AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les anges peuvent-ils aller dans le dortoir des filles ? [PV Enora]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Icare
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 188
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 29

MessageSujet: Les anges peuvent-ils aller dans le dortoir des filles ? [PV Enora]   Lun 1 Juil - 16:51

Daniel Hopes était mort, Icare avait prit la nouvelle en pleine figure, il avait longtemps pleuré en allumant/éteignant le briquet que ce dernier lui avait offert lors de leur rencontre. Le jeune mutant se rappelait des paroles avisées de l'homme qui l'avaient aidé à faire la paix avec lui-même, ce qu'il était et l'institut. C'était également à travers lui que l'ange avait connu Enora, une douce jeune fille très fragilisée à l'époque suite à ses aventures avec Vermine. Icare ne parvenait d'ailleurs pas à pardonner au rat ses multiples frasques. Certes en premier lieu il avait été la victime, enlevé par un laboratoire, mais ensuite il était allé en prison, criminel de son état. Aujourd'hui Ernest était à l'institut, le chanteur n'avait aucune confiance en ce gamin instable qui avait déjà failli le tuer. Il trouvait également que c'était une mauvaise fréquentation pour Enora, mais qui était-il pour lui imposer de ne plus voir le rat ?

D'autant plus que le jeune mutant ne voyait pas souvent sa comparse, il passait peu de temps à l'école et n'allait pas toujours la voir bien qu'il essayait d'avoir de ses nouvelles. Comme un ange gardien encore en apprentissage, il veillait sur elle au loin, le tout sans parvenir à lui éviter toutes les souffrances. Aujourd'hui, la jeune femme devait être détruite par la mort de son aîné, Jay se souvenait clairement l'avoir vu dans un état déplorable lorsqu'elle imaginait que celui-ci était décédé. Maintenant que c'était le cas, elle devait être anéantie. C'est pourquoi, dès qu'il avait apprit la nouvelle, malheureusement assez tard en comparaison aux faits, l'artiste avait annulé tous ses concerts pour revenir à l'institut.

Ses bagages défaits, le jeune homme s'était dirigé dans la cour, il s'envola jusqu'aux chambres, cherchant celle de son amie. Certes le mutant aurait pu frapper à la porte comme n'importe qui, seulement il voulait lui rappeler leurs douces rencontres émouvantes. La plupart du temps Icare avait connu Enora triste, une seule fois les deux amis s'étaient vus pour autre chose que partager leur chagrin. Ses visites étaient donc très émouvantes avec un arrière goût amer, mais l'ange ne s'en lassait pas, dès qu'Enora vivait quelque chose de dur, il tâchait de le savoir pour la soutenir, d'autant plus que Daniel lui avait fait promettre de prendre soin d'Enora. C'était donc dans cette optique que le gardien en herbe l'avait rencontré.

Posté sur son balcon, le mutant frappa aux carreaux, se tenant droit derrière la vitre, petite silhouette androgyne que l'on pouvait penser tantôt homme ou femme... Fragile surtout, pourtant son regard azuré montrait toute l'assurance, toute la force d'esprit qu'il avait l'intention d'employer pour soutenir son amie dans cette difficile épreuve. Il avait d'ailleurs tâché de faire son deuil avant de venir pour ne pas craquer inutilement devant Enora. Il était là en tant que soutien, pas pour se laisser aller. Inspirant un bon coup, le chanteur frappa à nouveau sur les carreaux.

Toc, toc toc... TOC TOC... Toc, avec cette petite rythmique presque mélodieuse qui laissait sous entendre que ce n'était pas le vent ou n'importe quel quidam qui frappait à sa vitre pour lui faire une farce. Icare espérait qu'Enora ne soit pas trop enfermée sur elle-même et qu'elle accepte sa présence, ce serait déjà un petit pas pour l'aider.

_________________
Dessin de la signature par Raythereign. Citation par Calli Kayan

L'Amour donne des ailes, mais aucune leçon de vol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enora Lacourt-Bourdieux
Élève à l'Institut Delta
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 02/04/2012
Age : 25

MessageSujet: Re: Les anges peuvent-ils aller dans le dortoir des filles ? [PV Enora]   Lun 1 Juil - 18:55

Combien de temps ? Des heures ? Des jours ? Des semaines ? Je n'avais plus aucune notion de rien. C'était comme si j'étais déconnectée. Comme si le monde s'était arrêté de tourner autour de moi. Le passage des gens me devenait un brouhaha inutile auquel je ne répondais plus. Le ciel s'éclairait et s'éteignait sans que je ne puisse véritablement suivre son cours. Tout semblait glisser autour de moi, m'effleurer, sans réellement m'atteindre. Une succession d'événements sans intérêt. Et surtout, cette terrible phrase qui ne faisait que tourner dans ma tête, encore et encore. Daniel est parti. Mort. Il ne reviendra pas.

Jamais je n'avais cru cela possible. Il m'avait protégé depuis mon premier pas ici, jusqu'à la dernière fois que nous avions passé du temps ensemble. Mais il n'était plus là. Je devrais avancer, aveugle, sans lumière pour me guider dans ce couloir ténébreux. Et je sentais déjà mes bras peser. Mes jambes étaient trop lourdes à soulever pour que je puisse avancer. Que pouvais-je faire ? Rien. On ne peut ramener les morts à la vie, c'est un fait indéniable. J'aurais pu continuer sans lui, poursuivre mon chemin sans guide, découvrir la vie sans lui. Mais c'était effrayant. Bien trop effrayant. Il m'était plus simple de rester là, assise sur mon lit, le regard perdu, le teint livide. Le dernier miroir que j'avais croisé m'avait donné l'impression de rencontrer mon propre spectre. Je continuai à penser que demain serait plus dur. Que jamais je ne pourrais me relever.

Je poussai un long soupir, tandis que cette douloureuse phrase m'inspirant le désespoir le plus total revint me hanter. Une larme glissa sur ma joue et je l'essuyai d'un revers de la main. Comment pouvais-je encore pleurer ? Ça en devenait miraculeux. Je fermai les yeux, cherchant au plus profond de moi cette douceur qui faisait mal. Ces souvenirs heureux que j'avais partagé avec Daniel un jour ou un autre. Des échanges de sourires... Mais tout de suite, la peine devenait trop grande et je devais revenir à la réalité pour ne pas laisser les sanglots reprendre le dessus sur moi. Une question me venait alors au bout des lèvres, dans ces instants de perte totale de moi-même : Combien de temps cela allait-il encore durer ? Quand la peine ne serait-elle plus là ? Pourquoi devait-elle s'acharner ?

Mes questions furent interrompues par une mélodie qui me paraissait lointaine. Ce tintement de verre qui était presque irréel mais qui, dans un sursaut, me fit relever la tête. Dehors, la lumière me faisait plisser les yeux, malgré les rideaux à moitié fermé. Je plissai les yeux pour tenter de comprendre ce qui pouvait être à l'origine de ce son de cloche, aussi doux que le glas. Et alors, je le reconnus. Ses cheveux blonds, ses ailes blanches. Icare. Je l'observai quelques secondes, comme pour être sûre qu'il était bien là. Puis, je m'avançai vers la porte fenêtre du balcon. Posant une main sur la poignée et l'autre sur la vitre, je le contemplai, lui, cet être parfait, si beau, presque intouchable. Mon regard perdu trouva ses yeux bleus et je tournai la poignée, laissant entrer un air pur.

J'inspirai longuement, tandis que j'ouvrai la porte. Je battis plusieurs fois des paupières, la lumière manquant de me donner mal à la tête. Puis, de nouveau, je l'observai. Je n'osai le toucher, m'approcher de lui de peur qu'il ne puisse disparaître, tel un ange, sa seconde nature. Puis, j'avalai ma salive et, dans un souffle, trois mots m'échappèrent.

"Tu es là..."

_________________

Messages RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icare
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 188
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Les anges peuvent-ils aller dans le dortoir des filles ? [PV Enora]   Mar 2 Juil - 19:03

*Je serai toujours là *

Songea-t-il sans le dire, car si cette phrase le faisait malheureusement penser à Daniel Hopes, ce serait aussi le cas pour Enora certainement. Le jeune homme descendit doucement du balcon, comme s'il venait d'emprunter un escalier. Sans toucher la demoiselle au début, il se contenta de la regarder, n'émettant aucun jugement mais ne pouvant s'empêcher d'osciller la tête de gauche à droite, très légèrement. Un soupir s'échappa de ses lèvres et ses yeux bleus s'embuèrent mais il tint bon. Après tout le chanteur s'était mentalement préparé à voir la jeune femme dans cet état à nouveau. Aucun bruit ne semblait oser s'imposer dans cette ambiance particulière sinon le léger froissement de ses ailes, Icare tendit les mains et s'approcha de la belle, la serrant contre son cou et enfouissant son visage contre ses épaules dans un geste protecteur. Certes, l'artiste n'avait pas vraiment la carrure d'une armure vivante mais il espérait rassurer un tant soit peu la mutante qui, par chance, ne lui avait pas fermé la porte au nez. Le principal pour l'instant était qu'elle accepte de partager son chagrin. Le jeune homme, toujours sans lâcher son amie sortit le petit briquet. Il avait pesé le pour et le contre pour finalement décider que cet objet qui l'avait aidé serait désormais plus utile à Enora.

Doucement, l'ange l'emmena vers le lit après avoir fermé la fenêtre. Ignorant si la jeune femme le suivrait, il se défit de son étreinte mais ne lâcha pas sa main, l'invitant à s'assoir également. Certes, Icare n'était pas chez lui mais le moment n'était guère propice à la courtoisie, créer une ambiance intimiste lui semblait plus propice, d'autant plus qu'il n'était pas du genre à profiter d'une damoiselle en détresse. Nul doute qu'Enora le savait. Repoussant une de ses mèches blondes/blanches, le chanteur porta ensuite ses yeux bleus sur le briquet posté devant lui, comme un objet précieux.

-C'est lui, c'est Daniel qui me l'avais donné. J'avais une mission... Découvrir qui le lui avait offert et comment, sans oublier l'époque et l'histoire du briquet. Dès que j'allais mal, je devais chercher pour lui et venir dans son bureau lui dire mes trouvailles. Également, j'avais le droit, dès que je le croisais de lui poser une question à laquelle il répondait par oui ou par non pour m'aider. Je n'ai jamais entièrement percé le mystère du briquet mais que dirais-tu si je te le confiais... Et que tu m'aidais à éluder ce problème ?


Promesse d'un lien entre eux, tenter d'intéresser la jeune femme comme Hopes l'avait fait avec lui. Bien sûr, il n'y avait pas autant de sûreté dans sa voix, d'expérience ou de mystère parce qu'Icare était encore très jeune. Néanmoins on y sentait la volonté, le désir de donner un but et des promesses à Enora pour la pousser à continuer. Daniel aurait voulu que ce briquet serve quelqu'un d'autre désormais qu'Icare allait mieux, et qui de plus apte à le recevoir que sa protégée, Enora ? Josh n'avait aucun doute quant à son geste et cela se voyait à son attitude. Il espérait donc que la demoiselle ne s'y opposerait pas.

En effet, Icare ne lui avait pas demandé si ça allait ou quoique ce soit, c'était tellement futile ce genre de questions, agaçant même ! Jay avait préféré une toute autre approche, à la fois plus directe tout en étant plus douce car il entrait dans sa bulle et montrait qu'il était dans la même situation de recueillement. En attendant la réponse, le jeune homme posa ses yeux vers elle, levant légèrement la tête car il s'était assis sur le lit. Le temps semblait suspendu, le chanteur esquissa un petit sourire, léger mais sincère et respectueux envers le chagrin de sa protégée. Il ne savait pas ce qui allait se passer ensuite, tout serait fait à l'instinct.

_________________
Dessin de la signature par Raythereign. Citation par Calli Kayan

L'Amour donne des ailes, mais aucune leçon de vol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enora Lacourt-Bourdieux
Élève à l'Institut Delta
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 02/04/2012
Age : 25

MessageSujet: Re: Les anges peuvent-ils aller dans le dortoir des filles ? [PV Enora]   Mar 2 Juil - 20:33

Nous restâmes quelques instants, sans bouger, à nous regarder. Les secondes s'écoulaient autant qu'elles semblaient figées. J'étais figée et je commençais à ressentir une grande fatigue. C'était comme si l'ange venait de me réveiller après un long sommeil qui n'avait pu s'achever. Une véritable Belle au bois dormant qui se serait habituée à ce sommeil et que le baiser du prince viendrait presque déranger. Je battis plusieurs fois des paupières, autant pour lutter contre les rayons du soleils qui se montraient aussi agressifs que possible, que pour lutter contre les vertiges dus à l'abandon que mon corps éprouvait envers tout le reste.

L'ange s'avança vers moi et finit par me prendre dans ses bras. Des bras protecteurs, doux. Ce contact me permit de me laisser aller. L'étreignant d'avantage, mes larmes se glissèrent amèrement sur mes joues. Encore des larmes. Toujours des larmes. Mais cette fois-ci, j'avais une épaule sur laquelle m'appuyer, quelqu'un avec qui partager ma peine. Le professeur ne savait plus quoi me dire d'avantage, Amy et Caitlyn tentaient de tourner la page. J'avais cette impression d'avoir été seule, tout le temps. Depuis que c'était arrivé, je ne m'étais jamais sentie aussi seule au monde. Et là, Icare venait d'arriver. Comme à notre première rencontre, c'était l'ange que je rencontrais. Celui qui, de ses ailes, pouvait me réchauffer. Par ses mots, il pourrait s'exprimer et m'aider.

Il me fit rentrer dans la chambre, me tenant par la main. Je me laissai faire, bien trop faible de toutes manières pour tenter de lutter. Il prit soin de refermer la fenêtre et m'emmena sur le lit sur lequel nous nous installâmes. De son autre main, il tenait un objet qu'il se mit à fixer. Mon regard se posa alors également dessus et, tout en écoutant mon ami parler, ce simple petit objet eut une signification différente.

"C'est lui, c'est Daniel qui me l'avais donné. J'avais une mission... Découvrir qui le lui avait offert et comment, sans oublier l'époque et l'histoire du briquet. Dès que j'allais mal, je devais chercher pour lui et venir dans son bureau lui dire mes trouvailles. Également, j'avais le droit, dès que je le croisais de lui poser une question à laquelle il répondait par oui ou par non pour m'aider. Je n'ai jamais entièrement percé le mystère du briquet mais que dirais-tu si je te le confiais... Et que tu m'aidais à éluder ce problème ?"

Mes yeux quittèrent ce nouveau talisman pour regarder Icare avec intensité. Cette objet venait de lui. Était-ce pour cela qu'il voulait me le confier ? Non, la réponse, il me l'avait donné. Cela devait lui occuper l'esprit plus que ses propres problèmes quand la Terre ne semblait plus tourner rond. Un simple petit objet pouvait soulever une montagne de questions. Il possédait son histoire, son avancée. Mon regard vert se reposa sur ce briquet et je tendis la main pour le prendre avec délicatesse, comme si le simple fait de le prendre pourrait le briser. Alors, je le portait à mes yeux et commençait à l'observer sous toutes ses coutures.

"Il... Il est magnifique.

Ma vue se brouilla et je reposai l'objet dans la main de mon ami pour m'essuyer les yeux. Puis, je portai une main à mon cou pour me saisir d'une longue chaîne. En tirant dessus, je fis sortir Ce médaillon un peu spécial qui ne me quittait plus. La montre à gousset que Daniel m'avait offert. Je la pris à mon tour dans ma main, l'observant de nouveau comme si je la voyait pour la première fois.

"La première fois qu'il est parti... Il m'avait offert ceci. C'était la première fois qu'il m'offrait quelque chose d'aussi... Précieux." Je la retournai, laissant la gravure "A mon fils, Daniel." apparaître dans les rayons du soleil. "Je n'avais jamais rien vu d'aussi beau. Et même aujourd'hui, quand je la regarde, je sais que cet objet est plus précieux encore, quand j'ai compris pourquoi il me l'a donnée..." Je l'ouvris, laissant apparaître l'horloge qui tournait, la sauteuse nous comptant les secondes les unes après les autres. Puis, cette autre gravure, plus récente, mais tout aussi belle. "A ma fille, Enora." "... C'est un peu... Son héritage. C'était la manière de montrer aux autres notre secret, ce lien qui nous a réuni..."

Je refermai la montre, la serrant fort dans ma main tandis que je sentais les sanglots secouer mon corps entier. Mes yeux se posèrent sur Icare.

"Il ne reviendra plus cette fois... Il est parti pour de bon..."

Je posai ma tête contre l'épaule de l'ange, observant la fenêtre, laissant la lumière mordre mon visage. Il y avait bien trop de pensées dans ma tête. Tous ces souvenirs heureux, tout ce que j'aurais voulu dire à cet homme qui fut mon père. J'étais seule. Seule à pleurer autant cet homme, pour la simple bonne raison que je l'avais toujours considéré comme un membre de ma famille et c'était ainsi que je le pleurai.

"Je n'ai même pas pu lui dire au revoir... Il m'en voulait, je le savais... Ça faisait plusieurs jours qu'il m'évitait. Mais je n'avais pas eu le choix, si je ne l'avais pas arrêté, il aurait tué Alexandre et... Il n'était plus un meurtrier, il ne devait plus l'être. Et Alexandre, je lui devais la vie. Mais je n'aurais pas pu... Je n'aurais pas eu le temps de m'excuser et... Je suis sûre qu'il me détestait pour ce que j'avais fait..."

Ça devenait de plus en plus dur. La mémoire me torturait. j'aurais voulu fermer mes émotions et mes souvenirs, afin d'oublier ce qui s'était passé. Mais c'était impossible. Daniel Hopes était une part de moi. une part de moi qui s'était éteinte à l'instant même où j'avais compris sa disparition.

_________________

Messages RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icare
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 188
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Les anges peuvent-ils aller dans le dortoir des filles ? [PV Enora]   Jeu 4 Juil - 1:38

-Alors tu as le droit de pleurer autant que tu veux, prendre ton temps pour aller mieux, me faire tourner en bourrique si seulement ça pouvait te soulager mais interdiction de dire autant de bêtises. Premièrement tu as bien fait, tu lui as permis de rester lui-même jusqu'au bout, c'est toi qui lui a fait garder ses convictions et il avait sûrement compris. S'il t'avais détesté, il t'aurais repris cette chaîne et puis quand bien même... Tu le connaissais non ? Il avait une patience d'ange, regarde, rien qu'avec Ernest. Daniel Hopes ne te détestais pas, tu étais sa fille de coeur, alors peut-être que vous vous êtes fâchés mais ça arrive dans toutes les familles, non ? Entre tous les amis, et se haïssent-ils pour autant ? Justement non, c'est bien le contraire.

Ainsi Daniel Hopes avait souhaité la mort de quelqu'un dans ses derniers moments, voilà qui aurait terni son image aux yeux d'Icare s'il avait encore été vivant. Présentement que l'homme était mort, que pouvait-on lui reprocher ? Rien, il avait fait des erreurs à la hauteur de sa vie tout simplement extraordinaires... Commis des meurtres mais aussi réalisé des merveilles. Quel être complexe, encore plus dur à déchiffrer que son mystérieux briquet. A ce propos, Josh posa l'objet sur la table de nuit d'Enora avant de passer sa main dans les cheveux de la demoiselle qui avait installé sa tête sur son épaule. Dans ces moments d'intimité extrêmement, Jay était soulagé d'être homosexuel. Il savait bien que des amitiés pouvaient se gâcher à cause des sentiments hommes / femmes, hors n'importe quel garçon aux hormones à l'endroit aurait été attiré par Enora. Oui, parfaitement, en ce moment même en plein chagrin, elle avait un petit quelque chose de fragile, de délicat et tellement lourd en même temps. Un véritable tableau de charme involontaire, au point qu'en toute objectivité l'ange se sentait troublé. Un dérapage aurait vite eu lieu dans une confusion consolation et rapprochement physique. Oui vraiment, heureusement que le jeune homme pouvait compter sur ses hormones en vrac pour le soutenir, sans compter que cela rassurait peut-être Enora qui semblait plus se livrer ainsi.


De la même façons, Icare pouvait également se permettre plus de choses, c'est donc sans gêne qu'il attira son interlocutrice sur ses genoux, lui intimant doucement de poser son visage sur ses cuisses si elle le désirait. Lui caressant doucement les cheveux, le regard perdu dans le vide, il réfléchissait tout en lui murmurant des "shhht" "shhht". Ignorant si la demoiselle allait suivre son mouvement, l'angelot tourna enfin ses yeux vers elle, redevenant accessible. Il lui arrivait souvent d'avoir des absences, comme s'il rejoignait le ciel avec l'esprit à défaut de le faire physiquement. Cette fois il s'était perdu dans des idées de toutes sortes pour essayer de faire sortir Enora de son chagrin. Ne trouvant rien de mieux que d'attendre et l'écouter il avait rendu toute son attention à la jeune femme.

-Il ne sera jamais totalement parti tant que des gens penseront à lui, surtout aux bons souvenirs, en souriant si possible car c'était un sacré farceur à ses heures. Il aimait beaucoup la vie et souhaitait que l'on relativise. C'est banal, cliché, excuse-moi mais je le pense sincèrement. Doucement on va se relever, pas s'en remettre totalement mais la douleur sera un peu moins lourde à chaque jour qui passe.


Toujours attentif à la belle, prêt à s'arrêter au moment où elle se remettrait à parler, le jeune homme se mit doucement à fredonner la chanson >> d'Amazing Grace<< qui correspondait parfaitement à la situation et à son timbre de voix. Avec émotion le jeune homme se souvint de leurs retrouvailles à lui et à Enora dans ce restaurant /péniche, il lui avait avoué qu'il chantait et elle avait aussitôt dit vouloir l'entendre. C'était aujourd'hui la première fois que l'ange le faisait devant elle. Il aurait préféré que cette découverte se fasse dans un cadre plus joyeux, mais après tout, la mélodie pourrait calmer sa souffrance avec un peu de chance, ou l'aider à l'exprimer encore plus pour faire la paix avec elle-même qui sait ?

Quoique légèrement plus grave que le ton de la chanteuse et bien qu'encombré par le fait qu'il ne faisait que chanter bas, au même titre que le reste, la voix d'Icare était angélique. Il avait fait beaucoup de progrès et commençait à être connu dans quelques bars. Pour Jay, la chanson avait toujours été un moyen très puissant de partager ses émotions et d'évacuer la peine. Certes le chant était  triste, il risquait plutôt de les faire pleurer mais qu'importe, mieux valait rester honnête envers ses sentiments, accepter le chagrin pour lui laisser le temps de s'atténuer ensuite.


Prenant un peu d'ampleur, sa voix encore prisonnière de l'ambiance intimiste et feutrée laissait pourtant deviner toute sa profondeur potentielle si seulement il avait entièrement libéré ses cordes vocales. Le jeune homme ferma les yeux, berçant tendrement son amie en attendant calmement ses réactions.

_________________
Dessin de la signature par Raythereign. Citation par Calli Kayan

L'Amour donne des ailes, mais aucune leçon de vol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enora Lacourt-Bourdieux
Élève à l'Institut Delta
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 02/04/2012
Age : 25

MessageSujet: Re: Les anges peuvent-ils aller dans le dortoir des filles ? [PV Enora]   Jeu 4 Juil - 15:12

Ce serait trop long de tout expliquer à Icare. Le Macdo qui volait en éclats tandis qu'Alexandre perdait le contrôle. Daniel qui avait essayé de le tuer, pensant qu'il m'avait de nouveau blessé. Tout ceci serait bien trop compliqué et je n'avais pas envie d'en parler maintenant. Il tâcha cependant de me conseiller au mieux, affirmant que Daniel ne pouvait m'avoir détestée. Comment en être sûre, cependant ? Oui, il m'aurait repris ce cadeau si cher à nos yeux. J'étais malgré tout tellement anéantie que même le nom d'Ernest ne me fit pas réagir, lui pourtant qui pouvait me plonger dans une colère froide.

Oui, la colère traverse toutes les familles. Le souvenir de ma mère et de mon père me criant dessus me revinrent. J'étais pourtant si jeune que ces cris m'effrayaient d'avantage que je ne pouvais les comprendre, à l'époque. Mais aujourd'hui, je comprenais que la famille se protégeait perpétuellement. Veiller les uns sur les autres est terriblement important, et parfois, cela doit passer par des cris. Des cris venant du cœur, car avant tout, nous avons peur pour notre famille. Il peuvent nous inciter à la colère en se mettant dans des situations bien trop délicates pour nous permettre de les aborder avec un esprit serein. Alors peut être que Daniel ne pouvait me détester car il l'avait compris. J'avais lutter pour le sauver. Pour sauver Alexandre. Pour sauver cette famille que je m'étais créée.

Icare passa sa main dans mes cheveux avec tendresse, commençant à les caresser. Mon expression, là encore, demeura figée. Je savais qu'il n'y avait aucune manœuvre engagée par le jeune homme. Nous étions dans le même camp pour cela, notre dernière virée au restaurant l'ayant déjà prouvée. Je me laissai donc aller, quand il prit l'initiative de poser ma tête sur ses genoux, m'allongeant sur le lit que je ne connaissais que trop. Il continuait de me caresser les cheveux avec tendresse tandis qu'une nouvelle larme glissait sur ma joue. Je poussai un long soupir tandis que l'ange tentait de me calmer avec cette douceur qui lui était propre.

Après un long silence, il reprit la parole. Je ne pouvais qu'être d'accord avec lui. Daniel, même mort, avait tant accompli. Il vivrait en chacun de nous et en chacun des actes qu'il avait pu réaliser. Mais c'était ces souvenirs qui faisaient mal. La simple image de Daniel devant les yeux pouvait me provoquer une interminable série de sanglots incontrôlés. L'ange finit en m'assurant que la douleur passerait. Qu'elle s'achèverait un jour. Les yeux tournés vers la fenêtre, je ne savais plus quoi dire. Alors, Josh se mit à chanter.

Jamais je ne l'avais entendu. Sa voix était aussi pure que son apparence. Je me laissai bercer par cet air aussi connu que nouveau à mes oreilles, tant cette interprétation était parfaite. Je ne voulais pas l'interrompre. Je me l’interdisais. Le faire aurait été un crime tant cette beauté était incomparable. Et pourtant, je savais qu'il ne se permettait pas de se donner entièrement. Finalement, quand il s'arrêta, c'était comme s'il avait soufflé une partie de ma peine. Je posai mon regard dans le sien.

"C'était magnifique... Merci..."

Mes yeux se reposèrent sur l'horizon visible de la fenêtre. Puis, un nouveau soupir me traversa.

"Quand... Quand la peine partira-t-elle ? Quand la douleur sera-t-elle vivable ? J'ai l'impression que ça dure depuis des années... C'est comme si... Comme si le temps s'était arrêté."

Je clignai plusieurs fois des yeux, cherchant moi-même une réponse à cette question. Cependant, je n'arrivai pas à comprendre comment cette peine pourrait s'atténuer tant elle semblait s'amplifier depuis l'annonce de ce jour funeste. Mon regard se reposa sur le visage de mon ami.

"Raconte moi... Tout ce qu'il t'a dit sur cet objet si particulier..."

Je désignai le briquet qu'il avait déposé sur la table de nuit d'un mouvement de tête. Parler. C'était tout ce que je pouvais faire en cet instant.

_________________

Messages RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icare
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 188
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Les anges peuvent-ils aller dans le dortoir des filles ? [PV Enora]   Ven 5 Juil - 0:43

Josh opina de la tête doucement, remerciant en silence son amie pour son appréciation précieuse. Il ne s'attarda pas sur le sujet, probablement trop timide et respectueux pour ça. En effet le jeune homme n'avait pas cherché les compliments en chantant -même si c'était très agréable de plaire ainsi à une amie.- il voulait juste rendre hommage à Daniel de son mieux, ce qui était peu à ses yeux car il n'avait pas pu venir à ses funérailles, ayant apprit son décès bien après. Lorsqu'Enora lui posa des questions sur la peine et le temps, l'artiste ne put que hausser légèrement les épaules, décidé à rester honnête jusqu'au bout. Hélas, au contraire des anges dans toute mythologie il n'avait pas accès à ce genre d'informations, il n'en savait rien. Pour lui déjà le chagrin était lourd, mais pour la jeune femme qui n'avait pas beaucoup d'autres choses et personnes en dehors de Daniel, ce devait être encore pire.

-Je ne sais pas Enora. Je ne peux pas te répondre. Juste te dire que ça passe... Par expérience, je te le dis. Julia et Samuel restent dans mon coeur, je ne les oublie mais aujourd'hui je souris plus que je ne pleure en pensant à eux.


Fit-il doucement, offrant à sa comparse le privilège de la confidence qu'il ne donnait pas à tous. En effet, si Josh aimait écouter et consoler, il parlait très peu de ses expériences personnelles. Certes il avait assez vite avoué à Kaya, une jeune femme rencontré peu de temps auparavant, ses soucis à l'institut, mais c'était plus pour une mise en parallèle, une aide justement. Icare avait beau sembler fragile, son physique d'origine ayant repris la plupart de ses droits, il avait une certaine force de caractère et s'était toujours montré renfermé de toutes manières. Deux caractéristiques qui ne le poussaient pas à l'étalement comme maintenant. Le blond n'avait qu'une envie, écouter et protéger Enora, s'effacer pour mieux répondre à ses besoins.


Nonchalamment, pour essayer de détendre l'atmosphère, Jay se permit de se coucher sur le lit, retirant ses chaussures. Allongé sur le ventre, les pieds relevés et croisés se balançant légèrement, maintenu sur ses coudes il mit le briquet bien en évidence devant lui.

-Pas grand chose, c'est un grand ami qui lui l'a offert, une personne d'un autre siècle si je me souviens bien et je soupçonnais un français, mais là encore rien n'est certain, je suis nul pour la recherche.-S'excusa-t-il avec un petit sourire.- Un ami, pour une promesse, comme pour sceller leur lien... Rien de plus. Daniel se confiait peu et je devinais mal... Toujours est-il que ce briquet lui était précieux. Aujourd'hui comme tu as su garder sa montre encore plus chérie à ses yeux, je pense que tu seras une excellente gardienne pour cet objet. Je te le confie pleinement, il est à toi. Il a pour vocation d'aider ceux qui vont mal, peut-être que Daniel l'avait même reçu dans cette optique...

Termina-t-il doucement en posant ses doigts sur le matelas pour faire glisser à nouveau le briquet vers son interlocutrice. Posant ensuite son menton sur sa main, il oscilla légèrement la tête pour contempler Enora qui semblait, pour le moment en tout cas, aller un peu mieux. Sans trop savoir si c'était bien choisi, Jay décida de faire avancer un petit peu les choses... Pouvaient-ils parler de choses un peu plus frivoles ? Il aimerait bien, ne serait-ce que pour la soulager, lui prouver que justement le temps ne s'était pas arrêter. Son maître, Daniel Hopes était mort, mais lui continuait de vivre, et la mutante devait le suivre, reprendre le cours.

-Tu as mauvaise mine bien que tu sois toujours aussi jolie. Que dirais-tu de redevenir l'Enora que je connais et que Daniel côtoyait ? Tu ne voudrais pas prendre une bonne douche, t'habiller même te maquiller un peu pour sortir ? Ou sinon... On se fait une soirée tranquille ici, une soirée pyjama ?


Lança le jeune homme avec amabilité, encore une fois, son orientation sexuelle lui permettait une approche bien moins prudente avec la gente féminine. En revanche cette fois, il se prit à regretter un peu sa situation. Enora était une fille formidable et en fin de compte, il aurait aimé pouvoir apprécier son physique autrement que de manière objective. En effet, il lui semblait bien être tombé amoureux du caractère de la demoiselle, le reste aurait également été possible. Restait à savoir si sa comparse aussi aurait eu des sentiments pour lui mais une chose était sûre, en couple, ils auraient évités tous deux bien des déboires amoureux et Icare aurait eu une proximité différent avec elle, plus accentuée encore pour la soutenir. Enfin, peu importe, il allait jouer le rôle qui lui était permis, celui de confident, de frère ou si elle le souhaitait de la "bonne copine", bien qu'il n'adhère pas trop au shopping. Demeuraient les discussions un peu frivoles sur les amours ou d'autres petits potins de la vie, mais l'ambiance appartenait à Enora. C'était à elle de voir ce qu'elle voulait. Autant Icare était prêt à sortir, autant il pouvait rester couché près de sa personne en la serrant contre lui et s'endormir ainsi.

-Je suis ton chevalier servant, aujourd'hui, demain. Tout le temps, mais ça tu le sais déjà. Dis-moi de rester, je reste, de partir, je m'en vais même si je préfère le premier cas. Toujours est-il que si tu veux que je m'installe plus souvent à l'institut, n'hésite pas.

Bon Lilian qu'il commençait à connaitre et à apprécier ne serait eut-être pas trop content vu qu'ils débutaient une relation. Justement le journaliste lui avait promis d'essayer de ne plus disparaître. Cependant son amie passait avant un potentiel petit copain, ou même un compagnon tout court. Elle était là avant et surtout, la valeur de l'amitié était trop solidement ancrée en lui pour qu'il la trahisse, ou même la fraternité vu comme il appréciait la mutante. Or avec sa famille nombreuse, on pouvait dire que Jay savait où étaient ses priorités. Lilian comprendrait, ou alors il n'aurait rien à faire avec lui.

Le sujet réglé avant même d'être abordé dans son esprit, Icare offrit un petit sourire encourageant à la demoiselle. Une aile à demi repliée et l'autre envahissant toute la largeur du lit sur son côté, le mutant attendait ; attentif aux désirs d'Enora.

_________________
Dessin de la signature par Raythereign. Citation par Calli Kayan

L'Amour donne des ailes, mais aucune leçon de vol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enora Lacourt-Bourdieux
Élève à l'Institut Delta
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 02/04/2012
Age : 25

MessageSujet: Re: Les anges peuvent-ils aller dans le dortoir des filles ? [PV Enora]   Sam 13 Juil - 21:32

Sa réponse était autant prévisible que dure à entendre. Oui, cela passerait. Mais il n'y avait pas de temps imparti pour cela. La peine s'estomperait d'elle-même en temps voulu, quand elle ne verra plus pourquoi elle persiste. Alors, comme l'ange venait de me le dire, à cet instant, je pourrai de nouveau sourire en me remémorant le doux souvenir de mon tuteur. Quand la peine et la douleur se dissiperont, la douceur des souvenirs viendrait me prendre dans ses bras pour que je puisse de nouveau les ressentir. Ce sera alors la fin de ce long deuil qui semblait durer des siècles. Les obsèques avaient beau avoir eu lieue, il m'était pour le moment comme impossible de refermer la page "Daniel Hopes" de ma propre histoire. Cependant, je me trouvai comme un auteur sans encre, ne sachant comment finir ce récit.

Le jeune homme changea de position et ma tête rencontra les oreillers. L'ange s'allongea à mes côtés, reprenant en main l'objet aussi insolite que personnel qu'il avait amené avec lui. Alors, il me raconta ce qu'il savait. Que ce talisman avait été le symbole d'un pacte scellé avec l'un des amis proches de Daniel. Un ami d'un temps aussi révolu qu'improbable qu'il puisse l'avoir connu si l'on ne connaissait sa mutation. Cet objet avait de la valeur, autant que la montre que je portai quotidiennement. Aussi, lorsqu'il le poussa vers moi, mes doigts frêles se refermèrent dessus. De nouveau, je l'observai, allongée sur mon lit. Je cherchai alors à savoir si Daniel aurait pu me parler de cet ami, durant nos quelques discussions sur son passé. Mais je ne connaissais que peu de choses, à dire vrai.

« On ne parlait que peu de lui... Du moins, de toute sa vie. Seule la guerre l'a marquée et transformée au point qu'il avait comme le besoin d'en parler. Il a traverser tant d'années qu'il en aurait fallu certainement autant pour qu'il puisse me raconter. Une des rares choses que je connaisse est son nom. Son véritable nom. Hopes n'était qu'une couverture, un masque pourtant véridique de l'homme qui le portait. Mais Bourdieux était son vrai nom... Aujourd'hui, il s'est éteint avec lui mais... Tu... Tu crois qu'il aurait aimé que je puisse le porter? Il n'était que mon tuteur mais... Mais il était comme un père pour moi. J'aimerais pouvoir réaliser une telle démarche. Peut être que ça pourrait m'aider... »

Mon regard s'était posé sur mon ami. Il recherchait une réponse claire et précise. Je ne voulais pas salir l'image et les convictions de Daniel, juste pouvoir montrer aux autres à quel point cet homme avait une place dans ma vie et dans mon cœur. Il avait été ce père mutant et son nom était certainement la seule véritable chose qu'il me tenait à cœur de conserver. Enora Lacourt-Bourdieux. C'était comme un devoir de mémoire que je devais accomplir.

L'ange me dévisagea alors et me fit remarquer ma mauvaise mine. Je n'avais pas croisé de miroir depuis si longtemps que je ne pouvais que le croire sur parole. Je rosis cependant légèrement tandis qu'il m'adressai un compliment. Rares étaient ceux que je recevai et je les accueillais toujours avec autant de gêne. Puis, il proposa alors diverses solutions pour passer cette soirée de manière agréable. Sortir, ou rester. Je me mis à tricoter avec mes doigts, cherchant une réponse. La première solution n'était pas envisageable. Même si je parvenais à reprendre forme humaine, le monde extérieur me faisait encore trop peur. En revanche, il pouvait tout aussi bien rester et l'idée d'une soirée pijama m'arrache un demi sourire. Oui, cela semblait être la parfaite issue à mon problème.

« Je ne suis pas là non plus pour te retenir contre ton gré. Merci de ta compagnie. Je pense qu'il serait plus sage de rester ici. Dehors, c'est... Dur. Trop dur. Je ne suis sortir qu'une ou deux fois depuis le... Depuis... Et... Et je suis allée me recueillir là où... Il est. »

Les mots sortaient difficilement de ma gorge, douloureux. Ils m'étaient durs à sortir tant ils me faisaient reprendre conscience de la chose.

« Oui, restons ici... En revanche... Je... Je mangerai bien quelque chose... »

_________________

Messages RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icare
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 188
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Les anges peuvent-ils aller dans le dortoir des filles ? [PV Enora]   Sam 20 Juil - 18:02

-C'est une bonne démarche oui. S'il t'a dit ce nom, c'est sûrement un signe. Je pense vraiment que cette démarche lui plairait... Quelque part, à la façon dont il te traitait, dont il m'a aidé ou même secouru Ernest, je pense qu'il aurait aimé avoir des enfants. Et su c'est à toi qu'il s'est le plus ouvert, c'est toi qu'il aurait voulu comme fille.

Icare n'était pas jaloux de n'avoir pas connu autant de choses sur Daniel. Cet homme était mystérieux, ce n'était pas une question de mériter ou non ses révélations mais d'en avoir besoin. Il s'était servi de ses secrets pour attirer les âmes errantes et renfermées, pour leur donner le sentiment d'être privilégié avant que ces derniers ne le deviennent vraiment quand il s'attachait à elles. Aux yeux du chanteur, le duo Enora-Daniel était le plus réussi. Lui-même avait été très absent et était demeuré indépendant, il avait déjà sa famille qui l'aimait et ne l'avait jamais lâché qui plus est. A jamais, bien qu'il n'utilise plus son patronyme entier, mort avec Julia, Josh restait un Guthrie. Quant à Ernest, inutile d'épiloguer sur ce sale rat qui avait failli le tuer. Enora en revanche pouvait se permettre de devenir une Bourdieux, cela n'interférait pas avec ses origines, la démarche était un peu singulière, se faire adopter par un mort n'était pas commun en effet... Mais cela pouvait être un bon moyen de faire son deuil, en espérant que le contraire n'est pas lieu, à savoir qu'Enora s'enferme dans le passé.

Préférant rester optimiste quant à l'issu de cette idée, le jeune homme serra sa comparse contre lui, repoussant ses cheveux du bout du nez pour l'embrasser dans le cou et glisser ses mains autour des hanches de l'intéressée. Il ferma les yeux et resta un bon moment, pensif, rêveur. Songeant à tout et n'importe quoi mais surtout à Daniel et Enora, le jeune homme poussa un léger soupir.

-Tu ne me retiens pas, personne ne me retiens.

Fit-il sans orgueil aucun mais avec une sincérité plutôt déroutante qui ne manqua pas de le dérouter lui-même d'ailleurs. Petit à petit l'ange avait apprit à accepter son pouvoir, et il avait été très influencé par se ce dernier. Déjà, tout petit, il avait montré un côté indépendant assez fort, aimant rester dans sa chambre seul ou se promener dehors. Sans spécialement être un enfant à bêtise, Icare s'était isolé du reste de sa famille, se baladant dans la rue à la recherche d'un "il ne savait quoi". D'un côté attaché à ses proches, de l'autre libre, le chanteur peinait parfois à trouver le juste milieu, mais personne, réellement n'avait su le retenir jusque maintenant. Lorsque le jeune homme en avait marre, il lui suffisait d'aviser une fenêtre et de s'envoler, c'était bien plus simple qu'avant encore de combler ce manque. Est-ce que le vol avait toujours été inscrit dans ses gênes ou était-il apparut à cause de son caractère ? Cela demeurait un mystère, qui du gêne X ou du comportement influençait l'autre ? Difficile à dire car dans certains cas, des mutants aux dons horribles pouvaient être des anges, le contraire également pouvait être vrai alors que pour les troisièmes, tout coïncidait. En tout cas, le résultat demeurait, Icare était un être totalement libre et s'il restait enfermé dans cette chambre, serré contre Enora, c'était par pur choix. Par ailleurs, l'institut avait prit l'habitude de le voir disparaître un temps avant de revenir, toujours prêt à aider pour ne pas profiter gratuitement d'un toit mais certainement moins fidèle que les passionnés qui rêvaient de défendre l'idéologie de Xavier. Icare les respectait, mais il n'avait que peu d'attaches, son coeur penchait plutôt pour l'aide inopinée, celle que l'on pouvait apporter à autrui en le rencontrant par hasard, en parlant, en le défendant, pas au nom d'une cause spécialement.

-Ok, il y a la cafétéria, où des pizzérias spécialement affiliées à l'école, ils peuvent y entrer et en sortir librement selon les commandes. Comme je suis un résident, personne ne demandera de comptes.

Effectivement, les élèves n'avaient pas le droit de faire n'importe quoi. Josh ignorait s'ils pouvaient commander des pizzas ou pas, il se souvenait surtout d'avoir été lui-même un étudiant avec très peu de possibilités vu son profil psychologique, sa tendance vouloir fuir l'institut pour se faire du mal. Au moins, maintenant, il était libre et pouvait profiter de cette dernière pour apporter un petit plus à une amie qui avait certainement envie de voir le moins de monde possible. Une bonne pizza géante ! Icare pouvait désormais se permettre ce genre de dépenses. Où comment amener l'Italie à soi sans voyager physiquement.

-Oups mais j'y pense, mieux vaut pas que l'on sache que je suis là. Passe la commande si tu peux, sinon j'irai dans ma chambre le faire et je reviens avec. A moins que tu ne veuilles autre chose ? Chinois, français ? S'il n'y a aucun livreur affilié, je vais te chercher ça et je reviens. Je suis à ton service.

Fit-il avec un sourire, rappelant à Enora qu'il s'était attaché à son service de sa propre volonté, se privant de sa "liberté" avec plaisir. Après tout, la vraie liberté c'était de pouvoir choisir d'y renoncer quand on le souhaitait pour une amie, n'est-ce pas ?

_________________
Dessin de la signature par Raythereign. Citation par Calli Kayan

L'Amour donne des ailes, mais aucune leçon de vol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enora Lacourt-Bourdieux
Élève à l'Institut Delta
avatar

Messages : 243
Date d'inscription : 02/04/2012
Age : 25

MessageSujet: Re: Les anges peuvent-ils aller dans le dortoir des filles ? [PV Enora]   Mer 31 Juil - 17:52

Je lâchai un long soupir. Les bras de l'ange m'offraient une véritable chaleur qui me réconfortait en cet instant. J'en étais presque surprise. Tant de monde avait cherché à me faire aller mieux et seul Icare pouvait y parvenir. Je fermai les yeux sous la caresse de ses lèvres dans mon cou, posant une main sur la sienne. Je me faisais tout aussi pensive qu'il semblait l'être en cet instant.

Il approuvait ma démarche. Cela me redonnait un peu de baume au cœur car enfin, quelqu’un connaissait mes intentions et m'encourageait à aller au bout de celles-ci. Il souligna que j'étais certainement la personne qui méritait le plus ce titre, celui de fille adoptive de Daniel Hopes-Bourdieux. Lui même me l'avait avoué. En fermant les yeux, son image me revint, au volant d'une voiture. Cet instant où nous partions à la recherche d'Ernest. Cet instant où il m'avait appris à me servir d'une arme. Il m'avait aussi dit ces mots. "...Tout ce long discours pour t'expliquer que si j'avais pu connaitre ma fille...j'aurai sincèrement aimé qu'elle te ressemble." C'était comme une flèche qui me revenait en plein cœur. Je baissai légèrement la tête avant de murmurer.

"J’étais déjà comme sa fille..."

Mon regard se posa sur la montre, marquée par cette vérité. Puis, l'ange me signala que personne ne le retenais. Un mince sourire se dessina sur mes lèvres devant l'aplomb de ses paroles. Il semblait si sûr de lui en ces mots que s'en était déroutant. Je posai alors ma tête contre la sienne. De nouveau, ma voix ne fut que murmure.

"Merci... D'être et de rester là pour moi..."

Elle se détacha légèrement de lui, lui adressant un regard amical. C'était si simple d'être avec lui. Il n'y avait aucun malentendu possible sur un geste ou un mot. C'était si agréable. Un nouveau soupir m'échappa tandis que mon regard s'accrocha à la fenêtre, cherchant dans le parc cette stèle si précieuse à mes yeux. Alors, l'ange commença à m'exposer les diverses possibilités quant aux moyens de me sustenter. Je cherchais alors à savoir de quoi je pourrais avoir envie. De la nourriture française ? Non. Italienne ? Non plus. Chinoise ? A quoi bon... Je réfléchis quelques instants avant de prendre une décision.

"Je... Un Hamburger et... Des frites... Je... Tu pourrais me trouver ça ? Je prendrais une douche le temps que tu t'absenterais et je laisserais la fenêtre ouverte..."

Mon regard émeraude se posa sur lui et ses traits parfait, espérant ne pas trop en demander.

_________________

Messages RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Icare
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 188
Date d'inscription : 07/05/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: Les anges peuvent-ils aller dans le dortoir des filles ? [PV Enora]   Lun 12 Aoû - 6:40

-Et bien voilà, ne te tourmente pas plus que nécessaire. Tu connais la réponse à ces questions, tu étais déjà sa fille, il est donc légitime que tu prennes son nom. Ne t'en fais pas, je suis certain que personne ne s'opposera à cela, d'ailleurs ces "ils" hypothétiques n'ont même pas intérêt à essayer.

Ajouta Icare en prenant un air menaçant. Sa silhouette androgyne, son visage avenant y compris sa mutation sympathique le rendaient généralement peu crédible, mais en ce moment même, en effet, on pourrait en venir à souhaiter ne pas se frotter à lui. Enora donnait à Jay la force de s'insurger, d'intimider des ennemis qui n'existaient pas encore mais pour autant paraissaient redoutables car ils pouvaient en effet surgir du jour au lendemain. Sans répondre à son merci parce que ce qu'il faisait lui paraissait bien trop naturel pour souffrir d'une reconnaissance quelconque, le jeune homme se contenta de hocher la tête pour faire comprendre à la demoiselle qu'il l'avait entendu. Le chanteur l'avait d'ailleurs aussi très bien écouté lui passer sa commande de nourriture, retrouvant son sourire doux, le mutant soupira discrètement de contentement. Un plat bien consistant était annonciateur non seulement d'efforts de la part de son amie, mais aussi d'une réelle envie de se remettre sur pied. C'était le premier pas tout du moins.


-Je vais te chercher ça dans l'instant.


Fit-il en ayant une seconde d'hésitation tout de même, et si Enora profitait de son départ pour... Non c'était tout simplement trop horrible, mais dans le même temps la jeune femme avait l'air tellement détruite. Non c'était impossible, Enora avait parlé de projets futurs comme prendre le nom de Hopes, elle ne pouvait pas l'avoir autant baladé pour lui inspirer confiance et ensuite procéder en paix à un adieu morbide. Son amie n'avait pas l'esprit suffisamment tordu pour ça même en pleine déprime. Le thème du suicide était toujours terrible pour Icare qui avait peur de laisser ses proches seuls dans une position de faiblesse, Julia était morte dans ses bras, se détruisant sous ses yeux en le pensant mourant. Lui-même avait très souvent attenté à ses jours, il connaissait donc bien cette pulsion qui vous envahissait soudainement, vous poussant à agir sans réfléchir à votre famille ou à minimiser leur douleur "ils s'en remettront". Parfois, Icare se souvenait avoir fait exprès de parler de projets futurs, de sourire pour mieux s'adonner à sa mutilation, il était donc terrifié, en tant qu'ancien suicidaire astucieux que les siens puissent connaître cette même passe mais sans leur régénération eux.

Preuve de confiance ultime envers Enora, le jeune homme se dirigea pourtant vers la fenêtre. Son doute n'avait duré qu'une seconde, intense, mais pas plus, rien n'avait paru ou presque sur son visage d'ange, sinon peut-être l'inquiétude. Mais au fond il était plutôt normal de s'inquiéter de laisser un ami déprimer seul sans aller jusqu'à des hypothèses aussi noires.


-Je vais aussi en profiter pour faire une douche de mon côté, je serai rapide, compte une heure environ.


Icare avait finalement décidé que tant qu'à faire, autant laisser à sa comparse un peu de temps toute seule pour digérer leur discussion. Il souleva la fenêtre et s'envola et en équilibre sur le fin rebord la referma avant de s'envoler dans la nuit fraîche. Passant par sa propre chambre, le jeune homme fit un shampooing rapide, penchant sa tête dans la baignoire pour ne mouiller que ses cheveux. A vrai dire il n'avait pas vraiment besoin de se laver, ayant déjà fait une douche ce matin mais lui aussi avait besoin de se décontracter après ce moment rude. Quant à ses ailes, déjà propres, il allait éviter de les mouiller sous peine de laisser la pauvre Enora non pas une, mais trois heures seule.

Après un séchage rapide donc, le mutant se saisir de son porte-feuille, de son long manteau brun et rejoignit le centre-ville. Le restaurant auquel le jeune home pensait était plutôt loin mais l'avantage quand on a des ailes, c'est que l'on réduit la distance de moitié au moins et que l'on évite les embouteillages. Josh atterrit dans une petite ruelle tranquille où il enfila son par-dessus avant de se rendre à "Mc Best", un genre de Mc Donald mais en plus cher car les produits étaient frais et sans colorants. Icare n'allait quand même pas acheter du "bas de gamme" à Enora. Il lui prit donc une grosse portion de frites issues des meilleures pommes de terre, et choisi plusieurs hamburgers, un au poulet, un autre végétarien et enfin, un au steack haché, prit quelques sauces et décolla. Dans une pâtisserie, le jeune homme prit une forêt noire à la française. Le chocolat paraissait-il, il n'y avait rien de mieux pour guérir les déprimes.


Ses achats faits, avec dix petites minutes de retard à cause de la foule qui faisait la queue, Josh qui ignorait tout ce qu'avait bien pu faire Enora pendant se temps revint, il se permit de relever la fenêtre de son propre chef, histoire de ne pas tomber et détruire le gâteau en se rattrapant. Avant de partir, le garçon s'était changé, il avait mit un beau jean, une jolie chemise et sa veste gris foncée. C'était une soirée "presque" restaurant même si le tout avait lieu dans la chambre de son amie. Il tenait au moins à la faire sortir par l'imagination à défaut de le faire vraiment.

-Enora-fit-il en laissant doucement glisser les mets dans un coin.- Voilà, j'ai fini les courses. J'ai pris trois hamburgers, un pour toi, un pour moi et un autre qui pourra servir demain... Comme ça tu pourras choisir les ingrédients. Des frites, un coca pour toi et un gâteau mais je ne te dis pas à quoi en dessert. Désolé pour le retard aussi, y'avait un monde fou. Tu es prête ?

Lança le jeune homme en rejetant une mèche blonde derrière son oreille, laquelle glissa doucement le long de son manteau brun qu'il retira, laissant apparaître sa fameuse veste d'apparat, sobre mais chic. La mèche s'étalait jusqu'au milieu de son dos, se perdant dans son plumage immaculé. Bien qu'Enora déprime, Jay n'avait pas lésiné, il s'était mit sur son "31", bien décidé à lui faire passer une agréable soirée où elle se sentirait comme une reine.


-Après si ça te dis, j'irai cherche mon pyjama pour une "soirée pyjama", on pourra regarder des films sur le PC. Qu'en dis-tu ? Ne t'inquiète pas, ce n'est pas pour te forcer ou t'envahir, mais j'pensais que tant qu'à faire un truc, autant aller jusqu'au bout de la nuit... De toutes façons c'est toi qui décide de tout ce soir, profite bien, ça ne sera pas comme ça tout le temps.


Acheva le mutant en regardant enfin réellement autour de lui pour apercevoir la silhouette de son amie. Quant à sa dernière phrase, elle n'était pas à prendre au sérieux, évidemment qu'Icare serait toujours le chevalier servant d'Enora.

_________________
Dessin de la signature par Raythereign. Citation par Calli Kayan

L'Amour donne des ailes, mais aucune leçon de vol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les anges peuvent-ils aller dans le dortoir des filles ? [PV Enora]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les anges peuvent-ils aller dans le dortoir des filles ? [PV Enora]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ALLER DANS LES MAGASINS ... !!
» mon chat ne veut pas aller dans sa cage de voyage
» 3 enfants=quelle voiture?
» Allez zou bébé ! Va dormir avec ta soeur !
» Savez-vous exactement ce qui vous angoisse dehors?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: L'Institution Charles-Xavier et Alentours-
Sauter vers: