AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La colère n'est qu'une courte folie [Grudge & Surion]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Exodus
Acolyte Gamma
avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 30/06/2013
Age : 23

MessageSujet: La colère n'est qu'une courte folie [Grudge & Surion]    Sam 20 Juil - 0:37

Le fameux Bureau de Magnéto. Exodus avait décidé de s'y installer pour faire le point avec les confréristes plus ou moins responsables de quelques missions à travers le monde. Des missions visibles et évidentes par delà le spectre des devoirs qu'il incombaient à la confrérie de remplir pour faire avancer et évoluer la société. Malheureusement il serait bien trop optimisme de penser que ce groupe éclairé par l'Idéologie d'un visionnaire en soit à un point de pouvoir faire avancer la société. Non, bien loin de là aujourd'hui plus que jamais la Confrérie luttait contre la régression et la décadence de certains mais en était contaminé de l'intérieur comme une poisse collante et puante. Elle émanait même de ce bureau trop souvent vide pour un homme trop occupé à recoller les morceaux brisés par ses enfants. Des livres, un fauteuil, des cartes posées sur le bois et quelques carnets avec plus ou moins d'informations. Erik est bel et bien quelqu'un de mystérieux, mais dans ses moments où seul son ombre demeure dans les souvenirs Benett s'est toujours efforcé de reprendre sa place, parfois se faisant passer pour lui auprès de générations trop crédules. Non, il ne le faisait pas exprès mais lorsque seul le mythe demeurent derrière le nom de Magnéto, n'importe quelle personne se présentant comme chef et possédant un charisme pouvant coller avec le dit mythe se voit d'un coup soupçonné d'être le guide de la mutanité et père de l'Idéologie confrériste. Mais Exodus n'était qu'un berger. Il tire alors son épée et son fourreau de son dos et pose le tout lourdement sur le bureau, l'air pensif.

« - Tu es messager n'est-ce-pas ?
- Heu, en quelques sortes oui... Téléporteur plutôt.
- Bien, convoque dans le Bureau de Magnéto celui qui est chargé de la branche confrériste de la côte ouest des États-Unis pour un débrifing sur la situation de l'axe Pacifique. Convoque également la personne à qui on a confié cette missive il y a de cela un an si ma mémoire est bonne.
- Ce sera fait. »

Voilà les quelques mots échangés plus tôt avec ce qu'Exodus appelait encore un messager. Quant à la missive en question il avait transmit une copie écrite d'un ordre de mission donné il y a bien des mois avec un objectif plutôt simple en apparence. Exodus voulait absolument savoir où en était ce confrériste sur ce sujet car les événements de décembre n'auguraient rien de bon et aucune nouvelle trace de cet homme n'avait été trouvé après cela. Cet homme était connu plus ou moins nationalement dans certains milieux comme Mister Sinister, mais la confrérie connaissait sa potentielle véritable identité de Nathaniel Essiex. Fut un temps où une alliance aurait été possible et même envisagée entre les Maraudeurs et les Confréristes car les conniassances génétiques et scientifiques de Sinister sont les meilleures de cette planète avec le Docteur McCoy vraisemblablement. Mais aujourd'hui une terrible ombre planait au dessus de lui comme le spectre d'une quête de puissance et Dieu sait à quel point Exodus est un homme vigilant de ce côté.

Devant le bureau de bois se trouvait deux fauteuils et le Templiers s'assit dans le troisième réservé au mutaniste Lensherr. Ce n'était pas de l'impolitesse, de l'arrogance ou de l'égocentrisme, non. Exodus prenait la relève en tant que bras droit, rôle qu'il a toujours assumé. Sinister était donc dans ses pensées mais pas seulement. Depuis plusieurs années sont regard était tourné vers un seul axe, celui allant de New-York à l'Asie en passant par l’Atlantique et l'Europe. Mais il y a un autre axe sur lequel il ne s'est pas assez penché et c'est bien sur le Pacifique, la Côte ouest des États-Unis, l'Océanie et le Japon. Économiquement, diplomatiquement et politiquement beaucoup se jouait sur cette mer et il était primordial d'en maîtriser les aspects pour pouvoir agir justement et précisément. Les coudes sur le bureau, buste droit légèrement penché en avant il fixe le parfait horizon, doigt joint devant son menton, masquant quelques peu sa bouche et sa très carrée mâchoire. Ses mains rouges et épaisses finissent donc ses bras aussi imposant. Il n'a pas prit la peine d'absorber sa puissance psychique naturelle qui émane donc comme souvent de ses yeux telles des flammes vacillante et pour certains fascinantes.

« Asseyez-vous et identifiez-vous je vous pries. »

Dit-il alors que - après quelques temps d'attente - son messager lui avait indiqué l'arrivée des deux confréristes qui n'étaient pas nécessairement arrivé en même temps. Mais ce n'était pas important car au final les voilà pénétrant tour à tour le cadre de la porte. Il les laissa entrer, fermant derrière eux la porte d'une simple pensée au nez du téléporter qui observait la scène intrigué justifiant par là même le simple fait que des réunions stratégiques étaient loin d'être habituelles en ces lieux. Il les fixais tour à tour attendant qu'ils se présentent à lui pour juger - dans leurs voix, dans leurs timbres et leurs attitudes – leurs personnalités et leurs caractères. Pas besoin de télépathie lorsque l'instinct lui-même suffit. Quant-aux noms, il n'a jamais porté énormément d'importance aux alias et autres noms de codes confrériste étant lui même fière de ses ancêtres bien que reconnaissant dans cette coutume une manière de sauvegarder une identité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Surion
Confrériste Delta
avatar

Messages : 269
Date d'inscription : 29/03/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: La colère n'est qu'une courte folie [Grudge & Surion]    Sam 20 Juil - 11:14

Depuis longtemps, il voulait en savoir plus, plus sur sa mission, sa mission du plan de Magneto. Mais quand il a commencé, il n'avait pas besoin de connaître tout de cette objectif, mais maintenant qu'il fait cavalier seul, il a besoin de savoir, il a le droit de savoir tout sur l'affaire Sinistre. Et pas seulement parce que Erasme voulait plus de détails.

Il avait demandé il y a quelques jours une entrevue avec Magneto, ou un haut dirigeant de la confrérie pour qu'il lui donne ces informations, et étonnement, il eut une réponse assez rapide. Un des confréristes, téléporteur à première vue, venait d'apparaître presque sous ses yeux, lui demandant d'aller au bureau de Magneto dans les plus bref délais. Et bah dites donc, il avait demandé Magneto, et c'est Magneto qu'il allait rencontré. Mais pour la première fois depuis plusieurs années, il était à la fois fier, et plutôt effrayé à l'idée de rencontrer le chef de la confrérie en personne, et dans son bureau.

Sans attendre un seul instant, et laissant en plan ce qu'il était entrain de faire, il se dirigea vers le bureau de Magneto. Il passa par des couloirs qu'il n'avait jamais visité au par avant. C'était un peu comme quand on est collégien, et qu'on est convoqué chez le directeur, mais en plus effrayant.
Arrivé au niveau de la porte du grand maître, Surion frappa à cette dernière. Il entra ensuite de le bureau.
Et là, le choc, ce n'était pas Magneto, mais un homme, un très gand homme non seulement par la taille, mais aussi par l'expérience, car Peter avait déjà entendu parler de lui dans les couloirs de la confrérie, et il reconnut surtout grâce à son armure et son épée, posée sur la table. Mais aussi à son air sortit tout droit du début du moyen age.

A vrai dire Surion aurait préféré voir Magneto, car Exodus pouvait lui par contre, lire dans les pensés et ça Surion détestait au tout haut point, et la prestance de cet homme, était presque plus effrayante que celle de Magneto. Mais Surion garda tout son sang froid, normal pour un mutant de glace, il laissa transparaître aucune faiblesse de sa part.
Et sa voix, rien que le son de sa voix pouvait faire taire un publique d'une centaine de personne, et sans micro. le mutant de glace s’exécuta
.

-Surion ! Secteur externe ... Monsieur !

Depuis le temps qu'il n'avait pas eut affaire à un supérieur, Peter avait presque oublié le "Monsieur", mais peut être qu'Exodus n'en aurait pas tenu rigueur.
Surion resta assis, droit comme un I, enfin un I assis, attendant ce que le chef des Acolytes allait dire
.

_________________
Couleur des paroles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle Kenneth
Neutre Delta
avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: Re: La colère n'est qu'une courte folie [Grudge & Surion]    Sam 20 Juil - 20:40



C’est Fastpass au téléphone qui en avait rigolé le plus lorsqu’il m’avait parlé de cette convocation avec le fameux « Exodus », un nom à la con qui sonnait comme celui d’un minions échappé d’une orgie-fan de la Rome Antique. Un mec qui ne rigole pas d’après lui, sauf que je n’étais pas le plus hilare non plus dans mon genre et qu’on risquait à s’emmerder plus qu’à un One Man Show de Florence Foresti avec une conversation amicale au coin du feu entre l’ « excitus » ou « Dragibus » et moi en période « Qu’est-ce que fou dans ce Flim, Bob ». Outre que je croyais le personnage occupé à reprendre le rôle du Kurgan dans un remake d’Highlander, je ne voyais pas en quoi ce résidu de l’antiquité ou du moyen âge, j’ai jamais été fort en Histoire, se permettait de me convoquer comme son larbin et j’avais franchement autre chose à foutre que de venir lui brosser son épée à la con et lui gratter les burnes en confreriste servile : y’en avait bien assez à la confrérie pour lui toucher le bâton de berger et lui mettre des glaçons dans le verre de Sky, non ? J’enquêtais sur la drogue de Frisco et ça, Erik m’avait dit que c’était prioritaire, alors Fuck Off.

Deux secondes…Ça c’était y’a quelques dizaines d’heures.

Qu’est-ce que je fous à déambuler dans les couloirs pisseux de la confrérie avec mes lunettes de soleil accrochées à ma putain de chemise hawaïenne, ma barbe de trois jours, mes yeux rougis par la clope et mon cuir sous le bras avec mon bon look de junky infiltré mode touriste pédale de Frisco ? Couverture ? Tu sais c’que c’est man ? Ça veut dire te goinfrer tous les pisse- froids des bas-fonds pour avancer en immersion et te taper leurs élucubrations de débiles drogués et leurs conversations de merde. Kyly-les-bons-tuyaux ? Bordel, Erik, tu t’fous d’ma gueule ou quoi ? Tu m’prend pour un putain d’énergumène qui va t’raconter des souvenirs ? En parlant de souvenirs. Y’en a même un qui m’a raconté tout DBZ, imaginez la retenue pour pas lui carrer mon psycho-gun dans le fion pour lui montrer le coté real-scientifique d’un Kaméhaméha. Donc si Erik ne s’était pas montré plus insistant au téléphone en me demandant de cesser mes activités séance tenante pour prendre l’avion sous l’identité de David Starsky, l’illuminé moyenâgeux aurait pu aller s’empaler sur son épée afin d’attendre qu’un futur vainqueur lui retire le glaive du fion pour devenir roi de Grande Bretagne.

La confrérie…Des pétasses qui courent en serviettes de bain près des douches en se racontant les news de Secret Story. Des killeurs qui bouffent leurs crispies à la cantoche…Affligeant et prévisible, comme dans un rêve en sorte. Mais bon, ce n’était pas loin de New York, et à New York, y’avait surtout moyen de rester quelques jours pour passer quelques days off avec ma petite Juby. Faudrait penser au savon avant sinon je pourrais passer la soirée peinard sur le canapé avant de pouvoir la voir jouer du rodéo avec mon gras sabre laser.

D’aucuns diront que je fais un caprice, c’est juste qu’à force d’être en permanence en roue libre sur la Cote Ouest, je ne voyais plus grand monde de mon côté. Des rapports quasi quotidiens, j’assommais Magneto avec parce que c’était mon job, parfois il y répondait, d’autre fois non. C’était comme ça qu’on fonctionnait. Alors revenir à la « couveuse  à tarés », non merci même si j’avais conscience de grossir le trait et que ça ne rendait pas réellement justice à certains membres comme Swap par exemple qui était l’un des plus prometteur que j’avais rencontré dernièrement. La confrérie souffrait clairement d’un problème d’idéologie, le profil des recrues faisaient vraiment peur, souvent tournés vers une haine viscérale de l’humain et des préoccupations primaires tournées vers l’Ego et l’autosatisfaction de leur statut de « bad boys », ils en oubliaient les bases : pourquoi nous nous battions et surtout comment nous devions le faire.

Ca n’allait pas s’arranger, surtout lorsqu’on m’introduit dans le bureau de Magneto où trônait fièrement la star du jour. C’était un sacré combattant, ca je le savais parfaitement et c’était loin d’être jo-le-clodo mais en toute franchise je ne comprenais pas ce qu’il foutait là à se chauffer les miches ancestrales sur ce fauteuil qui n’était pas le sien, plutôt qu’être utile à la cause…ailleurs. En parlant d’inutile, il avait fait venir l’éminence grise de New York, celui qu’on s’étonnait toujours de voir vivant à encombrer les couloirs et faire la visite mais dont inévitablement, on ne pouvait pas oublier le nom tant il était capable de vous le refiler quarante fois dans une discussion convaincu que ça devait suffire à faire sa légende. Peut-être était-il là pour les glaçons en cas de rafraichissement et encore…j’avais des doutes.

Il n’eut pour salutations qu’un vague regard avec autant d’intérêt qu’il en méritait c'est-à-dire celui que je jette à la cuvette avant de tirer la chasse. J’avais eu vent qu’on l’avait placé à l’Externe, ca lui allait bien…mieux qu’à l’interne et investigation en tout cas parce que avant de chercher quelque chose, c’était déjà ses neurones qu’il devait commencer à retrouver. Ou les décongeler, c’est selon. En tout cas, je ne l’aimais pas et ce n’était pas nouveau, outre le fait qu’il avait surement du fourrer son Mister Freeze entre les cuisses de Louise, il était à mes yeux, l’incarnation ultime du blaireau qui n’avait rien compris à notre combat.
La rancune tenace ? Ouais, on ne m’appelle pas Grudge pour rien.

J’adore qu’on me parle comme à un soldat, sérieusement. On évite le topo « langues sous la douche » et on se concentre sur les faits uniquement. Le temps est précieux pour tout le monde. Je m’installe en prenant garde de ne quand même pas paraitre trop hostile, après tout, il ne m’a rien fait…du moins pas encore, même si je ne vois pas ce qu’il me veut et encore moins pourquoi il m’associe à une compagnie aussi illustre.

- Grudge, responsable de la confrérie de San Francisco, responsable par intérim de la fédération de la Cote Ouest depuis le départ de Mystisque ce qui englobe le groupuscule de L.A, San Francisco, Seattle, et le groupuscule de Phœnix.

Putain ! Ça en jetait en fait sur un CV…beaucoup moins bandant quand ça rassemblait quinze mutants a tout péter mais au moins ce n’était ni des bras cassés ni des pécores, que des éléments surs. Il y a des choses que parfois, je devrais m’abstenir de faire. Celle-ci en sera une.

- Et vous ? Magneto est malade et la vidéo-conférence est en panne ? Y’a eu du Putch ou de la promotion, j’ai pas eu le mémo ?

_________________


Ma loyauté va à Magneto parce qu’il a compris plus vite que les X men que ce monde nous est hostile et que les armes menant à notre destruction sont déjà rougies sous le marteau des forges, il s’érige en dernier rempart d’une espèce. Il défend les siens par la seule option qu’on puisse choisir face à l’oppression : la violence et la légitimité de son usage. Mais si un jour il en vient, une fois la tempête passée à s’imposer comme une sorte de Dieu régnant sur les vainqueurs et les vaincus au nom d’une dictature « nécessaire », alors il m’aura comme ennemi, implacable et infatigable. Mon idéal va à une cause, surement pas un homme. Mon idéal, c'est la liberté. Ma cause, c'est notre survie.
K.K
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exodus
Acolyte Gamma
avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 30/06/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: La colère n'est qu'une courte folie [Grudge & Surion]    Dim 21 Juil - 13:36

Surion et Grudge. Voici donc les deux noms de code des personnes que l'ancien chevalier avait convoqué. Ils étaient arrivés sans trop de retard et pratiquement en même temps ce qui avait l'avantage de ne pas faire perdre à Exodus sont temps qu'il pouvait investir dans bien des activités dépassant souvent l'entendement des êtres normaux. Il combattait à travers le monde après des décennies d’enquête sur des groupes tapis dans l'ombre et assez puissant pour le mettre en déroute si aucune précaution n'était prise. La quêté de l'Octessence était son fardeau à lui mais ce n'était pas non plus sa seule préoccupations. Il surveillait et se rendait souvent en Europe pour également donner quelques ordres et directives d'attaques aux confréristes présents là bas. Il rassemblait également de plus en plus des sympathisant en Asie ce qui le forçait également à projeter des stratégies efficaces pour relancer une confrérie en ces terres hostiles aux mutants. L’Égypte était également un endroit surveillé étroitement par Exodus notamment depuis les récentes révolutions populaires faisant trembler la région politiquement et religieusement remplaçant le tourisme comme danger principal d'une découverte du tombeau d'En Sabah Nur. Il fallait qu'il scrute également le ciel à la recherche du Phénix qu'il devait absolument rencontrer pour éviter et contrer les nombreuses erreurs qu'il pourrait commettre volontairement ou involontairement à cause de sa puissance démentielle. L’institut Xavier avait échoué de nombreuses fois quant au maintiens de l'entité dans le secret le plus absolue et le calme. Aujourd'hui plus que jamais il était réveillé et pouvait par ricochet réveiller bien d'autres mal endormis sur cette planète. Enfin il scrutait le sud et le pôle sud là où les promesses d'une ère nouvelle s'étendaient sous une végétation encore inexplorée. Toutes ces actions ne lui laissait que peu de temps pour commander directement et activement la confrérie de New-York. La preuve en était que beaucoup ne le connaissait ici que de réputation et de nom.

Les deux hommes qu'il avait en face de lui s'étaient tout deux présentés avec cette même fausseté dans le discours. En apparence ils n'étaient pas les même mais dans leurs manières de réagir face à Exodus ils pouvaient très clairement être associé à un manque cruel de sincérité et d’honnêteté envers lui et envers eux-mêmes. Le Templier voit généralement tous les mutants comme ses fils mais ce rapport ne veut jamais dire paix et complicité. L'un des deux se comportait comme on l'a toujours majoritairement fait avec lui : en marquant exagérément le respect par une fausse politesse hypocrite. L'autre en revanche suintait la crise d'adolescence et la crise identitaire. Chacun sait que dans cette période, l'enfant se cherche, ce qui passe par un refus de l'autorité et des extravagances vestimentaires et dialectique faites pour choquer le conservatisme de la précédente génération. Beaucoup de confréristes étaient des personnes à l'égo surdimensionné et à l'estime d'eux très grande. Mais comme tout soldat qu'ils étaient ils savaient au final s'incliner lorsque c'était nécessaire et surtout lorsque c'était ordonné. Cependant, le sentiment qu'ils peuvent avoir de se faire dicter leur conduite ou de se voir donner des ordres réveillent en eux un instinct animal de liberté. Ils grognent qu'ils n'ont aucun ordre à recevoir de quiconque sans pour autant mordre. Grudge faisait sans aucun doute possible parti de ces personnes n'acceptant pas qu'on leurs dicte ou qu'on les convoque. Pourtant le point devait être fait et il devait l'être fait rapidement afin de réorganiser les directives, les rôles et les missives au seins de la confrérie pour relancer cette machine grippée. Qui d'autre pour faire ce travail ici lorsque le chef spirituel vaque à des occupations politiques encore mystérieuses pour tout le monde ? Certainement pas Grudge qui est un homme de terrain, un homme de la rue. Certainement pas Surion qui manque d'initiative et de réalisme face à ce qu'est la cause mutante. Exodus ne les blâme il n'a pas une si faible prétention pas pour cela. Ce qu'il fera c'est les éduquer et les guider bien qeu ce soit très ambitieux aux yeux de certains. Une communauté est faite de complémentarité pour avancer et ces deux hommes ont des talents qu'il n'a pas ou qu'il n'a pas au même niveau. Mais il est le seul actuellement à pouvoir organiser ce fouillis poisseux avant que le ravage du temps ne brise définitivement la Confrérie dans tout ce qu'elle représente.

Alors quand vient la provocation il ne bronche pas. Toujours droit, toujours immobile, il tourne la tête légèrement vers Grugde, sont regard vide et inquiétant fumant l'énergie psychique qui affecte les esprits alentours par le biais du plan astral – renforçant ainsi la prestance de l’ancêtre - se pose alors dans ses pupilles, dans son âme. Il ne scanne rien, il n'use d'aucun pouvoir car il n'en a pas besoin et il n'a pas d'énergie ni de temps à gaspiller ici et pour eux. Ses doigts joints, il écoute car tout est important même si tout n'est pas à conserver au final. Il faut analyser, comprendre et trier par la suite ce que l'on a assimilé. S'énerve-t-il ? Non, la colère n'est qu'une courte folie et s'énerver pour des provocations marquerait le manque de maîtrise de cet homme et sa fragilité mentale. Or si il y a bien une qualité et une unique qualité chez lui c'est cela : la maîtrise. Il prend alors la parole.

« Grudge. Ne sois pas si attaché à la superficialité du fauteuil dans lequel je sied. Les trônes ne valent rien tout comme ceux qui les remplissent. Seul compte les valeurs que les chefs expriment. Les miennes sont simples et en un mot : Liberté. Mais pour cela il faut survivre et pour survivre nous avons besoin de droiture. Rends-service à la cause : Tais-toi lorsque tes propos sont inutiles. »

Sa voix est forte et claire. Chaque mot est articulé parfaitement et le rythme est lent, posé. Les mots sont prononcés avec un accent Français assez léger pour que cela ne soit en aucun cas risible ni ridicule. Les consonnes plus marquées claquent dans l'air lourd de juillet et sa pensée est limpide et claire : Il n'a pas de temps à perdre et Surion et Grudge non plus. Il tourne ensuite la tête vers Surion, le fixant de la même manière et lui lançant avec le même calme quelques mots sans se préoccuper ni écouter une possible, hypothétique et osée réponse de Grudge.

« Surion. Fais-moi un rapport précis et concis sur la situation de ta traque de Nathaniel Essiex. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Surion
Confrériste Delta
avatar

Messages : 269
Date d'inscription : 29/03/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: La colère n'est qu'une courte folie [Grudge & Surion]    Dim 21 Juil - 17:57

A peine s'était-il assis, que Surion fût rejoins par un autre confrériste. Un confrériste dont il avait beaucoup entendu parler, et qu'il avait déjà rencontrer à ses débuts à la confrérie, c'était Kyle, et de ce qu'il avait pu entendre des rumeurs c'était l'ex de Louise. Autant dire, qu'il ne doit pas porter Surion dans son cœur et sûrement pour d'autres choses car Peter ne plaisait pas à beaucoup de personnes à la confrérie.

C'était le regard que lui avait jeté Kyle qui confirma ses pensés, par "politesse", Surion lui lança le même type de regard, une façon de se dire "salut, mais ne me parle pas je peux pas te supporter". Mais bon, pas grave, Peter n'était pas venu pour tailler le bout de gras avec Grudge, donc il est fort probable qu'il ne fasse pas attention l'un à l'autre pendant la durée de l'entretien.

Surion laissa l'autre se présenter. C'est vrai qu'il avait entendu dire aussi qu'il s'occuper de l'Ouest des Etats-Unis, mais faire tout ce chemin juste pour un entretien, et même pas avec Magneto en plus, ça doit être vraiment énervant, mais bon, ça en valait peut être la peine après tout.
Exodus rétorqua forcément à la provocation de Grudge, mais avec un calme très surprenant, mais compréhensible, si il s'énervait à chaque fois qu'on le provoquait, il n'y aurait plus grand monde à la confrérie. Même si il n'y a vraiment pas grand monde à la confrérie.
Enfin bref, on dirait qu'Exodus ne pouvait pas s'empêcher de placer des paroles de chef, le style de paroles des grands orateurs, comme si il était devant des milliers de personnes et qu'il faisait un discours.

Puis, Exodus se tourna vers le mutant de glace, et lui demanda comment se passait les recherches sur Sinistre. Donc il n'utilisait pas son pouvoir de télépathie, c'est une bonne chose au moins.


-La traque avance ! J'ai rencontré un mutant qui a eut un contact avec Sinistre, un contact plutôt musclé même. Il s'appelle Erasme, Erasme Hobbes. Il a beaucoup de renseignements qui pourraient faire avancer les recherches, mais pour cela il aurait besoin, et moi aussi, de plus de précision sur ce qu'on compte faire de Sinistre. Lui voudrait sa mort, mais nous qu'est-ce qu'on veut de Sinistre ?

Surion essaya d'être le plus clair et concis possible. Il voulait une réponse, et des tous les détails de la recherche le plus rapidement possible. Peter n'aimait pas vraiment l'ambiance qui régnait dans cette pièce.

-Et je voudrais savoir aussi tout ce qu'on a sur Nathaniel Essex, jusqu'au moindre détail.

Est-ce un peu effronté que de demander ça, comme ça ? Peut être, mais Surion ne voulait pas aller par quatre chemins, et voulait des réponses. De toutes façons il ne quittera pas ce bureau sans les détails qu'il recherche.

_________________
Couleur des paroles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle Kenneth
Neutre Delta
avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: Re: La colère n'est qu'une courte folie [Grudge & Surion]    Dim 21 Juil - 20:18

« Grudge. Ne sois pas si attaché à la superficialité du fauteuil dans lequel je sied. Les trônes ne valent rien tout comme ceux qui les remplissent. Seul compte les valeurs que les chefs expriment. Les miennes sont simples et en un mot : Liberté. Mais pour cela il faut survivre et pour survivre nous avons besoin de droiture. Rends-service à la cause : Tais-toi lorsque tes propos sont inutiles. »

Hoo, voilà qui me plaisait fortement !
Ca faisait longtemps qu’on ne m’avait pas remis à ma place de façon intelligente. Survie et liberté, il me tapait directement dans les burnes à en faire sonner l’évangile avec. Je ne connaissais le bonhomme que sur le papier il est vrai mais si effectivement il adhérait à ce qu’il disait, en ce cas il venait de gagner une chose, pas encore mon estime parce que ça, il faudrait des actes probants avant que je la concède mais au moins mon attention. La seule personne que je respectais jusqu’ici était Magneto parce que c’était la seule personne avec qui j’étais parvenu à débattre plus d’une heure sur des aspects idéologiques de notre lutte, de toute façon, pour que j’aliène mon bien le plus précieux à quelqu’un à savoir ma liberté, il fallait vraiment qu’il puisse se montrer des plus persuasifs. Alors oui, je me tairais parce qu’il avait parfaitement raison, ça n’apportait rien à la cause et si c’était Yougzy le Clown ou Super Slip qui tenait l’étendard, qu’est-ce que j’en avais à carrer du moment qu’il tienne fermement la hampe et qu’il nous mène là où on devait se rendre. Je me contentais donc d’un léger hochement de tête et d’un rictus qui en disait long sur la façon dont j’avais perçu le message.

Rictus qui s’estompa lorsque je compris qu’on avait confié la traque de Sinistre à Vivagel ! Pourquoi s’étonner ? Au fond on confie bien les clés du sérail à l’eunuque. Mais ce type n’était manifestement pas assez expérimenté pour ce type de mission alors approcher une organisation aussi bien structurée que les Maraudeurs, ça ressemblait à une vaste blague ! Manquait-on à ce point de personnel pour confier une tache aussi délicate à ce novice ? La traque est un art, c’est un combat d’immersion, pas un combat de poseur. Il m’avait fallu six mois pour traquer Dark Beast dans les ruines fumantes d’Alphabet City et vivre dans l’ombre du « Precheur » de destructions et de terres brulées en un jeu de pistes criminels pour débusquer le savant fou et le provoquer jusqu’à gagner son attention en brulant ses labos et son intérêt en échappant à ses hommes. Je l’avais ramené par les couilles à la confrérie avant d’être « promu » à San Francisco.
Et lorsque j’entendis sa réponse, j’eu franchement du mal à ne pas éclater d’un fou -rire incontrôlable. L’envie de rire me passa lorsque je compris à quel point il n’avait rien vu des maraudeurs et passait à des années lumières de Sinistre et de ce que cela supposait même avec ses efforts à son piètre niveau.
Je me tassais sur mon siège en soupirant, jetant à Exodus un regard consterné. Le plus beau restait dans le final où cette triple buse alla jusqu’à lui demander CARREMENT des infos sur Nathaniel alors que c’est lui-même qui était chargé d’en trouver. Ou ce type était un benêt de classe cosmique ou franchement il méritait d’aller s’occuper des cuvettes des chiottes communes avec une brosse à dents.
J’aurai pu fermer ma mouille mais franchement, là « la cause » nécessité que je dise quelque chose d’utile. Un bref regard d’excuses à Exodus.

- Toutes mes excuses.

Je me tournais vers mon compatriote avec une expression gênée et effarée mais aucunement agressive, c’était juste une consternation outrée.

- Attends là, T’es vraiment sérieux ? T’as rencontré « un » mutant qui a eu « Un » contact ? T’es au courant début Décembre qu’il y a 1,7 million d’habitants de Manhattan qui ont eu « un contact » indirect avec Sinistre ? Un grand oiseau de feu dans l’ciel, ça te dit quelque chose ? Le Phénix, que ça s’appelle…Et pourquoi il était là ? Parce qu’un des plus gros Code Delta qu’une équipe de Maraudeurs a mis sur pied pour chopper une X Men et l’exécuter ? Mais attends…tu sais ce qu’est un Code Delta ? t’as déjà vu un maraudeur ou non ? Si ca se trouve…t’étais même pas au courant qu’il était censé être mort Sinistre, parce qu’il est revenu sur le circuit que depuis décembre hein et qu’il a l’Institut au cul…Tu sais les X Men, des professionnels mutants qui ont eu des contacts « directs » avec Sinistre.
Je suppose que tu voulais que ce soit lui qui t’informe, c’est bien vu ? (désignant Exodus)
Comment moi qui suit à des milliers de kilomètres je peux être au courant de ca alors que t’es sur place et que t’entrave que dalle ?, T’es sur que tu sors des fois ? Sérieuuux….Désolé mais là j’hallucine, ce n’est pas contre toi, man, mais…des gens meurent pour ce type de conneries !


Je m’adossais à nouveau sur mon siège en soupirant, l’air complètement abasourdi et je l’étais.

- Seigneur…Pourquoi j’suis revenu ici, moi…


_________________


Ma loyauté va à Magneto parce qu’il a compris plus vite que les X men que ce monde nous est hostile et que les armes menant à notre destruction sont déjà rougies sous le marteau des forges, il s’érige en dernier rempart d’une espèce. Il défend les siens par la seule option qu’on puisse choisir face à l’oppression : la violence et la légitimité de son usage. Mais si un jour il en vient, une fois la tempête passée à s’imposer comme une sorte de Dieu régnant sur les vainqueurs et les vaincus au nom d’une dictature « nécessaire », alors il m’aura comme ennemi, implacable et infatigable. Mon idéal va à une cause, surement pas un homme. Mon idéal, c'est la liberté. Ma cause, c'est notre survie.
K.K
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exodus
Acolyte Gamma
avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 30/06/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: La colère n'est qu'une courte folie [Grudge & Surion]    Mar 23 Juil - 11:26

Il était plutôt navrant d'observer l'efficacité des hommes de la confrérie et de leurs implications tout à fait relative dans le plan M. Ils se disent tous des partisans inconditionnels de Magnéto, prêt à la suivre en enfer, prêt à mourir pour la cause mais au final ils manquent tous cruellement d'initiative, d'efficacité et d'implication. C'était le cas de Peter Sylar aujourd'hui mais également de pleins d'autres hier et demain. Pourtant il était loin d'être le pire et Exodus sait de part les rapports qu'il est également le seul à en assumer les conséquences en venant ici là où certains n'y aurait même pas songé. Il n'est pas le pire car il a tout de même suivit les ordres de Magnéto et recruté quelques membres. Cependant il fallait être franc et sur l'affaire Sinister la confrérie n'avait rien. Elle n'avait rien car l’enquête sur Sinister avait été donné à un homme qui revenait au bercail en demandant des infos qu'il devait aller chercher. Quel étrange paradoxe. La question qu'Exodus devait désormais se poser était pourquoi. Pourquoi cet échec. Le soldat à ses fautes mais le commandant en a le double : Celle d'avoir donné des ordres à la mauvaise personne et celle de lui avoir fait confiance pour remplir la mission. Alors qu'Exodus restait calme, il réfléchissait à tout ce qu'il venait d'entendre. Car malgré tout, cela confirmait une chose qu'il craignait : Sinister ne laisse rien passer et joue dans la catégorie supérieure à tous les membres de la Confrérie réunis. Manipulations, discrétion, jeu d'ombres et influence malsaine d'hommes et de femmes mutantes qui le servent aveuglément jusqu'à la mort.

« J'aimerais te retourner la question, Grudge : Pourquoi revenir sur New-York ? Ce n'est visiblement pas pour me voir mais il est indéniable que tes informations quant-aux incidents de Décembre derniers te placent parmi les trois seules personnes dans la confrérie les connaissant. Les deux autres étant Magnéto et moi-même. Cependant il ne me semble pas que Magnéto ait divulgué ces informations à un quelconque confrériste. Tes réseaux d'informations sont donc soit très fiables, soit très divers allant piocher dans les deux seuls groupes ayant été impliqué à savoir les Maraudeurs et l'Institut. »

Il pouvait tout savoir de lui en quelques instants de recherche et de concentration qui finalement n'en était pas pour la grande simplicité de la tâche. Sa vie privé, son enfance, ses pulsions et désirs inavoués et inavouables, ses actions , ses relations et ses affinités sans parler des pensées directes. Pourtant il ne le fit pas, observant toujours avec cette même imperceptibilité du regard le touriste hawaïen. La raison était plutôt simple, Exodus voulait savoir ce qu'il lui dirait spontanément et comment il lui dirait. Il n'y avait que très peu de personnes connaissant la nature télépathe d'Exodus car ses principales démonstrations de force se sont faites à coup de télékinésie et rafales énergétiques. Cependant pour un expert en mutation il était clair que l'énergie s'échappant de ses yeux est de l'énergie psychique augmentant la probabilité d'une telle hypothèse. Il marqua donc une pose, sans avoir bougé depuis le début de l'entretient. Grudge, ou plutôt Kyle kenneth, possédait des réseaux impressionnants qu'il fallait utiliser à bon escient mais également surveiller car tout contact peut se faire dans les deux sens.

L’ancêtre se tourna alors vers Surion où les choses devaient être plus directes. Il avait la curieuse impression qu'on ne le jugeait pas intellectuellement à sa juste valeur. Chaque personne pense souvent que, lorsqu'il demande à ce qu'on s'identifie, Exodus avoue alors qu'il ne connaît rien ni personne à la confrérie et qu'il y revient donc pour des petits contrôles de routines ou pour se la jouer chef d'armée. C'est faux. Exodus est certainement le deuxième homme le plus renseigné de la confrérie et cela vaut pour les membres, leurs passifs, leurs noms et identités, leurs missions, leurs affiliations et ainsi de suite. Il demande donc à ce qu'on s'identifie notamment pour juger et jauger et, parfois, pour recoller un visage sur des informations. Il fixait alors Surion, parlant toujours avec le même calme et le même froid qui pouvait nettement contraster avec ses propos.

« Je vous serait gré dorénavant de ne pas me prendre pour un imbécile. Me demander à moi ce que nous recherchons et ce que nous voulons de Sinister est très insultant et navrant, Surion. Il y a de cela un an et demi une mission a été donnée à Louise Saavedra connue sous le pseudonyme d'Ampère. Cette missive stipulait clairement qu'elle devait s'entourer de suivant pour récolter un maximum d'informations concernant Nathaniel Essiex : Son origine, ses intentions et ses actions en lien avec le monde des mutants. Il était demandé de récolter également des renseignements sur ceux qui adhèrent à ses pensées et qui agissent pour lui dans l'ombre : ses Maraudeurs. Il était stipulé qu'elle devait découvrir les véritables intentions de ce groupuscule et consulter l'avancée des projets de ce dernier. Ampère ta choisie comme partenaire et ta par la suite légué cette tâche pour des raisons que j'ignore. Pourtant tu viens m'annoncer que tu ne sais pas ce que nous voulons de Sinister ainsi que me demander ce que la confrérie a sur cet homme là où c'est ta tâche. Que dois-je en penser, Surion ? Que les ordres de Magnéto ne sont pas clairs ? Quelles informations as-tu récolté ? Rien. Que sais-tu de ses intentions ? Rien. Que sais-tu sur ses maraudeurs ? Rien. Que sais-tu de ses travaux ? Rien. La seule chose que tu sais en plus d'un an et demi d’enquête c'est qu'un homme, un certains Erasme Hobbes, possède les informations que tu devais rapporter. Ta mission est un échec, Peter Sylar. Et cet échec incombe aussi à Ampère, je te laisserais le loisir de lui rappeler. »

Il marqua une pause, songeant à ce qu'il devait faire désormais. Que Surion échoue n'était pas blâmable outre mesure. Qu'il ne connaisse pas les détails des évènements de décembre non plus car peu de gens les connaissait. Ce qui l'était relevait plutôt de sa demande d'informations. La situation face à Sinister était d'un autre niveau et c'était évident. User de Surion dans ce domaine serait risquer de le retrouver mort et surtout réitérer les erreurs du passé. Surion devait être utile et non gaspillé comme de la chaire à canon. C'est dans ce cadre qu'Exodus devait réassigner des tâches mais en attendant, il devait retirer à Peter la charge de cette mission M.

« Depuis les événements de décembre il parait évident que la traque de Sinister n'est pas de ta taille. Je prendrais donc la suite pour le moment. Des objections ? »

[HJ : @Surion : Ampère étant absente, Sinister n'étant plus joué et ses maraudeurs également ; traquer des fantômes est devenu obsolète pour toi et ne t'ouvre aucune possibilité de jeu (sans compter que tes compétences ne sont pas axées sur l'investigation). Je compte donc voir avec le staff pour te réassigner une tâche plus intéressante ou, du moins, permettant des rps.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Surion
Confrériste Delta
avatar

Messages : 269
Date d'inscription : 29/03/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: La colère n'est qu'une courte folie [Grudge & Surion]    Mar 23 Juil - 18:54

Évidemment, il ne pouvait pas s'empêcher de l'ouvrir celui là, surtout quand on sait pas de quoi on parle. Enfin il sait de quoi il parle de l'affaire Sinistre, ça il n'y a pas de soucis, mais avant de l'ouvrir il aurait du savoir que Surion est entré dans cette mission un peu par hasard.
Peter allait lui expliquer tout ça, mais avant qu'il ait pu dire un mot, Exodus se mit à parler à son tour. Et apparemment que Surion ne soit pas au courant de ce qu'il s'est passé avec ce Phenix, c'était pas autant un exploit de ça, vu que trois personnes à la confrérie étaient au courant et que ce n'était pas les moindres. Et Surion n'a pas de services d'informations aussi important apparemment que celui de Grudge.

Peter voyait qu'Exodus n'avait pas finit de parler, et vu qu'il se retourna vers Surion, il attendait qu'il avait fini avant de s'expliquer à son tour.
Le monologue d'Exodus étant terminé, Surion prit la parole en s'adressant aux deux mutants
.

-Tout d'abord, et si vous ne le savez, et toi Grudge tu n'as pas l'air de le savoir, cette mission m'a été confié un peu par hasard, car au début c'était à Ampère qu'elle revenait, moi je n'étais là qu'en tant que seconde main, c'est pour ça que je ne sais quasiment rien sur cette affaire, car je n'en avais pas grande utilité. Mais depuis qu'Ampère est introuvable, et que Scarlett Witch n'est pas là, je me suis retrouvé seul dans cette mission. Ne sachant pas quoi faire, j'ai décidé de tenter ma chance. Certes, ce que j'ai fais pourrait sembler comme un échec, mais ce mutant dont je vous ai parler, ne doit pas être pris à la légère. Il est directement ennemi avec Sinistre et à de grand talents, ainsi qu'un réseau d'information très important. Donc si vous savez vous y prendre avec lui, il pourrait être un très bon allié contre Sinistre. Et je n'ai pas pu rapporté ces informations, car il n'est pas facile à cerner, et je l'avoue je ne suis pas fais pour ce genre de mission, mais au moins j'ai essayé, et le contact que j'ai établi avec ce Erasme pourrait être très utile.

Cela faisait très longtemps que Peter n'avait pas déblatérer autant de parole à la fois, d'autant qu'il n'était pas vraiment fait pour parler non plus, même si le jeune mutant de glace commençait à prendre un peu de maturité ces derniers temps.
Surion devait rappeler à Ampère que sa mission est un échec, ça Peter veut bien, mais autant faudrait-il savoir où elle est.
Exodus poursuivit et lui annonça d'arrêter la mission
.

-Pas de soucis, je serais plus utile pour une autre mission je pense. Et si il y a besoin, j'ai un numéro de téléphone pour contacter ce Erasme Hobbes.

Surion était tout à fait d'accord, changer de mission serait tout à fait profitable pour la confrérie, et plus intéressant pour les talents du jeune Peter. Mais il reste à savoir quoi désormais ? Mais Surion se tiendra près dès qu'ils sauront quoi lui donner.

-En tout cas, je me tiens à ton entière disposition.

Oui Peter l'a tutoyer, et non ce n'est pas de l'irrespect, juste qu'après des années dans la rue, et tellement de mauvaise personne rencontrées, qu'il a oublié les règles de bien séance. En espérant qu'Exodus ne soit pas dérangeait par ça. Mais au pire il aura juste à lire dans ses pensés pour savoir qu'il ne lui manquait en aucun cas de respect, car ça aurait pu être Magneto ça aurait été pareil. Et Dieu sait que Surion les respecte, lui et Exodus comme personne, et si ça a choqué Kyle, tant pis pour lui.

_________________
Couleur des paroles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle Kenneth
Neutre Delta
avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: Re: La colère n'est qu'une courte folie [Grudge & Surion]    Mar 23 Juil - 22:11

Une fois de plus, Exodus fit mouche avec une logique formidable, certes mon réseau était relativement bien fourni et était le fruit d’une longue errance dans la rue et d’alliances contre nature mais je ne m’attendais pas du tout à ce que seul trois personnes puissent être au courant de l’existence de Phénix et ce secret était relativement gardé par l’Institut et ma source outre les indiscrétions maladroite de ma sœur me parlant d’une « amie » très puissante, ne m’avait pas mise en garde à ce sujet, jugeant le sujet « phénix » comme coulant de soi. Aislinn ne s’était pas étendue dans ses révélations lors de notre discussion au sujet de ce qu’était devenu ma sœur dans ces histoires abracadabrantesques de clones. Elle n’avait parlé que d’entité à la puissance dépassant l’entendement sous la forme d’un oiseau de Feu qu’elle avait dû…éveiller et manœuvrer délicatement pour arriver à ses fins. Je me doutais que ça puait du cul et que ses explications étaient bancales et qu’elle ne me révélait que la partie la plus avouable de l’affaire mais son but, me disait-elle, n’avait été que de sauver Caitlyn, sa mère. A mon tour, j’allais devoir fournir des explications suffisantes mais non exhaustives afin de protéger ce qui me tenait à cœur : les miens
.
C’est un périlleux exercice de jonglage que je m’apprêtais donc à faire mais ma loyauté restait duelle, à la fois à mes conviction et mon combat mais aussi à mes principes et ma famille. Il faudrait qu’ils le comprennent parce que je ne ferai aucune concession à ce sujet.
Il eut à peine finit de parler que j’esquissais un hochement de tête en commentant brièvement.

- J’entends bien…Vous aurez des détails à huis clos, les mêmes détails que j’ai fourni à Magneto.

Je replongeais dans un profond mutisme me contentant d’assister au dépatouille de Surion qui classiquement rejetait toute responsabilité de son manque d’initiative sur le fait qu’il fut seul. Clairement, il devait sans doute se montrer un bon élément sur le terrain, mais jamais il ne serait amener à diriger, de toute évidence. Ce qui me poussa à sourire intérieurement en me faisant la réflexion qu’une fois de plus compétence ne rimait pas forcément avec ancienneté. Surion se croyait arrivé, il découvrait qu’en fait, il n’était même pas parti de la gare. Quant à la disparition de Louise, je gardais pour moi le fait qu’elle se trouvait en mission au Brésil depuis plusieurs mois, histoire de ne pas l’enfoncer encore plus ; il avait assez mangé pour aujourd’hui et te tutoiement dont il usait avec Exodus, de façon complètement déplacé après de telles remontrances n’ajoutait qu’un peu plus à l’inexpérience du personnage : on ne couine pas « Monsieur » à un mec pour le tutoyer cinq minutes après. Enfin bon, je me mettais en mode veille, les tracasseries de l’ami surion ne m’intéressant pas le moins du monde. 

_________________


Ma loyauté va à Magneto parce qu’il a compris plus vite que les X men que ce monde nous est hostile et que les armes menant à notre destruction sont déjà rougies sous le marteau des forges, il s’érige en dernier rempart d’une espèce. Il défend les siens par la seule option qu’on puisse choisir face à l’oppression : la violence et la légitimité de son usage. Mais si un jour il en vient, une fois la tempête passée à s’imposer comme une sorte de Dieu régnant sur les vainqueurs et les vaincus au nom d’une dictature « nécessaire », alors il m’aura comme ennemi, implacable et infatigable. Mon idéal va à une cause, surement pas un homme. Mon idéal, c'est la liberté. Ma cause, c'est notre survie.
K.K
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exodus
Acolyte Gamma
avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 30/06/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: La colère n'est qu'une courte folie [Grudge & Surion]    Mer 24 Juil - 21:05

Par hasard. Voilà donc la raison de l'échec de la mission incombant à Surion : le hasard. C'était guère convaincant car ce qu'un soldat doit être prêt à affronter était le hasard des événements pour s'y adapter et y répondre de la meilleure des manières. Cependant Exodus entendait bien ici le soucis qui avait mené cet échec. Et ce n'était autre qu'un manque de suivit des missions par une autorité référente. Wanda Maximoff était donc elle aussi coupable de ne pas avoir aidé les personnes sous son commandement. Toute la hiérarchie de la confrérie était donc malade et c'est dans ce cadre qu'on pouvait aisément comprendre la situation dans laquelle elle s'était trouvée, forçant Magnéto en personne à appeler au recrutement comme une vulgaire entreprise passant une annonce dans le journal. C'était rabaissant et insultant, clairement. Lorsqu'il eu terminer de geindre Exodus tourna une fois de plus mon visage rouge vers lui. Il était nécessaire de lui rappeler quelques principes de bases qu'il semblait avoir malheureusement oublié. Il se pouvait aussi qu'on ne lui ait jamais vraiemnt dit ce genre de chose et encore une fois la faute n'était plus uniquement sienne mais plus globale. Un travail de fond allaot être fait par le Templiers en ces lieux afin de permettre au plan d'avancer.

« Je n'ai que faire de tes excuses, Surion. Que cette mission te sois donnée des mains de Magnéto, des miennes ou par succession ne change rien à l'échec des recherches et à ton manque d'implication et d'intérêt dans ce qu'Ampère t'a donné. Une seconde main n’obéit pas aveuglément. Nous n'avons pas besoin de soldats aveugles, sourd et muets tant mis en avant par les médias. Que ton rang soit de laver le sol ou de diriger une branche entière tu dois toujours agir pour l'idéologie de la confrérie et veiller à ce que les ordres qui te sont donnés ne s'éloignent jamais de ce chemin. C'est ainsi que l'on formera la société de demain, éduquée et attentive et en aucun cas avec des secondes mains fanatiques d'un homme et de son casque incapable de savoir pour quoi ils se battent et ce qu'ils doivent faire. Quant à ton entière disposition je n'en ai que faire en revanche la cause en a besoin. Bat-toi pour elle pour une fois, Surion. »

Mots durs renforcés par le ton éternellement et paradoxalement calme. L'irrespect n'est jamais compté dans l'intention mais dans la forme. De la même manière les marques de respect sont toujours dans les formules de politesse, les gestes et les regards mais jamais dans les arrières pensées souvent hypocrites de ceux qui s'adonnent à ces pratiques plutôt moyenâgeuses. Alors quand bien même le jeune et impudent Peter Sylar se mettait à tutoyer l'homme qu'il a précédemment appelé Monsieur, même si l'intention n'est pas mauvaise ou si les arrières pensées sont saines ; le résultat est le même : insultant. C'est d'ailleurs pour cela que le chef des Acolytes ajouta d'un ton plus ferme cette fois-ci :

« À l'avenir, Surion, sois cohérent dans la forme de tes propos si tu veux être prit au sérieux. »

Il ne s'énerverait pas pour si peu mais et il l'aurait sans aucun doute pardonné à n'importe quel soldat lui ramenant des bonnes nouvelles. Mai : lorsqu'on vient d'entendre de la bouche d'un supérieure hiérarchique que notre mission est un échec, qu'on est pas à la hauteur et qu'on est réassigné. Ce genre d'écart n'est très intelligent. Il ne s'est d'ailleurs pas reprit ni excusé comme si il assumait ses propres propos ou qu'il ne se rendait pas compte de ce qu'il venait de dire. Alors oui, Exodus pouvait user de ses pouvoirs démentiels pour bien des choses et notamment pour connaître les intentions des gens mais encore une fois ici c'était simplement inutile et une perte de temps. Il doit régner dans une hiérarchie de la confiance et Exodus, un jour, ne sera plus là pour donner des ordres ou sera remplacé par quelqu'un d'autre. Les pouvoirs sont des armes, les pouvoirs sont des outils, mais les jeunes recrues pensent souvent qu'ils font tout d'un homme ou d'une femme. Ils se trompent, le mutant a hérité des défauts de ses prédécesseurs, de leurs côté humain qui les a mené si loin mais les a aussi mené par les mauvais chemin. Renier cette partie c'est se renier soi-même ce qui ne mènera qu'aux même erreurs en nous empêchant de surmonter les défauts que l'on ne veut pas voir.

« Je vais t'affecter une nouvelle tâche que l'on te communiquera dans les jours qui viendrons. J'espère de tout cœur que tu parviendras à satisfaire les attentes de la Confrérie. Pour l'heure, l'entretient s'arrête ici en ce qui te concerne. Tu me feras un rapport écrit sur les maigres informations que tu sais à propos de ce Hobbes. »

Il était donc congédié car il n'avait plus rien à apporter à cet entretient. La porte s'ouvrit par télékinésie et Exodus ne prit pas la peine de se lever pour l'accompagner. Une fois l'homme de glace parti, elle se referma et le regard d'Exodus se porta alors sur Grudge dont l'entretient avait à peine commencer. Ils devaient parler tout deux de la côte ouest, des incidents de décembre et des réseaux d'informations du confrériste. Après un silence pesant il prit la parole plus calmement.

« Tu as sans doute comprit les actions que nous avons menés avec Magnéto au sujet du maintiens du secret autour du Phénix. Nous avions connaissance de son retour avant les incidents de décembre mais depuis, garder le secret est presque impossible. Tu dois te demander pourquoi la confrérie agirait ainsi et la raison est simple : Xavier est sans doute le mieux placé pour maintenir un contrôle sur le Phénix par le biais de son hôte. Tu le sais d'ailleurs étant donné que tu as envoyé une mutante à l'Institut. Si l'entité au pouvoirs dépassant toute considération même à mon échelle devait prendre l'entier contrôle de son corps, alors il serait inarrétable et impossible à résonner, provoquant une série de réaction en chaîne pouvant nous mener jusqu'à... l'apocalypse. »

Une légère hésitation avait pu être entendu à l'évocation de ce dernier mot. Au milieu de cette parfaite rhétorique. Oui, Exodus avait été frappé par la traversé de cette masse psychique infinie à travers l'espace et le temps il y a un an de cela établissant sa conclusion sur le retour du Phénix.

« Cependant, Xavier a échoué à de nombreuses reprise et le Phénix est plus actif que jamais depuis décembre. Je vais être à titre personnel obligé d'intervenir mais je manque d'informations plus précise sur ce qui s'est produit contre les maraudeurs. Tu sembles en savoir beaucoup et j'aimerais, pour ne pas te l'ordonner, que tu me dises ce que tu sais, Grudge. »

[HJ : @Surion : Donc le staff t'enverra ta nouvelle mission M plus adaptée par MP avec tous les détails. Exodus sera ton référent donc tu pourras demander des Rps ou des entretient en cas de problèmes. Je vais continuer le rp avec Kyle, tu peux poster encore une fois si tu le souhaites avec Surion (fais-le juste moi savoir par MP si tu posts ou pas que je prévienne Kyle), merci de ta participation.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle Kenneth
Neutre Delta
avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: Re: La colère n'est qu'une courte folie [Grudge & Surion]    Jeu 25 Juil - 8:25

La réponse de Big Red ne se fit pas prier, cinglante à souhait et posant les choses avec justesse sans s’énerver outre mesure. Etonnant comment on peut se faire de fausses idées sur les gens. Pour moi Exodus était un bourrin de première plus enclin à manier l’épée que le cerveau, le fait d’avoir côtoyer à mon arrivée des cassos comme le Fléau ou cet abruti dégénéré de Dents de Sabre. Mais là, usant de ce petit ton sirupeux et posé avec un Surion se chiant dessus sur sa chaise, c’était assez déconcertant ! Il ne lui manquait finalement qu’un petit costard Armani, une belle cravate classieuse et un brushing tout propre pour aller remplacer Mister Suit-and-Tie à Wall Street…Dommage qu’il est cette tronche de chili con carne à faire peur au Mamy parce que la voix cadrait très bien avec un Jacques Martin d’outre-tombe présentant l’Ecole des Fans. Ca tombe bien, le petit Kyle de San Francisco Californie, va nous chanter la belle complainte du Phénix. En piste, vieux.

- Je vais tenter d’être le plus concis possible mais comprenez que certains détails, soit m’échappent, soit ne pourront être révélé afin de protéger ce que je me dois de protéger et là aussi c’est une question de fidélité.
Sinistre est un homme de l’ombre, son objectif reste incertain et ceux qui travaillent pour lui n’en connaissent que le strict minimum. Il n’accorde sa confiance à personne et s’entoure de sorte d’équipes restreintes de 3 à 4 mutants triés sur le volet. Recrutés et formés, ils agissent souvent comme de vulgaires mercenaires et n’ont pas véritablement d’idéologie, ils n’ont aucun sens moral, se sont souvent des brutes assoiffées d’ambition mais ils agissent comme des professionnels sous « contrat », ils obéissent comme les nôtres sauf qu’ils « appartiennent » à Sinistre au sens littéral. Il y a deux ans, l’équipe de maraudeurs la plus proche de Sinistre, l’équipe Alpha a tenté un putch contre lui afin de se libérer de son emprise, de son « esclavage ». Alliée à un mutant puissant dont je ne connais pas l’identité, ils sont parvenus à le défaire et l’ont laissé pour mort, regagnant leur liberté et choisissant l’Europe comme terre d’exil.

Ces informations n’ont que peu filtrées et je les sais parce que l’un des deux maraudeurs en question etait ma sœur, la seule famille qu’il me reste.


Un pause afin qu’il comprenne bien la gravité de ce que je venais de lui dire.

- Pour des raisons qui la regarde, ma sœur, en quête de rédemption, s’est livrée au BAM et a été placé à l’Institut où elle a…changé…Elle a épousé la cause de Xavier et est devenu rapidement une X Men. Je suis toujours en contact avec elle, parce qu’au fond nous suivons le même but par des chemins différents et qu’elle reste ma petite sœur.
Mais je n’ai pas vu d’un très bon œil son retour à New York et j’ai activé en préventions tous mes réseaux de surveillance, les mêmes qui m’ont permis de traquer Dark Beast à Alphabet City, il y a un an et demi.

En Décembre, j’ai été prévenu à SF d’une vaste opération de recrutement de mercenaires et d’un Code Delta, c'est-à-dire…Une vendetta signé de la main du « boss », le contrat en était ma sœur.
Je n’ai pas eu le temps d’intervenir parce que Sinistre s’était montré patient et maintenait sa mort comme officielle. Le temps que l’info me parvienne, le Code Delta était lancé. Ils l’ont capturé pour lui faire « payer » sa trahison et ont déclenché en retour l’intervention des X Men volant au secours de l’une des leurs.

Vous avez entendu ce cri psychique dans tout Manhattan, c’était un prénom… celui de ma sœur. En ce qui me concerne, j’ignorai qu’elle était lié à et autre personne…l’oiseau de feu. Ça s’est mal terminé pour ma sœur, elle est parvenu à éradiquer ses ravisseurs et à démoli toute les troupes de renforts de Sinistre mais elle a perdu la vie au cours de l’assaut, les X Men sont arrivés trop tard.

Je ne sais pas comment elle s’y est pris, mais ce que je sais c’est que cette entité l’a ramené à la vie et qu’elle veille particulièrement sur elle…et sur les X Men.


Je conservais le silence de longues secondes.

- Je vais être on ne peut plus clair.
J’admire ma sœur pour son abnégation et sa détermination, elle a fait ses choix et je les respecte comme elle respecte les miens. Nous ne sommes pas ennemis, nous avons des divergences de point de vue, c’est tout et je garde l’espoir qu’un jour lorsque les temps seront plus graves, les X Men abandonneront cette vision dépassée et nous rejoindront dans la lutte. Si ses choix la mettent en difficulté, c’est elle que ca regarde mais si un tiers la menace, je me dois d’intervenir, c’est ma petite sœur. Si nos routes se croisent et qu’elle tente de nous arrêter, je m’en chargerai personnellement. Mais si pour approcher cette entité, vous caresser l’espoir de l’utiliser elle, ou d’utiliser le lien entre nous, c’est un refus sans condition. Vous pouvez m’éliminer là, d’un geste car je ne le ferai pas. J’ai une double fidélité, celle de la raison et celle du cœur. Je crois en notre combat mais je ne sacrifierais pas ma famille dans cette voie.
J’ai tenu le même discours à Erik, faites en ce que bon vous en semble, mais soyez-en averti.



_________________


Ma loyauté va à Magneto parce qu’il a compris plus vite que les X men que ce monde nous est hostile et que les armes menant à notre destruction sont déjà rougies sous le marteau des forges, il s’érige en dernier rempart d’une espèce. Il défend les siens par la seule option qu’on puisse choisir face à l’oppression : la violence et la légitimité de son usage. Mais si un jour il en vient, une fois la tempête passée à s’imposer comme une sorte de Dieu régnant sur les vainqueurs et les vaincus au nom d’une dictature « nécessaire », alors il m’aura comme ennemi, implacable et infatigable. Mon idéal va à une cause, surement pas un homme. Mon idéal, c'est la liberté. Ma cause, c'est notre survie.
K.K
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exodus
Acolyte Gamma
avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 30/06/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: La colère n'est qu'une courte folie [Grudge & Surion]    Lun 29 Juil - 14:54

« J'en verserai presque une larme de cette histoire fraternelle si touchante. »

Dit-il froidement, toujours droit dans ses bottes. Il pourrait rester dans une position similaire pour des jours et des semaines car les gènes communes du corps ne l'atteignent plus. Il ironise un peu sur les propos du dirigeant de la côte ouest qui sont certes noble mais cruellement naïf. Kyle Kenneth ne doit pas sombrer dans cette facilité candide se résumant à suivre ses valeurs et être prêt à mourir pour elles. C'est beau, c'est humble et c'est droit et contrairement aux centaines d'imbéciles vivant dans cette confrérie c'est déjà un grand pas, voir un immense le propulsant là où il est intéressant de discuter. Malheureusement, Exodus n'a pas le temps pour parlementer même si il passe toujours plus de temps avec ceux pour qui la jauge virtuelle de respect grimpe de plus en plus haut dans son estime. Kyle pourrait faire partie de ceux là, il manque à Exodus encore quelques preuves en actes lorsqu'il devra se trouver face aux cruels choix du destin, quelques preuves de ses actes face aux valeurs lorsqu'il devra choisir entre renoncer à certaines temporairement pour continuer la lutte ou mourir pour elle bêtement. Venant d'un homme proclamant de la droiture et des valeurs chez ces petits criminels insignifiant que sont les confréristes cela peut sembler paradoxale et ça l'est si on ne change pas de point de vue en ce plaçant dans le contexte d'un leader parlant non plus à un soldat idiot, mais à un autre leader, un autre commandant, dirigeant et surtout un penseur – certes à une échelle de la rue et de ses réalités, mais un penseur quand même. La vérité c'est que la droiture d'Exodus lui a fait perdre sa femme charnellement et son fils spirituellement. Il aurait pu jouer cette partie avec beaucoup plus de finesse, d'intelligence et de subtilité pour parvenir au même résultat par un moyen moins droit bien que cela ne soit que temporaire. La droiture et l'Instinct nous mènent aux croisement de nos vies et notre cerveau doit prendre ensuite le relaie pour choisir le bon car ce qu'il manque à l'instinct c'est qu'il ne prend en compte que le vécu et ce qu'il s'est passé mais ne se projette jamais sur les conséquences d'un avenir ce qui devient un problème lorsque notre rang nous demande de nous projetter, d'anticiper et d'analyser.

« Je te rassure, Grudge, là n'est pas mon intention ni celle de la confrérie, mais j'aimerais que ce soit clair : Un revers de ma main pourrait en effet t'ôter la vie mais ce serait absolument inutile lorsque je pourrais te forcer à m'obéir d'une simple pensée. Ne sois pas aveuglé par ton désir de jouer l'homme prêt à mourir pour ses valeurs : Car ce monde regorge de vermine pires que moi, capables de diriger ta vie, ta mort, ton destin et tes choix. Le Phénix en fait parti. Si tu veux lutter pour ta liberté alors tu dois prendre la mesure de ce danger potentiel qu'il représente si il ne se contrôle pas. »

Au delà même du phénix : Les événements de décembre montre bien des faits anormaux dans les comportement de tout un chacun comme si la pièce était jouée d'avance ou les dés jeté en amont du tour de jeu. Le comportement même de Sinister se rapproche beaucoup de celui d'une victime si l'on regarde d'un certain point de vue. Est-ce envisageable ? Pas vraiment mais là encore résonnons-nous à la bonne échelle ? Que Sinister lance un code delta sur une ancienne maraudeuse est logique de base mais ça l'est moins lorsque la maraudeuse en question est devenue une X-woman. Ça l'est moins lorsqu'en juillet, tous les télépathes assez puissant de ce monde on ressenti à nouveau cette marque psychique si particulière. Exodus a bien put élaborer une hypothèse sur le retour du phénix alors pour Sinister c'est encore plus aisé d'après les rapports de ses capacités. En agissant ainsi Sinister à atteint par réaction en chaîne tout Manhattan et s'est fait de nombreux ennemis. La raison reste obscur et Exodus n’écarte pas le fait qu'il y en ai une mais il n'écarte pas non plus le fait que ce comportement n'est pas sans lui rappeler les victimes de complots. Quoiqu'il en soit la vérité se fera lorsque Sinister bougera encore ses pions ce qu'il ne fait pas depuis longtemps comme pour laisser passer la tempête. Un instant il se place dans la peau d'Apocalypse et se demande si à sa place il ne se réveillerait pas. Car après tout, la mutanité semble prête.

« Si ce que tu dis est vrai concernant le retour à la vie de ta sœur alors les choses vont bien plus vite que je ne l'aurais imaginé. Mais le fait que l’hôte du Phénix tisse des liens auprès des gens de l'Institut est une bonne chose qu'il ne faut pas bousculer et qu'il faut même protéger. Protège donc ta sœur, Grudge, au delà de ton devoir de frère, car elle est en possession d'un des plus puissants pouvoir de l'Univers : Elle possède vraisemblablement l'amitié du Phénix. Un de mes Acolytes, un certains Seamus Mellencamp, m'avait déjà transmit ses impressions lors de sa rencontre avec ta sœur. Peut-être était-ce une coïncidence ou peut-être avait-il senti à travers le temps son lien avec le Phénix. Quoiqu'il en soit quiconque a déjà côtoyé et combattu avec Mellencamp sait qu'il ne faut jamais prendre son instinct à la légère. Ces informations sont précieuses et je ne saurais te conseiller d'être attentif à la part humaine de Phénix. Plus elle est grande et mieux le monde, ainsi que ta sœur, s'en portera. »

Exodus n'a pas a approché le Phénix par le socle humain qui la maintient encore à cette dimension, non. C'est le rôle de l'Institut et il semble évident qu'à ce niveau là ils réussissent. Mais le problème viens du haut du panier, là où Xavier était censé brider l'entité pour que sa rage n'emporte pas le monde. Il a échoué. C'est là qu'il faut que le dernier Templier intervienne car il a beaucoup de choses à transmettre et ses connaissances antiques sur ce qui se rapproche le plus du phénix l'aiderons sans aucun doute à trouver une manière d'éviter la fin du monde.

« Bien, assez parlé de ta sœur. Passons à toi, maintenant. Quelle est la situation à l'Ouest ? As-tu besoin de fonds, de matériel, de personnels ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle Kenneth
Neutre Delta
avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: Re: La colère n'est qu'une courte folie [Grudge & Surion]    Sam 3 Aoû - 21:11

J'en verserai presque une larme de cette histoire fraternelle si touchante »

Un rictus amusé comme simple réponse. Que répondre d’autre à part que lorsqu’on vit trop longtemps, on finit forcément par perdre cette parcelle d’humanité qui fait la valeur et na noblesse de ce qui reste de plus profond et de plus noble dans notre espèce. Je ne m’attendais pas à de l’empathie, ni même à des mots rassurants et compatissant dont je n’aurais eu que faire. Ce n’était pas non plus mon objectif d’exposer mes idéaux et mes valeurs. A vrai j’en avais rien à foutre de ce qu’il pouvait penser de moi ou de ma façon de voir les choses et je me contentais d’écouter son prêchi prêcha avec un regard éteint tout ce que je venais de faire, c’était uniquement d’énoncer des faits et de donner des justifications. Y’avait du personnel là-dedans, c’était inévitable vu que ça touchait à Caitlyn  mais je n’avais jamais eu vocation à jouer ni les martyrs ni les héros : je laissais ça à ceux qui aimaient se faire mousser par des promotions ou bronzer sous la lumière des flashs des appareils photos. Je n’avais pas besoin de porter une combinaison moulante sur les fesses, ni d’un nom de code à la con. Ce qui comptait c’était de sauver des vies, nos vies car nous étions la cible. Jouer les héros ou les sacrifiés de l’Histoire : rien à foutre. Contrôler les phénix ? C’était pas mon foutu problème parce qu’une règle d’or de la survie consiste à comprendre rapidement quand on n’est pas de taille pour affronter un problème et là, je n’étais vraiment pas au niveau d’un Phénix. Je resterai à ma place et à mon rang, je n’avais aucune autre ambition, je n’ai jamais eu de problème d’ego sauf une grande intolérance à la connerie et celle-ci n’a rien à voir avec le gène X.  

« Bien, assez parlé de ta sœur. Passons à toi, maintenant. Quelle est la situation à l'Ouest ? As-tu besoin de fonds, de matériel, de personnels ? »


Vaste question, trouver les mots justes pour dépeindre la situation serait compliquée.

- Et bien…Le recrutement à vaste échelle était une erreur, peu à peu des groupuscules émergent mais ils n’ont rien de sérieux, quand ils parviennent à nous contacter ce n’est même pas une question d’amateurisme ou de non compréhension. Il s’agit de bandes d’allumés  pensant que être mutant est « cool » et la place donc au-dessus de toute lois et de toutes notions de bon sens. Ils refusent toute structure, tout ordre et toute notion de retenue, ils prônent l’anarchie, la violence et la décadence comme valeur. Le groupe de Los Angeles était un exemple parfait, j’ai préféré les mettre hors d’état de nuire plutôt que les voir détruire notre crédibilité, je parcours l’Ouest à la recherche de recrues « valables » et « utiles » Pour dix mutants que je rencontre, en moyenne, un est apte à nous suivre.
D’aucuns iront qu’on ne lève pas une armée par ces méthodes et ils auront raison, mais je persiste à croire qu’une recrue bien formée et bien encadrée sera à même de recruter à son tour sur nos mêmes critères. A recruter n’importe qui, je crains que nous finissions par passer plus notre temps à colmater nos déchirements internes et à séparer le bon grain du mauvais. Cependant dans le but d’une insurrection généralisée, je garde en contact tous ceux qui m’approchent, si nous avons besoin de … « main d’œuvre ».
Donc oui, nous sommes peu…oui je me sens un peu seul à courir aux quatre coins de la cote, oui nous manquons de moyens mais je ne me plaindrais pas outre mesure, on fait avec. San Francisco est une zone très dangereuse, surtout depuis qu’on nous a flanqué la destruction de la Marina sur le dos comme un attentat Confreriste. Je ne recrute plus personne de la ville et des environs pour éviter les infiltrations, le BAM est sur les dents. Il serait…peut être intéressant de produire un contre feu du coté de Chicago ou Miami pour que les regards se détournent un peu de nous…surtout que…nous avons un autre problème.

Le Speed X.
La Drogue Mutante...
Je pensais que c’était une chimère, ca ne l‘était pas. C’est une sorte d’amphétamine n’agissant que sur les porteurs du gène X…ce qui est en soi une révolution. Jamais aucun produit n’avait pu discriminer à partir d’un gène, on pensait cela impossible jusqu’ici. Je suis assez intelligent pour comprendre…pour comprendre ce que ce procédé implique, si on met sur pied une drogue capable de le faire, qui nous dit qu’à l’avenir un virus ne sera pas capable de le faire aussi par un procédé analogue ? Je pense qu’il faut d’urgence anticiper ce problème et trouver la nature du procédé.

Ceci explique ma tenue, je suis sur une piste dans les bas fonds de China Town…je pense obtenir au moins des échantillons dans a semaine et quelques rabatteur. C’est asiatique, c’est tout ce que j’ai jusqu’ici. Les ramifications remontent jusqu’à Pekin. Comme toute drogue, c’est la première étape. Ils importent mais dès que la demande sera suffisante et elle le sera, ils produiront sur la Cote Ouest..et ensuite, New York. .. Ce matin j’ai été averti qu’il y avait déjà 3 cas de décès mutant dans la ville près de Harlem. C’est en marche et ça va nous faire très mal.

_________________


Ma loyauté va à Magneto parce qu’il a compris plus vite que les X men que ce monde nous est hostile et que les armes menant à notre destruction sont déjà rougies sous le marteau des forges, il s’érige en dernier rempart d’une espèce. Il défend les siens par la seule option qu’on puisse choisir face à l’oppression : la violence et la légitimité de son usage. Mais si un jour il en vient, une fois la tempête passée à s’imposer comme une sorte de Dieu régnant sur les vainqueurs et les vaincus au nom d’une dictature « nécessaire », alors il m’aura comme ennemi, implacable et infatigable. Mon idéal va à une cause, surement pas un homme. Mon idéal, c'est la liberté. Ma cause, c'est notre survie.
K.K
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exodus
Acolyte Gamma
avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 30/06/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: La colère n'est qu'une courte folie [Grudge & Surion]    Lun 5 Aoû - 20:49

De bien alarmantes nouvelles pour le créateur des Acolytes de Magnéto. Tout d'abord une situation pour le moins laborieuse sur la côte ouest mais surtout des renseignements sur un élément qui ne pouvait être oublié par Exodus. Ce Speed X devait impérativement être percé à jour pour savoir si oui ou non un danger réel et de plus grande ampleur se dissimulait derrière. Il observa Kyle, gardant le silence quelques instant le temps de réfléchir.

« Je vois... Prenons les choses dans l'ordre. Ta méthode de recrutement me semble être la plus adaptée. Nous ne manquons généralement pas de main d’œuvre mais de soldats d'élite aussi bien idéologiquement qu'offensivement. Le temps n'est pas en notre faveur et nous devons toujours agir dans la hâte. La qualité prime donc sur la quantité. »

Main d’œuvre, drôle de mot pour désigner de la chaire à canon que la confrérie à plus ou moins toujours utilisée avec une certaine pudeur hypocrite. Cela ne choquait nullement Exodus car dans une guerre, les soldats se sacrifient pour la partie, pour la cause, pour le pays. La confrérie n'échappait pas encore à cette guerre et il était nécessaire que des mutants puissent agir dans ce sens pour faire progresser les choses et par la suite empêcher que les générations futures ne subissent les mêmes peines. Le sacrifice n'est jamais vain, il est utile et parfois nécessaire. Il faut toutefois, pour un bon stratège, savoir sacrifier les bonnes pièces dans un jeu d'échec. C'est forcément triste à entendre mais la situation actuelle ne laisse plus le chois de perdre ou non des hommes. Le mal est fait, le mal avance et progresse de jour en jour. Les risques deviennent de plus en plus grands pour des innocents, pour des mutants mais aussi pour de humains prit entre les feu d'une haine aveugle dictée par l’incompréhension et l'abrutissement d'une société malade. Kyle Kenneth a encore de nombreuses actions à mener pour la confrérie mais il n'est pas de ceux qu'Exodus qualifierait alors de main d’œuvre. Non, il a atteint le rang de pouvoir justement diriger, commander, ordonner et même décider. Cela, Benett du Paris n'a nul besoin de lui rappeler ni nul besoin de lui dire car cela s'est fait spontanément. C'est de part cette spontanéité que les vrais soldats d'élite se forment que qu'Exodus considère ses véritables collaborateurs, ses véritables Acolyte.

« Je débloquerais des fonds du protocole d'autofinancement Reece pour aider tes projets. Néanmoins si les autorités vous ont à l’œil tu devras être prudent. Je tâcherais d'envoyer quelqu'un faire diversion dans les villes mentionnées. Tu pourras le mettre en contact avec la main d’œuvre présente sur place pour maximiser le bruit et l'impact médiatique pour attirer les autorités. Pour la drogue... »

Il fallait surveiller cette filière un maximum. Le Bureau des Affaires Mutantes et sans doute les X-mens seront mis au courant – si ce n'est pas déjà le cas - dès que cela s'approchera de trop prêt de New-York. Jusque là, et puisque le train est en marche, cela laisse à la Confrérie une longueur d'avance à utiliser. D'après les prédictions d'Aislinn ainsi que les pertinentes analyses de Grudge, le danger était présent. Il fallait l’identifier ; Exodus craignait bien évidemment que la drogue ne soit qu'une tentative dissimulée d'un groupe anti-mutant pour tester la discrimination du gène par un produit. Cependant si, ce n'était pas le cas, il fallait tout faire pour que des anti-mutants ne se rapprochent pas de trop près de cette technologie chimique. L'avenir en dépendait.

« Je vais te mettre en relation avec Rogue. Elle enquête sur les filières anti-mutantes et leurs travaux potentiels d'armes bio-chimiques. Je te demanderais de remonter la filière du Speed X. Si à un moment tu tombes et rencontre des mouvances extrémistes intéressée ou organisatrice de ce marché, tu prendras contact avec elle pour faire équipe, son aide ne sera pas de trop. Je vais également raviver mes contacts en Chine pour qu'ils enquêtent parallèlement. Je peux te fournir une couverture télépathique à base de verrous psychiques si tu comptes infiltrer le réseau toi-même. Cela t'éviterais des mauvaises surprises... »

Un verrou pour mettre en sécurité les informations sur son identité, sur la confrérie et ses intentions était sans aucun doute une manière efficace de sécuriser son identité lorsqu'on infiltrait des réseaux criminels de cette ampleur. Si des personnes étaient capables de mettre au point une telle technologie alors ils pouvaient sans aucun doute se créer une défense suffisante pour qu'elle soit elle aussi à jour au niveau des capacité mutantes. Exodus cependant ne forcerait rien et il laissa à Kyle le choix. les enfants doivent apprendre et cela participe aussi, à l'avenir.

« Si tu n'as pas d'objections ou d'autres éléments à me faire part, je ne te retiendrais pas plus longtemps, Grudge. »

Exodus ne s'était pas encore penché sur les alliances entre la Shaw Industrie et Magnéto à travers le Club des Damnés. Cependant il n'est pas dit qu'à l'avenir, Grudge ait un rôle à jouer sur cet échiquier...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyle Kenneth
Neutre Delta
avatar

Messages : 120
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: Re: La colère n'est qu'une courte folie [Grudge & Surion]    Mer 7 Aoû - 13:40


L’entretien touchait à sa fin. Il était temps pour la gâchette de l’Ouest de reprendre la route. Django allait rejoindre ses contrés de drogués. Exodus était un soldat avant tout et réagissait comme tel. Ses ordres étaient précis et réfléchis et les commentaires qui les accompagnaient confortaient mes points de vue dans une approche de collaboration et non pas de suprématie d’un ancien sur un nouveau. J’étais agréablement surpris par son ton et ses conclusions, il semblait tenir à cœur de relancer une structure qui prenait l’eau de toute part. Moins impératif qu’un Magneto avare de mots dans ses pires moments, j’aimais son style et il m’inspirait une certaine confiance, assez confiance pour le classer parmi ces fameuses figures emblématiques à respecter : je n’avais pas besoin de lui lécher le dershe pour le rendre brillant à la lumière, il tenait son rang et c’était là une chose que j’appréciais. Je repartirai le lendemain, le temps d’aller faire mes amitiés à une petite asiatique au sourire crétin et j’irai à nouveau trainer mes guêtres de baba cool camé dans les bas-fonds de San Francisco.

L’idée de travailler avec Rogue n’était pas pour me plaire, je connaissais parfaitement son passé et ce n’était pas cela qui me gênait le plus même si garder le secret de cette relation avec Jub serait encore plus complexe avec une Malicia la connaissant bien mieux que moi ! Malicia avait beau avoir été une X Men, elle était à mes yeux une X Men « réveillée » et les autres la suivraient sur cette voie tôt ou tard puisque pour moi, nous finirons la lutte ensemble, dommage que nous perdions un temps précieux en route. Ce qui m’ennuiyait c’était surtout de m’encombrer d’une touriste, Malicia ne foutait jamais les pieds sur la Cote Ouest, pour l’instant, elle ne ferait que m’encombrer, ni plus ni moins.

Exodus ne m’envoyait cependant pas un pécore, c’était du gros calibre. Ce qui me fit m’interroger sur une prudence possible du Big Red de m’adjoindre une main afin de mieux me cadrer. Lorsqu’on dirige, on dirige seul et on a aucun allié, sans doute Exodus avait-il vécu assez longtemps pour comprendre qu’il n’était pas bon de laisser un loup solitaire errer trop seul de peur de le voir regagner la forêt. Gardes tes ennemis proches de toi et tes alliés encore plus proche, le contrôle évite souvent les imprévus et Exodus semblait être quelqu’un détestant régler les imprévus.  

- Si ca met à l’abri les nôtres et les ambitions de la Confrerie, j’accepte les verrous mais je vous préviens que si je me réveilles en jupe et avec l’anus douloureux, j’explose l’interne de service et je fous le feu à l’hosto.

Une plaisanterie avec ce mec ? Ca équivaut à foutre un gamin de sept ans à poil dans un congrès de pédophiles. J’en espérais que sa grande épée ne fasse pas non plus sonde de coloscopie.

Il fallait vivre dangereusement, c’était l’adage de ces temps troublés et puis rien ne pouvait m’arriver, j’avais la chemise de Magnum : le vendeur l’avait assuré.

_________________


Ma loyauté va à Magneto parce qu’il a compris plus vite que les X men que ce monde nous est hostile et que les armes menant à notre destruction sont déjà rougies sous le marteau des forges, il s’érige en dernier rempart d’une espèce. Il défend les siens par la seule option qu’on puisse choisir face à l’oppression : la violence et la légitimité de son usage. Mais si un jour il en vient, une fois la tempête passée à s’imposer comme une sorte de Dieu régnant sur les vainqueurs et les vaincus au nom d’une dictature « nécessaire », alors il m’aura comme ennemi, implacable et infatigable. Mon idéal va à une cause, surement pas un homme. Mon idéal, c'est la liberté. Ma cause, c'est notre survie.
K.K
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exodus
Acolyte Gamma
avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 30/06/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: La colère n'est qu'une courte folie [Grudge & Surion]    Jeu 8 Aoû - 14:44

Dans de nombreuses sociétés prospères et évoluées - pour leur époque - dans différents domaines que sont l'éducation, la religion, la spiritualité ou les connaissances en générales ; il y a toujours eu un rapport très étroit entre maître et élève. Du Japon à la Grèce antique, les rapports sexuels entre hommes ont toujours été largement une affaire d'élite et d'élitisme social. Comment le paysan peut-il s'adonner à ces pratiques lors qu’avoir un fils est une garantie que les champs seront à nouveau travaillés lorsque les vieux jours empliront sa peau de rides ? Cette basique sociologie ne devait pourtant pas inquiéter Grudge car la Confrérie n'est pas encore une société prospère, loin de là. Elle vise simplement à en devenir une, à s'étendre, à rassembler, à réorganiser. Peut-être alors ce même schéma sociologique et comportemental sera de nouveau réalité. La question que l'on devait se poser alors est si Kyle Kenneth était un visionnaire ou bien simplement qu'il considérait comme acquis ce pour quoi il se battait. Quoiqu'il en soit un quelconque rapport sexuel entre le chef des Acolytes et lui demeurait de l'ordre de l'hypothétique dans un futur lointain en oubliant bien sur qu'il faille pour cela que la culture des deux hommes change. Or si il y a bien un être qui est toujours plus ou moins ancré dans le passé, c'est bien Benett du Paris. Que l'interne de service en soit rassurée !

« Veille à ne pas franchir la frontière entre humour et insulte. »

L'humour, particularité si humaine et par là même si éloignée de lui que le simple fait d'évoquer une frontière entre ces deux notions était un paradoxe. Car peut-on considérer une séparation lorsque deux choses sont amalgamées ? Les épais doigts d'Exodus se détachèrent les un des autres, lentement pour se tourner vers le visage de Grudge. Sa psyché entra en connexion avec la sienne et pourtant, il n'y lu rien. Il se contenta d'y placer des verrous qui éviteraient à tout télépathe de lire les pensées de surface ou profonde de Kyle Kenneth sans passer au delà de la protection. Ce dernier point nécessitait soit une grande force, soit une grande finesse. Dans le premier cas, Kyle ressentirait forcément l'attaque et pourrait, de part son instinct aussi aiguisé que ses allusions sexuelles, adapter son attitude de manière appropriée. Le second cas en revanche ne pouvait être contré mais il démontrerait dès la prochaine rencontre entre Grudge et l'Acolyte, qu'un télépathe très puissant était sur la route du confrériste à la chemise à fleur.

« Voilà qui est fait. Au revoir, Grudge. »

***

« - Voilà tes cibles. Utilise tes pouvoirs pour faire un maximum de dégât. Je me chargerais de ton exfiltration.
- Très bien. Que dois-je faire ensuite ?
- Revendiquer sur internet l'acte au nom de la Nouvelle Confrérie de Miami.
- La Nouvelle Confrérie de Miami ?
- Exact. Ça n'existe pas mais il s'agit d'ordres venues d'en haut.
- Genre... À quel niveau ?
- Exodus. 
- Je me demande ce qui peut l’intéresser la dedans...
- Tu lui demanderas. »

Les journaux nationaux titreront pratiquement tous pendant une à deux journée sur l'attentat qui s'est produit le dix août à Miami. Trois banques ce jour-ci ont subit à différents moments de la journée des attaques mutantes. La ville n'y étaient pas préparée et sa police, comme ses systèmes de défenses et de surveillance, était encore un vestige des temps ou seul les humains étaient connus sur cette planète. Le seul organisme de police qui avait reçu une aide et un soutient du BAM était les brigades des Stupéfiants traquant les remontées de drogue des pays d'Amérique du Sud ou des Caraïbes. Les coffres furent détruits mais les assaillants ne volèrent rien. Ils étaient venu simplement pour détruire même si aucun bâtiment ne s'est écroulé malgré les nombreux dommages matériels au niveau de leurs bases. Quelques victimes sont à déplorer parmi des employés, des policier ou des gardiens. Treize au total. Les attentats furent par la suite revendiqués sur différents réseaux internets par la 'Nouvelle Confrérie de Miami'. Les enquêteurs et le Bureau des Affaires Mutantes prennent l'affaire très au sérieux car il semblerait bien que dans plusieurs grandes villes américaines, des groupuscule confréristes fleurissent ça et là. Mais ce qui reste une première c'est la revendication d'attentat de cette ampleur par ces derniers plaçant donc Miami et sa région comme une zone particulièrement dangereuse et visée par ces nouveaux Confréristes pour des raisons encore inconnues. Quelques jours plus tard un homme sera arrêté mais lors de son transfert au commissariat il recevra dans le crâne une balle, tiré par un sniper isolé sur un toit voisin.

« - L'exfiltration vers New-York a échoué. La police avait un mutant dans ses rangs. Visiblement il avait tout fait pour garder sa nature mutante secrète pour ne pas perdre son emploi mais lorsque le BAM arriva sur place il fut interrogé et fit avancer significativement l’enquête... Il avait vu notre agent destructeur sur place. Nous attendions que cela se calme dans un appartement des environs de Miami mais on nous a retrouvé. J'ai réussi à m'enfuir mais pas l'autre. J'ai donc décidé de l'abattre alors qu'il quittait l'immeuble, un collier inhibiteur autour du cou. 
- Tu as pris la bonne décision. Si la véritable raison des attentats était découverte trop rapidement, la diversion n'aurait jamais été suffisante sabordant toute la remontée de la filière de drogue. Je me charge du rapport de sa mort à Magnéto. Avait-il des proches ?
- Il voyait une caissière plus ou moins régulièrement... Mais à part ça, rien à ma connaissance.
- Je vois, tu peux disposer. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La colère n'est qu'une courte folie [Grudge & Surion]    

Revenir en haut Aller en bas
 
La colère n'est qu'une courte folie [Grudge & Surion]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» " La colère est une courte folie. " [ Isaac.]
» Craquage démoniaque (là c'est de la folie) ;) nouveauté juillet
» pétition pour soutenir les sages-femmes en colère
» Colère des tout-petits
» Une belle folie!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: La Confrérie-
Sauter vers: