AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Flash Forward [Pv Amy De Lauro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Flash Forward [Pv Amy De Lauro]   Sam 8 Déc - 15:44


Flash Forward



Amy De Lauro & Snatch


Une nouvelle année allait commencer pour Samuele au sein de l’institut Xavier sa nouvelle maison, mais aussi son repère, ses amis et ses mentors l’attendaient et après quelques semaines passées dans sa famille en plein cœur de l’Italie, il rentrait dans son pays d’adoption avec la ferme intention de changer. Changer oui, mais dans le bon sens… désormais doté d’une technique légèrement plus avancée, et d’un courage un peu plus poussé, il ne lui manquait que la volonté et la maitrise de soi. Bien trop souvent en retrait, il se devait d’acquérir une confiance qui lui avait jusque là fait défaut, dans ses missions mais aussi dans sa vie quotidienne. Beaucoup lui faisaient remarquer, il avait une forme physique plus que convenable, il connaissait ses limites, mais son profil psychologique l’empêchait d’être a son maximum, surtout lorsque l’on avait besoin de lui.

Il y avait également tant de choses qu’il avait laissé en suspens pendant son absence, comme des relations amicales, quelques petits flirts discrets, mais surtout, et chose qui étonnamment l’avait perturbé durant des semaines… l’état de santé d’Amy, sa nouvelle grande amie chez les surdoués de l’institut Xavier. Aux dernières nouvelles, elle était ressortie en vie de justesse de la salle des dangers pour sa passation : grande nouvelle pour elle mais également pour lui qui ressentait une certaine fierté de la voir si sollicitée. Amy, future X-men, c’était un titre qui claquait du feu de dieu. Hélas il n’avait plus eu de nouvelles après cet évènement, et ainsi, à part se douter fortement qu’elle était désormais une X-woman de talent, et qu’elle avait fortement changé depuis cette période, il n’en savait rien. C’était d’ailleurs la première chose qu’il allait faire en arrivant et après avoir posé ses valises : se renseigner. Une certaine excitation, découlant d’un bonheur intense de retrouver toute la troupe, et toute cette ambiance qui faisait qu’il était un garçon heureux où il était.

Arrivé par le train, puis en prenant le bus pour s’arrêter à l’arrêt le plus proche du portail d’entrée, il foula les graviers du chemin de l’institut, et fila sans tarder dans sa chambre, saluant l’un des référents qui suivait de près les arrivées des élèves : visiblement, cette date de fin septembre convenait au plus grand nombre, ainsi tout avait été organisé par vagues de voyages et d’arrivées. Il retrouva alors sa chambre commune, ses même colocataires… seul un manquait à l’appel et ne reviendrait surement pas d’après ce que disaient les autres. Il y avait donc une place de libre en trop dans son dortoir. Une aubaine pour lui puisque sans même réfléchir, il posa ses valise sur ce lit libre, sous les cris des autres habitants, et fila dans le couloir en direction de la vie scolaire. Il adressa un geste de la main pour leur signifier qu’il allait revenir et qu’il s’occuperait de tout ranger plus tard, ne prenant sur lui que son téléphone et une petite sacoche pour ranger quelques papiers au cas où il déciderait de sortir en ville. Il déboula les escaliers a la hâte, sans prendre le temps de les compter, comme il faisait lors de sa première année, encore timide et réservé, puis il se dirigea vers la porte convoitée depuis qu’il avait posé un pied sur ce territoire. Il prit la peine de saluer l’ensemble de ses amis, ou connaissances, en esquissant un sourire radieux tout en hochant la tête, mais toujours en direction de cette pièce.

Il arriva alors à destination et toqua à la porte tout en l’ouvrant en coup de vent. Soudainement, le silence qui régnait en ces lieux lui fit prendre conscience qu’il devait calmer ses ardeurs, pour ne pas déranger le reste des personnes présentes dans la vie scolaire, puis en s’excusant platement a voix basse, il s’approcha de l’un des bureau et s’adressa a la jeune femme qui se trouvait derrière le comptoir, plongée dans son ordinateur, et jurant de tous les noms la machine qui visiblement lui causait quelques problèmes. Il tapota ensuite ses doigts en étoile sur le bois du comptoir, avant de se lancer dans une ultime tentative d’exposer au grand jour sa bonne humeur.

- Samuele Lupo ! Je suis arrivé et je suis installé… vous pouvez le noter… je suis là ! En dessous de cette personne sur la liste…

Mais alors qu’il s’apprêtait à se pencher vers l’ordinateur pour aider la jeune femme, il fut surpris d’un éclair cérébral, une image insolite qui n’eut d’autre effet que de le laisser bouche bée, non pas par stupeur, mais par doute… Il venait de réaliser les mots qu’il avait entendu quelques semaines auparavant : « Amy a changé c’est certain »… alors en voyant la silhouette de cette femme dans le reflet de la vitre derrière la femme de la vie scolaire, il sentait bien que quelqu’un le regardait. Et étrangement, reprenant possession de tous ses moyens et en se concentrant sur son radar personnel, il croyait bien reconnaitre un gène X qui lui rappelait de vagues souvenirs. C’était impossible… mais alors pourquoi ressentait il cette présence ? Amy n’était pas dans ces bureaux.
Revenir en haut Aller en bas
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Flash Forward [Pv Amy De Lauro]   Sam 8 Déc - 19:29

Jeudi 20 Septembre – 14 : 25 P.M.
C’était la rentrée de l’Institut ; enfin, les rentrées des classes des niveaux élémentaires et secondaires avaient été faite en début de mois, alors même qu’elle n’avait pas prit ses fonctions, ainsi, désormais, c’était les gens de l’enseignement supérieur qu’il fallait accueillir. Ce n’était pas forcément plus mal pour Amy, qui était connu des plus jeunes comme l’assistante d’italien dans la classe de Karma, et qui préférait éviter les questions mal formulées sur le fait qu’elle ait vieillit de plusieurs années en passant X-Men. Personne ne l’avait véritablement reconnue, tant dans le physique que dans le comportement, et ils avaient le don d’être blessant dans leur innocence maladroite. C’était moins le cas des adultes, ou adulescents pour certains, car ils savaient se taire, bien qu’elle lisait sur leurs visages comme des livres ouverts.

Ceux qui la connaissaient ne la reconnaissaient pas, et ceux qui ne la connaissaient pas, elle évitait d’en dire trop sur elle. Qu’on lui donne une demi-douzaine d’années ou une dizaine en plus n’était pas surprenant ; vexant, mais pas surprenant, ainsi elle évitait de dire son âge. Elle était là depuis une année, elle était passée X-Men très rapidement, elle était surveillante à mi-temps et étudiante le reste du temps, c’était à peu près tout.

Plus grande qu’avant, plus mature qu’avant, mais toujours aussi discrète face aux inconnus, elle n’en jouait pas moins le rôle d’une personne confiante et savante, un peu trop même. Amaranth. Amaranth était son masque, et un masque qui ne cherchait qu’une chose, être à la hauteur de ce qu’on attendait d’elle ; elle jouait tout le temps, avec un jeu d’acteur des plus naturels, obligation considérant que même dans l’intimité, elle devait ralentir ses mouvements, même si c’était une habitude à laquelle elle ne prenait plus guère attention. Désormais de taille moyenne et avec une légère prise en forme, son apparence était celle d’une femme, plus d’une jeune fille. Ses traits étaient devenu plus fins et sculpturaux, sa bouche moins pincée, mais ce qui différentiait véritablement ses deux visages étaient ces yeux jadis d’un brun lumineux et désormais d’un bleu cristallin. Les tenues avaient changées également, car comme l’avait convaincu Joshua, elle n’était plus une enfant et avait le droit d’afficuer ses formes ; formes insuffisantes pour tomber dans le vulgaire, et heureusement pour elle. Il y avait toujours les habits du Mezzogiorno, jean et veste en denim, basket et borsalino, mais ils avaient été rejoint par des tops, des robes et autres vêtements qu’elle avait dû prendre l’habitude de porter, comme la combinaison de molécules instables de X-Men, laquelle était réservée aux entrainements et missions X-Men (bah oui quoi, elle n’était pas Husk, elle n’allait pas accueillir des gens normaux en tenue moulante !), et le tailleur, que l’Institut lui avait également fait faire sur mesure et qu’elle portait assez souvent depuis qu’elle avait vu une Caitlyn mode balai-brosse toute émoustillée par son port. C’était sur que c’était autre chose que les débardeurs et les fut’ en treillis ! Mais bon, il y avait des tenues de travail, et d’autres d’entrainements. Bref, il avait fallut renouveler sa garde robe après Amaranth, et cela avait apporté pas mal de changement. Il suffisait d’ajouter à cela un comportement adulte et non adolescent, et il convenait de dire qu’Amaranth n’était pas que ce qu’aurait été Amy de Lauro dans plusieurs années.

Elle c’était aussi coupé les cheveux coupés, après la fugue de Josh sous son modèle côté obscure, un geste de rage à l’encontre de son impuissance mais éloigné des mutilations volontaires dont elle avait fait acte par le passé, ne voulant faire souffrir Caitlyn par la vue de son sang après les événements nécessaire à la renaissance d’Amaranth, qui étaient si horribles qu’ils étaient tus aux élèves. Sa nouvelle coupe avait été rattrapée en un carré tombant jusqu’au cou, qu’elle attachait parfois, mais pas aujourd’hui, les laissant encadrer son visage et leurs pointes s’échapper vers l’extérieur. Elle avait vêtue de son tailleur, la seule chose dénotant légèrement étant les ballerines noires, Amy ayant encore du mal avec les talons hauts, ne tentant plus l’expérience quant elle devait faire visiter l’Institut.

Elle revenait d’une de ces visites d’ailleurs, ayant inscrit un nouvel élève et lui ayant fait visiter les lieux, s’en retournant à son poste de surveillante d’un pas léger mais rapide, maîtrisé, elle s’en allait vers la vie scolaire, croisant quelques élèves qu’elle connaissait, bien que la plupart fussent en cours à cette heure. La plupart, puisque certains élèves expérimentés n’ayant pas classe avaient, comme chaque année à cette époque, proposé de donner un coup de mains aux surveillants et professeurs. Il y avait donc, en plus de la charmante, joviale et dynamique Darla Stringer (ceci est de l’ironie), Cyberpathe et Asperger, une forme d’autisme, une autre personne dans la vie scolaire, une « stagiaire » qui était tout son opposé (donc, charmante, joviale et dynamique, un peu trop même, considérant qu’elle jurait, à voix basse certes mais insuffisamment basse pour échapper à l’ouïe d’Amaranth, contre son ordinateur. Il y avait trois souffles dans la vie scolaire, celui calme et lent de Darla, celui de Neassa et celui d’une autre personne, devant surement attendre son tour.

La Vie Scolaire et le Secrétariat étaient adjacent, puisque tout deux dans une même pièce, celle-ci même jointe à plusieurs autres bureaux, dont celui de l’Intendant et du Responsable de la Discipline. En elle-même, la pièce se composaient de deux bureaux, un, plus reculé, étant celui de la secrétaire, et l’autre, plus proche de l’entrée, étant celui des surveillants, pouvant accueillir jusqu’à trois d’entre eux. Il y avait sur chaque bureau des trieurs et des dossiers classés, ainsi qu’un ordinateur. Ordinateur que Darla maniait par la pensée et Neassa par les injures.

- Samuele Lupo !

Dès les premiers mots, Amaranth s’immobilisa, dans l’encadrement de la porte de la salle. Samuele Lupo.

Elle le regarda de dos, le reconnaissant parfaitement mais redécouvrant son aspect physique, avec toutes les imperfections qu’il pouvait comporter. Ses sens aussi, étaient amplifiés, comme elle put le reconnaitre à la voix et à la vue, elle pouvait désormais à l’odeur. Mais lui n’avait aucun moyen de la reconnaitre, malgré qu’ils fussent des amis des plus proches, à une époque son meilleur ami même si cette place était désormais sur la balance. Il s’était raidit, surement intimidé par l’amabilité de Darla et l’attention généreuse portée à son PC de Neassa, les deux l’ignorant royalement.

Une seconde suffit à l’italienne pour passer outre l’appréhension, chose qui pourrait paraitre brève, mais pas quant on considérait qu’elle réfléchissait cinq fois plus vite.

S’approchant de Samuele en fermant la porte pour indiquer sa présence, elle vint à lui avec le sourire.

- Re-bienvenu parmi nous alors, Samy. Cherche pas, t’arriveras pas à me reconnaitre ; j’suis Amy. Tes vacances se sont bien passées ?

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Flash Forward [Pv Amy De Lauro]   Dim 9 Déc - 17:16

Sa surprise était don effectivement celle du retour d’Amy. Il en était pourtant persuadé, elle était là, quelque part proche de lui, mais il ne l’avait pas vue, ni remarquée. Ce fut certainement son arrêt soudain qui lui permit de se concentrer d’avantage et d’oser imaginer une multitude incroyable de scénarios. Il était heureux de se dire qu’elle était dans les parages, et il le serait encore plus s’il pouvait enfin la voir et se rendre compte de tous ces changements dont il était au courant. Naturellement, il était tout de même un peu anxieux de savoir qu’elle n’était plus la même, et sa vision plus nette, une fois le visuel effectué, allait probablement le perturber comme jamais il ne l’avait été après une rencontre pourtant si simple a la base.

Laissant la jeune fille s’énerver contre la machine du diable, n’écoutant plus rien autour de lui, comme tétanisé par l’idée de se retourner et d’être choqué, il finit par redescendre sur ses talons, pour finalement se retourner lentement, le cœur battant la chamade. Au même moment il entendit son nom prononcé par la stagiaire, il fut surpris par le claquement de la porte que cette femme mystérieuse avait probablement volontairement laissé échapper de sa prise. Une fois retourné, il pu remarquer la présence de cette femme qui s’approchait de lui, comme si elle le connaissait depuis des années, comme si elle connaissait tout de lui, et pourtant une gêne certaine animait le cœur du jeune garçon, qui n’osait pas se laisser aller a des exclamations de bonheur même si au plus profond de lui-même c’était ce qu’il souhaitait. Il la laissa s’approcher et ne pu lâcher qu’un petit :

- Amy ? …

Timide, renfermé, assez perturbé, il la laissa s’approcher d’avantage pour tenter de cerner dans son regarde quelque chose de familier. Ni la couleur de ses yeux, ni sa taille, ni sa silhouette étaient restées les même… et pourtant il était quasiment certain de ne pas se tromper. En effet il avait du mal à le reconnaitre, qu’elle disait… mais alors c’était incroyable ! Il était partagé entre le sentiment d’abandon, car oui elle lui manquait malgré tout, et le sentiment de surprise, dans le bon sens du terme, parce qu’elle était devenue une très belle femme… Jamais il n’avait osé imaginer un tel changement, quand on parlait de son évolution… visiblement il avait été dans le flou intersidéral, contrairement à ce qu’il pensait. Il ajouta ensuite, en la reluquant de bas en haut, toujours pensif et assez choqué par cette nouvelle vision.

- C’est… incroyable ! Je suis surpris je ne m’attendais pas a autant de changements ! On s’en fiche de mes vacances ! Qu’est ce que tu fais là, cette passation ! raconte !

Par reflexe, il avait posé sa main sur son avant bras. Il aurait pu la poser sur son épaule, ou même l’embrasser comme les amis le feraient habituellement, mais il avait perdu cette légère intimité qu’il partageait avec elle auparavant. Il avait du mal il fallait avouer… mais ces sensations allaient disparaitre c’était certain, après tout elle restait Amy quoi qu’il arrive.
Il restait adossé contre le comptoir, a l’aise, comme pour éviter de tomber dans les pommes, portant de temps a autre sa main droite sur son front, pour essayer de mieux réaliser la situation. Il avait même eu de temps a autre le reflexe de retourner sa tête sur le coté, pour être sur qu’il s’adressait a la bonne personne… après tout Samuele était maladroit, cette scène aurait été largement possible.

- Tu es une X-men ou pas ?! Et tout ca ! c’est quoi ce délire !


Il se doutait cependant que les explications allaient être complexes… comme c’était le cas souvent avec Amy, mais il fallait dire que son pouvoir ne se résumait pas a un simple don acquis, mais bien a des modifications plus profondes de son corps et de son système immunitaire… en gros : il avait carrément oublié ! Pour dire comme c’était compliqué…

Il continuait de la fixer dans ses yeux d’une nouvelle couleur, la rendant cent fois plus expressive et cent fois plus belle. Mélange de fierté et de surprise… le grand huit des émotions était bien présent en cet instant précis, qui semblait durer des heures alors que l’instant était court jusqu’à présent… effectivement, il fallait le temps d’avaler la pilule !
Revenir en haut Aller en bas
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Flash Forward [Pv Amy De Lauro]   Jeu 13 Déc - 13:40

Les émotions s’enchainèrent sur le visage de Samuele ; une fois qu’il fut retourné, Amy put les voir sans difficulté. Surprise, peur longue donc anxiété, peur, colère et tristesse, dans un dosage donnant de la gêne, puis ne put lâcher qu’une timide interrogation portant son nom. Il avait du mal à la reconnaitre, la dévisageant en cherchant les similarités entre celle qu’il avait connu et Amaranth. Elles étaient là, mais bien trop discrète pour pouvoir être captées d’un coup d’œil, même s’il avait plus de chance que la plupart des autres de les trouver, tant il les avait souvent vu.

Allez Samy, un p’tit effort ; les sourcils, les cheveux, les oreilles n’ont pas trop bougées non plus.

C’était toujours blessant lorsque quelqu’un que l’on connaissait ne parvenait à nous reconnaitre, mais cela l’était encore plus lorsque c’était son meilleur ami avec qui on avait passé des heures d’interclasse et de week-end, aussi bien pour réviser que pour papoter ou s’entrainer à l’utilisation des pouvoirs. Cait’ était la seule à la voir réellement, même si certains, comme Hopes ou Josh, étaient capable de tours de magie déductible pour savoir que c’était elle et prétendre la reconnaitre, mais cela n’en était alors que plus blessant encore. Ne pas être reconnue ou l’être pas déduction mathématique, cela faisait mal, mais un mal qu’elle ne dévoilait pas.

Après quelques instants, le visage de Samuele dévoila une nouvelle pointe de surprise, puis un instant de joie ; d’un regard de bas en haut, aussi direct qu’indiscret qui ne la mis pas mal à l’aise bien au contraire, une petite culpabilité que Caitlyn lui pardonnerait pour deux choses : Samuele était gay, donc pas de risque de leurs points de vue, et Amy avait passé plusieurs mois à trouver ce fait dommage (chose qu’elle n’avait pas réellement caché à Cait’ d’ailleurs), donc elle pouvait bien se sentir flatter de ce regard, non ?

Ce n’était pas le seul à l’avoir eut, certes, mais c’était Samuele, donc un cas à part ; pour la plupart des autres, elle s’en moquait complètement, les ignorant, mais pas lui, d’où la pointe de culpabilité. Elle sortie de ses pensées avant que le rose ne lui monte aux joues, s’aidant des paroles de Snatch pour cela.

- C’est… incroyable ! Je suis surpris je ne m’attendais pas a autant de changements ! On s’en fiche de mes vacances ! Qu’est ce que tu fais là, cette passation ! Raconte !

Sa bonne humeur et son enthousiasme firent plaisir à voir, de même que ce geste familier de lui prendre le bras, et Amaranth sourit encore plus, sans se forcer.

- On s’en fiche pas de tes vacances, il a dût t’arriver des trucs aussi, et j’voudrais les connaitre, répliqua-t-elle.

Elle serait volontiers allé jusqu’à lui faire la bise comme autrefois, mais sa position ainsi que l’absence de familiarité entre Samuele et Amaranth la conduisit à se raviser, et sa vitesse de réflexion à ne rien laisser paraitre de ce qui se passait dans sa tête. Il devait tenir le coup, appuyé contre le bureau avec son autre main sur le front.

- Ey calme, ça va aller, déclara-t-elle en passant une main contre la joue de Samuele, pour attirer son regard. Interdiction de nous faire une crise cardiaque, c’est ma spécialité et c’est sous copyright maintenant.

Sa plaisanterie lancée, elle tira une chaise et la désigna de la main, elle-même posant les fesses sur le bureau, jetant un coup d’œil à l’ordinateur qui n’en faisait qu’à sa tête.

- Miss Stringer, un petit coup de main sur notre ordi serait le bienvenu, lança-t-elle distraitement à la secrétaire Cyberpathe, qui sans un regard, réinitialisa l’ordinateur. Un sourire à Neassa et Amy retourna la tête vers Samuele.

Entre temps, le jeune homme avait regardé le décor, comme prit de doute, mais il lui posa une question logique, de son point de vue, même si elle était également blessante. Moins qu’à l’origine, maintenant qu’elle prenait plus confiance en elle, mais qui entrait directement dans les sujets sensibles : était-elle X-Men, et qu’était Amaranth ?

Souriant faussement cette fois-ci alors que Samuele la regardait avec un discret sourire, admirant ses nouveaux yeux, elle se laissa contaminer par la naïveté et la bonne humeur de son ami, son sourire redevenant rapidement moins forcé, même si faire la différence était extrêmement dur pour des yeux humains, considérant qu’elle devait généralement ralentir ses mouvements même lorsqu’ils étaient sincères.

Elle prit une inspiration, puis la parole.

- Que de galanterie de ta part de me laisser commencer, dit-elle avec un geste de gêne, relâchant brièvement les épaules et baissant tout aussi rapidement le regard, avant que tout ne revienne à sa place. Alors oui, je suis X-Men, la plus jeune et la moins douée, mais ça viendra. Ça c’est ma nouvelle apparence, en fait, lors de ma passation, j’ai dû dépasser mes limites encore une fois, et l’APB a déraillé. C’est assez compliqué, en fait : j’ai prit plusieurs années en quelques minutes, et j’ai dû être opérée pour qu’ils arrêtent mon pouvoir avant qu’il ne me tue. Je te passe les détails, mais je me suis réveillée avec en plus d’un nouveau grade, un nouveau corps et des capacités que tu soupçonne même pas. Pour résumer, mes capacités physiques et cognitives sont multipliées approximativement par cinq, si les résultats des tests sont bons. En gros, je suis cinq fois plus forte, rapide et intelligente ; tu compte jusqu’à un, je compte jusqu’à cinq. C’est assez chiant quant tu te retrouve dans une file d’attente, parce que sa use la patience, mais y a des bons côtés, genre je suis capable de raisonner version Sherlock Holmes et je dispose de capacités physiques olympiques dans à peu près tous les domaines. Mon Facteur Guérisseur est devenu tellement puissant que je ne vieillis plus, et mes ailes ont une taille d’à peu près deux mètres, chacune, ce qui est très chiant pour prendre une douche, mais qui me permet de voler, même si comme pour les trucs olympiques je dois suivre un entrainement pour y parvenir ; d'ailleurs, le premier est tout à l'heure. Je suis pionne à mi-temps maintenant, aussi. Et tes vacances à toi ? Reposantes ?

Elle avait éludé plusieurs passages désagréables, et non des moindres, les faits de la passation, comprenant l’automutilation et le passage par l’inhumanité, ou l’opération où ils avaient dus percer ses poumons pour qu’elle ne se noie pas dans son sang et écraser son cœur pour qu’il n’implose pas, la tuant au passage. Elle terrait aussi ses doutes, le fait qu’elle n’arrive pas bien à ce reconnaitre en Amaranth et qu’elle craquait souvent, s’effondrant en larme dans les bras de Cait’ qui lui remontait le moral par la suite. Elle tairait tout ce qui avait trait à Amy et non à Amaranth, présentant à son ami l’imagerie officielle de la nouvelle X-Men confiante et bien dans sa peau. Après tout, elle n’avait pas de raison de ne pas l’être, tant elle avait de raisons de l’être.

- Ah, et en passant, je vais me marier, rajouta-t-elle avec le plus grand sourire dont elle était capable.

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Flash Forward [Pv Amy De Lauro]   Dim 6 Jan - 17:30

Tellement perturbé par les changements qui avaient affecté sa comparse d’il y avait à peine quelques mois, il n’avait même pas daigné répondre a sa question concernant ses vacances à lui. Pour être honnête, il ne s’était rien passé d’extraordinaire, à part les retrouvailles avec sa famille, et les diners longs et incessants destinés à tout raconter à tout le monde dans les moindres détails. Il ne voulait pas non plus préciser qu’il avait du répéter une bonne cinquantaine de fois son récit pour leur faire plaisir, et surtout pour des gens qui parfois ne faisaient même pas partie de son entourage direct. C’était la fierté Italienne, et les familles qui vivaient sur ce modèle connaissaient toutes ce phénomène : le plus compliqué était de retourner au pays après de longs mois, voire des années passées dans un pays dont la mentalité différait à un tel point que ce dernier était inimaginable. C’était ce qu’il appelait la routine, les banalités, les choses qui ne lui procuraient plus aucun plaisir, alors que lui aurait souhaité se retrouver avec sa famille proche pour profiter de leur joie de vivre et de leur amour qui jusque là avait été sans faille, malgré les différences au niveau de l’expression de ces derniers.

Néanmoins il était fier d’être ce qu’il était aujourd’hui, et il se sentait bien dans la vie qu’il s’était construite. Son oncle et sa tante le soutenaient, tout comme bon nombre de copains à l’institut, en passant par Amy. Il riait même ouvertement a ses blagues aujourd’hui, tellement leur rapprochement était évident et tout naturel selon lui. Cette histoire de crises cardiaques, il valait mieux en rire aujourd’hui qu’en pleurer, c’était du moins ce qu’il pensait, bien qu’il ne savait pas la totalité des évènements. Les rires s’estompant, il avait remarqué a quel point les gens la respectaient en vue de son titre et de sa nouvelle affectation. Non pas que les gens lui marchaient dessus lorsqu’elle ressemblait a une jeune fille fragile, mais le grade qu’elle venait d’acquérir devait changer bien des choses dans sa manière de faire les choses, et dans l’esprit de tout le monde. Il était content en revanche de vois qu’elle ne prenait pas la grosse tête, et qu’elle s’adressait aux gens avec le sourire… c’était tout Amy et c’était l’une de ces parcelles de sa personnalité qu’il préférait. Par la suite il écouta son récit, à la fois émouvant et impressionnant, de l’élève devenue X-men, mais aussi de la fille devenue femme… Samuele n’en revenait qu’à moitié, persuadé que s’il avait été dans son cas, il n’aurait probablement pas survécu… certes elle avait les capacités qui suivaient derrière, et son histoire de régénération et tout le tralala, mais psychologiquement il n’aurait pas tenu le choc c’était une évidence. Cependant une chose attira son attention dans son discours : des ailes ? Il ne s’en était même pas rendu compte, trop concentré sur son visage, sur ses mimiques qu’il tentait de retrouver dans ce nouveau corps, comme pour essayer de récupérer ses repères… et soudainement, il eut quelques sueurs froides, conscient que cela ne se faisait pas de reluquer derrière les gens pendant qu’ils parlaient. A vrai dire, il était vraiment intrigué par cette histoire d’ailes, mais il n’osait pas lui demander de les lui montrer. Elle n’était pas une bête de foire, surtout pas Amy, et il ne voulait pas la froisser. Il décida alors de rester patient, tout en laissant quelques regards se perdre sur ses épaules, en essayant de visualiser une bosse, parfois en imaginant avoir trouver l’empreinte de la présence de ces fameuses ailes… puis ce fut a lui de répondre, comme réveillé, ramené a la réalité par cette excitation qui s’entendait dans sa voix désormais devenue plus profonde et sensuelle. Il répondit alors aussi rapidement que brièvement :

- Heu…

Puis il porta une main derrière la tête et se mit a gratter son cuir chevelu, a moitié gêné de devoir la faire patienter le temps que tous les éléments se mettent en place dans sa petite cervelle, et a moitié gêné de devoir lui raconter des choses biens moins passionnantes qu’elle.

- Désolé c’est cette histoire d’ailes, ca m’a un peu déconcentré… mais on va continuer comme si de rien n’était, je t’assure !

Il afficha un petit sourire sincère mais un peu gêné puis il reprit en claquant ses deux mains comme pour faire une prière, sauf qu’en même temps il remettait ses idées en place.

- Mes vacances… eh bien… c’était pas très joyeux. Je suis retourné voir ma famille en Italie, je pensais que j’allais passer du temps avec eux et qu’on allait retrouver cette complicité de l’époque, mais au lieu de ça j’ai été une bête de foire pour les amis de ma famille etc.… J’ai raconté comment ca se passait, sans vraiment parler de l’institut, j’aimerais pas que quelqu’un de là bas vienne s’incruster dans ma vie sans prévenir tu vois ? Du coup ils savent tous que je suis mutant, et même s’ils en parlent a voix basse, et que le secret est bien gardé dans le village, je n’ai pas échappé aux éternelles questions que toi-même tu as du subir à un moment donné dans ta vie ! Enfin voila… tu vois, rien de très extravagant comparé a toi.

Il se mit à sourire a nouveau juste avant qu’elle lui annonce son mariage. A l’écoute de cette phrase, il se redressa et se mit sur ses deux pieds puis il posa ses deux mains sur les avants bras d’Amy en ajoutant timidement :

- Tu vas te marier ?! Mais… avec la fameuse euh…

Ne sachant plus si les choses étaient d’actualité, il n’avait pas osé prononcer son nom, néanmoins il était au courant par des bruits de l’institut qu’Amy fréquentait la rousse incandescente de l’école. A vrai dire, il ne s’inquiétait pas des histoires d’amour des gens, lui-même ayant énormément de difficultés à construire quelque chose avec quelqu’un, le dernier en date étant Paladin. Cependant, si Amy avait trouvé son bonheur, il se sentirait comme revigoré d’une certaine façon.
Revenir en haut Aller en bas
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Flash Forward [Pv Amy De Lauro]   Mar 8 Jan - 0:42

Samuele n’avait rien perdu de sa familière gaité qui faisait tant plaisir à voir, et qu’elle avait partagé autrefois, tentant de le faire à nouveau désormais. Il riait à ses blagues et s’assit comme elle le lui avait demandé, chose plutôt inspirée vu la tête qu’il fit lorsqu’elle lui parla des récents événements dans une version mythiques et enjolivée, qui épargnait le sang et les larmes, son sang et les larmes de son aimée, ainsi que la force de volonté de l’une de guider l’autre à travers sa propre conscience jusqu’à non-pas la lumière du paradis céleste, mais la lumière de l’autre, du visage aimé. Il tiqua sur plusieurs points, la surprise prenant son visage, insuffisante pour interrompre la jeune femme dans son récit mais attirant tout de même son attention. X-Men, APB, opérée, ailes ; la plupart des choses qu’elle craignait n’avaient en rien attirées l’attention de son ami, passant discrètement comme des lettres à la poste.

Il y eut un peu de peur, faisant hausser un sourcil à Amaranth, qui n’avait plus réellement besoin de fixer quelqu’un pour décrypter son langage corporel ; quoi qui puisse l’effrayer, c’était suffisamment prenant pour qu’il lui faille quelques instants de réflexions avant de revenir à lui. Instants qu’il avait passé à la regarder, comme à la rechercher de quelques choses. Considérant son discours et les moments auxquels il avait montré de la surprise, il s’agissait des ailes ; c’était sur que considérant les petits Ala-pulmos qu’il avait put voir au travers d’un t-shirt déchiré, celle qu’elle lui montrerait seraient largement plus impressionnantes. Cependant, le « je vais me marier » le fit réagir comme de norme.

- Heu, hésita-t-il en portant sa main à l’arrière de son crâne dans un geste gêné, résumant parfaitement la situation face à la masse d’informations qui venaient de lui être jeter crument, poursuivant sur le fait que les ailes l’avaient en effet perturbé, avec tout autant de gêne que précédemment.

Mais il se rattrapa magnifiquement, interrompant son geste pour frapper dans ses mains en un unique applaudissement, geste ayant pour but inconscient de détourner l’attention de son geste précédent ou de son visage grâce à la partie sonore ; soit il avait quelque chose à cacher, ce qui n’était pas le cas comme put le voir l’italienne, soit il essayait de gagner du temps.

Les vacances de Samuele avait été chiantes, même s’il ne le dit pas comme cela, et la déception se vit sur son visage avant même qu’il eut prononcé ses mots : heureux de retrouver sa famille, il avait servit de bête de foire à cette dernière, qui avait exhibée avec fierté « le mutant étudiant en Amérique ». Atch, c’était assez dégueu ça, oui, le visage d’Amaranth compatit à l’instar d’Amy. Elle ne s’était jamais demandé ce qu’on penserait d’elle si elle retournait à l’orphelinat, et de toute façon, elle ne le ferait plus, pas avec sa nouvelle apparence.

Samuele avait été discret sur l’Institution Xavier elle-même, ne voulant pas d’un cousin au quatrième degré venant le retrouver outre-Atlantique sans prévenir ; elle pouvait comprendre intellectuellement cette volonté d’indépendance et d’isolement, mais pas sentimentalement, ne sachant ce que cela faisait d’avoir parents et fratrie.

- Du coup ils savent tous que je suis mutant, et même s’ils en parlent a voix basse, et que le secret est bien gardé dans le village, je n’ai pas échappé aux éternelles questions que toi-même tu as du subir à un moment donné dans ta vie !

S’il parlait des questions des jeunes enfants genre « t’es un monstre » ou « t’es une plante », cette dernière ayant particulièrement de succès et l’ayant suivie jusqu’ici, ou de celles des médecins qui n’auraient pas forcément été contre la disséquer pour comprendre le fonctionnement de son corps, et « tenter de résoudre la faim dans le monde », excuse qu’ils lui avaient servie lorsqu’elle était jeune pour continuer à pouvoir l’étudier une fois par semaine depuis qu’elle avait manifesté les premiers signes de photosynthèse animale. Depuis ses onze ans, Amy de Lauro avait vu les chercheurs une fois par semaine, et depuis Amaranth, ce rythme avait reprit avec Hank Mc Coy, il ne fallait pas s’étonner qu’elle soit plutôt réfractaire à l’idée des hôpitaux ; c’était une régénératrice en plus !

Rien de très extravagant, en effet, mais c’était le quotidien qu’Amy préférait vivre, lorsqu’elle pouvait le vivre normalement ; se réveiller en face du visage de son aimée, manger avec elle à midi et la retrouver le soir, discuter avec ses anciens amis comme ses nouveaux, Samuele étant le plus représentatif de la première catégorie et Neassa de la seconde, s’entrainer dans la joie et la bonne humeur avec Jubilee qui faisait le son et lumière… Vivre simplement, sans devoir lutter.

- Tu vas te marier ?! Mais… avec la fameuse euh, s’étant relevé pour son exclamation, Samuele se retrouva coupé dans son élan, virant à sa timidité naturelle assez rapidement.

Amaranth retourna ses poignets pour lui prendre elle aussi les avant-bras, le regardant en s’exclamant :

- Caitlyn Elioth, oui ; celle qu’est arrivée en Avril avec le Programme du BAM et qui partage ma chambre depuis, celle-là même qu’a fait sauter la bibliothèque et qu’à repayé pour la reconstruire, celle qu’a la réputation d’une barbare exubérante, et que j’appelais sœur de cœur alors que tout le monde nous disait lesbienne. Donc oui, c’était bien une affaire de cœur, mais il avait ses raisons que la raison voulait travestir, et c’était les autres qu’avaient raison. Grand bien leur fasse, je suis heureuse avec elle et c’est pour ce qu’importe. Et elle est passée conseillère sociale et a aussi fait sa passation il y a peu.

Amy se tut sombrement, repensant à la passation susnommée qui avait été préparée dans son dos et qui avait également côté cher à Caitlyn, et avait révélé un visage insoupçonné chez une de leurs « fréquentations » aussi puissante qu’instable. Elle ne donnerait pas le résultat de cette passation, pas plus qu’elle ne parlerait de leurs missions précédentes, surtout celle face à Seamus Mellencamp. L’ombre passa vite sur son visage, une seconde ou une seconde et demie tout au plus, et elle retrouvant le sourire, reprenant la parole.

- Bref, que du bonheur ; si tu veux, je te la présenterai, ça m’étonne que vous vous soyez encore jamais rencontré, d’ailleurs. Après, j’ai peut-être oublié ; je possède une mémoire confinant à la mémoire eidétique depuis que je suis transformée, du coup, les souvenirs d’avant la transformation me semblent… assez peu fiable. Mais rien de grave. Et pour les ailes, parce que je vois que ça te perturbe, tu te souviens des Ala-pulmos ? Les espèces de petites ailes-poumons rouges sang qui me servaient à mieux respirer pour ma photosynthèse, je les sortais souvent pour augmenter mes capacités ventillatoires et essayer de calmer l’hyperactivité quant on s’entrainait pour l’APB ; bah elles ont simplement grandies, passant de trente-cinq centimètre à cent-quatre-vingt-dix-huit à la dernière mesure, donc il y a plus de deux semaines. Je pourrais te les montrer, si tu veux, mais pas ici ; j’suis de surveillance, et le lieu serait particulièrement mal choisit.

C’était la première fois qu’elle était fière d’une chose appartenant à Amaranth ; elle avait beaucoup rêvé de voler étant petite, chose en théorie impossible à cause de la taille des ailes-poumons et de leur composition musculaire insuffisamment forte pour supporter son corps, mais rendu faisable par les bio-tissus et le vieillissement prématuré.

- Cait’ va le tuer si tu fais ça, Neph’, répliqua négligemment Neassa, la petite brunette aux traits adolescents qui occupait l’un des sièges de surveillance et qui, du haut de ses quinze années, ne c’était pas montrée des plus patientes.

Le cas Boadicée Neassa Dorian était aussi étrange que flippant, mais au final l’Entité télépathique était tout aussi amicale de diplômée, ayant recommencé l’année précédente un cursus de psychologie lorsque Frost avait rouvert le cours, se retrouvant en même année qu’Amy et ayant sympathisée avec, les premiers écœurements passés. Savoir qu’on côtoyait une multiple doctorante victime du syndrome de Peter Pan et condamnée à possédée une adolescente en état de mort cérébrale n’était pas des plus rassurants, mais finalement l’appréhension étaient passées après plus ample découverte de la personnalité conciliante et amicale, malgré un sang chaud reconnu.

- Neassa Boadicée Dorian, Samuele Lupo ; Samy, une amie de classe, Nobody, présenta Amy avec le sourire, Nobody saluant d’un sourire et d’un geste de la main.

- Neassa c’est mon second prénom, mais tout le monde trouve l’autre trop spé, donc fais comme tu veux, enchaina Boadicée à l’intention de Samuele, avant de reprendre à celle d’Amy : Maintenant que j’ai l’ordi, j’ai juste une case à cocher et c’est bon, donc si tu veux prendre une pause pour que vous discutiez, fait-le ; si on te demande, je dirais que tu fais visiter.

- Je suis une élève et une travailleuse assidue, je te signale,
répliqua Amaranth avec un regard étrange envers sa collègue, avant de ce tourner vers Samuele. Et toi, t’en pense quoi ? Tu préfère discuter ici ou ailleurs ?

Aide de Jeu:
 

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Flash Forward [Pv Amy De Lauro]   Ven 11 Jan - 14:14

La surprise pouvait se lire sur son visage comme dans un livre ouvert. Il y avait des comportements que Samuele ne pouvait pas contrôler, comme celui qui correspondait à la surprise, ou à la peur en général, et il fallait dire qu’à ce moment précis de sa vie il ressentait les deux en même temps : tout d’abord il était évidemment partagé entre le souvenir d’une Amy sage, petite, et mignonne, et la découverte de cette femme terriblement charmante qui dégoulinait de grâce à n’en plus finir. C’était troublant, incontestablement, mais ce qu’il était parvenu à comprendre au fil des années, c’était que la surprise naissait d’une certaine peur. Oui, en effet, selon lui, cette surprise prenait sa source dans la peur de voir Amy changer, ou dans la peur de la voir s’éloigner toujours un peu plus tandis que lui était encore élève, et potentiellement bon à rien. Du moins, il avait cette tendance à se morfondre tout en étant heureux pour les autres… il était contradictoire, il était naturel et ça personne ne pouvait lui enlever. De plus, Amy parlait, encore et encore, tandis que lui essayait de remettre en place toutes les informations qu’il emmagasinait : d’abord ses changements physiques, puis cette histoire avec Caitlyn, et le mariage… wow. Il faisait tout pour être le plus concentré possible mais dieu que c’était difficile, Amy avait un sacré temps d’avance, d’abord avec ses pouvoirs, mais aussi en considérant qu’elle était allée très vite au stade où elle en était aujourd’hui. Il se disait aussi qu’elle avait de la chance d’avoir trouvé la perle rare en ce bas monde, et même si sa surprise d’avoir eu la confirmation qu’il s’agissait bien de deux filles était belle et bien présente, il n’en restait pas moins attendri, affichant sur son visage un sourire béat, à la fois malvenu et amusant. Cette rencontre fortuite devenait de plus en plus intrigante, car plus il lui parlait plus il allait de surprises en surprises… mais jusqu’où donc allait il aller ? La seule façon de ne pas se faire littéralement écraser par toutes ces nouveauté et de ne pas avoir l’air complètement nul, c’était encore de répondre à son histoire qu’elle contait avec passion, de façon à équilibrer les forces et de faire en sorte que ce soit un partage, et non un concours de bonnes nouvelles : si tel était le cas, Samuele était tombé a zéro et demie, face a Amy qui pétait les scores !

- Je ne l’ai jamais connue, va savoir pourquoi ! Par contre je ne te l’ai jamais dis, parce que je sais ce que ca fait, mais j’étais quelque part persuadé qu’il se passait quelque chose entre vous. Il suffisait de voir la façon dont vous vous adressiez l’une à l’autre. En tout cas je suis ravi que ca marche pour toi !

Evidemment, ensuite elle se mit à parler de ses ailes. Il fallait dire que la réaction qu’il avait eut a ce moment précis où elle en avait parlé devant lui avait de quoi perturber tout à chacun. Il eut dont droit à son explication, et maintenant qu’elle en parlait plus précisément, certains souvenirs vinrent à lui tout naturellement, comme si effectivement ce détail ne l’avait pas marqué auparavant, l’entendant pour la première fois en parler avec autant d’insistance. Alors il ajouta timidement, voire gêné, comme l’aurait fait l’ancien Samuele, celui qui était surnommé DNA avant de s’approprier un véritable surnom tel que Snatch.

- Oui je vois très bien maintenant que t’en parles. A vrai dire, ces ailes ne m’avaient pas forcément marqué l’esprit à ce moment là, disons que… enfin déjà elles étaient pas si visibles que ca, et quand on a pas pour habitude de s’arrêter sur de tels détails, on les oublie assez vite !

Il laissa échapper un sourire, celui qui était généralement accompagné d’une petite goute de sueur, marquant la honte et la gêne dans les mangas et dessins animés. Il reprit ensuite de plus belle, reprenant son assurance « Bouclier » qu’il avait appris à maitriser avec le temps, mais surtout parce qu’un élément extérieur fit son intrusion dans la conversation.

- Trouve un endroit plus adapté, et montre les moi. J’ai une idée, si tu me décroche un « Ouahou », je t’offre un casse croute où tu veux ! Pari tenu ? (regardant Neassa tandis qu’elle parlait) Et … euh… attends attends… pourquoi elle voudrait me tuer ?

Sa main tendue vers Amy, et le regard jonglant entre cette dernière et la fille qui venait de parler, il avait eu l’impression que quelque chose se tramait. Soit cette Caitlyn était véritablement un monstre, auquel cas Samuele vivait plutôt bien le fait de ne pas la connaitre, soit il était plus avantageux qu’il n’ait jamais à faire avec cette fille au cas où elle devenait X-men. Dans les deux cas, le problème était inquiétant, et si Amy ne lui donnait pas une explication valable sur ce sujet, il pouvait se mettre à pleurer d’une seconde à l’autre tellement il était soudainement sous l’emprise d’une angoisse assez avancée. Il ne fallait pas dire de telles choses devant lui, surtout pas devant témoins ! Alors il eut le réflexe de hocher la tête lors des présentations, mais il n’eut pas le courage de quitter Amy du regard : c’était clair pourtant, il voulait son explication, et vite. Alors à la dernière question d’Amy, il répondit brièvement, avec une pointe d’humour pour faire semblant que tout allait bien :

- Dehors !

Il tourna son regard vers Neassa, et affichant un sourire gêné, stressé, faux et amusant à la fois, il lui dit en restant poli et en se déplaçant petit a petit vers la porte de sortie, entrainant Amy avec lui en lui tirant la main.

- Merci pour tout euh… Neassa ! On s’en va oui, j’ai comment dire…encore BEAUCOUP de choses à raconter a Amy !

Une fois a l’extérieur, il s’arrêta net dans le couloir et attendit Amy sortir à son tour. Il lui avait lâché la main, conscient qu’il ne pouvait pas la forcer, mais à ce stade de l’histoire, il réfléchissait, encore plus que d’habitude. Certains éléments étaient arrivés trop vite dans son esprit, et il avait besoin de temps. Il fallait être clair sur un point : certes, il était heureux qu’Amy se soit plus ou moins trouvée malgré les changements qu’elle avait subit, mais d’entendre ce genre de choses sur cette fameuse Caitlyn, lui avait soudainement donné l’impression qu’elle allait lui voler son amie. En tout cas c’était ressenti en imaginant une Caitlyn hargneuse et jalouse. Réaction probablement démesurée, mais en fait il s’agissait de la première fois de sa vie où il avait l’impression de ne pas pouvoir contrôler ses sentiments. C’était assez déstabilisant et honteux à la fois. Alors il ajouta doucement sans faire de vagues :

- Désolé Amy, je… je ne voulais pas réagir comme ca. C’est vraiment honteux.

Les mains dans les poches, et le regard perdu entre ses pieds, il aurait aimer taper dans une botte de terre ou de sable pour se défouler. A vrai dire, cette phrase aurait pu sortir dans tous les cas, qu’elle le suive ou non, parce qu’il était partagé entre l’envie qu’elle l’entende, et qu’elle ne soit pas présente pour l’entendre. Ses émotions étaient a ce jour bien trop importante a l’intérieur de son esprit, il fallait qu’il évacue. Le plus important désormais était de rassurer Amy qui potentiellement ne pouvait pas comprendre, sauf si elle connaissait Samy aussi bien qu’il le pensait.
Revenir en haut Aller en bas
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Flash Forward [Pv Amy De Lauro]   Lun 14 Jan - 0:35

Samuele encaissait ; l’italienne ne savait si d’autres mots pouvaient réellement convenir. Il encaissait ce qu’elle lui disait, surprit et parfois effrayé, suivant comme il pouvait le flux de paroles ; puis, ce n’était pas comme si elle parlait vite ! Rajouter à cela qu’elle changeait de sujet avec aisance, faisant presque un monologue, un monologue avec un trop plein d’information malgré le fait qu’il fut lent à ses yeux et ses oreilles.

Il finit par adopter une figure faciale digne d’une BD, souriant bêtement, laissant paraitre à la fois la joie, la surprise et la peur ; il avait buggé, c’était finit. Ou pas, puisqu’il réussit à se rattraper à une branche de son discours pour lui répondre, confirmant qu’il ne l’avait jamais rencontré, mais étant comme tout le monde persuadé qu’il y avait plus que la sororité de cœur dès le départ ; Seigneur-Dieu, il n’y avait vraiment eut qu’elles-deux pour rien voir. Et après elles s’étonnaient de problèmes de communication… Il fallait dire que quant on usait du téléphone arabe pour le rôle du téléphone rose… Mais comment en était-elle arrivée là ?!

Samy était ravi que ça marche, elle aussi : tout ce qu’elles avaient enduré ensemble valait le coup, car justement, elles étaient ensembles. Ce n’était pas une première amourette, Amy se refusait à y croire. Elle allait se marier, et ce serait pour la vie.

Revenant au sujet des Ala-pulmos, Snatch avoua ne pas avoir été marqué par ces derniers ; il était vrai qu’ils ne ressemblaient à rien, même si l’on pouvait les comparer à des ailes de chérubin. Ses yeux marquaient bien plus les esprits que ses ailes, enfin, avant, car désormais qu’elles étaient plus grandes qu’elle et qu’elles lui permettaient théoriquement de voler, ses ailes devenaient un pouvoir à part entière, et un pouvoir dont beaucoup rêvait. Il aurait presque put la vexer en traitant ses ailes de « détails », s’il n’avait pas cela avec un grand sourire. Puis, il était enthousiaste à l’idée de les voir, et elle le savait, c’était sans arrières pensées. Amy comprenait parfaitement pourquoi un homosexuel avait plus facilement des amies qu’un mec normal, il n’y avait pas cette notion de pudeur à avoir ; encore que sa pudeur envers Amaranth n’était pas très élevée, considérant qu’elle ne voyait pas en elle son apparence ou son corps.

L’intervention de Neassa stoppa Samuele dans son élan, lui mettant un doute des plus hilarants. Puis si l’on se fait uniquement aux apparences et à la neutralité de sa voix, Nobody semblait avoir été la plus sérieuse du monde. Et le brave Samy qui, une main vers elle, faisait des allers-retours du regard, cherchant à comprendre ; blague ou pas blague ? Caitlyn avait une sacré réputation, oui, mais il n’était pas du genre à se fier aux rumeurs. Encore qu’il savait pour elles-deux, visiblement avant elles-mêmes. Le truc était qu’il semblait véritablement déstabilisé pour le coup.

Mais lorsqu’elle lui demanda, Samuele prit sans la moindre hésitation la solution extérieure. Le couloir n’était pas forcément le meilleur endroit pour parler, mais bon, si cela permettait de le calmer un peu. Il était déjà en train de prendre la fuite, la prenant par la main pour l’entrainer avec lui.

- Merci pour tout euh… Neassa ! On s’en va oui, j’ai comment dire… encore BEAUCOUP de choses à raconter a Amy !

Elle aurait aisément put lui résister, la force de jeune homme incomparable avec celle d’Amaranth, mais l’italienne se laissa entrainer en regardant Neassa qui commençait à rire.

- J’ai bien comprit ton allusion, Nobody ; raconte pas de conneries, je reste ta supérieure !

La réflexion était passée – et heureusement – au dessus de Samuele, qui la lâcha avant même de sortir de la pièce, s’évadant littéralement. Marchant à sa suite, Amy ne cessa de fusiller son amie du regard que lorsqu’elle sorti de la pièce, manquant de heurter DNA qui c’était arrêté brutalement dans le couloir ; seule sa célérité de corps et d’esprit lui évitèrent le choc, elle aussi s’arrêtant net.

- Désolé Amy, je… je ne voulais pas réagir comme ca, commença-t-il d’une petite voix. C’est vraiment honteux.

- Non ti preoccupi, Samuele,
répliqua-t-elle en l’esquivant, se plaçant à son côté.

Il avait la position du parfait coupable, redevenu le Samy des premiers temps, timide à en mourir à tel point qu’il aurait baissé les yeux devant une peinture le regardant. Mains dans les poches et tête baissée, il resterait là perdue dans ses pensées jusqu’à ce qu’elle l’en sort ; ce qu’elle fit sans attendre, se penchant pour le regarder en contre plongée.

- Je sais qu’elles sont classes tes baskets, mais tu pourrais un peu relever le nez, s’il te plait ? lui demanda-t-elle avec le sourire, avant de se redresser en synchronisation avec lui. Poussant un soupire d’amusement, elle reprit avec un petit sourire : T’en fais pas, ni pour Nobody, ni pour Cait’ ; oui, ma compagne est pas connue pour son tact et sa diplomatie, à moins que tu ne nomme ses poings ainsi, mais c’est pas mon cas non-plus. Si on en croit les rumeurs, Caitlyn est une barbare violente et méchante, et je suis une salope violente et infidèle ; bref, on a toute les deux la réputation d’arracher la tête de celle, ou celui aussi dans mon cas, qui oserait draguer notre copine. Tu me pense comme cela ? Parce qu’avec Cait’ on est sur la même longueur d’ondes.

Sa question était purement rhétorique, d’où le fait qu’elle se rangeait immédiatement dans le même panier que son aimée. Si Samuele ne la croyait pas violente, alors il n’avait pas à s’inquiéter de Caitlyn ; faire confiance à l’une c’était comme faire confiance à l’autre.

- Avant que tu me demandes en quoi ma copine pourrait se sentir menacée par toi, c’est qu’en fait, pour déployer mes ailes, il faut soit une tenue prévue pour, soit que je sois torse nue ; hors, c’est propriété privée, et Caitlyn ne laisse pas de droit à l’image. Après, je te fais confiance, et elle, elle sait que t’es mon meilleur ami et de quel bord tu es ; je pense pas qu'elle t'en tiendra rigueur. Par contre, si je te décroche un « ouahou », c'est deux personnes que t'invites au resto, non une, conclut-elle en souriant, amusée du visage de Samuele.

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Flash Forward [Pv Amy De Lauro]   Ven 25 Jan - 11:50

A l’écoute de ses paroles rassurantes, Samuele n’avait d’autre choix que de relever son visage pour finalement la fixer droit dans les yeux. Le regard empli d’une honte mêlée à ce qu’on pouvait appeler « sensibilité, il plongea son regard dans le sien, quelques secondes puis se mit à sourire, comme s’il avait été incapable d’expliquer pourquoi il avait réagit ainsi. Il s’était attaché à Amy, et c’était un fait qu’il ne pouvait pas nier, mais seulement, s’en rendre compte à cet instant précis où il se sentait fort et plein d’entrain pour le reste de son aventure, c’était ouvrir la porte aux dangers divers et variés qui menaçaient son cœur. S’il avait bien une faiblesse au fond, c’était bien cet organe qui commandait le reste de son corps, battant la chamade, parfois frisant l’arrêt cardiaque : Samuele était un garçon aux apparences solides, mais bien déchiré de l’intérieur, car il ne se battait contre personne d’autre que lui. Amy avait été en cet instant le témoin de cette scène, ou étrangement Samuele baissait les armes en se laissant submerger par des émotions qu’il n’avait jamais daigné ressentir auparavant. Amy faisait partie de sa vie à l’institut, et cette fameuse Caitlyn allait devoir en faire partie, peu importe ce qu’il se passerait entre eux. Amy le mit ensuite face aux rumeurs qu’elle supportait, ou du moins qu’elle entendait à leur sujet, sans vraiment y prêter une forte attention. Ce qui fit également sourire Samuele, qui savait qu’elle n’était pas ainsi, alors il ajouta doucement, sans trop se faire remarquer, et le regard toujours aussi puissant, aussi révélateur de ses faiblesses :

- Je sais que tu n’es pas comme ça. Jamais je ne l’ai pensé, mais tu as raison, tu as ta vie maintenant. Où est donc la petite Amy ? Je t’avoue que ça fait un sacré changement, tu avance dans ta vie à une vitesse incroyable, c’est beau simplement.

Puis elle luit expliqua les raisons qui faisaient que Nobody avait craché le morceau en évaluant que Caitlyn allait surement lui en vouloir. Sa concentration étant de mise, et de façon plus intense cette fois, il buvait la moindre de ses paroles, comme s’il se disait au fond de lui qu’il n’avait pas a l’erreur. Il avait l’impression de partir en mission, ou quelque chose du genre, avec ce moment bien angoissant où le chef des opérations dévoilait l’identité des ennemis, en mettant en garde, pour ne pas se tromper et ne pas foutre en l’air le reste de l’opération. Vraiment stupide comme réaction, il s’en rendait compte, mais ne pouvait rien y faire, c’était… comme si la porte de ses émotions s’était entre-ouverte et lâchait dans la nature un flot continuel d’émotions et de ressentis tous plus forts les uns que les autres. En enchérit ensuite sur le pari qu’il lui avait lancé. Amusé il se mit à sourire, et lui annonça fièrement, en ayant l’impression d’avoir plutôt bien compris ce qu’elle lui disait. Il l’appréciait de plus en plus, et était maintenant heureux de connaitre cette fille, qui au début semblait si timide, et si réservée. Un pouvoir complètement incompréhensible, que l’on pouvait appeler la « Plante Attitude », prononcé à l’Anglaise, dans un corps de petite fille sage, fragile et … bref, Amy avait grandit, un peu vite certes, mais l’essentiel était qu’elle se sente bien. Il ajouta :

- Ok, ce sera l’occasion de la voir cette fameuse Cait, si tu me dis qu’elle décapite pas tout ce qui bouge.

Il se mit à rire à haute voix, laissant échapper une certaine pression qu’il avait accumulé en passant de la honte à la dépression express’, puis il lui dit a nouveau :

- Alors, où on peut aller, je les ai toujours pas vues ces ailes ! A moins que tu veuille attendre de porter la tenue adéquate ?

Il porta sa main derrière sa tête, et sourit bêtement, en repensant aux détails qu’Amy lui avait expliqués concernant ses ailes. Il n’allait pas la forcer a quoi que ce soit, évidemment, maintenant ce n’était plus Cait le problème, mais bien ce qu’Amy pouvait penser à l’idée de montrer ses ailes à Samuele. Peut être que finalement, c’était gênant plus qu’autre chose. Et si elle lui avait demandé de lui montrer son concombre, peut être aurait il eut cette gêne à laquelle il s’attendait de sa part, mais il ne lui aurait jamais montré ! Non mais dites…
Revenir en haut Aller en bas
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Flash Forward [Pv Amy De Lauro]   Ven 25 Jan - 20:30

Samuele, lorsqu’il confirma qu’il ne croyait en rien les rumeurs, tenta un trait d’humour : Où est donc la petite Amy ? La petite amie, c’était Caitlyn, mais la petite Amy, l’italienne n’avait perdue. Où était Amy ? Où était Amy en Amaranth ? Qui était-elle ? Elle avait perdue Amy, Nephilim l’avait perdue dans la Salle, durant la passation. Elle l’avait perdue lorsque ses pouvoirs avaient dégénérés et l’avaient transformée. Elle l’avait perdue car son corps avait évolué, et qu’elle avait refusé que son esprit évolue de même ; Amaranth le corps, Amy l’esprit et elle l’âme, déchirée entre les deux, maintenue en cohérence par le seul amour de Caitlyn. Fuzzy était la seule à savoir pour les éclats, la seule à pouvoir y remédier, à essayer d’y remédier. Elle lui donnait le temps et le courage de s’accepter, mais une telle parole « où est la petite Amy », cela faisait mal.

Le visage d’Amaranth s’immobilisa un instant alors qu’elle le paralysait pour ne pas laisser échapper de flou, qui tout aussi illisible qu’ils soient, trahissaient de bouleversements internes. Elle avançait dans la vie à une vitesse incroyable, oui, mais cela n’avait rien de beau ; cela n’était que douleur et larme, tentative de s’habituer à une mutation n’offrant qu’un répit entre ses diverses dégénérescences. Ce n’était pas beau, car si cela pouvait l’être dans l’apparence, l’apparence n’était qu’un masque. La question finale de l’existence de Nephilim pouvait se résumer en un mot : sa mutation finirait-elle par la tuer définitivement, ou survivrait-elle jusqu’à l’inhumanité qu’elle avait déjà refusée, créant ce point de rupture entre Amy et Amaranth ?

Elle ne dit rien et continua le fil de sa pensée comme si de rien était, mais là où son sourire devait être sincère, l’assurance de pouvoir réunir son meilleur ami et sa petite copine autour d’une table aux frais du premier ne lui arracha qu’un sourire joué. Elle le menait par le bout du nez comme elle n’était jamais parvenue à le faire auparavant, mais elle n’avait plus envie de jouer. Bon, elle n’allait pas lui montrer sa poitrine, car si Caitlyn lui aurait pardonné, cela l’aurait blessée, Amy le savait. Fuzzy avait beaucoup de mal avec le contact et malgré ses dires, avec le regard des autres. Sa jalousie, leur jalousie, ce n’était pas quelque chose dont on pouvait jouer, dont on pouvait se jouer.

Dans son plan, l’italienne aurait maintenue le suspens jusqu’au bout, testant Samy sur la sincérité d’une amitié sans ambigüité, alors que son corps avait changé, mais son plan venait de mourir. Elle aurait put mener jusqu’au bout son test, voir accomplir véritablement ce qu’elle disait, car elle était confiante dans le fait que Samuele n’était pas Alex Funke, il n’avait jamais été intéressé par elle autrement qu’en tant qu’amie, et elle pensait que ce fait n’avait été altéré par cette apparence qu’il qualifiait de « belle ». Oui, on se retournait face à Amaranth là où l’on ignorait Amy, mais cela ne contribuait qu’à faire la différence entre elles-deux ; l’italienne voulait des gens capables de la retrouver en Amaranth, pas de s’arrêter à elle.

Un rire sonore, un rire contrit, et alors même qu’elle ne l’avait pas quitté des yeux, le regardant dans le chaos émotionnel qu’elle avait déclenché, Samuele essaya de passer outre ses difficultés, de la honte à l’impatience.

- Alors, où on peut aller, je les ai toujours pas vues ces ailes ! A moins que tu veuille attendre de porter la tenue adéquate ?

Un point pour Samy, et l’italienne sourit à nouveau sincèrement, bien qu’il fut aisé de confondre l’un et l’autre tant elle devait ralentir n’importe lequel de ses mouvements pour l’adapter à la vision des humains. Il avait réussit le test, lui proposant une « tenue adéquate » pour qu’elle n’ait pas à se dévêtir. Bon, il était aussi très gêné de ne percuter cela que maintenant, mais cela n’importait pas réellement à Amy : elle avait retrouvé le DNA gentil, innocent et naïf qu’elle avait tant côtoyé.

- Certes, c’est plutôt une bonne idée. Les murs ont yeux et oreilles, et il manquerait plus que cela qu’on raconte que je me fous à poils devant des mecs. Cela a déjà était un sacré bordel quant Cait’ et Miss Guthrie sont passée par la fenêtre des salles de bains du dortoir en tenue d’Eve pour atterrir dans les buissons versions nymphes lesbiennes, on va pas exciter les hormones de certains élèves, déclara-t-elle assez froidement, repensant rapidement au fait de ne pas jouer avec la jalousie de l’autre car s’en était blessant. Tu me suis, je vais récupérer des fringues dans ma piaule histoire de pouvoir rester vêtue et te montrer mes ailes-poumons.

Elle commença à marcher d’un pas ample et assuré, bien plus agile et maîtrisé que celui d’Amy en était capable, remerciant le Seigneur d’avoir eut la bonne idée de mettre des ballerines et non ses talons hauts. S’adaptant sans en faire montre à la démarche de Samuele, elle le guida vers l’aile où se trouvaient les Chambres des X-Men, où elles résidaient désormais avec Caitlyn, toutes deux porteuses du titre et des responsabilités allant de pairs.

- Alors, troisième année d’Arts Plastiques, hein ? T’as réussit à trouver ce que tu ferais après la Maîtrise, finalement ?

Elle ferait la discussion, comme toujours quant elle se sentait en confiance, cela n’avait pas changé. Elle ne se souvenait pas que Samuele lui ait dit ce qu’il comptait faire plus tard, il était en arts parce que cela lui plaisait et qu’il y était doué ; pas surdoué, simplement doué. Il avait fait une Maturità de cela en Italie, et poursuivait ses études ici. Un peu comme elle, en somme : lycée linguistique pour un visa doctoral pour de la psychologie aux USA ; bon, il n’avait pas récupéré les souvenirs de sa prof principal et n’avait pas non-plus gagné une intelligence inhumaine entre temps, mais d’un autre côté, c’était mieux pour lui. Au moins, il ne se ferait pas chier comme un rat mort en cours. Amy comprenait enfin Caitlyn au sujet des cours, et seule la contrainte temporelle l’empêchait de rajouter encore des heures à son cursus, pour prendre de nouvelles spécialités sur ce dernier, comme la génétique, qui l’intéressait de plus en plus. Elle avait promise à Fuzzy de ne pas la mettre dans des cases, et ne le ferait pas ; elle resterait dans l’ignorance et la crainte de sa mutation, car à défaut de trouver des réponses, elle aurait le réconfort et l’amour, et c’était le plus important.

- Je te demanderais quelques instants une fois arrivé à ma chambre pour changer de tenue, ok ?

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Flash Forward [Pv Amy De Lauro]   Mar 29 Jan - 16:44

« Cait et Miss Guthrie » En effet Samuele était au courant, puisque le jeune mutant qui avait provoqué l’hystérie dans ces fameuses toilettes n’était autre que l’un de ses colocataires, dans son dortoir. Il était venu en fanfare, si heureux d’avoir pu semer le trouble que Samuele n’avait pas pu faire autrement que de l’écouter attentivement, pour rire avec le groupe de délinquants du malheur des autres. Bon dieu si cette Cait apprenait ça… qu’en adviendrait-il de Samuele ? Il avait même décidé de cacher ce détail à Amy, de façon a ne pas semer le trouble à son tour : il ne voulait pas envenimer la situation, surtout parce qu’il voyait avec quelle nervosité elle en parlait. Il s’en voulait de lui cacher, mais après tout, ce n’était pas vital à sa survie, du moins il l’espérait.
Ensuite elle lui fit signe de le suivre, et continua de parler tout en avançant dans les couloirs, le dirigeant petit à petit vers les quartiers des X-men. Elle avait en effet acquiescé sa proposition de prévoir une tenue adéquate, et visiblement, cette idée l’avait rassurée, craignant probablement de se contenter de la tenue d’Eve devant lui, même si techniquement il n’y avait aucun risque avec Samuele de ce point de vue là. Il lui dit alors tout en la suivant naturellement, lançant un dernier regard à la vie scolaire, pour s’assurer qu’au final il s’était bien inscrit et qu’officiellement il était bien présent à l’institut.

- Euh, ok je te suis. Après toi !

Un sourire en grand plaqué sur son visage, il laissait transparaitre son excitation de voir ces ailes, mais il était également gêné de se rentre dans ce couloir destiné aux X-men et personne d’autre. Il ne s’y était jamais aventuré, et c’était son baptême. Heureux que cela se déroule avec Amy. Ensuite elle se mit à lui parler de ses études… alors il figea son regard sur le sol, pour se concentrer, prêt à répondre à la moindre de ses questions. Il était rare que le sujet revienne sur la table, A vrai dire, concernant son avenir il ne s’était pas encore posé la question. Il était bien trop préoccupé a trouver sa place et a contrôler ses capacités, qui parfois lui compliquaient indéniablement la vie.

- Disons que je n’y ai pas encore pensé. J’ai d’autres préoccupations pour mon avenir, mais ca viendra avec le temps. Pour le moment ca se passe bien, je ne suis pas forcément en difficulté, mais je profite de ca.

Il fit une grimace, tout en marchant, et en repensant à son passé. Puis il releva la tête pour s’adresser une nouvelle fois à elle.

- Enfin tu sais un peu de quoi je parle.

Un sourire, un rire discret, puis il s’approcha de la porte vers laquelle ils se dirigeaient. Une intuition qu’il s’agissait de la chambre d’Amy, puisque elle semblait l’avoir regardée en arrivant, puis il lui avoua :

- On est arrivés je crois non ? Je t’attends ici pour que tu te change.

Une manière subtile de changer de sujet, puis en même temps, il n’allait pas s’incruster ainsi dans l’intimité d’Amy, qui devait elle aussi avoir changé du tout au tout depuis ces changements. Il fallait dire que leur arrivée était survenue au bon moment de la conversation : les études n’étaient pas un sujet facile à aborder pour Samuele.
Revenir en haut Aller en bas
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Flash Forward [Pv Amy De Lauro]   Ven 1 Fév - 13:19

Samy était comme un gosse qui allait découvrir une merveille, chose qui, elle n’allait pas se voiler la face, amusait l’italienne. Après lui avoir cédé le passage pas galanterie, il avait commencé à la suivre, souriant simplement. Amy avait du mal avec l’apparence d’Amaranth, elle avait du mal à se retrouver en elle, en ses capacités tant physiques qu’intellectuelle, en ses yeux bleus, en cette maturité ; elle parvenait à ce reconnaitre dans la glace, oui, mais ce n’était pas Amy de Lauro qu’elle y voyait. Cependant, la croissance des Ala-pulmos était une chose dont elle était fière, qu’elle appréciait, bien qu’elle ne volait pas encore. Rien que s’en draper ainsi que son aimée pour dormir, c’était bien mieux que la parodie de soutien-gorge qu’elle avait jadis put en faire, et si ses ailes pouvaient, par leur nature même, s’avérer intime, Amy ne le percevait pas ainsi. C’était des ailes, et elle avait déjà bien de la chance de pouvoir les rétracter, peu d’autres mutants ailés avaient cette possibilité. Oui, elles étaient sensibles au touché et pouvaient s’avérer particulièrement érogènes en certains endroit, mais cela n’en restait pas moins des ailes. Tant qu’on regardait avec les yeux, c’était permis, non ?

Le sujet des études rendit Samuele honteux, honteux et concentré : il baissa le regard sur le sol, comme s’il avait peur que dans ses réflexions, il ne loupe une marche.

- Disons que je n’y ai pas encore pensé. J’ai d’autres préoccupations pour mon avenir, mais ca viendra avec le temps. Pour le moment ca se passe bien, je ne suis pas forcément en difficulté, mais je profite de ca. Enfin tu sais un peu de quoi je parle.

Amaranth ne répondit rien, son visage se fermant ; d’autres préoccupations pour son avenir que les études, oui, elle savait ce que c’était. Elle le savait à un point que Samuele ne pouvait pas imaginer. De son point de vue, cela finirait mal ; quoi qu’il arrive, cela finirait mal pour Amy. Cette histoire d’Entités voulant faire de Caitlyn et d’elle des vaisseaux, la peur de savoir jusqu’où sa mutation irait et si elle la tuerait ou la déshumaniserait, les probabilités d’être blessées voir tuées en mission, le fait que si aucun des scénarios précédents ne s’accomplissait, ce serait le temps qui lui prendrait Caitlyn ; oui, elle savait ce que c’était que d’avoir d’autres préoccupations pour son avenir que des études. Elle savait ce que c’était que la peur et l’impuissance, aussi, que le doute, que les fêlures, que…

Ils arrivèrent dans l’aile où logeaient les X-Men, chaque porte portant la dénomination de ses occupants. Amy de Lauro & Caitlyn Elioth, là où la première plaque avait vu se rajouter le Caitlyn au marqueur, puisqu’elle n’était pas sensée s’y trouver. Et bientôt, il faudrait une troisième plaque, parce que bientôt, elles seraient mariées.

Il y avait des bruits dans sa chambre, et une odeur familière dans l’air. Caitlyn.

- On est arrivés je crois non ? Je t’attends ici pour que tu te change.

- J’allais te le demander ; ce sera pas long,
répliqua-t-elle simplement, ne sortant pas ses clés. Et tu vas rencontrer Cait’.

Elle avait eut un petit sourire au nom de son aimée, dont elle ne savait pas ce qu’elle trafiquait à cette heure si dans leur chambre, mais qu’elle était heureuse de voir ; puis elle pourrait enfin présenter son meilleur ami à sa petite amie, chose qui aurait dût être faite depuis des mois. Quelle serait la réaction de Caitlyn ? En bien, considérant que lorsqu’elles n’étaient que Sœurs de Cœur, Amy n’avait jamais caché à Fuzzy une amertume certaine face à l’homosexualité de Samuele, qu’elle trouvait parfaitement à son goût, il était possible qu’il y ait de la jalousie. Après, lorsqu’Alex Funke avait embrassé de force Amy, Fuzzy ne l’avait pas mit sur le bûché non-plus, donc cela devrait être plus cool, cette rencontre. Surtout que Samy était le meilleur ami, et n’avait jamais eut plus de prétentions ou d’autres ambitions.

Amaranth posa sa main sur la poignée, la tournant ; verrouillée. Tiens, Fuzzy s’enfermait à clé maintenant ? Qu’est-ce qu’elle pouvait bien fabriquer ? Sans doute l’irlandaise en était encore à récupérer de la gueule de bois, mais les bruits n’étaient pas très cohérents avec cela ; nul couinement des lattes de leur lit ou écoulement d’eau de leur robinet, juste le souffle et les déplacements. Et la voix de Caitlyn, aussi, dont les murmures seraient saisis par l’ouïe de Nephilim, chose dont sa compagne était consciente.

L’italienne frappa du poing sur la porte, trois fois, sortant ses clés de l’autre main.

- Cati ; c’est moi. J’entre, j’ai un truc à prendre.

Nephilim prit attention à moduler sa voix de façon à ce qu’il soit explicite que le truc à prendre n’était pas son aimée en elle-même, d’une parce que ce n’était pas un « truc », de deux parce qu’outre le fait qu’elle ne voulait pas passer pour la nympho que décrivait les rumeurs, il n’était pas vraiment le temps pour cela, même si comme les scouts, elle était toujours prête.

- Si t’as du temps, je voudrais te présenter quelqu’un aussi, ajouta-t-elle en ouvrant la porte lentement, au cas ou une Caitlyn te baladerait comme durant leurs soirées, en tenue d’Eve.

Amy ne pensait pas que Caitlyn lui sauterait au cou maintenant qu’elle était avertie de la présence d’un tiers ; présence ayant beaucoup plus de signification que ce tiers pouvait ce douter. Dommage, l'italienne aurait bien aimé.

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlyn Elioth
X-Men Beta
avatar

Messages : 1618
Date d'inscription : 06/04/2012
Age : 30

MessageSujet: Re: Flash Forward [Pv Amy De Lauro]   Ven 1 Fév - 20:23



- Kyaaaaa ! C’est la méga classe ! la méga claaaase !!!

Et ça c’était vraiment un cri du cœur alors qu’elle s’admirait de pied en cap dans le miroir de la salle de bain ayant enfin enfilée cette fameuse combinaison personnalisée qui faisait d’elle une X Women. Il n’avait pas fallu bien longtemps à Forge pour la concevoir et même si la brève entrevue qu’elle avait eue avec lui l’avait fait mourir de rire lorsqu’elle lui avait présenté son dessin de « Wonder Beaver » à collants bariolés et capé, il avait su l’orienter sur des choix un peu plus raisonnable et un peu plus acceptable pour la rétine humaine, il faut le dire son idée de tenue tenait plus d’une publicité vivante pour le cirque Zavata que d’un respecté groupe de super héros. Somme toute assez classique si ce n’est de large bande rose au niveau de la poitrine et le long de les jambes, elle portait fièrement la ceinture au teinte bleutée cerclée d’un X en or et de longues bottes à talons hauts rouge sang. Son seul regrets restait cette fameuse cape qu’elle aurait voulu éblouissante et symbole de sa condition de super héroïne même si l’aspect « jeu » avait fini par lui passer avec les épreuves ou au moins un truc qui pouvait lui tomber jusqu’aux chevilles. Alors qu’elle s’admirait le derrière trouvant que la texture de sa combinaison le mettait véritablement en valeur, elle s’empara en le faisant virevolter dans sa main de son arme déchargée qu’elle rangea dans son holster après l’avoir fait tournoyé à la manière d’un pistolero. Mais bordel ! Elle avait encore plus la classe que Princesse dans la Bataille des Planètes, c’est pour tout dire ! Force G, non Force X oui !!!!
Incoruptible, inséparable : invincible : Hell Yeah !


Elle posa une main sur la hanche d’une façon provocante et s’adressa à son reflet tout en faisant une très mauvaise imitation d’un personnage viril avec une voix grève mais complètement improbable.

- Hey Toi là ! Vil criminel ! Tu as devant toi la plus extraordinaire et performante des X woooooman de tous les temps, rends toi et je promets de ne pas te botter l’cul…enfin pas trop ! Mouuuah ah ! ah !


Son regard accrocha près de l’évier les menottes roses à fourrure qui trainaient là suite à une soirée mouvementée, elle s’en empara alors avec un air ingénue et les fis tournoyer à l’instar du révolver dans la main droite tandis que de la gauche elle dezipait le haut de sa combinaison, dévoilant peu à peu sa poitrine naissante tout en pousuivant d’une voix suave et chargée d’émotion.

- Holà…Mamzelle Délaouro ! Vous comptez allez où comme ça , hummmm ? Les toilettes ? Nan Nan nan ! Flagrant délit de tentative de pissage nocturne ! Vous allez devoir payer le prix fort, hu hu…Hum…Corruption de super héroïne ? Vous m’croyez comme ça, moi l’incorruptible X Woman ? Hum…montrez voir si on peut s’arranger ? Tutututtt…Plus doucement les vêtements ! Hop hop hop ! on obtempère ou je vous attache et pratique une fouille…
Comment j’vais te l’emballer ce soir la cocotte, on va péter l’record, je te dédicacerais ça Forge ! Avec un peu d’chance tu nous entendras du labo


Elle s’approcha de la glace pour observer la combinaison de plus prêt.

- N’empêche c’est vachement décolleté quand on veut ce truc, j’ai l’impression d’avoir grossi des seins : coool, je me Huskifie.

Elle se tourna pensive vers le lit.

- Hum…et avec un drap comme cape ?…C'est…boaf…peu crédible.

C’est alors qu’elle entendit frapper à la porte et leva brusquement la tête un peu surprise.

- - Cati ; c’est moi. J’entre, j’ai un truc à prendre.

Han !!! Quand on parle de la plante, on en voit la tige ! Il faut toujours battre le fer pendant qu’il est chaud disait-on à l’époque et là, le fer : il était chaud bouillant. Un petit encas en pleine journée, qui pour y redire, surtout dans sa X Tenue qui pour une fois en porterait bien le nom. Oh ben oui qu'elle va prendre et même qu'elle gardera la monnaie.
Elle sauta à travers la pièce vers la porte tout en s’emparant des menottes à les faire tourner comme une fronde. La porte s’ouvrait doucement quand elle se posa la main contre le linteau en bois et d’une main franche agrippa la poignée pour l’ouvrir brusquement alors qu’Amy commençait sa phrase.

- Si t’as du temps, je voudrais te…

Ouverture plus que brusque de la porte, poitrine quasi à l’abordage, pose lascive et regard on ne peut plus provocateur.

- OooooOOoh Mais moi aussi je veux, vilaiiiiine petite fille !

- … présenter quelqu’un aussi.

Elle resta complètement idiote, chouetifiée devant la situation qui se déroulait sous son regard ahurit ou le destin pointait du doigt de l’Epic Fail, sa pauvre petite frimousse rousse. Les menottes tournant mollement avant de s’arrêter alors que peu à peu son visage s’empourprait violemment. Elle cligna des yeux.

- M…mais mais merde…

Avec un geste d’une dextérité déconcertante elle tenta de remonter la fermeture de la combinaison constatant qu’elle s’était coincée.

- Ah ! heu..heu…ah..heu…salut…t’aurais…t’aurais dû appeler…

Elle battu en retraite dans la pièce toujours en train de s’échiner à remonter cette foutue fermeture.
Chose coquasse, son visage était raccord à ses bottes : harmonie parfaite !
Incorruptible, p'tete bien.
Inséparable : c'est certain.
Invincible, oui mais heureusement que le ridicule ne tue pas ! Oh C'te hoooooooonte.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Flash Forward [Pv Amy De Lauro]   Mar 12 Fév - 18:03

Rencontrer Cait ? Là maintenant ? Amy avait parfois le don de surprendre Samuele, et depuis le début de sa relation amicale avec elle, il n’avait pas compté combien de fois il avait du afficher ce regard surpris, les yeux écarquillés au possible. Une légère sueur froide venait de lui traverser le corps, sans crier gare, sans même qu’il n’eut le temps de digérer la nouvelle, puisque quelques secondes après, la porte était ouverte, lui permettant d’apercevoir la rousseur des cheveux de Caitlyn, dans une tenue pour le moins étrange… du moins, il ne s’y attendait pas : elle avait plutôt l’air de vouloir lui sauter dessus pour s’adonner à des jeux complètements tordus, à l’image de sa réputation. Il avait laissé s’installer le silence pesant qu’il détestait, avant de retourner la tête en direction du couloir : d’une part pour ne pas la voir dans sa tenue cochonne, mais aussi parce qu’il ne s’était pas préparé à l’affronter. Dans sa tête, Samuele pensait qu’il allait avoir le temps de trouver une parade de secours, une phrase cinglante prête à être lancée dans le cas où elle se mettrait à lui arracher le slip en public, tant sa réputation était exceptionnellement décalée. Il lui dit alors sans même regarder ce qu’elle faisait, et sans même prêter attention aux mots qu’elle prononçait à l’encontre d’Amy :

- Euh… Bonjour Caitlyn.

Pour le coup c’était une rencontre assez troublante : sans s’y attendre, et dans ces conditions, il y avait mieux, il fallait bien l’avouer. Une chose le fit cependant sourire : la fermeture de la combinaison de la rouquine qui lui faisait défaut : ils sont beaux les X-men ! A cet instant, il se demandait de quelle manière elle avait bien pu obtenir son titre de X-men. Même s’il ne la connaissait que très peu, et à raison de rumeurs essentiellement, il ne pouvait s’empêcher de se demander ce qu’elle était bien capable de faire. Après tout, d’autres X-men méritaient vraiment leur titre, en se démarquant par des actions, des missions ou des talents… Caitlyn en revanche, il ne savait rien d’elle. Si tout se passait bien entre eux, il y avait des chances qu’elle ait toute la légitimité en tant que X-men.

Chose encore plus équivoque : les seins de Caitlyn. Etrangement, ils avaient attiré l’attention de Samuele, du moins son regard, qui ne pouvait s’empêcher de lâcher un petite rire, surtout considérant qu’il n’avait pas l’habitude d’en voir d’aussi prêt, et c’était surtout le fait qu’elle ne parvenait pas à fermer son décolleté qui la mettait dans cette posture de victime parfaite pour la moquerie quotidienne du jeune garçon. Pauvre Caitlyn. Au moment où elle disparu de son champ de vision, il lança un regard amusé a Amy en lui disant tout naturellement :

- Sympa comme rencontre, elle n’a pas l’air d’avoir froid !

Puis il se mit à rire en laissant Amy gérer cette situation : s’il s’empêchait de rigoler trop ouvertement, c’était bien qu’elle était assez décalée pour être capable de lui en vouloir à vie, du moins c’était ce qu’il en savait. Sympa comme après midi : pour une promesse d’effeuillage, deux paire de seins offertes !
Revenir en haut Aller en bas
Amy de Lauro
Agent du BAM Gamma
avatar

Messages : 2226
Date d'inscription : 07/04/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Flash Forward [Pv Amy De Lauro]   Sam 16 Fév - 18:28

Caitlyn tenait un discours des plus étranges, mais qui visiblement la contentait, et dont la cohérence n’avait rien à envier à celle d’un enfant, bien que les sous-entendus soient clairement ceux d’adultes. Enfin, pas forcément que les sous-entendus d’ailleurs. Une phrase la fit plus tilter que les autres, lorsque Fuzzy parla de décolleté ; bon, elle faisait joujou avec la combi, qui du fait, s’ouvrait par devant. Amy hésita un cinquième de seconde à s’imaginer cela, ce qu’elle fit le cinquième de seconde suivant, puis se fit la réflexion que le processus d’Huskification était très dangereux, car ce qu’on prenait en poitrine, on le perdait en cerveau ; rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme…

La porte fut vivement tirée alors que son aimée l’interrompant dans sa phrase, et quelques instants plus tard, dans ses pensées. Seigneur-Dieu ; elle était là, sa Ptite Rousse, dans sa combinaison d’X-Woman, où l’on en venait presque à douter que la seconde partie du mot composé ait une quelconque importance : tenue à laquelle on avait rajouté une ceinture bleue et de longues bottes rouges à talons (mais comment allait-elle faire pour se battre avec ça ?! Les talons compensés d’Amaranth lui posaient des problèmes d’équilibre, et pourtant elle en avait, alors imaginer Fuzzy en train de se battre avec pareils trucs…), et personnalisé les couleurs, la variation ayant été stratégiquement placée dans un mélange de sapeur-pompier et de mannequin pour lingerie. Elle avait même les menottes de Frost ! Ah ça oui, Fuzzy allait devoir éteindre un incendie !

Mais pas tout de suite : change chose en son temps. Pour l’heure, c’était l’Epic Fail. Surtout que si l’italienne aurait put la zyeuter suffisamment vite pour enchainer et cacher son aimée aux yeux indiscrets, elle avait complètement bugée devant ce physique au-delà de ses fantasmes, et du coup, n’avait pas été la seule à en profiter. Hum, Oh C’te Honte…

- Euh… Bonjour Caitlyn.

Oh C’te Honte of the World. Amy réagit en même temps que Fuzzy, pour le coup, et elle fut tout aussi gênée qu’elle.

- M… mais mais merde, commença la rousse alors qu’elle tentait de remonter la fermeture éclair.

Non, Fuzz’, moyen plus simple de se cacher : Amy retira la porte pour offrir à son aimée le couvert qu’elle demandait, se tournant par la même vers un Samuele très intéressé, et assez moqueur.

- Ah ! Heu… heu… ah… heu… salut… t’aurais… t’aurais dû appeler…

- Sympa comme rencontre, elle n’a pas l’air d’avoir froid !


Non, certes, mais à l’habitude il y avait une personne pour lui tenir chaud.

Amaranth croisa les bras sur son torse en lui lançant un regard faussement accusateur, alors même que son meilleur ami commençait à rire.

- Tu sais… Samy. C’était plus haut… les yeux. Tu sais ? Les yeux… le nez, le front, le visage, tout ça quoi. Ce qu’on regarde quant on rencontre une personne. T’es sur d’être gay toi ?

Ses paroles, bien que lancées avec humour, dissimulait un fond de vérité cependant : celui de la jalousie d’Amy. Personne ne regardait les seins de Cait’, chose qui faisait gueuler cette dernière, mais comme de toute façon, lorsque quelqu’un les regardait, elle gueulait aussi et qu’Amaranth gueulait par-dessus, par économie de décibel, il valait mieux garder l’absence de droit à l’image. Propriété privée sans droit d’exploitation par un tiers, na !

Le laissant se calmer, chose que ses paroles durent aider à faire de manière assez brutale d’ailleurs, elle laissa elle-même tomber la tête d’Amaranth un instant, pour sourire aussi de la situation, avant de décroiser les bras, et le regardant, de donner une petite tape sur la joue de Samuele.

- Interdiction de regarder, c’est ma copine, ok ? Elle a un peu trop fait la fête hier soir, alors elle est plus caline qu’à l’habitude, poursuivit-elle en se retournant vers la porte, pour enchainer. Cati mia, je voudrais te présenter Samuele Lupo. J’ai aussi un truc à prendre dans la chambre, je peux ?

Bien évidement qu’elle pouvait, c’était leur chambre, et elles avaient en privé des habitudes bien plus légères que l’échantillon montré par Fuzzy ; mais c’était en privé. Privé se résumant à elles-deux, d’ailleurs, et les stores baissés, aussi.

- Tu m’attends-là Samy ? J’en ai pas pour long.

Ouvrant la porte dos à celle-ci, elle rentra à reculons avant de la refermer, se trouvant dans la pièce familière qu’elle ne ferait pas visiter. S’approchant de Caitlyn avec un grand sourire amusé, Amaranth s’en alla lui faire un baisé, ou plutôt deux, selon la tradition. Un long, et un plus court, en signature. Elle l’enlacerait aussi, si Caitlyn se laissait faire, et profiterait sans vergogne du côté « seconde peau » pour la tenir contre elle de deux mains aux fesses.

- Je veux bien que mes amis soient tes amis, mais quant même, pouffa-t-elle avant d’embrasser à nouveau son aimée pour couper court à toute remarque désobligeante. Blague mise à part, ça va, plus trop la gueule de bois ? J’étais venue chercher quelque chose, mais puisque tu es là, tu veux bien que je fasse quelque chose que j’aurai dû faire il y a des mois ? Tu veux bien que je te présente mon meilleur ami ?

_________________
Nephilim

La seule constante de l'univers est le changement





1.174 Messages Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Flash Forward [Pv Amy De Lauro]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Flash Forward [Pv Amy De Lauro]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FlashVortex toute une panoplie de boutons, menus, bannières, textes en Flash
» Recupérer des jeux en flash
» Flash pots ?
» (Jeu Flash) Continuity : pour se mettre la tête à l’envers
» Un look printanier pour un calendrier en flash !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-men RPG :: Hors Jeu :: Topics Terminés :: L'Institution Charles-Xavier et Alentours-
Sauter vers: