AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Oh C'te Honte Académie {Ariella Miller + LIBRE par demande mp}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Oh C'te Honte Académie {Ariella Miller + LIBRE par demande mp}   Jeu 14 Nov - 23:53

Vendredi 23 Août 2013 – 05 : 51 P.M.
Les dortoirs de l’Institution Charles Xavier pour jeunes surdoués étaient deux bâtiments plus récents que le vieux manoir, n’ayant pas été réaménagé à son instar, mais construits suite à la décision du propriétaire des lieux de transformer sa demeure familiale en école. Situé à l’arrière de l’Institution, de part et d’autre du réfectoire, c’étaient des bâtiments à deux étages, avec un ascenseur sur l’un des flancs, un couloir conduisant au bâtiment principal et des sorties à direction du terrain omnisport (situé lui aussi à l’arrière des locaux) et du parc. Vu de l’extérieur, le nombre de fenêtres indiquait le nombre de chambre, qu’elles soient pour deux ou quatre personnes, des espaces relativement petits mais suffisant pour ce que les élèves et résidents avaient à y faire. Etant sexués, leurs salles de bain étaient commune, bien que l’on y trouvait douches et baignoires avec une relative intimité. Relative car si toutes étaient séparées, les premières composées d’une petite pièce de préparation et de la douche en elle-même et les secondes étant des carrés complets, et possédaient des portes à verrou, les portes suscitées étaient assez haute, et débouchaient sur la même pièce principale.

Chez les filles, c’était (comme toujours) plus propre que chez les garçons, malgré quelques tentatives de ces derniers de venir les embêter ou les prendre en flagrants délit. De mémoire, Caitlyn avait déjà été victime d’une de ces puériles aventures, se retrouvant enfermée avec une autre personne dans l’espace, finissant par devoir évacuer par la fenêtre. Morale de l’histoire ? Amy avait retrouvée Caitlyn nue avec une autre dans les buissons, chose qui considérant son territorialisme n’avait pas dût aider, et Nobody avait vengée la gente féminine par une série de saloperie faites aux garçons coupables, sans parler de la branlée que leur avait mise Husk, en guise de punition. Mais les garçons, plus ça grandit plus c’était cons, et malheureusement il y avait et aurait toujours des adolescents dans l’Institution Xavier, ainsi les mésaventures s’en allaient se répéter.

Et aujourd’hui, c’était au tour d’une autre rousse, sœur de cœur de celle suscitée : Rachel.

Il était bien tôt pour prendre un bain, selon les normes de l’Institut et sans doute du monde, mais outre qu’elle n’était qu’une enfant d’adoption et assez décalée par rapport aux rythmes de vie des gens « normaux », se levant entre 10 et 12h chaque jour alors qu’elle respectait généralement le couvre-feu des 22h, elle faisait surtout ce qu’elle voulait ; na !

L’envie d’un bain lui était venue comme ça, en lieu et place de sa douche habituelle, alors elle était venue, elle avait vu, et elle avait prit, c’était aussi simple que cela. Cependant, ça douche habituelle n’était nullement prise alors que l’après-midi allait sur sa fin, hors donc cela signifiait qu’elle ne s’était pas trempée récemment ; chose effectivement effective, puisqu’en réalité, Rachel faisait sa toilette durant sa « matinée » (toute mesure gardée concernant ce terme), après s’être réveillée et avant d’aller déjeuner. Ainsi, c’était vers les 11h qu’elle avait décidée de prendre un bon bain chaud, et lorsqu’elle ouvrit les yeux, il était plus que tiède, maintenant.  Après plus de douze heures de sommeil, le Phénix avait fait une sieste, et une sieste immergée.

Allongée de tout son long, nudité dénuée de cicatrice et cachée par le niveau d’eau, la jeune femme commença à émettre le grondement plaintif habituel signifiant qu’elle était bien là où elle était et n’avait pas envie de se lever. Cheveux maintenus en arrière par le poids de l’eau qui les imbibait, elle se redressa pour s’assoir et regarder aux alentours, bâillant aux corneilles. Ignorante de l’heure qu’il était mais pas de la température dans laquelle elle trempait, que Rachel s’étira simplement, puis commença à pester mentalement. Eau pas assez chaude.

Le Phénix n’aimait pas forcément beaucoup l’eau, d’où la préférence pour les douches, cependant elle aimait la chaleur, et surtout détestait le froid, malgré une résistance certaine à ce dernier. L’eau tiède n’était ni chaude ni froide, donc d’ordinaire à moitié malaimée et à moitié appréciée, mais au réveil, elle était bougonne. Donc, le verre n’était ni à moitié plein, ni à moitié vide, il était à moitié, et elle voulait qu’il soit rempli !

Se décidant à se lever pour accomplir la toilette qu’elle était originellement venue accomplir, Rachel remarqua l’absence des carrés de savon, tant à leur place habituelle que dans le reste de la case. Autre problème : le savon n’était pas le seul à manquer à l’appel, mais le reste de ses affaires, à savoir serviette et combinaison en molécules instables, avait également disparut ! Et elle eut beau étendre ses perceptions sensorielles pour les retrouver, dans l’hypothèse improbable où elle les aurait oubliés dehors, rien n’y fit, ils n’étaient plus là.

Par contre, il y avait une personne dans la salle principale, tenant dans ces mains une étrange machine, semblable en apparence à un gros appareil photo difforme, mais dont l’intérieur était composé d’une lentille et d’une pellicule accrochée au deux bouts. Plissant les yeux et les lèvres de perplexité, le Phénix se leva définitivement, commençant à mettre un pied hors de la baignoire, et à se diriger vers la porte, laquelle était entrouverte. Lors de sa première rencontre avec Caitlyn, Rachel avait apprise qu’il ne fallait pas franchir une porte entrouverte, cependant pour éviter toute mécompréhension, elle avait prise pour habitude de les fermer, et après une tentative de prendre une douche commune de la part de la Ptite Cornue, elle avait même décidée de les verrouiller. En clair, l’entrouverture n’était pas normale !

Bon, ce n’était pas la seule chose qui n’était pas normale, puisque le sexe de l’autre n’était pas le bon, mais la rousse ne réfléchit pas aussi loin, ayant la simple intention de demander s’il avait vu ses affaires. De préférence, en cachant sa nudité derrière la porte. Cependant, l’adolescent de semblait pas de cette avis, et lorsque le Phénix s’approcha suffisamment de cette dernière, une impulsion télékinétique l’ouvrir en grand, dévoilant face à elle la personne de Tony Zonodiz, déjà impliqué dans l’affaire avec Caitlyn, qui la pointait avec son appareil.

Un bref cliquetis plus tard, alors que Rachel restait complètement interdite, et la porte se referma violement alors que l’autre commençait à courir en s’esclaffant. Yeux ronds, la rousse buga durant plusieurs secondes, avant de comprendre ce qui venait de se passer et de lâcher un mythique « MEEEEEEEEEERDE ! ». L’autre con venait de la prendre en photo, et surtout…

Ouvrant précipitamment la porte, le Phénix étendit ses PES pour retrouver l’individu et détruire la preuve, s’élançant à sa poursuite en lévitant à quelques centimètres du sol, cependant sa tentative fut un échec magnifique alors qu’elle heurtait une autre élève, féminine cette fois, à peine arrivée dans le couloir. Roulant sur le sol, Rachel s’explosa la tête contre le mur, restant sonnée quelques instants.

Elle en revenait à peine : ces mésaventures-là n’étaient pas que des légendes, et elles n’arrivaient pas qu’à Caitlyn. Oh C'te Honte…

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariella Miller
Élève à l'Institut Delta
avatar

Messages : 307
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: Oh C'te Honte Académie {Ariella Miller + LIBRE par demande mp}   Ven 15 Nov - 3:11

La mâtiné avait été plutôt calme, j'avais passé une partit de la mâtiné dans ma chambre à dessiner tout en écoutent de la musique avec mon ordinateur portable. J'étais bien, je commençait à m'habituer à la vie dans l'institue et  je n,aurais jamais vraiment pensée à être capable d'être dans une classe avant de venir ici. Bon, c'est sur que parfois c'était difficile de ne pas paniquer et que parfois j'avais juste envie de m'isoler, surtout lorsqu'on devait évacuer l'institue. Mais, je trouvais que je fessai tranquillement des progrès aussi petit sois-t-il. Ce fut donc pendant une bonne partit de la matinée que je restai tranquille dans ma chambre à dessiner de tout et n'importe quoi, mais surtout des dessins plus joyeux que d'habitude.

Ce ne fut qu'au alentours de 10h00 que j'eus une soudaine envie de bouger, je ne savais plus combien de temps j'étais resté immobile, mais une chose était sur, mon corps était tanné de rester dans la même position et il avait envie de bouger. Je pris donc le temps de bien ranger mon matérielle de dessin ainsi que mon ordinateur portable puis je me changeais pour mettre des vêtements plus approprié pour de la course à pied. Je mit une camisole de sport noir, qui permettait en plus de bien voire mes deux tatouage, ainsi qu'une paire de jogging. Cela me fessait toujours un peut bizarre de porter ce genre de vêtements, je m'étais beaucoup trop habitué à mes vêtement de style médiévale pour être complètement confortable avec des vêtement pour le sport, mais bon, je préférait porter ça que de porter mes vêtement habituelle qui ne me donnait pas autant de liberté de mouvement. Je prit le temps de bien attacher mes deux brassards avant de sortir de ma chambre pour aller courir un peut dans la forêt.

J'aimai bien courir sur le bord de la forêt, car même si je n'avais pas encore commencer mes entrainements pour contrôler mes pouvoirs, cette petite course qui commençait à devenir quotidienne me permettait de faire quelque teste par moi même. Pendent je ne sais combien de temps, je courais en rond tout en essayent de garder assez de concentration pour recouvrir ma peau de mon armure. Ma course était souvent interrompue de plusieurs pose pour m'empêcher de trop m'épuiser et bien rapidement j'eus la certitude que mes mouvements était parfaitement normal quant ma peau était recouverte de mon armure souple alors qu'avec la plus solide, j'avais l'impression de courir au ralentit et que mes articulation était dure à bouger.

Je fit un dernier tour de piste avant de ralentir ma course pour souffler un peu, je me concentrai pour retirer mon armure et alors que celle si se retirait tranquillement de ma peau, je me mit doucement en marche vers l'institue. Malgré l'épuisement à cause mes efforts, autan pour la course que pour l'activation de mon pouvoirs, je me sentais toujours bien et étrangement vivante. Je prit tout mon temps pour retourner à l'institue avant de me diriger vers ma chambre d'un pas lent sens trop faire attention au autres.

Lorsque je fut arrivé dans ma chambre, j'eus envie d'aller prendre une douche autant pour me laver de toute la sueurs qui recouvrait mon corps que pour profiter de la chaleur d'une bonne douche chaude. Je mit donc des vêtements propre et tout le nécessaire pour me laver dans un sac de sport avant de jeter ma serviette sur mon épaule. J'agrippai au passage une barre énergétique avant de sortir de ma chambre et de me diriger toujours d'un pas lent vers la salle de bain.

Lorsque j'avalai la dernière bouché de ma barre énergétique tout en m'engageant dans le couloir menant à la salle de bain, un garçon passa à contre sens à mes côté tout en rient. Je fronçais légèrement les sourcils alors que par réflexe je le suivit du regard tout en continent de marcher vers la salle de bain. Wtf.....? Il vient de faire un coup ou quoi..? j'eus à peine le temps de me retourner pour voire ou je me dirigeai que mon corps entre en contacte avec celui d'une autre jeune femme... nue..? Attendez.. quoi?? j'ai mal vue ou quoi..?

Sous la force de l'impacte, je reculai de quelque pas avant de m'écrouler lourdement au sol. Un son métallique se fit entendre lorsque je touchai le sol alors que mon armure se retirait de ma peau aussi vite qu'elle était apparue pour me protéger de ma chut, qui n'était pas dangereuse du tout,et je crut voire l'autre fille rouler sur le sol avant de se cogner la tête contre le mur. Il me fallut quelques secondes pour reprendre mes esprits alors qu'une seule phrase, dans un français parfait et typiquement Québécois, s'échappait de mes lèvres:

- Calice.. c'quoi ce bordel??


Je me relevai lentement alors que mon regard se posait sur Rachel.

- Pardon, ça v... Je figeai complétement lorsque je vit qu'il s'agissait de celle qui m'avait aidé lors de l'évacuation et qu'elle était vraiment complétement nue..

Putain... y se passe quoi..? Mon visage devint rouge de gêne alors que je détournai aussitôt le regard.. merde... je comprend plus rien la? Pourquoi une situation comme ça devait m'arriver...? je restai complètement immobile pendent quelque secondes avant de finalement bouger pour agripper ma serviette et de la tendre vers Rachel. J'étais troubler.. très troublé.. et je ne m'étais vraiment pas attendue à ça... malaise... je fit quelque pas vers la mutante pour qu'elle puisse prendre la serviette, je ne regardai toujours pas Rachel et au bout de quelque secondes je demandai après m'avoir raclé la gorge:

- Alors... he... ça vas..? et.. he... y ces passé quoi pour que tu sois nue dans le couloir...?

( Hrp: se qui est en orange foncé est dit en français, Québécois.)

_________________


Nombre de rps:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Oh C'te Honte Académie {Ariella Miller + LIBRE par demande mp}   Lun 18 Nov - 19:50

Marmonnant dans la barbe qu’elle n’avait pas des jurons qui se limitaient, niveau compréhension, à la première syllabe et pouvaient se retranscrire par « m…l’c…p’l’c… p… c’f’m’l… », le Phénix se tenait la tête, non-habituée à heurter des choses sans la protection de son champ télékinétique, redécouvrant que si c’était bien moins pire que les blessures qu’elle avait subies, chuter d’un mètre soixante-quatorze avec avoir rencontré un obstacle plus ou moins fixe pour finir la tête dans le cul, c’était douloureux quant même. Puis une chose amusante, quant elle se cognait, ses Perceptions Extra-Sensorielles se brouillaient, donc pour la première fois depuis longtemps, elle était « inconsciente » de son environnement immédiat.

Recroquevillée en position fœtale, moitié mode protection et mode « j’me suis explosée la tête comme une conne », Rachel resta quelques secondes aussi immobile que possible, le temps qu’elle retrouve parfaitement ses esprits. Le choc avait été plus violent que contre une personne normale, et là où elle aurait put espérer renverser aussi l’autre (pas pour lui faire mal, juste pour elle-même éviter de se transformer en bille de flipper), elle c’était mangée quelque chose de bien plus dur. Chose qui était certes tombée, après coup, m’enfin voilà quoi !

Et à moins qu’elle se soit cognée suffisamment fort pour en perdre sa compréhension de l’anglais (seule langue qu’elle parlait même si elle avait aussi du japonais et quelqu’autres langues par intermittence, lorsqu’elle était connectée à Kaede ou d’autres personnes parlant les langues suscitées), Chose qui parlait en langue étrangère ! C’était vraiment trop’injuste !

- Pardon, ça v…

Va ? Va pas ? Veut ? Veut pas ? Pourquoi ne finissait-elle pas sa phrase ? Bon, en tout cas, le centre de compréhension des langues était revenu, ou alors l’autre parlait anglais, tout simplement. Rouvrant les yeux pour regarder l’autre suscitée, les écarquillant un instant, le Phénix relâcha sa position défensive avec un air interrogatif. Adolescente, un peu plus grande qu’elle, plus lourde qu’elle, épaules plus larges qu’elle, avec une sorte de débardeur moulant noir, et un jogging ; sportive avec un visage juvénile, mais un peu rouge. En tout cas, Rachel était sure de l’avoir déjà vu quelque part, même s’il lui faudrait se remettre les idées en place avant de se le rappeler.

Entreprenant de se relever alors que tout reprenait sa place dans sa tête, ses PES en premier lieu, le Phénix vit le geste de don de la serviette envers elle, hésitant un instant quant à sa signification. Oui, elle était encore mouillée et… Oh C’te Honte !

La conclusion que l’autre avait due constater de ses yeux sautant au visage de la rousse, et ce fut à son tour de virer au rouge. Lorsqu’Ariella (parce que le nom était revenu entre temps, Rachel étant multitâche même si elle avait tendance à les faire mal) s’approcha pour qu’elle puisse saisir le drap de bain, la jeune femme ne se fit pas prier et s’en enroulant autour de la taille, alors que l’autre continuait à détourner les yeux.

Les normes sociales étaient, pour la plupart, des choses à réintégrer dans le crâne de l’Echo, cependant, à défaut de n’être habituée aux vêtements moulant et de n’aimer ceux qui étaient courts, elle n’avait jamais perdu la pudeur qu’impliquait la nudité ; le pire avait été évité, puisque ladite nudité n’avait pas dévoilée l’ensemble de sa collection de cicatrices, seul le Phalkon dans son dos, tatouage Shi’ar partant de sous ses épaules et s’en allant jusqu’à son bassin, ayant potentiellement put être vue. Cette marque, faite par une technologie avancée qui avait modifié son génome pour générer cette étrange et gigantesque « tâche de naissance », n’était pas dissimulable comme ces autres cicatrices, car la modifier ne revenait pas à cacher une marque externe de son corps, mais à modifier son propre génotype, et elle en était parfaitement incapable. D’un autre côté, elle ignorait si l’élève l’avait croisée avec ou sans ces cicatrices faciales, lors de l’évacuation de l’Institution, deux mois plus tôt.

Cependant, coup de chance (ou pas), ce ne fut pas cette question qui vint la première à la bouche d’Ariella.

- Alors… he… ça vas… ? Et… he… y c’est passé quoi pour que tu sois nue dans le couloir… ?

Bon, c’était pas forcément mieux non-plus, mais si elle se tapait la honte, au moins elle n’avait pas à trop en dévoiler sur elle. Encore que l’autre con avec son antiquité avait réussit à tout dévoiler… Mais elle devait rester concentrée, la seule difficulté étant de savoir quelle était sa priorité.

Ouvrant la bouche pour tenter de répondre, elle ne prononça pas un mot, prise d’un immense doute sur quoi dire. La vérité, oui, m’enfin… c’était compliqué.

- Bah… en fait… euh… l’Autre Con là… m’a planqué mes fringues et m’a pointée avec un… truc…

Un instant de réflexion, alors qu’elle cherchait à définir l’étrange objet.

- C’était comme un appareil photo d’un vieux film, sauf que dedans, il y avait une pellicule et… voilà. Pas d’électronique, juste une pellicule, une chambre noire et… ‘fin bref.

Non, le Phénix ne connaissait pas l’argentique, tant au niveau de la photographie que de la vidéo, elle était trop « jeune » pour cela, le décalage temporel faisant qu’au lieu d’être née dans les années 90 comme le suggérait son âge physique, elle était née en 2007, chose qui associée à son passé faisait qu’elle n’avait jamais côtoyée cette technologie. Mais ça, c’était impossible à envisager si l’on ne connaissait pas son histoire, et son histoire n’était pas connue, secret des X-Men et de quelques élus à qui elle en avait témoignée.

Enroulée dans la serviette d’Ariella, sans aucune gêne autre que celle d’avoir été vue nue, Rachel prenait plutôt bien les choses, même si elle s’était affolée de l’acte qu’elle n’avait comprit que trop tard. Elle continuait de faire la « mariolle », consciente qu’il n’y avait aucun danger réel. Cependant, ce comportement comme cette habitude contrastaient incroyablement avec le sérieux qu’elle avait affiché la dernière fois, mais de son point de vue, la situation ne prêtait pas au sérieux « réel ». Et cela valait mieux pour celui qui l’avait provoquée.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariella Miller
Élève à l'Institut Delta
avatar

Messages : 307
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: Oh C'te Honte Académie {Ariella Miller + LIBRE par demande mp}   Ven 29 Nov - 4:29

J'attendis en silence, le regard toujours poser sur le mur à l'opposer de Rachel, que celle ci prennent la serviette de bain pour se couvrir. Je restai immobile pendent quelque seconde pour être sur et certaine que la mutante avait enroulé la serviette autour de ça taille avant de finalement poser mon regard sur elle.

- Bah… en fait… euh… l’Autre Con là… m’a planqué mes fringues et m’a pointée avec un… truc…

Je vint légèrement froncer les sourcils.. un truc.. quel truc?? Pourquoi elle semble hésiter? Ça devait rester complètement secret ou quoi?? je suis pas du genre à aller répéter les secrets... quoique elle me connait pas vraiment, alors elle peut pas savoirs ça...

- C’était comme un appareil photo d’un vieux film, sauf que dedans, il y avait une pellicule et… voilà. Pas d’électronique, juste une pellicule, une chambre noire et… ‘fin bref.

Je vint pencher légèrement la tête sur le côté alors que mon esprit cherchait le bon mots pour définir ce que la mutante venait de dire. Je me souviens que lorsque j’étais plus petite j’aimai utiliser un appareille à pellicule jetable, surtout dans les voyages scolaire avant que ma vie ne bascule. Je me souviens aussi que j'avais déjà parler de cela avec papa, surtout lorsque je m'était questionné à propos de nov vielle photo mais aussi de celle de grand-papa. Je restai immobile pendent quelque secondes alors que je cherchai le bon mots, avec l’essor de la technologie pendent mon enfance, il m’arrivais d'oublier certain truc... j'ai trouvé! C'est un appareille argentique que le garçon a utilisé! Cella est encore utilisé de nos jour? Moi qui pensait que tout le monde utilisaient les appareilles numériques de nos jours.... mais.. comment Rachel a put ne pas bien définir l’appareille?? elle semble plus vielle que moi... plusieurs question me vinrent à l'esprit, mais je les chassaient toute l'une après l'autre alors qu'un petit sourire apparaissait sur mes lèvres.

- Je croit que t'est encore un peut sous le choc de ta chute, dis-je doucement et amicalement, entre toi et moi, c'est toi qui devrait plus connaître les appareilles argentiques.

J'avais toujours mon petit sourire alors que je fit un pas vers mon sac pour le récupérer tout en posent de nouveau mon regard sur Rachel. Je n'ajoutai absolument rien sur le fait qu'elle avait eut de la misère à décrire le vielle appareille, pour moi, sois c'était à cause du choc de la chute sois toute les nouvelle technologie avaient embarquer sur ce qu'elle savait des anciennes.

- J'ai vu le garçons partir par la, dis-je tout en pointant la direction qu'il a prit, tant qu'il à pas développé les photos dans une chambre noir, personne ne peut les voir...

je me tut pendent quelques secondes alors que je me rendais compte que la mutante n'était pas aussi sérieuse que la dernière fois.. c'était étrange et terriblement contrastant... mais en même temps, je me sentait en confiance avec elle et je n'avais pas cette impressions de peur d’être une mutante et de montrer mon pouvoir. C'était peut-être à cause qu'elle m'avait vue en plaine crise de panique et qu'elle m'avait aidé à me clamer que j’agissais beaucoup plus naturellement avec elle et ce même si je venait de la voir nue. D’ailleurs, il ne faut pas que j'oublie de la remercier pour le truc qu'elle m'avait donner pour me calmer. J’essaie de plus en plus de l'utiliser pour garder mon calme et pour garder la maitrise sur mon dons. Cependant, le temps n'était pas à cela, je trouvait que l'acte du garçon était con et, si je serrait à la place de Rachel, je ne voudrai certainement pas que ces photos circulent. Je vint prendre le bras de la mutante avant de dire tout en me dirigeant vers le dortoir des filles:

- Allez viens, on vas te trouver de nouveau vêtement et après on vas essayer de retrouver se con pour l'empêcher de développer les photos et de les montrer à tout le monde.

Je continuais d'avancer, tout en tenant le bras de Rachel, je me tournai légèrement vers la mutante alors que je continuais:

- On pourrait en profiter pour te venger, Je vint créer un couteau de lancer dans ma mains libre le positionnent de façons à ce qu'il sois en équilibre sur le bout de mon doigts sous les yeux de Rachel, rien de méchant, mais juste assez pour lui faire très peur.

Mon sourire devint un peut plus malicieux alors que d'un geste je fit tourner la lame dans les aires avant de la rattraper habillement par le manche. Avant d'arriver à l'institue, je ne pensait pas que les garçon pouvaient être aussi con, mais cette pensée s'était vite changé en une certaine colère, pas très grande, envers les coups qu'ils pouvaient nous faire. Et puis, faire un coup aux garçons ne pouvait pas être très dramatique comparer à ce qu'il pouvaient faire et il faillait bien que je rattrape un peut toute ces années ou j'étais resté sagement chez moi, non?

_________________


Nombre de rps:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Oh C'te Honte Académie {Ariella Miller + LIBRE par demande mp}   Sam 30 Nov - 23:42

- Je crois que t'est encore un peut sous le choc de ta chute. Entre toi et moi, c'est toi qui devrait plus connaître les appareilles argentiques.

Pourquoi, ils permettaient d’amortir ? Le Phénix n’avait pas la moindre idée de ce que pouvait signifier « argentique », il y avait le mot « argent » dedans, donc soit c’était des appareils qui coutaient de la thune (plus que les autres), soit il y avait une composante essentielle en argent. Dans tous les cas, elle s’en foutait, elle ne connaissait pas, et n’avait pas envie de connaitre.

Par contre, la direction où c’était enfuit le boyscout l’intéressait déjà plus, même si elle se doutait qu’il ne resta pas planqué dans les dortoirs des filles. Donc, une seule sortie possible, restait à savoir où il était allé après. Chose qui lui prendrait moins d’une minute à découvrir, une simple extension de ses PES lui permettrait de le localiser facilement. Néanmoins, l’indication sur la technologie utilisée signifiait qu’elles avaient le temps de le retrouver, Rachel pouvait donc continuer de prendre les choses à la légère ; cool. Non-pas que le fait que des photos d’elle circulent soient acceptables, mais elle lui les aurait faites enlever de toute façon, s’il n’avait pas le temps de les poster, c’était encore mieux.

Du fait, elle prit soin de finir de s’essuyer, ou plutôt de le faire tout simplement, évitant les ouvertures malencontreuses du drap de bain qui lui couvrait le buste. N’ajoutant rien, Rachel resta concentrée sur son unique tâche, laissant Ariella faire silence puis le briser, en reprenant la parole, non sans lui avoir d’abord prit le bras tout en commençant à avancer, l’entrainant avec elle. Gentille, prête à l’aider, tant à retrouver le gus qu’à lui fournir de nouveaux vêtements.

- On pourrait en profiter pour te venger, rien de méchant, mais juste assez pour lui faire très peur.

Ariella avait créée une lame, au bout de son doigt, une petite lame qu’elle gardait en équilibre. Cependant, associer cette lame à se venger, à l’idée de la peur, même quant c’était « rien de méchant », cela lui déplut fortement. S’arrêtant pour la dévisager alors que l’autre faisait l’artiste des lames avec fierté, le Phénix sembla plus sérieuse. Peut-être prenait-elle les choses trop au premier degré, mais voir une élève de l’Institut dans cet état d’esprit ne lui plaisait pas.

- Euh… non. Je ne veux pas faire peur aux gens, je l’ai suffisamment fait comme ça, déclara-t-elle doucement.

Sa réputation n’était plus à faire, en mal surtout, puisqu’elle était connue pour avoir cassée la mâchoire du Prof X, le bras d’un élève et le nez d’un autre, être une folle qui se baladait dans les couloirs avec son chat et évitait le contact avec les inconnus, même si cela commençait à changer depuis le mariage, où elle avait tenue le rôle de témoin. Quant à ne pas vouloir faire peur, c’était ambivalent, car elle aimait sentir la peur qu’on avait envers elle, cela lui donnait un sentiment d’importance et de supériorité, et avait été particulièrement présent lorsqu’elle était encore une Limier ; chose justifiant amplement qu’elle évite cela au maximum, tout comme le sang et la chasse.

- Le retrouver et détruire la pellicule sera suffisant, je pense, poursuivit-elle sur le même ton, qui ne trahissait en rien les idées associées à la peur qu’on pouvait instaurer avec une simple lame. Quant aux vêtements… donne-moi quelques secondes.

Fermant les yeux, Rachel se concentra sur la structure moléculaire de la serviette humide, commençant par en ôter les molécules d’eau qu’elle expédia aux alentours sans vraiment s’en inquiéter, puis progressant à déstabiliser ladite structure en bidouillant les atomes et leurs charges, une chose complexe qu’elle ne comprenait pas théoriquement, mais s’était entrainée à faire en pratique en se contentant de dupliquée des molécules déjà existante. Ainsi, le Phénix avait développé la capacité au combien utile de transformer de l’air en pâte d’amande, et prit quelques kilos dans la foulée, ou encore celle de manipuler des textiles pour obtenir les Molécules Instables si spécifiques créées par Red Richards, et dont elle était habituée à se vêtir depuis ses seize ans. Les Molécules Instables avaient pour particularité de s’adapter à tout ou presque, fournissant d’excellent costume aux mutants, et équipant notamment les X-Men ; l’un de ces petits bijoux valait plusieurs dizaines de millier de dollar, au point que l’armée les jugeaient trop chère pour ses soldats et que le BAM en avait fait une dotation spécifique. Rachel, de son côté, non-contente de la tenue que l’Institution X lui avait fournie, avait transformés les vêtements normaux qu’on lui avait offert pour en obtenir d’autre, et fit la même chose pour la serviette d’Ariella, qui se déforma et s’étendit sur son corps, changeant de texture comme de propriétés et formant une seconde peau à l’instar de celles qu’elle portaient habituellement, même si plus fine qu’à l’habitude, puisqu’il y avait moins de molécules à transformer. De plus, il n’y avait pas assez de matière à altérer pour former la même combinaison, entièrement rouge et prêtant légèrement au fétichisme, qu’elle avait portée lors de l’évacuation, ainsi le Phénix se contenta de séparer ce qui fut une serviette en plusieurs parties, se formant à son tour une brassière, et l’accompagnant d’une minijupe et de bottes. Considérant le moulant de la combinaison comme le fait qu’elle n’avait rien en-dessous et que cela laissait visible une grande partie de son physique, la notion d’habillement pouvait être discutée, m’enfin cette tenue n’était pas si différente de celle qu’elle avait portée lors de l’évacuation, dans la matière comme dans l’aspect, et si cela n’avait pas gêné alors, pourquoi le ferait-ce aujourd’hui ?

- Voilà, c’est bon, ajouta-t-elle avec un peu plus d’entrain, une fois la transformation terminée, alors que la couleur des Molécules Instables virait au vert et jaune, couleurs proches de celles dont pouvaient être dotés les élèves pour le Projet Héritage.

Une rapide recherche mentale de ses affaires lui avait apprise qu’elles étaient retournées à sa chambre, le garçon les y ayant surement déposées (s’il était accusé de voyeurisme, il n’allait pas en plus y rajouter du vol), chose qui était peut-être une preuve de l’absence de méchanceté dans sa blague, mais qui assurait surtout à Rachel de retrouver son collier. S’il lui avait été volé, la possibilité de faire « très peur » aurait grandement accrue, le Phénix étant prête à mener un véritable interrogatoire pour retrouver tout ce qui lui restait de son monde, et de sa petite sœur.

- On y va ?

Peu après sa demande, elle reprit Ariella par le bras, plus par mimétisme que réellement par envie, et recommença à marcher. Visiblement, il y avait dans l’esprit de la brune d’abord l’affaire de la photographie ensuite celle de sa propre douche, et ce n’était pas la rousse qui irait militer pour le contraire, parce que ce n’était pas à elle de décider.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariella Miller
Élève à l'Institut Delta
avatar

Messages : 307
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: Oh C'te Honte Académie {Ariella Miller + LIBRE par demande mp}   Ven 13 Déc - 20:27

Lorsque Rachel s'arrêta, je m’immobilisai à mon tour alors que je laissai tomber mon bras le long de mon corps après avoir rattraper la lame. Sous le regard de la mutante, je vint légèrement baisser la tête alors que je laissai doucement tombé le couteau au sol. Lorsque la lame toucha le sol, elle se brisa aussitôt en plusieurs petit morceaux. J'aurais peut-être pas dut faire ce geste qui pour moi ne signifie rien de réellement méchant puisque je fessait souvent ce geste en blague avec mon père. Grosse nouille, t'est pas avec ton père... ça ce fait pas faire ça quand tu connais à peine l'autre personne.

- Euh… non. Je ne veux pas faire peur aux gens, je l’ai suffisamment fait comme ça

Je levais un peut mon regard vers Rachel, présentement je ressemblait presque à un petit chien qu'on venait de chicaner. Moi, je ne me fiais pas à la réputation des autres, mais cela n'était pas le cas de tout le monde.... Mes épaules s’abaissèrent un peut plus alors que je m'en voulait de pas avoir penser à la réputation de Rachel ainsi que se que mon geste pourrait signifier.

- Le retrouver et détruire la pellicule sera suffisant, je pense Quant aux vêtements… donne-moi quelques secondes.

Je vint légèrement hocher de la tête, pas besoins de faire un coup pour détruire la pellicule, j'avais comprit... mais elle avait faire quoi pour les vêtements? Elle n'allait tout de même pas en faire apparaître, non? Pousser par la curiosité, mon regard se posa sur la mutante alors que ma serviette commençait à se déformer pour aller recouvrir le corps de Rachel. Je fit un demi pas vers l'arrière alors que je ne comprenait pas du tout ce qui se passait. Mais rapidement mais légère crainte fut remplacé par une certaine fascination. Wah... comment elle fait ça? C'est tellement plus classe que ce que je suis capable de faire... Mon regard observa pendant un moment le vêtement nouvellement formé...cela en était presque magique. Je n'était pas déranger par la nouvelle tenue de la mutante, non, j'étais beaucoup trop fasciné pour me poser des questions présentement.

- Voilà, c’est bon

- Comment t'a fais ça... murmurai-je alors que je posait mon regard dans celui de la mutante.

- On y va ?

Je vint hocher un peut de la tête, j’avais réellement envie de l'aider et au moins je ne ressemblait plus à un chiot qu'on chicanait. Je laissai la mutant me prendre le bras alors que je me mettais en marche pour la suivre. Je gardais le silence pendent un moment, je m'en voulait encore un peu d'avoir créer un couteau sans avoir réfléchit avant. À vrais dire, je me sentais un peut comme une gamine qui attendais le moment fatidique ou elle se ferait chicaner.... Au bout d'un moment, je vint effleurer du bout des doigts l'épaule de Rachel pour attirer son attention avant de dire:

- Pardons pour la lame tantôt, j'ai pas réfléchit à ce que ça pourrait signifier avant d'agir..

J'eus un petit sourire avant de détourner mon regard pour le poser devant moi. Bon, ça c'était dit, je me sentait un peu moi mal d'avoir fait ce geste.

- Alors, continuai-je, c'est quoi le plan? On y vas à la manière forte pour récupérer directement la pellicule ou on y vas plus subtilement en asseyent de négocier?

_________________


Nombre de rps:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Oh C'te Honte Académie {Ariella Miller + LIBRE par demande mp}   Lun 16 Déc - 22:52

Ariella laissa tomber sa lame, laquelle se brisa contre le sol, prouvant une qualité d’acier plus que mauvaise, à moins que ce ne fût la volonté de l’adolescente. Mais c’était là un détail qui n’importait pas à la rousse, qui continua franchement, obtenant l’acquiescement de l’autre sans difficulté, ni discussion. Cependant, là où elle eut une grande réaction, se fut lorsque la serviette devint habit, la brune crachant une question estomaquée alors qu’elle plantait son regard dans celui du Phénix, qui se détourna prestement.

Marchant aux côtés de l’adolescente sans rien ajouter, ne répondant pas tout de suite à sa question. Non qu’elle n’attendait quelque chose, mais simplement Rachel devait penser avant de parler, et à défaut de soupeser ce qu’elle dirait, elle devait savoir à quoi s’en tenir. Et cela ne pouvait pas s’improviser, pas plus que suivre une norme quelconque.

Quittant le dortoir des filles par la porte menant au réfectoire, Rachel mena le mouvement de manière à ne pas avoir à traverser la grande salle vitrée, contournant de se fait les cuisines adjacentes, et finissant par accomplir un détour de quelques minutes, juste pour éviter au maximum le monde potentiel. La seule interruption du trajet fut quant Ariella le toucha l’épaule de sa main libre, pour attirer son attention. Oh, la rousse n’était pas perdue dans ses pensées, enfin pas de la façon commune, elle se concentrait simplement pour, en observant la matérialisation de son environnement dans son esprit, trouver leur Némésis de l’heure.

- Pardons pour la lame tantôt, j'ai pas réfléchit à ce que ça pourrait signifier avant d'agir…

S’immobilisant, le Phénix regarda l’adolescente lui sourire puis fuir son regard, et elle se distança d’un pas alors que l’autre renchainait.

Un plan ? Rachel ne faisait pas de plan, c’était se prendre la tête, et elle faisait son possible pour éviter cela. Elle improvisait, en règle générale. Quant elle avait été plus jeune, quant elle avait été enfant, elle avait fait des plans, histoire d’emmerder sa belle-mère au maximum, et de façon originale et imaginative, mais depuis les Limiers, elle avait été dressée à l’action-réaction, avec deux réactions possibles : la soumission ou la violence. Surpasser cela était compliqué, mais faire des plans ne l’aidait en rien. Elle préférait fonctionner à la sincérité, également, et on ne pouvait pas prévoir d’être sincère, on l’était sur l’instant, ou on ne l’était pas, c’était aussi simple et tranché que cela.

- J’aime pas qu’on « face peur », et disons que la peur des lames, je connais, répondit-elle simplement, après plusieurs secondes de réflexion. Tu te souviens des cicatrices que j’avais sur le visage la dernière fois ? Bah il a bien fallut qu’on me les fasse…

Non, elle ne parlerait pas de la torture et surtout pas de l’opération, même si son visage se crispa pour ne trahir la tristesse, chose qui lui fit le faire pour la douleur.

- Je veux pas en parler, ajouta-t-elle rapidement, histoire d’éviter d’amener le sujet plus avant. J’ai un passé pas mal violent, et je veux l’être le moins possible, surtout ici.

Au moins, Ariella aurait de quoi comprendre pourquoi elle ne voulait pas de « mauvaises réactions », comme elle avait déjà put en avoir auparavant.

- Du coup, je préfèrerai simplement lui demander, je suis pas très douée en négociation, mais mieux vaudra aller se plaindre aux pions qu’employer la manière forte. ‘Fin, ce que je considère comme la manière forte.

La dernière fois qu’elle avait laissées totalement libre court à ces pulsions, Rachel avait torturé à mort le clone sadique d’un de ses amis, lui brisant les membres et lui foutant le feu, non sans lui avoir arrachés dents et ongles et avoir effacé de sa mémoire tout souvenir autre que cette souffrance. Le cas était bien plus extrême que la simple photo volée d’aujourd’hui, mais des cas moins grave l’avaient déjà faite réagir de façon violente, ainsi préférait-elle encore perdre la face que la faire perdre à quelqu’un. Sa manière forte n’avait surement rien de comparable à ce qu’une adolescente pouvait nommer ainsi, de même que l’utilisation de lames pour l’une ou pour l’autre devait s’avérer très différente ; le Phénix avait vécu la torture, des deux côtés.

- Au pire, je me contenterai de la détruire, il ne pourra pas aller se plaindre considérant qu’il est en tord.

Cela marchait aussi. C’était très enfantin comme raisonnement, mais assez juste, puisqu’aller se plaindre qu’elle avait détruite la pellicule serait reconnaitre son existence, donc que lui-même avait fait une connerie.

- M’enfin, on verra bien, soupira-t-elle avant de reprendre la marche. Pour ta serviette, j’ai altérée la structure moléculaire pour changer le matériau en un autre, puis je me suis contentée de modifier la forme. C’est d’une manière similaire que je cache mes cicatrices.

Cette fois, elle marchait à un pas de l’autre, accomplissant plusieurs choses en même temps, puisqu’elle pensait avoir trouvée le photographe.

- Je sais aussi transformer l’air en pâte d’amande, surenchérie-t-elle avec un peu plus de jovialité. S’tu veux, j’en ferais des bouts quant on aura fini.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariella Miller
Élève à l'Institut Delta
avatar

Messages : 307
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: Oh C'te Honte Académie {Ariella Miller + LIBRE par demande mp}   Lun 30 Déc - 0:58

- J’aime pas qu’on « face peur », et disons que la peur des lames, je connais,  Tu te souviens des cicatrices que j’avais sur le visage la dernière fois ? Bah il a bien fallut qu’on me les fasse…

Je vins légèrement pencher la tête sur le côté au fur et à mesure que la mutante parlait. Les cicatrices....  je me souviens vaguement en avoir vue sur son visage, mais.... je n'y avait pas prêter attention à ce moment... Au moment ou je comprenait, ma tête se redressa... non... je voulait pas lui rappeler de mauvais souvenirs.... j'ouvris la bouche pour dire quelque chose, mais la mutant enchaîna aussitôt.

- Je veux pas en parler, J’ai un passé pas mal violent, et je veux l’être le moins possible, surtout ici.

Je vint hocher légèrement de la tête alors que je n'ajoutai rien. Oui, j'avais des questions.. oui j'étais porter à vouloir en savoirs plus, mais si elle ne voulait pas en parler... je n'allais certainement pas la forcer à le faire.... peut-être qu'un jour elle vas vouloir m'en parler.....

- Du coup, je préfèrerai simplement lui demander, je suis pas très douée en négociation, mais mieux vaudra aller se plaindre aux pions qu’employer la manière forte. ‘Fin, ce que je considère comme la manière forte.

Ok, murmurai-je doucement, pas de manière forte... et je vais faire de mon mieux pour t'aider à négocier.

J'eus un autre petit sourire, je ne savais même pas si j'étais capable de négocier. Mais une chose avait attirer mon attention dans les paroles de Rachel.. .. on dirait qu'elle vois les chose que je dit beaucoup plus sombrement que comment je les vois... à moins, que ce ne sois moi qui prend les chose trop à la légère? Je me demande bien ce qu'elle à bien plus vivre avant d'être ici....  c'est peut-être à cause de cela si nos deux vision son bien différentes?

- Au pire, je me contenterai de la détruire, il ne pourra pas aller se plaindre considérant qu’il est en tord. M’enfin, on verra bien.

Je vins encore une fois hocher de la tête, elle avait encore une fois raison. Pourquoi je n'avais pas pensée à juste aller parler au garçon? Cela était-il à cause de mon âge que j'avais juste penser à faire un coup pour répondre à celui de garçons? Ou cela était juste moi qui ne prenait pas le temps de réfléchir? Quoi que, avant de venir à l'institue je n'avais jamais été confronter à ce type de situation... Je me remit en marche au même moment ou la mutante recommençait à marcher avant de glisser mes mains dans mes poches.

- Pour ta serviette, j’ai altérée la structure moléculaire pour changer le matériau en un autre, puis je me suis contentée de modifier la forme. C’est d’une manière similaire que je cache mes cicatrices.


J'eus un petit sourire en même temps de venir encore une fois hocher de la tête, son dons était étonnant voir même fascinent. Moi qui trouvait mon pouvoir assez étonnant, je n'aurais jamais penser que le dons d'une autre personne puisse toucher jusqu'à la structure moléculaire.

- Je sais aussi transformer l’air en pâte d’amande, S’tu veux, j’en ferais des bouts quant on aura fini.

- Ce serrai bien, j'aime la pâte d'amande, répondis-je aussitôt, et .. je te trouve étonnante....


Je me tus pendent quelque secondes alors que mon regard était maintenant posé dur le sol. À vrais dire, je ne savais plus trop quoi ajouter présentement....

- Je..., ajoutai-je après un moment, je me demande si un jour je vais être capable de maîtriser mon dons au même niveau que tu maîtrise le tien...


( hrp: désoler pour le long temps de réponse, je ne sais pas pourquoi, mais sa ma prit du temps à écrire comme réponse.  Embarassed )

_________________


Nombre de rps:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Oh C'te Honte Académie {Ariella Miller + LIBRE par demande mp}   Sam 11 Jan - 14:06

Ariella sembla perplexe, ou perturbée, ou les deux, à moins qu’il ne s’agisse d’autre chose, Rachel ne savait pas réellement, et n’allait pas forcer les choses pour le savoir. Elle avait l’aide de l’adolescente pour négocier, de préférence de manière différente que dans la plupart des films, et avait évitée toute question indiscrète sur son passé, du fait, elle estimait s’en sortir au mieux, dans la discussion, même si elle n’ignorait pas que c’était prétexte à en avoir d’autres, plus tard. Plus tard qui commencerait visiblement autour d’un morceau de pâte d’amande d’ailleurs ; cool !

Le Phénix détourna un peu le regard lorsqu’elle reçut ce qu’elle prenait pour un compliment, être étonnante », puis regarda l’adolescente fixer le sol, le fixant quelques instants également pour savoir ce qu’il y regardait, puis comprenant qu’il s’agissait d’éviter son regard.

- Je… je me demande si un jour je vais être capable de maîtriser mon dons au même niveau que tu maîtrise le tien…

- La maitrise vient avec la pratique, l’enseignement voir la compréhension, répondit simplement la rousse, qui connaissait la chanson. On commence par le faire instinctivement, en général, puis on peut apprendre à le maitriser, seule ou aidée, et enfin, certains finissent par comprendre comme leurs capacités fonctionnent, et peuvent en exploiter le plein potentiel.

Rachel s’estimait autodidacte, donc en phase d’enseignement, et savait pertinemment qu’elle ne pourrait jamais comprendre comment ils fonctionnaient, ne souhaitant pas le faire d’ailleurs ; exploiter son plein potentiel ne l’intéressait pas et l’effrayait plus qu’autre chose, d’autant que c’était bien là ce qui faisait qu’on s’intéressait à elle, et qu’elle était déjà bien trop dangereuse de norme. Il n’y avait aucun intérêt à ses yeux à pouvoir désintégrer la matière, mais la transformer pour se faire des nouvelles fringues, ça c’était bien. Et l’invocation de bouffer, il ne fallait pas croire, c’était dangereux… pour la ligne.

- De ce que j’observe, ton corps réutilise le fer de façon différente, pouvant en sécréter sous divers formes.

Donner l’idée générale, sinon elle allait rapidement se prendre la tête dans des trucs compliqués qu’elle ne comprendrait elle-même pas ; ce n’était pas parce qu’elle pouvait observer son environnement à différentes échelles qu’elle les comprenait mieux, et si elle avait fini par réussir à transformer l’air en pâte d’amande, cela lui avait prit énormément de temps, à regarder la structure moléculaire de la pâte d’amande, à prendre une parcelle d’atmosphère et à essayer de faire la transition. A un niveau plus terre à terre, elle avait passé un après-midi à loucher sur un morceau de pâte d’amande, et heureusement qu’elle avait réussit, parce qu’elle avait fini avec un gros mal de tête.

- Je suis Psychokinésiste, c’est de la Télékinésie « étendue », au lieu de faire bouger les objets, je peux faire bouger les atomes et les molécules.

- J’ai un peu de télépathie, même si je maitrise très mal, c’est dur de s’entrainer avec ça, et divers sens psychiques.

- Je peux aussi faire du voyage dans le temps et j’ai la capacité de puiser dans l’énergie vitale dégagée par les êtres vivants au besoin, mais vaut mieux éviter de faire joujou avec ça.

- La TK c’est ce que je maitrise le mieux, mais je te cacherai pas que c’est compliqué de transmuter les objets. Après, ce que j’ai fais avec ta serviette, c’est un peu la même que ce que tu fais avec le métal, je pense.

- Si tu trouves pas de prof’ de maitrise de pouvoir capable de t’aider, je pourrais essayer.


Rachel ne s’estimait pas très pédagogue, par manque de patiente essentiellement, puis également par le fait qu’elle n’aimait pas exiger ou imposer des choses, et qu’elle essayait de se compliquer la vie le moins possible, chose potentiellement contradictoire avec donner un cours ; après, ce n’était pas ce qu’elle avait proposé, mais bien de l’aide, chose qui ne garantissait aucun résultat et était bien moins formelle, le Phénix n’étant de toute façon jamais dans la formalité.

- On recommence à marcher ?

Simple question, nécessaire cependant pour arriver à leur objectif, objectif qu’elle recherchait dans les dortoirs, de par les sens psychiques suscités, et qu’elle pensait avoir trouvé. Elle aurait put détruire la pellicule d’ici, d’une simple pensée, mais ne le ferait pas, étant parti du principe qu’il fallait y aller, négocier, et ayant l’intention de conduire l’autre à réfléchir sur ses actions et ses motivations, sans rien imposer.

Philosopher, c’était bien là une chose qu’elle aimait faire, même si les questions lui venaient plus d’une incompréhension du monde et de son recul comme son étrangeté par rapport à lui.

- T’étudies quoi ici, d’ailleurs ? T’es en âge d’avoir un cursus spécialisé, ou tu es encore en général ? Et t’aimerai faire quoi plus tard ?

Des questions, lancées par rapport à son idée précédente, auxquelles elle-même pouvait répondre sans trop en dire, même si cela risquait de creuser encore plus le mystère que de le résoudre, mais dès qu’il s’agissait de faire connaissance, c’était là une étape inévitable, jusqu’à ce que le Phénix décide de faire suffisamment confiance à l’autre pour lui révéler quelques vérités. Mais elles n’en étaient pas encore à là.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariella Miller
Élève à l'Institut Delta
avatar

Messages : 307
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: Oh C'te Honte Académie {Ariella Miller + LIBRE par demande mp}   Mer 15 Jan - 9:31

- La maîtrise vient avec la pratique, l’enseignement voir la compréhension, On commence par le faire instinctivement, en général, puis on peut apprendre à le maîtriser, seule ou aidée, et enfin, certains finissent par comprendre comme leurs capacités fonctionnent, et peuvent en exploiter le plein potentiel.

- seule, ça marche pas avec moi, murmurai-je mon regard toujours posé sur le sol, je peut te le confirmer....

- De ce que j’observe, ton corps réutilise le fer de façon différente, pouvant en sécréter sous divers formes.


J'écoutai toujours attentivement les paroles de la mutante et ce même si je ne la regardai plus. Ouais.... ça se tenait ce qu'elle me disait.... J'avais jamais prit le temps de me poser la question sur comment mon pouvoir fonctionnait réellement, je l'utilisai beaucoup plus instinctivement comme Rachel venait de le dire. Toujours en écoutent la mutante parler, je me mit à penser une peu à mon pouvoirs. Lorsque je me concentrai pour créer mon armure, je la sentait recouvrir ma peau comme si c'était de la sueur ou de l'eau, cela je m'en était rendue compte des que mon pouvoir c'était manifesté. Par contre, je ne m'étais jamais posé de question sur comment je fessai pour qu'elle sois plus ou moins flexible. Instinctivement je choisissait la forme la plus approprié, généralement je ne fessai que penser à mon armure et mon corps fessait le reste... à moins que je ne décide volontairement de la souplesse de mon armure, ce qui arrive généralement lorsque je décide de me pratiquer à la course avec mes deux types d'armures sur le corps. J'allais devoir réfléchir à ce que Rachel venait de me dire, en fait, cela fait un moment que j'aurais dut commencer à sérieusement me poser des questions sur mon pouvoir et sur son fonctionnement.

- Je suis Psychokinésiste, c’est de la Télékinésie « étendue », au lieu de faire bouger les objets, je peux faire bouger les atomes et les molécules.

- J’ai un peu de télépathie, même si je maîtrise très mal, c’est dur de s’entrainer avec ça, et divers sens psychiques.

- Je peux aussi faire du voyage dans le temps et j’ai la capacité de puiser dans l’énergie vitale dégagée par les êtres vivants au besoin, mais vaut mieux éviter de faire joujou avec ça.

- La TK c’est ce que je maîtrise le mieux, mais je te cacherai pas que c’est compliqué de transmuter les objets. Après, ce que j’ai fais avec ta serviette, c’est un peu la même que ce que tu fais avec le métal, je pense.


Lorsque la jeune femme avait commencé à parler de ses pouvoirs, j'avais porté beaucoup plus attention à ces paroles. Elle pouvait vraiment tout faire ça? Moi qui pensait qu'elle était juste télépathe... je n'aurai jamais pensé qu'elle puisse faire tout ça... la ressemblance entre mon pouvoir et ce qu'elle avait fait avec ma serviette était possible même si j'avais un peu de misère à le croire..... Encore une fois plusieurs questions apparurent dans mon esprit, décidément j'étais trop curieuse, mais celles si s'estompèrent lorsque j'entendis la suite des paroles de la jeune femme.

- Si tu trouves pas de prof’ de maîtrise de pouvoir capable de t’aider, je pourrais essayer.

Je vins poser mon regard sur la mutante alors qu'un petit sourire apparaissais sur  mes lèvres. Je n'avais pas encore vraiment commencé les entraînements de maîtrise de pouvoir avec des professeur... Bien sur je me pratiquait seule, mais ce ne serrais jamais assez. Par contre, je pourrai peut-être progresser un peut avec l'aide de Rachel. Bon, c'est sure que ce ne serrai pas comme avec un professeur mais ce serrai mieux que rien.

- Pourquoi pas, dis-je doucement, qui ne tente rien n'a rien.....


- On recommence à marcher ?


Je vint hocher un peut de la tête, j'attendis que la mutante se mette en route avant de la suivre. Je ne savais pas ou le garçons pouvait bien être caché alors je préférai laisser la mutante prendre les devants.... peut-être que Rachel savais ou il était?

- T’étudies quoi ici, d’ailleurs ? T’es en âge d’avoir un cursus spécialisé, ou tu es encore en général ? Et t’aimerai faire quoi plus tard ?

Je vint glisser mes mains dans mes poches, je gardai le silence pendant quelque secondes avant de répondre:

- J'étudie l'histoire, j'adore découvrir comment on vivait dans le passer notamment durant la période médiéval. De plus, savoir ce qui à été fait par le passer est un bon moyen de ne pas répéter les même erreurs..... Présentement, je commence mon cursus spécialisé en histoire et j'aimerais bien devenir prof d'histoire...

Je me tus pour reprendre mon souffle alors qu'un sourire apparaissait sur mes lèvres avant de disparaître presque aussitôt.

- Ouais, j'aimerais être prof, ajoutai-je, même si je suis pas capable d'être entouré de beaucoup de monde qui me regarde.... , je soupire un peu, Mais bon, à part être professeure d'histoire, j'aimerai aussi être capable de partager et enseigner ma passion pour l'archerie. J'en fait depuis que je suis toute petite et j'ai toujours voulut trouver le moyen de combiner mes deux passions en un seul métier.


Je me tut une autre fois, reprennent mon souffle, avant de continuer:

- Si jamais t'a envie que je te montre l'archerie, hésite pas à me le demander.

Je fit un sourire à la mutante, l'ombre qui était passé sur mon vissage lorsque j'avais dit ne pas être capable d'être entouré de beaucoup de monde avait disparue pour être remplacé par ma bonne humeur habituelle.

- Sinon, toi étudie-tu dans quelque chose? Qu'aimerai-tu faire plus tard et a tu une passion?

_________________


Nombre de rps:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Oh C'te Honte Académie {Ariella Miller + LIBRE par demande mp}   Dim 26 Jan - 19:20

Bon, Ariella n’était pas fermée à l’idée d’un essai d’aide à l’apprentissage si elle ne trouvait personne à l’Institut pour le faire – chose peu probable s’il en était – du fait, Rachel devrait assumer le moment venu ! Encore que le « pourquoi pas » devait être plus nuancé qu’un simple « oui », « d’accord » ou autre, ainsi ce serait par dépit ou équivalent, qu’elle tenterait l’aventure. A loisir, le Phénix n’escomptait pas se compliquer avec cela non plus.

Reprenant la route, la rousse eut droit à des réponses à ses questions « banales », mais importante à ses yeux, plus même que les capacités mutantes des autres, choses que d’aucuns des camarades de l’adolescente ne comprenaient pas, persuadés de ne valoir que par leurs pouvoirs et nullement par ce qu’ils comptaient faire de leurs vies, chose se résumant à se la mesurer tout simplement. En tout cas, l’histoire c’était intéressant, surement, même si le médiéval, c’était généralement bien plus moche que ce que l’héroïque-fantaisie en donnait à voir. Après, Rachel n’avait pas assez étudiée l’Histoire passée pour réellement en parler, et elle était prête à tout pour éviter une histoire futur similaire à la sienne.

- Un peuple qui oubli sont passé se condamne à le revivre ; Winston Churchill, répond-t-elle simplement à l’avis de l’adolescente, n’ajoutant rien sur le fait qu’avec les deux profs d’Histoire G déjà présents à l’Institution, Ariella avait l’embarrât du choix pour ses cours.

- Ouais, j'aimerais être prof, même si je suis pas capable d'être entouré de beaucoup de monde qui me regarde…

Certes, ça partait mal, m’enfin à cœur vaillant, rien d’impossible ! Ou presque. L’archerie s’enseignerait peut-être plus facilement que l’histoire, du coup, puisqu’il devait y avoir moins d’élèves, même si, bon, il fallait se méfier quant même. En tout cas, Rachel ne critiquerait pas les choix de l’adolescente, c’étaient les siens et d’autres n’avaient nullement à intervenir dessus, car qu’ils soient bon ou mauvais, réalistes ou irréaliste, c’était exercer son libre-arbitre que de le faire, et le Phénix respectait le libre-arbitre d’autrui plus qu’un certain nombre sur cette terre.

- Si jamais t'a envie que je te montre l'archerie, hésite pas à me le demander.

- D’accord, acquiesça-t-elle, prenant note d’une chose qu’elle aurait surement oubliée d’ici au lendemain si elle se fiait à sa seule mémoire.

- Sinon, toi étudies-tu dans quelque chose ? Qu'aimerais-tu faire plus tard et as-tu une passion ?

Grimaçant un instant, le Phénix continua d’avancer à la même allure, réfléchissant sur ce qu’elle pouvait dire, ou pas. Il était inévitable qu’Ariella se pose de nouvelles questions, quelles que fussent les réponses de la rousse, mais il ne fallait pas non plus l’amener à spéculer comme tant d’autres. Ni devoir lui répondre, d’ailleurs. Et il fallait aussi faire gaffe à ce qu’elle révélait d’elle-même.

- J’ai arrêtée l’école à douze ans, du coup, les études c’est pas pour moi.

Elle n’avait pas envie de se retrouver dans une classe de gens de dix ans de moins qu’elle pour apprendre des trucs dont elle s’était très bien passée jusque là, considérant qu’elle ne serait pas plus bête que la moyenne à être inculte et refusant d’utiliser ses pouvoirs pour rattraper en quelques secondes ses lacunes d’apprentissages, car c’était là, à ses yeux, un investissement et une volonté, non une simple donnée que l’on pouvait copier-coller d’un cerveau à l’autre ; elle l’avait déjà fait par le passé, mais c’était en d’autres conditions, et avait un simple but : la maximisation de ces capacités de survie.

- Mais on peut considérer que j’étudie la glandouille, vu que c’est ce que je fais le plus. Et j’ai prit énormément d’expérience, depuis mon arrivée.

Après des années à dormir par intermittence, grappillant quelques heures par-ci par-là dans des endroits aussi crasseux qu’inconfortables et ne fermant qu’un œil de peur de ne jamais les rouvrir, un lit douillet et la sécurité de l’Institut lui avaient permise de rattraper toutes les heures de sommeil qui lui manquaient, la conduisant à des nuits de dix à quatorze heures, même si elle restait largement apte aux nuits blanches et autres réveils violents, les vieilles habitudes ayant la vie dure – sans compter que ces nuits n’étaient pas complètes, souvent entrecoupées par ses propres hurlements. Ensuite, n’ayant plus à lutter pour la survie, il était vrai qu’elle avait relâché le rythme, et profitait la plupart du temps de la magnifique invention du farniente, même si elle continuait de s’entrer et de se chercher dans son interaction avec ce monde. Puis il y avait sa sœur d’adoption, ses amis et sa protégée, cela lui prenait pas mal de temps et elle ne l’aurait redistribué pour rien au monde.

- Mais j’ai demandée à Ororo pour rejoindre les X-Men, je pense que c’est auprès d’eux que je peux être le plus utile.

Point de vue somme-toute entièrement personnel. Oui, elle était une preuve vivante que les enseignements idéologiques de l’Institution Charles Xavier pouvaient fonctionner, car plus qu’avoir été éduquée selon leurs principes, Rachel y était revenue malgré toutes les raisons qu’elle avait de haïr l’Humanité, et de rejoindre le mouvement Confrériste dans sa lutte armée, chose qu’elle avait déjà fait en un sens sur son propre monde, même s’ils s’agissaient des successeurs de la Confrérie, et dont elle espérait rejoindre la première incarnation sur celui-ci, de monde. Après, elle avait un fort potentiel de dérapage, et cela était potentiellement catastrophique, considérant qu’elle restait plus puissante que toute la X-Team réunie, et bien plus entrainée dans la chasse et l’élimination de mutants. Cependant, c’était là un pari à prendre, pour elle, car pour s’assurer qu’elle resterait au mieux dans le droit chemin, quoi de mieux que la laisser y participer ? D’autant plus lorsque l’on considérait que les deux dernières interventions des X-Men, elle en avait faite partie, même sans le rang.

- Je pense que je vais me spécialiser dans la défende de l’Institut, une sorte d’agent de sécurité, quoi. Danger est bien, mais je ne serais pas de trop pour la suppléer.

Peu de mutants pouvaient surpasser en puissance brute la technologie qui constituait Danger, mais ceux qui y parvenaient étaient un véritable danger, alors que le Phénix avait une forte d’intervention et une puissance brute illimitée, mais qu’il était bien plus facile de détourner que le superordinateur ; d’où la suppléance.

- Enfin, j’aime faire la cuisine, perdre aux jeux vidéos sur la console de Cait’, glander, bouffer et dormir.

Se battre, chasser et tuer aussi, mais cela c’était par endoctrinement, nullement par nature, et même si Rachel se montrait franche, elle savait qu’il valait mieux éviter d’en parler. D’autant que c’était de mauvaises passions, des tendances héritées de son passé qui, à l’instar du cannibalisme, passaient plus que mal ici. Et ne lui correspondait pas forcément en tant que personne ; même si se battre, considérant son absence de finesse et de subtilité, pouvait y rentrer, dans une mesure bien plus relative et innocente que celle perçue par la jeune femme, surement proches de celle conçue par l’adolescente.

- On arrive au dortoir, je sais déjà quelle chambre il est ; tu veux parler la première ?

Question comme cela alors qu’elles arrivaient aux portes du dortoir des garçons, et que le Phénix avait trouvé leur proie ; indiquer la chambre était simple, tout comme la trouver puisque les deux bâtiments avaient été construits en miroir, tous deux des extensions du manoir originel, ainsi en arrivaient-elles à la partie complexe : prendre la parole avec diplomatie. La main ouverte, de préférence.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariella Miller
Élève à l'Institut Delta
avatar

Messages : 307
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: Oh C'te Honte Académie {Ariella Miller + LIBRE par demande mp}   Dim 2 Fév - 20:19

Je ne pus m’empêcher de revoir un petit sourire après que Rachel eut terminé de citer Churchill, grâce au cours générale d'histoire, je connaissait cet homme, mais je ne je souvenais pas d’avoir entendue ou lut cette citation... Par contre, la jeune femme avait très bien choisi la citation qui marchait merveilleusement bien avec se que j'avais dit.

Lorsque la mutante acquiesça pour l'archerie, certes je n'allai pas la forcer à venir me voire pour que je lui montre l'archerie, mais si elle voulait essayer, j'allais être la. Je vins doucement glisser mes mains dans mes poches alors que je me demandai pourquoi Rachel venait de grimacer pendant un instant. J'avais poser une question qui fallait pas?

- J’ai arrêtée l’école à douze ans, du coup, les études c’est pas pour moi.


Je vint légèrement hausser les sourcils, douze ans...? c'était possible d'arrêter à douze ans de nos jours? Je comprenais que ce n'était pas tout le monde qui aimait aller à l'école pendent longtemps pour des études supérieures, mais la.... à douze ans.... c'était étrange.... je me demandai bien pourquoi, mais en même temps elle avait peut-être vécue des choses qui l'avait forcé à tout arrêter.... Était-ce à cause de cela si elle criait la nuit? Si c'était le cas, ce n'était pas approprier de commencer à lui poser tout plein de question la dessus... en plus que je la connaissais à peine...

- Mais on peut considérer que j’étudie la glandouille, vu que c’est ce que je fais le plus. Et j’ai prit énormément d’expérience, depuis mon arrivée.

Je ne put m’empêcher d'avoir un tout petit rire, étudier la glandouille, je n'aurais jamais penser entendre cela un jours. Personnellement, je ne croit pas que je serai capable de glander pendant des jours entier. Je fini toujours par avoir envie de bouger ou à avoir envie de faire quelque chose de productif. Mais bon, chacun de nous étaient différent et chacun de nous occupait son temps libre différemment.

- Mais j’ai demandée à Ororo pour rejoindre les X-Men, je pense que c’est auprès d’eux que je peux être le plus utile. Je pense que je vais me spécialiser dans la défende de l’Institut, une sorte d’agent de sécurité, quoi. Danger est bien, mais je ne serais pas de trop pour la suppléer.

Je vint légèrement hocher de la tête face au parole de la mutante, moi, je la voyait très bien comme x-men et comme agente de sécurité....

- Enfin, j’aime faire la cuisine, perdre aux jeux vidéos sur la console de Cait’, glander, bouffer et dormir. On arrive au dortoir, je sais déjà quelle chambre il est ; tu veux parler la première ?

Mon regard se posa vers le dortoirs des garçons, j'observais pendent un moment le couloirs qui était pareille au dortoir de fille. C'était bizarre d'être ici puisque les fille n'avais pas le droit d'aller dans le dortoir des garçons.... et vice versa.. Je vint poser mon regard sur Rachel avant de finalement répondre à sa question:

- D'accord, je peut parler la première. Peut-être que si c'est moi qui l'aborde en premier, il serra plus enclin à nous donner la pellicule. Il est dans quelle chambre?

Je vins légèrement sourire à la mutante avant de faire deux pas vers le dortoir des garçons, je vint légèrement me tourner vers la mutante avant d'ajouter doucement:

- au fait, j'espère que tu vas devenir x-men et que tu vas pouvoir suppléer Danger. J'ai vue comment tu a agis lors de l'évacuation, surtout avec moi, et je pense que tu est faite pour prendre cette vois.

Mon sourire s'agrandit un peut plus alors que je me tournai à demi vers le dortoir des garçons tout en ajoutent :

- On y vas?

_________________


Nombre de rps:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Oh C'te Honte Académie {Ariella Miller + LIBRE par demande mp}   Dim 9 Fév - 20:15

Visiblement, étudier la glandouille était drôle, puisqu’Ariella y rit, et cela contenta le Phénix ; c’était toujours plus facile d’avoir des rapports sociaux sous couvert de l’humour, et faire la rigolote lui allait bien. Après, elle n’allait pas insister sur le fait qu’il était passionnant de ne rien faire, parce que c’était une perte de temps (ne rien faire, pas la passion) et qu’à part se dire qu’il y avait surement plein d’autres choses à faire, bah on faisait pas grand-chose (logique). Mais c’était cool de rester en mode larve, mine de rien.

Restait à espérer que ce soit une voie plus humoristique qu’active qu’il faudrait prendre pour récupérer la pellicule ; encore que l’adolescent ne devait pas avoir le même humour qu’elles. Mais l’adolescente acceptait de parler la première à son vis-à-vis, ainsi tout se poursuivrait sans encombre ; c’était à espérer.

- Au fait, j'espère que tu vas devenir x-men et que tu vas pouvoir suppléer Danger. J'ai vue comment tu as agis lors de l'évacuation, surtout avec moi, et je pense que tu es faite pour prendre cette vois.

- Merci. Outre que je suis faite pour aucune autre, il n’y a que dans les situations d’actions où j’ai une idée de comment réagir ; c’est une question d’instinct plus que de normes sociales.

Rachel savait avoir les capacités pour être X-Men, restait à découvrir si, malgré tout, elle en avait les qualités ; et restait à espérer, de son point de vue, que ce soit ces dernières qui seraient évaluées par la passation. D’un autre côté, à faire un truc de bourrin, les X-Men prenaient le risque qu’elle détruise la Salle des Dangers ; car elle, elle faisait parti des mutants capables de vaincre Danger et ses hologrammes.

-  On y vas?

- Oui.

Marchant sans difficulté dans le dortoir des garçons, qui était le miroir parfait de celui des filles niveau architecture et qu’elle connaissait déjà bien (en plus de le percevoir dans son esprit), Rachel allait jusqu’à la chambre qu’elle avait indiquée, y découvrant des lieux similaires, mais ordonnés différemment. Les deux mêmes mezzanines que pour les chambres à quatre de l’autre dortoir, la même armoire compartimentée, le même coin cabinets, le même bureau quatre place avec ces quatre chaises, les mêmes tables de nuit, mais un bordel monstrueux répandu un peu partout. Et le photographe de tout à l’heure en train de discuter avec deux de ces collègues – surement les mêmes que ceux qui avaient, jadis, embusquées Caitlyn et Paige dans les douches. Aucun renvoyé, mêmes s’ils avaient été punis ; cette fois non plus, il n’y aurait pas de renvoyé, mais ils risquaient d’être plus que punis, selon qui se chargeait de la correction. Emma Frost allait réellement finir par leur manipuler l’esprit pour qu’ils se prennent pour des filles toute une journée et voient « l’envers du décor », mais ce serait là bien agréable comparé aux illusions que l’esprit d’un être comme Rachel pouvait produire.

Mais à défaut d’en être là, la rousse put profiter de quelques avis, et des ambitions innovantes du jeune garçon pour allier ses hormones en folie et sa passion pour la photographie ; il voulait se spécialiser dans les nus. S’eut put être une bonne excuse, si elle n’était pas motivée par une envie de masturbation bien différente de celle citée plus haut, qui n’était qu’au sens figuré alors que là, cela l’était au sens propre (phrase elle-même au sens figuré, même si cela tenait du détail). Du point de vue du Phénix, elle n’avait pas choisie de se retrouver dans un tel porte-folio, donc se refusait à y être, et si une photo d’elle nue apparaissait, plus que rendre sa réputation encore plus chaotique et bordélique, elle craignait que Sanzo ne meurt, soit d’épuisement, soit de frustration. Enfin, au moins il pouvait trouver un groupe d’ado tourmenté par les hormones, histoire d’ouvrir les… les quoi d’ailleurs ? Masturbateurs anonymes ? Ils trouveraient le nom tout seul, comme des grands !

Toujours était-il que Tony, avec son excuse artistique, devait escompter avoir le moyen de garder ses photos, et surement un argumentaire lié. Qu’il lui sorte que c’était de l’art et que si elles ne comprenaient pas, c’était qu’elles étaient incapables de comprendre ; Rachel lui ferait un bel autodafé, et pouf, tout serait (cuit) à point.

Mais Tony n’était pas le seul problème, il restait les deux autres ; à voir comment le trio se comporterait. Tant qu’il n’y avait rien d’agressif, ou d’interprétable comme agressif, cela irait pour Rachel. Rachel qui, d’ailleurs, attendait qu’Ariella agisse, laissant l’entièreté de sa liberté de manœuvre à l’adolescente, non sans se tenir à son côté, un pas en retrait.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariella Miller
Élève à l'Institut Delta
avatar

Messages : 307
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: Oh C'te Honte Académie {Ariella Miller + LIBRE par demande mp}   Lun 24 Mar - 22:30

Je marchai en silence au côté de Rachel jusqu'à la porte que la mutante avait indiqué plus tôt. Mon regard se promena dans la pièce alors que je me rendais bien compte que tout était similaire au dortoirs des filles et ce même si c'était ordonner différemment. Je ne put m’empêcher de lever légèrement ma lèvres supérieur en voyants le bordel qui régnait dans la chambre. Je déteste le bordel.... Mon regard se posa automatiquement sur Tony, je me crispa légèrement en voyant qu'il n'était pas seul, mais cela ne m’empêcha étrangement pas de prendre la parole:  

- Tu sais, être un artiste ne justifie pas chacun de t'est geste....


Les trois jeunes hommes posèrent leurs regard sur moi aussitôt que j'eus terminé ma phrase. Bon, j'avais maintenant leurs attention même si je n'aimai pas trop ça de me faire dévisager comme ils le fessaient. Je fis un pas vers les trois garçons au même moment ou je venais soupirer légèrement, reste calme... tout vas bien aller... Sans que je ne m'en rende compte, ma nuque se recouvrit d'une couche de métal. Ouais, j'étais nerveuse, mais pour le moment je gérais, m'enfin je crois...  allez continue de parler.... je vins glisser mes mains dans mes poches avant de finalement ajouter tout en posent mon regard sur Tony:

- On voudrait te parler, en privé.


Le jeune homme se leva doucement, accompagné de ses deux confrères, avant de s'approcher de moi et de Rachel. J'eus le réflexe de venir me reculer d'un demi pas vers Rachel, je n'aimai pas les voire se rapprocher comme ça... ça me rappelle de mauvais souvenir.... je vint légèrement serrer mes mains dans mes poches alors que je me redressai un peu. J'ai pas à avoir peur.... je suis pas toute seule.... Je vint poser mon regard dans celui de Tony alors que celui ci prenait la parole:

- J'ai pas envie de vous parler, encore moins d'être seule avec elle.

Le jeune homme avait pointé Rachel lorsqu'il avait terminé sa phrase alors que ses deux copains c'étaient approché un peut plus. De mon coter, j'étais devenue légèrement plus nerveuse se qui fit en sorte que le métal sur ma nuque recouvrit complètement mon omoplate gauche. Mon regard se promena entre les trois jeunes hommes.. allez... trouve quelque chose à répondre... mes mains se serrèrent un peut plus dans mes poches alors que je venais braquer mon regard dans celui de Tony.

- Sois on parle, sois c'est la direction, dis-je d'une voix beaucoup plus calme que se que j'aurais pus penser.

Le jeune homme tiqua légèrement alors que son regard se posa sur Rachel avant d'aller se poser sur le sol. Il vint passer l'une de ses mains dans ses cheveux alors qu'il réfléchissait rapidement, si la direction s'impliquait... il allait sûrement avoir des sanctions pour le coup qu'il avait fait.... Tony vint soupirer longuement avant de relever son regard vers moi et Rachel.

- C'est bon, dit-il, les gars laissez nous....

Les deux copains de Tony se regardèrent un peut incertain avant de finalement se diriger lentement vers la porte de la chambre. Pour ma part, j'avais suivit du regard les deux jeunes hommes et lorsqu’il furent enfin sortit je ne put m’empêcher de pousser un léger soupire de soulagement. Je vint de nouveau poser mon regard dans celui de Tony au même moment ou celui ci reprenait la parole:

- Vous voulez quoi?

- La pellicule, dis-je aussitôt, mais tu devrais en parler avec la principale intéresser.


Toute de suite après avoir terminé ma phrase, je me décala légèrement sur le coter pour laisser la place à Rachel. Je jetais un coup d’œil vers la mutante, je ne savais plus quoi ajouter....

_________________


Nombre de rps:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Oh C'te Honte Académie {Ariella Miller + LIBRE par demande mp}   Ven 4 Avr - 19:05

Si le Phénix s’était servi de ses sens psychiques pour découvrir le tout sans risquer d’elle-même être découverte, elle eut droit à une brutale intervention d’Ariella qui ouvrit la porte et répliqua directement ; certes l’adolescente n’avait d’autre moyen que ses yeux et oreilles pour savoir ce qu’il se passait, mais elle n’hésitait pas non plus. L’art était-il apte à justifier des choses ? Excellente question qui pouvait énormément porter à débat. En quoi un cinéaste reconnu était-il un artiste et non un pornographe s’il tournait un film de cul au nom de l’art ? Rachel gardait un pas de distance avec tout cela, au nom du libre arbitre. Elle n’irait pas non-plus essayer de distinguer la différence, pour le coup.

Ce qu’elle distingua parfaitement, cependant, ce fut la plaque de métal qui apparue sur la nuque de sa camarade ; se préparait-elle à se battre ? A menacer ? Ariella avait évoquée l’éventualité tout à l’heure, ce n’était donc pas impossible. Rachel se raidit donc ; visiblement, assurer la sécurité de tout le monde risquait de commencer dès aujourd’hui. Il n’y avait pas de caméras dans les chambres, non, à la différence des couloirs et des extérieurs, et c’était là l’un des principaux points faibles de la surveillance de Danger, même s’il était éthique. On pouvait se demander en quoi l’art était-il apte  justifier des choses, mais cela valait pour la sécurité également ; et une intrusion dans l’intimité des étudiants n’avait pas été jugée nécessaire, là où le Phénix se limitait à leur intimité mentale, parce qu’elle pouvait difficilement faire moins.

- On voudrait te parler, en privé.

- J'ai pas envie de vous parler, répondit-il en s’approchant, avant de désigner la rousse du doigt, encore moins d'être seul avec elle.

Le métal continuait de se déployer sous les vêtements d’Ariella, chose perçue sans la moindre difficulté par Rachel mais qui n’en tenait que peu compte ; son regard s’était glacé lorsqu’elle avait été désignée avec hostilité et si elle comprenait parfaitement qu’on ait peur de se retrouver seule avec celle qui avait cassée la mâchoire de Charles Xavier, le bras et le nez de quelques camarades, cela ne lui faisait rien. Ses deux modes de réaction restaient les extrêmes et les opposés, et quiconque savait toucher son cœur avec humanité y trouverait de l’humanité à revendre, alors que l’autre partie aurait droit à quelque chose de bien plus monstrueux.

Si Ariella recula, le Phénix ne bougea pas d’un centimètre, mais la menace légitime de l’autorité suffit à ce que la première mette fin à ces réactions d’intimidation. Elles avaient gagnée la première manche, si l’on voyait cela comme un défi. Les deux suivants furent congédiés et s’exécutèrent, alors que la situation semblait se détendre.

- Vous voulez quoi ?

- La pellicule, mais tu devrais en parler avec la principale intéressée, déclara Ariella avant de faire un pas de côté.

- Je comprends que posséder un sens de la matière donne une perception différente des corps, ou encore que tu ais la volonté de révéler cette différence. Mais tu n’as pas à le faire contre la volonté des autres.

- Personne ne veut pauser. Et puis c’est drôle de vous regarder paniquer et gueuler après coup, c’est un moyen comme un autre de vous chambrer, rien de personnel.

- Ma nudité, corrigea Rachel avant d’hésiter. Ma nudité est personnelle. Je ne veux pas qu’on en voit plus que ce que j’accepte de montrer.

- Tu sais, on n’a pas toujours le choix dans la vie.

- Si tu ne respectes pas mes choix, pourquoi respecterai-je les tiens ?

Cette fois il n’y avait plus aucune hésitation, même si elle n’était pas encore menaçante. Son œil gauche s’alluma de sa marque psychique, alors que sa voix raisonnait dans l’esprit de l’adolescent, le faisant pâlir d’un coup. Etait-ce une menace ? Non, elle lui expliquait simplement pourquoi l’égalité et le respect de l’autre importait et pourquoi on les enseignait à l’Instit, à ses yeux tout du moins ; il n’y avait pas tant de différence entre abuser quelqu’un à l’aide de gadget et à l’aide de pouvoir, et s’il comptait jouer sur ce terrain là, celui d’imposer aux autres ces décisions, il avait d’ores et déjà perdu. Le Phénix ne voulait pas de problèmes, juste qu’il la respecte comme il devait respecter tout le monde.

- C’était toi… au-dessus de New York…

Le Phénix fut déstabilisée mais l’association d’idée dans l’esprit de l’adolescent lui paru clairement : la marque psychique n’était autre qu’un phénix stylisé donc quant bien même elle avait gardé son autre désignation secrète, Rachel venait de se griller bêtement. Soupirant fort, acquiesçant de la tête.  Tony déglutit puis désigna l’une des bobines qu’y avait sur le bureau, l’appelant à lui par télékinésie avant de la rendre à Rachel, dont la marque psychique se dissipa et la main prit la pellicule ; pellicule qui, l’instant d’après, s’évaporait purement et simplement, désintégrée.

- Merci, répliqua-t-elle doucement. Et évite d’en parler, s’il te plait.

- Pourquoi ? C’est, il s’interrompit au regard de Rachel, d’accord.

Un sourire de gratitude se dessina sur le visage du Phénix, puis elle s’en retourna vers Ariella et la sortie de la chambre. Une fois sortie, elle attendit sa camarade avant de reprendre la marche, à un rythme bien plus rapide cette fois.

- Je suis désolée, mais je vais devoir voir le Professeur Xavier rapidement, il faudra qu’on remette à une autre fois la discussion autour de la pâte d’amande.

La jeune femme s'immobilisa afin de regarder l'adolescente, lui souriant un instant.

- Merci de m’avoir aidée.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariella Miller
Élève à l'Institut Delta
avatar

Messages : 307
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: Oh C'te Honte Académie {Ariella Miller + LIBRE par demande mp}   Ven 30 Mai - 4:39

( Hrp : Pardons pour le long temps de réponse  Embarassed )

Après m’être décalé, je vins doucement croiser mes bras sur ma poitrine. Du coin de l’œil je vins observer Rachel alors que j'écoutais en silence les paroles de la mutante. Je tiqua légèrement à la réplique de Tony alors que ma mâchoire vint légèrement se crisper. Jamais je n'avais trouvé drôle les coups que les garçons fessaient et encore moins lorsqu'ils allaient aussi loin avec un appareille photo. Je soupirai imperceptiblement alors que mon regard se promenait entre les deux mutants, j'écoutais toujours en silence leurs paroles mais je me tenais prête à intervenir. En voyant l’œil de Rachel changer, je me raidis légèrement. Pourquoi elle avait la même marque que lors de l'évacuation? Il y avait un danger? Tony préparait quelque chose? À moins qu'il n'y avais aucun danger et que c'était juste moi qui m'inquiétais pour rien?

- C’était toi… au-dessus de New York…

Mes sourcils se froncèrent légèrement, de quoi il parlait..? J'avais manqué une partie de la conversation ou quoi? Je vins jeter un coup d’œil rempli d'incompréhension vers Rachel, j'aurais peut-être dus écouter plus attentivement se qui passait se passait autour de moi ou même aux nouvelles... À voire la réaction des deux mutants, des questions me virent aussitôt à l'esprit, mais je n'osa aucunement prendre la parole.  Je me contenta seulement de continuer à suivre la conversation tout en essayent de comprendre se qui venait de se passer. Au moins, Tony donna la pellicule à Rachel qui la désintégras quelque seconde après l'avoir récupéré. Pour ma part, je me détendis un peu, on avaient récupéré la pellicule et tout c'était assez bien passer. Lorsque nous serions partit, je pourrais lui demander de quoi Tony parlait.  Mais à entendre la suite de la discutions et à voir le regard de Rachel, je me résigna à ne pas poser de question plus tard.  La mutante ne semblait vraiment pas vouloir que Tony en parle ou même de juste en parler tout cour....  Lorsque Rachel se tourna vers moi, je vins poser mon regard dans le siens avant de la suivre en silence pour sortir à mon tour de la chambre. Je vins glisser mes mains dans mes poches alors que j’accélérai le pas pour être au côté de la mutante. On dirais que quelque chose ne vas pas....

- Je suis désolée, mais je vais devoir voir le Professeur Xavier rapidement, il faudra qu’on remette à une autre fois la discussion autour de la pâte d’amande.

Je vins poser mon regard dans celui de la mutante, un petit sourire apparue sur mes lèvres alors que je m'immobilisai à mon tour.

- Merci de m’avoir aidée.

- C'est pas grave pour la pâte d'amande tant qu'on se reprend pour une autre fois, répondis-je doucement alors que mon sourire grandissait un peu, et ça ma fait plaisir de t'aider.

Je vins doucement frotter mes mains l'une contre l'autre avant d'ajouter:

- Bon... je ne vais pas te retenir plus longtemps.., je souris un peut plus à la mutante, j'espère qu'on vas se revoir.

D'un geste, je saluai Rachel avant de venir doucement tourner les talons et prendre la direction de la salle de bain.

_________________


Nombre de rps:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Oh C'te Honte Académie {Ariella Miller + LIBRE par demande mp}   Mer 4 Juin - 20:22

Ariella n’avait pas comprit la référence de l’autre élève, un moindre mal qui la faisait hésiter et interroger tacitement mais Rachel n’y répondit nullement. Les évènements de Décembre 2012 n’étaient pas des plus joyeux et si ce n’était pas sa première apparition médiatisée c’était la plus explicite et en un sens la pire car si un simple cratère d’une dizaine de kilomètres de large n’éveillait pas les soupçons, bien qu’alimentant les théories fumeuses, elle s’était révélée de la façon la plus littérale possible lors de la Traque. Elle s’était même consumée et avait donnée sa vie pour que sa sœur d’adoption revive, elle-même ne faisant alors plus qu’un avec ce qu’elle était aujourd’hui, le Phénix.

- C'est pas grave pour la pâte d'amande tant qu'on se reprend pour une autre fois, et ça ma fait plaisir de t'aider.

Rachel acquiesça sans rien dire, la laissant finir avant d’elle-même conclure.

- Bon… je ne vais pas te retenir plus longtemps… j'espère qu'on va se revoir.

- On se reverra, l’Institution X n’est pas si grande que cela et je ne m’en irais plus.

Hochant une nouvelle fois la tête, le Phénix laissa sa vis-à-vis s’en retourner à son objectif premier, consciente qu’elle devrait lui rembourser une serviette. Il était vraiment temps qu’elle apprenne à créer des molécules instables à partir de l’air, parce qu’à convertir les vêtements ça n’était pas gratuit. Enfin, elle pouvait déjà créer le costume du Phénix de cette manière mais c’était plus un réflexe presque instinctif qu’une maitrise quelconque. Mais Rachel avait plus urgent à faire. Entreprenant de marcher à son tour et à marche forcée, elle s’en alla droit jusqu’au bureau du directeur, l’ouvrant sa même prendre la peine de toquer. Il n’y avait rien d’agressif dans sa démarche, non, elle savait juste ce qui se trouvait derrière la porte et ainsi qu’elle ne gênerait nullement ; elle interromprait le Professeur dans ses activités mais rien qu’il ne puisse reprendre plus tard. Il ne s’agissait même pas d’une impolitesse puisqu’à coup sur lui aussi l’avait senti venir. Peut-être saurait-il déjà ce qui l’amenait, peut-être pas, mais la discussion serait aussi longue qu’importante, même si elle ne prendrait que quelques secondes considérant qu’ils n’échangeraient pas le moindre mot mais uniquement des pensées.

Le Phénix, ou plutôt l’Echo du Phénix, cela ne parlait pas à grand monde mais rien que ce qui s’était passé le 10 Décembre pouvait, entre de mauvaises mains, faire du dégât. Un Phénix de plusieurs centaines de mètres d’envergure volant au-dessus de Manhattan avant que le Triskelion ne soit figé durant près d’un quart d’heure et qu’il y ait une perte de mémoire collective sur l’ensemble de la population de New York, cela ne trahissait que trop bien la nature de la chose. De l’Entité. C’était cacher une part d’elle-même que de taire cela et elle comprenait que ce soit pour le mieux mais fallait-il du fait s’inquiéter de ceux qui le découvraient d’eux-mêmes ? Fallait-il qu’un élève à qui elle ne confiait pas ce secret mais qui le découvrait tout de même l’oubli ? Pour les êtres de confiance, cette question ne se posait pas mais pour les autres… Elle était et restait, serait et resterait, l’un des secrets les plus dangereux de l’Institution X et des X-Men, tant par sa puissance que l’illégalité même de son existence, et avait parfaitement conscience que si les gardiens de l’ordre qu’étaient le BAM la découvrait ils auraient le droit à l’initiative de l’emprisonner à vie par « prévention ». Une concession malheureuse mais nécessaire à protéger les X-Men et l’Institution Xavier malgré leur collaboration relative.

Rachel ne voulait pas passer sa vie cachée à fuir, elle ne l’avait déjà que trop fait, et il viendrait un jour où la vérité s’échapperait. Que feraient-ils alors ? Combattre ? Négocier ? Comment pouvait-on se sortir d’une telle affaire ?

La réponse viendrait en son temps, il n’était pas question de cela pour l’instant. Elle le savait. Juste que la patience n’avait jamais été son fort, d’après elle. Mais attendre le bon moment n’était-ce pas faire preuve d’une infinie patience ?

Le Phénix n’aimait pas parler avec Charles Xavier pour cette simple raison : c’était un compliqué…

RP TERMINE pour Rachel

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Oh C'te Honte Académie {Ariella Miller + LIBRE par demande mp}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Oh C'te Honte Académie {Ariella Miller + LIBRE par demande mp}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ♫ ♪J’ai vu dans la nuit passer un traîneau ♫♪ Et j’ai vu aussi ton grand ami ♫♪ Père Noël arrive ce soir ♪♫ ( PV Ariella Miller )
» ZEROUAL LE FONTOM D'ABDERAZAK = la honte à CTM
» La honte internationale
» LE FICHIER DE LA HONTE
» STAR ACADÉMIE 2012 - René Angélil de retour à l’Académie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: L'Institution Charles-Xavier et Alentours-
Sauter vers: