AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chassez le naturel, il revient au galop {LIBRE}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Chassez le naturel, il revient au galop {LIBRE}   Mar 26 Mar - 21:25

Lundi 8 Octobre 2012 – 05 : 59 P.M.
Comme toujours, lorsque Rachel reprit conscience, son premier réflexe fut de ne pas ouvrir les yeux. Ne pas faire savoir qu’on était consciente, c’était une mesure de précaution. Elle l’avait un peu perdue, surtout depuis qu’elle avait la petite Cerberus pour la réveiller, mais en cet instant, allongée sur le ventre contre un martelas, le thorax enserré par des bandages, elle l’eut. C’était de la triche, pour elle, puisqu’elle n’avait pas besoin de se fier à son ouïe ou autre pour connaitre ce qui l’entourait, comme tous les autres ; ses perceptions psychiques lui permirent de savoir où elle était, et d’analyser son environnement avec plus de précision que ne lui permettait ses yeux.

Infirmerie, elle était à l’infirmerie. Rachel aurait reconnu ce lieu entre tous tant elle y avait passé du temps. Cependant, elle n’était pas dans l’une des chambres d’observation, mais dans la pièce principale, avec quelques lits d’osculations et le mobilier des infirmières. Le temps ? Elle le lut sur la pendule, et sût qu’elle avait passé pas mal de temps dans l’inconscience. Mais ce n’était pas grave, dans un sens, elle avait connue pire.

Observant tout autour d’elle, elle vit qu’un autre lit était occupé, et qu’il y avait trois autres personnes dans la pièce, dont deux affairées. Ne bougeant toujours pas, elle chercha à reconnaitre. Sans doute les deux infirmières, et Sanzo, puisqu’il était là lorsqu’elle avait perdu conscience. Il y avait même assisté, alors même qu’elle lui avait demandé de partir. Comment comprendre cela ? Elle avait voulut lui épargner une vision qu’il devait juger atroce, mais il n’en avait rien fait ; il était resté. Etait-ce un témoignage de courage ou de stupidité ? Elle préférait voir le premier.

Il avait voulut être, et il avait été, là jusqu’au bout, et sans doute qu’il était allé chercher du secours par la suite. Sans rien contre lui, Rachel le voyait mal la porter sur les centaines de mètres qu’elle avait parcourus en quelques secondes lors de sa fuite. Après, elle était sure qu’il ne l’aurait pas trainée. Son dos et ses bras lui faisaient mal, mais c’était à cause des blessures qu’elle avait subies à cause de sa non-maitrise, puis de sa trop grande maitrise, d’elle-même.

Un poids dans le creux de ses genoux ; Cerberus. Elle de pouvait pas lui dormir dessus d’habitude, la position fœtale de la Grande Rousse n’étant que peu stable pour le félidé, qui se contentait de se blottir contre elle, mais aujourd’hui, la petite chatte avait réussit à se trouver une place. Cela signifiait que le faux sommeil de Phénix n’allait pas tarder à être grillé.

Que dire et que faire ? Demander pardon ? Cela suffirait vraiment ? Après ce qu’elle avait fait, pouvait-elle réellement demander pardon ? Etait-ce une bêtise ? Elle savait qu’elle devrait s’excuser auprès des deux mecs qu’elle avait tabassés, mais son pétage de plomb était-il une erreur ? Rachel ne voyait pas en quoi, elle avait eut mal et avait fuit, comme toujours. D’un autre côté, l’erreur pouvait se situer là, dans la fuite. Quant à savoir ce qu’il c’était passé avec l’arbre, elle pensait avoir déjà la réponse, et cela l’effrayait assez.

Bougeant ses bras, la jeune femme se redressa en une pompe, virant son chat de sous ses genoux et s’asseyant sur le lit à mesure d’effort, son visage se crispant légèrement alors que son dos lui faisait mal. Ce n’était rien comparé à tout à l’heure, mais cela n’en restait pas moins désagréable. Courbée, yeux toujours clos et tête basse, elle attendit que tous l’aient vu pour rouvrir les yeux.

- Je…

Rachel se figea en regardant Caitlyn, qui était d’une pâle incroyable, qui lui rappelait… elle-même, après qu’elle s’eut ouvert les veines. Un regard d’incompréhension à Irina, et lorsqu’elle vit l’état de l’infirmière, joues creuses et cernes monstrueuses, elle comprit pourquoi elle avait toujours ses plaies sur le dos : la guérisseuse n’en pouvait plus. Irina faisait du transfert d’énergie vitale, prélevant dans sa santé pour soigner les corps des autres, mais cela l’affaiblissait, car elle ne disposait pas de réserves supérieures à celles d’un humain. Après, ce n’était pas en une mâchoire fracturée et un bras cassé qu’elle finissait dans cet état, si ?

Il avait dût se passer quelque chose.

Regardant tour à tour tous les protagonistes présents avec incompréhension, elle entrouvrit la bouche, mais la question ne vint jamais.

- Fracture ouverte à la jambe, déclara simplement Ticalamira, impassible.

- Qu’est-ce qu’il s’est passé ?

- Et de ton côté ? Tu t’es foutue le feu toute seule, Rachel, et…

- Ta gueule,
aboya-t-elle sans prévenir, passant d’un ton affolé à un autre beaucoup plus sec, redevenant cependant toute penaude après son coup de sang.

Baissant la tête de honte, laissant là les infirmières interdites, Ticalamira interloquée dans son rôle de femme sèche et menaçante, Rachel se tournant mentalement vers Sanzo et Caitlyn, son œil s’illuminant de la marque du Phénix alors qu’elle usait de ses pouvoirs.

- Désolée… mais je veux vraiment savoir ce qu’il s’est passé. On réglera mon cas plus tard ; ça va Cait’ ? Il t’est arrivé quoi ?

Durant un instant, Rachel regarda Sanzo, pour savoir s’il disposait du fin mot de l’histoire, puis elle dût séparer son attention entre ceux qui parlaient et une donneuse de coup de boules qui s’assaillait à son flanc.

Visage inquiet, légèrement crispé à chaque mouvement, appuyée sur le rebord de son lit, elle attendit les explications, ayant l’intime conviction que tout était de sa faute.

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: Chassez le naturel, il revient au galop {LIBRE}   Mer 27 Mar - 9:03

Il releva la tête .. enfin elle était réveillée et bien réveillée puisqu’elle râlait.

Lui souriant, Sanzo se leva en s'étirant. Il avait mal aux bras et un peu au dos. Être assis par terre pendant si longtemps n'était pas vraiment agréable. Il portait une blouse d'infirmier un peu trop grande, sa chemise n'ayant pas survécu. Des traces de sang maculaient encore ses cheveux.

Il s'assit sur le lit de Rachel et lui prit la main …

Il l'avait vu souffrir le martyre. Il aurait pu parti mais il était resté.
Il l'avait vu s'évanouir et il l'avait porté. Il aurait pu la laisser et chercher du secours mais il l'avait porté sur les 100 aine de mètres qui les séparaient du bâtiment. Les derniers mètres avaient été durs, Rachel pesait quand meme un certain poids dans ses bras et Cerbérus qui s'agitait continuellement n'avait pas aidé, mais il l'avait fait ... il avait tenu.
Ils avaient fait sensation dans le grand hall de l'Institut. Lui torse nu, du sang sur les bras et le visage portant une Rachel inconsciente et brulée enveloppée dans une chemise déchirée. Des élèves avaient crié, il avait continué. Les infirmiers avaient voulu la lui prendre, et il l'avait serré encore plus fort.
Ils avaient insisté et il avait grogné et montré les dents …. Il devra s'en excuser, c'était la première fois qu'il grondait sur des gens.
Il était resté quand elle avait reçu les premiers soins toujours inconsciente. Il avait refusé la douche pour ne pas la quitter, se contentant d'une serviette humide pour ôter une partie de son sang.
Il avait vu Cait et lui avait jeté un regard implorant. Il aurait droit à un sermon, il en était conscient mais pas maintenant. C'était au dessus de ses forces.
Une infirmière lui avait proposé un lit, estimant que l'inconscience de Rachel allait durer au moins toute la nuit, il avait refusé. Il avait attrapé un oreiller et une couverture et s'était assis à la tête du lit de la jeune femme. Elle s'était trompée ...

Il la regardait toujours se demandant si elle lisait ses pensées … probablement pas. Heureusement car ce qu'il ressentait en ce moment était vraiment étrange .. étrange mais agréable … et …
il l'avait embrassé … ho rien de bien osé mais il n'avait pu s'en empêcher … Ses lèvres avaient effleuré son front ensanglanté. Elle était inconsciente dans ses bras mais si belle et si vulnérable … Sa peau était si douce et si chaude … il devait se reprendre avant que ses sentiments n’apparaissent sur son visage. Il était nul pour cacher son ressenti.
Il tenta de dissimuler son trouble sous une certaine fierté …

Excellant élève, il ne fournissait finalement que le minimum pour être tranquille. Il jouait de la musique mais sans plus. L’aïkido qu'il pratiquait, il le faisait pour faire plaisir à son père et à Karl. Il avait des amis, des bons amis mais sans mérite, il était apprécié pour sa gentillesse naturelle c'est tout.

Mais là … c'était différent. Jamais il ne se serait cru capable de ça. Il ne comprenait pas les raisons qui l'avaient animé. Il l'avait fait c'est tout. Il l'avait fait pour lui un peu mais surtout pour Rachel.

Et cela l'avait changé. Il le sentait. Il comprenait mieux certains choses … Rachel avait eu raison, sans cet "incident" il n'aurait jamais pu la comprendre, comprendre ce qu'elle avait pu vivre … maintenant il le pouvait … mieux.
Il se jura qu'il ferait tout pour qu'elle n'ait plus à revivre ça. Au fond il l'aimait … tout simplement mais il était trop jeune et trop inexpérimenté encore pour en prendre conscience.

Il lui souriait toujours en lui tenant la main. Il prit un air mi- sérieux, mi- amusé
"voyons voir tu as décidé de jouer les hérissons puis les gâteaux d'anniversaire … très joli d'ailleurs les petites flammes sur ton dos. Puis tu t'es évanouie, j'ai revêtu ma cape de super héros et je t'ai ramené ici. Cait y était déjà. Je ne sais pas ce qui lui est arrivé. Les infirmières s'occupaient d'elle, tu as donc reçu les soins minimums. Mais je suis resté auprès de toi tout le temps. Ils avaient dit que tu serais inconsciente au moins toute la nuit et je m'étais préparé. (il montra l'oreiller) très confortable leur oreiller"

il cachait sa peine et son horreur encore présentes sous de l'humour … il n'était pas doué pour ça mais bon … Il ne voulait pas que Rachel s'inquiète. Il voulait qu'elle guérisse et qu'elle oublie meme s'il était sur qu'elle ne le ferait pas. Au final la situation était moins catastrophique qu'elle ne le semblait. Les 2 garçons avaient été soignés. Un bras cassé se ressoudait vite surtout à leur age. Cait s'était blessé toute seule ou du moins Rachel n'avait rien à y voir et lui … il n'avait rien … rien de visible du moins. Il savait qu'il finirait par craquer mais pas maintenant. Il était plus fort que ça … il ne savait ou il arrivait à puiser une telle volonté … Dans les yeux de Rachel probablement.
Cerbérus continuait son manège cherchant la main de sa maîtresse pour des caresses. Elle aussi avait besoin d’être rassurée. Véritable aimant, les chats étaient hyper sensibles aux humeurs.


"elle aussi t'aime tu sais" simple constatation pour tenter de lui faire comprendre qu'elle n'était pas seule.

_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Chassez le naturel, il revient au galop {LIBRE}   Mer 27 Mar - 21:07

Certaines personnes s’embourbent dans une situation sans se rendre compte de la complexité des évènements auxquelles ils viennent d’assister ou assistaient encore alors qu’ils prenaient ces derniers avec une légèreté complètement hors d’à propos. C’ était aux yeux de Cait ce qu’était en train de faire un Sanzo quasi hilare et fier de lui du haut de ses trop jeunes années. Est-ce qu’il se rendait compte ? Est-ce qu’il savait seulement à quoi il avait échappait et avec quelles forces il avait joué ? Inconscience, bêtise ? Ce ton badin, cette attitude particulièrement familière et faussement détendue comme une bande de bons potes prêts à se faire une bonne bouffe après de trépidantes aventures.

Complètement hallucinant si on considère comme le pensait Caitlyn que si Sanzo s’était occupé de ses fesses, elle aurait pu tranquillement s’expliquer avec Rachel, la désamorcée et éviter qu’elle se blesse toute deux mutuellement par dégât collatéraux. Une partie de son esprit lui disait que la jeunesse excusait l’immaturité de son comportement, l’autre partie qu’elle ferait mieux de jouer au Jokari avec ses burnes. Elle ne savait pas encore quelle partie de sa psychée devait être écoutée mais ce qu’elle savait restait surtout qu’elle éprouvait un raz le bol inédit mais compréhensible des frasques de ces élèves et sa protégée au point d’en avoir envie d’être blessante.

Heureusement, la drogue aidant elle était même bien incapable d’hurler ou de manifester son énervement, la tête prise dans un violent étau, livide a force d’avoir perdu un peu trop de sang en si peu de temps. Elle avait assisté au numéro de Sanzo dans un silence religieux se contentant d’adresser quelques remerciements sincères et désolés à la pauvre Irina, ne répondant pas aux sollicitations de l’hybride.
Ce qu’elle voulait, quitter les lieux au plus vite. Elle attendait que sa compagne vienne la chercher pour partir et trouvait même dommage qu’elle ne fût pas arrivé alors que Rachel sommeillait toujours, ca lui aurait facilité la tâche. A présent, elle rejouait encore le parfait registre de la belle éveillée qui se retrouve entouré de l’affection de quelques-uns qui croyaient en elle et qui l’excuseraient bien vite pour ses bévues dont elle irait implorant le pardon d’un regard mouillant ou liquide quémander l’amour-quand-même.
Il était rare que Cait fut fâchée et déçue au point d’en concevoir une réelle rancune qui pouvait tourner en méchanceté, les ingrédients étaient réuni pour le produire : un enième pétage de plomb, une mission qu’elle n’avait pas su mener, elle s’était ridiculisée devant miss Frost et à présent devant un Sanzo tout sourire, et l’ingratitude de Rachel pour couronner le tout qui s’en allait traiter comme des etrons ceux qui la soignaient.
Oui tout était là pour la mettre hors d’elle sauf la force bridée par la drogue et la fatigue.
"elle aussi t'aime tu sais »
Bouffée de colère vite réprimée devant la niaiserie d’une telle constatation. Oui bien sûr Rachel, continues de nous en faire voir de toutes les couleurs, continues de nous faire mal, de nous mette en danger, de refaire quarante fois les mêmes conneries sans se soucier des conséquences de tes actes puisque d’autres derrière toi viendront nettoyer la merde. Nous t’aimons tous si fort. Merde à la fin, ça se mérite l’Amour ! Qu’est ce qu’elle faisait pour le mériter cette amour à part être la source perpétuelle d’ennuis et de jérémiades incessantes sur son foutu passé ? Fuck off du passé, qu’est-ce que tu fais pour l’avenir à part chier sur le présent Rachel ?

Une réponse…puisqu’elle en exigeait une…une réponse d’une voix glaciale.

- Comme tu peux le voir tout va très bien Rachel. Certaines personnes passent par la fenêtre pour taper leur crise, d’autre se cassent la gueule dans un escalier en tentant de les rattraper. Certains font tant de dégâts qu’on les accueille avec des ronrons et de mots doux au réveil, d’autres passent leur temps et leur énergie à essayer de les guérir et reçoivent une injure en pleine face à peine un œil ouvert. Tu vois…Tout va bien !

Elle se tourna brutalement dans son lit pour ne lui présenter que son dos et marmonna d’une voix où perçait une réelle fatigue et une tristesse certaine.

- Maintenant…si t’as encore un peu de dignité, ca serait bien de remercier Irina et Ticalamira et de s’excuser…puis de fermer ta gueule Rachel. J’ai plus rien d’autre à te dire, foutez moi la paix et ça s’adresse aussi à toi Sanzo.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo
X-Men Oméga
avatar

Messages : 1011
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Chassez le naturel, il revient au galop {LIBRE}   Mer 27 Mar - 22:41

Sanzo la tenait par là main, visiblement contant, elle ne savait trop pourquoi.

"Voyons voir tu as décidé de jouer les hérissons puis les gâteaux d'anniversaire, commença-t-il en peinant à garder son sérieux. très joli d'ailleurs les petites flammes sur ton dos. Puis tu t'es évanouie, j'ai revêtu ma cape de super héros et je t'ai ramené ici. Cait y était déjà. Je ne sais pas ce qui lui est arrivé. Les infirmières s'occupaient d'elle, tu as donc reçu les soins minimums. Mais je suis resté auprès de toi tout le temps. Ils avaient dit que tu serais inconsciente au moins toute la nuit et je m'étais préparé. Très confortable leur oreiller"

Rachel le regarda, ne sachant que dire, que faire ou que penser, comme toujours ; se moquait-il d’elle ? Cet air à moitié amusé, tentant de garder un minimum de sérieux, était-ce pour ne pas la vexer, ou pour essayer de la faire douter sur le caractère ambigu de ses paroles ? Fronçant les sourcils, elle le dévisagea littéralement, cherchant à comprendre.

Elle ne le croyait pas insensible ou cruel à ce point là, mais forcée de voir qu’il s’amusait de ses dires. Le fait qu’il l’avait ramenée ici, chose impressionnante s’il en était, comme le fait qu’il soit resté, ne prouvait pas qu’il lui voulait du mal ou qu’il était apte à s’amuser de sa douleur. Humour, c’était surement de l’humour, comme ils en avaient parlé tout à l’heure. Les traits d’humour, elle avait du mal lorsqu’ils n'étaient qu’avec le langage, puisque c’était polysémique. Des chatouilles comme lui en avait faites Jubilee, cela ne pouvait être interprété que d’une seule façon, alors que les mots de Sanzo portaient là les deux extrêmes.

Phénix ne dit rien, ni ne fit rien, posant doucement sa main sur Cerberus pour la calmer, la gratouillant distraitement alors qu’elle cherchait une réponse à une question muette. Elle aussi l’aimait, oui, elle le savait ; mais sa chatte savait aussi qu’il y avait des moments où il fallait la laisser seule, que certaines choses ne devaient pas avoir de témoin, et qu’elle reviendrait quant elle serait prête. Sanzo, lui, l’ignorait.

La Grande Rousse n’allait pas jusqu’à remettre en cause sa bonne volonté, mais leur proximité, en revanche.

- Comme tu peux le voir tout va très bien Rachel, répliqua Caitlyn d’une voix étonnamment froide, son visage crispé la fixant comme un jugement. Certaines personnes passent par la fenêtre pour taper leur crise, d’autre se cassent la gueule dans un escalier en tentant de les rattraper. Certains font tant de dégâts qu’on les accueille avec des ronrons et de mots doux au réveil, d’autres passent leur temps et leur énergie à essayer de les guérir et reçoivent une injure en pleine face à peine un œil ouvert. Tu vois… Tout va bien !

Rachel se raidit lâchant la main de Sanzo comme Cerberus, regardant Fuzzy alors que sa bouche s’entrouvrait sous le coup de la surprise.

Ironie ? Surement, vu le ton, c’était impossible que ce soit sincère. Caitlyn c’était blessée en essayant de la rattraper, c’était donc, indirectement, de sa faute. Puis elle avait une réprimande pour son acte face à Ticalamira, aussi, mais celle-là était méritée.

La Ptite Rousse lui tourna le dos dans un geste de refus qu’elle connaissait bien, avant de marmonner avec épuisement et lassitude qu’elle devait remercier et s’excuser s’il lui restait encore un peu de dignité, et qu’elle devait surtout fermer sa gueule. Caitlyn n’avait plus rien à lui dire, à leur dire même, à elle et Sanzo, et voulait qu’on lui foute la paix.

Ecartant les deux qui lui tenaient compagnie pour pouvoir se lever, elle s’immobilisa une fois cela fait, ayant quelque difficulté d’équilibre comme de mouvance, cherchant ses mots, le visage crispé à cause de la sensation désagréable de son dos et de ses bras.

Que lui dire ? Qu’elle culpabilisait ? Cela aurait-il servit ? Non, Fuzzy la connaissait, elle savait pertinemment que Rachel culpabilisait toujours, après coup. Que lui répondre ? Qu’elle était désolée ? Oui, elle l’était, mais cela ne changeait rien aux faits. Et puis, elle ne l’était pas pour tout.

Baissant la tête, Rachel montra la nuque en signe de soumission, mais sur ses lèvres se tenaient un étrange sourire.

- Ironie, n’est-ce pas ? Désolée que tu te sois faite mal. Mais quant à passer par la fenêtre, je préfère exploser loin de tout pour ne pas blesser les gens. Ils me prennent peut-être pour une folle, mais je veux pas leur faire mal pour autant. Tout va pas bien, je pense que je l’ai comprit ; on le fait croire, on ment… Irina, désolée que tu ais dût soigner trois blessés par ma faute, j’aimerai te promettre que cela ce reproduira pas, mais je ne mentirai pas. Teryl… je n’m’excuserai pas ; j’attendrais d’être désolée pour le faire. Si les rares mots que je prononce doivent être creux, je préfère encore ne rien dire. Ça fait bien longtemps que j’ai plus de dignité, donc cela ne m’importe pas ; Achab me l’a prise de la pire des manières. Merci à toutes les trois ; merci à tous les quatre. Merci Cait’, de continuer de croire malgré que t’ais toutes les raisons de pas le faire. Tout va pas bien ; tout ne va pas mal mais tout ne va pas bien non-plus. Désolée de pas te montrer la reconnaissance que tu mérite, désolée de pas vous montrer la reconnaissance que vous méritez. Mais, honnêtement… je sais pas ce que je peux vous apporter. Avant, je pouvais protéger, je pouvais me battre ; ici, plus d’ennemis, plus de dangers, à part moi. Plus personne à combattre, plus personne à haïr, même pas moi. On m’demande ce que je veux faire, quelle vie je veux avoir ; j’en sais foutrement rien. J’y comprends rien à votre monde, tout est trop compliqué, et parfois, quant je fais les choses mal ou que j’ai trop mal, il faut que je m’isole. Y’a des moments où je dois canaliser et expulser, et je veux pas qu’il y ait des blessés à cause de ça. Je vais me la fermer maintenant, mais je tenais à dire ça avant, pour une fois que les mots sortes. Désolée de vous avoir déçue. J’espère un jour faire ta fierté, Cait’, mais se sera pas aujourd’hui.

Elle avait beaucoup parlé, mais elle ne pensait pas avoir trop parlé.

Se mettant en mouvement, Rachel contourna le lit pour se diriger vers la sortie, laissant là tous ceux qui y étaient.

- Sanzo, tu ramèneras Cerberus à ma chambre, s’il te plait. Moi… je dois être seule. Je dois comprendre ce qui s’est passé avec l’arbre, c’est trop dangereux pour ne pas être maitrisé.

Elle quitta la pièce sans attendre de réponse, disparaissant rapidement dans les couloirs. Les Cuckoos seraient à la chambre, surement, mais elle-même avait plus important à faire. La colère, c’était le feu ; la colère retenue, était-ce les explosions ?

RP TERMINE pour Rachel

_________________
Phénix

"Des monstres ont fait de moi un monstre,
Des divinités ont fait de moi une divinité,
Seuls les humains peuvent faire de moi une humaine."






731 Posts Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sanzo Aoe
Élève à l'Institut expérimenté(e) Delta
avatar

Messages : 1105
Date d'inscription : 03/11/2012

MessageSujet: Re: Chassez le naturel, il revient au galop {LIBRE}   Ven 29 Mar - 11:20

Sanzo regarda Cait .. puis Rachel .. puis de nouveau Cait .. faisant le yoyo entre les deux filles l'incompréhension clairement visible sur son visage. Le chagrin meme d'etre rejeté d'une telle manière. Était il trop jeune … était ce parce qu'il était un garçon … il n'en avait aucune idée.
En silence il subit l’énervement de Cait mais le départ de Rachel le blessa profondément. Elle l'avait à peine remercier ou du moins ses remerciements s'étaient noyés dans un flot de parole … A quoi s'était il attendu … à ce qu'elle lui saute au cou en l'embrassant … il était vraiment trop naïf …
Il s'allongea sur le lit qu'elle venait de quitter, Cerbérus en profitant pour s'installer sur lui.
Il gardait le silence et pourtant …
Il avait de nouveau 11 ans, il se tenait devant la personne qui (à l'époque) faisait office de parents, et elle lui demandait de partir ne sachant comment gérer sa mutation. Il avait 11 ans et s'était enfui en claquant la porte pour vers un autre destin … Il avait 17 ans et était chez lui. Il ne voulait pas partir. Il avait une maison bien sur et un père mais ici c'était autre chose …

17 ans et malgré tout trop jeune pour savoir comment gérer une telle situation.

Il soupira le coeur gros, une folle envie de se blottir sous les couvertures et de pleurer comme un bébé. Il posa un bras sur ses yeux pour ne pas qu'on le voit l'autre main caressant Cerbérus.


HRP:
 


_________________

Nombre de rp  cat 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chassez le naturel, il revient au galop {LIBRE}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chassez le naturel, il revient au galop {LIBRE}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» chasser le naturel,il reviens au galop!!!!!
» le passé revient toujours au galop - nathan l. goldwinn
» Essayez de la chasser, le naturel revient toujours au galop !!!
» eau libre
» menage naturel - bicarbonate de soude

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: L'Institution Charles-Xavier et Alentours-
Sauter vers: