AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jules Archambaud [3eme Correction Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jules Archambaud
Neutre Beta
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 24/07/2014
Age : 20

MessageSujet: Jules Archambaud [3eme Correction Terminée]   Jeu 24 Juil - 15:43

CARTE
D'IDENTITE








© Avatar


    NOM : Archambaud

    PRENOM : Jules

    ALIAS ET SURNOM : Aucun

    AGE : 24 ans

    DATE DE NAISSANCE : 21 décembre 1989

    METIER : Livreur de pizza et rentier

    NATIONALITE : Français (en possession d'un visa de travail de 3 ans renouvelable une fois)

    GENRE : Masculin

    CLAN : Neutre



Pouvoirs :

  • Description :
    Hydrokinésie : (Pouvoir offensif)
    L'eau, peu importe sa forme, solide, liquide ou même gazeuse, est composée de molécules polarisées. C'est de là que Jules tire son pouvoir: il est capable de lier ces molécules d'eau aux atomes qui composent son corps. Une fois cela fait, ces molécules d'eau imitent les mouvements de la partie du corps qui lui est liée. Par exemple s'il lie l'eau d'une flaque avec sa main, lorsqu'il bougera sa main vers la gauche, alors l'eau de cette flaque bougera dans le même sens. Aussi, plus il attache une grande partie de son corps à une source d'eau, plus il pourra déplacer une grande quantité d'eau. Ainsi, le mouvement d'un de ses bras est bien plus efficace que le mouvement d'un de ses doigts. Ce lien peut se créer à distance, tant que la partie du corps à lier et l'eau ne sont pas séparés par quelque chose de trop épais ou de métallique : plusieurs épaisses couches de vêtements n'entravent en rien son pouvoir mais une simple feuille de papier aluminium suffit à le rendre totalement inefficace.
    Le  pouvoir de Jules consistant en la liaison de molécules d'eau et d'atomes de son corps, le niveau de maîtrise de Jules en ce qui concerne son pouvoir influe notamment sur le nombre de molécules d'eau qu'il peut lier à une partie de son corps.
    Lorsque Jules débuta avec son pouvoir, le ratio eau contrôlée/poids du corps attaché était d'un tiers: pour déplacer un volume d'eau donné, il devait y lier une partie de son corps trois fois plus grande. Mais Jules est quelqu'un de persévérant, et à force d'entrainement il est devenu capable de déplacer une quantité d'eau bien plus importante qu'auparavant, en réalisant le même mouvement. Aujourd'hui ce ratio a beaucoup augmenté: en temps normal (pas de situation de stress ou de peur particulière) il est d'environ 10. Cela signifie que pour déplacer 10 litres d'eau, Jules n'a qu'a y lier une partie de son corps pesant 1 kg (comme une main par exemple). Ainsi, pour déplacer 40 litres d'eau, il doit associer 4 kg de son corps (ce qui représente un bras).
    Un des autres progrès qu'il fit en s'entraînant concerne ce qu'il appelle l'effet d"amplification":  cet effet, comme son nom l'indique, amplifie les mouvements effectués par l'eau par rapport à ceux faits par Jules. Par exemple si il bouge sa main de 10 cm vers la gauche, il peut choisir si l'eau ira elle aussi à 10 cm sur la gauche ou si elle parcourra une distance plus grande. Lorsqu'il débuta, ce facteur amplificateur était nul: l'eau imitait les mouvements du mutant au millimètre près, mais aujourd'hui ce facteur peut atteindre cinq: pour chaque centimètre parcouru par Jules, l'eau peut en parcourir cinq. Jules peut augmenter ou réduire ce facteur à sa guise, mais 5 est son grand maximum. Il n'y a pas de limite minimum au volume d'eau qu'il peut contrôler: cette eau doit être présente au niveau macroscopique: par exemple il ne peut pas déplacer l'eau composant l'humidité de l'air, car trop dispersée, cependant il peut facilement déplacer la brume ou la vapeur d'eau par exemple. Pour simplifier, afin qu'il puisse contrôler de l'eau, celle-ci doit être visible à l'oeil nu.
    La distance maximale à laquelle Jules peut s'attacher de l'eau est d'environ 15 mètres, même si cela varie selon l'humeur ou la concentration de Jules, tant que rien de trop épais ou de métallique ne se trouve sur le chemin entre l'eau et la partie de son corps que le mutant souhaite y lier. Au delà de cette distance, il est incapable de s'y lier. Cependant, une fois liée, Jules peut contrôler cette eau jusqu'à 30 mètres a la ronde. Lorsque son eau atteint cette distance, elle échappe au contrôle de Jules et retombe simplement. Il n'y a pas vraiment de distance minimum, la seule limite est son corps: comme pour celui des autres, Jules ne peut pas contrôler l'eau de son propre corps.
    Ce principe d'imitation du mouvement est à sens unique: l'eau est emportée par les mouvements de Jules, mais il ne peut pas être emporté par les mouvements de cette eau: le fait de se lier à de l'eau en mouvement ne change rien, tant pour Jules que pour l'eau.
    Tant qu'il ne bouge pas, elle continue son mouvement initial, et Jules ne sera pas emporté dans le même sens que celui où va l'eau et si Jules fait faire un mouvement à l'eau, mais que quelque chose (comme un mur par exemple) entrave le mouvement de l'eau, les mouvements de Jules ne seront pas entravés.
    Aussi, Jules n'est capable de se lier qu'à l'eau, et à rien d'autre, ainsi un "effet secondaire" de son pouvoir et d'être capable de séparer l'eau de n'importe quel mélange qui en contient.
    Bien sûr, tous les êtres vivants étant composés d'eau, nous sommes en droit de se demander si Jules est capable de contrôler l'eau qui les compose. La réponse varie selon l'être vivant: Jules est capable d'extraire l'eau présente dans cette plante (mais il ne peut pas la déplacer car son pouvoir ne s'applique qu'a l'eau, et pas ses composants) mais en est incapable avec un animal, car tout animal, mort ou vif, émet malgré lui un champ magnétique, aussi infime soit il, suffisant pour empêcher le pouvoir de Jules de prendre effet. Il est aussi incapable de maîtriser l'eau de son propre corps. Cependant, dés qu'il fluide est sorti du corps de son propriétaire (salive, sang, urine, transpiration...), Jules est capable de s'en servir.
    Cependant, ce pouvoir est limité dans le temps: son utilisation excessive entraîne la diminution de la capacité de Jules à s'en servir. Autrement dit il ne ressent aucune fatigue physique ou mentale, mais plus il se sert de son pouvoir, moins il s'en sert bien. En général cette fatigue commence à se faire ressentir après cinq minutes d'utilisation (avant, Jules ne constate aucune diminution de ses capacités), puis une fois ce temps écoulé, ses capacités vont décroissantes: après une demi-heure ses capacités se retrouvent égales à celles qu'il avait lorsqu'il découvrit son pouvoir (ratio eau/corps d'un tiers et amplification nulle). Son temps de récupération est le double de celui pendant lequel il se "fatigue": si il s'est servi de son pouvoir pendant 15 minutes, alors celui-ci régresse depuis 10 minutes, le temps de récupération jusqu'à ce qu'il retrouve ses pleines capacités sera donc de 20 minutes
    Aussi, il est capable de déplacer jusqu'a deux masses d'eau séparées à la fois tant qu'elles sont contrôlées par deux parties séparées de son corps. Au delà de deux, cela requiet à Jules une très grande concentration..

  • Niveaux de maitrise : Bien entendu le ratio eau déplacée/poids du corps attaché et l'effet d'amplification dépendent de la capacité de concentration de Jules et de son humeur: la peur ou le stress, à dose modérée, augmentent ses capacités, mais s'il est tétanisé, son pouvoir ne lui obéira pas. La colère a aussi de lourds effets sur la maîtrise de son pouvoir: elle en décuple les effets, mais alors ils ne sont pas contrôlables: énervé, le mutant ne pourra plus décider du ratio eau déplacée/poids du corps attaché ni même du facteur d'amplification.
    Jules n'utilise que très rarement son pouvoir en dormant: seulement lorsqu'il souffre d'un sommeil agité: alors lorsqu'il se retourne dans son sommeil ou déplace ses jambes par exemple, il peut entraîner l'eau à l'imiter. Mais ce phénomène est aléatoire (tous ses mouvements n'entraînent pas ceux de l'eau) et Jules, fatigué de devoir nettoyer sa chambre tous les matins, bannis tout ce qui est composé d'eau de sa chambre (verres d'eau, plantes, etc...)
    Tous les progrès que fit Jules quant à sa capacité à utiliser l'eau, il les fit seul, et les progrès qu'il lui reste à faire, il les ferra probablement seul aussi. Le mutant s'entraîne presque quotidiennement. Ces entraînements visent premièrement à l'aider à augmenter le ratio eau contrôlée/poids du corps attaché et le facteur d'amplification. Malheureusement, dans son appartement il commence à avoir du mal à être à l'aise pour ses entraînements, il va devoir commencer à s'entraîner en extérieur pour ne pas risquer d'inonder son immeuble. Ses entraînements à l'air libre lui permettrons peut-être de voir si la limite de distance à laquelle il peut maîtriser l'eau peut être augmentée: jusque là ses entraînements ne s'étant déroulés que chez lui, il avait déjà du mal à atteindre les 30 mètres critiques.



  • Lien entre les Pouvoirs : Jules n'ayant qu'un seul pouvoir, il n'y a aucun lien à expliquer.



Description Physique :


  • Apparence : Jules est quelqu'un de sportif. Sa silhouette est élancée et athlétique, mais donne une impression de robustesse et repose sur de longues et solides jambes, ce qui lui donne une allure assurée, volontaire. Son poids oscille entre les 75 et 80 kg et il mesure un peu plus d'un mètre 80.
    Son visage triangulaire est dominé par un front donnant l'impression qu'il empiète sur sa chevelure brune, fine, longue de plusieurs centimètres, coiffés en arrière ou laissés en bataille. Au niveau des oreilles, normalement proportionnées, les cheveux se mêlent à sa barbe. Souvent datant de plusieurs jours, elle donne un aspect un peu négligé à son propriétaire. Son visage est harmonieux: ses sourcils sont fins et ses yeux bruns en amande, quoique toujours portés par de lourdes cernes, même lorsque Jules est bien reposé. Ses lèvres aussi sont fines, abritent une dentition parfaite, quoique un peu jaunie par la mauvaise habitude de fumeur qu'a pris Jules et laisse s'échapper, lorsque Jules parles, un accent français très facilement reconnaissable mais pas suffisamment important pour empêcher la compréhension. Seul son nez rompt avec la finesse de ses autres trais: ce nez est large en haut, épais en bas, et fin au milieu, ce qui lui a toujours valu la haine de son propriétaire, qui l'a toujours trouvé étrange. Cependant, ce nez ne brise en rien l'harmonie du visage de Jules
    Ce mutant ne sais pas tenir en place. Il dois toujours faire quelque chose, au moins avec ses mains. La plupart du temps, lorsqu'il attend par exemple, il lui suffit d'avoir quelque chose à passer de mains en mains ou à manipuler entre ses doigts, sinon il ne se sentira pas à l'aise. D'ailleurs lorsqu'il s'exprime en situation de stress, il se sent obligé de faire beaucoup de mouvements avec ses mains, il ne sait pas pourquoi.
    Même si son hygiène de santé est presque irréprochable (il fume un peu moins d'un paquet de cigarette par semaine, rien d'exceptionnel), son hygiène corporelle, elle, est plus douteuse. En effet, lorsqu'il ne sort pas de chez lui, il ne voit pas l'intérêt de se laver, de se brosser les dents, ou de se raser -voire de s'habiller dans des cas extrêmes). Erreurs qu'il corrige dés qu'il doit sortir de chez lui, pas d'inquiétude. De plus, étant donné qu'il travaille presque tous les soirs, et que ce travail , livreur de pizzas à vélo, est relativement physique, il bénéficie d'une hygiène de vie impeccable, en ce moment.
    En ce qui concerne les habitudes vestimentaires, Jules a la chance de n'acheter que des vêtements qui vont bien les uns avec les autres, pour compenser son manque d'intérêt pour la mode: lorsqu'il s'habille, il s'habille au hasard, mais il s'habille bien. Son style vestimentaire est simple: sa penderie est habitée majoritairement par des jeans ou des tee-shirts à manche courte. Il y a aussi quelques vêtements plus habillés, pour les occasions. Par contre, il est très regardant par rapport à l'état de ses affaires: jamais vous ne le verrez porter quelque chose de troué ou de taché: Jules prend soin de ses affaires.
    La première impression qu'il donne est celle d'un homme confiant, drôle et optimiste, ce qui est plus ou moins vrai. Il donne cette impression grâce à sa posture affirmée, franche et à sa voix grave et portante (il à parfois tendance à parler un peu fort, mais il se contrôle) ainsi qu'à son rire puissant et particulier.
     

  • Signes Particuliers : Jules a une tache de naissance violacée (aussi appelée "tache de vin") à peu près circulaire et de la taille d'une pièce de 2€ à droite du nombril et, lorsqu'il doit lire, porte de grandes lunettes à la monture noire et épaisse et aux verres fin mais quand même grossissants


Caractère :


  • Mental : Jules fait partie d'une catégorie étrange de fainéants: il aime et déteste ne rien faire. Il trouve ça agréable de pouvoir se détendre, mais à l'impression de perdre son temps. Pour se détendre, donc, il aime notamment jouer à des jeux-vidéos (ce qu'il peut faire pendant des heures durant sans jamais s'arrêter) ou se balader en ville, mais ce qu'il préfère, c'est faire de l'humanitaire à Mutant Town: il ressent le besoin d'aider les gens qui n'ont pas eu sa chance. Il a toujours beaucoup à faire de toute façon: il donne parfois l'impression de manquer d'heures dans la journée. Cependant c'est un lève-tôt. Jamais il ne se lèvera après dix heures du matin. Toujours avant, peu importe l'heure à laquelle il se couche. Son métabolisme ne nécessite que peu d'heures de sommeil, celles-ci d'avantage rentabilisées par le nouveau matelas qu'il s'est acheté récemment. Ce pendant, peu importe le nombre d'heures de sommeil qu'il à eu, une chose est sûre et certaine: d'épaisses cernes habitent sous ses yeux.
    Son attitude avec les autres est vive, amicale, joyeuse. En public, Jules est un mélange de calme et d'excitation: il donne une impression de plénitude, de sérénité vis-a-vis de tout, mais peut parfois avoir la mentalité d'un enfant. Il est d'un naturel volontaire et ne se pose pas de questions: se tracasser pour tout n'est définitivement son genre (c'est pour cela qu'il n'a aucun plan pour son avenir: la vie qu'il mène actuellement lui convient tout à fait et tant qu'il ne ressentira pas le besoin de changer de vie, il ne le fera pas: la vie modeste et humanitaire qu'il mène lui va très bien). A un tel point qu'on pourrait le décrire comme quelqu'un intelligent mais qui fait des choses stupides. En effet, à force de ne s'inquiéter de rien, Jules ne réfléchit pas forcément à ce qu'il fait ou à ce qu'il devrait faire. Pourtant, en réalité, c'est quelqu'un de farouche, timide, qui à du mal à s'avancer vers le gens. Pourtant, c'est seulement une fois ce premier pas franchit qu'il commence à se révéler. Cependant Jules peut aussi très bien se débrouiller seul: la solitude ne le dérange en rien, et il préfère parfois faire certaines choses seul plutôt qu'a plusieurs. Aussi, il est très exigeant avec lui-même, ce qui le poussa à beaucoup s'entraîner et à avoir bien amélioré la maîtrise de son pouvoir sans jamais avoir demandé de l'aide à qui que ce soit. C'est d'ailleurs un autre point important qui définit Jules: il déteste demander quoi que ce soit aux gens; il attend toujours que ce soit les autres qui proposent.
    Loin d'être quelqu'un de provocateur, il peut parfois être déconcertant par son sens de l'humour particulier et, malgré sa timidité, il aime séduire. Ce n'est pas un séducteur pur et dur, un coureur de jupon, mais de temps en temps, il apprécie le plaisir de la chasse; de flatter et d'être flatté, il trouve que c'est un jeu amusant, et va rarement plus loin.
    Pour compléter son naturel calme, Jules est aussi très patient. Pourtant, une fois cette patience épuisée et sa colère montée, il "explose". Lorsqu'il est vraiment énervé, il perd ses moyens, commence même a bégayer, ce qui l'énerve encore d'avantage.
    Cette rage fait surface lorsque Jules à trop pris sur lui. Il est patient, sais ne rien dire lorsqu'il le faut, mais parfois, il faut que ça sorte, et quand ça sort, il a du mal à se contrôler. (Une fois par exemple, Jules se disputa avec sa soeur, et tout ce qu'il trouva à faire, c'est lancer un vase sur sa soeur, qui esquiva. Le vase fini dans la fenêtre, causant la destruction a la fois du vase et de la fenêtre). Mais il y a un trait de caractère qu'il conserve lorsqu'il est calme ou énervé: sa franchise.
    Parmi les gens qui énervent Jules au plus haut point, il y a ceux qui ont toujours raison, ces personnes têtues qui seraient capable d'inventer des arguments lorsqu'ils n'en ont plus et qui se vexent lorsqu'on leur prouve qu'ils ont tord et ces personnes trop extravagantes, Jules les trouve très vites agaçantes.
    Même s'il n'est pas quelqu'un de jaloux, il est très privé: il déteste qu'on fouille dans son intimité, que ce soit son ordinateur, son téléphone, ou juste ses affaires. Niveau peurs, cela fait longtemps que la crainte de la solitude qui le touchait tant auparavant ne l'atteint plus. Jules souffre simplement de vertiges légers: tant qu'il ne regarde pas en bas où ne pense pas au fait qu'une grande distance le sépare du sol, tout va bien.

    Jules détestait les mutants avant de savoir qu'il en était un. Ses parents, catholiques intégristes qu'ils étaient, l'avaient élevé comme ça: ils lui avaient appris à détester les mutants, les immigrés et les homosexuels. Mais lorsqu'il appris qu'il était un mutant, il se rendit compte que c'était stupide de se baser sur simplement ces critères. Aujourd'hui, il ne discrimine plus personne vis-à-vis de ces critères, c'est quelqu'un de très tolérant, de très ouvert d'esprit. Cependant son point de vue sur la communauté mutante varie: jusqu'à l'attentat d'Yggdrasil, Jules avait simplement tendance à croire aux médias qui disaient que la Confrérie n'était qu'un groupe de terroriste, mais lui-même ne détestait pas vraiment ce groupe de mutants. Mais depuis l'attaque, il nourrit une véritable rancune envers ces personnes. L'attentat lui fit réaliser que ce qu'ils ne reculeraient devant rien pour arriver à leurs fins. En ce qui concerne les purificateurs, il les a pris en grippe dés leur première apparition. C'est vrai que pour s'attirer l'affection de Jules, il faut en général éviter de mettre le feu à des gens. Quant aux X-men, Jules les voit comme des justiciers, même s'il ne souhaite en rien joindre leur lutte. Jules se voit plus comme un casque bleu: quelqu'un de neutre dans ce conflit, qui aide les autres gens neutres dans le besoins, et c'est tout. Aussi, même s'il ne voit pas la plupart des humains comme des ennemis qui lui en voudrait parce qu'il est un mutant, il a tendance à cacher son pouvoir à la plupart des gens. Pourtant, même s'il la cache au quotidien, Jules n'aurait pas pu rêver mieux comme mutation: il la trouve particulièrement utile dans la vie de tous les jours, facile à maîtriser ainsi qu'à cacher.



Histoire :


  • Talents Particuliers : Le pouvoir de Jules reposant sur ses propres mouvements, celui-ci à pris d'innombrables cours d'art martiaux, un en particulier: le Yawara: un art martial japonais basé sur l'esquive et sur le désarmement de ses adversaires, mais il ne s'en est que très rarement servi. Actuellement (car il continue de s'entraîner, même s'il ne prend plus de cours) il peut aisément désarmer et neutraliser un adversaire seul, qu'il soit armé d'une arme blanche ou d'une arme à feu. S'il affronte deux adversaires, ce sera plus corsé, mais faisable, mais contre trois personnes il a peu de chances de s'en sortir indemne. Aussi sa maîtrise des arts martiaux ne sert à rien contre un ennemi à distance lui tirant dessus; dans ces cas là, il se sert de son pouvoir.  Il préfère improviser de toute façon. Aussi il est bilingue: évidement il parle parfaitement le français mais maîtrise aussi très bien l'anglais, même si quelques fois il manque un peu de vocabulaire..

  • Possessions : Jules ne possède pas grand chose aux USA. Seulement de quoi aménager l'appartement qu'il loue ainsi qu'un vélo (il n'a jamais passé le permis de conduire), en plus des équipements multimédia habituels: ordinateur portable, téléphone portable (étanche jusqu'à un mètre cinquante, télévision...). Pourtant en France il est le propriétaire de deux appartements. Ces appartements sont loués et Jules en touche la rente.Cette rente s'élève à un peu plus de 1000€ par mois, soit 1300$ chaque mois, à quoi s'ajoute le salaire qu'il touche en travaillant à mi-temps à la pizzeria; 600$.

  • Biographie :
    Situation initiale:
    Jules et le cadet de sa famille. Il a grandit avec Jeanne, sa grande soeur d'un an plus âgée dans la grande maison du domaine privé de leurs parents dans la banlieue riche de Rouen. Leurs parents, chirurgien et avocate, étaient souvent absents, Jules et sa soeur, Jeanne, ont donc passé plus de temps ensemble ou avec des baby-sitters/femme de ménage qu'avec leurs parents. Aussi, vivant dans un domaine privé, les maisons voisines étaient pour la plupart inhabitée toute l'année sauf pour l'été, et les quelques maisons ayant des habitants à l'année abritaient des retraités. Jules et Jeanne grandirent donc ensemble dans cette grande maison. Leur très maigre différence d'âge et leur isolement les rapprocha beaucoup: ils étaient frère et soeur ainsi que meilleurs amis, et élevés presque comme des jumeaux. Aussi, leurs parents, pour le peu de temps de présence qu'ils accordaient à leur famille, interdisaient presque tout à leurs enfants. Catholiques intégristes qu'ils étaient, ils refusèrent que leurs enfants aillent jouer avec les autres en dehors de l'école, persuadés de la mauvaise influence qu'ils auraient sur Jules et Jeanne. Ils grandirent donc seuls, ce qui resserra d'avantage leurs liens.

    Éléments perturbateurs:
    Les parents de Jules étaient très sévères et très exigeants. Jules et Jeanne ont donc passé leur enfance et leur adolescence à essayer de les satisfaire, de les rendre fiers d'eux. Ils travaillèrent dur à l'école et à la maison dans l'espoir d'arracher un sourire à leurs parents. Toute leur école primaire se passa sans un seul accroc: Jules et Jeanne furent les premiers de la classe chaque année et dans toutes les matières. Ils n'eurent jamais d'ennuis, de quelque façon que ce soit: ils étaient calmes, intelligents, parfaits. Et dans l'école privée dans laquelle ils se trouvaient, ils n'eurent à craindre la brute du fond de la classe qui aurait pu les maltraiter pour les décourager de continuer leurs efforts.
    Une fois au collège, il se passa presque la même chose: Ils étaient toujours les premiers de la classe, toujours dans chacune des matières (sauf en art plastique pour Jules, mais c'était la seule chose de laquelle ses parents se fichaient) et toujours chaque année. Cependant, Jules rencontra au collège quelque chose qu'il ne rencontra pas a l'école primaire: Damien. Jules ne connaissait pas son nom de famille, sa classe, juste son prénom. Mais Damien, lui, savait plus de choses que Jules, notamment comment victimiser Jules. A chaque récré, Damien retrouvait Jules et s'amusait à l'ennuyer: il le frappait, l'insultait, le harcelait presque. Quand à Jules, en bon binoclard premier de la classe qu'il était se répétait à lui même "Laisse-le faire, il va se lasser, fait le mort, comme avec les ours". La seule chose que Jules fit c'est supplier Jeanne de ne rien dire à personne, car Jules voulait se débrouiller seul. Sauf que Damien ne se lassa pas. Toute son année de quatrième, Jules se laissa martyriser dans l'espoir que Damien se lasse, mais cela ne marcha pas. Ils étaient tous les deux patients.
    Mais un jour, Damien frappa pour une énième fois l'arrière de la tête de Jules et pour la énième fois, les lunettes de ce dernier tombèrent. Mais ce fut la chute de trop car la monture de ses binocles se rompit, laissant le verre droit s'échapper. A peine Jules vit que ses lunettes étaient cassées, il compris que s'il rentrait ainsi à la maison, ses parents allaient se rendre compte de ce qu'il subissait, et alors ils voudraient intervenir, et Jules ne se serait jamais senti aussi honteux: il ne voulait surtout pas que ses parents pensent de lui qu'il est faible, qu'il se laisse faire. Saisi d'une rage incontrôlable, Jules se retourna vers Damien et le poussa violemment. Celui ci fit quelques pas en arrière et trébucha sur le gravier, avant de s'écraser lamentablement par terre. Jules se jeta alors sur lui et déchaina toute sa colère sur la brute: il lui asséna de nombreux coups de poings au visage. Rapidement, un attroupement se créa autour des deux garçons, rapidement dispersé par un groupe de surveillants et de professeurs. Jules fut amené dans le bureau du principal et Damien à l'infirmerie, d'où furent appelés une ambulance et les parents des deux élèves. A chacun des couples de parents on expliqua la situation. Jules y gagna une exclusion de deux semaines de son collège et ses parents une convocation on commissariat: les géniteurs de Damien avaient porté plainte.
    Lorsque les parents de Jules rentrèrent, ils étaient dans une colère noire: cette histoire de procès allait leur couter une fortune. Pendant plusieurs heures ils hurlèrent sur Jules, quasiment en larme, qui n'osait dire un mot. Jamais l'ambiance d'un diner n'avait été aussi terrible: Jules les préférait lorsque ses parents travaillaient tard. Après plus de deux heures de sermon hurlé consécutif pendant lequel la mère et le père se relayaient avec joie, Jules osa enfin dire quelque chose: un chétif, puéril, timide, presque murmuré "C'est lui qu'a commencé". Un silence de mort se fit alors sentir. Jules déglutit, regrettant déjà cette pitoyable réplique, digne d'un enfant de quatre ans. Son père s'enragea encore d'avantage: "Comment ça c'est lui qui à commencé ? C'est comme ça qu'on t'a élevé ? C'est pas une raison ! Regarde moi quand je te parle !" Il se leva alors et se dirigea rapidement vers son fils, en levant le bras, s'apprêtant à le gifler. Le coup s'abbatit alors sur Jules, d'un telle violence qu'il tomba de sa chaise. Rapidement il sentit l'abominable douleur brûlante sur sa joue. Il avait déjà ressenti cette douleurs, lorsque son père lui avait donné la fessée après qu'il ait cassé une fenêtre avec un vase en le lançant sur sa soeur. Mais la douleur qu'il ressentit cette fois là était bien plus intense, et pas située au même endroit, évidemment.
    Lorsque Jules se releva, son père s'avança lentement vers lui et leva le bras en direction de l'escalier, s'apprêtant à hurler "Monte dans ta chambre !". Mais Jules, apeuré, leva les bras afin de se protéger.
    C'est alors que, pour la première fois, son pouvoir se manifesta.
    L'eau contenue dans les verres sortirent de leurs récipients. Celle du vase s'en extirpa aussi, en tirant quelques fleurs en dehors du contenant. Cette eau se souleva, parfaitement synchronisée, et forma au dessus de chaque récipient qui l'eut contenue une sphère parfaite, semblables à des boules de Noël suspendues au plafond. Sauf que rien de visible ne semblait les retenir.
    Jules avait les yeux fermés, s'attendant à un autre coup, mais celui-ci n'arrivant pas rouvrit les yeux en baissant lentement les bras. Alors qu'il baissa lentement les bras, les sphères d'eau se descendirent aussi, lentement, à la même vitesse que ses mains. Le jeune mutant aperçu alors les boules d'eau et, étonné, laissa brusquement tomber ses mains. Mouvement qu'imitèrent logiquement les sphères transparentes: elles se misent à chuter en même temps que les mains de Jules et retombèrent en partie dans leur ancien contenant. Le restant d'eau ayant échappé aux verres ou au vase retomba lourdement sur la table, éclaboussant Jeanne et la mère de Jules.
    Après plusieurs longues et terriblement lourdes secondes de silence, cette dernière ordonna sèchement à son fils de monter dans sa chambre, avant de faire de même avec Jeanne.
    Les deux montèrent alors dans leur chambres respectives. Jules s'assit sur son lit et se recroquevilla en sanglotant.
    Ses parents détestaient les mutants. Jules détestait les mutants. Pourquoi fallait-il que cela lui arrive à lui ? Qu'est-ce qu'il allait faire ? Il pouvait toujours s'enfuir, mais où ? Il n'avait nulle part où aller, le reste de sa famille habitait en Ardèche, c'est impossible pour lui d'y aller seul. Et de toute façon au final ça reviendrait au même.
    Mais si ça se trouve c'est pas lui le responsable de tout ça, c'est peut-être Jeanne, ou son père, qui sait ?
    Jules entendait ses parents crier au rez-de-chaussée. Il n'entendait pas ce qu'ils se disaient, seulement qu'ils s'en disaient, des choses, et en hurlant. C'était d'ailleurs la première fois que Jules entendit ses parents se disputer.
    Mais cela ne changeait rien à son problème: qu'allait-il faire ? Ses parents vont l'envoyer en pension, ils l'en avaient déjà menacé plus tôt dans la soirée, cette fois c'est obligé, Jules va finir en pension.
    Après plusieurs longues minutes de réflexion, la porte de sa chambre s'ouvrit. C'était sa mère. Elle s'approcha de lui d'un pas calme, doux et s'assit à coté de lui. Elle le pris dans ses bras et le serra fort contre elle, avant de murmurer à son oreille:
    "Ne t'inquiète pas mon chéri, tout va bien se passer. C'est une épreuve que Dieu nous envois là, mais si tu aimes suffisamment Dieu, et si tu m'aimes suffisamment,  tu peux empêcher tout cela et ne jamais recommencer, et mener une existence normale. Et je serais très fière de toi si tu y arrives. Tu comprends ?"
    Elle regardait son fils droit dans les yeux. Celui-ci, le regard fuyant, était évidemment d'accord: le regard approbateur de ses parents était la chose qu'il souhaitait le plus au monde. Il répondit donc un chétif "Oui" à sa génitrice, n'osant à peine la regarder dans les yeux.
    Puis sa mère continua, toujours en serrant son fils contre elle, elle continua un interminable sermon, disant que jamais plus il ne devrait recommencer, quoi qu'il arrive, que sinon il irait en enfer. Mais Jules n'écoutait pas. Il pensait à autre chose, hochant silencieusement la tête lorsque sa mère lui demandait si elle écoutait. Il réfléchissait, à ce qu'il pourrait faire de son pouvoir, à comment il allait le montrer à ses amis, à l'école, à comment il allait le cacher de tous les adultes qu'il côtoyait, parents comme professeurs. En effet, élève d'un collège privé, il se doutait bien de la réaction des professeurs ou surveillants qui le surprendraient à se servir de son pouvoir.
    Quoi qu'il en soit, lorsque sa mère sortit enfin de la chambre, Jules savait qu'au fond elle était déçue. Jules se leva alors de son lit et se mit à tourner en rond. Il le faisait souvent lorsqu'il réfléchissait, il était incapable de tenir en place. Il cogita pendant une bonne demi-heure, même si dans sa tête il avait déjà décidé de tout: il était hors de question pour lui de ne pas se servir de son don.
    Il alla ensuite se coucher. Étonnamment il ne mit pas longtemps à s'endormir. Mais évidemment il eut un sommeil agité. Toute cette agitation fut interrompue par le père de Jules, qui entra dans sa chambre au beau milieu de la nuit. Il réveilla doucement son fils en lui secouant l'épaule, comme à son habitude. Jules, encore assoupi, balbutia un silencieux "Papa ? Mais il est quelle heure ?" Son père lui répondit simplement "Chhh, ne fait pas de bruit, ta mère et ta soeur dorment. Habille toi et rejoins moi dans le salon" avant de se lever et de repartir aussi silencieusement qu'il était venu. Jules sorti alors de son lit et s'habilla en essayant de faire le moins de bruit possible. Puis il sorti de sa chambre et descendit dans le salon. Son père mettait son manteau, les clés de sa voiture à la main. Jules lui demanda ce qu'il se passait, le géniteur répondit "Tu verras". Angoissé, le fils fit comme son père, il enfila son manteau et ses chaussures, qu'il ne lassa pas, puis sorti après son père. Celui-ci referma la maison à clé, déverrouilla la voiture. Jules se dirigea donc vers sa place habituelle: derrière le conducteur. Mais son père lui dit de monter plutôt à l'avant, car ils devaient parler. Jules s'exécuta donc. Une fois les deux passagers installés, la voiture démarrée, le portail en fer de la maison refermé, le fils osa enfin parler: "
    -Papa, où est-ce qu'on va ?
    -Jules, je vais te proposer quelque chose, mais tu dois me promettre de ne pas en parler à ta mère.
    -D'accord, répondit le mutant.
    -Ta mère dit que tous cela est une épreuve de Dieu afin de vérifier si tu as vraiment la foi, si tu es capable de réfréner cette "magie noire". Mais je ne suis pas d'accord: c'est un don que le bon Dieu t'as fait, et si Dieu est juste, alors il ne pourrait t'en vouloir d'utiliser ce don en bien. C'est pour cela que je pense qu'il est important que tu entraines ton don, que tu le contrôles.
    -Vraiment ? Tu es d'accord ? Demanda Jules, heureux d'avoir un allié dans son foyer.
    -Oui, et je vais essayer de t'aider. Mais tu ne dois pas en parler à ta mère, tu la connais, elle serrait furieuse. Ah, nous y voilà."
    La voiture s'immobilisa. Jules et son père en descendirent, celui-ci laissant les feux allumés afin d'éclairer l'endroit où ils se trouvaient, et le père alla fouiller dans le coffre de la voiture. Il en sorti deux paires de bottes en caoutchouc et lança la plus petite paire à son fils. "Tiens, dit-il, si ta mère voit de la boue sur nos chaussures, elle nous poseras trop de questions".
    Une fois les bottes enfilées, les deux se dirigèrent vers l'endroit que les phares allumés de la voiture éclairait: un étang à l'eau opaque verdâtre entouré de saules pleureurs dont les racines s'enfonçaient dans la vase. Jules et son père marchèrent donc vers l'étendue d'eau parfaitement calme par cette nuit sans vent, nuages, étoiles ni Lune jusqu'à ce que l'eau recouvre leurs pieds. Le père encouragea donc son fils à recommencer ce qu'il était parvenu à faire plus tôt dans la soirée, mais sans le frapper cette fois. Après presque une demi heure sans aucun résultat, Jules, lassé, fatigué, énervé, abattit violemment ses poings vers le sol. Sous ses mains, l'eau se creusa. Aussi improbable que cela puisse paraître, un cylindre presque parfait s'était découpé de l'eau de l'étang et s'était enfoncé sous le niveau normal de l'eau. Jules le vit immédiatement cette fois. Il appela son père, qui regardait de loin, somnolent. Celui-ci redressa vivement la tête et un sourire se dessina sur son visage, puis accouru. Jules était resté parfaitement immobile depuis qu'il avait vu le trou cylindrique creusé dans l'eau. Il remonta alors lentement ses mains, et l'eau en fit de même: à la même vitesse l'eau contrôlée reprit lentement le niveau qu'elle avait auparavant puis se leva plus haut. Lorsque Jules souleva suffisamment les poings, le cylindre s'extirpa totalement de l'étang: il était parfaitement plat sur le dessus, lisse sur les côtés mais le dessous ressemblait plus à une stalactite et quelques goutes en tombaient.
    "Jules ! Tu as réussi !" s'écria le père, avant de prendre son fils dans ses bras. Surpris, ce dernier laissa retomber le cylindre, qui perdit sa forme dans la chute avant de s'écraser dans l'eau dans un bruit d'éclaboussure et en envoyant de l'eau sur le pantalon du père et de son fils. Puis les deux rentrèrent enfin chez eux. Dans la voiture, le père de Jules fut le seul à parler, le fils étant plongé dans ses pensées. Il dit:
    "Tu sais, je suis désolé de t'avoir giflé, j'ai eu une dure journée, mais je ne comprend vraiment pas ce qui t'as pris à l'école aujourd'hui. Mais je suis fier de toi mon fils. Tu sais, toute mon enfance, et même jusqu'à la fin de mes études, j'ai toujours rêvé d'avoir un super pouvoir, peu importe lequel, mais j'aurais adoré en avoir un. Mais toi tu as eu cette chance, et je ne te laisserais pas la gâcher. Je vais t'aider à t'entrainer.". Jules était confus. Il ne savait pas quoi en penser. Il ne savait pas comment réagirait sa mère si elle l'apprenait, il ne savait pas ce qui l'attendait si les gens de son collège l'apprenaient, il ne savait rien.
    Lorsqu'ils rentrèrent à la maison, Jules vit sa mère les attendant Elle se tenait là, droite, en pyjama, les bras croisés, les yeux pleins de rage, au milieu du couloir qui reliait l'entrée du reste de la maison.Le sourire inscrit sur le visage du garçon disparu presque immédiatement. Lorsque le père de Jules l'aperçu, il dit calmement à son fils de monter dans sa chambre. Celui-ci s'exécuta.
    La mère n'attendit même pas que Jules ait fini de monter les escaliers avant de commencer à hurler. Jules resta donc sur le palier pour écouter un peu:"
    -Pierre ! Comment oses-tu faire ça ! Et dans mon dos en plus ! On s'était mit d'accord ! Pas de mutant chez nous !
    -Non ! Je n'étais d'accord pour rien du tout ! Et ne parles pas de lui comme ça ! C'est ton fils !"
    Jules s'enferma dans sa chambre avant d'entendre sa mère répondre "Pas s'il continue sur cette voie là."

    Pendant les deux semaines qui suivirent, Jules n'eut pas a aller à l'école: il s'était fait exclure du collège pour s'être défendu un peu trop violemment de Damien. Son père déposa donc un arrêt maladie et alla entraîner son fils à l'étang. Ils y passèrent la plupart de leurs temps. Ils ne rentraient à la maison que pour dormir, et quand ils ne dormaient pas, Pierre se disputait avec sa femme et Jules continuait a s'entraîner dans sa chambre avec un bol d'eau. Ils ne mangeaient même plus à la maison tant l'ambiance y était détestable: ils mangeaient parfois au restaurant, parfois au fast-food. Une fois ils ont même fais livrer des sushis directement à l'étang.
    Mais pendant ces deux semaines, Jules se demandait continuellement si ce qu'il faisait était bien. Il se sentait responsable des disputes entre ses parents et, même si le regard approbateur et plein de fierté paternelle que son père lui portait n'avait pas de prix, il se demandait si cela valait la peine de se mettre tant en froid avec sa mère. En effet, celle-ci ne lui avait plus adressé un seul mot depuis le fameux soir de la gifle.

    Lors du dernier jour d'exclusion de Jules, lui et son père se sentaient comme on se sent le dernier jour de merveilleuses vacances. Les deux savaient qu'il faudrait attendre jusqu'aux prochaines vacances avant de pouvoir passer une autre journée à l'étang.
    Pour rompre le silence, Pierre dit donc à son fils: "
    -Tu sais Jules, vu que l'eau imite les mouvements que tu fais, il serait judicieux que tu apprennes à te déplacer plus habilement, plus rapidement. Ainsi, l'eau que tu contrôles en ferait de même. Je vais donc t'inscrire à des cours d'art martiaux.
    - Vraiment ? Je vais apprendre à devenir un ninja ?!"
    Pierre éclata de rire puis corrigea son fils: "Non, tu deviendras un aussi bon combattant que dans le film d'art martiaux qu'on a regardé avant-hier, c'est ce film qu'il m'a donné l'idée d'ailleurs."

    Ainsi, Jules repris sa scolarité, appris quelques arts martiaux et s'entrainait à contrôler l'eau dés qu'il en avait l'occasion: sous la douche, au toilettes, même avec sa sueur pendant les caniculaires jours d'été. Il apprenait vite et ses mouvement gagnèrent en dextérité, en habileté. Rapidement, l'eau qu'il faisait se mouvoir n'avait plus toujours la forme d'un bloc, rigide, dur à manier, mais une forme fluide, malléable, que Jules pouvait choisir à volonté, grâce à quelques mouvements de main.

    Sacrifices:
    Bien sur, une chose qu'il adorait était montrer ses progrès à sa grande soeur. Il l'adorait, mais depuis tous les incidents qui s'étaient produit dans le cadre familial, elle avait changé. C'était évident qu'elle le ferait: son mutant de frère avait ruiné le couple qui unissait ses parents. Autre fois ils étaient froid et rigide, même entre eux, mais ils l'étaient ensemble. Maintenant, le père était devenu très proche de son fils et la mère, elle, était encore plus froide qu'auparavant. Deux clans s'étaient définitivement formés dans cette maison: il y avait Jules et Pierre d'un coté, et Jeanne et sa mère de l'autre.
    Jeanne ne savait plus quoi ressentir vis-à-vis de son frère: elle l'aimait, c'était son petit frère, ils avaient grandis ensemble, mais elle lui en voulait d'avoir massacré ainsi l'union familiale. Elle en était aussi terriblement jalouse. Jalouse du regard que son père lui portait: un regard plein de fierté, d'admiration. Si Jeanne avait bien un point commun avec son frère, c'était son inépuisable désir de rendre ses parents fier d'elle, mais Jules bloquait la vue de son père. Comment pouvait-elle rivaliser avec son frère, le fils prodigue, aux pouvoirs magiques ?
    Aussi, Jeanne s'en voulait de détester autant son frère, de penser cela de lui. Ce que son frère pensait d'elle n'avait pas changé, mais ce n'était pas réciproque. Lorsque Jeanne réalisa qu'elle aurait à jamais du mal a prouver sa valeur auprès de son père, elle décida de se rapprocher de sa mère. Elle redoubla d'efforts pour être encore plus parfaite qu'elle ne l'était déjà et commença même à apprendre, seule, à jouer de plusieurs instruments: la guitare, le piano et la flûte traversière. Presque chaque soir elle se donnait en représentation auprès de sa mère pour montrer à quel point elle avait progressé. Mais le conflit incessant entre ses parents avait rendu sa mère aigrie, en colère. Elle était trop occupée a en vouloir à son mari et à son fils pour porter de l'attention à sa fille.
    Pourtant Jules avait tenté de combler ce vide, par affection pour sa soeur, mais celle-ci voyait son frère comme un concurrent, lui volant l'affection de ses parents. Un esprit de compétition se mit en place entre les frères et soeur et alimenta d'avantage le conflit parental. Mais ce que Jeanne reprochait le plus à Jules, c'est d'avoir délibérément créé ce conflit: il savait ce qu'il se passerait si jamais il faisait ce que son père l'avait encouragé a faire. Il savait que ni le couple parental ni le couple frère-soeur qui existaient n'y survivrait. Mais il l'avait tout de même fait, pour lui-même. Jules avait sacrifié sa mère et sa soeur pour un père plus aimant et un pouvoir.
    C'est dans ce climat de guerre froide et de recherche d'approbation parentale que se déroulèrent les études du frère et de la soeur. Les études qu'ils suivirent étaient similaires dans leur cursus, mais très différentes dans leur orientation: Jules passa un baccalauréat scientifique, sa soeur un littéraire. Jules entra dans une classe préparatoire à vocation économique, sa soeur a orientation littéraire. Après deux ans, ils continuèrent sur leur lancée, Jules fut accepté dans une école de commerce et Jeanne alla à l'université afin de décrocher une licence de littérature.
    Mais au beau milieu de cette année là, un drame se produisit, un drame qui mit un coup de grâce au cadre familial de la famille Archambaud, déjà chancelant depuis bien trop longtemps. Pierre, le père de Jules et de Jeanne, mourut dans un accident de voiture. Un ivrogne au volant déboula sans prévenir alors que le père rentrait d'une longue journée de travail. La voiture de l'ivrogne frappa la voiture familiale de flan, coté conducteur, et Pierre mourut sur le coup.
    Chacun des membres de la famille fut effondré lorsqu'ils apprirent la nouvelle. Mais ce fut pour Jules que la nouvelle fut le plus dur à avaler, même s'il ne le montra pas devant sa mère et sa soeur, et Jeanne savait qu'il souffrait beaucoup. Mais c'était de sa faute, il le méritait. Il n'aurait jamais dut sacrifier le reste de sa famille juste pour son père, il n'aurait jamais dut s'attacher autant à son père. Jeanne décida donc de laisser Jules, son frère, seul. Ils ne s'échangèrent pas un mot le soir de l'accident, ni le jour de l'enterrement, ni même le jour du rendez-vous chez le notaire, pour l'héritage. Ils ne se parlèrent plus jamais ensuite, de toute façon. Et il en fut de même avec sa mère.
    Le notaire, lui, parla un peu, a la fois pour combler le vide et pour faire son travail. Cet homme bien portant avait toujours l'air joyeux, peu importe l'état de ses clients. Il sortit une lettre, le testament de Pierre. Jeanne et son frère furent surpris de constater qu'il avait écrit un testament. Ce n'était pourtant pas son genre d'être si prévoyant.
    Le notaire en commença la lecture:"Je soussigné monsieur Pierre Archambaud, né le 4 avril 1955 à Amiens lègue à mon épouse Marie Archambaud, -blah blah blah- domiciliée au domicile conjugal, -blah blah-  l'ensemble de tous mes biens et propriétés en totalité, à ma fille, Jeanne Archambaud, née le -blah blah-, sera transmis la somme de 150 000€ versée par l'assurance vie et à mon fils, Jules Archambaud, né le -vous connaissez la chanson, je passe cette partie-, pour l'aider à quitter le domicile familial puisque plus rien ne l'y retient désormais, sera versé le montant de 300 000€ versé par cette même assurance vie. Voilà."
    A l'écoute de ce testament, Jeanne fut abasourdie. Pas par le fait d'avoir touché une telle somme, pas par le fait que leur père ait souscrit une assurance vie sans jamais leur en avoir parlé, mais bien par le fait que son frère touche deux fois plus d'argent qu'elle. Mais elle ne réagit physiquement pas. Sa mère, par contre, ne se gêna pas pour le faire. Elle se leva d'un bon et fonça en hurlant devant son fils, qu'elle traita de tous les noms. Mais celui-ci ne réagit pas plus qu'a la lecture du testament. Puis elle se déchaîna sur le notaire, qui n'osait dire un mot face à la furie qu'il avait en face de lui. Elle l'accusa d'avoir mal lu, d'avoir comploté avec son fils en échange d'argent et d'autres inepties du genre. Une fois calmée seulement, le notaire lui demanda poliment de se rasseoir puis sorti la paperasse qu'ils durent tous les quatre remplir.
    Jules fit de son mieux pour respecter la décision de défunt: il dépensa presque tout l'argent dont il avait hérité pour s'acheter deux appartements. Il en loua un et vécu dans l'autre grâce au loyer perçu par la location du premier, et ni sa soeur ni sa mère ne firent quoi que ce soir pour le retenir. Après tout, c'était son choix..
    Quelques fois, Jeanne regretta d'avoir laissé son frère partir ainsi, notamment lors des fêtes de fin d'année. Elle regrettait de l'avoir laissé à lui même après l'accident de leur père. Elle regrettait de l'avoir rejeté après qu'il se soit rapproché de son paternel. Elle l'eut détesté, mais elle était passée à autre chose depuis. Pas lui. Elle le savait. Mais c'était de sa faute, à lui, pas à elle. C'est lui qui avait sacrifié sa soeur et sa mère pour son père après tout. Il savait ce qu'il se passerait si jamais il faisait ça et que leur père venait à disparaitre. Il aurait du s'y attendre.

    Nouveau départ:
    Une fois le deuil de son père fait, Jules se considérait sans famille. Il ne considérait plus sa soeur ou sa mère comme de la famille, et il ne leur avait pas adressé un mot depuis l'accident. Mais il vivait seul désormais. Il était dans un petit appartement, propre, très simplement aménagé (il n'en avait pas encore eu le courage jusque là), qui avait même une pièce dédiée à ses entrainements. A coté de tout cela il continuait ses études en école de commerce et vivait grâce au loyer perçu par la location de l'appartement d'en dessous, qui lui appartenait aussi. Il n'avait à s'occuper de rien.
    Pourtant il ne s'était jamais senti aussi seul. Avant, il avait sa soeur. Puis subitement, il avait perdu sa soeur mais s'était rapproché de son père. Mais maintenant, il n'avait plus personne. C'était ça qui l'avait le plus dérangé après sa mort. Il avait bien quelques amis du lycée et de son école de commerce, mais ce n'étaient pas des amis très proches: il passait la journée avec eux les jours de cours, mais rien de plus.
    Aussi, Jules n'avait aucune idée de ce qu'il ferrait plus tard, après avoir fini ses études. Et il ne s'en souciait pas non plus. Il n'était pas exigeant vis-à-vis de cela: un travail simple ne le dérangerait pas. Mais avant d'en arriver là, il avait toujours ses études à terminer. Entre les cours et son travail scolaire personnel, il allait toujours au cours d'art martiaux auxquels son père l'avait inscrit. Il avait nettement progressé et était devenu l'un des meilleurs de son club. Il avait aussi beaucoup progressé avec la maîtrise de son pouvoir, et il progressait de jour en jour.
    Contrairement à sa carrière professionnelle, la maîtrise de son pouvoir était pavée d'objectifs: Au début il voulut apprendre a manier la forme de l'eau qu'il contrôlait. Une fois cela fait, il appris à la jeter où à la ramener. Ensuite il appris à manier des objets avec. Un jour, alors qu'il cuisinait, il essaya d'éloigner la vapeur d'eau d'un geste de bras, et cette vapeur obéit. Il se rendit compte que le champ des possibles que lui ouvrait son pouvoir était immense. Il essaya de faire de même avec un glaçon, celui-ci réagit presque aussi facilement que l'eau liquide. Le nouvel objectif de Jules fut alors d'apprendre à changer l'eau en glace, et inversement. En quelques semaines seulement il su comment changer un glaçon en flaque, mais il lui était impossible de changer cette flaque en glaçon. Lorsqu'il se concentrait assez, une fine pellicule de glace se formait au dessus de l'eau qu'il tentait de geler, mais rien d'exceptionnel. Il était de même avec la vapeur: impossible de faire s'évaporer l'eau, mais la liquéfier n'était pas très compliqué, surtout après entrainement.

    Un jour, alors qu'il s'entraînait, il reçut un message sur son portable. C'était un de ses amis de classe qui le lui avait envoyé, lui disant d'allumer sa télé. Cet ami figurait parmi les meilleurs amis de Jules, mais en terme de classement seulement: ils étaient proches, mais rien d'exceptionnel. Et cet ami était une des rares personnes à savoir pour la mutation de Jules.
    Interloqué, Jules s'exécuta. Il alluma la télévision et tomba directement sur une chaîne d'informations. Jules se tenait là, stupéfait, alors qu'a la télé défilaient les images d'un quartier entiers de New York brûlant de fond en comble. Avec le quartier brulait aussi ses habitants: à travers de nombreux témoignages vidéos, on voyait des immeubles entiers dont les flammes sortaient par les fenêtres brisées, leurs habitants en feu pour certains, en larmes pour d'autres. Quelques images d'émeutes étaient aussi parvenues.
    Jules parvint enfin à s'assoir. Il avait reconnu le quartier, et le bandeau jaune clignotant en bas de son écran de télé le lui confirmait: c'est bel et bien Mutant Town qui se faisait dévorer par les flammes. Les images montraient des pompiers faisant de leur mieux pour sauver les gens, des mutants qui faisaient de même avec leurs pouvoirs.
    Cette compilations d'images terribles qui passèrent à la télévision donnèrent beaucoup à réfléchir à Jules. Celui-ci se tint très informé sur cette tentative de génocide, et lorsqu'il apprit qu'il fut mené par les pacificateurs, il fut pris d'une rage folle.
    Qu'est-ce qui pouvait pousser les gens à commettre des choses pareilles ? C'était insensé pour Jules. Puis il réalisa. C'était la même chose qui avait poussé sa mère à repousser son fils. C'étaient toutes ces histoires de bon dieu qui révulsaient Jules au plus haut point. Tous ces gens n'avaient pas eu la chance d'avoir une famille riche et au moins partiellement aimante, comme Jules. Ils avaient donc fini dans ce trou à rat, n'attendant qu'a être exterminés par une secte anti-mutante. Pour la première fois de sa vie, Jules se sentit obligé de faire quelque chose. C'était décidé: il allait partir a New York aider les mutants de Mutant Town dés qu'il aurait fini ses études. Aussi, tous les cours d'anglais qu'il eut depuis l'école primaire pourraient enfin porter ses fruits. Il n'avait aucun problème avec la langue de Shakespeare, ça faisait toujours une chose en moins à s'inquiéter.
    Alors, il se mit à économiser pour les billets d'avions. Puis, il se mit à chercher un travail, qui lui permettrait alors d'obtenir un VISA de travail. Il postula d'abord dans des entreprises qui cherchaient un comptable ou quelque chose pour quoi son école de commerce hors de prix l'avait formé. Après plusieurs semaines de recherche, il ne trouvait rien. Tous ses plans étaient compromis. Il se mit alors à répondre à toutes les propositions qu'on lui faisait: livreur, videur (même s'il n'en avait pas la carrure), vendeur...
    En presque un mois de recherche, il obtenu seulement une dizaine de réponses, presque toutes négatives: la seule réponse positive qu'il obtenu venait d'une pizzeria de Brooklyn, qui cherchait un livreur à vélo. Désespéré, Jules accepta sur le champ. Il s'avère que le patron de cette pizzeria était italien (évidemment...) et n'embauchait presque que des gens voulant immigrer aux USA pour premièrement faciliter leur obtention d'un VISA et aussi car d'après lui, si quelqu'un est près à s'expatrier pour travailler, ou l'inverse, alors c'est quelqu'un de motivé. Jules ne comprenait pas tout à cette logique, mais fut ravi de laisser le pizzaïolo s'occuper de la paperasse (ce qu'il fit avec succès: le mutant obtint la "Notice of Approval" puis enfin le fameux VISA de travail H1B) Jules n'avait plus qu'a guetter les billets d'avions à pas cher.

    Dés qu'il obtenu son diplôme, il trouva de nouveaux locataire pour son appartement, qu'il loua meublé, fit ses valises et sauta dans l'avion. Il était exalté à l'idée de commencer une nouvelle vie, de laisser l'ancienne derrière: il voulait tout recommencer. Bien entendu, ses préparatifs s'étaient limités à l'obtention du VISA et à la réservation des billets d'avion. Une fois arrivé à l'aéroport, il se rendit compte qu'ils devrait dormir à l'hôtel le temps de trouver un logement, et que seulement ensuite il pourrait commencer à aider les gens, ce pour quoi il était quand même venu. Parmi tous les établissements qu'il trouva, il jeta son dévolu sur un minuscule hôtel, simple, peu cher et qui comportait un restaurant. Il commença à travailler le lendemain de son arrivée.
    Bien sur, il n'avait plus le même enthousiasme après plusieurs longues soirées de travail. La solitude de sa chambre d'hôtel ne le dérangeait en rien, mais la corvée était physiquement plus dur que Jules l'imaginait. C'est dingue ce qu'ils engloutissent comme pizzas, ces américains. Mais Jules se considérait comme chanceux: la pizzeria où il travaillait livrait n'importe où, même à l'autre bout de New York. Pour ces livraisons, les livreurs étaient équipés de scooters, mais ces livraisons prenaient parfois plus d'une heure. Jules, lui, devait s'occuper des livraisons bien plus proches de la pizzeria. Parfois il en exécutait même quelques unes à pied, mais le reste du temps il était à vélo. Mais finalement, quand il y réfléchissait, cet emploi lui convenait plutôt bien: le travail était simple, physiquement dur seulement le temps que ses jambes s'habituent à pédaler, loin d'être très stressant et le maigre salaire suffisait largement à subvenir aux maigres besoins de Jules une fois additionné à la rente qu'il touchait mensuellement.
    Deux semaines après être arrivé dans la Big Apple, Jules se mit à la recherche d'un appartement. Il le trouva plutôt facilement: son revenu mensuel de rentier rassurait les propriétaires. Il se mit rapidement d'accord sur un prix relativement faible pour un appartement qui, d'après Jules, valait bien plus. Cet appartement était lumineux, bien situé, à deux rues de la pizzeria qui l'embauche et est suffisamment spacieux pour que Jules puisse s'y entrainer.
    L'appartement était d'abord vide. Jules emprunta à son voisin une chaise de camping et s'acheta un minuscule réfrigérateur, une toute petite télévision et un matelas gonflable, de la vaisselle et des draps, à ajouter au multimédia (console, ordinateur...) et aux affaires que Jules avait apporté avec lui. Au fil des mois, son appartement se meubla et aujourd'hui, il est presque entièrement meublé. Le locataire mutant s'est même acheté un bonsaï de compagnie, qu'il entretient tous les jours, entre deux exercices d'entrainement.
    Aussi, il n'a absolument aucun plan pour l'avenir. Son travail, quoique répétitif, ne l'avait pas encore lassé et lui convenait plutôt bien. Pourquoi en changer ? Et il lui faudrait du temps avant d'en avoir marre de travailler à la soupe populaire de Mutant Town. Cependant une chose tracassait Jules: la salle qui était réservée à ses entraînements, entièrement recouvertes de bâches du sol au plafond, commençait à être trop petite pour ses entraînements: s'il voulait pouvoir augmenter la quantité d'eau qu'il peut déplacer en une fois, il allait devoir commencer à s'entraîner en extérieur, en public. Mais il n'en avait pas envie: se servir de son pouvoir en public pouvait, d'après Jules, s'avérer dangereux, avec tous les purificateurs qui traînent dans le coin.
    Jules était a New York lors de l'attentat d'Yggdrasil. Il eut la chance d'être à l'écart de la zone visée par l'attaque mais souhaita s'y rendre. En plus, comme c'est une plante qui attaquait, et qu'une plante est principalement composée d'eau, il aurait pu être utile, mais l'armée (et le B.A.M peut-être aussi, Jules ne comprends rien au système judiciaire américain) fut trop rapide pour lui et l'empêcha de se rendre sur la zone en danger. Il se contenta donc d'aider du mieux qu'il put les victimes une fois l'attaque terminée, comme il fait toujours lorsqu'il se rend à des fins humanitaires à Mutant Town. Cet attentat agit comme une prise de conscience pour Jules: il s'obstinait à penser que la Confrérie était un groupe de personnes persécutaient qui avaient des raisons de se venger, mais cet événement lui fit se rendre compte que la Confrérie et les purificateurs étaient la même chose: un groupe de personnes endoctrinées, persuadées que le monde entier leur veut du mal, vexées par le simple fait de côtoyer quelqu'un qui n'a pas choisit d'être ce qu'il est et prêts à tout pour faire ce qu'ils pensent être le mieux pour les autre.

Avatar : Gethin Anthony
Personnage Marvel ? : Non
MultipleCompte? : Non
Qui ? : J'ai dit non
Pseudo : C'est à dire ?
Votre Age : 17 ans
Comment avez vous connu le Forum ? : Je dirais "sur google" mais c'est pas une réponse très utile j'imagine


Dernière édition par Jules Archambaud le Dim 10 Aoû - 13:25, édité 27 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubilation Lee
X-Men Alpha
avatar

Messages : 2056
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Jules Archambaud [3eme Correction Terminée]   Sam 26 Juil - 19:03

Bonjour, bonsoir et bienvenue sur le forum !

Avant toute modération assure-toi de bien avoir lu le règlement.
Lorsque ce sera fait, je ferai ton premier tour.

Si tu as des questions sur ta fiche ou le forum tu peux me MP.

Jub'

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jules Archambaud
Neutre Beta
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 24/07/2014
Age : 20

MessageSujet: Re: Jules Archambaud [3eme Correction Terminée]   Sam 26 Juil - 19:19

Et le mot magique est... [Vu par Jub] !

J'avais déjà lu le règlement, mais comme la section publicité et créations personnelles ne me concernent pas, je les avais sautées...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubilation Lee
X-Men Alpha
avatar

Messages : 2056
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Jules Archambaud [3eme Correction Terminée]   Jeu 31 Juil - 13:10

Bonjour, je suis Jubilee, modératrice, ravi de te rencontrer. Voici donc le début de la modération de ta fiche qui se passera en deux tours gagnant.

AGE + DATE DE NAISSANCE : Elles ne correspondent pas l'une à l'autre me semble-t-il.

POUVOIR :

Tu as deux pouvoir : Aquakinésie et Thermokinésie.
J'aimerai que tu passe une ligne entre les paragraphes traitant du premier et du second ainsi que tu indiques leur « nom » ('manipulation de la molécule d'eau' par exemple et 'modification de la température de l'eau'). De même, après le titre de chaque pouvoir j'aimerai que tu indiques si ils sont passifs, offensifs ou défensif.

QPL (=Question potentielle du Lecteur) : Lorsqu'on manipule a molécule d'eau on peut en modifier la température puisque, comme tout prof de physique l'apprend à ses élèves, la température d'un corps est liée à l'agitation de ses molécules. Dans ce cas pourquoi, Jubilee, cela devrait être séparé en deux pouvoirs ?
RPM (=Réponse potentielle du modérateur) : Car la séparation en deux pouvoirs n'est pas ici qu'une affaire du cohérence mais une affaire de convention de modération afin d'éviter des pouvoirs trop puissants. C'est grâce à ces mêmes conventions que tu ne rencontreras pas de mutants pouvant manipuler l'atome de carbone par exemple. De plus, il sagit d'un choix fait par le modérateur en un temps donné dépendant de facteurs multiples comme la potentialité dun deuxième ou troisième compte, la qualité du café qu'il a bu ce matin, la fiche elle-même et plus d'autre chose.

Sachant que les deux pouvoirs sont offensifs, il faudra faire un choix. Modifier l'un des deux pouvoirs pour qu'il ne soit pas offensif (ce qui me semble compliqué) ou en retirer un, le plaçant comme potentielle évolution à faire en RP.

Toute la partie du niveau de maîtrise va dans la Description des Pouvoirs.
Il faudra retirer toutes les mentions à la manipulation des atomes et garder que les mentions de la manipulation des molécules d'eau. Il n'y a en effet d'une part par d'atome d'eau et d'autre part la manipulation atomique étant plus puissante que la manipulation moléculaire elle est modérée plus sévèrement (voire refusée).
Il faudra retirer le passage sur les effets de la lune si il n'y a pas plus d'explications. Le fantastique n'étant pas accepté, tout fait surnaturel doit venir du gène X. En revanche, tu peux décider que son gène réagisse à la lune en en faisant un second pouvoir passif (si tu en retires un offensif). Attention tout de même à trouver un lien pseudo-scientifique correct (ou un lien de cause à effet) entre tes deux pouvoirs.

Dans la description du pouvoir, tu indiqueras le temps de manipulation maximal de ton perso et les risques en cas de dépassement. Tu pourras y indiquer aussi le temps de repos qu'il lui faut avant de reprendre. Le ratio entre la masse de son corps contrôlant l'eau et la masse d'eau contrôlée est une bonne idée. Donne ce ratio pour sa puissance actuelle et aussi quelques exemples : Avec sa main il peut contrôler tant de litre (plutôt qu'une baignoire qui, en fonction de sa taille, n'est pas une unitée de volume très précise)...

Dans le niveau de maîtrise tu laisseras tout ce qui concerne a gestion de ses émotions, le fait que ces dernières peuvent ou non bloquer son pouvoir. Le fait de savoir si il utilise inconsciemment son pouvoir en dormant par exemple. Tu pourras de même y faire la mention de possibles évolutions.

Comme à mon habitude, étant donné que les modifications du pouvoir son assez lourdes et peuvent influer sur le reste de la fiche (mental, biographie) j'arrête le premier tour ici afin de t'aider à te focaliser sur ces points.

Si tu as des questions, tu peux me MP.
Bon courage.

Jub' =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jules Archambaud
Neutre Beta
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 24/07/2014
Age : 20

MessageSujet: Re: Jules Archambaud [3eme Correction Terminée]   Jeu 31 Juil - 21:42

Ayé ! Tout ce qui a été modifié est en rouge, bien voyant. J'ai fait ce que tu m'as dit, et c'est vrai que pour moi, "maîtrise du pouvoir" relatait plus la puissance du mutant et pas sa capacité à empêcher son pouvoir de se manifester sans qu'il le veuille.
J'ai aussi modifié quelques autres trucs dans l'histoire, les possessions et la description morale que tu m'aurais demandé d'ajouter ou de changer de toute façon, mais comme ça on gagne du temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubilation Lee
X-Men Alpha
avatar

Messages : 2056
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Jules Archambaud [3eme Correction Terminée]   Ven 8 Aoû - 16:22

Okay !

Pouvoir :

Quel est le plus petit volume qu'il peut contrôler ?
Tu parlais de contrôler l'eau du corps, peut-il contrôler l'eau à un niveau moléculaire ?

Mental :

Tu parles de son point de vu es purificateurs avant Mutant Town mais ce n'est pas possible puisque le groupe s'est révélé lors de ces attentats.
Peux-tu parler de ses aspirations pour l'avenir, ce qu'il a envie de faire dans le futur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jules Archambaud
Neutre Beta
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 24/07/2014
Age : 20

MessageSujet: Re: Jules Archambaud [3eme Correction Terminée]   Ven 8 Aoû - 17:24

"Tu parlais de contrôler l'eau du corps, peut-il contrôler l'eau à un niveau moléculaire ?" C'est a dire ?

Pour le reste (ce que j'ai compris donc...) je m'en charge ce soir

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubilation Lee
X-Men Alpha
avatar

Messages : 2056
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Jules Archambaud [3eme Correction Terminée]   Ven 8 Aoû - 18:01

Je vais essayer de reformuler : Jusqu'à quel niveau de précision peut-il contrôler l'eau ? Jusqu'à ce qu'il puisse voir l'eau en question (échelle macroscopique). Exemple : Il voit une flaque d'eau, il la contrôle. ? Ou du moment que les molécules sont présentes autour de lui (échelle moléculaire) Exemple : Il "ressent" l'eau présente dans le corps d'une personne et la contrôle. ?

Ce n'est pas réellement le même niveau de puissance d'où ma question. (L'un étant beaucoup plus précis et dangereux/puissant que l'autre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jules Archambaud
Neutre Beta
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 24/07/2014
Age : 20

MessageSujet: Re: Jules Archambaud [3eme Correction Terminée]   Ven 8 Aoû - 19:21

Compris et corrigé en orange !

petit rappel: il ne peut pas contrôler l'eau comprise dans un être vivant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubilation Lee
X-Men Alpha
avatar

Messages : 2056
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Jules Archambaud [3eme Correction Terminée]   Dim 10 Aoû - 0:04

Ok.

TALENTS PARTICULIERS :

Évalue son niveau martial en indiquant si il peut actuellement se défendre contre des agresseurs armés ou non et jusqu'à combien en même temps.

BIOGRAPHIE :

Ok, dans le dernier paragraphe c'est LE BAM, non LA. (Le Bureau des Affaires Mutantes)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jules Archambaud
Neutre Beta
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 24/07/2014
Age : 20

MessageSujet: Re: Jules Archambaud [3eme Correction Terminée]   Dim 10 Aoû - 9:42

Tadaaaa ! Corrigé ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubilation Lee
X-Men Alpha
avatar

Messages : 2056
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Jules Archambaud [3eme Correction Terminée]   Dim 10 Aoû - 13:03

Premier avis positif félicitations !
Tu peux retirer les couleurs si tu le souhaites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jules Archambaud
Neutre Beta
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 24/07/2014
Age : 20

MessageSujet: Re: Jules Archambaud [3eme Correction Terminée]   Dim 10 Aoû - 13:26

Yhea 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Jules Archambaud [3eme Correction Terminée]   Dim 10 Aoû - 16:45



Bonjour,

Deux relectures de fiche et je n'ai pas particulièrement de remarques à formuler au sujet de cette fiche qui se révèle précise et bien construite.
Tu réponds correctement à toutes les exigences de la modération.
Le pouvoir est délimité, explicité dans ses manifestations, potentialités et limites et ne semble pas ouvrir la porte à des débordements en matière de gros billisme et autres joyeusetés.
La psychologie suis cette même démarche, logique et bien amenée.
La biographie est un point fort sur cette fiche, style agréable, aisance d'écriture qui permet de la rendre vivante et intéressante.
Un gros plus pour y avoir incorporé les éléments du Background à la fois pour impacter sur la psychologie de ton personnage et planté le décors en justifiant ses choix.
Je n'ai rien de plus à ajouter que le plaisir de te donner là un second avis positif et de te souhaiter bon jeu parmi nous.





Félicitations, nouveau neutre bêta, les portes de X-men rpg te sont enfin ouvertes!

Avant de commencer à jouer, n'oublie pas d'aller te recenser sur la liste des avatars , la liste des pseudos et la liste des pouvoirs.

S'il s'agit d'un double compte, pense aussi à poster sur la liste des multi comptes.

S'il s'agit d'un personnage marvel, n'oublie pas de te signaler sur cette liste.

Enfin, si tu veux qu'un joueur joue quelqu'un que tu as évoqué dans ta fiche, merci de remplir le formulaire que l'on trouve ici. N'oublie pas de mettre le lien vers la fiche de ton personnage dans ton profil, et si le cœur t'en dit, tu peux aller rédiger une fiche de relation ici.

D'avance merci et surtout, bon rp parmi nous!


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jules Archambaud [3eme Correction Terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jules Archambaud [3eme Correction Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ninon Lenoir (Dusk / Crépuscule) [seconde correction terminée!]
» Les petites maisons de Jules GOSSELIN
» Le Havre - Rue Jules Siegfried
» La Normandie de Jules Janin.
» Jules SIEGFRIED (1837-1922)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Avant de commencer... :: Le Bureau des Inscriptions :: Fiches validées-
Sauter vers: