AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [ A Day To Remember] Rame numero 1 ( Jade/Sanzo/Ninon)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: [ A Day To Remember] Rame numero 1 ( Jade/Sanzo/Ninon)   Dim 28 Sep - 19:31



Le 29 Septembre 2014, 17h 38. Bleeker Street, N.Y

Bon, Ho, C'est pas comme si c'était l'événement de l'année, non ?

Je levais les yeux aux ciels tout en me dirigeant d'un pas alerte vers l'entrée de la station de métro, tentant de combler mon retard sur le reste du groupe. Je détestais parler au télèphone dans la rue, encore plus avec une de mes mères qui j'en étais sure complotaient à deux lors de mes ébats pour me fliquer même lorsque je sortais pour une ballade en ville. La voix avec une pointe de moquerie de Caitlyn se fit entendre à l'autre bout du fil.

Ben quand même, c'est ni du noir, ni du violet, un débardeur coloré, ca peut se fêter. Tu remercieras Ninon du coup. Hey c'est pas du rose au moins ?

Nouveau soupir alors que j'arrivais au niveau de Kamen à qui j'adressais un signe discret me frottant le plat de la main sur la joue en roulant des yeux et signifiant que la conversation était des plus barbantes.

Non, du bleu ciel...tu veux savoir si Sanzo m'a acheté de la lingerie tant que tu y es ?
Huh ?! Ah Ouiiiii ? Mais j'ai des très beaux trucs qui t'iront peut être...Diiis, il t'en a vraiment acheté ?
Maman >< … Tu vas pas t'y mettre comme Ninon ? Non, j'aime pas, ca fait...pute.
Ho ben c'est Amy qui va adorer l'apprendre dis donc ! Vu ce qu'elle porte.
Stoooop...J'veux rien savoir. Sinon, on prends le métro ..on est pas loin de Lafayette..Y'a un magasin de Hard Ware près de Soho , j'ai subie gentiment le shopping, j'ai le droit d'aller y faire un tour !  
Ha ? T'es pas loin de la City là ? Du coup vous pouvez venir au bureau, je vous ramène en voiture !
On est cinq maman, avec toi six ...et y'a Kamen, c'est pas un freluquet.
On se fera de la place, au pire on claquera Ninon dans le coffre.
Je transmet.
Non sérieux, je préfère vous ramener Jade, le bus...avec des mutations visibles...c'est...c'est risqué.
On est au vingt et unième siècle, keep cool, j'ai pas vu de mecs armés de fourches nous poursuivant...
justement, y'a un début à tout. Faites ce que je vous dis...je termine à 19 heures.

Je regarde mon télèphone par réflexe pour m'assurer de l'heure et affiche une moue boudeuse.

Mouais...Jouable, il est passé 17 h 30...les buss seront blindés de toute façon. Bon écoute, je descend là...Plus de réseau, bizz ; on se voit dans une heure.
Prends soin de toi.
Ouais, ouais...j'ai pas dix ans.

Je raccroche en remettant mon portable dans ma poche, essayant de ne pas faire attention aux regards obliques que me porte l'armée d'anonymes qui s'engouffre dans la bouche de métro, sans doute choquée par l'excentricité de ma tenue de cuir et de dentelles. Mon regard accroche un instant un vol de pigeon qui vient exploser ses bruissements d'ailes au dessus d'une grille d'aération. C'est une jolie scène, étrangement, elle me marquera comme ces petits détails qui longtemps après nous obsèdent.
J'accroche le bras de Sanzo me blottissant un peu contre lui tout en souriant discrètement à Ninon en grande discussion avec Sean, il est roux : ENFIN un argument qu'il saura utiliser pour arriver à ses fins. Je n'aime pas ses long escaliers qui nous mènent aux quais. Ils me rappellent l'obscurité des égouts de San Francisco, ils me rappellent que trop souvent...
Les choses savent nous écraser.

Mickael Stipe hurle dans les Hauts Parleurs dans une parfaite indifférence de la foule. Oui, il a sans doute raison, c'est la fin du monde tel que nous l'avons connu....

...mais je me sens bien.
Revenir en haut Aller en bas
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: [ A Day To Remember] Rame numero 1 ( Jade/Sanzo/Ninon)   Lun 29 Sep - 7:54

(29 septembre - 17H38)

il marchait tranquillement en sifflotant, s’arrêtant brièvement afin de jeter un coup d'oeil en arrière sur sa chérie au téléphone avec sa mère.

Devant Sean et Ninon, son ami avait une fois de plus été sensible aux charmes de la jeune fille. Pas sur que ça soit réciproque d'après ce qu'il savait d'elle. Quand à Kamen il jouait les grands frères protecteurs.
Le petit groupe d'ado avait eu "quartier libre" pour un "flanage" en règle dans les rues de New York. Shopping avait été le "code" mais tout ce qu'ils voulaient c'était un peu de temps ensemble comme n'importe quel gamin de leur age.
Les pères et mères réciproques avaient été dument avertis, rassurés par des promesses qu'ils s'efforçaient de tenir. Téléphone dans la poche, n° d'urgence ... le chat avait du prévenir lors de son départ et jurer qu'il appellerait à son arrivée. Malgré ces petits désagréments somme toute assez banal, ils avaient largement profité de la journée.
Les garçons s'étaient amusés meme dans les rayons lingeries. Enfin surtout Sean qui n'avait pas arrêté de charrier Jade en lui présentant divers sous vêtements plus suggestifs les uns que les autres jusqu'à ce qu'une vendeuse intervienne et le fasse rougir.

Kamen avait été égal à lui meme, calme et protecteur. Un bref regard sous sa casquette empêchait quiconque de chercher des ennuis au petit groupe. Sanzo quand à lui n'avait que rarement décollé son bras du tour de taille de Jade meme s'il s'était montrer courtois et poli envers Ninon.

Vêtus tous les trois d'un jean allant du gris pour le chat au bleu délavé pour Sean, les garçons portaient chemises  assorties. Blouson et baskets pour Sean et Kamen, manteau long et noir ainsi que ses chaussures adaptées pour Sanzo. Rien de très original. Une casquette pour Kamen et un chapeau pour Sanzo afin de cacher les particularités les plus frappantes de leur mutation.
Ninon et Jade étaient aussi vêtues à leur habitude. Le bras du chat et l'allure un peu "inquiétante" de Kamen avaient dissuadé divers garçons de s'en approcher.

Jade raccrocha et s'approcha, il lui sourit. Elle se coula sous son bras et il lui embrassa le haut de la tête. Elle sentait si bon. Un groupe de pigeon venait de s'envoler dans un bruissement de plumes mais il n'avait d'yeux que pour elle.
Les escaliers sombres et puants comme une menace plus qu'une invitation au voyage. Une légère inquiétude dans les yeux de Jade, il resserra son bras tout en lui murmurant
"je suis là".  

Le métro. Autre temps, autre fille. Colleen, il l'avait oublié depuis tout ce temps. Il se demanda brièvement ce qu'elle était devenue, cassait elle toujours les pierres grâce à son pouvoir ?
Il tendit les tickets à tous, pas question de frauder, papa Rei ne serait pas content.
Sean faisait l'imbécile pour impressionner Ninon et manqua de se casser la figure en butant dans une valise posée à terre. Le propriétaire ou plutôt, la propriétaire lui jeta un regard noir qu'il soutint d'un grand sourire niais. Le chat soupira en levant les yeux au ciel, quand cessera t il de faire l'andouille ...

Sur le quai, du monde, beaucoup de monde, vu l'heure c'est normale mais le chat s'en fichait. De toute façon personne ne comptait à part Jade. La musique était un peu trop forte pour ses oreilles sensibles mais ce n'était rien comparer à l'odeur ou plutôt aux odeurs. Odeurs humaines de transpiration, de parfums, de déodorants. Odeurs animales de graisse, de repas avalés sur le pouce. Odeurs aussi d'urine. Odeurs mécanique d'essence et de métal chaud.
Il plongea son nez dans les cheveux de Jade. Respirant à petit coup bouche ouverte.

Le métro ne devrait pas tarder, les garçons s'étaient resserrés autour des filles, protecteurs.

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ninon Lenoir
Élève à l'Institut Beta
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 09/07/2014
Age : 25

MessageSujet: Re: [ A Day To Remember] Rame numero 1 ( Jade/Sanzo/Ninon)   Lun 29 Sep - 14:36

Ninon avait 20 ans, elle fêtera même ses 21 ans en décembre… Et pourtant, cette journée à New York avec le groupe d’adolescents que formait Jade et ses amis avait été une pure merveille. A coté, les gens de son âge paraissaient soudainement ennuyeux à mourir, trop sérieux, trop adultes… alors est-ce que c’était considéré comme régressif de passer une journée avec des ados ? Peut-être, mais elle s’en fichait royalement, cela avait été tellement agréable de partager un de ces trop rares moments d’insouciance, de ne pas réfléchir et de simplement profiter de l’instant.

 It’s the end of the world…  Ce petit refrain l’avait poursuivi toute la journée, tournant en boucle dans sa tête, s’en allant quand elle riait et revenant dans les moments plus silencieux. C’était agaçant à la fin !

Et puis ne pas grandir était tellement tentant… en parlant de ne pas grandir, Sean lui rappelait un peu Peter Pan avec ses cheveux roux. Il était gentil et il l’avait fait rire toute la journée. Sanzo avait été adorable à passer son temps à protéger Jade en veillant sur elle à chaque instant et elle n’avait pas pu s’empêcher de sourire discrètement par moment. Quant à Kamen, il était calme et reposant, ce qui avait été très appréciable, tout autant que la menace sourde qu’il avait offerte à tous les gêneurs ayant osé s’approcher d’un peu trop prêt du groupe.
Dans la boutique de lingerie, Ninon avait levé les yeux au ciel en soupirant devant la réaction de Jade quand elle lui avait montré un bustier en dentelle rose dragée. Bien sur que non ça n’était pas vulgaire et puis ça n’était pas pour elle de toute façon ! Malgré leur adolescence, les garçons n’avaient d’ailleurs pas été si timides que ça dans les dentelles, sauf Sean qui n’avait pas fait le malin bien longtemps.

It’s the end of the world as we know it…  Ce qu’il y a de plus agaçant que d’avoir une chanson dans la tête, c’est d’avoir une chanson que l’on n’apprécie pas particulièrement dans la tête…  Peut-être qu’en cherchant qui l’avait chanté ça partirait...

Vers la fin d’après-midi, en entrant dans la bouche de métro, les courants d’air firent baisser la température et voler les longs cheveux libres de Ninon autour d’elle. Elle se félicita intérieurement d’avoir mis son pull d’automne en laine framboise, c’était un peu son pull du bonheur et de l’invincibilité, il était douillet et chaud et ne grattait pas. Sans lui, elle aurait vraiment commencé à avoir froid dans ces couloirs humides et sa robe courte beige, ses socquettes à dentelle et ses richelieus de cuir ne l’auraient pas plus protégée.
Entre deux blagues de Sean, elle tourna la tête vers Jade qui était revenue après son coup de téléphone. Elle avait beau ne pas l’air particulièrement rassurée dans les escaliers du métro, elle lui offrir quand même un petit sourire timide, ce à quoi Ninon se fit un plaisir de répondre par un de ses immenses sourires.

It’s the end…  Oh non, voila que la station de métro s’y mettait elle aussi…

Sanzo avait pensé à tout, même aux tickets de métro et Sean qui n’arrêtait pas… Elle le rattrapa au dernier moment en riant pour lui éviter la honte de se vautrer magistralement par terre. Quand le groupe prit la direction du quai, elle chantonnant doucement pour elle à voix basse, légèrement perdue dans ses pensées et essayant de se rappeler le nom du groupe qui avait sorti ce morceau tout en le faisant discrètement sortir de sa tete…  It’s the end of the world… .
Et puis tout ce monde qui attendait la rame… Elle perdit légèrement son sourire en se tendant imperceptiblement malgré les pitreries du roux, déglutissant avec difficulté. Elle avait horreur de ces lieux bondés, de la foule…  Elle croisa ses bras, les serrant fort contre elle en essayant de se concentrer sur son pull, ressentant sa douceur, son mouelleux, le rugueur des mailles qu'elle agrippait légèrement sous ses doigts. Mais elle ne paniqua pas, elle n’était pas seule et les trois garçons s’étaient rapprochés pour former une sorte de mur autour des deux filles, les protégeant du reste des passagers attendant la rame.

And I feel fine…  … R.E.M, c’est ça? Les années 80 n’étaient pas ce qu’elle préférait de toute façon…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [ A Day To Remember] Rame numero 1 ( Jade/Sanzo/Ninon)   Lun 29 Sep - 20:13




17H47, Station Bleeker.

M...merde ! Fait chier !

Je jurais alors que ma monnaie tombait sur le sol, c'était là tout ce que j'avais gagné à vouloir aller trop vite en remettant mon portable dans l'autre poche de ma veste en cuir. Sanzo leva un sourcil perplexe en me regardant me pencher à la recherche des quelques pièces. Un sous était un sous, pas questions que mon maigre argent de poche concédé par mes tortionnaires fiscales de mères termine comme pourboire aux romano et clochards du coin.
Je sentit le bras de Sanzo m'agripper pour me tirer un peu plus en arrière de ma pêche au trésor alors que le souffle d'un vent chaud et nauséeux m’annonçait l'entrée en station de notre métro. Son geste somme toute plein de sollicitude m'arracha un grognement plaintif.

Ouais bon, j'ai pas vocation à terminer en pâté pour chien...J'l'ai vu hein !

_________________________________________________________________

Il est 17h48.

La rame s'est immobilisée et le ballet des allées et venues commence à défiler dans une bousculade désagréable et aveugle, j'en suis encore à chercher des pièces sur le sol en jurant, Sanzo ayant haussé les épaules s'affaire enfin de son coté tendis que Ninon et les deux autres nous regardent perplexe et légèrement agacés. Sean n'y tient plus, finissant par me houspiller.

Jade, laisse tomber, on va le manquer ! Y'a plein de people qui rentrent, tu ne vas pas nous en chier une pendule pour quelques cents, non ?
Tututut, c'est le début des grandes fortunes, petit, tu sais avec combien de dollars Bill Gates a commencé a monter Microsoft ? Tu veux déjà flouer la Jade N Co ?

Je m'acharne à chercher , mettant enfin la main sur un quarter dont j'exhibe la face  de Washington après l'avoir saisi avec précaution entre deux doigts , à mes suivants en criant un Youhou bien imbécile de victoire.

Un quarter !!!! Et vous vouliez que je laisse toute cette fortune aux rats et aux pigeons ?

Oui ben en attendant, avec tes conneries , y'a plus de place ni devant, ni au centre !  Magnez vous, on va vers le fond ! Il va redémarrer !

Un petit sprint agrémenté d'un fou rire alors qu'on s'engouffre comme des écervelés d'adolescents en voyage dans la dernière voiture, la 11.  J'agrippe la barre centrale en ayant remonté ma manche sur la paume de ma main pour éviter les contacts. De toute façon,  il n'y a plus de places assise disponibles. Mais je garde ma précieuse pièce toujours en main  et sent avec satisfaction le torse de Sanzo venir s'adosser en protection à mon dos. J'observe d'un bref regard Ninon lever les yeux au ciel avec indulgence. Oui  je suis comme ça, faut faire avec, voilà !

Quoi ? On y est, non ? Et un jour tu saisiras toute l'importance mystique et sacrée de cette pièce magnifique...Ah ! Je vais m'en faire un pendentif, rien que pour vous casser les noix.

En tournant la tête, je reporte mes iris noires avec un large sourire espiègle sur le visage de mon petit ami en une expression mêlant amour et défit.

Hein c'est vrai ?  Que j'ai toujours rais......... 

_______________________________________________________________


Lundi 29 Septembre 2014, il est 17h49. Ce jour entre dans l'histoire de toute une Nation.

C'est une brève clameur vers le devant, une trop brève clameur suivi d'un terrible flash de lumière. Je n'ai pas le temps d'analyser, de comprendre. C’était derrière Sanzo qui lui lui tournait le dos, la lumière m'a fait bouger la tête par réflexe et tout suite après, le bruit...Non, le vacarme.
Ce son épouvantable, inoubliable et terrifiant. Ce mélange d'explosion et de hurlements...assourdissant, écrasant

Et le monde perd ses repères, je suis ballottée avec une violence inimaginable en arrière, jusqu'à percuter ce qui semble etre d'autres personnes en un choc sourd et violent . Combien de temps ca dure ? Je ne sais pas . Pas assez longtemps pour hurler...pas assez de temps pour se rendre compte. Je suis ballottée ensuite comme une pantin désarticulé, cognée contre le métal froid et sentant le verre m'entailler les chairs. Je sens un bras dont la main me saisi fermement, mais le tumulte est trop fort et le contact salvateur ne dure qu'un instant sans doute suffisant.  Je sais pas où est le sol , le plafond, je ne sais pas si je suis dedans , dehors. J'ai mal terriblement mal, le son est assourdissant, je sens le souffle des flammes, le souffle d'un ouragan qui nous emporte tous. Puis la violence de mon corps qui heurte  le sol.



Et puis...

Plus rien .
Revenir en haut Aller en bas
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: [ A Day To Remember] Rame numero 1 ( Jade/Sanzo/Ninon)   Jeu 2 Oct - 13:10

(Sanzo)

"Jade dépêche, c'est que de la monnaie laisse là. " non Jade continuait à chercher les malheureuses pièces qui venaient de tomber de sa poche. Sanzo soupira. Bien sur le gosse de riche en lui trouvait ça un peu pitoyable mais bon c'était Jade, sauf que ...

"t'es complètement folle" il venait de la tirer par le bras car le métro arrivait manquant de peu de lui arracher la tête. Avoir une petite amie décapitée n'était pas forcément dans les plans du chat.

Ouais bon, j'ai pas vocation à terminer en pâté pour chien...J'l'ai vu hein !

"j'espère. Il est hors de question que je te partage avec un clebs" piètre tentative d'humour pour cacher la frayeur qu'elle venait de lui faire. Puis en soupirant à son tour il se baissa et se mit à récupérer les malheureux quarters de Jade. Si elle n'avait pas été si têtue, il les lui aurait donné de bon coeur. Il hésita d'ailleurs à discrètement plonger sa main dans sa poche, de la monnaie il devait bien lui en rester.

Sean n'avait pas sa patience et loin d'aider il ne faisait qu'énerver tout le monde. Enfin, ce fut dans une cavalcade agrémentée de rire que le petit groupe finit par grimper dans le métro. Bien sur il n'y avait plus de places assises tant pis. Lui il s'en fichait, bien au contraire puisqu'il put venir se coller à sa chérie.


Hein c'est vrai ?  Que j'ai toujours rais......... 

il avait commencé à hocher la tête avec un sourire taquin, résistant à peine à l'envie de l'embrasser. Puis il avait  entendu. Quoi il ne savait pas. Un son étrange, un son qui lui avait déchiré les oreilles. Puis il avait vu. Il avait vu le mouvement de tête de Jade. Peut être quelque chose dans ses yeux. Machinalement il l'avait suivi. Réflexe conditionné. Une lumière {jolie} avait il bêtement pensé. Puis le monde avait basculé ou s'était soulevé.
C'était étrange comme s'il était dans un de ces drôles de manèges qui pivotent dans tous les sens ou bien dans un tambour d'une machine à laver ou ...

Autour de lui, des cris, des hurlements tellement épouvantés qu'ils n'en étaient plus humains, accompagnés par le miaulement effroyable du métal qui se tordait. Une bien étrange cacophonie. Il tendit la main devant lui cherchant à retenir l’être aimé mais elle était prise, englouti par cette chose se repaissant de terreur. Il sentit ses jambes frapper rudement le plafond ou le sol, il n'en savait rien, ses sens totalement perturbés. Il vit des visages qui virevoltaient devant ses yeux. Quelque chose de mou le frappa avant de tomber dans un bruit sourd. Il n'avait pas peur, son cerveau étant incapable d'analyser ce qui se passait.

Puis sa tête heurta violemment un objet en métal, peut être un siège, peut être un extincteur, il n'en savait rien. Il sombra instantanément ses pensées tournées vers Jade.

------------------

(Sean)

qu'est ce qu'elle était chiante. Heureusement que c'était la petite amie de son meilleur ami sinon il l'aurait laissé planter comme une idiote à ramasser ses pièces. Bon il l'aimait bien quand meme. Mais par sa faute, ils avaient failli rater le métro et avaient du courir.


"t'es vraiment chiante" lui lança t il une fois dans le wagon "on peut meme pas s'assoir". Il n'aimait pas être en fin de rame.
"avec tout l'argent de ton chéri qu'est ce que ça peut bien faire de perdre quelques quarters. Pffff  c'est vraiment n'importe quoi. Et tes mères elles te donnent pas de fric ?"  

Sean était de mauvaise humeur et s'en prendre à Jade était son passe temps favori. Faut dire que la jeune asiatique n'avait pas sa langue dans sa poche et n'hésitait pas à le rembarrer.

Quoi ? On y est, non ? Et un jour tu saisiras toute l'importance mystique et sacrée de cette pièce magnifique...Ah ! Je vais m'en faire un pendentif, rien que pour vous casser les noix.

tout comme Ninon il leva les yeux au ciel. "n'importe quoi ma pauvre Jade, t'es complètement dingue. T'es pas d'acc Ninon ?" dit il en se rapprochant de Ninon. Il avait passé la journée non loin de la "nouvelle" appréciant sa gentillesse et son calme. Il l'avait meme fait rire à plusieurs reprises.
Bon les remarques de la vendeuse l'avaient calmé quand il avait voulu provoquer Jade avec de très jolis sous vêtements.

Il s'était adossé non loin de la porte latérale à l'opposé du quai et regardait les deux tourtereaux roucouler à leur habitude. Une petite fille aux grands yeux lui souriait sous le regard un peu agacé de sa mère. Ils s'amusaient à se tirer la langue et à se faire des grimaces. Elle devait avoir dans les 8-10 ans. Il s'était approché du siège ou elle était assise.
Il la vit. La lumière, une sorte de flash. Il trouva étrange qu'on prenne des photo dans le métro et pensa à un quelconque débile touriste. Il n'eut pas le temps d'y réfléchir qu'il se sentit projeter contre la porte. Il vit Ninon et Kamen. Il vit Sanzo et Jade. Il vit la petite fille. Tous avec le meme regard à la fois terrifié et incrédule. Ils ne comprenaient pas ce qui se passait. Il vit la vitre se rapprocher dans une lenteur exaspérante.
Il sentit le froid du verre. Il sentit le choc de sa tête. Il sentit surtout l'entaille le long de son oreille et de son cou lorsqu'il passa à travers. Il sentit aussi les bouts lui pénétrer vivement les chairs et son sang couler.
Il sentit qu'il heurtait brutalement le mur si dur, si froid.
Puis il ne sentit plus rien.

----------------
(Kamen)

il n'avait pas beaucoup parlé à son habitude mais il avait apprécié la journée jouant les "grands frères" auprès de Jade et Ninon. Elle était d'ailleurs marante avec son allure de princesse d'un autre temps. Elle lui rappelait ces belles jeunes filles des contes que lui racontaient sa mère quand il était enfant. Quand à Jade ... c'était Jade. Jamais bien loin de Sanzo d'ailleurs. Ils semblaient toujours attirés l'un vers l'autre, ne se séparant que de peu.
Meme s'il n'avait que moyennement apprécié la viré dans le rayon lingerie, il les avait suivi sans rien dire. Et puis voir Sean se faire remettre en place était un spectacle plaisant.
Il avait remarqué l'hésitation des filles à descendre et s'était mis derrière Ninon pour la protéger, Jade ayant son propre "chevalier".
Il n'avait rien dit non plus quand Jade avait perdu ses pièces, ni quand ils avaient failli louper le métro. Au contraire, il en avait ramassé une, essuyé soigneusement avant de lui tendre.
Il avait quand meme émis un petit soupir lorsqu'il avait fallu courir. Pas facile avec ses 110kg. L'avantage c'est que personne n'était resté sur leur chemin. Il n'y avait plus de place assise mais il s'en fichait il était mieux debout.
Les deux amoureux étaient toujours collés l'un à l'autre. Sean boudait appuyé sur la porte latérale. Il se plaça le plus au fond à droite cherchant à caser sa lourde carcasse et à gêner le moins possible. Au moins vu qu'ils étaient dans le dernier wagon, il ne dérangerait personne et ne serait déranger par personne.


 "tu peux t'appuyer sur moi si tu veux" bredouilla t il à Ninon avec un timide sourire et surtout en rougissant.

Hein c'est vrai ?  Que j'ai toujours rais......... 

Jade n'avait pas fini sa phrase qu'il la vit tout comme elle. Une étrange lueur suivit d'un bruit déchirant. Il vit le chat tourner la tête aussi. Et se fut la débâcle. Il sentit Jade ou plutot vit son bras qu'il tenta d’agripper avant d'être obliger de la relâcher. Lui aussi fut soufflé malgré son poids meme si son corps résistait. Il finit par heurter le béton du quai s'enfonçant en parti dedans. Il ne perdit pas conscience meme s'il aurait préféré. Il vit tout. Il entendit tout.

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ninon Lenoir
Élève à l'Institut Beta
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 09/07/2014
Age : 25

MessageSujet: Re: [ A Day To Remember] Rame numero 1 ( Jade/Sanzo/Ninon)   Ven 3 Oct - 10:00

(le morceau rend mieux avec des écouteurs ou un casque...)

Il y avait trop de monde sur le quai et Ninon continuait de faire rouler les épaisses mailles de laine sous ses doigts en regardant Jade qui ramassait sa monnaie sur le sol. Elle soupira pour essayer de faire redescendre sa tension malgré la présence rassurante du géant silencieux se trouvant dans son dos.

Il y avait la rame qui arrivait rapidement et Ninon qui appela Jade en esquissant un mouvement vers elle, la voyant déjà se faire faucher ma le métro. Sanzo avait été plus rapide et l’avait tirée en arrière en la grondant légèrement avec un humour qui cachait mal sa propre frayeur.

Il y avait le bruit des roues et leur crissement sur les railles, celui du claquement sec des portes s’ouvrant à la volée à chaque wagon et celui étourdissant et indiscernable des nombreux passagers  qui en sortaient se dispersant comme des grains de riz sortant d’un sac percé.

Il y avait Sean qui perdait patience en regardant Jade, toujours à chercher ses pièces et Sanzo qui s’était mis à l’aider.

Il y avait Kamen qui ne disait toujours rien mais qui s’était baissé lui aussi avec une discrétion étonnante vue sa stature pour ramasser une des pièces, prenant soin de la nettoyer avant de la tendre à Jade. Ninon sourit malgré elle, tout ça pour une quarter… La foule n’était plus sur les quais, elle s’était entassée dans les wagons. Le groupe avait du courir pour finalement trouver une place en queue de train.

Il y avait les rires des adolescents qui étaient communicatifs et qui avaient fini par détendre la française. Le wagon était rempli, mais moins que les autres comme c’était toujours le cas dans les extrémités des rames de métro.

Il y avait Ninon qui enleva son pull devenu de trop après cette petite course, ainsi que par la chaleur qui régnait dans l’espace clos. Elle en noua soigneusement les manches autour de sa taille et Sean s’approcha d’elle. Elle releva rapidement ses cheveux devenus électriques par le passage de la laine en un chignon sur le haut de son crane.

Il y avait la rame qui commença à partir dans une petite secousse, l’obligeant à se raccrocher de justesse à la barre déjà presque complètement investie. Elle jeta un regard sur la pièce que tenait fièrement Jade entre ses doigts en levant les yeux au ciel avec une expression amusée et exaspérée à la fois, doutant que cette dernière eut vraiment l’intention de porter quelque chose qui avait trainé sur le sol sale du quai autour de son cou… Ninon ne répondit pas à la question de Sean et se contenta de sourire, elle n’était pas forcément à l’aise quand on la prenait à partie, mais il était roux, alors elle voulait bien lui pardonner cette maladresse. Elle le regarda s’écarter à quelques pas pour bouder, adossé à la fenêtre. L’espace d’une seconde, son expression se fit plus mélancolique, il lui fit penser à son frère. Paul aussi avait cette espèce de pouvoir magique avec les enfants… Elle l’appellera en rentrant tout à l’heure.  

Il y avait le sourire timide et la figure empourprée de Kamen en lui proposant de s’appuyer contre lui. Ninon était un peu surprise, il ne lui avait que très rarement parlé et son visage s’éclaira, sincèrement heureuse qu’il s’ouvre un peu. Elle lui rendit son sourire et lâcha avec précaution le petit bout de barre qu’elle avait réussi à attraper, essayant de ne pas perdre l’équilibre en le rejoignant, laissant du même coup les amoureux  sur le point de partager un baiser.

Il y avait eu ce flash dans le dos de Ninon mais tout ce qu’elle vit fut l’expression de Kamen changer en un fragment de seconde.

Il y avait aussi eu ce bruit assourdissant qui résonna comme un grondement sec partout autour d’elle et en elle.

Et il y avait surtout eu ce souffle terrible qui l’avait emporté en un éclair, venant faire s’écraser tout son flanc gauche contre la taule définitivement trop dure du fond du wagon.

Il y avait eu l’ombre qui avait commencé à bouger mais qui n’avait pas été assez rapide pour la protéger entièrement, n’évitant pas à la brutalité du choc de vider tout l’air de ses poumons et de la laisser sans voix.

Il y avait eu ce brasier qui s’était engouffré en un claquement de doigt à travers tout le wagon, l’aveuglement des flammes détruisant tout sur leur passage et détraquant les ombres. La chaleur terrible et insupportable qui était venue pénétrer les chaires pour les bruler alors que les débris de métal arraché et de verre brisé, venaient les déchiqueter, eux aussi emportés par ce souffle terrible.

Il n’y avait pourtant que deux secondes, Ninon s’apprêtait à rejoindre la silhouette protectrice et rassurante de Kamen.

Il y a le calme, tout aussi assourdissant après cet éclair, ce moment où tout semble flotter à l’extérieur et vibrer à l’intérieur.

Il y a ce nuage noir, cette épaisse fumée dans laquelle se mélangent cendres matérielles et centre humaines. Elle s’insinue dans la poitrine, la brulant de l’intérieur, l’étouffant un peu plus.

Il y a Ninon telle une poupée de chiffon brulée et jetée à même le sol, silencieuse, flottant dans une demi-inconscience, ses yeux mi-clos perdus sur ses doigts devant son visage.

Et il y a cette maigre lueur orangée et vacillante qui entre timidement par les fenêtres tordues et brisées, venant faire délicatement trembler les reflets de l’épais liquide rougeâtre recouvrant ses doigts…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Animation
PNJ
avatar

Messages : 150
Date d'inscription : 05/04/2012

MessageSujet: Re: [ A Day To Remember] Rame numero 1 ( Jade/Sanzo/Ninon)   Ven 3 Oct - 11:37



Lundi 29 Septembre - 17H00 - Hunter College

Hunter College, l'une des plus prestigieuses universités publiques américaines. Il aimait cet endroit meme si en été le campus était quasiment vide, aujourd'hui la vie y avait repris ses droits. Des cours de qualité, une population éclectique, des activités de toute sorte, oui c'était un bel endroit pour quelqu'un comme lui.
Il avait bossé pendant plus de deux heures dans l'immense bibliothèque malheureusement il allait devoir partir. La vie étudiante n'était pas si agréable que ça surtout sans argent. Sa bourse suffisait à peine à régler la vie courante quand à demander à ses parents.

Licencié il y avait maintenant 5 mois son père enchainait les petits boulots, quand à sa mère, garder des enfants était de plus en plus difficile. Moins d'argent, plus de méfiance pas simple alors il devait faire avec. Il avait réussi à se dégoter un petit boulot dans un MacDo et se faisait quelques dollars comme coursier pour The Brooklyn Rail, un mensuel consacré aux arts et à la critique littéraire. Cette place était une vraie chance pour lui. Devenir reporter, faire du vrai journalisme.

Il ramassa ses affaires et sortit en silence. Le métro n'était qu'à quelques pas. Le bruit, c'était toujours ce qui le frappait en premier lorsqu'il retournait "à la vie", puis venait l'odeur encore plus en été. La sueur se mêlait aux parfums parfois franchement désagréables des déodorants, produits solaires et autres que se mettaient allègrement les nombreux touristes. Car des touristes il y en avait encore, reste d'un bel été et d'un mois de septembre particulièrement agréable. C'est pour ça qu'il préférait l'hiver. Il n'aimait pas tout cet étalage de chair et de graisse blanchâtre. Lui ne changeait rien. Jean délavé, T-shirt froissé, un haut de jogging gris, capuche sur la tête. Été comme hiver, il ressemblait à la majorité des garçons de son age qui trainaient leur ennui dans les rues de New York. Les cheveux courts, brun, un visage quelconque, des yeux noisettes toujours en mouvement. Il n'était ni grand ni petit, ni gros ni maigre. Comme tous les autres, il portait vissé sur ses oreilles un casque relié à un mp3 d'occasion qu'il s'était offert avec son premier salaire. Sac à dos plein à craquer sur l'épaule, il marchait ni vite ni lentement, laissant même passer un groupe d'asiatique.  

Il regarda sa montre, une curieuse montre à gousset offert par son grand père peu avant sa mort. Grand père Adelman. D'origine juif, il avait connu les camps de concentration puis avait émigré aux Etats unis. Alex sourit en repensant à son grand père. Il aurait bien voulu le connaître un peu plus.  Enfant, ce dernier lui racontait de bien belles histoires enfin du moins le croyait il avant de comprendre que c'était la vie du vieux.  Aujourd'hui tout ce qu'il lui restait c'était cette montre qui indiquait 17H10.

Quelques marches pour descendre, validation du ticket qu'il ne manquait jamais, un bref passage aux toilettes et toujours ce pas nonchalant pour atteindre les quais. Un grondement qui s’amplifia, pile à l'heure comme toujours. Voiture 4, il montait toujours dans la voiture 4, au milieu. Une vieille dame en difficulté, avec un sourire malgré l'air méfiant de la vieille, il souleva son cabas et le posa dans la voiture avant de se diriger au milieu. Toujours au milieu, là ou c'était le moins dangereux.

Son regard balaya les sièges, des inconnus, tellement d'inconnus. Des hommes, des femmes. Des jeunes, des vieux. Et cette grosse femme noire avec ses deux enfants, un petit garçon dans une poussette et une fillette de 4 ans environ, de mignons élastiques en forme de papillon dans les cheveux. Il les connaissait, ou plutôt les reconnaissait. Tous les jours, à la même heure il les voyait. Il y avait aussi ce vieux monsieur à l'air si triste. Alex se demanda si lui aussi deviendrait comme ça, prenant le métro afin de voir un peu de vie. Et cet autre, du genre "homme d'affaire" qui se cachait derrière son journal afin de ne pas être dérangé. Et ces deux filles mignonnes au look "lolita gothique" qui le regardaient en riant avant de s'embrasser, une lueur narquoise et provocatrice dans le regarde. Et tous ces inconnus qui allaient partager quelques minutes de sa vie. Ce couple d'allemand en vacances, ces deux femmes qui discutaient de la dernière rupture d'il ne savait quel acteur. Ce petit groupe d'ado qui se trémoussait sur de la musique bien trop forte. Il remarqua l'énervement de certain, la fatigue d'autres, l'indulgence… toutes ces émotions qui donnaient un sens à leur vie. Et lui où était il ?

17H30, nouvel arrêt, nouveau chassé-croisé de gens. Les ados sortirent, d'autres entrèrent. Les stations défilaient sous ses yeux. Il les connaissait par coeur. "une tit pièce" une voix chevrotant et avinée le tira de ses pensées. Non pas de "tit pièce". Il n'avait pas d'argent à donner. Des clodo, il y en avait chaque jour plus. Des vieux aux yeux larmoyants, puant l'alcool et la crasse. Alex les détestait.  L'homme n'insistait pas, encore heureux. Un groupe d'ado le prit à parti, personne ne s'interposa. Même pas cet homme aux bras couverts de tatouage assez costaud pour briser des pierres. Tout le monde s'en foutait, surtout Alex. Il n'avait qu'à travailler merde. Lui le faisait bien.

17H45. Son coeur se mit à battre un peu plus vite, un peu plus fort. Un sourire étira ses lèvres. Plus que 5 minutes. 5 longues minutes. On pouvait en faire des choses en 5 minutes mais eux que faisaient ils ? Rien. Rien de plus que ce qu'ils ne faisaient maintenant. La femme noire houspillait la gamine qui s'agitait, l'homme était toujours pongé dans son journal. Les filles continuaient à s'embrasser histoire de choquer. Et lui regardait sa montre, 17H46… 47…

C'était long. C'était court.

Plus que 3 minutes.
2 minutes.
1 minute.

Le métro ralentissait. Station Bleecker Street. Deux lignes se croisaient, 7 services dont l'un h24, 7 jours sur 7. Un nouvel accès tout neuf inauguré en 2012 permettait aux voyageurs de passer rapidement de l'une à l'autre. Une desserte aux heures de pointe avait même été créée. Aujourd'hui il était encore un peu tôt mais c'était quand même mercredi. Alex se leva posément.

50 secondes
Il posa son sac sur son siège.

40 secondes
Il posa ses écouteurs. La fillette le regarda, il lui sourit.

30 secondes
Il baissa sa capuche. Le vieil homme le regarda de ses yeux myopes. Les filles se décolèrent.

20 secondes
Le métro entrait en gare. À quelques mètres de là, de l'autre coté du mur, une rame arrivait dans l'autre sens.

15 secondes
Le bruit des freins.

10 secondes
Les portes allaient s'ouvrir.

5 secondes
Il fit un clin d'œil à l'enfant et ôta son jogging.

4
Un silence de mort.

3
Des hurlements de terreur.

2
Les portes commençaient à s'ouvrir.

1
Il écarta les bras.

0
La déflagration dévasta la voiture n° 4.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [ A Day To Remember] Rame numero 1 ( Jade/Sanzo/Ninon)   Ven 3 Oct - 13:28




Résidence des Elioth-De Lauro, Futur Proche.

Elle reste pensive, remontant ses « lunettes d'intello » comme on aime à les appeler depuis qu'elle en porte, sur le bout de son nez puis elle tapote nerveusement son livre sur les genoux, un instant interdite, avant de porter par réflexe la main sur la chaîne en argent et de jouer machinalement avec la pièce d'un quarter qui s'y trouve suspendu. Un geste de nervosité absolu alors que son regard décroche enfin de son vis à vis pour se porter vers le jardin en contrebas de la terrasse.

Après ça..je ne sais plus...c'est...compliqué d'en parler. Tu sais Petite Sœur, nous avons tous traverser nos enfers, Maman, Mamma, Ais'...ce n'est pas pour autant que...je veux dire..il m'a fallut beaucoup de temps pour accepter, pour juste l'accepter..en parler, raconter...c'est raviver des souvenirs qui ne cicatriseront jamais. Personne ce jour là n'avait conscience que nous vivions un des événements les plus marquant de notre Pays. Ce jour...il a balafré l'Histoire, il nous a balafré dans ce que nous avions de plus cher...l’insouciance.
La première victime lors d'un attentat, c'est l'innocence. Toujours...Toujours


Son regard se voilà alors que les mots moururent dans le silence.

Ca m'aide pas pour mon devoir ça...Jade ?....Jade ? …..Hé ho JADE ?




_________________________________________________________

On a crié mon nom, je le crois, je n'arrive pas à me concentrer. J'essaye d’émerger de cet état de choc.
Mais cet appel fantomatique me fait reprendre conscience.
J'ouvre les yeux en une longue inspiration contrite se muant en gémissement plaintif. Aussi tôt l'air brûlant et chargé de fumée, poussières et de cendres m'arrache un spasme respiratoire auquel répond une fulgurante douleur dans la poitrine.
Un hurlement cassé en une plainte alors que je sens mon corps se réveiller brutalement et les douleurs qui l'accompagne.
Mes cotes sont broyées, mon bras gauche refuse de bouger et j'ai le goût du sang dans la bouche. Je porte la main à l'arrière du crane pour sentir un contact d'un liquide visqueux et sanglant.
Mon corps refuse de se mouvoir alors je bredouille son nom dans ma brume sensorielle.

S...Sanzo ?

Mes yeux ne distinguent que des ténèbres vacillantes auréolées de brasiers. Ce n'est pas l'obscurité, mais un refuge étouffant et brûlant faisant penser à quelque monde infernal et sulfureux. Mes oreilles bourdonnent toujours de l'explosion mais j'y distingue grondements, gémissement et hurlements.

J'ignore ce qui ce passe mais je sais que j'ai survécu. Une fois de plus. J'ai survécu.
Je suis une survivante, j'inspire à nouveau cet air corrompu et sentant la chair brulée et je bloque ma respiration un instant.
Le vide.
Le vide émotionnel.

Je suis une survivante, je ne terminerai pas ici. Personne ne me dira comment finir, ma vie...MES choix ! Ma main creuse le sol en un geste de rage pure alors que le froid de la colère m'envahit. Je connais cet état, c'est ce qui m'a déjà sauvé plus d'une fois.
Me tournant vers la gauche , mon regard accroche le cadavre d'une jeune fille, sa tête a été broyée par une sorte d'amas métallique et il ne reste plus a la place de son visage qu'une sorte de bouillie infâme mêlant débris d'os, de cervelles et caillots de sang. D'un geste vif, je prend appuis sur son épaule pour me redresser écrasant encore une fois un hurlement de douleur.
Ma voix à du mal à émerger des ténèbres déjà qu'elle n'est pas forte d'origine.

Sanzooo ! Ninooon ! Ka...kamen..Sean ? Sanzooo !!

Je suis enfin debout manquant de déraper sur un corps démembré, un hurlement sur la droite, un homme est en train de brûler vif dans cet étrange spectacle aux nuances d'orange et de rouge cerclé de ténèbres.
Je sens une main m’agrippant la cheville, je chute au sol en hurlant de douleur
Je cherche à distinguer ce que c'est.

P...pit...aid...

C'est un vieil homme dont seul le corps émerge d'un amas de tôles broyées. Il saisit ma cheville comme sa dernière planche de salut. D'un geste vif m'arrachant des coups de poignard dans le dos et les cotes, je lui ascènes des violents coups de pieds pour le faire lâcher.

Lâche...moi..C...Crèves !

Je suis une survivante, je DOIS survivre.
Je ne cesse que lorsque j'entends un craquement sinistre et que je sens la prise qui se relâche. Je ne lui accorde aucun regard me redressant à nouveau et me dirigeant vers vers une des voitures éventrées juste a coté de mon point de chute.

Sann..Sanzo...Koof...Kam..Kamen...Ni..

A l’intérieur du wagon éventré, un enchevêtrement de cadavres et de débris humains. Difficile de distinguer ce qui se trouve là, uniquement éclairé par les flammes crépitant. J'allais renoncer lorsque je la vois et mon cœur fait un raté.
Nonnonononon ! Pas toi ! *

Mes dernières forces pour me traîner à ses cotés, son regard, son sang...je pense qu'elle vit, je ne sais pas. Je dois l'emmener, la sortir de là, retrouver les autres.

Ninon...C'est moi...c'est moi...Regardes moi...tu vas bien, t'entends tu vas bien...il faut sortir, il faut sortir de là..c'est...allez..On s'en va..*

Je la traîne à même le sol en hurlant, la tirant comme on traîne un fardeau, j'y met ce qu'il me reste de rage et j'arrive à l'extraire de l'épave malgré mes douleurs. Je ne sais pas si elle me parle, si elle est conscience, je suis incapable de comprendre les mots à présent, mue uniquement par une force instinctive de la volonté de survivre. Nous sommes sorties, je tombe à genoux, il me semble qu'on dit mon nom a nouveau, je suis hagard, j’étouffe.

Un bruit.
Au dessus.

Un bruit terrible comme un grondement en approche.
Et la lumière crue, violente.
Deux points aveuglant au dessus de nous qui s'abattent sur nous alors que le vacarme est assourdissant.
Je ne comprends pas ce qui se passe.

Oh MON DIEUUU !*



Et l'enfer est à nouveau sur nous.

On me pousse avec violence, sans ménagements. J'ai l'impression de revivre la même scène qu'il y a quelques minutes. L'explosion est effroyable une fois de plus.
Mais je ne suis pas seule, je sens quelques chose qui m’érafle le visage et m’explose dans l’œil, une douleur fulgurante et déchirante.
Elle a raison de moi.
Je perds conscience.



* En chinois.




Lundi 29 Septembre 2014, Bleeker, New York. Il est 17H 52.

La Rame du quai B en arrivance de l'ouest vient de chuter par le sol ouvert du quai B et s'est écrasée sur le quai A et le reste de la Rame Nord-sud
Le courant est instantanément interrompu dans un rayon de 5 km de diamètre.
Revenir en haut Aller en bas
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: [ A Day To Remember] Rame numero 1 ( Jade/Sanzo/Ninon)   Lun 6 Oct - 13:31

(Sanzo)

{qu'est ce qui s'est passé ?} fut sa première pensée suivi immédiatement par {ou est Jade ?}
Il faisait sombre ou plutot rouge. Un sifflement lui vrillait les oreilles. Il tenta d'inspirer profondément mais une douleur à la poitrine l'en empêcha.
{je suis mort. Non je me suis transformé} sauf que la sensation était différente.

Il ouvrit la bouche pour mieux respirer et une odeur métallique lui envahit la bouche : du sang.
{zut j'ai mordu quelqu'un mais qui et pourquoi}

ses pensées étaient anarchiques. Puis la douleur l'envahit comme une vague. Il voulut hurler mais le sang continuait à couler dans sa bouche, à la fois chaud, réconfortant et particulièrement odieux.

{calme toi, c'est pas la première fois que tu te trouves dans une situation étrange. Calme. Respire}

-------------

(Noel 2065 - Miami)

"et t'as fait quoi ?
- et mamie elle était ou ?
- t'as pas eu peur ?"

le vieil homme regarda les deux petites frimousses avec émotion. Il venait de fêter ses 70 ans mais malgré son age, ses souvenirs étaient toujours aussi vivaces. Il avait l'impression que c'était hier, hier qu'il n'avait que 18 ans.

Il leur sourit laissant un léger silence s'établir pour un peu plus de suspense. Le petit garçon avait du mal à tenir en place.

"papi continue allez ?
- vous êtes sur ?
- oui   hurlèrent les jumeaux dans un bel ensemble
- d'accord. Alors j'étais ... "

-------
(New York - 17h50)

il tenta de faire le point sur son corps. C'était pire que la dernière fois finalement, quoique au moins il était toujours dans son corps. Il leva la main droite pour s'essuyer le visage. Du sang, tellement de sang. Il porta ses doigts à sa bouche. C'était bon/mauvais. Il avait envie de cracher/avaler.
Et cette douleur dans la poitrine, cette angoisse qui lui vrillait le cerveau et ce sifflement continue qui l’empêchait d'entendre et de réfléchir.


{Ninon, Sean, Kamen ... } il les avait oublié un moment. Seule Jade avait compté. Il s'en voulait. Pauvre Ninon pour une première sortie avec eux. Et Sean ...
il espérait que pour une fois la force de Kamen lui avait servi et l'avait protégé. Peut être meme avait il réussi à protéger  l'une ou les deux filles.

Le sang essuyé de ses yeux il continua son inspection du bout des doigts. Au moins son bras gauche n'avait rien. Son visage était coupé assez profondément par endroit, mais rien de bien terrible. C'était plutot cette sensation d'étouffement qui l'inquiétait. Respirer lui faisait mal. Il tenta de se relever, impossible. Il eut l'impression qu'on lui marchait sur la poitrine, lui broyant la cage thoracique, lui écrasant les cotes et les poumons. Il haleta un long moment (ou pas) perdant de nouveau un moment la notion du temps, terrassé par la douleur.

Ce fut un cri qui le ramena à la réalité. Il avait toujours du mal à entendre correctement, ses oreilles ayant soufferts de la déflagration.


"Jade ? Ninon ? C'est vous les filles ?" hurla t il. Avoir mal était une chose, ne pas savoir ce qu'étaient devenus ses amis en était une autre, bien plus angoissant pour le chat.

Une voix si étouffée qu'il ne comprit pas les paroles. Il voulut bouger mais son corps refusait. Des barres métalliques lui écrasaient le torse. Il tenta en prenant appui sur le sol de les basculer mais elles semblaient si lourdes.
Des sanglots s'élevèrent mais il ne savait que faire. Il était impuissant. Il n'avait qu'une solution, attendre sauf qu'il ne voulait pas attendre. Il ne voulait pas être prisonnier. A quoi avait servi tout ça, tous ses entrainements, toutes ces missions si c'était pour abandonner maintenant. Non impossible de laisser tomber maintenant. Il était un apprenti X-men. Quelle image il donnerait ? Comment Rachel arriverait à lui faire confiance ? Et Cait ? Et Amy ?
Il serait incapable de les revoir s'il ne tentait pas n'importe quoi pour retrouver Jade. Sans parler de son père et de Karl.
La douleur était une chose, une chose physique mais ça ... impossible pour le chat. La colère commençait à l'envahir, il la laissa monter. Il savait que se transformer n'arrangerait pas forcément les choses mais si elle pouvait lui donner un peu plus de force. Il se mit à gronder et à se tortiller dans tous les sens.

Jade n'abandonnerait pas.
Rachel n'abandonnerait pas.
Cait n'abandonnerait pas.

Les trois filles les plus importantes dans sa vie.
3 magnifiques femmes d'une force exceptionnelle.
3 femmes qui ne baissaient jamais les bras.

Il se focalisa sur elles. Elles l'encourageaient.

Il finit par réussir à glisser sous la poutre laissant au passage une bonne quantité de peau et de tissus. Mais l'effort le terrassa, il se mit à tousser, plié en deux, le souffle court.  


"ça va ? " il sentit une petite main qui lui fit lever les yeux. La petite fille était accroupit devant lui. Ses grands yeux reflétant l'horreur de la situation. Elle semblait cependant indemne.
"désolé j'entends plus rien pour l'instant"  
elle se mit à pleurer "je sais pas ou est ma maman"
Il tenta de se lever, mais fut pris d'un nouvel accès de toux. Du sang coula de son nez et de sa bouche, il l'essuya rapidement.

"écoute on va essayer de sortir d'accord. Tu dois pas avoir peur." pas facile de rassurer quand on était soit meme terrifié mais il le devait.
"dis moi qu'est ce que tu entends ?"
la fillette le regarda perplexe. Tout en reniflant elle secoua la tête "rien"  la fillette était sur le point de refondre en larme.
"d'accord c'est pas grave. Viens"
Doucement, il se remit debout passant de la position assise à accroupit puis une fois une nouvelle quinte de toux calmée à celle debout. C'était pas évident, il y avait beaucoup d'obstacle.

Deux minutes ou 10 ans. 120 secondes ou toute une vie qu'importe.
Il avait perdu toute notion du temps. Ses mains étaient couvertes de sang, son sang et celui des autres. Mais il avançait, ils avançaient. Chaque pas lui coutait, chaque mouvement était un supplice.

La petite Lucie l'aidait du mieux possible mais ce n'était vraiment pas un spectacle pour une enfant. Il s'efforçait de la préserver au mieux, poussant les bouts de membres qu'ils trouvaient.
Combien de mètre, si peu ... tellement.

Mais ils finirent par y arriver. Il ne les avait pas trouvé. Rien. Personne. Aucun de ses ami(e)s. Étaient ils vivants ? Morts ?

Enfin la fin ou le début. Le début d'un nouveau cauchemar. Il avait fini par atteindre le bout du wagon avec soulagement. Le tunnel s'étendait à l'infini telle une bouche béante et malgré l'horreur de la situation, il n'avait pu s’empêcher de sourire.  

{déjà vu} avait il pensé. Il se dit que Colleen serait bien utile encore aujourd'hui.

Il descendit sur la voie avec précaution. Les lumières ne fonctionnaient plus mais peut être que les rails étaient toujours alimentés. Après avoir survécu à un accident il n'avait pas envie de mourir électrocuté.

Il allait aider la petite à descendre quand un nouveau bruit se fit entendre légèrement au dessus d'eux. Une nouvelle lumière. Il ne réfléchit plus, attrapant la fillette et courant le plus vite possible malgré la douleur, malgré la peur laissant son instinct prendre le dessus. Son oeil percevant un trou, il s'y jeta, Lucie dans les bras.
Une nouvelle explosion, des blocs de pierre qui tombaient. Ils étaient toujours en vie mais dans quel état. Tous les deux tremblaient de peur et de douleur.
Le chat n'en pouvait plus. Trop mal. Des larmes se mirent à couler sur ses joues tandis que la fillette sanglotait en silence contre sa poitrine.

Le visage de Jade fut sa dernière pensée avant qu'il ne sombre de nouveau.

------------------------------
(Kamen)

Il se releva, il n'avait rien. Un vieux couple le regardait, arrivé trop tard ils avaient échappé au pire et le fixaient de leurs yeux inquiets.


"Jade ? Ninon ? Sanzo ? Sean" hurla t il avant de se précipiter vers la voiture démolie. Le reste d'une porte pendouillait, il l'arracha brutalement faisant dégringoler au passage des bouts de ferrailles qui rebondirent sur ses avant bras.

"aidez moi" une jeune femme était coincée sous un siège qu'il arracha. Pour une fois que sa force allait servir à quelque chose. Il la souleva avec douceur mais vu l'état de ses jambes il ne se faisait pas d'illusion sur son état. Peut importe. Il la posa sur le quai enfin ce qui en restait avant de repartir.
Un bras non relié, il le laissa et continua ses recherches.


"les gars vous etes ou ?" un gémissement d'un coté, un pleur d'un autre, quelqu'un l'appelant. Il était furieux, en colère, une colère qu'il s'était promis de ne plus ressentir, qu'il s'était promis de maitriser mais pas aujourd'hui. Peu importe ce qui s'était réellement passé, ses amis étaient en danger et le géant ne pouvait le tolérer.

Il était venu aux Etats-Unis pour être libre. Libre et heureux. Pas pour finir dans une rame de métro. Ses parents avaient tout sacrifié pour lui, pour sa soeur. Pour qu'ils puissent vivre.
Alors il se mit à frapper, à tordre, à détruire ces bouts de métal qui venaient de lui bousiller sa vie, ses amis.
Un vieil homme la main tendue semblait le regarder de ses yeux désormais morts. Un homme le bras arraché était secoué de spasme. Il l'aida à sortir tandis que sa femme gisait elle aussi morte égorgée par un bout de métal.

Il avait envie de vomir, envie de hurler.

Puis finalement il le vit couvert de sang. La main serrée sur son cou. La respiration difficile. Il était à moitié coincé contre le mur et ce qui restait du sol du wagon.
"Sean" murmura Kamen avec un mélange de soulagement et de tristesse. Son ami était mal en point.
Il déchira son T-shirt et desserrant doucement la main, il le lui glissa, faisant un garrot improvisé avec sa ceinture. Il remarqua au passage le bout de verre qui sortait du cou de son ami. Malgré la quantité de sang, il n'avait pas l'impression que l'artère était touchée mais il n'en était pas sur. Si c'était le cas, Sean n'avait plus qu'une minute ou deux avant de mourir. Il tenta de le dégager le plus doucement possible mais l'une de ses jambes était difficile à déloger.
Sean voulut hurler de douleur mais un flot de sang sortit de sa bouche avant qu'il ne perde connaissance. S'écorchant les mains, Kamen tira de toutes ses forces sur le plancher qui le retenait prisonnier. Peu importe sa douleur, il ne laisserait pas Sean ici.

Enfin il y parvint et fit une brève prière de remerciement. Le jeune homme dans les bras Kamen retourna le poser sur le quai et s'assit un moment à coté. Il passa doucement sa main sur le visage inerte du rouquin. L'oiseau ne chantait plus, peut être ne chanterait il plus. Une larme coula et tomba sur la joue de Sean.
Malheureusement il y avait d'autres personnes à secourir et il ne pouvait plus rien faire pour Sean.
Le géant se leva quand il avisa une silhouette en trainant une autre, il s'approcha
"Jade c'est toi ?"
oui c'était elle et elle tirait Ninon. Kamen n'eut pas le temps de la soulever qu'un bruit atroce se fit de nouveau entendre, de nouvelles lumières apparurent au dessus des filles.

"Неeeeтттттт" (non) hurla t il tout en poussant violemment Jade pour la mettre hors de portée et en attrapant Ninon dans ses bras.
Cette fois le souffle l'envoya valdinguer dans le mur, de nouveaux débris volant dans tous les sens. Il tenta au maximum de protéger la jeune fille mais malgré sa résistance, cette fois, l'accident était trop près et de nombreux morceaux de métal vinrent s'enfoncer dans son dos, ses jambes, épaules.

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ninon Lenoir
Élève à l'Institut Beta
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 09/07/2014
Age : 25

MessageSujet: Re: [ A Day To Remember] Rame numero 1 ( Jade/Sanzo/Ninon)   Mar 7 Oct - 10:11


Un jour je trouverai la force de hurler… Mais là, là j’aimerais juste pouvoir fermer les yeux.


______

Le petit tremblement scintillant devant les yeux de Ninon était presque hypnotisant, elle ne pouvait pas en détacher son regard, pourtant elle aurait voulu, abaisser ses paupières et se laisser bercer dans cette brume bourdonnante.
Flotter entre deux mondes, ne pas savoir si l’on est endormi ou réveillé, ne plus savoir où l’on est, ne plus savoir qui l’on est, ne plus avoir conscience du temps qui passe. Cet état aurait pu durer deux minutes comme il aurait pu durer deux heures, cela n’aurait rien changé. En y repensant après coup, c’était terrifiant, mais sur le coup, elle ne s’en était pas rendu compte parce que sur le coup, on ne se rend jamais compte de rien.
Les scintillements commencèrent à s’assombrir, le voile de ses longs cils les emprisonnant doucement. Ce n’était pas de l’inconscience parce qu’elle était consciente malgré la brume, mais tout cela ressemblait tellement à un rêve. Un songe de velours noir et de poussière rouge plongé dans le silence. Elle avait conscience du danger qu’il représentait mais tout ce à quoi elle arrivait à penser c’était « je reste une seconde, juste une toute petite seconde et je me réveil juste après ».
La fumée était si épaisse que l’on aurait pu penser que c’était elle qui avait mangé tous les sons. Pourtant, elle aurait juré que quelque chose se distinguait à travers, juste quelques bribes plus précises et plus franches, comme si quelqu’un parlait. Elle n’était pas seule dans son rêve ? Elle avait doucement cligné des yeux pour défaire son regard de ses doigts, essayant de trouver un autre point sur lequel se focaliser. Où est-ce qu’elle était ? La vague image de la figure rosée de Kamen dans le fond du wagon lui traversa l’esprit.
Le wagon… Personne ne bougeait, d’ailleurs il n’y avait plus personne à proprement parler. Toujours à moitié endormie, elle ne distingua qu’une masse informe éparpillée sur le sol, recouverte d’un drap noir opaque et mat, avec cependant par endroit le même scintillement qu’elle avait fixé un peu plus tôt sur ses doigts. Elle ne savait pas ce que c’était, mais c’était presque aussi fascinant…
Les bribes se précisèrent un peu plus, elles semblaient s’approcher. La sensation de plus être seule dans ce rêve et deux billes noires qui brillaient à travers les épaisses volutes sombres. Les yeux de Ninon se tournèrent légèrement pour se concentrer sur elles. Elles étaient comme deux étoiles qui luisaient dans la nuit, une sorte de point d’encrage sur lequel se raccrocher pour ne pas se perdre, un guide à suivre pour se reconnecter avec la réalité.

_...Jade…

Ce n’était qu’un murmure étouffé par les cendres, mais il était sorti tout seul et le voile commençait à se lever doucement.

_ a… moi...ien …. a…. ien... …au ….i… a….. a…….en va..

Refaire surface, essayer de comprendre… Ses yeux papillonnèrent alors qu’elle renouait avec la réalité, elle sentit qu’on l’agrippait et qu’on la tirait, elle ne l’entendait pas mais elle percevait très clairement le douloureux raclement de son corps sur le sol couvert de débris. Le mouvement eut raison de la brume et sa main droite vint s’agripper au poignet de Jade alors que la douleur refluait par vague dans tout son corps avant de s’y installer définitivement, se faisant lancinante, insupportable à l’en rendre presque folle.
Sa tête se tourna à nouveau vers l’intérieur dévasté du wagon, une dernière fois avant que Jade ne l’en sorte, la masse informe qu’elle avait trouvé si fascinante quelques secondes plus tôt prit tout son sens sous ses yeux écarquillés de terreur, les corps se séparèrent les uns des autres. Elle les vit, tous démembrés et brûlés à même le sol. Sa main se resserra un peu plus autour du poignet de Jade alors que la panique s’empara peu à peu d’elle.
Sa respiration voulut s’accélérer, mais l’air épais et irrespirable qui s’engouffrait dans sa gorge à chaque inspiration l’en empêcha et ne lui permit que de tousser pour faire sortir toute cette matière viciée en gémissant de douleur.
Elle avait voulu bouger, mais tout son flanc gauche qui avait été violemment écrasé contre la taule du wagon refusait de répondre malgré le fait que ça douleur était toujours bien présente, des lames venant la transpercer au moindre choc.
Le droit était plus subtile, les nerfs des parties les plus brûlées lui laissèrent un peu de répit tandis que le reste la lançait un peu plus à chaque friction des débris contre ses chairs à vif, lui arrachant des cris enroués et étouffés et augmentant un peu plus la pression de ses doigts et de ses ongles dans le poignet de Jade qui continuait à la tirer.
Elles étaient sorties. Ninon était étalée sur le sol, sans bouger. Jade était à genoux à côté d’elle mais elle n’avait pas pu se résoudre à lâcher sa main, la serrant fort alors qu’elle tournait la tête pour essayer de regarder autour d’elle. Elle attrapa de ses yeux les derniers mouvements d’un homme dévoré par le feu, le dernier balancement de son corps avant la fin de la lutte. Elle ne pouvait séparer son regard de cette masse noire, recroquevillée un peu plus loin par terre, cette forme charbonneuse léchée par les flammes…  Elle l’imagina plus tard… Qu’adviendra-t-il de lui quand il aura été totalement consumé ? Elle eut l’image d’un corps de centre, s’effritant doucement sous le toucher… Son cœur se souleva légèrement mais étonnement, elle était calme. Elle sentit quelques chose commencer à la soulever doucement et tourna son visage, une fraction de seconde pendant laquelle elle eut à peine le temps d’apercevoir Kamen avant que son regard ne soit attiré ailleurs, vers le haut, par une lumière aveuglante, son souffle se bloqua dans sa gorge alors qu’elle resserra sa prise sur Jade mais trop tard, elle la vit être éjectée en un battement de cils, ses doigts glissant contre sa main alors qu’elle lui échappait et elle n’eut le temps que de crier son nom, un long hurlement déchirant qui lui arracha la gorge alors qu’elle la vit disparaître derrière un lourd mur de métal.
Elle avait senti la prise de Kamen se resserrer autour d’elle sans rien pouvoir faire à part fermer les yeux aussi fort qu’elle le put, toutes ses douleurs refluant sous la pression. Elle se sentit prise dans un nouveau souffle avant que tout s’arrête violemment, le mur de pierre les arrêtant sèchement tous les deux. Son propre souffle s’arrêta aussi, bloqué dans sa poitrine alors qu’elle sentit des lames transpercer ses poumons. Elle essaya de prendre une grande inspiration mais la douleur lui fit presque perdre conscience alors que sa toux était entrecoupée de gémissements enroués.
Un gout métallique dans la bouche. Du sang ? Elle l’avait senti remonter le long de sa gorge et venir perler sur ses lèvres en toussant. Elle serra les dents en essayant de maîtriser sa respiration, la menace de l’angoisse et de sa douleur planant au-dessus d’elle.
Il faisait noir, les débris leur étaient tombé dessus et Kamen les avait protégé, elle ouvrit grand les yeux et paniqua.

_K… Kamen !*

Une supplication sifflant dans sa gorge alors qu’un sanglot lui échappa. Pas de réponse. Elle réussit à bouger sa main gauche pour la déposer doucement, à tâtons sur le visage du géant, sa paume et ses doigts venant à plat contre ce qu’elle sentait être sa joue avant de la remonter sur sa tempe et son front. Toujours pas de réponse et elle trembla. Faisant fi de la douleur dans sa poitrine, elle déglutit pour faire passer le gout du sang avant de l’appeler à nouveau, essayant de retenir ses larmes et sa panique.

_ Kamen ! Di… dis moi que tu es là ! Allez… réveilles toi… *

Elle sentit ses yeux papillonner mais elle résista, ne surtout pas les fermer !




* En français
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Animation
PNJ
avatar

Messages : 150
Date d'inscription : 05/04/2012

MessageSujet: Re: [ A Day To Remember] Rame numero 1 ( Jade/Sanzo/Ninon)   Mar 7 Oct - 18:46



Lundi 29 Septembre 2014 – 17h50

Tout n’est que poussière… C’est ce que l’on peut croire dans un premier temps. Mais la poussière n’est pas visible dans l’obscurité laissée par la coupure d’électricité comme les entrailles de la terre. Pas visible mais bien perceptible, l’explosion ayant tout soufflée aux alentours et ces minuscules grains n’étant pas encore tous retombés sur la scène. Elle s’infiltre partout, elle tourbillonne et tombe comme de la neige, peut-être moins vite encore, et s’infiltre et s’accroche comme du sable, avec plus d’intrusivité encore. Partout, tout le temps, elle se soulève à chaque relent et suit les mouvements en accompagnatrice des odeurs qui surclassent la sienne, à défaut d’autant agresser les voies respiratoires : le brûlé, un brûlé inconnu de pour la plupart mais incontestablement un brûlé de viande, qui se mélange à une autre odeur que les plus chanceux n’ont jamais sentie et qui n’est pas sans lien avec la première. Les cadavres émettent deux odeurs, la première pour les carbonisés par l’explosion incendiaire et la seconde pour ceux écartelés par les conséquences de l’explosion suscitée. Ceux qui compareront ces odeurs à de la viande cuite ou en abattage ne seront pas loin, à leur grand damne.

Tout n’est que poussière… C’est ce que l’on aimerait croire dans un second temps. Mais là où des restes brûlent encore, là où des lumières de téléphones ou autres appareils miraculeusement survivants continue d’émettre faiblement, là où la poussière échappe à l’obscurité, ce n’est que pour en révéler l’ampleur des dégâts. Plus que la carcasse du métro ce sont celles des gens qui parsèment l’endroit ; l’épicentre de l’explosion n’est que restes partiellement liquéfiés de taule et de chair fondues ensembles dans une continuité malsaine, tandis que les wagons proches été chauffés à blanc par le front de flammes, fournissant nombres de ces torches humaines qui éclairent légèrement les ténèbres, et grotesquement déformé par cette explosion de nature imprécise, pour ne pas dire inédite. Seuls les wagons plus éloignés ont eu la chance de résister à la chaleur, se déformant simplement à l’impact alors que les flammes ont léchés seuls les plus exposés sans pour autant forcément créer de nouveaux braséros de chair, néanmoins cela est compensé par les déformations subies et les shrapnels créés.

Tout n’est que poussière… Mais si elle attenue les bruits elle n’en laisse pas moins réchapper ; plaintes, gémissements, toux et parfois cris, appels ou pleurs… le macabre spectacle touche tous les sens alors qu’il laisse ses participants patauger dans des choses qu’à l’instar de ce qu’ils sentent, entendent, goûtent et voient, ils feraient mieux d’ignorer. Le bleu a viré au mauve et le jaune à l’ocre, quant aux peaux elles prouvent plus que bien qu’indistinctement de leurs différences tout le monde est de la même couleur à l’intérieur. Ceux que les flammes ont épargnés, ceux que les chocs n’ont pas sonnés, ceux que les débris n’ont pas mutilés, ceux que la scène n’a pas achevés, ceux qui ont survécu en somme, peuvent à loisir contempler l’œuvre de l’homme, entre poussière et fumées. L’eau ruisselle déjà, non comme elle le devrait pour stopper l’incendie, mais comme elle est libre de faire, pour venir faire boue en certains endroits. Le gaz s’échappe en un léger sifflement, poison volatile qui ne gagnera s'il entre au contact des flammes qu’une nouvelle explosion pour prouver à tous que l’enfer n’est pas au bout du tunnel, il est ici et maintenant.

Tout n’est que poussière… Et cette poussière tremble à nouveau alors qu’à défaut de bout de tunnel la lumière approche, perpendiculairement à la scène mais venant des fissures du plafond, fissures qui n’en grandissent qu’un peu plus aux vibrations responsables. Combien de temps ? Une minute ou deux ? Impossible à savoir. Ils étaient à l’heure, l’autre métro aussi.

Tout n’est que poussière… Une nouvelle poussière volante alors qu’une partie du plafond s’écroule sous le poids de l’autre rame qui vient percuter le cadavre de sa consœur qu’elle finit par broyer contre le mur du fond de la station, sa lumière disparaissant pour laisser à nouveau les victimes au désespoir ténébreux alors que les wagons les suivants se désarticulèrent pour s’écrouler de part et d’autres sur les quais ou leurs homologues déjà accidentés. Nouveaux corps, nouveaux morts.

Tout n’est que poussière… Une poussière qui choit d’un plafond dont la fragilisation est telle qu’il pourrait la suivre très bientôt.  Cela est arrivé à la partie sur laquelle roulait le seconde train mais c’est progressivement ce qu’il advient de l’autre alors que des bouts toujours plus gros se détachent, le magnifique carrelage explosant en des gerbes d’éclats dans un parodie de ce qui venait d’arriver. Les carlingues déformées encaissent les chocs autant qu’elles peuvent le faire tandis que le début de la fin entonne sa symphonie ; il est 17h51 et cela sonne comme un glas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [ A Day To Remember] Rame numero 1 ( Jade/Sanzo/Ninon)   Mer 8 Oct - 19:28



Jade pensait toujours à mille chose à la fois. Mille choses allant de la plus complexe à la plus simple. Pourquoi la poussière revenait toujours sur les choses propres ? pourquoi Ninon éprouvait-elle le besoin de parler à Pupuce ? Pourquoi Sanzo oubliait tout le temps de baisser la cuvette des toilettes quand il venait dans leur chambre ? Pourquoi Kamen ne parlait pas plus souvent de ce qu'il ressentait et pourquoi Sean était si bête parfois avec les autres alors qu'il suffisait qu’il soit juste lui même ? Pourquoi Amy se sentait forcé de coller Cait à table et comment celle ci supportait cela sans dire un mot, comme si tout cela était normal ? Comment Aislin pouvait elle rester de longues heures éclatée en étoile de mer et couchée dans l'herbe humide d’Irlande à regarder le ciel et expliquant y voir des couleurs inédites ? Pourquoi Rachel se sentait forcé de passer par les fenêtres ? Pourquoi Kyle jouait-il a Abraham perdu dans le désert, pourquoi Jubilée ne fermait-elle jamais la porte de sa chambre ? Pourquoi Kaede était si azimutée et si attachante, même quand elle démembrait un insecte ?

Pourquoi le monde était le monde ? Pourquoi tout arrivait sans qu'on puisse avoir l’espérance d'avoir le moindre contrôle sur le temps et les événements ? Pourquoi si petit nous puissions être, si grand nous pensions être ? Pourquoi le monde à travers les yeux d'une petite asiatique quand nous sommes plusieurs milliards a fouler cette terre ? Pourquoi elle, maintenant et à présent ? Pourquoi les métros explosent-ils ? Comment un jour gorgé de plaisirs peut se transformer en un cauchemars éveillé.

Pourquoi cet homme qui rentre chez lui et ouvre le frigidaire pour prendre une bière après une longue journée de travail, cet autre qui frappe sa femme parce qu'eelle refuse de se plier à son caprice, cet autre qui lit un article bien au dessus d'eux à des centaines de mètres en première classe d'un Boeing, pourquoi ce couple qui se disputent pour la énième fois dans les allées à central parc , cet autre qui au creux d'une chambre un peu triste et sans avenir d'étudiants désargentés fait l'amour pour la première fois à quelques mètres d'ici...Pourquoi elle, a demi étouffée et enterrée sous un aggloméra de pierres et de ferrailles dans l'obscurité la plus totale ?

Ce qu'elle savait, c'est qu'elle aimait sa vie.
Elle aimait ses amis, les meilleurs que cette existence ait pu lui donner.
Elle aimait sa famille même si personne ne partageait son sang répandu si généreusement sur le sol, si inutilement sur la terre.
Elle aimait ses défauts, Se mettre en colère pour une bêtise, étaler sa science, bouder comme une enfant.
Elle aimait regarder les gouttes d'eau de pluie rivièrer sur la glace à travers la vitre de sa chambre.
Elle aimait sourire légèrement et secrètement, sans autre raison d'être heureuse en étant certaine qu'on ne puisse pas la voir faire.
Elle aimait mettre sa musique un peu fort et partir dans une chorégraphie improbable, occupant l'espace certaine d'être seule en toute invisibilité, juste pour exprimer physiquement ce que son corps ressentait.
Elle aimait mordre fortement ses lèvres inférieurs pour s'empêcher de gémir de plaisir lorsque Sanzo la carrerait uniquement pour se montrer idiotement plus forte que lui.
Elle aimait rêver de longues heures à son avenir, à ce qu'elle ferait de tout ce temps, des rencontres, des moments qui s'ouvraient à elle.
Elle aimait agir avec ses mères comme si elle avait 15 ans, et pour elles, elle voulait bien en rester à cet age.
Elle aimait les moments de complicités intellectuelles avec sa mère Amy ou son regard d'affection porté sur elle lorsqu'elle saisissait qu'un vêtement ou qu'une expression lui était volé.
Elle aimait troller Cait et la faire bondir puis passer derrière son dos pour enserrer ses bras au cou et lui déposer un baiser chargé de tendresse sur la joue pour la faire fondre.
Elle aimait l'Institut, ce qu'on y trouvait et ce qu'on y faisait : tout simplement apprendre à vivre.

Elle aimait sa vie.
Elle s’était excusé. Si on lui demandait, elle passerait le reste de sa vie à n'être qu'excuses.
Excusé de n'avoir pas comprit que la vie est ce qu'on en fait, ni plus , ni moins.
Excusé d'avoir renoncé avant de débuter.

L'un dans l'autre, après tout...nous ne sommes que nous mêmes, non ?


Mais surtout,
Elle aimait avoir le temps et ne plus survivre, ne plus attendre l'inéluctable.

Mais c'est lorsqu'on attend plus les choses que celles ci nous rattrapent.

Jade pensait toujours à mille choses à la fois.
Mes ses pensées s’atteignirent une à une.

La dernière qui lui traversa l'esprit était d'une stupidité absolue.



Pourquoi je ne respire plus ?
Revenir en haut Aller en bas
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: [ A Day To Remember] Rame numero 1 ( Jade/Sanzo/Ninon)   Sam 11 Oct - 10:11

(Sanzo)

il courait, encore et encore, un pied après l'autre, ne faisant aucun bruit, n'entendant aucun son. Rien. Le noir, le silence. Mais il courait, 1,2,3,4

1,2,3,4
1,2,3,4
1,2,3,4

ou allait il ?

1,2,3,4

que fuyait il ?

1,2,3,4

que cherchait il ?

1,2,3,4

il s’arrêta un instant pour s'orienter.

Sombre à droite
sombre à gauche
sombre derrière
et si sombre devant.

La seule lueur, le seul espoir était cette minuscule flaque à ses pieds. À peine 1m de diamètre, n'éclairant rien. Ne révélant rien.

Un bruissement, un coup d'air plus léger qu'une plume


{Jade} pensa t il

"JADE" hurla t il avant de se remettre à courir.

Comment avait il pu la laisser ?
Comment avait il pu l'abandonner après ce qu'il lui avait promis ?


"JADE attend moi"

une vision furtive, une silhouette fantomatique. Il tendit la main, elle s'échappa. "Jade bon sang attend moi"

1,2,3,4 il reprit sa course, elle ne pouvait lui échapper. Jamais. Il lui avait dit qu'il la retrouverait toujours ou qu'elle soit cachée.

Là, elle lui tendait la main


"enfin " il tendit la sienne ne trouvant que le vide
"tu m'as abandonné
- non, non, NOOOONNNN
- trouve moi. Aide moi.

(...)

"JAAADDDEEEE"

il se redressa brutalement et sa tête déjà bien meurtrie heurta la pierre. Il avait mal. Il étouffait. Quelque chose lui comprimait la poitrine, lourd, immobile. Il était écrasé. Paniqué, il voulut repousser ce poids. Ses mains s'enfoncèrent dans quelque chose de chaud et mou. La chose se mit à remuer et à hurler.
La fillette ... il se rappelait, ce n'était qu'une petite fille aussi terrorisée que lui. Il resserra ses bras en tremblant tout en lui murmurant des paroles rassurantes.

Meme si sa tête le lançait toujours, ses oreilles sifflaient moins.
Il se souvenait. Le métro, la lueur, la douleur, la fillette, puis ils avaient réussi à sortir et de nouveau une lueur et ... quoi ... il ne savait plus. Il avait fuit avec la petite Lucie abandonnant Jade, Ninon, Sean et Kamen. Une bouffée de honte et de culpabilité monta. Il avait abandonné ses ami(e)s, les lachant au pire moment.

{mais tu as sauvé cette fillette} maigre consolation. Mais sa vie avait elle moins de valeur que celle de ses ami(e)s.
Il se rappela des mots, les mots que lui avaient dit Amy : "un X-men n'est pas un super héros". C'était vrai, il n'était pas un super héros et meme pas un X-men. Il avait fait un choix, meme pas sur. Il avait agit par instinct.
Maintenant il avait le choix. Le choix de rester planqué ici, protégé dans ce trou, attendre que de nouveau Rachel vienne le sauver car elle viendrait, il savait qu'elle viendrait. Ou bien sortir, affronter l'horreur du dehors. Affronter la mort, la souffrance.

Il avait le choix : être juste un jeune mutant de nouveau inutile et effrayé ou un ... non pas un héros, juste un homme. Simplement un homme. Un homme qui respectait ses valeurs. Un homme qui n'abandonnait pas. Et si par malheur ses ami(e)s  n'étaient plus, il aiderait les autres, car c'était ça être un X-men et être un homme.

Avec douceur, il détacha Lucie qui se remit à sangloter tout en s'accrochant à lui désespérément.


"chutt, Lucie calme toi. On va sortir. Ok ?"

seul un reniflement lui répondit.  "écoute, écoute moi bien. Là dehors j'ai des amies, des amie super fortes qui vont venir nous aider. Mais faut qu'on sorte de là ok ?
- des ... amie "   balbutia t elle
"oui, très très très fortes
- comme Superman ? Mon papa dit que c'est le plus fort du monde.
- encore plus fortes que Superman et meme Batman réunit. " il sourit meme si la fillette ne pouvait le voir.
- meme pas possible
- bien sur que si.
- juré ?
- juré.
- trop cool."

le chat tâtonna ses poches à la recherche de son portable. Il était peu probable voir impossible qu'il ait du réseau mais le peu de lumière que l'appareil lui fournirait lui suffirait. Il le trouva mais ses doigts s'écorchèrent sur les morceaux de verre cassé. Pas de chance. Il allait devoir se contenter de son toucher. D'abord se débarrasser de ses chaussures. Il avait besoin de toutes ses sensations tactiles. Pas facile dans un si petit endroit mais après bien des contusions et l'aide de la fillette, il y parvint.
Sa poitrine le brulait et il dut s’arrêter un moment pour retrouver sa respiration.
Des gravas obstruaient l'entrée mais après pas mal de coups de pieds conjointement, ils finirent par créer une ouverture. La fillette s'y faufila sans trop de peine. Pour le chat ce fut un peu plus dur et de nouveau sa peau le sentit passer mais au moins ils étaient en dehors.

Une scène apocalyptique s'étalait sous leurs yeux, enfin s'ils avaient eu de la lumière pour le voir. Le métro qui circulait juste au dessus était tombé par le plafond fragilisé, s'encastrant dans celui explosé. De nouvelles victimes ayant crues pouvoir s'échapper de la première carcasse avaient été broyées, écrasées, mutilées par le second, tel de simples insectes.
Les deux monstrueuses bêtes avaient eu leur content de chair et de sang.

Sanzo se mit à tousser, tant de poussière, tant d'odeurs méphitiques. Après sa vue, son odorat était perturbé. Pauvre chat, il ne lui restait plus grand chose.

"reste derrière moi" lança t il à la fillette avant de s'avancer avec prudence, tâtant le sol de son pied nu, fermant son cerveau à tout ce qu'il pourrait toucher surtout le mou.

*Rachel je t'en prie. Viens vite* pensa t il.

Comment retrouver Jade dans ce capharnaüm. Comment retrouver qui que ce soit d'ailleurs. Si au moins il y avait eu un peu de lumière.

Un gémissement sur sa gauche.
"y a quelqu'un ?" nouvelle plainte.
"ok j'arrive" un léger serrement de la petite main qui se cramponne à lui. Il avançait doucement pas à pas, répriment des haut le coeur quand son pied touchait des choses.

Il sentit une main se refermer, un cri s'échappa de sa bouche. C'était pire que la pire des maisons des horreurs. Un nouveau gémissement. Il s'accroupit, cherchant le reste du corps.

"qui ... qui êtes vous ?
- heu ... n'ayez pas peur je vais vous aider. " sa main continuait son exploration. Un visage anguleux, une peau un peu rappeuse, un large cou. Il descendit sur la poitrine, un homme.

"ton pied" Sanzo soupira. Ce n'était vraiment pas le moment. "oui je suis un mutant. Un mutant qui cherche à vous aider. Alors rester calme ok" grogna t il. Il n'était vraiment pas en état de soutenir une conversation humain-mutant et son ton le fit clairement comprendre.
Il sentit la main le repousser
"laisse moi, sale monstre. Tout ceci est de votre faute. "
Sanzo se mit à grogner, comment pouvait  on atteindre un tel degré de bêtise. Cet homme était à moitié enseveli sous il ne savait trop quoi, et il refusait l'aide du chat tout simplement parce qu'il était un mutant.
"très bien " il avait retenu trop longtemps sa colère mais là, trop c'était trop "très bien si vous voulez crever libre à vous. Ma petite amie est je ne sais ou. Mes amis sont aussi quelque part là. Y a une gamine qui recherche sa mère et vous, vous pinaillez pour des conneries de racisme. Vous etes décidément trop con. Je me casse."  

Ce n'était pas très professionnel ni vraiment digne d'un apprenti X-men mais Sanzo était fatigué, il avait mal et bien trop inquiet pour ses amis. Il y avait d'autres gens à aider, qui eux accepteraient son aide. Tirant légèrement la petite Lucie, il reprit son avance avec prudence. Il était furieux et sa queue fouettait l'air, un grondement sortait par intermittence.

"t'es en colère ?
- tu crois " son ton sarcastique échappa à la fillette.
 "pourquoi il a dit ça le monsieur ?
- parce que c'est un con. " un soupir "non, c'est juste ... j'en sais rien. C'est compliqué.
- mmm c'est des trucs d'adulte. Papa il dit toujours ça quand il se dispute avec maman.
- j'en sais rien."

la fillette s’arrêta brusquement imprimant une traction dans son bras qui se répercuta dans sa poitrine. La colère avait un moment occulté la douleur mais elle revenait toujours plus forte.
"dis c'est quoi un mutant ?"

--------------------------------------------------

(Kamen)

(Iakoutsk - 2004)

Des rires résonnaient dans le jardin. Deux enfants se couraient après. Un garçon d'une dizaine d'année, déjà grand pour son age et une fillette de 6 ans. Emmitouflés dans de chaudes parka, ils s'amusaient, se lançaient de la neige, criaient et tombaient en riant. Le garçonnet attrapa la petite fille et la fit tournoyer.  
Sur le pas de la porte, une femme, les hanches ornées d'un tablier, les bras croisés, un doux sourire aux lèvres ler regardaient.


"Klara , Valery pora poprobovat' , nado idti " (Klara, Valery c'est l'heure du gouter, faut rentrer maintenant)

Les enfants s’arrêtèrent et obéirent sans rechigner.

(...)

pourquoi repensait il à cela maintenant ?
Pourquoi ce souvenir ?
Sa soeur, elle lui manquait. Si jolie, si pleine de vie. Si fragile aussi. Son teint pale de poupée russe. Ses grands yeux en amande.
Et sa mère, si gentille. Elle qui avait laissé son travail pour s'occuper de ses enfants.
Quand à son père, intelligent, grand, professeur à l'Académie des Sciences russes dans la branche "mathématique appliquée". Meme si son fils n'avait pas hérité de son intelligence, il l'avait toujours encouragé et aidé.
Seraient ils fiers de lui aujourd'hui ?
Il n'avait jamais subit aucune différence avec sa soeur "humaine", aucun reproche, aucun rejet, au contraire. Ils étaient fiers, fiers de ce qu'il était. Fiers quand il rapportait des notes "moyennes", fiers quand il arrivait au bout du morceau de musique sur le magnifique piano. Fiers quand il avait eu la plus "prestigieuse" récompense artistique de son école.


_ Kamen ! Di… dis moi que tu es là ! Allez… réveilles toi… *

Un léger sourire apparut sur le visage du géant tandis que la main de sa mère lui caressait le visage. Si douce, si tendre. Elle lui parlait mais il ne comprenait. Bizarre, il n'avait pourtant pas oublié sa langue natale.

 "Mama , eto ty ? " (maman c'est toi ?)

il inspira brusquement, reprenant conscience. L'accident, Ninon, Jade, et ... et quoi ... Une nouvelle lumière, de nouvelles douleurs. Il faisait noir, si noir. Il avait froid. Il n'aimait pas le froid, plutôt étrange pour le jeune russe.

 "Ninon ? vse normal'no ? " (ça va?) disparut l'anglais, disparut les mots si péniblement appris, disparut sa seconde langue. Il tenta de bouger mais ils étaient ensevelis. Au moins ils étaient vivant. À son tour il put dégager sa main et attraper celle de Ninon.

 "ili zhe ostal'nyye? ili Jade ? " (ou sont les autres ? Ou est Jade ?) Sa résistance les avait sauvé mais les autres. Et maintenant que faire. Devait il se dégager au risque de tout se prendre ou bien attendre d'éventuels secours.
Perplexe il fixa la jeune fille ou du moins il supposa qu'il la fixait, il ne voyait rien. Il devait se concentrer, réfléchir, se rappeler les mots. Il savait qu'il pouvait le faire, il n'était quand meme pas si idiot que ça.


 "faut  ... sortir ... Rachel" lui aussi pensa à la seule personne assez puissante pour les sortir de là.


-------------------------

(au dessus, dans la rue)

Les réseaux sociaux, quelle belle invention. Si pratique, si rapide. Un événement banal retransmit à l'infini en quelques clics.
Un papillon battait des ailes à Pékin et la terre entière était au courant avant meme le deuxième battement.
Un léger sourire aux lèvres, il regardait son smartphone, tout y était. Les gens paniqués, les rues défoncées. Du sang et meme des bouts de corps. C'était parfait.
Personne ne savait encore ce qui s'était exactement passé mais la terre entière était saturée de rumeurs toutes plus spectaculaires et abracadabrantes les unes que les autres. Encore quelques minutes et le spectacle serait à son apogée.

Il releva légèrement son chapeau regardant la foule plus curieuse qu'inquiète, tira une bouffée sur sa cigarette avant de reprendre sa contemplation.
Une femme lui passa devant courant affolée.

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ninon Lenoir
Élève à l'Institut Beta
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 09/07/2014
Age : 25

MessageSujet: Re: [ A Day To Remember] Rame numero 1 ( Jade/Sanzo/Ninon)   Mar 14 Oct - 23:19



Tout était si sombre… Il n’y avait que le silence et un bourdonnement lointain pour lui tenir compagnie. Kamen ne répondait toujours pas malgré sa main sur son visage et ses appels. Tout se mélangeait dans sa tête, tout était confus, l’impossibilité de penser, l’obscurité, la douleur, la mort, le sang, le feu, la solitude, l’enfermement, les corps déformés et arrachés. C’était un peu comme si elle avait mis toutes ses pires angoisses dans une petite boite et qu’elle était accidentellement tombée dedans, sans plus aucun moyen d’en sortir…

_ Mama , eto ty ?

Kamen était en vie et conscient. Ninon poussa un petit soupire rassuré mais ses poumons lui rappelèrent la réalité en la faisant toussoter et le gout du sang remonta à nouveau jusqu’à ses lèvres.
Il parlait une langue étrangère… Ninon essaya de réfléchir…. Il était russe. Elle ne le comprenait pas, cependant, quelques mots plus connus lui parvenaient par moment.

Il avait dit « mama »…. Elle sentit les larmes lui monter aux yeux. Elle aurait dû leur téléphoner, mais non, elle ne l’avait pas fait parce que c’était tellement plus facile de tout remettre à demain et même si c’était compliqué de trouver les mots pour se parler d’un continent à un autre, elle aurait dû se forcer, leur raconter sa vie, les amis qu’elle s’était faite. Elle aurait dû leur parler des grands yeux noirs de Jade et de son obsession pour la propreté, de Sanzo  et de ses oreilles pelucheuses, de Kamen et de sa sensibilité surnaturelle, elle aurait aussi pu leur parler de l’humour de Sean, et de Pupuce, juste pour les exaspérer et leur montrer que même à l’autre bout du monde, elle ne changeait pas et elle était toujours aussi affligeante. Mais non, elle ne l’avait pas fait parce que c’était trop facile de répondre simplement « tout va bien » en se disant que de toute façon il n’y avait pas grand-chose à raconter de plus alors qu’en fait si, il y avait un millier de choses à raconter !

Pourquoi c’était toujours quand il était trop tard que l’on se rendait compte qu’il était trop tard ?

Parce que rien n’avait prédit que tout cela se passerait à cet endroit précis et à ce moment précis… Ils auraient passé trois minutes de plus dans la boutique de lingerie, ils auraient pris le métro une rame plus tard… Et si Jade n’avait pas été au téléphone, ils l’auraient pris une rame plus tôt… Ce n’était l’histoire que de trois minutes, le temps qui sépare deux rames.
Elle ravala son sang et ses larmes en fermant les yeux, ou en les ouvrant, de toute façon dans cette obscurité c’était presque impossible de faire la différence. C’était à la fois le meilleur et le pire moment pour pleurer, mais si elle pleurait, son souffle se saccaderait et ses poumons se chargeraient de la faire taire.
Sans compter que Kamen ne pleurait pas, il était presque aussi calme et seul le fait qu’il n’arrivait plus qu’à s’exprimer dans sa langue maternel trahissait son angoisse. Alors elle ne pleurera pas non plus.

… « Ninon »…. Elle le sentit bouger difficilement, lui arrachant un gémissement enroué de douleur, la pression sur ses côtes s’étant déplacée avec lui. Sa main se crispa sur son visage mais il la prit dans la sienne pour la rassurer. C’était si dur de garder les yeux ouvert, la douleur la transperçait un peu plus à chaque inspiration l’empêchant presque de respirer. Elle avait eu une vague sensation d’espoir en tenant la main de Jade tout à l’heure, l’espoir que malgré l’horreur, tout s’était quand même rapidement terminé et qu’elle était là pour la protéger en attendant la suite.

… « Jade »…  Cette fois-ci elle ne put empêcher ses larmes de couler en silence le long de ses joues. La suite était arrivée si vite. Elle l’avait arraché à elle dans une lumière vive, lui ayant à peine laissé le temps de l’apercevoir disparaitre derrière un mur de ferrailles et de gravas alors que l’obscurité l’avait déjà engloutie avec Kamen. Elle devait être vivante, Kamen lui avait évité de se faire écraser en la repoussant loin… Elle devait être… Elle était derrière tous ces débris. Ninon ne cessait de se le répéter mentalement, Jade s’en sortira. Elle n’était pas enfouis comme eux, les secours la trouveraient et la sauveraient tout de suite.
Elle ferma les yeux, son corps tremblait. Les ténèbres, l’exiguïté, tout était si oppressant. Elle était gelée malgré la présence du géant, était-ce le contre coup des brulures, ses autres blessures, la fatigue ou bien le sang qu’elle avait perdu ? … Où juste le tunnel …

_ faut  ... sortir ... Rachel.

…Rachel… Elle eut l’image de ses cheveux vifs éclairant l’obscurité comme un soleil. Mais elle avait beau penser à elle aussi fort qu’elle le pouvait, tout restait désespérément sombre, partout… Tout n’était qu’ombres…

Elle rouvrit doucement ses paupières. Les ombres… Oui il fallait sortir, c’était indéniable. Mais s’ils bougeaient, le fragile empilement des décombres risquait surtout de les écraser. Kamen ne pourrait pas tout porter seul, mais si elle l’aidait avec ses pouvoirs, ils avaient peut-être une chance.  La situation ne pouvait de toute façon pas être pire, avec ou sans mouvement, il y avait quand même la possibilité que la structure s’effondre d’avantage sous son propre poids, sans compter que les secours n’étaient pas là de les retrouver ensevelis comme ils l’étaient, ils s’occuperait d’abord des corps des niveaux supérieurs avant de sécuriser les lieux, puis des corps en surface des décombres dans le tunnel où il étaient avant de le sécuriser et de chercher les derniers survivants recouverts. Kamen avait beau être résistant il ne tiendrait pas tout ce temps-là et Ninon non plus de toute façon, sous souffle s’amenuisant déjà un peu plus à chaque respiration… Sans compter que l’air de la petite poche formée autour d’eux allait forcément manquer à un moment.
Elle déglutit pour faire passer le gout du sang qui l’écœurait et se donner du courage. Bien sûr, elle avait réussi à un peu mieux utiliser volontairement ses pouvoirs après le cours avec Rachel, mais là… En situation réelle, avec le stress et la douleur… « Un point d’équilibre… sans t’affoler ».
C’était peut-être stupide et dangereux d’essayer quelque chose, mais abandonner et ne rien faire en croisant les doigts l’était tout autant…  Alors elle acquiesça doucement dans le noir, serrant sa main dans celle du Russe, sa voix étouffée tremblant un peu.

_ Oui… on… on sort.
Kamen…  je vais t’aider à… à pousser les débris.


Elle ne lui laissa pas le temps de répondre qu’elle sentit déjà une tiédeur familière l’envahir à mesure qu’elle s’emparait de l’obscurité qui les entourait, elle et Kamen, pour les en couvrir. Cette fois-ci elle n’avait pas peur parce que de toute façon la situation ne pouvait pas être pire… Et puis il y avait quelque chose de protecteur et de rassurant dans cette chaleur qui les enveloppait. Elle espérait juste que ce n’était pas qu’une sensation et que son bouclier télékinéthique les protègerait du plus gros alors qu’elle aiderait le géant à porter les débris avec le reste des ombres, dans le noir complet, sans source de lumière, elle ne risquait pas d’en manquer.

Oublier la douleur… Essayer de se concentrer…

Elle les dirigea du bout de ses doigts qui bougeaient légèrement à l’intérieur de la paume du géant. Un des pans et le toit de la poche dans laquelle se trouvaient les deux survivants se mirent à trembler doucement et la pression sur le corps du géant s’amoindrit peu à peu. On pouvait commencer à entendre le bruit du béton qui s’effritait, celui de la poussière qui tombait et celui du métal qui grinçait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: [ A Day To Remember] Rame numero 1 ( Jade/Sanzo/Ninon)   Sam 18 Oct - 13:28

"dis c'est quoi un mutant ?"

il allait répondre quand quelque chose se brisa en lui. Une douleur effroyable qui se répandit dans tout son corps, dans ses veines, dans le moindre de ses atomes. Une douleur qui le laissa haletant pire encore que tout ce qu'il avait connu. Une balle dans la jambe, des cotes cassées tout cela n'était rien à coté de ce qu'il ressentait en ce moment.

Jade.

Non ce n'était pas possible, pas elle. Elle s'en était sortie, elle DEVAIT s'en être sortie. Elle était bien trop forte pour succomber dans ce métro. Elle avait déjà résisté à tellement.

Sauf que son coeur lui disait autre chose. Il devait la retrouver, il n'avait que trop tardé. Si jamais elle était "..." (il se refusait à le dire), jamais il ne se le pardonnerait.

Il avança à tâtons, la fillette toujours sur ses talons. Il l'avait momentanément oublié, d'ailleurs il avait tout oublié ne pensant qu'à une seule chose. Il aurait du d'ailleurs s'en préoccuper avant, tant pis pour les autres, après tout ils n'avaient pas autant d'importance.
Il s’arrêta brutalement la fillette lui rentrant dedans. Comment pouvait il penser cela ? Ce n'était pas digne d'un futur X-men. Il avait fait un choix, il devait l'assumer. Encore une fois il se retrouvait devant quelque chose qu'il n'était pas prêt à assumer. Des larmes de rage et de tristesse coulèrent sur ses joues. Il avait envie de hurler, de partir de cet enfer. Mais pour aller ou ? Pour faire quoi ?
D'un geste rageur, il s'essuya les yeux et se remit à avancer.
Quelque chose changea, brutalement. Il s’aperçut qu'il voyait. De la lumière provenait d'en haut. Les secours, enfin. Il n'était plus aveugle peut être aurait il mieux valu qu'il le reste. Ce qui s'étalait sous ses yeux était apocalyptique. L'enfer n'était rien à coté de ça.

Peut importe, il devait la retrouver. Il le pouvait maintenant. Tant de débris, tant d'obstacles à ôter. Tant de pierres à soulever, tant de grimaces à réprimer pour ne pas montrer sa douleur. Devait il tirer ce morceau ? Ou pousser celui là ? Tout n'allait il pas simplement lui tomber sur la tête l'ensevelissant à son tour. Mais quelle importance. Plus rien n'en avait désormais. Une seule chose comptait, retrouver Jade.
Il trouvait des corps, voir des morceaux de corps, et à chaque fois son coeur bondissait dans sa poitrine le laissant honteusement soulagé quand il se rendait compte que ce n'était pas elle.

Combien de temps avait il mis ? Quelques minutes, plusieurs heures, des jours, des siècles il n'en savait rien. Son cerveau était bloqué, ses mains travaillaient machinalement. Pierres après pierres, morceaux après morceaux. Le chemin était si étroit. Il saignait mais peut importe la douleur. Rien ne serait de toute façon plus douloureux que la perte d'un être cher.

Encore une poutrelle, il se mit à gronder tout en cherchant à la bouger mais celle ci était bien coincée. La petite l'aidait comme elle le pouvait, réprimant aussi sanglots et envie de vomir.

Chance, destin, instinct ou intuition, appelez ça comme vous le voulez, il s'en fichait. Toujours est il qu'il finit par la trouver. Quelqu'un se tenait prêt d'elle, attirant brièvement le regard du chat, regard bien vite ramené sur le corps étendu par terre, occultant tout le reste.
Elle semblait dormir, elle était si belle, si pale, sa poupée de porcelaine. Ses cheveux noirs blanchis par la poussière s'étalaient autour de sa tête. Ses minces lèvres étaient serrés, ses yeux ...

Sanzo ne put réprimer un mouvement d'horreur. Ses yeux, ses si beaux yeux noirs étaient ...
Il se mit à vomir. Son estomac ne pouvant supporter ce qu'il voyait. Dans l'un de ses yeux dépassait un bout de métal. Du sang avait coulé le long de son visage formant une croute rougeâtre.

Mais le pire restait à venir.
"Jade ?" il lui prit la main  "Jade réveille toi"

rien, meme pas le moindre frémissement. "Jade, faut qu'on sorte " il posa sa main sur sa joue et lui tapota doucement le visage. "Jade s'il te plait"  
L'inquiétude le gagnait. Il regrettait de ne pas avoir suivit des cours de secourisme. Le peu qu'il savait, venait de la télé. Seulement il n'arrivait pas à se souvenir. Devait il la sortir de là ? Devait il ... que devait il faire.
Des larmes coulaient, s'écrasant sur le visage inerte de son amour.

Respirer, il fallait qu'elle respire mais elle respirait. Oui c'était ça, la première chose à vérifier. Il posa sa main sur sa poitrine. Rien, il ne sentait rien. Elle devrait respirer. Il fallait qu'elle respire. Si elle ne respirait plus cela voulait dire que ...

Sanzo se mit à hurler, non c'était impossible. Pas elle. Sa peur fut balayée par une vague de colère. Une colère primitive, animale, venue du fond de son être. Il se mit à gronder, à rugir. Ses mains se mirent à trembler, puis tout son corps. Non il devait se concentrer, rester humain. Il ne pourrait pas la sauver s'il se transformait. Il n'aurait plus aucun contrôle. Il ne pourrait plus rien faire sauf la laisser mourir. Ce fut cette idée qui le calma. Le glaçant jusqu'au plus profond de ses entrailles. Il n'en était pas question. Il devait agir. Réfléchir et agir.
Réfléchir et agir,
réfléchir...

Comment ils faisait, dans les films. Appuyer sur la poitrine, souffler dans le nez.
Combien déjà. 5, 10, 20 il n'en savait rien.

Agir ...

1, 2, 3, 4, 5
souffler

1, 2, 3, 4, 5
souffler

1, 2, 3, 4, 5
souffler

1, 2, 3, 4, 5
souffler

-------------------

(Kamen)

Elle s'était réveillée, Ninon s'était réveillée. Il soupira de soulagement lorsqu'il sentit sa main serrée la sienne.


_ Oui… on… on sort.
Kamen…  je vais t’aider à… à pousser les débris.


"d'accord" vu son gabarit il se demanda comment la frêle jeune fille allait bien pouvoir faire puis il sentit une drôle de chaleur.

"qu'est ce que ..." il ne put finir sa phrase que des grincements retentirent autour d'eux. Comme si une main géante cherchait à écarter les débris qui les recouvraient.
Kamen n'avait aucune idée de ce qui se passait, quelqu'un les aidait il de l'extérieur. Peut importe. Il en profita pour pousser aussi, utilisant au maximum sa redoutable force. Pour une fois qu'elle lui servait.  
Kamen s’interrompit un instant, de la sueur coulait sur son visage, jamais il n'avait du déployer autant de force. Et puis la présence de la jeune fille le troublait aussi quand meme. Il respirait fort mélange du manque d'air et de la proximité de Ninon.
Il devait tenir, ensemble, jusqu'au bout. Cette fois il ne l'abandonnerait pas. Il était un homme maintenant, plus un enfant, c'était à lui de la protéger.
Tout en tentant de maitriser sa respiration, il reprit son travail. Petit à petit, un trou apparut, laissant filtrer un peu d'air et surtout de la lumière. Les sauveteurs étaient ils enfin parvenu à les retrouver.
Le géant inspira profondément.


"Ninon y a de la lumière. " un intense espoir se fit entendre dans sa voix. Ils allaient être sauvé. Il baissa les yeux vers la jeune fille "ça va ? Tu tiens le coup ? "

---------

(au dessus, dans la rue - 18H)

un oeil sur son téléphone, l'autre sur l'agitation de la rue, l'homme continuait à fumer tranquillement, un léger sourire aux lèvres.
"enfin" murmura t il. Il lança sa cigarette dans le caniveau, ferma son portable et s'éloigna du drame en sifflotant, indifférent à l'enfer qu'il laissait derrière lui.  

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ninon Lenoir
Élève à l'Institut Beta
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 09/07/2014
Age : 25

MessageSujet: Re: [ A Day To Remember] Rame numero 1 ( Jade/Sanzo/Ninon)   Lun 20 Oct - 11:01

La lumière.

_ Ninon y a de la lumière. Ça va ? Tu tiens le coup ?

Ninon poussa un petit soupir de soulagement et un mince sourire se dessina sur ses lèvres alors qu’elle hocha doucement la tête pour rassurer Kamen.  
L’air avait de plus en plus de mal à trouver son chemin à travers ses poumons et son corps ne pouvait bouger que très difficilement, mais oui, elle tenait le coup. Kamen avait repris espoir avec ce petit rayon de lumière qui commençait à filtrer et c’était lui qui avait raison. Elle devait tenir le coup. Ils allaient sortir, retrouver Jade, Sanzo et Sean, et ils allaient tous sortir parce qu’il n’y avait pas à discuter là-dessus.
Elle essaya de rester concentrée sur ses ombres, les faisant se glisser à l’extérieur par la petite ouverture qui venait de se créer. Continuant de les contrôler pour les faire s’accrocher aux gravas qui les recouvraient et les faire rouler sur les côtés, tentant de les maintenir tout le long de leur chemin pour ne pas provoquer d’éboulement brusque. Un à un, les morceaux de métal et de béton bougèrent, leur pression disparaissant des épaules de Kamen qui avait pour ainsi dire presque tout porté.
La petite ouverture s’agrandit encore et encore, elle était maintenant assez grande pour les laisser sortir tous les deux et surtout ne pas s’ébouler complètement une fois qu’ils seraient partis.

_ K…kamen… on peut y aller.

Elle commença à se relever mais son corps n’était pas du même avis, lui envoyant des décharges de douleur si elle prenait trop appuis du côté gauche et ne répondant même plus à droite.  Survivre à une explosion et à une chute de métro pour ne plus pouvoir se remettre sur ses pieds… Hors de question ! Elle serra les dents et attira toutes les ombres environnantes pour s’en couvrir. Elles avaient fait bouger de la pierre et du métal faisant plusieurs dizaines de fois son poids, alors elles devraient bien pouvoir l’aider à bouger elle. Elles vinrent envelopper tout son corps d’un épais voile noir, opaque et mat, se collant à elle comme une seconde peau. Elle déglutit et essaya de ne pas céder à la panique en voyant ses bras et ses jambes changer de la sorte, avant de retourner rapidement son attention vers Kamen, tentant de lui offrir un regard rassurant malgré son aspect pour ne pas l’effrayer non plus.

_ C… c’est toujours moi… d’accord ?

Elle essaya de prendre à nouveau appuis pour se relever, cherchant plus à se servir de son pouvoir que de son corps. La douleur était toujours présente, lancinante et à la limite du supportable, mais elle pouvait bouger, tout doucement, en prenant garde à maîtriser sa respiration. Un dernier effort, ils allaient retrouver les autres et pouvoir sortir d’ici.
Enjamber les gravas n’avait pas été simple, mais avec l’aide du géant, ils l’avaient quand même fait, prenant souvent des pauses pour que Ninon puisse retrouver son souffle. Continuant d’avancer à la recherche de leurs amis.
Il y avait eu un long hurlement… La française avait cru reconnaître la voix à qui il appartenait.

_ S…Sanzo ? Kamen… Il faut.. qu’on le retrouve.

Malgré la lumière qui filtrait de l’étage supérieur, il faisait toujours sombre dans le tunnel, mais ils avaient poursuivi leur chemin, se dirigeant vers l’endroit d’où le hurlement semblait avoir été poussé.
Finalement, elle l’avait vu, elle avait tout de suite reconnu ses cheveux blancs. Il était penché sur quelque chose. Sur quelqu’un. Sur...


Ninon ne comprenait jamais rien, parce qu'elle était naturellement comme ça, mais aussi par choix. Oui, c’était ennuyeux et horrible de comprendre.
C’était fatigant aussi, il fallait se poser trop de questions pour comprendre les choses, et quand on les comprenant enfin on s’en posait d'avantage.
En somme, c’était confortable de ne pas comprendre, de simplement rester en surface, de se contenter de ce que l’on avait devant les yeux sans chercher à creuser.

Et pourtant avec Jade elle avait eu envie de creuser. Elle l’avait comparée à une peinture dont le véritable intérêt se cachait sous les pigments et les coups de pinceau en surface. Elle avait eu envie de la connaître et de la comprendre. De se poser des questions et de poser des questions.

Ninon n’avait jamais rien compris, parce que si on ne lui disait pas les choses clairement, elle ne se rendait compte de rien, se contentant de vivre dans l’ignorance, la superficialité et l’illusion. C’était confortable et ça lui suffisait.

Pourtant là, il n’avait fallu qu’une petite seconde pour comprendre, pour que la sensation désagréable du cœur qui se brise pour partir en chute libre dans la poitrine survienne. Juste une toute petite seconde pendant laquelle le temps avait cessé d’exister et pendant laquelle elle avait tout compris sans même avoir eu à se poser la moindre question.

La sensation du cœur qui se brise et du vide à l’intérieur du corps qui l’attire.

Elle avait vu Jade allongée sur le sol, quelque chose planté dans son œil et le sang recouvrant la moitié de son visage. Sanzo ne pouvait plus s’arrêter d’appuyer contre sa poitrine pour la faire revenir alors qu’à chaque pression, un peu plus de sang remontait de sa poitrine pour remplir sa bouche et s’échapper de la commissure de ses lèvres, coulant le long de ses joues.
Jade… Elle ne pouvait plus la quitter des yeux mais elle n’avait rien dit parce qu’il n’y avait rien à dire. Son corps et même ses ombres avaient refusé de la porter plus longtemps, elles s'étaient dispersées et l'avaient laissé tomber à genoux à côté de son corps sans vie, simplement secoué par les gestes de Sanzo.
Elle n’avait rien dit, parce qu’il n’y avait plus rien à part les larmes qui coulaient le long de ses joues sans même qu’elle s’en rende compte, brouillant la vision de son amie qui ne bougeait plus. Même la douleur n’était plus là, elle avait été absorbée comme son cœur par le vide à l’intérieur.
Ninon avait pris sa main dans les siennes, délicatement comme toujours.

"j'ai envie d'exister...de construire ma vie...de devenir quelqu'un de bien. On m'a donné une chance de le faire, je ne la lâcherai pas."


Mais Jade ne bougerait plus, elle n’ouvrirait plus les yeux, elle ne parlerait plus, elle ne serait plus jamais exaspérée par elle, elle ne sourirait plus, elle ne l’engueulerait plus, elle ne lui dirait plus jamais qu’elle était neuneu, elle ne vivrait juste plus.

Elle savait, elle avait compris, mais elle ne voulait juste pas l’accepter. Elle ne pouvait que répéter son nom sans s’arrêter.

Elle serra sa main dans la sienne. Elle l’avait lâchée, pourquoi elle l’avait lâchée ? Et si elle ne l’avait pas lâchée ? Elle aurait été en sécurité avec elle et Kamen, elle aurait été vivante. Elle lui avait échappée, elle aurait dû serrer sa main plus fort encore ! Parce que maintenant c’était trop tard. Elle aurait beau la serrer aussi fort qu’elle le pouvait maintenant c’était trop tard et elle ne reviendrait pas.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: [ A Day To Remember] Rame numero 1 ( Jade/Sanzo/Ninon)   Dim 26 Oct - 13:16

(écrit en collaboration avec SVO)

Quelque chose n'allait pas, son cerveau lui hurlait que quelque chose n'allait pas mais il refusait de l'écouter et il appuyait encore et encore et encore.
Non loin la silhouette, s'il n'avait été autant concentré sur Jade, il l'aurait détaillé, peut être meme supplier de l'aider. Se serait il étonné de la voir ? Pas sur, après tout les secours étaient en route. Mutants et humains ils aidaient tous avec leur moyen.
Qu'attendait elle ? Il n'en savait rien et ne le saurait jamais car seule lui importait le corps mo... non endormie, elle n'était qu'endormie. Elle ne pouvait être mo...

Dans sa bouche le goût du sang, ferreux, encore tiède, à la fois si bon et si dégoutant. Ses mains s'enfonçaient dans la cage thoracique, faisant craquer les os bien malmenés de Jade mais il ne pouvait s’arrêter, il refusait de s’arrêter.

Des pas lourds comme fatigués. Deux personnes en triste état. Kamen et Ninon en vie eux. Éprouva t il de la satisfaction, de la jalousie ... il n'en savait rien, il ne le saura jamais. Rien n'importait meme pas son meilleur ami.
Et Sean, avait il survécu ? Était il lui aussi aux mains plus habiles d'un sauveteur ? Était il mort déjà, froid ? Avait il peur ? Avait il mal ?

Une main osa toucher celle de Jade, il gronda et montra les dents. Elle était à lui, rien qu'à lui. Instinct de conservation, culpabilité, il n'en savait rien et n'en saurait jamais rien.


"hé du calme c'est nous" une voix grave, une main puissante sur son épaule.

- Ça suffit Sanzo, commença doucement la jeune femme. -  Tu te fais du mal.

Une autre voix, douce mais autoritaire, une voix d'adulte qui savait. Qui savait que tout ça ne servait à rien. D'ailleurs ils le savaient tous, tous sauf lui. Il l'avait trahit, il l'avait abandonné et maintenant elle était mo...

morte ... elle était morte ...
morte ... morte ... morte ...

il devait arrêter elle était morte.

Il leva des yeux hagards, rougis par le chagrin, sur la jeune femme. Elle mesurait dans les 1m75, silhouette féminine aux hanches fines dont le buste comme le bassin n'en paraissaient que plus forts, une longue chevelure brune lui descendant jusqu'au bassin. Une tête anguleuse avec un front carré, un menton ovale, un nez large et des sourcils fins, une petite bouche aux lèvres épaisses et surtout de grands yeux bruns qui regardaient la scène avec une résolution attristée.


"qui êtes vous ? "

quelle importance qui elle était, elle était, elle était en vie. Elle était triste, elle le regardait avec un mélange de pitié et de compassion.

Alors que Jade ne le regardait plus, ne souriait plus. Il aurait donné n'importe quoi même pour l'entendre râler après lui ou Sean ou Ninon. Rouspétant parce qu'ils laissaient des traces sur le sol, sortant ses lingettes pour essuyer la chaise, le banc. Voir cette tendresse dans ses yeux, sentir sa main sur son torse, sa bouche sur ses lèvres. Voir cette rougeur quand elle se montrait, et ce regard coquin quand elle voulait de lui.
Sauf qu'elle était là, immobile, pale.

ils se fixèrent en silence laissant passer les secondes avant qu'elle ne réponde tout en décroisant les bras et se décollant de la carcasse du métro.


- La demi-sœur d'Amy. Je suis ici pour lui ramener sa fille.

Le chat la regarda comme on regardait un extraterrestre, une soeur d'Amy ... Il la fixait se moquait elle de lui ?
Vu son état émotionnel il était prêt à accepter tout et n'importe quoi mais pas Kamen qui s'en approcha la dominant largement, pas vraiment agressif, plutôt protecteur.
La jeune femme elle restait à distant tout regardant brièvement chacun des quatre membres alors que des filaments s'échappèrent à nouveau de sa peau, s'en venant au contact de ses yeux qui commencèrent rapidement à luire à nouveau.

Le géant n'était pas vraiment rassuré mais il ne bougea pas.


"Kamen s'il te plait, si elle peut ... faire ... la ramener ... n'importe quoi... "   Sanzo était prêt à faire un pacte avec le diable au point ou il en était. Kamen lui était plus méfiant, quelque chose dans la jeune femme le dérangeait. Si vraiment elle pouvait ressusciter Jade ça serait merveilleux mais qu'est ce qui prouvait qui elle était vraiment ? D'un autre coté pourquoi serait elle là ? De toute façon Jade était morte qu'est ce qui pourrait lui arriver de pire ?
La jeune femme les regarda tour à tour avant de répondre.


- L'Echo du Phénix est ici, elle pourra la ramener comme elle l'a fait de Caitlyn. Néanmoins il lui faut transférer une vie et c'est là que j'interviens.

Il fallut quelques secondes pour que les paroles de la jeune femme fassent leur chemin dans le cerveau du chat. "Rachel" murmura t il avec soulagement. Il avait toujours su que son amie ne les laisserait pas tomber mais la savoir véritablement ici enlevait un poids. Oui elle allait pouvoir ramener Jade.

Brisant son immobilisme, la jeune femme entreprit de se tourner vers le reste de la station et l'épave du métro supérieur d'où émanait la lumière flamboyante des flammes de la vie suivit du regard par les deux garçons.


- Sanzo, prends Jade. Suivez-moi si vous voulez sortir d'ici.

Ce n'était pas une question, c'était une remarque, et elle commença à se diriger vers le cadavre du métro qui était entrain d'être évacué, indifféremment des victimes de ce niveau.
Kamen regarda son ami d'un air interrogatif mais le chat soulevait déjà Jade, il était hors de question que quiconque d'autre la prenne.


"et moi ?" lança une toute petite voix timide. Le chat se retourna, il avait oublié l'enfant. Kamen s'approcha de la fillette et tendit ses bras immenses dans lesquels elle vint se pelotonner puis il tendit une main vers Ninon.
Suivant la jeune femme le petit groupe quittait enfin cet enfer.

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ninon Lenoir
Élève à l'Institut Beta
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 09/07/2014
Age : 25

MessageSujet: Re: [ A Day To Remember] Rame numero 1 ( Jade/Sanzo/Ninon)   Mer 29 Oct - 12:05

_ Ça suffit Sanzo, tu te fais du mal.

Le chat avait arrêté ses gestes, laissant cette fois-ci le corps de Jade sans plus aucun mouvement. Ninon continua de la regarder, c’était étrange. Le fait que Sanzo ait essayé encore et encore de la ramener avait laissé planer un certain espoir, complètement faux, mais un espoir quand même. Elle avait continué à la regarder parce qu’elle espérait quelque chose, un signe, un frissonnement. Elle s’attendait à n’importe quoi, même une infime inspiration.
Mais rien n’était venu.
Elle n’avait pas pu lâcher sa main, la tenant toujours fermement entre les siennes. Elle en avait délicatement avancé une vers son visage, retirant du bout des doigts une mèche de cheveux que le sang avait collée à sa joue.
Ses larmes continuaient à couler en silence mais elle avait réussi à détacher ses yeux de ses traits endormis pour relever la tête et balayer lentement les environs de son regard, discernant mal ce qui l’entourait.  Elle n’avait encore jamais entendue cette voix, mais elle sut instantanément qu’elle n’avait pas fait partie des victimes des « accidents », elle n’était ni enraillée, ni étouffée, mais juste douce et autoritaire, sans une once de doute.
Même si elle semblait avoir été là depuis un certain temps, Ninon ne prit conscience de sa présence que maintenant. Les bras croisés, elle était adossée contre le cadavre du métro. La française ne prit cependant pas le temps de la détailler, essayant juste de ne pas rabaisser ses yeux sur son amie au sol. Elle avait quand même réussi à se raccrocher à son regard. Un regard qui avait compris, mais qui semblait en plus avoir accepté malgré la tristesse qu’elle pouvait y lire.

_ Qui êtes-vous ?

_ La demi-sœur d'Amy. Je suis ici pour lui ramener sa fille.

Amy… Amy… C’était l’autre mère de Jade, celle qu’elle n’avait jamais rencontrée. La « belle plante » de Caitlyn. Son cœur se serra, est-ce qu’elles savaient ?... Surement si cette femme se présentait comme la sœur de la première et qu’elle avait pour mission de leur ramener leur fille. Elles devaient surement savoir.
Ninon était partagée entre l’absence de réaction de Sanzo, le désir de ne rien faire et de simplement tout accepter puisque de toute façon rien ne pouvait être pire que maintenant, et la méfiance de Kamen face à l’inconnue qui était apparue mystérieusement dans ce champ de ruines, uniquement pour ramener Jade et dont la peau semblait produire une substance étrange, comme des filaments. Elle ne pouvait s’empêcher de fixer ses yeux devenus luisants avec un mélange de doute et de curiosité.

_ Kamen s'il te plait, si elle peut ... faire ... la ramener ... n'importe quoi...

_ L'Echo du Phénix est ici, elle pourra la ramener comme elle l'a fait de Caitlyn. Néanmoins il lui faut transférer une vie et c'est là que j'interviens.

Transférer une vie ? Ninon ne comprenait pas, ils parlaient de réellement ramener Jade ? Elle rabaissa son visage vers elle, toujours dans la même attente imbécile d’y déceler ne fusse qu’un frisson. Mais non, parce que même si elle en avait envie, elle savait que ça n’arriverait pas. Des vagues souvenirs de sa conversation avec Caitlyn lui revinrent en mémoire, elle était presque certaine de se rappeler qu’elle lui avait dit avoir déjà été morte.
Elle avait toujours vu la mort comme quelque chose de définitif, elle ne l’imaginait pas autrement et les pensées se bousculaient dans son esprit.
Ramener les défunts ne lui parlait pas, elle aurait bien voulu y croire, mais Jade était partie depuis trop longtemps… Elle était… Elle était trop… Les larmes remontèrent. Son corps était trop brisé pour qu’elle puisse y revenir.

_ Sanzo, prends Jade. Suivez-moi si vous voulez sortir d'ici.

Ninon sentit sa main quitter progressivement la sienne au fur et à mesure que Sanzo la soulevait dans ses bras. Elle avait commencé à faire converger à nouveau les ombres vers elle pour la porter alors qu’elle la voyait s’éloigner, la tiédeur remontait peu à peu dans ses membres, venant soulager la pression sur ses blessures.

_ Et moi ?

Une petite voix attira son attention et elle tourna la tête alors que son bouclier terminait de recouvrir son visage. Ninon fixa la petite fille que Kamen avait prise contre lui. Une fillette… Quelque chose sembla s’arrêter un instant chez la française et son regard vint de l’enfant, à la main que Kamen lui tendait. Elle hésita une seconde, n’arrivant plus à quitter la petite des yeux. Elle finit par répondre au geste du géant pour se relever et suivre le mouvement.  
Mais ça n’allait toujours pas mieux. Ce n’était pas le chaos tout autour, ce n’était pas le corps sans vie de Jade, ce n’était pas l’inconnue. C’était autre chose mais elle n’arrivait pas à savoir quoi exactement.
Une petite fille…
Il y en avait eu une avant l’explosion, elle se souvenait de sourires et de grimaces. Ils marchaient toujours, mais Ninon ne pouvait pas s’empêcher de penser aux dernières secondes avant l’enfer…  La même petite fille ? Elle s’arrêta et sa main serra plus fort celle de Kamen, elle leva ses yeux rendus noirs par son bouclier vers lui, le doute et l’inquiétude se lisant dans son regard.

_ …Sean ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: [ A Day To Remember] Rame numero 1 ( Jade/Sanzo/Ninon)   Mer 5 Nov - 16:29

_ …Sean ?

Sean, qui était Sean ? Complètement déconnecté, Sanzo suivait la femme, les yeux rivés sur le visage de Jade. De temps à autre une larme coulait venant s'écraser sur sa joue de nacre, avant de glisser, délayant un peu le sang qui le maculait. Elle était pourtant si belle. Par moment ses pieds butaient sur une pierre, un morceau de métal ou pire quelque chose de mou voir encore chaud mais il s'en fichait.
Ou pouvait elle être ?
Avec les anges certainement. Il ne croyait pas en Dieu mais il était impensable qu'elle soit ailleurs. Penchant la tête, il déposa un léger baiser sur son front. Tant de chose qu'il ne lui avait pas dit, tant de chose qu'ils n'avaient pas fait, tant de chose qu'il voulait lui montrer et partager.

Il n'avait plus que les souvenirs. Leur première rencontre, le match de basket,  le premier baisé, la première fois ou ...,  les repas en "famille"... la famille. Cait et Amy allaient être dévastées. Si lui avait perdu son amour, elles avaient perdu leur fille. Il se demanda comment son père réagirait s'il était à leur place. Mal surement, et meme très mal.

Son pied heurta brutalement quelque chose mais il ne sentit rien, d'ailleurs il ne sentait plus rien à part ce trou béant qu'il avait à la poitrine. Sa respiration était sifflante mais n'avait rien à voir avec ses blessures. Comment arrivait il encore à respirer ?
Pourquoi respirait il encore ?
Il n'avait plus rien, il n'y avait plus rien. Meme l'espoir que Rachel puisse la ramener l'avait fuit. C'est lui qui aurait du mourir. C'est lui qui devrait être là, immobile.
Non, il était égoïste, s'il mourait Jade souffrirait ... du moins un peu, il l'espérait.
Finalement c'était ceux qui restaient qui souffraient le plus, le mort lui était ... simplement mort, absent, parti, plus là...
Une nouvelle larme s'écrasa.

----------------------

(Kamen)

La fillette blotti dans ses bras, la main de Ninon perdue dans la sienne, Kamen suivait Sanzo totalement ailleurs. Son ami n'avait plus rien, plus de vie dans son regard résolument fixé sur Jade. Ils suivaient tous la femme qui continuait d’avancer simplement, pas à pas, longeant avec son déhanché félin ce qui avait été le métro. Kamen fronça les sourcils plusieurs fois, voyant que les appels et les blessés ne faisaient pas détourner le regard de cette étrangère, pas plus que ceux qui parvenaient à s’échapper de la seconde rame pour descendre dans cet enfer dans l’espoir d’y trouver une sortie. Rien ne semblait l'atteindre meme pas les mots de Ninon. Kamen ne l'aimait pas, vraiment pas. Elle était dérangeante. Il ne lui faisait pas totalement confiance non plus mais il suivait sans rien dire.
Elle s'était présentée comme la demi soeur d'Amy et surtout leur avait dit que Rachel allait ramener Jade comme elle avait ramené Cait. Si c'était vrai l'admiration du géant pour Rachel allait encore monter d'un cran. Mais pour l'instant, il fallait la rejoindre, sortir de cet enfer.

Faisant son possible pour dégager la voie, il écartait au maximum les débris devant Ninon.


_ …Sean ?

Kamen s’arrêta brutalement. Comment avait il pu oublier le 3ème membre du trio infernal ?

Il regarda Ninon puis lança un coup d'oeil à Sanzo et à la femme.
"hé ... heu ... madame (?) Y a notre copain qui est encore là bas. Faut qu'on le récupère."

sa main se serra brièvement sur celle de Ninon comme pour la remercier d'avoir pensé à Sean.

Bien sur la femme ne s’arrêta pas, elle avait montré qu'elle se fichait des autres, de tous les autres à l'exception de Jade. Kamen était inquiet pour elle bien sur mais elle n'était pas la seule. Comment pouvait on être aussi insensible à cette misère et à toute cette détresse humaine ... Il ne comprenait pas.

- A loisir. Vous risquez simplement de ne pas aimer ce que vous allez trouver et je ne vous attendrais pas le temps que vous l’ayez fait.

Encore des mots brutaux, sans compassion, sans empathie. Elle était si froide, encore plus que la neige de son pays natal. Elle continuait de marcher en direction de cette rame écroulée depuis le plafond  s’arrêtant un instant avant de repartir vers un but qu'elle était la seule à percevoir.  


"très bien" la voix du géant était plus agressive qu'à l'accoutumé. S'il avait pu il l'aurait volontiers balancé contre un mur, mais ce n'était ni l'endroit ni le moment et puis c'était une femme et dangereuse.
Posant la fillette à terre, il s'adressa à elle
" tu vas suivre la dame d'accord ?"
La petite secoua énergiquement la tête tout en s'accrochant à lui  "elle me fait peur, je veux rester avec toi s'il te plait."
désemparé Kamen lança un regard à Ninon avant de reprendre la petite. Le bref mouvement de compassion de l'étrange femme passa inaperçu pour Kamen "Ninon est ce que ... est ce que tes ... ombres peuvent retrouver Sean? Je sais à peu prêt ou il est mais ... "

il baissa la voix "si lui aussi est ... ... " il buta sur le mot craignant le pire pour son autre ami " enfin tu vois ... tu veux bien ... vérifier s'il te plait"

le regard qu'il lança à la jeune fille était plein de souffrance et de tristesse. Il avait perdu Jade, Sanzo était complètement ailleurs et si Sean était lui aussi mort, il ne lui restait plus personne. Une larme coula sur son visage sali, laissant une trace.
Kamen regarda la femme repartir et disparaître suivit de Sanzo "zombifié". Soudain un cri déchira l'air, un cri de souffrance. Encore un. Un parmi tant d'autre meme si celui là avait quelque chose de poignant.
Mais ils avaient autre chose à faire malheureusement. Ils avaient un ami à retrouver.

--------------

Sanzo leva brièvement les yeux lorsque la voix de Kamen retenti mais la femme continuait d'avancer alors il avançait. Une fois, avec Rachel il avait parlé de la possession, en ce moment c'était ce qu'il ressentait. Il n'était plus là, quelqu'un avait pris sa place, le faisant avancer, le faisant respirer, le faisant penser.
Qui était il ? Plus personne. C'était comme lors de métamorphose mais en pire.
Il n'était plus rien, juste un corps qui se mouvait vers il ne savait quoi.
L'espoir ? En avait il encore

des gens passaient à coté de lui, fuyaient, criaient, pleuraient mais il ne les voyait pas. Il ne voyait plus rien encore plus aveugle que dans la plus noire des nuits noires. Plus sourd que dans le silence le plus absolu.
Tout ce qu'il voulait c'était la rejoindre. La retrouver. Franchir cette frontière et se retrouver dans sa bulle.
Il lui avait dit qu'il la retrouverait n'importe ou mais c'était faux, aujourd'hui, là, elle lui avait échappé.

La rame de métro avait été déformée par l’impact et là où le premier wagon c’était broyé contre le mur du fond les suivants c’étaient couchés sur les cotés, froissés par la dispersion cinétique, et il fallait bien quatre ou cinq d’entre eux pour qu’ils ne soient guère plus déformés par ce qu’ils avaient subi, les suivants pendouillant entre les deux étages puisque les derniers y étaient encore maintenus. Des gens s’échappaient comme ils le pouvaient des carcasses de la seconde rame, allant jusqu’à sauter de l’étage intermédiaire pour chercher à rejoindre l’inférieur. Toujours suivi elle, elle tâcha de passer au travers des obstacles afin de rejoindre ce pont de fortune, se dirigeant vers un wagon à moitié déformé par le choc, le dernier à s’être craché et dont l’arrière était toujours relier à ceux qui ne touchaient plus terre, wagon dont les vitres brisées cachaient à peine les corps éparpillés vers son avant, inconscient ou mort.

Par moment un semblant de vie animait ses yeux mais si bref qu'on pouvait en douter. Il regardait la femme s'activer à lui faciliter l'accès. Il aurait du s'inquiéter pour quelque chose mais il ne savait plus quoi. Plantant ses mains dans les rebords de la fenêtre, elle plia la taule afin de créer non seulement une ouverture mais également une pente pour faciliter l’accès. Alors même qu’elle se relevait un cri se fit entendre, la faisant réagir vivement et se tourner vers l’étage supérieur et les wagons qui s’y trouvaient alors même que son visage se crispait.


- Merde,  jura-t-elle entre ses dents, avant de se retourner vers sa suite pour poursuivre, son corps commençant déjà à se dissiper en une fumée noire se déplaçant vers ce qu’elle regardait précédemment.  Remonte ces wagons, les secours sont dedans. Je vous retrouverais.

Ses mots terminés, le processus de sublimation s’accéléra pour la faire disparaitre en un instant, corps et bien. Elle avait disparu suite à ce cri. Un cri qui aurait du aussi faire écho dans son esprit. Un cri qu'il aurait du reconnaître. Un cri qui aurait du le faire réagir sauf que ...
sauf que son esprit n'était plus là
sauf qu'il ne reconnut pas le cri
sauf qu'il n'eut aucune réaction.
Il resta planté là sans savoir quoi faire, Jade toujours dans ses bras.

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 31

MessageSujet: Re: [ A Day To Remember] Rame numero 1 ( Jade/Sanzo/Ninon)   Sam 8 Nov - 8:27



Cette chose, ici.
Ce n'est pas réellement moi.
J'avance sans volonté où l'on mon cœur me porte.
Je pourrais traverser des murs ou traverser des rivières.
Je ne suis pas là
Tout ceci n'est pas en train de se passer.

Un monde surnaturel peuplé de menaces, d'êtres extraordinaires aux capacités incroyables, de dangers incompréhensibles qui menacent plus que de simples vies, qui menacent l'avenir même de cette planète, des futurs étranges, incertains coulant plus dru qu'un torrent d'acide : c'est mon univers, un univers que je n'aurais jamais voulu avoir.
J'aurais pu finir ivre morte entre deux bouteilles, trois gosses, un canapé et un mari pour qui je ne représenterai qu'un moyen de déverser toute sa brute masculinité sous des coups de poings ou de hanches. J'aurais pu finir par me noyer dans la masse, cesser d'agiter les bras et me laisser couler au fond, là où plus rien ne pas atteindre en une attente de mort puisque la vie elle même ne ressemble qu'à un long week end pluvieux rythmé par le son éteint d'une télé annonçant d'une voix monocorde une apocalypse apathique, un effondrement tranquille et un éphéméride crétin et bondissant.
J'aurais pu finir éructant comme un fauve et me débattant sur une chaise électrique avant d'être renvoyée en enfer pour avoir voulu me consumer et brûler la vie comme un météore traversant le néant d'une atmosphère hostile. J'aurais au moins eu le plaisir ou le loisir de chercher une raison, de donner un sens a cette étincelle de vie qui persiste à hurler, à s'agiter et faire souffrir, là, tout au fond de mon âme.
Non.
Je  n'étais pas faite pour ça.
Je ne le serais jamais.
Pas plus pour vivre dans cet univers de folies ou le vacarme finit par me marteler l'ame, par me défigurer l'esprit et le corps, que de vivre une vie différente faite de renoncement ou de révolte.
Je crois, mon ange, que je n'étais pas faite pour vivre.
Tout simplement.

Je ne suis pas là
Tout ceci n'est pas en train de se passer.

Il me suffirait d'écarter les bras, d'expirer longuement...tout simplement...de me laisser aller, et la nature...MA nature...retrouverait sa logique.
Disparaître dans une explosion bleutée et retourner au néant...être le tout, être en paix et surtout ne plus penser, de plus avoir mal, ne plus avoir cette fichue peur que ceux que j'aime souffrent, que je les perde parce que sans eux, je n'arrive tout simplement pas à capter mon oxygène et écarter mes lèvres pour sourire.
Je ne suis née que pour aimer, pour partager un amour fait d'émotions et de douceur.
C'est ma vérité.
Ressentir, donner et vibrer.
Ou disparaître et ne jamais être retrouvée.

J'essaye, mon ange, j'essaye par tous les moyens de rester ici.
J'essaye de rester avec vous mais c'est tellement difficile, tellement injuste et tellement cruel. Nous ne construisons que pour tout perdre, pour tout voir s'écrouler et je sais que ce sentiment à le goût du toujours. On a à peine le temps d'entre apercevoir le bonheur qu'il n'est plus là.
Tu sais ce que se dit le photographe lorsqu'il enclenche son appareil ? Il se dit « c'est déjà  parti ». Oui, le moment est déjà passé même si tu t'y agrippes de toute tes forces et comme lui, dans quelques poussières de temps, nous serons tous ailleurs, avec d'autres préoccupations et d'autres gens. Non tenterons d'oublier, de nous oublier dans nos ratés et nos regrets, nous nous efforcerons de forcer la vie, de noyer nos solitudes, mais ce « manque » restera là...comme une brûlure sur une bobine de cinemascope, on ne la remarque que si on la cherche vraiment.
Sauf que je peux pas la noyer, elle. Tu sais, mon ange, tu le sais bien.
Ce n'est pas un visage, c'est le tien, c'est le notre. C'est notre fille.

Je ne suis pas là.
Tout ceci n'arrive pas.

Je me tiens devant lui dans mon allure spectrale, l'air plus morte qu'autre chose, improbable fantôme luisant de ses feux d'émotions dévorantes. Je pourrais être une apparition, je pourrais être ce qu'il veut, l'espoir ou la fin. Nous sommes probablement seuls, ils le sont tous deux même si seul lui vit encore un peu, je sais que ca dépend de moi, l'idée m'effleure l'esprit alors que durant de longues secondes je ne fais que le fixer avec mon regard électrique.
Il n'y lira rien d'autre que ce qu'il y a à voir.
Une absence, une véritable absence de tout.

Mon regard décroche du sien, seul trace de mouvement dans mon attitude spectrale, et tombe sur le corps qu'il tient fermement entre ses bras.
Elle dort.
Elle dort paisiblement.
Je ne l'ai jamais regardé dormir.
Je le ferais à l'avenir.
Non
Je ne pourrais pas.
 
Je ne suis pas là.
Tout ceci n'arrive pas.

Je m'en fiche, elle dort. Elle se repose parce que cette journée à été longue et mouvementé. Elle me racontera demain, avec ses taquineries habituelles. Elle me racontera tout parce qu'une fille dit tout à sa mère.

J'ai essayé, mon ange, j'ai essayé.
Je ne l'ai pas abandonné, si l'une de nous deux y est, nous y sommes toutes les deux.
Je n'ai pas cessée de courir, je ne me suis pas arrêtée.
Elle est là.
Notre fille.
Je l'ai trouvé mais elle dort.

L'amour est violent, sans doute, et déjà je sent crépiter des décharges autour de moi. Je ne cherche plus à retenir, à contrôler. Des lézardes serpentes sur mon visage, la peau semble craquer et les chairs se dissoudre  laissant apparaître l'energie bleuté s'agitant en dessous.

Nous allons partir, mon ange, je vais la mettre à l’abri pour qu'elle puisse avoir un bon sommeil et j'attendrais à son chevet qu'elle se réveille. Je vais l'emmener où personne ne va, personne à part moi.

Je tends les bras vers Sanzo en une demande douce alors que la lumière éclaire maintenant toutes les ténèbres.


Donne moi ma fille, nous devons nous en aller.

Ma voix est d'un calme affolant et me fait enfin comprendre une chose.

Je suis bien là.
Tout ceci arrive.





NdA : La musique est intégrante du Rp

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ninon Lenoir
Élève à l'Institut Beta
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 09/07/2014
Age : 25

MessageSujet: Re: [ A Day To Remember] Rame numero 1 ( Jade/Sanzo/Ninon)   Sam 8 Nov - 11:40

Sanzo n’avait pas réagi au nom de Sean et le volume de la voix de Ninon n’y était pour rien. Elle aurait pu lui hurler en le secouant, cela n’aurait rien changé puisque le chat n’était plus là, comme s’il avait arrêté de vivre avec Jade. Il continuait simplement sa route, tel un automate, suivant la démarche féline et détachée de l’inconnue alors que la sienne était simplement monotone et dénuée de tout but. Il avançait, sans penser, sans même regarder où il mettait les pieds.
Kamen avait compris, lui. Le souvenir du roux lui était douloureusement revenu à l’esprit.
Sean avait été effacé, passant en arrière-plan, comme un souvenir, ou plutôt comme une idée que l’on avait continué à percevoir sans pourtant réussi à se concentrer dessus. Ça n’avait pas été par méchanceté, ni même par négligence de la part de ses amis. Mais il était sorti de la tête du groupe en disparaissant après la première explosion, avant que la suite des évènements ne termine de l’engloutir totalement.
Sean, maintenant qu’il avait refait surface dans l’esprit de Ninon, les questions commencèrent à la submerger. Est-ce qu’il les attendait ? Est-ce qu’il était blessé ? Est-ce qu’il était conscient ? Est-ce qu’il était… en vie ?

_ Hé ... heu ... madame (?) Y a notre copain qui est encore là-bas. Faut qu'on le récupère.

Son regard alla de Kamen à l’inconnue qui continuait d’ouvrir le chemin sans se soucier du reste, pas même de ce que le géant venait de lui dire. C’était comme si elle ne voyait rien de ce qu’il se passait autour d’elle, comme si elle ne se rendait pas compte qu’elle était en train d’évoluer dans un amas de débris matériaux et humains, comme si cela ne la touchait pas.

- A loisir. Vous risquez simplement de ne pas aimer ce que vous allez trouver et je ne vous attendrais pas le temps que vous l’ayez fait.

Ninon la fixa en se tendant. Qu’étaient-ils censés comprendre ? Savait-elle ? Ou n’était-ce qu’une supposition ? … Sa voix avait été blessante et sans empathie, mais celle de Kamen, au contraire, était plus sèche, avec une pointe de colère qui ne lui ressemblait pas.

_ Très bien.

Elle serra brièvement sa main dans la sienne, pour tenter de le rassurer mais aussi pour lui faire comprendre qu’il ne servait à rien de s’énerver contre cette femme qui apparemment ne ressentait rien. Il y avait Sean, c’était ce à quoi il fallait penser maintenant et le temps était compté.
La fillette refusa de laisser Kamen quand il lui demanda de rejoindre la jeune femme et Sanzo. Il lança un regard désorienté à Ninon, ne sachant pas trop comment réagir, et elle y répondit par un simple hochement de tête alors que ses yeux allaient sur la petite. Parler devenait compliqué et douloureux, mais ce petit signe signifiait qu’il était préférable qu’elle reste avec eux.
Même si elle était certaine que l’inconnue ne lui aurait fait aucun mal, elle savait qu’elle ne se serait pas non plus souciée de l’enfant si elle avait eu un problème. Sans compter que sa froideur et son manque de compassion la mettaient mal à l’aise, l’empêchant d’arriver à la considérer complètement comme une « alliée ». La fillette resterait donc dans les bras de Kamen, c’était la meilleure option qu’ils avaient.  
Ninon tourna une dernière fois la tête pour regarder Sanzo qui s’en allait, commençant à disparaitre dans la fumée en marchant dans les pas de l’inconnue. Elle fixa pendant quelques secondes les derniers légers balancements des jambes de Jade. Elle déglutit, ravalant une fois de plus ses larmes. C’était impossible, mais elle la reverrait. C’était impossible, mais l’inconnue était là pour ça. C’était impossible, mais elle avait dit que Rachel la ramènerait.
Tout cela était impossible, mais elle continua d’essayer de se rassurer silencieusement et elle réussit à détourner ses yeux quand Kamen lui parla.

_ Ninon est-ce que ... est-ce que tes ... ombres peuvent retrouver Sean? Je sais à peu près où il est mais ... Sa voix s’éteint légèrement, si lui aussi est ... ... enfin tu vois ... tu veux bien ... vérifier s'il te plait.

Toute la détresse qu’elle pouvait lire dans son regard lui brisa le cœur, elle l’aurait voulu mais ses ombres ne lui permettaient que d’agir sur les choses, sans savoir avec précision ce qu’elles étaient, où très vaguement, selon leur résistance et leur poids. Faire la différence entre le vivant et le non vivant était possible, mais décoder les nuances à l’intérieur de ces deux catégories ne l’était pas. Elle secoua lentement la tête en signe de négation, sincèrement désolée.

_ Je… je ne peux pas… trouver des gens…

Mais si… tu te souviens, je… je devrais pouvoir trouver…


Un cri avait déchiré l’air, peut-être plus tragique que les autres, mais il ne restait qu’un cri parmi eux … C’était une femme qui l’avait poussé, et Ninon ne put s’empêcher de se demander qui allait avait perdu… Mais ici, tout le monde avait perdu quelque chose, alors il fallait continuer, essayer de retrouver ce qui était peut-être retrouvable. Croiser les doigts et prier pour ne pas voir un visage familier dans les « objets trouvé ».
Kamen les approcha du lieu dont il avait parlé, les faisant revenir sur leurs pas avant de laisser Ninon continuer seule. Elle n’était pas certaine d’y arriver, mais tout comme elle, il avait déjà trop perdu aujourd’hui. Sean était son meilleur ami, comme Sanzo, alors si jamais le pire était arrivé, il n’avait pas besoin de le découvrir lui-même. Elle n’était pas certaine d’y arriver, mais elle le ferait quand même. Pour une fois elle serait forte et elle continuerait de remettre ses larmes à plus tard.
Elle le regarda une dernier fois avant de serrer brièvement sa main et de la lâcher pour se retourner et continuer à marcher, essayant de se concentrer sur ses ombres, les mouvements qu’elle leur intimait de donner à son corps, et sa respiration.
Ses yeux balayaient la scène fantomatique dans laquelle elle évoluait, doucement, pas après pas, en prenant garde à où elle déposait ses pieds. Même si ses oreilles bourdonnaient toujours légèrement, elle pouvait sentir et entendre les différents débris qui craquaient ou s’affaissaient sous elle.
En tournant la tête, elle reconnut le dernier wagon où tout avait commencé. Elle crut y revoir la lumière et les flammes qui avaient tout emporté, mais elle se dépêcha de détourner les yeux pour ne pas s’effondrer, passant son chemin pour continuer à chercher Sean.
Elle était seule et elle sentait son cœur battre de plus en plus fort à mesure qu’elle sentait qu’elle approchait, essayant de faire abstraction des corps inanimés qui l’entouraient.
Enfin, elle l’avait aperçu, étendu sur le quai, ses cheveux roux contrastant sur le sol en béton gris et sale. Elle s’arrêta et sentit un long frisson la parcourir lorsqu’elle vit la quantité de sang qui le couvrait. Elle trembla et sa gorge se serra.

_ S’il te plaît… S’il te plaît… S’il te plaît… S’il te plaît… S’il te plaît… *

Elle reprit son chemin, plus hésitante alors qu’elle continuait de murmurer ses prières, sa voix déjà presque évanouie se brisant alors qu’elle arrivait enfin à côté de lui. Ses yeux étaient fermés alors que le bas de son visage et toute sa gorgé étaient maculés de l’épais liquide rouge qui avait commencé à coaguler par endroits. Elle remarqua le garrot de fortune fait à partir de tissu et d’une ceinture, certainement Kamen.
Ninon posa doucement sa main sur sa joue et se pencha sur lui, faisant tout pour maîtriser les sanglots qui commençait à remonter dans sa gorge.

_ S…Sean, réveilles toi… s’il te plaît…

Son autre main tenta d’attraper son pouls alors qu’elle approchait son visage de sa bouche en retenant sa respiration, espérant y sentir la sienne, ne fusse qu’un souffle minuscule. Elle attendait, elle était patiente. Mais garder espoir était de plus en plus dur…


*En français
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: [ A Day To Remember] Rame numero 1 ( Jade/Sanzo/Ninon)   Mer 12 Nov - 8:23

(Sanzo)

il était planté là, seul, immobile les yeux toujours fixés sur Jade, l'esprit loin, si loin. Autour des gens s'agitaient, parlaient, criaient, pleuraient mais il ne les voyait toujours pas. La femme était partie. Kamen et Ninon étaient partis. Il ne restait plus que lui et Jade.
Et puis elle fut là. Encore une femme lui sembla t il. À moins que ça ne soit qu'un fantôme sortit de son imagination, de son esprit engourdi. Elle était bleue, elle était rouge. Il avait relevé la tête mais n'avait vu que sa propre peine, sa propre souffrance dans les yeux du fantôme. Était ce une projection de ce qu'il était ... non la silhouette était plus petite, différente. Mais quelle importance, il ne savait plus qui il était. Ni ou il était. Il ne sentait que le poids de sa douce endormie dans ses bras bien qu'elle soit si légère.

Il vit les yeux du fantôme se baisser sur Jade. Ses bras se recroquevillèrent la serrant un peu plus. Il n'était pas question que le fantôme la prenne. Il n'était pas question qu'il la lâche pas cette fois.

Le fantôme tendit les bras, il montra les dents en grondant. Non la Mort ne l'emportera pas. Jade n'ira pas avec le fantôme.


Donne moi ma fille, nous devons nous en aller.

Il fixa le fantôme. Ça parlait un fantôme ? Ça avait une famille un fantôme ? Il la regarda un peu mieux. Cette voix il la connaissait. Cette silhouette, il la connaissait. Cette chevelure rousse et ces yeux bleu électrique, il les connaissait.

"Cait ? " sa voix était rocailleuse comme s'il n'avait pas bu depuis des lustres. Mais il ne bougea pas. Il n'y arrivait pas. Lui donner Jade c'était la perdre une deuxième fois. Des larmes se remirent à couler. Ses mains tenaient toujours la jeune fille fermement. Bien sur il aurait pu la donner à Cait, après tout elle était sa mère, mais il n'y arrivait pas.
Elle aussi devait souffrir, plus peut être que lui mais il n'y arrivait pas.
Elle était surement plus capable que lui de l'amener à Rachel mais il n'y arrivait pas.
il secoua la tête d'un air désespéré


"je ... je peux pas. Elle ... elle est partie ... sans moi. J'ai ... j'ai pas tenu ma promesse. J'ai pas pu la sauver."

il fixait toujours Cait "il faut ... il faut la sauver. Elle doit revenir. Elle ... elle peut pas me laisser. Je dois la retrouver. "

ses mots n'avaient aucun sens. Rien n'avait de sens d'ailleurs.

---------------

(Kamen)

Il regardait Ninon s'éloigner après lui avoir brièvement serré la main pour le rassurer. Dans ses bras la fillette restait impassible. Son regard était au delà de l'horreur. Cette fillette en avait bien trop vu.
Qu'allait elle devenir ? Et que devenait Sanzo ? Avait il suivi cette étrange femme ? Avait il retrouvé Rachel ? Jade était elle revenue ? Et Sean ?

Sean, son ami Sean. Irritant le plus souvent. Idiot parfois. Un humour débile et surtout une incapacité totale à être lui meme avec les filles et pourtant. Il pouvait être gentil, malin et drôle. Il était intelligent, un peu trop peut être. Il parlait trop, bien sur mais Kamen l'aimait. Comment avait il pu l'oublier ? Comment pouvait il ne pas être là ? Comment pouvait il laisser Ninon, meme si ce n'était plus vraiment une inconnue, c'était une fille en plus, faire ce qu'il devrait faire lui ? C'était à lui de retrouver Sean.

Il serra les dents et finit par s'avancer. Ninon l'avait retrouvé. Elle cherchait un souffle, un soupir, un battement de coeur, quelque chose qui indiquait que Sean était encore en vie.

Kamen s'approcha sans rien dire. Il avait peur. D'abord Jade et maintenant Sean peut être. Non.
Sur son visage aussi des larmes se mirent à couler. Tout ceci était tellement injuste.
Il posa la fillette par terre. Ou étaient les secours ? Il ne comptait pas sur l'étrange femme, elle avait été très clair. Mais ou était Rachel ?
La petite s'était accroupie à coté de Ninon et elle caressait les cheveux du jeune homme qui l'avait fait rire dans le wagon. Elle se mit à penser à sa maman qui était restée là bas, qui elle n'avait pas eu autant de chance. Elle se mit aussi à pleurer.

Kamen les regarda un instant.
"est ce que ... tu sens sa respiration ? " demanda t il à Ninon. Il n'essaya meme pas de vérifier, de toute façon avec ses gros doigts lui ne sentirait rien.
 "tu crois qu'on doit le bouger ? Faut le sortir non ?"

-----------------

(Sean)

(hivers 2008 - Woodlawn - Bronx - NY)


 "et ma bière t'as pensé à ma bière ?" Sean soupira, oui il avait pensé à la bière. Il en avait meme pris deux pack afin d'etre tranquille. Sa mère était morte depuis tout juste un mois et son père s'était fait viré de son travail et passait ses journées à boire. Le garçon en avait marre mais que pouvait il faire. Il n'avait jamais aimé son père. Une brute sans cervelle qui aimait un peu trop boire. Il en avait souvent fait les frais ainsi que sa mère. Par malchance en plus, il n'était pas très costaud voir meme malingre. On se moquait de lui au collège. Il s'en fichait, ce n'était que des idiots de toute façon. Il aimait passer du temps seul, à lire à la bibliothèque.
Il avait deux grandes soeurs dont une avait déjà un enfant à meme pas 18 ans. Elle avait fuit la maison à 15 ans avec son copain de l'époque. Copain qui l'avait laissé seule avec le bébé. Sean la voyait assez souvent. Mary était gentille avec lui. Ce qui n'était pas le cas de Sloan la deuxième. Le couple voulant un garçon lui avait donné un prénom de garçon. Garçon qui avait pointé son nez sans réel volonté des parents. "l'accident" comme l'appelait Sloan. Il ne la détestait pas que pour ça. Elle était grande, forte voir costaud, brutale et méchante. Autant Mary ressemblait à sa mère autant Sloan était le portrait craché du père ce qui n'arrangeait rien au contraire.
Il y avait aussi eu un autre garçon mais il était mort quelques jours après sa naissance, laissant la mère brisée.
Raclant des pieds, il apporta la bière à son père affalé dans le sofa, les yeux rivés sur une émission débile.

"t'en a mis du temps. T'es un vrai nul. " meme pas un merci, rien. Sean en avait l'habitude. "et moi abruti. Faut vraiment tout te dire" il se tourna vers sa soeur, elle aussi affalée dans l'autre fauteuil. Elle avait tout juste 16 ans mais picolait déjà comme son père. Il lui tendit une bière qu'elle décapsula avec les dents. {Très distingué} pensa t il. Un jour il partirait, les laisserait tous les deux. Oui un jour il quitterait ce taudis.

(mi- octobre 2012 - Bibliothèque de l'Institut)


"hé t'as pigé quelque chose en math ?" Sean leva la tête, en face un garçon de sa classe. Il l'avait remarqué surtout à cause de sa queue qui s'agitait pire qu'un drapeau dans le vent. Le gars était arrivé quelques jours après lui en septembre et ils avaient fait leur rentrée ensemble. Ils n'étaient pas les deux seuls nouveaux mais ils avaient la meme intelligence qui les avaient vite fait remarquer. La différence venait du fait que le type-chat était bien plus poli et calme que Sean. Sanzo il s'appelait. Un prénom bizarre.
Oui il avait pigé, c'était pas très difficile. Finalement le gars n'était pas si bon que ça. Sean eut un sourire méprisant
"ouai mec pourquoi pas toi ? "
- non les maths c'est pas mon truc."

Sean leva les épaules, il s'en fichait royalement de ce que Sanzo savait ou pas.  
"hé alors le monstre qu'est ce que tu fais dans la bibliothèque, tu sais meme pas lire"

les deux garçons se retournèrent vivement. Un peu plus loin, un petit groupe prenait un autre à parti. Le gars du genre costaud avait une curieuse peau grisâtre. Enfin elle aurait paru curieuse dans une école autre que l'Institut, école fondé par le Professeur Xavier pour les jeunes mutants. Sanzo s'approcha du groupe l'air mauvais. "fichez lui la paix"

les autres se mirent à ricaner puis l'un deux chuchota quelque chose à la grande gueule. Il n'entendit pas mais les lèvres avaient formé un prénom "Rachel". Sean comprit que le type laissa tomber. Cette Rachel était connue et redoutée des élèves. Après tout elle avait frappé le professeur Xavier, et puis elle était si étrange. Comme cette Caitlyn d'ailleurs. Une fille à ne pas croiser. Des rumeurs courraient à son sujet. Le type fit tomber les livres du costaud avant de bousculer le chat et partir. Sanzo les ramassa avec un sourire. Sean n'avait pas perdu une miette de la scène. Ce type était vraiment bizarre. Puis il haussa les épaules et se remit à travailler.

Moins de 5 minutes s'étaient écoulées
"on va manger un morceau ?" devant lui le chat et l'armoire à glace. Ce dernier paraissait timide et mal à l'aise. Sean les regarda un bon moment avant de leur sourire. Finalement cette année n'allait pas être si mauvaise que ça.

(29 septembre - le métro de NY)


_ S…Sean, réveilles toi… s’il te plaît…

une faible palpitation quasi imperceptible. Un souffle que Ninon aurait loupé si elle avait été plus loin de quelques centimètres. Il n'était pas mort, pas encore. Plus vraiment en vie non plus. Il ne voulait pas mourir, il ne l'avait jamais voulu. Il restait tant de belles choses à voir. Et puis sa vie était magnifique depuis deux ans. Deux belles années avec ses amis. Deux belles années à apprendre un tas de chose, à croiser un tas de personne. Tant de filles qu'il avait rencontré. Tant de râteau aussi mais bon c'était la vie. Il finirait bien par trouver la bonne comme Sanzo.

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 31

MessageSujet: Re: [ A Day To Remember] Rame numero 1 ( Jade/Sanzo/Ninon)   Mer 12 Nov - 19:23

"je ... je peux pas. Elle ... elle est partie ... sans moi. J'ai ... j'ai pas tenu ma promesse. J'ai pas pu la sauver."

"il faut ... il faut la sauver. Elle doit revenir. Elle ... elle peut pas me laisser. Je dois la retrouver. "


et la jeune femme baissa les braslentement se contentant de le fixer avec son regard douloureux durant de longs moments d'éternité silencieux avant que ses lèvres ne se desserrent pour lui adresser quelques moments.

je vois et je comprends....
C'est notre malédiction, c'est de notre faute, elle est maudite tout comme tu le seras en te liant à notre famille. Mais je sais qu'il y a un moyen d'enfin briser ce cercle. Elle doit partir avec moi, mais tu ne veux pas la laisser, soit. En ce cas, tu partiras aussi avec nous. Nous n'aurons plus à souffrir de tout cela, nous allons en finir avec toute cette misère, je vais effacer toute la douleur, je vais purger tout ça une bonne fois pour toute ; je connais le visage de Dieu, je peux vous le montrer, vous offrir la paix pour tous, pour les blesser comme pour les vivants qui souffrent ... Je vais guérir tout cela définitivement. J'ai assez d'amour pour faire ce que je dois faire. Plus de souffrances , plus jamais !!


Elle écarta à nouveau les bras et la lumière sembla à nouveau augmenter et atteindre une intensité inédite alors que les arcs électriques commençaient à strier les airs en une pulsation inquiétante et vrombissante

CA SUFFIT !!! ARRETE CA TOUT DE SUITE!!TU AS PERDU LA TETE ! ?


La voix était puissante et d'une autorité ferme et sans appel, juste a quelques pas de la
jeune femme.
Elle se tenait en retrait, le visage fermé et les bras aux poings serrés ramenés le long du corps, de sa stature assez mince et élancée dans sa robe légère , ses long cheveux roux ramenés en une longue tresse et son visage poupon si adulte et sévère, elle toisait caitlyn d'un regard autoritaire et franc, cette dernière incrédule avait stoppé le processus d'explosion et la regardait comme frappée de stupeur.

Ais...Aislinn ?
JE ne te laisserais pas commettre une folie , maman !! Reprends toi !!
Tu ne comprends pas...ta sœur est ...elle est..
Partie, oui.

Elle se déplaça et la dépassa lentement pour se placer au niveau de Sanzo

Mais ca ne veut pas dire que c'est terminé. Toi aussi Sanzo...on m'a dit que tu voulais etre un X Men, BOUGE ! AGIS !!! Phénix est là non loin, RIEN n'est perdu sauf si tu restes planté là comme un con. AGIS ! BOUGES TOI !!! c'est entre tes mains , c'est TA responsabilité.
Il n'ira nulle part, nous allons en finir, vas t'en
Bien tu en finiras aussi avec moi en ce cas car je suis où tu me voulais. Tu m'as appelé, je suis venue ici, soit pour sauver ma sœur soit pour t’empêcher de te foutre en l'air ! NOUs avons un pacte maman, une famille se protège, je la protégerais même d'un coup de folie d'une de ses membres, REPRENDS TOI !! CE n'est pas terminé !!! Pense a Amy, à nous !!
Je suis ta mère, tu dois m'obéir ! Laisse moi agir
Non, pas quand tu trahis tout ce que tu es ! REPRENDS toi!!Il y a des blessées et des gens à évacuer !! TU ES UNE X MEN !tu dois protéger et sauver
JE SUIS UNE MERE QUI VIENT DE PERDRE SA FILLE
TU vas perdre plus que ça si tu persévère dans cette voie...je t'empêcherais de faire ça, tu devras en découdre avec moi. Jade a UNE CHANCE , ne la foire pas , tu m'entends !!  je ne le permettrais pas.

A Sanzo près de lui,

- Toi vas t'en, sauve la ! Je retiens ma mère, elle ne peut rien contre moi, je suis immunisée à son pouvoir, je vais la gérer

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [ A Day To Remember] Rame numero 1 ( Jade/Sanzo/Ninon)   Mer 12 Nov - 21:13

Se faufilant à travers les jambes des humains hagards se dirigeant vers la station, Melody cherchait, tous sens aux aguets, une manière quelconque de venir en aide à Enora comme à son ami. Et aux gars du métro, mais bon, si sous sa forme de chat elle gérait mieux le choc, elle pouvait plus faire grand chose.

Elle mit très peu de temps à comprendre deux choses: D'une part, la plaque de tôle qui faisait deux fois sa taille (humaine) pourrait être pratique pour aider les gens à descendre du wagon sans se casser les jambes. De deux, c'était bien trop lourd pour elle, et elle allait certainemet pas se retransformer. Elle avait déjà mal, du mal à rester lucide, et en plus elle ne tenait pas à se trimballer en soutif et culote en coton... Oui, la plupart des gens s'en foutraient ils étaient déjà bien perturbés, ils allaient pas tilter dessus. Mais non.

Rapidement, elle contourna l'amas de gravats dans lequel était pris la plaque, et revint vers sa compatriote, et l'ami de celui ci. Alors qu'elle avançait le plus vite possible, elle remarqua deux autres choses. Un homme, inconscient (mais pas mort, puisqu'en s'en approchant, elle l'entendit respirer), dont personne ne semblait se soucier. S'approchant de lui, elle miaula, sans réaction. Elle lui tapota le visage de la patte, le griffa, même, avant d'avoir une réaction. Mouais, il serait probablement pas en état de faire grand chose... Revenant sur ses pas, la fillette ne retrouva pas Enora, ni son ami. Et dire qu'elle espérait leur demander de l'aide. Finalement, l'enfant se détourna vers la station, espérant tomber sur un policier, ou un quelconque gars plus costaud qu'elle, et le guider vers le blessé. Sans avoir remarqué à aucun moment d'autres habitants de l'institut Xavier, pas si loin d'elle.

[édit le 27/11]


Dernière édition par Kitty Cat le Jeu 27 Nov - 16:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ninon Lenoir
Élève à l'Institut Beta
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 09/07/2014
Age : 25

MessageSujet: Re: [ A Day To Remember] Rame numero 1 ( Jade/Sanzo/Ninon)   Lun 17 Nov - 11:44

_  Je ne suis pas sûr... mais,… oui,… je crois qu’il respire.

Elle avait enfin senti un minuscule souffle caresser sa joue, ce n’était presque rien et elle aurait très bien pu l’avoir simplement rêvé, mais il lui avait redonné espoir, Sean avait une chance d’être encore en vie. Elle ferma les yeux et murmura un « merci » à peine audible, pour lui, mais aussi et surtout pour cette journée qui n’en finissait plus de dévoiler ses horreurs en les entassant partout où elle trouvait de la place dans ce tunnel déjà encombré.  
Ninon se redressa pour faire face à Kamen et son visage strié de larmes. Elle tenta de lui offrir un regard rassurant bien qu’elle eut déjà du mal à cacher ses propres hésitations.

_ Tu crois qu'on doit le bouger ? Faut le sortir non ?

Elle hocha la tête.

_ Oui. Tu vas le porter…
J’espère qu’on pourra retrouver Sanzo et J…
Elle se stoppa net avant de déglutir, sa voix s’enrouant d’avantage, la sortie… la sortie et les secours…

Elle aurait voulu pleurer à nouveau, mais elle se retint, ce n’était pas encore le moment, pas tout de suite, il fallait partir avant. Elle se releva en grimaçant alors que la fatigue et la douleur faisaient baisser sa concentration et donc son contrôle sur les ombres qui la maintenaient. Quand Kamen s’approcha pour prendre le corps de Sean dans ses bras, elle attira la fillette contre elle en essayant de trouver la force de lui sourire pour la rassurer avant de lui prendre doucement la main. Sans un regard vers l’arrière, ils purent enfin repartir, refaisant le chemin inverse en passant à nouveau à côté du dernier wagon pour continuer à se diriger vers l’endroit où ils avaient quitté Sanzo et l’étrangère un peu plus tôt.
Ninon espérait trouver d’autres survivants, peut-être les passagers de l’autre train, celui qui avait traversé le plafond. Elle en avait vu descendre par les fenêtres pour rejoindre le tunnel en contrebas.  En se regroupant, ils auraient peut-être une chance de remonter plus rapidement, plutôt qu’en cherchant chacun de leur côté. En tout cas, c’était ce dont elle essayait de se persuader et la seule chose à laquelle elle arrivait à pense pour rester consciente, oublier la douleur et continuer à avancer.
Un pas, une inspiration. Un autre pas, une expiration. Et recommencer.

______________________________________________________________

« Et après ? »

« Après ?
...
Je ne sais pas… Je ne me rappelle plus très bien.
J… j’en rêve souvent… alors je ne saurais pas dire si ça s’est vraiment passé ou… ou si je l’ai juste imaginé…
Je me souviens qu’il y avait une lumière vive en face, un peu comme une étoile qui éclairait le tunnel tout entier, et je me suis sentie comme un papillon de nuit. Je ne savais pas ce que c’était mais… je ne saurais pas l’expliquer, j’avais simplement envie de continuer à avancer. On était dans le noir depuis l’exp… depuis le début. Alors, la clarté avait quelque chose de rassurant.
Mais maintenant je sais que c’était Caitlyn, et je crois qu’on a déjà essayé de m’expliquer plusieurs fois ce qu’il s’est passé. Mais je n’ai pas tout compris… Je sais juste qu’on a eu de la chance qu’Aislinn soit là.

Il m’a semblé la reconnaître parce que… c’est bête… mais c’était parce qu’elle portait de la mousseline et qu’elle ressemblait presque à un ange…

C’était une lumière tellement pure, blanche, presque bleutée… et même maintenant, je n’arrive pas à m’empêcher de penser que c’était beau. J’ai dû croire que c’était le jour…
Plus on avançait, plus elle irradiait.
Je me souviens qu’au même moment, j’ai senti … j’ai senti quelque chose, comme si le temps… ralentissait ? J’avais l’impression de marcher sur du coton et en même temps, mon corps me paraissait toujours plus lourd. Je ne comprenais pas… C’était un peu comme si la lumière m’enveloppait complètement.
Mais maintenant, ça aussi je sais pourquoi. Je n’ai pas réussi à rester assez concentrée et il n’y avait plus assez d’ombre à proximité…
Après, c’est trop flou… J’ai simplement des sensations désagréables qui me reviennent… Ou des flashs.
Les dernières choses dont je me souviens, ce sont… un bourdonnement.
Ou plutôt une sorte de sifflement sourd qui étouffait tous les autres bruits et… le sol qui était de plus en plus cotonneux… et puis mes jambes qui avaient arrêté de me porter.
Je me suis sentie tomber au ralenti et j’ai eu le temps de voir Sanzo de dos, avec juste les jambes de J… de … Jade… qui dépassaient. Je crois que j’ai vu Kamen aussi, les cheveux de Sean faisaient comme une tache orange dans la clarté.
Il y a aussi eu une forme dorée qui était descendue… Ca par contre, j’ai tout de suite su que c’était Rachel… A sa couleur, mais aussi… A sa manière de se laisser flotter…
Et puis plus rien… à part des taches noires qui mangeaient la lumière jusqu’à l’avaler complètement.
Maintenant que j’y pense, je me souviens avoir eu mal aussi… Donc ça veut dire que je n’ai pas rêvé ?
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [ A Day To Remember] Rame numero 1 ( Jade/Sanzo/Ninon)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[ A Day To Remember] Rame numero 1 ( Jade/Sanzo/Ninon)
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [ A Day To Remember] Rame numero 1 ( Jade/Sanzo/Ninon)
» Rame, rame, rameurs, ramez : c'est la galère, la vraie...
» HMS Rame Head chez van Heyghen
» Faux cils yeux de biches...
» REMEMBER ME

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: Ailleurs-
Sauter vers: