AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nikolaï M. Kolyakov [Fiche terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nikolaï M. Kolyakov
Neutre Delta
avatar

Messages : 133
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 27

MessageSujet: Nikolaï M. Kolyakov [Fiche terminée]   Sam 6 Juil - 20:40

CARTE
D'IDENTITE





© Fanpop


    NOM : (1) KOLYAKOV
    (2) LEEDS
    (3) DELARUE

    PRENOM : (1) Nikolaï Mikhaïlovitch
    (2) Ethan
    (3) Charles-Henri

    ALIAS ET SURNOM : Лисица Москвы [prononcé Lissitsa Moskvi], littéralement le Renard de Moscou

    AGE : 24 ans

    DATE DE NAISSANCE : 14 août 1988

    METIER : (1) Officiellement : Directeur de la branche américaine de l’empire légal Kolyakov. Officieusement : Directeur de la branche américaine de l’empire mafieux Kolyakov
    (2) Entrepreneur indépendant spécialisé dans le transport d’hydrocarbures. Nikolaï utilise cette identité dans le cadre de ses affaires pour pouvoir faire des transactions « sous le manteau » qui n’apparaissent pas dans les comptes de l’empire Kolyakov
    (3) Rentier, propriétaire de trois domaines viticoles sur la Côte d’Or. Cette identité n’est qu’un caprice personnel pour obtenir aisément le vin de Bourgogne dont il raffole tant. Accessoirement, étant donné qu’il ne l’utilise quasiment jamais, elle pourrait être un moyen de disparaître facilement de la circulation si le besoin s’en ressentait un jour.

    NATIONALITE : (1) Russe
    (2) Britannique
    (3) Français

    GENRE : Masculin

    CLAN : Neutre



Pouvoirs :


  • Description :

    Télépathie. Un pouvoir apparemment si simple à comprendre et pourtant si différent d’un individu à un autre.
    Dans le cas de Nikolaï, on pourrait dire qu’il possède la version « basique » de ce pouvoir. Autrement dit, il peut « se brancher sur votre fréquence » et écouter tranquillement vos pensées les plus intimes. S’il le décide, plus rien de vous n’aura de secret pour lui, vos plus noirs desseins comme vos souvenirs les plus honteux lui seront accessibles aussi facilement que s’il empruntait un livre sur une étagère. Il lui suffira de faire son choix, d’ouvrir à la bonne page et de commencer sa lecture. Bien entendu, selon les « barrières » mentales que vous aurez érigées pour protéger votre forteresse spirituelle, l’action prendra plus ou moins de temps.
    Pour mieux vous représenter ce que je vous dis, imaginez-vous les barrières mentales d’un individu comme un mur de fil de fer barbelé. Si vous foncez droit dedans, vous finissez joliment égratigné, voire selon le type de barbelés complètement amoché. Le cas de Nikolaï est similaire mais sur le plan psychologique. En d’autres termes, lorsqu’il rentre dans un « mur mental », il ressent une douleur fulgurante au niveau du crâne qui disparaît dès qu’il se retire de l’esprit protégé. Plus la barrière est puissante, plus la douleur est intense. Pour contourner ces barrières, il doit donc être capable de passer outre la douleur pour trouver la faille dans les barrières et s’y infiltrer, tel le voleur qui inspecte le mur de barbelés à la recherche de l’endroit où ses cisailles fonctionneront au mieux. Ainsi, avec suffisamment de patience, une tolérance à la douleur bien développée et aucune interruption extérieure, il peut aller jusqu’à votre inconscient.  
    Il s’agit d’ailleurs là de la première de ses limites, s’il sera capable de toucher aux confins de votre esprit rationnel, il ne pourra s’aventurer plus loin. Il sera capable de reconnaître des tendances, des pulsions particulièrement fortes, mais vos désirs refoulés lui seront complètement inaccessibles. Il n’aura même aucune idée de leur existence si vous vous les cachez suffisamment bien. Autrement dit, pour lui mentir, il faut tout d’abord vous mentir à vous-même.
    La deuxième limite à son pouvoir est nettement plus handicapante. Il s’agit de la « destinée » de son corps pendant ses voyages télépathiques. Pour faire simple, lorsqu’il est concentré sur votre esprit – pas donc lorsque vos pensées lui arrivent sans qu’il le décide – il déconnecte plus ou moins de la réalité et par conséquent de son propre corps. Résultat des courses : si quelqu’un venait à s’en prendre à son enveloppe corporelle pendant ce laps de temps, il en serait totalement inconscient et constituerait donc une cible de premier choix. Logiquement donc, la conclusion qui s’impose est qu’il est limité à utiliser son pouvoir lorsque personne ne peut en profiter pour user de sa faiblesse. En d’autres termes, le tête à tête est à sa spécialité, les conflits à plusieurs, pas tant que ça.
    Pour ce qui est des restrictions d’ordre purement physiques, il n’a pas nécessairement besoin de contact visuel avec sa cible, il lui suffit d’être dans un rayon de cinquante mètres. A condition néanmoins qu’il ait déjà été en contact avec l’esprit de sa cible au moins une fois. S’il s’agit d’une première invasion, le contact visuel est indispensable. En effet, c’est cette première intrusion – ou « rencontre » comme Nikolaï préfère les appeler – qui sert de référence. Pour faire une comparaison que tout le monde comprenne, on pourrait dire que, lors de ce premier contact, il « enregistre » la signature mentale de la cible comme on marque un onglet dans ses favoris Internet et, lorsqu’il désire y retourner, il lui suffit de chercher dans son catalogue interne.
    Néanmoins, attention, ne vous imaginez pas qu’il s’agisse d’un pouvoir invincible. Tout d’abord, comme je le disais au début, la télépathie de Nikolaï est « basique ». Comprendre qu’il est tout bonnement incapable de modifier vos pensées de quelque ordre qu’elles soient. La suggestion mentale ne fait pas partie de ses capacités. De même, ce n’est pas parce qu’il est capable de s’inviter chez vous qu’il peut pour autant vous interdire l’accès à son propre esprit. Son pouvoir étant purement offensif, si un autre télépathe passe dans le coin et décide de venir voir ce qu’il se passe chez le renard moscovite, il sera parfaitement incapable de l’en empêcher. En gros, c’est comme s’il était un crocheteur de serrures de génie qui peut rentrer où il veut mais sans qu’il soit pour autant doué pour protéger sa propre maison contre les intrusions extérieures. Enfin, précisons-le même si cela semble évident, il ne peut bien évidemment pas se projeter dans plus d’un esprit à la fois. C’est comme essayer de fixer son regard sur deux objets à la fois, physiquement impossible. Néanmoins, il peut « relier » plusieurs esprits les uns aux autres, de manière à établir un « réseau protégé ».
    Qu’est-ce que cela signifie ? Qu’il joue les antennes paraboliques. Son réseau fonctionne ainsi comme une conférence à plusieurs via téléphone. Les différentes personnes connectées n’ont nullement accès à l’esprit des autres participants, encore moins à celui de Nikolaï – à l’exception bien sûr des télépathes mais la raison en est autre – simplement, ce « réseau protégé » leur permet de discuter sans se faire entendre de quiconque. C’est-à-dire que les autres n’entendent que ce que la personne qui s’exprime veut qu’ils entendent, comme s’ils parlaient à voix haute, à l’exception qu’ils le font mentalement, protégeant donc leurs discussions de toute oreille indiscrète. Un avantage donc non négligeable que le Renard utilise énormément pour donner des ordres à ses hommes les plus fidèles. Cependant, cette action lui demande bien plus d’efforts que de se concentrer sur un seul esprit et, au bout d’une heure tout au plus, la « connexion s’éteint ». Il est par ailleurs limité à un maximum de cinq esprits connectés.

    Mais assez parlé des côtés positifs de cette mutation, il est temps d’en voir les « effets secondaires » et ils sont loin d’être minimes. S’il fallait les résumer en une phrase, Nikolaï vous dirait : « Parfois, la radio s’allume toute seule ». Détaillons maintenant un peu plus cette phrase cryptique.
    En réalité, ce qu’il se passe c’est qu’à des moments totalement aléatoires, sans logique aucune, son pouvoir va s’activer tout seul et il va soudain se retrouver dans l’esprit d’une personne quelconque dans un rayon de cinquante mètres. Et pour ne rien arranger à l’affaire, la « fréquence » risque fortement de changer souvent. Or, passer soudain d’un ennui profond concernant la réunion de lundi soir au dernier film d’horreur de Machin pour terminer sur l’affaire qu’on est en train d’avoir avec Bidule est loin d’être agréable. Sans compter que ça vous fiche une migraine de catégorie olympique. Et la seule solution que le damoiseau a trouvée pour contrer cet inconvénient majeur est de recourir aux calmants qui mettent son cerveau « en veille », repoussant les conversations mentales des personnes aux alentours à l’arrière-fond de son esprit.
    Cependant, nous savons tous que, quiconque prend régulièrement un médicament, incite son corps à s’y habituer à une vitesse terrifiante et le cas que je vous expose ici n’est malheureusement pas l’exception à la règle. Par conséquent, Nikolaï est obligé de recourir chaque fois à des calmants plus puissants et, au jour d’aujourd’hui, même s’il ne le reconnaîtra jamais, il est totalement addict et fait importer de la mère Patrie des médicaments si forts qu’ils sont interdits aux Etats-Unis. Il en prend tous les jours un comprimé matin et soir et encore un juste après toute utilisation de son pouvoir.

  • Niveaux de  maitrise :

    En théorie, ayant été amené à entraîner son pouvoir dès sa découverte, et ce dans d’excellentes conditions, il le maîtrise à la perfection. Si les conditions sont réunies – pas de danger externe, une distance de moins de cinquante mètres avec sa cible et pas de bouclier télépathique dans le coin – il n’aura aucun mal à obtenir l’information qu’il veut. Néanmoins, dans les faits, il ne peut pas encore enchaîner les « visites spirituelles ». Autrement dit, s’il vient de s’introduire dans un esprit, pendant cinq heures, il ne pourra plus recommencer. De plus, il sera nettement plus prompt à « se brancher » involontairement sur la fréquence de toute personne dont il a déjà exploré la psyché qui se trouverait à proximité. Par conséquent, il a très tôt développé une vie plutôt solitaire. En dehors des affaires, il n’a que très peu d’amitiés et encore moins d’aventures,  car la tentation d’aller voir ce que la personne pense réellement de lui serait trop forte et, à partir de là, il risquerait de se « connecter » à la personne au pire moment.
    En conclusion donc, malgré un pouvoir des plus avancés, il ne l’utilise finalement que peu car il lui apporte presque plus d’ennuis que d’avantages. Cependant, la paranoïa qu’il a développé très tôt à cause justement de sa capacité à entendre ce que tout le monde pense dans l’intimité de son propre esprit l’amène à l’utiliser plus souvent qu’il ne le voudrait. Ça et puis c’est un avantage non négligeable dans les affaires.

  • Lien entre les Pouvoirs: //



Description Physique :


  • Apparence :

    Dire que Nikolaï n’a pas le « type slave » serait un bel euphémisme. Brun aux yeux noisette, un nez bien prononcé pour des lèvres fines, quasi féminines, il possède un visage plus allongé que la plupart des hommes de sa famille à cause de son menton qui s’avance légèrement sans pour autant lui faire perdre la structure carrée qui permet de reconnaître un Kolyakov de loin. Ses yeux légèrement renfoncés aux sourcils quasi inexistants pourraient lui donner un air dur si ce n’était pour ces sourcils qu’il préfère garder fins et épilés. Il peut par conséquent sans difficulté aucune se faire passer pour un Européen ou un Américain quelconque, ce dont il use aisément si le besoin s’en fait sentir, autrement dit pour les affaires.
    Il possède ainsi un passeport britannique au nom d’Ethan Leeds, entrepreneur free-lance spécialisé dans le transport des hydrocarbures et un autre français au nom de Charles-Henri Delarue, propriétaire de plusieurs domaines viticoles sur la Côte d’Or. S’il ne possède pas d’identité américaine c’est à cause de sa trop grande présence médiatique dans certains milieux où sa double identité serait trop facilement reconnaissable. De plus, ayant appris l’anglais londonien, cela amènerait les gens à poser plus d’une question.
    De taille respectable puisqu’il atteint le mètre quatre-vingt-sept, il a une silhouette qu’il peut au choix présenter comme affable ou menaçante. Un cou plutôt fin posé sur de larges épaules, un corps bien entretenu – quatre-vingt-six kilos au compteur - un sourire qui attire l’affection mais est le plus souvent totalement faux, il est capable de faire quelques ravages chez la gent féminine, voire masculine, mais il ne s’agit pas de sa priorité. Ainsi, sa coupe de cheveux par exemple est avant tout fonctionnelle. Il a les cheveux courts, juste ce qu’il faut de longs pour éviter la coupe militaire, mais rien de plus. Il les porte le plus souvent savamment ébouriffés au gel sur le devant de manière à ne pas les avoir dans les yeux tout en perdant le moins de temps possible devant le miroir le matin. Néanmoins, si un rendez-vous d’affaire important le demande, sa coupe se fera plus classique, avec la raie sur le côté et les cheveux plaqués sur le devant.
    Sa garde-robe est composée quasi-exclusivement de sur-mesure. Ayant été élevé dans le luxe le plus complet, il a pris la sale habitude de se faire faire l’essentiel de ses vêtements. Bien sûr, il lui arrive de temps à autres d’aller s’acheter un costume chez Armani ou autre marque de même acabit, mais il est en général assez fidèle à son tailleur. Et, si quelqu’un lui reproche ses goûts de luxe, il rejette la faute sur sa génitrice qui l’a habillé chez les meilleurs tailleurs moscovites depuis avant qu’il ne sache même marcher.
    Il possède néanmoins quelques habits plus casual qu’il utilise dans l’intimité de son appartement new-yorkais mais rares sont ceux qu’il a autorisés à le voir dans ce genre de tenues. Quelques conquêtes d’un soir qui se seraient un peu trop attardées – et encore a-t-il pour habitude de leur montrer la porte bien vite, une fois « l’acte accompli » –, ses hommes les plus proches et la liste s’arrête là.
    Petit détail incongru, Nikolaï est un grand amateur de chapeaux en tout genre, sa préférence allant néanmoins aux fedoras.

  • Signes Particuliers  :

    Nikolaï n’est pas particulièrement amateur du body art, les piercings n’ont par conséquent pas son appréciation particulière. Il sait cependant apprécier un beau tatouage et possède lui-même un exemplaire relativement impressionnant sur l’omoplate droite.
    Il s’agit tout simplement du tatouage initiatique que tout membre de l’empire Kolyakov obtient à son entrée dans le « business » et que Nikolaï en tant qu’héritier cadet possède depuis ses quatorze ans. Il représente l’emblème de la famille : un ours polaire cabré, un saumon se débattant dans sa patte gauche. Néanmoins, une fois sa majorité atteinte, Nikolaï a choisi d’en modifier le design pour deux raisons. La première, stratégique, consistait à éviter de trop attirer l’attention sur lui si ledit tatouage venait à être découvert par la mauvaise personne. La deuxième, purement esthétique, est liée à sa conviction profonde que l’emblème familial est d’un mauvais goût fini.
    Son omoplate représente donc désormais deux ours, un polaire et un grizzli, en plein combat à mort, le premier l’emportant largement sur le deuxième, saignant abondamment. Dire qu’il s’agit d’une métaphore de sa vision des relations internationales serait s’avancer un peu trop, néanmoins force est de constater qu’on peut y voir certains sous-entendus.
    Ces précisions mises de côté, il possède également une cicatrice d’une petite demi-douzaine de centimètres là où se trouvait originellement son appendice, souvenir d’une péritonite subie au tendre âge de cinq ans. De même, il a une très légère malformation du pied droit, qui était presque imperceptiblement plus large que le gauche l’amène à se tordre souvent la cheville s’il ne fait pas attention à l’endroit où il marche.



Caractère :


  • Mental :

    S’il fallait résumer la psyché du Renard en un mot, « torturée » conviendrait plutôt bien. Fils cadet d’un des grands pontes de la mafia russe, il a eu une enfance à la fois choyée et violente. Confronté dès son plus âge aux activités d’extorsion brutale et de meurtre sur lesquelles l’empire de son père s’est bâti sa réputation, il en a retiré une aversion profonde pour la violence gratuite. Et s’il est un homme d’affaires redoutable, on lui a reproché plus d’une fois d’être trop « faible » face aux adversaires de la famille. Pourtant, ce n’est pas qu’il ne sache pas se servir d’une arme ou même de ses poings, c’est simplement un choix « éthique ». Tant qu’il peut l’éviter, il se sert de méthodes plus « civilisées » pour obtenir ce qu’il lui faut, comme le chantage sur information par exemple. Son pouvoir se révélant bien entendu des plus utiles. Ne vous y trompez pas cependant, si quelqu’un se dresse sur son chemin de manière un peu trop insistante, il n’aura aucun scrupule à le faire disparaître purement et simplement. Et si besoin est, il mettra lui-même la main à la pâte. Il a l’habitude de dire : «  Si tu veux un homme mort, ne délègue pas et assume ».
    En parlant de son pouvoir d’ailleurs, ce dernier a beaucoup à voir avec son caractère actuel. En effet, ayant accès aux pensées les plus intimes des individus à sa portée, il a développé une curiosité maladive, doublée d’une paranoïa quasiment clinique. Et, ainsi, s’il tente d’un côté de limiter l’utilisation de son pouvoir aux situations qui l’exigent explicitement à cause du contrecoup important que son utilisation implique, de l’autre, il est plus ou moins « accro » à son pouvoir. La tentation est tout bonnement trop forte pour se limiter. Car qui lui dit que le portier de son immeuble n’est pas en réalité un assassin envoyé par son frère ? Et la femme de ménage de l’hôtel où il a rendez-vous avec son futur client ? Et ne parlons même pas des potentiel/les compagnes/compagnons. Si par hasard, quelqu’un attire son attention, il est bon  pour finir par analyser la moindre de ses pensées jusqu’à trouver LA faille. En d’autres termes, il refuse de laisser quoique ce soit au hasard et peut se révéler totalement intransigeant avec les autres. Du moins, presque aussi intransigeant qu’il l’est avec lui-même.
    Pour sa défense, la rivalité exacerbée qui l’oppose depuis leur plus tendre enfance à son aîné, Alekseï, 31 ans et actuel dirigeant de l’empire Kolyakov depuis la « retraite anticipée » de leur père deux ans auparavant, n’arrange en rien sa paranoïa. En effet, Alekseï ne cache nullement sa jalousie et sa haine pour son cadet et, si l’occasion se présentait, il l’éliminerait sans problème de conscience aucun.

    Concernant sa vision « idéologique » – si tant est que l’on puisse l’appeler ainsi – de la mutation, celle-ci est très personnelle car profondément liée à sa propre histoire. En effet, étant donné l’utilisation précoce et plus ou moins forcée que son géniteur l’obligea à faire de son pouvoir, utilisation mal maîtrisée qui est aujourd’hui à l’origine des nombreux « effets secondaires » dont il souffre, il est âprement conscient des différences sociales et politiques qu’être un mutant implique. De là, à choisir un camp entre Confrérie et X-men, le pas est néanmoins encore bien grand.
    En effet, il est arrivé aux Etats-Unis il y a deux ans seulement et, en Russie, les positions ne sont pas aussi tranchées, il lui a donc fallu un certain temps pour comprendre les positions de chacun. Aujourd’hui, son avis est encore très changeant. En effet, si d’un côté, l’idéal d’égalité prôné par le professeur Xavier l’attire, de l’autre, son côté plus pratique – certaines mauvaises langues diraient même franchement cynique – n’y croit pas vraiment. Il lui suffit de voir que, dans sa propre famille, son pouvoir a immédiatement été vu comme un atout économique majeur par son père mais que celui-ci ne s’est en rien préoccupé des implications psychologiques qu’il pouvait avoir sur lui. Quant à son frère, il est tout simplement jaloux de ce pouvoir qu’il n’hésite pas à désigner comme « démoniaque » – pourtant Dieu sait à quel point Alekseï se contrefiche de l’Eglise. Quant à sa mère, elle n’en a jamais vraiment compris toutes les implications, à cause de l’éloignement des affaires familiales dans lequel la tenait son père.
    En un mot comme un cent, Nikolaï est profondément convaincu d’avoir été utilisé pour le « bien de la famille » et, en cela, les propositions de la Confrérie lui parlent. Cependant, étant donné qu’il n’est pas fixé sur la façon de déterminer son pouvoir (bénédiction ou malédiction ?) il lui est difficile de s’identifier pleinement aux idéaux confréristes. Ne serait-ce que parce que leur utilisation excessive de la violence ne lui paraît pas suffisamment justifiée. Ainsi, il ne comprend tout simplement pas comment ils ont pu chercher à se venger de la folie des Purificateurs par l’attentat sur Manhattan.
    Car, si l’incendie qui a causé des centaines de morts à Mutant Town le rendit bien fou de rage sur le coup, en particulier à cause de la justification soi-disant religieuse des salauds qui en sont à l’origine, la réaction de la Confrérie lui a, quant à elle, semblé complètement à côté de la plaque. Non pas qu’elle ait été disproportionnée en soi, mais ils ont totalement raté leur cible ! C’était à cette bande de fanatiques que sont les Purificateurs qu’il fallait s’en prendre, pas aux passants new-yorkais ! Cette dernière action l’a donc nettement refroidi sur les actions de Magnéto et sa suite. Parce que, s’il réduira à néant sans aucun remords et même avec une joie certaine le moindre Purificateur qui aurait le malheur de croiser sa route, il considère que se venger sur des innocents ne fait pas avancer les choses. Cela les fait même reculer et, s’il y a bien une chose qu’il déteste, ce sont les actions violentes sans but autre que de satisfaire les pulsions meurtrières et/ ou vengeresses.
    Comment justifier alors sa haine vis-à-vis des Purificateurs ? Simple. Un fanatique religieux ne peut changer d’avis, il ne sert donc à rien de discuter avec lui, une mort lente et douloureuse est la seule chose qu’il mérite. Cette vision de l’utilisation de la violence explique donc également pourquoi, malgré ses réticences grandissantes vis-à-vis de la Confrérie, les valeurs des X-men lui paraissent quant à elles chaque jour plus idéalistes. Toute sa vie, il a pu constater que, sans usage de la force à quelque degré que ce soit, les choses ne changent pas et il en est par conséquent aujourd’hui intimement convaincu. C’est d’ailleurs pour ça que, même s’il préfère ne pas avoir à choisir de camp entre humains et mutants, si la question venait réellement à se poser un jour, il choisirait sans hésitation les mutants. Tout simplement car être du côté des puissants est dans ses gènes.
    Quant au BAM, très honnêtement, s’il peut en comprendre le principe sur un plan intellectuel, le simple fait qu’il s’agisse d’un organisme de maintien de l’ordre lui hérisse le poil. Par conséquent, plus loin il s’en tient, mieux il se porte.


Histoire :

  • Talents Particuliers  :

    A  cause d’une lubie de sa mère, très portée sur les langues, Nikolaï  – tout comme son frère soi-dit en passant – parle un anglais et un français impeccables. Ayant fait ses études primaires et secondaires au lycée français « Alexandre Dumas » de Moscou avant de poursuivre son cursus universitaire à la London School of Economics, il est ainsi  parfaitement trilingue, ce qui finalement s’avère plutôt utile dans les affaires et lui a permis d’obtenir ses deux passeports illégaux, une fois ses études terminées.
    C’est d’ailleurs à Londres qu’il a pris goût à la boxe anglaise et il ne se débrouille pas trop mal, même si depuis son arrivée à New-York, il est quelque peu rouillé et il ne s’aventurerait pas sur un ring sans s’entraîner auparavant.
    Enfin, Nikolaï est un tireur excellent. Il a beau ne pas aimer tuer, il apprécie la précision du geste qu’implique une bonne séance d’entraînement au stand de tir et se rend tous les dimanches matin au Gentlemen’s Club sur la sixième avenue pour quelques séances de tir. Il possède par ailleurs un Beretta 92FS argenté auquel il tient comme à la prunelle de ses yeux, qu’il porte en permanence sur lui et qu’il astique quotidiennement. En cas de besoin, il possède également un Glock 23, calibre .40 S&W mais il s’en sert très peu, s’assurant simplement qu’il est en état de marche pour le jour où il en aurait besoin.

  • Possessions :

    A l’exception des deux pistolets et faux passeports mentionnés ci-dessus, Nikolaï possède un loft sur l’Upper East Side, totalement insonorisé pour empêcher son pouvoir de « capter » les pensées des passants qui se baladeraient dans le quartier.
    Il possède également une Chevrolet Impala modèle 1964 dont il est particulièrement fier mais qu’il ne sort que très rarement du garage. Il se déplace en effet le plus souvent dans sa « limousine de fonction », gracieusement mise à sa disposition par la famille. Néanmoins, lorsqu’il a réellement envie de se faire plaisir, il va faire un tour sur sa Kawasaki z750 bleu roi.
    En tant que directeur de la branche américaine de l’empire Kolyakov, il gère un cinquième de la fortune familiale, soit selon les fluctuations de la bourse entre 10 et 12 millions de dollars. C’est sur cet argent que les dépenses de la filiale sont effectuées. Les principales consistent en une petite flottille de deux méthaniers et trois porte-conteneurs, une dizaine d’entrepôts sur les docks new-yorkais dont l’un possède un laboratoire sous-terrain qui produit les drogues spécifiques à la distribution sur le marché américain et bien entendu le siège social et « visage public » de la filiale à Manhattan, heureusement suffisamment loin du centre du quartier pour avoir plus ou moins échappé aux conséquences d’Yggdrasil.
    A part cela, son identité française possède comme mentionné ci-dessus trois domaines viticoles sur la Côte d’Or en Bourgogne ainsi qu’une maison de campagne sur ses terres. Quant à son identité anglaise, à part un appartement loué et un local, loué également, où une équipe de trois personnes gère le business, le tout localisé à Londres, rien de notable à signaler.

  • Biographie :

    J’aimerais vous dire que je suis le fruit d’une magnifique union regorgeant d’amour mais, comme dit le dicton populaire, si mes parents étaient bien amoureux, mon père l’était du bikini de ma mère et ma mère du portefeuille de mon père. Un mariage fait donc pour durer puisque ma mère a su conserver une silhouette attractive au fil des ans et que les finances familiales n’ont fait qu’augmenter avec le passage du temps. Néanmoins, en ce qui concerne ma naissance, je reste convaincu jusqu’à ce jour qu’il s’est agi d’une erreur de parcours, une erreur regrettable qu’ils ont découverte trop tard pour pouvoir y remédier en bonne et due forme.
    Pourquoi en être arrivé à cette conclusion ? Simple calcul mathématique. Mes parents ont treize ans de différence. Ma mère avait vingt ans tout juste lorsque mon père commença à la courtiser à trente-trois ans passés. Il lui fallut à peine un an pour lui mettre la bague au doigt. Cinq ans de plus à la couvrir de cadeaux en tout genre furent néanmoins nécessaires pour qu’elle réussisse enfin à lui fournir l’héritier tant attendu. Alekseï Mikhaïlovitch Kolyakov, l’enfant tant espéré, le fils prodige, destiné à remplir toutes les attentes de son paternel et accessoirement lui permettant enfin, à trente-huit ans passés, de prendre la place de son propre père, approchant désormais des soixante-dix ans mais qui avait refusé de lâcher le pouvoir tant que son héritier n’avait pas lui-même un héritier. C’est que vous comprenez, il fallait s’assurer que la lignée perdure ! On n’allait tout de même pas laisser les millions obtenus grâce à la découverte de réserves gazières sur les terres de la famille en Sibérie à n’importe qui. Et encore moins l’empire qui en découla après coup. En effet, bien vite l’argent facile obtenu par la vente du gaz permit des investissements « judicieux » pour reprendre les termes du conseiller financier de Grand-père dans toutes sortes d’affaires toutes plus ou moins illégales. Car tout le monde sait qu’en Russie comme ailleurs, l’argent coule à flots là où la loi ferme les yeux. Mon grand-père choisit alors de se spécialiser dans deux business particulièrement lucratifs : les casinos underground avec toute la panoplie de sous-traitants que ça implique : escort-girls, alcool à volonté, etc… ainsi que les drogues de haut vol. Car autant aller là où l’argent est : pourquoi se contenter de dealer à la petite semaine lorsqu’on peut vendre des produits de qualité à des gens de qualité ? Autant dire que les casinos underground sont un des terrains de vente privilégiés. Bref, tout ça pour en revenir à la naissance d’Alekseï, la future génération de l’empire Kolyakov venait grâce à lui de voir le jour, le contrat était donc rempli et les protections auraient dû recommencer à prendre place. Mais je suis la preuve en chair et en os que, quelque chose, quelque part, ne suivit pas son cours.
    Car, en effet, six ans plus tard, par un beau jour de début février, la sentence tomba : Irina attendait un deuxième enfant. Et les fatidiques quatorze semaines étaient déjà passées. Comment ma mère avait-elle pu ne pas se rendre compte de ma présence plus tôt vous demanderez-vous ? Je répondrais en trois mots : « déni de grossesse ». Ce n’était pas comme si elle voulait d’un nouvel enfant en même temps – imaginez seulement le travail pour retrouver sa taille de guêpe après coup ! Quant à mon père, il aurait déjà fallu qu’il regarde ma mère plus d’une fois par semaine pour s’en rendre compte. Pour leur défense, je préciserais néanmoins que j’étais particulièrement fluet à la naissance d’où le fait que ma mère n’avait presque pas pris de poids.
    Quoiqu’il en soit, le mal était fait, il fallut donc faire avec et, puis, ils surent bien vite que l’honneur était sauf, j’étais un garçon. Je pourrais donc me révéler utile au business familial. Je vous passerais les détails fastidieux de ma naissance, tout ce qu’il y a à savoir est que ma mère jura de ne plus jamais enfanter – promesse qu’elle a tenue – et que je me révélais être un bébé particulièrement petit pour être l’enfant d’un quasi géant – en effet mon père n’atteint pas les deux mètres à cause de deux tout petits centimètres – et d’une ancienne top-modèle qui mesure bien son mètre soixante-dix-huit.
    Au grand soulagement de tous, je grandis bien vite, passant du statut de bébé minuscule à celui de grande asperge en l’espace de quelques années. Très vite, je me retrouvais à dépasser d’une bonne tête la plupart de mes camarades de jeu. Rien de bien surprenant dans la famille puisque mon frère vivait la même situation, la différence étant qu’il avait la carrure de bodybuilder qui allait avec, tandis que toutes les calories que j’ingurgitais semblaient se donner le mot pour me faire grandir en hauteur et jamais en largueur. Ce qui eut bien évidemment le don d’agacer mon père et d’attirer les moqueries de mon frère, le premier se mettant en tête de « faire de moi un homme » en m’inscrivant au même cours de self-defense que le deuxième qui, quant à lui, se faisait un plaisir de me mettre dérouillée sur dérouillée sous l’œil absent de notre professeur qui considérait plus sûr pour sa vie de ne pas se mettre Alekseï à dos.
    Les années continuèrent de passer et j’étais chaque jour plus renfermé, ne laissant personne m’approcher, repoussant toute tentative d’amitié de quiconque suffisamment courageux ou idiot – à vous de choisir votre épithète préféré – pour approcher le fils Kolyakov. Pourtant, un nom comme le mien attirait toute une ribambelle de personnes intéressées par les avantages matériels associés à mon nom et Alekseï par exemple savait en profiter à fond, s’étant constitué dès le plus jeune âge une cour qui le suivait partout, buvant la moindre de ses paroles. J’étais cependant différent, un enfant asocial et mal dans sa peau, un vilain petit canard dans la peau d’un beau cygne.
    Quand je repense à cette période de ma vie, je me rends compte que j’étais bien idiot. J’aurais dû me réveiller plus tôt et prendre ma vie en main car il était clair que personne n’allait le faire pour moi. Mais j’étais trop timide, trop peureux pour le faire. Les activités officieuses de mon père me terrifiaient, la violence de mon frère me traumatisait, le désintérêt poli de ma mère me glaçait. Je me réfugiais donc dans mes livres et rêvait de découvrir que j’étais un de ces héros adoptés dont les parents issus d’un autre monde n’attendaient que de venir le retrouver. Bien entendu, rien de tout cela n’arriva. A la place, une fois la phase ingrate de l’adolescence arrivée, je me découvris mutant. Et autant vous dire que la surprise fut brutale.
    J’étais en compagnie de Julie Maigret, un des plus jolis spécimens du lycée, fille d’un diplomate lyonnais, toujours très discrète et souriante. Je devais avoir quatorze ou quinze ans, elle en avait seize et on pourrait dire avec le recul que j’avais joyeusement le béguin pour elle. J’avais donc pris mon courage à deux mains et l’avait invitée à sortir un week-end. Elle avait accepté et nous sortions d’un film quelconque dont je n’avais pas retenu une minute, trop préoccupé par le fait que sa main était dans la mienne pendant toute la séance. Je la raccompagnais donc chez elle lorsque tout à coup, j’entendis la plus étrange des phrases.

    Maman est avec Georges à Saint-Pétersbourg pour son entrevue avec le chirurgien et papa est avec sa maîtresse, il n’y a personne à la maison, je me demande s’il tentera quelque chose si je l’invite à rentrer. Parce que si c’est une prude, je n’en veux pas. Je veux dire il ne m’a même pas encore embrassé !

    Trop choqué par ce que je venais d’entendre, je lâchais sa main et la regardait avec des yeux ronds. Et là, nouveau choc tandis qu’elle me demandait à voix haute si j’allais bien, elle pensait à voix basse « Mais c’est quoi son problème maintenant ? Je vais finir par croire qu’il est vraiment handicapé social ». Paniqué, je la laissais plantée là et rentrais en courant à la maison pour m’enfermer dans ma chambre pour le reste de la soirée malgré l’insistance de ma mère pour que je descendisse dîner. Le lendemain bien entendu j’étais la risée du lycée mais ça m’étais complètement égal car j’avais un problème bien supérieur. J’entendais les pensées de tout le monde ! Et c’était tout bonnement horrible, un capharnaüm terrible qui me causa de fuir le cours de mathématiques de Miss Desglands au beau milieu de son explication sur les vecteurs. Sans faire attention à ce que je faisais, je fuis le lycée, arrivant dans la rue où le chaos de mon esprit ne fit que se renforcer à cause de la présence de centaines de passants sur la Place Rouge. J’avais de plus en plus mal à la tête mais je continuais de courir, essayant de faire taire toutes ces voix que je ne voulais plus entendre. Je finis par arriver, essoufflé, à la maison et tombait sur mon père et un de ses hommes. Ce dernier informait mon père que « C’était réglé ». Une image d’un homme battu à mort par une barre de fer s’imposa alors dans mon esprit, repoussant tout le reste et je ne pus faire qu’une seule chose : vomir sur la jolie moquette de Mère.
    La suite des évènements est un peu floue. J’ai souvenir d’avoir vu mon père actuellement inquiet pour moi pour la première fois de ma vie. Puis, je me suis réveillé dans ma chambre, complètement apathique, un docteur s’affairant autour de mon lit, tout en expliquant à mes parents « qu’il conviendrait de faire plus de tests, mais qu’il semblait bien que leur fils présentait tous les signes d’une mutation en développement, probablement de type télépathique ». J’eus envie de lui dire d’aller se faire voir, que je n’étais pas un mutant, que j’avais juste un défaut de fabrication qui serait bien vite réglé et qu’il ne raconte pas n’importe quoi mais j’étais clairement sous l’influence d’un puissant narcotique donc tout ce que je réussis à faire fut à gargouiller quelques syllabes incompréhensibles avant de retomber dans les vapes.
    Mon réveil suivant vit mon père me prendre à part pour le premier « tête à tête » de mon existence. Il m’expliqua qu’il était on ne peut plus fier de moi. Il me dit également à quel point j’étais chanceux de posséder un tel don, que j’avais là une opportunité de m’élever dans la société, d’aider la famille d’une façon qui m’étais spécifique et qu’il espérait désormais beaucoup de moi. Je n’arrivais pas à y croire. Jusqu’à ce jour, il ne s’était jamais intéressé à ma vie, trop préoccupé par Alekseï le fils parfait : athlétique, intelligent et doué avec les filles. Et là tout d’un coup, c’était sur moi que mon père larguait une responsabilité dont je ne voulais pas du tout.
    Durant un temps, j’envisageais très sérieusement de me tirer et de les abandonner tous à leurs fichus histoires de mafia, de famille et de responsabilité. Néanmoins, mis à part les problèmes matériels qu’une fuite aurait impliqués, il devint très vite clair que j’avais besoin de quelqu’un pour m’aider à contrôler mon pouvoir si je ne voulais pas devenir fou en l’espace de quelques mois. Je dus donc me contenter de rester et de suivre les cours du télépathe que mon père avait engagé pour m’aider à contrôler ma nouvelle capacité.
    Les premiers mois furent atroces, j’en vins à découvrir les secrets les plus intimes de toutes mes connaissances ce qui changea profondément ma vision des choses. Comme si la crise d’adolescence n’était pas suffisante, j’appris bien vite que mon frère était soudain terriblement jaloux de ce nouveau pouvoir que je m’étais découvert, lui qui avait toujours été le favori. Quant à mes camarades de classe, autant vous dire que le lycée n’est pas la période où l’être humain est le plus tolérant avec ses semblables, j’en appris donc de bien belles qui me forgèrent un caractère cynique des plus marqués. Paradoxalement, cette épreuve fut le déclencheur qui m’obligea à m’endurcir. Surtout que mon père n’était jamais satisfait de mes progrès en matière de télépathie.  
    En effet, en ce qui me concernait, une fois que j’eus appris à maîtriser mon pouvoir, la question était réglée. Mais mon géniteur considérait les choses différemment. Il ne voyait plus en moi qu’une arme à développer, un avantage stratégique sur ses concurrents, mais un avantage qui ne se développait pas assez rapidement à son goût. Par conséquent, usant de « persuasion » sur mon tuteur, il l’incita à me pousser dans mes derniers retranchements et les résultats furent immédiats. Mon pouvoir se développa à une vitesse incroyable, mais ma maîtrise ne suivait pas. J’avais beau être capable de lire toujours plus profondément dans l’esprit de mes victimes, lire les esprits de personnes toujours plus éloignées de moi, les effets secondaires grandissaient à la même vitesse et bientôt j’en fus réduit à recourir aux narcotiques pour pouvoir m’endormir en paix. Mon usage médicamenteux ne fit ensuite que se renforcer lorsqu’à dix-sept ans mon père considéra mon entraînement terminé et commença à m’emmener partout avec lui pour les transactions les plus importantes. Et, ainsi, sous prétexte de me « montrer le métier », il avait son détecteur de mensonges personnel.
    J’aimerais dire que je le détestais pour cela mais ce serait faux. Je découvrir à cette époque que j’aimais cette sensation de pouvoir que ma télépathie m’offrait. La réussite ou l’échec d’une transaction reposait entièrement dans mes mains, si j’avais envie de mentir à mon père, rien ne m’en empêchait. J’étais devenu indispensable.
    C’est à ce moment également que je commençais à m’intéresser réellement au fonctionnement de « l’entreprise » familiale et que je décidais d’aller obtenir mon MBA à la London School of Economics. Et pour faire les choses en grand, je réussis à entrer dans le TRIUM Global Executive MBA en association avec la NYU Stern et HEC Paris. Ces années furent les meilleures de ma vie. J’étais loin de l’ambiance oppressante de ma famille et je pouvais enfin laisser libre cours à mon pouvoir. Je commençais alors à m’en servir à tort et à travers pour découvrir les petits secrets de mes camarades. Je découvris alors que je pouvais être attirant non seulement pour les filles mais également pour les garçons et j’eus une période d’expérimentation qui m’amena à conclure que je jouais définitivement dans les deux camps. Je n’eus néanmoins aucune histoire sérieuse, difficile après tout de laisser une chance à quiconque lorsque vous découvrez ses pires côtés avant de connaître seulement ses meilleurs. Mais ne vous inquiétez donc pas pour moi, je n’étais en rien malheureux. J’enchaînais sans difficulté les histoires d’un soir et il m’arriva même de laisser traîner les choses sur quelques semaines, voire mois pour les plus chanceux.
    Mais tout bonne chose a une fin et, à vingt-deux ans, diplôme en poche, je rentrais à la maison pour découvrir que mon frère avait les dents de plus en plus longues et qu’il ne s’était pas tourné les pouces durant mon absence. Mon père me reprit néanmoins immédiatement sous son aile, ce qui déplut grandement à Alekseï qui ne rêvait plus que de prendre la place de Père. Ce qu’il fit finalement un an plus tard, organisant un coup d’état et obligeant Mikhaïl à prendre une « retraite anticipée » s’il ne voulait pas finir avec une balle entre les deux yeux. Dans mon cas, les choses furent plus compliquées, Alekseï n’ayant en effet aucune espèce de remords à me tuer. Seulement il semblait avoir oublié les avantages de mon pouvoir.  
    J’engageais donc une confrontation, lui rappelant par la même occasion que je savais me servir d’un calibre 38 aussi bien – si ce n’est mieux – que lui, sans compter mes nouvelles aptitudes de boxeur récemment acquises lors de mon passage en Angleterre. Enfin, nous terminâmes par arriver à un compromis : il désirait ouvrir une succursale aux Etats-Unis et il ne voulait plus me voir, je me proposais donc gracieusement pour prendre la direction de la nouvelle filiale et c’est ainsi que, quelques mois plus tard, j’atterrissais à New-York.
    Cela fait désormais deux ans que j’y réside et mon réseau d’influence s’est bien étendu. L’arrivée de la firme Kolyakov spécialisée dans le gaz naturel a tout de suite plus aux investisseurs légaux, tandis que les contacts … plus officieux dirons-nous de la famille se sont fait un plaisir de m’accueillir aux Etats-Unis. Après quelques mois, j’ai pu ouvrir un laboratoire de drogues dans le sous-sol d’un des entrepôts que j’avais acquis sur les docks. J’ai gardé la spécialisation familiale dans les drogues de haute qualité mais j’ai adapté les produits au marché local, la production différant donc légèrement de celle de la mère Patrie. Pour la distribution par contre, ne possédant pas l’équivalent des casinos underground que gère Alekseï, j’ai dû faire appel à des gens sur place. Heureusement, j’avais emmené avec moi des hommes de confiance qui s’assurent que nos contacts américains ne tentent pas de nous entuber. Parmi ces hommes, l’un d’eux s’est révélé particulièrement utile : Dimitri. On pourrait presque dire qu’au-delà d’être mon bras droit, il est également mon meilleur ami. Pas que je le lui aie jamais dit ainsi, mais il le sait, j’en suis sûr, je l’ai lu dans son esprit.
    Il est le seul à comprendre la relation compliquée que j’entretiens avec mon pouvoir : dépendant et en même temps cherchant à y échapper. Comme on fuit un/e amant/e trop dangereux/se sans jamais pouvoir s’empêcher de revenir le/la voir. Et, pour ne rien arranger, la société américaine est des plus politisées concernant la question mutante. En Russie, au moins, je pouvais jouer l’autruche tranquillement. Personne ne savait pour mon pouvoir à part les membres de la famille proche et c’était très bien ainsi. Je n’avais pas à y penser, tout le monde me fichait la paix et je vivais ma vie comme je l’entendais. Mais ici, c’est impossible. Entre X-men, Confrérie, BAM, Purificateurs – ceux-là néanmoins, si je les croise j’en fais de la bouillie pour ours – et autres tarés du même acabit, ne pas se définir comme mutant ou humain n’est pas envisageable. Et très honnêtement, je ne sais si ça m’énerve ou m’intrigue. Heureusement, le boulot me tient suffisamment occupé. En effet, mon prochain projet est d’ouvrir mon premier casino underground en Amérique, néanmoins les choses s’avèrent compliquées car le marché est loin d’être ouvert à la concurrence. Ça tombe bien, j’ai toujours eu l’esprit de compétition.


Avatar : Danila KOZLOVSKY
Personnage Marvel ? : Oui [] Non [x]
Double/Triple Compte? : Oui [] Non [x]
Si oui, Qui ? : //
Pseudo : //
Votre Age : 22 ans
Comment avez-vous connu le Forum ? : Par Yitzhak Anavim

[Vu par  ]

_________________


Dernière édition par Nikolaï M. Kolyakov le Ven 12 Juil - 9:06, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubilation Lee
X-Men Alpha
avatar

Messages : 2056
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Nikolaï M. Kolyakov [Fiche terminée]   Sam 6 Juil - 20:42

Bienvenue !

Avant toute modération je te demanderais de bien aller lire le règlement, préviens moi quand ce sera fait.

À plus !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurkaru
Élève à l'Institut Gamma
avatar

Messages : 1035
Date d'inscription : 01/04/2012
Age : 28

MessageSujet: Re: Nikolaï M. Kolyakov [Fiche terminée]   Sam 6 Juil - 20:58

Bienvenu parmi nous et bon courage pour ta modération !

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Nikolaï M. Kolyakov [Fiche terminée]   Sam 6 Juil - 21:09

Bienvenue à toi !
Revenir en haut Aller en bas
Sébastian von Orchent
Neutre Delta
avatar

Messages : 1258
Date d'inscription : 01/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Nikolaï M. Kolyakov [Fiche terminée]   Sam 6 Juil - 22:32

Bienvenu à vous, Mr. Kolyakov.

Vos capacités comme votre position vous rendent susceptible d'attirer un certain regard, restera à savoir lequel il sera ; tout viendra en temps voulut n'ayez crainte.

Je vous souhaite donc pour l'heure bonne chance et bon courage dans ce désagréable moment qu'est la modération, et vous présente mes futures amitiés car je pense que nous seront amener à nous rencontrer, si vous restez parmi nous.

Et n'oubliez pas, comme le dit un proverbe de votre charmant pays : « Ce n’est pas la loi qu’il faut craindre, mais le juge ».

Respectueusement,
le Roi Noir

_________________
Le Léviathan

"Je suis un Démon, car je suis le mal provenant de l’âme des hommes, je suis celui qui a perdue la raison en contemplant la réalité et l’Humain dans ce qu’ils ont de plus noir, de plus nu, et qui l’a accepté et a décidé de s’en servir. Si vous devez raisonner en bien et en mal, considérez-moi comme un mal nécessaire, immuable et inhérent à l’Homme et à son imperfection."
402 Messages Rp

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nikolaï M. Kolyakov
Neutre Delta
avatar

Messages : 133
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: Nikolaï M. Kolyakov [Fiche terminée]   Dim 7 Juil - 9:06

Je m'excuse, j'avais lu le règlement il y a une semaine au moment de commencer ma fiche sur mon ordi et depuis j'en ai oublié le mot magique.
J'espère que la question est désormais réglée et n'avoir rien oublié d'autre. J'attends donc sagement ma modération Embarassed 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sullivan Lloyd
Neutre Delta
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 30/05/2013

MessageSujet: Re: Nikolaï M. Kolyakov [Fiche terminée]   Dim 7 Juil - 9:19

Bonjour et bienvenu sur le forum!

Bon courage pour la moderation et essaye de ne pas perdre de membre pendant que les gros vilains tenterons de t'attirer dans leurs filets. Ils sont plutôt hargneux mais un sandwich Mozza/knaki devrait suffire a les calmer

Smile 

_________________


~ Kit by Maiwenn Short ~

I'm sexy and i know it:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daniel Hopes
Agent du BAM Alpha
avatar

Messages : 860
Date d'inscription : 28/03/2012

MessageSujet: Re: Nikolaï M. Kolyakov [Fiche terminée]   Mar 9 Juil - 20:43

Etant abonné au Dimitry Loyv et autre Popov du genre, Juby avec un rire sardonique du haut de son mètre vingt me demanda en ce soir de congé bien mérité de me pencher sur cet étrange personnage, cousin lointain d’Igor et Krishka Bogdanov puisqu’elle-même avait forte à faire avec la modération d’un hybride-abidbol dont le pouvoir était d’incarner la classe européenne à lui seul. Emma étant fourré chez son esthéticien (ou par, je ne sais plus), il lui était difficile vu l’ampleur du chantier nécessitant tous les artisans de la rénovation de Notre Dame en 2002, de venir proctologuer le beau russe pour une vue « interne » de sa belle personnalité. Me voilà donc forcé de quitter youpor..youtube pour sortir mon gros burin de modérator, l’ultime cauchemar des kikoos en manque d’expériences estivales épistolaires.
Allons-y, Alonso.
___________________________________________________


Alors après trois lectures, je dois avouer que pour un premier passage, cela va être très court tant la qualité de cette fiche dans le fond comme dans la forme me parait une franche réussite !

Pouvoirs :

Tres bien explicité, très bien limité et maitrisé dans ses aspects forts et défauts. Je n’ai franchement pas grand-chose à y redire.
Peut-être détailler le degré de résistance vis-à-vis de ces fameux barrages mentaux d’un tiers et de comment il « perçoit » ces blocages (maux de cranes, nécessité de plus de concentration, etc…)
« il peut « relier » plusieurs esprits les uns aux autres, de manière à établir un « réseau protégé », simplement cela lui demande bien plus d’efforts que de se concentrer sur un seul esprit et au bout d’une heure, la « connexion s’éteint »
J’aimerai plus de précisions sur ce passage surtout en ce qui concerne ce que ressentent les personnes mise en relations, peuvent-elles communiquer, lire aussi l’esprit des autres (de ceux du réseau ?)
Le reste est remarquablement bien décrit.

Psycho :

J’aimerai plusieurs petites choses : son sentiment sur le conflit couvant entre Humains/Mutants, sa réaction face aux derniers attentats à New York ( Mutant Town et l’attentat confreriste qui en a résulté).



Comme tu peux le voir, pas grand-chose à dire. C’est une bonne fiche, bien menée, bien détaillée et particulièrement bien écrite. Toutes mes félicitations en tout cas, j’aimerai lire ce genre de choses plus souvent.
A bientôt pour un Premier Avis Positif.


_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nikolaï M. Kolyakov
Neutre Delta
avatar

Messages : 133
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: Nikolaï M. Kolyakov [Fiche terminée]   Mer 10 Juil - 13:01

Bon et bien déjà merci beaucoup pour cet accueil chaleureux, qu'il s'agisse des membres [Messieurs von Orchent et LLoyd, je vous remercie pour vos conseils et tâcherais d'en tenir compte pour m'en sortir en vie Cool] ou des modérateurs. Very Happy  

A part ça, normalement, toutes les précisions exigées ont été rajoutées, qu'il s'agisse de la partie "Pouvoirs" ou de celle " Psychologie". J'attends donc la suite des avis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daniel Hopes
Agent du BAM Alpha
avatar

Messages : 860
Date d'inscription : 28/03/2012

MessageSujet: Re: Nikolaï M. Kolyakov [Fiche terminée]   Mer 10 Juil - 13:11

Excellent.
Premier Avis Positif donné.

Un autre modo va prendre la suite.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubilation Lee
X-Men Alpha
avatar

Messages : 2056
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Nikolaï M. Kolyakov [Fiche terminée]   Mer 10 Juil - 16:19

Non, non et non ! Je ne veux pas de votre argent je en vous connais pas cessez de me corrompre je sui... oh... des chewing-gums... C'est... c'est gentil à vous. Ah ça vous savez me parler en tout cas.. Tenez, second avis posi...
Nan je déconne, va t’asseoir sur la chaise électrique je commence le second tour !

IDENTITE : (NOM/PRENOM&CO)

- Précise ici toutes ses doubles ou triples identités (d'une couleur différentes ou d'une manière qui permet de reconnaître qu'il ne sagit pas du prolongement de son prénom ou de son nom). Ainsi que le cadre dans lequel il les utilise afin que l'on puisse aisément et dès le début de la fiche, s'y retrouver.

APPARENCE :

- Indique son poids.
- Décris plus en détails son visage de manière à donner à tes partenaires RP de quoi divaguer lorsqu'ils rencontrent ton personnage sans avoir nécessairement à se référer à l'avatar qui peut ne pas être l'exact portrait d'un perso.
Nez, lèvres, mâchoire, forme du visage, menton, front, cils, sourcils, cou, cheveux et coupe de cheveux il y a largement de quoi rajouter quelques petites lignes à mon avis.

SIGNES PARTICULIERS :

- Pas de tâches de naissance ? Cicatrices ?

POSSESSION :

- Il est chef d'une branche mafieuse si je comprends bien. Il doit donc avoir de l'influence sur certaines entreprises ou, du moins avoir un bon capital dans différentes banques. Cela doit être mentionné et explicité dans les possessions. En d'autre terme : décris son empire qu'il soit Russe, Français, Anglais ou américain et ses influences.

BIOGRAPHIE :

- J'aimerais que tu expliques plus de quoi son père est parti, quels sont ses entreprises, son business, ce qu'il a légué à ses deux fils et, par conséquent, ce que ton perso gère actuellement aux États-Unis (influence, entreprise, fonds, business).
- Son père est devenu chef mafieux à trente-trois ans ? C'est plutôt jeune surtout dans ce milieu russe où se faire des relations et des amis (nécessaire à se faire une place) commence aussi par cirer des pompes et lécher des bottes. Peut-être qu'il a lui même hérité de l'empire du grand père de ton perso ce qui expliquerait plus de chose : à préciser donc.

Modifie ça (En couleur ou en reportant tes modifications dans ta réponse pour plus de simplicité dans ma vérification si le cœur t'en dit) et ça devrait être la ligne droite vers la validation.

À plus,

Jubilation « Modafuck !ng » Lee
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nikolaï M. Kolyakov
Neutre Delta
avatar

Messages : 133
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: Nikolaï M. Kolyakov [Fiche terminée]   Ven 12 Juil - 9:07

Voilà j'ai rajouté des couleurs les précisions demandées. En espérant que tout y soit Very Happy 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubilation Lee
X-Men Alpha
avatar

Messages : 2056
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Nikolaï M. Kolyakov [Fiche terminée]   Ven 12 Juil - 9:40

Parfait.
Très belle fiche, perso intéressant et travaillé : tout ce qu'on aime.

Second avis positif.

Un admin va venir te valider sous peu.

À bientôt en rp peut-être !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nikolaï M. Kolyakov
Neutre Delta
avatar

Messages : 133
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: Nikolaï M. Kolyakov [Fiche terminée]   Ven 12 Juil - 11:41

Encore merci pour les compliments et l’accueil. Very Happy 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaede Kobayashi
Élève à l'Institut Gamma
avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 04/03/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: Nikolaï M. Kolyakov [Fiche terminée]   Ven 12 Juil - 11:50

Bienvenue camarade ! La mèrrre patrrrie vous attend ! Et n'oubliez pas..."C'EST NORMAL EN RUSSIIIE !" *Jingle What the cut*


Pardon :3


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daniel Hopes
Agent du BAM Alpha
avatar

Messages : 860
Date d'inscription : 28/03/2012

MessageSujet: Re: Nikolaï M. Kolyakov [Fiche terminée]   Ven 12 Juil - 12:19

Félicitations, nouveau neutre delta, les portes de X-men rpg te sont enfin ouvertes!

Avant de commencer à jouer, n'oublie pas d'aller te recenser sur la liste des avatars , la liste des pseudos et la liste des pouvoirs.

S'il s'agit d'un double compte, pense aussi à poster sur la liste des multi comptes.

S'il s'agit d'un personnage marvel, n'oublie pas de te signaler sur cette liste.

Enfin, si tu veux qu'un joueur joue quelqu'un que tu as évoqué dans ta fiche, merci de remplir le formulaire que l'on trouve ici. N'oublie pas de mettre le lien vers la fiche de ton personnage dans ton profil, et si le cœur t'en dit, tu peux aller rédiger une fiche de relation ici.

D'avance merci et surtout, bon rp parmi nous!


_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nikolaï M. Kolyakov [Fiche terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nikolaï M. Kolyakov [Fiche terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nikolaï M. Kolyakov [Fiche terminée]
» Wade Wilson alias Deadpool (fiche terminé)
» Alissa "Cali" Grigori, aka Kina ... [Fiche Terminée]
» Tomàs M. Blake - Squad [TC - Fiche terminée]
» Alice Carpenter - La Justice est aveugle [Fiche Terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Avant de commencer... :: Le Bureau des Inscriptions :: Fiches validées-
Sauter vers: