AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ah le matin, son énergie, son enthousiasme, son... en fait non. [Icare]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaya Spencer
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 482
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Ah le matin, son énergie, son enthousiasme, son... en fait non. [Icare]   Mar 30 Juil - 22:39

... je me réveillais. P't'ain... Il faisait à peine jour ! Et le réveil n'avait pas encore sonné ! Pourquoi j'arrêtais pas de me réveiller genre 10 minutes avant le réveil ? Mon corps me trollait... Enfin, là, je me réveillais à priori pour une bonne raison. J'avais eu des sensations bizarres dans le dos depuis mon "accident" de flingue. Bon, ok, ce n'était pas un accident, mais vous allez pas me gonfler avec ça non plus ? Donc, je disais... AH OUI ! Depuis mon pas-un-accident-mais-on-va-dire de flingue, j'avais eu assez mal au dos. Selon les médecins c'était normal, l'onde de choc de la balle de calibre .50 pouvait provoquer des douleurs pendant plusieurs semaines, et ils m'avaient filé des antalgiques assez inefficaces. Du coup, des fois, la nuit, je me réveillais avec un sacré mal de dos.

Mais dernièrement, j'avais remarqué que mon matelas et mes draps étaient abîmés, comme si j'avais sorti par erreur des lames dans mon dos. Ce genre de chose m'était déjà arrivée, ce n'était pas une première évidemment... Mais d'habitude, ça m'arrivait quand je faisais des cauchemars ou quand j'allais mal, alors que là, je n'avais pas de soucis de ce genre. Enfin, je ne m'en souvenais pas note. Je savais en tout cas que je dormais mal et que j'avais mal au dos. Mais ce matin-là...

C'était différent. J'avais une sensation que je ne comprenais pas. Mon cerveau ne savait pas ce qu'il se passait. En fait, vous voyez quand vous dormez sur votre bras et que vous avez des fourmis ? Pareil, j'avais des fourmis, mais dans... dans un membre que je ne connaissais pas. C'était déroutant. J'avais l'impression d'avoir... Comme un bras, mais dans le dos. Enfin ce n'était pas un bras, je ne comprenais pas ce qu'il m'arrivait. Les sensations tactiles que je recevais étaient totalement confuses, et commençant à m'inquiéter, je me levai, sautant de mon lit d'un geste assez vif. Ou en fait non.

Dans mon esprit, j'allais sauter du lit. En réalité... Je restai coincée. J'étais bloquée dans le lit, et pas dans le genre "Ohlala, ma couverture ne m'a pas laissée sortir !" parce que j'arrivais en retard... Non, que dalle. J'étais véritablement coincée. Ces sortes de... bras que je sentais dans mon dos semblaient être plantés dans le lit, et peut-être même dans le sol. Je me mis à me contorsionner avec inquiétude, tournant la tête pour voir ce qu'il se passait, et ce que j'aperçus m'horrifia totalement... Sortant de sous le lit, il y avait d'immenses pointes, comme mes griffes mais le genre qui fait plus de 2 mètres de long. C'était ça que j'avais dans le dos !? Des énormes pointes qui s'étaient plantées dans le matelas et dans le sol ?

Autant j'étais quelqu'un d'assez pragmatique, enfin... Je tentais de l'être autant que possible... Autant là, c'était la panique totale. Je tendis le bras vers l'une de ces pointes, la main tremblante, et lorsque j'entrai en contact avec... Je sentis quelque chose. Une sensation tactile indescriptible, sur ce "nouveau membre" auquel mon cerveau avait un peu de mal à s'adapter. Je sentais que je pouvais le faire bouger, même, mais je ne savais pas trop comment. Je ne savais pas comment me sortir de là, je ne parvenais pas à les faire rentrer, ni rien du tout. C'était ça le mal de dos ? Ces connards de médecins avaient dit que c'était normal, et ça, ce n'était PAS DU TOUT normal.

Mon téléphone portable alias réveil était à portée de ma main... Mais qu'allais-je faire au juste ? Appeler le 911 ? Et que feraient les pompiers au juste face à ça ? Ou alors crier à l'aide ? J'allais réveiller tout le monde et j'aurais des emmerdements pas possibles... Finalement, ce fut un réflexe pour moi : j'ouvris le répertoire dans des gestes maladroits et paniqués, composant le numéro de Josh. Après quelques sonneries, je pus entendre une voix un peu endormie qui répondit. Sans lui laisser le temps de finir, je me mis à parler d'une voix paniquée et rapide.

« Josh... Je sais pas c'qu'il m'arrive... Je... Je suis coincée dans le lit... Je peux pas bouger, 'faut que tu m'aides... J't'en prie viens, je sais pas comment me sortir d'là... 'faut l'dire à personne, je sais pas ce que c'est, c'est le... Je sais pas, je suis dans ma chambre, je sais pas quoi faire pour sortir de là, j... »

Et voilà. A force de trembler, je fis tomber le téléphone par terre... Largement hors de ma portée. L'appel était en cours, mais je ne pouvais plus récupérer l'appareil, ni entendre ce que me répondait l'ange. Et ça allait me coûter cher en forfait, ces conneries... Bon, il était 5 heures du matin de toutes façons, peut-être qu'il se rendormirait et oublierait cette histoire, ce qui voulait dire que je devais me sortir de là. Je commençai donc à me débattre dans des bruits métalliques, le sommier n'appréciant pas vraiment ce genre de traitement, mêlés de respirations rapides et angoissées...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icare
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 188
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Ah le matin, son énergie, son enthousiasme, son... en fait non. [Icare]   Mar 30 Juil - 23:06

-Quoi ? 5 h du mat... Dodo... Quoi ? Kaya... Kaya ?

Le jeune homme raccrocha son téléphone et se redressa sur son sommier, encore tout emmêlé dans les draps comme d'habitude. Soutenu par ses bras, Josh bailla, étirant ses grandes ailes blanches qui eurent pour mérite de mettre la couverture K.O par terre. Encore une fois il allait passer un bon quart d'heure à refaire son lit de façon impeccable pour mieux en faire n'importe quoi pendant la nuit. Comment avait-il déjà fait pour dormir avec son copain du moment sans le tuer ? Hein.. Mais qu'est-ce que cette question avait avoir avec Kaya ? Et pas question de s'atteler à la remise en forme du sommier, son amie avait besoin d'aide. Histoire de ne pas la tuer avec son haleine, Icare attrapa vite fait une sorte de petite pastille, c'était du dentifrice "mangeable", un nouveau truc sur le marché bien pratique qui s'étalait seul. Quant au pantalon, ce fut ce dernier qui fit s'étaler Icare sur le sol tant ce dernier se précipitait. Finalement quelques pas de danses plus loin, un coup de peigne qui laissait ses cheveux débrouillés mais totalement mal coiffés et des arrachages de plumes en règle en enfilant son tee-shirt trop vite, Josh filait ventre à terre dans les couloirs.


*Ah oui ne prévenir personne, discret donc.*


Le jeune homme ne ralentit pas sa course mais la força à s'alléger pour n'avertir personne, son coeur battait la chamade et il devait se retenir pour ne pas s'envoler par instinct. Évidemment, Icare était bon en sprint mais sur la durée, il faiblissait vite puisque son corps avait dans l'idée de décoller et non de continuer son footing matinal dans les couloirs de l'institut. Heureusement Jay avait décidé de dormir ici cette nuit, et heureusement aussi il régulait très bien à ce niveau et c'est certes essoufflé, mais sans transpirer comme un buffle qu'il poussa la porte de son amie. Vu l'urgence, frapper serait un peu débile comme idée.

En fait il aurait peut-être dû pour se préparer à ce qu'il voyait présentement. Kaya avait deux sortes de... Oui des ailes dans le dos mais à première vue bien plus grandes que les siennes qui prenaient déjà de la place. Le jeune homme était habitué à calculer les distances et les tailles en plein vol, sans compter qu'il connaissait la construction d'ailes, plus ou moins. Bon autre différence, si lui avait été construit sur le modèle de l'oiseau, celles de Kaya ressemblaient à celles de chauves-souris. Et franchement, l'aspect démoniaque des films d'horreurs y était. La scène qu'ils devaient offrir était sûrement burlesque dans un autre contexte. L'ange contre le démon, ou plutôt l'angelot désemparée qui cherche comment aider la démone qui s'en prend aux sommiers.


-Ok... Bon... Pas paniquer déjà. Arrête de t'agiter, je vais m'approcher et je vais essayer de décrocher "ça" de ton lit, déjà tu devrais te sentir moins encombrée. Ça... Ça doit être ton pouvoir, j'ai pas découvert les miens en même temps, il paraît que ça arrive parfois, tardivement. Ça doit être un autre don relié au premier en général. C'est ce qu'ils disent dans les cours.

Argh, pourquoi n'avait-il pas assisté à plus de cours sur les mutants ? Probablement parce qu'à l'époque Icare ne les aimait pas et les craignaient ? Encore un peu aujourd'hui malheureusement là, oui, il devait lutter pour ne pas s'enfuir en courant. Les grandes démonstrations de gêne X l'effrayaient toujours, heureusement il s'agissait de Kaya, son amie, alors il avait déjà plus confiance et puis elle avait besoin de lui. Dans le doute, il préférait ne pas toucher les étranges appendices de son amie au cas où si cela lui faisait mal ou générait quelque chose d'encore plus bizarre.

-Bon je m'approche, ne bouge pas d'un cil, je touche pas tes machins là rassure-toi, je m'occupe juste de ce qui reste du lit.

Fit-il en essayant de passer précautionneusement les restes de ouate perdus dans les "ailes" de son amie, au moins les plus lourds pour la dégager un peu.

_________________
Dessin de la signature par Raythereign. Citation par Calli Kayan

L'Amour donne des ailes, mais aucune leçon de vol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaya Spencer
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 482
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Re: Ah le matin, son énergie, son enthousiasme, son... en fait non. [Icare]   Mar 30 Juil - 23:40

Je me concentrais comme je pouvais, sur ces nouveaux membres que je ne parvenais pas encore à bouger, mais sans grand résultat... en fait, je ne savais pas quel ordre envoyer, ni que penser pour les mouvoir. Je sentais que je pouvais les bouger, j'avais cette sensation qu'on ressent quand on a un muscle quelque part, sensation que l'on ignore vu qu'on est né avec, mais qu'on peut sentir si on fait très attention. Si on se concentre sur ses membres, on peut ressentir quelque chose de spécifique aux endroits où il y a des muscles, chose qui n'apparaît pas aux endroits qui n'en ont pas (ou moins). Je savais que je pouvais les bouger mais j'ignorais encore vraiment comment.

C'était... Un peu comme jongler. On sait comment faire en théorie, on sent qu'on peut y arriver, mais en pratique on n'a pas les bons réflexes pour jongler avec 24 œufs crus sans rien faire tomber. On n'a pas la mémoire musculaire pour le faire. Oui, voilà, c'était ça : je n'avais jamais eu ce genre de saloperies dans le dos, donc je n'avais pas encore de mémoire musculaire même pour les mouvements les plus élémentaires. Comme... Un bébé qui ne sait pas marcher. Super, j'avais 10 mois, maintenant. Gros progrès, Kaya, pas à dire, tu te surpasses. Quelle réussite dis donc ! Je voulais développer un pouvoir de protection, de régénération, un truc du genre, je m'étais tirée dessus, et j'avais des... des pointes géantes dans le dos ? Mais je me faisais totalement troller par mes propres gènes ou quoi !?

Mes pensées furent interrompues par l'arrivée en trombe de Jay qui eut l'air... Plutôt choqué par la scène. Il me dit alors de ne pas paniquer, mais c'était trop tard... J'avais les deux mains sur le visage (sauf les yeux), le pansement sur l’œil droit d'ailleurs, et j'étais en larmes. Ces machins continuaient de m'envoyer des sensations tactiles confuses, ça me picotait, comme quand on a des fourmis mais que c'est en train de passer.

« Josh... J'suis... j'suis désolée... Je sais pas ce que c'est... J'arrive pas à m'en débarrasser... »

Il disait que ça devait être mon pouvoir. Ben ça, pour une révélation... Merci, Captain Obvious ! En attendant, il paraissait que "ça" arrivait parfois. Quoi, se réveiller avec des griffes difformes dans le dos ? Alors là, je pensais avec une grande certitude que non, ça n'arrivait pas à grand monde, ce genre de chose.

Il s'approcha en tout cas me demandant de ne pas bouger, ce que je fis. Le simple fait qu'il soit là ne me rassurait pas totalement, mais m'aidait déjà un peu à me calmer, et alors qu'il commençait à enlever les morceaux d'ouate qui étaient accrochés aux pointes... Je sentis quelque chose de nouveau, encore une fois. Je venais de les bouger. Je ne savais pas trop comment, mais je sentais que ça avait bougé. Je me concentrai un bref instant, et les branches des ailes claquèrent assez fortement sur le sol.

« Et merde... éloigne-toi... Reste pas là... »

Il eut tout juste le temps de se déplacer que PAF ! L'aile droite se déploya d'un seul coup, éclatant le sommier et le matelas au passage. Le bidule était totalement déplié et faisait la longueur de la pièce. C'était... Maintenant que je pouvais la voir en entier, c'était juste carrément dégueu comme machin, merde, d'où ça sortait !? 'fin, oui de mon dos, mais... Je sortais des lames en métal bizarre, là ça avait l'air de... d'ossement fait en carapace d'insecte métallique, qu'est-ce-que c'était !?
En tout cas, les dégâts infligés au lit furent suffisants pour que l'autre aile soit libérée, et je me retrouvai ainsi debout, les deux machins dressés derrière mon dos. Mais PUTAIN c'était haut aussi ! Les bidules, 'fin... Il y avait des pointes en haut et elles touchaient quasiment le plafond. Et les branches du bas étaient à moins de trois centimètres du plancher.

J'étais en tout cas là, sur mes deux jambes, les deux larges ailes de chitine métallique déployées sur les côtés avec une large envergure. Je me frottai de nouveau le visage avec un air paniqué, ne semblant pas comprendre ce qu'il m'arrivait.

« Merdemerdemerde, comment je vire ça moi !? Je sais même pas ce que c'est, c'est apparu en dormant ! On dirait des... Je sais même pas ce qu'on dirait...! Oh putain le matelas, je vais me faire massacrer... »

Bon, il fallait que je vire ces conneries, donc autant le faire à l'ancienne, méthode efficace et reconnue ! De mon bras gauche sortit une lame dans un craquement un peu crado, et je saisis avec la main droite une des deux ailes... Avant d'avoir subitement un mouvement de recul et un frisson. Je sentais que j'étais en train de me toucher. ... ok, la formulation de cette phrase n'est pas super. Reprenons... Je sentais que ma main était en contact avec la branche de cette "aile" étrange. Mieux non ? Enfin le fait était que je le sentais, et que ça m'avait surprise. J'avais une sensation à un endroit que... que je ne connaissais et comprenais pas vraiment. Dans un nouveau membre... Avec un air d'appréhension, je passai l'index le long de la branche principale, grimaçant.

« Je... Je sens mon doigt dessus... Mais... Je sais pas, j'ai l'impression qu'un nouveau bras m'est poussé, j'arrive pas à... à contrôler les mouvements... Je peux les bouger, t'as vu, mais... Je sais pas comment faire... Si j'essaie je sens que ça va... Putain mais comment je vire ça moi !? »

Bon, allez, il fallait enlever tout ce merdier. Je repris la branche de l'aile bien en main, la poussant vers le bas, et levai ensuite le bras gauche, prête à découper un peu ce matériel encombrant... Je sentais que ça allait faire bien mal, mais d'un autre côté, quelle alternative avais-je, au juste ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icare
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 188
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Ah le matin, son énergie, son enthousiasme, son... en fait non. [Icare]   Mer 31 Juil - 0:03

-Non de...

Icare avait juste eu le temps de se déplacer, ou plutôt de se jeter en arrière, coudes contre le sol, que la chose gigantesque balaya l'air ainsi que le sommier comme un fétu de paille. Autant dire qu'il n'avait pas pris la peine de remarquer son pansement sur l'oeil avec autant de choses à regarder à la fois. Kaya qui se plaignait de ne pas être très puissante venait d'être servie, elle venait tout bonnement d'exploser un des lits de l'institut bien solides, sensés résister aux assauts d'adolescents mutants. Deux facteurs au potentiel destructeur énorme. De la même manière Josh avait l'impression qu'en demeurant sur place, il se serait facilement fait embroché. Ces deux machins avaient l'air aussi encombrants que dangereux à vrai dire. En tout cas ils n'étaient pas franchement engageantes, elles avaient même un aspect assez repoussants. Bien glauque tout ça pour en revenir à une de leur conversation sur ce qui l'était ou non.

-J'me plaindrai plus jamais que mes ailes sont encombrantes.

Lâcha-t-il d'une petite voix en levant la tête, toujours à demi allongé sur le sol pour regarder les bras se déployer jusqu'au plafond. A côté en effet, ses propres ailes avaient l'air ridicules mais autant dire qu'il les préférait nettement. Le jeune homme se redressa en tremblant encore un peu sur ses jambes, il tâchait toutefois de ne pas trop montrer sa propre peur car Kaya paniquait suffisamment comme ça.

-Ok, si tu les sens c'est un bon signe, ça veut dire que tu peux les contrôler... Bon normalement le gêne X fait les trucs plutôt bien, ces machins sont énormes, et vu que tu rentres déjà tes autres lames, peut-être que tu peux faire pareil avec ça ? Essaye d'en bouger un, comme si c'était un bras. Concentre-toi sur ce truc et pense à le faire se replier, exactement comme un coude.

Jay avait eu du mal à se servir de ses ailes, à les coordonner car elles étaient grandes et très musclées. Néanmoins l'immense paire de son amie ressemblait à une construction plus humanoïde, les articulations étant moins complexes. Avec un peu de chances, en se calment, Kaya pourrait parvenir au moins à les replier. Le jeune homme s'approcha à nouveau, sortant un mouchoir pour essuyer les joues de son amie, tout du moins si elle ne le rejetait pas.

-Écoute, c'est difficile, mais on est dans une école de mutants, j'suis sûr qu'ils vont savoir que faire, gérer le truc. Tu veux pas que j'appelle un prof ? Ça va aller, je reste avec toi dans tous les cas. Essaye de respirer à fond, vas-y, doucement, après on va essayer de les ranger, tu vas me copier...

D'une petite tape sur la main de Kaya, Icare l'enjoignit à ne pas faire preuve de brutalité avec elle-même, une fois de plus.

-Ne tente pas de les virer, j'ai déjà fait et c'est pas le truc à faire. C'est de toi maintenant, tu peux pas faire ça, ce serait te mutiler. On va faire plus pratique. Vas-y, mets tes mains sur les miennes.

Proposa le mutant en fermant les yeux et en respirant un bon coup pour se calmer, proposant à Kaya d'appuyer son front contre le sien et de faire pareil avec ses mains à demi-levés, il voulait rétablir un peu de tranquillité afin qu'ils réfléchissent mieux. Icare avait bien changé depuis ce temps où lui-même paniquait avec son don, hurlant de colère et de rage, désormais, c'était à lui d'aider une personne dans la détresse avec son gêne X. Ne sachant pas si son amie allait accéder à sa demande, Jay ouvrit doucement ses paupières, veillant à demeurer stable en apparence et il déploya ses propres ailes dans le peu d'espace qui restait. Même si les siennes étaient plus complexes et surtout vêtues de plumes qui cachaient la structure, il pouvait quand même servir de miroir où s'accrocher pour tenter quelque chose. La construction de base était sûrement la même.

-Essaye d'en ramener une comme moi, tu la replies doucement, pense au fait que tu aimerais bien la ranger et suis ta propre musculature. Ne fais pas plus d'efforts que la normale, tout s'emboîte naturellement.

Le jeune homme replia donc son aile qui s'accorda parfaitement et rejoignit son omoplate dans le haut, alors que les plus longues plumes frôlaient ses genoux, il la redéploya et invita son amie à faire de même.


-Pense juste à replier, ton corps fera le reste. On verra après si tu peux rentrer tout ça à l'intérieur. J'sais pas, j'crois pas que ce soit les mêmes mais bon y'a sûrement des similitudes. Tu sens ton dos bouger et ses muscles s'harmoniser à chaque mouvement ? Prends en conscience, apprends à connaître leur façon de s'ouvrir, leur manière de bouger...


Fit-il en espérant adopter la bonne méthode, le tout en incorporant des conseils que Worthington lui avait donné lors des premiers cours pour contrôler ses ailes. Au moins Kaya commençait de suite, ça aurait été plus dur en attendant, mais bon vu la taille des machins, son amie aurait eu plus de mal que lui à se contenter de traîner le fardeau. Enfin... Une chose à la fois. D'abord contrôler les bras puis les rétracter au fond si c'était possible, même si pour ça ils auraient peut-être effectivement besoin d'un prof. Ensuite si l'occasion se présentait, demander ce qu'était ce pansement sur l'oeil de son interlocutrice, le tout en essayant de savoir si cette histoire n'était pas qu'un cauchemar en fait.

_________________
Dessin de la signature par Raythereign. Citation par Calli Kayan

L'Amour donne des ailes, mais aucune leçon de vol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaya Spencer
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 482
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Re: Ah le matin, son énergie, son enthousiasme, son... en fait non. [Icare]   Mer 31 Juil - 11:04

Je tremblais de tout mon corps ou presque... Mes jambes tenaient à peine, et je couvrais ma poitrine vu que les ailes, en se déployant, avaient totalement arraché mon haut de pyjama. Super pratique. Glamour, dis donc. Suaaaave... Enfin, pour l'instant j'avais d'autres préoccupations, notamment le fait que ces immenses ailes étaient là. Je sentais qu'elles étaient... Crispées. En fait, elles étaient étendues de toute leur longueur ou presque, ce qui n'était pas très pratique pour marcher, mais... Je sentais que ce n'était pas leur position normale. C'était moi qui, stressant, les bloquais dans une position inconfortable.

Sauf que voilà : je ne savais pas comment les faire bouger, ni comment les détendre. Je fus néanmoins inquiétée par quelque chose d'autre, Josh parlant du fait qu'"ils" vont savoir que faire. J'affichai subitement un air paniqué, secouant la tête et répondant entre deux sanglots :

« N... non non, nonononononon ! Ils doivent... Il faut que personne le sache ! S'il-te-plaît... S'il-te-plaît, 'faut le dire à personne... Tout ce que j'veux c'est les enlever... »

Il m'arrêta néanmoins quand je cherchai à les tranches, me signalant que ça ne servait à rien de tenter de les retirer, vu qu'il avait tenté. Il avait raison, mais mes "ailes" étaient bien différentes. Elles étaient... Monstrueuses. En fait, elles avaient l'air d'être faites de la même matière que mes lames mais en bien plus conséquentes, dotées d'articulations, d'un réseau de muscles et de nerfs, c'était totalement différent de ce que j'avais déjà vu de mes pouvoirs.

Mais Jay se rapprocha de moi, posant le front contre le mien et tendant les mains. Je savais qu'il s'en fichait donc je retirai les mains de ma poitrine, pour les poser contre les siennes, essayant de me calmer. Le contact physique me rassurait, énormément même. C'était la meilleure manière de me ramener à un état normal, pour tout dire. Je fermai les yeux, me concentrant sur ce contact et sur sa voix, respirant un peu plus lentement... Je sentais encore mon cœur tambouriner à grande vitesse dans ma poitrine, mais il ralentissait un peu.

Il fallait que je pense à les replier... Je ne savais pas comment faire, donc je décidai d'abord de tenter de me détendre. Ce ne fut pas simple mais j'y parvins et les deux griffes immenses que j'avais dans le dos se replièrent doucement, prenant une position bien plus pratique que "dépliées au maximum et enfoncées dans les murs". Soupirant longuement, je répondis ensuite à l'ange d'une voix encore hésitante :

« Je... Je suis détendue là... Je ne touche à rien... Je donne aucun ordre aux muscles... Là c'est... je crois que c'est leur position normale... »

Je ne pus retenir une nouvelle et brève crise de larmes, qui ne dura que quelques secondes, avant d'ensuite respirer un grand coup... "Leur position normale". Parce que c'était normal, ça ? Certains avaient des ailes d'ange, d'autres avaient une super vitesse et moi j'avais... des sortes de griffes géantes dans le dos ? Parce que ce n'était pas des ailes, pas du tout des ailes, il n'y avait pas de portance, même pas de voilure !

Et au moment où j'y pensai, je fus servie. Dans un bruit terrible de peau déchirée, une sorte de fine couche de ce biométal que je comprenais de moins en moins se forma, entre les branches de chacune des ailes. Je frissonnai à cette sensation qu'une nouvelle fois je ne comprenais pas, ouvrant les yeux et tournant la tête pour observer le résultat. Il fallait que je m'en débarrasse...

« Ce... c'est... ça sert à rien et... et c'est immonde... 'faut les enlever... »

J'observai alors la chambre, constatant les dégâts. J'allais me faire totalement massacrer... Déjà que quand j'avais tranché le matelas j'avais eu des emmerdements, mais là je venais de dévaster le lit et une partie des murs de la chambre. C'était le bordel partout, il y avait des trucs cassés dans tous les sens... Je devais trouver un moyen de faire en sorte que personne ne rentre pour un moment, le temps que... Je ne savais pas trop. Le temps que je trouve une solution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icare
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 188
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Ah le matin, son énergie, son enthousiasme, son... en fait non. [Icare]   Mer 31 Juil - 16:58

-Touche pas, laisse-moi regarder.

Râla Josh en se détachant des mains de son amie pour tourner autour des "choses" avec un air de prédateur inexpérimenté. L'ouverture de la membrane dans un bruit eu ragoutant lui fit faire un petit saut en arrière dans un semi-vol jusque derrière les restes du sommier. Finalement tout semblait enfin s'être stabilisé, alors il retenta une approche, prudemment, essayant de ne pas trop trembler sur ses jambes. Quant à la pièce, c'était un bordel monstrueux qui trônait, d'ailleurs il était étonnant que personne n'ait débarqué, attiré par le bruit. Ne s'occupant pas de basses inquiétudes comme le rangement pour l'instant Josh observa les "ailes" de son amie, les siennes étant partiellement déployées et semblant même quelques peu hérissées, comme pour s'apprêter à fuir en cas de danger. Très prudemment, l'angelot passa une main sur l'une des membranes puis l'articulation.


-Tu sens mes doigts ? J'crois qu'elles sont vivantes... Comme les miennes, du genre que si on les coupe, ça saignerait, c'est bizarre... Tes larmes sont vivantes aussi ? On dirait vraiment qu'il y a des nervures... Et si tu te "débarrasses" de ça, vu ta taille et l'endroit où elles naissent, t'es bonne pour une sacrée hémorragie, donc tu ne touches à rien. Sinon j'appelle vraiment quelqu'un. Ce n'est pas la solution, tu vas juste te tuer en tranchant ces machins. Bon, déjà tu les as replié, pensons positifs, c'est déjà ça... Ya personne dans les couloirs à cette heure, on peut essayer de sortir pour que tu sois plus à l'aise et voir un peu tout ça. Non ?


Le jeune homme n'était pas sûr que Kaya passe la porte mais bon, ils devaient bien essayer. Lui-même connaissait tous les endroits tranquilles de l'école pour n'avoir eu de cesse de les chercher lorsqu'il était totalement asocial. Lentement le mutant s'éloigna des bras, essayant d'avoir une vision plus complète des choses.


-Tu rigoles ou quoi ? Ça sert à rien ? C'est pas toi qui voulait une évolution de pouvoir ? Ce truc peut déchiqueter à peu près n'importe quoi en quelques secondes. Suffit de savoir les manier, c'est vivant et ça t'obéis, pas de raison pour que ça ne te serves pas. Et puis quelque soit le résultat, que ça serve ou non, ce sont tes gênes ma grande, va falloir composer avec.

Fit-il gentiment mais fermement, il espérait bien faire rentrer dans le crâne de son amie que non, elle ne pouvait pas se débarrasser de ces ailes, si terrifiantes et dégoûtantes soient-elles. Bon pour le deuxième adjectif, une fois qu'on s'y faisait, ça n'était quand même pas si moche, plutôt impressionnant, de là à froncer le nez en trouvant ça immonde, n’exagérons pas. D'un geste, le jeune homme ouvrit la salle de bains de son aînée pour prendre une serviette qu'il déposa dans ses mains afin que Kaya puisse recouvrir sa poitrine. Il réfléchissait déjà à comment lui faire mettre un tee-shirt pour sortir. Pas aisé avec des appendices bien plus encombrants que les siens encore.

-J'crois pas que ce soit fait pour voler.


Ajouta Josh en se baissant pour contempler les "lames" d'en-dessous.


-C'est trop lourd, et trop grand ! Même si tu l'es un peu plus que moi, proportionnellement ça ne le fait pas. Après je ne suis pas un pro... Mais chais pas, les articulations sont trop "grossières"... Par contre ça a l'air très solide, je pense que mes ailes se fracasseraient dessus sans que tu n'aies une égratignure... Une arme, j'pense vraiment que c'est ça, ça ressemble juste à des ailes par hasard, ça fait vachement armure quand même... 'Fin pour ce que j'en sais.

_________________
Dessin de la signature par Raythereign. Citation par Calli Kayan

L'Amour donne des ailes, mais aucune leçon de vol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaya Spencer
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 482
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Re: Ah le matin, son énergie, son enthousiasme, son... en fait non. [Icare]   Mer 31 Juil - 18:04

Je m'exécutai, ne touchant à rien. Je l'avais appelé, et je devais lui faire confiance. Il se mit donc à tourner autour de ces... disons "nouveautés", alors que je tâchais de me calmer. Il fallait que je tente de voir les choses objectivement, sortir de ma perspective personnelle. Ce n'était pas du tout un exercice simple, j'avais pas mal de mal à le faire, mais avec assez de concentration et dans de bonnes conditions je savais que je pourrais y parvenir. Je respirai donc un grand coup, fermant les yeux alors qu'Icare observait ces branches osseuses qui sortaient de mon dos. Je profitai de ce bref temps de repos pour tenter de me voir depuis l'extérieur.

De ce que j'avais vu de ces machins, et de ce que je sentais, il y avait... une articulation au bas du dos, une autre plus loin qui forme un angle, ensuite l'aile remontait vers le haut dans une grande branche séparée en deux au centre, avant d'ensuite partir dans un angle sur une autre articulation, et finalement se séparer plus loin en trois, dans (encore) une articulation... Et il y avait encore deux articulations sur les trois branches finales. En fait, maintenant que j'y pensais, ça ressemblait vraiment à une sorte de grande main. Une immense main griffue mais dans le dos... Finalement, je commençais à mieux comprendre le lien avec mes capacités précédentes. Peut-être qu'en me concentrant je pouvais rendre ces ailes tranchantes, en plus d'être pointues ?

Le look ne devait pas être extrêmement rassurant en tout cas... De ce que j'avais vu, c'était même plutôt creepy sur les bords, genre ange déchu ou reine insectoïde crado. Maintenant, ça pouvait aussi être badass. Et à noël, je pourrais foutre des guirlandes lumineuses dessus... Cette idée m'arracha presque un sourire amusé. Prendre les choses avec humour... Tout le monde n'aimait pas ma tendance à le faire, ils voyaient parfois ça comme irrespectueux et grossier de se moquer du malheur des autres, mais ce n'était pas pour se moquer. C'était une façon de relativiser, de voir les choses sous un autre angle moins dramatique, plus calme, plus serein. Et la preuve que ça marchait : je me moquais de moi-même et hop, de "en train de pleurer" je passais à "finalement c'est marrant". Bon... Je devais admettre que ce n'était pas si simple que ça, mais pendant un bref instant, je ne fus plus paniquée par ces membres qui sortaient de mon dos.

Je sentis subitement quelque chose, et les griffes géantes se retirèrent très légèrement, comme par réflexe. En fait non... Par réflexe. J'avais senti quelque chose et les machins s'étaient très légèrement reculés, de moins d'un centimètre, dans un geste rapide, comme le ferait un bras ou n'importe quel autre membre.

« Ouais... J'ai senti ça... J'ai senti le mouvement aussi, c'était un réflexe. »

Il signala ensuite que couper poserait de sérieux problèmes... Je voulais bien le croire. Il demanda si mes lames étaient vivantes, je hochai la tête pour acquiescer.

« Oui elles sont un peu comme une sorte d'os ultra épais et métallique en fait... C'est pour ça que quand une lame éclate, je garde parfois une cicatrice. »

Je pointai alors du doigt mon pansement sur l’œil, que j'avais depuis peu. J'étais revenue à peine une journée plus tôt et n'avais pas encore recroisé Josh depuis... Mais pour le moment, j'imaginais qu'il y avais plus urgent à gérer que ma tendance à me tirer des balles dans la tête dans des soirées de l'ambassadeur de Norvège.

Je soupirai en tout cas longuement une nouvelle fois, ne répondant pas quand il me proposa de sortir. Même si j'étais moins flippée, je n'avais aucune envie de sortir avec ce machin et me faire voir par quiconque. Il ajouta ensuite que moi qui voulais que mon pouvoir évolue, j'étais servie. Ah ben ça, c'était peu de le dire, j'étais servie un grand coup.

« Ce que je voulais c'était des capacités défensives... Mais j'imagine qu'on n'a pas ce qu'on veut dans la vie... »

A la place j'avais gagné une sorte de handicap marrant : ne plus pouvoir me coucher, ni passer au travers des portes. J'attrapai la serviette dans mot dire pour me la passer autour de la poitrine, et affichant une mine pensive. J'avais peut-être une idée pour me débarrasser de ces conneries. L'ange n'aimerait pas du tout ça, mais d'un autre côté, je ne comptais pas trop lui donner le choix. Je l'observai alors qu'il analysait la forme et l'aérodynamisme de ce bordel innommable, concluant que ce n'était probablement pas fait pour voler. Ben tiens... Ce truc pesait une tonne, je me voyais assez mal prendre mon envol avec. Dommage. Si j'avais pu voler avec, ça aurait pu être assez utile, tandis que là...

Je décidai donc de mettre ma petite idée en application.

« Je sais comment les faire rentrer, mais il faut que tu recules. Ensuite, tu vas devoir aller chercher du lait au réfectoire, ainsi que de la viande, et du sucre, de préférence quelque chose de liquide. Enfin sauf la viande. Par exemple, du lait à la fraise, c'est bien sucré. D'accord ? C'est vraiment important. Du lait, du sucre, et de la viande. »

Et sans attendre la moindre réponse... Je me mis à sortir tout ce que je pouvais. D'abord, mon deuxième avant-bras devint tranchant sur le bas, puis le dessus ensuite, mes doigts devinrent également des longues griffes, des pointes de 4cm de long sortirent de chacune de mes vertèbres, d'autres lames crantées sortirent de mon crâne, au niveau du front, formant une sorte de "V", puis ce fut le tour des jambes, des épaules, du torse, au total je dus sortir une bonne vingtaine de lames et pointes en plus des ailes. Autant dire qu'il ne me fallut pas longtemps pour paraître totalement désorientée, perdue même : j'étais devenue instantanément anémiée. Pâle comme pas possible, je finis par chuter au sol alors que les lames rentraient lentement dans ces mêmes craquements sinistres... Et les ailes aussi. Les branches extérieures fusionnèrent, pour ensuite se mêler à la branche principale, et après une vingtaine de secondes, l'ensemble sembla "rentrer" dans mon dos. Il n'y en avait quasiment plus de traces, juste des marques rouges à l'emplacement auquel elles étaient sorties au départ... Quant à moi, je n'étais pas vraiment en état de grand chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icare
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 188
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Ah le matin, son énergie, son enthousiasme, son... en fait non. [Icare]   Mer 31 Juil - 21:09

Icare allait demander à son amie ce qu'était le bandage qu'elle lui avait montré. Un coup de ses lames qui étaient sorties trop près de l'oeil ? Son don était dangereux, elle devrait réellement en parler. Néanmoins Josh n'eut pas le temps de chercher plus d'explications que la jeune femme mis un stratagème au point. Lui-même allait suggérer d'attendre jusqu'à ce qu'elle se fatigue comme pour ses autres lames, mais Kaya était plus vindicative, elle fit sortir une vingtaine de "griffes" d'un coup. Le chanteur recula malgré lui par réflexe, quand bien même il lui faisait confiance, la vision était très dérangeante. On aurait vraiment dit la dame des enfers ainsi.

-Ok. Viande, lait, sucre... Ok !


Le jeune homme poussa un petit cri quand son amie tomba à la renverse, il alla instinctivement vers elle mais se rappela des ordres donnés. Aussitôt le mutant se releva pour courir jusqu'à la cuisine, laquelle heureusement restait toujours ouverte pour les petits creux. L'institut semblait avoir conclu un accord tacite avec ses résidents, ceux-ci pouvaient venir dans la cuisine de temps à autre hors repas mais seulement s'ils laissaient tout bien rangés. Chacun trouvant son compte respectait sa part, il fallait aussi l'approvisionner avec ses courses de temps à autre, ce qu'Icare faisait par acquis de conscience car il se servait parfois dans le frigidaire. Il n'eut donc aucune peine à piller dans le garde-manger, surtout qu'il y avait urgence. Le mutant prit une bouteille de lait, il l'ouvrit et renversa du sirop de fraise dedans avec une cuillerée, non deux de sucre en plus. Il prit un deuxième pack au cas où et choppa une assiette de viande cuite la veille avec des pâtes qui restaient dedans. Tant pis pour celui qui s'était préparé son etit plat, il y avait urgence.

Le jeune homme passa aussi par sa chambre pour prendre une tablette de chocolat achetée la veille, il y avait beaucoup de fer dans ce genre de produit. Autant mettre toutes les chances de son côté. Se ruant ensuite vers la chambre de son amie, Josh posa toutes les affaires sur le sol, haletant encore après sa longue course. Sans perdre un instant il renversa le lait à la fraise dans un bol saupoudré de sucre -le mélange bien écœurant- et se mit à côté de son amie tandis que la porte se refermait doucement sur eux. Il prit sa tête contre lui, la posant sur ses genoux et entrouvrit ses lèvres.


-Tiens bois, ça va te requinquer.

Josh essayait d'avoir l'air rassuré en disant ça, il devait être calme pour maîtriser la situation. Au moins il put constater que les lames étaient rentrées. Jetant un coup d'oeil sur le côté, le mutant visionna la glacière a demi renversée, il y avait ds glaçons et une serviette en tissu propre pour les plaies de la jeune femme. Heureusement que l'ange était habitué à soigner les petits bobos de ses frères et soeurs avec les moyens du bord, sa mère lui avait bien apprit tout cela, sans quoi Kaya et lui seraient encore plus mal barrés que maintenant.

_________________
Dessin de la signature par Raythereign. Citation par Calli Kayan

L'Amour donne des ailes, mais aucune leçon de vol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaya Spencer
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 482
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Re: Ah le matin, son énergie, son enthousiasme, son... en fait non. [Icare]   Mer 31 Juil - 21:58

Décidément... Finir dans les vapes, c'était ma spécialité ces derniers jours. Une fois après la balle, puis une autre fois maintenant, bien joué quoi. Enfin une nouvelle fois, je ne pouvais pas bouger ou presque, mais j'entendais et ressentais tout ce qu'il se passait autour de moi de manière confuse. Josh venait de pousser un cri de surprise parce que j'étais tombée... J'entendis vaguement qu'il quittait la pièce. Il était sûrement allé chercher de la bouffe comme je lui avais demandé... J'espérais qu'il n'était pas allé courir pour trouver un enseignant ou l'infirmière, parce que là je serais vraiment dans les emmerdements. Comment parviendrais-je à expliquer le fait que la chambre soit dévastée ? Là, il faudrait que je devienne carrément créative.

Les minutes passèrent, en tout cas, me semblant durer des heures entières. Je n'avais plus vraiment de notion du temps mais il me semblait durer une éternité absolument interminable, incapable que j'étais de bouger ou de bien voir où j'étais... Mais après ce long moment, j'entendis de nouveau la porte et un Jay essoufflé qui semblait faire quelque chose avec un liquide. Je sentis alors quelque chose contre ma bouche... Je l'ouvris plus par réflexe qu'autre chose, commençant à boire avec une légère grimace de dégoût. Beuarck, il avait quand même carrément chargé la mule, là... Ce machin devait être constitué à 90% de sucre, comment avait-il pu réussir à créer un tel bouillon de culture ? Je n'avais de toutes façons pas la force de protester.

Les minutes passèrent... Une, deux, cinq, et finalement je finis par ouvrir un peu les yeux, l'air vraiment pas dans mon assiette. Je lui fis un signe de la main assez maladroit, de me refiler encore de ce lait méga sucré, avant d'ensuite apercevoir la bouffe du coin de l'oeil. Il me fallut deux ou trois bonnes minutes pour réussir à bouger la main, attrapant le morceau de viande et le déchiquetant pour l'avaler comme je pouvais... Ce n'était pas un énorme boost en fer mais c'était déjà un départ, disons. Il y avait aussi du chocolat. Du chocolat noir. C'était une bonne source de fer, bien pensé.

Je mangeai donc mollement la tablette, et après encore quelques minutes, alors que le soleil commençait à se pointer, je pus finalement parler un peu maladroitement :

« Merci... désolée pour ça... je pens... hmf. Pensais pas que ça arriverait... Putain qu'est-ce-que j'vais faire si elles réapparaissent ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icare
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 188
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Ah le matin, son énergie, son enthousiasme, son... en fait non. [Icare]   Jeu 1 Aoû - 2:12

-Euh y'a une fourch... Pas grave.

Son réflexe avait été un peu superficiel pour le coup. Franchement quelle importance avait la bienséance après avoir saccagé toute sa chambre, être apparu seins nues avant de s'évanouir ? Le jeune homme dut retenir un sourire nerveux, au moins les dégâts les plus graves étaient matériels et non humains. Icare s'inquiétait tout de même pour les plaies de Kaya, il était sûr que les professeurs comprendraient son aînée et ne l'enguirlanderaient pas. Après tout elle ne serait pas la première à démolir le mobilier sous l'emprise de son don. C'était en ne parlant pas qu'elle risquait d'être incomprise. Les profs parieraient sur l'expression particulièrement violente d'une adolescente retardataire en mal de vengeance. Si un mutant ne contrôlait pas ses humeurs et donc ses pouvoirs déjà acquis, il encourrait des ennuis, mais pas dans le cas si spécifique d'un nouveau pouvoir. Malheureusement c'était à son amie de décider, tant qu'elle n'était pas en danger immédiat, Icare ne dirait rien car c'était à elle de choisir bien que ce qu'elle ait décidé était particulièrement irresponsable. Le jeune homme ne pouvait qu'essayer de la convaincre. Il la regarda finir la viande puis la tablette de chocolat avant de reporter son regard sur elle, ayant profité de l'interlude "repas" pour peser chacun de ses mots.

-Je ne sais pas si on peut gérer ça seuls...

Bien sûr il s'incluait dans l'affaire, Kaya l'avait mis au parfum, il restait dans l'aventure, si inquiétante soit-elle. De toutes manières son amie n'avait aucune raison de s'inquiéter, il régénérait après tout, n'est-ce pas ? Et quand bien même cela serait dangereux pour sa personne, Josh considérait que les amis devaient également se montrer dans les moments difficiles, surtout dans les moments difficiles à vrai dire, son ton avait donc été catégorique et il avait bien souligné le "on". Le reste tenait plutôt du désespoir.

-Normalement t'es à l'institut pour ça. J'veux dire, les profs pour eux c'est du "normal" ce genre de trucs, c'est leur quotidien, ils savent quoi faire mais tu ne veux pas les prévenir. Du coup va falloir trouver autre chose... Peut-être essayer de les faire apparaître toi-même avant qu'elles n'en fassent qu'à leur tête ? En fait on te fatigue bien avec un entraînement, on évacue tout le stress etc, c'est là que le sport intervient tu vois. On te crève mais pas assez pour que tu ne puisses plus utiliser tes dons bien sûr. Là, l'esprit dénoué, mais quand même fatiguée, tes "ailes" seraient moins dangereuses qui sait ? Et bien sûr, on prépare un super repas à l'avance. J'pense qu'il faut que tu n'évites pas mais que tu provoques, pour apprendre à les connaître, à savoir ce que c'est et tout, parce que si tu les oublies, elles se rappelleront à toi au super moment qui tue, c'est à dire celui où il ne fallait absolument pas qu'elles arrivent... T'en dis quoi ?

Mouais, y'avait guère mieux comme proposition, et c'était bien ce qui inquiétait Jay, torturé entre sa loyauté d'ami et son inquiétude pour la santé de la jeune femme. Se disant, il s'approcha d'elle, un bout de coton en main, du désinfectant dans l'autre, sans oublier les glaçons dans un sac faisant office de poche en bas de ses pieds.


-Tourne-toi, je vais essayer de désinfecter un peu tout ça. Kaya, je te promets de t'aider et tout, de te couvrir même... Mais on est d'accord, si tu gères vraiment pas, que ça devient dangereux pour ta santé ou celle des autres, on prévient les profs... Je ne vois pas ce qu'ils pourraient te reprocher après tout. Tu es dans une école pour MUTANTS. Il y en a qui ont des pouvoirs encore plus destructeurs... Un ami qui balance des genres de piques blindés m'a raconté combien de fois on avait du refaire sa chambre. ENTIEREMENT... et plusieurs fois, genre le jour où il a tout sortit d'un coup, adossé au mur et qu'il a transpercé celui-ci à quelques centimètres de chez le voisin, ou qu'il les a projeté pour la première fois. Apparemment, c'était dans le même état qu'ici. Aucun prof ne lui a jamais rien dit, il a juste eu des entraînements adaptés pour contrôler. Sérieux Kaya, tu peux leur faire confiance. Donc là on gère, mais si ça empire, on parle, ok ?

A 22 ans, il osait bien espérer que la demoiselle serait d'accord avec ce léger compromis somme toute normal. Le seul brin de raison dans cette vaste folie qu'ils s'apprêtaient à commettre.

-Tu te sens d'attaques pour sortir et retenter ? C'est l'heure idéale et effectivement, tu t'es bien épuisée physiquement et mentalement...


Fit-il pour ne pas trop appuyer sur cette histoire de parler aux profs et rappeler qu'il était là, à ses côtés pour la soutenir.


-Ouais, par contre la chambre... J'vois pas trop comment on va faire si tu veux mettre personne au courant. A la rigueur j'connais un mutant qui répare les objets en les touchant... Moyennant mon dessert pendant un an au réfectoire et un peu "d'argent de poche", il pourrait déjà bien améliorer l'aspect, peut-être même refaire le lit entièrement. T'en dis quoi ? Si tu ne veux même pas l'impliquer lui, alors là, j'ai aucune idée de comment faire...

Et oui, même dans les écoles de mutants il y avait des petits trafics. Certains ne voulaient par exemple pas avouer qu'ils avaient cassé une vitre ou un vase voir un tableau en jouant trop avec leurs dons dans une zone interdite, alors ils faisaient appel à un camarade qui pouvait tout réparer... Et c'était payant. Le pire, c'est qu'évidemment, ce genre de mutant la était très demandé, normal lorsque la majorité des élèves étaient des adolescents en pleine montée d'hormones avec une mutation entre les mains de surcroît. Quoiqu'il en soit, Kaya pouvait sûrement deviner que ce "pote" serait très discret dans son propre intérêt. Icare soupira, ils avaient cette solution qui allait leur coûter cher et au moins son amie pouvait rentrer ses griffes, restons P.O.S.I.T.I.F.S, n'est-ce pas ?

_________________
Dessin de la signature par Raythereign. Citation par Calli Kayan

L'Amour donne des ailes, mais aucune leçon de vol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaya Spencer
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 482
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Re: Ah le matin, son énergie, son enthousiasme, son... en fait non. [Icare]   Jeu 1 Aoû - 11:08

Il ne pensait pas qu'on puisse gérer ça seuls... Et je devais avouer qu'il avait peut-être raison. Je ne comprenais pas grand chose à cette nouvelle capacité stupide, Josh semblait s'y connaître mieux mais malgré tout il avait l'air assez confus aussi. Et il suffisait de regarder l'état des lieux pour comprendre qu'en solo je ne parviendrais pas à avancer des masses... La chambre était à moitié dévastée et j'étais pâle, par terre, un ami me nourrissant pour essayer de me faire revenir à moi. Et j'avais encore faim, d'ailleurs, tiens. Enfin, en attendant, gérer ça en solo ne serait peut-être pas envisageable. Je disais que je ne voulais voir personne et autres parce que je paniquais, mais maintenant que j'avais l'esprit un peu plus calme (quoiqu'un peu confus encore), je voyais les choses un brin différemment.

Puis je me rappelais de ce que Caitlyn m'avait dit... Seul, on n'est rien. Je n'étais toujours pas d'accord, et pensais sincèrement que quelqu'un pouvait devenir quelque chose de grand, de beau et de bon en solo. Mais j'étais d'accord sur le fait que c'était un chemin difficile, et qu'accompagné tout était nettement plus simple et plus agréable. Le chemin de croix solitaire était possible, mais pas obligatoire.

Sans compter ce que Jay disait... J'étais dans une école pour mutants, spécialisée dans ce genre de cas, il aurait donc été totalement stupide de ne pas profiter de ça. A ce niveau, je n'avais aucun intérêt à être dans l'Institut, autant aller dans n'importe quelle fac' et voilà, affaire classée. Il fallait donc que j'en parle à quelqu'un... Mais je ne savais pas quand, ni à qui. A quelqu'un de confiance... Pour l'instant je n'étais pas en état de trop réfléchir à ça, et je ne savais pas trop comment je ferais. Là, maintenant, je voulais me calmer, manger, et essayer de me reposer.

Lorsqu'il me proposa de m'entraîner et les ressortir, je secouai la tête en négation. Là... Non.

« Je me sens vraiment pas là... vraiment pas... Je sais même pas comment les sortir en plus, et je suis vraiment pas bien... Je suis même pas sûre de pouvoir sortir un canif pour le moment... Faut que je mange et que je me repose... »

Je me frottai le visage en soupirant, réfléchissant de nouveau à cette histoire d'en parler à quelqu'un. Clairement, je devrais le faire, mais dans l'immédiat je n'avais juste pas la capacité de bien réfléchir clairement aux détails. Je répondis donc à Josh avec un petit sourire :

« Laisse. Je vais en parler à quelqu'un... t'as raison. C'est débile de venir dans une école spécialisée en mutants et cacher les problèmes mutants. Je sais juste pas à qui, et pour le moment... Je dois dormir, et faire le point... Pioncer ça fait le tri dans le cerveau... Mais j'vais voir quelqu'un oui. J'pense que ça vaut pas le coup d'attendre qu'une catastrophe se produise, genre moi qui empale un gamin par erreur ou une connerie du style. »

J'attrapai le matelas déchiré en deux, ou du moins une partie à peu près intacte, la traînant un peu vers moi dans un geste mou. Une fois qu'il fut suffisamment proche, je m'installai en boule dessus.

« Là j'ai b'soin de dormir... Faut que... chais pas. J'irai voir quelqu'un, j'te promets. Et... chuis désolée de t'avoir réveillé à une heure pareille... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icare
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 188
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Ah le matin, son énergie, son enthousiasme, son... en fait non. [Icare]   Dim 4 Aoû - 10:28

Josh soupira d'aise, il était content que Kaya l'ait écouté. Le jeune homme était déboussolé, il se rendit compte qu'il tremblait légèrement de partout, de la pointe des cheveux jusqu'au bout des plumes. L'émotion avait été très forte, néanmoins le chanteur était content que son amie l'ait appelé lui, il était flatté d'une telle confiance et heureux également d'avoir su dépasser son ancienne peur des mutants. Certes, tout n'était pas encore gagné, Icare devait prendre sur lui la plupart du temps mais on pouvait compter sur sa personne désormais et surtout il savait se contrôler. Cependant les éloges n'étant pas propices en ce moment et surtout peu ancrées dans son caractère voir inexistantes habituellement, Icare se recadra très vite sur un sentiment... Le soulagement. Le soulagement car malgré son teint toujours pâle et le choc psychologique, la jeune mutante semblait aller mieux.

-Repose-toi bien surtout, et si tu as besoin de quoique ce soit, n'hésite pas à m'appeler. On s'en fout de l'heure à laquelle tu m'as réveillé ou si tu dois à nouveau me réveiller. Tu le fais c'est tout.

L'artiste aurait aimé rester mais il savait que c'était inutile, laissant donc son amie recaler le lit -n'ayant pas eu le temps d'intervenir avant.- Josh se retourna pour ramasser l'assiette et les couverts dans la glacière. Il roula en boule dans un sachet ce qui devait être jeté puis se releva doucement. Kaya s'était déjà endormi le temps qu'il remette en ordre ce qui pouvait l'être, autant dire peu de choses. Souriant malgré lui, le chanteur s'approcha d'elle et déplaça une de ses mèches de cheveux qui lui tombait sur les yeux.

Revenant à la cuisine, Jay rinça les couverts puis décida de préparer un petit plat pour Kaya. Il fit aussi cuire de la viande mais pour la replacer dans l'assiette de pâtes de l'étudiant ou du prof qui avait déjà tout préparé la veille. Il était vraiment trop gentil pour être délinquant décidément ! Même un vol pour la bonne cause, il fallait qu'il le répare. Heureusement avec 9 frères et soeurs dont 6 étant ses cadets, le mutant savait s'affairer autour des fourneaux. Il prépara d'autre viande pour son amie, des pâtes et sa mixture très sucrée au cas où. Mais d'un autre côté il fit aussi un vrai plateau repas au cas où si Kaya n'avait aucune urgence, et n'était donc pas dans l'obligation d'avaler le mélange exécrable.


En baillant, l'Ange revint dans la chambre de son amie, il déposa les mets et s'en alla. La jeune femme avait promis de prévenir quelqu'un, Icare lui faisait confiance. Désormais c'était à la demoiselle de lui demander à nouveau de l'aide si elle en avait besoin, sachant qu'elle pouvait compter sur lui. En attendant le mutant ne voulait pas envahir son espace vital et la laissait gérer seule quand elle semblait préférer agir de la sorte. Retournant dans sa chambre, bien épuisé après toutes ces émotions, le jeune homme du se forcer à prendre une douche, il avait peu transpiré mais la poussière soulevée avec les objets volants au mur et le stress l'avaient bien salis quand même. Inutile de rentrer dans ses draps propres tout sale et puis il avait besoin de dénouer ses muscles encore raidis, comme sur la défensive. Après une 1H30 sous le jet à nettoyer chaque plumette puis à les lisser, Icare soupira d'aise. Par chance, il avait déjà fini ses études et n'était donc plus forcé d'assister aux cours. Quant à la leçon de vol c'était demain. Ouf, il allait pouvoir dormir toute la journée... Enfin sauf si Kaya l'appelait bien entendu. Conscient de cette possibilité, Josh déposa son téléphone juste à côté de lui sur l'oreiller et ne tarda pas à s'endormir.


[HJ : Rp clos pour ma part sunny ]

_________________
Dessin de la signature par Raythereign. Citation par Calli Kayan

L'Amour donne des ailes, mais aucune leçon de vol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ah le matin, son énergie, son enthousiasme, son... en fait non. [Icare]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ah le matin, son énergie, son enthousiasme, son... en fait non. [Icare]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» stephan gendron au show du matin WOW! bien dit!!!!
» Désolée mais je déteste les lampes à économie d'énergie... (sujet fusionné)
» Descente Venomous Villains ce matin sur les Champs ! (photos ajoutées)
» Veille informationnelle : Hydrogène et énergie renouvelables
» Arcan ce matin... AQCPE et AEMFQ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: L'Institution Charles-Xavier et Alentours-
Sauter vers: