AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mission No Man's Land [PV : Inscrits]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Animation
PNJ
avatar

Messages : 150
Date d'inscription : 05/04/2012

MessageSujet: Mission No Man's Land [PV : Inscrits]   Dim 26 Mai - 11:47

Les participants pour la mission d'exploration avaient été sélectionnés et entrainés depuis maintenant un mois. La sélection avait portée sur les membres de la confrérie disponibles et compétents. Ce qui n'était pas si simple à trouver ces derniers temps. En effet de nombreux mutants étaient tombés sous les coups de l’oppresseur et d'autre encore plus nombreux étaient dispersés dans la nature en train de remplir les missions qui leurs avaient été confiées. Et les rappeler était impensable, car cela risquerait de compromettre ces même missions qu'ils étaient en train de réaliser. Alors la direction de la confrérie avait elle fait avec ce qu'elle avait. Ce serait l'occasion pour certains de faire leurs preuves.

Leurs instructeurs des heureux élus s'étant déclaré suffisamment satisfait de leurs compétence, notamment en ce qui concernait l'assemblage du portail, pour que la mission puisse enfin avoir lieu. Le transport vers l'objectif avait été long : plus de ... de vols portés par le transporteur. Ils avaient dormit la nuit à la belle étoile ou dans des planques de la confrérie, le Transporteur ne pouvant voler et dormir en même temps. Quand finalement ils avaient atteins leur objectif, la Terre de Feu, à proximité du pôle Sud, ils avaient failli ne pas trouver l'accès vers l'endroit qu'il cherchait. C'était seulement en longeant la côte qu'ils avaient aperçu une sorte de tunnel avec un courant qui ne figurait pas sur les cartes à leur disposition. Remontant ce tunnel, à quelques mètres, voir centimètre de l'eau par endroits, il finirent par voir la lumière de la sortie s'approcher, puis les éblouir...

Pour finalement révéler une vision d'un autre temps. Une jungle de fougère géante. Des insectes géants. Tout semblait étrange. La température avait augmentée de façon conséquente, tout comme l'humidité ambiante, générant une moiteur étouffante. Au loin, des bruits étranges se faisaient entendre. L'ensemble était cerné par de haute montagne et une épaisse couche de nuage semblant présente, loin dans le ciel, filtrant quelque peut la lumière directe du soleil, même si les neiges éternelles contribuait à remonter le niveau de luminosité en reflétant les rayons vers la vallée.

Prudemment le transporteur déposa tout le monde à un tiers de la hauteur de la montagne, leur donnant une vue dégagée sur l'endroit.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mission No Man's Land [PV : Inscrits]   Sam 1 Juin - 13:45

Voyager, en soi, c'est pas désagréable. Mais voyager par petit bout avec des pauses partout, ça commence à être un peu pénible. Enfin, je le savais dès que j'ai fait oui de la tête à la phrase "t'es sûr de vouloir t'y lancer ?".

Ca parlait pas des masses dans l'avion spectral. Faut dire qu'on avait pas grand chose à se raconter, on devait tous être en train de se demander si on allait faire le trajet dans l'autre sens. On descendait vers le pôle sud, ce qui voulait dire qu'on traversait à peu près tous les climats possibles et imaginables. Comment on s'habille quand on peut passer de 40 à -20°C en quelques jours ?

J'avais fait mon parti de dormir pendant le vol. Le Transporteur maîtrisait assez bien son engin pour que ça nous secoue par trop, et j'étais pas trop rassuré de devoir dormir à la belle étoile. Alors autant monter la garde la nuit. Mais pour le coup, je pouvais tracer une croix sur ma socialisation dans le groupe.

Bah, j'en connaissais déjà une, puisqu'on s'était déjà croisés. Frozen, de mémoire. Une fille qui faisait des glaçons. Si j'avais su, j'aurais apporté le whisky. Un autre, c'était Nero, j'crois. Il avait l'air un peu jeune, ce qui fait qu'avec Frozen, la moyenne d'âge montait pas bien haut. Les deux derniers, le pilote, et Projector, un mec qui faisait des constructions roses translucides et qui avait probablement la tâche de nous couvrir les fesses en cas de pépin. De ce que j'avais remarqué, c'était aussi le plus gradé et celui qui nous disait ce qu'on devait faire et quand.

Après plusieurs jours de vol, alors qu'on commençait à vraiment se cailler, Projector m'avait réveillé en pleine journée.

- On vient d'atteindre l'objectif, on va se rapprocher et chercher un moyen d'entrer. Gardez l'oeil ouvert, parce que si on trouve aucun lieu pour atterrir, on devra faire demi-tour avant que Transporteur arrive au bout de ses forces, sinon, c'est un 2000m nage libre pour tout le monde, avec sacs-à-dos.

Ok, compris, on garde l'oeil ouvert... Facile à dire quand on a dormi la veille...
Finalement, après plusieurs heures de vol, on a fini par trouver un tunnel. C'était un pari bien couillu, parce que rien ne promettait qu'on pouvait trouver un endroit assez grand pour atterrir à l'intérieur. Bon sang, l'heure tournait et je voyais venir le moment où on allait finir comme l'équipage du Titanic. Je suis le roi du moaaaAAAH ! Mourir sur du Céline Dion, c'est vraiment pas humain.

Au final, y'avait une sortie de l'autre côté, une sortie sur un truc qui n'avait rien à foutre ici. Si ça se trouve, on était juste déjà morts. Non, si j'étais vraiment mort, j'aurais été entouré des prostitués de l'enfer qui feraient un french cancan en me rotissant comme un poulet... Et là, j'avais toujours Margarita à côté de moi.

Quelque chose vint s'écraser violemment sur l'avion, quelque chose de la taille d'un chien, et à en juger par la forme de l'éclaboussure, c'était pas un chien.

- Putain, si ça c'était une mouche, j'imagine même pas la taille des merdes ici...

Le Transporteur rattrapa le coup assez rapidement et nous posa sur un plateau qui surplombait la vallée. J'avais pas envie de rester et je descendais en deux deux jusqu'au sol avec un sac à dos. Il fallait tester le matériel. Je m'empressais de sortir de quoi mesurer l'activité alentour. Champ magnétique différent de celui normalement créé par la Terre, pas étonnant que Magnéto ait pu le repérer.

- Vous emballez pas, on a raté l'impulsion d'une bonne heure, on va devoir passer la nuit ici et monter le portail demain. Je préférerais qu'on sécurise d'abord les lieux, ou qu'on trouve un autre endroit avant de s'établir. Si le matériel est endommagé, on devra rentrer en volant.

Le Transporteur fit une petit mou à cette dernière phrase.

Bon ok, on était bons pour explorer un peu le coin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mission No Man's Land [PV : Inscrits]   Sam 1 Juin - 17:47

Je ne me souviens plus vraiment comment on m'a proposé de partir, en faite non on ne m'a pas vraiment laissé le choix. Sûrement une manière de me mettre à l'épreuve, après tout je n'avais encore rien montré de mes capacités sur le terrain à proprement parler.
Je ne savais pas avec qui je partais jusqu'à ce qu'on me conduise à eux et toute évidence il semblait que j'étais la seule fille à embarquer. Le reste de l'équipe se composait de Swap que j'avais croisé lors de mon arrivée, je dois avoué que je l'ai un peu planté cette fois là. En suite venait Yit, il m'était déjà plus familier et comme nous avions un secret commun peut être que le voyage sera moins long en sa compagnie. J’aperçus rapidement nos accompagnateurs avant de monter dans l'avion qui nous attendait, d'ailleurs celui-ci avait plutôt un air spécial...


J'avais eu un grand sourire lorsque j'appris que nous allions vers le pôle sud, je pensais que le voyage serait rapide et mon pouvoir s'accordait parfaitement avec le lieu, du gâteau quoi . Sauf que j'ai vite déchanté... avec les vols à répétition et fallait bien admettre que je me sentais un peu seule au milieu de toute cette gente masculine. Le point positif était que j'étais dehors, et non enfermée dans la confrérie à tourner en rond entre entraînement et tout ce qui s'en suivait. J'avais noté que Swap n'était pas tellement enchanté lorsque nous dormions dehors, je préférais largement ça à certains lieux où nous nous étions arrêtés qui étaient quelque peu douteux à mon humble avis. Mais je n'avais pas moufté, pas la peine de passer pour la chochotte de service.


Seulement voilà, on a vraiment mit du temps à trouver notre destination, pour ma part je dormais comme les autres quand j'entendis Projector s'adresser à Swap, j'ouvris les yeux. La perspectif de faire trempette ne m'enchantais pas tellement. Alors j'attendis, le regard fixer vers l'extérieur.
Quelques temps plus tard, je ne puis plus regarder le paysage, nous venions de nous introduire dans une sorte de tunnel. Au bout d'un instant je vis que la luminosité revenait peu à peu, jusqu'à devenir extrêmement forte que j'en clignais des yeux le temps d'une fraction de seconde.

Lorsque je les rouvris nous n'étions plus au pôle sud... non impossible, j'eus à peine le temps de m'exclamer silencieusement quand un énorme insecte heurta l'appareil. Je jetais un regard en direction du Transporteur, qui ne montra aucun signe de fatigue ou de quoique ce soit d'ailleurs.
Je levais les yeux au ciel quand Swap commenta l'incident, quelle délicatesse.
Pendant ce temps nous nous étions posé, notre poète du jour ne demanda pas son reste et sortit le premier. Je pris mon sac et descendis à mon tour de l'avion. Tout juste sortie, je grimaçais, il faisait chaud, trop pour moi... J'allais devoir boire régulièrement si je voulais rester au niveau pour mon pouvoir...
Swap lui avait déjà tout déballé, sauf que Projector le stoppa, apparemment on avait loupé la première impulsion. Nous devions nous concentrer sur le lieu ou nous nous trouvions.
Ok parfait, je m'avançais vers eux, première fois que je prenais vraiment la parole depuis le départ :

« En parlant de ça, on fait comment ? On part seul ? À deux ? Quelqu'un reste sur place peut être non ? Je veux bien chercher un point d'eau ça peut être utile, avec ce temps . »

Je passais ma main sur ma nuque et y déposait un léger un voile de givre, juste assez pour me rafraîchir.

« Je sais pas vous mais moi j'ai vraiment trop chaud -j'accentuais ma déclaration par un geste de la main pour m'éventer- je crois que je vais me changer avant d'aller inspecter les lieux. Vous m'attendez avant de partir hin ? »

Sur ce j'entrepris de retourner dans l'avions,une fois de nouveau à l'intérieur je sortis de mon sac un short en jean et un débardeur tout simple bleu marine. J'enfilais le tout rapidement et fourra mon ancienne tenue dans mon sac. Puis rejoignis les autres rapidement, il était bien capable de me laisser derrière !
Revenir en haut Aller en bas
Yitzhak Anavim
Confrériste Delta
avatar

Messages : 152
Date d'inscription : 04/09/2012

MessageSujet: Re: Mission No Man's Land [PV : Inscrits]   Mer 5 Juin - 23:35

La nouvelle de ma participation à une prochaine mission de la confrérie m’avait laissé droit, fier, digne. J’avais tout fait pour être remarqué, mon cv est bon, aucune raison pour qu’on me laisse du côté des newbies de mon âge. Quand la destination est tombée, j’ai eu comme un sourire crispé, pour ne pas dire une grimace qui a gâché absolument toute ma contenance de bon petit soldat. Le Pôle Sud ??? Allez, sans dec, c’est une blague, y’a que des pingouins là-bas. Regardez ma tête, j’ai pas des gènes d’inuits, mince… Si ? On va réellement m’embarquer dans le coin le plus froid du monde ? ça aurait été très mal vu de refuser. Hors de question de passer pour un dégonflé. J’ai relevé le défi, j’ai signé pour un mois d’entrainement intensif et un aller sans retour assuré vers l’inconnu le plus absolu. Terminée la belle vie de lycéen à New-York, les jeux sont ouverts, tout déchirer ou y rester. Si j’en réchappe, je gagnerai peut-être le droit de passer mon bac cette année… si une large partie de mon cerveau n’y a pas déjà renoncée en fait.

Les visages de mes partenaires ne sont tombés qu’à l’heure du départ. Je connaissais la seule fille, une blonde aux dons givrants. On ne s’était pas rencontré de la meilleure façon du monde d’ailleurs, mais elle n’avait toujours pas cédé à la tentation de crier sur tous les toits que j’étais vraiment un gros blaireau. Les trois autres étaient des hommes d’au moins dix ans de plus que nous. Le Transporteur nous avait construit un beau vaisseau, Projector semblait décidé à rester dans son coin, et le dernier, Swap, dormait le jour et veillait la nuit. Niveau ambiance, j’avais connu plus délirant.
Mon masque d’adolescent sérieux a volé en éclats dès les premières heures. Ne rien faire et attendre, c’était vraiment trop me demander. Je suis devenu le type « du fond du bus », vous savez, ce mec cool qui, en voyage scolaire, a toujours les meilleurs jeux sur sa console et les meilleures musiques en mp3 ? Personne n’a voulu me rejoindre pour cette fois mais, au moins, le temps a passé un tout petit peu plus vite. J’ai pu réfléchir à beaucoup de choses inutiles aussi, observer du coin de l’œil Swap sans me faire griller, le trouver pas mal, imaginer des tentatives d’approches ou, dans des moments sombres, me demander combien de temps un cadavre pouvait rester intact dans la glace avant d’être retrouvé. Je ne vous donnerai pas la réponse, elle est assez perturbante.

Sur les dernières heures, je commençais vraiment à sentir le poids de la fatigue me peser. Le camping en pleine nature ou dans les squattes devenait lassant. Il me semble que je baillais à m’en décrocher la mâchoire avec une main vaguement posée devant la bouche quand Projector a commencé à s’agiter, à parler de nage libre en eau arctiques (c’est gérable au moins ?) et qu’on s’est fait aspirer par un genre de vortex. Je me demande quel était le pourcentage de chances pour qu’on en réchappe. Quand une forte lumière nous a ébloui, je me suis demandé si on pouvait finir en enfer pour avoir oublié ses prières puis… le jour est revenu, un insecte de la taille d’un berger allemand s’est explosé sur le pare-brise, et nous avons retrouvé la terre ferme. Ok. On a changé de dimension. Le climat lui-même n’a rien à voir avec celui que nous attendions.
Je suis sorti à la suite de Swap et d’Eli. Nature luxuriante, climat tropical avec un fond d’air malsain qui de donne l’impression d’être aussi crade qu’un poisson à moitié mort dans une flaque de boue. Le plus beau dans l’histoire, c’était qu’on avait manifestement raté l’impulsion et qu’il ne nous restait plus qu’à attendre, au beau milieu d’un nulle part où même les mouches peuvent se transformer en menace… En lançant un regard vers Frozen, je remarque qu’elle en bave plus que les autres, sans doute un aléa de son pouvoir.
Que faire maintenant ? Bonne question…

- S’il y a un suicidaire pour partir seul à l’aventure, ça ne sera pas moi. Je suppose qu’il ne nous reste qu’à vérifier le matos et connaître l’hostilité potentielle des créatures du coin. J’ai pas tellement envie de servir de repas à un grillon cette nuit.

Elie s’était précipitée dans l’avion afin de mettre une tenue plus approprié. J’abandonnais quant à moi le manteau bien hermétique pour un look à la Indiana Jones, short beige – mais assez court – chemise large nouée sur le ventre, lunettes de soleil et chapeau colonial. Tout le monde ne goûtera peut-être pas à la plaisanterie mais, enfin, avec mon pouvoir, je peux modifier le style de mes vêtements à volonté, alors je peux bien y aller à la cool pour commencer. Alors que notre coéquipière revenait vers nous, je me suis baissé pour étudier le matériel d’un des sacs. Mis à part jouer, j’avais aussi lu et relu les manuels d’instruction laissés à notre disposition. L’idée que tout puisse être complètement déréglé avait quelque chose de très… angoissant.

_________________

Scipion : Je puis nier une chose sans me croire obligé de la salir ou de retirer aux autres le droit d'y croire.
Caligula : Mais c'est de la modestie, cela, de la vraie modestie ! Oh ! cher Scipion, que je suis content pour toi. Et envieux, tu sais... Car c'est le seul sentiment que je n'éprouverai peut-être jamais. [Caligula, Camus]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mission No Man's Land [PV : Inscrits]   Ven 7 Juin - 18:24

Bon sang, les mesures étaient de plus en plus étranges. C'était à se demander si on pouvait établir la moindre communication radio dans les environs. Je réglais et re-réglais les appareils pour chercher une fréquence assez épargnée, et finalement, j'avais abandonné. Ca pouvait me prendre des lustres, et je les avais pas devant moi.

Je me relevais pour découvrir un jeune ado habillé en indiana jones junior et une Elizabeth partie se changer à l'abri des regards masculins. Bon, c'est vrai que je pouvais leur accorder ça, il faisait chaud. Trop impatient de découvrir, j'en avais oublié mon propre confort. J'abandonnais à mon tour mon manteau, mon pull et ma chemise, pour me retrouver en pantalon et en débardeur. J'aurais bien troqué le pantalon pour un truc plus court, mais en attendant de savoir quelle faune et flore on pourrait trouver ici, je préférais ne pas trop m'exposer au niveau du sol.

Elizabeth sortit de l'avion juste à temps pour entendre le discours de Projector. Il avait l'air assez impatient, ou alors seulement inquiet, mais pas besoin d'être télépathe pour deviner que la situation ne lui plaisait pas. Yitzhak énonça ce qu'on avait probablement tous en tête, la faible envie de finir en repas à un truc du coin.

- Non, en effet, on reste groupés, et en cas de pépin, on se retrouve aussitôt là-bas. Il avait pointé du doigt une sorte de petit lac qu'on apercevait en contrebas. Il avait l'avantage d'avoir peu d'arbres et donc, d'être visible de loin. Pour les absences pour raison biologique, on part toujours à deux, y compris pour toi Frozen, et il y a toujours un contact visuel, je veux pas d'attaque surprise.

Il se dirigea vers le bord du petit plateau, nous invitant à le suivre d'un signe de la main.

- Je passe en premier au cas où, Frozen, tu me colles au train et tu ouvres l'oeil sur ce qui pourrait nous tomber dessus, Swap, tu fais des analyses les plus précises possibles, Yitzhak, tu le surveilles et tu te tiens prêt à soutenir le Transporteur si besoin, et toi, tu récupères ton véhicule et tu fermes la marche. On y va.

Sans blague ? Il me faisait réellement surveiller par un ado transformiste ? J'avoue, là, mon amour propre en a pris une belle. De toute façon, j'allais pas commencer à péter mon scandale pour ça, on allait certainement s'en prendre des pires par la suite.

Si seulement j'étais devenu chercheur en botanique...

Un carnet, un stylo, une blouse blanche, un corps un peu plus mince du au manque de temps pour les activités sportives, des lunettes de vue pour compenser les heures passées à étudier, et la compilation d'une pleine bibliothèque sur la vie végétale. Je prenais une autre réalité, plus adaptée à la situation.

Le Transporteur révoqua son avion psychique et le cortège se mit en route vers le coeur de la vallée. Moi, je commençais à gribouiller, tout en répétant à haute voix :
- Climat tropical, malgré l'orientation du soleil, humidité probablement proche de 80%, température, environ 30°C. Au sol, terre meuble, rochers herbe éparse.

A mesure que l'on descendait, le décor se modifiait. La végétation s'intensifiait et rapidement, le ciel ne perçait qu'à de rares endroits au dessus de nos têtes.

- Humidité croissante, température avoisinant les 40°C. Présence de conifères, quelques angiospermes, fréquence plus faible que dans un climat tropical classique. Multitude de fougères. Terre humide, voire boueuse. Fougère exotique... J'Y CROIS PAS !! Cette partie là, je ne l'avais pas notée.

Je m'étais rué sur le côté, car un mètre plus loin, je voyais ce que tout botaniste aurait rêvé de voir. Pendant ce temps, de l'autre côté, quelque chose de la taille d'un gros chien passa rapidement dans les fougères, suivi de deux ou trois autres, mais j'étais trop absorbé par ma découverte pour y faire attention.

- Des bennettitales !!!
Bennettitales:
 
Les trucs qui sont passés pour les plus observateurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mission No Man's Land [PV : Inscrits]   Dim 9 Juin - 14:20

Un fois avec eux, je vis en coin que je n'étais pas la seule à avoir quitté mes vêtements, Yit avait vraisemblablement un goût prononcé pour les films d'aventure à en juger par sa tenue. J'en venais presque à me demander où il avait bien pu planquer son fouet, qui manquait à sa panoplie. Tout le monde s'affairait sur le matériel Swap observait des données qui s'affichaient sur un des écrans pendant que notre jeune aventurier sortait d'autre appareil d'un des sacs posés au sol. Mais tout le monde abandonna ce qu'il avait dans les mains lorsque Projector se mit à répondre à nos questions aussi bien orales que silencieuses.


Je suivis du regard ce que son index pointait, je fronçais les sourcils était-ce réellement un bonne idée d'aller se regrouper là bas ? On ne savait pas encore ce qu'il y avait ici en surface, alors sous l'eau … Cependant je ne pouvais pas m'opposer à un ordre d'un supérieur. Pour ce qui est du commentaire sur le faite d'être toujours par paire, j'haussais les épaules, je n'avais pas le choix étant la seule fille.

Suite à ça, il nous demanda de le suivre d'un geste de la main, on allait enfin bouger. La suite des consignes arrivèrent, apparemment le Projector me voulait au plus près de lui. Je ne savais pas si je devais prendre ça bien, me demandait-il cela pour pouvoir me surveiller ou parce qu'il avait foi en mes capacités. Franchement dur à déterminer avec lui. J’acquiesçais simplement tout en me saisissant de mon arc et vint le rejoindre. Tout le monde ce mit en marche, mes yeux faisaient des vas et vient sans cesse. Obliger de vérifier aussi bien autour de nous et au dessus de nous. Pour ne pas me faire surprendre je laissais déjà mon habituelle fluide glaciale se répandre dans mon corps, fraîcheur qui en passant me fit le plus grand bien.

Seulement plus nous avancions plus ça devenait pénible, pas à cause de la végétation changeante ou du climat encore plus lourd et moite non, mais de Swap qui allait finir par faire exploser ma tête à force de parler sans interruption, il pouvait très bien nous dire ça plus tard. Je pinçais mon arrête du nez, franchement agacée et soufflais j'étais bien partie pour lui dire de la boucler quand notre scientifique se mit à beugler ! Les réflexes revinrent au galop chassant mes idées de meurtre, je bandais mon arc, une flèche de glace s'y trouvait aussi déjà. Je voyais Swap détaler vers la gauche, seulement je vis aussi du mouvement dans les hautes herbes à notre droite. Je décidais de laisser les autres s'occuper de notre savant hystérique et me concentrer sur … d'énormes poulets qui passèrent à tout allure, je visais le premier que j’eus dans mon champs de vision. La flèche partie et se planta dans le poitrail de la bête qui s'écroula sur le coup. J'abaissais mon arc et pris le soin de geler celui-ci au passage. J'irais voir le monstre plus tard en attendant ...


Je me retournais vers le reste du groupe, Swap s'extasiait gorge déployée sur sa plante, la je crois bien que mon nerf lâcha :

« Dites moi, je peux l'achever ? je vous en supplie ! -je pointais mon arc vers notre botaniste du dimanche, tout en affichant une grimace de supplice aux autres- Enfin quoi, hurler pour une plante verte dans un terrain inconnu, c'est comme crier à toutes les bestioles du coin "allez-y bouffé nous y pas de soucis !" Suis-je la seule à avoir vu les poulets géants passer de l'autre côté ? Tout est en XXL ici. » Je fis de grand pas jusque Swap, et me mis nez à nez avec lui, vu mon exaspération mes yeux devaient être encore plus froids et bleus qu'habituellement.
« Prochaine fois je te fais manger ton Benne-machin chose ok ? » lâchais-je la mâchoire serrée.
Tant pis si je passais pour la miss casse pied, j'avais déjà assez tenue ma langue durant le trajet.
Revenir en haut Aller en bas
Yitzhak Anavim
Confrériste Delta
avatar

Messages : 152
Date d'inscription : 04/09/2012

MessageSujet: Re: Mission No Man's Land [PV : Inscrits]   Mer 19 Juin - 15:21

Wooouh strip-tease ! Alors que j’essaye d’examiner le matériel, mon attention prend un virage serré vers le type qui retire toutes ses couches de vêtements pour se mettre en débardeur. Verdict ? Le style moumoute lui allait moins bien, il y a de quoi mater, pas au point de le comparer à un dieu grec mais assez pour rendre l’expédition un peu moins triste. Le problème, c’est qu’on n’a pas vraiment le temps de se perdre dans des fantaisies esthétiques, Projector prend la parole avec sa raideur habituelle pour donner la suite des opérations. Apparemment, le point de ralliement serait un lac tout à fait paisible vu de loin. De près, je crains les alligators de… attendez, disons qu’un gros chien fait 60 cm, qu’une mouche ne dépasse pas les 1 cm, que la taille des espèces serait donc multipliée par 60 et qu’un alligator normal avoisine les 2 mètres… heu… Je suis tiraillé entre curiosité et l’envie de miser sur une île peuplée d’insectes tueurs uniquement. Au pire, même gigantesque, un animal n’est pas la pire des menaces. L’intelligence doublée de pouvoirs éclate l’instinct primaire. S’il y a de la créature mutante dans le coin, ce sera une autre affaire.
Je referme le sac à dos pour suivre l’équipe. Eli passe devant et je suis chargé de surveiller Swap pendant qu’il organise le terrain.
-          ça marche !
Garde du corps, c’était le bon plan, peut-être pas la meilleure place hiérarchique, mais elle avait l’avantage de me rapprocher du partenaire le plus intéressant du moment, lequel n’avait d’ailleurs pas l’air enchanté de devoir se reposer sur moi. Je lui ai décoché un sourire sans me vexer. C’était une épreuve de plus. J’avais pas compté impressionner qui que ce soit avec ma jeunesse et mon allure actuelle.
 
Un truc bizarre se produisit juste après que notre troupe se soit mise en marche. Je ne reconnaissais plus très bien mon protégé. Des lunettes, d’autres vêtements, un corps plus commun, … La belle arnaque, tenez ! Même son attitude avait changée. Soudain, l’homme silencieux devenait une sorte de scientifique zélé branché sur la fréquence météo du secteur. En soi, son don était impressionnant, mais sa manifestation actuelle était assez saoulante. Je l’écoutais d’une oreille en guettant le moindre mouvement suspect autour de nous. Des plantes dont le nom se termine en sperme manquent à l’appel ? Cool. Je suis sûr que ça nous fait une belle troisième jambe, avec système mécanisé et tout. Quand il s’est mis à hurler, j’ai vraiment cru, moi aussi, à une découverte fantastique, capable, d’un coup, d’éclaircir tout le mystère de la forêt. En fait, non, des plantes, toujours des plantes affublées de noms débiles.
Au même moment, le sol trembla et des poulets géants filèrent à toute allure à quelques mètres de nous. Frozen en tira un au passage avant de tourner son arc vers Swap. Au bord de la crise de nerfs, la demoiselle. Au souvenir de notre rencontre dans la forêt, je me dis que ça doit être dans ses habitudes de péter les plombs sur toutes les personnes qui attentent de près ou de très loin à sa sécurité.
 
-          Moi je te conseillerai plutôt d’achever d’autres poulets, dis-je le plus sérieusement du monde. On pourra peut-être en faire un élevage et voler le trône du maxi bucket à KFC.
 
Mon regard se tourne vers la direction que fuyait les volailles. Pas moyen de voir si un prédateur va nous tomber dessus avec une végétation aussi dense, j’ai l’impression de sentir comme des secousses dans le sol. Je fronce légèrement les sourcils, affute mon ouïe.
 
-          Restons concentrés. Si toute forme animale est décuplée et que ces poulets ont été effrayés par quelque chose, ce qui va nous tomber dessus risque d’être moins sympa.
 
Alors, attaque ou discrétion dans l’espoir que le monstre à venir poursuive sa première piste ? Aux cris, ce doit être un jaguar mais, après tout, on sera bien assez petits pour ne pas l’intéresser. Je me prépare à parer la moindre attaque, juste au cas ou.

_________________

Scipion : Je puis nier une chose sans me croire obligé de la salir ou de retirer aux autres le droit d'y croire.
Caligula : Mais c'est de la modestie, cela, de la vraie modestie ! Oh ! cher Scipion, que je suis content pour toi. Et envieux, tu sais... Car c'est le seul sentiment que je n'éprouverai peut-être jamais. [Caligula, Camus]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mission No Man's Land [PV : Inscrits]   Mer 19 Juin - 20:18

J'avais levé les mains par réflexe. Ben ouais, quand on a une arme pointée sur soi, on a tendance à pas faire le malin.

- Hey, du calme, Margarita. Au contraire, faire du bruit, c'est le meilleur moyen de faire fuir les animaux sauvages. La plupart ont peur des...

Une légère vibration. Peut-être un peu trop courte pour être un glissement de terrain, mais rien de rassurant pour autant. Peut-être un effet du stress, après tout, j'avais une flèche de glace pointée sur moi.

- des humains.

- Moi je te conseillerai plutôt d’achever d’autres poulets, on pourra peut-être en faire un élevage et voler le trône du maxi bucket à KFC.

J'étouffais un petit rire aux mots de l'ado. Ok, il avait un point, on pouvait toujours construire une chaîne de restauration rapide, on allait faire fortune. Certes, il disait peut-être de la merde, mais il avait le mérite de calmer un peu l'ambiance. Toujours les mains en l'air, je reprenais pour Elizabeth.

- écoute, j'suis désolé d't'avoir fait peur, mais ces bennettitales ne sont pas comestibles pour l'être humain en général, de homo erectus jusqu'à nous, et pour cause, elles ont disparu de la surface de la Terre il y a plus de 65 millions d'années. Là, j'avais baissé les bras, parce que j'estimais qu'elle devait être un peu moins menaçante après des explications. On est peut-être dans une région qui a été inaltérée depuis bien avant l'apparition de l'homme. Elle a peut-être été à l'abris du cataclysme qui a sonné la fin du crétacé, ce qui veut dire que le poulet n'est peut-être pas...

Une autre secousse. Là, j'avais compris que j'étais pas fou et qu'il se passait bien quelque chose...

- Restons concentrés. Si toute forme animale est décuplée et que ces poulets ont été effrayés par quelque chose, ce qui va nous tomber dessus risque d’être moins sympa.

J'me suis retourné rapidement vers lui. Fallait que je le corrige, on pouvait pas continuer à parler de poulet comme ça, c'était faux d'une part et déplacé d'autre part.

- Ce ne sont pas des poulets, ce sont...

Encore une secousse... Celle-là plus violente. Bon sang, on allait se bouffer du XXL, là... Je tournais lentement la tête sur le côté pour voir un palmier plier, puis tomber un peu plus loin.

- Préparez-vous, je sais pas ce que c'est mais, ça n'a pas l'air amical...

Projector se mit en avant du groupe et dans une position de garde, comme prêt à créer la moindre protection si nécessaire. Devant lui, le monstre s'extrayait du mur de végétation. De ses 12m de long, sa gueule poussa un cri puissant en direction de ces petites créatures à l'odeur inhabituelle : nous.

Ben c'est pas gagné...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mission No Man's Land [PV : Inscrits]   Mar 25 Juin - 20:29

Je haussais une sourcil, Margarita et KFC, il se paye ma tête ? Je ne savais pas ce qui m'empêchait de les empaler direct sur un pique de glace pour qu'ils la bouclent. Margarita on me l'avait jamais faite cela ! J'allais rétorquer quelque chose à ces deux énergumènes quand le sol s'agita sous mes pieds, chose qui ne présageait rien de bon, particulièrement ici...

Swap toujours les mains levées continuait son exposé mais je ne lui prêtais plus vraiment attention.

Un truc clochait. Mais quoi ?

La terre trembla de nouveau, là ça devenait vraiment mauvais...

J’acquiesçais de la tête Yit avait raison, c'est pourquoi je me dépêchais de me replacer près de Projector. Accrochait mon arc en bandoulière et me tournais vers l’origine d'une énième secousse. La forêt sombre et épaisse s’affaissait sous le poids d'une ombre gigantesque.

« Je comprend mieux les poulets... »Murmurais-je. Projector s'avança, je suivis le mouvement. Mes mains se transformèrent alors en gants de glace qui je pense seront bien utiles. Mais je me sentis bientôt ridicule face à ce …

« Dinosaure ? Sérieusement ? » je jetais une regard en arrière à Swap. Au lieu de blablater sur des plantes on aurait mieux fait de penser à ce genre d’éventualité !

La bête se mit à hurler en notre direction, lui non plus n'allait pas me chercher très longtemps !

« Allé les gars et si on lui rafraîchissait les idées ? » Lançais-je. Sans réellement attendre de feu vert je m'agenouille et dirige mes paumes vers le sol et plante mes yeux vers le monstre qui nous sourit de toutes ses dents à double tranchants. La sensation de froid qui me traverse à chaque fois fourmille déjà en moi. Puis l'herbe se met à geler progressivement puis de plus en plus rapidement en direction du monstre qui voit bientôt ses deux pattes antérieurs prisent dans la glace. Il se débat et s’agite mais le flux glacial ne se stoppera pas tant que je serais encore consciente mon gros !

« Alors ? Vous attendez quoi ? Je vais pas le retenir indéfiniment ! » Forcément avec cette chaleur j'étais moins efficace à long terme et par conséquence ma glace aussi...
« Yit je compte sur toi le steak de Dino, c'est encore mieux que du poulet géant non ? »
Je sentis des gouttes de sueur perler sur ma nuque, je priais silencieusement pour que l'on en finisse vite.
Revenir en haut Aller en bas
Yitzhak Anavim
Confrériste Delta
avatar

Messages : 152
Date d'inscription : 04/09/2012

MessageSujet: Re: Mission No Man's Land [PV : Inscrits]   Sam 29 Juin - 15:07

Si aucune menace ne planait sur nos vies, je crois qu’Eli se serait fait un plaisir de tenir ce rôle. Le surnom que venait de lui trouver Swap ne la faisait pas du tout tripper. C’est fun pourtant Margarita. Moi, ça me fait sourire. On peut être sûr que je m’en souviendrai. Seulement, notre coéquipier multifaces nous apprend un truc moins drôle juste après, les plantes devant lesquelles il s’extasiait étaient préhistoriques. Forcément, tout changeait. Je fronçais les sourcils. Sans être un expert des forêts équatoriales, je voyais bien, maintenant qu’il le disait, que la végétation était assez bizarre et, surtout, que les poulets avaient une drôle de tête… A cet instant, malgré les secousses, je garde un visage parfaitement neutre tant il m’est difficile de trouver une réaction appropriée. Je dois avoir une mine soucieuse. En réalité, j’ai comme une éruption dans ma tête. Soixante millions d’années… Crétacés… Attendez… C’est super excitant ! J’ai toujours rêvé de vivre Jurassic Park en vrai, voir des dinosaures, vérifier les thèses des scientifiques à leur sujet et, surtout, en affronter. Si ça se trouvait, ce n’était peut-être même pas aussi méchants que nos fantasmes d’humains veulent bien le croire. Mais je garde mon sérieux. Je suis un parangon de placidité. Personne ne trouve l’information cool mis à part moi, et peut-être Swap, sauf que c’est pour de faux.

Quelques arbres craquent, et le tyrannosaure, la grande vedette des dinos, vient enfin nous faire son show. C’est quand même moins poilu qu’un jaguar, vraiment pas le même style. La confrontation est inévitable. Il nous a sentis et, de ce dont je me souviens, l’espèce a très bon flair. Faut que je déblaye la poussière dans ma mémoire. La préhistoire fait partie de mes passions obsessionnelles de gosse. Dès que je faisais un blocage sur quelque chose, je me faisais un point d’honneur à le maîtriser à la perfection pour impressionner les adultes (qui s’en fichaient un peu de mes histoires de T-rex, mais je me sentais quand même important). Je me rappelais les débats des scientifiques qui se partageaient entre les pro-prédateur et pro-nécrophage. La question avait au moins l’avantage de me reconnecter à trois points importants : le saurien ne court pas à une vitesse folle, il peine à se retourner et risque gros si on le fait tomber. Tout en notant chaque détail utile dans un coin de ma tête, j’attire tous les atomes du coin vers moi pour préparer la fusion. Un peu plus réactive, Frozen s’est déjà occupée de geler une partie du sol pour le retenir. Elle ne tiendra pas longtemps, son pouvoir n’a pas encore acquis la capacité à résister à la chaleur. Comme elle m’invite à la seconder pour découper un bon steack de dino, je lève un pouce vers elle avec un grand sourire. Enfin un peu d’humour !

- Tenez vous éloignés !

Puis, je m’élance là où la glace n’a pas encore pris en tenant un rythme vaguement plus élevé qu’un sprinter surentrainé, je contourne la bête, et crée une lame bien aiguisée avec mon bras. Le froid fait bien ressortir la grosse veine du mollet, la peau est fragilisée, c’est parfait. Je tranche net tout ce que je peux et termine mon élan en glissant plus ou moins volontairement sur la glace. J’entends la bête hurler, piétiner le sol et, vu la pression mise sur ces deux pattes, le sang doit gicler à flot. Et l’ombre du rex se rapproche. Il va tomber et je me suis arrêté au milieu de la glace. Essayer de continuer serait trop risqué. Va falloir l’encaisser… Je prends une grande inspiration, tout juste le temps de me constituer une armure et c’est la collision. Il fait noir sous la tête d’un dino, j’ai pas la force immédiate de me dégager donc je suis un peu bêtement coincé. Lui aussi d’ailleurs. Il s’agite faiblement. Logiquement le choc l’a mortellement blessé en plantant sa cage thoracique dans ses poumons, et, si ce n’est pas le cas, on est mal barrés. J’agite comme je peux une main épargnée par la chute du monstre. C’est pas très agréable comme situation, j’ai besoin d’aide là.

_________________

Scipion : Je puis nier une chose sans me croire obligé de la salir ou de retirer aux autres le droit d'y croire.
Caligula : Mais c'est de la modestie, cela, de la vraie modestie ! Oh ! cher Scipion, que je suis content pour toi. Et envieux, tu sais... Car c'est le seul sentiment que je n'éprouverai peut-être jamais. [Caligula, Camus]


Dernière édition par Yitzhak Anavim le Ven 12 Juil - 17:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mission No Man's Land [PV : Inscrits]   Mar 2 Juil - 21:03

Je m'attendais sérieusement à ce que Projector mette un mandale rose translucide dans la face du dino, et peut-être lui aussi d'ailleurs, au vu de la suite, mais c'est pourtant Margarita qui lança la première agression. De la glace, oui, j'aurais pu m'y attendre, une couche de glace pour immobiliser le dino, y'avait de l'idée, mais sérieusement, elle pouvait pas le tuer comme ça. C'est certes un animal à sang froid, enfin, je crois, mais de là à lui glacer le sang, y'avait un grand pas.

Bon, moi, ce qui me stressait, c'était pas tant le gros mastodonte en face de nous, mais plutôt les poulets. Ils nous avaient contournés et de mémoire, les petits rapides comme ça, c'est pas des végétariens, et vu le gabarit, je pense pas qu'ils cherchent un affrontement loyal. Il fallait que je prévienne. Je tendais la main vers Yitzhak, mais il était déjà parti au corps à corps. Fallait admettre qu'il avait du cran le petit jeune, ou alors, il était complètement inconscient...

- Yitzhak ! Je t'ai pas demandé de rompre la formation !

Oh, le chef avait pas l'air content. Je me retournais vers le Transporteur pour échanger du regard sur ce qu'on allait faire de derrière.

Ok, j'aurais du y penser, mais merde, quoi, je suis un botaniste, moi ! Ah, non, c'est vrai, je suis pas un botaniste. Bon, mais sur le coup, j'en étais persuadé ! Derrière le Transporteur, un vélociraptor c'était faufilé -Oui, c'est ce que je me tuais à vouloir dire avant d'être interrompu par le gecko géant-. Il lui avait alors chopé le mollet et commencé à le tirer au loin dans les fougères. Bah, du coup, j'ai sauté pour attraper le bras de la victime et essayer de le retenir. Je sais que j'aurais pu sortir une arme et perforer le poulet, mais j'vous ai déjà dit : J'SUIS UN BOTANISTE !!!!

- Quelqu'un ! On se fait prendre par derrière !

J'ai vraiment dit ça, moi ? Va pas falloir qu'on reste trop longtemps ici, mes hormones me travaillent... Je voyais devant moi le visage déformé du Transporteur. Se faire bouffer le mollet, ça avait l'air particulièrement douloureux. Comme disent très pertinemment les australiens : mieux vaut toi que moi, compagnon ! (Better you than me, mate !).

Alors que mes genoux traçaient deux sillons dans le sol, Projector semblait déjà concentré à faire quelque chose. Il était en train de pousser le T-Rex avec un levier géant cylindrique, toujours rose translucide. L'animal continuait d'agiter ses membres de plus en plus lentement, montrant qu'il était bien proche de l'agonie. Hum... Mauvais signe, les opportunistes vont être encore plus nombreux...

- Frozen, occupe-t-en ! J'extrais Yitzhak.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mission No Man's Land [PV : Inscrits]   Mar 9 Juil - 18:23

Je vis Yit me sourire et m'indiquer qu'il allait en effet prendre partie au combat contre notre ami tout droit sortie de Jurassic Park. Je le vois s'élancer devant moi tout droit devant lui avec précision et détermination. Lorsqu'il fut assez près je le vis porter le premier coup, j'étais vraiment tout excitée de le voir se battre ainsi. Je m'étonnais moi même à apprécier le travail d'équipe ou bien de taper sur un tas de chaire garnie d'un dentier des plus aiguisé ? Du sang gicla de toute part, j'en reçu un peu sur la joue. Seulement voilà le dinosaure perd l'équilibre et va rapidement s’étaler au sol. Et bon sang Yit va se retrouver écraser s'il ne bouge pas ! Je me relève vivement et j'ai à peine le temps de de lui hurler de bouger que je le vois disparaître sous le T-rex.  J'esquisse un geste dans sa direction mais Projector me donne un tout autre ordre. Je me mords les lèvre et abandonne Yit.

« Ok » fis-je. Je mesurais la situation, le savant fou s'évertuait à retenir le Transporteur ce qui ne faisait qu'empirer les choses à mon sens. L'énorme volatile lui ne faisait que s'amuser avec la nourriture ! Je me rapprochais d'eux rapidement, et retirais mon arc qui se trouvait en bandoulière sur mon épaule.

« Swap lâche le ! Bouge de là ! » Enfin c'était comme il voulait, je pouvais tout aussi bien l'embrocher avec le poulet géant. Je pris une forte impulsion, sautais et visais le vélociraptor en plein dans l’œil. Sous la douleur la bête abandonna le Transporteur, poussant des cris à transpercer les tympans. Je dépassais Swap, courant pour aider notre homme à terre.

« Viens m'aider à le relever ! » Lançais-je au botaniste totalement largué à première vue,tout en gardant un œil sur le vélo' lui aussi au sol. Je m’accroupis près de lui,observant les dégâts causés par les morsures. Sur le coup on avait pas vraiment trop de choix, j'entrepris de refroidir quelque peu les plaies pour éviter l'infection et le soulager en même temps. Je sentis Swap près de moi et lui lança un demi sourire.

« Désolée ... » Murmurais-je en m'approchant de lui, je saisis lentement sa blouse...pour en déchirer un morceau. « J'en ai besoin pour le Transporteur ! » Je me remis à genoux et pensais le tout rapidement, je sentais que toute la basse-cour allait pas tarder.
Je glissais mon bras sous son épaule et fis signe à Swap de faire de même de l'autre côté.
« Alors à 3 on soulève et on rejoint les autres rapidement. Ok ? 1..2 ..3 ! »
On releva le Transporteur qui grimaçait à chaque pas. Mais derrière nous j'entendais encore la végétation s'agiter et je me demandais bien ce qu'il allait nous tomber dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Yitzhak Anavim
Confrériste Delta
avatar

Messages : 152
Date d'inscription : 04/09/2012

MessageSujet: Re: Mission No Man's Land [PV : Inscrits]   Ven 12 Juil - 19:16

Je n’entends rien, je ne vois rien. Même pas fichu de trouver un point d’appui pour tenter de ramper. C’est la misère. Si ma colonne vertébrale était encore fichue comme celle d’un humain lambda, elle serait probablement en miettes. Jamais je n’aurais imaginé vivre un scénario pareil le jour où je l’ai modifiée. Un oracle serait venu me l’annoncer que je lui aurais ri au nez. Finalement, c’était pas très marrant. Crever sous la tête d’un tyrannosaure, ça faisait pas parti de mes plans… Je veux bien que les imprévus puissent modifier certains points mais je suis contre les abus du destin. Maintenant, si je sors en vie de cette île, je suppose qu’il ne faudra pas deux semaines pour que je sorte l’anecdote à une soirée en mode franche rigolade. Ah oui ! Vous vous souvenez de ce jour où je me suis ramassé un dino ? Elle était bonne celle-là ! Je lui mets une pure mention lol !
Sourd et aveugle, le temps passe trop lentement. L’équipe ne me laisserait pas tomber. C’était une certitude, je m’y accrochais pour ne pas céder à la panique… parce que l’oxygène n’est pas au top là-dessous. Les pouvoirs de Projector m’ont délivré. Je suis ressorti tout en armure, un peu sonné et courbaturé, en sentant peser sur moi une lourdeur d’un tout autre genre. Il avait beau être tout rose, je sentais comme un courant glacial entre nous. Bah quoi ? J’avais supprimé la menace non ? On ne peut pas faire un sans faute à tous les coups.

Du côté des autres, c’était toujours le gros chaos. Il y avait un vélociraptor à terre avec une stalactite plantée dans l’œil, Le Transporteur semblait sérieusement amoché et Swap n’avait pas l’air de savoir à quelle place se positionner. Sûr qu’un botaniste ne nous était pas d’une très grande utilité immédiate. Il allait faire quoi contre le vélociraptor qui rappliquait au secours de son pote, lui lancer des fougères ?
Je n’ai clairement pas la force de me précipiter à sa rencontre après ce que je viens d’encaisser, mais vu sa taille, on devrait pouvoir négocier sa mort à l’arme à feu. Si je peux éviter de rester sur une sortie foireuse et me faire sermonner par le patron, ça m’arrangerait. On n'a plus le temps pour la discipline. Faut tailler dans le tas et se barrer. Donc, sans attendre les ordres de pinky, je suis déjà debout, un flingue tout neuf à la main, vision ajustée et je tire. Y’a pas à réfléchir. Frozen est trop distraite par l’état de notre partenaire pour réagir rapidement. Un blessé à ce stade de l’aventure, c’est déjà chaud. Moi, ça va, je m’en remettrai. Un autre jour, vous me verrez sans doute pleurnicher parce que je me suis coincé un doigt dans une porte, mais disons qu’il y a un temps pour tout, même pour la douleur.

Une première balle le touche à la gorge. Il crie, ralentit, mais ne s’arrête pas pour autant. J’enchaîne sur un second tir. Aucune idée de la résistance de ces bestioles. Ceci dit, si je suis venu à bout de son modèle XXL, il ne devrait pas tarder à clamser.
Je me rapproche en courant et en abandonnant une partie de mes protections métalliques pour n’en garder qu’aux endroits les plus exposés.

- Quelque chose me dit qu’on ne va pas faire de feu de camp ici. On s’arrache ? ça va aller avec le rescapé ?

Je regarde notre transporteur. Il est pâle. Mon mollet s’est fait bien mâchouiller comme il faut. L’angoisse. Une blessure comme ça va le faire boiter pendant des jours…

_________________

Scipion : Je puis nier une chose sans me croire obligé de la salir ou de retirer aux autres le droit d'y croire.
Caligula : Mais c'est de la modestie, cela, de la vraie modestie ! Oh ! cher Scipion, que je suis content pour toi. Et envieux, tu sais... Car c'est le seul sentiment que je n'éprouverai peut-être jamais. [Caligula, Camus]


Dernière édition par Yitzhak Anavim le Mar 23 Juil - 20:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mission No Man's Land [PV : Inscrits]   Lun 15 Juil - 19:56

J'étais recroquevillé sur moi-même. Nan mais sérieux, j'avais une blonde en train de décocher une flèche au dessus de ma tête, le tout en faisant un saut de biche, moi, ça me flippe. Je sais pas ce qu'elle vaut à l'arc cette nana, si ça se trouve, elle se serait planté de 30 cm sur sa trajectoire, et j'aurais fini avec un œil de verre, ou pire.

J'entendais la... C'était quoi déjà ? Une flèche de glace ? Un stalactite télécommandé ? Bref, le "truc froid" me passer au dessus et alors que j'entrouvrais les paupières, je pouvais voir le reptile agoniser avec un Mister Freeze à la place de l’œil gauche. J'avais envie de crier "Aha !" en le montrant du doigt, histoire de lui faire comprendre que contrairement à ce qu'il avait certainement imaginé, c'était pas moi qui avait pris le projectile en pleine face. Bon, dans les faits, j'étais un peu trop paniqué pour arriver à faire mieux qu'agripper le transporteur de toutes mes forces en me crispant comme un gamin à mon jouet.

Le pauvre bougre, il avait le mollet bien amoché, et à sa respiration et sa face de constipé, ça devait être bien douloureux. Frozen était venue m'aider à transporter le transporteur, ou plutôt me demander de l'aider à le transporteur, pour l'amener où exactement ? Aucune idée, mais je devais bien lui reconnaître ça : on allait rapidement être mieux n'importe où ailleurs qu'ici.

Et là, elle m'avait arraché un bout de la blouse. Mais pourquoi ? Elle voulait me foutre à poil ou quoi ? Attendez, stop, là, c'était trop, j'étais un botaniste avec une blouse déchirée au milieu d'un remake de Jurassic Park. De tous les rôles possibles, c'était certainement le pire. En plus la blouse, elle allait pas tarder à ne plus être là, étant donnée la difficile persistance de mes affaires quand elles restent hors de ma portée. J'allais expliquer ça à Margarita pendant qu'on relevait l'éclopé, mais là, y'avait Yitzhak qui pointait une arme à feu dans notre direction.

Mais vous savez le stress que c'est de se sentir mis en joue deux fois en quarante secondes ? Instinctivement, j'avais lâché le transporteur pour me mettre un bras devant la tête. Instinctivement, je me retrouvais aussi avec un bouclier antiémeute, un gilet pare-balles, un casque renforcé, et une arme de poing assortie de grenades lacrymogènes à la ceinture. Je sais pas, ça doit être la première idée de la protection qui me vient à l'esprit quand je vois une arme à feu. Quand à savoir si un bouclier antiémeute résiste aux balles, ça sera pour une autre fois, parce que là, le petit Yitzhak, il avait shooté un autre de ces vélociraptors. A croire qu'ils préfèrent attaquer à plusieurs. Si vous voulez mon avis, on dirait juste des opportunistes, ils avaient attendu qu'on se fasse attaquer par le big boss pour nous prendre à revers.

- Quelque chose me dit qu’on ne va pas faire de feu de camp ici. On s’arrache ? ça va aller avec le rescapé ?

- C'est le cas de le dire. Prenez le transporteur et on force la marche. C'est un vrai fiasco. On reprend le même ordre que tout à l'heure, sauf que c'est Yitzhak qui fermera la marche. Allez, on traine pas, on a déjà assez perdu comme ça, ici.

Je lâchais mon nouveau bouclier, de toute façon, il allait pas beaucoup me servir. Par contre, ma nouvelle carrure était là au bon moment. Je fis un petit signe de la main à Frozen pour lui faire comprendre que je pouvais porter le transporteur seul, puis avec une main sous les jambes et une autre tenant le bras au plus près de l'épaule, je montais notre camarade sur mes épaules, de sorte que l'effort soit réparti sur tout le corps et non uniquement sur les bras. Le mauvais point, c'était qu'avec ma transformation, le blouse avait disparu, et la plaie de transporteur était à nouveau exposée.

- Frozen, tu crois pouvoir refaire rapidement un pansement ? Regarde dans les sacs, on a peut-être du minimum de secours. J'crois en avoir vu quand on était sur le plateau... Oh, et merci pour ton aide.

Ma voix était plus posée que celle du botaniste en pleine panique. A croire que les CRS sont plus rompus aux situations de crise que les rats de laboratoire. Ma dernière phrase était plus basse. Non pas que j'avais honte de la remercier, mais parce que vu la tête du boss, il était pas vraiment satisfait de notre prestation, et peut-être que pour lui, l'intervention de Frozen n'était pas une bonne chose. Moi, je voulais juste lui dire que j'avais apprécié d'être soutenu dans le danger.

Avant de reprendre la marche, j'ai pris une grenade lacrymo que j'ai balancée sur la scène du crime. Si ces reptiles se repèrent à l'odeur, ça leur passera l'envie de nous retrouver.
_______________________________________________________________
On a marché comme ça au moins trois heures avant de faire une pause sur le bord d'un ruisseau qu'on avait fini par rejoindre. Les racines des arbres formaient des petits support où s'asseoir ou poser les sacs en restant à l'abris de la boue qui envahissait le sol. Je cache pas que malgré tous les entrainements avec les 30 kg de briques dans le sac-à-dos, je commençais à flancher sous le poids du transporteur. En plus, vu comment il gémissait, il fallait peut-être regarder un peu plus près sa blessure. On avait pas été attaqués depuis la reprise, on pouvait peut-être se donner le temps de récupérer et d'appliquer des vrais soins. La gueule toujours renfrognée, Projector essaya de remotiver les troupes.

- On va s'arrêter là. Avec le transporteur dans cet état, on a plus le choix de reprendre le ciel pour le retour, donc, on n'a pas le choix, on doit être près pour la prochaine impulsion de demain. Il doit nous rester une ou deux heures avant la tombée de la nuit, faut qu'on trouve un endroit correct où camper. J'me doute que vous avez certainement pas le meilleur moral de votre vie, mais on doit encore tenir. Si on se donne encore à fond, dans 20h, on aura des lits douillets et la meilleure bouffe à disposition pour oublier notre fatigue. On prend 10 min et on repart.

Il se dirigea vers un arbre et escalada quelques racines pour se mettre en hauteur. Il regardait un boîtier qui devait lui donner quelques indications sur la direction à suivre. A vrai dire, moi, j'en avais rien à faire. Je posais le transporteur contre un arbre, l'entendant me confirmer par un gémissement qu'il était encore en vie. J'allais vers le ruisseau pour me mouiller le visage. J'enlevais mon gilet pare-balle qui me tenait vraiment trop chaud et je passais aussi ma chemise dans l'eau, histoire d'en laver la transpiration. J'crois que j'avais vu ça dans une émission sur un mec qui se perd en pleine nature. Apparemment, le sel, ça attire les parasites.
Revenir en haut Aller en bas
Yitzhak Anavim
Confrériste Delta
avatar

Messages : 152
Date d'inscription : 04/09/2012

MessageSujet: Re: Mission No Man's Land [PV : Inscrits]   Mer 31 Juil - 20:48

C’est moi ou Swap vient de se glisser dans la peau d’un CRS ? Soit il me confond avec un délinquant traître à son camp, soit il n’a rien trouvé de mieux pour se protéger des dinausores. Dans les deux cas, le raisonnement est bancal, mais ça reste toujours plus approprié que la blouse de scientifique et le physique osseux d’un binoclard. Notre équipe craint. A part Projector qui garde son sang froid, personne n’a l’air d’avoir la moindre expérience de terrain. Je me rends compte que je ne vais pas forcément pouvoir compter sur les autres pour continuer à y aller à la cool. On finira par y passer si personne ne prend le contrôle sur la situation. Le chef partage cet avis. Son bilan est catastrophique, c’est encourageant… Du coup, je me retrouve en fin de file pour encadrer le blessé auquel on vient de bricoler un pansement de fortune avec les bandages de nos sacs. Plus qu’à espérer que la chaleur et les insectes louchent du coin n’essayent pas de lui filer un début de gangrène en route.

**

J’ai beau ne pas me plaindre, la marche est usante. Mon combat m’a laissé quelques douleurs musculaires, et il n’y a aucun moyen de se distraire l’esprit pour les endormir. Personne ne parle. J’ai gardé un flingue à portée de main, sur ma ceinture, dans l’éventualité d’une autre attaque. On ne peut plus se faire surprendre. Avec deux pouvoirs offensifs, un défensif, un blessé et un autre qui puise ses apparences multiples sur une échelle humaine, notre force de frappe est juste. Le pire reste sans doute à venir, et on s’est déjà laissé dépasser par des dino lambda… Bon, ok, l’adversaire est assez peu commun, mais s’il faut pleurer pour des reptiles géants, avouons que la suite s’annonce mal barrée. Nos potes à écailles sont restés distants cependant. RAS. Calme plat. C’est un peu bête mais, quand on passe trois heures à guetter l’ennemi, on ne peut pas s’empêcher de regretter son absence… Ou ce n’est que mon point de vue. Tirer sur des cibles en mouvement, ça occupe toujours un peu.

A force d’entendre le Transporteur gémir, Projector nous accorde enfin une halte… Dix minutes seulement, faut pas trop se relâcher non plus, il reste encore deux heures top chrono pour se trouver un refuge, et 20h avant d’être à l’abri dans un endroit un peu plus sympa. Ça me donnerait presque envie de pleurer. Dis comme ça, dans notre état actuel, les 20h font presque l’effet de 20 années d’attente.
Swap pose le blessé contre un arbre. Son visage hésite entre le blanc, le rouge et le violet.

- Attend, je m’y connais un peu en blessures de guerre.

J’avais dit ça pour la forme, il n’avait pas l’air de m’entendre. Son front est brûlant. Je lui retire le bandage en le désintégrant sous ma paume. C’est le meilleur moyen de ne pas lui faire mal avec tout le sang séché qui l’a quasiment fait fusionner avec sa plaie. Et elle n’est pas belle à voire la plaie, un peu noire, un peu purulente, assez profonde, mais, avec une dizaine de points de sutures, ça devrait limiter les dégâts si ce n’est pas trop infecté.
Je retire ma chemise et vais rejoindre Swap près du ruisseau. Y’a pas à dire, il est franchement mieux en flic, et pouvoir se passer un peu d’eau fraîche sur le visage fait un bien fou.
Tout en baignant à mon tour ma chemise je lui lance :

- Tu tiens le choc ? Je viens de regarder où en est la morsure du Transporteur, c’est pas très sexy. Je ne sais pas si on pourra l’aider à faire retomber la fièvre en dix minutes mais on doit avoir de l’alcool dans la trousse de secours, et je veux bien essayer de le recoudre un peu. Si tu as le temps pour une intervention plus pro, n’hésite pas.

On ne sait jamais qu’il puisse s’improviser médecin sans frontière dans les prochaines secondes. Sinon, tant pis, on la fera à la barbare. Les points de suture, je maîtrise un peu, dans mon propre intérêt de survie à la base. En tout cas, c’est le seul à pouvoir m’aider dans l’immédiat, Projector monte la garde et la chaleur n’est pas loin de faire tourner de l’œil à Frozen.
J’essore la chemise et je retourne vers l'accidenté pour lui passer un peu d’eau sur le front et nettoyer la plaie du mieux possible, mais c’est tenace les croutes de sang. A peine t’en vire une que les tissus de peau tout justes reformés se percent. Amis gastronomes, pardonnez les détails et bon appétit.

_________________

Scipion : Je puis nier une chose sans me croire obligé de la salir ou de retirer aux autres le droit d'y croire.
Caligula : Mais c'est de la modestie, cela, de la vraie modestie ! Oh ! cher Scipion, que je suis content pour toi. Et envieux, tu sais... Car c'est le seul sentiment que je n'éprouverai peut-être jamais. [Caligula, Camus]


Dernière édition par Yitzhak Anavim le Mar 13 Aoû - 18:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mission No Man's Land [PV : Inscrits]   Jeu 8 Aoû - 18:47

Je remettais ma chemise encore humide sur les épaules. Tant pis pour le gilet pare-balles, de toute façon, à vu de nez, y'a pas de dino armé.

Yitzhak s'approcha pour me faire part de ses considérations au sujet de notre blessé. J'entendais bien ça, mais là tout de suite, on avait probablement pas assez de temps pour ça. Enfin, c'était surtout à notre hiérarchie d'en décider, je voulais pas faire preuve d'insubordination.

- J'pense qu'on peut juste lui désinfecter la plaie, mais pour la couture, je préfère attendre qu'on soit à un endroit plus stable et avec plus de temps pour opérer. Pour faire une intervention bien propre, il me faudra probablement pas mal de temps.

Je jetais rapidement un œil derrière nous pour voir le transporteur affalé sur son tronc. Il était évident qu'il ne tiendrait pas éternellement comme ça, il avait du perdre pas mal de sang. Il fallait choisir : s'occuper de lui maintenant, quitte à nous retarder et devoir passer un jour de plus dans ce milieu hostile, ou attendre d'avoir sécurisé notre extraction pour s'occuper de lui, quitte à risquer de le perdre entre les deux. Dilemme assez difficile, mais dans ce genre de cas, la mission passe avant les individus, et si ça avait été moi, j'aurais attendu des autres qu'ils en fasse autant.

- Il faudrait s'assurer qu'il ne va pas se vider de son sang avant qu'on puisse atteindre un lieu plus propice à l'opération. Tu penses pouvoir t'en charger ? Dans la mesure du possible, essaye de ne pas coudre, je ne sais pas si j'aurai pas besoin de rouvrir les plaies après.

Je me relevai et finis de reboutonner ma chemise. Le gilet pare-balles, hors de mon influence depuis trop longtemps se dissipa dans le vide. Je retournai vers le groupe, il fallait que je boive, et au passage, je lançai un rapide regard à Frozen pour m'assurer qu'elle arrivait à suivre. Elle se donnait l'image d'une femme très solide et très forte, mais je me méfiais de ce genre d'apparence, qu'on croise souvent sur des personnes qui ont justement une grande vulnérabilité à cacher. Si elle avait besoin de quelque chose, je devais m'assurer de pouvoir la lui fournir.

Je sortais la gourde pour boire quelques gorgées. Y'a vraiment que quand on baigne dans le confort qu'on peut avoir le luxe de trouver l'eau quelconque. Là, pour moi, c'était le meilleur des nectars.

- Emballez tout, on va repartir dans une minute.

Le chef avait rangé son appareil, probablement parce qu'il avait trouvé ce qu'il cherchait, même si je devais avouer que son expression ne traduisait aucune joie, ni aucun soulagement. Il gardait les traits d'une personne préoccupée. Il devait faire un bilan de sa mission. Sûr qu'on aurait pas eu la meilleure note en cas d'évaluation. Je regardai vers Yitzhak pour voir s'il avait assez de temps pour ses soins. Il me fallait ensuite reprendre un sac à dos, et le transporteur sur les épaules. Merci aux CRS d'avoir un entrainement physique régulier.
Revenir en haut Aller en bas
Yitzhak Anavim
Confrériste Delta
avatar

Messages : 152
Date d'inscription : 04/09/2012

MessageSujet: Re: Mission No Man's Land [PV : Inscrits]   Mar 13 Aoû - 19:27

Le concept d’intervention chirurgicale professionnelle, bien propre, sans cicatrices, ne m’avait pas tellement effleuré l’esprit. Plutôt que faire un boulot grossier, plié en trois minutes, Swap préférait ne pas s’engager là-dedans. J’étais peut-être optimiste, mais ça m’avait l’air gérable, c’est pas l’opération la plus technique du monde. Mais, certes, à choisir la sécurité, il serait idiot de manquer l’impact à quelques secondes près, par excès d’attentions. On pouvait être retardés par n’importe quoi dans la prochaine heure et, soigné ou pas, Le Transporteur resterait KO, inutile, inapte au combat. Au final, quoique ce soit horrible à dire, il aurait dû faire plus attention. Mission et survie avant tout. Combien de gens sont morts en essayant de sauver les potes à la traîne ? Il faudrait jouer les héros une autre fois. Ici, la bonne volonté ne s’appliquait pas. J’ai donc hoché la tête, l’air grave, résigné, et je suis retourné vers notre coéquipier, il n’y avait rien à ajouter. S’il était fort, il tiendrait. Dans l’autre cas, game over sans replay.

La décision n’est pas simple. Swap m’incite tout de même de faire au mieux sur le temps qu’il nous reste. A part lui coller du désinfectant une fois la plaie nettoyée, je ne vois pas trop. Faire l’infirmière n’est pas vraiment mon délire premier. Si je me suis déjà pas mal arrangé, je suis parfaitement capable ce me recoudre en quelques secondes en invoquant mon pouvoir (peut-être pas forcément bien si j’en crois la persistance de certaines traces blanches). Du coup, je lui ai refait les bandages en tirant assez fort pour resserrer les veines. J’espère ne pas être en train de lui couper tout la circulation non plus. On n’a pas le temps de s’en assurer de toute façon. Projector nous annonce déjà qu’il faut lever le camp. Une minute précise pour ranger les affaires et se mettre en route. Au moins, en restant aux petits soins du blessé, je n’ai pas eu l’occasion de faire retomber la tension. En un bond, je suis sur pieds. Mon esprit s’est occupé, la fatigue est momentanément oubliée.

Après, avoir donné à boire au Transporteur, je l’aide à se remettre sur pieds. Il gémit faiblement. J’ai comme dans l’idée qu’il voudrait hurler mais n’en a plus l’énergie. Swap s’approche pour le reprendre sur lui. Heureusement qu’il peut assurer là-dessus d’ailleurs. Niveau force brute, j’ai un peu trop donné contre le tyrannosaure.

- C’est très moyen, mais j’ai fait au mieux pour que ça ne pourrisse pas, dis-je sans conviction. Chaleur, humidité, sueur, insectes, l’environnement n’est pas du côté des grands accidentés. En donnant une vague tape sur l’épaule du futur fardeau, j’ajoute : Et toi ne clamse pas hein, au moins par égard pour ton partenaire, c’est pas facile de porter un corps tout raide.

Je ne sais pas s’il entend, si la délicatesse est bienvenue, mais disons que l’idée est là. J’attrape l’un des sacs, jette un regard du côté de Frozen qui semble résignée à suivre mais pas plus remise que tout à l’heure, et attend les ordres du meneur.

_________________

Scipion : Je puis nier une chose sans me croire obligé de la salir ou de retirer aux autres le droit d'y croire.
Caligula : Mais c'est de la modestie, cela, de la vraie modestie ! Oh ! cher Scipion, que je suis content pour toi. Et envieux, tu sais... Car c'est le seul sentiment que je n'éprouverai peut-être jamais. [Caligula, Camus]


Dernière édition par Yitzhak Anavim le Mer 28 Aoû - 23:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mission No Man's Land [PV : Inscrits]   Mer 21 Aoû - 12:47

Il me faisait marrer Yitzhak, avec ses petites piques pour dédramatiser la situation. Ce qui était sûr, c'est qu'on avait pas besoin d'un mouvement de panique et que toute tentative de prise de recul par rapport au fiasco cuisant de cette mission était la bien venue. Il avait lancé un rapide regard vers Frozen, ce qui m'incita à faire de même. La pauvre avait du mal à avancer, et elle semblait prise de vertige, au point qu'elle finît par s'effondrait.

- Merde, Frozen !

J'aurais voulu courir pour la rattraper, mais j'avais déjà le transporteur sur le dos, ce qui ne facilitait pas mes mouvements. Je m'approchais d'elle. Elle était inconsciente.

- Qu'est-ce qu'il se passe ?

Le chef nous rejoignit rapidement à son tour. Toute l'équipe était concentrée autour de la demoiselle. J'espérais qu'il n'y avait pas aussi dans le coin une forme de maladie préhistorique fulgurante et que c'était juste l'accumulation de la chaleur et de la fatigue. Projector montrait quelques signes d'agacement et de préoccupation. Finalement, il fit un rapide signe du bras invitant à le suivre.

- Ramassez-là aussi, qu'on reparte, je ne veux pas qu'on se fasse surprendre par la nuit, et encore moins avec deux blessés...

J'échangeais un regard avec Yitzhak pour convenir implicitement de la répartition des tâches.

- Si on est surpris, tu gèreras mieux que moi au combat, alors, je vais porter les deux. Tu peux m'aider à la saisir ?

Si seulement j'avais été... déménageur ?...

La transformation s'opéra rapidement. Un peu plus d'embonpoint, des épaules plus solides, une tenue plus légères, mais plus résistance aux accros, une ceinture de gainage, mais surtout, quelques sangles et une bien meilleure endurance due à des journées entières passées à porter des meubles et des cartons.

- Tiens, tu pourras m'la sangler sur le dos ?

Je balançais au sol les deux sangles. En attachant solidement Frozen sur mon dos, il y avait moyen de mieux répartir la charge. Je pouvais garder le transporteur sur les épaules. Les deux prochaines heures allaient être très longues.

___________________________________________________

La fatigue se faisait encore plus sentir à mesure que les rayons du soleil déclinaient dans le ciel. Les racines et branches basses au niveau du sol commençaient à devenir autant de risques de croche-pattes alors que la vue n'offrait plus autant d'information sur l'état du terrain.

Finalement, après une dizaine de minutes dans cette pénombre, on était arrivés à un lieu plus clair, duquel on pouvait apercevoir les étoiles alors que les cimes des arbres se faisaient plus rares. Petit à petit, on pouvait sortir de cet enfer vert pour atteindre ce qui de jour devait ressembler à une savane peut-être ou une prairie. La fraicheur et un petit clapotis indiquaient qu'on se rapprochait d'un point d'eau. J’espérais en secret qu'on arrivait bien au lac où on passerait la nuit. J'en pouvais plus de haleté sous l'effort. J'avais l'impression de perdre tout mon souffle dans cette interminable marche.

- On y est. Montez les tentes. Je vais faire le feu de camp et je tiendrai le premier tour de garde. Yitzhak, tu feras le deuxième, vers minuit du matin, et Swap, tu te chargeras du dernier, à 5h. Oui, le compte est bon, on va avoir environ 15h de nuit, donc, profitez-en bien pour vous reposer.

Je lâchais au sol nos deux convalescents. Il allait être plus qu'utile de prendre le rôle d'un chirurgien. Mais en attendant, je m'attelais à essayer de monter les tentes. Aaaaaah le doux confort de la tente deux-secondes... Il fallait juste planter les sardines en aveugle, ce qui restait plutôt simple à côté des épreuves qu'on venait de passer.

Une fois cette tâche terminée, je jetais deux coups d'oeil. Un pour constater que Projector avait bien réussi à démarrer le feu, ceci dit, j'étais pas vraiment inquiet vu qu'on avait des allume-feux dans les sacs-à-dos. Un autre regard pour voir si Yitzhak avait besoin d'aide. Si tout était bon pour lui, on allait donc devoir passer aux soins des deux malades, je lui aurais bien demandé de se mettre une tenue d'infirmière, mais ça aurait pu être déplacé.

Si seulement j'avais pu être... chirurgien urgentiste...

Tenue légère en toile stérilisée, blouse stérilisée, gants stériles, et le plateau d'outils stériles. Ca faisait pas vraiment un bloc opératoire digne de ce nom, mais on pourrait faire le minimum. J'approchais du transporteur et commençait à découper aux ciseaux sa jambe de pantalon.

- Tu peux me sortir une lampe et éclairer la plaie ?

La blessure était vilaine et il me faudrait une bonne heure pour arriver à faire un raccommodage digne de ce nom. Après quoi je comptais bien profiter de notre nuit de repos. Qu'importe le confort, juste m'étendre et me laisser emporter par le sommeil, ça me suffirait amplement. Autour de nous, les bruits de la nuit nous indiquaient que même si l'on ne voyais personne, nous étions loin d'être seuls.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Yitzhak Anavim
Confrériste Delta
avatar

Messages : 152
Date d'inscription : 04/09/2012

MessageSujet: Re: Mission No Man's Land [PV : Inscrits]   Jeu 29 Aoû - 12:00

HRP:
 
Bon, c’est officiel, nous avons aussi perdu Frozen. A force de nous laisser entrevoir le blanc de ses beaux yeux, la pauvre a définitivement tourné de l’œil. Encore un imprévu. On perd une combattante. Vu comme elle nous a été utile contre les dinosaures, on peut dire que ça craint à mort. Pour ne rien arranger, nous ne sommes pas assez cruels pour l’abandonner aux insectes et charognards. Il faut la porter. Swap se sent d’assumer le rôle. A-t-il le choix en même temps ? Projector a l’air de s’en fiche à moitié et moi… Elle doit être plus légère que le Transporteur, je pourrais peut-être faire un geste, mais comme le précise mon coéquipier, il vaut mieux garder sous la main une personne prête à réagir au moindre danger. En gros, s’il y a un nouveau blessé, ce sera ma faute. Je m’attendais à avoir de hautes responsabilités, mais pas forcément à ce point, pas si vite.
Swap change encore d’apparence, le type camionneur cette fois, pour être en mesure de porter les deux accidentés. Je l’aide à placer la fille inconsciente sur son dos, et on poursuit. La marche est un peu plus lente mais, au moins, on avance, et aucun lézard dentu n’a la bonné idée de nous faire une visite.

**

L’avantage de la tombée du jour, c’est la fraîcheur. Avec la fatigue qui broie de plus en plus les muscles, on a toujours la consolation de sentir le vent s’adoucir. On se dit que ça pourrait être pire. Par contre, les prédateurs peuvent plus facilement surgir de n’importe où. Plus qu’à espérer que la plupart des bêtes soient diurnes. Elles doivent bien dormir à un moment non ?
Sans ennuis notables, nous finissons par atteindre ce qui semble être l’objectif, une presque clairière avec un cours d’eau non loin. J’étais passé en vision nocturne depuis une heure, ce qui m’en donna un aperçu assez global. RAS. ça a l’air tranquille. On a donc eu le droit à la répartition des heures de sommeil. Mon tour de garde était le plus reloud. Personne n’aime être le type du milieu. T’as à peine le temps de t’endormir qu’on te réveille, et une fois que tu t’es bien forcé à émerger pour dormir, on te demande de te rendormir, avec le jour qui se lève, la chaleur qui revient. Projector se réservait la meilleure plage horaire, évidemment ! J’ai des doutes quand à mes capacités de récupération. Personne n’a pensé à rendre du redbull ? De la coke ? Non. Bon, de toute façon, j’ai pas tellement mon mot à dire. On acquiesce, on monte les tentes en deux secondes, et il ne reste plus qu’à essayer de récupérer nos grands blessés.

Comme promis, Swap avait pris l’apparence d’un chirurgien, outils magiquement à l’appui. ça, c’est quand même pratique. Finalement, je n’ai pas grand chose à faire, juste à pointer une lampe sur la blessure et laisser l’artiste s’occuper de la couture. Il ne reste plus qu’à installer Le Tranporteur dans une tente et croiser les doigts pour son rétablissement. Pareil pour Frozen, sauf qu’on n’a pas la moindre idée du mal qui la frappe. La fatigue et la mutation je suppose. Maintenant qu’il fait froid, elle reprendra peut-être des forces et moi aussi, d’ailleurs, je dois me reposer.
J’ai dû tomber en black out deux minutes après m’être réfugié dans un sac de couchage. Quand Projector est venu me secouer l’épaule pour me signaler que c’était à moi de surveiller la zone, j’ai eu l’impression qu’on me retirait une pierre dans le cerveau. Dur. J’aurais dû faire semblant d’être malade moi aussi, on m’aurait laissé en paix. Je suis allé me poser dans un coin en gardant la couette sur moi. Surtout… rester alerte et ne pas piquer du nez. Je vous assure que c’est vraiment la chose la plus compliquée à faire quand on a le corps courbaturé et tout engourdi. Je voulais bien penser à des trucs pour animer m'occuper, mais, pour une fois, je me trouvais à cours d’idée. J’exagérerais sans doute en disant que ces cinq heures étaient les plus longues de ma vie. Ceci dit, sur le moment, je me le suis répété plusieurs fois. La seule solution pour tenir, c’est de devenir complètement parano et de menacer avec un flingue le premier moustique du coin. A part quelques insectes d’ailleurs, rien n’est venu nous contrarier.
Je suis allé réveiller Swap à 4h55 précises puisque, selon un calcul méthodique, il lui faudrait bien 5 minutes pour émerger et je ne tenais pas à perdre ces précieuses cinq minutes en attendant 4h. Je sais, c’est totalement débile. Mais j’avais médité la question une bonne heure parce que je n’avais rien de mieux à faire, alors, autant que vous sachiez.

- Je te passe la relève mec. Tu devrais mortellement t’ennuyer, aucun dino n’a l’air de vouloir nous attaquer.


Et maintenant que son tour est venu, j’espère qu’ils continueront à se tenir tranquilles, j’ai vraiment envie de replonger un peu dans le néant avant d’enchaîner sur une nouvelle journée survoltée.

_________________

Scipion : Je puis nier une chose sans me croire obligé de la salir ou de retirer aux autres le droit d'y croire.
Caligula : Mais c'est de la modestie, cela, de la vraie modestie ! Oh ! cher Scipion, que je suis content pour toi. Et envieux, tu sais... Car c'est le seul sentiment que je n'éprouverai peut-être jamais. [Caligula, Camus]


Dernière édition par Yitzhak Anavim le Mer 18 Sep - 20:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mission No Man's Land [PV : Inscrits]   Dim 1 Sep - 16:29

- Je te passe la relève mec. Tu devrais mortellement t’ennuyer, aucun dino n’a l’air de vouloir nous attaquer.

Franchement, j'aurais bien aimé rester couché un peu plus longtemps. Les bruits au loin ressemblaient presque à des bruits habituels de la nuit. La question que je me posais, c'était "est-ce que ces hululements viennent d'une chouette de 4m25, ou est-ce que c'est une autre sorte de dinosaure qui hulule avant de se jeter sur une proie ?"

Je repoussais le sac de couchage encore imprégné de ma chaleur pour m'en échapper.

- Merci, je vais prendre le relais. T'as fait chauffer du café ou faut que j'en fasse ?

La question pouvait être idiote, mais j'avais envie de boire un truc, et de rester éveiller, ce qui venait de promouvoir le café au premier rang de la liste des choses dont j'avais envie à ce moment-là. La casserole au dessus du feu, je me concentrais sur les bruits pour arriver à savoir si des animaux rodaient autour de nous. C'était plus calme que je l'avais imaginé. Je pensais qu'on aurait au moins quelques curieux qui viendraient craquer des branches autour du camp, mais rien. Peut-être que le feu était réellement la chose la plus dissuasive pour les animaux. Ca me rappelait un film dans lequel on voyait un rhinocéros foncer sur un feu. Apparemment que ça serait une sorte d'instinct de protection. Ils piétineraient les feux pour éviter que la forêt ne brûle. Au fond, y'a bien que l'être humain qui se rende pas compte que sa propre survie dépend aussi de la survie de son environnement.

Je regardais les étoiles et essayais de deviner où pouvait être la croix du sud. Franchement, j'en avais aucune idée, et tout groupe de 4 étoiles non alignées faisait à mes yeux un candidat parfait pour être la croix du sud. J'aurais pu devenir astrophysicien, mais sérieusement, à quoi bon ? Parfois, j'en ai juste marre d'être quelqu'un d'autre, et j'ai envie de garder du temps juste pour moi. Même si quelque part, je reste techniquement moi-même sur de nombreux points. Au bout de quelques heures, je commençais à perdre mon jeu, même si je devais avouer qu'il était bien épuisé, là. Le ciel se teinté d'une lueur rosée, ce qui me permit de voir un peu mieux les alentours. Les animaux devaient se tenir éloigné de ce lieu parce qu'il était à découvert, et donc, propice à se faire attaquer. Les herbivores étaient probablement cachés dans la forêt et les carnivores profitaient probablement de la nuit pour aller les surprendre.

Il était bientôt l'heure. Je laissais le feu peu à peu s'éteindre, et j'allais chercher dans un sac quelque chose à cuire sur la braise. Je passais ensuite dans chaque tente pour en réveiller les occupants ou pour m'assurer de leur état de santé. Le pouls du transporteur était correct, et sa respiration lente et profonde, c'était un bon point. A vue de nez, la plaie avait l'air à peu près propre, mais bon, j'étais pas dans le meilleur état pour le dire. Frozen dormait à poing fermé et je décidais de ne pas la réveiller. Que la chaleur lui donne des vertiges ou qu'elle ait attrapé une grippe préhistorique, elle se porterait mieux en dormant.

Je passais à la tente de Projector. Voir son chef en sous-vêtements, ça fait toujours bizarre. Il entrouvrit les yeux rien qu'en m'entendant entrer dans la tente, et fît un rapide geste pour signaler qu'il avait compris.

Enfin Yitzhak, qui avait presque l'air d'un innocence adolescent tout ce qu'il y a de plus normal. Je lui tapotait l'épaule.

- Le soleil vient de se lever, encore une belle journée... Allez, lève-toi, j'ai fait chauffer du gruau et il doit rester encore un peu de beef-jerky.

Une fois tous à l'extérieur, le chef nous rejoignit. Il avait remis sa tenue habituelle. Il avait la mine assez grave, mais sa voix sembla plus sereine que la veille.

- Bon, je vois qu'on est pas plus nombreux qu'hier. Aujourd'hui, je vais monter la garde dans les environs pour que vous soyez tranquilles. Vous, vous avez deux tâches : la priorité, ça sera de monter le portail avant l'impulsion, ce qui veut dire dans moins de six heures, en option, et seulement si vous avez le temps, vous pouvez faire un peu de repérage des environs, ou sonder le lac. Ne vous éloignez pas trop, j'aimerais ne pas avoir à vous porter tous les quatre tout seul.

Il s'installa ensuite près des braises pour manger un peu et prendre un café, puis retourna dans sa tente, probablement pour préparer de quoi tourner dans le coin sans encombre, voire, faire des mesures. Je l'avais un peu oublié, mais on était censés faire des mesures en effet.

Je regardai Yitzhak en haussant les épaules.

- Bon, ben je vais commencer par l'atelier IKEA. Tu veux m'aider ou tu préfères faire un tour ?

Après quoi je commençais à déballer le contenu des sacs et à chercher comment emboîter tout ça. Au fond, c'est comme un puzzle, mais avec des pièces en 3D et des petits fils à attacher.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Yitzhak Anavim
Confrériste Delta
avatar

Messages : 152
Date d'inscription : 04/09/2012

MessageSujet: Re: Mission No Man's Land [PV : Inscrits]   Mer 18 Sep - 22:46

Le réveil me laisse une drôle d’impression. Avec la chaleur humide et la fatigue je me sens un peu fiévreux, nauséeux. Mes pensées ne sont pas très nettes. Sans le vouloir, Swap me projette dans un violent flashback. Dans un passé lointain, un autre homme aurait fait la même chose. Il se levait toujours avant moi lorsqu’on passait la nuit ensemble, et quand il venait me forcer à émerger, des odeurs de nourriture flottaient dans l’air. C’était quand même agréable. Pendant quelques mois, on avait bien joué le jeu du petit couple. Puis, la réalité avait fracassé tout ça. C’était fini maintenant. Même pas la peine de penser retrouver ce genre de vie un jour. D’ailleurs, je chasse vite ces idées parasites de ma tête. Je me suis juré de ne plus être sentimental. Il ne me reste qu’à faire comme d’habitude, trouver une réplique vaguement désagréable mais drôle. La mine encore ensommeillée, je marmonne :

- Du gruau ? Après la préhistoire, on fait une reconstitution de la vie quotidienne médiévale ?

Je ne sais pas pour vous, mais le mot « gruau » me fait forcément penser à une histoire de paysans dans une vieille auberge miteuse. Je veux bien que ce soit économique, pratique à préparer, à transporter, et bourré d’énergie, mais tout de même… J’aurais préféré qu’on embarque des chocapic à la place.
Après avoir résisté quelques minutes à l’envie de rabattre le sac de couchage par-dessus ma tête, je m’habille rapidement et approche de la marmite où chauffe la bouillie infâme. Un truc bon pour les poules oui… Je tiens tout de même à faire un effort. Je crois que j’apprécie assez Swap pour ne pas hausser les épaules devant ses attentions et me rabattre devant son nez sur un paquet de viande séchée. Un acquis de conscience soudain. Ça m’arrive parfois. Mais je le regrette un peu. En bouche, le gruau est fidèle à son image, insipide au possible. C’est roboratif, rien de plus. Je résiste trois cuillères, mais la tentation finit par l’emporter. Il reste quelques paquets de beef-jerky au fond d’un sac. Je m’en ouvre un pendant que Projector nous sert le premier discours de la journée. Il a l’air vaguement plus détendu. Pas de vilaine bête à l’horizon, le ciel est bleu, les oiseaux chantent, il nous reste six heures pour enfin lever l’ancre. Et on a même le droit de se balader, à condition de ne chercher des noises à aucun reptile de passage. A moins d’un concours de malchance ou d’une violente incompétence de notre part, le moment de souffler un peu est proche. Il ne nous reste qu’à monter un portail de téléportation, tout ce qu’il y a de plus banal, n’est-ce pas ? L’idée est assez tentante cependant. Elaborer des machines et suivre des plans de construction, c’est un peu devenu un genre de seconde nature chez moi. Pour tirer le meilleur parti possible de mon pouvoir, j’en suis à des heures, des jours, des nuits de pratique. Je sais, quand on me voit comme ça, on n’a pas l’impression que je peux devenir autiste à ce point. Mais l’ambition d’être un mutant super puissant est une très bonne motivation… Ou alors, c’est juste le prétexte que je me suis donné pour trouver un but à une lutte constante contre l’ennui et le besoin absolu de canaliser mes pensées… Au choix. Moi, je préfère juste me voir mégalo.
Entre la ballade et observer de près un portail aussi sophistiquée, la question ne se pose même pas. Et puis, ça me dit quand même bien une activité bricolage avec Swap, même s’il va sans doute se donner le cerveau d’un inventeur génial qui ridiculisera toutes mes connaissances en moins de dix minutes. Ce type est quand même terriblement frustrant, juste impossible d’être plus doué que lui dans n’importe quel domaine que l’on choisisse apparemment.

- Donne-moi encore vingt minutes et je suis à toi, si tu veux bien m’en laisser un peu d’ici là.

Il reste du café mais l’odeur ne me dit vraiment rien. « Tu comprendras quand tu seras plus grand », à ce qu’il parait. On disait pareil pour l’alcool ceci dit, mais j’ai compris assez vite ce concept là au moins. Tout ça pour dire que, du coup, je me rabats sur du thé, et j’observe le déballage des pièces du coin de l’œil en attendant d’avoir les idées un peu plus claires.
Quand je décide de m’en mêler, le mutant est déjà à la recherche des premières pièces. Je prends les feuillets et examine les illustrations sans rien dire. Ça a l’air presque simple. Tout est dans le presque.
Les heures suivantes tiennent à peu de choses, des échanges de pièces, quelques moments d’hésitation devant un croquis qui ne ressemble pas du tout à ce qu’on a sous les yeux, des choses qui ne marchent pas, pour des raisons évidentes, du style l’absence d’un branchement, qui nous laissent béats un instant. Bref, tout en perdant de temps à autre du temps sur de faux problèmes, et en vidant quelques litres et café et de thé, je pense qu’on peut être fiers de nous. Pour moi, le temps passe assez vite. Ce n’est peut-être pas aussi drôle que combattre un dinosaure, mais ça reste bien plus distrayant sur le long terme. Moins dangereux aussi.
Au final, après 4h d’association, l’installation a l’air de tenir à peu près la route. On vérifie une dernière fois de ne rien avoir oublié et il ne reste plus qu’à attendre, se reposer, se balader…

- Bon bah… plus qu’à espérer qu’aucun dino ne va nous faire la blague du « maintenant, j’arrive pour tout casser »…, dis-je en contemplant le travail.

C’est vrai que ça serait une sacrée plaisanterie ! Un monstre de plus de six mètres qui déboule pour tout piétiner… A vous donner des sueurs froides rien que d’y penser. Pour le coup, je préfère carrément monter la garde plutôt qu’aller me balader et risquer d’en attirer un à proximité. Là, je me sens comme un gosse qui vient de passer toute son après-midi à construire une super base spatiale en lego. Personne n’a le droit de venir poser ses sales pattes sur mon œuvre.

_________________

Scipion : Je puis nier une chose sans me croire obligé de la salir ou de retirer aux autres le droit d'y croire.
Caligula : Mais c'est de la modestie, cela, de la vraie modestie ! Oh ! cher Scipion, que je suis content pour toi. Et envieux, tu sais... Car c'est le seul sentiment que je n'éprouverai peut-être jamais. [Caligula, Camus]


Dernière édition par Yitzhak Anavim le Mer 2 Oct - 21:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mission No Man's Land [PV : Inscrits]   Dim 22 Sep - 18:04

Je m'attendais pas à ce que Yitzhak soit aussi à l'aise avec les branchements. J'avais décidé de prendre les talents d'un électronicien, laissant à mon camarade de bricolage la charge d'orchestrer les montages. Pour ma part, j'exécutais et je me servais de mon expertise uniquement pour ce qui était de gérer les pièces endommagées et les branchements abîmés. Ni la météo, ni nos aventures en forêt n'avaient été cléments avec le matériel.

Au début, ça avait l'air démentiel, insurmontable, puis ça avait l'air plutôt simple, et on a même pu croire qu'on aurait fini en moins de deux heures, et seulement après, on réalisait qu'on allait perdre beaucoup de temps à réparer les petits dégâts ou à compenser les oublis de ceux qui nous avaient préparé les paquets.

De temps en temps, je me donnais le droit d'aller voir les deux convalescents. Frozen était toujours faible, et montrait des signes d'état grippal. Il était toujours impossible de dire si elle avait attrapé une maladie ou si c'était une réaction de son pouvoir.

Entre Yitzhak et moi, à force, une sorte de complicité s'installait. On finissait par savoir ce que l'autre voulait sans avoir à le prononcer, ce qui permit d'accélérer grandement le montage. Au final, c'était 4h qui avaient étaient nécessaires pour monter la machine.

Ca ressemblait à une sorte de grand U avec des panneaux en arcs de cercles sur chacune des deux branches. Par endroits, des fils dépassaient un peu parce qu'on avait préféré laisser nos rafistolages visibles plutôt que de prendre du temps à parfaire les choses. Si ça marchait, on aurait tout le loisir d'en construire un plus grand et meilleur.

J'étais fier de notre travail, parce que ça avait quand même de la gueule ! Mais Yitzhak avait raison, on allait pas pouvoir se reposer, un dinosaure pouvait encore arriver et on aurait du mal à effectuer des réparations importantes avec le matériel qu'on avait dans le coin. J'espérais au fond de moi que Projector ne laissait rien s'approcher, mais dans le doute, je décidais qu'être un soldat dans un bataillon anti-char, lance-roquette à la main, ça pouvait être utile.

Les heures suivantes furent d'une longueur éprouvante. On voulait se détendre, mais on devait surveiller de tous les côtés pour être sûrs de ne pas se faire surprendre. Projector avait fini par nous rejoindre, jugeant qu'il était plus important de venir voir si on avait besoin d'un dernier coup de main, plutôt que de continuer à effrayer tout ce que mère nature avait pu engendré dans le coin.

Et puis, c'est arrivé. Au début un crépitement léger dans l'air, puis comme un vrombissement, des éclairs entre les deux bras du portails. Je me surpris à prier pour qu'on se soit pas trompé dans un branchement. Et soudain, au milieu, une nouvelle image, entourée du type de flou qu'on peut avoir au dessus d'un radiateur, comme si le décor derrière se tortillait sous l'effet de la chaleur. Au centre, je reconnus les murs de la confrérie. J'avais envie de sauter de joie, mais c'était pas le moment encore, on allait bientôt avoir les officiels qui allaient nous rejoindre, accompagnés probablement d'un bataillon armé. Et puis, on allait être célébrés à notre retour. Comme j'avais envie de passer ce portail et de me retrouver dans nos bons vieux locaux...

2/5ème de blessés, on avait probablement pas le meilleur score de l'histoire de la confrérie, mais cette mission, c'était de loin celle qui me marqua le plus à l'époque.

Allez, on rentre à la maison.
Revenir en haut Aller en bas
Yitzhak Anavim
Confrériste Delta
avatar

Messages : 152
Date d'inscription : 04/09/2012

MessageSujet: Re: Mission No Man's Land [PV : Inscrits]   Mer 2 Oct - 22:43

Bien sûr, tout n’était pas esthétiquement parfait. On avait fait de notre mieux pour réparer les dégâts et les pièces tordues. Ça rendait mieux sur le papier, c’était encore loin d’un portail à la Stargate mais, au moins, l’arc tenait debout et serait, logiquement, opérationnel. Rien ne permettrait de le vérifier avant l’heure du rendez-vous. Dans l’immédiat, je me sentais confiant. On n’avait assuré. Les doutes viendront plus tard, au dernier moment, quand la ronde des « et si ? » me martèlera le crâne à la simple idée de finir mes jours dans cette jungle parallèle. L’horreur.

Il ne nous restait plus qu’à patienter, monter la garde, veiller les blessés. Le Transporteur s’en remettrait. Son sang n’était pas empoisonné, il avait juste une bonne semaine au lit à tirer. Pour Frozen, le diagnostic semblait plus inquiétant. Il était impossible de définir le mal dont elle souffrait. A priori, on pouvait miser sur un effet secondaire de sa mutation contre lequel personne n’aurait d’influence. Elle devrait attendre un meilleur climat, ou une sorte de rééquilibrage organique, avec des conséquences imprévisibles à craindre. Tant qu’elle ne perdait pas l’esprit et ne changeait pas tout en banquise, ça m’allait. Pas sûr que notre belle porte survive à un refroidissement accéléré, même si elle était conçue pour résister à de très basses températures.

Les dinosaures ne se montrèrent pas, à croire que les quelques cadavres laissés sur notre chemin avait eu leur petit effet. Le seul petit inconvénient d’une absence d’ennemis était, évidemment, l’ennui, profond, qui pesait sur nos pauvres fronts. Après quatre heures de montage, je n’avais plus tellement la tête à parler. J’étais épuisé, cérébralement, physiquement, et il fallait encore veiller sur le matériel, un œil désespérément pointé sur l’heure.

Mon cœur s’est un peu emballé lorsque le téléporteur a commencé à crépiter. J’ai croisé les doigts, prié pour qu’un faux contact ne grille pas tout d’un coup et, finalement, une image incertaine s’est découpée au milieu du décor tropical, des murs, une construction humaine, la confrérie ! Le dénouement n’était pas encore arrivé que je sentais déjà un très vif soulagement. Nous étions sauvés ! Mission accomplie ! Enfin… presque. On ne pouvait pas dire que l’on revenait avec un bilan très heureux. Le sans faute serait pour une prochaine fois, peut-être. L’essentiel était cependant de ramener tout le monde vivant et, surtout, que je sois toujours debout, apte à donner un rapport. Ça leur prouverait que malgré les réticences qu’il y avait eu à envoyer quelqu’un d’aussi jeune que moi sur le terrain, je méritais ma place. C’était un premier pas. Un grand pas pour un nouveau, et, à peine remis de mes émotions, j’avais déjà hâte de connaître les prochaines manœuvres… comme de trouver un lit bien confortable dans lequel m’étaler jusqu'à la prochaine après-midi.

_________________

Scipion : Je puis nier une chose sans me croire obligé de la salir ou de retirer aux autres le droit d'y croire.
Caligula : Mais c'est de la modestie, cela, de la vraie modestie ! Oh ! cher Scipion, que je suis content pour toi. Et envieux, tu sais... Car c'est le seul sentiment que je n'éprouverai peut-être jamais. [Caligula, Camus]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mission No Man's Land [PV : Inscrits]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mission No Man's Land [PV : Inscrits]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» émission des maternelles sur les punitions avec Claude Halmos
» recherche émission tv/vivre avec 100 objets
» Émission toc toc toc
» Parlez-vous Normand... l'émission. Et la chronique.
» Décès de Peter Graves, héros de la série Mission Impossible

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: La Confrérie-
Sauter vers: