AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ororo Munroe (Storm) [terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Ororo Munroe
X-Men Alpha
avatar

Messages : 239
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Ororo Munroe (Storm) [terminée]   Mer 20 Fév - 20:08

CARTE
D'IDENTITE




© avatar


    NOM : Munroe (ép : T'Challa)

    PRENOM : Ororo Iqadi

    ALIAS ET SURNOM : Storm (Tornade) ce surnom lui a été donné par le professeur Xavier lorqu'il est venu la chercher et qu'il lui a appris l'origine exacte de ses pouvoirs.

    AGE : 30 ans

    DATE DE NAISSANCE : 12 décembre 1982

    METIER : X-woman, Professeur d'Histoire Géographie à l'Institut, (Aventurière, ex-gladiatrice)

    NATIONALITE : Américaine de naissance (Kényane par le mariage)

    GENRE :  féminin

    CLAN :  Xmen




Pouvoirs :


  • Description :

    Pouvoir offensif :

    Météokinésie :

    "Quel temps de chien, la météo s'est une fois de plus trompée ..
    - non c'est Mlle Munroe qui s'entraine" …



    En effet, Ororo Munroe alias Storm (Tornade) possède le pouvoir à la fois simple et compliqué de contrôler psioniquement la météo.

    Selon son humeur et les besoins, elle peut ainsi jouer sur les éléments climatiques : le vent, la pluie, l'orage …
    Gaie et enjouée, elle provoquera une légère brise, rafraichissant agréablement le temps, faisant bruisser doucement les arbres mais si elle est énervée ou si elle a peur la brise se transformera en un puissant cyclone pouvant aller jusqu'à 400 km/h. ravageant tout sur son passage.

    Sa capacité lui permet de jouer sur le niveau d'humidité et donc de la pluie allant là aussi de la petite bruine simple aux trombes d'eau dévastatrices. Pouvant jouer sur la température, elle transformera la pluie en douce neige ou grêlons ravageurs et ce sur n'importe quel continent. Elle pourrait transformer le Sahara en un glacier gigantesque ou le pole nord en un vaste désert.

    Cette manipulation lui permet de provoquer des orages, elle bénéficie ainsi d'une arme redoutable en lançant des éclairs directement de ses mains qui peuvent aller jusqu’à 200 000 Ampère sans brulure.

    Créer et garder
    - tempête de neige : dans un pays froid, (poles nord et sud, Alaska, Canada …) l'hiver … indéfiniment puisque le phénomène existe déjà. Dans le sahara => elle mourra.

    - orage : les orages sont ce qu'elle arrive à faire le plus facilement un peu partout. Elle sera limitée au limite d'un orage :
    orage simple (unicellulaire) : forte averse et fort vent, petits grêlons, 30 à 60 minutes de durée. L'air se refroidit. Extrêmement rapides et concentrés ce sont ceux qu'elle crée le plus.

    orage plus complexe (multicellulaire) : il pourra couvrir une distance de plus de 15 km. Il peut vivre longtemps car les cellules orageuses le composant sont indépendantes et en équilibre stable entre le chaud et le froid. Il peut produire de la grosse grele, des vents destructeurs et des pluies torrentielles ainsi que des tornades. Fréquent aux Etat unis en période de printemps, il peut se produire n'importe ou dans le monde si les conditions climatiques s'y prêtent (Amérique du Sud (Argentine, Urugay), toute l'Europe, Australie, Asie (Bengladesh, Est de la Chine ..). Plus difficile à créer, elle préférera utiliser les existants.

    - la pluie : comme la neige. Dans les zones pluvieuses pas besoin de création. Dans une zone sèche sans point d'eau… création juste pour elle. Si y a un point d'eau elle passera par un orage et pourra faire pleuvoir sur un village (je pars sur une base d'un village africain)

    - modifier : inversement proportionnellement à la création
    - tempête de neige en zone froide : la mort

    Le temps mis à changer le modifier va dépend de la zone et de la taille. Plus c'est petit plus ça sera immédiat. Un "gros" orage ou une tempête mettra le temps "naturel" (quelques heures). Les éclairs à ses mains sont immédiats.

    les raz-de-marée : Vu que les raz-de-marée ou plutôt onde de tempête sont une conséquence du vent sur une surface d'eau, elle peut en déclencher volontairement (toujours dans la limite de la force naturelle). Elle ne peut créer de Tsunami (du à un tremblement de terre ou volcan)
    Force max d'une onde de tempête : vague de 13 mètres de haut.


    Altération des température : Elle peut altérer totalement les températures dans un sens ou dans un autre mais selon le lieu ou elle sera elle pourrait en mourir. Par contre elle ne peut pas altérer directement la température d'un autre humain. Elle devra passer par la création de froid ou de chaud.
    Froid : -89.2°C
    Chaud : 57.7°C
    Le temps sera en fonction de la température naturelle existante. S'il fait déjà chaud /froid, elle mettra peu de temps à augmenter la chaleur/froideur, par contre l'inverse est proportionnel.
    Temps pour la chaleur max : en zone chaude : 5 mn / en zone tempérée : 10 mn / en zone froide : 15 mn / en zone polaire 25 mn
    Temps pour le froid max : en zone polaire : 5 mn / en zone froide : 10 mn / en zone tempérée : 15 mn / en zone chaude : 25 mn


    la portée de ses pouvoirs : Ils peuvent se manifester sur de très grandes surfaces (en fonction des limites citées plus haut, elle pourra modifier le climat jusqu'à environ 800 km² la moitié de la ville d'Houston) comme sur de toutes petites (elle peut faire apparaître un nuage autour d’une simple plante pour l’arroser.)

    Le pouvoir qui va suivre n'est pas un pouvoir directe mais qui découle de sa capacité à créer de la foudre. En effet elle ne peut jouer sur l'appareil lui meme et devra créer les éclairs qui viendront perturber le champ électromagnétique.

    Elle peut influer sur les champs électromagnétiques. En effet la création d'éclairs induit un champ électromagnétique et donc des impulsions électriques parasites. Elle pourra donc perturber les matériels électroniques sensibles (TV, radio, ordinateurs ..). Plus elle sera prêt de l'appareil plus les dégâts seront élevés. Ces matériels dits "sensibles" peuvent être perturber jusqu'à une distance de 1km.
    Pour du matériel de type lampes, fours à micro onde, moteurs … il lui faudra être plus près, 500m pour provoquer des dégâts.

    Elle pourra perturber les ondes radio, ainsi que les radars et les rayons X. Elle ne peut cependant pas modifier les rayons gamma.

    Durée : tant qu'elle maintient son orage mais ça va rarement au delà d'une heure. Ca lui laisse le temps de tout perturber.

    Enfin elle peut jouer sur la lumière artificielle de la meme façon, abaissant ou augmentant son intensité.

    Limite :

    A voir ainsi Storm pourrait passer pour une super héroïne aux pouvoirs extrêmes mais elle n'est qu'une humaine et donc limitée par la force de sa volonté et de son corps.
    Si celle de sa volonté est très puissante, celle de son corps l'est beaucoup moins. D'un rapport taille/poids correcte pour une femme de son age, elle n'a pas une musculature sur-développée, cela lui prendra donc des heures pour calmer ou créer des blizzards de très forte intensité et pourra la laisser dans un état proche de la mort.

    Ne pouvant créer à partir de rien, elle se retrouve aussi limitée par le climat de la planète où elle se situe. Elle ne peut créer ou modifier que des conditions climatiques qui y existent. Aucune chance de provoquer une ère glacière sur le soleil … Par chance la terre offre un panel très varié de climat.

    A cause de cette limite, elle se retrouve obliger de contrôler du début à la fin le changement climatique et non seulement le contrôler mais surtout le maitriser pour éviter tout dérapage.

    Toutes ces "barrières" l’empêchent d'aller trop loin. En effet son pouvoir étant soumis à son humeur, parfois lorsqu'elle se sent triste, il pleut alors que d'humeur joyeuse le soleil brillera de mille feux.

    Le plus souvent, lors de ses missions, elle choisit l'attaque adaptée pour ne pas tuer (brouillard, froid, vent plus ou moins fort ..) mais en cas de force majeur elle pourra créer de violents orages, grêlons …

    Elle est aussi limitée par les conditions naturelles et ne peut pas aller au delà.

    Quelques exemples de sa limite.
    La limite s'applique aussi bien sur la nature que sur l'étendu de l'élément climatique.
    En effet en plein Sahara à midi, la création d'un blizzard de vaste importance la laissera aux portes de la mort de meme qu'annuler ce meme blizzard en région Arctique. Par contre elle pourra facilement en créer un de grande envergure dans les régions les plus froides ou plutôt se servir du froid déjà présent et en augmenter l'intensité.
    Même chose avec la pluie et le vent, la création d'une tempête en pleine hivers en Bretagne ne lui demandera que peu d'effort tout comme un cyclone en zone tropicale.
    Les points d'eau sont un facteur de facilité : océans, mers et lacs lui fournissent l'eau nécessaire sans aucun effort.

    Devant contrôler l'effet de A à Z elle préfère partir d'élément déjà présent. Ainsi dans une zone de très forte chaleur, elle agira plus volontairement sur le vent et sur la création d'un orage que sur celle d'une tempête de neige. Dans un milieu froid elle préféra utiliser les conditions déjà présentes et donc la création d'un blizzard.

    Electrokinésie :

    Puissance : les éclairs sont principalement pour une attaque immédiate et courte.
    puissance mini 1mA (seuil de perception)
    puissance max : 100 kA (foudre)

    puissance "utilisée" : 100 mA (électrocution)

    Distance : 10 mètres max


    Elle utilise un trait unique et donc ne touche qu'une seule personne à la fois.

    Pouvoir passif :

    Grace à un contrôle de la direction et de la puissance du vent elle peut s'en servir pour s'élever dans les airs et voler jusqu'à 383 Km/h.

    Comme le reste de son pouvoir, cette capacité possède ses propres limites physiques bien sur mais surtout morales. Ororo déteste tuer et la création de cyclone apporte son lot de dégât (matériel et parfois humain) elle préférera donc utiliser tout simplement l'avion ou le jet de l'Institut lors de ses déplacements dans les airs. Elle n'utilisera le vol par le vent que pour une attaque ciblée sur une petite distance lui permettant la création de vents peu violents et facilement maitrisables

    Le temps (durée) qu'elle peut voler est plus une question de distance que de temps et comme toujours de conditions climatiques existantes.

    vol rapide : elle l'utilise pour de court vol. Au max de sa vitesse elle peut aller jusqu'à 383 km/h en plaine (ou zone de vie vide) elle pourra donc parcourir cette distance. Le vol rapide demande un vent violent qui peut causer des dégâts collatéraux .. ce qu'elle se refuse. En ville moins d'1 km voir quelques centaines de mètres seulement
    vol lent : comme les oiseaux elle utilisera les courants donc elle pourra voler pratiquement indéfiniment … Elle peut traverser l'océan atlantique

    Le transport de personnes :
    sur une courte distance moins de 5 km : 10 personnes en vol "lent" et 1 en rapide (il lui faut beaucoup plus de contrôle)
    sur une longue distance : 5 personnes en vol "lent" elle ne fera pas de transport en vol rapide … trop fatiguant.

    La durée de vol sera proportionnel au nombre de personne.
    En vol "lent", 1 personne elle fera moitié moins de km que seule, avec 2 personnes 1/4 de moins …

    Son corps pouvant s'adapter aux conditions qu'elle crée, elle peut annuler sur elle les effets de la friction du vent quand elle vole. Elle peut aussi augmenter ou diminuer sa température corporelle, avec là aussi une limite : si le froid est trop intense, elle pourra à contrario tomber dans l'hyperthermie (et inversement bien sur). Elle préférera donc se protéger comme les autres (blousons, couvertures …) afin de conserver une chaleur normale.

    Sa température personnelle sera modifiée rapidement, moins d'une minute.

    Limite de sa température :
    Froid : -89.2°C
    Chaud : 57.7°C


    Attaque par un "spécialiste" (aérokinésiste/ cryokinésiste) : dans la mesure de la puissance de son adversaire, elle pourra s'en protéger. Par contre il lui faudra un peu plus de temps sur une attaque ciblée. Un spécialiste du vent/glace pourra la prendre par surprise en dirigeant son attaque directement sur elle, surtout une attaque de faible portée comme ses éclairs donc de plus grande puissance. Par contre une attaque de grande envergure se rapprochera des conditions naturelles.

    De meme qu'avec tout kinésiste spécialisé : S'il est plus fort qu'elle, elle perdra sinon elle gagnera. Mais elle a un avantage elle pourra utiliser un autre élément voir un élément contraire.


    Tout comme son corps qui s'est adapté à son pouvoir, sa vision s'est aussi modifiée. Lorsqu'elle déclenche des averses elle n'est en rien gênée par la pluie pouvant voir à travers grâce à sa vision supérieure à celle des humains normaux. D'ailleurs lorsqu'elle utilise ses pouvoirs à leur maximum, ses yeux deviennent translucides. Elle est aussi capable d’altérer sa vision pour percevoir son environnement en terme d’énergie électrique.

    Enfin, elle est connectée à la terre et elle est capable de ressentir de gros changements climatiques (qui peuvent même la blesser.)
    quasi immédiatement (moins d'une minute) pour un orage à moins de 10 km d'ou elle est. Pareil pour un tremblement de terre, tempête …
    ça ira en s'étalant jusque dans un rayons de 50km max

    Lorsqu'elle utilise ses pouvoirs, ses yeux deviennent entièrement blancs.

  • Niveaux de maitrise :

    Malgré un certain manque de contrôle sur ses émotions, Ororo maitrise très bien ses pouvoirs.
    Ses émotions peuvent affecter l'utilisation de ses pouvoirs mais il n'y a pas d'élément associé à tel ou tel humeur. Le plus souvent d'ailleurs c'est l'orage car c'est ce qu'elle maitrise le mieux que ce soit pour la tristesse ou la colère ...
    Elle se fatigue à utiliser ses pouvoirs mais il lui faut pas mal de temps pour être vraiment fatiguée à moins d'utiliser un pouvoir extrême dans des conditions extrêmes chaleur/froid principalement ou à utiliser le vol qui demande plus de maitrise (voir rubrique vol)
    Elle pourra assurer un "contrôle" au moins pendant 12 h sans ressentir de fatigue.
    Et la création des éclairs ne provoquera pas de fatigue c'est trop rapide. (en usage intensif : 12 h aussi avant de ressentir un effet de fatigue)
    Il n'y a pas vraiment de limite vu que dans l'absolu elle peut juste créer le minimum et laisser faire la nature par la suite.

    Elle peut en perdre le contrôle vu qu'elle est claustrophobe. C'est la seule situation qui lui fait perdre le contrôle. Si par chance elle n'est pas seule elle pourra se raisonner pour ne pas blesser mais si y a personne ….


  • Lien entre les Pouvoirs: personnage Marvel



Description Physique :


  • Apparence :

    "Sexy et sensuelle" tel peut etre définie Ororo

    1m75 pour 57 kg, Ororo est une très belle femme à la peau chocolat. Son père étant un métis afro-américain, son visage n'a pas toutes les caractéristiques négroïdes. Pouvant s'inscrire dans un ovale parfait elle possède un grand front dégagé, les pommettes hautes, les joues légèrement creusées. Son nez est légèrement épaté et sa bouche sensuelle aux lèvres charnues d'un rouge carmin. Mais ce qui attire chez elle se sont ses yeux, des yeux d'un bleu intense qui deviennent totalement blancs sans pupille lorsqu'elle utilise ses pouvoirs. Son regard est vif et sérieux, parfois mélancolique.
    Ses oreilles percées sont ornés de boucles de pierres semi-précieuses voir précieuses.
    Encadrant ce beau visage de longs cheveux blancs caractéristique de sa lignée de prêtresse africaines.
    Un cou gracieux aussi orné de plusieurs colliers, un corps svelte et musclé par un entrainement journalier, une poitrine indéniablement féminine, une taille de guêpe, des hanches larges .. Ororo a tout pour faire chavirer les coeurs.
    De longs bras aux mains fines et aux ongles impeccablement manucurés, des jambes interminables complètent la jeune femme.
    Ororo possède une démarche … "féline" ou de reine. C'est inconscient chez elle. Se tenant très droite, elle a un déhanchement de top modèle surtout lorsqu'elle porte des robes qu'elle affectionne particulièrement, les hommes ont tendance à se retourner .. ce qui l'énerve autant que la flatte

    Elle a une voix douce sans accent

    Vêtements :

    Lorsqu'elle retourne "au pays", Ororo aime porter de vaporeuses robes dévoilant son corps de déesse mais à New york et surtout à l'Institut elle porte l'uniforme des X mens. Cependant elle a apporté certaines modifications qui lui dénudent les épaules et le buste. Moulant, il fait ressortir son ample poitrine. Une cape lui flotte dans son dos.

    Elle porte très souvent des bijoux principalement un rubis lui venant de sa mère ainsi qu'une tiare noire lui servant aussi bien de serre-tête que d'arme.

  • Signes Particuliers :

    Ses cheveux blancs et ses yeux qui lorsqu'elle utilise ses pouvoirs deviennent entièrement blancs.



Caractère :

  • Mental :

    Avec son maintien de reine, Ororo pourrait passer pour une femme fière et hautaine mais ce n'est pas le cas. Ce n'est qu'une apparence bien involontaire qui la fait parfois souffrir lorsque les gens s'y arrêtent. Néanmoins pour ceux qui "creusent" un peu, ils verront une jeune femme affectueuse, au grand coeur. Attention cependant à ne pas la prendre pour un mouton, elle possède un caractère bien trempé et ne se laisse pas marcher sur les pieds, meme si elle ne le fera pas comprendre par la manière forte. D'ailleurs le plus souvent il lui suffit de fixer "l’inopportun" dans les yeux pour qu'il lâche l'affaire.
    N'aimant pas être jugé que sur son apparence elle procédera de meme avec ses interlocuteurs, cherchant à savoir ce qu'il y a au delà par le dialogue. Ni supérieure, ni inférieure, elle les traitera avec respect et gentillesse. Elle admet les opinions divergentes des siennes mais elle déteste la "bêtise au front de taureau" et si son interlocuteur (adulte) se montre particulièrement obtus et surtout agressif elle préfèrera partir plutôt que de s’énerver, meme si elle ne hausse que très rarement le ton et se met très peu en colère.
    Toutefois lorsqu'elle se met en colère elle est impressionnante (pouvant aller jusqu'à l’extrême limite de ses pouvoirs). L'injustice flagrante (violence physique ou mentale sur des plus faibles, enfants, femmes, vieillards … humains ou mutants) ou un sentiment de rejet brutal de la part du professeur principalement seront des déclencheurs de colère. Elle ne se mettra pas en colère après des enfants ni des adolescents partant du principe qu'ils n'ont pas encore tout le savoir nécessaire pour agir de la "bonne façon".
    Elle ne se mettra pas non plus en colère après ses camarades X-men.


    Sa relation avec le professeur Xavier et son dévouement envers lui sont très particulier. Il représente tout pour elle, tout ce dont elle avait eu besoin : un père mais aussi un ami et un mentor. Il l'a guidé et façonné d'une certaine façon. Leur lien est profond. Elle se voit comme une "extension" de lui. Elle accepte des choses qu'elle n'accepterait pas venant d'autres personnes notamment les non-dit, ainsi que des ordres. S'il lui demandait de sauter d'une falaise elle le ferait sans discuter. Elle sait qu'il ne lui fera jamais de mal volontairement et que tout ce qu'il lui demande à une raison, un but meme si ce n'est pas évident sur le moment. Elle mourait pour lui et meme tuerait s'il lui demandait (chose qu'elle déteste par dessus tout). Elle aime son mari bien sur mais l'amour qu'elle éprouve pour le professeur est au dessus et bien plus fort. Il est le seul à bénéficier de ce dévouement particulier.
    Bien sur elle est aussi dévoué aux X-men mais pas de la meme façon. C'est plus un dévouement du à des amis, à un groupe au coté duquel elle s'est battue et se battra encore. Elle leur confie sa vie sans hésitation et mourait pour eux mais n'irait pas jusqu'à tuer pour eux.
    Il est certain qu'elle n'apprécie pas tous les X-men de la meme façon. Elle a plus d'affinités avec certains que d'autres mais lors de mission, elle les traitera tous à l'identique quelque soit ses sentiments personnels.
    Au sein de l'Institut, ce sont des amis de coeur pour certain et de travail pour d'autres. En mission ce sont les X-men, un groupe uni dans un meme but.
    Elle ne fait aucune différence entre les X-men et les X-women.


    Volontaire, c'est une guerrière hors pair et une meneuse d'hommes et de femmes. Malgré tout, elle doute beaucoup sur elle meme et ses capacités ce qui peut la déstabiliser face à un "leader" plus charismatique par ex. Elle reste aussi "victime" de son sexe malgré sa puissance.
    Comme avec les enfants, elle n’emploiera jamais la force pour se faire respecter et préfère établir un lien d'amitié et de confiance. Loin de se mettre en retrait, elle montrera l'exemple en montant en première ligne lors des combats. Utilisant de préférence ses pouvoirs comme protection, elle soutiendra ses camarades jusqu'au bout. Elle ne baisse jamais les bras même aux portes de la mort, luttant toujours pour sa survie et encore plus pour celles des autres (x-men ou victimes).
    Elle est parfaitement consciente du risque qu'elle encourt et accepte volontiers toutes les conséquences (blessures et mort). Elle sait aussi le risque (blessures et mort) que court les X-men et l'accepte aussi mais elle n'acceptera jamais que des innocents soient sacrifiés. Elle considère les forces de l'ordre humaine comme des innocents. Même s'ils sont armés et entrainés ils ne font pas le poids face à certain mutant.
    L'idéal de Xavier et la survit de l'Institut est la seule cause pour laquelle elle se sacrifierait.


    Malgré son age et sa famille de X-men, sans parler de son mari, elle est toujours au fond d'elle une petite fille abandonnée n'ayant jamais vraiment surmonté la mort de ses parents. Suite à ce tragique accident elle a développé une sensibilité à fleur de peau. La souffrance des autres la touchera principalement celles des enfants ou des plus jeunes.
    Elle possède un grand sens de l'honneur et ne supporte pas l'humiliation ni les sévices.
    Dans une certaine mesure, elle respectera les lois mais se fit surtout à sa conscience. Ayant vécu beaucoup dans des pays aux régimes totalement différents, elle s'est rendu compte que la loi des Hommes n'était pas souvent en accord avec la loi du coeur. Elle déteste le racisme au sens large, qu'il concerne les mutants bien sur mais aussi les humains. Femme, mutante et d'origine africaine, elle est bien placée pour savoir ce que le racisme peut infliger comme dégâts psychologique. Si à son encontre elle le supporte dans une certaine mesure (agression verbale) sur un plus faible elle agira.
    Elle place les enfants et les jeunes ado (humain et mutant) dans la catégorie de protection maximale. En effet n'ayant pas fini leur apprentissage de la vie, ils ne sont pas capable de se protéger et parfois de se rendre pas forcément compte que des adultes leur font du mal. Vis à vis d'un jeune mutant, elle le protègera aussi contre lui meme si besoin est.
    Les femmes et les vieillards viennent ensuite. Meme si certaines femmes peuvent et savent parfaitement se défendre, elles sont souvent les victimes malheureuses des guerres et des conflits en tout genre .. voir des coups directes de la part des hommes. (le viol est le pire de tout pour Ororo)
    Si le "tourmenteur" est un enfant ou un ado (voir un tout jeune adulte - de 20 ans) elle lui expliquera pourquoi c'est mal. Sur de jeunes adultes s'ils s’entêtent, une correction pourra leur être infligé mais rien qui les blesserait physiquement ou qui les tuerait. Elle n'utilisera pas de pouvoirs d'attaque mais de défense si nécessaire (brouillard ou éventuellement la pluie pour une bonne douche froide.)
    Sur un homme adulte (mutant ou humain) elle agira en fonction. Le plus souvent l'utilisation de ses éclairs met un terme à la situation, le "bourreau" tombant dans l'inconscience. Elle ne poussera pas la clémence jusqu'à l'emmener à l’hôpital mais si sa vie peut être mise en danger elle appellera les secours.


    Pédagogue, elle dirige ses élèves d'une main douce et ferme.
    Face à des jeunes, elle fera preuve de patience toujours pour la meme raison : ils sont là pour apprendre.
    Pour un élève en difficulté elle redoublera d'effort, pouvant expliquer à l'infini. Elle aurait un peu tendance à les sur-protéger. Certains n'appréciant pas elle s'efforce de les laisser se débrouiller.
    Elle n'est pas pour des cours bassement théoriques, préférant utiliser les moyens modernes de l'Institut pour enseigner (ordinateur, internet, vidéo ..). Elle aime aussi qu'ils soient acteurs pendant ses cours, n'hésitant pas à laisser les volontaires faire eux meme le cours.
    Enseignant l'Histoire et la Géographie certaines discussions peuvent être animées cependant elle n'autorise pas le chahut. Elle les recadrera gentiment mais fermement quitte à mettre fin s'ils persistent.
    Elle organise régulièrement des travaux de discussions sur un thème imposé ou choisi, ouvert à tous les élèves qui le souhaitent. Elle avait meme demandé au professeur Xavier la possibilité d'utiliser la Salle des Dangers pour des reconstitutions historiques … demande refusée.
    Pour beaucoup d'entre eux, elle représente une mère. Un peu ennuyée lors de ses jeunes années, elle n'en est plus gênée, au contraire. Ils sont ses enfants. Pour l'instant elle ne se voit pas mère, principalement à cause de son travail de X-men. Ce n'est cependant pas un vide chez elle et ce, grâce à ses élèves.
    Elle ne fait aucune distinction, aucun favoritisme entre ses élèves et les autres. Si un de ses élèves est fautif il sera puni.
    Elle tient néanmoins à ce qu'ils la respectent, le vouvoiement est de mise, et pas de familiarité. Ils peuvent l'appeler : madame ou professeur, Storm (s'ils sont en mission ou dans la SdD) mais pas Ororo. Elle est à cheval sur la politesse : "bonjour madame/professeur" obligatoire quand elle rentre dans la salle, et "au revoir" quand elle (ou eux) part(ent), de meme quand ils la croisent dans les couloirs.
    En général ça se passe bien. Les jeunes sont malléables et comme elle prend le temps chaque début d'année scolaire (ou lorsqu'un nouveau arrive) de leur expliquer, il n'y a pas de problème.
    Elle accepte meme de vouvoyer les élèves qui le souhaitent, le respect se faisant dans les 2 sens, par contre elle les appellera par leur prénom ou pseudo (à leur convenance).
    Elle ne donne que des cours d'histoire/géo et si besoin des cours de self défense.


    Lorsqu'elle avait 13-14 ans, durant un voyage pour rejoindre le Kenya, elle fut prise en stop par un homme. Il tenta de la violer et elle le tua. C'est depuis ce jour qu'elle déteste tuer. Le fantôme de cet homme la hantant toujours, elle préfère utiliser ses pouvoirs pour "handicaper" ses ennemis. Elle ne le fera cependant qu'en tout dernier recours si tous ses amis sont à terre (inconscients ou morts) et qu'elle est la dernière à pouvoir protéger des victimes innocentes.
    Cependant 2 situations font exception :
    - une agression directe sur le professeur Xavier quelque soit "l'agresseur", humain, mutant, X-men.
    - si l'Institut et surtout les jeunes mutants sont sur le point d’être exterminés, là aussi quelque soit l'agresseur.

    Deux personnes aussi qu'elle pourrait tuer sans aucun état d'âme:
    - son oncle
    - le révérant Stryker le chef des purificateurs

    Et meme si cela va à l'encontre de l'idéologie du professeur Xavier, elle n'en veut pas aux autres X-men lorsqu'ils sont obligés de le faire. Cela peut passer pour de la lâcheté mais jusqu'ici aucun de ses amis ne le lui a reproché.


    Descendante d'une longue lignée de prêtresses, elle a cru pendant longtemps avoir hérité ses pouvoirs de la magie et lorsque le professeur Xavier lui apprit la vérité (qu'elle était en fait une mutante) elle l'accepta sans problème. C'est d'ailleurs lui qui lui donna son nom de guerre : Storm.
    Ororo n'a aucun problème avec sa mutation, bien moins qu'avec sa couleur chocolat. Cela vient du fait que dans sa jeunesse elle a été adulée comme une déesse grâce justement à ses pouvoirs. De plus, contrairement aux pays "blancs" l'Afrique accepte bien plus facilement les sorciers ainsi que les phénomènes plus ou moins para-normaux. Certains vénèrent des dieux-animaux.
    Plus jeune elle avait du mal à comprendre le refus de la mutation, avec l'age et l'expérience elle l'accepte plus facilement.
    En tant que professeur, elle tentera toujours d'expliquer son point de vue, sans rien imposer cependant. Elle comprend parfaitement les inquiétudes des mutants-hybrides ou ayant un gêne X visible. Par contre elle ne tolèrera pas qu'un élève (ou meme mutant adulte) utilise ses pouvoirs pour humilier un camarade (ou autre) ou le "diminuer". En cas de récidive elle pourra sévir.
    Pour elle, la mutation ne donne pas droit à la supériorité. Un mutant n'a pas à se cacher mais il n'a pas à se montrer supérieur non plus, tout comme un "blanc" n'a pas à le faire sur un "noir", un homme sur une femme, un adulte sur un enfant. Cet "avantage" doit bien au contraire servir à aider les autres.
    Elle n'hésite pas d'ailleurs à enseigner en reprenant des exemples historiques de tel comportement.


    Ororo est humaine et comme tel elle a aussi des défauts. Il lui arrive de faire preuve d'orgueil, de lâcheté, meme si elle s'en veut après. Elle n'aime pas les "pleurnicheurs".
    Sans être vaniteuse, elle est flattée quand un homme se retourne dans la rue. Elle n'est pas très démonstrative dans son affection. Elle n'embrassera pas spontanément ses ami(e)s. Par contre avec son mari, elle aurait tendance à vouloir diriger, meme si elle adore qu'il prenne les commandes. Elle est pour le partage des taches. Elle peut se montrer injuste envers lui. Il est la "soupape" lorsqu'elle va mal. Il lui arrive de se renfermer totalement après un événement particulière douloureux (Mutant Town par ex) ou un stress intense.
    Dans le fond c'est une idéaliste.


    A par la politesse, elle n'a pas d'autres manies

    Elle n'a pas de hobbies particuliers. Son travail de professeur et d'X-men lui prennent tout son temps. Elle aime rester à contempler la beauté africaine surtout le soir.
    Elle adore s'occuper de sa maison, entretient et décoration mais elle déteste le repassage. Elle aime cuisiner pour son mari.


    Son principal espoir est bien sur l'entente entre mutant et humain et comme tout idéaliste que la guerre, la famine, l'injustice … cessent.
    À part la claustrophobie et la peur d'etre rejeté par le professeur Xavier elle n'a pas vraiment d'autres peurs.


    Que pense-t-elle du BAM ?
    - le Bam reste en parti un mystère meme si elle est plutot pour. Elle se doute qu'il s'est passé quelque chose avec l'ancien intendant … autre que la version "officielle" mais vu que le professeur Xavier ne lui a rien dit, elle n'a pas cherché plus loin.

    Que pense-t-elle de la confrérie ?
    Vaste sujet. Elle n'a rien contre les confréristes en tant qu'individu ce qu'elle déteste ce sont leurs actions de terrorismes et de sabotages qui ruinent les efforts du professeur Xavier et des X-men. La réponse de la violence par la violence l’énerve. Mais si un confrériste veut rejoindre l'Institut elle fera tout pour l'accueillir. Elle sait que Magnéto et Xavier ont été ami.

    Que pense-t-elle des mutants neutres ?
    Rien de particulier. S'ils souhaitent intégrer l'Institut elle les aidera. D'ailleurs elle les considère plus comme des membres de l'Institut que comme des confréristes tant qu'ils se tiennent tranquille.

    Que pense-t-elle des humains ?
    Comme les mutants neutres et les confréristes, elle n'a rien contre en tant qu'individu. Là aussi c'est l'effet de groupe et la violence qui en découle qu'elle n'aime pas. Elle n'aime pas les anti-mutants bien sur, surtout s'ils ont un rôle "politique" cependant si l'un se retrouve en danger elle fera son travail de X-men.
    Il y a cependant deux "humains" qu'elle déteste au plus haut point et qu'elle serait capable de tuer malgré son aversion : son oncle pour tout le mal qu'il a fait à sa famille et le révérant Stryker le chef des purificateurs.

    Que pense-t-elle des purificateurs ?
    Comme pour les humains et les confréristes ce sont leurs actions qu'elle déteste et leur fanatisme imbécile. Mais elle hait profondément le révérant. A ses yeux, c'est un assassin doublé d'un lache qui utilise "dieu" pour excuser ses actions.

    Que pense-t-elle de l’Idéologie de Xavier (la coexistence pacifique) et de celle de Magnéto (la lutte par les armes) ?
    Elle a fait sienne l'idéologie du professeur Xavier et l'enseigne à ses élèves. De ce fait elle est contre la lutte par les armes. Elle reste cependant lucide, elle sait que malheureusement il faut parfois prendre les armes mais uniquement pour ceux qui ne le peuvent pas.

    Que pense-t-elle des X-Men (en tant que groupe) ?
    les X-men sont tout d'abord sa famille. Elle ne les voit pas comme un "bras armé" mais comme un "bouclier" face à la violence et à l'injustice aussi bien humaine que mutante

    Que pense-t-elle de (l’Institut en tant qu’école) ?
    Outre le fait qu'il ait été un refuge pour elle (et pour beaucoup), il est nécessaire. Grâce à l'Institut de jeunes mutants peuvent non seulement apprendre en sécurité mais aussi se développer en tant que mutant. Xavier, l'Institut, les X-men tout ceci est un tout pour elle. Et meme si elle aime cet endroit, elle rêve du jour où il ne sera plus nécessaire.




Histoire :

  • Talents Particuliers :

    Suite à la mort de ses parents, se retrouvant seule, Ororo a appris "l'art" du vol et du crochetage de serrures.
    Elle est spécialiste du pickpocket et du vol de petits objets : bijoux (montres, colliers, bagues …), argents et bien sur porte-monnaie, porte-feuille...
    Vu qu'elle a appris en Egypte et surtout étant gamine elle crochète les serrures simples, les cadenas, les antivol de vélo … Elle ne sait pas ouvrir les coffres forts ni désactiver les alarmes

    Grace aux Xmen, elle a appris à se battre à mains nues et est devenu une excellente combattante.
    Elle ne pratique pas d'art martial particulier, c'est plus du combat de rue.
    adversaire entrainé : 5 à 6 désarmés  et 2 à 3 armé / non entrainés : 8 à 10 non armé et 6 à 7 armés

    Elle sait utiliser principalement des armes de poing plus précisément les pistolets ainsi que les armes blanches de sa période "gladiatrice" : dague, trident, épée courte, lance … ainsi que quelques armes de jet : couteau, dague de jet, sagaie et javelot. Mais pas vraiment les arcs et les arbalètes.

    C’est aussi une bonne tireuse :
    armes blanches : entre 0 et 10 m mortelle sur une cible fixe (5 m en cible mouvante)
    armes à feu : entre 0 et 25 m : mortelle sur une cible fixe. (15m en cible mouvante)


    Elle sait conduire le Blackbird mais n'a pas de compétence particulière pour les autres véhicules (avion, hélicoptère, véhicule militaire ....) Les voitures comme tout le monde mais ni plus ni moins.

    Elle parle l'anglais bien sur mais aussi le swahili et un peu l'arabe (souvenir d'enfance)

  • Possessions :

    elle possède 2 objets auxquels elle tient particulièrement : un rubis venant de sa mère
    et une tiare noire. Cette dernière peut lui servir d'arme et de rangement pour ses épingles à crocheter.

    Depuis son mariage elle possède une belle maison au Kenya non loin du lac Victoria,
    ainsi qu'un 4x4 conjointement avec son mari.

    Elle possède aussi sa combinaison en molécules instables de X-Men.


    Elle reçoit le salaire de base des professeurs : 3000$ ainsi qu'un tribu payé par ses "fidèles" qu'elle reverse intégralement à sa grand-mère pour l'amélioration du village. Son mari gagnant bien sa vie et possédant aussi un héritage, ils ont un compte commun qui les met à l'abri du besoin. Pas particulièrement riche, ils sont à l'aise. Ils doivent posséder environ 130 000$ au totale (compte personnel et compte joint)
    Ils n'ont pas fait de contrat de mariage, son mari n'ayant pas voulu.





Avatar : Storm Comics
Personnage Marvel ? : Oui [X] Non []
Double/Triple Compte? : Oui [X] Non []
Si oui, Qui ? : Sanzo Aoe
Pseudo : Sanzo
Votre Age : le meme que pour Sanzo
Comment avez vous connu le Forum ? : DC

mdp : vu par zuzu


Dernière édition par Ororo Munroe le Mer 20 Mar - 7:50, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ororo Munroe
X-Men Alpha
avatar

Messages : 239
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: Ororo Munroe (Storm) [terminée]   Mer 20 Fév - 20:53

Histoire :

  • Biographie :

    Le soleil descendait doucement sur l'horizon, les étoiles s'allumant petit à petit. Profitant de l'absence des grands fauves, des petits groupes de girafes au long cou, de zèbres chahuteurs, de buffles imposants viennent s'abreuver le long du point d'eau. À quelques kilomètres de là, l'immense lac Victoria, le plus grand lac d’Afrique apporte un léger vent rafraichissant l'atmosphère. Pour une fois elle n'y est pour rien … la nature se débrouillait sans elle. "Elle" est une magnifique jeune femme d'une trentaine d'année à la peau chocolat, à demi allongée sur sa balancelle, les yeux fixés dans le lointain. Elle profite de ce moment qu'elle aime tant. Toute la beauté de l'Afrique sauvage se révélant à son regard attentif. Des pas légers viennent troubler sa méditation crépusculaire, une bonne odeur de poivre qu'elle reconnaitrait n'importe où. Vêtu d'un simple pantalon de toile beige un homme de haute stature, d'un noir d'ébène s'approche. Tel un fauve, il se déplace sans bruit, ses pieds nus frôlant à peine le bois de la terrasse. Posant ses larges mains sur les épaules de la femme, il plonge son visage dans ses longs cheveux blancs, respirant à plein poumons l'odeur vanillée de celle qui est dorénavant sa femme, son autre moitié.
    D'un geste tendre, il ôte le papier qu'elle tient dans ses mains fines, et sans effort la soulève. Elle passe ses bras autour du cou de son mari et pose sa tête sur son torse nu. La nuit promet d’être torride. En effet, ils savent l'un et l'autre que c'est la dernière avant surement longtemps. Ils n'en ont pas parlé, ils n'en ont pas besoin. Se connaissant depuis qu'ils sont adolescents, ils furent l'un pour l'autre le premier. Malheureusement, leurs devoirs respectifs les tiennent souvent, bien trop souvent éloignés. Elle soupire. Les mains de son homme se font plus aventureuses, plus possessive aussi mais toujours avec une douceur qui lui est propre. Elle s'accroche à lui, retenant des pleurs qui se bloquent dans sa gorge. Au loin, un grondement, un nuage noir se forme lentement, annonciateur d'orage bien inhabituel en cette saison de sécheresse. Inquiets les herbivores lèvent la tête, cherchant d’où peut venir ce danger. Les fauves s'énervent, se battant parfois rudement entre eux.
    Dans la maison, à l'abri de tous, les 2 humains profitent de leur dernier instant … l'orage finit par s'éloigner. Les larmes ont été remplacées par le bien être, l'amour inconditionnel qu'il lui donne, faisant vibrer chaque parcelle de son corps.
    Sur la terrasse le papier oublié s'envole sous la brise taquine. Peut importe, elle la connait par cœur cette lettre.
    Cette lettre maudite qui a tout déclenché, il y avait un mois de cela.


    "New York, 1er juillet 2012,

    Ma chère Ororo,
    si cette lettre te parvient je sais qu'elle te trouvera en bonne santé physique du moins et je le souhaite ardemment en bonne santé mentale.
    Je sais que les évènements du mois de février t'ont rudement marqué mais cela fait maintenant six mois que tu nous as quitté pour ce pays que tu aimes tant.
    Sache que je pense souvent à toi et que tu nous manques à l'Institut.

    Sincère affection
    Charles Xavier"


    Dans les bras de son mari, elle avait finit par s'endormir, comblée physiquement et mentalement. Se relevant légèrement sur un coude, il la regarde, lui dégageant doucement le visage. Il soupire demain elle partait. Il avait beau s'y attendre cela le rendait toujours triste, triste et inquiet … Elle était arrivée dans un tel état de dépression qu'il avait eu peur qu'elle mette fin à ses jours. Mais elle était plus solide que ça. La mort, elle l'avait déjà frôlé mainte fois. Il avait respecté son désir de solitude, ombre présente à ses moindres souhaits. Depuis 3 mois, elle allait bien, vraiment bien. Son sourire illuminait de nouveau son merveilleux visage. Il l'avait meme surprise à fredonner en préparant le déjeuner. Jusqu'à ce qu'elle reçoive cette lettre. Elle ne lui avait pas montré mais il l'avait quand meme lu. Il respectait habituellement son intimité … sauf là. Cette écriture, il l'avait de suite reconnue. Charles Xavier … le célèbre professeur Xavier et son Institut de surdoué … Institut qui en fait abritait et protégeait des mutants … comme elle. Il n'avait pas été surpris la première fois qu'elle avait utilisé ses pouvoirs sur un braconnier qui les menaçait. Il savait qui elle était. Les yeux bleus, les cheveux blancs, l'utilisation de la magie, il avait de suite reconnue en elle, la descendant de la célèbre lignée des prêtresses africaines. Mais il s'était trompé … elle était une mutante … une simple mutante … peut importe, il l'avait aimé au premier regard et elle aurait pu être  Mumbo l’esprit du Lac, en personne qu'il l'aurait aimé.
    Il aurait voulu profiter du reste de la nuit pour la contempler mais le sommeil traitre eu raison de lui …

    Elle s'étire langoureusement et se retourne … il dormait encore. Elle l'embrasse délicatement, il avait l'air si vulnérable lorsqu'il dormait, un petit garçon. Mais elle devait partir. Elle avait pris sa décision et le professeur avait raison, elle était restée bien trop longtemps ici. Oh bien sur, il ne lui avait pas dit de cette façon, il était bien trop poli pour ça mais le ton de sa lettre ne laissait aucune doute : elle devait rentrer à l'Institut.
    Ses bagages sont prêts depuis plusieurs jours et le taxi arrive pile à l'heure. Elle avait refusé que son mari la conduise à la ville et encore moins à l'aéroport … elle aurait été incapable de partir sinon.

    Vêtue à l'occidentale d'un jean et d'un chemisier blanc, elle s’arrête quelques secondes sur le pas de la porte jetant un dernier coup d'oeil à sa maison et à son amour, puis elle ferme doucement la porte.

    Le chauffeur démarre, elle ne se retourne pas. Rien, rien sur son visage … mais le ciel se couvrit sous l'oeil inquiet du taxi.

    La voix du chauffeur la tire de ses pensées alors qu'ils arrivent devant le minuscule aéroport qui devait l'emmener à la capitale. Un vol d'une heure dans un coucou de liaison puis 19h sans escale jusqu'à New York, aéroport JF Kenedy. L'embarquement se fait rapidement, il n'y a quasiment personne. Le bruit dans la cabine est tel qu'elle n'arrive ni à réfléchir, ni à lire. Elle fixe donc d'un oeil morne le hublot. Un léger sourire vint effleurer son visage lorsqu'elle se demande comment l'avion réagirait au coeur de la tourmente.
    Bien sur ce n'était qu'une question en l'air, elle ne voulait certainement pas risquer la vie des autres passagers. Elle avait tué une fois, il y avait bien longtemps et ce meurtre était resté gravé dans sa mémoire. Et meme l'excuse de la légitime défense n'arrivait pas à modifier cet état.

    Nairobi, capitale du Kenya, pratiquement 3 000 000 d'habitants pour une superficie de 696 km² environ. Nairobi où se côtoient le swahili et l'anglais, langues officielles du pays, ainsi que des langues tribales tel que le kikuyu et le luo. Le sheng est également beaucoup pratiqué par les adolescents et les jeunes adultes. Le temps s'est couvert … mais elle n'y est toujours pour rien. Elle se fait bousculer par un homme qui ne s'excuse meme pas. Blanc de peau, il a le type européen et surtout "homme d'affaire". Sa valise dans une main, son sac dans l'autre elle se dirige vers l'enregistrement. 3 heures d'attente avant de décoller, elle a le temps mais préfère en finir. Les douaniers sont vigilants, trop de trafiquants de tout poil profitent pour écouler leur marchandise de contrebande. Le plus souvent des objets à base de corne de rhinocéros ou d'éléphants mais aussi des singes, perroquets et autres reptiles vivants … Elle se plie de bonne grâce à l'examen et passe sans encombre. Dommage un incident l'aurait distraite.

    Enfin les 3 heures se sont écoulées interminables et elle peut embarquer. L'avion est spacieux, de plus elle s'était payée le luxe d'une première classe. Parfaitement installée, elle sort un cahier tout simple, un stylo et se plonge dans ses souvenirs.
    Lorsqu'elle était rentrée chez elle, brisée par ce que les humains appelaient "l'affaire de Mutant town" elle avait décidé de mettre par écrit tout cela pour ne pas oublier, pour ne jamais oublier. Oublier qu'une ville de mutants avait brulé de font en comble à cause de la méchanceté humaine. Oublier que malgré tous leurs efforts les X-men dont elle faisait parti n'avaient pas réussi à attraper tous les responsables, ces "purificateurs" comme ils se nommaient. Oublier qu'elle avait abandonné, baissé les bras. Oublier qu'elle s'était enfuie comme une lâche. Oh bien sur personne ne lui reprochait son attitude. Le professeur Xavier n'était pas comme ça, ni meme ses amis et encore moins son mari … elle seule se voyait ainsi. Alors qu'elle avait passé des nuits blanches à traquer ces monstres. Qu'elle avait montré tout son talent de meneuse en encourageant son équipe, en les protégeant grâce à ses formidables pouvoirs. Mais elle avait échoué … échoué et craqué et depuis elle s'en voulait.
    D'une écriture saccadée, elle reprit le fil de sa vie … sa vie qui avait commencé il y avait une trentaine d'année.

    [Journal d'Ororo]


    Coïncidence ou simple hasard, je suis née le 12 décembre 1983 aux Etats-Unis à Manhattan. Mon père, David Munroe était un journaliste afro-américain. Lors d'un de ses reportages, il rencontra ma mère une princesse kényane, N'Daré et en tomba amoureux. Ils se marièrent et revinrent s'installer aux Etat-Unis. Je vins au monde mais six mois après ma naissance, mes parents partirent vivre au Caire en Egypte, je ne me souviens plus pourquoi … peut être un nouveau reportage .. peut être avaient ils simplement la bougeotte ...
    J'y passa cinq année de ma jeune vie dans l'insouciance enfantine. Mais le pays était en guerre, en effet le conflit Israélo-palestinien faisait rage et mes parents furent contraints de fuir comme beaucoup.
    Ce fut la fin de ma "belle" vie et le début de mon cauchemar. Même si la guerre ne représentait rien à mes jeunes yeux, la mort de mes parents fut une des pires tragédies que j'ai pu vivre … et pourtant.
    Ce fut à la suite d'un accident stupide qu'ils perdirent la vie. Un avion français s’écrasa sur notre maison.
    Je me souviens encore du bruit et des hurlements … surtout des miens. Ma mère m'avait protégé de son corps, recevant les décombres à ma place. Je restai enfouie plusieurs jours, mes parents morts et bien visibles devant mes yeux d'enfant.
    Depuis ce jour je ne supporte plus les endroits confinés .. je pense que c'est largement compréhensible.
    Je finis par réussir à me dégager et je m'enfuie, avec pour seul souvenir, la vision des corps de mes parents et un rubis de ma mère.
    Les rues d'une capitale en guerre ne sont pas un endroit tranquille pour une fillette de 5 ans. Je m'accrochai à la vie comme je le pouvais, volant de quoi manger le plus souvent, mendiant parfois. Jusqu'au jour où je fus approchée par un gang de malfaiteurs régis par Achmed el-Gibar.
    Je ne saurais dire si j'aimais ou pas cet homme … il m'avait tiré de la rue mais à quel prix …
    Il m'apprit le "noble" art du vol et ma jeunesse fit le reste. Je devins rapidement une excellente pickpocket et le crochetage des serrures n'eut plus de secret. Le butin que je ramenais à mon bienfaiteur était de plus en plus conséquent au fur et à mesure que je grandissais.
    Je peux le dire maintenant mais malgré tout cette époque fut une belle époque de ma vie. Pour moi le vol n'était pas une mauvaise chose, c'était juste un moyen de subsister.
    Sur de mes capacités je m'en hardis et je profitais des nombreux touristes qui déambulaient dans les rues du Caire.
    Une rencontre allait changer ma vie.
    Je l'avais repéré depuis quelques jours. Un touriste bien sur et un américain .. ils étaient plus stupides que les autres à "piailler" dans leur langue de barbare, toujours à négocier les prix, à jouer les fiers et les "je sais tout" (j'avais oublié que j'étais aussi à l'origine l'un d'eux). Le nez au vent mais les yeux aux aguets je m'approchai de l'homme, je n'arrivais pas à lui donner d'age .. il semblait si vieux et en meme temps si jeune.. je me souviens qu'il n'avait déjà plus de cheveux, et des yeux qui semblaient pouvoir vous transpercer au plus profond … mais j'étais jeune et pleine d'assurance.
    Je le bousculai "involontairement" et me répandis en excuse .. cela marchait à chaque fois. Une enfant d'à peine 10 ans qui se montre poli ne peut pas être une petite voleuse.
    Après mes excuses, je poursuivis ma route en rigolant, son porte-feuille dans la main. J'allai m'engager dans la ruelle pour rejoindre les autres quand il me fut impossible de bouger. J'avoue avoir eu très peur. Je ne comprenais pas ce qui m'arrivait …
    J'essayai de me débattre mais impossible d'effectuer le moindre mouvement. Des pas résonnèrent à l'autre bout de la ruelle. Le cauchemar recommençait, je crus devenir folle de terreur d’être ainsi emprisonnée. Il apparut lentement, non menaçant mais résolu, j'ouvris de grands yeux c'était le touriste que je venais de dévaliser. Il me sourit gentiment et tendit sa main sans un mot .. enfin … une voix douce résonna dans ma tête … Etrangement je ne fus pas inquiète … comme quoi le cerveau d'un enfant se comporte bizarrement.
    {rend le moi s'il te plait et je te laisse partir}

    Pas question que je lui rende son porte-feuille, c'était une assurance pour moi, l'assurance que je pourrais manger à ma faim pendant encore quelques jours. Je ne pouvais meme pas hocher la tête pour refuser.
    Et puis tout se précipita, sur le moment je n'ai pas compris, je fus relâchée et m'enfuie à toutes jambes. . (En fait, ce ne fut que beaucoup plus tard que je compris vraiment ce qui c'était passé.. des années plus tard. Je ne me souviens plus comment la conversation en était arrivée là mais le professeur et moi discutions comme bien souvent et je lui ai simplement posé la question. Il m'expliqua qu'il avait été attaqué par un mutant aux pouvoirs psioniques. Je me souviens lui avoir demander aussi ce qu'il aurait fait si cette attaque n'avait pas eu lieu … il ne m'a jamais répondu … )

    L'avantage d'un enfant c'est qu'il ne reste pas sur une déconvenue. Il poursuit son chemin et cette mésaventure ne me laissa aucune cicatrice bien au contraire. Je repris mes "mauvaises" habitudes.
    Si on me demande la liste des objets volés je serais bien incapables de la faire … il y en a tellement eu … Je me souviens de deux pierres , l'une parce que c'était un rubis … comme celui que ma mère m'avait laissé et l'autre une opale … (pourquoi je me souviens aussi de l'opale … aucune idée)

    Les années passèrent et cette vie me plaisait de moins en moins. Peut être les gènes de mon voyageur de père, peut être un certain raz le bol toujours est il que j'avais envie de bouger … d'aller voir ailleurs, plus loin, plus bas … je ne sais pas pourquoi mais le sud m'attirait .. comme un irrésistible appel.
    Je pris donc mes rares et néanmoins précieuses affaires et m'en alla.
    Le voyage fut long, pénible et surtout dangereux.
    Imaginez une fillette de 13, 14 ans, seule, sur les routes africaines …
    Bien sur ce qui arriva ne fut guère étonnant mais comment pouvais je le savoir … Personne ne m'avait prévenu … ma mère était morte et j'étais ignorante de ce genre de danger.

    Il n'était pas très vieux, plutôt beau garçon et surtout j'étais épuisée. Epuisée d'avoir marché pendant des jours, épuisée de ne pas dormir, de ne manger que ce que je pouvais attraper ou voler … bref la parfaite cible …
    Il s'était arrêté à coté de moi et avait ouvert sa portière. Sa voiture, un vieux pick up rouge, faisait un bruit d'enfer mais vu ma fatigue … je grimpai dedans avec une joie non dissimulée. La route était monotone et je finis par m'endormir …
    (Je n'écrirais pas les détails dans ce journal. Tout ce que je dirais c'est qu'il est mort et que je suis toujours en vie. Même si son fantôme me hante encore. Il est devenu une sorte de barrière, un frein à mon terrible pouvoir meme si je ne l'avais pas encore à cette époque. La mort d'un humain est pour moi une chose terrible et à chaque fois que je suis sur le point de tuer … je repense à cet homme mort de mes mains... )

    Après cet épisode, je ne fis plus confiance à personne et continuai ma route à pied, toujours vers le sud.
    Enfin j'y parvins … à ce pays qui m’appelait depuis des mois .. le pays de ma mère (comme je devais l'apprendre plus tard). De nouveau je me joignis à une bande de jeunes pickpockets et finis encore par m'attirer des problèmes .. problèmes de taille une fois de plus...

    J'avais volé l'appareil photo d'un homme mais cette fois ce n'était pas un simple touriste mais un braconnier et l'appareil lui permettait de "vendre" sa marchandise. Il fut bien sur furieux de ce vol et me poursuivit pendant plusieurs jours. Impossible de m'en débarrasser, il était bien trop malin et de plus armé.
    Il avait fini par me rattraper et acculer … je revois encore le canon de sa carabine. Sachant qu'elle pouvait tuer un éléphant je n'en menais pas large. Je voyais dans son regard la haine qu'il me portait et la peur aussi … que je le dénonce peut être … Toujours est il qu'il épaula son arme, son doigt pressait lentement la détente … je levai les mains dans un geste futile de défense quand j'entendis une sorte de grésillement et un cri … Ebahi je vis l'homme regarder ses mains qui fumaient, brulées par la foudre que je venais de provoquer. A ses pieds un amas de métal : l'arme qui avait servi de conducteur.
    Mon agresseur était surpris et il avait surement mal mais il n'en resta pas là. Il n'avait plus d'arme … qu'importe je n'étais qu'une fille … De nouveau je levai les mains mais … rien …
    Comment j'aurais pu reproduire quelque chose que je ne comprenais pas … Je restais là, à regarder mes mains tandis qu'il s'approchait et curieusement son corps devint … flou … indistinct. Un brouillard s'élevait. Le brouillard en Afrique était quelque chose d'assez rare … surtout dans les régions chaudes que je venais de traverser … Enfin je n'avais pas le temps de m'attarder sur cet étrange phénomène qui tombait plutôt bien … je pus en profiter pour m'enfuir.
    Mais il était tenace … et le fait que je lui échappe l'avait rendu complètement dingue. De nouveau il finit par me coincer mais encore une fois la chance fut avec moi. Cette fois elle se manifesta sous la forme d'un jeune garçon, sensiblement dans mes âges. Il se montra héroïque, un vrai prince (ce qu'il était) et me sauva.
    Il s'appelait T'Challa, prince du Wakanda. Je n'avais jamais entendu parlé du Wakanda mais j'étais prête à l'écouter jusqu'à la fin de mes jours (ce qui arriva d'ailleurs … je vous raconterais ça plus tard …et au final le Wakanda n'est que le nom de sa tribu .. peut importe pour moi il est un vrai prince)
    Il fut mon premier .. je fus sa première … "L'amour d'adolescent n'est pas sérieux" disent les adultes … pour moi je savais qu'il serait celui de ma vie … (et j'avais raison) [...]


    Lâchant son crayon, ses souvenirs l'avait ramener à l'amour de sa vie qu'elle venait de laisser … Ororo soupire … il lui manquait déjà son beau prince … sa panthère noire comme elle aimait l'appeler.
    Une hôtesse s'approche un sourire plaqué sur son visage et lui demande si elle désire quelque chose. Elle lui demande une boisson rapidement apportée puis elle replonge dans son passé et dans son écriture.


    […] Notre repos fut bref et nous fumes mon prince et moi, capturés par le braconnier et son frère venu à sa rescousse. Mais par chance (pour nous) les deux frères ne s'entendaient pas très bien et ils finirent par se disputer, violemment.
    J'avais parlé à T'Challa de ce que j'avais fait au braconnier et il me voyait comme une déesse dotée de pouvoir magique … Sur son insistance, j'essayais de recommencer pour nous sauver. Mais comment le pourrais-je .. je ne savais meme pas par où commencer. Ce fut la vision de mon amour en danger qui déclencha de nouveau ma foudre.
    Etendu sur le sol, gisant dans une mare de sang, le braconnier qui nous poursuivait venait d’être égorgé par son propre frère. La folie se lisait dans ses yeux et il allait aussi nous tuer. De son pas lourd il s'approchait de T'Challa qui tant bien que mal essayait de me protéger. Le monstre leva son couteau, la bave aux lèvres quand il fut proprement foudroyé.
    Nous ne perdîmes pas de temps à savoir s'il était mort ou pas, courant comme des dératés nous nous sommes enfuis.
    De nouveau j'avais tué … j'avais provoqué la mort (ou du moins je le pensais). Je me sentais terriblement coupable et malgré le réconfort de T'Challa je n'arrivais pas à me pardonner.
    Je finis par m'enfuir de nouveau. Mon prince n'avait pas mérité de supporter ma culpabilité et mes remords.

    Plongée dans cet état de dépression que je prenais (bêtement) bien soin de cultiver, j'arrivais sur les bords du lac Victoria dans la plaine Serengati au Kenya.
    (petite parenthèse: le lac Victoria est le plus grand lac d'Afrique. Il s'étend sur plusieurs pays et offre une réserve naturelle pour grands nombres d'animaux. C'est non loin que nous nous sommes établis T'Challa et moi. J'aime cet endroit .. ce "chez moi")

    J'étais donc arrivée sur les bords du lac quand je fis la connaissance d'une femme qui me prit sous son aile. J'en vins rapidement à la considérer comme une mère.
    Dans cette Afrique profonde, la religion est souvent une affaire locale. Chaque tribu possède le plus souvent son "dieu". Je ne sais pas pourquoi … mes cheveux blancs peut être, mais la tribu me considérait comme leur déesse.
    J'avoue en avoir profité …. ben quoi …. j'avais 15 ans, j'étais déprimée et ces gens m'adulaient … comment vous auriez réagi …

    Deux années passèrent tranquillement. Ma "mère" m'apprit beaucoup et notamment la maitrise de ce que je pensais être mes pouvoirs magiques.
    J'appris à créer la foudre puis le brouillard. Par la suite lors d'un violent orage, je m’aperçus que non seulement je pouvais les créer mais aussi les défaire. Je pouvais aussi "commander" au vent.
    Ce qui me valu de nouveaux ennuis. C'est très difficile d'apprendre seule. Je fis les frais de cet entrainement solitaire. Par chance ma "mère" était une très bonne guérisseuse et elle pensait mes plaies lorsque j'avais dépassé mes limites. Elle me mit plusieurs fois en garde aussi … avertissements dont je ne tenais pas, le plus souvent, compte … jusqu'à ce que je m'écroule vidée ….

    De nouveau cette tranquillité prit fin un beau jour.
    Un homme semait le trouble, perturbant le climat, provoquant des déluges et autres catastrophes. Ma mère me pressa d'intervenir. Je ne voyais pas comment ni surtout pourquoi … je m'en fichais de cet homme. Elle m'expliqua longuement que j'avais des responsabilités du à mon "don". Qu'ils n'étaient pas là juste pour me démarquer des autres. Je supportai un moment son sermon avant de fondre en larme. Elle ne me consola pas, pas cette fois. Elle m'avait mis devant un carrefour à moi de faire mon choix.
    Choix que je n'avais pas finalement. Elle m'avait tellement donné pendant ces deux années que je ne pouvais la décevoir.
    Je finis par trouver le fauteur de trouble, lui aussi maitrisait les éléments. Le combat fut acharné et j'étais en mauvaise posture. Il était … non pas plus fort … mais sa maitrise était bien meilleur que la mienne. C'est durant ce combat que je les vis pour la première fois. Ils étaient vêtus à l'identique d'un drôle de vêtement noir et jaune, avec un ceinturon surmonté d'une boucle en forme de croix .. ou plutôt de X.
    Ils avaient le visage masqué mais il était visible qu'il y avait 2 hommes et une femme.
    Grâce à ce renfort, le combat tourna bien vite à mon avantage. Je pus cesser d'attaquer et me servir du brouillard pour les camoufler. Ma répulsion à tuer me mettait en position de faiblesse alors que là … Un des hommes se mit à créer de la glace mais pas de la petite glace non. De profondes congères et un vrai blizzard vinrent renforcer mon brouillard. La femme ne semblait faire aucun geste mais de nombreuses pierres de glace s'élevaient autour de nous tandis que le 3ème homme projetait un drôle de rayon de ses yeux masqués.

    Je venais de rencontrer les fameux X-men. X-men qui allaient devenir ma famille par la suite. Nous n’eûmes pas l'occasion de faire plus ample connaissance, ils devaient rapidement repartir.

    Après ce rude combat je poursuivis mon apprentissage d'une façon bien plus sérieuse et j'aidais mon "peuple" du mieux possible. Au Kenya la région est aride et la chaleur prédomine. Grâce à mon pouvoir, je pouvais faire pleuvoir sur les champs de culture. Bon je ne vais pas raconter tous mes … ratés, ils sont trop nombreux. Mais au bout de quelques mois j'étais devenue plutôt douée.

    Je savais qu'un jour ou l'autre ma tranquillité allait de nouveau voler en éclat et j'avais raison.
    Ça devait faire environ trois ans que j'étais arrivée au Kenya, je venais avoir 18 ans. Je me souviens encore de ce jour comme si c'était hier.
    J'étais entrain de "jouer" à la déesse pour aider mon "peuple". La sécheresse menaçait les maigres récoltes et les villageois m'avaient supplié d'intervenir. Bien sur j'avais obtempéré et gratuitement. J'étais donc en pleine utilisation de mes pouvoirs quand il est arrivé au beau milieu de la tempête. C'était un blanc, il portait un beau costume en lin. Il semblait déplacé mais était parfaitement à l'aise. Il donnait l'impression de se trouver dans un confortable salon anglais et non pas au fin fond de l'Afrique dans un village de hutte sous un déluge d'eau.
    Mais ce qui impressionnait le plus c'était ses yeux. Des yeux pénétrant qui vous mettaient à nu. Je le reconnus aussi tôt. Mon passé de voleuse venait de me rattraper.
    Il se dirigea droit vers moi avec un grand sourire et tira son porte-feuille de sa poche.
    "tu te souviens" … et comment je me souvenais … Il ne semblait pas m'en garder rancune et je lui souris à mon tour. Cet homme avait un tel charme (il l'a toujours d'ailleurs. J'aime mon prince à la folie mais le professeur … s'il me demandait de sauter d'une falaise je le ferais sans meme discuter …)

    Sans faire de manière, il s'assit par terre et me fit signe de prendre place en face de lui.
    "j'ai besoin de toi Ororo" je fus surprise qu'il connaisse mon prénom mais il poursuivit m’empêchant toute interruption.

    "je m'appelle Xavier, Charles Xavier et je suis le fondateur des X-men. Un groupe de mutants qui se battent pour la justice … tout comme toi …"
    je suis restée un moment la bouche ouverte l'air idiote mais il avait l'air si sérieux
    "oui Ororo tu es aussi une mutante. Tes "pouvoirs" ne sont pas du à une quelconque magie mais à une mutation. Tu contrôles les éléments climatiques n'est ce pas ? On m'a beaucoup parlé de toi. Jusqu'ici je ne voulais pas t'effrayer mais … aujourd'hui j'y suis contraint. A toi de voir, tu es la seule à décider …."

    Ces mots firent échos à ceux de ma mère. De nouveau j'étais devant un carrefour mais cette fois je savais quel chemin j'allais prendre.
    L'émotion et la surprise m’empêchèrent de parler mais j’acquiesçai. Il me sourit chaleureusement et me tendit une grosse enveloppe. Dedans il y avait un passeport américain, une carte d'identité, une carte de crédit, des billets ainsi que divers autres papiers.

    "à partir de ce jour, tu seras aussi une X man .. ou plutot une X woman … Storm sera ton pseudonyme. Si tu es d'accord je t'attends au jet et dans une heure nous rentrons aux Etats Unis."

    Sur ces mots il se leva et sortit. Je fis rapidement mes bagages et mes au-revoir et je rejoignis le professeur Xavier et les Xmen. [...]


    De nouveau elle est interrompu. C'est l'heure du diner. Elle range son cahier avec précaution, elle a encore tellement à raconter. Contrairement à ce qu'elle avait pensé (redouté) le repas est bon. Elle préfère attendre que l'agitation soit calmé avant de reprendre son récit. Elle déteste être interrompu.
    Elle regarde les gens qui profitent de ce moment de détente pour s'activer un peu avant la nuit, quand elle sent qu'on la fixe. Elle se retourne en fronçant les sourcils. A quelques sièges de l'autre coté du couloir, un homme d'une bonne cinquantaine d'année la dévore des yeux. Elle déteste ça. Elle est belle, elle le sait mais n'en profite pas. L'homme passe sa langue sur ses lèvres, geste très suggestif et lui fit un clin d'oeil. Elle le fixe méchamment résistant à l'envie de lui mettre son poing dans la figure. Elle a cependant un sourire narquois, cet idiot avait posé son ordinateur sur la tablette devant lui. Il y eut un grésillement et de petites étincelles apparaissent faisant exploser le matériel. L'homme se lève brusquement en jurant, il avait renversé son verre … Ororo se met à rire … Ne voulant perturber ni les appareil de l'avion ni les ordinateurs des autres passagers elle avait juste créé un tout petit nuage qui avait versé son eau sur la machine. C'était puéril mais au moins il ne recommencerait plus. Après cet incident les hôtesses ramènent le calme. Elle se re-installe confortablement et reprend son récit.


    [...] où en étais je … ha oui … j'avais donc rejoint les X-men. Mais comme me l'avait dit le professeur c'était pour une raison précise : il avait besoin de moi. Pour je ne sais quelle raison il formait une nouvelle équipe de X-men et nous devions sauver de jeunes mutants prisonniers sur l'ile Krakoa. Ces jeunes étaient des futurs élèves de ce qui allait devenir la célèbre Institut de surdoués. (A l'époque je ne demandais pas beaucoup d'explications au professeur … et je ne lui en demande toujours pas.)
    Ce fut la première de mes très nombreuses missions. Grâce à nos pouvoirs et à notre entente elle fut couronnée de succès.
    Les missions s'enchainaient à un rythme soutenu. Nous voyagions beaucoup et j'appris à piloter le fameux Blackbird, le jet privé de l'Institut. Je pris conscience que si Xavier et les X-men souhaitaient vivre en bonne intelligence avec le monde des humains, ce n'était pas le cas de tous les mutants loin de là. La plupart ne voulait que la guerre et réduire l'humanité en esclavage. Je fus souvent amené avec mes amis à les affronter. Nous allâmes au Japon, puis au Canada où je faillis y rester.
    Nous devions empêcher un groupe d'opposants de capturer l'un des nôtres. Mais ils étaient puissants avec leur propre pouvoir. Je crus mourir alors que je tentais d'apaiser un blizzard qu'ils avaient invoqué.
    D'élèves je devins professeur, enseignant et aidant à mon tour la jeune génération. Je m'attachai particulièrement à une jeune mutante au pouvoir exceptionnel. En effet sa mutation lui permet de devenir intangible.
    Et je revis mon cher et tendre prince … Une fois de plus dans une situation catastrophique.
    C'était une belle nuit d'été, il faisait relativement chaud, chose étonnante à New York et j'avais du mal à m'endormir alors que j'avais pourtant abaissé ma température corporelle et ouvert la fenêtre mais quelque chose m'inquiétait … Sens exacerbés par mes récentes missions, instinct de survie … je ne sais pas, toujours est il que je ne dormais pas quand j'entendis un bruit. Avec tous les élèves les bruits la nuit à l'Institut sont monnaie courante mais je me levais pourtant avec cette inquiétude au ventre … bien m'en pris 3 poignards vinrent s'enfoncer dans mon lit exactement à l'endroit que je venais de quitter … mon instinct était bon.
    Je ne pris meme pas le temps de réfléchir et sauta par la fenêtre alors qu'une silhouette sombre s'enfuyait.
    J’utilisai alors ma capacité à maitriser le vent et portée par sa force je "surgis" ou plutôt tombai du ciel devant lui. Imaginez un instant la scène : il fait nuit, vous venez de tenter de tuer une femme et elle tombe devant vous du ciel en tenue pour le moins légère. Je ne sais pas ce qu'il crut voir mais en tout cas sa panique me servit bien. Pas besoin de beaucoup de force quand votre adversaire est déjà à moitié immobilisé … Un petit éclair et il se retrouva ko. Bien sur j'avais fait du bruit et plusieurs élèves me virent … je ne crois pas avoir eu aussi honte de toute ma vie … et les renforts arrivaient, je me dépêchais de m’envelopper d'un léger brouillard histoire de cacher la partie de mon corps la plus visible. Un sourire mi admiratif mi narquois naquit cependant sur le visage de mes confrères masculins. Grâce au professeur Xavier j'appris que cet homme était en fait un tueur à la solde d'un vieil ennemi : le frère du braconnier qui nous avait déjà capturé mon prince et moi lorsque nous étions adolescents. La panique m'envahit, il était en danger. Le professeur me permit d'utiliser le jet de l'école et je fonçai sans perdre de temps.
    Par chance mon amour n'avait rien, le tueur avait commencé par moi. Nous décidâmes d'y mettre fin une bonne fois pour toute. Je n'aimais pas tuer mais je ne voyais pas d'autres moyens, j'étais sur qu'il nous traquerait toute notre vie.
    Grâce aux X-men, sa maison fut rapidement localisée mais lorsque nous y pénétrâmes nous fûmes confrontés à un robot. Pas de chance pour lui, les robots ne réagissent pas bien face à des éclairs et là il fut servi. Le tuer ne me posa aucun problème .. ce n'était qu'une machine de métal … du moins je le croyais.
    Et lorsque nous le retrouvâmes notre "persécuteur" était mort. Sur le moment je n'ai pas compris comment il était mort (et puis je m'en fichais un peu, je ne l'avais pas tué). (Ce n'est qu'en côtoyant le professeur ainsi que de puissants télépathes que j'appris qu'il était possible de contrôler des robots. Mais si le contrôle est trop poussé, la mort de la machine pouvait provoquer la mort de son "maitre". )
    Nous profitâmes de nos retrouvailles pendant quelques jours puis chacun reparti de son coté. J’eus le coeur brisé et mes compétences baissèrent. Cet état ne dura pas je n'avais pas le temps de m’apitoyer sur mon sort que déjà d'autres ennemis s'en prirent à moi.
    Lors d'une simple mission de délivrance, je fus capturé par un puissant mutant qui me changea en chrome organique. Claustrophobe depuis toute petite, je crus devenir folle. Mon pouvoir devint incontrôlable, une gigantesque tornade naquis au dessus du château mais curieusement il me servit de vecteur et de barrière. Je pus y puiser assez d'énergie pour muter et me libérer. J'étais devenu la foudre, j'étais devenu le vent mais j'étais surtout ivre de colère et de peur et je n'avais qu'un souhait, me venger de mon geôlier. Sauf que ma colère était disproportionnée et que j'aurais aussi bien pu raser toute une ville voir le pays et mourir si mon coéquipier ne m'avait calmé. Je ne voulais lui faire aucun mal.
    Après cette mission, je cessa quelque temps les missions mais le professeur avait encore besoin de moi, je ne pouvais le laisser tomber. Je repris donc du service. [..]


    Ororo pose de nouveau son stylo et s'étira. Dans la cabine la plupart des passagers dorment, certains lisent. Une hôtesse, l'air fatigué, passe. Ororo n'a pas le coeur à lui demander à boire alors elle se lève en silence. Marcher lui fait du bien, oxygénant aussi bien son cerveau que ses jambes. Elle regarde sa montre, il est pratiquement 2 heures de la nuit. Il fait trop noir pour voir si l'avion survole l'océan ou pas, vu l'heure elle suppose que oui. Après cette brève pause, elle se remet au travail. Elle veut finir pendant son voyage n'étant pas sur par la suite d'en avoir le temps.

    […] Peu après nous avons rencontré une drôle de communauté de mutant. En effet rejetés par l'humanité, ils se cachaient sous terre. Malheureusement pour eux non seulement ils s'en prenaient aux humains mais ils avaient kidnappé l'un des nôtres. Nous dûmes une fois de plus combattre et je fus encore obliger de tuer. Cette fois c'était leur meneur (meneur qui était en fait une meneuse) et je pris sa place. Je finis par les convaincre de cesser les hostilités et de retourner à la surface de la terre. Les missions s'enchainaient toujours à un rythme infernal et je finis par quitter les X-men pour retourner en Afrique où j'espérais me reposer et oublier un peu tout ça … peine perdue. Je .. non pas découvris mais pris vraiment conscience que la guerre humain/mutant et pire mutant/mutant était mondiale. Quelque soit la ville, le continent, l'époque, la majorité des humains nous détestaient et nous craignaient et les attaques des "terroristes mutants" n'arrangeaient rien bien au contraire. Nous avions beau faire pour présenter un visage amical, nos efforts étaient aussitôt ruinés par des attentats, des crimes sordides et autres horreurs à l'encontre de l'humanité. J'en fus une fois de plus le témoin et la victime.
    J'avais profité de ces "vacances" pour me ressourcer chez moi, profiter de ma famille et renouer d'anciens contacts notamment dans le milieu des petits voleurs du Caire. La plupart de mes anciens "amis" avaient grandi, était parti voir était mort comme mon ancien mentor. Une fois de plus des gens que j'aimais avait disparu pour toujours. Même s'il ne m'avait jamais vraiment témoigné d'affection, il m'avait sorti de la rue à sa façon et je lui en étais toujours reconnaissante. Je décidais de redescendre en voiture, la solitude du trajet me ferait le plus grand bien. Mais entre l'Egypte et le Kenya il y a le Soudan et le désert du Sahara. Je m'étais bien préparée, repérant les rares villages de nomades, prenant une bonne provision d'eau meme si je pouvais toujours créer un orage salvateur. C'est donc plutôt optimiste que je partis. La chaleur pouvait être infernale mais la jeep était bien climatisée (j'avais d'ailleurs dépensé une vrai fortune dans cette voiture) et je n'eus à baisser ma chaleur corporelle qu'au minimum. Les bédouins m'accueillaient avec respect et cette retenu propre au peuple des sables. Le Soudan n'est pas un des pays le plus agréable d'Afrique, trop de guerres l'ont agité, la misère et la peur sont le lot quotidien de la population. Je faisais une "pause" dans une des villes et j'étais à la recherche d'un hôtel. Oh je ne cherchais pas un 5 étoiles mais j'avais vraiment besoin d'une douche. J'avais réussi à arracher une adresse à l'un des nombreux mendiants en échange d'un peu de nourriture. Lorsque j'arrivai devant la porte des cris se firent entendre non loin. Sachant parfaitement que j'allais encore me retrouver dans les problèmes je ne pouvais cependant rester sans intervenir. Comme me l'avait dit ma "mère", j'avais des responsabilités liées à mon pouvoir. J'avais laissé mon sac dans ma voiture non loin histoire de me faire une idée de l’hôtel, j'étais donc libre de mes mouvements. Je ne pris pas la peine de me camoufler, ce n'était pas nécessaire et me dirigeai donc vers les cris. Trois jeunes étaient entrain de se battre .. ou plutôt deux blancs, un garçon et une fille frappaient une jeune noire avec une méchanceté non dissimulée. Mon sang ne fit qu'un tour, deux contre un quels lâches. Je mis rapidement un terme à l'affrontement. Les jeunes ne faisaient pas le poids. Je leur appris ce qu'était le respect d'autrui en leur administrant une sévère correction.
    Une fois de plus la haine et le racisme allaient frapper. Je ne sais pas s'ils m'en voulaient d’être noire, une femme ou un mutant ou simplement parce que je les avais humilié mais ils décidèrent de se venger.
    Je ne m'étais pas assez méfiée. Ils me retrouvèrent quelques jours plus tard dans le désert et me tirèrent lâchement dessus. Me laissant pour morte, ils s'enfuirent avec ma voiture. Depuis l'accident qui avait provoqué la mort de mes parents j'ai toujours lutté, je me suis toujours battue pour … ne serait que survivre mais là … j'avoue avoir eu l'envie de baisser les bras. J'en avais vraiment marre … mais ma volonté fut une fois de plus la plus forte. Je n'allais pas laisser ces minables gagner. Je m'accrochais donc une fois de plus à la vie pour sortir de ce double piège. La blessure était grave, j'avais perdu beaucoup de sang mais la balle n'avait touché aucun organe vitale. Utilisant avec parcimonie mes pouvoirs pour m'abreuver j'avançais sans relâche pour tenter de sortir de ce terrible désert.
    J'avais perdu toute notion de temps, il n'y avait plus que le jour et la terrible chaleur, et la nuit et sa froideur polaire. Mon corps faisait le yoyo entre ce chaud-froid continuel. J'étais épuisée. Si j'avais eu quelques années de moins je ne serais plus là à écrire ces lignes mais les entrainements et les missions avec les X-men m'avaient endurcit physiquement et mentalement. Je cessais de ne penser qu'à sortir de cet enfer me concentrant sur l'instant présent, un pas puis un autre … ce fut dans cet état apathique que je tombai sur un horrible spectacle. Dans un creux formé par l'une des nombreuses dunes de sable, je découvris un car qui avait brulé. Heureusement que je n'avais rien à vomir. Des corps calcinés gisaient un peu partout aussi bien dans que hors du véhicule. Certains étaient meme à moitié dévorés par les hyènes charognardes qui profitaient de cette aubaine. Encore aujourd'hui je me demande comment dans mon état j'ai pu l'entendre. (Parfois je me demande si le professeur Xavier ne m'influençait pas ou plutôt me guidait … je sais qu'il possède des pouvoirs phénoménaux de télépathie et de contrôle des corps, j'en avais d'ailleurs fait les frais enfant …) Enfin toujours est il que je finis par la trouver enfouie dans le sable pour essayer de se protéger du soleil. Elle était encore plus épuisée que moi. Son visage était brulé, ses lèvres parcheminées par le manque d'eau et surtout elle était enceinte. Elle semblait jeune. Je commençai par lui donner à boire vu son état ce n'était pas du luxe. A deux les choses paraissent plus simple et nous finîmes par sortir du désert.
    Côtoyer la mort rapproche les gens et nous avions noué une profonde amitié. Elle m'avait raconté sa vie et l'accident, je lui avais parlé de mes problèmes, avec réticence au départ puis confiance. Elle n'avait pas parut particulièrement inquiète lorsque je lui avais révélé que j'étais une mutante .. peut parce que grâce à ce don je nous fournissais l'eau bienfaitrice. Ayant passer la frontière du Kenya le voyage fut plus facile et nous débarquâmes enfin dans mon village. Il était temps, ma jeune amie accoucha peut après.
    Une fois de plus après quelques temps de tranquillité je fus contacté par le professeur. Cette fois pour une mission avec de nouveaux élèves.
    (Je ne sais pas si c'était la fatalité, mon travail au sein des X-men ou le fait d’être moi meme une mutante mais je trouve que le sort s'acharnait sur moi durant ces années. Bien sur il n'y avait pas que du mauvais et le plus souvent mes missions me permettaient de rencontrer des gens merveilleux mais Dieu ou le Destin m'en voulait vraiment beaucoup).
    Cette fois je fus confrontée à une scientifique. Jusque là pour moi, les scientifiques étaient des hommes d'un certain age, respectable et d'un terre à terre à toute épreuve (je connais une boule de poil qui ne va pas apprécier … désolé professeur …) mais elle … Pour dire les choses simplement elle était dingue … complètement folle. Le problème fut que sa folie n'était pas visible. Elle s'était comportée avec un tel bon sens et rationalisme qu'elle me berna proprement. Le professeur avait remarqué que des enfants mutants disparaissaient mystérieusement et il me demanda d’enquêter. La mission me semblait simple aussi je l'effectuai seule. La piste m'amena en Ukraine. C'était la première fois que je mettais les pieds dans un pays d'Europe de l'Est. Heureusement que je parlais anglais … Ce fut elle qui m'aborda. Elle me sortit toute une histoire sur le fait qu'elle était la mère d'un jeune mutant qui avait disparut. Que bien sur la police ne semblait ni la croire ni vraiment pressée de lui fournir une quelconque aide. Je sais que j'aurais du me montrer plus méfiante mais je fus émue par ses larmes. Nous avions le meme âge et j'aurais pu être à sa place. Elle finit par me convaincre de la suivre … Mal m'en pris … Grâce à un puissant sédatif elle m'endormit réellement cette fois et lorsque je me réveillai j'étais sur une table de chirurgie, entourée de tout un tas d'appareil étrange. J'aurais pu facilement les perturber mais elle avait pris soin de me droguer. J'étais incapable de me concentrer assez pour utiliser mes pouvoirs. J'avais une aiguille plantée dans le bras, un tube me reliait à un flacon contenant un liquide ambré … (c'est marrant comme le cerveau remarque des détails le plus souvent insignifiants … je ne pensais pas avoir gardé ce genre de souvenir avec autant de netteté.) Pendant que le produit s'insinuait dans mes veines, la femme m'exposa dans tous les détails son projet. C'est là que je pris conscience qu'elle était complètement folle … d'une intelligence supérieure bien sur mais la folie avait obscurci sa raison. Elle pérorait comme quoi grâce à son "merveilleux" projet elle allait devenir le sauveur des enfants mutants en les libérant du joug de leurs parents. En effet elle allait "simplement" me ramener à l'état d'enfant pour profiter de mes pouvoirs et m'utiliser comme "arme" pour le bien de tous. C'était bien mal me connaître … je n'étais pas du genre à me soumettre et il n'y avait qu'une seule personne qui pouvait "m'utiliser" …
    Comment avait elle fait … de quoi c'était elle servi … je n'en savais rien mais elle réussit à me ramener à l'état d'enfant. (En tant que scientifique elle était vraiment impressionnante … dommage que sa folie la rendait si dangereuse). J'étais redevenue une fillette de 11 ans. Mais ce qu'elle avait oublié toute scientifique qu'elle était, c'était que la mutation ne se manifestait qu'à la puberté … elle se retrouva donc avec une enfant "humaine" ou du moins sans pouvoir. Mes instincts de voleuse refirent surface et je m'enfuis de ce laboratoire. Je perdis environ une année de ma vie d'adulte dans les quartiers glauques de Kiev. Une enfant noire ne passe pas inaperçue loin de là et je fus la cible d'hommes sans scrupule. Je fus secouru par un jeune voleur. L'amitié et l'entre-aide entre enfants sont bien plus naturelles que chez les adultes. J'étais en danger, il m'avait secouru … J'avais "oublié" mon beau prince mais finalement l'histoire se répétait. Je finis par retrouver mes pouvoirs et les X-men me récupérèrent ainsi que mon compagnon du moment.
    Malgré tous les efforts du professeur, il ne parvint pas à me ramener à mon age d'adulte. La situation était bien étrange surtout qu'il m'avait tout révélé … J'avais l'impression de vivre la vie d'une autre personne.
    Finalement ce furent des agents d'une obscure faction qui me redonnèrent ce corps de rêve et ma vie d'adulte.
    J'eus du mal à reprendre ma vie d'X-men. J'avais retrouvé tous mes souvenirs d'adulte mais aussi gardé ceux "d'enfant" … tout ceci se mélangeait dans ma tête. J'étais déroutée. Les attaques physiques ne m'ont jamais vraiment arrêté mais lorsqu'on s'en prend à mon mentale j'ai plus de mal à surmonter l'épreuve.
    Cette fois j'étais bien décidée à tout arrêter pour de bon, à laisser tomber les X-men malgré les adjurations continuelles de mes ami(e)s. Mais je savais que la guerre n'était pas fini et ne finirait jamais si humains et mutants continuaient à se combattre.
    Je ne sais pas ce qui me passa par la tête à cette époque peut être comme je l'ai dit le contrecoup de cette perturbante mission toujours est il que "j'abandonnai" les X-men. (Avec le recul je me suis aperçu que j'avais fait la pire bêtise de ma vie. Tout le monde à beau me dire que j'ai l’âme et l'envergure d'une meneuse c'est le professeur qui est le coeur des X-men, sans lui nous ne sommes pas grand chose)
    Comme toutes mes précédents missions il y eut du bon et du mauvais.
    Le bon est que je fis la connaissance d'une nouvelle mutant qui m'apprit le combat en arène. Le mauvais est qu'une fois de plus je me retrouvais à me battre pour survivre. Finalement je pris conscience que l'amitié des X-men me manquait et que cette amitié était une source de mes pouvoirs … (je ne m'étendrais pas sur cette période) J'avais donc fini par retourner auprès du professeur Xavier et des X-men. Le plus terrible avait été qu'ils n'avaient pas tenu rigueur de ma défection.
    Cela faisait maintenant huit ans que le professeur Xavier était venu me chercher au fin fond de l'Afrique. J'avais effectué un nombre impressionnant de missions, sauvée un nombre non moins impressionnant de mutants (jeunes et moins jeunes), formée pas loin de ce meme nombre d'élèves … bref ma vie de X-men était bien remplie et je commençais à me soucier de ma vie de femme. J'avais presque 26 ans et toujours pas mariée … je n'en avais simplement pas le temps. Le beau prince de mon adolescence était loin, très loin dans mon esprit derrière tous les problèmes à gérer. J'avais eu quelques flirts mais rien de bien intéressant.
    Une mission allait de nouveau provoquer un tournant dans ma vie. […]




Dernière édition par Ororo Munroe le Mer 20 Mar - 8:02, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ororo Munroe
X-Men Alpha
avatar

Messages : 239
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: Ororo Munroe (Storm) [terminée]   Mer 20 Fév - 21:23

"mesdames et messieurs, nous allons traverser une turbulence. Veuillez boucler vos ceintures s'il vous plait"
la voix suave du steward, tire Ororo de ses pensées. Elle regarde par le hublot, effectivement des nuages noirs annonciateurs de turbulence voir d'orage se rapprochent rapidement. Elle soupire. Doit elle intervenir ou pas … elle préfère attendre un peu pour voir. L'avion est assez solide et ne risque pas grand chose. Sauf si le danger devient vraiment sérieux elle préfère rester anonyme. Finalement ce n'est qu'un peu de vent et après un bon quart d'heure à être secoué, l'avion retrouve son calme. Elle jette un œil aux passagers ; certains ne semblent pas avoir apprécié, ils sont blancs comme un linge. L'homme qui un peu plutôt l'avait "dragué" ne semble vraiment pas dans son assiette. Elle le fixe un sourire un peu narquois sur les lèvres, puis s'étant détachée elle reprend son activité.


[…] nouvelle mission donc et de nouveau en Afrique. J'étais contente d'y retourner meme si c'était pour une étrange enquête sur des animaux mutants … Cette information me laissait perplexe … était ce l’œuvre d'un nouveau savant-fou ou bien de simples mutants hybrides …
C'était la première solution … encore un savant-fou … mais que leur passait il donc par la tête à ces gens …
En bref, un savant russe avait réussi à modifier des singes et avait non seulement capturé l'un des nôtres (notre professeur "boule de poils") mais aussi mon beau prince. Malgré ses singes-mutants il ne fit pas le poids face aux X-men. Je dois avouer que la présence de T'Challa renforça ma détermination et donc mes pouvoirs. La mission finit je voulus rester un moment en Afrique pour aider les gens dans le besoin mais surtout pour retrouver mon amour.
Nous passâmes tout notre temps ensemble, renouant notre intimité. Nous avions l'un et l'autre vieillit et murit mais la passion et l'amour qui nous habitaient étaient la même qu'adolescent. Je me découvris à ses cotés.
14 février 2009 … cette date restera inscrite en moi pour toujours. C'était la St Valentin bien sur et si en Afrique elle n'est pas tellement connue, aux Etats-Unis elle représente la fête non seulement des amoureux mais aussi des amis. Mon prince avait voulu marquer le coup. Tout y était … Musique douce pour l'ambiance, chandelles parfumées, fleurs à profusion (il avait réussi à trouver des roses …), champagne et repas de luxe. Nous étions chez lui depuis une semaine, il avait tenu à me présenter sa famille et surtout sa mère, j'avais accepté de bon cœur. J'avoue que je ne me doutais de rien … Malgré mes 26 ans j'étais encore bien naïve …
La soirée se déroulait comme un rêve quand arrivé au dessert, il se leva et mit un genou à terre (malgré ma naïveté ce geste était tellement connu que je finis par comprendre ses intentions). Flattée je me jetai à son cou et l'embrassai passionnément mais malgré mon envie d'accepter j'avais besoin d'un peu de temps pour dire oui. De nombreuses questions se posèrent et je devais en parler au professeur je lui devais bien ça. J'avoue que le "problème" de mon travail au sein des X-men fut en partie une bonne excuse. C'était bien sur un point important mais j'aimais ma liberté. Une fois mariée je me demandais si je pourrais encore continuer cette vie … J'aimais mon prince et parfois je rêvais de stabilité et d'une famille, famille qui comprendrait de nombreux enfants mais cela voulait dire abandonner ma chère liberté. Une nouvelle et surprenant mission me fournit le temps nécessaire à la réflexion. J'appris (toujours grâce au professeur Xavier) qu'un génocide mutant était commis en Afrique. Etrangement, cette fois il me prévint que les choses pourraient être compliquées pour moi. Je ne compris pas pourquoi bien sur, chaque mission contenait une part de difficultés, je commençais à en avoir l'habitude. Mais j'avais senti une certaine inquiétude dans sa "voix". J'avais commencé mon enquête seule dans l'attente de mes amis. Connaissant parfaitement le pays ce fut un jeu d'enfant de remonter la piste. Cette fois "l'inquiétude" du professeur Xavier m'avait rendu méfiante et j'étais sur mes gardes. La piste était fraiche et facile … trop facile, elle sentait le piège à plein nez. De plus les mutants morts avaient été tués … enfin tués … massacrés était plus juste par des balles. C'était l’œuvre d'humains. Je finis par arriver à un village, de la fumée s'élevait et les premières cases étaient brulées. Quelques corps gisaient sans vie, des hommes uniquement, des guerriers. Ils portaient des traces de balles. J'étais donc sur la bonne piste. Je m'approchai un peu le plus silencieusement possible. Au centre du village, les femmes et les enfants étaient regroupés sous la menace de soldats, mitraillette au poing. Sur deux poteaux en forme de X était cloué un mutant-hybride. Du sang coulait de nombreuses blessures, il avait la tête baissée. Je le connaissais de vue, il était le gardien du village. Un homme noir de haute stature sanglé dans un uniforme impeccable, bardé de divers décorations et d'un insigne de colonel, s'approcha. Il fit un tour d'horizon et je vis son regard, un regard de tueur, un regard de fou. Puis il attrapa le pauvre prisonnier par les cheveux et lui releva brusquement la tête avec méchanceté et sadisme. Le mutant ne put retenir un léger cri. Il était toujours en vie mais dans un tel état. Des cicatrices lui couraient sur le visage, ses lèvres étaient fendues et son nez probablement cassé. Un de ses yeux était fermé. Le Colonel sortit un pistolet, un Beretta il me semblait et l'approcha avec lenteur près du crane de sa victime. Le mutant n'eut aucune réaction, avait il seulement encore conscience de ce qui lui arrivait … par contre les autres "otages" réagirent. Des femmes se mirent à crier provoquant les rires des soldats qui les menaçaient. Des enfants sanglotaient terrifiés … je ne pouvais rester sans rien faire, je devais intervenir.
Surgissant de nul part des éclairs se mirent à frapper le sol avec violence, une pluie drue s’abattit n'épargnant personne. Déployant la force du vent, je pris de la hauteur pour atterrir au milieu de la foule. Dire que j'étais en colère était un euphémisme mais je gardais quand meme mon contrôle. Trop d'innocents. Nullement gêné par la pluie, l'homme me fixait avec un rictus méprisant. Il ne semblait pas avoir peur au contraire et je crus même voir du soulagement et du contentement sur son visage. Visage par ailleurs familier … l'avais je déjà rencontré … Je finis par remarquer que curieusement mes éclairs n'avaient atteint aucun des soldats … comment cela se pouvait il … Je me concentrais et tendis mes mains devant directement sur lui, quelle ne fut pas ma surprise quand je vis mes éclairs se déporter légèrement sur sa gauche, sur un piquet de métal. Cet homme avait anticipé mon attaque en plantant à intervalle régulier des para-foudres. Ma principale attaque étant maitrisée j'étais en mauvais posture, seule au milieu de soldats l'arme au poing. Je ne perdis pas de temps et provoquai un nouveau déluge, la grêle n'étant pas une option toujours à cause des victimes innocentes. C'était plus fort que moi je ne pouvais leur faire le moindre mal, quitte à me mettre en danger. Ma vision s'adapta aussitôt à cette muraille d'eau mais celles de mes agresseurs aussi. Ils avaient rapidement mis des lunettes à infra rouge et me ciblaient parfaitement. Je ne comprenais pas pourquoi ils n'avaient pas tiré … qu'attendaient ils … Le chef me fixait toujours avec ce meme rictus. J'en profitai pour lever un brouillard dense mais je commençais à fatiguer. Nous étions quand meme en Afrique, terre de chaleur … et la création de pluie et de brouillard me demandait beaucoup d’énergie. Etait ce ce qu'il attendait … que je m'épuise. J'avais réagi exactement comme il l'espérait … mais pourquoi … J'avais affronté de nombreux ennemis durant mes missions mais j'eus l'impression que cette fois c'était personnelle. Le plus souvent les attaques étaient dirigées contre les X-men dans leur ensemble ou contre le professeur Xavier … sauf là. Toutes les parades étaient ciblées contre mes pouvoirs. Cet homme me haïssait pour une raison que j'ignorais et j'étais en très mauvaise posture. (Bien sur lorsque je raconte ça sur le papier, je donne l'impression que la situation s'éternisait mais en fait cela ne dura que quelques minutes. La plupart de mes remarques et interrogations ne me viennent qu'à l'instant ou presque. Sur le moment, il n'y a que le danger et l'adrénaline … )
Mon brouillard ne servait pas en grand chose j'en étais bien consciente. D'abord, ils connaissaient parfaitement ma position … et puis ma chaleur corporelle était visible grâce à leur lunette. Je fus tentée de la baisser mais je savais que ça serait inutile. Je pouvais toujours m'envoler mais que serait devenu les habitants … Je cherchais désespérément un moyen d'échapper à ce piège quand j'entendis un bruit, une sorte de cliquetis. Les soldats me mettaient en joue … j'étais vraiment mal. Je m'étais toujours battue jusqu'au bout mais là … j'allais mourir. Je pensai au professeur Xavier bien sur mais aussi à T'Challa Je n'aurai pas l'occasion de savoir si nous aurions pu avoir la vie qu'il souhaitait. Par réflexe je fermai les yeux. J'entendis le bruit des tirs j’attendais l'impact des balles … … … rien … La mort avait été rapide et je n'avais rien senti … Une sorte de grondement ou feulement derrière moi de chaque coté me dérouta puis une voix claire et amusée "et bien tu commences la fête sans nous. C'est pas gentil" Rouvrant les yeux, je soupirai de soulagement … ils étaient venus. Je vis les balles à mi hauteur immobiles tandis que deux éclairs rouges traversèrent mon brouillard. "c'est bon il est en sécurité". Un déchainement de grondement et de cris se fit alors entendre … Face à une bande d'X-men sur-entrainés, les soldats ne firent pas le poids. Certains s'enfuirent notamment le colonel, beaucoup moururent. Je dissipai mon brouillard, les balles gisaient au sol. Un sourire complice à mon amie et tout fut dit. Nous réconfortâmes les habitants qui furent vraiment reconnaissants. Une vieille nous invitâmes à passer quelques jours pour nous remercier. Mes amis refusèrent avec gentillesse mais je restai. Je voulais en savoir plus sur cet homme. Le village reprit son train train rapidement, mais dès que j'abordai le sujet de cet homme les visages se fermaient et les langues se taisaient. Qui était donc cet homme et quel "pouvoir" avait il pour faire aussi peur …
Je finis par avoir la réponse … d'un coté j'aurais mieux fait de ne pas insister.
La vieille femme habitait une belle demeure, plutôt luxueuse pour ici. Elle m'apprit que le village était dirigé par les femmes et qu'elle en était le chef. Elle était belle malgré son age ; des yeux bleus pétillants et sages, des cheveux blancs. J'avais la désagréable impression que j'aurais du la (re)connaitre. Lorsque je lui posai la question elle éluda … elle me cachait quelque chose c'était certain.
Un soir elle finit par (tout) me raconter. J'avais bien vu que son comportement avait changé depuis deux trois jours. Elle se montrait encore plus amicale, bien qu'un peu sur la réserve comme si elle craignait une réaction négative de ma part. Nous étions assises à bavarder lorsqu'elle posa une boite sur mes genoux.
Je la regardai avec curiosité et elle me pressa de l'ouvrir. Il y avait un paquet de lettres attachés par un ruban rose, un certain nombre de photo, une mèche de cheveux et quelques bijoux. Des larmes étaient apparues au coin de ses yeux. Je pris les lettres avec précaution et dénouai le ruban. Une photo glissa. Je la rattrapai : elle représentait un jeune couple souriant. La femme aux yeux bleus et longs cheveux blancs avait un tout petit bébé dans les bras. Un sapin paré de décorations indiquait la période de noël. Ma main se mit à trembler, je retournai le cliché, une date y était inscrite : 22 décembre 1983. A mon tour je sentis mes yeux se remplir de larme. Je n'osais regarder la vieille femme et refusais de me laisser aller à un espoir peut être vain. (La mort de mes parents m'avait bien sur causer un choc étant enfant mais depuis que j'avais rencontré le professeur Xavier et avait rejoint les X-men, ils étaient devenus ma famille. Je n'avais d'ailleurs jamais chercher à retrouver ma famille biologique.) Je pris la première lettre, elle portait la meme date que la photo. (Ca me fait penser qu'elle doit être quelque part toujours dans la boite dans ma chambre à l'Institut.) Je ne me souviens plus de la totalité du contenu et de toute façon c'est bien trop personnel. Mais les premières lignes … impossible que je les oublie. Je reconnus l'écriture un peu hachée. J'avais la meme.

"New York, 22 décembre 1983
Ma chère maman, je regrette que tu ne puisses pas venir voir notre petite princesse. Avec David nous avons décidé de l'appeler "Ororo", prénom qu'elle porte à merveille, c'est une vrai beauté. Bien sur tous les parents disent ça … Je te joins une série de photo, tu penses bien que David s'en donne à coeur joie. C'est un vrai papa poule mais il est tellement attendrissant …"


alors que je continuais à lire la lettre, une main parcheminée se posa sur la mienne. Je relevai les yeux et nous tombâmes dans les bras l'une de l'autre en pleur. J'avais retrouvé ma grand-mère. Après ça nous passâmes le plus clair de notre temps ensemble. Elle me raconta toute mon histoire. Histoire que je retrouvais dans les nombreuses photo. Mon père adorait ça effectivement. Je me vis à chaque stade de ma vie ou presque. Dans les bras de mon père ou de ma mère mais aussi dans celle de ma grand-mère, de mes grand-mères devrais je plutôt dire, faisant mes premiers pas, au Caire … bref toute ma vie d'enfant.
Une photo fini par attire mon attention. Je devais avoir un an et demi, un jeune homme d'environ 17-18 ans me tenait par les mains essayant de guider mes premiers pas. Son visage était beau, il avait aussi les yeux bleus. Ses cheveux rasés ne me permettait pas de voir leur couleur. Il y avait quelque chose de dérangeant en lui. Même si ses lèvres étaient étirées sur un beau sourire, ses yeux étaient emplis de haine. Je pris une photo de ma mère et les comparai. Impossible de se tromper ils étaient de la meme famille. Je la retournai : mai 1984, Ororo et Shetani. C'était donc son nom. Je fixai toujours la photo. L'homme m'était vraiment très familier. Je l'avais déjà vu … et dans ma vie d'adulte, récemment d'ailleurs. Sur la photo c'était un ado voir un tout jeune adulte. J'avais actuellement 25 ans et demi, donc il devait avoir la petite quarantaine. Il devait être un peu plus gros que sur la photo … … je me figeai, le cliché se mit à glisser lentement de mes mains. Ce regard, ce regard plein de haine … non ce n'était pas possible. Abasourdie je levai les yeux sur ma grand-mère, elle semblait terrifiée, terrifiée et triste. Elle finit par tout me dire.
Cet homme était effectivement mon oncle, le frère de ma mère. Elle me raconta que dans sa tribu le pouvoir revient aux femmes et donc à ma mère, puis à moi. Ayant été écarté parce qu'il était un homme, il en avait conçu une grande rancœur qui s'était transformé en haine à ma naissance. Je soupirai comment pourrais je en vouloir à ma grand-mère … ce n'était pas de sa faute. Une question me brula cependant les lèvres, il fallait que je sache. Je la fixais tout en lui demandant "a t il quelque chose à voir avec la mort de mes parents?". J'y lus une telle souffrance que je regrettai de suite de lui avoir posé. Une gifle aurait fait le meme effet. Elle hocha la tête en signe de négation, je la crus. Nous n'en parlâmes plus jamais. D'ailleurs après ce combat je n'ai jamais revu le Colonel. Mon séjour prit fin, j'avais une autre "mission" à finir.
Je retournai donc voir mon beau prince pour enfin lui donner ma réponse et nous devînmes officiellement l'un à l'autre. Si ma demande en mariage fut un jour merveilleux mon mariage fut extraordinaire. Je ne me souviens pas de tout bien sur. Je sais que j'étais heureuse, tellement heureuse et surexcitée. Je suis surprise qu'il n'ait pas plus toute la journée tellement j'avais du mal à me contrôler.
J'étais magnifique dans ma robe de mariée, ma grand-mère avait fait un travail formidable. Comme dans la plupart des mariages, la journée passe tellement vite que les souvenirs en sont flous. Je me rappelle de bribes par ci par là et nous partîmes en lune de miel. Nous avions prévu un tour du monde avec en fin New York bien sur. Je voulais présenter mon mari au professeur ainsi qu'aux X-men. Je lui avait tout raconté, il faisait dorénavant partie de ma vie, il devait savoir les risques encourus. Une fois de plus le sort s'acharnait sur moi … enfin pas sur moi directement, ce fut l'Institut et le professeur qui furent visés et pas par n'importe qui. Notre voyage de noce avait duré deux mois, nous étions donc début mai. Le temps était magnifique même à New York. Comme nous revenions d'Hawaï la température était fraiche bien sur mais le soleil brillait. J'avais fait la visite guidée pour mon mari et nous étions enfin à l'Institut. J'étais un peu nerveuse, je n'étais pas sur qu'il allait bien s'entendre avec mes amis et surtout le professeur. Nous franchîmes la belle grille main dans la main. Arrivés près de la terrasse des jeunes s'amusaient ou discutaient. En nous voyant ils s'éclipsèrent rapidement. Je me demandai bien pourquoi. Mon mari me regarda aussi surpris que moi, je haussai les épaules et nous gravîmes les marches. La porte était nouvelle, Identique à l'ancienne mais plus brillante. Je passai une main distraite dessus. C'était un peu étrange mais bon … la demeure était ancienne et des réfections étaient normale. Dans le vaste hall, les murs portaient des stigmates de combat et de nouveaux élèves nous regardaient apeurés et craintifs. Cette fois je fus vraiment inquiète. Plantant mon mari je courus vers le bureau du professeur Xavier. La porte s'ouvrit à toute volée. Je n’oublierais jamais cet instant. J'étais inquiète, vraiment très inquiète. Le professeur se tenait devant la fenêtre et donc me tournait le dos. Pas besoin d’être télépathe pour comprendre qu'il s'était passé quelque chose, quelque chose de grave. Le professeur se tourna vers moi avec un bon sourire, mais ses yeux … ses yeux reflétaient une peine abyssale.
"bonjour Ororo, bon retour chez toi …" je ne sais pas si ce fut sa voix, son accueil chaleureux ou la profonde tristesse que je lus (peut être toutes ces années de combat) mais je rentrai dans une colère noire. Je crois que je n'avais jamais été autant en colère meme la fois où je fus transformée en chrome vivante. Ma colère était aussi violente que disproportionnée. Le bureau du professeur en fit bien sur les frais et sans son immense pouvoir je crois que toute la ville de New York voir l'état aurait subit mes foudres. J'étais furieuse, furieuse et humiliée. Il m'avait semblé avoir prouvé non seulement ma valeur mais mon attachement envers l'Institut ainsi qu'envers lui meme et voilà comment il me remerciait. Je lui dis les pires méchancetés (je l'ai regretté par la suite bien sur) mais il se contenta de subir ma colère et de la contenir. Contrairement à tous sentiments positifs, les sentiments négatifs finissent par disparaître heureusement et ma colère se calma. L'impassibilité et l'acceptation du professeur rendaient mon éclat vraiment ridicule. J'avais dévasté son bureau, et il n'avait pas bronché.
"souhaites tu des explications ou continuer à massacrer mon mobilier ?" je le regardai d'un regard noir mais ma colère avait disparu. Je maugréai "Je vous écoute … que s'est il passé et surtout pourquoi ne m'avez vous pas prévenu ???? vous ne me faites plus confiance …" je sentai que ma colère remontait. Cette fois il la bloqua. "Ca suffit Ororo. " son ton était calme mais ferme, je ne pouvais résister et comme une enfant prise en faute je baissai les yeux. Je soupirai et m'assis parterre … j'avais réduit les chaises et fauteuils en bois de chauffage. Il me raconta toute l'histoire. Des mutants rebelles connus sous le nom de Confrériste, mené par son ancien ami, Erik Lehnsherr, dit Magnéto avait attaqué l'Institut lors d'un bal. Bal destiné aux parents des jeunes élèves histoire de leur montrer l'environnement de vie de leurs enfants et surtout tenter de les rapprocher. J'avais bien sur entendu parler des Confréristes comme tous les X-men mais qu'ils aient pu s'en prendre directement à l'Institut … C'était bien sur horrible et surtout ça nous mettait dans une position dangereuse mais je ne comprenais pas la réaction de souffrance du professeur. Nous allions faire face comme d'habitude. Je lui dis et c'est là qu'il me précisa qu'un élève avait été tué dans l'affrontement. Nous restâmes de longues minutes face à face en silence. Si lui savait ce que je pensais ce n'était pas mon cas … même si j'en avais une vague idée. Le professeur était attaché à la vie quelle qu’elle soit et la mort de cet élève était non seulement une tragédie mais un échec pour lui. Il m'expliqua aussi pourquoi il ne m'avait pas rappelé. Ce n'était pas un manque de confiance loin de là, il n'avait pas voulu me déranger cette fois. Il avait estimé que je méritais bien ces vacances. Je restai en moment sans savoir quoi dire et j'eus un mouvement bien peu naturel, je me levai et l'embrassai. (Je n'étais pas du genre démonstrative … sauf peut être avec mon mari mais cela ne regarde personne et je crois que personne ne comprenait réellement la profondeur de ce qui m'unissait au professeur. Il avait été tout ce dont j'avais eu besoin, un père bien sur (il venait de nouveau de me le montrer) mais aussi un ami et un mentor. D'une certaine façon il m'avait guidé et façonné en ce que j'étais actuellement). Nous ne reparlâmes jamais de cet "incident" mais mon mari rentra seul en Afrique. Il avait compris, compris et accepté que j'avais une vie en dehors de lui et que cette vie était à des années lumières de la sienne, qu'il n'y avait pas sa place. (Quelque part c'était aussi bien. J'étais rassurée, il courait moins de danger et puis j'avais un refuge, un lieu sans conflit où je pouvais souffler). […]


"Mesdames, Messieurs nous allons bientôt atterrir. Veuillez boucler vos ceintures et ranger vos affaires. Merci".
Ororo soupire elle n'avait pas fini. Elle relève le volet du hublot, il fait encore nuit. Un coup d'oeil à sa montre lui indique qu'il est 7 heures du matin. Elle calcule rapidement avec le décalage horaire il n'est seulement que minuit à New York. Elle range rapidement ses affaires, attache sagement sa ceinture et attend comme le reste des passagers. L'avion amorce sa descente, il pleut bien sur. L’atterrissage se fait en douceur, les passagers applaudissent, elle trouve cette habitude stupide. Le débarquement se fait rapidement et elle récupère ses affaires. Par sécurité, elle avait réservé une chambre à l'hôtel non loin de l'aéroport. Une douche ne sera pas du luxe. Elle frissonne, la température est pourtant correcte mais après la chaleur de l'Afrique. Son pouvoir s'active pour compenser la différence mais elle enfile quand meme un blouson. Elle ne veut pas être remarquée et une jeune femme en chemisier blanc sous la pluie … ce n'est pas particulièrement discret. La jeune standardiste l'accueille avec professionnalisme et lui remet les clefs de la chambre. Ororo n'a pris ni le plus cher ni le plus miteux. La chambre est plutôt grande et fonctionnelle. Elle se précipite sous la douche.
Enveloppée d'un doux peignoir de bain d'un blanc immaculé, elle s'est assise sur le lit. Un plateau non loin, une tasse de thé brulant à la main, elle reprend son récit. Elle veut le finir. Curieusement les souvenirs les plus récents sont aussi les plus durs. Elle fixe le cahier sans le voir.


[...] je m'étais donc installée à l'Institut. Le professeur m'avait donné une place d'enseignant. Les débuts furent un peu difficile, je n'avais pas eu d'élèves depuis très longtemps mais je finis par prendre mes marques. Les conflits entre mutants et humains continuaient mais c'était plus une guérilla qu'une guerre ouverte. Il ne se passait pas une semaine sans qu'une catastrophe fasse les gros titres des journaux. Chose étrange les attaques de mutants contre les humains étaient bien plus fréquentes que l'inverse. Nous savions pertinemment que ceci n'était qu'une immense propagande à l'encontre des mutants et tous nos efforts de paix étaient systématiquement ruinés. Les élèves étaient de plus en plus nombreux à venir chercher refuge à l'Institut et les journées n'avaient plus assez d'heures. Nous arrivions quand meme à maintenir le navire à flot. Le calme du professeur était un vrai garde fou pour tous. Les attaques finirent par passer au second plan des journalistes. Un nouveau maire allait être nommé dans la ville de New York. La politique est un jeu très apprécié des humains … Il n'y avait pas un mur, pas un arbre, qui ne fut "décorés" d'affiches avec les différents candidats. Le professeur suivait de très prêt les élections meme si de mon point de vue l'un ou l'autre des protagonistes ne feraient pas de différence. Ils ne semblaient aimer ni l'un ni l'autre les mutants. L'un semblait un peu moins virulent cependant. Par chance (enfin pas vraiment pour lui) il fut élu. Nous espérions que le calme allait revenir .. peine perdue. Encore une fois les Confréristes gâchèrent tout.
Nous avions (le professeur Xavier surtout) été invités à une cérémonie officielle. Il avait choisi pour l'accompagner les moins "mutants" d'entre nous. Il ne voulait pas ranimer le feu qui couvait déjà bien assez. De plus il avait choisi principalement des femmes … (je vous laisse deviner pourquoi). Nous attendions patiemment l'arrivée du Maire quand une agitation parcouru les nombreux policiers et gardes chargés de la sécurité. Le professeur nous donna immédiatement l'ordre de nous rendre sur le Hudson Bridge. Il s'était passé quelque chose. Cette fois nous n'avions pas de temps à perdre, je "pris" mes camardes et nous nous envolâmes. Je pus entendre les cris de peur et d'énervement des humains autour mais je m'en fichais.
Le pont était le théâtre d'un affrontement entre humains (des policiers et gardes du corps pour la plus part) et surtout des mutants avec à leur tête Magnéto. C'était encore un coup des Confréristes. Nous n'avions pas vraiment la tenue adéquate mais nous nous lançâmes dans la bataille. Malheureusement pour nous la voiture du Maire explosa dans le conflit. Qui l'avait provoqué je n'en savais rien et de toute façon ce n'était pas important. Plusieurs humains étaient morts dont un officiel. Nos relations déjà tendues avec les humains s'envenimèrent. Une fois de plus les Confréristes avaient balayé nos efforts. Leurs méthodes de terroriste m'ont toujours mise en colère. Quand allaient ils se rendre compte que cela ne servait absolument à rien sauf à nous faire détester encore plus. A cause d'eux tous les mutants étaient des monstres sanguinaires aux yeux des humains. Les semaines qui suivirent s'écoulèrent dans la folie la plus complète. Nous avions "condamné" les élèves à l'Institut, c'était beaucoup trop dangereux pour eux de sortir. C'était tous les jours maintenant que les journaux relataient un nouvelle incident, une nouvelle arrestation et pire une nouvelle mort. Arrestation de mutants bien sur et mort d'humains cela va de soi. Au milieu de ce chaos, le gouvernement mettait en place une cellule de crise et tentait tant bien que mal d'organiser de nouvelles élections. Un maire "provisoire" Mr Nathan Whilberg, prit les commandes. La politique humaine est déjà assez glauque en temps normale mais là … Ils avaient cependant trouvé un terrain d'entente … l’éradication des mutants bien sur. L'un des candidats étaient Timothy R. West. Il ne cachait pas être complètement anti-mutants, et avide de solutions radicales et de mesures drastiques. L'autre, Daniel Lewis, était plus neutre, plus porté à apaiser les conflits et proposer des solutions pour calmer les choses. Ce qui nous convenait bien sur. Malheureusement les sondages le donnaient perdant. Les Confréristes avaient bien fait les choses. Sans attendre la fin des élections, le gouvernement mit une politique anti-mutant drastique en place. Il utilisa la population et meme les mutants en diffusant une liste des mutants les plus recherchés. Leurs têtes furent mises à prix avec des récompenses plus qu’alléchantes. Bien sur Magnéto était le premier sur la liste ainsi qu'un bon nombre de Confrériste mais il y en avait d'autres, beaucoup d'autres. Le gouvernement promit meme aux mutants "délateurs" la rédemption. C'était horrible comme situation. (J'eus l'impression de me retrouver pendant la collaboration française durant la seconde guerre mondiale). Ce fut très dur pour nos jeunes élèves. Nous avions beau essayé de leur cacher au maximum la situation, certain avait des pouvoirs si puissants qu'ils paniquaient, se voyant déjà traqués. Mais cela marchait malheureusement. De nombreux mutants furent emprisonnés. Le gouvernement prenait plaisir à diffuser leur photo dans les journaux. Sur la demande de West, une prison spéciale mutant fut construite avec toutes les dernières avancées technologiques possible. On le vit pratiquement tous les jours à l'heure des informations pérorer sur son "merveilleux" projet. Cet homme n'était qu'un imbécile. Il ne connaissait rien des mutants. Il ne savait rien de Magnéto. Réunir tous ses partisans dans un meme lieu était la pire erreurs à faire encore plus que d'agiter ce "chiffon rouge" devant ses yeux. Ce qui ne manqua pas d'arriver arriva malgré notre vigilance accrue. Magnéto et ses comparses arrivèrent à pénétrer dans cette prison familièrement appelé le Cube. Une fois de plus nous nous affrontâmes violemment. Cette fois ce fut les Confréristes qui gagnèrent et de loin. Avec tous les prisonniers délivrés nous fûmes submerger et la prison rasée. Suite à ce douloureux épisode les choses ne se calmèrent pas malheureusement mais les affrontements se cantonnaient principalement entre forces de l'ordre et Confréristes principalement.
Cependant le gouvernement avait appris de son échec et tentait de mettre sur pied une autre approche … une approche plus "pacifiste" (il était temps). Le BAM (Bureau des Affaires Mutantes) fut créé.
Ce "bureau" qui n'est en fait qu'une branche du FBI, est là principalement pour juger et réguler légalement les conflits mutants/humains. Le BAM ne fit pas vraiment beaucoup parler de lui mais ses actions finirent par ramener un semblant de calme. Curieusement ce fut à ce moment que notre intendant quitta l'Institut .... (je suis sur que le professeur en sait beaucoup plus que moi à ce sujet. Pour une raison que j'ignore il refuse de m'en parler …) […]


Ororo se lève et fait quelques pas en s'étirant. Elle regarde sa montre : 10h00. Elle l'attrape et la met à l'heure. Elle n'a pas sommeil mais une pause est la bienvenue. Elle regarde la ville par la fenêtre. Meme à cette heure elle vit. Inconsciemment elle retarde le moment du dernier chapitre. Ce dernier volet de sa vie est le plus terrible. Même l'attaque de son oncle n'est rien à coté de l'horreur du massacre de Mutant Town. Toute la méchanceté, toute la haine humaine est concentrée dans cet événement. Jusqu'ici tous les affrontements étaient une guerre entre "soldat". Les mutants ciblés étaient ce qu'on pourrait appeler des mutants guerriers alors que là …
Quittant la fenêtre des yeux, Ororo se dirige vers son bagage, y farfouille un moment et sort un bouquin. Ce n'est pas tant le bouquin que ce qu'il y a dedans qui est important. Une feuille de cristal qui lui sert de marque page. Dedans une coupure de journal, elle la sort et la déplie : un visage la fixe, narquois et plein de haine.



Ses mains se crispent et elle fait un violent effort pour se contrôler. Pas la peine de réveiller tout l’hôtel … Dessous s'étale un flash info ainsi qu'une longue description du massacre de Mutant Town dans toute son horreur.
De longues minutes s'écoulent pendant qu'elle revit ce tragique moment puis le papier toujours dans la main elle se rassoit et reprend son cahier.


[…] Par ou commencer … je n'en sais vraiment rien, je n'ai meme pas vraiment envie de raconter ce massacre. De toute façon aucun mot ne pourra retranscrire l'horreur de la situation et encore moins mon état d'esprit. Mais il est vrai que les jeunes doivent savoir … savoir ce qui s'est passé et ne pas l'oublier. Cela fait parti de leur histoire et meme de l'Histoire, tout comme les massacres des Indiens, l'Inquisition et la Shoah en Europe. Finalement au regard de l'Histoire ce n'est qu'un massacre de plus …. le massacre d'une minorité par une autre minorité qui se croit supérieure. Des femmes, des enfants et des vieillards sacrifiés par des fanatiques plus ignorants que réellement méchant, au nom d'un dieu qui se fiche royalement de tout ça. La foi a et est toujours l'excuse des faibles. "ce n'est pas de notre faute, c'est "Dieu" qui nous l'a demandé" voilà comment ils se dégagent de toute responsabilité, de toute culpabilité. Je hais ces gens sans aucun courage de leurs opinions … (Je crois que je vais arrêter là … l'orage va finir par gronder et des étincelles commencent à courir le long de mes doigts. Manquerait plus que je déclenche un incendie).
Les choses ne s'étaient pas calmées loin de là. Les attentats faisaient toujours la une des journaux. Nous n'arrivions plus à gérer. Ca n'excuse pas mon échec mais …
J'étais donc rentrée après une nouvelle nuit blanche de patrouille. J'étais si épuisée que m'effondrai sur mon lit sans meme prendre le temps d'enlever mon uniforme. Car ce que les journaux "oubliaient" si promptement c'était que nous passions énormément de temps à essayer de réparer les horreurs des Confréristes. A chaque bâtiment détruit nous aidions à la reconstruction. Chaque nuit nous les passions à patrouiller malgré la difficulté. En effet les forces de l'ordre non seulement ne nous aidaient pas mais nous mettais des bâtons dans roues. Comment suivre discrètement un suspect quand il nous fallait nous méfier aussi des patrouilles de police. Ils ne faisaient aucune différence entre les mutants Confréristes et les X-men. De plus nous étions trop peu nombreux. À chaque Confrériste mis sous les verrous, une dizaine de nouveau rejoignait le mouvement. J'étais donc plongée dans un profond sommeil pas vraiment réparateur quand des coups furent frappés à ma porte. Je mis 5 bonnes minutes avant de réellement me réveiller. Limite zombie j'ouvris la porte sur un jeune élève. Le pauvre me fixa d'un air gêné. Je devais vraiment avoir une drôle de tête dans mon uniforme, les cheveux en bataille, limite la bave aux lèvres. Je lui souris gentiment et il me délivra son message. Le professeur Xavier voulait me voir. Je lui posai quelques questions mai il n'en savait pas plus. Je pris rapidement une douche et me changea avant de me rendre dans son bureau. La plupart des X-mens étaient réunis autour du bureau du professeur la mine grave. Je n'étais pas la dernière et il attendit que nous soyons tous là pour mettre en route la TV. Un journaliste apparut dans un flash Info. D'une voix monocorde, il commença son speech :


"Ce matin, un macabre spectacle pouvait être vu à Central Park. Une dizaines de personnes, dont au moins une demi douzaine de mutants, ont été retrouvés crucifiés en plein milieux du parc le plus fréquenté de New York. D'après la police et le Bureau des Affaires Mutantes, les cadavres qui ont été retrouvés sont les membres d'un groupe terroristes connus sous le nom de Front de libération des Mutants, groupe notamment connu pour avoir perpétré les attentats à l'école maternelle de St Julian et autres attentats violents. Il y a encore quelques minutes la police avouait être perplexe et ignorer complètement qui peut bien avoir commis ces actes. Nombreux étaient ceux qui à l'aube se demandaient si Magnéto le gourou de la secte mutante connue sous le nom de Confrérie des Mutants était responsable de ses crimes ou si un autre fou sanguinaire allait faire son apparition. Certains pensaient au contraire qu'une personne avait enfin décider de faire payer ces criminels qui mettaient en but la police depuis plusieurs mois. En exclusivité nous allons maintenant vous diffuser la cassette contenant des revendications de cette acte :

Bonjour. Je suis le révérant Stryker. Vous ne me connaissez pas et c'est bien normal. Sachez que je suis un homme de dieu, et un bon américain, comme surement la majorité d'entre vous qui êtes en train de me regarder. Mais j'ai également une mission. Je suis venu apporter la justice divines, punir les mécréants. Les mutants, ces créatures infâmes ne sont pas l’œuvre de Dieu. Il ne les a pas créé à Son Image, comme nous les humains. C'est notre mission à nous, croisée de la foi de nettoyer ces créatures de la surface de la terre. Nous avons aujourd'hui commencé avec les plus infâmes d'entre eux. Mais aucun mutant n'est à l’abri. Rejoignez nous, venez Purifier notre terre.

Nous venons également d'apprendre qu'un certains nombre d'autres croix ont été retrouvés à différents endroits de New York et que plusieurs mutants ont été victimes de passages à tabac durant la nuit. Il semblerait que ces Purificateurs soient bien décidé à mettre leurs idées en pratique."


(Bien sur que je ne me souviens pas du reportage en entier mais les journaux ont pris un malin plaisir à le diffuser et rediffuser) Je me souviens du silence qui fit suite à cette terrible nouvelle. Nous ne pouvions y croire. Comment avions pu louper ça …. Un profond sentiment de culpabilité s'empara de moi. Je n'avais aucune excuse. (Même si techniquement à ce moment là nous étions en surveillance dans un autre quartier à l'autre bout de la ville. De plus nous ne nous attendions pas à une tel riposte de la part des humains.) Le professeur nous envoya immédiatement sur place non seulement pour se rendre compte de la situation réelle, malgré les images d'horreur qui défilait sur l'écran mais surtout pour maintenant le calme et éviter des représailles. Comment pouvait il nous demander cela alors que nous bouillons d'une colère difficilement contenue. Bien sur nous obéirions, nous obéissions toujours à ses ordres mais cette fois ils me parurent injustes. Les images avaient bien reflété l’atrocité du massacre mais certain détail manquait bien sur. L'odeur tout d'abord, l'odeur atroce de chair brulée, du sang encore frais, du bois brulé … Le bruit, et surtout les cris. Cris des survivants enfouies sous les décombres, cris des rescapés à la recherche d'un parent, d'un enfant ou d'un ami. Cris de haine d'humains satisfaits retenus par un solide cordon de policiers. Cris des sauveteurs malgré tout fouillant chaque centimètre des ruines. Nous nous mimes au travail avec une sorte de frénésie désespérée, utilisant nos pouvoirs sans nous cacher. Nous n'avions pas le temps pour les faux-semblants, de plus nous portions tous l'uniforme des X-men. Il était bien plus facile de dégager les victimes quand on pouvait passer à travers les poutres et les pierres. Même si la pauvre ramenait plus souvent des corps sans vie que des rescapés. Je me demande comme elle pouvait supporter tout ça .. elle était si jeune … Pour ma part j’éteignais sans relâche les nombreux feux sporadiques qui tentaient de reprendre. Bien plus précise que les pompiers humains, j'évitais la "noyade" d'éventuel survivant. Je dissipai les fumées, identifiai les corps pour les diriger soit vers les ambulances dont les sirènes formaient un incessant ballet soit le plus souvent vers la "morgue".
Toute la journée et une bonne partie de la nuit, nous travaillons sans relâche, à peine le temps de manger un rapide morceau. Une centaine de corps s'alignaient, femmes, enfants, vieillards … mutants pour la plus part mais il y avait quelques humains …. La ligne des "curieux" avait diminué, remplacée par celle toute aussi pénible des journalistes. Ils n'hésitaient pas à nous interrompre avec leurs questions stupides et mesquines. Qu'imaginaient ils … que tout ceci ne nous touchait pas … que nous n'étions pas en colère face à ce génocide … J'étais sur les nerfs et je ne pus m’empêcher de leur donner une petite leçon. Rien de bien méchant. Un éclair sur une caméra, une bonne averse sur une superbe journaliste aux ongles manucurés et à la chevelure impeccable … (je sais que ce n'étais pas très malin …). Puis vint la recherche et la poursuit des criminels. Ce fut à ce moment que je craquai. Malgré l'aide du gouvernement qui cette fois avait mis des enquêteurs à notre disposition nous ne pûmes mettre la main que sur une petite poignée des Purificateurs comme ils se faisaient appelés. J'étais découragée, fatiguée et écœurée. Peut être mon récent mariage m'avait il rendu plus sensible, je n'en sais rien toujours est il que je m'enfuie. J'ai honte en écrivant ces lignes et pourtant comment appeler mon geste … […]


Une larme tombe sur le papier. Malgré les mois passés depuis et le travail qu'elle a accompli sur elle, Ororo se sent toujours coupable. Elle attrape une photo. Son mari la regarde, souriant, rassurant, les yeux débordant d'amour et de confiance. Elle reprend courage et assurance. Son ventre se met à grogner, ce qui lui déclenche un léger sourire. Elle regarde l'heure : 6h30. Elle n'a pas dormi de la nuit mais ne se sent pas fatiguée. Elle s'habille rapidement, range ses affaires et descend prendre un solide petit déjeuner. Dans quelques heures elle rejoindra l'Institut.

La salle est déjà bien remplie peut importe elle a le temps. Elle se prend un thé et va s'installer dans une petite alcôve. Des journaux trainent sur une petite table. Elle en prend un au hasard … elle a de la chance, c'est le journal du jour. Elle commence à lire tout en sirotant son breuvage. Rien de bien nouveau, toujours les mêmes informations sur la politique, la défaite d'un grand groupe de football américain, une star qui divorce … sans parler des nombreuses publicités pour les voitures, les cosmétiques et autres …

"de mauvaises nouvelles mademoiselle ?" une voix douce et chevrotante rompt le silence .. ou plutot le brouhaha. Elle lève les yeux. En face un très vieux monsieur s'installe avec précaution. Elle lui sourit.
"non rien de particulier.
-tant mieux. J'espère que ça va continuer … Tous ces attentats, ces massacres d'humains et de mutants, et … toutes ces choses … bizarre … …. ça me fait vraiment peur. Je suis bien trop vieux pour ça."

Ororo fixe le vieux monsieur intriguée.
"que voulez vous dire ? "
à son tour le vieux monsieur la regarde surpris
"vous n’êtes pas au courant ?
- heu … au courant de quoi ?" Ororo est sur ses gardes.
Le vieux monsieur s'installe confortablement satisfait d'avoir éveillé la curiosité chez cette magnifique jeune femme.

"hé bien figurez vous qu'il y a … environ 3 mois il s'est passé quelque chose d'étrange à New York. (il laisse un silence pour voir l'effet de ses paroles. Ororo lui sourit comme pour l'encourager) Des branches ma jeune demoiselle .. des branches immenses se sont mises à pousser en plein milieu de Manhattan. Vous auriez vu ça. Tout le monde était panique … Le monde part à la dérive … je vous le dis tout ça finira mal .. oui très mal … De mon temps ...."

Ororo ne réagit pas vraiment, elle continue de sourire gentiment … des branches … le vieux monsieur a forcé sur les médicaments. Mais comme elle est polie et respectueuse de l'age elle acquiesce "vous avez tout à fait raison. Veuillez m'excuser je dois vous laisser. Merci pour l'information et bonne journée à vous."
elle lui dédie son plus éblouissant sourire et se dirige vers une table qui vient de se libérer. Elle a gardé le journal à la main. Elle jete un coup d'oeil furtif et perplexe au vieux monsieur qui s'est emparé d'une revue et la parcourt avec attention ... Ororo hausse les épaules et secoue la tete. Le vieux n'a plus toute sa tête...
Cependant elle en a vu tellement que cette histoire l'intrigue quand même. Elle se note mentalement d'enquêter pour en savoir plus .


Dernière édition par Ororo Munroe le Mar 5 Mar - 13:10, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daniel Hopes
Agent du BAM Alpha
avatar

Messages : 860
Date d'inscription : 28/03/2012

MessageSujet: Re: Ororo Munroe (Storm) [terminée]   Jeu 21 Fév - 6:39

Bienvenue ( lol) !!

Je voulais juste te féliciter pour le superbe travail de synthèse que tu as su faire concernant la biographie du Personnage en y ajoutant les éléments du Background du Forum.

C'est une chose vraiment agréable de voir qu'un joueur arrive à prendre en compte des années de passés RP de notre forum pour l'intégrer à une fiche et ca nous prouve que quelque part, ce que nous tentons de faire comme fil conducteur du forum n'est pas inutile !

Merci en tout cas.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ororo Munroe
X-Men Alpha
avatar

Messages : 239
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: Ororo Munroe (Storm) [terminée]   Jeu 21 Fév - 9:16

Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed merci du compliment, je suis flattée.

bien loin d'etre inutile ce fil est très intéressant et facilite vraiment l'introduction dans le jeu

voila après donc une dernière relecture ma fiche est finie Yhea

bon courage pour la modération Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubilation Lee
X-Men Alpha
avatar

Messages : 2056
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Ororo Munroe (Storm) [terminée]   Jeu 21 Fév - 9:49

Validé.

Quoi ? J'en ai pas le pouvoir ?
Mais...

Re bienvenue !
Encore une bonne fiche que voilà Hystérique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ororo Munroe (Storm) [terminée]   Jeu 21 Fév - 16:26

Bienvenue Storm
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ororo Munroe (Storm) [terminée]   Jeu 21 Fév - 18:05

Bienvenue Storm ! X-women power !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Daniel Hopes
Agent du BAM Alpha
avatar

Messages : 860
Date d'inscription : 28/03/2012

MessageSujet: Re: Ororo Munroe (Storm) [terminée]   Sam 2 Mar - 13:22

Yop

Bienvenu ( lool)

Dc pas prio à la modération certes mais nous nous en occupons dès que possible.
Merci.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ororo Munroe
X-Men Alpha
avatar

Messages : 239
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: Ororo Munroe (Storm) [terminée]   Sam 2 Mar - 13:46

pas de soucis ^^

bon courage Laughing

_________________

Nombre de rp

Ashake:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ororo Munroe (Storm) [terminée]   Sam 2 Mar - 15:33

Je me charge de toi Lundi o-o


(Bienvenue What a Face )
Revenir en haut Aller en bas
Ororo Munroe
X-Men Alpha
avatar

Messages : 239
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: Ororo Munroe (Storm) [terminée]   Sam 2 Mar - 16:41

Pom Pom Pom Pom Pom Pom

merci à toi Yhea Yhea Yhea Yhea

_________________

Nombre de rp

Ashake:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ororo Munroe (Storm) [terminée]   Dim 3 Mar - 19:46

 Bonsoir, je ne suis pas la plante qui trépignent des fesses (tu as du croiser son espèce de crotte de nez verte qu'elle met à chaque mot magique), je ne suis pas le goss'bo brundinet qui fait le faux gentil, je ne suis pas Monsieur Grosse Bouche adorateur de la coupe du King représentant d'un parfum qui sent la fille, je ne suis pas l'autre plante, je suis tout simplement Lénore, une malade parmi tant d'autres.

/!\Petite chose à savoir et à faire si tu es un gentil membre qui veut être validé. Si tu pouvais mettre tes modifications en couleur dans ta fiche ou les recopier dans un post après avoir terminé, ce serait formidable, et plus facile pour nous qui avons la vue qui baisse, pour continuer ta modération. Je t’en remercie. ^^

Pour rester compréhensif, mes questions sont en police normal et le fil de ma réflexion en italique.Voilà voilà.


Nom Ok

Prénom Ok

Alias et Surnom Ok

Age Ok

Date de naissance Ok

Métier Ok Pour le Wakanda, ce sera peut être à revoir

Nationalité Ok

Genre Ok

Clan Ok, j'y reviendrais pour le HC

Pouvoirs
    + Premier Pouvoir
  • Combien de temps elle peut modifier et garder un changement climatique ? (En citant les extrêmes)
  • En combien de temps se modifie le climat quand elle provoque la modification ?
  • Pendant combien de temps elle perturbe les réseaux électromagnétiques ?

    +Second pouvoir
  • Combien de temps peut elle voler ? (En indiquant les extrêmes, vol lent, vol rapide)
  • Combien de personnes peut-elle transporter au maximum ?
  • Combien de temps peut elle voler en étant accompagner ?
  • Tu parles de ressentie des changements climatiques ; combien de temps met-elle à le ressentir ? (entre le début et l'arrivée du ressenti, si tu me comprends OO)


Niveau de maitrise

  • Alors ce n'est pas parfois, j'ai cru lire que c'est assez régulièrement que son pouvoir agit selon ces émotions.


Lien entre les pouvoirs
    Ok


Apparence

  • Alors le haussement de ton et se mettre en colère, ça ne fait pas parti de la section apparence mais mental.
  • Quelle est sa démarche ?


Signes particuliers
  • Les yeux blancs peuvent être rajouté dans la partie pouvoir


Mental
  • Alors la notion reine et Wakanda, étant un pays qui n'existe pas en vrai, risque de ne pas être acceptable, je te tiendrais au courant, mais je te préviens déjà au cas où.
  • Que pense-t-elle du BAM ?
  • Que pense-t-elle des purificateurs ?
  • Que pense-t-elle de la confrérie ?
  • Que pense-t-elle des mutants neutres ?
  • Que pense-t-elle des humains ?


Talents particuliers
    Ok


Possessions
    Ok


Biographie



    Bref, je dois m'y faire, vous aimez torturer les modos en leur présentant des bio de 30 km de long '.'
    En plus j'ai rien à dire...enfin presque


  • Comme je te l'ai dis, le Wakanda est un pays fictif, par conséquent on risque de le refuser. Comme je ne peux le faire que par mon simple avis, je vais transmettre ce point en staff, ça sera rapide, et du coup, je te dirais si oui ou non, ce point est acceptable.
  • Il faudrait rajouter les récents évènements qui se sont passés sur le forum (Mutant Town, Yggdrasil) qui ont touché les x-mens, je t'envoie pour compléter.


Avatar Ok
Personnage Marvel Ok
DC/TCOk
Pseudo Ok
Votre Age Ok
Connaissance du forum Ok

Bon voilà, je t'ai dis que je te faisais ça demain, mais bon, j'ai fais ça en avance j'ai eu un élan de bonté /SBAF/.
Bonne fiche en tout cas, les autres auront peut être des trucs à te demander, mais moi je trouve pas grand chose ^^
Bon j'ai tout de même noter une forte inspiration prise sur marvel-world, mais je ne considère pas ça comme du plagiat, il y a juste quelques phrases qui ne sont pas reformuler, si tu pouvais tenter de rectifier (je ne sais plus lesquelles le sont exactement mais ce n'est que sur la partie pouvoir) En tout cas, ce point ci ce n'est vraiment pas grand chose, je ne te pénaliserais pas pour ça ^^

Encore bravo pour cette fiche Wink rectifie moi les points demandés et ce sera bon, je te dirais après tes modifs si le point sur le pays est validable ou non.


Dernière édition par Lénore J. Hoffman le Lun 4 Mar - 10:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ororo Munroe
X-Men Alpha
avatar

Messages : 239
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: Ororo Munroe (Storm) [terminée]   Dim 3 Mar - 21:11

merci à toi pour cette modération ^^

je vais modifier tout ça mais je post vite ce soir juste pour l'affaire Mutant town ..

elle est dans le BG ^^

en long et en large car c"est le pourquoi de son départ pour l’Afrique lol! lol!

j'avoue que j'ai meme remis l'intégral du reportage Laughing Laughing Laughing

pour l'ygdrasil j'ai zappé ... involontairement mais je vais le zapper volontairement avec cette explication :

d'après ce que j'ai pu lire et compris il a eut lieu vers avril/mai 2012
à ce moment Ororo était en pleine ... "reconstruction" d'elle meme suite justement à l'affaire de mutant town ^^ du coup je vais lui faire "ignorer" l'aventure d'ygdrasil

son mari lui ayant caché cette affaire. pas de tv ni de journaux ... Il en a reçu l'ordre du professeur Xavier ...

si ça te va je pense l'évoquer après inrp avec les autres xmen ... et la faire réagir à ce moment

pour le wakanda peut importe de toute façon j'ai pas l'intention de lui faire jouer le role de reine.

ok pour les paraphrases effectivement je me suis aidé marvel-word et surtout wiki ^^ je vais modifier pas de soucis

pour le reste je vais modifier et rajouter tout ça


_________________

Nombre de rp

Ashake:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ororo Munroe (Storm) [terminée]   Dim 3 Mar - 21:33

Bienvenue Storm !

Merci d'incarner à un de mes personnage préféré !
Revenir en haut Aller en bas
Ororo Munroe
X-Men Alpha
avatar

Messages : 239
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: Ororo Munroe (Storm) [terminée]   Lun 4 Mar - 12:52

bon voila j'ai un peu galéré pour répondre à certaines des questions car je n'en ai aucune idée principalement sur les questions de temps. Son pouvoir étant lié au climat c'est difficile. du coup je ne suis pas sur d'avoir vraiment bien répondu me basant plus sur une question de distance ... tu me diras

pour l'instant je n'ai pas rajouté dans la fiche je préfère attendre ton avis sinon je risque de ne pas m'en sortir Laughing


Pouvoirs
+ Premier Pouvoir
Combien de temps elle peut modifier et garder un changement climatique ? (En citant les extrêmes)

bonne question ^^
il y a tout d'abord les limites de son corps puis du temps existant.
Création et garder
- tempête de neige : dans un pays froid, (poles nord et sud, Alaska, Canada …) l'hiver … indéfiniment puisque le phénomène existe déjà ou du moins jusqu'à un réchauffement naturel. Dans le sahara => elle mourra.

- orage : les orages sont ce qu'elle arrive à faire le plus facilement un peu partout. Elle sera limitée au limite d'un orage :
orage simple (unicellulaire) : forte averse et fort vent, petits grêlons, 30 à 60 minutes de durée. L'air se refroidit. Extrêmement rapides et concentrés ce sont ceux qu'elle crée le plus.

orage plus complexe (multicellulaire) : il pourra couvrir une distance de plus de 15 km. Il peut vivre longtemps car les cellules orageuses le composant sont indépendantes et en équilibre stable entre le chaud et le froid. Il peut produire de la grosse grele, des vents destructeurs et des pluies torrentielles ainsi que des tornades. Fréquent aux Etat unis en période de printemps, il peut se produire n'importe ou dans le monde si les conditions climatiques s'y prêtent (Amérique du Sud (Argentine, Urugay), toute l'Europe, Australie, Asie (Bengladesh, Est de la Chine ..). Plus difficile à créer, elle préférera utiliser les existants.

- la pluie : comme la neige. Dans les zones pluvieuses pas besoin de création. Dans une zone sèche sans point d'eau… création juste pour elle. Si y a un point d'eau elle passera par un orage et pourra faire pleuvoir sur un village (je pars sur une base d'un village africain)

- modifier : inversement proportionnellement à la création
- tempête de neige en zone froide : la mort



En combien de temps se modifie le climat quand elle provoque la modification ?
Là encore ça dépend de la zone et de la taille. Plus c'est petit plus ça sera immédiat. Un "gros" orage ou une tempête mettra le temps "naturel" (quelques heures). Les éclairs à ses mains sont immédiats.

Pendant combien de temps elle perturbe les réseaux électromagnétiques ?
Tant qu'elle maintient son orage mais ça va rarement au delà d'une heure. Ca lui laisse le temps de tout perturber.


+Second pouvoir
Combien de temps peut elle voler ? (En indiquant les extrêmes, vol lent, vol rapide)
(c'est plus une question de distance que de temps et comme toujours de conditions climatiques existantes)

vol rapide : elle l'utilise pour de court vol. Au max de sa vitesse elle peut aller jusqu'à 383 km/h en plaine (ou zone de vie vide) elle pourra donc parcourir cette distance. la fatigue et le temps de récupération seront en fonction des vents existants et donc de ceux qu'elle aura du créer.
Le vol rapide demande un vent violent qui peut causer des dégâts collatéraux .. ce qu'elle se refuse. En ville moins d'1 km voir quelques centaines de mètres seulement
vol lent : comme les oiseaux elle utilisera les courants donc elle pourra voler pratiquement indéfiniment … Elle peut traverser l'océan atlantique


Combien de personnes peut-elle transporter au maximum ?
(là aussi je n'en ai aucune idée ... j'espère avoir été raisonnable
est ce que je dois mettre plus ?? je me suis basée sur un groupe de 5 xmen)


Sur une courte distance moins de 5 km : 10 personnes en vol "lent" et 1 en rapide (il lui faut beaucoup plus de contrôle. De plus la stabilisation sera plus difficile.)
sur une longue distance : 5 personnes en vol "lent" elle ne fera pas de transport en vol rapide … trop fatiguant.


Combien de temps peut elle voler en étant accompagner ?
Ça sera proportionnel au nombre de personne.
En vol "lent", 1 personne elle fera moitié moins de km que seule, avec 2 personnes 1/4 de moins …



Tu parles de ressentie des changements climatiques ; combien de temps met-elle à le ressentir ? (entre le début et l'arrivée du ressenti, si tu me comprends OO)
C'est quasi immédiat (moins d'une minute) pour un orage à moins de 10 km d'ou elle est. Pareil pour un tremblement de terre, tempête …
ça ira en s'étalant jusque dans un rayons de 50km max


Niveau de maitrise

Alors ce n'est pas parfois, j'ai cru lire que c'est assez régulièrement que son pouvoir agit selon ces émotions. => corrigé

Apparence

Alors le haussement de ton et se mettre en colère, ça ne fait pas parti de la section apparence mais mental. => corrigé

Quelle est sa démarche ?=> rajouté
Ororo possède une démarche … "féline" ou de reine. C'est inconscient chez elle. Se tenant très droite, elle a un déhanchement de top modèle surtout lorsqu'elle porte des robes.


Signes particuliers
Les yeux blancs peuvent être rajouté dans la partie pouvoir => fait


Mental
Alors la notion reine et Wakanda, étant un pays qui n'existe pas en vrai, risque de ne pas être acceptable, je te tiendrais au courant, mais je te préviens déjà au cas où.
Ok, je vais modifier en passant le Wakanda comme le nom d'une simple "tribu" africaine, ça sera plus simple .
(j'ai pas trouvé ou j'en parle dans le mental ..)


Que pense-t-elle du BAM ?

- le Bam reste en parti un mystère meme si elle est plutot pour. Elle se doute qu'il s'est passé quelque chose avec l'ancien intendant … autre que la version "officielle" mais vu que le professeur Xavier ne lui a rien dit, elle n'a pas cherché plus loin.

Que pense-t-elle de la confrérie ?

- Vaste sujet. Elle n'a rien contre les confréristes en tant qu'individu ce qu'elle déteste ce sont leurs actions de terrorismes et de sabotages qui ruinent les efforts du professeur Xavier et des X-men. La réponse de la violence par la violence l’énerve. Mais si un confrériste veut rejoindre l'Institut elle fera tout pour l'accueillir. Elle sait que Magnéto et Xavier ont été ami.

Que pense-t-elle des mutants neutres ?

Rien de particulier. S'ils souhaitent intégrer l'Institut elle les aidera. D'ailleurs elle les considère plus comme des membres de l'Institut que comme des confréristes tant qu'ils se tiennent tranquille.

Que pense-t-elle des humains ?

Comme les mutants neutres et les confréristes, elle n'a rien contre en tant qu'individu. Là aussi c'est l'effet de groupe et la violence qui en découle qu'elle n'aime pas. Elle n'aime pas les anti-mutants bien sur, surtout s'ils ont un rôle "politique" cependant si l'un se retrouve en danger elle fera son travail de X-men.
Il y a cependant deux "humains" qu'elle déteste au plus haut point et qu'elle serait capable de tuer malgré son aversion : son oncle pour tout le mal qu'il a fait à sa famille et le révérant Stryker le chef des purificateurs.


Que pense-t-elle des purificateurs ?
Comme pour les humains et les confréristes ce sont leurs actions qu'elle déteste et leur fanatisme imbécile. Mais elle hait profondément le révérant. A ses yeux, c'est un assassin doublé d'un lache qui utilise "dieu" pour excuser ses actions.


Comme je te l'ai dis, le Wakanda est un pays fictif, par conséquent on risque de le refuser. Comme je ne peux le faire que par mon simple avis, je vais transmettre ce point en staff, ça sera rapide, et du coup, je te dirais si oui ou non, ce point est acceptable.
Il faudrait rajouter les récents évènements qui se sont passés sur le forum (Mutant Town, Yggdrasil) qui ont touché les x-mens, je t'envoie là pour compléter
=> Mutant Town fait parti du BG
=> pour Yggdrasil : comme dit, en fait je l'ai involontairement zappé mais je vais le zapper volontairement si c'est possible. Je le jouerais dans un (ou plusieurs) rp.
La raison : l'évènement s'étant déroulé en avril/mai, elle était au fin fond de l'Afrique pour se "remettre". Du coup sur ordre du professeur Xavier son mari lui a évité d'apprendre la nouvelle. Ce ne fut pas simple bien sur mais vu qu'Ororo n'était pas en super forme elle n'a pas vraiment fait attention.

_________________

Nombre de rp

Ashake:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ororo Munroe (Storm) [terminée]   Lun 4 Mar - 13:09

Alors, pour les personnes transportées, tu te bases sur sa force à elle ? ou la force du "vent" ? Je n'ai pas très bien comprit, du coup le nombre peut changer selon la réponse o.o

Pour le Wakanda, on s'est mit d'accord en staff, vu qu'on avait déjà refusé un pays "imaginaire" à un autre joueur, pour soucis d'égalité, nous te refuserons ce pays aussi. Donc soit tu retires, soit tu reformules. Mais il serait plus simple de supprimer cette notion, sachant que tu le feras pas jouer Reine et que comme ça, tu peux t'en passer sans aucun soucis, sauf si tu me justifies que c'est vraiment indispensable pour l'avenir de ton perso.
(Tu nommes "reine du Wakanda" dans le mental je crois bien, pour ça que je l'ai mentionné oo)

Je n'avais pas vu pour Mutant town navrée, cette masse de bio m'a aveuglé /SBAF/. Pour Yggdrasil ça passe, mais il faudra tout de même mentionné l'explication dans la bio ^^



Alors voilà, le reste est bien, juste ça à revoir puis ça sera bon pour moi Wink
Revenir en haut Aller en bas
Ororo Munroe
X-Men Alpha
avatar

Messages : 239
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: Ororo Munroe (Storm) [terminée]   Lun 4 Mar - 14:38

je me base sur la force du vent.

pour le wakanda j'ai oté de sa présentation au départ

et dans le carnet j'ai rajouté ça : et au final le Wakanda n'est que le nom de sa tribu .. peut importe pour moi il est un vrai prince)

c'est juste pour garder le coté "prince" à ses yeux

pour Yggdrasil ok .. meme si je vois pas trop comment faire ...

je vais réfléchir Laughing

peut etre un vieux journal qui traîne dans l'hotel ...

_________________

Nombre de rp

Ashake:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ororo Munroe (Storm) [terminée]   Mar 5 Mar - 11:50

Préviens quand ça sera fait Wink
Revenir en haut Aller en bas
Ororo Munroe
X-Men Alpha
avatar

Messages : 239
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: Ororo Munroe (Storm) [terminée]   Mar 5 Mar - 13:09

pas évident de raccorder

voici donc ce que j'ai rajouté :

La salle est déjà bien remplie peut importe elle a le temps. Elle se prend un thé et va s'installer dans une petite alcôve. Des journaux trainent sur une petite table. Elle en prend un au hasard … elle a de la chance, c'est le journal du jour. Elle commence à lire tout en sirotant son breuvage. Rien de bien nouveau, toujours les mêmes informations sur la politique, la défaite d'un grand groupe de football américain, une star qui divorce … sans parler des nombreuses publicités pour les voitures, les cosmétiques et autres …
"de mauvaises nouvelles mademoiselle ?" une voix douce et chevrotante rompt le silence .. ou plutot le brouhaha. Elle lève les yeux. En face un très vieux monsieur s'installe avec précaution. Elle lui sourit.
"non rien de particulier.
-tant mieux. J'espère que ça va continuer … Tous ces attentats, ces massacres d'humains et de mutants, et … toutes ces choses … bizarre … …. ça me fait vraiment peur. Je suis bien trop vieux pour ça."

Ororo ne répond pas et fixe le vieux monsieur intriguée.
"que voulez vous dire ? "
à son tour le vieux monsieur la regarde surpris
"vous n’êtes pas au courant ?
- heu … au courant de quoi ?" Ororo est sur ses gardes.
Le vieux monsieur s'installe confortablement satisfait d'avoir éveillé la curiosité chez cette magnifique jeune femme.

"hé bien figurez vous qu'il y a … environ 3 mois il s'est passé quelque chose d'étrange à New York. (il laisse un silence pour voir l'effet de ses paroles. Ororo lui sourit comme pour l'encourager) Des branches ma jeune demoiselle .. des branches immenses se sont mises à pousser en plein milieu de Manhattan. Vous auriez vu ça. Tout le monde était panique … Le monde part à la dérive … je vous le dis tout ça finira mal .. oui très mal … De mon temps ...."

Ororo ne réagit pas vraiment, elle continue de sourire gentiment … des branches … le vieux monsieur a forcé sur les médicaments. Mais comme elle est polie et respectueuse de l'age elle acquiesce "vous avez tout à fait raison. Veuillez m'excuser je dois vous laisser. Merci pour l'information et bonne journée à vous."
elle lui dédie son plus éblouissant sourire et se dirige vers une table qui vient de se libérer. Elle a gardé le journal à la main. Elle jete un coup d'oeil furtif et perplexe au vieux monsieur qui s'est emparé d'une revue et la parcourt avec attention ... Ororo hausse les épaules et secoue la tete. Le vieux n'a plus toute sa tête...
Cependant elle en a vu tellement que cette histoire l'intrigue quand même. Elle se note mentalement d'enquêter pour en savoir plus .

_________________

Nombre de rp

Ashake:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ororo Munroe (Storm) [terminée]   Mar 5 Mar - 13:16

Ok, ça me va, tu as ton premier avis positif

un autre modérateur passera sous peu Wink
Revenir en haut Aller en bas
Ororo Munroe
X-Men Alpha
avatar

Messages : 239
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: Ororo Munroe (Storm) [terminée]   Mar 5 Mar - 13:44

Pom Pom Pom Pom

je vais tout mettre dans la fiche
merci à toi Yhea Yhea Yhea

Edit : voila tout est mis ^^ j'ai laissé en bleu ça sera plus simple pour l'instant de m'y retrouver Laughing

_________________

Nombre de rp

Ashake:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Ororo Munroe (Storm) [terminée]   Sam 16 Mar - 19:44

Tu as espéré, tu as prié, tu as sacrifié des nouveaux joueurs sur l’autel de la CB, mais tout cela était vain, car nous sommes en pénurie de modo, et que par conséquent, tu m’as moi MAWAWAWAWA…





Ok, je sors. Mais je fais ma modo avant !

Donc… Silence, ça pousse oo

Nom : Ok
Prénom(s) : Ok
Alias & Surnom(s) : Donne l’origine du surnom
Age & Date de Naissance : Inadéquation entre l’âge et la date de naissance Si elle est née en décembre 83, elle a encore 29 ans
Métier(s) : la XSE n’a jamais existée sur le forum, retire la mention. Elle est professeure de quoi ?
Nationalité(s): Ok
Genre : Ok
Clan : Ok

Pouvoir(s) :
  • Description :
    • Météokinésie :
      • Est-elle limitée par les contraintes naturelles ? Ses éclairs sont-ils limités à un voltage et un ampérage naturels ou peut-elle les accroitre ou les diminuer ? La glace d’un de ses blizzards peut-elle être tranchante à volonté ? Etc.
      • Peut-elle déclencher des raz-de-marée ?
      • Quelle est la portée de ses pouvoirs ?
      • Combien de temps met-elle pour, et jusqu’à quel point peut-elle, altérer les températures ?
    • Electrokinésie :
      Je m’explique concernant ce pouvoir : de ce que j’ai lut, en plus de manipuler la météo, elle est capable de générer elle-même des éclairs ; c’est donc de l’Electrokinésie. Comme c’est à part du premier pouvoir, puisque ne suivant pas la même logique (il ne dépend pas de l’environnement), j’ai mit à part pour modérer.
      • Portée et puissance des éclairs qu’elle génère elle-même ?
      • Combien peut-elle en lancer simultanément ? Use-t-elle d’arc électrique, d’un trait unique ou de « rafales » (plusieurs éclairs consécutifs)
    • Vol :
      • Ok
    • Adaptation climatique :
      • Donne les limites thermiques qu’elle peut endurer, ainsi que le temps requit pour les changements.
      • Ce pouvoir peut-il la protéger d’attaques d’origine psychique autre que les siennes ? Genre, elle dévie le vent quant elle vole et se réchauffe quant elle a froid, est-ce que cela fonctionne si c’est un Aerokinésiste ou un Cryokinésiste qui l’attaque ?
  • Niveau de Maîtrise :
    • Citation :
      Ils peuvent se manifester sur de très grandes surfaces (en fonction des limites citées plus haut, elle pourra modifier le climat jusqu'à environ 800 km² la moitié de la ville d'Houston) comme sur de toutes petites (elle peut faire apparaître un nuage autour d’une simple plante pour l’arroser.)
      Cela va dans Description
    • [b]Ses émotions affectent-elles l’utilisation de ses pouvoirs ? Si oui, quelle émotion est rattachée à quelle(s) conséquence(s) ? genre, la colère entraine un vent plus ou moins violent, la tristesse la pluie, des exemples que tu as donné dans la section précédente
    • Se fatigue-t-elle à utiliser ses pouvoirs ?
    • Y a-t-il un temps limite ?
    • Peut-elle en perdre le contrôle ?
    • Qu’arrive-t-il si elle se confronter à un kinésiste spécialisé ? (qui contrôlerait une partie de ce qu’elle contrôle elle-même, genre l’air, l’eau ou la foudre)

Description Physique :
  • Apparence :
    • Quelle est la première impression qu’elle laisse généralement ?
  • Signes Particuliers :
      Ok

Caractère :
  • Mental :
    Erf, pour un personnage de cette importance, le mental est assez court ; on va essayer d’y remédier Wink
    Mes remarques « développe plus » sont suivies d’avis et de questions qui devraient pouvoir t’aider où creuser.
    • Citation :
      Avec son maintien de reine, Ororo pourrait passer pour une femme fière et hautaine mais ce n'était pas le cas, bien au contraire.
      Développe plus : elle n’est ni fière ni hautaine, bien au contraire, donc se laisse-t-elle marcher sur les pieds ? Est-elle discrète ? Juge-t-elle tout le monde comme ses égaux, ou est-elle plus du genre à se placer en inférieure par rapport à eux, à réserver son avis ou autre ? Assume-t-elle sur son maintien de reine, tente-t-elle de le montrer ou de le cacher ?
    • Citation :
      Sensible, elle est totalement dévouée au professeur Xavier et aux Xmen.
      Développe plus : quel genre de sensibilité ? Quel genre de dévouement ? Pourquoi Xavier ? D’autres aussi peuvent avoir cette loyauté ? Comment ce manifeste-t-elle (la loyauté) ?
    • Citation :
      Volontaire, c'est une guerrière hors pair et une meneuse d'hommes et de femmes malgré des doutes sur ses compétences qui viennent parfois la perturber. Elle ne baisse jamais les bras même aux portes de la mort, luttant toujours pour sa survie.
      Développe plus : Quels sont les doutes ? Mène-t-elle par l’admiration, l’amitié, la peur, la passion ou autre ? Elle n’abandonnera jamais sa lutte si cette dernière implique sa survie ; est-ce tout ? Se battrait-elle jusqu’à la mort pour la survie d’autres personnes ? Accepterait-elle qu’eux se sacrifient ? Se sacrifierait-elle pour une cause ?
    • Citation :
      Elle possède un grand sens de l'honneur et ne supporte pas l'humiliation ni les sévices. Elle protégera toujours le plus faible.
      Développe plus : Quel est son code d’honneur ? Est-il basé sur un code strict, sur ce que lui dit sa conscience, sur des lois ? Qu’est-elle prête à faire en cas d’humiliations ou de sévices ? Quelle est sa définition du « plus faible » ?
    • Citation :
      Pédagogique et patiente, elle dirige les jeunes mutants d'une main douce et ferme. Pour beaucoup d'entre eux, elle représente une mère.
      Développe plus : on dit pédagogue, mais quelle est sa manière d’enseigner ? Elle assiste, laisse se débrouiller, elle montre et explique à l’infini ? Certains jeunes mutants voient en elle une mère, est-ce voulut ? Comment se positionne-t-elle par rapport à cela ? A-t-elle un côté maternel naturellement ou ce le donne-t-elle ? Quel est son rapport à ses élèves ? A ceux d’autres ?
    • Citation :
      Elle a une voix douce sans accent, elle n'hausse que très rarement le ton et se met très peu en colère.
      Développe plus : la description de la voix va plus dans l’Apparence, après, tu peux dire que sa voix correspond à sa personne. Qu’est-ce qui peu la forcer à hausser le ton ou à se mettre en colère ? Jusqu’où vont ces dernières ?
    • Citation :
      Elle déteste tuer et ne le fait qu'en tout dernier recours préférant utiliser ses pouvoirs pour "handicaper" ses ennemies.
      Développe plus : Pourquoi déteste-t-elle tuer ? Quelle est sa définition du dernier recours ? Que pense-t-elle de ceux qui tuent, notamment parmi son entourage ?
    • Citation :
      Descendante d'une longue lignée de prêtresses, elle a cru pendant longtemps avoir hérité ses pouvoirs de la magie et lorsque le professeur Xavier lui apprit la vérité (qu'elle était en fait une mutante) elle l'accepta sans problème. C'est d'ailleurs lui qui lui donna son nom de guerre : Storm.
      Développe plus : Que pense-t-elle de sa mutation ? Chance ou malédiction ? De celle des autres ? Quelqu’un n’étant pas du même avis qu’elle sur le sujet, essaierait-elle de le faire changer d’avis ? (genre un élève convaincu que sa mutation est une malédiction/une punition, ou un autre que cela fait de lui quelqu’un de supérieur/d’exceptionnel).
    • Citation :
      Claustrophobe, elle panique totalement dans des endroits confinés, la terreur déréglant complètement ses pouvoirs elle devient alors incontrôlable et dangereuse.
      Cela devrait être explicité dans la section Niveau de maîtrise
    • A-t-elle d’autre qualités et défauts ?
    • A-t-elle des manies ?
    • Quels sont ses hobbies et ce qu’elle n’aime pas faire ?
    • Ses espoirs et ses autres peurs ? Ses vocations ?
    • Que pense-t-elle de l’Idéologie de Xavier (la coexistence pacifique) et de celle de Magnéto (la lutte par les armes) ?
    • Que pense-t-elle des X-Men (en tant que groupe) ?
    • Que pense-t-elle de (l’Institut en tant qu’école) ?

Histoire :
  • Talents Particuliers :
    • [b]Quels types d’objets parvient-elle à voler ?
    • Quels types de serrures parvient-elle à crocheter ?
    • En conditions théoriques neutres, combien d’adversaires entrainés/non-entrainés et/ou armés/désarmés parviendrait-elle à vaincre grâce à son combat à mains nues ? Pratique-t-elle un art martial particulier ?
    • Jusqu’à quelle distance parviendrait-elle à toucher et avec quelle précision ?
    • Quels types d’armes sait-elle utiliser ? Armes de poings, d’épaules, lourdes…
    • Dispose-t-elle de compétence de pilotage/conduite autre que le X-jet ? Avion normaux, véhicules automobiles ou motocycles…
  • Possessions :
    • Donne sa situation financière.
    • Indique qu’elle possède sa combinaison en molécules instables de X-Men.
    • Des véhicules, armes ou autre ?
  • Biographie :
    • Citation :
      Je ne sais pas ce qui me passa par la tête à cette époque peut être comme je l'ai dit le contrecoup de cette perturbante mission toujours est il que "j'abandonnai" les X-men pour créer mon propre groupe que je mis sous les ordres du gouvernement, une sorte de police mutante.
      Dans le BG du Forum, il n’y a jamais eut de police mutante avant le BAM, supprime ce passage.


Avatar : Storm Comics
Personnage Marvel : Ok
Double/Triple Compte : Ok
Si oui, Qui ?: Ok
Pseudo : Ok
Votre Age : Ok
Comment avez-vous connu le Forum ? Ok

Voilà, je peux sortir ; belle fiche, très très belle biographie, dont certains éléments en indique plus sur le mental, qui comme le suggère ma modo, était un peu faiblard. Si t’as des questions ou autre, hésite pas, et je te dis à bientôt pour l’AP Wink

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ororo Munroe
X-Men Alpha
avatar

Messages : 239
Date d'inscription : 20/02/2013

MessageSujet: Re: Ororo Munroe (Storm) [terminée]   Dim 17 Mar - 9:52

tout d'abord je te remercie pour ta modo et je suis flattée que tu la fasses Wink

si ça ne t'ennuie pas comme avec Lénore je posterais mes corrections à la suite et les mettrais dans la fiche une fois que tu seras ok pour plus de simplicité (surtout pour moi )

mes réponses seront en bleu, en italique les questions ou remarques
voici les premières corrections ... les plus simples



Alias & Surnom(s) : Donne l’origine du surnom => ok à ce sujet j'en parle dans la bio mais j'ai lu comment elle l'avait eu exactement je peux modifier un peu la bio ?
Storm (Tornade) ce surnom lui a été donné par le professeur Xavier lorsqu'il est venu la chercher et qu'il lui a appris l'origine exacte de ses pouvoirs.

Age & Date de Naissance : Inadéquation entre l’âge et la date de naissance Si elle est née en décembre 83, elle a encore 29 ans => corrigé je me fais toujours avoir. j'ai préféré changer l'année elle est donc née en 82

Métier(s) : la XSE n’a jamais existée sur le forum, retire la mention. => fait
Elle est professeure de quoi ? => Histoire géographie. C'est possible ?


Biographie :
Citation:
Je ne sais pas ce qui me passa par la tête à cette époque peut être comme je l'ai dit le contrecoup de cette perturbante mission toujours est il que "j'abandonnai" les X-men pour créer mon propre groupe que je mis sous les ordres du gouvernement, une sorte de police mutante.

Dans le BG du Forum, il n’y a jamais eut de police mutante avant le BAM, supprime ce passage. => ok mais j'ai pas tout supprimé car faudrait que j'ote plus que ce que tu as marqué. J'ai juste oté : "pour créer mon propre groupe … police mutante".


Avatar : Storm Comics =>corrigé

je m'attelle à la suite Razz



Pouvoir(s) :
Description :
Météokinésie :
Est-elle limitée par les contraintes naturelles ? 
=> ça rejoint pas la demande de Lénore sur la création, modification du changement ??? je vais répéter la meme chose

Ses éclairs sont-ils limités à un voltage et un ampérage naturels ou peut-elle les accroitre ou les diminuer ?
tu parles des éclairs suite à un orage ?? Ceux liés à l'orage seront naturel, les autres je précise dans ta question "portée et puissance"

La glace d’un de ses blizzards peut-elle être tranchante à volonté ? Etc.
non je vais limiter aux conditions naturelles. J'ai peur qu'elle soit "trop forte" sinon.

Peut-elle déclencher des raz-de-marée ?
les raz-de-marée : Vu que les raz-de-marée sont une conséquence du vent sur une surface d'eau, elle peut en déclencher volontairement mais comme cela implique des dégâts humains elle ne le fera pas.

Quelle est la portée de ses pouvoirs ?
la portée de ses pouvoirs : Ils peuvent se manifester sur de très grandes surfaces (en fonction des limites citées plus haut, elle pourra modifier le climat jusqu'à environ 800 km² la moitié de la ville d'Houston) comme sur de toutes petites (elle peut faire apparaître un nuage autour d’une simple plante pour l’arroser.)

Combien de temps met-elle pour, et jusqu’à quel point peut-elle, altérer les températures ?
Altération des température : Elle peut altérer totalement les températures dans un sens ou dans un autre mais selon le lieu ou elle sera elle pourrait en mourir. Par contre elle ne peut pas altérer directement la température d'un autre humain. Elle devra passer par la création de froid ou de chaud.
Le temps sera en fonction de la température naturelle existante. S'il fait déjà chaud /froid, elle mettra peu de temps à augmenter la chaleur/froideur, par contre l'inverse est proportionnel.
Sa température personnelle sera modifiée rapidement, moins d'une minute.


Electrokinésie :
Je m’explique concernant ce pouvoir : de ce que j’ai lut, en plus de manipuler la météo, elle est capable de générer elle-même des éclairs ; c’est donc de l’Electrokinésie. Comme c’est à part du premier pouvoir, puisque ne suivant pas la même logique (il ne dépend pas de l’environnement), j’ai mit à part pour modérer.
Portée et puissance des éclairs qu’elle génère elle-même ?
Puissance : les éclairs sont principalement pour une attaque immédiate et courte. Elle pourrait les accroitre bien sur mais elle n'en voit pas la nécessite. Sur un humain ils iront de la "poignée de châtaigne" pour faire lâcher une prise par exemple et jusqu'à 120V continue et 50 en alternatif pour plonger dans l'inconscience. Au dessus cela provoquera l'électrocution et l’arrêt cardiaque chez les humains, ce qu'elle se refuse.
Distance : 10 mètres max


Combien peut-elle en lancer simultanément ? Use-t-elle d’arc électrique, d’un trait unique ou de « rafales » (plusieurs éclairs consécutifs)
heu … je sais pas ce qu'est un trait unique mais vu que la foudre est un arc électrique (merci Wiki) je dirais un arc.

Vol :
Ok
Adaptation climatique : 
Donne les limites thermiques qu’elle peut endurer, ainsi que le temps requit pour les changements.

sincèrement je n'en sais rien, surtout pour la température mini
limite : + 50° à - (?)°

Ce pouvoir peut-il la protéger d’attaques d’origine psychique autre que les siennes ? Genre, elle dévie le vent quant elle vole et se réchauffe quant elle a froid, est-ce que cela fonctionne si c’est un Aerokinésiste ou un Cryokinésiste qui l’attaque ?
Attaque par un "spécialiste" (aérokinésite/ cryokinésite) : dans la mesure de la puissance de son adversaire, elle pourra s'en protéger. Par contre il lui faudra un peu plus de temps sur une attaque ciblée. Un spécialiste du vent/glace pourra la prendre par surprise en dirigeant son attaque directement sur elle, surtout une attaque de faible portée comme ses éclairs donc de plus grande puissance. Par contre une attaque de grande envergure se rapprochera des conditions naturelles.

_________________

Nombre de rp

Ashake:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Ororo Munroe (Storm) [terminée]   Dim 17 Mar - 13:08


Ororo Munroe a écrit:
Alias & Surnom(s) : Donne l’origine du surnom => ok à ce sujet j'en parle dans la bio mais j'ai lu comment elle l'avait eu exactement je peux modifier un peu la bio ?
Storm (Tornade) ce surnom lui a été donné par le professeur Xavier lorsqu'il est venu la chercher et qu'il lui a appris l'origine exacte de ses pouvoirs.
Ok

Ororo Munroe a écrit:
Age & Date de Naissance : Inadéquation entre l’âge et la date de naissance Si elle est née en décembre 83, elle a encore 29 ans => corrigé je me fais toujours avoir. j'ai préféré changer l'année elle est donc née en 82
Ok

Ororo Munroe a écrit:
Elle est professeure de quoi ? => Histoire géographie. C'est possible ?
Yep

Ororo Munroe a écrit:
Dans le BG du Forum, il n’y a jamais eut de police mutante avant le BAM, supprime ce passage. => ok mais j'ai pas tout supprimé car faudrait que j'ote plus que ce que tu as marqué. J'ai juste oté : "pour créer mon propre groupe … police mutante".
C’est la police mutante qui pose problème, en fait ; à la limite, créer un groupe d’X-Men dissident, même si cela peut ne pas jouer en ta faveur, c’est faisable, mais pas une police mutante.

Ororo Munroe a écrit:
Est-elle limitée par les contraintes naturelles ?
=> ça rejoint pas la demande de Lénore sur la création, modification du changement ??? je vais répéter la meme chose
J’entendais pas là si elle était limitée aux puissances naturelles des éléments ou si elle pouvait les accroitre au-delà.

Ororo Munroe a écrit:
Ses éclairs sont-ils limités à un voltage et un ampérage naturels ou peut-elle les accroitre ou les diminuer ?
tu parles des éclairs suite à un orage ?? Ceux liés à l'orage seront naturel, les autres je précise dans ta question "portée et puissance"

La glace d’un de ses blizzards peut-elle être tranchante à volonté ? Etc.
non je vais limiter aux conditions naturelles. J'ai peur qu'elle soit "trop forte" sinon.
Ok, donc ils sont limités par les contraintes naturelles, c’était pour l’exemple

Ororo Munroe a écrit:
Peut-elle déclencher des raz-de-marée ?
les raz-de-marée : Vu que les raz-de-marée sont une conséquence du vent sur une surface d'eau, elle peut en déclencher volontairement mais comme cela implique des dégâts humains elle ne le fera pas.
La question n’est pas de savoir si elle va le faire, mais si elle peut le faire ; on est dans la théorie, là, non dans la pratique. Par exemple, un magnéto pouvant soulever une ile devrait le mettre, alors qu’Irp, jamais il ne soulèvera une île, mais il pourra le faire. Tu vois la nuance ?

Ororo Munroe a écrit:
Quelle est la portée de ses pouvoirs ?
la portée de ses pouvoirs : Ils peuvent se manifester sur de très grandes surfaces (en fonction des limites citées plus haut, elle pourra modifier le climat jusqu'à environ 800 km² la moitié de la ville d'Houston) comme sur de toutes petites (elle peut faire apparaître un nuage autour d’une simple plante pour l’arroser.)
Ok


Ororo Munroe a écrit:
Combien de temps met-elle pour, et jusqu’à quel point peut-elle, altérer les températures ?
Altération des température : Elle peut altérer totalement les températures dans un sens ou dans un autre mais selon le lieu ou elle sera elle pourrait en mourir. Par contre elle ne peut pas altérer directement la température d'un autre humain. Elle devra passer par la création de froid ou de chaud.
Le temps sera en fonction de la température naturelle existante. S'il fait déjà chaud /froid, elle mettra peu de temps à augmenter la chaleur/froideur, par contre l'inverse est proportionnel.
Sa température personnelle sera modifiée rapidement, moins d'une minute.
Tu ne réponds pas jusqu’à quel point elle peut altérer les températures. Est-ce là aussi limité à la nature, ou pourrait-elle générer le zéro absolu ou la température de flammes ? Chiffre les maximums, et donne le temps qu’il lui faut pour les atteindre.

Ororo Munroe a écrit:
Puissance : les éclairs sont principalement pour une attaque immédiate et courte. Elle pourrait les accroitre bien sur mais elle n'en voit pas la nécessite. Sur un humain ils iront de la "poignée de châtaigne" pour faire lâcher une prise par exemple et jusqu'à 120V continue et 50 en alternatif pour plonger dans l'inconscience. Au dessus cela provoquera l'électrocution et l’arrêt cardiaque chez les humains, ce qu'elle se refuse.
Distance : 10 mètres max
Là encore, j’aimerai les limites théoriques.

Ororo Munroe a écrit:
Combien peut-elle en lancer simultanément ? Use-t-elle d’arc électrique, d’un trait unique ou de « rafales » (plusieurs éclairs consécutifs)
heu … je sais pas ce qu'est un trait unique mais vu que la foudre est un arc électrique (merci Wiki) je dirais un arc.
Par trait unique, j’entendais un seul éclair, et par arc, un arc électrique un peu comme dans Star Wars ; pour reformuler la question, tu touche une personne ou plusieurs d’un seul coup ?

Ororo Munroe a écrit:
Adaptation climatique :
Donne les limites thermiques qu’elle peut endurer, ainsi que le temps requit pour les changements.

sincèrement je n'en sais rien, surtout pour la température mini
limite : + 50° à - (?)°
Si tu ne connais pas les données, fixe-les arbitrairement.
« Sa température personnelle sera modifiée rapidement, moins d'une minute. » cela va ici.


Ororo Munroe a écrit:
Ce pouvoir peut-il la protéger d’attaques d’origine psychique autre que les siennes ? Genre, elle dévie le vent quant elle vole et se réchauffe quant elle a froid, est-ce que cela fonctionne si c’est un Aerokinésiste ou un Cryokinésiste qui l’attaque ?
Attaque par un "spécialiste" (aérokinésite/ cryokinésite) : dans la mesure de la puissance de son adversaire, elle pourra s'en protéger. Par contre il lui faudra un peu plus de temps sur une attaque ciblée. Un spécialiste du vent/glace pourra la prendre par surprise en dirigeant son attaque directement sur elle, surtout une attaque de faible portée comme ses éclairs donc de plus grande puissance. Par contre une attaque de grande envergure se rapprochera des conditions naturelles.
ok

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ororo Munroe (Storm) [terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ororo Munroe (Storm) [terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ororo Munroe (Storm) [terminée]
» Reprendre le flambeau ? {Ororo Munroe}
» Le calme avant la tempête {Ororo Munroe}
» Quels sont ces produits MAC que vous avez terminé?
» Swatchs SLEEK (Original, Storm, Sunset et Graphite) +MAJ (Acid)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Avant de commencer... :: Le Bureau des Inscriptions :: Fiches validées-
Sauter vers: