AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 William Wayne [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: William Wayne [Terminé]   Ven 9 Aoû - 15:00

CARTE
D'IDENTITE





© Avatar


    NOM : Wayne

    PRENOM : William

    ALIAS ET SURNOM : Black Bane. Détennu 6498

    AGE : 22 ans

    DATE DE NAISSANCE : le 25 décembre 1990 dans l'Etat du Texas.

    METIER : Terroriste

    NATIONALITE : Américaine

    GENRE : Homme

    CLAN : Confrériste

Pouvoirs :


  • Description :












    Rapport d’analyse du Cube 984A16F sur le détennu N°6498




















  • Création bio-organique (offensif)

    Le détenu 6498, portant l’ancien nom de William Wayne, est un mutant dont le pouvoir est de générer une matière organique sur son épidermes qu’il peut façonner consciemment pour s’approprier des avantages polyvalent qui ont rendu sa capture laborieuse et couteuse en vie humaine. Tout d’abord, il peut s’envelopper de cette chair visqueuse pour revêtir une tenue imperméable et hermétique, à mi-chemin entre une combinaison et un uniforme de SWAT qui joue le rôle d’exosquelette. Exosquelette qu’il pouvait porter sur lui jusqu’à ce qu’elle se dissout dans la peau du mutant une fois qu’il est inconscient. Les témoignages des policiers ayant survécu à ses assauts meurtriers affirment qu’il pouvait tracter, presser et soulever l’équivalent d’une voiture standard, soit 1 tonne. Pour une résistance identique, puisqu’il aurait survécu à des coups reçus par une policière mutante douée d’une force surhumaine, aujourd’hui décédée par la main du détenu 6498. Il fut même capable de semer ses poursuivants à maintes reprises en sprintant à plus de 70 km/h et faire des bonds d’un étage pour esquiver des obstacles entravant sa route, ralentissant les unités du SWAT. Un rapport venant du sergent-chef Warden Mcfly, chef de l’escouade responsable de sa traque affirme que son masque n’est pas seulement fait pour se donner une voix déformé mais également d’une excellente capacité d’extraction de l’oxygène. Ainsi, il continuait de respirer même dans un appartement entièrement gazé par des gaz lacrimogène. Ca concerne aussi l’eau, comme le témoigne si bien le lieutenant Dylan Delanwood dans un rapport détaillé sur une course poursuite en mer. Ce dernier ajoute même que le détenu 6498 disposait d’extension palmée sur ses pieds pour fuir la patrouille maritime en nageant aussi vite qu’il se déplace en terre ferme. Et apparemment, il semble ne jamais dépasser les 1000 mètres de profondeurs. Par chance, le détenu à eu l’amabilité de nous révéler le secret de son masque. Pour faire simple, son masque organique communiquait avec ses canaux respiratoires jusqu’à atteindre ses poumons et se complexifiait, formant ainsi une expansion de son système respiratoire. Même s’il a eu recourt à des armes à feux, il créait des griffes osseuses longues de 5 centimètres aux extrémités de ses doigts pour déchiqueter ses cibles. Quoiqu’il en soit, il semblerait qu’il ne puisse trancher des matériaux plus solides que l’acier avec, même avec sa force surhumaine. C’est un bon point. En revanche, des témoins oculaires l’ont vue en train d’se battre avec des espèces d’excroissance tentaculaire en nombre de dix et longues de dix mètres, dont deux qu’il se servait pour manier des uzis. Pourvues de la même résistance que son exosquelette. Néanmoins ça reste notre seul témoignage, ce qui porte à croire qu’ils ne les utilisent peu souvent. Selon les propos d’un membre du SWAT, la Force du détenu 6498 diminuait à mesure qu’il générait ces extensions, allant jusqu’à perdre sa force inhumaine. Mais le détenu 6498 nous a prouvé qu’il avait encore plus d’un tour dans son sac en montrant sa possibilité de planer dans les airs avec des ailes créé sur son dos, d’une envergure de 7 mètres, pour s’échapper d’une impasse tendu par le SWAT. Je dis bien plané car il semble être incapable de voler. Moi, ainsi que mes collègues, avons un échantillon de son armure vivante cryogénisé, épais de 5 minimètres. Nous avons appris qu’elle absorbe l’impact des balles d’armes légères comme lourdes. Confirmant le témoignage de l’agent Nicky sur le fait que le détenu aurait survécu à un salve de balles tiré par une escouade entière. Néanmoins, on a découvert que sa protection n’absorbait pas les entailles d’armes blanches. Du moins quand elles sont faites par quelqu’un possédant une force physique dépassant la limite humaine. Mais heureusement, elle semble inefficace à l’épreuve du feu et de l’acide, ce qui a permis aux forces spéciales du NYPD d’en venir à bout du mutant en équipant ses unités d’armes thermiques à longues portée. En observant la texture au microscope nous avons découvert ce qui semble être des micros griffes sur la totalité du morceau de chair qui s’accrochait facilement sur le mur et le plafond de notre laboratoire. Nous en avons conclu que le mutant peut adhérer aux surfaces à l’aide des micros griffes créé par son pouvoir.


    Facteur guerriseur (Passif)

    En m’enfonçant plus loin dans le dossier du détenu 6498, j’ai découvert qu’il possédait également un second pouvoir lier à la régénération.  En étudiant son patrimoine génétique, ainsi que d’autres témoignages des personnes impliqué sur l’affaire Black Bane, j’ai pu obtenir des informations précieuses sur sa capacité de guérison indépendante de sa volonté. Celui-ci est en mesure de régénérer des blessures bénignes en une poignée de seconde comme les coupures superficielles. Les blessures moyennes tel que les brulures au deuxième degré et les os fracturés il faut compter une dizaine de minutes. Puis en ce qui concerne les cas les plus graves dont on peut citer les brulures au 3èmes degrés, les perforations d’organes et les coupures béantes, ça nécessite 30 minutes pour guérir ce genre de blessures. Selon le sergent-chef Warden, ce dernier aurait même vue les balles loger dans le dos exposé du détenu 6498 se faire expulser, une minute après lui avoir tiré 5 balles dessus. Voilà qui explique comment il était coriace, même quand il a un quart de sa tenue de chair en lambeau ! Une chose est certaine, son pouvoir n’est pas capable de reconstituer un membre entier et tant mieux ! Puis en creusant plus loin dans son gène X, j’ai appris qu’il disposait également d’une résistance surhumaine aux poisons et aux maladies, pour une vitesse de guérison similaire à celle des blessures dite corporel. Les produits tels que l’anesthésie sont également concerner, d’où l’impossibilité que nous avions pour l’endormir de force. Son espérance de vie semble lui aussi affecter par son facteur guérisseur, en lui octroyant une espérance de vie trois fois supérieur à un humain, soit 300 ans pour être exact. Pour finir, son organisme semble lui conférer une endurance surhumaine en réduisant fortement la production d’acide lactique. Suffisamment pour qu’il puisse exercer des activités intenses pendant 3 heures d’affilé avant de ressentir les premiers signes d’épuisement. Avec tout ça, pas étonnant qu’il ait pu fuir la police pendant des années.












  • Niveaux de maitrise : A première vue, l mutant 6498 semble bien maîtriser ses pouvoirs, surtout son pouvoir de création. Sa régénération étant passive, il n’en contrôle pas les effets. Lui-même nous l’a dit. Pourtant, des passants nous ont apportaient des témoignages disant qu’il perdait souvent le contrôle de son pouvoir de création quand il se mettait en rogne, ou encore dans ses moments de stress. Comme ce fut le cas dans un bar miteux où il a fait une boucherie sans nom à des civils qui ont touchés sensiblement à la corde de son amour-propre sur la question mutante. D’autant plus que le détenu 6498 affirme n’avoir pas encore découvert tous le potentiel de ses pouvoirs, malgré les 10 ans de maîtrise. Qu’en travaillant d’arrachepied dessus il pourrait acquérir des capacités physiques plus élevée en perfectionnant sa tenue, la possibilité de voler, de nouveaux sens et bien autres encore.











  • Lien entre les Pouvoirs : D’après une étude approfondie sur la nature de ses pouvoirs, ils sont tous les deux de nature purement organique. Lier par une altération profonde mais discrète de son organisme qui lui permet non seulement de générer une extension de ce dernier qu'il concevoir par sa volonté, en plus de l'avoir amélioré passivement.












Description Physique :


  • Apparence :

    Hilary McMillen, 20 ans
    Pompomgirl

    « Qui ça !? William !? Oh mais franchement il est vraiment trop canon avec son nez retroussé, ses yeux d’un noir ténébreux et sa belle bouche épaisse ! J’trouve que ça lui va bien sur son visage bien carré, il fait vraiment bogosse ! Ah ! J’vous ai aussi dit qu’il avait des cheveux courts noirs de jais, coiffé comme les mecs d’aujourd’hui !? Comment ressemble sa coiffure ? Baaah il a les cheveux relever sur le côté et le reste est en bataille, après je suis pas une coiffeuse moi ! Quoi d’autres ? Nan mais vous êtes qui v……Ah ! Vous êtes du BAM. Okay ! Euh…..Sinon j’peux vous dire qu’il y a quelque chose de pas très rassurant dans son regard. Quelque chose de vraiment malsain. Einh ? Bah même si je l’trouve sexy j’ai comme l’impression qu’il me regardait comme si j’étais……une proie. Sérieux j’vous jure ! Son regard dégage une violence qui m’a traversé l’âme avec toute la haine du monde que j’me suis prise de plein fouet ! D’ailleurs rien que d’y penser j’préfère n rester la pour aujourd’hui……. »

    Richard Strike, 60 ans
    Mécanicien chez Ford Fiesta.

    « A première vu l’gaillard doit faire 1m90 pour 85 kilos. Le jeunot doit forcément faire de la musculation tous les jours pour avoir cette carrure d’athlète, avec ces épaules charpentées et ses bras de déménageur ! Pour un piot d’son âge ça m’surprend d’voir un garçon aussi musclé, c’est à croire s’il ne prendrait pas d’ses merdes de stéroïdes anabolisant ! Et pourtant elle n’a rien de monstrueuse. Même avec son T-shirt noir que j’le vois trimballer régulièrement j’pouvais très bien voir sa ceinture abdominale plus affiné que le haut. Ça m’étonnerait beaucoup qu’il n’est pas une grosse tablette de chocolat sculpté dessus ! Sinon j’peux vous dire qu’il a la démarche du type qui ne s’laisse jamais marcher sur les pieds, et j’peux vous dire que je m’y connais là-dessus ! Lourde, droite, et ferme, comme une masse de chantier ! On sent bien la confiance en soit qu’il porte sur lui, presque de l’arrogance. Quoi donc !? Non, il n’a pas de tics ou de mimique particulière, pas d’après ce que j’me souvienne. Pourtant j’ai l’habitude de l’voir souvent trainer ici. »


    Théodor Landsky. 27 ans
    Etudiant à l’université

    « Ouais, j’crois bien avoir vu ce type sur cette photo. Pour être franc avec vous je n’crois pas qu’il ait une quelconque préférence à un style vestimentaire. Je l’ai toujours vu porter des vêtements banals, sauf une fois où il portait la panoplie du parfait motard ! Une nuit, en passant une ruelle pas loin du magasin d’tatouage là-bas, à vingt mètres derrière moi. Qui, au passage, était souillé par des taches de sangs grosses comme des culs d’bouteilles. Quoi !? Ben c’ est tous c’ que je sais moi, ce n’est pas comme si je passais ma journée à le suivre ! »














  • Signes Particuliers : Aucun













Caractère :


  • Mental :

    Tony Clinton, 25 ans
    Survivant d’un massacre du détenu 6498

    « Mais puisque je vous l’dit que cette enfoiré de mutos est un monstre sanguinaire, une bête féroce, tous c’qu vous voulez sauf un humain ! J’lui avait bien dit à Tom qu’il ne fallait pas lui chercher la merde ! Mais non, c’était plus fort que lui !! Au début le mutant l’ignorait, faisait semblant de n’pas l’écouter pendant quelque minutes, puis quand il lui a fait éclater une bouteille sur le crâne du mutos, celui-ci a pris son temps pour se lever et s’est recouvert d’un truc bizarre noir. Après quoi…….Oh putain c’était trop affreux ! Comment !? Bah ce monstre a massacré notre pote dans une brutalité et une sauvagerie inimaginable ! Puis quand les autres se sont levé pour lui régler son compte………IL A TUER TOUS LE MONDE !! Tous l’monde sans exception, une véritable orgie !! Et j’peux vous dire que ce type prenait un plaisir fou de tuer ses cibles avec perte et fracas ! Même quand mes ex-potes le supplier de les laisser en vie, implorant son pardon de tout leur cœur, les yeux en larmes…….Il n’a fait preuve d’aucune forme de pitié en continuant de les démembrer et d’arracher des lambeaux de leurs chairs ! Le pire dans tout ça, c’est qu’il en était fier de son acte, il en rigolait dans un rire de taré ! Ca s’voit qu’il aime bien faire les choses dans le sonore et l’dégueulasse !…J’ose même pas penser à l’état des lieux, tellement il y avait des restes d’organes éparpillé de partout à la fin !…….C’est une chance que j’ai survécu, car c’est fini j’me casse de cette ville de barge ! Où ? Loin, très loin d’ici et de ce singlé !! »

    Joey Hilton, 35 ans
    Ex-mercenaire de banque et ancien collègue du détenu 6498

    « Comment décrire William Wayne ?... Inflexible ! Voilà le terme adéquat ! Un bloc de pure volonté, inflexible et inaltérable. Rien ni personne ne saurait le faire changer d’avis ou bien le détourner de son but. Quel est donc son but ?! Mais rien de moins que sa seule personne ! William mettra tout en œuvre pour satisfaire ses envies et son ambition démesurée. D’un ego et d’une fierté proverbiale, il n’a ainsi que très peu de considération pour toutes les autres classes sociales. Et oui, William est un sale fumier égocentrique. Égocentrique oui, mais égoïste non ! Loin d'être avare, William se montrera extrêmement généreux avec ceux qui se trouvent dans ses petits papiers, les abreuvant de dollar et, d’alcool. Car l’homme aime les plaisirs de la vie plus que quiconque ! Hédoniste à temps plein, rien n’est trop beau pour lui et ses "amis". Se complaisant dans l’alcool les fêtes et les femmes, il passera le plus clair de son temps à profiter des privilèges que lui donnent ses pouvoirs. Inutile de vous préciser que les pots de vin et les traitements de faveurs sont toujours les bienvenus avec lui. Par contre, malheur à vous si vous venez nuire à son confort ou à ses caprices ! Vous découvririez alors instantanément pourquoi on le surnomme « Black Bane ». Car il faut le savoir, William considère le monde comme son terrain de chasse personnel. Un terrain dans lequel tout doit être à sa disposition permanente. D’un naturel extrêmement sanguin, William ne supporte pas les gêneurs et les rabats joies ! Si vous ajoutez à ça le fait qu’il est susceptible/rancunier/violent/colérique, vous comprenez vite qu’il n’est pas le genre d’homme qu’il est bon de se mettre à dos. Ayant côtoyé ce type pendant quelques années, j’peux vous assurer que ses réactions brutales et totalement disproportionnées conduisent le plus souvent les impudents à l’hôpital ou au cimetière !

    Vous en voulez encore !? Bon très bien très bien, je vais l’faire. Après tout, chuis le seul à avoir connu votre prisonnier pendant longtemps. Professionnel de la traque, amateur de violence et de sang, William  est un atout majeur pour la confrérie. Lorsqu’il se met au travail, il devient alors un meneur d’homme charismatique et rusé, spécialiste des chasses à l'homme ! Capable d’affronter sans faiblir les pires conditions, il ne lâchera jamais sa proie avant qu’elle ne rende l’âme. Pour atteindre son but tous les moyens sont alors bons ! Pour lui c'est le résultat qui prime !

    Vous ne l’avez toujours pas réalisé ?! William est une raclure de la pire espèce ! Un monstre cruel. Mais comme tous les monstres, mieux vaut l’avoir à ses côtés que contre soi... S’il m’a parler de son enfance ? Non et j’ai bien failli y laisser ma peau ! Apparemment il a un lourd passé et probablement une horrible enfance qu’il tente d’oublier à tous prix. »


    Jessie Malcom, 23 ans
    Gérante mutante d’un magasin de disque.

    « Bien sûr ! William était mon meilleur client, toujours la quand un nouvel album de Métal sortait ! BAH Il n’achète que ça, donc oui il était très sensible au hard rock, au métal et à toutes les variantes. Je l’voyais aussi jouer de la guitare électrique dans le Hellgate. Si je l’connais ? Ouais un peu. S’il a des qualités ? Très franchement, à part être généreux et solidaire avec ses amis quand ces derniers ne l’déçois pas, j’vois que des défauts chez lui. Des casseroles, ils en trainent beaucoup derrière lui et je sais d’quoi j’parle. Ce qu’il pense des autres groupes ? Lesquelles ? Ah d’accord ! Ben déjà il trouve l’idéologie de Xavier comme « le truc le plus niais de l’univers » qu’il n’a jamais entendue de toute sa vie. Que l’humain à trop la pétoche de ceux qui leurs sont supérieur génétiquement et que son idéologie est bonne à être jeté dans la poubelle de l’histoire. En revanche, il éprouve une croyance totale envers celle de Magnéto car comme me l’a dit William : il est dans le vrai. Il la seule personne pour qui il a un respect rarissime envers lui. Pour lui il n’y a que par la force des choses que les revendications de la confrérie pourront être acceptées, quitte à devoir faire des massacres, des bains de sang, et des boucheries en passant par une révolution. Les purificateurs ? Oulah…. La par contre il éprouve une animosité monstrueuse envers eux, surtout après l’incident de Mutant Town. Dès que je lui ai posé la question il était dans un tel état de frustration que pendant un moment j’ai cru qu’il allait me réduire en charpie. Et encore je suis sûr et certaine que ce n’était même pas le tiers de « l’amour » qu’il portait en eux. En ce qui concerne le BAM, il voit ses membres comme des gêneurs, des traîtres à leurs races, des chiens à la botte de cette race inférieure qui s’appelle l’hommo-sapien. Voilà ! Je vous ai déballé tous ce que je sais de lui. J’peux y aller maintenant ? »














Histoire :


  • Talents Particuliers :

    Joey Hilton, 35 ans
    Ex-mercenaire et ancien collègue du détenu 6498

    « Encore vous !? Qu’est-ce que vous voulez encore !? Faites vite, je dois aller chercher ma fille à l’école ! C’est à croire que vous n’avez que moi pour avancer ! Hum……Et bien à ce que j’sache, même sans le soutien de ses pouvoirs, William était un très bon combattant qui excellait dans la boxe thaïlandaise, la boxe anglaise en passant par le combat de rue. A ce que j’me souvienne, il se débrouillait bien pour se battre contre 3 personnes d’affilé sans armes, ni entraînement quand il était dans de bonnes conditions. Sinon, il était aussi à l’aise avec les armes à feux de toutes catégories. Il savait les démonter et les remonter instinctivement, ainsi que de les entretenir et les réparer. Comme s’il avait toujours fait ça dans sa vie. Une fois, j’ai écouté un solo de guitare de William, lorsqu’on avait aucune mission confier par nos supérieurs. J’peux vous dire qu’il joue comme un pro ! On sent bien qu’il a une passion dévorante pour la musique, notamment pour le Métal et le Hard rock. Ca l’aide à « calmer sa bête chérie, à l’endormir », qu’il m’a dit. Me dite pas quelle est cette « bête » je n’ai pas eu le courage de lui demander. »











  • Possessions :











    Rapport 165S87EG1 de l’inventaire des objets trouver dans l’ancienne planque du détenu N°6498

















  • - Une fat boy modèle 2008
    - Une guitare électrique B.C Rich METAL MASTER WARLOCK
    - Un demi-million de dollars en liquide entreposé dans une caisse enfoui sous un lit en piteux état
    - Un arsenal complet d’armes légères, lourdes et d’explosives.
    - Une tête décapitée de Justin Bieber en état de décomposition.
    - Le cadavre de Mily Cyrus retrouvé disséqué, dépecé et charcuté dans la cave du détenue 6498.
    - Le cercueil de Mickael Jackson.












  • Biographie :










    Rapport d’enquête de l’inspecteur du BAM, Henry White sur le détennu N°6498

















  • Après deux longues années de recherche fructueuse j’ai enfin réussi à rassembler toutes les informations sur le passé du détenu 6498. Du moins, ce qui se rapprochait de près comme de loin au mutant. Et pourtant, il y a encore du vide dans certains passage de son passé, faute d’information perdu à jamais. Seule William peut combler le vide restant, chose dont je doute fort qu’il veuille accepter. C’est même veine perdue.

    Le dénomée Willliam Wayne serait né le 25 décembre 1990 dans l’hopital de Dallas, dans l’état du Texas. Issu de Lucie Wayne, 30 ans, ex-chercheuse en bio-chimie chez Bigpharma. Et d’Anthonio Juarez, 40 ans, ancien mécanicien Mexicain naturalisé Américaine, plusieurs fois interpeler pour des affaires de trafic de drogue qui le concernait. Pourquoi je dis « anciens » ? Parce que le bébé n’aura jamais connu ses parents. Un mois après sa naissance, les autorités du Téxas retrouvent la voiture du couple écrasé au fond d’un ravin. D’après le témoignage de mes collègues qui était sur le terrain cela ressemblait à un accident de la route par ivresse, or aucun des deux parents ne buvait. L’origine de l’accident reste pour moi un mystère, mais quoiqu’il en soit seul le bébé fut le seul survivant de l’accident. Une semaine plus tard, il est transférer à l’orphelinat de Dallas.

    Je m’suis alors rendue à l’orphelinat pour interroger la directrice d l’établissement, Madame Karlson Cross. Elle m’a affirmé que le détenu 6498 était le souffre-douleur de l’orphelinat en ce faisant frapper et harceler par les petites brutes d l’orphelinat, qu’il se sentait exclut de tous et de toutes. Durant la période de ses 5-8 ans, Aucune main secourable n’était là pour le consoler dans cette épreuve, aucun ami ne voulait de lui comme ami. De peur d’être rejeté.  J’ai vraiment eu du mal à croire qu’il fut livré à lui-même à un si jeune âge, pas étonnant qu’après tous cela il a fini par très mal tourner en se montrant très violent, allant jusqu’à blesser grièvement ses persécuteurs en leurs crevant les yeux avec un ciseaux et de les avoir défigurer en utilisant le fer rouge de la buanderie de l’établissement. Elle ajoute aussi que les sanctions pleuvait sur lui, toutes aussi sévère les unes que les autres, mais cela ne faisait qu’empirer son comportement déjà perturber. Il continuait quand même à faire souffrir toujours plus ceux qui lui cherchaient des crosses, ou le titiller. Tous les enfants avaient peur de lui, a telles point qu’elle fut obligée de transférer le petit bonhomme dans un orphelinat. Et que le scénario se répéta encore et encore. Il a donc fallut que j’aille voir l’ancien proviseur de l’établissement scolaire ayant accueilli le détenu 6498, Monsieur Robert Garisson. Visiblement c’était encore pire car non seulement il ne suivait pas les cours, en plus de sécher les heures de cours, mais il jouait les caïd en dépouillant de force ceux qui se vantaient de choses que la majeure partie des enfants ne pouvait s’offrir. Ses rivales, il réglait leurs comptes avec des méthodes pas très catholiques et dans une barbarie féroce et sanglante, finissant généralement à l’hôpital avec des séquelles à vies. Il dirigeait pour ainsi dire la cour de récréer d’une main de fer dans un gant de fer, un petit despote en puissance qui réglait ses caprices aux mains et aux objets dangereux qu’il pouvait trouvait. J’ai demandait à Mr Garisson s’il était suivit par des psychologues ou par des assistants sociaux. Il m’a dit d’un air navré que ce fût un échec, qu’il se montrait plus dangereux avec celui de son école, quand ce dernier lui disait pourquoi il était aussi méchant et en lui posant des questions sur le pourquoi de ces actes. Monsieur Wallace Johnson. Puis est venue le jour ou, dans un excès de rage, il a commis son premier meurtre avec préméditation en plantant par une trentaine de coup d’ciseau la gorge de Mr Wallace. Il termina la conversation en disant que ce jour-ci il fût aussitôt transférer dans une maison de correction. Il avait 9 ans ce jour-là……….

    J’ai donc remonté la piste de son passé en me rendant à la maison de correction pour enfant de Dallas où il fut transférer. J’ai reçu une autorisation spéciale de la directrice pour fouiller les dossiers des enfants interné ici durant la période 1998-2000. Ce que j’y ai découvert m’a hérissé les poils du dos. Le comportement du détenu 6498 ne changeait pas d’un poil : Insolence envers les surveillants, bagarre brutal envers ses camarades, dégradation du matériel. C’était comme avoir enfermer un loup dans un poulailler. Mais un poulailler renfermant des loups de la même trempe que William. La personne continua en avouant qu’il arrivait souvent que ce dernier se fasse laminer et humilier devant tous les autres, chose que les surveillant tentaient d’interrompre coute que coute, eux qui connaissait le caractère indomptable et prédateur de cette enfant. Hélas, hargneux comme il était n plus d’être rusé, il trouvait toujours le moyen d’échapper à la surveillance particulière de ses surveillants pour assouvir sa vengeance en faisant souffrir ses persécuteurs, rendant leurs coups beaucoup plus violent qu’il n’en a subit. Et quand les surveillants l’avait arrêté, les victimes de sa colère vindicative étaient dans un tel état qu’il a fallu les conduire à l’hôpital le plus proche pour les opérer. C’est à ce moment-là que le directeur pris une longue minute de silence qui me laissait présager que la suite de l’histoire allait être crucial pour mon enquête. Et j’avais vu juste. Un soir, le 15 février 2003,  l’un des surveillants, qui était le père d’une des brutes que le détenu 6498 avait méchamment tabassé, a décidé de s’occuper de lui personnellement pour le remettre sur le droit chemin. A sa manière. Julius Ledger. Un de ses collègues, Tom Ground, s’est retrouvé avec le nez ensanglanté en tentant d’arrêter Julius qui avait pénétrer le dortoir de William en verrouillant la porte derrière lui.  Il dit avoir entendues des hurlements bestiaux et de révoltes qui résonnaient dans toute la maison d’ correction, mobilisant tous le personnel en direction du dortoir 123. Le dortoir de William. Quand ils ont déverrouillé la porte, tout en disant à Julius d’arrêter, ils ont vu une pièce tapissé par des litres d’hémoglobines, des lambeaux de chairs, d’organes et d’os éparpillée de partout. Et au milieu de tout ça, un monstre noir se tenait en son centre, pourvu de griffes menaçantes. Malgré cela, ils pouvaient voir que cette chose était William. C’est le témoignage oral de Taylor Wood avant de mourir de ses blessures. Après avoir déglutie difficilement sa tasse de thé, le directeur expliqua que quand il est arrivé sur le lieu du drame, tous les surveillants n’étaient plus de ce monde, mutilé de partout à tel point qu’ils n’étaient plus reconnaissable.  Quant au détenu 6498, il s’est évaporé dans la nature après s’être échappé par une sortie de secours qu’il a défonçait.

    A la fin de la conversation, c’est là que j’ai commencé à faire la partie plus dure de l’enquête. Il a fallu que j’obtienne des autorisations pour fouiller des rapports dont je n’avais pas le droit d’accéder, ainsi que d’interpeller les personnes ayant côtoyé de près ou de loin le détenu 6498 pour remonter la piste de son histoire, après son évasion. Même après deux ans de dur labeur, je n’ai pas pu compléter l’intégralité de son passé mais c’est suffisant pour avoir une bonne idée sur son parcourt. D’après ce que j’ai vu il s’est très vite aventuré dans le truandage alors qu’il n’avait que 13 ans, au service d’un gang local qu’il extermine 2 ans plus tard avec perte et fracas pour conflit d’intérêt, du fait qu’il était un mutos. C’est ce que m’a dit Joseph Patchet, l’ex-chef du gang et unique survivant de la boucherie du détenu 6498,  démembrer et défiguré à vie par ce dernier. Le même scénario s’est produit avec deux autres gangs à Houston, sauf qu’il ne laissa aucun survivant cette fois-ci. C’est là que le sobriquet « Black bane » est né. Pour savoir la suite, il a fallu que je trouve le contact qui avait entretenu des relations amical et stable avec le détenu, Joey Hilton, un criminel mutant repentie. Ca était la personne la plus dure que j’ai trouvais. Sans lui, j’aurais déjà laissé ce travail à un autre inspecteur plus compétent que moi. Joey affirma que lui ainsi que le détenu accomplissaient leurs missions ensemble : élimination des rivaux de leurs employeurs, transport de marchandise, reconnaissance et protection de personnes précise. Voilà les missions qu’ont leurs donnaient généralement sous le pseudonyme de Black bane et de Spectrum. Deux mutants maitrisant leurs pouvoirs sans difficulté. Ils étaient payés grassement pour la qualité de leurs boulot et vivaient bien leurs vies, sauf que le détenu 6498 avait les yeux plus gros que le ventre en réclamant une mission à ses contacts qui lui rapporterait plus gros. Beaucoup plus gros : l’assassinat du leader des amis de l’humanité. Pour lui ça n’pouvait pas tomber mieux puisqu’il éprouvait une haine profonde pour ce type, comme pour les humains membres de son partie. Joey rajoute aussi qu’il ne l’a pas conseillait de n’pas y aller car c’était une mission trop grosse pour lui, car il ne voulait pas que le détenu 6498 le prenne (très) mal. Du coup, ce fut sans l’aide de son coéquipier que Black bane est partie faire sa mission en cavalier seul en pleine soirée, et ce qui devait arriver arriva. Sa cible était déjà sous l’aile protectrice d’un autre mercenaire mutant que je connaissais, une espèce de taré en collant noir et rouge qui débitait des vannes aussi salace que vaseuse. Ce dernier flanqua une raclée monumentale à Black bane qui fut ensuite arrêter par les forces de l’ordre présente lors du meeting qui a eu lieu. Le lendemain il a fait la une des journaux pendant une journée, avant d’être incarcéré au Cube à l’âge de 18 ans. Il y resta emprisonné jusqu’à ce que l’assaut de la confrérie, quelques années plus tard, lui donne l’opportunité de s’enfuir de sa cellule. Joey poursuivit en m’annonçant que Black bane avait une dette envers cette organisation et qu’il comptait bien les rejoindre une fois ses petites affaires personnelles réglées. Laquelle ? Joey ne l’a jamais su. Ce qui est sûr ‘est que ce n’était pas une vengeance à l’encontre de son dernier contact. Quand il a revu Black bane, ce dernier était empli d’une haine plus noire que l’abysse le plus profond de la terre quand je lui ai fait part de l’incident de Mutant Town. Ça lui aurait déchiré des lambeaux d’amour propre pour la race mutante dont il descendait, qu’en détruisant le quartier où il allait le plus souvent ils lui avaient déclaré la guerre.

    Et depuis ce jour, Joey n’a plus jamais revu Black bane. Mais il entendit une rumeur qu’après l’affaire Ygdrassil il aurait trouvé un contact avec un acolyte de la confrérie. Un mutant hyper rapide aux cheveux d’argent. Quand Joey est retourner dans l’ancien appartement du détenu 6498 toutes ses affaires, qu’il avait récupérer des mains des forces de l’ordre après son évasion du Cube, n’étaient plus dans son appartement.

    Cela confirme donc ce que j’pensais : William Wayne a rejoint la confrérie……….











Avatar : Taylor Lautner
Personnage Marvel ? : Oui [] Non [X]
MultipleCompte? : Oui [] Non [X]
Si oui, Qui ? : Aucun
Pseudo : Jack Sans Honneur
Votre Age : 22 ans
Comment avez vous connu le Forum ? : Après de longues recherche sur google

[Vu par Jub]


Dernière édition par William Wayne le Sam 10 Aoû - 16:00, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: William Wayne [Terminé]   Ven 9 Aoû - 15:05

Bonjour et bienvenue chez nous,

Tout d'abord, je te préviens que ton avatar ne respecte pas les normes de taille. Il doit être en 320*200 ou 400*200. Merci de bien vouloir faire cette modification.

Ensuite, je t'encourage à bien lire le règlement dans son intégralité.

Bon courage pour la suite de ta rédaction.

E.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: William Wayne [Terminé]   Ven 9 Aoû - 15:32

Salut ! Et merci pour l’accueil !

J'ai lu le règlement et mis le mot magique. Par contre, pour redimensionner mon avatar je sais pas faire. Chaque fois que je le fais je foire......Sad 

Ça serait gentil de votre part si vous pouviez m'aider.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: William Wayne [Terminé]   Ven 9 Aoû - 15:42

Bonjour et bienvenue à toi !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: William Wayne [Terminé]   Ven 9 Aoû - 16:19

Bienvenue futur confrère !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: William Wayne [Terminé]   Ven 9 Aoû - 17:06

Je t'en ai fait deux, trouvables là : (je n'ai pas pu réutiliser tes avatars, ils sont trop petits)
http://imageshack.us/a/img600/2043/k5ho.jpg
http://imageshack.us/a/img268/6983/jrvp.jpg

Tu peux donc les télécharger et les utiliser. Je ne suis pas censé faire ça, c'est juste pour te débloquer. Une fois validé, tu pourras aller faire une demande pour qu'un joueur qui s'y connait mieux que moi puisse t'en faire un meilleur.

Attention, n'utilise pas mes liens parce que je vais les supprimer dans pas longtemps, héberge-les plutôt ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Kurkaru
Élève à l'Institut Gamma
avatar

Messages : 1035
Date d'inscription : 01/04/2012
Age : 28

MessageSujet: Re: William Wayne [Terminé]   Sam 10 Aoû - 14:22

Bienvenue parmi nous ! Bon courage pour ta fiche !

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daniel Hopes
Agent du BAM Alpha
avatar

Messages : 860
Date d'inscription : 28/03/2012

MessageSujet: Re: William Wayne [Terminé]   Lun 12 Aoû - 17:35

Bonjour

Malgré l'originalité de cette fiche, je suis désolé de devoir sortir le rouge pour arrêter là le carnage en donnant un "non" d’emblée pour la vision de ton perso.

Après lecture de ton pouvoir et sans vouloir être blessant, je pense que tu peux postuler comme ennemi des Avengers dans l'opus 2 ou celui de Batman et Superman alliés à venir.

Le règlement stipule 2 pouvoirs, ce qui ne sous entends pas " deux pouvoirs à tiroirs pour créer l'over Gros Bill le plus badass jamais vu"

Bien...je pense qu'une démonstration frappante est plus parlante qu'un long discours.

Création bio organique.

- Création d’un exosquelette quasi indestructible
- Force surhumaine
- Résistance surhumaine
- Vitesse surhumaine (sur terre ET dans l’eau)
- Détente surhumaine
- Résistance au gaz
- Adaptation du corps à l’environnement (eau)
- Capacité de contrôle de la respiration (sous l’eau)
- 1000 mètre de profondeur ? Résistance a la pression de l’eau…
- Création de griffes osseuses.
- Création de tentacules.
- Création d’ailes…
- Vol

Facteur guérisseur.

- Régénération
- Résistance aux poisons et aux drogues
- Esperance de vie surhumaine ( tiens tu as oublié vieillissement ralenti, etonant)
- Endurance surhumaine

Tu parviens à dissimuler dans ta fiche 17 pouvoirs et capacités et encore, j'ai pas creusé.

Cette fiche, tu le comprendras est donc refusée d’emblée pour Gros Billisme flagrant à moins de remanier radicalement et complètement les pouvoirs.

Il n'y auras pas de négociations ou d'argumentations acceptées.

Merci de ta compréhension.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubilation Lee
X-Men Alpha
avatar

Messages : 2056
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 22

MessageSujet: Re: William Wayne [Terminé]   Lun 19 Aoû - 18:41

Du nouveau sur cette fiche ?

Si il n'y a pas de nouvelles d'ici une semaine elle sera refusée.

Merci de ta compréhension.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubilation Lee
X-Men Alpha
avatar

Messages : 2056
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 22

MessageSujet: Re: William Wayne [Terminé]   Lun 26 Aoû - 10:07

Fiche refusée faute d'activité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: William Wayne [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
William Wayne [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Emma de Normandie de Stéphane William Gondoin
» Corvée terminée !!!!
» Quels sont ces produits MAC que vous avez terminé?
» From William the conqueror to Queen Victoria.
» John Wayne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Avant de commencer... :: Le Bureau des Inscriptions :: Fiches refusées-
Sauter vers: