AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Errances.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Errances.    Ven 15 Aoû - 8:03

CHAPITRE 1 : Confiance.

( Ce Rp a été écrit avec l'accord de l'Animation pour l'utilisation de Charles Xavier)

Fin Juin 2014, Bureau de Charles Xavier, Institut.

C'est tout réfléchit. Je ne prendrais pas d'autres avis de toute façon.

Elle se détendit légèrement, affichant un soulagement évident, le visage toujours aussi mature, une expression inhabituelle pour qui la connaissait bien. Elle finit par poser les paumes de sa main contre l'accoudoir de la chaise du bureau, fixant à nouveau le vieil homme dans un silence fermé.

Caitlyn, n'importe qui sortirait brisé de tout cela, de toutes ces épreuves, de tous ces sacrifices et pourtant tu trouveras une nouvelle fois la force de te relever, tu as ma confiance, tu l'as toujours eu et cela depuis ce jour là où l'on s'est rencontré pour la première fois. Mais tu n'as toujours eu qu'un seul ennemi.

Elle soupira en esquissant un frêle sourire.

Oui....vous me l'avez assez répété, je suis mon propre ennemi, personne ne sait mieux que moi me démolir....C'est un fait. Mais je vous concède professeur que les autres s'y essayent avec une réussite certaine ces derniers temps.

L'isolement ou la dévalorisation n'est pas l'option te permettant de trouver un chemin, nous en avons déjà parlé la dernière fois, considère ce que tu as plutôt que ce que tu crois perdre. Tu es une femme de valeur, tu as une situation, un épouse et des enfants, une mère et des amis. Ta solitude est fictive.

Les autres ? Que sont les autres sinon l'espoir qu'on place en eux, qui place ses espoirs en moi ?

Ceux qui veulent construire l'avenir avec toi, mon enfant.

….Peut-être...


Elle se contenta de se relever manifestant une certaine nervosité, le quittant du regard pour le perdre sur les ouvrages de la large bibliothèque.

Ne jouez pas au psy avec moi...vous savez que je déteste cela. Je ne laisse déjà pas Amy le faire alors vous encore moins...Je ne crois pas à ses conneries, je n'y ai jamais cru.

Et nous savons toi et moi pourquoi, depuis quand avoir besoin d'aide et admettre  que l'on souffre est une question de faiblesse ?

Rachel ne serait pas la seule à oser vous mettre un pain si vous continuez à triturer dans mon esprit, professeur... Je suis déjà la plus merdique des X, ca de plus sur mon casier...ca ne changerait plus la donne.

Caitlyn, nul besoin de télépathie pour voir ce qui est évident. Tu es malade, et ce mal ressemble à un gouffre ou te noie, il suffirait d'un rien pour que cette déprime se transforme en dépression.

...Je le sais...Je le sais bien.  

Tu as toute l'aide dont tu peux avoir besoin autour de toi, il te suffit de t'en ouvrir aux autres.

Pas cette fois...j'ai essayé, j'ai merdé. Personne n'est en capacité d'écouter. Je trouverais de l'aide ailleurs cette fois. J'y travaille.

Accepte la mienne, peux tu juste me dire ce qui se cache derrière cette démission du poste que tu occupais avec une telle réussite ? Je pense que cela tient en une idée qui t 'obsède et finit par te ronger. As tu fini par mettre un mot dessus ?


C'est compliqué...je..

Inutilité.

….

Tout y ramène n'est ce pas ? Ce sentiment d’échec au sujet de l’équipe de récupération, ce grade de réserviste de la X team dont tu t'affubles sans cesse, ce besoin d'être sur tous les fronts en t'en coupant des autres puis à t'oublier toi même. Tu n'ES PAS inutile Caitlyn, nous te devons énormément ici. Tu changes ce monde effort après effort, tu es cet avenir, cette main tendue que tu veux que cette nouvelle génération puisse être, c'est des personnes comme toi qui donneront l'exemple...qui construiront un futur pour tous, où chacun aura sa place. C'est l'amour qui émane de toi par vagues, une onde douce et chaleureuse,tu es une bonne personne Caitlyn, tous les autres le voient.

Un éclair de colère alors qu'elle se retourne vivement en un éclat de voix, toute agressivité dehors.

Si ils le voient, alors pourquoi ils ne me le disent pas ?! Et pourquoi, moi, je ne vois pas ?!

Et qu'est ce que tu vois, toi ? 


Elle reste interdite un instant, réfléchissant et en proie à l’étonnement jusqu 'à ce que ses bras se baissent en un geste d'impuissance et qu'elle soupire.

Colère...noirceur...l'absence de ...de solutions...la fatalité dont on ne peut pas se dépêtrer et...et la mort de tout ce que j'essaye de construire. Rachel a raison...je vois cette maraudeuse désespérée et vide qui a laissé la colère et la haine la dévorer. Je la vois émerger chaque jour un peu plus du miroir et chercher à m'étrangler pour prendre ma place. Je refuse. De toute mon ame, de toute mes forces, je m'y refuse. Vous avez raison Prof', je me bats mais je bats  sur tous les fronts, c'est pour cela que je ne veux plus de cette charge. Je ne suis plus en capacité de compatir, d'aider et guider moi qui ne sait plus ou je vais.

Amy et tes filles, ne peuvent elles t'aider ?


Dans une certaine mesure..oui...je les laisse m'aider parce que j'ai promis de le faire mais...les choses sont si...déchirées entre Amy et moi, je ne veux pas en parler, pas à vous. Nous traversons quelque chose de douloureux, à nouveau. Les répits deviennent court, trop court pour me donner...le goût de...de vivre ainsi. Ca devient trop cher payé. J'en viens à envisager de...pfff...laisser tomber tout cela.

C'est une fuite, ni plus ni moins. Nous savons tous deux que ça ne te ressemble pas. Tu es perdue, cela ne veut pas dire pour autant qu'un chemin n'existe pas. Cette porte verrouillée ne demande pas être défoncée, ni contourné. Elle possède une serrure et toi une clé, il te faut juste la trouver en toi. Rien n'est impossible, tu l'as prouvé chaque jour Caitlyn. Si tu veux t'en persuader, je te conseille de regarder là bas ces photos de mes élèves sur le mur et de chercher celle de ton mariage parmi elles. Te souviens tu de ce jour là ?

Cherchant du regard la photo, elle la trouva suivant le geste du Professeur et elle s'y absorba avec un sourire triste.

Chaque seconde. Je me souviens de chaque seconde. Je voudrais tant...être aussi heureuse qu'à cette époque.

Il ne tient qu'à toi, Caitlyn. C'est le témoignage d'un impossible que tu as transformé en possible, ce jour là. Tu referas ce miracle, en tant d'autres.
D'ailleurs, je vais accepter cette démission et y voir ce qu'elle se doit d'être, une étape de plus vers autre chose.


Elle soupira, soulagée et amer à la fois.

Bonne chance pour la suite, mon enfant. Trouve le chemin mais n'oublie pas que tu n'as pas à le parcourir en solitaire.

Elle salua, opinant du chef en se contentant d'un demi sourire avant de se diriger vers la porte du bureau.

Ah...Encore une petite chose.
Je veux que tu prenne la  charge d'intendant de l'Institut. Que tu t'occupes de gérer cet endroit et le garder en capacité de fonctionner. Que tu en gères les aspects administratifs, juridiques et financier. Ce poste te placera sous mon contrôle et tu siégeras au conseil d'administration. Tu géreras aussi les équipes d'encadrement et représentera la discipline de cette établissement. Tu répondras de tes actes devant la direction et moi même, uniquement. Je ne te cache pas, mon enfant, que c'est te confier les clés du fonctionnement de l'Institut.


Effarement et surprise, regard affolé et les gestes qui s'en suivent renforce le sentiment de panique.

Hé hooooo...Vous êtes stoned ou bien ? Je sais ce que c'est que l'Intendance, j'en n'ai pas les compétences ! Vous faites une de ces conneries monumentales ! Même Nobody s'en tirerais mieux que moi !

Oui, comme j'ai fait une « connerie » en t'acceptant ici lorsque le BAM t'a envoyé à moi et Hopes insisté pour te prendre sous notre protection, comme j'en ai fait une en acceptant que tu sois formés pour devenir une X Men, comme d'avoir accepté que tu t'occupes exclusivement de Rachel et de t'avoir confié le poste de conseillère sociale, d'avoir accepté que tu formes une équipe de récupération et sauvé et ramené plus de 45 jeunes hors des rues d'une ville qui les pourchassaient, que tu « représente les X Men au dehors de ces murs auprès du Bam ou d'autres groupuscules.
Se complaire à rester dans les ténèbres est une chose, refuser de voir sa part de lumière en est une autre.


Mais Professeur, j'suis pas de taille pour...pour

Tu es déjà la juriste officielle de l'Institut, tu as les compétences administratives requises, tous tes dossiers sont tenus d'une manière ordonné et rigoureuse, tu as la fibre sociale et la X Men la plus tournée vers l'extérieur. Tu pourras te faire aider pour l'aspect comptable par Miss Frost dans un premier temps. Ce n'est pas un choix irraisonné, Caitlyn, c'est un pari en connaissance de cause, et je me fis à la confiance que je te porte, en toute simplicité.
A Présent , entre à nouveau et ferme cette porte que je t'explique dans les détails ce que nous attendons de toi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Errances.    Mar 9 Sep - 19:27

CHAPITRE 2 : HORIZON(S)




Arizona, Debut Juillet.


L'horizon à perte de vue comme un long déroulement vers nulle part,  je comprends qu'on ne se lasse jamais de se paysage. Le bleu du ciel d'une pureté incomparable vient épouser une terre sans aucun relief comme si c’était l'horizon même qui avait fini par aplanir la perspective. Tout ne que fin ou prélude, tout semble en attente ou trop tard. Rien ne vit, rien ne bouge malgré un léger vent qui lorsqu'il veut bien se manifester lève enfin une chaleur suffocante et inhumaine. On y respire la fournaise et de ce fait, on y apprend l'économie de vie.  Les buissons sont rares, les routes pleine de mystères. Elles doivent bien mener vers la civilisation mais ici dans cet Ouest sauvage à peine dompté puis délaissé par l'homme, elles ne font que troubler légèrement une éternité jamais conquise, toujours subie. Il disait qu'on aurait pu y vivre plus d'un million d'année, je suppose que c'est vrai.

La musique grésille dans le vieux transistor, une musique qui lui ressemble tout en souvenirs, tout en images passée dont déjà les couleurs se jaunissent comme ses doigts sous l'effet de la nicotine. Il nous faut apprendre à parler d'une jeunesse déjà vieille, c'est un langage qui nous apaise lui et moi car nous nous ressemblons en solitude, ou plutôt j'ai appris à lui ressembler.
Le auvent de l'entrée du garage nous offre un peu d'ombre puisque rien d'autre ne pousse ici à la verticale dans cet amas de pierres et de taules plantés dans nulle part.
La table d'acier ronde héritée d'un ancien bastringue accueille une canette de coca vide et deux bières mexicaines que la condensation habille de fraîcheur, même les sièges sont de récupération, voire de fabrication. M'est avis qu'il n'avait pas prévu de si nombreux visiteurs dans son exil du bout du monde, m'est avis aussi qu'il s'en fout : après tout, ce n'est pas ses meubles dont nous gouttons la compagnie.  

Cote à cote, comme jadis alors que ma main cherche l'alcool avec lenteur et que je le vois extirper une feuille de papier et un tabac qu'il éparpille avec habitude, il ne daigne même pas lever les yeux sur moi de son ouvrage alors que je le vois y adjoindre un emiettage brun caractéristique. Marie Jeanne, il n'en a jamais réellement décroché, c'est bien là le plus mineur des maux qui l'a hanté. J'esquisse un sourire complice avant de porter à nouveau mon regard sur l 'étrange oasis de couleur se tenant à l'antichambre du désert à moins de cent mètres de nous.  

Elle n'a pas bougé de son ouvrage, sa longue tignasse rousse sous mon panama blanc. Ses gestes son lents mais d'une précision professionnelle, sa pause immobile devant son chevalet où elle pose ses couleurs l'une après l'autre pour jeter sur le néant blanc, un autre néant coloré. L’œil est aiguisé, précis, il a vu beaucoup et il veut le raconter à sa manière, exposer ce qui ne peut s'habiller de mots. A sa manière, privée de ses ailes, elle voyage toujours.

L'odeur caractéristique de la drogue me fait sourire légèrement, il n'y a rien de mal, juste une nostalgie d’adolescente, une réminiscence d'une vie d'une autre. L'alcool sur mon palais est plus rafraîchissant mais m'extirpe nos premiers mots.

Comment peux tu t'envoyer une telle pisse d'âne ?

Un rire sarcastique et bref alors qu'il exhale la fumée et réajuste ses lunettes, nouveauté qui à présent le vieillit beaucoup ou peut être le rend plus mature qu'il n'était.

Je vois...Avoir un pied à terre irlandais te fait prendre des exigences patriotiques. Fut un temps, Ptite Rousse où tu aurais but du parfum ou de l'alcool à brûler si l'envie t'en aurait pris.
Oui...Mais le but de l'ingestion n'était pas le même. Je ne cherche plus l'ivresse, mais le plaisir du goût.
Moi celui du rafraîchissement. Mais si le cœur t'en dit, demande à la gamine d'aller te chercher autre chose, la Corona c'est tout ce qui se vend dans l'unique Drugstore qui se trouve a trente bornes d'ici.

Mon regard à nouveau se porte sur ma progéniture dont une faible bourrasque agite la chevelure.

Ce n'est plus une gamine, c'est une femme. Je n'ai pas eu la chance de consoler ses chagrins d'enfant.


J'hésite un instant, me redressant sur mon siège.

PUCE !! Je pense que ca suffira pour aujourd'hui, reviens un peu à l'ombre maintenant ! Le soleil cogne dure ici et encore plus sur la peau d'une rouquine !
Je termine d'abord ce coin là du tableau, ok !
Te plains pas si tu finies grillée et ne compte pas sur Beau Papa pour te guérir cette foi ci ! (plus bas) lui moins on le voit...mieux je me porte.
Seigneur...tu dis que ce n'est pas une gamine et tu la traites comme telle, on croirait entendre Jessie.
C'est pas une gamine mais c'est MA fille et j'aime mes filles, toutes les deux...je m'inquiète, y'a rien d'illogique la dedans.
Je me demande comment Jade fait pour ne pas t'envoyer chier la connaissant...
Ah ça...Elle écoute plus Amy que moi cette bourrique et on n'arrive plus à trouver des punitions pour sanctionner ses bêtises mais elle râle pour la forme, c'est une enfant adorable.
Une enfant ? MA Jade ? Foutre Dieu, vous allez en faire un bisounours...Déjà elle fréquente un ….un chat...Franchement Cait'
T'aurais préféré une meuf ?
….bon...et Rachel a fini par accepter son rôle ?
Oui...elle a signé. Jade était toute folle, ca lui fait une sacrée généalogie.
Rassure moi, Parrain et Marraine c'est pas forcé de coucher ensemble ? Parce que bon...Je pratique déjà de la X Woman mais j'ai pas envie de me taper une divinité mutante en prime.
Kyle..putaiiiin. Non, c'est pas forcé. De toute façon, je crois qu'elle est lesbienne Rachel.
PffFFFFF (crache sa bière) . Merrrrde ? Au...Aussi ? Mais y 'a un truc dans la flotte à l'institut qui fait devenir Rousse et lesbienne ou quoi ?
Non mais ici y'a un truc dans la Corona qui fait devenir con.
Si on peut plus rigoler, où va la mutanité !? ...Et au fait....du coté du père, ca donne quoi ?
Dimitry...Disparu du BAM, du jour au lendemain. Je sais qu'ils se sont parlés, je sais qu'elle sait où il est mais elle ne veut rien me dire. Je pense..(soupire) Je pense qu'il est mourant. Rachel ne le sauvera pas, lui. Je m'attends à ce qu'un jour...elle frappe a notre porte en pleurs, elle n'aura pas besoin de parler ce jour là. Nous comprendrons.
Nous avons tous nos cimetières, ma sœur. Tous.  

Un long silence contemplatif alors que la radio diffuse ses complaintes.

- Dis...tu crois qu'on...qu'on est amené à être ce qu'on est. Qu'on est prédestiné à faire ce qu'on fait ?
Non...Nous ne sommes que nos choix rien d'autre.
Je..j'aimerai y croire mais j'ai..je...oh laisse tomber.
Non, tu n'es venu que pour ce moment, je te connais Caitlyn, si tu voulais me rendre visite, tu ne serais pas venue seule, Aislinn est ton taxi. Tu veux me parler...parle, il n'y a rien d'autre à faire, et j'ai plein de Corona.
Par le Sang du Christ, je vais essayé de faire vite alors.

Je..j'ai un problème avec la violence.

Ce n'est pas un scoop...tu as toujours été une bagarreuse.
Non...c'est plus...profond que ça. Depuis ce qui s'est passé avec le Oldfield...je, je gamberge.
...Je vois...Tu n'es pas plus Adrien que je ne suis John, Ptite Rousse. Tu as évolué, tu défends ce qu'il y a de bien en ce monde. Tu n'as pas à douter de toi, pas un instant.
Je ne doute plus...je le sais...j'ai...j'ai pris plaisir à massacrer Adrien, j'ai humilié Jade en séance d’entraînement, je deviens irascible et..heu...
Ca ne sortira pas d'ici, Cait.
Je me suis disputé avec Amy...elle a perdu le contrôle et...et...elle a levé la main sur moi, et ce n’était pas une gifle. J'ai...apprécié ça, je voulais cette violence même si j'étais incapable d'y réagir, quelque chose en moi...jubilait.
Vous êtes séparées ?
Non...en froid mais j'y travaille, c'etait un accident, c'était mon attitude qui..
C’était votre faute à toutes deux, j'ai entendu ce discours dans la bouche de maman un millier de fois, tu le sais ?
….oui...
Je sais qu'elle est forte, mais si elle lève la main encore une fois sur toi, je..
Non, nononon...il ne s'agit pas de ca, c'est de MOI qu'on parle, c'est de MON problème. J'aurais pu te tuer ce jour là, sur le toit, tu te souviens ? Si elle n'était pas intervenue je..
Et ALORS ? Tu en déduis quoi ? Que tu es vouée à être violente, à perdre le contrôle, que c'est dans tes gènes ?
Effectivement.
Regarde ta fille, Cait...regarde la. C'est le bien que tu peux produire, une vie...de l'amour. Regarde ce que tu construis et cesse d'avoir peur de toi. Tu fais de mauvaises choses et de bonnes, voici l'essence même de la nature humaine. Ne lutte pas contre toi même, tu vas t'épuiser : cultive plutôt ce qu'il y a de bon en toi.
- Que je .. ?
Commence par les fondations. Réconcilies toi avec la femme que tu aimes, elle est ta raison de vivre.
Oui, je vais fêter notre anniversaire de mariage..mais...comment dire, cette pensée m'obsède...Je DOIS trouver une solution, je le sens.
Bien...Il te faudra chercher par toi même cette réponse a laquelle tu aspires, personne d'autre que toi ne le pourras. Si tu es venu pour de l'aide, il te faudra comprendre que ca ne peut pas venir des autres. Une obsession te dévore mais personne n'est en mesure de la stopper à part toi même.
...Mouais...
Entends bien, je ne te dis pas ce que tu dois faire, simplement où tu dois regarder et surtout ce que moi, ou les autres , ne pouvons faire.
….(regard oblique) Je peux tirer une latte ?
T'as pas arrêté ?
Si, juste une bouffée en souvenir de la Grande Époque.
Tu sais qu'Amy va le sentir ? Tu veux qu'elle m'arrache la tête en fait ?
Au moins,ca lui fera un sujet pour me faire des reproches.
Charmant...tiens. Une bouffée pas plus.

Alors que j'inspire avec un plaisir non feint ayant l'impression de retrouver un ami perdu de vue, ma fille ayant rangé son appareillage nous rejoint en prenant place en face de nous.

Encore une heure ou deux et...Huh ? Tu fumes Mam ?
Heu, non...c'est une sorte de tradition...familiale, tu vois ?
Ben...et moi ?
Cait, déconne pas...
Quoi ? Aislinn, c'est ta Grand Mère Jessie qui m'a initié à « l'ouverture psychique des champs de la conscience »
Ca aide à peindre ?
Ho Yeah ! A petite dose, ok ? Tiens
Tu parles d'une mère.
….
KofFffF ! KooOoof Tousse.. Est....deg...pouah...
Moilà, maintenant tu sais que c'est pas bon, cqfd !
Tu veux essayer la Corona pour le doublé, Nièce ?
Là c'est certain...Amy va me tuer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Errances.    Sam 15 Nov - 9:31

CHAPITRE  3 : L'ORDRE D'ALIA



Manoir des Elioth rebaptisé OLdfield  JUIllet 2014


_  Enfin, je ne comprends pas que cela puisse t’obséder à ce point là, la violence est inscrit dans les gènes même de l'être humain tu sais ?
Pas cette violence là, tante Ruth. Je ne vais pas passer mon temps à expliquer, non ?
Tu crois donc a une sorte de malédiction familiale ? Une chose du genre ?
C'est possible.
Tu veux ta vérité, et tu penses que ca t'aidera à progresser ?
En effet et je veux le faire seule et si possible pas dans  ans...
Même pas en rêve, Amy m'arracherait la tête que tu t'isoles encore
Amy fait parti du problème , elle me freinerait dans ma quête.
Pas moi, tu l'as dit toi même : je ne suis pas qu'un taxi et je veux être ses yeux et ses oreilles. Qui pour veiller sur toi si ce n'est ta famille ?
Elle a Raison.
Je sais bien ca en devient frustrant à force... Ruth  explique moi encore , tu veux ?
Oh elle a bien résumé les choses, elle fait un travail remarquable de compilation familiale.
Je le dois a celles qui sont tombées avant nous. C'est mon sang, notre lignée.
Tu les trouveras a Casablanca, il y existe une sorte de code dans une taverne de la basse ville pour en prévenir certains membres, j'ai mis  ans à les trouver, je cherchais un moyen de vaincre Adrien tout en suivant la piste de la Confrérie d'Alia, cette fameuse cours des miracles des mutants de l'époque ; Apres avoir neutralisé Adrien, ce groupuscule s'est restreint et a été forcé de quitter l’Europe pour l'Afrique. Ils cultivent le culte d'Alia , de la descendance des Oldfields et une certaine sagesse qui nous dépasse, il y a une mutante doué de divination là bas nommée l'oracle, c'est une Oldfield que j'ai rencontré et aussi ce qu'elles nomment LE PONT, une mutante de notre lignée capable de miracles. D'après ce que j'ai compris, c'est une mutante doué du pouvoir de catalyser l’introspection et de modifier  un destinée, elle vit recluse et protégée par les autres, c'est la doyenne des oldfield à présent qu'Adrien n'est plus, je pense qu'elle peut te fournir des réponses, mais je n'ai pas réussit à la voir. L'oracle m'a dit de revenir en Irlande car le combat contre la nemesis était proche. Elle m'a aussi dit qu'un jour elle croiserait le chemin du tigre et qu'elles attendaient son retour. Ca te Parle ?
Peut Etre Oui, jadis, je portais un tatouage de Tigre sur le corps et on me comparait souvent à cet animal, le phasing l'a fait disparaître définitivement.
ET bien il semble que ta route te mène à Casablanca, ma chère.
NOUS mène. J'aimerai en savoir plus sur elles et pas question que tu me laisses derrière .

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Errances.    Lun 17 Nov - 9:47


CHAPITRE 4 : LES AUTRES.



Tunisie, Casablanca,  Sous terrain, d'El Cadir, Confrerie des suivantes d'Alia.  Juillet 2014.

L'ancienne leva son regard aveugle vers les nouvelles venues, menue et recroquevillée dans son siège de fortune à même la terre battue. Elle se contenta de parler avec une voix étouffée en une sorte de dialecte arabisant et la jeune fille brune, élancée et aiguisée comme une lame, celle la même qui les avaient guidé judsqu'ici s'approcha pour se placer à sa droite là où les deux autres femmes se tenaient en retrait. Aislinn ruminait, elle ne comprenait plus les langues étrangères depuis la perte de ses pouvoirs conférées par le clan des Voyageuses ce qui leur aurait été fort utile à présent. L'entretien entre la jeune et la vieille femme dura plusieurs minutes avant que la belle brune finisse par se tourner vers les deux invitées en s'adressant à elles.

Vous êtes les bienvenues toutes les deux, La prophétesse dit qu'elle savait qu'elle aurait le loisir de s'entretenir un jour avec le tigre qui a battu le lion. Mais que si le tigre est venu à nous c'est qu'il a perdu son chemin

Est ce elle l'ancienne ?


Caitlyn n'avait pas manifesté la moindre politesse à l’égard de ses ôtes et sa rudesse fit lever les yeux aux ciel de sa fille alors qu'un silence embarrassé se fit oppressant.

Non, c'est notre supérieure mais elle n'a pas le titre de doyenne, c'est la prophétesse, Je suis Isobel, on me nomme la Lame. Et Je..

Je suis venue voir la Doyenne, je me fiche de ses simagrée mystiques, qu'on me mène à elle, immédiatement.
Maman...
Restes en dehors de cela Aislinn, l'échange de regard fut foudroyant)

Un nouveau silence gêné avant un mouvement de la part de la femme portant un djellaba à droite de l'ancienne et que Isobel semblait stupéfaite et décontenancée

Si elle bouge encore, je la grille.

Caitlyn leva la paume de sa main, armant une décharge sous forme de sphère bleutée qui dansait fébrilement . Isobel s'agita.

Pas de violence ni de colère ici, nous n'usons pas de force les unes contre les autres, c'est la règle ! Ce que vous demandez n'est pas envisageable, la Doyenne ne reçoit pas de visites.

Je ne me suis pas tapé 3 jours de désert pour me prendre un vent , je suis l'héritière des oldfield, vous serviez Alia, vous devez me servir !


Un rire étouffé et vieillissant alors que l'ancienne se redresse et desserre les lèvre d'une voix plus claire en un anglais approximatif.

Le Tigre...il te mange. Fille d'Adrien

Il n'y eu rien d'autre, d'un bond Caitlyn réduisit l'espace pour se ruer sur l'ancienne avec une colère perceptible, tout en déployant sa ZPCE en un claquement sec.
D'un seul souffle, l'ancienne sembla éteindre la ZPCE et d'un geste ample de la main, elle abat le bras et aussi tôt caitlyn fut projetée face contre sol agenouillée sur le sol en éructant de colère. Aislinn se déplaça instantanément pour lui venir en aide mais la fameuse Isobel venait de la clouer au mur avec une vélocité surnaturelle, sa main muté en une sorte de lame qu'elle avait placé sous la gorge de la jeune rousse en lui tenant fermement le bras droit.

Pas de violence ici, arrêtes ça, la prophétesse ne fera pas de mal à ta mère. Mais si elle veut qu'on l'entende il lui faudra apprendre à écouter.

Relâche moi, je ne peux plus bouger...saleté.

La veille femme continua à s'exprimer en arabe alors qu'Isobel les yeux rivés dans ceux de Aislinn et la maintenant fermement sur le mur,  traduisait.

Khateleen est violence, dans l'arbre de la famille sa place est connue, c'est la Guerrière et la violence est son don tout comme l'émotion. La prophétesse est une descendante d'Alia, c'est comme vous une Oldfield et sans doute la plus puissante de la famille, même bien avant ta chute des cieux Voyageuse.


Com.. comment vous savez  pour ;..?

Nous savons tout de vous, de votre famille, nous la préservons. Nous savions pour Adrien, comme nous savions que la Guerrière l’éliminerait mais notre rôle n'est pas d'intervenir, il est de préserver et garder la mémoire d' une lignée, tu comprendras ça un jour mieux que quiconque , tu as jadis observé des règles similaires
Nous pouvons t'aider Guerrière mais il va falloir apprendre, apprendre l'équilibre entre ce que tu es et ce que tu veux être, nous nous sommes préparés a ce moment depuis toujours.  Mais n'oubliez pas une chose, ici vous n’êtes pas toute puissante, vous êtes des Oldfield parmi d'autres. Il y en aura avant et après. Si vous manifestez encore le moindre accès de violence, vous perdrez cette chance de trouver une solution. Gardez en tête vos priorités où il ne restera plus rien de vous et personne pour protéger votre famille de vous mê
me.

Caitlyn serra les dents et fit un effort pour déglutir et plissa les yeux

Je...je vous présente mes excuses, s'il vous plaît, aidez moi.


Elle sentit la pression se relâcher et resta agenouillée tendit qu'Isobel reculait d'un pas remodifiant sa main sans quitter Aislinn du regard mais se laissant aller à soupirer.

- le chemin sera long mais elle dit que nous vous aiderons a le parcourir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Errances.    

Revenir en haut Aller en bas
 
Errances.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Les Outils :: Fan-Fiction-
Sauter vers: