AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jugement d'un pair

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Jugement d'un pair   Dim 12 Jan - 12:36

Nous sommes le 24 décembre 2013 et c’est dans ce réveillon de Noël que j’ai décidé, en cette nuit bercée par les lumières multicolores des décorations de Noël, de prendre le train pour Portland. J’ai fait un mot à la vie scolaire comme quoi j’allais passer le réveillon chez mes parents qui m’ont invité. Mais bien sûr, c’est un mensonge. J’ai menti, car je tenais à ce que personne ne se mêle de mes affaires personnelles en apprenant que je retourne à ma ville natale pour une remise des pendules à l’heure. Entre moi et ma mère. Surtout ma mère !


« Navré chérie, mais nous ne pouvons pas te reprendre avec nous. Tant que tu auras cette anomalie en toi, nous ne pourrons pas t’accueillir. »



Sa dernière réponse me revient en tête, alors que mon regard se perd sur la vitre givrée du métro que je prends actuellement après avoir payé avec la moitié de mes économies. Elle date d’il y a 1 an et demi, pourtant je ne m’en suis toujours pas remise. Elle me hante de temps en temps quand j’essaie de faire le vide dans mon âme d’adolescente brisée. Brisée par cette mutation qui m’oblige de toujours porter cet adducteur holographique sur mon poignet pour « m’humaniser » visuellement auprès des passagers du train comme des civils en ville. Seulement voilà……. Je me suis rendu compte, il n’y a de cela 1 mois voire plus, que la réponse fracassante de maman n’était pas sa dernière phrase. C’est le choc émotionnel qui m’a poussée à raccrocher le combiné, sans laisser le temps à mère de s’extrapoler. D’expliquer pourquoi, elle et papa, étaient tant préoccupés par la guérison de ma pseudo-anomalie. Alors je compte bien réparer cette erreur aujourd’hui ! Ils sont ce que j’aime de plus cher sur cette terre. Je les aimais de tout mon cœur et je les aime encore et toujours ! J’espère seulement qu’il n’est pas trop tard……. D’avoir fait une énorme gourde irréversible en raccrochant au nez et à la barbe de mes géniteurs. Je ne l’supporterais pas……


5 : 30 PM s’affiche sur mon iPod touche 5. Je m’lève du siège pour m’approcher d’une des doubles portes automatiques. Le train s’arrête dans la gare grouillante de monde et les doubles portes coulisses. Je prends la sortie du métro pour arriver en plein centre de Portland, avant je joue les autostoppeuses  en tendant le pouce levé aux taxis que je croisais. Cinq coups d’vent et injure plus tard, Un conducteur de taxis asiatique décide enfin de m’prendre. Glissage de quelques billets et HOP, me voilà en route pour la banlieue de portland. Et c’est précisément à l’entrée du quartier où je demande au chauffeur de me déposer. Je préfère ça que d’arriver devant leur maison, pour la surprise. Vêtu d’un blouson d’aviateur féminin marron monté sur un haut rose, suivis d’un jean et des baskets, j’arpente le trottoir de mon ancien quartier illuminé par la lumière des foyers et des décorations de noël.  Avec une pointe de nostalgique plus forte que jamais. Mains dans les poches. Ce petit parc de jeux sur ma droite, la maison des Stevenson plus loin, l’église protestante du quartier sur ma gauche. Rien n’a changé. On dirait que ça fait un bout d’temps que le Temps a déserté les lieux. Il n’y a pas une vie humaine traine dans les rues, pas même un chat. Okay, c’est le réveillon de Noël, mais MERDE quand même ! J’ai l’impression d’être dans un épisode spécial Noël de Walking Dead ! Pourtant les rues étaient bien vivaces quand j’habitais encore ici ! C’est à croire que la gaîté festival avait fui le quartier en même temps que mon départ………


Après un quart d’heure de marche, j’aperçois enfin ma maison d’enfance. Ça fait quatre ans que je n’suis pas revenu ici, et pourtant j’ai l’impression que cela fait beaucoup plus longtemps que ça. Ça m’réchauffe le cœur de la revoir de prêt et……..


Mais…… C’est quoi cette jeep noire plutôt louche garée derrière la vielle Ford Fiesta de mes parents !?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Jugement d'un pair   Dim 12 Jan - 17:40

La première chose que je fais c’est de m’arrêter brusquement puis d’me faufile furtivement sur le flanc droit de la maison, dissimuler par les ombres. Car déjà, apercevoir un type louche armé d’un fusil d’assaut vachement moderne qui surveiller la rue par la fenêtre du salon, c’est pire que louche ! Oh mon dieu……. On est en train de cambrioler la maison de mes parents !? Non ça n’peut pas être ça puisque j’peux entendre d’ici une conversation entre un inconnu et mon père. Je reconnais sa voix de gros charretier entre mille ! Et puis quel cambrioleur stationnerait devant la fenêtre telle un garde-frontière, la lumière grande ouverte !? Parce que la ce n’est même plus de l’amateurisme la……

Quoiqu’ils se disent, je compte tirer ça au clair ! C’est pourquoi je décide donc d’ôter l’intégralité de mes vêtements et de les planquer derrière ces accessoires de jardinage qui traine à l’arrière de la baraque.  Rien avoir avec le nudisme ! Si je fais ça c’est bien parce que je vais me liquéfier pour m’infiltrer dans la minuscule interstice d’une des fenêtres du premier étage. Et généralement, j’ai tendance à perdre mes fringues quand je prends cette forme. D’où la raison de mon déshabillage ! Et puis ce n’est pas comme si je ressentais les sensations thermiques. De toute façon personne n’est là pour me voir nue, en train d’escalader la maison par adhésion puis de me changer en liquide métallique pour traverser l’interstice d’une fenêtre mal fermer de la salle de bain ! Hihi ! Ugh, je n’ai pas l’habitude d’appréhender visuellement mon environnement sous cette forme de flaque de métal liquide ambulante. Autant prendre une épaisse forme serpentine relevée et de récupérer ma forme humaine par modulation.……

Ceci fait, j’épie la petite ouverture de la porte s’il n’y a personne. C’est le cas ! Et de l’autre côté ? Non plus ! Toujours en mode « ninja » je continue mon chemin en parcourant le couloir du premier étage pour atteindre l’escalier conduisant au rez-de-chaussée. En longeant l’angle du mur, dos contre sa surface, je peux entendre d’ici la conversation de manière plus efficace qu’à l’extérieur. N’empêche, j’aimerais mieux contempler le papotage, en plus de l’entendre. J’fais donc dépasser légèrement mon visage sur le côté pour avoir un visu…….


Tonk….tonk….tonk…..tonk…..!



MERDE !! Le type devant la fenêtre du salon monte à l’étage ! Faut que j’me planque quelque part dans une pièce avant qu’il me…..


Fluuuuusssshhhhh !!  


Rhoo ce n’est pas vrai ! Il y en a un autre dans les WC qui vient d’finir de vider le réservoir ! WC qui se trouve à cinq pas derrière moi en plus ! Que faire que faire que FAIIIRRE !!!? Ah, j’ai trouvé ! Espérons que ça marche. J’ondule mon corps pour prendre l’apparence d’une lampe sur pied dépourvut d’ampoule. En espérant qu’ils ne le remarquent pas………
Cool ! Celui qui vient d’monter n’a rien remarqué ! Ah zut, celui qui sort du sanitaire me regarde d’un air confus…… Punaise, pourquoi je n’ai pas eu l’idée de me transformer en boule de pétanque !? Quoique ce n’est pas mieux.....
Il m’observe de haut en bas, un peu confus.


- Qu’est-ce que tu regardes, frère William ? Ce n’est qu’une lampe à pied.
- Ouais je sais. C’est juste que j’trouve ça bizarre qu’elle soit là. J’crois pas l’avoir vu en montant……
- Bah en même temps c’est normal vu comment il fait sombre à l’étage ! Comment y voir clair dans cette pénombre de malheur ?
- Mouais t’as pas tord……. Surtout qu’elle est vraiment moche en plus. Décidément je n’comprendrais pas les gouts décoratifs de frère Mark……..


Mais c’est toi qui as des gouts d’chiottes ! Chuis une très belle lampe moi, Namého ! Ouais bon, en même temps ce n’est pas souvent que j’applique les possibilités métamorphiques que me confère ma mutation ! Ça fait plus d’quatre ans que je n’ai pas réitéré une polymorphie, et encore j’avais pris la forme d’un canapé vite fait à cette époque……. Surtout que ça m’fait tout drôle de prendre la forme d’un objet. Sérieux, c’est une sensation assez bizarre ! Mais pas plus que la tenue pour le moins atypique de ces individus. On dirait un mixte entre une tenue ecclésiastique croisée à un uniforme paramilitaire !

Attendez……. Ne m’dites pas que…….. Oh non…. C’est impossible……. Pitié seigneur, faites que j’ai tort ! J’vous en supplie !! Ces hommes…… Ce sont des purificateurs !!! Des fuckings purificateurs chez moi, dans ma maison !!! Heureusement que l’autre et en bas tandis que son collègue va à son tour poser sa pêche dans les WC, car je n’arrive plus à stabiliser ma forme tant le mépris pour ces criminels détruis ma concentration. Du stade de lampadaire je passe vite à celui d’une masse métallique informe et instable, grosse comme un écran cathodique, pour finalement reprendre forme humaine. J’en serre frénétiquement les poings et les dents tant je suis outrée de voir ces pourritures fouler le foyer familial. MON foyer familial ! Mais enfin, que font-ils ici bon sang !!? Sont’-ils en train de recruter papa et maman à leur organisation dangereuse à l’idéologie aussi nauséabonde que leurs fanatismes !? Non…..NON !! Jamais je ne laisserais ces enfoirés de première transformer mes parents en esclaves fanatisés ! Impossible de rester de marbre là-dessus ! Mais patience……. Ce n’est qu’une hypothèse. Je n’crois pas avoir entendue ça de la bouche de cette boule à zéro sapé en prêtre, assis sur un divan devant papa et maman installés sur le canapé.

Pour le moment ils semblent parler modalité, néanmoins j’ai crus entendre le mot « proposition » « avantages » et « serment » de boule de billard. Ce qui n’arrange pas mes craintes qui ne font que s’accentuer. Peut-être que je me trompe, peut être que cela concerne autre chose…… Mais j’ai bien peur que non.

Il faut que je me rapproche d’avantages, sans me faire voir ! Puis de me planquer ailleurs qu’ici. Je n’ai aucune envie de me retransformer en stupide lampadaire toutes les X minutes ! Et au moins je pourrais monopoliser mon attention sur la conversation sans faire gaffe à mes arrières.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Jugement d'un pair   Ven 7 Mar - 0:06

Lentement et silencieusement je descends les escaliers. Chaque déplacement me donne petit à petit un tableau de mes parents et de cet homme chauve aux traits aussi durs qu’une pierre tombale. Parfait ils ne voient toujours pas. Je m’écoule sur le côté de l’escalier pour ensuite me faufiler derrière les meubles qui n’entrent pas dans le champ visuel du garde stationné à l’entrée. Toujours sous ma forme liquide, je mobilise ma flaque corporelle vers le recoin du fauteuil en cuir où je me trouve.  Parfait ! D’ici je peux les observer sans être vu. Tiens !? Pourquoi le chauve plane t’il ce silence intriguant tout d’un coup ? Avant cela il parlait des mutants, mentionnant des récits bibliques qu’il mélangeait avec le but de son groupuscule dont il était l’un des lieutenants. Il pose sa tasse de thé sur la table basse jointe ses doigts. Le regard fixé sur mes parents, et plus précisément mon père. Que va-t-il sortir de sa bouche nauséabonde ?

- Monsieur Kincaid. Vous avez été un fervent défenseur de notre cause pendant ces deux dernières années. Si l’on doit bien cette augmentation constante de partisan à notre sainte cause à New York, ainsi qu’une poignée dans certains états du sud du pays….. C’est grâce à vous. Je dois dire que votre méthode de recrutement que vous avez créé en s’inspirant du 16ème stratagème chinois est une merveille !  Vous avez plus que mérité le mérite de devenir un acteur majeur dans notre croisade contre ces démons impies de mutants.
- Et bien…. Merci du compliment, Révérand Dawson ! J’y ai mis toute mon âme de croyant fervent pour y arriver et avec l’inspiration divine soufflé par Dieu pour réaliser cette tâche que vous m’avez confiée.
- Oui ! Dieu peut nous aider dans nos vies quand notre foi en lui est aussi dure que l’acier d’une épée. Pas besoin de phénomène surnaturel ou d’aberration de la nature pour prouver son existence à l’instar de Satan. Il nous aide dans les faits les plus simples et dans les moments anodins de la vie, mais Ô combien grandioses. Et vous êtes ces chanceux qui en voit la preuve en dehors du cercle restreint de la chair. Mon frère……. Vous avez amplement mérité de faire partie des colonels de notre sainte armée. De hautes responsabilités vous seront confiées par les conseillers de notre leadeur.
- Je..... Les mots me manquent. Ce serait un honneur de porter et de porter le lourd fardeau qu’il en résulte.
- Chérie, non ! Tu ne peux pas te joindre à ces meurtriers ! Te rend tu compte que tu seras responsables de la mort de tant d’innocents, pas seulement des mutants, mais également des êtres humains !? Tu vaux mieux qu’eux !
- Ça suffit, jill ! Je le sais que trop bien mon amour, mais nous sommes en guerre contre ces créatures du mal ! Qui est le responsable de l’incendie du train qui a emporté ta sœur en 2002 ? UN MUTANT ! Qui a causer des centaines de morts en une seule journée sur le Hudson Bridge, dont mon le fils de mon meilleur amie était les victimes il y a quatre ans !? UN MUTANT ! Qui a libéré les criminels les plus dangereux sur terre du Cube ? ENCORE ET TOUJOURS CES MAUDITS MUTANTS !! Pardonne-moi de te crier dessus ainsi trésor…... Je n’voulais pas te rendre triste.
- Votre Marie a raison, madame Kincaid. Ces suppôts de Satan ont prouvé au monde entier qu’ils en étaient. À la télé comme dans la vie de tous les jours, nous voyons qui est les responsables des maux de tous les jours. Chaque victime d’un mutant est une victoire pour l’ange déchu. Oui, il nous arrive à nous, purificateurs, de faire des dommages collatéraux et d’ôter la vie aux nôtres. Mais n’est-ce pas là les conséquences inévitables d’une guerre, hum ? Les guerres propres ne sont jamais propres, même les saintes. Et puis là où vont nos malheureuses victimes, dites-vous bien qu’elles ont gagné le salut pour le paradis. Sauver de la corruption démoniaque de ces êtres impies appelés mutant. Vous n’imaginez pas de la chance inespérée d’échapper qu’ils ont. J’en viens presque à les envier……
- ……….
- Ça va, ne pleure plus mon ange. Encore une fois je suis désolé de t’avoir crié dessus. Toujours en dorlotant ma mère dans ses bras, il se tourne vers le révérend. Quand est-ce que je commence ?
- Bientôt, frère Kincaid. Pour l’heure, vous allez d’abord recevoir vos fonctions dans l’une des bases principales de notre organisation. Par contre vous aurez les yeux bandés lorsque nous vous y conduirons, et votre femme ne pourra pas vous accompagner.
- Je comprends parfaitement. Mark se tourne vers sa femme. Tiens Jill, j’te donne les clés de la voiture. Va passer le réveillon de Noel chez grand-mère. Au moins elle ne passera pas Noël toute seule comme les Noëls précédents. Et surtout ne dit rien sur ce qui vient de se passer. Compris ?
- Okay chérie. Je serais muet comme une tombe.
- BON…… Puisque cet entretien s’est bien passé, il est temps de partir. Frère Max.
- Oui Révérand ?
- Appeler vos frères à l’étage. Nous partons.
- Très bien !

Seigneur dieu……. Aucun mot sur terre pour décrire la moitié du tiers de l’horreur que je vienne d’entendre et de voir. Un cauchemar…… C’est un putain de cauchemar ! Je n’arrive pas à croire ce que je suis en train de voir mon père rejoindre ces monstres à apparence humaine ! Mais ce qui m’a le plus choqué fut d’apprendre qu’il travaillait déjà depuis un sacré bout d’temps pour eux ! C’est bon, je….. Je n’ai plus la force de les voir quitter la maison y compris mes parents. Des larmes abondantes de métal liquide perlent sur mon visage présent sous ma forme semi-liquide. Je m’apprête à sangloter, mais je me retiens, de peur d’être repéré.

Les voilà qu’ils partent…… et me voilà seul. Seul dans mon ancienne maison. Comme avant…….



________________________



À l’institut. Une semaine plus tard.


Toctoctoc !


- Cessily !? C’est moi, William ! Pourquoi tu restes cloitrer dans ta chambre !? Il s’est passé quelque chose !?
- Qu’est-ce que tu as encore fait pour la mettre dans tous ses états, William !?
- Moi !? MAIS RIEN ! J’y suis pour rien, Derek !  Ça fait plus d’une semaine qu’elle est enfermée dans sa chambre et qu’elle n’assiste plus à ses cours ! Tous les soirs elle ne cesse de pleurer, matin et soir ! J’essaie de savoir pourquoi, mais elle m’envoie toujours en l’air. Et quand j’entre dans son dortoir de force elle me repousse violemment ! On dirait qu’elle refait une série de dépressions nerveuses, comme avant. Enfaite….. C’est même pire.
- Pire tu dis !? Mein Gott….. Sans vouloir jouer les supérsticieux, c'est mauvais signe........
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jugement d'un pair   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jugement d'un pair
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jugement d'un pair
» Opinion ou jugement
» jeune fille au pair
» Agen. Il met les voiles avant son jugement
» Créez votre propre ferme et devenez un fermier hors pair !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Les Outils :: Fan-Fiction :: Archives Fan-Fiction-
Sauter vers: