AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le calme des ruelles sombres ( pv Iris )

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Iris Balwin
Neutre Delta
avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 08/11/2013

MessageSujet: Re: Le calme des ruelles sombres ( pv Iris )   Mar 16 Sep - 14:00

Déjà, elle n'avait pas l'air de m'en vouloir, ce qui était un bon point dans notre situation actuelle. De plus, je sentais la vie reprendre peu à peu mon corps, et mon mal de crâne s'en aller comme par magie. J'arrivai péniblement à me lever, mais mon corps me criait par maints endroits qu'il avait mal. La douleur a besoin d'être ressentie, avait dit un jour quelqu'un dont je ne connaissais plus le nom. Heureusement, des douleurs, j'en avais subies de bien pires quelques instants plus tôt. Celles-ci, je pouvais encore les surmonter.

En même temps que Colleen, je jetai un coup d’œil par dessus bord. Les flics disparaissaient enfin, grand bien leur fasse. Mon cœur s'allégea un peu. Penser que j'avais été là bas quelques minutes plus tôt me procura une étrange sensation. Un sorte de... Une sorte de nostalgie. Plonger et sentir l'air et la gravité s'emparer définitivement de moi, enfin être libérée de toutes ses émotions qui m'accaparent à toutes heures de la journée, libérée de toutes les règles et les lois qui régissent l'univers et notre monde... Au prix de devoir le regretter plus tard. Mais je ne regrettais pas. Pas pour le moment, en tous cas.

Quoi qu'il en soit, la voix de Colleen me ramena à la réalité. M'arrachant à ces pensées scabreuses, je détournais le regard du vide pour le porter non loin dans l'obscurité, où j'arrivais à peine à distinguer une frêle silhouette, celle de Colleen. Ce qu'elle faisait là, elle me l'apprit tout de suite.

Elle n'aurait pas pu tomber sur quelqu'un pouvant la comprendre mieux que moi. Rongée de l'intérieure, je l'étais moi aussi. Et ce que j'avais lu sur ses traits avant qu'elle ne détourne le visage, certainement devait-on le lire de nombreuses fois sur le mien. J'aurai aimé l'approcher, ne serait-ce que pour le lui expliquer, mais comme elle venait de le faire remarquer, c'était trop dangereux. Et la réconforter, même de loin, était loin d'être quelque chose que je savais faire. J'aurai pu la planter là, mais après tout ce que j'avais fait et moralement parlant, ça aurait été contre-productif. Je brûlais de faire quelque chose, ce qui ne m'arrivait que très peu souvent. Finalement, je m'avançais de quelques pas, juste assez pour que nos regards se croisent. Les mots sortirent instinctivement de mes lèvres.


-Je connais ça, fais-moi confiance. Il faut que tu te concentre sur toi-même. Trouve quelque part, dans le cœur ou dans le ventre, un endroit où enfermer tout ça, toutes tes émotions. Quand tu l'as trouvé, tu y mets toute ta haine, toute la colère et toute ta frustration. Tu les enfermes pour qu'elles ne sortent plus. Après ça, c'est toi qui contrôle, et plus l'inverse.

Du moins, partiellement, mais à l'instant, je n'étais pas sure d'avoir besoin de le préciser. Mon pouvoir à moi ne reposait que sur mes émotions et mes sentiments. Ne sachant quel autre moyen je possédais pour contrôler ma mutation et ses capacités, j'avais décidé de contrôler la seul chose dont j'étais sure : mes émotions. Je n'avais pas encore découvert d'autres technique, mais celle-ci au moins marchait très souvent. Souvent, mais pas tout le temps.

J'avais néanmoins l'espoir qu'elle m'écoute et qu'elle suive mes conseils. C'était tout ce que j'avais à lui offrir pour s'en sortir. Entrer dans son corps était la dernière des choses à faire, selon moi. Autrement que par la parole, je ne pouvais rien pour nous deux. C'était à elle de choisir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colleen Caravella
Neutre Alpha
avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: Re: Le calme des ruelles sombres ( pv Iris )   Mar 14 Oct - 16:09

Trouver un endroit en soi ou refouler toutes ses émotions négatives. En théorie du moins il y a du vrai dans les conseils d'Iris je l'entends bien. Ce sont souvent mes montées de colère et mon stress qui me font dérailler sur toute la ligne et font de moins une personne dangereuse. Contenir mes émotions en moi serait bien plus simple mais c'est bien plus facile à dire qu'à faire j'en ai peur. Pourtant, parvenir à maitriser mon foutue pouvoir d'exploser serait un grand pas vers une nouvelle vie, plus facile, moins périlleuse. Pouvoir arrêter de me shooter de sédatifs à longueur de temps serait même une vraie libération seulement c'est l'option de facilité... Et de sécurité. Je n'ai jamais eu le courage d'essayer autre chose de peur des conséquences que pourrait engendrer un nouvel échec.

Pourtant, je retiens dans un coin de ma tête ce que m'a dit Iris, enfermer mes ondes négatives quelque part en moi et ne plus leur céder le contrôle. J'imagine que cela ne se fait pas du jour au lendemain et qu'elle aussi, elle a du passer de nombreux jours voir des semaines ou des années à devenir maitresse de ses dons. Je préfère d'avantage l'écouter que les psychiatres de mon passé qui à grands coups de thérapies et d'hypothèses m'ont directement classé dans la case cinglée. Pour être elle aussi une mutante, Iris sait au moins de quoi elle parle pour l'avoir vécu.

" M... Merci pour le conseil. C'est vrai que je me laisse souvent guidée par mes émotions, c'est instinctif et je ne te parle même pas du stress. J... J’essaie de le contrôler aussi, pas de la bonne manière mais je prendrais tes remarques en compte à présent. "

Bon, pas la peine de préciser que la mauvaise façon que j'utilise est à grand coup de drogues et de sédatifs histoire de me bousiller un peu plus le cerveau chaque jour. C'est un autre problème, ça est mes visions parfois hallucinatoire que j'ai encore par moment quand je suis en manque je préfère de loin les garder pour moi.

Je fini par reprendre un petit sourire timide. Après tout au final la situation s'est enfin arrangé et se fini plutôt bien compte tenue des circonstances. Pas de morts, pas trop de dégâts et les flics sont sur une fausse piste. A cela j'ajoute une nouvelle rencontre d'une mutante comme moi sympathique et solidaire. Tomber sur des gens de confiance quand on est vulnérable est un luxe que l'on devrais pouvoir savourer plus souvent. j'en ai encore honte intérieurement d'avoir pensé l'exploser ou la balancer du toit l'air de rien mais au fond de moi je sais bien que j'en aurais été bien incapable. Si j'ai déjà provoquer la mort d'autrui, de sang froid je ne pense pas être capable de faire du mal à la moindre mouche. Et au final, que retenir de plus de cette soirée ?

" P%#$n ! Mais on est genre des héroïnes ou justicières maintenant qu'on a sauvé ce gars non ? C'est quand même un comble mais sans moi la tenue de lychra et les collants ! "

Et je finis même par en éclater de rire à cette pensée totalement absorbe et hors-contexte. C'est vrai qu'entre le contraste de fugitive terroriste et celui de justicière de la veuve et de l’orphelin binoclard il y a un monde de différence. Reprenant un peu mon souffle après avoir expié mes tensions dans ce rire. Je me rends compte que la rencontre avec Iris touche à sa fin, c'est vrai que les flics sont loin maintenant et qu'à un moment à un autre, nous allons reprendre le cours de nos vies et de nos problèmes. Cela va mieux, j'ai moins envie d'exploser que tout à l'heure et je me rapproche de nouveau d'elle pour empoigner sa main et la remercier.

" Ce fut une sacré soirée, mais je te remercie pour tous ce que tu as fait. J'ai bien de la chance de t'avoir rencontré dans la ruelle, j'ai une dette envers toi maintenant, à charge de revanche ! "

Relâchant sa main, toujours avec mon petit sourire timide, je sais que l'instant de se séparer approche et j'ai même retrouver un peu d'énergie que pour entamer la descente de cette foutue échelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris Balwin
Neutre Delta
avatar

Messages : 113
Date d'inscription : 08/11/2013

MessageSujet: Re: Le calme des ruelles sombres ( pv Iris )   Lun 27 Oct - 15:17

A mon grand bonheur, mon initiative porte ses fruits. Colleen se rapproche de moi après un moment de réflexion, puis à l'air de passer à autre chose. Je soupire de soulagement et un sourire se peint sur mes lèvres lorsqu'elle se met à rire. Un vrai sourire, venant du fond du cœur, et cela m'arrivait si peu souvent que mes lèvres me donnaient l'impression de crisser sous l'effort, peu habituée. Mais je m'en fichais, et je gloussais bêtement avec elle, heureuse qu'elle ai suivi mon conseil et retrouvé le sourire. Je crois que c'est parce que, comme moi, elle se rendait compte que la situation avait tourné à notre avantage, quelque part. Et cela nous arrivait si peu souvent que l'idée même en devenait absurde.

Pourtant, peu à peu, les rires s’estompèrent et nous revînmes à nos affaires, en haut du toit d'un des nombreux immeubles de New York. D'ici, on ne voyait qu'un flot infini d'immeubles à la suite les uns des autres, noirâtres de suie et de crasse. L'idée de redescendre par l'échelle que nous avions empruntées, paniquées, pour monter nous mettre à l'abri, ne m’enchantait guère. Cependant, quelque chose d'autre me traversa l'esprit.

Je scrutai le noir de la nuit vers l'intérieur de l'espace que nous offrait le toit et aperçu, comme je l'espérais, une lumière verdâtre, comme un petit lampadaire. J’émis un petit bruit de satisfaction, puis me tournai vers Colleen.


-Je pense que nous pouvons nous épargner la descente par l’échelle.  Normalement, il y a toujours une ouverture sur l'escalier intérieur de l'immeuble.

Enfin, c'était comme cela chez moi. Non pas que je me rendais souvent sur le toit de mon immeuble, la chose étant totalement dénuée d’intérêt, mais j'y avais déjà été faire un tour. Il y avait souvent du monde, étrangement. Maintenant, je comprenait mieux pourquoi.

Je fis signe à la jeune femme de me suivre, tandis que je m'approchai de la lumière, puis de la porte grisâtre. Celle-ci était ouverte. L'intérieur était peut être légèrement poisseux, mais cela ne le serait jamais autant que l’échelle en elle-même.

Une fois en bas, je soufflai. L'adrénaline que la soirée avait fait monter en moi m'incitait à croire que celle-ci nous réservait d'autres surprises, dans le genre « du mauvais gout ». Je soupirai encore et secouai la tête. J'avais
toujours cette impression là, et cela ne s'arrangerait pas avec le temps.

-C'était peut-être une sacrée soirée, mais je ne la retenterais pas volontier,
dis-je d'un air ironique. Puis je continuais : tu habites loin ?

L'idée que je devais remonter tout le chemin à pieds me traversa vaguement l'esprit. J'étais exténuée, mais je ferai cet effort, c'était certain. Hors de question de rester étalée ici pour y dormir directement, même si c'était très tentant. La séparation m’exténuait chaque fois un peu plus.

Je me demandais comment elle aller faire pour rentrer chez elle. Elle pouvait toujours prendre un taxi, si elle logeait loin d'ici.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colleen Caravella
Neutre Alpha
avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: Re: Le calme des ruelles sombres ( pv Iris )   Mar 28 Oct - 20:15

Bien sur, jamais je n'ai dans la tête d'user de la solution de simplicité quand je m'engage dans quelque chose. Exploser une pharmacie, exploser des truands, exploser un mur dans le métro, exploser les inconnus louches, exploser, exploser, exploser ! A penser que je n'ai que ce mot la à la bouche. D'accord, la réflexion est une qualité que je ne possède pas vraiment, réagissant plus souvent d'instinct et me laissant déborder sans cesse par mes émotions. Cette fois, j'étais repartie pour descendre une vieille échelle rouillée quitte à me briser la nuque et finir paraplégique, ça ou l'asile ça ne m'enchante guère. Heureusement Iris réfléchit pour deux, encore une fois je serais tentée de dire. Et le plan de repasser sur les échelons n'est pas non plus à son goût. Sauf qu'au lieu de s'y résigner, elle se dirige vers la sortie de secours sur le toit. J'ai l'air conne sur le moment... Et un petit coup de poing contre mon front pour me reprendre. On en est quitte pour l'échelle.

Un petit soupir, un dernier regard mélancolique vers le toit, le rebord et le ciel. C'est fini. Cette soirée de galère se ferme sur une note positive et un intérieur des plus poisseux, relevant bien le standing plutôt bas de gamme de l'immeuble sur lequel on se trouve. Une chance, pas de système d'alarme, de caméras ou d'un vigile. La chance tourne même si l'endroit est miteux. Cela ne m'empêche pas d'avoir les jambes en coton une fois les escaliers dévalés. C'est vrai, la fatigue physique se mélange à la fatigue mentale, je ne vais pas tarder à m'affaler dans mon lit et à n’émerger que vers midi pétante, l'heure du burger.

En parlant d'heure, je n'ai aucune idée du temps que je suis sortie, tous les événements m'ont fait totalement perdre la notion du temps. Il est tard, c'est indéniable. Dans la rue, on ne voit guère plus personne, un taxi passe de temps à autre mais pour le reste c'est désert. Le calme à repris les rennes de la ville. C'est ainsi que j'aime me promener dans le quartier, loin de l'agitation et du regard des autres. L'ennui c'est qu'en début de soirée, les rencontres louches peuvent nous surprendre, comme ces loubards, mais en général le quartier est calme. C'est bien ma veine d'être tombée sur cette agression, à la limite je cherchais un petit dealer pour me défoncer mais jouer les héroïnes c'est une autre paire de manche que d'en prendre.

" Non, hors de question de renouveler cela trop souvent... Je ne tiens pas à me faire remarquer d'avantage dans le quartier, les flics vont être sur les crocs maintenant "

Et les descriptions ne vont pas manquer à force de m'attirer les ennuis, il n'en faudrait pas plus pour que les fédéraux relient les points et que mon passé me retourne en pleine face tel un uppercut décoché par Rocky Balboa. Aieuh, va falloir me tenir à carreau maintenant, j'espère que l'on changera rapidement de chantier histoire de reprendre un peu d'air et une virginité toute relative jusqu'à mon prochain pétage de plomb assermenté.

" Non, je loge dans une petite caravane sur un chantier à quelques centaines de mètre d'ici. Prise de tête avc ma sœur, besoin de prendre l'air et voilà comment je me retrouve dans cette foutue ruelle à exploser des enfoirés. Si tu as besoin de te reposer, j'ai bien une banquette mais c'est assez étroit à trois. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le calme des ruelles sombres ( pv Iris )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le calme des ruelles sombres ( pv Iris )
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Le calme des ruelles sombres ( pv Iris )
» M920 Iris
» Rouge à lèvres de la collection Iris Apfel ?
» Iris-bonjour
» Le Patrouilleur Iris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: Ailleurs-
Sauter vers: