avant qu'elle ne rentre sinon, tu vas l'entendre piquer une fausse colère.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ninon Lenoir
Élève à l'Institut Beta
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 09/07/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Jeu 4 Déc - 23:34

Ninon s’était contentée d’écouter Aislinn sans rien dire, ni faire. Sans voix, elle n’avait aucune idée de quoi répondre, car même en sachant que chaque mot de son histoire était vrai, elle avait du mal à les croire. Comment une personne aussi douce et sensible que la rousse se tenant en face d’elle aurait réellement pu faire toutes ces choses ?
« Oui mais ». C’était ce que Ninon aurait pu répondre à chaque nouvelle punition qu’Aislinn s’infligeait.
« Oui mais ». C’était ce que cette dernière pourrait aussi lui répliquer à chaque fois qu’elle essaierait de lui trouver des excuses.
Parce que voilà, elle avait tué, elle avait manipulé, elle avait dupé, elle avait s’était transformée dans le but de détruire tout ce qui faisait d’elle une personne humaine.
« Oui, mais » c’était pour sauver quelqu’un, une personne qui lui était chère, et maintenant, elle se fustigeant chaque jour pour ce qu’elle avait dû faire pour y arriver. Elle regardait sa vie défiler au loin, sans même s’autoriser à l’effleurer du doigt, comme s’il s’agissait de quelque chose de trop précieux pour qu’elle puisse y avoir droit. Aujourd’hui elle pleurait et elle aimait sans se considérer digne d’être aimée en retour.
Parce que voilà, elle avait tué Caitlyn et était devenue en même temps un monstre aux yeux des autres, comme aux siens.
« Oui, mais » elle s’était punie elle-même en regardant sa mère mourir deux fois par sa faute et en passant sa vie à tout faire pour la sauver. Maintenant elle était comme un poisson rouge dans un bocal trop petit parce qu’on l’avait condamné à errer dans le même monde alors qu’elle en avait vu des centaines de différents auparavant.
« Oui, mais » elle n’avait rien demandé. Parce que, mutant ou non mutant, on ne demandait jamais rien. On avait jamais demandé à perdre un proche, on avait jamais demandé à souffrir, on avait jamais demandé à être faible, on avait jamais demandé à avoir un gène particulier.
Elle était là toute la différence, dans ce tout petit gène de rien du tout. Ce qu’avait fait Aislinn, tout le monde l’aurait fait, mais pas de la même manière, parce que tout le monde n’avait pas eu le malheur de naître avec  les pouvoirs qui le permettaient.
Maybe, c’était comme une supposition sur ce qu’elle aurait pu être, mais sans jamais pouvoir le devenir, maintenant qu’elle s’était enfermée dans sa culpabilité et ses regrets.
Ninon réfléchissait, toujours en silence, son regard rivé sur les mains jointes d’Aislinn et sur lesquelles étaient venues s’écraser ses larmes. Elle aurait voulu lui prouver qu’elle avait tort et lui dire tous ces « oui mais », même si elle était pratiquement certaine qu’elle en aurait eu autant d’autres en retour pour lui prouver le contraire.
Pourtant elle était persuadée d’avoir raison, Aislinn n’était pas un monstre. Elle était humaine, tout simplement. Elle aimait, elle souffrait et elle était faible parce que c’était normal et que tout le monde l’était. Elle avait essayé de gommer tous ces « défauts » qui n’en étaient pas, et aujourd’hui, il ne se passait pas une seconde sans qu’elle ne le regrette… Elle avait commis l’irréparable, « oui, mais » c’était pour la personne qu’elle aimait le plus au monde.

_  Je réfléchirai à ton offre de peindre ensemble. Si tu veux un conseil, je vais t'aider à ranger tout ça avant qu'elle ne rentre sinon, tu vas l'entendre piquer une fausse colère.

Sa famille l’aimait quand même parce qu’ils l’avaient pardonnée et la seule chose qui l’empêchait d’avancer n’était maintenant plus qu’elle-même. Seulement personne ne méritait de s’infliger une telle vie, ni même d’être seul.
Ninon releva la tête pour la regarder de ses grands yeux bleus emplis de toute la tristesse et la douleur qu’elle ressentait pour elle, avant de parler avec douceur.

_ Les monstres, ça ne pleure pas.
Elle laissa passer un instant avant de s’éclaircir discrètement la gorge et de continuer en se levant, un léger sourire s’étant dessiné entre temps sur ses lèvres.
Par contre, tu as raison, il faudrait que je range, et merci de m’aider, c’est gentil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Mar 6 Jan - 17:05

Octobre 2014 : Les joies d'être garde-malade


Poussant avec ses doigts munis de ses gants de chirurgien, elle écrasa sa pâte a fixe sur le mur pour coller le dernier coin du poster géant au dessus de son lit, elle rétablit son équilibre toujours debout sur son lit et laissa échapper un gros soupire de satisfaction avant rebondir comme une enfant sur le matelas et atterrir à coté du lit sur un pied chaussé de ses longues chaussettes noirs à la manière de demi bas.

Et bien voilà !!!! Là c'est la méga classe...et puis je ne veux pas entendre de commentaires négatifs c'est toi qui rale que c'est trop blanc, May c'est l'ultra badass asiatique : elle a du style, de la classe, du charme et faut pas la faire chier, tout comme moi...et elle aussi , elle a un rire à la con, ce qui indubitablement nous rapproche.
Ca nous change de tes films sentimentaux a dix balles et de ton bateau qui met 3 plombes a couler comme le maquillage d'une rousse pas crédible et qui se fait taper dans le cul dans une voiture dans la cale !


Elle tira sur son short et renifla, jetant un coup d’œil amusé à Ninon, toujours alité dans son cocon et qui l'observait du coin du regard en bouquinant.

Je ne veux pas devenir une super héroïne mais je sais me battre quand même, je pourrais faire doublure de May, je suis aussi crédible qu'elle !Tu veux voir ? Dis ?

Elle fit un pas en arrière et prit un pause inquisitrice en prenant une voix grave.

Laissez Coulson, je m'en charge...C'est terminé hail Hydra ! Dis plutot Hail mes fesses, maman est rentrée ! AAAAAAh TAAAAA HANNN ! HIIIII ! WAAAATAHHHH !!


Elle exécuta un coup de pied sauté assez bien réalisé, puis un uppercut assez convainquant avant de vouloir exécuter un mouvement tournant dans le très petit mettre carré qui lui servait d'espace et qui se solda par le fauchage du pc portable en charge sur la chaise sur le coté du lit en un BONG sonore et qui l'alarma grandement.

WAT...AIIIIEUUUUUH !!! Et merde !!! Bordel ! Mon précieuuuuux !!! Love of my life !! Maman est désolée....

Elle se précipita et s’agenouilla pour le ramasser, s'apitoyant sur l'engin l'inspectant sous toutes les coutures.

Oufff ! Tu n'as rien....c'est ça, c'est ça ...oui oui bon marres toi, Courtisane ! May elle a tout un avion cargo pour faire des cabrioles elle ! Ici c'est plus serré que le cul de Sage alors évidement, c'est pas facile.
Heureusement c'est du chinois !! Le chinois c'est hyper solide et sain, comme moi, pas comme la camelote américaine...Je vais encore avoir un bleu du coup. Tu aimes mes bas ? C'est joli non ? Je peux me balader jambes nues sans qu'elle soient nues, on voit que les cuisses...là c'est pas grave mais avec une jupe ça le ferait non ?


Elle sauta sans ménagement sur le lit de Ninon, manquant de la faire tomber et lui faisant perdre des mains son ouvrage.

- Bon...tu vas encore paillasser toute la journée alors ? Il fait encore beau dehors, tu veux tes béquilles et qu'on aille faire un tour au parc.? TU devrais sortir un peu, t'es blanche comme un cul...et puis a force de bouffer des chocolats on va devoir te sortir a la pelleteuse. Une petite ballade et je te ferais un chocolat chaud après ? Je sais que Aislinn doit passer mais elle est de toute façon toujours en retard. Tu veux une grattouille pour te décider, comme un gros feignant de chat obèse ?
Revenir en haut Aller en bas
Ninon Lenoir
Élève à l'Institut Beta
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 09/07/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Lun 12 Jan - 18:17

Un cocon ? Hep là, on ne parle pas la même langue ! Forteresse imprenable plutôt ! Un vrai château de princesse, comme dans les contes avec deux coussins d’enceinte aux dos, un de fortification dans l’angle du mur, une couette épaisse pour faire les remparts et un féroce dragon pour garder la demoiselle de ces lieux !
Non, dragon, pas Jade. Et puis faut suivre, Jade c’était une souris, pas un dragon.
Donc, si ce n’était pas Jade, le rôle de la terrible bestiole était forcément tenu par la bouillotte mouton doudou. Beaucoup moins terrifiante que le dragon, mais il fallait faire avec ce que l’on avait sous la main et surtout avec le budget alloué.
Donc tant pis, pas de dragon, mais un mouton chaud qui gardait précieusement sa princesse aux longs cheveux détachés et à la chemise de nuit aux manches assez longues pour cacher les bandages qui lui faisaient horreur, et qu’elle avait hâte de voir partis, tout autant que les béquilles.
Sans compter que son bouquin était particulièrement ennuyeux… Le titre alléchant promettait monts et merveilles, la réalité en était malheureusement tout autre. Fifty Shades of Ginger aurait théoriquement eu tous les atouts pour faire briller les yeux de n’importe qu’elle Nini. Mais à l’évidence, pas celle-là.
Il fallait dire aussi que ce n’était pas simple de se concentrer avec un petite souris qui galopait partout et qui … Qui accrochait un poster au mur ? Jésus Marie Joseph, avait-elle perdu l’esprit ? Bleecker lui avait-il tellement tapé sur la tête qu’elle en venait à vouloir décorer la chambre ? … Ce sujet mériterait discussion, mais pour l’instant, Ninon était trop heureuse de la voir littéralement sautiller d’enthousiasme parce qu’une Jade heureuse valait bien tout l’or du monde. D’ailleurs enthousiasme était un euphémisme puisque Mistinguett avait même sorti les gambettes ! Si si, même qu’elle avait gesticulé dans toute la chambre pour les exhiber fièrement, quoi qu’elle voudra bien en dire.
Un soupire de satisfaction et un couinement du lit plus tard, elle était repartie dans un monologue que Ninon ne regarda que brièvement et du coin de l’œil, juste pour la forme. La clef était d’avoir l’air occupée et concentrée.
Oh mais non, il n’est pas c** du tout ton rire Porcinette. ♥
Et on ne critiquait pas Rose, elle était rousse et du même coup parfaite… oui, bien sur que ce n’était pas crédible le coup de l’auto avec Léo… Mais c’était tellement romantique ! –Han ! Qui a hurlé midinette ?! -

_ Je ne veux pas devenir une super héroïne mais je sais me battre quand même, je pourrais faire doublure de May, je suis aussi crédible qu'elle !Tu veux voir ? Dis ?

Ninon eut du mal à réprimer un sourire, mais teint bon en continuant de paraître aussi concentrée que possible. Il était clair que l’agent Coulson avait définitivement besoin de la fille spirituelle de May dans son équipe. Attention les yeux, l’agent Mouse est sur l’affaire et Hydra n’a qu’à bien se tenir… Invincible et si adorable que même crâne rouge aurait son petit cœur tout fondu rien qu’à voir ses grands yeux noirs ! Nini&co© en est particulièrement fière de vous la présenter aujourd’hui, la terrible, mais choupinette, agent Mouse ! Agent qui demandait d’ailleurs à Ninon de se mordre la lèvre en cachant la tête dans son livre pour retenir son rire.
Et puis le drame arriva, Jade eut son premier dommage collatéral, son ordinateur qui chuta lourdement sur le sol après que ça « maman » n’ait pas regardé où elle avait collé les pieds. Comme quoi, on n’était pas âmes sœurs par hasard et la plus neuneue des deux avait dû rendre les armes en se cachant derrière son livre pour glousser.

_ Oufff ! Tu n'as rien....c'est ça, c'est ça ...oui oui bon marres toi, Courtisane ! May elle a tout un avion-cargo pour faire des cabrioles elle ! Ici c'est plus serré que le cul de Sage alors évidement, c'est pas facile.

_ Pardon, pardon. Ninon calma son rire en baissant son livre sur ses jambes et en regardant Jade avec un grand sourire. Et puis ne critique pas les fesses de Sage, elles sont loin d’être vilaines et c’est une très gentille personne, même si elle est un peu « raide ».

_ Heureusement c'est du chinois !! Le chinois c'est hyper solide et sain, comme moi, pas comme la camelote américaine...Je vais encore avoir un bleu du coup. Tu aimes mes bas ? C'est joli non ? Je peux me balader jambes nues sans qu'elle soient nues, on voit que les cuisses...là c'est pas grave mais avec une jupe ça le ferait non ?

Ninon se contenta de hocher la tête avec intérêt.  L’heure n’était pas encore aux dentelles, elle éviterait donc de lui en offrir à Noël, mais les jupes et les robes n’étaient pas loin, ce qui était toujours une excellent idée puisque cela restait dans son domaine de prédilection. Elle s’apprêta à reprendre son livre quand l’asiatique sauta sur son lit son prévenir, manquant de le lui faire lâcher.

_ Jésus Marie J… !

_ Bon...tu vas encore paillasser toute la journée alors ?

_ Je ne paillasse pas, je contemple… Enfin j’essaye.

_ Il fait encore beau dehors, tu veux tes béquilles et qu'on aille faire un tour au parc? TU devrais sortir un peu, t'es blanche comme un cul...et puis à force de bouffer des chocolats on va devoir te sortir è la pelleteuse. Une petite ballade et je te ferai un chocolat chaud après ? Je sais que Aislinn doit passer mais elle est de toute façon toujours en retard. Tu veux une grattouille pour te décider, comme un gros feignant de chat obèse ?

_ J’ai pas très envie de sortir Jade… J’ai l’impression d’être une espèce d’hybride momie avec tout ce machin, et ces trucs-là, c’est juste infâme pour marcher. Elle désigna ses bandages et les béquilles d’un mouvement de tête avant de se taire un instant et de détourner le regard en entortillant ses boucles autour de ses doigts.
… Et puis je n’ai pas envie qu’on me voit complètement éclopée non plus. Je n’inspire déjà pas l’intelligence, la dernière chose dont j’ai envie c’est d’inspirer la pitié.
Elle soupira et redressa son visage vers Jade en battant des cils, je ne suis pas un gros chat obèse hein ?... Parce que je ne mange presque pas de chocolat tu sais, et puis ce n’est pas en m’en proposant et en me promettant les beaux yeux de ta sœur que je vais éviter de le devenir !
Obèse hein ! Pas chat ! … Chat je le suis déjà, je dois au moins être aussi pot de colle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Jeu 15 Jan - 18:16

La jeune asiatique se face palma avec un expression de fatigue intense avant de se redresser a genoux sur le lit de Ninon et de se hisser de toute sa petite hauteur mais sur les hanches en une posture signifiant la gronderie et l'autorité.

Ninon Lenoir ! Sale poulette courtisane, tu vas arrêter de bougonner et de faire ta sucrée et écouter ce que te dit l'intelligence même incarnée par ta fidèle mais à bout de nerfs meilleure amie...
Je ne vois pas en quoi tu pourrais faire pitié !! Et même si c’était le cas, celui qui s'y oserait n'aurait pas le temps d'en avoir le sourire aux lèvres que je lui aurais déjà jouer du xylophone avec ses incisives.
Tu veux que j’ailles rechercher la vioc et acariâtre infirmière pour lui expliquer que tu veux te faire visser les fesses au lit...et lui demander de te faire un check up gynécologique tant que j'y suis ?? Je sais où elle est et tu sais combien elle peut être autoritaire, même Cait la craint !
TU DOIS sortir une fois par jour, ou on recommencera les piqûres de Lovenox pour t’éviter les phlébites...et je te promet que si il faut se charger de te piquer le fesses, JE m'en chargerais et tu sais combien je vise mal et combien je suis douce au niveau des soins...
Aloooooors tu te lèves, tu me retires ton espèce de robe de mémère alitée, tu mets un truc cool et on va faire le tour du Parc, sinon je te laisses te démerder pour ton repas plateau du soir.


Elle pointe le visage de la jeune française du bout de l'index et finit par lui donner un chiquenaude sur le bout du nez en lui tirant la langue avec espièglerie, puis , elle rebondit sur le lit manquant une fois de plus de donner le mal de mer à son propriétaire avant de atterrir au sol et de courir vers son placard pour en sortir un jeans.

Et puis au pire, si t'as la trouille, on passera en invisible et puis c'est tout! Enfin je te rappelle notre challenge de noël de danser en duo sur Chicago, t'aurais du voir ma tête quand j'ai demandé à Maty de m’entraîner à la gym pour la souplesse, j'ai cru qu'elle allait s’étrangler et pourtant j'avais pas parler de sexe !

Après avoir sautillé dans un jeans et enfilé ses bottines, elle couvait prés de la porte la française  d'un œil impatient tout en continuant.

Demain on doit cuisiner avec Rachel, ça veut dire que elle va tout faire comme d'hab, toi tu vas la regarder avec des yeux en cœur et un filet de bave aux lèvres et moi, je serais en train de jouer avec ma tablette assise sur le plan de travail en vous vannant à tour de rôle. Ca nous passera la journée. Pour l'heure, un peu d'air frais !!

Elle attrapa l'une des béquilles de Ninon et joua un instant avec avant de le manier à la manière d'un sabre.

- NI....NON...JE SUIS TON PèèèèèèRE !!! Kshhh ooooou....bon allez magne toi un peu merde, je peux toujours demander à Ais' de ramener un déambulateur et un paquet de Flamby pour les séniles.
Revenir en haut Aller en bas
Ninon Lenoir
Élève à l'Institut Beta
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 09/07/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Jeu 22 Jan - 12:28

_ NI....NON...JE SUIS TON PèèèèèèRE !!! Kshhh ooooou....bon allez magne toi un peu merde, je peux toujours demander à Ais' de ramener un déambulateur et un paquet de Flamby pour les séniles.

Ninon, qui s'était ratatinée contre ses oreillers en baissant les yeux comment une petite fille grondée pour se faire la plus petite possible le temps que Jade la sermonne, se redressa avec le début d'un sourire sur ses lèvres.

_ Tu n'es pas mon papa, tu es ma petite souris au miel, je suppose que la nuance doit te sembler
mince, mais je t'assure que ce n'est pas pareil. D'ailleurs, je ne suis pas un Flamby sénile, alors rends moi ma béquille !

Haan, bon s'il n'y a que ça pour t'amuser, tu peux la garder, m'en fiche, j'en ai deux !


Ninon repoussa ses couvertures sur ses jambes avant de se tourner pour poser ses pieds nus à terre avec précaution. Elle attrapa la seconde béquille à côté de son lit pour s'y appuyer et se lever, en essayant de trouver son équilibre, avant de claudiquer vers l'armoire pour en ouvrir la porte et chercher quelque chose de « coool ». elle se figea un instant pour reprendre avec une petite voix sans regarder son interlocutrice.

_ Jade j... enfin je veux dire que si ça ne te dérange pas, et comme tu me l'as proposé, je préfère qu'on se déplace en mode « furtif ». Tu vois ?  
On n'a qu'à dire que tu es vraiment un agent secret et que c'est un entraînement pour ton futur travail, sauf que tu ne vas pas protéger Coulson, mais une gentille Courtisane. D'accord ?

Elle s'éclaircit la gorge pour reprendre avec un ton plus clair, Bon, alors, quelque chose de cool ! Mouerf… Nope… Non plus… Peut-être… ou pas… Nopy nope… N...quoi que oui, ça sera très « coool » ça !

Elle décrocha le cintre et se recula de l'armoire pour montrer une longue robe beige à Jade en souriant.

_ Là, c'est assez « coool » ? Je n'ai pas encore pu la mettre, ça sera l'occasion, c'est mignon non ?
Allez, arrêtes de faire cette tête, c'est très « coool », ça fait à la fois bohème et romantique, complètement dans l'esprit hippie ! Ça ne s'appelait pas baba cool pour rien tu sais, parce que dans baba coool, il y a « coool ». donc, c'est forcément « coool ».
Et puis je remettrai mes jupes courtes quand je serai à nouveau en mesure de sautiller partout en virevoltant.


Elle sortit un gilet pour aller avec avant de recommencer à boiter vers la salle de bain pour se changer.

_ Tu vas voir, dans deux secondes, je te donnerai envie de chanter du Jefferson Airplane et dans deux minutes, tu voudras déjà mettre des fleurs de toutes les couleurs dans tes cheveux. D'ailleurs tu voudras bien me coiffer les miens? C'est encore un peu compliqué d'aller au-delà de l'étape du brossage… Ou alors,… Han ! Dis, tu penses qu'Aislinn voudra bien le faire ? … Remarque, elle préfère certainement dessiner les cheveux plutôt que de les touc HAN ! JESUS MARIE JOAIEUH !

Après un cris de déséquilibre, le couinement du caoutchouc sur le carrelage et le bruit d'un corps venant de tomber sur le même carrelage, Ninon s'était retrouvée étalée de tout son long dans ce qui pourrait maintenant s'appeler « l'antichambre de la mort », vu le nombre croissant de victimes que cette pièce, pourtant bien petite, ne cessait de faire.

_ Gnaïe…. Jésus Marie Joseph j'en peux plus de ça ! Ninon, neuneue professionnelle et de qualité à votre service… quelle nouille, c'pas possible… *

*En français
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Dim 1 Fév - 7:32

A Amy de Lauro, Chambre des Elioth-de Lauro, discussion informelle à but thérapeutique (?)

Je ne sais pas a quoi j'ai pensé lorsque j'ai entendu Ninon crier, je ne sais pas ce que je faisais, je crois que j’étais absorber à envoyer un message à Aislinn lui demandant si elle comptait venir ce mois ci ou le mois prochain, un genre de message dont j'ai le secret et qui doit sûrement me rendre insupportable aux yeux des non initiés comme on dit. Je me souviens d'avoir levé la tête et de m'être mise en mouvement rapidement, elle parlait français comme il m'arrive à moi d'utiliser le Cantonais lorsque je suis énervée.
Elle était là, sur le sol comme un pauvre tortue sur sa carapace en train de rétropédalage pour tenter de retrouver les pattes sur la terre ferme, ca aurait pu me faire rire mais ce n'est pas ça que j'ai vu.Ce n'etait plus notre salle de toilette, non, ce n’était pas l'Institut, ce n’était plus maintenant.
Ca m'a frappé au visage comme un coup de poing avec une violence inattendue
l'odeur de la chair brûlée, du plastique carbonisé, l'odeur du sang...
Le goût acre dans ma bouche, les yeux brûlant.
L'obscurité, les ténèbres dévorantes...
La douleur.
Et la mort partout....
Et Ninon, inerte sur le sol dans les gravats invraisemblables de ce qui fut un wagon de métro.
Tellement réel , tellement douloureux.
J'ai du rester imbécile et choquée une demi seconde avant que mon téléphone ne touche le sol.
Puis la violence est revenue, une force incontrôlable qui n'avait qu'un but...la sortir de là, sauver mon amie, la sauver de l'enfer.
J'ai hurlé son nom et je me suis rué sur elle, l'agrippant de toutes mes forces par les bras, les mots sortaient, je ne sais plus...je crois que j'ai du lui dire qu'on ne mourrait pas ici, comme ça...que j’étais là et que...et que j'allais la sauver.
La sortir de là...c'est tout ce qui comptait.
Je l'ai poussé à bout de bras en dehors de la petite pièce, rampant su le sol malgré ses protestations que je n'entendais plus.
Je crois que ca devait être terrifiant à voir. J'ai du lui faire peur entre mes cris et mes larmes et la force que je mettais à essayer de la traîner hors de là
Et puis sa voix, calme posée alors que je tenais toujours fermement ses bras, je l'ai lâché, hébétée, restant là sus les fesses, recroquevillée sur moi même en la fixant avec un regard absent.
Tout s'estompait, comme ces rêves qui disparaissent, tu sais...
Je tremblais, je ne pouvais plus faire le moindre geste pour m'expliquer ou pour l'aider, complètement paralysée par ce qui venait de se passer, je crois que j'ai pleurais un pardon mais je ne sais pas si il est vraiment sorti.
Ninon etait près de moi mais..Je me suis réfugiée entre mes bras pour pleurer, tétanisée, je ne me souviens pas avoir pleuré comme ça, ou ca n'a pas du m'arriver bien souvent, tu sais combien je déteste m'epencher comme ça....combien je trouve ça...minable.
Mon téléphone sonnait sur le carrelage, sans doute Aislinn, mais j’étais incapable de bouger, toujours prostrée en moi même et ma terreur.
Je n'ai même pas remarqué que j'avais déployé le Silent World à toute la chambre.
Tout etait de nuances de violet et gris....
Rassurant.
Revenir en haut Aller en bas
Ninon Lenoir
Élève à l'Institut Beta
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 09/07/2014
Age : 24

MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Sam 7 Fév - 19:36

Une trentaine de secondes. Cela n'avait duré qu'une trentaine de secondes, et Ninon se tenait tremblante et essoufflée devant les larmes de Jade. Elle perçut un minuscule « pardon », mortifié et à peine audible, entre ses sanglots et sa voix étouffée.
Avant cela, étalée sur le sol de la salle de bain, il n'avait fallu à la française qu'un seul instant pour comprendre que quelque chose n'allait pas lorsqu'elle croisa le regard, immobile et choqué, de son amie. En entendant sa chute et ses grogneries, Jade s'était précipitée de la rejoindre pour ensuite se pétrifier dans l'encadrement de la porte, comme si un fantôme lui était apparu.
Pourtant, ce n'était pas un fantôme, mais Ninon qu'elle avait fixé de ses grands yeux noirs hagards, et cette dernière n'avait pas eu le temps de l'appeler pour lui demander ce qui lui arrivait, qu'elle s'était déjà faite traîner avec la force du désespoir hors de la petite pièce. En entendant les cris de Jade, elle avait compris qu'aucune d'elles n'étaient plus là, mais qu'elles s'étaient perdues à nouveau dans un endroit sombre où ni l'une, nu l'autre, n'aurait jamais voulu retourner. Jade avait ressauté à pieds joints dans le tunnel, ou plutôt, le sol s'était dérobé subitement sous elle pour l'y refaire tomber, et elle avait agrippé Ninon dans sa réminiscence.
Terrifiée et paniquée, cette dernière s'était débattue. Elle avait crié son nom, elle avait essayé de la raisonner, mais rien n'y avait fait. Jade avait continué de se cramponner en la tirant sur le sol, sans l'entendre.
Alors il avait fallu réfléchir, vite. Etre forte pour deux, respirer et continuer de l'appeler, calmement cette fois-ci. Ninon avait réussi à poser sa voix qui n'aurait pourtant demandé qu'à se briser. Les souvenirs refluèrent et elle avait essayé de trouver l'une des mains de Jade pour la serrer, comme elle l'avait fait le jour où cette scène s'était réellement déroulée, au moment même ou Jade l'avait extraite du wagon éventré.
Finalement, en un claquement de doigt, tout s'était arrêté. Les cris et les mouvements. Il ne restait plus que les respirations désordonnée et engoissées.
Jade l'avait lâchée avant de s'immobiliser, le regard dans le vide et une expression presque choquée sur le visage. Les yeux brillants, Ninon la fixait en murant son nom pour tenter de la faire sortir de sa torpeur. Elle retint ses larmes au contraire de son amie qui se recroquevilla sur elle-même pour pleurer, et les couleurs de la chambre se modifièrent, réduisant leur gamme à des nuances violacées.
Ninon déglutit et sursauta alors que la sonnerie du téléphone portable de Jade se mit à retentir dans le silence de la petite pièce. Elle tourna la tête pour le chercher du regard et le trouva à quelque dizaines de centimètres, un mouvement plus brusque de l'une, ou l'autre, des jeunes femmes l'ayant probablement fait glisser. Son écran était illuminé pour signaler un appel entrant et Ninon se déplaça légèrement pour l'atteindre et dérocher sans avoir regardé l'origine de l'appelle. Au son des premiers mots qui sortirent des haut-parleurs, elle crut reconnaître la personne et n'attendit pas plus avant de commencer à parler en essayant de contenir sa panique et ses sanglots qui menaçaient de s'ajouter à ceux de Jade.

_ A..Aislinn ? C'est toi ? C..c... Elle prit une grande inspiration pour tenter de maîtriser les tremblement de son souffle qui commençaient à prendre le contrôle de sa voix. C'est N..inon. T.tu avais prévu d'être en retard, m...mais j'ai vraiment besoin que tu sois en avance, tu ..veux bien, dis ? C'est important.

Connaissant Jade, demander de l'aide extérieure pouvait sonner comme une mauvaise idée. Mais Aislinn était sa sœur, elle l'aimait et ne voudrait que son bien, sans pour autant réagir de façon excessive comme pourrait le faire Caitlyn. Elle avait aussi ce calme et cette douceur naturelle qui pourraient terminer d'aider Jade à s'en sortir.
Ninon prit à nouveau une grande inspiration en fermant les yeux et reposa le combiner à terre sans  faire attention à si elle avait coupé la conversation. Elle respira calmement avant de se tourner vers Jade. Doucement, elle se hissa à son niveau et approcha délicatement sa main de ses cheveux noirs pour y faire glisser ses doigts en de longues caresses apaisantes.
Jade n'aimait pas pleurer et Ninon savait qu'à chaque fois qu'elle s'y laissait aller, elle s'en trouvait faible et minable. Mais si elle n'aimait pas voir son amie pleurer, ce n'était pas parce qu'elle la trouvait faible ou minable, bien au contraire. Jade était sa petite souris, son âme sœur et l'une des personnes les plus fortes qu'elle connaissait. Alors la voir pleurer lui rappelait qu'elle était aussi la chose la plus fragile du monde. Jade ne chouinnait pas et ne versait jamais de larmes de crocodile, elle ne se montrait aussi émue que lorsque quelque chose avait transpercé sa carapace. Et cette fois-ci, le quelque chose avait resurgit de l'ombre pour leur exploser à la figure.

_ Jade.

Elle l'appela dans un murmure tremblant et redressa délicatement son visage du bout des doigts pour arriver à capter son regard noir baigné de larmes, et l'encra dans le sien, bleu et humide, mais apaisant.

_ Jade, regarde moi.

Elle resta silencieuse un instant, se contentant de caresser ses joues pour sécher ses larmes et la bercer, le temps qu'elle refasse surface. L'intonation de sa voix calme aurait pu être destinée à une petite fille perdue, mais dans le fond, n'était-ce pas ce qu'était Jade ?

_ Ca va aller, d'accord ? On n'a pas bougé, on est à l'institut, dans notre chambre et tout va bien. C'est passé, prends une grande inspiration. Elle attrapa l'une de ses mains pour la serrer fort dans la sienne. Là, tu vois ? Je suis là et je vais bien, on est chez nous et il n'y a pas de danger.
On est dans notre chambre, c'est notre château et notre QG, il ne peut rien y arriver, oui ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   Sam 7 Fév - 21:35

Samedi 11 Octobre 2014 – 02 : 55 P.M.
Les jours se suivaient et se poursuivaient dans une continuité n’ayant pas encore trait au quotidien. Les choses devaient se remettre avant que la routine ne revienne et tous en étaient encore au rétablissement. Cela allait plus vite chez certains que chez d’autres mais cela allait d’une manière ou d’une autre chez tous. Rachel observait cela, souriant parfois mystérieusement comme s’attristant d’autres, assez déphasée face à son propre environnement. La trouver n’était pas difficile, elle ne bougeait pas énormément de place et plutôt que se tenir sur les toits à veiller comme une gargouille elle c’était posée sur l’un des canapés du foyer, celui faisant face à l’écran relié aux consoles. La Wii U, Mario Kart 8 principalement même si au bout d’un moment même elle avait finit par se laisser et s’essayer à d’autres jeux, qu’ils soient destinés à l’amusement en multi-joueurs comme Super Smash ou au divertissement solo comme les Bayonnetta. Elle progressait rapidement, considérant le nombre d’heures quotidiennes qu’elle y passait ; six, en moyenne, parfois plus lorsqu’elle se levait plus tôt, parfois moins lorsqu’elle décidait de se dégourdir les muscles ou le cerveau et préférait une activité sportive ou plus constructive. Et dire que ROSA n’était pas encore sorti, elle aurait eu tout le temps de préparer son équipe stratégique afin de battre Sage…

Rachel n’en poursuivait pas moins sa surveillance de l’Institution, continuant d’accomplir son devoir premier malgré la concentration qu’elle pouvait donner à l’écran devant elle. Etre multitâche, c’était le cas ; agir sur le plan physique et psychique en même temps, elle en était capable. Après, l’Echo ne disait pas qu’elle faisait aussi bien les choses que si elle s’y concentrait complètement, il ne fallait pas exagérer. Pas plus qu’elle ne niait surveiller plus certaines personnes que d’autres ; ses proches. Ils continuaient leurs vies ou plutôt leurs vies continuaient et elle les observait de loin, ne s’imposant pas toute en se tenant prête à les aider au besoin. L’aide n’importait pas, à dire vrai, elle acceptait aussi bien d’aider à cuisiner que de parler et d’écouter ; tant qu’elle aidait, cela lui allait. Elle avançait de son côté également, même si elle cherchait à ne pas se prendre la tête tant par habitude que parce qu’il y avait plus urgent.

Des choses qui se poursuivaient sur leur lancée plutôt positive voir s’amélioraient mais comme souvent le meilleur s’était transformé en pire ; question d’équilibre. Jade se concentrait dans l’aide de Ninon jusqu’au soutien moral à la cuisine, restant même à son côté alors que ses mères se prenaient du temps au-dehors de l’Institut, et démontrait combien elle pouvait être attentionnée et bienfaisante. Cependant, Jade avait eue sa part comme son amie et il semblait que le syndrome de répétition venait de se déclencher ; enfin, des symptômes similaires, restait à espérer qu’elle ne développe pas ce trouble mental également.

Ninon c’était viandée, tout simplement, tout bêtement, sans aucune gravité ; l’utilisation des béquilles depuis maintenant presque deux semaines n’empêchait pas quelques maladresses. Jade c’était détournée de son téléphone, se levant pour aller la rejoindre. Puis c’était arrivé. Une chute, un choc ; l’immobilise qui se brisait de même que la réalité. L’une attrapant l’autre pour la tirer de toute ses forces alors qu’elle émettait tant de sons si forts. L’autre se débattant et criant à son tour à destination de l’une. Une qui pleurait et luttait avec hargne, finissant par lâcher et tomber sur les fesses. Combien de secondes pour cela ? Suffisamment pour que Rachel comprenne, alors même que Jade c’était recroquevillée et tremblait sous le choc tandis que Ninon sursautait pour se détourner, vers le téléphone. Le champ photokinétique se déploya, ultime défense contre le monde. L’Echo pausa son jeu et agit, son corps perdant conscience l’instant suivant.

- A… Aislinn ? C'est toi ? C… c… C'est N…inon. T… tu avais prévu d'être en retard, m… mais j'ai vraiment besoin que tu sois en avance, tu… veux bien, dis ? C'est important.

Rachel se tenait proche de ses protégées, nimbée de flammes et couverte de sa seconde peau rouge sang aux colliers et lignes cloutées sur les bras, le ventre et la colonne, cheveux roux tressés derrière elle, écoutant un appel à l’aide des plus avisés. Aislinn faisait sans doute partie des meilleurs personnes pour venir en aide à Jade, meilleure que Ninon ou qu’elle-même ne l’était, et sa présence serait une très bonne chose. Mais en attendant qu’elle soit là, à elles d’agir.

Ninon s’acharnait déjà à le faire, abandonnant le téléphone pour s’en retourner à son amie et lui caresser les cheveux. La toucher, lui parler, cela pouvait l’aider à revenir tout autant que lui déclencher un rejet et l’Echo se tenait prête dans le second cas puisqu’elle ne préférait pas interrompre la manifestation d’affection. S’il était besoin, elle interviendrait tant pour protéger Ninon que pour tenter de calmer Jade. Elle ne pouvait pas agir par le contact physique, quand bien même elle emploierait sa télékinésie, mais lui parler à l’esprit serait fait ; la française avait des bons mots portés par le cœur et s’ils ne suffisaient pas, Rachel enverrait des bons sentiments portés par l’esprit.

Cela allait aller, elles ne s’arrêteraient pas avant que cela aille. Elles n’abandonneraient pas Jade. Tout en restant là à voir cela tout en étant prête à en témoigner, Rachel usa une nouvelle fois de son multi-tachisme pour chercher les esprits de ses mères et les prévenir de la situation. Elles étaient peut-être trop loin pour l’heure mais qu’elles reviennent au plus vite serait suffisant, même sans elles Jade ne manquerait pas d’amour.

- Ecoutes-nous, Jade. Tu es avec nous.

Flottant irréellement à quelques pas, les silhouettes humaine comme aviaire se tournèrent un instant vers Ninon, son visage humain défiguré des lignes rouges de marques d’assermentations des limiers ne s’illuminant pas de la marque du Phénix mais irradiant un peu plus de cette lumière dorée qui la composait.

*Ninon, embrasse-là sur le front,* conseilla Rachel en souvenir de cette bénédiction d’amour dont Caitlyn avait faite tradition et qu’elle espérait la française, à défaut d’être informée, apte à pratiquer.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les racines de l'amitié. ( Pv sequenciel Ninon Lenoir)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ninon Lenoir (Dusk / Crépuscule) [seconde correction terminée!]
» Fiche personnelle: Ninon Lenoir
» les différentes facettes de l' AMItié
» Votre définition de l' Amitié
» chez Kiki (au fil de l'amitié)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: L'Institution Charles-Xavier et Alentours-
Sauter vers: