AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Rédemption et la Damnation ont un point en commun : il faut être mort pour connaitre l’une ou l’autre {Les X-Men – réunion d’équipe}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: La Rédemption et la Damnation ont un point en commun : il faut être mort pour connaitre l’une ou l’autre {Les X-Men – réunion d’équipe}   Mer 10 Juil - 20:09

Note : ce sujet est une suite directe à Les Aveux d’Altérion. Il s’agit d’un sujet de « réunion d’équipe », où les X-Men ont été convoqués pour prendre une décision entre eux. Tous les X-Men sont les bienvenus, cependant, ce rp ayant une importance certaine pour la StoryLine de certains joueurs, il ne doit pas mourir. Pour ce faire, à l’instar des Animations, les joueurs ont un maximum d’une semaine pour poster, sans quoi leur tour sera sauté. Merci de votre compréhension et de votre potentielle participation à ce sujet.
Samedi 1er Juin 2013 – 11 : 20 A.M.
Nephilim marchait à grande vitesse dans les couloirs futuristes de la base des X-Men, se dirigeant à une allure inhumaine dans une marche forcée si rapide qu’elle n’en laissait qu’un flou sur la rétine humaine, vers la salle de briefing. Ses sandales claquaient dans les couloirs vides, mais il n’y avait pas que leurs échos qui raisonnaient dans l’air, prouvant que son appel avait été entendu ; plus que les cliquetis de son t-shirt sans manches à col bateau, noir et parsemé de petits disques argenté, dont les deux épaules étaient reliées par diverse chainettes, il y avait des voix et des pas supplémentaire.

Mais tout le monde n’était pas là ; certains prendraient-ils le temps d’enfiler leurs tenues d’X-Men ? Futile, ils restaient entre eux et agissaient dans l’urgence, et l’italienne n’avait pas l’intention d’attendre les trainards pour commencer. Elle-même n’avait en rien sa tenue, puisque les vêtements civils susnommés étaient complétés par un simple jean, mais bien impertinent serait celui qui lui ferait une remarque d’ordre vestimentaire. Ils avaient bien plus urgents.

Elle avait lancé le DefCon 4 il y avait moins d’une demi-douzaine de minute, demandant à Danger de convoquer « les X-Men responsables et disponibles en salle de briefing » ; restait à voir lesquels se sentiraient concernés. Elle n’avait aucune idée de la gravité de la menace, ayant juste constaté les prémisses, et devait donc voir les autres pour établir les contre-mesures, de même que ce qu’il adviendrait d’Altérion, l’une des pièces du problème, même si elle était mineure.

Arrivant devant la porte de la salle de briefing, salle qui ne servait qu’une fois sur quinze puisque les X-Men avaient la grande habitude d’être bazardés sur le terrain à la dernière minute après un bref briefing avec Xavier et selon la doctrine « adviene che poura », Nephilim se baissa pour laisser le scanner rétinien analyser son emprunte ; toutes les salles n’étaient pas sécurisées, mais celle-ci, si, pour éviter à certains élèves fouineurs d’y rentrer, à l’instant de la salle de commande de la SdD. Mesure de sécurité potentiellement inutile puisque Danger veillait, mais Danger n’avait pas toujours été là, et elle avait beau être le cœur de nombre de chose à l’Institut, ce dernier devait pouvoir se débrouiller si elle était HS.

Toujours était-il qu’elle lâcha quelques jurons en allemand et en français face à la lenteur du scanner, puis s’avança dans la salle, droit sur la table en son centre, une table holographique à l’instar de celle se trouvant dans le X-Jet et entourée d’un certain nombre de chaises, qui étaient remplies pour certaines.

Ralentissant le rythme une fois au niveau de cette dernière, Nephilim s’appuya dessus et commença à parler avec un débit rapide, mais qu’elle maitrisait suffisamment pour qu’il en soit compréhensible.

- Il y a quelques minutes j’ai lancé un signal d’alerte pas forcément le bon mais ce n’importe : Ernest Lenoir dont vous avez peut-être entendu parler au vue du nombre de conneries qu’il a faites et dont je vous passerait les détails m’a avoué avoir entretenu suite à l’incident à Mutant Town de Novembre dernier,une relation épistolaire avec ce qu’il croyait être un de ses clones puisque comme le suggérait le truc qui a été taillé en pièce lorsqu’Altérion c’est tiré et c’est fait capturer il n’était pas le « seul » Ernest Lenoir ; cependant, alors qu’il a encore menti pour obtenir une permission de sortie hier soir il a découvert que cette relation était avec Mr Sinister impliqué dans les évènements de décembre et l'a rencontré en personne. Sinistre lui a proposé de devenir Maraudeur et face au refus d'Ernest il l'a laissé revenir ici sans rien dire. Enfin bref après son aveu Altérion a commencé à péter un plomb et je l’ai neutralisé et mis à l’isolement.

Tentant de calmer la vélocité de ses pensées qui ne pouvait être que nuisible à ses explications, la lenteur des mots pouvant lui faire sauter des pans de ces dernières, Amy laissa quelques secondes de silence, reprenant cependant avec célérité.

- Je pense qu’Ernest a subit une manipulation mentale de la part du Chef des Maraudeurs pour servir d’espion ici, nous infiltrer ou même servir de bombe psychique à l’intention de Xavier ou de Frost. Le Prof X est en train d’essayer d’aider Ernest ses compétences doivent être assez grandes pour bloquer les pièges qui auraient été laissés dans l’esprit d’Altérion cependant on est confronté à un double problème : le surplus de connerie de Lenoir et une nouvelle attaque de Sinistre. Non je ne suis pas objective dans l’affaire et je m’en moque. Sinistre et les Maraudeurs ont tuée l’une des nôtres et s’en prennent à l’un de nos protégés on doit réagir. Dans la mémoire de Fuzzy il a découvert quels mutants nous possédions et certains d’entre eux, d’entre nous, doivent l’intéresser. L’Altérium d’Ernest oui mais pas seulement ; des mutants comme Samuele Lupo ou moi-même ont un fort potentiel génétique sans parler de la voyageuse temporelle Summers-Grey ; ce sont des cibles de choix pour lui. Je suis stressée oui et je pense qu’il y a de quoi ; on doit se décider rapidement. Je n’ai que peu d’expérience j’ignore si je fais les choses correctement mais au moins je les fais ; la plupart d’entre vous définissez l’Institut comme une famille et les X-Men comme une équipe. Agissons comme une équipe et protégeons notre famille. Je préviens tout de suite que j’enverrais balader ceux qui prendrons mon cas personnel en exemple pour argumenter que c’est là une manière d’assurer mes arrières on n’a pas le temps pour de la politique et pour se méfier les uns des autres.

La dernière phrase était destinée à déclarer haut et fort qu’elle n’œuvrait pas pour elle-même, mais pour l’Institut, car s’il était prévisible qu’elle soit une cible, d’autant plus considérant qu’elle travaillerait de manière quotidienne à l’extérieur dans l’année qui venait, et serait don une cible plus que facile, chose dont elle était consciente et qu’elle acceptait, Amy ne voulait pas que l’on se concentre là-dessus. Oui, elle avait peur, pour elle, mais elle faisait passer l’Institut et ses protégés avant sa propre vie, comme le voulait Xavier.

- Parlez vite et bien et essayez d'être moins chaotique que moi, s'il vous plait.

Regardant tour à tour les présents, elle attendit que l’un d’entre eux fasse une remarque, car elle-même était dépassée et ne s’en cachait pas ; cependant, elle craignait qu’à l’instar de la dernière fois, tous soient dépassés.

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: La Rédemption et la Damnation ont un point en commun : il faut être mort pour connaitre l’une ou l’autre {Les X-Men – réunion d’équipe}   Mer 10 Juil - 22:04


Les bras croisés sur un simple chemisier, sandales et Jeans, ses cheveux toujours mouillés et à peine essorés d’une douche terminée prématurément, elle reposait l’épaule contre l’encadrement de la porte. Une réunion de crise était chose exceptionnelle, le fait que sa fiancée la provoque l’était encore plus. Pour l’heure, elle se contentait de perdre son regard sur les reflets métalliques d’un bleu hypnotique que la table du briefing lui renvoyait par un éclairage artificiel au néon. Elle était loin d’être inattentive, elle écoutait simplement Nephilim faire son long exposé en grande professionnelle, ne pouvant s’empêcher de relever certains signes qui trahissaient l’état réel dans lequel elle se trouvait. Les masques, certes : mais certainement pas avec elle car personne ne la connaissait aussi bien qu’elle mais ces imperceptibles bribes, elle décidait de les garder pour elle. Car elle savait comme personne combien l’Italienne avait besoin de se sentir à la hauteur dans ce genre de situation, combien c’était essentiel pour qu’elle puisse rester cohérente malgré ses failles. Elle évitait donc de croiser son regard pendant qu’elle s’exprimait afin de ne pas l’embarrasser outre mesure.

« il a découvert que cette relation était avec Mr Sinister impliqué dans les évènements de décembre et l'a rencontré en personne. Sinistre lui a proposé de devenir Maraudeur et face au refus d'Ernest il l'a laissé revenir ici sans rien dire »


Que dire de ce frisson qui parcouru son corps à ce moment-là ? Imperceptible tout autant que les masques de son aimée mais son immobilisme trahissait autre chose, ses pupilles vibraient légèrement trahissant le flux de violence qui agitait son esprit, elle cessa même de respirer, ne pouvant empêcher les battements de son cœur d’accélérer plus que de raison.
Rester calme alors qu’on essuie une tempête interne n’est pas chose facile, il fallait juste donner le change. Le change que tous attendaient. Elle plissa les yeux jusqu’à les fermer, se concentrant sur le son de la voix d’Amy afin de calmer le flux des émotions et la violence qui en résultait.

« Non je ne suis pas objective dans l’affaire et je m’en moque. Sinistre et les Maraudeurs ont tuée l’une des nôtres et s’en prennent à l’un de nos protégés on doit réagir »


Elle n’ouvrit pas les yeux mais fronça les sourcils, son expression trahissant un mal être évident. Elle savait que certains regards s’étaient inévitablement tournés vers elle et que dans ce cas, si débriefing il y avait, elle ne serait pas écouté comme elle aurait dû l’être. Trop impliquée, c’est déjà ce que le poids de ses regards invisible faisait porter sur ses épaules. Elle se contenta de reprendre son souffle tout en semblant se tasser plus contre sa porte en essayant de devenir inexistante aux yeux de tous, de n’être qu’une ombre parmi les autres.

Qui pour écouter ? Elle avait déjà son opinion sur la question…Les questions plutôt parce que le problème était loin d’être unique. Le cas Lenoir relevait à présent au pire, du torpillage interne, au mieux de la psychiatrie mais certainement plus des X Men ni de l’Institut et elle avait des arguments pour l’appuyer. Quand à Sinistre…Personne ici n’était mieux placé qu’elle pour en parler et savoir au moins la superficie de ce qui se trame dans son esprit. Mais elle n’exposerait pas ses points de vues à moins d’être sollicité sérieusement ou que la situation l’exige véritablement.

Une fois Amy ayant terminé son résumé de la situation, un silence embarrassant s’installant démontrant à l’évidence la complexité du problème Cait hésita et ouvrit enfin les yeux sur un univers muet, elle ne le fit qu’afin de soutenir sa compagne et c’est aussi pour cette raison qu’elle brisa le silence pour lui prêter main forte, il était fort à parier que pour un autre X Men et pour ce sujet précisément, elle aurait conservé son droit de réserve le plus longtemps possible.

Avec un geste lent, elle leva la main sans changer de position pour indiquer le chiffre trois par les trois doigts levés de la main droite.

- Donc…Trois problèmes.
Ernest, Sinistre et enfin…la possible interaction entre Sinistre et Ernest.
Le troisième est le plus simple à résoudre, nous saurons si le Rat est clean d’ici quelques instants…Cependant…Je sais que Sinistre n’approche pas les gens par hasard et qu’il ne se dévoile que lorsqu’il est certain de son coup. Autrement dit, si il a choisi Ernest, c’était qu’il était certain de le..hum…retourner. Il n’a pas forcément besoin de ses pouvoirs pour ça, surtout si la cible est…(elle hésita, affichant un léger rictus) consentante.
A mes yeux, Ernest ne mérite plus notre confiance, même si il est clean…Il n’y a pas de fumée sans feu.
Second problème.
Ernest.
Lenoir n’a jamais rien compris à l’idéal de Xavier, préférant le muscle là où il faudrait du cœur, il est de plus dangereux, sous traitement et instable. Nous lui avons tendu des mains qu’il n’a jamais voulu saisir, l’accident avec Rachel prouvant une fois de plus son incapacité à penser aux autres au lieu de sa petite personne. Son égocentrisme et sa soif de reconnaissance font de lui une cible de choix pour être maraudeur (elle émit une sorte de bref rire sarcastique en secouant la tête)…Je le sais, je l’aurais sans doute recruté à l’époque.
Pour finir, je serai assez cinglante, il fait partie du programme de réhabilitation du BAM, le programme Hopes. Or, il y a eu un cas précédent lors d’un comportement mettant en péril sa propre personne et les habitants de l’institut. Un retour express au BAM pour être sévèrement suivi. Ce cas est assez parlant puisque c’est mon propre cas et que le BAM m’a emmené de force suite à…VOTRE demande. A cas similaire, procédure analogue : NOUS ne pouvons pas nous occuper d’Ernest Lenoir, déléguons.

Troisième problème. Sinistre.
(Elle soupira, levant un regard légèrement tremblant vers Amy)
Je passe mon tour pour l’instant.


Elle plissa à nouveau les yeux comme absente, se refermant sur elle-même, les lèvres légèrement tremblantes. Mais ses idées s’entrechoquaient avec violence, un film édifiant se déroulant devant ses yeux et la renvoyant à un fatidique jour de décembre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubilation Lee
X-Men Alpha
avatar

Messages : 2056
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: La Rédemption et la Damnation ont un point en commun : il faut être mort pour connaitre l’une ou l’autre {Les X-Men – réunion d’équipe}   Mer 10 Juil - 22:56

« Yep. »

Dis-je d'une voix claquante dans le silence suivant l'intervention tremblante d'une Caitlyn encore convalescente. Un yep comme pour lever la main, comme pour dire à l'assemblée que c'est désormais Jubilation Lee qui va prendre la parole. Il y a quelques années je ne serais même pas venu à un Defcon 4 parce que j'aurais simplement été chambrée par les X-mens, les Tauliers, présents ici à cette époque. Mais ça, c'était il y a quelques années et aujourd'hui ce n'est plus la même chose. Les Tauliers ne sont plus les mêmes, la génération doit se renouveler et je représente la transition entre des Frost, des Munroe et des De Lauro ou Elioth. Il y a peut-être ici un rôle à assumer et, alors que je souffle dans mon chewing-gum pour en faire une bulle et la ravaler alors que les regards se tournent vers moi, je soulève mes lunettes sur mon front. Je suis assise, ou plutôt accroupie, sur le siège, corps recroquevillé alors que dans ma main gauche je fais passer un petit plasmoïde entre mes doigts : choses qui arrive de plus en plus fréquemment lorsque je suis plus ou moins en train de faire quelque chose qui ne me ressemble pas : réfléchir.

« Yep pour les trois problèmes.
Le premier. Ernest. Je ne le connais pas et je laisserais ses profs juger. Mais en tout cas, il fait parti de la maison et on n'abandonne personne sur le bords du chemin comme ça. Son cas relève visiblement de la médecine et je doute qu'à 15 ans le BAM soit le meilleur hôpital pour ça. Quoiqu'il en soit il doit être isolé et ne plus sortir de cet enceinte tant que le second problème ne sera pas résolu.
L’interaction Ernest et Sinistre si je suis bien.
 »

Je marque une pause, relevant les yeux vers l'assemblée après avoir regardé mes genoux, collés contre ma poitrine.

« Je fais encore une fois confiance aux télépathes pour vérifier qu'Ernest va pas nous imploser psychiquement à la gueule ou que Sinister peut pas nous espionner en toute discrétion. Quoiqu'il en soit, si on garde Ernest ici, je recommande un isolement total de Salem et du reste du monde.
On arrive au troisième cas, le seul dans lequel j'aurais un avis.
Sinister nous a déclaré la guerre. Faire trembler nos X-mens et nos élèves, nous affaiblir psychologiquement est sans doute ce qu'il cherche. Il est dangereux pour nous et aussi pour le reste du monde et s'insère clairement dans c'qu'on doit combattre et neutraliser.
Mais !
 »

Je lève l'index où le plasmoïdes y reste en lévitation.

« On part pas en guerre comme les Confrériste l'ont fait avec Yggdrasil. C'est là qu'on va se planter comme des merdes. Haine, colère, vengeance et sentiments personnels n'ont rien à faire dans cette guerre. Faut donc cessez d'être naïf, c'est pas en poussant un coup de gueule qu'on choppera cet enculé, mais c'est en se préparant et en mettant tout ce qu'on a de notre côté.
On doit : isoler, encercler, puis attaquer. Y'a que ça qu'on puisse faire pour pas qu'il nous échappe encore.
Il a baladé des X-mens en décembre, il faut se faire à l'idée : c'est pas un débutant !
Qui est avec nous ? Qui nous suivra ? Qui nous aidera à l'isoler politiquement, économiquement et que sais-je encore...
BAM ? Gouvernement ? ….
 »

J'hésite...

« Confrérie ?
Ils se disent des amis de la paix et qu'ils travaillent pour le bien. J'en connais personnellement et je sais que ce que racontent les médias n'est que de la manipulation d'une masse ignare dont je faisais parti. Erik et Xavier ne sont pas de « vieux amis » pour rien.
Il nous faut des alliés pour chopper cet enfoiré.
Seul, ce ne sera qu'une éternelle tragédie qui se répétera et dont il faudra recoller les morceaux et je ne veux plus voir mes amies et mes amis trembler à l'évocation de ce nom. 
»

Les X-mens sont des soldats. Il y a un moment où la paix ne peut être maintenue qu'en neutralisant ceux qui la menacent. C'est triste à dire mais nous sommes maintenant contraint d'en venir ici. Ils nous attaque ouvertement, se fout de notre gueule et se permet d'envoyer son courrier malsain jusque dans nos boites aux lettres.
Y'a un moment il faut savoir donner la fessée mais je sais qu'on ne pourra y parvenir seuls.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warren Worthington
Résident(e) à l'Institut Beta
avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 30/03/2012
Age : 28

MessageSujet: Re: La Rédemption et la Damnation ont un point en commun : il faut être mort pour connaitre l’une ou l’autre {Les X-Men – réunion d’équipe}   Jeu 11 Juil - 2:10

C'est en smoking qu'Angel apparut à la réunion. En smoking, passablement dépeigné et ébouriffé au niveau des plumes. Il avait immédiatement répondu à l'appel bien que ne se trouvant pas à l'institut. La situation de crise le poussait en effet à se sentir encore plus responsable que d'habitude, sans compter qu'Ororo avait mis le doigt sur un point lors de leur dernière rencontre. Elle n'avait pas eu raison dans tous ses propos mais dans celui qui impliquait que les X-Men n'avaient pas été à la hauteur pour sauver leurs comparses en danger, sûrement. L'homme d'affaires avait alors quitté son bureau précipite ment, s'envolant par la fenêtre de son bureau. Il avait juste pris la peine d'envoyer un message pré-enregistré à ses employés pour prévenir qu'il ne serait pas là jusqu'à ce qu'un autre SMS lui aussi déjà préparé les informent du contraire.

Warren entra donc légèrement en retard mais avec un air préoccupé, Caitlyn et Jubilee avaient bien résumés la situation. Le jeune homme hocha la tête, réfléchissant à son tour. Il était malheureusement assez loin de l'institut, après tout Worthington Industrie's avait besoin de son PDG et propriétaire, tout comme l'école nécessitait ses subventions. Il était donc de ces profs qui arrivent juste à l'heure pour faire cours et s'évaporent ensuite, n'ayant que peu de choix. Ernest Lenoir était trop jeune pour suivre ses classes malgré le fait qu'il était surdoué, ou alors suivait-il l'économie avec un autre prof. Peu importe, toujours était-il que Warren le connaissait peu, tout en sachant que son nom avait tout de même été évoqué, timidement par son élève en cours de vol Joshua Guthrie et avec quelques rumeurs deci delà. Angel attendit donc son tour pour s'exprimer.


-Ernest Lenoir aurait, il y a un temps déjà, agressé physiquement un élève, Joshua Guthrie, peut-être connaissez-vous également un peu le cas dans un autre genre... Interné de force car dangereux pour lui-même, refus de la mutation mais il s'est amélioré et je ne pense pas qu'il ait menti une seule fois. Du peu que j'en sais, leur combat les aurait mené au bord de la mort, à cause de l'Altérium mais aussi de la détermination du garçon à tuer cet élève. Du reste j'ai peu entendu parler de lui mais assez, surtout maintenant, pour voir qu'il n'a pas changé et présente les mêmes risques. L'institut accepte beaucoup de repentis mais ils doivent être sincères, je ne juge pas Ernest Lenoir, peut-être y a-t-il une explication mais nous sommes apparemment dans l'incapacité de l'aider, et d'après ce que j'entends il représente un danger. Nous devons veiller sur les autres élèves même si pour cela il faut expulser celui-ci. Cependant nous pouvons aussi franchir des étapes intermédiaires afin de tenter le tout pour le tout.

Voilà, un point évoqué, Angel était d'accord au moins avec Caitlyn. Cependant il l'était également avec Jubilee, pour des raisons moins idéalistes cependant. Le blond n'était pas dépourvu d'âme, il ne serait pas X-Man sans cela mais il voyait généralement le côté purement pragmatique des choses, surtout en ce moment. L'attachement ? Il peinait de plus en plus à y croire bien que son équipe compte encore énormément pour lui.

-Afin que la Confrérie ou pire Sinister ne récupère pas Ernest Lenoir, je rejoins Jubilee. S'il doit être aidé cependant, ce sera par un psychologue télépathe de préférence, extrêmement réputé sinon. Il est hors de question de prendre le risque qu'Ernest endorme ceux qui l'entourent comme il a déjà dû en être capable pour que nous en arrivions à évoquer sa dangerosité seulement maintenant. Enfin je suppose que nous verrons ces détails par la suite.

Pour le reste, Angel pouvait également aider, au moins pour le côté économique et guerrier même si ça faisait un temps qu'il n'avait plus combattu pour de "vrai". Heureusement le jeune homme s'entretenait régulièrement, même en dehors de la salle des dangers vu qu'il venait peu à l'institut. Par contre si pour le côté forme physique c'était parfait, pour coller des baffes, le blond était un peu rouillé, il avait perdu l'habitude. Enfin, il fallait toujours se tenir prêt en tant que X-Man, très vite, les réflexes reviendraient.

-Pour l'économie, Jubilee, je le ferai en partie, mais il est évident que Worthington Industrie's ne tiendra qu'un temps si cela vient à s'éterniser. Il va falloir trouver des partenaires, c'est là que le côté politique entre en jeu. Je n'ai pas vraiment d'entrées dans ce monde en revanche puisque je me suis toujours refusés aux assimilations, j'avoue que c'est présentement que je le regrette un peu. Quant à Sinister, j'avoue que je suis partagé. Qui sait si ses "provocations" ne sont pas un piège pour nous mener hors de l'institut ou à attaquer afin de promouvoir la haine des mutants à travers les mutants justement ? D'un autre côté, difficile de ne pas réagir. Je proposerais plutôt une attaque discrète, en petit comité bien qu'il soit très puissant, après je ne connais rien de sa personnalité et je suis un peu rouillé niveau stratégie, considérez donc ma voix comme faible sur ce point de la réunion.

Acheva-t-il en jetant un regard à Amy elle aussi élève en cours de vol, sa fiancée Caitlyn et Jubilee. En ce qui concernait les deux premières Angel avait toujours un peu de "mal" sur leur relation mais surtout parce que cela le ramenait à Lucas et lui, avec un zeste de vieille école, il était sincèrement triste qu'elles doivent vivre leur amour et aborder leur mariage dans une situation aussi sordide. Sagement, il attendit que ses compères reprennent la parole, présent, concerné mais un peu plus en retrait car il n'était plus vraiment à l'institut ces derniers temps. Méritait-il donc d'avoir la voix du chapitre ? Pas sûr...

[HJ : Au sujet d'Icare et Ernest, il s'agissait d'un rp sur l'ancien forum Smile Depuis, même en Rp, Josh ne cache pas son aversion envers le personnage et sur sa dangerosité. Il l'évoque souvent dans mes RPs, notamment avec Enora, pas très étonnant donc qu'il en ait un peu discuté avec Angel. ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ororo Munroe
X-Men Alpha
avatar

Messages : 239
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: La Rédemption et la Damnation ont un point en commun : il faut être mort pour connaitre l’une ou l’autre {Les X-Men – réunion d’équipe}   Jeu 11 Juil - 8:28

Samedi 1er Juin 2013 – 11h20

Un appel d'urgence de Danger .. qu'est ce qui se passait encore .. Ororo préparait les dernières révisions pour ses élèves dans son bureau. Elle avait revêtu un short blanc et un simple tshirt. L'alerte de niveau 4 l’intrigua. Ce n'était pas une intrusion mais un réel danger quand meme. Elle bondit de son fauteuil et faisant honneur à son nom de guerre fila telle une tornade dans les sous-sols. Elle arriva rapidement dans la salle ou Amy était entrain de jurer allègrement, immédiatement suivit de Cait et Jub bien sur mais aussi Warren.
Ororo laissa Amy s'expliquer mais au nom de Sinistre elle faillit foncer en dehors de la salle en plantant là les autres. Sinistre encore lui ... ce type la mettait hors d'elle. Déjà en décembre avec Cait voilà qu'il remettait ça. Son sang de guerrière ne fit qu'un tour. Cette fois elle ne le laisserait pas tant qu'elle ne verrait pas son corps gisant à ses pieds ..  enfin du moins neutralisé ...
Elle reporta son attention sur Amy, puis Cait, Jub, Warren .. enfin les X-men présents .. toujours les mêmes ou presque.

SVO fut le premier nom auquel elle pensa lorsque Jub cita de potentiels alliés. Le BAM ... à voir ... avec la mort de Hopes Xavier avait perdu un collaborateur et ami .. Le gouvernement .. elle eut un léger ricanement ... déjà qu'ils refusaient au maximum les contacts avec les mutants .. et puis c'était une guerre mutant-mutant ... non le gouvernement n'allait surement pas les aider ..

Les confréristes ... dur, très dur .. Ororo les détestait ... mais d'un autre coté ..

« Confrérie ? 
Ils se disent des amis de la paix et qu'ils travaillent pour le bien.


Ororo grinça des dents ... "amis de la paix" ... elle fixa Jub d'un drôle d'air ....
Puis son regard se tourna vers Cait ... Elle seule pouvait être capable de les convaincre de les aider. Cait et son frère Kyle ... c'était surement une lourde tache mais Ororo lui faisait totalement confiance.

Les détails financiers n'était pas son domaine et puisque Warren avait évoqué le sujet autant qu'il s'en occupe.

Il restait Ernest ... que faire du garçon .. il posait un réel problème. Qui était il vraiment .. un môme perdu ... un pion de Sinistre .. une facilité à cause de son caractère .. ou bien un vrai danger ... Cait avait raison meme si elle ne pouvait totalement être objective. Comment l’être de toute façon après ce qu'elle avait subi. Ororo comprenait son point de vue meme si la remarque de Cait lui fit l'effet d'un coup de poignard.

Le renvoyer au BAM ... L'isolation c'était sur et certain, il était bien trop dangereux pour lui et pour les autres. Mais il n'y avait pas qu'Ernest de dangereux à l'Institut .. Ororo pensa de suite à Rachel dont elle avait plaidé la cause. Ororo s'avança à son tour et sourit à Amy.


"bien. Merci Amy pour ta rapidité d'action. Tu as très bien agit. J'ai écouté attentivement vos remarques et propositions. Nous sommes tous d'accord qu'il y a 3 points à aborder.
Ernest tout d'abord. L'isolement est nécessaire et obligatoire je suis d'accord. Le BAM ... je comprends ton point de vue Cait mais je pencherais plus comme Jubilee. Je propose de voir ce qu'Emma en pense, puis de voir avec un représentant du BAM. Qui accepterait par la suite de rester en contact avec le jeune garçon ???"


Elle parcourra du regard l'assemblée, s’arrêtant un bref instant sur Amy et Jubilee. Les 2 jeunes femmes semblaient être les plus aptes mais Ororo leur laissait le choix.

"Sinistre ... tout comme Jubilee je pense qu'il est allé bien trop loin. Cait d'abord et maintenant Ernest .. meme si le garçon a agit en partie de sa propre volonté. Il nous faut frapper vite et fort. Nos .. "alliances" .. "  

Elle se tourna vers Cait "Cait ... tu te doutes de ce que je vais te demander ... penses tu qu'"il" acceptera de nous aider ?? "

Ororo savait que Cait avait un frère confrériste mais les autres .. elle ne voulait pas vraiment le cacher mais ne voulait pas non plus embarrasser son amie.

"je me charge de SVO. Car oui je pense qu'il fera un allier de poids. Warren tu as carte blanche pour la logistique et nous trouver des partenaires. Vois avec Emma, elle aussi possède des contacts. "

Elle parcourra la petite assemblée du regard " bien sur tout ceci doit rester entre nous. Les élèves ne doivent pas être mis au courant ... Emma se chargera des professeurs. Il reste cependant une question : Rachel ??? ils sont amis et ... je ne pense pas qu'elle doive participer mais pourrons nous l'en empêcher ..."

elle laissa un bref silence "Des questions ??"

_________________

Nombre de rp

Ashake:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: La Rédemption et la Damnation ont un point en commun : il faut être mort pour connaitre l’une ou l’autre {Les X-Men – réunion d’équipe}   Sam 13 Juil - 12:12

La première à réagir fut Caitlyn, même si elle l’avait sans doute beaucoup fait avant de prendre la parole ; son écart des X-Men et de leur table, son isolement et son visage en trahissaient plus que ce qu’elle n’aurait voulu. Amy culpabilisa, indéniablement, car c’était bien le sujet sensible, et c’était de sa faute si tout remontait à la surface. Qu’aurait-elle préféré, se passer de Caitlyn et de son expérience pour la préserver quitte à commettre des erreurs, où la voir ici, et remuer tacitement les blessures qu’elle avait subies dans l’espoir d’aider des gens à qui elle ne devait rien ? L’italienne ne savait pas, mais elle connaissait son aimée et savait que le choix était déjà pris, au nom de l’abnégation et du sacrifice. Un geste lent, un résumé, un soutien pour briser le silence et que Nephilim ne stresse pas inutilement ; un sacrifice pour elle, somme toute. Amy baissa les yeux, grimaçant en un mélange de remerciements et d’excuses.

Angel arriva à ce moment-là, précipitamment et sans le respect et la dignité qui faisaient sa marque habituellement, ayant surement peur d’être à nouveau à l’écart d’un événement important pour le groupe dont il était l’un des membres fondateurs, et où il n’avait pas tant d’investissement que cela au regard des derniers mois. Il s’installa et se prit, comme tous, à analyser le discours de Caitlyn.

Trois points, là où l’italienne les avait jetés comme une succession d’un même problème, l’irlandaise traduisait ses mots pour l’assemblée. Dernier point d’éliminé de la négociation, puisqu’à l’avis de Fuzzy, qu’Ernest soit clean ou non, il n’était pas digne de confiance. La philosophie Xavier prônait de tendre la main, la main avait déjà été tendue par deux fois à l’adolescent, et Amy aurait été, par le passé, prête à tendre encore la main ; jamais deux sans trois, ou plutôt tendre l’autre joue. Voir la personne qu’elle aimait se faire charcuter le visage, après être elle-même passée par les flammes de la haine raciale, l’avarice de l’homme et la cruauté des mutants, cela l’avait changée, et elle ne tendait plus l’autre joue, elle rendait coup pour coup, jusqu’à la mort. Ernest aurait peut-être son aide, jamais sa confiance, il n’aurait que ce qu’il demandait : des compétences. Ni empathie, ni humanité, il s’agirait d’une machine sensée régler une autre machine.

Avait-il jamais compris quelque chose à l’idéal de l’Institut, elle n’en savait rien, même si elle savait qu’il était, de par son passif, dangereux et instable. Cependant, le traitement était une bonne chose, tous les dangers instables de l’Institut ne le faisaient pas, et on ne leur en tenait pas rigueur, même si le danger auquel pensait Amy était sans commune mesure avec Ernest, et surtout qu’ils n’avaient aucun moyen de s’en débarrasser ; ni même la volonté, d’ailleurs. Après, l’autre progressait, bien plus qu’Ernest d’ailleurs. L’égocentrisme était un problème diagnostiqué, même si Lenoir avait fait mine de l’outrepasser avec deux personnes, en plusieurs années, mais des personnes qu’il utiliserait au même titre que les autres en cas de besoin, en comptant sur elles de façon inconsciente, ou instrumentalisée, chose prouvée par deux fois dans le passé.

Une recrue de choix pour les Maraudeurs ? Amy y croyait sans peine, même si cela avait l’amer goût de l’échec. Le sort d’Ernest était donc sur la balance, entre trois camps : l’Institut, le Triskelion et Sinistre. Oui, Lenoir faisait partie du programme de réhabilitation du BAM, et ce n’était pas la première fois qu’il en enfreignait les règles… Caitlyn préconisait un retour express dans le système judiciaire américain, comme elle avait elle-même subi. C’était peut-être encore plus amer d’entendre cela, car si Cait’ avait pu en revenir, grâce à feu-Daniel Hopes, ce se serait pas le cas d’Ernest, dont l’agent de probation était inconnu au bataillon, s’il avait jamais existé. Ils n’avaient pas les capacités professionnelles pour traiter un cas de « folie », mais si Ernest récupérait grâce à la télépathie, Nephilim préférait le garder à l’Institut, car elle n’était pas aveugle, ils perdraient la moindre chance de sauver le garçon.

- Troisième problème. Sinistre… Je passe mon tour pour l’instant, conclu-t-elle avec un soupir, un tremblement du cœur comme du corps, et un regard vers Amy lui signifiait combien ça lui coûtait d’être là.

« Yep. » enchaina immédiatement Jubilee, venant à son tour en renfort de Caitlyn en détournant de sa fragilité les regards, à l’exception de celui d’Amy.

La diversion offerte par leur amie était d’un naturel immature, cette dernière égale à elle-même et suffisamment pour que malgré son sérieux, elle puisse être considérée dans son attitude comme j’m’enfoutiste, avec son chewing-gum et sa vitalité impétueuse que d’aucun auraient pu considérer comme déplacés. Toujours fut-il que Nephilim profita de cette diversion pour se décrocher de la table, s’en allant vers son aimer pour lui poser une main sur la joue et retirer le regard vert des sombres tortures du passé vers un présent bleuté qui ne demandait qu’à la soutenir. Là-aussi, d’aucun auraient pu crier au relâchement, mais outre que face à leurs lenteurs humaines, Nephilim parviendrait entièrement à suivre et analyser la conversation, elle enverrait se faire foutre violemment quiconque toucherait à son aimée ou se placerait entre elles-deux, ce ne serait que le troisième coup de gueule dans le genre.

Jub’ était dans leur camp pour les trois problèmes, et Amy était également pour garder Ernest sous la main. Elle faisait confiance aux télépathes, soit Xavier et Frost, pour sauver Lenoir psychiquement, et de permettre de le traiter psychologiquement par la suite. Amy n’avait pas les compétences nécessaires pour cela, elle avait peut-être terminée sa formation et avait la mémoire de Frost, mais il fallait considérer que malgré leurs droits à exercer respectifs, Emma était une sexologue, et si Amy se destinait à l’impact de la mutation sur la psyché humaine, elle n’avait pas encore commencée sa thèse ; Ernest Lenoir pourrait être un cas d’études, mais elle préférait ne pas risquer de voir son patient lui clamser entre les doigts.

« On arrive au troisième cas, le seul dans lequel j'aurais un avis.
Sinister nous a déclaré la guerre. Faire trembler nos X-mens et nos élèves, nous affaiblir psychologiquement est sans doute ce qu'il cherche. Il est dangereux pour nous et aussi pour le reste du monde et s'insère clairement dans c'qu'on doit combattre et neutraliser.
Mais !
»

Non, les X-Men n’étaient pas des guerriers comme pouvaient l’être les Confréristes, qui plus était, attaquer un maître de l’ombre, c’était tomber sous sa coupe, car il n’aurait plus qu’à agiter les bons pions pour que les X-Men fassent ce qu’il voulait. Amy savait parfaitement comment les jeux d’ombres fonctionnaient, elle avait ça dans le sang. Haine, colère, vengeance et sentiments personnels avaient tout à faire dans cette guerre, au contraire : ils étaient des moteurs qui, bien utilisés, permettaient de se surpasser. Il suffisait de regarder les témoignages de Rachel, le seul risque était la surenchère. Cependant, par précaution et pour éviter là encore une manipulation par le biais des passions, il fallait les museler et les utiliser comme des outils : une haine froide leur donnerait l’obstination de continuer, une colère sourdre leur permettrait d’accomplir le nécessaire, il fallait user des sentiments personnels, non être utilisés par eux. Mais heureusement que Jubilation ne pouvait le voir ainsi, car c’était un point de vu des plus inhumains, et elle restait tellement humaine qu’il ne fallait pas gâcher cela.

« Il a baladé des X-mens en décembre, il faut se faire à l'idée : c'est pas un débutant ! »

Il a baladé les X-Men en décembre, mais ce n’était pas le seul ; les erreurs de décembre ne devaient pas se reproduire, les X-Men ne devaient pas devenir des pions ou une quantité négligeable sur le jeu de Puissance ; les risques étaient moindre, car cette guerre n’impliquerait aucune puissance suprahumaine, aucune puissance cosmique ou autre. C’était une guerre des hommes, comme il y en avait tant eut.

Qui était avec eux ? Amy fut surprise à cette réplique, et se retourna, délaissant son soutien physique et muet à son aimée pour regarder Jubilee. Jouer avec la politique, c’était le meilleur moyen de se faire instrumentaliser, et qui plus était, le BAM, représentant du Gouvernement à ses heures perdues, s’il pouvait leur être utile, pourrait également se retourner contre eux ou être retourné contre eux. Qu’avaient-ils fait suite à l’enlèvement de Caitlyn, qui pourtant était leur protégée également ? Qu’avaient-ils fait après ? Les scènes de crimes avaient été nettoyées, par une faction inconnue mais qui n’avait pas intérêt à ce qu’on découvre tant les crimes des Maraudeurs que ceux de Caitlyn, et si le groupuscule avait été identifié, l’affaire avait été sans suite. Trop d’élément qui échappait aux fonctionnaires, qui n’avaient pas la moindre idée de ce que signifiait le Phénix, ou de qui était réellement Caitlyn Elioth. Des aveugles dans le brouillard ; remarquez, du fait, le brouillard ne les gênait pas.

La Confrérie ? Ils pouvaient se dire beaucoup de chose, mais ils n’étaient pas des amis de la paix. Des révolutionnaires, violents, Yggdrasil l’avait prouvé. Individuellement, il y avait des pro-X-Men et des contres, car ils étaient des adversaires de longue date, et si Amy ne doutait pas que Kyle intervienne en faveur de Caitlyn, ce n’était pas non-plus la Confrérie. Oui, ils avaient besoin d’aillés, mais dans un climat politique, la ligne séparant allié d’ennemi était très fine.

Amy remercia d’un hochement de tête Jubilee pour le répit qu’elle leur avait offert, et pour sa dernière phrase : non, plus de tragédie à répéter, plus de morceaux à recoller, plus de peur. Mais on était en plein dans les sentiments personnels suscités, et critiqués.

Warren prit à son tour la parole, rappelant des faits qu’Amy n’avait pas voulus citer ; si on commençait à se pencher sur chaque connerie accumulée par Ernest Lenoir au cours des dernières années, il était probable que la seule chose empêchant un jury de lui demander l’injection létale était le fait qu’il ne soit pas majeur. M’enfin, agression d’un élève comme Icare, connaissant la timidité et la gentillesse du jeune homme, c’était vraiment pas en la faveur de l’accusé ; Husk n’était pas ici, heureusement surement, car la blondasse avait beau ne pas être très appréciée de Nephilim, pour raison personnelle, l’italienne lui reconnaissait au moins le sens de la famille, et ça n’aurait pas plus du tout à Paige. Enfin bref, Angel était aussi pour l’expulsion : en sacrifier un pour en protéger cent. Ça se défendait, mais ce n’était pas le point de vu d’Amy.

- Afin que la Confrérie ou pire Sinister ne récupère pas Ernest Lenoir, je rejoins Jubilee. S'il doit être aidé cependant, ce sera par un psychologue télépathe de préférence, extrêmement réputé sinon. Il est hors de question de prendre le risque qu'Ernest endorme ceux qui l'entourent comme il a déjà dû en être capable pour que nous en arrivions à évoquer sa dangerosité seulement maintenant. Enfin je suppose que nous verrons ces détails par la suite.

Hum, fragmenter et attendre, ce n’était pas ainsi que l’on prenait des décisions, c’était juste bon pour risquer de noyer le sujet ; mais sinon, elle était d’accord avec l’ange. Ange qui proposait d’exploiter encore une fois le potentiel de son entreprise pour le bien de l’Institut et des X-Men, mais qui convenait du fait que cela ne tiendrait qu’un temps. Xavier, Worthington et Frost étaient les trois plus gros donateurs de l’Institut, mais pas les seuls. Une guerre contre Sinistre et les Maraudeurs ne devraient pas non plus tant coûter que cela, car il n’y avait pas de matériels autre que ceux des X-Men, à moins que la corruption de fonctionnaire ou autres méthodes fiduciaire ne soient envisagées. Non, c’était la politique qui était véritablement importante, et qui était le point faible des X-Men. Ils n’étaient pas, pour la plupart, des politiciens, alors que Sinistre était habitué de ces milieux, ou tout du moins de leurs coulisses.

Angel n’avait pas réellement un impact politique, ayant refusé des assimilations. Néanmoins, il eut une remarque intéressante : les provocations n’étaient-elles pas un piège pour désolidariser les mutants ou les conduire à faire des erreurs ? Probable. Warren était peut-être rouillé niveau stratégie, mais pire, c’était le point fort de leur ennemi, cependant ils devraient se montrer plus malin que Sinistre, sur son terrain… Warren la regarda, comme s’il misait sur l’intelligence surhumaine de Nephilim pour contrer cela, et étrangement, Amy soutint son regard ; elle était une Grigori, après tout, et si Sébastian l’avait isolée de l’influence de ses ainés, de son héritage, elle devrait bien se montrer capable de jouer sur ce terrain.

Ce fut au tour de la Chef de parler, se levant de son siège et lui souriant pour la soutenir, déclenchant un petit sourire gêné de l’italienne ; Ororo était une femme exigeante, avec qui Nephilim était entrée en conflit dès leur première mission, et elles c’étaient plutôt évitée, ou tout du moins Amy l’avait évité, depuis. Aucune mission ensemble, aucun entrainement en Salle des Dangers ensemble, très peu d’activité, alors que pourtant, s’il y avait une personne pour qui elle devait se montrer à la hauteur, c’était bien Tornade. Et visiblement, cette dernière était contente d’elle, pour le coup.

Elle eut même droit à un remerciement, et des congratulations ; ce n’était pas vraiment le moment, mais cela faisait toujours plaisir. Plaisir gâché par l’inquiétude pour son aimée qu’elle tenait toujours contre elle, et vers qui son regard retournait régulièrement alors que son cerveau sautait de l’inquiétude et du soutien à l’analyse et la planification, avec une vélocité et une précision nullement altérées.

Les conclusions de la Chef suite au premier échange : Premier point, Ernest ; isolement obligatoire, mais pas remise au BAM, juste changement d’Agent de Probation et suivit bien plus strict. Second point, Sinistre ; frapper vite et fort, utiliser leurs alliances, jouer avec le feu, somme toute. Kyle Kenneth ; pas la Confrérie, pas le Confrériste, même, juste le frère de Caitlyn. Frère qu’Ororo n’osait nommer, d’ailleurs. Mais ce n’était pas le seul frère qu’elle comptait appeler à l’aide, visiblement.

"je me charge de SVO. Car oui je pense qu'il fera un allier de poids. Warren tu as carte blanche pour la logistique et nous trouver des partenaires. Vois avec Emma, elle aussi possède des contacts. "

Amy faillit s’étouffer, se crispant d’un seul coup, et bloquant son souffle d’une telle manière que sa gorge s’en serra. S.V.O. pour Sébastian von Orchent ; ils en étaient déjà à ce niveau d’intimité là ?!

- Je en suis pas pour l’intervention de mon beau-frère, clairement. Pour Rachel, Ernest est son ami, oui, et une mauvaise influence aussi, puisqu’à mon avis, l’un de ses arguments face à Sinister était « tu ne peux rien me faire ou le Phénix viendra te massacrer ». Xavier pourra nous confirmer ce qu’il a trouvé dans la mémoire du jeune garçon, mais si je ne me trompe pas, je demande à ce qu’Ernest Lenoir n’ait plus le droit d’entrer en contact avec elle. C’est pas ma protégée, non, mais nous avons convenu qu’Ernest était irresponsable et égocentrique, et il est hors de question de lui laisser le Phénix entre les mains. Rachel est une enfant avec le pouvoir d’un dieu, et si on la laisse entre de mauvaise main, c’est la fin. Non, c’est une affaire secrète, comme la plupart de celle des X-Men, donc les élèves et résidents, dont Rachel fait partie, n’ont pas à être au courant, c’est aussi simple que cela. Maintenant, excusez-moi, mais cela risque d’être assez long.

- Premier point : Ernest. Je soutiens la proposition majoritaire. Livrer Ernest au BAM, c’est le condamner à la prison à vie, et le système judiciaire des USA sera bien incapable de l’aider, il vaut mieux le garder ici, quitte à le faire consulter quelqu’un d’extérieur, et à lui implanter des commandes psychiques. Je rappelle que cela avait été fait pour des cas moins graves, comme Alexander Funke, donc un mot de commande pour l’empêcher de sortir est pour moi une bonne solution. Maintenant, l’isolement interne ; Danger devrait le surveiller plus particulièrement que les autres, et je ne suis pas sure que le laisser dans le dortoir des garçons soit une bonne idée. Une chambre d’observation à l’Infirmerie est plus sécurisée, et il ne serait pas le premier élève à y faire un séjour prolongé. J’y rajoute la demande d’isolement face à Rachel, aussi, tant qu’il n’aura pas pris en maturité ; c’est peut-être cruel de le priver de sa seule amie au moment où il va mal, mais elle reste plus dangereuse que nous tous réunis, et s’est un trop grand risque que nous avons couru jusqu’ici. Ceux qui sont psychologues conviendront que lui retirer ses repères ne fera que le déstabiliser encore plus, et c’est vrai, cependant, il est déjà au bord du gouffre, et il doit intégrer une chose : il n’est pas le centre du monde. Lorsqu’il sera réintégrer, je préconiserais qu’il n’ait pas le droit à une chambre unique, là où les élèves et résidents qui n’appartiennent pas au corps administratif de l’Institut vivent par deux ou par quatre, aménagée pour lui plaire, mais un dortoir normal avec d’autres élèves, pour une socialisation forcée. Les travaux de groupe sont aussi une chose à envisager, mais je vais éviter de trop m’avancer là-dessus, comme le disait Angel, nous verrons ces détails par la suite.

- Second point : Sinistre. Je soutien Jubilee : une attaque directe, c’est du suicide. Pas parce qu’il nous dépasserait en force brute et pourrait nous tuer, cela j’en doute, mais parce qu’il s’y attend, parce que ce genre d’intervention est la marque de fabrique des X-Men. Certains d’entre nous critiquent la Confrérie, regardons-nous dans un miroir : un problème, on intervient généralement de façon directe, brutale et dénuée de finesse, et on repart. Si on attaque une ombre, on se mangera le mur qu’elle cachait.

C’est un combat inédit que l’on doit mener, car ce n’est pas une bataille en armure où l’on fait face à notre adversaire, c’est une guerre de l’ombre, c’est un jeu politique. Sa vouloir te vexer, Warren, je pense que les ressources fiduciaires de la Worthington Industrie's seront inutiles, c’est de ta position en tant que PDG dont on aura besoin. Tu n’es pas entré dans la politique, mais tu peux t’y mettre. Le principal problème sera de réussir à en user, à dire vrai ; la politique n’est pas quelque chose où l’honnêteté et la générosité sont en haut de l’échelle, et si elles sont placées au-devant de la scène, se sont plus des panaches de fumée et un appât pour électeur que de réels vertus. De plus, je ne pense pas que le politique lambda pourra être utile dans un conflit contre les Maraudeurs. La presse et la police seront bien plus utiles ; si tu as des contacts dans l’un ou dans l’autre, essaie de discuter par rapport à des faits divers qui pourraient contenir une trace des activités qui nous intéressent.

Faire appel à des alliés est une chose délicate. Nous avons nos secrets, et le degré de fiabilité du BAM, sans notre agent dans leurs rangs, est compromis. Il pourrait être un pion idéal pour que Sinistre parvienne à mettre la main sur certains mutants qui sont à l’Institut, Rachel et Ernest en première ligne, considérant leur caractère illégal. De plus, la plupart d’entre nous auraient un casier si certains faits venaient à être connus, et le BAM aurait le devoir de nous neutraliser alors, et nous de nous rendre pour ne pas faire de dommage collatéraux à l’Institut. Et je n’évoque pas la possibilité qu’ils découvrent que nous avons accueilli en nos murs des criminels recherchés, comme Oméga Red ou le Tueur à l’Etoile. L’Institut a plus d’une raison de couler si le BAM met trop son nez dedans, et ce serait une manœuvre parfaite pour Sinistre, qui n’aurait plus qu’à récupérer les cas l’intéressant. Je ne connais pas d’agent fiable pour nous aider, personnellement, et je pense que le BAM est l’élément parfait pour nous affaiblir.
Le Gouvernement n’est pas différent du BAM, dans l’affaire, quant à la Confrérie… Leur combat est contre la société, pour les droits mutants, ainsi je ne pense pas que les Maraudeurs soient une de leurs préoccupations. Individuellement, oui, certains confréristes pourraient se rallier à nous, mais la Confrérie, non. De plus, si nous nous allions à la Confrérie, nous devenons l’ennemi du BAM et du Gouvernement, et l’un comme l’autre nous affaibliront également.

Quant à la possibilité d’un piège… c’en est un. Nous sommes sur un terrain politique, nous sommes dans un jeu d’ombre, et Sinistre est un maître dans le domaine, il raisonne à une échelle qui dépasse les individus communs et ne prend en compte que les factions, et les personnes qui ont un intérêt pour lui. Les Maraudeurs ne peuvent pas détruire quelque chose comme l’Institution Charles Xavier, ou les X-Men, par la force. Il faut qu’ils nous poussent à nous compromettre, à nous confronter à d’autres factions majeures tel le BAM ou la Confrérie. La Confrérie est plus complexe à atteindre, à trouver, que le BAM ; qui plus est, le BAM est un outil parfait : si nous transgression trop les règles, ils nous affronteront, ils nous mettront aux arrêts, et l’Institut sera sans protection, au mieux, tandis qu’au pire, ils le fermeront. Le BAM en a le pouvoir et les capacités, grâce au Gouvernement, et si nous résistons, les risques de conflits humano-mutants en seront démultipliés ; c’est un risque qu’il sait que nous ne prendrons pas. Toute la difficulté est là : mener une guerre de l’ombre, sachant que nous sommes de ce fait non seulement en territoire ennemi, mais privé de nos soutiens normaux. Il est impossible de ne pas réagir, oui, mais il faut faire la réaction qu’il n’a pas prévu. Une attaque brutale est hors de question, comme l’a dit Jub, c’est exactement ce qu’il attend. Il est apte à manipuler nos passions et nos sentiments, oui, il a plusieurs coups d’avance, aussi, car ce n’est pas un débutant. Il faut réussir à le prendre à revers, sachant que nous en savons très peu sur lui et ses activités à l’heure actuelle. Enquêter, espionner, manipuler, tout ce que les X-Men ne sont pas habitués à faire, on va devoir apprendre à grande vitesse si on veut le battre ; le monde nous considère comme des héros ou des terroristes, il va falloir qu’on soit les deux pour affronter les Maraudeurs sur leur terrain. Je ne parle pas de retourner leurs méthodes contre eux, mais de franchir la ligne tout en sachant que si on se fait prendre, il faudra que les X-Men nous abandonnent, pour ne pas compromettre l’ensemble. Les Sacrifiés de l’Histoire.

Maintenant, quant à faire intervenir Kyle et son réseau à la Confrérie, je suis pour, même si c’est un côté personnel qui l’implique. Je n’ai jamais rencontré d’autres Confréristes, mais je ne vois pas quelles raisons ils auraient de nous aider, surtout que l’on a la fâcheuse tendance à être en face d’eux dès qu’ils combattent pour leurs idéaux. Quant à « S.V.O. »… Non, je suis pas objective là non plus ; ce salopard nous a kidnappées et enterrées sous une église, avec Caitlyn, et je ne crois pas que son aide lors de l’enlèvement par les Maraudeurs, ou lorsqu’il a décidé de ramener Emma alors qu’elle était perdue sur le plan astral ou de m’empêcher d’essayer de me venger par bonté d’âme. Non, il est comme Sinistre, c’est bien pour cela que vous envisagez de l’appeler en tant « qu’allié ». Sauf que si c’était exactement ce qu’il voulait, avoir les X-Men de son côté, faire appel à lui reviendrait à se faire manipuler par lui, et la seule différence entre se faire manipuler par lui et par les Maraudeurs, c’est qu’il nous aiderait sur le court terme. Resterait à découvrir le prix sur le long terme…

J’ai beaucoup parlé et je m’en excuse, mais nous entrons dans un jeu qui est des plus complexes, et des plus risqués. C’est une cour dans laquelle seul Xavier a jamais dû jouer, et sans doute explique-t-elle pourquoi il est si reclus aujourd’hui. Je pense que nous devrions d’abord statuer du sort d’Ernest Lenoir, puis nous pencher sur le cas Sinister.
S’interrompant enfin, elle s’inquiéta d’avoir potentiellement perdu tout l’auditoire, mais son inquiétude revint bientôt à un objet qu’elle avait trop longtemps quitté des yeux, et elle reprit dans un murmure : Ca va aller, Cati ?
Hors-Jeu:
 

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: La Rédemption et la Damnation ont un point en commun : il faut être mort pour connaitre l’une ou l’autre {Les X-Men – réunion d’équipe}   Sam 13 Juil - 21:41

Elle était assaillie de sentiments contradictoires et se contentait de regarder froidement chacun des intervenants. Mais elle se savait observée par son ange. Elle bougea bien sûr, comment aurait-elle pu rester de marbre ? Et cette main posé sur sa joue comme une caresse rassurante qui la délogea de son intérieur pour tourner lentement son regard vers elle où elle s’agrippa une demi seconde avant d’incliner la tête comme pour lui signifier qu’il n’y avait pas d’inquiétude à avoir, elle maitrisait tout. Vastes foutaises, son esprit vagabondait à des kilomètres de là vers un passé qu’elle ne voulait pas voir surgir de sitôt, pas après un tel chemin de croix.

Elle les écouta l’un après l’autre sans ciller mais c’est lorsqu’elle entendit sa fiancée lui demander en toute discrétion si tout allait bien quelle répondit d’une voix morne et incroyablement froide.

- Non. Ca ne va pas.

Et elle leva les yeux vers l’auditoire.

- Faites comme bon vous semble pour Lenoir, il n’y aura pas de rédemption pour lui parce qu’il n’y en a pas pour ceux que Sinistre approche, il y a la mort, le néant et rien d’autre.
J’irai voir qui vous voulez Kyle, Sébastian, même les Mânes de ce pauvre Hopes…tous ceux que vous jugerez bon de déplacer mais ça n’ira pas. Parce qu’il reste du bon en eux et que la bonté ou l’humanité, ça n’a rien à voir avec Sinistre ou ses maraudeurs. Vous entrez en guerre contre une armée qui n’a pas notre point faible : le cœur. Ils ne connaissent pas de remords, pas de regrets, pas de limites.
Vous ne savez absolument pas où vous aller foutre les pieds.
J’ai personnellement tiré dans les jambes d’un gosse de sept ans parce qu’il refusait de me laisser passer dans une file d’attente, j’ai abattu froidement un vendeur de fast Food de cinq PUTAIN de balles dans la face car mon Big mac était tiède. J’ai vu et fait des choses que je ne peux même pas vous raconter et qui m’empêcheront de fermer l’œil plus de 3 heures durant une nuit en moyenne, demandez-lui à Amy, elle vous confirmera. Et en ce temps,  jamais je n’éprouvais une once de remord, une once d’humanité.
Un maraudeur est un mort vivant, une machine qui fonctionne à l’instinct et n’a AUCUNES limites. Vous avez tous vu cette vidéo où j’étais…si…photogénique, non ? C’est de l’amateurisme à coté de ce que bien organisé et bien équipé ils peuvent vous faire. Ecrasez en 3 , il en revient 10…Ca marche comme ça.

Alors NON ca n’ira pas !

Et Sinistre ? Est-ce qu’un seul d’entre vous l’a approché ? Est-ce qu’un seul d’entre vous a senti son souffle sur votre nuque alors qu’il vous déchiquetait littéralement le corps et l’âme ? Est-ce que vous savez seulement de quoi il est capable ? Je l’ai vu obliger un micro-chirurgien à opérer à crane ouvert sa femme et ses fillettes pour assouvir une connerie de vendetta personnelle ! C’est la plus grande définition de monstre que j’ai pu voir de ma vie, il a un pouvoir…oh oui…il génère des monstres aussi destructeurs que lui et c’est à ces monstres à que vous voulez opposer votre… « amateurisme »..La Fleur au fusil.
Vous avez une famille, des amis ? Alors croyez-moi…mettez-les à l’abri parce que pendant qu’on va courir après des chimères pour nous balader, il se contentera de vous les expédier morceaux après morceaux dans un joli emballage Chronopost. Parce que c’est COMME CA qu’il fonctionne, jamais en face, jamais de front mais dans la veulerie et l’horreur !


Elle s’emballait, son ton montant de plus en plus dans les aigües, la colère commençant à gagner du terrain.

- Non ça n’ira pas, bon sang !

Où sont les X Men ? Les autres ? Sommes-nous condamnés à agir tout le temps SEULS ? Cyclope, Diablo, Colossus, Gambit, Malicia…Et les autres ? Où est Hank, Laura, Morph …OU SONT LES X MEN ??? On n’y arrivera pas…on y arrivera pas !
Je l’avais tué, je vous jure que je l’avais tué…on avait trouvé un moyen mais…je ne m’en souviens plus, ma mémoire n’est que celle de ce « foutue clone ». Et voyez, même avec nos alliances, il est toujours là !
Et les clones qui…qui me dit qu’il ne m’a pas cloné, fait une armée de Fuzzy ? Qui dit que ce n’est pas moi qui vais vous foutre sur la tronche là-bas ?
Je ne vous laisserai jamais tomber, j’suis une X Men mais sérieux, on court se foutre dans une merde noire…Et je..je..


Une déflagration incontrôlable crépita et un arc électrique jaillit de son avant-bras, suivit de quelques gerbes fendant l’air dans un feulement aveuglant avant d’électrocuter à faible décharge Amy et Jub se trouvant à proximité laissant l’Irlandaise avec une expression de stupeur paniquée sur le visage.

- M..merde…Je..je suis..j’voulais pas..je..


Elle recula d’un pas, cherchant un appui dans les regards et tout en secouant la tête en un signe de refus, elle passa la porte pour s’enfuir dans le couloir laissant ses congénères derrière elle tout en répétant dans un souffle rauque comme pour elle.

- Il..il revient me chercher…Je ne veux pas…je ne veux pas…je ne veux pas…



Fin de Rp pour Fuzzy, Game Over -_-

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La Rédemption et la Damnation ont un point en commun : il faut être mort pour connaitre l’une ou l’autre {Les X-Men – réunion d’équipe}   Dim 14 Juil - 14:05

Emma se massait le front du pouce et de l'index alors qu'elle tentait d'accélérer le pas dans les couloirs de l'institut. Suivre le professeur Xavier dans une expérience de télépathie n'était pas de tout repos, et elle sentait un début de migraine lui prendre la tête, au sens propre comme au sens figuré.

La situation était grave et elle ne pouvait pas flancher. Elle n'avait pas pris le temps de se changer et portait encore la robe qu'elle mettait pour son travail dans l'enseignement. Pourtant, là, c'était en tant que membre des Xmen qu'elle devait agir, et à ce titre, elle n'était plus directrice adjointe d'un établissement scolaire, elle était aux ordres d'Ororo, et devait lui rendre des comptes.

Elle accéléra à nouveau le pas, claquant des talons sur le sol, mais ralentit soudainement quand elle croisa Caitlyn Elioth. Cette dernière semblait troublée et marchait trop rapidement pour être juste en train de se promener. La Reine Blanche fit un rapide tour d'horizon pour vérifier que personne n'était à portée de vue, puis s'approcha rapidement de sa meilleure-ennemie.

- Cait, qu'est-ce qu'il se passe ?

Pour seule réponse, elle obtint un rapide geste de la main qui signifiait probablement "s'il-te-plait, ce n'est pas le moment". Reconnaissant cette limite, Emma laissa la jeune rousse partir, se mordit le bord de la lèvre inférieure d'anxiété, puis reprit la direction de la salle de briefing. Elle pénétra dans la pièce d'un mouvement rapide et fit un signe de la tête en direction de Storm.

- Excusez-moi si j'interromps la discussion. J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle, et vu l'état dans lequel était Caitlyn quand je l'ai croisée, vous en avez probablement aussi une mauvaise à m'apprendre.

Elle se dirigea sans attendre vers un siège vide et pris place pour suivre la réunion.

- Je viens de quitter le professeur. Après première analyse, il semblerait qu'Ernest n'ait pas été victime de manipulation télépathique. Il n'y a aucune trace de sonde de sinistre, mais comme ça ne lui ressemble pas, nous avons placé quelques illusions sur les sens d'Ernest pour qu'il envoie de fausses informations, juste au cas où. Si on prononce le nom de sinistre dans une phrase, Ernest percevra chaque chose avec un décalage. Les lieux, les horaires, les personnes. Comme c'est sensoriel, ça fonctionne aussi s'il lit quelque chose. Ca devrait nous éviter les ennuis. Il va sans dire qu'il est lui-même inconscient de ce stratagème, sinon, il ne vaudrait rien.

Emma joignit les mains devant elle sur la table et s'avança légèrement sur son siège. Elle allait aborder le plus important et instinctivement, elle avait pris la position qui lui donnait le plus de consistance.

- Ca, c'était pour la bonne nouvelle. La mauvaise nouvelle, c'est qu'il s'avère que d'après le centre mémoriel d'Ernest, c'est lui qui a décidé de rencontrer Sinistre. Il pensait avoir à faire à un clone de lui-même et a cherché à le croiser à un match de basket. Jusque là, c'est cohérent, mais après, ça se gâte. Sinistre lui a proposé de le rejoindre et Ernest a demandé du temps pour lui répondre. Ils s'étaient mis d'accord sur un autre rendez-vous dans deux semaines. Le deal était : si Ernest y va, c'est pour rejoindre Sinistre, sinon, c'est un refus. Ensuite seulement, il s'est ravisé et à refusé la proposition de Sinistre. C'est étrange que Sinistre ait pu accepter de le laisser partir sans lui effacer les souvenirs qui pourraient nous servir. Je pense que ça sent le piège. Deux possibilités : soit Sinistre a implanté ces souvenirs pour nous troubler et Ernest est donc en quelque sorte son agent parmi nous, soit ils sont réels et Ernest est particulièrement instable psychologiquement, mais dans les deux cas, quel degré de confiance pouvons-nous lui offrir ? Pour moi, il est devenu dangereux, pour lui, et pour nous.

Emma était nerveuse, parce qu'elle voulait croire au désir de rédemption d'Ernest, mais sa raison lui criait le contraire. Ernest, dans quel pétrin tu t'es mis ? Ce n'était pas à elle de décider, elle tourna la tête vers Ororo.

- Qu'est-ce qu'on fait, du coup ?

HRP:
 


Dernière édition par Emma Frost le Dim 14 Juil - 18:28, édité 1 fois (Raison : modifications suite à discussion avec Ernest (il manquait la fin de son RP avec Sinistre))
Revenir en haut Aller en bas
Jubilation Lee
X-Men Alpha
avatar

Messages : 2056
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: La Rédemption et la Damnation ont un point en commun : il faut être mort pour connaitre l’une ou l’autre {Les X-Men – réunion d’équipe}   Lun 15 Juil - 23:42

Les mots de Caitlyn claquaient et fouettait les visages de l'assemblée par leur authentique sincérité et leur poignante véracité. Mais contrairement à ce que voulait transmettre notre X-women effrayée, cela ne fit que me conforter dans mes choix et mes dires. Mais alors que je l'observais du coin de l’œil, je sentais que quelque chose n'était pas naturel dans sa manière de se comporter surtout lors d'une réunion d'X-men où elle a toujours voulu bien faire, se prouver à elle et aux autres qu'elle était une X-men et qu'elle faisait partie de la famille. Outre le fait qu'il n'y avait pas de discussion possible à ce sujet il ne fallait pas omettre les précédents événements remontant à plusieurs mois maintenant. Sinister et Caitlyn c'était une longue et terrible histoire, quelque chose qu'on ne veut pas forcément se remémorer ni pour les X-mens, ni pour Caitlyn. Je n'ai jamais eu de problème pour en reparler avec les autres sauf lorsque ce n'était pas vraiment nécessaire. Cela m'a marqué profondément, mais j'étais consciente que c'était pas moi la pire des victimes et en quelque sorte je m'étais tue même si d’autres événements étaient venue me frapper en pleins visage quelques mois après.
Mais là, je voyais très bien dans son intonation, dans ses mots, dans la contraction de ses muscles, sa crispation, que cela n'allait pas du tout et que, plus d'avoir peur, elle paniquait. Elle paniquait alors que je voyais très facilement les souvenirs l'envahir. Je la regardais du coin de l’œil toujours alors qu'elle perdit le contrôle l'espace de quelques fractions de seconde. Par instinct et par réflexe, je savais que ses éclairs avaient tendance à viser plus qu'aléatoirement lorsqu'elle ne les contrôlait pas. J'en avait essuyé de nombreux lorsqu'elle avait perdu le contrôle dans la bibliothèque et ni une ni deux j'augmentais la taille de mon plasmoïde le rendant électrique alors qu'à peine la manœuvre terminée un éclair vient le frapper directement plutôt que moi. Ce n'était pas vraiment calculé mais ça m'évitait d'avoir à me vautrer par terre par son coup de jus qui ne semblait pas aussi puissant que ce dont elle pouvait elle capable. Elle parti en courant, paniquée.

« Reste là Am... »

Je n'ai pas fini pas ma phrase. Il y avait de grande chance qu'Amy soit déjà partie avant que j'ai ouvert la bouche et surtout, Emma arriva par la suite pour expliquer des faits que seuls des télépathes de sa trempe pouvaient savoir. Des choses qui pouvaient être rassurantes quand à Ernest et son lien avec Sinister même si on ne pouvait être sur de rien avec eux deux.

« Bon... Donc le cas d'Ernest relève de la psychiatrie. Si Emma juge que l'Institut ne dispose pas du personnel et des qualifications nécessaires pour le soigner de ce côté, il faudra donc chercher en dehors. On est plus ou moins d'accord pour dire que le BAM est une mauvaise solution et je suis presque sure que même le BAM n'en voudra pas, préférant l'envoyer en asile psychiatrique... Nous avons un coup d'avance de ce côté, autant en profiter pour nous assurer de sa sécurité et de la qualité des soins qui pourront lui être prodigués... Si Emma juge que certaines personnes au seins de l'Institut sont capables de remédier là où Karma et tout les professeurs d'Ernest n'ont pas réussi alors je lui ferais confiance. »

Je recréais une petite boule de plasma pour jouer encore avec inconsciemment.

« En revanche. Je serais claire la dessus en ce qui me concerne. Une guerre directe est une pure folie. Ce que Cait nous a dit c'est justement la preuve que ces cinglés doivent être arrêtés à tout prix mais qu'agir n'importe comment est à exclure. Pour le moment, nos devons veiller au cas d'Ernest. Pendant ce temps je pense qu'il faudrait que les pouvoirs politique de chacun notamment de Warren et d'Emma puissent sensibiliser les autres organisations sur le danger qu'est Sinister au plus vite. »

Je regardais Ororo qui avait lâché un petit rire lorsque j'avais donné mon premier avis. Je ne lui en voulais pas, c'était ce que tous les X-mens jusqu'à présent avaient fait avec moi. Rire et sous-estimer ce que je pouvais dire. Mais même si c'était des conneries, je continuerais de donner mon avis car il était temps que je change.

« Quand je dis alliance. Je ne dis pas qu'il faut inviter les confréristes et … « SVO » à boire le thé avec des putains de biscuits. Ils sont tout aussi des criminels et des ordures de première. Mais pour le moment nous avons un ennemi commun et c'est uniquement cela qu'il faut avoir à l'esprit... Si un de ces criminels passe le portail de l'Institut sous prétexte qu'on est soudainement allié mettant nos élèves en danger par leurs simple présence... Je les exploserais quand même. On est des X-mens, on vend pas nos fesses pour faire le tapin et éviter que certains pleurent encore lorsque le nom de Sinister est prononcé ! »

Je me levais, mâchant avec nervosité mon chewing-gum.

« C'était mon dernier mot. À vous d'en rire ou d'en tenir compte. Quelque soit votre verdict sur le placement ou nom d'Ernest en hôpital spécialisé. Quelque soit votre verdict sur une attaque directe ou intelligente : Je vous suivrais et je suis prête à y crever si il le faut. »

Mains sur la table centrale, il y avait de la détermination dans mon regard qui fixait tour à tour les membres de l'assemblée. Fini les querelles internes. Une fois le verdict prit par les anciens et les tauliers comme Warren, Emma et Ororo, je les suivrais et je m'unirais avec eux. Bien sur j'ai peur, bien sur je ne veux pas y rester. Mais être X-men c'est savoir maîtriser ces peurs là et faire le nécessaire. J'ai des amies que j'aime, une famille que j'aime également et un homme que j'aime aussi. Mais j'ai avant tout juré de suivre mon cœur et mes convictions et je reste en moi et dans mon âme une X-men, un soldat de la liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ororo Munroe
X-Men Alpha
avatar

Messages : 239
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: La Rédemption et la Damnation ont un point en commun : il faut être mort pour connaitre l’une ou l’autre {Les X-Men – réunion d’équipe}   Mar 16 Juil - 8:54

De nouveau des discussions à ne plus en finir, des explications sur ce qui est, était ou sera ... de nouveau des paroles qui de toute façon ne servaient à rien sauf perdre du temps.
Oui Sinistre était un danger tout le monde le savait, oui Ernest n'était pas clair non plus mais il fallait attendre la confirmation d'Emma mais encore une fois pendant que leur adversaire, car c'était ce que Sinistre était, se préparait à une nouvelle attaque, les X-men étaient encore à discuter sur des évidences.
Bien sur qu'une attaque directe contre Sinistre était à exclure pourquoi avait elle proposé Von Orchen .. pour boire du thé en sa compagnie. L'homme l'intriguait certes mais c'était le seul à pouvoir les aider efficacement. Contre un serpent il fallait un serpent plus gros pour en arriver à bout.
La suite de l'intervention d'Amy l’énerva encore un peu plus .. Qu'est ce qu'elle s'imaginait. Que les journaux allaient gentiment relater une guerre ouverte entre mutants ... bien sur que non.
Le BAM ... Ororo était persuadée que les agents du moins les plus hauts gradés étaient au courant de bien plus de chose qu'Amy et les autres le soupçonnaient. Entre eux et l'Institut planait un certain statu quo qui faisait bien l'affaire des 2 parties. Ororo était persuadée que l'intégration de Hopes au BAM à une époque n'était pas que fortuite. Le professeur Xavier en savait beaucoup plus .. comme toujours, et comme toujours Ororo ne lui demandait rien.

La Confrérie était plus délicat, mais eux aussi finiraient par être la cible de Sinistre ... et la différence certaine est qu'ils ne prendraient pas de gant pour attaquer leur ennemi. Magnéto ordonnerait, les autres suivraient.
Bon ça ne voulait pas dire qu'Ororo approuvait leurs actions loin de là. Mais en cet instant elle en avait marre de voir les X-men se comporter comme des gamins apeurés par l'orage.

Alors que la discussion s'éternisait, Cait fut prise d'un pur accès de terreur qui la fit fuir de la salle. Ororo la regarda d'abord inquiète puis furieuse .. Qu'elle ait peur après ce qu'elle avait vécu ok mais qu'elle s'enfuit comme ça ...
bien sur qu'Ororo n'avait jamais senti "le souffle de Sinistre sur sa nuque" mais des souffles elle en avait senti. Sinistre était un adversaire redoutable mais ni le premier ni malheureusement le dernier et jusque là les X-men les avaient vaincu les uns après les autres. Tout n'avait pas été facile, il n'y a jamais de faciliter lors d'une guerre mais ils s'en étaient toujours sortis grâce à ce lien profond qu'ils cultivaient. Les jeunes X-men n'avaient malheureusement pas conscience de ce lien. Cait était beaucoup trop attachée à la "famille" et à ce qui pouvait leur arriver, quand à Amy ... ce n'était pas une combattante, il suffisait de l'écouter parler ...
Elle prévint la "poursuite d'Amy" en se plaçant devant la porte bras croisés, la jeune femme devra employer la force pour sortir. C'était une réunion officielle par un bavardage de salon. Les humeurs des uns et des autres devaient être mis de coté. Cait avait meme eu de la chance de s'enfuir avant qu'elle meme ne réagisse mais elle aurait droit à son sermon. Elles étaient des X-men.

Emma rentra avant qu'Ororo n'ait pu manifester son mécontentement. Elle allait taper sur la table et pas au figurer. Les nouvelles étaient encore pire que ce qu'elle redoutait. Tant qu'Ernest était "manipulé" par Sinistre, il pouvait être considéré comme une victime mais là .. Un élève qui va de lui meme parler à l'un de leur plus grand adversaire ... mais qu'avait il dans la tête ??? à quoi servaient les cours qu'on leur donnait ... Encore une chose qu'il fallait revoir. Les protéger ok, ce n'était que des enfants mais voilà ou ça pouvait mener ... Qui sait combien d'autres élèves allaient faire la meme connerie.
Une chance qu'il ait décidé de parler et qu'Amy ait réagit rapidement qui sait les dégâts qu'il aurait pu faire ...
Sinistre devait non pas être maitrisé, Ororo n'était pas aveuglée par la colère à ce point, mais qu'il se rende compte que l'Institut n'était pas un vivier pour sa pêche personnelle.

Jub prit la parole, concernant Ernest, Ororo n'était pas complètement d'accord avec elle mais malgré son franc parlé, Jubilee était l'X-men la plus proche d'Ororo niveau esprit et vision des X.
La où à son avis elle avait tord c'était sur le "délais", attendre encore et encore ... quoi d'ailleurs ... une autre attaque .. un autre "Ernest" .. ou pire une autre mort d'un X .. non il ne fallait pas attendre.

Elle les toisa les uns après les autres avant de parler d'une voix à la fois calme et autoritaire.


"ça suffit. Sommes nous de pauvres mutants sans défense .. des enfants apeurés par l'orage ou bien des X-men .. à moins que pour vous ça ne soit qu'un titre sur votre CV .. Bien sur que Sinistre est dangereux, il a déjà tué l'un des nôtres mais qu'est ce que vous croyez ... Qu'etre un X-men ne soit que pour des missions simples, sans risque ... ... bien sur que non. Des "souffles de Sinistre" on en aura d'autres ... Si vous vouliez vivre "tranquillement" il ne fallait pas rejoindre les X. Bien sur que notre travail consiste à protéger nos jeunes élèves mais il n'y a pas que ça .. Cait a fait une erreur en ne se confiant pas. Elle a peur pour nous tous comme nous avons peur pour elle mais nous devons tirer un enseignement de tout ça.
Bien sur que nous avons un idéal mais aujourd'hui malheureusement il faut faire sans. Nos adversaires s'en fichent et en profitent meme. Je sais bien qu'il y aura un prix à payer pour le soutient de Von Orchen et meme des Confréristes mais je suis prête à le payer personnellement. De toute façon nous n'avons pas le choix et je refuse de rester terrée sans rien faire en attendant le prochain coup. Nous ne faisons pas le poids .. en êtes vous sur ... Partir vaincu d'avance est l’apanage des faibles ... est ce que vous êtes ??? Nous ne pouvons vaincre Sinistre mais nous pouvons l'inquiéter. Montrons lui que nous sommes prêts à riposter. "


Elle se tut un bref instant avant d'aborder le 2ème point "Pour Ernest ... Bien sur c'est un gamin mais ses actions sont celles d'un adulte et d'un adulte conscient. Je propose qu'il soit puni comme tel. Il n'a plus sa place à l'Institut mais ou ??? l’hôpital psychiatrique comme vous l'avez évoqué ... Mais n'est ce pas le déresponsabiliser ... Il a agit en toute connaissance de cause d'après ce qu'Emma et le professeur ont vu ... Bien sur nous ne pouvons le laisser dans la nature, il en sait bien trop sur nous et l'Institut. Je pencherais donc pour un retour au BAM après une expertise médicale. Emma qu'en penses tu ? Est ce qu'on lui accorde une ultime chance .. une jolie chambre en hôpital psychiatrique ou bien mérite t il de retourner en prison ?? "

elle regarda Emma d'un air interrogatif. Ayant sondé l'esprit du gamin elle connaissait bien mieux sa psychologie. Ororo suivrait son avis. Elle regarda Jubilee, Amy et Warren pour voir s'ils avaient quelques choses à rajouter avant de clore la réunion. Elle s'inquiétait pour Cait ... et voulait lui parler avant les autres.

Finalement rien n'avait changé depuis décembre ... les X-men n'existaient toujours pas.

_________________

Nombre de rp

Ashake:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warren Worthington
Résident(e) à l'Institut Beta
avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 30/03/2012
Age : 28

MessageSujet: Re: La Rédemption et la Damnation ont un point en commun : il faut être mort pour connaitre l’une ou l’autre {Les X-Men – réunion d’équipe}   Jeu 25 Juil - 0:58

Angel balaya l'air de la main pour signifier à Amy qu'il n'y avait pas de problèmes concernant la vexation. Franchement, il avait largement passé ce stade. Sans compter que son entreprise ne pouvait pas faire grand chose vu comme les choses étaient exposées. Toute ouïe donc, le mutant écouta Jubilee défendre une attaque plus subtile avec Amy tandis qu'Ororo s'énervait sur la mollesse des X-Mens, probablement portée par ce qui était arrivé à Caitlyn. Tornade portait bien son nom, elle les pensait encore jeunes X-Mens fougueux prêts à en découdre, seulement il y avait aujourd'hui plus de vies en jeu et bien qu'Angel ait gardé ses 25 ans grâce à sa régénération, il se sentait plus posé. Au moins pour cette situation qui lui paraissait inextricable et avait un goût amer de déjà vu le concernant.

Tout ce petit monde semblait bien désemparé, lui le premier, et ce fut pire lorsque Caitlyn perdit le contrôle, envoyant une gerbe d'éclairs. Par instinct Warren esquissa un pas en arrière, regardant fuser l'énergie vers Amy et Jubilee. La seconde stoppa "l'attaque" avec une petite boule de plasma avant de reprendre la conversation tandis que Caitlyne s'en allait. Angel aurait souhaité lui dire qu'elle n'était pas seule, que l'équipe était là pour la soutenir et que oui, bien que Sinister soit abominable, encore plus que ses propos ne le laissaient sous-entendre à ne pas en douter, les X-Mens feraient face. Lui-même avait déjà été manipulé par un mutant très puissant qui l'avait transformé en meurtrier. Heureusement ses proches lui avaient rendu la raison avant qu'il ne tue son propre père mais cela n'empêchait pas le jeune homme se se battre contre son alter égo sans arrêt. Le blond se souvenait d'ailleurs avoir explosé dans sa chambre après qu'un élève avait tenté de le soigner, il avait tout cassé sous la forme d'Archangel, par chance Hank était intervenu. Il allait donc stipuler à la jeune femme que le reste de l'équipe était certes occupé mais toujours présent pour et qu'ils bondiraient dans leurs costumes-si ridicules soient ces derniers.- pour apporter leur aide. Hésitant entre désir de consolation et de remettre en place la fougueuse rouquine, le jeune homme souhaitait lui rappeler que leur idéologie était encore présente, qu'eux-même en train d'en discuter dans la salle en étaient la preuve, mais surtout que personne n'avait l'intention de laisser Sinister s'en prendre encore à elle.

Culpabilité et irritation -surtout envers sa propre personne- se disputaient. Pourquoi l'équipe n'était-elle plus aussi efficace qu'avant ? Pourquoi avait-il perdu la foi pendant un moment et surtout, pourquoi s'être égaré avec Lucas Slang ? Par réflexe, le blond avait continué de faire du sport, aidé par sa nature qui consommait beaucoup d'énergie, mais clairement, le groupe, ou tout du moins lui s'était ramolli. Pourquoi n'avait-il pas été présent pour Caitlyn ? Avant de reprocher à la jeune femme de perdre son sang froid, ne devait-il pas se poser des questions sur ses propres erreurs ? Ainsi, rien n'était sorti des lèvres du X-Man qui semblait très calme vu de l'extérieur. Ceux qui le connaissaient parfaitement noteraient pourtant sa difficulté à le rester à cause de ses doigts pianotant discrètement un meuble et ses lèvres pincées. Si c'était possible, le trentenaire avait l'air encore plus sérieux que d'habitude, écoutant les paroles de chacun pour mieux tromper son tourment et se concentrer. Caitlyn était partie malheureusement, tandis qu'Emma arrivait justement. Angel ne se sentait pas du tout apte à aller parler à la rouquin, il le ferait peut-être à l'occasion mais dans une autre situation.


-Très bien, je travaillerai ce côté "politique" alors. Sinon... Pourquoi ne pas faire un mixte de toutes les propositions ? Ororo a raison, nous devons nous montrer plus vindicatifs, mais trop serait déclencher une guerre ou répondre aux désirs de cet homme peut-être... Alors il faudrait être plus subtil. Amy propose de régler le souci Ernest Lenoir avant, mais les deux sont liés. Emma, d'après tes propos, ce garçon devait retrouver Sinistre pour lui faire part de sa réponse... Je propose de les laisser se rencontrer et d'intervenir à ce moment. Malheureusement vu son âge je ne sais pas si c'est très déontologique, y compris s'il est d'accord vu son esprit. Néanmoins justement, vu son comportement, ne pouvons-nous pas le juger comme un adulte ? Je crois qu'il faudrait creuser la question et surtout en "discuter" avec lui. Nous pourrions créer une situation alléchante sinon, le plus vieux piège du monde. Un appât, un mutant qui pourrait l'intéresser. Ce Sinistre a beaucoup de choses que nous n'avons pas mais je pense qu'il est seul, disons, entouré de sous-fifres mais pas d'une équipe... L'appât nous permettrait de voir jusqu'à où il irait, je ne crois pas qu'il nous craigne mais il n'est pas non plus stupide. S'il devine le piège, cela servirait d'avertissement en quelques sortes. Si son avidité est plus forte, alors nous tenterons de refermer le piège. D'abord, nous préparons tout sur le plan économique, politique et "diplomatique" comme le propose une partie de l'équipe, ensuite, nous passons aux choses musclées façon Ororo.

Les ennemis se jaugeraient en se regardant d'abord dans les yeux, sans déclencher de guerre, simplement par intimidation, ensuite viendrait l'attaque si cela devait se produire. Angel espérait trouver un compromis dans l'équipe avec sa proposition. Il ignorait s'il s'était bien expliqué, étant un peu rouillé niveau stratégie mais vu qu'ils ne connaissaient pas bien le bestiau comme l'avait rappelé Caitlyn, ce "piège" serait un bon moyen de jauger l'adversaire, de voir sa façon de penser, de réagir également à la provocation.

-S'il faut quelqu'un, je suis volontaire pour jouer l'appât. Je ne suis pas un mutant très "puissant" comme il a l'air d'en chercher, mais ma régénération pourrait l'attirer, également mon "mode" de vie à travers lequel il pourrait me découvrir. J'ai déjà été modifié, il saurait que je peux supporter des expériences.

Fit-il sans pouvoir s'empêcher de frissonner. Angel avait bien évidemment peur de retomber entre les mains d'un scientifique fou, surtout que les paroles de Caitlyn laissaient entendre que l'homme était aussi doué que celui qui avait fait de lui Archangel, peut-être même se côtoyaient-ils ? Ou serait-ce Sinister son ancien maître ? Le blond n'avait plus aucun souvenir de cette époque, sinon la haine qui le submergeait alors et la nécessité de répondre aux ordres. Cependant il était prêt à se mettre au travail parce qu'ils avaient des élèves à protéger, des membres d'une équipe à soutenir et une nation à épargner le plus possible même si cette dernière ne les ratait pas en général. Warren n'allait pas consoler directement la rouquine, il ne semblait pas prendre vraiment parti ni s'impliquer avec son air stable et indéchiffrable mais sa proposition était sa manière à lui de prouver combien il s'investissait pour les X-Mens malgré son éloignement ces temps derniers. De toutes façons il fallait se rendre à l'évidence, Angel n'avait aucune descendance, pas d'amour. Il était prêt si les autres adoptaient son idée, bien qu'il y avait beaucoup à faire pour l'améliorer aussi. Son plan n'était qu'une ébauche.  

-A moins que l'appât se laisse prendre et infiltre son organisation pour voir de quoi il en retourne de l'intérieur. Inutile de dire que dans ces cas là il faudrait un mutant capable de résistance mentale extrême, à la télépathie et dans tous les autres sens du terme...


Cette idée était bien plus audacieuse, limite, suicidaire, il aurait été volontaire pour prendre les risques, n'ayant pas grand chose à perdre... Malheureusement le jeune homme n'avait pas les capacités, en vieillissant il l'avait bien compris et se montrait plus modeste désormais.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: La Rédemption et la Damnation ont un point en commun : il faut être mort pour connaitre l’une ou l’autre {Les X-Men – réunion d’équipe}   Jeu 25 Juil - 19:23

- Non. Ca ne va pas.

Napoléon disait qu’un bon schéma vaut mieux qu’un long discours, et tout ce qu’aurait put dire Nephilim dans son long discours fut balayé par le schéma que fit Fuzzy, illustrant leurs peurs comme le potentiel de leur ennemi.

Le cas Lenoir ne l’intéressait plus, car il n’y avait à ses yeux plus de rédemption pour ceux que Sinistre approchait ; chose qui l’incluait elle. La mort, le néant et rien d’autre ; cela faisait si mal à entendre, mais encore plus mal à voir. Les espoirs n’avaient donc été qu’un mensonge ? Non, Amy refusait d’y croire, et savait qu’elle devrait faire relever la tête à son aimée, qui s’effondrait à nouveau, dans un flot de paroles ininterrompues. Il restait peut-être du bon en Kyle, car après tout, ce n’était pas lui qu’il avait fallut arrêter parce qu’il allait tuer sa sœur adoptive lors d’une « discussion familiale version Kenneth », mais il n’y avait que Caitlyn pour voir le bon en von Orchent, qui n’était qu’un Grigori comme les autres, pièce rapportée ou pas. La prochaine fois qu’elle le voyait, l’Ange à la Main Sanglante lui ouvrirait la poitrine, pour voir s’il y avait en effet un cœur ou pas.

Les Maraudeurs n’avait pas le point faible des X-Men, car ils n’avaient pas de cœur ? Mais depuis quant le cœur, cette chose qui permettait de continuer d’avancer envers et contre tout, de lutter jusqu’à la fin, était-il un point faible ? Et quant bien même, c’était une différence nécessaire, sans quoi ils ne vaudraient pas mieux que leurs adversaires. Après, les X-Men n’avaient-ils pas été prêt à suivre leur « grand ami » von Orchent lorsque celui-ci avait proposé de torturer un Maraudeur ? Seule Jubilee avait refusée ; était-elle la seule X-Men ci-présente ? Warren et Emma n’y avaient pas été, et sans doute ignoraient-ils des extrêmes dans lesquels Nephilim et Storm avaient été prêtes à s’engager, mais cela restait un fait établit : les X-Men pouvaient être de beau salopard si on impliquait les leurs. Hors, c’était bien ce qui c’était passé, et c’était là le plus grand risque comme leur plus grande chance : user des méthodes qui ne leurs étaient pas commune permettrait de surprendre leur ennemi, mais ils risqueraient de devenir des monstres. Un risque à prendre, selon Amy, elle l’avait déjà démontrée ; un risque qu’elle n’aurait pas prit pour Ernest, mais il ne s’agissait plus d’Ernest, mais de Caitlyn. Et pour Caitlyn, elle pactisait avec le diable, elle avait déjà faite sa demande.

Ils ne savaient absolument pas où ils foutaient les pieds ; probable. Mais c’était une donnée comme une autre, qui suivrait le traitement rationnel enseigné par l’histoire : l’adaptation. Non, ils ne tireraient pas dans les jambes d’un gosse de sept ans ou n’abattraient pas froidement un vendeur de fast-food, gratuitement du moins : les X-Men ne tuent pas, la passation d’Amy avait prouvée que c’était de la foutaise, donc de son point de vue, s’il était nécessaire d’abattre quelqu’un, les X-Men ne s’en priveraient pas. Ce ne serait pas gratuit, mais la fin justifierait les moyens ; elle n’était pas la seule à penser cela, et c’était bien l’un des rares points d’accord avec Ororo.

Oui, Caitlyn était hantée tant par le mal qu’elle avait fait que celui qu’on lui avait infligé, mais si les cauchemars c’étaient refaits plus réguliers depuis décembre, elle ne dormait pas trois heures par nuit en moyenne ; donnée altérée par la panique.

- Un maraudeur est un mort vivant, une machine qui fonctionne à l’instinct et n’a AUCUNES limites. Vous avez tous vu cette vidéo où j’étais… si… photogénique, non ? C’est de l’amateurisme à coté de ce que bien organisé et bien équipé ils peuvent vous faire.

Oh que oui, elle avait vu la vidéo, en entière et plusieurs fois. Oh que oui, elle s’était torturée à regarder son aimée se faire torturer des mains des Maraudeurs ; chacune avait ses démons, Caitlyn les affrontait dans la lumière solide de la Salle des Dangers, Amy sur un simple écran. Ce n’était que de l’amateurisme ? Soit, cela lui soulagerait un peu la conscience de savoir qu’ils méritaient amplement les pires choses.

Si en écraser trois permettait d’élever leur potentiel au carré, alors il faudrait faire comme avec la vermine : couper à la racine, ou plus humainement, gazer.

Quant à Sinistre… non, Sébastian n’avait pas laissé le temps à Nephilim de l’approcher, de sentir son souffle sur sa nuque, pourtant elle n’aurait pas demandé mieux, et non, elle ne savait pas ce dont il était capable, mais il n’était pas question de le sous-estimer non plus ; il aimait torturer des gens pour ce venger, c’était une bonne chose : une faille, un moyen de l’atteindre. Il viendrait les chercher de lui-même s’ils parvenaient à toucher un point sensible, et là, ils seraient sur le terrain des X-Men.

C’était d’une immense cruauté que d’ainsi récolter les indices dans les peurs de son aimée, Amy le savait, mais son cerveau continuait d’enregistrer. Elle semblait peut-être paralysée sous l’abandon de Caitlyn, mais son esprit était toujours aussi méthodique, tout du moins partiellement, une parcelle amplement suffisante à suivre la vitesse d’élocution.

- C’est la plus grande définition de monstre que j’ai pu voir de ma vie, il a un pouvoir… oh oui… il génère des monstres aussi destructeurs que lui et c’est à ces monstres à que vous voulez opposer votre… « amateurisme »… La Fleur au fusil.

Sinistre 1, les X-Men 0 ; ils venaient de perdre Fuzzy. Plutôt que de les aider, elle les plombait, elle les abandonnait. Amy ne savait pas ce qui faisait le plus mal, mais savait qu’elle devrait réparer ce mal ; non pour les X-Men, mais bel et bien pour son aimée.

Oui, ils avaient une famille et des amis, mais si Sinistre était un tel monstre, tous les abris du monde ne serviraient à rien, il continuerait de faire ses courses comme au supermarché. C’était bien pour protéger l’Institut qu’ils voulaient faire cela. La seule famille de Nephilim était en morceau, devant ses yeux, et Sinistre n’avait pas prit la peine de lui envoyer par Chronopost, il avait laissé Caitlyn se livrer elle-même. Et après elle parlait de les mettre en sécurité ; la seule sécurité que commençait à voir Nephilim était celle qu’elle refusait à prendre, à savoir la mort. Si tuer Sinistre était le seul moyen de l’arrêter, soit, elle acceptait ce sacrifice, pour que Caitlyn n’ait plus peur, Amy donnait tout ; si tant qu’il vivait, Caitlyn ne vivait qu’à moitié, Nephilim ne s’arrêterait que lorsqu’elle aurait le sang de la peur sur les mains. Tout son sang.

Où étaient les X-Men ? Où avaient-ils été ? Caitlyn citait des noms, pleins de noms, des connus, des inconnus, dans sa panique. Elle voulait une armée, une armée à mettre entre elle et Sinistre, dans toute l’incohérence de la panique, puisqu’elle avait expliquée qu’une armée n’était d’aucune utilité contre les Maraudeurs. La seule chose qui semblait pouvoir les arrêter, aux dires de Caitlyn, était la mort elle-même; mais la mort ne résidait-elle pas dans la protégée de Fuzzy ? Oui, c’était une connerie que de se servir de Rachel, mais s’ils n’avaient pas le choix, Nephilim n’hésiterait pas à en faire une arme, comme la dernière fois. Dusse-t-elle en payer le prix.

- Je l’avais tué, je vous jure que je l’avais tué… on avait trouvé un moyen mais… je ne m’en souviens plus, ma mémoire n’est que celle de ce « foutue clone ». Et voyez, même avec nos alliances, il est toujours là !
Et les clones qui… qui me dit qu’il ne m’a pas cloné, fait une armée de Fuzzy ? Qui dit que ce n’est pas moi qui vais vous foutre sur la tronche là-bas ?
Je ne vous laisserai jamais tomber, j’suis une X Men mais sérieux, on court se foutre dans une merde noire… Et je… je…


L’analyse et la tristesse d’Amy furent interrompues à la même seconde, alors qu’un claquement sourd résonnait et que le corps de Fuzzy rejetait la main de Nephilim de la plus violente des manières. Tout ce qu’elles avaient bâti, jusqu’à cette confiance absolue en l’autre qui rendaient l’électricité de Caitlyn inoffensive pour Amy, Sinistre venait de le détruire. Jubilee ne voulait pas que cela tourne au personnel, c’était trop tard, désormais. Amy aurait sa tête, dusse-t-elle se vendre à Sébastian ou à l’Entité qui voulait son sang. Plus de mariage, plus d’espoir de vie normale, juste la mort de Sinistre. Lui faire payer de lui avoir prit par deux fois Caitlyn, lui faire payer ses crimes, quitte à devenir pire que lui. Le vœu était fait.

L’Ange à la Main Sanglante était au sol, tremblante, constatant que l’électricité sur son système nerveux altéré n’en faisait que plus de difficulté, passant bien plus rapidement sur ses bio-tissus. Elle n’avait pas mal, mais le mal était fait, et son cœur s’accélérait de plus en plus. Elle ne vit pas Caitlyn fuir, mais dès qu’elle eut reprit ses esprits, Nephilim se leva de sa vitesse inhumaine.

« Reste là Am… »

L’italienne évita Jubilee, ignorant ses paroles pour se diriger vers la sortie, à la suite de son aimée, ou de ce qu’il en restait. Cependant, il y eut un nouvel obstacle, qui se plaça dans l’encadrement, sous la forme d’une Strom à l’air sévère, qui lui barrait la route tant de son corps que de sa posture, fermée à toute négociation ; soit. De sa vitesse surhumaine, Amy aurait put force le passage, mais elle se plaça à quelques centimètres d’Ororo, pratiquement collée contre elle, le visage adjacent, et la bouche contre l’oreille de la femme, pour lâcher en un murmure d’une voix vibrante d’une violence froide à peine contenue, bien différente de la douceur habituelle de l’italienne.

- Et le meilleur c’est que tu critique les passations… qu’es-tu en train de faire, là ? Ne me demandes-tu pas de sacrifier ma famille pour la cause ? De sacrifier tout ce que j’ai pour un combat qui de toute manière ne commencera pas aujourd’hui, car voici bien longtemps qu’il est commencé et que ce n’est que maintenant que tu réagis, alors même qu’il était de ta responsabilité de le faire avant ? Tu as eut le choix entre ta famille et les X-Men, tu as choisis les X-Men, tu as abandonné ton mari et ton avenir auprès de lui pour une cause en laquelle tu ne crois qu’à moitié, pour un homme dont tu es prête à renier la parole si nécessaire. Tu es sensée défendre la paix, mais tu ne pense qu’à la violence, il suffisait de te voir lorsqu’on cherchait Caitlyn, la seule chose qui t’importait c’était de confronter les Maraudeurs en bataille rangée ; et aujourd’hui, faire un plan t’agace, planifier t’agace, tu fonce tel un bélier en misant sur ta capacité à te sortir de la merde à coup de poings et d’éclairs. Tu es le parfait pion de Sinistre, exactement en train de réagir comme il le veut. Et tu sais le plus beau dans tout cela ? Tu exige que j’en fasse autant. Tu exige que je sacrifie ma famille à la cause, que je renonce à tout espoir de bonheur personnel pour un combat qui me tuera. D’accord, j’accepte. Je sacrifie mon amour aujourd’hui, mais souviens-toi de deux choses : je t’interdis à jamais de t’inquiète pour Amy ou pour Caitlyn alors qu’il n’y a que Nephilim et Fuzzy qu’y t’intéressent, et dès que Sinistre sera mort, sache que tu auras mon insigne des X-Men sur ta table. Tu es tout ce que Xavier a toujours voulut : un chien de guerre là où il prôné la paix. Tu gagnes, Caitlyn et moi perdons; félicitation, Tornade.

Tornade, Storm, le pseudonyme d’Ororo avait été prononcé avec insistance et rancœur, comme si elle ne s’adressait pas à une humaine, qu’il n’y avait plus de personne derrière la « super-héroïne », qu’il n’y avait plus que la X-Men. Ce fait aurait put être développé, et Amy aurait eut encore beaucoup de choses à dire, cependant, elle avait repérée l’approche d’Emma Frost, et se décala avec sa même célérité pour laisser passer son ainée et amie, reprenant son masque de neutralité et calmant son APB. A l’exception de Tornade, aucun des X-Men présent, pas même Emma, n’avait put suivre les murmures de l’Ange à la Main Sanglante.

Nephilim parti s’installer sur un siège, croisant les bras et inclinant légèrement la tête tout en continuant de toiser l’assembler et les visages, décryptant machinalement leurs émotions. Caitlyn avait parlé d’être ne connaissant ni le remord ni les regrets, et n’ayant pas plus de limites que de cœur ; ce qu’elle ignorait, c’était qu’Amy avait un moyen de devenir ainsi, et que ce moyen venait de s’enclencher. Si sa relation survivait à la traque de Sinistre, Nephilim proposerait la retraite à San Francisco à son aimée, et lui laisserait faire le choix ; cependant, cela impliquait à ce que leur relation survive jusque là. Hors, c’était bien ce doute qui avait fait choisir à l’italienne la mort, la dernière fois qu’elle avait été face au choix de l’inhumanité. Et cette fois, ce n’était pas la mort qui serait choisie. Pardonne-moi Caitlyn.

- Je viens de quitter le professeur. Après première analyse, il semblerait qu'Ernest n'ait pas été victime de manipulation télépathique. Il n'y a aucune trace de sonde de sinistre, mais comme ça ne lui ressemble pas, nous avons placé quelques illusions sur les sens d'Ernest pour qu'il envoie de fausses informations, juste au cas où. Si on prononce le nom de sinistre dans une phrase, Ernest percevra chaque chose avec un décalage. Les lieux, les horaires, les personnes. Comme c'est sensoriel, ça fonctionne aussi s'il lit quelque chose. Ca devrait nous éviter les ennuis. Il va sans dire qu'il est lui-même inconscient de ce stratagème, sinon, il ne vaudrait rien.

Soit, la Reine Blanche aurait put proposer une lobotomisation que cela n’aurait pas dérangée Nephilim, désormais. Tripatouiller la tête d’Ernest ne le rendrait probablement pas plus dérangé, il restait juste à voir si oui ou non on lui implantait un limitateur de conneries. Et ça c’était la bonne nouvelle, la mauvaise suivant : Ernest avait décidé de rencontrer Sinistre ; information obsolète, ils le savaient déjà. Cependant, le coup du délai de réponse était inédit, et le fait qu’il y ait un autre rendez-vous allait se faire se masturber Ororo au point qu’elle ne penserait même plus à son mari : une possibilité d’embuscade. Amy ne bougea pas, mais un sourire inquiétant se dessina sur ses lèvres ; le moyen d’en finir rapidement lui était offert sur un plateau d’argent, elle n’allait pas se plaindre.

Elle continua d’écouter en silence ce qui se disait sur le cas Ernest Lenoir, les deux possibilités concluent par Emma, l’avis de Jub… elle de dit rien, mais si Emma tournait la tête vers elle à l’évocation d’une personne disposant des compétences nécessaire pour soigner Ernest, elle ferait un simple non de la tête ; Amy avait peut-être le diplôme de sexologie d’Emma et ses propres Bachelor et Master, mais elle n’était pas apte à traiter un cas de cette importance. D’autant plus que l’italienne faisait parti desdits « professeurs d’Ernest ». Qu’ils en fassent ce qu’ils veulent, de l’adolescent, elle s’en lavait les mains.

Cependant, la partie Sinistre l’intéressait beaucoup plus. Jubilee insistant une nouvelle fois sur le fait que la bagarre à la Ororo était une pure folie, mais Storm avait envie de mourir jeune et pas grande chose à perdre, donc ce n’était pas tellement gênant pour elle, simplement le fait qu’il faille encore assister prouver que la place de Tornade est plus au gros œuvre qu’en chef d’équipe. Jubilee et son ancienne élève étaient d’accord, restait à savoir si l’avis opposé à celui de la chef sera prit en compte.

« Quand je dis alliance. Je ne dis pas qu'il faut inviter les confréristes et… « SVO » à boire le thé avec des putains de biscuits. Ils sont tout aussi des criminels et des ordures de première. Mais pour le moment nous avons un ennemi commun et c'est uniquement cela qu'il faut avoir à l'esprit... Si un de ces criminels passe le portail de l'Institut sous prétexte qu'on est soudainement allié mettant nos élèves en danger par leurs simples présences… Je les exploserais quand même. On est des X-mens, on vend pas nos fesses pour faire le tapin et éviter que certains pleurent encore lorsque le nom de Sinister est prononcé ! »

Amy eut un sourire amusé ; elle venait de trouver un moyen de tester l’immortalité de son beau frère, tout en offrant une occasion en or à Ororo pour démontrer qu’elle se trompait sur son compte. Jubilee était prête à mourir en suivant les ordres, quel qu’ils soient ; dommage qu’elle n’ait pas réussit à inculquer ce sens de l’obéissant à Nephilim, car cette dernière n’avait nullement cette intention, pas plus que celle de sacrifier ses amies d’ailleurs.

Non, ils n’étaient pas de pauvre mutants sans défense, mais des enfants, oui. Pas forcément apeurés mais des enfants quant même ; des enfants dans un monde nécessitant maturité et intelligence. Ororo était bien gentille, mais son héroïsme de cour de récréation était usant et inapproprié. X-Men n’était pas un titre sur un CV, c’était juste un titre honorifique, celui d’avoir offert à Xavier un spectacle divertissant lui permettant d’assouvir ses désirs sadiques refoulés. Enfin, à toute l’équipe, d’ailleurs. Des souffles de sinistre, l’expression était amusante considérant que c’était là chose qu’il était question de lui ôter, le souffle. Non, s’ils voulaient vivre tranquillement il ne fallait pas rejoindre les X ; d’où qu’Amy s’en barrerait une fois l’affaire close. Oui, ils avaient un idéal les jours où il faisait beau, mais il était soluble pour certain d’entre eux, ainsi sous la pluie et la tempête il disparaissait ; pauvre Jubilee incomprise par ses supérieurs, car c’était bien la seule chose qui la différentiait d’Ororo, le grade militaire. Oui encore, il y aurait un prit à payer pour le soutien de von Orchent ou de la Confrérie, mais le problème était de savoir lequel. Après, qu’Ororo se prostitue pour était tout à son loisir, Amy avait déjà fait le coup par le passé, et des fellations, plus jamais.

"De toute façon nous n'avons pas le choix et je refuse de rester terrée sans rien faire en attendant le prochain coup. Nous ne faisons pas le poids… en êtes vous sur… Partir vaincu d'avance est l’apanage des faibles… est ce que vous êtes ??? Nous ne pouvons vaincre Sinistre mais nous pouvons l'inquiéter. Montrons lui que nous sommes prêts à riposter. "

- Il n’est pas question de rester terré, juste d’agir en utilisant nos muscles au service de notre tête, et non l’inverse, lâcha prestement Amy, sa voix revenue à la normale.

Le cas Ernest, il fallait le punir comme un adulte ? Soit, il aimait à se considérer comme tel, de toute façon. Il n’avait plus sa place à l’Institut, mais où alors ? Une dernière chance à l’Institut, une chambre en asile psychiatrique ou une cellule au BAM ; faites tourner la roulette, ce n’est que le sort d’une personne ! Lorsqu’Ororo le regarda, Nephilim soutint son regard ; elle n’avait pas d’avis, elle n’en avait plus rien à faire, de toute façon. La chef voulait trancher, libre à elle.

Warren était partant pour la politique, et aussi pour couper la poire en deux, mais ce faisant, il rejoignait les propositions de Jubilee et d’Amy : subtilité, certes vengeance, mais subtilement, non en fonçant dans le tas en misant sur ses pouvoir pour s’en sortir. Non, ce n’était peut-être pas une bonne chose que de régler le problème Lenoir avant celui de Sinistre, puisque de toute façon, Lenoir n’était qu’un dommage collatéral, en fin de compte. Il y en aurait d’autres, d’ici à ce que cela finisse.

Laisser Lenoir et Sinistre se rencontrer impliquait récupérer Ernest et le sacrifier ; autant, le sacrifier ne devrait pas tellement poser de problème à l’éthique des X-Men, puisqu’il n’était après tout que l’un de leurs protégés, autant le récupérer s’avérerait plus compliqué, puisque depuis tout à l’heure, ils discutaient partiellement du moyen pour ce faire. En discuter avec lui ? Cela impliquait également le récupérer à temps, chose à laquelle elle ne croyait pas. L’embuscade lui plaisait bien, mais elle serait difficile à faire. Peut-être que faire exploser l’immeuble de la rencontre était faisable, mais il y aurait trop de dommages collatéraux. Après, ça restait une option. Amy se dégoûtait elle-même d’avoir de telles pensées, mais il n’était plus temps aux demi-mesures, et elle ne faisait que ce qu’Ororo et Xavier attendaient d’elle : Exitus Acta Probat.

Warren était apte ç jouer l’appât, mais outre que cela entrait en contradiction avec l’idée d’embuscade précédente, où c’était Ernest l’appât, il fallait que l’Ange ait quelque chose que Sinistre voulait, chose qui restait à prouver. Nephilim n’avait pas pensé à lui lorsqu’elle avait parlé de mutant au potentiel génétique intéressant. Cependant, le fait qu’il ait déjà été modifié était intéressant ; que de courage alors qu’il frissonnait de peur.

- A moins que l'appât se laisse prendre et infiltre son organisation pour voir de quoi il en retourne de l'intérieur. Inutile de dire que dans ces cas là il faudrait un mutant capable de résistance mentale extrême, à la télépathie et dans tous les autres sens du terme…

- Ta seconde proposition est irréalisable à mon sens, car il connait nos effectifs, et à moins qu’on ne se découvre un collègue qui n’a jamais côtoyés les autres, et qui dispose des pouvoirs adéquats, cela me semble comprit. Après, ce ne serait pas la première fois que Xavier nous sortirait un élément inconnu de l’une de ses manches, mais partant du principe qu’il ne le fera pas, continuons de jouer à notre niveau. Pour nous allier à d’autres factions, c’est à loisir. Fuzzy à dit qu’elle irait chercher qui il faut, et Storm qu’elle payera le prix demandé, quelqu’il soit. Je peux vous ramener votre ami « SVO » dans l’après-midi, et s’il ne veut pas collaborer, il suffira de le livrer au BAM ou de le tuer. Il est temps de prendre une décision, donc voici mes avis.

- Pour Ernest, je suis contre le laisser hors de l’Institut, puisque le principal intérêt qu’on les mecs pour lui, c’est à cause de son Altérium. Si on le laisse aux soins d’autres, l’Altérium sera plus accessible. Donc, je vote le garder ici sous surveillance quitte à le faire suivre par un professionnel venu de l’extérieur, et lui implanter des manipulations psychiques pour qu’il ne puisse plus sortir de l’Institut ou s’approcher du Phénix, sans quoi il trouverait rapidement un moyen de se défaire de notre influence, voire de retourner notre meilleure arme contre nous.

- Pour Sinistre, nous pouvons tenter de l’embusquer, oui, mais je ne pense pas que cela marche. De plus, il peut avoir fait toute cette manœuvre uniquement pour cela. Les dégâts causés par une tempête et attribués à des mutants ne seraient bons ni pour l’image de la communauté mutante, ni pour celle des X-Men. En finesse, oui, pour changer. Etablir un plan sur le moyen terme, et jouer aux échecs avec lui, voilà ce que je propose. Ça impliquera une partie violente, surtout si on souhaite le tuer, mais cette violence ne sera ni gratuite, ni stupide. La violence est un moyen, non une fin, et c’est un outil, qui peut certes prendre la forme d’un bulldozer, mais aussi celle d’un scalpel. Je vote pour le scalpel.


Amy avait bien choisit ses mots, cherchant à tester l’ensemble de l’équipe en voyant qui la contredirait et sur quel point, tout en les plaçant à égalité par un vote. Il serait amusant qu’Ororo décide de prendre la direction à elle-seule, car le côté équipe en prendrait un coup, et c’était justement là que voulait pousser Amy : la majorité n’était pas d’accord avec Ororo, ainsi cette dernière devrait accepter l’avis de son équipe ou forcer le passage, chose qui serait très révélatrice pour la suite des opérations ; un test, rien de plus. Nephilim avait hâte de voir comment Storm réagissait face à une subtilité bien grossière en considérant celle de leur adversaire.

- Enfin, Emma, si tu as besoin de savoir ce qui c’est passé avant ton arrivée, ma mémoire t’es toute ouverte.

Oui, Amy allait dévoiler tout ce qui c’était passé dans sa tête à la Reine Blanche, et cela n’était pas un risque, en réalité. Non, c’était le moyen de chercher son approbation, ou de savoir si elle était allée trop loin. Car elle ne faisait nullement confiance à Ororo pour rendre un tel jugement, son comportement n’était à ses yeux que celui que Tornade attendait d’elle, ainsi l’italienne se remettait au jugement d’Emma pour savoir si c’était le bon ou le mauvais. Rien n’impliquait qu’elle s’arrêtât dans un cas ou dans l’autre, cependant…

Hors Jeu:
 

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La Rédemption et la Damnation ont un point en commun : il faut être mort pour connaitre l’une ou l’autre {Les X-Men – réunion d’équipe}   Sam 27 Juil - 15:14

Emma se leva et s'approcha d'Amy pour lui poser l'index sur la tempe. Elle pouvait faire cette lecture à distance, mais avec le voyage en compagnie de Professeur Xavier, elle préférait s'économiser un peu d'énergie, et avec un contact physique, la lecture de pensées ne lui coûterait presque rien.

Son visage affichait diverses expressions à mesure que les pensées affluaient. concentration, perplexité, contrariété, elle revivait en accéléré ce qu'elle aurait dû vivre en début de séance. Bon, c'était pas terrible, et la discussion semblait s'envenimer plus qu'apporter des solutions. Plusieurs mois après la tentative de sauvetage de Caitlyn Elioth, le groupe n'était pas plus harmonieux. Voila ce qu'il en coûte d'avoir trop de personnes de caractères qui travaillent ensemble. Il était temps pour Emma de se remettre à sa place, sa place de simple Xwoman, exécutrice des ordres avant tout, conseillère ensuite, mais certainement pas dirigeante ou décideur.

Mais ceci n'était pas ce qui la préoccupait le plus à cet instant. Déjà lors de la tentative de sauvetage de Caitlyn, Amy avait fait la démonstration d'une activité psychique suspecte dans son organisme, et cette fois-ci, c'était son esprit qui avait une activité psychique suspecte. Emma était depuis quelques temps assez familière de la signature énergétique d'Amy, mais là, quelque chose était étrange, comme un bruit superposé à l'onde porteuse. Que se passait-il dans la tête de l'italienne. La Reine Blanche avait prévu que le pouvoir d'Amy était probablement difficile à gérer dès leur première rencontre. Peut-être qu'il allait même au delà de ses prévisions, dans le sens, où il risquait d'échapper à son hôte. Amy pouvait déjà avoir des comportements dangereux dans son mode de berserker, si en plus, une deuxième signature psychique venait la troubler, elle deviendrait bien imprévisible, et imprévisible est bien le terme approprié quand on pense à la façon dont Amy avait réagi pendant le début de la réunion. Elle qui avait plutôt tendance à chercher le compromis voire l'approbation, pourquoi avait-elle essayé de changer la position d'Ororo en utilisant une stratégie à deux doigts d'être du chantage affectif. Si tu n'es pas d'accord avec moi, alors c'est que tu n'as pas de sentiments pour moi et donc, je ne veux plus que tu puisses prétendre ressentir quoi que ce soit à mon égard. Ce genre de construction plaçait l'interlocuteur dans une position de dilemme assez cruel : céder contre son propre avis, ou frustrer ses émotions futures. Ca ne ressemblait pas à Amy. Peut-être l'enjeu était-il trop important pour elle ? Emma restait interdite à ce sujet.

Pour en revenir au principal sujet, il était temps de recadrer les choses. Encore debout, elle posa les deux mains sur la table, sans aucune violence mais pour pouvoir se pencher et voir tout le groupe en même temps :
- Bon, je vois qu'on n'avance pas et j'ai l'impression que c'est entre autre parce qu'on ne respecte pas les responsabilités de chacun, ou qu'elles ne sont pas claires. Les Xmen ne sont pas une association caritative ni club des 5, rien ne nous impose l'unanimité dans la prise de décision. Alors pour faire simple, voici mes recommandations : Ernest, en hôpital psychiatrique, si besoin avec une surveillance du BAM. Sinistre, on monte de quoi le calmer une fois pour toutes, on a le plus grand télépathe du mode avec nous, donc, pas la peine de se concentrer sur la télépathie, le plus compliqué, ça sera de le trouver. Je propose une des plus vieilles stratégies de l'histoire : on l'enfume, il sort, on l'attrape, si possible vivant, mais personnellement, j'aurai pas besoin d'être beaucoup motivée pour l'exterminer si l'occasion s'en présente. Pour "SVO", il est peut-être trop mystérieux pour qu'on lui fasse confiance, mais il nous a déjà prouvé qu'il était bien mieux renseigné que nous, je ne vois pas l'intérêt de tenter l'échec pour se flatter de notre autonomie, et tant qu'à le rencontrer, je préfère que ce soit dans un lieu où nous avons le parfait contrôle. Ici, entre Danger, Xavier, et notre propre groupe, il ne pourra pas tenter grand chose sans se faire amputer de l'existence dans la seconde.

La Reine Blanche se releva et releva une mèche de cheveux derrière sa tête, reprenant un peu de sa superbe :
- Ceci étant dit, nous avons un chef, Ororo, dont le rôle est de trancher et de prendre les décisions pour le groupe. Je la laisse donc libre de suivre ou non mes préconisations, et j'invite tout le groupe à faire de même.

La Reine Blanche retourna s'asseoir, peu satisfaite de sa prestation, mais surtout encore préoccupée par l'état psychique de son amie.
Revenir en haut Aller en bas
Ororo Munroe
X-Men Alpha
avatar

Messages : 239
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: La Rédemption et la Damnation ont un point en commun : il faut être mort pour connaitre l’une ou l’autre {Les X-Men – réunion d’équipe}   Dim 28 Juil - 9:55

Il/elles avaient fini ou presque de bavarder car tout ce qui avait été dit n'avait finalement abouti à rien ou presque. Ororo les toisa les un(e)s après les autres d'un air sévère. Elle était toujours en colère, en colère et blessée par l'attaque d'Amy. Il/elles voulaient attendre .. soit ... mais attendre quoi ... une nouvelle Caitlyn .. un nouveau Ernest ... être mieux préparé .. la belle affaire, il/elles ne le seraient jamais ..
Ororo était déçue mais pas plus surprise que ça .. Elle se mit à regretter Wolverine et meme Cyclope et pourtant ... mais eux auraient compris elle en était persuadée. Les "nouveaux" X-men n'étaient pas des combattants au sens premier du terme quand à Warren ...
Cependant la remarque d'Emma la surprit ... agréablement ...Elle ne s'était pas attendue à un quelconque soutien de sa part ... Cependant malheureusement cela ne changeait rien ... Ok Ernest allait être "puni" mais l'attaque contre Sinistre demandait un état d'esprit que les autres n'avaient pas .. ou plus.  


- Ceci étant dit, nous avons un chef, Ororo, dont le rôle est de trancher et de prendre les décisions pour le groupe. Je la laisse donc libre de suivre ou non mes préconisations, et j'invite tout le groupe à faire de même.

Emma se trompait ... elle n'était pas le chef du groupe car il n'y avait pas de groupe ... Ce qui venait de se passer en était la preuve. Ororo n'avait ni le temps ni l’énergie de le former ou le reformer... Ils avaient peur .. elle le comprenait mais chaque mission recelait une part de danger, un risque, avec l’échec ou la mort au bout c'était certain ... mais ne rien faire ... accepter les attaques .. non c'était impossible pour Ororo, elle ne pouvait s'y résoudre .. alors tant pis ... Amy l'avait accusé de les utiliser ... elle se trompait lourdement. Ororo ne voulait qu'un soutien, car contre Sinistre elle ne les laisserait pas devant bien au contraire. Elle leur/lui aurait expliqué si elle lui en avait laissé le temps malheureusement les mots et les accusations qu'elle avait porté, lui avait fait l'effet d'un coup de poignard ... et malgré les années de plus, elle n'était ni plus sage ni plus raisonnable et pouvait faire preuve d'irrationalité comme n'importe qui ...
Elle les fixa donc un par un avant de se diriger vers la porte. La main sur la poignée elle se retourna brièvement vers Emma et lui fit un signe de tete en remerciement avant de se poser son regard sur Amy. Son ton recelait une colère froide et ses yeux brillaient

"Merci Emma. Bien, malgré ce que certaine (elle appuya sur le mot et personne ne doutait qu'elle parlait d'Amy) en pense je ne suis pas un dictateur et l'Institut est une démocratie. La majorité l'emporte donc .. préparez vos plans, discutez encore et encore sur la meilleur façon de faire .. vous êtes libre.. et vous savez où me trouver quand l'un/une de vous se fera de nouveau capturer. Quand à toi   (elle pointa un doigt vers Amy) ne me parle plus jamais comme ça. Tu ne sais rien de moi et de ma vie. Tu crois tout savoir de l'amour du haut de tes 20 ans mais tu ne sais rien, rien du tout. Tu penses que ça me plait tout ça.. d'avoir mon mari à des milliers de kilomètres, de ne pas avoir d'enfant ... ..  détrompe toi ... Que crois tu que je ressente quand je vous vois rire ensemble, vous embrasser ou vous tenir la main ... As tu réfléchis seulement une minute au pourquoi de ma situation .. As tu oublié l'état d'effondrement dans lequel tu étais lorsque tu as cru Caitlyn morte ... Qu'aurais tu fait si nous avions été de nouveau attaquées .. rien .. tu n'aurais rien pu faire ...
Deux fois, deux fois alors que nous n'étions que des ado, mon mari et moi avons du affronter des tueurs ... alors demandes toi la vrai raison de mon attitude ... crois tu que je cherche à vous séparer ou au contraire à vous protéger ...
Tu parles de partir mais que feras tu si Cait préfère rester ... rien de plus que ce que je fais ... à moins que tu ne l'obliges à te suivre ... Lui laisseras tu le choix ?? et meme si elle vient avec toi, il n'y aura pas un jour, pas une minute ou tu te demanderas si tu as fait le bon choix, si ELLE a fait le bon ... si elle est heureuse de la situation .. ou si elle ne l'a fait que pour te rendre TOI heureuse ...
Tu te crois supérieure avec tes doctorats mais tu n'es qu'une petite dinde stupide et arrogante. Tu es offusquée par mon attitude mais t'es tu demandée pour quelle raison je le faisais ... Nous sommes en guerre une guerre perpétuelle et c'est grâce à des gens comme moi que tu peux prendre tes grands airs car je fais ce que tu ne feras jamais .. me salir les mains ... des "chiens de guerre" il en faut pour que TU puisses vivre en paix. Je crois en la cause du professeur, j'y crois depuis plus de 15 ans mais j'ai compris qu'il y a des choses qui ne peuvent pas être résolu par la douceur et Sinistre est l'une de ces choses.
Quand à quitter les X-men ... là encore tu n'as rien compris, nous ne sommes pas une organisation qu'on peut quitter comme ça .. il n'y a pas de contrat, pas de salaire .. rien .. la passation n'est qu'un piètre moyen de voir si vous pourriez être à la hauteur ... être un X-men est un engagement profond, une foi en un idéal ... s'engager sur ce chemin est sans retour, tu ne peux pas le quitter malgré tout ce que tu peux croire et n'oublie jamais quelque soit l'engagement le plus profond, l'abnégation la plus absolue, il y a toujours un revers à la médaille .. alors profite bien d'avoir quelqu'un comme moi pour brandir ton étendard de pureté ...
Et sache que je ne te demande rien .. rien qu'un peu de respect. Jamais je n'exigerais quoique ce soit venant de toi ou des autres.. vous n’êtes pas d'accord très bien ... comme je l'ai dit la majorité l'emporte .. j'espère sincèrement que vous avez bien réfléchi à toutes les conséquences .. "


elle ouvrit la porte avec plus de douceur que son état pouvait le laisser supposer avant une nouvelle fois de se retourner vers Amy "Quand à m'interdire quoique ce soit ... (elle eut un reniflement méprisant) il n'y a qu'une seule personne à laquelle j'accepte d'obéir et ce n'est surement pas toi Amy."

La porte se referma aussi avec douceur mais sa main crépitait, de nombreux éclairs étaient apparus. Elle s'éloigna de la pièce à grand pas ..

**Professeur .. s'il vous plait ** Elle se savait à la limite de sa rupture et devait absolument parler à Cait. Elle sentit un léger effleurement et sourit, il était là au cas où. Rassurée elle inspira profondément pour se calmer ... comme à son habitude, il la laissait faire mais ... Ororo appréciait cette attention .. jamais Amy ni meme Cait ne pourraient comprendre ce qui l'attachait au professeur. Elles avaient choisi de devenir X-men contrairement à elle-même. Le professeur n'avait pas été les chercher .. il manquait ce lien. Elles avaient du coeur et du courage mais pas ce lien. De plus, elles ne seraient jamais totalement des X-men tant qu'elles refuseraient ce revers, ce coté obscure. Elles l'avaient subi pendant leur passation mais pas de la bonne façon ... En décembre, Ororo pensait qu'Amy aurait changé après ce qui était arrivé à Cait mais pas vraiment ... Elle restait dans sa vision, sa "bulle" ... Enfin Ororo devait laisser cette conversation derrière elle pour en aborder une autre tout aussi déplaisante avec sa "fille". Elle ne lui parlerait pas de ce qui venait de se passer .. si Amy voulait le faire ... qu'elle le fasse...

Fin pour Ororo

_________________

Nombre de rp

Ashake:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warren Worthington
Résident(e) à l'Institut Beta
avatar

Messages : 214
Date d'inscription : 30/03/2012
Age : 28

MessageSujet: Re: La Rédemption et la Damnation ont un point en commun : il faut être mort pour connaitre l’une ou l’autre {Les X-Men – réunion d’équipe}   Mer 7 Aoû - 0:49

Malheureusement la scène semblait prête à tourner au pugilat. Angel s'écarta d'un nouveau pas lorsque les étincelles fusèrent à nouveau et il suivit la scène en silence. Stockant les réponses d'Amy dans un coin de sa tête, le mutant n'avait pas pu s'empêcher de hocher la tête à son égard, mais seulement parce qu'elle avait raison concernant sa deuxième proposition. Pour le reste, Warren eut du mal à ne "tiquer" que mentalement. Certes pour lui, Emma n'avait pas tout à fait raison, Ororo n'était pas leur chef, même si elle pouvait bien sûr diriger lors de l'action pour une question de pratique. Néanmoins la discussion était nécessaire, mais ce qui gênait avant tout c'était le ton de cette jeunette envers une aînée, bien qu'il trouve qu'Ororo avait également été trop violente dans ses mots. Cependant il était évident que cette dernière avait toujours cherché le bien de ses protégé, elle s'était sacrifiée pour que d'autres puissent vivre leur amour et semblait très proche de Caitlyn. Étant de la vieille école, le mutant n'aimait pas vraiment que la "hiérarchie", implicite mais bien présente, soit autant violentée. Un jeune pouvait exprimer ses idées mais devait prouver son respect et sa déférence, alors le plus vieux se devait d'écouter les idées de son interlocuteur. Un mixte entre ses études d'enfant d'homme d'affaires et d'étudiant de l'école Charles Xavier qui avait apprit à réviser ses positions sur les valeurs de la vie.

-Ça suffit-Lança calmement le blond, posant ses yeux azurés dans ceux des différents protagonistes restants, à savoir Jubilation, Amy et Emma. Ororo elle venait de quitter la pièce. Angel tourna la tête, quittant la porte qu'il avait ensuite fixé un moment dans un mouvement mécanique qui traduisait sa lassitude.- Avant de penser Sinistre, je crois que nous devrions songer équipe. Amy, tu n'aurais jamais dû parler ainsi à ton aînée, je peux comprendre qu'elle t'ait énervé pour des raisons personnelles qui m'échappent, mais en briefing nous ne faisons pas intervenir nos ressentiments. Ces accusations ont été très violentes et inutiles. Quant à la réunion, je pense qu'on peut la remettre à plus tard, nous avons tous besoin de repos et il me semble impossible de continuer sans Caitlyn ou Ororo. Qu'en penses-tu Emma ?

Demanda doucement le trentenaire un peu perdu qui ne savait plus trop s'il était sensé continuer à donner son avis sur Sinistre où si cela était totalement obsolète. Emma avait été consultée en première parce que c'était aussi une des anciennes et qu'elle était très liée à Charles Xavier. Comme elle était intervenue juste après la dispute et était neutre puisque hors du "duel", c'était la bonne personne pour l'aider à clore la réunion sans l'imposer pour autant. Pour sa part, il pensait que continuer sans les autres membres n'était pas utile, en fait cela ne ferait que creuser le fossé et le ressentiment. La première solution était en fait une étape... Apprendre à retravailler ensemble. Dès cet après-midi, il se promit de ne pas s'entraîner en courant ou en utilisant les machines de sa salle de sport mais d'aller affronter Danger. Il allait devoir s'établir ici pendant un petit moment pour s'imprégner de l'ambiance de l'école, retrouver ses marques et reformer une équipe avec les siens.

-Dans un tout premier temps je propose de nous informer le plus possible sur ce Sinistre, vieux articles de journaux qui pourraient l'évoquer sous un nom ou un autre, recouper ses derniers actes, voir avec Monsieur Lenoir pour l'Altérium, évaluer avec précision ce qu'il souhaite en faire si possible... Enfin tout ce que l'on pourrait savoir sur lui, en attendant la prochaine rencontre. Emma ? Jubilation ? Amy ?

Acheva-t-il d'un ton qui se voulait toujours serein et loin d'être dominateur, impliquant les trois personnes restantes cette fois. Il ne semblait même pas fâché envers Amy bien qu'elle ait été trop "violente". Pour le jeune mutant ce n'était pas la méchante de l'histoire, personne ne l'était et il devait bien l'admettre. Les nerfs étaient bien plus en cause, tout le monde avait peur de perdre quelque chose ou quelqu'un, au point d'essayer de les protéger contre ceux qui veulent pourtant vous aider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: La Rédemption et la Damnation ont un point en commun : il faut être mort pour connaitre l’une ou l’autre {Les X-Men – réunion d’équipe}   Sam 31 Aoû - 18:10

Je suis une Grigori, je suis la digne héritière de millénaires de fratricides et de parricides, je suis un monstre et, étrangement, j’ai envie de prendre la mesure d’à quel point je le suis. Si tu savais, Ororo, le bien que cela fait de te faire mal, j’aurai presque envie de recommencer, de voir jusqu’où je peux aller, de savoir s’il y a des limites, ou pas. Les Maraudeurs n’ont pas de limites, alors pourquoi devrions-nous nous en donner ? Pourquoi ne pas abandonner complètement nos rêves et notre cause, pourquoi ne pas devenir des chiens de guerre à l’égal des Maraudeurs ou de ceux que formeront les hommes dans plusieurs années ? Pourquoi ne pas renoncer à ce qui fait de nous des humains ? Pourquoi ? Dites-le moi ?

Il n’y a pas de héros, il n’y a que des tombes, anonymes ou pas, claircement de leur blancheur de mort des champs autrements vert ; qui pour se souvenir de leur nombre, qui pour se souvenir de leurs noms ? Qui pour les aimer, alors qu’ils ne sont que des figures d’une histoire passée ; alors qu’ils ne sont que des Sacrifiés. L’Histoire de l’Humanité prend ses fondations sur le sol fertilisé par les cadavres de ses enfants, pourquoi serions-nous différents ? Pourquoi, alors que Xavier voulait que l’on améliore le monde, ne devrait-on pas se contenter d’en suivre la logique, simplement ? Xavier prône la paix et le lien entre les peuples, et pour cela, il forme une équipe de mutants qui doivent combattre, il veut le pardon mais se contente de fermer les yeux… pathétique tant c’est pétri de contradiction. Tu veux la guerre, Ororo ? Alors regarde la Confrérie, regarde leur résistance et leurs sacrifices, car c’est la place qui te reviendra. Amusant, que celle qui soit à la tête des X-Men pense comme ceux qui sont en face d’eux, leurs « ennemis » ; mais sont-ils réellement non ennemis ? Non, je ne pense pas. Je ne pense plus.

J’attendais d’avoir ton aval, Emma, pour savoir si je ne m’emportais pas trop, mais rien ne vint ; ainsi donc, tant de rancœur et de venin était naturel, dans mes instants haineux, j’en prenais note, me rappelant qui j’avais été, et regardant qui je devenais. M’aimeras-tu toujours, Caitlyn ? Je n’en sais rien, mais je crois que cela n’importe plus. Nous ne pouvons tout avoir, et nos choix ne nous ont jamais réellement appartenus. Je n’arrive pas à me faire à cette idée, mais elle fait son chemin ; mon destin ne m’appartient pas, hors si des êtres comme Ororo peuvent le commander, alors qu’en est-il de celui qui veut mon sang ?

Putain, je me dégoûte avec de telles pensées, je me dégoûte presqu’autant qu’avec mes paroles précédentes, à dire vrai. Ororo se définie comme une chienne de guerre, mon agression entrainera la réaction d’un animal : combat ou fuite. Sinistre gagne déjà, on s’affronte entre nous. Je n’ose regarder ton visage, Emma, puisque je pense déjà savoir qu’il dit la même chose que ton absence de mot.

Non, les X-Men ne sont pas une association caritative ni un club des cinq, cependant, n’est-on sensé être un minimum proche des valeurs que l’on tente de défendre ? Je ne cherche pas l’unanimité, je ne sais même pas ce que je cherche à dire vrai, car j’ai perdu ce que j’avais trouvé. Ernest, Asile, soit. Sinistre, chasse, soit ; mais avons-nous réellement une chance ? La chasse est une réaction prévisible, et si plus mesurée qu’on fonce dans le tas en criant Sinistre, elle n’en restera pas moins difficile. Le problème c’est que, même avec « le plus grand télépathe du monde », il n’est pas dur de tous nous manipuler sans user de télépathie. Je pense à Sébastian von Orchent, et il est évoqué ; hasard ? Il est bien mieux renseigné, surement, et surement que nous pourrons le vaincre, mais le faire venir à l’Institut… lui aura un plan, lui ne foncera pas ici sans savoir comment en tirer un maximum de profit, et lui… je l’ai tué. Aucun d’entre vous ne le sait, à part Jub, mais je l’ai tué ; une balle en pleine tête. Il est ma victime, mais il en est revenu, comme Sinistre ; comment voulez-vous vaincre cela par la force ? En le grillant jusqu’à ce qu’il ne régénère plus ? Vous serez mort de vieillesse avant, je pense. Quant à tenter quelque chose de grande ampleur, il ne faut qu’un galet pour que l’on déclenche une avalanche, regardez ce qui se passe ici.

- Ceci étant dit, nous avons un chef, Ororo, dont le rôle est de trancher et de prendre les décisions pour le groupe. Je la laisse donc libre de suivre ou non mes préconisations, et j'invite tout le groupe à faire de même.

La voilà, ton approbation, la voilà, mon erreur ; je n’aurai pas dû, je n’aurai pas… mais c’est trop tard. Je ne suivrais pas moutonnement un Xavier ou une Ororo à l’abattoir, j’ai trop à perdre pour cela, à leur différence, mais je n’étais pas à ma place, ni dans mes propos, ni dans mes actes. Je n’ai jamais été à ma place parmi les X-Men, j’ignore encore ce qui a fait que Xavier l’a cru, mais il a eut tord. Ororo s’en rendra compte, si ce n’est pas déjà fait, mais elle a dit elle-même qu’on ne pouvait faire marche arrière, ainsi donc, il est tout simplement trop tard. A-t-il cependant été un jour où ce n’était pas trop tard ?

Storm commence à fuir, et nous n’avons commencé la guerre que Sinistre mène déjà deux à zéro ; et je suis tant son pion que les autres. Je le hais, plus que je ne me hais moi-même, mais moins qu’Ororo ne doit me haïr ; de la colère, juste de la colère, dans ton regard, Storm, ni mépris, ni dégoût. Je ne te déçois pas, je t’exècre, tout simplement. Je ne fais pas face à ton regard, cette fois, je m’écrase, comme j’aurai dû le faire. Sachent une chose, avant de partir, je ne te hais pas, j’ai juste peur de toi.

L’Institut n’est pas une démocratie, pas plus que les X-Men ne sont l’Institut, mais tu te dois de dire cela, car tu y crois, tu crois en tes propres mensonges. Non, tu n’es pas un dictateur, cependant, tu es juste une chienne de guerre, mais les chiens de guerre mordent, ils ne commandent pas. J’ai peut-être peu d’expérience, mais je te connais bien mieux que tu n’aimerais, et si je l’ai mal fait, je t’ai tout de même placée face à certaines de tes contradictions. Je n’en suis pas fière, pour les mots, mais sans doute était-ce nécessaire. Ou était-ce là une cruelle erreur.

Préparer nos plans, sans notre « chef » ? Il n’y aura pas de plan, mais cela prouve une chose : tu n’es pas prête à être chef. Tu crois que tu résoudra tout par la violence, lorsqu’on en aura besoin, mais tu n’as servie à rien durant la traque de Caitlyn, tu n’as fait que ronger ton frein en attendant la violence, comme maintenant. Qu’importe ce qu’on face, tu veux faire le gros œuvre, commander ne t’intéresse pas, réfléchir ne t’intéresse pas. Caitlyn a raison : nous sommes des amateurs, et nous y allons la fleur au fusil. Est-ce si dur à reconnaitre ?

Je ne te parlerais plus comme cela, mais pas pour les raisons que tu crois ; je ne veux pas faire souffrir, je ne veux pas tuer, je veux défendre mes rêves, mais je suis autant un danger pour eux que les gens comme toi. Toi et ta vie, toi et tes sacrifices, Ororo, je sais que je ne veux les vivres, je ne veux tes échecs et tes désespoirs, alors que tu tente de me les imposer. Non, ça ne te plait pas d’avoir dû sacrifier des chose, ces choses, c’est bien pour cela que jamais je ne t’autoriserai à me forcer à les faire. Je crois que je ne vois pas tes remords, ta tristesse, ton envie, face à ces choses que je fais et que tu me décris ? Mais ne crois-tu pas que je veuille continuer à les faire, pour ne pas devenir comme toi, justement ? Tu me parles d’attaque, tu me parles de combat, tu ne vois que cela, ces guerres et ces batailles, mais il y a autre chose. Et je ne sacrifierai pas cet autre chose pour te plaire. J’ai été effondrée, oui, j’ai été inutile, oui, parce que j’ai Caitlyn. Parce que je suis humaine. Te souviens-tu de ce que cela fait, Ororo ? Pleurer pour ce que l’on aime ? Sentir le désespoir et leurs malheurs ? Je suis plus jeune que toi, mais j’ai plus souffert, car tu as abandonné ton amour avoir de savoir ce que cela fait que ce dernier n’ose ni te regarder ni te toucher, avant de savoir ce que cela fait de le voir se faire torturer et massacrer. Avant de savoir ce que cela fait de le voir renoncer à tout, toi inclus, pour une vengeance de laquelle il ne revient pas.

Toi et ton mari avez été agressés par deux fois, durant votre adolescence, et vous vous en êtes sorti par la force des poings ? Si tu savais ce que je t’envie ! Moi, notre agression, c’est Sinistre ! C’est nos passés ! Ce ne sont pas des choses que l’on peut combattre par le glaive et la bravoure ! Nos agressions nous rongent et nous empoisonnent, jusqu’à ce qu’il ne reste que des carcasses que nous devons remplir, à chaque fois. Tu viens d’un autre âge, Ororo, tu crois savoir, mais ton savoir est obsolète. Je ne te demande pas de croire en nous rêve, mais de nous laisser y croire. Que tu me dises que tu me l’avais bien dit le jour où j’échouerai, je préfère cela à abandonner, comme toi tu l’as fait, car si j’abandonne, jamais je n’aurai la moindre chance d’y arriver.

Caitlyn et moi… qui crois-tu qui veuille aller à San Francisco ? Qui crois-tu qui veuille se marier ? Qui crois-tu qui… Nous voulons certaines choses séparément, oui, mais nous avons encore les yeux pour voir lorsque nous imposons. Tu crois que tu es plus importante que moi ? Tu crois que notre amour est faux au point que l’on te le donne, pour que tu le brise comme tu as fait du tien ? Ou que l’on se force à faire des choix ? Est-ce là tout le crédit que nous avons à tes yeux ? Tu ne veux pas qu’on se marie, tu ne veux pas que l’on s’aime, ça te rend jalouse et malade de voir qu’on essaie de faire là où TOI TU AS ECHOUE ! Tu pense surement nous protéger de la douleur de lorsque nous aurons les mêmes désillusions que toi, mais cela signifie que tu as oubliée la joie de croire et le gout des espoirs…

Je n’ai pas à me croire supérieure, je n’ai pas de doctorat et ce ne sont pas eux qui sont reconnus ici bas, mais oui, je suis une dinde stupide et arrogante ; autant, la stupidité n’est pas choquante, mais l’arrogance… Je suis offusquée que tu force mes choix, oui, je suis offusquée que malgré que tu dises nous aimer, tu refuse que nous on s’aime, tu refuse que l’on fasse le choix autre que celui que tu as fais, et je me moque complètement que tu veuilles le faire pour nous protéger. Tu n’es pas notre mère, tu n’es pas notre sœur, tu n’es pas notre tutrice, et ta seule famille, tu l’as trahie.

Comment oses-tu dire que nous somme en guerre perpétuelle alors que tu vis sous le toit de Xavier ? Comment oses-tu cracher sur ses idéaux à ce point là ? Nous œuvrons pour la paix, et elle ne passe pas nécessairement par la guerre ; cette guerre, seuls les Confréristes veulent la déclencher, seuls les Purificateurs veulent la déclencher, nous sommes ici pour qu’elle n’arrive jamais. Si nous avons d’ores et déjà échoués, alors nous n’avons plus la moindre raison d’exister. Oui, tu fais ce que je ne veux PAS faire ! Oui, tu te salie les mains ! Oui, tu te sacrifies ! Mais tu veux me forcer à en faire autant ! Écoutes-toi parler, tu es une contradiction ambulante ! Tu veux la guerre, tu aimes ça, mais tu prétends défendre la paix, et tu ne supportes pas qu’il existe des gens qui ne veulent pas en arriver aux mêmes extrémités que toi ! Alors, tu force leur choix. Demande-moi qui je préfère entre Caitlyn et les X-Men, je te répondrais Caitlyn, ainsi, tu te mets en travers de la porte alors qu’elle a besoin de moi ! Tu le force à choisir les X-Men, salope hypocrite !

J’ai bien comprit que tu ne me laisseras jamais m’en aller, jamais aimer, que je ne suis qu’un soldat, qu’un chiffre de plus, à tes yeux. J’ai bien comprit que tu ne me laisseras aucune échappatoire, mais ton engagement profond, je pense que tu te l’es mit profond, en effet. Tu ne vois que ta forme d’engagement, tu n’es pas là pour réunir mais pour avoir tes suivants, et faire la guerre aux autres. Tu parles de foi en un idéal dont tu vas à l’encontre par ton comportement, par tes aspirations ; un idéal de paix là où tu ne veux que la violence, un idéal de pardon là où tu ne veux que la vengeance, un idéal d’acceptation là où tu ne supportes pas qu’on s’oppose à toi, et enfin un idéal de liberté là où tu forces les choix de tes soldats. Ecoutes-toi parler, écoutes-toi te réfugier derrière un idéal que tu ne suis pas, espérant qu’il t’excuse et donne un sens à tes actes. Je suis triste pour toi, Ororo. Tu ne brandis pas mon étendard de pureté, car tu l’as foulé du pied, en même tant que tu m’as forcée à fouler du pied mon amour pour Caitlyn.

"Et sache que je ne te demande rien… rien qu'un peu de respect. Jamais je n'exigerais quoique ce soit venant de toi ou des autres… vous n’êtes pas d'accord très bien… comme je l'ai dit la majorité l'emporte… j'espère sincèrement que vous avez bien réfléchi à toutes les conséquences… "

- Alors pourquoi m’as-tu empêchée de la rejoindre ?

Ma voix est une murmure, un murmure triste, car il n’y aura pas de suite, nous arrivons aux conséquences, et tout est selon le plan. Je ne contrôle plus rien, tu ne contrôles plus rien, et tu t’en vas, tu t’en vas prendre ma place, auprès d’elle. Tu t’en vas faire ce que tu m’as interdit de faire, tu t’en vas là où j’aurai voulut, ou j’aurai due, être. Je n’ai le droit de t’interdire quoi que ce soit, et toi, tu me condamnes à ton rôle en usurpant le mien. Ça fait… si mal.

-Ça suffit… Avant de penser Sinistre, je crois que nous devrions songer équipe. Amy, tu n'aurais jamais dû parler ainsi à ton aînée, je peux comprendre qu'elle t'ait énervé pour des raisons personnelles qui m'échappent, mais en briefing nous ne faisons pas intervenir nos ressentiments. Ces accusations ont été très violentes et inutiles. Quant à la réunion, je pense qu'on peut la remettre à plus tard, nous avons tous besoin de repos et il me semble impossible de continuer sans Caitlyn ou Ororo. Qu'en penses-tu Emma ?

T’es doté de la super-ouïe toi maintenant ? Qu’est-ce que tu as bien put entendre de ce que j’ai dis et qu’est-ce que tu sais de nos états d’âmes, alors que t’es juste un prof, ici, et que tu dois ton titre de X-Men aux premiers essais de Xavier pour fonder une équipe ? Quant on déclare en plein cours qu’il existe des mutants supérieurs à d’autres, c’est qu’on a rien pigé à l’idéal qu’on défend, et quant on passe dix mois sur douze hors de l’Institut, et qu’on ne côtoie les autres X-Men que lorsqu’ils sont bien cachés dans le bunker sous l’Institut ou même un missile nucléaire ne serait pas un danger, on peut pas se la ramener sur la violence ; par contre, l’inutilité, oui, ça tu connais, t’es pratiquant assidu !

La colère n’est rien de plus qu’une échappatoire à la tristesse, et comme Ororo avant moi, je me déverse, j’en tremble et je me contiens comme je peux. Que va penser Caitlyn, lorsqu’elle verra que la première personne à être venue la voir est quelqu’un d’autre que moi ? Que va-t-elle se dire lorsqu’elle saura que j’ai faite souffrir son amie ? Que va-t-elle… Seigneur-Dieu.

Je ne t’écoute même plus, je n’écoute plus personne, je m’en branle de Sinistre, je m’en branle des X-Men, je veux seulement Caitlyn. Mais je n’ai et n’aurais ce que je veux, à cause d’Ororo. Je ne contrôle plus rien, et je ne peux contrôler plus rien. J’ai tout fait de travers, mais je vais… Putain de merde, non !

Mon nom raisonne, attirant mon attention, et je relève le nez, mon masque prenant l’eau.

- F… faites comme vous le sentez… d’toute façon la moitié de l’équipe est d’jà barrée… prendre une décision ici rimerait à rien…

Je m’interromps et je me lève, il est inutile de développer plus, de dire ce que j’ai sur le cœur, ça n’a pas ça place. Ororo nous demandait si nous étions faibles ? Il est temps pour moi de la rejoindre, ainsi que mon aimée, dans ce cas là, dans ce camp de ceux qui se sont enfuis. Je n’ai d’autres choix que d’accepter mon impuissance, mais je ne perdrais pas ma place auprès de Caitlyn, je ne laisserai pas Ororo nous briser. Elle a prit ma place, je n’ai plus rien à dire, mais je sais qui peux le faire. Je le hais et j’aimerai qu’il meurt, mais je sais qu’il peut la ramener là où je ne peux pas le faire, il l’a déjà fait une fois.

Je m’éloigne, pas à pas, sans un regard, sans une larme, je fuis mais j’essaie de me cacher, comme cela a déjà été fait quelques instants plus tôt. Ororo se dit prête à vendre son âme pour réussir, mais ce ne sont que paroles, moi, je vais m’enfoncer plus profondément dans une toile que je dénonce pourtant. Je pars, je pars le voir lui, pour qu’il réussisse là où je n’ai plus ma place. Il a toujours un coup d’avance, c’est pour cela que les X-Men, et que moi, nous avons besoin de lui.

Alors que je franchi la porte, je sais que je me condamne à devenir un pion. Mais n’en suis-je pas déjà un ? Je suis le pion d’Ororo, de Sinistre, et de Sébastian, qu’elle importance que je le devienne un peu plus ou un peu moins ? Je me vendrais à la personne la plus à même de m’aider à garder Caitlyn, car je suis en train de la perdre, et je n’y peux rien.

RP TERMINE pour Amy
Hors Jeu:
 

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Rédemption et la Damnation ont un point en commun : il faut être mort pour connaitre l’une ou l’autre {Les X-Men – réunion d’équipe}   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Rédemption et la Damnation ont un point en commun : il faut être mort pour connaitre l’une ou l’autre {Les X-Men – réunion d’équipe}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» De Kaboul à Neuvy-Pailloux (2): la rédemption d'un VAB éclopé
» Hanzo, l'archer de la rédemption
» rhinophinringite
» où trouver du tissu pour inserts et lingettes?
» les pousseurs et porteurs...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: L'Institution Charles-Xavier et Alentours-
Sauter vers: