AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Petite séance de recadrage [ PV Caitlyn Elioth]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Petite séance de recadrage [ PV Caitlyn Elioth]   Dim 30 Déc - 18:25

Une journée , parmi temps d'autres, malgré tout, le jeune Franklin Richards ne se sentait pas très bien et ce depuis quelques jours déjà. Il s'était certes habitué à sa vie à l'institut mais, quelques choses au fond de lui le contrariait. Il s'en voulait, pour beaucoup de choses à dire vrai. Après une période assez longue d'intégration, il avait fini par se faire quelques amis et trouver des activités à faire entre les cours mais, il avait sans le vouloir fait souffrir des gens. En effet, il avait utilisé ses pouvoirs avec maladresse en minimisant bien trop souvent dans la tête de ceux qu'il pouvait considérer comme ses amis. ils lui avaient plus ou moins pardonné ses intrusions mais, il savait qu'il ne pouvait pas revenir en arriéré et des gens comme Ernest, ne lui adressait plus la parole et avaient même fini par le détester. Franklin ne pouvait pas leur en vouloir et après avoir cherché un moyen de se racheter, il avait décidé de marquer quelques distances. Avec le temps, ses regrets s'agrandissaient et même s'il en avait fait part au professeur McCoy et à quelques amis qu'il lui restait, il n'était pas tout à fait soulagé.

Ainsi, en cette matinée , le petit blondinet s'était réveillé et était sorti du lit sans aucune joie. Il se posait de multitudes de questions et avait l'impression d'être revenu quelques mois plutôt, se demandant si sa place était vraiment dans cet institut. Peut être devait-il appeler ses parents, tout abandonner et leur demander de le récupérer. C'était une action que le gamin n'excluait pas mais, il savait également qu'en faisant ainsi, il baisserait totalement les bras et devrait à nouveau vivre parmi des gens qui ne le comprennent pas et d'autres qui haïssent les mutants. Franklin secoua la tête pour se remettre les idées au claire et après avoir fini de se préparer, fila prendre un petit déjeuner, prêtant à peine attention à son ami Philippe qui lui, croyait en l'amitié du jeune Richards.

Une fois arrivée en classe, Franklin salua son professeur et s'installa tout seul prêt de la fenêtre. De multitudes de questions lui trottaient dans la tête, il pesait le pour et le contre, se demandait ce que devait être son destin. Il s'était pourtant convaincu d'avoir un avenir, d'aider les mutants à mieux s'intégrer, de prendre exemple sur des personnes comme le professeur McCoy, des gens bons, qui savaient quoi faire pour aider le monde. Malgré tout, s'il devait agir ainsi, le jeune mutant devait avoir davantage confiance en lui et se montrer peut être un peu plus délicat avec les autres et arrêter de s'infiltrer à tout bout de champ dans l'esprit des autres. D'ailleurs, certains élèves de sa classe avait fini par se plaindre et à la fin de ce cours, le jeune mutant avait rendez-vous avec une mutante, il ne la connaissait que de nom mais, il savait qu'elle était en charge des petits soucis d'intégrations des élèves et qu'elle n'était pas des plus patientes.

Franklin appréhendait cette rencontre, car, il n'avait nullement l'intention de se confier à une inconnu. Il ne comprenait pas trop son utilité mais, si c'était une psychologue, il en avait déjà trop rencontré durant sa courte vie. A la fin du cours, la salle se vida et le professeur indiqua à Franklin de rester à sa place, en attendant l'arrivée de la jeune femme. Le gamin garda son visage rivé sur la fenêtre, redoublant d'effort pour contrôler ses pouvoirs et éviter un nouvel incident.
Revenir en haut Aller en bas
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Petite séance de recadrage [ PV Caitlyn Elioth]   Dim 30 Déc - 21:04

- Mais vous savez bien M’sieur Charles que c’est l’bordel dans ma tête !!! Je suis incapable de me concentrer cinq minutes sur un thème donné, Mcoy l’a dit : « La mutation a attaqué les neurones ! » ou un truc du genre, ce n’est pas qu’j’suis neuneu, c’est que on a l’impression que mon cerveau joue les montagnes russes !

- Il n’a pas dit ça , Caitlyn, il a dit que la nature électrique de ton cerveau entrainait un fonctionnement neuronal « différent » ce qui explique ta capacité d’hyper mémorisation mais aussi tes « égarements » en terme de capacités cognitives.

- Bas heu, c’est pareil hein ! Alors rectification : J’suis neuneu « zarbi ». Et vous, vous voulez me coller un télépathe incontrôlable dans les jupes, autant d’mander à Wolfy d’se mettre à l’eau ou Miss Frost d’se faire none !

- C’est ton travail Caitlyn, tu as obtenu d’excellents résultats jusqu’ici avec Rachel ou Enora, tu ne voudrais pas pousser ton gout du challenge en ce sens ? Et qui dit que cette expérience ne te saurait pas profitable ?

- Mais m’sieur ! En plus, j’ai pas la patience envers les gosses, ils sont chiants, débiles, braillent et ne font que des conneries !

- ….

- Non, je sais à quoi vous pensez, moi ce n’était pas pareil ! quand je suis arrivé, je…

- Quand tu es arrivé, tu as trouvé des personnes qui t’ont accepté et cela malgré tes défauts et ton mauvais contrôle de ton talent, ils ont su t’écouter et te tendre la main pour faire de toi une des meilleures de nos recrues. Qui aurait parié sur toi au départ avec ton attitude provocatrice, bruyante, et ta capacité à te mettre dans des situations impossible ? Qui pour parier sur Franklin et l’aider ? Caitlyn ?


- Vous m’stressez à toujours me renvoyer mes propres failles dans mes raisonnement en pleine poire, vous voyez comment ca agit un télépathe, c’est aussi vicieux qu’un boss de fin de level, genre vous d’vinez toutes nos attaques avant qu’on décide d’attaquer.

- Mais je ne suis pas dans ta tête et nous ne sommes pas dans un film hollywoodien. La télépathie, je ne me permettrais pas une telle chose, jamais sans un accord.

- Ouais ben, l’gamin lui, il va pas s’géner, Amy m’a dit avoir des problèmes avec lui une fois : je vous préviens, si il touche à un truc qui m’va pas : je lui ferais manger ses dents !


De toute façon, c’était le gamin télépathe ou un mutant dégeu dont les effets secondaires se manifestaient sous forme d’une aérophagie incontrôlable provoquant d’incessantes flatulences très odorantes et dont la sonorité incommodait jusqu’au voisins de chambré ! Donc entre Super Petoman et Little casse burne à grosse tête, le choix s’était effectué assez rapidement. Jamais contente. Bien entendu ! Elle fixa d’un geste précis au stylo sur une page blanche de son carnet de rendez-vous, le prénom du jeune garçon et attendit son heure.




Son heure survint en ce jour lorsqu’elle poussa la porte de la salle de classe en étouffant un gros soupir de contrariété. Ca la gonflait, tout cela la gonflait terriblement. Les cheveux ramenés en une longue tresse lui tombant jusqu’au bas du dos depuis qu’elle avait décidé de ne plus se les couper, maquillage discret et lunettes roses de Jubilée en guise de serre tête, elle paradait en tailleur, veste et pantalon d’une couleur bleuté lui donnant assurément l’âge d’une femme dans sa belle jeunesse. Ses talons hauts venaient lui donner une touche de féminité plus décontractée mais bien plus provocante. Elle contrastait avec le style estudiantin que l’on croisait habituellement dans les couloirs. Les ressent évènements avaient accentué cette vision adulte qu’elle affichait à présent, femme bientôt mariée et grandes responsabilités en sus, la vie semblait enfin la rattraper.

Elle adressa un vague sourire au jeune homme avant de venir s’accouder sur la table en un geste désinvolte.

- Hello, Je suis Fuzzy. J’occupe la charge de conseillère sociale, autant dire que j’fille des fessés aux mauvais élèves et des bons points aux autres : tu t’situes où histoire de voir si j’prends ma grosse voix de killeuse ou non ?

Elle inclina la tête d’un air entendu.

- Calmos Bambino, j’viens pour l’interro écrite. L’était chiant ton cours ? Comme tous les cours nan ? Sérieux alors…c’est quoi l’problème, tu peux m’dire pourquoi on m’a sorti d’mon placard ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Petite séance de recadrage [ PV Caitlyn Elioth]   Mar 1 Jan - 20:30

Franklin, comme un enfant discipliné, attendait sagement mais, non sans anxiété que la mutante vienne. Son regard était toujours porté à l’extérieur, il observait dans la cour les élèves qui chahutaient. Il n’était pas à l'institut depuis très longtemps mais, avait déjà pu observer des mutants bien differents, les uns des autres. Même s'il rêvait souvent de se réveiller un jour sans pouvoirs, comme un enfant des plus normal, il ne pouvait qu’admirer les pouvoirs des autres, le monde était si vaste et il se demandait souvent combien de temps il faudrait avant que les mutants sois aussi nombreux que les gens normaux. Beaucoup choisissaient de se cacher et il les comprenaient parfaitement. Lui même avant de venir à l'institut, il cherchait toujours à cacher ses dons. Il lui avait fallut du temps avant de les accepter et cette école l'aidait beaucoup mais, ses doutes demeuraient toujours et en regardant à l’extérieur, il enviait les autres mutants qui s'amusaient de leur pouvoirs. Il n'était pas du genre à être jaloux et se montrait même content pour les autres, c'était juste qu'il aurait aimé partagé un peu leur bonheur. Tendis qu'il se noyait dans ses pensée et ses interrogations, Franklin utilisa sa projection astral pour s'évader un peu et s’aérer l'esprit avant de faire cette nouvelle rencontre.

Le jeune mutant erra ainssi sans réel but, il planait au dessus de l'institut, tel une ombre, cherchant son chemin. S'il y avait bien un seul de ses pourvoir qu'il appréciait, c'était la projection astral, même s’il avait déjà eu un petit accident avec, en se retrouvant dans le corps d'Amy. Il gardait un assez mauvais souvenirs de cette expérience même s'il était content d'avoir rencontré Amy malgré le fait qu’a-présent elle sois bien différente de la jeune femme qu'il avait rencontré quelques mois plutôt. Cette métamorphose, il avait du mal a la comprendre mais, une chose était sûr, il appréciait toujours celle qui se faisait maintenant appelé, Amaranth.

Tendit qu'il planait au tour du parc, Franklin entendit un bruit dans son esprit, une voix et il comprit alors que la jeune femme était arrivé dans la salle de classe. Comme souvent quand il utilisait sa projection astral, le petit blondinet avait du mal a ressentir ce qu'il se passait au tour de son corps et il mis un peu de temps avant de réintégrer son corps. Il ne savait pas vraiment si la jeune femme avait vue qu'il s'était absenté de son corps mais, ce qui était sûr c’est que le regard du gamin était un peu vide et il secoua la tête pour se concentrer sur ce qui l'entourait. Il cligna des yeux et observa la rouquine, qui lui parlait et ne semblait pas vouloir passer par quatre chemins.

Franklin était un intimidé par cette jeune femme, d'autres élèves lui avaient déjà parlé d'elle et de ses méthodes peu traditionnel. Il esquissa un sourire nerveux avant de se mettre enfin à ouvrir la bouche, ne sachant pas trop quoi lui dire, même si Amy lui avait aussi venté pas mal de qualité de la jeune femme.


- Heuuu...je.. pardon mademoiselle...en faite je sais pas vraiment pourquoi..

Beaucoup de gens à l’institut, savaient que Franklin était l'assistant du professeur McCoy et qu'il était un enfant très intelligent et plutôt mature pour son age mais, à cet instant, ce jeune surdoué paraissait bien stupide et semblait chercher ses mots. Il baissa un moment la tête et la secoua soudainement en se rendant conte de sa stupidité soudaine. Bien sûr qu'il savait pourquoi elle était là, il avait été maladroit, effrayé des gens et le moment était venu pour qu'il sois recadré. Il profitait des conseils de son entourage mais, cette femme n'était pas son amie et s'était peu être ce qu'il lui fallait pour mieux prendre les choses au sérieux. Le jeune mutant releva la tête et fixa celle qui s'était présenté sous le nom de Fuzzy, sans sans apercevoir et comme souvent, il dévisageait la personne qui lui adressait la parole. Il ne faisait pas cela pour se montrer arrogant, il manquait juste de tact et une fois de plus il faisait de grnad effort pour ne pas essayé de pénétrer l'esprit de cette inconnu qu'il avait croisé quelques fois dans l’école mais, à qui il n'avait jamais parlé.

Franklin calma un peu son stresse et s'adressa assez clairement à la jeune femme et avec la maturité qu'il employait souvent et qui pouvait parfois troubler les gens qui pensaient qu'il n'était qu’un simple gamin.


- J'vous demande pardon, je sais pourquoi vous êtes ici et pourquoi j'vous fait perdre votre temps. J'suis maladroit et j'ai fait peur à plusieurs élèves et à d'autres personnes qui son pourtant mes amis. C'est pas ma faute, j’ai du mal a contrôler mes pouvoirs et j’arrive pas à comprendre certaine choses. Vous voyez, il y a pleins de trucs compliqués que j’arrive a comprendre parfaitement et à résoudre mais, je fait des erreurs sur les choses simple de la vie...

Même s'il était toujours intimidé, Franklin se sentait plutôt en confiance et estimait qu'il pouvait se confier un peu même s'il doutait du résultat.

-Est-ce que vous êtes une psy? J'en ai vue pleins vous savez et ça m'a jamais aidé. Et si vous êtes là pour me faire la moral, allez y, je l'ai mérité.

Puis il fixa la jeune femme dans les yeux.

-Mais, ça ne changera rien, les gens m'comprennes pas...

Le gamin tourna ensuite la tête et regarda par la fenêtre.
Revenir en haut Aller en bas
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Petite séance de recadrage [ PV Caitlyn Elioth]   Mer 2 Jan - 22:11

Un gamin, un gamin normal. Pas un sale mioche braillard ou turbulent, vous savez bien : un de ceux qu’on aimerait claquer dans le mur ou dont on aurait dû castrer chimiquement le père en prévention ou qui vous donnerez l’idée malsaine de transformer le Parc de Disney en camp de concentration et d’y équiper la connerie de château de fours à grande capacité. Non, pas un de ces monstres qui vous font opter pour le « no kids » le temps d’une vie. Juste un gamin un peu paumé au point de ne même pas s’apercevoir de la présence de la Ptite Rousse qui pour le coup voyez sa mirifique entrée tomber dans les oubliettes de l’acte glorieux certes, mais complètement manqué. Ah bah tant pis alors, c’était pourtant rudement bien mener cette entrée en matière.

- Heuuu...je.. pardon mademoiselle...en fait je sais pas vraiment pourquoi..

Caitlyn ne lui répondit pas immédiatement, se contentant de poser sa veste sur la chaise du bureau et de s’assoir sur ce dernier en une attitude résolument non adulte. Elle inclina la tête se laissant dévisager un instant puis afficha un léger rictus de mécontentement. Tentait-il d’entrer en son esprit ? Si c’était le cas elle n’y pouvait pas grand-chose à part se concentrer sur un vieux tube de radiohead et de se repasser en boucle mentalement les accords de guitares et les paroles afin de créer une sorte de message parasite.

- J'vous demande pardon, je sais pourquoi vous êtes ici et pourquoi j'vous fait perdre votre temps. J'suis maladroit et j'ai fait peur à plusieurs élèves et à d'autres personnes qui sont pourtant mes amis. C'est pas ma faute, j’ai du mal a contrôler mes pouvoirs et j’arrive pas à comprendre certaine choses. Vous voyez, il y a pleins de trucs compliqués que j’arrive a comprendre parfaitement et à résoudre mais, je fait des erreurs sur les choses simple de la vie..
Est-ce que vous êtes une psy? J'en ai vue pleins vous savez et ça m'a jamais aidé. Et si vous êtes là pour me faire la moral, allez y, je l'ai mérité.
Mais, ça ne changera rien, les gens m'comprennes pas...


Il s’absorba dans la contemplation de la vue au dehors tandis que Caitlyn méditait sur ses paroles beaucoup plus adultes qu’elle n’aurait pu le croire ! Elle se laissa aller à soupirer avant de sortir de son tailleur un morceau de chocolat qu’elle décortiqua avant de manger.

- Mouais…J’vois. Bon on va essayer de reprendre tout ça dans l’bon ordre. Alors concernant les erreurs, t’es tombé sur la bonne personne. J’suis un Epic Fail à moi seule, la plus « non qualifiée » pour faire ce genre de job et sans doute pour ça que j’arrive à certains résultats parce que justement, je m’efforce de voir autrement les choses. J’ai fait plus de conneries entre ses murs que dix promotions réunies. Tu veux mon CV ? Bagarres, dégradations, incendies et même outrage aux bonnes mœurs…J’suis ouvertement le mauvais exemple qu’on doit suivre car il est devenu le bon exemple, c’est pas une leçon d’moral, c’est juste un fait. Je reste moi-même, j’ai un caractère de merde, j’suis pas politiquement correcte et dans ma façon de parler, de me comporter et jusqu’à mes choix de vie et sentimentaux. M’en care complètement de l’opinion des autres. Tu sais pourquoi ? Parce que JAMAIS je ne me permets de juger ceux à qui je parle. C’est ta vie, Kid, j’suis personne pour te dire comment la mener ou la vivre.
J’suis juste là pour te donner un autre point de vue que le tiens parce que les choses qui t’emmerdes, souvent t’as la réponse en toi, c’est juste qu’il faut t’aider à la sortir. J’ai un défaut…j’arrive pas à mentir, c’est pas dans mes gènes. J’ai disons beaucoup de mal avec ça et pis tu sais, j’vis avec un détecteur de mensonges sur pattes, Amy voit tout hein.. Oui oui, elle m’a causé de toin ca se fait dans un couple, mais j’ai pas voulu en savoir plus parce que justement, je ne veux pas juger.


Elle avala de travers et fut prise d’une quinte de toux assez grâce, ce qui l’empourpra légèrement.

- Kooof ! Merde….S’cuze. Psy tu disais ? Le seul que je tolère c’est l’mec du Gamgan Style parce qu’il me fait marrer. Pour info le dernier que j’ai vu a porté plainte parce que je lui ai enfoncé la pointe de son stylo plume dans le plat du dos de sa main, j’avais 16 ans. Les psy, c’est de la connerie à deux balles, ils servent à rien de vraiment utile. Mais faut bien gagner sa vie non ? Tu sais pourquoi ca marche pas ? Parce qu’eux ne veulent savoir de toi que ce qui leur est utile pour solutionner un problème qu’ils ont déjà décrit comme une pathologie dans un bouquin. Ils m’ont catalogué schizophrène et bipolaire. Ils n’ont jamais cherché à savoir plus loin mais c’est sûr que…


Elle passa sa main dans les cheveux en affichant un sourire entendu.

- Avec un télépathe c’est plus simple de savoir c’qui s’passe là-dedans hein ? Tu crois qu’on peut apprendre à connaitre quelqu’un rien qu’en fouillant…Ouais c’est vrai mais tu rentres sans frapper et tu « voles » ce que cette personne aurait pu te donner avec un peu de patience et de jugeote. Du coup…ben tu te retrouves à devoir t’expliquer avec la bipolaire en salle de classe, c’est con hein…


un leger silence avant qu'elle ne frappe sur ses cuisses en un geste décidé tout en affichant une mine joviale

Dis-moi ? Si tu commençais par m’expliquer comment tu vois les choses, toi ? Tu dis qu’on ne te comprend pas…ben expliques moi…j’suis là pour ça et pis moi j’suis pas télépathe alors du coup, faudra qu’j’me contente de ce qui va sortir de ta bouche uniquement.
T’auras même le droit de me poser n’importe quoi comme question, si c’est pas trop indiscret, je réponds volontiers et sans pipoter en plus !


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Petite séance de recadrage [ PV Caitlyn Elioth]   Jeu 3 Jan - 13:50

Franklin savait conter deux par deux et lacer ses chaussures, lire et écrire et parler. En sommes, tout ce qu'il y a de plus normal, pour la plupart des gens de son âge. Ce qu'il y avait de moins normal par contre, c'était ses dons, qui comme bien d'autres mutants d'ailleurs, se manifestaient un peu n'importe quand et pour n'importe quelle raison. Il arrivait un peu mieux à les contrôler mais, ce n'était pas encore cela et si cette jeune femme se trouvait en face de lui, c'était exactement pour cette raison, il l'avait forcé à venir à lui contre son gré et surement à la demande du professeur Xavier. Maintenant, Franklin devait assumer ce qu'il était, ce qu'il avait fait et rendre des comptes. Il se sentait un peu comme chez le psychologue, sauf que Fuzzy n'en était pas une, elle était une mutante comme lui, un peu trop direct au gout de l'enfant mais, elle semblait savoir le mettre en confiance.

Une fois de plus, Franklin avait jugé bien vite son interlocutrice et c'était ce qui lui faisait principalement défaut. Il n'était pas méchant, ni irrespectueux et loin de la, désobéissant mais, il était maladroit et comprenait très mal les gens. C'était quand même un comble pour quelqu'un qui possédait de tel pouvoirs, bien évidemment, des pouvoirs qu'il ne gérait pas vraiment. Beaucoup considéraient les télépathes comme des devins et beaucoup aussi craignaient leurs esprits, tendit que d'autres les enviaient. Pour sa part, Franklin se serait volontiers débarrassé de certain de ses pouvoirs et se montrerait peut être ainsi plus agréable et moins hésitant. A force de se servir de sa télépathie, le petit mutant en était arrivé à un point où il n'arrivait plus a agir naturellement. Il était comme un animal sauvage qui serait resté trop longtemps en captivité, privé de ses instincts et de la normalité du monde. Un profil psychologique qui pourrait surement intéressé au temps de personnes qu'il en repoussait également. En effet, les gens n’allaient pas spécialement vers cette enfant solitaire et pourtant, aujourd'hui et même si elle ne l'avait pas souhaité, cette jolie rousse se présentait à lui.

Tendit qu'elle commençait à lui parler, notre petit télépathe insociable, continuait de regarder l'horizon, cette fois-ci, il ne se projetait pas astralement, il se contentait de réfléchir et écoutait la jeune femme d'une oreille plutôt discrète. Non pas qu'elle parlait pour ne rien dire mais, plutôt parce qu'il ne voyait pas en quoi une inconnue pourrait l'aider et le conseiller, d'au temps plus qu'elle n'était pas venue de son plein grès. Tout de fois, elle avait tout de même accepté ce job et ce simple geste suffisait déjà au jeune mutant pour ne pas fuir. Fuir pour aller ou? Se sauver de l'école et être tout de suite rattrapé par le système de défense et de localisation de l'institut? Allez pleurer dans les jupes de sa mère et broyer du noir dans le laboratoire de son père en jouant avec un nouveau prototype de repositionneur biomécanique à neurotransmission asynaptique? Non, il ne pouvait pas fuir et cette école était probablement la meilleure choses qu'il puisse lui arriver, il devait juste s'habituer, s'acclimater et même si pour cela il devait être recadré, il le fallait et il était prés à accepter le contrat. Il était aussi temps qu'il arrête de se lamenter alors que bien des gens étaient dans des pires situations que lui.

Franklin pivota sa tête et ne put s'empêcher de sourire à Fuzzy qui lui racontait son expérience avec un psy et se confiait un peu à lui. Elle n'avait pas été des plus sage et même si elle était ravissante, elle avait un caractère bien trempé et ne devait pas manquer de courage. Aussi, Franklin s'intéressa davantage au monologue de la jeune femme. Elle parlait beaucoup et cela arrangeait plutôt le petit blondinet qui préférait davantage écouter que de parler. De plus, elle n'avait vraiment pas tord dans ses propos et semblait comprendre parfaitement les défauts du jeune mutant. Il était tellement simple pour lui de s'introduire comme un voleur dans l'esprit des gens, plutôt que d'essayer de parler. C'était une lâcheté de sa part, il le savait mais, de la manière don elle lui expliquait les choses, il comprenait un peu mieux ce que pouvait ressentir les gens victimes de ses intrusions.

Le jeune Richards, fils d'un grand scientifique et lui-même possédant un cerveau très développé, se trouvait à cet instant plutôt bête mais, ce recadrage lui faisait plutôt du bien. Quand la belle rousse se mit à lui poser des questions sans prendre de pincette, il hocha dans un premier temps la tête et une fois de plus, il se mit à réfléchir. Là était son plus grand défaut, il réfléchissait de trop, tout le temps, pour n'importe quoi et n'importe où et en finalité il finissait par gaffé et s'embrouillait lui-même. Il regarda la jeune femme dans les yeux mais, cette fois il ne l'a dévisageait pas, il la regardait avec ses grands yeux bleu et laissait pour une des rare fois, parler son cœur et il laissa couler une larme sur sa joue, qu'il essuya aussitôt. Cette femme venait de rentrer dans la pièce, ne lui avait qu’un peu parlé et pourtant, il était déjà ému.


-Vous avez raison, c'est tellement facile pour moi de m'introduire dans la tête des gens, avec le temps j' ai prit habitude et j'ai oublié le principal. Je crois que j'ai peur des gens, c'est tellement simple de lire dans la tête des autres, sans chercher à les comprendre vraiment. J' 'arrive plus à être normal, à simplement parler et à profiter des bonnes choses. J'suis pas méchant, j'aime aider les gens, rendre service mais, je suis maladroit et j'agis pas assez naturellement. J'ai fait beaucoup de mal à certaines personnes, et je m'éloigne de plus en plus de ceux que j'aime et au lieu de les protéger...

Franklin s'arrêta un moment en constatent que devant lui, ses affaires de classes l'évitaient. Une fois de plus, il laissait ses dons prendre le dessus et maintenant qu'il pouvait combiner plusieurs de ses pouvoirs et ce en partie grâce à une autre mauvaise expérience qu'il avait fait pour tenter d'aider Rachel, cela représentait une menace. Il reprit alors une profonde inspiration, tendit que ses affaires retombaient délicatement sur le bureau.

-J'aimerais tellement être normal mais, c'est impossible, alors je m' dit que mes dons doivent servir à aider et protéger les gens, pas à faire le mal. Du coup, je suis sans cesse en train de vouloir aider alors que finalement je devrais peu être écouter davantage les gens et comprendre ce qu'ils veulent réellement.

Il marqua un temps, avant de reprendre d'un air très sérieux.


-Vous pouvez garder un secret?

Décidant de faire confiance à celle qui s'était déplacé exprès pour lui, il se laissa aller à quelques confidences.

-A une époque, j'avais d'autres pouvoirs, je changeais la réalité sans le vouloir et j'arrivais même à avoir des visions. Un jour, un "moi" du futur est venu me voir en rêve et m'a dit des choses, il voulait pas que j' devienne comme lui, il m'a même dit d'éviter certaine personnes. Je ne l'ai pas écouté mais, j'ai peur que sa réalité devienne la mienne. J'veux pas voir les gens mourir et j' veux pas mourir. En fait, la vérité mademoiselle, c'est que j'ai peur de moi-même et du coup, je préfère éviter les gens, je me contente de lire dans leur tête, alors que la pensée change à chaque instant et que la vérité n'est pas toujours ce que je peux lire en eux.

Franklin se leva ensuite et se dirigea vers une autre fenêtre, de laquelle on pouvait voir l'institut et il pleura silencieusement avant de murmurer, probablement assez fort pour que Fuzzy l'entende.

-Quel est mon destin? Comment aider les gens, sans leur faire de mal?

Il se retourna ensuite en regardant tristement la rouquine.

-J'ai une question, quel est votre but dans la vie?
Revenir en haut Aller en bas
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Petite séance de recadrage [ PV Caitlyn Elioth]   Jeu 3 Jan - 19:22

Savoir écouter et ne jamais interrompre. Toujours les laisser aller là où ils veulent aller car de toute façon, c’est toujours là que ce genre de discussion nous emmenait. Accoucher la vérité, ne jamais l’adultérer ou l’expliciter, ne jamais juger ou enfoncer des portes ouvertes. C’était avant tout attendre et observer, plus simplement être là, à ces cotés et à l’écoute. C’est ce qu’elle faisait le mieux, toujours, comme une infatigable fourmi qui récolait les choses brisées sans réellement prendre garde a qui pouvait la réparer elle. Il utilisait ses pouvoirs sans réellement s’en apercevoir ce qui augurait un cas beaucoup plus complexe que celui de la jeune Rachel. Elle avait vu lors de sa passation ce que pouvait donner un être complètement dévoré par son pouvoir, une perversion de la nature qui finissait par nier ce qui lui était le plus précieux, son humanité.
Ce souvenir la laissait toujours meurtrie et blessée, très mal à l’aise avec ses croyances et ses faiblesses. Franklin était si jeune et déjà si malheureux, si isolé que ça lui en vrillait le cœur d’une façon inévitable. Etait-elle si différente lorsque son pouvoir s’éveilla ? Non. Recluse, rebelle et incapable de communiquer autrement que par la violence et la fuite en avant, manifestation certes différente mais malheureusement, causes similaires. Caitlyn sembla plus sombre, bien plus touchée qu’elle n’aurait voulu le montrer. Il était peut-être trop tôt pour reprendre son travail, trop tôt pour soutenir les autres là où elle-même s’était effondrée dans cette foutue salle aux illusions destructrices et sadiques. Elle croisa les bras, sans pour autant quitter sa position un peu désinvolte.

-Quel est mon destin? Comment aider les gens, sans leur faire de mal?

- Franklin…Je crois en beaucoup de choses, en Dieu, en la bonté, en la méchanceté, en l’Homme dans ce qu’il a de plus beau et de plus moche, en l’ideal du prof, en l’Amour. Mais le destin….ca j’y crois plus du tout. Ta vie, c’est c’que t’en fais. Ta vie, tes choix, tes règles.
Il y a des années, je ne rêvais que d’un destin à la Bonnie and Clyde, j’allais mourir jeune et bruler ma vie et crever dans une gerbe de sang et d’étoiles. Ca serait mémorable, et inoubliable…j’avais une revanche à prendre sur ce monde, mon destin était de montrer à tous QUI j’etais et combien une pauvre petite merde comme moi, écrasée par le poids de ce monde pouvait avoir un destin tragique mais extraordinaire. J’etais…complètement conne parce que dans le fond. PERSONNE n’a de destiné, rien n’est figé, nous sommes ce que nous voulons être. Regarde-moi, ici…j’en suis l’image même. Tu auras la vie que tu voudras mon p’tit père, ni plus ni moins et si tu te caches derrière le masque de « la destinée », c’est juste que tu as peur d’assumer tes choix, c’est pas plus compliqué. Toujours plus facile d’accuser une « force occulte » que de réfléchir sur ce qu’on fait et où ca va nous mener.
Déjà j’aimerai te dire que tu devrais « laisser couler les choses ». T’es jeune, très jeune et t’as tout l’temps de jouer à l’adulte, fais des choses de ton âge un peu..Une petite copine ? Un jeu vidéo ? Parfois c’est bien de..juste faire les trucs pour le plaisir de faire des trucs ou de les partager, tu vois ? L’autre n’est pas forcément un ennemi, on peut apprendre à son contact, souffrir oui, mais aimer aussi ou simplement…être moins seul et plus heureux. J’ai un PS3 dans ma chambre, et Amy c’est pas du tout son truc…si le cœur t’en dit, tu peux venir jouer avec moi quelque fois, ça serait sympa. Tu sais, les gens…il ne faut pas forcément chercher à les aider, quelque fois, juste être là et les écouter, c’est largement suffisant mais si tu ne vas pas vers eux, pourquoi viendraient-ils vers toi d’eux même ? La présence, c’est parfois le premier pas Franklin, juste la présence…La confiance, ça vient après, mais ca ne se vole pas comme une pensée, ça se donne et c’est le plus beau cadeau qu’on puisse faire à quelqu’un…sincèrement
.

Elle soupira comme si ses propres paroles résonnaient en elle en plus d’être adressés au jeune homme. Puis s’attaqua à la seconde question, plus personnelle, qui lui était directement posée. « -J'ai une question, quel est votre but dans la vie? »

- Hum…question une fois de plus sans réponse…parce que pour moi, y faut pas confondre un but et des objectifs. Mon but…c’est la mort, comme tout à chacun. Mes objectifs, car il ne peut pas y en avoir un seul…ils sont…si nombreux que paradoxalement ce sont eux qui nous éloignent du but ultime qui est d’clamser, t’vois ? Alors pour te répondre, tous mes objectifs vont dans l’même sens : être heureuse, ou du moins l’être le plus possible. Heureuse ? Oui…en trouvant ma place dans c’monde en défendant un idéal de paix et de compréhension entre humain et mutant. Heureuse, oui en gagnant honnêtement ma vie et avoir ce que je n’ai jamais eu avant, une reconnaissance sociale. Heureuse, oui…En vivant entourée des gens que j’aime et veillant sur eux et leur bien-être. Heureuse, oui..En épousant Amy et vivre à ses côtés parce que l’amour existe et que l’on mérite toutes les deux de le vivre pleinement. Voilà…c’est tout ce que je souhaite. Je m’y efforce tous les jours et je pose pierre après pierre la structure de cet édifice, petites victoires après petites victoires.
- Ca ne tient qu’à toi d’être heureux Franklin. Écoutes un peu plus ton cœur et moins ta tête et surtout…vis au lieu d’appréhender chacun de tes gestes. Dis-moi ? Quelles sont les trois choses complètement connes que tu rêves de faire ? Hop…comme ça…Dis-moi ? Même si c’est complètement débile et irresponsable…Vas-y !!! Dis !!



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Petite séance de recadrage [ PV Caitlyn Elioth]   Ven 4 Jan - 20:57

Franklin se tenait debout, prés de la fenêtre et observait silencieusement la jeune femme. Même si elle réveillait beaucoup de sentiment en lui et lui faisait prendre conscience de certains de ses défauts, le gamin devait admettre que c'était un moment utile. Habituellement, ses proches tentaient de le rassurer et y parvenaient plus ou moins mais, le fait que cette femme soit une inconnue pour lui, changeait beaucoup de choses. Tout d'abord, elle n'avait aucune raison de prendre des pincettes et ainsi ce qu'elle pouvait dire pour le rassurer ou lui ouvrir les yeux, gagnait en crédibilité. C'était ça! Ouvrir les yeux, c'était exactement ce qu'il devait faire davantage et qui lui faisait défaut. Certes, il essayait d'aller vers les gens, de les aider, de faire de son mieux mais, en finalité, il ne gagnait pas forcement leur confiance. Fozzy avait tout à fait raison quand elle parlait de confiance à gagner, aider n'était peu être pas la chose la plus importante, peut être devait-il d'abord se faire accepter et partager son cœur.

Le cœur, c'était la clef principale et même si le jeune mutant intellectuel avait beaucoup de défaut, on ne pouvait pas lui reprocher d'avoir un mauvais fond. Il aimait donner et n'attendait jamais rien en retour, pour lui le fait de pouvoir rendre servir et réconforter un peu les gens, lui suffisait et il en tirait de la gratitude et de la fierté. Tendit que la mutante parlait et qu'il écoutait, les pensées du jeune garçon raisonnait en lui, il commençait à comprendre beaucoup de choses et devait aussi reconnaitre une chose, il faisait parfois preuve d'égoïsme. Quand il avait tenté d'aider Rachel et même si cela avait plutôt mal fini et énervé Ernest, Franklin avait été plutôt satisfait d'avoir fait avancer certaines choses, d'une part pour son amie Rachel amis aussi, pour lui-même, se trouvant un but et une utilité. Fozzy avait raison quand elle parlait du destin, il n'était nullement tracé et si Franklin n'avait pas temps de fois cherché sa destiné, il aurait peu être laissé davantage parler son cœur et ne se serait pas livré à temps d'espionnage.

La jeune femme continuait de parler, de rassurer Franklin et cherchait à lui faire arrêter de se prendre la tête pour tout et n'importe quoi. Tendit qu'elle continuait de parler, il revint s'asseoir à son bureau et l'écouta calmement. Au départ il avait pensé que cette femme agirai plus comme une psy qu'autres choses mais, il s'était bien mit le doigt dans l’œil, preuve qu'une fois de plus, il n'était pas réellement attentif et tirait des conclusions bien rapide. Non, elle n'était pas comme ça et le petit blondinet n'avait nullement besoin d'utiliser sa télépathie pour comprendre cela, elle cherchait à l'aider et utilisait que son cœur pour parler. D'une certaine façon, elle lui faisait penser à celle qui malgré son changement brutal, il continuait d'appeler Amy. Cette dernière était en couple avec Fozzy, Franklin le savait mais, n'y voyait absolument rien de dérangeant. Ses deux femmes devaient surement se compter l'une et l'autre et le vrai amour était ainsi. Le jeune Richards avait bien du mal a comprendre les histoires d'amour des adultes et pourtant, un jour son tour viendrait et il trouverait une femme, une âme sœur avec qui il partagerait tout. Mais, pour la trouver, peut être devait-il déjà changer de comportement et c'est ce qu'il comptait faire en suivant les conseils de Fozzy.

* Je réfléchis trop, faut que j'arrête.*

A cet instant, si Franklin en avait eu la capacité, il se serait gravé ses mots au fer rouge pour ne jamais les oubliés. Il y avait temps de choses que son cerveau de télépathe emmagasinait et temps de choses qu'il s'imaginait comprendre, qu'en finalité, il se perdait dans ses propres pensées. A l'époque où il se mettait à modifier la réalité au tour de lui, c'était à cause de ce genre de mélimélo mais, sans vraiment comprendre comment, il avait réussi à dresser une barrière, grâce à son subconscient et bloqué son étrange don qui avait bien faillit le faire finir ses jours dans un asile. Dans ses conditions là, son destin aurait été bien différent, peut être que ses dons de mutants lui avait permis de se défendre contre lui-même et si c'était le cas, il ne devait pas les rejeter et devait peu être commencer par s'accepter. Au fil du temps, il s'était convaincu d'être un danger pour les autres et en avait oublié qu'il était surtout un danger pour lui-même. Il avait pourtant fini dans cette institut ou de nouvelles possibilités s'offraient à lui et ou des gens comme Fozzy, Amy, Rachel, le professeur Mccoy et bien d'autres, étaient près à l'écouter et à l'accepter pour ce qu'il était et non pour ce qu'il pensait être.

Franklin observa la jeune femme et se leva, puis s'approcha d'elle quand elle lui demanda de réfléchir un peu moins et de se montrer plus spontané. Ce mot, le gamin ne le connaissait que très peu et quoi qu'il fasse, il finissait toujours par ce mettre à cogiter et se prendre la tête pour des choses bien simples. Il se prêta donc à ce qu'il voyait comme un exercice, peuvent qu'une fois de plus il avait même réfléchit au sens de la question et au but réel, au lieu de simplement répondre, ce qu'il fini par faire quand même, laissant un peu son intellect et son cerveau de coté. Le jeune mutant parlait calmement et regardait la jeune rousse en souriant.

-Quand j'étais p'tit, avec ma mère, on se baladait parfois à la campagne, pendant que papa passait son temps au labo. Régulièrement, des gens se baladaient à cheval, c'est peut être pas un truc de dingue mais, j'aimerais bien monter un jour sur un cheval et galoper sans m'arrêter. Mes parents ont déjà voulu m'inscrire à des cours d'Équitation mais, à cause de mes pouv.....d e mes dons c'était trop dangereux mais, maintenant je me contrôle mieux. J'aime beaucoup les animaux et avec mon don d 'empathie, j'arrive parfois à ressentir leurs émotions.

Franklin souriait et appréciait parler en toute simplicité, sans aucune prise de tête, sans trop réfléchir et en usant davantage de ses sentiments, plutôt que de sa tête.


-J'aimerais bien aussi aller sur la lune et devenir un astronaute et capturer les étoiles. C'est bête hein? Peut être que je pourrais aussi être pilote d'avion et filer à toute vitesse, je peux déjà le faire avec ma projection astral mais, c'est pas pareil, c'est de la triche et je ne ressens rien et en plus quand je l'utilise, c'est pour mieux réfléchir.

Puis Franklin se mit à rigoler, avant de devenir plus sérieux et de prendre la main de la jeune femme pour qu'elle l'accompagne devant son bureau. C'était étrange et il avait du mal à le comprendre, mais il se sentait bien avec cette jolie rousse et en totale confiance. Il ouvrit son sac d'école et en sortit sa tablette tactile. IL l'alluma et la déposa dans les mains de la jeune femme, lui montrant la photo d'un homme en feu qui semblait être émerveillé.

Lui! C'est mon oncle Johnny, c'est un vrai dingue, il a des pouvoirs et se prend pas la tête, maman dit que des fois lui et moi on devrait échanger nos cerveaux.

Franklin laissa la tablette dans les mains de la jeune femme et regarda par la fenêtre, adoptant de nouveau un air très sérieux et très en contraste avec la joie qu'il venait d'avoir.

- Vous m'aidez beaucoup, c'est très sympa de votre part, j'espère qu'Amy et vous vous serez très heureuses ensemble. J'essais d'être heureux aussi et j'y arrive de temps en temps mais, mes pensées me rattrape et m'empêche d'avancer, même quand je ne veux pas les écouter. Je vais écouter vos conseils mademoiselle mais, ça sera pas facile. Je repense souvent à ce que Rachel à vécu et je m'efforce de me dire que notre monde est différent mais, ça pourrait arriver non? Que-ce qu'il se passerait s'il y avait plus de mauvais mutants que de bons et si tout le monde se mettaient à nous chasser? On ferait-quoi? Il parait que des fois, les gens changent de camps, vous feriez quoi? Et si vous aviez la possibilité d'améliorer le monde ? Vous le feriez? Ou bien, vous laisseriez les gens se débrouiller par eux-même? Quand les purificateurs ont massacrer les mutants, j'ai ressentit la douleur de pleins de gens au fond de moi et je regrette de ne rien avoir pu faire. A quoi sert nos dons si on ne peux rien en faire pour aider les autres?

Malgré le fait que la jeune femme avait détendu le petit mutant et qu'il s 'était laissé aller à quelques rires, il avait vite fait de replonger dans ses pensées, parfois un peu trop ombre pour un enfant de son âge.....




Revenir en haut Aller en bas
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Petite séance de recadrage [ PV Caitlyn Elioth]   Sam 5 Jan - 8:21



Thème de Caitlyn Elioth ( premier et deuxième mouvement )



Qu’est-ce que l’altruisme ? Cette capacité à s’ouvrir aux autres et à entrer en communication avec eux ou simplement cette empathie nous faisant souffrir des mêmes afflictions qu’un quidam qui entre dans notre vie par la porte pour en ressortir aussitôt par la fenêtre ? Il y a un peu de ça, il est vrai. D’aucuns diront qu’il s’agit là d’une capacité innée, d’autres que cela s’acquiert à force d’expériences et de volonté. C’est incontestablement un feu douloureux qui nous pousse vers les autres afin de s’y chauffer de nos mêmes lacunes, de se sentir similaires dans la solitude, de se sentir rassuré à force de visions alternatives de possibles autres chemins. Caitlyn avait toujours repoussée les autres car ils étaient source d’ennuis avant tout, source de potentielles souffrances, de remise en questions et de frayeurs diverses et variées. Elle avait dû s’élever seule et trouver la place de survivre en portant divers masques sociaux afin de nager parmi les requins, elle ne s’était jamais montrée fragile bien que démolie intérieurement, cerclée de solitude et d’humiliations sous forme de coups portés au sein même de son refuge qu’est le foyer, c’est pourquoi elle apprenait. C’est pourquoi chaque pas vers l’autre était important, c’est pourquoi chaque erreur était pédagogique, chaque reculade était une leçon. Le petit Franklin remuait des choses inédites en elle, Charles avait vu juste une fois de plus. Cait n’avait jamais eu de « petit frère » , de quelqu’un à s’occuper, à rassurer et même si depuis qu’elle était entre les murs de l’Institut sa vie se partageait entre espoirs inédits et tentatives de recoller les fêlures des uns et des autres, elle n’avait que peu progresser à identifier et combler ses propres vides. Elle avait rangé certaines de ses blessures dans des tiroirs en dormance dans l’impérativité de s’occuper de celles des autres : Amy, Doigts de fée, Rachel, Enora, Josh…Elle guérissait…Viendrait sans doutes un matin où elle ne pourrait plus, seraient-ils là pour elle à ce moment là où elle s’effondrerait ? Rien n’était moins sûr mais elle y plaçait un univers entier d’espoir, et les autres après tout, que sont-ils sinon l’espoir qu’on place en eux ?

Elle se découvrait une patience inédite avec lui, se contentant de lui sourire légèrement et de l’écouter. Visage bien loin de celui du dragon colérique que l’on aimait à lui coller dans la rumeur de l’Institut mais visage bien plus proche de ce qu’elle était véritablement. Il lui parla de son désir de faire de l’équitation ce qui fit légèrement sourire la jeune femme avant de lui répondre en inclinant la tête en un geste approbateur.

- Ça doit bien pouvoir se faire. Je suis certaine qu’ici il doit bien y avoir d’autres pensionnaires qui aimeraient en faire aussi. Je vais en parler à Charles et voir si on peut passer une annonce sur les murs de Secrétariat, un club équitation, ça serait sympa à condition de ne pas faire le fou-fou, hein ? Moi j’en ai jamais fait perso, à cause des manifestations de mon gène aussi, les animaux sont nerveux en ma présence, à cause de ma nature électrique, même un chat, je ne peux pas en avoir…Bah du coup, j’ai une plante verte, pas Amy hein, parce que c’est pas une plante! Je parle de Laurette, c’est un ficus…ou un truc du genre. Ça me fait une compagnie.

Franklin fit ensuite une chose anodine mais qui glaça un peu d’effroi la Ptite Rousse. Il lui prit la main pour l’emmener vers son pupitre. Son sourire se crispa sous le contact, il ne pouvait pas le savoir et elle se garderait de le lui dire enfouissant cette profonde vague de dégout pour elle. Pas de contact physique avec un inconnu dont elle n’est pas à l’origine, jamais, c’est une règle chez elle. Le traumatisme était tel qu’elle ne le supportait pas et même un geste amicale provoquait une brusque réaction de dégout de la part de son corps habitué à des contacts violent à défaut d’être douloureux et sous forme de coups de pieds, poings ou ceinture en cuir. Il fallait une certaine intimité pour que le sentiment s’efface, Amy ou Jub y étaient parvenue. Elle se racla la gorge pour faire passer le moment et se concentra sur la tablette que le jeune garçon lui avait donnée.

- Waouh ! On dirait l’mec des quatre fantastiques ! Tu sais ! le Groupe de super héros ! C’est un mutant aussi ? C’est ton modèle ? Moi j’avais un frère, c’était mon modèle aussi…Pas James, celui qui est responsable de la discipline ici, James c’est mon frère de sang…Kyle lui c’était mon frère de la famille d’adoption où on m’avait placé. Il était cool, rien ne lui faisait peur, c’est le seul qui m’défendait quand …quand c’était difficile. Il n’est plus là à présent, il est auprès de Dieu. Il me manque beaucoup mais la vie continue, hein.


Le temps d’expliquer que Franklin était reparti vers la fenêtre affichant un air triste et se lançant dans un discours empreint de questionnements. Chassez le naturel… Fuzzy eut un rictus d’exaspération : « alalala ! Ces jeunes ». Puis sauta de son bureau pour se déplacer lentement jusqu’à se trouver derrière son dos. Elle attendit qu’il eut finit pour placer ses bras autour de ses épaules toujours de dos en un geste protecteur et croiser ses mains au niveau de son ventre comme une mère protégeant son enfant. Ce geste, instinctif, ne lui avait pas couté puisqu’elle en était à l’origine et qu’il paraissait être la chose à faire afin de lui faire taire ses angoisses. Elle regardait par la fenêtre, en une même direction, elle regardait le parc au dehors.


- Tu vois ce monde dehors, c’est notre paradis Frankin, c’est ce que nous avons bâti à force de rêves. Je suis d’accord avec toi, un jour peut-être, les mots ne suffiront plus pour le défendre. C’est pour ca qu’il existe des X Men, p’tit. C’est pour que des enfants comme toi puisse jouer et faire du cheval sans avoir à s’prendre la tête. C’est pour ça que j’ai choisi d’en être une et de défendre ce paradis. J’ai été une mauvaise personne tu sais, j’ai fait beaucoup de mal, des choses qu’on ne pourra jamais me pardonner et que je n’arriverai jamais à me pardonner moi-même. Ce que je sais maintenant, c’est que tant que j’aurai un souffle de vie en moi, je me battrai pour défendre cet endroit, par les mots ou par les armes ou avec tout ce que j’trouverai. J’ai eu la possibilité d’améliorer l’monde et j’l’ai fait.
Je vais te dire un secret, mon chou. Le monde, il est ce qu’on en fait tous. Mais absolument pas ce qu’en fait une personne. Tu peux avoir la possibilité de le « changer » si tel est ton pouvoir, mais le cœur des hommes…personne ne le peut en un claquement de doigts, c’est long et ca demande de l’énergie. Mais si tu arrives toi-même à changer, c’est que d’autres le peuvent, si chacun d’entre nous le peut, alors..alors oui..nous changerons ce monde. Le monde peut être sauvé mais il faut d’abord se sauver soi-même. Tout comme toi, j’ai des dons…mais je n’attends pas d’m’en servir pour être utile, je veux changer les humains et les mutants en tant qu’humaine pas en tant que mutants à coup de pouvoir. Mon cœur aide…c’est toujours lui…qui parle, ce ne sera jamais mon pouvoir qui me définira moi.
Rappelle-toi ça Frankin, une main qui guide, pas une main qui cogne.



Elle déposa un léger baiser sur la tête du garçon avant de conclure.

- Ne pense pas à tout cela, laisse toi le temps de grandir. Mais gardes dans l’coin de ton esprit que le jour où ça tournera mal, si ce jour doit venir, il faudra me passer sur le corps avant d’entrer ici, et je ne serai pas la seule à garder le passage. Les X Men feront face…nous ferons tous face. Je te protégerai, Franklin, même si ca m’coute la vie, je protègerai l’Institut et notre rêve…parce que ça dehors, ces gosses qui jouent et rient..c’est ça qui en vaut la peine.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Petite séance de recadrage [ PV Caitlyn Elioth]   Sam 5 Jan - 21:56

Debout devant la fenêtre et muet comme une tombe, Franklin repensait à un tas de choses et plus particulièrement à sa famille. Il ne l'avait pas revue depuis un bon bout de temps et le fait de montrer cette photo à la jeune femme, lui avait fait ressortir quelques souvenirs. Rien de désagréable et bien au contraire mais, généralement un souvenir conduisait toujours à d'autres et il se rappela ainsi le moment où il avait dû quitter la chaleur du foyer familiale. Comme le lui avait expliqué son oncle Johnny, cette action lui permettrait de grandir et de côtoyer des gens comme lui, qui pourrait mieux le comprendre et il pourrait également s'amuser sans aucune restriction. Son oncle était très immature mais, il avait un don pour remonter le morale et faire rire Franklin et l'homme torche lui manquait énormément. Il y avait également son parrain qui lui manquait, un homme à l'aspect rustre mais, au grand cœur, tout comme sa mère qui lui manquait affreusement. C'était une femme très courageuse et qui savait donner de l'amour et d'une certaine façon, Fozzy rappelait beaucoup à Franklin sa mère. Quand au père du jeune mutant, il était certes moins chaleureux et plutôt solitaire mais, il lui arrivait tout de même de se montrer disponible pour son fils. Franklin avait hérité de beaucoup de défauts de son paternel, comme sa mauvaise habitude de se mettre a l'écart mais, il avait aussi hérité de sa sagesse.

Temps de souvenirs qui revenaient dans la tête de l'enfant, il était dans cette école depuis moins de six mois, tentait du mieux qu'il pouvait de faire bonne figure et de cacher ses émotions mais, avec le temps cela devenait plus compliqué. Il s'habituait à vivre ici loin de sa famille mais, il avait beaucoup de regret et aurait apprécié passer plus de temps avec eux. Ceci, il n'avait pas eu le courage de l'avouer à Fozzy et d'ailleurs il n'en avait parlé à personnes. Il avait une fierté qu'il tenait à garder et ainsi tentait de jouer les grands. Il n'en demeurait pour au temps pas moins, qu'un enfant de onze ans qui avait besoin d'être encadré et de profiter de la chaleur réconfortent des adultes. Bien heureusement, dans cette école il s'était fait des amis et des gens savaient se montrer disponible pour lui, malgré le fait qu'il leur avaient fait vivre quelques mauvaises expériences. Il aurait aimé faire comme Fozzy et partager son cœur avec les autres mais, il avait bien du mal à le faire.

Franklin s'était remit à trop réfléchir et cogitait de nouveau en se remettant en question et se demandait s'il méritait toutes ces bonnes intentions. Il baissa un moment la tête en essayent de faire le vide, se disant qu'il était temps qu'il écoute les conseils des autres et arrête de se prendre la tête, profiter des moments, partager son cœur et sa confiance, c'était ce qu'il devait faire. Bien évidemment, c'était plus facile à dire qu'à faire et il lui faudrait faire plus d'effort et jouer un peu moins les solitaires, car en finalité il se détruisait lui-même et sombrait peu à peu. A une époque il avait été dans un pire état et par conséquent il avait toute de même franchit un cap en se mélangeant aux mutants, des gens comme lui, qui tentaient de vivre parmi les autres et de jouer les gens normaux. Une chose qu'il n'arrivait pas encore à faire mais, le souhaitait-il vraiment, c'était peu être la seul question qu'il devait se poser, que voulait-il ? Et était-il prêt à accepter de se reconnaitre en temps que mutant?

Le petit esprit tourmenté leva la tête quand il sentit la chaleur de la jeune femme l'entourer. Elle avait déposé ses mains sur lui et agissait avec lui comme une mère et cela lui faisait le plus grand bien. Il déposa ses mains sur celles de la jeune femme et pria le ciel pour que ce moment dur éternellement. Il avait beau essayer de jouer les adultes, il était encore bien jeune et c'était précisément de ce genre de choses qu'il avait besoin. Cette femme était douce avec lui et lui avait fait par de ses pensées, sans qu'il est besoin de les dérober. Elle avait vécu des moments difficiles mais, plutôt que de s'apitoyer sur son sort, elle se tenait droite et allait vers les gens, avec une grande spontanéité et sans rien espérer. Elle apportait sa chaleur et c'était cet exemple qu'il devait suivre. C'est ce qu'il avait toujours voulu et tentait de le faire avec tout le monde mais, avec de mauvais résultats.

Franklin se laissa aller et partageait son cœur, dans les bras de cette femme et se retourna quand elle lui déposa un baiser sur la tête. Elle était attentionnée et il se plaqua à elle pour l'enlacer, n'écoutant pas son don d'empathie qui tentait de l'alerter sur le fait qu'elle n'appréciait pas trop les contacts. Il s'en moquait, à ce moment-là, il ne voulait plus écouter ses pouvoirs, seul la voix de la belle rousse contait et il savourait ses conseils. Il se détacha un peu d'elle et la regarda dans les yeux, le regard humide et tout souriant. Elle semblait gêné mais, il n'arrivait pas trop à comprendre pourquoi et même s'il était tenté de sonder son esprit, il décida qu'il était temps de gagner la confiance des gens plutôt que de la voler. Avec son empathie sur développé, il comprenait que quelques choses n'allait pas chez cette femme qui lui semblait parfois sur la défensive.


- Est-ce que ça vous fait mal quand on vous touche? Vous allez vers les gens mais, vous refuser des contacts? Je n'ai pas sondé votre esprit, c'est juste qu'avec mon don d'empathie je ressent ce genre de choses. Vous êtes un peu comme moi alors? Vous voulez aller vers les gens mais, des fois vous refuser certaine choses? Je vais essayer de suivre vos conseils et partager la confiance avec les autres.

Franklin observa la jeune femme et même s'il n'était pas sur de l'avoir bien analyser, il était plutôt fier de ne pas utiliser sa télépathie et d'essayer de faire parler son cœur et de s'ouvrir davantage. Il devait beaucoup à Fozzy et il n'avait surtout pas l'intention de l'offenser en quoi que ce soit.

- J'espère que je vous ennuis pas, je suis très maladroit avec les gens et là, j'essaie de faire comme vous m'avez dit et d'écouter sans chercher à voir dans votre tête.
Revenir en haut Aller en bas
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Petite séance de recadrage [ PV Caitlyn Elioth]   Dim 6 Jan - 8:53



Thème de l'"Orage d'été"



Ce n'est pas parce que tu ne le ressens pas,
Que ce n'est pas présent en toi.
Nous ne sommes que des accidents.
En attente de se produire.


- Est-ce que ça vous fait mal quand on vous touche? Vous allez vers les gens mais, vous refuser des contacts? Je n'ai pas sondé votre esprit, c'est juste qu'avec mon don d'empathie je ressent ce genre de choses. Vous êtes un peu comme moi alors? Vous voulez aller vers les gens mais, des fois vous refuser certaine choses? Je vais essayer de suivre vos conseils et partager la confiance avec les autres. »


Une ombre passa sur le visage de la jeune femme, suivit par un frisson bref mais intense. Charles ne lui avait pas dit pour le don d’empathie. Pouvoir passif, aie ! Voilà pourquoi Caitlyn détestait les télépathes, parce qu’ils touchaient là où cela faisait mal et qu’il creusait là où il ne fallait pas creuser. Certains cadavres ne sont pas beaux à voir, même après des siècles de confinements, les exhiber en pleine lumière est douloureux et extrêmement déstabilisant. Situation inédite, situation où l’on apprenait de soi-même. Sacré chauve à roulettes, il savait depuis le début qu’on en arriverait là. Elle estimait le personnage, l’estimait autant qu’elle lui en voulait pour ce qu’il lui avait fait subir en Salle des Dangers lors de cette maudite passation…et par deux fois, celle de son amour et la sienne. Deux fois où elle en était sortie anéantie. Que faire ? Quelle route fallait-il choisir ? L’envoyer bouler aurait-été d’une simplicité enfantine mais était-ce ce qu’il fallait, n’était-ce pas là trahir complètement les choses qu’elle essayait d’enseigner à Franklin ? Le mensonge était hors de question et pourtant ! Mentir, finalement, c’est une seconde nature pour l’être humain…Non, il fallait du courage pour aller au bout, du courage, de la force et un océan de tendresse. Elle s’accrocha à l’image d’Amy que le miroir lui renvoyait depuis la salle de bain lorsqu’elle l’observait à la dérobade depuis la chaleur de leur couche au petit matin en train de se préparer pour débuter une journée qui une fois de plus la ramènerait bien vite entre ses bras. Soit. Elle prit une profonde inspiration et s’agenouilla pour être au niveau du jeune garçon tout en passant une main dans sa chevelure en un geste de douceur.

- Je te remercie de ne pas avoir tenté de lire dans mon esprit, parce que je n’aime vraiment pas ça. C’est pire que d’être vu nue pour moi. C’est une grande preuve de courage que de renoncer à la facilité, ptit, je te félicite. Mais tu sais parfois, même en demandant certaines personnes refuseront de répondre à tes questions parce qu’ils ne veulent pas, parce que ca leur fait peur ou juste parce que ça fait mal. C’est compliqué un être humain, très compliqué et la confiance, ca ne se gagne pas en quelques heures, mais au bout de bien des combats. Il te faudra avoir souvenir de ça, chou. Pour te répondre, non, ça ne fait pas mal. Mon don fait que depuis l’âge de 15 ans, je ne ressent plus la douleur physique, je peux même l’absorber et la transformer en foudres…enfin je peux…ca serait plus facile si je pouvais le contrôler. On ne peut pas m’faire mal, sauf au cœur….et ça ca arrive. Très souvent.

Elle marqua une pause et prit une profonde inspiration, s’efforçant de sourire.

- Je vais te faire confiance, bonhomme. Je vais te dire un secret que tu ne répéteras à personne parce que je ne l’ai dit qu’à une autre jusqu’ici. Je vais te faire confiance, comme à un grand, parce que tu me l’as demandé et parce que je désire le faire. Dans la vie, certaines personnes naissent avec tout, d’autres avec rien. Certaines ont de la chance, d’autres pas. C’est comme ça et on y peut rien. Moi je n’ai pas eu beaucoup de chance. Je suis née en Irlande mais mes parents sont morts quand j’avais cinq ans et on m’a placé dans une famille lointaine, ici, en Amérique à San Francisco. Il se trouve que ma nouvelle maman était quelqu’un qui n’osait pas dire grand-chose et que mon.. .« père » était quelqu’un de…de..méchant. Alors comme j’étais petite et maman bien trop faible, il s’énervait contre nous. ..Je..heu…Durant dix ans, il a passé sa rage sur moi avec ce qui lui tombait sous la main, il m’a même envoyé plusieurs fois à l’hôpital et personne n’a rien fait pour me protéger. J’étais petite, j’avais peur et j’étais pas assez forte, tu vois. Je sais que c’est terminé, qu’il est mort et que je suis devenue quelqu’un capable de me défendre et de défendre les autres mais depuis cette époque, je n’aime pas qu’on me touche. C’est une sorte de « reflexe »…Quand quelqu’un que je ne connais pas essaye de me toucher, ca…ca..me met en colère comme si on cherchait à me faire du mal même si je sais que ce n’est pas l’cas. C’est pareil si on entre de force dans ma tête, c’est cette impression que je suis seule et sans défense, que je ne peux rien empêcher. Lorsque je le décide ou que je connais assez la personne, ça se passe mieux, je n’ai plus peur.


Des mots simples, ce n’est pas pour autant que ce fut également simple de les prononcer. Tant de souffrances, tant de frustrations et toujours cet étrange paradoxe pour la jeune Elioth d’être une personne ne ressentant aucune souffrance physique mais ayant emmagasinée tant de souffrances morales au cours de sa vie. Elle se contenta de le regarder, les pupilles vibrantes de larmes qu’elle ne laisserait pas choir, non, pas ici, pas devant son élève. Elle accentua son sourire se réfugiant dans l’idée qu’Amy aurait été très fière d’elle et se contenta de le serrer à nouveau contre elle pour lui prouver que tout allait mieux.





Mais rien n’allait jamais mieux, c’est la leçon de l’âge adulte. Les traumatismes ne s’estompaient que pour mieux ressurgir. Elle le savait depuis ses terreurs nocturnes dont elle souffrait en permanence et que sa compagne épongeait de son amour, jusqu’à ses fêlures la poussant toujours vers une rupture prête à poindre lorsque la limite serait franchie.


Nous ne sommes que des accidents prêts à éclore, ni plus, ni moins.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Petite séance de recadrage [ PV Caitlyn Elioth]   Dim 6 Jan - 21:45

La jeune femme avait remercié Franklin d'avoir fait l'effort de résister à la tentation de s'introduire dans sa tête et le gamin répondit au remerciement par un seul et unique sourire mais, plein de gratitude. Il avait fait beaucoup d'effort et au moment où il avait cherché à s'introduire dans la tête de la jeune femme, il avait repensé a tout ce qu'elle lui avait conseillé et également aux conséquences que pouvait avoir ses intrusions. C'était exactement cela qu'il n'avait pas mesuré avec Rachel, les conséquences. Pour son déplaisir, des souvenirs refaisaient surfaces et il se rappela notamment ce fameux pique nique qu'il avait organisé pour Rachel afin de la faire sortir un peu de sa chambre d'hôpital. A force de persévérance et en se montrant délicat il avait réussi à la faire sortir, la journée aurait pu être formidable mais, quand elle lui avait montré des images du futur et qu'il avait fait ressortir en elle de mauvais souvenirs, la catastrophe n'avait pas pu être évité.

Quand il était revenu voir Rachel, une autre fois et lui avait avoué qu'il avait été enlevé, les choses avaient été encore bien pire et pourtant cette fois il n'avait pas utilisé ses dons. En finalité, c'était peut être son comportement qui laissait à désirer. Ainsi, quand Fozzy lui parla de confiance une fois de plus, il avait un avis un peu différent mais, s'il se mettait à contredire cette femme, il ruinerait tout ce en quoi il avait commencé à croire depuis cette rencontre. Il réfléchissait trop, une fois encore et pour évacuer ses pensées qui obstruaient son esprit, il se concentra sur ce que lui recomptait la jeune femme.

La mutante lui parla ensuite d'une partie de sa vie, plus particulièrement de son enfance qui avait été des plus difficiles. Franklin était honoré qu'elle partage ce secret avec lui et il était certain qu'il n'en parlerait à personne, il lui devait au moins cela. Elle était arrivée comme une flèche dans la pièce et n'était pas passée par plusieurs chemins, le gamin avait été plutôt intimidé et avait eu peur de ce qu'elle venait lui dire mais, en fin de compte, cette image avait littéralement disparu et ce qu'elle laissait paraitre en se confiant ainsi n'inspirait que de la bonté et même un peu de pitié. Franklin culpabilisait un peu en l'écoutant parler des maltraitances qu'elle avait subit.

A coté de ce genre de choses, les problèmes du petits mutants paraissaient bien pitoyables et il se rendait ainsi compte qu'il s'apitoyait sur son sort pour rien et qu'à part freiner son développement, cela ne lui apportait rien de très bon. Il allait changer, il le devait et s'il ne le faisait pas pour lui, il ferait pour des gens comme Fozzy, qui avaient vécu des choses plutôt horribles et qui pourtant savait garder la tête hors de l'eau sans se plaindre et au contraire faisait de leur possible pour venir en aide aux autres.

- Je suis désolé, je vous est vraiment embêté avec me problèmes pour rien, vous aviez surement mieux à faire... Dit-Franklin en baissant timidement la tête.

-Je me sens souvent rejeter, des fois je fais quand même des efforts et malgré ça, je dit des choses que je regrettes mais, c'est souvent trop tard. Quand j'utilise pas mon pouvoir, je n'arrive pas à voir certaine choses, alors je suis maladroit dans mes paroles et ce que je crois savoir n'est en faite pas la réalité. J'aimerais être comme les enfants de mon âge, jouer à des jeux pour enfants, m'amuser sans penser à rien d'autres mais, mon cerveau est pas comme ça et même si je vous promets de faire des efforts, je sais que je ferais encore des erreurs et vous décevrais. J'ai été bête de penser que je pouvais me montrer plus fort....

Soudain! Franklin paraissait beaucoup moins, rassuré, il se faisait du mal tout seul et sentait son sang s'accélérer en lui, sa tension montait et il se mit à reculer en se plaquant contre un mur de la pièce, mettant les mains sur ses oreilles. Tout s'était très bien passé jusque-là et cela aurait pu continuer à bien se dérouler mais, il avait fallu qu'il se mette à cogiter une fois de plus, à se remettre en question et il en était venu à la conclusion que même s'il n'utilisait pas son don, il continuait de fauter et ne pourrait peu être rien faire pour arranger les choses. Le jeune télépathe avait mal à la tête et commençait à comprendre ce qui était arrivé à Rachel et aux gens don il avait violé leur intimités en pénétrant leurs esprits. Cette impression le faisait culpabiliser davantage et il essayait de se canaliser, temps bien que mal et au tour de lui, de nombreux objets commençaient à voltiger. Il s'accroupit au sol et se mit à respirer de plus en plus fort, essayent de se calmer, de faire le vide dans son esprit.

- Pourquoi? Pourquoi je suis comme ca? J'en ai mare de tout rater, je ne serais jamais normal et je n'arriverais jamais à comprendre les gens et à me faire accepter!

Franklin leva les yeux vers Foozy et se mit à la fixer.

-Vous m'avez donné votre confiance et vous voyer comment je vous remercie? Je pense trop, beaucoup trop ! Mon cerveau bouillonne, j'ai pas été gentil avec plusieurs personnes, je leur est fait du mal et pourtant ils continu de vouloir m'aider! Pourquoi?

A cet instant, tous les efforts que le jeune mutant s'était promit de faire, semblaient s'évaporer, il s'était remit à penser à de mauvais moments qu'il avait passé et à toutes ses erreurs qu'il avait fait et à cet instant, il devenait incontrôlable et sa télékinésie faisait tournoyé des chaises au tour de lui, sans qu'il puisse se contrôler. Quand, les objets retombaient au sol, ce n'était pas parce que le mutant s'était calmé mais, seulement parce qu'il était occupé ailleurs, il venait de faire ce don il essayait d'éviter depuis le début, ce pourquoi il était ici avec cette femme qui tentait de l'aider et le conseiller, Franklin avait fait ce qu'il ne devait surtout pas faire, il venait de pénétrer l'espace d'un moment dans la tête de la jeune femme mais, il était bien trop paniqué pour y lire quoi que ce soit et se contentait de crier dans la tête de Fozzy. Comme souvent quand il était en proie a de riches émotions, Franklin n'arrivait pas à contrôler ses pouvoirs qui se manifestaient un peu n'importe comment et qui avaient tendances à se combiner entre eux, secouant toutes les pensées du jeune garçon.

- Vous pouvVEZ PAS M'AIDER!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Petite séance de recadrage [ PV Caitlyn Elioth]   Lun 7 Jan - 17:21

Elle recula lorsqu’elle sentit la tempête venir. Foutu télékynesiste ! Encore une fois ! Comme pour Rachel, comme cette fois ci où elle avait quasiment vaporiser l’Ile de Muir. Oui, elle savait qu’il ne s’agissait que d’une illusion générée par l’esprit malade et pervers de Xavier et de ses machines. Une fois de plus il fallait lutter contre quelqu’un qui perdait complètement les pédales. Marre ! Vraiment marre de revivre sans cesse les mêmes scènes avec juste quelques protagonistes et décors différents. C’était à ca que sa vie se résumer ? Réparer les conneries des autres ? Elle ne broncha pas sous la tempête car elle savait que ce n’était pas la chose à faire, jamais. Il fallait rester le point d’ancrage, le point de mire pour que la sérénité en devienne contagieuse et rassurante. La panique était contagieuse, l’emballement dangereux, il fallait offrir la pierre et le roc contre les eaux tumultueuses du torrent dévalant la pente depuis une digue rompue. Elle ne bougea pas et pire, elle se mit à croiser les bras sur la poitrine adoptant une attitude lasse et blasée.

- FRANKIN ! C’EST FINI OUI ?!

Le ton était cassant et impératif, autoritaire et sans appel mais il se produisit une chose qu’elle n’avait pas vu venir : l’intrusion ! Sous la charge, elle recula presque jusqu’au mur, décroisant les bras et portant les mains à la tête. Presque immédiatement la rage explosa, un réflexe primaire venu du plus profond de son être. Un sentiment de colère titanesque la secoua tout entière lui faisant serrer les dents à s’en faire saigner. Elle ne devait pas céder à la colère, elle savait à présent ce qu’il était coutume de faire pour la maitrise. Elle concentra d’abord ses pensées en un seul ordre, un seul ordre expulsé mentalement avec rage et force au point d’en faire cogner le sang à ses tempes.

- SORS DE MA TETE !

D’un geste vif, son bras armé de son poing frappa avec violence le mur provoquant une fissure dans ce dernier et immédiatement elle trouva le moyen salvateur de convertir cette violente émotion en énergie. La zone personnelle de champ électrique se déploya aussitôt tout le long de son corps, l’auréolant d’une sorte de bouclier électrique luminescent strié de micro décharges sous forme d’arcs électriques. Sa chevelure même semblait s’électriser lui donnant un aspect effrayant et surnaturel. Caitlyn sembla prendre une profonde inspiration et s’immobilisa, les traits sur son visage semblèrent peu à peu se radoucir alors qu’elle fixait avec un calme relatif le jeune garçon.

-Pourquoi? Pourquoi je suis comme ca? J'en ai mare de tout rater, je ne serais jamais normal et je n'arriverais jamais à comprendre les gens et à me faire accepter!


- Tu ne seras jamais normal Franklin ! Mais tu seras ce que tu DECIDERAS d’être ! Ce n’est pas le pouvoir qui nous définit, c’est ce que nous sommes. LE CONTROLE ! C’est une question de contrôle ! Et le contrôle ça s’apprend. REGARDE ! Regarde ce que je fais ! La première fois que j’ai perdu le contrôle , petit, des gens sont mors, j’ai même frappé celle que j’aime et pourtant vois où j’en suis…je LE contrôle parce qu’on m’a fait confiance, parce qu’on m’a laissé me « tromper et foirer ». je te comprends Frankin, je t’accepte mais si toi tu n’y arrives pas, je ne peux pas l’faire à ta place ! OUVRES les yeux ! tu es assez intelligent pour l’comprendre, non ?

LaZPCE continuait de vibrer autour d’elle, pulsant une vive lumière blanche tendit qu’elle évacuait par le sol les décharges de courant.

- JE NE PEUX PAS T’AIDER SI TU NE T’AIDES PAS TOI-MEME ! Alors commence par te calmer et contrôle ça immédiatement, j’ai confiance en toi et je ne t’en veux pas, alors respire profondément et calme toi, je ne te le répèterais pas, c’est clair ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Petite séance de recadrage [ PV Caitlyn Elioth]   Mar 8 Jan - 17:07

Il y a parfois des hauts, des bas, des petites remontées, puis des descentes en piqué. C'était à peu prêt ce qui arrivait au jeune Franklin Richards et plutôt un bon résumé de son évolution à l'institut. Les jours se suivaient mais, ne se ressemblaient pas et même si les débuts avaient été plutôt difficile, le jeune mutant, parfois un peu trop solitaire, s'était peu à peu habitué à ce qui se présentait comme sa nouvelle vie. Hélas, les choses ne se passaient pas toujours bien et cette rencontre avec la mutante rousse, aurait pu être une très bonne expérience et le gamin en aurait tiré une très bonne leçon et serait partit sur de bonne base et avec un moral plutôt bon. Oui! Franklin aurait pu simplement remercier Fozzy pour tous ses conseils, lui serrer la main ou encore mieux, l'enlacer amicalement et s'en aller, lui promettant de faire des efforts mais, non ! La fin de cette rencontre enrichissante n'était pas si belle et ne se terminait pas encore comme l'enfant aurait aimé que cela ce passe. Les choses étaient bien différentes et une fois de plus, étaient causé par son esprit et sa maladresse, combiné au défaut qu'il avait, à toujours trop réfléchir et surtout à ressasser le passé. Ainsi, Franklin s'était remit à culpabiliser et au lieu de s'accepter tel qu'il était et de faire en sorte d'avancer et d'ouvrir son cœur, comme lui avait conseillé la jeune femme, il s'était une fois de plus enfermé dans son esprit et ce retrouvait dans une situation qu'il aurait préféré éviter.

Un pas en avant, deux en arrière, de simples actions, faciles à réaliser mais, non sans conséquence et s'était exactement ce que le petit Richards avait fait. Il avait franchit une barrière qu'il aurait du se contenter de respecter. Fozzy avait là pour lui, l'avait écouté, conseillé et lui avait même fait quelques confidences. Pour la remercier, le petit blondinet avait fait la seule chose qu'elle ne tolérait pas et lui tenait pour grâce de ne pas faire. Franklin avait pénétré sans le vouloir, l'esprit de la jeune femme et pas de la manière la plus agréable. Il avait fait irruption tel un voleur manquant de discrétion et s'était mit à hurler. Prit de panique, il n'avait rien fait de plus et n'avait lu aucune des pensées de la belle rousse. Par contre, cette dernière ne semblait pas avoir apprécié cette intrusion et l'avait très vite rejeté, le faisant même saigner un peu du nez. Une douleur qu'il estimait avoir largement mérité et à cet instant il aurait été bien chanceux qu'il ne lui arrive rien de plus.

Le télépathe était au sol et tentait de se calmer, tout en regardant la mutante qui lui faisait une très belle démonstration de ses pouvoirs. Il semblait être protégé par une bulle électrique, c'était d'ailleurs tout son corps qui en était parcourut. En d'autre circonstance, Franklin se serait fortement intéressé à ses dons et aurait sans doutes eu un tas de questions à poser à cette femme. Hors, les questions n'étaient pas les bienvenu et le jeune mutant se contentait d'observer la scène, se demandant comment il en était arrivé là et les conséquences qu'airait une fois de plus sa maladresse.

C'était un regard désolé que Franklin déposait sur Fozzy, tout en essayent de se calmer et d'écouter les précieuses paroles de la jeune femme. Elle semblait plutôt énervé mais, ne dégageait pas d'animosité envers lui et malgré ce qu'il avait fait, elle semblait vouloir continuer de l'aider et cette réaction alimenta le regret en lui. Il devait changer et comme elle le lui disait, il devait d'abord s'accepter lui-même et s'aider. Il s'était répété cela depuis qu'il avait rencontré la jeune femme, avait tenté de se convaincre et de comprendre ce qu'il devait faire pour y parvenir mais, à cet instant et plus que jamais il savait que le moment était venu et qu'il devait franchir un pas, même s'il lui faudrait surement un peu de temps pour y arriver.

Tendit que la mutante lui conseillait fortement de se calmer et de peur que la situation en s'aggrave, Franklin utilisa sa projection astral et se retrouva à quelques pas de la jeune femme. Depuis qu'il avait du combiner ses pouvoirs pour venir en aide à Rachel, le petit mutant avait acquis une nouvelle maitrise de ses dons et savait maintenant se servir de plusieurs de ses pouvoirs en même temps. Ainsi, avec tout de fois beaucoup d'efforts, il pouvait sortir astralement de son corps pendant qu'il lutait contre ses pouvoirs, lui permettant ainssi, de faire un peu le vide et d'examiner la situation. La pièce était sans dessus dessous et la jeune femme semblait perdre un peu patience. Comme pour s'excuser du désagrément, Franklin utilisa sa télékinésie pour replacer quelques objets, tout en concevant sa projection astral, se donnant l'allure d'un fantôme mais, il n'en demeurait pas moins visible à l’œil nue, il avait juste un aspect très pale, quasi transparent.

- Je suis désolé, vous avez raison, je dois faire quelques choses et si je ne m'occupe pas déjà de moi-même, je n'aiderais pas les gens. Je vais faire de gros efforts et cette fois, c'est une vrai promesse.

La situation semblait soudainement très étrange et marquait un gros contraste avec ce qu'il venait de se passer. Le calme était revenu et derrière le petit fantôme, se trouvait son corps, le regard vide, ne bougeant pas un muscle. Quand il se servait de son corps astral, Franklin ne pouvait pas être plus calme que cela, sa voix était lente et paraissait venir de nulle part. Il savait qu'en regagnant son corps il se sentirait très fatigué après avoir fournis temps d'effort en utilisant ses dons mais, à cet instant il s'en moquait et se contentait de remercier Fozzy en lui offrant un sourire qui en disait long sur ce qu'il pensait et la gratitude qu'il pouvait lui exprimer.

- Je me suis souvent dit que je ne comprendrais jamais les gens et qu'il me rejetterait mais, depuis que je suis à l'institut je me rends compte de mes erreurs et si les gens m'ont rejeté c'était surtout à cause de moi, si je ne m'ouvre pas plus au monde, alors le monde se refermera sur moi et je ne veux pas ça. C'est vrai que je serais jamais normal et ma vie sera différente mais, je peux être utile, aider les gens et me faire accepter. Je vais avoir besoin de votre aide et si vous étés d'accord, je pense que je viendrais souvent vous embêter et vous demander conseil mais, jamais plus je ne m'introduirais dans votre tête et je ferais en sorte d'honorer vos conseils. Je n'ai que quelques amis dans cette école mais, j'y tiens plus que tout et je suis prêt à tout pour eux et à partir de maintenant et si vous le voulez bien, vous faites partie de ces personnes...

Franklin s'inclina poliment devant celle qui sans s'en rendre compte venait peut être de changer la vie du gamin, pour toujours. Elle lui avait ouvert les yeux, ses mots avaient été plus qu' essentiels pour lui et contribuaient à un changement positif en lui, il lui faudrait juste un peu de temps pour y parvenir mais, il comptait bien s'y hâter.

Puis, se sentant de plus en plus faible mais, tout de fois très serein, le jeune télépathe se retourna et pointa son corps qui gisait le long du mur.

- je vais regagner mon corps mais, j'ai trop abusé de mes dons et je vais surement m'évanouir un peu alors, si vous pouvez...enfin....la clef est dans la trousse, sur le bureau, mes camarades de chambres prendront soin de moi en revenant dans la chambre et attendront mon réveil, ils ont un peu l'habitude de me voir comme ça, on se revois bientot j'espère?

Puis, se sentant de plus en plus faible mais, tout de fois très serein, le jeune télépathe se retourna et pointa son corps qui gisait le long du mur.

- Je vais regagner mon corps mais, j'ai trop abusé de mes dons et je vais surement m'évanouir un peu alors, si vous pouvez...enfin....la clef de ma chambre est dans ma trousse, sur le bureau, mes camarades de chambres prendront soin de moi en revenant dans la chambre et attendront mon réveil, ils ont un peu l'habitude de me voir comme ça, on se revois bientôt j'espère?


Puis, Franklin fit un clin d’œil à la jeune femme, fit un effort pour tenir et écouter ce qu'elle avait à ajouter, puis sa projection astral, s'évapora en regagnant son corps et comme il l'avait prévus, il ne se réveilla pas. Utiliser ainsi ses pouvoirs à répétitions et en les cumulant et sans doutes également à cause du stress, le gamin était épuisé et s'était évanouit, il lui faudrait un peu de repos avant de reprendre ses esprits mais, une chose était sur, il ne manquerait pas de revoir la jeune femme qu'il espérait maintenant, appeler..... mon amie.

[ HRP: Rp terminé ici pour ma part, je pense que c'est le moment parfait pour Franklin, je te laisse poster ta réponse et je ferais la demande d'archive du rp, une fois que j'aurais lue ta réponse, merci beaucoup pour ce rp et désolé s'il ne dur pas plus longtemps mais, je pense que c'est le bon moment.]
Revenir en haut Aller en bas
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Petite séance de recadrage [ PV Caitlyn Elioth]   Mar 8 Jan - 20:42

Elle l’écouta en conservant d’abord un silence plein de retenue et cela même lorsqu’il usa de sa forme astral afin sans doute de retrouver un calme somme toute assez relatif au vue de la situation. Elle ne lui en voulait absolument pas car il n’était qu’un enfant et que souvent un ton ferme et une démonstration assez « argumentée » suffisait pour planter des limites là où elles devaient être plantées. Il n’était en rien un mauvais garçon, au contraire, il était assez attachant et elle lui offrit son sourire en retour. De toute façon, même si une colère sourde avait allumé son pouvoir, cette dernière avait été complètement consumée par l’absorption de son pouvoir qui luisait doucement en s’éteignant comme un feu privé d’oxygène.

Elle ne commença à se déplacer que lorsque son pouvoir fut définitivement désactivée et qu’elle ne risquait pas de le blesser, elle passa une main dans ses cheveux en repoussant ses mèches rousses complètement décoiffées et s’adressa à lui d’une voix bien plus calme et plus douce.

- Ce n’est pas grave mon chou, je ne t’en veux pas du tout et je te félicite une fois d’plus pour avoir su garder le contrôle. Je n’ai pas non plus des masses d’amis mais j’serai ravie de te compter parmi eux et tu seras toujours l’bienvenue si t’as besoin de moi où même pour passer me faire coucou : mon invitation pour les jeux vidéo tiens toujours, Ptit Lord. T’es pas seul Franklin, ici personne ne l’est.

Il regagna son corps et effectivement sombra dans l’inconscience. Elle suivit ses consignes à la lettre récupérant la clé et essuyant son visage du sang qui s’y était déposé lors de son « expulsion ». Elle le chargea sur ses épaules en soupirant afin de la ramener dans sa chambre et lorsqu’elle sortit de la pièce, elle tomba nez à nez sur deux élèves se figeant de surprise sous la vision de la scène comme deux lapins dans les phares d’une véhicule sur une route de nuit. Cait resta interdite un instant puis leur décocha un sourire sadique en traversant le couloir tout en leur murmurant.

- Voilà c’qui s’passe quand on fait l’con en classe…On envoie le Croc-mi-Cait…Méditez là-dessus, jeunes gens… Bon bon….Une pelle et direction le parc…

Ce n’était pas du meilleur gout mais c’était amusant. Elle l’installa dans sa chambre sans oublier de lui laisser dans sa poche un petit mot manuscrit avec comme signature un bonhomme-femme avec des cheveux roux lançant des éclairs et un texte simple à comprendre.

Cesse de te casser la tête, il est URGENT de vivre !


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petite séance de recadrage [ PV Caitlyn Elioth]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Petite séance de recadrage [ PV Caitlyn Elioth]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Passation : Caitlyn Elioth [Caitlyn Elioth - Rachel Summers]
» Rester cool ... en toute situation. [Pv Caitlyn Elioth]
» Vendetta Acte II : Teresa Grigori {Evangelina Grigori, Caitlyn Elioth & Amy de Lauro}
» Passation : Amy de Lauro [Amy de Lauro - Caitlyn Elioth]
» Héritages {Caitlyn Elioth, Amy de Lauro, Libre sur demande MP}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: L'Institution Charles-Xavier et Alentours-
Sauter vers: