AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ruines sur deux roues [pv Kaya, et libre (pas besoin de demander)]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Ruines sur deux roues [pv Kaya, et libre (pas besoin de demander)]   Ven 21 Mar - 0:03

Des vélos... Ca fait un mois que je suis là et je n'ai entendu leur existence que quelques semaine plus tard. Sérieux, vu le parc qu'il y a coté, j'aurais aimé qu'on me prévienne plus tôt. Une ballade en VTT ça peut toujours être sympas. Surtout depuis que j'ai plus la musique pour me défouler.

Mais devant moi, ce n'était pas des vélos que je voyais. Rouillés, tordus, mal entretenus, avec des roues voilées. Un éléve, je sais plus lequel m'a dit qu'il connaissait quelqu'un qui connaissait quelqu'un qui s'était entrainer avec ses pouvoir dessus. Ce type aurait du aller en prison selon moi. J'ai cru un moment que c'était foutu. J'y connais rien en mécanique et encore moins en maintenance de vélo. Je suis même pas sûre de savoir démonter une roue. Mais bon je me suis renseignée rapidement sur internet et comme ça m'a vite soûler j'ai décider de mettre la main dans la rouille. Au moins le métal ne risque rien avec moi et c'est toujours moins risqué que faire de la guitare.

Si avec trois vélos, j'arrivais à en faire un seul qui tenait la route et la distance, je serai super fière de moi... bon d'accord si il arrive au moins à rouler ce sera cool

Je sais plus trop quand j'ai commencer à bricoler, mais j'avoue que c'est assez défoulant de s’énerver sur un boulon qui ne veut pas se déserrer. j'étais tellement concentrée que je ne faisait même plus attention a ceux qui entraient pour déposer leur véhicule, d'ailleur je serait incapable de savoir si des gens sont passé devant moi

Je dois dire que je n'ai pas fais grand chose dans l'aprém, le premier boulon me posait deja des soucis. J'en étais arrivée à frapper dessus avec une batte de baseball en bois que j'avais piqué au cour de sport. Le marteau à clou et la grosse pince a découper n'avait servi a rien. Les différentes scie, les clé allen et les tourne vis ne m'inspiraient pas vraiment. Quand a la grosse masse, j'ai eu du mal à bien la soulever et j'aimerais pas non plus me la prendre sur la tête. C'est tellement lourd ce machin.

J'ai entouré le manche en bois avec des lanière en cuir et mis de l'eau dans une bouteille en plastique pour éviter tout accident avec mon pouvoir. Ho oui! Je crois que j'adore vraiment le bricolage! Moi la petite midinette en tenue de cuire. Ca vaut toute les discutions bizarres qu'on peut avoir dans le bureau de Caitlin Ellioth-De lauro

Au dernier coup, j'ai vu un bout de rouille voler vers une moto, j'ai faillis me le prendre au visage mais je m'en fous, vu le craquement que j'ai entendu le boulon va finir par lacher... A moins que ce soit la batte. Je la lève de nouveau. En jurant en Espagnol sur ce fichu boulon dont j'arrive pas a me souvenir le noms sur le moment.

" M'oblige pas à me servir d'une pioche! saleté de machin"


La pioche... Ca c'est une bonne idée! Mais je me demandes encore pourquoi ils ont mis la tronçonneuse sous clé.
Revenir en haut Aller en bas
Kaya Spencer
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 482
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Re: Ruines sur deux roues [pv Kaya, et libre (pas besoin de demander)]   Dim 30 Mar - 13:30

Un peu d'exercice. Enfin, un gros peu. C'était ce que j'avais décidé de faire, profitant du temps assez clément qu'on avait pour le moment. Qu'il fasse aussi chaud et ensoleillé à une époque pareille, autant dire que je n'avais jamais vu ça de ma vie... Encore moins dans mon pays natal de péquenauds. Du coup j'étais en train de me promener tranquilou. Enfin promener. Je courais, quoi. Il fallait que je travaille un peu sur l'endurance générale, car les fois où j'avais dû utiliser mes capacités pendant une période étendue, je m'étais retrouvée assez rapidement avec les muscles brûlants et des sensations prononcées de faiblesse... Je devais aussi bosser sur l'agilité, la précision, et toutes ces conneries, mais là pour le moment, j'avais décrété que ça serait l'endurance. Voilà. Puis si vous êtes pas contents, c'est pareil.

Bon, je n'avais heureusement pas la capacité pulmonaire d'un poisson rouge (c'est-à-dire zéro), mais ce n'était pas vraiment ça. ET ATTENTION, je vois d'ici venir les remarques sur les gros poumons, n'y pensez mais genre MÊME PAS ! Sinon... Sinon je sais pas, mais ça sera pas rigolo. Enfin donc, oui, je disais que... ah, non voilà, la capacité pulmonaire. Ouais, en fait je m'essoufflais quand même assez vite, je devais bien l'admettre. Ainsi, pour pallier à ça, je me retrouvais à courir dans le parc avec de la musique et une tenue de sport pas hyper sexy. D'un autre côté, c'était pas fait pour. En fait, courir avec une tenue un peu classe et aguichante, style décolleté et talons, ce serait pas géant... P't'ain, courir avec des talons. Rien que l'idée me donnait des plaques d'eczéma tiens. L'horreur...

Pendant ma course, un type me dépassa avec un vélo. C'était l'un des vélos de l'Institut, mais il était en piteux état... Un élève avait un peu foiré avec son pouvoir récemment, il pouvait corroder les matériaux donc ça avait abîmé et rouillé la plupart des vélos "publics" de l'école. Le gugusse qui venait de me passer devant semblait avoir trouvé l'un des rares à être encore en bon état. Je savais que l'un des profs devait les réparer mais n'avait pas encore eu le temps de le faire à cause d'un gros programme de cours, ou de trucs du genre... Je ne saurais trop dire pourquoi. C'était un prof' de physique et j'étudiais la littérature, donc je n'allais pas à ses cours et je n'avais fait que le croiser rapidement. J'étais trop naze en maths pour la physique et tout, de toutes façons.

Mais... Malgré tout, j'avais comme un petit regret. Tout ça, ça m'intéressait. Physique, chimie, sciences avancées, haute technologie, ... Mes difficultés à partir de 14 ans m'avaient hélas empêchée de suivre vraiment en cours et de m'y intéresser, donc j'avais raté une grosse partie du programme scolaire. En littérature, encore, ça passe : vu que j'étais une grande bouffeuse de bouquins, même à l'époque où je traînais avec des gangs, j'avais gardé un niveau convenable. En revanche, en maths et compagnie, là... J'étais sévèrement aux fraises, mais t'as même pas idée. Pour reprendre, il m'aurait fallu des années de rattrapage. Peut-être serait-ce à réfléchir, un jour ? Bwarf... De toutes façons j'avais d'autres objectifs, pour le moment. Si je me mettais à m'éparpiller dans tous les sens, je n'arriverais juste à rien. Il fallait que je me focalise, ce qui n'était pas super simple vu ma tendance à rapidement m'ennuyer.

Je m'arrêtai par contre d'un seul coup, alors que je passais près du garage. En fait, ce qui attira mon attention, ce fut un gros morceau de métal rouillé qui voltigea vers une moto, suivi par une insulte en espagnol. Je parlais couramment cette langue, et ce que venait de dire la dame n'était pas très poli... Enfin la dame. La demoiselle, plutôt. En fait, il y avait chez elle quelque chose d'étrange... On sentait qu'elle était assez jeune, mais parallèlement, elle avait l'air d'avoir plus de 30 ans. C'était un peu troublant. Enfin... Visiblement, son énervement venait des vélos déglingués qu'elle avait l'air de tenter de réparer avec... attends, c'était quoi ça, une batte ? Lorsqu'elle parla finalement de sortir une pioche, je ne pus m'empêcher de sourire, assez amusée par cette attitude.

C'était amusant non pas parce que c'était ridicule, mais parce que c'était exactement le genre de truc que j'aurais pu dire. J'avais aussi, parfois, tendance à un peu  m'emporter et sortir "l'artillerie lourde" disons. Je me rapprochai donc de la nana, avant de lui dire, en espagnol :

« Donc toi, tu dégommes les vélos à la pioche ? Non mais après ce qui compte, c'est le résultat... A la pioche, au maillet... T'as essayé le tank ? »

Je haussai alors les épaules, avant d'ajouter, toujours en espagnol :

« 'fin plus sérieusement, t'ennuie pas la vie, un prof' doit venir les réparer normalement. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ruines sur deux roues [pv Kaya, et libre (pas besoin de demander)]   Dim 6 Avr - 22:33

(HJ désolé de l'attente, je vais essayer de reprendre un rythme plus constant.. et sur la photo l'actrice à entre 20 et 25 ans en fait Very Happy )

je sursautais d'un coups en entendant une voix féminine tout prés de moi. Le plus plaisant c'est qu'elle parlait espagnol. Gênée et interdite, je reteins mon coups de batte avant de la dévisager un instant. Les yeux, comme toujours, cachés derrière ma longue frange. Encore une jolie fille, cette école est vraiment faite pour me rappeler à quel point j'ai l'air moche. Puis ses paroles finissent rapidement par me rattraper. Elle m'a bien parlé d'un tank? Ça serait cool pour se défouler ce machin... ou elle se fout de ma gueule. Non parce j'avais besoin de me défouler si je voulais pas encore faire une de ses crises où je fusionne avec un mur.

Je ne lui réponds pas tout de suite, mais je finis par posé le bout de ma batte sur le sol. Son œil... Pourquoi il a cette couleur? Elle en profite pour me préciser qu'un prof devrait s'occuper bientôt des vélos. Je hausse les épaules et finit par lui répondre à mon tour en espagnol.

" C'est pas forcement aux profs de s'occuper de toutes les réparations... enfin j'imagine."


Je finis par relever ma batte et je lui montre l'écrou de l’extrémité qui touchait à l'instant le sol.

" Ce machin est bloqué, j'ai pas assez de force pour le déserrer. Même en m'appuyant de tout mon poids sur la pince ça vient pas. C'est comme si la rouille accroché ou je sais pas trop quoi. Après je suis pas super douée pour réparer des vélo, mais je me suis dis que ça pourrait me faire un peu passer le temps."

Je finis par donner un petit coups sec dessus avec la batte avant de la lui tendre. Ici tout les élèves sont des champions de free fight, et j'ai pas envie de me retrouver à l'hosto sur un mal entendu . "Je me suis rendue compte que faire ça, c'était un bon défouloir. Mais mieux vaut taper la dessus que le faire sur quelqu'un ou que de perdre le contrôle de ses pouvoir, non?... Je m'appelle Chiana au fait. Tu veux tester?"

Cependant quelque chose dans ses propos n'arriver pas a me laisser en paix. je devais vraiment le savoir. Je finis rapidement par lui demander avant qu'elle ne se décide à prendre la batte.

" Euh... tu plaisantais pour le char?!"
Revenir en haut Aller en bas
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: Ruines sur deux roues [pv Kaya, et libre (pas besoin de demander)]   Mer 9 Avr - 6:27

(21 mars)

Pris tout seul Sanzo était un gentil garçon, serviable et assez intelligent pour ne pas se fourrer dans de drôles de situations mais en groupe .. il était comme tous les mâles de son age ...

tout avait commencé par une discussion avec ses 2 copains alors qu'il essayait de les intéresser au groupe de récupération ... en vain. Ils étaient prêt à donner de leur temps pour l'Institut mais pas à partir à la recherche de jeunes mutants perdus ...
Le ton avait un peu monté et surtout attiré d'autres de ses camarades. Avec eux aussi, il essayait de les intéresser et surtout intégrer un peu plus dans la vie de leur école.
Certains semblaient vaguement intéressés mais la plupart s'en fichait ... Il avait fini par leur raconter son aventure en Salle de Danger et surtout le fait qu'il avait piloté une moto .. là ses camarades avaient été intéressés ...
Sauf que bien sur l'un d'entre eux, celui qu'il avait d'ailleurs déjà frappé pour avoir insulté Cait, avait mis sa parole en doute ... Sanzo le détestait ... ce garçon était une vrai plaie et n'avait rien à faire à l'Institut .. il passait son temps à provoquer les autres, à se moquer des plus faibles et à draguer les filles .. Sanzo n'avait pas encore décidé ce qui était le pire ...

les deux garçons avaient failli une nouvelle fois en venir aux mains jusqu'à ce que Sean l'ouvre ...
il avait proposé de filmer Sanzo sur une moto ... L’intéressé en était resté bouche bée .. alors que l'autre avait acquiescé .. Les deux garçons s'étaient tapés dans la main scellant son sort ...

c'est donc un peu inquiet quand meme que Sanzo et Sean descendaient vers le garage.

Sanzo avait revêtu un jean et un gros pull ainsi qu'un blouson en cuir .. au cas ou .. il avait aussi exceptionnellement mis ses chaussures ...
Sean avait son smarphone pour tout filmer et prenait son rôle très au sérieux se retenant de rire devant le visage fermé de Sanzo ...

Lorsqu'ils arrivèrent une voix de fille avec un fort accent.
Sanzo ne la reconnaissait pas .. faut dire que des filles il y en avait un paquet .. Les deux garçons pénétrèrent dans le garage. Effectivement deux filles discutaient. L'une d'elle était Kaya, Sanzo la connaissait puisqu'ils avaient participé à une mission de sauvetage mais l'autre ...
Très peu féminine, mince presque maigre, la peau pale, les cheveux blancs aux racines noires, ses paupières également noires elle tenait dans la main une batte à ses pieds un vélo ... enfin ce qu'il en restait.

Les deux garçons s'approchèrent en souriant et en se pavanant un peu.


"salut Kaya, salut Chiana   (il venait d'entendre son prénom) un problème ? On peut vous aider"   entrée en matière classique mais efficace ... les coqs venaient d'entrer dans la basse-cour ...

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaya Spencer
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 482
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Re: Ruines sur deux roues [pv Kaya, et libre (pas besoin de demander)]   Mer 9 Avr - 18:00

Pas forcément aux profs de s'occuper de tout. Je haussai les épaules, répondant nonchalamment, toujours en espagnol :

« Normalement non, mais je crois qu'il a un pouvoir bizarre lié au métal, je le connais pas vraiment ce prof'. Je suis en littérature et il est professeur de physique. »

J'observai en tout cas l'écrou qui semblait poser problème. D'après elle, c'était impossible de le desserrer convenablement même en y mettant toutes ses forces, et elle tentait de le réparer pour passer le temps. Cela me tira un petit sourire amusé, vu que c'était bien le genre d'activité totalement aléatoire (sortant de la lune même) que je pourrais adopter un jour d'ennui. Au fond, j'avais déjà poursuivi un oiseau dans tout l'Institut parce que je m'emmerdais... Du coup, à côté, réparer des vélos pouvait paraître plutôt normal. J'devrais p'tet me trouver une activité de ce genre-là, tiens. Bon, pas réparer des vélos, vu que c'était déjà pris par euh... par miss machinchose. Tiens, elle s'appellait comment au fait ?

Elle me tendit la batte, avant de préciser que c'était un défouloir et de se présenter. Chiana, donc. Sympa. Original. J'aimais bien les noms originaux. Peut-être que ça venait du fait que j'avais un prénom un peu débile sorti de je sais pas où, note... Son allure aussi était originale, après. En fait, je me trouvais face à un étrange personnage. Même ses questions étaient étranges, car elle me demandait si je voulais tester. Tester quoi, de mettre des coups de batte et de pioche à un pauvre vélo innocent qui n'avait rien demandé à personne ? Bah... Pourquoi pas au fond, héhé. Puis, eh, je disais pauvre vélo innocent, mais SI ÇA SE TROUVAIT, il avait tué des gens et tout ! C'était p'tet un vélo maléfique de la planète... je sais pas moi... disons Zgluborg 19 !

Je ricanai bêtement à ma propre idée, lorsqu'elle m'interrompit et me ramena à la réalité avec sa question sur le char. Elle pensais que j'étais sérieuse ? Je haussai un sourcil, répondant alors :

« Euhh... Non je plaisantais. Il n'y a pas de tanks à l'Institut... »

Enfin, en théorie il y avait moi qui servais à tanker, mais ce n'était pas super probant pour le moment.

« Après, perdre le contrôle de son pouvoir, t'en fais pas. Le mien est assez inoffensif, si je perds le contrôle personne sera vraiment en danger. Enfin ! Je veux bien tester, mais la rouille a dû accrocher le boulon oui, ça ne va pas être facile à enlev... »

Je m'interrompis, remarquant que deux personnes venaient de débarquer. Le premier, je ne le connaissais que de vue. C'était un élève nommé Sean, et à part ça... Pas d'infos. Je n'avais fait que le croiser quelques fois au réfectoire et en salle de gym mais nos dialogues s'étaient limités à juste dire "salut" et "à plus" de manière polie. L'autre en revanche, je le connaissais mieux : Sanzo. Je ne l'avais pas revu depuis notre dernière discussion, à une époque où j'étais en moins bon état que maintenant. Pas physiquement, mentalement. Au niveau physique, à part de mal de crâne d'abruti qui me prenait la tête 24h/24, j'allais plutôt bien. ... enfin non, j'avais mal au crâne en permanence donc ça n'allait carrément pas bien. Enfin on s'en fout, zut, voilà, débrouillez-vous.

Je disais quoi déjà... Ah, non, oui, Sanzo ! Un Sanzal, deux Sanzos... Héhé... Héhéhé. Je ne pus m'empêcher de sourire un peu bêtement, alors qu'il nous saluait toutes les deux en se la jouant un peu. C'était trop mignonnnn ! Lorsqu'il demanda ensuite s'il y avait un problème et si on pouvait les aider, j'affichai un immense sourire crétin. Clairement, j'allais répondre une connerie. Toutes les personnes me connaissant savaient que cet air idiot indiquait l'arrivée prochaine d'une vanne pourrie ou d'une blague super nulle. La dernière fois que j'avais fait cette tête, je discutais avec un élève nommé Joe. J'avais déclaré, avec la même tête débile donc, qu'il devrait rejoindre le Groupe d'Intervention, ou GI, parce que ça ferait GI Joe.

Hé oui... Je n'y pouvais rien, c'était un réflexe ! Gardez-vous votre morale hein, ho, voilà quoi. Je répondis, en anglais du coup :

« Nous aider, sûrement. Depuis 6 secondes l'air est composé à 95% de testostérone, y'en a assez pour rendre chauve un amphithéâtre entier de mecs. Vous sauriez pas d'où ça peut venir ? »

Ouiiiiiii c'était pas très gentil de se moquer, mais c'était pas méchant. Enfin, avec moi ça ne l'était jamais, mais tout le monde ne le savait pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ruines sur deux roues [pv Kaya, et libre (pas besoin de demander)]   Mer 9 Avr - 21:40

Mais qu'est-ce que je peux répondre au fait qu'un prof qui avait un pouvoir sur le métal devait se charger des vélos. A par un  "ah ok" qui ne sort pas je me contente de hausser les épaule. Il avait qu'à réagir avant moi, je suis bien décidé à faire un tour en vélo. Elle a un sourire amusé en regardant le boulon quand je lui explique ce que je fais, elle se fout de ma gueule ou quoi?

Gênée, je me gratte nerveusement la nuque en lui tendant la batte...

Petit ricanement de sa part, pas de doute elle doit se foutre de moi... Du coups je tire un peu la gueule, j'avoue. Se toute façon ça doit se voir, Parait que lexaspération se lit facilement sur mon visage.Elle a au moins l’honnêteté de me répondre pour le char. c'est décevant pour le coups...

" Les Xmen ont un avion et pas de tank? Ca aurait été cool d'apprendre a conduire un tank! J'imagine la tête des gens en allant faire du shopping avec..."

Plus de problèmes pour se garer et je vous parle pas des bouchons. je parles a hautes voix sans trop faire attention, toujours en espagnol vu que c'est ce qui me vient naturellement. Elle m'explique que perdre le contrôle de son pouvoir ne la dérange pas puisque les autres ne craignent rien. Il y a de nouveau un léger haussement d'épaule de ma part et je réagis en parlant a voix basse en même temps qu'elle, sans lui laisser le temps de terminer sa propre phrase.

" C'est pas vraiment les autres mon problème en fait..."


Je dois dire qu'a ce moment je me rends compte qu'elle n'a pas fini sa phrase non plus et qu'elle regarde quelqu'un d'autre que moi quand une voix masculine nous salue en anglais et nous propose de l'aide. Je me retourne et je le vois... Si je pouvais rougir, ça se verrais direct. Je m’attendais pas à le voir ici. Je l'avais déjà repérer depuis un moment mais j'osais pas vraiment lui parler. Par contre l'autre je le connais pas, ou peut-être que j'ai du le croiser sans faire gaffes... Comment il s'appelle déjà, je jettes un coups d’œil a la fille qui ne s'est pas encore présentée. Elle sourit bizarrement... Pourquoi? En tout cas, je compte sur elle sur ce coup là pour me sortir un prénom.

Raté! Non seulement elle m'est inutile de ce cotés là, mais en plus elle dit un trucs bizarre sur la testostérone. J'ai du mal à comprendre le reste, elle parle un peu vite pour le coup.
je ris nerveusement avant d'agiter la main comme une débile en fixant le garçon et de répondre a mon tour en anglais...

" Saloute, Sean et ... Euh Comment tou t’appelles déya... Yé sais pas cé qu'elle dit... Mais YOLO, hein!!!"

Je me tournes vers le garçon en blouson de cuire qui nous a proposer de l'aide, il est plutôt pas mal, si on aime le style cheveux long décoloré.

" Y a pas dé problème. Yé répare oune vélo! Elle mé proposait dé l'aide."
Je pointe l'écrou avec mon index en disant. " Le bourdon est bloqué!"
Revenir en haut Aller en bas
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: Ruines sur deux roues [pv Kaya, et libre (pas besoin de demander)]   Jeu 10 Avr - 9:08

Sanzo se retint de tirer la langue à Kaya, ce n'était pas très adulte .. et il ne voulait pas passer pour un gamin ...
Cependant il haussa les épaules et leva les yeux au ciel ... pas le moindre du monde autant agacé que son geste pouvait le supposer.
Il la fixa avant de lui lancer moqueur :
"ouep du 100% mâle meme .. mais tu le sais très bien ...  " il avait encore le souvenir bien vivace du changement de corps ...

L'autre fille se mit à rire, un peu nerveusement et Sanzo porta son attention sur elle avant de froncer les sourcils .. bon elle connaissait son copain Sean mais pas lui ..
Comme elle parlait avec un fort accent, il supposa qu'elle ne devait pas bien comprendre l'anglais. Il parla donc doucement


"Sanzo .. S A N Z O .. c'est pas courant je l'admets .. Tu es originaire d ...."

l’empêchant de poursuivre, Sean le poussa légèrement fixant toujours Chiana et surtout en roulant des mécaniques. Il prit une voix plus grave et plus adulte
"laisse faire les hommes poupée"

cette fois ce fut à Sanzo de se mettre à rire. Sean avec son mètre 68 et ses 50 kg tout mouillés jouait au gros dur.
Il allait poser une main sur l'épaule de son copain pour éviter qu'il ne se ridiculise devant les 2 filles mais Sean inspira profondément et lança un sifflement inaudible pour les oreilles humaines.
Sanzo porta instinctivement les mains sur les siennes ..
Le boulon se mit à vibrer, de fines particules de rouille tombèrent ... puis l'écrou ...
Sanzo grimaça, les mains ne servaient rien, il détestait le pouvoir de son ami trop douloureux pour ses oreilles sensibles ..

Sean ramassa le boulon et le tendit à Chiana en rougissant légèrement.


"et voilà mademoiselle ... pour vous servir"

Sean en faisait trop à son habitude. Sanzo leva de nouveau les yeux au ciel et s'approcha de Kaya pour lui murmurer "on les laisse tu crois ?"

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaya Spencer
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 482
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Re: Ruines sur deux roues [pv Kaya, et libre (pas besoin de demander)]   Jeu 10 Avr - 16:51

Un avion et pas de tank... Tient, mais c'était vrai ça. Bizarre... Quoique, non. Bizarre, pas tellement.

« Un avion permet de se déplacer très rapidement, mais un tank ne sert qu'à faire la guerre... Et les X-men ne sont pas une armée. Après, c'est vrai que pour faire du shopping ça doit être plutôt génial ! Un embouteillage ? Rien à faire ! Pas de place ? Rien à faire ! Et si tu doubles quelqu'un, il ne va pas venir t'insulter ! »

J'avais l'air assez amusée par l'idée. Clairement, j'étais pas le genre de nana à qui il faudrait confier un tank... Ce serait comme donner une mitrailleuse à un môme de 5 ans qui aurait mangé 5 kilos de sucre juste avant : une idée peu judicieuse.
Par contre, alors que je parlais, je réalisai que mon langage était assez... bizarre, en espagnol. En fait, outre l'accent américain assez classique, je ne connaissais pas énormément de mots familiers. En anglais, j'étais assez, disons... directe. Bon, ok, j'étais assez grossière, il fallait bien l'admettre. Néanmoins, en espagnol, il me manquait pas mal de vocabulaire et du coup ce que je disais n'avait pas la même saveur ! Certains trouveraient bizarre le fait de vouloir devenir grossière, mais je ne savais pas trop comment décrire ça... Le fait de ne pas être familière me donnait l'impression de "faire semblant", de ne pas dire ce que je pensais. C'était un peu étrange.

Enfin, dans l'immédiat, elle répondit que ce n'était pas tellement les pouvoirs des autres qui lui posaient problème. J'allais répondre, quand les deux mâles alpha débarquèrent sans prévenir. Après avoir lancé ma petite remarque sarcastique, je me rendis compte que Chiana connaissait l'un des deux zigotos. Ils avaient des cours en commun ? Possible... Va savoir. Durant mon temps à l'Institut, je devais bien admettre que je n'avais pas été un grand modèle de sociabilité. En public, quand j'étais dehors, je me comportais de manière sociable, hein... Je n'ignorais pas les gens, je ne les envoyais pas chier, ni rien. Mais le reste du temps, j'avais tendance à ne fréquenter que les personnes que je connaissais plutôt que de prendre le risque de rencontrer du monde. En fait, au-delà de ça, même les gens que je connaissais je les fréquentais peu de peur qu'ils me trouvent inintéressante et me laissent tomber... Pas super délirant.

Du coup ça faisait du bien de voir des nouvelles têtes un peu. Puis ça valait le coup... Si je n'étais pas sortie, je n'aurais pas pu voir Sanzo en train de se la jouer beau gosse des plages en compagnie de Sean. Autant dire que ça, ça valait carrément son pesant de cacahuètes. Je n'avais jamais été très sensible au "charme viril" ou aux trucs de ce genre. J'aimais les hommes gentils, attentionnés, calmes, ... Mais les brutes stupides m'exaspéraient assez rapidement. Du coup, pour moi, la scène était assez amusante. Enfin... amusante... au moment où il mentionna le fait que j'étais au courant, je rougis un peu avec une mine assez gênée. Je me forçai assez rapidement à la quitter, me raclant la gorge bruyamment, et observant Sean qui faisait le bricoleur.

Plutôt le siffleur, en fait. Il laissa échapper un sifflement inaudible... Mais malgré ça, mon mal de crâne redoubla de puissance et je ne pus m'empêcher de grimacer, l'air assez désorientée. Je l'ignorais à l'époque, mais ce débile de symbiote était en train de fusionner avec ma petite cervelle, qui pouvait entraîner des effets secondaires comme de l'hypersensibilité. Celle-ci disparaîtrait assez vite, après une ou deux semaines, mais dans l'immédiat les trucs de ce genre avaient tendance à me surprendre un peu.

Au moins, c'était efficace. Le boulon se retrouva par terre et Sean le ramassa, victorieux, pour le tendre à la jeune hispano. Me frottant un peu le visage, j'applaudis quelques secondes, avant de tourner mon regard vers Sanzo qui proposait de les laisser seuls. Cette remarqua me fit pouffer de rire un peu bêtement, et je répondis en anglais :

« Ohhh mais arrête c'est trop mignon, je veux voir, moi. Même si les convenances voudraient qu'on les laisse seuls, effectivement. Dilemme, dilemme... »

Je repris ensuite en espagnol, à l'attention de Chiana, avec un sourire bienveillant :

« Finalement, nul besoin d'une pioche ou d'un tank. Et je crois que Sean t'aime bien ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ruines sur deux roues [pv Kaya, et libre (pas besoin de demander)]   Jeu 10 Avr - 23:52

Pour le coup, je me serais étouffée en l'entendant me répondre à propos du char, elle venait de dire tout ce que je pensais tout bas... Comme quoi, on a peut-être de bons atome crochu entre nous. J'essaye de reprendre mon souffle mais c'est pas facile. Surtout que l'idée à l'air autant de lui plaire qu'à moi. Mais bon comme elle vient de le dire, les X-men ne sont pas une armée. Enfin une arme n'est, au final, mortelle qu'en fonction de la personne qui la possède et

Aie je philosophe... c'est pas bon pour ce que j'ai... Pense a un truc idiot... penses a ... Mon anciens Voisin et son caniche tondu que j'aurais bien voulu écraser cent fois avec la voiture de mon père.

Ah ouais pas mal! Faudrait que j'essaye la prochaine fois que je rentre. Je suis pas sûre qu'il apprécie par contre et j'ai pas encore le permis. De toute façon, c'est pas comme si j'avais vraiment le courage de le faire.

Contre toute attente, le type aux cheveux long répondit à la fille... Kaya, C'est son prénom... je l'ai entendu le dire quand les gars sont arrivés, je m'en rappelle maintenant. A moins que ce soit une imitation de chien qu'on égorge, ou au cri d'un japonnais qui fait des Kata, je me dis que ça peut aussi ressembler à un prénom féminin. En tout cas j'aime bien le son que ça donne. Il est assez drôle et vachement original son prénom en fait.

Enfin bref toujours est-il que je remarque qu'elle est gênée quand il lui répond. Il en profite pour se présenter et il a la sympathie de parler doucement pour je comprennes facilement. Il me demande aussi d’où je viens... Du moins il commence, parce qu'il est rapidement coupé par Sean qui se la joue Macho avec pouvoir.

Et j'avoue que j'apprécie pas du tout. Il arrives il siffle, et le boulon tombe. Comme ça alors que ça fait je sais pas combien de temps que je m'acharnes dessus. En plus les autres ont l'air de pas apprécier ce qu'il fait. Pour moi ça me fait rien. il a juste l'air d'un abrutit qui essaye de siffler et qui y arrive pas. Un peu déçue, je fixe le boulon que Sean ramasse par terre avant de me le tendre en rougissant et en me disant un truc en anglais. J'attrape la pièce métallique et je l'examine pensive.. je cherche mes mots et tout ce qui sort c'est un "Merci" un peu sec.

Derrière moi les deux autres murmurent entre eux, j'entends pas ce qu'ils disent mais je crois que je vais avoir besoin d'une traductrice sur ce coup... et j'ai pas penser a prendre mon dico. Je me tourne vers Kaya qui venait de me dire que Sean m'aimait bien. je tire la gueule. Rien a faire qu'il m'aime, Je fais signe à Kaya de se rapprocher avant de lui demander en parlant peut-être un peu vite a cause de l'énervement

"(espagnol) Bordel! il est relou lui... Je lui ai rien demander, Putain! Et surtout pas d'utiliser ces fichus de pouvoirs. En plus, il a l'air con! Il essaye de siffler mais il a juste l'air d'un pigeon."

Je reprends un peu mon souffle, j'essaye de voir si elle arrive à me suivre et je reprends plus doucement dans un espagnol plus "propre" pour lui expliquer plus calmement.

"(espagnol) Ça fait je sais pas combien de temps que je m’acharne pour démonter ce vélo! J'aurais été grave fière de le faire toutes seule avec ma pioche et lui il arrive avec ses gros sabot et en quelque secondes, il fait mon boulot en se servant de ses pouvoirs! Ses pouvoirs quoi! Comment il veut que je refasse ça après! C'est décevant... Vraiment! J'aurais préféré qu'il me montre comment faire... Tu vois ce que je veux dire? Tu peux lui dire ça? J'arrive pas à trouver les bon mots pour qu'il me comprenne..."
...Sans trop être blessante.

Je crois bien que je préférais l'idée que je m'étais faite de lui en le croisant au réfectoire. Il m'avait aidée à pas me perdre pour retourner en cour. On avait essayé de discuter quelques minutes. Bref, il avait pas été trop lourd à ce moment là. Au mieux ça aurait pu être un bon plan cul mais pas plus. Maintenant j'allais avoir son visage de souffleur constipé en image dés que je le verrais. On avait vraiment pas besoin de ses pouvoirs pour réparer un vélos.

Je me retourne vers Sanzo et j'en profite pour lui répondre, laissant à Kaya le soin de transmettre mon message.

" Yé souis Chiana Cortez, yé viens dou Mexique. Yé souis arrivée il y a un mois. Tou peux parler plous vit, yé comprends assez bien l'anglais.
Revenir en haut Aller en bas
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: Ruines sur deux roues [pv Kaya, et libre (pas besoin de demander)]   Lun 14 Avr - 14:25

Sanzo sourit à Kaya qui manifestait une joie enfantine et surtout un certain bon sens : lui non plus n'avait pas vraiment envie de les laisser ...

Chiana par contre ne semblait pas apprécier l'intervention de son ami, son "merci" fut un peu sec au grand désarrois du jeune homme. Puis elle se mit à baragouiner en espagnol, langue qu'aucun des deux garçons ne connaissaient.  

Sanzo s'approcha de Sean et les deux garçons se regardèrent un peu agacés d’être ainsi ignorés et surtout de ne pas les comprendre. Sanzo lui donna une tape sur l'épaule tout en faisant une grimace.

"courage vieux"
Pauvre Sean .. il était encore plus ignorant des filles que le chat. En plus il n'avait pas le physique "attirant". Il avait fait une erreur mais ni l'un ni l'autre ne voyait vraiment laquelle.
Le boulon était défait, c'était bien ce que les filles voulaient ...
Sanzo soupira pourquoi n'existait il pas une mutation qui permette de les comprendre .. ou du moins un dictionnaire .. une appli sur smartphone .. enfin n'importe quoi qui éviteraient aux garçons de se sentir si bete ...

Après leur charabia en espagnol, Chiana finit par se présenter. Bon elle comprenait assez bien l'anglais.  


"cool. Ça te plait ici ? T'es dans la meme chambre que Kaya ?"

il ne savait pas trop comment aborder le sujet de son copain alors que ce dernier écoutait, il ne voulait pas l'humilier encore plus. Il s'accroupit près du vélo

"il est vraiment en piteux état. Tu crois réussir à le remettre en état ?"

il ne se posa meme pas la question de savoir pourquoi elle le faisait. Après tout c'était peut être une façon de se détendre pour elle ..

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaya Spencer
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 482
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Re: Ruines sur deux roues [pv Kaya, et libre (pas besoin de demander)]   Mar 15 Avr - 21:40

Autant dire qu'elle n'avait pas l'air d'être hyper enthousiaste, dis donc... Ses remerciements avaient l'air d'être un peu... directs et expéditifs en fait. En fait, le fait que Sean semble l'apprécier n'avait pas l'air de l'émouvoir des masses et elle me fit signe de me rapprocher. M'exécutant avec une mine curieuse, j'écoutai ce qu'elle me racontait en espagnol et ne pus m'empêcher d'afficher un sourire mi-amusé mi-triste. Le pauvre, il voulait bien faire, mais il avait commis une maladresse du coup. Comment pourrait-il deviner ? Par contre, la réaction de la jeune hispano me surprit un peu... Il essayait de siffler ? Je n'avais pas entendu de sifflement, mais le mal de crâne qui s'était abattu sur moi m'avait clairement montré qu'il avait fait un peu plus que de juste "essayer de siffler".

Haussant les épaules, je restai près d'elle alors qu'elle tentait de reprendre un peu son calme pour continuer de manière plus "zen". A mon avis ça valait mieux, je n'avais pas envie qu'il se remette à me filer une migraine de fou furieux... C'était étrange, qu'elle n'ait rien senti. Sanzo avait aussi eu l'air d'être affecté. Est-ce-qu'on entendait tous les deux un son qu'elle ne parvenait pas à percevoir ? Ou autre chose ? Hmh... Bizarre. Très bizarre. Tant pis, de toutes façons ce n'était pas le sujet : pour le moment, Chiana semblait assez saoulée que le type arrive et fasse en deux secondes ce qu'elle tentait de faire afin de se défouler et se changer les idées. Clairement, ça avait été un peu maladroit de la part de Sean de se la jouer "mâle viril qui arrive et règle tous les problèmes des petites dames". Cela me fit d'ailleurs afficher une mine plutôt amusée. Au moins je n'étais pas la seule à être assez insensible aux démonstrations de testostérone !

Acceptant d'accéder à sa demande, je m'occupai donc de traduire le message à Sean :

« Désolée, en fait elle manque un peu de vocabulaire anglais pour dire ça, mais grosso modo, elle avait passé un bon moment sur ce boulon et ce vélo. C'était pour se défouler et s'occuper, du coup le fait que tu arrives et que tu utilises ton pouvoir directement pour enlever le boulon, ça lui a paru un peu maladroit. Elle aurait peut-être préféré que tu l'aides d'une manière plus classique. »

J'avais l'air un peu désolée parce que je savais que ses intentions n'étaient pas mauvaises, mais de toutes façons... Les humains étaient tous incompréhensibles. J'avais depuis longtemps laissé tomber l'idée de comprendre les gens, ou encore la drague, parce que je savais pertinemment que ce serait toujours un échec cuisant. Il y avait des personnes que j'appréciais, mais je ne savais pas comment les aborder sans maladresse qui causerait des problèmes. Je préférais donc maintenir le statu-quo... Ce n'était pas la meilleure solution, j'en étais bien consciente, mais elle évitait les situations critiques. J'aurais bien aimé mieux connaître Sanzo, par exemple. J'avais la sensation que nous ne nous étions que vaguement croisés et que j'avais du coup raté quelque chose... Mais j'ignorais comment l'illustrer sans que ça ne paraisse idiot ou maladroit, d'autant que j'étais la REINE de la maladresse. Du coup... Rien.

L'immobilisme face à la prise de risque, la grande question que tout le monde se pose. Enfin, sauf les idiots, eux, ils prenaient tout le temps les risques. Et finissaient avec des dettes de casino d'ailleurs, quelle bande de gros blaireaux. Enfin où en étais-je... Ah, oui les risques. Je savais que je devais en prendre plus. Cela faisait partie de mes objectifs. De changer, de ne plus me renfermer dans une solitude toxique, dans une prison émotionnelle. Mais je ne savais pas si j'étais encore prête à prendre des risques trop importants.

Sanzo répondit alors à Chiana, demandant si on était dans la même chambre. Tiens... En fait je n'étais toujours dans la chambre de personne, moi, en y réfléchissant. Je secouai la tête pour répondre par la négative, mais il s'était déjà installé près du vélo afin de l'examiner avec une certaine perplexité. D'après lui, il était dans un état assez minable, et je devais bien admettre que j'étais assez d'accord : je voyais mal comment Chiana pourrait le remettre en état de rouler sans devoir faire appel à un pouvoir quelconque. Ou de l'alchimie, ou quelque chose de surnaturel de ce genre... Parce qu'il n'y avait pas que le boulon qui était à l'ouest. Je me rapprochai donc, me tenant à moins d'un centimètre juste derrière le félin hybride, la tête baissée vers ce qu'il restait du pauvre vélo.

« J'avoue que ça ne va pas être évident... A part si tu es magicienne. Mais du coup ça te donnerait une ponctualité parfaite... Car un magicien n'est jamais en retard, Frodon Sacquet. Ni en avance d'ailleurs, il arrive précisément à l'heure prévue ! »

... oui bon ben hein, ho. C'était sorti tout seul sans que j'y réfléchisse, des fois ça arrivait. Donc voilà, zut. Zuuuuuteuh.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ruines sur deux roues [pv Kaya, et libre (pas besoin de demander)]   Mer 23 Avr - 2:12

Tandis que Sanzo s'interresse à mon cas, Chiana est en train de partagé ma façon de penser avec Sean et à vrai dire je ne fais pas vraiment attention à sa réaction. Trop concentrée à traduire ce que me demande Sanzo. Au moins, il parle un peu plus vite, j'ai moins l'impression d'etre une abrutie comme ça. Il me demande si je me plait ici et si je suis la chambre de Kaya. Je hausse les épaules avant de secouer la tête négativement.

" L'ambiance est ... cool... Mais y'aime pas outiliser mes pouvoirs sans raisons comme certains"

A vrai dire j'aime pas mes pouvoirs tout courts, mais a voir certains mutant comme sean qui les utilisent pour un rien j'ai l'impression que ma façon de penser ne fait pas l'unanimité ici. Suffit de voir la demonstration de Tornade a mon arrivée... elle a couté la vie d'une chaise, c'est pas rien quand même!

Du coup autant ne pas être totalement franche sur ce point là. Par contre pour le reste... Je jette un coup d'oeil discret vers Sean quand même tout en continuant de parler. Les yeux toujours caché sous ma frange, est-ce qu'il va bien prendre ma réaction? J'ai peut-être été dure avec lui? N'empéche il m'a vachement contrariée!

" Yé né connais pas elle, c'est la première fois que yé loui parle. Et toi tou la connais bien?"

Il fini par s'accroupir prés du vélo en me demandant comment je compte m'y prendre pour le remettre en etat. Comme si avec une batte de base ball pour seul outils j'avais l'air de savoir ce que je faisais. Il est drôle lui!

Je m'accroupis à coté de lui en poussant les cables de freins, qui trainent par terre, pour éviter de les écraser avec mes semelles de chaussures. Mais la voix soudaine de Kaya dans notre dos me fais sursauter, je l'avais pas entendue se rapprocher de nous.

Je perds l'equilibre juste un instant tout en me demandant pourquoi elle me parle de magicien et je me rattrape de justesse en posant le plat de ma main sur le sol betoné du garage. Je leves des yeux interrogateurs vers elle sans trop comprendre la reference de sa blague en lui demandant.

"Des magiciens? Ya des moutant magi..."

Putain! Pourquoi j'ai pas mes gants.

Ce picotement famillier qui me parcourt le bras au moment où je leurs parle, c'est mon pouvoir qui se déclenche contre ma volonté. Avec un peu de chance, je ne ferais qu'un trou dans le sol. Mais cette sensation est rapidement suivi de ce moment de lucidité durant lequel je comprends que j'aurais pas le temps de retirer ma main. Celle-ci a deja commencer deja à fusionner avec le beton, tous comme mes pieds qui commencent deja à s'enfoncer dans le sol. de l'exterieur, c'est comme si comme si le sol m'avalait.

En quelque secondes, la moitié de mon corps se retrouve aspirer dans le sol. puis c'est rapidement le trois quart. rapidement seul mon epaule droite, mon bras droit et ma tête depasse. je leurs tend ma main droite en les suppliant, Gratant le sol avec mon coude droit pour essayait de m'accrocher. Je finis par hurler, completement paniquée a l'idée du néant qui m'attends sous le sol

" Ohnononononononon, pas ça![espagnol] Aidez moi! Pitié! je veux pas y retourner"

Saleté de pouvoir! le pire c'est que plus je m'agite, plus j'ai l'air de m'enfoncer repidement
Revenir en haut Aller en bas
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: Ruines sur deux roues [pv Kaya, et libre (pas besoin de demander)]   Lun 28 Avr - 12:36

"juste comme ça, on a fait une mission ensemble" répondit il à Chiana. "tu sais, Sean pensait bien faire .. Ici l'utilisation de nos pouvoirs se fait parfois machinalement. La seule chose qu'on ait pas le droit c'est de les utiliser sur d'autres .. le reste ... en plus c'est une forme d'entrainement. C'est dur aussi pour lui d'arriver à le maitriser sur quelque chose d'aussi petit sans nous faire de mal ... Comme il utilise les ultra-sons à chaque fois je les entends ... et bonjour le mal de crane ... "

il ne pouvait s’empêcher de défendre son ami.

Sanzo leva la tête aux paroles de Kaya et la vit juste au dessus de lui. Il lui sourit avant de reporter son regard sur son ami qui semblait ... dépité. Pauvre Sean il avait voulu bien faire et s'était planté ...Les filles .. elles étaient vraiment difficiles à comprendre ...


"fan du Seigneur des anneaux à ce que je vois ... T'as raison c'est vraiment un super livre ... n'est ce pas Sean ?"

Sanzo voulait ramener son ami dans la conversation mais celui-ci vexé se contenta de hocher la tête ..

puis tout bascula ... Sans savoir ni pourquoi ni comment, les deux garçons virent la jeune fille s'enfoncer dans le sol comme dans des sables mouvants .. qu'est ce qui se passait ...

ils ne parlaient pas espagnol mais vu la panique dans ses yeux .. ils comprirent ... mais sans savoir que faire ..

machinalement Sanzo tendit la main à Chiana mais sans succès ...

tout ce qu'il pouvait faire c'est la rassurer ...
"calme toi, on va t'aider mais .. dit nous ce qui se passe ??"

sa voix n'était pas aussi assurée qu'il l'aurait souhaité. Sean s'accroupit à coter essayant aussi de la tirer .. sans beaucoup plus de succès .. De plus il ne pouvait utiliser ses pouvoirs sans risquer de détruire la partie de son corps enfoncée dans le béton ... ...

Sanzo tourna la tête vers Kaya .. elle avait la force, elle avait ses droles d'ailes coupantes ..
"Kaya tu peux faire quelque chose ??? "

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaya Spencer
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 482
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Re: Ruines sur deux roues [pv Kaya, et libre (pas besoin de demander)]   Mar 29 Avr - 20:31

Clairement, le fait d'utiliser ses pouvoirs sans que ça ne soit absolument essentiel semblait déplaire à Chiana. Des mauvaises expériences avec les siens ? Ou avec des personnes abusant des leurs ? Possible, mais de toutes façons ça ne servait pas à grand chose de faire des suppositions vu qu'au fond je ne la connaissais pas encore plus que ça. D'ailleurs, elle précisa elle-même qu'elle ne me connaissait pas et que c'était la première fois qu'elle me parlait. Au moins la situation était claire ! Ce n'était pas la façon la plus délicate de le préciser, mais je pouvais comprendre qu'elle réponde de façon un peu sèche... Elle était énervée par cette histoire de pouvoir, et elle ne maîtrisait en plus pas parfaitement la langue anglaise. Forcément, quand certains mots de vocabulaire sont manquants, des phrases peuvent paraître un peu maladroites voire agressives alors que l'intention n'est pas du tout de ce genre.

Sanzo répliqua qu'on avait juste fait une mission ensemble. Je l'observai un moment, pensive, et je devais admettre que je n'écoutais pas trop la suite. C'était vrai qu'on ne se connaissait pas vraiment. Et qu'en fait, je ne connaissais pas grand monde à l'Institut. Caitlyn, Jay, un peu Jub' même si notre relation était surtout maître-élève, et puis quoi ? En fait, c'était tout, finalement.
J'étais restée assez fermée, finalement, pendant mon séjour ici. Pas comme quelqu'un qui n'aime personne et ne veut voir personne, non, plutôt... Comme une huître qui chercherait à se protéger des graviers un jour de fort courants. Le problème était que finalement, je subissais autant de dégâts en restant avec la coquille fermée qu'en l'ouvrant. Qu'avais-je raté, en presque un an ? Des amis ? Sûrement. De l'amour ? Peut-être. Des expériences, anecdotes, aventures, incidents drôles, sorties inattendues, ...? Très probablement. Était-il encore temps de rattraper le coup ? Certainement, oui, mais ça ne serait pas si simple que ça.

J'aimais bien les gens qui disaient : "Prends de l'assurance, et ça ira !", comme si c'était simple. "Aie confiance !". Et hop ! MAIS OUI, ÇA Y EST ! C'ÉTAIT DONC ÇA ! MERCI, JE SUIS SAUVÉE ! Sérieusement, quoi... Dans les faits, les gens qui disaient ça avaient raison, mais y parvenir était autrement plus compliqué que ce qu'ils imaginaient. C'était une série de petits pas, des pas que peu de monde remarquerait d'ailleurs. Maintenant, je devais les faire, mais je ne savais pas trop dans quelle direction aller.
Je sortis d'un coup de ces pensées, alors que Sanzo signalait que j'étais visiblement une fan du seigneur des anneaux. Je souris et haussai les épaules avec une mine amusée. Je n'étais pas une énorme inconditionnelle, mais je l'avais lu étant très jeune, et vu les films au moins 12.500 fois chacun.

Je n'eus par contre pas le temps de répondre, car quelque chose d'inattendu se produit... Sans prévenir, Chiana se mit à s'enfoncer dans le sol. Je haussai un sourcil, un peu sidérée, et la mexicaine se mit à paniquer en demandant pitié et disant qu'elle ne voulait pas "y retourner". Où ça, dans le béton ? Enfin je ne pouvais pas la laisser partir comme ça, j'ignorais tout de son pouvoir et du coup, ça se trouvait, elle ne pourrait plus jamais ressortir ou quelque chose de ce genre...! Maintenant, comment faire, ça c'était la grande question. Sanzo me demanda si je pouvais faire quelque chose. J'étais un tank moi, pas médic' ni rien de ce genre !
Enfin... Non. C'était ce que me disait Amy... Je devais cesser de me réduire au rôle que me donnaient mes pouvoirs. Je pouvais peut-être l'aider autrement, mais je ne savais pas si j'y parviendrais ou non. Il fallait quand même essayer.

« Arrêtez de tirer et de gueuler. »

Me penchant vers elle, j'attrapai sa main droite avec la mienne, lui parlant en espagnol :

« Chiana ? Regarde-moi. Ne crie pas, respire et regarde-moi. Je te tiens, ok ? Je te laisse pas partir. Ça fait peur mais reste avec nous. »

P't'ain, je manquais quand même un peu de vocabulaire en espagnol, je ne l'avais pas parlé depuis à peu près deux ans. Enfin... C'était un peu plat, mon truc, mais d'un autre côté c'était vraiment le seul moyen que je connaissais d'éviter qu'un pouvoir ne parte en sucette. Les fois où mes ailes s'étaient mises à sortir seules, Jay avait réussi à me calmer de cette manière. Du contact, des mots rassurants, un point d'attache... Restait à espérer que ça suffise, car je n'avais jamais vu un pouvoir de ce type.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ruines sur deux roues [pv Kaya, et libre (pas besoin de demander)]   Mar 6 Mai - 21:49

Une main se tend vers moi, j'étais trop paniquée pour me rendre compte qu'on me demander de me calmer. ça va vite, plus je m'agite, plus je m'enfonce. Je me crois même que je me suis casser un ongles en essayant de gratter le sol avec ma main pour essayer de trouver un prise, je l'ai rapidement retirée avant qu'elle fusionne, elle aussi avec le sol

Je savais ce qu'il m'attendait en dessous, le noir, le silence, la sensation du rien... le Néant. C'était ma petite mort durant laquelle je me retrouvais seule avec uniquement mes pensées qui me permettaient de savoir que j'étais toujours vivante.

je fini par lever les yeux vers cette main tendue a la peau pale. Sanzo, il me demande ce qu'il se passe. Je lui jette un regard noir en rétorquant avec une pointe de terreur dans la voix.

" Yé mé réfait oune beauté?! "

Nan mais sérieux ça se voit pas! Il m'a pas dit de me calmer a l'instant? Mon pouvoirs déconne et c'est tout ce qu'il trouve à me dire? Mon corps commence à me faire mal, j'ai pas l'habitude de rester entre deux état comme ça. A vrai dire je savais même pas que c'était possible, c'est peut-être parce que je m'accroche plus que d'habitude, mais l'effort est vraiment énorme. Je me sens rapidement lâcher prise tandis que je m'enfonce encore plus. J'aurais pas du m'en prendre à lui il veut juste m'aider. Je jette un dernier regards vers lui dans l'intention de m'excuser, en précisant.

"S'cuz! C' est mon pouvoir, yé lé contrôle pas! "

Mais il s'est deja tourné vers Kaya. J'entends pas ce qu'ils se disent. L' apparition soudaine de visage perdu de Sean dans mon champs de vision me perturbe.

Je ferme les yeux, j'ai pas envie que son air de siffleur soit la dernière chose que j'ai vue avant de fusionner complétement et j'ai surtout pas envie qu'il me voit commencer a pleurer pendant qu'il essaye de me tirer vers lui. La douleur se fait plus vive au niveau de mon crane et de mon bras.  Avant ma mutation, mes parents me disait souvent que j'avais la peau douce. Depuis quelques année même les bébés sont jaloux de ma peau. J’espère qu'il aura le temps d'en profiter. Soudain Kaya entre en jeu, j'ai trop mal et je suis trop affolé pour faire attention a ce qu'elle dit

Sean me lâche et je m' enfonce jusqu'au cou, Seule ma tête et mon bras dépasse du sol. Aucune fissure n’apparait dans le béton. mis a part un légère bosse qui s'est former sous le sol a l'endroit au se trouve mon corps. le béton ne semble pas différent d'avant. Kaya attrape a son tour ma main. Elle me donne le même conseille que Sanzo. je dois me calmer, respirer, tout se passera bien. A croire qu'ils ont l'habitude des cas dans mon genre.

" Yé peur! Yé veux pas retourner dans le sol en t'emmenant avec moi! Lache m..!"


J'ai pas vraiment le temps de leur faire un rapport ayant pour sujet un pouvoir qui me fait peur et qui me terrifie. Je sens le reste mon corps se faire aspirer vers sa prison de beton. Je n'ai pas le temps de terminer ma phrase car la moitié de mon visage se fait aspirer d'un coups, le reste suit assez rapidement.

Pendant un instant, seul ma main dépasse de la bosse, j'essaye de lâcher Kaya, mais j'ai si mal que ma main se contracte par à coups, comme si elle était prise de spasme.
Revenir en haut Aller en bas
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: Ruines sur deux roues [pv Kaya, et libre (pas besoin de demander)]   Sam 10 Mai - 7:13

Kaya n'arrivait pas plus à la dégager que les deux garçons. La panique avait envahie Chiana mais aussi Sanzo et Sean ..
puis Chiana disparut dans le béton du sol .. il ne restait plus rien d'elle sauf sa main qui se fermait spasmodiquement .. et une bosse formant un pseudo corps .. Les deux garçons se regardèrent perplexes et un peu effrayés ... avant de se relever ...


"qu'est qu'on fait maintenant " lança Sean ...

Sanzo regarda Kaya puis Sean puis de nouveau Kaya ... sans avoir la moindre idée de ce qu'il fallait faire .. Puis il soupira .. encore une situation dans laquelle il ne maitrisait rien ...

il inspira un grand coup .. cette fois il n'allait pas rester sans rien faire.


{réfléchit .. réfléchit}  ... que savait il ... rien à part que la jeune fille s'était ... fondue dans le béton à cause de son pouvoir...

pouvait il la récupérer ... la réponse était non .. un non catégorique ....
pouvait il lui parler ... entendait elle .... ?????  il n'en avait pas la moindre idée ...

bien sur Kaya pouvait peut être découper le béton mais après .. comment la transporter .. et pour ou ??? et meme si on pouvait deviner son corps n'allaient ils pas lui faire plus de mal qu'autre chose ...

tellement de questions et aucune réponse ....

Sanzo s'agenouilla de nouveau et passa sa main ..... il ne sentait rien que la froideur de la pierre ... Il la renifla ..une drole d'odeur mélange de pierre et de chair humaine .. ainsi que d'essence ... désagréable en fait .. Sanzo fit la grimace

Comment communiquer avec ... un sol de pierre ... meme s'il "abritait"  un être humain ...

Pas besoin d'etre un génie pour comprendre qu'ils n'étaient absolument pas à la hauteur de la situation ... Ils devaient demander de l'aide ...et pour Sanzo cette aide il savait de qui elle pouvait venir .. Il ne connaissait qu'une seule personne qui pouvait le faire ... une seule qui pourrait arriver à communiquer avec Chiana ... Il ne douta pas un instant d'elle ...

Il se releva et ferma les yeux ... bien sur il ne savait pas ou elle pouvait être mais était à peut près sur qu'elle l'entendrait ... après tout ils étaient amis ... Il la visionna dans son esprit avant de lancer sa pensée aussi fort que possible ...


**Rachel ... s'il te plait .. tu m'entends ... Je suis au garage et heu .. on a un gros problème ... s'il te plait viens ***

il y avait une sorte d'urgence désespérée dans sa voix .. Il lança aussi vers elle le souvenir de ce qui venait de se passer ... bon si elle n'était pas à l'écoute ..

Sanzo rouvrit les yeux et se tourna vers Kaya
"j'ai prévenu Rachel .. on attend 2 mn et si elle est pas là .. ben .. je sais pas ... j'irais chercher Caitlyn ... "

Sean le regarda inquiet et triste "tu crois qu'elle va réussir ...
- bien sur ... elle est vraiment très forte
- oui mais là ... enfin Chiana est quand meme enfoncée dans le sol"

Sanzo s'approcha de son ami et lui mit une main sur l'épaule en geste de réconfort
"on peut lui parler .. elle doit nous entendre "

Sean le regarda dubitatif avant de s'accroupir et de commencer à parler au sol ...

Sanzo regarda Kaya et lui murmura
"j'espère vraiment que Rachel va pouvoir faire quelque chose .. sinon on est mal ..."

que vivait Chiana là dessous .. avait elle conscience de leur panique ... les entendait elle ... où était elle vraiment .. était ce comme lorsqu'il se transformait en chat ou panthère .. une partie de son esprit était elle entrain de hurler de douleur et de peur ... Pauvre Chiana ..

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaya Spencer
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 482
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Re: Ruines sur deux roues [pv Kaya, et libre (pas besoin de demander)]   Dim 11 Mai - 15:21

Bon... Il fallait se rendre à l'évidence, le coup du "on reste zen" ça marchait pas. J'étais vraiment nulle dans pas mal de domaines, mais clairement rassurer les gens c'était pas mon truc du tout. Chiana continuait de s'enfoncer, et assez rapidement je n'eus pas d'autre choix que de lui lâcher la main... Aucune envie de la blesser ou qu'elle m'amène avec elle dans le béton. Contrairement à elle, mon pouvoir ne me permettait pas vraiment ce genre de fantaisies. Sean semblait assez penaud, et Sanzo avait l'air de réfléchir. De mon côté, je soupirai longuement, me passant une main sur le visage et réfléchissant à voix haute.

« Déjà je ne pense pas qu'elle soit en danger... Si c'est son pouvoir, il est peu probable que son pouvoir ne la tue... Mais elle doit flipper... Enfoncée dans le béton je connais pas grand monde qui flipperait pas... »

C'était quelque chose que je devais apprendre à faire : accepter de l'aide. Clairement, il fallait de l'aide. Je ne pourrais pas sortir Chiana de là, ni Sanzo ni Sean. Je comprenais mieux les réticences de miss Cortez face à son pouvoir, en tout cas. Si je pouvais faire ça, j'aurais aussi tendance à un peu paniquer. Les professeurs qui s'occupaient de la maîtrise des pouvoirs et tout le tintouin allaient bien se marrer avec elle, dis donc... Et alors que je pensais à ça, je sus immédiatement qui il fallait appeler. J'étais même stupide de ne pas y avoir pensé plus tôt : l'Institut était spécialisé dans les élèves ayant des capacités anormales en tous genres, les professeurs étaient donc, pour la majorité, formés dans une certaine mesure. Peut-être que l'un d'eux connaissait Chiana et pourrait l'aider à sortir de ce pétrin débile.

Je me tournai donc vers Sanzo, mais au moment où j'allais parler, il déclara d'un coup qu'il avait prévenu Rachel. J'ouvris d'un coup grand les yeux. Rachel ? RACHEL ? Celle dont la seule solution aux situations complexes était "on déchiquette tout le monde" ? Mais qu'est-ce-qu'il lui prenait ? Je n'étais pourtant pas quelqu'un de super facile à choquer, mais j'avais encore régulièrement des retours d'images écœurantes du Maine... Ces cadavres bousillés dans tous les sens, la confusion totale dans laquelle j'étais à cause de l'échange de corps, l'odeur immonde de sang et de liquides corporels infâmes qui envahissait toute la zone... Son visage déformé et maléfique, ces types qui avaient été éparpillés dans tous les sens l'air de rien, le dernier qui avait été exécuté sans même une réflexion...

Une sensation de panique me prit subitement alors que je reprensais à cela. C'était comme chaque fois. Sur le moment j'étais restée concentrée et voir ces fermiers massacrés ne m'avait rien fait. C'était... Après coup. Une fois l'action terminée, tout m'était retombé dessus, subitement, sans prévenir. Sur le moment ça ne m'avait pas fait grand chose, mais là, maintenant... Le symbiote était sorti à certains endroits de ma peau et mes yeux étaient devenus jaunes lumineux sans même que je ne le veuille. Perdre le contrôle de mes pouvoirs... ça ne m'était pas arrivé depuis un bon moment, ça. Que les lames et l'armure sortent de leur propre volonté... Respirant un grand coup, les choses s'arrêtèrent et mes yeux redevinrent normaux, mais je lançai à Sanzo :

« Rachel ? RACHEL ? Mais... Pourquoi pas Amy, ou Caitlyn, ou miss Frost, je sais pas, y'a des dizaines de profs compétents, pourquoi RACHEL ? Tu veux qu'elle détruise le garage et qu'elle nous éventre tous !? »

Très clairement, vu ma voix tremblante et aiguë, c'était la panique qui parlait plus qu'autre chose. D'ailleurs, plus je panique, plus je paniquais. Je savais bien, consciemment que Rachel n'avait aucune raison de tous nous bousiller, mais... ces images me faisaient vraiment flipper, et les gens qui flippent disent et font souvent des trucs assez incohérents. Mon rythme cardiaque s'était emballé comme pas permis, et mon cerveau finit par "s'éteindre", laissant la place aux seuls instincts. D'un seul coup, je me mis à courir, m'éloignant du garage à toute vitesse... En fait, je courais plus vite que jamais, dépassant bien les 30 kilomètres par heure. Sans vrai objectif. Je ne savais pas du tout où j'allais. Comme je disais... C'est con le cerveau, surtout quand il panique. Je ne finis par m'arrêter qu'après deux ou trois minutes et je n'avais aucune idée d'où j'étais. Loin... J'avais bien fait 1 ou 2 kilomètres.

Reprenant un peu mon souffle, je regagnai peu à peu mes esprits. Pourquoi est-ce-que j'avais paniqué et couru ? Ces images... Je n'arrivais pas à m'en débarrasser. Et je n'avais pas parlé à Rachel depuis... Pourquoi avait-elle fait un tel massacre alors qu'il n'était pas nécessaire ? Elle m'avait dit qu'elle était terrible, ou quelque chose de ce genre... Peut-être avait-elle raison finalement. Le fait était que contrairement à tout le monde... Caitlyn, Amy, Kaede, Sanzo, ... Je n'étais pas considérée comme de sa "famille". J'ignorais totalement ce qu'elle pourrait me faire, ou ne pas me faire. Mais d'un autre côté, Amy m'avait dit que je devais arrêter de tenter de prévoir les réactions des autres. Avais-je paniqué à cause de ça ? Parce que j'avais tenté de prévoir ce que pourrait faire Rachel et les éventualités m'avaient terrifiée ? Peut-être serait-il nécessaire que je parle à Rachel directement, mais... L'idée me faisait peur, je devais bien l'admettre.

Et dans l'immédiat, une autre question me trottait dans la tête, alors que j'étais un peu pommée dans les bois :

« ... comment j'ai fait pour aller aussi vite ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Ruines sur deux roues [pv Kaya, et libre (pas besoin de demander)]   Dim 25 Mai - 16:44

Vendredi 21 Mars 2014 – 03 : 47 P.M.
Le voyage à Londres était pour bientôt, il y avait beaucoup de choses à y faire mais considérant la connotation qu’avait cette ville pour Caitlyn et Amy elles n’y resteraient pas plus que le nécessaire. Sans doute que partir le 25 ou le 26 était le plus sage à faire, sachant que tout le bordel (parce qu’il n’y avait pas d’autre mot pour le désigner du point de vue du Phénix quant bien même l’emploi du temps serait minuté) se déroulait le 28 et qu’il faudrait recevoir des explications le jour précédent ; explications plus que nécessaire considérant que le simple mot, Rachel avait dû aller le chercher dans le dictionnaire. Après elle pouvait toujours partir en avance et les autres la rejoindre lorsqu’ils le désiraient mais ça impliquait pour Caitlyn prendre l’avion à moins qu’elle choisisse de téléphoner à Aislinn ; bref, l’organisation c’était compliqué. D’autant que transporter tout le monde en même temps permettrait de faire du tourisme, chose que le petit couple Jade-Sanzo était partant pour faire (plus Sanzo que Jade mais d’un autre côté Londres s’était probablement sale et la miss aimait pas tellement qu’on bouscule ses habitudes mais au moins elle n’avait pas à demander l’autorisation à papa pour y aller…) à la différence des de Lauro-Elioth comme dit précédemment ; et il n’y avait pas qu’eux. Dormir au manoir Elioth risquait d’être plus compliqué qu’à l’hôtel puisque les places y étaient plus limitées mais ça ce serait aux autres de se prendre la tête là-dessus, Rachel savait pour quand elle devait y être à défaut de savoir ce qu’elle devrait y faire. Hors donc à côté de ses préparatifs théoriques il restait ses activités « normales » et comme toujours elle se perchait sur la zone interdite qu’était les toits pour y léviter en tailleurs, yeux clos et observatrice de la vie de l’Institut par ses sens psychiques.

Jeans et débardeur noir complétés d’une écharpe bleue pour être raccord avec la saison, même si le froid Newyorkais l’indifférait au plus haut point, et des baskets lambdas, le tout parfaitement imité par les molécules instables, Rachel percevait donc la vie de ce lieux qu’elle était sensée protéger, son esprit se formant une image mentale de tout ce qui l’environnait sur environ une centaine de mètres. Il n’y avait ni lumière ni son mais les formes physiques semblaient liquides, composées d’une infinité de petites gouttes collées ensembles en un tout qu’elle percevait dans son existence la plus crue, tant de l’extérieur que de l’intérieur, et elle percevait également le plan astral dans ses premières couches, celles les plus superposées au plan physique ainsi que les plus proches des esprits humains, la laissant libre d’écouter leurs échos dans son esprit. Peu de gens l’envisageaient mais il n’y avait pas moins de trois « Big Brother » dans l’Institution Charles Xavier et le numéro trois n’avait besoin que d’ouverture d’esprit pour surveiller ce qui se passait et intervenir au besoin. Bénévole à la sécurité, dragon d’une forteresse en quelque sorte, cela lui allait, et était parfois plus surprenant qu’on pouvait s’y attendre.

*Rachel… s'il te plait… tu m'entends… Je suis au garage et heu… on a un gros problème… s'il te plait viens*

Les pensées fortes, qui faisaient échos sur le plan astral naturellement, étaient comme leur nom le suggérait des pensées à impact plus fort que les standards, que ça soit par l’émotion ou encore une volonté ; bien que plus impersonnelles que les pensées normales, Rachel n’avait pas trop de doute sur qui l’appellerait ainsi, la liste des personnes au courant de ses méthodes de surveillance étant plutôt restreinte. Et là-dite personne avait donné le lieu, à l’extérieur du manoir mais pas de sa perception, ainsi donc elle sut dès qu’elle y porta son attention.

Sanzo et Sean se trouvaient effectivement dans les garages, accompagnés de Kaya, d’une inconnue majoritairement fondue dans le sol et du cadavre martyrisé d’un vélo dont l’une des armes du crime se trouvait à peine lui loin sous la forme d’une batte de bois, le premier debout et discutant avec la troisième alors que le second, accroupi à quelque pas, parlait à la main de la dernière. Il y avait énormément d’échos dans la zone mais le Phénix ne s’attarda pas dessus, comprenant plus que rapidement ce qui se passait ; le même problème qu’avec Ariella, de façon un peu plus spectaculaire cependant.

Alors qu’elle décroisait les jambes sans toucher le sol enneigé, le Phénix put percevoir la fuite paniquée de Kaya face à la situation, chose qui lui fit se demander comment elle avait put garder son calme du temps de Feu l’équipe de récupération de Fuzzy, puis s’envola à son tour vers le lieu du drame, y posant le pied après quelques secondes.

- Salut les garçons, lança-t-elle simplement en se rapprochant de la main et de la déformation qu’entrainait le surplus de masse résultant de la conversion du corps de l’élève.

C’était étrange à observer, les molécules de la mutante se désolidarisaient, à l’inverse de capacités de phases, pour se répartir dans la matière ; comme pensé elle ne traversait pas mais s’y fondait. Chose compliquant énormément la tâche par rapport au pouvoir précédemment évoquer puisqu’il ne s’agirait pas simplement de ressortir les molécules mais de retrouver leurs cohérences également. Beaucoup de blabla pour dire qu’il fallait mieux essayer d’aider l’adolescente à se sortir de là seule qu’à la sortir de force.

S’accroupissant à côté de la déformation, la rousse entreprit de se connecter avec l’esprit de l’autre mutante, chose se manifestant physiquement par une marque psychique au niveau de son œil gauche, lequel émit une intense lumière flamboyante qui elle-même forma un phénix stylisé. Rachel agissait avec un calme parfait, nullement stressée par ce qui se passait et consciente qu’il n’y avait rien de grave ou d’irréparable ici ; à l’exception du vélo, pour le second cas.

*Toc toc. Chiana ? Je m’appelle Rachel. Je te parle par télépathie. Ça va aller, d’accord ? Essaie de te calmer et pense à comment tu t’en es sortie les fois précédentes ; sans perdre connaissance.*

Mauvaise idée, Rachel le vit bien vite en parcourant la mémoire de la jeune fille à la recherche d’un souvenir capable de l’aider, y voyant en quelques secondes le même nombre d’années et remontant jusqu’à l’apparition de la mutation. Bon, il allait falloir improviser ; heureusement ça ne changeait pas tellement de d’habitude.

*Je vais te prendre la main, tu n’as aucune inquiétude à avoir tu ne me feras pas fusionner avec la matière. On va remonter toutes les deux, ok ?*

C’était plus un encouragement qu’une véritable question et une fois l’adolescente prévenue le Phénix lui prit la main comme convenue, se maintenant à sa propre position par un champ télékinétique.

*Imagine que tu es dans de l’eau. Tu es sous l’eau, actuellement, tu ne vois plus rien et les sons te parviennent déformés mais ta main en dépasse. Tu la sens qui se crispe à l’air libre ? Tu sens que je te tiens ? Remonte vers la surface, remonte vers moi. Tu peux le faire.*

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ruines sur deux roues [pv Kaya, et libre (pas besoin de demander)]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ruines sur deux roues [pv Kaya, et libre (pas besoin de demander)]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ruines sur deux roues [pv Kaya, et libre (pas besoin de demander)]
» Protection des usagers de deux-roues
» Deux questions sur code de la route
» A Lyon, la police priée de lever le pied - Deux roues et bavures policières
» "Deux roues, libres !", de Pierre Thiesset

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: L'Institution Charles-Xavier et Alentours-
Sauter vers: