AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Conseillère Sociale : A Qui le touuuur ? ( Libre sur demande via MP)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Conseillère Sociale : A Qui le touuuur ? ( Libre sur demande via MP)   Sam 22 Juin - 9:57






Les plages de permanence ont de bon le temps libre théorique qu’elles peuvent apporter. Deux fois par semaine, une matinée complète ce n’est pas en soi la mort. Si par moment, ca se bouscule au portillon, ce n’est pas toujours le cas, comme dans un commerce : il y a du ruch et du « spécial temps d’emmerde ». La cause ? Allez savoir ! La réputation rentre dedans de la conseillère sociale y joue peut être.
 
Caitlyn Elioth dont les surnoms ne manquent plus : Croque –mi-Cait pour les plus jeunes qu’elle sait terrifier en haussant le ton, feu follet à cause de sa longue crinière de feu pour les plus tendres qui ont su apprivoiser de loin le phénomène, Wonder Beaver pour les aficionado du net et enfin  Cait’ enfin pour ceux qui sont voir plus loin que ce jeu de masque qui présente sous des abords brutaux et bousculant, une force faite de fragilité et d’abnégation. Mais pour les autres, c'est-à-dire une majorité de personnes, elle reste Fuzzy. Une X Woman qui ne mâche pas ses mots et qui jadis elle aussi à du souffrir de quelques problèmes d’intégration par son caractère retord et enclin à ne respecter aucune forme d’autorité.
 
Ses gaffes sont légendaires ! N’est-ce pas ce trublion qui a ravagé il y a quelques mois la bibliothèque ou foutu le feu au parc, n’est-ce pas cette folle qui tabassait certains élèves qui a fini embarqué au BAM ? N’est-ce pas cette délurée dont les mœurs sont si douteux qu’elle a dévoyé sexuellement une des meilleures recrues de l’Institut jusqu’à afficher au grand jour une relation contre nature et d’aller jusqu’à afficher son homosexualité par un mariage en grandes pompes avec l’une des X Men les plus incroyablement sérieuse ?
 
Mais comme dans toute légende, il y a toujours une part de sublimation et de réalité : la légende d’Elioth était faite de bruits et de scandales, la femme derrière le masque n’en est pas moins une adulte au passé en forme de chemin de croix mais responsable et consciente de sa mission car elle a su faire des choix qui l’ont mené, sous son tailleur vert pastel impeccable de sobriété choisit par le cœur ce celle qui partageait sa vie, à être une des figures incontournables de l’Institut, figure dont les prises de position et la rhétorique énerve ou séduit mais ne laisse jamais indifférent.
 
Des qualités d’écoute hors du commun, l’art de discerner l’important du secondaire, la simplification allant de la métaphore à l’allégorie et surtout cette capacité à offrir un point de vue différent et inédit lorsque vos problèmes finissent par délabrer votre âme et écrouler sur lui-même votre univers et morcelant vos convictions. C’était là son talent et c’était de ce talent que découlait sa charge : conseillère sociale. Pour le peu qu’il surgisse de vrais problèmes, elle saurait dans la limite du possible vous faire avancer.
 
Cœur sur la main ou pas, son caractère pose les limites de sa patience. Ne vous avisez surtout de la déranger pour des clopinettes car elle saurait aussi vous éconduire de façon brutale et expéditive en cas de broutilles, comme tous les X Men, son temps était précieux et elle vous ferait entrer cette information dans le crane à force d’arguments tranchant !
Pour l’heure, elle s’absorbera dans la lecture complexe d’un ouvrage de droit administratif, décalage complet avec la légende une fois de plus. Car elle apprend, elle a un but, un objectif et se donne les moyens d’y arriver, son pouvoir de mémorisation lui en donnant les moyens. Ou peut-être la trouverez-vous en train de troller des pseudo-amis sur Facebook ou répondre d’un air absent à des textos en baillant de fatigue suite à une nuit agitée dont elle a le secret ( et dont les voisins ont le désespoir en retour).
  Le silence règne dans ce petit bureau un peu froid ou parfois elle déchausse ses escarpins pour se mettre plus à l’aise, une main soutenant sa longue chevelure rousse alors que son regard saute de lignes en lignes avec avidité ou se perd vers le parc de l’unique fenêtre, l’autre main occupé à jouer avec un mugg de café frapper de l’image amusante d’une caricature de castor.
Après avoir frappé et entendu une voix assez ferme vous offrir le précieux sésame, La porte s’ouvrira bientôt et elle lèvera vers vous ses iris d’un vert troublant sans ébaucher un sourire bien trop jeune pour l’heure, mais ce regard profond n’aura qu’un seul message, s’enquérir de la raison de votre présence dans l’antre de la « légende ».

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaya Spencer
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 482
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Re: Conseillère Sociale : A Qui le touuuur ? ( Libre sur demande via MP)   Dim 21 Juil - 18:14

>> Quelques jours d'absence

... mais mon plan fut vite mis à l'eau. Mon objectif était simple : rentrer à toute vitesse, passer inaperçue, me planquer dans ma chambre sans que personne ne voie que j'étais revenue, manger en dehors des heures de repas pour ne croiser personne, et me faire touuuute petite le temps que cette affaire ne s'étouffe. Peut-être qu'avec un peu de chance les gens oublieraient mon passage à la télé et que tout ça finirait dans les méandres de la mémoire humaine. Je passai donc le portail de l'Institut, puis les grandes portes, je me glissai au travers du secrétariat pour me diriger vers les chambres quand...

PAF. Je m'étais faite intercepter. La secrétaire, dont je pensais qu'elle ne remarquerait même pas mon passage, m'apostropha en disant mon nom d'une voix forte et particulièrement glaciale. Génial... J'étais repérée. Je me mis à reculer, affichant un sourire innocent et demandant ce que je pouvais faire pour elle. Elle ne sembla pas attendrie par ma tête de gentille fille de bonne famille, et m'informa du fait que je devais aller voir la directrice adjointe, ainsi que la conseillère sociale. Bon. Ben pour la discrétion et le fait de ne pas croiser qui que ce soit d'important pendant deux mois entiers, le temps que l'affaire ne se tasse, c'était franchement loupé... Bon, la directrice adjointe, je l'avais déjà croisée une fois. Et la conseillère sociale... Et merde.

Lors de notre première rencontre, j'avais fait une remarque déplacée sur sa compagne (bon c'était une blague, après), j'avais défoncé sa porte, avant d'ensuite me couper les griffes et courir en hurlant dans les couloirs. Lors de notre deuxième rencontre, j'avais posé des questions manifestement chiantes concernant la passation chez les X-men. En somme, j'avais comme une impression sinistre d'aller droit vers mon exécution... Enfin, elle ne m'avait pas massacrée dans la salle de classe, note, donc mon appréhension était sûrement excessive, mais je ne pouvais pas me défaire de l'idée que j'allais me faire engueuler pour mes "petits exploits" de quelques jours auparavant...

Je pris malgré tout le temps de remonter dans ma chambre, de me doucher et de me changer. Après autant de temps à l'hôpital, autant dire que ce n'était vraiment pas de trop, d'autant que j'avais les mêmes fringues que je portais lors de la soirée. Bon, certes, ça avait été lavé (plus ou moins), mais porter quelque chose de propre me changerait vraiment la vie. J'optai pour un truc simple et confortable : un T-shirt d'un groupe de métal viking, un jean large, une paire de Rangers, pas de maquillage (enfin le strict minimum quoi). Déjà, ça allait mieux.

Ensuite, je dus prendre le temps de refaire mon pansement, puis de manger quelque chose. Je n'avais rien avalé de correct depuis la soirée (durant laquelle je m'étais bien goinfrée, ceci dit), et vu que les lieux étaient vides à cette heure-ci, je pus en profiter pour me goinfrer de viande. Comme d'habitude, en fait.
Une fois cela fait, je pris le chemin du bureau en question. Premier constat : la porte avait été réparée. Bien, ça. Au moins, ben... la porte... resterait, euh... fermée. Pourquoi je pensais à un truc aussi con ? Perte de temps. Second constat : elle était là. J'entendais un peu de bruit au travers de la porte -réparée donc ! important, ça- et je dus donc me résoudre à frapper à celle-ci. Qu'allais-je bien pouvoir lui raconter ? Probablement qu'un type m'avait tiré dess... Ah, oui, attends, merde. La vidéo était partout sur le net. Si je sortais qu'un mec m'avait tiré dessus, je doutais fort que ça soit très crédible...

Je n'eus de toutes façons pas le temps de réfléchir plus, vu que la rousse ouvrit la porte, semblant me demander du regard ce que je faisais là. Gardant de mon côté les yeux (enfin l'oeil) sur le fond du bureau pour éviter de croiser son regard, je déclarai d'une voix hésitante :

« 'jour... On m'a dit... 'fin de passer vous voir... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Conseillère Sociale : A Qui le touuuur ? ( Libre sur demande via MP)   Mar 23 Juil - 7:59


Elle souleva discrètement la manche de son chemisier pour regarder les trois cercles tracées au marqueur rouge sur son avant-bras puis son regard le porta instinctivement vers l’horloge où elle mémorisa l’heure. Hank n’avait pas son pareil pour lui proposer des expérimentations aussi contraignantes qu’étranges mais pour dire la vérité, elle se sentait soulagée d’avoir enfin parlé de sa découverte au professeur, c’était ça ou Amy l’y aurait trainé par la peau des fesses, folle d’inquiétude qu’elle était. L’Irlandaise avait toujours cicatrisé avec une facilité déconcertante, c’était un fait mais depuis les évènements de décembre, il semblait qu’elle cicatrisa TROP vite. C’est Amy qui l’avait remarqué lors d’une séance en Salle des Dangers où elle s’était vue infligée une large estafilade sur le flanc gauche sans avoir eu le temps de passer à l’infirmerie voir une soigneuse ensuite. Amy s’en était désolée le soir pratiquant l « ’examen » nocturne habituel et affolé au réveil constatant la disparition de la blessure alors qu’elle voulait y appliquer un antiseptique de fortune. Une nouvelle manifestation du gène X ? Fort probable d’après Henry. Trois cercles, trois entailles. C’était un peu barbare mais sous contrôle médical. Elle avait servi de cobaye plus tôt dans la matinée et était chargée de contrôler la guérison d’heure en heure. Déjà  Mc Coy lui avait fait remarquer avec son scalpel que la vitesse de cautérisation était fulgurante,  la blessure légère n’ayant quasiment pas saigné et l’entaille profonde ayant cessé de suinter en quelques seconde, un premier élément plus que surprenant.

Elle scruta le second cercle pour constater un effacement total de l’entaille. Le premier cercle ayant rendu son verdict moins d’une heure, voire la demi-heure, après le traitement. Le second, l’entaille sévère, s’était vu guéri en trois quant à l’entaille profonde du troisième cercle, la cicatrisation était parfaite et commençait à blanchir. Cait écarquilla les yeux en expirant, se rendant compte soudainement de ce que signifiait cette découverte. ENFIN une manifestation utile de son pouvoir ! Restait à comprendre le pourquoi et le comment. Sa réflexion fut interrompue par des coups brefs à la porte. Intriguée, puisqu’elle n’avait aucun rendez-vous de fixé, elle se dirigea d’instinct vers la porte tout en baissant avec un geste d’automatisme, le bras du vêtement de son chemisier afin de dissimuler les expériences.

Elle eut un bref mouvement de recul lorsqu’elle ouvrit la porte. Kaya Spencer, le Trublion Maladroit de l’Institut, même si elle se faisait relativement discrète ces derniers temps. Elle l’observa un instant avec une expression de perplexité en notant le regard  borgne « fuyant ».
Ca y est, à la vue de la blessure, elle se souvenait à présent pourquoi Emma lui avait demandé de la recevoir et combien elle avait au départ tenté de déléguer cette tâche à James plus enclin à l’autorité, pour éviter cette entrevue plus par « manque d’objectivité » que par débordement. Objectivité consumée par le fail de leur première rencontre, par les rumeurs qui avaient circulé sur elle et dont elle était responsable et par quelques « incidents » qui lui avaient été rapporté sur le comportement de la jeune fille et par des discutions avec sa fiancée à caractère privée au sujet de la Queen of Blade, fiancée qui ne la portait pas non plus en son cœur.

'jour... On m'a dit... 'fin de passer vous voir...

Et bien…C’était mal barrée, elle y mettait autant d’entrain qu’un rendez-vous chez le génico ou qu’un tête à tête avec son banquier soulignant par le « on », l’obligation de se présenter ici.
Fuzzy ouvrit un peu plus la porte en désignant d’un geste aérien le bureau et la chaise vide.

- « on » sera content, vous m’avez vu..

Mais je suppose que ca vous gave d’entendre ce que j’ai à vous dire au point d’adopter une attitude contrite et faussement attentive durant la prochaine demi-heure et de sortir d’ici à l’aide de vagues promesses, d’excuses maladroite et portée par une bouffée de soulagement d’avoir mit fin à l’entrevue. Pourquoi dans ce cas nous faire perdre un temps précieux ? Vous allez vous foutre de ce que j’ai à vous dire, le prenant au pire comme un moyen perfide de me venger, au mieux comme un prêchi-prêcha stérile…Alors pour c’qu’on en a à foutre des faux semblant…


Elle s’adossa à la porte tout en croisant les bras.

- J’aimerai que vous passiez cette porte parce que vous avez envie de discuter, pas parce que « on » vous a dit de le faire et je vais être tout à fait franche.
« on » m’a dit aussi de vous voir et franchement au départ ça me faisait chier d’une force aussi puissante que d’m taper un Hell Fest dans une fosse au premier rang ou un concert de One Direction. Mais j’ai cogité cette nuit pour comprendre pourquoi ca m’emmerdait  à ce point alors à 4 h du mat, je relisais votre dossier… Maintenant je sais pourquoi vous m’agacez…Parce que nous sommes pareils, nous avons eu le même passé de violence, la même soif d’exister, les même désillusions et le même sentiment d’être complètement inutile sauf que j’ai été beaucoup plus loin que vous dans la connerie et l’erreur. Coups de couteau et balles, moi aussi j’ai donné de même que les gangs, j’en ai encore la marque du tatouage sur l’épaule…Mais ce qui m’inquiète, c’est que je reproduis exactement avec vous ce que j’ai produit avec Emma Frost avant que je change grâce à cet endroit, avant que je trouve « ma » place. Je ne vous laisserai pas devenir la « nouvelle Caitlyn Elioth » parce que vous allez perdre un temps précieux et stagner à défaut d’avancer.

Autrement dit, on arrête les conneries Kaya Spencer parce que vous pouvez devenir quelqu’un d’important, vous pouvez mettre votre fougue au service des autres t si vous voulez devenir ce que je suppose que vous pouvez être, vous aurez mon aide et ma patience et même mon amitié.

Parce que sinon, la prochaine fois que vous voulez jouer les héroïnes sur Youtube sans y avoir été préparée correctement, vous virez d’ici…si vous en sortez vivante, petite idiote !
Parce que sinon, si vous faite fi de ce que je vous disais lors de cette présentation concernant « cette attitude » à agir qui font un X Men et que peu de personne ont en eux et que manifestement je vois en vous, vous pouvez sortir d’ici en considérant que « on » s’est vu…

Ce choix vous appartient Kaya, je suis la main qui guide, pas celle qui frappe et vous ? Qu’est-ce que vous voulez être ?


Elle attendait, s’étant décaler pour lui désigner le bureau et cette chaise vide.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaya Spencer
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 482
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Re: Conseillère Sociale : A Qui le touuuur ? ( Libre sur demande via MP)   Mar 23 Juil - 11:13

Elle eut un mouvement de recul. Ce n'était pas très bon signe... Je n'aimais pas beaucoup ça. Je n'osais en tout cas toujours pas le regarder. Pas parce que je voulais me tirer, mais simplement de peur que ça soit interprété comme un signe de défi, ou quelque chose du genre. Je n'osais pas la regarder, non par manque d'intérêt, mais par peur d'encore mal faire, ni plus ni moins. Puis elle répondit, et je l'écoutai... Sans rien répondre. Je tentais de retenir chaque mot, de bien comprendre de quoi elle me parlait, mais je ne dis d'abord rien.

Une fois qu'elle eut terminé, je rentrai alors assez doucement dans la pièce, toujours l'air hésitante, avant de m'asseoir comme elle m'avait proposé de le faire.

« D'abord... Je suis désolée si ce que je dis est pas clair... Mais j'ai une migraine de dingue. Pour ça, ils m'ont filé des cachets avec de la codéine, résultat je suis un peu à l'ouest et j'ai toujours aussi mal. Donc si je dis des trucs pas clairs c'est pas que j'ai pas écouté, que je m'en fous ou je sais pas quoi, c'est que je réfléchis... un peu au ralenti. »

Bon... J'y étais. Je n'avais pas été reçue avec les bras ouverts, mais pas les bras fermés non plus. J'aurais sûrement eu en temps normal tendance à me focaliser exclusivement sur la première partie de ce que Caitlyn m'avait dit, mais pour cette fois-ci, je fis un effort (conséquent) pour ne pas rester uniquement sur le négatif. Je me sentis toutefois obligée de préciser :

« Donc... ne présumez pas d'mes intentions... Ce que j'ai envie de faire, vous en savez rien. Ni vous, ni personne. Même Amy s'est plantée. Je lui ai donné de moi une image... merdique, parce que je savais pas comment me comporter. J'avais aucune idée de ce qu'était l'Institut, de comment il fonctionnait, de qui y vivait, donc j'ai improvisé en mettant en avant une fausse personnalité, dont j'avais espéré qu'elle conviendrait. J'm'étais plantée. Résultat, je me suis faite défoncer. C'était mieux sur la fin... Mais par ce choix pourri, j'me retrouve avec déjà une personne qui me déteste. »

Soupirant longuement, je continuai :

« Et lors d'notre rencontre... J'ai totalement paniqué. J'n'avais vu que des mutants surpuissants jusqu'ici. J'ai un peu fait la maline pour apaiser la tension, mais résultat y'a eu... je sais pas, les éclairs, j'ai pris peur, mes griffes se sont plantées dans la porte, et tout est parti en bordel incompréhensible. J'ai vraiment cru que j'allais m'faire tuer. Voilà pourquoi j'ai pris peur. Et du coup la liste des gens qui peuvent pas me voir bah... j'venais de la doubler. »

Après m'être brièvement frotté le visage, j'observai rapidement le bureau. Il avait été remis en ordre, depuis la dernière fois... Un souvenir que je préférais laisser de côté pour le moment, en tout cas.

« Quand vous dites que je n'ai qu'une envie c'est de me barrer, que j'en ai rien à foutre de ce que vous avez à dire, et autres... Ben c'est d'la merde. En fait, c'est exactement comme quand je me suis mise à dire et à penser que vous vouliez me tuer et qu'Amy voulait trouver un moyen de m'écraser et de me renvoyer. L'une comme l'autre, nous avons présumé des intentions des autres, et on s'est plantées. Totalement. La vérité c'est que j'ai aucune idée de ce que vous ou Amy pensez. Et de la même façon, vous avez aucune idée de mes intentions. »

Gardant le silence une seconde, je finis par arriver à fixer mon regard (enfin mon demi-regard) dans celui de la rousse.

« Comme je disais à Josh... Je suis pas le genre de personne qu'on force à faire quoi que ce soit. C'est p'tet pour ça que personne m'aime vraiment. Je fais ce que je veux quand je veux, les gens pensent que ça me rend peu fiable. Je pense que c'est l'inverse. C'est parce que je fais ce que je veux, et non ce qu'on m'ordonne, que je le fais avec plus de conviction et de volonté que n'importe qui d'autre. Je me suis mise une balle dans la tronche pour sauver 200 connards que je connais pas, parce que je le voulais bien. Et je suis là parce que j'en ai envie. Si j'avais eu envie de partir à Rio, je l'aurais fait. Mais j'ai envie de faire quelque chose d'utile, de bien. Je sais que ça paraît totalement con et que ça fait mauvais film Hollywoodien, "Je dois faire quelque chose de bien" ou "combattre pour la justice" et autres, mais c'est ce que je veux faire, alors je le fais, avec ou sans l'approbation de qui que ce soit. »

Bon je m'étais lancée dans de ces discours de merde... Sûrement la codéine. Mieux valait arrêter les dégâts avant d'encore une fois passer pour je ne sais quel genre de monstre.

« 'fin je vais essayer de pas être trop prolixe, mais en gros... C'que j'veux dire c'est que j'veux pas... foutre la merde, ou mépriser quiconque, ou ce que les gens semblent penser. Je veux juste faire quelque chose d'utile, mais je m'y prends mal parce que j'ai des pouvoirs de merde qui servent à rien, et que je sais pas m'y prendre avec les gens. Ça s'arrête là. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Conseillère Sociale : A Qui le touuuur ? ( Libre sur demande via MP)   Mar 23 Juil - 13:26

Un léger et très discret sourire sur ses lèvres alors qu’elle refermait la porte derrière elle et qu’avec un pas flânant elle vint s’installer à sa place tout contre son bureau, elle se contenta de l’écouter longuement, posant le plat de sa main sous son menton en une écoute attentive et polie. Son visage presque figé ne changea pas lorsque la pauvre borgne posa son demi-regard sur elle en égrainant ses mots. Une fois la charge passée, l’Irlandaise se contenta d’une forte inspiration trahissant un long retour à la réalité et s’empara de son mugg castor pour le faire tourner machinalement entre ses doigts. Le silence devint pesant et lourd, entretenu par ce regard d’émeraude ou luisait les traces d’une intense réflexion.

Elle se pencha vers elle très lentement puis murmura avec un ton d’une tristesse infinie chargé de regrets.

- Vous ne serez jamais X Men, Kaya.

Elle laissa un instant s’échapper avant de perdre son regard par la fenêtre avec nostalgie.

- Je tacherai à l’avenir de ne plus présumer de vos intentions et vous ferez de même pour moi et pourtant…si vous saviez…combien c’est rassurant que l’on présume de vos intentions puisque cela signifie au fond que vous prête un peu d’intérêt et que vous existez dans le regard d’un autre.
C’est un gros cliché n’est-ce pas ? La « vieille » navrée de voir la jeune se contredire entre cœur et espoir et se désespérer de voir cette autre soi-même tenir les mêmes discours de merde qu’elle a tenu jadis…Parce que vous vous contredisez Kaya, parce que vous vous êtes paumée en route…et franchement, ça m’attriste plus que toutes les conneries que vous pourriez faire entre ces murs.


Elle déposa la tasse avec un soupire.

- Vous êtes votre pire ennemie. Votre forte personnalité va vous empêcher de comprendre vos faiblesses et de voir que si on vous « force » la main c’est pour aider à grandir.
A votre age, j’étais comme vous…j’avais exactement le même discours…persécutée, monde de merde, pouvoir de merde, je veux être utile mais personne ne m’dira c’que je veux faire, gnagnagnaaa !


Elle eut un petit rire méprisant teinté de tristesse tout en secouant la tête.

- La vérité Kaya, c’est qu’on ne devient meilleure, on ne développe son potentiel et on ne trouve sa place que lorsqu’on se met à comprendre que sans les autres, on n’est rien.
Votre vie ne sera utile que si VOUS êtes utile aux autres mais pour se faire vous devez apprendre à l’être et si vous voulez apprendre vous devez respecter des règles fixées par ceux qui connaissent le chemin sur lequel vous vous engagez.
Vous avez une image de vous effroyable parce que vous manquez de confiance en vous mais cette confiance, elle ne viendra que du regard des autres, c’est pour les autres que vous deviendrez meilleurs et ce travail…il ne peut s’accompagner de « je fais ce qui me plait ».


Elle a fixa avec un demi sourire indulgent.

- Protéger un idéal et la justice de cet idéal implique des responsabilités, et ses responsabilités ne peuvent pas se prendre avec la légèreté d’une « idée subite ».
Cet endroit sert à deux choses, aider les jeunes à se trouver et trouver une place et créer une élite capable de défendre un idéal. Je crois, en toute sincérité malgré votre discours « de merde » que vous avez l’étoffe pour faire partie de la seconde catégorie, même si VOUS, vous ne le voyez pas encore : c’est mon job…c’est dans mon sang…je vois ce que vous pourriez devenir, en bien, comme en mal.  
Mais vous ne deviendrez jamais une X Men si vous ne comprenez pas la base de ce que nous sommes.
Une équipe.
Nous sommes une équipe et une famille.
Un ensemble d’individus capables d’agir comme une entité pour sublimer un idéal ou contrer une menace soudés par une confiance les uns envers les autres.
Je ne m’entends guère avec Miss Frost et pourtant je n’hésiterais pas un instant à me jeter dans la mêlée pour sauver sa vie comme elle l’a fait pour moi. Je déteste qu’on me donne des ordres et me rebelle en permanence par caprices, mais Qu’Ororo que je considère comme ma mère, hausse le ton avec moi et j’exécuterai son ordre parce que j’ai confiance en SON jugement.
Nous ne faisons pas « ce que nous voulons », nous dépendons les uns des autres.

Mais Kaya…vous n’êtes pas Spider-Woman…combattre seule « pour la justice » et qu’importe ce qu’on vous dit…En ce cas, mettez une cagoule et sortez courir les rues pour…pour vous faire tuer ! Sachez que mon beau-frère, le mari de la propre sœur d’Amy, a fait cette même folie avec des dons infiniment plus puissant que vous…il a laissé derrière lui une jolie veuve et des enfants à peine nés, il y a quelques mois.

Quand je suis arrivée ici, je rêvais de devenir X Men et de « voler dans les airs » aux cotés de mon idole Storm pour « sauver le monde ». Maintenant, après un arrêt cardiaque, une mort, une résurrection et une tonne d’heures de souffrance en tout genre et des litres de sang versés…j’ai compris que la seule chose qui comptait c’était de sauver des jeune comme vous !!!


Elle laissa passer un silence, une expression navrée.

- Non…tu ne seras pas une x men…parce que seule…c’est trop de souffrance, parce que j’veux pas que tu vives c’que j’ai traversé. Mais laisse-moi une chance de t’apprendre à devenir ce que j’ai vu en toi. Laisse moi te montrer en quoi tu peux être utile et fais moi confiance.
Après, tu feras comme bon te semble.


Un bref regard vers la seule photo encadrée sur le mur, le Golden Bridge de San Francisco.

- Ce monde vaut bien une messe. Chaque talent s’éduque, chaque geste peut préserver l’innocence, chaque volonté de bien faire doit être écoutée et chaque main…doit être tendue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaya Spencer
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 482
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Re: Conseillère Sociale : A Qui le touuuur ? ( Libre sur demande via MP)   Mar 23 Juil - 17:38

Et bim, allez. La première phrase qu'elle me répondit fut probablement la pire possible. Un absolu écrasant, indiscutable, qui ne souffrait aucune discussion. C'était comme ça, et pas autrement. Je détournai instantanément le regard pour me focaliser sur la première chose que je pus apercevoir... En l'occurrence, il s'agissait d'un pot de crayons. Ce n'était pas bien fascinant, je devais bien l'avouer (quoique, je pourrais sûrement inventer une histoire rocambolesque à ce pot de crayons), mais je voulais à tout prix que mon regard ne soit pas visible, comme si le fait de ne pas regarder quelqu'un l'empêcherait de lire mes émotions. Je savais bien que ce n'était pas le cas, mais je ne pouvais pas m'en empêcher. Quand l'armure était pénétrée, voire brisée, j'avais une attitude de repli total en attendant que l'orage ne passe.

En temps normal, j'aurais fait la même chose qu'avec Amy. J'aurais arrêté d'écouter et réduit la communication à son plus strict minimum afin de réduire au maximum la durée de l'échange. "Oui", "Non", et rien d'autre. Cela m'aurait permis, hé bien... De fuir, comme elle l'avait plus ou moins prédit. D'un autre côté, ce n'était pas très difficile... Moi aussi je pouvais faire des prédictions à la con. Tiens, "Je prévois que tu vas m'engueuler", et hop, je te mets un gros pain dans la tronche. Forcément, dans ces conditions, c'est simple de prédire ce qu'il va se passer. Et prédire d'avance : "Tu vas t'enfuir" puis dire pile ce qu'il faut pour me faire fuir, je ne trouvais pas forcément ça très glorieux non plus...

Mais d'un autre côté, je me doutais bien que personne ne changerait de façon de faire. J'avais des options... Me mettre ainsi en position défensive, ou me laisser totalement aller à la déprime, ou faire comme si ça ne me gênait pas... J'ignorais quelle attitude afficher, je décidai donc pour le moment de remettre la décision finale à plus tard. Elle continuait de parler, et j'aurais donc tout le loisir de réfléchir à ce que je devrais faire une fois qu'elle aurait terminé.

Je finis par soupirer avec un air pensif, une fois qu'elle eut terminé, observant le tableau. Oui, j'étais d'accord avec la majorité de ce qu'elle venait de dire, mais je sentais qu'il y avait encore une certaine confusion à mon sujet. J'avais peut-être tort, attention... au fond, je n'étais (hélas) pas télépathe.

« C'est là qu'il y a une incompréhension, je pense... Je sais que sans les autres, on n'est rien. Et c'est à cause de ça que je sens que je ne suis rien, que je ne vaux rien... Car je n'ai pas été, comme vous le dites, "persécutée", ou "je veux être utile mais personne ne m'dira quoi faire". J'ai été ignorée, et je veux être utile mais personne n'a jamais voulu de mon aide. C'est toute la différence... Je ne rejette pas les autres, ni le travail d'équipe, ni le fait d'obéir à un ordre venant d'une personne de confiance qui a de l'expérience. C'est simplement que l'équipe n'a jamais voulu de moi, sans même me laisser ma chance. Encore aujourd'hui d'ailleurs. "Vous ne serez jamais X-men", alors que je n'ai même pas pu essayer de devenir quelqu'un de meilleur. »

Je me mis à réfléchir un instant, tournant de nouveau les yeux ('fin l’œil, quoi) vers Caitlyn.

« Je vais ignorer cette phrase, cette enclume de l'échec qui m'a été jetée dessus. Parce que j'en ai marre. Parce que je commence à réaliser dans quoi je suis. Je suis seule, mais pas solitaire, et cette sensation d'inutilité et d'isolement commencent à attaquer trop sérieusement. Cela va faire trois semaines que tous les soirs je vais casser mes griffes et mes lames sur un poteau en métal dans le parc, dans un fol espoir que ça me permettra de développer un pouvoir utile... Mais je commence à me dire que ce "fol espoir" n'est p'tet qu'une justification pour le simple fait de m'autodétruire. Merde... Je me suis tiré une balle dans la tête. Et pas dans une zone dont je sais qu'elle est résistante, comme la poitrine ou le crâne lui-même. Non, dans l’œil, l'endroit dont je suis sûre que c'est le moins résistant de tous, celui où j'ai le plus de chances d'y passer pour de bon. »

Soupirant longuement, une nouvelle fois, je repris alors avec une mine plus déterminée.

« Je pourrais du coup prendre ça de plusieurs façon, cette phrase, comme quoi je ne pourrai jamais réussir à être une des X-men. Je pourrait la traduire en : "Tu es tellement inutile et pourrie que tu n'y arriveras jamais, ça sert à rien d'essayer, va plutôt jouer aux billes" et reprendre ma vie autodestructrice. Je dis pas que vous avez dit ça, je dis que c'est la façon dont je l'ai entendu quand vous l'avez dit... Ou alors, je peux ignorer cette phrase, et tenter quand même, parce que j'en ai marre de servir à rien, j'en ai marre de me torturer toute seule physiquement et mentalement, et parce que je sais que rien que le seul fait d'essayer, même si j'échoue, ça sera un progrès. »

Mon regard redevint un peu plus vague alors que j'affichais un sourire assez triste.

« Vous voulez me montrer ce que vous avez vu en moi, en quoi je peux être utile, et que je vous fasse confiance ? Je crois que vous ne comprenez pas bien... Je n'attends que ça depuis 20 ans, 20 années où personne n'a jamais rien vu en moi et où tout le monde s'est totalement foutu de ma confiance. J'accepte du coup, vous n'imaginez pas à quel point... Mais la seule chose où je ne vous crois pas, c'est quand vous dites que j'échouerai forcément. Parce que je refuse d'y croire, même si ce n'est pas logique. Je sais que tout est contre moi. Qu'on le veuille ou non mes pouvoirs sont loin de ceux des X-men, très loin derrière. Je suis sportive mais pas exceptionnelle non plus. Je réfléchis vite mais je n'ai pas un super-esprit. Je ne suis pas mauvaise, je suis juste... Objectivement parfaitement médiocre en tout. N'importe quel observateur extérieur dirait que je n'ai aucune chance, mais je prends le parti de n'en avoir rien à carrer et d'essayer quand même. Je vous fais donc une totale confiance. Juste pas là-dessus. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Conseillère Sociale : A Qui le touuuur ? ( Libre sur demande via MP)   Mar 23 Juil - 19:32

Caitlyn se frotta les tempes posant les coudes sur la table tout en l’écoutant affichant une expression de contrariété évidente mais se força à conserver un silence pesant durant l’explication de la jeune fille. Elle leva un regard ou se mêlait agacement et impatience.

- Tu ne m’écoutes pas…tu ne m’écoutes pas et tu m’épuises. Tu veux développer un pouvoir plus puissant ? j’en ai un pour toi : la sodomie verbale. X Men ce n’est en RIEN une question de puissance et te « mutiler » le gène ne t’amènera qu’à une catastrophe et ça je connais quelqu’un qui pourrait t’en raconter un bout la dessus.
Tu ne deviendras jamais X men TANT que tu te conduiras ainsi tant que tu viendras geindre sur ton « insignifiance » ta petitesse et ta mauvaise étoile. Je vais faire plus clair je l’emmerde ta mauvaise étoile ! Je l’emmerde d’une force que t’as même pas idée. Est-ce que le message passe plus simplement ou dois l’écrire en Klingon ?
Bien…Passons au plus important.
Règle numéro un : je crois en toi implique que tu vas en chier, implique tu vas un peu la mettre en veilleuse sur le pathos et te retrousser les manches.
Je ne veux plus de tes excuses et de tes jérémiades, je veux TES actes, ta sueur et ton abnégation et tu m’auras toujours dans le dos pour trois choses : te relever lorsque tu seras tombée d’épuisement, te protéger en cas de coup durs et te refoutre tes belles paroles en pleine gueule dès que tu commenceras à couiner.


Elle se redressa pour s’adosser contre le siège en s’étirant comme un chat et lui adressa un demi-sourire.

- Tu as ta chance, Kaya Spencer. JE te veux dans mon équipe…L’équipe de récupération des jeunes mutants en milieu urbain. C’est l’antichambre de la X Team. Ce qui implique qu’à présent, tu vas t’entrainer sérieusement et être amené à occuper autrement ton temps. Dès demain, tu iras au gymnase pour te présenter à Jubilée, elle est en charge de l’entrainement physique des jeunes recrues…Si tu décroches, elle te virera un grand coup de pompe dans l’arrière train. Elle a fait de moi une X Men, je mets volontiers ma vie entre ses mains. Quand elle te jugera prête à passer à un autre niveau, tu seras admise à mes côtés en Salle des Dangers.

Un jour quand tu sortiras de cette saleté de salle avec ton X sur la fesse et que je verrai en toi une sœur, tu pourras me claquer TES vérités en pleine gueule et j’en serais ravie entre deux crises de larmes de fierté.


Elle ouvrit son tiroir et après y avoir cherché quelque chose entre plusieurs dossiers impeccablement rangés et dont elle ignorait jusqu’à l’existence, jeta deux pièces de monnaies sur la table.

- On meurt de chaud ici, va nous chercher deux cocas et papotons…enfin, si le job t’intéresse. Parce que je suppose que t’as des questions.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaya Spencer
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 482
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Re: Conseillère Sociale : A Qui le touuuur ? ( Libre sur demande via MP)   Mar 23 Juil - 21:11

« C'est pas que j'écoute pas. C'est juste que c'est pas parce que j'écoute que je suis forcément d'accord. Et c'est pas parce que je suis pas d'accord que je pense que tu dis de la merde, aussi. J'ai juste pas la même vision des choses. Après p'tet que ma vision est fausse, chais pas. Ce serait pas la première fois. »

Je haussai en tout cas les épaules, écoutant le reste, le "plus important". Que ça ne soit pas facile, je m'en doutais. Tant pis. J'avais un tempérament... Pas têtu, vu que je pouvais facilement changer d'avis si on m'expliquait de façon simple et logique pourquoi j'ai tort. Mais quand je démarrais quelque chose, je n'aimais pas laisser tomber en route... Même si c'était physique, même si c'était difficile, et toutes ces conneries. Si je sentais qu'un truc était important, je ne le laissais pas tomber, j'étais bien trop acharnée pour ça. Je ne comptais tomber qu'au moment de crever, et avec un peu de chance, ça serait le plus tard possible. 'fin... J'avais pas non plus de grande certitude, car même si je faisais confiance à la rousse et comptais me lancer malgré mes incertitudes, je n'étais pas aussi sûre qu'elle de la non-importance des pouvoirs. Qu'on le veuille ou non, en étant invulnérable, on prenait forcément moins de risques en grimpant l'Himalaya qu'en étant un vieux de 80 ans avec de l'arthrite, même si le vieux y mettait toute la meilleure volonté du monde.

Enfin je n'étais pas encore une vieille avec de l'arthrite, et avec un peu de chance une quelconque utilité serait trouvée à ma capacité exceptionnelle à couper le jambon lors des pique-niques. C'était peut-être comme ça qu'elle voulait me rendre utile ? Faire de moi la cantinière des X-men lors des missions ? Cette idée faillit m'arracher un petit rire bête, mais je parvins à me retenir pour écouter le reste.

Et le reste me laissa un peu sur le cul. Elle me voulait dans son équipe ? Ces simples mots m'arrachèrent un immense sourire de joie, que je m'efforçai de cacher. Et ce fut un échec, ça se voyait que je tentait de ne pas afficher un grand sourire idiot, sans grand succès. Il s'agissait de l'équipe de récupération des jeunes mutants en milieu urbain... Certains pouvaient peut-être voir ça comme les éboueurs des X-men, mais pour ma part je comprenais assez facilement l'importance de ce genre de tâche. Si j'avais été récupérée par une telle team trois ans auparavant, ma vie aurait peut-être été nettement moins problématique... Si je pouvais donc contribuer à rendre la vie de certains jeunes mutants perdus plus simple et moins chaotique, je me sentirais déjà bien plus utile qu'en ce moment à glander et faire des œuvres d'art avec des chewing gum mâchouillés, et courir après des corbeaux.

Elle finit par me lancer des pièces de monnaie, que je ramassai avec un air curieux... Et compris finalement mieux de quoi il s'agissait quand elle parla de la chaleur, du coca, et compagnie. J'avais plutôt envie de, ben... la même chose que d'habitude. Je me levai donc sans dire un mot, mais avec un air plutôt content malgré tout, sortant du bureau pour aller chercher une canette de coca bien frais et une petite brique de lait chocolaté. Le chemin du retour me laissa le temps de réfléchir un peu à tout ça, avec un brin de recul. Je n'avais rien contre le fait de travailler en équipe. En fait, au contraire, ça aurait été un changement plus que bienvenu, même s'il était... Stressant. Car j'avais maintenant peur, très très peur, de décevoir. Je savais que je me donnerais au maximum, comme je le disais je n'était pas du genre à laisser tomber, mais... Cette crainte sourde était encore là. Il me faudrait sûrement un peu de temps pour me débarrasser de cette appréhension.

Je n'eus pas trop le temps de réfléchir plus, vu que je venais d'arriver au bureau. J'ouvris donc la porte, observant de nouveau l'intérieur avant de finalement retourner m'asseoir et poser la canette près de Caitlyn. Cela fait, je plantai la petite paille en plastique dans la briquette de lait avant de siroter d'un air pensif. Après quelques secondes, je finis par reprendre la parole :

« Le job m'intéresse, et j'ai des questions. Tu parles de "voir en moi", et tout ça... Mais je dois t'avouer que je vois pas grand chose. J'ai une volonté... de fer j'oserais dire, mais ça ne veut pas dire que je sais où je vais. Tu dis que tu sais comment faire pour que je sois utile, jusque là je te crois, mais... Comment tu veux faire ça au juste ? Participer au groupe de récupération, ça c'est une chose, majeure j'ai envie de dire. Je pense que si j'avais été "récupérée" ma vie aurait été nettement différente... Mais je sais pas comment bien formuler ça... C'est pourri comme question. 'fin, qu'est-ce-qu'il y a à voir au juste ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Conseillère Sociale : A Qui le touuuur ? ( Libre sur demande via MP)   Mar 23 Juil - 23:06

Elle décapsula la canette avec une dextérité déconcertante avant de poser sur son front le métal froid avant de lâcher un soupir d’aise, puis sans avoir gouté le contenu et usé du contenant, elle la reposa sur le bureau en laissant échapper un soutire amusé .

- Question légitime hein…Mais à double sens…"Qu’est-ce que peut bien foutre une équipe de ce genre et qu’est-ce que je peux bien y foutre ?" J’ai bon
?

Elle se pencha vers elle et désigna le T Shirt de la jeune fille du bout de l’index avec un sourire malicieux.

- C’est ça qui m’intéresse et c'est là-dessus que je bosse !

Elle leva les yeux au ciel d’une manière blasée devant la mine ahurie de la jeune mutante.

- Mais non…Pas le groupe de métal, ce qu’il y a en dessous du t-shirt ! Et si tu penses à tes seins, je te retourne une droite dans la tronche. Ce qui m’intéresse, c’est le cœur. J’ai l’impression de me rabâcher à chaque fois, mais ce qui fait un X Men ce n’est surement pas l’utilisation des pouvoirs, puissants ou non, mais les capacités somme toute « humaines » qu'il peut mettre en exergue et qui font de lui un ambassadeur d’un idéal d’intégration et de paix. On n’est pas des conneries de Témoins de Jehova ou autre vendeurs d’encyclopédies mais si nous même on n’est pas foutu de montrer aux nôtres et à ceux qui nous détestent que NOUS pouvons réellement vivre ensemble, ce monde ne va pas tenir longtemps et il est déjà au bord du clash.
Je pense sincèrement que seuls les accidentés de la vie peuvent comprendre et apaiser ceux qui ont vécu les mêmes choses. Tu connais la rue, tu en viens. Tu sais cette souffrance d’être différente et ignorée…tu crois que c’est un boulet que tu traines comme une malédiction comme une fatalité d’être incomprise et injustement boudée…ça, tu vas en faire ta force, cette volonté d’avancer et de faire les choses que tu penses justes, ça va devenir ton but et cette frustration, ton instrument pour y parvenir.
Si tu es nulle en maths, faut bosser les maths…T’es une quiche en société et pour aller au-devant des autres ? Et ben je vais t’y pousser parce que quand tu seras devant un gamin tremblant qui ne sait pas ce qui se passe avec son corps, c’est de toi qu’il attendra des réponses et tu deviendras…cette main qui guide. Et tu en as besoin de le devenir pour te sentir à ta place.

D’ailleurs, tu as déjà commencé à le faire non ? j’ai eu vent de ta visite à Kaede…C’est ma petite protégée et c’est cette même équipe qui l’a ramené ici. Tu as su trouver les mots, tu sais le faire…on me l’a rapporté. Sache que Kaede est sans doute plus dangereuse que moi en terme de puissance au point que j’ai dû la confier à la plus puissante de nos…résidentes. Et pourtant…tout s’est bien passé. Pose-toi la question ? Les « gros » pouvoirs étaient-ils nécessaire durant cette rencontre, non ? C’est Kaya qui a trouvé les mots, pas l’héroïne en devenir.

C’est cela que je veux d’abord que tu apprennes, pour pouvoir aller au-dessus, il faut déjà que tu maitrise ce premier palier : être cool avec ce que tu es, humainement parlant. Et ça, tu ne peux l’être qu’au contact des autres en aidant en rassurant, en écoutant…
Je viens juste de te résumer les 3 qualités fondamentales d’un X Men : Aider l’autre, le rassurer, l’écouter.

L’étape suivante est plus simple parce qu’elle ne découle que de l’entrainement « physique » : contrôler son don, être capable de défendre et de se défendre, faire des choix. C’est ce qui te fait le plus peur, uniquement parce que tu ne maitrise déjà pas la première étape.


D’un geste, elle fit basculer son PC portable afin de lui montrer l’écran et d’ouvrir en un clic un fichier montrant la fameuse vidéo Youtube.

- Ce que je vois en tant que X Men.
Un pouvoir que tu juges merdiques et qui t’a sauvé la vie car manifestement tu aurais dû MOURIR Kaya, c’est juste que tu te focalises tellement sur ce que tu ne peux pas faire que tu en oublies ce que tu sais déjà faire.
Je vois quelqu’un qui n’a pas hésité à défendre des innocents.
Et je vois enfin quelqu’un qui a fait un choix…
Avec du travail, tu aurais pu le maitriser avant même qu’il ne te force à protéger et faire un choix, juste une question de contrôle…pas de pouvoir. Et ça ma grande, ça s’apprend et ça se travaille TOUS es jours.
Tu vois…t’es loin d’être nulle, non ?


Elle fit une pause pour boire une gorgée pour boire son coca et ajouta entre deux descentes.

- Humm j’sais, je n’ai pas encore répondu à la partie sur l’équipe de récupération mais ça déjà est-ce que ça t’aide à y voir plus clair ?

_________________


Dernière édition par Caitlyn Elioth le Mer 24 Juil - 6:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaya Spencer
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 482
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Re: Conseillère Sociale : A Qui le touuuur ? ( Libre sur demande via MP)   Mer 24 Juil - 6:19

C'était "ça" qui l'intéressait... ça... J'observai mon T-shirt avec un air assez, comment dire... perplexe, haussant un sourcil. Elle s'intéressait au... Ah, elle précisa que ce n'était pas le groupe de métal, ce qui ne fit qu'accentuer ma confusion. De quoi ? Non parce qu'en dessous du T-shirt y'a mes... ahhhhh le coeuuur, tout çaaaa, d'accooooord... Pfff c'était pas facile tous les jours quand même. Enfin du coup elle pensait important de voir si les candidats étaient avant toute chose des gens ayant une volonté sincère de vivre ensemble avec les autres. Ce n'était pas un raisonnement idiot, car en se mettant à engager des cow boys, ils se retrouveraient sûrement très rapidement avec une quantité d'emmerdements assez surréaliste, autant le dire. Sans compter que je n'aimais pas ce tempérament... J'étais du genre à n'attaquer que quand il n'y avait absolument plus le moindre recours possible, du coup, je m'entendais assez mal avec les types un peu bourrins sur les bords...

En tout cas... Moi, devenir une main qui guide ? Je devais avouer que je ne savais pas trop quoi penser de cette idée. Je veux dire... Je n'étais déjà pas foutue de me guider moi-même, alors les autres ? Enfin... Cait disait qu'elle avait été elle-même dans une situation similaire à la mienne, et même si elle n'était très clairement pas mentalement bien saine (non mais, hein, c'est vrai quoi), elle semblait avoir en tout cas franchi le pas. Peut-être serais-je capable de faire la même chose. Ouais. Ou peut-être pas, de toutes façons, je ne pouvais pas encore prédire l'avenir, donc j'imaginais qu'il serait nécessaire d'essayer pour voir le résultat.

Et là, elle évoqua la visite à Kaede... Et merde. C'était sûrement la jeune japonaise qui en avait parlé. Je ne lui en voulais pas, je savais qu'elle était d'un tempérament... Assez enfantin, décalé, perdu, même. Mais à ma plus grande surprise, je n'eus pas de problèmes particuliers. En fait, la rousse semblait plutôt satisfaite de l'issue de notre rencontre, alors que la jeune résidente semblait pourtant être une mutante particulièrement puissante et dangereuse. Dangereuse, oui, c'était évident... Même quelqu'un sans pouvoirs mais aussi instable pouvait être un danger public. J'eus quelques brèves réflexions à ce sujet, mais décidai de les laisser de côté pour plus tard. Je les oublierais sûrement après, comme d'hab, héhéhé.

Puis après m'avoir indiqué les qualités principales d'un X-men, qui me semblaient être quand même aussi celles d'une assistante sociale, elle me remontra la vidéo.

« Ahhhh ouais, je me rappelle de ce truc, je crois que j'y étais ! » lançai-je avec un air amusé avant qu'elle ne lance celle-ci.

Ce n'était ni méchant ni moqueur, juste... J'avais souvent besoin de relâcher la tension, et dire des conneries qui n'ont que peu ou pas de sens était ma façon de le faire. En attendant, je n'avais pas un air très ravi en observant le déroulement de la scène, de l'extérieur. En fait, au moment du tir, je parus comme un peu absente alors que je me remémorais les pensées qui m'avaient traversé l'esprit furtivement, lors de la chute... J'avais pensé à pas mal de choses, mais dans mon souvenir, je ne m'étais jamais dite "j'espère que je ne vais pas mourir", ou "dieu merci je suis encore là". A aucun moment. Cette seule idée, avec le recul, me faisait assez peur.

Je finis en tout cas par hocher la tête, répondant finalement un peu plus sérieusement :

« Concernant Kaede... J'avais l'impression de devoir faire quelque chose, qu'elle ne pouvait pas s'en sortir seule et que j'avais je sais pas, une sorte d'obligation de me rapprocher d'elle pour l'aider. Peut-être qu'elle n'avait pas besoin de mon aide, après, je sais pas... J'avais juste cette sensation-là. Maintenant... Je pense que les pouvoirs et leur puissance ont tout de même plus d'importance que tu ne le dis. Tu n'as pas dit "j'ai confié Kaede à la mutante la plus douce et la plus compréhensive de l'Institut". Tu as dit : "à la plus puissante". Comme quoi... Moi qui m'imaginais déjà continuer de guider tranquillement la nouvelle pour qu'elle essaie d'être plus en paix avec elle-même, c'est raté car je n'ai pas la puissance nécessaire. »

Je soupirai avant de finalement hausser les épaules et de secouer la main l'air de dire "oh puis merde".

« Enfin on va pas passer la nuit là-dessus, malgré ça je comprends ce que tu veux dire, sur l'importance de la compassion et autres. C'est vrai que lancer une équipe de gros bourrins dans les rues, ça ne risquerait que de créer une seule chose : des emmerdements. J'imagine que devenir quelqu'un de fiable à ce niveau me demandera aussi un peu d'entraînement... Mais concrètement, comment ça se passe, les récupérations ? Vous vous promenez au pif dans les rues avec un uniforme "service d'accueil des X-men" et un camion de glaces, ou vous avez quelqu'un qui peut détecter les mutants ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Conseillère Sociale : A Qui le touuuur ? ( Libre sur demande via MP)   Mer 24 Juil - 10:59

Un fois de plus l’Irlandaise soupira lourdement lorsque Kaya aborda son point de vue sur la manière dont Kaede était prise en charge par l’Institut. Elle se tourna un instant vers elle et lui lança un regard noir.

- Et voilààà c’est typiquement ce qui m’agace avec avec toi. Un point de vue réducteur et une fois de plus centré sur ta petite personne. Il y a un monde autour de toi Darling, faudra bien que tu te retires la tête des fesses un jour. Rien ne t’empêche d’aller lui parler à Kaede et ce choix de confier la P’tite Cornue à cette personne n’à rien avoir avec une brimade mais une raison sécuritaire. Qui pour l’arrêter si elle pete un plomb ? Toi ? Surement pas…Moi déjà j’aurais du mal. Rachel, elle, ça ne lui posera pas de problème, de plus : elle se comporte parfois avec le même age mental que Kaede et a connu un parcours similaire. Tu ne connais rien de Kaede et rien de nos jugements et priorités en tant que X Men alors en tant qu’apprentie je ne te le dirai pas deux fois, tu apprendras à rester à ta place et ne pas préjuger des intentions des autres, comme tu me le faisais si bien remarquer. Rien ne t’empêche de la guider en tant qu’amie, ca ne me pose pas de problème mais ne vas pas lui foutre des idées à la con dans la caboche parce que tu ne sais pas avec quoi tu joues, nous si. Kaede est physiquement ET psychologiquement dangereuse, très dangereuse.

Taches de reflechir un peu avant de nous balancer « tes » points de vue, c’est ce genre de maladresse qui bien souvent t’éloigne des autres sous couvert de franchise et d’esprit indépendant.



Elle reporta son attention sur l’écran d’ordinateur et en baissa le couvercle en l’éteignant en haussant les épaules.

- J’dis ça pour toi, gamine. Fais pas les mêmes erreurs que moi, c’est difficile ensuite de suivre son chemin.
Comme tu dis, on ne va passer la soirée la dessus, d’façon, t’as la tête plus dur que les griffes de Wolfy et t’es plus entêtée qu’un troupeau de mulets. Pour l’équipe…en fait…on a des petits costumes et on tient des stands aux marchés de Manhattan avec tracts et tout, on fait aussi du porte à porte, dès fois je sors ma gratte et je chante, Amy m’accompagne à l’harmonica et on cherche un batteur…
Plus sérieusement, nous possédons la technologie suffisante pour repérer et trouver l’apparition d’une manifestation « anarchique » d’un nouveau gène. Il s’agit du Cérébro dont le maniement est très complexe, à part Xavier et Frost et un peu les Stepford, je ne connais pas de télépathes capables de s’en servir. Le Cérébro nous prévient et Danger nous missionne par contre…autant être franche…
2 fois sur 4, ca se passe tranquille, on arrive à convaincre en expliquant et rassurant, une fois sur trois, on doit « gérer » les manifestations accidentelles du gène du sujet et…et une fois sur quatre, on peut rencontrer une « forte hostilité ». C’est pourquoi vous devez être préparé à ce type de rencontre et des priorités qui en découlent : sécuriser la zone, protéger les civils, protéger vos coéquipiers et neutraliser la menace. Faire partie de l’équipe de récupération implique des responsabilités : vous êtes la vitrine de l’Institut et l’avenir des X Men : ni plus, ni moins.
Bien entendu, Cérébro sait affiner le signal pour nous donner une idée du potentiel de notre cible, je n’enverrai pas des bleu-bites sur un gros morceau…Pour ce qui est de l’équipe en elle-même, c’est un projet que j’ai mus en place à mon intronisation au rang d’X Woman, seul Sanzo un jeune hybride mutant est opérationnel pour l’heure, Rachel Richard l’est aussi même si elle n’intervient qu’en soutient vu sa puissance considérable et son expérience, c’est d’ailleurs elle qui a en charge Kaede, Enora Lacourt débute seulement sa préparation physique. Comme chaque équipe, nous sommes placées sous le commandement de Storm, celle qui dirige actuellement les X Men. L’entrainement physique est supervisé par Jubilée, l’entrainement tactique par Nephilim, je me charge de l’idéologie, l’aspect social et de l’organisation sur le terrain
.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaya Spencer
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 482
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Re: Conseillère Sociale : A Qui le touuuur ? ( Libre sur demande via MP)   Mer 24 Juil - 18:30

Haaaa ben voilà, c'était typiquement ce qui l'agaçait chez moi... Ouais, ben, hein, hé, ho... Hm... En fait, je réfléchissais, mais je n'avais pas grand chose de mieux comme défense que "hein, hé, ho". Je devais avouer qu'effectivement, je m'étais encore une fois très vite focalisée sur mon inutilité supposée. Enfin... Je disais supposée... Disons que je réfléchissais à deux niveaux. D'un côté, au "naturel", j'étais toujours convaincue que mes capacités étaient inutiles et que si je devenais une X-woman, ce ne serait sûrement pas grâce à ceux-ci. En fait, je pensais même que ça serait EN DÉPIT de ceux-ci. Maisssss... D'un autre côté, je tentais de me forcer à ne pas réfléchir à ça. Bon, je devais bien avouer que pour le moment, ce n'était pas une grande réussite, mais eh, c'est l'intention qui compte, non ?

« Ouais, nan je sais, désolée... J'ai dit que je voulais changer et que je ferais des efforts pour évoluer, mais pas que j'y arriverais en 1 heure, quoi... » dis-je du coup d'un air un peu penaud.

Je ne pus en tout cas pas m'empêcher de pouffer de rire à l'idée du petit stand à Manhattan, avec Caitlyn qui chante et Amy qui fait de l'harmonica. L'idée me paraissait tellement génialement stupide que j'avais une envie folle de VRAIMENT organiser ça. Eh, ça dédramatiserait les mutants, ça, non ? Le bal-musette des X-men ! Voilà un projet que je comptais bien garder en tête... Peut-être pas pour tout de suite, mais très clairement, je DEVAIS m'en rappeler pour plus tard. C'était trop génial pour que je laisse filer l'idée.

Elle me parla en tout cas, ensuite, des choses "sérieuses". La façon dont se passait le repérage, le type de personnes face auxquelles on peut tomber, l'hostilité possible, les responsabilités liées, ce genre de choses. A partir du moment où aucune forme de combat n'était impliquée, je m'en sentais parfaitement capable, même si je savais pertinemment que j'aurais malgré tout besoin d'entraînement et de préparation en premier lieu. Se lancer dans le tas, à l'ancienne, en mode "AH FACILE PAS DE PROBLÈME !", c'était le meilleur moyen de finir avec des emmerdements. La preuve avec le type intangible que j'avais croisé à la soirée... Si j'avais été plus maline, j'aurais simplement arrêté de discuter avec lui, au lieu de lui déballer ma vie et nourrir son espèce de curiosité malsaine sur les réactions humaines... Mais quand il s'agissait de protéger quelqu'un en situation de faiblesse, je savais que je devenais vraiment quelqu'un d'autre. C'était la seule situation dans laquelle je pensais chacun de mes mots, réfléchissant à chaque détail de chaque phrase, faisant preuve de prudence non pas pour éviter les ennuis, mais pour éviter d'apeurer mon interlocuteur.

C'était ce que j'avais fait avec Kaede, et même si Caitlyn disait qu'elle était dangereuse, je pensais sincèrement que même dans une situation terrible, j'arriverais à la faire revenir à elle. C'était probablement prétentieux, après... Mais je pensais sincèrement comprendre la jeune mutante, même si nos parcours avaient été différents. La torture, la solitude, l'isolation, la terreur lui avaient donné une personnalité instable, comme si elle dansait sur le fil d'une lame fine et pouvait passer du "mauvais côté" de celle-ci à chaque instant. Elle était probablement déjà passée plusieurs fois du mauvais côté, d'ailleurs... Je n'avais rien vécu d'aussi horrible qu'elle, mais je savais ce que c'était que de se tenir dans un tel équilibre. Plusieurs fois, j'avais voulu laisser tomber, et je m'étais imaginée en train de massacrer quelqu'un sans raison. Parce qu'il était là, parce que son existence m'énervait. Je savais que le cas de Kaede était plus complexe... Mais je savais aussi ce que j'aurais voulu que l'on me dise, les fois où je m'étais retrouvée dans une telle situation, des choses que personne ne m'avait jamais dites d'ailleurs. J'avais toujours dû revenir à moi par moi-même, toute seule. Si je pouvais éviter cela à la jeune nippone, alors pourquoi pas...

Je croyais Caitlyn. Je savais que Kaede était dangereuse dans tous les sens du terme. Mais je savais aussi que je pouvais peut-être l'aider, et cette deuxième pensée prenait le pas sur la première.

Je finis en tout cas par sortir de ces réflexions, pour revenir à la rousse. Il me restait encore une question plutôt importante :

« Ok. Que faut-il pour que je sois prête ? Je compte pas me lancer dans le tas à la bourrinnette vu qu'à part foutre le bordel, ça fera pas grand chose de constructif. Déjà, donc, y'a l'entraînement physique avec Jubilee qui va sûrement me défoncer ma tronche, mais il y a sûrement d'autres trucs j'imagine... Vu que comme tu disais, ben, y'a pas que l'aspect physique, loin de là. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Conseillère Sociale : A Qui le touuuur ? ( Libre sur demande via MP)   Sam 27 Juil - 14:56

Ok. Que faut-il pour que je sois prête ? Je compte pas me lancer dans le tas à la bourrinnette vu qu'à part foutre le bordel, ça fera pas grand chose de constructif. Déjà, donc, y'a l'entraînement physique avec Jubilee qui va sûrement me défoncer ma tronche, mais il y a sûrement d'autres trucs j'imagine... Vu que comme tu disais, ben, y'a pas que l'aspect physique, loin de là. »

Cait joua un instant avec sa canette vide avant de se pencher pour s’en emparer et la mettre dans sa corbeille. Elle reporta à nouveau son attention sur la jeune fille avec une expression très adulte.

- Hum..Ben manquerait plus que ça que tu te lances tête baissée comme une bourrine parce que je te le redis, tu fais partie d’un programme, d’une équipe et tu es sous la responsabilité d’autres personnes, moi notamment. Donc si tu merdes, je merde, puis Ororo merde, puis Xavier merde…Tu connais le principe de la chaine des engueulades ? Et moi franchement, j’ai assez donné en termes de savons, de brimades et de coups sur le bout des doigts. Ororo en colère, ca m’fait rire moyen. Tu seras prête quand on pensera que tu ne seras, y’a pas de diplômes, d’examens ou des trucs du genre. Ah oui, faudra un check up médical complet et une visite tous les 15 jours minimum, de même le docteur Mc Coy te verra pour étudier les manifestations de ton gène, histoire qu’on ne se retrouve pas avec des mauvaises surprises au cas où y’aurait du neuf coté évolution.
4 à 6 heures par semaine tu iras en renfort à la scolarité pour aider à l’intégration des nouveaux, en gros tu vas les aider à se démerder dans un environnement qu’ils ne connaissent pas. Tu passeras voir Nobody et Darla Stinger pour qu’elle te fasse un planning, tu reverras ma chère moitié pour l’occasion.
Je veux aussi que tu te rapproches de Frost pour un bilan psychiatrique complet…
Quant à moi, on se vera une fois par semaine minimum pour un compte rendu de tes activités et de ton intégration ici, comment tu sens les choses, les questions que tu te poses à propos de tout ce qui touche au job, à l’Institut et ta façon de le percevoir.
J’en profiterai pour re faire un topo sur le terrain et une fois par semaine, à défaut de simulation, je te demanderai de plancher sur un cas de figure, un exemple de situation de mission et sur comment tu aurais agis en situation. On en parlera avec d’autres membres de l’équipe quand possible.


Elle s’autorisa une légère pause tout en pianotant des ongles de sa main droite sur le bureau.

- Ouais je sais, c’est un programme de fou…Mais bon, ca t’évitera de glander à rien faire et puis quand on a un bur, il faut se donner un moyen. Donc demain 7 heure du mat, sauf contre ordre, Jubilée de casse la tête. Si mon lit me laisse sortir, je viendrais jeter un œil pour savoir si tout se passe bien..


Elle croisa les bras sur la poitrine affichant un ait intrigué.

- J’crois qu’on a fait l’tour, non ? J’attends beaucoup Kaya, je le sais…Mais c’est lorsqu’on est au pied du mur qu’on montre le meilleur de soi-même. J’ai rarement offert ma confiance à une élève, Miss Spencer, méritez-la, je crois en vous.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaya Spencer
Élève à l'Institut expérimenté(e) Beta
avatar

Messages : 482
Date d'inscription : 12/05/2013

MessageSujet: Re: Conseillère Sociale : A Qui le touuuur ? ( Libre sur demande via MP)   Sam 27 Juil - 19:10

La chaîne des engueulades... Ouais, je connaissais un peu le principe, je hochai donc la tête en assentiment quand elle me demanda si je savais de quoi il s'agissait. Après, je venais justement de dire que je n'avais pas l'intention de foncer dans le tas, donc les chances que la chaîne ne se déclenche étaient relativement limitées... En fait, je risquais même de ne pas me sentir prête, même si eux jugeaient que je l'étais, mais de toutes façons je verrais bien ça sur place. Je notai en tout cas en ce qui concernant les check-ups médicaux, la visite chez le professeur McCoy (dont on m'avait pas mal parlé mais que je n'avais jamais croisé tiens), les 4-6 heures par semaine à l'accueil, et le bilan psychiatrique.

En plus de cela, je devrais la recroiser toutes les semaines pour un bilan de ma semaine, voir comment les choses se passaient, et également pour des entraînements, évaluations, simulations, ou mises en situation. Et pétage de ma tronche demain 7 heures du mat'... Super, moi qui avais du mal à me lever avant 10 plombes du mat', ça serait assez drôle tiens ! Peut-être devrais-je demander un coup de main à Josh ? Je ne l'avais pas vu depuis mon "accident", et ça m'aurait fait plaisir de prendre le petit déj' avec lui demain matin... Il faudrait que je voie s'il était là, et sinon je lui laisserais un message ou un truc du genre.

La rousse me demanda finalement si on avait fait le tour... Il me semblait que oui.

« Donc, pour m'assurer qu'j'ai bien tout retenu... Dans l'ordre chronologique... Demain 7 plombes du mat', je me fais déglinguer ma tête par mademoiselle Lee... Ensuite, je dois refaire un check médical complet... Puis voir le Dr. Mc Coy, même si je doute franchement qu'il trouve grand chose d'intéressant dans mes gènes... Après, aller voir à l'accueil pour me faire faire un planning concernant l'intégration des nouveaux élèves... Et finalement, aller voir la directrice adjointe pour un bilan psy. La pauvre... Elle va me faire interner je sens. Enfin du coup, je pense avoir tout noté... J'oublie rien nan ? »

Je me mis à réfléchir un bref instant, avant de finalement sembler assez satisfaite de ma mémoire. Pour une fois que je n'en zappais pas la moitié... Mais par prudence, je noterais tout ça sur mon téléphone une fois sortie, car je me voyais déjà zapper quelque chose.

« Je crois pas. Bon... Ben je sais pas si je mérite cette confiance, mais j'ferai tout pour en tout cas. »

J'affichai alors un sourire, avant de lui dire au revoir et de quitter le bureau. J'ignorais si je méritais vraiment cette confiance, mais j'étais plutôt contente, car pour une fois, on me donnait une chance. Ce n'était encore jamais vraiment arrivé... Oui, le gang m'avait aussi donné une chance mais c'était une chance de foutre la merde partout. Là, pour la première fois, j'avais une chance de faire quelque chose de convenable. Je n'allais peut-être pas changer le monde, et ce n'était pas mon objectif... Contrairement à ce que disait Caitlyn quelques minutes auparavant, je n'avais aucunement l'ambition de mettre un costume de Spiderwoman et sauver la ville toute seule. Néanmoins, je voulais avoir un impact positif dans la vie d'autres personnes, et peut-être que grâce à cela, j'y parviendrais.

Mais pour le moment je devais prendre les choses une par une. Aller voir si Jay était là, lui laisser un message le cas échéant, puis bouffer, et aller dormir. Si je ne prenais pas garde, je risquais fort d'être dans un piteux état le lendemain... Sept heures du mat', j'allais déjà me faire tabasser, autant dire que la journée serait longue.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Conseillère Sociale : A Qui le touuuur ? ( Libre sur demande via MP)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Conseillère Sociale : A Qui le touuuur ? ( Libre sur demande via MP)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La musique est la langue des émotions {Icare + Libre sur demande mp}
» Héritages {Caitlyn Elioth, Amy de Lauro, Libre sur demande MP}
» introduction à la psychologie sociale
» eau libre
» Recherche urgente d'une conseillère en lactation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: L'Institution Charles-Xavier et Alentours-
Sauter vers: