AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ce que l'on cache. ( Libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Ce que l'on cache. ( Libre)   Lun 20 Mai - 19:03



Membre par membre et dent par dent
Ça me déchire de l'intérieur
Chaque jour, chaque heure je souhaite
Être pare-balles

broie-moi
Modèle-moi
Chauffe les aiguilles et poignarde-moi avec
Tu m'as transformé en cette chose
Je souhaiterais seulement que je puisse être
Pare-balles


Lac du Parc, Mai 2013.

Elle suivit le vol d’un oiseau s’enfuyant d’un arbre sur la berge opposée quelques secondes avant de replonger le regard dans l’onde rassurante qui stagnait sans clapotis contre le bois du ponton où elle se tenait assise, les jambes battant l’air en une cadence lente. Le silence retomba, propice à son introspection sous un soleil matinale et prometteur d’un mois de mai. La journée serait belle, douce et lumineuse. Bientôt ou déjà, les habitués de l’Institut iront et viendront, coulés dans leur moule sage et parfaitement identifiable en reprenant le bourdonnement rythmé d’une vie faites d’habitudes et de rôles. Des rires, des bavardages, des larmes peut être mais surement pas le silence, silence qu’elle recherchait ici après un footing d’une bonne heure, oh certes, elle n’était pas aussi endurante que Jubilée question footing mais cette dernière avait probablement un sacrée paquet de nuits d’entrainement du à ses étranges problèmes de sommeil.

Ici dans les rides du lac il n’y avait plus qu’elle, exit la conseillère sociale, exit la X woman, juste ce qui restait de sa vie brisée dont elle essayait maladroitement de tenir chaque pièce qui croulait l’une après l’autre. Bien sûr, il y avait Amy et son amour inconditionnel, bien sûr il y avait le soutien de ceux qui l’aimait, Rachel, Jubilée, Sanzo mais qui savait réellement les répercussions de la terrible journée de décembre ? Qui savait ce vide qui ne le quittait plus et cette tombe où l’œil de Cain fixé sur elle pesait du poids des remords sur son âme. La rumeur de ces quinze jours de décembre où elle se refusait à quitter la chambre et à regagner le monde, la rumeur du « elle fait un caprice » « elle a choppée une mauvaise grippe », les quinze jours les plus terribles de son existence même au regard de cette terrible journée de décembre où elle était passé de victime torturée à bourreau impitoyable, de X Woman idéaliste et aimante à un simple clone aux mains sanglantes. On avait perdu beaucoup ce jour-là, et pas seulement elle…Tous en avaient été changé, le monde n’était pas rose, il n’était fait que de successions d’ondées ou s’intercalent de pale éclaircies. Ce vague à l’âme posait des ombres dans ses iris, des ombres lourdes ou s’attardait encore l’odeur de la mort, là où finalement elle s’était trouvé et accomplie, mettant un point final à cette dégringolade de vérités torturantes et absurdes. Amy soignait, du mieux qu’elle pouvait. Tous s’y mettaient à dire vrai. Cependant pour être le plus honnête possible, les choses n’avaient plus jamais été les mêmes.

L’Irlandaise goutait de plus en plus à ces moments de solitude vide au gout d’isolement morbide. Elle choisissait de le faire à l’écart des regards, dans un non-dit douloureux même à quelques pas du mariage venant consacrer son chemin d’Amour. Bien entendu, elle savait être autre, pétillante et gaffeuse à souhait, le trublion de l’Institut dont la jeunesse prenait la relève mais l’adulte qu’elle était en privé avait inévitablement perdu un peu de sa candeur et de sa vivacité qui ensoleillait bien souvent ses pupilles.

Jadis elle s’allongeait sur le sable des plages de San Francisco rêvant, sourire aux lèvres, face aux formes incongrues que prenaient les nuages dans le ciel. Ces rêves aujourd’hui s’étaient plutôt embitumés, sonnant aussi concrètement que les coups qu’elle avait reçus et distribués. Une vie simple, rangée, faite de langueurs et de petites victoires sur les autres comme sur elle-même. Mais même le chemin qu’elle suivait l’éloignait de son idéal si sage. Et pourtant elle avait rendu les armes et les larmes, renvoyant cet uniforme au visage d’un Xavier taiseux à souhait t d’une Frost pour une fois pas si froide que ça. Elle avait eu le choix de renoncer, de partir et de gagner la « normalité » d’une vie cachée, loin des horreurs de ce mois de Décembre et de l’ombre des bourreaux…Mais son ombre à elle, la suivrait inlassablement. Elle en était revenue, et avec elle la farandole des illusions et des masques, le « tout va bien » quand « tout va mal » et les sanglots sans explications qu’Amy recevait certains soirs.

Son visage dans le miroir lisse des eaux et toujours cette même question : Qui es-tu et où vas-tu ? Elle connaissait certaines réponses mais ne voulait pas les communiquer, même à celle qui partageait sa vie. Comment accepter cet étrange paradoxe qui veut que contrairement à chaque être sur terre, elle ne fut pas le fruit de l’amour de ses parents mais celui de l’amour de sa propre fille. Aislinn le lui avait dit et elle en garderait le secret, le lourd secret qui la tenait encore plus liée aux ténèbres de ses brumes d’errances.
Ne pas sentir la douleur physique ne veut pas forcément dire que l’on est imperméable à toute chose, elle avait fait l’expérience de la douleur extrême et en sortait malmenée et meurtrie. Même si cette journée s’annonçait radieuse, il lui faudrait du temps, peut-être même une vie pour remonter des abysses mais du moment qu’elle savait donner le change, tout irait bien, non ?

D’un geste lent, elle lança un petit caillou dans l’eau du lac afin de brouiller l’image de son reflet qui inévitablement finissait pas l’insupporter comme à chaque fois qu’elle venait ici.
Elle ferma les yeux doucement.

Afin de sonder le vide en elle et d’en retenir le vertige.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: Ce que l'on cache. ( Libre)   Lun 27 Mai - 17:22

Mai et son soleil. Mai et sa douceur quasi estival. Mai précurseur des grandes vacances. Mai la fin d'une année scolaire ou presque. Mai et tant de chose depuis son arrivée.
Sanzo voulait profiter du soleil. Il aimait le soleil et la chaleur. Il n'y avait pas énormément de lieu ou il pouvait en profiter en toute tranquillité. Le toit de l'Institut était le meilleur endroit et puis c'était tellement facile de l'atteindre puisqu'il était toujours seul dans sa chambre. La fenêtre rapidement ouverte il grimpa avec l'agilité du à l'habitude. Il était en t-shirt et jean comme toujours. Une légère brise ébouriffait ses cheveux. Il savait parfaitement ou poser les pieds et le plus haut toit fut bien vite atteint. Il s'assit laissant son regard errer. Une silhouette aux cheveux de feu était près du lac. Sanzo la regarda un moment. Elle avait changé depuis décembre, beaucoup changé et la Cait qu'il avait connu à son arrivée lui manquait. Ou était la jeune fille à l'humour corrosif, celle qui parlait sans réfléchir …
Oh bien sur elle donnait le change elle était très douée pour ça mais Sanzo la connaissait maintenant très bien. Il surprenait bien souvent cette douleur qui passait dans ses yeux. Il en lui en avait pas voulu pour sa réaction bien compréhensible à son retour. Il l'aimait, elle était et restera toujours Cait. Il resta de longues minutes à fixer son dos. Devait il la rejoindre ou la laisser un peu seule …
Il finit par descendre du toit, si elle préférait rester seule il partirait. Ses pieds nus ne faisaient aucun bruit dans l'herbe. Il vint se placer à coté d'elle. Elle avait les yeux fermés et se tenait un peu trop près du lac pour la tranquillité du chat. Il détestait l'eau mais bon … il ferait un effort pour Cait. Avec douceur il passa un bras autour de ses épaules. Elle semblait si petite et si fragile. Il aurait voulu effacer cette tristesse qui se lisait sur son visage, effacer ses mauvais souvenirs, remonter le temps et l'avertir de cette funeste journée mais il n'en avait pas le pouvoir. Personne d'ailleurs ne l'avait … du moins à sa connaissance. Alors il se mit à ronronner. Tout comme avec Rachel c'est tout ce qu'il pouvait lui offrir et il le faisait de bon coeur. Les yeux fixés sur Cait, il attendait qu'elle prenne la parole. Les mots ne venaient pas et lui semblaient de toute façon tellement dérisoire.
Cette scène il l'avait déjà vécu. C'était avec Rachel mais là aussi il aurait voulu faire plus pour elle. Pourquoi devait il voir ses amies souffrirent autant. Elles avaient droit au bonheur elles aussi. C'était donc ça être X-men … toujours souffrir … Sanzo n'était plus trop sur de le vouloir … mais c'était Cait qui l'avait aidé et encouragé … qui lui avait montré sa voix, lui disant de toujours suivre son coeur … … Mais là son coeur souffrait, il souffrait de la voir comme ça, tout comme il souffrait pour Rachel. Si seulement sa souffrance pouvait soulager la leur au moins elle servirait à quelque chose mais c'était meme pas le cas …. Non il ne devait pas penser comme ça. Il devait se ressaisir. Peu importe sa souffrance, il se devait d’être là pour elle. Son ronronnement reprit doucement, tendrement, paisiblement.

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Ce que l'on cache. ( Libre)   Lun 27 Mai - 21:29




On ne vit d’éclaircies qu’en attendant que tombe l’ondée suivante. Le mariage serait-il une unique bulle d’oxygène dans un marre putride, quelle était la suite du programme et pourrait-elle y faire face ? Est-ce que le doigt du destin s’abattrait sur elle ou sur son aimé puisque de toute façon, il s’abattrait encore et toujours. Elle savait pourtant combien il était vain de se poser des questions auxquelles le temps seulement pouvait apporter des ébauches de réponses. Son esprit fut soudain troublé par une présence auprès d’elle. Elle ne disposait pas de sixième sens, certes, mais avait l’esprit assez aiguisé pour être en capacité de sentir ce genre de chose et de porter un « regard » ouvert au travers ses sens tout entier focalisés sur son environnement.

Un bras autour de son coup et ses pupilles se relevèrent brusquement ainsi que le réflexe de déclencher sa ZPCE pour électrocuter celui qui pouvait se risquer à un tel geste avec elle. Un quart de seconde pour comprendre qu’il s’agissait de Sanzo et pour lui éviter au mieux une belle décharge, au pire d’être projeté la tête la première dans les eaux encore fraiche du Lac. Cependant, immédiatement, elle saisit le bras du félin pour se dégager et le repoussa avec un peu de brusquerie avant de lui adresser un demi-sourire triste.

- Non…Je t’ai déjà dit…ne fais pas ça…je déteste qu’on me touche. C’est …c’est physique.


Elle reporta son attention sur les eaux tout en l’écoutant ronronner, fermant demi les yeux. Sa voix était presque un murmure lorsqu’elle rompit le silence une longue minute après l’avoir écouté.

- T’essaye ton don avec moi ? C’est gentil mais ça marche pas trop…Je ne vais pas si mal, j’ai juste besoin de temps pour moi, tu vois. Juste…réfléchir.

Elle replongea dans le silence un instant avant de détendre ses jambes et de les laisser battre dans l’air au-dessus de l’eau. D’un geste, elle balaya un mèche rousse lui tombant sur le visage avant de poursuivre.

- Je. Excuse-moi pour ne pas avoir été très présente ces derniers mois et surtout pour ce que j’ai fait en décembre et janvier…J’aurai pas du..j’aurai du en parler..j’ai pas pu, il me fallait du temps. Tu ne m’en jamais reparlé depuis mais c’est gentil de ne pas avoir posé de questions. J’ai eu..une sale période, j’crois.


Elle soupira en levant les yeux au ciel et une attitude pleine de non-dits.

- J’t’ai jamais dit..
j’t’ai jamais dit pourquoi je ne supportais pas les contacts physiques dont je n’étais pas à l’origine. Y’a pas beaucoup de monde qui sait ça. J’ai été confié à une famille de San Francisco éloignée de la branche irlandaise de mon père à la mort de mes parents, j’avais cinq ans. Le hic c’est que mon « père » adoptif était fan d’alcool et de connerie et se croyait investit d’une puissance céleste dès qu’il picolait. De mes 10 ans à 15…je lui ai servi de punchingball…Oh pas tous les jours…Mais d’une manière assez suffisante pour que ca..marque. Lorsque mes pouvoirs se sont révélés, ce fut pire…quoi de mieux qu’un défouloir qui ne gémit pas lorsqu’on le passe à tabac, hein ? Ce fut pareil…dans la rue.
Depuis, c’est physique…j’ai la nausée dès qu’on me touche et depuis cette…cette saleté de journée de décembre, c’est encore pire, ça s’est vachement aggravé. Mes pouvoirs peuvent se déclencher de manière impromptue, une sorte d’autodéfense. Je travaille à contrôler ça mais c’est difficile. Par contre, surtout…ne va pas toucher mon visage, là…c’est..c’est…devenu très problématique, je pourrais te blesser.
Y’a que pour Amy, Rachel et Jub que ca ne me fait rien, les autres….je ne laisse plus personne me toucher..j’suis désolée, j’y peux rien.


Oh oui cette fameuse journée de décembre qui restait mystérieuse pour tous. Rien ou si peu avait filtrée, trois jours de comas, une mission qui avait mal tournée mais tous ceux qui s’intéressaient à la vie de l’institut soupçonnaient quelque chose de beaucoup plus monstrueux, les X men n’avaient plus jamais été les mêmes depuis. Et cait et Amy en étaient sorties encore plus délabrées que lors de leur passation. Presque trois semaines recluse dans sa chambre refusant de voir quiconque, Décembre avait fait de Cait un fantôme avant de revenir petit à petit à partir de janvier sans avoir donné de réelles explications. Mais quelque chose était cassé en elle, c’était visible pour ceux qui la connaissaient.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: Ce que l'on cache. ( Libre)   Ven 31 Mai - 7:27

Oups, il avait oublié. Sanzo fit une légère grimace d'excuse. C'est vrai que Cait n'aimait pas être touché. Il s'était toujours demandé pourquoi mettant ça sur sa ... préférence sexuelle, mais à priori non. Que ça soit une fille ou un garçon ... à part Amy bien sur.

- T’essaye ton don avec moi ? C’est gentil mais ça marche pas trop…Je ne vais pas si mal, j’ai juste besoin de temps pour moi, tu vois. Juste…réfléchir. 

Une nouvelle grimace ... elle mentait mal ... si elle n'allait pas si mal, elle ne serait pas là toute seule.

- Je. Excuse-moi pour ne pas avoir été très présente ces derniers mois et surtout pour ce que j’ai fait en décembre et janvier…J’aurai pas du..j’aurai du en parler..j’ai pas pu, il me fallait du temps. Tu ne m’en jamais reparlé depuis mais c’est gentil de ne pas avoir posé de questions. J’ai eu..une sale période, j’crois. 

C'est vrai, il avait essayé tout au début mais ... Cait l'avait violemment repoussé. Oh bien sur il ne lui en avait pas voulu. Au début il n'avait pas compris. Ce rejet l'avait meme blessé mais il avait vite (et heureusement) compris que ce n'était pas après lui qu'elle en avait. Il s'était passé quelque chose, quelque chose qui l'avait blessé. Il avait donc réfréné sa curiosité. Elle lui parlerait quand elle aurait envie .. ou pas. Au finale c'était pas bien grave. Il devait se détacher de tout ça.

Elle parlait, il l'écoutait. Le soleil les réchauffait et il ronronnait. Il avait bien changé depuis septembre, murit, meme s'il restait toujours un adolescent avec une certaine insouciance. Il n'avait pas envie de grandir trop vite mais avait fini par comprendre qu'il ne pourrait rester enfant toute sa vie. Cela pouvait sembler stupide mais c'était un grand pas pour le chat.

Il laissa son regard errer sur le lac pendant que Cait parlait d'elle, de son enfance. Il dressa l'oreille quand elle évoqua cette journée de décembre.


"c'est horrible. Je me demande toujours comment un adulte peut faire ça à un enfant. Quelque soit l'enfant. Finalement j'ai eu de la chance que mes ... "parents" (il butta sur le mot parent) m'abandonnent. Au moins les soeurs étaient gentilles. "

il avait passé une période à en vouloir au monde entier mais en grandissant, et surtout grâce à l'amour de son père adoptif et Karl, il avait vécu de très belles années d'enfance. Il ne mesurait sa chance que maintenant. Rachel, Cait et bien d'autres avaient eu une bien triste enfance ... et cela continuait.
Il se jura de les aider le plus possible. Il la regarda avec beaucoup de douceur et de tendresse.


"tu veux m'en parler maintenant ? Tu n'es pas obligé tu sais. Je n'ai pas à tout savoir. Si ça te fait mal ne te force pas d'acc ...mais si ça peut t'aider ... "

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Ce que l'on cache. ( Libre)   Sam 1 Juin - 15:33


« Tu veux m'en parler maintenant ? Tu n'es pas obligé tu sais. Je n'ai pas à tout savoir. Si ça te fait mal ne te force pas d'acc ...mais si ça peut t'aider ... »



Elle se tourna vers lui et l’observa quelques seconde avec cette expression très adulte dont elle était capable parfois, une expression qu’on ne lui connaissait que très rarement. Le visage d’abord fermé, elle sourit faiblement avant de jeter un autre de ses petits cailloux dans l’onde pour s’émerveiller de voir les ridules de l’impact progresser en larges cercles. Elle murmura d’abord comme pour elle-même.

- Ca ne fait pas mal…moi rien n’me fait mal, c’est là le problème. J’peux pas en dire autant pour les autres. Ca n’aide pas d’en parler, j’ai jamais cru en cette thérapie qui consiste à déballer toute sa saleté devant des oreilles attentives pour se sentir mieux. C’est déjà c’qu’on fait habituellement avec moi, j’en viens à me considérer comme une vaste fosse à merde où l’on vient se vider histoire de sortir de là soulagé. Mais y’a des choses dont on guérit mal Sanzo….Y’en a même dont on ne guérit jamais. Non…Ca ne m’aide pas, mais ca ne m’entrave plus non plus. J’ai promis à celle que j’aime de laisser tout ça derrière parce qu’une fois de plus, ca a failli nous détruire et nous séparer.
Ce jour de décembre, c’est tout mon passé qui m’a rattrapé, Minou, tout mon passé avec une sacrée addition et le plus horrible c’est que c’est ceux qui m’aiment qui ont dû payer le prix fort et s’en acquitter.


Elle resta pensif un court instant avant de laisser échapper un bref rire sarcastique.

- Caitlyn Emilie Elioth…La X Woman exemplaire, toujours prête à aider, toujours là pour panser les plaies des autres ou tendre une main pour aider à te relever. L’amie, l’amante, la conseillère….Une légende bâtie sur des fondations pourries et branlantes, parce qu’à l’origine…C’était loin d’être ça.
Je suis une saloperie et une putain de meurtrière, Sanzo…Et j’ai tendance à faire pourrir tout ce qui m’approche, moi la première. La pauvre petite fille battue de San Francisco qui trouve la route de l’Institut, hein ? Si seulement…..Tu n’aimerais l’envers du décor Minou, tu n’aimerais pas le monstre que j’ai été et celui qui dors toujours en moi. Mes mains sont sanglantes…elles le restent.


Elle soupira tout en croisant les mains jointes entre ses cuisses, les yeux a demi clos et le regard baissé vers ces fameuses mains qu’elle estimait souillées.

- Je sais que tu as de l’affection pour moi, et je sais que j’en ai beaucoup aussi envers toi aussi c’est pourquoi je me demande si cette conversation ne sera plus destructrice qu’autre chose. D’un côté, tu ne pourras me connaitre sincèrement qu’en comprenant ce que je suis….dans le pire comme dans le meilleur mais je sais que tu restes jeunes d’esprit et que quelque part tu idéalises les X Men et peut être moi aussi pour ce que je te montre. Si je te raconte cela et les évènements de décembre, ton regard sur moi changera, tu pourrais même vouloir me retirer ton amitié. Je suis prête à tenter le risque, mais toi Sanzo ?
Es-tu prêt à le tenter aussi ?

Parfois ce que l’on cache…ne sert qu’à préserver les autres et justement ceux qu’on aime.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: Ce que l'on cache. ( Libre)   Dim 2 Juin - 7:58

Sanzo la regardait aussi et l'écoutait avec attention. A la fin il ne put se retenir d'un petit reniflement difficilement interprétable : pas vraiment méprisant, mais ni vraiment amicale, quelque chose du genre "aucune importance" ou "j'ai déjà entendu ce discours".
En effet plusieurs mois plutôt Rachel lui avait sorti les memes mots ou presque ... les filles ...
mais était ce parce qu'elles étaient des filles ou plutot plus vieilles que lui, et surtout avec un passé agité et douloureux ... Il n'en savait rien mais ce qu'il savait et qu'elles ne comprenaient pas c'est qu'il s'en fichait ...
Non pas qu'elles aient souffert au contraire cela lui faisait mal mais ce qu'elles avaient fait .... c'était le passé ...
Aujourd’hui il savait pourquoi il réagissait ainsi. Ses sentiments étaient étranges mais il en connaissait la cause : il n'était pas humain .. du moins pas totalement. 50% de son être était animal et surtout il ne se battait pas contre cette partie. Il l'acceptait.
Son moi-humain savait que c'était mal de tuer meme si parfois c'était nécessaire. Alors que son moi-animal n'y voyait rien de mal. Tuer était la vie, tuer était la garantie de se nourrir et d'assurer sa propre existence. Il n'y avait rien de bien ou de mal, il y avait juste la survie.
Alors pendant que son moi-humain s'insurgeait et était peiné par ce qu'avait pu faire Cait soit moi-animal n'y voyait rien que de la survie.

Il tendit la main avant de suspendre son geste et de le finir en ramassant un caillou. Comme Cait il le lança dans le lac. Des rides apparurent ... elles semblaient le reflet de ses propres pensées. Cait les perturbait mais au final elles redeviendraient calme ... jusqu'au prochain caillou.


"je te remercie de ta sollicitude mais .. j'ai beaucoup changé tu sais depuis mon arrivée et c'est grâce à toi et à Rachel. J'ai pris conscience de ma condition de mutant et j'ai accepté mon coté ... animal. Je suis tout à fait capable d'entendre ton histoire mais uniquement si tu veux m'en parler. Et tu te trompes. Tu as une image négative de toi. Tu n'es pas une "fosse à merde" et sans toi beaucoup serait bien vite perdu. Tu es plutot .. une grande soeur à qui on peut tout raconter. Une personne formidable qui saura nous conseiller sans jugement. Les élèves parlent tu sais ... parlent meme beaucoup. Bien sur il y en aura toujours pour te dénigrer ou se moquer mais la plupart t'apprécie. Tu leur fais du bien. Malgré ce que tu penses c'est important d'avoir quelqu'un à qui parler. Peut être qu'une fois adulte ce besoin change mais nous sommes que des ados et des ados perdus, sans repère. Tu es notre phare Cait, la lumière qui nous guide et nous rassure. Et je pense que c'est à cause ... ou grace à ton passé que tu es comme ça.
Tu ne peux pas le changer ce qui est fait est fait, mais tu as su avancer.
Rachel m'a parlé d'elle et je n'ai pas changé envers elle alors pourquoi je le ferais pour toi ? Tu es mon amie. Les félins sont fidèles Cait .. du moins tant qu'on ne les brutalise pas ... et tu ne m'as jamais brutalisé .... ..."


il la regarda lui aussi d'un air sérieux ... il ne savait pas trop comment lui faire comprendre qu'en fait il se fichait de la Cait qu'elle avait été. La Cait qu'il connaissait était quelqu'un de formidable. Il trouvait vraiment dommage qu'elle se dénigre à ce point. Il lui sourit gentiment

"allez raconte je te promets de pas m'enfuir. "

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Ce que l'on cache. ( Libre)   Dim 2 Juin - 9:28


« Les élèves parlent tu sais ... parlent meme beaucoup. Bien sur il y en aura toujours pour te dénigrer ou se moquer mais la plupart t'apprécie. Tu leur fais du bien. Malgré ce que tu penses c'est important d'avoir quelqu'un à qui parler. Peut être qu'une fois adulte ce besoin change mais nous sommes que des ados et des ados perdus, sans repère. Tu es notre phare Cait, la lumière qui nous guide et nous rassure. Et je pense que c'est à cause ... ou grace à ton passé que tu es comme ça. »


Elle le regarda un instant complètement médusée, les traits de son visage trahissait une surprise sans fin avant que ses lèvres ne puissent s’entrouvrir pour se refermer sans avoir pu trouver les mots qui ne voulurent pas passer la barrière de son esprit. Elle détourna une première fois le regard, offrant une vision d’elle-même inédite en une fragilité sans borne. Elle se tassa sur elle-même, jouant nerveusement avec ses mains, son menton tressauta trahissant l’inévitable afflux d’émotion qui l’emportait puis détourna le regard vers le parc pour le cacher à la vue de son interlocuteur alors que les larmes roulaient sur ses joues avant qu’émerge quelques mots d’une voix brisée par l’émotion.

- Ah bon..Ils…ils disent vraiment ça ?

Elle n’attendait pas de réponses, se refusant à se montrer aussi touchée par les mots de Sanzo et tentant de regagner une dignité là où il n’y en avait sans doute pas à reprendre car elle était d’une beauté à couper le souffle dans cette sincérité des larmes qu’elle essuyait discrètement d’un revers de la main sans oser reporter son attention sur lui. On est grand que lorsqu’on tente de ne pas se montrer fort, on est touchant que lorsqu’on oublie pour un instant de composer et à l’orée de ces bois, face aux eaux complices et désireuses de mêler son calme à ses larmes, la voilà se montrant sous son vrai jour, toute défense abattue, une simple jeune femme ballottée sur une route chaotique et dont le destin se résume à remplir un tonneau sans fond, à tenter de se reconstruire pour mieux s’effondrer. Cruel paradoxe que cette fragile mutante que rien ne disposait à porter une telle charge sur des épaules trop frêles et qui aura souffert bien plus de manière psychologique que physique comme si la vie n’était faite que d’équilibre et qu’il lui fallait forcément équilibrer souffrances de l’âme et souffrances du corps. De ce fait, elle souffrirait à jamais de la seule manière qui lui était donné.

« Rachel m'a parlé d'elle et je n'ai pas changé envers elle alors pourquoi je le ferais pour toi ? Tu es mon amie. Les félins sont fidèles Cait .. du moins tant qu'on ne les brutalise pas ... et tu ne m'as jamais brutalisé »

Elle tourna son visage dégrafé par les larmes et ses yeux dont le rouge issue de ses pleurs faisait sortir l’éclat émeraude d’une façon encore plus profonde, se posèrent avec inquiétude sur lui comme si le jeune mutant venait de lui dire une chose qui l’avait véritablement secoué, elle lui répondit d’une voix presque tremblante.

- N…Non ! Je ne te ferais jamais de mal, ça tu peux me croire. Je ne ferai jamais de mal à mes amis, vous êtes ma force, c’est grâce à vous que je suis toujours de ce monde. Grace à vous et…Rachel.


Elle se perdit dans son regard surnaturel un instant avant d’esquisser un faible sourire qui avait tout de l’acquiescement. Elle comprenait, elle l’acceptait.

"allez raconte je te promets de pas m'enfuir. "

Elle baissa les yeux à nouveau pour s’absorber dans le regard de ses mains. S’enfuir ? Vouloir être ailleurs, fuir ce que l’on a été…Voilà qui était fort à propos.


- Oui…J’n’ai fait qu’ça, m’enfuir.
J’en sais même plus l’début…J’avais un job de serveuse dans un Snak près de frisco, j’ai l’impression que c’était dans une autre vie…Y’a eu ce braquage, et ce type…il m’a tiré dessus. C’était froid…cette balle…en moi…j’ai oublié depuis. Je l’ai grillé. C’était un accident…Mais je l’ai grillé. Je crois que ma fuite a commencé là. Il ne fait pas froid à San Francisco tu sais…Ni chaud, c’est un chouette patelin. Les étoiles…elles sont belles. J’ai été soignée et pendant que les flics attendaient dans la salle d’attente, moi…j’ai commencé ma route. Ouais…y’avait des belles étoiles ce soir-là, ça j’ai pas oublié.
Je suis arrivé plus tard à New York…Parce que c’était l’endroit où il fallait être, je ne connaissais pas trop d’monde maintenant, j’en connais vraiment trop…Je faisais la manche, je dormais dans la rue…une parfaite clodo. Fallait être forte pour survivre, je l’étais. C’est pour ça qu’j’comprends des gens comme Sera, je sais exactement par quoi…il a fallu passer, juste pour survivre. Y’a un moment, j’ai même pensé à m prostituer…raconte pas ça à Amy, j’crois que…enfin tu vois…Je m’aime déjà pas beaucoup alors…C’est pas la classe de faire les poubelles pour survivre, pas la classe du tout.

Et puis…l’aimant à emmerdes s’est mis en route. J’ai fait les mauvaises rencontres. J’avais un potentiel et l’irresponsabilité qui va avec. J’ai intégré un groupe de mutants pas très catholiques, les Maraudeurs…dirigé par un sacré fils de pute, un mutant du nom de Sinistre. A l’époque j’étais à la bonne d’un mec aussi barré que moi, j’etais amoureuse pour a première fois…Oui ca surprend, hein…J’ai pas toujours été Lesbienne. Et puis tu sais, ce n’est pas que j’aime les femmes, c’est surtout que j’en aime une. Je te passe les détails…on avait des projets, on s’voyait comme Bonnie And Clyde. On était des gosses…des cons…Et..ca nous est tombé dessus. Les purificateurs. Ils ont fait cramé l’endroit où j’habitais et Byron..c’était son nom…avec. Les Maraudeur m’ont récupéré à demi morte…j’avais plus rien…j’avais tout perdu.
Lorsqu’on touche le fond, tu sais, on ne réfléchit plus vraiment….je crois que tout ce que je voulais c’était mourir.

Jusque-là, je volais, arnaquais…mais tuer….ca non. Après ça , J’ai…j’ai accepté tout ce qu’ils voulaient, plus rien n’avait d’importance.
J’aimerai te dire que je n’ai tué qu’une fois….non…combien y’en a eu ? J’sais plus…mais je me souviens de chacun d’eux…c’est là…dans ma tête, ca me réveille la nuit et ca ne me laissera jamais en paix…et ce n’est que justice. J’y prenais aucun plaisir hein…c’était…juste, j’me foutais de tout.

Je formais une équipe avec un maraudeur, je crois que…inutile de te faire un dessin…les désespérés s’attirent… on a eu une sorte de relation…j’arrive même pas à mettre des mots la dessus. Un jour, on a essayé de regagner notre liberté, on a tenté d’éliminer Sinistre…Je voulais décrocher, en finir avec cette merde…On a réussi…pour un certain temps.
Les choses ont mal tournées, je me suis retrouvé amnésique au BAM…et puis…on m’a placé ici parce que justement un homme, paix ait son âme, pensait que je pouvais « changer ». Et…et c’est ce qui s’est passé, même lorsque les souvenirs sont revenus…j’étais…une autre.

Mais il est des rancunes qui attendent dans l’ombre pour te peter à la tronche, cette rancune-là, s’appelait Sinistre…et elle m’a sauté au visage en décembre.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: Ce que l'on cache. ( Libre)   Dim 2 Juin - 11:16

Sanzo était ému et touché. Touché non pas par son discours mais par ses larmes. Des larmes sincères. Des larmes d'enfant qui souffre. Avec une autre, il les aurait essuyé doucement mais là, il ne bougea pas, non pas qu'il avait peur de se retrouver dans le lac mais il ne voulait pas la faire souffrir plus en l'obligeant à supporter un contact qu'elle détestait.
Ses yeux étaient magnifiques, d'un vert si intense. Il répondit à son sourire timide par un sourire franc et sincère.
Une fois son histoire finie (du moins une partie) il laissa passer un silence tout en la fixant. Alors c'était tout ... Il avait beau chercher il n'arrivait pas à voir le mal pour lequel elle se punissait tant ... Comment lui faire comprendre ... Si seulement il avait le pouvoir de se mettre à sa place ... ... C'était ça ...


"Cait, regarde moi. Oublie un instant tout ça. Inversons les roles ... Imagine ... Imagine que nous sommes à ton bureau. Tu es Cait la conseillère et devant toi il y a une mutante complètement perdue qui vient de te raconter son histoire. Que lui dirais tu ? Que conseillerais tu à cette pauvre fille qui s'est défendue comme elle le pouvait après avoir pris une balle, a survécu comme elle le pouvait dans un monde plus qu'hostile, c'est fait arnaquer par un salopard qui a profité de sa naïveté et de sa détresse pour en faire un tueur .... et qui cherche son chemin comme elle le peut ...
Cait c'est horrible ce qui t'es arrivé mais ... tu n'avais pas vraiment le choix. Tu es humaine Cait. La survie est dans nos gènes, on y peut rien. Mais regarde tu as pu aimer, aimer sincèrement une personne durant cette période ... C'est un signe ça. Tu n'es pas mauvaise Cait, au contraire. Tu te bas encore et encore pour t'en sortir mais tu n'es plus cette personne ... meme si ton passé resurgit tu n'es plus cette Cait là. Tu vis avec une personne qui t'aime, tu as des ami(e)s fidèles. Alors décroche, abandonne. Cette Cait n'existe plus. Cesse de te battre contre elle. Tu m'as fait comprendre que le monde n'était ni blanc ni noir. Tu te souviens de cette conversation qu'on a eut début décembre ...


- Tout n’est pas aussi simple qu’on le croit…j’veux dire..le rêve de Xavier. Les mots ne suffissent pas, il faut des hommes et des femmes pour guider et pour défendre cette vision en employant la force comme dernier recours car lorsque toutes les solutions échouent, on se doit de trouver la voie la moins…comment dirais-je…destructrice possible. C’est aussi à cela que servent les X Men. Servir et protéger…un peuple et un idéal. J’suis désolée…mais…nous ne vivons pas d’Utopie…il faut bien nous protéger si on nous attaque et qu’on veut nous mettre à mort, et certains d’entre nous doivent mettre leur talent à ce service…C’est mon cas. 

- C’est nul..j’sais bien. Prôner un idéal de paix et expliquer que parfois, la violence est nécessaire pour éviter un mal bien pire…Mais nous ne vivons pas dans un monde naïf et innocent, il y a des gens cruels et foncièrement mauvais la dehors, comme partout. Et nous d’vons apprendre à nous protéger d’eux et protéger ceux qui sont incapables de se défendre ou qu’ils ne le veulent simplement pas. Nous ne sommes pas violents par définition mais notre rôle est parfois de l’être par nécessité. Je m’y répugne, mais c’est comme ça. C’est aussi pour ça que cette tache dévolue à une petite minorité d’entre nous, des sortes de « Gardiens » du phare triés sur volet après des épreuves pénibles…les X Men. Je fais partie de ce corps et j’y sacrifie une partie de mon existence pour que des jeunes comme toi puissent avoir l’esprit tranquille. 


C'était un signe Cait. Tu es une gardienne. Notre gardienne .... ma gardienne. Alors je te retourne tes mots Caitlyn. Et ... dis moi pourquoi toi si prompt à tendre la main aux désespérés tu abandonnes la pauvre Cait à son sort ??? "

Ses mots pouvaient paraitre durs et accusateurs mais son ton était tendre et son sourire était toujours aussi chaleureux. Il voulait lui faire comprendre quelque chose, son point de vu et non seulement le sien mais celui de beaucoup d'élèves.

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Ce que l'on cache. ( Libre)   Dim 2 Juin - 15:44

Elle plissa les yeux sous le discours du jeune homme et sembla se raidir à certains passages.


Cait c'est horrible ce qui t'es arrivé mais ... tu n'avais pas vraiment le choix. Tu es humaine Cait. La survie est dans nos gènes, on y peut rien.... meme si ton passé resurgit tu n'es plus cette Cait là. Tu vis avec une personne qui t'aime, tu as des ami(e)s fidèles. Alors décroche, abandonne. Cette Cait n'existe plus. Cesse de te battre contre elle.

Elle sembla véritablement troublée comme si les mots l’impactaient directement aux confins de son esprit. Elle exhala un long souffle comme empreint d’une réelle souffrance, un contrôle sur elle-même.

- Tu n’en sais pas…la moitié. J’peux t’assurer que cette Cait là existe et bien plus concrètement que tu n’le penses…Oh oui douloureusement, comme t’as pas idée.
J’étais sortie pour lui acheter une bague de fiançailles, je sais qu’elle aime les pierres précieuses même si…et bien…souvent, elle dit que les plus belles précieuses sont mes iris. Tu sais c’que c’est de se voir belle dans les yeux d’une personne qu’on aime…c’est juste…comment dire…ça remplace l’air que je respire. Il ne neigeait pas encore, du moins ce jour-là…Je suis tombée dans une sorte de piège…Ils ont été jusqu’à saccager un super marché pour me trouver, et me capturer. Ils étaient de retour, les Maraudeurs.
Je sais qu’elles m’ont cherché, Emma, Storm, Rachel, Jubilée et mon…et mon ange. Mais, c’était un piège soigneusement préparé. J’ai participé à ce genre de chose, une fois..Je n’aurais jamais imaginé en devenir la cible. Un code Delta. Dans le jargon, c’est une vendetta. Le but n’est pas d’éliminer un problème, mais de faire payer. J’ai payé…
Ils étaient là pour me briser, me réduire à néant…Ils m’ont fracassé le corps et ravagé le visage, lacéré, torturé, dégradé. Ils ne se sont arrêté que lorsque je fus une bouillie sanglante et ils ont filmé le tout. Je n’ai rien lâché, j’ai encaissé…le but étant de me forcer à utiliser mon pouvoir pour tuer une pauvre innocente mais …ils n’y sont jamais parvenus.
Sinistre lui-même ne m’a pas fait baissé les yeux mais il avait une carte à jouer…c’est ca qui m’a…qui m’a détruit.
Parce que…parce que ma vie est en mensonge, je suis le fruit d’un clonage. La véritable Caitlyn dont je partage l’histoire a eu une fille avec cet homme et ils se sont enfuit dans un monde…parallèle. Ma « fille » m’a tout expliqué ensuite. Et tout a été confirmé par le BAM…Ils m’ont trouvé dans un labo et reconditionnée. Ca parait dingue, mais je suis née dans une cuve et je partage l’âme de…de cette autre Caitlyn…Je ne suis qu’UN PUTAIN DE CLONE !!

Elle laissa échapper un silence, quelques éclairs dansèrent sur son avant-bras.

- Ma vie…mon existence…mon visage…mes…mes idéaux lorsque cette jeune fille que je n’ai pas pu sauvé et morte là-bas dans mes bras…Tout a volé en éclat. J’ai…je les ai ..tous tué…tous exterminé…pas une minute je n’ai regretté, pas une seconde je n’ai pu penser à vous..et je l’ai abandonné, elle. Je vous ai tous abandonné.
Je ne savais pas, elles ont trouvé la vidéo…Pourquoi a-t-il fallut qu’elles regardent cette saloperie de video. Ca a démolie Amy, ca a fait disjoncter Rachel mais moi…j’étais juste dans ma guerre, plus morte que vive. J’ai été jusqu’au bout…et
Et je suis morte.
Pour de bon.
Rachel est le Phénix…Elle a fait un choix. C’est elle qui m’a ramené. Mais j’aurais dû rester là-bas. Tous les jours j’y pense, tous les jours…Pourquoi suis-je toujours ici alors que j’ai abandonné tout l’monde ? Je ne le mérite pas.


Une nouvelle pause.

- Ouais…Raconté comme ça c’est surréaliste, hein…Pourtant tout est vrai. Je suis morte par ma faute, vivante grâce à d’autres et je ne sais juste pas quoi en penser et comment trouver la force de me pardonner tout le mal que j’ai fait aux autres. J’ai promis de trouver la force de me pardonner, certains jours, j’y arrive pas.

- C’est pour ça que je viens ici pour regarder mon reflet dans l’eau…Pour être certaine que j’existe vraiment, que je ne suis pas …une invention…Je ne suis qu’une copie d’une autre même si on m’explique que ce n’est pas le cas…tout parait…faussé à présent.
Tu dis que j'abandonne Cait a son sort...Oh oui...t'as pas idée comme j'ai envie de l'abandonner sa vie de merde mais je ne sais juste plus...qui je dois être si je ne suis pas elle ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: Ce que l'on cache. ( Libre)   Mar 4 Juin - 8:11

Sanzo l'écouta de nouveau attentivement mais plus elle parlait plus son histoire semblait farfelue en dehors des horreurs qu'elle avait subit. Un clone ... une résurrection ... Si une autre personne que Cait lui avait sorti de telles bêtises il l'aurait planté là et serait parti dans un fou rire mais ... c'était Cait. Bon sur qu'elle était parfois maladroite et avait un humour particulier mais pourquoi inventer une telle absurdité surtout vis à vis de lui ...Elle n'avait aucune raison ... Il ne lui demandait rien ...
Elle semblait si sur d'elle, il devait choisir ses mots avec soin ... il ne voulait pas la peiner ou la faire souffrir encore plus, et surtout il ne voulait pas qu'elle pense qu'il la prenait pour une menteuse car ce n'était pas le cas.
Il était juste perplexe meme si une année à l'Institut lui avait ouvert l'esprit sur beaucoup de chose qu'il pensait jusque là irréalisable .. et puis Rachel venait bien d'une autre réalité alors pourquoi Cait ne serait pas un clone.
Sanzo n'y connaissait rien en clone ... enfin il savait ce que tout le monde savait mais .. Pour lui un clone était la meme personne en plusieurs exemplaires .. Etait ce un mal ou pas ...
Il se tortillait mal à l'aise avant de reprendre hésitant

"et heu ... hum ... te fâche pas mais ... enfin tu les crois ?? tu les crois vraiment ??? Le BAM ils sont fiables ?? c'est pas .. ... c'est pas encore un piège de ces ... maraudeurs et de ce type là ... Sinistre ??? il a pas dit ça pour t'affaiblir ??? "

il leva les mains inquiet de sa réaction et la regarda. Un regard profond et un peu perdu et finit par lui sourire "d'accord si tu me dis que c'est la vérité je te crois. J'avoue ne pas savoir quoi te dire ... d'ailleurs y a pas grand chose à dire. Sincèrement je m'attendais pas à ça mais ... Il s'est passé tellement de chose depuis que je suis là qu'au fond ça m'étonne pas plus que ça. Tu penses ne pas mériter notre amitié mais nous est ce qu'on mérite la tienne ??? tu n'es peut être pas la Cait d'origine meme si je t'avoue que je sais pas trop comment ça marche mais tu es la Cait que tu as façonné. Génétiquement tu es peut être une "autre" Cait mais tes pensées, tes choix, ils t'appartiennent, c'est toi qui les décides. C'est toi dont Amy est tombée amoureuse. Le coté "copie" c'est juste ton apparence pas ce qui fait de toi Cait ..."

il s'interrompit et se gratta la tête ... il savait pas trop comment lui expliquer et comment lui remonter le morale. Cela le dépassait. "écoute je ... arf je suis désolé je suis pas d'une grande aide ...Tu ... enfin tu en as parlé à quelqu'un ... d'extérieur ?? enfin pas .. pas un psy mais ... si tu veux je ... enfin peut être que mon père pourrait t'aider ... il connait beaucoup de monde et ... "

il baissa la tête un peu honteux "arff oublie c'est idiot ... " il se sentait vraiment impuissant et cela l'ennuyait car il avait peur "d'enfoncer" Cait. C'était pas de sa faute s'il se sentait comme ça, il était encore trop jeune c'est tout.
Il ramassa un cailloux et le lança avec violence dans les eaux calmes du lac.
Il était en colère, en colère après lui de ne pas pouvoir l'aider, d'etre si impuissant. En colère après ces types qu'il ne connaissait pas et qui avaient fait souffrir des gens qu'il aimait. En colère après ce monde si injuste qui étalait son insolente beauté sous ses yeux ... Il devait se reprendre, se calmer ...

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Ce que l'on cache. ( Libre)   Mar 4 Juin - 21:26

Elle le laissa s’exprimer tout en affichant une expression neutre et pleine de retenue. Sanzo était jeune, bien trop jeune et elle avait sans doute commis une erreur en le confrontant à ce que l’impossible pouvait produire dans une existence où la moindre loi de la physique pouvait être pliée et modifiée selon le bon vouloir d’une manifestation génétique. Il n’était pas encore en mesure de comprendre toutes ces choses et après l’étonnement, la colère devant son impuissance prenait le relais. Elle baissa les yeux et murmura plus pour elle-même que pour son jeune compagnon.

- Qu’est ce qui est le plus extraordinaire à croire, que je puisse être l’expression de la volonté et de l’amour de ma propre fille que je n’aurais jamais ou qu’un autre amour, celui d’une quasi sœur ai pu me ramener d’entre les morts ? L’un comme l’autre c’est le fruit d’un miracle…et un miracle Sanzo, c’est un cadeau qui ne se discute pas, il s’accepte.
Que je le veuille ou non, toutes les preuves de cette histoire m’ont été données, Charles lui-même m’a confirmé certains faits, mais il est inutile d’en dire plus la dessus.


Pour la première fois, elle lui adressa un sourire enfantin, presque aussi enjôleur que jadis.

- Je l’ai accepté ne te tracasse pas pour ça. Je te l’ai dit, j’ai traversé une sale période mais avec l’amour de ceux qui m’entourent, je remonte peu à peu mais ce n’est pas un travail des plus simples et parfois, j’ai des « down » comme maintenant, mais ça passe relativement vite…L’enjeu est trop important pour que je me laisse aller, j’ai toute une vie à vivre et toute histoire à écrire. Ca a failli nous détruire Amy et moi, pas seulement physiquement mais notre amour aussi…Nous n’arrivions même plus à nous regarder en face rongée par la culpabilité, moi pour ce que j’avais fait, elle pour ce qu’elle n’avait pas pu faire. Nous ne sommes pas très douées pour communiquer hein ? et dire qu’on va s’marier…Je n’imagine même pas quand on devra parler de sujet …épineux comme, et si on adoptait un gosse, un chien, un chat ?...Hum…non pas toi hein, tu ne pourrais pas t’empêcher de nous reluquer sous la douche.


Elle avança une main hésitante avant de la poser sur l’épaule de Sanzo en un geste de compassion.

- J’ai pas besoin d’en parler avec quelqu’un…Juste avec ceux qui comptent pour moi…Tu vois où je veux en venir ? C’est pas c’que j’viens de faire t’en parler ? Et ce n’est pas ce que tu viens d’faire me démontrer une fois d’plus tes capacités d’écoute et de non jugement ? Tu as beaucoup progressé depuis que tu es ici tu sais…J’suis fière de c’que t’es devenu. L’Institut est un endroit qui change les gens en bien, bon y’a toujours des cas désespérés comme partout…Toujours des élèves qui prennent ce lieu pour une vaste cour de récréation et qui y errent sans autre but que de troller à longueur de rencontres, mais je ne vais pas passer mon temps à leur gueuler dessus non ? Et puis, je passerais encore pour le tyran de service même si dans le fond, traiter ce genre d’individus de con a tout du diagnostic et pas de l’insulte.


Elle respira à plein poumons avant de lâcher un gros soupire.

- Et toi ? Comment tu vas ? Tu commences à y voir plus clair dans ton avenir ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: Ce que l'on cache. ( Libre)   Jeu 6 Juin - 8:50

Ainsi tout était vrai .. non pas qu'il en doutait .. enfin pas trop .. mais si le professeur Xavier lui-meme avait confirmé les dires ...
Puis la "vrai" Cait apparut, celle qu'il aimait vraiment et qu'il voudrait voir plus souvent. Et elle lui parla de sa relation avec Amy. C'était la première fois qu'elle évoquait le sujet avec lui. Il était flatté. Il imaginait très bien la douleur d'Amy .. Lui meme était devenu ... fou quand il avait vu Rachel devenir le Phénix. Tellement fou qu'il s'était métamorphosé en panthère ...


et dire qu’on va s’marier…

Se marier .. il ne la voyait pas vraiment mariée mais c'était une bonne nouvelle ça.


Je n’imagine même pas quand on devra parler de sujet …épineux comme, et si on adoptait un gosse, un chien, un chat ?...Hum…non pas toi hein, tu ne pourrais pas t’empêcher de nous reluquer sous la douche. 

De l'humour à la Cait .. il eut un rire, un vrai rire sans gène. Il était content .. content qu'elle fasse ce genre d'humour.

Par contre son geste le surprit et cela se vit sur son visage. Il ne put s’empêcher de marquer la stupéfaction avant de sourire. Elle n'aurait rien pu faire de mieux pour le rassurer. Elle continuait à avancer malgré tout.
Et elle le fit rougir sous le compliment. Ils étaient rares mais toujours sincères. Il ne savait s'il avait vraiment changé en bien mais il avait changé c'est sur. Au fil des rencontres, il avait évolué et murit. Il la regarda avec sérieux


"et oui, la serre a vraiment de belles plantes ... mais il lui faut aussi des mauvaises herbes non ??? "

Il laissa un bref silence juste troublé par le chant des oiseaux "mon avenir .. plus clair .. oui ... et non. Beaucoup de choses ont changé ce fameux jour et Rach... "
il se tut embarrassé, il ne voulait pas raviver de mauvais souvenir ni parler de Rachel avec Cait ... Il ne savait déjà pas trop ou il en était alors ...
De plus il avait été troublé d'une bien curieuse façon lorsqu'elle avait mis sa main sur son épaule et dit qu'il faisait parti des gens qui comptaient pour elle. Bien sur il l'espérait mais l'entendre dire ... Sanzo n'était pas habitué à être utile à quelqu'un. Bien sur Karl et son père l'aimaient mais il était leur fils. Juste un gamin et eux les parents. Alors que Cait .. malgré son jeune age le traitait comme un adulte, comme son équivalent .. c'était vraiment très flatteur et très agréable. Sanzo n'était pas orgueilleux mais là sa fierté en prit un bon coup.
Alors il changea de sujet.

Au fait tu es au courant ... maintenant je me transforme en panthère .. ou en chat .. C'est plutot cool sauf que .. ben je contrôle rien .. mais je me souviens de tout ... Ca je m'en passerais bien .. mais bon je pense que les bonnes choses doivent avoir un coté négatif .. J'aime beaucoup les "missions" que tu me confies. C'est génial de faire de nouvelles connaissances. D'ailleurs la dernière, Serafielle elle est une fille super. Un peu timide mais ça lui passera je pense. Au fait tu m'as pas raconté c'est quoi cette histoire avec Anielle. Elles se ressemblent trop physiquement pour ne pas au moins être soeur "

Il la regarda curieux.

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Ce que l'on cache. ( Libre)   Lun 10 Juin - 19:53


Elle le regarda un instant détaillant les traits de son visage avec un demi sourire plein de bienveillance, puis elle écarta une mèche rousse que le vent léger faisait s’égarer sur son front avant de s’agripper au ponton de ses deux mains ouvertes et de battre les pieds dans le vide au-dessus de l’eau en une cadence lente.

- Oui, on m’a dit pour ton évolution. Je suis censé être au courant des nouvelles manifestations de pouvoir des élèves que je suis « plus particulièrement » et comme tu fais partie intégrante de l’équipe de Récupération, j’ai des rapports de Hank à ce sujet. Mais bon...Tu sais, tout ce qui touche la nature du don de chacun ou son potentiel, je t'avoues que cela me laisse complètement indifférente..J’sais pas si c’est une bonne chose ou non…J’veux dire, certains X men sont super intéressés par la génétique ou les manifestations extraordinaires du gène X, moi ça m’passe carrément au-dessus d’la tête. La valeur de quelqu’un, elle n’est pas dans les gènes…elle est juste dans le cœur. Après j’comprends que c’est important de comprendre un mécanisme et tout ou même pour ceux qui sont plus des victimes de ces manifestations qu’autre chose mais moi, ça m’est aussi inintéressant que de remarquer qu’une personne à la couleur de peau blanche, jaune ou noire.
Tout ça pour te dire que les « pouvoirs », ben, j’m’en cogne un peu du moment qu’ils n’empoisonnent pas la vie d’une personne qui m’est chère.


En tout cas, si ca te deviens un problème, tu auras d’emblée mon soutien inconditionnel pour t’aider à gérer les merdes qui vont avec ce genre de choses.
Sa démarche était sincère mais ses dires tout autant ! A force d’évoluer dans l’Institut, il s’opérait chez elle une sorte de conditionnement à ne plus percevoir la manifestation des pouvoirs de quelqu’un comme un élément devant caractériser à lui seul un individu mais plutôt une facette de plus de cette personne. Les humains ne finissaient-ils pas par les juger au sujet seul de cette différence ? La banaliser et la réduire à une particularité et non une spécificité semblait être l’un des axes de combat pouvant mener au rêve intégrationniste de Xavier et elle s’évertuait à suivre cette voie même si son interprétation de la chose se heurtait parfois à des nuances de taille avec l’idéologie d’autres X men comme les discutions passionnantes avec Ororo l’avaient laissé à supposer.

Elle enchaina tout en reportant son regard vers les ondes tremblantes.

- Serafielle…Elle a intégré le Programme de Réhabilitation du BAM, j’ai été la chercher moi-même la bas…C’est quelqu’un que j’aime beaucoup et qui peut-être est promis a un grand avenir à nos côtés. Elle a beaucoup souffert avant de nous arriver. Elle a tout perdu, surtout sa sœur jumelle qui lui fut arrachée très tôt. Anielle est cette sœur.
Mais si Sera’ devra s’habituer à notre Institut, la belle graine qu’elle représente germera sans doute plus vite que celle que représente Anielle qui devra avant tout réapprendre la base de confiance et oublier ce satané reflexe de provoquer pour se défendre. Les dégâts que cette pauvre gamin s’est vu infligée sont beaucoup plus dévastateurs que ceux de Sera…Se reconstruire va être très lent à mon avis. Amy semble être parvenue à la socialiser là où je me suis vautrée avec mon humour à deux balles. Anielle a attaqué là où ça fait mal, par crainte elle a menacé l’Institut et dénigrer mon couple…Ce n’était rien de méchant, juste un mécanisme de défense mais j’ai réagi au quart de tour.

On oublie souvent une chose à mon propos, je suis conseillère…C'est-à-dire que je conseille ceux qui sont perdu ou ceux qui en font la demande mais si à la base, ça ne vient pas d’eux..je ne forcerai pas la donne. Quelqu’un qui ne veut aller nulle part n’a pas besoin d’être accompagné. A la base mon problème était la socialisation, c’est complètement con de me demander à moi de socialiser les autres !
Bref…Je ne peux pas et ne VEUX pas me substituer à un psy.
Je ne peux pas faire ce travail avec Anielle, mais je serai là lorsqu’il sera fait et qu’elle aura besoin de moi.

Et puis…Sa sœur veillera à ses côtés.


Son expression se fit plus sombre, trahissant des pensées plus amères.

- Il parait que c’est bien d’avoir une famille pour vous épauler….c’est ce qu’on m’a dit mais tout le monde n’a pas cette chance.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: Ce que l'on cache. ( Libre)   Mer 12 Juin - 8:48

Il la regarda un peu peiné par ses paroles. Ses oreilles se baissèrent pitoyablement ...
Il ne lui avait pas dit ça pour qu'elle le félicite ou qu'elle s'extasie non ... il lui avait dit ... comme ça. Il savait bien que le coté "mutant" n'avait aucune importance pour elle. Elle lui avait fait la remarque déjà et il s'efforçait depuis d'agir comme elle. De voir la personne avant le mutant. Quand à la génétique .. c'est vrai que c'est à cause ou grâce à ça qu'il était venu à l'Institut mais une fois sur place, il y avait eu tellement de choses nouvelles qu'il l'avait oublié. Savoir pourquoi il était un mutant était relégué au fin fond des oubliettes de son cerveau. Cait avait raison : c'était pas important. Enfin ce n'était pas non plus très grave ... il préféra retenir qu'il était "une personne chère" et surtout qu'elle serait toujours à ses cotés en cas de problème ... et il en était bien content. Ses oreilles se redressèrent et il lui sourit.
Il ne se rendait meme plus compte des manifestations physiques de ses émotions.
Puis Cait lui raconta l'histoire de Serafielle et d'Annielle ... et qu'effectivement elles étaient soeurs. Mais son discours reflétait une certaine tristesse et lassitude ...


"je suis pas sur ... Annielle souhaite vraiment s'ouvrir aussi mais .." il regarda le lac "elle te ressemble un peu je trouve. Elle a peur, peur des autres, peur de faire mal et possède tellement de colère ... Elle ne se fait pas confiance alors comment pourrait elle faire confiance aux autres ... mais je crois ... enfin je veux pas me vanter mais je crois qu'elle m'aime bien .. Je comprends que tu ne veuilles pas la forcer mais .. je crois qu'au fond c'est ce qu'elle cherche .. Elle veut qu'on ouvre la porte pour elle mais elle veut la franchir seule. "

il leva les yeux au ciel .. les filles que c'était compliqué ... Il laissa un silence, le vent jouant dans ses cheveux. "c'est vrai qu'une famille c'est important mais .. une famille c'est pas seulement des gens qui partagent le meme ADN. Une famille c'est des gens qui t'aiment pour ce que tu es. Je ne considère pas mon ... "géniteur" (il crachat ce mot comme une insulte, sa voix était chargée de mépris ainsi que d'une certaine indifférence) comme mon père .. il n'est rien à mes yeux .. mon père, mon vrai père c'est Reiji .... pas cet autre homme que je connais pas ... et puis mes soeurs c'est toi et Océane. Tu as une famille Cait ... une famille de coeur ... Ces femmes .. (conscient d'avoir peut être été irrespectueux il se reprit) enfin je veux dire le professeur Munroe et Mlle Frost .. et Jubilee elles sont ta famille aussi .. et bien sur Rachel ...
Les liens qui vous unissent sont bien plus forts qu'un simple lien biologique ... et puis tu vas la fonder ta propre famille ... avec Amy ... Je sais pas trop comment ça marche mais ... "


il se mit à rougir violemment ... A son age penser à la façon dont 2 lesbiennes pouvaient avoir des enfants étaient particulièrement gênant ... vraiment trop gênant. Il se gratta la tête avant de reprendre en bafouillant " et puis .. enfin y a (il la regarda à la fois inquiet et peu sur de lui comme s'il avait peur d'etre rejeté malgré les dires de Cait) moi ... et ... nous .. Nous tous .. les élèves je veux dire ... Je sais que la plupart ne te voit justement que comme une conseillère ... une presque prof .. et du coup ... ils ne sont pas vraiment reconnaissants .. mais moi je te connais donc .. .. enfin .. merci ... merci d'etre là pour nous ... tous."

il était de plus en plus embarrassé ...

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Ce que l'on cache. ( Libre)   Jeu 13 Juin - 12:14

Elle l’écouta parler d’Anielle. Ainsi, elle lui ressemblait ? Si l’on grossissait le trait, peut-être c’était bien possible mais pour Caitlyn, chaque personne avait cette unicité qui la rendait intéressante et enrichissante à côtoyer : il n’y avait pas deux parcours similaires puisque le destin s’offrait souvent le loisir d’innombrables bifurcations. Anielle avait tiré de ses expériences une vision résolument pessimiste du monde, chaque personne ne pouvait devenir que le pire et jamais le meilleur. C’était somme toute un schéma assez classique mais Caitlyn n’était plus dans une dynamique d’aide désintéressé, les évènements de Décembre avaient eu de profondes répercutions allant jusqu’à fissurer l’image idyllique du groupe des X Men ou finalement seuls ceux avec qui elle était parvenu à tisser des liens du cœur avait daigné se porter à son secours, les autres ayant tous une « bonne excuse » pour se désolidariser. A quoi bon jouer le X men, jouer le protecteur quand on n’était pas fichu de se protéger entre frères d’arme ? Là où Ororo par exemple en tirait une rancœur nourrie et un découragement certain, Cait elle en tirait une leçon résignée sur les idéaux et leur valeur réelle lorsqu’ils étaient soumis à l’épreuve du feu. Dire est tellement plus facile que Tenir au fond…Perdue dans ses pensées, elle répondit d’une voix un peu absente.


-          C’est bien dit au sujet d’Anielle…Mais de toi à moi, je crois qu’au fond, j’en ai marre de faire portier. Je te l’ai dit, je ne suis pas psychologue, ce n’est pas à moi d’ouvrir cette porte, seulement de l’accompagner sur ce qu’il y a une fois qu’elle en aura franchi le seuil et encore, même là…Je commence à douter de la sincérité de c’quej’dis. Ma foi n’est pas inébranlable…j’ai bien retenu cette leçon. Au fond, une partie de moi souhaiterait laisser tout ça derrière, l’Institut, les X men, les combats…et plus le temps avance plus cette voix sait se faire forte. J’ai envie d’être heureuse…de vivre normalement avec Amy, de m’installer ailleurs et de ne plus avoir…toutes ces merdes à gérer, une vie simple, des joies simples : c’est ce que j’ai toujours souhaité.


Elle sourit malgré elle, sans doute bercée par la visualisation de ce projet d’avenir et fut tiré par la voix de Sanzo et l’observa de coin de l’œil rougir violemment sur un sujet un peu trop « délicat » à maitriser. Elle se pencha vers lui après avoir étouffé un rire charmant et lui ébouriffa les cheveux pour le taquiner.

-          Oh ben ça…c’est compliqué deux filles ensemble, hein ? J’te rassure…on fait l’amour plus que souvent, on est très « imaginative » pour ça…là-dessus au moins on arrive à communiquer sans problème et tu serais bien étonné de savoir combien la charmante Miss De Lauro est définitivement la plus portée sur la chose des deux..hé hé hé…Et puis si tu bloques sur l’aspect technique de la chose, y’a toujours Youporn pour parfaire ton éducation, hein !

Passe au vert, on dirait que tu vas exploser !


Les gosses, oh oui, j’aimerai qu’on en élève à deux…devenir une vraie famille…C’est un de mes rêves, on peut adopter ou y’a aussi l’insémination mais bon…ca sera surement pas pour tout de suite. J’ai tâté le terrain avec Amy mais je me suis faite rembarrée rapidement, elle est contre l’idée d’être mère. Bah, je suis compréhensive,  tu sais, elle n’a que 19 ans au fond, elle est encore très jeune. Ce qui fait de moi, une horrible cougar ! Donc bon…les gamins…c’est mort pour l’instant….On verra plus tard, je suis certain que je la ferai changer d’avis. Oh et puis y’a toujours l’argument du « privé de sexe », ça marche toujours avec elle…hu hu…Aheum ? Je ne devrais pas te dire tout ça en fait, non ?


Elle secoua la tête en laissant éclater un rire léger.


Hum…J’devrais plutôt me trouver une fille pour en parler…Rachel entrave rien à ce genre de conversation, Emma se foutrait ouvertement de ma gueule, Ororo…c’est Ororo et Jub…ben depuis qu’elle se tape mon frère, j’évite d’aborder ce sujet-là de peur de quelques confidences que je ne veux PAS entendre, du coup j’ai pas vraiment de « close-friend » pour évoquer ce genre de chose et déstresse toi Minou, je ne te demanderai pas de le devenir vu comment tu bafouilles depuis cinq minutes. Ami tout court, c’est déjà énorme, et j’en ai très peu tu sais…pas des masses avec qui je peux être « moi » sans avoir à composer, tu vois ?

Elle lui adressa un sourire plein de tendresse et d’indulgence.


-          J’t’aime, p’tit crétin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: Ce que l'on cache. ( Libre)   Dim 16 Juin - 10:16

Sanzo faillit s'étrangler et de rouge il passa au cramoisi. Parler d'Annielle et des doutes de Cait, ça allait encore mais quand après un autre geste d'une très grande tendresse, elle commença à parler des relations entre filles.. et pas de simples relations amicales mais de sexe ... car c'était de ça qu'il s'agissait c'était une autre histoire ....
Sanzo commençait à peine à éprouver des sentiments autres qu'amicales envers Rachel alors le sexe ...
Bien sur il savait comme cela fonctionnait entre un homme et une femme mais il n'avait jamais expérimenté ... la "chose".
Il n'était pas pudique, ni pudibond juste dans un domaine qui lui était inconnu. Et surtout il n'avait jamais pensé qu'une fille, plus âgée que lui, en parle aussi librement. D'un autre coté, cette conversation débridée lui remonta le moral et effaça ses inquiétudes envers Cait. Si elle était capable à la fois de penser à l'avenir et à en parler avec autant d'humour c'est que les choses redevenaient comme avant.
Mais au delà de ses paroles légères une nouvelle blessure : son manque d'ami et surtout d'amie

Il haussa les épaules en lui souriant. Au delà du thème si elle avait besoin d'une oreille amicale, il était là.


J’t’aime, p’tit crétin.  

Elle était la 2ème personne à lui dire ces mots. Le premier avait été Karl. Il avait 12 ans, d'après ses souvenirs, son père était rentré d'un (trop) long voyage dans un état de grande fatigue. Malgré tout l'amour qu'il portait à son fils, il ne lui avait pratiquement pas adressé la parole. Un cadeau dans les mains, un ébouriffement des cheveux et il était monté prendre un bain comme si ça ne faisait que quelques heures qu'ils ne s'étaient pas vus. Encore fragile émotionnellement à cette époque il s'était senti rejeté et n'avait pu contrôler ses larmes.
Karl l'avait pris dans ses grands bras et l'avait consolé.

"il ne m'aime plus ???
- bien sur que si mais ton père n'est pas du genre à manifester ses émotions
- pourquoi Karl ?
- c'est un homme
- ha et les hommes ne doivent pas dire "je t'aime"
- si mais certains ont plus de mal à le dire que d'autres ... Tu ne dois pas lui en vouloir. Ton père t'aime meme s'il ne te l'a jamais dit.
- et toi ?
- moi aussi gamin, moi aussi je t'aime."

Sanzo avait regardé son vieil ami "je t'aime aussi Karl"
L'homme l'avait relâché et donné une bourrade amicale, plus ému qu'il ne voulait le laisser paraître. Sanzo n'avait jamais parlé de cet "incident" à son père mais ce dernier, meme s'il avait toujours autant de mal à manifester ses émotions, s'était ouvert et en grandissant le garçon avait compris que les manifestations d'amour de son père étaient aussi nombreuses que sincères.

"moi aussi je t'aime Cait. Et .. si t'as besoin tu peux me parler de tout ce qui te passe par la tête .. meme .. tes trucs de fille" il fit quand meme une grimace. Le terme n'était peut être pas très bien choisi. Il se demanda si en retour elle pourrait l'aider à comprendre un peu plus Rachel mais rejeta l'idée. Il n'était pas prêt pour en parler. D'un autre coté en apprendre plus sur ce que les filles aimaient serait un plus.

"vous vous aimez vraiment. C'est le principale. Le reste viendra. Tu veux un conseil ? "


il la regarda toujours souriant.
"Océane m'a dit d’être patient. Que les filles n'aimaient pas être harcelées. Et .. elle a eut raison ..."  
il n'alla pas au bout de ses pensées, pas très sur d'arriver à exprimer exactement ce qu'il voulait dire et puis .. enfin .. Cait était une fille finalement pas un garçon .. meme si .... de nouveau il se mit à rougir. Voilà qu'il s'embarrassait tout seul ...

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Ce que l'on cache. ( Libre)   Mar 18 Juin - 21:07

Océane m'a dit d’être patient. Que les filles n'aimaient pas être harcelées. Et .. elle a eut raison ...


Devant l’embarra de Sanzo, l’Irlandaise éclata de rire, un rire léger innocent et certes pas moqueur qui se conclut par un sourire malicieux.

-          Oh mais Sanzo, ne soit pas si pressé de grandir, les histoires de cœur, crois-moi c’est super complexe ! Si je te racontais pour Amy et moi, y’aurait de quoi en écrire plusieurs tomes d’un sacré pavé. Je crois que le plus drôle dans notre histoire c’est que tout le monde nous croyait ou nous voyait déjà ensemble sauf…nous. On a été les dernières à comprendre qu’on était tombé amoureuse l’une de l’autre, je te raconte pas l’angoisse quand on s’en est rendu compte et combien cette période de « non-dit » était hyper pénible à gérer…J’ai agi comme une collégienne ! Suffisait que mon regard s’attarde sur une de ses épaules dénudées et je rougissais comme une..euh…ben comme toi en fait.


Elle prit un air faussement étonnée comme si une vérité venait de s’imposer à elle et posa sa main devant la bouche en étouffant un cri de surprise.

-          Oh mon dieuuuu ! Ce regard…cette attitude…Je comprends tout !!!! Tu me désires ? c’est ça ? HAN comment ai-je pu être aussi aveugle…Commennnnnt aurais pu me douter que sous cette attention de tous les instants se cachaient les errances d’un cœur en souffrance d’une terrible inclination et ardemment enflammé par ma charrrmante personne ? Une telle affliction, ne voulait signifier qu’une origine shakespearienne : tu m’kiff ! C’est ça ?


Elle approcha de lui son visage à quelques centimètres du sien armé d’un sourire exagérément carnassier  avant de lui afficher des yeux ronds en lui explosant un «  bouh ! » de circonstance. Ravie d’elle, elle partit dans un rire d’enfant avant de se redresser en époussetant son jean et de tendre une main à Sanzo avec une expression attendrie.

-          Océane a bien raison, c’est compliqué une fille, alors je te raconte même pas une femme ! Je suis contente d’être parvenu grâce à des personnes comme toi ou celle qui fait battre mon cœur toujours plus fort, à être vieille sans être adulte.

Il serait temps de rentrer à présent, Amy n’aime pas me savoir éloignée sans raison.

Elle planta ses mains dans les poches tout en s’absorbant une seconde dans la contemplation du paysage.

-          Peut-être qu’un jour…Ça sera toi qui guidera les autres à travers leurs doutes et qui fera germer ces graines qu’on collecte pour que notre avenir puisse être à nouveau pleins de promesses.  J’aurai enfin gagné le droit de retourner sur la Côte Ouest avec ma femme pour y couler des jours sans nuages…J’ai foi en ça, il y a un avenir pour nous, je le sais, c’est pour ça qu’on m’a ramené.

D’ici là, j’assurerai mon rôle en gardant à l’esprit une maxime qu’il me plait à répéter : Il faut faire en sorte que chaque instant compte, seul le bonheur ne peut attendre.

Merci d’être là, mon ami.



fin du rp

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: Ce que l'on cache. ( Libre)   Mer 19 Juin - 10:08

De  nouveau cramoisi, il la regarda avec de plus en plus de stupéfaction ... elle se moquait de lui là ?? enfin il l'espérait car sinon ...
Il ouvrit plusieurs fois la bouche ... tentant sans succès de parler ...
il était complètement perdu ... c'est vrai il l'aimait bien mais ... enfin il l'aimait bien quoi ..
Elle était pas vilaine ... voir meme plutot jolie mais ... enfin voilà quoi  ...

quand elle approcha son visage, il ne put bouger ... Lui le félin était totalement hypnotisé par la jeune femme et ses yeux d’émeraude.
Il cherchait désespérément quelque chose à dire .. d'assez gentil pour ne pas lui faire de la peine bien sur, quand elle lui "explosa" un bouh avant de partir d'un rire enfantin ...
Sanzo était perplexe ... elle s'amusait ... enfin il l'espérait car si elle était sincère ... il était mal barré ... D'abord parce qu'il ne l'aimait pas .. du moins pas comme ça, et parce qu'il y avait Amy et surtout Rachel ....

Elle se releva et le rassura ... elle plaisantait bien sur. Il soupira de soulagement ... Il l'avait échappé belle ...
Le bon coté c'est qu'elle lui avait appris des trucs sur les filles ... et si Rachel se comportait ainsi il saurait mieux comment réagir .. enfin il l'espérait ...
Il reporta son attention sur Cait car quand il imaginait Rachel, son visage aussi près ... cette fausse désinvolture ..
hum ... Cait ... écouter Cait ...

Ses dernières paroles étaient pleines d'espoir et d'encouragement. Il lui sourit .. Il avait encore bien du chemin avant  de pouvoir prendre le relais ...mais il appréciait sa confiance ...


Merci d’être là, mon ami.

Oui il était et serait toujours là ... Il lui sourit puis il la regarda partir ses cheveux de feu se balançant au rythme de ses pas ..

Il s'allongea sur le bois du ponton, les yeux au ciel ... Finalement la vie était belle .. il se mit  à ronronner ..



_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ce que l'on cache. ( Libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ce que l'on cache. ( Libre)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ce que l'on cache. ( Libre)
» eau libre
» Ch'cache à loques
» le cache sourcils
» nouvelle poudre libre HD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: L'Institution Charles-Xavier et Alentours-
Sauter vers: