AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Réunion au sommet. 'fin... en sous-sol, mais voilà quoi. [Caitlyn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Kaya Spencer
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 482
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Réunion au sommet. 'fin... en sous-sol, mais voilà quoi. [Caitlyn]   Ven 13 Sep - 18:58

LE SOLEIL VIENT DE SE LEVER ET C'EST L'HEURE DE L'AMI RICORAY ! Youpi ! Ce matin-là, j'étais très enthousiaste. Après avoir sauté du lit de manière vivace, je pris une douche rapide qui me rafraîchit le corps et l'esprit. Cela fait, je me dirigeai d'un pas vif vers le réfectoire pour avaler un petit déjeuner léger mais qui tenait au corps, pour ensuite aller vers la salle des dangers avec le sourire.

... bon ok d'accord. Le réveil sonna, et pour toute réponse, je prononçai... enfin j'émis des sons.

« mhflmgrvat'fhmfoutr'... mhgnmf'chier... »

Mais le réveil ne semblant pas vouloir s'éteindre, je dus faire un mouvement vers la table de nuit pour lui faire fermer sa mouille, sauf que... raté. Maladroite, je poussai le réveil, le faisant ainsi tomber de la table de nuit, et il se retrouva donc hors de ma portée... Et il sonnait encore, ce qui m'exaspérait passablement.

« Pft'aint'hmfoud'moi... »

Comment éteindre ce truc sans sortir du lit ? Simple ! Il suffisait d'amener le lit à lui ! Je me mis donc à gigoter (mollement), jusqu'à glisser (suinter, même, je dirais) du lit, encore enroulée dans la couette. Je rampai ensuite comme une sorte de chenille endormie vers le réveil, et finis par lui foutre un gros coup dans la tronche, ce qui coupa la sonnerie. Je restai là un instant, à marmonner et maugréer contre plein de trucs... Principalement le fait de devoir se réveiller et sortir du lit. Mais après bien cinq minutes, je finis par m'extraire de la couette protectrice (que je laissai par terre), marchant vers la salle de bains en traînant les pieds, un peu comme une figurante de Walking Dead.

La douche me rafraîchit quelque peu et me redonna presque une allure humaine. Presque. Je sortis du manoir pour aller dans le jardin et faire mes petits exercices matinaux qui, avec un peu de chance, me réveilleraient. Je sortis donc les ailes et comme chaque matin, je m'étirai longuement les bras, les jambes, le dos, et les ailes évidemment. Après une demi-heure environ je commençais à émerger, ce qui était assez bon signe et voulait dire qu'il était l'heure du petit déj'.

Il était parfaitement diététique. Bacon, deux œufs au plat, et des chocapic. J'étais un cauchemar pour les nutritionnistes. Du gras, du gras, du sucre, et encore du gras. Clairement, là, niveau "cinq fruits et légumes par jour", c'était raté... Mais je n'en avais pas grand chose à foutre. Une fois cela terminé, je retournai vers ma chambre (sans rentrer les ailes, je me promenais maintenant avec 24/24 ou presque) pour me brosser les dents et passer une tenue propre sans transpoc' du matin parce que ce n'était pas très glamour. J'attrapai ensuite le plan qu'on m'avait donné pour rejoindre la rousse et me lançai vers l'aventure !

J'étais en avance, mais c'était volontaire. Je savais que je me perdrais et galérerais malgré le fait que j'avais un plan... Je traînai donc une bonne dizaine de minutes dans les couloirs avant d'ENFIN trouver l'ascenseur et descendre au sous-sol. Une fois que la porte s'ouvrit, j'observai les lieux avec un air curieux... C'était classe, ça faisait presque "base top secrète d'un organisme non-gouvernemental sous couverture". ... nan attends. C'ÉTAIT la base top secrète d'un organisme non-gouvernemental sous couverture. Bwah... J'étais pas encore 100% réveillée. Haussant les épaules, je suivis à nouveau les indications (heureusement simples) du plan pour me retrouver dans un vestiaire, voyant diverses combinaisons dont une qui était mise à ma disposition.

Je l'observai avec une mine très sceptique, la touchant, la manipulant, tirant sur le tissu, ... Ce n'était pas super à la mode. D'un autre côté, je ne m'étais jamais énormément préoccupée de la mode, avec mes T-shirts pourris et mes jeans larges. Haussant donc les épaules, je passai donc le machin qui, à ma plus grande surprise, s'adapta à la présence de mes ailes : deux trous s'étaient formés pile au bon endroit, en bas de mon dos, pour les laisser sortir et bouger librement. Dommage que les couleurs et le design ne soient pas géniaux, parce que ce genre de matériau, dans le commerce, ça aurait fait FUREUR !

Enfin, une fois changée, j'entrai finalement dans la fameuse "salle des dangers", apercevant la rousse. Je me rapprochai alors d'elle avec un sourire, tout en observant les lieux.

« Les combis n'ont pas un look super, mais elles sont confortables. Alors, ça fait quoi d'être une star ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Réunion au sommet. 'fin... en sous-sol, mais voilà quoi. [Caitlyn]   Ven 13 Sep - 20:18

NDA. Les évènements font suite à ceux de Blow Out en Fan Fiction.

SEPTEMBRE 2013

Préoccupée,  notre pauvre irlandaise l’était et c’était rien de le dire ! La brusque médiatisation d’après septembre l’avait projetée sous les feux des projecteurs et cette situation était bien loin de lui plaire à elle et bien entendu à son épouse. Ca n’empêchait pas le microcosme de l’Institut de réagir en connaissance de cause  à l’instar de Jubilée qui n’hésitait pas à se moquer gentiment de ce statut de « gloire » qu’elle souhaité ardemment éphémère, en lui demandant des autographes au nom de « Wonder Beaver » ou à Nobody qui lui proposait de lancer une campagne de sponsoring à base de T-Shirts ou d’autres produits dérivés frappés à l’insigne d’un castor roux et  hilare (souvent habillé d’une cape). Caitlyn De Lauro-Elioth avait donc gagné en notoriété de toute évidence, notoriété s’ajoutant à une réputation qu’elle trainait aussi bruyante et fracassante qu’une batterie de casseroles.

A cela s’ajoutaient la traque de Sinistre et surtout les « tracasseries » du BAM lui demandant des explications à elle et à l’Institut par ricochet sur les agissements du groupe des X Men. Le calme relatif de leur nouvel appartement, cadeau de mariage fort apprécié et faisant prendre au couple une sorte de semi indépendance tant désiré, ne suffisait pas à la jeune californienne pour l’aider à endiguer le flot des événements qui se succédaient dans sa vie et bien souvent, elle en venait à regretter cette époque où simple élève-résidente, elle pouvait prendre le temps de s’exercer à l’insouciance, mais le temps de responsabilités l’écrasaient de plus en plus.

Les interventions de l’équipe de récupération se faisaient plus en plus discrètes. Forge avait équipé l’équipe d’un projecteur holographique portable au cou et permettant de dissimuler les combinaisons sous un aspect civil et heureusement parce qu’il n’était plus question de faire la pub de « papy Xav’ » tant que le merdier ne serait pas retombé. Mais la vie continuait et ce n’était rien de le dire, il était grand temps pour son « élève » appellation somme toute assez large de faire son entrée dans le joyeux monde des X Men puisque Jubilée l’avait dégrossit durant quelques mois.

Elle suivait de loin ses progrès, surveillant d’un œil distant mais plus que sévère les faux pas et les avancées de la jeune mutante sur laquelle elle fondait de gros espoirs. Il n’était pas encore temps de la faire entrer dans l’équipe mais bien assez cependant pour jauger ses capacités à y évoluer et pour ça rien de plus naturel que de la faire dans la Salle des Danger que certaines mauvaises langues avaient fini par nommer le Squat de Fuzzy vu le nombre impressionnant d’heures que la rouquine lui sacrifiait autant en programmation qu’en simulations.

Tenue de combat, combinaison grisée et rose, drapée dans son long manteau rouge sang, revolver à la hanche, elle s’était installée à même le sol, en tailleur. Mains sur les cuisses, dos légèrement courbé, sa longue crinière rousse à présent ramenée en une longue tresse. Les yeux clos, elle contrôlait sa respiration de plus en plus profonde afin d’atteindre un niveau de conscience à mi-chemin entre l’éveil et le sommeil. Une routine que Jubilée lui avait appris afin d’aiguiser son esprit, une technique à mi-chemin entre la méditation et la concentration.

- Fuzzy, Kaya Spencer en approche.

La voix de Danger ne la troubla pas, elle inspira comme pour revenir d’un long voyage en elle-même.

- Je sais. Fais la entrer. Verrouille la salle derrière elle, merci.

Alors que la jeune femme entrait, elle se redressa d’un bond faisant preuve d’une agilité assez déconcertante pour qui ne connaissait pas la combattante qu’elle était. Elle lui adressa un regard neutre alors qu’elle traversait la salle pour venir à elle.

Bien qu’ayant beaucoup d’affection pour elle, elle se montrait toujours rude à l’égard des élèves, mais il y avait trop de similitudes entre elles pour que parfois elle ne s’oublie pas dans son rôle de professeur pour redevenir simplement une amie, ce comportement plus simple à adopter lorsqu’elles n’étaient qu’à deux.

« Les combis n'ont pas un look super, mais elles sont confortables. Alors, ça fait quoi d'être une star ? »


L’Irlandaise soupira en haussant les épaules.

- Tu ne vas pas t’y mettre aussi, hein ? Petite, j’avais un poster d’Ororo au-dessus de mon lit, j’ai du mal à réaliser qu’on a effectivement imprimé des posters à mon image…Bah de toute façon, c’est Wonder Beaver qu’ils adulent…pas moi. Ca va leur passer dès que l’inter- saison de Game of Thrones sera passé…ou que Diablo IV sortira.
Et puis c’est pas moi qui ai commencé avec Youtube, je te rappelle !


Elle roula des yeux tout en posant les mans sur les hanches.

- Welcome ! Te voilà dans  notre petit bijou technologique…haut lieu de la souffrance et de la sophistication. Comme tu vois…c’est grand…c’est blanc et y’a rien…mais il peut très vite y avoir des choses…Danger ? Simulation 43 s’il te plait…

Aussi tot le monde tout autour d’eux se mit à tourbillonner en une sorte de mouvement désagréable et franchement déstabilisant. Caitlyn ne bougeait cependant pas, se contentant d’observer la jeune femme avec une expression neutre.

- J’appelle ça le « Danger Lag » C’est juste le temps que les hologrammes définissent et affine une simulation afin de tromper tes sens, tu vas te sentir déséquilibrée et nauséeuse…ça passe avec l’expérience. Je te conseille de fermer les yeux et de respirer profondément tout e te focalisant sur ma voix. Ca aide…La concentration, Kaya…Jub t’a préparé à ça, non ? Aujourd’hui, on va passer à la vitesse supérieure.

Elle croisa les bras tout en se mettant en mouvement pour s’éloigner d’elle.

- Nous y voilà…



C’est pas très…touristique, tu m’excuseras…On est à Castro Plazza, à San Francisco, un endroit où j’ai grandi…Une rue de merde si tu préfères…Fais pas attention au gens, ils vont disparaitre peu à peu…Ce genre de rue tu connais non ? Tu sais où les gangs se rentraient dedans. Je peux dire que j’ai perdu pas mal de sang au nom des Black Roses dans cet endroit, ca me paraissait à propos pour ce qui va suivre.

Alors ? Dis-moi ? T’en es où avec Jub ? T’arrive à la toucher au corps à corps maintenant ou non ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaya Spencer
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 482
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Re: Réunion au sommet. 'fin... en sous-sol, mais voilà quoi. [Caitlyn]   Sam 14 Sep - 9:40

L'endroit n'avait pas une décoration des plus géniales. Du blanc, du blanc, et encore du blanc. Autant dire que c'était même un peu désorientant, vu que c'était tellement blanc qu'il était difficile de distinguer où terminait le sol et où démarraient les murs, à moins de bien se concentrer. Clairement, pour la déco, ils n'avaient pas fait venir Valérie Damidot... J'étais certaine qu'il serait possible de faire une émission de D&CO hors-série spéciale plutôt cool ! "Valérie redécore le sous-sol top secret des X-men", ça ferait de l'audience autant le dire.

Enfin de toutes façons, je n'avais pas été appelée ici pour être consultante en décoration d'intérieur, mais pour... Ben en fait, je ne savais pas précisément pourquoi. Je me doutais bien que Cait' voudrait faire une sorte de bilan des derniers mois, normal, mais le reste... Aucune idée. Un entraînement en conditions réelles ? Me montrer des trucs de X-men ? M'apprendre des nouveaux trucs supplémentaires ? Tester mes capacités ? Au-cune idée. Peut-être que c'était pour des cours de cuisine, va savoir. Bon... Cette dernière option était peu probable, mais en me basant sur le peu d'informations que j'avais, ça restait dans le domaine du possible.

La rousse répondit en tout cas assez rapidement à mon injonction en levant les yeux au ciel, ajoutant que "c'est pas moi qu'ai commencé d'abord, na, pouete". En effet, j'avais moi-même fait des émules... Mais moins qu'elle, quand même.

« J'avoue, j'avoue... En fait je t'ai inspirée, c'est ça ? Je suis d'venue un modèle pour les X-men, ils veulent tous finir dans les vidéos les plus regardées de Youtube et tout ? 'fin après, t'as amélioré mon style... Moi j'ai pas fait les gros titres des journaux pendant 3 semaines. »

C'était taquin, mais pas méchant, car j'avais moi-même fait des conneries. On était à l'époque où tout le monde avait un téléphone portable, et où tout le monde préférait filmer pour mettre les vidéos en ligne que d'intervenir pour filer un coup de main...

Je passai en tout cas à autre chose, observant la salle alors qu'elle me la décrivait. Haut-lieu de la souffrance et de la sophistication. Décrit comme ça ce n'était pas super engageant, autant le dire... D'ailleurs, je tirai une tronche qui montrait bien que je ne semblais pas super convaincue par ce concept. Enfin, elle avait raison sur pas mal de points : c'était grand, c'était blanc, et y'avait rien. Le fait qu'il puisse vite y avoir des choses ne me surprit pas, par contre... Je me doutais bien que la salle pourrait reproduire des lieux et situations. Dans le cas contraire, l'endroit ne serait pas surnommé "Salle des dangers" mais "Salle blanche et vide sans intérêt".

Le côté vide et inintéressant disparut d'un coup quand Cait' ordonna de lancer la "simulation 43". La 42 c'était celle qui révélait le sens de la vie ? J'aurais préféré la 42. Mais pour l'instant, tout tourbillonnait dans tous les sens, et j'avais beau avoir un excellent sens de l'équilibre, je ne me sentais pas non plus super bien... C'était vraiment confus et par réflexe je plantai les ailes dans le sol, comme pour ne pas tomber.
La rousse m'expliqua de quoi il s'agissait, le "danger lag", qui pouvait me rendre déséquilibrée et nauséeuse. Ah, ça, c'était le cas de le dire... Elle ajouta de me concentrer et compagnie comme m'avait appris Jub', mais il était assez difficile de rester "zen" dans ces conditions. Déjà que je mettais souvent plus de trois minutes à y parvenir, alors là...

Tiens tiens tiens... Tout tourbillonnait dans un endroit blanc immaculé. En fait, la salle des dangers, c'était un peu des sortes de toilettes, et l'activation des hologrammes, c'était tirer la chasse. Non ? ... oui bon passons.

Je finis par rouvrir les yeux pour apercevoir un environnement qui m'était à la fois inconnu et familier. Caitlyn commença à me présenter l'endroit, Castro Plazza à San Francisco, ajoutant que c'était une rue de merde où les gangs se rentrent dedans. C'était donc ça, le côté familier... Ce genre de rue où des apparences de richesse étaient exposées comme des voitures chères et des palmiers et des conneries, mais où pourtant, la misère pouvait se sentir à cent mètres... L'air déprimé des passants, l'aspect grisâtre et âgé des bâtiments qui ont vu passer les années, les petits restaurants qui ne survivent qu'à grand peine, ...

« Ouais, je connais ce genre d'endroit. » répondis-je en sortant les ailes du sol et en commençant à observer les lieux.

Je tournai la tête vers elle quand elle me demanda où j'en étais avec Jub'. Je haussai les épaules, l'air un peu perplexe.

« Bah... La toucher ça j'y arriverai jamais, c'est pas le souci. J'ai appris des trucs intéressants... Du combat un peu plus technique que ce que je faisais... Philosophie... Concentration... »

Je fronçai les sourcils et me tournai finalement vers elle, laissant de côté la rue.

« Et justement... Depuis quelques semaines quand je me mets dans cet état, il se passe des trucs... chais pas, bizarres avec mon pouvoir. Je sais pas si c'est moi qui devient timbrée... enfin je veux dire, encore plus timbrée... ou bien s'il me "joue des tours", je sais pas trop. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Réunion au sommet. 'fin... en sous-sol, mais voilà quoi. [Caitlyn]   Dim 15 Sep - 19:22


Tout en croisant les bras, elle recula jusqu’à un petit muret sur lequel elle grimpa en un bon démontrant une fois plus une agilité certaine. Elle fronça les sourcils un moment en la regardant dégager avec brutalité ses sortes de griffes pointues qui lui servaient d’ailes  encastrées dans le sol. Cependant, elle remarqua avec intérêt que la jeune fille semblait beaucoup plus à l’aise avec le contrôle de ces dernières, elle ne put s’empêcher de sourire d’une façon énigmatique en repensant à ce moment embarrassant bloquées toute deux dans les douches alors qu’elle les avait déployées à sa demande afin de les lui montrer ( ses ailes, pas ses seins espèces de vicieux).

Elle lui expliqua avoir progressé mais ne pas être capable de toucher pour l’instant son professeur. Comment aurait-il pu en être autrement ? Nous parlions de Jubilation, l’une des meilleure combattante au corps à corps de l’Institut du moins en ce qui concerne la technique de combat. A sa connaissance seule Amy pouvait la battre en usant de son pouvoir, quand à elle-même, sa technique était encore bien assez imparfaite pour la surclasser mais si la Naine Jaune baissait sa concentration, Cait l’allumerait aussi facilement qu’un cierge de pâque, elle ne faisait plus e poids contre les frappes lourdes de la Californienne.

Caitlyn du haut de sa position posa les coudes sur les cuisses pour l’écouter et émit un rire moqueur avant de battre des jambes contre le mur en un mouvement enfantin.

- La Naine Jaune est une punaise hargneuse dans la castagne, l’allonger n’a rien de simple, j’ai galéré pour la foutre KO mais je crois que ça l’a tellement gavé c’te défaite qu’elle a encore amélioré ses techniques, je ne suis pas certaine de pouvoir la battre à nouveau à présent même si j’ai moi aussi « changé ».
C’est important de maitriser le corps avant de maitriser le pouvoir, je crois en ça perso.
Quant à la philosophie, l’idéal de la maison devient tellement compliqué à gérer que parfois, je fini par avoir l’impression que chaque X Men à sa propre définition de l’idéal qu’il défend. Vu de l’extérieur, nous sommes effectivement une équipe, mais le vivre c’est autre chose. Tu n’as pas idée Kaya de ce que ça implique d’entrer dans cette « famille » ni ce que tu vas y perdre.
Perso, j’y ai perdu la vie, il y a six mois. Tu te souviens de c’que j’t’ai dit à l’époque dans mon bureau. ?  Y’a rien de plaisant sur le chemin que tu veux prendre, il est encore temps de laisser tomber tout ça. J’t’aime bien p’tite idiote et surement plus que tu l’penses, je n’aimerai pas que tu souffres inutilement pour te rendre compte que ça ne mène que de sacrifices en sacrifices.
Si tu voulais me prouver que t’as des burnes en plus de tes fesses plates, c’est bon : tu m’as convaincue donc c’est plus la peine de chercher à prouver quoi que ce soit, ni aux autres, ni à toi. Tu peux défendre l’idéal de Xavier autrement qu’avec tes poings, tu sais ?


Elle lui adressa un franc sourire chargé d’une tendresse profonde et consulta sa montre puis le ciel avec un air énigmatique.

- Hum, on a encore un peu de temps pour papoter. De quels trucs tu parles concernant ton pouvoir ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaya Spencer
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 482
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Re: Réunion au sommet. 'fin... en sous-sol, mais voilà quoi. [Caitlyn]   Dim 15 Sep - 20:11

Je ne pus m'empêcher de pouffer bêtement de rire quand Cait' surnomma l'entraîneuse "La naine jaune". C'est vrai que ça ne lui allait pas si mal que ça... Enfin, au moins j'étais rassurée : je n'étais pas la seule à galérer pour la toucher. La rousse déclara avoir galéré pour la foutre KO... La foutre KO ? Rien que parvenir à l'effleurer, je verrais ça comme un progrès considérable ! Cela dit, peut-être y arriverais-je... Mais avec un sacré entraînement. L'avantage de la boxe thaï était son côté "il n'y a pas 4 membres à éviter mais 8" qui doublait mes possibilités de frapper, sans compter le fait que les coups se portaient avec une certaine vivacité, l'objectif étant de transmettre un maximum d'énergie cinétique avec un maximum d'efficacité. Ce n'était pas pour "faire le show".

Mais en attendant, pour l'instant, j'étais loin d'y parvenir. J'étais assez d'accord avec ce que disait la rousse, et ce que disait aussi Jubilee d'ailleurs : maîtriser le corps avant toute chose était primordial. Au fond... Un pouvoir ne peut pas nécessairement pallier à toutes les situations, et c'est aussi en maîtrisant son corps (et son esprit, en fait) qu'on pouvait maîtriser son pouvoir. Tout ce tintouin philosophique, j'avais bien pigé le système et j'avais constaté sa véracité par moi-même ces derniers mois.

Et en parlant de philosophie, elle admit alors que chacun semblait avoir sa propre définition de l'idéal défendu... Voilà qui contredisait ce que m'avait dit Jub' concernant le fait que tout le monde suive les mêmes lignes et tout ça. Mais je pouvais comprendre qu'elle ne soit pas entrée dans le détail, il était plutôt normal qu'elle ne commence pas la première séance avec : "bon, chacun a sa propre vision des choses et c'est le bordel". Enfin le bordel... J'ignorais si c'était le bordel, mais ce que me disait Cait' me laissait penser qu'il devait y avoir divers soucis invisibles de l'extérieur. En fait, la notion de "famille" me fit tiquer un peu, mais je ne l'interrompis pas pour autant, restant pensive.

Le fait qu'elle ait perdu la vie peu de temps auparavant ne suffit pas à calmer mes préoccupations, d'ailleurs... Il serait nécessaire que je demande des détails là-dessus. Mais plus tard, car pour le moment, je tentais de cacher (maladroitement) le fait que je rougissais comme une conne à la mention du fait qu'au fond elle m'aime plus que je ne le pensais, et qu'elle ne voulais pas que je souffre inutilement. Pour toute réponse, je haussai les épaules sans rien dire.

Finalement elle me demanda ce qu'il se passait avec mes pouvoirs. Je fronçai un peu les sourcils avant de répondre :

« Ben... dans l'ordre... Pour cette histoire de famille, je cherche pas une famille de substitution. Donc s'il y a des... je sais pas, conflits familiaux... Ils ne m'intéressent pas et je ne compte pas y prendre part. Je veux faire mon possible pour protéger les humains victimes de mutants stupides, de protéger les mutants victimes d'humains stupides, et réduire cette peur et cette distance entre les deux. Le reste très franchement, j'en ai rien à péter pour tout t'avouer. C'est probablement un avantage majeur de l'isolation sentimentale, du coup faute d'autre chose je fais de mon mieux pour rester efficace, héhé. »

Je haussai les épaules avec un petit sourire, avant de reprendre.

« Après, m'en fous des sacrifices. Je ne m'en préoccupe pas maintenant, je sais pas ce qu'il peut se passer... Si je me mets dès maintenant à avoir peur que quelque chose se passe mal, je ne vais rien faire. Je préfère faire quelque chose d'utile et prendre le risque de ramasser plutôt que de rester là à faire des tartes aux quetsches et me lamenter. »

Maintenant, pourquoi des tartes aux quetsches...? Aucune idée. Ça m'était venu d'un coup. P'tet que j'avais encore faim. Va comprendre. Je regardai en tout cas par terre tout en continuant :

« Enfin... Les pouvoirs, je sais pas. Tu vois mes lames ? Quand je les sors, ma peau devient rouge/violette, autour du métal lui-même. Ben... Quand je médite ma peau prend cette couleur à certains endroits, et je sens... Je sais pas, une sorte de truc qui grouille entre ma peau et mes muscles. Comme un corps étranger... Mais pas étranger à la fois. Je commence à me dire que c'est pas du tout du métal, mon truc... Depuis que mes ailes sont apparues, j'ai, ouais... des sensations bizarres. »

Tournant de nouveau mon regard, maintenant vairon avec une belle marque d'impact autour de l’œil, vers la Rousse, je demandai :

« Par contre cette histoire de mourir il y a 6 mois... C'est indiscret de demander ? J'étais pas au courant de ça, moi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Réunion au sommet. 'fin... en sous-sol, mais voilà quoi. [Caitlyn]   Lun 16 Sep - 8:22

Elle écouta avec un réel sérieux les explications de la jeune mutante à propos des modifications de l’évolution des manifestations de son gène. Les mutations secondaires étaient chose courantes lorsqu’on exerçait son pouvoir à un rythme soutenu. Certains mutants étaient réellement dotés d’un potentiel assez effrayant mais pouvaient passer leur vie à ne jamais réellement en définir les limites par manque de pratique. Elle en savait quelque chose car depuis son arrivée entre les murs de l’Institut, ses pouvoirs avaient pris une ampleur réellement impressionnante entre guérison extrêmement rapide, mémoire absolue et contrôle de l’électricité sous toutes ses formes. Il ne semblait plus y avoir de limites à ce potentiel mais c’est justement en cela que les choses pouvaient devenir effrayantes comme pour le cas de son épouse pour qui évolution des pouvoirs rimait le plus souvent avec nouvelle catastrophe en devenir.
Caitlyn se contenta d’afficher une expression préoccupée et sincère tout en soupirant.

- Il faudra surveiller ça de prêt, je vais essayer de « presser » le docteur MC Coy à plus de vigilance. Ça serait mentir que de te dire de ne pas t’inquiéter outre mesure…Je sais combien ces changements sont déstabilisants. Par contre, fait en sorte d’être toujours joignable ou de toujours pouvoir joindre quelqu’un en cas de »problème ». Ainsi, nous pourrons intervenir le plus promptement possible, et évite aussi de rester isolée même si c’est difficile pour toi.

Kaya aborda un sujet plus délicat concernant les évènements de décembre et une ombre bien perceptible passa dans le regard de la jeune rousse avant qu’elle ne déplace son regard vers le ciel limpide.

- Ce n’est pas indiscret, du moins pour une amie. Mais il y a franchement contradiction dans ton approche. Tu me dis clairement que tu ne veux pas prendre part « sentimentalement » à la vie d’une équipe. Or, il ne s’agit que de cela au fond. Tu te fous ouvertement de ce que je peux ressentir ou non, alors en quoi cela peut t’intéresser de savoir ce qui s’est passé le 10 Décembre ? Quand t’es-tu seulement intéressé à moi, à ce que je suis…a ce que j’ai pu vivre. J’ai des liens très forts avec Ororo et Jubilée, inutile de préciser ceux que j’ai avec ma femme. Je l’ai déjà dit Kaya, les liens du cœur définissent un X Men avant son pouvoir. Soyons humain avant d’être héro. Tu n’as clairement pas encore comprit cela ma grande. Alors, non, je ne te dirais pas ce que très peu de personnes savent à mon propos, ni l’enfer que nous avons traversé tous il y a six mois. Libre à toi d’essayer d’en savoir plus, libre à toi de t’intéresser enfin aux autres.
Je t’ai fait une promesse Kaya, je ne te laisserai pas tomber mais ça ne va pas dire pour autant que je craints à quel point toi tu ne nous laisseras tomber lorsque tu auras obtenu ce que tu attends de nous.
On ne peut pas regarder de l’extérieur une équipe sans vivre avec elle, ma belle. On ne peut pas vouloir devenir une machine de guerre ou de paix et en oublier d’être humain.
Ouvres toi enfin aux autres, du moins ceux qui te tendent la main…


Caitlyn tentait de conserver un sourire bienveillant mais ses mots sonnaient comme une leçon difficile et sans détour. Elle leva soudain le visage pour regarder derrière la jeune fille et son discours s’interrompit.

- Ah ! Je crois qu’il est temps de clore le débat, j’espère qu’un peu d’exercice va pouvoir t’intéresser…Tu ne croyais pas que je t’avais emmené ici que pour te faire profiter de ma merveilleuse plastique, non ?



Une vingtaine d’individus lourdement armé, une mini armée avec des tronches tout droit sorti d’un Ken le survivant, hostile, hargneux et franchement peu engageant. Un Gang prêt à en découdre et manifestant leur besoin de le faire en paillant comme une meute de chiens de chasse.
Caitlyn sauta du muret en un geste ample et s’accouda en une pause nonchalante, dos au mur, tout en poursuivant.

- C’est familier, hein ? En combien de temps penses-tu pouvoir venir à bout de ces tarés ?


Son sourire se figea alors qu’elle se tourna pour regarder derrière elle quelque chose à l’horizon au niveau des immeubles.

- Mais voilà…dans le monde des X men, la première règle c’est que rien n’est familier.

Un flash de lumière déchira l’horizon, aveuglant et crue en une surprise muette alors que Caitlyn baissait ses lunettes de Jubilée sur ses yeux pour s’en protéger. Passé la lumière, un vaste nuage d’une titanesque explosion s’éleva à l’horizon. L’Irlandaise se tourna vers la jeune mutante, dos à l’explosion s’élevant en une colonne titanesque vers les cieux. Elle écarta les bras en une pause christique, soudain très sérieuse.


- Bienvenue, Kaya…Bienvenue en Salle des Dangers.

Et le souffle de l’explosion arriva vaporisant littéralement la silhouette de la X Men, l’effaçant de la réalité comme si elle venait de se faire désintégrer. L’instant d’après l’apocalypse fut sur la jeune apprentie.






NDA : je te laisse gérer la tentative d’échapper au souffle brulant, lorsque tu auras reprit tes esprits, c’est un monde en flamme qui se dressera devant toi, style apocalyptique à la Terminator Oo. J’enchainerai ensuite.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaya Spencer
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 482
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Re: Réunion au sommet. 'fin... en sous-sol, mais voilà quoi. [Caitlyn]   Lun 16 Sep - 11:00

Je me contentai de hocher la tête quand elle signala qu'elle allait presser un peu le docteur McCoy, et notai dans ma tête de garder un moyen d'être contactée ou de contacter autrui en cas d'urgence. Garder le téléphone sous la main au cas où... Enfin c'était plus pour ma propre sécurité qu'autre chose, je doutais fort de pouvoir nuire à grand monde avec mes capacités. Au pire je pourrais blesser des gens avec les ailes par erreur, mais... non, même pas. Je les contrôlais plutôt bien, maintenant. Mais Cait' avait raison, mieux valait rester prudente... Je ne savais pas trop à quoi je faisais face, au fond.

Quand elle répondit ensuite à cette histoire de famille et tout ça, répondant aussi à ma question (par un refus d'y répondre en fait), je levai les mains l'air de dire qu'il y avait erreur. Comme toujours, je m'étais mal faite comprendre.

« Nan, c'est pas ça... C'est juste qu'il y a plusieurs je sais pas, catégories de gens. Ceux que je connais pas... Si je peux les aider et qu'ils demandent mon aide je les aiderai, mais sinon, ben je m'en fous de leur vie. Pas par mépris ou autres, mais simplement parce qu'ils n'ont pas envie de m'en parler, soit, ils font ce qu'ils veulent, de toutes façons je les connais pas, moi. Puis il y a les personnes auxquelles je tiens, où c'est différent. C'est pour ça que je te posais la question... 'fin c'est pas grave... Mais pour ce qui est de laisser tomber, je n'abandonnerai que si on me rejette ou si on me fait comprendre que je ne suis pas la bienvenue. »

Au moins le message était clair... Je ne faisais pas partie des personnes suffisamment de confiance pour qu'un tel sujet soit abordé. Je prenais cette affirmation de deux manières distinctes. D'un point de vue bassement émotionnel j'étais... difficile de bien le décrire. Déçue, je sentais que je ne valais pas assez, que j'étais encore trop naze pour parvenir à quelque chose. Mais parallèlement, d'un point de vue plus intellectuel et analytique, je me doutais qu'on ne se connaissait pas depuis si longtemps que ça, et que les propos qu'elle tenait concernant le fait de tenir à moi et autres étaient sûrement plus des encouragements qu'autre chose. Que je ne devrais pas les prendre trop au sérieux.

Le mélange des deux était conflictuel et bizarre. Mais je n'eus de toutes manières pas trop le temps d'y réfléchir vu que la fête commençait. Une bande de gangsters débarqua, ils semblaient armés et avaient l'air de vouloir en découdre... Vision familière, en effet.

« Ouais... C'est du déjà vu... »

La rousse demanda en combien de temps je pensais pouvoir me débarrasser d'eux et j'ouvris grand les yeux, l'air sidérée.

« Euh, seule contre tout ça, je pense surtout foutre le camp vite fait et appeler des renforts, je suis pas suicidaire. 'fin si, mais tu vois ce que je veux dire... »

Sauf que voilà : d'un coup, BOUM ! Un gros flash, suivi d'un bruit d'explosion extrêmement intense et une onde de choc dévastatrice. Caitlyn disparut d'un seul coup sous l'effet du choc, et je me retrouvai donc à devoir improviser vite. Très, très vite. Sans réfléchir une seule seconde, je me précipitai vers un bâtiment qui semblait à peu près solide, utilisant mes ailes pour me propulser et aller plus vite : je les plantais dans le sol, puis je tirais d'un coup en avant, ce qui me permettait de bondir avec rapidité.

Une fois planquée derrière le mur, une sorte de "film" de chair métallique flexible se forma entre les branches des ailes. Ce n'était pas assez pour me donner de la portance et m'envoler, mais je savais que ce machin était extrêmement résistant : je m'accroupis donc derrière le bâtiment avant de me couvrir des deux ailes, sachant que ça devrait me protéger d'éventuels morceaux de béton qui pourraient me tomber sur la tronche. Enfin... d'éventuels morceaux de béton de taille moyenne : si je me mangeais une poutre en acier de 4 tonnes, ça serait juste fini.

« ÇA FERAIT FUREUR A DISNEYLAND ! » ajoutai-je, même si je n'étais pas hyper rassurée...

L'arrivée soudaine de l'onde de chaleur me coupa d'ailleurs net dans mes plaisanteries...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Réunion au sommet. 'fin... en sous-sol, mais voilà quoi. [Caitlyn]   Mer 18 Sep - 20:49


La chaleur écrasante la prendra à la gorge alors qu’elle émergera de ses débris de briques et de métaux pliés et la scène devant elle ne ressemblera plus à aucun paysage urbain. L’apocalypse, pour ainsi dire. Le ciel est devenu orange se flammes dansantes et de particules de matières suspendus dans les airs fumante et brulantes à la fois, tout n’est que ruines croulantes et chaos. Des carcasses de véhicules brulent toujours au loin et il ne semble rien ne subsister de vivant dans ce champ de bataille désolé et ravagé.
Un bruit sur la droite alors qu’un éboulis prévient de la source du danger.
La taille n’est pas très élevé, une demi taille d’homme mais les déplacements sont rapide, à l’instar d’une araignée. Deux sur le côté, espacé de cinq ou six mètres, un autre sur une carcasse de voiture sur la droite, beaucoup plus e retrait. Ils se déplacent par bonds assez court et ne frappent qu’à l’aide de griffes. Structure métallique basique, si ils se sentent trop endommagé, ils n’hésiteront à se lancer sur la cible pour s’y autodétruire. Un unique œil sur le front qui vire au rouge lorsque la cible est repéré. Ils ne sont pas exceptionnellement résistant mais d’une vivacité surprenante, inutile de préciser que ce sont des machines et qu’elles sont insensibles à la fatigue ou à tout autre distraction.  Elle repère leur cible grâce à un  scannage  thermique et aux mouvements.





NDA : A toi de jouer pour t’en débarrasser, tu es libre de tes mouvements sachant que c’est celle qui se trouve sur la voiture qui va te repérer en premier et lancera l’attaque. Les deux autres viendront rapidement mais en même temps cette fois ci. Si tu arrives à t’en débarrasser rapidement tu auras quelques secondes de répits te permettant de mettre à profit une stratégie. Ce répit sera vire interrompit par un ensemble de cliquetis t’avertissant qu’au moins 4 à 6 autres machines se rapprochent de toi en encerclement.
Si tu n’es pas assez rapide, tu les d »couvrira de visu lorsque tu te seras débarrassé des 3 premières et là, l’assaut sera inévitable.    

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaya Spencer
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 482
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Re: Réunion au sommet. 'fin... en sous-sol, mais voilà quoi. [Caitlyn]   Mer 18 Sep - 21:40

La vague de chaleur fut intense et mes ailes n'aidèrent pas tant que ça à me protéger de celle-ci... Par contre, elles me permirent d'éviter d'être écrabouillée, vu qu'un gros morceau de béton tomba en plein dessus et se brisa sur les branches, qui résistèrent aisément au choc. Le débris n'était pas trop gros ni trop lourd, par chance pour moi, car autrement l'entraînement se serait très rapidement terminé...

Je finis en tout cas par relever mes ailes, observant mes alentours. Cette simulation était décidément très réaliste... Je sentais la chaleur extrême dans mes poumons, l'air était sec et étouffant, je pouvais sentir les odeurs de bois et de plastique brûlé, c'était bien flippant. Récupérant un peu du choc, je me déplaçai assez maladroitement en continuai de regarder les alentours, me demandant si les gangsters avaient survécu... Ce ne seraient pas des adversaires très compliqués, surtout après une explosion pareille. L'exercice démarrait sûrement en mode "super facile", normal quoi. Elle n'allait pas non plus me jeter contre des supermutants indestructibles dès la première séance, au fond.

Mais à ma plus grande surprise, pas de ganstas... Non, sortant d'un tas de débris apparut une sorte de machine étrange avec des immenses griffes, qui se déplaçait plutôt rapidement. Enfin non... Ce n'était pas rapide, c'était plutôt "vif", comme un insecte. C'était quoi cette saloperie ? Je devais me tabasser contre ça !?

« Euh nan mais y'a méprise, là... Moi contre une cible biologique, y'a aucun problème, mais je peux pas couper du métal... » lançai-je dans le vide, avec un air vraiment inquiet.

Pas de réaction... super. Les griffes de ce bidule faisaient 3 fois la taille des miennes, et je n'avais aucune protection contre ces saloperies. Mes ailes étaient parfaites pour me défendre contre des armes à feu : je les utilisais comme bouclier en avançant, et zoup, même pas mal. Ensuite j'utilisais mon aile disponible pour embrocher les cibles, et affaire classée. Sauf que là, ben... Je pouvais pas embrocher du métal, ni le trancher, ni rien du tout en fait. C'était vraiment la merde. Il y en avait deux autres...

Celui sur une bagnole "m'observa" avec une sorte d'oeil/capteur rouge. Il allait sûrement tenter de me bouffer, je me dressai donc de toute ma hauteur et me préparai, à bon escient vu que le bidule fit plusieurs bonds pour m'arriver dessus. Pour toute réponse, je lui foutus un gros coup d'aile en plein dans sa tronche et le choc l'envoya balader à quelques mètres de là. Les deux autres se mirent à faire la même chose et doutant de pouvoir les repousser, je plantai mes ailes derrière moi et m'en servis pour me projeter d'un coup en arrière, et ainsi esquiver le coup. Il me sembla vite évident que je ne parviendrais pas à les détruire en les cognant, je me retournai donc, gardant les ailes plantées dans le sol, et me servis de ces dernières pour faire à mon tour de grands bonds vers le bâtiment le plus proche.

Sauf que voilà... On n'était pas en centre-ville et le plus grand "building" (haha la blague) était un truc de 3 étages, pas plus... Ne cherchant pas midi à 14 heures, je plantai les ailes dans les murs et m'en servis pour grimper. Ces machins ne pouvaient pas grimper ! Sûrement pas !

Une fois en haut, j'affichai un grand sourire satisfait et regardai en bas en lâchant :

« Ahaha, vous voilà bien baisés, vous aurez beau sauter tant qu'vous voudrez c'est imposs... oh merde. »

Oui, ces trucs pouvaient escalader, et en plus il y avait des renforts qui venaient d'arriver. Combien de ces bidules y'avait-il au juste !? 3 en train de monter et 6 qui couraient vers l'immeuble, ça faisait 9 de ces connards !? Bon... Les trois, déjà. Lorsqu'ils furent à portée (3m environ), je me mis à leur jeter des coups d'ailes, afin de les faire tomber. Le premier ne s'attendait visiblement pas à ça, ils tomba donc des trois étages comme une grosse merde. Mais bien entendu, ce ne fut pas suffisant à le détruire... Le deuxième chuta aussi, mais le troisième fut plus coriace et se retrouva sur le toit avec moi, alors que les 6 nouveaux arrivants se mirent à grimper à leur tour.

« Mais casse-toi toi !! Je suis pas intéressée par le seigneur Jésus Christ alors va faire chier quelqu'un d'... »

Visiblement ces machins n'étaient pas sensibles à l'humour, car il me saute dessus au milieu de ma phrase. Je me protégeai avec l'aile gauche, mais ne parvins pas à le repousser : il se retrouva donc accroché à celle-ci.
Au fond pourquoi pas. Je me mis à secouer l'aile, me servant de son nouvel occupant comme d'arme contondante : j'utilisais ce robot à la con pour frapper les autres qui étaient en train de monter. Bing !

Encore une fois, c'était insuffisant pour les détruire, mais au moins, j'arrivais à les faire glisser ou tomber des murs. Ce n'était pas vraiment une solution durable mais ça avait le mérite de fonctionner. En plus de ça, à force de frapper avec, le robot attaché à mon aile commençait à partir en morceaux et à sévèrement ramasser. Bien fait ! Et vu que je ne pouvais pas m'empêcher de faire des commentaires débiles :

« Hé beeeen, quoiiii qu'est-ce-qu'il y aaaa, ça te plaît pas de faire mumuse ? Avec "connard de robot" dans le rôle du maillet de chantier, c'est sympa je tr... »

Boum.
Le bidule s'était autodétruit. Bien joué. Excellente idée, de s'en servir d'arme. Vraiment, il faudrait que je le refasse... Le choc de l'explosion avait réduit en lambeaux la couche de métal qui couvrait l'aile, mais les branches étaient encore en bon état. Par contre j'avais pris des morceaux de métal dans la tronche et j'étais donc couverte de coupures, mais des coupures à l'allure tout à fait singulières... Au lieu de rouge, il y avait une sorte de tissu de couleur violette en dessous de ma peau. C'était ça, la couleur que je prenais quand je méditais. En tout cas ça ne servait pas à grand chose vu que j'avais quand même putain de mal et que je saignais. Super.

En plus de ça, les six, non sept, non pardon huit emmerdeurs étaient arrivés sur le toit et commençaient à se rapprocher.
Il fallait que je calcule bien mon timing... Je levai les deux ailes au maximum, dans une position tout à fait menaçante, mais cela ne semblait pas trop intimider mes petits camarades. Enfin camarades... Non c'était des casse-pieds, mais je trouvais ça bien de les appeler des camarades, ça donnait une idée d'amitié et d'arcs-en-ciel que je trouvais tout à fait appropriée. Enfin le fait était que j'avais donc les ailes levées, parce que je devais adopter une autre tactique, que je surnommai la tactique du baseball.

Les coups que je leur mettais ne parviendraient pas à les casser, par contre si je parvenais à les éjecter intelligemment du haut de l'immeuble, je pouvais les ralentir ou les endommager. Enfin j'espérais... Les deux premiers sautèrent vers moi et je les envoyai donc valdinguer sur le côté, les projetant du haut de l'immeuble. J'avais utilisé ce que Jub' m'avait appris : pas esquiver, pas parer, mais dévier. J'avais fait en sorte d'utiliser leur propre énergie. Le souci c'est que je n'eus pas trop le temps de m'auto-congratuler : les autres s'approchaient, et mon petit coup de trafalgar ne fonctionnerait peut-être pas deux fois...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Réunion au sommet. 'fin... en sous-sol, mais voilà quoi. [Caitlyn]   Jeu 19 Sep - 9:24


La tactique s’avérait payante. Le vide derrière elle imposait à ses assaillants d’attaquer frontalement par vagues, les attaques latérales leur étaient quasi impossible vu l’étroitesse de la plateforme du toit et l’envergure des ailes de la mutante. Kaya n’était sans doute pas impressionnante en ce qui concernait ses capacités de destructions mais elle savait d’instinct trouver des tactiques pour reprendre l’avantage là où il ne semblait pas pouvoir y en avoir. Ce n’était pas à proprement penser de la stratégie mais plutôt des choix logiques guidés par l’instinct de survie et du combat au contact.

Mais cette tactique montrait ses limites lorsqu’il était question de puissance et de nombre. Un combattant puissant placé à un endroit stratégique était certes en capacité de stopper une déferlante d’adversaires désorganisés  s’engouffrant sans réfléchir dans un corridor dangereux, mais sans puissance pour les contenir, il ne s’agissait là que d’une question de résistance face à une vague d’assaut et c’est exactement ce qui se produisit ici lorsque la jeune mutante après une résistance héroïque, se retrouva confrontée  à l’assaut de quatre « bêtes » en même temps  qui la déséquilibra et la fit tomber dos en arrière dans le vide.

L’atterrissage fut à gérer avec plus ou moins de bonheur, un droid toujours attaché à l’une de ses ailes les trois autres dispatchés sur les côtés. Il faudrait gérer cet adversaire le plus rapidement possible en plus de gérer les conditions de l’atterrissage.
Lorsqu’elle pourrait y parvenir, elle constaterait avec horreur que la « horde » constituée d’une vingtaine d’individus  serait en train de dévaler les décombres depuis le toit pour venir à sa rencontre en nombre cette fois ci.

Un craquement sinistre se fera entendre à une vingtaine de mètres sur la droite et un éclair bleuté viendrait pulvériser littéralement les murs en une sorte de vague électrique dévastatrice. Un véritable rideau de foudres électrifiant l’atmosphère et désorganisant la troupe sous une danse convulsive d’éclairs bleutés en faisant exploser une partie et disjonctant l’autre.
Dans le même  temps, trois détonations assourdissantes, et les deux droids sur le côté de la jeune fille virent leur membre voler en éclats. Le premier démembré, tomba lourdement sur le sol, le second, une pâte en moins continua en sautillant anarchiquement à se diriger tout droit vers la mutante.

Alors qu’elle constatait de visu l’origine de ce coup de main en une Caitlyn perchée sur les restes d’architecture en métal, le bras droit toujours tremblant d’éclairs sous la décharge produite et le gauche armé de son révolver modifié incroyablement long, Kaya  la vit clairement donner un lourd coup de pied dans un tube d’acier, reste de tuyauterie, pour l’envoyer rouler non loin de Kaya.

- Ton environnement triple buse ! Il faut s’en servir ! Éclates moi cette merde.

Caitlyn sembla se figer une seconde regardant en arrière avant de se mettre en mouvement une micro seconde avant que la structure métallique se retrouve pulvérisé la projetant au sol où elle se retablit aussi tôt pour contempler ce qui émergé des débris.

- Ouutch…Phase deux, fesses plates ! Grouilles toi de récupérer. Ils viennent toujours par deux !



NDA : Pas de griffe ni d’arme à feu, juste une résistance hors du commun due à leur structure métallique et une force de frappe bien au-delà de la moyenne.   Par contre les déplacements ne sont pas rapides et ils restent relativement lourdaud.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaya Spencer
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 482
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Re: Réunion au sommet. 'fin... en sous-sol, mais voilà quoi. [Caitlyn]   Jeu 19 Sep - 11:23

Bon, j'en avais dévié deux qui étaient allés s'éclater sur des morceaux de bitume brisé. Bon timing, au moins ça faisait ça de moins. Par contre, les autres étaient toujours là, avec leur espèce de capteur rouge vif, et s'approchaient de moi par vagues.

C'était bien d'avoir des ailes super larges. La portée donnée était immense, j'avais des moyens de me protéger conséquents, je pouvais facilement grimper, me booster, prendre de la hauteur, faire des bonds, et tout et tout... Mais voilà, plus c'est grand, plus c'est encombrant... Et malgré mes progrès dans le maniement de ces deux membres supplémentaires, je n'étais pas encore vraiment la reine de l'univers avec. Ainsi, une fois les deux casse-pieds éjectés du toit, il me fallut un peu moins d'une seconde pour me remettre "en garde", mais ce fut trop : les quatre suivants me sautaient déjà dessus. Le premier qui me heurta attrapa une aile, ce qui vu ma position, me déséquilibra et me fit partir en arrière.

Je me retrouvai donc à, à mon tour, tomber du toit comme une conne avec une saleté accrochée à mon aile et trois autres qui chutaient à mes côtés. Et avec, toujours, leur foutu "œil" bloqué sur moi. Ces machins étaient monomaniaques. Ils se foutaient du danger, de crever, de quoi que ce soit : ils avaient une cible, ils l'abattaient, point. En fait, quelque part, ça m'inspirait une idée, mais pour l'instant j'avais une autre priorité : ne pas se briser la colonne en retombant.
Je projetai donc mes ailes en arrière, les pointes vers le bas, et amortis mon atterrissage avec comme je pouvais... Mais ce n'était pas non plus exceptionnel. Malgré un ralentissement conséquent, je terminai quand même avec la tronche dans la poussière et j'aurais des bleus pendant quelques jours.

Malgré ça je me relevai aussi rapidement que possible pour apercevoir qu'il y avait une pluie de ces bidules qui se rapprochait de moi. Non seulement ils étaient monomaniaque mais ils étaient limite kamikazes en fait. Quoique, je dis "limite" mais... L'un d'eux s'était autodétruit sur moi donc ils étaient même CARRÉMENT kamikazes. Là, à part la fuite, il n'y avait pas énormément d'options. Une fois ces conneries terminées il faudrait que je réfléchisse à un moyen de gérer de nombreuses petites cibles simultanément...

Avant que je ne puisse commencer à foutre le camp, un bruit particulièrement désagréable se fit entendre et les bidules se retrouvèrent quasiment tous explosés dans des éclairs... Je savais d'où ça venait sans avoir besoin de regarder : Caitlyn. Décidément, ce serait bien pratique de pouvoir faire ça. Un coup d'électricité et bim ! Dans sa face ! Problème réglé ! Efficace contre les cibles molles ou avec de l'armure, polyvalent, que demander de plus ? Tandis que de mon côté, bah... Bon, ok ma connaissance de la stratégie se limitait aux jeux vidéo et aux films, mais je savais que les armes tranchantes étaient inefficaces contre de l'armure. Il fallait du contondant ou du perçant. Et dans le cas prés... oh mais attends, du perçant ?

Cait' m'interrompit dans mes réflexions stratégiques, me criant d'utiliser mon environnement et me jetant un bout de tuyau. Le bidule, qui avait perdu une patte, se mit à clopiner en avançant vers moi et j'étais prise entre deux choix... Si je ne faisais pas ce qu'elle disait, elle risquerait de mal le prendre. D'un autre côté, je voulais essayer quelque chose... Du perçant, j'en avais. Les branches de mes ailes étaient particulièrement pointues et effilées, et je me sentais stupide de ne pas y avoir pensé avant. Si j'arrivais à entamer 3 ou 4 centimètres d'acier avec les lames, avec les pointes le résultat serait sûrement nettement supérieur.

Je pris toutefois le parti d'utiliser le tuyau. Je n'étais pas assez forte pour m'en servir efficacement avec les mains, je plantai donc une aile dedans et m'en servis pour foutre un gros coup de tube à mon assaillant, puis un deuxième, et un troisième, et encore trois ou quatre autres jusqu'à ce que la créature métallique ne s'arrête de bouger. Cela fait, je retirai le tuyau de mon aile avant de me retourner et d'observer la rousse.

« Ouais, alors, 'fin... J'veux dire... Là si y'en a d'autres je vais juste me faire éradiquer, j'ai carrément pas l'niveau contre ce genre d... »

BOUM ! D'un coup, la rousse (avec des petits seins ! Haha !) se retrouva plus loin alors que le tas de métal sur lequel elle trônait fièrement quelques secondes plus tôt avait été plus ou moins pulvérisé dans tous les sens. De cet endroit sortirent deux robots à l'allure peu engageante, mais visiblement assez lents et sans armes à distance. Cette histoire ne m'inspirait pas des masses... Je décidai donc avant toute chose de faire un petit test. Tournant la tête sur le côté, je cherchai un débris de taille satisfaisante, autour d'une centaine de kilogrammes, et finis par trouver ce que je cherchais. Un bout de béton armé assez conséquent qui faisait sûrement dans les 110-120.

Plantant les deux ailes dedans, je le soulevai comme je pouvais avant de mettre un gros coup de boost pour l'envoyer sur l'un des deux robots... Sa réaction ne fut pas très vive, mais malgré tout assez impressionnante : d'un coup de poing, il fit exploser le bout de béton en morceaux. Clairement, si j'en mangeais une, je finirais par terre rapidement.

« Ah, oui quand même. Ok. Super. »

Malgré tout, j'étais bien plus confiante que face aux petits machins. Ils étaient lents, leurs mouvements étaient donc prévisibles, et ils n'étaient que deux. Je pouvais donc facilement m'éloigner, m'approcher, calculer mes coups... Je me sentais bien plus confiante qu'avant, et ça se voyait. Je me rapprochai donc de l'un d'eux, restant à environ 2 mètres, comme si je voulais le provoquer. J'agitais mes ailes devant lui pour l'encourager à frapper.

« Youhou ! Machin ! Ta mère elle est tellement moche qu'elle avance plus vite sur le creep ! »

J'ignorais si c'était ma provocation ou le fait que j'agite les ailes devant lui mais il envoya un coup brutal dans ma direction, qui bien entendu rata. Je profitai de l'occasion pour envoyer la pointe de l'aile droite vers son épaule : en plein dans le moteur.
Comme je le soupçonnais, les pointes de l'aile rentraient bien plus facilement que les lames. Un bruit de métal tordu et d'électricité se fit entendre alors que je retirais la pointe de son bras. Je me dépêchai ensuite de m'éloigner histoire de ne pas me manger une baffe, observant ma cible avec attention... Visiblement, le bras que j'avais frappé ne fonctionnait plus.

« Bon ça marche... C'est plus facile les gros comme ça que les invasions de petits bidules. Donc, je peux pas les détruire parce que je soupçonne que leur blindage principal, genre le torse, la tête et tout, est trop épais... Par contre je peux les démanteler. Une fois que les bras et jambes marchent plus, on s'en fout finalement de c'qu'ils font, nan ? » demandai-je à l'attention de la rousse, tout en continuant de rester à bonne distance des deux robo-hooligans post-apocalyptiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Réunion au sommet. 'fin... en sous-sol, mais voilà quoi. [Caitlyn]   Sam 21 Sep - 19:33


Cait jurait comme une charretière tout en dépoussiérant son manteau alors que son « élève » se prenait pour un pique à brochette- béton géant. Elle observa un instant faire son numéro de provoc afin de tester le droid et de lui démolir un bras. Elle cligna des yeux tout en croisant les bras sur la poitrine d’un air satisfait puis regarda d’un air suspect les alentours alors que Kaya lui discutait le bout de gras. Elle s’avança avec une lenteur calculée et indifférente vers le droid de gauche qui commençait à s’alarmer de son mouvement tout en marmonnant.

- Tu te disperses, jeune padawan ! Quand on se bat, on ne raconte pas sa life. Occupe-toi de ton Dalek..Rends-toi utiles, rookie.

Avec une désinvolture qui frisait l’inconscience, elle s’arrêta à moins de quelques centimètre du robot en lui affichant un sourire crétin made in Jubilée et fichant ses mains dans les poche de son long manteau. Puis  elle abaissa à nouveau les lunettes éponymes avec la Classe Américaine qui va avec.

- Yosh Man, Bien ou Bien ? Alors c’est toi l’Clown Ramoneur ?


Le robot esquissa un geste en coup de poing puissant fendant les airs alors que la jeune X men, toujours  mains dans les poche esquissa un mouvement du corps trop rapide pour être perçu, évitant totalement la charge.

- Plait-il ?

Le second coup n’eut pas plus d’effet, le déplacement de l’Irlandaise se faisant avec une chorégraphie qui ne lui ressemblait pas comme une sorte de fléchissement basé sur la rapidité du basculement du corps de droite à gauche.

- Ne joues pas…donnes en l’illusion mais gagnes du temps pour observer…pour analyser et comprendre…où…il faut…frapper.

Le quatrième coup fut porté à bout de bras et cette fois ci en un geste vif, la jeune mutante saisi le bras en plein vol et se servit u poids pour basculer le droid ventre vers le sol, se retrouvant en un geste millimétré dans son dos arme au poing.

- Ils n’ont pas de cou, il bouge tout le corps en frappant mais prennent toujours gardes de ne pas te dévoiler le dos même en les forçant à allonger les frappes, ce n’est pas innocent…Mouais…circuit-moteur dans le dos hein ?

Elle bloqua le canon contre un trappe métallique située à la base du torse et y vida une série de balles, puis arracha d’un geste vif un morceau de métal alors que le Droid se relevait pour y plonger le poing chargé d’électricité.

Aussi tôt la machine s’électrisa dans un crispement jusqu’à ce qu’une épaisse fumée s’échappe des articulations. Elle se redressa poing sanglant et légèrement tremblant sans y prêter attention et tout en s’écartant du robot elle marmonna entre ses dents en avisant une cinquantaine d’arachnides mécaniques les entourant.

- Dépêche Fesses plates…Là ça va devenir tendu du string…


Mais contre toute attente, les créatures se mirent à refluer lentement alors que Cait déployait déjà une intense ZPCE. Fizzy, visage fermé se contenta de laisser échapper un bref bruit de bouche en guise d’agacement.

- Ouais….Keep Cool, Kaya…Alors, ou alors ton déo t’a lâché ma grande, où alors les rats quittent le navire devant..

Un tremblement sur le sol alors que Cait levait les yeux vers l’horizon.

- …Quelque chose de beaucoup…beaucoup…plus flippant.


Elle cligna des yeux en résorbant sa ZPCE devant ‘approche du titan haut comme un immeuble de dix étages.

- Merde..J’ai dû exagérer un peu les proportions.

Elle afficha à la jeune fille un sourire crétin en jubilant presque.

- Hu hu huu ! On s’le fait ? On l’encercle à deux ?

Elle se laissa aller à un rire léger alors que le sol tremblait sous l’approche du colosse.

- Nannn..Les X Men ça opère en équipe, surtout devant un machin du genre.


Elle se tourna, cessant de converser avec Kaya et regarda vers un mur effondré  avec les mains sur les hanches.

- T’en a pas marre de ronger ton frein, Captain? On finit sur un high score, ça te dit ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaya Spencer
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 482
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Re: Réunion au sommet. 'fin... en sous-sol, mais voilà quoi. [Caitlyn]   Sam 21 Sep - 20:18

Décidément, je préférais largement ces gros types-là. Ils étaient amplement plus simples à gérer : je pouvais prendre mon temps tranquillement, leur latter les bras un par un tranquillement, et affaire réglée. Je préférais largement ça aux petites saletés qui bondissaient, sans aucun doute. En fait, plus la cible était de grande taille, mieux je m'en sortais... Comme quoi, la taille ça compte ! ... enfin, je restais malgré tout focalisée histoire de ne pas me prendre une droite dans ma tronche, parce que là vu l'état du morceau de béton, je n'y survivrais juste pas du tout. Ce n'était pas parce que j'avais des facilités que je devais me mettre à devenir inattentive. D'ailleurs, la rousse me signala que je me dispersais, c'était peut-être le cas...

En fait je précisais tout ça pour que le raisonnement derrière mes actes soit bien compris et interprété. Au fond, comment pourrais-je progresser si mon "prof'" ne savait pas quelle était ma façon de raisonner ? C'était grâce à ça qu'elle pourrait me corriger, en me précisant "ben ça par exemple, quand tu voulais faire ceci cela, ça a posé souci, il vaut mieux opter pour ça ou ça".

Pendant ce temps en tout cas, elle se rapprocha tranquilou et se la péta un peu, mettant la machine au sol et l'abattant sans même avoir un brin de sueur. J'étais un brin sceptique... Au fond je savais bien qu'elle me dépassait largement en combat, je n'avais pas besoin d'une démonstration pour me rappeler à quel point j'étais à la ramasse.
Je savais que pour ma part je n'avais ni l'entraînement ni la force ni la résistance pour faire ça. J'avais tendance à être, donc, défensive : limiter les risques au maximum et frapper de manière stratégique avec les outils que j'avais. Ici, je pouvais démonter la machine pièce par pièce, et ainsi, avant de faire quoi que ce soit d'autre, je devais désactiver ses deux armes principales : ses bras.

Je continuai donc de faire quelques gestes, passant parfois à sa portée, parfois m'éloignant, attendant qu'il porte un nouveau coup... Ce qu'il fit finalement. La machine envoya un gros coup de poing vers moi. Vu que je m'y attendais, je profitai de sa lenteur pour esquiver, me déplacer sur le côté, et envoyer un coup de pointe d'aile dans son seul bras fonctionnel. Je me reculai ensuite et observai la machine, dont les deux bras pendaient bêtement.
Je jetai un œil rapide à Caitlyn, qui était en train de foutre des balles dans le dos du soldat de métal, plus exactement elle tirait sur une sorte de trappe. Parfait, nouvelle cible ! Je me reculai un peu pour prendre de l'élan, et hop ! Saut à la perche ! Plus précisément, je courus vers le robot et me servis de mes deux ailes comme d'appuis pour bondir et sauter par dessus la créature métallique.

Profitant de sa lenteur, encore une fois, j'envoyai un coup violent de l'aile droite vers la trappe, la pointe rentrant de plusieurs centimètres à l'intérieur. Le robot tomba au sol comme un débile, alors que je continuais de le percer de coups d'aile à grande vitesse... Autant dire que s'il s'était agi d'un humain, il aurait fini en pièces.
Mais il n'y avait jamais une seconde pour se calmer ici... Car la rousse déclara que ça allait être tendu du string. Je cessai donc de fracasser la plaque métallique, qui était maintenant totalement éventrée, et jetai un œil derrière moi. Une cinquantaine d'arachnides.

« Ah... Là c'est la merde... »

Je n'avais pas l'air rassurée. Autant je pouvais brutaliser ces gros robots sans difficultés, autant ces petits bidules m'avaient posé de sérieux problèmes, et autant dire que je serais incapable d'en gérer 50. Mais à ma plus grande surprise, ils décidèrent de foutre le camp... Ce qui voulait dire que quelque chose de bien pire arrivait. Je savais pertinemment que la simulation n'était pas conçue pour réserver des bonnes surprises, au fond...
J'eus rapidement la confirmation : Cait' déclara qu'il y avait quelque chose de beaucoup plus flippant, et me retournant, j'aperçus l'espèce d'immense robot de 40 mètres de haut qui avançait vers nous. Autant dire que je n'étais pas équipée pour ça... D'ailleurs, plus tôt je disais "plus la cible est grosse mieux c'est", mais non, en fait, il y avait quand même des limites.

« Ah... Là c'est encore plus la merde... »

La X-woman semblait hilare, déclarant qu'elle avait sûrement exagéré les proportions et qu'on n'avait qu'à l'encercler à deux. Ben tiens ! Le sol tremblait à chacun de ses pas, je doutais donc fortement qu'on soit en mesure de "l'encercler" ou de lui faire grand chose. Enfin... Moi en tout cas je ne pourrais rien lui faire. Cait', elle, pourrait le démonter en deux secondes et demie, mais moi non.
De toutes façons j'imaginais que la fuite ne faisait pas partie des options possibles, j'observai donc mes alentours en cherchant une idée... Quelque chose. Pas grand chose. C'était un peu décevant. Tombant sur une bouche à incendie, je m'en rapprochai pour foutre un grand coup d'aile dedans, de l'eau s'échappant d'un coup et se répandant dans la rue, rendant la terre et la poussière boueuse.

« Bon, c'est pas brillant, mais il y a 1 chance sur 727 qu'il glisse et tombe comme un con... »

Ok, c'était nul mon idée. Je gardai le regard sur la machine géante avant de finalement soupirer et lancer :

« Je devrais pouvoir l'escalader. Ça peut le distraire pendant que tu fais le principal... A part ça, je vois pas trop ce que je peux faire d'utile face à ce bidule. »

Je regardai ensuite la rousse et haussai un sourcil :

« A moins que les gangsters qu'on a vu au départ n'aient des RPGs, là peut-être qu... Ça y est, c'est le craquage, tu parles toute seule ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubilation Lee
X-Men Alpha
avatar

Messages : 2056
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Réunion au sommet. 'fin... en sous-sol, mais voilà quoi. [Caitlyn]   Dim 22 Sep - 15:58

Assise dans un coin de la salle des dangers je n'avais pas été prise en compte par les hologrammes, les robots et tout la matos de la salle des Dangers. J'avais les yeux fermés parce qu'avec tout ce bordel je ne voyais qu'une bouillie d'hologrammes bizarroïdes. J'entendais les bruits, les sons et les commentaires des deux personnes présentes. Que ce soit pour se vanter de m'avoir mis KO ou pour se marrer lorsqu'on combat des robots qui tiennent pas debout et dont on connaît à l'avance les faiblesses, y'avait du monte au portillon. Mais j'ai connu une Caitlyn qui la ramenait moins. Ma foi, c'était pas si mal, elle semblait heureuse, forte, sûre d'elle. C'était l'essentiel et en plus elle s'était trouvée une amie pour l'écouter se vanter.

« Tu parles trop Wonder Elioth. Tu n'es pas concentrée, tu te la racontes et tu glousses, c'est un scandale ! »

J'étais en costumes. Un pantalon en molécule instable noir maintenu par une ceinture arborant un X de X-men descendant sous des bottes noires renforcées et hybrides pouvant laisser sortir de leurs semelles des petites roues pour me permettre, sur terrain plat, d'aller beaucoup plus vite. Les bottes maintenaient mes chevilles sans monter au delà et être trop lourdes afin favoriser mes mouvements. Une veste - à fermeture éclair et au col rose - également en molécule instable, étaient fermées partiellement jusqu'à la base du cou. J'avais également des mitaines roses et ma paire de lunette de combat, souple, solide et résistante sur les cheveux courts et en bataille. Dans le dos de ma veste il a été aménagé un emplacement pour maintenir le fourreau de mon épée fermement. Lorsqu'elle y est rangée elle se retrouve en diagonale dans mon dos ce qui me permet d'en attraper la poignée facilement. Par dessus le tout, un long imper jaune style trench-coat. Malheureusement, je ne pouvais le garder dès lors que je me mettais à me battre sérieusement. Il a une grande valeur sentimentale et je risquerais de le désintégrer dans mes explosions. Le reste de l'équipement profitait de mon immunité, de la même manière que certaines combinaisons gardent les propriétés des mutants invisibles.

J'étais donc assise, coupant un bout de bois en pic avec mon épée lorsqu'on m'appela à la rescousse. Le sol tremblait tellement que de toute manière le gros monsieur allait vite m'énerver. C'est vrai quoi, j'ai failli me couper avec ses bêtises et l'omnium ça coupe pas que la peau.

« Pourquoi tu les fais si grand ? Tu complexes sur quelque chose ou tu veux me faire complexer ? »

Dis-je à Cait en me levant.

« Danger, incorpore-moi à la séance please. »

Dès lors on devait me voir plus que m'entendre et s'en réjouira qui voudra. Je rengaine mon arme et m'approche du petit groupe alors que Kaya tente d’inonder la zone à coup de pistolet à haut. C'est vrai qu'une bestiole de trente mètre de haut avec des pieds comme des chambres de l'institut c'est très maladroit et ça glisse facilement. Histoire de tester sa résistance, je lui balance une rafale plasmique mi-puissance dans le torse et j'observe que l'énergie composant mon attaque est absorbée par les sortes de fils énergétiques qui tournaient autour de la bête. Histoire de vérifier, j'en envoie une plus puissante, uniquement électrique et sur sa tête mais la même chose se produit.

« Ahah ! T'es pas cool, Cait... Kaya, on panique pas et on écoute ses supérieures. Cait et moi on va attirer son attention pendant que tu l'escalades par derrière pour désactiver les trucs absorbant qui l'entoure. Utilise tes ailes pour la grimpe et prend ça pour couper son armure, ton métal suffira sûrement pas. »

Je lui lançais mon épée après avoir rapidement détaché le fourreau. Avec ses ailes elle devrait pouvoir amortir une possible chute mais tout reposait sur notre capacité de détourner l'attention du gros vilain.

« Pète lui les yeux avec ton flingue, si tu peux. On est relié en radio avec la petite ? »

Lançais-je Cait tout en me décalant, courant et sautillant de gravas en gravas pour pouvoir attirer le bestiau dans la direction opposée de Kaya.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Réunion au sommet. 'fin... en sous-sol, mais voilà quoi. [Caitlyn]   Dim 22 Sep - 18:00


Ah ca ! C’était jouissif de se vanter et de se la jouer Badass quand on savait que tapis dans l’ombre, y’avait la demi naine que devait bouillir de rage de se faire troller sans pouvoir se faire remarquer. Cette petite séance n’avait rien d’une improvisation ou d’une lubie de programmatrice frustrée, non non non ! Elle avait été préparée largement en amont lorsque les deux X Women s’étaient concertées pour faire le point sur la progression de la jeune mutante. Kaya se révélait être une élève exemplaire, rentrée dans le rang et en constante évolution et amélioration, il était plus que temps de la confronter à ce genre d’activité. Et puis Jub prenait du cul dernièrement en plus de la tête, il fallait bien l’occuper…et aucun cirque dans les environs pour lui faire des tours de cabrioles avec des bols de riz.
Jub était indéniablement la plus forte d’entre elles (si on exceptait Rachel hors catégorie qu’un lancer d’ingrédients de Pizza pouvait distraire au moins une minute durant un combat) et c’était le but de cette séance de faire comprendre à la jeune gang-bandeuse ( Oo) que le travail des X men sur le terrain impliquait du lourd et du sévèrement burné.

« Tu parles trop Wonder Elioth. Tu n'es pas concentrée, tu te la racontes et tu glousses, c'est un scandale ! »

Un léger sourire sur ses lèvres, un sourire plein d’affection parce que c’était elle et parce que même son sens de l’humour gout toilettes-publiques faisait de ces petits défauts son charme, il ne manquait plus qu’elle ressemble à une vraie femme, et on ferait d’elle quelque chose, dire que son frère se la tapait…mon Dieu…enfin bref !

- Comme mon maitre ! Tout c’que tu m’as appris Naine Jaune, t’es fière j’espère ?

« Pourquoi tu les fais si grand ? Tu complexes sur quelque chose ou tu veux me faire complexer ? »

- Mouai, ça je plaide coupable. J’ai dû m’tromper d’une virgule. Pas grave, c’est pas la taille qui compte hein,  et puis si tu te frittes avec lui à l’Ego, il est clairement en handicap.

Mains sur les hanches, elle lui adressa un clin d’œil et reporta son attention sur la grosse bête tout en sifflotant la marche de l’Empereur de star Wars pour illustrer la magnifique entrée en scène de ZE Jubilation Lee. Elle se contenta d’un rire étouffé en élargissant son sourire lorsqu’elle s’amusa de la réaction nulle des offensives pourtant bourines de la gentille Niakoué.

- Reviennnns demain. Tu m’prends pour une pèrave, chou.

- « Ahah ! T'es pas cool, Cait... Kaya, on panique pas et on écoute ses supérieures. Cait et moi on va attirer son attention pendant que tu l'escalades par derrière pour désactiver les trucs absorbant qui l'entoure. Utilise tes ailes pour la grimpe et prend ça pour couper son armure, ton métal suffira sûrement pas. »

Le sourire de Cait s’effaça, cette fois ci, on était clairement sur le terrain, les choses sérieuses commençaient et Jub par son expérience menait la dance. Elle rechargea rapidement son arme tout en se mettant en mouvement

- Bah…Si les rafales de foudres marchent pas, je vais lui montrer mes fesses, p’tete que ça le fera rougir.


Elle se mit rapidement en mouvement pour contourner la bête sur la gauche puisque Jub partait vers la droite.

« Pète lui les yeux avec ton flingue, si tu peux. On est relié en radio avec la petite ? »

- Danger. Activation des bracelets émetteurs. Ok…Maintenant oui. Ok pour le flingage mais il me faut un point de mire.

Elle remarqua un immeuble à demi écroulé et qui s’élevait vers le ciel sur presque 15 mètres de haut en une architecture désarticulée et accéléra sa course.

- C’est bon, j’ai. Jub, tu l’asticotes sur la gauche ? Kaya essaye de contourner par derrière, vois large, moi je grimpe pour le saucer sur la droite.

Elle s’engouffra sans l’immeuble éventrée, se hissant rapidement et sautant de débris à débris pour atteindre les étages, c’est arrivée à mi-chemin qu’elle manqua de se faire lacérer par un coup de griffe d’un arachnide s’étant dissimulé dans les ombres. Elle ne dû son salut qu’à un réflexe salvateur, la déstabilisant alors que le robot lui sautait au visage la plaquant au sol.

- Put…’culé de.. Gaffes..il…il reste…des hostiles..

Alors qu’elle luttait au corps à corps sur le sol, un cliquetis lui fit tourner la tête pour découvrir deux autres archnodroids escaladant les ruines vers elle à moins de six mètres.

- Euh..Vais avoir..un peu…d’retard..

Show time !!!!!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaya Spencer
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 482
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Re: Réunion au sommet. 'fin... en sous-sol, mais voilà quoi. [Caitlyn]   Dim 22 Sep - 20:05

Ah ! En fait, Jub était là depuis le départ. Génial, j'étais observée, comment me stresser encore plus. Enfin, je devais bien avouer que pour le moment, l'espèce d'immense robot taille XXL me stressait un brin plus que le fait d'être observée. Bizarre non ? En attendant, le fait que Jubilee nous rejoigne voulait dire qu'on n'était plus juste à deux, mais qu'on allait faire un coup à trois entre filles dans la salle des d... non attends, merde. Non on la refait. Donc... Le fait que Jubilee nous rejoigne voulait dire que nous travaillerions en une équipe de trois personnes. Ouais, mieux. Bien mieux formulé. Non parce que ma version précédente n'était pas super. Quoique, ça me filait des idées intéressantes. Bref... Donc ouais, où j'en étais... AH OUI, le robot géant !

La pro des arts martiaux me demanda de ne pas paniquer, et ajouta que je devais l'escalader. Parfait, j'étais au point pour les trucs suicidaires ! Elle me lança ensuite son épée, que je rattrapai par le fourreau, en signalant que mon métal ne pourrait sûrement pas suffire pour couper l'armure de ce machin. Et une épée ferait l'affaire ? Mouais. Je ne voulais pas remettre en question ce que me disait mon entraîneuse, mais j'étais quand même surprise par le fait qu'une simple épée en acier puisse percer des plaques de blindage. Enfin, soit, moi, j'étais pas chiante, on me disait de faire, je faisais et voilà.

Quand la rousse me demanda de le contourner et de voir large, je fis un geste de la main avant de commencer à courir.

« C'est parti ! Opération "le suicide c'est trop d'la balle" engagée ! »

Je m'éloignai des deux femmes, qui partaient chacune d'un côté, et m'engageai dans des rues plus petites et plus dissimulées, plus étroites. Leur configuration me permettrait d'avancer sans trop me faire voir par ce bidule géant, et avec un peu de chance je pourrais lui arriver dans le dos sans qu'il ne s'en rende compte.
Par contre j'avais beau être plus endurante que je ne l'étais avant, je commençais quand même à avoir du mal. Je courais et tournais en rond, en plus de grimper et de me fritter, depuis bien six-huit minutes. Pour certains ce n'était rien, mais pour moi ça commençait à peser et je commençais à avoir les poumons qui brûlaient. Encore une fois... avec un peu de chance, ce serait rapidement terminé.

Mais la chance c'est très surfait comme concept. Alors que je tournais dans une ruelle, j'entendis un bruit métallique et d'un seul coup j'aperçus une forme peu rassurante qui se formait... Un des gros robots que j'avais affrontés précédemment. Je ne savais pas s'il m'attendait ou s'il m'avait entendue venir, mais il avait commencé à mettre un coup de poing avant même que je ne puisse le voir. Je n'aurais pas le temps d'esquiver ni rien, je décidai donc de parer avec une de mes ailes, ce qui ne fut pas ma meilleure idée... Le coup fut arrêté, mais l'os métallique se brisa d'un coup sec, un peu de liquide rouge/violet s'échappant et se mettant à couler.

Et surtout, ça faisait mal. Je ne savais plus trop où j'avais lu ça, mais il paraissait que les douleurs liées aux os étaient les pires existantes... Dans le cas présent je pouvais confirmer. J'avais plusieurs estafilades à cause de cette saloperie d'arachnide qui m'avait explosé à la tronche, mais ce n'était rien par rapport à ce que me faisait cet os d'aile éclaté. Sur le coup autant de la surprise que de la souffrance, je poussai une sorte de cri aigu et étrange. Je ne savais même pas que je pouvais produire ce genre de son... Ce n'était même pas humain. Mais dans l'immédiat j'avais d'autres préoccupations que le bruit que faisaient mes gémissements de douleur.

J'envoyai un grand coup d'épée vers le robot, qui se retrouva tranché en deux. Net et efficace. Paf. D'un seul coup. J'avais putain de mal, mais là, je n'en revenais pas. Cette arme avait tranché des plaques de métal comme du beurre. Qu'est-ce-que c'était que ce machin ? Pas le temps d'y penser. Il y avait du bruit derrière moi, peut-être d'autres de ces saletés de grosses machines... ou pire encore, des arachnides. Je grimpai à un mur, utilisant ma seule aile disponible, et me retrouvai sur un toit. Depuis cet endroit, je pouvais voir Jub', ainsi que le robot : j'étais quasiment derrière lui et il ne semblait pas me voir.

Mon aile brisée pendait lamentablement et traînait pas terre, me faisant un mal de chien. Je n'avais pas énormément de choix... Si je voulais escalader cette machine géante, il fallait la remplacer. Je respirai donc plusieurs fois un grand coup, avant d'utiliser l'épée pour trancher l'aile d'un grand coup sec, ce qui me fit à nouveau échapper un cri de douleur. Cette saloperie me faisait tellement mal que je tremblais de tous mes membres, à deux doigts de tomber par terre, et me forçant à m'appuyer à un mur. D'un autre côté, c'était bien fait pour ma tronche : ça m'apprendrait à être plus vigilante et à ne pas foncer dans une ruelle sombre, étroite et sinistre sans faire gaffe.
Mais je ne pouvais pas rester là à glander. Fermant les yeux, je me concentrai un moment, faisant sortir une nouvelle aile à partir du moignon de l'ancienne. Ce n'était pas l'idéal, mais ça devrait bien faire l'affaire en attendant que la simulation soit terminée...

Bon. Pause terminée. Trois arachnides venaient de finir leur escalade et venaient me rendre visite sur ce toit, sauf que je n'avais pas le temps de m'occuper d'eux. J'utilisai donc mes ailes, l'ancienne et la nouvelle donc, pour bondir vers le sol et courir rapidement vers l'arrière du pied droit de ma cible : une espèce de supermachine géante format Empire State Building. Il fallait que je termine aussi rapidement que possible car je savais que j'arrivais au bout de mes forces, et que chaque seconde passée à traîner augmentait les chances que je ne réussisse pas à désactiver ces saloperies de câbles.

Et d'ailleurs, tiens, justement....

Où étais-je censée couper, au juste...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubilation Lee
X-Men Alpha
avatar

Messages : 2056
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Réunion au sommet. 'fin... en sous-sol, mais voilà quoi. [Caitlyn]   Dim 22 Sep - 21:37

Je continuais de courir alors que je tendais une main vers le robot. Cette dernière balançait non-stop tout un tas de projectiles plasmiques qui avaient dans un premier temps pour but de saturer son champ de vision en explosant, flashant et faisant un boucan pas possible juste avant de se faire absorber. La seconde était de voir si on ne pouvait pas saturer le système au point qu'il puisse en laisser passer quelques uns, ce qui s'avéra inutile. Les deux autres filles étaient parties de leurs côtés faire leurs affaires. Le géant commença à me prendre pour cible, se dirigeant vers moi. Au début il tourna simplement sa grosse tête dans un grincement sourd, ses yeux rouges s'abaissèrent vers ma tronche et je me sentais observée et scannée comme dans les simulations d'attaques de robots géants ou de mandroïdes du BAM. Il fallait que je garde un œil sur Kaya et que je ne reste pas à plus de cinq cent mètres pour pouvoir la couvrir en cas de pépin. Elle pénétra alors dans une ruelle ce qui m'empêcha de garder un contact visuel mais déjà, Caitlyn alertait sur les dangers approchant.

« Arrête-voir deux seconde de monopoliser le canal radio naine rousse ! Kaya, ne pénètre pas trop dans des endroits sombres... hum, je veux dire... vas pas trop là où je peux pas te couvrir, tu risques de te faire prendre dans des embu...Kaya ? »

Elle criait fort, un cri à la limite du strident qui satura presque le micro. Je fis une grimace .

« Et souffre en silence ! »

Danger veillait sur la sécurité et, bien que ce ne soit pas dit à cette pauvre petite paillasse, il y avait pas de risque de mourir ici ni d'être blessé au point d'avoir des incapacités à vie ou autre joyeuseté. Par contre, se péter des bras, des jambes, des ongles, saigner ou se faire trancher superficiellement le bide ou point que ça pique sévère, oui. Du moins, c'est ce à quoi on avait convenu avec Caitlyn mais vu son niveau de sadisme et sa volonté à sauver la planète, ça m’étonnerait pas qu'elle ait retirée cette option en « zappant une virgule » et qu'elle veuille se mettre en quête de sauver le soldat Kaya pour qu'elle l'adule, lui doive sa vie et se prosterne devant toutes les représentations de son héroïne qui en a trop prit.

Derrière moi, les petites bestioles et les moyennes commençaient à arriver et malgré tout il fallait que je me concentre sur pas mal de chose. La première c'était Kaya que je retrouvais visuellement sur un toit d'immeuble en train de se couper les ailes. Ma foi, si ça lui faisait plaisir c'était elle qui voyait par contre les cris c'était pas nécessaire.

« T'es maso en fait c'est ça ? Tu vas adorer les tenues latex des X-men alors... »

La deuxième était le robot géant qui allait, dans quelques minutes, être à porté de me frapper de son pied ou de l'un de ses bras. Il fallait que je crois en Caitlyn qui était chargée de lui bousiller son système de reconnaissance et ses yeux ce qui handicaperait dans ses mouvements, l'immobiliserait peut-être sans informations visuelles exploitables et m'éviterait d'avoir à esquiver ou contrer ses coups aussi violent qu'une baraque qui vous tombe sur la gueule. Oui, je pouvais les contrer, mais cela abîmerait ma combinaison alors on allait éviter.

« Tu me dis si tu veux que je te recharge les piles, Cait... Je te trouve bien lente pour pulvériser ses yeux ! »

La troisième chose c'était les assaillants de pacotille qu'il fallait que je neutralise rapidement. Ma main libre généra une bonne centaine de plasmoïdes qui vinrent petit à petit frapper les assaillants à divers endroit pour exploser, brûler, repousser, aveugler et électrifier les cibles. Trois araignées étaient out et deux gros gras également. Une fois cela fait, je pointais un pistolet fait avec mes doigts vers Kaya pour m'aider à viser les quelques araignées qui commençaient à la rattraper pour leur tirer dessus. Une boule de plasma, petite mais concentrée, se formait au bout de mon index tendu et partatt à plus de cent cinquante kilomètres heures pour aller exploser le crâne des bestioles.

« Les fils énergétiques qui absorbent les attaques semblent se raccorder dans le dos, peut-être au niveau des omoplates je suis pas bien sûre. Cait, t'as un meilleur visuel ? »

Derrière moi, un robot lança son bras gauche en direction de mon visage. Par reflex, je lançai moi aussi mon poing contre le siens. Il était nettement plus fort et c'est pour cette raison que ma main s'entoura rapidement de plasma qui, au contact, explosa et propulsa la carcasse calcinée quelques mètres plus loin. Mon rythme cardiaque avait augmenté et mes efforts au niveau de mes pouvoirs n'étaient pas des moindres. Naturellement, j’arrêtais alors de respirer par le nez pour inspirer et expirer avec la bouche. C'est ça l’endurance, les enfants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Réunion au sommet. 'fin... en sous-sol, mais voilà quoi. [Caitlyn]   Lun 23 Sep - 9:24


Chut ! Le dites pas trop  fort mais ce genre de situation m’excite grave ! Ça m’excite au point que je sais d’avance ce que je ferais en sortant d’ici, directement chopper Amy pour un tête à tête endiablé, ça je peux le promettre. Le danger, cette pression, cette sensation violente de vie et de mise en danger. Un ultime reliquat de bestialité que seuls ceux qui ont vécu de la sorte peuvent comprendre, un besoin qui coule dans mes veines et trouve son expression dans la plus simple façon qui puisse être : la violence. Nous sommes peu à fonctionner à l’instinct, peu à combattre ainsi. C’est une chose que je partage que rarement et avec des personnes qui ne me jugerons pas. Rachel le peut, elle connait cette limite entre le contrôle et cette fameuse bestialité, cette limite qu’il m’est si simple de franchir.

Cette machine n’est rien, elle si simple à fracasser alors que je déchaine ma ZPCE pour l’électrocuter et que je foudroie la première se jetant sur moi. Le désir de me jeter sur la troisième pour la fracasser à même le mur m’étreint un cout instant mais je n’ai pas le droit de perdre mon temps, à peine le temps d’entendre le hurlement de Kaya dans le communicateur.

- Wooo ? Kaya ? Jub qu’est-ce qu’elle a c’te conne ?

Un troll pour toute réponse, de toute façon je savais que Jubilée était sur le terrain et combien ma confiance était complète et absolu en elle pour faire ce qui devait être fait en cas de problème. Je pulvérisais d’un éclair porté à bout portant le troisième convive et m’en servit comme d’un marchepied pour sauter sur la corniche pour atteindre les restes du toit.

« Tu me dis si tu veux que je te recharge les piles, Cait... Je te trouve bien lente pour pulvériser ses yeux ! »
- J’y travaille, bordel ! Tu vois le festival d’éclairs sur la droite, tu crois qu’fais quoi ? Un feu d’artifice en guise de soutien moral ?

Enfin, j’avais un visuel ! Agenouillée sur les débris du toit, je voyais clairement la gigantesque carcasse du robot se mouvoir pour frapper d’un coup de poing violent Jubilée qui le contrat par un coup analogue, lui renvoyant le poing écrasé en arrière dans une gerbe d’étincelles et de flamme. Captain était un monstre de puissance, un coup pareil m’aurait transformé en Pins Sherraf à coup sûr, mais elle, elle se la jouait badass powa avec le coup qui tue. Ce qui eut pour effet de me faire comprendre que, certes, j’arrivais parfois à lui mettre sa pâté en combat sans pouvoir mais avec, c’était vraiment un cran au-dessus. Je restais interdite, un court instant, franchement impressionnée et la voix de la Naine Jaune me fit réagir.

« Les fils énergétiques qui absorbent les attaques semblent se raccorder dans le dos, peut-être au niveau des omoplates je suis pas bien sûre. Cait, t'as un meilleur visuel ? »

- Euh, j’hésite…vu comme t’es parti tu peux le finir toute seule, non ? Dans le dos…d’après ce que je vois oui…Mais…Attends.

Bloquant ma respiration, je lui balançais une salve de foudre pour lui taper dans l’épaule afin qu’il se tourne vers moi pour s’aviser de ma présence, ce qu’il fit dans un grincement métallique sinistre.

- C’est ça….T’as d’beaux yeux tu sais…


J’allais dégainer pour le shooter quand devant moi le sol bétonné explosa littéralement pour laisser apparaitre deux nouveaux Droids de combats me bouchant littéralement le passage et la vue entre Big Daddy et moi.

- Oh…shiiiiit..

Plus d’angle de tir et un timing qui urgeait comme un matin de gastro. Pas le temps de réfléchir plus que ça. Et merde. On fonça dans le tas !! Chargeant la ZPCE au maximum pour la déployer, je leur sautais dessus en mode Kamikaze en les sauçant violement. Le contact fut rude avec les deux mais la charge les mena au bord du vide comme prévu. Pas prévu par contre, la main ouverte de Big Daddy qui visait à m’écraser pour une soirée crêpe en bonne et due forme. L’arme à la main, toujours au contact des droids j’agitais mon colt alors qu’il labourait les restes de l’immeuble m’envoyant gentiment jouer au deltaplane. Tout en chutant, j’ajustais et je déchargeais le tir faisant mouche dans l’œil droit du premier coup et y mettant plus d’acharnement dans le gauche.
A peine le temps dans la chute de me dire que j’avais tout de même la classe américaine pour parvenir à réussir ce qui avait tout de l’exploit d’anthologie en plein vol plané que le sol se rappela à son bon souvenir dans un fracassage en règle alors que je voyais dans mon champ de vision le titan reculer anarchiquement, de la fumée se dégageant de ses orbites détruites.

- ..Urggh..

Et c’est à ce moment que le bâtiment entier et les droids me tombèrent sur la tronche en un éboulement magistral.

- Eh  Mééér…………. ( fin de transmission)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaya Spencer
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 482
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Re: Réunion au sommet. 'fin... en sous-sol, mais voilà quoi. [Caitlyn]   Lun 23 Sep - 11:29

- Wooo ? Kaya ? Jub qu’est-ce qu’elle a c’te conne ?

« Rien, un des gros robots m'a pété une aile... » répondis-je, essoufflée, sans cesser de courir. « C'est bon, j'l'ai coupée et j'en ai fait pousser une neuve... »

Comme quoi, moi qui me sentais 100% à l'aise face à ces machines lentes et maladroites, c'était une leçon à retenir... Même les adversaires ayant l'air les plus inoffensifs peuvent devenir un danger... Toujours vigilante. Enfin pour le moment, je me rapprochais du pied du robot géant, qui envoya un grand coup de poing vers Jub'. Celle-ci le repoussa l'air de rien, d'un coup magistral plein d'effets spéciaux. Bordel... J'étais pas prête de pouvoir faire ça un jour. Clairement, face à ce genre de trucs, je servais à rien de chez rien...
Mais je n'avais pas trop le temps de penser à ça pour le moment. J'étais à une centaine de mètres du pied et je me rapprochais rapidement, utilisant mes ailes et mes jambes à la fois pour me propulser aussi rapidement que possible dans une course effrénée.

Ne se laissant pas perturber, le géant d'acier se tourna vers une salve de foudre qui lui avait été envoyée dessus. Je levai brièvement le nez pour voir qu'il s'agissait, à priori, de Caitlyn, sur un gros immeuble. Je me focalisai de nouveau sur le talon de cette espèce de saleté de métal. Grimper, les omoplates vu que c'était là-bas que ça se passait. Même en utilisant les ailes, ça ne serait pas simple de monter aussi haut. Alors que j'arrivais enfin près du pied de la machine, j'entendis la rousse faire "Oh shiiiit", et je levai de nouveau la tête pour voir ce qu'il se passait... Pour apercevoir une immense main d'acier qui s'abattait sur l'immeuble, alors que la rousse criait et... fin de transmission. Le robot, lui, semblait avoir pris des dégâts au niveau des deux yeux.

« Cait' !? CAIT' !??! »

Je sentais quelque chose de bizarre... Pas de l'énervement. Enfin, si de l'énervement, mais là je parlais d'autre chose... Cette même sensation que j'avais quand je méditais : comme une sorte d'organisme parasite, et pourtant familier à la fois, qui grouillait sous ma peau et qui se déplaçait. Sans même y penser, je sortis les griffes ainsi que des pointes au niveau de mes genoux. En fait... J'agissais de manière quasiment réflexe. J'avais l'impression... De "donner les grandes lignes" à mon corps, mais qu'il faisait le reste par lui-même.

Ce n'était pas du pilotage automatique, non plus. Je parlais d'énervement... Mais en fait, c'était une sorte d'état de rage très modérément contrôlée (quasiment pas en fait). Je poussai d'ailleurs une sorte de grognement, encore une fois assez peu humain, avant de faire un bond sur la jambe de la créature de métal coupable. Mon ascension démarra alors, utilisant à la fois les ailes et les griffes pour prendre des appuis dans le métal. Il me fallut un peu moins d'une minute pour arriver au niveau de sa cuisse, et ce fut à ce moment-là que l'espèce de truc métallique se rendit compte que quelque chose était anormal... Elle baissa les yeux (alors qu'il n'étaient plus là), en direction d'une espèce de petite humaine ailée qui lui montait dessus... Poursuivie par cinq arachnides. Le réflexe ne se fit pas attendre.

Malgré sa cécité, la machine devait avoir des sortes de capteurs ou autre connerie... Elle envoya donc un coup vers moi, et... encore une fois, ce fut un réflexe : au lieu de l'esquiver, je sautai vers la main pour m'accrocher au dos de celle-ci. Le coup fut rude et écrasa les arachnides qui me couraient après, alors que le géant de métal remontait le bras. Son coup n'avait pas été très précis, probablement parce que les capteurs ne donnaient pas des informations aussi complètes que ses deux capteurs oculaires maintenant détruits. Je n'allais pas me plaindre, de toutes façons.

En attendant, le fait qu'il remonte son bras faisait un parfait ascenseur. J'avais un très bon point de vue sur les lieux, et je pouvais apercevoir l'immeuble écroulé, ainsi que Jub qui était en contrebas. Pour ma part, je devais avoir un look très post-modern-techno, ou quelque chose du genre : des filaments violets étaient sortis de mes plaies pour s'étendre un peu partout, mes cheveux étaient un mélange entre des mèches désordonnées et des pointes, et j'avais une épée en main. Pour le côté chevalier de la table ronde, tu vois.

Je n'avais pas le temps d'approfondir le look de toutes façons. La machine envoya un coup de son autre main vers moi, je fus donc forcée de sauter vers le torse du robot, m'y accrochant comme je pouvais avec les ailes et ma main disponible. Sans chercher plus loin, j'escaladai la dizaine de mètres restants pour parvenir à son épaule, et observai le dos...
Il y avait bien des sortes de gros câbles qui se croisaient en haut du dos, au niveau du milieu. Entre les gros cogneurs qui avaient leur point faible dans le dos et celui-ci qui avait le même genre de point faible au même endroit... Ces machins étaient super mal conçus, je n'avais pas de félicitations à donner à l'ingénieur. La question était "comment descendre" ?

Pas le temps, encore une fois. C'était dingue, le nombre fois où je m'étais dite "pas le temps"... Dans ce genre de situation, y'avait JAMAIS le temps de rien ! Cette fois-ci, je n'avais pas le temps parce qu'eennnnncore une fois, l'adversaire de 30 étages de haut envoya un autre coup pour se débarrasser de moi. Je courus donc au niveau du milieu du dos... Et je sautai. Face au métal, je plantai l'épée dans les plaques de protection, et je sautai. Comme prévu, la lame trancha le blindage comme du beurre et je me mis donc à tomber tout en éventrant (en édossant ? Enfin je l'ouvrais en deux par l'arrière, quoi) le géant métallique. Et pendant ma chute, je tranchai net le couplage de câbles qui se rejoignait et qui, à priori, protégeait la machine des pouvoirs de Jub'.

Maintenant, il fallait arrêter de tomber... Je plantai donc les branches de mes ailes dans le métal, ce qui produisit un son absolument infâme de raclement métallique, comme un train qui freine d'un coup, et après cinq ou six mètres je finis par m'arrêter. J'étais au niveau du bas du dos, maintenant. Et pour descendre... huh. Si je me laissais tomber, ailes ou pas ailes, je m'éclaterais par terre. Pas un bon projet.
Le problème, c'est qu'après ce moment de rage intense qui m'avait plus ou moins tout fait oublier, le monde réel se rappela à mon bon souvenir... J'avais des bleus partout, j'étais essoufflée, j'avais des plaies ouvertes sur le côté droit dont sortaient des dizaines de filaments violets qui étaient allés se mêler à ma peau, Cait' s'était faite écrabouiller, ...

Chaque mouvement me demandait un effort surréaliste, et je n'avais aucune idée de comment je descendrais de ce putain de robot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubilation Lee
X-Men Alpha
avatar

Messages : 2056
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Réunion au sommet. 'fin... en sous-sol, mais voilà quoi. [Caitlyn]   Dim 29 Sep - 9:18

Elle en manquait pas une celle-là, toujours à vouloir se la péter en faisant le show sous les décombres. C'est pas possible d'être aussi maladroite, avec ses conneries je devais me démerder seule maintenant et la paillasse qui nous servait d'élève s'était mis en tête de se la jouer singe pendu aux branches à plus de dix mètres du sol.

« Concentre-toi sur ton objectif. Tu ne seras d'aucune aide à Caitlyn si tu te ramasses la gueule en bas. Déplace-toi vers les jambes du robot et essaye de descendre comme tu l'as fais juste avant. J'arrête de te couvrir, je me déplace vers Cait'. »

Des robots me barraient le chemin mais ce n'était pas comme si cela pouvait me ralentir significativement. Cait était assez loin, de l'autre côté de la salle, sous des décombres alors que Kaya était pendue aux fesses du robot géant après avoir désactivé magnifiquement son bouclier absorbant. Je pouvais le détruire donc, d'un seul coup, cependant je n'allais pas le faire tant que Kaya ne serait pas en sécurité car l'explosion ajouté à la chute de la grosse masse métallique pouvait la tuer une bonne centaine de fois.

On abandonne pas ses camarades, c'est aussi quelque chose qu'il fallait montrer à la jeunette et c'est pour ça que je ne pourrais pas savourer plus longtemps une Caitlyn muette. Des droides et des robots de phase deux se dressaient devant moi alors que je sautais de mon toit, plusieurs mètres en hauteur. Je ne pourrais pas encaisser la chute avec mes seule jambes mais ces droïdes me serviront de matelas. Mes poings s’enflammèrent et crépitèrent alors que je frappais les deux êtres métallique dans une explosion qui écrasa les débris et les carcasses en un cratère analogue à celui qui avait été fait à Salem. C'est plus facile quand on pèse moins de cinquante kilos de ne pas se tordre une cheville en se réceptionnant. Ça l'est encore plus lorsque le sol devient un peu plus plat et qu'on a la possibilité de faire une roulade à travers des flammes que l'on ne ressent pas pour amortir le tout. Une épaisse fumée de poussière s'élevait alors que j'en ressortais en courant vers l'endroit du crash d'Air-Cait.

« Kaya ? T'en est où ? »

Je lançais des rafales tout en sautant à travers les débris pour me rapprocher de mon amie et ma collègue X-women.

« Si tu te grouilles pas je vais pas t'attendre pour dézinguer le grand monsieur. »

Enfin j'arrivais vers les décombres qui étaient plutôt infestés d'ennemis. Il fallait que je fasse vite si je voulais sortir Cait sans me faire encercler. Je ne voulais pas tirer des rafales trop puissantes sans avoir localisé Caitlyn avant.

« Cait ? Si tu m'entends réponds moi. »

Je soulevais des décombres, désintégrant des briques et des morceaux d'immeubles avant d’apercevoir des morceaux de chevelure rousse et de continuer à déblayer pour la sortir de là.

« Ça va ? Rien de cassé ? »

Je l'aidait à se relever, la touchant bien qu'elle n'aime pas cela et la prenant sous les bras pour voir si elle pouvait tenir sur ses jambes. Autour de nous une bonne dizaine de droïdes et d'araignées métalliques nous attendaient.

« Ça n'en fini jamais avec tes simulations hein... »

Je commençais à créer des plasmoïdes autour de moi pour leur tirer dessus. C'était plutôt efficace, leurs têtes explosaient et je pouvais contourner leurs défenses pour frapper les droïdes dans le dos afin de désintégrer plus ou moins leurs système électrique visible qui formaient leur point faible le plus flagrant. Malgré tout et très vite, deux araignées se ruèrent sur moi grâce à leur vitesse et, bien qu'esquivant leurs griffe, l'une d'elle me trancha la cuisse assez profondément ce qui me mit à genou dans un grognement avant que je ne l'explose à bout portant.
C'était une de mes principales faiblesse. J'étais fragile, beaucoup trop fragile. Et même si mes attaques étaient puissante et mes techniques au corps à corps également, une balle, une lame et c'en était fini de ma vie. Il fallait que je suis plus vigilante à l'avenir.

« Il est temps d'en finir les filles. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Réunion au sommet. 'fin... en sous-sol, mais voilà quoi. [Caitlyn]   Dim 29 Sep - 12:06



Elle laissa glisser la bretelle de sa nuisette pour dégager la blancheur de sa poitrine tout en se lovant devant elle, le corps à présent nu ondulant comme un serpent, remontant à pas de loup le lit vers ses jambes en y posant une caresse appuyée remontant de la cheville vers la cuisse. Oh mon dieu qu’elle me chauffait à blanc ma petite Amy quand elle se faisait aussi rentre dedans. Elle se lova contre mes cuisses tout en s’étirant comme un chat avec un sourire appuyé.

- C’est un chouette cadeau d’anniv, non Ma Cati ?
- Ah vi vi vi !
- J’ai une autre surprise pour toi….
- Ah vi vi vi ?

La porte de la chambre s’ouvrit en grand laissant deux formes féminines se découper dans l’encadrement. La première avança sur le lit par la droite, entièrement nue tout en lui adressant un sourire coquin, la seconde à la physionomie plus sportive et l’allure plus petite passa sur la gauche, en tenue d’Eve et commença à escalader le lit. Le sourire de Caitlyn se changea de la surprise en la stupéfaction en un O muet sur ses lèvres : Kaya et Jubilée dont les mains aidées par celles d’Amy se faisaient très entreprenantes. Alors que Kaya s’intéressait à sa poitrine et que sa compagne s’occupait de son intimité, Jubilé s’installa sur son ventre, la chevauchant et plantant un regard chargé de perversité dans le sien, jusqu’à ce que ses lèvres s’entrouvrent pour murmurer.

« Ça va ? Rien de cassé ? »

Cait balbutia tout en ouvrant les yeux.

- C’est…c’est nouveau pour moi, me brusquez pas , soyez tendre!

Reconnaissant Jubilée, plus habillée que prévu, elle s’empourpra violemment en essayant de bouger.

- Heu…heu…Oui..Ah ah ! ca va ! hein ! Juste un étourdissement, ca y est c’est fini ?


Ah bah ça hein, le danger va de pair avec l’excitation et parfois, l’inconscient faudrait voir à la laisser dormir, mais genre vraiment profond. Elle se laissa aider pour se relever, constatant que sa tête saignait abondamment en une plais ouverte  sur le côté gauche du crâne. Elle croisa le regard de jub et indiqua d’un mouvement de la main que tout était sous contrôle.

« Ça n'en fini jamais avec tes simulations hein... »

Elle se redressa pour chercher du regard ou en était le Titan pour répondre d’une voix absente.

- On voulait la tester sur terrain, non ? On est des X Men, pas des tarlouzes, c’est elle qui a les clés pour arrêter ça, moi j’en suis que l’architecte.

Elle avisa le cercle d’araignées se rapprochant avec un petit rictus.

- Ouuu…J’en frissonne.

Et l’attaque commença. Jub faisait le plus gros et Fuzzy se contentait  de démolir les secondes vagues à coup d’éclairs pour les empêcher de former un second assaut.  Elle poussa un cri de colère lorsqu’elle s’aperçu l’un d’eux blesser Jubilée.

- F…Fais attention ! Crétine ! T’es pas en titane !
- « Il est temps d'en finir les filles. »

Son expression se fit plus sérieuse.

- Ok, reste à mes côtés et pêtes le robot, je me charge de démolir ces cons. Kaya ! Il est temps de descendre, y’a plus de monnaie pour faire marcher le cheval à bascule !

La ZPCE se mit à vibrer avec une intensité nouvelle et alors que la Rousse posait le bras sur sa camarade, le halo vint couvrir la Naine Jaune pour les envelopper tous les deux. L’intensité de la charge ne cessait d’augmenter de seconde en seconde, le but était simple : une impulsion électrique circulaire et dévastatrice qui allait pulvériser tout sur son passage alors que Jubilée se concentrerait sur le Titan.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaya Spencer
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 482
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Re: Réunion au sommet. 'fin... en sous-sol, mais voilà quoi. [Caitlyn]   Dim 29 Sep - 12:50

Bon. J'étais là, pendue par les ailes aux fesses du robot, et j'attendais... J'avais les muscles en coton. J'avais beau tenter de faire des mouvements, il ne se passait pas grand chose de convaincant. En fait, ce qu'il me restait d'énergie était principalement consacré à garder l'épée en main histoire de ne pas la perdre, vu que ce n'était pas la mienne. Dingue, hein, les trucs crétins auxquels on pense dans ces situations ? Pas au robot géant, pas au fait qu'il allait se faire exploser et moi avec, ni rien. Non je pensais au fait que je ne devais pas laisser tomber l'épée par terre, parce qu'elle ne m'appartenait pas et il fallait que je la rende. Va comprendre.
Jub m'apostrophait parce qu'elle voulait descendre le gros, et il fallait que je redescende. Ouais, 'fin... A part me lâcher et tomber par terre, je voyais mal comment parvenir à descendre vu que même mes ailes ne répondaient plus à mes ordres. Et franchement, à cette distance, j'allais m'éclater par terre, autant le dire...

« J'vais m'démerder... Vas-y, déglingue-le on s'en fout que je sois encore là. »

On n'allait pas perdre 1 heure tout ça parce que je n'avais aucune endurance, si ? Peut-être que la chute de la machine me donnerait, je savais pas trop, un boost d'adrénaline ou quelque chose du genre qui me permettrait de me déplacer normalement à nouveau... J'improviserais, quoi.
Puis soudainement, j'entendis un message des plus... Bizarres.

- C’est…c’est nouveau pour moi, me brusquez pas , soyez tendre!

Je fronçai les sourcils, avant de lâcher d'un coup :

« ... mais... MAIS T'ES PAS MORTE ESPÈCE DE CONNASSE !? »

P'T'AIN QUOI ! Me foutre une trouille pareille, tout ça pour sortir des grosses conneries une fois sortie !? "Me brusquez pas, soyez tendres" ? Mais j'allais carrément pas être tendre quand je serais redescendue pour lui botter les fesses, ça, c'est sûr !
Je laissai donc entendre, encore une fois, une espèce de grognement bizarre et guttural, avant de commencer mon escalade. 'fin non, l'inverse de l'escalade. La descalade ? La descente, mais bon je savais pas trop comment dire... C'était pas pile le bon mot. Escalader entraîne de s'accrocher à des prises, des aspérités, et tout. Le mot "descente" n'implique pas de le faire, tu peux faire une descente sur une petite colline, pépère, ou une descente de lit, ou une descente d'organes. Bon les deux derniers c'est pas pareil, mais au niveau sémantique, le fait est qu... MAIS POURQUOI JE PENSE A ÇA MOI !??!

Bon ben hop, je décidai de faire ce que je faisais de mieux : improviser et agir sans réfléchir une seconde aux conséquences. Le fait que la rousse soit en vie m'avait redonné une sorte de petite réserve d'énergie, et je m'en servis pour tirer sur les deux ailes, me détachant des fesses du robot et bondissant vers la jambe. Je m'écrasai contre celle-ci de façon assez ridicule, mais parvins à me rattraper avec les pointes que j'avais dans les genoux et les griffes de ma main libre. Néanmoins, je m'étais accrochée à un moteur... Ainsi, lorsque la jambe bougea, je me retrouvai décrochée et chutai encore comme une conne, me rattrapant avec une aile, puis retombant, m'agrippant avec les griffes, retombant encore, ... et après quelques secondes, je finis par m'étaler par terre d'une manière plutôt lamentable.

« J'vais avoir des bleus pendant 1 an avec vos conneries... » grommelai-je en me relevant maladroitement.

Et justement, je me relevai pour apercevoir... du public. Métallique. Des arachnides et des gros robots cogneurs.

« Nan c'est pas sérieux ça. »

Il y en avait trop, je devais foutre le camp et rapidement. Jub' allait bientôt abattre le géant de métal, qui tomberait donc en arrière, c'est-à-dire en plein sur moi. Sans trop chercher, je me mis donc à courir vers le côté histoire de me réfugier dans les ruelles par lesquelles j'étais arrivée, en espérant que je ne me ferais pas submerger par ces saloperies de robots arachnides à griffes géantes... Je courais nettement moins vite qu'auparavant, mais au moins j'arrivais à semer les cogneurs. Par contre les bondissants continuaient de me courser sans répit, je détestais ces enfoirés. Ils ne voulaient vraiment pas me lâcher la grappe et je n'avais aucun moyen de m'en débarrasser...

« Allez-y descendez-le, c'est pas le gentil géant de fer ce truc ! »

Il fallait vraiment terminer. J'avais mal partout et il se passait des choses bizarres... Les filaments qui étaient sortis de mes plaies s'étaient étendus, et je sentais une odeur étrange de sang. Par dessus le marché, une sorte de liquide violet coulait de ma peau et j'avais la nausée, rien de très engageant. Clairement, mon potentiel de sexyness devait être à son maximum, là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubilation Lee
X-Men Alpha
avatar

Messages : 2056
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Réunion au sommet. 'fin... en sous-sol, mais voilà quoi. [Caitlyn]   Sam 5 Oct - 9:07

A genou, une main sur la cuisse, j'étais entourée des éclairs de Caitlyn qui se chargeait de me couvrir pendant que j'avais la charge de m'occuper du robot géant. Kaya était parvenue tant bien que mal à descendre mais elle n'était plus visible par nous deux et pouvait encore se faire prendre dans de vilaines embuscades. De plus, je sentais bien qu'elle était plus qu'exténuée et que, même avec mon épée, elle n'aurait plus la force de résister à des assauts comme Caitlyn pouvait actuellement faire même après avoir été ensevelie sous les décombres. Elle avait dit des choses pas très compréhensible sans connaître le contexte que seul son cerveau peut créer et imaginer lorsque je l'avais sortie de là. Soyez tendre hein ? J'avais même pas envie d'en savoir plus pour m'être déjà faite avoir dans des explications qui vous laisse sur le cul. Et en l’occurrence, sur le cul, j'y étais presque, ma cuisse saignait un peu trop à mon goût pour un entraînement en sale des dangers qui devait être simple et servir de démonstration à la petite Kaya.

À l'aide de mon pouvoir je m'arrache une manche en molécule instable de ma combinaison pour la passer autour de ma cuisse. Je relève les yeux sur le géant qui n'a plus son bouclier absorbant mais se dirige vers nous. Il va frapper, il est lent mais puissant et il va frapper en notre direction. Je me concentre alors sur son torse, large, métallique. Il faut que j'arrive à créer un trou assez grand pour y lancer mon projectile et qu'il implose à l'intérieur du monstre. Sans cela, je serais contrainte d'augmenter la puissance de mon attaque pour que ça le détruise en le frappant de face et je sais que Danger n'aime pas trop que je pousse trop, ses voyants se mettent rapidement au rouge. Tendant une main vers le robot, je commence à désintégrer ses plaques métalliques entre ce qui doit être la représentation de ses pectoraux. Le métal s'effrite, se désintègre, et créer un tunnel à travers les fils et les articulations d'acier. À son échelle ce n'est rien de bien gros, un petit trou dans lequel je pourrais seulement passer en rampant. Mais cela sera suffisant pour que j'y mette ma grenade maison.

De mon autre main je concentre mon plasma pour en former une petite boule rouge crépitante que je balance à grande vitesse en contrôlant la trajectoire dans l'orifice désintégré. Au même moment le robot lève la jambe pour écraser Cait et moi-même. J'ai bien eu envie de placer une connerie du genre : « Il ne le sait pas encore, mais il est déjà mort », mais Cait m'en aurait voulu de m'accaparer toute la classe. Une fois en place, la boule se dilate et explose en une fraction de seconde dans des flammes rougeoyantes et une gigantesque onde de choc qui désintégra tout le corps du robot, le pulvérisant de l'intérieur. La puissance éblouissante fut rapidement suivit par le souffle qui déstabilisa la plupart des petits robots à ses pieds. Le torse disparu alors en multitude de petits morceaux de métal carbonisés il ne restait plus que les membres et la tête. Cette dernière retomba pas très loin des arcs électriques que Caitlyn maintenait, les yeux rouges explosés par quelques balles bien placés nous observant. Les jambes, tombèrent en arrière dans un fracas presque aussi fort que l'explosion elle-même. Les mains et ce qui restait des bras, allèrent s'écraser au sol.

« Kaya, rejoins nous. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaya Spencer
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 482
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Re: Réunion au sommet. 'fin... en sous-sol, mais voilà quoi. [Caitlyn]   Sam 5 Oct - 13:11

Je courais. A priori vers Jub' et Cait', mais ce n'était pas non plus 100% certain... Je courais, histoire de foutre le camp. Il y avait encore des arachnides, enfin... c'était pas des arachnides mais j'allais les appeler comme ça parce que, ben, parce que... parce que merde, tiens. Donc il y avait des arachnides à mes trousses, continuant de courir par petits bonds successifs et avec la ferme intention de me chopper. Pour le moment, je courais trop vite pour eux. Combien de temps cela durerait-il, après, ça restait à voir... Si l'un de ces enfoirés parvenait à rentrer ses lames dans ma tronche, c'était juste game over, merci d'être passée.

Et d'un coup, BOUM ! Une explosion extrêmement violente me coupa le souffle et m'assourdit à moitié. Des morceaux de métal volaient dans tous les sens, et autant dire que ce fut un miracle que je n'en prenne pas un en pleine tête. Relevant la tête après le moment de surprise, je pus voir les restes du robot géant tomber au sol de manière assez lamentable... Bon, au moins ça faisait un danger de moins. Mais les petits robots tranchants n'eurent pas besoin de longtemps pour revenir à eux : après moins de deux secondes, ils se mirent, à nouveau, à me courser.

« MAIS P'T'AIN VOUS SAOULEZ, VOUS ! » lançai-je d'un air grognon avant de me remettre à courir.

Alors que j'approchais d'un angle, j'entendis Jub' me dire de la rejoindre. Ouais, c'était ce que je tentais de faire... Mais pour le moment, ce n'était pas gagné.
Je tournai à l'angle de la petite ruelle, apercevant enfin Caitlyn et Jubilee qui étaient là. Puis j'aperçus aussi un de ces gros robots de merde... Il faisait la largeur de la rue, et je n'avais pas la place pour sauter. M'arrêtant sur le coup de la surprise, je laissai échapper une sorte de cri bizarroïde. C'était la merde. Devant un gros bourrin, derrière une nuée de petits emmerdeurs qui arriveraient d'ici quelques secondes dans mon dos... Oh puis hein. Je fronçai les sourcils et me mis à foncer vers la grosse machine de combat en laissant à nouveau entendre un grognement étrange.

Le robot de combat m'ayant vu venir, il se prépara à foutre un coup de poing... Et moi aussi. Je savais bien que j'avais de fortes chances de me faire éclater le plexus ou quelque chose du genre, mais j'en avais juste marre. J'étais en mode "le cerveau de votre correspondant est indisponible, veuillez retenter ultérieurement". Je voulais foutre un pain dans la tronche de ce machin métallique qui me pourrissait la vie.

Il frappa le premier, en plein ventre... mais ça ne m'arrêta pourtant pas. Moins d'une demi-seconde après, ce fut mon propre coup qui atteint le robot, et... autant dire que l'effet fut assez étonnant. Il fut éjecté, tout simplement. L'assemblage d'acier fut projeté en arrière d'un seul coup et partit rouler au sol de manière assez lamentable sur trois ou quatre bons mètres, à quelques pas de la rousse aux seins plats, et de la naine jaune.
Je n'avais même pas mal au ventre. Va piger. Peut-être que c'était à cause de mon alimentation saine, faite à 50% de viande, 25% de sucre et 25% de lait ? J'avais moyen de faire fortune, sur internet, avec ça. Il fallait que je fasse une vidéo youtube dessus.

Je sortis en tout cas de la ruelle, et les deux jeunes femmes purent donc m'apercevoir... Dans un état douteux. J'étais parcourue de filaments violets, notamment sur le visage, j'avais un mélange de pointes et de cheveux sur la tête, un liquide pourpre foncé coulait de mes ailes ainsi que de mes mains, c'était pas super sexy. Mais bon, eh, je m'en rendais pas compte hein, donc c'était pas ma faute. Et en dépit de mon sex appeal très limité, je fonçai immédiatement vers Caitlyn pour l'attraper dans mes bras.

« P't'ain j'ai cru que t'étais morte bordel...! Refais jamais ça ! » signalai-je, essoufflée.

Se faire attraper par une sorte de nana bizarre avec du liquide dégueu qui coule de partout, c'était sûrement pas ça, qu'elle avait en tête quelques minutes auparavant quand elle parlait d'être tendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Réunion au sommet. 'fin... en sous-sol, mais voilà quoi. [Caitlyn]   Sam 5 Oct - 14:31


Jub’ pouvait être utilisée comme arme de destruction massive même lorsqu’elle ne mettait pas de déodorant. Chacun son taff, c’est ça la puissance intellectuelle sur le terrain, X Women les enfants ! J’éliminais par vagues de déflagrations électriques, rampants et autre nuisibles et Big Jub se payait son Big Day en vaporisant le Gros Bonhomme. Le robot levait à peine le pied pour un baroud qu’un bref regard à ma co-équipière me permit de comprendre que c’était de toute façon sous contrôle. Je me rapprochais d’elle alors que les pièces du robot continuaient de nous faire du vent et de rendre nos beaux vêtements poussiéreux.
Un bref moment de calme et j’en profite pour m’électrifier les poings et prendre la pause, en mode combat, dos à dos avec Jubilée au milieu de l’apocalypse.

- Souris, crétine. Danger, Photo please.

Voilàààà, ca sera pour mon Facebook et une pour la table de nuit de Jub ou son mur de photos : nous avons la classe, hell yeah. Un pur instant de « se la petage » en forme de récompense et d’autosatisfaction pour nous autres, petites femmes a petites poitrines mais à gros egos !

Alors que Jub’ exhortait Paillasse à se bouger les fesses ( plates), je lâchais un lourd soupire en essuyant le sang séché sur ma tempe et fit craquer ma nuque en grimaçant. Un regard oblique vers le bandage sur la cuisse de ma coéquipière et un haussement d’épaule.

- Ok…J’ai p’tete placé la barre un tantinet trop haut. Mais c’était un échauffement cool non ? Et tu vois comme ça au moins, elle..


Je m’interrompis alors que je vis du coin de l’œil la Padawan débouler encore au loin en trombes d’un amas de débris qui formait autrefois une ruelle et un robot surgir face à elle, d’instinct je chargeais le bras, convaincue que Jubilée était en train de faire un geste analogue et je laissais un râle de contrariété en constatant que l’écervelée fonçait dessus pour le démolir au corps à corps avec une inconscience monstrueuse. Geste basé sur l’instinct mais qui aurait pu lui couter cher, on est une équipe, on se fait confiance en équipe y’a pas de place pour le Héros qui se la joue perso. La leçon de morale suivrait plus tard.

Elle se ruait sur moi, c’te folle ! Et …Oh My God, le look spécial Halloween. Elle ne semblait pas vouloir s’arrêter et l’idée me traversa l’esprit de lui flanquer une baffe dans sa mouille pour la faire stopper sa course. Mais elle m’agrippa comme une couette une nuit de grand froid en me couinant dans l’oreille.

« P't'ain j'ai cru que t'étais morte bordel...! Refais jamais ça !

J’écartais les bras perpendiculairement en grimaçant pour deux raisons : d’abord le contact physique brusque qui me fit littéralement envie de lui gerber dessus et parce qu’elle était purement et simplement dégeulasse de bave, de slime, de jus de…cafard…et qu’elle puait à dix mètres ! Fais chiiiiier mon beau manteau ! Connerie de mutante qui a l’hygiène douteuse et l’odeur d’une petite fille qui se néglige. Mais bon…Cette brusquerie m’appris surtout qu’au fond et malgré son attitude désinvolte et individualiste, elle tenait à moi un peu…J’attendais qu’elle se décroche pour lui adresser un demi sourire amusé.

- Rien à foutre des autres, hein ? mouais mouais…Tu croyais quoi ? Je suis LE pilier des amazones X Women, la plus Médiatique et populaire, on peut pas se passer de moi sinon l’audience elle chute ! Et la Naine Jaune, c’est une Marvel, elle peut pas mourir…Toi par contre….. C’est normal que tu sois plus moche que d’habitude ?


A peine le temps d’écouter sa réponse qu’un bruit d’explosion au loin me fit tourner la tête. Un bruit de déplacement métallique parfaitement connu à présent. In autre Big Ben à une centaine de mettre et derrière un deuxième. Mais ca ne s’arrêtait pas à. Un autre plus au loin sur la droite…deux…trois….Une clameur métallique d’une troupe en marche et un vrombissement de le ciel. A l’horizon, une dizaine d’énormes vaisseaux porteurs long comme des porte-avions et qui semblaient déverser des centaines de Droids. La Vérité s’imposait alors, jusqu’ici, nous avions lutté que contre des avant gardistes : l’invasion commençait seulement.

- Age of Ultron…en Live ! Ok, j’arrête les comics avant de programmer…Promis, la prochaine fois, on se tape des bisounours ou des popples…

J’adressai un regard entendu à Jubilée avant de poser à nouveau un regard insistant sur sa jambe. Mon bras tremblait nerveusement sous l’effort des décharges et je jetais à Kaya un regard des plus sévères.

- La voie des airs est close, celle sur terre est improbable…Alors, imagine, tu diriges cette équipe : tu fais quoi ? …hum…Plus précisément, ON fait quoi ?

La balle est dans ton camp, Padawan.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réunion au sommet. 'fin... en sous-sol, mais voilà quoi. [Caitlyn]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Réunion au sommet. 'fin... en sous-sol, mais voilà quoi. [Caitlyn]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Question sur sous-officier de gendarmerie ???
» Début de traitement synarel
» Sous-marin DORIS disparu 8/5/1940
» [Divers - Les classiques] LE CROISEUR SOUS-MARIN SURCOUF
» Un sous-marin chinois heurte un sonar remorqué US

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: L'Institution Charles-Xavier et Alentours-
Sauter vers: