AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La vie communne de Kaede et Rachel [Pv Rachel Summers]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaede Kobayashi
Élève à l'Institut Gamma
avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 04/03/2013
Age : 27

MessageSujet: La vie communne de Kaede et Rachel [Pv Rachel Summers]   Mar 1 Oct - 0:03

-Prise de conscience-
Vendredi 10 Mai
Dans la chambre de Rachel Summers et Kaede Zimmerman

Le son de la télévision résonnait dans la chambre tandis que Kaede ré-découvrait les débilitées que celle-ci véhiculait à outrance. Kaede fut cependant un peu surprise de voir son superbe programme de publicité qui devait terminé sur la météo, afficher directement le jingle des infos et laisser place aux deux présentateurs.

-Bonjour et merci d'être avec nous sur NBC. C'est l'heure de votre journal avec Jim Anderson et Rob Neuwel. Mais avant tout, nous allons prendre des nouvelles de l'explosion effroyable et de l'incendie qui s'est déroulé cette nuit en plein cœur de Tokyo, avec notre envoyée spéciale, Clara Mc-Arthy. Clara, vous nous entendez ?


L'image sur le téléviseur se scinda en deux pour révéler d'un coté les présentateurs, et de l'autre coté, une femme blonde, caricature type du journaliste, chignon parfait et tailleur. Cependant ce n'est pas ce qui perturbait Kaede en cet instant précis. Le paysage derrière la jeune journaliste lui était familier. Kaede eut alors une violente douleur dans le dos, plus psychologique qu'autre tandis que les images montrait les reste dévasté de l'institut des science, Genic Research Center, de Tokyo.

Spoiler:
 

-Oui Jim, Je vous entend. Comme vous pouvez le constater la plupart de l'incendie est enfin maitrisé. Il ne reste plus que les piliers de soutient qui ont résisté au choc et des trous immenses menant vers les sous-sols du centre. On comptabilise actuellement environ 40 morts et 20 disparus dont un ministre du gouvernement Japonais.

Les images défilaient et montraient une retransmission des images du direct qui s'était déroulé pendant la nuit avec les flammes ardentes qui resplendissait de leur purification. Kaede était sous le choc. C'était un mélange de haine et à la fois d'euphorie intense, de voir cette endroit partir dans les flammes. Kaede tremblait même légèrement tandis qu'elle s'approchait de l'écran.
Spoiler:
 
- Avez vous des informations sur les origines du sinistre ? L’hypothèse de l'attentat est elle écartée ?

- Et bien nous n'avons que très peu d'information concernant l'origine du sinistre. Visiblement et d'après les premières estimations, il s'agirait d'une lourde défaillance des canalisations de gaz. Certain riverain parle même d'une météorite qui se serait abattu sur le centre. Cependant, ces canalisations étaient bien trop importantes pour de simples laboratoire, et les autorités Japonaise ont fait une découverte assez importante sur les dossiers du ministre disparus.

Kaede avait les yeux rivés sur l'écran. Elle reconnaissait chaque petit recoin des battisses qui s'affichaient et surtout qui brulaient, qui s'envolaient en fumée. Kaede s'était promis de ne plus jamais y retourner, et maintenant, c'était certain. Elle ne pourrait plus y retourner vu que l'endroit lui même n'existait plus. Peut à peut la douleur disparaissait et laisser place à l'euphorie, devant le brasier.

Spoiler:
 

- Quel genres d'informations Clara ?

- Et bien d'après des investigateurs, et des spécialistes, les sous-sols n'étaient pas que des laboratoire. Ils étaient bien trop grand. Des enregistrements de dossier falsifiés ont été trouvé sur ce qui semble être un réseau de recherche clandestin financé par le ministre en personne. Le gouvernement Japonais nie toute affiliation et que seule ce ministre serait responsable. Des images et des rapports font états d'expériences réalisées sur des humains et le fameux gène X. Un scandale qui éclate en ce moment même au sein de la capitale nippone, ses habitants sont terriblement indignés. Les fouilles des ruines demain devraient pouvoir confirmer ou infirmer les rapports. La capitale est donc partagée entre le deuil de la catastrophe et les récentes découvertes sur les véritables utilisations des laboratoire du Genic Research Center de Tokyo. Sans cette explosion, et la disparition du ministre, il est probable que tout cela n'aurait jamais vu le jour. Les sources de ses fichiers restent encore relativement inconnue mais son assez fiable pour permettre l'ouverture d'une enquête sur les responsabilité à venir. Affaire à suivre donc.

- Merci Clara de nous tenir informé sur cette catastrophe qui ne semble pas venir au bout de ses surprises.

-De rien Jim, se fut un plaisir !

-Et maintenant, les titres de l'actualité, vous êtes touj..

Kaede n'écoutait plus. Elle était complétement prise par se sentiment, se soulagement beaucoup trop intense, presque une jouissance. C'est dans une unique flexion, les yeux grands ouverts, les poing levés, que Kaede se redressa et sauta en l'air en criant sa joie. L'enfer avait brulé dans ses propres flammes ! Et elle n'avait rien eu à faire ! Une sorte d'équilibre, une vengeance gratuite venue de nulle part !

- HAAAAAN YEAAAAAAAHHHHHH ! S’écriât elle.

- Ils ont brulés comme des Baka ! Ils ont brulés des baka ! Ah les crétins ! BWaaahahahah !! YES ! Prenez vous ça ! Pour chaque fois que j'ai eu mal ! BIM Et BIM ! Dans les flammes de l'enfer ! A VOUS DITES PLUS RIEN MAINTENANT ! Baaaaah hahaha ! Alors ? C'est qui la boss maintenant hein ? C'est MOI ! Et j'vous pètes les genoux maintenant ! Bam bam ! Dans les flaaaameuh  Ahahah ! Vous avez attirés le malheurs sur vous et enfin la vie me récompense ! MOI ! Celle qui a endurée !

Kaede imitait des postures de ninja devant l'écran. Elle était redevenue une enfants, complémentent sur-excitée comme si on venait de lui offrir son cadeau d'anniversaire, tandis qu'avec le vacarme que Kaede était en train de faire, Rachel était venue voir ce qu'il se passait. Bien qu'elle le savait probablement déjà. Kaede en avait des larmes aux yeux de joie tandis qu'elle souriait en direction de Rachel

- Racheeeel ! Racheeeeel !  Vient voiiiir ! Yiiiiih ! Rachel ! Ils se sont fait attrapés ! Ils sont morts ! Rachel ! Je sais pas comment mais ils ont eu ce qu'ils méritaient ! C'est magnifique !

_________________


Dernière édition par Kaede Kobayashi le Sam 19 Oct - 23:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: La vie communne de Kaede et Rachel [Pv Rachel Summers]   Jeu 3 Oct - 19:22

Vendredi 10 Mai 2013 – 00 : 22 P.M.
Chambre n°7, Dortoir des filles de l’Institution Charles Xavier
Respecter le couvre-feu, c’était bien, et pas toujours aussi facile qu’on le croyait, surtout lorsqu’on se permettait des tours du monde ou d’une partie, et qu’on se lançait dans une mission de destruction à l’autre bout de la carte du monde (oui, ça fait plus loin que si on dit de l’autre côté de l’océan) en choisissant de reconduire les prisonniers qui en étaient capables vers leurs familles, et de décapiter d’une façon littérale la tête pensante de tout cela ; pour résumer les choses, le Phénix c’était couchée tard.

Rachel avait plusieurs types de nuits, au niveau des horaires : elle avait été habituée longtemps à de très courtes nuits, fragmentées, depuis des durées inconnues lorsqu’elle était chez les Limiers à des quatre heures réparties dans toute la journée lorsqu’elle était en fuite, mais depuis qu’elle était à l’Institution X, elle tournait dans les dix, douze voir encore plus. A une époque, lorsqu’elle croyait encore que le Phénix dormait en elle, la jeune femme  avait même tentée de faire un concours à celui qui dormirait le plus, mais après quinze heures de sommeil, elle n’était plus capable d’autre chose que de végéter dans le lit. C’était con, surtout sachant que le Phénix ne dormait pas, mais restait en retrait, silencieux. Maintenant par contre, c’était égalité à chaque fois, du coup, le nouvel adversaire, c’était Cerberus.

Dix à douze heures de sommeil journalier, un rythme auquel les Stepford Cuckoos c’étaient faites d’une drôle de façon, et qui n’avait pas changé après leur départ. Le seul hic, c’était qu’elle n’était plus seule avec sa concurrente, et que la troisième personne dormait plutôt lorsqu’elle était fatiguée, chose pouvait se traduire par : couche tôt-lève tôt. Cependant, à l’instar de son animal de compagnie, le fait que des personnes qu’elle connaissait et en qui elle avait confiance s’agitaient autour d’elle ne gênait en rien la jeune femme, qui se contentait de se retourner ; fini de se réveiller au moindre coup de vent parce qu’on craignait pour sa vie, désormais, le Phénix était en mode Marmotte Maki : la position fœtale, une habitude qu’elle avait prise dans son monde pour essayer de se tenir chaud seule sur la maigre paillasse crasseuse que les Limiers lui avait concédée, c’était retrouvée complétée par un enroulement dans les draps à l’instar du poisson cru suscité, pour se rassurer, sentir du contact, et se cacher de la lumière accessoirement.

La lumière comme tout bruit ou toute action brusque, cela ne comptait plus comme s’agiter, ainsi si fasse aux informations de midi elle aurait tenue bon, lorsque sa nouvelle camarade de chambrée se mit à donner de la voie à son tour en un HAAAAAN YEAAAAAAAHHHHHH ! aussi discret qu’Amy et Caitlyn en train de baiser, même la Summers-Grey dût s’avouer vaincue, ce qu’elle fit avec classe et distinction :

- Niiiiheeeeiiing ?

Alors que la pompom girl de Bruce Lee continuait de s’exciter devant l’écran, Rachel entreprit de sortir progressivement de son cocon, et de façon classique, car si au besoin, elle pouvait rouler sur le côté pour s’écraser en contrebas, libre de ses draps, y aller en douceur était bien plus long et complexe. La première étape était la plus désagréable pour Cerberus, puisque ça consistait à bouger, donc à gérer la pauvre chate qui s’en irait se rendormir plus loin, impérieuse. La seconde, c’était trouver le haut du bas, et sortir un bras par le premier et une jambe par le second. La troisième, c’était accompagner le bras de la tête de déterrée et sa coiffure de pékinois, pour essayer d’y voir plus clair. Suite à cela, il fallait rouler sur le coté, pas trop quant même pour ne pas se casser la gueule comme une merde, et du bon côté si l’on voulait que les draps se déroulent, mais il n’y avait aucune crainte, même embrouillée qu’elle était, elle le ferait toujours bien, dévoilant son magnifique pyjama deux pièces blancs, composé d’un short avec un élastique et d’un débardeur avec un grosse étoile rose dans laquelle trônait l’inimitable tête de The Wonder Beaver.

Kaede aurait tout le temps de terminer son improbable discours de joie, car lorsque Bonnie Tyler ne Needait pas A Hero, Rachel avait tendance à faire l’étoile de mer quelques minutes avant de se lever de façon plus ou moins définitive.

- Racheeeel ! Racheeeeel ! Vient voiiiir ! Yiiiiih ! Rachel ! Ils se sont faits attrapés ! Ils sont morts ! Rachel ! Je sais pas comment mais ils ont eu ce qu'ils méritaient ! C'est magnifique !

C’était elle Rachel, chose signifiant que c’était elle qui devait venir voir. Ils s’étaient fait attraper ? Ils étaient morts ? Ils avaient eut ce qu’ils méritaient ? C’était magnifique ? Mais qui ?

- C’est moi… J’arrive… C’est moi Rachel… alors arrête de gueuler…

Tout aussi fraiche et pimpante que son parlé le laissait à supposer, le Phénix se redressa et s’apprêta à descendre de la mezzanine comme elle faisait par le passer, en se servant de son arrière train pour descendre le long de l’échelle, barreau après barreau, mais eut la surprise de sentir le sol directement sous ses pieds. Se relevant contente ne n’avoir à se casser le cul, Rachel faillit faire de même avec sa tête, n’évitant que de peu de se manger le lit supérieur affectée à l’élément perturbateur. Avançant en se grattant la tête d’une main et se frottant la nuque de l’autre, elle se dirigea vers l’autre personne de cette pièce, ouvrant les paupières pour contempler une Ptite Cornue toute souriante au point d’en avoir les larmes aux yeux. Etait-ce normal chez elle ? Caitlyn n’avait pas dit qu’il s’agissait d’une hyperactive hyperémotive ; à moins que ce ne soit en rapport avec ce qui avait été dit précédemment, le Phénix n’était pas à sa bonne heure pour réfléchir.

- Qui qui c’est fait attraper ? Qui qui est mort ? Le Coyote a enfin bouffé Bip-Bip ?

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaede Kobayashi
Élève à l'Institut Gamma
avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 04/03/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: La vie communne de Kaede et Rachel [Pv Rachel Summers]   Jeu 10 Oct - 19:37

- C’est moi… J’arrive… C’est moi Rachel… alors arrête de gueuler…

Lorsque Rachel arriva dans le champs de vision de Kaede, il y eu une seconde de silence de la part de Kaede qui analysait cette créature étrange fraichement déroulée de son draps. Puis elle reprit cette joie soudaine qui était née du petit écran.

- Qui qui c’est fait attraper ? Qui qui est mort ? Le Coyote a enfin bouffé Bip-Bip ?

Kaede semblait presque consternée par cette réponse. Comment ne pouvait elle pas savoir ! Non, en faites Rachel ne pouvait pas le savoir mais c'était l'impression qu'avait Kaede dans son bain d'impatience et fourmillement de surexcitation. Elle avait l'impression de lui avoir déjà tout expliqué alors qu'en faites elle n'avait jusqu’à maintenant réussis à sortir de sa bouche que des "YEAH" et des "T'as vu ? !? T'as vu ?!?".

Bref, Kaede tenta donc de se calmer et surtout de se contenir pour lui montrer finalement la télévision, qui montrait les deux présentateurs qui discutaient avec un invité politique sur un problème quelconque.

- Bah en faites je regardait la météo et y a eu le journal et la ils ont dit qu'a Tokyo ça a explosé, alors je le suis demandé pourquoi et la ils ont montré une dame la où j'étais sous terre ! Et que toute la zone a brulée et que tout les méchants ont brulé et que y en a qu'il retrouvent même plus ! Alors moi je suis contente parce que c'est ce que je voulais leur faire pour qu'ils brulent tous en enfer et l'enfer est venue de lui même les chercher ! C'est géniale ! C'est comme si....Euh comme si je m'étais vengée ! Mais c'est pas moi qui l'ai fait. Ils disent que c'est des tuyaux de gaz qui ont explosé. Alors ça m'a fait rire parce que pendant pendant des années ils m'ont gardés en sécurité et la ils explosent tout seule ! C'est débile comme mort. J'espère qu'ils ont souffert comme moi ! Comme ça ils seront pas mort sans savoir pourquoi ! C'est trop bien non ?!? Hein Rachel ! De sûr je ne pourrais jamais retourner la bas parce que ça n'existe même plus la bas ! Boom ! Tout détruit !

Kaede imitait en même temps par de grands gestes les flammes qu'elle avait vus à la télé et les explosions qu'elle s'était imaginé. Et c'était quelque chose de surement assez effarant de voir quelqu'un criant victoire devant la mort d'une centaine de personne. Surtout avec son air enfantin. Cela renforçait encore plus son petit aspect dérangée et psychopathe un peu effrayant qui contrastait avec sa douceur et son innocence. En faites, c'était bien la qu'on voyait le mieux les deux personnalités de Kaede. Bon évidemment pour les Phénix, elle n'était en rien effrayante, mais pour une personne normale, il se pourrait que Kaede aurait donner froid dans le dos avec son regard souriant et enjouée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: La vie communne de Kaede et Rachel [Pv Rachel Summers]   Mar 15 Oct - 14:44

Non, visiblement, l’oiseau-klaxon échappait toujours à la pauvre boulle de poils qui malgré son absence de nourriture, restait capable d’effort du tonnerre, et prouvait par sa malchance à quel point les produits ACME étaient dangereux. M’enfin, comme l’avait démontré le Juge DeMort dans Qui veut la peau de Roger Rabbit, la seule chose qui pouvait tuer un Toon, c’était la trempette, donc aucun risque pour Vil Coyote ; par contre, pour les humains… mais c’était pas là la question, n’est-ce pas ?

Non, d’après la gestuelle de la Ptite Cornue, la question était la télé, ou à la télé, chose que le Phénix regarda avec un air… brumeux.

- Bah en faites je regardais la météo et y a eu le journal et là ils ont dit qu'à Tokyo ça a explosé, alors je me suis demandé pourquoi et là ils ont montrée une dame là où j'étais sous terre !

La jeune femme se figea alors qu’elle comprenait de quoi il en retournait, et les brumes du réveil s’estompèrent de façon aussi rapide que désagréable. Oh, elle avait connu pire, mais elle n’était pas demandeuse non plus, et puis, le discours de Kaede, ce contentement, dès le réveil, ça promettait des journées trépidantes, chose dont elle se passait très bien là-encore.

Toute la zone avait brûlée, pas toute la zone et pas que brûlée, mais les décharges télékinétiques avait été justifiées par une explosion. M’enfin, une explosion qui déclenchait des impacts, certes assez impressionnant, mais ciblés, c’était des conneries. Quant à des méchants qu’on ne retrouvait même plus, c’était probable qu’elle ait eut la main lourde sur certain, et donc qu’ils soient un peu éparpillés de partout, m’enfin, c’était une mort comme une autre, pis le feu ça nettoyait bien en principe.

La réplique qui fit mal, ce ne fut pas que Kaede fut contente qu’ils soient tous morts, mais bel et bien qu’elle qualifie d’Enfer ce qui était venu les chercher. C’était génial ? Tellement génial que le Phénix en détourna les yeux vers la fenêtre, regardant dans le vide au loin, commissures des lèvres tendues vers le bas et paupières tombantes. Elle détruisait par le feu, elle épurait l’univers et brûlait ce qui ne marchait pas, encore et encore, à jamais ; c’était l’enfer. C’était l’enfer, oui, qui était venu les chercher, l’enfer ardent, l’enfer qui laisserait place à la reconstruction, ou pas. Le Phénix faisait ce qu’il avait à faire, il ne regardait jamais en arrière.

Oui, Kaede avait été vengée, Rachel l’avait vengée. Mais était-ce pour cela qu’elle l’avait fait ? Etait-ce simplement une querelle personnelle ? La Grande Rousse se refusait à le croire, car elle avait détruit un centre pouvant conduire à son futur, aux Limiers, un centre où les humains accomplissaient des choses « inhumaines », et qui pourraient menacer l’avenir. Kaede lui avait dévoilé cela, mais Rachel ne devait pas se limiter à une basse vengeance, aveugle et personnelle, elle devait être au-delà. Comme pour les Maraudeurs.

- Ils disent que c'est des tuyaux de gaz qui ont explosé. Alors ça m'a fait rire parce que pendant pendant des années ils m'ont gardés en sécurité et la ils explosent tout seule ! C'est débile comme mort.

Y avait-il seulement une mort débile, dans tout l’univers ? Etait-ce stupide, de mourir ? N’était-ce pas trop définitif pour l’être, stupide ? On pouvait mourir de façon « bête », mais la mort en elle-même n’était-elle pas un acte trop irrémédiable pour se permettre de la considérer comme une farce ? Des êtres humains mourraient à chaque seconde, ce n’était pas tragique, c’était normal, mais la normalité n’était pas une blague, elle était crue, pour ne pas dire cruelle.

- Non, tu ne pourras plus jamais retourner là bas, ni toi, ni personne, répondit simplement le Phénix, doucement et lentement, lorsque la Ptite Cornue eut finie tant de parler que de gesticuler.

L’innocence était parfois monstrueuse, tout le drame et la dangerosité de Kaede étaient là. Elle le savait, car s’il y avait bien eut une chose que Rachel avait désespérée de retrouver, c’était l’innocence. Peut-être valait-il mieux qu’elle reste consciente du bien et du mal, en fin de compte, mais en tout cas, il était temps qu’elle l’enseigne. N’était-ce pas hypocrite ? Pas tant que l’on comprenait qu’on pouvait faire le bien avec les méthodes du mal ; le Phénix était l’Enfer, il serait toujours le méchant de l’histoire, coupable d’avoir détruit les méchants avant qu’ils ne le deviennent définitivement.

- Ecoute, Kaede. Ecoute-toi. Est-ce bien que de se réjouir du mal qui a été fait à d’autre ? N’étaient-ce pas ce qu’eux faisaient ?

Le regard de Rachel revint vers la Ptite Cornue, mais sans réellement la voir. Son air était triste, tristement absent, alors qu’elle parlait de chose qu’elle connaissait.

- N’est-ce pas mal que de tuer, gentil comme méchant ? Ils ont été condamnés à mort, oui, mais est-ce une raison pour les dénigrer ?

Un pas, puis un autre, et le Phénix commença à avancer.

- La mort d’un être est un crime, si tu la donnes, pourquoi ne pourrais-tu pas être condamnée toi aussi ? Si tu te montre cruelle parce qu’eux l’ont été, tu ne vaux pas mieux qu’eux, non ?

Non. Combattre les monstres avec des méthodes de monstre, c’était en être un soi-même, elle le savait, tout comme elle savait qu’elle le resterait à jamais. Elle avait été dressée pour cela, elle avait agit pour cela, elle s’était libérée mais cela n’avait rien changé, et Rachel restait un montre, c’était admit. Un monstre en quête de rédemption, un monstre qui avait même trouvée sa rédemption, mais qui avait choisie de la vivre comme elle était, à savoir un monstre. Faire le mal pour obtenir le bien.

- Poses-toi la question, s’il te plait. Ils ont été condamnés à mort pour ce qu’ils avaient fait, à toi, à d’autres, mais est-ce une victoire, ou simplement une continuation de plus ? Si tu les hais comme eux t’ont haïe, tu es comme eux, Kaede, tu es comme eux dans le cœur.

Posant une main sur la joue de la Ptite Cornue, Rachel tapota un instant, lui souriant.

- Et t’es pas comme eux dans ton cœur, hein ? On le sait toutes les deux.

Poursuivant son mouvement, évitant sa colocataire pour se diriger vers leur armoire, Rachel changea de chaine d’un mouvement de la main, en mettant une pour la « jeunesse ».

- Réjouis-toi que plus personne ne souffre là-bas, et que plus personne n’y souffrira jamais. Mais quant aux morts, à défaut de les pleurer, fous-leur la paix.

Ramassant sa serviette et son nécessaire de toilette, ainsi qu’une de ses deux combinaisons de molécules instables, le Phénix s’en dirigea vers la porte, ne s’en retournant qu’une fois devant, la main sur la poignée.

- Vais m’doucher, après on descendra manger, oki ?

Le ton était plus léger, mais la jeune femme devrait prendre un temps pour passer à autre chose ; non pas qu’elle culpabilisait, mais cette absence justement la renvoyait à sa propre monstruosité. Sa rédemption était le Phénix, ces choix étaient ses choix, elle devrait assumer. A ses yeux, Kaede représentait cette chance de guérison complète qu’elle n’aurait jamais, et Rachel avait bien l’intention de la porter jusque là. Et ce combat commençait maintenant.

- J’te ferais visiter l’Institut cet après-midi, promis, conclut-elle en s’éloignant, refermant la porte derrière elle.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaede Kobayashi
Élève à l'Institut Gamma
avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 04/03/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: La vie communne de Kaede et Rachel [Pv Rachel Summers]   Sam 19 Oct - 23:16

"When you're miserable, you need to make someone even more miserable than yourself."
-Lucy-

Les enfants sont cruelles entre eux. Surtout les plus meurtris. C'est le prix de leur innocence. Et c'était la que Kaede voyait le monstre qu'elle avait en elle, le monstre en chacun de nous, qui parfois nous protège et qui parfois nous trahit. Elle était consciente du fait qu'elle n'était peut être pas très saine d'esprit, mais la c'était une vraie révélation.

- Non, tu ne pourras plus jamais retourner là bas, ni toi, ni personne.

Kaede lui fit un grand sourire. Elle était radieuse de bonheur et n'avait encore aucune conscience de la gravité de ce qu'elle disait. Cependant, le visage de Rachel lui indiqua que quelque chose clochait. En effet, elle n'avait pas l'air aussi réjouit qu'elle. Et ce doute se confirma bien assez rapidement, effaçant de même le sourire de Kaede.

- Ecoute, Kaede. Ecoute-toi. Est-ce bien que de se réjouir du mal qui a été fait à d’autre ? N’étaient-ce pas ce qu’eux faisaient ?

Non, il était évident que non. Et oui, c'était bien ce qu'ils lui faisaient. Mais tout le mal qu'elle avait ressentit à cause d'eux avaient été bien plus fort. Il avait été bien plus fort sur le moment. C'était un acte irréfléchi, et même que l'on pourrait qualifier d'incontrôlable. Mais maintenant avec le recul et les paroles de Rachel...

- N’est-ce pas mal que de tuer, gentil comme méchant ? Ils ont été condamnés à mort, oui, mais est-ce une raison pour les dénigrer ?

Kaede fit simplement non de la tête en baissant le regard. Commençant a vraiment se rendre compte de ce qu'elle avait dit.

- La mort d’un être est un crime, si tu la donnes, pourquoi ne pourrais-tu pas être condamnée toi aussi ? Si tu te montre cruelle parce qu’eux l’ont été, tu ne vaux pas mieux qu’eux, non ?

Kaede opina de la tête. Elle était maintenant carrément honteuse. Honteuse d'elle même. Et dans son esprit divisé, la partie la plus "sociable" était en train de se rendre compte du monstre qu'elle pouvait être elle aussi, avec le ricanement de la deuxième derrière.

- Poses-toi la question, s’il te plait. Ils ont été condamnés à mort pour ce qu’ils avaient fait, à toi, à d’autres, mais est-ce une victoire, ou simplement une continuation de plus ? Si tu les hais comme eux t’ont haïe, tu es comme eux, Kaede, tu es comme eux dans le cœur.

Kaede n'y avait tellement pas penser. Une part d'égoïsme pur dont elle n'avait jamais soupçonner l'existence simplement par son omniprésence dans le centre. Elle n'avait jamais pus pensé qu'a elle même et voir les autres comme des monstres à détruire, comme de simples cibles et des objectifs à atteindre pour elle même. Et maintenant qu'elle était en contact avec d'autre personne, cet égoïsme était tellement claire, tellement visible a ses propres yeux, qu'ils lui donnaient la nausées. Comment avait elle pus être comme ça ? C'était la faute de l'autre ! C'est toujours de la faute de l'autre Kaede. Celle qui tue froidement et sadiquement mais... elle avait oublier que cela avait toujours elle qui avait donner les rennes à la seconde. C'était toujours la première qui avait décidé de laisser la place. Peut importe que ce soit pour se décharger de la responsabilité du massacre ou des souffrances endurées.

- Et t’es pas comme eux dans ton cœur, hein ? On le sait toutes les deux.

Kaede avait un doute sur elle même. Elle détestait les humains, comme eux la détestait. Mais elle ne voulait pas être comme eux. Son cœur n'était pas comme eux. Kaede fit un oui de la tête, ses yeux tout humides. Elle sentait la boule dans sa gorge. Mais c'était un sentiment unique qu'elle vivait et découvrait. La véritable conscience de soit. Kaede avait trouver son étoile et maintenant elle devait la suivre. Toujours. Et lorsqu'elle déviait du chemin, il fallait simplement y retourner.

- Réjouis-toi que plus personne ne souffre là-bas, et que plus personne n’y souffrira jamais. Mais quant aux morts, à défaut de les pleurer, fous-leur la paix.

-Go...Gomen. Je le referais plus ! Promis !


- Vais m’doucher, après on descendra manger, oki ? J’te ferais visiter l’Institut cet après-midi, promis.

Kaede retrouve le sourire, se frottant doucement les yeux pour retirer le petit excédant de liquide. Kaede regarda ensuite ses doigts légèrement humides. Elle avait l'impression d'avoir extrait tout le mal dans ses larmes. Elle se sentait un peut plus légères maintenant. Même si dans son esprit c'était encore un peut chaotique.

De nous deux, je me suis toujours demandé qui était la plus monstrueuses...Celle qui déchire la chaire ou... celle qui fait en sorte que je le fasse.

Tait-toi je t'ai pas sonnée. Retourne dans le sarcophage !

Enferme moi tant que tu le voudras, je suis toi et tu es moi. Mais aujourd'hui, tu as ressentit ce que moi j'ai ressentit dans la souffrance dans laquelle je me nourrie. Ô famine, ces temps-ci tu es si heureuse... Je suis jalouse de ton bonheur. Alors je vais me taire et te laisser réfléchir sur le traitement que tu m'inflige.

Kaede se gratta la corne droite et repris sa culture du cartoon américain devant la télévision en attendant que Rachel termine sa douche. Tout à l'heure, Kaede visiterait tout l'institut et...Elle était déjà terriblement impatiente !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: La vie communne de Kaede et Rachel [Pv Rachel Summers]   Dim 27 Oct - 20:24

Des cicatrices du passé
Lundi 1er Juillet 2013 – 11 : 39 A.M.
Chambre N°7, Dortoir des filles de l’Institution Charles Xavier

Les journées précédentes avaient eut leurs hauts et leurs bas, quant à savoir lesquels avaient été les plus marquant, Rachel penchait pour les premiers, en tout cas c’était l’impression qu’elle en avait. La soirée à côté du bal avait été formidable, malgré le summum de son refus de la complexité du monde, et l’après midi à cuisiner avait été magique, malgré les douleurs éveillées au matin, lui faisant prendre confiance en la justesse de son choix, et la valeur de ses liens de cœur.

Ainsi donc, il était venu le temps de prendre ses responsabilités ; de les prendre véritablement. Surveiller Kaede était une chose, la guider une autre, mais elle pouvait faire tellement plus. Oh, nier que sa décision de rejoindre les X-Men motivait du mouvement de sa part eut été se mentir à soi-même, mais le Phénix voulait aider Kaede avant tout autre, avant qu’un quelconque « rang » ne lui impose ou ne l’y encourage. De son point de vue, être X-Men c’était une vocation, non le remplissage de critères sociaux et martiaux, et ce n’était pas parce qu’elle voulait le devenir qu’elle aidait les autres, mais parce qu’elle voulait aider les autres qu’elle voulait le devenir.

Pour aller plus loin dans sa relation avec la Ptite Cornue, elle devrait jouer carte sur table, chose qu’elle n’avait jamais réellement fait jusque là. Oui, elles avaient passés d’excellent moment et s’entendaient parfaitement, oui elles cohabitaient et se côtoyaient, oui Kaede était sa protégée et elle était son « étoile », mais jamais le Phénix n’avait dévoilée la vérité sur elle-même, tout comme jamais la Ptite Cornue n’avait dévoilée une vérité que son vis-à-vis savait depuis le début. Ce ne serait pas gai, mais pour que l’avenir puisse l’être sans non-dits, c’était une étape qu’elle jugeait nécessaire.

Rachel avait prise sa décision dans la nuit, c’étaient les meilleurs moments pour qu’elle réfléchisse, elle ne savait pas réellement pourquoi ; toujours était-il qu’elle c’était levée plus tôt, le matin suivant, toute mesure gardée quant à l’horaire qui correspondait à son plus tôt. Elle n’avait aucun problème pour qu’on la réveille en pleine nuit et devenait opérationnel quasiment instantanément suite à cela, mais si on la laissait dormir et se réveiller naturellement, c’était une autre affaire. Rattraper tout le sommeil et le confort qu’elle n’avait pas eut, voilà l’excuse du « Sushi à la volaille divine », qui était le comparatif le plus probable à son improbable position de repos.

Sortant de son lit d’une manière inhabituelle, puisqu’elle semblait déjà éveillée, le Phénix regarda simplement Kaede, qui était égale à elle-même. Pas un sourire ne viendrait de la jeune femme, qui se contenterait des salutations d’usage, mécaniques, restant assise sur son lit, sombrement. Les derniers jours l’avaient vu faire des hauts et des bas, fallait-il s’affoler qu’elle continue ainsi ?

- Ca va, t’inquiète pas pour moi, j’ai juste un sujet à aborder, déclara-t-elle simplement, avant de se lever pour faire face à la fenêtre, se contemplant dans la vitre.

Combien de temps qu’elle lui cachait sa véritable apparence, ces cicatrices d’un passé mystérieux dont seuls très peu, trop peu peut-être, avaient eut vent ? Combien de temps qu’elle lui mentait sur son identité, sur son être, par omission, par sécurité ? Kaede était une enfant, lui parler de secret, même en précisant que c’était des secrets, c’était prendre le risque qu’ils ne s’éventent. Mais c’était un choix, son choix, et il faudrait bien qu’un jour, elle révèle la vérité. Comment faire ceci sans compromettre la vision même qu’avaient certaines personnes de l’univers ? Comment expliquer le Flux Temporel et le Chant des Mondes ? Comment expliquer la simultanéité et la non-linéarité du temps ? Comment se faire accepter d’eux, lorsque l’on se présente comme un paradoxe inexistant ayant acquis le rang de divinité ? Comment… Elle n’y était pas encore. Pour Caitlyn et Amy, cela était simples, elles l’avaient connue avant, et Sanzo n’avait pas besoin de la savoir Phénix pour lui vouer un culte, et ne la fuirait jamais. Mais tous les autres… Exodus en avait parlé. Elle devrait finir par se décider à aller le trouver, cette fois ; déjà, le mariage, elle verrait ensuite. En parlant de mariage, un autre problème à régler, au niveau de l’omission de Kaede cette fois ; le Gollum.

Rachel soupira.

- Tu te souviens les choses que je voulais pas te montrer ? Je pense qu’il est temps de t’en parler, Ptite Cornue.

Une pause, longue et lente ; s’y prendre le matin était pas forcément l’idée la plus brillante, mais si on attendait le bon moment, on courait le risque qu’il n’arrive jamais. Au moins, se serait fait.

- Mais je veux que tu me promettes de n’en parler à personne, pas sans m’avoir demandée l’autorisation avant. Promet-le moi, s’il te plait.

La promesse, elle n’y couperait pas. Pas de promesse, pas de parole, c’était important, et délicat, comme tout ce qui touchait à Rachel dans ses moments là ; Kaede avait-elle suffisamment de maturité pour le comprendre ? Le Phénix le croyait, mais ce dont elle était sure, c’était qu’elle avait suffisamment de cœur pour ne pas la trahir.

Fixant son reflet, Rachel laissa les cicatrices faciales réapparaitre, traçant des scarifications d’un rouge sombre sur son visage, par paires parallèles, puis s’étendre sur sa gorge et sa nuque, partir dans son dos et sur son ventre, sur chacun de ses bras, et ainsi descendre jusqu’à ses pieds, nombre de ces endroits non couvert par son pyjama, suggérant parfaitement la présence des segments cicatriciels sur l’entièreté de son corps. Se retournant, elle fit face à la Ptite Cornue, épaules basses et regards tristes.

- C’est… une partie de ce que je ne voulais pas montrer. Ça s’appelle des Marques d’Assermentation de Limier. Toi, ils cherchaient à comprendre ce que tu étais… moi, ils cherchaient à faire de moi une arme… et ils ont réussit.

Même une grande inspiration ne lui permit pas d’éviter une larme, qui coule le long de sa joie, butant sur les cicatrices pour n’en reprendre sa course que plus rapidement.

- Cait’ t’a placée auprès de moi… parce que j’ai connu un sort encore pire que le tien ; parce que je te comprends, et que je sais quels fantômes d’habitent.

Se détournant, le Phénix fixa la vitre, regardant à nouveau son reflet, et d’une main tremblante, elle en toucha les marques rouges, ravalant sa salive avec difficulté. Les larmes semblaient couler plus vite, des deux yeux à la fois. Cette simple image évoquait tant de malheurs et de douleurs qu’elle en était douloureuse et malheureuse, mais elle devait commencer ses révélations par le début, qu’importait combien il faisait mal. Son chaos allait heurter celui de Kaede, restait à savoir s’il le ferait avec la force démesurée qui était coutume chez le nouveau Phénix, ou s’il serait supportable.

- J’ai été un monstre, et je le suis toujours, poursuivit-elle après une expiration tremblante. Mais j’ai fait un choix. Et ce choix ce nomme Rédemption.

Décrochant de la fenêtre comme l’on fuyait une image horrible, Rachel tendit sa main vers sa table de nuit, ouvrant le tiroir et appelant à elle un CD, disque qu’elle fit léviter jusqu’à sa protégée, sans pour autant se retourner vers elle.

- Une partie de la vérité, une partie de mon histoire, est là-dessus. J’ai pas la force de tout réexpliquer, mais si tu veux savoir, il te suffit de mettre ça dans le lecteur DVD, et tu auras le droit à mes Confessions.

Rachel n’avait jamais regardée ses propres confessions, et elle ne se souvenait pas de tous les mots qu’elle y avait dits ; elle se souvenait avoir à peine évoquées certaines parties de la vérité, mais surtout, elle se souvenait des larmes que cela lui avait coûté, du mal causé par ces confessions et du soutien indéfectible de Caitlyn. Jamais elle n’avait non-plus fait face à ceux qui avaient vu cette vidéo, jamais elle n’avait vues leurs réactions. La plupart n’avait même jamais évoquée la vidéo, seul Morph l’avait fait, et cela c’était mal terminé, entre eux.

Et puis, Kaede était différente de toutes les autres personnes à l’avoir vu, car elle avait ses yeux d’enfants, car elle n’était pas une X-Men, et qu’elle ne comprendrait jamais l’ampleur d’une chose comme le Phénix si on ne lui expliquait pas. Son jugement serait surement plus tranché et manichéen que celui de tous les autres, et elle avait été si prompte à condamner et à venger, ainsi serait-ce sans compromit.

Rachel était le Phénix, elle était détentrice d’un pouvoir de nombre lui envierait s’ils le découvraient, que certains tenteraient de manipuler ou d’exploiter, y voyant une chose absolue, mais tout l’absolutisme de l’univers ne protégeait pas son cœur, et c’était bien là la chose la plus importante, et la plus fragile, laissée à une enfant dont le jugement serait d’une innocence sans appel.
Hors Jeu:
 

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaede Kobayashi
Élève à l'Institut Gamma
avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 04/03/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: La vie communne de Kaede et Rachel [Pv Rachel Summers]   Sam 9 Nov - 17:30

C'était une journée d'été comme les autres. Il faisait chaud, l'atmosphère était assez lourde. Et comme d'habitude, Kaede était largement debout avant Rachel. Elle commençait a prendre un rythme bien régulier et à bien s'habituer à l'institut lui même. Sa vie avec Rachel était paisible, bien que parfois la petite avait ses sautes d'humeurs. Rien de bien méchants, Rachel et Kaede étaient littéralement faites pour s'entendre mais parfois Kaede boudait. Elle boudait comme n'importe qu'elle petite fille qui boude, avec des joues gonflées, les lèvres en avant. Elle était à croqué et il était impossible de la prendre au sérieux ainsi.

Mais il y avait aussi, et surtout de bon moment, et notamment des moments de découvertes, des moments de complicités déjà, des moments d'amusements et des moments simples. Bref, Kaede était en train de vivre une vie, véritable. Ces liens qu'elles tissaient entre elles permettaient de plus en plus de confiance entre les deux jeunes femmes. Et en cette journée un peu étouffante de chaleur, leurs confiances, l'une en l'autre allait encore augmenter d'un cran pour tisser des liens presque fraternelle.

Spoiler:
 

Kaede l'avait sentit. Il y avait quelque chose d'un peut différent, annonçant quelque nuages noires à l'horizon. Peut être l'expression du visage ou une attitude un peut différente des autres jours. Peut être que Rachel n'allait pas bien ? Kaede commençait à s'inquiéter mais avant qu'elle ne put dire quelque chose, Rachel la rassura.

- Ca va, t’inquiète pas pour moi, j’ai juste un sujet à aborder.

Kaede la vit alors se lever et se mettre devant la fenêtre. Bien que son regard y était dirigé, elle ne semblait pas regarder dehors. Kaede se demandait ce qu'elle regardait comme cela. Kaede regarda dans la même direction et elle ne vit que les arbres et le ciel bleu. Elle entendit un soupir et Rachel reprit la parole.

- Tu te souviens les choses que je voulais pas te montrer ? Je pense qu’il est temps de t’en parler, Ptite Cornue.

Kaede regardait maintenant Rachel. Elle aurait pus être toute excitée de connaitre les secret de Rachel mais quelque chose lui disait que ces secrets serait absolument pas sujet à des réjouissances.

- Mais je veux que tu me promettes de n’en parler à personne, pas sans m’avoir demandée l’autorisation avant. Promet-le moi, s’il te plait.

-Hai*. Je te le promet. Je ne le dirait à personne. (*Oui) dit elle tout en hochant la tête. Kaede était maintenant consciente que ce que Rachel allait lui dire serait d'une importance capitale. C'était une preuve de confiance ultime que Kaede n'avait pas le droit de bafouer. C'était presque aussi important que pour le Mariage de Caitlyn.

C'est alors que Kaede les vis. Les traits rouges vif, taillée à même la chaire de Rachel. Les formes étaient géométriques indiquant la pose d'engin directement greffé sur elle, comme le boitier de Kaede. La douleur, bien que psychologique, lui vint dans le bas du dos. Et tandis qu'elle sentait pendant un bref instant cette douleur, elle l'imagina sur tout son corps comme pour Rachel. Elle imaginait parfaitement la douleur que celle-ci avait pus ressentir, elle la comprenait, elle la ressentait.

- C’est… une partie de ce que je ne voulais pas montrer. Ça s’appelle des Marques d’Assermentation de Limier. Toi, ils cherchaient à comprendre ce que tu étais… moi, ils cherchaient à faire de moi une arme… et ils ont réussit.

Une larme coulât sur la joue de Rachel, celle-ci empruntant le sillons d'une cicatrice tandis qu'une même larme faisait pareille sur la joue de Kaede. Elles enduraient ensemble cette douleur.

-Rachel...

- Cait’ t’a placée auprès de moi… parce que j’ai connu un sort encore pire que le tien ; parce que je te comprends, et que je sais quels fantômes t’habitent.

- J’ai été un monstre, et je le suis toujours, poursuivit-elle après une expiration tremblante. -Mais j’ai fait un choix. Et ce choix ce nomme Rédemption.

Kaede posa ses mains sur sa poitrine. Elle sentait son cœur battre fort, beaucoup trop pour elle mais elle était forte. Sa gorge était nouée par une force incontrôlable. La tristesse mêlée à la colère et la haine formait une boule de sentiment dévastatrice que Kaede tentait par dessus tout de retenir. Un CD se mit alors à flotter dans la chambre pour aller se poser juste devant Kaede. Rachel avait décrochée son regard de la fenêtre mais elle ne regardait pas encore Kaede.

- Une partie de la vérité, une partie de mon histoire, est là-dessus. J’ai pas la force de tout réexpliquer, mais si tu veux savoir, il te suffit de mettre ça dans le lecteur DVD, et tu auras le droit à mes Confessions.

Kaede regardait le disque brillant au couleurs arc-en-ciel. Qu'allait elle voir la dessus ? Elle ne ressentait plus vraiment l'envie de le savoir. Cela lui faisait trop mal mais... Elle le fit pour Rachel. C'était un de ses seules moyens de pouvoir tenir sa promesse de l'aider à ne plus souffrir. Kaede ouvrit le lecteur, posa délicatement d'une main un peu fébrile le disque au précieuse information dans le réceptacle, ferma le lecteur et appuya sur le bouton de lecture... Rachel apparut sur l'écran.

C'est ainsi que Kaede put connaitre l'histoire de Rachel Summers et du futur incertain qui pouvait les attendre. Les hommes qui assermentent les mutants, Rachel qui tue ses parents et ses amies, la traque, les enjeux du monde avec les mutants, le moyen que cela ne se reproduise jamais et les pouvoirs absolue du phénix. A plusieurs reprise, Kaede du mettre elle même pause pour souffler un peu, pour évacuer les quelque crises de larmes pendant que la Rachel à la télé expliquait, ainsi que la douleur lors des explications qui était clairement visible pour ceux qui ont connus celle-ci. Le passé de Rachel pouvait être le futur de Kaede. Et la rédemption de Rachel, sa seconde chance aujourd'hui dans ce monde, était maintenant claire à ses yeux. Rachel était l'étoile de Kaede et Kaede était en partie sa rédemption. Pour que jamais le futur ne devienne comme le passé.

A la fin du DVD, Kaede éteignit la TV. Elle rejoignit alors Rachel, les yeux plein de larmes. Et lui demanda :- Pourquoi ?... Pourquoi est ce qu'ils ont fait ça ? *sniff* Ils avaient pas le droit de faire ça ! PERSONNE N'A LE DROIT DE FAIRE AUTANT DE MAL ! Pourquoi....Tu n'as pas détruit ce monde ? Ils ne respectent même pas leurs semblables. Pourquoi est ce que l'on doit subit tout ça ? Qu'est...Qu'est ce qu'on a fait de mal ? Les monstres c'est eux ! Tu ne seras jamais un monstre Rachel ! Le plus monstrueux, ce n'est pas celui qui tente d'en créer justement ? Je pense que tu as fait ce qu'il fallait Rachel. Ce n'est pas de ta faute, tu n'as pas choisit, on t'as fait choisir. On t'as obliger. En quoi ça fait de toi un monstre si on te force à en être un ? Tu n'es pas un monstre Rachel... Tu n'est pas un monstre. Pourquoi y a t il autant de mal... Si j'avais été toi, j'aurais tout détruit... Peut importe quoi ou qui... J'aurais tout détruit. J'aurais réduit à néant cette maladie qui empeste les hommes pour que plus jamais elle ne fasse souffrir d'autre créatures dans cette univers. J'ai... J'ai tellement honte d'être considérer comme une humaine. Mutante mais humaine quand même. Comment fait tu toi ? S'il te plait Rachel... Dit le moi.

Les deux personnalités avaient parlés comme une seule personne. Pour la première fois, Rachel avait pus voir Kaede Kobayashi, sans le scindement de son esprit. Le temps de parler, Kaede avait ses 23 ans d'age mentale. Elle serrait Rachel contre elle, sanglotante de haine, de tristesse et de colère. Pas envers Rachel, mais envers toute la douleur que les hommes avaient provoqués. Si Kaede avait été le phénix, il est évident qu'elle aurait déjà réduit cette planète à l'état de cendre. Quitte à être un monstre, autant que cela soit vraiment justifié. Mais Rachel ne l'avait pas fait. Et Kaede voulait savoir pourquoi. Maintenant, elle saurait le but de Rachel, elle saurait le but des X-men et ceux pourquoi ils se battent. Peu à peu l'idéologie de Charles Xavier entrait dans l'esprit remplie de haine de la jeune mutante. La seule façon d'éviter ce futur, c'était de se battre pour préserver le présent. Et pour cela il fallait des personnes capable de faire ce qu'il faut pour ce monde, aussi pourrie soit il. Car, Kaede avait la réponse sous les yeux. En détruisant tout, elle détruisait aussi les endroits comme l'institut de Charles Xavier. Et c'est en voulant tout détruire, que les haine des hommes et des mutants s'était anéantis et avait formé des atrocités sans nom dans le futur.

Rachel lui expliquerait, elle lui montrerait le chemin a prendre et celui à ne pas prendre. Kaede leva son regard vers Rachel, les yeux rougis, écoutant les précieuses réponses du phénix. Kaede la suivrait, Kaede l'écouterait et la respecterait plus que tout. Elle suivrait son enseignement et peut être même un jour, la rejoindra t elle pour se battre pour que plus jamais quelqu'un ne souffre autant que ce qu'elles ont souffert. Car personne dans ce monde, ne mérite de telle châtiment. Et Kaede, commençait a peine à le comprendre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: La vie communne de Kaede et Rachel [Pv Rachel Summers]   Dim 10 Nov - 22:49

Kaede semblait triste, en colère aussi, et effrayée ; le CD l’effrayait, ou plutôt ce qu’elle allait découvrir dessus. Y avait-il un bon choix à faire ? Le lui rendre en lui disant qu’elle l’aimait comme elle était aurait été suffisant, aurait été une preuve de confiance, mais sans doute, cela aurait été une lâcheté également. Le Phénix n’en savait rien, et elle ne prétendait pas savoir. Tout était une question de choix, et celui de la Ptite Cornue se porta sur celui de voir la vidéo. Elle prit le disque, ouvrit le lecteur, posa le premier et ferma le second, puis elle lança la lecture.

Le silence. Le silence alors que d’un côté comme de l’autre de l’écran, la jeune femme crispe le visage, et le baisse. Plusieurs inspirations, alors que Rachel fixe son reflet, puis une déclaration, une simple déclaration, mais d’une portée si gigantesque…

- Je m’appelle Rachel… Rachel Anne Summers-Grey…

Rachel, son prénom à elle, tiré du personnage biblique et signifiant « brebis » (chose qui ne la dérangeait pas le moins du monde, c’était joli Rachel, et c’était une excuse pour suivre moutonnement), et Anne, prénom hérité de sa grande mère maternelle, c’était simple, c’était banal, c’était presque insignifiant. Mais Summers/Grey… Pour Kaede, cela ne voudrait surement rien dire, mais pour les X-Men, cela revenait à se déclarer enfant de deux de leurs membres fondateurs, de deux des parangons de leur idéal, de deux de leurs légendes. Des légendes qu’ici même, elle n’avait jamais rencontrées, d’ailleurs, à son grand damne, comme à sa grande lâcheté. Mais là n’était pas la question, et les révélations, pour Kaede, survinrent après.

-  Je m’appelle Rachel Summers, et je viens d’une réalité alternative, une réalité où j’ai connu la majorité d’entre vous, et où je vous ai tous perdus. J’étais la fille de deux X-Men, j’étais une élève de l’Institut et j’aimais à me considérer comme une mascotte, j’aimais à vous considérer comme ma famille. Puis tout a brulé, pire, j’ai participé au massacre.

Le Phénix ne put supporter son propre aveu plus longtemps que cela, et s’en retourna avec brutalité, sortant de la chambre en claquant la porte, et tissant autour d’elle un voile d’illusions pour ne pouvoir être vue, elle s’adossa au mur pour se laisser tomber jusqu’au sol, et se recroqueviller sur elle-même, bras autour des jambes, et visage dans les genoux. Les larmes coulèrent alors qu’elle repensait à sa vie, à ses choix, à ses errances et à ses crimes. Elles coulèrent en silence, bien éloignées des crises de sanglots d’avant, mais elles étaient là, témoins du mal qui la rongeait toujours, et la rongerait toujours.

Elle se souvenait des grands moments de ses dires, comme de ses non-dits également ; son ignorance sur le Phénix, son mutisme sur les Shi’ar, cela l’avait marqué, mais c’était d’autres sujets que celui des Jours d’un Futur Passé. Respirant lentement et profondément, elle tacha de se calmer alors que le monde continuait à tourner autour d’elle, bruyant et indifférent, et que Kaede continuait à subir des vérités qu’elle n’avait, c’était à espérer, jamais imaginées. Warhound, Sentinelles, Camps de la Mort, tout cela associé au mot futur, au mot humain, c’était… tragique. D’une terrestre tragédie. Et s’en était encore probable, aujourd’hui.

La Ptite Cornue finie par sortir de la pièce, les charmes illusoires du Phénix ne l’atteignant pas, à dessein, et alors qu’elle lui faisait fasse, les yeux embrumés de larme, Rachel releva le regard, écoutant les paroles. Pourquoi avaient-ils fait cela ? Par sadisme pour certains, croyance pour d’autres, docilité également, surement. Pourquoi n’avait-elle pas détruit son monde ? Pourquoi n’avait-elle pas cédée à la haine et à la destruction ? Au début, parce qu’elle avait un collier inhibiteur autour du coup, et à la fin, parce qu’elle avait trouvé l’espoir, l’amour, et des raisons de se battre, de gagner. Non, ils ne respectaient pas leurs semblables, et il n’y avait aucun mal qui pouvait justifier tant de mal. Ils étaient des monstres, oui, mais des monstres en créant d’autres, et quoi que Kaede en dise, Rachel était le plus beau spécimen de l’époque. C’était un fait, simple et accepté comme tel. Elle ne niait pas le fait que ceux qui créaient les monstres en étaient, mais elle constatait simplement qu’ils avaient réussit à la contaminer de leur monstruosité. Non, elle n’avait pas choisit, oui on l’avait obligée, mais cela ne changeait rien. Elle était un monstre, un monstre pour avoir survécu et accomplies les actions nécessaires à sa survie, encore et toujours. En quoi cela faisait d’elle un monstre si on nous forçait à l’être ? Justement parce qu’on nous forçait, parce qu’on réussissait à nous forcer.

Oui, si Kaede avait été à sa place, Rachel pensait qu’elle aurait essayé de tout détruire, mais il y avait des choses que la Ptite Cornue était trop jeune mentalement pour conceptualiser, et si l’amour en faisait parti, la rédemption surement aussi. Malheureusement.

- J'ai… J'ai tellement honte d'être considérer comme une humaine. Mutante mais humaine quand même. Comment fait tu toi ? S'il te plait Rachel… Dit le moi.

Ravalant sa salive avec difficulté, le Phénix entreprit de se relever, prenant appui sur le mur, afin de faire face à Kaede Kobayashi dans ce qu’elle avait de plus fragile, et paradoxalement, de plus humain. Les yeux rougis et les larmes taries, Rachel la regarda, mais la tristesse se transforma peu à peu, alors que des brumes sanglotantes du passé émergeait une volonté forgée par la douleur la plus atroce, les actes les plus noirs, mais attirée ici par une simple chose : la lumière de la rédemption. La jeune femme n’eut pas le temps d’agir plus avant que son homologue la serrait contre elle, ses yeux laissant couler les larmes. La laissant se vider en silence en lui caressant la chevelure, le Phénix attendit qu’elle ait finit et s’écarte d’elle pour attendre les réponses, avant de les lui donner. Tendant l’une de ses mains, Rachel posa sa paume contre la joue de son vis-à-vis, la regardant dans les yeux alors que son gauche irradiait de lumière, formant la signature dorée du Phénix.

*Pourquoi n’ai-je pas purifié le monde de cette maladie qui gangrène le cœur des hommes ? Pourquoi suis-je heureuse d’être humaine ? Pourquoi suis-je un monstre à leur instar, à leur image ? Pourquoi est-ce qu’on doit subir tout cela ? Qu’est-ce qu’on a fait de mal ?*

*Nous n’avons rien fait de mal, et nous n’avons pas à subir cela. L’Humain est imparfait, et craint ce qui est différent de lui, et ce qu’il craint, il cherche à le combattre, pour s’en préserver. Le Mutant est humain, lui aussi, et a fait la même chose. Et c’est de ce conflit qu’est née la dégénérescence qui à conduit à mon monde. Ils ont fait cela parce qu’ils en ont fait le choix, chacun pour des raisons qui lui étaient propres, chacun a justifié sa monstruosité comme tu tente de le faire avec moi, avec nous, en déclamant que nous ne sommes que des victimes de leurs actes. Nous sommes des victimes, mais dans mon cas, je suis un monstre également, parce qu’ils ont réussit. Et mon Humanité n’en est que plus importante. Ils me l’ont arrachée, cette Humanité, ils ont fait de moi un animal, une arme, un Warhound ; ils m’avaient même donné un nom : Red. Mais lorsqu’ils ont perdu leur emprise sur moi, j’ai regagnée peu à peu mon humanité perdue, et c’est ma plus grande, presque ma seule, victoire.*

*Je suis fière d’être humaine, je suis heureuse d’être humaine, parce que le monstre est ce qu’il y a de pire chez l’humain, parce que le monstre fait perdre l’humanité, et que malgré le monstre que j’ai été, que je suis, je suis et reste humaine. La Monstruosité, c’est pouvoir faire le pire, l’Humanité, c’est pouvoir faire le meilleur.*

*Pourquoi n’ai-je pas détruire la haine et la cruauté ? Parce que tant qu’il y aura des hommes, il y aura de la haine et de la cruauté, il y aura toujours des monstres parmi eux, pour la simple raison qu’ils pourront en faire le choix, et que c’est dans leur nature. Pourquoi, en ce cas, n’ai-je pas tout détruit ? Je le voulais, au début, je le voulais de toute mon âme, je voulais tuer tout le monde, pour me venger ; je voulais les faire souffrir comme j’avais souffert. Comme toi, avec les scientifiques de ton centre. Mais j’ai rencontré quelqu’un, j’ai rencontré au plus profond de l’enfer un ange, et il m’a montré des choses que je ne pouvais même pas conceptualiser. Il m’a montré que si je me contentais de rendre coup pour coup ce qu’ils m’avaient fait, je ne valais pas mieux qu’eux ; et alors ? Ils m’avaient créée, que je sois comme eux me semblait normal, que je leur fasse ce pourquoi ils m’avaient dressée me semblait naturel. Mais cela signifiait que je n’étais rien de plus que ce qu’ils n’avaient fait de moi, qu’ils n’avaient rien laissé que qui j’étais auparavant, ou de qui je pouvais être ensuite. Franklin m’a montré que je pouvais faire autre chose que traquer et tuer, que je pouvais ressentir autre chose que la haine et la souffrance. Il m’a montré que je pouvais aimer, et même porter la vie. On s’aimait, et je l’aime toujours, on a finit par construire des projets, on devait sauver notre monde et vivre heureux, ensemble, égoïstement. On allait avoir un bébé, fonder une nouvelle famille. Mais tout a été détruit, ils sont morts tous les deux, tués par les humains. Cependant, je n’ai pas cherché à les exterminer, pour une simple raison : s’il y en existe des monstrueux, la majorité n’est pas ainsi. Oui, ils étaient humains ceux qui ont expérimentés sur nous, mais la première personne que tu croiseras dans la rue, raconte-lui ton histoire, et elle ne te croira pas tant c’est horrible ; apportes-en lui les preuves, et elle sera horrifiée. La majorité est ainsi, pas pour, pas contre, juste au milieu. A faire sa petite vie égoïstement, parmi le chaos fait par ceux qui sont d’un côté ou de l’autre.*

*Dans la Résistance menée par les derniers X-Men, celle contre l’extermination des mutants et contre cette société capable de tels actes, il y avait aussi des humains. Et eux, ils n’avaient pas de pouvoirs pour se dresser face aux Limiers et aux Sentinelles, mais ils le faisaient quant même. Ils avaient un adage : « il faut regarder la réalité en face sans sourciller, et si l’on en vient à devoir mourir, autant que se soit avec panache, un juron aux lèvres et le doigt sur la détente » ; quoi de plus vrai, pour ces êtres que certains d’entre nous peuvent exterminer par centaines d’une simple pensée ?*

*Et comment ne pas avoir peur, lorsqu’on raisonne ainsi ? Non, le fait que je puisse détruire la Terre ne signifie pas que je le ferais, mais pour tous ces gens qui ne me connaissent pas, qui ne savent rien de moi, savoir que je peux le faire est effrayant. Alors, ils essayeront de vaincre leur peur. Mais toi qui me connais, tu sais que je ne le ferais pas. Justement parce que tu me connais. Ne sois pas prompte à juger et à condamnée Kaede, on ne peut jamais le faire sans connaitre les gens. Ce que nous devons essayer, c’est de leur tendre la main, d’apaiser leurs peurs, ainsi ils comprendront que dans le cœur, nous sommes comme eux. Et si nous arrivons à cela, alors oui, ils accepteront leur semblable, et nous les accepterons eux.*

*Des mauvais mutants, il y en a tous les jours aux infos, et des mutants puissants, cela effraye ; sans les connaitre, on fait l’amalgame. N’as-tu pas faite la même chose, avec les scientifiques de ton centre, et les humains en général ? Des scientifiques ont expérimenté sur nous, et d’autres mutants sont dans notre cas, c’est cela que je veux combattre. Mais tous les humains, tous les scientifiques même, ne l’ont pas fait, et ne le feront pas. Regardes Amy ; depuis qu’elle a onze ans, elle allait toutes les semaines voir des scientifiques pour faire des tests, et surveiller l’évolution de sa mutation. Ils ne lui ont jamais rien fait, ils s’assuraient juste qu’elle aille bien.*

*L’oncle d’un type en collant, entre deux bols de riz, disait que posséder un pouvoir impliquait avoir des responsabilités. Nous avons un pouvoir, il est de notre responsabilité d’en faire bon usage. Et cet usage, quoi de mieux que de tenter de prouver à ceux qui craignent ce pouvoir que si, oui, lui est dangereux, ce n’est pas parce qu’il l’est que nous le sommes également. La plupart des gens craint un pouvoir, pas la personne qui le possède. Non, cela n’est pas universel, mais rien ne l’est, et même la plus « véritable » des règles aura toujours une exception. Certaines personnes usent d’un pouvoir qu’ils possèdent, que ce soit une capacité mutante ou une arme, de l’argent, des faveurs, pour faire de mauvaises choses, oui, mais basiquement, un pouvoir est neutre, il n’est rien de plus que ce que l’on en fait.*

*On t’a apprit à arrêter les balles et à découper les gens, Ptite Cornue, et depuis que tu es ici, ce pouvoir ne te sert plus à rien. Tu pourrais continuer, mais tu ne le fais pas. Pouvoir, ce n’est pas vouloir, ce n’est pas faire. Charles Xavier disait que le Mutant n’était pas la mutation de ce que l’Homme a de mauvais en lui, qu’il pouvait être aussi celle de ce qu’il a de bon. Chacun d’entre nous doit faire ce choix, et personnellement, j’ai choisit d’essayer de faire que plus jamais, ce qui est advenu sur mon monde n’arrive à d’autre, et j’ai choisit d’aider ceux à qui s’était arrivé. Comme toi. Tu aurais aussi ce choix à faire un jour, Kaede Kobayashi. J’espère qu’il te permettra de trouver la paix, en ton cœur comme en ton âme.*

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaede Kobayashi
Élève à l'Institut Gamma
avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 04/03/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: La vie communne de Kaede et Rachel [Pv Rachel Summers]   Jeu 28 Nov - 17:18

Kaede écoutait. Elle écoutait le phénix qui parlait avec son cœur. Elle était consciente que ce qu'elle lui disait était vrais et sincère. C'était une marque de confiance absolue. En moins une demi heure, Kaede avait grandit de quelques années mentalement et tout cela grâce Rachel. C'était un pas de plus vers son propre épanouissement. Le mal et le bien était aujourd'hui encore un peut plus gris et le monde lui se colorait un peut plus aussi. Sa haine pour les hommes se dissipait un peut plus aussi mais quoi qu'il arrive, même devant une enfant qui lui tendrait la main, elle ressentirait toujours un malaise. Le Phénix avait ses marques et Kaede aussi. Elles devront vivre avec les restant de leurs vie. Et c'était la leur plus grande réussite.

Kaede n'avait d'ailleurs pas peur du phénix. Au contraire, elle était rassurée de le savoir tout près. Elle se sentait en sécurité, elle pouvait partager et échanger des idées avec. Elle découvrirait le monde avec Rachel bien que le phénix le connaisse déjà. En faites, Kaede voulait voir les choses qu'elle avait loupé durant toutes ces années d'enfermements. Ainsi, Kaede suivrait les pas de Rachel. Elle se rendit compte que de toute les étoiles qu'elle avait choisit, Rachel était de loin la meilleur de toute. Et il ne pouvait y avoir mieux comme exemple à suivre.

- Si tu as réussie a faire ce choix, alors je réussirais aussi. Je suis heureuse d'être avec toi aujourd'hui Rachel. Et, si je peut rendre ce monde meilleur avec toi, je le ferais. En faites, j'aimerais que personne d'autre se retrouve comme nous on l'a été. Et...

Kaede s'en rendait compte. Elle était en train de penser aux autres. A des gens totalement inconnus qui pourraient vivre la même situation qu'elles a vécue. Elle se voyait en train de s'ouvrir au monde.

- Et j'aimerais bien qu'on aille voler toutes les deux ! Je vais apprendre a me soulever plus longtemps pour voler a tes cotés et en attendant tu me prendra avec toi et tu me montrera les beaux endroits de ce monde, puisqu'il n'est pas si noir que ça. Si tu ne l'a pas détruit, c'est qu'il doit y avoir des choses a ne surtout pas détruire et j'aimerais les voir. dit elle en retrouvant le sourire.

Maintenant, Kaede avait hâte de découvrir le monde avec Rachel.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: La vie communne de Kaede et Rachel [Pv Rachel Summers]   Sam 30 Nov - 20:10

Kaede l’écoutait, et dans les pensées de l’adulescente, le Phénix put entendre les échos qu’enclenchaient ses dires. Oui, c’était vrai et sincère, sa vérité, et c’était une marque de confiance, la première partie de la plus grande que pouvait fournir la jeune femme. Mais surtout, cela permettait à la Ptite Cornue de grandir un peu plus, en ses pensées, en son cœur, alors qu’elle découvrait le monde à travers un témoignage, et le conceptualisait encore plus. Sans doute qu’elle aurait dût mal à outrepasser ses instincts et ses peurs primaires, mais si la première fois, Kaede avait du mal à toucher un enfant, qu’en serait-il de la seconde ? De la troisième ? Quant à réussir à vivre avec les marques de leur passé, à transcender ce qu’elles avaient fait pour vivre et construire, oui, c’était leur plus belle réussite.

Le sentiment de sécurité fit plaisir, incroyablement plaisir, et celui de guider et de discuter, encore longtemps, de découvrir le monde, ce qu’il avait de beau, ensemble, c’était là une promesse. La promesse d’une étoile envers sa protégée ? Les mots n’avaient pas d’importance.

- Si tu as réussie à faire ce choix, alors je réussirais aussi. Je suis heureuse d'être avec toi aujourd'hui Rachel. Et, si je peut rendre ce monde meilleur avec toi, je le ferais. En faites, j'aimerais que personne d'autre se retrouve comme nous on l'a été. Et…

Oui, elle était en train de penser aux autres, aux inconnus, aux personnes, humaines ou mutantes, qui peuplaient le monde. Là où son regard d’enfant ne voyait pas au-delà de son monde, il s’élevait aujourd’hui à l’adolescence pour découvrir celui des autres, et y chercher sa place.

Aimer qu’elles aillent voler ? Apprendre à user de sa télékinésie pour se soulever et voler à ses côtés ? Et en attendant, être une squatteuse ? Non, le monde n’était pas si noir que ça, et oui, elle pourrait montrer des merveilles. Mais ce n’était pas grâce aux merveilles existantes qu’elle ne l’avait pas détruit, le monde, c’était grâce à l’espoir d’en apporter de nouvelles.

Rachel sourit nerveusement alors que sa protégée retrouvait son sourire également, s’emportant naïvement dans les rêves.

*Ne soit pas trop pressée de voir le monde, Kaede, tu serais incapable d’en profiter,* pensa celle qui avait foncé dans un iceberg pour essayer de le détruire, par pure flemme de le renvoyer en antarctique. *Avant qu’on aille voler, j’ai encore quelques choses à te dire.*

Reculant d’un pas, non sans avoir attendu encore un instant avant de rompre leur accolade, la jeune femme désigna la forme géométrique du Phénix qui irradiait de son œil, preuve de l’activité de sa puissance psychique, et plus particulièrement télépathique, si dense qu’elle était visible sur le plan physique.

*Tu te souviens que j’ai hérité de ma mère une partie de la Force Phénix. Et bien, désormais, je suis le Phénix ; l’Echo et Rachel ont fusionnés, avant qu’on se connaisse. La vidéo ayant été faite avant, c’est pas dit, mais voilà, je suis humaine, mutante et autre chose. Je ne suis plus un Limier, je ne suis pas une X-Men, mais je suis Rachel et le Phénix.*

Elle le notifiait toujours, d’autant que désormais, Kaede pouvait comprendre ce que cela signifiait. Il n’y avait plus Rachel et l’Echo du Phénix dormant en elle, il n’y avait plus qu’un seul être, possédant les deux identités.

*J’ai lut quelque part que les Entités choisissaient leurs porteurs de façon à créer un équilibre, du coup, si on est logique, vu que le Phénix choisit que des femmes… bah c’est un mec. J’ai fusionnée avec un mec. La loose…*

P’tain, si Sanzo savait, il ferait une de ces têtes… Encore que c’était surtout pour le troll, la Force Phénix n’étant pas ni morale ni n’ayant réellement de personnalité, il était peu probable qu’elle soit sexuée… Encore qu’on disait bien « un phénix »… Toujours que cela ne changeait rien !

*Après, c’est pas un mec dans le sens humain, donc ça va, et mon corps n’a pas changé suite à ça, je suis et reste une rousse, et une vraie !*

Manquerait plus que ça qu’elle soit une brunette teintée pour essayer de sortir du lot dans un concours de beauté à la con… Et puis elles en avaient déjà discutée, de l’importance d’être une vraie rousse, avec Caitlyn, c’était comme cela que Rachel savait les reconnaitre. Donc oui, elle était une vraie rousse.

*Et si tu veux apprendre à voler, je dois pouvoir t’aider, car malgré leur fonctionnement un peu particulier, tes pouvoirs sont moins loin des miens qu’on ne pourrait croire. Enfin, de l’un des miens. Tu pourras peut-être sauter par la fenêtre toi aussi, un jour,* ajouta-t-elle en lui faisant un clin d’œil.

C’était son grand truc, ça, de passer par la fenêtre, et c’était Amy qui lui avait montré, même si au final, le Phénix le faisait moins souvent que l’italienne, puisqu’elle avait moins de raison d’y passer. Grand truc qu’elle avait interdit à Kaede, d’ailleurs, parce que cette dernière n’avait pas les capacités de le faire sans danger. Du coup, si elle en développait la capacité, elle pourrait. Et en conclusion, seule Cerberus continuerait de passer par la porte. La vie était étrange parfois.

*Enfin voilà, j’ai vidé mon sac. Je pense aussi que ça permettra de se changer les idées, d’aller voler un peu. Mais avant, il y a une chose dont tu veux me parler.*

Elle restait sobre dans ses propos, comme dans ses gestes, car si le contact lui avait fait du bien, elle n’en était pas encore à pouvoir réellement s’amuser, ou faire la fête. Elle avait tendance à passer d’un extrême à l’autre assez vite, mais quant même, ce n’était pas instantané. Sauf pour la colère, parfois.

*Lorsque je parle dans ta tête, j’entends aussi ce que tu penses, Kaede, ça s’appelle la Télépathie. Je pourrais faire plein d’autres choses, mais je me limite à parler et écouter, c’est plus facile pour moi qu’avec la bouche. Je t’ai jamais vraiment demandée la permission, je crois, mais ça te dérange pas, hein ?*

Les esprits étaient comme des bulles, plus ou moins opaques fonctions des gens, les télépathes pouvant les durcir à volonté dans un processus nommé bouclier psychique, et surtout déformer leur propre esprit pour le projeter dans celui d’autres, transmettant ainsi les pensées, dans un sens comme dans l’autre. La plupart des personnes qui n’étaient pas gênées par la transmission de pensée n’en prenaient pas réellement la mesure, ne sachant à quel point le processus, même au niveau « minimum », était intrusif, car toutes les pensées instantanées, volontaires comme involontaires, étaient captées. Après, le degré de confiance entrait également en jeu, et il en venait des points où c’était tel que l’esprit lui-même n’essayait plus de résister à la déformation des ondes cérébrales, les reconnaissant comme « amie » ; c’était ce qui lui arrivait avec Caitlyn. Et ce n’était qu’une fois un tel stade atteint que Rachel pouvait, volontairement ou non, tisser ses liens psychiques.

*Dis ce que tu veux dire, ou parlez toutes les deux, comme vous préférez. Après, on y va, promis.*

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaede Kobayashi
Élève à l'Institut Gamma
avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 04/03/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: La vie communne de Kaede et Rachel [Pv Rachel Summers]   Lun 2 Déc - 0:07




Oui, pour être pressée, Kaede était franchement pressée. En faites, elle avait un peu peur. Et si jamais le futur de Rachel venait à se réaliser quand même ? Kaede voulait tout voir avant de ne plus pouvoir le faire d'elle même. Ses doutes se dissipèrent lorsque l'insigne sur l’œil de Rachel brilla plus intensément.

*Tu te souviens que j’ai hérité de ma mère une partie de la Force Phénix. Et bien, désormais, je suis le Phénix ; l’Echo et Rachel ont fusionnés, avant qu’on se connaisse. La vidéo ayant été faite avant, c’est pas dit, mais voilà, je suis humaine, mutante et autre chose. Je ne suis plus un Limier, je ne suis pas une X-Men, mais je suis Rachel et le Phénix.

Kaede savait déjà qu'elle était spéciale. Les autres mutants étaient déjà impressionnants mais jusqu’à maintenant, y en a qu'une seule qui a pus l’émerveillé de jour en jour. Y en avait qu'une seule qui semblait dépasser tout les autres. Soigner, Voler et faire voler, parler dans la tête des autres... Et aujourd'hui, elle était l'avenir, le passé et le présent. L'alpha et l'Oméga. Kaede savait que maintenant, ce n'était plus juste de la confiance qu'il fallait pour Rachel. C'était bien plus. Tant que Kaede serait avec elle, elle suivrait le chemin. Et quoi qu'il arrive, Rachel ne pourrait lui faire prendre la mauvaise direction alors, ce n'était plus la peine de tournée la tête derrière elle pour s'assurer du chemin. C'était le bon, c'est tout. Et toute les craintes du futur apocalyptique de Rachel se dissipèrent. Rachel ferait tout pour que cela ne se reproduise pas et Kaede en ferait de même. Elle suivrait les pas du phénix. Car il est l'équilibre.

*J’ai lut quelque part que les Entités choisissaient leurs porteurs de façon à créer un équilibre, du coup, si on est logique, vu que le Phénix choisit que des femmes… bah c’est un mec. J’ai fusionnée avec un mec. La loose…*

Kaede émit un pouffement à la fois contenue et complétement chaotique nasalement parlant.

-Un Garçon ! Pffffcrrchhh ! Hihihi Comme quand je croyais que Amy avait une verge la première fois que Caitlyn m'a dit qu'elle était avec une fille et qu'elle faisait des trucs de grand !

Kaede avait cependant compris que rien ne pendouillait entre les cuisses du phénix. C'était plus pour la chambrer qu'autre chose. Rachel émit ensuite l’hypothèse que Kaede pourrait probablement sauter par la fenêtre comme le faisait Rachel. Cela fit briller ses yeux d'envie.


*Enfin voilà, j’ai vidé mon sac. Je pense aussi que ça permettra de se changer les idées, d’aller voler un peu. Mais avant, il y a une chose dont tu veux me parler.*

Kaede écarquilla les yeux. Comment elle savait ? Comment était ce pos...Non en faites non Kaede savait. Rachel pouvait parler dans la tête et elle supposa que celle-ci pouvait aussi voir ce qu'il y avait dedans et..

*Lorsque je parle dans ta tête, j’entends aussi ce que tu penses, Kaede, ça s’appelle la Télépathie. Je pourrais faire plein d’autres choses, mais je me limite à parler et écouter, c’est plus facile pour moi qu’avec la bouche. Je t’ai jamais vraiment demandée la permission, je crois, mais ça te dérange pas, hein ?

Rachel l'invita alors à parler.

Kaede avait toujours complétement stupéfaite et même en panique. Elle ne devait pas voir l'autre. Elle était bien trop méchante, bien trop cruelle et... Et pourquoi garder ça secret ? Rachel lui avait confiée son plus grand secret et Kaede ne le ferait pas ? C'était injuste.

*N'y pense même pas Kaede ! *

Rachel... Euh...

* TAIT TOI KAEDE ! Je te jure que si tu fait ça tu le payera !*

Rachel... J'ai, une amie. Dans...Dans ma tête. *Elle sait déjà que tu es la idiote.*

*Je te haie KAEDE ! JE TE HAIS !!!  Tu m'a trahit MOI ! MOI CELLE QUI A TOUJOURS TOUT FAIT POUR NOTRE SURVIE !*

-Elle...Elle est très méchante. Elle me fait très peur même si c'est toujours moi qui peut bouger. *Non, tu es celle a qui j'ai permis le massacre, Kaede, tu es mon monstre, et je suis celle qui t'as crée.*

*CREEEEVE! SALE PUTE! JE T'ARRACHERAIS LES CORNES ! COMME SES PETITS CRETINS VOULAIENT TE LE FAIRE !

- Elle... Elle n'a connue que la colère, la haine et la souffrance. Elle s'en nourrit et elle est pas contente parce que je suis heureuse ces temps-ci.*C'est cruel, mais nous devons mourir toutes les deux pour renaitre en une seule Kaede, mon petit monstre*

* ALORS JE NOUS TUERAIS PUREMENT ET SIMPLEMENT !*

- Elle veut prendre le contrôle. Elle veut me tuer pour que je souffre encore. Elle haït les humains plus que tout. Je...Je crois qu'a la moindre occasion, elle tentera de retourner l'onde contre moi. Heureusement je suis plus forte qu'elle. Surtout depuis qu'il y a de l'espoir.

- Y A PAS D'ESPOIR ! JETTE TOI DE LA FENÊTRE ET CELA IRA PLUS VITE ! Y EN A PAS POUR TOI ! TU ES FAIBLE ! RACHEL SAIT QUE SEULE LES PRÉDATEURS PEUVENT VAINCRE ! ON VA LES ANÉANTIR CES CHIENS D'HUMAIN ! RACHEL NOUS A TRAHIT ! ELLE LISAIT EN NOUS COMME DANS UN LIVRE OUVERT !

Kaede tremblait tandis que dans sa tête, une Kaede était prise d'une colère noire et l'autre d’espoirs.

- Je...Je ne sais pas comment faire pour... revenir comme on était. Comme quand on était qu'une. On s'est séparé en deux quand...quand la première fois les cornes sont sortis. Elles sont plus longues que ce qu'ils paraient et en cas de souffrance psychologique et physique intense... Ils ont réussis qu'une seule fois à le faire. J'ai tuer tant de monde ce jour la. Ils ont due fermé tout les sous-sols. Ils étaient même prêt a tout faire exploser pour pas que je m'échappe. C'est vrais, elle m'a fait vivre. Mon monstre m'a permit de survivre. Rachel... Il faut, il faut qu'on redevienne la Kaede d'avant. La vrais. Les deux doivent être réunis.

*C'est hors de question ! Je... Je n'ai rien fait de mal ! Je ne veut pas mourir juste parce que cette idiote ne sait pas se battre ! Les humains nous détestent, un jour ils nous détruiront ! Comme ils ont détruit le monde de Rachel ! C'EST QUOI LA DIFFÉRENCE ENTRE DEMAIN ET AUJOURD'HUI ! DÉTRUISONS LES AVANT QU'ILS NE NOUS DÉTRUISENT ARRRRRGH!*

Dans son esprit, représenté par une grande salle de test avec deux enormes sarcophages de confinement sur les cotés., les deux Kaede se tenaient la. La première renvoya la seconde furie dans son sarcophage d'un simple geste de la main. Celui-ci se verrouilla et fut parcourus par des éclaires. La deuxième hurlait de colère, de haine, de souffrance, récupérant toutes les douleurs et tout les cauchemars de la première.

*A chaque fois je l'enferme pour qu'elle se taise et que jamais elle ne fasse de mal aux autres. Mais je l'ai déjà laissé prendre le contrôle. Je lui ai déjà dit de tuer pour moi, car j'en étais incapable. J'y ai pris gout. Le sang devenait un vrais... Passe temps. Guetter la moindre occasion de tuer, utiliser son intelligence pour traquer et lui donner le contrôle dès qu'un garde ou un scientifique était à porté. Aujourd'hui... Je ne dois plus exister et elle non plus. On doit être réunis. Et je ne sais pas comment faire. Rachel... Mon étoile. Guide moi.*

Kaede eut alors une absence.  De seulement quelque secondes.

-Huu...Que...Rachel ? Qu'est ce qu'il s'est passé ? Je... Je voulais te dire quelque chose mais je...je ne me souvient plus. J'ai rien fait de mal j'espère. On aurait dit un rêve un peu bizarre mais je n'arrive absolument pas à m'en souvenir.

Le moment douloureux avait été envoyé sur la deuxième Kaede. La première oubliant ce qu'il venait de se passé. Kaede faisait des cauchemars. Et à chaque fois c'était la seconde qui recevait sa dose de peur et de souffrance. Ainsi, la première n'avait que les rêves. Alors oui Kaede ne faisait que rêver et à la fois, elle ne faisait que cauchemarder

ça va toi ? Dit elle à Rachel.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: La vie communne de Kaede et Rachel [Pv Rachel Summers]   Lun 2 Déc - 18:24

L’empressement de Kaede pour voir le monde était dut à bien autre chose qu’une impatience d’enfant, une chose bien moins belle, qui se nommait simplement la peur ; la peur de voir les actions qui étaient advenues chez Rachel se reproduire. Il n’y avait pas tellement à dire sur cela, d’autant que le reste de la réaction était parfaitement enfantine, ignorante des véritables conséquences autre qu’un temps limité pour tout voir.

Quant à la puissance des pouvoirs du Phénix, cette dernière espérait bien que ce ne soit pas cela, ou pas uniquement cela, qui la rende spéciale ; oui, elle était d’une puissance démesurée, peut-être même la plus puissante de tous sur le long terme, et Kaede n’avait vu qu’une infime fraction des capacités dont elle pouvait faire preuve, mais il était bien d’autres mutants capables de faire de véritables miracles, et de surprendre de jour en jour. La limiter à cela aurait été blessant, tout comme l’en amputer. L’avenir, le passé et le présent, l’Alpha et l’Oméga, Rachel grimaça mais n’ajouta rien. Le Phénix pouvait être considéré comme une divinité, Exodus avait averti que cela pouvait causer des troubles, cependant, la jeune femme espérait bien pouvoir être jeune femme, n’ayant nulle envie d’être portée à l’adoration. Hors, il semblait que la confiance que lui accordait sa protégée virait à cela, tout comme l’avait fait le soi-disant amour de Sanzo.

Son trait d’humour permit de balayer tout cela, mais elle ne devrait pas l’oublier, c’était un jeu trop risqué pour qu’elle puisse se le permettre. Peut-être Exodus serait-il de bon conseil, après tout, mais il y avait toujours le mariage à accomplir, avant qu’elle ne le recherche. Et voir pour les X-Men. Prioriser, il fallait faire une liste et accomplir les tâches les unes après les autres.

Et c’était ce qu’elle faisait, puisqu’avant d’aller voler, elle escomptait parler du double, du « Gollum ». Cela faisait peur à Kaede, non d’en parler, mais de « voir » l’autre, l’autre pour ce qu’elle était, méchanceté et cruauté, les mauvais côtés permettant à elle-même d’être un « ange ».

Ne pas y penser ? Il fallait l’oublier pour que l’autre n’existe ? Le payer, si elle ne se taisait pas ? La seconde personnalité n’avait donc héritée des traits « monstrueux » pour protéger la première ? Une amie ? Pourquoi la définir comme « amie » alors qu’elle la craignait tant ? Mais oui, le Phénix savait déjà, et elle savait depuis le début, même.

Le discours était aussi instructif qu’étrange, une haine viscérale envers celle qu’elle avait toujours protégée, et des menaces de mort même, chose allant à contre sens des actes de la seconde personnalité. Oui, elle n’avait connue que colère, haine et souffrance, pourtant Red l’avait fait également, et jamais n’était devenue une personnalité à part, même si elle était l’aspect le plus monstrueux, et le plus tragique, de Rachel.

- Elle veut prendre le contrôle. Elle veut me tuer pour que je souffre encore. Elle haït les humains plus que tout. Je… Je crois qu'a la moindre occasion, elle tentera de retourner l'onde contre moi. Heureusement je suis plus forte qu'elle. Surtout depuis qu'il y a de l'espoir.

- Y A PAS D'ESPOIR ! JETTE-TOI DE LA FENÊTRE ET CELA IRA PLUS VITE ! Y EN A PAS POUR TOI ! TU ES FAIBLE ! RACHEL SAIT QUE SEULE LES PRÉDATEURS PEUVENT VAINCRE ! ON VA LES ANÉANTIR CES CHIENS D'HUMAIN ! RACHEL NOUS A TRAHIT ! ELLE LISAIT EN NOUS COMME DANS UN LIVRE OUVERT !

*Rachel t’entends…*

Sa pensée avait le ton des mots froids, et des colères sourdes. Elle n’avait trahis personne, pas ici. Les seuls qu’elle avait jamais trahis, c’étaient les Limiers, c’était Achab, pas ceux qu’elle aimait. Jamais ! Il y avait toujours de l’espoir, tant qu’il y avait des gens qui se battaient pour lui. Quant à la faiblesse, la plus grande force de l’univers ne valait rien, si l’on était seule, et Rachel pouvait en témoigner d’expérience.

La dispute se poursuivait, à haute voix pour l’une, par la pensée pour l’autre, l’une témoignant et l’autre agressait, l’une parlait de futur et l’autre du passé. Chacun des yeux du Phénix pouvait voir chacun des discours de Kaede, et c’était en cela qu’elle devenait réellement apte à prétendre à percevoir les deux simultanément. Mourir ? Pourquoi conceptualisait-elle une réunification comme « mourir » ? Ne craignait-elle pas plutôt un effacement télépathique, une censure voir une destruction de la partie de l’esprit qu’elle était ?

Quelque chose changea, alors que la bataille s’engouffra dans le subconscient de Kaede, et que sa forme physique souffrait d’une absence. Suivant le déchainement, le Phénix ferma les yeux et se plongea à son tour dans l’esprit de sa protégée, la suivant jusqu’où elle se trouvait. Risqué, mais nécessaire.

Le subconscient de Kaede avait modélisé le laboratoire qui avait été longtemps sa seule maison, et Rachel s’y retrouva une fois de plus, contemplant l’installation High-tech, les tables à interfaces tactiles et la mezzanine de surveillance, avec les couloirs menant au reste du complexe, y comprit aux immenses sarcophages, qui avaient servis de lits aux expériences. La Grande Rousse avait brûlé cela, mais s’y retrouver à nouveau n’était pas des plus agréables. « Marchant » à travers le décor onirique sous sa propre forme astrale, cette jeune femme nue à la peau rouge, aux cicatrices noires, aux yeux et à la chevelure de flammes, elle suivit les échos du combat jusqu’à l’une des prisons suscitées, où Kaede faisait face à son double, la réexpédiant dans la prison avec facilité.

*A chaque fois je l'enferme pour qu'elle se taise et que jamais elle ne fasse de mal aux autres. Mais je l'ai déjà laissé prendre le contrôle.*

Passant à côté de son vis-à-vis lui expliquant en quoi elle avait utilisé le « monstre » pour accomplir le sal travail, finissant par prendre plaisir à se laisser dominer par elle, pour accomplir ce qu’elle-même n’osait pas faire… c’était ainsi que la seconde personnalité s’était formée, par ce besoin de se sentir soutenue et de se déresponsabiliser face à l’acte ultime. Même les Warhound ne s’étaient pas auto-infligés cela.

*Aujourd'hui… Je ne dois plus exister et elle non plus. On doit être réunis. Et je ne sais pas comment faire. Rachel… Mon étoile. Guide moi.*

S’approchant du sarcophage, le Phénix avança la main, encaissant la décharge électrique comme elle le pouvait, mais continuant de jouer de la volonté pour braver celle de Kaede. Crispant tout son corps onirique, elle finit par atteindre la vitre chose, la déformant alors que les lois de la physique étaient réinterprétées par l’inconscient. Finissant tant bien que mal par traverser le verre, la main de la télépathe put toucher la chose enragée qui s’y trouvait, alors même que cette conception illusoire traduisait leurs appréhensions de ce qu’il se passait dans le cerveau de Kaede, où les ondes mentales de Rachel avaient finies par atteindre le centre de la seconde conscience.

Déposant sa main comme une caresse sur la joue du monstre, le Phénix montra à la haine ce que sa propre haine avait vécue, non-pas ses traumatismes, mais comment elle avait guérit. Non, Kaede ne s’en souviendrait pas, mais dans son subconscient se trouveraient le souvenir d’avoir contemplé, à travers ses yeux à elle, une jeune femme livrée aux camps de la mort et à des mutants dont elle était responsable du malheur, une jeune femme pratiquement battue à mort à son arrivée, mais sauvée par d’autres mutants. Des mutants qui avaient un espoir, celui que tous vivent en paix, des mutants qui n’en voulaient pas aux autres de leurs actes, qui voulaient au contraire parvenir à rétablir un équilibre, qui croyaient en un rêve. La survie était leur combat, oui, mais il y avait également l’espoir de faire changer le monde, de le faire changer en mieux. Et parmi ces êtres, elle avait même fini par aimer, un amour réciproque qui avait engrangé la vie.

Il ne fallut que deux secondes pour montrer tout cela, montrer comment l’espoir était revenu, et l’amour avait vaincu la haine. Et c’était le temps qui lui avait été imparti.

- Huu… Que… Rachel ? Qu'est ce qu'il s'est passé ? Je… Je voulais te dire quelque chose mais je… je ne me souviens plus. J'ai rien fait de mal j'espère. On aurait dit un rêve un peu bizarre mais je n'arrive absolument pas à m'en souvenir.

Rachel ne répondit pas, son œil gauche étant redevenu normal, mais du sang s’échappant de son nez.

- Ca va toi ?

Le Phénix s’effondra, le regard vide, heurtant lourdement le sol sans avoir la moindre réaction. Elle respirait toujours, mais n’avait plus le moindre signe de réaction d’aucune sorte.

Plus tard, alors qu’elle serait allongée à l’infirmerie et qu’elle aurait reprise conscience, il lui serait expliqué qu’elle avait été prise dans le refoulement de Kaede, son esprit manquant d’être déchiré et broyé par le subconscient de sa protégée ; un risque inconsidéré et dont elle ne s’était tirée que par ses capacités de résistance. Son esprit aurait subit des dégâts, mais cela guérirait, de même que les impacts sur son cerveau seraient réparés avec le temps. Rien de grave n’avait été trop sévèrement touché, et Rachel pouvait toujours parler et agir normalement, cependant, elle devrait faire attention à ne pas retenter ce genre d’expériences avec sa faible maitrise de la télépathie. Phénix ou pas, cela pourrait la tuer.

Mais plus que tout cela, ce que la jeune femme attendait de voir, c’était l’assimilation des souvenirs qu’elle avait montrés à la « méchante » Kaede, espérant secrètement que dans ses rêves, la gentille finisse par en voir des scènes, preuve que les deux personnalités se réintégreraient petit à petit ; car, si la différence entre elles était l’espoir et la haine, en ôtant la haine pour redonner espoir, ne les faisait-on pas s’unir à nouveau ?

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaede Kobayashi
Élève à l'Institut Gamma
avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 04/03/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: La vie communne de Kaede et Rachel [Pv Rachel Summers]   Lun 16 Déc - 0:40

Kaede était restée au près de Rachel et la petite cornue avait eu la peur de sa vie. Jamais Kaede n'avait ressentit ça. Avoir le cœur qui bat à cent à l'heure, sentir la panique vous envahir, réfléchir à ce qu'il se passe. Ce jour la, Kaede avait eut peur de perdre quelqu'un. Une personne qui lui était chère.

Dans un sens, ce gros flip avait permis de désacralisé le phénix dans l'esprit de Kaede. Au final, le phénix était tout aussi fragile que les autres, il n'était pas un dieu, les dieux ne meurent pas. Du coup, Kaede était resté auprès de Rachel à l'infirmerie. Elle était resté 4H dans la même position, assise sur une chaise, a moitié affalé sur le lit en serrant la main de Rachel. C'était peut être un mal pour un bien. Une sorte de preuve que le phénix n'était pas tout puissant. Il était très fort certes mais il était de plus en plus humain. Et Kaede savait qu'elle pourrait elle aussi aider Rachel.
*Joli boulot, je te laisse les commandes deux secondes et tu met Rachel au tapis*
*Non, elle a fait ça pour nous. Elle a risqué sa vie pour nous.*
* Tu sais... c'est pas la première fois qu'elle se met en danger comme ça, ça me fait bizarre*
*Hein... C'est l'espoir ce que tu ressent, et l'amour aussi, et même un peu de culpabilité.*
*Tsss... je préfère encore m’enfermer moi même que d'entendre ces conneries. Se sacrifier pour moi ? Ah ! Elle est bien bonne tient.*


Un peut plus tard, tandis que Kaede s'était endormis contre le lit, une main vint la réveiller. C'était Rachel qui avait enfin put se remettre de ce périple psychique.

- Rachel !  Hnnn Gomenasaï ! Je voulais pas te faire de mal... Ne....Ne refait plus ça Rachel ! D'accord ? T'as... Tu as déjà fait des sacrifices, et faut pas que t'en fasses encore. Refait plus ça Rachel, je veut pas qu'il t'arrive des malheurs. dit elle de vive émotion. C'était un trio d'émotion qui s'exprimait à travers son visage. Beaucoup de soulagement, un peu de colère et beaucoup de culpabilité. Sans rencontrer Rachel, Kaede n'aurait peut être jamais montrer sa culpabilité. Sa colère, très légère, venait simplement du fait qu'elle ne voulait pas que Rachel se fasse du mal pour Kaede. Et le soulagement, on sait pourquoi.

Cependant, Kaede chuchota un petit :"Merci". Car, bien que le risque était totalement inconsidéré, cela avait porté ses fruits. La seconde personnalité de Kaede réfléchissait. Elle réfléchissait à se nourrir d'autre chose que des mauvais sentiments.

Kaede resta autant qu'elle put après de Rachel, durant le temps qu'elle retrouve entièrement ses esprits. Et pour une fois, ce fut Kaede qui s'occupa du bien être de Rachel. C'était Rachel la protégée, et Kaede la protectrice ( Avec l'aide de l'infirmière ! ). Ce petit échange des rôles ce démarqua dans l'esprit de Kaede. Car peut importe la puissance du phénix, Rachel était Rachel. Et elle était sa meilleur amie, et une étoile, parmi toutes les autres et non pas l'étoile unique. C'était une petite leçon de vie pour Kaede, généreusement offerte par Rachel.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: La vie communne de Kaede et Rachel [Pv Rachel Summers]   Mer 18 Déc - 19:28

Des engagements pour l’avenir
Dimanche 3 Novembre 2013 – 07 : 44 P.M.
Chambre N°7, Dortoir des filles de l’Institution Charles Xavier
Chose promise, chose due, Rachel avait reconduite Caitlyn à l’Institution Charles Xavier pour Jeunes Surdoués pour la soirée, et n’était pas retournée s’isolée dans les grandes étendues inaccessibles de l’univers. Elle avait fait de son mieux pour la rassurer, pour lui retransmettre cette foi qu’elles défendaient toutes les deux, pour réparer les blessures faites par d’autres, cependant sa place de petite sœur lui donnait des limites qu’elle n’avait pas franchie, à l’aimée de finir de consoler et de rassurer, à l’aimée d’aimer.

La discussion avec le Professeur X sur son nouveau rôle avait été relativement brève : il avait fait ce qu’il avait à faire, elle aussi, et ils le feraient tous deux à l’avenir. Non, elle aurait été incapable de dire si cela allait mal tourner, et elle n’irait pas chercher cette réponse, parce que l’Avenir n’était que possible, et qu’il était très difficile de découvrir quel était le plus probable, et parce que cette ignorance lui permettrait de faire de son mieux, d’être au maximum sincère, dans son action, et elle n’en demandait pas plus. Il y avait certaines choses qu’en tant qu’humains, ils ne devaient pas découvrir, et le Phénix ce plaçait du côté de l’Humanité, entièrement. Oui, elle avait également peur de savoir, mais cette peur n’était nullement une motivation, puisque le seul moyen de la perdre aurait été de savoir, justement, de la confronter et de la vaincre.

Marchant dans les couloirs obscurs du dortoir des filles, toujours vêtue comme le matin même de sa combinaison rouge et orange, de son manteau de lattes et de ses diverses protections rouges, la jeune femme se dirigeait vers sa chambre de dortoir pour la dernière nuit où elle le serait, alors qu’elle avait déjà eut tant de mal à le devenir. Elle avait disparue moins de douze heures, Kaede n’aurait pas eut lieu de s’inquiéter, il y avait déjà eut bien pire, même si elle n’avait jamais emmené personne avec elle jusqu’à lors, pas même la Cornue. Cependant, elle devait déjà être au courant. Ou plutôt elles, d’ailleurs, puisqu’elles avaient récupérée Jade depuis les affrontements de San Francisco.

Poussant la porte de la chambre numéro 7, Rachel les trouva là, toutes les deux, malgré l’heure qui s’approchait de plus en plus de celle de leurs épiques repas, tant la rousse et l’ex-Confrériste avaient des manières différentes et antagonistes de consommer la nourriture. Forcément, quant on est une maniaque de l’hygiène à ne pas toucher son pain avec les doigts et l’ingurgiter à la fourchette, et qu’on se retrouve face à une personne qui, dès que la qualité des couverts ne la satisfait pas (chose arrivant dès que quelque chose résiste un tant soit peu auxdits couverts), y va à la main et à la mâchoire et qui en plus se nourrit principalement de viande rouge, on n’apprécie que peu. Donc, Jade ne mangeait pas en face de Rachel ni en sa diagonale, parce que c’était dégueu à voir, ni à côté, parce qu’elle redoutait les éclaboussures pire que la peste ; c’était elle, la peste, en fait. Le seul avantage à avoir Silent, hormis le contentement de Kaede, c’était que tout était toujours propre, même Cerberus n’étant plus autorisée à perdre ses poils sans avoir une rouspéteuse pseudo-gothique qui ramassait derrière. Le Phénix n’allait pas s’en plaindre, puisqu’elle et le ménage, c’était uniquement si elle perdait à pierre-feuille-ciseau avec Kaede, moyen le plus simple (mais pas forcément le plus honnête si on rajoutait la télépathie) de savoir qui accomplirait les tâches ménagères. Vive les commis d’office.

Si la chambrée était généralement de bonne humeur, elle serait toute relative ce soir, principalement parce que Rachel n’était ni de bonne humeur, ni particulièrement démonstrative. Ne franchissant pas l’encadrement de la porte, elle s’y posa en croisant les bras, regardant ces deux camarades avec un air étrangement absent.

- Je suppose que vous savez.

Sachant que si elles ne savaient pas, cette simple phrase devait les avoir mise au courant. Les deux savaient qu’elle passait sa Passation le matin même, et que cela l’avait stressée ces derniers jours, mais avaient-elles été prévenues du résultat ? Après tout, c’était des élèves, et Caitlyn n’avait pas été là pour les tenir au courant. Amy peut-être ? Le Phénix n’en savait rien, et elle ne cherchait pas à supposer : oui, elle était devenue une X-Men, jugée par ses pairs et acceptées par eux, enfin au décompte des voies, cependant vu son attitude, elle aurait très bien put échouer.

- Je suis la Dernière Née, ajouta-t-elle simplement, pour dissiper d’éventuelles confusions. La Dernière Née des X-Men.

Titre officieux et sans valeur, employé par Caitlyn et Amy pour ce désigner elles-mêmes, à tour de rôle, auparavant, et que la nouvelle citait tout simplement, se l’appropriant en attendant l’arrivée de Kaya parmi l’équipe.

- Cait’ m’a seulement posées des questions, beaucoup de question, j’en parlerai pas ce soir, enchaina-t-elle sur le même ton, ne sachant même pas si elle en parlerait un jour.

Levant son regard vers Kaede, puis vers leur collocatrice, pour en retourner à sa protégée, Rachel soupira.

- Ils vont m’affecter une nouvelle chambre, dans les couloirs réservés aux X-Men. Mais j’escompte toujours te guider, Kaede. Je voudrais savoir : tu crois être capable de rester dans une chambre normale même sans moi ou tu veux me suivre dans la nouvelle ?

Sa mission de surveiller Kaede et de l’empêcher de nuire avait toujours cours, quant bien même le Phénix la jugeait inutile et obsolète, ayant toute confiance dans la Cornue pour se maitriser, mais plus que cela, Rachel voulait savoir si elle continuerait de guider sa protégée comme elle le faisait maintenant, presque de façon maternelle, ou si elles prendraient un peu de distance, ne serait-ce que géographiquement. Chaque chose avait ses avantages et ses inconvénients, car si changer de chambre leur permettrait de la personnaliser et de ne rien changer à l’équilibre qu’elles avaient, que Kaede reste ici lui permettrait d’avoir plus d’intimité avec jade, quant bien même rien n’avait été dit. Ce serait également une preuve de maturité et de confiance en elle, même si suivre Rachel en serait une d’affection.

Il n’y avait pas de bonne réponse à cette question, pas de bonne réaction, c’était juste un choix. Un simple choix, qui était entre les mains des deux jeunes femmes.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle Kenneth
Neutre Delta
avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: Re: La vie communne de Kaede et Rachel [Pv Rachel Summers]   Jeu 19 Déc - 18:13

NDA : Ce post est au nom de Silent. Jade Dikinson a ete rapatriée gravement blessée à l'Institut suite à la destruction de a confrérie de SF en septembre. Kyle Kenneth a demandé à ses connaissances sur place de la protéger quelques temps pour clarifier la situation au sujet des assaillants assassins. Depuis Jade s'est acclimatée à l'Institut.


Silent 's Speaking.


Kaede est un feu ardent, elle est capable d’alimenter en conversations une journée toute seule en nous racontant des choses insignifiantes. Je pense qu’à la longue, c’est sans doute une chose qui pourrait taper sur les nerfs de bien des personnes. Je suis probablement une des seules qui trouve cela rassurant. Je suis assez économe en paroles et je ne supporte pas qu’on entre dans mon esprit, pas même Rachel en qui j’ai une confiance aussi profonde qu’en des personnes que je pourrais qualifier de « proches » comme Kyle, Kaede étant de toute façon, hors catégorie. J’ai toujours était à l‘image de ce sobriquet que la confrérie m’a assigné : Silent. L’ombre silencieuse qui obéit docilement en évitant bien soigneusement qu’on puisse la remarquer, je ne garde mon esprit espiègle que pour les gens que je considère comme intimes ( comme Kyle ou Kaede), j’ose quelque plaisanteries à Rachel mais j’ai toujours peur d’être gauche, je m’intègre à une microstructure dans une plus grande structure. Je devais à la base ne rester que quelques jours, j’en suis déjà à quelques mois. J’apprends. J’apprends beaucoup sur moi-même et sur mes sentiments. Je sais à qui je dois tout cela. Je ne me livre qu’à Kaede, et encore, ça reste un exercice difficile mais je ne lui refuse pas grand-chose, me contentant d’un « tu m’emmerdes quand elle creuse trop…De l’extérieur, je reste calme et secrète, mais je dois bien avouer que quelque chose d’inédit à émerger, impossible là aussi de mettre des mots sur ces sentiments. C’est confus, c’est compliqué…j’ai toujours évité de me regarder dans toutes mes contradictions, à présent que je le fais parfois, j’en sors complètement déboussolée. Je ne sais pas interpréter ces choses-là, je n’ai jamais su.

Ce que je sais c’est que Kaede m’est devenue essentielle. Je veux être avec elle où qu’elle aille. Il n’est plus question de Confrérie. Bien sûr, la rencontre avec Kyle m’angoisse énormément parce qu’il faudra lui expliquer, il faudra qu’il comprenne. Je n’ai qu’une vie et même si je ne regrette en rien ce que j’ai fait, même le pire puisque c’est dans ma nature de ne jamais regretter un choix, je veux mener cette vie en suivant un chemin que l’on ne m’a pas indiqué, je veux être Jade. Je ne veux plus être Silent, un murmure noyé dans un talent génétique.
Je suis heureuse ici. Enfin, je crois, on m’a jamais dit ce qu’était être « heureuse »
Comme prévu tout est différent et tout est compliqué mais on me laisse le temps de m’y perdre encore et encore. Kaede et Rachel bien sûr. Je sais que je ne leur rends pas la vie facile avec mes manies, je sais que je reste « un caprice de Kaede » et qu’elle me tolère dans sa demeure comme on tolère une sorte d’invitée de l’autre, encombrant à souhait. Tout le monde semble occulter ce qu’est Rachel, moi je le sais : un mélange de monstre et d’humain. Cette dualité me touche en écho et éveille la mienne, elle « me voit », j’en suis certaine et c’est bien la première fois que j’aime qu’on me regarde ainsi. Elle sait ce bouillonnement d’émotions contradictoires qui m’agitent en fait derrière cette façade sociale passive et calme. J’ai énormément d’affection pour elle, autant que pour Lorna, mais je ne la verbalise pas. Docile lorsqu’elle donne un ordre, muette si elle ne désire pas parler, j’exécute en un parfait mimétisme empathique. J’ai observé son embarra à l’approche du rituel qui sacralise un X Men, chose des plus idiotes puisqu’à mon avis, le rite en lui-même est superflus puisque le plus compliqué demeure de rester x men, pas le devenir. Lorsque Kaede est en cours, je me plonge dans des ouvrages des plus compliqués surtout les mathématiques car j’aime apprendre, c’est un fait, je pense que ça m’apaise mais parfois mes pensées se portent vers elle. Rachel…ses mystères…sa patience…le modèle qu’elle offre inévitablement. Tout vient si tard, j’aurai tellement aimé qu’elle croise mon chemin plus tôt, qu’ils croisent tous mon chemin. Kaede est ma meilleure amie, peut-être plus, je ne veux pas le savoir.
Un simple regard suffit pour me rendre à l’évidence, cette absence fut courte mais ce qui s’est passé l’a ébranlée. Je ne sais que dire, de ce fait, je me raidis sur mon lit, assisse en tailleur juste à côté de Kaede et j’attends, comme toujours lorsqu’une situation me dépasse. Viennent les questions, des questions qui amènent des choix et ces choix me font peurs.

Je veux rester avec Kaede, c’est un fait parce que sans elle, j’ai l’impression de ne plus exister mais je ne veux pas que Rachel s’en aille non plus. Je veux qu’on reste « une famille », je veux qu’elle me force à rire quand elle le fait parfois, je veux qu’elle m’agace par ses sales manières, je veux poser un regard compatissant et ému sur elle lorsqu’elle dort et que son sommeil est troublé par les échos du passé… je veux qu’on reste ensemble. Je me sens protégé avec Grande Rousse, je veux qu’elle veille sur moi comme elle le fait depuis quelques mois. C’est la seule personne capable de vaincre les démons, j’en suis convaincue, elle m’a promis de me protéger lorsqu’elle m’a rattrapé alors que je tentais de m’enfuir de l’Institut dans les premiers temps. J’ai confiance en elle, je ne veux pas la perdre, X Men ou non. Mais je sais que je ne suis qu’un bagage encombrant, rien de plus. Je ne suis pas de « leur monde ».
Dieu sait combien j’aurais aimé.

Mais au fond et malgré tous mes désirs, je reste Silent en non pas Jade. Je ne sais pas dire toutes ces choses-là. Alors, je reste emmuré dans mon mutisme, décontenancée, mains jointes et regard baissé en une attitude d’enfant triste. Kaede décidera, moi je ne suis qu’une ombre.


_________________


Ma loyauté va à Magneto parce qu’il a compris plus vite que les X men que ce monde nous est hostile et que les armes menant à notre destruction sont déjà rougies sous le marteau des forges, il s’érige en dernier rempart d’une espèce. Il défend les siens par la seule option qu’on puisse choisir face à l’oppression : la violence et la légitimité de son usage. Mais si un jour il en vient, une fois la tempête passée à s’imposer comme une sorte de Dieu régnant sur les vainqueurs et les vaincus au nom d’une dictature « nécessaire », alors il m’aura comme ennemi, implacable et infatigable. Mon idéal va à une cause, surement pas un homme. Mon idéal, c'est la liberté. Ma cause, c'est notre survie.
K.K
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaede Kobayashi
Élève à l'Institut Gamma
avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 04/03/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: La vie communne de Kaede et Rachel [Pv Rachel Summers]   Ven 27 Déc - 12:23

La vie tout seule, c'est simple mais ennuyeux. Tandis que la vie à trois, c'est carrément du délire ! Si en plus vous êtes avec les deux personnes que vous adorez le plus au monde, c'est le paradis. Et Kaede était au paradis depuis que Jade Dikinson avait intégré l'épique chambre du phénix et de la cornue y ajoutant encore plus de situations bien cocasses.

Alors c'est sur la chambre était bien plus propre désormais mais elle était surtout bien plus animé. Et il y régnait une ambiance bonne enfant, parfois studieuse quand Kaede révisait sa leçon du jour, parfois ça se boudait les unes les autres. Mais ça restait toujours gentil. C'était une ambiance saine et attrayante, favorisant la sociabilité. Le petit groupe des trois devenaient vraiment soudés même si les débuts n'avaient pas forcement étés facile pour Jade, le temps qu'elle s’accommode et finalement, qu'elle prenne goût à l'institut.

Le jour de la passation de Rachel, Kaede avait sentie qu'il se passait quelque chose pour le phénix. Qu'aujourd'hui était un jour assez important et que c'était très certainement la passation de celle-ci. Elle n' y pensa cependant pas plus que cela. Cela devait rester un jour comme les autres, un jour d'école pour elle, et le soir, un jour avec son amie adorée, Jade. Kaede pouvait même rester seule une journée, ou deux sans trop s'inquiéter. Mais au bout d'un moment il lui fallait sa dose de Jade et sa dose de Rachel. Et une fois dans la semaine minimum, il fallait absolument sa dose de Kaya et sa double-dose de Caitlyn / Amy. Les 5 personnes que Kaede appréciait le plus dans l'institut. Cela ne l’empêchait pas non plus de se faire d'autre amies mais c'était pas pareille avec elles.

Du coup, le soir, Kaede et Jade attendait Rachel avec impatience. Et c'est quand elle revint que leurs soupçons se confirmèrent.

-Je suppose que vous savez.

Elle n'avait pas eu vent du résultat de la passation de Rachel, mais cette phrase les mis clairement sur la voie. Kaede lança un regard à Jade, les yeux grands ouverts prêtes à entendre la réponse.

- Et non et non ! On veut savoir ! Dit le ! Alors ? alors ?

Kaede trépignait comme une puce nourrie à la célèbre boisson énergisante qui donne des ailes jusqu’à ce que Rachel le leur dise enfin.

-Je suis la Dernière Née, la Dernière Née des X-Men.

-Haaan Bravo Rachel ! Félicitation ! Le monde à une nouvelle héroïne qui va pouvoir veiller sur lui. Et alors comment ça s'est passé ? Raconte !

- Cait’ m’a seulement posées des questions, beaucoup de question, j’en parlerai pas ce soir.

- Alors c'est Caitlyn qui te l'a fait ! C'est trop bien ! Tu vas pouvoir sauver le monde avec Cait et Amy Yaah !

Kaede voyait déjà l'équipe de X-men avec Rachel en protecteur de la planète. Ce avec qui on pourrait construire un monde meilleur, ou en tout cas, éviter qu'il ne se transforme en enfer. Et avoir quelqu'un qui a connut l'enfer à ses cotés, ne pouvait que être bon pour l'éviter. Kaede était donc fière de Rachel. Qui de jour en jour arrivait à battre ses démons, comme Kaede le fait encore, comme Jade le ferait aussi et comme tout les élèves de cette institut le feront, pour un monde meilleur. Mais le cœur ne semblait pas totalement y être. Il y avait une certaine amertume.

- Ils vont m’affecter une nouvelle chambre, dans les couloirs réservés aux X-Men. Mais j’escompte toujours te guider, Kaede. Je voudrais savoir : tu crois être capable de rester dans une chambre normale même sans moi ou tu veux me suivre dans la nouvelle ?

Et oui, les x-mens n'étaient pas situé dans la même aile de l'institut que le dortoir des filles et donc Rachel devrait rejoindre une chambre pour X-men.

Ainsi, Kaede dut réfléchir un peu avant de parler. Chose assez rare au vu de ses crises de "blabla" qui passionnent tant certains et énervent tant d'autres. Kaede pouvait rester seule mais elle n'avait pas envie de changer cette douce atmosphère familiale qui s'était installée.

- Je suis... Je suis capable de rester seule je pense mais euh... j'ai pas trop envie de rester dans une chambre seule. Il faut que vous soyez la toute les deux, c'est mieux. Alors si on peut rester toutes les trois, même dans une nouvelle chambre, je prend ! Sinon... Je garde au moins Silent avec moi ! Nah ! dit elle en prenant Jade dans ses bras.

Kaede était prête a prendre un peu d’indépendance mais sentimentalement, elle était terriblement attachée à Rachel et Jade. Et devoir se séparer de l'une ou de l'autre lui était difficile même si elle avait plutôt bien grandit.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: La vie communne de Kaede et Rachel [Pv Rachel Summers]   Lun 30 Déc - 20:50

Lundi 4 Novembre – 01 : 32 P.M.
Bureau d’Emma Frost, Manoir de l’Institution Charles Xavier
Rachel se tenait les bras croisés, assise sur la chaise qui lui avait été présentée. Elle n’aimait pas être là, dans cette pièce, face à cette personne, car à défaut de détester le lieu ou la personne, chose n’étant pas le cas, il y avait un air lourd de non-dits, suffisamment lourd pour qu’elle le perçoive – et donc très lourd, de ce qu’elle pensait. Les mimiques d’Emma Frost ne différaient pas de sur son monde, et elle pouvait donc les repérer comme dans son enfance, chose contribuant surement à sa perception de l’ambiance, chose qui d’ordinaire lui passait complètement au-dessus de la tête. La Reine Blanche, derrière son masque impassible et professionnel, était blessée. Surement blessée des dires de la passation, le jour précédent, chose qui ne l’avait pas empêché d’accepter la demande de rendez-vous improvisée du Phénix, qui s’était pointée à l’instant avec quelque chose à demander. Non des excuses, elle n’était pas en tord, juste une demande, ou plusieurs, en réalité.

Elles avaient déjà essayé de nouer une relation, mais s’était plutôt complexe, pour la rousse qui retrouvait sa belle-mère dans cette femme et se refusait à une telle relation, en bien comme en mal, et la blonde était très probablement dans un ressenti similaire, puisque sa cadette lui avait déjà fait mal par la révélation des réussites personnelles de l’alter-égo d’Emma, réussites qu’elle-même ne pouvait accomplir pour l’heure et qui lui manquaient, quant bien même elle ne l’avouerait pas. La réputation sulfureuse de Frost avait beau être occultée par d’autres de ses « disciples », ou plutôt concurrentes, elle n’en reflétait pas moins une triste réalité du cœur que celle de combler un vide de la manière la plus intime qui soit, quant bien même il n’y avait rien d’autres qu’une brève action hormonale. C’était l’avis de Rachel, qui ne croyait pas que ce soit par choix qu’Emma se contente d’aventures d’un soir, mais elle pouvait très bien avoir tord. Elle n’en avait juste pas l’impression.

Dans tous les cas, elle n’était pas là pour cela, cette histoire de couple et de cul ne la concernant en rien, et surtout n’ayant pas l’intention de s’excuser pour ce qu’elle avait dit, elle devait se contenter de tenir parole sur les engagements qu’elle avait elle-même prise. Et cela se rapprochait déjà plus de sa demande d’aujourd’hui. Mais par où commencer, lorsqu’on savait que l’on ignorait une chose dont on était responsable, au moins en partie ? L’occulter simplement ne plaisait pas au Phénix, mais si Emma voulait en parler, qu’elle le fasse, ce n’était pas à la rousse de prendre cette initiative, d’autant qu’il y avait une probabilité pour qu’elle se trompe complètement.

- Alors voilà…

Ça commençait très bien, et Rachel elle-même ne put savoir si cette pensée, pourtant sienne, était ironique ou non, durant la pause qu’elle fit après avoir parlé.

- Je sais qu’en tant qu’X-Woman, vous m’avez affectée une chambre dans les parties qui leurs sont réservées, et je suis contente de m’y retrouver, le dortoir ce… c’était pas pour moi.

Ça non, entre passer pour une folle lorsqu’elle hurlait la nuit, se faire voler ses fringues ou réveiller par d’autre, devoir attendre que les foules se dispersent pour elle-même sortir ou rentrer de sa chambre, et ainsi de suite, elle n’appréciait pas, et considérant qu’elle était plus proche des X-Men que des élèves, les avoir pour voisinage la contentait plus encore que de pouvoir personnaliser sa chambre entièrement, chose impossible dans les dortoirs quant bien même certains ne s’en privaient pas.

- Cependant, je voudrais savoir si les petiotes pouvaient me suivre. Je sais que l’affaire d’une élève dans la chambre d’une X-Woman a déjà fait un peu de bordel, mais je pense que ma demande n’est pas déraisonnée.

Et même si elle l’était, Rachel avait préparés quelques arguments pour l’étayer, avec l’aide d’Amy, ne voulant pas faire passer cela pour un « caprice du Phénix » et escomptant réussir dans les règles de l’art ; lequel, elle ne savait pas, mais dans les règles au minimum. Enfin, si ce n’était pas faussé par le fait qu’elle-même n’était pas règlementaire d’entrée de jeu.

- Vous m’avez chargé de surveiller Kaede, parce qu’on avait subies des expériences similaires, parce qu’elle pouvait être dangereuse pour les autres et pour elle-même. Elle s’améliore, mais il y a encore du chemin à faire, et je veux continuer de la guider sur ce chemin. Je voudrais qu’elle change de chambre avec moi.

Une pause, alors qu’elle essayait de formuler le fait qu’il y ait déjà eut une autre dérogation similaire de façon à ne pas transformer Kaede en plus monstrueuse qu’elle ne l’était. Grimaçant un instant, le Phénix reprit doucement la parole :

- Je sais que Karma avait eut le droit à surveiller Oméga Red de cette manière, le logeant dans sa chambre. Non, lui ne cherchait pas la rédemption et Kaede est loin d’être aussi dangereuse, mais l’idée est la même. Je suis prête à donner de ma vie privée pour que la Cornue puisse continuer de progresser comme elle le fait actuellement.

Nouvelle pause, alors qu’elle se demandait si elle ne s’y prenait pas comme la dernière des manches, et si elle ne faisait pas dans l’exagération : la Cornue était une grande partie de sa vie privée, et leur relation allait bien plus loin qu’un protectorat. Cependant, elle ne devait pas mettre cela en avait, apparemment.

- Je lui ai demandée, et si elle pense être capable de rester seule, elle n’en a pas envie. Mais si elle doit faire un choix, elle préfère rester avec Jade dans le dortoir.

- Jade… ça fait un mois qu’elle est là, et il lui reste tout à apprendre. J’ai pas à la surveiller, toute Confrériste qu’elle soit, et c’est pas ma protégée, mais… je voudrais savoir si elle peut venir aussi. Elle fait partie de l’équilibre de Kaede, et on fait parti de son équilibre à elle. D’après Amy.


Important de préciser, l’avis de la psy qui suivait… pas mal de monde ne fait.

- Elle n’a rien dit de son avis, mais je pense que rien que pour avoir un coin salle de bain qu’elle n’aura pas à nettoyer avant de se nettoyer elle, elle acceptera de venir aussi.

Un argument improvisé et, même si parfaitement sincère, bidon. Oui, les salles de bain du dortoir des filles n’étaient pas des plus parfaitement propres, mais ce n’étaient pas celle des mecs non plus, mais Silent était capable de laver le pommeau de douche non-pas jusqu’à ce qu’il brille de propreté, mais jusqu’à ce qu’il soit poncé, au cas où la brillance soit sale ; c’était exagéré, mais l’idée était là.

Laissant un long silence de réflexion, le Phénix finit par reprendre, non sans hésitations.

- Je sais que le plus simple serait que je reste dans le dortoir, mais j’aimerai évoluer et avoir une chambre personnelle. Je sais pas si tu vois ce que je veux dire ; les chambres des dortoirs ne sont pas faites pour y faire notre vie, hors je n’aurai jamais aucune vie en-dehors de l’Institut. Avoir une « vraie » chambre, c’est poser une base à ce que je pourrais construire derrière, de façon personnelle. Et non, c’est pas Amy qui m’a dit de dire ça, elle me l’a juste expliqué.

- M’enfin, même si je la partage au début, Kaede comme Jade peuvent avoir une vie en-dehors d’ici, donc c’est pas définitif. Je sais que je pourrais les voir régulièrement même si on est dans des chambres différentes, mais il est possible qu’on perde l’intimité qu’on a, et ça serait nuisible pour Kaede.


Fin de la plaidoirie, avant qu’elle ne dise trop de connerie. Prenant une grande inspiration pour pousser un bref soupir, Rachel sourit avec malaise.

- Voilà, c’est ça ma demande. Même pour la chambre j’arrive à être casse-bonbon, pourtant j’y ai passé beaucoup de temps lorsqu’elle était à Amy et Cait’.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La vie communne de Kaede et Rachel [Pv Rachel Summers]   Lun 30 Déc - 23:13

S'il y a bien une personne calculatrice dans l'institut, ça devait être Emma Frost. Alors que la nouvelle recrue des Xmen défendait du mieux qu'elle pouvait sa requête, et bien qu'elle-même ait un certain attachement à Rachel, la Reine Blanche était en train de peser les pour et les contre de la décision qu'elle allait prendre.

Rachel avançait des arguments qui avaient du sens, dans sa vision des choses, mais Emma en pesait d'autres dans son esprit. Elle avait pris son masque de directrice adjointe. Imperturbable, elle fixait Rachel de ses yeux de cristal. Elle avait toute confiance en elle, et même si les paroles que la jeune fille avait prononcées l'avait un peu ébranlée dans ses convictions, elle n'était pas là en tant qu'Xwoman, et donc, avait mis ces pensées de côté. Cette confiance l'avait préparée à passer automatiquement au delà de tout argument du style "je sais que je peux y arriver" ou "je suis pas aussi nulle que je crois l'être", enfin, tout argument qui tendraient à expliquer que Rachel ne déméritait pas. Étonnamment, il n'y en eut quasiment pas, une fierté pour Emma.

Alors, oui, Karma avait été en charge de surveiller Oméga Red, mais la différence était aussi que ce dernier avec un maladie d'Alzheimer latente, prête à se déclencher à la première pensée déplacée. Bon, effectivement Kaede n'était pas aussi dangereuse. Mais elle était fragile, très fragile. Au delà de la simple mise sous surveillance, placer Kaede dans une chambre des Xmen avait le double avantage de pouvoir mieux la surveiller en cas de problème, mais aussi de l'éloigner un peu des élèves pour lesquels elle était la plus dangereuse, et surtout qui risquaient de la rendre dangereuse. Qui savait comment Kaede pouvait réagir à une blague d'Anthony, dans les toilettes des filles ?

La nouvelle venue de la confrérie, Emma ne lui faisait que partiellement confiance. Rien ne prouvait qu'elle n'était pas une sorte d'agent infiltré, et même si pour le moment, les relations avec la confrérie s'étaient apaisées, le passé avait prouvé que les intérêts de l'institut et de la confrérie pouvait fréquemment diverger. Le maire n'était plus là pour en témoigner, mais son cadavre pouvait en faire tout autant.

Emma reposa les mains sur le bureau, sans lâcher Rachel du regard. Intérieurement, elle aurait voulu sourire, ou s'énerver, ou un mélange des deux, mais elle resta de marbre.

- Accordé. A partir de ce soir, Jade et Kaede logeront dans ta chambre. Préviens-les de se déplacer, et demande à Caitlyn Elioth si tu as besoin de mobilier. Elle adore apporter les affaires aux autres, j'ai cru comprendre que c'était une sorte de réalisation de soi pour elle. Pour toute remarque de la part d'un élève ou d'un Xmen, tu pourras les envoyer directement à moi. S'il n'y a rien d'autre, je ne te retiendrai pas plus.

"J'ai une partie d'échecs en cours avec Amy" aurait été la bonne fin de phrase, mais celle qu'elle avait prononcée lui semblait plus correcte, politiquement du moins.
Revenir en haut Aller en bas
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: La vie communne de Kaede et Rachel [Pv Rachel Summers]   Jeu 2 Jan - 23:18

Ah, quant Emma reposait ses mains sur une surface plane, c’était qu’elle avait finie de réfléchir et c’était décidée. Rachel le savait parfaitement, pour le nombre de fois où elle avait attendue dans ce bureau que sa belle-mère lui fille une punition ; d’ailleurs, même si elle gardait le silence après ce geste, ce n’était que pour le suspens. Suspens qu’elle ne fit pas cette fois-là, commençant sa parole par la réponse, et en un simple mot.

- Accordé. A partir de ce soir, Jade et Kaede logeront dans ta chambre. Préviens-les de se déplacer, et demande à Caitlyn Elioth si tu as besoin de mobilier. Elle adore apporter les affaires aux autres, j'ai cru comprendre que c'était une sorte de réalisation de soi pour elle. Pour toute remarque de la part d'un élève ou d'un Xmen, tu pourras les envoyer directement à moi. S'il n'y a rien d'autre, je ne te retiendrai pas plus.

- Merci, répondit simplement Rachel avec un sourire. Je te laisse continuer ta partie d’échec avec Amy, il te reste six tours avant de perdre.

S’éloignant avec le même sourire, le Phénix sorti de la pièce ; son sens astral l’avait averti de la déformation du corps spirituel d’Emma, et en augmenter discrètement la portée avait suffit à savoir que cela conduisait à Amy, chose qui, considérant leur passion commune pour les échecs et leur habitude à tromper l’ennui ainsi, avait été suffisante pour une déduction des plus simples. Quant au fait que la Reine Blanche aille perdre dans six tours, la rousse n’en savait rien, elle ne savait pas très bien jouer aux échecs, mais elle était sure que l’alter-égo de sa belle-mère allait chercher tous les moyens possibles et imaginables pour parer à cette potentielle défaite, et se prendre la tête un bon moment. C’était méchant ? Non, parce que du coup, il y avait moins de risque qu’Emma perde rapidement, cependant c’était parfaitement gamin. D’un autre côté, Rachel était une grande gamine, et Mlle Emma Grâce Frost avait été son sujet préféré de trollage durant toute son enfance.

Heureusement que la rousse avait réussit à se débarrasser de la teinture blonde d’ailleurs, sans quoi l’autre ne se serait pas privée de lui rendre la pareille !

Marchant dans les couloirs, le Phénix repensa à ce qui avait été dit ; oui, elle préviendrait les petiotes, mais elle comprenait mal pourquoi voir Caitlyn pour le mobilier. Piocher dans celui de réserve de l’Institut (car il fallait bien une réserve de mobilier avec le potentiel de destruction de ce dernier par les résidents et élèves, non ?) devrait lui permettre de trouver son bonheur, et si ce n’était pas le cas, elle s’en contenterait. A moins que Fuzzy ne se porte volontaire pour aller faire des courses en ville ? En tout cas, le déplacement et le déménagement, c’était la Grande Rousse qui s’en chargerait, ça éviterait beaucoup d’efforts. Et enfin, quant à aller se plaindre à l’autorité supérieure, aucun problème, même si elle doutait qu’on ose se plaindre à elle de ce qu’elle faisait, de peur de s’en prendre une – chose injuste, mais crainte non injustifiée, malheureusement.

Soupirant de contentement, Rachel s’approcha de cette nouvelle étape de sa nouvelle vie ; il y avait eut la dépression, puis la remise, l’isolement, puis le choix, et désormais elle en était à l’intégration. Et bonne nouvelle, elle commençait à y arriver, même si sa manière était aussi atypique de d’habitude. Et là, elle allait avoir ce qu’elle percevait comme son premier appartement, quant bien même c’était petit et en collocation.

La vie continuait, mais la vie commune de Kaede et Rachel se terminait, pour laisser place à celle d’un nouveau trio tout aussi impromptu qu’improbable, et c’était cela qu’il y avait de sympa.

RP TERMINE
Hors Jeu:
 

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La vie communne de Kaede et Rachel [Pv Rachel Summers]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La vie communne de Kaede et Rachel [Pv Rachel Summers]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rachel Summers [TERMINEE/TC]
» Cadorette, Rachel-Veilleux
» Nobody's Halloween {Amy, Caitlyn, Kaede, Kaya, Rachel}
» Rachel Mwanza 15 ans est nominée aux oscars pour le film "Rebelle" de Kim Nguyen.
» La bonne poire, la brutasse et la femme de ménage {Kaede, Rachel et Jade}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: L'Institution Charles-Xavier et Alentours-
Sauter vers: